Page 1

Numéro 37 M a i 2 0 12

A DA P E I d e s A l p e s d e H a u t e P r ove n c e M A GMAGAZINE AZINE

A.D.A.P.E.I

E D I TO R I A L : Et si on parlait MODE DANS CE NUMÉRO :

1

Éditorial Evaluation de la qualité Vos prochains rendez-vous Elections législatives

2

Paroles d’un jeune parent militant

3

Apprentissage de Solidarité à l’IME Les supers héros à l’IME

4

Les stars du petit écran La galette des rois au SAJ

5

Fête Associative : Une invitation au voyage en Polynésie

6 7 8 9

Le Conseil de la Vie Sociale : Outil de participation et de dialogue Interview de Joséphine GOMEZ

10 L’ESAT de Manosque ouvre ses portes aux futurs professionnels Des abeilles à l’ESAT de Manosque 11 Ski adapté : We are the Champions de France Entreprise Adaptée : Création d’une Blanchisserie à Barcelonnette.

Concert autour de Brassens.

Le terme d’« inclusion » tend progressivement à s’imposer dans le langage du milieu médico-social et public en lieu et place de celui d’intégration, voire d’insertion. Sa consécration résulte d’un mouvement mobilisant acteurs du monde associatif et chercheurs autour d’un modèle refusant l’exclusion des personnes qui présentent une déficience au profit de leur acceptation dans leur différence. Si l’intégration signifie qu’il appartient à l’individu de s’insérer dans le système sociétal tel qu’il est présent, l’inclusion demande à la société d’inclure la personne différente en s’adaptant, elle, à cette différence. Il nous faut donc, nous parents, se rendre à l’évidence de ce choix qui semble correspondre à nos attentes. Toutefois, cette dé-

Conseil de la Vie Sociale

Pour nous parents, et au delà des mots, il y a nos enfants pas pareils, et nos souhaits en un mot les inclure dans le bien être, ou tout simplement les rendre HEUREUX ! Bien à vous Emmanuel CHAROT Votre Président de l’ADAPEI 04. 04

Évaluation de la qualité des prestations des établissements et services de l’ADAPEI 04 La Loi du 2 janvier 2002 a, entre autres, introduit l’évaluation des activités et de la qualité des prestations des établissements et services médico-sociaux.

12

Le Dossier :

nomination signifie aussi que l’inclusion se passe forcément en milieu dit normal et donc hors institution. Les difficultés rencontrées notamment dans la scolarité de nos enfants différents, dans l’accompagnement par nos SESSAD faute de places, montrent qu’en l’absence de moyens supplémentaires, l’expression inclusion risque de n’être qu’une expression complémentaire d’un vocabulaire plus ou moins abstrait. Nous travaillons ces jours sur le schéma départemental des personnes handicapées. Nos partenaires devront inclure dans leur schéma la problématique liée à leur accompagnement dans les secteurs de l’hébergement à tout âge …

Il s’agit d’: • Apprécier la capacité des établissements à réaliser les missions qui lui sont confiées et la qualité de ses activités. • Entreprendre une démarche collective continue d’amélioration de la qualité. Pour ce faire, les établissements et services doivent réaliser des évaluations internes tous les 5 ans et des évaluations externes, 2 sur une période de 15 ans, réalisées par un auditeur extérieur.

Depuis 2002, l’ADAPEI s’est engagé dans cette démarche en mettant en œuvre les outils de citoyenneté et de participation des usagers : livret d’accueil, contrat de séjour, CVS, règlement de fonctionnement …, en adoptant un référentiel qualité : Qualisnap/ Quali’Eval de la FEGAPEI et en recrutant une responsable qualité. Dans le cadre de la seconde évaluation interne, après avoir audité des panels d’usagers, par établissement, un questionnaire de satisfaction, va, prochainement, parvenir à chaque famille. Réservez-lui le meilleur accueil afin de nous permettre d’améliorer, encore, la qualité d’accompagnement des enfants et adultes dans nos établissements et services.


L’ACTUALITE ASSOCIATIVE

Page 2 L’ACTUALITE DU TRIMESTRE Colloque sur l’Autisme Le professeur Catherine BARTHELEMY a donné une conférence, le mardi 15 mai, à Château Arnoux dans le cadre des colloques de l’ADAPEI, sur le thème : Les avancées de la recherche dans le domaine des troubles du spectre de l’autisme. Plus de 100 parents et professionnels ont pu compléter leurs connaissances sur l’autisme. Compte-rendu dans notre prochain magazine. Directions : du changement En septembre Akim GUELLIL prendra la direction du secteur Hébergement et Accompagnement de l’ADAPEI. Jean Jacques HILS, Directeur du secteur travail protégé depuis 2005, nous quitte. Nos remerciements pour son action auprès des travailleurs handicapés et bonne chance à lui pour la poursuite de sa carrière professionnelle.

LES CHIFFRES DU TRIMESTRE

00 6 00

VOS PROCHAINS RENDEZRENDEZ-VOUS

in 22001122 juin meeddii 99 ju SSaam rs àà LLuurs ddee te ccititooyyeenn ’accte LL’a iatitivvee ie AAssssooccia la vvie la

è s UN Congr

Nombre d’enfants actuellement en liste d’attente pour être admis à l’IME. Un chiffre jamais atteint ! Autrement dit, des enfants ne pourront jamais être admis à l’IME malgré l’orientation de la CDAPH. SITUATION INACCEPTABLE !

REPAS et PECHE A LA TRUITE À Saint Maime

APEI

Chaque m Groupe

ois :

de paro

les À destin ation Des pa rents Ayant u n enfan t Autiste . Calend rier et inscr iption : 04.92.6 4.96.00 Les C o de l’A lloques DA P EI 04

2 in 201 ju 2 i d Same c t Brieu à Sain et é oyenn it C a L andica H s e n rson des pe s Mentales pée

ww

34

Fête de l’Assemblée Générale

léee mbblé Asssseem A * Générale

00 €

Coût prévisionnel des travaux du Foyer Occupationnel dont les travaux ont débuté en fin d’année à Oraison, pour un aménagement de qualité en 2013.

N umé r o 37

Sam edi 6 Octo Le C bre 2 iném 012 a t o à Ch grap he âtea u Arn oux

Dt Ja

ect en dir e r iv u As h30 0 à 16 de 8h3 http:// apei om/Un .c n o ti mo w.daily

cque sC

ONS T AN T

P er m is d e n p e s e c on ays Auti duire ste

ELECTIONS : Finies les Présidentielles, voilà les Législatives Les élections Présidentielles sont terminées. Force est de constater que malgré les sollicitations de nos unions et fédérations, le Handicap n’y a pas tenu une place importante. Les élections législatives approchent. Le Comité d’Entente Handicaps 04 regroupant les associations représentatives des personnes handicapées des Alpes de Haute Provence, tous handicaps confondus, a décidé d’interroger les candidats aux législatives sur 6 thèmes centraux du Handicap : • La gouvernance : Place des associations et participation des personnes handicapées • Les ARS : une certaine vision de la démocratie sanitaire • L’accessibilité de la Cité : le respect de l’échéance de 2015

• • •

Des ressources dignes - La compensation du handicap La scolarisation et la formation : des droits et de la qualité. La vie en établissement : Une illustration du déficit de places : les amendements Creton.

Prochainement seront organisées deux conférences de presse afin de recueillir le positionnement des candidats qui répondront à notre invitation. Nous portons leurs réponses à votre connaissance pour parfaire votre information. Dans le même temps, l’association Nous Aussi, constituée exclusivement de personnes handicapées diffuera une information sur le droit de vote des personnes handicapées acquis depuis 2007, sauf mention contraire du juge des tutelles.


MAGAZINE

Page 3

LA VIE ASSOCIATIVE

Paroles d’un jeune parent militant M. VERNET, Comment vous aa-t-on annoncé le handicap de votre enfant ? On ne nous a pas fait d’annonce, car mon enfant à partir de 2 ans et demi a commencé à régresser, alors qu’il était tout à fait « normal ». Suite à cela, ma femme et moi-même, sommes allés au Centre d’Aide Médico - Social Précoce (CAMSP) de Manosque, où ils n’ont rien voulu nous dire, en ne voulant pas nous enfermer dans un registre. Ensuite, nous sommes allés à l’hôpital de Digne les Bains, où ils nous ont dit que notre enfant faisait une grosse dépression. Et ce n’est qu’en rentrant à l’IME, que l’on nous a informé que notre enfant était Autiste. Qu’estQu’est-ce qu’être parent d’un enfant avec un handicap ? Être parent d’enfant ayant un handicap est très difficile. Mais nous avons eu la chance d’avoir un deuxième enfant qui a 12 ans et demi et qui est « normal ». Au début, le plus difficile a été de définir ce qu’il avait jusqu’à son entrée en IME. Maintenant, on sait qu’il est Autiste et ce qui nous rassure, c’est le fait d’être dans un établissement adapté, et qu’il y a des perspectives en tant que parents. parents. Mais cela reste très difficile. AvezAvez-vous peur de l’avenir de votre enfant ? Oui, j’ai peur de l’avenir de mon enfant. Cette peur est celle qu’il ne puisse pas se débrouiller tout seul. La peur de ne pas savoir ce qui va devenir le jour où nous, parents, nous ne serons plus là. La peur de ne pas savoir où il sera accueilli, bien que l’ADAPEI se développe de plus en plus avec la mise en place de structures adaptées. Il est vrai que nous voyons un peu plus la vie en rose, mais c’est difficile quand même. Que pensezpensez-vous de la place des personnes handicapées dans la société ? Je pense malheureusement que le handicap reste un sujet tabou encore de nos jours. Dès qu’on parle de Handicap à des personnes, ils esquivent le dialogue. Nous pouvons également nous apercevoir que certaines personnes ne respectent pas les places de parking réservées aux personnes handicapées. Et malgré toutes les lois qui ont été mises en place, je vois que depuis 5 ans, il n’y a pas eu d’évolution autour du handicap. Quelles sont vos espérances par rapport à la société au niveau du Handicap ? Mes espérances se situeraient au niveau du regard que les personnes portent aux personnes ayant un handicap et aux personnes qui les accompagnent. Car, par expérience, lors de nos sorties, les personnes pensent que mon enfant est mal éduqué, et c’est très dur. Mes espérances se portent aussi, sur les retours financiers qui devraient être plus importants, de la part de la société, pour créer plus de postes, plus de places pour les personnes handicapées dans les établissements adaptés. Le changement des mentalités va être très difficile !!! ÊtesÊtes-vous pour l’insertion ou la protection ? C’est une question très difficile, car en tant que parent, nous aimerions protéger nos enfants, mais je souhaiterai également que mon fils aille dans un foyer pour qu’il puisse rencontrer d’autres personnes. Et connaissant mon fils, l’approche d’autrui est très

pénible pour lui, bien qu’il ait fait jusqu’alors d’énormes progrès. Le protéger, le mettre que dans un « truc » et ne pas en sortir, ce n’est pas bien non plus… L’insertion lui permettra de connaître autre chose que le monde du handicap. Donc, je suis partagé entre les deux, car on aimerait les insérer tout en les protégeant. Depuis combien de temps avezavez-vous rejoint l’ADAPEI ? André VERNET J’ai rejoint l’ADAPEI des Alpes de Haute Provence en 2004, depuis que mon fils a intégré l’IME. Pourquoi vousvous-êtes vous investi à l’ADAPEI ? Je m’investi au sein de l’ADAPEI pour le bien de mon fils et des autres personnes ayant un handicap mental. Auparavant, j’étais au Conseil Municipal de mon petit village « Montagnac », qui me plaisait énormément, mais vu les difficultés de chaque village, j’ai complètement abandonné. Puis, Monsieur CHAROT, Président de l’ADAPEI 04, m’a convaincu qu’il fallait s’investir à l’Association. Depuis j’essaie d’apporter ma contribution et de mon temps. De plus, je vois qu’au sein du Conseil d’Administration, tout le monde va dans le même sens, ce qui est bénéfique pour nos enfants. AvezAvez-vous le sentiment d’être consulté, de mener des actions ensemble et/ou complémentaires, d’être considéré avant tout comme parent ? Je suis parent avant tout. Suite à des actions, comme les rendezvous pour les parents d’enfant Autiste qui se déroulent chaque mois, je pense que cela est très bénéfique, car ça nous permet d’échanger avec d’autres parents, et le fait qu’on soit écoutés par les professionnels donne confiance. Ce bon sentiment se fait ressentir auprès des autres parents car nous pouvons constater qu’il y a de plus en plus de monde qui fait parti du Groupe de Parole Autisme. Ce qui est sûr, c’est que je ferai tout mon possible pour rendre la vie de mon fils plus facile, ainsi que pour celle des autres personnes ayant un handicap mental.

EstEst-ce que vous ressentez une fraternité au sein de l’ADAPEI ? Je pense qu’il y a une réelle fraternité au sein de l’ADAPEI, car il y a toujours beaucoup de personnes qui participent aux différentes manifestations que l’ADAPEI organise, comme l’Assemblée Générale, les Fêtes Associatives, etc… De plus au sein du Conseil d’Administration, nous sommes toujours très bien accueillis, on ne nous met pas de côté, et on nous donne des conseils, ce qui est très appréciable. L’ADAPEI est bien ! Comment souhaitezsouhaitez-vous que l’ADAPEI évolue ? Je souhaiterai que l’ADAPEI reste dans la même continuité. Ce qui serait bien, c’est qu’elle évolue en ayant plus de famille qui rentrent au sein de l’Association. l’Association

Interview réalisé par Cyrielle LELOUEY


LA VIE DES ETABLISSEMENTS

Page 4

N umé r o 37

Apprentissage de la Solidarité à l’IME : Collecte de bouchons pour la FFAC Chaque année, un groupe d’adolescents de l’IME « Les Oliviers » a pour projet d’écrire leur journal durant l’année scolaire. Afin de diversifier leurs articles, les éducatrices Florence ANDARELLI et Sophie DERVOGNE, ont décidé de créer du lien social en tournant leur action pédagogique vers l’extérieur. Pour cela, le groupe d’adolescents, et l’équipe pédagogique ont décidé, depuis février 2012, de démarrer un partenariat avec la Fédération Française des Chiens d’Aveugles.

Vous pouvez, dès à présent rejoindre cette chaîne de la solidarité « des Chiens Guides d’Aveugles », en remettant tous vos bouchons en plastiques dans les containers appropriés dans les établissements suivant : - L’IME « Les Oliviers » - Le FO de Saint-Auban - L’ESAT de Saint-Auban

Quels bouchons fautfaut-il collecter ? Bouchons en plastique uniquement

1- Les bouchons alimentaires en plastique : d'eau, de lait, de jus de fruit, de soda, de sirop, de vinaigre.

2- Les couvercles alimentaires en plastique : de café soluble, de pâte à tartiner, de poudre chocolatée, de moutarde.

3- Les bouchons de produits ménagers : de produit vaisselle,

Le Siège de l’ADAPEI.

de produit d'entretien, d'eau de javel, d'aérosols.

Par la suite, l’équipe pédagogique va élargir son plan d’actions en les collectant également dans divers magasins du Carrefour Bléone-Durance.

4- Les bouchons de produits d'hygiène : de dentifrice, de shampooing, de gel douche, d'assouplissants, de laque, de bain moussant, de lessive liquide. Les bouchons que nous ne voulons pas ! 1- Les bouchons de sprays comportant un ressort métallique !!!

La FFAC leur a donné pour mission de collecter tous les bouchons et couvercles en plastique uniquement, pour le recyclage.

2- Les bouchons d'huile !!! 3- Tous les bouchons en liège et couvercles en fer !!!

Cette collecte permettra aux personnes atteintes de déficience visuelle d’acquérir un chien éduqué spécifiquement, afin qu’elles puissent gagner en autonomie.

Nous avons tous un rôle à jouer !!!

Les Supers Héros à l’IME

Tous les héros étaient venus à l’IME

Le jeudi 22 mars, l’IME « Les Oliviers » organisait son traditionnel carnaval autour, cette année, du thème « Les Supers Héros » et les « Bandes dessinées ». Les enfants étaient ravis d’être dans la peau de leur personnage préféré, de plus les éducateurs avaient eux aussi joué le jeu en se déguisant, ce qui a permis de donner une ambiance très festive et conviviale.

Très vieux amendement Creton de l’IME

Ces petits supers héros ont pu danser, jouer et se lancer des confettis autour du caramantran, représentant la fusée de la bande dessinée « Tintin », réalisé une fois n’est pas coutume, par l’IMPRO. La joie des enfants a été très grande, lorsque le tracteur de l’IMPRO est apparu, le temps de faire plusieurs balades autour de l’IME.

Puis le carnaval prit toute son ampleur, les éducateurs enflammant le caramantran, devant les yeux ébaillis des enfants, symbolisant la fin de l’hiver. Toute l’équipe de l’IME a savouré un merveilleux goûter préparé par le Chef Cuisinier, Elian, afin de clôturer, comme il se doit, cet agréable après-midi. Vivement l’année prochaine pour découvrir le prochain carnaval !!


L’ACTUALITE DES ETABLISSEMENTS

MAGAZINE

Page 5

Les stars du petit écran

En compagnie de Laurent BOYER, Animateur de « Midi en France » Un groupe d’adolescents de l’IME « Les Oliviers », ayant en charge la rédaction du journal interne « C’est Nous ! », a participé à l’enregistrement de l’émission « Midi en FRANCE » sur FRANCE 3, le lundi 26 et le mercredi 28 mars à Manosque, animé par Laurent BOYER. Le but de cette participation, à l’initiative des adolescents, était de découvrir le médias de la télévision, et de pouvoir relater leur expérience auprès de leurs camarades et leurs familles dans leur journal.

Cette participation a permis aux jeunes adolescents une expérience de socialisation, d’être parmi d’autres enfants et classes et de côtoyer une star de la télévision. Elle a, également, suscité des questionnements sur le fonctionnement d’un plateau de tournage et la diffusion de l’émission… Cette expérience a permis au groupe d’adolescents de l’IME de s’interroger sur le support de leur journal interne. Ils aimeraient maintenant réaliser leurs petits reportages sous forme de vidéos ! On apprend vite à l’IME.

La Galette des Rois au SAJ Chaque année, le SAJ « Les Cyprès » et le FO « Borisol » se réunissent pour fêter les Rois ensembles. Un programme très chargé les attendait lors de cette journée. Le matin, le groupe de cuisine a confectionné les galettes des rois. Et dans l’après-midi, deux représentations ont eu lieu : - Une séance de cirque adapté par les usagers du SAJ Les Cyprès en compagnie de Marco, intervenant de cirque au sein de l’Association Zim Zam. - Une séance de chant par les résidents du FO Borisol en compagnie d’Annie, intervenante de chant.

Et pour finir cette agréable journée, une dégustation des galettes des Rois eut lieu, autour d’un verre de l’amitié pour débuter une bonne et heureuse année. Les familles et les tuteurs des usagers du service ont également été invités. C’est l’occasion d’une rencontre dans une ambiance conviviale et d’échanges sur les derniers points d’actualités concernant le fonctionnement et les activités proposées aux seins des établissements.

Un public attentif et enthousiaste

Le temps de la dégustation de la Galette des Rois.

Les artistes du Cirque Les cuisiniers du SAJ autour du Chef Karim.


LA VIE ASSOCIATIVE Numéro 37

Page 6

LA FÊTE ASSOCIATIVE : Cette année, la Polynésie était au cœur de la Fête Associative de l’ADAPEI, qui a réuni près de 350 personnes. Les danseurs de la Troupe « Heiva I Tahiti » ont réservé un charmant accueil aux personnes handicapées, parents, amis, et salariés de l’Association, en remettant à chacun un collier de fleurs, offert par l’ADAPEI, ce qui a permis d’être dans une ambiance très festive dès le début « des hostilités ». Après cet accueil très chaleureux et convivial, fut venu le temps de la remise des médailles aux travailleurs handicapés de l’ESAT. Cette remise des médailles du travail a été effectuée au cours de cette Fête Associative par Monsieur Jean-Jacques HILS, Directeur de l’ESAT, en rappelant la carrière de chacun des récipiendaires et leur qualité professionnelle, dont les dossiers avaient été instruits par notre Assistante Sociale Erika CAYUELA. Monsieur Emmanuel CHAROT, Président de l’ADAPEI 04, assisté de Monsieur Gérard CAILLOL, Directeur de l’ADAPEI 04 ont remis les diplômes, les médailles d’honneur du travail et un chèque offert par le CAT, avec la participation de Monsieur HANCQUARD, Directeur Adjoint de la Cohésion et la Protection Sociale, représentant le Préfet, et de Monsieur ESMIOL, représentant de la Mairie de Digne Les Bains, qui nous ont fait l’honneur de participer à cette manifestation associative.

Un grand bravo et toutes nos félicitations aux médaillés du travail de l’ESAT

Bruno ANGLES, James BONDOUX, Cécile BRETON, Pascal BRETON, Pascal DANIEL, Eric DAUMAS, Jeannine GALEA, Marlène ISNARD, Christian JAUME, François LECLERC, Christine LOMBARD recevaient la médaille d’argent pour leurs 20 ans de travail. Saadia BENCHELEF, Franck BENEDETTO, Magalie MEYER, Jacques PSAILA, Marie-Hélène ROUX recevaient celle de vermeil pour leurs 30 ans de service. Et JeanJean-Paul YONOUZIAN recevait celle d’or pour ses 35 ans de travail en ESAT. Une cérémonie riche en émotions auprès des médaillés, mais également auprès de toute l’assemblée. Puis un hommage fut rendu à Anne-Marie AUGIER, jeune retraitée de l’ESAT de St Auban en tant qu’Agent de Services.

Le très sympathique accueil

Remise des médailles et hommage à notre retraité


MAGAZINE

LA VIE ASSOCIATIVE

Page 7

UNE INVITATION AU VOYAGE EN POLYNESIE Un vrai bonheur

Ensuite, la fête commença par un merveilleux repas préparé par le « Traiteur des Gourmets » de Sisteron, où nos papilles ont frétillé de bonheur, à travers un menu de qualité. Pendant le repas, la Troupe « Heiva I Tahiti » a transporté tous les invités dans cet univers de rêve qu’est la Polynésie. Ce show tahitien a émerveillé tous les spectateurs, qui les a emmené à milles lieux avec les plus jolies filles et plus beaux garçons des îles, parés de costumes inspirés d’une nature extravagante. Plus d’une heure de magie sous le charme des vahinés, avec la danse de l’amour, du feu, des paréos et le fameux HAKA.

Le repas de Fête

Toute ressemblance avec des personnages connus est fortuite !

Un spectacle en tous points réussi, où une interactivité avec le public dévoile l’autre facette du folklore polynésien : celle de la joie de vivre, du bonheur et de s’amuser avec les invités. Et pour terminer cette journée en beauté, la Troupe « Laurêve » a pris le relais pour un après-midi dansant de folie. Tous les invités se sont amusés comme il se doit sur les refrains les plus entrainants jusqu’en fin d’après midi... Un magnifique spectacle

Rendez-vous dès l’année prochaine, à Manosque, pour une nouvelle Fête Associative… Pour connaître l’actualité de notre Association et de ses festivités, connectez-vous au site de l’ADAPEI : www.adapei-04.com


LA VIE DES ETABLISSEMENTS Numéro 37

Page 8

Le Conseil de la Vie Sociale : Son rôle Le Conseil de la vie sociale (CVS) doit favoriser la participation et l’expression des personnes handicapées accueillies dans un établissement ou service social ou médico-social ainsi que celles de leur famille ou tuteur et les associer à l’élaboration et à la modification du règlement de fonctionnement et du projet d’établissement.

Lorsque les questions à l’ordre du jour donnent lieu à un avis du CVS, ce dernier n’est valablement émis que si le nombre de représentants des usagers et des familles et tuteurs présents est supérieur à la moitié des membres. A défaut, la question est inscrite à une séance ultérieure et votée quel que soit le nombre de membres présents.

EstEst-il obligatoire ? Le CVS doit être mis en place dans les établissements et services assurant un hébergement ou un accueil de jour continu ainsi que dans les établissements ou services assurant une activité d’aide par le travail.

Le CVS élit un Président, désigné par et parmi les usagers ou, en cas d’impossibilité ou d’empêchement, par et parmi les représentants des familles ou des représentants légaux. Les usagers peuvent, en tant que de besoin, se faire assister d’une tierce personne. Le relevé des conclusions de chaque séance est établi par le secrétaire de séance désigné par et parmi les usagers ou, en cas d’impossibilité ou d’empêchement, par et parmi les représentants des familles ou des représentants légaux. Il est assisté tant que de besoin par l’administration de l’établissement, du service ou du lieu de vie et d’accueil.

Ses missions Les membres du Conseil de la Vie Sociale formulent des avis et des propositions sur toute question intéressant le fonctionnement de l’établissement ou du service. Sont particulièrement concernés l’organisation intérieure, la vie quotidienne, les activités, l’animation socio-culturelle et les services thérapeutiques, et les projets de travaux et d’équipements. Le CVS est obligatoirement consulté sur le règlement de fonctionnement et le projet d’établissement ou de service.

Quelques règles spécifiques Les membres du conseil ont la possibilité d’inviter toute personne pouvant participer à leurs travaux à titre consultatif. La direction de l’établissement ou son représentant participe aux réunions avec voix consultative. Lorsqu’en raison du très jeune âge des bénéficiaires le collège des usagers ne peut être assuré, seul le collège des familles ou représentants légaux est constitué.

Sa composition Au sein du Conseil de la Vie Sociale, le nombre des représentants des personnes accueillies, des représentants des familles et des représentants légaux, doit être supérieur à la moitié du nombre total des membres du conseil. Le CVS comprend au minimum :

ETABLISSEMENTS

deux représentants des personnes accueillies ou prises en charge ;

• s’il y a lieu, un représentant des familles ou représentants légaux ; • •

un représentant du personnel ;

Un représentant de l’organisme gestionnaire. La composition est déterminée par le Conseil d’Administration de l’ADAPEI.

Qui peut se présenter ? Peuvent être candidats au Conseil de la Vie Sociale :

toute personne âgée de plus de onze ans hébergée ou prise en charge pour représenter les usagers ;

• tout parent, même allié, d’un bénéficiaire, jusqu’au quatrième degré, toute personne disposant de l’autorité parentale, tout représentant légal pour représenter les familles; •

Tout personnel salarié ou mis à disposition, pour représenter le personnel de l’établissement ou du service.

Son fonctionnement Le Conseil de la Vie Sociale établit son règlement intérieur dès sa première réunion. Le CVS se réunit au moins trois fois par an sur convocation de son Président. Ce dernier fixe l’ordre du jour de la réunion. En outre, le CVS peut se réunir à la demande des 2/3 de ses membres ou de celle de l’organisme gestionnaire.

V O S

R E P R E S E N T A N T S

IME

Représentants Usagers François MORDA Ophélie RUBIS

Représentants Familles et Représentants légaux Christophe TANESIE Agnès HUGOU Nathalie HILS-DUBOIS Françoise STEPHAN

ESAT Saint Auban Joséphine GOMEZ Pierre MELANI

Maurice ALPHONSE Louisette CHABERT M. CASTELLETI

ESAT Manosque

Isabelle SEGUIN Saadia BENCHELEF

Yvette LECLERC François BALARD Françoise MESNIER Pierre MESNIER

Foyers Forcalquier

Sylvie DIANI Vincent CHABERT Anne LOCUBICHE

Louistte CHABERT Ginette STORDEUR

Foyers Manosque Hassan BENFERHAT Alain MONTELEONE Luc SIGUIER

Yvette LECLERC Liliane QUILES Evelyne DAUMAS

FO Saint Auban

Pierre SAVAY-GUERRAZ Karine THERAGE

M.H PEYRINET Gérard GIDE

FAM

Maurice MAS Catherine RENAUDOT Marie-Claire AUZET Y. DE SAINT MICHEL Chrystel CONTI-CADENEL Mme SAINT PE

Les coordonnées de vos représentants sont disponibles auprès des secrétariats des établissements.


MAGAZINE

LA VIE DES ETABLISSEMENTS

Page 9

Outil de participation et de dialogue Interview de Madame Joséphine Gomez Présidente du CVS de l’ESAT de Saint Auban Depuis combien de temps êtesêtes-vous au Conseil de la Vie Sociale ? Je suis au CVS depuis le début, avant même qu’il ait cette appellation. Au tout début cela s’appelait « Conseil de Maison », en suite « Conseil d’établissement », et ce n’est qu’en 2005 que le nom « Conseil de la Vie Sociale » est né. Et j’ai le poste de Présidente des usagers. Pourquoi y êtesêtes-vous ? Je voulais représenter les travailleurs usagers, être leur porte parole. Dès que les usagers ont des réclamations ou des questions à poser, je suis là pour faire le relais, et trouver des solutions aux différents problèmes qui peuvent se poser et essayer d’agir au mieux, pour de meilleures conditions de vie au sein des différents établissements. PouvezPouvez-vous décrire le Conseil de la Vie Sociale ? Le CVS est composé de 4 collèges : les représentants des usagers, les représentants légaux et les familles, les représentants du personnel et de l’organisme gestionnaire. Dans les collèges représentant les usagers, les représentants légaux et les familles, se trouvent des titulaires et des suppléants, élus pour 3 ans. Le CVS se réunit au moins 3 fois par an. SelonSelon-vous, à quoi sert un Conseil de la Vie Sociale ? Le CVS sert à ce que les usagers, les représentants légaux et les familles soient entendus auprès des professionnels et de l’Association, pour les différentes requêtes

afin d’améliorer leurs conditions de vie. Tout d’abord, on prépare le CVS en collectant les différentes questions posées par les travailleurs handicapés dans les différents ateliers. Après, nous préparons l’ordre du jour, en sélectionnant les différentes questions, celles qui seront posées au CVS et les autres en réunions d’atelier. Ici au sein de l’ESAT à St Auban, grâce au CVS, il y a eu beaucoup de changements. Nous avons pu obtenir une nouvelle salle de pause, des chaises ergonomiques dans les ateliers pour avoir un meilleur confort au travail, les assis-debout pour la laverie, la salle à manger qui a été repeinte, des aménagements de lavabo, des radios dans les ateliers quand c’est possible, etc… A votre avis, le Conseil de la Vie Sociale est indispensable ? Le CVS est indispensable, car ce qui est primordial, « c’est notre lieu de paroles », et c’est important de se l’approprier et de nous faire entendre pour faire comprendre et subvenir à nos besoins de tous les jours. Quel avenir imaginezimaginez-vous pour le CVS ? J’espère que les demandes proposées par les usagers soient réglées plus rapidement, comme la revalorisation des salaires auprès des travailleurs handicapés.

Nous venons de renouveler nos membres aux Conseils de la Vie Sociale. Pourquoi rencontre-t-on une telle indifférence de la part des parents et tuteurs ? Tout va bien. Tant mieux ! Mais cela n’empêche pas de s’intéresser à la bonne marche. Je sais on vieillit mais trois réunions par an, cela ne demande pas un gros effort.. Pensez y pour dans trois ans !!! Y. LECLERC


LA VIE DES ETABLISSEMENTS Numéro 37

Page 10

L’ESAT de Manosque ouvre ses portes aux futurs professionnels L’Établissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) de Manosque a organisé une demijournée « portes-ouvertes » pour les élèves de « la Maison Familiale Rurale de la Tour d’Aigues », en classe de préparation au CAP en Carrière Médicosociale.

sont passés dans les différents ateliers. Ainsi, ils ont pu voir leur mode de fonctionnement à travers une présentation faite par les moniteurs, mais également par les travailleurs handicapés qui étaient fiers d’expliquer les différentes tâches qu’ils ont à accomplir durant la journée.

Leur visite a été guidée par Gilles GARDEY, Éducateur Technique Spécialisé, et par Erica CAYUELA, Assistante Sociale.

Cette visite a été fortement appréciée par les élèves qui ont pu comprendre, l’aide apportée à chaque personne dans le cadre du Projet Professionnel Personnalisé, l’adaptation du travail à réaliser en fonction des possibi-

Afin de mieux connaître le travail réalisé dans l’ESAT, les élèves

lités de chacun, ainsi que la valorisation du travail des personnes handicapées et, ainsi, constater que l’ESAT est en mesure de produire des missions de sous-traitance de qualité pour de nombreuses entreprises de notre département. Bonne formation à ces futurs professionnels du médico-social.

Les ateliers de Conditionnements

Des Abeilles à l’ESAT de Manosque APIOR est un Entreprise de production de miel, de la récolte jusqu’à la transformation en confiserie et en pâtisserie. APIOR s’est tourné vers l’Établissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) « Les Ateliers du Fournas » à Manosque, qui, uayant, obtenu la certification en conditionnement Bio, pour la mise en sachets et en boites des produits à base de miel qu’elle réalise. Monsieur Bernard MANOVILLER, Responsable de la Société APIOR, est venu pré-

senter une conférence auprès des travailleurs handicapés de l’ESAT à Manosque sur le monde des abeilles et des pollinisateurs afin de donner du sens au travail réalisé. Il était essentiel, également, de les informer sur la provenance du sucre, notamment du miel, et de les sensibiliser sur l’importance de l’existence des abeilles dans le monde. La conférence s’est déroulée sous forme de diaporama, où les travailleurs ont pu s’émerveiller devant les photos et les vi-

déos qui présentaient la formation d’essaims, la danse des abeilles, etc.… Grâce à l’efficacité de la présentation de Monsieur MANOVILLER, en mêlant humour, gestuelle et langage simple, il a pu gagner l’intérêt et la forte participation des travailleurs. Cette conférence a eu un fort succès, car ils en sont ressortis avec le sourire, et ont échangé leurs ressentis devant une dégustation de la Galette des Rois offerte par l’ESAT.


LA VIE DES ETABLISSEMENTS Page 11

MAGAZINE

Ski adapté : We are the Champion de France Les Champions de l’ADAPEI

Rémy QUILES : Champion de France

Le Comité Départemental de Sport Adapté a organisé les Championnats de FRANCE de ski adapté. Ces Championnats ont accueilli durant 3 jours, 300 personnes, dont 150 sportifs, 75 accompagnateurs et une soixantaine de bénévoles. C’est dans le Queyras que ces championnats ont eu lieu, car le Queyras a une tradition d’accueil du handisport. « Des larmes de joie coulaient sur leurs joues. Des gouttes de sueur perlaient sur leurs fronts. Les 150 athlètes n’ont pas ménagé leurs efforts. Bras levés ou têtes baissées au passage de la ligne d’arrivée, ils se sont livrés physiquement et mentalement au maximum. Sans compter, sans calculer, sans tricher, juste pour le plaisir d’en découdre sur les pistes de ski. De vrais compétiteurs qui font honneur à leur sport… » Plus que jamais, des Champions règnent à l’ADAPEI. - Monsieur Damien MILESI a terminé 39ème en slalom géant en division 2. - Monsieur Dominique ARBEZ a terminé 31ème sur

45 en slalom en division 1, puis 28ème sur 45 en slalom spécial en division 1. - Monsieur Thomas CHAROT est arrivé 3ème en slalom géant en division 3, puis 2ème en course individuelle en 3 km libre en ski de fond. - Et enfin, notre Grand Champion, Monsieur Rémy QUILÉS est arrivé 1er pour les 1 km classique mass Start en division 3, et 1er également pour les 1 km classique individuel en division 3. Encore une grande fierté au sein de l’ADAPEI !

Entreprise Adaptée : Création d’une Blanchisserie à Barcelonnette L'ADAPEI s'agrandit ! En partenariat avec la Mairie de Barcelonnette, l’ADAPEI a instruit un projet visant à apporter des réponses sur le registre professionnel aux personnes en situation de handicap domiciliées sur les vallées de l’Ubaye et de la Blanche, et confrontées à des possibilités d’emploi très réduites. Le développement des ESAT étant, pour le moins, limité par l’ARS, c’est naturellement que nous nous sommes orientés vers l’Entreprise adaptée, d’autant plus qu’un plan annuel de création de 3 000 places est programmé. Au regard de l’activité, principalement touristique de ces vallées et de la récente fermeture du pressing/laverie de Barcelonnette, nous avons ciblé une activité de Blanchisserie, en lien avec les hôpitaux, restaurants, collectivités… de Praloup, Le Sauze, Jausiers, Barcelonnette… et prochainement, nous l’espérons, des hôpitaux locaux. Activités dont nos personnels maîtrisent les compétences nécessaires après une période de formation, sous l’expérience technique du Directeur d’ESAT.

En lien avec la Communauté des communes, nous avons pu être hébergés dans l’hôtel des entreprises implanté sur le site des anciennes casernes. Autour de notre chef d’équipe, nous avons recruté 4 travailleurs handicapés, ainsi qu’un chauffeur / livreur et un ouvrier d’entretien. Avec un investissement en matériel aseptique de 400 000 €, machines à laver, calandreuses, séchoirs, tunnel de finition… nous avons pu faire face à la saison d’hiver, bien aidés par l’ESAT de Saint Auban. Notre capacité de traitement du linge sera de 800 kilos dès que nous aurons pu développer nos marchés, notre objectif pour l’hiver 2012-2013. L’ADAPEI réalise, ainsi, sa mission, de développer des activités professionnelles pour les personnes handicapées; Alors, bonne chance à nos nouveaux salariés !!

6 emplois créés

Hôtel des Entreprises de Barcelonnette

Un équipement performant et une é q u i p e enthousiaste


MAGAZINE

P a g e 12

LA VIE ASSOCIATIVE

ADAPEI des Alpes de Haute Provence

Concert autour de BRASSENS au profit de l’ADAPEI

Route de Saint Jean

Le soir du vendredi 23 mars, la Chorale du Chœur du Pays de Forcalquier a donné un concert sur le thème de BRASSENS , à la salle des fêtes d’Oraison, au profit de l’ADAPEI.

B.P 38 04160 CHATEAU-ARNOUX Téléphone : 04 92 64 96 00 Télécopie : 04 92 64 96 09

Le nombreux public a pu savourer de merveilleux chants mélodieux, reprenant les chansons les plus connues de Georges BRASSENS, comme « Les Amoureux des bancs publics », « Chanson pour l’Auvergnat », « Les copains d’abord », …

Messagerie : adapei.04@wanadoo.fr Site internet : adapei-04.com

Venez nous rejoindre à l’ADAPEI, Plus nombreux, nous serons plus forts !

Un grand merci à la Chorale du Chœur de Pays de Forcalquier qui, une fois de plus, a chanté bénévolement pour la cause du handicap mental. Le Chœur Du Pays De Forcalquier

Le Bureau de l’ADAPEI : Président : Emmanuel CHAROT Président Adjoint : Louisette CHABERT Vice Président : Maklouf RABHI Secrétaire : André LAFFITTE

LES ETABLISSEMENTS DE l’ADAPEI

Trésorier : Pierre AUZET Secrétaire Adjoint : Ginette STORDEUR Trésorier Adjoint : Marcel DE SAINT MICHEL

Siège Social : Directeur d’Association : Gérard CAILLOL

SESSAD Saint Auban Manosque Catherine REYBARD Valérie ROUSSEAU 04 92 64 44 08

IME « Les Oliviers » Château Arnoux Catherine REYBARD Nancy KLEIN 04 92 64 06 67

Chef de Service

Foyer d’Accueil Médicalisé FAM et SAMSAH des Fontaines Peyruis Odile DAVIN Valérie LEBRETON 04 92 30 53 05

Françoise ALBERT JUETZ Assistantes Sociales Christine RAYNAUD Erica CAYUELA Elsa MAZERAN

MAGAZINE ADAPEI

CAT « Les Ateliers du Fournas » Saint Auban Manosque Jean Jacques HILS Nora BOUHASSANE 04 92 64 15 44

Foyer Occupationnel « Hôtel VILLIARD » Saint Auban Gérard CAILLOL 04 92 36 00 00

Atelier Protégé « Bléone Durance »Saint Auban Manosque Jean Jacques HILS Nora BOUHASSANE 04 92 64 15 44

Service de Soutien et d’Accompagnement Emmanuelle FERRER 04 92 87 56 85

Rédacteur en chef : Emmanuel CHAROT

Rédacteurs : Louisette CHABERT Cyrielle LELOUEY Gérard CAILLOL

Imprimé par nos soins Magazine gratuit

Foyer « Les Tourelles » Foyer Occupationnel « Le Séquoia »

Foyer « La Simonette » Foyer Occupationnel « Le Borisol »

Service d’Accueil de Jour « Les Cyprès » Saint Auban

Manosque Emmanuelle FERRER 04 92 72 19 73

Forcalquier Jean François MARCHAL 04 92 75 04 03

Jean François MARCHAL 04 92 64 30 00

Magazine n° 37  

mai 2012 Et si on parlait mode