Page 1

n°19 Avril 2012

La lettre BCE Sommaire > Côté Terrain Daviin Davis > Côté BCE SN Testard : l’énergie renouvelable au service de la communication

> Mercredi 14 septembre 2011 : Présentation de l’Equipe NM1 au Château de Blois > Mercredi 2 novembre 2011 : Assemblée Générale - Présentation des nouveaux partenaires >M  ercredi 7 décembre 2011 : Visite d’entreprise Max Vauché Chocolatier > Mercredi 15 février 2012 : Visite d’entreprise SN Testard à Villebarou > Mercredi 18 avril 2012 : Visite d’entreprise – Gueble > Vendredi 1er juin 2012 : Soirée de clôture de la saison

Côté Terrain

Daviin Davis est lancé ! is (1.93m, Arrivé fin décembre 2011, Daviin Dav e dans plac sa fait bien 26 ans) a maintenant en. l’effectif de l’ADA, entreti ? Peux-tu nous parler un peu de ta carrière La Je suis juste au début de ma carrière. été J’ai ile. diffic t première année a été plutô j’ai libéré par mon équipe en Finlande et puis tim’at ne qui pays dû aller jouer en Lettonie, une é pass j’ai , suite rait pas vraiment. Par la n’ai bonne année à Evreux mais comme je rat cont eau nouv un pas trouvé tout de suite tamen é pliqu com ça a une nouvelle fois été fallement. Je me suis même demandé s’il sens je nt tena main lait que je continue. Mais bien les choses, je me sens prêt à avancer. Toi qui a joué dans des équipes très diffé rentes, est-ce facile de faire sa place dans une nouvelle équipe ? it En fait tout est plus facile si le coach défin rendoit On bien le rôle de chaque joueur. , trer sur le terrain et avoir un travail à faire plicom plus dans le cas contraire c’est bien qué. Mais depuis deux saisons, je suis bien tombé, ce qui fait que tout se passe bien. D’ailleurs, comment te sens-tu dans l’équipe de Blois ? ut Très bien ! On a de bons joueurs, mais surto j’ai l, onne pers titre A s. onne des bonnes pers été bien accueilli dès mon arrivée, pourtant à en cours de saison. Maintenant et grâce mes pris r avoi e pens je rs, mes coéquipie de marques et je sens que je peux apporter in. terra le sur es chos plus en plus de

Les jeux américain et européen sont-ils très différents ? Le basket universitaire se rapproche du basket européen, par contre la NBA est très différente avec du 1 contre 1 plus que du jeu d’équipe. Même les règles sont différentes ! Et ça aussi, ça joue beaucoup. En NBA, l’accent est mis sur l’attaque alors que les meilleures équipes européennes encaissent moins de 70 points par match. C’est très différent ! Selon toi, quels sont les principaux atouts de l’équipe de Blois ? Avant tout notre force, c’est notre défense collective. Nous arrivons à pertur» ber les adversaires. De plus, nos « grands sont vraiment performants au rebond. Défense et rebond sont le socle de notre jeu. On dit de toi que tu es un joueur «spectaculaire». Qu’en penses-tu ? un Je ne me considère pas vraiment comme uter exéc ut joueur spectaculaire. Je veux surto

Suite >


des petits gestes qui permettent de gagner les matchs : le fait de ne rien lâcher sur une action, de toujours se bagarrer pour récupérer un ballon ou empêcher l’adversaire de marquer. Un mot sur ta sélection pour le concours de dunks au All Star Game 2010 de LNB ? Bercy , c’était incroyable ! L’événement du All Star Game en lui-même est magnifique. Cela montre combien les Français aiment le basket. C’est le plus bel événement de basket que j’ai vu en dehors des Etats-Unis. Pour le concours, des personnes sont venues me voir pour un essai à Evreux, j’avais donc fait quelques dunks mais je ne pensais pas être sélectionné, ça a été vraiment une grosse surprise !

Qui est pour toi le meilleur dunkeur de tous les temps ? Pour les concours, je dirais Vince Carter qui a fait des trucs incroyables. Mais sur le parquet pendant les matchs, le meilleur de tous les temps c’est pour moi Michael Jordan. Quelle est ta formation universitaire ? J’ai étudié le commerce, les techniques de commercialisation et obtenu mon bachelors (4 ans) au collège de Weber State dans l’état d’Utah. Hormis le basket, quels sont tes centres d’intérêt ? J’aime être avec ma famille, notamment passer le plus de temps possible avec mon fils que je ne vois que quand je rentre au pays. Du coup, je suis souvent sur Internet avec Skype pour discuter. A part ça, je

regarde pas mal la TV… les sports américains, mais aussi le basket européen avec l’Euroleague… Et oui on en revient au basket ! J’adore le sport. Si ça n’avait pas été le basket, ça aurait été quoi ta vie professionnelle ? Franchement je pense que j’aurais pu me diriger vers une carrière de chef cuistot. J’aimerais vraiment me former dans ce secteur, cela m’attire beaucoup. Mais j’aurais également pu être officier de police. As-tu déjà réfléchi à l’après-basket ? Si oui dans quel domaine ? Dans quel pays comptes-tu t’installer ? J’ai souvent dit que j’aimerais m’installer en France, mais ce sera plus vraisemblablement aux Etats-Unis, peut-être pour ouvrir mon propre restaurant ou gravir les échelons dans la Police.

Côté BCE

SN Testard : l’énergie renouvelable au service de la communication Entreprise de métallurgie industrielle créée en 1974, la SN Testard connaît une renommée importante depuis qu’elle a fait le choix des énergies renouvelables. Un choix de conviction, certes, mais surtout une stratégie assumée de communication. A l’origine, c’est une entreprise familiale spécialisée dans la métallurgie : structures métalliques, chaudronnerie, électricité industrielle... Ça, c’était l’entreprise fondée par Jacques Testard à Cellettes en 1974. C’était avant Villebarou. Maintenant, on connaît la SN Testard (Société nouvelle depuis sa reprise par Bruno Boulay en 1987) pour son éolienne. Celle qui s’élève fièrement au milieu de la rase campagne au nord de Blois. Celle qui symbolise l’orientation de l’entreprise vers l’énergie renouvelable et le développement durable. En venant s’installer à Villebarou en 2008,

Bruno Boulay, le neveu de Jacques Testard, avait de la suite dans les idées. D’emblée, il fait la chasse au gaspillage énergétique en installant des détecteurs à infrarouge partout. Pour l’éclairage, il adopte les Leds. « C’était le début. Personne ne connaissait. Je suis passé à la Led bien avant d’autres concepteurs de bâtiment développement durable. » Une pompe à chaleur est installée. Jusqu’à ce qu’EDF s’inquiète  : les compteurs électriques ne tournaient pas assez pour une entreprise de ce type. Des techniciens sont venus contrôler les installations... Rien à signaler. Juste un équipement au

top de l’économie d’énergie. C’est là que l’idée a germé. Puisque l’entreprise ne pouvait pas économiser plus d’énergie, pourquoi ne commencerait-elle pas à en produire ? Electromécanicien de formation, Bruno Boulay voulait plancher sur le mouvement dans l’espace. L’idée de l’éolienne a surgi aussi vite. Il n’y va pas par quatre chemins  : certes, les énergies renouvelables, il y croit. Mais alors qu’elles ont le vent en poupe, c’est aussi un formidable outil de communication. L’entrepreneur n’est pas le genre à manier la langue de bois : « Je me suis dirigé vers ce qui marche  », dit-il dans

un sourire. Parce que, cet immense bâtiment en plein champ, dont personne ne voulait, a l’énorme atout d’être stratégiquement bien placé : en plein vent, sans écran préjudiciable au solaire, et en pleine zone industrielle, à portée de vue des parkings de la zone commerciale. De l’éolienne au pisteur solaire Mise en service en juin 2009, l’éolienne fournit de l’électricité consommée sur place. Toujours des économies, mais pas de vente d’électricité à proprement parler. Alors le chef d’entreprise continue de chercher à optimiser les installations. Le solaire s’affirme comme une évidence. En septembre 2010, 630 panneaux solaires sont mis en service. 1 038 m² de toiture solaire pour une production de 160 KWh. Aujourd’hui, la production est excédentaire de l’équivalent de la consommation de 37 pavillons logeant chacun une famille composée de 4 personnes. Un investissement énorme compensé par la mise en location du hangar qui porte la toiture. Bruno Boulay en profite pour créer sa pépinière d’entreprises. Mais attention, si les candidats attirés par ce lieu atypique sont nombreux, les élus sont triés sur le volet. Règle n°1  : pas d’entreprise exerçant dans un secteur trop fragile. Règle n°2 : pas de concurrence entre les locataires. En cas de faiblesse du secteur, ce serait trop dangereux de se retrouver avec plusieurs entreprises fragilisées en même temps. La stratégie énergétique est payante. La Tribune, L’Entreprise... Les articles

de presse sur la SN Testard pleuvent. En juin 2010, Bruno Boulay se voit décerner le prix du Développement durable par Chef d’entreprise magazine. Il précise, non sans fierté, que L’Oréal et Sarenza.com étaient en compétition. En décembre 2010, c’est le Top éco-solution qu’il remporte « pour la mise en œuvre de solutions permettant des économies d’énergie dans ses locaux » par le Conseil général du Loiret-Cher, la Nouvelle République et la CCI du Loir-et-Cher. Et il est aujourd’hui la 3e entreprise européenne à avoir un tel rendement de production grâce à son toit solaire. Les écoles d’ingénieurs appellent pour venir visiter l’entreprise et découvrir les installations. Il reçoit des centaines de visiteurs par an... « Avoir toujours un coup d’avance » Parti dans sa lancée, Bruno Boulay ne s’arrête plus. «  Je cherche toujours. Je suis toujours en mouvement, si je ne bouge pas, je m’ennuie.  » Passionné, il continue à creuser le sujet. Pour être encore plus novateur. « A la boxe, deuxième, c’est dernier. Il faut toujours avoir un coup d’avance.  » Le coup, ce sera le pisteur. Une structure constituée de 34 m² de panneaux solaires, non plus fixe mais qui suit le soleil pour emmagasiner entre 32% et 34% d’énergie de plus qu’une installation solaire classique. La SN Testard est désormais la première entreprise française avec autant d’équipements variés sur un site privé. Et tout est fait maison. De l’éolienne au pisteur, aucun prestataire n’est intervenu : l’ingénierie, la conception, l’installation  : tout est fabriqué en interne. « Notre avenir

est trop important pour qu’on le confie à d’autres ! » Du CAP à l’école d’ingénieurs, des stagiaires de tous niveaux travaillent ensemble sur les projets de l’entrepreneur. Pour lui, c’est une façon de transmettre ses valeurs : l’humain et la performance économique. Alors que le pisteur n’est pas encore en service (il le sera en mai), Bruno Boulay a déjà la tête dans un autre projet. Cette fois, il parle même dépôt de brevet. A 52 ans, il prépare la transmission de son entreprise depuis quelques années déjà pour se consacrer à ses travaux de recherche. Pour lui, désormais, l’essentiel est de transmettre l’état d’esprit de la maison, l’audace et l’envie d’aller loin devant.

La SN Testard en 3 pôles d’activité : • Testard Industrie Fabrication et maintenance de structures métalliques pour les entreprises.

• Testard Immobilier Stockage de machines. Pépinière d’entreprises. Cinq entreprises cohabitent dans les locaux : - SN Testard - Simone Pérèle - Apave - AMS - GP Prod

• Testard Energie Production d’énergie à partir des installations solaires. 100% de la production du toit solaire est revendue à EDF. 26 emplois. Moyenne d’âge : 36 ans.


A vos agendas ! Le match des partenaires. Rendez-vous au Palais des Sports à 20h pour chausser les baskets en compagnie de l’équipe loisirs de l’ADA.

• SAMEDI 5 MAI : Déplacement à Chartres pour la dernière rencontre de championnat. Un buffet convivial sera proposé avant le derby face au voisin chartrain. Match à enjeux en perspective pour les deux équipes!

L’ADA Basket vous réserve

une surprise SAMEDI 28 AVRIL après le match face à SORGUES,

VENEZ NOMBREUX ! Plus d’infos sur Facebook, Twitter et ada-basket.com

• Photos : Tuan Nguyen - www.ngtuan.com

• JEUDI 26 AVRIL :

Lettre du BCE #19  

Daviin Davis

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you