Issuu on Google+

n°5 juin 09

La lettre du

Sommaire > Interview de… Nicolas FAURE > Rencontre avec… Pascal Gaudelas > Soirée BCE… Visite de l’entreprise Gaudelas à Neuvy > Soirées BCE… Match partenaires Expositon photos Tuan Nguyen

> Soirées du BCE 08/09 > Mercredi 15 Octobre 2008 Présentation des nouveaux partenaires Assemblée générale BCE > Mercredi 17 Décembre 2008 Visite de L’ASSEMBLEE NATIONALE Nicolas PERRUCHOT > Mercredi 18 Février 2009 Rencontre - Contact - Débat > Mercredi 25 Mars 2009 Visite de CAP CINE Philippe DEJUST > Mercredi 6 Mai 2009 Visite de l’entreprise GAUDELAS Pascal GAUDELAS > Vendredi 19 Juin 2009 Soirée Festive

BCE

Interview de Nicolas FAURE En quelle année avez-vous accédé à votre premier poste d’entraîneur ? Quel est votre parcours en tant que coach ? J’entraîne depuis 20 ans (eh oui déjà…) et ai ­officié dans toutes les divisions du basket français masculin à l’exception de la pro B. Pendant toutes mes études en STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), j’ai travaillé avec des équipes de jeunes nationaux à la JDA Dijon Bourgogne et en même temps avec des équipes de séniors en région, nationale 3 et 2. En 2002, j’ai été contacté pour devenir assistant en pro A et j’ai été promu Coach pro en février 2003. 120 matchs au plus haut niveau européen (Deux ¼ de finale de coupe d’Europe, une finale de FIBA Europe league, la semaine des as en 2004 et les play-offs la même année). Et puis arrivée à Blois en septembre 2006…. Selon vous, quelles sont les qualités essentielles d’un bon entraîneur ? Peut-on faire un parallèle avec le management d’une entreprise ? Je suis beaucoup intervenu dans le monde de l’entreprise pour expliquer les corrélations entre le monde sportif et ce-

lui de l’entreprise. Elles sont nombreuses bien évidemment. Les valeurs du sport sont plébiscitées par les directions générales des grands groupes. La problématique du coach  : comment à partir d’une somme d’individus du début d’année (qui sont en concurrence !!!), on crée une équipe qui gagne des matchs ? Une équipe, c’est un réseau, une somme d’interrelations les uns avec les autres, une toile. La qualité d’une équipe, c’est la faculté des gens à coopérer. Pour simplifier, le vrai talent du manager, c’est de faire émerger les qualités des autres, de transformer des aptitudes en capacités opérationnelles. Difficile d’extraire des qualités en quelques lignes… allez, je me lance : la compétence, l’honnêteté intellectuelle, l’organisation, le charisme, la capacité à gérer les égos. Et d’un bon joueur ? La stabilité émotionnelle, l’aptitude au travail, la faculté à apprendre et la compréhension du jeu sans oublier l’indispensable : le talent ! Quel est le joueur de l’équipe qui vous a le plus impressionné depuis le début de la saison ? Je suis plus impressionné par les victoires collectives où tout le monde marque 10 points que par les exploits individuels… La période des recrutements approche, quel est le mode de recrutement d’un nouveau joueur  ? Votre rôle s’apparente-t-il à celui d’un DRH en entreprise ? Il faut bien comprendre l’importance de la phase de recrutement par rapport à la performance pour la saison qui suit : 70 % pour moi.


Basket Club Entreprises

> Soirée BCE… > Interview suite… Une certitude  : à compétence significativement ­inférieure, quelque soit le management, on perd ! Plusieurs questions se posent : Quel est le turn-over  ? - les règlements de la ­division  ? – les différents marchés (français-Bosman-US...) ? Quel profil veut-on donner à l’équipe ? Quel est l’objectif ? Attention il faut veiller à bien vérifier la mise en adéquation des ambitions avec les moyens (on ne peut demander au coach de monter si il a la 8e masse salariale de la division et pas de salle pour s’entraîner !) Pour composer une équipe de basket, le paramètre indispensable est l’anticipation de la complémentarité (les profils sont très différents en terme de morphologies, de cultures/d’ethnies, de qualités athlétiques, d’habiletés, de statuts, de personnalités, d’expériences..). Pour le recruteur, faire très attention aux choix par défaut ou approximatifs ; Il faut vérifier les sources et trouver de vraies convergences ! Face à l’erreur et aux constructions hasardeuses, le coach sera seul à assumer ! Quel regard portez-vous sur le Basket Club Entreprises ? Une action dynamique qui regroupe des passionnés et surtout l’endroit où il faut être sur Blois en ce moment pour créer un réseau. Je trouve l’organisation remarquable et les soirées qualitatives. Nous sommes sans doute le seul club où l’apport des partenaires privés est supérieur aux subventions publiques. C’est un vrai gage de stabilité pour le club. On a pu le voir lors de la descente en N2 ! Quel message souhaitez-vous faire passer aux actuels et futurs membres du BCE ? Ayez confiance en le président Daudin et en son projet. Les objectifs sont clairs et affichés de longue date. La pro B ­arrivera avec la nouvelle salle, élément fondamental à la pérennisation du projet.

Rencontre avec Pascal Gaudelas,

A la découverte d’une activité méconnue… Visite de l’entreprise Gaudelas à Neuvy Le 6 mai dernier, par une fin de journée ensoleillée, les membres du BCE étaient accueillis par Pascal Gaudelas à Neuvy pour une visite commentée de l’entreprise Gaudelas S.A., une scierie spécialisée dans le chêne.

dirigeant de Gaudelas S.A.S Gaudelas S.A.S est une entreprise familiale, quelle est son histoire ? L’entreprise a été créée en 1920 par mon grand-père à Chailles. Nous  sommes spécialisés dans le chêne depuis maintenant trois ­générations. En 1980, nous avons racheté une scierie en liquidation qui produisait du parquet haut de gamme et développé l’unité de Neuvy. Nous disposons aujourd’hui de deux sites de production avec une capacité de 20.000 mètres cubes de grumes par an. L’entreprise emploie une trentaine de personnes. Pouvez-vous nous décrire votre activité ? Quels sont vos produits ? Depuis la reprise de l’unité de Neuvy, l’outil de production a sans cesse été amélioré. Après leurs sélections, les grumes sont nettoyées et écorcées. Le sciage principal est optimisé par ordinateur, les lames de scies sont stellitées et affûtées sous arrosage pour un état de surface irréprochable et les sciages sont empilés automatiquement pour un conditionnement parfait. L’entreprise dispose aujourd’hui d’une capacité de 500 mètres ­cubes de séchoirs, soit entre 3.000 et 4.000 mètres cubes de sciages de chêne séchés annuellement. Les différents systèmes de séchoirs (gérés par ordinateur) sont utilisés : par déshumidification, par pompe à chaleur, par air chaud climatisé. Nous produisons des plots, de la charpente, des frises et avives de chêne. Environ 60 % de notre production est achetée par des négociants, mais nous travaillons aussi pour la tonnellerie, des gros artisans menuisiers, des industriels (portes, fenêtres…) et pour les monuments historiques. Nos produits ont permis des réalisations qui sont notamment visibles à Versailles (escaliers), au Louvre (parquet) ou au Palais de Justice de Cambridge.

Quel est votre circuit d’approvisionnement ? Nous assurons nous-mêmes les achats en matières premières. Nos fournisseurs se répartissent pour moitié entre Une question indiscrète, les relations avec les coachs l’Office National des Forêts et les coopératives forestières « adverses » sont-elles cordiales ? privées. Nous avons fait le choix de n’acheter que dans Cela dépend avec lesquels….. Les relations entre coachs sont comme des forêts gérées durablement. Nous sélectionnons en dans la vie quotidienne  : on a plus d’affinités avec certains qu’avec général les arbres sur pied. Nous nous approvisionnons d’autres… n

dans un rayon d’environ 150 km afin de réduire les coûts de transport et de garantir la qualité et la provenance du bois. De plus en plus de clients exigent un bilan carbone et notre localisation au cœur d’un vaste domaine forestier est un atout pour notre entreprise. Quels sont vos concurrents ? Ce sont surtout des scieries des pays de l’Est disposant de forêts de chênes (Serbie, Croatie, République Tchèque, ­Slovaquie…). Notre principal atout est le suivi de la qualité et de la production. Cela fait toute la différence ! Quels sont vos marchés ? Plus d’un tiers de notre production est exportée vers l’Europe. Vu l’importance de notre stock permanent, l’un des plus importants en France, nous avons la possibilité de fournir et de livrer très rapidement dans tous les départements de France, mais aussi dans toute l’Europe et le monde entier. Comment êtes-vous entré au Basket Club Entreprises ? Nous avons intégré le BCE il y a deux ans par l’intermédiaire d’un ami déjà partenaire. Nous avons été sollicités par d’autres clubs sportifs mais notre choix s’est porté sur l’ADA Basket. Une question de feeling et de confiance envers les Présidents du club et du BCE ! J’aime le sport en général et

La première découverte fut celle des grumes, entreposées sur le site de production. Pour les non initiés, ce sont des arbres abattus, ébranchés et encore couverts d’écorce. Ceuxci sont ensuite sciés par découpes successives pour en tirer des plots. Les visiteurs ont été impressionnés par la scie principale de la ligne de production, commandée par ordinateur. Ils ont ensuite pu se familiariser avec les différentes méthodes d’affûtage des lames : « Une technique de précision très pointue qui donne toute sa qualité au sciage » selon Pascal Gaudelas. Puis le petit groupe s’est dirigé vers le séchoir où les plots de chêne sont séchés entre 5 semaines et 4 mois selon leur épaisseur. Notre hôte s’est ensuite prêté au jeu des questions-réponses avec les visiteurs : relations avec les fournisseurs, prospection à l’étranger, besoin en fonds de roulement, protection incendie du stock… les interrogations étaient nombreuses, les réponses précises. Les interventions de Monsieur Pillefer, Vice-président du Conseil général, de Monsieur Huet, Président du BCE et Monsieur Daudin, Président de l’ADA Basket, ont clôturé ce temps d’échanges. Les discussions se sont poursuivies dans la bonne humeur autour d’un cocktail.

l’ambiance qui règne lors des soirées du BCE. J’assiste à environ la moitié des rencontres à domicile. Faire partie d’un club d’entrepreneurs, c’est aussi l’occasion de faire connaître son activité et de partager des expériences avec des chefs d’entreprises d’autres horizons. n

Nous vous accompagnons dans l’élaboration de vos projets de communication : logos, plaquettes, prospectus, affiches, chartes graphiques, annonces presse, catalogues, bulletins d’informations, Illustrations, et bien d’autres…

Tél. :

02 54 90 09 91 • 122 Rue Michel Bégon - 41 000 Blois

www.cobos.fr


> Soirées BCE…

MATCH PARTENAIRES Jeudi 14 mai - Palais des Sports

L

  es partenaires ont échangé leur traditionnel costume cravate contre short et maillot pour se mettre, le temps d’une soirée, dans la peau de nos meilleurs joueurs. 4 équipes, composées de membres du BCE et de la « team ­Basket Loisirs » se sont affrontées dans un esprit très convivial lors d’un tournoi. Après une écrasante victoire en finale de l’équipe composée de Nicolas POUSSIN, Pascal MAITRE, Stéphane BOUQUET, Bruno SAVATON… (18 à 6), une troisième mi-temps a récompensé les efforts des joueurs et de leurs supporters.

EXPOSITION PHOTO

U

ne quarantaine de partenaires se sont retrouvés à l’occasion de l’exposition « BASKET’HEURES » « 50 instants de jeu, 5  ans d’instantanés  » de Tuan NGUYEN notre partenaire photographe.

Informations et renseignements : Hugues Chollet - Tél. : 06 15 92 14 17 27, rue des Ecoles - 41000 BLOIS E-mail : ada.basket41@aliceadsl.fr

• Photos : Tuan Nguyen - www.ngtuan.com

© Julien PERON

Mercredi 13 Mai – Espace Culturel Leclerc


Lettre BCE 05 web