__MAIN_TEXT__

Page 1

Diffusion ACTES SUD Polar Mars Avril 2021 TOUS LES VISUELS PRESENTÉS DANS CE DOCUMENT SONT PROVISOIRES & PEUVENT NE PAS REFLÉTER LA FINALITÉ DES PROJETS ÉDITORIAUX

Les visuels qui n’apparaissent pas sont toujours en cours de développement


RIVAGES/NOIR

POINTS FORTS

EMILY ST. JOHN MANDEL

L’HÔTEL DE VERRE

Au nord de l’île de Vancouver, un hôtel de luxe possédé par un mystérieux milliardaire. Dans ce lieu paradisiaque, des destins se scellent, pour le pire.

LE LIVRE

Traduit de l’anglais (Canada) par Gérard de Chergé

3 mars 2021 15.5× 22.5 cm 300 pages 22.00 € ISBN : 978-2-7436-5165-7

« Et si vous avaliez des morceaux de verre ? ». Comment cet étrange graffiti est-il apparu sur l’immense paroi transparente du lobby de l’hôtel Caiette, resort de grand luxe au nord de l’île de Vancouver ? Et pourquoi précisément le soir où on attend le propriétaire de l’hôtel, le milliardaire américain Jonathan Alkaitis ? Ce message menaçant

semble lui être destiné. Ce soir-là, une jeune femme prénommée Vincent officie au bar ; le milliardaire lui fait une proposition qui va bouleverser sa vie. D’autres gens, comme Leon Prevant, ont eux aussi écouté les paroles de Jonathan Alkaitis dans ce même hôtel. Ils n’auraient pas dû…

uu Livre très attendu après le succès de Station Eleven uu Après l’effondrement planétaire dû à la pandémie exploré dans Station Eleven, Mandel s’intéresse aux conséquences de la crise financière de 2008 en Amérique. uu On retrouve ses qualités de narratrice hors pair, un récit éclaté mais qu’on suit de manière hypnotique. uu Une fin très noire et bouleversante. uu L’art de camper des personnages originaux et forts, aux comportements inattendus. uu Une prose très simple en apparence mais que l’auteure met au service d’un grand sens de l’atmosphère, entre beauté et mystère, inquiétude et révolte. uu Une dénonciation vigoureuse de la cupidité des hommes. Un livre d’une grande portée morale. uu Très belle réception dans le monde anglo-saxon (articles élogieux dans, le New York Times, le New Yorker, le Guardian…

QUELQUES CHIFFRES uu Plus de 35 000 exemplaires vendus de Station Eleven sur les deux formats

L’AUTEUR

ÉGALEMENT Emily St John Mandel a grandi au Canada, en Colombie britannique, et pratique l’écriture depuis son plus jeune âge. Après des études de danse à Toronto, elle publie Dernière nuit à Montréal, unanimement salué par la critique. La parution de Station Eleven, best-seller international traduit en 33 langues et finaliste du National Book Award, l’installe comme une des auteures majeures de sa génération. Elle vit à Brooklyn.


littérature rouergue noir

Quarantaine Peter May Traduit de l’anglais par Ariane Bataille

En librairie le 10 mars 2021 14 x 20,5 - 320 pages - 22 e environ ISBN : 978-2-8126-2157-4

rayon / Littérature policière, roman noir mots clés / Adoption - Asie - Maladie Peur - Danger - Polars - Londres

Qui aurait pu imaginer une chose pareille ? Le domaine centenaire d’Archbishop’s Park, en plein cœur de Londres, défoncé au bulldozer pour y bâtir de toute urgence un hôpital. Alors qu’une épidémie sans merci a séparé la capitale britannique du reste du monde, alors que le Premier ministre lui-même vient de mourir, un ouvrier découvre sur le chantier ce qu’il reste du corps d’un enfant. Des ossements qui ne datent pas du temps des archevêques. MacNeil, l’homme qui a décidé de quitter la police, qui vit ses dernières heures dans la peau d’un flic, est envoyé sur les lieux. C’est lui, le policier désabusé, qui va devoir remonter la piste d’une machination abominable, dans une ville en butte aux pillages et où les soldats en patrouille font la loi. Et alors qu’il apprend que son fils unique, Sean, est contaminé à son tour, n’ayant qu’une chance infime d’en réchapper. Lorsqu’il a écrit ce roman en 2005, Peter May était loin de penser qu’un jour la réalité se rapprocherait autant de la fiction. Publié quinze ans plus tard en Grande-Bretagne, en plein confinement, Quarantaine a fait l’événement. C’est aussi, tout simplement, un roman policier qu’on ne peut pas lâcher.

Peter May Écrivain écossais, Peter May habite depuis une dizaine d’années dans le Lot. Il a d’abord été journaliste avant de devenir l’un des plus brillants et prolifiques scénaristes de la télévision écossaise. Il y a quelques années, Peter May a décidé de quitter le monde de la télévision pour se consacrer à l’écriture de ses romans. Le Rouergue a publié sa série chinoise avant d’éditer la trilogie écossaise (parue d’abord dans sa traduction française avant d’être publiée, avec un immense succès, en anglais). En 2020 il a publié Rendez-vous à Gibraltar.

points forts • Écrit en 2005 et refusé à l’époque par les éditeurs britanniques qui jugeaient la description de la pandémie invraisemblable, le roman a été publié en avril 2020 en GrandeBretagne où il a rencontré un succès foudroyant. • Plus de 110 000 exemplaires ont été vendus en Grande-Bretagne entre avril et octobre 2020. Dix-huit traductions sont en cours. • Ventes grand format récentes Les Disparus du phare (2016) : 35.462 ex. Je te protégerai (2018) : 25.112 exemplaires Rendez-vous à Gibraltar (2020) : 22.000 ex. (au 19-10-2020) • Peter May a reversé les sommes touchées pour ce roman au personnel médical luttant contre la Covid-19 ainsi qu’aux familles des victimes.


actes noirs

ADRIAN McKINTY Ne me cherche pas demain

UNE NOUVELLE ENQUÊTE DE L’IRRÉSISTIBLE SEAN DUFFY

Roman traduit de l’anglais (Irlande du Nord) par Laure Manceau

D. R.

En plein conflit nord-irlandais, un flic catholique est chargé de traquer un expert en explosifs de l’ira.

ROMAN 13,5 × 21,5 CM 384 PAGES MISE EN VENTE  3 MARS 2021

Carrickfergus, près de Belfast, septembre 1983, en plein conflit nord-irlandais. L’inspecteur Sean Duffy, l’un des rares catholiques au sein du ruc, la police royale d’Ulster, est radié sur la base de fausses accusations. Au même moment, Dermot McCann, un habile poseur de bombes et ancien camarade de classe de Duffy, s’évade de prison et devient la cible principale des services de renseignement britanniques. Le mi5 extirpe Duffy de sa retraite alcoolisée afin que ce dernier les aide à traquer McCann. Mais pour obtenir des informations sur la cachette du fugitif, l’ex-inspecteur doit d’abord résoudre un meurtre en chambre close. Sa quête va finalement le conduire à Brighton où se trame une tentative d’assassinat sur le Premier Ministre Britannique, Margaret Thatcher.

978-2-330-14860-7

-:HSMDNA=VY][U\:

“Avec son détournement humoristique des dures réalités de Belfast des années 1980 couplé à un mystère en chambre close merveilleusement construit, McKinty a produit une œuvre tout à fait extraordinaire. La frontière est mince entre critique sociale et mystère envoûtant : rare sont les auteurs – de polar comme de littérature blanche – qui maîtrisent les deux.” Ned Kelly Award “Brillantissime auteur irlandais ! À rapprocher de Ken Bruen ou John Connolly. Un vrai bonus pour notre catalogue.” Marc Dalby

À NOTER u Prix Barry pour À l’automne, je serai peut-être mort en 2014 ; pour Rain Dogs en 2017 ; pour La Chaîne en 2020 u Prix Ned Kelly pour Ne me cherche pas demain en 2014 ; pour Police at the Station and They Don’t Look Friendly en 2017 ; pour La Chaîne en 2020 u Prix Edgar-Allan-Poe 2017 pour Rain Dogs u Prix Theakston’s Old Peculier, Prix International Thriller Writers Award, Prix Macavity pour La Chaîne en 2020

1 / 2


actes noirs L’AUTEUR

Né en 1968 à Belfast, en Irlande du Nord, Adrian McKinty est un écrivain irlandais, auteur de romans policiers et de littérature jeunesse. Récompensé par des dizaines de prix littéraires prestigieux tel que le Prix Ned Kelly et le Prix Edgar-Allan-Poe, son œuvre compte une vingtaine de livres. En France sont déjà parus la trilogie “Michael Forsythe” , À l’automne, je serai peut-être mort (Pygmalion, 2003, Folio, 2007), Le Fils de la Mort (Gallimard, 2008), Retour de flammes, (Gallimard, 2009) et les deux premiers tomes de la série “Sean Duffy”, Une terre si froide (Stock, 2013), Dans la rue j’entends les sirènes (Stock, 2013) ainsi que le stand-alone, La Chaîne (Mazarine, 2020).

Ne me cherche pas demain Nous sommes à Carrickfergus près de Belfast dans les années 1980, l’ère Thatcher, en plein conflit nord-­ irlandais. Sean Duffy, inspecteur du ruc, la police royale d’Ulster, est un catholique marginalisé dans un monde protestant, porté sur le whisky, qui ne rechigne pas, au passage, à consommer des substances moins licites. Passablement désabusé par les émeutes en série, la conspiration politisée de sa hiérarchie et l’assassinat méthodique de policiers dans une province scindée par la frontière irlandaise, il se contente de vérifier systématiquement sous sa voiture pour détecter une bombe éventuelle avant de se mettre au volant, comme on vérifie mécaniquement sa coiffure dans le miroir avant de quitter la maison. Récemment rétrogradé – officiellement pour avoir enfreint les règles, en réalité pour avoir royalement emmerdé le fbi –, Duffy passe le plus clair de son temps dans un état “végétatif ” sur sa console Atari 5200 dans un nuage de cannabis. Lorsque trente-huit détenus s’évadent de la tristement célèbre prison de Maze – l’un des pénitenciers les plus infaillibles d’Europe –, Duffy ne va pas tarder à être tiré de sa torpeur. Parmi les fugitifs : Dermot McCann, ancien camarade de classe de Duffy devenu une grosse pointure au sein de l’ira. Sa spécialité : les

explosifs. L’ex-inspecteur est occupé à s’anesthésier à coup de Vodka Gimlets, Black Bush Irish Coffee et Velvet Underground lorsque le mi5 débarque pour lui proposer un deal : retrouver McCann et récupérer son ancien poste au passage. Au cours de ses recherches, Duffy tombe sur une femme qui détient peut-être la clé pour localiser le fugitif. De son côté, celle-ci cherche à comprendre la mort tragique de sa fille, décédée quatre ans plus tôt dans un pub fermé à clé de l’intérieur. Si l’inspecteur arrive à résoudre le mystère de la chambre close, la femme s’engage à lui révéler la cachette de McCann. Mais l’heure tourne, la conférence du Parti conservateur à Brighton où Mrs. Thatcher doit tenir le discours d’ouverture, approche. Et en ces temps de Troubles, tous les chemins semblent mener à Brighton. Ce troisième volet – complètement indépendant – de la série Sean Duffy, est une merveille du genre. Écrit à la première personne du singulier, le récit est constitué du compte rendu “enivrant” et des réflexions brutes de décoffrage du succulent inspecteur. Un humour noir mordant, une répartie cinglante, un esprit mélancolique et une bonne dose d’autodérision font de lui un compagnon de route irrésistible. Outre l’immersion dans un contexte historique et politique passionnant, Ne me cherche pas demain est un thriller magistral.

2 / 2


actes noirs

MADS PEDER NORDBO Angoisse glaciale

UN ARCTIC NOIR QUI NE VOUS FERA PAS TREMBLER QUE DE FROID

© Ivan Riordan Boll

Roman traduit du danois par Terje Sinding

THRILLER 13,5 × 21,5 CM 336 PAGES MISE EN VENTE  3 MARS 2021 978-2-330-14852-2

-:HSMDNA=VY]ZWW:

La jeune Inuite Tupaarnaq est de retour à Nuuk pour aider son ami Matthew Cave à retrouver sa demi-sœur Arnaq, qui a disparu pendant un week-end entre amis. Quand la mère d’Arnaq reçoit un appel de sa fille terrifiée et épuisée, il apparaît qu’un horrible crime est sur le point de se produire. Matthew réalise quant à lui qu’il fait partie d’un jeu de pouvoir dans lequel Arnaq et son père, qu’il n’a pas vu depuis vingt-quatre ans, jouent un rôle prépondérant. Son père, Tom, vit caché depuis qu’il est soupçonné d’un double meurtre commis quand il était soldat sur une base militaire et dans le cadre d’une expérience secrète qui aurait mal tourné. Alors que la pression de la police groenlandaise et de l’armée américaine se fait sentir, Matthew tente de comprendre si son père est effectivement un criminel tout en essayant de retrouver sa demi-sœur Arnaq. Dans le même temps, il s’interroge sur Tupaarnaq : est-elle vraiment la personne qu’il croit connaître ?

“Sur fond d’intrigue efficace et haletante, l’auteur interroge des thématiques lourdes comme l’alcoolisme ou la pédophilie. Au milieu de ces sujets sensibles, les personnages sont attachants et nous donnent bien envie de les retrouver dans une autre aventure.” Page des Libraires

L'AUTEUR DU MÊME AUTEUR

Né en 1970, Mads Peder Nordbo est danois, mais il a vécu au Groenland pendant de nombreuses années, travaillant notamment pour la mairie de Nuuk. Diplômé en lettres, communication et philosophie, il est l’auteur de trois romans. Publiée en janvier 2020 chez Actes Sud, La Fille sans peau a inauguré une trilogie qui se poursuit aujourd’hui avec Angoisse glaciale.

À NOTER u Angoisse glaciale est la suite, indépendante, de La Fille sans peau u Trilogie vendue dans plus d’une quinzaine de pays


POINTS FORTS

Anne Hillerman

LA LONGUE MARCHE DES NAVAJOS Sur la piste d’une robe sacrée de la Nation navajo, le célèbre trio d’enquêteurs de la Police tribale se trouve confronté à l’Histoire… et à des crimes bien contemporains.

LE LIVRE

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Bondil

3 mars 2021 15.5 × 22.5 cm 300 pages 22,00 € ISBN : 978-2-7436-5234-0

Sur le marché aux puces traditionnel, l’agent Bernadette Manuelito est confrontée à une curieuse histoire d’objets apparemment volés, revendus par un recéleur. Mais les choses se compliquent quand elle tombe sur un cadavre. Parallèlement, son ancien chef, aujourd’hui à la retraite, le Légendaire Lieutenant Leaphorn, est contacté par Mrs Pinto, la conservatrice du musée des traditions Navajo. Elle a reçu un colis émanant d’un mystérieux donateur, accompagné de la liste des objets donnés au musée. Or une

robe sacrée, une « biil » ainsi qu’un bracelet manquent à l’appel. La seule personne à avoir manipulé le colis est Tiffany, l’assistante de la conservatrice, qui jure qu’elle n’a pas vu les objets manquants. Mais peu après, Tiffany meurt dans d’étranges circonstances. Leaphorn, Chee et Manuelito ne savent pas que ces diverses affaires vont aussi bouleverser leur vie.

L’AUTEUR

uu Retour des personnages de la saga emblématique de Tony Hillerman (qui fera parallèlement l’objet d’une édition numérique) uu Un voyage ethnologique dans la civilisation et l’histoire Navajo. uu Un roman qui mêle le réalisme et le mythe. uu Des personnages décrits avec beaucoup de finesse et de vraisemblance, confrontés au dilemme de la double culture. uu Une auteure récompensée par les Western Writers of America et présente à plusieurs reprises sur la liste des best-sellers du New York Times uu Un roman dans l’air du temps (parution de Justice indienne chez Gallmeister en janvier 2021), question des minorités toujours brûlante aux Etats-Unis.

ACTUALITÉ uu Auteure invitée à Quais du polar (sous réserve de la tenue de l’édition 2021 et de la venue des auteurs américains.)

QUELQUES CHIFFRES uu 10 700 exemplaires vendus de La Fille de Femme-Araignée uu 7500 exemplaires de Le Rocher avec des ailes

ÉGALEMENT Après avoir été journaliste et publié des ouvrages de photos et de voyage consacrés à l’Ouest américain, Anne Hillerman décide de poursuivre l’œuvre de son père Tony, en une sorte de dialogue post-mortem. C’est ainsi qu’elle publie La Fille de Femme-Araignée, Le Rocher avec des ailes et plusieurs autres aventures des personnages emblématiques de son père. Elle vit à Santa Fe.


ACTES SUD

ALBERT SÁNCHEZ PIÑOL Fungus Le roi des Pyrénées

D. R.

Roman traduit du catalan par Marianne Millon

ROMAN 14,5 × 24 CM 400 PAGES MISE EN VENTE  3 MARS 2021 978-2-330-14922-2

-:HSMDNA=VY^WWW:

Le roman tant attendu d’Albert Sánchez Piñol fait pénétrer le lecteur dans un monde inédit où se mêlent fantaisie et révolution. 1888. Ric-Ric est un pauvre diable, un anarchiste dépenaillé qui ne trouve sa place que dans une grotte perdue des Pyrénées catalanes. Sur ce territoire sillonné par les contrebandiers et les malfaiteurs, il découvre par hasard une variété de champignons ignorée de la civilisation : les fungus, gigantesques champignons anthropomorphes auxquels il donne vie accidentellement. Émerveillé par leurs extraordinaires capacités et leur sens de la communauté, Ric-Ric voit en eux l’arme définitive qui va lui permettre de concrétiser ses désirs : conquérir la belle Mailís, femme fatale malgré elle, instaurer une société anarchiste où règnerait une véritable fraternité et se venger de ceux qui l’ont traité cruellement, des gardes civils à l’aubergiste local qui se comporte en seigneur et maître des lieux. À la tête des fungus, Ric-Ric réussit à constituer une armée invincible afin d’affronter, lors de batailles épiques et grâce à une singulière stratégie militaire, les troupes françaises et espagnoles. “Un western hivernal du xixe siècle dans les Pyrénées.” Telle est la définition par l’auteur lui-même de Fungus, un roman dans lequel il renoue avec le fantastique. Mais, par-delà le genre littéraire, Sánchez Piñol se sert du monstre, de la monstruosité et des relations avec les monstres pour nous parler d’un sujet universel et toujours d’actualité : le Pouvoir, car “Le mal n’existe pas, c’est le Pouvoir, qui existe.”

“Sánchez Piñol avance à pas de géant vers le piédestal des écrivains catalans les plus lus de tous les temps.” El Periódico

L’AUTEUR Né à Barcelone en 1965, Albert Sánchez Piñol est anthropologue de formation. Son œuvre, publiée en France par Actes Sud, lui a valu un large succès international.

À NOTER u La Peau froide (2004) : 28 300 ex. (GF + Babel) u Pandore au Congo (2007) : 14 400 ex. (GF + Babel) u Victus (2013) : 9 400 ex. (GF + Babel)


Gunnar Staalesen

UNE NOUVELLE ENQUÊTE DU PREMIER DÉTECTIVE PRIVÉ NORVÉGIEN

GRANDE SŒUR Le détective Varg Veum reçoit une visite inattendue à son bureau, celle d’une inconnue qui se présente comme sa demi-sœur. Elle a une mission pour lui. Sa filleule, une jeune étudiante de dix-neuf ans, a disparu depuis deux semaines et la police ne prend pas l’affaire au sérieux. Se lançant dans l’enquête, Veum se retrouve rapidement confronté à un club de motards extrêmement violents et à une affaire jamais résolue : un viol particulièrement atroce perpétré plus de trente ans plus tôt. Depuis, la victime a passé sa vie internée dans un hôpital psychiatrique, murée dans le silence. Apparemment, personne ne semble apprécier que le privé fouille dans cette vieille histoire… Tout le monde lui met des bâtons dans les roues, chacun paraissant vouloir cacher des secrets familiaux jusque-là bien gardés. Comment expliquer qu’aucune plainte n’ait été déposée à l’époque du viol ? Et quel rapport peut-il bien y avoir entre cette affaire et la disparition de la jeune fille tant d’années après ? Pour le détective norvégien, la rencontre avec sa grande sœur va faire ressurgir des choses insoupçonnées de son passé, dont certaines qu’il aurait préféré ignorer. Mais surtout, il est encore loin de se douter des dangers qui l’attendent. Il aurait peut-être dû écouter ce qu’on n’avait de cesse de lui répéter – privé ou pas, certaines choses ne le regardent pas.

ROMAN POLICIER 14 × 20  CM 340 PAGES PRIX PRÉVISIONNEL 22 € MISE EN VENTE 3 MARS 2021 978-2-330-14944-4

-:HSMDNA=VY^YYY:

“[...] Grande sœur est un roman exceptionnel. Non seulement il est bien écrit, mais il est philosophique, captivant, divertissant, sans jamais relâcher la tension et… quelle chute.”

Berlingske Tidende

“[...] un polar parmi les meilleurs de la série Varg Veum.”

Aftenposten

L’AUTEUR

D. R.

Roman policier traduit du norvégien par Alex Fouillet

À NOTER • The Petrona Award 2017 pour le meilleur polar scandinave traduit • Lauréat du diplôme honorifique “Grand Master” 2015 décerné par l’Académie Suédoise du Polar • Prix d’honneur 2012 pour Varg Veum décerné par le Club Riverton • 17e volet de la série Varg Veum

Né à Bergen en 1947, Gunnar Staalesen est un écrivain et dramaturge norvégien. Avec sa trilogie Le Roman de Bergen, il dédie à sa ville natale une grande fresque sociale et policière couvrant tout le xxe siècle. Staalesen est surtout connu pour être l’auteur du premier détective privé norvégien, Varg Veum, dont les problèmes existentiels, ses conflits avec les femmes et son faible pour l’alcool sont l’occasion d’explorer, non sans cynisme, les plaies et les vices de la société. Adaptées à la télévision et au cinéma, ses œuvres, traduites dans une vingtaine de langues, ont été récompensées par de nombreux prix littéraires prestigieux, dont le “Grand Master” 2015 décerné par l’Académie Suédoise du Polar. 1 / 1


BABEL

noir

LOTTE ET SØREN HAMMER La Fille dans le marais de Satan

DANS LE CADRE DE L’OPÉRATION BABEL NOIR !

Roman traduit du danois par Frédéric Fourreau Le cadavre d’une jeune prostituée africaine est retrouvé au fond d’un marais perdu dans la campagne de Hillerød, au nord de Copenhague. Son corps est dans un état de décomposition avancée, sa mort remonte à plus de six mois. Pourtant, personne n’a signalé la disparition. Le bloc de pierre auquel le corps est attaché exclut l’hypothèse d’une mort accidentelle, mais l’absence de preuves complique considérablement les investigations de la police locale… Le cynisme glacial et le mépris de la vie humaine sont au rendez-vous dans ce quatrième volet, tant attendu, des enquêtes de l’imperturbable inspecteur Konrad Simonsen.

“Les amateurs du genre apprécieront cette intrigue prenante et bien menée, riche en coups de théâtre, ainsi que ses personnages complexes (aussi bien du côté des enquêteurs que des suspects), le tout mâtiné d’une description au vitriol des bas-fonds du royaume danois.” Page des libraires

À NOTER ROMAN BABEL NOIR N° 250 11 × 17,6 CM 464 PAGES ENV. MISE EN VENTE 3 MARS 2021 978-2-330-14675-7

-:HSMDNA=VY[\Z\:

u La Fille dans le marais de Satan : 10 000 ex. en édition courante u Morte la bête : 65 000 ex. (AS + Babel noir) u Le Prix à payer : 37 000 ex. (AS + Babel noir) u Le Cercle des cœurs solitaires : 30 000 ex. (AS + Babel noir)

1 / 2


La Fille dans le marais de Satan

L’AUTEUR

Lotte et Søren Hammer sont frère et sœur. Après Morte la bête (2011), Le Prix à payer (2012) et Le Cercle des cœurs solitaires (2013), tous parus chez Actes Sud, La Fille dans le marais de Satan (2018) est le quatrième volet des enquêtes de Konrad Simonsen et de son équipe. EXTRAITS DE PRESSE “Un roman sans concession sous forme de rédemption.”

24 Heures “Un classique du policier nordique, solide et sérieux, parsemé de références malicieuses…”

Notes bibliographiques

Le cadavre d’une jeune prostituée africaine est retrouvé dans un marais au nom funeste perdu en pleine campagne. Le corps est dans un état de décomposition avancée, la mort remonte à plus de six mois. Pourtant, personne n’a signalé la disparition. Le bloc de pierre auquel la dépouille est attachée exclut l’hypothèse d’un accident, mais l’absence d’indices complique considérablement les investigations. Après une bourde très médiatisée de la police locale, l’affaire se retrouve sur le bureau du chef de la brigade criminelle de Copenhague,

l’inspecteur Simonsen. Tous les moyens sont alors donnés aux membres de son équipe pour élucider l’affaire, et une piste va les mener sur la voie d’un empire basé sur le trafic de la misère des femmes. Mais ils vont aussi se heurter aux portes fermées et aux secrets bien gardés d’une élite prête à tout pour dissimuler sa compromission. Le cynisme glacial et le mépris de la vie humaine de ce quatrième volet des enquêtes de l’imperturbable Konrad Simonsen passent au vitriol les recoins sombres de la société danoise.

“Palpitant… écrit avec engagement et une indignation sincère.”

Ekstra Bladet (presse danoise)

BABEL NOIR, UNE COLLECTION DE LIVRES DE POCHE

2 / 2


BABEL

noir

VÍCTOR DEL ÁRBOL Par-delà la pluie

DANS LE CADRE DE L’OPÉRATION BABEL NOIR !

Roman traduit de l’espagnol par Claude Bleton Miguel et Elena se rencontrent dans une résidence séniors à Tarifa. À court de temps, ils décident de s’épauler pour solder leurs comptes avec la vie et se jettent sur la route au volant d’une flamboyante Datsun de 1967. Direction Madrid, Barcelone et Malmö, en quête des vérités qui blessent et d’un amour qui tue.

“Comme à son habitude, Víctor del Árbol fait des allers-retours entre les lieux, les personnages, tricote les enjeux, dresse des ponts entre hier et aujourd’hui, entre les deuils et les victoires personnelles. Parfois sinueux, mais toujours poétique, il dessine une histoire où le temps donne son sens à l’amour. Un roman moins procédural que les précédents, mais plus noir et plus psychologique. Sur l’inaccompli, la vieillesse et, aussi, le goût de la liberté et des voyages.” Hubert Artus, Lire

ROMAN BABEL NOIR N° 249 11 × 17,6 CM 528 PAGES ENV. MISE EN VENTE 3 MARS 2021 978-2-330-14677-1

-:HSMDNA=VY[\\V:

À NOTER u Par-delà la pluie : 13 000 ex. en édition courante u La Tristesse du Samouraï : 130 000 ex. (AS + Babel) u Toutes les vagues de l’océan : 85 000 ex. (AS + Babel) u La Veille de presque tout : 32 000 ex. (AS + Babel)

1 / 2


Par-delà la pluie

L’AUTEUR

Víctor del Árbol est né à Barcelone en 1968. Après des études d’histoire, il travaille dans les services de police de la communauté autonome de Catalogne. Ses romans sont publiés en France par Actes Sud. EXTRAITS DE PRESSE “Le Barcelonais Víctor del Árbol écrit des romans noirs qui ne ressemblent à aucun autre. Des livres baroques et flamboyants, peuplés de personnages riches et complexes, généralement abîmés par la vie et dont les destins finissent invariablement par se percuter. C’est le cas de ce Par-delà la pluie, tout en clair-obscur, magnifiquement écrit, saisissante (et inoubliable !) réflexion sur la vieillesse et la vie.”

Les murailles de Tarifa abritent la dernière résidence de deux septuagénaires que rien ne destinait à se rencontrer. Ancien directeur d’une succursale de banque, Miguel est aussi mesuré et prévisible qu’Helena est impulsive et extravagante. La disparition tragique d’un pensionnaire les décide à solder leurs comptes avec la vie : ils se lancent sur les routes au volant d’une flamboyante Datsun de 1967 ; cap sur Barcelone, Madrid et Malmö. Miguel veut sauver sa fille des griffes d’un pervers narcissique et retrouver un troublant

amour de jeunesse. Helena, elle, aimerait revoir son fils, et reconstruire le champ de ruines que fut sa vie après la disparition de son père et le suicide de sa mère lorsqu’elle était enfant. Chacun va alors être le miroir de l’autre dans sa quête de vérité pour pouvoir refermer les blessures du passé et trouver enfin la paix de l’âme. Et si, au cours de ce saisissant road movie, on traverse les contrées arides de la maladie, de la prostitution ou du grand âge, on en sort convaincu que vivre est le plus beau des voyages.

Philippe Blanchet, Le Figaro Magazine “Víctor del Árbol est le plus grand auteur de roman policier espagnol. Il revient avec cette bouleversante tragédie aux nombreux coups du sort qui va vous laisser sans voix. Un roman machiavélique !”

Stanislas Rigot, Télématin (France 2) “Magnifique.”

François Barrère, Midi libre

BABEL NOIR, UNE COLLECTION DE LIVRES DE POCHE

2 / 2


BABEL

noir

GREG ILES L’Arbre aux Morts

DANS LE CADRE DE L’OPÉRATION BABEL NOIR !

Roman traduit de l’anglais (États-Unis) par Aurélie Tronchet L’ancien procureur Penn Cage et sa fiancée, la journaliste Caitlin Masters ont failli périr sous la main du riche homme d’affaires Brody Royal et de ses Aigles bicéphales, une branche radicale du Ku Klux Klan liée à certains des hommes les plus puissants du Mississippi. Mais la véritable tête des Aigles est un homme bien plus redoutable encore : le chef du Bureau des enquêtes criminelles de la police d’État de Louisiane, Forrest Knox. Pour sauver son père, le Dr Tom Cage, Penn devra pactiser avec ce diable de Knox ou le détruire, tandis que Caitlin lève le voile sur des meurtres non résolus datant de l’époque des droits civiques qui pourraient ne pas être sans lien avec les événements d’un certain 22 novembre 1963 à Dallas.

“Intelligence politique, art du conte, plongée dans l’histoire récente des États-Unis : Greg Iles nous prend par la main et ne nous lâche plus, racontant sans effets de manche inutiles l’horreur raciste et la gangrène qu’elle répand. On attend d’ores et déjà avec impatience l’épilogue de cette plongée glaçante dans les démons de l’Amérique.” Hubert Prolongeau, Télérama ROMAN BABEL NOIR N° 248 11 × 17,6 CM 1072 PAGES ENV. MISE EN VENTE 3 MARS 2021 978-2-330-14317-6

-:HSMDNA=VYXV\[:

À NOTER u L’Arbre aux Morts : 8 000 ex. en édition courante u Brasier noir : 25 000 ex. (AS + Babel)

1 / 2


L’Arbre aux Morts

L’AUTEUR

Greg Iles est né en 1960 à Stuttgart, en Allemagne. Il connaît le succès dès son premier roman et enchaîne les livres jusqu’à l’accident de voiture en 2011 qui manque de lui coûter la vie. C’est là qu’il s’attelle à cette trilogie magistrale entamée avec Brasier noir et dont L’Arbre aux Morts est le deuxième volume. EXTRAITS DE PRESSE “C’est dense, c’est touffu, c’est musclé, c’est addictif, c’est érudit, l’Histoire se mêle à la fiction, vous rencontrez de véritables gens mauvais, et vous ressortez complètement essoré à la fin.”

L’ancien procureur et maire de Natchez, Penn Cage, et sa fiancée, la journaliste Caitlin Masters, ont bien failli périr sous la main du riche homme d’affaires Brody Royal et de ses Aigles Bicéphales, une branche radicale du Ku Klux Klan liée à certains des hommes les plus puissants du Mississippi. Et le couple est loin d’être tiré d’affaires. Pour sauver son père, le Dr Tom Cage – qui fuit une accusation de meurtre et des flics corrompus bien décidés à l’abattre –, Penn n’a que deux

solutions : pactiser avec le diable, Forrest Knox, qui tire les ficelles de l’organisation terroriste, ou l’abattre. À moins que la découverte faite par Caitlin d’un lieu terrifiant vieux de plus de deux siècles, utilisé par le Klan et surnommé l’Arbre aux Morts, n’ait de quoi faire tomber les Aigles Bicéphales. Dans ce deuxième volet, Greg Iles continue d’explorer l’âme torturée de l’Amérique en livrant un homme de justice et ses proches aux pages les plus sombres de l’histoire contemporaine.

Christophe Dupuis, La Tête en Noir “Dans ce deuxième volet d’une trilogie qui s’annonce comme une œuvre majeure, Greg Iles déconstruit, à la façon de James Ellroy, l’histoire de cette Amérique pétrie de Bible et de frustration, et rouvre le dossier Kennedy. Pas juste pour interroger les indices d’un crime politique, mais aussi pour purger la mangrove de ce mal absolu, dissimulé sous les plis du drapeau confédéré.”

Lionel Germain, Sud-Ouest “Il y a des flics corrompus, des cadavres disparus depuis le temps des droits civiques, des rescapés des guerres de Corée et du Vietnam. Et puis le fbi, jek, mlk, rfk, les fantômes des esclaves. Des petites gens. La grande histoire. Du suspense. De l’atroce. Du racisme. De l’amour. De la vie. Et c’est formidable.”

François Barrère, Midi Libre

BABEL NOIR, UNE COLLECTION DE LIVRES DE POCHE

2 / 2


BABEL

noir

CARMEN MOLA La Fiancée gitane

OPÉRATION BABEL NOIR

Roman traduit de l’espagnol par Anne Proenza Une jeune gitane disparaît après l’enterrement de sa vie de jeune fille. On retrouve le cadavre deux jours plus tard. Elle a été torturée selon un procédé aussi macabre qu’insolite. Sa sœur Lara a connu le même sort quelques années plus tôt mais son assassin est sous les verrous. Si ce dernier n’a pas fait d’émules, la police a arrêté un innocent. L’enquête est confiée à l’inspectrice Blanco, née sous la plume d’un auteur mystérieux qualifié par El País d’Elena Ferrante espagnole.

“Mêlant magistralement thriller et étude de mœurs, La Fiancée gitane se conforme aux règles de ces deux genres littéraires, mais pour mieux en faire ressortir leur part d’ombre. Reste que le personnage le plus important, car omniprésent dans le roman, est peut-être Madrid, une ville dont la magnifique architecture recouvre d’atroces tragédies. Quant à la fin de l’histoire, glaçante, elle laisse présager une suite tant la personnalité troublée, et troublante, d’Elena est attachante. Et renvoie le lecteur à ses propres démons.” Arnaud de Montjoye, Témoignage chrétien ROMAN BABEL NOIR N° 251 11 × 17,6 CM 368 PAGES ENV. MISE EN VENTE 3 MARS 2021 978-2-330-14770-9

-:HSMDNA=VY\\U^:

À NOTER u Parution en avril 2021 de la suite des enquêtes de l’inspectrice Blanco, Le Réseau pourpre u La Fiancée gitane : 3 000 ex. en édition courante u Plus de 100 000 ex. vendus en Espagne

1 / 2


La Fiancée gitane

L’AUTEUR

Carmen Mola est le pseudonyme d’une Madrilène qui publierait son premier roman, La Fiancée gitane, à quarante-cinq ans, serait mariée et mère de trois enfants. L’auteur semble connaître Madrid comme sa poche, mais pour le reste rien n’est moins sûr… EXTRAITS DE PRESSE “Un thriller très addictif. Les retournements de situation sont nombreux et les cinquante dernières pages sont une pure folie. Lorsque vous refermerez ce thriller, vous comprendrez sa force. Et vous direz : « P***** ! »”

Le Cygne noir “Dans la lignée d’écrivains comme Víctor del Árbol ou Pierre Lemaître, l’auteure madrilène qui écrit sous pseudonyme, tout comme l’Italienne Elena Ferrante, nous livre avec son premier roman un thriller puissant qui se lit d’un trait et dont le finale vous coupera le souffle. Addictif !”

Quand elle rentre à l’aube, fourbue, éméchée, et dévastée par la tristesse de la chair assouvie furtivement avec des inconnus, l’enquêtrice Elena Blanco a un rituel : examiner pendant des heures les images d’une caméra de surveillance placée devant son immeuble. Qui craint-elle de voir ? Ou, plutôt, qui plus que tout au monde voudrait-elle voir ? Mais pour l’heure, il lui faut éloigner ses démons et se pencher sur un cas bien étrange : le meurtre d’une gitane disparue après l’enterrement de sa vie de jeune fille. La mise à mort, d’un sadisme

avéré, n’est pas sans rappeler un crime survenu sept ans plus tôt, et dont la victime n’est autre que Lara, la sœur de la gitane, qui s’apprêtait elle aussi à épouser un gadjo. Pourtant, l’assassin est déjà sous les verrous. De fausses pistes en indices délusoires, dans une Madrid chargée d’histoires, l’auteur déplie une intrigue horrifique avec une exemplaire économie d’effets ; et porte sur les fonts baptismaux un nouveau personnage, hanté par un drame irrésolu, mais promis à un bien bel avenir.

Que Tal Paris ?

BABEL NOIR, UNE COLLECTION DE LIVRES DE POCHE

2 / 2


BABEL

noir

INDREK HARGLA Le Démon de Gotland

OPÉRATION BABEL NOIR

Melchior l’Apothicaire, livre 6

Roman traduit de l’estonien par Jean Pascal Ollivry Lübeck, automne 1432. Un membre de la confrérie de Lewenhart surprend une conversation à la taverne. “L’apothicaire de Tallinn peut faire échouer ta mission sacrée. Il pourchasse les assassins, or ton devoir là-bas est de tuer, avec ruse et discrétion, comme seul sait le faire le démon de Gotland.” Prévenir Melchior, vite ! Mais l’hiver arrive, et coupe routes et communications. Lorsqu’au dégel le printemps reviendra, sera-t-il trop tard ?

“L’auteur, qui maîtrise à merveille toutes les ficelles du roman d’aventures, propose ici un roman historique aussi palpitant que documenté.” Laurent Vissière, Historia

ROMAN BABEL NOIR N° 252 11 × 17,6 CM 656 PAGES ENV. MISE EN VENTE 3 MARS 2021 978-2-330-14772-3

-:HSMDNA=VY\\WX:

À NOTER u Le sixième et dernier tome de la série Melchior l’Apothicaire u L’Énigme de Saint-Olav (tome 1) : 12 000 ex. (Gaïa + Babel) u La série Melchior l’Apothicaire, c’est 25 000 ex. en Babel

1 / 2


Le Démon de Gotland

L’AUTEUR

Indrek Hargla est né en 1970 à Tallinn. Il a reçu le prix de la Fondation estonienne pour la culture et le prix Eduard-Vilde en 2012. Sa série de polars médiévaux consacrée à Melchior l’Apothicaire est publiée aux éditions Gaïa, et disponible en Babel noir. EXTRAITS DE PRESSE “Comme dans les tomes précédents, l’intrigue est toujours bien menée. Hargla nous décrit toujours très bien les us et coutumes de la ville de Tallinn à cette époque. Ce roman est un bon cru. (…) Et vivement le suivant.”

À l’automne 1432, dans une taverne de Lübeck, une conversation se murmure : “L’apothicaire de Tallinn peut faire échouer ta mission sacrée. Il pourchasse les assassins, or ton devoir là-bas est de tuer, avec ruse et discrétion, comme seul sait le faire le démon de Gotland.” Prévenir Melchior, vite ! Mais l’hiver arrive, coupant routes et communications.

Lorsqu’au dégel le printemps revient, Melchior est appelé au chevet d’un marchand qui lui confie un lourd secret, et un coffret de broches d’argent ciselées par un orfèvre estonien. Sur fond d’Inquisition, d’hérésie luthérienne, et de confréries secrètes, l’apothicaire aura-t-il le temps de mener à bien son enquête ?

Le blog de Dasola “Un nouveau polar médiéval alliant intrigue procédurale, ésotérisme et relecture des légendes estoniennes.”

Biblioteca magazine

BABEL NOIR, UNE COLLECTION DE LIVRES DE POCHE

2 / 2


Alexandra Schwartzbrod Poche

LES LUMIÈRES DE TEL AVIV Un roman dystopique situé dans un Israël scindé par un mur séparant Tel Aviv et Jérusalem.

LE LIVRE Les ultrareligieux ont pris le pouvoir à Jérusalem pour former le Grand Israël. Les Résistants, composés de laïcs juifs et arabes, se sont regroupés à Tel-Aviv pour vivre selon les préceptes des premiers kibboutzim. Signe de la division, un nouveau mur a fait son apparition, entre Jérusalem et Tel-Aviv cette fois. Un mur surveillé par des robots tueurs fournis par la Russie, le parrain du Grand Israël. Ils sont six

Sélection «Rivages des Libraires»

17 mars 2021 11 × 17 cm 300 pages 9,00 € ISBN : 978-2-7436-5253-1

à devoir franchir cette frontière au péril de leur vie : Haïm, un ultra-orthodoxe en cavale ; Moussa et Malika, deux jeunes Palestiniens en exil ; Ana, la femme d’un religieux éprise de liberté ; Isaac, un conseiller du Premier ministre en proie au doute ; et Eli Bishara, un ex-commissaire de police à la recherche de son amour perdu. Tous n’y parviendront pas.

L’AUTEUR

POINTS FORTS uu Plus de 4 000 exemplaires en grand format uu Sélection « Rivages des libraires » uu Une auteure consacrée et médiatique, lauréate du Prix SNCF du polar et du Grand prix de littérature policière pour les deux premiers opus de ce cycle israélien uu Sortie en poche des deux premiers opus publiés chez Stock, mettant en scène le commissaire Elie Bishara et d’autres personnages récurrents de la trilogie uu Une écriture sensible, des personnages émouvants et une analyse politique impeccable uu Une presse unanime : « Formidable (…) un fabuleux roman noir. » Télérama ; « Haletant (…) prenant (…) visionnaire » ELLE ; « Le tableau d’un confinement idéologique et religieux des plus saisissants. » L’Express ; « Un roman bouleversant. » L’Humanité ; « Mazel Tov ! » Le Figaro littéraire ; « Dans la lignée de La Servante écarlate de Margaret Atwood. » Le Monde des livres ÉGALEMENT

Alexandra Schwartzbrod est romancière, critique, essayiste, spécialiste du Moyen Orient, rédactrice en chef adjointe de Libération connue pour ses éditos engagés, et lauréate du Prix SNCF du polar et du Grand prix de littérature policière pour les deux premiers tomes de ce cycle israélien.


Alexandra Schwartzbrod

ADIEU JERUSALEM Poche

La peste noire se répand à Jerusalem, les morts se chiffrent par milliers et un rumeur enfle : les juifs auraient empoisonné l’eau de la Mecque.

LE LIVRE

17 mars 2021 11 × 17 cm 408 pages 9,50 €

2017. Mounir est un modeste employé de l’Institut scientifique de Kazan, en Russie. La veille de son départ pour La Mecque, où il doit accomplir le Hadj, le grand pèlerinage, le site explose sous ses yeux dans une fumée de fin du monde. Dans l’avion, il est pris de convulsions et meurt peu après son arrivée. À son insu, il a introduit dans la ville sainte le plus terrible des fléaux qu’on croyait disparu depuis le Moyen-Âge. Persina Yersis. La peste noire. La bactérie se répand à une vitesse incontrôlable parmi les pèlerins. Les morts se chiffrent par milliers. Dans la panique, la rumeur enfle : les juifs ont empoisonné l’eau de la Mecque. Et cette rumeur franchit les frontières, jusqu’à Jérusalem où les Palestiniens puis les Arabes d’Israël lancent des actions de représailles contre les Juifs. Israël s’embrase, Jérusalem

tombe. Cette catastrophe bouleverse l’échiquier politique international et fera basculer dans son sillage des destins individuels : de l’Égyptien Youssef Chahid, médecin volontaire à l’hôpital de La Mecque, à l’Estonien Rein Laristel, tout juste élu secrétaire général de l’ONU ; de l’Américaine Susan Rice, secrétaire d’État des États-Unis confrontée au plus périlleux défi de sa carrière, au commissaire arabe israélien Eli Bishara en lutte contre le chaos ; jusqu’à la belle juive turque Ana Güler, déchirée entre Istanbul et Jérusalem. À travers eux, l’histoire s’incarne : de Kazan à La Mecque, de New-York à Tel Aviv, de Washington à Istanbul, de Catane à Dubaï. Leur monde, notre monde, ne sera plus jamais le même. Et si c’était vrai ?

L’AUTEUR

ISBN : 978-2-7436-5251-7

Alexandra Schwartzbrod est romancière, critique, essayiste, spécialiste du Moyen Orient, rédactrice en chef adjointe de Libération connue pour ses éditos engagés, et lauréate du Prix SNCF du polar et du Grand prix de littérature policière pour les deux premiers tomes de ce cycle israélien.

POINTS FORTS uu Reprise en poche du deuxième opus de la trilogie israélienne uu Grand Prix de littérature policière 2010 uu 13 000 exemplaires vendus chez Stock et Livre de poche (épuisé) uu Sortie en poche des Lumières de Tel Aviv et des deux premiers opus publiés chez Stock, mettant en scène le commissaire Elie Bishara et d’autres personnages récurrents de la trilogie

ÉGALEMENT


Alexandra Schwartzbrod Poche

BALAGAN

Un thriller explosif sur fond de deuxième Intifada, mettant en scène deux flics que tout oppose : un commissaire juif et un inspecteur arabe.

LE LIVRE 2000. Quelques mois après l’éclatement de la deuxième Intifada, deux attentats sanglants ravagent les toilettes du quartier juif puis celles du quartier arabe de la vieille ville de Jérusalem. L’affaire est confiée au commissaire Landau, un policier réputé pour son engagement sans failles contre le terrorisme. Accouru sur les lieux des drames, un autre policier va s’y intéresser, Eli Bishara, un inspecteur arabe israélien que tout oppose à Landau. Cantonné depuis l’Intifada dans les affaires de mœurs, Bishara recherche une

17 mars 2021 11 × 17 cm 256 pages 8,50 € ISBN : 978-2-7436-5231-9

Israélienne disparue dans la vallée du Jourdain mais son enquête le ramène aux attentats de la vieille ville. Des salles de jeux de Tel Aviv au marché bédouin de Beer Sheva dans le désert du Neguev, des filières de la mafia russe aux colons d’Hebron, de Ramallah à Bethléem, « Balagan » - mot russe qui veut dire « bordel » en hébreu - raconte la violence, l’intolérance et les problèmes d’identité qui secouent Israël et les territoires palestiniens. Jérusalem, ville où cœxistent Dieu et le Diable, en est l’héroïne principale.

POINTS FORTS uu Reprise en poche du premier opus de la trilogie israélienne uu Prix SNCF du polar 2003 uu 9 000 exemplaires vendus chez Stock et Livre de poche (épuisé) uu Sortie en poche des Lumières de Tel Aviv et des deux premiers opus publiés chez Stock, mettant en scène le commissaire Elie Bishara et d’autres personnages récurrents de la trilogie

ÉGALEMENT

L’AUTEUR Alexandra Schwartzbrod est romancière, critique, essayiste, spécialiste du Moyen Orient, rédactrice en chef adjointe de Libération connue pour ses éditos engagés, et lauréate du Prix SNCF du polar et du Grand prix de littérature policière pour les deux premiers tomes de ce cycle israélien.


Tobie Nathan Poche

SERIAL EATER Quand une main sectionnée fait remonter une juge d’instruction et un criminologue aux origines du mal.

POINTS FORTS

LE LIVRE Le mardi 11 septembre 2001, Abdelaziz Padoue, psychiatre parisien reçoit un étrange patient. Rapidement, les rôles sont inversés : c’est le patient qui conduit l’entretien. Le vendredi, une main de femme sectionnée est retrouvée sur l’autel d’une église. La juge Darmentières, jeune femme de 37 ans, est désignée pour instruire cette affaire

Série Millésimes Bandeau envisagé : Sarah Chiche

3 mars 2021 17 × 11 cm 352 pages 9.15 € ISBN : 978-2-7436-5242-5

hors du commun. Elle fait équipe avec un criminologue qui ne la laisse pas indifférente. Bientôt les cadavres se succèdent et, entre des collègues mal intentionnés, un fiancé jaloux et la pression des médias déchaînés, Béatrice-Belle Darmentières voit sa vie se transformer en un polar dont elle n’a pas l’impression de maîtriser le dénouement…

L’AUTEUR Tobie Nathan est né au Caire. Expulsée à la suite de la révolution égyptienne, sa famille — des Juifs du Levant — s’installe en France. Il soutient une thèse de doctorat sous la direction de Georges Devereux, le père de l’ethnopsychiatrie. Professeur de psychologie clinique et pathologique à Paris VIII, Tobie Nathan a aussi été conseiller culturel en Israël et à Conakry. Il a publié de nombreux romans et essais dont Ethno-roman (prix Femina Essai). Son premier ouvrage de fiction publié est l’inclassable roman noir Saraka Bô, suivi de Dieu-Dope, parus dans la collection Rivages/noir, comme tous ses polars.

uu Tobie Nathan est une star de la psychiatrie, invité régulier des médias et souvent présent sur les listes de prix. uu Un roman plus que jamais d’actualité qui éclaire l’alliance nouée depuis une vingtaine d’années entre la religion et le meurtre. uu Une héroïne ultra attachante prise dans les contradictions de la vie d’une femme moderne. uu Un thriller singulier qui est aussi une histoire d’amour et d’érotisme, qu’on ne lâche pas avant la fin. uu Un livre salué par la presse pour sa puissance narrative et sa singularité : uu « Pris aux tripes tout de suite. (…) Pris au cerveau également par ce ‘profileur’ prise de tête, séduisant puits de science… » Paris-Match uu « Le roman — c’est son étrangeté — ressemble à une passionnante conversation sur les origines du mal. » Le Figaro littéraire


RIVAGES/NOIR

EMILY ST. JOHN MANDEL

DERNIÈRE NUIT À MONTRÉAL Une jeune femme quitte son appartement new-yorkais pour ne pas revenir, elle semble avoir disparu de la surface de la terre. Enfant, elle avait déjà fui une première fois. Quel lourd secret se cache derrière cette errance ?

LE LIVRE

Traduit de l’anglais (EtatsUnis) par Gérard de Chergé

C’est l’histoire de Lilia, enlevée à 7 ans par son père, et de la longue cavale qui dura toute son adolescence. C’est l’histoire de Christopher, le détective engagé par la mère de Lilia pour la retrouver. C’est l’histoire de Michaela, la fille de Christopher, qui rêvait d’être funambule avant de finir dans une boite minable de Montréal. C’est enfin

l’histoire d’Eli, étudiant passionné par les langues, qui a hébergé Lilia à New York suffisamment longtemps pour tomber amoureux d’elle et partir à sa recherche lorsque, une fois de plus, elle s’enfuit. Michaela sait ce que Lilia a toujours ignoré : la raison de sa première fuite.

POINTS FORTS uu Une écriture sensible et poétique qui envoûte et bouleverse. uu Emily St. John Mandel revisite le roman noir psychologique de manière profondément originale. uu Un premier roman impressionnant de maîtrise narrative salué par la presse lors de sa parution : uu « Une oeuvre originale et bouleversante sur le thème de la perte et de ses répercussions. » (C. Ferniot, Télérama) uu « Une atmosphère de mélancolie et de déréliction qui vous gardera longtemps sous son emprise. » (F. Lestavel, Paris-Match)

QUELQUES CHIFFRES uu Plus de 35 000 exemplaires vendus de Station Eleven sur les deux formats.

ÉGALEMENT 3 mars 2021 15.5× 22.5 cm 300 pages 22.00 € ISBN : 978-2-7436-5262-3

L’AUTEUR Emily St John Mandel a grandi au Canada, en Colombie britannique, et pratique l’é́criture depuis son plus jeune âge. Aprè̀s des études de danse à Toronto, elle publie Dernière nuit à Montréal, unanimement salué par la critique. La parution de Station Eleven, best-seller international traduit en 33 langues et finaliste du National Book Award, l’installe comme une des auteures majeures de sa génération. Elle vit à Brooklyn.


actes noirs

HJORTH & ROSENFELDT Justice divine

NOUVELLE ENQUÊTE DU PROFILER SEBASTIAN BERGMAN

© Appendix Fotografi

Roman traduit du suédois par Rémi Cassaigne

ROMAN 14,5 × 24 CM 464 PAGES MISE EN VENTE  7 AVRIL 2021 978-2-330-14695-5

-:HSMDNA=VY[^ZZ:

DU MÊME AUTEUR

Vanja, la fille de Sebastian Bergman, travaille sur une affaire de viols en série dans laquelle l’assaillant anesthésie ses victimes et leur couvre la tête d’un sac avant de commettre son crime. Lorsqu’une des victimes est tuée, la Brigade Criminelle est mobilisée. Sebastian Bergman pensait en avoir fini avec la Brigade, mais il est une fois de plus amené à intervenir. Au grand dam de sa fille qui a tout fait pour s’éloigner de lui. Il retrouve ses coéquipiers – Billy, aux prises avec ses propres démons ; Ursula, en pleine crise existentielle ; et Torkel qui ressent quant à lui une lassitude générale. Cette équipe “de choc” se lance dans une enquête qui va s’avérer particulièrement éprouvante. Petit à petit, ils découvrent des indices qui montrent que les victimes ne seraient pas choisies au hasard. Mais y a-t-il un lien entre elles ? Et pourquoi tant de personnes semblent vouloir que le coupable reste inconnu ? Mêmes les victimes ont l’air de cacher quelque chose. Dans ce nouvel opus palpitant de la série Bergman – personnage lunaire, coureur de jupons invétéré, antihéros par excellence –, Sebastian et son équipe vont devoir mettre de côté leurs différends personnels pour trouver le dangereux criminel qui sème la terreur à Uppsala. Alors que la plus grande menace se trouve peut-être parmi eux…

“[Justice Divine] cache bien son jeu et mène constamment le lecteur en bateau […] Michael Hjorth et Hans Rosenfeldt […] rendent le jeu psychologique élégant, tout simplement. […] Bergman continue d’exaspérer et fasciner.” Gooi & Eemlander, Pays-Bas “Violent et absolument trépidant, à l’instar de leurs scenarios.”

Hörzu, Allemagne

L’AUTEUR Michael Hjorth est romancier, réalisateur, scénariste renommé et l’un des plus célèbres producteurs de cinéma de Suède. Il est notamment l’un des créateurs de la série télévisée Les Enquêtes d’Érica, d’après les romans de Camilla Läckberg et derrière plusieurs adaptations des livres de Henning Mankell sur l’inspecteur Wallander. Il publie depuis 2011 des romans avec Hans Rosenfeldt, le fameux producteur et scénariste qui a créé la série télévisée Bron (The Bridge), récompensée par de nombreux prix prestigieux et diffusée dans plus de 170 pays.

À NOTER u La Fille muette (2018) : plus de 10 000 ex. en édition courante u Recalé (2019) : près de 5 000 ex. en édition courante u Par le créateur de Bron (The Bridge) u Finaliste du prix Storytel 2018 du meilleur roman policier suédois u La série des enquêtes de Sebastian Bergman a été traduite dans + de 20 langues u Romans adaptés en série télévisée


RIVAGES/NOIR

JAKUB ZULCZYK

BLINDED BY THE LIGHT (TP) Une plongée dans la nuit de Varsovie à travers le monologue d’un dealer de cocaïne, un récit de gangsters nerveux, halluciné et mélancolique.

POINTS FORTS

LE LIVRE Jacek est un dealer de cocaïne, froid, précautionneux, cynique, qui ne consomme jamais les produits qu’il vend à sa clientèle huppée (avocats, médecins et personnalités de la télévision). A travers son monologue intérieur, il nous donne accès à l’univers de la nuit varsovienne, ses ruelles sombres et électriques, ses discothèques à la mode, ses fêtes privées luxueuses où s’affiche la jetset. Mais Jacek

rêve de partir pour l’Argentine, et il rêve aussi de déluge : il voudrait voir la ville engloutie par les flots, ses bâtiments rayés de la carte, ses habitants noyés. Les choses s’aggravent définitivement lorsqu’un nouveau caïd apparait dans le paysage de Varsovie, Dario, un gangster à l’ancienne, brutal et ingérable, tout juste sorti de prison, qui va rebattre les cartes du milieu.

L’AUTEUR 7 avril 2021 15,5 × 22,5 cm 665 pages 23,00 € ISBN : 978-2-7436-5292-0

Jakub Zulczyk est né en 1983. Il est romancier, scénariste, journaliste, auteur de sept romans parus entre 2006 et 2017. Il a collaboré aux magazines Wprost, Elle, Playboy et a été animateur télé. Il est le co-scénariste de deux séries à succès, dont Blinded by the light, basée sur son propre roman, diffusé par HBO Europe.

uu Nouvel auteur au catalogue et premier Polonais uu Le polar polonais est en plein essor : Zygmunt Miloszewski a fait 16 000 ex. chez Pocket avec Les Impliqués uu Un dealer de cocaïne nous fait découvrir le milieu de la nuit à Varsovie à travers un puissant monologue intérieur empreint de cynisme et de mélancolie uu Un récrit de gangsters captivant, bourré d’actions et peuplé de personnages aussi redoutables que fascinants uu Un roman noir littéraire, porté par une prose nerveuse et éblouissante uu Un auteur récompensé et consacré en Pologne, également journaliste et scénariste uu Gros succès en Pologne : plus de 130 000 exemplaires vendus uu Adapté en série télévisée par HBO en 2018 (diffusée en Pologne) : voir le beau trailer sur https://vimeo.com/286525911


actes noirs

CARMEN MOLA Le Réseau pourpre

PLUS DE 300 000 LECTEURS À TRAVERS LE MONDE

Roman traduit de l’espagnol par Anne Proenza Par une journée d’été caniculaire, l’inspectrice Blanco fait irruption dans la villa d’une famille madrilène de la classe moyenne pour se ruer dans la chambre du fils. La scène diffusée en direct sur l’écran d’ordinateur de l’adolescent dépasse l’entendement. Une implacable incursion dans l’univers du dark web et de ses snuff movies, ces films trash dans lesquels les victimes ne sont pas des acteurs…

ROMAN 14,5 × 24 CM 400 PAGES MISE EN VENTE  7 AVRIL 2021 978-2-330-14926-0

-:HSMDNA=VY^W[U:

“Tous sont conquis (quand on prend le livre, on ne le lâche plus) par la force et l’intensité d’une histoire digne du meilleur roman noir de Pierre Lemaître, qui partage certaines caractéristiques des textes de Sandrone Dazieri et a comme protagoniste une de ces détectives qui feront date.” Inès Martin Rodrigo, abc “En résumé, la violence, la trahison, la mort, la ville, la corruption policière, la solitude, le sexe, le mystère, tout s’unit à la littérature pour composer cette structure symphonique si particulière, d’une originalité extrême. Aussi simple et précise qu’un tir à bout portant, en plein cœur.” Pablo Delgado, abc

À NOTER DU MÊME AUTEUR

u Une nouvelle enquête de l’inspectrice Blanco, après La Fiancée gitane (Actes Sud, 2019) u Parution simultanée de La Fiancée gitane en Babel u Série traduite en dix langues u Adaptation cinématographique par Diagonal TV (groupe Endemol) et Viacom CBS en tournage au printemps 2021

1 / 2


actes noirs L’AUTEUR

Carmen Mola est le pseudonyme d’une madrilène de 45 ans, mariée et mère de trois enfants. À la lecture du roman, on ne peut que constater qu’elle connaît Madrid comme sa poche. Pour le reste, rien n’est moins sûr …

Le Réseau pourpre Par une journée d’été caniculaire, l’inspectrice Blanco fait irruption dans la villa d’une famille madrilène de la classe moyenne pour se ruer dans la chambre d’un adolescent. La scène diffusée en direct sur l’écran de son ordinateur dépasse l’entendement : une jeune fille y subit les pires sévices avant d’être méthodiquement assassinée par deux hommes masqués. Le garçon est arrêté devant des parents ahuris d’avoir pu engendrer un tel monstre mais il est loin d’être un cas isolé. La brigade est sur les traces du sinistre Réseau pourpre, spécialisé dans les snuff movies, ces films clandestins diffusés exclusivement sur le dark web, dans lesquels la notion d’effets spéciaux n’existe pas puisque la victime n’est simplement pas un acteur. Barbarie, viols, assassinats sont les ingrédients d’un business juteux et la mort en direct se monnaye à prix d’or car des voyeurs

sont prêts à payer des fortunes leur macabre addiction à la violence extrême. Pour la plus célèbre flic d’Espagne, cette enquête revêt en outre une importance toute personnelle : son fils Lucas a été séquestré il y a huit ans par ce même réseau et il se pourrait bien que la victime soit devenue bourreau. Comme dans La Fiancée gitane, l’enquête explore le Madrid des beaux quartiers et de ses banlieues oubliées et déterre de vieux et obscurs secrets de famille datant du franquisme. Noyant son désespoir à coup de grappa et de nuits blanches dans des bars à karaoké, ici plus que jamais, Elena Blanco cherche à comprendre. Existe-t-il des limites à l’amour d’une mère pour son fils ? Jusqu’où peut-elle aller pour le sauver ?

2 / 2


RIVAGES/NOIR

POINTS FORTS

BENJAMIN FOGEL

LE SILENCE SELON MANON A Paris en 2025, des groupes d’hommes frustrés développent une haine des femmes sur les réseaux. Ils vont passer à l’action…

LE LIVRE Le cyber harcèlement a pris de telles proportions qu’une unité spéciale de la police a dû être mise en place. A sa tête, le commissaire Sébastien Mille s’intéresse de près aux manœuvres des masculinistes qui se réunissent sur des forums où ils déversent leur haine des femmes. A Paris, les musiciens de Significant Youth sont agressés lors d’un concert par une poignée d’incels, ces célibataires involontaires

7 avril 2021 215.5× 22.5 cm 280 pages 20.00 € ISBN : 978-2-7436-5277-7

qui détestent les valeurs humanistes et féministes défendues par le groupe. Cet épisode n’est que le prélude à un attentat beaucoup plus violent qui va bouleverser la vie du leader Yvan, de son frère Simon et de leur entourage. Il faudra à Sébastien Mille une obstination hors du commun pour identifier les coupables, d’autant plus insaisissables qu’ils savent être furtifs...

uu Un univers peu connu du grand public mais bien réel (en particulier aux USA) : celui des groupes masculinistes dont certains vont jusqu’à commettre des meurtres de masse. uu Une enquête menée par un policier spécialisé dans le harcèlement sur la Toile totalement d’actualité. Un livre plus polar que le précédent. uu Un roman qui mêle des thèmes variés tels que les rapports hommes-femmes, les enjeux du couple, la question de la perception et la scène musicale. uu Une narration à plusieurs voix (hommes et femmes), avec plusieurs points de vue sur une même réalité jusqu’à un final inattendu dont la perversité n’est pas sans rappeler Patricia Highsmith. uu Benjamin Fogel a été salué par la presse comme une nouvelle voix du courant contemporain qui mêle roman noir et dystopie (cf. chez Rivages : Station Eleven d’Emily St. John Mandel et Alexandra Schwartzbrod) .

ACTUALITÉ uu Attentat masculiniste de Toronto : « Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur.» L’Obs uu «Qui sont les Incels, ces anti-femmes dont se revendique le tueur de Toronto». Marie Claire

L’AUTEUR Benjamin Fogel s’est fait connaître avec La Transparence selon Irina, un premier roman noir aux allures futuristes qui mettait en garde contre les dangers de la servitude numérique. Il revient avec ce « prequel », situé dans notre monde contemporain, pas plus tranquille que celui de La Transparence. Benjamin Fogel est par ailleurs le cofondateur et directeur des éditions Playlist Society où il publie des essais sur le cinéma et la musique, deux de ses passions.

ÉGALEMENT


littérature rouergue noir

La Maison sans miroirs Tove Alsterdal Traduit du suédois par Isabelle Piette

En librairie le 7 avril 2021 14 x 20,5 - 336 pages - 22 e ISBN : 978-2-8126-2168-0

rayon / Littérature policière, roman noir mots clés / Amitiés - Mort - Allemagne - Seconde guerre mondiale - Antisémitisme - Maison

Daniel et Sonja ont quitté la Suède pour s’installer en Bohème, dans un ancien domaine viticole de la région des Sudètes, abandonné depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce lieu qui menace ruine mais dégage une envoûtante magie, ils espèrent tout ensemble sauver leur couple et redonner un sens à leur vie. Cependant, Daniel est convaincu que quelque chose ne colle pas dans les plans de la maison : il doit exister un cellier au sous-sol. Et en effet, derrière un mur de briques, il découvre une cave où se trouvent des bouteilles du millésime 1937. Et le corps momifié d’un enfant. C’est, pour Sonja, le début d’un inextricable cauchemar. Tove Alsterdal mène son héroïne dans une région brutalisée par l’Histoire, où l’on n’accroche plus de miroirs aux murs de peur d’y voir surgir des fantômes. Sonja va devoir percer l’opacité des mensonges et de l’oubli pour rendre leurs noms aux morts et leurs destins aux vivants.

Tove Alsterdal Tove Alsterdal est une journaliste, dramaturge et scénariste de nationalité suédoise. Son œuvre est traduite dans le monde entier et elle a notamment reçu le Prix du meilleur roman policier suédois pour Tango fantôme (Éditions du Rouergue, 2017, pour la traduction française). Ses quatre premiers romans ont été publiés par Actes Sud : Femmes sur la plage (2012), et par les Éditions du Rouergue : Dans le silence enterré (2015, prix Ancres noires 2018), Tango fantôme (2017) et Chant des âmes sans repos (2019).

points forts • Un roman policier historique autour du destin des Allemands des Sudètes expulsés à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette région fut également l’une des premières à être annexées par Hitler suite aux accords de Munich de honteuse mémoire. • Ventes en Suède : 70.000 exemplaires • Tango fantôme, finaliste du Grand Prix des Lectrices de Elle 2018. Dans le silence enterré, prix Ancres noires 2018.


Jack O’Connell Poche

ET LE VERBE S’EST FAIT CHAIR Aussi démente que Requiem for a Dream et Lost Highway, aussi brillante et terrifiante qu’un roman de J.G. Ballard, cette descente dans les bas-fonds de la ville de Quinsigamond nous mène droit aux sources du mal.

POINTS FORTS

LE LIVRE Ce roman commence par un cri. Et il se poursuivra sur ce mode. Nous sommes toujours à Quinsigamond, ville déglinguée, pour ne pas dire dystopique de la côte Est. Fourmillante comme New York, décrépite et dangereuse comme Detroit. Dévastée par la crise, elle est la proie de bandes criminelles, c’est une zone de non droits abandonnée par les autorités. Elle comprend une large Série « Millésimes » Bandeau : Hervé Le Corre Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Gérard de Chergé

21 avril 2021 11 × 17 cm 416 pages 9.65 € ISBN : 978-2-7436-5291-3

communauté juive d’Europe centrale au sein de laquelle se cachent des criminels de guerre. L’un d’eux, August Kroger est à la recherche d’un objet de la plus haute valeur à ses yeux : un livre pour lequel il est prêt à tout. Sa route croise celle de Gilrein, un ex-flic devenu chauffeur de taxi, mais qui n’a pas perdu son flair d’enquêteur…

L’AUTEUR Jack O’Connell est né un 25 décembre à Worcester dans le Massachusetts. Il commence par exercer le métier d’agent d’assurances puis devient professeur. Il se fait connaître avec B.P.9 (Rivages/noir) qui introduit la ville de Quinsigamond où se déroulent presque tous ses livres. Passionné par les univers marginaux et par les comics, O’Connell a créé une œuvre inclassable et marquante, entre le polar urbain et la dystopie. Il a remporté le prix Mystère de la critique en 2010.

uu Ames sensibles, s’abstenir. Pour amateurs d’émotions fortes. Et le verbe s’est fait chair est le chef-d’œuvre d’O’Connell. uu Un auteur découvert en France grâce à Ellroy qui le place très haut parmi les écrivains américains contemporains. uu Une puissance narrative et une imagination hors norme. uu Un sens des images choc et un style fondé sur le monologue intérieur qui donne au lecteur l’impression d’être à l’intérieur de la tête des personnages. uu Une peinture visionnaire de la décomposition de nos sociétés urbaines : corruption, complots et fake news, violence des groupes armés, disparition de la gouvernance et de l’Etat, aliénation de l’individu et délitement des relations humaines au profit du virtuel.


POINTS FORTS

Benjamin Fogel Poche

LA TRANSPARENCE SELON IRINA Notre monde dans trente ans. Comme tout un chacun, Camille Lavigne passe le plus clair de son temps sur le Réseau, derrière son écran. Elle se lie d’amitié virtuelle avec la mystérieuse Irina Loubovsky.

LE LIVRE Internet tel que nous le connaissons n’existe plus, remplacé par « le Réseau » qui a inauguré l’ère de la transparence de toutes les données, y compris les plus privées. Pour préserver une forme d’intimité, un certain nombre de gens comme Camille Lavigne choisissent d’évoluer sous pseudo dans la vie réelle où elle est « Dyna Rogne ». Sélection « Rivages des Libraires »

7 avril 2021 17 × 11 cm 280 pages 9.00 € ISBN : 978-2-7436-5281-4

Sur le Réseau, Camille fait la connaissance d’une brillante intellectuelle nommée Irina Loubovsky. Mais autant Irina se répand en articles, opinions et messages variés, autant elle se dérobe quand Camille cherche à en savoir plus sur elle. Aurait-elle des liens avec les Obscuranets, ces cyber terroristes qui combattent le système de la transparence ?

L’AUTEUR Benjamin Fogel s’est fait connaître avec ce premier roman noir salué par la critique, qui met en garde contre les dangers de la servitude numérique. Il publie parallèlement Le Silence selon Manon, un « prequel » de La Transparence selon Irina, situé dans notre monde contemporain, pas vraiment tranquille pour autant. Benjamin Fogel est par ailleurs le cofondateur et directeur des éditions Playlist Society où il publie des essais sur le cinéma et la musique, deux de ses passions.

uu Plus polar psychologique que science-fiction, un livre qui s’adresse à tous les lecteurs que préoccupe le statut des libertés individuelles dans le monde digital et de l’intelligence artificielle. uu Une brillante réflexion sur la servitude volontaire vers laquelle sont amenés les humains au nom de diverses vertus comme la sécurité, la santé, la transparence, l’équité. uu -L’auteur, alors inconnu, a été invité au festival des Utopiales à Nantes aux côtés d’Alain Damasio et a été salué par la critique : uu « Benjamin Fogel nous offre un roman ludique et enthousiasmant, qui convie des références et éveille de nombreuses parentés. » Caroline de Benedetti, L’Indic uu « Une fable orwellienne sur la société de contrôle. Un premier roman visionnaire. »Yann Perreau, Les Inrocks uu « Le premier roman de Benjamin Fogel est une bluffante réussite. » LIRE uu « Aussi haletant et prospectif qu’un épisode de Black Mirror. » GQ uu « (…) un roman époustouflant, un avenir si probable qu’il forme un miroir déformant et troublant de notre époque. » Transfuge

ÉGALEMENT


λογοτεχνíα / Poche / 7 avril 2021

Paul Nirvanas

ÉDITIONS CAMBOURAKIS, 62, RUE DU FAUBOURG-S T-ANTOINE, 75012 PARIS, TÉL. : +33 (0)1 80 05 94 17 RELATIONS PRESSE & LIBRAIRES : MÉLISSA BLANCHARD / MELISSA@CAMBOURAKIS.COM DIFFUSION : ACTES SUD / DISTRIBUTION : UNION DISTRIBUTION

PSYCHIKO

Couverture provisoire Traduit du grec par Loic Marcou 144 pages / 115 x175 mm 10 euros ttc ISBN 978-2-36624-562-2

PREMIER POLAR GREC DOUBLÉ D’UNE SATIRE PASSIONNANTE DE LA SOCIÉTÉ GRECQUE DU XXe SIÈCLE Athènes, 1910 et des poussières. Dans le quartier de Psychiko est découvert le corps non-identifié d’une femme, lacéré par des coups de couteau. Ce meurtre violent, sans témoins et entouré de mystère, suscite l’émoi de toute la société athénienne. Le meurtrier court toujours tandis que les journaux s’arrachent des photos de suspects potentiels, et les mettent en première page. Faute de mieux, l’histoire tombe aux oubliettes. Mais Nikos Molocanthis, jeune rentier désœuvré et en mal de reconnaissance, voit dans cette affaire le remède à son ennui. Afin de faire la une des journaux et d’acquérir enfin la gloire qu’il pense mériter, il décide tout bonnement d’endosser ce crime. Le scénario de l’amoureux trompé qui se fait justice est une idée qui plaît à l’esprit aliéné de ce anti-héros. Voilà un rôle qu’il aimerait incarner ! Nikos entre parfaitement dans la peau de son personnage et déchaîne les passions mais il ne sait pas jusqu’où cette usurpation le mènera... Le récit de cette vaste supercherie est porté par un humour caustique et un ton pétillant. Avant de constituer un roman jubilatoire et décalé, une vraie curiosité littéraire qui paraît en 1928, ce texte a connu une première vie sous forme de feuilletons.

L’AUTEUR: Paul Nirvanas est un des pseudonymes de l’écrivain grec Pétros K. Apostolidis (1866-1937). Tout à la fois médecin militaire dans la Marine de guerre hellénique, journaliste, romancier, poète, dramaturge, scénariste et traducteur, il a également introduit en Grèce la philosophie de Nietzsche. Paul Nirvanas était membre de l’Académie d’Athènes, un proche d’Alexandre Papadiamantis et faisait partie du cercle de Kostis Palamas, chef de file de la « génération de 1880 » attachée à l’étude des mœurs grecques.

« Écrit il y a plus de quatre-vingt-dix ans, le texte de Paul Nirvanas [...] montre que le sacrifice de soi sur l’autel des médias est loin d’être un phénomène récent. » Kathimerini

• Le premier polar grec, un document historique qui a constitué un tournant dans l’histoire littéraire de la Grèce tout en conservant une étonnante actualité. • Une mécanique infernale profondément originale, à lire d’une traite. • Une critique fine du comportement sensationnaliste des médias et sa capacité à tirer de l’anonymat un individu quelconque pour le transformer en héros du jour. • Le premier polar grec et le premier polar aux éditions Cambourakis.

Profile for Actes Sud Issuu

BOOK POLAR Mars Avril 2021  

BOOK POLAR Mars Avril 2021  

Profile for actes_sud