__MAIN_TEXT__

Page 1

N°185 - SEPT.- OCT. 2015 - 13€

www.voyages-strategie.com

Le magazine de référence de la meeting industry STRATÉGIE

L’événementiel fait sa promo sur les réseaux sociaux ACTION

Quand le Sri Lanka s’éveille... ZAPPING

Hong Kong, l’Asie pétillante

AFRIQUE DU SUD 1

Un melting-pot d’émotions


Villa Ephrussi de Rothschild SAINT-JEAN-CAP-FERRAT, CÔTE D’AZUR

S ur la Riviera, deux prestigieux palais

© Culturespaces 2015 ; C. Recoura.

pour vos événements d’exception

Villa Grecque Kérylos www.culturespaces.com

receptions@villa-ephrussi.com

BEAULIEU-SUR-MER, CÔTE D’AZUR


© DR

ÉDITO

Nouvelles vagues

« Uberisation »… C’est le (gros) mot de cette rentrée ! De l’hôtellerie à la restauration en passant par la location de voiture, pas un pan du tourisme n’échappe à cette nouvelle économie dite « collaborative ». Mais ne nous y trompons pas ! Derrière la notion de « partage » qui fleure bon les années post 68, Uber, Airbnb et les autres n’ont rien de philanthropes. Ils sont d’abord là pour engranger des millions de dollars, parfois (souvent ?) en se jouant des règles de saine concurrence. Et au-delà de quelques géants dont le Français BlablaCar qui vient de lever le montant record de 200 millions de dollars, nombre de ces jeunes pousses sont certes prometteuses, mais ne créent pour l’heure que des emplois précaires, entre stages non rémunérés et contrats de qualification… Dans ces conditions, les pouvoirs publics n’ont d’autre choix que de souffler le chaud et le froid, entre la volonté de soutenir des start-up qui symbolisent le futur et la nécessité de protéger de « vieilles entreprises » et leurs milliers de salariés. Si le voyage d’affaires est désormais la cible de ces snipers du web (lire la table ronde de notre supplément Voyages d’Affaires) et doit se préparer à canaliser un inévitable tsunami, le tourisme d’affaires semble relativement protégé. Certes, Internet bouleverse là aussi la donne, favorise la désintermédiation, fait émerger de nouveaux ac-

teurs… Mais jamais monsieur Machin ne pourra partager un séminaire ou un team building depuis sa salle à manger, en quelques clics ! Pour autant, les professionnels de l’événementiel ont un autre défi à relever: celui du développement durable. La COP 21, la conférence mondiale sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre, place le sujet au cœur de l’actualité depuis déjà plusieurs semaines. Et la lame de fond promet d’être tout aussi importante que celle de l’économie collaborative dans les prochaines années. Car à défaut de ne pas répondre aux futures exigences des entreprises en termes de responsabilité sociétale, nombre d’agences risquent tout simplement d’être exclues du marché… et de disparaître. Cette responsabilité n’est pas qu’écologique, elle comporte aussi un important volet social. Il est bon de ne pas l’oublier, alors que des centaines de milliers de migrants se pressent aux portes de l’Europe. Et pourquoi ne pas commencer par louer les espaces événementiels du Musée de l’Histoire de l’Immigration, à Paris ? Il a accueilli 110 000 visiteurs l’an dernier, presque 100 fois moins que Le Louvre ! Ici, pas de Joconde ; mais l’opportunité de rappeler ce que la France doit à la diversité. Demain plus qu’aujourd’hui, le tourisme d’affaires devra être porteur de sens et de valeurs...

Thierry Beaurepère Rédacteur en chef

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 3


JAMAÏQUE

SAINTE-LUCIE

ANTIGUA

BAHAMAS

TOUT

GRENADE

BARBADE

COMPRIS ILLIMITÉ LE TEMPS

Sandals Halcyon Beach Sainte-Lucie

UNE OFFRE TOUT COMPRIS PLUS LUXUEUSE QUE DANS N’IMPORTE QUEL AUTRE HÔTEL DANS LE MONDE Avez-vous déjà pensé à organiser une réunion, un séminaire ou tout autre événement dans les meilleurs hôtels tout compris du monde ? Situés sur 6 îles des Caraïbes, nos 15 complexes hôteliers associent plages de rêve, raffinement, et gastronomie internationale, une combinaison idéale pour faire de chacune de vos manifestations un véritable succès. Les hôtels Sandals vous offrent un contrôle budgétaire complet associé à une assistance intégrale sur place afin de vous garantir une prestation sans faille. Profitez d’équipements de pointe pour vos conférences, de chambres et suites élégantes, d’un large choix de restaurants gourmets, ainsi que d’une infinité de sports terrestres et aquatiques, tout compris, en illimité, pendant toute la durée du séjour.

Cocktails et divertissements

SANDALS_Voyages_Strategies_04sep15.indd 1

Restaurants gourmets à la carte

RÉUNIONS, CONFÉRENCES ET SÉMINAIRES

POUR OBTENIR PLUS D’INFORMATIONS SUR LES MEILLEURS HÔTELS TOUT COMPRIS DU MONDE APPELEZ LE : 0637927611 VISITEZ LE SITE : WWW.SANDALS.FR

World's Leading All Inclusive Resorts 19 Years Running

Suites spacieuses et raffinées

04/09/2015 14:22


NEWS AGENCES

©DR

AFRIQUE DU SUD p.44 185 2015 N° 26 année

SOMMAIRE

Le magazine de référence de la meeting industry STRATÉGIE

L’événementiel fait sa promo sur les réseaux sociaux

BERTRAND BIARD président de l’Anaé

AFRIQUE DU SUD

Un melting-pot d’émotions

Voyages & Stratégie Le magazine de référence de la meeting Industry en

FRANCE  BELGIQUE  SUISSE  LUXEMBOURG Voyages & Stratégie – 26e année Le magazine de référence du tourisme d’affaires en France – Belgique – Suisse – Luxembourg 6 numéros par an. Société éditrice : Acta Media –136, rue Perronet 92200 Neuilly sur Seine – France. Tél. 01 49 64 47 47 Fax. 01 49 64 47 48 Directeur de la publication : Hervé Josserand Editeur : Hervé Josserand Rédacteur en chef : Thierry Beaurepère Rédacteur en chef adjoint : Arnaud Cabanne arnaud.cabanne@acta-media.com, +33 1 49 64 47 21 Ont collaboré à ce numéro : Philippe Charollois, Pascale Mougenot, Viktoria Varecza, Nicolas Langis, Christophe Chalon Rédacteur-graphiste : Jennyfer Buzenac PUBLICITÉ : Directeur de publicité : Eric Montaufray eric.montaufray@acta-media.com, +33 1 49 64 47 49, Chefs de publicité : Nicolas Cangi nicolas.cangi@acta-media.com, +33 1 49 64 47 28 Anthony Ogor anthony.ogor@acta-media.com, +33 1 49 64 47 15 Stanislas De Vaugelas stanislas.devaugelas@acta-media.com,+33 1 49 64 47 02 Marketing & Partenariats : Laurence Piquemal-Kühn Diffusion-bases de données : Sylvie Alves sylvie.alves@acta-media.com, +33 1 49 64 47 47 Administration-Comptabilité : Joseph Dayas joseph.dayas@acta-groupe.com Dépôt légal : à parution. Imprimé en France. Photos couverture : ©Pascale Mougenot © 2015. Tous droits réservés pour tous pays. Commission paritaire 0616K91274 ISSN 2119-0615 Ce numéro comprend deux suppléments : Supplément Voyages d’ affaires, Événements & Conventions

Suivez-nous également sur twitter et facebook

58

Toute l’actualité MICE • Agences • Réceptifs • Transports • Hôtels • Internationales • Congrès/Salons • Croisière

■ TABLE RONDE

Les enjeux du développement durable

■ ACTION

68

■ STRATÉGIE

L’événementiel fait sa promo sur les réseaux

■ ZOOM SUR

80

■ REPÉRAGE PAYS

AFRIQUE DU SUD, un melting-pot d’émotions

■ REPÉRAGE FRANCE

84

8

22

Quand le Sri Lanka s’éveille...

39

YUCATÁN, incursion en pays Maya

44

La CÔTE D’AZUR consolide ses atouts

©DR

ZAPPING

Hong Kong, l’Asie pétillante

■ ZAPPING

HONG KONG, l’Asie pétillante

■ NEWS

ACTION

Quand le Sri Lanka s’éveille...

1

6

■ ENTRETIEN

©DR

N°185 - SEPT.- OCT. 2015 - 13€

www.voyages-strategie.com

e

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 5

©DR

SEPT. - OCT.


ENTRETIEN Bertrand Biard

©DR

président de l’Anaé

Les agences font cause commune avec Lévénement

À travers la création de l’association Lévénement, les agences événementielles entendent valoriser leurs savoir-faire, mieux communiquer sur leurs métiers et gagner en représentativité, notamment auprès des pouvoirs publics. Propos recueillis par Thierry Beaurepère

Lévénement verra le jour début 2016. De quoi s’agit il ? Jusqu’à présent, le marché de la communication événementielle était essentiellement incarné par trois entités : l’Anaé qui a fêté ses 20 ans l’an dernier, la délégation événementielle de l’Association des Agences-Conseil en Communication (AACC) et enfin Le Raffut, qui s’apparente à un club structuré autour de la communication grand public. Le moment est venu de parler d’une voix forte pour promouvoir la valeur ajoutée de nos métiers, avec une association unique sur un péri-

choisissant de nous regrouper sous le nom Lévénement, avec pour signature l’Association des agences de communication événementielles, nous serons compris immédiatement de tous. C’est bien d’être simple, pour être connu et reconnu !

Pourquoi franchissez-vous cette étape aujourd’hui ? J’en avais moi-même fait une priorité de mon mandat. L’Anaé est aujourd’hui légitime, reconnue par les institutions et les entreprises, mais elle n’était pas assez représentative par le nombre et

Les annonceurs demandent des idées, mais achètent de la production. Nous devons mieux valoriser notre travail de conseil et de création. mètre élargi qui regroupe les agences événementielles dans leur diversité autour de trois approches métiers : le conseil, la création et la production. Tout le monde en parlait depuis longtemps, les trois structures sont confrontées aux mêmes problématiques sociales, juridiques, financières, commerciales. En

la typologie de ses adhérents. Par ailleurs, il était compliqué de parler avec les pouvoirs publics à travers trois voix différentes, alors que nous sommes un petit secteur ! Nous avons besoin de nous structurer, de prendre la parole de manière cohérente. J’ai eu la chance d’être rejoint dans mon analyse par les

6 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

présidents des deux autres organismes. Car il y a aujourd’hui un certain nombre de facteurs convergents qui militent pour une association unique. D’un côté, l’« événementialisation » est devenue un des leviers forts de la communication des marques et des institutions. De l’autre, les acteurs qui contribuent à accompagner les annonceurs sont de plus en plus nombreux ; des groupes de communication tournés originellement vers la publicité investissent ce secteur, des prestataires développent des activités connexes, des indépendants et free lance s’organisent. Dans ce contexte, le moment est venu de promouvoir la valeur ajoutée de nos agences et de valoriser l’ensemble de notre filière ; d’expliquer que c’est un vrai métier, qui nécessite de réels savoir-faire.

Quel est le périmètre de la nouvelle structure ? Lévénement aura un statut associatif et devrait regrouper environ 80 agences à sa création, les 60 de l’Anaé, les 10 de l’AACC et la dizaine du Raffut, ce qui représentera une très grosse majorité du marché. Toutes les agences membres


ENTRETIEN

des trois structures actuelles ont signé un manifeste dans lequel elles s’engagent à adhérer à une association unique, sous réserve de validation de ses statuts. Au-delà, notre ambition est de regrouper une centaine d’entreprises d’ici deux ans ; d’agréger des acteurs reconnus et emblématiques et des acteurs moins connus ou qui ne sont à ce jour membre d’aucune association. L’Anaé apportera ses fonds propres dans la nouvelle structure ; en trésorerie pour financer le lancement et les frais généraux de Lévénement, alors qu’une seconde partie va servir à la création d’une école de formation aux métiers de la communication événementielle (voir encadré).

Quel est le calendrier ? La décision a été actée par les trois organismes début septembre, avec pour objectif de lancer les cotisations pour Lévénement le 1er janvier 2016. Elles varieront en fonction de la marge brute, avec trois paliers, entre 4 000 et 9 000 € par an environ, pour ne pas devenir un club élitiste de grosses agences. Les deux salariés permanents de l’Anaé deviendront les permanents de Lévénement. D’ici là, les trois structures existantes vont disparaître et nous avons créé une gouvernance provisoire qui va piloter la nouvelle association jusqu’à la première assemblée générale, qui se tiendra au printemps. Elle est constituée de quatre représentants de chacun des organismes actuels, soit 12 personnes, et deviendra le premier conseil d’administration de Lévénement en attendant les élections, avec une coprésidence des trois présidents actuels : Julien Carette pour l’AACC, Jacques-Olivier Broner pour Le Raffut, et moi-même. Par ailleurs, nous allons créer trois collèges auxquels les adhérents s’inscriront : la communication interne, la communication professionnelle et la communication grand public. Car certaines problématiques métiers sont différentes selon les agences. Parallèlement, Lévénement va adhérer à

UNE ÉCOLE POUR LA RENTRÉE 2016 Porté depuis plusieurs années par l’Anaé, le projet d’école de formation aux métiers de la communication événementielle devrait voir le jour en septembre 2016, avec 60 étudiants. Il sera voté en assemblée générale extraordinaire en fin d’année et permettra d’utiliser les fonds propres de l’Anaé, qu’il n’est pas possible juridiquement de restituer aux adhérents. L’association apportera ensuite cette école en tant qu’actif à Lévénement. Il s’agira d’une entreprise commerciale, dont le capital pourra être ouvert à des entreprises ou organismes professionnels. Ouverte au bac +3, cette école proposera un cycle en deux ans, avec un tronc commun la première année, puis une spécialisation la seconde : directeur de projet, directeur de production et directeur de site événementiel. Il s’agira d’une école nomade, avec des cours proposés dans différents lieux, donnés pour 50 % en anglais. Cette formation devrait être validée à moyen terme par un master. l’Unimev (Union française des métiers de l’événement) pour représenter les agences événementielles, aux cotés des organisateurs de foires, et de salons, des exploitants de salles et palais des congrès, dans le cadre de notre casquette production. Pour l’aspect conseil en communication, nous discutons d’une adhésion à l’AACC, qui doit toutefois modifier ses statuts pour nous accueillir.

Quels seront vos chantiers prioritaires ? Ensemble, nous allons pouvoir affirmer nos spécificités, mutualiser nos ressources de réflexion, de négociation et de promotion, simplifier la représentation de nos métiers, valoriser et animer une filière multipolaire et peser sur les négociations institutionnelles. L’un des premiers gros chantiers sera lié à la rémunération, les bonnes pratiques, les process ; avec notamment la rémunération de la partie intellectuelle et de la création. Les annonceurs nous demandent des idées, mais nous achètent principalement de la production. Nous devons mieux valoriser notre travail de conseil et de création. Il y a aussi un gros travail à effectuer sur le droit social avec l’Unimev et les pouvoirs publics, notamment autour de l’intermittence et des professions non

permanentes. On peut déplorer de ne pas avoir de contrats de CDD d’usage dans notre filière. Il nous faut aussi réfléchir à la relation annonceurs/ agences afin de mieux travailler ensemble, et aux aspects juridiques et sociaux. Il n’existe pas une convention collective unique pour les agences de communication événementielle mais au moins 5 différentes ; et sept codes APE différents ! Nous devons travailler avec les pouvoirs publics pour mieux identifier notre métier.

Et la communication ? La communication est un chantier fondamental, tant auprès des institutions que de nos clients, afin de rappeler la valeur ajoutée de nos métiers et « réanoblir » notre profession, autour de valeurs telles que le dynamisme ou l’enthousiasme. En nous regroupant, nous pourrons dégager des moyens accrus. Le Raffut était connu pour sa communication festive avec notamment le Prix de l’événement grand public, l’Anaé était plus institutionnelle. Lévénement va se nourrir de ces expériences pour initier une communication plus efficiente et plus globale ; faire d’une part de la communication institutionnelle pour valoriser nos métiers, et d’autre part organiser des actions auprès du grand public, impertinentes et festives… ■

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 7


NEWS AGENCES

©DR

On apprenait en juillet dernier que Michel Rivet était le nouveau directeur général de Moma Event. C’est une figure bien connue de la communication événementielle puisqu’il a longtemps occupé la place de directeur général adjoint du Public Système. Moma Event vient aussi d’annoncer qu’il avait trouvé un accord avec Elior pour reprendre l’exploitation de la Compagnie des bateaux à roue à Paris.

• Le Public Système change de nom et d’adresse Les grands changements continuent au Public Système. L’agence de conseil en communication qui avait adopté le nom de son groupe (Hopscotch) en février dernier, continue son intégration à ce dernier. Les branches dédiées à l’événementiel et au voyage deviennent Hopscotch Event et Hopscotch Travel. Elle a aussi déménagé dans le 2e arrondissement où sont réunies l’ensemble des activités de l’entreprise Hopscotch Paris.

• Aviareps sur tous les fronts

©Fotolia / Jan Becke

Alors qu’Aviareps vient d’être mandatée par les autorités publiques de l’Île Maurice pour la représenter sur le marché français. L’agence annonce l’ouverture de son deuxième bureau au Japon. Après Tokyo, c’est donc à Osaka que le spécialiste de la promotion commerciale du tourisme s’installe.

BCD Travel accueille BSI France

B

CD Travel, entreprise offrant des solutions pour rationaliser les coûts des voyages d’affaires, à annoncer avoir acheter la branche française de BSI, société de gestion des achats et des dépenses pour le secteur de l’hébergement et des réunions. Ce rachat vient renforcer BCD Meetings & Events, petite sœur de BCD Travel dédiée au MICE. C’est sous cette entité que BCD va exploiter les services événementiels et d’organisation de réunion de BSI. Son expertise : la sélection de sites, la réservation de réunion en ligne, la gestion et la délégation de lieux de réunion ainsi que le suivi de la sécurité. L’accord prévoit aussi un transfert de technologie permettant à BCD d’avoir accès aux contenus et tarifs spéciaux de BSI dans le secteur de l’hôtellerie. De son côté Capital

Travel & Events, propriétaire de BSI et partenaire de BCD, va continuer de gérer la filiale anglaise. « L’accord apporte aux anciens clients de BSI France une confiance accrue dans la future continuité opérationnelle de l’organisation sur le marché français ainsi qu’un accès immédiat aux innovations permanentes de BCD en matière de produits et de services. Et pour sa part, BCD Travel peut miser sur le succès de BSI en France et faire connaitre la marque BCD Meetings & Events à un vaste portefeuille de clients français satisfaits », explique Heinz Jennewein, senior vice president EMEA South West de BCD Travel.

Bpifrance investit dans l’événementiel

C

’est en entrant au capital du Groupe La Fonderie que Bpifrance, filiale de la Caisse des Dépôts et de l’État, fait son apparition dans le secteur événementiel. Le Groupe organisé autour de la conception et l’organisation d’événements BtoB, de voyages événementiels, de congrès et la production de rassemblements grand public se renforce donc pour mieux s’adapter aux besoins du marché. Grâce à cet apport financier de 3 millions d’euros La Fonderie valide la reprise de la société SDT Events, la création de la Fonderie Ressources et le développement d’une nouvelle plate-forme informatique. « L’entrée de Bpifrance au capital du Groupe La Fonderie constitue une étape essentielle dans le développement de notre groupe. Nous

8 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

allons accroître notre surface financière pour atteindre un chiffre d’affaires de 25 millions € via le rapprochement avec SDT Events, que nous sommes ravis d’accueillir dans nos locaux à Pantin, dès le mois de juillet. Cette entrée au capital représente également un levier majeur dans le renforcement de notre croissance interne, notamment dans la nouvelle activité back office administratif, un moteur de croissance important pour le Groupe La Fonderie », souligne Marc-Elie Weil, président du Groupe.

©Karine Costa

• Moma Event : un nouveau dg monte sur le pont


NEWS RÉCEPTIFS

©Fotolia / Kikujungboy

• La confiance, ça se travaille ! Nous ne sommes pas dans l’incentive à proprement parler, mais l’information est originale. Le magicien et humoriste Éric Antoine propose ses services aux entreprises. Avec sa conférence « Optimystique », il présente une conférence spectacle qui a pour but de doper la force de conviction et la confiance des participants. La prestation d’une heure est suivie de 30 minutes de questions/réponses avec le public.

L

e bureau de représentation SB Mice Consulting déjà bien installé en Europe avec son catalogue d’une quinzaine de destinations se renforce à l’international avec l’arrivée dans ses rangs des agences réceptives Colombia en Colores et Argentina en Colores dirigées par Marc Glatigny. Si cette dernière existe déjà depuis quelques années, le bureau colombien du DMC installé à Bogota est lui en plein développement. « Le long-courrier repart, je voulais donc m’ouvrir à l’international. Nous avons commencé l’année dernière avec Incent India, Himalayan Destinations (Népal) et Incent Lanka (Sri Lanka). En signant avec Colombia en Colores cela coulait de source de signer aussi Argentina en Colores. La Colombie est une destination qui émerge ! » souligne Sylvie Bordeloup

©DR

L’agence réceptive Other Ways rentre dans l’équipe de Safran RP. Créée en 2002 et basée à Bangkok en Thaïlande, elle possède aussi des bureaux au Cambodge, au Laos, au Vietnam, en Birmanie et au Myanmar. Spécialisée dans le voyage incentive, Other Ways a une véritable expertise sur cette zone géographique du monde. Avec Hi Tours, le bureau de représentation de François et Sabine Aucoin renforce encore un peu plus sa présence en Asie.

SB Mice Consulting s’ouvre à l’Amérique du Sud

directrice de SB Mice Consulting. Pour appuyer ses propos, on peut citer les nombreuses nouveautés hôtelières : l’ouverture du W Bogota en décembre dernier ou de l’Intercontinental Cartagena en juin, et d’autres très attendues, telles que les deux Four Seasons (prévues en novembre et en mars). Grâce aux importants efforts des autorités, la Colombie est de plus en plus sûre et devient plus que jamais une destination MICE séduisante.

Echapevoo en Haïti

L

a nouvelle destination d’Echapevoo est donc Haïti. Avec Tour Haïti, le bureau de représentation d’Alia Boukhris met le cap sur une île des Caraïbes dont les richesses sont encore trop ignorées. La structure qui a été créée par des professionnels d’horizons du tourisme) propose variés (architectes, pay- des formules packagées sagistes et spécialistes permettant de décou©Fotolia

• Safran prend la direction de l’Asie du Sud-Est

vrir le pays, sa population, sa culture… Les expériences sont très différentes de l’hébergement qui se peut se faire en hôtel, guest house, tentes ou chez l’habitant jusqu’au choix des excursions proposant des visites de sites touristiques ou environnementaux, de sites culturels, historiques ou « éducatifs »…

La Pologne accueille un nouveau réceptif

B

asée à Varsovie, l’agence réceptive PolandPops Meetings & Incentives est une petite nouvelle sur le marché. Proposant incentive, séminaire ou team building sur la capitale, mais pas seulement – des villes importantes comme Cracovie ou Gdansk font aussi partie de

sa zone d’action – , elle est spécialisée dans le tourisme d’affaires sur mesure et les voyages à thème. Elle organise tout sorte d’activités comme une descente en radeaux sur le Dunajec ou des soirées clubbing dans la station balnéaire de Sopot. À sa tête, Dorota Goetzen qui

10 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

est passée par le département francophone chez Mazurkas Travel DMC, avant de créer le département MICE d’Haxel Events & Incentive qu’elle a dirigé pendant 10 ans. L’agence sera représentée en France par Mice Connections à partir du 1er janvier.


6

��������������������

��������������������

��������������� Paris, Porte de Versailles

��������������IFTMM


NEWS TRANSPORTS

Air Austral s’envole pour Mayotte

D

©DR

epuis l’arrêt des opérations de Varig puis le départ de Tam pour oneworld en 2014, Star Alliance était orpheline au Brésil. À la veille des JO de Rio, l’alliance remet un pied dans le pays en accueillant dans ses rangs Avianca Brasil. La mise en place de code shares avec les autres compagnies membres va permettre aux passagers d’accéder à un choix de quinze nouvelles destinations au Brésil, en correspondance depuis les hubs de Sao Paulo, Rio et Brasilia.

vée dans la flotte de deux Boeing 787. Par ailleurs, deux Boeing 777 neufs vont remplacer les 777 actuels vieillissants. Ils vont permettre à la compagnie d’améliorer encore ses standards de qualité. « Après la nouvelle identité visuelle dévoilée l’an dernier et la mise en place de nouveaux services et produits à bord, nous allons totalement rénover les cabines de nos avions, avec l’installation de fauteuils de nouvelle génération dans toutes nos classes. Plus que jamais, Air Austral a

pour objectif d’être la compagnie de référence dans l’océan Indien » commente Jean-Marc Grazzini, directeur général adjoint. La prochaine étape devrait être la mise en place d’une alliance aérienne des compagnies de l’océan Indien, à la manière de Skyteam ou de Star Alliance. Elle pourrait regrouper, outre Air Austral, Air Mauritius, Air Seychelles et Air Madagascar. L’ensemble dispose d’une flotte de 30 appareils et emploie 6 000 salariés.

Austrian Airlines se met au chaud pour l’hiver

A

ustrian Airlines déploie son réseau pour l’hiver, avec trois nouvelles destinations longcourriers au départ de son hub de Vienne : Miami (5 vols/sem), Colombo (1 vol/sem) et Maurice (1 à 2 vols/sem). Ces nouvelles lignes seront en correspondance avec les vols depuis Paris, Lyon et Nice. Ce renforcement de programme coïncide avec la mise en place d’une nouvelle offre tarifaire sur les vols européens, à l’instar de ce que proposent toutes les compagnies membres du groupe Lufthansa dès cet automne. À bord, les passagers auront désormais le choix entre quatre catégories tarifaires : la classe affaires, et trois tarifs en classe éco. Baptisé « light », le tarif le plus bas est non modifiable et n’inclut qu’un bagage à main. Il est complété par les tarifs Classic et Flex. Austrian Airlines est plus particulièrement spécialiste de l’Europe centrale et orientale, où elle propose 39 destinations dans 25 pays. Forte de ces nouveautés, Austrian Arlines espère reprendre de l’altitude après une période de fortes restructurations pour faire face aux assauts des low cost. Elle ambitionne de créer 400 emplois et d’augmenter son chiffre d’affaires de 210 M€ dans les prochaines années.

12 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©DR

Avianca Brasil rejoint Star Alliance

©DR

À

compter du 16 juin, Air Austral proposera deux rotations par semaine pour Mayotte. Les vols de nuit seront opérés chaque mercredi et samedi au départ de Paris/CDG, avec le tout nouveau Boeing 787 bi-classes, de 262 sièges. Les prix démarrent à 785 € TTC l’A/R. Parallèlement, la compagnie de l’océan Indien poursuit sa desserte quotidienne du nouveau département français au départ de Saint-Denis de la Réunion. Avec cette nouveauté, Air Austral repart de l’avant et confirme son redressement. Le transporteur de La Réunion a réalisé un chiffre d’affaires de 347 M€ pour son exercice clos le 31 mars 2015 (en légère baisse), mais a dégagé un résultat d’exploitation de 6,9 M €, après plusieurs années de turbulence. Si le nombre de passagers a diminué de 3 % du fait d’une réduction des capacités, le taux de remplissage a grimpé à 86 %, et même 89 % pour les vols long-courriers. L’année 2016 sera marquée par l’arri-


NEWS HÔTELS • LEGO et le Hilton Paris Opera présentent leurs activités

Le Royal Monceau fait sa rentrée MICE

• LUX * se développe en Chine LUX* Resorts & Hotels continue son développement en Chine en ouvrant son deuxième boutique-hôtel dans la région du Shangri-La. La nouvelle adresse est le LUX* Tea Horse Road Benzilan et elle ouvrira ses portes courant du mois d’octobre.

©DR

S’amuser à reproduire le logo de son entreprise, des bâtiments parisiens ou tout simplement laisser libre cours à son imagination à l’aide des petites briques de toutes les couleurs de la célèbre marque danoise, voilà la nouvelle proposition team building du Hilton Paris Opera. Les activités peuvent, bien sûr, prendre de nombreuses autres formes et viennent compléter l’offre séminaires & incentive de l’établissement.

e palace parisien qui s’est spécialisé dans les petits séminaires et l’incentive haut de gamme depuis sa rénovation conduite par Philippe Starck en 2010 vient d’annoncer ses nouveautés pour la rentrée. Il lance une formule « Meeting Detox », imaginée par son chef Laurent André, qui allie journée de travail et prestations culinaires équilibrées. L’offre comprend aussi une heure de yoga ou de pilates au cœur de ce sublime lieu. L’autre nouveauté est culturelle puisque l’établissement présente des parcours nommés « Expérience Lifestyle » qui se déclinent en trois propositions. Un « Art tour » qui vous fait arpenter les couloirs de l’hôtel en compagnie de Julie Eugène, son Art Concierge, à la découverte de son exceptionnelle collection d’œuvres (plus de 350 pièces) ; une projection privée dans son cinéma de 99 places (le Royal Monceau est le seul palace parisien à posséder sa salle) ; ou des ateliers de cuisine avec les chefs de

©DR

©DR

L

ses restaurants. Outre les trois suites présidentielles privatisables pour des réunions et toutes autres sortes de petits événements d’entreprises, l’hôtel dispose d’une salle de réunion de 150 m2 pouvant être divisée en trois salons et une galerie d’art pouvant accueillir jusqu’à 50 pax en cocktail.

Le Mövenpick Hotel Paris Neuilly décline son offre

Le Renaissance Hong Kong Harbour View accueille le monde

S

S

14 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

itué à deux pas du Centre des Congrès et des Expositions d’Hong Kong, l’hôtel Renaissance Harbour View propose 857 chambres offrant une vue panoramique sur le port de Victoria. Ses 1 300 m2 d’espace fonctionnel se divise en salles polyvalentes (les Oasis et les Concord), ainsi que huit salles de réunion. Les salles Oasis et Concord sont équipées de projecteurs LCD, de connexion wi-fi haut débit et de tout le matériel permettant d’organiser des visiocon-

férences. Plusieurs restaurants sont à la disposition de ses clients dont le Dynasty qui propose un éventail de spécialités authentiques revisitant l’héritage chinois avec talent.

©DR

©DR

itué à cinq minutes de la porte Maillot, l’hôtel Mövenpick de Neuilly qui vient de finir son programme de rénovation se positionne toujours comme une référence pour le MICE. Avec ses 1 200 m2 d’espaces conférences, banquets, expositions pouvant accueillir 224 personnes en réunion et 400 en format cocktail, il espère continuer à attirer toutes sortes d’événements professionnels. 17 de ses 20 salles de séminaires donnent sur l’extérieure, tandis que sa terrasse et ses jardins sont privatisables. L’établissement propose aussi des pauses thématisées « tout choux », « tout chocolat », « tout fruit », et différentes formules de restauration. Une journée d’études Premium coûte 114 euros par personnes et la chambre est à partir de 169 euros pour les groupes.


Un lieu d’exception à la hauteur de vos ambitions

Situé à seulement 35 minutes de Cannes, 45 minutes de l’aéroport international de Nice. Accès hélicoptère.

TERRE BLANCHE HOTEL SPA GOLF RESORT***** 115 SUITES & VILLAS • 4 RESTAURANTS • SPA • DEUX PARCOURS DE GOLF 18-TROUS • ALBATROS GOLF PERFORMANCE CENTER • IMMOBILIER Réservations Hôtel : +33 (0)4 94 39 36 00 - reservations.hotel@terre-blanche.com www.terre-blanche.com

VOYAGE STRATEGIE-Sept-2015-v1.indd 1

18/09/2015 09:42:04


NEWS INTERNATIONALES QUESTIONS À... Wahida Jaiet,

nouvelle directrice de l’Office National du Tourisme Tunisien à Paris.

©DR

« NOUS DEVONS RECONQUÉRIR LA CONFIANCE DES VOYAGEURS » Quelles mesures de sécurité ont été prises pour garantir la sérénité des voyageurs ? Les dispositifs de sécurité ont été renforcés partout. Un maillage très fin a été mis en place par le ministère de l’intérieur, relayé par des cellules de coordination sur tout le territoire. L’état d’urgence a été prolongé mais cela ne doit pas dissuader les voyageurs. Comme le précise le ministère des Affaires Etrangères françaises, il faut simplement être vigilant. Les Tunisiens le sont, ils veillent sur les visiteurs. ■

Le monde du tourisme exprime-t-il sa solidarité avec la Tunisie ? L’Organisation Mondiale du ■ La France est le premier Tourisme tiendra sa conférence partenaire économique de la internationale sur le tourisme et Tunisie, cela se traduit-il aussi les médias à Tunis, les 12 et 13 par des opérations MICE ? novembre prochains. C’est un Plus de mille entreprises françaises signal positif, un soutien pour sont installées en Tunisie. Nous notre industrie.

L’Algarve est prête à accueillir les entreprises

L

allons aller vers elles, leur demander de témoigner, travailler sur l’image, le « brand content » en concertation avec la FIPA, l’agence publique d’aide à l’investissement extérieur. Les chambres de commerce bilatérales sont également très actives. Au-delà des difficultés, il existe une dynamique. Mais nous savons que la reprise prendra du temps.

e sud du Portugal attire de nombreux touristes chaque été, mais il aimerait accueillir plus d’événements professionnels pour remplir ses hôtels tout au long de l’année. La région de Faro a ainsi vu se rénover nombre d’établissement en 2015. Et sur ce point, on peut dire qu’aujourd’hui, son offre haut de gamme est impressionnante. Avec le Vila Vita Parc*****, le Sheraton Algarve Hotel*****, le Vila Monte Farm House, le Dona Filipa Hotel*****, ou encore l’Hôtel Jupiter****, c’est une avalanche d’options et possibilités qui s’offrent aux organisateurs. Ils possèdent, bien sûr, tous des salles de conférence ou de réunion et pour certains des restaurants étoilés et même des golfs ! Deux autres projets 5 étoiles sont prévus pour la fin de l’année et pour 2017.

Séoul fait ses propositions MICE

A

nnoncé par le maire de Séoul durant le Seoul MICE Beijing Road Show, la ville lance une campagne pour soutenir son activité sur les événements professionnels en fin d’année. S’ils dépassent les 50 personnes et restent au moins deux nuits consécutives sur place, ils auront accès à une série de programmes incentive. Des places pourront être réservées pour un gigantesque concert de K-Pop ou pour le festival international de feux d’artifices

16 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

qui se dérouleront en octobre. Séoul propose aussi d’offrir des packages comprenant guide touristique, restaurants et spectacles. Il ne reste plus beaucoup de temps pour commander l’une de ces options puisque la campagne prend fin le 30 septembre.

©Fotolia / Tanawatponchour

Le tourisme tunisien est en crise et le MICE est particulièrement touché. Quelle est la stratégie de relance ? Comme les autres segments de marché, le MICE a été frappé de plein fouet par les attentats. Nous devons repenser notre façon d’approcher les opérateurs, reconquérir la confiance des voyageurs. Nous devons travailler à l’amélioration des produits, augmenter les échanges, les formations ; la suppression de la taxe de séjour, effective depuis le 31 août, est une première mesure concrète. L’industrie touristique est extrêmement résiliente, les gens ont la faculté d’oublier. Mais cela prendra du temps. Il faut travailler en B2B comme en B2C, notamment avec des actions de marketing direct.


La seule offre média complète sur le marché du MICE > Trois magazines diffusés ensemble pour proposer des contenus spécifiques et approfondis sur chaque métier du MICE

SEPT. - OCT. 2015

✔ Voyages & Stratégie pour le Tourisme d’Affaires international ✔ Voyages d’Affaires pour les déplacements d’affaires ✔ Événements & Conventions pour l’Événementiel en France

Magazin

N°21

EY SYDN RALIAN L’AUST

DREAM

e bimes tr

iel - N°9 - Septem b

re / Oc tobre

DÉCRYPTAG

2015 9€

E

Marseille plus la belle escapaAix, de MICE ENQUÊTES

Stade / Are Il peut y avoirna du sport ! La décoration de l’imaginatio événementielle, n à l’impact

RÉGIONS

Paris Île le--de de-Fr

ce un leadershanip fragile

Abonn Anneument

49 € el

au lieu ENT RET IEN

, Marc Leidelinger Travel Frequent Flyer

NT

HÉBERGEME

le « show room Aéroports : hôtelières des chaînes

de 79 €

TRA NSP ORT »

de Le modèle hybri Europe s’impose en

Paris Expo Porte

de Versailles

Votre abonnement comprend

6

prochains numéros de Voyages & Stratégie, Voyages d’Affaires, Événements & Conventions

GUIDE DMC RÉPERTOIRE MONDIAL

2 newsletters / mois Voyages & Stratégie 2 newsletters / mois Voyages d’Affaires

Le Guide DMC 2015-2016

AFRIQUE / MOYEN

OFFICE DU TOURISME

DES RÉCEPTIFS

EUROPE ASIE / PACIFIQUE AMÉRIQUES ORIENT / OCEAN INDIEN

ÉGYPTIEN

45 rue Pierre Charron - 75008 Paris tél. : 01 45 62 94 42 email : info.fr@egypt.travel www.egypt.travel

— ÉDITION 2015-2016

ABONNEZ-VOUS !

Bulletin à remplir et à renvoyer accompagné de votre réglement à Acta Media - Service Abonnement 136 rue Perronet - 92 200 Neuilly sur Seine

Oui, je m’abonne pour 1 an à Voyages & Stratégie au tarif promotionnel de 49 € (TVA 2,10%) Nom .............................................................................................. Prénom ......................................................................................... Entreprise ..................................................................................... Fonction ........................................................................................

Tél. ............................................................................................... Courriel ......................................................................................... Date et Signature

Adresse ........................................................................................ Code postal ............................ Ville ..............................................

Je règle la somme de 49 € (France Métropolitaine) + 10 € (Europe et DOM-TOM) ou + 15€ (autres pays).

❑ par chèque à l’ordre de Acta Média ❑ Je souhaite recevoir une facture acquittée Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès aux données vous concernant en vous adressant à ACTA MEDIA, 136 rue Perronet - 92 200 Neuilly sur Seine


NEWS CONGRÈS / SALONS

• Strasbourg change de direction

©DR

Strasbourg événements a annoncé en juillet la nomination de Marc Wenger au poste de directeur général et d’Albane Pillaire à celui de directrice générale adjointe. Ils conduiront le projet de développement des activités prévoyant une croissance de 40 % du chiffre d’affaires sur 5 ans.

• Michel Dessolain nouveau directeur de Viparis

©Stefan Nimmesgern

Viparis a annoncé que Michel Dessolain était nommé au poste de directeur général. Il fait partie du groupe Unibail-Rodamco depuis 1997 pour lequel il a été directeur général du pôle Commerce en France puis directeur général des Opérations à la suite de la fusion avec Rodamco. Il succède à Renaud Hamaide qui occupait cette fonction depuis 2008.

Les nouveautés de l’IFTM Top Résa

N

ous vous parlions déjà dans notre numéro précédent du fait que l’IFTM Top Résa et le MAP Pro se tenaient pour la première fois dans le pavillon 1 du parc des expositions porte de Versailles, qu’ils partageaient un accueil commun et qu’ils ouvraient le même jour. Mais les nouveautés de cette édition sont bien plus nombreuses. À commencer par le Travel Hub, un espace qui regroupera 23 start-up couvrant un spectre d’activités allant du voyage jusqu’à la réservation de salle de réunion. Pour mieux les mettre en valeur un « start-up contest » sera organisé tous les jours et le 1er octobre sera désigné la « start-up IFTM Top Résa 2015 ». Onze de ces jeunes entreprises innovantes sont issues du fameux Welcome City Lab. Autre innovation, le Village de la Croisière qui comptera 31 croisiéristes et compagnies maritimes. Tous les acteurs incontournables de ce secteur qui ne connaît pas la crise seront présents et auront donc leur espace dédié. Enfin le Village des Parcs sera lui aussi tout neuf avec comme exposants le Puy du Fou, le Futuroscope, Europa Park et le Zoo Beauval. Pour le reste, la formule ne change pas. Les habitués retrouveront le Club Affaires et ses 30 exposants, les grandes chaînes hôtelières, les compagnies aériennes, les TO…

©Emmanuel Nguyen Ngoc

Meeting Morocco est le premier salon marocain du séminaire et de l’événement professionnel. Il se tiendra les 14 et 15 janvier 2016 à Marrakech. CRT, hôtels et chaînes hôtelières ayant une offre MICE, centres de congrès, lieux événementiels, DMC, agences réceptives et événementielles sont attendus. Des invitations VIP seront envoyées à plus de 800 entreprises marocaines. Le salon accueillera de 100 à 150 acheteurs étrangers.

Heavent Paris 2015, c’est pour novembre

L

a 15e édition d’Heavent Paris 2015 se déroulera du 24 au 26 novembre au Pavillon 4 de Paris Expo Porte de Versailles. Toujours sur accréditation, l’événement est réservé aux professionnels, acheteurs de solutions et de services. Différents espaces seront installés : lieux événementiels et traiteurs, solutions numériques pour les congrès et centres d’exposition, constructeurs de stand, et animations. Huit prix, les Heavent Awards, seront distribués pour l’innovation technique et technologie, l’innovation digitale, l’innovation de service, meilleur stand technique et technologie, meilleur stand création et décoration, meilleur stand éco-conception, meilleur stand accueil et réception. Un prix viendra aussi récompenser le meilleur stand de l’année 2015. Pour cette édition, Heavent relance

18 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

sa grande soirée qui se tiendra le mercredi 25 novembre. Comme à chaque fois de nombreux débats et conférences seront organisés. Le rendez-vous se tiendra conjointement aux salons Séminaire Expo qui réunira hôtels, lieux réceptifs, destinations, palais des congrès… et Affaires de Cadeaux qui, comme son nom l’indique, est dédié aux cadeaux d’affaires et d’entreprise.

©JC Guilloux

• Marrakech lance son salon séminaire


Paris : un bon bilan de début d’année

P

©Sofiacome

our connaître comment se porte le tourisme d’affaires à Paris, un bon indicateur est la présence de la clientèle française. Si elle était en baisse de 2,8 % au premier semestre de l’année, elle a augmenté de 2,7 % en juin. Après un premier trimestre 2015 morose avec une baisse de 9,7 % des nuitées d’affaires à Paris, le tourisme d’affaires a retrouvé quelques couleurs au second avec 7,4 millions de nuitées représentant une progression de 18,2 %.

Languedoc Nature, l’incentive éco-responsable

L

©DR

’agence Languedoc Nature est née en juin 2004 de l’amour que Fabienne et Frédéric Certain pour leur région. Membre de l’association V.V.E (Voyageurs et Voyagistes Éco-responsable), elle a reçu en mai 2014 l’agrément du volet 3 de la Charte européenne du Tourisme Durable faisant de Languedoc Nature un des sept premiers organisateurs de voyages à être distingués pour son implication dans le développement durable et la

construction de produits touristiques durables sur les territoires des espaces protégés. Elle propose des séjours thématiques : randonnée pédestre, VTT et cyclotourisme, raid nordique, écotourisme... Languedoc Nature est aussi un membre fondateur d’Occigène, une association réunissant des professionnels d’activités et du tourisme de pleine nature engagés pour la promotion de prestation de qualité et labellisés Qualité Hérault.


NEWS CROISIÈRE

©DR

• Le Sea Pearl à 100 ans Silhouette Cruises LTD fête les 100 ans de son plus vieux navire en proposant de découvrir les Seychelles à son bord. Le Sea Pearl, construit en 1915 pour la pêche au hareng, rénové en 1999 après avoir eu plusieurs vies, voguera donc de novembre à avril au cœur des îles seychelloises pour des croisières hebdomadaires de 6 nuits au départ de Praslin.

• Star Clippers mise sur le cigare Du 21 janvier au 1er février 2016, la compagnie Star Clippers embarque les amateurs de cigares pour une découverte de Cuba, de son emblématique feuille de tabac roulée, et des îles des Caraïbes. Trois spécialistes (cigare, alcool et maritime) donneront des conférences et distilleront leurs conseils tout au long du voyage. Quelques escales ont déjà été dévoilées : La havane, Vinales, Cienfuegos, Georgetown, Cayo Rico…

L

e nouveau navire de la compagnie Hurtigruten, spécialiste des croisières dans les fjords norvégiens et en eaux polaires, arbore enfin son patronyme définitif. Sorti des chantiers navals portugais en 2009, Hurtigruten avait choisi de lancer un concours pour choisir son nom lors de sa mise à l’eau en juin dernier. Après un trie dans plus de 15 000 propositions, il est baptisé MS Spitsbergen en référence à la deuxième plus grande île de l’archipel du Svalbard. « La plupart des propositions provenaient évidemment de la Norvège, de l’Europe continentale, en particulier de l’Allemagne, RoyaumeUni et de la France. Mais des suggestions sont également arrivées des États-Unis, d’Australie, de Nouvelle-Zélande et de

©DR

Pour ses croisières de septembre à mars, la compagnie Ponant propose de nouvelles destinations. Parmi celles-ci : La Polynésie et la Nouvelle-Calédonie avec des escales sur l’Île de Pâques et aux Îles Salomon, et la Baie de Californie ou la mer de Cortez au départ de San Francisco. Elle aura aussi trois navires qui sillonneront l’Antarctique dont son tout nouveau Lyrial que nous vous avons présenté dans un précédent numéro.

Le MS Spitsbergen arbore enfin son nom

pays asiatiques , a déclaré le CEO de Hurtigruten AS, Daniel Skjeldam. Premier navire Hurtigruten depuis 10 ans, le MS Spitsbergen a une capacité de 180 lits et est, bien sûr, optimisé pour la navigation dans les eaux polaires. La flotte de Hurtigruten est désormais constituée de 13 navires, et avec le MS Spitsbergen, elle dispose de deux bateaux proposant la découverte des pôles.

Costa Croisière commande deux navires de nouvelle génération

L

es croisiéristes grand public sont lancés dans une course au gigantisme, et dans cette compétition Costa Croisière ne compte pas laisser sa place à ses concurrents. L’entreprise italienne vient d’annoncer le lancement de la construction de

©DR

• Les destinations hivernales de Ponant

deux nouveaux navires de 2 600 cabines chacun, pouvant accueillir jusqu’à 6 600 passagers à leur bord. Au-delà des tailles démesurées de ces futurs paquebots, c’est leur technologie qui fera la différence puisqu’ils seront les premiers bateaux de cette envergure à fonctionner au gaz naturel liquifié. Deux autres navires ont été annoncés un peu plus tôt dans l’année pour Aida Cruises, la filière allemande du groupe Costa. Commandés aux chantiers Meyer à Turku en Finlande, ces deux paquebots seront livrés entre 2019 et 2020.

Cunard affiche ses tours du monde

D

isponible à la réservation depuis le 10 septembre, les offres tour du monde de la compagnie anglaise Cunard ont été révélées. Elles partiront le 10 janvier du port de Southampton pour y revenir le 10 mai. Trois navires de la flotte, le

Queen Mary 2, le Queen Victoria et le Queen Elizabeth, auront leur itinéraire respectif pour des durées de croisière de 118 et 120 nuits. Les voyages peuvent se décomposer en croisières plus courtes comme par exemple : Sydney – Hong Kong sur

20 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

le Queen Mary 2 (21 nuits) à partir de 3 319 euros, Rio de Janeiro – Valparaiso sur le Queen Victoria (13 nuits) à partir de 2 069 euros, ou encore Singapour – Le Cap sur le Queen Elizabeth (20 nuits) à partir de 3 179 euros.


Découvrez le nouveau site de Voyages-Strategie.com L’offre media web complète et unique couvrant tous les secteurs du MICE

3 home page dédiées aux 3 magazines spécifiques MICE  2 home page dédiées aux guides l’Atlas Incentive et DMC  2 newsletters par mois Voyages&Stratégie + Voyages d’Affaires 

Le site, les home page

Page d’accueil

Voyages&Stratégie

Les newsletters

Voyages d’Affaires

Événements&Conventions

www.voyages-strategie.com acta media - 136, rue Perronet - 92 200 Neuilly sur Seine - +33 1 49 64 47 47 - contact@acta-media.com


TABLE RONDE

En collaboration avec

Les enjeux du développement durable À la veille de la conférence Cop 21 sur le climat, la notion de développement durable s’impose doucement dans les entreprises. À moyen terme, les agences et prestataires qui ne s’engagent pas dans cette voie risquent d’être écartés du marché.

Table ronde animée par Thierry Beaurepère

Les participants à la table ronde :

GREEN ÉVÉNEMENTS Béatrice Eastham

UNIMEV Vincent Larquet

Photos de Cyril Etien

ECHAPEVOO Alia Boukhris

VIPARIS Nathalie Grimaud

22 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

SENSATION ! Dan-Antoine Blanc-Shapira


TABLE RONDE

L’état des lieux Dan-Antoine Blanc-Shapira Sensation est une agence de communication événementielle qui entend être moteur dans l’évolution des bonnes pratiques du métier en termes de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). À ce titre, je suis co-fondateur du collectif « Éco-événement », un rassemblement de tous les acteurs

autour d’une démarche de développement durable. L’événementiel n’a pas plus d’obligations que les autres industries sur ce point. Mais nous avons une responsabilité particulière du fait de certains facteurs propres à notre métier, comme le transport, l’aspect éphémère d’une opération… Par ailleurs, le voyage et l’événement sont des moments de cristallisation de l’attention, où les participants sont plus réceptifs. Ce sont des moments propices pour remettre en question les usages, réfléchir à comment les optimiser. Béatrice Eastham Green Événements est un cabinet de conseil qui accompagne les acteurs de l’événementiel, quelles que soient leur taille et leur secteur d’activités, sur la mise en place d’une démarche RSE. Nous avons aussi créé le site www.3-0.fr qui met en avant diverses initiatives. L’événementiel n’est pas parmi les métiers les plus engagés sur ce sujet, tout simplement parce qu’il n’y a pas de contraintes légales liées au dévelop-

pement durable, contrairement à d’autres secteurs d’activité. La profession a décidé d’avancer ensemble pour repenser ses modèles. Du coup, la démarche est plus apaisée, plus intelligente, plus collaborative, et donc plus durable. Avec néanmoins une difficulté : la parcellisation de la responsabilité. Des dizaines d’acteurs peuvent intervenir sur un même événement, chacun n’a qu’une partie du cahier des charges. Cela peut créer des frustrations, lorsque l’on constate que d’autres acteurs de la chaîne ne s’investissent pas de la même manière. Pour avancer plus vite, il est impératif que les grands donneurs d’ordre montrent la voie, ce qui encore loin d’être le cas. Dan-Antoine Blanc-Shapira Effectivement, les annonceurs ne mettent pas suffisamment la pression sur la chaîne de fabrication de l’événement ; alors que souvent, ils prennent des engagements publics très clairs. Cela dit, il y a une réelle prise de conscience et une mutation de la société qui

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 23


TABLE RONDE

s’opère, elle ne peut pas se faire en une semaine ! Quand on voit le chemin parcouru depuis 2007, c’est énorme. Les professionnels que nous sommes doivent tenir compte d’un certain nombre de leviers, environnementaux, budgétaires et surtout ne pas oublier l’objectif d’une opération. Elle a un rôle social, de communication, au sens noble du terme. Notre rôle est d’optimiser tout cela et de réduire ses impacts autant que possible. Vincent Larquet 400 entreprises sont membres de l’Union Française des Métiers de l’Evénement (Unimev), soit 90 % du marché de l’événement professionnel. Soit nous subissons la pression qui sera de plus en plus forte car la société civile va exiger des engagements durables et responsables. Soit nous prenons les devants. On sent qu’il y a aujourd’hui une prise de conscience et une maturité de la profession, qui est prête à travailler ensemble pour aller de l’avant. D’autant plus que les professionnels de la communication sont aux avantpostes de la compréhension des évolutions de notre société. S’ils n’avancent pas, la réglementation et les exigences des entreprises vont de toute façon les rattraper.

Nathalie Grimaud On constate clairement une accélération de la prise de conscience. Viparis gère dix sites de congrès et d’expositions. La conférence sur les changements climatiques Cop 21, que nous accueillons au Bourget, va être un catalyseur pour toute la filière. Le développement durable, c’est aussi le développement économique, la pérennité de l’entreprise et des emplois. La COP 21 a ellemême décidé de s’engager dans une démarche de certification ISO 20121, la norme de développement durable propre à la filière de l’événementiel qui existe depuis trois ans. C’est une première pour une COP. Du coup, l’état devient un donneur d’ordre engagé, s’impose une démarche à lui-même et entraîne avec lui tous les prestataires. Nous sommes clairement dans une logique de co-construction du cahier des charges avec la COP 21. Même si elle est très chronophage, cette démarche a de réelles vertus. De la contrainte naît la créativité ! Alia Boukhris Dans l’absolu, je suis à 100 % d’accord avec tout ce qui vient d’être dit. Cela dit, dans le voyage, si la demande des clients tend vers une démarche durable, on en est encore très loin dans les faits, sur

24 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

le terrain. Un transfert en calèche plutôt qu’en bus est certes éco-responsable, mais pas toujours compatible avec les problèmes de timing, avec des opérations de plus en plus resserrées dans le temps pour des contraintes budgétaires. Chez Echapevoo, nous essayons de proposer des prestations qui soient respectueuses de l’environnement autant que possibles mais finalement, le client revient la plupart du temps à des solutions classiques. Les professionnels français ont certes un rôle à jouer mais lorsque l’on part à Haïti, en Inde ou même en Tunisie, il est encore difficile d’insuffler cette notion de développement durable, de transmettre la bonne parole. À mon niveau, je constate que les annonceurs sont prêts à choisir des prestations ou des lieux répondant à des exigences durables, c’est même un élément dans de nombreux briefs. Mais on ne retrouve pas cette sensibilité partout dans le monde !

Quelles solutions ? Béatrice Eastham Nous accompagnons de plus en plus d’entreprises, y compris de moins de 10 salariés, qui souhaitent s’engager dans la voie du développement durable, avec souvent pour objectif une certification ISO 20121. Il ne s’agit pas savoir si de-


TABLE RONDE main, grâce à cette norme, je vais vendre plus. Le gain de clients ne doit pas être l’argument pour aller dans cette direction. Le sujet est plus vaste et plus complexe. Cette norme est très structurante et permet en premier lieu de revoir son business modèle. Au final, à travers une amélioration des process, elle se traduira par une croissance de l’activité. Il existe toutefois une petite prime aux premiers certifiés, qui attirent l’attention autour de leur démarche. Nathalie Grimaud Est-ce qu’il faut imposer une réglementation à la profession ? Pourquoi pas. Mais l’idéal serait que l’État, organisateur de nombreux événements, s’applique à lui-même ces bonnes pratiques et entraînent du coup avec lui toute la chaîne. Pour notre part, tous les sites de Viparis sont normés ISO 20121 de-

puis 2014. Ce n’est pas un critère différenciant qui fait qu’un client va nous choisir plutôt qu’un autre prestataire ; mais ce fut un critère structurant au sein de l’entreprise, qui a nécessité de rationaliser nos actions et notre énergie. Et tous les ans, un organisme extérieur vient vous rappeler nos engagements, c’est un élément de motivation permanente !

Dan-Antoine Blanc-Shapira Les professionnels que nous sommes se doivent d’être à la pointe de l’écoute de l’évolution de la société, et être prêts pour les changements qui se préparent. Pour ma part, je considère que rien n’est plus efficace qu’une démarche volontaire et partagée, il faut simplement l’encourager. Je suis contre la contrainte, le marché doit avoir l’intelligence d’évoluer de par lui-même. En tant que citoyen, je suis moins sensible au fait d’avoir 2 ou 3 champions du monde du développement durable qu’une homogénéité de la profession. Je préfère que tout le monde ait un niveau moyen, que l’on partage un dénominateur commun. Il faut que demain, la RSE ne soit pas un facteur différenciant, mais le minimum syndical d’un événement, au même titre que le respect du budget ou de la sécurité. J’ai trois arguments pour convaincre mes confrères de s’engager. Un : c’est bien ! Deux : si vous n’avancez pas, quelqu’un le fera avant vous. Trois: si vous n’y allez pas, vous allez perdre des parts de marché.

évolution ne fera pas tout, il nous faut aussi accompagner, encourager. Le marché est très segmenté, il est parfois difficile de faire passer un message global. Nous sommes passés d’une réflexion collective et générale il y a 7 ans à une certaine normalisation avec des chartes collectives et des règles déontologiques, puis la norme ISO 20121 que nous avons soutenue. Elle a permis de poser un cadre stable, avant d’aller vers des outils de plus en plus concrets. Comme par exemple notre calculateur de performance globale, lancé en juin dernier après 2 ans et demi de développement. Cette plateforme informatique invite les organisateurs à entrer des données liées à leur événement afin de l’évaluer. On va produire à partir de ces données un rapport de performance, qui permet de mieux piloter la construc-

Vincent Larquet Il est difficile de connaître le nombre de nos adhérents qui se sont lancés dans une démarche de certification, mais une majorité s’oriente vers la norme ISO 20121. Clairement, il y a une accélération du mouvement depuis quelques années. Mais cette Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 25


TABLE RONDE tion de cet événement. Le but n’est pas de mettre en concurrence les entreprises, les sites ou prestataires, mais de démontrer que des solutions techniques existent, d’éclairer l’organisateur sur ses choix.

Des annonceurs encore frileux Alia Boukhris QNous faisons de moins en moins d’opérations « bling bling » ou qui incluent des activités sportives comme du jet ski ou du quad. Mais pas nécessairement dans un souci de développement durable ! Il s’agit en premier lieu de problèmes liés aux assurances et ensuite pour des raisons d’image. Toutefois, le développement durable va au-delà de l’écologie. C’est aussi les rencontres, les échanges avec les populations, éventuellement la mise en place d’une action humanitaire ; autant de point sur lesquelles les entreprises sont de plus en plus à l’écoute. Les participants en sortent enrichis, apprennent la tolérance… À nous d’apporter du sens à une opération, dans une logique de performance globale.

Dan-Antoine Blanc-Shapira On nous choisit avant tout sur notre capacité à apporter une réponse pertinente à une problématique de communication événementielle. Au final, un seul tiers de mes clients vient pour mon engagement environnemental, le second tiers découvre la démarche

grâce à nous, et le dernier tiers s’en fiche. Le retour sur investissement d’un engagement durable ou d’une certification ne se mesure pas immédiatement. Ça rapporte seulement quelques points en plus, comme la natation au bac ! Pour autant, je considère que l’agence a pour rôle d’amener son client à faire mieux ; c’est la fierté de notre métier. C’est à nous de prêcher la bonne parole pour que les entreprises s’engagent. Nous avons par exemple organisé le congrès des HLM. Une fois que nous avons gagné l’appel d’offres, nous avons convaincu la direction d’engager une démarche environnementale, avec pour contrainte que cela ne coûte pas plus cher. Il a fallu faire des arbitrages dans un budget défini, en réfléchissant à chaque poste de dépenses. Le respect du social, du droit du travail, est aussi un élément à prendre en compte. Encore plus dans un métier comme l’événement où les délais sont courts et peuvent générer des surcoûts. Les entreprises l’entendent mais ne sont pas toujours prêtes à l’assumer. Je considère aussi que les annonceurs doivent aller plus loin. Il faut une cohérence entre les engagements qu’ils prennent lors de leurs prises de paroles publiques et dans les faits, lorsqu’ils achètent leurs prestations. Béatrice Eastham Effectivement, quand une entreprise s’engage dans une démarche RSE,

26 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

elle expose son image, sa réputation, avec du mécénat, des actions ciblées. Une fois qu’elle a mis le doigt dans l’engrenage, elle va devoir aller plus loin dans une logique de cohérence, jusque dans le choix de ses achats. Et un groupe international ne peut avoir un discours dans un pays, et un autre dans un autre pays. Il se doit d’être cohérent. À défaut, ces entreprises prennent le risque que la presse, le public via les réseaux sociaux, relèvent toutes les incohérences. Même si ça prend du temps, cette logique de cohérence liée à un engagement initial se met en place et va se renforcer dans les prochaines années. Vincent Larquet Même si un annonceur ne choisit pas encore un prestataire sur le seul critère du RSE, on note néanmoins une évolution sensible. Quand le salon de l’aéronautique du Bourget décide de se certifier ISO 20121, tous les prestataires et fournisseurs qui ne sont pas préparés à cette démarche en pâtissent… Si le développement durable n’est pas un critère de choix majeur pour l‘heure, il peut le devenir. Du jour au lendemain, les annonceurs peuvent décider d’en faire une priorité. Les acteurs de l’événementiel qui ne s’engagent pas sur ce chemin, et au-delà sur celui de la performance globale, prennent alors le risque d’être exclus des appels d’offres et de sortir du marché… ■


ILE MAURICE ILE DE LA RÉUNION MALDIVES

L’élégance Incentive


D’une île à l’autre

R

ose, rouge, violet, orange. Le ciel aux éclats flamboyants se transforme en un écran géant et illumine la côte de l’océan Indien. C’est bien cette magie qui a inspiré le groupe LUX* Resorts & Hotels pour devenir la seule et unique chaîne à avoir ses propriétés à la Réunion, aux Maldives, aux quatre coins de l’île Maurice et prochainement aux Emirats Arabes Unis.

S

es établissements considérés comme de véritables Resorts de luxe 4* et 5* s’ouvrent désormais aux entreprises : du comité de direction, grands comptes, fidélisation de clientèles à l’Incentive VIP, ils inventent l’Evénement grâce à une vaste palette d’espaces privatisables et une diversité de soirées thématiques proposées. Chez LUX* c’est l’audace qui l’emporte.

LUX* Resorts & Hotels c’est aussi … Merville Beach Grand Baie à Maurice au cœur de Grand Baie 169 Chambres 1 plénière 100 places Hotel Le Récif, Saint Gilles à La Réunion au cœur de Saint Gilles 146 chambres toutes faisant face à la mer 5 salles de conférences jusqu’à 220 places

LUX* Al Zorah Ouverture 2016 Situation : Ajman 30 min de l’aéroport de Dubaï et 10 min de Sharjah Architecte : Jean Michel Gathy Au bord d’une plage de 2kms et à proximité d’un parc naturel de mangroves avec golf 18 trous


LUX* Le Morne Raffinement confidentiel

L

e cadre, rien que le cadre ; l’établissement LUX* Le Morne séduit par sa situation exceptionnelle au pied d’une somptueuse montagne classée patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est sans aucun doute cet environnement privilégié qui rend l’adresse 5* unique dans le domaine de l’événementiel : toutes ses parties communes se situent en bordure du lagon ce qui garantit une ambiance si singulière lors d’un cocktail privatif face au coucher du soleil sur la plage de plus de 600 mètres dont dispose l’hôtel. Embrassé par des jardins tro-

picaux, l’établissement respire une ambiance intimiste ce qui en fait une adresse incontournable pour l’accueil des groupes à capacité moyenne et le rend particulièrement attrayant pour les réceptions VIP. La disposition de ses 149 chambres enveloppées d’une végétation luxuriante toutes orientées océan confirme sa position en tant que lieu de réception privilégié. Cette adresse si confidentielle propose trois restaurants et un bar à l’ambiance chic avec musique live le soir, un cadre idéal pour les soirées privatives plus animées à la touche lounge. Si le soir

l’hôtel LUX* Le Morne mise sur cette atmosphère intimiste, en journée il se transforme en point de départ idéal pour les excursions des alentours à la découverte de l’île Maurice authentique vers Chamarel, Tamarin ou encore Rivière Noire et il propose une large palette d’activités nautiques et quatre piscines entièrement adaptées aux animations ludiques. Un lieu d’inspiration sous le signe du « cocooning » dédié aux entreprises, pari gagné !


LUX* Belle Mare Bleu le jour, Rouge la nuit

B

ercée par une eau turquoise, la plage de Belle Mare de la côte est de l’île Maurice accueille une adresse 5* luxe avec chambres et villas spacieuses toutes orientées océan. Revisité fin 2014 par Kelly Hoppen, architecte décoratrice à renommée internationale l’établissement respire l’ambiance contemporaine. Offrant d’excellentes conditions de baignade, sa plage de sable blanc dominée par le restaurant Beach Rouge à l’inspiration tropézienne garantit un cadre original hors sentiers battus pour les évènements. Par ailleurs, les espaces privatisables sont multiples au LUX* Belle Mare : apéritif chic sur la plage, cocktail prestige sur le deck surplombant le lagon, soirée Be Red aux tables du Beach Rouge, ambiance Bollywood et dîner aux saveurs indiennes dans le restaurant étoilé AMARI. Les plaisirs culinaires sont en effet à l’honneur dans cette adresse de luxe proposant aux invités une palette impressionnante d’expériences gastronomiques de l’initiation à la cuisine chinoise aux dégustations créoles. Alors que les papilles se régalent aux stations culinaires, les amoureux du sport s’adonnent aux nombreuses ac-


tivités nautiques que propose le Boat house de l’hôtel ou encore ils profitent de la proximité des trois parcours de golf. Entre deux réunions à la salle de conférence pouvant accueillir jusqu’à 80 personnes en théâtre, les clients ont donc l’embarras du choix : épreuves sportives, expériences culinaires ou animations nocturnes, l’hôtel parie sur un accueil personnalisé à l’ombre des cocotiers. Décidément, le LUX* Belle Mare a de quoi séduire tous ceux qui ont gardé une âme de rêveur…


LUX* Grand Gaube garde son Cap

L

es plages de la côte Nord-est de l’île Maurice brillent de toutes les couleurs, la faune et la flore livrent tous leurs secrets et l’on s’émerveille devant la vue féérique sur les îlots du Nord qu’offre ce cadre époustouflant à seulement quelques minutes de Grand Baie. Elégamment posé sur une péninsule, l’hôtel LUX* Grand Gaube est caressé de trois plages et est doté de trois piscines, autant dire que l’ambiance y est festive et animée. Et pour cause, activités nautiques et sorties en catamaran vers les îles voisines rythment la vie de ce petit paradis terrestre suivies de soirées aux mille et une couleurs. Les baies encadrées de filaos s’illuminent, la côte vibre aux sons

de la musique traditionnelle créole et le restaurant Abalone se dressant sur la plage chouchoute les fins gourmets avec son dîner langoustes et fruits de mer. Entièrement privatisables, ces cadres insolites offrent de nombreuses alternatives à une soirée d’entreprise et complètent parfaitement les journées d’étude. Pour les échanges professionnels, l’hôtel vise également la perfection en garantissant aux entreprises un environnement d’exception au cœur des jardins tropicaux


grâce à une magnifique marquise pouvant abriter jusqu’à 300 personnes. Le tout, allié à une capacité importante en termes d’hébergement et à des tarifs très compétitifs, un véritable coup de cœur des décideurs pariant sur l’excellence accessible.


TAMASSA Le sens de la fête en «Tout Compris»

L

e sud-ouest renferme sans aucun doute les plus beaux secrets de la nature sauvage de l’île Maurice. Riche, intacte et authentique, cette région dominée par une végétation grandiose cache une adresse surprenante dont les contours contemporains semblent tout de même se fondre délicatement dans l’environnement vierge de ce coin de paradis. Niché dans un écrin préservé, le Tamassa s’étend sur un espace vaste, fleuri et arboré, ce qui en fait une adresse idéale pour l’organisation d’événements privatifs de toute taille. Sa salle de conférence convient pour l’accueil des groupes de taille moyenne avec une capacité de 80 personnes en théâtre. Ce Resort 4* proposant une formule all inclusive correspond donc parfaitement aux attentes des entreprises qui recherchent

un établissement moderne et plein de fraîcheur entre montagnes escarpées et lagon d’eau turquoise : le Tamassa allie nature, design et convivialité dans une ambiance très festive. En effet, l’hôtel vit aux rythmes des animations musicales et thématiques toute l’année et s’affiche comme adresse ultime des amoureux des sorties nocturnes grâce à sa discothèque la Jalsa. Très adapté aux forces de ventes et voyages de récompense, cet établissement dynamique au cœur


Parenthèse exclusive

R

obinsonnade. Qui n’a jamais rêvé de jouer à l’explorateur et de partir à la découverte d’une plage déserte tout en appréciant le privilège d’apprivoiser la nature et de contempler l’océan ? Pour ce faire, il suffit de s’éloigner un peu des côtes mauriciennes et se diriger vers l’île des Deux Cocos appartenant au groupe LUX* qui permet aux entreprises de se métamorphoser en Robinson Crusoé ! A seulement 10 minutes de l’aéroport international, ce bout de paradis entièrement privatisable offre une alternative insolite aux lieux événementiels traditionnels avec excursions à la journée et dîner prestige à la belle étoile pour une soirée de clôture en fanfares.

de l’île Maurice d’antan ouvre les portes d’un monde coloré : soirées chic sur la plage, cocktails dînatoires sous les palmiers ou encore concerts jazz privatifs agrémentent régulièrement les ateliers de travail, ce qui rend ce bout de paradis verdoyant si séduisant aux yeux des entreprises en quête de joie de vivre.


LUX* Saint Gilles, La Réunion Entre mer et feu, l’Incentive à Grands Spectacles

S

urgie du fond de l’océan, l’île de la Réunion réserve un mélange étonnant et passionnant de paysages aux curieux. Le contraste magique entre la quiétude légendaire de l’île et l’énergie débordante qui se dégage de ses terres lunaires et de ses falaises grandioses, en fait une destination unique. Les côtes réunionnaises sont, elles-aussi imprégnées de cette atmosphère à la fois paisible et bouillonnante : la ville de SaintGilles située sur le littoral ouest de l’île

se montre comme un spot de baignade calme mais tout aussi animé. C’est dans ce cadre dominé par la force de la nature que se cache le seul véritable resort de ce minuscule confetti de l’océan Indien. En parfait équilibre avec l’environnement intact de 7 hectares qui l’entoure, l’hôtel LUX* Saint Gilles, La Réunion avec ses villas créoles paraît comme un havre de paix à seulement quelques minutes de la vie animée de Saint-Gilles. Il se laisse bercer par les clapotis du plus grand la-


gon de l’île aux eaux cristallines que l’on admire volontiers depuis les chambres de l’établissement. Avec ses 7 salles de conférence modulables, cette adresse exclusive particulièrement adaptée aux réunions garantit un séjour professionnel sous le signe de l’élégance authentique pour tout type de groupe. Pour les événements privatifs, un large choix d’espaces privatisables s’offre aux entreprises : les jardins tropicaux, la plage ou encore les terrasses de la grande piscine en forme de lagon répondent aux attentes les plus insolites. Outre sa situation privilégiée comme point de départ pour la découverte des cirques ou du volcan de l’île, c’est sa programmation variée et très originale qui fait la réputation de l’hôtel LUX* Saint Gilles, La Réunion. Au menu, soirée créole avec live cooking, dégustation de rhum arrangé, beach party en privatif ou encore soirée dansante les pieds dans le sable. L’île de la Réunion provoque décidément un arc-en-ciel d’émotions.


LUX* Maldives Idylle corallienne

D

epuis le hublot de l’hydravion surfant en-dessus des nuages, le bleu de l’océan se prolonge à l’infini rythmé par quelques confettis de paradis. Soudainement, les contours d’une île se dessinent sous les yeux et l’observation laisse place à l’excitation : l’unique hôtel de l’île Dhidhoofinolu aux Maldives brille aux couleurs tropicales de l’archipel. Le LUX* Maldives où règnent élégance et intimité offre un environnement à couper le souffle pour vos invités. Bordé par 4 km de plage immaculée, cet établissement est bien plus qu’un hôtel classique : il est l’emblème ultime du luxe et de l’évasion. Et pour cause, un patchwork d’expériences culinaires de la cuisine italienne aux saveurs japonaises attend les groupes dans les 7 restaurants érigés à l’ombre du jardin tropical. Les soirées thématiques organisées s’articulent ellesaussi autour de la gastronomie et de la découverte de la culture locale. A l’abri de

LUX* Resorts & Hotels Bureau de Paris : tel +33 1 44 55 01 11 scecommercial@luxresorts.fr

l’agitation, l’hôtel LUX* Maldives réserve aux entreprises une expérience hors du commun avec au programme observation des requins-baleines, snorkeling et plongée sous-marine. A vos marques, prêts, rêvez !

en partenariat avec

Destinations Incentive - Informations & réservations Tel : 01 56 33 15 56 - Fax : 01 56 33 15 55 melkaim.destinations@wanadoo.fr destinations.incentive@wanadoo.fr 25 rue Fourcroy 75017 Paris


DOSSIER STRATÉGIE

©Fotolia / Sommai

L’événementiel fait sa promo sur les réseaux

Les agences sont de plus en plus nombreuses à mettre à profit les réseaux sociaux pour dynamiser un événement. Dans sa version 2.0, celui-ci devient participatif et connecté. À condition d’utiliser les réseaux dans les règles de l’art. Par Philippe Charollois

«C

omment la branche événementielle utilise-t-elle les réseaux sociaux ? », s’est demandé Amiando, la plate-forme de logiciel dédiée aux événements professionnels. 1 500 organisateurs de différents

pays ont répondu au sondage lancé en ligne. Les résultats montrent leur place grandissante pour 75 % d’entre eux, contre 10 % seulement qui les jugent superflus. Logiquement, 82 % des organisateurs prévoient de renforcer leur usage dans

le futur. Ils étaient 78 % l’année précédente. Les motivations sont diverses mais quatre motifs émergent nettement : augmenter la portée médiatique de l’événement (58 %), renforcer l’identité de la marque (48 %), profiter de nouveaux outils

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 39


DOSSIER STRATÉGIE

L’art du Live Tweet Même si Twitter traverse une période de turbulence, le site de microblogging n’a pas dit son dernier mot et reste l’outil idéal pour donner de l’écho à un événement pendant son déroulement, en publiant en direct des informations diverses lors d’un Live Tweet (LT).

Ses tweets doivent rendre compte de ce qui ce dit et de ce qui se passe de manière synthétique, pour être facilement retweetable. Il peut aussi partager des photos ou des vidéos prises sur le vif ou préparées à l’avance, pour dynamiser encore sa communication. Au-delà de ses propres messages, il doit aussi gérer ceux des autres, répondre aux questions du public, relayer les avis et retweeter, apporter des compléments d’information, assurer éventuellement une modération. Il échange avec les participants présents, mais il peut aussi contacter les absents concernés, qui peuvent ainsi contribuer à enrichir les débats. Grâce à un utilitaire comme TweetWallPro il est possible de proposer un « mur de tweets », avec des messages projetés sur des écrans placés aux endroits stratégiques, ce qui permet de toucher un maximum de participants. Le LT ne s’arrête pas avec la fin de l’événement. Il faut lui donner une suite et en assurer le compte-rendu avec des outils comme Tweetdoc ou Storify qui faciliteront la synthèse des moments forts. Au final, s’il est réussi, le LT aura rendu l’événement plus vivant, avec des participants plus actifs et plus impliqués. d’information (41 %), et accroître la fidélisation (37 %). « Les médias sociaux ont un énorme potentiel dans la promotion d’événements et ils ne doivent plus être négligés lors de la promotion et la communication. », conclut l’étude dans un résumé qui tient presque de l’évidence. Comme dans bien d’autres domaines de nos vies, la communication digitale partagée est devenue une composante presque indispensable à la tenue d’une manifestation de groupe, que ce soit un séminaire, un congrès, une soirée, une conventions ou un lancement de produit. Le « physique » se double d’un complément virtuel. « Les deux s’imbriquent aujourd’hui », confirme Philippe Blond, qui dirige

CWT meetings & Events, la division de Carlson Wagonlit Travel dédiée à l’événementiel. Tandis qu’Anne Boulinguez, la créatrice de Madison Communication, une agence spécialisée dans l’animation digitale d’événements professionnels, parle avec justesse « d’événement hybride ».

Facebook, Twitter et les autres Parmi les réseaux disponibles, Facebook occupe une place à part. Le réseau social de Mark Zuckerberg franchira bientôt le cap des 1,5 milliards d’inscrits sur la planète, dont 28 millions d’utilisateurs en France. Les 10 milliards de messages envoyés chaque jour en disent long

40 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©Fotolia / Trueffelpix

Le succès de l’opération repose sur les épaules du community manager chargé d’animer le LT. Son travail débute en amont, avec le choix du Hashtag (clair, court, unique et ne prêtant pas à confusion), à diffuser aussi largement que possible, sur l’ensemble des réseaux sociaux, mais aussi sur les supports physiques d’information. Il dresse aussi une liste des participants et de leurs comptes Twitter. Lors de l’événement, le community manager devient le « maître du jeu ». sur sa portée médiatique. L’étude Amiando confirme cette hiérarchie des réseaux avec, à l’échelle internationale, un usage dominant de Facebook (78 %), suivi de Twitter (56 %), puis de LinkedIn (49 %). Dans les faits, le panorama est plus nuancé et varie selon les agences, le type d’événement et le public visé. Pour Franck Moussié, qui dirige l’agence bordelaise d’événementiel La Pin Up « C’est Facebook à 80 %, mais aussi Instagram. Un peu Twitter, mais pas tant que ça, car Facebook offre tout ce qu’on attend ». À l’inverse, Anne Boulinguez se déclare « plus Twitter que Facebook », notamment parce que ses messages visent d’abord les journalistes et autres influenceurs. Dans la pratique, son agence doit faire preuve de souplesse : « À nous d’adapter notre offre en privilégiant les réseaux et les outils que l’organisateur utilise déjà », préconise-t-elle. Chez CWT meetings & Events, Philippe Blond se déclare « agnostique » en matière de réseaux, car chaque client à ses particularités. « Nous avons constaté que Facebook rencontrait un moindre succès en BtoB, et nous proposons plutôt des mini-sites, aujourd’hui pas très chers à concevoir ». « Simple, facile et rapide », Twitter trouve aussi grâce à ses yeux en BtoB, mais CWL prône de plus en plus l’usage du réseau social fermé, rendu possible grâce à une appli spécifique créée pour cet usage. « On y trouve un


©Fotolia / everythingpossible

©Fotolia / Trueffelpix

DOSSIER STRATÉGIE

agenda, la liste des participants qui ont la possibilité de prendre contact entre eux sur LinkedIn, les portraits des intervenants avec la possibilité de leur poser des questions via l’appli ou via Twitter. On peut aussi ajouter des plans et l’adresse de l’hôtel, etc. » Pour mieux promouvoir son appli, l’agence est en train de mettre en place offre packagée : « Comme nous le faisons pour le transport et l’hébergement, nous voulons proposer une option réseau social digital, avec une appli standard et des options à la demande », explique Philippe Blond.

Community manager, un travail d’expert Quels que soient les outils utilisés, la mise en place d’une stratégie digitale efficace et cohérente ne souffre pas l’amateurisme. Et la question se pose tôt ou tard : qui va animer les réseaux sélectionnés et alimenter les contenus ? Trop souvent, le rôle de community ma-

nager est confié aux stagiaires, en comptant sur leur bonne connaissance des réseaux, générations Y et Z oblige. C’est probablement la dernière chose à faire, tant l’animation digitale se rapproche d’un travail d’expert. La petite équipe de Madison Communication possède des expertises complémentaires pour mettre en œuvre une stratégie digitale. Même professionnalisme chez CWL : « Ces dernières années, nous avons intégré de nouveaux profils dans nos équipes,

Dans la pratique, cette version nouvelle de l’événement 2.0 se joue en 3 temps : elle se prépare en amont, se déploie durant son déroulement et se poursuit ensuite. La phase « Activation - Propagation », pour reprendre les mots du blogueur et conseil en stratégie digitale Guillaume Dardier, est déjà un travail en soi. La mise en place numérique de l’événement implique de nombreux préparatifs : il faut choisir le hashtag qui caractérisera l’événement et le diffuser sur l’ensemble

La communication digitale partagée est devenue une composante presque indispensable à la tenue d’une manifestation de groupe. avec quelques chefs de projets plutôt « techno addicts », et des Data managers capables d’accompagner les réflexions et les choix des clients dans leur stratégie digitale », indique Philippe Blond.

des supports de communication, créer les comptes et les blogs s’ils sont spécifiques à l’événement, préparer les visuels qui seront diffusés sur tous les canaux… L’inscription sur les sites de listing d’évé-

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 41


DOSSIER STRATÉGIE nements peut aussi aider à recruter des participants. Au-delà des informations pratiques, tout ce qui pourra « teaser » est bon à prendre. L’ensemble vise à créer un intérêt grandissant dans la communauté, pour la mener progressivement vers l’événement. Le jour J, la couverture « live » est peut être la plus délicate à gérer, puisque l’événement lui-même mobilise déjà les forces vives de l’agence. C’est pourtant le moment propice pour publier en temps réel (ou en léger différé, pour assurer une modération) les moments forts, via un Livetweet, des reportages, des interviews, des photos et des vidéos.

Bien animer l’événement Pour Anne Boulinguez « Il s’agit de raconter l’histoire, de rendre vivant l’événement en illustrant les moments clés, en créant de l’interactivité dans le lieu ». Pour y parvenir, chacun ses petits trucs : « Nous réalisons des « tweets trottoir » un peu comme on fait des micro-trottoir », indique Anne Boulinguez. « Nous présentons l’envers du décor sur Instagram pour montrer la coulisse, ce qui favorise la complicité avec les participants », dit Franck Moussié, tandis que Philippe Blond « utilise souvent des murs interactifs qui diffusent un fil d’images alimenté par les participants depuis leurs comptes Instagram ». « Il faut aussi penser à récupérer des documents et des données tout au long de la journée, ajoute Anne Boulinguez, ils serviront pour continuer à animer la communauté. ». Car c’est aussi l’un des apports des réseaux : ils n’augmentent pas seulement le rayonnement d’un événement, ils lui assurent aussi une durée de vie plus longue, à condition de publier des résumés des conférences, des contenus photos, vidéos… L’après, c’est aussi le temps de l’analyse et du reporting. « C’est la magie de Facebook de vite mesurer les effets de tout ce qui a été posté », s’étonne encore Franck Moussié, qui ana-

■ La boîte à outil du community manager En complément de l’incontournable Facebook, le community manager peut compter sur une palette d’outils toujours plus large, dont il serait dommage de se priver. Des comptes Twitter, Google Plus, LinkedIn, Pinterest, WordPress, Instagram, et d’autres encore, permettent de varier les contenus tout en visant différents publics. Si leur multiplication vous inquiète, un tableau de bord multi-platesformes comme Hootsuite pourra vous aider, en gérant l’ensemble des réseaux sociaux depuis une seule interface. La programmation des contenus peut aussi s’automatiser et se planifier avec Buffer, qui réparti l’horaire des publications sur une journée, voire une semaine. Lorsque l’événement est achevé, Storify permet d’en présenter une synthèse numérique, grâce à une sélection pertinente de photos, de vidéos, de tweets et de tous les éléments qui en résument l’historique. La mesure des retombées ne semble pas le point fort des agences. De nombreux outils facilitent pourtant l’analyse et le reporting. C’est par exemple ce que propose Hashtracking, un service web d’analyse de votre hashtag, qui détaille le nombre de tweets, de retweets, de mentions, et mesure l’audience en nombre de followers. On pourrait également citer Bit.ly, qui permet de suivre le nombre de clics sur vos liens en temps réel et leur provenance (Facebook, Twitter…), Crowdbooster ou Tweetstats, qui fournissent des statistiques sur les médias sociaux… L’imagination des développeurs semble sans limite !

lyse les tableaux de bord envoyés par le réseau aussi bien pour son information personnelle que pour ses clients. Même souci de suivi des résultats pour Anne Boulinguez : « les outils analytiques de Facebook et de Twitter sont complémentaires, ils permettent de mesurer l’impact de chaque message, ce qui aidera le client à mieux orienter sa communication. ». CWT meetings & Events n’est pas en reste : « Les résultats sont communiqués lors du debrief global fait au client, explique Philippe Blond. Nous lui présentons un rapport détaillé, avec taux de tweet, de like des questions, satisfaction mesurée dès la sortie, statistiques sur l’interaction en

42 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

elle même : nombre d’utilisateurs et de téléchargement de l’appli, de like, nombre de personnes qui ont posté un message et même le taux de modération qui a été nécessaire… ». Au final, même si l’usage des réseaux sociaux n’est pas sans inconvénients (risque de plagiat ou de « bad buzz » par exemple), les agences ont plus à gagner qu’à perdre à utiliser la palette des dispositifs digitaux déjà disponibles. D’autant plus que s’ils sont nombreux et bien installés dans le paysage, les outils numériques n’ont pas fini d’évoluer : « Le réseau de demain reste à inventer, il y a encore plein de choses à imaginer », conclut Philippe Blond. ■


+33 1 49 64 47 47 contact@acta-groupe.com www.acta-groupe.com

FORMER

STIMULER

acta groupe 136, rue Perronet 92 200 Neuilly sur Seine

ANIMER

RÉCOMPENSER


REPÉRAGE PAYS… XXXXXX

Afrique du Sud,

Un melting-pot d’émotions

La nation arc-en-ciel de Desmond Tutu et Nelson Mandela séduit autant par sa nature à grand spectacle que par sa créativité, effervescente vitrine d’une jeune démocratie qui s’emploie à conjurer les démons d’un passé amer. Entre savanes éternelles et métropoles post-modernes, rendez-vous en terre (presque) inconnue. Par Pascale Mougenot


REPÉRAGE PAYS… XXXXXX


REPÉRAGE PAYS… AFRIQUE DU SUD

La région du Cap Aux confins de l’Afrique

©DR

Un cap mythique, une ville cosmopolite aux accents hédonistes et un arrière-pays bucolique planté de vignobles : baignée par une lumière vibrante, la pointe du continent africain est d’une beauté renversante. Table Mountain, montagne magique Les Khoisans, premiers habitants de ce bout du monde, l’appelaient la Montagne de la Mer. Culminant à plus de mille mètres d’altitude, l’impressionnant relief tabulaire gouverne la région et dévoile depuis son sommet des points de vue époustouflants sur Cape Town, à ses pieds, la chaîne des Douze Apôtres et la péninsule du cap de Bonne Espérance qui plonge hardiment dans l’Atlantique. Fantastique panorama ! Classée Parc national, Table Mountain est tapissée de « fynbos », une garrigue d’une extraordinaire biodiversité ; son joyau en est le Protea royal, emblème du pays. Un téléphérique grimpe en quelques minutes au bien nommé View Point. En mode

incentive, on peut y orchestrer la remise des clefs des chambres d’hôtel, cérémonial symbolique qui ouvre aux voyageurs les portes de la plus méridionale des villes africaines.

Cape Town, là où tout a commencé Fondée en 1652, la ville du Cap s’est développée autour du Company’s Garden, potager planté par les Hollandais de la Compagnie des Indes Orientales pour ravitailler les bateaux en route vers l’Asie ; transformé en jardin botanique, il abrite un poirier vieux de 350 ans. Alentour, on découvre Tuin Huys, la Maison du Jardin, agrandie au XVIIIe siècle pour servir de résidence au gouverneur, l’ancienne prison des esclaves, le Parlement

46 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

de style géorgien, les demeures victoriennes de Long Street, les façades Art déco de l’ex-rue des banquiers, la cathédrale anglicane de Desmond Tutu… Avec ses airs de vieille Europe au bout de l’Afrique, Cape Town ne saurait renier son passé colonial. Le temps d’une balade à l’ombre de chênes séculaires et par la grâce d’un guide érudit, ses vieilles bâtisses racontent une histoire mouvementée, excellente introduction à la complexité sud-africaine.

Victoria & Alfred Waterfront, phare touristique Les entrepôts du port ont été réhabilités il y a une vingtaine d’années en s’inspirant de l’exemple de San Francisco : centres commerciaux, marina, hôtels, restaurants et bars,


les vieux docks sont le principal pôle de loisirs de la ville, animés de jour comme de nuit ; pour une séance de shopping solidaire, un nouveau marché artisanal fait la part belle aux créations des townships. C’est du V&A Waterfront que partent les mini-croisières dans la baie et les excursions à Robben Island sur les traces de Nelson Mandela, son plus célèbre prisonnier. En 2017, le quartier comptera aussi un musée d’art contemporain aménagé dans des silos à grains monumentaux ; avec un groupe féru d’architecture, il est possible d’organiser une visite du chantier.

de ruelles accueille une galerie à ciel ouvert : des artistes locaux mais aussi des vedettes du street art international se sont emparés des façades délabrées, transformant cet ancien fief des gangs en oasis colorée et militante. Le tour s’effectue à pied avec un guide du coin, offrant le double avantage de garantir la sécurité du groupe et d’apporter un peu d’argent à la communauté. Pour une pause gourmande, viser les tapas créatives et la jolie ambiance de The Pot Luck Club, installé au sommet d’un silo de Old Biscuit Mill, l’épicentre arty du quartier.

Woodstock, effervescence arty

Cap sur le bout du monde

Ex « no go zone », Woodstock est devenu le repaire des industries créatives et le vieux faubourg regorge aujourd’hui de boutiques et de restaurants bobos, comme The Test Kitchen du chef en vue Luke Dale-Roberts. Derrière le Woodstock Exchange, un dédale Woodstock wild life

©DR

©DR

©DR

REPÉRAGE PAYS… AFRIQUE DU SUD

Une route de corniche taillée dans les flancs du Chapman’s Peak mène au cap Bonne Espérance, tout au bout d’une péninsule sauvage qui constitue le plus riche royaume floral de la planète. Virages abrupts et surplombs vertigineux, le trajet est spectaculaire, surtout si on choisit de l’effectuer en side-car, au plus près de la falaise. Un promontoire caillouteux, un panneau de bois indiquant « Kaap die Goeie Hoop » en afrikaans, « Cape of Good Hope » en anglais, le voilà enfin ce cap mythique ! Non loin, un sentier escarpé (doublé d’un funiculaire) mène au phare de Cape Point. Panorama à 360°, océan déchaîné et vents tourbillonnants, l’étape est de nature à bluffer le plus blasé des voyageurs… Sur le chemin du retour, escale à Boulders Beach où des rochers de

granit polis accueillent une impressionnante colonie de manchots et déjeuner à Kalk Bay : dominant le petit port de ce village chic, The Harbour House sert de délicieuses spécialités de la mer dans un cadre lumineux.

Balade sur la Route des vins Les voitures de collection sont sagement alignées, prêtes pour l’escapade sur la Route des vins, à une heure de Cape Town. Cet itinéraire enchanté serpente au creux de larges vallées cernées d’altières montagnes : arbres majestueux, vergers et vignobles soignés composent un paysage d’une grande douceur parsemé de propriétés et de bourgades de style Cape Dutch à la blancheur éclatante. Au milieu des vignes, le jardin bio de Babylonstoren, « werf » (ferme) datant de 1690, a été créé sur le modèle de celui de la VOC. Une pure merveille. À Franschhoek, littéralement le coin des Français, un émouvant musée entretient la mémoire des Huguenots qui introduisirent la viticulture dans la région et à l’heure du déjeuner, le très chic Domaine Delaire Graff conjugue vue idyllique et cadre design pour une dégustation dans les règles de l’art d’un vin réputé. Puis, c’est Stellenbosch, berceau de la culture afrikaner, et ses quelque deux cents bâtiments classés, véritable voyage dans le temps. Option « waow » : venir ici en hélicoptère, après un survol du cap de Bonne Espérance.

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 47


REPÉRAGE PAYS… AFRIQUE DU SUD

Johannesburg

Johannesburg est née il y a 130 ans dans la fièvre de l’or, quand des pionniers convergèrent vers le haut-plateau du Gauteng pour exploiter le fabuleux gisement du Witwatersrand. La ville créée en un temps record est aujourd’hui la plus peuplée d’Afrique australe : juxtaposition de zones déshéritées et de quartiers richissimes, Egoli, la cité en l’or en zoulou, est une mégapole déroutante. Son centre historique, le Central Business District, déclina après 1994 quand banques et entreprises le désertèrent au profit de Sandton ; squatté, il devint infréquentable. La revitalisation de ce Manhattan africain est en marche et entrepôts, édifices Art déco et gratteciel sont réinvestis un à un. Œuvres d’art public, sympathiques cafés et rencontres avec des artistes et des entrepreneurs locaux, les tours à pied proposés par quelques agences (dont Past Experiences) donnent des clefs pour aborder la nouvelle Afrique du Sud, loin des clichés. En version MICE, prolonger la balade par un verre au vénérable Rand Club, un cocktail au Turbin Hall de Newtown, une cen-

trale électrique transformée en lieu événementiel, ou une visite privée du formidable Wits Art Museum.

Jozi sur un air de Brooklyn Downtown est encore loin de présenter un visage uni, encore moins angélique, mais des initiatives illustrent sa renaissance. À Braamfontein, le quartier étudiant, les étages d’un immeuble abandonné accueillent chaque samedi le Neighbourgoods Market, Neighbourgoodsmarket

48 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

où une foule bon enfant et multiraciale  phénomène encore rare  se presse autour de stands gourmands avant de s’attabler au coude-à-coude. Même recette pour 1Fox, installé dans d’anciens entrepôts miniers. Avec un groupe, prévoir un système de tickets et laisser prendre la sauce, délicieusement populaire. Il y a aussi Maboneng, quelques pâtés de maisons réunissant un musée du design africain, des créatifs de tout poil et Arts on Main, avec un restaurant-jardin, un marché du dimanche dans un parking et des ateliers d’artistes. Mention spéciale pour le projet « I was shot in Joburg :) » de Braamfourtein

©DR

Downtown, nouvelle vague

©DR

La capitale économique du pays est une mégalopole fascinante dont l’histoire comme la géographie ont été forgées par l’apartheid. C’est ici que le cœur de la nouvelle Afrique du Sud bat le plus fort.

©DR

La Renaissance


SOUTH AFRICAN AIRWAYS AVEC LES EXPERTS VERS L’AFRIQUE DU SUD Nous vous proposons des vols quotidiens de nuit au départ de France via Munich, Francfort et Londres vers Johannesburg, Windhoek, Gaborone, Victoria Falls, Livingstone, Maputo, Vilanculos et bien d’autres encore. Information et réservation par téléphone 01 53 43 79 17 et par email SAA.France@aviareps.com. www.flysaa.com

SAWUBONA – VOUS SEREZ BIEN ACCUEILLIS!

FR_2015_Voyage et Strategie_205 x 280 +5mm_tails.indd 1

18.09.2015 12:09:15


L’histoire en face au Musée de l’apartheid

©DR

D’emblée, on plonge dans la folie ordinaire d’un système fondé sur la discrimination puisque chaque ticket, sur lequel est inscrit « Blankes, Whites » ou « Nie-blankes, Non-whites », détermine arbitrairement la porte d’accès au musée. Passé le casse-tête des questions de races, la muséographie se fait pédagogique avec une progression chronologique. Chaque salle crée l’émotion, de la cellule de prison reconstituée aux cordes de pendu associées à l’interminable liste des militants de l’ANC « suicidés » par le régime de l’apartheid. C’était hier. Alors, même si tout n’est pas rose aujourd’hui sur

Mandela House

©DR

l’architecte Bernard Viljoen : carnets, objets et t-shirts réalisés à partir de photos prises par les enfants des rues peuvent être personnalisés aux couleurs d’une entreprise, cadeau original doublé d’un acte solidaire. Et pour une grande fête, il y a le Randlords Rooftop, perché au 22ème étage d’un gratte-ciel de Braamfontein, et ses vues à 360° sur les lumières de la ville : so Jozi !

fond de corruption, de chômage et de pauvreté persistante, mesurer le chemin parcouru en l’espace d’une vingtaine d’années par cette jeune démocratie multiraciale force le respect. Une visite indispensable.

Soweto à vélo Le South Western Township est plus connu sous son acronyme de Soweto. Cette tentaculaire banlieue noire s’explore à vélo avec Lebo et son équipe, une balade de 2 heures qui passe forcément par la rue Vilakazi, la seule au monde où ont vécu deux prix Nobel de la paix : la maison de Nelson Mandela transformée en musée se visite, celle de Desmond Tutu est privée. Autres temps forts, l’église Regina Mundi, haut lieu de la résistance, et le mémorial Hector Pieterson, du nom de l’écolier abattu par la police en 1976, événement qui déclencha les émeutes de Soweto et, après leur terrible répression, l’embargo international. Déjeuner dans un restaurant local complète l’expérience. Celui d’Alina est aménagé dans le garage de sa maison : nourriture familiale, hospitalité souriante et le plaisir de participer à l’émergence d’une économie touristique dans cet ancien ghetto.

50 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

Klipton Youth Program, les enfants de Mandela Soweto s’est embourgeoisé depuis la fin de l’apartheid mais des poches d’extrême pauvreté subsistent dans ses « informal settlements ». Non loin du golf du Soweto Country Club, Klipton  44.000 habitants  ne possède ainsi ni école, ni centre de santé. En 2007, des jeunes du quartier ont initié le Klipton Youth Program, un programme de soutien scolaire qui a pris de l’ampleur en 2012, quand l’un de ses initiateurs identifié par CNN comme « local hero » a reçu une somme d’argent permettant d’acheter des ordinateurs. 460 enfants fréquentent cet îlot humaniste et plus de 500 repas sont servis chaque jour. Une entreprise soucieuse de sa responsabilité sociale aura à cœur d’aider ces jeunes gens : argent, matériel, ils manquent de tout.

Satyagrapha House, dans les pas de Gandhi Le jeune avocat Gandhi vécut deux ans dans cette maison construite dans le style des fermes africaines et c’est ici qu’il commença à développer sa philosophie de résistance passive par la force de la vérité, « satyagraha » en sanskrit. Restauré dans sa simplicité originelle par le groupe Voyageurs du Monde, le lieu a été transformé en maison d’hôtes et en petit musée. Inscrit au patrimoine historique de Johannesburg, il respire la sérénité. On peut y prévoir une séance de yoga ou de méditation dans le jardin, un repas végétarien ou une conférence éclairant un pan méconnu de l’histoire du pays, la pensée du Mahatma ayant inspiré Mandela. Satyagrapha

©Manuel Zublena

©DR

REPÉRAGE PAYS… AFRIQUE DU SUD


REPÉRAGE PAYS… AFRIQUE DU SUD

Kwazulu Natal L’Afrique au cœur

©Fotolia - M.Jung

Un littoral ensoleillé, des collines parsemées de villages traditionnels et des Midlands aux petits airs de campagne anglaise, la terre des fiers Zoulous offre une formidable variété d’atmosphères.

Durban, l’éternel été Avec ses plages dorées bordées par l’océan Indien, Durban est la principale station balnéaire du pays. Le climat est subtropical, on se baigne toute l’année dans des eaux chaudes protégées des requins par des filets de protection et Marine Parade, une promenade jalonnée de terrasses, de vendeurs ambulants et d’aires de jeux, se donne des airs de Miami. Ce « Golden Mile » se parcourt à vélo ou en rickshaw jusqu’à U-Shaka Marine World, un parc de loisirs dont l’attraction principale est un gigantesque aquarium. Avec un groupe incentive, Moyo Pier, à l’extrémité d’un ponton, offre un cadre idéal pour un cocktail à l’heure du coucher du soleil sur la skyline tandis qu’une noria d’énormes bateaux attend au large l’autorisation de pénétrer dans le port, le plus

grand d’Afrique. Le restaurant Cargo Hold, aménagé dans la soute d’un vieux cargo, permet aussi de dîner en tête-à-tête avec des requins et des raies géantes qui évoluent derrière la vitre de l’ancienne salle des machines : spectaculaire !

Marchés colorés et petits métiers Quelques agences (dont Street Scene) proposent des tours à pied du centre de Durban. Ils démarrent sur l’ancien front de mer dominé par la Da Gama Tower qui rappelle que le premier Européen à avoir accosté dans la baie, le jour de Noël 1497, s’appelait Vasco de Gama. Le développement de la ville remonte au milieu du XIXe siècle et quelques bâtiments de style victorien, néo-quelque chose ou Art déco confèrent un charme désuet à

son urbanisme brouillon. Mais la séduction de Durban opère surtout au niveau de la rue, extraordinairement bigarrée avec ses petits commerces zoulous, hindous et musulmans et ses marchés colorés. Ne pas manquer la ruelle où sangomas (chamans) et nyangas (pharmaciens) proposent au chaland des remèdes à base de plantes, de coquillages, d’ossements et d’autres matières mystérieuses…

Football v/s rugby Construit pour la Coupe du monde de football de 2010, le Moses-Mabhida Stadium présente une silhouette futuriste surmontée d’une grande arche qui intègre un téléphérique menant à son sommet en un clin d’œil. Les plus audacieux peuvent alors se jeter dans le vide, harnachés à un élastique. Les autres se contentent

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 51


REPÉRAGE PAYS… AFRIQUE DU SUD

©Fotolia Dalequedale

Moses-Mabhida Stadium

©DR

d’admirer la vue. D’une capacité de 70 000 places, le nouveau stade est au cœur du dispositif de la candidature de Durban aux jeux du Commonwealth de 2022. Pour vibrer à l’unisson des habitants, il faut aussi aller assister à un match de rugby à XV au Kings Park Stadium voisin, fief des célèbres Sharks. Ambiance électrisante garantie.

Immersion villageoise au pays des Mille Collines Entre champs de cannes à sucre et collines boisées, le cœur du pays zoulou abrite des villages reconstituant le mode de vie ancestral d’un peuple attaché à ses traditions. Shakaland, du nom du grand roi qui unifia les Zoulous, est le plus important « kraal » de la région, groupement de huttes recréé dans les années 1980 pour servir de décor à une série télévisée. Rencontre avec un guérisseur, démonstration de lancer de sagaie, ébouriffant spectacle de danses et de tambours et dégustation de bière, les activités

sont soigneusement orchestrées pour envoûter les touristes. D’autres lieux proposent une immersion plus authentique à l’instar d’Ondoni, dont le kraal abandonné pendant plus d’un siècle a été reconverti en musée.

sortira des geôles du régime de l’apartheid que 27 ans plus tard. En 2012, pour marquer le 50e anniversaire de son arrestation, une sculpture monumentale a été érigée sur le lieu où elle eut lieu. Composée de cinquante tiges d’acier symbolisant une prison, l’œuvre du sud-africain Marco Cianfanelli se transforme en portrait du grand homme si on se place dans la bonne perspective, selon le principe de l’anamorphose. Si on approche trop, on perd le visage et on entre dans la prison mais aussi, symboliquement, dans la tête de Madiba. Superbe et émouvant. Une exposition provisoire, modèle réduit de celle du Musée de l’apartheid de Johannesburg, est abritée sous une vaste tente, en attendant l’ouverture d’un musée plus important, annoncée pour la fin de l’année. Au vu des travaux, tablons plutôt sur 2016. Reste que ce nouveau site mémoriel justifie à lui seul une excursion dans les vertes Midlands, les majestueuses montagnes du Drakensberg en toile de fond.

Santa-Lucia, miracle de la nature Suivez le guide : « iSimangaliso doit être le seul endroit sur terre où le plus ancien mammifère terrestre, le rhinocéros, et le plus grand mammifère terrestre, l’éléphant, partagent un écosystème avec le plus ancien poisson, la coelacanthe, et le plus grand mammifère marin, la baleine », a un jour déclaré Nelson Mandela à propos de cette immense zone humide protégée, inscrite au patrimoine de l’Unesco depuis 1999. À trois heures de route de Durban, le lac et l’estuaire de Santa-Lucia en font partie. Mangroves et marais piquetés de papyrus forment ici un exceptionnel sanctuaire ornithologique où s’ébattent d’immenses colonies de flamants roses, de pélicans gris, de sternes... On peut aussi observer des hippos et des crocos et, côté océan, des baleines (de juin à novembre) et des tortues. Le delta s’explore en bateau ou en kayak avant de débarquer sur une plage pour partir à la rencontre des myriades de poissons tropicaux peuplant le récif corallien, une découverte à combiner avec une étape dans la réserve de Phinda.

Mandelamania dans les Midlands Le 5 août 1962, Nelson Mandela est arrêté près d’Howick, à une centaine de kilomètres de Durban. Il ne res-

52 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©DR

©DR

Santa-Lucia

Sculpture de Marco Ciafanelli


connect with the global meetings, events and incentives industry

15,500

3,000

100

from across the globe, ready to connect with you

to help you plan your future meetings & events

with industry friends & colleagues

international industry professionals

exhibitors representing over 150 countries

networking events to connect and engage

80+

ibtm knowledge sessions

to find inspiration & develop your career

Register to attend or apply to be a Hosted Buyer® at www.ibtmworld.com Connections mean everything.

Organised by

formerly

The ibtm world® and ibtm events® trademarks are owned and protected by Elsevier Properties SA and Reed Exhibitions Limited uses such trademark under licence. Hosted Buyer® is a registered trademark of Reed Exhibitions Limited. Reed Travel Exhibitions® is a registered trademark of Reed Elsevier Group Plc.

20647 - Haymarket ad_210 x 280mm_+3mm.indd 1

07/09/2015 10:37


REPÉRAGE PAYS… AFRIQUE DU SUD

Les réserves animalières

Rêve de matin du monde

L’Afrique du Sud abrite un nombre record de zones protégées qui permettent d’observer la faune sauvage, en particulier les fameux Big Five, dans d’excellentes conditions. C’est l’un des temps forts du voyage.

phant). Le rythme des journées y est immuable : réveil avant le soleil pour un premier « game drive », avec ranger et pisteur. Retour quelques heures plus tard, solide breakfast et temps libre jusqu’à une nouvelle sortie en brousse qui s’achève par un apéritif, moment de pure magie sous des millions d’étoiles. Un séjour de deux nuits permet de profiter pleinement de l’expérience. Reste à choisir son camp de base !

©DR

Le Kruger, star du bush sud-africain À l’extrême nord-est, l’historique Parc Kruger est la plus grande réserve animalière du pays, occupant un territoire vaste comme deux fois la Corse

54 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©DR

En Afrique du Sud, les safaris sont rarement itinérants, privilégiant l’immersion en brousse qu’offrent concessions et réserves privées. La différence est subtile : les concessions ont été aménagées à l’intérieur des Parcs nationaux tandis que les réserves, nées de la réunion de zones d’élevage et de chasse désormais dédiées à la protection de la vie sauvage, s’étalent à leur lisière ; au fil des années, de nouvelles réserves gagnées sur des terres agricoles se créent ici et là, faisant sans cesse progresser les espaces où la vie sauvage peut s’épanouir. Très riches en faune, les unes comme les autres accueillent des lodges haut de gamme garantissant presque à coup sûr la vision des Big Five (lion, léopard, buffle, rhinocéros et élé-

©DR

L’art de vivre en brousse

qui communique avec d’autres zones protégées au Zimbabwe et au Mozambique. C’est ici que se trouvent les plus célèbres lodges, ici que l’impression de revivre les premiers matins du monde est la plus vive. Mais la région est excentrée et dans le cadre d’un court voyage, l’accès par les airs est obligatoire (l’un des aéroports a un statut international).


REPÉRAGE PAYS… AFRIQUE DU SUD QUESTIONS À... Hervé Bindé, Directeur ventes et marketing de XO Events

©DR

Parmi les adresses dont les capacités répondent aux besoins des groupes citons Thornybush et sa dizaine de lodges, Kapama, proche de l’aéroport de Hoedspruit, et Sabi Sabi, aux portes du Mozambique, idéal en cas d’extension balnéaire. Pour un petit groupe exclusif, Singita, membre de Relais & Châteaux, offre des prestations luxueuses. La fabuleuse histoire du Pilanesberg. Au nord-ouest de Johannesburg, la réserve du Pilanesberg est née d’une opération baptisée Genesis : en 1979, la caldeira d’un très ancien volcan fut déclarée Parc national et quelque 6 000 animaux en provenance d’autres zones protégées y furent introduits, plus important mouvement de repeuplement de l’histoire du pays. Les Big Five sont là au grand complet, s’ébattant dans des paysages verdoyants de toute beauté. Le parc est bordé au sud par Sun City, un complexe touristique au kitsch assumé. Les concessions privées du parc (Shepherd’s Tree Game Lodge, Ivory Tree Lodge, Bakubung Bush Lodge…) offrent un cadre de séjour plus authentique. Argument sanitaire : la région est exempte de malaria.

■ Quelles sont les spécificités de votre agence ? XO Events est le département MICE du réceptif XO Africa. L’équipe MICE se compose d’une dizaine de personnes qui ont toutes travaillé en agence. Nous sommes Français et comprenons bien les attentes de la clientèle française, particulièrement exigeante. ■ Quels sont les incontournables d’un premier voyage en Afrique du Sud ? Définitivement, le Cap et sa région. Grâce à des vols directs de nuit, on peut y proposer un voyage formidable construit sur la base de 3 nuits sur place. En ville, nous proposons des visites avec un architecte, des street art tours, des rencontres avec des artistes… La balade au Cap de Bonne Espérance est incontournable et un tour sur la Route des vins complète la découverte. Ce format court est idéalement enrichi par 2 jours de safari. À deux heures de route de Johannesburg, le parc du Pilanesberg est plébiscité. Avant l’avion du retour, les groupes visitent Soweto et le Musée de l’apartheid. ■ Et pour un groupe VIP ? Il y bien sûr les réserves privées du parc Kruger, avec accès en avion pour gommer les distances. L’Afrique du Sud est aussi un « hub » qui se combine aisément avec les Chutes Victoria, la Namibie ou le Mozambique pour un final balnéaire, très tendance. ■ Et Johannesburg ? La ville est encore difficile à vendre car elle a une mauvaise image. L’arrivée de Four Seasons, qui fait un gros travail de communication, devrait changer la donne. D’autant que Joburg évolue dans le bon sens : son énergie créative est à même de séduire des entreprises en quête d’inédit. lation mondiale de l’espèce. Mais comme son congénère noir, il reste menacé par un braconnage intensif, sa corne étant très appréciée des populations d’Asie du Sud-Est qui lui prêtent des vertus médicinales et

©DR

À la rencontre du rhinocéros blanc Au cœur du pays zoulou, les réserves jumelées de Hluhluwe (prononcer chlou-chlou-oui) et Imfolozi forment le plus vieux parc animalier d’Afrique du Sud, créé à la fin du XIXe siècle pour protéger le rhinocéros blanc, alors en voie d’extinction. On y trouve la plus importante popu-

©DR

« LA CLIENTÈLE FRANÇAISE EST PARTICULIÈREMENT EXIGEANTE »

aphrodisiaques. Le danger est tel que les rangers sont parfois contraints de couper leur appendice, offrant le spectacle affligeant de grosses bestioles sorties tout droit de la Préhistoire mutilées par la bêtise des hommes… Les savanes de cette réserve mythique abritent aussi des éléphants, des girafes, des impalas… Les grands fauves sont là également mais leur vision est plus aléatoire. La première concession privée du parc, ouverte en mars 2015, accueille le Rhino Ridge Safari Lodge, chic et design. Non loin, l’éco-lodge de la réserve privée de Phida offre des capacités complémentaires.

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 55


REPÉRAGE PAYS… AFRIQUE DU SUD CARNET PRATIQUE S’informer

MountNelson Hôtel

Office du Tourisme Sud Africain www.southafrica.net

Y aller

©Mark Williams

Air France opère les seuls vols directs au départ de France avec une rotation quotidienne entre Paris et Johannesburg (en A380) et 3 par semaine entre Paris et Le Cap.

À savoir

• Formalités : passeport valable 30 jours après la date de retour • Décalage horaire : aucun en été, 1h en hiver • Langues : 11 officielles dont l’anglais • Monnaie : le Rand

ADRESSES EN VUE

Cape Town

Mount Nelson Hotel C’est la grande dame du Cap, affectueusement surnommée Nellie. Membre de la chaîne Belmond, le vieux palace colonial trône au milieu de magnifiques jardins, au pied de la Montagne de la Table. 201 chambres et suites réparties dans plusieurs ailes, toutes les prestations qu’on peut attendre d’un 5 étoiles luxe, une fastueuse ballroom (400 p.) et le service sans faille qui a séduit tout le Who’s Who international depuis son ouverture en 1899. www.belmond.com/mount-nelsonhotel-cape-town

XO Events Go Tourism Ovation South Africa Akilanga

Johannesburg

Four Seasons Hotel The Westcliff Adresse emblématique de Johannesbourg, l’hôtel Westcliff entièrement restructuré par Four Seasons a rouvert en décembre 2014. S’étalant à flanc de colline dans un vaste domaine paysager, ce resort urbain abrite 117 chambres ■

Sur la Route des vins

Grande Roche Hotel Sur une colline un peu à l’écart de Paarl, un manoir du XVIIe siècle de style Cape Dutch classé Monument national et ses dépendances composent cette adresse chic membre des Small Luxury Hotels of the World. 28 chambres et suites nichées dans un jardin au cœur des vignes, table réputée, centre de ■

Liste des DMC

conférences (150 p.) et helipad. www.granderoche.com

Liste non exhaustive. Retrouvez l’ensemble des réceptifs, ainsi que leurs coordonnées, dans notre guide des DMC.

734 chambres modernes et confortables. Une ribambelle de facilités dont Sky, un spectaculaire rooftop (150 p.) www.tsogosunhotels.com/hotels/ elangeni-and-maharani The Oyster Box L’aéroport étant au nord de la ville, séjourner à Umhlanga, banlieue balnéaire chic, est une option. Surplombant une plage sur laquelle veille un phare, The Oyster Box, membre des Leading Hotels of the World, est la meilleure adresse de la région. Ambiance coloniale, 86 chambres et suites et Spa réputé. ■ www.oysterboxhotel.com

©Ken Seet

et suites, des restaurants dont les terrasses offrent de superbes vues sur la canopée, 2 piscines, un spa et un centre de conférences. Collection d’art africain et esthétique contemporaine, il incarne une idée moderne du luxe : « the place to be » à Jozi ! www.fourseasons.com/johannesburg

Durban

Maharani Hotel Sur le front de mer, cet hôtel proche du centre de conventions de Durban offre, avec son adresse sœur Elangeni, ■

56 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©Dook

African Pride 15 on Orange Rénové en 2014 par la chaîne African Pride, qui réunit les adresses haut de gamme de Protea (récemment acquis par Marriott), cet hôtel contemporain au décor design est idéalement situé dans le quartier de Garden’s, à proximité de l’animation de Kloof Street. 129 chambres et suites. Idéal avec un groupe jeune. www.marriott.com/hotels/travel/cptoh-african-pride-15-on-orange-hotel

©Fotofactory


VOS ÉVÈNEMENTS EXCLUSIFS AU POLO DE PARIS

En plein cœur du Bois de Boulogne, dans le site prestigieux et unique du Polo de Paris, nous concevons et organisons des évènements professionnels exclusifs dans l’univers du polo Soirées évènementielles Team building – initiation au polo Match de polo avec une équipe à vos couleurs Opération de Relations Publiques lors des tournois et des grandes finales

Contact : +33 1 49 64 47 10 – contact@polopartners.fr www.polo-partners.com


©DR


ZAPPING… HONG KONG

HONG KONG l’Asie pétillante

Loin des clichés du quartier d’affaires c’est sous le signe de la culture et de la diversité que Hong Kong soigne son image pour séduire les entreprises. Par Viktoria Varecza

B

ien que l’archipel de Hong Kong se caractérise depuis la fin de XIXe siècle par une certaine rigueur britannique, c’est aujourd’hui le désordre qui résonne dans ses quartiers les plus prisés. Cependant, le chaos qui règne dans Kowloon East (et qui rend la circulation quasi impossible) témoigne d’une détermination extrême de la destination à transformer ce quartier en un hub dernière génération. Ce futur cœur battant de Hong Kong, dominé par l’ancien aéroport Kai Tak, devenu port de croisière a été désigné pour accueillir un stade, un hôpital, plusieurs hôtels et de nombreux lieux de réception faisant de ce coin de Kowloon un quartier dédié aux événements. Ces établissements viendront à enrichir le portfolio d’hôtels qui compte actuellement 250 adresses (avec 73 000 chambres) : d’ici 2018 Hong Kong proposera aux alentours de 280 établissements représentant 80 000 chambres.

Kowloon West en métamorphose Ce nouveau boom de l’hôtellerie n’est pas anodin : la destination se prépare à l’explosion du marché chinois (qui

représente déjà 50 % des arrivées MICE) suite au développement de la ligne XRL (express rail link) qui reliera Kowloon West à la Chine continentale réduisant ainsi considérablement le temps de trajet entre l’archipel de plus de 260 îles et les grandes villes chinoises. Hong Kong rejoindra donc le réseau de grande vitesse ferroviaire de Chine, ce qui ouvrira de nouveaux horizons à l’industrie du voyage de l’ancienne colonie anglaise. Sans aucun doute, un vent nouveau souffle sur ce quartier, et la nouvelle liaison n’est qu’un seul des nombreux projets qui concernent la métamorphose de Kowloon West. En effet, c’est ici que s’érigera dès 2017 le nouveau pôle culturel et artistique de Hong Kong avec musées, espaces verts et festivités variées. Le West Kowloon Cultural District accueillera notamment le nouveau musée M+ (prévu pour 2018) qui réunira tous les chefsd’œuvre de l’art chinois. L’élargissement de l’offre culturelle fait partie des objectifs stratégiques de Hong Kong dont témoigne l’installation récente de la foire internationale de l’art contemporain sur les rives de Kowloon. Depuis 2013, Art Basel a accordé un nouveau rôle à la mé-

gapole que Hong Kong cultive avec beaucoup d’enthousiasme.

« One event, multiple experience » Incontestablement, c’est une toute nouvelle image de la destination qui se dessine aujourd’hui, et les projets à venir suivent cette nouvelle vague de créativité. Hong Kong mise désormais sur une industrie MICE dont la force réside dans sa diversité. L’année passée le secteur a enregistré plus de 1,8 million de voyageurs dont les marchés européens représentent environ 15 %. Pour lutter efficacement contre la concurrence mondiale (et plus particulièrement contre la puissance croissante de Dubaï dans le secteur de l’événementiel) l’ancien confetti britannique parie sur la mise en avant de ses trésors encore peu exploités : sa nature sauvage, ses plages mais aussi sa proximité avec de nombreuses destinations séduisantes, un argument marketing longtemps absent dans ses démarches commerciales. Et pour cause, la construction du pont de 50 km entre Hong Kong et Macao prévu au plus tard pour 2016 semble être un excellent début pour confirmer sa devise « one event, multiple experience ».

©DR

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 59


ZAPPING… HONG KONG

Des hôtels chics et design HÔTEL ICON

©DR

■ Hébergement et équipements

C’est au bord de la mer que se dresse le Kowloon Shangri-La. Un lobby spacieux dominé par une composition florale colorée accueille les clients (espace lobby lounge privatisable 400 p.). En descendant les escaliers on découvre un niveau dédié aux événements avec notamment une grande salle de réception (600 p. en cocktail). Les salles de réunion se trouvent à ce niveau (sans éclairage naturel) mais également au niveau supérieur (cette fois-ci baignées de lumière naturelle). Ici, tout est très « Shangri-La » : couleurs sobres, aménagements traditionnels (avec une petite touche de modernité), raffinement asiatique. Dans les chambres (688 au total) on retrouve les signatures de la marque : panier de fruits pour accueillir les clients, chaussons dans le placard et un parapluie, une attention propre à l’hôtel Kowloon Shangri-La. Un cinquième des chambres bénéficient d’une vue sur la baie. Côté culinaire, parmi ses restaurants sa fierté reste le Nadaman et sa cuisine japonaise raffinée avec trois salles privatisables et une quatrième (24 p.) avec accès direct à la cave.

■ Hébergement et équipements

En entrant dans le lobby, notre regard se dirige immédiatement vers le jardin vertical (le plus grand d’Asie) qui domine les murs du hall. La décoration végétale de plus de 8 000 plantes symbolise parfaitement l’esprit de l’hôtel : créatif, moderne et cosy. Il appartient à la School of Hotel and Tourism Management, ainsi, il accueille chaque année plus de 150 jeunes en formation du back office à la conciergerie. Il séduit par sa situation mais aussi par ses nombreux lieux privatisables (lobby, lounge) dont se distingue l’espace piscine situé au 9ème étage. La piscine extérieure est l’endroit idéal pour un cocktail de bienvenue (60 p.). Ses salles de réunion au 28ème étage bénéficient d’une magnifique vue sur Hong Kong. Si le restaurant principal « The Market » (180 p.) propose un cadre moderne, les tables « Above & Beyond » garantissent une expérience culinaire chic et traditionnelle au dernier étage de l’hôtel. La salle de réception Silverbox au 1er étage (500 p. en cocktail) brille de toutes les couleurs grâce à la dernière technologie (lumières LED au plafond). Ses 262 chambres, où les couleurs dominantes sont le beige, le marron et le noir sont décorées avec beaucoup de goût. Le maître-mot est la modernité : formes souples, miroir avec télévision intégrée dans la salle de bains…

L’AVIS DE V&S

Une valeur sûre pour ceux qui apprécient l’élégance associée à un service de haute qualité. Cependant, ici l’élégance se paie au prix fort. www.shangri-la.com/Kowloon

60 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

L’AVIS DE V&S

Une excellente adresse qui reste abordable ! Certes, pas un hôtel typiquement « incentive » mais ses différents lieux privatisables en font un établissement adapté aux événements. À retenir. www.hotel-icon.com

©DR

L’hôtel garantit l’élégance intemporelle pour ceux qui recherchent une adresse classique à Tsim Sha Tsui.

Design, confort et tarifs raisonnables ; telle est la devise de cet établissement du quartier Tsim Sha Tsui ouvert en 2011.

©DR

KOWLOON SHANGRI-LA


ZAPPING… HONG KONG THE MIRA

En face du parc Kowloon, l’hôtel se définit comme la première adresse « lifestyle » de Hong Kong.

■ Hébergement

©DR

L’AVIS DE V&S

Cette adresse très design correspond à une clientèle jeune et dynamique en quête d’originalité et d’ambiance festive. Décoration très réussie. www.themirahotel.com

PENTAHOTEL

HARBOUR GRAND HONG KONG

Au cœur d’un quartier encore excentré la façade sombre de ce nouvel hôtel cache une atmosphère conviviale et un style loft industriel chaleureux. ■ Hébergement

©DR

Situé sur l’île de Hong Kong, l’hôtel a quelques vrais atouts, notamment son restaurant panoramique et ses prix très concurrentiels.

©DR

et équipements

La structure murale en forme de vague à l’entrée révèle le concept de l’hôtel basé sur l’audace et l’innovation. L’établissement qui est le vaisseau-amiral du réseau Design Hotels mise en effet sur l’originalité pour faire la différence : cupcakes présentés comme des bijoux dans la vitrine, lumières sombres, meubles ultramodernes, personnel stylé et décontracté. L’hôtel s’attaque aux symboles, et pour cause, le port de cravate est strictement interdit pour les salariés ! Pari n°2 : créer au dernier étage un espace dédié aux événements avec une salle de réception (800 p.) décorée de 8 lustres en cristaux. Afin d’assurer l’accueil des groupes de toute taille, l’hôtel propose de nombreux espaces privatisables dont le « room one » accessible depuis le lobby ou encore le bar Vibes et son ambiance lounge au 15e étage. Cette cour intérieure est idéale pour l’organisation des cocktails. L’hôtel dispose de 492 chambres dont 56 suites (souvent utilisées pour des dîners privatifs – 15 p.).

et équipements

C’est sans doute sa vue imprenable sur la baie de Victoria qui fait de cet hôtel une alternative intéressante aux lieux de réception des environs. Baigné de lumière, le restaurant 188° au 41e étage dominé par le gris et le violet et sa petite terrasse (50 p. en cocktail) offrent un spectacle panoramique aux clients. Les salles de conférence se situent au 5ème étage et les salles de réception au 1er étage. L’hôtel dispose d’une piscine ouverte (cependant, l’espace « pool » est trop petit pour y accueillir des événements). Ses 828 chambres décorées dans un style moderne donnent toutes sur la baie, ce qui les rend particulièrement lumineuses. Le Harbour Grand mise sur son excellent rapport qualité-prix et se positionne sur la même gamme tarifaire que l’hôtel ICON (et reste donc environ 50 % moins cher que le Shangri-La). L’AVIS DE V&S

Un hôtel de grande capacité adapté aux groupes. On aime sa situation à quelques pas du métro. www.harbourgrand.com/hongkong

et équipements

La tenue de travail imposée par l’établissement : le jean ! Le style y est donc décontracté et parfois un peu décalé, en témoignent les distributeurs automatiques installés dans les couloirs (qui remplacent les minibars dans la chambre) ainsi que le coin baby-foot. L’hôtel, ouvert depuis août 2013, a parié sur un look jeune et des espaces ouverts, le tout dans un quartier industriel en pleine mutation (une nouvelle ligne de métro en construction à proximité de l’établissement reliera ce quartier à Central d’ici 2018). Les 695 chambres sont simples et fonctionnelles. Le restaurant Eatstreet avec murs en briques apparentes propose deux espaces semi-privés adaptés aux repas professionnels. Les salles de conférences (5) sans aucune décoration respirent également la modernité grâce aux équipements installés. Pour la petite touche branchée et décalée, l’espace piscine entouré d’immeubles est privatisable pour des barbecues et des soirées cocktails. L’AVIS DE V&S

Design à petit prix ! On conseille cet établissement à des entreprises qui sont prêtes à s’éloigner du centre pour trouver une adresse branchée abordable. www.pentahotels.com/kowloon Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 61

©DR

■ Hébergement


ZAPPING… HONG KONG

Des lieux typiques et tendances XXXXXXXXX QUAND ARMANI S’INVITE À L’APÉRO

UN PETIT COCKTAIL AU BAR WOOLOOMOOLOO

L’AVIS DE V&S

Sa situation extraordinaire au pied des bureaux en fait une adresse incontournable dans l’événementiel, cependant, on regrette l’absence d’un accès direct au bar sans passer par le centre commercial.

EXPÉRIENCE COLONIALE À HULLETT HOUSE Lors d’une balade sur l’Avenue des Stars le bâtiment colonial de Hullett House attire inévitablement l’attention. Le cadre est époustouflant et très surprenant au cœur du quartier Tsim Sha Tsui connu pour ces buildings vitrés. À la fin du XIXe siècle, il servait de siège de la police maritime. Il est le seul membre du réseau The Leading Hotels of the World à Hong Kong. Son prestige est tout aussi légendaire que son passé et ses différents espaces privatisables respirent à la fois l’élégance britannique et le raffinement asiatique. Alors que son jardin est un cadre idéal pour les cocktails (120 p.), le restaurant St. George met à l’honneur la gastronomie française (salle principale : 50 p.). www.hulletthouse.com

©DR

Situé sur l’île de Hong Kong à quelques pas du métro Wan Chai, ce rooftop bar respire une ambiance branchée et cosmopolite. Ici, les couleurs dominantes sont le noir et le rouge, et l’on s’enfonce volontiers dans des canapés et gros fauteuils trendy pour admirer la vue qui donne sur l’Hippodrome, élégamment illuminé la nuit et entouré de buildings. Le bar offre une capacité d’accueil adaptée à des groupes de 50 convives pour un repas assis et 100 personnes pour un cocktail (occasionnellement, jusqu’à 150 personnes). La devise de l’endroit : chill-out ! Pas de piste de danse mais un DJ résident qui emmène les clients dans un voyage musical lounge. Afin de parfaire cette ambiance, le bar dispose d’une large sélection de cigares cubains et une palette impressionnante de cocktails. Il mise sur des associations originales comme en témoigne sa boisson signature du moment, the Hennessy (vodka, champagne, fraises, citron, chili). www.wooloo-mooloo.com/hk/wan-chai. aspx

glamour et chaleureux. Design et élégance au bar, convivialité et ambiance cosy en terrasse : le mélange est réussi. http://armaniprive-hk.com

L’AVIS DE V&S

Facilement accessible depuis le quartier d’affaires Central, ce rooftop bar correspond aux attentes des entreprises à la recherche d’un cadre branché pour des cocktails au-dessus des gratte-ciel.

62 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©DR

véritable atout du bar se trouve au niveau supérieur : une terrasse surprenante et très cosy avec une capacité d’accueil de 350 personnes en faisant ainsi un lieu de réception tout à fait insolite pour des groupes de taille moyenne. Canapés et fauteuils beiges, poufs et bougies modernes et de nombreuses plantes décoratives dessinent les lignes de ce rooftop, ce qui donne à l’endroit un côté à la fois

L’AVIS DE V&S

Pour une touche d’originalité, optez pour un cocktail dans le jardin suivi d’un dîner au restaurant Stables Grill installé dans l’ancienne écurie de la police (pour petits groupes).

©DR

Caché entre les gratte-ciel vitrés renfermant des bureaux, le bar Armani/Privé apparaît soudainement comme un havre de paix au beau milieu du quartier d’affaires Central. C’est d’abord l’atmosphère contemporaine du club lounge qui nous attire ; pouvant accueillir jusqu’à 180 convives, ce lieu chic aux lumières tamisées est entièrement adapté notamment aux soirées de lancement de produits. Cependant, le


L’AVIS DE V&S

Pour profiter de la beauté de l’incontournable baie de Victoria au coucher du soleil, ce bateau entièrement fabriqué à Hong Kong semble être la meilleure solution. Possibilité de le privatiser pour des soirées.

©DR

VU D’EN HAUT AU SKY100 C’est au 100e étage du bâtiment le plus haut de Hong Kong (ICC) que l’on découvre le centre d’observation Sky100. Ce « poids lourd de l’événementiel » ouvert depuis 2010 mise sérieusement sur l’organisation des événements depuis fin 2012. Dès l’entrée, il propose une large palette de surfaces pour des projections, notamment une structure 3D entièrement personnalisable. Le tunnel menant aux ascenseurs avec ses murs LED est également à la disposition du client pour des projections. Quatre ascenseurs emmènent les convives en seulement 1 minute 16 secondes au 100e étage pour admirer la vue panoramique qu’offre le Sky100. Les tarifs les plus élevés concernent la privatisation de la partie est du centre d’observation donnant sur la baie de Victoria et l’île de Hong Kong. Au total, il dispose d’une capacité de 1 000 personnes (en cocktail). www.sky100.com.hk L’AVIS DE V&S

plupart des demandes se limitent à une navigation de 3-4 heures dans la baie, le choix de l’itinéraire revient toujours au client comprenant éventuellement la visite des îles de Lama et Lanta ou encore celle de la ville portuaire Aberdeen. Aqua luna offre également la possibilité d’embarquer et de débarquer les clients des entreprises au port situant le plus proche de leur hébergement. www.aqualuna.com.hk

Un lieu d’exception dont la privatisation exige un budget très confortable. Notre astuce : privilégiez la partie ouest au moment du coucher du soleil avec une vue sur les Nouveaux Territoires ; ses tarifs restent largement inférieurs à ceux de la partie est.

A LA DÉCOUVERTE DES GRANDS CRUS AU CROWN WINE CELLAR Loin de l’agitation urbaine, les hauteurs de Shouson Hill de l’île de Hong Kong cachent un endroit tout à fait insolite devenu lieu de pèlerinage pour les connaisseurs de l’œnologie. Installé dans un bunker classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007, le Crown Wine Cellar dispose d’une large sélection de vins (certains d’entre eux sont de très haut de gamme). Un lieu très confidentiel donc qui se prête parfaitement à l’accueil des petits groupes pour une dégustation hors sentiers battus. Le restaurant The Conservatory appartenant aux caves est une structure architecturale en verre unique en son genre à Hong Kong, il garantit un cadre très chic et prestigieux pour des repas d’entreprises. https://www.crownwinecellars.com L’AVIS DE V&S

Voici une adresse surprenante qui reste tout de même très isolée du cœur battant de Hong Kong. Nous la recommandons aux petits groupes pour des séjours de plus de deux nuits.

©DR

Les jonques de toutes les couleurs naviguant dans des eaux profondes de la baie de Victoria offrent un spectacle surprenant aux visiteurs. Ces bateaux traditionnels d’Asie qui traversent la baie, entourés de gratte-ciel se transforment en lieu de réception original le temps d’un déjeuner ou au coucher du soleil. Et pour cause, le bateau Aqua luna avec ses voiles rouges vives garantit une alternative intéressante aux lieux de réception classiques : il peut accueillir jusqu’à 80 personnes pour un cocktail (pont supérieur) et 60 personnes pour un déjeuner ou dîner à bord (salle climatisée, menu italien ou chinois au choix). L’ambiance y est plutôt lounge et décontractée. Si la

©DR

BALADE MARITIME COSY AVEC AQUA LUNA

©DR

©DR

ZAPPING… HONG KONG

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 63


ZAPPING… HONG KONG

Des activités inattendues UN SAUT DANS LA NATURE !

© DR

Quand on parle de Hong Kong, on pense immédiatement à ses à ses plats parfumés et à ses délicieuses bouchées cantonaises, les Dim Sum. On peut désormais les préparer soi-même lors d’un cours de cuisine d’une durée de deux heures que proposent de nombreux restaurants chinois. Les marchés alimentaires de Hong Kong constituent également un terrain de jeu fascinant

pour les amateurs de la gastronomie asiatique, on peut y retrouver entre autres tous les trésors cachés de la médecine chinoise (activité proposée pour des petits groupes de 20 personnes max). La découverte culinaire se poursuit au petit village de pêche de Lei Yue Mun et son marché où l’on sélectionne son poisson qui sera ensuite préparé par l’un des restaurants des alentours. Le restaurant Gateway Cuisine est une excellente adresse pour déguster les produits de la mer fraîchement pêchés. Si l’initiation à la cuisine locale commence par des plats rustiques et chaleureux à Lei Yue Mun, elle se clôture par un dîner gastronomique à Wan Chai au restaurant Bo Innovation qui présente une carte créative avec des influences occidentales. Les Dim Sum prennent ici une toute nouvelle dimension !

64 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

DEVENIR AMBASSADEUR DE LA « BRITISH ATTITUDE »

© DR

SUIVRE LE CHEMIN DES SAVEURS

© DR

Peu de gens le savent, le véritable visage de Hong Kong ne se limite pas aux centres commerciaux et aux restaurants branchés que fréquentent les hommes d’affaires, mais il se dévoile à travers la nature qui enveloppe ce hub financier. Afin d’aller à la découverte de cet environnement souvent intact, rien de mieux qu’une petite balade, d’autant que Hong Kong compte 1 000 km de sentier pédestre. Et pour cause, les alentours du réservoir d’Aberdeen se prêtent à de belles randonnées de deux, trois ou encore sept heures. Le Hong Kong Trail, pour sa part, traverse l’île de Hong Kong et offre un chemin de randonnée de 50 km en partant de Victoria Peak et jusqu’à Big Wave Bay. Paysages à couper le souffle et une nature sauvage rythment les sentiers qui sont par ailleurs très bien entretenus. Si l’on décide d’opter pour une randonnée à deux roues, l’archipel propose de nombreuses pistes cyclables notamment tout au long de Tolo Harbour jusqu’à Tai Po (environ 16 km) ou encore un itinéraire très authentique aux Nouveaux Territoires en passant par le village de Nam Sang Wai bien loin de la frénésie du centre-ville. Cette balade à vélo qui dure environ deux heures garantit un dépaysement absolu et saura, sans aucun doute surprendre les visiteurs avec les chants et les cris des oiseaux qui accompagnent les cyclistes pendant leur découverte à deux roues…

À l’ombre du drapeau britannique pendant 150 ans Hong Kong a baigné dans la culture anglaise et son identité s’est forgée autour des valeurs de la couronne. Et qui dit culture britannique, dit « tea time » obligatoire ! Direction The Verandah, une magnifique maison coloniale entièrement ouverte sur la mer au sud de l’île de Hong Kong pour siroter une tasse de thé dans un cadre chic et raffiné. À la liste des emblèmes de la culture anglaise s’ajoute la passion éternelle pour les courses de chevaux, et pour cause, l’hippodrome de Hong Kong se remplit chaque mercredi soir ! Le Jockey Club de Happy Valley perdue dans la forêt de buildings attire une foule impressionnante et garantit une soirée 100% britannique avec buffet occidental et ambiance féérique au cœur de l’île montagneuse de Hong Kong (privatisation d’espaces possible pour les entreprises).


UNCOVER THE HIDDEN GEMS WITH RENAISSANCE Adjacent to the Hong Kong Convention and Exhibition Centre, the 857-room Renaissance Harbour View Hotel Hong Kong is located close to everything Hong Kong has to offer. The hotel offers modern guestrooms and a total of 1,300 square metres of function space including 2 versatile function rooms namely Oasis and Concord and 8 boardrooms. With state-of-the-art facilities and exclusive services, our Navigators will transform your trip into an inspiring journey. Stay with us for intriguing discoveries Dine with us to savour indigenous f lavours Book now at www.renaissanceharbourviewhk.com.


ZAPPING… HONG KONG DANS LES PAS DE BRUCE LEE

CARNET PRATIQUE

Qui pourrait oublier les exploits impressionnants de Bruce Lee qui ont donné les lignes conductrices de la cinématographie hongkongaise des années 1970 ? Aujourd’hui plus de 40 ans après son décès à Kowloon Tong la mémoire de l’acteur continue de briller et Hong Kong cultive avec enthousiasme l’héritage de l’artiste martial le plus célèbre. L’Avenue des Stars est ainsi dominée par la statue en bronze de la légende du kung fu et l’Heritage Museum accueille depuis 2013 une exposition temporaire entièrement dédiée à l’œuvre du « Petit Dragon ». Avec une surface de 600 m2 et de nombreux objets liés à Bruce Lee, le musée lui rend hommage avec fierté. Et si l’on souhaite se plonger dans l’ambiance hongkongaise des années 70, il suffit de faire un détour par le symbole de la cuisine authentique, le restaurant Lung Wan à Sha Tin. On y accède par un tunnel décoré de lampions rouges guidant les clients vers un véritable voyage culinaire dans le passé, à l’époque où Bruce Lee y dégustait la spécialité de la maison, le pigeon rôti…

S’informer

QUESTIONS À... Véronique Brunet, Managing Director,

© DR

Y aller Qatar Airways, élue meilleure compagnie du monde en 2015 propose des vols avec escale à Doha ; la compagnie du Golfe et Cathay Pacific ont célébré le lancement de leurs vols en partage de code entre Hong Kong et Doha en 2014. Autres compagnies proposant des vols avec escale : Air China, British Airways, China Eastern, Emirates ou Etihad. Vols directs : Air France dessert Hong Kong quotidiennement au départ de Paris.

À savoir

Forceten (Réceptive Chine & Hong Kong)

« UNE DESTINATION IDÉALE POUR L’ORGANISATION DES FORCES DE VENTE » ■ Quels sont vos principaux arguments pour

© DR

vendre Hong Kong aux entreprises ? Hong Kong a une image aux yeux des entreprises qui ne correspond pas à la réalité ; en fin de compte, les voyageurs ne savent que peu de choses sur la destination. Ils sont évidemment surpris quand ils découvrent que la jungle représente trois quarts de son territoire, que ses plages sont magnifiques ou que l’on y croise souvent des singes en liberté. ■ Pour quel type d’événement recommanderiez-vous la destination

Hong Kong ? Hong Kong est très adaptée aux forces de vente, car la destination propose une large palette d’activités sportives et festives. Cette diversité est devenue très importante pour les entreprises qui optent de plus en plus souvent pour un séjour de deux nuits et qui exigent néanmoins un maximum d’activités variées en si peu de temps. Sortie en junk, ski nautique, wakeboard, kayak, windsurf ; la liste des possibilités est quasi infinie ! Le véritable atout de Hong Kong est sans doute son contraste étonnant sur un si petit territoire ce qui en fait une destination à la fois animée et paisible. Nous pouvons très bien proposer une sortie nocturne au Dragon-i, la boîte de référence branchée à Hong Kong, suivie d’une journée sportive dans la nature à seulement 20 minutes du quartier d’affaires Central.

66 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

Office de Tourisme de Hong Kong Tel: +33 (0)1 42 65 66 64 www.discoverhongkong.com/fr

• Formalités : passeport valable au moins un mois après la date de départ de Hong Kong • Décalage horaire : +6 heures en été et +7 heures en hiver • Climat : climat subtropical avec des saisons marquées (printemps de mars à mai, été de juin à août, automne de septembre à novembre). La saison des typhons dure de mai à novembre. • Langues : le cantonais. L’anglais est parlé partout à Hong Kong. • Monnaie : le dollar hongkongais

Liste des DMC Forceten PC Tours & Travel Tourasia Pacific World Associated Tours Jetway Express Adventure Asia MCI

Liste non exhaustive. Retrouvez l’ensemble des réceptifs, ainsi que leurs coordonnées, dans notre guide des DMC.


LAST CHANCE TO REGISTER business. innovation. education. networking. roi. All of these incredible opportunities are almost here. Join us at IMEX America, the largest meetings industry trade show in the U.S. We can’t wait to see YOU in Las Vegas. register now! THE

pulse

OF THE MEETINGS INDUSTRY.

IMEXAMERICA.COM


Quand le Sri Lanka s’éveille…

Un peuple souriant, des plages qui s’ourlent d’hôtels luxueux, des rizières verdoyantes et des plantations de thé qui filent à l’horizon ; sans oublier des temples à foison… L’ex Ceylan en a enfin terminé avec les démons de la guerre civile et peut dévoiler ses trésors ; sans aucune limite… Par Thierry Beaurepère


ACTION PAYS… SRI LANKA

©Fotolia / eirwen

Colombo

comme Passikudah et Trincomalee sur la côte est pour une alternative balnéaire, quand l’offre de plages était jusqu’à présent concentrée au sud-ouest du Sri Lanka » explique un responsable du DMC Aitken Spence Travels.

Au cœur du triangle culturel… Pas le temps de se poser de question, pas de sas de décompression, c’est peut être mieux ainsi ! Car à peine arrivé, Colombo vous happe dans le filet de ses interminables faubourgs. Brouillonne et embouteillée, la capitale est une étouffante

70 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©DR

E

ngourdi par une longue nuit d’avion, asphyxié par la chaleur qui brûle les poumons dès la sortie de l’appareil, étourdi par l’odeur entêtante du collier de frangipaniers passé autour du cou, les premiers pas sur le sol du Sri Lanka sont un choc ; sensoriel et émotionnel. Pour un peu, on en oublierait presque le « Ayubowan » des Cinghalais qui accueillent leurs hôtes à l’aéroport. Effectué les mains jointes à hauteur du visage, c’est un message de paix et de prospérité, encore plus symbolique depuis la fin de la guerre civile qui opposa les « Tigres Tamouls » et le pouvoir durant trente ans. Les combats oubliés, les incentives trouvent en l’ex Ceylan  une île en forme de goutte d’eau de 56 000 km (deux fois la Bourgogne) comme détachée de l’Inde  un nouveau terrain d’aventures. « Depuis la fin de la guerre civile en 2010, le Sri Lanka est un pays très sûr. Le nord de l’île qui était inaccessible est à nouveau ouvert aux visiteurs. Des opérateurs investissent dans des projets et le gouvernement travaille au développement de nouveaux sites,

immersion dans le quotidien des habitants (voir encadré). Beaucoup préfèrent filer immédiatement vers le « triangle culturel », plus au nord ; un triangle virtuel qui délimite les sites historiques situés à moins de deux heures les uns des autres. « Un incentive au Sri Lanka permet de multiplier les expériences : culture, nature, aventures, détente sur les plages… Il y a aussi les habitants de l’île, toujours souriants et accueillants. Dans l’idéal, les groupes ne doivent pas dépasser 350 pax. Au-delà, il faut répartir les personnes entre plusieurs hôtels. On constate aussi une forte demande pour des rencontres avec la population et des actions humanitaires, par exemple la construction d’une école, l’installation d’une salle informatique…» complète-t-on chez Aitken Spence Travels. Cap sur Anuradhapura pour commencer, en longeant la côte. Un nouveau ruban de bitume a fait disparaître les nids de poule. Plus généralement, beaucoup de routes ont été rénovées partout dans l’île, permettant de réduire les temps


ACTION PAYS… SRI LANKA Anuradhapura

Travels propose son vieux train à vapeur, équipé de deux wagons climatisés d’une capacité de 32 passagers chacun, pour parcourir sereinement le pays en appréciant un cocktail ou dégustant un déjeuner. Autre option plus coûteuse et adaptée à des petits groupes : l’hélicoptère.

©DR

Ferveurs religieuses

de trajet. À noter aussi le développement de compagnies aériennes privées qui proposent désormais des vols intérieurs au départ de Colombo. Pour autant, le parcours (4 heures de route) est loin d’être un long fleuve tranquille. Partout, des rickshaws trépidants et des mobylettes pétaradantes, des vaches insouciantes et des chiens errants ! Pour ne pas céder à la panique, mieux vaut se concentrer sur le spectacle joyeux qui défile derrière les vitres du minibus. À gauche l’immensité bleue marine de l’océan bordée de plages couleur cannelle ; à droite les plaines qui déclinent leurs nuances de vert, trouées par d’immenses cocoteraies, colorées de saris qui sèchent au soleil… Et une succession de bourgades envahies par les enseignes publicitaires, comme sorties d’un film de Bollywood.

Jusqu’à ce qu’un immense dagoba blanc annonce enfin l’arrivée à Anuradhapura. À la route, on pourra préférer le chemin de fer ; guère plus rapide mais délicieusement nostalgique. L’agence JF Tours &

Dans celle qui fut la première capitale du Sri Lanka (cinq siècles avant Jésus-Christ), les vieilles pierres sont parfois noyées par une jungle envahissante, dans une ambiance à la « Indiana Jones » ! En découvrant les vestiges des murs de briques d’un vieux monastère livrés à d’énormes varans, il est bien difficile d’imaginer ce qu’y fut la vie des 5 000 moines. Mais Anuradhapura n’est pas qu’une

©DR

©DR

DANS LE TOURBILLON DE COLOMBO

Une visite de la capitale Galle Face Hotel Colombo n’est pas inutile, pour se remettre d’un vol de nuit à l’arrivée dans un hôtel au luxe raffiné ; ou pour un dernier dîner sur le chemin du retour, avant de reprendre l’avion… À ce petit jeu, le Galle Face Hotel tient la corde ; un vrai musée « vivant » que ce palace désuet qui a accueilli les grands de ce monde durant 150 ans. Sa pelouse en bord de mer accueille de belles soirées à l’ombre des cocotiers. L’hôtel va devoir partager l’affiche avec d’autres palaces aux lignes plus contemporaines en construction sur le bord de mer, comme le Shangri-La (500 chambres en 2017). Bruyante et désordonnée, polluée et embouteillée, Colombo est un méli-mélo urbain livré aux tuk tuks et aux voitures à bras ; aux Tata aussi, ces voitures indiennes low cost témoignant de la nouvelle ère qui commence. On y découvre quelques temples, les anciens bâtiments victoriens hérités des Anglais qui reprennent des couleurs, le quartier colonial dont les belles demeures figées dans un autre temps abritent ambassades et résidences d’expat’s, les vieilles rues qui s’enroulent autour du fort et leur maisons lépreuses. Mais Colombo, c’est d’abord une tranche de vie cinghalaise, un étourdissant plongeon dans l’âme du pays ; en particulier lorsqu’on ose se mêler dans la foule du marché de Pettah. Plus que l’animation que les autorités ont bien du mal à contenir sur les trottoirs, ce sont les sourires qui illuminent les visages des Cinghalais qui touchent au cœur.

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 71


ACTION PAYS… SRI LANKA Idée Incentive

Au cœur du triangle magique

de la région : les baleines. Des hôtels sortent de terre entre lagune et mer, du côté de Kalpitiya, pour aller observer au plus près le ballet des cétacés…

DMC : Essence of Sri Lanka Durée : 6j/5n Jour 1 : Arrivée à Colombo le matin après un vol de nuit, transfert et découverte de la ville en rickshaw en fin d’aprèsmidi : cocktail dans les jardins de l’hôtel, dîner avec musiciens et danseurs.

Des bouddhas, encore des bouddhas ! Pour l’heure, c’est côté terre, dans les montagnes du centre, que se poursuit ce périple culturel ; en direction de Polonnaruwa, la seconde capitale du pays datant des 11e et 12e siècles. Les paysages alternent lacs plantés de nénuphars, forêts, cultures maraîchères et rizières envahies par les aigrettes qui suivent à la trace les paysans. Des panneaux, indiquant des passages… d’éléphants, ponctuent ces 65 kilomètres. En voilà justement un qui pointe le bout de sa trompe en bord de route, impassible aux voitures qui le frôlent… Mieux

Jour 2 : Transfert en avion privatisé de l’armée de l’air srilankaise vers le nord de l’île, visite du site de Polonnaruwa en bicyclette, déjeuner, visite de Minneriya Wildlife Park en 4X4 avec apéritif au champagne, dîner barbecue « Jungle night » à l’hôtel. Jour 3 : Ascension du rocher de Sigiriya, avec cocktail au sommet ; lunch dans la jungle avec les éléphants ; départ pour Kandy avec arrêt en chemin dans un jardin d’épics et une fabrique de batik ; visite du jardin botanique de Kandy puis du Temple de la Dent ; transfert en trishaw et dîner buffet à l’hôtel.

©DR

cité de palais et de sanctuaires décatis. Partout, les vendeurs de fleurs de lotus rappellent qu’elle est d’abord une ville sainte du bouddhisme cinghalais. Tout autour de l’arbre de Bouddha âgé de 2 600 ans (né selon la légende de la bouture du ficus sous lequel Bouddha reçut l’illumination à Gaya, en Inde), la ferveur religieuse transpire. On y vient en famille déposer des offrandes ; on y improvise même des pique-niques ! L’immense site qui s’étale sur une dizaine de kilomètres accueille également plusieurs dagobas spectaculaires, énormes « cloches » qui dominent de leurs rondeurs la canopée. Dégagé de son linceul de verdure, le dagoba de Jetavanarama révèle ses gigantesques mensurations : 120 mètres de diamètre, le plus grand du pays ! Quand le dagoba de Ruvanvelisaya (90 mètres) éblouit de sa blancheur retrouvée. Il fait aussi le bonheur des singes chapardeurs qui, perchés sur les 400 statues d’éléphants cernant le monument, surveillent avec gourmandise le ballet des pèlerins… Les DMC qui se précipitent à Anuradhapura tentent désormais de convaincre leurs clients de filer plus au nord jusqu’au parc national de Wilpattu, à une trentaine de kilomètres. Fermé pendant la guerre, il propose des safaris à la rencontre des éléphants et même des léopards (à condition d’être très chanceux). Autres vedettes

Jour 4 : Découverte des plantations de thé avec initiation à la cueillette et dégustation, déjeuner dans un vieux manoir britannique, retour à l’hôtel et temps libre ; dîner « Sri Lankan Night » avec danses folkloriques.

Polonnaruwa

72 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

© DR

Jour 5 : Train privatisé Viceroy Special (ou hélicoptère de l’armée de l’air), visite de l’orphelinat des éléphants à Pinnawela ; déjeuner à bord du train et arrivée en gare de Bentota ; transfert à l’hôtel en bord de plage et dîner « Fishermans », avec groupe de danseurs et musique de pêcheurs. Jour 6 : Journée libre à l’hôtel, dîner de gala (homard/Langouste, orchestre et feu d’artifices) sur la plage.


©DR

ACTION PAYS… SRI LANKA

Dambulla

taillé dans la roche ou couché, atteignant le Nirvana. Vous en voulez encore ? Filez jusqu’à Dambulla ! Ses cinq grottes richement décorées abritent 150 bouddhas. À l’extérieur, des femmes préfèrent prier devant le sempiternel arbre Bô (ou arbre de la sagesse), un énorme banian au tronc noueux.

©DR

conservés que ceux d’Anuradhapura car plus récents, les vestiges de Polonnaruwa n’en sont pas moins noyés eux aussi dans une nature domptée. Aujourd’hui, une armada de bonzes drapés dans leurs robes safran arpente les sentiers. L’image pourrait être éternelle, s’ils n’étaient occupés à envoyer des SMS avec leur smartphone ! Ici, comme ailleurs, dans les ruines des stupas et des palais, Bouddha règne en maître : assis pour méditer, debout les bras croisés en signe de bienveillance,

Alors que le long de l’escalier qui conduit aux grottes, c’est la cour des miracles : diseuses de bonne aventure et charmeurs de serpents hèlent les visiteurs. Pas de quoi effrayer le cornac et son éléphant qui clôt l’étrange défilé. Le pachyderme vient-il de l’orphelinat de Pinnawella ? À mi-chemin entre Colombo et Dam-


ACTION PAYS… SRI LANKA

©DR

Pinnawella

bulla, l’établissement accueille les éléphanteaux abandonnés. Parfait pour un team building original, où l’on donnera le biberon à ces gros bébés, sept litres de lait d’un coup ! Mais le temps fort de la journée, c’est assurément la toilette. Chaque jour, la centaine de pensionnaires prend un bain dans la rivière voisine. Mieux vaut faire place quand le troupeau se déplace ! Une fois dans l’eau, les pachydermes chahutent et s’aspergent comme des enfants. Mais ce qu’ils aiment par-dessus tout, c’est de se faire gratter le dos…

À l’assaut de Sigiriya Il fallait un phare à ce triangle culturel. Il s’appelle Sigiriya, une étrangeté géologique qui émerge en son cœur. Ce « rocher du lion » est au Sri Lanka ce qu’Ayers Rock est à l’Australie : bien plus qu’un « monument » de granit, un mythe. Il faut prendre son souffle, ne surtout pas regarder en bas, tant

©DR

Pinnawella

l’ascension est vertigineuse… Des centaines de marches serpentent tout autour de cet énorme monolithe. Elles conduisent à son sommet, 370 mètres au-dessus du sol ; là où trônent les ruines d’un palais bâti par un roi sanguinaire, il y a 1 500 ans ! Vertige des espaces : de là-haut, la vue à 360° se perd dans une jungle sans fin. Vertige des sens aussi : à mi-chemin de l’éreintante ascension, des fresques dévoilent des femmes légèrement vêtues qui, bien que peintes sur la roche au 5e siècle, n’ont rien perdu de leur fraîcheur ! Tout autour du célèbre rocher, les activités fleurissent, pour tous les goûts : excursion en 4x4, trek dans la forêt, canyoning et VTT,

vol en montgolfière et balade à dos d’éléphant. Sans oublier les ateliers culinaires. Et un curry de poulet s’il vous plaît, pétillant de couleurs mais brûlant au palais !

Thés et poivres ! Pour rejoindre finalement Kandy, il faut réviser sa géométrie… En traçant la médiane de ce triangle virtuel, vous trouverez la route des épices, et tout au bout la fameuse cité  encore une ex-capitale ! Au fil des virages, la forêt primaire laisse doucement place à une nature apprivoisée qui rappelle que les Anglais ont occupé pendant 150 ans cette île magique qu’ils appelèrent Ceylan. De nombreux jardins d’épices balisent le parcours. À Highland Spice Garden, poivre et cannelle, vanille et cardamone, embaument l’atmosphère. Des clous de girofles aussi, utilisés

Sigiriya

74 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©DR

©DR

Sigiriya


ACTION PAYS… SRI LANKA

©DR

Plantations de thé

le séchage. Les DMC y organisent des compétitions de cueillettes ! Mêmes méthodes ancestrales pour le batik, cette peinture sur textile qui consiste à imprimer un tissu en appliquant des couches de cire chaude. Un travail qui exige patience et abnégation, comme le prouvent chaque jour les ouvrières de Maithree Batiks, une fabrique installée dans les faubourgs de la trépidante petite ville de Matale.

pour leurs vertus anesthésiques, dont l’entêtante odeur rappelle celle d’un cabinet dentaire ! Plus généralement, l’inévitable boutique qui clôt la visite est l’occasion de refaire sa pharmacie. Maux de tête ou cholestérol  et même impuissance , on y trouve un remède à tout, ou presque ! Dans ces « montagnes du milieu » moutonnantes qui culminent à 2 200 mètres, les Anglais ont aussi importé les premiers plans de thé, transformant les hautes terres en un immense tapis vert tendre jalonnée de « tea factories ». « Il y en a eu jusqu’à 200, il en reste quelques dizaines » explique la jeune femme qui guide la visite dans l’exploitation de Giragama. L’occasion de découvrir les douze étapes de la fabrication, du ramassage des feuilles à la mise en paquet en passant par

Kandy, la dent du bonheur ! Kandy pointe enfin le bout de son nez, ultime étape culturelle avant de plonger vers l’océan pour une ou deux journées balnéaires avant le vol de retour. Perchée à 500 mètres d’altitude, on pourrait croire la ville fraîche et détendue. Mais la ferveur religieuse atteint ici son paroxysme et chauffe l’ambiance… Car Bouddha

NOTRE SÉLECTION D’HÔTELS Galle Face Hotel à Colombo C’est l’adresse historique de Colombo, un élégant palace blanc en bord de mer à l’ambiance coloniale de 145 chambres, qui a vu défiler tous les grands de ce monde depuis 1864. L’atmosphère y est délicieusement désuète, avec ses antiquités et ses serviteurs en livrée. L’ajout d’une aile Regency et d’un spa il y a quelques années a permis d’améliorer les standards, alors que l’aile tra■

Kandy

©DR

©DR

Kandy

 qui serait venu au Sri Lanka plusieurs fois  n’est nulle part aussi vénéré que dans cette cité dont le temple abrite une de ses dents. Tout de blanc vêtu, pieds nus et les bras chargés d’offrandes, des grappes bruyantes de pèlerins s’y pressent chaque jour dans une cohue indescriptible. On se prosterne et on prie devant la chambre sacrée ornée de défenses d’éléphants. Elle contient le coffret – sept stupas d’or emboîtés les uns dans les autres  qui dissimule la précieuse relique. Les fidèles sont encore plus indisciplinés en juillet/août, pour la fête de la Perahera qui voit les éléphants paradés dans les rues, grimés comme des drag-queens ! Ni les rares monuments de Kandy, ni le lac apaisant qui trône au centre de la ville, ni l’exceptionnel jardin botanique, pas même les spectacles de danses traditionnelles, ne sauront éclipser cet unique moment de ferveur…

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 75


ACTION PAYS… SRI LANKA ditionnelle a récemment été rénovée, avec à la clé de nouvelles salles de réunion. La pelouse, entre mer et piscine, accueille de belles soirées de gala. www.gallefacehotel.com Palm Garden à Anuradhapura À une vingtaine de minutes du site d’Anuradhapura, l’hôtel se cache dans un site de 14 hectares à la nature exubérante qui englobe même un lac où viennent se désaltérer les éléphants. Avec seulement 64 chambres, c’est d’abord l’espace qui fait sa force. Elles sont réparties dans des villas à la décoration « couleur locale » : matériaux traditionnels, lit à baldaquin… La gigantesque piscine se prête à de belles soirées (100 personnes), à combiner avec la salle de meeting (jusqu’à 500 p.). Un centre ayurvédique complète les installations. www.palmgardenvillage.com ■

Deer Park Hotel à Polonnaruwa Au bord d’un lac, à 14 km du site de Polonnaruwa, cet hôtel s’enroule autour d’une piscine. Des bungalows se partagent les 77 chambres, à la décoration ethno-chic (parquet, mobilier colonial noir). Les équipements sont de qualité (climatisation discrète, télé satellite...). On regrettera toutefois un site un peu « tassé ». Coté équipements : une salle de meeting (150 p.), un spa, un terrain de squash et même un night-club… On peut organiser des soirées sri lankaises (50 p.) avec danseurs dans son restaurant extérieur. www.deerparksrilanka.com ■

Amaya Lake Hotel à Dambulla Au cœur du triangle culturel, l’hôtel s’étale dans un vaste parc qui file jusqu’à un lac. Les 113 chambres se répartissent ■

dans des bungalows décorés d’artisanat local ; mais aussi (pour 18 d’entre elles) dans une nouvelle aile moderne. Vastes et lumineuses, ces dernières contrastent par leur décoration contemporaine. Au-delà de la salle de conférence (300 p.), l’hôtel accueille des team buildings dans son parc, organise des safaris de nuit ou des barbecues au bord du lac, animés de spectacles… www.amayaresorts.com

Heritance Kandalama à Dambulla Avec son architecture contemporaine et ses matériaux bruts (pierre, verre), cet hôtel intégré à une végétation luxuriante semble sorti d’un James Bond des années 70. La piscine à débordement qui s’ouvre sur un lac et le spa sont appréciés après une journée d’excursion, tout comme les 152 chambres aux lignes épurées. Le centre de conférences abrite six salles (20 à 350 personnes), alors qu’un ancien village voisin  caché dans la jungle  accueille des soirées traditionnelles (50 à 100 p.). Une adresse incontournable au Sri Lanka ! www.heritancehotels.com/kandalama ■

Earl’s Regency à Kandy Aux portes de Kandy, caché dans la campagne montagneuse, cet hôtel qui surplombe la rivière Mahaweli est un havre de paix, idéal pour oublier les ferveurs de la ville sacrée. Les 104 chambres, réparties dans le bâtiment principal et deux ailes, proposent une décoration coloniale traditionnelle, avec l’utilisation de matériaux locaux. La large piscine qui s’enroule autour de rochers naturels accueille des cocktails raffinés, après une journée de travail ou avant un dîner de gala dans la ballroom (800 p.). www.aitkenspencehotels.com/earlsregency ■

76 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

CARNET PRATIQUE S’informer

Office de tourisme: www.srilanka. travel Ambassade du Sri Lanka, 16 rue Spontini, 75016 Paris. Tél: 01 55 73 31 31 et www.srilankaembassy.fr

Y aller SriLankan Airlines vole sans escale entre la France et le Sri Lanka, au départ de Roissy. • Durée du vol : environ 10 heures. Membre de l’alliance Oneworld, la compagnie propose deux classes : économique et affaires, avec pour cette dernière de véritables sièges-lits. www.srilankan.com

À savoir

• Formalités : autorisation de voyage électronique (ETA) obligatoire, que l’on obtient sur le site www.eta.gov.lk • Décalage horaire : : + 4h30 en hiver, + 3h30 en été. • Climat : de type tropical. La meilleure période court de janvier à avril. La mousson noie la côte orientale de novembre à janvier, alors qu’elle intervient d’avril à juillet sur la côte sud-ouest. Cette « alternance » permet au Sri Lanka de proposer un tourisme balnéaire toute l’année. • Langues : le cinghalais et le tamoul. L’anglais, hérité de la colonisation, est largement parlé. • Monnaie : la roupie sri lankaise (LKR). 1 euro = environ 150 roupies.

Liste des DMC Aitken Spence Travels Connaissance de Ceylan Essence of Sri Lanka Discover India Tours Jetwing Travels Sri Lanka Express Walker Tours

Liste non exhaustive. Retrouvez l’ensemble des réceptifs, ainsi que leurs coordonnées, dans notre guide des DMC.


Assistante Plus, les medias 100 % assistante

Le 1er réseau communautaire des assistantes Plus de 150 000 assistantes membres Ciblez les assistantes pour l’organisation des séminaires et des réunions L’organisation des déplacements professionnels et des séminaires représente 66 % de leur temps

N°23 • 10€

• AVRIL.-MAI 2015 N°25 • 10€ •AVRIL.-MAI

2014 •NOV.-D EC.

Une enquête récente réalisée conjointement par Selectour Affaires & Polygone confirme que ces missions sont réalisées ou coordonnées à 59 % par des assistantes

fessionnelprofessionnel ine pro magazine Votre magazVotre

Métier

Secrétaire indépendante : le service ajouté

Métier on

Formati nelle : professionter mon boos de carrière

Expérience

C’était comment la première fois ?

Coachingson

Séminaires et voyages d’affaires

Préparer uation test d’éval ée de fin d’ann

Amazing Dubai!

Tabou tabou ? or not our

L L NOË SPÉCIA

Faire l’am l plus nous rend-itravail ? efficace au

66

UES PRATIQ FICHES UPER À DÉCO

DOSSIER SPÉCIAL

L’ASSISTANTE AU COEUR DE LA ÉRIQUE NUM 15 : TION RÉVOLU soudées 2014-20 des équipes Tendances

S

FICHES PRATIQUE

groupe ER er unOUP DÉC À: cré • LYNC n : la fonctio • EXCEL er » Créer un modèle ncaténOOK : re bureau « Co • OUTL vot onique réclectr e tage messag par de : • LYNC programmesion du tableau des : Utilisatcroisés travail ou • EXCEL de x du temps : tableau de calcul • EXCEL quesFiltrer les données dans ami : dyn • EXCEL tempsque dynami ur du croisé un tableau AIS : auto • ANGL re r votser Organi • ANGL pro:tége :AIS déplacements • WO desRD document mots

e avecratifs et , mobilité, GED… ! z l’anné collabo Outils fidéliséssociaux Attaque urs l’e-trans oratede formation, les assistantes l’heure Àllab et des co

IRE : Ces • PROJET VOLTAd le temps que l’on confon tout : Quelle • PROJET VOLTAIRE les abréviations ?

sont plus que jamais actrices « bonnes ES IRE QU FFA et garantes desYA IDI D’A ESJUR GE TANT VO SIS ise S& entrepr IRE en »: AS TIEsR pratique le edéfi ! MÉINA SÉM cialist spéez relev e ,de ing ildair e aff Unbu Team

Le site www.assistanteplus.fr

NTES

SPÉCIAL FÊTE DES ASSISTA

Vos témoignages métier !

ponctuation pour

Le magazine bimestriel

Les newsletters mensuelles

Contact : 01 49 64 47 47 - Mail : contact@acta-media.com acta media - 136 rue perronet - 92200 neuilly sur seine


Fidéliser, Stimuler, Motiver, Récompenser, Gratifier, Encourager, Attirer

6° édition

24 / 25 / 26 novembre 2015

Paris - Porte de Versailles Pavillon 4

SALON ACCESSIBLE UNIQUEMENT SUR ACCRÉDITATION

www.affaire-de-cadeaux.fr Pour toute demande d’information : : info@affaire-de-cadeaux.fr : +33 (0)1 41 18 86 28

un événement

partenaires officiels

partenaires

Suivez-nous :


HOTELS, LIEUX, ANIMATIONS, DESTINATIONS

ACCESSIBLE UNIQUEMENT SUR ACCRÉDITATION

TENUE CONJOINTE

24, 25 & 26 NOVEMBRE 2015 PAVILLON 4 - PARIS PORTE DE VERSAILLES

www.seminaire-expo.fr

Suivez-nous : un événement partenaires officiels

partenaires

Meeting,Travel, Mobility Magazine


ZOOM SUR… RIVIERA MAYA

Yucatán,

par Nicolas Langis ©DR

incursion en pays maya

Si Cancún et Playa Del Carmen attirent les amateurs de farniente et les noctambules en mal de chaudes soirées, la province mexicaine cache bien d’autres trésors : des temples et une culture maya vivace ; et des sites naturels uniques pour ajouter un zest d’aventure… Le culte de la Riviera Maya Vu d’avion, la péninsule mexicaine du Yucatán ressemble à un océan de verdure sans fin, une immense forêt dont la canopée ne dépasse pas les 15 mètres. Les temples mayas ont longtemps été ses seules montagnes. Mais ça, c’était avant ! Avant que l’industrie du tourisme ne craque pour les longues plages de sa Riviera Maya ; avant qu’on n’y bâtisse de nouveaux temples dans les années 80, dédiés au dieu tourisme ceux-là ; en particulier à Cancún désormais hérissé de resorts gigantesques, dans une ambiance très américaine… Avec l’ouverture d’un vol direct par Air France il y a une poignée d’années qui permet d’éviter un stop à Mexico City, le Yucatán est devenue une destination prisée des Français. Il faut dire que la région a tous les atouts pour séduire : des infrastructures de qualité aux standards inter-

nationaux, des kilomètres de plages de sable blanc léchés par un océan Atlantique d’un bleu crémeux, une dose de culture symbolisée par ses temples mayas et des sites naturels cachés dans la jungle qui permettent d’ajouter un zest d’aventure.

De la plage… à la forêt Dans ce paradis balnéaire, les activités nautiques sont légion pour des team buildings les pieds dans le sable, entre catamaran, jet-ski et parachute ascensionnel ; alors que les dîners de langoustes en bord de plage et les folles soirées dans les restaurants climatisés et les bars animés de Cancún ou Playa Del Carmen apportent l’indispensable note festive. Mais on peut ajouter les mystères de la forêt subtropicale aux délices de l’océan. Plantée d’acacias et d’agaves, de ficus et de cactus,

80 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

de cocotiers et d’orchidées, elle abrite des jaguars. Même s’ils ne sont plus que 2 000 à se partager un territoire gigantesque qui file jusqu’au Guatemala ! Ici, loin des excès de Cancún, le Mexique reprend ses droits avec ses villages traditionnels, bric-à-brac de constructions basses dont les murs sont bariolés de pubs pour Coca-Cola ou Corona… C’est aussi le retour des Coccinelles Volkswagen à bout de souffle et des vieux Mexicains qui, à l’ombre de leur chapeau, font la sieste sur le perron de leur maison fatiguée…

Sur les traces des Mayas Plusieurs agences ont fait de la découverte de cet autre Mexique leur fond de commerce, à commencer par la culture maya. Pas seulement celle des temples, mais aussi celle que les dizaines de milliers


des plongeurs. Les bateaux de croisières américains accostent dans sa capitale San Miguel mais dès qu’on s’en éloigne, les lieux sauvages ne manquent pas sur cette île longue de 56 kilomètres. ©DR

de descendants du peuple amérindien perpétuent. Comme dans le minuscule village d’Esmeralda perdu dans la forêt. Une quarantaine de personnes – six familles – y vivent au rythme de la nature, dans une poignée de huttes. N’allez pas croire pour autant qu’ils portent le pagne ! Habillés comme vous et moi (ou presque !), ils accueillent des visiteurs pour mettre un peu de beurre… dans le maïs. Le chef initie les visiteurs à quelques rites, les habitants tissent couvertures et hamacs, chassent le sanglier et le coati, cet adorable mammifère au museau allongé typique d’Amérique du sud. On y cultive aussi haricots et maïs pour fabriquer les tortillas. Alors que l’authenticité est devenue un ingrédient essentiel des incentives, c’est certain : le Yucatán offre le compromis parfait entre culture, rencontres et loisirs…

■ Isla Mujeres

Le mieux est d’affréter un catamaran pour rejoindre cette île longue de 8 km, plantée au large de Cancún. Elle a gardé son cachet, avec ses vieilles maisons colorées et ses haciendas cachées au milieu des cocotiers. Pour l’explorer, on loue des voiturettes de golf ou des vélos. Sur la côte ouest, les plages défilent comme à la parade, agrémentées de restaurants. Sauvage et ventée, la côte aligne de belles falaises, pour le plus grand plaisir des iguanes se dorant sur les rochers. Les ruelles du village livrées aux boutiques colorées, aux restaurants et aux bars s’animent dès le coucher du soleil…

LES INCONTOURNABLES ■ Cancún

■ Playa del Carmen

Avec son enfilade d’hôtels géants qui s’étirent sur 26 kilomètres le long de l’Atlantique dans une ambiance qui oscille entre Miami et Las Vegas, Cancún n’évoque guère le Mexique, si ce n’est son petit centre historique sans réel intérêt. Les centres commerciaux géants, boutiques de luxe, bars, restaurants et fastfoods en tout genre pullulent. Mais la porte d’entrée du Yucatán peut néanmoins constituer un bon point d’ancrage pour alterner plaisirs balnéaires et sorties culturelles. Avec pour point d’orgue le superbe musée maya aux lignes modernes, au cœur de la zone balnéaire…

À 60 kilomètres au sud de Cancún, le village de Playa del Carmen est devenu une station branchée. On fait la fête sur les plages de ses beach clubs avant de s’encanailler sur la Quinta Avenida (la « 5e avenue »), jadis une petite rue ensablée où l’on marchait pied nu, devenue une artère bordée de bars et boutiques fashion. De là, on rejoint l’île de Cozumel à la riche faune aquatique, paradis

■ Les cénotes Il y aurait plus de 10 000 cénotes (gouffres naturels à ciel ouvert) dans le Yucatán ! Avec l’incroyable réseau de rivières souterraines, elles constituent un terrain d’aventures idéal… On peut y barboter ou faire du snorkeling dans leurs eaux translucides ; descendre en rappel leurs parois moussues avant une balade en canoë dans une nature exubérante. À ce petit jeu, Rio Secreto (aux portes de Playa Del Carmen) emporte la palme. À peine dérangé par l’eau coulant le long des stalactites, la visite de ces grottes en partie immergées se transforme en un « voyage au centre de la terre ». ■ Chichen Itza

Au cœur de la forêt (à 200 km de Cancún), c’est LE site archéologique du Yucatán. Il mêle les cultures maya et toltèque. Dans cette ville abandonnée il y a plus de 800 ans, on vénéra durant des siècles le serpent à plumes Quetzacoati. Des milliers de visiteurs piétinent chaque jour le site, à la découverte de ses temples et d’El Castillo, la plus célèbre pyramide du Mexique. Il est désormais interdit d’escalader le monument ; pour le préserver ou éviter les accidents ?

©DR

©DR

©DR

ZOOM SUR... RIVIERA MAYA

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 81


ZOOM SUR… RIVIERA MAYA ■ Tulum

Grande Motte. Entre les 9 restaurants, 7 bars, 4 piscines, le spa ou le golf, impossible de s’ennuyer. Son centre de conventions (21 salles) accueille de grandes manifestations (1 200 p. max), avant des soirées au bord des piscines ou sur la plage. www.melia.com/fr

À 60 kilomètres au sud de Playa Del Carmen, ce sont les seuls vestiges mayas en bord de mer. Ici, pas de pyramides étourdissantes ou de palais imposants. Au milieu de pelouses livrées à des iguanes placides, les ruines sont dominées par une forteresse dressée sur une falaise, face à la mer. En contrebas, la plage de sable blanc ajoute à l’exceptionnelle beauté du site. La visite sous un chaud soleil ne peut que s’achever par une baignade, dans les rouleaux rafraîchissants !

site historique de Tulum. Idéal pour un groupe de taille conséquente. Ses salles de réunion peuvent accueillir séminaires ou soirées de gala, de 60 à 600 personnes ; sa dizaine de restaurants propose des spécialités de tous les pays. L’offre de loisirs (piscines, spa…) complète les installations. ■ www.dreamresorts.com

■ The Palm at Playa, à Playa Del Carmen

CARNET PRATIQUE S’informer

■ Coba

©DR

On imagine la surprise des explorateurs du XIXe siècle qui découvrirent cette cité maya, à une centaine de kilomètres de Playa Del Carmen. Moins célèbre que Chichen Itza, elle n’en est pas moins passionnante avec ses 6 000 constructions réparties sur 70 km2, beaucoup toujours étouffées par la jungle pour une ambiance à la « Indiana Jones ». La visite se fait à pied, en vélo ou en pousse-pousse. La pyramide de Nohoch Mul (42 m) en est la « star ». De là-haut (après 113 marches !), la vue sur l’océan de verdure est grandiose.

Au cœur de Playa Del Carmen et à 100 m de la plage (accès au beach club), ce boutique-hôtel branché est idéal pour un petit groupe. Il propose de vastes suites à la déco contemporaine. On craque pour la piscine et le bar sur le toit, parfaits pour une soirée privée avec DJ. Évitez les chambres sur rue, très bruyantes... www.thepalmatplaya.com

Y aller Air France relie Paris à Cancún plusieurs fois par semaine durant tout l’hiver. La compagnie vole aussi quotidiennement pour Mexico, puis correspondance pour Cancún avec Aeromexico (membre de Skyteam). www.airfrance.fr

À savoir

©DR

■ Dreams Resort & Spa, à Tulum

NOTRE SÉLECTION D’HÔTELS

Un resort de 432 chambres raffinées, situé en bord de plage aux portes du site historique de Tulum. Idéal pour un groupe de taille conséquente. Ses salles de réunion peuvent accueillir séminaires ou soirées de gala, de 60 à 600 personnes ; sa dizaine de restaurants propose des spécialités de tous les pays. L’offre de loisirs (piscines, spa…) complète les installations. www.dreamresorts.com

• Formalité : passeport en cours de validité. • Décalage horaire : - 7 heures. • Langue : l’espagnol, et l’anglais dans les sites touristiques. • Monnaie : le peso. 1 € = 19 pesos. • Météo : de type subtropical. Saison humide de mai à octobre, avec des ouragans possibles. La saison sèche de novembre à avril est la meilleure période.

Liste DMC

■ Paradisus, à Cancún ■ Dreams Resort & Spa, à Tulum

Destination Mexico Quimbaya Tours Mex Atlantica Tours Mexico Direct South American Destination Viajes Meca Tropical Incentives Destination Mexico

82 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©DR

Un resort de 432 chambres raffinées, situé en bord de plage aux portes du

©DR

Impossible de rater ce géant de 668 suites, avec son architecture qui rappelle les pyramides Maya, ou… de La

Conseil de promotion touristique du Mexique : 4, rue Notre-Damedes-Victoires, 75002 Paris. Tél : 01 42 86 96 12. www.visitmexico.com et www.rivieramaya.com

Liste non exhaustive. Retrouvez l’ensemble des réceptifs ainsi que leurs coordonnées sur notre guide DMC


GROUPES ET ÉVÉNEMENTS AU MEXIQUE Emplacements exceptionnels sur les plus belles destinations. Service personnalisé pour faire de vos événements des moments uniques. Fantastiques salles de réunion. Organisation de fêtes privées avec tout le nécessaire pour leur réussite. La garantie et l’exclusivité que Bahia Principe Hotels & Resorts offre dans ses hôtels et sur ses terrains de golf particuliers.

Faites-nous confiance

Riviera Maya - Mexique


©Thierry Beaurepère


REPÉRAGE FRANCE… CÔTE D’AZUR

La Côte d’Azur consolide ses atouts Face à une concurrence devenue mondiale, les collectivités et les professionnels de la Riviera, de Nice à Monaco, renforcent leurs équipements pour rester dans la course et lutter contre l’image chère et élitiste de la destination. Par Christophe Chalon

D

©Thierry Beaurepère

ébut mai, 6 000 Chinois du groupe Tiens déferlaient sur Nice et sa célèbre Promenade le temps d’un incentive géant qui a eu des retombées de Cannes à Monaco via la réservation de 4 760 chambres réparties dans 79 hôtels 4 et 5 étoiles. Connecté à l’Europe voire au monde avec l’aéroport Nice Côte d’Azur, la Riviera paye ainsi sa renommée mondiale dont profite le secteur du MICE. « Nous attirons à Saint-Tropez des sociétés brésiliennes, russes, qataris..., note ainsi Christophe Pellicari, responsable de l’agence CDL Event. Nos clients viennent en dehors de la haute saison car les tarifs sont moins élevés, à l’exception des start-up qui veulent vivre l’ambiance festive de Saint-Tropez ». Selon Isabelle Lacombe, directrice commerciale de l’agence Voyages C.Mathez, « cette accessibilité aérienne est une force sur les marchés proches, belge, anglais, allemand, scandinave... ». Les Suédois et Norvégiens sont ainsi davantage demandeurs d’événements fort de dessertes désormais annuelles. « Les incentives en provenance des États-Unis sont aussi plus nombreux grâce à la remontée du dollar face

à l’Euro. Les groupes sont peut-être moins grands qu’avant mais les participants consomment beaucoup », se félicite enfin Isabelle Gainche, directrice marketing et commercial du Palais des Festivals et des Congrès de Cannes.

Une offre qui se renouvelle Fort de cette petite aide monétaire mais aussi de la volonté de certains clients de rester en France voire de privilégier des destinations sécurisées, l’année 2015 se présente sous de bons auspices. « Nice a accueilli de belles manifestations au printemps, notamment dans le domaine de la médecine », précise Isabelle Billey-Quere du bureau du Tourisme et des Congrès de Nice. « L’activité est bonne sur les congrès mais sans trop de visibilité encore sur les séminaires et incentives au second semestre mais nous travaillons souvent à J-15 », ajoute Isabelle Lacombe. Face à la concurrence d’autres destinations (Barcelone, Londres, Singapour, Dubaï et Marseille qui a le vent en poupe depuis 2013), Cannes invite les entreprises à vivre autrement la ville et à choisir des activités innovantes. « Il n’y a pas que le bord de mer mais aussi

un Cannes très nature », insiste Isabelle Gainche. Et de souligner : « Notre atout c’est l’unité de lieu avec une ville à taille humaine où tout peut se faire à pied entre le Palais des Festivals, les hôtels, les restaurants et les boutiques. Cannes est presque la seule ville à proposer cela dans le MICE ». Dans cette bataille, la Côte d’Azur bénéficie des investissements tant publics que privés qui restent soutenus année après année. Nouveaux hôtels (Okko Hôtel à Cannes), rénovations d’établissements (nouvelle plage privée du Majestic Barrière et Gray d’Albion) et d’espaces (auditorium du Palais des Festival, centre de congrès Acropolis de Nice...), ouvertures de lieux originaux (Cité Saint-François et salle Palace à Nice) et réalisation d’équipements d’envergure (Palais des congrès d’Antibes-Juan les Pins, stade Allianz Riviera et futur parc des expositions dans l’Eco-Vallée de Nice) participent au renouvellement constant de l’offre MICE et au rayonnement de la destination. « Reste à lutter contre l’image chic et chère de la Riviera. Ce n’est pas le cas y compris à Monaco. Les sociétés ne doivent pas hésiter à nous interroger ! », conclut une agence de la côte.

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 85


REPÉRAGE FRANCE… CÔTE D’AZUR

Voyages C.Mathez

©DR

Nice éveille les sens

Des incentives culturels La chasse au trésor dans le vieux Nice est un incontournable avec passage par le marché coloré du cours Saleya. « Le parcours comportera des arrêts pour déguster la socca,

spécialité locale à base de poix chiche, tester des huiles d’olives chez Alziari ou des parfums chez Fragonard ». La visite des lieux de production du parfumeur à Grasse et au village Eze est d’ailleurs souvent propo-

sée. « Cela permet aux participants de créer leur propre fragrance. Cette activité plait toutefois d’avantage à une assistance féminine qu’à des commerciaux dans l’automobile », plaisante-t-elle. Ils préfèreront le ral-

UN JOUR AU STADE

Allianz Riviera, le nouveau stade de Nice situé dans la plaine du Var à quelques encablures de l’aéroport international, dispose de plus de 10 000 m2 d’espaces dédiés à l’accueil d’événements grâce à ses 46 loges, ses 9 salons, son déambulatoire, sa salle de conférence équipée des dernières technologies... sans oublier son vestiaire et sa pelouse ! Les tailles disponibles varient de 30 à 2 000 m2, l’enceinte disposant du wi-fi et de la 4G. Le bâtiment conçu par l’architecte Jean-Michel Wilmotte abrite également le musée du Sport dont 2 000 m2 sont privatisables pour des cocktails, dîners, projections, colloques et séminaires. Il met ainsi à disposition ses salles d’exposition présentant des centaines d’objets, son auditorium, son hall d’accueil et son café.

86 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©DR

A

vec sa vieille ville, sa mythique Promenade des Anglais mais aussi la Baie des Anges et son arrière pays montagneux, Nice est une destination de choix pour le MICE. Fort d’une équipe de 17 personnes, l’agence C.Mathez organise une quinzaine d’opérations incentives par an et 6 à 7 congrès, jusqu’à 6 000 participants comme Cardiostim qui reviendra en juin 2016. « Nous prenons en main les événements de A à Z avec des activités pour 10 à 200 personnes », explique Isabelle Lacombe, la directrice commerciale. « Les possibilités sont variées selon le cahier des charges, le budget et la période ».


lye en Segway avec passage obligé par la Promenade des Anglais, ou celle en vieilles voitures qui les fera sortir de Nice pour filer sur les routes typiques menant à Eze, Villefranchesur-Mer, Saint-Paul-de-Vence ou Monaco. « C’est l’idéal quand l’événement dure trois jours. La responsable conseille alors de faire une activité hors de la ville comme également une sortie en bateau jusqu’aux îles de Lérins par exemple ».

Des infrastructures haut de gamme Côté soirée, les plages avec leurs restaurants que l’on peut privatiser comme celles du Hyatt Regency ou du Beau Rivage sont très recherchées. « Nos clients viennent souvent de Paris ou du Nord de l’Europe et veulent de belles terrasses et du soleil », souligne-t-elle. « Les soirées avec apéro sur un catamaran sont aussi recherchées mais le groupe ne doit pas dépasser les 50 personnes sinon il faut plusieurs bateaux ». « Nous pouvons aussi ouvrir les portes de villas privées à Saint-Jean Cap Ferrat pour 10 ou 15 personnes, ou, si le budget le permet, celles de la villa Ephrussi de Rothschild ». Au-delà de 250 convives, l’offre est en revanche plus limitée impliquant d’opter pour le Palais de la Méditerranée, le Park Mougins voire le Palais des Congrès pour les soirées réunissant 1 500 hôtes. Côté hébergement, l’offre pour le MICE varie du 3* au 5* avec notamment le Radisson Blu, l’AC by Marriott, le Méridien, le Beau Rivage, l’Aston La Scala, La Pérouse, La Collection 3A... « Nous travaillons essentiellement sur du 4* sachant que les clients veulent être hébergés en front de mer », précise Isabelle Lacombe. « Pour 20 personnes, nous aurons tendance à choisir un hôtel à taille humaine plutôt qu’un gros porteur. Pour des groupes plus importants, il est même possible de privatiser des hôtels sur la côte ! ».


REPÉRAGE FRANCE… CÔTE D’AZUR

Echapée Bleue Voyages Sous le soleil de Saint-Tropez

Le nautisme figure ensuite au programme de l’agence au travers de régates organisées dans le golfe de Saint-Tropez, le nombre de bateaux engagés variant selon la taille du groupe qui peut aller de 25 à 300 personnes. La participation aux Voiles de Saint-Tropez le dernier week-end de septembre consti-

tue évidemment un must. « Nous avons des demandes d’entreprises qui affrètent des bateaux pour suivre en spectateur cette course qui réunie de très beaux gréements venus du monde entier ». Pour les escapades terrestres, le rallye en 2CV sur les routes varoises typiques et sinueuses autour de Saint-Tropez à toujours la côte. Ces vieilles Citroën entraineront leurs occupants jusqu’à Ramatuelle, Gassin et surtout jusqu’au village perché de Grimau pour bénéficier d’une vue imprenable sur la baie. Côté hébergement, Saint-Tropez abrite une hôtellerie de qualité tels la Bastide, l’Hôtel de Paris, la Mandarine, l’hôtel des Lices et quelques perles comme la Villa Belrose qui domine tout le golfe, le Byblos, le Sezz sans oublier l’incontournable Château de la Messardière et ses fameuses tourelles. « S’il n’y a pas de disponibilité ou pour des questions de tarif, il arrive que les groupes effectuent les activités à Saint-Tropez mais résident à Sainte-Maxime, plus abordable, les deux villes étant reliées par

88 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

un rapide transfert en bateau », confie Charlotte Grégoire. Un transfert en car sera en revanche privilégié pour rejoindre la plage de Pampelonne si des activités de type challenge y sont réalisées.

UN ESPACE DE STAR

Parmi ses différents lieux privatisables (Place des Lices, le port, môme Jean Réveil, salles Jean Despas, Louis Blanc et Astegiano...), Saint-Tropez s’est dotée d’un nouvel espace adapté au MICE avec le Cinéma Star situé à l’entrée de la ville et à proximité immédiate de l’Hôtel de Paris 5*. Idéale pour accueillir des événements, colloques, séminaires..., cette salle dispose de 168 places assises.

©DR

Entre terre et mer

©DR

I

nstallée à La Valette-du-Var près de Toulon, l’agence réceptive et événementielle l’Échapée Bleue Voyages officie depuis bientôt 30 ans sur la région Paca et plus précisément le Var. De fait, ses 6 personnes interviennent souvent à Saint-Tropez, destination « star » pour l’incentive en raison du cadre exceptionnel du golfe, de l’image du petit port et de sa notoriété depuis les années 1950 et l’arrivée de l’actrice Brigitte Bardot. La découverte de ses lieux emblématiques via un rallye constitue la première étape d’un séjour. « Nous prévoyons évidemment une séance de pétanque sur la Place des Lices accompagnée d’un apéro pour déguster des vins du Var, de la tapenade... », raconte Charlotte Grégoire, directrice de l’Échapée Bleue Voyages. La célèbre place sert parfois aussi de cadre chaleureux à un dîner de gala via une privatisation des restaurants situés sur son pourtour. La soirée pourra se prolonger jusque tard dans la nuit dans les célèbres discothèques des lieux, le Byblos ou les Caves du Roy. « Pour des événements très select, il est aussi possible de louer de magnifiques villas privées », ajoute-t-elle.


PUBLI-REDACTIONNEL

Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez

Destination événementielle de prestige ! ENTRETIEN AVEC Claudio Ceccherelli Directeur Général du Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez

■ Sans flagornerie, qu’est-ce qui distingue le Grand Hyatt Cannes des autres établissements haut de gamme ? Sa situation extraordinaire d’abord, ancré sur la mythique Croisette, surplombant la baie de Cannes, la plage et la mer Méditerranée, à quelques pas du célèbre palais des festivals. Le Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez 5* possède la plus grande plage privée de la Croisette. Ensuite, L’hôtel dispose de 409 chambres dont 27 suites, l’une des plus grandes capacités en chambres de toute la Côte d’Azur, et surtout, l’une des plus vastes suites d’Europe, la Penthouse Suite, espace privatisable très apprécié, commercialisé hors saison pour de l’événementiel. Notre bel établissement, référence depuis les Années 30, comprend aussi l’unique restaurant gastronomique 2 étoiles Michelin de Cannes. Le chef exécutif, Christian Sinicropi, met d’ailleurs toute sa créativité au service de La Palme d’Or (2 macarons Michelin – 4 toques GaultMillau) et de l’ensemble des cuisines de l’hôtel. ■ Comment se positionne-t-il en terme de réunions et d’événements ? Avec 2 500 m2 d’espaces de réunion, l’établissement est, là encore, l’un des plus grands lieux de conférence de la ville, en seconde position des infrastructures de congrès cannoises, après le palais des festivals. Notre hôtel compte 15 salles de réunion, modulables et pouvant selon les besoins du client être équipées de techno-

logie de pointe par notre partenaire audiovisuel basé dans nos murs : PSAV. Des installations ultramodernes et des équipes expertes répondent à toutes les exigences associées aux projets spécifiques : défilé de mode, lancement de produit, dîner privé, réunion d’affaires... Et ce, de 500 à 3 000 convives. Certififié ISO 9001, le Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez fait partie intégrante de la destination azuréenne du tourisme d’affaires et des congrès et se positionne ainsi comme lieu de prédilection pouvant accueillir les événements internationaux les plus prestigieux. La configuration architecturale du bâtiment nous permet, par exemple, de recevoir deux congrès simultanément, mais en parfaite autonomie l’un de l’autre.

■ Le sens de l’accueil est-il inné chez Hyatt ? Très sincèrement, oui. Estimant que les organisateurs de réunions doivent être récompensés, nous avons lancé, depuis le 2e trimestre 2014, un programme exclusif de récompense pour les organisateurs de réunions

et d’événements, intitulé : « Hyatt Gold Passport Planner Rewards ». Les points peuvent être utilisés pour de fabuleuses récompenses de voyages, des crédits pour les réunions à venir et plus encore, dans tous les établissements de l’enseigne Hyatt, en France et dans le monde. De même que nous récompensons nos fidèles clients, nous accueillons toutes les demandes avec un soin particulier, le sur-mesure étant presque la norme. ■ Quel futur est envisagé pour le Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez ? Son futur s’annonce sous les meilleurs auspices, puisque déjà magnifique tel quel, ayant gardé toute son âme d’antan, l’hôtel va bientôt bénéficier d’une cure de jouvence. Des travaux débuteront pendant l’année 2016 tout en préservant le style Art déco existant. L’inventaire des Suites sera par là même augmenté... À n’en pas douter, le Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez est un incontournable de l’enseigne Hyatt, qui compte aujourd’hui 11 marques et 618 établissements dans 51 pays, dont 7 en France. Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez 73, La Croisette, 06400 Cannes, France TELEPHONE + 33 (0)4 92 98 73 09 jcagh.rfp@hyatt.com cannesmartinez.grand.hyatt.com

Septembre / Octobre 2015 | Voyages & Stratégie N°185 | 89


REPÉRAGE FRANCE… CÔTE D’AZUR

Creative Spirit

©Fotolia/E.Belyaeva

Cannes, la destination star

sont ainsi régulièrement utilisés tout comme, pour les soirées, les plages privées du Carlton et du Majectic, cette dernière venant d’être refaite et disposant d’une surface importante. Côté hébergement, en 4* et 5*, l’agence travaille en plus de ces deux adresses mythiques

UN PALAIS DES FESTIVALS PRESQUE COMME NEUF

Du 1er juillet au 15 septembre 2015, s’est déroulée la troisième et dernière tranche des travaux de rénovation du Palais des Festivals et des Congrès, vaste chantier lancé en 2013 par la Ville de Cannes. Après la modernisation de l’architecture extérieure du bâtiment, la réfection des célèbres marches, du grand auditorium et la réalisation d’un escalier à « double volet », la campagne de travaux 2015 est moins spectaculaire hormis la création du Salon Croisette, un espace de prestige doté d’une mezzanine et d’une passerelle extérieure. Pour le reste les interventions ont porté sur un nouvel éclairage pour le grand auditorium, des éléments techniques, des agencements d’espaces... Ces travaux opérés pour un montant de 23M€ ont profondément changé la physionomie du bâtiment emblématique du Festival du Film et amélioré les conditions d’accueil et d’organisation de l’ensemble des événements qui s’y déroulent chaque année.

90 | Voyages & Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

©Hervé Fabre

A

vec sa renommée internationale, Cannes possède une place à part dans le secteur du MICE sur la Riviera. Outre Paris et Barcelone, Creative Spirit dispose ainsi d’une agence à Cannes avec une équipe de 16 personnes. « Nous travaillons peu sur les gros salons mais plutôt sur des incentives et séminaires, des lancements de produit et des soirées notamment pendant le Festival », explique Maxime Chevalier, le directeur commercial. « Pour la soirée d’ouverture de TaxFree, le salon mondial du duty free, l’agence a organisé sur le port Pierre Canto un dîner de gala pour 900 personnes avec des chefs étoilés et des chanteurs réputés », donne-t-il comme exemple. Pour un autre événement, le dîner de gala eu pour cadre le marché de la ville avec en prime la présence d’un orchestre symphonique. L’esplanade du musée de la Castre au Suquet est également un lieu de choix pour ce type de soirées d’exception. « Nous jouons sur les codes légendaires de Cannes comme le Festival justement, le glamour et le grandiose ». Les espaces réceptifs du Palais des Festival rénové

avec le Martinez, le Palm Beach, le 3.14, le Radisson Blu... « Les clients veulent résider sur le front de mer, à proximité des lieux de convention qu’ils peuvent rallier à pied par la Croisette ». Même chose pour les restaurants, Creative Spirit optant notamment pour le très « in » Baoli avec sa terrasse extérieure et son ambiance lounge. Selon la durée de l’événement, certains clients demandent des activités en complément comme du golf et surtout des sorties en mer, à la voile ou en bateaux à moteur plutôt rapides, afin de mettre le cap notamment sur les îles de Lérins. Cet archipel situé dans la baie de Cannes ou évidemment la célèbre Croisette peuvent servir de cadre à des opérations de stimulation par équipes. ■


Villa Ephrussi de Rothschild SAINT-JEAN-CAP-FERRAT, CÔTE D’AZUR

S ur la Riviera, deux prestigieux palais

© Culturespaces 2015 ; C. Recoura.

pour vos événements d’exception

Villa Grecque Kérylos www.culturespaces.com

receptions@villa-ephrussi.com

BEAULIEU-SUR-MER, CÔTE D’AZUR


N°185 - SEPT.- OCT. 2015 - 13€

www.voyages-strategie.com

L’ISLANDE, UNE DESTINATION MICE ORIGINALE À SEULEMENT 3 HEURES DE PARIS

Le magazine de référence de la meeting industry STRATÉGIE

L’événementiel fait sa promo sur les réseaux sociaux ACTION

Quand le Sri Lanka s’éveille... ZAPPING

Hong Kong, l’Asie pétillante

Pour plus d‘informations : + www.icelandair.fr I Tél : 01 44 51 60 51 I pargroups@icelandair.is

Voyages&Stratégie N°185 | Septembre / Octobre 2015

Quotidien toute l'année au départ de Paris CDG1 pour Reykjavik !

AFRIQUE DU SUD 1

Un melting-pot d’émotions

Profile for Acta Media

Voyages & Stratégie n°185 - Sept/oct 2015  

Voyages & Stratégie n°185 - Sept/oct 2015  

Profile for actamedia
Advertisement