Page 1

septembre 2013 LA LETTRE D’INFORMATION D’ACI DEVELOPPEMENT

infos & insertion

N°3

édito

ZOOM sur l’insertion

DE LA THéORIE DE L’éVOLUTION

La mixité dans les chantiers d’insertion

L’IAE n’est pas un monde à part, à chaque changement de gouvernement la mise en œuvre des dispositifs inhérents à nos conventionnements est changée. A peine avons-nous eu le temps de nous restructurer dans la peine et la sueur pour atteindre les objectifs fixés par la précédente loi que l’on nous annonce un nouveau projet de loi. Ainsi, au gré des courants et des rapports d’experts, nous sommes soumis aux aléas des législations diverses qui reflètent bien l’adage « faire et défaire c’est toujours travailler ». Si l’évolution des dispositifs est une nécessité qui prend en compte la réalité du terrain, le changement est le reflet de dogmes qui trouvent leurs origines dans des courants de pensées et auprès des lobbyings d’acteurs dont les intérêts sont souvent divergents. La sacralisation de l’expertise servant de justification à tout changement permet aussi de justifier le travail de l’expert, lui-même soumis à la loi de l’évolution. Si Darwin avait été un technocrate expert de l’évolution du vivant il aurait soumis Dieu à la loi du changement quinquennal.

S

ur les 11 ateliers et chantiers d’insertion de l’association, 3 sont des ateliers « propreté » ou la prédominance des femmes est réelle et 8 sont des chantiers axés sur le « bâtiment et l’environnement » à dominante plus masculine (41 à 43 % de femmes de 2006 à 2011 sur l’ensemble de nos ACI). Depuis plusieurs années la restructuration de nos activités fait baisser légèrement le nombre de femmes sur l’ensemble de nos chantiers et ateliers (37 % en 2012). C’est pourquoi nous avons demandé à nos partenaires de promouvoir les chantiers environnement et bâtiment auprès d’un public féminin. En effet, dans certaines filières métiers les femmes hésitent de moins en moins à intégrer les métiers de l’environnement ou du bâtiment car les techniques et les matériels ont largement évolué et la pénibilité de certaines tâches en est d’autant diminuée. Ainsi, pour permettre à plus de femmes d’intégrer ces chantiers, nous avons prévu d’investir dans du matériel plus performant en 2014 ce qui permettra de remplacer la force physique par une meilleure mécanisation de nos outils de production dans le secteur de l’environnement. Enfin, les femmes se montrent souvent plus méticuleuses et plus respectueuses du matériel et de la sécurité des chantiers. Elles sont de plus, un facteur de motivation supplémentaire pour le reste de l’équipe, lorsqu’elles sont en capacité de démontrer plus de savoir être et de savoirfaire que les hommes pour une même activité.

Un projet Des objectifs Un avenir


infos & insertion

Période d’immersion : un bon tremplin vers l’emploi

D

epuis deux ans, ACI Développement met en place les périodes d’immersion en entreprise dans le cadre d’une convention de mise à disposition gratuite entre l’association et l’employeur (dénommé entreprise d’accueil). Notre partenariat s’est ainsi développé et aujourd’hui nous constatons que ce rapprochement avec les employeurs du secteur économique est un atout en terme d’insertion professionnelle. Une réelle confiance s’est instaurée et un suivi est assuré en permanence avec le tuteur de l’entreprise. Si besoin, dans le cadre d’une embauche, nous faisons le lien avec Pôle Emploi et le responsable de l’entreprise.

Germain Rivière intègre une formation professionnelle « Je suis rentré à ACI Développement en 2011. Au départ j’ai postulé pour un emploi d’encadrant technique. Puis finalement j’ai intégré l’activité espaces verts au sein de laquelle j’ai évolué en devenant second d’équipe. C’est vrai que c’est un poste que j’avais déjà tenu précédemment dans une autre structure. Ces chantiers avaient lieu parfois dans les établissements scolaires. C’était varié. En parallèle du chantier, j’ai poursuivi ma recherche d’emploi sur deux axes : des postes d’encadrant et dans le domaine des plantes. J’effectue des petits travaux de jardinage dans le cadre des chèques emploi service universel (CESU), une activité que je souhaite développer. Actuellement, je me prépare à un concours national pour l’entretien dans les lycées, même s’il n’y a que 60 places pour 2 000 candidats. Et le 30 septembre, je rentre à l’Institut Supérieur de Formation pour une formation d’agent magasinier afin de passer mes CACES. Mon but, réussir à travailler pour Agrial étant surtout intéressé par la partie horticole. J’y ai déjà fait un stage, et tout s’est bien passé, ils sont prêts à me reprendre. En attendant, je passe régulièrement à l’association pour prendre un café et discuter, car tout conseil de leur part est toujours bon à prendre. »

Aujourd’hui certaines entreprises nous appellent pour nous faire connaître leurs besoins en main d’œuvre. Ainsi nous avons récemment proposé une candidate pour occuper un poste de chauffeur de bus. La personne avait ce projet et sa motivation lui a permis d’être retenue. Grâce à cette promesse d’embauche, Cap emploi a financé la formation au permis de conducteur de bus. En résumé, la période d’immersion vise à : Faciliter l’acquisition de nouvelles compétences et diversifier les expériences professionnelles des salariés concernés. Initier le cas échéant, une procédure d’embauche dans le cadre d’un emploi pérenne dans une entreprise du secteur concurrentiel. Créer des passerelles entre les employeurs de l’insertion par l’activité économique, les employeurs de contrats aidés du secteur non marchand et les employeurs du secteur concurrentiel. Nous remercions les entreprises qui s’engagent à effectuer des périodes d’immersion.

Germain Rivière


LA LETTRE D’INFORMATION D’ACI DEVELOPPEMENT i SEPTEMBRE 2013 & BAN Q U E A S S U RANCES

& BAN Q U E A S S U RANCES

Groupama, toujours là pour vous.

mini CV POLE LAMAP

Nos candidats

Groupama assurances, entreprise régie par le code des assurances

> OUVRIER D’ENTRETIEN POLYVALENT Plus de 20 années d’expérience

> AGENT D’ENTRETIEN DES LOCAUX 5 années d’expérience CAP couvreur DirCom - 01/13

Alençon : 82, place de la Halle-au-Blé

> Aide CUISINIER

4 années d’expérience Pré-Qualification Hôtellerie/ Restauration

0 980 98 8000 (numéro non surtaxé) www.harmonie-mutuelle.fr

> OUVRIER MAçON 2 années d’expérience CAP maçon Depuis 1987, le meilleur rapport Qualité-prix-Service en Normandie

Argentan : 02 33 39 58 21 Alençon L’Aigle Flers Vimoutiers Aube Usine intégration & SAV : 02 33 84 50 13

n

ZAT DU LONDEAU - ALENCON Tél. : 02 33 31 51 51 n RN12 - LE MELE Tél. : 02 33 27 60 85

n

LA GARE - MORTAGNE Tél. : 02 33 25 00 86

n ZONE ARTISANALE ACTIVAL D’ORNE - ARGENTAN Tél. : 02 33 67 24 40

n

6 Route de Bagnoles - LA FERTE MACE Tél. : 02 33 14 01 66

> OUVRIER-CHARCUTIER 3 années d’expérience CAP niveau

Vous recherchez un collaborateur, contactez Brigitte LE GUICHARD au 02.33.34.34.96

Z.A. du BEZION Route de FLERS

61200 SARCEAUX

Tél. 02 33 350 351

GCA

ARGENTAN

mini CV


infos & insertion

mini CV POLE VAG

Nos candidats > PEINTRE 9 ans d’expérience professionnelle CAP PEINTRE EN BATIMENT 06.72.34.49.87

> ASSISTANTE DE GESTION 6 ans d’expérience professionnelle Niveau B.T.S Assistante de gestion 07.86.09.75.79

> OUVRIER AGRICOLE

POLYVALENT

12 ans d’expérience professionnelle Disponible de suite 06.25.47.54.97

> VENDEUSE EN BOULANGERIE 5 ans d’expérience professionnelle Formation : CAP VENTE

> EMPLOYEE LIBRE SERVICE 7 ans d’expérience professionnelle en produit frais 06.49.41.58.83

> COUTURIERE 5 ans d’expérience Libre de suite 06.37.14.49.95

Vous recherchez un collaborateur, contactez Florence MARIE au 02.33.39.03.88

mini CV

Hervé Bourdelas un retraité qui se veut actif Le personnage : Hervé Bourdelas a fait une carrière d’outilleur ajusteur. Avec sa haute qualification il est beaucoup demandé et travaille essentiellement en déplacement. Une vie sans histoire, à l’approche de la retraite. La cassure : A 57 ans et demi, c’est le licenciement. Il aimerait poursuivre les déplacements mais la mauvaise santé de sa mère vivant à Argentan l’oblige à rester sur place. Son âge et le manque de mobilité sont des freins très forts à l’emploi. Arrivée en insertion : C’est Pôle emploi qui met Hervé Bourdelas en relation avec ACI Développement. « Se retrouver en chantier espaces verts, c’était une sensation bizarre au début, mais je m’y suis habitué. Malgré mon âge, je faisais ma part de travail.».

La vie se réorganise : Trois contrats de six mois s’enchaînent. Et peu à peu l’épisode dépressif s’éloigne. Hervé Bourdelas voit la retraite arriver avec sérénité. Une inactivité pesante : Désormais retraité, Hervé Bourdelas reconnaissant envers la structure d’insertion passe régulièrement voir le personnel. Son souhait : s’impliquer comme bénévole dans le monde associatif, pour garder le lien social retrouvé.

Salarié en entreprise CDI

D

epuis le 1er septembre un nouvel encadrant est venu rejoindre notre équipe de permanents sur l’antenne de Gacé. Monsieur Guillaume Nauleau, après plusieurs mois passés en formation sur l’antenne de Mortagne comme agent polyvalent puis comme second d’équipe, a su démontrer qu’il avait les aptitudes et les compétences nécessaires pour prendre la direction d’une petite équipe de chantier spécialisée en espaces verts et petits travaux de bâtiment. Souhaitons-lui bonne chance dans ses nouvelles fonctions.

Déménagements sociaux « DURA LEX SED LEX »

S

uite à différents contrôles routiers et procès-verbaux pour défaut de licence de transport, notre association a décidé de ne plus accepter de réaliser des déménagements sociaux à la demande de nos prescripteurs et partenaires pour le compte des bénéficiaires des minima sociaux. En effet, après une demande écrite auprès du Préfet de l’Orne de déroger à cette règle, dans l’objectif de rendre service à des personnes rencontrant de réelles difficultés sociales, la réponse nous engage à respecter la loi et donc à nous transformer en entreprise de transport, ce que nous ne sommes pas.


LA LETTRE D’INFORMATION D’ACI DEVELOPPEMENT i SEPTEMBRE 2013

La maison de l’emploi et de la formation se dévoile L’équipe de la maison de l’emploi et de la formation (MEF) présente les diverses actions qu’elle mène pour aider chacun dans son parcours professionnel.

Q

ui fait quoi et où : La MEF d’Argentan est une association créée en 2007 et présidée par Laurent Beauvais président du Conseil Régional. Sa directrice Bernadette Belloche est entourée d’une équipe de 6 personnes installées dans la Maison des territoires et des entreprises à Argentan. Elle possède une antenne à Vimoutiers. Son but : « Notre première mission est d’être facilitateur auprès de tous les publics : demandeurs d’emploi, salariés, entreprises, collectivités et associations, sur la thématique de l’emploi et la formation. » Leur rôle est donc d’accueillir, conseiller et orienter vers la ou les structures correspondants aux besoins de toute personne qui pousse la porte de la MEF. Leur deuxième fonction majeure : observer leur territoire qui s’étend sur tout le PAPAO (Pays d’Argentan pays d’Auge Ornais) et fournir des données chiffrées aux acteurs économiques locaux. Quelques actions : n Réforme scolaire : « Nous travaillons avec le RPI du territoire qui comprend les élèves de Marcei, Vrigny et Montmerrei, pour l’adapter à la réforme et l’aider à trouver des activités mais aussi des aides de financement, grâce aux contrats aidés notamment. »

Participation au CDIAE : « Le Conseil départemental pour l’insertion par l’activité économique est une structure importante où tout se joue en matière de projets d’insertion. N’étant pas une structure d’insertion nous donnons un avis neutre donc important et nous nous efforçons de défendre notre territoire, notamment en matière de financement. »

n

Participation à des recrutements en nombre : Partner, Agrial : deux des entreprises qui par l’intermédiaire de la MEF se sont présentées aux structures d’insertion notamment pour expliquer leurs activités, les types de postes proposés…

n

n Entretiens individuels pour la création d’entreprise : A chaque projet de création ou reprise d’entreprise, de souhait d’intégrer une formation, nous organisons un entretien pour pouvoir orienter la personne, mais aussi la conseiller : « mettre en garde si le projet semble peu réalisable ou encourager si cela nous semble tout à fait réaliste. Ensuite la personne décide en connaissance de cause. » L’important est l’écoute pour donner de l’importance au projet, quitte à proposer une modification pour l’améliorer.

Informations collectives : Le but est toujours de convaincre de l’intérêt de se former, que l’on soit salarié ou en demande d’emploi. Même avec le tout premier niveau de formation en savoirs de base, les chances de trouver un emploi sont tout de suite multipliées. « Dernièrement à Vimoutiers nous avons proposé une information intitulée Se former, pourquoi, comment, avec nos différents partenaires. » Sas oublié, la VAE (validation des acquis d’expérience) qui permet de transformer des années d’expériences en qualification reconnue.

n

n Action auprès des établissements de santé : « En plus de leur proposer des formations, nous les faisons se rencontrer pour créer un réseau qui leur permet ensuite d’échanger, comparer leurs actions, se conseiller mutuellement. »

Les CV se mettent à table : C’est l’intitulé d’une action consistant à imprimer des mini-CV anonymes sur des sets de table pour favoriser l’emploi dans le domaine de la restauration. Une opportunité pour 25 demandeurs d’emploi de la CDC du Pays de Camembert.

n


infos & insertion

Paroles d’élu Interview de Mr Collin Maire de l’Home Chamondot

D

idier Collin est maire de L’Home Chamondot depuis une vingtaine d’années. Ces six dernières années, il a recours à l’insertion et en est satisfait. Avec quels organismes d’insertion travaille la commune ? Nous faisons appel à deux structures, l’une pour nous fournir les plants pour l’embellissement de la commune. L’autre, c’est ACI Développement, qui a un contrat annuel pour l’entretien en espaces verts et à qui on fait aussi faire des devis pour des actions ponctuelles. Le prochain chantier concerne le mobilier extérieur et les bacs à fleurs sur lesquels il faut passer de la lasure. Quelles différences avec une entreprise classique ? Avec une entreprise, il n’y a pas de suivi, on demande un travail

Bâtiment

R

c’est tout. Après on est satisfait ou non. Ayant été déçu par les entreprises contactées en début de mon premier mandat, on a fait un essai avec une association d’insertion. L’avantage est que les salariés sont plus attachés à bien faire le travail. En revanche, cela demande un suivi de notre part. Quel regard portez-vous sur l’insertion en général ? C’est une très bonne chose. Elus et population apprécient de pouvoir soutenir ces structures dans leur démarche d’insertion. Mais elles sont parfois trop nombreuses. Nous sommes beaucoup sollicités, même au plan national. Alors on préfère privilégier le local.

Restaurer le patrimoine ancien de nos campagnes

ares sont les chantiers d’insertion aussi importants : Un ancien corps de ferme dans la plaine et de nombreux murs dont il faut refaire les joints. Pendant plusieurs semaines, marteaux et burins ont résonné. Au début, il s’agissait juste de rénover la façade et la terrasse derrière la maison. Et puis face au résultat, l’envie d’étendre les travaux aux autres corps de bâtiments… Le client est ravi, les salariés aussi, malgré les conditions météo changeantes. Bien au-delà des travaux, il y a les relations humaines qui se sont instituées durant tout le chantier. D’abord entre les propriétaires et le responsable du chantier Sébastien, ainsi qu’avec les salariés. Sensible à leur besoin de reconnaissance et de lien social, le client offrait le café chaque matin et le gâteau en fin de journée. Les salariés ont remercié les propriétaires de les avoir si bien reçus. Depuis, de nombreux passants prennent des photos et sont mêmes admiratifs du travail réalisé. Pas si mal pour un chantier d’insertion !


LA LETTRE D’INFORMATION D’ACI DEVELOPPEMENT i SEPTEMBRE 2013

ACI dans le monde du spectacle

D

es comédies musicales intergénérationnelles : c’est le créneau d’Isabelle Grillet au sein de l’association Générations en mouvement. Ces deux dernières années, elle a fait appel aux petites mains d’ACI Développement pour les costumes et les décors. Les salariés en insertion ont réalisé les nappes pour le Cabaret d’Armande, mais surtout « toutes les jupes du tableau des fleurs, un gros travail avec le tulle. » Et sur la saison dernière, de nouvelles nappes ont été cousues et l’atelier a aussi confectionné les 17 boléros. « Un travail important car elles disposaient de très peu de temps et malgré tout, elles ont effectué un travail de qualité ». Une aventure qui est née du hasard, Isabelle Grillet travaille à la Maison des mots

et c’est par ce biais qu’elle a eu connaissance des compétences d’ACI Développement. C’était l’époque de l’animation de noël 2012, et donc la réalisation de tenues et statues magiques. « C’est un partenariat qui pourrait aller plus loin, car je suis sûre que faire une initiation au théâtre pourrait beaucoup aider ces salariés en insertion, pour reprendre confiance en soi notamment dans le cadre d’une recherche d’emploi. »

Isabelle Grillet

L’idée est lancée, reste à réfléchir au projet…

FORMATION et PREVENTION « Toute personne amenée à conduire un véhicule dans le cadre de son activité professionnelle doit être informée et connaître les règles du Code de la Route afin de réduire au maximum les risques… »

L

’action de sensibilisation à la Sécurité routière en direction des chauffeurs des véhicules au sein d’ACI Développement est partie du constat suivant : la différence de niveau des conducteurs potentiels a incité les Administrateurs de l’Association à proposer une formation à la Sécurité routière reconductible. En 2012, elle s’adresse aux salariés permanents. Elle s’élargit aux salariés en insertion en 2013. Cette action est dispensée bénévolement

par deux instructeurs : Monsieur Chaplain administrateur et Monsieur Juillet, spécialisés dans ce champ de la sécurité routière. En 2013, comme en 2012, une trentaine de salariés en insertion ont bénéficié de cette formation interne. Les sujets abordés portent sur le Code de la Route par la réactualisation des connaissances, l’information des nouvelles règles de sécurité sous la forme d’exercices, de diaporama et de vidéo. Une attention

toute particulière est mise sur les risques tels que la vitesse, l’alcool et autre addiction.

Les réactions des participants :

« J’ai pris conscience qu’il fallait anticiper sur les réactions des autres conducteurs de véhicule... J’ai apprécié les vidéos inédites en France... Transporter des personnes est une lourde responsabilité… Les outils pédagogiques sont intéressants, les formateurs sont pédagogues. J’ai moins apprécié le discours généraliste mais c’était à cause des niveaux différents chez les conducteurs ». Cette action de formation obligatoire a été reçue positivement. Les encadrants interrogés souhaitent qu’elle soit poursuivie en direction des nouveaux salariés amenés à conduire les véhicules de l’association.


infos & insertion

Les vacances version Secours populaire Pour les familles en difficulté, partir en vacances n’est pas une utopie grâce au Secours Populaire Français. L’association propose différentes formules, pour les enfants et les familles. La responsable pour la campagne vacances Orne est Emilia, mais toute une équipe s’est mobilisée, pour la communication et l’organisation.

L

’action la plus médiatique est la journée des oubliés des vacances. Elle a eu lieu le 22 août dernier, amenant les enfants de l’Orne au parc Astérix. Mais en fait, la campagne vacances a été lancée en mai pour se dérouler sur les mois de juillet et

août. Elle permet aux enfants et aux familles de se reposer bien sûr mais aussi de rompre l’isolement et favoriser l’autonomie.

pulaire propose des bourses solidarité vacances permettant de partir dans les centres Pierre et vacances, un service existant toute l’année.

Certains enfants sont partis pour un séjour de 2 à 3 semaines dans des familles vivant dans la Manche, les Côtes d’Armor, mais également en Suisse et en Hollande. Pour d’autres, ce sont les colonies de vacances, toujours autant appréciées : 180 enfants ont bénéficié des colos de la SNCF pour des séjours à thème sportif ou artistique dans toute la France et 15 enfants ont passé une semaine sur l’île d’Houat en Bretagne. Les vacances c’est aussi la famille. Le Secours po-

Enfin, des caravanes installées sur des campings de juin à septembre sont louées. En plus d’offrir la possibilité de partir en vacances, c’est l’occasion d’apprendre à gérer le séjour : les courses, la cuisine, les visites sur place, sans dépasser son budget. D’ailleurs l’association recherche déjà des caravanes pour l’an prochain, qu’elle peut éventuellement restaurer si besoin. Tous les dons sont les bienvenus.

Retraités, votre expérience nous intéresse Vous souhaitez faire profiter une association de votre expérience professionnelle, quel que soit votre domaine de compétence nous sommes à la recherche de bénévoles sur nos antennes de Mortagne au Perche, Gacé et Vimoutiers. Merci de prendre contact avec Mr Michel Picco Président d’ACI Développement au 02 33 39 77 16.

Publication gratuite de l’association ACI Développement 4, avenue de l’industrie 61200 Argentan - Tél. : 02 33 39 77 16 - Web : www.aci-developpement.org. Directeur de la publication Michel Picco, Responsable de la Publication Alain de Robichon, Chef de projet Frédéric WALTER, Rédaction et corrections d’auteurs Catherine COUPRY. Ont aussi participé à ce numéro : Pierre Collard, Florence Marie, Stéphanie Motté, Brigitte Le Guichard, Thierry Bénévolo. Conception graphique Peggy Chopin : www.design-peggy.com - 06 74 29 48 25.

Infos & Insertion #03  

La lettre d'Information d'ACI Développement

Advertisement