Page 1

SEPTEMBRE 2014 LA LETTRE D’INFORMATION D’ACI DEVELOPPEMENT

infos & insertion

N°6

Forum de la formation et de l’emploi à Caen

U

ne dizaine de salariés au forum de l’emploi. Le 13 février dernier, la Région Basse-Normandie a organisé un forum sur l’emploi et la formation au Parc des Expositions et ACI Développement a participé en envoyant une dizaine de salariés d’Argentan et de Vimoutiers en partenariat avec les différents acteurs de l’insertion. Pour quelques-uns d’entre eux ce fut une grande première que de découvrir le train, le tramway, la grande ville. Arrivés sur place, chacun s’est rendu dans les stands en fonction de son projet professionnel, de sa recherche d’emploi pour prendre des informations auprès des professionnels et des centres de formation. Rencontre avec trois salariées qui ont donné leurs impressions sur cette journée particulière. Léa 20 ans : « C’est Florence qui nous en a parlé. Pour ma part, je suis plus intéressée par le social, j’ai donc parcouru les différents stands où j’ai pris des renseignements. J’avais pas mal d’idées et du coup les professionnels m’ont bien conseillé. Malheureusement on a l’envie, les idées, mais pas le diplôme ! ». Léa est pourtant diplômée, elle a un BEP Carrières Sanitaires et Sociales et un CAP Petite Enfance. Néanmoins elle fait des « ménages » pour les clients d’ACI Développement. Pour ce qu’elle envisage comme carrière, il lui faut passer un Bac professionnel. Toutefois, elle a d’autres idées plus accessibles avec ses diplômes, en l’occurrence être auxiliaire de puériculture ou bien préparatrice en pharmacie, aussi elle va faire une période d’immersion histoire de ne pas se tromper d’orientation. Laetitia 24 ans : « Pour ma part, j’ai un CAP Vente et un BEP secrétariat. Mon 1er contrat chez ACI Développement se termine fin avril, mais j’ai un stage prévu au mois de mai et mon contrat est donc renouvelé. Je voudrais travailler avec les animaux et j’aimerais être vendeuse animalière. Quand j’étais petite, j’ai été privée d’animaux de compagnie. J’ai été au Forum de l’emploi à Caen pour rencontrer l’IRFA pour une formation de conseiller vendeur en juin et je dois contacter la Mission Locale ». Pour l’instant, Laetitia fait des ménages dans les HLM pour le compte d’ACI. « Au moins on a du travail et c’est mieux que rien. »

Marilyne 22 ans : « Au Forum, je suis allée voir des professionnels du Transport et de la Logistique et là, grosse déception, les formations susceptibles de m’intéresser sont à ma charge puisque que ce sont des entreprise privées. Du coup le transport, je laisse tomber pour l’instant et j’y reviendrai plus tard. Je vais m’orienter vers la logistique et le magasinage. J’ai fait un stage à Toupargel à Argentan, très positif ». En attendant de pouvoir concrétiser son projet, Maryline fait des ménages dans les HLM. La difficulté pour elles trois, c’est trouver leur voie. C’est parfois compliqué, voilà trois jeunes filles qui sont diplômées mais pas avec les bons diplômes. Toutefois, elles sont jeunes, ce sera plus facile de reprendre une formation et obtenir le sésame professionnel. L’avenir leur appartient ! Elles sont ravies de leur passage chez ACI Développement car elles ont retrouvé confiance en elles. Pour l’une d’entre elles, ça été de mettre un peu d’argent de côté pour payer son permis. Elles regardent leur avenir avec optimisme et c’est encourageant. Il est vrai que, lorsqu’on a fait des études et que l’on s’entend dire qu’il n’y a aucun poste qui correspond à votre diplôme, il y a de quoi être amer. Il y a les gens qui voudraient retrouver les 30 glorieuses où l’on trouvait un travail pour la vie, où on se mariait pour la vie, etc. Bref, une époque où il y avait un gros effort à faire jusqu’à sa première embauche et où il suffisait ensuite de se laisser vivre. C’est une époque révolue !

Laëtitia, Maryline et Léa de l’atelier Multiservices d’Argentan

Un projet Des objectifs Un avenir

1


infos & insertion

1001 LETTRES Rencontre avec Elodie Le Dantec conseillère en formation chez OPCALIA OPCALIA est un organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) des contributions des entreprises au financement de la formation (continue et en alternance).

« J’ai rencontré Frédéric Walter afin d’échanger sur différents points en particulier sur le dispositif 1001 lettres qu’il avait déjà utilisé pour l’association. Je lui ai dit que j’avais une enveloppe financière supplémentaire pour mettre en place ‘’ 1001 lettres ‘’ pour 23 salariés en partenariat avec la Maison des Mots. » Qu’est-ce que le dispositif 1001 lettres OPCA 1001 Lettres c’est un parcours personnalisé informatique, interactif, avec positionnement préalable, accessible en ligne. C’est aussi une démarche « apprendre à apprendre », pour développer les capacités de raisonnement et de logique. Enfin, c’est un parcours de formation, d’une durée comprise entre 56 et 120 heures, qui peut être réalisé en individuel ou en groupes de 5 à 6 stagiaires, et fait l’objet d’une évaluation en continu. Le dispositif « 1001 lettres » en partenariat avec la Maison des Mots a été conçu par OPCALIA en 2008, dans le cadre d’un appel à projet du Fond Unique de Péréquation. Un principe pédagogique simple qui s’adresse aux demandeurs d’emploi. Il s’appuie sur les savoirs de base nécessaires dans le poste de travail, comme les maths et le français, pour appliquer des consignes de sécurité ou dans la vie de tous les jours pour suivre son budget, pour élaborer le parcours d’accompagnement. Il n’est pas évident pour une personne de reconnaître qu’elle ne sait pas bien écrire, bien compter ou bien lire. Le dialogue dans l’entreprise est donc difficile à instaurer du fait du manque de communication d’où la difficulté à intervenir sur les formations de base. Ne pas savoir lire peut aussi avoir des conséquences dans l’entreprise. Dans le domaine de la propreté, un exemple : un salarié qui connaît bien ses produits, dosages etc. Peut se mettre en danger ainsi que ses collègues parce qu’il ne sait pas lire les étiquettes. Un jour, l’entreprise change de fournisseur et avec forcément un changement de bouteille, d’étiquette et de dosage avec des éventuellement d’autres consignes de sécurité strictes. Et là, on peut se retrouver dans des situations dangereuses voire critiques à cause d’un salarié qui ne sait pas lire les instructions et cache cette lacune à son employeur sans se rendre compte du danger potentiel. Mêmes conséquences pour une notice, une consigne de sécurité… et bien d’autres choses.

Elodie Le Dantec conseillère en formation chez OPCALIA OPCALIA a édité une BD « LA VALSE A MIMILLE ET UNE LETTRE ». Cette BD c’est pour que, de l’illettrisme, chacun puisse tourner la page.

2

Rénovation

de la salle polyvalente de Mâle

D

ébut 2014 une équipe d’ACI Développement a effectué des travaux de peinture dans les annexes de la salle polyvalente de la mairie de Mâle dans le Perche. Ces travaux ont consisté à la mise en peinture de la cuisine, de ses annexes, des sanitaires et du hall d’entrée et des circulations. « Il a été nécessaire de tout casser et de nettoyer avant une remise en état occasionnant des semaines d’intervention de plusieurs entreprises spécialisées. Des subventions ayant été demandées à l’Etat, la mairie a dû accepter de faire travailler une association d’insertion et en l’occurrence c’est l’offre d’ACI Développement qui a été retenue pour la peinture ».

« Une opération de rénovation menée de mains de maîtres » C’est en ces termes que Martine Georget, maire de la commune, s’est exprimée. Rénover, réhabiliter ou transformer un bâtiment, ce n’est pas seulement une question de brique ou d’isolation c’est aussi une question d’hommes et de femmes. « J’ai été très satisfaite de l’équipe d’ACI Développement. J’ai eu d’excellents contacts avec l’encadrant qui était présent aux réunions de chantiers et tout a été bien géré du début à la fin dans le sens où il y avait beaucoup de travail... J’ai donc eu d’excellents échanges avec Dominique Perrotte qui est quelqu’un de très ouvert avec lequel il était aisé de discuter » souligne Martine Georget. Martine Georget n’a pas ressenti de réelles différences entre une entreprise privée et ACI Développement. « Je dirais même qu’on a eu moins de problèmes. C’est la première fois que je fais appel à une association d’insertion et si c’était à refaire je signerais à nouveau car j’ai apprécié cette collaboration » confie-t-elle.

Martine Georget, maire de la commune de Mâle.


LA LETTRE D’INFORMATION D’ACI DEVELOPPEMENT i SEPTEMBRE 2014

mini CV POLE LAMAP

& BANQUE ASSURANCES

& BANQUE ASSURANCES

Groupama, toujours là pour vous.

Groupama assurances, entreprise régie par le code des assurances

Nos candidats > AGENT d’ENTRETIEN POLYVALENT 6 années d’expérience Titre professionnel en cours de validation

> AGENT de PRODUCTION / CARISTE 17 années d’expérience Licence cariste 1 3 5

> Auxiliaire de Vie 6 années d’expérience Certificat de qualification « Auxiliaire de Vie »

> Manutentionnaire Z.A. du BEZION Route de FLERS

8 années d’expérience CAP Charcutier

61200 SARCEAUX

Tél. 02 33 350 351

GCA

> Plaquiste

3 années d’expérience Diplôme en cours

ARGENTAN

Vous recherchez un collaborateur, n

ZAT DU LONDEAU - ALENCON Tél. : 02 33 31 51 51 RN12 - LE MELE Tél. : 02 33 27 60 85

n ZONE ARTISANALE ACTIVAL D’ORNE - ARGENTAN Tél. : 02 33 67 24 40

n

n

LA GARE - MORTAGNE Tél. : 02 33 25 00 86

n

6 Route de Bagnoles - LA FERTE MACE Tél. : 02 33 14 01 66

contactez Brigitte LE GUICHARD au 02.33.34.34.96

mini CV 3


infos & insertion

mini CV POLE VAG

Nos candidats > Aide Maçon 26 ans - 6 mois d’expérience

> Maçon 19 ans 2 années d’expérience Titre Professionnel de Maçon 22 ans 4 années d’expérience Niveau CAP Maçon

INTERVIEWS

Paroles d’élus avec Jean-Pierre Leroux maire de Sai

D

e quand date votre collaboration avec ACI Développement ? « La commune confie des missions d’entretien en espaces verts à ACI Développement depuis maintenant deux ans suite au départ de notre agent d’entretien. J’ai contacté l’association car les communes de Juvigny sur Orne et d’Aunou le Faucon travaillent depuis longtemps avec elle. L’entretien des haies et des fleurs du bourg et des hameaux alentour est également confié à l’association principalement. La première fois que le conseil municipal a décidé de travailler avec ACI Développement et en particulier la première année, il y a eu quelques frictions et des conseillers un peu réticents parce qu’ils auraient préféré embaucher un agent d’entretien. »

> Cuisinière 53 ans - Permis B 3 années d’expérience CAP Cuisine

> Secrétaire Comptable

Travaux Public 39 ans - Permis B 6 années d’expérience

Le Maire Jean-Jacques Lahaye et l’encadrant Hubert Renault avec une partie de son équipe

contactez Florence MARIE au 02.33.39.03.88

mini CV 4

Jean-Pierre Leroux est très satisfait de sa collaboration avec ACI Développement et souhaite prolonger cette collaboration au fil des années.

sage aux 35 heures. Auparavant on s’arrangeait avec la commune voisine qui avait un agent d’entretien avec mise à disposition d’une journée par semaine. Et depuis c’est l’association qui se charge de l’entretien. »

> Manoeuvre

un collaborateur,

Pourquoi avoir choisi l’association d’insertion ? « Tout d’abord pour aider des gens à s’insérer, sans oublier l’aspect économique non négligeable pour une petite commune comme la nôtre. Le travail est bien fait et très satisfaisant et l’équipe a un très bon encadrant en la personne d’Hubert Renault. Et si vraiment quelque chose ne va pas on l’appelle et tout se règle immédiatement. C’est donc important d’avoir quelqu’un sur qui compter. Le travail commence début mars pour se terminer à mi-novembre. Ponctuellement, je leur demande de venir pour du nettoyage. Dernièrement ils sont venus débarrasser et nettoyer le logement loué par la mairie. »

Jean-Jacques Lahaye, maire de Juvigny sur Orne nous parle de sa collaboration avec ACI Développement

25 ans - Permis B 1 année d’expérience Titre Professionnel de secrétaire comptable

Vous recherchez

Jean-Pierre Leroux Maire de Sai

D

epuis quand confiez-vous des missions à ACI Développement ? « Eh bien, ce n’est pas nouveau, notre collaboration avec ACI Développement a commencé en 1991 et j’étais élu depuis 1989. Au début c’était des travaux de restauration, et en particulier de la base intérieure du clocher puis de nettoyage. Après cela se sont enchaînés des travaux de restauration, de rejointoiement et de repiquage des murs extérieurs de l’église et du pont du Port d’Aunou. On leur a fait faire des travaux de clôture et des élargissements de voies en supprimant des haies. Quant aux espaces verts on collabore depuis 2000, depuis le pas-

Les temps ont changé « A l’origine de notre collaboration avec ACI Développement, il y avait une personne qui venait une journée par semaine à qui la commune fournissait le matériel et le carburant. C’était toujours le même salarié qui faisait une semaine l’entretien et l’autre semaine le cimetière. Il suffisait d’une mauvaise météo ou que le matériel tombe en panne et les travaux étaient reportés aux calanques grecques et pendant ce temps-là l’herbe poussait. Maintenant c’est plus simple, on fait une convention tous les ans, ça va de la période des Rameaux jusqu’à la Toussaint. ACI Développement s’occupe de tout, récupère les déchets. C’est pratique et beaucoup mieux, on ne s’occupe plus de rien, on a un contrat clés en main. On établit tous les ans le travail à effectuer et après ça roule. Après toutes ces années, ACI Développement nous donne entière satisfaction ».


LA LETTRE D’INFORMATION D’ACI DEVELOPPEMENT i SEPTEMBRE 2014

témoignages Témoignages de Messieurs Raymond et Lair ex salariés d’ACI Développement sur leurs parcours d’insertion et leur intégration au sein d’une entreprise de peinture du département. Deux hommes, deux parcours.

L

udovic Lair et Emmanuel Raymond ne trouvant pas de travail sont entrés à ACI Développement ce qui leur a permis de développer et de conforter de nouvelles compétences et une nouvelle motivation. En prenant contact avec une entreprise extérieure avant la fin de leur contrat chez ACI Développement, ils ont très vite rebondi sur l’entreprise classique et répondu aux objectifs qu’attend ACI Développement. Ils ont eu une facilité d’entretien d’embauche sans pression parce que si cela ne marchait pas, ils revenaient vers ACI Développement. Ludovic Lair, 35 ans, a quitté l’école très tôt, sans diplôme. D’intérim en petits boulots, il a fait des stages en peinture puis à l’AFP d’Alençon pour apprendre le métier. Puis ce fut un emploi dans une entreprise de peinture pendant 6 ans et le licenciement. De par son statut de travailleur handicapé, sa conseillère lui propose de rencontrer Florence Marie qui lui a proposé un CAE d’un an chez ACI Développement. « Durant mon contrat, Florence m’a proposé une offre d’emploi à l’extérieur. J’ai postulé le soir même et le lendemain j’avais un entretien à Alençon avec un CDD de 4 mois ».

Emmanuel Raymond et Ludovic Lair

Quant à Emmanuel Raymond, 42 ans, il a arrêté l’école en 3ème et comme il était gourmand, il a fait pâtissier, chocolatier, confiseur à Paris. « Mais c’est un métier où il n’y a pas d’heures, pas de week-end alors je me suis réorienté dans la soudure ! » Pas non plus sa tasse de thé. Du coup il est passé par ACI Développement où on lui a proposé un contrat d’insertion d’un an. Au bout de quelques mois, Florence lui a proposé une offre d’emploi dans la même entreprise que Ludovic et comme lui, il a été embauché en CDD. « J’ai bien fait de venir chez ACI Développement, cela m’a permis de retrouver du travail. » Pour l’instant, l’avenir s’est un peu éclairci pour Emmanuel et Ludovic car trouver du travail relève du parcours du combattant. Peut-être, pour eux deux, la fin d’une période de petits boulots, « Car plus vous les accumulez, plus les entreprises ne vous considèrent bon qu’à ça,… ».

Petits boulots, gros bobos

G

uillaume Nauleau, 37 ans, revient de loin avec un parcours professionnel chaotique. Il a une formation d’ébénisterie et forcément il a fait des petits boulots en menuiserie parce que travailler le bois lui plaisait… Maintenant beaucoup moins ! Il s’est dirigé vers le bâtiment avec toujours la galère de l’intérim et des petits boulots. Et puis un jour, en 2012, l’assistance sociale lui a proposé de se rendre chez ACI Développement où il a rencontré Brigitte Le Guichard.

Peu après être entré chez ACI Développement, comme salarié, il est passé second d’équipe et ce durant 18 mois. « Je suis encadrant depuis un an, ça a été pour moi une progression importante. Auparavant, je me dévalorisais énormément, pas de boulot, pas d’avenir avec une impression de sur place ». Il n’envisageait pas un poste d’encadrant. « Cela fait 2 ans que je suis là et j’en suis très heureux, ça se passe super bien avec les salariés ». Il est chargé des espaces verts, du petit bâtiment et son job prioritaire c’est d’aider les salariés en insertion en leur mettant le pied à l’étrier afin qu’ils puissent trouver du travail et retrouver l’estime de soi, tout comme lui... Nombre d’entre eux n’ont pas travaillé depuis des années et ce n’est pas facile d’être confronté à des horaires réguliers, à une hygiène de vie convenable ».

Guillaume Nauleau et son équipe de Gacé « J’ai découvert le poste d’encadrant au niveau des salariés par contre je ne connaissais pas toute la partie administrative, par exemple faire les devis. Or, le Directeur m’a dit que je progressais et que j’allais dans la bonne direction et cela m’a fait très plaisir. Je dirige une équipe de 10 salariés. Au départ, c’était un peu difficile car certains n’acceptaient pas être dirigé par quelqu’un de plus jeune et Stéphanie ma responsable m’a beaucoup soutenu ». Aujourd’hui, il exerce un métier qui lui plait : du management, du social et de la gestion de chantier. Il a su profiter d’une opportunité et a saisi sa chance. Il tente d’inculquer cette valeur à son équipe et ça a l’air de bien fonctionner. « Je tire mon chapeau à Stéphanie car si elle n’avait pas été là, je pense que je ne serais plus à ACI Développement ». 5


infos & insertion

Une équipe de nettoyage bien rôdée

B

etty Millard, encadrante chez ACI Développement, est une professionnelle du nettoyage. Elle est entrée dans l’association à l’antenne de Gacé en 2006.

« J’ai été une salariée en insertion comme les autres, puis je suis passée seconde d’équipe et ensuite encadrante. J’aime mon métier et j’essaie de le faire aussi bien que possible… ». Son équipe, composée de Christian, Robert, Martine et Angélique, etc. ; intervient très régulièrement pour des travaux de nettoyage et de remise en état après le départ des locataires, souvent à la demande des propriétaires. Ces travaux exceptionnels de nettoyage sont parfois pratiqués dans des conditions difficiles. Mais il faut faire le job et nous avons des équipements spécifiques pour ce type de travaux. Betty Millard raconte : « Aujourd’hui, on doit procéder au nettoyage d’une maison dans un état de saleté et de puanteur particulièrement important ! Dernièrement, on est allé sur un chantier pour nettoyer et vider un appartement de six pièces et ça nous a pris deux jours et demi tellement c’était infect ». Ce sont alors des dizaines de sacs poubelle et des encombrants qui sortent de la maison. Des heures à passer dans la poussière, dans les déchets, pour évacuer les ordures. Mais l’équipe de nettoyage d’ACI Développement est une équipe bien rôdée, soudée et efficace qui balaie, décrasse, récure et vide un appartement ou une maison en quelques heures et le rend à son propriétaire aussi propre qu’un sou neuf !

Un savoir-faire indispensable Betty Millard, en professionnelle expérimentée, confie : « On procède au nettoyage des appartements dans des situations souvent d’urgence. Les locataires étant bien souvent expulsés ou décédés. D’ailleurs, à ce propos, on a souvent les compliments de nos clients pour le travail effectué. Les donneurs d’ordre sont satisfaits des services d’ACI Développement, puisqu’ils nous rappellent régulièrement. Le plus difficile et le plus désagréable, c’est de vider les réfrigérateurs et les congélateurs qui sont dans un état de puanteur épouvantable. On les désinfecte et ensuite une fois le nettoyage effectué on emmène les encombrants au recyclage. On aime notre métier et bien que le travail soit parfois difficile, on l’exerce dans la bonne humeur et dans un bon esprit d’équipe ».

Martine, Angélique, Robert, Betty et Christian.

Interview de Céline Joubin, responsable des Espaces verts au Conseil Général de l’Orne Comment fonctionnez-vous avec ACI Développement ?

« On travaille avec ACI Développement depuis environ cinq ans. C’est un choix politique du Conseil Général de l’Orne et aussi un aspect privilégié dans la passation de marchés où faire travailler des entreprises d’insertion est une obligation. Dans ces marchés on a les collèges du nord du département et bien sûr le site de Montormel et on a des retours positifs ».

Une excellente communication

« Nous avons de bonnes relations avec le personnel d’ACI Développement, je dirais même une relation privilégiée, c’est très réactif et ce n’est que du positif. La qualité du travail est là y compris si nous avons besoin d’une demande spécifique en plus de leur travail habituel. 6

A Montormel, compte tenu du 70ème anniversaire du Débarquement et des cérémonies commémoratives en juillet et en août, la demande a été plus importante et plus précise puisqu’il fallait réaliser un travail particulièrement irréprochable avec le 6 juin et le 22 août et donc une exigence particulière. Nous sommes allés sur place avec des petites réunions de chantiers et l’équipe s’est très bien adaptée à nos exigences. Monsieur Langoisseur gère bien son équipe et nous n’avons eu aucun souci durant toute la saison. Concernant les cérémonies du 6 juin on a eu un excellent retour car tout était impeccable et c’était vraiment le moment où il ne fallait pas se rater. Personnellement, je suis en contact permanent avec Stéphanie Lacambre qui est particulièrement réactive surtout pour le site de Montormel où je lui ai demandé plus d’exigences que d’habitude ».


LA LETTRE D’INFORMATION D’ACI DEVELOPPEMENT i SEPTEMBRE 2014

Montormel, site majeur de la Bataille de Normandie

E

n amont des commémorations officielles de la bataille de Normandie, les préparatifs se sont accélérés et tous les intervenants ont été sur le pied de guerre pour que tout soit impeccable. Dans ce cadre, le Conseil Général de l’Orne avait lancé un programme exceptionnel d’animation dont deux jours de fête et de souvenir sur les hauteurs de Montormel les 22 et 23 août dernier. Dans cette perspective, l’équipe d’ACI Développement, encadrée par Bruno Langoisseur, n’y a pas dérogée : « On a travaillé sur le site en fonction de la météo. On est intervenu la veille des cérémonies pour peaufiner le travail, il fallait que tout soit au cordeau pour les cérémonies.»

A droite Céline Joubin et Patrick Normand du Conseil général avec l’équipe de Bruno Langoisseur.

Formation

P

our Yannick Thierry second d’équipe, c’est une qualification en bûcheronnage et aux métiers de la forêt et élagage. Quant à Mickaël Lirzin, c’est une pré-qualification dans les métiers de la forêt. Deux formations prévues à la MFR de Pointel à la rentrée.

Mickaël Lirzin un homme polyvalent « J’ai 29 ans, je suis à ACI Développement aux Espaces Verts mais j’ai aussi fait de la peinture ». Il y a quelques temps, j’ai participé à un test d’une matinée à la MFR avec Monsieur Noël à Pointel pour une pré qualification dans les métiers de la forêt. « Cela m’a plu, c’est une expérience en plus » Quel est votre parcours professionnel ? «Je faisais des petits boulots et c’est Pôle Emploi qui m’a envoyé à ACI Développement et je n’ai pas eu le choix ! ». Cependant, il avoue que ça l’a aidé un peu et surtout ça l’a relancé dans le travail où il a retrouvé un rythme de vie normal et régulier. L’année passée à l’association lui a plu surtout aux Espaces Verts, mais son contrat s’est terminé fin juillet. Ce sera à nouveau la galère de la recherche d’un boulot. Or, son point noir comme un certain nombre de ses collègues, c’est le permis de conduire et sans le papier rose, les choses se compliquent ! Quant à vous Yannick Thierry vous êtes à ACI Développement depuis quand ? « Depuis un an, mon contrat se termine en juillet. J’ai eu un ancien patron qui nous a laissé en plan … du jour

au lendemain, la galère quoi… » ! Et puis il a un autre handicap, il n’a pas de permis de conduire et comment le passer avec un RSA de 400 € ? ACI Développement n’est qu’une parenthèse et « la première fois que je suis rentré à l’association, je me suis demandé ce que je faisais-là » confie-t-il. « Il faut avouer que cette parenthèse professionnelle m’a aidé financièrement et à retrouver confiance en moi. J’ai participé à un test de la MFR et j’espère avoir une réponse positive pour une formation de 7 mois dans le bûcheronnage, car il y a beaucoup de travail dans ce domaine. J’ai 35 ans, je voudrais enfin pouvoir me poser ».

Yannick et Mickaël ont pu se positionner sur ces formations suite à une formation interne à ACI Développement sur la sécurité et l’entretien du matériel espaces verts, dispensée à plus de cinquante salariés de l’association en juin 2014 en partenariat avec la MFR de Pointel.

7


infos & insertion

Sébastien Hanoux Encadrant à

ACI Développement nous parle de son métier

Pascal, Brandon, Sébastien, Jacqueline et Charlène.

S

ébastien, s’occupe d’une équipe en insertion dans l’activité du bâtiment, la peinture et la maçonnerie. Sorti très jeune de l’école, avec un CAP en maçonnerie, ses débuts dans la vie professionnelle ont été faits de petits boulots, d’intérim avec des incertitudes face à l’avenir et les débuts d’une vraie vie professionnelle à ACI Développement.

« J’y suis entré en 2009 comme salarié aux espaces verts et encadrant deux ans après dans le bâtiment. J’étais en fin de contrat et l’on m’a proposé une place d’encadrant technique à Argentan et ma candidature a été retenue. C’est une fierté pour moi d’avoir obtenu ce poste et c’est aussi une reconnaissance de mon travail. » En quoi consiste le job d’encadrant technique ? « Quand on nous propose un chantier, je fais le tour avec mes gars pour leur expliquer le travail à effectuer. Ensuite, je répartis les tâches en fonction de leurs capacités : lessivage, ponçage… Je travaille avec eux tout en vérifiant le travail, je les laisse faire et je les reprends en leur donnant des conseils et la marche à suivre. Cependant, je leur laisse le maximum d’autonomie. Ils savent que je suis là pour les aider ». Que faites-vous en ce moment ? « On refait les appartements des résidences de personnes âgées du CCAS d’Argentan. On refait entre 15 et 20 logements en fonction de la demande. Les appartements ne sont pas tous refaits systématiquement mais seulement en fonc-

tion de leur état. Ça peut aller du simple rafraîchissement ou bien à la réfection complète de l’appartement du sol au plafond. En principe les gars ont leurs spécificités : le peintre va avec l’enduiseur quant à la pose du plancher vinyle, c’est moi qui m’en charge. Après avoir terminé une tâche, je demande aux salariés très souvent, de se reculer et de regarder leur travail de loin. Si un défaut apparaît aussitôt ils le verront. En général, ça se passe bien et s’il y a des difficultés, on est là pour les aider et surtout leur apprendre les savoirs faire puisqu’ils ne connaissent pas le métier et apprennent sur le tas ». Quand les salariés en insertion quitteront ACI Développement au bout de 6 ou 12 mois, est-ce que leur passage dans l’association leur a été utile ? « Ah oui ! Forcément. A la fin de leur contrat de travail on leur remet une attestation de compétences qui précise leurs aptitudes dans tel ou tel domaine. Ils font aussi des périodes d’immersion (PIM) en entreprise. C’est important car le rendement d’une entreprise n’est pas le même que chez nous. Il y a surtout plus de stress à l’extérieur. Quelques-uns trouvent du travail comme par exemple Emmanuel Raymond et Ludovic Lair et bien d’autres. L’insertion est un tremplin, une porte, à chacun d’essayer de l’entrouvrir voire de l’ouvrir ».

Publication gratuite de l’association ACI Développement 4, avenue de l’industrie 61200 Argentan - Tél. : 02 33 39 77 16 - Web : www.aci-developpement.org. Directeur de la publication Michel Picco, Responsable de la Publication Alain de Robichon, Chef de projet Frédéric Walter, Rédaction : Guylaine Lemoine. Ont aussi participé à ce numéro : Florence Marie, Stéphanie Lacambre, Brigitte Le Guichard. Conception graphique Peggy Chopin : www.design-peggy.com - 06 74 29 48 25.

8

Infos & Insertion # 06  
Advertisement