Page 1

Conseil Général des Vosges Evaluation – Révision du plan d’élimination des déchets ménagers et assimilés Evaluation environnementale – Rapport V1

Août 2009

-


Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

-2-


SOMMAIRE

CHAPITRE 1 : RESUME NON TECHNIQUE............................................................ 7 1

QU’EST-CE QUE L’ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE ............................................... 7

2

ETAT INITIAL DU TERRITOIRE.............................................................................. 7

3

LES EFFETS DE LA FILIÈRE DE GESTION DES DÉCHETS ACTUELLE SUR L’ENVIRONNEMENT 10

4

JUSTIFICATION DU SCÉNARIO RETENU ................................................................ 11

5

4.1

Perspectives d’évolution de l’état de l’environnement ...................................... 11

4.2

Description du scénario retenu pour le Plan actualisé ...................................... 12

LES EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN SUR L’ENVIRONNEMENT ........ 13 5.1

Les effets probables du Plan sur l’environnement............................................ 13

5.2

Bilan du scénario retenu................................................................................ 15

6

LES PRÉCONISATIONS ...................................................................................... 17

7

SUIVI ENVIRONNEMENTAL ................................................................................ 19

CHAPITRE 2 : PRESENTATION DE L’ETUDE....................................................... 20 1

2

CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE .............................................................................. 20 1.1

Le contexte réglementaire et la méthodologie retenue .................................... 20

1.2

Définition du périmètre de l’évaluation environnementale et de l’aire de l’étude 21

1.3

Articulation du plan avec les autres documents de planification........................ 22

PRESENTATION DES OBJECTIFS DU PROJET DE PLAN ET DE SON CONTENU .................. 22

CHAPITRE 3 : ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT........................................ 24 1

DIMENSION ENVIRONNEMENTALE DE REFERENCE

1.1

.................................................. 24

Pollution et qualité des milieux....................................................................... 24

1.1.1

Gaz à effet de serre .............................................................................. 24

1.1.2

Air ....................................................................................................... 24

1.1.3

Eaux .................................................................................................... 25

1.1.4

Sols et sous sols ................................................................................... 25

1.1.5

Ressources naturelles............................................................................ 25

1.1.6

Nuisances............................................................................................. 26

1.1.7

Risques sanitaires ................................................................................. 26 Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

-3-


1.2

2

Milieux naturels, sites et paysages ................................................................. 26

1.2.1

Biodiversité et milieux naturels .............................................................. 26

1.2.2

Paysages .............................................................................................. 26

1.2.3

Patrimoine culturel ................................................................................ 26

1.2.4

Risques naturels ................................................................................... 26

CARACTÉRISTIQUES DU TERRITOIRE CONCERNÉ.................................................... 27 2.1

Etat initial de la zone..................................................................................... 27

2.1.1

Les grandes caractéristiques du département des Vosges........................ 27

2.1.2

Pollution et qualité des milieux............................................................... 28

2.1.3

Ressources naturelles............................................................................ 35

2.1.4

Risques sanitaires et technologiques ...................................................... 37

2.1.5

Nuisances............................................................................................. 38

2.1.6

Milieux naturels, sites et paysages ......................................................... 41

2.2

Objectifs de référence ................................................................................... 49

2.2.1

Politiques nationales ............................................................................. 49

2.2.2

Politiques régionales et locales............................................................... 50

2.3

Récapitulatif des forces et faiblesses du territoire............................................ 56

3 CARACTÉRISTIQUES DE LA GESTION INITIALE DES DECHETS ET SES EFFETS SUR L’ENVIRONNEMENT ................................................................................................ 57 3.1

3.1.1

Prévention de la production des déchets ................................................ 57

3.1.2

Collecte et transports ............................................................................ 57

3.1.3

Valorisation .......................................................................................... 59

3.1.4

Traitement des déchets résiduels ........................................................... 62

3.2

Impacts globaux et relatifs ............................................................................ 64

3.2.1

Impacts globaux ................................................................................... 64

3.2.2

Impacts relatifs..................................................................................... 67

3.3

4

caracteristiques et effets sur l’environnement de la gestion initiale des déchets 57

Enjeux sanitaires........................................................................................... 69

3.3.1

Les principaux enjeux sanitaires............................................................. 69

3.3.2

Les risques sanitaires liés au stockage des déchets en ISDND.................. 70

3.3.3

Les risques sanitaires liés à l’incinération des déchets ............................. 70

3.3.4

Les risques sanitaires liés au compostage des déchets ............................ 73

DIAGNOSTIC INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT ........................................................ 74 Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

-4-


4.1

Synthèse de l’analyse .................................................................................... 74

4.2

Synthèse des enjeux ..................................................................................... 74

4.3

Les indicateurs quantitatifs ............................................................................ 75

CHAPITRE 4 : JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU................................... 79 1

DESCRIPTION DES DIFFÉRENTS SCENARIOS ENVISAGÉS.......................................... 79

2

COMPARAISON DES SCÉNARIOS ENVISAGÉS ......................................................... 81 2.1

Analyse multicritères des scénarios envisagés................................................. 82

2.2

Le choix du scénario ..................................................................................... 83

CHAPITRE 5 : EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN OEUVRE DU SCENARIO RETENU ............ 85 1

LA PRÉVENTION DE LA PRODUCTION DES DÉCHETS ................................................ 85

2

LA COLLECTE ET LE TRANSPORT.......................................................................... 85

3

LES VALORISATIONS ........................................................................................ 86

4

3.1

Valorisation matière ...................................................................................... 86

3.2

Valorisation énergétique ................................................................................ 86

3.3

Valorisation agronomique .............................................................................. 86

3.4

Les nouveaux équipements ........................................................................... 86

BILAN DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ........................................................... 87 4.1

Les émissions de Gaz à effet de serre ............................................................ 87

4.2

Bilan énergétique .......................................................................................... 90

4.3

Occupation de l'espace naturel ...................................................................... 92

4.4

Extraction des minéraux ................................................................................ 92

4.5

Qualité de vie/santé ...................................................................................... 92

4.6

Bilan du scénario retenu................................................................................ 92

CHAPITRE 6 : MESURES REDUCTRICES OU COMPENSATOIRES RETENUES ....................... 94 1

MESURES RÉDUCTRICES OU COMPENSATOIRES POUR LES INSTALLATIONS EXISTANTES DANS LEUR ÉTAT EN 2007 ...................................................................................... 94 2

3

MESURES RÉDUCTRICES OU COMPENSATOIRES POUR LES INSTALLATIONS A CRÉER ...... 94 2.1

Localisation des installations à créer............................................................... 94

2.2

Conception et exploitation ............................................................................. 95

MESURES RÉDUCTRICES OU COMPENSATOIRES GÉNÉRALES ..................................... 96 3.1

Vers une certification ISO 14 001 de tous les sites de traitement des déchets... 96

3.2 Vers la communication et la transparence autour des installations de traitement des déchets........................................................................................................... 97 Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

-5-


CHAPITRE 7 : SUIVI ENVIRONNEMENTAL PROPOSÉ ................................................... 98 1

PROPOSITIONS D’INDICATEURS DE SUIVI ............................................................ 98

2

PROPOSITION D’UN PROTOCOLE DE SUIVI ........................................................... 98

CHAPITRE 8 : DESCRIPTION DE LA MANIÈRE DONT L’ÉVALUATION A ÉTÉ MENÉE ........... 100 GLOSSAIRE ..................................................................................................... 102 LEXIQUE ......................................................................................................... 106

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

-6-


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

CHAPITRE 1 : RESUME NON TECHNIQUE

1

QU’EST-CE QUE L’ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE

L’évaluation environnementale doit répondre à la préoccupation suivante « quels sont les effets (la contribution) sur l’environnement des Vosges de la gestion des déchets ». L’évaluation environnementale s’inscrit dans le cadre de la révision du Plan Départemental d’Elimination des Déchets conformément à la directive européenne du 27 juin 2001 et à sa transcription en droit français. Elle identifie, décrit et évalue les effets que peut avoir la filière de gestion des déchets sur l’environnement du territoire concerné par le Plan. Le rapport environnemental constitue la synthèse de l’évaluation environnementale. Il aborde différents aspects :  L’état initial du territoire : c’est un bilan du territoire concerné par le Plan suivant 5 dimensions de l’environnement (la pollution et la qualité des milieux, les ressources naturelles, les risques sanitaires, les nuisances, les milieux naturels, les sites et paysages),  Les effets de la filière de gestion des déchets actuelle sur l’environnement en prenant en compte les sensibilités du territoire dégagées dans la première partie,  Les perspectives d’évolution de l’état de l’environnement si la révision de Plan n’était pas mise en œuvre,  Une comparaison des scénarios de gestion des déchets envisagés dans le cadre de la révision du Plan et les critères de choix du scénario retenu,  Les effets probables de la mise en œuvre du Plan sur l’environnement,  Des préconisations pour diminuer certains impacts,  La mise en place d’un suivi environnemental.

2

ETAT INITIAL DU TERRITOIRE

L’analyse environnementale du territoire est basée sur un ensemble de données récoltées auprès de différents organismes : Conseil Général des Vosges, Préfecture des Vosges, DIREN Lorraine, Agences de l’eau Rhin-Meuse et Rhône Méditerranée et Corse, Chambre d’Agriculture, et DRIRE.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

-7-


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE La synthèse de cette analyse peut être présentée en terme de richesses ou faiblesses du territoire ce qui permet de définir la sensibilité du département dans des domaines environnementaux spécifiques. Cette synthèse est présentée dans le tableau qui suit.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

-8-


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE Dimensions de l’environnement

Pollutions et qualité des milieux

Sous-domaine

Etat de l’environnement Les richesses

Air

Emissions faibles de gaz acidifiant

Eau

Patrimoine riche et diversifié

Les faiblesses Emissions de gaz à effet de serre (N02) et de Métaux lourds (Se) Détérioration de la qualité des eaux Zone vulnérable au sens de la Directive nitrate

Sol

Ressources naturelles

Risques sanitaires

Matières premières

Ressources naturelles variées en matériaux de carrières

Energie Ressources locales : eau, sol et l’espace

Ressource locale de bois Part importante des surfaces boisées SAU : 289 000 ha

Population riveraine

Global

PRQA

+

Global /Local

SDAGE - SDA SDAEP

+

Global

+ Schéma départemental des carrières Plan Bois

Population générale

PRSE

-

Global

PRSE

+

Local

-

Zones d’activités

Biodiversité et milieux naturels

ZNIEFF, ZICO, ZPS, réserves naturelles, parc naturel régional, arrêtés de protection du biotope, Politique engagée des ENS

Paysages

Paysages variés

Patrimoine culturel

Sites classés et inscrits

Risques naturels

Milieux remarquables, fragiles, d’intérêt national et européen

+ Local

Global

+ Atlas des Paysages

+ +

Inondations, risques sismiques

Sensibilité forte + / Sensibilité faible -

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

-

Local

Nuisances près des grands axes de transport Trafic important sur les grands axes routiers

Trafic routier

-

+ Risques locaux

Nuisances visuelles

1

Sensibilité1

Pression sur l’environnement

Odeurs

Milieux naturels, sites et paysages

Politique d’amélioration

Global et Local

Bruit Nuisances

Localisation des enjeux

-9-

Global

PPR

+


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

3

LES EFFETS DE LA FILIÈRE DE GESTION DES DÉCHETS ACTUELLE SUR L’ENVIRONNEMENT

Le croisement de la sensibilité du département et des impacts de la filière de gestion des déchets permet de dégager les enjeux majeurs qui feront l’objet d’un suivi ou d’une attention particulière.

 Pollution et qualité des milieux  Production de gaz à effet de serre,  Emissions de polluants dans l’air par les ISDND en fonction de la qualité du traitement des biogaz et de l'exploitation.

 Ressources naturelles  Consommation d’énergie de l’ensemble de la filière,  Occupation à long terme d'espace par les ISDND.

 Risques sanitaires  Contamination du personnel de collecte par les DASRI piquants ou tranchants,  Risques pour les riverains des installations.

 Nuisances  Trafic routier lié aux transports de déchets,  Nuisances visuelles (installations de traitement),  Odeurs aux voisinages des installations,  Qualité de vie des personnes (perte de valeurs des biens immobiliers…).

 Espaces naturels sites et paysages  Prise en compte des zones sensibles dans le choix des sites des nouveaux équipements,  Dégradation des paysages par les dépôts sauvages,

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 10 -


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

4

JUSTIFICATION DU SCÉNARIO RETENU

4.1 PERSPECTIVES D’ÉVOLUTION DE L’ÉTAT DE L’ENVIRONNEMENT Ce chapitre considère l’évolution probable de l’état de l’environnement si le plan n’était pas mis en œuvre. Il prend donc en compte la situation existante et exclut toute orientation d’un plan ou d’un projet précédent n’ayant pas été concrétisé. L’évaluation environnementale introduit la notion d’alternative « zéro » ou de scénario « alternative zéro » qui consiste à mesurer l’évolution probable des indicateurs environnementaux si l’actualisation du plan n’était pas mise en œuvre, aux horizons 5 et 10 ans. Afin d’évaluer les critères d’évaluation de l’impact environnemental de ce scénario « alternative zéro », des hypothèses d’évolution des tonnages et d’organisation ont été retenues.

Les hypothèses d’évolution des tonnages sont les suivantes :  Evolution du gisement d’ordures ménagères : stabilité (en kg/habitant/an), dans la continuité de la situation actuelle :  Prévention : pas de programme particulier mis en œuvre ;  Ordures Ménagères Résiduelles : stabilité de la production en kg/hab/an (pas d’amélioration des collectes sélectives) ;  Recyclables : pas de développements supplémentaires, pas d’amélioration des performances ;  Maintien du taux de refus de tri ;  Stabilisation des quantités de déchets apportés en déchèterie ; La population étant considérée comme stable dans les prochaines années, ces éléments se traduisent par un maintien de la situation existante dans les années futures.

Les hypothèses d’évolution des filières de traitement sont les suivantes :  Maintien des capacités et de l’organisation actuelle de tri sélectif et du compostage ;  Maintien de l’organisation actuelle de l’organisation du traitement des déchets résiduels à savoir incinération et stockage sur le département. La fermeture de l’ISDND de Ménarmont en 2010, sans création d’autres ISDND devrait conduire à une exportation des déchets dans les départements voisins et donc sans doute à une augmentation des kilométrages de transport effectués. Il a été pris comme hypothèse « optimiste » le maintien des kilométrages de transport. En l’absence de mise en œuvre des préconisations du plan, on évalue l’impact environnemental de la gestion des déchets ménagers au niveau du département à travers un maintien au niveau actuel des différents indicateurs du fait de la stabilisation de la population.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 11 -


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

4.2 DESCRIPTION DU SCÉNARIO RETENU POUR LE PLAN ACTUALISÉ Le scénario a été élaboré sur la base des tendances observées au cours des dernières années et des travaux de la commission consultative. L’objectif du plan est de limiter la production d’ordures ménagères résiduelles à 5 ans (2015) à 235 kg/hab/an et de la réduire à 210 kg/hab/an à 10 ans soit en 2020. Les objectifs conduisent à une diminution du gisement d’ordures ménagères (résiduelles + collecte sélective) de 8,6% à un horizon de 5 ans (2015) et de 13% à un horizon de 10 ans (2020), et ce par rapport au gisement de 2007. Cela se traduit par une diminution de la production d'ordures ménagères de 32 kg/habitant/an dès 2015 et de 49 kg/habitant/an d'ici 2020. Le Plan prévoit par ailleurs :  une stabilisation de la quantité de déchets encombrants et inertes accueillis dans les déchèteries et collectés au porte-à-porte avec une amélioration de la valorisation des déchets,  une stabilisation de la quantité de déchets verts accueillis dans les déchèteries à un horizon de 5 ans (2015) et une diminution de la quantité de déchets verts (-15 %) à l’horizon de 10 ans (2020), et ce par rapport au gisement de 2007,  une augmentation conséquente des quantités de déchets ménagers spéciaux collectés en déchèterie. Le Plan fixe comme objectif de doubler le taux de collecte de 1,5 kg/hab/an à 3 kg/hab/an à l’horizon 2020.

Globalement l’objectif est de réduire la quantité de déchets ménagers résiduels qui comprend les ordures ménagères résiduelles, les refus de tri et les encombrants résiduels dans les proportions suivantes :  Objectif 2015 : 275 kg/hab/an  Objectif 2020 : 245 kg/hab/an

Le Plan prévoit le maintien de l’usine d’incinération avec valorisation énergétique de Rambervillers à sa capacité de fonctionnement nominale. Elle pourra accueillir des ordures ménagères résiduelles mais également des encombrants broyés. Le Plan prévoit également la création d’une ou 2 installations de stockage de déchets non dangereux pour accueillir à terme des encombrants non valorisés et des déchets non ménagers résiduels.

Enfin, les décharges brutes qui ne sont pas plus en activité dans le département devront être réhabilitées.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 12 -


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

5

LES EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN SUR L’ENVIRONNEMENT

5.1 LES EFFETS PROBABLES DU PLAN SUR L’ENVIRONNEMENT On retiendra :  La réduction par rapport au scénario « alternative 0 » des tonnages de déchets ménagers et assimilés collectés par les collectivités de 6 % en 2015 et de 10% en 2020, qui présume d’impacts bien moins négatifs sur toutes les dimensions de l’environnement (baisse des émissions de gaz à effet de serre, réduction des émissions polluantes atmosphériques, baisse de la consommation d’énergie, risques sanitaires amoindris, baisse du bruit et du trafic au niveau local, …),  La forte hausse par rapport au scénario « alternative 0 » de 32 % en 2015 et de 38% en 2020 du tonnage des matières valorisées, qui souligne des impacts positifs en terme d’économie de matière première et d’énergie, mais aussi d’émissions de GES évitées par le recyclage,  La baisse par rapport au scénario « alternative 0 » de - 67% en 2015 et de - 85% en 2020 des tonnages de déchets ménagers destinés au stockage en centre de déchets non dangereux avec des impacts positifs en terme d’émissions de GES,  Le bilan Gaz à Effet de Serre (GES) qui diminue fortement, grâce notamment à la diminution conséquente des tonnages destinés au stockage,  Le bilan énergétique qui évolue très positivement (plus de consommation évitée que d’énergie consommée) grâce notamment à la hausse des tonnages de déchets faisant l’objet d’une valorisation matière et énergétique.

 Cas particulier du bilan énergétique De manière globale, les activités de gestion des déchets ménagers du département produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment, grâce à la valorisation matière et énergétique. Une représentation graphique du bilan énergétique est présentée ci-dessous. La consommation d’énergie est exprimée en Kilo Tonne Equivalent Pétrole (KTep) Consommation d'énergie liée à la gestion des déchets ménagers 4,0 2,0 Valorisation matière

0,0 Alternative 0

2015

2020

-2,0

Valorisation énergétique Transport

KTep/an

-4,0 Collecte

-6,0 Bilan

-8,0 -10,0 -12,0 -14,0 -16,0

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 13 -


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

La mise en place du scénario contribue à améliorer le bilan énergétique de la filière de gestion des déchets puisque globalement le bilan entre énergie économisée et énergie consommée évolue favorablement du fait de l’augmentation de la valorisation matière des déchets. Le scénario permet donc une préservation des ressources énergétiques et naturelles.

 Cas particulier du bilan GES La mise en œuvre du scénario retenu permettra de limiter de façon conséquente l’impact de la gestion des déchets sur le changement climatique. En 2007, les émissions de CO2 liées à la gestion des déchets ont été évaluées à 20,5 kt eq.CO2. La mise en œuvre du scénario devrait permettre de réduire ces émissions à 2,5 kt eq.CO2 en 2015 et 0,6 kt eq.CO2 en 2020. Les émissions de GES liées au stockage, à l’incinération, et dans une moindre mesure, à la collecte, ne sont pas compensées totalement par les différentes opérations de valorisation. On se rend bien compte du rôle de la valorisation matière dans ce volet du bilan environnemental. 25,00

kT eq.CO2/an

20,00 15,00 10,00 5,00 0,00 Alternative 0

2 015

2 020

KTeq CO2 : KiloTonne équivalent CO2

 Occupation de l'espace naturel La consommation d’espace de la gestion des déchets est principalement liée aux installations de stockage des déchets non dangereux. De plus, cet espace est mobilisé pour une période au moins égale à 30 ans. La limitation des quantités de déchets ménagers et assimilés destinées au stockage va contribuer à réduire d’autant les surfaces nécessaires. Les quantités stockées (hors DNM) en 2007 étaient de 45 000 tonnes, les objectifs pour 2015 sont de 15 000 tonnes et 7 000 tonnes en 2020. A ces déchets ménagers s’ajoutent des déchets non ménagers banals dont le gisement a été évalué en 2007 à 71 000 tonnes et estimé pour 2015 et 2020 à 60 000 tonnes (limitation de 15 % du gisement). Globalement les quantités destinées au stockage diminueront de 42 % à l’horizon 2020. Le développement de déchèteries et de recycleries-ressourceries nécessite des surfaces supplémentaires mais dans des proportions très réduites (2 000 à 4 000 m2/installation). Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 14 -


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

 Extraction des minéraux Comme cela a été indiqué précédemment, la mise en œuvre du scénario va contribuer à prévenir la production de déchets et donc l’extraction de matières premières. Parallèlement la valorisation matière permet d’économiser à l’horizon 2020, 66 000 tonnes de matières premières, soit 15°000 tonnes supplémentaires par rapport à l’année 2007.

 Qualité de vie/santé Ce point sera amélioré lors de la mise en œuvre du scénario retenu. Dès 2009, sera réalisée la mise aux normes de l’usine d’incinération de Rambervillers concernant les émissions de dioxydes d’azote. Par ailleurs les améliorations apportées par le scénario concernent :  la mise en place de collecte généralisée des déchets dangereux sur les déchèteries,  la réduction des quantités de déchets collectés et donc le trafic lié au transport des déchets.

5.2 BILAN DU SCÉNARIO RETENU Les différents indicateurs sont soumis à la confrontation des données du scénario « Alternative 0 » et de la situation envisagée par le scénario en 2020. Indicateur

Alternative 0

Scénario 2020

Impact

Tonnage total collecté

199 110 tonnes

178 820 tonnes

Toutes les dimensions

Tonnage valorisation matière

46 200 tonnes

66 160 tonnes

Ressources naturelles (Economie matière et énergie) Qualité des milieux (Emissions de GES évitées)

Tonnage valorisation organique (hors boues de STEP et compostage domestique)

12 600 tonnes

13 400 tonnes

Qualité des milieux (Emissions de GES évitées) (Enrichissement des sols)

Tonnage incinéré

86 000 tonnes

87 500 tonnes

Ressources naturelles (Economie d’énergie) Pollution des milieux (Emissions de GES

Tonnage stocké (hors inertes et DNM)

45 590 tonnes

6 700 tonnes

Pollution des milieux (Emissions de GES)

Emission totale de GES

25,6 kT eq CO2

0,6 kT eq CO2

Pollution des milieux

Consommation totale d’énergie

- 9,6 Tep

- 12,5 Tep

Ressources naturelles

Tableau 1 : Les indicateurs environnementaux à l’horizon 2020 selon le Plan et sans actualisation du Plan

Le tableau ci-dessous présente une synthèse des impacts du scénario retenu sur l’environnement Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 15 -


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE Impacts positifs sur l’environnement du scénario retenu

Prévention des déchets

Réduction de la pollution des milieux (effet de serre, air et eau), des risques sanitaires des travailleurs, du bruit et du trafic, des impacts sur la biodiversité et les milieux naturels, économie de matières premières

Collecte et transports

Réduction par rapport au scénario 0 de la pollution (effet de serre, air, eau, sol), de la consommation d’énergie, des risques sanitaires des travailleurs, du bruit et du trafic, des impacts sur le patrimoine culturel (acidification)

Impacts sur la pollution (effet de serre, air, eau, sol), la consommation d’énergie, les risques sanitaires des travailleurs, le bruit et le trafic, le patrimoine culturel (acidification)

Tri

Le tri va permettre différentes valorisations et donc la réduction des pollutions et l'économie de ressources en aval

Risques des travailleurs (contamination par les DDM, accidents, pénibilité travail, exposition à la poussière) augmentés par la hausse de l’activité

Valorisation matière

Réduction de la pollution des milieux (effet de serre, air et eau), économie de matières premières et d’énergie

Risques des travailleurs et riverains selon l’installation de recyclage et le matériau recyclé

Traitement biologique

Economie d’énergie

Impacts sur la pollution (effet de serre, air), le risque d’odeurs (process et exploitation), les risques des travailleurs (exposition aux micro-organismes et à certaines substances chimiques)

Valorisation énergétique

Réduction de la pollution des milieux (effet de serre et air) et production d’énergie

Valorisation agronomique

Emissions de gaz à effet de serre évitées (engrais substitués), production d’engrais chimique évitée, économie d’énergie, enrichissement des sols

Odeur si mauvaise stabilisation de l’amendement organique

UIOM

Production d’énergie

Emission de gaz à effet de serre, consommation d’espace mais limitée au regard de la SAU

Stockage en ISDND

Réduction de -93% des émissions de gaz à effet de serre par rapport au scénario « alternative 0 », réduction des risques d’odeurs (fermentation déchets et lixiviats)

Emissions de gaz à effet de serre, de COV, bio aérosols, particules de poussières sur alvéole en exploitation (non couverte), consommation d’espace, occupation à long terme mais limitée au regard de la SAU, risque d’envols

Anciennes décharges

Maîtrise de la pollution et de la qualité des milieux (effet de serre, air, eau, sols), des risques sanitaires généraux, des odeurs, des nuisances visuelles, des incendies et des glissements de terrain

Consommation d’espace, occupation à long terme mais limitée au regard de la SAU

Traitement des résiduels

Valorisation

Catégorie

Impacts négatifs sur l’environnement du scénario retenu

Tableau 2: Synthèse des impacts du scénario retenu sur l’environnement

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 16 -


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

6

LES PRÉCONISATIONS

Au-delà de la réglementation actuelle, certaines améliorations peuvent être faites afin d’atténuer certains impacts. Installations existantes  Déchèteries :  Aménagement des installations ou de l’exploitation pour un plus large accueil des déchets dangereux (déchets ménagers spéciaux, DASRI, DEEE).  Centre de transfert :  Amélioration du fonctionnement des installations avec une attention particulière au niveau de la prévention des envols et la gestion de l’eau.  Usine d’incinération avec valorisation énergétique de Rambervillers :  Mise aux normes avec traitement des oxydes d’azote en 2009,  Remplacement des lignes 1 et 2 par un nouveau four (amélioration des performances énergétiques),  Installation de mise en balles des déchets pour limiter les recours au stockage en cas d’arrêt de l’usine.

Localisation des équipements à créer

Conception et exploitation

Critères de choix des sites de stockage de déchets :  Dimensionnement adapté sans rechercher le surdimensionnement de l’installation.  Proximité des zones de production déchets et limitation des distances transport,  Zones favorables d’un point géologique et hydrogéologique,

de

de de vue

 Eviter tout espace naturel protégé et toute zone sensible,  Existence ou réalisation d’infrastructures de transport permettant l’accessibilité au site en limitant au maximum les impacts sur les populations riveraines,  Préservation de l’environnement (distance par rapport à l’habitat).

humain,

La démarche dans la recherche de site devra privilégier l’implication des acteurs locaux ainsi que la concertation avec les populations locales.

Préconisations :  Aménagement d’espaces verts en utilisant des essences locales,  Adaptation de l’infrastructure aux transports de déchets  Etude des possibilités de mise en œuvre des transports alternatifs  Intégration des installations par rapport aux voies de circulation et zones d’habitations et en tenant compte du patrimoine culturel et historique présent à proximité,  Entretien régulier et lmaintien en bon état de propreté et d’esthétique des sites de traitement et leurs abords.



Isolement des sources sonores les plus importantes (à l’intérieur d’un bâtiment par exemple)



Constitution de jurys de « nez »

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 17 -


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE Installations existantes  Centres de stockage :  Réduction des envols.  Décharges activité) :

brutes

(ayant

cessé

Localisation des équipements à créer

Conception et exploitation

Les initiatives publiques devront être encouragées dans un souci d’intérêt général et de maîtrise des dépenses liées à la gestion des déchets.

Mesures de limitation des nuisances spécifiques aux ISDND :  Exploitation visant à limiter les limitation des surfaces d’exploitation, recouvrement captage des biogaz dès d’exploitation des casiers,

toute

 Etudes et travaux de réhabilitation.

nuisances : en cours régulier et le début

 Ramassage quotidien des papiers et mise en place de filets anti-envols,  Suivi rigoureux de l’ensemble des paramètres de gestion des eaux, gaz, ressources naturelles,  Remise en état et suivi post-exploitation assuré conformément à la réglementation relative aux installations classées pour la protection de l’environnement. .

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 18 -


RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

7

SUIVI ENVIRONNEMENTAL

Le suivi consiste à vérifier si les effets du plan d’élimination des déchets sont conformes aux prévisions telles que le rapport environnemental les a analysées. Différents indicateurs vont faire l’objet d’observations à une fréquence donnée. Le tableau présenté ci-dessous répertorie ces indicateurs ainsi que leurs fréquences de suivi.

Indicateur

Unité

Fréquence

Impact

Tonnage total collecté

Tonne

Annuel

Toutes les dimensions

Tonnage valorisation matière

Tonne

Annuel

Ressources naturelles (Economie matière et énergie) Qualité des milieux (Emissions de GES évitées)

Tonnage valorisation organique

Tonne

Annuel

Qualité des milieux (Emissions de GES évitées) (Enrichissement des sols)

Tonnage stocké

Tonne

Annuel

Pollution des milieux (Emissions de GES)

Emissions totales de GES

Tonne équivalent CO2

A définir

Qualité des milieux

Quantité d’énergie produite

MWh

A définir

Ressources naturelles

-

Annuel

Paysages

Nombre de réhabilitation de décharges % population concernée par la collecte des déchets dangereux diffus

%

Annuel

Toutes les dimensions

Ce suivi est réalisable à partir des données collectées par l’ADEME ainsi que l’analyse des rapports annuels sur la gestion des déchets élaborés par les collectivités des Vosges ayant compétence et du bilan du fonctionnement des installations de traitement.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 19 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 2 : PRESENTATION DE L’ETUDE

1

CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE

1.1 LE CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE ET LA MÉTHODOLOGIE RETENUE La directive européenne n° 2001/42/CE du 27 juin 2001 relative à l’évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l’environnement pose le principe que tous les plans et programmes susceptibles d’avoir des incidences notables sur l’environnement doivent faire l’objet d’une évaluation environnementale préalable à leur adoption. L'évaluation environnementale doit donc désormais intervenir en amont des projets, au stade auquel sont prises les décisions structurantes assurant leur cohérence. Cette démarche doit s’appliquer aux plans d’élimination des déchets pour mieux prendre en compte l’environnement en vue de promouvoir un développement durable. Cette évaluation doit permettre d’éclairer et justifier les choix, de suivre l’application du plan, et de communiquer. Pour réaliser cette évaluation environnementale, seront suivies tout au long de la démarche, les préconisations du guide intitulé « Evaluation environnementale des Plans d’Elimination des déchets » élaboré par l’ADEME et le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable en 2006. Le schéma ci-après présente les grandes étapes de l’élaboration de l’évaluation environnementale et l’articulation avec la révision du plan déchets

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 20 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Source Guide « Evaluation environnementale des plans d’élimination des déchets » Ademe MEDD -

1.2 DÉFINITION DU PÉRIMÈTRE DE L’ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET DE L’AIRE DE L’ÉTUDE La révision du plan départemental a été envisagée sur l’ensemble du territoire des Vosges à l’exception de 3 communes adhérant à un EPCI situé en Meurthe-et-Moselle1 ; par ailleurs, 3 communes du département de la Meurthe et Moselle sont incluses dans le périmètre du Plan. Pour les mêmes raisons, l’évaluation se fera donc sur ce périmètre du plan.

1

En 2008, 5 communes des Vosges adhéraient à la CC Pays de Colombey et du Sud Toulois, elles ne sont plus que 3 en 2009 Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 21 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Certains déchets sont gérés actuellement à l’extérieur de ce département. Ils ont nécessairement un impact local, pour ce qui relève du traitement, et plus diffus pour ce qui relève du transport vers les territoires d’accueil. De la même manière certains déchets provenant de l’extérieur du département sont traités dans les Vosges. Ils ont également un impact local, pour ce qui relève du traitement, et plus diffus pour ce qui relève du transport de ces déchets. Le système étudié est celui des déchets produits sur le territoire du périmètre du plan, quel que soit leur lieu de traitement.

1.3 ARTICULATION DU PLAN AVEC LES AUTRES DOCUMENTS DE PLANIFICATION Le PEDMA sera élaboré en cohérence avec les plans départementaux d’élimination des déchets ménagers et assimilés limitrophes au département des Vosges. Il n’existe pas de plan ou document départemental ayant fait l’objet d’une évaluation environnementale.

2

PRESENTATION DES OBJECTIFS DU PROJET DE PLAN ET DE SON CONTENU

Un des objectifs du plan est de limiter la production d’ordures ménagères résiduelles à 5 ans (2015) à 235 kg/hab/an et de la réduire à 210 kg/hab/an à 10 ans soit en 2020. Les objectifs conduisent à une de diminution du gisement d’ordures ménagères (résiduelles + collecte sélective) de 8,6% à un horizon de 5 ans (2015) et de 13% à un horizon de 10 ans (2020), et ce par rapport au gisement de 2007. Cela se traduit par une diminution de la production d'ordures ménagères de 32 kg/habitant/an dès 2015 et de 49 kg/habitant/an d'ici 2020. Le plan prévoit par ailleurs : •

une stabilisation de la quantité de déchets encombrants et inertes accueillis dans les déchèteries et collectés au porte-à-porte ave une amélioration de la valorisation des déchets,

une stabilisation de la quantité de déchets verts accueillis dans les déchèteries à un horizon de 5 ans (2015) et une diminution de la quantité de déchets verts (-15 %) à l’horizon de 10 ans (2020), et ce par rapport au gisement de 2007,

une augmentation conséquente des quantités de déchets ménagers spéciaux collectés en déchèterie. Le Plan fixe comme objectif de doubler le taux de collecte de 1,5 kg/hab/an à 3 kg/hab/an à l’horizon 2020.

Globalement l’objectif est de réduire la quantité de déchets ménagers résiduels qui comprend les ordures ménagères résiduelles, les refus de tri et les encombrants résiduels dans les proportions suivantes :  Objectif 2015 : 275 kg/hab.an  Objectif 2020 : 245 kg/hab.an

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 22 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

400 350 OM résiduelles et refus de tri

kg/hab.an

300 250

Encombrants résiduels

200 150

Déchets ménagers résiduels

100 50 0 2007

2015

2020

Figure 1 : Evolution de la production de déchets ménagers résiduels

Il est entendu qu’il s’agit d’une moyenne, les productions par EPCI étant très variables selon la typologie de l’habitat (rural ou urbain) et le contexte touristique de certains secteurs (thermalisme, stations de sports d’hiver…). La mise en œuvre des objectifs du Plan est basée sur les actions suivantes :  réduire la production de déchets et inciter à la réutilisation et au réemploi, en s’appuyant notamment sur l’éducation, dans le cadre du programme de prévention porté par le SMD à l’échelle du département, et la fiscalité,  trier et valoriser encore plus, en s’appuyant notamment sur l’éducation, la fiscalité et la mise en place d’une logistique simplifiant le geste pour l’usager,  accepter en ISDND uniquement des déchets ultimes respectant la définition inscrite dans le Plan révisé,  disposer de capacités suffisantes de stockage en ISDND,  maîtriser les coûts,  faciliter l’information et sensibiliser. Le traitement des objets résiduels se fera prioritairement par incinération avec valorisation énergétique notamment pour les ordures ménagères qui à l’horizon 2015 seront totalement valorisées énergétiquement. A l’horizon 2020, outre des ordures ménagères, seront valorisés énergétiquement des encombrants après broyage.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 23 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 3 : ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

1

DIMENSION ENVIRONNEMENTALE DE REFERENCE

L’évaluation environnementale doit répondre à la préoccupation suivante « quels sont les effets (la contribution) sur l’environnement des Vosges de la gestion des déchets ». L’objectif est d’identifier les dimensions environnementales qui vont être concernées par la gestion des déchets de manière positive ou négative, que ce soit au niveau de la collecte, du transport ou du traitement des déchets. La portée des effets environnementaux peut être locale ou globale. L’évaluation est abordée selon 5 dimensions : 

Pollution et qualité des milieux : cette dimension intègre les impacts sur la qualité de l’air notamment l’émission de polluants et de gaz à effet de serre, ainsi que sur la qualité de l’eau et sols,



Ressources naturelles : cette dimension intègre en particulier les questions relatives aux matières premières et ressources énergétiques et ressources naturelles locales,



Risques sanitaires,



Nuisances : bruit, trafic, odeur et nuisances visuelles,



Milieux naturels, sites et paysages : biodiversité, paysages, patrimoine culturel et risques naturels.

1.1 POLLUTION ET QUALITÉ DES MILIEUX 1.1.1 GAZ À EFFET DE SERRE Les principaux gaz à effet de serre émis lors de la collecte, du transport et du traitement des déchets sont : le méthane (CH4), le dioxyde de carbone (CO2), le protoxyde d’azote (N2O) et, lors du traitement de déchets spécifiques, les chlorofluorocarbones (CFC). En contrepartie, le fait de prévenir la production de déchets, de limiter les transports ou encore de valoriser sous forme de matière ou d’énergie les déchets permet d’éviter des émissions de gaz à effet de serre (essentiellement CO2).

1.1.2 AIR Les différentes étapes de la gestion des déchets peuvent contribuer de manières positives ou négatives à la qualité de l’air. Les principaux polluants susceptibles d’être émis par la gestion des déchets sont les suivants :

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 24 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT 

Particules,



Gaz précurseurs d’acidification (NOX, SO2, HCl),



Composés organiques volatils (COV),



Eléments traces métalliques,



Bio-aérosols,



Dioxines.

1.1.3 EAUX La gestion des déchets peut entraîner une pollution potentielle des eaux par : 



Pollution directe issue des centres de traitement : o

Centres de stockage : fuites de lixiviats

o

Unité d’incinération : certains traitements des fumées peuvent rejeter des effluents liquides

Pollution après transfert via les sols après épandage des déchets.

A l’inverse, la prévention et la valorisation (recyclage matière) contribue à éviter des pollutions de l’eau.

1.1.4 SOLS ET SOUS SOLS Les enjeux à prendre en compte sont : 

La dégradation des sols liés à l’utilisation des déchets en remblais ou en techniques routières,



L’amélioration ou la dégradation de la qualité des sols liée au retour au sol des déchets organiques.

1.1.5 RESSOURCES NATURELLES

1.1.5.1 Matières premières Les impacts concernent essentiellement l’économie de ressources en matières premières permise par les différents types de valorisation.

1.1.5.2 Ressources énergétiques Les principaux impacts sont la consommation de carburants lors de la collecte et du transport et l’économie de ressources en énergie grâce au recyclage et à la valorisation énergétique dans les opérations de traitement.

1.1.5.3 Ressources naturelles locales Les ressources locales concernées sont : 

l’espace (occupation à long terme de terrain),

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 25 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT 

les sols agricoles qui sont à considérer comme une ressource non renouvelable et dont la qualité est susceptible d’être améliorée ou dégradée selon la nature des déchets épandus,



les matériaux de carrières ou les granulats et autres ressources spécifiques au territoire concerné.

1.1.6 NUISANCES Les principales nuisances liées à la gestion des déchets sont : 

le bruit : collecte, transport et installations de traitement,



les odeurs : installations de traitement,



le trafic routier (essentiellement à proximité des installations de traitement)

1.1.7 RISQUES SANITAIRES Les populations (travailleurs, riverains) sont susceptibles d’être exposées à diverses substances dangereuses.

1.2 MILIEUX NATURELS, SITES ET PAYSAGES 1.2.1 BIODIVERSITÉ ET MILIEUX NATURELS La gestion des déchets peut avoir un impact sur la biodiversité par la création d’équipements consommateurs d’espaces (centre de stockage en particulier) ou par l’épandage des déchets dans les milieux naturels sensibles et les espaces d’intérêts biologiques (parcs, massifs forestiers, zones humides, ZNIEFF, Natura 2000, espaces naturels sensibles…).

1.2.2 PAYSAGES Le paysage est susceptible d’être dégradé et notamment par la création de bâtiments industriels et la réalisation de centres de stockage. A l’inverse, la lutte contre les dépôts sauvages et la prévention de la production de déchets permet de limiter l’impact sur le paysage.

1.2.3 PATRIMOINE CULTUREL Les effets sur le patrimoine culturel sont essentiellement liés à la création d’équipement dont l’aspect architectural ou la vocation peuvent être considérés comme difficilement compatible avec le patrimoine local.

1.2.4 RISQUES NATURELS Les dépôts sauvages peuvent induire des incendies, et les inondations peuvent, quant à elles, augmenter la dispersion de polluants dans l’eau.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 26 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

2

CARACTÉRISTIQUES DU TERRITOIRE CONCERNÉ

2.1 ETAT INITIAL DE LA ZONE 2.1.1 LES GRANDES CARACTÉRISTIQUES DU DÉPARTEMENT DES VOSGES

Le Département des Vosges en chiffre

o

 Population : 380.952 habitants (RGP INSEE 1999)  Superficie : 5.874 km²  Densité : 64,9 habitants/km²  515 communes  31 cantons  3 arrondissements

Secteurs économiques dominants

o

Prés de 3500 sociétés sont installées dans les Vosges. Les entreprises vosgiennes œuvrent aujourd'hui dans des secteurs d'activités variés tels que : 

la transformation des métaux,



l'industrie du papier, du carton et de l'emballage,



l'industrie textile,



l'industrie du bois,



l'industrie agroalimentaire,



la plasturgie.

Tourisme

o

Dans les Vosges, en 2008, le tourisme génère un chiffre d'affaires de près de 147,7 millions d'euros, et près de 12000 emploi touristiques. Le tourisme est donc devenu une activité économique majeure dans les Vosges. 2,2 millions de nuitées ont été enregistrées en 2008. La carte de visite du département comprend entre autres: 

86 000 lits non marchands et 43 000 lits marchands



Plus de 4000 km de sentiers balisés,



13 stations de ski de piste et 10 sites de ski nordique,



4 stations thermales,



Près de 90 sites muséographiques,



1 parc naturel régional...

Source Vosges Développement. Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 27 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

o

Agriculture et forêt

L'agriculture est essentiellement présente sur le plateau lorrain et dans la Vôge. Elle associe élevage laitier (fromages), arboriculture et céréaliculture. La sylviculture représente également une source de revenus importante. Elle alimente l’industrie du bois (meubles, contreplaqué, papeteries). 41% de la surface du département concerne des terres agricoles. La forêt couvre 48% du territoire. Le département des Vosges se trouve donc à la troisième place nationale des départements français les plus boisés. La forêt vosgienne est constituée de sapins et de hêtres. Ces deux espèces représentent environ 30% (chaque). o

Bilan des emplois dans les Vosges

Le tableau ci-dessous présente la répartition des emplois dans le département en fonction des secteurs d’activité. Vosges

Vosges %

France %

5 562

3,8%

3,5%

38 563

26,3%

14,8%

9 821

6,7%

6,3%

Commerce

18 084

12,3%

13,1%

Services

74 700

50,9%

62,3%

146 730

100,0%

100%

Agriculture Industrie Construction

Totalité

Source Insee - 2005

On constate que l’industrie représente une part importante des emplois en comparaison à la situation en France.

2.1.2 POLLUTION ET QUALITÉ DES MILIEUX

2.1.2.1 Gaz à effet de serre Remarque préalable : Pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre, on utilise un indicateur le PRG. Le PRG est le Potentiel de Réchauffement Global, cet indicateur vise à regrouper sous une seule valeur l’effet cumulé de toutes les substances contribuant à l’accroissement de l’effet de serre. Il est exprimé en équivalent CO2 (dioxyde de carbone). Pour exprimer les émissions de gaz à effet de serre en tonnes d’équivalent CO2, on pondère les émissions de chaque gaz par un coefficient tenant compte de son pouvoir de réchauffement comparé à celui du CO2. Ce coefficient est de : 1 pour le CO2, de 21 pour le méthane (CH4), de 310 pour le Protoxyde d’Azote (N2O), de 23 900 pour l’hexafluorure de soufre SF6, de 140 à 11 700 pour les Hydrofluorocarbures (HFC) et de 2 100 à 9 200 pour les Perfluorocarbures (PFC). Les valeurs pour les HFC et PFC sont recalculées chaque année (ex : en 2006, HFC la valeur est de 1608). Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 28 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Gaz

Formule

PRG relatif / CO2 (à 100 ans)

Gaz carbonique

CO2

1

Méthane

CH4

21

Protoxyde d'azote

N2O

310

Le PRG est obtenu par calcul, mais sa valeur figure dans les données bibliographiques (CITEPA2). Les émissions dans le département des Vosges Un inventaire départemental des gaz à effet de serre a été réalisé, par le CITEPA, en 2000 et actualisé en 2005. Il fait apparaître pour le département des Vosges, les émissions de gaz à effet de serre suivantes :

CH4

CO2

N2O

HFC

PFC

SF8

PRG

Vosges

30 839 T

3 794 KT

2 853 T

25,2 T

0,09 T

0,22 T

5 375 T

Lorraine

247 169 T

37 495 KT

10 152 T

144 T

0,57 T

1,34 T

46 113 T

% 88/Lorraine

12%

10%

25%

17,5%

15,7%

16,4%

11,6%

Source CITEPA On constate que les émissions du département des Vosges représentent entre 10% et 17% des émissions de la région Lorraine à l’exception du Protoxyde d’Azote N20 (25%) qui provient de son secteur agricole plus présent dans les Vosges que dans le reste de la région.

2.1.2.2 Air o

Emissions atmosphériques dans le département des Vosges

Les substances étudiées dans l’inventaire départementalisé des émissions atmosphériques pour la France métropolitaine réalisé par le CITEPA sont regroupées par cet organisme en 4 grands thèmes :  Acidification : Dioxyde de Soufre (S02), Oxyde d’Azote (NOx), Composés Organiques Volatils Non méthaniques (COVNM), Monoxyde de Carbone (CO) Ammoniac (NH3), Indicateur Acide Equivalent (AEQ) ;  Gaz à effet de serre : Dioxyde de Carbone (CO2), Méthane (CH4), Protoxyde d’Azote (N20), Hydrofluorocarbures (HFC), Perfluorocarbures (PFC), Hexafluorure de soufre (SF6), Potentiel de Réchauffement Global (PRG) ;

2

CITEPA Centre Interprofessionnel d’Etudes sur la pollution atmosphérique Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 29 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT  Particules : (TSP) Total Suspended Particule, particule de diamètre inférieur à 10 microns PM10, PM2,5 ;  Métaux lourds : Arsénic (As), Cadnium (Cd), Chrome(Cr), Cuivre(Cu), Mercure(Hg), Nickel (Ni), Plomb (Pb), Sélénium (Se), Zinc (Zn),  Substances relatives à la contamination par les polluants organiques persistants : Hexachlorobenzene (HCB), Dioxines et furannes, Hydrocarbure Aromatiques Polycycliques (HAP), Polychlorobiphényles (PCB).

Cet inventaire met en évidence les éléments suivants : 

En terme d’acidification : les Vosges émettent peu de substances à l’origine d’acidification, à l’exception de COVNM qui provient des émissions dues aux forêts et de l’ammoniac (émis par l’agriculture et surtout l’élevage) ;



En terme de gaz à effet de serre, les Vosges émettent plus de N2O que la moyenne régionale du fait de l’importance de son secteur agricole, comme cela a été présenté précédemment ;



En terme de métaux lourds, les émissions des Vosges sont importantes pour le Sélénium. Elles proviennent essentiellement de l’industrie manufacturière et plus précisément du secteur des minéraux non métalliques et des matériaux de constructions….;



En terme de polluants organiques persistants, les émissions de HAP sont dans la moyenne des émissions de la région Lorraine.

Surveillance de la qualité de l’air

o

La qualité de l’air dans le département des Vosges fait l’objet d’un suivi spécifique. AIRLOR, l’association pour la surveillance de la qualité de l’Air en Lorraine, est chargée de la surveillance de la qualité de l’Air pour l’ensemble de la Lorraine.

Les différentes missions sont les suivantes : 

Observer et surveiller la qualité de l’air en Lorraine,



Informer les préfectures en cas de dépassement des seuils d’alerte,



Optimiser le réseau pour répondre aux objectifs de la loi sur l’Air,



Informer les collectivités locales, les industrielles, les populations,



Sensibiliser le public.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 30 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

La carte ci-dessous présente les capteurs existants sur le département des Vosges.

Des stations de mesure sont disposées en 5 points sur le département des Vosges : Remiremont, Vittel, Epinal, Col de Schlucht et Gérardmer. Les seuils réglementaires pour les différents polluants sont globalement respectés dans la région et le département. Des dépassements des seuils d’alerte sont observés en été pour l’ozone.

o

Surveillance de la radioactivité

L’ALQA Association Lorraine pour la Qualité de l’Air a été créée en Janvier 1992 à l’initiative du Conseil Régional de Lorraine. L’accident de Tchernobyl survenu en 1986 et le manque d’informations disponibles à cette occasion ont conduit à une prise de conscience du manque de structures indépendantes de mesures. La mission principale de l’ALQA consiste à gérer un réseau de surveillance de la radioactivité dans l’environnement. A ce titre, des analyseurs de la radioactivité ambiante ont été implantés sur les quatre départements lorrains. Une mission d’information du public vient compléter l’exploitation du réseau de mesures. A titre ponctuel et au moyen d’équipements complémentaires des études radioécologiques ou des campagnes de mesure du radon peuvent être menées.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 31 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT o

Impact de l’ozone sur les milieux naturels du massif vosgien

Airlor en partenariat avec l’INRA, le Conseil général des Vosges et le PNR Ballons des Vosges a lancé en 2007 une étude pour déterminer l’impact de l’ozone sur les végétaux en étudiant leur résistance à ce polluant. Il s’agit de mieux appréhender la réalité et les conséquences de la pollution par l’ozone à partir de diagnostics visuels de milieux naturels. L’étude a été finalisée en 2008, 88 points de relevés ont été suivis sur l’ensemble du département avec une densification plus importante sur le massif vosgien.

2.1.2.3 Eaux o

Ressources en eau

40 millions de m3 d’eau sont prélevées chaque année pour l’alimentation en eau potable. Ces prélèvements se font à partir de 1 050 points de captage dont 925 sources, 64 forages, 61 puits et 3 prises d’eau superficielle exploitées ponctuellement. 53% de ces captages bénéficient d’un périmètre de protection, cependant 50% des DUP des périmètres de protection ont plus de 20 ans et nécessitent d’être actualisées. La qualité des eaux brutes ne permet pas généralement aux collectivités d’alimenter leurs abonnés en eaux sans un traitement préalable. Dans la partie ouest du département, la plaine sous-vosgienne, l’exploitation de forages est majoritaire et exige un traitement assez fréquent du fer, du manganèse et de l’arsenic. Dans la partie Hautes-Vosges, les eaux brutes utilisées sont généralement issues de sources et sont agressives et peu minéralisées. Elles exigent donc un traitement de mise à l’équilibre. 320 stations de traitement sont présentes sur le département. Globalement les eaux distribuées sont de bonne qualité et respectent les normes. Des forages ont dû être fermés sur le département du fait de pollution par les pesticides et les nitrates.

Source Schéma Départemental d’Alimentation en Eau Potable - Etat des lieux de la situation actuelle

o

Qualité des eaux superficielles

La qualité des eaux est variable selon le paramètre étudié. Les tableaux et graphique ci-dessous présentent l’évolution de la qualité générale des cours d’eau. On constate qu’au cours des dix dernières années la qualité des cours d’eau s’est détériorée.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 32 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Nombre de stations de mesures par classe de qualité – source DIREN 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 Très bonne

0

1

0

2

6

6

2

3

4

1

Bonne

24

25

26

23

23

22

26

26

22

17

Passable

9

11

12

13

9

9

10

7

11

13

Mauvaise

4

1

0

0

0

1

0

2

1

7

pollution excessive

1

0

0

0

0

0

0

0

0

0

38

38

38

38

38

38

38

38

38

38

Total

40 35 30 25 20 15 10 5 0

pollution excessive Mauvaise Passable Bonne Très bonne

19 97 19 98 19 99 20 00 20 01 20 02 20 03 20 04 20 05 20 06

Nombe de stations

Evolution de la qualité générale des cours d'eau dans les Vosges

On constate que de 25 stations de mesure au niveau bon ou très bon, le nombre est passé à 18 en 2006.

o

Qualité des eaux souterraines

Les nappes sont quant à elles touchées par les nitrates. Le département des Vosges est classé en zone vulnérable au titre de la directive « Nitrates ». Certaines zones qui constituent des bassins d’alimentation des champs captant sont à protéger prioritairement c’est notamment le cas des secteurs du Nord Ouest du département (secteur de Neufchâteau) et dans le Sud Ouest du département comme cela apparaît sur la carte ci-après.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 33 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Carte des zones vulnérables Communes en zones vulnérables Département des Vosges Directives nitrates (91/676/CEE) Direction régionale de l’Environnement – Février 2004 2.1.2.4 Sols et sous sols La pollution des sols a plusieurs origines : 

L’agriculture et les autres utilisateurs de pesticides (services des routes) : les traitements par pesticides sont des sources d’apports de polluants qui s’accumulent dans les sols,



Les décharges sauvages ou non contrôlées : sur le département des Vosges 294 décharges qui ne sont plus en activité ont été recensées en 2001. 6 d’entre elles ont été réhabilitées ou sont en cours de réhabilitation, il reste donc des sites non réhabilités qui peuvent potentiellement pollués les sols.



L’industrie : les boues des activités industrielles et les boues de station d’épuration épandues sur des sols agricoles peuvent être contaminées par des micropolluants.



Il existe également une pollution spécifique sur certains sites due à des activités industrielles. Ces sites sont recensés dans la base de données BASOL. Ainsi, 41 sites sont recensés dans des Vosges :  25 sites traités avec surveillance et/ou restriction d’usage,  15 sites en cours d’évaluation,  1 site mis en sécurité et/ou devant faire l’objet d’un diagnostic.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 34 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT 2.1.3 RESSOURCES NATURELLES

2.1.3.1 Matières premières Les carrières

o

Le schéma départemental des carrières du département des Vosges a été adopté le 23 juin 2006. Au 31 mai 2001, 82 carrières sont autorisées et exploitées dans le département des Vosges. Le nombre réel de carrières dépasse ce nombre si l’on compte les sites généralement de faible envergure non autorisés. On recense : 

12 carrières alluvionnaires en eau dont 3 dans la vallée de la Meurthe et ses effluents et 9 dans la vallée de la Moselle et ses affluents.



9 carrières d’alluvions sèches,



12 carrières d’extractions de calcaires,



24 carrières d’extraction de granit,



13 carrières d’extraction d’inertes.

Source Schéma départemental des carrières 2.1.3.2 Ressources énergétiques o

La production énergétique en Lorraine

La production énergétique en Lorraine est de 11 527 Tep en 2002. L’énergie nucléaire est la première énergie produite en Lorraine (88% de la production globale). La production de charbon décroit régulièrement. Sur la période 1999-2002, la production d’énergie en Lorraine a baissé de près de 25%.

unité : (ktep)

Charbon

918

gaz naturel

116

Électricité nucléaire

9 982

Électricité hydraulique et éolienne

26

Énergies renouvelables thermiques

485

Source Direction Générale de l’Énergie et des Matières Premières – L'Énergie dans les régions Statistiques 2002

Le département des Vosges est le premier département français producteur d’électricité d’origine hydroélectrique.

o

Consommation énergétique sur la région Lorraine

La consommation énergétique est en 2002 sur la région de 8 825 T EP. L’énergie est principalement consommée par l’industrie (49%), le secteur résidentiel représente 30% de la consommation et les transports 19%. Entre 1999 et 2002, 3 secteurs ont vu leur consommation augmenter : il s’agit du secteur résidentiel (+ 9% - augmentation de la population et développement de l’habitat

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 35 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT individuel), les transports (+ 25%) et le secteur tertiaire (+ 8%). A l’inverse, l’industrie a vu sa part décroitre - 12%.

o

Le cas du département des Vosges

Les Vosges disposent d’une richesse importante qui est constituée par son massif forestier. Au niveau de la région Lorraine un programme Bois-Energie a été mis en place, soutenu et relayé par le Conseil général. Il vise à favoriser le développement de chaufferies bois collectives et industrielles.

2.1.3.3 Ressources naturelles locales o

Les ressources forestières

Avec 289 000 hectares de forêts, le département des Vosges est le 3ème département boisé de France, après les Landes et le Var. Le taux de boisement est de 48%, la moyenne en France est de 27 %.. Le département des Vosges est le premier département pour la variété des espèces. A l’est, de la montagne jusqu’au piémont, sur les grès et les granits, les sols acides portent principalement des résineux qui alimentent les scieries du massif, à destination du bâtiment et de l’industrie papetière.

A l’ouest et au centre (Plateau Lorrain, Vôge, Saintois), les sols argileux et calcaires produisent des feuillus renommés, destinés à l’ébénisterie et à des artisanats traditionnels prestigieux comme la lutherie.

Source Atlas des Paysages des Vosges En vert sombre : la forêt résineuse, centrée sur le massif. En vert clair : les feuillus, qui recouvrent les arrièrecôtes et quelques grands massifs dans la plaine. En marron : les forêts mixtes feuillus-résineux, par places sur les versants du sud du massif

o

Ressources agricoles

Les conditions de climat et de sols expliquent que la surface agricole utilisée avec 289 000 ha (41% de la superficie du département) cède la place à la forêt. Les terres agricoles sont beaucoup plus importantes dans l’ouest et le centre du département que dans le sud (Vôge) ou l’est, où elles n’apparaissent que dans le fond des vallées ou sur les pentes exposées. Remarque : on note que le nombre d’agriculteurs « bio » dans les Vosges, est passé de 14 en 1993 à 129 en août 2002 et la surface consacrée à cette production a été multipliée par 8. Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 36 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

2.1.4 RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES

Risques sanitaires

o

Les risques sanitaires recensés sur le département des Vosges ne sont pas spécifiques. Ils sont recensés sur de nombreux départements. On peut notamment citer le radon, l’amiante-lié et l’arsenic. En revanche, l’acidification est un risque plus spécifique au département des Vosges et aux départements du massif vosgien. Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle présent dans les massifs granitiques. Il peut diffuser et s’accumuler à l’intérieur des bâtiments. Le conseil départemental d’hygiène des Vosges a, en 2000, lancé une campagne de mesures dans les établissements scolaires primaires qui a permis d’affiner la connaissance du risque dans le département. Comme cela a été indiqué précédemment, c’est ALQA qui réalise ces mesures. L’amiante est un silicate naturel hydraté de calcium et de magnésium de structure fibreuse. Il présente un risque lorsque les fibres sont libérées dans l’atmosphère. Il est responsable de pathologies telles que lésions pleurales, cancer du poumon, mésothéliome. Des fortes teneurs en arsenic sont observées dans les eaux brutes de la partie de la plaine sous-vosgienne. Elles se retrouvent principalement dans l’eau provenant des forages issus de la nappe des Grès du Trias Inférieur. La présence d’arsenic dans l’eau brute est issue des conséquences du métamorphisme (compression de la roche par effets tectoniques) des minéraux siliceux (silicates) produisant des éléments résiduels comme l’arsenic, l’antimoine. La réglementation en vigueur en matière d’eau potable impose une limite (10 µg/l) dans l’eau destinée à la consommation humaine. Le nombre de ressources en eau dépassant cette norme était de 38 en 2005 et concernait 8 unités de distribution. Depuis des stations de traitement ont été réalisées pour la quasi-totalité des unités de distribution. L’acidification peut avoir pour origine des sources internes qui dépendent des cycles du carbone et de l’azote mais également externe. L’acidification anthropique des écosystèmes a pour principale origine la pollution atmosphérique résultant des émissions de certains polluants acidifiants. Deux phénomènes conjugués expliquent pourquoi le massif vosgien s’est acidifié : 

il constitue la première barrière importante pour les masses d’air océaniques, d’où une interception de dépôts atmosphériques acides ayant pour origine des émissions de polluants venant de zones géographiquement éloignées,



les roches du massif vosgien sont constituées par des grès et granites naturellement pauvres en calcium ou magnésium ce qui rend le massif sensible à l’acidification.

Face au constat de déminéralisation des eaux de surface, un observatoire de l’état de l’acidification a été mis en place de 2002 à 2006 à l’initiative du Conseil général des Vosges. Sur le granite les cours d’eau continue à s’acidifier doucement, par contre la déminéralisation semble se stabiliser. Sur le grès l’acidification semble s’être arrêtée sans pour autant que la qualité des cours d’eau s’améliore.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 37 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Risques technologiques

o

Ils sont principalement dus aux industries, aux transports de matières dangereuses, aux industries nucléaires ainsi qu’aux équipements tels que les barrages. Sont recensées sur le site national de la Direction Régionale Industrie de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE) 291 installations classées soumises à autorisation dans les Vosges. 5 de ces établissements sont assujettis à la directive SEVESO dont 1 à haut risque.

2.1.5 NUISANCES

2.1.5.1 Bruit La nuisance sonore est principalement un impact local (secteurs industriels, proximité de grands axes routiers, aéroports,…). On peut définir les différentes zones de nuisances sonores comme suit : 

500 m pour les autoroutes,



250 m pour les routes nationales et les départementales très empruntées,



2 000 m pour les aérodromes civils et militaires,



500 m pour les voies ferrées,



250 m pour les zones d’activités.

Un observatoire du bruit a été mis en place dans le département des Vosges. La maîtrise d’œuvre de l’observatoire du bruit des routes est assurée par la DDE. L’objectif de l’observatoire est de porter à la connaissance du public les informations relatives à la localisation et à l’exposition sonore des zones de bruit critique, de hiérarchiser et de suivre les actions visant à résorber les points noirs bruit du réseau national. Les infrastructures de transports terrestres (routes et rail) sont classées en 5 catégories selon le niveau de bruit qu'elles engendrent, la catégorie 1 étant la plus bruyante. Un secteur affecté par le bruit est défini autour de chaque infrastructure classée.

Les définitions 

Zone de bruit critique (ZBC) : Une zone de bruit critique est une zone urbanisée continue composée de bâtiments sensibles dont les façades risquent d’être fortement exposées au bruit des transports terrestres



Point noir bruit (PNB) : Il s’agit d’un bâtiment sensible fortement exposé au bruit des transports terrestres et répondant à des critères d’antériorité définis par circulaire du 12 juin 2001 ; les bâtiments répondant à ces critères sont éligibles au programme national de résorption des points noirs bruit.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 38 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Actuellement, le recensement des Zone de Bruit Critique (ZBC) est en cours de finalisation pour tous les réseaux. En outre l'identification des Points Noirs Bruit sur le réseau routier national est en cours d'élaboration.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 39 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

2.1.5.2 Trafic routier Le trafic routier constitue une nuisance importante. Il est localisé sur les principaux axes routiers notamment l’autoroute A31 ainsi que les nationales N57, N99, la départementale 63 (voir carte ci-après).

2.1.5.3 Odeurs Les odeurs constituent une nuisance locale. Il n’existe pas de liste exhaustive des points de nuisances olfactives à l’échelle du département. Il s’agit de nuisances difficiles à appréhender car elles sont le plus souvent subjectives. En effet, la perception d’une odeur par un individu met en jeu plusieurs voies sensorielles complexes. Les technologies actuelles ne permettent pas toujours de mesurer les odeurs dans l’air avec les méthodes d’analyses physicochimiques habituelles. Pour certaines substances, le nez humain est plus performant que les instruments de mesures disponibles. En effet, pour quelques composés le seuil de détection olfactif est inférieur aux seuils de détection des appareils mesurant les concentrations dans l’air.

2.1.5.4 Nuisances visuelles Les nuisances visuelles sont notamment dues aux installations et zones d’activités. La carte ci-après présente les principales zones d’activités présentent sur le département des Vosges. Elles jouent un rôle déterminant dans le développement économique et social des collectivités locales. Elles se concentrent principalement à proximité des agglomérations ou communes les plus importantes. Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 40 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

2.1.6 MILIEUX NATURELS, SITES ET PAYSAGES

2.1.6.1 Les paysages La géographie des Vosges s’articule autour de deux zones distinctes : 

A l’est, la montagne règne en maître au cœur du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges. Les paysages y sont richement vallonnés, parsemés de lacs, gorgés de forêts de sapins,



A l’ouest, on rencontre une zone de plaines. Au pied des Monts Faucilles à 500 m d’altitude un territoire s’impose comme haut lieu du thermalisme.

Le canal des Vosges, traverse le département du Nord au Sud. Cependant au-delà de ces 2 grandes zones, les paysages du département des Vosges sont multiples. Le département est divisé en 13 entités comme présentés sur la carte ci-après.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 41 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

2.1.6.2 Biodiversité et milieux naturels Les ZNIEFF, ZICO et ZIC

o

Les ZNIEFF sont des zones connues pour leur valeur écologique par référence à des habitats, espèces animales et végétales particuliers. Elles font l’objet d’un inventaire scientifique national lancé en 1982. Les ZNIEFF sont un outil de connaissance, elles ne sont pas opposables aux autorisations d’occupations des sols, mais l’absence de prise en compte d’une ZNIEFF lors d’une opération d’aménagement est souvent juridiquement considérée comme une erreur manifeste d’appréciation. En vue de favoriser la préservation des oiseaux sauvages, l’Union européenne a produit en 1979 une directive sur l’Avifaune. Une directive européenne concernant la conservation des habitats naturels, de la faune et de la flore est parue en 1992.

Les états membres doivent procéder à un inventaire : 

Des Zones Importantes pour la Conservations des Oiseaux (ZICO) : ce sont des espaces fréquentés par les populations d’oiseaux menacés de disparition, rares ou vulnérables aux modifications de leurs habitats ;



Des Sites d’Importances communautaire (SIC) d’autre part : ce sont des habitats naturels et des habitats des espèces considérés comme présentant un intérêt à l’échelle du territoire européen en raison de leur situation de rareté ou de vulnérabilité.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 42 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT 6,3 % du territoire des Vosges est classé en Zones naturelles d’Intérêts Ecologique, Faunistique et Floristique tandis que 9,7% du territoire est classé en ZICO (Source Inventaire Bio Diversité).

Source DIREN

o

Zones relevant de la protection européenne : réseau Natura 2000

Le réseau Natura 2000 correspond à l’ensemble des sites remarquables européens désignés par chaque état membre de l’Union Européenne en application des directives de 1979 sur l’avifaune et de 1992 sur la conservation des habitats naturels et de la flore sauvage. En application de ces 2 directives, il appartient à chaque Etat membre de désigner des zones de Protection spéciales ZPS et les Zones Spéciales de Conservation ZSC issues respectivement des inventaires des ZICO et des ZIC. Le tableau ci-dessous présente le nombre de sites dans les Vosges susceptibles d’être proposés en tant que de ZSC et ZPS. Vosges

Région Lorraine

Propositions ZSC

26

77*

Surface en ha

8435

68650

% surface du territoire

1,43%

2,90%

ZPS désignées ou proposées

2

17*

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 43 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Vosges

Région Lorraine

Surface en ha

46169

125459

% surface du territoire

7,83%

5,30%

Surface ZPS hors proposition de ZSC

20893

56448

Total des propositions

28**

87***

Surface totale en ha

49132

165889

% surface du territoire

8,33%

7,00%

* en tenant compte des sites interdépartementaux ** en tenant compte des sites désignés à la fois en ZSC et en ZPS *** en tenant compte des sites interdépartementaux et des sites désignés à la fois en ZSC et en ZPS Source DIREN

Source Diren

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 44 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Zones relevant de la protection de l’Etat et des collectivités

o

Les parcs naturels régionaux : Le parc naturel régional est un outil qui vise à fonder sur la protection, la gestion, et la mise en valeur du patrimoine, un projet de développement pour un territoire. L’initiative de création appartient aux régions qui s’appuient pour définir le projet sur les collectivités locales et territoriales concernées. Le parc naturel régional des Ballons des Vosges a été crée en juin 1989. Groupant 208 communes d’une population totale de 256 000 habitants, il est à cheval sur 4 départements : Haut-Rhin, Haute-Saône, Vosges et Territoire de Belfort. La marque « Parc naturel régional » est attribuée pour douze ans sur la base d’un projet de territoire concerté, appelé Charte, auquel décident d’adhérer librement les collectivités impliquées (régions, départements, intercommunalités, communes) et les partenaires associés (chambres consulaires, office national des forêts, associations, …).

Après 19 ans d’existence, la 3ème Charte est en cours d’écriture La charte s’organisera autour de trois grands enjeux - trois grandes vocations pour l’avenir - sur trois secteurs du Parc : 

les Hautes-Vosges : cœur de nature et lieu de quiétude très fréquenté où il faut concilier accueil et préservation ;



les vallées et piémonts où la vitalité et l’identité du territoire sont en jeu, tant du point de vue économique que du cadre de vie. Il faut réussir à maîtriser l’urbanisation tout en permettant de « vivre et travailler ici » ;



le plateau des Mille Etangs en Haute-Saône, où la question du « développement » se pose dans un environnement exceptionnel, encore peu mis en valeur.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 45 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Les réserves naturelles : Une réserve naturelle est un espace protégé par une mesure réglementaire (nationale ou régionale) en raison de son intérêt patrimonial de haut niveau en matière d’habitats naturels de faune et de flore sauvages ou de géologie. On recense plusieurs réserves naturelles sur le département des Vosges dont : 

Le ballon Comtois,



Le Massif du Grand Ventron,



Tanet gazon du Faing,



Tourbières de Machais,



Tourbières de Charmes.

Les arrêtés de protection de biotope : L’arrêté préfectoral de protection du biotope permet de fixer les mesures tendant à favoriser sur tout ou partie du territoire, la conservation des biotopes tels que mares, marécages, marais, haies, bosquets, dans la mesures où ces biotopes sont nécessaires à l’alimentation, à la reproduction, au repos ou à la survie des espèces protégées et ce afin de prévenir leur disparition. On recense 4 arrêtés de protection du biotope situés dans la partie Est du département :

o

Massif du Grand Ventron,

Tourbières de Machais,

Forêt domaniale de la Haute Meurthe.

Ru de l‘Abreuvoir.

Les espaces naturels sensibles

La politique en faveur des Espaces Naturels Sensibles (ENS) des Départements a été définie par la loi du 18 juillet 1985 révisée par la loi du 2 février 1995. Ces lois permettent aux Conseils généraux qui le souhaitent de menée une politique décentralisée en faveur des sites, des paysages et des milieux naturels qui leur semblent importants. Le Conseil général des Vosges a développé une stratégie d'intervention en vue de préserver le patrimoine naturel du département, afin de transmettre aux générations futures un cadre de vie riche et diversifié. Cette politique en matière de préservation et de valorisation des Espaces Naturels Sensibles a débuté en 1995. A la suite d'un large inventaire du territoire vosgien, plus de 340 espaces ont été identifiés comme remarquables. Dès l'an 2000, une stratégie d’intervention définit 140 sites prioritaires et les premières actions ont été engagées sur une quarantaine de sites. Fin 2008, cette politique a déjà permis la protection de 35 ENS dont 14 ont été équipés pour l’accueil du public. En 2008, ce sont plus de 450 espaces qui sont identifiés et l’inventaire est en perpétuelle mise à jour. Ils ont été choisis en fonction de 8 critères biologiques et 8 critères contextuels. Le Conseil général a décidé de financer cette politique très active par son budget propre sans percevoir de taxe spécifique et basée sur la concertation et sur le soutien aux opérations initiées localement. Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 46 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Les espaces naturels sensibles sont très divers, on peut citer : -

les carrières, falaises, éboulis, (forêts sur éboulis) et sites à chauves-souris (ex : cave et chaufferie de Monthureux sur Saône),

-

les pelouses calcaires (ex : Coteau de la Rivière à Autigny-la-Tour),

-

les pairies humides,

-

les vergers,

-

les tourbières (ex : Tourbière du Grand Etang à Gérarmer),

-

les lacs, étangs, mares (ex : Etang des Faignottes),

-

les marais alcalins,

-

les chaumes.

2.1.6.3 Le patrimoine culturel Il s’agit de classement sur la protection des monuments naturels et sites à caractère artistique, historique, scientifique légendaire ou pittoresque. On distingue les sites classés présentant un caractère exceptionnel (qui peuvent faire l’objet d’une proposition de classement dans le patrimoine national) des sites inscrits qui présente un intérêt notoire mais sans atteindre un niveau de qualité exceptionnel. Sur l’ensemble du département on recense 21 sites classés et 20 sites inscrits.

o

Sites classés

Nature du site Chêne Centenaire au lieu-dit "la grande poirière" Petit Drumont (sommet du Drumont)

Lieu Bainvilles-aux-Saules Bussang

Rochers des Cuveaux sur la montagne dite tête des Cuveaux Site de la vallée de la Vologne sur la commune de Granges

Eloyes Granges-sur-Vologne

Cascade du Rudlin

Plainfaing

Gorge "Le Trou de l'Enfer", entre la Racine et le Haut-Macon

Rehaupal

Roche des Ducs à environ 2 Km du clocher au Nord-Est Roche des Corbeaux ou de la Bure au sommet du massif

Rochesson Saint-Dié

de la Bure à 4 km au nord de la ville Roche des Fées sur une ligne de la crête de la montagne

Saint-Dié

d'Ormont à 4 Km au nord-est de la ville Roches Saint Martin au-dessus de la côte Saint-Martin à 2 km

Saint-Dié

au sud-ouest de la ville. Ballon d'Alsace

Saint Maurice-sur-Moselle

Le sommet du Rouge-Gazon

Saint-Maurice sur Moselle

Cascade "le saut du Bouchot"

Sapois Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 47 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Nature du site Le Haut du Roc

Lieu Saulxures-sur-Moselotte

Roche Mère Henry, au faite de la montagne dite côte de Senones

Senones

Grande cascade de Tendon

Tendon

Petite cascade de Tendon

Tendon

Cascade de Faymont

Val d'Ajol

Vallée des Roches (route d'Hérival)

Val d'Ajol

Site de l'Ermitage du Frère Joseph.

Ventron

Lac de Longemer et sa vallée

o

Xonrupt-Longemer

Sites inscrits Nature du site

Lieu

Vallée du Vair

Autigny-la-Tour

Ensemble formé par le lac de Lispach et ses abords immédiats

La Bresse

Ensemble formé par la maison de Jeanne d'Arc, l'église et ses abords

Domremy-la-Pucelle

Ensemble urbain formé par le centre de la ville

Epinal

Ensemble formé par le site de la tourbière du Beillard

Gérardmer

au lieu-dit "Feignes de la Morte Femme" Lac de Gérardmer et parcelles l'environnant. Ensemble formé par le site urbain 4 à 27 et 7 à 65 Grande Rue, Maisons dite

Gérardmer Neufchâteau

"les Grandes et les Petites Arcades", façades et toitures

Remiremont

Chapelle de la Madeleine et ses abords

Remiremont

Places de l'Eglise, de l'Abbaye et de Mesdames

Remiremont

Promenade du Calvaire

Remiremont

Le Saint Mont

Saint-Amé

Centre historique

Senones

Site de la Louvière

Senones

Massif de la Schlucht-Hohneck

Le Valtin

Zone entourant Vittel

Vittel

Ensemble formé par le site du lieu-dit de Belbriette et de ses abords

Xonrupt-Longemer

Lac de Retournemer et ses abords

Xonrupt-Longemer

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 48 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

2.1.6.4 Risques naturels Dans les Vosges, les risques concernés sont inondations, mouvements de terrain, et risques sismiques.

La carte ci-dessus fait apparaître que la partie Sud Est du département présente un risque sismique de niveau moyen.

2.2 OBJECTIFS DE RÉFÉRENCE Sont listés ci-après les programmes, schémas, et plans pouvant comporter des objectifs environnementaux pour le département.

2.2.1 POLITIQUES NATIONALES 

Plan gouvernemental d’action pour les zones humides,



Plan Climat.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 49 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

2.2.2 POLITIQUES RÉGIONALES ET LOCALES

2.2.2.1 Eaux SDAGE

o

Le département des Vosges est couvert par sa plus grande partie par le SDAGE Rhin-Meuse et pour une plus faible surface par le SDAGE Rhône-Méditerranée. Ces SDAGE ont été adoptés en 1996 mais sont actuellement en cours de révision pour intégrer les innovations de la directive cadre sur l’eau. La révision doit être effective pour la fin de l’année 2009. Le SDAGE Rhin-Meuse actuellement en cours de révision, et a été soumis à la consultation du public jusqu’au 15 Octobre 2008. Le SDAGE Rhin-Meuse a défini 10 grandes orientations fondamentales de la politique de l'eau du bassin : 

Poursuivre la collaboration solidaire des pays,



Protéger les eaux souterraines, réduire la pollution diffuse,



Réduire les substances toxiques,



Restaurer la qualité des eaux de surface,



Assurer une alimentation en eau potable,



Améliorer la fiabilité et les performances des ouvrages,



Limiter les inondations par la prévention,



Protéger les aquifères alluviaux,



Renforcer la protection des zones humides et milieux remarquables,



Intégrer la gestion de l’eau dans les aménagements et développement économique.

Schéma Départemental d’Assainissement (SDA)

o

Le schéma départemental d’assainissement met en évidence les éléments suivants concernant le diagnostic de la situation dans les Vosges : 

80% des 515 communes du département des Vosges ont entrepris une réflexion sur les possibilités d’assainissement de leur territoire et ont au minimum engagé une étude de schéma directeur d’assainissement ;



99 stations d’épuration (urbaines, industrielles ou mixtes) sont recensées sur l’ensemble du département et des points noirs sont principalement observés sur la filière « eau » des stations urbaines ;



102 entreprises industrielles sont redevables auprès des Agences de l’Eau Rhin-Meuse et RhôneMéditerranée & Corse, au titre de leurs rejets polluants ;



Sur les 2 639 entités d’élevage, les bâtiments mis aux normes représentent 43% du cheptel bovin, 85% du cheptel porcin et 100% de l’effectif avicole ;



La majorité des déclassements de qualité du milieu naturel est observée dans la partie occidentale du département.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 50 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT L’état des lieux a surtout mis en évidence la prépondérance des flux de pollution rejetés dans le bassin versant de La Moselle et, dans une moindre mesure, dans le bassin versant de La Meurthe, sans impact majeur observé au niveau des principaux cours d’eau. A l’opposé, la partie occidentale du département des Vosges subit beaucoup moins les rejets de pollution en terme de flux et pourtant le milieu naturel montre une forte dégradation. Ce constat s’explique essentiellement par les faibles débits disponibles à l’étiage pour assimiler les flux rejetés par les communes, même si ceux-ci sont souvent modestes.

Le schéma départemental prévoit la réalisation de 3 types d’action :  Les études d’assainissement : dossiers de zonage d’assainissement, études de schéma d’assainissement, études de diagnostic de réseaux, étude de réhabilitation des dispositifs d’assainissement non collectif et contrôles de conformité des branchements :  80 communes n’ont encore pas réalisé un schéma directeur d’assainissement ou disposent d’une étude ancienne devant être actualisée,  25 communes disposant d’un système d’assainissement collectif largement étendu n’ont encore pas établi leur dossier de zonage d’assainissement,  15 stations d’épuration existantes n’ont encore pas fait l’objet d’étude de filière « boues » et 168 communes envisagent à terme la création d’ouvrages d’épuration,  ….



Les travaux d’assainissement : collecte des eaux usées, traitement collectif et réhabilitation des dispositifs d’assainissement non collectif ;  70 communes sont raccordées à un ouvrage d’épuration et présentent un taux de dilution des effluents trop important ou sont raccordées à une station d’épuration industrielle ou encore n’ont pas de dispositif d’épuration en aval des réseaux de collecte,  163 communes sont concernées par des travaux de création d’ouvrage d’épuration et 13 stations d’épuration devront être réhabilitées,  181 communes sont concernées par des travaux de création de réseaux de collecte représentant globalement 18 200 nouveaux branchements.  13 783 immeubles, répartis sur 180 communes, sont concernés par la réhabilitation des dispositifs d’assainissement non collectif.



Les travaux de mise aux normes des exploitations agricoles (bâtiments d’élevage bovin et porcin).

Schéma Départemental d’Alimentation en Eau Potable

o

Le schéma départemental d’alimentation des Vosges a été finalisé début 2009. Un diagnostic a été réalisé mettant en évidence 10 secteurs prioritaires pour lesquels des actions d’amélioration sont proposées : •

Réalisation d’études diagnostiques,

Préservation de la nappe du Grès Trias Inférieur, Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 51 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT •

Diminution des pertes en eau,

Amélioration du coefficient de sécurité,

La correction des eaux agressives,

L’amélioration de la qualité bactériologique des eaux,

La correction des eaux chargées en arsenic,

L’amélioration de la qualité phytosanitaire des eaux,

La définition et la mise en place des périmètres de protection,

La nécessité d’accompagnement et de soutien technique.

Une hiérarchisation des actions a ensuite réalisée.

o

Le SCOT des Vosges Centrales

Le syndicat Mixte des Vosges centrales a été crée en 2003. Il regroupe 103 communes sur un territoire de 120 000 hectares, et représente une population de 117 411 habitants (avec double compte en 1999). La vocation du Syndicat Mixte est d’élaborer le futur Schéma de Cohérence Territoriale des Vosges Centrales. Les 4 orientations du Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) validé en 2006 sont les suivantes : 1. Stratégie d’accueil des activités en cohérence avec les atouts du territoire, 2. Adapter l’offre d’habitat aux besoins et exigences à venir, 3. Organiser le territoire autour des pôles et améliorer l’accessibilité, 4. Maintenir un cadre de vie de qualité et s’inscrire dans une démarche de développement durable.

Cette dernière orientation comprend les aspects suivants : o

Protéger les milieux naturels remarquables et leurs fonctionnalités (maintien de corridor écologique, préservation des espaces de transition entre les zones nouvelles urbanisées et les espaces forestiers périphériques),

o

Protéger les ressources en particulier l’eau et prévenir les risques,

o

Energie : maîtrise et diminution des consommations énergétiques, conception bioclimatique et maîtrise des déplacements,

o

Gestion des déchets : valoriser les déchets ménagers et ceux des chantiers, optimiser la collecte sélective.

2.2.2.2 Air Le PRQA a été approuvé par arrêté préfectoral le 21 juin 2001. Il met en évidence qu’il n’y a pas de dégradation générale de la qualité de l’air dans la région. Il fixe des orientations sur la surveillance de la qualité de l’air, la maitrise des émissions des sources fixes et mobiles, l’information. Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 52 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT La région na pas souhaité prendre la compétence pour l’élaboration du plan.

Remarque : comité départemental de suivi des dioxines. Un comité départemental de suivi des dioxines a été crée dans le département des Vosges. Il regroupe des représentants d'associations de protection de l'environnement, d'industriels, de la Chambre d'Agriculture, du Conseil Général et des services de l'État (Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement, Direction Départementale des Services Vétérinaires, Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales). La recherche des dioxines est réalisée sur des prélèvements de lait dans des exploitations laitières à proximité des incinérateurs de Egger à Rambervillers, de l'usine d'incinération d’ordures ménagères de Rambervillers et de la Papeterie Norske Skog à Golbey ainsi qu’au Laboratoire Interprofessionnel du Lait d’Épinal (LILE) et sur un échantillon témoin issu du mélange de laits du département.

2.2.2.3 Santé Le plan régional santé-environnement a été élaboré en 2004 en Lorraine. Ce plan a pour objet de limiter et de prévenir l’impact de l’environnement sur la santé de la population. Il constitue la déclinaison régionale du Plan National Santé Environnement. 28 thèmes sont abordés dans ce plan et notamment les thèmes prioritaires suivants : 

Réduire de 50 % l’incidence de la légionellose à l’horizon 2008,



Réduire de 30 % la mortalité par intoxication au monoxyde de carbone à l’horizon 2008,



Réduire les émissions aériennes de substances toxiques d’origine industrielle,



Réduire les émissions de NOx des installations industrielles,



Améliorer la qualité de l’eau potable du captage (périmètres de protection inclus) aux robinets,



Limiter les pollutions des eaux dues aux pesticides et à certaines substances dangereuses dans les bassins d’alimentation des captages d’eau potable,



Prévenir, connaître, suivre les sols potentiellement pollués (thème régional complémentaire),



Caractériser la contamination naturelle des sols lorrains en arsenic et l’exposition des populations,



Réduire l’exposition au radon dans les bâtiments à usage d’habitation et mieux évaluer le risque,



Protéger la santé des populations vivant en habitat insalubre,



Renforcer la protection, notamment en milieu professionnel, des femmes enceintes et préserver la fertilité masculine, Améliorer la prévention du saturnisme infantile, le dépistage et la prise en charge des enfants intoxiqués, Faciliter l’accès à l’information en santé environnement et favoriser le débat public.

 

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 53 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

2.2.2.4 Plans d’élimination des déchets dangereux

 Plan d’élimination des déchets industriels Le plan, élaboré sous l'autorité du Préfet de Région, a été approuvé en janvier 1997. Il dresse un état des lieux en matière de production et de flux de déchets dangereux d'origine industrielle en Lorraine. Il a pour objectif de recenser les installations de traitement existantes et de vérifier l'adéquation entre les capacités de ces installations et les besoins actuels et prévisibles. Les principales orientations du Plan sont les suivantes : 

Les orientations générales :  Prise en compte des DIS et des DIB nécessitant une mise en cohérence des plans ou faisant appel à des installations à vocation régionale,  Approche régionale privilégiée tout en incluant une nécessaire solidarité interrégionale,  Mise en œuvre d'un principe de priorités emboîtées (capacités d'élimination destinées prioritairement aux déchets lorrains).



Réduction à la source :  Pour les installations classées poursuivre l'effort entrepris pour intégrer les études " déchet " dans la stratégie industrielle de l'entreprise,  Contribuer par des opérations collectives de sensibilisation ou par l'intermédiaire des organisations professionnelles, à une meilleure transparence et connaissance des débouchés et de l'industrie des déchets,  Assurer la publicité nécessaire autour des outils incitatifs d'aide à l'innovation ou au management environnemental.



Collecte et pré-traitement :  Concernant la collecte et le transport o

Développer la collecte des DTQD par des moyens adaptés,

o

Inciter les collectivités à mettre en œuvre le principe " pollueur - payeur " à travers la redevance spéciale à l'enlèvement des ordures ménagères,

o

Sensibiliser les producteurs et les collectivités sur les DMS et les DTQD.

 Concernant le recyclage agricole : o

Veiller à la prise en compte des principes de transparence, de précaution et de proximité dans mes prescriptions, chartes, contrats, etc,

o

Veiller aux suites pénales, en cas d'infraction, en sensibilisant les tribunaux,

o

Mettre en œuvre avec les différents partenaires, une politique concertée à l'échelle de la région pour les boues tant urbaines qu'industrielles et assurer une communication adéquate autour de ces travaux.

 Concernant la valorisation en génie civil : o

Assurer la connaissance des co - produits et de leur utilisation,

o

Poursuivre les expérimentations sur chantiers pilotes,

o

Demander des co - variantes dans les appels d'offres publics.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 54 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

 Concernant le stockage : o

Les besoins lorrains actuels sont satisfaits. Il faut cependant mener une réflexion à l'horizon de cinq ans afin de vérifier l'adéquation des moyens.

o

Les apports venant de l'étranger ou des régions limitrophes autres que Champagne-Ardenne doivent être considérés comme transitoires dans l'attente de l'ouverture d'un centre de stockage de classe 1.

o

En cas de besoins lorrains nouveaux de stockage, la priorité sera donnée aux déchets lorrains. La création de nouvelles capacités reste une solution extrême.

 Plan régional d’élimination des déchets d’activités de soins Le plan a été approuvé en janvier 1997. Les objectifs du plan sont les suivants : 

Produire moins en récupérant plus, notamment le verre non contaminé qui augmente le tonnage tout en apportant que des inconvénients onéreux dans les fours d’incinération,



Faciliter l’organisation de la collecte en favorisant les solutions collectives,



Protéger l’environnement en n’autorisant qu’un faible nombre d’installations d’élimination performantes, bien exploitées et facilement contrôlables,



Respecter le principe de proximité en hiérarchisant les apports,



Réduire les coûts : par une diminution du tonnage (tri, récupération), par la force de négociation que constituent les solutions collectives.

Les installations de traitement existantes (2 UIOM avec valorisation énergétique et les quelques installations « in situ » autorisées) sont suffisantes pour éliminer le gisement maximum lorrain.

2.2.2.5 Développement durable Le département de Vosges a signé avec l’Etat en 1999, puis en 2004 une charte pour l’environnement dont les objectifs sont les suivants : 

Améliorer la qualité, la quantité et la pérennité de la ressource en eau,



Améliorer la cohabitation entre les activités économiques et les milieux naturels,



Promouvoir une agriculture respectueuse de l’environnement,



Assurer un développement équilibré des activités touristiques en valorisant l’environnement et le patrimoine,



Maîtriser les conditions d’élimination des boues et des déchets industriels banals,



Assurer la gestion des héritages par la valorisation des patrimoines naturels, bâti et paysager,



Valoriser la forêt en confortant sa triple fonction écologie, économique et sociale.

Une démarche Agenda 21 est engagée par le département des Vosges pour faire suite à cette charte .

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 55 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT 2.3 RÉCAPITULATIF DES FORCES ET FAIBLESSES DU TERRITOIRE Dimensions de l’environnement

Pollutions et qualité des milieux

Sous-domaine

Etat de l’environnement Les richesses

Air

Emissions faibles de gaz acidifiant

Eau

Patrimoine riche et diversifié

Les faiblesses Emissions de gaz à effet de serre (N02) et de Métaux lourds (Se) Détérioration de la qualité des eaux Zone vulnérable au sens de la Directive nitrate

Sol

Ressources naturelles

Risques sanitaires

Matières premières

Ressources naturelles variées en matériaux de carrières

Energie Ressources locales : eau, sol et l’espace

Ressource locale de bois Part importante des surfaces boisées SAU : 289 000 ha

Population riveraine

Global

PRQA

+

Global /Local

SDAGE – SDA -SDAEP

+

Global

+ Schéma départemental des carrières Plan Bois

Population générale

PRSE

-

Global

PRSE

+

Local

-

Zones d’activités

Biodiversité et milieux naturels

ZNIEFF, ZICO, ZPS, réserves naturelles, parc naturel régional, arrêtés de protection du biotope, Politique engagée des ENS

Paysages

Paysages variés

Patrimoine culturel

Sites classés et inscrits

Risques naturels

Milieux remarquables, fragiles, d’intérêt national et européen

+ Local

Global

+ Atlas des Paysages

+ +

Inondations, risques sismiques

Sensibilité forte + / Sensibilité faible Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

-

Local

Nuisances près des grands axes de transport Trafic important sur les grands axes routiers

Trafic routier

-

+

Odeurs

1

Sensibilité1

Pression sur l’environnement

Risques locaux

Nuisances visuelles

Milieux naturels, sites et paysages

Politique d’amélioration

Global et Local

Bruit Nuisances

Localisation des enjeux

- 56 -

Global

PPR

+


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

3

CARACTÉRISTIQUES DE LA GESTION INITIALE DES DECHETS ET SES EFFETS SUR L’ENVIRONNEMENT

3.1 CARACTERISTIQUES ET EFFETS SUR L’ENVIRONNEMENT DE LA GESTION INITIALE DES DÉCHETS 3.1.1 PRÉVENTION DE LA PRODUCTION DES DÉCHETS La prévention des déchets est le moteur de la réduction de consommation en matières premières. Elle permet également de limiter les impacts liés à la gestion des déchets et à la production de certains déchets (exemple : sacs de caisse, impact sur le paysage). Le but de la prévention de la production des déchets est, dans un premier temps, de stabiliser ce taux de croissance et ensuite de le faire diminuer. Des actions de prévention sont notamment menées par le Syndicat Mixte Départemental de Gestion des Déchets ménagers et Assimilés des Vosges en charge du traitement des déchets via un programme de prévention financé par l’ADEME. Le compostage domestique par le biais de composteurs fournis par les collectivités concerne 6500 foyers et détourne environ 1 600 tonnes de déchets. Beaucoup de foyers pratiquent également un compostage en tas. Le tonnage de déchets composté est sans soute beaucoup plus important. Il existe des associations de réemploi sur le département. Il est difficile d’évaluer les effets de la prévention dont les actions sont récentes (Association AMI- Epinal, Association AITHEX – Saint-Amé, Emmaüs – Rambervillers et Neufchâteau, Solid’action – Raon l’Etape,…).

3.1.2 COLLECTE ET TRANSPORTS L’impact de la collecte et du transport des déchets est notable sur quatre dimensions environnementales : 

La qualité de l’air et les émissions de gaz à effet de serre,



Les nuisances telles que le bruit, le trafic ou encore les odeurs,



La consommation d’énergie,



La sécurité des travailleurs et des riverains.

Grâce à la proximité des lieux de traitement et de valorisation, à la réduction des transports (réseau de quais de transfert) et à l’optimisation des collectes, ces impacts environnementaux peuvent toutefois être réduits. On dénombre aujourd’hui 34 déchèteries en service sur le département des Vosges - et 2 centres d’apport qui permettent le dépôt de déchets par catégorie mais ne répondent pas à la définition de déchèteries- et 5 en projet ou construction. Concernant les centres de transfert des ordures ménagères, il existe 9 quais sur le territoire vosgiens. Ces centres de transit permettent d’optimiser le transport par le recours à des véhicules gros porteurs.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 57 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Estimation de la consommation d’énergie et d’émissions des gaz à effet de serre

o

Les hypothèses : Les hypothèses de calcul de la consommation d’énergie et des gaz à effet de serre émis par la collecte et le transport sont les suivantes : 

Base des ratios de distance moyenne parcourue par les véhicules de collecte par tonne de déchets Valeurs

Paramètre

Unité

Verre AV Emb AV JM AV JM + Emb PAP FFOM PAP OM DIB et encomb PAP Déchets verts PAP AV déchèterie

km/T km/T km/T km/T km/T km/T km/T km/T km/T

milieu rural km VL km PL NC 14 NC 100 NC 15 100 20 20 30 20 85 0

milieu urbain km VL km PL NC 8 NC 30 NC 8 11 20 6 10 5 25 0

AV : apport volontaire – PAP : porte-à-porte -VL : véhicule léger – PL : Poids Lourd 

Consommation énergétique (gep : gramme équivalent pétrole) :  588 gep/km pour une benne diesel de collecte,  60 gep/km pour un véhicule individuel,  34 gep/Tkm pour un semi-remorque.



Il est pris comme hypothèse que les lieux de valorisation des déchets verts, de la ferraille et des gravats sont en moyenne distants de 15 km des déchèteries. Pour les cartons et le bois la distance moyenne retenue est de 30 km. Pour les encombrants de déchèteries qui n’utilisent pas les quais de transfert, il est retenue une distance moyenne de 50 km.

Le bilan : Le bilan des enjeux de la collecte et du transport en termes d’émissions atmosphériques et de consommation de carburant est le suivant : -

Tep : Tonne équivalent pétrole

-

Teq CO2 : Tonne équivalent CO2 Consommation de carburant

Gaz à effet de serre

Tep

Teq. CO2

Collecte

2 035

7 148

Transport

300

1 053

TOTAL

2 335

8 201

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 58 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

11% 2% 10% Collecte Apport déchèterie Evacuation déchèterie Transfert

77%

Répartition des gaz à effet de serre dus à la collecte et au transport des déchets On note la part prépondérante des collectes dans le bilan global.

Les risques sanitaires

o

Les risques sanitaires pour les employés de collecte sont principalement des accidents, des troubles musculo-squelettiques, des troubles digestifs ou respiratoires qui peuvent être dus à l’exposition aux microorganismes et aux poussières organiques. Par ailleurs, les déchets d’activité de soins à risques infectieux des particuliers jetés dans les ordures ménagères constituent un risque de contamination.

3.1.3 VALORISATION

3.1.3.1 Le tri Le tri des déchets permet de diminuer le recours aux ressources naturelles par recyclage de certains matériaux (acier, aluminium, verre et papier) et d’économiser l’occupation des sols pour le stockage. Néanmoins, les installations de tri des déchets sont elles-mêmes sources de nuisances (bruit, trafic), de risques pour les travailleurs et d’impacts sur les paysages et le patrimoine de par la construction des centres de tri.

Il existe sur le département des Vosges 3 centres de tri : 

Vaudoncourt,



Thaon-les-Vosges,



Epinal (transit de collectes sélectives et tri de DNM).

Ces unités accueillent à la fois les déchets des ménages mais aussi des DIB. Les collectes sélectives transitant par le centre d’Epinal sont triées sur un centre de tri situé à Fameck (57). Le risque majeur pour les travailleurs des centres de tri est l’exposition aux micro-organismes et aux poussières organiques qui peuvent être à l’origine de troubles digestifs ou respiratoires. Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 59 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Les zones d’implantation des centres de tri ne sont pas situées dans des secteurs à fort intérêt biologique ou à fortes valeurs patrimoniales ce qui réduit l’impact sur le milieu naturel de ces installations.

3.1.3.2 La valorisation matière La valorisation matière permet : 

de faire des économies d’énergie en termes de matières premières,



de réduire les émissions de gaz à effet de serre et autres polluants atmosphériques,



selon le matériau valorisé, de diminuer la consommation d’énergie.

Le bilan de la valorisation des matériaux est présenté dans le tableau ci-après : Type

Tonnes CO2 évité

Aluminium

1 764

Economie de matières premières en T NC

Acier

12 127

NC

1 684

Plastique Verre

1 340 7 834

447 18 802

0 1 253

Papier/carton

-

31 984

4 798

Total

23 066

51 232

8 886

Economie d'énergie en Tep 1 151

A partir de ratios établis par l’ADEME, il est possible d’estimer que la valorisation matière dans le département des Vosges permet d’éviter l’émission annuelle de 23 kTeq CO2, d’économiser 51 000 tonnes de matière première ainsi que 8,9 kTep par an. Le CO2 évité est obtenu par une substitution de procédé. En effet, le procédé de production est en général plus producteur de CO2 que le procédé de recyclage. L’économie d’énergie est, quant à elle, obtenue grâce à des procédés de recyclage moins consommateur que les procédés de production. Le recyclage matière possède un fort potentiel au niveau de l’économie de matières premières et de tout ce qui découle de cette économie (réduction des impacts de la production de ces matières premières). Cependant, les différentes installations de valorisation génèrent des impacts négatifs comme toutes implantations industrielles. Dans le département des Vosges, on recense une unité de recyclage des papiers à Golbey, une unité de tri du verre et recyclage du calcin à Saint-Menge, une unité de recyclage des plastiques à Neufchâteau, une unité de recyclage des cartons à Saint-Nabort. Les émissions liées au recyclage des matériaux ne sont pas intégrées dans le bilan présenté ci-avant.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 60 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT 3.1.3.3 Le traitement biologique Le traitement biologique permet le retour au sol de matière organique afin de l’enrichir. De plus, ce traitement permet de diminuer le stockage des déchets et notamment les déchets fermentescibles générateurs de nuisances olfactives. Le traitement biologique est vecteur de rejets atmosphériques tels que les gaz à effet de serre, les composés organiques volatils et les bio-aérosols. De plus, comme toute installation de traitement, les nuisances et impacts liés à l’exploitation de l’installation sont aussi à prendre en considération notamment le risque de pollution des eaux.

Le compostage des déchets verts

o

Il existe 6 plateformes de compostage des déchets verts sur le département. Par ailleurs une partie du gisement est traitée dans des installations de compostage à la ferme et une autre est traitée hors du département notamment en Alsace. Les émissions de gaz à effet de serre générées par le compostage des déchets verts collectés dans les Vosges peuvent être estimées à 630 Teq. CO2.

Le compostage des boues

o

La quantité de boues produites par les stations d’épuration du département destinée au compostage est évaluée à 44 % du gisement exprimé en matière sèche.

3.1.3.4 La valorisation agronomique La valorisation agronomique par épandage direct des boues de stations d’épuration ou par épandage de compost a un impact notable sur les dimensions environnementales suivantes : 

La qualité des sols : amélioration par apport de matières fertilisantes ou risque de pollution,



La qualité de l’eau : dans le cas où les normes ne sont pas respectées, il y a risque de pollution des eaux par transfert de la pollution du sol vers l’eau.

1 021 Tonnes de boues exprimées en matière sèche sont valorisées par épandage agricole. Les plans d’épandage émanant d’obligation réglementaire imposent un suivi de la qualité des boues épandues et de la qualité du sol récepteur. Ainsi l’épandage contrôlé des boues de stations d’épuration a un impact positif car le retour au sol de la matière organique évite l’utilisation d’engrais chimiques. Cependant l’épandage non contrôlé des boues, c'est-à-dire sans plan d’épandage approuvé, présente de réels risques et peut être source de pollution des sols et des aquifères notamment en élément traces métalliques. Ces éléments peuvent être ingérés par l’homme et se révéler toxiques en cas de trop grande accumulation.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 61 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

3.1.3.5 La valorisation énergétique La valorisation énergétique par incinération, méthanisation ou valorisation du biogaz produit par les centres de stockage permettent : 

d’économiser des ressources énergétiques,



selon les performances de l’installation, d’éviter certains rejets atmosphériques.

Il existe une unité de valorisation énergétique par incinération des ordures ménagères sur le département des Vosges. La valorisation se fait sous forme d’électricité (35 049 Mwh en 2007 pour l’ensemble des déchets incinérés). Cette valorisation énergétique a un effet sur le bilan énergétique de la filière, mais également sur le bilan de gaz à effet de serre. Une partie des boues de station d’épuration est également valorisée de façon énergétique (incinérateur NSG) après avoir préalablement été séchées.

3.1.4 TRAITEMENT DES DÉCHETS RÉSIDUELS

3.1.4.1 Incinération Il existe une unité d’incinération d’ordures ménagères sur le département des Vosges située à Rambervillers. En 2007, l’unité d’incinération a reçu 90 530 tonnes de déchets dont 4 522 tonnes d’ordures ménagères ne provenant pas du SMD (département de la Meurthe et Moselle) et 660 t de DNM. Par ailleurs, 2 600 tonnes de déchets ménagers produits dans les Vosges ont été incinérés sur l’UIOM de Chaumont (Haute-Marne).

Sous-produits : L’incinération génère des sous-produits : 

Environ (25 %) en poids de mâchefers. L’unité de Rambervillers a produit 20 348 tonnes de mâchefers qui sont valorisés en technique routière.



Environ 2 à 4 % des résidus de l’épuration des fumées (REFIOM). Ils doivent être éliminés en centre de stockage de classe 1. L’usine de Rambervilliers a produit en 2007, 2 471 tonnes de REFIOM qui sont stockées sur le centre de stockage situé à Jeandelaincourt (54).

La combustion des déchets par incinération conduit à la formation de gaz composés principalement de monoxyde de carbone, de gaz acides, d’oxyde d’azote et de soufre. A l’état de traces, les installations peuvent rejeter sous forme gazeuse ou particulaire, des composés bromés, des dioxines/furanes, des composés organiques volatils.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 62 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

3.1.4.2 Stockage o

Les centres de stockage de déchets non dangereux (CSDND) ou centres de stockage des déchets ultimes (CSDU)

Les installations de stockage des déchets impactent de façon notable l’environnement. Elles sont en effet émettrices de gaz à effet de serre, de particules solides, de composés organiques volatils ou encore de bio-aérosols. Les travaux de terrassement et d’aménagement du site en cours de remplissage génèrent également des émissions atmosphériques de poussières. Outre cet impact sur la qualité de l’air, les centres de stockage peuvent aussi influer sur la qualité de l’eau en cas de fuite ou de mauvais traitement des lixiviats. Par ailleurs, les installations de stockage consomment des ressources locales en occupant à long terme les terrains, elles sont génératrices de nuisances telles que les odeurs, le trafic, le bruit, les envols de déchets et elles peuvent entraîner des risques sanitaires pour les riverains et les travailleurs du site. Il y a une ISDND de Classe 2 en activité sur le département. Elle est située à Ménarmont. Le centre de stockage de Ménarmont capte le biogaz dont une partie est ensuite brûlée par des torchères (ce qui permet la transformation du méthane en CO2 à moindre effet de serre), l’autre partie est valorisée dans l’installation d’évaporation des lixiviats. Les lixiviats issus des bassins de stockage subissent un traitement dans une installation implantée sur le site fonctionnant sur le principe de la co-dépollution lixiviats/biogaz par évaporation en utilisant le biogaz comme source de chaleur. Une faible part de déchets est également stockée à l’extérieur du département à Conflans en Jarnisy (54). Ainsi, à partir de ratios indiqués par l’Ademe, en estimant un taux de captage de 70%, les gaz à effet de serre, émis annuellement par le stockage des déchets produits par les collectivités des Vosges, peuvent être estimés à 20 kTeq. CO2. Les émissions globales liées au stockage en tenant compte des DNM produits dans les Vosges sont de 31,5 KTeqCO2. Au cours de l’année 2007, on peut noter que la surface de déchets cumulée exploitée dans l’année a été de 10 000 m2 sur le centre de stockage de Ménarmont.

o

Les centres de stockage de déchets inertes

Il existe également des sites de stockage des inertes, de classe 3. Des demandes d’autorisation d’exploiter sont en cours pour une dizaine de sites.

o

Les décharges brutes

Les impacts environnementaux des décharges brutes sont les émissions de gaz à effet de serre, la qualité des eaux souterraines et superficielles, les nuisances, la conservation du milieu naturel et du paysage.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 63 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Sur le département des Vosges, plus de 294 décharges brutes - qui ne sont plus en activité - ont été recensées en 2001. Un programme de réhabilitation est en cours, 6 décharges ont fait ou font l’objet d’une réhabilitation.

o

Les dépôts sauvages

Les dépôts sauvages de déchets peuvent être à l’origine de pollutions du milieu eau principalement, du fait qu’aucune protection vis à vis des transferts n’est mise en œuvre.

3.2 IMPACTS GLOBAUX ET RELATIFS La synthèse des effets de la gestion des déchets sur l’environnement figure dans le tableau suivant. Ce tableau regroupe tous les impacts des différentes étapes dans les dimensions de l’environnement concernés (pollution, qualité des milieux, nuisances, ressources naturelles, risques sanitaires et milieux naturels, sites et paysages). Il permet de qualifier ainsi en fort ou en faible la sensibilité des différents domaines et les impacts des différentes étapes de la gestion des déchets. 3.2.1 IMPACTS GLOBAUX Ils sont synthétisés dans les tableaux ci-après.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 64 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Pollution et qualité des milieux

Ressources naturelles

Catégorie

Valorisation

Collecte et transports

Prévention

Effet de serre

Prévention de la production des déchets

Air

Eau

Matières premières

Sols

Energie

Nuisances

Ressources locales

Pas de résultats notables et mesurés à l'heure actuelle

Pas de résultats notables et mesurés à l'heure actuelle

Risques sanitaires

Pas de résultats notables et mesurés à l'heure actuelle

Bruit

Trafic

Odeurs

Collecte et transports

Tri

Valorisation matière

Traitement biologique

Valorisation énergétique

8 200 TeqCO2

CO = 45 T NOx = 103 T Particules, gaz précurseurs d’acidification, COV

Acidification par retombée des gaz dissous par la pluie

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts notables sur les milieux

- 23 000 TeqCO2

600 Teq CO2 (hors boues)

Pollution évitée et pollution potentielle

Emissions non quantifiées

Pas d'impacts notables

TOTAL carburants : 2 300 Tep

Contribution au trafic

Bruit généré par le trafic sur le site

Trafic aux alentours des installations et sur les axes qui y amènent

Le tri va permettre différentes valorisations et donc l'économie de ressources en aval

Economie 8900 Tep par substitution de procédé

Travailleurs et riverains Selon installation et matériau recyclé

Bruit généré par le trafic sur le site

Risques travailleurs Poussières organiques

Bruit généré par le trafic sur le site

Pas d'impacts notables

Conseil général des Vosges – Octobre 2009

Bruit généré par les poids lourds

Risques travailleurs Poussières et DASRI

Economie de matières premières

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts notables

Risques travailleurs Contamination par les DASRI

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts

Pas d'impacts notables

Nuisances visuelles

Pas de résultats notables et mesurés à l'heure actuelle

TOTAL TOTAL =

Milieux naturels, sites et paysages

Production de Pas Pas d'impacts 3 000 Tep d'impacts notables Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges - 65 -

Pas d'impacts notables

Risques de dépôts sauvages liés à la gestion des contenants permanents

Biodiversité et milieux naturels

Paysages

Patrimoine et culture

Risques naturels

Pas de résultats notables et mesurés à l'heure actuelle

Pas d'impacts notables

Implantatio n dans des zones à faible valeur patrimonial e

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts notables

Impact paysager modéré

Trafic aux alentours des installations et sur les axes qui y amènent

Pas d'impacts notables

Impact paysager modéré

Pas d'impacts notables

Trafic aux alentours des installations et sur les axes qui y amènent

Risque d’odeurs

Impact paysager modéré

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts notables


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Pollution et qualité des milieux

Ressources naturelles

Catégorie Effet de serre

Valorisation agronomique

Emissions évitées (engrais substitué)

Air

Pas d'impacts notables

Eau

Pas d'impacts notables

Sols

Amélioratio n de la qualité organique des sols

Matières premières

Energie

Nuisances

Ressources locales

notables

notables

Production d’engrais chimiques évitée

Sensibilité forte (pratiques agricoles)

Economie d’énergie

Risques sanitaires

Risques non identifiés

Bruit

Trafic

Pas d'impacts notables

Pollution des milieux si épandages non contrôlés

Incinération

Fort contributeur des émissions de GES :

Traitement des résiduels

21 900 T eq C02 (déchets du périmètre)

Emissions de gaz acides, poussières, métaux, dioxines et furannes,…

Fort contributeur des émissions de GES Stockage en CSDU

20 100 T eq CO2 (déchets du périmètre hors DIB) 37 900 T eq C02 (inclus DIB°

Décharges sauvages

COV, bio aérosols, particules de poussières

Pas d'impacts notables dans une installation conforme à la règlementat ion

Pas d'impacts notables dans une installation conforme à la règlementat ion

Retombées polluantes des émissions atmosphéri ques

Travailleurs et riverains : Pas d'impacts notables

Permet une valorisation énergétique

Pas d'impacts notables

Valorisation des mâchefers

Risques très faibles dus aux émissions atmosphériques.

Bruit généré par le trafic sur le site

Trafic aux alentours des installations et sur les axes qui y amènent

Bruit généré par le trafic sur le site

Trafic aux alentours des installations et sur les axes qui y amènent

Milieux naturels, sites et paysages

Odeurs

Nuisances visuelles

Impacts locaux (’épandage boues brutes

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts notables

Biodiversité et milieux naturels

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts notables

Valorisation partielle du biogaz (dans le procces)

Consommation d’espace, occupation à long terme

Pas d'impacts notables

Rejets non quantifiés

Risques non identifiés

Odeurs liées à la fermentation des déchets et au bassin de stockage des lixiviats

Envols de déchets

Contribue aux nuisances visuelles

Pas d'impacts notables

Patrimoine et culture

Risques naturels

Pas d'impacts notables

Pas d'impacts notables

Travailleurs et riverains : Risques très faibles principalement liés aux rejets atmosphériques pour les personnes sensibles

Paysages

Pas d'impacts notables

Modificat ion de la topograp hie sur le site du CSDU

Implantatio n dans des zones à faible valeur patrimonial e

Pas d'impacts notables

Implantatio n dans des zones à faible valeur patrimonial e

Pas d'impacts notables

Différents impacts selon la localisation Impact paysager fort

Risques d’incendie s

Sensibilité

++

-

+

+

-

-

+

+

-

+

-

+

+

+

+

+

Impact

++

-

-

-

-

+

-

+

-

+

+

+

-

-

-

-

Conseil général des Vosges – Octobre 2009

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges - 66 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

3.2.2 IMPACTS RELATIFS

NB : Plusieurs éléments doivent être précisés quant à la présentation des résultats : 

Il s’agit ici uniquement d’une évaluation des émissions brutes de polluants, qui ne tient pas compte des économies d’émissions liées à telle ou telle activité. Par exemple, il n’est pas tenu compte des économies d’émission de CO2 liées au recyclage des matériaux recyclables.



De la même manière, il n’est pas ici tenu compte de la différence entre la notion de carbone fossile ou de carbone issu de biomasse.

Les données présentées ci-dessous correspondent aux déchets ménagers et assimilés pris en charge par les collectivités et n’incluent pas les déchets non ménagers appelés également DIB.

Unité

Filière déchets Vosges

Energie

kgep/an/hab

6,01

GES

kgeq. CO2/an/hab

132,70

1

valeur de la région Lorraine – source ADEME

2

source CITEPA - 2005.

3

source CITEPA - Valeur 2006

Moyenne % filière déchet Moyenne départe/moyenne nationale départementale mentale 3 800,001

4 400,00

14 033,942 7 500,00

3

% filière déchet /moyenne nationale

0,2%

0,1%

0,9%

1,8%

La consommation énergétique par habitant de la filière de gestion des déchets représente environ 0,2 % de la consommation du département et environ 0,1 % de la consommation nationale. Les gaz à effet de serre (GES) ont un poids plus important. La filière déchets représente 0,9% des émissions de gaz à effet de serre du département.

En incluant la collecte et le traitement des déchets non ménagers banals résiduels produits dans les Vosges (71 000 tonnes) les résultats évoluent de la façon suivante :

Unité

Filière déchets Vosges

Moyenne départementale

Moyenne nationale

% filière déchet /moyenne départementale

Energie

kgep/an/hab

11,55

3 800,00

4 400,00

0,3%

% filière déchet /moyenne nationale 0,3%

GES

kgeq. CO2/an/hab

198,48

14 033,94

7 500,00

1,4%

2,6%

Ces éléments sont partiels car ils n’incluent pas les déchets non ménagers qui sont valorisés (verre, papiers-cartons...). Le gisement global théorique de déchets non ménagers sur les Vosges est estimé à environ 400 000 tonnes dont seuls 71 000 tonnes sont des déchets résiduels à traiter.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 67 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Emissions de gaz à effet de serre produites : Les déchets des ménages L’incinération et l’enfouissement sont les deux principaux contributeurs d’émissions de gaz à effet de serre.

Emissions de GES produites

14% 2% 1%

40%

43% Collecte

Transport

Compostage et traitement biologique

Incinération

Stockage

Ne sont pris en compte que les déchets ménagers et assimilés (hors DIB) dans les émissions dues au stockage.

Les déchets ménagers et les déchets non ménagers Si l’on inclut dans le gisement, les déchets non ménagers résiduels (71 000 tonnes) produits dans les Vosges, et que l’on considère que les déchets sont collectés sur une distance moyenne de 50 km avant leur arrivée sur une installation (centre de stockage) les résultats sont les suivants :

Emissions de GES produites

19%

50%

1% 1%

29% Collecte

Transport

Compostage et traitement biologique

Incinération

Stockage

Le stockage constitue la part prépondérante des émissions de gaz à effet de serre.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 68 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT 3.3 ENJEUX SANITAIRES 3.3.1 LES PRINCIPAUX ENJEUX SANITAIRES Du fait des activités de collectes, transports et traitements des déchets, les populations (travailleurs, riverains, population générale) sont susceptibles d’être exposées à diverses substances dangereuses ainsi qu’à des nuisances. Ces populations peuvent donc être confrontées à des risques potentiels. Il ressort des études menées sur cette question que les niveaux de risques, auxquels sont susceptibles d’être exposées des populations, sont très variables et dépendent de nombreux paramètres tels que : 

la nature des déchets concernés,



la nature des pratiques et des traitements mis en œuvre, ainsi que des substances émises,



les performances techniques des installations,



les contextes d’implantation des installations,



le comportement de la population,



la vulnérabilité des populations exposées,



En ce qui concerne l’organisation de la gestion des déchets et les équipements qui en découlent dans le département, les principaux enjeux sanitaires sont les suivants : 

Pour la collecte et le tri des déchets ménagers : les enjeux semblent se situer essentiellement au niveau des travailleurs. Différents types de problèmes potentiels ont été identifiés (accidents, troubles digestifs ou respiratoires, …). L'exposition aux micro-organismes et poussières organiques apparaît aujourd'hui comme une cause probable de nombre de ces problèmes. La présence de déchets d’activité de soins à risque infectieux des particuliers dans les ordures ménagères, s’ils ne sont pas triés à la source, peut également constituer un facteur de risque.



Pour la gestion biologique des déchets, à savoir le retour au sol des déchets organiques avec ou sans traitement : les investigations menées concernent également essentiellement les travailleurs (en usine de compostage notamment, ainsi que les utilisateurs pratiquant les épandages). Les troubles identifiés semblent essentiellement respiratoires et digestifs. Les enjeux semblent liés majoritairement aux micro-organismes, et à certaines substances chimiques (métaux, composés organiques).



Pour l’incinération : les enjeux sont liés aux émissions atmosphériques et semblent concerner essentiellement les riverains et la population en général. Les niveaux de risques apparaissent très dépendants des niveaux de performances des installations et très faibles pour les installations récentes et conformes aux règlementations en vigueur.



Pour le stockage : les enjeux peuvent être liés aux substances chimiques ou aux microorganismes, émis sous formes liquide ou atmosphérique. Le caractère diffus et différé des émissions génère des difficultés pour appréhender les risques. Les niveaux de risques pour les riverains apparaissent dépendants de la nature des déchets enfouis et des pratiques d'exploitation. Dès lors que les règles de conception et que les pratiques d'exploitation sont conformes aux réglementations désormais en vigueur, les niveaux de risques apparaissent très faibles.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 69 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT 3.3.2 LES RISQUES SANITAIRES LIÉS AU STOCKAGE DES DÉCHETS EN ISDND Les connaissances des risques sanitaires liés aux installations de stockage de déchets non dangereux sont encore très parcellaires. L’analyse de la bibliographie existante, en particulier des travaux de l’Institut de Veille Sanitaire, met en évidence les éléments suivants :  La voie de transfert conduisant à des expositions chroniques les plus significatives sur le plan sanitaire est la voie hydrique, dans le cas d’une contamination de ressources aquifères utilisées pour l’alimentation en eau potable. Les dispositions réglementaires actuelles visent à empêcher tout transfert de lixiviats vers les eaux souterraines et de surface, en additionnant barrière active et barrière passive, et limitent très fortement ces risques.

 La voie de transfert « air » est également à prendre en compte à travers deux types de sources :  Les sources canalisées : torchères pour la combustion du biogaz, chaudières, moteurs et turbines pour sa valorisation.  Les sources diffuses : fuites de couverture et de réseau de biogaz, manutention des déchets dans le casier ouvert en exploitation, travaux d’aménagements, traitements des lixiviats et gaz d’échappement produits par les véhicules du site. Le principal polluant à travers la voie air est l’hydrogène sulfuré, spécifique à cette activité, dont l’effet critique est l’irritation de la muqueuse nasale. Les polluants odorants du biogaz (H2S et mercaptans) sont susceptibles également d’entraîner des troubles organiques (maux de tête, nausées,…) et psychosomatiques (anxiété - « si cela sent mauvais, c’est qu’il y a quelque chose de dangereux », insomnie, malaise général,…) L’émission de ces polluants de la voie « air » peut constituer un problème sanitaire de deux manières :  Par l’exposition continue à des teneurs élevées en hydrogène sulfuré (H2S), dont le pouvoir irritant peut se manifester sur le site ou dans son voisinage immédiat, dans des conditions d’exploitation maximisant les pollutions.  Par l’exposition aux polluants odorants du biogaz, qui peut occasionner des nuisances olfactives jusqu’à une distance de 1000 m pour des sites importants, également dans des conditions d’exploitation maximisant les pollutions. Il faut bien préciser qu’il n’existe pas de liens systématiques entre la perception d’une odeur et un risque sanitaire. L’étanchéification des casiers, le captage et le traitement des biogaz exigés par la réglementation actuelle des conditions d’exploitation, réduit considérablement les émissions de ces polluants et donc les risques potentiels.

3.3.3 LES RISQUES SANITAIRES LIÉS À L’INCINÉRATION DES DÉCHETS L’impact sanitaire de l’incinération a fait l’objet de nombreuses études en Europe comme aux Etats-Unis. L’incinération de déchets produit de très nombreuses substances. Parmi celles-ci, seul un petit nombre présente, du fait de leur dangerosité ou des fortes quantités émises, un risque sanitaire potentiel, on les appelle les « traceurs de risque ».

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 70 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT L’exposition à ces substances peut se produire directement par inhalation des polluants transférés dans l’air ou par ingestion de poussières par voie directe ou voie indirecte (via la chaîne alimentaire). 

Exposition par inhalation : cette voie d’exposition dépend, pour chaque polluant, de la localisation de l’incinérateur par rapport aux habitations d’une part, et de la direction des vents dominants d’autre part.



Exposition par ingestion : cette voie correspond notamment à l’ingestion de retombées polluantes sur le sol par voie directe ou par le biais de la chaîne alimentaire. Le risque d’ingestion directe est plus élevé chez les enfants.

L’exposition à ces substances peut conduire à deux grands types d’effets toxiques : les effets cancérogènes et les effets non cancérogènes : 

Les effets cancérogènes sont de deux types :  Les effets cancérogènes génotoxiques qui altèrent les gènes, et pour lequel une dose très faible peut provoquer un effet à long terme : il n’y a pas de seuil au-delà duquel la substance devient toxique,  Les effets cancérogènes non génotoxiques pour lesquels on admet un effet de seuil : le produit devient toxique au-delà d’un certain niveau d’exposition.



Les effets non cancérogènes (dermatites, irritations bronchiques,..) pour lesquels il existe également un effet de seuil.

Pour chaque substance, on définit une Valeur Toxicologique de Référence (VTR) qui permet d’estimer le risque de survenue d’un effet indésirable dû à l’exposition. Pour les effets sans seuil la VTR exprime la probabilité supplémentaire qu’un individu contracte un cancer, par rapport à une personne de non exposée. Pour les effets avec seuil, la VTR représente le seuil en dessous duquel l’exposition est sensée ne provoquer aucun effet durant toute une vie. L’OMS, l’Union Européenne et le Conseil Supérieur d’hygiène Publique de France (CSHPF) publient des valeurs de références pour les principaux polluants.

o

Le cas particulier des Dioxines

Les dioxines sont les plus médiatisées des substances émises par l’incinération. C’est une famille de composés organiques chlorés. Elles se forment lors de la combustion d’éléments chlorés lors d’activités industrielles (fonderies, métallurgie, incinération), domestiques (feux de cheminée, brûlages sauvages) ou lors d’événements naturels (feux de forêts, éruptions volcaniques,..). Les dioxines sont très stables et ont la capacité de rester pendant des années dans un milieu (sol, végétaux) sans se dégrader. Une fois absorbées par les ruminants ou les volailles, elles se fixent dans les graisses animales et se retrouvent dans le lait et les œufs. Elles peuvent alors pénétrer le corps humain par l’alimentation. Les effets sur l’homme ont fait l’objet de nombreuses études. Une exposition massive (de type accident de Seveso) peut conduire à des lésions cutanées, voire d'une altération de la fonction hépatique. A plus long terme, elle peut entraîner des perturbations du système immunitaire et du développement du système nerveux, des troubles du système endocrinien et de la fonction de reproduction. Enfin, la dioxine 2,3,7,8 TCDD est reconnue comme agent promoteur cancérogène, c'est-à-dire qu'elle favorise les risques de cancer, sans le déclencher, pour autant, à elle seule.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 71 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT L’exposition à faible dose est moins bien connue ; elle fait l’objet d’une divergence de vue entre l’Agence pour l’Environnement Américaine (EPA) qui considère les dioxines comme toxiques sans seuil et les autres organisations (OMS, EU) qui considèrent les dioxines comme toxiques au delà d’un certain seuil Le tableau suivant présente les principaux polluants ayant un impact sanitaire, leur effet ainsi que les principales valeurs de VTR utilisées.

Effet sans seuil

Polluant

Effet avec seuil

Risques par inhalation

Risques par ingestion

Risques par inhalation

Risques par ingestion

Dioxines

-

oui (EPA)

-

Oui (UE)

Particules (PM10 ou PM2,5)

oui

-

-

-

Plomb

-

-

oui

oui

Arsenic

oui

oui

oui

oui

Cadmium

oui

-

oui

oui

Nickel

oui

-

-

-

Chrome

oui

-

-

-

Mercure

-

-

oui

oui

Source : Institut Universitaire d’Hygiène et de Santé Publique

Les études de modélisation réalisées à partir des émissions conformes aux nouvelles limites concluent que les risques chroniques liés à l’ingestion ou à l’inhalation de polluants d’incinération sont inférieurs aux valeurs repères de risque habituellement établies par les organismes internationaux (OMS,EU ,EPA). Plusieurs études épidémiologiques ont été menées et d’autres sont en cours, sans permettre de conclure sur les impacts sanitaires des usines ayant fonctionné avant 2005 avec des émissions supérieures ou bien supérieures aux réglementations actuelles. Dans l’état actuel des connaissances, on peut considérer que les nouvelles valeurs limites d’émissions atmosphériques des UIOM qu’a adopté l’Union Européenne permettent d’atteindre des niveaux de risques très faibles.

Remarque : le suivi des dioxines dans les Vosges Dans le département des Vosges ont été présentés en mai 2008 les résultats des contrôles menés au printemps et à l’automne 2007. Les recherches de dioxines réalisées sur les prélèvements de lait qui ont été effectués par les services de la Préfecture des Vosges (Direction Départementale des Services Vétérinaires) ont donné les résultats suivants : les taux de dioxine identifiés compris entre 0,19 et 0,43 picogramme TEQ par gramme de matière

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 72 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT grasse sont largement inférieurs au seuil prévu par le règlement N°199/2006 de la commission européenne du 3 février 2006 (3 pg TEQ/g de matière grasse). La recherche des polychlorobiphényles (PCB) de type dioxine a été menée lors des analyses portant sur les dioxines. Les résultats des mesures des PCB de type dioxine varient de 0,66 à 1,3 picogramme TEQ et sont situés en dessous du seuil de retrait (3 pg TEQ/g de matière grasse) prévu par les règlements européens. Les prélèvements ont été réalisés dans des exploitations laitières à proximité des incinérateurs de Egger à Rambervillers, de l'usine d'incinération d’ordures ménagères de Rambervillers et de la Papeterie Norske Skog à Golbey ainsi qu’au Laboratoire Interprofessionnel du Lait d’Épinal (LILE) sur un échantillon témoin issu du mélange de laits du département.

3.3.4 LES RISQUES SANITAIRES LIÉS AU COMPOSTAGE DES DÉCHETS L’étude de l’Association Scientifique et Technique pour l’Eau et l’Environnement concerne principalement les populations riveraines et leur exposition chronique c’est-à-dire à long terme. Les rejets considérés pour une installation de compostage sont essentiellement les rejets atmosphériques :  les rejets canalisés : cheminée, biofiltre, …  les rejets diffus : aire de réception, broyage, andains, aire de stockage, etc…

La voie de transfert la plus significative est l’inhalation des rejets atmosphériques sous forme gazeuse ou particulaire. L’ingestion n’est pas considérée ici, car elle représente un moindre risque dans l’état actuel des connaissances. Les différents types de substances concernés sont :  Les agents biologiques : ce sont principalement les agents biologiques d’origine fécale venant du produit brut, qui sont à l’origine des risques sanitaires. Les agents biologiques sont soit des virus, soit des bactéries, soit des parasites. On les retrouve sous forme particulaire dans le produit brut, leur concentration diminue plus ou moins au cours du procédé de fermentation en fonction de la fréquence de retournement et de la température. Tous les agents biologiques ne se multiplient pas et certains ne sont pas détruits. Pendant la phase de fermentation, les agents biologiques responsables du compostage se développent. Si le compostage est correctement mené, les agents biologiques d’origine fécale auront totalement disparus dans le produit fini et les agents biologiques responsables du compostage seront en théorie en faible quantité. La zone d’influence du site pour les agents biologiques est globalement de 200 m autour de l’installation. 

Les Eléments Traces Métalliques (ETM) : ils sont présents tout au long du procédé sous forme particulaire, le compostage ne permet pas de les détruire.



Les Composés Traces Organiques (CTO) : ils sont susceptibles de se dégrader au cours du procédé de compostage en fonction de leurs propriétés physico-chimiques et de leur sensibilité aux microorganismes.

Parmi ces différentes substances on peut distinguer :  Un risque cancérigène par inhalation : pulmonaire, sanguin, hépatique,…  Un risque non cancérigène par inhalation dont notamment des troubles respiratoires, rénaux, hépatiques,… Le respect de la réglementation actuelle réduit considérablement les émissions de ces polluants et donc les risques potentiels. Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 73 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

4

DIAGNOSTIC INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

4.1 SYNTHÈSE DE L’ANALYSE Le département des Vosges possède des singularités qui le rendent sensible envers certains impacts environnementaux de la filière déchets. Le département est en effet riche de paysages, de forêts, de ressources agricoles de fortes valeurs qui devront être pris en compte lors du choix de l’emplacement des installations de la filière de gestion des déchets. De même, certains risques sont déjà présents initialement sur le département tels que les nuisances visuelles par envol, le fort trafic routier sur les grands axes. Ces impacts devront donc faire l’objet d’une attention particulière car ils représentent déjà des enjeux importants pour l’état environnemental du département et peuvent être amplifiés selon le choix de scénario du plan de gestion des déchets.

4.2 SYNTHÈSE DES ENJEUX Le croisement de la sensibilité du département et des impacts de la filière de gestion des déchets permet de dégager les enjeux majeurs qui feront l’objet d’un suivi ou d’une attention particulière.

 Pollution et qualité des milieux  Production de gaz à effet de serre,  Emissions de polluants dans l’air par les ISDND en fonction de la qualité du traitement des biogaz et de l'exploitation.

 Ressources naturelles  Consommation d’énergie de l’ensemble de la filière,  Occupation à long terme d'espace par les ISDND.

 Risques sanitaires  Contamination du personnel de collecte par les DASRI piquants tranchants,  Risques pour les riverains des installations.

 Nuisances •

Trafic routier lié aux transports de déchets,

Nuisances visuelles (installations de traitement),

Odeurs aux voisinages des installations.

Qualité de vie des personnes (perte de valeurs des biens immobiliers…).

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 74 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

 Espaces naturels sites et paysages •

Prise en compte des zones sensibles dans le choix des sites des nouveaux équipements,

Dégradation des paysages par les dépôts sauvages,

Qualité de vie des personnes : et notamment les enjeux liés à la perte de valeurs des biens immobiliers dans le cadre de la réalisation d’installation de traitement de déchets.

4.3 LES INDICATEURS QUANTITATIFS Les enjeux identifiés par le croisement de la sensibilité du milieu et de l’impact permettent de dégager des indicateurs représentatifs de la filière d’élimination des déchets ménagers et assimilés et de ses impacts sur l’environnement.

Indicateur

Quantité 2007

Tonnage total collecté

199 110 T

Tonnage valorisation matière

46 200 T

Tonnage valorisation organique (hors boues de STEP)

12 600 T

Tonnage incinéré

86 000 T

Tonnage stocké classe 2

45 590 T

Emission totale de GES

25,8 eq CO2

Consommation totale d’énergie

-9,6 KTep

Tonnage x kilométrage (transports)

8 818 000

* il s’agit de données 2007 relatives aux déchets pris en charge par le service de collecte et d’élimination des collectivités. Ne sont pas inclus les déchets industriels banals résiduels (71 000 tonnes).

Ces différents indicateurs sont définis comme suit : Le tonnage collecté comprend : 

Le tonnage de la collecte traditionnelle d’ordures ménagères



Le tonnage de la collecte sélective (verre, emballages, journaux-magazines, fraction fermentescible des ordures ménagères, encombrants, autres déchets de déchèteries).

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 75 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Le tonnage de valorisation matière comprend : 

Le tonnage issu de la collecte sélective



Le tonnage valorisé des déchèteries

Le tonnage de valorisation organique correspond au tonnage de déchets compostés (hors boues). Le tonnage incinéré correspond aux ordures ménagères, refus de tri (hors DIB). Le tonnage stocké correspond aux ordures ménagères, aux encombrants, ainsi qu’aux refus de tri et de déchèteries. Le calcul des émissions a été effectué pour l’ensemble de la filière et correspond à la production de gaz à effet de serre due au stockage, à la collecte, aux transports et au traitement biologique, moins les émissions évitées par la valorisation matière. Le graphique ci-après représente le bilan des émissions annuelles de gaz à effet de serre de la filière gestion des déchets sur le périmètre du plan.

Bilan des émissions de GES -

Emissions produites 30,000

25,77 21,95 20,16 20,000

10,000

7,148

KTeq. CO2/an

-2,10 1,053

0,63

0,000 Collecte

Transfert

Valorisation -23,07 matière

Valorisation énergétique

Compostage et traitement biologique

Incinération

Stockage

SYNTHESE

-10,000

-20,000

-30,000

Emissions évitées

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 76 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT La consommation totale d’énergie correspond à la consommation de carburants pour la collecte et les transports, moins la consommation évitée par la valorisation matière (substitution de procédés).

Le graphique ci-dessous illustre le bilan énergétique annuel de la filière gestion des déchets sur le périmètre du plan.

Bilan énergétique de la filière -

Energie consommée

4,000

2,035 2,000

0,300 0,000

Collecte

Transfert

Valorisation matière

Valorisation énergétique

SYNTHESE

KTep/an

-2,000

-3,0

-4,000

-6,000

-8,000

-8,9 -10,000

-9,6

-12,000

Energie produite ou consommation évitée

Si l’on inclut les déchets non ménagers résiduels (appelés également DIB) produits dans les Vosges (71 000 tonnes), les résultats sont les suivants.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 77 -


ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

Bilan des émissions de GES - (DIB résiduels inclus)

Emissions produites 60,000

50,85 50,000

37,91

40,000

30,000

KTeq. CO2/an

21,95 20,000

14,481 -2,10

10,000 -23,07 1,053

0,63

0,000 Collecte

Transfert

Valorisation matière

-10,000

Valorisation énergétique

Compostage et traitement biologique

Incinération

Stockage

SYNTHESE

-20,000

-30,000

Emissions évitées

Bilan énergétique de la filière - (DIB résiduels inclus)

Energie consommée

6,000

4,122 4,000

2,000

0,300

KTep/an

0,000

Collecte

Transfert

Valorisation matière

Valorisation énergétique

SYNTHESE

-2,000

-3,0

-4,000

-6,000

-8,000

-7,5 -8,9

-10,000

Energie produite ou consommation évitée

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 78 -


JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU

CHAPITRE 4 : JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU

1

DESCRIPTION DES DIFFÉRENTS SCENARIOS ENVISAGÉS

La phase d’évaluation des scénarios envisagés dans le cadre de la révision du plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés des Vosges a permis de mettre en avant les impacts sur l’environnement de l’ensemble de la filière de la gestion des déchets en fonction des scénarios étudiés. Ont été pris en compte les scénarios suivants :

 Scénario « Alternative 0 » Ce scénario considère l’évolution probable de l’état de l’environnement si le plan n’était pas mis en œuvre. Il prend donc en compte la situation existante et exclut toute orientation d’un plan ou d’un projet antérieur n’ayant pas été concrétisé. Les hypothèses prises en compte dans le « scénario alternative 0 » excluent toute évolution de la filière gestion des déchets. Ainsi, pour bâtir ce scénario, on considère que : Les hypothèses d’évolution des tonnages sont les suivantes :  Evolution du gisement d’ordures ménagères : stabilité (en kg/habitant/an), dans la continuité de la situation actuelle :  Prévention : pas de programme particulier mis en œuvre ;  Ordures Ménagères Résiduelles : stabilité de la production en kg/habitant/an (pas d’amélioration des collectes sélectives) ;  Recyclables : pas de développements supplémentaires, pas d’amélioration des performances ;  Maintien du taux de refus de tri ;  Stabilisation des quantités de déchets apportés en déchèterie. La population étant considérée comme stable dans les prochaines années, ces éléments se traduisent par un maintien de la situation existante dans les années futures.

Les hypothèses d’évolution des filières de traitement sont les suivantes :  Maintien des capacités et de l’organisation actuelle de tri sélectif et du compostage ;  Maintien de l’organisation actuelle de l’organisation du traitement des déchets résiduels à savoir incinération et stockage sur le département. La fermeture de l’ISDND de Ménarmont en 2010, sans création d’autres ISDND devrait conduite à une exportation des déchets dans les départements voisins et donc sans doute à une augmentation des kilométrages de transport effectués. Il a été pris comme Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 79 -


JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU hypothèse « optimiste » le maintien des kilométrages de transport. En l’absence de mise en œuvre des préconisations du plan, on évalue l’impact environnemental de la gestion des déchets ménagers au niveau du département à travers un maintien au niveau actuel des différents indicateurs du fait de la stabilisation de la population.

 Scénario A1 Ce scénario A1 prévoit : - des actions de prévention de la production d’ordures ménagères et de valorisation permettant d’atteindre 250 kg/hab/an d’ordures ménagères résiduelles à l’horizon 2015 et 222 kg/hab/an à l’horizon 2020, - une stabilisation des apports en déchèterie et une augmentation de la part de déchets valorisés, - un traitement des déchets résiduels par incinération avec valorisation énergétique et stockage.

 Scénario A2 Ce scénario A2 prévoit : - des actions de prévention de la production d’ordures ménagères et de valorisation permettant d’atteindre 250 kg/hab/an d’ordures ménagères résiduelles à l’horizon 2015 et 222 kg/hab/an à l’horizon 2020, - une stabilisation des apports en déchèterie et une augmentation de la part de déchets valorisés, - un traitement des déchets résiduels dans une unité de traitement mécanobiologique avant incinération avec valorisation énergétique (en limitant les capacités d’incinération : maintien uniquement du four le plus récent sur l’installation de Rambervillers) et stockage.

 Scénario B1 Ce scénario B1 prévoit : - des actions de prévention de la production d’ordures ménagères et de valorisation permettant d’atteindre 200 kg/hab/an d’ordures ménagères résiduelles à l’horizon 2015 et 155 kg/hab/an à l’horizon 2020, - une stabilisation des apports en déchèterie et une augmentation de la part de déchets valorisés, - un traitement des déchets résiduels par incinération avec valorisation énergétique et stockage.

 Scénario B2 Ce scénario B2 prévoit : - des actions de prévention de la production d’ordures ménagères et de valorisation permettant d’atteindre 200 kg/hab/an d’ordures ménagères résiduelles à l’horizon 2015 et 155 kg/hab/an à l’horizon 2020, - une stabilisation des apports en déchèterie et une augmentation de la part de déchets valorisés, - un traitement des déchets résiduels dans une unité de traitement mécanobiologique avant incinération avec valorisation énergétique (en limitant les capacités d’incinération : maintien uniquement du four le plus récent sur l’installation de Rambervillers) et stockage.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 80 -


JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU

2

COMPARAISON DES SCÉNARIOS ENVISAGÉS

Le bilan environnemental comparatif présenté ci-après pour 2020 a ainsi pu être réalisé. Il est basé sur les déchets ménagers et assimilés et n’inclut pas les déchets non ménagers ou déchets industriels banals. Indicateur

Alternative 0

Scénario A1

Scénario A2

Scénario B1

Scénario B2

Tonnage total collecté

199 110

178 880

178 880

167 230

167 230

Tonnage valorisation matière

46 200

63 430

63 800

77 020

75 520

Tonnage valorisation organique (hors boues de STEP et compostage domestique)

12 -600

10 820

10 820

9 680

9 680

Taux de valorisation matière et organique (hors compostage domestique)

29%

42%

43%

52%

52%

Tonnage incinéré

86 000

87 140

40 690

74 170

37 730

Tonnage stocké en ISDND (hors inertes)

45 590

12 430

42 120

0

31 120

Emission totale de GES (Teq CO2)

25,77

- 2,01

- 1,15

- 10,8

- 9,66

Consommation totale d’énergie (Tep)

- 9,6

- 12,6

- 9,9

- 15,67

- 13,3

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 81 -


JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU

2.1 ANALYSE MULTICRITÈRES DES SCÉNARIOS ENVISAGÉS Au-delà des critères environnementaux, des critères techniques et économiques sont intervenus dans le choix du scénario retenu :  La faisabilité de mise en œuvre du scénario,  La fiabilité, ainsi que les retours d’expérience, des techniques de traitement de déchets,  Le coût global de la gestion des déchets,  La volonté de limiter au maximum le recours au stockage en installation de stockage de déchets non dangereux,  La protection de l’environnement,  Le niveau de valorisation.

 Faisabilité de mise en œuvre du scénario : Concernant la faisabilité de mise en œuvre des scénarios et l’atteinte des objectifs en terme notamment de réduction de la production de déchets, les scénarios B1 et B2 semblent très difficilement atteignables à 5 et 10 ans compte-tenu des performances actuelles. La réduction de la quantité d’ordures ménagères résiduelles est très ambitieuse et s’accompagne d’une volonté de stabiliser les apports en déchèterie alors que l’on observe souvent un transfert des ordures ménagères vers les déchèteries.

 Fiabilité des techniques de traitement : Les techniques d’incinération avec valorisation énergétique et de stockage existent depuis de nombreuses années et sont aujourd’hui bien maitrisées, alors que les techniques de pré-traitement mécanobiologique sont plus récentes en France et disposent de peu de retour d’expérience. Les scénarios A1 et B1 sont les plus avantageux.

 Le coût global de la gestion des déchets : Globalement les différents scénarios sont assez proches en terme de coûts de gestion des déchets. Du fait de l’augmentation importante de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes sur le stockage, les coûts d’incinération se rapprochent des coûts de stockage.

 La volonté de limiter au maximum le recours au stockage en installation de stockage de déchets non dangereux : Du fait de la réduction importante de la production de déchets le scénario B1 est le plus avantageux puisqu’aucun déchet ne sera enfoui (hormis une partie des gravats). Le scénario A1 permet de réduire de façon conséquente les tonnages à stocker par rapport à la situation actuelle.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 82 -


JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU  La protection de l’environnement : L’ensemble des scénarios permet de limiter considérablement les émissions par rapport à la situation actuelle et au scénario alternative 0. Les émissions de gaz à effet de serre sont moindres dans les scénarios B1 et B2. D’un point de vue bilan énergétique, les différents scénarios permettent d’améliorer l’impact de la gestion des déchets.

 Le niveau de valorisation. Les scénarios B1 et B2 sont les plus avantageux au niveau du critère valorisation.

2.2 LE CHOIX DU SCÉNARIO Les principes fondamentaux du choix du scénario retenu dans le cadre du plan départemental des Vosges sont :  Utiliser des techniques de traitement fiables et éprouvées De ce fait les scénarios mettant en œuvre un prétraitement mécanobiologique des ordures ménagères (A2 et B2) ont été écartés.  Réduire la production de déchets ménagers et assimilés et en particulier réduire la production d’ordures ménagères résiduels et de déchets ménagers résiduels de façon conséquente. Le scénario B1 apparait comme trop ambitieux en terme de prévention et de réduction de déchets alors que les objectifs du scénario A1 sont apparus comme pouvant être améliorés notamment sur les performances de collecte sélectives suite aux résultats de l’étude de caractérisation des ordures ménagères publiés au second semestre 2008. La Commission Consultative a choisi de retenir le scénario A1 « amélioré » c'est-à-dire avec des objectifs de valorisation plus poussés que ceux indiqués dans le scénario A1 mais sans atteindre les exigences du scénario B1. Le scénario « amélioré » prend également en compte une collecte des déchets organiques auprès des gros producteurs (projet de loi Grenelle 2). La prise en compte de ces éléments a conduit à retenir le scénario suivant pour la gestion des déchets ménagers et assimilés des Vosges : Objectifs du scénario retenu 2007

2015

2020

Kg / hab.

Kg / hab.

Kg / hab.

Déchets ménagers résiduels

347

272

245

Dont OMR

293

235

210

Déchets résiduels : Ordures Ménagères Résiduelles + Refus de tri + encombrants non valorisés OMR = Ordures Ménagères Résiduelles Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 83 -


JUSTIFICATION DU CHOIX DU SCENARIO RETENU

 Les avantages et inconvénients environnementaux :  Ce scénario est plus avantageux en terme d’occupation des sols que les scénarios A2 et B2 car les quantités à stocker sont réduites, mais moins que dans le scénario B1.  Les émissions de gaz à effet de serre sont réduites du fait de la réduction de la quantité de déchets destiné à l’incinération et au stockage.  Le bilan énergétique est moins favorable que le scénario B1 mais plus favorable que le scénario « alternative 0 ».  La valorisation matière envisagée est moindre que pour les scénarios B1 et B2.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 84 -


EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU

CHAPITRE 5 : EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN OEUVRE DU SCENARIO RETENU

1

LA PRÉVENTION DE LA PRODUCTION DES DÉCHETS

La prévention permet de réduire le gisement global produit par les ménages. De ce fait, la prévention va permettre d’éviter la collecte, le transport puis le traitement des déchets. La prévention, au sens strict, permet de détourner à l’horizon 2020 environ 18 800 tonnes du flux de déchets pris en charge par les collectivités :  Compostage individuel :

10 500 tonnes

 Autres actions :

8 300 tonnes

Dont Sacs de caisse, réemploi, achat éco-responsable, STOP PUB, …..

Les émissions évitées par la non production de ces déchets sont plus favorables que celles pouvant être évitées par la valorisation de ces mêmes déchets. Néanmoins on peut noter que la prévention de la production de déchets résiduels, qui intègre en plus les différentes opérations de valorisation, permet de détourner 96 000 tonnes de déchets des filières d’élimination. La seule économie de collecte liée à la prévention représente environ 1,8°kgeqCO2 /habitant et 0,5 kgep/habitant. Les effets de la prévention, au sens strict et au sens large, sont intégrés de fait dans le bilan global.

2

LA COLLECTE ET LE TRANSPORT

Le trafic lié à la collecte des déchets est majoritairement réduit par la baisse du tonnage à collecter mais également par l’optimisation des circuits de collecte et la baisse des fréquences de collecte. Le trafic lié à la collecte des ordures ménagères va diminuer mais celui lié à la collecte sélective devrait augmenter. Les apports en déchèterie sont maintenus au niveau actuel avec une légère diminution liée aux apports moins conséquent de déchets verts. Le trafic routier en gros porteur (depuis les centres de transit vers les centres de valorisation/ traitement et l’évacuation des sous-produits de traitement et des produits déposés en déchèterie) devrait diminuer de 20% d’ici 2020. Globalement le transport incluant les différentes collectes et les apports en déchèterie devrait diminuer de 13% à l’horizon 2020.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 85 -


EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU L’utilisation de matériel de collecte et de transport fonctionnant avec des énergies propres permettra également de limiter les impacts sur l’environnement.

3

LES VALORISATIONS

3.1 VALORISATION MATIÈRE Le développement et le renforcement des collectes sélectives vont contribuer à augmenter le tonnage de déchets recyclés. La mise en œuvre du plan permet une augmentation de 34% des tonnages recyclés issus des collectes sélective, et d’augmenter le taux de valorisation matière des déchèteries (de 50 % à 65 %). La valorisation matière permet l’économie de 66 000 tonnes de matières premières, de 11 300 Tep et évite l’émission de 29 000 TeqCO2.

Economie d'énergie en Tep

1 886 15 472 2 040 9 765 -

Economie de matières premières en tonnes NC NC 680 23 436 42 320

29 163

66 436

11 290

Type

Tonnes CO2 évité

Alu Acier Plastique Verre Papier/carton TOTAL

1 231 2 149 1 562 6 348

3.2 VALORISATION ÉNERGÉTIQUE La mise en œuvre du scénario permet la production de 39 500 Mwh et évite l’émission de 2 370 Teq CO2.

3.3 VALORISATION AGRONOMIQUE Le compostage des déchets verts, et également des déchets organiques issus des ordures ménagères permet de produire environ 4 400 tonnes de compost et d’éviter 403 tonnes de CO2.

3.4 LES NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS Chaque nouvelle installation de la filière de gestion des déchets est susceptible d’induire des impacts sur les cinq dimensions de l’environnement.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 86 -


EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU

Les différentes installations à créer dans le cadre du plan sont les suivantes : TRAITEMENT

DECHETS

LOCALISATION

Installation de broyage

Encombrants

Rambervillers

ISDND

Déchets ultimes

Non définie

Compostage/méthanisation

Déchets organiques (déchets verts, FFOM, boues)

Non définie

Déchèterie

Contrexéville (en construction)

Déchèterie

Bruyères (en construction)

Déchèterie

Corcieux (ouverte en 2009)

Déchèterie

Châtel-sur-Moselle

Déchèterie

Monthureux-sur-saône

Déchèterie

Rupt-Moselle

Par ailleurs, le scénario prévoit également la réalisation de 5 à 6 structures de type recycleries-ressourceries.

4

BILAN DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX

4.1 LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE Les bilans des émissions annuelles de gaz à effet de serre de la filière gestion des déchets ménagers et assimilés du département des Vosges aux horizons 2015 et 2020 peuvent être estimés de la manière suivante :

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 87 -


EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU

Horizon 2015

Bilan des émissions de GES -

Emissions produites 30,000

22,75 20,000

10,000

6,909 -2,37

KTeq. CO2/an

0,885

0,80

2,18

2,48

Stockage

SYNTHESE

0,000 Collecte

Transfert

Valorisation matière -28,67

Valorisation énergétique

Compostage et traitement biologique

Incinération

-10,000

-20,000

-30,000

-40,000

Emissions évitées

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 88 -


EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU

Horizon 2020

Bilan des émissions de GES -

Emissions produites 30,000

22,75 20,000

10,000

6,683

-2,37 0,832

KTeq. CO2/an 0,000 Collecte

Transfert

0,77 Valorisation matière -29,16

Valorisation énergétique

Compostage et traitement biologique

Incinération

1,12

0,62

Stockage

SYNTHESE

-10,000

-20,000

-30,000

-40,000

Emissions évitées

On constate que l’incinération est l’élément prépondérant dans la contribution aux émissions de gaz à effet de serre de la filière de gestion des déchets. La mise en œuvre du scénario retenu permettra de limiter de façon conséquente l’impact de la gestion des déchets sur le changement climatique.

En 2007, les émissions de CO2 liées à la gestion des déchets ont été évaluées à 20,5 kt eq.CO2. La mise en œuvre du scénario devrait permettre de réduire ces émissions à 2,5 kt eq.CO2 en 2015 et 0,6 kt eq.CO2 en 2020.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 89 -


EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU

25,00

kT eq.CO2/an

20,00 15,00 10,00 5,00 0,00 Alternative 0

2 015

2 020

4.2 BILAN ÉNERGÉTIQUE Le bilan énergétique se présente quant à lui comme suit :

Horizon 2015 Bilan énergétique de la filière -

Energie consommée

4,000

1,967 2,000

0,252 0,000

Collecte

Transfert

Valorisation matière

Valorisation énergétique

SYNTHESE

KTep/an

-2,000

-3,4

-4,000

-6,000

-8,000

-10,000

-12,000

-10,9 -12,0

-14,000

Energie produite ou consommation évitée

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 90 -


EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU Horizon 2020 Bilan énergétique de la filière -

Energie consommée

4,000

2,000

1,902 0,237

0,000

Collecte

Transfert

Valorisation matière

Valorisation énergétique

SYNTHESE

KTep/an

-2,000

-3,4

-4,000

-6,000

-8,000

-10,000

-11,3

-12,000

-12,5 -14,000

Energie produite ou consommation évitée

C’est la valorisation matière qui contribue de la façon la plus conséquente à améliorer le bilan énergétique de la filière de gestion des déchets.

Evolution du bilan énergétique de la filière déchets Consommation d'énergie liée à la gestion des déchets ménagers 4,0 2,0 Valorisation matière

0,0 Alternative 0

2015

-2,0

2020

Valorisation énergétique

KTep/an

Transport

-4,0 Collecte

-6,0 Bilan

-8,0 -10,0 -12,0 -14,0 -16,0

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 91 -


EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU La mise en place du scénario contribue à améliorer le bilan énergétique de la filière de gestion des déchets puisque globalement le bilan entre énergie économisée et énergie consommée évolue favorablement du fait de l’augmentation de la valorisation matière des déchets. Le scénario permet donc une préservation des ressources énergétiques et naturelles.

4.3 OCCUPATION DE L'ESPACE NATUREL La consommation d’espace de la gestion des déchets est principalement liée aux installations de stockage des déchets non dangereux. De plus, cet espace est mobilisé pour une période au moins égale à 30 ans. La limitation des quantités de déchets ménagers et assimilés destinées au stockage va contribuer à réduire d’autant les surfaces nécessaires. Les quantités stockées (hors DIB) en 2007 étaient de 45 000 tonnes, les objectifs pour 2015 sont de 15 000 tonnes et 7 000 tonnes en 2020. A ces déchets ménagers s’ajoutent des déchets non ménagers banals dont le gisement a été évalué en 2007 à 71 000 tonnes et estimé pour 2015 et 2020 à 60 000 tonnes (limitation de 15 % du gisement). Globalement les quantités destinées au stockage diminueront de 42 % à l’horizon 2020. Le développement de déchèteries et de recyclerie-ressourcerie nécessite des surfaces supplémentaires mais dans des proportions très réduites (2 000 à 4 000 m2/installation).

4.4 EXTRACTION DES MINÉRAUX Comme cela a été indiqué précédemment, la mise en œuvre du scénario va contribuer à consommer de façon responsable et donc à limiter l’extraction de matières premières pour la production de nouveaux produits. Parallèlement la valorisation matière permet d’économiser à l’horizon 2020, 66 000 tonnes de matières premières, soit 15 000 tonnes supplémentaires par rapport à l’année 2007.

4.5 QUALITÉ DE VIE/SANTÉ Ce point va s’améliorer lors de la mise en œuvre du scénario retenu. Dès 2009, sera réalisée la mise aux normes de l’usine d’incinération de Rambervillers concernant les émissions de dioxydes d’azote. Par ailleurs les améliorations apportées par le scénario concernent :  la mise en place de collecte généralisée des déchets dangereux sur les déchèteries,  la réduction des quantités de déchets collectés et donc le trafic lié au transport des déchets.

4.6 BILAN DU SCÉNARIO RETENU Les différents indicateurs choisis précédemment sont soumis à la confrontation des données de 2007 et de la situation envisagée par le scénario en 2020.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 92 -


EFFETS PROBABLES DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU

Indicateur

Quantité 2007

Scénario 2020

Impact

Tonnage total collecté

199 110 tonnes

178 820 tonnes

Toutes les dimensions

Tonnage valorisation matière

46 200 tonnes

66 170 tonnes

Ressources naturelles (Economie matière et énergie) Qualité des milieux (Emissions de GES évitées)

Tonnage valorisation organique (hors boues de STEP et compostage domestique)

12 600 tonnes

13 400 tonnes

Qualité des milieux (Emissions de GES évitées) (Enrichissement des sols)

Tonnage incinéré

86 000 tonnes

87 500 tonnes

Ressources naturelles (Economie d’énergie) Pollution des milieux (Emissions de GES

Tonnage stocké (hors inertes et DIB)

45 590 tonnes

6 700 tonnes

Pollution des milieux (Emissions de GES)

Emission totale de GES

25,8 kT eq CO2

0,6 kT eq CO2

Pollution des milieux

Consommation totale d’énergie

- 9,6 Tep

- 12,5 Tep

Ressources naturelles

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 93 -


MESURES REDUCTRICES OU COMPENSATOIRES RETENUES

CHAPITRE 6 : MESURES REDUCTRICES OU COMPENSATOIRES RETENUES

1

MESURES RÉDUCTRICES OU COMPENSATOIRES INSTALLATIONS EXISTANTES DANS LEUR ÉTAT EN 2007

POUR

LES

Ce paragraphe liste les différentes préconisations relatives à différentes installations dans leur état en 2007. Certaines de ces préconisations ont pu être réalisées depuis.  Déchèteries :  Aménagement des installations ou de l’exploitation pour un plus large accueil des déchets dangereux (déchets ménagers spéciaux, DASRI, DEEE).  Centre de transfert :  Amélioration du fonctionnement des installations (site de Saint-Dié des Vosges) avec une attention particulière au niveau de la prévention des envols et la gestion de l’eau.  Usine d’incinération avec valorisation énergétique de Rambervillers :  Mise aux normes avec traitement des oxydes d’azote,  Remplacement des lignes 1 et 2 par un nouveau four (amélioration des performances énergétiques),  Installation de mise en balles des déchets pour limiter les recours au stockage en cas d’arrêt de l’usine.  Centres de stockage :  Réduction des envols.  Décharges brutes (ayant cessé toute activité) :  Etudes et travaux de réhabilitation.

2

MESURES RÉDUCTRICES INSTALLATIONS A CRÉER

OU

COMPENSATOIRES

POUR

LES

Les installations doivent être conformes aux réglementations en vigueur et suivre les préconisations exposées ci-après.

2.1 LOCALISATION DES INSTALLATIONS À CRÉER Les critères à prendre en compte pour la recherche de sites pour l’implantation d’installations de stockage de déchets non dangereux sont les suivants :

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 94 -


MESURES REDUCTRICES OU COMPENSATOIRES RETENUES  Dimensionnement adapté sans rechercher le surdimensionnement de l’installation. dimensionnement des installations devra être justifié en fonction des besoins identifiés,

Le

 Proximité des zones de production de déchets et limitation des distances de transport,  Recherche de zones favorables d’un point de vue géologique et hydrogéologique,  Protection de l’environnement et notamment éviter tout espace naturel protégé et toute zone sensible,  Existence ou réalisation d’infrastructures de transport permettant l’accessibilité au site en limitant au maximum les impacts sur les populations riveraines. Une attention particulière devra être portée aux conditions d’accès entre l’axe routier principal et la zone d’implantation de l’installation,  Préservation de l’environnement humain, et en particulier, prendre en compte la distance par rapport à l’habitat. La démarche dans la recherche de site devra privilégier l’implication des acteurs locaux ainsi que la concertation avec les populations locales. Les initiatives publiques devront être encouragées dans un souci d’intérêt général et de maîtrise des dépenses liées à la gestion des déchets.

2.2 CONCEPTION ET EXPLOITATION

 Mesures réductrices et compensatoires sur la qualité des milieux Afin de réduire l’impact sur la biodiversité et les milieux naturels, et de limiter l’incidence visuelle des installations, il est recommandé :  lors de la phase de conception du projet, de prévoir notamment l’aménagement d’espaces verts en utilisant des essences locales,  que l'infrastructure routière existante ou prévue (à une échéance compatible) soit adaptée aux transports de déchets,  une intégration des installations par rapport aux voies de circulation et zones d’habitations et en tenant compte du patrimoine culturel et historique présent à proximité,  l’analyse, lors du choix des sites d'implantation de nouvelles installations, des possibilités de mise en œuvre de modes de transports alternatifs,  l’utilisation de la topographie initiale pour favoriser l’intégration des bâtiments (principe d’étagement des installations),  l’entretien régulier et le maintien en bon état de propreté et d’esthétique (peinture, plantations, zones engazonnées, écrans de végétation,…) des sites de traitement et de leurs abords.

 Mesures réductrices et compensatoires sur la qualité de vie/santé Au minimum, les installations et leur abords devront être tenus dans un état de propreté satisfaisant et notamment les voies de circulation, les aires de stockage et les conduits d’évacuation devront faire l’objet de nettoyages fréquents destinés à éviter les amas de matières polluantes ou dangereuses, les envols et entraînements de poussières susceptibles de contaminer l’air ambiant et les eaux pluviales. Les mesures de réduction de l’impact sur l’air permettront également de limiter considérablement les risques sanitaires. Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 95 -


MESURES REDUCTRICES OU COMPENSATOIRES RETENUES

 Mesures pour réduire les nuisances  Bruit et vibrations : Les installations seront construites, équipées et exploitées de façon à ce que leur fonctionnement ne puisse être à l’origine de bruits susceptibles de compromettre la tranquillité du voisinage. Selon la sensibilité de l’environnement des installations, différentes mesures pourront être prises :  L’éloignement des installations par rapport aux habitations ou aux locaux professionnels ou recevant du public ;  Le capotage des équipements les plus bruyants ;  La mise en place d’écrans acoustiques végétalisés de préférence ;  L’isolement des sources sonores les plus importantes (à l’intérieur d’un bâtiment par exemple) ;  Un suivi des niveaux de bruit et de l’émergence.

 Odeurs : Des groupes de suivi des odeurs, « Groupes Nez » ou « Jury de nez », constitués de personnes des communes alentours et d’association de protection de l’environnement, pourraient être mis en place pour certaines unités, afin de caractériser les odeurs. Les origines des nuisances olfactives seraient mieux identifiées et les mesures correctrices pourraient être prises pour mieux limiter les nuisances olfactives.

 Mesures de limitation des nuisances spécifiques aux ISDND :  Exploitation visant à limiter les nuisances : limitation des surfaces en cours d’exploitation, recouvrement régulier et captage des biogaz dès le début d’exploitation des casiers,  Ramassage quotidien des papiers et filets anti-envols,  Suivi rigoureux de l’ensemble des paramètres de gestion des eaux, gaz, ressources naturelles,  Remise en état et suivi post-exploitation assuré conformément à la réglementation relative aux installations classées pour la protection de l’environnement.

3

MESURES RÉDUCTRICES OU COMPENSATOIRES GÉNÉRALES

3.1 VERS UNE CERTIFICATION ISO 14 001 DE TOUS LES SITES DE TRAITEMENT DES DÉCHETS Cette démarche vise à limiter les impacts sur l’environnement d’une activité. Elle s’impose naturellement lorsque cette activité elle-même intervient en faveur de l’environnement. Elle est la garante du respect de la réglementation mais s’inscrit surtout dans une démarche d’amélioration continue visant à réduire les impacts environnementaux de l’activité grâce au suivi d’indicateurs judicieusement choisis. Les principaux sites sont déjà certifiés (UIOM de Rambervillers, ISDND de Ménarmont) mais il serait intéressant que toutes les installations de traitement et de valorisation le soient, notamment celles qui seront créées afin de garantir l’excellence de la filière.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 96 -


MESURES REDUCTRICES OU COMPENSATOIRES RETENUES 3.2 VERS LA COMMUNICATION ET LA TRANSPARENCE AUTOUR DES INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DES DÉCHETS

La création d’une Commission Locale d’Information et de Surveillance (CLIS), obligatoire pour les ISDND de classe I et II, est recommandée pour les installations de traitement telles que les UIOM, les incinérateurs de déchets dangereux, les co-incinérateurs, les installations de compostage des boues de station d’épuration et les installations de traitement de déchets issus des abattoirs. Elle permet notamment une dynamique globale d’amélioration de la gestion des installations basée sur la communication et sur la concertation. Des CLIS existent sur le département pour l’incinérateur de Rambervillers et l’ISDND de Ménarmont) Le retour d’expérience des CLIS déjà en place permet également de tracer de grands axes d’améliorations de leur fonctionnement et de mieux appréhender leur nécessité. Les propositions suivantes, extraites de l’évaluation du fonctionnement des CLIS réalisée par FNE en 2006, permettraient d’aller dans ce sens :  Plus de moyens :  La possibilité d’effectuer des contre-expertises.  Plus d’informations aux membres :  L’information systématique aux membres de la CLIS lors de toutes décisions, modifications, mesures ou incidents concernant l’installation,  L’ouverture du site concerné à la visite préavis important.

des membres de la CLIS sur simple appel et sans

 Plus de suivi :  La mise en place d’une commission de concertation de type CLIS en amont, au moment des projets d’implantation.  Plus d’information au public :  Réalisation d’un communiqué de presse publié dans la presse locale après chaque réunion,  Ouverture des réunions à la presse locale.  Plus de CLIS :  Pour les sites en fin de vie ou fermés, afin d’assurer leur suivi.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 97 -


SUIVI ENVIRONNEMENTAL PROPOSE

CHAPITRE 7 : SUIVI ENVIRONNEMENTAL PROPOSÉ

1

PROPOSITIONS D’INDICATEURS DE SUIVI

Le suivi consiste à vérifier si les effets du plan d’élimination des déchets sont conformes aux prévisions telles que le rapport environnemental les a analysées. Les différents indicateurs environnementaux précédemment définis vont faire l’objet d’observations à une fréquence donnée. Le tableau présenté ci-dessous répertorie ces indicateurs ainsi que leurs fréquences de suivi.

Indicateur

Unité

Fréquence

Impact

Tonnage total collecté

Tonne

Annuel

Toutes les dimensions

Tonnage valorisation matière

Tonne

Annuel

Ressources naturelles (Economie matière et énergie) Qualité des milieux (Emissions de GES évitées)

Tonnage valorisation organique

Tonne

Annuel

Qualité des milieux (Emissions de GES évitées) (Enrichissement des sols)

Tonnage stocké

Tonne

Annuel

Pollution des milieux (Emissions de GES)

Emissions totales de GES

Tonne équivalent CO2

A définir

Qualité des milieux

Quantité d’énergie produite

MWh

A définir

Ressources naturelles

-

Annuel

Paysages

Nombre de réhabilitation de décharges % population concernée par la collecte des déchets dangereux diffus

%

Annuel

Toutes les dimensions

Ce suivi est réalisable à partir des données collectées par l’ADEME ainsi que l’analyse des rapports annuels sur la gestion des déchets élaborés par les collectivités des Vosges ayant compétence, le bilan du fonctionnement des installations de traitement.

2

PROPOSITION D’UN PROTOCOLE DE SUIVI

Les indicateurs présentés précédemment sont à la fois des indicateurs environnementaux et des indicateurs de performance du Plan. Ils feront l’objet d’un suivi par la Commission Consultative du Plan.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 98 -


SUIVI ENVIRONNEMENTAL PROPOSE Cette Commission pourra également veiller au bon fonctionnement de l’usine d’incinération avec valorisation énergétique, des ISDND. Une réunion sera tenue annuellement pour évaluer l’avancement des projets et pour vérifier si l’évolution des indicateurs est conforme aux prévisions. A cette occasion, au-delà des aspects quantitatifs, les points suivants pourront être contrôlés :  La correspondance des quantités de déchets produits avec celles du plan,  Le respect de la mise en œuvre des mesures correctives ou réductrices,  Le respect des dispositions du plan pour la réalisation des équipements prévus,  La vérification des effets de la prévention.

Un bilan annuel sera présenté en Conseil Départemental de l’Environnement, des Risques Sanitaires et Technologiques.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 99 -


DESCRIPTION DE LA MANIÈRE DONT L’EVALUATION A ÉTÉ MENEE

CHAPITRE 8 : DESCRIPTION DE LA MANIÈRE DONT L’ÉVALUATION A ÉTÉ MENÉE La méthodologie retenue pour l’élaboration de ce document s’appuie sur celle proposée par le Ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables (MEDAD) et l’ADEME dans le « Guide de l’évaluation environnementale des plans d’élimination des déchets » publié en 2006. Les données relatives à l’état initial du département ont été collectées auprès de différents organismes : Conseil Général, Préfecture, DIREN, ADEME, Agences de l’Eau, Chambre d’Agriculture, DDE, DRIRE, DDASS, DDEA. L’analyse a été uniquement effectuée sur un plan environnemental, sans tenir compte des aspects techniques et économiques (faisabilité, seuil de rentabilité, …). Pour le calcul des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation énergétique, les hypothèses suivantes ont été retenues :  Collecte et transport :  Calcul de la consommation en carburants lors de la collecte en fonction des kilomètres parcourus par type de milieu pour collecter les tonnages associés (milieu rural et milieu urbain) ;  Calcul de la consommation en carburants lors des transports en fonction des kilomètres entre les points de départ (quai de transfert, déchèteries…) et le lieu de traitement ;  Les déplacements des véhicules de particuliers du domicile au point d’apport volontaire (sauf apport en déchèteries) n’ont pas été pris en compte, car statistiquement non associés à un déplacement spécifique (contrairement aux déchèteries) ;  Les émissions relatives à la collecte et aux transports ont été calculées par rapport aux carburants consommés calculés pour le bilan énergétique ;  Stockage :  Production de méthane (CH4), gaz à effet de serre 21 fois supérieur à celui du CO2 (sur la base du protocole de Kyoto), qui est fonction : - Du potentiel méthanogène du déchet enfoui ; - Du taux de captage du biogaz en décharge ;  Consommation d’énergie : - Électricité : Bureaux, pompes de captage, voire réinjection des lixiviats, traitement du biogaz ; - Fioul : Compacteur, chargeur.

Si l’analyse environnementale prend bien en compte les différentes étapes de la gestion des déchets ménagers à savoir la collecte, le transport, la valorisation (matière, énergie) et le traitement des résiduels (stockage), elle ne tient pas compte des impacts environnementaux évités grâce à la non-consommation de biens de consommation et d’équipement (éco-consommation et réemploi).

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 100 -


DESCRIPTION DE LA MANIÈRE DONT L’EVALUATION A ÉTÉ MENEE En effet, ces impacts environnementaux évités sont à considérer au sein des périmètres respectifs de chaque activité de production et de distribution des biens de consommation et d’équipement (alimentaire, électroménager, ameublement …).

La démarche d’évaluation environnementale a été réalisée conjointement à l’actualisation départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

du Plan

- 101 -


GLOSSAIRE

GLOSSAIRE Pollution liée aux retombées au sol de composés acides (SO2, NOx, HCl…) émis par les activités humaines. Ces retombées (pluies acides…), en partie à proximité des sources, mais aussi à des distances très éloignées de leurs sources émettrices, ont des effets sur les matériaux, les écosystèmes forestiers et les écosystèmes d'eau douce.

Acidification

Appauvrissement de l'ozone stratosphérique Baisse anormale des concentrations d'ozone dans la haute atmosphère, principalement aux pôles (phénomène de « trou de la couche d’ozone » au dessus de l’Antarctique). Induit une dégradation de la protection contre les rayonnements ultraviolets solaires pouvant avoir des effets climatiques et biologiques. De nombreux composés, notamment des composés chlorés, issus des activités humaines semblent y contribuer. Bio-aérosols

Ensemble des particules, solides ou liquides, d’origine biologique en suspension dans l’air (bactéries, moisissures, fragments végétaux…).

Biodiversité

Expression de la variété de la vie sur la planète depuis les microorganismes jusqu’aux espèces supérieures végétales et animales. Ce sont aussi des milieux comme les eaux douces, les eaux marines, les forêts, les prairies, les marais, les dunes.

CFC

Chlorofluorocarbones. Les CFC semblent être responsables de la destruction partielle de la couche d’ozone. Ils contribuent également à l’effet de serre (potentiel de réchauffement global de 3 000 à 13 000).

CH4

Méthane, gaz contribuant fortement à l’effet de serre (potentiel de réchauffement global de 21).

CO2

Dioxyde de carbone (gaz carbonique), figurant parmi les principaux gaz à effet de serre.

Composés traces organiques

Composés chimiques moléculaires issus de substances chimiques (exemples : pesticides, hydrocarbures, détergents), ou de la dégradation de ces substances, et présents en quantité infinitésimale dans un milieu.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 102 -


GLOSSAIRE COV

Composés organiques volatils. Ils regroupent une multitude de substances d'origine biogénique (origine naturelle) ou anthropogénique (origine humaine). Certains COV présentent des risques pour la santé, d'autres, en se dégradant dans l'atmosphère, contribuent à perturber des équilibres chimiques (ex : formation d'ozone dans la basse atmosphère).

Diagnostic environnemental

Définition des thématiques d’une région ou d’un territoire, fondé sur un bilan des forces et faiblesses, au regard d’objectifs de référence.

DIB

Déchets industriels banals, déchets non dangereux issus généralement des activités des artisans, commerçants et administrations : papier, verre…).

Dimensions de l’environnement

Regroupement des composantes de l’environnement qui peuvent être identifiées et analysées lors de l’évaluation environnementale des orientations et des objectifs d’aménagement et de développement.

Effet de serre

Phénomène naturel lié à l'absorption des rayonnements Infra Rouge (IR) de grande longueur d'onde renvoyés, par la surface terrestre, par des composés présents dans l'atmosphère.

Effets sur l’environnement

Changement, positif ou négatif, dans la qualité de l’environnement, immédiatement ou à long terme, causé par un aménagement, une politique, un plan ou un programme (voir « impact sur l’environnement»).

Effets cumulatifs

Résultat du cumul et de l’interaction de plusieurs effets directs et indirects générés par un même projet ou par plusieurs projets dans le temps et l’espace.

Effets globaux

Contribution d’un aménagement, d’une politique, d’un plan ou d’un programme à des effets généraux sur l’environnement, à l’échelle globale, voire planétaire, comme la production de gaz à effet de serre.

Effets territoriaux

Contribution d’un aménagement, d’une politique, d’un plan ou d’un programme à des effets locaux.

Enjeu environnemental

Questions environnementales considérées comme importantes au regard de la situation du territoire considéré.

Éléments traces métalliques

Métal ou métalloïde présent en quantité infinitésimale dans un milieu.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 103 -


GLOSSAIRE

Étude d’impact

Démarche d’évaluation consistant à analyser et à évaluer les effets directs et indirects, temporaires et permanents d’un projet (travaux, ouvrages ou activités) sur l’environnement. La synthèse de cette évaluation est donnée dans le dossier réglementaire d’étude d’impact.

Évaluation environnementale

Désigne l’ensemble de la démarche destinée à analyser les effets sur l’environnement d’un projet d’aménagement, d’un programme de développement ou d’actions stratégiques pour mesurer leur acceptabilité environnementale et éclairer sur les décisions à prendre.

Évaluation environnementale des plans et programmes

Dite également « évaluation stratégique », elle intervient en amont des projets et porte sur les plans et programmes d’aménagement. L’évaluation à un stade amont de la planification permet alors d’évaluer les effets les plus globaux au moment où s’élaborent les orientations et les choix stratégiques et où se prennent les décisions les plus importantes.

Eutrophisation

Perturbation de l'équilibre biologique des sols et des eaux due à un excès d'azote, par rapport à la capacité d'absorption des écosystèmes. Ces excès peuvent être dus à des rejets liquides, à des épandages mais également d'origine atmosphérique (NOx et NH3).

Impact sur l’environnement

Changement, positif ou négatif, dans la qualité de l’environnement, immédiatement ou à long terme, causé par un aménagement, une politique, un plan ou un programme (voir « effets sur l’environnement »).

Indicateur

Elément quantifié, caractéristique d’un milieu ou d’un impact et permettant d’observer les évolutions au regard d’objectifs préalablement définis.

Natura 2000

Réseau européen écologique de zones spéciales protégées (sites relevant des directives "Oiseaux" de 1979 et "Habitats" de 1992).

NOx, N2O

Respectivement, oxydes d’azote et protoxyde d’azote. Issus essentiellement de la combustion des combustibles fossiles et de quelques procédés industriels, ils interviennent notamment dans la formation des oxydants photochimiques et, par effet indirect, dans l'accroissement de l'effet de serre.

Mercaptans

Un mercaptan ou thiol est un composé organique comportant un groupement thiol -SH (groupement sulfhydryle) attaché à un atome de carbone. Ce sont en général des composés à forte odeur.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 104 -


GLOSSAIRE

Objectif de référence

Engagement international ou national, objectif régional ou local d’une politique territoriale dans le domaine de l’environnement.

Pollution photochimique

Ou pollution photo-oxydante. Ensemble de phénomènes complexes qui conduisent à la formation d'ozone et d'autres composés oxydants.

SAGE

Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux. Etabli pour un périmètre hydrographique cohérent par une Commission Locale de l'Eau représentant les divers acteurs du territoire et approuvé par le préfet. Il fixe des objectifs généraux d'utilisation, de mise en valeur, de protection quantitative et qualitative de la ressource en eau. Les SAGE doivent être compatibles avec le SDAGE.

SDAGE

Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux. Etabli pour les très grands bassins hydrographiques par le comité de bassin. Il fixe les objectifs à atteindre, notamment par le moyen des SAGE.

SO2

Dioxyde de soufre. Polluant atmosphérique dû en grande majorité à l'utilisation de combustibles fossiles soufrés.

ZNIEFF

Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique. L’inventaire ZNIEFF n’est pas juridiquement un statut de protection. Les ZNIEFF constituent cependant un élément d’expertise pour évaluer les incidences des projets d’aménagement sur les milieux naturels, pris en considération par la jurisprudence.

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 105 -


LEXIQUE

LEXIQUE

ADEME : Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie CITEPA : Centre Interprofessionnel Technique d’Etude de la Pollution Atmosphérique CLIS : Comité Local d’Information et de Surveillance CODERST : Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques COV : Composé Organique Volatil ISDND : Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux CSDND : Centre de Stockage de Déchets Non Dangereux CSDU : Centre de Stockage de Déchets Ultimes DASRI : Déchets Activités de Soins à Risques Infectieux DIB : Déchets Industriels Banals DIREN : Direction Régionale de l’Environnement DRIRE : Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement DUP : Déclaration d’utilité Publique GES : Gaz à Effet de Serre MEDD : Ministère de l’Environnement et du Développement Durable NOx : Oxydes d’azote OM : Ordures Ménagères PNR : Parc Naturel Régional PEDMA : Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés PRSE : Plan Régional Santé Environnement PRQA : Plan Régional de la Qualité de l’Air SAGE : Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 106 -


LEXIQUE

SAU : Surface Agricole Utile SDAGE : Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux Tep : Tonne équivalent pétrole TCDD dioxine : 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-para-dioxine ZICO : Zone d’Importance pour la Conservation des Oiseaux ZNIEFF : Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique ZPPAUP : Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager ZPS : Zone de Protection Spéciale

Evaluation environnementale du PEDMA des Vosges Conseil général des Vosges – Octobre 2009

- 107 -

Evaluation environnementale– Révision du plan d’élimination des déchets ménagers et assimilés  

Evaluation – Révision du plan d’élimination des déchets ménagers et assimilés Evaluation environnementale – Rapport V1- Août 2009

Advertisement