Page 1

20 ans pour l‘

Égalité

1989 - 2009

des chances


SOMMAIRE 2

Message de Mme Françoise Hetto-Gaasch

3

Entretien de Monsieur Lucien Lux

5

Préface de Monsieur Roby Biwer

9

Préface de Monsieur Gast Molling

11

Message de Madame Sylvie Jansa

13

Témoignage de Madame Maddy Mulheims

15

Témoignage de Mmes Arlette Err et Ginette Jones

21

Préface de Mmes Deborah Semedo et Lotti Stemper

25

Le Service à l‘égalité de 1989 à 2009

27

Où nous trouver:

52

Vingt ans déja

55

Impressum

66


Est-ce que la politique d’égalité des femmes et des hommes concerne les responsables politiques des communes?

A cette question clé à l’ordre du jour depuis des années, je répondrais résolument: «oui». Au niveau communal ce sont les responsables politiques, les bourgmestres, les échevins et échevines et les membres du conseil communal, qui ont la responsabilité de décider du développement de la commune. Ce sont eux qui décident de l’offre de nouvelles structures de garde d’enfants, de services pour les jeunes, pour les associations et pour les personnes âgées. Ce sont eux qui avisent les plans d’aménagement urbain, les zones d’activités et de commerce. La commune veille à créer un environnement favorable à la cohésion sociale des citoyens et citoyennes de tout âge. C’est la commune qui est une actrice directe de l’encadrement des familles, de toute la communauté. C’est le conseil échevinal qui peut proposer la composition paritaire d’hommes et de femmes des organes politiques de la commune. Avant chaque action et chaque projet il faut se poser une question essentielle : Est-ce que l’action ou le projet a un effet sur les femmes et les hommes? Si la réponse est oui, alors le projet mérite d’être analysé sous l’aspect de l’égalité des femmes et des hommes parce que l’impact du projet ou de l’action peut-être différente pour l’un ou l’autre sexe. Pour appuyer les communes dans leur travail, le ministère de l’Egalité des chances a développé des outils leur permettant de dresser un état des lieux de

MESSAGE

Message de Madame Françoise Hetto-Gaasch Pour la brochure du 20e anniversaire du Service à l’égalité des chances de la commune de Bettembourg


la situation des femmes et des hommes dans la commune et des infrastructures mises à la disposition de la population. Je fait également un rappel des instruments et réseaux développés par le Conseil national des femmes du Luxembourg et du guide initié par le Syvicol permettant aux communes de développer un plan d’action communal d’égalité des femmes et des hommes. Je suis particulièrement heureuse de pouvoir annoncer la décision du Gouvernement d’introduire une formation obligatoire sur la politique de l’égalité des femmes et des hommes à l’intention du personnel communal, acteur indispensable à la mise en œuvre de la politique. J’aimerais particulièrement féliciter la commune de Bettembourg d’avoir désigné dès 1989 une chargée de mission «Femmes et Famille» et d’avoir développé au fil des années 1990 – 2000 le premier service à la condition féminine, dénommé aujourd’hui «Service à l’égalité». L’exemple de Bettembourg fut suivi par les grandes communes de Luxembourg et a contribué à la mise en place de 2 services régionaux. Il m’importe de relever que ce service est l’organe consultatif par excellence du conseil communal en matière de politique d’égalité des femmes et des hommes. La population de Bettembourg en a certainement profité. Mes félicitations les plus sincères au collège des bourgmestre et échevins et au personnel du service.

Françoise Hetto-Gaasch Ministre de l’Egalité des chances

4


Quelles sont les origines du Service à la condition féminine qui a vu le jour il y a 20 ans? Pour cette réponse, il faut revenir en arrière. Une nouvelle génération s‘est saisie de l’héritage politique de la commune de Bettembourg, une génération pour laquelle les femmes jouaient un rôle plus important que précédemment. Une panoplie de nouveautés ont été discutées au cours des années avant leur arrivée au pouvoir. L’accent a été mis sur un certain nombre de sujets avec entre autres la création de la maison des jeunes ou encore le lancement de Beetebuerg Helleft, mais l’initiative pour le domaine de la condition des femmes nous semblait la plus difficile à réaliser. Pour Beetebuerg Helleft, des pionniers avaient fait le plus dur. En ce qui concerne la condition féminine, nous étions en train de défricher le terrain. Il s’agissait du premier service de ce genre dans tout le pays. Le ministère compétent n’existait pas encore et n‘a vu le jour que plus tard, suite à notre initiative locale.

ENTRETIEN

«Le service reste un soutien pour un grand nombre de femmes à travers le temps»

Quels étaient les réactions qui suivaient la création du service? Le nouveau service n’a pas déclenché que des réactions euphoriques. Dans les rangs de notre propre parti, les opinions étaient plutôt sceptiques. Les autres partis n’arrêtaient pas de poser des questions. On ne se trouvait pas en face d’une avenue praticable, mais d’un chemin boueux. Ce qui n’a pas évolué pendant des années. L’administration communale manquait également d’enthousiasme pour mettre en œuvre les mesures prises par le nouveau service. J’ai souvent dû monter au créneau pour que les mesures soient appliquées avec la motivation nécessaire pour sa réussite. Les années 1987/88/89 étaient un peu comme mai 1968 pour nous avec un recul de 20 ans, ce qui explique les nombreux anniversaires comme celui de la maison des jeunes, de Beetebuerg Helleft…

5


Quel était l‘intérêt de ce service? La première chargée de mission du service était issue du monde de l’enseignement, ce qui avait ses raisons à l’époque. Les femmes avaient des journées chargées en ce temps-là. Elles s‘occupaient du ménage et de leur famille, travaillaient et étaient chargées de l’éducation des enfants. La plupart d’entre elles a également soutenu leurs enfants en cas de difficultés scolaires. Le service était un endroit où les femmes pouvaient venir avec leurs problèmes et où des personnes les écoutaient. Pour aider toutes ces femmes, de nombreuses initiatives ont vu le jour au fil des ans. Il faut préciser, et c‘est important, que lors de la création du service, un sondage sur les besoins spécifiques des femmes de l’époque a été réalisé. La création de garderies, de crèches, d’aides aux devoirs a été lancée. Bettembourg a joué un rôle important pour l’avancement dans ces domaines, y compris à un niveau national. Le service m’a justement permis de réaliser toutes ces choses qui ont facilité l’organisation du quotidien des femmes. Les structures d’accueil au sein de la commune ont été dynamisées et connaissent une évolution constante.

Comment ont réagi les autres responsables politiques? A l‘échelle nationale, au début, de nombreuses voix se sont faites entendre. Elles disaient que j‘étais en train de perdre la tête. Ensuite, de nombreux responsables ont pris le même chemin dans leur commune. Beaucoup de femmes venant d’autres localités sont venues à Bettembourg en cas de besoin. Avec le temps, on s’habitue aux différentes réactions politiques. Le 8 mars, le jour de la journée internationale de la femme, était déjà à l’époque un grand événement. Au fil du temps, il est devenu de plus en plus difficile d‘instaurer de nouvelles compétences au sein du service et de prendre de nouveaux chemins. D‘abord, nous nous sommes surtout concentrés sur les structures d’accueil. En fait, nous avons organisé quelque chose qui avait un caractère national et non communal. Plus tard, c‘est le ministère qui a pris la relève. Cependant, les projets étaient bons pour notre commune et ont rapporté beaucoup. Avec le temps, les choses ont changé: ce qui a commencé

6


tout doucement sous l’appellation de service à la condition féminine est devenu ensuite plus politique avec un message plus clair. Les gens ont suivi cette évolution dans leurs têtes. Le plus important, c’est que le service reste un soutien pour un grand nombre de femmes à travers le temps. J’ai simplement regretté que les différentes activités et manifestations ont surtout attiré des femmes et que les hommes sont restés absents.

Comment le service a-t-il débuté sa mission? Le service n‘a d‘abord été lancé que quelques heures. Une institutrice, Maddy Mulheims, a été spécialement détachée. L’école, l’éducation, les structures d’accueil étaient les sujets principaux du service, qui est devenu plus émancipatif par la suite. C’est cette dynamique née sous l‘impulsion d‘Arlette Err et de Ginette Jones que le service a utilisé pour accomplir beaucoup de choses.

Vos souhaits pour le service pour les prochaines 20 années? Il n’y a pas d’autres collaborateurs dans une administration communale qui ont besoin du soutien absolu des responsables politiques que ceux du service en question. Le collège échevinal, tout comme le conseil communal, doivent s’engager pour faire respecter leurs décisions dans ce domaine. De plus, les chargés du service doivent avoir une vision flexible pour pouvoir constamment réinventer leur service. Après 20 ans, un nouveau sondage pourrait redéfinir les champs d’action du service. Suivi d’un atelier, ce sondage montrerait les besoins spécifiques chez les femmes et aussi chez les hommes puisque le service porte aujourd’hui le nom de Service à l’égalité des chances. En 1989, les gens étaient sceptiques en ce qui concerne ce service et pour la maison des jeunes. Si j’avais accepté tous les paris qu’on m‘a proposé à l’époque, je pourrais aujourd‘hui encaisser de gros gains. Lucien Lux est le Bourgmestre honoraire de la commune de Bettembourg et le Fondateur du 1er Service à l‘égalité au Luxembourg

7


8


Chères citoyennes, chers citoyens,

Au fil des années, la commune s’est rendue compte que le Service «femmes et famille» et postérieurement «Service à l’égalité entre femmes et hommes» était de plus en plus convoité par les citoyennes, faisant preuve que leurs besoins avaient évolué avec le temps. La commune de Bettembourg a donc reconnue ce changement de comportement et pris la décision de changer le nom du service et de le nommer en 2008 «Service à l‘égalité des chances». Le changement du nom a non seulement permis au service de poursuivre son but premier, mais également d’élargir son intervention dans les domaines des discriminations multiples quotidiennes. 2009 fût une autre année clé du service avec la signature de la Charte pour l’égalité des femmes et des hommes. Le 6 mars 2009, la commune de Bettembourg s’est engagée à mettre en place un plan d’action qui consiste entre autres à s’investir aussi dans les domaines des discriminations multiples et à lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes. Pour la commémoration de la Journée de la femme de cette année, le service a également organisé l’exposition «Portraits de femmes - (femmes de la commune de Bettembourg)» à la galerie Maggy Stein au Château de Bettembourg. Un grand nombre de citoyennes de la commune de Bettembourg furent invitées à poser pour un portrait afin de mettre en avant leur carrière professionnelle. Nombreuses étaient celles qui ont suivi cet appel et ce fut une excellente opportunité de mettre en valeur

PRÉFACE

Le Service à l‘égalité des chances de notre commune fêtera cette année son 20ème anniversaire. La commune de Bettembourg fût la première administration du pays à mettre en place un tel service, s’engageant pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

9


le rôle des femmes dans leurs métiers et de montrer l‘évolution au fil du temps dans le domaine professionnel. La commune espère pouvoir continuer sur ce chemin en faisant évoluer le service et en étant toujours prête à répondre aux besoins de ces citoyennes et citoyens. Je félicite donc toutes celles qui ont durant ces années contribuées au progrès de notre Service à l’égalité de chances et de la cause en général.

Roby BIWER Bourgmestre

10


La Commune de Bettembourg peut se réjouir avoir été la pionnière à mettre en place un Service à l’égalité. Il me tient ainsi à cœur de féliciter les défenseurs de l’idée du courage témoigné à l’époque et de leur persévérance.

PRÉFACE

Chères citoyennes, chers citoyens,

Nombreux sont les sujets abordés, les projets réalisés, les activités organisées, les services mis en place, innovateurs dans le temps, partiellement contestés, mais de nos jours composants indispensables de la vie sociale. Nous avons l’honneur de fêter cette année-ci le 20e anniversaire de cette initiative. Certes, le nom a changé plusieurs fois. Du «Service femmes et famille» lors du lancement était né le «Service à la condition féminine» lors d’un nouveau départ. Plus tard ce fût le «Service à l’égalité des chances entre femmes et hommes» qui finalement devenait en l’année 2008 le «Service à l’égalité des chances». L’arrière-pensée et la vision sont néanmoins encore présentes et justifiées. Rappelons à cet effet que l’objectif premier de l’initiative, il y a 20 ans, avait été de lutter contre les nombreuses discriminations entre les femmes et les hommes. Nos chargées de mission successives ont contribué à faire de la conviction locale une politique et à provoquer en la société des réactions, voire à développer un vrai esprit positif pour ce mouvement. Malheureusement la fin n’est encore atteinte. Avec la signature de la charte européenne pour l’égalité des femmes et hommes en mars dernier, respectivement avec le changement du nom en 2008 déjà, de nouvelles fonctions sont venues s’ajouter à la mission.

11


Ainsi il s’agit de mettre dorénavant également en place des actions contre les discriminations multiples, qui peuvent par exemple être des discriminations ethniques ou encore celles contre des personnes handicapées et reflétant toutes des inégalités à éliminer. Pour célébrer l‘anniversaire notre fier Service à l’égalité des chances a organisé, en collaboration avec la Commission à l’égalité entre femmes et hommes, plusieurs événements comme une exposition, un apéro-concert ou encore présente brochure. Il m’appartient de féliciter celles et ceux contribuant au succès des activités et du développement du service. Pour l’avenir j’aimerais souhaiter au service toutes chances à ce que lors de la prochaine échéance de date festive notre collectivité locale ne devra définitivement plus parler d’inégalités entre femmes et hommes.

12

Gaston Molling Échevin


A l’occasion du 20ième anniversaire du service, je tiens à féliciter M. Lucien Lux pour sa prévoyance, en fondant le premier Service à la condition féminine dans la commune de Bettembourg.

MESSAGE

Message de Madame Sylvie Jansa,

Cette brochure qui ne peut montrer qu‘un petit aperçu des multiples actions (aides aux femmes en détresse, informations, formations, conférences, spectacles etc.); organisées par les protagonistes du service, prouve néanmoins les besoins comme l‘acceptante de ce service dans notre commune. La position d‘avant-garde dans le domaine de l‘égalité des chances de notre commune, dans une vision à long terme, reste un défit et une chance d‘adaptation et de vision en permanence dans toutes les activités locales. Je fais entièrement confiance à Mme Semedo et Mme Stemper, comme au collège échevinal que leur travail et leur engagement continueront à porter des fruits et je m‘engage à les soutenir dans leur démarche future. Je remercie également les anciennes employées du service: Mme Mulheims, Mme Err, Mme Jones, pour leurs engagements et leur travail pionnier, fondement de béton qui a facilité à Mme Semedo et Mme Stemper l‘ouverture d‘un Service à la condition féminine vers le service actuel à l‘égalité des chances pour tous les habitants de Bettembourg. L’étroite et bonne collaboration entre service et commission, permettra comme dans le passé encore de nombreuses réalisations futures... Joyeux anniversaire

Sylvie Jansa Conseillière communal Présidente de la commission à l‘égalité entre femmes et hommes

13


14


Vingt ans après ma nomination par le conseil communal de Bettembourg au poste de chargée de mission «Femmes et Famille», je me permets de jeter un regard sur le passé et de faire en même temps quelques réflexions sur l’avenir. Née dans une famille de quatre enfants, un garçon et trois filles, dont j’étais la deuxième, j’ai connue une enfance et une jeunesse marquée par les rôles traditionnels attribués aux filles et garçons par la société du siècle dernier et notamment celle de notre pays. Le fait que mon frère serait le futur propriétaire de la ferme de mes parents était incontesté. Pour mes parents qui traitaient leurs enfants dans une optique d’égalité, il était pourtant important de garantir à nous, les filles, la possibilité de faire des études – chose plutôt exceptionnelle et extraordinaire dans les années 60 lorsque les filles de cultivateur furent mariées le plus souvent à des pairs.

TÉMOIGNAGE

L’égalité des femmes et des hommes

Cette socialisation différente entre frère et sœur ne fut à l’époque nullement mise en question de ma part. Je fus par contre vivement influencée par la vague de libération des années 68 et leurs répercussions sur le rôle des femmes et ceci surtout au «Lycée de Jeunes Filles» à Luxembourg, dans le système duquel la coéducation entre filles et garçons n’était pas encore pratiquée. Lors de notre mariage civil à Junglinster en 1973, le bourgmestre rendait mon futur mari et moi-même attentifs à un récent changement du code civil. En effet ce n’est qu’en 1972 que la législation accordait aux deux époux les mêmes droits et devoirs. Le bourgmestre nous conseillait en outre de régler notre patrimoine par un contrat qui prévoyait une séparation des biens. Le changement du rôle des femmes et des hommes liés par un mariage civil était bien en cours.

15


La portée du discours du responsable politique m’échappait et ce ne fut que récemment lors d’une réflexion sur l’influence des bourgmestres en matière de politique communale d’égalité des femmes et des hommes que j’en ai pris conscience. Je pense aujourd’hui que c’est mon engagement pour la justice sociale qui m’a fait accepter le poste de chargée de mission «Femmes et Famille». C’était le premier poste officiel en la matière dans le pays. J’avais refusé de faire le travail en tant que bénévole étant convaincue qu’un service communal devait avoir une assise dans les structures communales, comme tout autre service d’ailleurs. J’étais institutrice à Bettembourg et pour répondre à ma demande une décharge de quatre leçons d’enseignement me fut accordée pour débuter les travaux. L’objectif de ce premier service au Luxembourg était de donner une réponse politique aux besoins et problèmes des femmes et des familles habitant la commune. Les sujets étaient à l’époque les mêmes qu’aujourd’hui: la garde des enfants, l’encadrement des jeunes, les soins aux personnes âgées, les situations de divorce et de violence domestique. S’y ajoutaient, il faut le relever, le conseil à l’aménagement de la ville, des aires de jeux et des cours d’école. Bettembourg a offert en 1990 un service d’encadrement pour enfants avec garderie, cantine, aide aux devoirs à domicile et activités pendant les vacances scolaires, donc un premier modèle de «maison relais», modèle mis en place aujourd’hui par la plupart des communes. Je garde un souvenir assez mitigé des heures de consultation pour femmes. Ce service était perçu comme un service de renseignement pour les problèmes de relations privées et de couple, d’éducation des enfants, de réintégration professionnelle, de carrière professionnelle etc. Il était impossible de répondre à toutes les demandes. Le recours aux institutions locales, régionales et nationales était indispensable. Une remarque faite par Madame Jeanne Rouff, avocate générale, lors de la journée internationale de la femme célébrée à Bettembourg en 1994, avait interpellé l’audience présente. Vivement engagée pour les droits des femmes, Madame Rouff se heurtait au titre de la fonction «Femmes et Famille». D’après elle un tel titre ne faisait que renforcer le rôle traditionnel de la femme dans la famille et de responsable de la

16


famille, modèle de vie qui ne correspondait plus aux aspirations des jeunes femmes et qui déresponsabilisait les hommes de toute tâche domestique. Le débat engendré à l’époque est toujours d’actualité. Quelle politique faut-il mener? L’aide aux femmes ! Politique acceptée en général car son objectif est de répondre à des situations de détresse plus ou moins graves par des mesures palliatives. Secours, appui et aide de toute sorte qui certes contribuent à apaiser, voire résoudre des problèmes personnels et privés, aujourd’hui éléments indispensables de la politique communale. Personne ne le nie. Le coût financier est donc justifié. Etait-ce le meilleur stratagème politique pour mettre en place un service qui s’est développé au fil des années en service à la condition des femmes et puis en Service à l’égalité des chances entre femmes et hommes? Les appellations des services et des commissions communales consultatives en la matière diffèrent d’une commune à l’autre et les objectifs politiques poursuivis également. Malgré une certaine évolution, dans l’opinion publique l’offre de ce service se limite toujours aux femmes. Pourquoi cette réticence à donner à un tel service la désignation qui lui convient et qui répond à son objectif politique, à savoir «Service à l’égalité des femmes et des hommes»? Ce principe est d’ailleurs un droit fondamental ancré dans notre constitution. Est-ce que les responsables politiques ne veulent pas faire participer les hommes au changement de société? Question provocatrice! Est- ce que les hommes n’ont pas besoin des mêmes services de renseignement, de secours, d’aide et d’appui que les femmes? Ils sont en général confrontés au même titre que les femmes à des problèmes de la vie quotidienne, privée et professionnelle. A mon avis les attributions d’un Service à l’égalité des femmes et des hommes ne devraient pas être limitées à l’offre de mesures palliatives d’aide et de secours pour résoudre les problèmes générés par les structures de la société dont souffrent les femmes et les hommes, mais le service devrait être l’organe conseil du collège des bourgmestre et échevins en matière de politique d’égalité des femmes et des hommes. Ce serait mener une politique qui répond aux besoins des femmes et des hommes et qui garantit la participation égale des femmes et des hommes au développement de

17


la société, dans le présent cas au développement de la commune. Tel est le véritable défi de toute politique communale d’égalité des femmes et des hommes, citoyens et citoyennes de différentes nationalités et religions, d’âge différent. Cet objectif ne peut être atteint que si les actions politiques sont analysées quant à leur effet éventuellement différent sur l’un ou l’autre sexe. Toute infrastructure, notamment bâtiments d’école, piscine, centre sportif, aménagements de rues, rénovation des conduites d’eaux, sentiers pédestres, transports publiques, zones d’activité et commerciale et autres, a un effet sur les femmes et les hommes qui constituent la population. Les infrastructures influencent le bien-être de la population.  Les nouveaux quartiers résidentiels sont-ils reliés par des chemins protégés à l’école? Le nouveau bâtiment d’école offre-t-il une cantine scolaire? La maison relais est-elle ouverte pendant les vacances d’été? – Autant de questions importantes pour les parents!  Est-ce que la commune dispose d’un conseil d’enfants ou de jeunes, à composition paritaire entre les sexes, pour préparer les enfants et les filles et garçons au dialogue politique et à la participation politique à l’âge adulte.  Est-ce que les conseils communaux et les commissions consultatives communales analysent leurs travaux sous l’aspect du respect du principe de l’égalité des femmes et des hommes?  Est-ce que la politique de l’égalité des femmes et des hommes est intégrée dans le travail journalier de l’administration communale? Pour ce faire il faut un engagement politique fort ainsi qu’une mise à disposition de moyens et de connaissances nécessaires.

18


La politique communale d’égalité des femmes et des hommes donne une réponse aux besoins de la population, une réponse à l’émancipation des femmes et des hommes de leurs rôles traditionnels, une réponse aux changements de la société. L’inscription de la politique communale d’égalité des femmes et des hommes comme mission des communes dans la loi renforcera les initiatives politiques locales. Après vingt ans le progrès en matière de politique communale d’égalité des femmes et des hommes est incontestable. Le bien-fondé de cette politique n’est plus que rarement contesté. Cependant on ne peut pas parler d’acquis institutionnel. La vigilance, combinée à l’endurance et l’engagement, reste à l’ordre du jour pour garantir la continuation de la politique en question. Il faut bien sûr que les hommes et les femmes y participent à titre égal.

Maddy Mulheims Institutrice chargée de mission au Service „femmes et famille“

1ère

19


20


In den 10 Jahren wo wir im Service à l’Egalité zusammen arbeiteten, hatten wir die Gelegenheit einige Projekte auf den Weg zu bringen, die innovativ waren und zum Teil national eine Vorreiterrolle spielten. Unsere beruflichen Qualifikationen und Erfahrungen lieferten uns das notwendige Wissen um Projekte zu planen, zu implementieren und zu evaluieren. Ebenso wussten wir um die Hintergründe und Prozesse menschlichen Handelns als Individuen und in Gruppen. Das gemeinsame Analysieren von Lebenszusammenhängen der Zielgruppen erschliesst Terrains, auf denen fruchtbarer Nährboden brach liegt und beackert werden kann. Doch, werden wir etwas konkreter und erinnern an drei Projekte.

TÉMOIGNAGE

Innovation und Vorreiterrolle

In Bettemburg, wie übrigens in ganz Luxemburg, unterbrechen Mütter aus familiären Ursachen (Heirat, Kinder) ihre Berufstätigkeit. „Femmes rentrantes“ ist somit ein echt luxemburgisches Phänomen und in dem gleichen Masse nicht in anderen europäischen Ländern vorzufinden. In unserer wöchentlichen Permanence wurden wir damit konfrontiert, dass Berufsrückkehrerinnen gerne wieder arbeiten wollten, dass sie jedoch schnell feststellten, dass ihre beruflichen Kompetenzen überholt sind. Es wurde uns schnell klar, dass wir unser Angebote auf diese Bedürfnisse zuschneidern mussten. In Absprache mit den damaligen Verantwortlichen des Erwuesseneclub wurden die Räumlichkeiten genutzt um Weiterbildungsangebote zu organisieren. Viele interessante Menschen antworteten auf unsere Einladung als Referent-inn-en und stellten ihren Berufsalltag und Erfahrungen stellvertretend vor: die Geschäftsfrau aus dem Möbelhandel, die Finanzberaterin, die Kunsthausbetreibende, die Computertechnikerin. Einmal pro Monat fand ein solches Treffen statt und erlaubte den Frauen, in empathischer Atmosphäre professionelle Antworten auf ihre Fragen zu dem spezifischen Berufsalltag zu erhalten. In einer zweiten Phase nutzten wir ein europäisches Förderprogramm (Fonds Social Européen) um Computerkurse anzubieten. Das Echo war gross, die Kurse schnell besetzt, der Erfolg brachte uns ins Schwitzen und machte uns Lust

21


auf Mehr. Wir entwickelten eine 600 stündige Ausbildung für PC-Trainerinnen, die alle eine feste Arbeitsstelle erhielten. Wir produzierten eine CD „CV-Rom – Itinéraires vers l’Emploi“, die Hilfestellung bei der Arbeitssuche gibt und es erlaubt, einen persönlichen CV zu drucken. Im November 1997 stimmte der Gemeinderat einheitlich den ersten kommunalen Plan d’Actions Positives. Vorangegangen war eine akribische Bestandsaufnahme der Arbeitsplätze der Frauen und Männer im Dienst der Gemeinde. Ungleichheiten konnten erkannt werden, ein Massnahmenkatalog zu ihrer Behebung war Bestandteil dieses Plan d’Actions Positives. Der PAP wurde 2000 in New York bei der UNO im Rahmen des Rechenschaftsberichtes des zuständigen Ministeriums als Best practice vorgestellt. Damit Frauen und Männer beruhigt arbeiten und sich weiterbilden können, müssen sie die Möglichkeit haben auf ein gut ausgestattetes Kinderbetreuungsnetz zurück zu greifen. Wir haben dazu beigetragen dieses Angebot in Bettemburg auszubauen und dabei sehr grossen Wert auf Qualität, vor allem in Bezug auf die Qualifizierung der Fachkräfte, gelegt. Als drittes Projekt möchten wir daher die zwei Ausbildungen zu Tageseltern erwähnen (2000 und 2004). In 350 Stunden wurden die Teilnehmer-innen auf ihre neue Tätigkeit vorbereitet. Nationale und internationale Konferenzen sensibilisierten über die Qualitätssicherung im Bereich der Kinderbetreuung. Teilaspekte des Projektes finden sich in den heutigen nationalen Curricula wieder. Unter den verschiedenen Sensibilisierungskampagnen bei denen wir Themen behandelten wie die soziale Absicherung der Frauen, die politische Partizipation von Frauen oder die Einbeziehung der Frauen in die Stadtplanung, möchten wir hier die Kampagne von 2001 hervorheben, welche sich besonders an Männer richtete und eine partnerschaftlichere Arbeitsteilung in der Familie erzielte. Studien beweisen, dass wenn Väter sich unmittelbar nach der Geburt aktiv an der Kindererziehung beteiligen, sich das positiv auf die Entwicklung der Kinder auswirkt. Daher haben wir versucht Männer dazu zu ermutigen das ab 1999 in Luxemburg eingeführte Recht auf Congé Parental zu nutzen und sich in der Erziehung ihrer Babys zu engagieren. Viele Väter bestätigten uns, dass nicht nur ihre Kinder sondern auch

22


sie selbst sehr von der Elternzeit profitierten. Rückblickend können wir sagen, dass die 10 Jahre Arbeit im Service à l’égalité eine intensive, kreative Arbeitsphase waren und dass wir nachträglich eigentlich nicht viel anders machen würden. Wir haben gelernt, dass Gleichstellung sich nicht einfach von alleine einstellt. Gleichstellungsarbeit wird weiterhin gebraucht in der Gemeinde, und zwar nach innen wie nach aussen! Netzwerkarbeit, die wir mit der Initiierung des nationalen Netzes der kommunalen Gleichstellungsbeauftragten lancierten, ist dabei dringend notwendig!

Arlette Err Diplompsychologin

Ginette Jones Assistante sociale Schwerpunkt Travail social communautaire

23


24


Vingt ans se sont écoulés depuis que la Commune de Bettembourg a mis en place le premier service qui avait pour but de lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes.

PRÉFACE

20 ans pour l’égalité des chances

Le Service à l’égalité entre femmes et hommes de la commune de Bettembourg a développé dès 1989 ses missions dans différents domaines et a réalisé d’innombrables actions, œuvrant aussi bien au plan local que national et toujours pour l’égalité entre femmes et hommes. Nous sommes dès lors déjà depuis vingt ans en parfait accord avec la circulaire ministérielle récente du 5 juillet 2005, encourageant les communes à créer des services à l’égalité des femmes et des hommes et incitant leur fonctionnement en réseau. Information et accompagnement dans la recherche d’un emploi, mise à disposition d’une liste de baby-sitters et d’assistantes parentales qualifiées, renseignements sur la garde des enfants, consultations et soutien en cas de situation difficile, de violence, d’abus sexuel, de discriminations, ... telles ne sont que quelques domaines d’intervention que le Service à l’égalité des chances vous propose. Entre autres, le Service à l’égalité des chances organise des campagnes d‘information et de sensibilisation, des conférences, des séances d’information ainsi que des activités qui visent à éclaircir la perception du rôle des hommes et des femmes dans la société. Durant ces 20 ans, le Service à l’égalité a proposé plusieurs expositions qui resteront dans notre mémoire: Femmes de Bettembourg, Portraits de femmes; et toute une diversité d’activités ludiques toujours avec l’intention primaire de valoriser le rôle des femmes dans la société d’aujourd’hui, ainsi que de mettre en évidence l’importance du soutien des hommes dans cette lutte séculaire.

25


Promouvoir la lutte contre la discrimination, pour transmettre un message positif sur la diversité et développer des stratégies pour garantir le principe de la non-discrimination des groupes vulnérables fait aussi partie de notre objectif. Ceci est donc une proposition fondée sur des valeurs comme la diversité, l’intégration, la cohésion, telles qu’énoncées dans la Déclaration échevinale 2006-2011, et qui est de nature à enrichir notre désir de toujours mieux vivre ensemble. Si vous avez des questions, si vous avez besoin de renseignements, si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à nous contacter. Nous comptons sur vous pour marcher ensemble sur le chemin pour l’égalité des femmes, des hommes, de nous tous. Le Service à l’égalité est là pour vous. Depuis vingt ans!!!!

Deborah Semedo Sociologue

Lotti Stemper Journaliste

26


Bref aperçu dans l’histoire

LE SERVICE A L’EGALITE DE 1989 À 2009

27


28


SERVICE FEMMES ET FAMILLES

 Créé en février 1989 par décision du collège échevinal, le «Service femmes et famille» de Bettembourg est le premier service prenant en compte la dimension de l ’égalité entre femmes et hommes comme une mission de la politique communale  Étude sur la garde d’enfants dans la commune qui rend compte des besoins de modes de garde extrascolaires

1989-1994

1989-1994

 Création d’une cantine scolaire, introduction de l’aide aux devoirs et d’une garderie, mise en route du Erwuesseneclub au Centre Al Gemeng  À partir du 8 mars 1994 le service organise la Journée Internationale de la Femme autour d’un thème concernant les femmes  Poste occupé par une institutrice (6h à 20 h/semaine en 1994) pour mettre en route le service

publications:

«Fraën zu Lëtzebuerg»

5e anniversaire Service «femmes et famille»

29


30


SERVICE A LA CONDITION FEMININE Nouveau départ – nouvelle dénomination  La dimension de l’égalité des chances devient un sujet concernant les femmes et les hommes

publications:

«La sécurité sociale, un sujet qui concerne les femmes»

1995 -1996

1995

Brochure sur la campagne « D’Fra an hire Kierper »

1996

ACTIONS POSITIVES  Conscient de sa fonction d’instigateur d’une politique à l’égalité entre femmes et hommes au niveau de l’administration communale, le 8 mars est centré sur le thème «Actions positives dans les entreprises»  Une commission consultative à l’égalité des chances entre femmes et hommes est créée.  Première formation au Babysitting – création d’un réseau de baby-sitters Campagne sur «l’espace au féminin»

31


  

32



 

                                                                                                                                                               




EMPLOI ET FORMATION  Le conseil communal vote le plan d’actions positives proposé par le service  Mise en route du projet «Objectif Emploi» visant la réintégration professionnelle de femmes - (1997-1999 service assuré à 60 heures/semaine)  Le partage des responsabilités familiales entre femmes et hommes est un sujet prédominant

1997-1998

1997

publications:

Guide garde enfants (réédition annuelle)

Plan d’Actions Positives

1998

ENCOURAGER L’INNOVATION DANS LA FAMILLE ET AU TRAVAIL  Les efforts se concentrent sur le projet «Objectif Emploi»  Les activités s’adressent aux femmes rentrantes: Information, formation, élaboration de projets individuels, création du Centre Multimédia au Erwuesseneclub  Mise en route d’une formation pour «Formatrices en informatique»  Campagne de sensibilisation sur le comportement financier des femmes

publications:

«Compositrices du XXe siècle»

33


34


VALORISER ET INTEGRER LE POTENTIEL ECONOMIQUE DES FEMMES  Les actions de l’Objectif Emploi sont enracinées sur le plan local: Cours en informatique, Erwuesseneclub, Centre Multimédia  La formation «Formatrices en Informatique» crée un nouveau profil professionnel pour les femmes

1999-2000

1999

 Création du CD-Rom «CV-Rom Itinéraires vers l’Emploi», outil informatique s’adressant aux femmes rentrantes  Les mesures de garde pour enfants et les initiatives pour parents gardent une priorité

2000

DE NOUVELLES MODALITES DE GARDE POUR LES ENFANTS  La «Formation pour Parents de jour» valorise les compétences acquises pendant la pause familiale et crée des modalités de garde supplémentaires  Une des formatrices en informatique prend la relève pour l’organisation des cours en informatique et elle est responsable du Service informatique de l’administration commune

publications:

CD-Rom “CV-ROM Itinéraire vers l’Emploi”

35


36


IMPLIQUER LES PERES DANS L’EDUCATION DES ENFANTS

2001

2001

 Activités autour du Congé parental: informer, sensibiliser, encourager …  La conciliation des responsabilités familiales et professionnelles est un sujet qui concerne les femmes et les hommes

publications:

«Le congé parental» - rapport d’activités de la Journée Internationale de la Femme 2001 Affiche «Le Congé Parental Exposition itinérante sur le thème des «Pères au Congé Parental»

37


38


EDUCATION ET ORIENTATION PROFESSIONNELLE SENSIBLE AU GENRE  Le ministère de la Promotion féminine avait pris l‘initiative de décerner un prix aux communes de Bettembourg et de Sanem pour leur politique active en faveur des femmes.  Campagne de sensibilisation «Stark Meedercher – Stark Jongen» (octobre 2002 –avril 2003)

2002-2003

2002

 Travail et emploi: séminaires d’orientation et d’information

2003

EQUILIBRER LA REPRESENTATION DES FEMMES ET DES HOMMES dans les différents services et à tous les niveaux de la hiérarchie  Création de la Cellule Ressources Humaines  Depuis 2003 formation et encadrement des CAT’s et apprentis travaillant dans l’administration communale  Depuis 2003 la commune participe au Girlsday  Création du Réseau National des Chargées à l’Egalité entre femmes et hommes en collaboration avec le CNFL

publications: brochure «Femmes et Handicaps» - rapport d’activités de la Journée Interationale de la Femme 2003

39


40


POLITIQUE A L’EGALITE ENTRE FEMMES ET HOMMES

2004

2004

 Formation au Gender Mainstreaming pour les responsables communaux : le collège échevinal, le conseil communal, les membres des commissions consultatives  Reprise de la Formation pour parents de jour pour contribuer au développement du réseau local des structures de garde d’enfants (septembre 2004 - juillet 2005)

41


42


2005

2005

SERVICE A L’EGALITE ENTRE FEMMES ET HOMMES nouvelle dénomination  La circulaire du 5 juillet 2005 encourage et soutien la création de services à l’égalité entre femmes et hommes dans les communes  Formation au Gender Mainstreaming pour les fonctionnaires et employé-e-s de l’administration  Formation pour parents de jour: l’accent est mis sur la sensibilisation des décideurs et décideuses politiques par rapport au besoin de créer un statut pour parents de jour

publications: brochure «Travailler comme Parent de Jour» brochure «Le Rôle des Commune dans la Garde des Enfants»

43


44


POLITIQUE DU GENDERMAINSTREAMING A L’ADMINISTRATION COMMUNALE

2006

2006

 Continuation de l’implémentation du Plan d’Action Positives (réactualisation au 1.1.2006)  2e cycle de formation au Gender Mainstreaming pour les fonctionnaires et employé-e-s de l’administration et mise en pratique des projets GeM  Les mesures de garde pour enfants et la conciliation des responsabilités familiales restent des soucis majeurs

45


46


HOMMAGE AUX FEMMES BETTEMBOURGEOISES

2007

2007

 Réalisation de l’Exposition: Femmes de Bettembourg, avec la participation de 25 femmes artistes de la commune de Bettembourg  Table ronde: discussion sur les activités du Service à l’égalité  Séance d‘information: Fraen a Renten  Formation au Baby Sitting

47


48


2008

2008

SERVICE À L’ÉGALITE DES CHANCES nouvelle dénomination

 Élargissement du cadre d’intervention du Service à l’égalité des chances. Le Service à l’égalité s’occupe toujours de l’égalité des chances entre femmes et hommes tenant compte des discriminations multiples  Présentation du Festival du film féminin au Ciné Club Le Paris dans le cadre de la Journée Internationale de la femme 2008  Le rôle du père dans l’éducation des enfants. Organisation du weekend père – enfants, encadré par une équipe de pédagogues diplômés de l’association FREAC  Participation au projet «Raus aus dem Hamsterrad» en collaboration avec les Services à l’égalité de Sanem et de Dudelange  Conférence au sujet de l’éducation sensible au genre, donnée par Monsieur Gilbert Graf, enseignant, orienteur pour l’Action Locale pour Jeunes  Matinée de lecture pour les pères et leurs enfants par l’auteure luxembourgeoise Mireille Weiten-de Waha  Encadrement du stage d’une femme rentrante, étudiante en Bureautique au CNFPC

publications: Brochure «Pour l’égalité entre femmes et hommes avec le réseau des chargées à l’égalité, CNFL Réédition du «guide garde enfants»

49


50


20ième anniversaire du Service à l’égalité chances

2009

2009

 Le 6 mars 2009, la commune de Bettembourg procède à la signature de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes.  Réalisation de l’exposition itinérante: «Portraits de femmes». Une trentaine de portraits de femmes liées à la vie quotidienne de la commune de Bettembourg.  Organisation de plusieurs activités: Cour de Danse orientale, Weekend père enfant  Atelier de cuisine «un voyage autour du monde»

51


Service à l‘égalité des chances Bettembourg

OÙ NOUS TROUVER: Service à l’égalité des chances Bureau D 111 Château de Bettembourg 13, rue du Château B.P. 29 L-3201 BETTEMBOURG Tél. : +352 - 51 80 80 - 237 Fax : +352 - 51 80 80 - 601 egalite@bettembourg.lu

52


Le Service à l’égalité des chances, l’accueil et les activités que nous proposons ne sont pas exclusivement réservés aux habitants de la commune de Bettembourg

Comment peut-on vous aider? Le Service à l’égalité des chances accueille, informe, et oriente la population au sujet des questions liées à l’égalité des chances. Le Service à l‘égalité des chances s‘adresse à toutes les femmes et à tous les hommes ayant des questions, des problèmes, des suggestions, ou s‘intéressant à un sujet particulier. Le service offre aux personnes privées des informations et accompagnement dans les domaines suivants: -

emploi et marché de travail formations diverses vie de couple (divorce, violence domestique, tutelle des enfants…) famille (congé parental, nom patronymique) garde d‘enfants santé et 3e âge sécurité sociale consultations et soutien en cas de situation difficile (violence, abus sexuel, mobbing au travail...) comment devenir assistante parentale mise en contacts avec d‘autres services mise à disposition de documents et livres sur différents sujets concernant les femmes et jeunes femmes autres…

SERVICE À L‘ÉGALITÉ DES CHANCES

Horaires du service: Tous les jours de 8h00 à 12h30 Une permanence pour des consultations individuelles est assurée. Les rendez-vous peuvent être pris au service, par téléphone ou par email.


Sur le plan communal: - soumission de propositions et avis au collège échevinal et au conseil communal concernant la réalisation de l‘égalité entre femmes et hommes - mise en place et suivi du plan d’actions positives: sensibiliser tous les Services à l‘égalité des chances et veiller au respect de ce principe - coopération interne avec d‘autres organes et services communaux - développement des projets en vue de favoriser l‘implication des femmes dans la vie de société (garde d‘enfants, formations, « enpowerment » des femmes) - assurer et soutenir des projets qui font avancer l’égalité pour tous - organisation des campagnes d‘information et de sensibilisation - collecte d‘informations sur des sujets concernant l‘égalité entre femmes et hommes (adresses, brochures, textes législatifs, littérature) - contacts avec d‘autres communes dans le domaine de l‘égalité des chances entre femmes et hommes - renforcement des liens avec les acteurs nationaux et internationaux œuvrant dans le domaine de l’égalité des chances - organisation des formations dans divers domaines (cours pour baby-sitters, formations pour parents de jour, formations pour les femmes rentrantes …)

Sur le plan national

54

Les chargées de mission des Service à l’égalité des chances travaillent en réseau. Ce réseau, qui se réuni semestriellement encadré par le CNFL, Conseil National des Femmes du Luxembourg, a.s.b.l, organise des événements médiatiques et de formation, produit et diffuse des informations spécialisées, mène des campagnes de sensibilisation et se positionne par des recommandations. Il fournit également un travail de conseil en vue de l’institutionnalisation des organes communaux d’égalité entre femmes et hommes.


Service à l‘égalité des chances Bettembourg

VINGT ANS DÉJÀ

55


IMPRESSUM

Administration communale de Bettembourg / 2009 Responsables: Deborah Semedo et Lotti Stemper Photos: Archives Service à l‘égalité Textes: Service à l‘égalité des chances Exemplaires: 1000 Layout: Textes & Design, Soleuvre Imprimerie: Schlimé, Bertrange

66


Commune de Bettembourg – 20 ans pour l’égalité  

Commune de Bettembourg – 20 ans pour l’égalité

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you