Page 1


Sommaire

Préface M. le Bourgmestre Roby Biwer

3-4

Préface M. le Ministre Jean-Louis Schiltz

5-6

Interview avec M. le Ministre Lucien Lux

7-14

Historique «Beetebuerg Hëlleft»

15-24

Aide au Vietnam

25-32

Aids & Child

33-44

Kanner vu Constanta

45-56

Niños de la Tierra

57-64

Boutique Tiers Monde Bettembourg

65-68

TransFair Minka

69-74

Impressum © Commune de Bettembourg - 4 décembre 2008 Création Logo et layout brochure: Textes & Design Yasmine Hémès - Soleuvre Impression: Imprimerie Heintz - Pétange

2


«C'est un honneur» L'engagement de Beetebuerg Hëlleft touche un domaine pour lequel on s'investit avec enthousiasme. Le progrès, dû à l'engagement des ONG de Bettembourg, est bien visible sur place. C'est une motivation supplémentaire pour lancer chaque nouveau projet par notre association. Il y a tellement de misère dans le monde et nous sommes bien conscients que nos actions ne font que soulager l'énorme souffrance que tous ces gens et surtout les enfants ont à subir quotidiennement. Mais de voir que nous sommes capables d'aider qu'un tout petit peu est une énorme satisfaction. C'est un honneur pour nous d'aider les plus démunis. Aujourd'hui, Beetebuerg Hëlleft figure sur la liste des 84 ONG de développement luxembourgeoises agréées par le Ministère de la Coopération. Le Luxembourg a commencé tout modestement. Bettembourg était une des premières communes à se lancer sur cette voie. Ce qui a commencé par des aumônes est devenu une collaboration intense avec les gens sur place et plus tard une vraie coopération au développement avec des partenaires. Nous nous déplaçons régulièrement sur place avec une délégation, sur nos propres frais bien sûr, pour vérifier les avancements des différents projets. Les résultats constatés et la gratitude que les gens nous témoignent nous font chaud au cœur. D'autant plus que nous avons noué des liens d'amitiés avec beaucoup de personnes sur place. Nous sommes en contact tout au cours de l'année et ils nous tiennent au courant de tout ce qui se fait sur place. Cette belle collaboration porte ses fruits. Il y a quelques années, nous avons fait connaissance avec les Mapuche, qui se traduit littéralement par «Peuple de la Terre», qui désigne les communautés aborigènes de la zone centre-sud du Chili et de l'Argentine. Avec ce nouvel engagement, nous nous dirigeons vers ceux qui ont le plus besoin de notre aide. Cette aide permettra, nous l'espérons au moins, à conserver une identité culturelle en voie de disparition au Chili. Bien que notre pays cible était depuis nos débuts le Chili, nous venons en aide à d'autres populations qui ont tout perdu, suite à des catastrophes par exemple. Nous ne nous limitons pas seulement au Chili, mais nous laissons ouverte à l'avenir toute opportunité pour donner secours aux plus démunis. Il est de l'esprit de Beetebuerg Hëlleft d'aider des gens: c'est cette volonté qui a fait naître notre ONG et qui la tient en même temps en vie. Après 20 ans d'engagement, nous avons pu investir pas mal d'argent et nous avons eu pour la plupart de nos projets un important soutien financier de la part de l'Etat luxembourgeois.

3


Après 20 ans de Beetebuerg Hëlleft, nous pouvons raconter de belles histoires de gens qui avaient perdu le sourire face à leur situation sans issu, de gens qui ont retrouvé le sourire si ce n'était que pour un bref moment de gratitude envers Beetebuerg Hëlleft et toutes les personnes qui sont liées d'une façon ou d'une autre à cette ONG locale. L'honneur d'être le président de cette association est lié à une énorme satisfaction pour moi, je ne peux pas le répéter suffisamment. Notre 20ième anniversaire est l'occasion d'organiser une petite fête le 4 décembre 2008 au Château de Bettembourg, ensemble avec nos ONG membres, à savoir Niños de la Tierra, Aide au Vietnam, Aids & Child et Actioun Hëllef fir d'Kanner vu Constanta. Ce sera un moment fort d'un point de vue émotionnel. Ce sera l'occasion pour échanger de vieux souvenirs, regarder des photos mises à disposition par les différentes associations, et en même temps bâtir les fondements pour des projets à réaliser dans l'avenir. Merci à toutes celles et tous ceux qui ont participé d'une façon ou d'une autre à cette belle histoire de Beetebuerg Hëlleft qui dure maintenant depuis 20 ans. Roby BIWER, Bourgmestre Président de «Beetebuerg Hëlleft»

4


20 ans au service des plus démunis

Voilà 20 ans que l’association Beetebuerg Hëlleft a.s.b.l. s’engage en tant qu’organisation non gouvernementale (ONG) contre la misère et la pauvreté des populations défavorisées du Chili. Depuis la création de l’association en décembre 1988, ses membres s’engagent à venir en aide aux communautés mapuches défavorisées vivant dans des régions isolées des Andes, en s’investissant dans des projets focalisés sur les domaines de l’éducation, des services sociaux, de l’eau et de l’assainissement, du développement territorial durable et, plus récemment, des microcrédits. Depuis l’obtention de l’agrément en tant qu’organisation non gouvernementale de développement par le Ministère des Affaires étrangères en octobre 1997, l’association a pu profiter de l’appui de la Coopération luxembourgeoise pour la mise en oeuvre de ses projets. Cet appui lui a, nul doute, permis de renforcer ses actions sur le terrain et de consolider son expérience en matière de coopération au développement pour lutter efficacement contre la pauvreté.

5


Ainsi, en cette année d’anniversaire, je voudrais remercier l’association Beetebuerg Hëlleft a.s.b.l. et tous ses membres pour leur engagement continu en faveur des pays en développement. Je voudrais de même les féliciter pour la qualité de leurs interventions et formuler le souhait que leur initiative puisse servir d’inspiration à d’autres, surtout aux jeunes, pour qu’ils se joignent à notre combat de tous les jours contre la pauvreté dans le monde.

Jean-Louis SCHILTZ Ministre de la Coopération et de l'Action humanitaire

6


Interview avec Lucien Lux

7


«Les communes doivent s'engager davantage» Interview de Lucien Lux, ancien bourgmestre de Bettembourg, sur les débuts d'une ONG.

Comment est-ce que tout a commencé? Quand je repense à 1987, c'était une année d'élections communales. Le 1er janvier, nous avons pris les responsabilités à Bettembourg après avoir obtenu un résultat fracassant lors des élections. Avant, nous étions dans l'opposition et nous avons obtenu la majorité absolue pour la nouvelle législature. Bettembourg allait suivre, dorénavant, un nouveau chemin, marqué par quelques éléments forts. Après la déclaration échevinale, nous avons mis la main à la pâte. Nous avons lancé la création d'une maison de jeunes, et le premier service à la condition féminine du pays, ainsi que certaines initiatives d'occupation pour des gens sans

8


emploi. Dans cette même dynamique, nous étions intéressés à nous lancer dans un engagement au Tiers-monde. Dès le départ, nous avons eu beaucoup de contact avec l'association Chiles Kinder. Ils étaient très actifs. Nous avons également entretenu des relations personnelles avec leurs membres. Michel Schaack, le président, dirigeait le service scolaire de la commune. En 1988, un voyage était prévu au Chili. A l'époque, le dictateur Pinochet était toujours au pouvoir. J'ai eu l'idée que la commune devrait s'engager davantage, tout en se donnant une structure pour ce travail bénévole. Beetebuerg Hëlleft est devenu plus tard une asbl pour pouvoir profiter des subventions de l'Etat luxembourgeois. Pour chaque euro, l'Etat rajoute 2 euros. Quels sont vos premiers souvenirs? En 1988, une grande initiative a été lancée. Toutes les associations de la commune ont participé à cette action pour aider Sœur Karoline au Chili. Personnellement, cet engagement au Chili m'a inspiré et motivé en tant que politicien et en tant que socialiste. J'ai toujours eu, lorsque j'étais jeune, une photo du président chilien Salvador Allende dans ma chambre. C'est en cet été 1988 que tout a démarré. C'était une chose formidable. Toutes les associations se sont bougées pour récolter un million de LUF. La clôture de cette belle action a été faite au hall sportif qui était rempli de monde. C'était un peu l'heure de naissance de l'initiative Beetebuerg Hëlleft. Une commune qui s'était un peu endormie avec les années, a soudainement pris la conscience de vivre. Les fenêtres ont été grandes ouvertes et tout le monde pouvait venir avec ses idées. C'était notre volonté de propager un autre esprit dans toute la commune. C'était plus que réussi. Ce même soir, Bettembourg a dû faire face à une énorme inondation. Dans la route de Luxembourg, le pont près de la station Aral a été

9


refait par les Ponts et Chaussées. Pour pouvoir travailler sur le vieux pont, un nouveau pont provisoire a été construit juste à côté de l'ancien dans l'eau. Il pleuvait beaucoup toute la journée et cette construction s'est révélée être un barrage. Toute la localité jusqu'à la place de l'église était inondée. Pour éviter la catastrophe, nous avons dû détruire le pont encore pendant la nuit. On devait partir peu après cet incident au Chili. Le voyage était compromis. La place du bourgmestre était auprès de sa population. Finalement, tout s'est arrangé plus vite que prévu et nous sommes partis entre autres avec Michel Schaack pour la première fois là-bas, au Chili. Quels étaient vos premiers contacts avec le Chili? Le voyage nous a apporté tellement de choses. C'était surtout l'occasion pour relativiser les problèmes: c'était enrichissant. A notre retour, cela a été bien plus facile de faire la balance entre ce qui est vraiment important et ce qui ne l'est pas. Une administration communale a, bien sûr, ses devoirs et doit veiller au bon fonctionnement dans une ou plusieurs localités. Des petits dégâts comme des failles dans un trottoir doivent être réparées. Néanmoins, une commune peut apporter tellement plus à ses habitants. Il faut avoir de l'imagination. L'Etat est loin et pas vraiment accessible pour les citoyens. Une commune doit jouer le rôle de catalyseur au niveau culturel, social et humain. Une commune doit donner aux gens la possibilité de s'échanger sur une plateforme commune. L'initiative de Beetebuerg Hëlleft

10


a également apaisé les conflits entre les différents partis politiques de la commune et a réuni des personnes qui avant ne se parlaient guère. Même le curé-doyen s'y est engagé! Avant, les gens se disputaient souvent lors des réunions du conseil communal. Aujourd'hui, il y a toujours des discussions animées, mais elles sont constructives. Les membres du conseil communal s'entendent, malgré certaines divergences politiques. Cela a fait du bien à toute la commune. Quels étaient les autres points forts de cet engagement? Au début des années 1990, nous sommes partis une nouvelle fois au Chili. Nous avons eu l'occasion de visiter le bureau de Salvador Allende. C'était un moment très fort d'un point de vue émotionnel. On peut toujours voir les points d'impact des balles de l'époque du coup d'Etat en 1973. A ce moment, j'ai fait ma propre promesse de la Moneda (par allusion à Salvador Allende, président démocratiquement élu, qui a lutté jusqu'aux derniers instants dans le palais présidentiel en flammes, avant de trouver la mort dans son bureau, fidèle à sa promesse de ne sortir de la Moneda que «les pieds devants». Ce jour de deuil marque le début d'une dictature sanglante qui durera 17 ans, au cours de laquelle plus de 3.000 personnes mourront ou disparaîtront, et 30.000 autres seront violemment torturées). J'ai promis de faire tout mon


possible, dès mon retour, pour qu'une boutique Tiersmonde ouvre ses portes à Bettembourg. Elle est aujourd'hui située dans la Villa Jacquinot. D'autres communes du pays ont suivi notre voie. Chez nous, c'était toute une génération qui s'était mise ensemble. J'avais 31 ans à l'époque. Nous avons tous eu des souvenirs de mai 1968 et nous avons donné un nombre d'idées pour les réaliser par la suite. Le Chili était une de nos priorités, mais nous avons également soutenu d'autres initiatives.

12


Quelle importance avez-vous accordé dès le départ au suivi sur place? C'est très important. Ce n'est pas possible autrement. Il faut bien préciser que tous les voyages effectués ont été réalisés sur nos frais personnels. Cela valait la peine. Nous avons vu beaucoup de pauvreté, mais en même temps, nous avons rencontré une richesse énorme en humanité chez les gens. Nous avons fait la connaissance de jeunes gens qui ont obtenu de l'aide grâce à nos actions: nous avons pu les regarder dans les yeux. Ce qui était une motivation supplémentaire pour la suite. Nous étions reçus, entre autres, par des députés, des ministres. Nous étions les bienvenus sur place. Nous avons également appris à connaître le pays, c'était très enrichissant. Je peux dire que pendant ces 17 années à la tête de la commune, cette expérience fait parti des trois meilleures que j'ai faites. Ces expériences donnent la motivation pour attaquer les problèmes à la maison. Par mes voyages au Chili, j'ai appris à mieux pouvoir faire la hiérarchie de mes problèmes, mais on se rend compte également de l'étendu des problèmes qui existent dans le monde. On voit une pauvreté qui fait extrêmement mal, qui est une offense pour leur dignité.

13


Il vous reste encore du temps aujourd'hui pour vous engager? J'avais un agenda extrêmement chargé ces dernières quatre années. Le transport et l'environnement m'occupent beaucoup. Après 20 ans, certaines choses ont changé. L'euphorie du départ s'est apaisée. La routine s'est installée, aussi dans la vie de Beetebuerg Hëlleft. Néanmoins, le Chili et toute cette problématique restent importants pour quelqu'un qui se sent de gauche. Après tant d'années vécues sous l'influence du main streaming, l'Etat reprend à nouveau, en ces temps, son rôle de correcteur. Les Etats-Unis viennent de débloquer 700 milliards de dollars pour sauver leur système bancaire, ce qui est bien. Un effort identique pour combattre la faim dans le monde serait salutaire - pourquoi se fait-il attendre¨? Vos félicitations? Mes félicitations sont surtout tournées vers le Chili. Si tous ces jeunes que l'on a essayé d'aider ont pu vivre un peu mieux, c'est parfait. Nous-mêmes, nous avons tellement de chance avec nos conditions de vie qu'il faudrait dire merci tous les jours.

14


Historique «Beetebuerg Hëlleft»

15


Historique

Aujourd'hui Beetebuerg Hëlleft regroupe Niños de la Tierra, Aide au Vietnam, Hëllef fir d'Kanner vu Constanta et Aids & Child, mais Bettembourg a fait ses premiers pas en tant qu'initiative il y a plus de 20 ans. Le bourgmestre de l'époque, Lucien Lux, voulait tout mettre en œuvre pour que les habitants de Bettembourg, à travers leurs associations locales, s'engagent pour aider les plus démunis. Il a réussi le pari. «Ce n'était pas évident à l'époque, mais Lucien Lux voulait rassembler des gens sans distinction de leur couleur politique ou de leurs idéaux religieux. Il a réussi. Dès le départ, il s'entendait très bien avec le curédoyen. Une belle collaboration, pas appréciée par tout le monde, a vu le jour», raconte Michel Schaack, président de Niños de la Tierra, avec beaucoup de nostalgie et d'estime pour le premier président de Beetebuerg Hëlleft. Les résultats se sont fait sentir peu après. Des projets ont été lancés en Amérique du Sud, surtout en aide pour les enfants du Chili.

16


Régulièrement des délégations se sont rendues sur place, à leurs propres frais, pour voir l'avancement des travaux. «Beetebuerg Hëlleft» a été fondée avec la conviction que la politique communale représente plus que le simple travail administratif. Nous avons tous une responsabilité politique et morale vis-à-vis des gens qui ne font pas partie de notre société du bien-être. «Cette volonté s'est confirmée rapidement après les dix premières années», explique Lucien Lux lors du 10e anniversaire de Beetebuerg Hëlleft. «Dès le début, de nombreuses associations se sont engagées. Lors des activités beaucoup d'argent a été récolté. Un sentiment d'engagement commun pour la même cause se faisait ressentir dans toute la commune dans les années 80», ajoute Michel Schaack. Ce beau mouvement local a ouvert les portes pour de nombreuses autres initiatives comme par exemple en Roumanie, en Colombie, en Argentine. Les aides les plus importantes étaient néanmoins destinées aux quartiers pauvres de Santiago de Chili. Ainsi, ce n'était pas étonnant que le conseil communal ait opté pour un partenariat avec une commune chilienne. Ce partenariat fut signé en 1997 avec Huechuraba, la troisième commune la plus pauvre de la région de Santiago de Chili.

Chez Señor Manuel Painequeo, alcalde (bourgmestre) de Lumaco, l’un des rares bourgmestres mapuche

17


Cette commune a été créée en 1981, mais n'a été reconnue qu'en 1991 par le président Patricio Aylwin: Sofia Prats a été nommée bourgmestre de cette commune. Huechuraba a deux fois la taille de Bettembourg, mais compte quelque 70 000 habitants. Malheureusement, Sofia Prats a été évincée par une nouvelle bourgmestre de Huechuraba, membre du parti de l'ancien dictateur Pinochet et elle prône une politique purement néo-capitaliste sans respect des citoyens les plus démunis. Le conseil communal de Bettembourg a dès lors décidé de suspendre jusqu'à nouvel avis toute relation avec cette commune. Création de l'ONG Pour pouvoir agir encore plus efficacement sur place, et pour lancer davantage de projets en consentement avec les instances étatiques nationales, Beetebuerg Hëlleft s'est dotée de statuts et s'est ensuite constituée en 1997 en une association sans but lucratif. Le statut d'organisation non gouvernementale a été demandé et l'agrément a été décerné le 17 octobre 1997. Les projets de Beetebuerg Hëlleft ont pu, du coup, compter sur un cofinancement par l'Etat luxembourgeois. La plupart des projets sont cofinancés par le Ministère de la Coopération avec un taux de 200%, quelques projets spécifiques étaient et seront même cofinancés à 300%. Après des années, pendant lesquelles il s'est consacré à la coordination des projets, Roby Biwer a pris la relève et est devenu président de l'ONG. Ensemble avec

18


Visite de la fondation Cristo Vive, dont Sr Karoline est la présidente

un petit groupe de bénévoles, il s'occupe toujours de la gestion des projets, secondé par un comité intéressé et engagé. Le 20e anniversaire est maintenant l’occasion pour faire le bilan, et la publication de la présente brochure constitue un moment idéal pour rédiger brièvement les premiers pas de l'association et pour garder un souvenir de ce travail bénévole et humanitaire si important. Et pour redémarrer avec le même élan, l'asbl Beetebuerg Hëlleft se donnera un nouveau logo pour souligner qu'elle n'a nullement perdu son haleine. Les premiers projets en tant que ONG Depuis plus de 30 ans, Bettembourg a des contacts au Chili. Le Chili est un pays situé en Amérique du Sud et qui partage ses frontières avec le Pérou au nord, la Bolivie au nord-est et l'Argentine à l'est. Le Chili est très diversifié du point de vue de son paysage. Sur ses 4300 km de longueur, on trouve des déserts, des forêts, des montagnes couvertes de neige et la plus longue côte du monde. Quelque 16,5 millions de gens habitent au Chili. Un projet très important pour l'ONG était un projet de réinsertion professionnelle de femmes au chômage. Ce projet a été démarré en 1998 et a duré 13 mois. Ensuite, Beetebuerg Hëlleft a investi dans la construction d'une crèche à Huechuraba. Un établissement qui a pu accueillir six mois

19


plus tard 120 enfants permettant ainsi aux mères de suivre une formation professionnelle ou de reprendre le travail. Pour les jeunes, un projet de réinsertion scolaire s'est adressé à ceux qui pour une raison ou une autre ont dû quitter l'école avant leur diplôme de fin d'études. Encore un autre projet était lié à l'éducation environnementale. Cette petite sélection de projets montre bien la diversité des engagements de Beetebuerg Hëlleft. L'ONG s'engage dans des domaines très différents et cible des populations diverses. Ce partenariat a pris fin avec un changement politique important à la tête de la commune de Huechuraba. Les nouveaux projets proposés par les édiles locaux n'étaient plus dans l'esprit de Beetebuerg Hëlleft, qui essaie à travers ses actions de soutenir les plus démunis. Les Mapuche Beetebuerg Hëlleft a cherché un autre partenaire et a noué des contacts avec une ONG qui travaillait déjà à l'époque avec l'association Chiles Kinder. La Fondation pour le développement rural mapuche FUNDECAM est une des ONG les plus importantes de la région de l'Araucanie qui possède en outre une belle expérience de travail. Cette fondation est alors devenue le gestionnaire des projets lancés par Beetebuerg Hëlleft. Depuis 2006, FUNDECAM est soucieux d'améliorer davantage le modèle d'enseignement de l'école de Trañi-Trañi tout en modifiant le programme d'enseignement et en élaborant son propre projet éducatif.

20


Cet enseignement proposé par FUNDECAM contribue à valider des méthodologies et des stratégies pour un apprentissage efficace de la langue mapuche à partir de la sauvegarde d'espaces sociaux consacrés. Le dernier projet en date réalisé dans le cadre de l'entretien de l'établissement de Trañi Trañi (école interculturelle bilingue) était la construction d'une cour couverte. Ce projet représente un agrandissement de l'école par l'ajout de cette cour couverte réalisée en conformité des traditions mapuches (localisation et orientation vers le soleil levant). Un autre projet réalisé sur l'initiative de Beetebuerg Hëlleft, et cofinancé par l'Etat luxembourgeois, était la construction participative de petites stations de traitement des eaux usées, dans deux communautés mapuches des communes de Lumaco et de Melipeuco au Chili. Un projet d'insertion professionnelle de la jeunesse mapuche au sud du Chili a été également réalisé, tout comme une aide pour une production agricole des communautés mapuche de Curarrehue. Beetebuerg Hëlleft a également soutenu le projet de développement en autogestion de l'Association des femmes mapuches Foye Rayen Mapu. D'autres projets sont en préparation.

Réunion de «machis» (femmes au pouvoir médicinal)

Sur les routes des terres mapuches

Jeune femme mapuche avec son enfant

21


Jumelage Dans l'avenir, Beetebuerg Hëlleft a également prévu de lancer des projets de coopération en collaboration avec ses communes jumelées, Valpaços au Portugal et Flaibano en Italie. Cette initiative donnerait la possibilité à l'ONG de demander une participation financière de la part d'une instance européenne: le tout avec le résultat qu'une somme plus importante arriverait chez ceux qui en ont besoin. Cette idée se verra concrétiser probablement l'année prochaine pour l'anniversaire de jumelage de 10 et de 20 ans avec les deux communes en question. Slums à Huechuraba, Santiago de Chile

22


Projets en cours, réalisés au Chili avec la fondation FUNDECAM No.

Projet

BH/2002/001

Elargissement des possibilités d'insertion professionnelle pour les jeunes mapuches

119.733 Euro

Aide aux communautés mapuches de Curarrehue pour une production agricole durable

116.001 Euro

Renforcement de l'autogestion socio-environnementale des communautés mapuches

121.194 Euro

BH/2002/002 BH/2002/003 BH/2005/001 BH/2005/002 BH/2007/001 BH/2007/002

Coût des projets

Construction participative d'une station de traitement des eaux usées du secteur rural de Lumaco

6.355 Euro

Développement en autogestion avec l'Association des femmes mapuches Foye Rayen Mapu

97.422 Euro

Construction d'une cour couverte pour le centre d'éducation interculturelle bilingue Trañi Trañi Construction participative de petites stations de traitement des eaux usées dans deux communautés mapuches

4.000 Euro 14.790 Euro

BH/2008/001

Initiatives de développement territorial durable avec les communautés et les organisations mapuches du secteur rural de Toltén et Melipeuco 150.978 Euro

BH/2008/002

Programme de micro-crédits en faveur d'entreprises de production aux mains de 200 jeunes mapuches des communes de Nueva Toltén et Melipeuco

120.584 Euro

Sans no.

Acquisition d'instruments pour la pêche de fruits de mer

2.600 Euro

Sans no.

Clôture d'une partie de la forêt indigène pour protéger les plantes médicinales des mapuches

5.200 Euro

23


Beetebuerg Hëlleft 13, rue du Château L-3217 Bettembourg Comptes bancaires: CCPL: LU26 1111 0137 0124 0000 Conseil d'administration Roby BIWER, président Fernand HUBERTY, vice-président Liliane BALTHASAR-BENASSATI, vice-présidente Lucien LUX, président d'honneur Claudine WEBER, secrétaire Guy FRANTZEN, trésorier Adrien CINARELLI, membre Gusty GRAAS, membre Gérard HILTGEN, membre Marie-José KOHN-GOEDERT, membre Josée LORSCHE, membre Rose LUDWIG-BOHLER, membre Maggy MENNE, membre Christiane O'DONNELL-POMMERELL, membre Michel SCHAACK, membre Claire WEILER-RETTEL, membre Laurent ZEIMET, membre Dan KERSCH, réviseur de caisse Jos RUCKERT, réviseur de caisse

24


Aide au Vietnam

25


Aide au Vietnam

Bientôt 10 ans… 10 ans d'une merveilleuse aventure humaine. Aide au Vietnam (AAV), c'est un joyeux melting pot: Français, Luxembourgeois, Vietnamiens. Peu importe le lien qui les rattache à ce pays de mille couleurs, de mille rizières, il est vraiment là ce pont de générosité reliant deux cultures, deux pays. Animés par une soif de mieux comprendre l'autre, de lui tendre la main pour l'aider vraiment, intelligemment, les membres d'AAV se retroussent les manches, élaborent des demandes de financement, dessinent eux-mêmes les produits artisanaux, les font fabriquer au Vietnam pour les revendre ensuite, conçoivent des cartes de vœux, montent des stands, des expos photos même, se font connaître par tous les moyens, suivent les projets avec attention … et tout ceci avec une énergie et un enthousiasme indéfectibles.

26


Comment tout ceci a-t-il commencé? Il y a quelques années, voir 8 ans, une poignée d'amis décident de lever des fonds nécessaires pour des opérations ophtalmologiques… Cela aurait pu être une petite goutte d'eau dans l'océan, c'était mal connaître nos membres. Les projets, les idées arrivent, l'ASBL voit le jour. Aider les Vietnamiens devenait chaque jour davantage une évidence. Soutenir les populations en situation précaire, améliorer leurs conditions de vie, eh bien soit, allons-y! Et c'est essentiellement dans les actions humanitaires, les opérations éducatives (matériel et scolarisation), la santé communautaire et l'aide aux familles très pauvres (dans le sud du Vietnam), les projets économiques d'urgence (Tsunami en 2004, livraisons de semences de riz et engrais en 2007 suite aux inondations dans le centre du Vietnam) que nos membres se sentent prêts à renverser tous les obstacles … car l'aventure est concrète, humaine, terriblement humaine…

27


28


Derrière les dons, derrière les centaines de gens qui nous ont fait confiance, qui nous ont aidés financièrement et par leur temps, il y a des enfants qui peuvent aller à l'école (réhabilitation d'écoles maternelles dans les provinces de Quang Tri et de Hué , projet de coopération pour reconstruire une école dans le Delta du Mékong), il y a des cultivateurs qui peuvent semer, il y a des mal voyants qui retrouvent leurs facultés visuelles (région de Ho Chi Minh Ville), il y a des familles qui retrouvent une maison neuve (Projet Durian 2006) … et ces gens-là, nous les connaissons, nous suivons les projets avec eux, nous les impliquons concrètement, durablement (participation locale financière ou en heures de travail) et nous irons visiter, comme tous les ans, nos projets en novembre 2008. Cette magnifique aventure humaine, nous ne pourrions la vivre et la faire vivre, sans l'aide de personnes ou d'institutions généreuses, nos donateurs bien sûr, chaque personne qui achète nos produits artisanaux, mais aussi les institutionnels. Nous n'oublions pas non plus le soutien indéfectible de nos partenaires privés. Ces quelques pages, ces quelques photos ne suffiront pas à détailler nos projets mais vous donneront, nous l'espérons, l'envie d'en savoir plus, l'envie de nous aider pour que nous puissions aider les plus démunis… Il vous suffit d'un clic sur www.aideauvietnam.org, il vous suffit d'un regard attentif, d'un échange de paroles sur nos stands (dates annoncées sur le site), bien peu de chose en somme … et pourtant …

29


Les projets d'Aide au Vietnam en un coup d'oeil: Le champ d'action d'AAV couvre: • les actions humanitaires • les opérations éducatives • les projets de nature économique (sous certaines conditions)

30


Année de démarrage

Type de projet

Coût total

Financement AAV

2000

Opérations chirurgicales des yeux (région d'Ho-Chi-Minh Ville)

Euro 34.094

Euro 34.094 100 %

Equipement en matériel médical Centre ophtalmologique gratuit de Ho Chi Minh Ville

Euro 29.108

Euro 29.108 100 %

Reconstruction de 10 habitations Tempête «Durian 2006» (région d'Ho-Chi-Minh Ville)

Euro 7.175

Euro 1.500

20 %

Réhabilitation d'écoles maternelles (province de Quang Tri et région de Hué)

Euro 25.852

Euro 24.296

94 %

Programme "Education et Santé" (région d'Ho-Chi-Minh Ville)

Euro 177.044

Euro 44.261

25 %

Livraison de semences de riz et engrais (centre du Vietnam)

Euro 2.500

Euro 2.500

100%

TOTAL =

Euro 275.773

Euro 135.759

2002

2006

2006 2007 2007

%

31


Aide au Vietnam 113, rue J.F. Kennedy, L - 3249 BETTEMBOURG Tél.: +352 - 51 80 24 Fax: +352 - 26 74 75 17 GSM: +352 - 621 - 24 59 01 e-mail: info@aideauvietnam.org www.aideauvietnam.org

Comptes bancaires: FORTIS: IBAN LU13 0030 0808 6497 0000 (BGLLLULL) CCPL: IBAN LU83 1111 2406 0444 0000 (CCPLLULL)

Comité -

32

Maggy Menné, Présidente Raoul Backes, Président Honoraire Gérard Hiltgen, Vice-Président et Trésorier Alexandra Ewen-Collin, Secrétaire Hà Backes-Phan, Membre Xavier Heude, Membre Claude Kirsch, Membre Florence Kreb-Hiltgen, Membre Dr Ralph Quaring, Membre Marie-Paule Schott, Membre


Aids & Child

33


Aids & Child Siège social:

a.s.b.l.

42, route de Mondorf L-3260 Bettembourg

Aids & Child a.s.b.l est une association caritative, fondée en août 2001 pour soutenir les enfants les plus démunis et leurs familles, particulièrement ceux qui sont affectés par le virus VIH ou qui souffrent déjà du SIDA.

34


Historique Elle a été créée suite à un projet bénévole spontané de six mois, lancé par de multiples associations de Bettembourg, nommé «Beetebuerger AIDS-Hëllef 2000». Celui-ci se déroulait sous le patronage de l'administration communale pendant la période de juin à décembre 2000. Les dons récoltés se chiffraient à 900.000 LUF (22.500 Euro), lesquels ont été versés entièrement au bénéfice d'un enfant atteint par le virus VIH au Luxembourg. Après ce succès fantastique, les créateurs de ce projet se sont dits qu'il faudrait continuer sur ce chemin et le 1er août 2001 fut constitué Aids & Child Bettembourg a.s.b.l. Nous nous finançons seulement sur base de dons, lesquels sont utilisés au bénéfit des enfants, avec un minimum de frais administratifs. Lors de la journée mondiale du SIDA chaque 1er décembre, Aids & Child a.s.b.l essaie de sensibiliser les gens sur une soirée d'information ou lors d'une action sur la rue, pour que le thème ne soit pas oublié. De septembre 2004 jusqu'en juin 2005 Aids & Child a.s.b.l avait lancé une action de récolte de dons avec les ONG de Bettembourg «Chiles Kinder» et «Hëllef fir d'Kanner vu Constanta», laquelle nous a apporté des gains d'un total de 6.500 Euro. En 2005 nous avons commencé à soutenir des projets au Népal. Aids & Child a.s.b.l a participé à la construction d'une clinique pour enfants de la rue nommée «Asha», un projet de la croix rouge luxembourgeoise avec la ONGD-FNEL. La clinique se trouve à Pokhara, environ 200 km de Kathmandu.

35


Projets De 2006 à 2008 nous avons élaboré deux projets au Népal en coopération avec la ONGD-FNEL: 1. Projet 001 / 73 Coopération entre Aids & Child a.s.b.l. et ONGD/ FNEL Periode: 2007 - 2008 Intitulé de l'action: Encadrement d'enfants et de mères VIH/SIDA-positives. 3-4 x par année, des enfants VIH/SIDA-positives ou des enfants touchés indirectement par VIH/SIDA (Infection de la mère ou du père) sont invités avec leurs mères respectives (s'il y en a) ou avec des femmes dites «House Mothers» à un séjour (Workshop). Buts sont: de donner aux mères avec leurs enfants respectifs des connaissances fondamentales concernant l'infection VIH/SIDA, de donner des informations sur une alimentation saine et équilibrée, sur des règles d'hygiène, de santé et des premiers soins. Le niveau d'instruction des enfants et de leurs mères est un point très important. 60% de la population au Népal est analphabétique.

36


Les enfants et leurs mères reçoivent à Kakani (Kakani International Training Center) non seulement une éducation dans les connaissances décrites, mais ont aussi la possibilité d'apprendre quelques techniques de relaxation comme le Yoga, la méditation et des sports divers. Les mères sont informées comment elles peuvent, dans les limites de leurs possibilités, gagner un salaire propre. Elles pourraient apprendre à cultiver des légumes non-saisonniers, ainsi que de construire un four en glaise, le ICS (Improved Kitchen Stove), qui - en épargnant les ressources - a besoin de beaucoup moins de bois précieux que les fours traditionnels.

2. Projet 002 Intitulé de l'action: Participation aux frais d'hospitalisation (identification, traitement, hospitalisation, suivi) d'enfants handicapés à Banepa, Népal. Durée de l'action: 2 ans - de 2007 à 2008

37


Localisation exacte de l'action: Hospital and Rehabilitation Centre for Disabled Children (HRDC) Adhikari Gaon, Wards No 6, Ugratara-Janagal VDC, Banepa, Kavre District, Népal Bénéficiaires directs de l'action: Le projet concernera spécifiquement 20 enfants en 2 ans souffrant d'handicaps de toutes sortes suite à des brûlures (mais pas en urgence) et de malformations physiques (congénitales ou dues à l'arthrite), scoliosis, myelodysplasia. Au total, l'hôpital fait en moyenne 1.320 interventions chirurgicales par an dont 120 sont des cas d'handicaps physiques graves - la catégorie cible du projet. 10 enfants handicapés seront identifiés par an, afin de leur donner accès aux soins médicaux nécessaires et appropriés et de les suivre en réhabilitation pendant 2 ans.

38


Bénéficiaires indirects de l'action: Les familles de ces 20 enfants handicapés. Rôle des bénéficiaires: Les parents participent activement à la rééducation des enfants. L'hôpital a entre autres un service "Community-based Rehabilitation" qui forme les familles des handicapés en rééducation. Partenaire local: Friends of the Disabled (FOD)/HRDC, G.P.O. Box 6757, Kathmandu. FOD est reconnu par le gouvernement népalais comme ONG enregistrée au district de Kathmandu - no. de registre 130 / 049 / 050 (2049 / 05 / 29) et affiliée à SWC - no. d'affiliation 685 (2049 / 06 / 07). Responsable formel: M. Ashok K. Banskota, Président du FOD

39


Responsable de l'exécution: M. Krishna Bhattarai, Directeur de HRDC et HRDC même Viabilité de projet: Les matériaux et équipements orthopédiques qui sont dépassés par les enfants bénéficiaires initiales seront remis à HRDC et ce dernier va prêter ces équipements aux autres enfants. Les enfants qui ont dépassé les équipements par leurs tailles vont recevoir d'autres équipements plus adaptés. Projet de l'ONGD-FNEL en collaboration avec FOD (Friends of the Disabled), Aids & Child a.s.b.l. et cofinancé par le Grand-Duché de Luxembourg, Ministères des Affaires Etrangères et de l'Immigration, direction de la Coopération au Développement.

40


Buts Depuis 2001 Aids & Child a.s.b.l a apporté une réponse sans précédent à l'appel lancé à l'époque par «Beetebuerger AIDS-Hëllef 2000» sur le VIH/SIDA. C'est la preuve qu'une déclaration commune, quand elle est assortie d'engagements véritables, peut être suivie d'effets très concrets. Nos paroles de 2001 ne sont pas restées lettre morte. Nous ne pouvons pas pour autant nous reposer sur nos lauriers et croire que cette lancée nous mènera à l'éradication du VIH/SIDA. Tel n'est pas le cas. Le virus continue à nous prendre de vitesse. Il continue à progresser, avec des visages nouveaux, des visages de femmes et d'enfants surtout. Il continue à étendre son emprise meurtrière et fait, année sur année, des millions d'orphelins.

41


Nous devons donc redoubler d'efforts, si nous voulons avoir une chance d'arriver un jour à bout d'une maladie qui détruit bien plus que les seules personnes qui en décèdent. Nous devons consacrer encore davantage de fonds à la lutte contre le VIH/SIDA. Nous devons peser de tout notre poids pour pouvoir aller de l'avant de façon conséquente dans les années à venir. Cela s'appelle de la volonté, et cette volonté, il nous la faut à nous tous, pour pouvoir prétendre de manière crédible à une action de terrain efficace. Le combat que nous menons est un combat difficile. Mais ce n'est pas un combat perdu. Outre les efforts que nous devons continuer en matière de prévention, d'éducation, d'accès au traitement, de soins et de recherche, nous sommes confrontés aujourd'hui à des défis qui sont aussi parfois la conséquence de nos succès.

42


Seuls une action commune et un engagement renforcé peuvent donner des raisons d'espérer. Les efforts sont nécessaires de tous les côtés. Les pays touchés par l'épidémie doivent faire de la lutte contre le VIH/SIDA une de leurs premières priorités politiques. Le secteur privé, et notamment l'industrie pharmaceutique, devra assumer sa part de responsabilité. Là où ce n'est pas encore le cas, des médicaments doivent devenir disponibles en quantités suffisantes et à des prix abordables pour tous, sinon au besoin gratuit. La nécessaire augmentation des ressources n'est pas un vœu pieux. L'union européenne a récemment montré l'exemple, lorsqu'elle s'est engagée, toute entière, à consacrer d'ici 2015 0,7% de son RNB à la coopération au développement. Il ne s'agit pas là d'une promesse, plus ou moins vague, mais d'un engagement ferme et définitif. Il est évident que celui qui dit plus d'argent pour la coopération au développement, dit également nécessairement plus d'argent pour la lutte contre le VIH/SIDA. Personne de nous ne doute de sa propre bonne volonté. La pandémie du VIH/SIDA pourra être maîtrisée, si cette bonne volonté est transformée en actions concrètes. Le Luxembourg, qui avec 4 (quatre) autres pays consacre d'ores et déjà 0,7% de son RNB à la coopération au développement, continuera en tout cas d'être un partenaire fiable dans la lutte contre le VIH/SIDA.

3


Aids & Child

a.s.b.l.

Siège social: 42, route de Mondorf L-3260 Bettembourg

Internet/Mail E-mail: contact@aids-child.lu Site: www.aids-child.lu

Comptes bancaires: Dexia/BIL: Fortis: CCP:

IBAN LU20 0029 1727 4656 2000 IBAN LU77 0030 3714 4465 0000 IBAN LU16 1111 1742 4129 0000

Comité Président: Vice-Président: Secrétaire: Trésorier: Membres:

44

Adrien Cinarelli Dirk Schneider Christiane O'Donnell-Pommerell Alain Liltz Monique Breisch Aly Borschette Guy Frantzen Alain Palzer Astrid Turpel


Kanner vu Constanta

45


Actioun Hëllef fir d'Kanner vu Constanta L'aide de l'association en Roumanie se résume en 3 périodes bien distinctes. 1) 1990 à 1992. Période d'aide spontanée à des familles extrêmement démunies. Une poignée de Bettembourgeois, rejoints par des membres des amicales des anciennes guides, des anciens scouts, ainsi que des jeunes mamans, a envoyé 254 colis d'un poids total de 2.997 kg à ces familles. Les colis contenaient surtout des vivres de base ainsi que des vêtements. 2) 1992 à 1999. Lors de sa visite à Bettembourg, Mme. Lelia Radoi, professeur de Français à l'école Nr.22 de Constanta a su motiver ses amis de Bettembourg pour une action plus importante.

46


Le 4 février 1993, constitution de l'asbl «Actioun Hëllef fir d'Kanner vu Constanta». L'association se donne pour objet: • de proposer des projets de développement économique, social, technique et culturel en faveur de la Roumanie. • de fournir une aide directe ou indirecte à des organisations, institutions et habitants de ce pays, notamment aux enfants • de rassembler et de gérer des fonds et d'acquérir des biens meubles et immeubles utiles à l'action de l'association • de collaborer avec des organisations ou personnes qui poursuivent des buts semblables, ainsi qu'avec les autorités.

47


Rénovation des installations sanitaires. Envoi de 195 colis d'un poids total de 2.207 kg. Etant donné que les problèmes douaniers ainsi que les frais de transport ne faisaient qu'augmenter et qu'en même temps les aliments de base étaient disponibles en quantités suffisantes chez des grossistes et qu'il manquait à la population l'argent pour les acheter, l'association a décidé d'acheter dorénavant sur place pour ainsi contribuer à une meilleure marche de l'économie locale. Rénovation du plancher de la salle de gymnastique par un revêtement en caoutchouc, acheté à la firme roumaine, Rolast de Pitesti. Commande de 41 portes simples et 13 portes doubles, en bois, avec chambranles à 2 menuiseries de Constanta.

48


Achats auprès d'un fournisseur de Constanta de 11.000 kg de vivres de base (farine, sucre, pâtes, huiles, etc.) ainsi que de 900 kg de matériel scolaire (fardes, gommes, blocs-notes, crayons, etc.). Réfection d'une partie de la toiture de l'école en collaboration avec l'inspectorat et sous la surveillance d'un technicien. Nous estimons que l'école Nr. 22 a été soutenue et équipée de façon d'être à même de garantir soi-même l'instruction des enfants. Suite à cette estimation nous avons décidé d'orienter notre aide vers d'autres personnes nécessiteuses. 3) 1999 à 2008. Prise de contacte avec le Docteur, Madame Rodica Matusa, responsable du programme SIDA pédiatrique de la région de Constanta pour aider de notre côté les enfants atteints du sida, surtout les enfants abandonnés par leurs parents. Envoi de colis contenant des vêtements, jouets et matériel scolaire, par avion, pour les besoins des enfants de l'Hôpital municipal de Constanta. Achat à des fournisseurs de Constanta, d'oreillers, couettes, draps, anoraks, bottes, pantoufles, souliers, vivres (pommes de terre, carottes, oignons, haricots, céleris, choux, ail, pars-snips, sucre de vanille, etc.) et cadeaux de Noël.

49


Juin 2000, dernier convoi organisé par l'association, celui-ci en faveur de la section SIDA de l'Hôpital municipal de Constanta. Le chargement se composait de: couvertures, protèges-ressorts, alèzes, draps, housses couettes, taies, nappes, tabliers, chemises-OP, blouses-OP, pantalons-OP, vêtements-enfants jouets, (peluches, poupées) souliers, nettoie-tout, savon, poudrelessive, matériel scolaire, couverts en inox, gobelets, assiettes, vivres, ordinateurs, etc.

50


2001 Financement d'un robot de cuisine, d'un copieur «Xerox», de 11 appareils de climatisation «General Electric» pour la section SIDA pédiatrique de l'Hôpital Municipal. Achat de vivres sur place (pommes de terre, huiles, macaronis, etc) pour les enfants de la Casa Speranta. 18.09. Signature, à Kogalniceanu, d'un contrat de financement, avec l'association Speranta pour la construction de la «Casa Luxembourg», derrière la maison existante «Ashitanoie». 02.10. Commencement des travaux de construction de la «Casa Luxembourg». Financement d'une nouvelle installation de chauffage (chaudière, brûleur et boiler) pour les maisons «Ashitanoie» et «Luxembourg». Achat d'un aspirateur «Nilfisk» avec accessoires pour la Casa Speranta. 2002. 3 juillet Inauguration de la «Casa Luxembourg». Achat de matériel pour la «Casa Luxembourg» (tables, bancs, barbecue, verres etc.). Expédition, montage et mise en service d'une chaise opératoire pour le cabinet dentaire du Dr. Ionescu Ramona à Tuzla. Dans cette région de 40.000 habitants le seul cabinet dentaire devient opérationnel à la date du 25 septembre.

51


Financement de denrées alimentaires, de fuel de chauffage et de vêtements pour les enfants. 2003. Approbation et financement du projet éducatif «That's me» pour 45 enfants de 15 à 17 ans, séropositifs. L'éducation se fait dans les trois branches suivantes: a) Education sexuelle, par 2 éducateurs et 2 psychologues b) Alimentation, par un éducateur c) Jardinage, nettoyage et hygiène, par un éducateur. 05 avril: Visite de la «Casa Luxembourg» par le Premier-Ministre du Luxembourg, Monsieur JeanClaude Juncker et par le Ministre de la Coopération, de l'Action Humanitaire, Monsieur Charles Goerens, accompagnés par Monsieur Pol Kayser, Président de notre association et par une délégation luxembourgeoise de journalistes. 4 juillet: Fête du 10ème anniversaire de notre association. Financement de denrées alimentaires, de l'entretien des 2 maisons ainsi que de vêtements pour les enfants. 2004: Financement du projet éducatif «Me Myself», suite logique du projet «That's me». Forage d'un puits d'eau potable et raccordement des 2 maisons au système d'alimentation (pompes) du puits. Financement de denrées alimentaires pour les enfants et de l'entretien des 2 maisons ainsi que de fuel pour le chauffage.

52


2005: Financement de denrées alimentaires et l'entretien des 2 maisons. Financement du projet «Micro-Ferme», (Elevage d'animaux, cultiver les 3 ha. de terre afin de devenir autarcie), Construction d'un garage et de 3 abris pour les animaux. Achat d'un tracteur avec accessoires, financement par accréditif irrévocable. 2006: Notre partenaire de Constanta, l'association «SPERANTA» a été accréditée comme CENTRE DE FORMATION POUR UNE VIE INDEPENDANTE. Financement de denrées alimentaires, entretien des 2 maisons, fuel de chauffage ainsi que du projet «Micro-Ferme».

Approbation des plans pour la construction d'une nouvelle clôture autour de la propriété de l'association Speranta à Kogalniceanu. La construction de cette clôture est nécessaire afin de rendre plus difficile le vol d'animaux et de produits du jardin.

53


2007: Construction de la clôture et renouvellement de la toiture (charpente et couverture) de la maison «Ashitanoie». Financement de denrées alimentaires, de l'entretien des maisons, du projet «Micro-Ferme», d'une nouvelle pompe d'alimentation en eau des maisons.

54


2008: Adaptation du chauffage au gaz naturel (nouveau brûleur et appareillage de réglage ainsi qu'une nouvelle cheminée isolée en acier inoxydable). Financement du projet «Micro-Ferme», alimentation, entretien des maisons et combustible des 2 maisons. Financement du renouvellement de l'isolation de la terrasse de la Casa Speranta, de la remise en peinture des couloirs de la Casa Speranta, l'achat d'un copieur-imprimante-scanner «Xerox», l'installation de nouvelles robinetteries, l'achat de 6 matelas, de couvertures, de draps, de couettes, de matériel de bureau, etc. Somme investie depuis 1990: 545.997 Euro - Cofinancement par le Ministère des Affaires Etrangères à Luxembourg de la somme de 110.327 Euro. Nous remercions tous nos donateurs et bienfaiteurs de nous avoir soutenus tout au long des années écoulées.

55


Actioun Hëllef fir d'Kanner vu Constanta

14, rue Pierre Dupong L-3224 Bettembourg

Comptes bancaires: BCEE: IBAN LU30 0019 7300 1102 3000 BGLL: IBAN LU97 0030 5720 3055 0000

Membres du Conseil d'Administration Mme Liliane Balthasar-Benassati, Vice-Présidente M. Pierre Balthasar Mme Henriette Besch-Wagner Mme Christiane Jemming-Bruck M. Léopold Kayser, Président M. François Risch Mme Cornélia Tudor Mme Claire Weiler-Rettel, Présidente d'honneur M. André Weiler, sécrétaire - trésorier

56


Ni単os de la Tierra

57


Chiles Kinder

a.s.b.l.

Notre organisation Chiles Kinder asbl a été fondée officiellement en avril 1987, suite à une initiative du «Jugendchouer Beetebuerg» qui s'était engagé de 1976 à 1987 pour l'œuvre de Sœur Karoline Mayer dans les bidonvilles de Santiago de Chile. Volontiers, nous nous souvenons de l'année 1988. En effet les derniers mois de cette année ont été marqués par une vague de solidarité exceptionnelle de la société civile et associative de la commune de Bettembourg: partis politiques confondus, chrétiens ou non-croyants, tous ont suivi l'appel de l'Action Beetebuerg Hëlleft afin de soutenir les gens démunis des quartiers pauvres de Santiago.

58


L'actualité lui donne raison Quoiqu'au Chili la croissance économique soit de 5% , les fruits de la richesse n'en sont pas équitablement distribués. Le fossé entre riches et pauvres reste énorme! Depuis 20 ans, Chiles Kinder asbl, ONG reconnue par notre gouvernement, a réalisé au Chili une cinquantaine de projets dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'environnement de l'agriculture et de la culture dans les quartiers pauvres de Santiago de Chile, Curico, Molina, Petorca, Viña del Mar et chez les Indiens Mapuche en Araucanie près de Temuco. De même que Beetebuerg Hëlleft asbl, nous soutenons le combat du peuple Mapuche dans la défense de leur patrimoine et le respect de leurs droits. En effet, «les gens de la terre» continuent à résister aux multinationales d'exploitation forestière et hydroélectrique protestant ainsi contre la destruction aveugle de leur environnement, base de leur culture. Notre tout dernier projet (août 2008) donne ainsi un appui au développement durable à cinq communautés Mapuche Pehuenche de Cunco. Il s'agit d'améliorer leurs initiatives agro-écologiques tout en respectant leur culture, leurs formes d'organisation et leur cosmovision.

59


A Achupallas/Viña del Mar, nous sommes toujours partenaires de l'Ecole de Musique et des Arts (Epa) depuis sa création en 1986. Chaque année 200 enfants et adolescents démunis y sont inscrits. Il ne s'agit pas seulement de leur faire aimer la musique mais de développer en même temps leur personnalité en se basant sur la réalité socio-familiale. Leurs proches ainsi que la communauté en général profitent également de l'école vu les activités culturelles multiples organisées dans les différents quartiers pauvres d'Achupallas. En 2001 la BOLIVIE, pays le plus pauvre de l'Amérique du Sud, est devenue notre second pays cible. Pour le moment, la majorité de nos projets se situent dans ce pays. C'est pourquoi nous avons dû changer de dénomination: depuis juillet 2006, Chiles Kinder asbl s'appelle Niños de la Tierra asbl (anc.Chiles Kinder asbl).

60


En Bolivie, comme ailleurs dans le monde, les raisons essentielles de la pauvreté sont un manque d'éducation, une distribution inéquitable des ressources et des richesses naturelles, une inégalité frappante des habitants face à l'accès à la santé et à la prospérité socio-économique. Rester indifférents devant la pauvreté extrême qui touche tant d'innocents? Non! Aider à améliorer leur condition, s'ils le désirent? Oui! Notre engagement dans ce pays andin se concrétise • par des projets d'éducation pour enfants, jeunes et adultes (hauts plateaux de Sacaba et Tiquipaya dans la région de Cochabamba ainsi qu'à Potosi et El Alto/la Paz). • par la construction de trois centres de santé pour la population défavorisée des Andes; • par l'aménagement d'un système d'eau potable pour 400 personnes de haute montagne. Depuis qu'Evo Morales est président de la Bolivie nous constatons avec beaucoup de satisfaction un intérêt constant des responsables politiques pour les besoins des petites gens.

61


Pour financer nos projets nous pouvons compter sur l'appui de nombreux donateurs de toutes les régions du Grand-Duché et de la Commune de Bettembourg. Notons aussi que la plupart de nos projets sont cofinancés par notre gouvernement et que les dons virés à notre organisation sont déductibles des impôts. Notre bulletin d'information qui paraît 4 fois par an rend compte de nos réalisations en Amérique du Sud et de nos activités dans notre pays. De tout cœur nous remercions celles et ceux qui nous accompagnent sur notre chemin vers un monde plus équitable et plus humain.

62


Le 4 décembre de cette année Beetebuerg Hëlleft asbl fêtera ses vingt ans. Nos félicitations, chers amis, et nos sincères remerciements pour tous les services rendus à notre association. Ensemble aussi avec les autres organisations humanitaires locales nous continuerons à réclamer le droit à une vie décente pour chaque être humain sur cette terre. En Asie, en Amérique du Sud, dans les pays de l'Est mais aussi au Luxembourg. Continuons à rêver, à croire que l'amour aura le dernier mot. «Même si nous ne parvenons pas à (re)construire un monde solidaire dans les 20-25 années à venir, il y aura toujours des femmes et des hommes qui recommenceront et essayeront encore de le faire.» (Ricardo Petrella)

63


Niños de la Tierra

a.s.b.l.

20, rue de Champs L-3327 Crauthem Tél. 36 93 37 Fax: 36 61 51 E-mail: michelschaack@yahoo.de Compte bancaire: CCPL: LU75 1111 0897 7348 0000 Conseil d’administration de Ninos de la Terra a.s.b.l. (anc. Chiles Kinder a.s.b.l.)

64

Président/coordinateur: Vice-Président: Trésorier/chef de projets: Secrétaire: Membres:

Michel Schaack Marco Hoffmann Jean-Paul Hammerel Gaby Stoos Noëlle et John Hengen-Enders, Stéphanie Empain Lydie Hoffmann, Marie-José et Marcel Kohn-Goedert Fernande Schaack-Rasquin Yvette et Claude Schweich-Lux Gaby Wewer

Collaborateur/trices:

Brigitte Chillon Ruth Hoffmann-Mühlpfordt Rose Ludwig-Bohler Tania et Guy Mangen-Carier Diane Catani (Santiago de Chile) Sophie Hoffmann Catherine Majerus (Schoos) Pascale Engel


Boutique Tiers Monde Bettembourg TransFair Minka

65


Boutique Tiers Monde Pour un monde plus juste La BOUTIQUE DU MONDE de Bettembourg, mieux connue sous le nom de BOUTIQUE TIERS MONDE, a ouvert ses portes en novembre 1993. Elle est née d'une promesse que Lucien Lux, alors bourgmestre de Bettembourg, a faite à l'ONG Niños de la Tierra (anc. Chiles Kinder asbl) lors d'une visite au Chili en 1991. La gérance de la boutique est liée à celle de la maison-mère de Luxembourg. Nous nous sentons heureux de pouvoir disposer gratuitement de deux jolis locaux situés dans la Villa Jacquinot. Un grand merci à la Commune qui subvient à tous les frais s'y rapportant. Dans notre boutique on trouve une grande sélection de produits alimentaires et artisanaux de nos partenaires du commerce juste et équitable. Café, thé, chocolat, jus de fruits, sucre, riz, miel, épices, mais aussi cosmétiques, laine et coton sont autant de produits que nous vendons. Une bonne vingtaine de bénévoles veillent au bon fonctionnement de notre magasin et s'engagent dans d'autres activités de relations publiques: bazars, petits déjeuners Fair-Trade… Elles prennent aussi soin de la vente de livres second hand dont le bénéfice est destiné à un projet éducatif chez les Indiens Mapuche du Chili. Venez découvrir notre boutique. Aidez-nous à rendre le monde plus juste!

66


Boutique Tiers-Monde 42, rte de Mondorf L- 3260 Bettembourg Tél.: 51 27 95 Heures d'ouverture:

du mercredi au vendredi de 14 à 18 heures et le samedi de 9 à 12 heures

67


Les boutiques du monde: Autre modèle de développement pour le commerce. En général, commerce veut dire concurrence, faire le plus grand bénéfice aux dépens surtout des producteurs du Sud, souvent exploités au maximum. Les B.T.M. refusent les lois du marché traditionnel. Elles assurent une juste rémunération aux petits producteurs en Asie, Afrique, Amérique du Sud en leur offrant des débouchés dans le Nord et surtout un prix garanti audelà des fluctuations boursières. Cela concerne surtout les denrées alimentaires. Les B.T.M. restent pour le moment le seul point de vente de commerce équitable pour l'artisanat. Mais grâce aux initiatives de Transfair/Fairtrade, le café, le thé, le chocolat, le miel, le jus d'oranges, le riz, le sucre et quelques sortes de fruits ont été labélisés et ont trouvé leur place dans les grandes surfaces. Aujourd'hui plus de 350 coopératives de 46 pays du Sud profitent du commerce équitable. Ainsi 800.000 petits producteurs et leur famille, soit à peu près 5 millions de personnes, peuvent vivre décemment et investir dans de meilleurs logements, des hôpitaux, des écoles, des ateliers… Quoique les consommateurs soient de plus en plus sensibilisés par la cause du commerce équitable, celuici ne représente qu'une petite partie des échanges mondiaux. Il faut donc encore plus de sensibilisation des consommateurs et plus de pression sur les entreprises et les dirigeants politiques. Espérons que le commerce équitable sera bientôt autre chose qu'un marché marginal et qu'un jour ses services seront superflus. F. Sch-R.

68


TransFair Minka

15 Jahre TRANSFAIR-MINKA: Aufbruch aus der Nische "Machen Sie sich keine Illusionen, dass auch nur ein Mensch von sich aus bereit ist, etwas mehr Geld für einen Kaffee zu zahlen, wenn direkt daneben billigere Kaffees stehen." So der Leiter eines Supermarktes, als er vor fünfzehn Jahren angesprochen wurde, Fairtrade Kaffee in sein Angebot aufzunehmen. Es kommt meistens anders als man denkt. In Zusammenarbeit mit dem Verein "Fraen a Mammen" fand eine Informationsveranstaltung statt - mit Geschmacksprobe. Die Teilnehmerinnen waren begeistert und wurden beim Leiter des Supermarktes vorstellig. Der Rest lief dann wie von selbst. Noch heute führt dieser Supermarkt den Kaffee. Was Anfang der neunziger Jahre in drei kleinen Weltläden in Ettelbrück, Luxemburg Stadt und Esch/Alzette mit "stolzen" zwei Tonnen Kaffee angefangen hat, ist heute nach anderthalb Jahrzehnten auf dem Weg aus der Nische heraus: Fair Trade. Fairtrade kommt weltweit 1,5 Millionen Produzenten zugute Dem Kaffee, dem fair gehandelten Produkt ‚par excellence' sind viele andere Produkte gefolgt, die heute fast überall in mehr als 160 Verkaufsstellen erhältlich sind. Beim Kaffee wurde im vergangenen Jahr die 100 Tonnen "Grenze" durchbrochen mit einem Marktanteil von 4% - Tendenz steigend im Jubiläumsjahr 2008.

69


Vom ersten Frischobst mit erheblichen Logistikanforderungen über den "Non food"-Bereich bis zur Förderung eines weiteren Labels: die entsprechenden Produkte wie Bananen, Fußbälle und 'Rugmark-Teppiche ohne ausbeuterische Kinderarbeit' standen immer im Zeichen einer stetigen Produkterweiterung zum Nutzen neuer Produzentengruppen im Süden. Die Produktvielfalt ist mittlerweile auf ein Angebot von etwa 50 verschiedenen Produktarten angestiegen, vom Multivitaminsaft über Kosmetika bis zu Badetüchern.

70


Dabei hat sich die Banane, ehemaliges Kolonialprodukt und erstes faires Frischeprodukt, in Kombination mit dem Biosiegel, zum führenden Verkaufsschlager des fairen Handels entwickelt mit einem beachtlichen Marktanteil von 7,3%. Innerhalb der EU liegt Luxemburg damit beim Pro-Kopf-Verbrauch von fairen Produkten an der überaus respektablen 3. Stelle. Im vergangenen Jahr ist der Faire Handel weltweit um 48% gegenüber dem Vorjahr gestiegen und kommt über 1,5 Millionen Produzenten und Arbeitern in 57 Ländern des Südens unmittelbar zugute. Produzenten immer im Blickfeld Um die Anonymität des Weltmarktes zu überwinden und zu verdeutlichen, dass hinter den Produkten, die wir tagtäglich konsumieren, oft harte Lebensund Arbeitsbedingungen von Menschen im Süden stehen, sind immer wieder Vertreter der Produzenten mit dabei, wenn neue Produkte vorgestellt werden, beim Kaffee war es z.B. Juan C. Piedra aus Costa Rica und beim Tee Ranjit Gunasekera aus Sri Lanka. "Kommt das Geld bei den Produzenten an?" auch diese Frage steht immer wieder im Vordergrund. So wurden in den vergangenen Jahren zwei Reisen mit Vertretern der Presse und interessierten Partnern aus Handel und Zivilgesellschaft organisiert: die Teilnehmer besuchten Produzenten und konnten sich vor Ort überzeugen, wie der Faire Handel funktioniert.

71


In den entlegenen Dörfern von San Marcos (Guatemala) und Montero (Peru) wurden so Brücken zwischen Nord und Süd geschlagen. Politische Lobby- und Bildungsarbeit "Schokolade ist nicht das Produkt von glücklichen violetten Kühen auf Alpenwiesen. Nein, das wichtigste daran sind die Kakaobohnen und die werden leider nicht immer unter werbewirksamen Anbaubedingungen produziert." So hieß es 1996 mit einem sozialkritischen Unterton, als der faire Handel seine Schokoladenseite hierzulande bekam. Nur vier Jahre später wurde auf Druck der Schokoladenkonzerne im Europäischen Parlament eine Richtlinie verabschiedet, die es seitdem erlaubt, der Schokolade andere billigere pflanzliche Fette hinzuzufügen. Die Kaffeekrise im Jahr 2002 bescherte den Produzenten nicht nur einen Preistiefstand, sondern war mit einer Entwicklungskatastrophe gepaart. Gemeinsam mit Oxfam, anderen Partnerorganisationen und den Konsumenten machte TRANSFAIR-MINKA Druck auf Politik und Konzerne, um eine "globale Lösung für eine globale Krise" herbeizuführen. Mit der "Coopération Luxembourgeoise" fanden dann entsprechende Kampagnen wie die "Quinzaine du Chocolat" oder "Campagne Solidarité Café" statt, die für alternative Ansätze im alltäglichen Konsum sensibilisierten. Bildungsarbeit in den Schulen, pädagogische Projekte und Foren zu Produkten wie Kaffee oder Baumwolle sensibilisieren vor allem auch die jüngere Generation für ein Plus an Gerechtigkeit im alltäglichen Einkauf. So auch Santiago P. Lopez von Cepicafé (Peru) auf dem "Fair Trade Weekend" der Privatschule Fieldgen:

72


"Wenn ihr eine Tasse Kaffee aus fairem Handel trinkt, so könnt ihr die Welt ein Stückchen verändern." "Ausgezeichnet" für das Konzept und die Qualität Konzept und Qualität im Fairen Handel stimmen nicht nur, sondern vermögen auch zu überzeugen. Der internationale König-Baudouin-Preis für Entwicklung 2002 ging an die TransFair-Dachorganisation Fairtrade Labelling Organizations (FLO) und ihre Mitgliedsorganisationen "für die Pionierarbeit die geleistet wurde damit benachteiligte Kleinbauern die Chance erhalten, sich direkt und zu fairen Handelskonditionen am internationalen Handel zu beteiligen." Auch die Qualität der Produkte stimmt. Die beiden Jubiläumsschokoladen zu "15 Jahre TransFair", die mit Illustrationen von den zwei luxemburgischen Künstlern Danielle Grosbusch und Marc Angel versehen sind, stammen aus der Produktion des Gewinners des "Euro Chocolate Award 2006" Josef Zotter der in seinen 150 handgeschöpften Schokoladenkreationen exklusiv auf "Bio&Fair" setzt.

73


Herausforderungen an den Fairen Handel und die Politik für die Zukunft Der faire Handel ist in den kommenden Jahren gefordert. In manchen europäischen Ländern wurden bereits erste Kontakte geknüpft und Kooperationen zwischen Fairtrade Organisationen und multinationalen Unternehmen wurden in die Wege geleitet. Solche Schritte bergen gleichermaßen Risiken und Chancen: Wird hier der Fairtrade Ansatz nur als soziales Feigenblatt gebraucht, geht es dem Unternehmen etwa um die Nutzung von neuen Marktnischen oder das Aufpolieren eines angeschlagenen Images? Oder können solche Kooperationsmodelle ernst zu nehmende Anzeichen für die Wahrnehmung einer sozialen Verantwortung sein? Auch die Politik ist im Hinblick auf die Wahlen 2009 gefordert, endlich für eine Kohärenz zwischen der staatlichen Entwicklungshilfe und dem Bereich der öffentlichen Ausschreibungen zu sorgen. Damit die Spreu vom Weizen getrennt wird, muss auf diese Fragen in möglichst naher Zukunft eine Antwort gefunden werden, am besten in Zusammenarbeit mit den betroffenen Menschen im Süden. Dann ermöglichen sie auch hierzulande dem Einzelnen mit seinem Einkaufskorb etwas Sinnvolles zu tun - für die Produzenten im Süden, für eine nachhaltige Wirtschaft und nicht zuletzt für den eigenen guten Geschmack.

74


13, rue du Château • L-3217 Bettembourg

Beetebuerg hëlleft  

Brochure éditée à l'occasion du 20ième anniversaire de "Beetebuerg hëlleft"

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you