Page 1

l’académie à l’écoute des enseignants

■ L’académie de Besançon souhaite accompagner le mieux possible les enseignants dans leurs différentes missions par la prise en compte : — des besoins du corps professoral œuvrant pour la réussite des

Dans le cadre de la politique d’insertion des personnes handicapées, l’Éducation nationale a mis en place un dispositif géré par chaque rectorat au travers de : - un correspondant handicap Pour l’académie, c’est l’assistante sociale du rectorat qui aide au montage des dossiers, à la demande de financements et accompagne les personnes concernées dans leurs démarches administratives pour l’aménagement de leur poste de travail, leur reconversion professionnelle, etc. - l’aménagement du poste de travail Le service de l’action sociale gère les demandes transmises par le correspondant handicap. Le dossier est accompagné d’une étude du poste de travail effectuée soit par le médecin de prévention de l’académie soit par un ergonome. En 2005, sept dossiers, dont trois d’enseignants, ont été pris en charge pour l’aménagement du poste de travail, pour un montant total de 31 360 euros.

accompagner les professeurs dans leur mission ■ information et accueil

des nouveaux enseignants ■ dans le second degré Depuis deux ans, l’académie de Besançon organise à la rentrée une journée de bienvenue pour les nouveaux enseignants. Plus de 300 professeurs chaque année découvrent ainsi le fonctionnement de l’académie, des services administratifs et les priorités éducatives régionales. Il s’agit d’un axe prioritaire de la direction des ressources humaines. Un accompagnement spécifique est prévu par la loi pour les enseignants titulaires de première et deuxième année. L’académie a choisi de proposer aux titulaires de première année un stage de découverte du patrimoine de proximité avec le service d’action culturelle. Quelle que soit la discipline, ce stage met en relation pendant une journée les programmes et le patrimoine à travers la visite d’un site culturel comme la Saline royale d’Arc-et-Senans ou le Fonds régional d’art contemporain. Les professeurs sont ainsi invités dès le départ à connaître les possibilités de travail transversal avec d’autres disciplines, notam-

1

ment artistiques, et avec les partenaires culturels. À ces nouveaux titulaires ainsi qu’à ceux de deuxième année, des stages d’échanges de pratiques sont proposés, axés également sur la transversalité en abordant des thèmes tels que la gestion de la classe ou l’évaluation. Les conférences du mercredi après-midi organisées par la division de la formation (DIFOR) avec l’IUFM s’adressent particulièrement à ces publics. Abordant des thèmes très divers comme les discriminations, l’internet, etc., ces conférences enrichissent la réflexion sur les pratiques pédagogiques menées dans les stages de formation proposés aux enseignants.

■ dans le premier degré Tous les professeurs des écoles titulaires de première année sont accueillis dès la rentrée scolaire par l’inspecteur d’académie, les inspecteurs de l’Éducation nationale, les conseillers pédagogiques et les services administratifs. Un suivi de formation pour les titulaires de première et deuxième année est organisé systématiquement par les inspections académiques. Les titulaires de première année bénéficient d’un

VIE DE L’ACADÉMIE

permettre aux enseignants en situation de handicap de travailler dans des conditions adaptées

le déroulement des carrières.

février-mars 2006 N o21

— des attentes individuelles dans

les dossiers de l’académie et de ses partenaires

élèves


suivi individualisé effectué par un conseiller pédagogique de leur circonscription ou un conseiller départemental pour les arts visuels, l’éducation musicale et l’éducation physique et sportive. Chacun bénéficie de trois à quatre visites en classe et d’un entretien. Les titulaires de deuxième année sont visités au moins une fois par le conseiller pédagogique. Ce suivi est préalable à l'inspection individuelle qui n'intervient que la deuxième année après la première prise de fonctions. Les personnels enseignants non titulaires du second degré sont également accompagnés par des actions de formation spécifiques, en particulier sur la lecture des programmes et les démarches pédagogiques. Ces enseignants sont visités prioritairement par les professeurs chargés de l’aide à l’inspecteur.

■ une institution à l’écoute ■ Face aux questionnements pédagogiques ◗◗ Des échanges enrichissants avec les cadres administratifs

Le travail d’équipe s’intensifie dans les établissements avec pour objectif la mise en place de pratiques éducatives répondant mieux à l’hétérogénéité des élèves. Des réunions permettent aux enseignants d’échanger sur leurs expériences pédagogiques et de réfléchir avec l’équipe de direction aux problèmes qui peuvent se poser.

les corps d’inspection nombre Inspecteurs de l‘Éducation

mission

26 Impulsion, évaluation et animation

nationale 1er degré (IEN)

cadre circonscription

des pratiques pédagogiques en école Inspection des personnels

nationale – adaptation

Coordination des RASED, 4

et intégration scolaire (IEN-AIS)

coordination de la politique

département

de scolarisation des enfants handicapés et des enfants malades

Inspecteurs de l’Éducation nationale chargés de l’orientation (IEN-IO)

4

Impulsion et évaluation des politiques

département

au niveau des établissements et départemental. Organisation de l’orientation et de l’affectation

Inspecteurs de l’Éducation nationale 15 Impulsion, évaluation et animation chargés de l’enseignement

des politiques disciplinaires

technique et général (IEN-ET-EG)

des établissements. Inspections

académie

des enseignants du 2nd degré Inspecteurs d’académieinspecteurs pédagogiques régionaux (IA-IPR)

21 Impulsion, évaluation et animation des politiques disciplinaires des établissements Inspection des personnels enseignants du 2nd degré

2

Les IA-IPR et les inspecteurs de l’Éducation nationale (IEN) sont souvent sollicités par des enseignants confrontés à un problème pédagogique. Les corps d’inspection qui connaissent la réalité du travail des enseignants sont à même de les écouter et de répondre à leurs interrogations, en fonction de leurs disponibilités. Les chefs d’établissement sont très attentifs au dynamisme de leur équipe pédagogique et peuvent informer le rectorat ou les inspections académiques des difficultés relatives à certaines pratiques pédagogiques, liées en particulier à des réformes. Les directeurs d’école, véritables coordonnateurs pédagogiques, jouent également un rôle de relais auprès de l’administration. L’académie de Besançon a par ailleurs créé une cellule académique de réflexion pédagogique : ouverte aux principaux et aux proviseurs, elle se réunit plusieurs fois par an pour traiter d’une thématique pédagogique ou éducative. Cela conduit à des recommandations permettant de mieux accompagner les enseignants dans leurs pratiques quotidiennes. ◗◗ Des centres de ressources diversifiés

enseignants du 1er degré Inspecteurs de l’Éducation

La réflexion menée l’année dernière dans les lycées et collèges de l’académie, lors de la rédaction des projets d’établissement, a été l’occasion pour beaucoup d’une mobilisation active autour d’objectifs communs adaptés aux problématiques de leur établissement. Le mode de pilotage des établissements évolue vers la conduite d’un projet pédagogique et administratif de plus en plus concerté grâce à une collaboration accrue entre les chefs d’établissement et les inspecteurs. Actuellement, un groupe inter catégoriel de chefs d’établissement et d’inspecteurs d’académie - inspecteurs pédagogiques régionaux (IA-IPR) travaille ainsi sur le pilotage partagé.

académie

Différents interlocuteurs sont là pour répondre aux questions des professeurs qui travaillent avec des élèves aux difficultés particulières nécessitant des pratiques pédagogiques adaptées. Le Centre de ressources pour les élèves à besoins éducatifs particuliers (CREBEP) de l'inspection académique du Doubs, le Centre académique pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du voyage (CASNAV) ainsi que le Centre académique de ressources pour l’éducation prioritaire (CAREP) proposent aux enseignants des ressources documentaires et sont là pour apporter un appui spécifique. Les sites disciplinaires du site Internet académique permettent aux enseignants d’échanger sur leurs pratiques respectives, d’accéder à des ressources actualisées et d’amorcer une réflexion commune sur des sujets pédagogiques. Gérés sous la responsabilité des inspecteurs pédagogiques disciplinaires, ces sites constituent un réel apport professionnel pour les enseignants.

L’ACADÉMIE À L’ÉCOUTE DES ENSEIGNANTS février-mars 2006— n°21


accompagner les professeurs dans leur mission La diffusion de l’information pédagogique est la mission primordiale du Centre régional et des Centres départementaux de documentation pédagogique. Par la mise à disposition de ressources documentaires, l’organisation d’animations pédagogiques et une riche offre éditoriale, le CRDP et les CDDP sont des interlocuteurs indispensables pour les enseignants dans leur travail. Différents centres thématiques de ressources ont été mis en place grâce à la coopération du CRDP, du rectorat et de partenaires institutionnels. Ainsi le Pôle danse et le Pôle patrimoine, le Centre de liaison de l’enseignement et des moyens d’information académique (CLEMI), ont vocation à être des plateformes de ressources pour la mise en œuvre des projets éducatifs. De nombreuses ressources nationales sont également disponibles, accompagnant les priorités pédagogiques définies par le ministère, par exemple les sites Bien lire pour la prévention de l’illettrisme ou Primlangues pour l’enseignement des langues en primaire. ■ Face aux problèmes de santé ◗◗ Accident du travail

Les enseignants accidentés du travail sont suivis de manière individuelle par les services académiques pendant toute la durée du traitement de leur dossier. Tant que des soins sont en cours le dossier reste ouvert. Un certificat médical final prononce la guérison ou la consolidation avec ou sans séquelles. Le bureau des accidents du rectorat traite les cas de maladies professionnelles ou d’accidents du travail pour les enseignants du second degré public et privé et de l’enseignement supérieur. Environ deux cents nouveaux dossiers sont ouverts chaque année dont une dizaine traite de cas d’agressions. Ce sont les inspections académiques qui suivent les cas des professeurs des écoles. ◗◗ Congé de longue maladie, longue durée

Le statut de la fonction publique prévoit que les fonctionnaires atteints de certaines affections ont droit à un congé de longue maladie ou à un congé de longue durée. Pour l'attribution de ces congés, l'avis du comité médical départemental est requis. Les services académiques travaillent en coordination pour prendre en compte tous les paramètres d’un dossier et trouver la solution la plus adaptée à chaque cas de maladie ou d’accident.

3

■ Face aux difficultés professionnelles et personnelles ◗◗ Le médecin, conseiller technique du recteur

peut être sollicité par les chefs d’établissement, les inspecteurs de l’Éducation nationale ou les inspecteurs pédagogiques pour rendre un avis sur l’aptitude professionnelle de certains enseignants. Il est surtout contacté directement par des enseignants souhaitant faire part de leurs problèmes personnels et professionnels. Il s’agit alors, en respectant totalement la confidentialité, d’aider les personnes à trouver une solution. Le conseiller médical anime le service académique d’appui pour les personnels en réadaptation. Ce service transversal regroupe des représentants des services de gestion des personnels des inspections académiques et du rectorat, des inspecteurs pédagogiques et les services sociaux des personnels. Il examine les dossiers adressés par des enseignants qui, pour des raisons professionnelles et de santé, souhaitent ne plus exercer devant des élèves pendant un certain temps ou désirent préparer une réorientation professionnelle. Plusieurs fois par an, ce service se réunit pour examiner les situations des enseignants qui demandent une affectation sur un poste dit de réadaptation. ◗◗ La cellule académique d’aide et soutien propo-

se un accompagnement psychologique à des personnels en situation de mal être professionnel, notamment suite à des situations de violences. 383 entretiens individuels ont eu lieu en 2004-2005, dont 151 avec des enseignants de collège, 53 de lycées généraux, 22 de lycées professionnels et 22 du premier degré. En formulant leurs inquiétudes face à des difficultés, ces professeurs établissent une certaine distanciation affective et peuvent rechercher des solutions. ◗◗ Le service social académique s’adresse à tous les personnels et peut être sollicité dès lors que les difficultés d’ordre privé ont un retentissement sur la vie professionnelle. La moitié des demandes concerne la santé et le travail. Les réponses peuvent être ponctuelles (renseignements sur les droits, orientation, aide à la constitution de dossiers ...) ou s'inscrire dans le long terme avec un accompagnement psychosocial. 370 enseignants du premier degré et 329 enseignants du second degré ont sollicité le service social en 2004-2005. Cinq assistantes sociales placées auprès des inspections académiques accueillent et conseillent les personnes qui les sollicitent en leur proposant une aide dans leurs démarches. Tenue au secret professionnel, l’assistante sociale peut assurer, si la demande émane de l’enseignant, le relais avec les services de gestion, les corps d’inspection et tout autre service.

le médiateur académique Les médiateurs académiques ont été institués par le décret n° 98-1082 du 1 er décembre 1998. Ils sont nommés par le ministre et leur action est bénévole. Les médiateurs sont directement saisis par : — des usagers (parents d’élèves, lycéens, étudiants) — des personnels (enseignants, surveillants, administratifs, agents de service). Ils reçoivent les réclamations d’ordre exclusivement individuel concernant le fonctionnement du service d’éducation, de la maternelle à l’enseignement supérieur. La réclamation doit obligatoirement être précédée d'un recours auprès de l'autorité hiérarchique contestée, recours ayant reçu une réponse négative ou sans réponse. Elle doit toujours être confirmée par courrier écrit adressé à Michel Vigneron, médiateur de l'académie de Besançon, inspecteur d'académie honoraire. Rectorat - 45, avenue Carnot 25000 Besançon.

L’ACADÉMIE À L’ÉCOUTE DES ENSEIGNANTS février-mars 2006— n°21


éducation à l’environnement pour un développement durable à l’atelier Pasteur Le travail pédagogique de l’atelier Pasteur à Dole s’appuie sur la mise en relation des phénomènes de la vie quotidienne avec les découvertes scientifiques. Animé notamment par un professeur des écoles détaché, ce pôle de ressources scientifiques s’implique dans la formation continue des enseignants du premier degré. L'éducation à l'environnement pour un développement durable (EEDD) devient l'axe fort des interventions de l’atelier. Une étroite collaboration s'est établie avec l'action culturelle du rectorat de Besançon, l'inspection académique du Jura, le CRDP, le CDDP et l'IUFM de Franche-Comté pour réaliser le premier forum régional d'EEDD des 24 et 25 janvier derniers. Des actions de grande envergure comme Le Tri c'est la classe, concernant plus de 8 500 élèves du Pays dolois, seront étendues à l'ensemble du département du Jura.

le CRDP et le rectorat partenaires pour offrir des outils de qualité aux enseignants Le cédérom et DVD Vivre l’art en Franche-Comté 200 œuvres des musées et collections publiques témoigne de la collaboration active entre le rectorat et le CRDP. Cette réalisation montre également l’engagement des enseignants pour créer des outils pédagogiques pertinents qui viennent enrichir les démarches disciplinaires. Soutenu par la Région FrancheComté, le cédérom a été distribué en décembre dans tous les collèges et lycées de l’académie. Un groupe d’enseignants francs-comtois travaille actuellement à un projet de cédérom consacré à l’architecture régionale vue par des plasticiens.

une mobilisation au service des élèves ■ pour l’appropriation des savoirs La taille de l’académie permet un suivi et une offre de formation au plus près des enseignants. Les équipes enseignantes sont accompagnées par les inspections pédagogiques lors de la mise en place des nouveaux programmes et des nouvelles modalités de certification. Des actions de formation sont menées par les inspecteurs disciplinaires de l’Éducation nationale avec des objectifs dépassant le cadre des savoirs fondamentaux pour s’orienter vers le développement de compétences.

■ Dans le premier degré Les professeurs des écoles bénéficient de demijournées vaquées pour la réflexion pédagogique et le travail en équipe : — 12 heures d’animations pédagogiques conduites par des IEN ou des conseillers pédagogiques, — 12 heures de concertation et de conseils de maîtres qui permettent notamment l’élaboration du projet d’école — 12 heures pour les conseils de cycle et les conseils d’écoles. Les animations pédagogiques sont le plus souvent centrées sur les nouveaux programmes, les savoirs fondamentaux et le développement de compétences artistiques ou scientifiques. Chaque département met en place ses dispositifs pour appuyer les professeurs des écoles dans leur travail. Ainsi en Haute-Saône, trois chargés de mission pédagogiques accompagnent et coordonnent plus particulièrement les actions éducatives pour la maîtrise de la langue, l’enseignement des sciences, l’éducation à l’environnement pour un développement durable, les classes de découverte et l’action culturelle. Les pratiques pédagogiques pour l’enseignement des arts visuels sont coordonnées et enrichies autour du thème Arbres et végétaux dans le Doubs et Objets, avez-vous donc une âme ? dans le Territoire de Belfort.

■ Dans le second degré La mutualisation des pratiques d’enseignement se fait le plus souvent à la faveur d’actions de formation inter-établissements. Par ailleurs, les réunions de bassin des chefs d’établissement leur permettent d’échanger sur les pratiques de leurs équipes pédagogiques pour demander, le cas échéant, des formations adaptées. À la demande des établissements, certaines actions inter-discplinaires renforcent l’usage des Tice (B2i*), ou nourrissent la mise en œuvre de nouveaux dispositifs (PPRE**). Ces actions sont généralement animées par les corps d’inspection, des formateurs spécialisés ou des professeurs innovants.

■ pour l’éducation au choix

et à la prise de responsabilités ■ L’éducation à la citoyenneté De nombreux enseignants s’impliquent activement et parfois de manière très personnelle dans l’éducation au civisme, au développement durable, à la solidarité, à la santé, à la sécurité routière, etc. Les conseillers pédagogiques départementaux apportent leur soutien à ce type de projets éducatifs dans les écoles. Dans le Jura, depuis deux ans des animations pédagogiques ont pour objectif de former les professeurs des écoles à l’application des plans de mise en sûreté des écoles. Les élèves peuvent ainsi être sensibilisés aux dispositifs à suivre en cas de nécessité de confinement. Des personnes-ressources formées par les corps d’inspection ou au travers du plan académique de formation, participent à l’accompagnement de l’éducation à la citoyenneté, aux côtés d‘intervenants extérieurs agréés. Ces actions éducatives souvent inter-catégorielles dépassent le champ d’intervention des seuls enseignants et conduisent à des échanges de pratiques à l’échelle de l’établissement ou du bassin. Le Centre régional de documentation pédagogique apporte une large contribution en proposant des ressources adaptées.

*Brevet informatique et internet **Programme personnalisé de réussite éducative

4

L’ACADÉMIE À L’ÉCOUTE DES ENSEIGNANTS février-mars 2006— n°21


■ L’éducation au choix Les membres de l’équipe pédagogique ont pour mission, outre la transmission des connaissances, d'assurer le suivi et l’évaluation des élèves, d’organiser l’aide au travail personnel, de conseiller les élèves dans le déroulement de leur scolarité et le choix de leur orientation. Le professeur principal coordonne l’accompagnement personnalisé de chaque élève, l’information des jeunes et des familles, la préparation progressive de l’orientation. En qualité de professionnel de l’orientation, le conseiller d’orientation-psychologue fait bénéficier les enseignants de compétences spécifiques telles que : — sa capacité à analyser le fonctionnement de l’orientation dans l’établissement, — sa maîtrise des outils d’aide à l’orientation — sa connaissance approfondie des formations et des métiers — sa capacité à former les enseignants en fonction de leurs besoins.

■ une valorisation des initiatives ■ Par l’accompagnement des innovations pédagogiques

Chaque année, de nombreuses équipes de collège ou de lycée cherchent des solutions innovantes ou lancent des expérimentations. Ces démarches sont soutenues au niveau académique par l’équipe innovation pédagogique formée de deux inspecteurs pédagogiques régionaux et de six professeurs chargés de mission. Ils apportent écoute et expertise à leurs collègues en leur proposant des conseils méthodologiques, ainsi qu’un appui pour structurer leurs projets et en évaluer l’efficacité. Une soixantaine de projets sont contractualisés chaque année sur le plan financier et méthodologique. L’accompagnement pour l’innovation se traduit également par une valorisation académique et nationale à travers la mise en ligne des bilans sous la rubrique Innovation pédagogique du site académique ou sous la rubrique Innoscope du site national Eduscol.

■ Par le soutien aux projets culturels, éducatifs et internationaux

Des chargés de mission académiques, des conseillers départementaux et des correspondants de bassin forment un véritable réseau de veille et d’information facilitant l’ouverture des établissements sur l’environnement culturel européen et international. Ils aident les enseignants à construire des projets pédagogiques de qualité en guidant leurs choix de partenariats institutionnels et financiers. Les enseignants du premier degré ont ainsi, avec l’appui de la délégation académique aux Relations internationales et à la Coopération (DARIC), monté de nombreux projets Comenius. En définissant des priorités claires, les départements, comme le Doubs dans le cadre de son projet départemental Arts et culture, coordonnent les actions menées dans les premier et second degrés en lien avec différents partenaires institutionnels et associatifs. Le Doubs mène ainsi une politique volontariste pour la danse à l’école et le chant choral. Le Jura a choisi de renforcer son action en faveur des enseignements scientifiques, la Haute-Saône soutient plus spécifiquement l’éducation à l’image et au cinéma. Le Territoire de Belfort propose des animations autour de la pédagogie de projets pour les disciplines artistiques et les langues vivantes. Les enseignants responsables de dispositifs incluant des artistes ou des acteurs culturels bénéficient d’un volant d’heures supplémentaires reconnaissant leur investissement dans la mise en œuvre d’ateliers, de jumelages, de résidences d’artistes. Tous les professeurs peuvent trouver auprès des services éducatifs des structures culturelles des collectivités, très souvent animés par un enseignant détaché, un appui à leurs initiatives.

CAREP, CREBEP, CASNAV : vers un portail commun La recherche et l’échange d’information sur Internet est une pratique devenue courante chez les enseignants. C’est pourquoi, dans un souci de facilité d’accès, le service communication du rectorat et le CRDP travaillent à la création d’un espace commun regroupant les données : — du centre académique pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du voyage (CASNAV) — du centre académique de ressources pour l’éducation prioritaire (CAREP) — du centre de ressources pour les élèves à besoins éducatifs particuliers de l'inspection académique du Doubs (CREBEP). Ce nouveau portail devrait être opérationnel en septembre 2006.

L’ACADÉMIE À L’ÉCOUTE DES ENSEIGNANTS février-mars 2006— n°21

5


les échelons pour les enseignants du 2nd degré La carrière des enseignants se déroule en onze échelons avant un accès éventuel à la hors classe de leur corps. Ces évolutions de carrières se traduisent par une valorisation salariale. 30% des enseignants passent chaque année d’un échelon à l’échelon supérieur au grand choix. La qualité de leur travail est ainsi reconnue par la notation qui leur permet d’accélérer leur carrière. 50% des autres professeurs sont promus au choix, tandis que 20% voient leur carrière évoluer à l’ancienneté. La gestion des professeurs certifiés est académique : l’avancement est géré toutes disciplines confondues, à l’exception de l’éducation physique et sportive traitée à part. La gestion des professeurs agrégés est nationale et disciplinaire, sous le contrôle des inspecteurs généraux. Les inspecteurs pédagogiques peuvent par ailleurs proposer au recteur l’accès d’un enseignant à un autre corps (de celui de certifié à celui d’agrégé par exemple) par liste d’aptitude après candidature de l’intéressé auprès de la DPEIDES et selon le barème fixé par le recteur.

pour des parcours réussis ■ un accompagnement

Mutations et affectations

toujours plus individualisé de chaque enseignant

Depuis 1999, le recteur est responsable de l'organisation du mouvement inter et intra-académique des enseignants. Il procède à la mutation ou à l'affectation des personnels : — qui souhaitent changer d'affectation au sein de l'académie — qui font l'objet d'une mesure de carte scolaire — qui sont affectés dans l'académie. Le mouvement concerne chaque année environ 500 enseignants dans la phase inter-académique et 1500 dans la phase intra-académique. Tout au long de l’année, les services de la DPEIDES renseignent et conseillent les enseignants qui le souhaitent.

■ la gestion des carrières

Au niveau de l’académie ■ La division des personnels enseignants, d’ins-

pection, de direction et de l’enseignement supérieur (DPEIDES) Dans le cadre d'une gestion largement déconcentrée des personnels enseignants du second degré, ce service du rectorat instruit et prépare pour le recteur la plupart des actes administratifs relatifs à la carrière des personnels. À ce titre, la DPEIDES est l'interlocuteur privilégié des enseignants stagiaires et titulaires exerçant dans l'académie de Besançon. Ce service travaille en lien étroit avec les chefs d'établissement et les corps d'inspection avec l'aide technique du service informatique du rectorat. Organisée en cinq bureaux de gestion, la DPEIDES assure : — une gestion individuelle

Temps partiel, congé parental, cessation progressive d'activité, disponibilité, congés, rémunération…

les titulaires de zone de remplacement Un enseignant, titulaire de zone de remplacement (TZR), est nommé à titre définitif sur une zone de remplacement. L'académie est organisée en six zones de remplacement pour l'ensemble des disciplines d'enseignement. Chaque année, en fonction des besoins du service, ces enseignants sont : — soit affectés pour la durée de l'année scolaire dans un établissement sur un besoin d'enseignement — soit rattachés administrativement à un établissement scolaire en vue d'effectuer des suppléances de moyenne ou longue durée. À la rentrée 2005, l'académie disposait de 811 TZR, toutes disciplines confondues. Environ 42,5% sont affectés à l'année et 57,5% sont en rattachement administratif.

— une gestion collective Évolution de la carrière des enseignants

La DPEIDES prend les décisions concernant les notations, les évaluations, l’avancement d’échelon et de grade. Chaque enseignant est noté par le recteur : sur le plan administratif, sur proposition de son chef d’établissement et sur le plan pédagogique, sur proposition de l’inspecteur territorial de la discipline. La note pédagogique représente 60% de la note globale, transmise annuellement à l’enseignant par la DPEIDES ou, pour les agrégés, par l’administration centrale. Les inspecteurs proposent leur notation au recteur à partir des visites et des entretiens individuels en établissement. Ils sont également habilités à s’appuyer sur le dossier professionnel de l’enseignant. L’Institution veille à la reconnaissance du mérite en valorisant les enseignants particulièrement investis dans leurs missions. En facilitant l’accès à la hors classe de leur corps, l'objectif est d'encourager, parmi les professeurs les plus expérimentés, ceux qui se démarquent particulièrement par leur manière de servir, au sein de l'établissement et au niveau académique. Une gestion équilibrée des carrières est recherchée en assurant la juste reconnaissance des mérites individuels.

6

■ La division de l’organisation scolaire et de

l’enseignement supérieur (DOSSUP) Sous l’impulsion du secrétariat général et en accord avec les directives ministérielles, cette division, qui a une vision globale des postes budgétaires à l’échelle de l’académie, assure la gestion des postes de titulaires et l’implantation des postes de stagiaires. Elle travaille en étroite collaboration avec les équipes de direction des établissements scolaires et avec les corps d’inspection territoriaux. ■ La direction des ressources humaines Ce service assure le suivi de tous les personnels en situation particulière (adaptation, reconversion...) notamment en liaison avec la division de la formation, dans un souci de prévention des difficultés professionnelles.

Au niveau des inspections académiques Chaque inspection académique gère la carrière des enseignants du premier degré public et privé sous contrat de son département. Dirigé par un chef de division chargé de mettre en œuvre les procédures et la réglementation, les services de gestion assurent : — une gestion individuelle intégrée

Il s’agit de la gestion globale du dossier de chaque enseignant par la même personne qui devient son interlocuteur privilégié. Le service traite de la position statutaire, établit traitements et indemnités, gère les absences et les congés divers, prépare les dossiers de retraite et de validation des services auxiliaires. — une gestion collective

Elle concerne l’affectation, le mouvement, l’avancement et l’inscription sur les listes d'aptitude. Ce service prépare les réunions de la commission administrative paritaire départementale (CAPD). Les enseignants sont notés par l’inspecteur

L’ACADÉMIE À L’ÉCOUTE DES ENSEIGNANTS février-mars 2006— n°21


d’académie sur proposition des inspecteurs de circonscription. Le professeur des écoles n’est inspecté que la deuxième année de sa prise de fonction. Le déroulement des carrière se fait selon le même schéma que pour le second degré : onze échelons avant de passer hors-classe, avec un avancement au grand choix, au choix et à l’ancienneté. Le barème prend en compte la note de l’enseignant et son ancienneté.

■ la prise en compte des aptitudes de chacun

Un suivi personnalisé par i-prof

La mise en place de la plate forme i-prof donne aux enseignants un accès direct aux informations les concernant. I-prof leur permet, de façon sécurisée : — de consulter leur dossier administratif — de compléter leur curriculum vitae — de les informer sur leur perspectives de carrière — de contacter par messagerie leur correspondant de gestion. ■ l’accompagnement pédagogique

L’inspection individuelle d’un enseignant permet d’apprécier ses activités pédagogiques et éducatives, ses compétences disciplinaires, son implication dans le fonctionnement de l’établissement ou de l’école et de l’institution. L’inspection dans le second degré est conduite en étroite concertation avec le chef d’établissement. Les visites sont annoncées par les inspecteurs et s’inscrivent dans un calendrier pluriannuel visant à respecter une certaine régularité et une égalité de traitement géographique. Elles se font parfois à la suite d’une demande du chef d’établissement ou des enseignants, dans le cadre d’une valorisation du travail et d’une meilleure gestion de carrière. L’évaluation pédagogique se déroule sous la forme d’entretien individuel. Un bilan est ainsi dégagé, permettant de conseiller et d’orienter l’enseignant dans ses pratiques. Le rapport d’inspection est transmis au professeur de collège ou de lycée par le chef d’établissement. Pour le premier degré, il est transmis directement par l’inspecteur (IEN) à l’enseignant après validation du rapport par l’inspecteur d’académie. Ce rapport met en exergue les qualités pédagogiques et souligne les points essentiels pour améliorer l’efficacité de l’enseignement dispensé. Le collège des inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux (IA-IPR) a mis en place une charte de l’inspection pour le second degré. Le but est d’harmoniser le déroulement des inspections d’une discipline à l’autre. Cette charte souligne que l’inspection vise également à apporter une plus-value à l’ensemble du fonctionnement de l’équipe pédagogique disciplinaire de l’établissement.

7

■ des parcours différenciés

Des services de l’académie font appel aux compétences pédagogiques et éducatives d’enseignants afin d’assurer des missions qui dépassent la gestion strictement administrative. Le recrutement se fait sur profil par le service concerné en lien avec l’inspection disciplinaire dont dépend l’enseignant. Ces professeurs qui continuent d’enseigner, sont missionnés en général annuellement, à raison de quelques heures par semaine. Ils bénéficient pour cela d’une décharge ou le plus souvent sont rétribués en heures supplémentaires annuelles ou effectives. La délégation académique à l’Action culturelle missionne des enseignants auprès des services éducatifs de musées et de sites éducatifs régionaux ou locaux. Le recrutement se fait par un appel à candidature auprès de tous les établissements et par des entretiens organisés avec l’inspecteur pédagogique de la discipline, la direction régionale des Affaires culturelles et le conservateur du site concerné. ■ le plan académique de reconversion et d’adaptation

plan académique de reconversion et adaptation des enseignants (PARADE) Années

2003 2004 2005

Nombre de reconversions

2 3 15

PARADE

5 52 90

Les disciplines dans lesquelles des enseignants ont fait l'objet d'une reconversion sont : — le génie mécanique — le génie électrique. Les professeurs concernés, en surnombre disciplinaire, sont reconvertis majoritairement en mathématiques mais aussi en sciences physiques et technologie. Coût : — 10 équivalents temps plein (ETP) par année — environ 600 heures supplémentaires effectives (HSE) pour le tutorat — frais de stage.

L’académie de Besançon est l’une des premières à avoir mis en place un plan de reconversion et d’adaptation des emplois, PARADE, afin de permettre à des enseignants d’acquérir de nouvelles compétences dans leur discipline ou même parfois d’en changer. PARADE dépend de la division de la formation (DIFOR). — Le dispositif d’adaptation s’adresse à des enseignants en difficulté professionnelle qui en font la demande ou sont repérés par leur supérieur hiérarchique. Cela concerne aussi des professeurs ayant besoin d’un accompagnement vers la reprise d’activité après des congés thérapeutiques. — La reconversion est un dispositif qui, après observation de la carte scolaire et analyse de l’évolution des effectifs par discipline, permet à des professeurs volontaires d’enseigner, après validation, dans une discipline autre que celle de leur recrutement. — L’acquisition de nouvelles compétences est proposée à tout professeur qui souhaite enseigner dans une discipline connexe.

L’ACADÉMIE À L’ÉCOUTE DES ENSEIGNANTS février-mars 2006— n°21


(infos pratiques) documents

Effectifs des enseignants dans l’académie / Année 2004-2005

■ Charte de l’inspection de l’académie de Besançon : artic.ac-besancon.fr/svt/inf_pro/inf_div/ charte_inspection.pdf

services académiques ■ Gestion des enseignants du 2nd degré ce.dpeides@ac-besancon.fr ■ Gestion des enseignants du 1er degré inspections académiques — Doubs : ce.cabinet.ia25@ac-besancon.fr — Jura : ce.ia39@ac-besancon.fr — Haute-Saône : ce.ia70@ac-besancon.fr — T. de Belfort : ce.ia90@ac-besancon.fr ■ Inspecteurs pédagogiques régionaux ce.ipr@ac-besancon.fr ■ Division académique de la formation ce.difor@ac-besancon.fr ■ Conseiller médical ce.sante@ac-besancon.fr ■ Service social ce.social@ac-besancon.fr ■ Cellule aide et soutien annie.bequillard@ac-besancon.fr ■ Médiateur académique Tél : 03 81 65 49 74 ■ CAREP carep@ac-besancon.fr ■ CASNAV casnav@ac-besancon.fr ■ Conseillers départementaux arts et culture : — Doubs : esra.noris@ac-besancon.fr — Jura : dominique.bagnard@ac-besancon.fr — Haute-Saône : ce.mdl.ia70@ac-besancon.fr — T. de Belfort : a-culture90@ac-besancon.fr

Jura

Haute-Saône

T. de Belfort

académie

2 884

1 431

1 342

750

6 407

Enseignants dans le 2 degré

3 957

1 949

1 677

1 022

8 605

Enseignants dans le supérieur

1 074

307

1 381

Enseignants dans les écoles nd

textes de référence ■ Règles et procédures du mouvement national à gestion déconcentrée, rentrée 2006, B.O.spécial n°8 du 3/11/05 ■ Évaluation et notation des personnels de l’Éducation nationale, B.O. n°46 du 16/12/04 ■ Remplacement de courte durée des personnels enseignants dans les établissements du second degré, décret du 26/08/05 ■ Article 77 de la loi 2003-775 du 21 août 2003 portant sur la réforme des retraites

Doubs

Enseignants dans des étab. de formation Total enseignants

396

138

139

108

781

8 311

3 518

3 158

2 187

17 174

Source : DEP, juin 2005.

Quel que soit le dispositif, l’enseignant concerné est reçu en entretien par la DIFOR et l’inspecteur de sa discipline. S’appuyant sur un bilan du parcours professionnel, les souhaits de l’enseignant et les besoins de l’institution, un plan de formation personnalisé est mis en place avec, éventuellement, la désignation d’un tuteur. Ces dispositions font l’objet d’une contractualisation précise et d’un suivi régulier de l’inspection pédagogique. ■ bientôt, des secondes carrières

Des décrets du 10 août 2005 explicitent l’application de l’article 77 de la loi du 21 août 2003 portant sur la réforme des retraites. Les enseignants justifiant de quinze ans de service ont la possibilité de demander leur détachement auprès d’une autre administration. Cette possibilité de seconde carrière hors Éducation nationale tient compte de la pénibilité du travail. Un arrêté du ministère de l’Éducation nationale en fixera prochainement les modalités d’organisation.

■ des enseignants qui se forment

La division de la formation du rectorat (DIFOR) propose tous les ans, au travers du plan académique de formation, de nombreux stages articulés autour des priorités pédagogiques de l’académie. L’offre de formation prend également en compte les besoins identifiés par les inspecteurs disciplinaires, les demandes des chefs d’établissement ou des enseignants. Il s’agit avant tout de répondre concrètement aux attentes des équipes éducatives. Les inspections académiques élaborent de manière similaire un plan départemental de formation qui s’adresse particulièrement aux enseignants du premier degré. Les enseignants du premier degré sont remplacés lors de leurs formations par les futurs professeurs des écoles qui doivent effectuer un stage de trois semaines ou par des professeurs remplaçants. Dans le même cadre, les directeurs d’école ont le droit à une formation spécifique. Pour les enseignants du second degré, la mise en place du protocole de suppléance de courte durée permet de remplacer prioritairement les enseignants en formation. Pour les collèges et les lycées, le nombre important de stages délocalisés en établissement (420 en 2004-2005) permet de réduire au maximum la période de formation, limitant ainsi les absences des professeurs. ■

■ Directeur de la publication

Anne Sancier-Chateau, Recteur d'académie ■ Chef de publication Élisabeth Baudin, Chargée de communication ■ Responsable de rédaction Charlotte des Gayets ■ Contact ce.communication@ac-besancon.fr

ressources

■ Fiche réalisée en collaboration

■ Recrutement et carrières des enseignants www.education.gouv.fr/personnel/ enseignant.htm I-prof pour l’académie : https://bv.ac-besancon.fr/iprof/ServletIprof Pour les nouveaux enseignants : www.cndp.fr/nouvens/ CREBEP : els6.ac-toulouse.fr/crebep CAREP : crdp.ac-besancon.fr/carep

avec les services académiques ■ Photos

Service communication ■ Conception graphique

Bouteiller communication, Studio Bracco Numéro ISSN 1765-0488

8

Théma express 21  

sible les enseignants dans leurs ral œuvrant pour la réussite des différentes missions par la prise — des besoins du corps professo- en comp...

Advertisement