Issuu on Google+

une académie

■ Une académie regroupe des

femmes et des hommes, des moyens,

à taille

des établissements et des structures administratives au service de l’éduca-

humaine

tion. Pour remplir au mieux sa mission de service public, le rectorat, siège de l’académie, prend en compte les

L’académie de Besançon recouvre la Franche-Comté, région de 16 000 km2, correspondant à 3% du territoire national. Académie à taille humaine, elle représente 1,9% de la population française métropolitaine. La Franche-Comté se distingue par un grand nombre de moyennes et petites communes. Seule Besançon, la capitale régionale, compte plus de 100 000 habitants. Sur les 1 786 communes de Franche-Comté, 80% d’entre elles ont moins de 500 habitants. Les structures scolaires s’organisent autour de cette caractéristique territoriale.

27 19 11 8 65

public source : Ramsese 07 / 10 / 03

49 28 26 14 117

17 11 7 3 38

11 9 6 3 29

3 5 0 2 10

ly pr cée of s es sio nn els ER EA

ly gé cée né s ra ux

pr

392 272 267 109 1040

co

im

er

air

llè ge s

es

ne lle

s

Nombre de structures scolaires en 2003-2004

Doubs 187 2 Jura 95 0 Hte-Saône 79 1 T. de Belfort 65 0 Académie 426 3

écoles élémentaires et préélémentaires L’académie de Besançon compte de nombreuses petites écoles primaires à faibles effectifs. — Taille des classes dans le primaire : 21 élèves en moyenne — Taille des classes en maternelle : 23 élèves en moyenne — Plus d’un quart des écoles sont à classe unique. ■

12 7 5 4 28

privé (sous et hors contrat)

9 3 4 4 20

1 1 0 0 2

collèges Plus de 28% de collèges accueillent moins de 250 élèves. ■

lycées Les lycées généraux et technologiques présentent, en règle générale, une taille plus importante : près de 76% de ces établissements comptent plus de 500 élèves. Plus de 36% des lycées professionnels accueillent moins de 200 élèves. ■

VIE DE L’ACADÉMIE

■ un territoire organisé

une gestion territoriale adaptée aux populations scolaires

décembre 2003 N o 3

des directives nationales.

ma t

Les académies sont des circonscriptions administratives qui constituent un échelon déconcentré du ministère de l’Éducation nationale au niveau régional. Chacune est gérée par un recteur qui est responsable de la politique scolaire et éducative pour les premier et second degrés. Chancelier des universités, le recteur représente également le ministère de l’Éducation nationale auprès des établissements d’enseignement supérieur. Au niveau départemental, les inspections académiques sont placées sous la responsabilité d’inspecteurs d’académie-directeurs des services départementaux de l’Éducation nationale (IA – DSDEN). La France métropolitaine et les départements d’Outremer sont divisés en trente académies qui coïncident chacune avec une région, sauf les académies de Grenoble et Lyon qui correspondent à la région Rhône-Alpes, celles de Nice et AixMarseille qui recouvrent la région Alpes-Provence-Côte d’Azur, et les trois académies de Créteil, Paris et Versailles pour la région Ile de France. L’académie de Besançon correspond aux quatre départements de Franche-Comté (Doubs, Jura, Haute-Saône, Territoire de Belfort). Par sa taille, elle est perçue comme « une académie à visage humain ».

les dossiers de l’académie et de ses partenaires

spécificités régionales dans le cadre

les académies


les écoles

bassins d’éducation La mise en place de bassins d’éducation a permis de rompre l’isolement de certains établissements par la création de réseaux de coopérations pédagogiques. La volonté de faire des bassins des lieux de réflexion et de concertation des responsables locaux de l’éducation nationale fait partie du projet académique. L’académie regroupe six bassins, chacun comprenant un centre d’information et d’orientation. Chaque bassin dispose d’un réseau scolaire permettant la scolarisation dans le premier et le second degré. ■

Les écoles sont placées sous l’autorité des inspecteurs d’académie- directeurs des services départementaux de l’éducation nationale (IA-DSDEN). Ce ne sont pas des établissements publics, elles n’ont pas d’autonomie financière. Ce sont les communes qui prennent en charge la construction, l’équipement et le fonctionnement des écoles. Les inspecteurs de l’éducation nationale (IEN) sont en

Bassins d'éducation avec répartition des établissements publics octobre 2003

Lure-Luxeuil / Vesoul - 18 collèges - 4 lycées - 4 lycées prof. Aire urbaine - 35 collèges - 8 lycées - 9 lycées prof.

charge de l’inspection et de l’animation

Évolution des effectifs des 1er et 2e degrés publics et privés dans l’académie de Besançon (non compris post-bac) 122 488 120 947

119 689

118 659*

118 282* 117 891*

120 000

117 713*

112 093 110 278

108 104

110 000

105 442 103 235

102 264

101 397

100 000

1997-1998

1998-1999

1999-2000

une diminution réelle de la population scolaire Le poids de la population scolaire rapporté à la population totale a reculé depuis 1990, passant de 25,8% en 1990 à 24,1% en 2000 dans l’académie, contre 25,2% en 1990 et 24,5% en 2000 pour la France métropolitaine. La baisse de la démographie scolaire est liée à celle des naissances, mais aussi aux migrations hors de la région. La baisse de la population des 2-25 ans est en effet beaucoup plus forte qu’au niveau national : de 6,5% pour la France, elle atteint 10% en Franche-Comté au printemps 2002. ■

d’une circonscription.

2000-2001

* estimations 1er degré public et privé

2001-2002

2002-2003 2003-2004

Besançon - 28 collèges - 6 lycées - 7 lycées prof. - 1 EREA Jura nord - 11 collèges - 5 lycées - 2 lycées prof.

Pontarlier - 8 collèges - 2 lycées - 1 lycée prof.

Jura sud - 17 collèges - 4 lycées - 5 lycées prof. - 1 EREA

e

2 degré public et privé

Évolution récente des effectifs des premier et second degré - public -

les établissements du second degré Les collèges, lycées d’enseignement général et technologique, et lycées professionnels ainsi que les établissements régionaux d’enseignement adapté, possèdent leur propre personnalité morale et une réelle autonomie financière. Ce sont des établissements publics locaux d’enseignement (EPLE), créés par le préfet de département pour les collèges et par le préfet de région pour les lycées, sur proposition du

Constats de rentrée 1997 Premier degré Pré-élémentaire 42 880 Elémentaire 68 182 Spécial 1 336 Ensemble 112 398 Second degré (non compris Post bac)** Collège (nc SES/SEGPA) 51 708 1 971 1er cycle Lycée professionnel 12 785 2nd cycle professionnel* 26 130 2nd cycle GT SES/SEGPA 2 112 EREA 234 Ensemble 94 940 Post bac des lycées 4 331 Ensemble 1er, 2nd degré et Post bac *** 211 669

1998

1999

2000

2001

2002

2003

42 289 67 376 1 311 110 976

42 457 66 079 1 230 109 766

42 556 65 321 1 139 109 016

42 551 65 093 1 098 108 742

42 880 64 763 915 108 558

43 310 64 279 886 108 475

50 839 1 840 12 798 25 816 2 068 256 93 617 4 407

50 277 1 556 12 548 25 213 2 006 227 91 827 4 308

49 452 1 317 11 987 24 762 1 991 203 89 712 4 415

48 570 1 192 11 482 24 590 1 972 194 88 000 4 384

48 136 1 025 11 515 24 226 1 906 205 87 013 4 323

47 913 909 11 460 23 881 1 887 215 86 265 4 258

209 000

205 901

203 143

201 126

199 894

198 998

* Y compris les bacs professionnels en 1 an et, depuis la rentrée 2002, le BEP en 1 an (données remontées en octobre, date de constat) ** Non compris les mesures d'insertion (CIPPA,MOREA, FI, etc…autres que les bacs professionnels en 1 an et le BEP en 1 an) *** Élèves sous statut scolaire uniquement (non compris ceux sous statut d’apprentis et les contrats de qualification)

Effectifs du second degré à la rentrée 2003

Effectifs du premier degré à la rentrée 2003 Doubs

(y compris les classes post bac des lycées)

Jura

département ou de la région.

Doubs 28 976

Ces établissements bénéficient d’une autonomie pédagogique et éducative dans le cadre d’un projet d’établissement adopté par leur conseil d’administration.

14 038 9 755

19 272

1 079 1 062 181

3 840 873 777 2 268

Jura 22 258

170 863 749

3 010 128

10 526

1 087 11 403

22 2 715 1 438 469

5 027

1 747 936 138

Total public : 48 717 Total privé : 4 175

Total public : 23 931 Total privé : 2 683

Haute-Saône

Territoire de Belfort

2 674

5 719

Total public : 41 735 Total privé : 6 162

Total public : 19 442 Total privé : 4 792 Territoire de Belfort

Haute-Saône 13 361 9 192

7 904

445

1 456

448 10 807

5 091

1 493 458

451 681 155

6 209

4 436

4 819 328 196 Total public : 22 749 Total privé : 1 151

873 356 83 Total public : 13 078 Total privé : 1 229

Académie 64 279 43 310

26 6 154 3 058 886 Total public : 108 475 Total privé : 9 238

Enseignement public Préélémentaire Elémentaire Spécial Enseignement privé Préélémentaire Elémentaire Spécial

3 015

2 430

1 546

Total public : 18 118 Total privé : 1 904

Total public : 11 228 Total privé : 2 780

Académie

2 824 2 509 506

215 4 258

9 799

23 881 18369

Total public : 90 523 Total privé : 15 638

Enseignement public 49 800

Collège + SEGPA 1er cycle lycée professionnel 2nd cycle professionnel 2nd cycle général et technologique Post bac (STS et CPGE) EREA

Enseignement privé Collège + SEGPA 1er cycle lycée professionnel 2nd cycle professionnel 2nd cycle général et technologique Post bac (STS et CPGE)


une grande administration de service public

■ les emplois budgétaires Emplois destinés à l’enseignement dans la formation initiale sous statut scolaire à la rentrée 2003

■ les personnels enseignants premier degré

6 296 emplois

7 879,5 emplois

Répartition du personnel enseignant dans le 1er degré (formation initiale exclue) 3 048 (1) 44,96 % (2) 0,93 %

Total académie de Besançon : 6 779

3 000

1 530 (1) 22,57 % (2) 0,46 %

2 000

Enseignement second degré, tous établissements confondus

1 401 (1) 20,67 % (2) 0,43 % 800 (1) 11,80 % (2) 0,24 %

1 000

0

Jura

Doubs

Enseignement premier degré, tous niveaux confondus

Hte-Saône Terr. de Belfort

Stagiaires IUFM : 314 emplois

Emplois destinés à assurer l’encadrement, la gestion et le fonctionnement des établissements scolaires à la rentrée 2003

laire individuels (AVS-I) sont chargés de l’accompagnement individualisé d’élèves handicapés pour lesquels cette aide a été jugée nécessaire par la commission départementale de l’éducation spéciale. Les assistants de vie scolaire collectifs (AVS-CO) sont chargés de l’accompagnement des élèves handicapés à l’intérieur de dispositifs collectifs comme les classes d’insertion scolaires dans le premier degré ou les unités pédagogiques d’intégration dans le second degré. Le ministère a attribué 287 emplois d’assistants d’éducation à l’académie de Besançon pour remplacer les départs de maîtres d’internat et surveillants d’externat, assurer l’assistance éducative dans le premier degré (renforcement des cours préparatoires, participation aux TICE, remplacement des aides-éducateurs) et accueillir les élèves handicapés dans les premier et second degrés. Assistants d'éducation par tranche d'âge hors assistants de vie scolaire moins de 20 ans de 20 à 29 ans de 30 à 39 ans de 40 à 49 ans

— Direction (principaux, proviseurs, directeurs SES

(1) Académie de Besançon (2) France entière source : annuaire AGAPE au 15 / 02 / 03

et adjoints) : 331 emplois

84,03 %

— Chefs de travaux et aides (lycées professionnels, Relève des instituteurs par les professeurs des écoles 66%

2 000

Total académie de Besançon : 6 779

— Emplois d’éducation, conseillers principaux lycées) : 224 emplois

34%

1 000

66% 34%

500

62% 65% 35%

Doubs

Jura

instituteurs (en France : 33%)

Hte-Saône Terr. de Belfort professeurs des écoles (en France : 67%)

Source : annuaire AGAPE au 15 / 02 / 03

EREA, lycées) : 187 emplois

nels, lycées) : 874 emplois

Académie de Besançon Total 8 364 France entière Total 413 636

50 40

nationale loi quinquennale (MIJEN) : 9 emplois — Formation continue (FPE) : 36,5 emplois — Actions à caractère pédagogique et actions spécifiques : 17 emplois

30

— Réadaptation : 25 emplois

16,91% 15,93%

— Moyens de remplacements : 120 emplois

9,89% 12,10%

6,15% 5,76% 3,42% 3,80%

— Emplois ATOSS pour les services académiques : 626 emplois

agrégés

827 50 061

certifiés + professeurs d’éducation physique et sportive

5 323 258 147 Source : annuaire EPP juin 2003

28,81 % 42,37 %

13,56 % 13,56 %

professeurs de lycées professionnels

1 414 65 882

baccalauréat bac + 2 licence maîtrise DEA

1,69%

logues (COP) : 86,5 emplois+3 remplacements — Mission d’insertion des jeunes de l’Éducation

62,41%

60

5,15 %

Assistants d'éducation par niveau de diplôme

— Directeurs de centre d’orientation et d’information (DCIO) et conseillers d’orientation psycho-

0

4,12% 1,03 %

moins de 20 ans de 20 à 29 ans de 30 à 39 ans de 40 à 49 ans de 50 à 59 ans

— Emplois ATOSS : 3096,5 emplois

— Emplois d’inspection : 71 emplois

Répartition des enseignants dans le 2nd degré

20

28,87 %

surveillants d’externat (collèges, lycées profession-

— Assistants d’éducation : 287 emplois

second degré

63,64%

60,82 %

— Emplois de surveillance maîtres d’internat,

Emplois destinés à assurer le fonctionnement de divers services ou missions à la rentrée 2003

70%

Assistants de vie scolaire par tranche d'âge

— Documentation (collèges, lycées professionnels,

38%

0

10

2,09 % 1,05 %

d’éducation (collèges, lycées professionnels, EREA,

1 500

12,83 %

EREA, lycées) : 63 emplois

professeurs d’enseignement général de collège + autres (adjoints d’enseignements et chargés d'enseignements)

Conseillers d’orientation pyschologues + Conseillers principaux d’éducation + Directeurs de CIO

■ rentrée 2003 : la mise en place

514 23 843

286 15 703

des assistants d’éducation Le dispositif des assistants d’éducation a été créé par la loi n°2003-4000 du 30 avril 2003. Ces assistants assurent quatre missions : — encadrement et surveillance des élèves dans les collèges, les lycées et les écoles — aide aux technologies d’information et de communication dans l’enseignement (TICE) — participation à toute activité éducative, sportive, sociale et culturelle — aide à l’accueil et à l’intégration des élèves handicapés : les assistants de vie sco-

Les assistants d’éducation sont liés par un contrat de droit public d’une durée maximale de trois ans, dans la limite d’un engagement maximal de six ans. Les AVS-I sont recrutés par les IA-DSDEN. Le contrat est conclu avec les chefs d’établissements pour les assistants d’éducation exerçant dans les premier et second degrés et les AVS-CO. Dans les établissements scolaires hors internat, les assistants d’éducation s’occupent de la surveillance à hauteur de 66,39% dans les collèges, 48,11% dans les lycées et 48,18% dans les lycées professionnels. Respectivement, 5,23%, 41,71% et 35,42% assurent l’internat dans les collèges, lycées et lycées professionnels. La participation des assistants d’éducation aux activités éducatives et culturelles représente 20% dans les collèges, 7,37% dans les lycées et 13,21% dans les lycées professionnels. 50% des assistants d’éducation remplissent au moins deux missions.


■ grands axes budgétaires ■

les grands postes budgétaires

Budget du rectorat pour l'année civile 2003 hors dépenses universitaires et non compris les budgets des inspections académiques personnel (non compris assistants 95 % d'éducation, emplois jeunes et personnel d'internat) 5% autres

un objectif : mener les jeunes à la réussite

Rémunération des personnels titulaires et non titulaires de l'académie en 2003 3% 3%

8%

secondaire primaire supérieur emplois jeunes et assistant d'éducation (public et privé) IATOSS enseignement privé prestations sociales

10 % 44 %

10 % 22 %

■ des résultats satisfaisants aux examens Évolution des résultats du brevet (% de réussite)

Évolution des résultats du BEP (% de réussite)

80 %

répartition — 756 407 607 € : personnel (y compris le personnel du supérieur et du primaire) — 26 105 746 € : emplois jeunes, assistants d’éducation, personnel d’internat — 1 762 853 € : fonctionnement des services académiques — 522 249 € : frais de déplacement et changement de résidence pour 2003 — 6 153 827 € : crédits pédagogiques et spécifiques — 827 808 € : formation du personnel du second degré — 1 463 563 € : accidents, œuvres sociales… — 2 482 241 € : examens et concours — 80 000 € : bâtiments Éducation nationale — total : 795 805 894 € ■

80 % académie de Besançon

France métropolitaine

75 %

75 %

académie de Besançon

70 %

1998

1999

2000

France métropolitaine

2001

2002

2003

70 %

1998

1999

2000

2001

2002

2003

Évolution des résultats du CAP (% de réussite) 80 % académie de Besançon

qui sont les assistants d’éducation ?

75 % France métropolitaine

Les candidats sont titu-

70 % 1998

1999

2000

2001

2002

laires d’un baccalau-

2003

réat, d’un titre ou d’un

Source : Dossup 1 (fichier DNB et fichier Océan)

diplôme de niveau IV, de niveau égal ou

les principales subventions pédagogiques L’académie de Besançon est attentive à encourager par des subventions toute initiative pédagogique. — 1 166 228 € aux établissements dans le cadre des fonds sociaux et de la vie lycéenne — 1 118 868 € aux établissements pour la mise en place des nouvelles technologies — 1 100 826 € pour la gratuité (manuels, droits de reproduction, carnet…) — 768 458 € pour la mission d’insertion des jeunes (fonctionnement et salaires) — 606 677 € pour la formation en entreprise des élèves et étudiants — 511 002 € aux établissements dans le cadre de l’action éducative et culturelle — 475 660 € pour l’équipement en matériel des établissements publics locaux d’enseignement et pour la rénovation des filières — 133 428 € pour l’intégration des enfants déficients (achat de matériel pédagogique)

les résultats du baccalauréat

Le nombre de bacheliers a été multiplié par deux entre 1985 et 2000 en Franche-Comté. Cela s’explique par la tendance des jeunes à prolonger leur scolarité jusqu’au niveau IV de formation. Le taux d’accès à ce niveau gagne près de 30 points entre 1985 et 2000. Les taux globaux de réussite au baccalauréat sont légèrement supérieurs à la moyenne nationale. Le fait le plus marquant est l’augmentation du nombre de bacheliers professionnels. Entre 1991 et 2001, on assiste à une augmentation de 50% du nombre de bacheliers professionnels contre une diminution de 25% du nombre de bacheliers généraux.

supérieur. Les postulants aux postes d’assistants de vie scolaire justifiant d’une expérience de trois ans de service dans le domaine de l’aide à l’intégration scolaire sont dispensés de ces diplômes. Pour travailler dans les internats, les assistants d’éducation doivent être âgés d’au moins 20 ans. Les assistants d’éducation sont recrutés à temps complet ou à mi-temps. Les deux tiers travaillent à mi-temps (sauf les assistants de vie scolaire). Ils peuvent bénéficier de crédits d’heures pour concilier l’exercice de leurs fonctions et la poursuite d’études ou une

Évolution annuelle par série du taux de réussite au bac dans l'académie de Besançon 90 %

formation professionnelle, dans la limite de 200 heures pour un temps complet. Leur temps de travail est conforme à la durée annuelle de 1600 heures fixée par le décret n°2000-815 du 25 août 2000. Ils exercent leurs missions sur

Dépenses de l'académie de Besançon par élève

80 %

une durée minimale de 39 semaines et

(public et privé sous contrat)

maximale de 45 semaines.

5 000

Ils bénéficient d’un contrat de droit public et peuvent passer des concours

4 209 4 000

internes de la fonction publique (per-

70 % 3 553

3 419

sonnels enseignants du second degré

3 875 1985 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 2000 01 02 03

3 438 3 000

1993

1994

1995

1996

1997

Source : Indicateurs généraux MJENR 2003

1998

1999

2000

2001

bac général bac technologique

et conseillers principaux d’éducation).

bac professionnel ensemble des 3 séries

Source : Dossup 1 (fichier bac) Résultats définitifs : y compris la cession de remplacement de septembre Tous candidats (scolaires et non scolaires) Tous ministères (Éducation nationale et Agriculture) UNE ACADÉMIE À TAILLE HUMAINE décembre 2003— n°3


■ des parcours tournés vers la réussite professionnelle ■ des choix d’orientation spécifiques à l’académie ■

une insertion professionnelle satisfaisante

La Franche-Comté est avant tout une région industrielle, la prépondérance de formations technologiques et professionnelles, souvent par des filières courtes, est à analyser en partie au regard de ce contexte économique.

100

80

Répartition de la valeur ajoutée par secteur d'activité 50%

60

52,4

40%

40

39,3

31,5

30%

20,3

20%

21,3 19,9

10%

4,9 4,6

3 2,8 0%

20

Non compris bac professionnel en 1 ou 3 ans et non compris, s'agissant des données de la France métropolitaine, les formations agricoles BTA, BacPROA remontées dans la BEA.

agriculture

industrie

construction

Franche-Comté

tertiaire marchand

services administratifs

France métropolitaine

Source : INSEE - résultats provisoires pour 2001

0%

avec autre orientation : — 3e d’insertion — 3e technologique ou 3e découverte professionnelle — Classe d'initiation préprofessionnelle par alternance (CLIPA) — 1re année de CAP en 3 ans — 2e année de CAP en 3 ans — CAP en 1 an — 2e année de CAP en 2 ans solde = sorties d'un établissement public ou privé de l'académie vers : — un autre établissement du ministère de l’Éducation nationale hors académie — un établissement agricole dans ou hors académie — un centre de formation d’apprentis (CFA) dans ou hors académie — sortie du système éducatif

.

L’augmentation du nombre de bacheliers depuis 1991 a produit une augmentation des effectifs de l’enseignement supérieur jusqu’en 1995 : 36,5% des jeunes âgés de 20 à 25 ans sont étudiants en 2001, contre 24,7% en 1990. Depuis six ans, le nombre d’inscriptions en premier cycle universitaire est cependant en chute constante dans l’académie : - 4,4% en 2001. Plusieurs facteurs expliquent cette situation : — l’augmentation du bac professionnel qui est un diplôme de fin d’études — les choix d’orientation des bacheliers généraux qui sont seulement 88,7% à la rentrée 2001 à s’inscrire dans le cycle supérieur (université, institut universitaire de technologie (IUT), classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) et section de technicien supérieur (STS) dans et hors académie) contre 91,9% au niveau national.

Source : BEA Scolarité (constat) - matrices des flux DEP

les niveaux de formation niveau VI et V bis : sortie de

Une des spécificités de l’académie se retrouve dans l’engouement des jeunes pour les filières sélectives et les filières courtes : 25% des étudiants (tous cycles confondus) sont inscrits dans les filières technologiques courtes (IUT-STS) contre environ 17% en France métropolitaine.

et FCIL post BEP et CAP et technologique - baccalauréat professionnel - brevet professionnel -

IUT 11,5 % 6%

niveau III : BTS - BTSA - DUT - DEUG niveaux I et II : niveau bac+3 et plus

plus de précarité

chômage et précarité

Source : enquête Génération 98, Céreq 2001

Il faut souligner que l’intégration des jeunes de niveau bac+3 et plus est particulièrement bonne dans la région. Conditions d'insertion des jeunes bac + 3 en 2001

0% -5%

CPGE 7,3 % STS 4% Université -10 %

-10%

brevet de technicien - mention complémentaire et FCIL post bac

chômage peu fréquent

10%

BEPA - mention complémentaire niveau IV : baccalauréat général

accés rapide à l'emploi

Progression des effectifs de 1993 à 2001

1ercycle ou sortie fin de troisième niveau V : CAP - CAPA - BEP -

Conditions d'insertion des jeunes de niveau CAP ou BEP en 2001

Ces filières courtes attirent, non seulement des bacheliers technologiques et professionnels, mais aussi de nombreux bacheliers généraux.

insertion rapide et stable

peu de précarité

Source : Enquête Génération 98, Céreq 2001

plus de précarité

accès à l'emploi plus lent


■ n’oublier personne Évolution des sorties du système éducatif en Franche-Comté sorties des enseignements public et privé vers : apprentissage, lycées agricoles ou hors académie, et sorties avec et sans qualification académie de Besançon 20 000

15 000

9 717

9 415

9 326

10 000

■ création de dispositifs adaptés à des publics particuliers

Nombre d'unités pédagogiques d'intégration

L’Éducation nationale a pour objectif de permettre à toutes les populations, aussi diverses soient-elles, d’accéder à un niveau d’instruction satisfaisant. Deux populations sont particulièrement prises en compte : — les jeunes vivant dans un environnement social défavorable, souffrant pour certains de difficultés scolaires liées à cette situation — les jeunes souffrant de handicaps

5

pour des jeunes de 11 à 16 ans présentant différentes formes de handicap mental ou physique

Effectifs d'élèves de collèges scolarisés dans les SEGPA à la rentrée 2003

3 2 1 0 Doubs

Jura

Haute-Saône

rentrée 2002

rentrée 2003

63 Doubs

Jura 5 000

3 030

2 786

2 743

315

3 311

Jura 470

2001

2002

2003

Haute-Saône

284

T de B.

SEGPA privé

total académie de Besançon : public 1 887, privé 188

Les SEGPA depuis 1996 accueillent en majorité des jeunes en grande difficulté scolaire et/ou sociale.

600 000

Réseaux et zones d'éducation prioritaire 488 767

482 771

Champagney

488 843 St Loup/Semouse Lure

Offemont

400 000

Héricourt Belfort Vesoul Bethoncourt Gray

200 000

134 330

130 501

131 948

Grand-Charmont Montbéliard

0

144 565

141 092

2001

2002

2003

niveau VI-V bis

niveau V

Dole

ZEP reconduites création de ZEP

niveau IV

ZEP transformées en REP création de REP

Source ; DEP (matrice des flux)

L’académie de Besançon a réussi entre 2001 et 2003 à diminuer le nombre de sorties du système éducatif, principalement les sorties sans qualification (niveau VI et V bis). Par ailleurs, la Franche-Comté se distingue par le nombre important de jeunes ayant un parcours de retour en formation.

Moirans/ Lavans/Pratz

Morez

(1) REP Audincourt Les Vignolles (2) REP Audincourt Champs Montants

St Claude

révisions de la carte des ZEP/REP 1999 ®CRDP de Franche-Comté 2004

UPI privées

effectifs globaux pour l'académie de Besançon UPI publiques : 124, UPI privées : 14

L’académie propose aussi deux établissements régionaux d’enseignement adapté (Doubs, Jura). Ces EREA sont des établissements de second degré pour des élèves souffrant de déficiences profondes ou atteints de handicaps graves.

agir ensemble

La mission éducative de l’académie de Besançon recouvre des réalités multiples qui s’articulent autour d’objectifs, de résultats, d’actions pédagogiques et d’échanges. L’académie est un organisme vivant, chaque année l’ensemble de ses acteurs se mobilise pour permettre aux jeunes qui leur sont confiés de construire leur avenir dans les meilleures conditions ■

Effectifs d'élèves scolarisés en REP à la rentrée 2002 5 244

Doubs Jura

2 478

T. Belfort 2 532 1er degré

3 631 8 875

2 005 4 483

Hte-Saône 2 706

Part des jeunes ayant un parcours de retour en formation entre 1998 et 2001

10

Delle Beaucourt

Seloncourt (2) Audincourt (1) Valentigney

2 1 Besançon Besançon

147 934

3 456 6 162

■ Directeur de la publication

2 296 4 828 2nd degré, non compris les effectifs de lycées professionnels

total académie de Besançon : er nd 1 degré 12 960 2 degré 11 388 total général 24 348

Effectifs d'élèves scolarisés en REP à la rentrée 2003 3 574

Doubs Jura

2 196

Hte-Saône T. Belfort

3 477 2 258

total académie de Besançon : 2nd degré 11 505

Anne Sancier-Chateau, Recteur d'académie ■ Chef de publication Élisabeth Baudin, Chargée de communication ■ Responsable de rédaction Charlotte des Gayets ■ Contact ce.communication@ac-besancon.fr ■ Fiche réalisée en collaboration avec les services administratifs du rectorat ■ Conception graphique

Bouteiller communication, Studio Bracco

Métropole : 4 %

Numéro ISSN 1765-0488 5,5 % ou + Source Cereq

de 4,5 à 5,4 %

de 4 à 4,4 % de 3,5 à 3,9 %

- de 3,5 %

14

32

UPI publiques

France métropolitaine 800 000

45

58

3 054 SEGPA public

0

37

67

Haute-Saône Ter. de Belfort

3 470

T de Belfort

Effectifs d'élèves de collège scolarisés dans les UPI à la rentrée 2003

818

Doubs

4


Théma express 3