Page 1

L e

j o u r n a l

i n t e r n e

d u

G r o u p e

R S M

S a l u s t r o

R e y d e l

SRNews N°38 octobre 2004

É

D

I

T

O

R

I

A

L

“L

es auditeurs font leur révolution culturelle” ainsi titrait récemment le journal Les Echos alors qu’il présentait les grands défis de notre métier.

La profession de commissaire aux comptes est en pleine mutation. La loi de sécurité financière a changé son organisation et son exercice. Le décret de 1969 et la 8ème directive sont en voie d’être profondément modifiés. Quelle sera la physionomie de notre métier demain ? L’internationalisation des entreprises accroît le périmètre et les zones de risques de nos activités alors que dans le même temps, nous devons répondre à une exigence croissante de transparence. Celle-ci fait écho au devoir de transparence en matière de gouvernance d’entreprise et d’information financière, auxquels sont soumis aujourd’hui tous les acteurs économiques.

(àl’affiche

Dans ce contexte, notre cabinet est confronté à un double défi : fidéliser les clients et en conquérir de nouveaux. Répondre au mieux à leurs attentes, tant au plan international qu’au niveau d’expertises spécifiques telles que les IFRS ou le contrôle interne, telle est l’ambition de notre projet de rapprochement avec KPMG. C’est pourquoi, nous abordons cette nouvelle étape de la vie du cabinet, dans une perspective de fort développement et dans un véritable esprit de partenariat et de complémentarité. Nous pourrons gagner des parts de marché si, en préservant nos forces respectives, nous savons allier nos savoir-faire et en inventer de nouveaux. Nous rechercherons les meilleures synergies dans le respect de notre culture afin que ce projet, qui séduit déjà nos clients, suscite l’adhésion de tous. Au delà de notre professionnalisme, nous devons cultiver un savoir-être empreint de responsabilité, d’esprit éthique et d’indépendance, qui est la base de notre réputation sur le marché et un des ciments de la confiance que nos clients nous accordent. Jean-Pierre Crouzet et le Comité exécutif

Priorité : qualité et satisfaction des clients Quand qualité rime avec satisfaction client, le développement devient réalité Renforcement de la Maîtrise des Risques et Assurance Qualité du Cabinet page 2

Le client au cœur de la démarche ISO page 3

Vie du Groupe Intégration de la promo 2004

page 4

a c t u a l i t é

RSM Salustro Reydel s’engage dans un processus de rapprochement avec KPMG Le dossier de présentation du projet de rapprochement de RSM Salustro Reydel avec KPMG vient d’être notifié à la Direction de la Concurrence (la DGCCRF) afin d’obtenir son agrément nécessaire à la réalisation de cette opération qui pourrait alors intervenir au premier trimestre 2005.

Chine, l’Inde, où s’implantent aujourd’hui de nombreuses entreprises françaises.

Pourquoi un tel rapprochement ?

Nous devons également répondre aux exigences croissantes de nos clients dans de nouveaux domaines d’expertise tels que les IFRS, les “Transaction services”, le contrôle interne, le développement durable ou encore en matière de SEC Practice. Pour mieux satisfaire ces demandes, il nous faut consolider notre capacité à mobiliser des ressources plus importantes tant en France qu’à l’étranger.

Nos clients développent de plus en plus leurs activités à l’international. Pour être en mesure de les accompagner dans cette dynamique, il est apparu de plus en plus nécessaire de renforcer nos capacités d’intervention dans tous les pays, notamment dans les pays à fort potentiel tels que la

Par ailleurs, notre cabinet a toujours été attentif à recruter et à garder des collaborateurs de haut niveau. Dans un environnement aujourd’hui très concurrentiel, ce projet devrait leur permettre de bénéficier de plans de carrière plus variés et internationaux.

Revenons sur les principaux motifs qui ont amené à privilégier cette stratégie de développement.

L U

SUR LES ONDES Philippe ARNAUD & Anne GARANS sont intervenus sur la station BFM, du 16 au 25 Juin 2004 concernant la démarche relative au Développement Durable dans les entreprises.

• La capitalisation d’une immobilisation incorporelle suivant la norme IAS 38 Benoît Lebrun, (Revue Française de Comptabilité, 1er juin 2004) • Quotas d’émission de gaz à effet de serre : les conséquences financières se précisent Philippe Arnaud, Anne Garans, (Environnement & Technique, 1er juin 2004)

D A N S

De plus, pour faire face aux nouvelles exigences professionnelles nationales et internationales (Loi sur la Sécurité Financière et Sarbanes Oxley Act) il est apparu nécessaire d’accroître la dimension et le périmètre d’action de notre groupe. Afin de mieux servir nos clients, et répondre à ces nouveaux défis, le Cabinet a jugé opportun d’allier ses compétences et ses expertises à un autre partenaire reconnu par les marchés au niveau mondial.

Pourquoi le choix s’est porté sur KPMG ? Les associés du Cabinet ont porté leur choix sur KPMG pour de multiples raisons : • Il existe une forte complémentarité des portefeuilles clients respectifs et des secteurs d’activité, • KPMG est le réseau international le plus français par ses origines, L A

sa culture proche de la nôtre, et ses nombreuses implantations en France (180 bureaux en France), • Il est parmi le plus européen des grands réseaux internationaux, • Il dispose d’excellentes implantations à l’étranger, notamment aux USA, au Japon et dans les pays en fort développement. Nos expertises se trouveraient ainsi considérablement renforcées grâce à la capacité de mobilisation de ressources plus importantes sur des missions à forte valeur ajoutée et à une expérience acquise et capitalisée au niveau mondial.

Le futur nouvel ensemble aurait la troisième place en terme de mandats CAC auprès d’entreprises du SBF 120, avec : • 13 mandats dans le CAC 40 • 35 mandats dans le SBF 120 • 6 sociétés cotées à New York

P R E S S E

• Pourquoi les groupes non cotés peuvent avoir besoin des normes IFRS Benoît Lebrun, (Option Finance, 28 juin 2004) • L’an I du contrôle interne Jean-Michel Charpentier (La Tribune, 28 juin 2004) • Réglementation comptable et développements récents François Bernard, (Analyse Financière, 1er juillet 2004)

• Des honoraires en hausse pour les missions spécifiques Citation de Jean-Pierre Colle (Option Finance, 26 juillet 2004) • Les données environnementales et sociales : Pourquoi et comment fiabiliser ces informations par un contrôle externe ? Philippe Arnaud, Anne Garans, (Environnement & Technique, 1er septembre 2004)

• Contrôle interne : mettre en place les bons outils de pilotage Jean-Michel Charpentier (Option Finance, 20 septembre 2004) • Les auditeurs font leur révolution culturelle Citation de Céline Reynaud, (Les Echos, 23 septembre 2004)


NOUVELLE ACCRÉDITATION DU CABINET AUX ETATS-UNIS Le Public Company Accounting Oversight Board (“PCAOB”) a approuvé le 19 juillet notre demande d’enregistrement aux Etats Unis en tant qu’auditeur étranger. Cette accréditation, qui remplace celle que nous avions depuis 2000 auprès de la Securities and Exchange Commission (la “SEC”), nous permet de continuer à signer les comptes de nos clients cotés à la bourse de New York. Cette nouvelle accréditation était rendue nécessaire par la réglementation mise en place par la loi Sarbanes Oxley qui a créé un organe indépendant de tutelle de la profession comptable aux Etats-Unis (le PCAOB), rattaché à la SEC,

FORCE DE FRAPPE À L’INTERNATIONAL : L’I.P.A.O. ■

Les experts comptables, les commissaires aux comptes et les professionnels publics et privés de la finance en France ont décidé de se rassembler dans un organisme commun pour parler d’une seule voix à l’international. L’Institut des Professionnels Associés à l’Ordre des experts comptables (IPAO) vient ainsi d’être créé sous l’impulsion de l’Ordre avec comme objectif de renforcer la position de la profession sur la scène internationale. De fait, la France ne compte que 17.000 experts comptables inscrits à l’Ordre, leurs équivalents britanniques, les “chartered accountants” sont 245.000. Dans ce contexte, le nouvel ensemble travaillera sur des productions techniques et pratiques et améliorera la compréhension mutuelle entre les différents acteurs de la chaîne financière, le but étant de peser sur les négociations internationales.

QUELQUES-UNES DES MISSIONS À L’ÉTRANGER ■ MISSIONS RÉFÉRÉES PAR

RSM SALUSTRO REYDEL NEXANS Audit statutaire Italie (RSM Ria) NEXANS Audit statutaire Brésil (RSM Boucinhas) NEXANS Pré Due Diligence Russie (RSM Top Audit)

■ MISSIONS EFFECTUÉES PAR DES ÉQUIPES RSM SALUSTRO REYDEL AUCHAN Commissariat aux Apports Hongrie

auprès duquel tout cabinet souhaitant signer les comptes d’une société cotée a obligation de s’enregistrer. Cette procédure a nécessité la mise en place d’une équipe projet dont les travaux se sont étalés sur plusieurs mois afin, d’une part, de préparer l’ensemble de l’information requise tant pour notre cabinet que pour ces filiales en France et à l’étranger et, d’autre part, de démontrer notre connaissance, notre maîtrise et notre respect des normes d’audit et des normes comptables américaines ainsi que de la réglementation de la SEC.

FRANÇOIS BERNARD ET JEAN-CLAUDE REYDEL, CONSEILLERS DU COMMERCE EXTÉRIEUR DE LA FRANCE

François Bernard

Jean-Claude Reydel

En reconnaissance de son action pour l’aide apportée au développement de sociétés françaises à l’international, notamment en Chine, François Bernard vient d’être nommé aux fonctions de Conseiller du Commerce Extérieur de la France. Le décret du Premier Ministre du 13 septembre 2004 renouvelle, par ailleurs, pour 3 ans, Jean-Claude Reydel aux mêmes fonctions. Conformément aux textes qui régissent sa mission un Conseiller du Commerce Extérieur de la France doit aider le Gouvernement à mettre en œuvre sa politique du commerce extérieur. Ils participent aux groupes de travail ayant pour charge de faire des propositions pour favoriser le développement international des entreprises.

F r a n c e

Priorité : qualité et satisfaction Lors de la Convention Associés / Managers réunie à Deauville les 21 et 22 juin derniers, la qualité et le développement ont été mis au centre des présentations et ateliers de travail. Dépasser les attentes du client, placer le client au cœur de notre relation et la qualité au cœur de l’entreprise, tels ont été les messages clés de cette Convention.

Quand qualité rime avec satisfaction cli le développement devient réalité La satisfaction du client : un client satisfait n’est pas forcément fidèle, en revanche un client très satisfait est à la fois fidèle et bon prescripteur. Un client satisfait nous recommande au mieux une fois sur cinq, un client très satisfait nous recommandera en moyenne plus d’une fois sur deux. De plus, si l’on va au-delà de ses attentes initiales, il est fidèle trois fois sur quatre. Toute la démarche qualité s’appuie sur l’objectif de la satisfaction du client, et sur l’enchaînement : satisfaction du client = prescription = développement

Si la priorité reste la satisfaction du client, celle-ci ne peut s’obtenir qu’avec des process bien identifiés, fiables et des systèmes de mesure adéquats, afin de mesurer les services rendus. C’est la clé de voûte de la version 2000 de notre nouvelle certification ISO, avec des indicateurs qualité fiables moins conceptuels que par le passé, ancrés de plus en plus dans la réalité des entreprises et la notion de service rendu au client.

Les dimensions de notre valeur ajoutée Au delà de notre cœur de métier qui doit garantir au client : sécurité, indépendance, fiabilité, compétence et professionnalisme, la valeur ajoutée de nos prestations se situe de plus en plus en périphérie du Service, sur les qualités de : disponibilité, réactivité, considération, écoute, implication et prévenance dont font preuve nos équipes. C’est notamment sur ce dernier point que notre cabinet pourra se différencier de ses concurrents, par la recherche d’un taux de satisfaction croissant auprès de nos clients actuels et futurs. Nous gagnerons la bataille des clients avec des clients SATISFAITS sur l’ensemble des composantes de nos prestations.

L’engagement de chacun de vous dans cette démarche ambitieuse est néce

CABROM SRL Expertise comptable ponctuelle Roumanie COMPAGNIE DES EAUX ZLIN Commissariat aux comptes République Tchèque CSC Missions informatiques : refonte des systèmes comptables Belgique DALKIA IAS pour les managers République Tchèque FIAT AUTO POLAND Audit des conditions commerciales Pologne INVITEL Mission d’audit dans le cadre d’un emprunt obligataire Hongrie MAROC TELECOM Introduction en Bourse Maroc PHARM SUPPLY Conseil fiscal Pologne WANADOO Mission de Contrôle Interne (loi Sarbanes Oxley) Bruxelles – Hollande

SR News

OCTOBRE 2004

Renforcement de la Maîtrise des Risques et Assurance Qualité du Cabinet Sous la houlette de Philippe Mathis et de Jean-Michel Charpentier, le Cabinet crée la fonction Maîtrise des Risques et Assurance Qualité (MRAQ) qui a pour responsabilité de garantir que sont mises en œuvre au sein du groupe Salustro Reydel : • des méthodes de travail et des normes de rapport conformes aux normes IFAC et aux recommandations professionnelles, • des procédures de travail conformes aux exigences du métier, • des procédures d’Inspection interne et de suivi des conclusions des contrôles périodiques de la qualité de l’exercice professionnel gérés par la CNCC sous la supervision du H3C, • des procédures assurant le respect des principes d’éthique professionnelle et des programmes de formation professionnelle… Le renforcement de nos méthodes de travail et de nos procédures de contrôle, en parfaite adéquation avec les exigences de la profession, s’inscrit en cohérence avec notre approche de la qualité. L’animation opérationnelle de l’ensemble de la Fonction Maîtrise des Risques et Assurance Qualité est assurée par Philippe Mathis et Jean-Michel Charpentier. Pour remplir ces objectifs, la fonction MRAQ est composée de deux Départements fonctionnels renforcés par deux cellules spécialisées.

Le Département Méthodes animé par Philippe Mathis assisté de Claire Gravereau en charge du contenu technique de la formation, coordonne également l’activité de deux lignes d’expertise :

La cellule Ethique et Acceptation / Affectation des missions

• Réglementation Marchés Financiers Dominique Stiegler • SEC Practise Baudouin Griton

Jean-Claude Reydel et Hubert Luneau

Le Département Inspection

La cellule Gestion des Risques Professionnels

animé par Jean-Michel Charpentier et François Pavard qui assure directement la supervision du

• Contrôle Qualité de l’Exercice Professionnel (ENA, EPRA, …)

François Chevreux Philippe Arnaud


MICHÈLE BONARD VIENT D’ÊTRE NOMMÉE VICE-PRÉSIDENTE DE L’ASEFA

NOUVELLES MISSIONS FRANCE NEXANS Formation aux IFRS SITURV Réseau de bus et tramway de Valenciennes Audit de gestion des coûts Ville de DUNKERQUE Audit de la MJC AGENCE DES PARTICIPATIONS DE L’ETAT Maîtrise d’œuvre de l’exercice de combinaison des comptes des entreprises entrant dans le périmètre de l’agence des participations de l’Etat

BONGRAIN Commissariat à la fusion EASYDENTIC Commissariat aux comptes COGEMA Commissariat aux comptes DAGRIS Commissariat aux comptes MARFRET Contrôle Interne / Due Diligence NEXITY HOLDING (HIPPOCAMPE) Commissariat aux comptes

BUSINESS OBJECT Mission IFRS AIR FRANCE /KLM Commissariat aux apports MAXWELL Sous-traitance PROXISERVE Audit financier et fiscal d’acquisition SEDE et Audit financier d’acquisition RAPID GAZ

Qu’est-ce que l’ASEFA et que peut apporter cette association à Salustro Reydel ?

MISSIONS CONSOLIDATION SODIAAL (union de coopératives laitières, marques Yoplait, Candia, Richemonts) : Assistance à la reprise des données historiques (Magnitude-Smart Edition) ALTRAN Assistance à la production des comptes consolidés Paramétrage de la preuve d’impôt dans Magnitude TEISSEIRE Etablissement des comptes consolidés au 30 juin 2004

L’ASEFA (Association des Sociétés d’Externalisation Financière et Administratives), a été créée en 1998, elle a pour objectif de promouvoir l’externalisation dans les domaines comptable et financier, la paie et la gestion des ressources humaines. Elle regroupe 7 cabinets dont RSM Salustro Reydel (depuis la fin de l’année 2003), Mazars, Grant Thornton, CPS.

L’Association traduit une réelle capacité à répondre aux attentes des entreprises dans le domaine de l’externalisation avec un niveau de qualité élevé. L’ASEFA devient ainsi un “LABEL”, une référence incontournable. La nomination à cette fonction de Michèle Bonard renforce l’image de notre ligne de services “externalisation” et permet, non seulement d’avoir un rôle actif dans la nouvelle orientation, mais également, par sa représentation dans les salons et les médias, de bénéficier d’une réelle opportunité de développement de clientèle, soit en nous appuyant sur ce label, soit en l’utilisant comme élément de référence.

Conférences

des clients Le client au cœur de la démarche ISO

ient,

ISO vs satisfaction client, satisfaction client vs ISO vous l’aurez compris ces deux termes sont désormais intimement liés. On ne pourra plus parler de la démarche ISO sans placer le client au centre du système de management de la qualité (SMQ pour les spécialistes ! ! !) de notre cabinet. Xavier Fournet, Associé, pilote le projet de certification ISO et la mise en œuvre de stratégie orientée clients en coordination avec l’équipe développement.

L’amélioration continue de la qualité de nos prestations est le reflet d’une démarche dynamique et évolutive. Cette démarche qui est en marche aujourd’hui ne s’arrêtera pas, la certification est une étape décisive mais les enjeux qu’elle comporte vont bien au-delà et s’inscrivent dans un processus permanent.

essaire à notre développement.

Objectifs et indicateurs

Tableau de bord

Pour passer du concept à la réalité l’équipe qualité de RSM Salustro Reydel, aidée par des managers et des responsables fonctionnels, a déterminé des indicateurs de mesure de la qualité des processus que nous mettons en œuvre pour satisfaire nos clients. Ces indicateurs ont été identifiés à partir des quatre objectifs qualité fixés par le Comité Exécutif : • Améliorer notre performance en matière de développement commercial • Augmenter le niveau de qualité des travaux réalisés • Maintenir un niveau élevé de compétences des collaborateurs • Mieux cibler et dimensionner les travaux réalisés afin de garantir à nos clients une valeur ajoutée croissante. Ainsi, à titre d’exemple, si l’on choisit le processus, “réaliser une mission de CAC”, l’indicateur est le taux de réalisation des revues indépendantes, pour le processus “obtenir une mission par appel d’offres ou consultation externe”, un des indicateurs retenus est le taux de transformation (succès) des propositions de mission envoyées aux clients. Pour un autre processus, “gérer les ressources humaines”, figure parmi les indicateurs définis, la notation moyenne des promotions d’assistants débutants.

L’ensemble de ces indicateurs, auxquels ont été affectées des valeurs cibles, sera réuni dans un tableau de bord de la qualité établi périodiquement. Cet outil nous permettra d’analyser les écarts entre la réalité et les objectifs puis de mettre en œuvre des plans d’action pour nous améliorer encore davantage. C’est le cercle vertueux de la qualité ! ! !

M a n i f e s t a t i o n s ■ Les

Agenda et enquêtes qualité Parallèlement, comme nous l’avions annoncé aux managers et aux associés à Deauville, la mise en place d’un “agenda” au sein de notre méthodologie actuelle et l’instauration d’enquêtes sur la qualité de nos prestations auprès de nos clients viendront compléter notre dispositif qualité. Il nous manquait un instrument de mesure de notre qualité, nous l’avons construit. Il nous reste à le mettre en œuvre et surtout à en faire le vecteur principal de l’augmentation de la satisfaction de nos clients. Dates à noter : 6, 7 et 8 décembre 2004 Audit de certification. L’équipe qualité

Pour ça nous avons besoin de vous tous ! ! ! !

c l i e n t s

21 & 22 octobre 2004 : Salon Financium (DFCG)

■ mardi

à

v e n i r

9 novembre 2004 :

Dirigeants Finances-Gestion : Le Retour à la Confiance ?

Les septièmes rencontres du Capital Investissement

Conférence le vendredi 22 octobre de 16h00 à 17h00 par Michèle Bonard sur :

En partenariat avec l’Agefi et avec le concours de l’AFIC Animées par Guy Stievenart :

L’externalisation des fonctions administratives, comptables et sociales : une opportunité pour les directions financières

Plusieurs conférences présenteront le panorama du Capital Investissement en France et en Europe ainsi que l’actualité réglementaire et fiscale. Guy Stievenart abordera spécifiquement :

Loin d’être une contrainte ou d’être vécue comme une “dépossession de fonction”, l’externalisation, si elle est menée dans un véritable esprit de partenariat, constitue un outil de pilotage efficace et une source de profitabilité certaine pour l’entreprise (personnel externalisé – équipe dimensionnée – outils et performances adaptés …) avec une sécurité maximum. Elle induit une véritable obligation de résultat qui se substitue à une obligation de moyen.

Avec le témoignage de : Neil Smith, Directeur Financier de Yoplait (Palais des Congrès - Porte Maillot)

■ jeudi

4 novembre 2004 :

Pourquoi n’y a-t-il pas ou peu de “sorties” européennes ? • Financement de la recherche • Management européen • Liquidités • Evolution des marchés financiers ■ mercredi

28 octobre 2004 Principes, enjeux et incidences des normes IFRS 8 et 9 novembre 2004 Maîtriser les normes IFRS 10 novembre 2004 La comptabilisation des instruments financiers 18 novembre 2004 La dépréciation d’actifs 26 novembre 2004 La première application des normes IFRS 30 novembre 2004 L’impact des normes IFRS dans le secteur bancaire

CLAIRE GRAVEREAU EN CHARGE DE LA FORMATION CLIENTS

17 novembre 2004

Un petit déjeuner de présentation avec Publicorp

Les “bonnes pratiques” des entreprises du SBF 120 concernant leur communication relative au Développement Durable qu’il s’agisse de leurs rapports annuels ou de rapports dédiés.

animé par Jean-Pierre Colle et Raphaël Jacquemard.

L’étude élaborée par le Département Développement Durable en partenariat avec l’agence de communication Publicorp a analysé l’ensemble des publications de l’année 2003 des sociétés du SBF 120 et a eu comme principal objectif de recenser et de classer les grandes tendances des entreprises face à leur démarche de développement durable. (Salons France Amériques)

Formations clients à venir

(Salons Hoche)

Un petit déjeuner sur la réglementation concernant la comptabilisation des fusions.

Avec Philippe Arnaud et Anne Garans

9 juin 2004 Philippe Arnaud Quel traitement comptable pour les droits d’émission des gaz à effet de serre (EFE) 17 juin 2004 Benoît Lebrun Comparaison de la norme IAS 38 sur les immobilisations incorporelles avec les pratiques françaises (EFE) 24 juin 2004 Jean-Pierre Colle, Raphaël Jacquemard Présentation du règlement du CRC sur les fusions (BNP Paribas) 29 septembre 2004 Benoît Lebrun Titrisation (DII) 13 octobre 2004 Eric Quentin Pascale De Calbiac HOCHE La réforme de l’imposition des dividendes (IMA) 14 octobre 2004 Jean-Pierre Colle, Raphaël Jacquemard Ingénierie comptable et financière des opérations d’apport et de fusion (EFE) 17 & 18 novembre 2004 Benoît Lebrun Arrêté des comptes & First Time Application (EFE) 9 décembre 2004 Roseline Glaizal Nouveau cadre réglementaire des OPCVM (DII)

Le traitement comptable des fusions : le nouveau règlement N° 2004-01 du CRC (Salons France Amériques)

■A

noter : jeudi 6 janvier 2005

Les Rencontres Fiscales avec François Chevreux

Associée au pôle 2, elle prend en charge la responsabilité de la formation Clients gérée par Céline Reynaud, dans le cadre de séminaires inter et intra entreprises.

En collaboration avec Hoche Société d’Avocats SR News

OCTOBRE 2004


DEUX NOUVEAUX ASSOCIÉS COOPTÉS CHEZ HOCHE, SOCIÉTÉ D’AVOCATS Bernard Dumas, 39 ans, en charge du bureau de Hoche à Marseille, a intégré le cabinet à Marseille en avril 2002. Il avait auparavant effectué l’essentiel de sa carrière professionnelle au sein du cabinet Ernst and Young juridique et fiscal (EY Law).

Nicolas Mancret, 35 ans, actuellement en charge du département droit social du cabinet, est entré en avril 2003 chez Hoche après avoir passé notamment près de 3 années chez Deloitte et Touche juridique et fiscal. Il participe activement aux travaux du CIDEM (Club des Ressources Humaines) et intervient à ce titre dans de nombreux colloques et séminaires.

Notons également l’arrivée chez Hoche de deux nouveaux Associés, l’un dans le domaine des Fusions / Acquisitions : Jean-Luc Blein, l’autre dans le domaine du droit social : Stéphane Laubeuf, et de leurs équipes, constituées de cinq collaborateurs (trois en droit social, deux en Fusions/Acquisitions) et exerçant jusqu’alors leurs activités au sein du cabinet Ginestié Paley - Vincent et Associés.

■ DAVID STACEY REJOINT LE DÉPARTEMENT INTERNATIONAL David Stacey, de nationalité britannique, a rejoint le Pôle International dans le cadre de son cursus universitaire – Université de Cambridge pour effectuer un stage jusqu’au 31 août 2005. Il est étudiant en langues étrangères : français, russe, allemand. Depuis son arrivée, en août dernier, il a entamé une traduction en anglais des principales idées de la brochure “Maîtriser les IFRS”. Il a pris la relève de Charlotte Dubé sur le dossier NAI et assiste François Bernard dans les différentes étapes d’avancement de la mission en collaboration avec le Conseil Supérieur. N’hésitez pas à le solliciter pour vos besoins en langue anglaise en adressant au préalable votre demande à Bertrand Bonnevay.

(carnet

des naissances

■ Jules Coutelle Griffin Videgrain 25 mars 2004 ■ Zachary Dolivet Gelli 9 avril 2004 ■ Yuna Loiseau 22 avril 2004 ■ Noah Chiche 23 avril 2004 ■ Ghislain de Vaumas 25 avril 2004 ■ Ségolène de Chiffreville 28 avril 2004 ■ Ethan Maurin 29 avril 2004 ■ Tristan Frejou 7 mai 2004 ■ Victor Mahut 11 mai 2004 ■ Victor Rieunier Charpentier 15 mai 2004 ■ Clarisse Bourdin 27 mai 2004 ■ Maxime Pensec Royant 14 juin 2004 ■ Adem Bouabib 21 juin 2004 ■ Léa Totier Congiu 30 juin 2004 ■ Eléonore Guyot 21 juillet 2004

SRNews Responsable de la publication : Caroline Crocé-Spinelli Coordination : Véronique Baillard 01.53.77.38.10. www.salustro-reydel.fr Réalisation : Agence Pascaud Photos : RSM Salustro Reydel.

SR News

OCTOBRE 2004

v i e

d u

YANN GILLARD REJOINT LE GROUPE SALUSTRO REYDEL EN QUALITÉ DE DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Yann Gillard nous a rejoints le 6 septembre 2004, en qualité de Directeur des Ressources Humaines du Groupe. Il était dernièrement DRH de la division Recherche “worldwide” du Groupe RHODIA, au sein de laquelle, il a plus particulièrement développé la gestion des compétences et des carrières des 1500 chercheurs du groupe. Dans le cadre de sa fonction au cabinet, il assurera la supervision des activités liées au recrutement, à la gestion des carrières, à l’administration du personnel et à la formation interne des collaborateurs. Yann Gillard est joignable à Cambacérès (4ème étage), au poste 35 00. Son secrétariat est assuré par Jeanne Rustici, poste 39 18.

g r o u p e

Intégration de la promo 2004

Le Cabinet vient d’accueillir les 95 nouveaux collaborateurs de la promotion 2004, venant d’horizons variés et qui vont rejoindre nos structures à Paris et dans les filiales. Lors de la journée d’intégration, le 30 septembre dernier, au salon des Arts et Métiers, c’est une introduction dédiée aux composantes d’un monde en mouvement et d’une profession en pleine mutation qui a ouvert la session d’accueil. Faisant écho aux 5 “E” de la présentation du Cabinet en stratégie, SECOR - l’Epoque, l’Environnement, l’Entreprise, l’Equipe et l’Ego - qui constituent

les différents niveaux d’impact du changement, Yann Gillard, Directeur des Ressources Humaines, a rappelé les 5 “E” de la Direction des Ressources Humaines : Ethique, Engagement, Exigence, Ecoute, Equipe, introduisant ainsi les valeurs identitaires et comportementales du Cabinet.

A son tour, Jean-Pierre Crouzet, rappelait que dans un contexte professionnel en pleine mutation, avec des exigences nouvelles en matière de gouvernance des entreprises et avec une réglementation renforcée autour de l’exercice de notre métier, les auditeurs devaient plus que jamais faire preuve de transparence, d’intégrité, de responsabilité et d’indépendance. De plus, les évolutions professionnelles liées à l’application des dispositions (contrôle interne) prévues par la LSF, comme les nouvelles normes comptables internationales, les IFRS, feront appel de plus en plus à des hommes et des femmes de jugement. Au-delà de leur maîtrise des

techniques comptables, on attend des auditeurs, une véritable capacité à apprécier la valeur des opérations menées par des entreprises, ce qui suppose de leur part, de montrer de la curiosité et une large culture économique. Le métier de l’audit devient plus stratégique. Il est aussi plus exposé aux médias et chacun doit continuer à restaurer un climat de confiance et une image positive de la profession. Jean-Pierre Crouzet a également souligné l’importance de la qualité de la relation entre l’auditeur et le client. Car plus que jamais, le Cabinet doit consolider sa clientèle et conquérir de nouveaux clients. C’est tout l’enjeu de la réflexion conduite sur le sujet de la qualité du service et à travers elle, la qualité de la relation. C’est ce qui doit conduire à la mise en place de nouveaux outils destinés à nous améliorer dans ce domaine. C’est donc empreints de tous ces défis à relever que les nouveaux ont rejoint leur séminaire de formation et d’intégration à Djerba avant de retrouver le Cabinet le 11 octobre.

Challenge Foot RSMI 2004 Journée Golf à Chatou Le RSMI Challenge s’est déroulé les 26 et 27 juin derniers dans le cadre champêtre du stade de la Marche, à Marnes la Coquette. Trois équipes anglaises avaient fait le déplacement (Robson Londres, Hemel Hempstead et Manchester). Les Allemands de Haarmann Munchen, les Néerlandais de Niehe Lancee et notre valeureuse équipe parisienne venaient compléter le plateau. Décimée par une rude diminution de leurs effectifs, l’équipe marseillaise, victorieuse l’an passé, n’était pas en mesure de défendre son titre. Le tournoi fut ouvert officiellement par Bertrand Bonnevay, représentant du Département International. Notre équipe, poussée par ses nombreux supporters (merci aux 4 “pom pom” girls qui avaient fait le déplacement) se qualifiait dans l’après-midi contre les Néerlandais de Niehe Lancee (3-1), ce qui avait pour conséquence de les propulser en demi-finales. Le dimanche matin, notre équipe devait affronter les Anglais de Robson Londres, considérés comme les favoris du tournoi, avec leur système de jeu parfaitement huilé. Visiblement émoussés, les 2 équipes se neutralisaient, personne ne parvenant à forcer la décision malgré les raids solitaires de Briac Houtteville et Pierre Cournand. Les nerfs de notre équipe étaient pourtant les plus solides, et elle parvenait à s’imposer aux tirs au but, sur un dernier pénalty réussi de leur capitaine Michael Mahut. Dans l’autre demi-finale, Hemel Hempstead l’emportait sur les Néerlandais, encore grisés par la victoire de leurs compatriotes la veille. En finale, notre équipe devait toutefois s’incliner (2 buts à 1), sous les yeux des supporters abasourdis par cette défaite. La remise des prix était effectuée par Isabelle Goalec et Jean Claude Reydel. Merci à tous ceux, joueurs, organisateurs et supporters, qui ont contribué à la réussite de cet événement.

Dimanche 26 septembre 2004 le Comité d'Entreprise du Cabinet organisait une Journée Découverte et Challenge Golf à Chatou dans l'île des Impressionnistes. Soleil au rendez-vous dès l’apéritif, ambiance agréable et conviviale autour du buffet marquaient le début des festivités pour la quarantaine de personnes présentes. L’après-midi le sport reprenait ses droits : •Initiation pour un groupe de “golfeurs débutants” suivi d'un petit challenge •Entraînement et challenge sur 3 trous pour le groupe de “golfeurs occasionnels” •Tournoi sur 9 trous pour nos “pro”.

Vers 18 h cette chaleureuse journée sportive se terminait autour d'un rafraîchissement et de la remise des prix en présence notamment de Jean-Pierre Crouzet et d’Isabelle Goalec.

news letter Salustro Reydel  

lettre 4 pages

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you