Issuu on Google+

LE 21 février 2012

BUTINEUR Journal bimensuel du Baccalauréat intégré en études internationales et langues modernes

Volume 2, numéro 3

Semaine du développement international 2012

ÉDITION  SPÉCIALE MAROC ET TUNISIE

MISSIONS HUMANITAIRES

Roméo A. Dallaire

La   situation   des   femmes   suite   au   printemps  arabe.

La  réalité  sur  le  terrain  en  zone   de  con1lits.

Présence   du   lieutenant-­‐général   à  l’Université  Laval.

Page  4

Page  6

Page  7

1


SDI 2012 Du   5   au   11   février   2012,   la   Semaine   du   développement   interna8onal   (SDI)   met   en   vede<e   le   travail   de   la   communauté   du   développement   interna8onal   au   Canada.   Durant   la   SDI,   les   Canadiens,   par8culièrement   les   jeunes,  sont  invités  à  par8ciper  aux   ini8a8ves  du  Canada  en   ma8ère  de   développement  interna8onal   par   l'entremise  de   différents  événements  organisés  partout  au  pays.

À   l'Université   Laval,   ce<e   semaine   est   coordonnée   par   le   Partenariat   :   Objec8fs   du  millénaire  pour   le   développement   depuis  2006.  Plusieurs   ac8vités  et   conférences  étaient  donc   organisées  sur  le  campus  sous  le   thème  Osez  la  coopéra-on   dans   le  but   de   sensibiliser   la  communauté   universitaire   aux   enjeux  de  la  coopéra8on. Les   journalistes   du   Bu8neur   ont   donc  couvert  quelques   uns   de  ces  événements  pour  ce<e  édi8on  spéciale.    

(Source  :  Agence  canadienne  de  développement  interna8onal)

Oxfam-Québec : Une soirée pour s'unir contre la pauvreté LE   COMITÉ   RÉGIONAL   D'OXFAM-­‐ QUÉBEC   A   TENU   UNE   SOIRÉE   D ' I N F O R M A T I O N   E T   D E   R E C R U T E M E N T   S U R   L A   COOPÉRATION  INTERNATIONALE  LE   9   FÉVRIER   DERNIER,   OCCASION   I D É A L E   P O U R   L E S   G E N S   SOUHAITANT   ŒUVRER   DANS   LA   COOPÉRATION   INTERNATIONALE   POUR  EN  APPRENDRE  DAVANTAGE.   CHAQUE   ANNÉE,   OXFAM-­‐QUÉBEC   R E C R U T E   D E S   D I Z A I N E S   D E   COOPÉRANTS   VOLONTAIRES   QUI   S’ENGAGENT   POUR   UN   MANDAT   D’UN   À   DEUX   ANS   DANS   UN   PAYS   EN  DÉVELOPPEMENT.     par Shanny Hallé •••

En   cette   semaine   de   coopération   internationale,   Oxfam-­‐Québec   a   présenté   sa   vision   d'un   monde   juste   et  sans  pauvreté,  ainsi  que   sa   mission   de   mise   en   œuvre   de   solutions  durables  à   la   pauvreté   et   l'injustice.   Au   1il   des   ans,   Oxfam-­‐ Québec   a   implanté   des   bureaux   à   l’étranger   pour   répondre   aux   besoins   des   populations   locales   dans   les   pays   partenaires,   soit   au   Honduras,   au   Niger,   au   Burkina   Faso,   en   Palestine,   en   République  

Démocratique   du  Congo,   au  Bénin,   en  Bolivie,  au  Pérou,  au  Cambodge,   à   Haïti   et  au   Vietnam.   Ce   sont   les   communautés   locales   qui   y   t r a v a i l l e n t ,   a i n s i   q u ' u n   représentant   qui     y  opère   sous   la   supervision   d'Oxfam-­‐Québec.   Dépendamment   des   projets   en   cours,   des   coopérants   volontaires   se   joignent   aux   équipes   chaque   année   pour   y   apporter   leur   expertise.  

Fortin,   a   présenté   le   travail   de   coopérant   volontaire   et   les   exigences   à   remplir   pour   en   devenir  un. La   soirée   s’est   terminée   par   un   temps   de   discussion,   une   bonne   o c c a s i o n   p o u r   s ' i n f o r m e r   davantage   sur   Oxfam-­‐Québec   et  

Lors   de   cette   soirée,   l’agente   de   mobilisation   régionale,   Julie   Dubois,   a   accueilli  les  gens  avec   un   mot   de   bienvenue   et   une   p r é s e n t a t i o n   g é n é r a l e   d'Oxfam-­‐Québec.   Par   la   suite,   u n e   c o n s e i l l è r e   d e   d é v e l o p p e m e n t   organisationnel,   Sylvie-­‐Ève   La   H a y e -­‐ G a l l a n t   a   f a i t   u n e   Off res   po ur   êtr e   co op éra nt   vo lon tai re   à   c o n f é r e n c e   s u r   l’étranger l'autonomisation   des   jeunes   h<p://oxfam.qc.ca/recru et   sur  l'éducation  suite   à   une   tement/coopera8on expérience   de   coopération   Stages  en  coopéra8on  de  6  mois  pour   les  jeunes   volontaire   qu'elle   a   faite   au   professionnels  de  19-­‐30   ans Niger  en  Afrique  l'an  dernier.   Finalement,   la   directrice   des   h<p://oxfam.qc.ca/recru tement/stages/psij ressources   humaines   et   du   d é v e l o p p e m e n t   o r g a n i s a t i o n n e l ,   R e n é e  

Vivre une expérience sur le terrain

2


Médecins Sans Frontières : Soigner et témoigner DU   6   AU   10   FÉVRIER   DERNIER   AVAIT   LIEU  SUR  LE  CAMPUS  DE  L’UNIVERSITÉ   L A V A L   L A   S E M A I N E   D U   DÉVELOPPEMENT   INTERNATIONAL   S O U S   L E   T H È M E   « O S E Z   L A   C O O P É R A T I O N ! » .     P L U S I E U R S   ACTIVITÉS   ET   CONFÉRENCES   ÉTAIENT   OFFERTES   TANT   À   LA   COMMUNAUTÉ   UNIVERSITAIRE  QU’AU  GRAND  PUBLIC.   MÉDECINS   SANS   FRONTIÈRES   (MSF),   E N   C O L L A B O R A T I O N   A V E C   L ’ A S S O C I A T I O N   É T U D I A N T E   E N   DÉVELOPPEMENT   INTERNATIONAL   ET   DÉVELOPPEMENT   HUMANITAIRE   ( A D E I A H ) ,   P R É S E N T A I E N T   A U   PAVILLON   PALASIS-­‐PRINCE   UNE   CONFÉRENCE   INTITULÉE   «L’ACTION   HUMANITAIRE   INDÉPENDANTE  FACE  À   MSF   s’efforce   d’agir   de   manière   ci,   comme   le   souligne   M.   Cano.   De   U N E   N O U V E L L E   R É A L I T É   impartiale,   peu   importe   le   con1lit,   plus,   phénomène   récent,   on   en   plus   d’assurer   le   respect   de   d é n o t e   l ’ a u g m e n t a t i o n   d e s   INTERNATIONALE». par Olivier Béland-Côté •••

Médecins   Sans   Frontières   est   c e r t a i n e m e n t   l ’ u n e   d e s   o r g a n i s a t i o n s   n o n   gouvernementales   (ONG)   les   plus   connues   dans   le   monde.   Présente   dans   80   pays,   MSF   œuvre   depuis   maintenant  plus   de  quarante   ans  à   répondre   aux   besoins   criants   de   millions   de   personnes   affectées   par   différents   types   de   maladies,   des   épidémies,   la   famine   ou   diverses   catastrophes   naturelles.   Ainsi,   selon   le   site   internet   de   l’organisation,   MSF   est   à   l’heure   a c t u e l l e   l a   p l u s   g r a n d e   organisation   privée   de   secours   d’urgence   au   monde.   Agissant   de   manière  autonome  à  toute  autorité   politique   ou   emprise   économique,   l’organisation,   composée   à   la   fois   de  médecins  et  journalistes,  a  pour   mandats  premiers   de  soigner  et  de   témoigner,   comme   l’af1irme   M.   Carlos  Cano,  agent  de  recrutement.  

l’éthique   médicale   sur   ses   lieux   d ’ i n t e r v e n t i o n .   E n   o u t r e ,   l’organisation   offre   des   soins   urgents   de   santé   publique,   des   chirurgies   de   même   que   des   c a m p a g n e s   d e   v a c c i n a t i o n   massives.   L’action   de   MSF,   bien   qu’elle   réponde   d’abord   à   des   situations   d’urgence,   se   déploie   également   à   long   terme,   de   manière   à   structurer   certaines   installations   médicales   en   place   dans  les   régions  dans  le  besoin.  Un   tel  déploiement  nécessite  toutefois   une   logistique   à   point,   ainsi   qu’un   travail   de   pair   avec   d’autres   organisations,   comme   la   Croix-­‐ Rouge  ou  Médecins  du  monde.   En1in,   toute   intervention   de   Médecins   Sans   Frontières   offre   son   lot   de   dif1icultés   et   de   problématiques.   L’ONG   doit   bien   souvent   choisir   entre   porter   s e c o u r s   à   d e s   p o p u l a t i o n s   désespérées,   et   témoigner   des   atrocités   commises   envers   celles-­‐ 3

attaques   envers   les   humanitaires,   alors   que   deux     intervenants   de   MSF   ont   été   pris   pour   cibles   par   des  belligérants  en  Somalie  à  la  1in   d e   2 0 1 1 .   L a   s é c u r i t é   d o n t   b é n é 1 i c i e n t   l e s   t r a v a i l l e u r s   demeure   primordiale,   dans   un   contexte   international   où   con1lits   de   toute   sorte  affectent  de  plus  en   plus   de   gens.   Ainsi,   bien   qu’elle   c o m p r e n d   d e s   r i s q u e s ,   l’intervention   de   Médecins   Sans   Frontières   semble   essentielle   a1in   d’améliorer  le   sort   de   populations   af1ligées,   a1in   qu’elles   puissent   peut-­‐être   aspirer  à   un   avenir  plus  

MSF en chiffres

Fondé  en  1971

3  millions  de  donateurs  

(89  %  privés)

7  millions  de  pa8ents  en  

2010

5   %   des   interven8ons   en   réponse   à   des   catastrophes  naturelles


La condition des femmes au Maroc et en Tunisie

S E   S I T U A N T   A U   C Œ U R   D E S   P A S S I O N S   P O L I T I Q U E S   Q U I   SÉVISSENT  DANS  LE  MONDE   ARABE   DEPUIS   UN   AN,   LE   MAROC   ET   LA   TUNISIE   CONNAISSENT   TOUS  DEUX   CERTAINES   AVANCÉES   POUR   LA   CONDITION   DES   FEMMES.   DEPUIS   QUELQUES   ANNÉES   CES   AVANCÉES   SE   RESSEMBLENT   SUR   CERTAINS   P O I N T S ,   T O U T   E N   A Y A N T   CERTAINES  DIFFÉRENCES.     par Daphnée Pouliot •••

La  conférence  sur  La  condition   des   femmes  au   Maroc  et  en   Tunisie   du   8   février  dernier,   organisée   par   la   Délégation   Droits   et   Démocratie   d e   l ’ U n i v e r s i t é   L a v a l ,   s ’ e s t   déroulée   dans   une   ambiance   conviviale.   Meriem   El   Hamdouchi   et   Ousseïma   Belghith   se   sont   toutes   deux   exprimées   sur   la   condition   des   femmes   et   son   évolution   dans  leur  pays   d’origine.   Originaire   du   Maroc,   Meriem   El   H a m d o u c h i   é t u d i e   e n   administration   des   affaires.   Quant   à   Ousseïma   Belghith,   Tunisienne,   e l l e   é t u d i e   a u   d o c t o r a t   e n   management.  

le   CSP.   Les   acquis   de   ces   deux   codes   ont   permis   d’éliminer   les   mariages   forcés   et   la   répudiation.   Désormais,   le   mari   ne   peut   pas   déclarer   son   divorce   oralement,   cela   doit   être   fait   légalement.   Par   c o n t r e ,   u n e   d i s s e m b l a n c e   subsiste   :   en   Tunisie   la   polygamie   a  été  interdite  par  le  CSP  dès  1956,   tandis   qu’au   Maroc   elle   est   toujours   permise,   mais   très   restrictive;   toutes   les   épouses   doivent  être  consentantes.   En   Tunisie,   les   temps   ne   sont   pas   f a c i l e s   p r é s e n t e m e n t .   M m e   Belghith   les   quali1ie   même   de   c h a o t i q u e s .   B e a u c o u p   d e   problèmes  sont  présents  comme  le   harcèlement  des  femmes  obligeant   le  port  du  voile.  On   ne  parle  pas  ici   du   voile   intégral,   mais   seulement   d’un   voile   sur   la   tête,   appelé   le   hijab.   Le   port   du   voile   intégral   reste   un  choix   de   dévotion   et   non   de   soumission.   Au   Maroc,   par   contre,   les   femmes   ne   sont   pas   pourchassées   a1in   de   porter   le   voile.   Au   contraire,   peu   d’entre   elles   le   portent.   Il   s’agit   ici   d’un   choix   personnel   basé   sur   des   convictions.  

promotion  du   rôle   de  la   femme  en   p o l i t i q u e .   D e   p l u s ,   l a   r e p r é s e n t a t i v i t é   f é m i n i n e   politique  a   augmenté   au   cours   des   années,   les   partis   politiques   doivent     dorénavant   avoir   un   quota  minimal  de   12%  de   femmes   à   l’intérieur   de   leurs   partis.   Cependant  certains   obstacles   sont   présents,   le   principal   étant   la   culture   patriarcale   très   ancrée   dans  la   société.  En  fait,  on  ne   laisse   pas   facilement   entrer   les   femmes   dans  la   sphère   publique,   car   dans   la   sphère   privée   elles   ont   un   rôle   très   précis   :   celui   d’être   mère   et   épouse. Des  différences  sont  aussi   notables   entre   la   vie   des  femmes  en   milieu   urbain   et   rural.   Celles   qui   vivent   en   campagne  n’ont  pas   accès  aussi   facilement  à   l’éducation,  il  y  a  donc   une   inégalité   dans   les   acquis   des   femmes   dépendant   de   leur   lieu   d’origine.     Pour   ce   qui   est   du   rôle   que   les   femmes   ont   occupé   durant   le   printemps   arabe,   au   Maroc   il   est   différent   de   celui   en   Tunisie.   Les   Marocaines   ont   participé   à   la   révolution,   pas   pour   leurs   droits,   mais   plutôt   a1in   d’avoir   plus   d’emplois,   car   le   coût   de   la   vie   augmente   sans   cesse.   En   Tunisie,   par   contre,   les   femmes   ont   davantage  milité  pour  leurs  droits.  

Selon   Meriem   El   Hamdouchi   et   Ousseïma   Belghith,   la   femme   est   un   moteur   très  important   dans   la   société.   Elles   sont   persuadées   qu’avec   les   nouvelles   générations   d’employeurs   beaucoup   plus   Le   code  du  statut  personnel   (CSP)   Au   Maroc,   la   femme   du   roi   est   d ’ o p p o r t u n i t é s   l e u r   s e r o n t   m a r o c a i n   s e   n o m m e   l a   médiatiquement   très   présente,   ouvertes.   Moudawana   et   celui   de   la   Tunisie   u n e   n o u v e a u t é   q u i   f a i t   l a   4


Censure médiatique imposée en Tunisie LE   MERCREDI   8   FÉVRIER   DERNIER,   L A   D É L É G A T I O N   D R O I T S   E T   DÉMOCRATIE   DE   L’UNIVERSITÉ   LAVAL   INVITAIT   LA  COMMUNAUTÉ   U N I V E R S I T A I R E ,   A U T O U R   D E   TAGINE   ET   BAKLAVAS,   À   SA   CONFÉRENCE   SUR   LA   LIBERTÉ   DE   PRESSE   EN   TUNISIE.  VOYEZ   CE   QUE   L E S   C O N F É R E N C I E R S   L O U I S -­‐ PHILIPPE   LAMPRON   ET   TAÏEB   M O A L L A   A V A I E N T   À   N O U S   APPRENDRE   SUR   LA   CENSURE   IMPOSÉE   SOUS   LE   RÉGIME   DE   BEN   ALI  AINSI  QUE  SUR  LES   DÉFIS  LIÉS  À   LA  LIBERTÉ  D’EXPRESSION.   par Sara Di Zazzo •••

Monsieur   Taïeb   Moalla,   Tunisien   d’origine,   a   présenté   le   travail   journalistique   au   cours   du   régime   de   Ben   Ali   en   comparaison   avec   la   s i t u a t i o n   d e p u i s   s a   c h u t e .   Présentement  candidat   à  la   maîtrise   en   communication   publique   à   l’Université   Laval,   il   travaille   aussi   au  Journal  de  Québec  depuis  2006.     Sous   Ben   Ali,   la   censure   était   très   forte   et   présente   sous   différentes   formes.   Il   était  impossible  pour  une   radio   ou   une   chaine   de   télévision   p r i v é e   d ’ e x i s t e r ,   l e s   m é d i a s   étrangers  détenaient   un  accès  limité   à   l ’ i n f o r m a t i o n   q u i   é t a i t   massivement   contrôlée   par   le   gouvernement.   Les   médias   locaux   qui   dérangeaient   voyaient   leurs   p u b l i c a t i o n s   di sp a ra î t re .   P a r   exemple,   Le   Canard   Enchaîné,   journal   satirique  français  qui  tendait   à   contrarier   le   gouvernement,   n’a   pas   pu   rentrer   au   pays   durant   plusieurs  années.   L e s   j o u r n a l i s t e s   e t   é d i t e u r s   s’imposaient   donc   leur   propre   censure   en   étant   conscients   des   limites  à  ne  pas  franchir.   De   plus,  le   marché   de   l’information  était   faussé   puisque   le   gouvernement   pouvait   retirer   à   un   ou   plusieurs   médias   l’accès  à   la  publicité  étatique  dans  le  

but   de   punir   un   article   trop   dérangeant.   Les  conditions  des  journalistes   é t a i e n t   p a r t i c u l i è r e m e n t   dif1iciles;  sous-­‐payés  et  soumis   à   u n e   c e n s u r e   t e r r i b l e ,   b e a u c o u p   d e v a i e n t   s e   compromettre   au   pouvoir   en   place.   Ironiquement,   peu   importe   le   sujet   couvert,   la   une   était   inévitablement   une   photographie   du   président   et   tous   les   sujets   étaient   traités   dans  un  angle  en  découlant.

Selon  les  principaux  textes  légaux,  la   liberté   d’expression   est   consacrée   contrairement  à  la  liberté   de   presse.   Cependant,   la   liberté   d’expression   individuelle   protège   autant   l’acte   expressif   que   le   droit   d’obtenir   de   l’information.  Dans  ce   sens,  l’accès  à   l’information  est  indispensable  pour   f o r m e r   r a i s o n n a b l e m e n t   n o s   opinions.   Le   journaliste   doit   donc   jouir   d’une   liberté   pour   diffuser   cette   information,   permise   par   une   protection   accrue   concernant   notamment  l’anonymat  des   sources   et   la   garantie   d’indépendance   octroyée  aux  médias.

Depuis   le   départ   de   Ben   Ali,   une   grande   confusion   règne   au   sein   du   monde   médiatique.   On   réalise   que   l’état   chancelant   des   médias   n’était   pas  seulement  dû  à   la   censure   mais   aussi   au   manque   de   formation   des   journalistes,   de   professionnalisme   et   de   curiosité.   Les   gens   écrivent   sans   1iabilité   et   la   désinformation   entraîne   le   manque   de   crédibilité.   Les  citoyens  ont  donc  peu  con1iance   en   leur   système   d’information.   Présentement,   les   journalistes   agissent   encore   majoritairement   à   titre  d’intermédiaires  de  l’État. La   liberté   de   presse   connaît   t o u t e f o i s   d e s   l i m i t e s ;   l e   D’un   point   de   vue   plus   juridique,   gouvernement   peut   censurer   au   Monsieur  Louis-­‐Philippe   Lampron  a   nom  de   la   sécurité  nationale  et  il  est   quant   à   lui     expliqué   en   quoi   délicat   de   déterminer   le   degré   consiste   la   liberté   de   presse   et   ce   raisonnable   de   risques   à   prendre   qu’elle   implique.     Professeur   de   pour  un  journaliste   autant   que   pour   droit  à   l’Université   Laval,   Monsieur   la  société. Lampron   est   l’auteur   de   plusieurs   articles   et   chapitres   dans   diverses   À   la   suite   de   cette   présentation,   M.   revues  de  droit  et  de  livres  collectifs.   Lampron   nous   laisse   quelques   C ’ e s t   a u   c œ u r   d e s   r é g i m e s   démocratiques  que  se  produisent  le   choc   des   idées   et   des   valeurs   puisque  c’est  le   propre   des  régimes   démocratiques   que   les   citoyens   puissent  débattre  sans  être   inquiets   d’exprimer  leurs  idées.  Par  exemple,   au  Canada,  les  trois  valeurs  au   cœur   de   la   liberté   d’expression   sont   la   p a r t i c i p a t i o n   a u   p r o c e s s u s   démocratique,   la   recherche   de   la   v é r i t é   e t   l ’ é p a n o u i s s e m e n t   personnel. 5

pistes   de   ré1lexion   intéressantes   :   Considérant   les   technologies   et   la   convergence   du   milieu   des   médias,   ne   devrait-­‐on   pas   passer   de   la   liberté   de   presse   à   la   liberté   de   l’information?  Puisque  l’information   circule   de   moins   en   moins   par   les   médias   traditionnels   et   de   plus   en   plus   sous   d’autres   formes   comme   les   réseaux   sociaux,   doit-­‐on   élargir   la  liberté  de  presse  et  ses  privilèges?


La gestion des opérations humanitaires en zones de conflits G É R E R   D E S   O P É R A T I O N S   HUMANITAIRES   EN   ZONES   DE   CONFLITS   S’AVÈRE   ÊTRE   TOUT   UN   DÉFI   POUR   CELUI   OSANT   S’Y   A V E N T U R E R .   E N   P L U S   D E S   SITUATIONS   DE   STRESS   INTENSES,   I L   F A U T   P R E N D R E   E N   C O N S I D É R A T I O N   L ’ A S P E C T   CULTUREL   DU   CONTEXTE   QUI   V A R I E   É N O R M É M E N T   D ’ U N E   MISSION  À  L’AUTRE.   par Valérie Paquette •••

La  conférence  du  8  février   dernier   sur   la   gestion   des   opérations   humanitaires  en  zone  de  con1lits,  a   été   organisée   dans   le   cadre   de   la   S e m a i n e   d u   d é v e l o p p e m e n t   international   2012,   coordonnée   par   le   Partenariat   :   Objectifs   du   Millénaire   pour  le   développement   (POMD).   Elle   fut  présentée   par   M.   Jocelyn   Brousseau,   travailleur   humanitaire   pour   le   Danish   Refugee   Council   de   2010   à   2011   e n   R C A   ( R é p u b l i q u e   centrafricaine)   et   pour   Oxfam   de   2008   à   2010   en   RDC   (République   Démocratique  du  Congo).   M.   Brousseau   nous  a   fait   part   des   principes   de   base   du   travail   h u m a n i t a i r e   q u i   s o n t   l’indépendance,   la   neutralité,   la   n o n -­‐ d i s c r i m i n a t i o n ,   l a   transparence,  l’accès  libre  et  direct   a u x   b é n é 1 i c i a i r e s ,   l e   professionnalisme  ainsi   que  le   «do   no  harm».  Il  nous   a  également  fait   part   qu’un   projet   humanitaire   comporte   plusieurs   étapes   avant   l’intervention   sur   le   terrain,   dont   l’étude   des   besoins   sur   place,   la   mise   en   marche   d’un   projet  

stratégique   et   1inancier   ainsi   que   la   préparation.   Toutes   des   étapes   e s s e n t i e l l e s   a u   b o n   fonctionnement   du   projet   et   i n d i s p e n s a b l e s   p o u r   s o n   exécution.   Les   ONG   sont   des  organismes   qui   existent   depuis   de   nombreuses   années.   La   première   fut   la   Croix-­‐ Rouge,   créée   en   Suisse   en   1863   par  Henri  Dunant.   Depuis,   il  y  a   eu   évolution   des   moyens   techniques   des   ONG,   ce   qui   a   amené   la   c o m p l e x i 1 i c a t i o n   d u   t r a v a i l   humanitaire   en   favorisant   une   a p p r o c h e   b e a u c o u p   p l u s   holistique.   Il   y  a   donc   maintenant   de   plus   en   plus   de   généralistes   formés   en   gestion   de   programme   humanitaire.   Les   emplois   occupés   p a r   c e s   g é n é r a l i s t e s   s o n t   principalement   des   postes   en   administration  tels  que  logisticien,   chargé   de   projet,   chef   de   mission,   comptable,   ou   encore   responsable   des  ressources  humaines.    

6

Présentement   candidat   à   la   m a î t r i s e   e n   G e s t i o n   d u   développement  international  et  de   l'action   humanitaire   à   l’Université   Laval,   M.  Brousseau  a   terminé  son   exposé   en   nous   dévoilant   les   q u a l i t é s   q u i   s e l o n   l u i   s o n t   indispensables  pour  un  travailleur   humanitaire,   soit   la   résilience,   le   sens  de   l’humour,  la  tolérance   et  la   résistance  au  stress.

L’action humanitaire

Aussi   qualifiée   d’aide   d’u rgence,  l’ac8on   humanitaire   est   général ement   de   courte   durée   et   vise   à   venir   en   aide   aux   communautés   dans   des   régions  du   globe   où   des   catastrophes   na turelles   ont   lieu,   ou   encore   où   des   gu erres   civiles   ou   conflits  armés  sévissent.  


Quel avenir pour les Casques Bleus ? LES   MISSIONS   DE   PAIX,   TELLES   QUE  L’ENTEND   LE   CHAPITRE  VI  DE   LA   CHARTE   DES   NATIONS   UNIES,   SONT   DÉSUÈTES.     TEL   EST   LE   MESSAGE   QUE   L’HONORABLE   SÉNATEUR   ROMÉO   A.   DALLAIRE,   L I E U T E N A N T -­‐ G É N É R A L   À   L A   RETRAITE   DES   FORCES   ARMÉES   CANADIENNES   ET   AUTEUR   À   S U C C È S ,   A   S U   N O U S   TRANSMETTRE   LORS   DE   SON   EXCELLENTE   CONFÉRENCE   DU   3   FÉVRIER   DERNIER,   ORGANISÉE   PAR   L’ORGANISME   RIGHT   TO   PLAY.   par Roxanne Hamel •••

L e   p r i n c i p e   d e s   Casques   Bleus   est   simple.   Créés   dans   les   années  1950  par   le   Canadien   Lester   B.   Pearson,     ils   représentent   une   f o r c e   n e u t r e   e t   rarement   armée,   dont  le  but  est  d’agir   e n   t a n t   q u e   m é d i a t e u r   p o u r   favoriser   un   accord   e n t r e   l e s   belligérants   lors   de   con1lits.   Les   con1lits   d e s   d é c e n n i e s   p a s s é e s   é t a n t   p r i n c i p a l e m e n t   d ’ o r d r e   interétatique,   les   Casques   Bleus   positionnaient   stratégiquement   leurs   troupes   aux �� frontières   divisant   ef1icacement   les   États   en   guerre.   Il  va  sans   dire,   peu   d’États   ont   osé   forcer   la   barrière   des   représentants  de  l’ONU.   Le   hic   :   aujourd’hui,   les   con1lits   i n t e r é t a t i q u e s   n ’ e x i s t e n t   pratiquement   plus.   Nous   sommes,   bien   malgré   nous,  entrés  dans  une   é p o q u e   d e   g u e r r e s   c i v i l e s .  

Comment   donc   une   force   non   armée   et  à   capacités   limitées  peut-­‐ elle   prévenir  des  con1lits  internes?   Comment   peut-­‐elle   empêcher   les   militaires  et   les  mercenaires  de   se   d é p l a c e r   à   l ’ i n t é r i e u r   d e s   frontières?   Comment   peut-­‐elle   encourager   les   négociations   entre   l e   g o u v e r n e m e n t   e t   l e u r s   opposants,   sans   aucun   pouvoir   législatif?   Comment  alors  protéger   la   population   des   atrocités   de   la   guerre?   Pour   le   sénateur   Dallaire,   la   réponse   est   sans   équivoque   :   c’est   impossible.   Les   missions   de   7

t y p e   C h a p i t r e   V I   interdisent   le   recours   à   l a   f o r c e ,   s a u f   p o u r   légitime   défense.   Elles   interdisent   aussi   toute   action   allant  à   l’encontre   de   la   volonté   des   États   en   cause.   La   Somalie,   l’ex-­‐Yougoslavie   et   le   Rwanda   ne   sont   que   trois   exemples   d’échecs   cuisants   de   missions   de   paix  onusiennes.     En   2005,   suite   à  l’accumulation   de   c a t a s t r o p h e s   h u m a n i t a i r e s   causées   par   l’impuissance   de   l’ONU,   l’Assemblée   générale   a   1inalement   voté   une   résolution   permettant  le  recours   à   l’usage   de   la   force,   en   dernier   recours,   pour   défendre   les   populations   civiles.   L’entrée   en   vigueur   de   cette   r é s o l u t i o n   s e   f a i t   t o u j o u r s   attendre.   Toutefois,  sans  évolution   du   rôle   des   Casques   Bleus,   l’ONU   c o n t i n u e r a   c l a i r e m e n t   d’accumuler  les  revers.


Éditorial Au  1il  des  ans,  l’aide  internationale  a  prouvé  avoir  fait  plus  de  tort  que  de  bien   dans   certaines   régions   du   globe.   L’écart   entre   pays   développés   et   ceux   en   développement   continue   sans   cesse   de   s’intensi1ier  alors   que   les  missions   sur  le   terrain   sont   souvent   réalisées   en   fonction   d’intérêts   politiques   bien   distincts.     Extrêmement   hiérarchisées,   les   organisations   internationales,   notamment   l’ONU,   mettent  du  temps  à   agir  concrètement.   De   son   salon,  monsieur  et   madame   tout  le   monde  regarde  les  nouvelles  télévisées  et  se  décourage  du  fait  que  deux   ans  après   le   séisme   en   Haïti,   et  tous   les   milliards   de   dollars  investis   pour   cette   cause,   les   résultats  sont   peu  visibles.  Durant  la   Semaine   du  développement  international  qui   se  déroulait  du  6   au  12  février  dernier,   la  communauté  universitaire  a  été  invitée  à   se  réunir  et  ré1léchir  autour  du  thème  Osez   la  coopération.   Oser  la  coopération  c’est   donc  aller  au-­‐delà  de  ce  premier  re1let  négatif  et  découvrir  des  projets  à  plus  petite   échelle   mis   sur  pied,   dont   on   parle   un   peu   moins,   mais  qui   ont  décidément  un   impact   positif   dans  la   communauté   où   ils  sont   implantés.   C’est  aussi   oser   parler   haut   et   fort,   foncer   et   remettre   en   question   des   décisions   politiques   qui   nous   paraissent  totalement  insensées,   se  trouvant   à  des  milliards  de  kilomètres  de  nos   valeurs.   Un  thème  avec  bien  des  interprétations  possibles,  et  c’est  à  vous  de  voir  de   quelle  façon  vous  désirez  l’appliquer.

Marie-Hélène Ratel

VOTRE COMITÉ JOURNAL

INTÉRESSÉS À PARTICIPER?

COLLABORATEURS

Publié   sur   une   base   bimensuelle,   Le   Bu8neur   a   comme   mandat   d’informer   les  étudiants   du  Baccalauréat  intégré   en   études   interna8onales   et   langues   modernes   sur   les   ini8a8ves   prises   au   sein  de   l’associa8on  étudiante,  ainsi   que   sur   des   sujets   d’intérêts   généraux   pouvant   interpeller   la   communauté   universitaire.  

L’équipe   du   Bu8neur   est   toujours   à   la   recherche   de   journalistes  et   d’étudiants   mo8vés   désirant   s’impliquer   dans   différentes   sphères   de   la   réalisa8on   du   j o u r n a l .   Ç a   v o u s   i n t é r e s s e ?   Communiquez-­‐avec  nous  :

Correctrice  :  Gabrielle  Bouchard-­‐Doyon

buRneur.abeill@gmail.com

8

Montage  :  Alexandre  Clément Rédactrice  en  chef  :  Marie-­‐Hélène  Ratel

Merci  à  nos  journalistes  !


21 fev 2012