Page 1

20 octobre 2011

Volume 1, numéro 5

BUTINEUR Journal bimensuel du Baccalauréat intégré en études internationales et langues modernes

BOWLING RÉTRO «Toupet» crêpé,   cheveux   gaufrés,   rouge   à   lèvres   et   veste   en   cuir   étaient   au   rendez-­‐ vous  mercredi  soir  dernier  pour  une  soirée   de  bowling  style  rétro. suite  en  page  2

PORTRAIT D’UNE FINISSANTE Entrevue avec  l’ex-­‐présidente  du   bac,  Bianca  Sirois  qui  travaille   maintenant  pour  le  Gouvernement   du  Québec. Page  4

POLITIQUE ÉTRANGÈRE DU BRÉSIL Compte-­‐rendu de  la  conférence   présentée  par  l’ambassadeur  du   Brésil  au  Canada,  Piragibe  dos   Santos  Tarragô.

UNE SESSION EN ESPAGNE Témoignage de  Amélie  Gourde   suite  à  son  expérience

Page 12

Page 9 1


Bowling rétro SORTEZ VOS   SUITS   ET   VOS   ROBES   quelques  pas  de  danse  sur  des  airs   des   années   70.   Encore   une   fois,   C’EST  WEDNESDAY  NIGHT  FEVER.   de   Grease.   Une   fois   la   partie   tous   les   étudiants   étaient   bien   par Valérie Paquette •••

Tous et   chacun   ont   pu   démontrer   leur  talent  de   joueur  de   quilles  en   effectuant   plusieurs   abats   ainsi   que  quelques  dalots  tout  en  faisant  

terminée, nous   nous  sommes   tous   c o n t e n t s   d ’ avo i r   u n e   a u t re   et   toutes   retrouvés   autour   d’une   occasion   de  s’amuser   comme  nous   bière   au   Cactus,   où   nous   avons   savons   si   bien   le   faire.   Les   partys   enQlammé   la   piste   de   danse   du  BEILM  sont  déQinitivement  à  ne   improvisée   avec   notre   musique   pas  manquer.  

2


3


Que sont-ils devenus ? Les opportunités   sont   nombreuses   suite   à   l'obtention   de   son   diplôme.   Il   sufQit   seulement   de   savoir  où   l’on   souhaite   se   diriger.   Remplis   d'ambition,   plusieurs   Qinissants   se   démarquent   et   décrochent   des   emplois   passionnants   dès   l'obtention  de  leur  diplôme.   Où   se   cachent-­‐ils?  Au  Qil   des   publications,   Le  Butineur  s'engage   à   les  rencontrer  pour  qu'ils  nous  partagent  leurs  expériences.              

Portrait d’une finissante : Bianca Sirois

Nom : Bianca Sirois Âge: 24 ans Graduation : Juin 2011 Emploi actuel : Conseillère en communication/chargée de projet pour le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs Citation préférée : «Une mer calme ne forme pas un marin d’expérience.» Voyage marquant : Un voyage d’enfance en Iran. Ce voyage a contribué à une prise de conscience concernant la condition des femmes, la démocratie et la liberté d’expression.

LE SUCCÈS   RÉSIDE   DANS   LE   COURAGE,   LA   DÉTERMINATION   ET   LA   VOLONTÉ   D’ATTEINDRE  NOS  BUTS.  IL   NE  FAUT  PAS   S E U L E M E N T   SA I S I R   TO U T ES   L ES   OPPORTUNITÉS   QUI  S’OFFRENT   À  NOUS,   IL  FAUT   LES   CRÉER.  LE   BUTINEUR   VOUS   PROPOSE   UNE   ENTREVUE   AVEC  BIANCA   SIROIS,   UNE   ANCIENNE   ÉTUDIANTE   DU   BEILM,  QUI  GRÂCE   À  SON  AMBITION  ET     SA   DÉTERMINATION,   A   DÉCROCHÉ   UN   EMPLOI   EN   COMMUNICATION   DÈS   L’O BT E N T I O N   D E   S O N   D I P LÔ M E   UNIVERSITAIRE. par Julie Paillé •••

Bianca, tu   as   terminé   le   bac   en   juin   dernier   et   tu   es   maintenant   conseillère   en   communicaRon/   chargée   de   projet.   Primo,     félicitaRons   et   secundo,   comment  as-­‐tu  obtenu  le  poste? En fait, j’ai obtenu ce poste, car j’ai passé le concours du Gouvernement du Québec pour les finissants universitaires et parce que j’avais déjà acquis de l’expérience en occupant un poste d’étudiant au sein du gouvernement provincial. Qu’est-­‐ce  qui   te  passionne  le  plus   dans   ton  travail? Ce que je préfère dans mon travail s’explique en deux points : 1. L’apprentissage! J’apprends comment monter un projet de A et Z. C’est complexe, pas toujours facile et c’est un

4

processus assez long. Mais j’ai de belles responsabilités et c’est motivant. 2. La mission! Croyez-le ou non, le MDDEP a changé ma vie. Comme l’environnement est notre cause principale, on est souvent appelé à poser des gestes pour réduire notre empreinte écologique. Aujourd’hui, mes moyens de transport principaux sont la marche et l’autobus. Je fais du compostage au boulot et je participe à un jardin communautaire. Je sais que chaque geste compte pour un environnement plus sain Lors de  tes   études,  pourquoi  as-­‐tu  choisi   le  profil  communicaRon,   volet   relaRons   publiques? Je visais une formation axée sur la structure des entreprises et plus précisément sur la communication organisationnelle. Je voulais en apprendre davantage sur les techniques de communication et de réseautage ainsi que sur l’organisation d’événement. Quels   sont   les   cours   que  tu   as   préférés   lors  de  ta  formaRon  en  communicaRon? J’ai beaucoup apprécié le cours C o m m u n i c a t i o n i n t e rc u l t u re l l e internationale, car j’ai appris que la bonne communication est une technique difficile à maîtriser. Elle en est même un art! L’autre cours que j’ai préféré est Démarche et moyens de relations publiques, car il offre plusieurs ateliers permettant de simuler le travail de relationniste. On évalue des dépliants, on


monte des plans de communication, as menRonné   que   dans   la   vie,   il   on évalue le coût d’un stand, etc. faut   savoir   faire   son   chemin,   saisir   Selon  toi,  quel  est  l’apport  de  ce]e   t o u te s   l e s   o p p o r t u n i té s ,   s e   concentraRon  pour  le  programme? démarquer   et   s’impliquer.   Peux-­‐tu   nous   parler   de   ton   implicaRon   Le Baccalauréat intégré en études lorsque  tu  étais  étudiante? internationales et langues modernes est génial parce qu’on réussit à créer Certainement. J’ai d’abord été Vicenotre propre cheminement scolaire, présidente des finances pour selon nos compétences et nos l’ABEILL. Puis, en plus d’être intérêts. La concentration en bénévole pour différents événements c o m m u n i c a t i o n s p e r m e t a u x universitaires, j’ai fait entendre ma étudiants de s’intégrer au monde des voix lors de quelques manifestations communications sans être étouffés étudiantes. J’ai également participé à par les cours obligatoires du la simulation des Nations Unies de Harvard deux années consécutives. baccalauréat en communication. L’an   dernier,   lors   d’une   conférence   Enfin, j’ai eu la chance d’être présidente du bac pendant une pendant   laquelle   tu   présentais   la   merveilleuse année. J’avais le goût concentraRon   communicaRon,   tu  

LE PÉROU

de m’impliquer et de changer le monde et c’est pourquoi j’ai commencé par mon environnement! En terminant,   quels   conseils   donnerais-­‐tu   aux   étudiants   du   BEILM?   Si vous voulez décrocher un boulot en sortant de l’université, il faut prendre votre carrière au sérieux dès le début de vos études. Je vous conseille fortement de dénicher un emploi ayant un lien à votre domaine d’étude, de trouver des stages et de vous impliquer dans des comités qui vous donneront l’opportunité de développer diverses aptitudes. Il y en a beaucoup à l’Université, alors n’hésitez pas à vous impliquer!

CARNET DE VOYAGE

par Maude Gagnon et Valérie Paquette

Une cuisse de cochon d’Inde pour dîner

•••

Pour certains,   plusieurs   mois   sont   nécessaires   pour   s’imprégner   de   la   culture  d’un  pays,  mais  pour  nous  il  n’a   fallu  que  dix   jours   pour   succomber   au   charme  du  Pérou… Le  13  mai  2009,  fébriles   face  à  l’idée  de   notre   baptême   de   l’air   et   de   notre   «premier   vrai   voyage»,   nous   nous   envolions   vers   le   royaume   des   Incas.   Arrivées   sur   place,   un   c h o c   c u l t u r e l   n o u s   attendait.   À   peine   sorties   de   l’aéroport,   afQichant   notre   petite   peau  blanche   de   Nord-­‐Américaines,   nous   nous   sommes   fait   assaillir   de   fans.   Et   oui,   sortant   de   leur   autobus  

scolaire, une   bande   d’enfants   en   uniforme  ont   couru   vers   nous   pour   nous   saluer   et   nous   offrir   des  

5


présents. Une   fois   remises   de   cette   aventure   nous   avons   dû   faire   14   heures   de   route   sur   un   chemin   sinueux  et   accidenté  pour  se   rendre  à   Arequipa,   où   nous   avons   visité   un   orphelinat.   Là-­‐bas,   les   enfants   nous   ont   appris   une   belle   leçon  d’humilité;   bien   qu’ils   aient   très   peu,   ils   savent   sourire   à   la   vie   et   apprécier   le   moment   présent,   c’est   d’ailleurs   une   pensée  que  tous   les   Péruviens   a p p l i q u e n t   d a n s   l e u r   q u o t i d i e n .   E n s u i t e ,   après  la  visite   d u   c é l è b r e   M a c h u   Picchu,   nous   nous   sommes   r e n d u e s   à   Puno,   pour   découvrir   le   fameux   Lac   T i t i c a c a   e t   s e s   î l e s   Q l o t t a n t e s ,   a u s s i   d i te s   Los   Uros.   Sur  

ces îles,   nous   avons   pu   écouter   les   histoires   d’un    insulaire  et   revêtir   les   habits   traditionnels   péruviens.   Finalement,   pour   terminer   notre   vo ya g e ,   n o u s   n o u s   sommes   dirigées   vers   Ollantaytambo,   une   v i l l e   m a g n i Q i q u e  

qui rendaient   les   déplacements   en   autobus   quasi  impossibles.  Une  fois   de   plus,   le   Pérou   nous   en   a   fait   voir   de   toutes  les  couleurs.  

e n t o u r é e d e   ruines   incas,   où   nous   avons   dû   r e s t e r   p l u s   longtemps   que   prévu   en   raison   d ’ u n e   manifestation   des   agriculteurs   de   la   r é g i o n .   P o u r   exprimer   leur   mécontentement,   ils   ont   bloqué   les   principales   routes   avec   d’immenses   roches  

6

Par sa  culture,   sa  langue,  ses   paysages   e t   s o n   h i s t o i r e ,   l e   Pé r o u   e s t   assurément   un  pays  à  découvrir  où   de   multiples  aventures  vous  attendent…


Vox-pop Pour moi,  l’ABEILL  c’est...

J C

S G

C P T

Une bonne  place  pour  faire  son   social  avec  le  monde  du  bac  !

Un insecte.

La procras=na=on  !

J B

P-A G-M

V Pq

L'endroit où  je  vais  faire  mon   p'=t  social  de  la  journée!

Un endroit   où   je   peux   rencontrer   des   nouvelles   personnes   et   des   nouvelles   idées   ainsi   que   pour   étudier  et  discuter  à   propos  du  bac;   c'est  l'occasion  d'avoir   un  sen=ment   d'appartenance.  Selon  des  rumeurs,   il   y   aurait   eu   des   choses   assez   inédites  et  crous=llantes  qui  se   sont   produites  dans  le  local.

Un endroit   où   il   y   a  des   divans   TELLEMENT   confortables   et   où   on   peut   dormir   pendant   nos   pauses   du   cours   d'Histoire   du   XIXe   et   XXe   siècles   avec   le   fameux  Ronald!

V J Un endroit  pour  socialiser,  jaser   avec  du  monde  et  s'amuser.

Le local   de   l'Association   du   baccalauréat   intégré   en   Études   internationales   et   langues   modernes   se   situe   au   0207   du   pavillon   Charles-­‐De-­‐Koninck.   Si  vous  n'y   avez  pas  encore   mis   les   pieds,   il   s'agit  du   lieu   par   excellence   pour   échanger  avec   d'autres  étudiants  du  bac,   poser  des  questions,  rencontrer   des   gens   allumés,   et   surtout...   procrastiner!   En   primeur   :   café   équitable   à   50   sous   et   biscuits   aux   pépites   de   chocolat   à   un   dollar.  Bref,  venez-­‐nous  rendre  visite  !

7


Portrait inspirant : Roxane Légaré

Nom : Roxane Légaré Âge : 23 ans Année d’études : dernière année de maîtrise Ville d’origine : SteCatherine de la JacquesCartier Passe-temps : Escalade et randonnée Emploi de rêve : Chez OXFAM Québec, en tant que coordinatrice de projet ou dans le domaine de la mobilisation jeunesse. Voyage marquant : 1 mois à Berlin où elle a découvert la langue et la culture allemande Citation préférée : «Soyez le changement que vous désirez voir dans le monde.» -Ghandi Personne qui l’inspire : Nelson Mandela

DANS UN   BACCALAURÉAT   COMME   LE   NÔTRE,   C’EST   L’IMPLICATION   QUI   FAIT   T O U T E   L A   D I F F É R E N C E .   A L O R S   LAISSONS-­‐NOUS   INSPIRER   PAR   ROXANE   LÉGARÉ,   UNE   DIPLÔMÉE   QUI   VIENT   D’ENTAMER   SA   MAÎTRISE   EN   ÉTUDES   INTERNATIONALES   ET   QUI   TROUVE   TOUT   DE   MÊME   LE   TEMPS   POUR   G A R D E R   U N E   G R A N D E   P L AC E   À   L’IMPLICATION.   par Maude Gagnon •••

Au cours  du  baccalauréat,  quelle  était   ta   concentraRon   et   quelles   langues   as-­‐tu   étudiées? J’étais   en   politique   et   au   départ   mes   langues   étaient   le   chinois   et   l’anglais.   En   cours   de   route,   j’ai   Qinalement   changé  l’anglais  pour  l’allemand. Quel  cours  t’as  le  plus  apporté? Le   cours   de   Droit   international   avec   Olivier   Delaat.   Comme   il   est   avocat,   il   avait   une   approche   plus   pratique;   il   nous   montrait   des   exemples   concrets,   c’était  donc   vraiment  pertinent.  [À  tous   les   premières   années]   Si   vous   avez   la   possibilité   de   suivre   un   cours   avec   ce   professeur,   peu   importe   le   cours,   prenez-­‐le,  car  il  est  vraiment  excellent.   Ce]e   année,   tu   termines   ta   maîtrise,   peux-­‐tu   nous   expliquer   en   quoi   elle   consiste? Je   fais   la   maîtrise   en   développement   international,   qui   est   l’une   des   deux   m a î t r i s e s   o f f e r t e s   e n   é t u d e s   internationales.  J’ai  choisi  le  type  essai-­‐ stage,   je   suis   donc   certains   cours   qui   me  préparent  à  un  stage,  de   mon  choix,   qui  a  lieu  à  la  Qin  de  la  dernière  année.  

8

Quels cours   suis-­‐tu   dans   le   cadre   du   deuxième  cycle  d’études? J’ai   des   cours   d’économie,   de   droit   interna=onal  et  de  science  poli=que. Quel  type  de  stage  aimerais-­‐tu  faire? Je   ne   sais   pas   si   ce   stage   existe…mais   j’aimerais  travailler  à   l’agence  de   l’ONU   pour  les  réfugiés  à  Vienne.   Étant   une   personne   très   impliquée,   peux-­‐tu   nous   dire   quelle   a   été   la   première   œuvre   pour   laquelle   tu   as   travaillé? J’ai   participé   à   la   levée   de   fonds   pour   venir   en   aide   à   Haïti,   en   mars   2009,   laquelle  était  organisé   par   l’association   Oxfam  Québec  de  l’Université  Laval. Ce]e   année,   dans   quelles   associaRons   t’impliques-­‐tu?  Quel  rôle  joues-­‐tu? Je   préside   deux   associations,   le   POMD   et   la   division   d’Oxfam   Québec   de   l’Université   Laval.   C’est   donc   moi   qui   coordonne   les   projets   qui   sont   o r g a n i s é s ,   l e s   c a m p a g n e s   d e   sensibilisation   et   les   pétitions,   par   exemple. Quels  sont  tes  projets  futurs? J’aimerais  continuer   de   travailler  pour   Oxfam   Québec,  c’est   un   organisme   que   j’adore.   Y   a-­‐t-­‐il   une   cause   pour   laquelle   tu   aimerais   travailler   dans   le  cadre   de  tes   futures  foncRons? La   cause   des   changements   climatiques   me   touche   beaucoup,  en  particulier  les   impacts   qu’ils   ont   sur   l’économie,   la   société  et  la  politique.  Trop  peu  de  gens   sont  conscients  de   leurs   conséquences   et   du   fait   que   les   changements   climatiques   ont   déjà   commencé   à   changer  le   cours  des  choses.   J’aimerais  


donc faire  de  la  sensibilisation  à  ce   niveau  là.   Quel   conseil   donnerais-­‐tu   aux   premières   années   qui   se   sentent   incertains  face  à  ce  baccalauréat? Persévérez!   C’est   aussi   important   de   s’impliquer  parce   que   c’est   ce   q u i   r e n d   l ’ e x p é r i e n c e   universitaire  intéressante,  c’est  ce   qui   nous   permet   d’apprendre   ce   qu’on   aime   et   ce   qu’on   aime   moins.   Comme   c’est   un   bac   m u l t i d i s c i p l i n a i r e ,   c ’ e s t   important  de  trouver   ce  qui  nous   intéresse  et  c’est  comme  ça   qu’on   parvient   à   adapter   le   bac   à   ses   besoins.

CONFÉRENCE : LA POLITIQUE ÉTRANGÈRE AU BRÉSIL LE MARDI   27  SEPTEMBRE  A  EU   LIEU   UNE   CONFÉRENCE   DONNÉE   PAR   SON   EXCELLENCE   PIRAGIBE   DOS   SANTOS   TARRAGÔ,   AMBASSADEUR   DU   BRÉSIL   AU   CANADA.   LE   SUJET   P O RTA I T   S U R   L A   P O L I T I Q U E   ÉTRANGÈRE   DU   BRÉSIL   ET   LES   RELATIONS  AVEC  NOTRE   PAYS.  BIEN   QUE   TRÈS   CHARGÉE,   VOICI   EN   QUELQUES   LIGNES   UN   RÉSUMÉ   DE   CETTE   CONFÉRENCE   ET   LES   POINTS   IMPORTANTS  À  RETENIR. par Emmanuelle C. Bédard •••

Tout d’abord   il   faut   savoir   que   la   croissance   économique   du   Brésil   est   de   4%   par   année   et   aQin   de   m a i n t e n i r   c e   n i v e a u   d e   développement,   une   coopération   internationale   est  nécessaire.   Il  est   possible   d’identiQier   quatre   v e c t e u r s   a u   p a r t e n a r i a t   international   :   une   coopération   avec   l’Amérique   latine   (ayant  

comme noyau  le  MERCOSUR),   une   alliance   Sud-­‐Sud   avec   l’Afrique   (UNASUR,  AFRAS)   ainsi   que  l’Asie   et   enQin   une   collaboration   avec   l’Amérique   du   Nord   et   l’Europe.   Deux   types   de   relations   sont   essentiels   :   la   relation   bilatérale,   très   intense   entre   deux   pays;   et   interrégionale,   aQin   de   créer   une   identité   propre   de   l’Amérique   du   Sud.   Le   Brésil   est   perçu   par   la   communauté   internationale   comme   étant   un   partenaire   intéressant   pour   son   abondance   de   richesses   naturelles.   Il   est   un   important   producteur   de   pétrole   grâce   à   des   forages   en   haute   mer.   Bien   qu’il   exporte   beaucoup   de   matière   première,     le   secteur   secondaire   est   en   développement   e t   p r e n d   d e   p l u s   e n   p l u s   d’importance   au   niveau   des   exportations  du  pays.

9

Entre le   Canada   et   le   Brésil,   les   conditions   sont   favorables   pour   une   bonne   entente   sur   le   long   terme.   De   nombreux   échanges   se   font   entre   les   deux   pays   surtout   dans   le   commerce   de   produits   pharmaceutiques,   de   technologies   propres   et   vertes,   etc.   Le   Canada   recherche   de   nouveaux   marchés,   autre   que   les   États-­‐Unis,   et   le   Brésil  offre  cette  possibilité.  


Un choix judicieux Le Baccalauréat   intégré   en   Études   interna=onales   et   langues   modernes   offre   un   choix   varié   de   concentra=ons  couvrant   plusieurs  domaines   d'étude.   Ces   concentra=ons  orientent   le   cheminement   de   l'étudiant  tout   au  long   de  son   parcours  académique.   Ce   dernier   a  en  effet   21   crédits  à  cumuler   dans  le   profil   qu'il   choisira.   Suite   à   l'excellent   ar=cle   sur   la   concentra=on   Développement   interna=onal   de   la   précédente  publica=on,  Le  Bu=neur  récidive  en  jetant  ceYe  fois  un  coup  d'œil  à  la  concentra=on  Poli=que.  

Concentration : Politique JONATHAN GRONDIN par Olivier Béland •••

En trois   ans   d'études   dans   le   BEILM,   Jonathan   Grondin,   membre  de  la  plus   récente   cohorte   de   Qinissants,   a   suivi   u n   g r a n d   é v e n t a i l   d e   c o u r s   s'intéressant   à   la   politique   tant   nationale   qu'internationale.   Grand   passionné  de   cette  discipline,  le  jeune   h o m m e   o r i g i n a i r e   d e   L é v i s   a   particulièrement  affectionné  ce  cursus   pour   la   rigueur   et   la   pertinence   des   cours  offerts.   Quels   sont   les   cours   l’ayant   le   plus   captivé?   «DéQinitivement   Relations   internationales   des   États-­Unis   et   P r o b l è m e s   d e   r e l a t i o n s   internationales!»  afQirme-­‐t-­‐il.     «Ce  sont   des   prérequis   à   la   compréhension   globale.»   Il   est   à   noter   que   ces   deux   cours   sont   donnés   par   Anessa   L.   K i m b a l l ,   e n s e i g n a n t e   q u ' i l   a   grandement   appréciée.   À   l'inverse,   le   c o u r s   H i s t o i r e   d e s   r e l a t i o n s   internationales  de  l'Europe  après  1945,   offert   par  Jean-­‐Pierre  Derriennic,   lui  a   donné   de   gros   maux   de   tête!   La   lourdeur  du  contenu  de   certains  cours   et   la   pédagogie   défectueuse   de   l'enseignant   à   certains   moments   sont   principalement  en  cause.  Tout   compte   fait,   le   nouveau  diplômé  se  dit  satisfait   des   notions   qu'il   a   acquises   lors   de   son   cheminement   en   politique.   S’il  

avait à   refaire   le   choix   d’une   Madelinienne.   D'un   point   de   vue   concentration,   ce   serait   sans   aucun   purement  académique,  elle  n'a  que   de   doute  le  même  qu'il  y  a  trois  ans! bons   mots   à   dire   sur   les   cours   qu'elle   a   suivis:  «J'ai  beaucoup  aimé   le   cours   Régimes   politiques   et   sociétés   dans   le   monde   parce   que   la   matière   était   vraiment   intéressante   et   qu'il   m'a   permis   d'élargir   mes   connaissances,   ainsi   que   le   cours   Politique   et   démocratie   au   Canada   et   au   Québec   qui   je   crois   est   un   essentiel.»   afQirme   l'étudiante  de  22  ans.  À   ce  propos,  elle   déclare   qu'il   est   important   de   savoir   tout   d'abord   comment   fonctionne   notre   système   politique   avant   de   s'avancer   sur   d'autres   terrains.   Croit-­‐ elle  que   le  cursus  de  cours   offert  dans   cette   concentration   est   bien   adapté   aux   objectifs   du   BEILM   ?   «Plus   ou   moins.   Il   y   a,   je   crois,   certains   cours   qui   pourraient   être   ajoutés   à   la   liste   de   cours   disponibles,   mais   je   ne   Noémie   Déraspe,   qui   en   est   à   sa   m'avancerai   pas   dans   des   questions   dernière  année   d'études   dans   le  bac,  a   administratives  !»  (Rires). également   opté   pour   la   même   concentration.   S'étant   toujours   intéressée   à   cette   sphère   des   sciences   sociales,   son   choix   fut   un   automatisme.   «Je   pense   que   c'est   surtout   l'intérêt   pour   la   matière   qui   m'a   fait   opter   pour   cette  concentration,  plutôt   que  le   rapport   à   l'emploi   que   ça   pourrait  m'apporter  après.  Je  suis   très   motivée  à   faire  des   cours   de   sciences   politiques   parce   que   j'aime   ça   !»   révèle   d'emblée   la  

NOÉMIE DÉRASPE

10


Langue : italien deux ans   dans   ce   proQil.   À   son   arrivée   au   bac,   le   choix   de   la   langue   s’est   fait   simplement   en   fonction   d’un   intérêt   pour   les   langues  latines.   Vincent   a   suivi,  en   plus   des   trois   cours   de   langue   obligatoires,   les   cours   Civilisation   de   l’antiquité   ainsi   que   Le   Monde  

VINCENT GAGNON par Sara Di Zazzo •••

P o u r v o u s   p r é s e n t e r   l a   concentration   Italien,   Le   Butineur   a   rencontré   Vincent  Gagnon,   dans   le   but   d’avoir   l’opinion   d’un   étudiant   ayant   l’expérience   de  

Romain. Malgré   son   intérêt   pour   ces   deux   cours,   il   déplore   que   l’Italie   n’ait   pas   été   au   centre   du   sujet   exploité.   De   plus,   Vincent   afQirme   que   le   proQil   gagnerait   à   offrir  des   cours  qui   se   donnent  en   italien.   Il   explique   que   malgré   l’utilité  relative  de  la   maîtrise  de   la   l a n g u e   e t   d e   l ’ h i s t o i r e   italienne,   les   connaissances   a c q u i s e s   s o n t   t r è s   intéressantes   et   servent   beaucoup   pour   faire   des   p o n t s   a v e c   l e s   a u t r e s   matières.  Selon  lui,   la  richesse   du   proQil   italien   est   l’angle   historique   et   archéologique   qui  y  est  exploité.  

La passion pour l’international partagée entre des étudiants des quatre coins du Québec LE QRC   2011   (QUEBEC   REGIONAL   CONFERENCE)  A  EU  LIEU   À  QUÉBEC   LORS  DE   LA  FIN   DE  SEMAINE   DU   23   A U   2 5   S E P T E M B R E .   C E T T E   CONFÉRENCE   A   PERMIS   AUX   MEMBRES   DE   AIESEC   DES   QUATRE   C O I N S   D U   Q U É B E C   D E   S E   RASSEMBLER   POUR   SOCIALISER   ET   ÉCHANGER   SUR   DIVERS   SUJETS   D’ACTUALITÉ.

Au programme   :   des   formations   re l i é e s   a u   d éve l o p p e m e n t   d e s   AIESECers,  des   échanges   de  visions  et   d’idées   sur   des   enjeux   locaux,   régionaux   et   internationaux,   une   conférence   avec   un   représentant   de   l’entreprise   canadienne   Procter   &   Gamble,   des   périodes   de   discussions   entre   les   différents   membres   de   chaque  comité;  une  grande  simulation   par Élise Robidoux Dumont d’un   avant-­‐midi   sur   les   différentes   ••• activités   durant   une   année   d’AIESEC,   Au   total,   près   de   175   membres   provenant   de  sept   universités   se   sont   etc. rassemblés,   soit   l’Université   Laval,   Le   QRC   est   un   excellent   moyen   de   l’UQÀC,   l’Université   de   Sherbrooke,   découvrir   les   opportunités   qu’AIESEC   McGill,  Concordia,  l’UQÀM  ainsi  que  le   offre   et   propose   une   meilleure   HEC  Montréal. compréhension  de  l’organisation  et   de  

connaissances dont   vous   avez   besoin   pour   bien   débuter   une   expérience   AIESEC   et   il   rend   possible   le   développer   d’un   réseau   avec   des   personnes   qui   ont   un   bagage   et   une   culture   différente   tout   en   partageant   les  mêmes  ambitions. Le   QRC   2011   fut   un   succès.   La   date   pour   le   QRC   2012   n’est   pas   encore   établie,   mais   l’événement   s’annonce   tout  aussi  enrichissant.  Y  serez-­‐vous?

Je vous   rappelle   que  si  vous  voulez   en   apprendre   davantage   sur   AIESEC,   les   bureaux  se  situent   au  PAP-­‐0413.  Il  est   également   possible   de   s’inscrire   pour   participer   à  un   stage   international   en   ses   valeurs.   Il   donne   les   outils   et   les   communiquant   avec   Katherine   Naud   (katherine.naud@gmail.com). 11


Profil international À l’hiver   dernier,   une   étudiante   du   BEILM   est   parRe   à   desRnaRon   de   León   en   Espagne.   Jeune  fille  n’ayant   jamais   voyagé,  Amélie   s’est   retrouvée   dans   un   pays   étranger,   dans   une   culture   tout   à   fait   différente   de   la   nôtre   pour   vivre   une   expérience  hors  du  commun.   Elle  nous   raconte  brièvement  ce  voyage,  qui  lui  a  fait   dépasser  ses  limites! par Amélie Bélisle

Nom : Amélie Gourde

•••

Quelles ont   été   les   principales   différences   que   tu   as   pu   constater   entre  ce]e  ville  et   le  Québec  ?  Qu’est-­‐ ce  qui  t’a  le  plus  marqué  ?

Âge : 21 ans Année d’études : 3e Destination : León, Espagne

Je suis   arrivée   au   début   février   et   il   faisait   environ   8   degrés…   Pour   moi,   c’était  le  printemps  ;  il  n’y  avait  pas  de   neige  et   il  faisait   s o l e i l . T o u t   autour   de   moi,   les   gens   étaient   vêtus   de   gros   manteaux   et   ils   a v a i e n t   t o u s   f r o i d .   J ’ a i   compris     que  la   t o l é r a n c e   a u   froid   était   très   d i f f é r e n t e   !   Q u a n d   i l   a   c o m m e n c é   à   faire   chaud   au   mois   d’avril  (en   h a u t   d e   2 5   degrés),   j’étais   en   shorts   et   en   camisole   alors   q u e   to u s   l e s  

L’Espagne

Royaume d’Espagne

Langue officielle  :  espagn

ol

Capitale :  Madrid Superficie  :  505  911  km2 Popula=on  :  46  754  784  hab. Monnaie  :  euro

« smooth   ».     Au   d é b u t ,   j ’ a v a i s   v ra i m e n t   d e   l a   difQiculté   avec   le   r y t h m e   d e   v i e   (heures   de   repas,   heures   de   sortie…   s o r t i r   à   2 h   d u   m a t i n ,   o u c h   ! ) .   Mais,   à   la   longue,   tu  te   rends   compte   q u ’ i l   n’ y   a   p a s   s e u l e m e n t   t a   manière   de   vivre   qui   est   bonne   et   q u ’ u n   p e u   d e   changement   ne   fait  

Espagnols portaient   encore   des   bottes   !   J’ai   trouvé   ça   assez   jamais  de  tort. particulier.   Les   différences,   c’est   Aller  vivre  dans   un  autre  pays  nécessite  une   sûr  qu’il  y  en  a  beaucoup.   certaine   préparaRon.   Sur   le   plan   culturel,   Quels   sont   les  points  forts  d’un   tel   comment  as-­‐tu  dû  te  préparer  ?   voyage  sur  notre  propre  culture  ?   Comme   c’était   mon   premier   voyage,   je   ne   Ça   m’a   permis   de   découvrir   une   savais   pas   du   tout   à   quoi   m’attendre.   Je   nouvelle   façon   de   voir   le   monde,   savais   que  j’aurais  un  énorme   choc  culturel   de     confronter   la   différence.   La   et   je   savais   que   je   ne   tripperais   pas   au   c u l t u r e   e s p a g n o l e   e s t   t r è s   début,  mais  qu’il  fallait  que  je  m’adapte.    J’ai   différente  de  la   nôtre.  Tout  semble   acheté   un   guide   touristique,   j’ai   lu   des   toujours   moins   grave,   c’est   très   articles,   j’ai   tenté   de   m’imprégner   de   la  

12


culture espagnole   du   mieux   que   je   pouvais   en   était   ici.   Mais,   comme   j’ai   dit,  je  n’avais  aucune   idée  de  comment   j’allais  me  sentir  à  mon  arrivée,  à  part   d’être  terriQiée  devant  l’inconnu  ! Conseillerais-­‐tu   aux   étudiants   de   faire   un   tel   voyage   ?   Leur   dirais-­‐tu   d’aller   dans   ce]e   ville   ou   leur   proposerais-­‐tu   ailleurs  ? Oh  que  oui.     Je  conseille  totalement   de   faire  un   tel  voyage   !  C’est   révélateur  et   c’est   une   expérience   incroyable.   Le   seul   conseil   que   je   pourrais   donner   c’est   de   bien   se   préparer   pour   le   départ,  mais  de  laisser  aller  les  choses   rendu   à   destination.   On   ne   peut   pas   tout   prévoir   et   il   faut   avoir   de   la   souplesse.  Moi,  c’est  surtout  ça   qui  me   manquait   au   début   parce   que   je   suis   une   personne   qui   aime   être   en   c o n t r ô l e   e t   q u i   d é t e s t e   ê t r e   déstabilisée.  Je   sais  ce  que  je  fais  et  les   surprises,   ce   n’est   pas   trop  mon  fort.   En   Espagne,   j’ai   appris   à   faire   conQiance  à  la  vie  et  aux  autres.     En   ce   qui   concerne   la   ville,   moi,   j’ai   adoré   !   León  est   une  petite   ville,   plus   petite   que   Québec.   Je   viens   de   la   campagne   et   c’était   important   pour   moi   de  ne   pas   me  retrouver   dans  une   super   grande   ville.   Les   villes,   j’aime   les   visiter,   mais   pas   les   habiter   !   Je   t r o u v a i s   q u e   c ’ é t a i t   u n   b e a u   c o m p r o m i s .   C ’ e s t   u n e   v i l l e   p i é t o n n i è r e ,   p a s   v r a i m e n t   d e   transport  en  commun,  mais  il  n’y  a  pas   vraiment   de   besoin.   C’est   une   ville   méconnue   par   le   grand   public,   mais   elle   gagne  à   l’être  parce  qu’elle   a  une   histoire   incroyable.   C’est   une   des   premières   villes   d’Espagne   et   elle   a   joué   un   rôle   considérable   durant   les   guerres   napoléoniennes.   Les   gens     sont   gentils   et   accueillants.   Le   Barrio   humedo   (quartier   historique)   est   merveilleux,   le   marché   du   samedi   matin   de   la   Plaza   Mayor,   les   bars   à   tapas,   WOW   !   Le   seul   inconvénient   que  je  pourrais  voir  est   que   la  ville  est   située  un  peu  loin  des  centres.  Donc,  si   on   veut   aller   prendre   un   vol   à   partir   de  Madrid  avec   Ryanair   par   exemple,   il   faut   compter   un   beau   5   heures   d’autobus   ou   2   heures   pour   aller   à   Valladolid.  

E n g é n é r a l ,   t o n   voyage   t’a-­‐t-­‐il   plu   ?   E s -­‐ t u   r e v e n u e   changée?  SaRsfaite? C’était  mon  premier   «   vrai   »   voyage.   C’était   la   première   fois   que   je   prenais   l’avion,   première   fois   que   je   partais   aussi   longtemps   de   chez   moi,   une   très   grande   première   en   fait   !   Au   début,   je   vais   être   honnête,   j’ai  détesté   l’endroit   pendant   environ   d e u x   s e m a i n e s .   C’était   trop  de  changement   en   même   temps.  L’administration  de  l’université   nous   compliquait   la   vie   pour   les   inscriptions,   je   m’ennuyais   de   mon   m o n d e ,   j e   n ’ a i m a i s   p a s   m o n   appartement,   je   m’ennuyais   des   é p i c e r i e s   q u é b é c o i s e s ,   j ’ ava i s   tellement   peur   de   ne   pas   m’adapter...   Mais   Qinalement,   tout   a   commencé   à   mieux   aller   quand   j’ai   changé   d’appartement.   Je   me   suis   rendu   compte   que  je   devais   être  un  peu  plus   conciliante   et   laisser   aller   les   choses.   Je   ne   pouvais   pas   tout   contrôler   et   c’était  tant   mieux  aussi.  J’ai  rencontré   des   gens   extraordinaires   de   partout,   j’ai   visité   une   très   grande   partie   de   l’Espagne   (Santiago   de  Compostela,   A   Coruña,   Barcelona,   Madrid,   Granada,   Sevilla,   Cordoba,   Salamanca),   j’ai   fait   d’autres   petits   voyages   en   sol   européen   (Londres,   Paris,   Berlin,   Corse)…   J’ai   aussi   découvert   que   j’étais  TRÈS  débrouillarde  et  que  je   ne   cédais   pas   trop   sous   la   panique.     Je   suis  contente  d’avoir   découvert  ça  sur   moi.  Je  m’impressionnais  moi-­‐même  ! Aurais-­‐tu   quelques   anecdotes   à   nous   raconter  ? Comme   on   le   sait,   le   style   de   vie   espagnol   est   très   différent   du   nôtre   !     Ils   vivent   vraiment   la   nuit   !   Ce   sont   des   gens  très   festifs   !  Et   leur  valeur  du   temps   est   très   relative.   Par   exemple,   les  heures  de  cours   n’étaient  pas  Qixes.   Souvent,   les   professeurs   arrivaient   20   minutes   après   l’heure   prévue   du   début   et   terminaient   souvent   10   13

minutes avant   !   Aussi,   tout   est   fermé   le  dimanche.  Il  faut   prévoir  d’avance  !   Ah   oui,   les   fours   sont   rares   dans   les   appartements   !   Et   presque   tout   fonctionne  au  gaz  :  eau  chaude,  plaque   de   cuisson…   mais,   il   n’y   a   aucun   détecteur  de  fumée,  ni  de  détecteur   de   monoxyde   de   carbone.   Pas   super   sécuritaire  ! Pour   ce  qui  est  des  Espagnols,  ils   sont   plutôt   spéciaux   dans   leur   manière   d’approcher   les   Qilles…   J’ai   eu   droit   à   des   miaulements  !  À   des  phrases   très,   très   quétaines.   C’est  quand  même  très   drôle   !  Et  je  pense   que   je   me  suis   fait   dire   au  moins   250  fois   :  Ah,  te  llamas   Amelie…  Como  la  película  ?  Et  moi   de   répondre  avec   un  air   un  peu  blasé   au   bout   de   la   200e   fois   :   Si,   si…como   la   película… Peux-­‐tu   noter   sur  une  échelle   de   1  à  10   l’implicaRon  de  l’Université  Laval  avant   ton  voyage  ?  As-­‐tu   pu   avoir  les  bonnes   ressources  ?   Je   donnerais   un   beau   8/10.   J’ai   toujours   eu   des   réponses   claires   aux   questions  que  j’avais.  Rien  à  redire  sur   le  service.    Par  contre,  je   trouve  que  la   rencontre   de   formation   pré-­‐départ   n’était   pas   tant   appropriée   à   tous   les   cas.   Nous   étions   une   quinzaine   à   partir  en  séjour  d’études   et   on  nous  a   présenté   une   vidéo   sur   un   voyage   humanitaire.  Ce  n’est   pas   vraiment   le   genre   d’informations   que   je   sentais   devoir   savoir.   Plus   ou   moins   en   rapport.  À  part  ça,  tout  était  bien.  


HAUSSE DES FRAIS DE SCOLARITÉ AVEC LA   NOUVELLE   HAUSSE   DES   F R A I S   D E   S C O L A R I T É   Q U I   APPROCHE  À   GRANDS  PAS,  L’ABEILL   A  DÉCIDÉ   DE  METTRE   SUR  PIED  UN   COMITÉ   D’INFORMATION   SUR   LE   SUJET. par Vincent Beaudoin •••

AQin de   respecter   les   opinions   et   de   rester   neutre,   le   comité   vous   transmettra   de   l’information   qui   présente   les   deux   positions   par   rapport   à   la   hausse   :   Pour   et   Contre.   Pour   vous   mettre   au   parfum,  voici  la  hausse  des  frais  de   scolarité   telle   que   présentée   dans   le   budget   du   gouvernement   provincial  le  17  mars  2011.   En  voici  3  :   Mise   en   application   de   la   Hausse   :   dès  le  semestre  d’automne  2012 Hausse   prévue   :   325$   de   plus   par   an  (cumulatif) Durée   :   5  ans  (dernière   hausse   de   325$   applicable   à   l’automne   2016   et  hiver  2017) Augmentation  totale  :  1625$ Gain   :   850   millions   de   dollars   de   p l u s   e n   r e v e n u s   p o u r   l e s   universités  québécoises  à  la   Qin   des   5   ans.   Le   gouvernement   assurera   que   les   ressources   additionnelles   seront   utilisées   pour   améliorer   la   qualité   de   l’enseignement   et   la   recherche. Augmentation   de   l’Aide   Qinancière   aux   études   :   au   bout   des   5   ans,   l’AFE   aura   été   augmentée   de   118   millions  de  dollars  par  an. Po u r   t ra i t e r   d u   s u j e t   s o u s   Qinancement   en  éducation  ou  de   la   contribution   étudiante,   d’autres   idées  ont   été   proposées  autre   que   la  hausse  des  frais  de  scolarité.

l’assouplissement de   la   contrainte   de  liquidités  ».

1-­‐ Impôt   postuniversitaire   (IPU)   :   Cette   solution   élimine   les   frais   de   scolarité   lorsqu’un(e)   étudiant(e)   est  aux   études.   Durant   ses  études,   l’étudiant(e)   ne   paie   pas   ses   frais   de  scolarité,  mais  lorsqu’il(elle)  les   termine,   un   impôt   particulier   s’applique   à   ses   revenus   jusqu’au   moment   ou   il(elle)   aura   payé   ses   frais.   C’est   «   un   système   de   prêts   dont   le  rythme   de  remboursement   est  relié  au  revenu  ».

3-­‐ Contribution   des   entreprises   :   Inspiré   de   la   «loi   du   1%»,   cette   idée   propose   que   les   entreprises   privées   contribuent   à   un   fonds   commun   qui   serait   utilisé   pour   Q i n a n c e r   l ’ é d u c a t i o n   postsecondaire.  Fonctionnant  avec   des   plateaux   selon   la   grosseur   de   l’entreprise,   un   pourcentage   indiquerait  ce  que  l’entreprise  doit   c o n t r i b u e r.   S e l o n   p l u s i e u r s   s c é n a r i o s   e n v i s a g é s ,   l a   2-­‐   Remboursement   proportionnel   contribution   moyenne   serait   au  revenu  (RPR)  :  Dans  ce  cas-­‐ci,  le   vraisemblablement   de   moins   de   fonctionnement  est  similaire  à  IPU,   1%  de  la  masse  salariale. mais   il   s’applique   aux   prêts   étudiants   et   non   aux   frais   de   La  hausse  des  frais  de   scolarité  est   scolarité.   Il   est   parfois   dit   d’une   une   solution   aux   problèmes   de   hausse   des   frais   de   scolarité   Qinancement   dans   le   domaine   de   qu’elle   réduit   l'accessibilité   aux   l'éducation.   À   vous   de   déterminer   études   tandis   que   le   RPR   permet   si   vous   êtes   d'accord   avec   cette   «   [ … ]   l ’ a m é l i o r a t i o n   d e   solution.   Tenez-­‐vous   à   l'affut   du   l ’ a c c e s s i b i l i t é   a u x   é t u d e s   référendum   de   la   CADEUL   qui   p o s t s e c o n d a i r e s   p a r   commence  dès  le  17  octobre.

14


Horoscope

par Jérémie Lebel

Bélier Prenez la  vie  par  les  cornes,  cela  vous   réussira.

Balance Quoi vous  dire?  Pfff,  soyez  ambitieux  et   vous  réussirez  si  vous  n’échouez  pas.  Ça   sonne  bien.  

Taureau Si vous  aidez  les  autres,  ils  vous  diront   merci…  vous  ne  l’auriez  jamais  deviné.

Scorpion La lumière  que  vous  voyez  au  bout  du   tunnel  est  le  train  qui  s’en  vient.  

Gémeaux L’amour saura  vous  trouver  si  vous   laissez  une  chance  à  l’amour  de  vous   trouver.  

Sagi]aire Entre les  devoirs  et  la  vaisselle,  vous   devez  avoir  du  temps  pour  vous,  car   l’humain  ne  vit  pas  que  de  travail  et   d’eau  sale  –  Lao  Tseu.

Cancer Votre entourage  apprécie  votre  sourire   et  votre  bonne  tumeur.

Capricorne Vénus en  alignement  triozélical,  avec  un   azimut  de  calibre  doux,  me  dit  que  vous   aurez  plus  de  plaisir  si  vous  ne  mettez   pas  votre  doigt  sur  le  rond  de  poêle.

Lion Gravir une  montagne  n’est  jamais  aussi   difQicile  que  lorsque  vous  n’avez  pas   d’équipement,  alors  achetez  le   nécessaire  et  vous  ne  le  regretterez  pas.

Verseau Vous devez  apprendre  à  tourner  la   page.

Vierge N’attendez pas  à  quarante  ans  avant  de   commencer.

Poissons Si vous  avez  lu  tout  ceci  et  y  avez  cru,   vous  méritez  le  nom  de  votre  signe.

La perte de fierté en 7 points par Jean-Philippe Duphily •••

Perte de  fierté.  3  mots  qui  font  grincer   des   dents   ceux   dont   le   nom   est   déjà   affiché  sur  la  liste  officielle  des  murs  du   local   de   l’ABEILL.  Alors  que  des  débats   et   des   revendicaRons   sont   déjà   en   cours  à  ce  sujet,  Le  BuRneur  se   penche   sur   les   points   non-­‐négociables   entourant  une  telle  situaRon.  

2. L ’ a f 1 i c h e o f 1 i c i e l l e   d a n s  

l’ABEILL est   la   source   of1icielle   de  diffusion Si   votre   nom   n’est   pas   sur   l’afQiche,   vous   êtes   du   bon  côté   de   la  force…  jusqu’à  maintenant.

3. Vous vous   êtes   faits   prendre    

par les   évènements   du   type   bière  à  volonté Vous   avez  les   yeux  plus   gros   que   le  foie.

Soit le   regroupement   de   toutes   Qiertés  perdues   à  ce  jour.  Ils   ont   le   droit   de   veto   et   vous   êtes   totalement   impuissants   contre   leur  décision  Qinale.  

6. Des témoins  il  vous  faudra  pour   p e r d r e   v o t r e   1 i e r t é .   Préférablement,   des   gens   du   bac. On   peut   voir   ça   comme   une   protection…  ou  pas!

e s g e n s   o n t   d é j à   p e n s é   7. Depuis  la  soirée   fatidique,   vous   1. U n e   1 i e r t é   n e   p e u t   ê t r e   4. D appeler  l’ambulance  pour  vous,   a v e z   a c q u i s   u ne   c e r t a i ne   retrouvée Une  fois  que  votre  nom   est   inscrit   sur   la   liste,   il   est   trop   tard.   Au   moins   vous   ne  pouvez  pas  perdre   votre  Qierté  deux  fois.

ou l’ont  déjà  fait   Rien  à  ajouter  ici.

5. S’il y   a   litige,   le   club   des  sages   tranchera

15

notoriété Étrangement, tout   le   monde   sait   ce   que   vous   avez  fait…  même   des   gens  que  vous  ne  connaissiez  pas!


Mot de la rédactrice en chef Mi-­‐session à   l'horizon.   Les   nuits  se   font   plus   courtes,   trop   courtes   devrais-­‐je   dire.   Le   café   coule   à   Qlots,   jamais  sufQisamment   pour  nos  têtes   qui   courent   un   marathon  sans  Qin.  Chacun  a  une  date  bien  ancrée  dans  son  cerveau,  cette  heure   spéciQique   où   l'on   respirera   de   nouveau,   où   le   quotidien   reprendra   son   cours   normal.  La  belle   réalité   d'étudiant!   Chacun  se  trouve  dans  la   même  situation  :  à   droite   les  préoccupations   personnelles,   à   gauche   l'emploi   à   temps   partiel   qui   demande   trop   d'heures.   Pourquoi   n'y   a-­‐t-­‐il   que   24   heures   dans   une   journée?  Bref,   une   bonne   respiration,  faites  un  peu  de  sport,  prenez   une   marche   sous   la   pluie   pour   oxygéner   le   cerveau,   et   courage...   La   semaine   de   lecture   approche   à   grands  pas.  D'ici   là,   bonne   chance   dans  vos   travaux  et  examens   et   proQitez  du  congé   pour  refaire   le  plein  d'énergie  positive  avant  le   dernier  coup   de  coeur  de  la  session!

Marie-Hélène Ratel

Party d'Halloween officiel de l'ABEILL Soirée costumée au bar le Casa Blanca situé dans le Vieux-Québec (1169 rue Saint-Jean) C'est un rendez-vous jeudi le 27 octobre dès 21h pour célébrer la fin de la mi-session! Jeudi 27 octobre à 21h, 1169 rue St-Jean

Séance d'informations pour les étudiants en première année Fan dʼimprovisation ?

Madame Julie de Blois convie les nouveaux admis du bac à une rencontre ayant pour but de présenter le cheminement du programme et ses exigences afin de vous guider dans votre choix de cours de la session dʼhiver 2012. Quelques informations pertinentes y seront aussi divulguées. 

Voici les horaires des ligues jouant sur le campus : Mer. 20h-22h : LIDUL, cafétéria du pav. Alexandre-Vachon Jeu. 20h-22h : LIMUL, boudoir du pavillon Desjardins Ven. 20h-22h : LUI, grand salon du pavillon Desjardins

Mardi 8 novembre de 11h30 - 12h30, DKN-1A

VOTRE COMITÉ JOURNAL

INTÉRESSÉS À PARTICIPER?

COLLABORATEURS

Publié sur   une   base   bimensuelle,   le   Bu=neur  a  comme  mandat  d’informer  les   étudiants   du   baccalauréat   intégré   en   études   interna=onales   et   langues   modernes   sur   les   ini=a=ves   prises   au   sein  de   l’associa=on   étudiante,   ainsi   que   sur   des   sujets   d’intérêts   généraux   pouvant   interpeller   la   communauté   universitaire.  

L’équipe du  Bu=neur  est  toujours  à  la   recherche  de  journalistes  et  d’étudiants   mo=vés  désirant  s’impliquer  dans   différentes  sphères  de  la  réalisa=on  du   journal.  Ça  vous  intéresse?  Communiqez-­‐ avec  nous  :

Correctrice :  Gabrielle  Bouchard-­‐Doyon

buRneur.abeill@gmail.com

16

Montage :  Alexandre  Clément Rédactrice  en  chef  :  Marie-­‐Hélène  Ratel

Merci à  nos  journalistes  !

20 oct 2011  

Journal Butineur du 20 octobre 2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you