Issuu on Google+

Cours d’électricité / électrotechnique

1ère année Electronique Médicale


Cours d’électricité / électrotechnique

Email (Campus numérique) abdellah.djelaili@cnldb.be


Cours d’électricité / électrotechnique Remarque Ces diapositives constituent un deuxième support de cours. Elles seront complétées par des démonstrations et explications en classe. Suivi des exercices en cours! La présence en cours est donc fortement conseillée ! Se présenter à la classe avant le début de la séance de cours.


Cours d’électricité / électrotechnique

Table des matières I. Electrostatique II. Electrocinétique   III. Régime continu  IV. Régime alternatif   V. L’électromagnétisme   VI. Transformateur   VII. Sécurité électrique


Cours d’électricité / électrotechnique

Table des matières I. Electrostatique

II. Electrocinétique   III. Régime continu  IV. Régime alternatif   V. L’électromagnétisme   VI. Transformateur   VII. Sécurité électrique


Cours d’électricité / électrotechnique II. Electrocinétique  Introduction Courant électrique Définitions  Loi d’Ohm Puissance et énergie électrique Association en série et parallèle Les lois de Kirchhoff Autre lois d'analyse


Chapitre I – Electrocinétique  Introduction  La connaissance d’un courant électrique utilisé en électricité générale, permet d’avoir une ouverture sur le fonctionnement des appareils électrique. Par exemple :

un appareil à ultrasons envoie un signal à un écran d'ordinateur ; un train électrique tractant une charge ; une centrale hydroélectrique qui génère de l'énergie aux utilisateurs ruraux ; et beaucoup d'autres exemples de l'électricité impliquent le courant électrique. L'humanité a mis en évidence l’électricité comme la base de la technologie, afin d'améliorer la qualité de vie. En plus d'explorer les applications de l'électricité, de nouvelles connaissances seront acquises dans les autres chapitres, par exemple : un champ magnétisme résultant d’un passage de courant électrique.


Chapitre I – Electrocinétique  Courant électrique Définitions Le courant électrique est défini comme étant la vitesse de circulation de la charge (figure.1). Le démarrage d’un moteur de chariot nécessite un courant important : déplacement d’une grande quantité de charge dans un petit temps, alors pour un faible courant peu de charges vont se déplacer dans un temps identique. Dans la forme suivante, l'équation du courant électrique I est définie par :


Chapitre I – Electrocinétique  Courant électrique Où ∆Q est la quantité de charge à travers d’une zone donnée en temps ∆t. L'unité du courant électrique en SI est l'Ampère indiquée par : A, et défini par le physicien français André-Marie Ampère (1775-1836). Depuis, on dit que l'Ampère est un Coulomb par Seconde :


Chapitre I – Electrocinétique  Courant électrique La figure.2(b) montre une représentation schématique standard d'une batterie, la charge (résistance) et les conducteurs qui les relient. Le schéma de la figure.2(a), montre un exemple pratique composé d’une batterie d’un véhicule connecté à un phare éclairant. Ce schéma est très utile pour visualiser les principales caractéristiques d'un circuit. Un seul schéma peut représenter une grande variété de sources (alimentation, batterie, centrale électrique, etc.) et de charges (résistance, lampe, résistance chauffante, circuit électronique, etc.). On a besoin de comprendre quelques schémas afin d'appliquer les concepts et les analyser dans des situations diverses.


Chapitre I – Electrocinétique  Courant électrique Un seul schéma peut représenter une grande variété de sources (alimentation, batterie, centrale électrique, etc.) et de charges (résistance, lampe, résistance chauffante, circuit électronique, etc.). On a besoin de comprendre quelques schémas afin d'appliquer les concepts et les analyser dans des situations diverses.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Courant électrique A notez que le sens du courant dans la figure.2 est du positif au négatif. Le sens du courant conventionnel est la direction du flux des charges positives. Sans oublier que le passage du courant est le résultat de déplacement des deux flux de charges positives dans un sens et les charges négatives dans un sens inverse. Dans les fils métalliques (matière solide), par exemple, le courant est porté par des électrons, c'est le mouvement des charges négatives.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Courant électrique Dans les années 1700, le scientifique américain Benjamin Franklin a découvert que, le courant conventionnel est considéré comme étant dans la direction du flux de charge positive. La figure.3, illustre le mouvement des particules chargées qui composent le courant. Il est important de réaliser qu'il ya un champ électrique dans les conducteurs responsables de la production du courant (figure.3). Contrairement à l'électricité statique, où un conducteur est en équilibre ne peut pas avoir un champ électrique en lui-même, les conducteurs transportant un courant possède un champ électrique et ne sont pas en équilibre statique. Un champ électrique est nécessaire pour fournir de l'énergie afin de faire déplacer les charges.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Loi d’Ohm Définitions ; Origine de la loi d'Ohm ; Relation entre la tension et le courant ; La résistance et la résistivité ; La variation de la résistance avec la température.


Chapitre I – Electrocinétique  Loi d’Ohm Définitions Qu’est ce qui génère le courant électrique? On peu penser à différents dispositifs tels que : les batteries, les générateurs, les prises murales, qui sont nécessaires pour fournir un courant. Tous ces appareils créent une différence de potentiel et sont plus ou moins considérés comme des sources de tension. Quand une source de tension est connectée à un conducteur ohmique, il applique une différence de potentiel V qui crée un champ électrique. Le champ électrique dans son tour exerce des forces sur les charges, causant un courant.


Chapitre I – Electrocinétique  Origine de la loi d'Ohm Le physicien allemand Georg-Simon-Ohm (1787-1854), fut le premier à démontrer expérimentalement que le courant dans un fil métallique est directement proportionnel à la tension appliquée : IαV Cette relation importante est connue comme la loi d'Ohm. Elle peut être considérée comme une relation de cause- effet, sachant que la tension est la cause et le courant c’est l'effet.

Relation entre la tension et le courant Si la tension conduit le courant, qu’est ce qui l'empêche? La propriété électrique qui empêche le courant (grossièrement similaire à la résistance de l'air) est appelée la résistance R. En effet, les collisions de charges électriques en mouvement avec des atomes et des molécules de la matière limite le passage du courant. La résistance R est définie comme inversement proportionnelle au courant I, ou : Iα(1/R)

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Origine de la loi d'Ohm En combinant les relations de courant à la tension et le courant à la résistance donne : Cette relation est aussi appelée la loi d'Ohm. La loi d'Ohm sous cette forme définit vraiment la résistance de certains matériaux. Il s'agit notamment de bons conducteurs comme le cuivre et l'aluminium, et quelques mauvais conducteurs dans certaines circonstances. Ces matériaux ohmiques ont une résistance R qui est indépendante de la tension V et de courant I. Un objet qui a une résistance est appelé une résistance, même si sa résistance est faible (fil conducteur, ligne de tension électrique, etc.). L'unité de la résistance est le « Ohm » sous le symbole, Ω; (grecque oméga). Réorganisation donne , de sorte qu’une résistance de : 1Ohm =1Volt /1Ampère.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Origine de la loi d'Ohm La figure.4 montre le schéma d'un simple circuit, comprenant une seule source de tension et une résistance unique. Les fils de raccordement de la source de tension à la résistance peuvent être supposés avoir une résistance négligeable (résistance nulle des fils).

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  La résistance et la résistivité La résistance d'un matériau dépend de sa forme et du matériau dont il est composé. La résistance d’un fil cylindrique dans la figure.5 est directement proportionnelle à sa longueur l. Plus le cylindre est long, plus il y aura des collisions entre les charges électrique et les atomes de la matière composant le cylindre. Plus le diamètre du cylindre A est grand, plus le courant peut être facilement transporté (semblable à l'écoulement d’un fluide à travers d’un tube). En fait, R est inversement proportionnel à la superficie de section transversale du cylindre A.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  La résistance et la résistivité Pour une forme donnée, la résistance dépende de la matière dont l'objet est composé. Différents matériaux offrent une résistance différente pour un flux de charge. On définit la résistivité d'un matériau (ou une substance) de sorte que la résistance R est directement proportionnelle à. La résistivité est une propriété intrinsèque d'un matériau, indépendamment de sa forme ou sa taille. La résistance R d'un cylindre uniforme de longueur l, et de surface d’une section transversale A, et faite d'un matériau de résistivité, est :

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  La variation de la résistance avec la température La résistivité de l'ensemble des matériaux dépende de la température. Certains deviennent même des supraconducteurs (résistivité nulle) à très basse température. (figure.6). En revanche, la résistivité des conducteurs augmente avec la température. Comme les atomes vibrent plus rapidement et sur des ​ distances plus grandes à des températures plus élevées, les électrons en mouvement à travers un métal font beaucoup plus de collisions, rendant effectivement la résistivité plus grande. La résistivité varie avec la variation de la température, est elle s’exprime par l'équation suivante :

Où est la résistivité initiale et est le coefficient thermique de la résistivité (tableau.2). Pour les grandes variations de la température, peut varier où une équation non linéaire peut être nécessaire pour trouver.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  La variation de la résistance avec la température Il est a notez que est positif pour les métaux, qui signifie que leur résistivité augmente avec la température (une grande dépendance à la température). Certains alliages ont été développés spécifiquement pour avoir une faible dépendance à la température. Le Manganin (cet alliage est fait à partir du cuivre, du manganèse et du nickel), par exemple, est proche de zéro (à trois chiffres à l'échelle du tableau), et donc sa résistivité varie peu avec la température. Ceci est utile pour faire une norme de résistance indépendante de la température, par exemple.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  La variation de la résistance avec la température Le Manganin (cet alliage est fait à partir du cuivre, du manganèse et du nickel), par exemple, est proche de zéro (à trois chiffres à l'échelle du tableau), et donc sa résistivité varie peu avec la température. Ceci est utile pour faire une norme de résistance indépendante de la température, par exemple.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  La variation de la résistance avec la température

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  La variation de la résistance avec la température De nombreux thermomètres (figure.7) sont basés sur cet effet (température mesurer sur base de la variation d’une résistance). L’exemple le plus commun est la thermistance, où un cristal semiconducteur avec une grande dépendance de la température, dont la résistance est mesurée pour obtenir la température correspondante. L'appareil est petit, de telle sorte qu’il atteint rapidement l’équilibre thermique avec la partie mise en contact.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique    Association en série et parallèle Association en parallèle, Association en série, Association en série et parallèle, Force électromotrice: Tension aux bornes


Chapitre I – Electrocinétique  Résistances en série et en parallèle La plupart des circuits électriques et électroniques sont composés de ce composant électronique, appelé la résistance qui limite le flux de charge (ou le courant) dans un circuit. Dans certains cas, il est possible de faire un montage par combinaison de résistances (plusieurs résistances), soit en série soit en parallèle comme c’est illustrés dans la figure.8. On est appelé à calculer la résistance totale de cette combinaison de résistances, qui dépend à la fois des valeurs individuelles et la façon dont les résistances sont connectés.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Association en série et en parallèle  Association en série Les résistances sont en série chaque fois que le courant doit circuler à travers les résistances d’une façon séquentielle. Par exemple, si le courant passe à travers de la main d’une personne titulaire d'un tournevis, les pieds de cette personne est en contact à la terre. Dans la figure.8, R1 pourrait être la résistance du tournevis, R2 la résistance du corps de la personne, et R3 l'résistance de ses chaussures.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique   Association

en série

Pour vérifier que la résistance équivalente Rs étant la somme des trois résistances, on utilise la loi d’Ohm qui relie la tension et le courant. Selon la loi d'Ohm, la chute de tension, V, à travers d’une résistance parcourue par un courant, est calculé en utilisant l'équation où I est le courant en Ampères et R est la résistance en Ohms (Ω). Une autre façon pour penser à cela, c'est que V est la tension nécessaire pour faire circuler un courant I à travers d’une résistance R. Ainsi, la chute de tension dans R1 est V1=R1I, dans R2 représente V2=R2I, et de l'autre côté de R3 est V3 = R3I.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Association en série et en parallèle  Association en série

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Association en série et en parallèle  Association en série En général, cette logique est valable pour un nombre n de résistances en série, donc, la résistance totale Rs d'une liaison série est de :    

  Cette relation indiquent que de la résistance équivalente totale Rs est plus grande que la valeur de la plus grande résistance individuelle à Rs. On remarque que dans une connexion en série, plus le courant de la source qui circule dans le circuit série est faible plus la résistance totale (ou équivalente) est grande.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Association en parallèle La figure.9 montre le schéma électrique d’un circuit composé de trois résistances en parallèle. Chacune d’entre elle est branchée à cette source de tension V. On dit que les résistances sont en parallèle, lorsque chaque résistance (dipôle) est connectée directement à la source de tension (la polarité positive de la tension relie une polarité et la polarité négative relie la seconde polarité) par des fils de connexion (ayant une résistance négligeable). Autrement dis, l’extrémité de chacun des pôles sont relier entre elle. Par contre, chaque résistance prélève un courant comme s'il était seul connecté à la source de tension (la source de tension génère plusieurs courants). Par exemple, les phares d'un véhicule, la radio, etc., sont câblés en parallèle, de sorte qu'ils utilisent la même source de tension, mais chacun utilise son propre courant. La même chose dans une maison ou un bâtiment.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Association en parallèle Pour trouver l’expression de la résistance parallèle équivalente, on considère les trois courants qui sont liés à chaque résistance. Etant donné que chaque résistance dans le circuit utilise la tension de la source, les courants individuels circulant à travers de ces résistances sont :

Conservation de la charge implique que le courant total I produit par la source est la somme de ces trois courants : . En substituant les expressions des différents courants, la formule précédente donnera :

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Association en parallèle

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Association en parallèle Généralisant un certain nombre de résistances, la résistance totale de n résistances d'une connexion parallèle est donnée par :

  Le résultat de cette relation indique que de la résistance équivalente totale Rp est inférieure à la valeur la plus petite des résistances individuelles. Quand les résistances sont connectées en parallèle, plus le courant de la source qui circule dans le circuit parallèle est grand plus la résistance totale est faible.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Combinaison série et parallèle Les connexions complexes des résistances sont seulement des associations mixtes, en combinaison le circuit série avec le circuit parallèle. Comme illustré dans la figure.10, en utilise une technique qui permet de réduire les circuits électriques. Cette technique permet de détecter les circuits qui sont en série et ceux qui sont en parallèle. Pourvue que le schéma électrique final peut être réduit à une seule résistance équivalente. Soit rassembler les différentes résistances qui sont identifiées en série ou en parallèle, puis réduire encore si nécessaire, jusqu'à ce qu'on obtienne qu’une seule résistance équivalente. Au final, le processus prend plus de temps à résoudre le problème pour simplifier le circuit électrique.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Combinaison série et parallèle

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Force électromotrice: Tension aux bornes Si on connecte un nombre excessif de lampes en parallèle à une batterie de voiture générant une tension de 12V, l’intensité lumineuse des lampes va diminuer, même si les fils ont une très faible résistance. Ceci implique que la tension de sortie de la batterie est réduite par la surcharge causé par les lampes. La raison de la diminution de la tension de sortie pour la batterie épuisée ou surchargé, c'est que toutes les sources de tension ont deux parties : une

partie fondamentale de la source d'énergie électrique : la force électromotrice et ; une résistance interne. A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Force électromotrice D’autres source électromotrice existe, tel que : les différents types de générateurs électriques, source d’énergie nucléaire, les éoliennes fonctionnant a la force du vent, les cellules solaires créant des tensions à partir de la lumière directement, tandis que les dispositifs thermoélectriques créent tension des différences de température. Tous ces appareils créent une différence de potentiel et peuvent fournir du courant si elles sont connectées à une charge.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Force électromotrice  Sur la petite échelle, la différence de potentiel crée un champ électrique qui exerce une force sur les charges, ce qui provoque un courant. Donc, le nom choisi pour la force électromotrice est la : « f.é.m. ».   La f.é.m c'est un type spécial de différence de potentiel. Pour être précis, la force électromotrice (f.é.m) est la différence de potentiel d'une source lorsqu’aucun courant ne circule. L’unité SI de cette grandeur physique de la f.é.m est le Volt (V).

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Résistance interne

La résistance interne est la résistance intrinsèque à la circulation du courant dans la source elle-même (batterie, pile, alimentation continu, etc.). Exemple, une batterie d’un camion de 12V est physiquement plus grande, elle contient plus de charge et d'énergie, donc elle peut fournir un courant supérieur à celle d’une batterie de moto 12V. Les deux sont des batteries au plomb-acide avec une f.é.m identiques, mais l’une génère un courant plus important que l’autre, donc la batterie du camion à une résistance interne r plus petit.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Résistance interne La figure est une représentation schématique des deux parties fondamentale de toute source de tension. La force électromotrice f.é.m est représenté par E et résistance interne r sont en série. Si la résistance interne est petite, le courant fournit est grand et ainsi la puissance correspondante est grande.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Tension aux bornes

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Tension aux bornes

On peut voir dans cette expression que, plus la résistance interne est petite, plus la fourniture du courant à la Rcharge est meilleurs. Si un moment donner les batteries sont épuisées, r augmente, puisque r est une fraction significative de la résistance de charge Rcharge, le courant est considérablement réduit, comme dans l'exemple suivant.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Tension aux bornes

Certaines batteries peuvent être rechargées en faisant passer un courant à travers eux dans le sens opposé au courant qu'ils fournissent à une charge. Cela se fait couramment dans des voitures lorsqu’une batterie est déchargée un chargeur est utilisé (figure.14). La tension de sortie du chargeur de batterie doit être supérieure à la force électromotrice de la batterie à courant inverse à travers elle.

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Sources multiples de tension

On a deux sources de tension lorsque le chargeur de batterie est utilisé. Deux sources de tensions sont connectées en série. Lorsque les sources de tension sont en série, leurs résistances internes r sont additionnées et leurs f.é.m sont additionner algébriquement. Habituellement, les cellules dans une batterie sont fixées en série afin de produire une plus grande f.é.m totale. La connexion en série de sources de tension est largement fréquente, par exemple, une lampe de poche nécessite deux piles électriques de 1.5V pour avoir 3V (figure.15).

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Sources multiples de tension

Si maintenant, une connexion en série de deux sources de tension est réalisée par opposition de deux piles, le circuit complet avec les f.é.m dans l'opposition, puis on délivre le courant d'intensité I tel que :

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Sources multiples de tension

Si deux sources de tension sont en série, sachant que les forces électromotrices sont dans le même sens, alimentant une charge, comme dans la figure.17, puis

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique    Les lois de Kirchhoff Définitions Loi des nœuds (la 1ère loi de Kirchhoff) Loi des branches (la 2ème loi de Kirchhoff) Application des lois de Kirchhoff


Chapitre I – Electrocinétique  Les lois de Kirchhoff Définitions Beaucoup de circuits complexes, comme celui de la figure.4, ne peuvent pas être analysés avec les techniques série-parallèles (développés en des résistances série, parallèle et force électromotrice). Il ya, cependant, deux règles d'analyse de circuits qui peuvent être utilisés pour analyser n'importe quel circuit, simple ou complexe. Ces règles sont des cas particuliers des lois de conservation de la charge et de la conservation de l'énergie. Les règles sont connues comme les règles de Kirchhoff, d’après leur inventeur Gustav Kirchhoff (1824-1887).


Chapitre I – Electrocinétique  Les lois de Kirchhoff Définitions

Les deux lois (ou règles) seront désormais donnés, suivis par des conseils problème-résolution pour l'application des règles de Kirchhoff, plus un exemple concret qui les utilise.


Chapitre I – Electrocinétique  Les lois de Kirchhoff La 1ère loi de Kirchhoff (Loi des nœuds) La première règle de Kirchhoff est une application de la conservation de la charge à un nœud ; il est illustré à la figure.5. Le courant est le flux de charge, et la charge est conservée ; donc, tout les courants entrant dans le nœud est égal aux courants sortant de ce nœud. La première loi (figure.5) exige que : les équations de ce genre peuvent être utilisées pour analyser et résoudre les problèmes de circuit.


Chapitre I – Electrocinétique  Les lois de Kirchhoff La 2ème loi de Kirchhoff (Loi des branches) La deuxième loi de Kirchhoff (ou la loi de maille) est une application de la conservation de l'énergie. Qui dit énergie dit le potentiel (VA), différence de potentiels(VAB) ou f.é.m. Rappelons que la f.é.m est la force électromotrice d'une source. Dans une boucle fermée, la f.é.m qui est actif génère de l’énergie aux autres dispositifs passifs dans la boucle. La figure.6 illustre la différence de potentiel dans une simple boucle de circuit en série.


Chapitre I – Electrocinétique  Les lois de Kirchhoff Application des lois de Kirchhoff En appliquant les lois de Kirchhoff, nous générons des équations qui nous permettent de trouver les inconnues dans les circuits. Les inconnues peuvent être des courants, des forces électromotrices, ou des résistances. Chaque fois une règle est appliquée, une équation est produite. S'il ya autant d'équations indépendantes que d'inconnus, alors le problème peut être résolu. Il ya deux décisions que vous devez faire dans l'application des lois de Kirchhoff. Ces décisions déterminent les signes de différentes quantités dans les équations que vous obtenez à partir de l'application des lois.


Chapitre I – Electrocinétique  Application des lois de Kirchhoff 1. Lors de l'application de la première loi de Kirchhoff, la loi des nœuds, il est nécessaire de nommer les courants dans chaque branche et de décider dans quelle direction ils vont se dirigés. Par exemple, dans la figure.4, figure.5 et figure.6, les courants ont étaient nommés I1, I2, I3, et les directions sont bien choisies. Il n'ya pas de risque ici, car si vous choisissez la mauvaise direction (ou sens), le courant sera de valeur (ou d’amplitude) correct mais négative (ou inverse) par rapport au sens conventionnel.   2. En appliquant la deuxième loi de Kirchhoff, la loi de maille, il est très important d’identifier une boucle fermée et de décider dans quelle direction aller autour, dans le sens horaire ou antihoraire. Par exemple, dans la figure.5 la boucle a été parcourue dans le même sens que le courant (sens horaire). Encore une fois, il n'ya aucun risque de faire le tour du circuit en sens contraire. Cela va inverse le signe de chaque terme de l'équation, comme si chaque (les deux côtés de) équation est multipliée par : « -1 ».


Chapitre I – Electrocinétique  Puissance et énergie électrique Puissance électrique Energie électrique Le coût de l'électricité


Chapitre I – Electrocinétique  Introduction  Puissance et énergie électrique Puissance électriques Un composant ayant une tension U à ses bornes et qui est traversé par un courant I dissipe une puissance P (en général par effet joule = échauffement du composant) telle que : P est la quantité d'énergie dissipée pendant l'unité de temps joule/seconde, elle est exprimée en Watt (W). Dans le cas d'une résistance, si on applique la loi d'ohm dans la formule de la puissance on obtient :


Chapitre I – Electrocinétique  Introduction  Puissance et énergie électrique Puissance électriques La puissance est le taux (ou un rapport) d'utilisation de l'énergie ou de la conversion d'énergie. Si on compare une ampoule de 25W avec une ampoule de 60W (figure.8(a)). Les deux fonctionnent sur la ​ même tension, l'ampoule de 60 W consomme plus de courant afin d'avoir une plus grande puissance. Ainsi, la résistance de l’ampoule de 60 W doit être inférieure à celle de 25 W. Si nous augmentons la tension, nous augmentons aussi la puissance. Par exemple, quand une ampoule de 25 W est conçu pour fonctionner sur 120 V, quand elle est relié à 240 V elle va se détruire (la résistance de la lampe va se fondre).


Chapitre I – Electrocinétique  Puissance électriques Les deux fonctionnent sur la ​ même tension, l'ampoule de 60W consomme plus de courant afin d'avoir une plus grande puissance. Ainsi, la résistance de l’ampoule de 60 W doit être inférieure à celle de 25W. Si nous augmentons la tension, nous augmentons aussi la puissance. Par exemple, quand une ampoule de 25W est conçu pour fonctionner sur 120V, quand elle est relié à 240V elle va se détruire (la résistance de la lampe va se fondre).

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  L’énergie électrique

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  Le coût de l'électricité

A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique  L’économie de l’énergie   L'énergie électrique (E) utilisé peut être réduite soit par la diminution du temps d'utilisation, soit en réduisant la consommation électrique de cet appareil.   Cela permettra non seulement de réduire les coûts mais elle entraînera également un impact sur l'environnement. L’amélioration de l'éclairage est l’un des moyens les plus rapides pour réduire l'énergie électrique utilisée dans une maison ou une entreprise, par exemple.   Les lampes fluorescentes sont environ quatre fois plus efficaces que les lampes à incandescence. Ainsi, une ampoule à incandescence de 60 W peut être remplacée par une CFL (Lampe Fluorescente Compacte) de 15W, qui a la même luminosité (LFC ont un tube sous forme spirale).   Le transfert de chaleur à partir de ces LFC est inférieur, et ils durent jusqu'à 10 fois plus longtemps. L'importance d'un investissement dans ces ampoules est abordée dans l'exemple suivant. Les nouveau lampe LED s'allume sont encore plus efficace, 5 fois plus longtemps que les ampoules fluo compactes. Cependant, leur coût est encore élevé. A.DJELAILI


Chapitre I – Electrocinétique    Autre lois d'analyse Théorème de Thevenin ; Théorème de Northon ; Le diviseur de tension et de courant ; Superposition ; etc…


Chapitre n°2 électrocinétique 1ère année électricité électrotechnique