Étude historique et technique sur les vestiges de la taverne Wright

Page 1

LA TAVERNE WRIGHT À ZIBI Rick Henderson

1


LA TAVERNE / MAGASIN de PHILEMON WRIGHT En 1801, Philemon Wright a commencé à construire son village. Dans son propre rapport qu'il a livré à l'Assemblée législative en 1820 (‘Account of the first settlement…’), il écrit qu'en cette année de 1801, il a construit une scierie et « d'autres bâtiments », mais il ne précise pas ce qu'ils étaient. Il ne mentionne pas spécifiquement un « magasin », une école, une « meeting‐house » ou une distillerie, mais nous savons qu'ils existaient. L'arpenteur général du Bas‐Canada, Joseph Bouchette, rapporte qu'en 1815, il y avait déjà une école et une « meeting‐house » dans le village. Dans un rapport ultérieur (1832), il rapporte qu'en 1820, il y avait 3 écoles et 2 distilleries dans le village. À droite, sur la première carte de Wright's Town par John Burrows, 1824, on ne voit aucune école, aucune distillerie, aucune « meeting‐house » près des communes du village, seulement un bâtiment #7 identifié comme le « New Stone Store ». Dans presque toutes les colonies de la Nouvelle‐ Angleterre, la « meeting‐house » était au centre des communes du village, tout comme le drapeau et la cloche. Il y a un drapeau et nous savons que la cloche est sur le magasin. Mais, pourquoi n'y a‐t‐il pas de meeting‐house sur cette carte ? Anson Gard nous dit cependant qu'à partir de 1801, il existe un magasin, ce qui est corroboré par le registre des ventes au magasin de Wright. En 1819, les Wright ont commencé à construire ce qu'ils appellent dans plusieurs lettres le « new stone store ». De plus, ils ont construit ce qu'ils appellent la « new tavern », l'hôtel Columbia, juste en face de Kings Road. Il n'est pas raisonnable que Philemon Jr. & Sr. ait continué à parler de ces nouveaux bâtiments comme étant le « new stone store » et la « new tavern » à moins qu'il n'y ait eu un ancien magasin et une ancienne taverne. Le célèbre tableau de 1823 de Henry DuVernet, Royal Engineer qui connaît bien le village, s'intitule « A View of the Mill and Tavern of Philemon Wright at the Chaudière Falls, Hull ». Le bâtiment avec la coupole, le « New Stone Store » dans la carte de Burrows, est clairement identifié par DuVernet comme étant la taverne Wright, mais nous savons, d'après les documents, qu'il serait plus souvent désigné comme le magasin. Les preuves de Bouchette, Gard et DuVernet indiquent qu'il y avait probablement une « meeting‐ house », une taverne ou un magasin qui a été remplacé par le « New Stone Store ». 2


Après la construction de la glissoire à cages en 1829, nous voyons la taverne à l'entrée de cette glissoire, dans ce plan de 1844 du Conseil des travaux publics. Ensuite, nous le voyons intact et en place dans ce plan d'assurance de 1878 des bâtiments Eddy, identifiés comme le Bureau.

Dans cette affiche publicitaire, publiée par EB Eddy, on peut voir la taverne de Wright à l'endroit indiqué dans le plan d'assurance de 1878. 3


En 1882, il y a un incendie dévastateur qui brûle tous les bâtiments en bois du site. (https://www.historymuseum.ca/cmc/exhibitions/hist/hull/rw_26_ie.html). Eddy reconstruit ses usines et les remplace par des structures en pierre en 1883 : Bâtiments 1, 2, 3 (le nouveau bâtiment) & 4. En 1892, il construit le bâtiment 6. Le bâtiment 5 est construit après 1904 (source : http://www.patrimoine‐ culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=191012&type=bien#.XCOSj1xKiUl) À droite, dans un plan d'assurance de 1884, nous voyons le nouveau bâtiment 3 avec une coupole à l'endroit où se trouvait la taverne Wright. Sur la photo de 1883 à gauche, face à l'ouest, on voit comment le bâtiment 3 se détache du bâtiment en pierre identifié comme l'usine à papier "B" (plus tard, les bâtiments 1 et 2).

4


Sur cette photo de 1890, orientée vers l'est, à gauche, on voit ce même bâtiment 3 couronné d'une coupole dans l'espace où se trouvait la taverne Wright avant l'incendie. Le bâtiment 6 n'est pas encore construit. Si nous comparons le plan d'assurance de 1895 (revisé en 1901), illustré ci‐dessous, au plan d'assurance de 1878 à la page 3, nous pouvons voir que le bâtiment 3 se dresse sur l'empreinte de la taverne Wright. Il s'agit d'un bâtiment rectangulaire qui n'est pas aussi long, est‐ouest, que la taverne originale mais qui semble beaucoup plus long, nord‐sud. Cela suggère que le bâtiment 3 a probablement incorporé une partie des structures de l'ancienne taverne Wright qui ont peut‐être survécu à l'incendie de 1882 ; très probablement l'ensemble des fondations et le coin sud‐est de la taverne. Le fait que l'usine à papier "B" n'ait pas été simplement agrandie sur l'espace rempli par le bâtiment 3, suggère qu'au moins l'angle sud‐est de la taverne Wright a pu survivre. Après 1882, il semble qu'Eddy ait délibérément recréé quelque chose qui avait été son bureau principal pendant près de trente ans : sa nouvelle version de la taverne Wright. Je pense que cela est souligné par le fait qu'il a couronné le bâtiment 3 d'une coupole de sa propre conception. NOTEZ que les ouvertures du mur nord du bâtiment 3 (photo p. 6) ne correspondent pas à celles de l'usine de papier "B". Cela suggère en outre que le bâtiment 3 contient les ouvertures d'un bâtiment plus ancien ‐ probablement celles de l'ancienne taverne Wright.

5


Ici, le plan d'assurance de 1878 se superpose au plan de 1895 (revisé en 1901). Le coin sud‐est de la taverne et le coin sud‐ouest du bâtiment 3 s'alignent parfaitement. Dans les deux plans, on peut voir ce qu'on appellera plus tard le bâtiment 4 (la chaufferie). Dans le plan de 1895, elle a toujours exactement la même taille et la même forme qu'elle avait en 1878, avant l'incendie de 1882. Cela nous donne la géo référence parfaite pour aligner le même bâtiment dans les deux plans, pour voir où la taverne Wright se situait vis‐à‐vis le bâtiment 3. Lorsque nous faisons cela, nous pouvons voir que le coin sud‐est de la taverne Wright (1878) s'aligne parfaitement avec le coin sud‐ouest du bâtiment 3. Les cartes d'assurance ne sont peut‐être pas identiques, mais les empreintes des bâtiments 1, 2, 3, 4 et 5 sont étonnamment similaires et elles correspondent toutes à leurs empreintes actuelles. À gauche, la fondation en maçonnerie de pierre du bâtiment 5 qui s'étend presque complètement jusqu'à l'angle sud‐ouest du bâtiment 5, mais pas complètement. Curieusement, la fondation en pierre se trouve devant la fondation coulée de taille plus haute sous les murs sud des bâtiments 3 et 5. Dans les plans d'assurance superposés, cette fondation de maçonnerie correspond exactement à l'empreinte du mur sud de la taverne Wright. Cette fondation en maçonnerie de pierre ne sert à rien pour le bâtiment 5, alors pourquoi est‐ elle là ? Il semble s'agir des restes du mur sud de la taverne Wright. Un examen plus approfondi permettra de déterminer s'il continue et fait partie du mur du bâtiment 3. 6


Ci‐dessous, face au sud‐est, on voit le bâtiment 3 en 1898.

En 1900, le grand feu de Hull dévaste une grande partie de Hull et ravage une fois de plus les installations de Eddy, mais Eddy reconstruit. La plupart des murs de pierre ont survécu à l'incendie et ont été réutilisés ; dans de nombreux cas, les bâtiments se ressemblaient beaucoup après l'incendie. (Noter encore une fois l'asymétrie des ouvertures du bâtiment 3 par rapport au bâtiment 2) À gauche, sur une photo datée de 1901 (après le grand feu de 1900), on voit le bâtiment 3 toujours debout. Le mur sud présente les mêmes ouvertures que dans le plan d'assurance de 1884 (p. 4) et que nous voyons aujourd'hui.

Et ici, à droite, dans les rénovations en cours en 1910, nous voyons les mêmes ouvertures dans le bâtiment 3 que nous voyons aujourd'hui. On voit clairement qu'un pont a été construit entre l'usine de papier "B" (bâtiments 1, 2 et 3) et l'entrepôt 7 (maintenant le bâtiment 6). Il y a trois fenêtres dans le pont (ce qui sera plus tard l'étage supérieur du bâtiment 5). 7


Dans ce plan d'assurance de 1904, ci‐dessous, nous voyons que la construction du pont est terminée et que les bâtiments ont maintenant leur désignation moderne de bâtiments 1, 2, 3, 4, 5 et 6. La construction du pont est le bâtiment 5 et le mur sud du bâtiment 3 est le même que celui indiqué dans tous les plans d'assurance.

Aujourd'hui, on constate que les ouvertures du mur de pierre, encerclées ci‐dessous, correspondent exactement aux ouvertures du bâtiment 3 que l'on retrouve dans les plans d'assurance de 1878 et 1884. On peut aussi voir le pont avec les mêmes trois fenêtres qui ont été ajoutées au premier étage pour créer le bâtiment 5 d'aujourd'hui.

8


L'élément peut‐être le plus convaincant pour montrer qu’au moins une partie du mur sud de la taverne Wright et le mur sud du bâtiment 3 ne font qu'un, est l'image suivante qui montre un escalier menant du niveau du sol au 2e étage exactement au même endroit dans les deux bâtiments.

CONCLUSIONS : Dans le plan de développement de ZIBI, ci‐dessous, nous voyons le « Continuous Axis to the Waterfront ». Il occupe au moins la superficie du bâtiment 5, mais semble aussi enlever le bâtiment 3.

LE mur sud des bâtiments 1, 2, 3, 5 et 6 se compose de quatre parties : 1. Les murs en pierre des bâtiments 1 et 2, construits en 1883, après l'incendie de 1882. 2. Le mur de pierre du bâtiment 3 qui semble, au moins en partie, avoir survécu aux incendies de 1882 et 1900. 3. Le mur en briques de ciment sans valeur patrimoniale du bâtiment 6. 4. La construction d'un pont non patrimonial (bâtiment 5) ‐ celui avec les trois fenêtres montrées dans les illustrations des pages 7 et 8. 9


LE mur de pierre du bâtiment 3 est très probablement un trésor historique, les vestiges de la taverne Wright. LES murs de pierre des bâtiments 1, 2, 3 et 6 sont désignés bâtiments du patrimoine industriel et sont donc tous protégés contre la démolition : Classement

Immeuble patrimonial

Ministre de la Culture et des Communications

2012-10-19

http://www.patrimoine‐ culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=93460&type=bien#.XDovOVxKiUl PAR CONSÉQUENT, sachant que le projet de ZIBI est d'enlever le bâtiment 5 (la construction du pont) afin de créer l'axe continu vers le front de mer, les murs en pierre du bâtiment 3 peuvent et doivent être préservés. La taille de l'accès doit toujours être suffisante pour permettre le passage de tout véhicule. Il ne semble pas nécessaire de démolir les murs du bâtiment 3. Les vestiges de la taverne Wright doivent être préservés, célébrés pour la postérité et devenir un témoignage vivant de l'histoire bâtie de la région ‐ une histoire qui remonte au tout début de l'établissement permanent dans la vallée de l'Outaouais. Octobre 2019

10


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.