200 ans d’exploits, cageux (Raftsmen) et draveurs

Page 1

En route vers la motion historique de l’Assemblée nationale du Québec

200 ans d’exploits


Sous l’initiative de Résonance Canada 206, avenue du Grand-Calumet Gatineau (Québec) J9J 1L3, Canada. info@resonance-canada.com

ISBN (version imprimée) : 978-2-925005-21-6 ISBN (version numérique) : 978-2-925005-19-3 Dépôt légal, troisième trimestre 2021. Version R-5 (500). Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Direction à la recherche et compilation : Isabelle Regout. Idée originale : Isabelle Regout et Alexandre Pampalon. Tous nos collaborateurs, partenaires et collègues méritent à juste titre notre gratitude éternelle. Vous êtes notre force motivante à l’écoute de cette histoire. Nos mercis chaleureux à trois artistes membres de la Coopérative de solidarité des arts visuels et des métiers d’art de l’Outaouais (CAVMA) : • Luc Alain, illustrateur gatinois talentueux, a donné vie à une quinzaine d’œuvres originales sur les cageux. www.gallea.ca/en/artists/luc-alain • Marie-Claire Dalpé, artiste multidisciplinaire dont les dessins et les aquarelles nous plongent avec délice dans l’univers féérique de nos forêts. • Marielle Rouleau, artiste multidisciplinaire, choisit intentionnellement le médium esquisse, car il reflète l’état brut et la matière première qu’est le bois. Nous sculptons aussi plusieurs mercis à Marc-André J. Fortier pour son interprétation de Jos Montferrand. www.majfortier.com Portail de diffusion des données écoforestières : www.foretouverte.gouv.qc.ca Cartes par circonscription : https://www.electionsquebec.qc.ca Carte des zones de végétation et domaines bioclimatiques : https://mffp.gouv.qc.ca/ Fonds d’archives : Montage et graphisme :

Résonance Canada/M.F.N.P.W. Inter-Vision inc. www.inter-vision.ca

M.F.N.P.W. M.C.C.Q. O.L.F.Q. O.N.F. C.T.Q. C.T.C.

Musée fluvial national Philemon-Wright Ministère de la Culture et des Communications Office de la langue française du Québec Office national du film Commission de toponymie du Québec Commission de toponymie du Canada Les bases de données toponymiques du Québec et du Canada ont été essentielles dans l’élaboration de ce document.


En route vers la motion historique de l’Assemblée nationale du Québec

200 ans d’exploits

Cageux et draveurs Le cageux, cet Ulysse du Saint-Laurent, était chargé d’assembler les radeaux et de piloter l’immense train de bois en pin équarri — aussi appelé cage — jusqu’à un port d’embarquement. Le draveur, hardi funambule des rivières, était chargé de contrôler la libre flottaison des troncs d’arbres coupés qui étaient jetés dans un cours d’eau afin d’atteindre une scierie ou une usine de pâtes et papiers.


Table des matières Entre les lignes - poème..................................................................................................................................... 9 Zone de végétation et domaines bioclimatiques du Québec....................................................................... 10 La Terre mère des Premières Nations............................................................................................................. 11 Deux figures héroïques du Québec................................................................................................................. 13 Routes fluviales des cageux (1806-1914)........................................................................................................ 14 Distinguer les métiers de cageux (raftsman) et de draveur.......................................................................... 15 BAS-SAINT-LAURENT — région administrative 01 • • •

Matane-Matapédia........................................................................................................................................................16 Rimouski........................................................................................................................................................................18 Rivière-du-Loup............................................................................................................................................................20

SAGUENAY–LAC-SAINT-JEAN — région administrative 02 • • • • •

Chicoutimi.....................................................................................................................................................................24 Dubuc.............................................................................................................................................................................26 Jonquière........................................................................................................................................................................28 Lac-Saint-Jean...............................................................................................................................................................30 Roberval.........................................................................................................................................................................32

CAPITALE-NATIONALE — région administrative 03 • • • • • • • • • • •

Charlesbourg.................................................................................................................................................................36 Charlevoix–Côte-de-Beaupré.....................................................................................................................................38 Chauveau.......................................................................................................................................................................42 Jean-Lesage....................................................................................................................................................................44 Jean-Talon......................................................................................................................................................................48 Peltrie..............................................................................................................................................................................52 Louis-Hébert.................................................................................................................................................................54 Montmorency................................................................................................................................................................58 Portneuf.........................................................................................................................................................................60 Taschereau.....................................................................................................................................................................62 Vanier-Les Rivières.......................................................................................................................................................66

MAURICIE — région administrative 04 • • • •

Champlain.....................................................................................................................................................................68 Laviolette–Saint-Maurice............................................................................................................................................72 Maskinongé...................................................................................................................................................................74 Trois-Rivières................................................................................................................................................................78


ESTRIE ET CENTRE-DU-QUÉBEC — régions administratives 05 et 17 • • • • • • • • • • •

Arthabaska .................................................................................................................................................................... 82 Brome-Missisquoi......................................................................................................................................................... 86 Drummond–Bois-Francs ........................................................................................................................................... 90 Granby............................................................................................................................................................................ 94 Johnson (en partie)....................................................................................................................................................... 96 Mégantic (en partie)..................................................................................................................................................... 98 Nicolet-Bécancour........................................................................................................................................................102 Orford ............................................................................................................................................................................104 Richmond......................................................................................................................................................................106 Saint-François ...............................................................................................................................................................108 Sherbrooke ....................................................................................................................................................................110

MONTRÉAL — région administrative 06 • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Acadie.............................................................................................................................................................................114 Anjou–Louis-Riel.........................................................................................................................................................116 Bourassa-Sauvé.............................................................................................................................................................120 Bourget...........................................................................................................................................................................122 D’Arcy-McGee...............................................................................................................................................................124 Gouin .............................................................................................................................................................................126 Hochelaga-Maisonneuve.............................................................................................................................................130 Jacques-Cartier..............................................................................................................................................................132 Jeanne-Mance–Viger....................................................................................................................................................134 LaFontaine.....................................................................................................................................................................136 Laurier-Dorion..............................................................................................................................................................138 Marguerite-Bourgeoys.................................................................................................................................................140 Marquette.......................................................................................................................................................................144 Maurice-Richard...........................................................................................................................................................146 Mercier...........................................................................................................................................................................148 Mont-Royal–Outremont .............................................................................................................................................150 Nelligan..........................................................................................................................................................................154 Notre-Dame-de-Grâce.................................................................................................................................................156 Pointe-aux-Trembles....................................................................................................................................................158 Robert-Baldwin ............................................................................................................................................................160 Rosemont.......................................................................................................................................................................164 Saint-Henri–Sainte-Anne............................................................................................................................................166 Saint-Laurent.................................................................................................................................................................170 Sainte-Marie–Saint-Jacques........................................................................................................................................172 Verdun............................................................................................................................................................................176 Viau ................................................................................................................................................................................178


Westmount–Saint-Louis..............................................................................................................................................180

OUTAOUAIS — région administrative 07 • • • • •

Papineau.........................................................................................................................................................................182 Chapleau........................................................................................................................................................................184 Gatineau.........................................................................................................................................................................188 Hull.................................................................................................................................................................................190 Pontiac............................................................................................................................................................................194

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE — région administrative 08 • • •

Abitibi-Est......................................................................................................................................................................198 Abitibi-Ouest.................................................................................................................................................................202 Rouyn-Noranda–Témiscamingue..............................................................................................................................204

CÔTE-NORD — région administrative 09 • •

Duplessis .......................................................................................................................................................................208 René-Lévesque..............................................................................................................................................................212

NORD-DU-QUÉBEC — région administrative 10 •

Ungava............................................................................................................................................................................216

GASPÉSIE–ÎLES-DE-LA-MADELEINE — région administrative 11 • • •

Bonaventure..................................................................................................................................................................220 Gaspé..............................................................................................................................................................................222 Îles-de-la-Madeleine.....................................................................................................................................................226

CHAUDIÈRE-APPALACHES — région administrative 12 • • • • • • • •

Beauce-Nord..................................................................................................................................................................228 Beauce-Sud ...................................................................................................................................................................232 Bellechasse.....................................................................................................................................................................236 Chutes-de-la-Chaudière..............................................................................................................................................240 Côte-du-Sud .................................................................................................................................................................244 Lévis................................................................................................................................................................................248 Lotbinière-Frontenac...................................................................................................................................................252 Mégantic (en partie)..................................................................................................................................................... 98

LAVAL — région administrative 13 • • • • • •

Chomedey......................................................................................................................................................................256 Fabre...............................................................................................................................................................................260 Laval-des-Rapides.........................................................................................................................................................262 Mille-Îles........................................................................................................................................................................264 Sainte-Rose....................................................................................................................................................................266 Vimont...........................................................................................................................................................................268

LAURENTIDES et LANAUDIÈRE — régions administratives 14 et 15 •

Argenteuil......................................................................................................................................................................270


• • • • • • • • • • • • • • • •

Berthier..........................................................................................................................................................................272 Bertrand ........................................................................................................................................................................276 Blainville .......................................................................................................................................................................278 Deux-Montagnes..........................................................................................................................................................282 Groulx............................................................................................................................................................................284 Joliette.............................................................................................................................................................................288 Labelle............................................................................................................................................................................292 L’Assomption.................................................................................................................................................................296 Les Plaines ....................................................................................................................................................................298 Masson...........................................................................................................................................................................300 Mirabel...........................................................................................................................................................................302 Prévost............................................................................................................................................................................306 Repentigny.....................................................................................................................................................................308 Rousseau .......................................................................................................................................................................310 Saint-Jérôme .................................................................................................................................................................314 Terrebonne.....................................................................................................................................................................316

MONTÉRÉGIE — région administrative 16 •

Beauharnois...................................................................................................................................................................318

Borduas..........................................................................................................................................................................320

Chambly.........................................................................................................................................................................324

Châteauguay..................................................................................................................................................................328

Huntingdon...................................................................................................................................................................330

Iberville..........................................................................................................................................................................332

Johnson (en partie)....................................................................................................................................................... 96

La Pinière.......................................................................................................................................................................334

Laporte...........................................................................................................................................................................336

La Prairie........................................................................................................................................................................338

Marie-Victorin..............................................................................................................................................................342

Montarville....................................................................................................................................................................346

Richelieu........................................................................................................................................................................350

Saint-Hyacinthe............................................................................................................................................................354

Saint-Jean.......................................................................................................................................................................356

Sanguinet.......................................................................................................................................................................360

Soulanges.......................................................................................................................................................................362

Taillon.............................................................................................................................................................................366

Vachon............................................................................................................................................................................368

Vaudreuil........................................................................................................................................................................370

Verchères........................................................................................................................................................................372

Références..............................................................................................................................................................................................376


8


Entre les lignes Illustré par Luc Alain, extrait du poème d’Alexandre Pampalon Sur cette feuille qui s’enligne

Vue des airs les billots équarris

Les clés… de leur future.

La plume fait gaffe

Tracent leurs lignes

Les billes bouillonnent

De ne pas dépasser la ligne

Sur les radeaux qui se désagrègent

Éclatent verticales

Entre les lignes l’eau s’infiltre

Au supplice du vent

Debout au garde-à-vous…

Entre les billots l’eau s’infiltre

Brassés par la tempête les assommant

Ces soldats massifs des forêts

Entre les radeaux les hommes

Les uns contre les autres.

Réduits à l’allure de petites allumettes

Tombent à l’eau qui s’infiltre

Le train de bois épouse les vagues

Quidams qui dansent

Entre les lignes j’écris ces mots

Et se débat comme un poisson frétillant

Se sont enlacés passionnément

Entre les lignes les mots disparaissent

Frais péché déboussolé, hors de l’eau.

Dans le courant volcanique De l’éruption, de cette furie

L’ancre ne tient plus L’encre n’adhère plus

Entre les lignes je crie leurs maux

Les âmes des mots sont des fantômes

En attendant qu’ils soient accueillis

Côte à côte tout en prière

Sur la page…

Par la main ouverte de ce Saint-Pierre

Des anges touchant l’air

Entre les lignes.

Qui s’ouvre soudainement

Guidant les hommes vers le ciel

Où l’eau de ce lac

En cadence, rames à la main

Coule, jaillit…

S’élèvent avec leurs chants

La chute les éclabousse.

Dénudés de l’essentiel

Entre ses lignes de vie,

Dans l’enfer de ce ciel

La lecture, prédit…

9


Zones de végétation et domaines bioclimatiques

10


La Terre mère des Premières Nations Guidé par les buts et principes énoncés dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, la société Résonance Canada qui initie cette publication, se sent concernée par le fait que les peuples autochtones ont subi des injustices historiques à cause, entre autres, de la colonisation et de la dépossession de leurs terres, territoires et ressources, ce qui les a empêchés d’exercer, notamment, leur droit au développement conformément à leurs propres besoins et intérêts. Onze nations autochtones se partagent les grands territoires traditionnels du Québec. À l’époque des grands voyages d’exploration, les Premiers Peuples ont apporté une aide indispensable aux Européens pour qu’ils puissent survivre et s’installer sur ces terres ancestrales. Notre patrimoine fluvial et forestier est intimement relié aux Premières Nations qui ont transmis de nombreux savoirs essentiels à la navigation sur les cours d’eau et la survie en nature sauvage. Par exemple, les peuples algonquins utilisaient la pipe pour mesurer le temps et la distance, une coutume transmise aux voyageurs et pionniers canadiens-français. « Le mot Nijopwagan qui voulait dire le temps requis pour fumer deux pipes représentait une durée approximative d’une heure », nous rappelle l’auteur James Morrison, et permettait notamment de repérer les obstacles naturels et les lieux de portages.

«

Nation abénakise Nation algonquine Nation atikamekw Nation crie Nation huronne-wendat Nation innue Nation inuite Nation malécite Nation mi'gmaq Nation mohawk Nation nascapie

Le pin blanc, le plus grand conifère de la partie nord-est de notre continent, peut mesurer entre 30 et 50 mètres de haut et est chargé de symboliques dans de nombreuses traditions autochtones. Au XIXe siècle, ces majestueuses pinèdes ont été la proie économique de l’administration coloniale britannique (cf. Plan muséologique du M.F.N.P.W., p. 11 https://bit. ly/2WBhrs0). L’exploitation forestière et l’ère des trains de bois — grands radeaux du Canada de 1806 à 1914 — ont entraîné la raréfaction du pin blanc dans plusieurs régions du Québec dont l’Outaouais et le Témiscamingue. Plusieurs membres venus de différentes communautés autochtones ont pris part à l’effort collectif conditionné de la première industrie

pancanadienne, l’industrie forestière. Ils ont été engagés en raison de leur adresse et de leur connaissance pour piloter les trains de bois sur les parties les plus périlleuses du fleuve, ou encore pour participer aux vastes opérations de drave des usines de sciage ou des pâtes et papiers. Nous voulons que l’acte de commémoration résonne et tisse une histoire à un horizon de partage juste. Le récit national se doit d’inclure non seulement la parole des bâtisseurs — cageux (raftsmen) et draveurs — qui ont risqué leur vie pendant deux siècles pour l’essor du pays, mais aussi, les droits et réalités des Premières Nations. Comme l’évoque si bien le récent roman Kukum de Michel Jean : « En haut, les bûcherons coupaient notre forêt, et ceuxlà se chargeaient de la transporter vers l’usine de pulpe. Qui avait l’autorité de faire cela sans même nous demander notre avis ? » (p. 169). L’espace muséal projeté avec le pavillon Montferrand du M.F.N.P.W. reconnaîtra donc de façon concrète et continue la contribution de l’histoire forestière à l’évolution d’un patrimoine multidimensionnel commun. On y découvrira que des femmes autochtones ont aussi pratiqué le métier casse-cou de cageux. Le respect des savoirs, des cultures et des pratiques traditionnelles autochtones peut notamment contribuer à une mise en valeur durable et équitable de l’environnement et à sa bonne gestion (cf. Charte en patrimoine et biodiversité : https://bit.ly/3cakQaz).

11


12


Deux figures héroïques du Québec

«

Chères Députées et chers Députés de la 42e législature de l’Assemblée nationale du Québec

Il est fascinant de découvrir à quel point l’humain s’adapte aux changements, sait se redéfinir et se réinventer pour survivre. Chez nous, l’histoire forestière et riveraine est intimement liée à ces corps de métiers, cageux (raftsmen) disparus il y a 110 ans et draveurs (log drivers) disparus il y a 25 ans. L’empreinte sociale, environnementale, économique et culturelle de ces hommes des rivières et des forêts est encore omniprésente dans tout le Québec. Ce document permet de bien comprendre l’ampleur du phénomène et son importance sur le plan patrimonial et national. Nous vous lançons cette invitation à parcourir ce document, lunette panoramique qui met en lien l’histoire des opérations forestières dans les 125 circonscriptions électorales de l’Assemblée nationale du Québec. Ces 380 pages vous offrent de petits diamants historiques extraits d’un gisement infiniment plus vaste. À fleur d’eau, ces rayons de lumière Prendre conscience des exploits des cageux et draveurs, ces héros de l’ombre qui ont relevé sans

broncher l’adversité et la dureté de leur tribut portées sur deux siècles, c’est accueillir la richesse de l’héritage de ces défricheurs de l’impossible. En s’imprégnant du soutien fraternel vital entre les voyageurs, du sens du devoir sacrificiel de leur famille, de la réalité autochtone transformée, c’est prendre toute la mesure de l’importance du legs et d’en saisir les émotions qui coulent à flots. L’énergie créatrice d’un peuple L’horizon héroïque de ces cageux et draveurs est devenu le levain naturel d’innombrables créations. À la source de cette histoire, l’inspiration foisonnante est représentée et transmise par milliers dans les œuvres patrimoniales et matrimoniales : chansons, récits, romans, pièces de théâtre, recettes, poèmes, contes, fables, légendes, illustrations, gravures, peintures, photographies, bandes dessinées, sculptures, fresques, bas-reliefs, art public, festivals, courts métrages et films. Ces géants, athlètes de la première heure, sont aussi représentés sur des affiches et des timbres. Un échantillon de ces œuvres qui sont, une à une, à découvrir et à explorer au gré des pages de ce document. Forêts et rivières, immenses terrains d’enjeux, nous unissent sur la toile hydrographique et forestière du Québec. Du Témiscamingue aux forêts mauriciennes en passant par Gatineau

et Montréal jusqu’à Québec, du lac Saint-Jean à la Côte-Nord, du lac Champlain au fleuve Saint-Laurent, des Laurentides à Ungava, de la Montérégie aux Cantons-de-l’Est, de Sherbrooke passant par Lévis, Trois-Pistoles, Rimouski jusqu’ à Gaspé, sans oublier toutes les îles, les îlets et les archipels baignant dans le fleuve Saint - Laurent. L’éveil identitaire collectif La mémoire de nos ancêtres est une alliée pour projeter une passerelle entre ces bâtisseurs entreprenants et nos citoyens-entrepreneurs présents sous forme d’un hommage plébiscité à travers les 125 circonscriptions électorales du Québec. La motion est une occasion unique de donner une voix à leur existence auprès des futures générations et de formaliser un repère historique identitaire qui est distinctif à notre Belle Province. La reconnaissance symbolique par l’Assemblée nationale de ces personnages historiques, cageux et draveurs, va permettre d’éveiller un sentiment de fierté en célébrant notre passé déterminant. Observons s’il y a autour de nous quelques anciens draveurs vivants, ainsi que des membres de leur famille qui pourront partager une anecdote historique main dans la main avec les esprits de leurs frères d’armes, ces cageux qui appartiennent à un tout autre siècle. 13


Fle u

Québec

ve S

5.

Lac Témiscamingue

ain t-L a

ur en t

Routes fluviales des cageux (1806-1914)

1.

Montréal Laval

3. Gatineau

Fleuve Saint-Jean

2.

Kingston Toronto

4.

Hamilton

14

Route fluviale no 1 Route no 2 Route no 3 Route no 4 Route no 5 Route no 6

rivière Chaudière — fleuve Saint-Laurent lac Champlain — rivière Richelieu — Saint-Laurent lac Témiscamingue — rivière des Outaouais — Saint-Laurent lac Ontario — Saint-Laurent rivière Saint-Maurice — Saint-Laurent rivière Ristigouche — baie des Chaleurs


Distinguer les métiers de cageux et de draveur

«

Suis-je un cageux (raftsman) ou un draveur ?

Voir les réponses en page 250.

1

2

3

4

5

6

7

8

9

15


MataneMatapédia Bérubé, Pascal (PQ) Pascal.Berube.MATN@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 121, avenue Fraser Matane (QC) G4W 3G8 26, boul. Saint-Benoît Ouest, Bureau 101 Amqui (QC) G5J 2E2

DRAVEUR

16

01 BAS-SAINT-LAURENT BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES : 1) Baie des Chaleurs et Percé • Petite rivière Nouvelle • Rivière Cascapédia • Rivière Matapédia

2) Saint-Laurent sud-est • Rivière Matane • Rivière Mitis

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau à papier • Sapinière à bouleau jaune


01 BAS-SAINTLAURENT

Matane-Matapédia Chasse-galerie, ferme Dubois à Val-des-Monts, aquarelle signée MC Dalpé.

La municipalité de Price, le ruisseau de l’Aqueduc des Price à Saint-Octavede-Métis, le petit lac des Price à SaintLéon-le-Grand, la Pointe des Price au Lac-au-Saumon, le lac Price à Sainte-Paule, Mont William-Price à Rivière-Bonjour : Ces toponymes de la MRC de La Mitis, de la MRC de La Matapédia ou de la MRC La Matanie font référence à M. William Evan Price, député et marchand, qui a toujours vécu du sciage et de la coupe de bois. Avant la crise économique des années 1930, toutes les sous-régions du Bas-Saint-Laurent sont touchées par l’implantation d’usines de sciage érigées à l’embouchure des rivières et dans les bassins lacustres du plateau. Les quatre plus importants établissements sont construits par les compagnies Price et Fraser de 1897 à 1901. Le volume de leur production s’accroît avec le temps, grâce à l’ajout de nouveaux

équipements ou à l’instauration d’un second quart de travail, dans les années 1920. Ainsi, les trois scieries de la compagnie Price à Rimouski, Price et Matane, qui donnent de l’emploi à environ 500 travailleurs au début du siècle, en embaucheront jusqu’à 1 700 au cours des années 1940. À la fin des années 1920, on peut évaluer à environ 6 000 ouvriers l’effectif total des quelque 250 unités de transformation du bois qui sont dispersées sur le territoire. Source : La région des grandes scieries, 18951964, Jean-Charles Fortin, INRS-Urbanisation, Culture et Société, publication mise en ligne le 21 mars 2003 et consultée le 3 février 2021 à http://encyclobec.ca/region_projet. php?projetid=180. Musée de la forêt et du saumon de SainteFlorence : Ce musée propose une exposition qui traite de la drave, des moulins à scie et du

monde du saumon. Les visiteurs découvrent avec curiosité des moulins à scie miniatures et fonctionnels d’autrefois. On recrute la main-d’œuvre de l’industrie forestière chez les cultivateurs, les chômeurs, les colons et les pêcheurs. En forêt, ces travailleurs gagnent un salaire d’appoint particulièrement utile et apprécié. Avant 1950, on estimait à plus de 90 000 le nombre de Québécois qui, l’hiver, partaient bûcher dans les chantiers. Musée de la Neufve-France, au Vieux Moulin de Sainte-Flavie (http://www.vieuxmoulin. qc.ca) : Tiré de leur page publique sur Facebook, le musée publie ponctuellement de magnifiques photographies historiques documentant les opérations de la drave en Gaspésie notamment sur la York et la Cascapédia (cf. https://www.facebook.com/ page/890168617690898/search/?q=drave). 17


Rimouski

01 BAS-SAINT-LAURENT BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-est

Lebel, Harold (ID) Harold.Lebel.RIMO@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 320, rue Saint-Germain Est, Bureau 400 Rimouski (QC) G5L 1C2

DRAVEUR

18

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière du Sud-Ouest • Rivière Rimouski • Rivière Rimouski Est

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Sapinière à bouleau jaune


01 BAS-SAINTLAURENT

Belvédère Raoul-Roy : Cette entité a été dénommée à la demande des autorités du parc et de celles de la municipalité de Saint-Fabien d’où Raoul Roy (1936-1985) est originaire. À travers de nombreuses chansons, le spécialiste du folklore Raoul Roy nous a beaucoup enseigné sur la vie et l’histoire des gens d’ici. D’abord inspiré par l’ethnologue québécois Luc Lacourcière, il a ensuite sillonné le Bas-Saint-Laurent, l’Abitibi et la Gaspésie pour y recueillir des contes et légendes, mais surtout quelques centaines de chansons traditionnelles. Après un voyage aux États-Unis, à la fin des années 50, il décide de chanter et interpréter plusieurs airs issus de notre culture, dont la fameuse pièce Les draveurs de la Gatineau, qu’il a rendue célèbre dans les années 70. Durant cette décennie, sa boîte à chansons Le Pirate accueillera une multitude d’artistes, entre autres Gilles Vigneault, Félix Leclerc, Claude Léveillée, Pauline Julien, Monique Leyrac et Jean-Pierre Ferland. Raoul Roy a fait connaître notre patrimoine chanté, que ce soit sur scène, à la télévision (aux émissions Jeunesse Oblige, Les Cailloux et Mon Pays, mes chansons, à Radio-Canada) ou plus tard en tournées dans le monde, notamment en France, en Afrique et au Japon pour le compte des Affaires extérieures du Canada. Au début des années 60, il enregistre des disques et fait la tournée des boîtes à chansons. En 1967, dans le cadre du 100e anniversaire du Canada, il s’implique dans le projet de l’Encyclopédie de la musique au Canada, qui donnera lieu à un

Rimouski

coffret de neuf disques, sur lesquels on retrouve entre autres Les draveurs de la Gatineau et C’est dans le mois de mai (En montant la rivière). En 1969, Raoul Roy publiera également le livre Le chant de l’alouette, un recueil de 50 chansons folkloriques canadiennes. Malheureusement, la riche et belle carrière du folkloriste sera brève : il mourra des suites d’une leucémie en 1985. L’auteur, compositeur et interprète n’avait alors que 49 ans…

Pont couvert des Draveurs : Ce pont construit en 1930 est situé sur le chemin du Pont-Couvert, aussi connu sous l’ancien nom de route du Lac-à-Quenon, dans le secteur de Mont-Lebel à Rimouski. Il est utilisé comme « pont-route » et permet de traverser la Petite rivière Neigette. Le nom du pont, qui est situé dans un secteur de campagne, évoque les activités de flottage du bois qui avait lieu auparavant sur la rivière. Ce pont est inventorié au Répertoire du patrimoine culturel du Québec. Canyon des Portes de l’Enfer à Saint-Narcissede-Rimouski : C’est une gorge de la rivière Rimouski. Il est amorcé par la chute du GrandSault, haute de 20 mètres, et s’étire sur près de 5 km entre des parois resserrées et abruptes atteignant parfois 90 mètres de hauteur. C’est un incontournable des amoureux de la nature qui peuvent aussi mieux comprendre la vie d’autrefois des draveurs. À la charnière des XIXe et XXe siècles, l’industrie du sciage

provoque une véritable révolution industrielle au Bas-Saint-Laurent. Cette transformation de l’activité économique régionale présente un caractère particulier, car les autres grandes régions connues pour l’importance de leur production de bois d’œuvre au XIXe siècle, l’Outaouais, la Mauricie et le Saguenay, se convertissent alors à l’industrie des pâtes et papiers (cf. La région des grandes scieries, 1895-1964, article précité p.17). Pour celui ou celle qui désire en apprendre davantage, il est incontournable de consulter les trois tomes d’Enoch Lepage sous le titre unique Le canyon de l’Enfer publié en 2005.

Écluse William-Price de la rivière Rimouski : Dès 1830, la William Price and Company commence à faire l’acquisition de scieries à Rimouski et à Métis. L’année suivante, on compte pas moins de 24 scieries au Bas-Saint-Laurent, dont huit dans la seule paroisse de Rimouski. The Lumbermen's Alphabet : Raoul Roy né en 1936 à Saint-Fabien est un chanteur folkloriste qui a participé au coffret « Chansons folkloriques du Canada - Collection du centenaire » et a servi d’ambassadeur de la culture québécoise au Canada, en France, en Afrique et au Japon. On y retrouve des chansons telles que : Les Raftsmen, The Lumbermen's Alphabet, Les draveurs de la Gatineau, Ô Canada, Dans les chantiers nous hivernerons, Hurlin' Down the Pine, Les voyageurs de la Gatineau.

19


Rivière-du-LoupTémiscouata Tardif, Denis (CAQ) Denis.Tardif.RDLT@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 320, boul. de l’Hôtel-de-Ville, Bureau 105 Rivière-du-Loup (QC) G5R 5C6 4-400, rue Jean-Rioux Trois-Pistoles (QC) G0L 4K0

CAGEUX EXCEPTIONNELLEMENT DRAVEUR

20

01 BAS-SAINT-LAURENT BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES : 1) Saint-Laurent sud-est • Rivière du Loup

2) Baie des Chaleurs et Percé • Rivière Madawaska • Rivière Saint-François

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Sapinière à bouleau à papier


01 BAS-SAINTLAURENT

Rivière-du-Loup-Témiscouata

Des forêts et des hommes 1880-1982, livre édité par Publications du Québec : Le duo cacounois, Lynda Dionne et Georges Pelletier, a signé ce magnifique ouvrage historique, hautement illustré à partir du riche fonds de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. La forêt a toujours été source de vie. Mais, selon les époques et les différents types d’habitants qui ont occupé le territoire québécois, autochtones, coureurs de bois, colons, explorateurs, immigrants, son exploitation a connu des hauts et des bas. Aujourd’hui, heureusement, la forêt est considérée comme un patrimoine collectif, et elle demeure l’un des moteurs de l’économie québécoise. Cet album renferme un trésor d’images qui évoquent les différentes étapes de l’exploitation de la forêt québécoise. Elles ont été croquées sur une période de plus de cent ans afin d’immortaliser la vie de nos ancêtres qui ont relevé de prodigieux défis. À la page 99 de Des forêts et des hommes, il y a cette description évoquant l’arrivée des cageux du XIXe siècle : « Sur la rive du Saint-Laurent, près de Québec, des hommes défont les radeaux de bois que les raftsmen ont amenés des Grands Lacs et de l’Outaouais. Ces grandes plateformes, faites de billes équarries, attachées les unes aux autres

et recouvertes de madriers, étaient dirigées par des équipes de 20 à 30 hommes. Les cageux dressaient leurs tentes ou se construisaient des abris sommaires sur leurs cages flottantes et pour préparer les repas, le cuisinier faisait un feu dans un grand bac rempli de sable. » Des cages à la dérive aperçues à Trois-Pistoles au XIXe siècle : Chose plutôt rare en effet, car les bois carrés étaient chargés à Québec pour le commerce hauturier, pourtant on retrace des écrits comme l’ouvrage A Saga of the St. Lawrence de D. D. Calvin qui évoque les phénomènes météorologiques où Dame Nature savait éprouver davantage les cageux qui venaient pourtant d’achever leur longue route des forêts profondes jusqu’aux anses : « Du côté de Québec : le 8 mai 1874, le fleuve était encore gelé alors que le premier train de bois carré était bien en route — les glaces auraient-elles fondu avant son arrivée ? En novembre 1873, deux cages de bois sont amenées par les glaces au-delà de Québec ; l’une est arrêtée à l’Anse aux Sauvages*, un peu au-delà de Lévis, l’autre seulement à Trois-Pistoles, à 150 km en aval de Québec.

Les conditions étaient mauvaises cet automnelà ; une lettre de John Sterey à l’île [Garden Island] dit qu’une cage, bien que flottante, ressemblait « un peu à un quai », si haut qu’il avait été soulevé par la glace alors qu’elle s’épaississait tout autour et sous le bois carré. Le bois a également souffert. En 1875, neuf d’entre eux ont eu des ennuis à cause d’un coup de vent, alors qu’ils chargeaient dans les anses. » (Extrait tiré de la page 102, traduction de Résonance Canada) * Relevons que la Commission de toponymie du Québec qualifie évidemment ce toponyme d’archaïque : « Dans les années 1960, les Amérindiens commencent à affirmer leur identité et ne veulent plus, on le comprend, être appelés Sauvages. Au Québec s’amorce une prise de conscience dans la population, où l’on associe dorénavant l’appellation à sa valeur dépréciative, injurieuse, et Sauvage sera remplacé peu à peu par Indien, Autochtone, puis par Amérindien, qui sont des désignations plus neutres. De nos jours, l’appellation Sauvage est sortie de l’usage courant et ne conserve qu’une dimension historique au Québec. » Source : https://bit.ly/36udRXx. 21


Rivière-du-Loup-Témiscouata Randonnée du Draveur dans le Parc national du Lac-Témiscouata : Le point de départ est situé près du centre de services du Grand-LacTouladi et il se termine au Jardin des mémoires sur le bord de la rivière Touladi. Le parcours suit la rive du Grand lac Touladi et le dénivelé est négligeable. Les points de vue sur le lac sont magnifiques et, lorsque qu’on atteint la rivière Touladi, on peut observer plusieurs artéfacts des temps passés comme les monticules de roches servant à ancrer la gappe. La drave est un moyen de transport relativement peu coûteux. Elle s’exerce toutefois pendant une courte période, de mars à juin, et dépend largement des conditions climatiques. À l’aide d’une perche munie d’un croc et d’une pointe, qu’on appelle une gaffe, les draveurs poussent, tirent et font rouler les billes de bois. Travaillant toujours en équipe, ils assurent la descente des billes jusqu’aux usines. Il faut souvent plus d’un homme pour déloger les plus grosses billes de bois. C’est un travail périlleux comme l’évoque d’ailleurs ce texte de Jean Provencher qui documente la mort d’un draveur du village St-Jean de Dieu : https://jeanprovencher. com/2017/05/19/le-travail-de-draveur-estdangereux/. 22

Route des Frontières : Entouré par le NouveauBrunswick et le Maine, c’est dans la la région du Témiscouata que la compagnie Fraser du Nouveau-Brunswick relance l’exploitation forestière à la fin du XIXe siècle. Elle s’accapare des centaines de kilomètres carrés du domaine public et de la seigneurie de Madawaska, et construit ou achète des scieries à Cabano, Estcourt, Notre-Dame-du-Lac et Rivière-Bleue. Dans la région, des millions de dollars de capitaux provenant de l’extérieur sont injectés dans l’économie et des usines qui donnent de l’emploi à des centaines de travailleurs se dressent au milieu de nouvelles agglomérations villageoises. La ressource forestière, un patrimoine précieux et limité, ne pourra supporter indéfiniment un tel assaut et la plupart des grandes usines de sciage devront fermer leurs portes après la Deuxième Guerre mondiale (cf. La région des grandes scieries, 1895-1964, article précité p. 17). Parc de l’Acadie à Dégelis : Des panneaux d’interprétation racontent que la drave a longtemps été pratiquée sur la rivière Madawaska.

Harfang des neiges, aquarelle « Ookpik, en Innu, est l’oiseau emblématique du Québec, il représente le climat semi-nordique, la blancheur de nos hivers et le vaste territoire que le Québec possède » — L’artiste, Marie-Claire Dalpé.

À fleur d’eau, je me souviens de ces draveurs courageux, crayon graphite estompé de Marie-Claire Dalpé.


23


Chicoutimi

02 SAGUENAY–LAC-SAINT-JEAN BASSIN VERSANT : • Saguenay et Lac-Saint-Jean

Laforest, Andrée (CAQ) ministre@mamh.gouv.qc.ca Andree.Laforest.CHIC@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 02 Ministre des Affaires municipales et de l’Habitation Bureau de circonscription : 110, boul. Barrette Chicoutimi (QC) G7H 7W8

DRAVEUR

24

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière du Moulin • Rivière Saguenay

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau à papier


02 SAGUENAY– LAC-SAINT-JEAN

La Pulperie de Chicoutimi/Musée régional : En 1896, les fondateurs de la Compagnie de pulpe de Chicoutimi posent la première pierre de ce qui deviendra rapidement un véritable empire. Plus d’un siècle plus tard, leurs installations ont fait place à un autre projet d’envergure : le musée. Parc de l’Estacade à Chicoutimi : Ce parc est situé sur la rue de l’Estacade, dans un secteur où les voies de communication sont identifiées par des noms de barrages et de cours d’eau. Une estacade est un barrage fait par l’assemblage de pieux, pilotis, radeaux ou chaînes. Un empire du bois au Saguenay : L’industrie forestière a considérablement marqué la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, notamment grâce aux nombreuses chutes d’eau présentes sur le territoire, lui conférant un fort potentiel hydraulique et hydroélectrique. C’est la Société des vingt-et-un qui lance officiellement l’exploitation forestière avec la mise en place, dès 1838, de plusieurs écluses et scieries. La famille Price est directement liée à la naissance et au développement de cette industrie. Un tournant majeur s’effectue à la fin du XIXe siècle avec les débuts de la production industrielle des pâtes et papiers. C’est à Chicoutimi que s’installe, en 1896, la première pulperie

Chicoutimi

devenant très vite la plus importante au monde. Le flottage du bois s’est révélé être une activité essentielle dans la région. « Pendant près de 160 ans, la drave est le principal moyen de transport du bois au Saguenay–Lac-SaintJean. Durant le printemps, il mobilise des centaines de travailleurs forestiers qui risquent quotidiennement leur vie » comme le souligne l’historien Dany Côté.

Roman Mistouk de Gérard Bouchard : Historien, sociologue et professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi depuis 1971, Gérard Bouchard est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs. Gérard Bouchard s’est acquis une réputation internationale pour ses travaux savants, mais visiblement il y a chez lui plusieurs façons de faire revivre l’histoire. Dans ce grand roman historique publié aux éditions Boréal en 2002 que l’on dévore littéralement d’une couverture à l’autre, l’auteur mêle « l’histoire à la légende, alliant la chronique à la fable ». « C’est toute une société que Bouchard fait revivre : sa parole, ses humeurs, ses craintes, ses rêves, son courage. » Voici un fragment du diamant de 520 pages : « À ce moment, la conversation prend le large. Un jeune homme du village raconte la saison qu’il a passée à naviguer sur les cageux [cages ou trains de bois carré], ces immenses trains de bois qui descendent le fleuve depuis l’Outaouais

jusqu’au port de Québec. Il parle longuement des exploits du grand Aimé Guérin, l’un des derniers maîtres-cageux, célèbre jusqu’aux Grands Lacs, qui a franchi des centaines de fois les terribles rapides de Lachine sans perdre ni hommes ni billots. » (p. 170)

Rue Victor-Tremblay à Chicoutimi : Ce nom rappelle la mémoire de monseigneur Victor Tremblay (1892-1979), historien du Saguenay, région qui, pour lui, s’étendait « des Sept Îles à l’Abitibi et du parc des Laurentides à l’Ungava » (1961). Longtemps professeur d’histoire au Petit Séminaire de Chicoutimi, il a été président fondateur de la Société historique du Saguenay (1934) et directeur fondateur de la revue Saguenayensia (1959). Titulaire de doctorats honorifiques de l’Université Laval (1952) et de l’Université du Québec à Chicoutimi (1977), son œuvre se compose de plus d’une centaine d’articles sur la toponymie, l’histoire, les mœurs et les coutumes du Saguenay, ainsi que d’ouvrages comme son Histoire du Saguenay depuis les origines jusqu’à 1870, publiée en 1938 (Édition du Centenaire, Société Historique du Saguenay, 331 p.). Pour pallier l’insuffisance de la documentation historique, il a consigné les témoignages de personnes âgées dont plusieurs avaient connu les débuts de la région. Il a ainsi constitué un répertoire considérable de dires des aînés qui forment l’un des fonds les plus originaux d’archives régionales [C.T.Q.]. 25


Dubuc Tremblay, François (CAQ) Francois.Tremblay.DUBU@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 439, rue Albert Saguenay (QC) G7B 3L5

DRAVEUR

26

02 SAGUENAY–LAC-SAINT-JEAN BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES : 1) Saint-Laurent nord-est • Rivière aux Outardes • Rivière Malbaie

2) Saguenay et Lac-Saint-Jean • Rivière à Mars • Rivière du Moulin • Rivière du Sud • Rivière Saguenay • Rivière Saint-Louis

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau à papier • Pessière noire à mousses


02 SAGUENAY– LAC-SAINT-JEAN

L’ancienne papetière de Port-Alfred dans l’arrondissement municipal de La Baie de la ville de Saguenay : En 1915, l’industriel et futur homme politique Julien-ÉdouardAlfred Dubuc (1871-1947) lance le projet d’un port en eau profonde sur la rive droite de la rivière à Mars, à côté du petit port de Bagotville. Il veut y construire une usine de pâte à papier, essentielle à la fabrication du papier, en vue d’alimenter directement le marché européen en pleine Première Guerre mondiale (1914-1918). À cette fin, il fonde en 1916, avec des associés, la société The Ha! Ha ! Bay Sulphite Company Limited. Le mandat de la compagnie ne se limite pas au commerce et à la transformation du bois. Elle compte aussi construire des maisons pour les ouvriers. Cette tâche est confiée à la Société de construction ouvrière. Ainsi, une ville de compagnie voit le jour. « La première chaudière est allumée le 30 août 1917 par Blanche Côté de Bagotville qui actionne pour la première fois la sirène du moulin. La bénédiction officielle se déroule le 18 avril 1918 en présence de l’évêque du diocèse Mgr Michel-Thomas Labrecque et d’une foule de dignitaires » (https://bit.ly/36yUZqu). Parallèlement, la nouvelle ville prend forme qui deviendra assez rapidement cosmopolite. Du début de sa construction en 1916 à son démantèlement,

100 ans plus tard, l’usine Port-Alfred a marqué profondément le paysage industriel et urbain de La Baie. Cité patrimonial par la ville de Saguenay, le site des MaisonsOuvrières-de-la-Papeterie-de-Port-Alfred forme une bande linéaire d’une superficie d’environ 3,5 hectares qui comprend près d’une cinquantaine de maisons, construites pour la plupart avant les années 1930, sur des terrains généralement identiques d’environ 22 mètres de front par 30 mètres de profondeur. « Le site est un exemple de ville de compagnie des années 1920. Il en est représentatif par son tracé de rue rectiligne, sa toponymie numérotée, ses terrains de superficies moyennes et son cadre bâti résidentiel. L’implantation de modèles d’habitations individuelles standards, se retrouvant habituellement dans les municipalités suburbaines, reflète également la montée de la classe moyenne. Ces modèles de maisons évoquent en outre les politiques de mises en marché très organisées de promoteurs. Ceux-ci y voient une autre source de revenus. Construites essentiellement entre 1918 et 1928, les maisons du site témoignent du développement urbain rapide d’une ville de compagnie » (extrait du Répertoire du patrimoine culturel du Québec). « Sur le plan de l’aménagement spatial, on

Dubuc

constate aussi qu’il existe un clivage entre les dirigeants et les ouvriers. L’usine étant très chimique, polluante, bruyante et émettant des odeurs et des poussières, on logeait les ouvriers canadiens-français du côté des vents dominants, tandis que les patrons habitaient dans les hauteurs des coteaux, à l’abri des vents dominants » (https://bit.ly/3kyBEuz). Les édifices ont une valeur architecturale à cause de la variété des modèles et de leurs caractéristiques originales préservées. Baie du Draveur dans le territoire non organisé de Mont-Valin : On raconte qu’à cet endroit, un pêcheur vit son brochet capturé pris sous du bois flottant, sur lequel il monta pour le dégager. Il faillit ainsi tomber à l’eau. Voir http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=321950. Lac de la Gaffe dans le territoire non organisé de Mont-Valin : Ce lac situé dans le territoire non organisé de la MRC du Fjorddu-Saguenay. Son toponyme évoque bien sûr un des outils les plus importants du draveur. Voir http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=276145.

27


Jonquière

02 SAGUENAY–LAC-SAINT-JEAN BASSIN VERSANT : • Saguenay et Lac-Saint-Jean

Gaudreault, Sylvain (PQ) Sylvain.Gaudreault.JONQ@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 2 240, rue Montpetit, RC Jonquière (QC) G7X 6A3

DRAVEUR

28

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Saguenay

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Sapinière à bouleau jaune


02 SAGUENAY– LAC-SAINT-JEAN

Centre d’histoire Sir-William-Price à Jonquière : Ce musée porte le nom du fondateur d’une importante compagnie de bois, de scieries et plus tard des pâtes et papiers. Histoire de l’industrie forestière du Saguenay–Lac-Saint-Jean : au cœur de l’économie régionale depuis plus de 150 ans, 1838-1988 : Cet ouvrage publié en 2000 sous le sceau de la Société d’histoire du Lac-SaintJean (www.shlsj.org), reçoit un prix au Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean. L’auteur et historien Dany Côté est originaire de L’Ascension, au Lac-Saint-Jean. Il publie neuf titres, ainsi que plusieurs articles et chroniques

Jonquière

dans la revue Saguenayensia. Ses ouvrages lui vaudront plusieurs prix. Depuis plusieurs années, il s’intéresse à l’histoire de l’industrie, notamment l’aluminium et la forêt. C’est dans ce cadre qu’il a fait des recherches sur la drave, utilisée durant presque 150 ans au SaguenayLac-Saint-Jean. Les photographies historiques ci-haut illustrent des scènes typiques de drave. Le journal Quotidien : Encore récemment, le 2 octobre 2020, le journaliste Daniel Côté signe ce bel article L’histoire de Jonquière en photos évoquant une exposition temporaire montée par Louise Monette et Jean-Pierre Tremblay à l’église Saint-Dominique dans le

cadre du 150e anniversaire de la paroisse. Il commente ainsi une magnifique photographie où l’on aperçoit un groupe de draveurs dans une mer de billots : « Longtemps, la rivière aux Sables a servi au transport des billes de bois, ce qu’illustre cette image captée vers l’année 1900. Elle montre de vaillants draveurs aux prises avec un embâcle. » Saviez-vous que M. Côté, journaliste, a occupé dans sa jeunesse un travail d’été sur la drave et a livré un témoignage poignant à ce sujet dans le cadre du projet Columbo 1806 en 2017 ? Écoutonsle nous partager quelques particularités du métier dans ce court vidéo : https://youtu.be/E8tAZCyxxKk. 29


Lac-Saint-Jean

02 SAGUENAY–LAC-SAINT-JEAN BASSIN VERSANT : • Saguenay et Lac-Saint-Jean

Girard, Éric (CAQ) Eric.Girard.LSJ@assnat.qc.ca Membre de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles Bureau de circonscription : A-510, rue Sacré-Cœur Ouest Alma (QC) G8B 1L9

DRAVEUR

30

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Bédard

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Sapinière à bouleau jaune


02 SAGUENAY– LAC-SAINT-JEAN

L’Odyssée des Bâtisseurs à Alma : Ce musée est situé dans le quartier IsleMaligne, ancienne ville de compagnie et environnement patrimonial exceptionnel. Ici, on transporte les visiteurs dans l’aventure de l’eau avec comme point de départ la construction du complexe hydroélectrique Isle-Maligne à Alma, ce chantier colossal qui s’est déroulé entre 1923 et 1926 et qui a transformé la région du Lac-Saint-Jean et ses habitants. Dynastie Price : D’origine galloise, la famille Price est bien ancrée dans l’histoire du Québec, notamment dans celle du SaguenayLac-Saint-Jean, de la région de ChaudièreAppalaches et de la ville de Québec. Les quatre premières générations de cette famille ont concentré leurs activités dans l’industrie forestière et s’il y a une famille qui a marqué le développement économique de ces régions aux XIXe et XXe siècles, c’est celle des Price. Pour en savoir plus : https://grandquebec.com/ histoire/dynastie-price/. Centrale hydroélectrique de l’Isle-Maligne : Au début du XXe siècle, bien qu’encore fortement agricole, le Saguenay−Lac-SaintJean s’industrialise de plus en plus grâce aux industries forestière et des pâtes et papiers.

Lac-Saint-Jean

Sir William Price, personnalité qui a sans équivoque marqué l’histoire de la région, a joué un rôle important dans la construction de la centrale hydroélectrique appartenant aujourd’hui à Rio Tinto Alcan. À la fin de l’année 1925, la Centrale de l’Isle-Maligne devient la plus puissante usine d’électricité du monde. Avec ses 402 mégawatts d’électricité par an, elle fournit l’énergie nécessaire aux nouvelles usines qui s’implantent dans la région à cette époque, comme l’aluminerie d’Alcan, à Arvida, et la papeterie de Price, à Riverbend. Elle alimente également la ville de Québec grâce à une ligne de transmission construite dans le parc des Laurentides en 1926 ! « En le lançant dans un boom industriel sans précédent, celle que l’on appelait la 8e merveille du monde opère le véritable passage du Saguenay-Lac-Saint-Jean entre région agricole et région industrielle » — Journal de Québec, 3 novembre 2013 (pp. 44, 85). Le site patrimonial du Camp de Touage au parc national de la Pointe-Taillon : Le journaliste Dany Côté se souvient bien de ce camp de draveurs du rang des Îles où il a passé quelques étés à faire de la drave. C’est avec humour qu’il évoque le fossé entre la vie d’antan et celle d’aujourd’hui : « Même nous,

les draveurs, comment serions-nous perçus ? Une vingtaine de gars pas rasés, qui se lavaient quand ça adonnait ? Serions-nous zonés agricoles ? ». Lisez la suite ici : https://bit.ly/3aGA1bY. La Drave à Mistassini, chanson traditionnelle : À la lumière de nos textes de chansons traditionnelles, il est possible de reconstituer les principales tâches auxquelles les forestiers s’employaient. Dans le livre Chansons de voyageurs, coureurs des bois et forestiers, Madeleine Béland a ainsi dénoté les relations qui se créaient entre les différents groupes de travailleurs et avec les patrons. Voici un extrait de ce chant : À tous les printemps, c’est la même histoire, À la drave il faut aller. Pour la compagnie des Price À Mistassini nous sommes allés (…) Un bon foreman ce fut James-e, Dans un boat il n’est pas peureux En arrièr' de sa petite Ulipse, C’est un homme quelquefois nerveux. C’est Moreau qui fait le lunch-e Avec Simard de Ticouapé. Sur le tentage ils ont mis de bons hommes, Ce fut Ferdinand et Honoré. 31


Roberval

02 SAGUENAY–LAC-SAINT-JEAN

Guillemette, Nancy (CAQ)

BASSIN VERSANT : • Saguenay et Lac-Saint-Jean

Nancy.Guillemette.ROBE@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 729, boulevard Saint-Joseph, Bureau 203 Roberval (QC) G8H 2L4 105, avenue de l’Église, 1er étage, Bureau 203 Dolbeau-Mistassini (QC) G8L 4Z7

DRAVEUR

32

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Ticouapé

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Sapinière à bouleau jaune


02 SAGUENAY– LAC-SAINT-JEAN

Musée Louis-Hémon de Péribonka : Ce musée perpétue la mémoire de l’auteur Louis Hémon (1880-1913) et de son célèbre roman Maria Chapdelaine - Récit du Canada français. Ce lieu symbolique évoque un séjour de l’auteur, comme le rappelle cette carte postale : https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/1969706. L’homme de presse J. des Cognets dit de ce roman « Plus de trois siècles après Jacques Cartier, un autre Breton, Louis Hémon, a découvert le Canada inconnu. Mais alors que le premier s’était contenté d’en aborder les rivages et d’en remonter les fleuves, le second a pénétré jusqu’à l’âme de ce pays » (cf. https://numerique.banq.qc.ca:443/ patrimoine/details/52327/2561207?docpos=7). Décédé tragiquement à l’âge de 33 ans, il nous laisse des écrits immortels portant la sève du terroir : « Partout où les billots s’amoncellent, il faut des draveurs forts et adroits pour courir sur les troncs demi-submergés, rompre les barrages, aider avec la hache et la gaffe à la marche heureuse des pans de forêts qui descendent » — extrait de Maria Chapdeleine. Paul-Marie Lapointe (1929-2011) : Né à SaintFélicien, cet homme de lettres qui est écrivain

Roberval

et journaliste laisse des écrits immortels. Sa synthèse unique de l’héritage surréaliste et sa vision profondément nord- américaine ainsi que la riche nature imaginative de ses écrits font de Lapointe l’un des plus grands poètes du Québec. Il est de ceux qui jouissent de la plus grande influence et de l’auditoire le plus large. Il signe Le Vierge incendié, un recueil pénétrant et violemment surréaliste, au moment même où Paul-Émile Bordus avec ses complices déposent en 1948 leur manifeste, le Refus Global. Lapointe publie Choix de poèmes : Arbres (1960) et Pour les âmes (1964), réédités en 1971, avec Le Vierge incendié, dans une rétrospective intitulée Le Réel absolu (prix du Gouverneur général). Sa poésie est peu influencée par le nationalisme des années 60, mais elle est imprégnée de rébellion et de sensualité, près de la nature et traduit une profonde connaissance de l’histoire occidentale (L’Encyclopédie canadienne). « Le poème de Paul-Marie Lapointe, touffu et foisonnant, pousse des images drues, lesquelles se mêlant, s’enchevêtrant et se multipliant finissent par recréer une réalité multiple, diverse, pittoresque et bien d’ici » (cf. https://id.erudit. org/iderudit/600209ar). Lapointe « chante » le

pays avec originalité. Il signe Arbres, un des plus beaux poèmes québécois. Voici les deux premières strophes : J’écris arbre arbre d’orbe en cône et de sève en lumière racines de la pluie et du beau temps terre animée pins blancs pins argentés pins rouges et gris pins durs à bois lourd pins à feuilles tordues potirons et baliveaux pins résineux chétifs et des rochers pins du lord pins aux tendres pores pins roulés dans leur neige traversent les années mâts fiers voiles tendues sans remords et sans larmes équipages armés pins des calmes armoires et des maisons pauvres bois de table et de lit bois d’avirons de dormants et de poutres portant le pain des hommes dans tes paumes carrées Village historique de Val-Jalbert : Important site d’interprétation aujourd’hui, ce village a été créé en 1901 pour abriter le moulin à pâte et les personnes qui y travaillaient, ainsi que leurs familles. On appelle ce type de village, 33


Roberval un « village de compagnie », car c’était une compagnie qui était propriétaire du site et des bâtiments. Lorsqu’elle ferma ses portes en 1927, ses habitants ont déserté les lieux. Moulin des Pionniers de La Doré : C’est une scierie hydraulique construite en 1904 sur un rapide de la rivière aux Saumons. Il est classifié patrimonial depuis 1987 pour sa valeur architecturale, historique et technologique. Il est un témoin de la colonisation du Saguenay-LacSaint-Jean et contient encore ses mécanismes tels qu’ils étaient en 1920. Il a aussi servi de moulin à grain et de génératrice. Aujourd’hui, le public peut se rendre à ce moulin ancestral pour l’observer en fonction et y découvrir aussi ses personnages hauts en couleur, comme MarieRose, William et le père Félix. Hector Berthelot (1842-1895) : La popularité de Hector Berthelot s’étendait dans tout le Canada à la fin du XIXe siècle. Avocat, journaliste, éditeur, écrivain et caricaturiste, il est le fondateur en 1877 du journal humoristique le Canard qui le fait rapidement connaître. « De 1861 à sa mort, Berthelot a collaboré à seize journaux (…) Il [a] donné trente-trois ans de sa vie au journalisme », diront à son sujet les auteurs Tassé et Morin (La Vie humoristique d’Hector Berthelot, 1934, https://bit.ly/37tPeM4). Le 25 janvier 1917, on lit dans La Presse une chronique intitulée 34

Le Bon Vieux Temps où Édouard-Zotique Massicotte (voir page 167) fait connaître à un nouveau public une collection d’articles d’Hector Berthelot publiés dans La Patrie entre 1884 et 1885. Deux volumes en seront tirés en 1924 chez Librairie Beauchemin : https://collections.banq. qc.ca/ark:/52327/2022672. Voici un passage signé par Berthelot le 14 novembre 1884 : « À cette époque, comme nous l’avons déjà dit, il n’y avait pas de quais à Montréal, excepté les deux qui se trouvaient au pied de la rue Saint-Sulpice. Les charretiers qui se chargeaient de bois de chauffage reculaient leurs voitures dans l’eau jusqu’aux radeaux qui étaient amarrés à quelques verges de la grève. Le bois de chauffage arrivait de Beauharnois, de Châteauguay et autres endroits sur des radeaux de pin et de pruche. Un dessous de cage contenant sept ou huit cordes de bois se vendait 4 $, 5 $ et 9 $. Les charretiers qui transportaient le bois de chauffage se servaient de deux chevaux attelés en flèche à leurs charrettes. » Lac Pin à Lac-Ashuapmushuan : Ce lac situé dans un territoire non organisé dans la MRC du Domaine-du-Roy. On a tendance probablement à l’oublier, mais les forêts anciennes comprises dans la région 02 étaient riches en pin blanc. La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean devient rapidement une plaque tournante de l’exploitation forestière en Amérique du Nord.

Dès le début du XIXe siècle, l’entrepreneur britannique William Price saisit l’opportunité et se lance dans l’exportation de pin blanc vers l’Angleterre. À partir de 1846, des chantiers s’installent le long des rivières. La drave devient alors le moyen le plus efficace pour acheminer le bois : les billots sont mis à l’eau dans les rivières afin de rejoindre le lac Saint-Jean. Rue du Draveur dans la ville de DolbeauMistassini située dans la MRC MariaChapdelaine : Cet odonyme évoque un des métiers les plus dangereux qui se soit pratiqué. Un faux mouvement sur un billot et le draveur pouvait glisser et se tremper dans l’eau froide des rivières, et même se noyer ! On sait aussi que ce dur travail pouvait occasionner de sévères rhumatismes, des engelures et ce qu’on appelait l’arthrite de la « jambe noire ». D’autre part, les draveurs devaient souvent s’acharner avec leurs gaffes sur les billots de bois coincés au bord des rives et dans les broussailles pour les diriger à nouveau dans le courant. Mais parfois, il fallait recourir à des moyens plus draconiens, comme la dynamite, pour briser les embâcles. L’explosion devait se produire sous le niveau de l’eau. Cette méthode était pratiquée sur le bois, aussi appelé pitoune, destiné aux usines des pâtes et papiers.


35


Charlesbourg

03 CAPITALE-NATIONALE

Julien, Jonatan (CAQ)

BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

ministre@mern.gouv.qc.ca Jonatan.Julien.CHLB@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 09 Ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles Bureau de circonscription : Carrefour Charlesbourg 8 500, boul. Henri-Bourassa, Bureau 213 Québec (QC) G1G 5X1

CAGEUX PROXIMITÉ - ACTIVITÉ PORTUAIRE DRAVEUR

36

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière du Berger • Ruisseau du Moulin

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Sapinière à bouleau jaune


03 CAPITALENATIONALE

Société historique de Limoilou : Cette société a honoré en 2011 l’historienne Eileen Reid Marcil, ancienne résidente de Charlesbourg. Mme Marcil, par son travail au cours des quarante dernières années, a eu le mérite de faire redécouvrir l’histoire de la construction navale à Québec en publiant de nombreux ouvrages : On chantait « Charley-Man ». La construction de grands voiliers à Québec de 1763 à 1893 (2000), Les tonneliers au Québec du XVIIe au XXe siècle (2003), L’œuvre de Narcisse Rosa. La hache et la plume (2011), L’extraordinaire exploit de Charles Wood. Le Columbus et le Baron of Refrew, deux grands navires-radeaux de bois (2011), Un cadeau singulier à Ringfield (2011), Le Trois-mâts Tea Taster et le rêve d’Edmund Willoughby Sewell (2012). Plus de 400 navires en bois ont été construits à Québec au XIXe siècle dans les chantiers maritimes sur les bords de la rivière Saint-Charles. Des milliers de familles de Québec ont vécu de la construction navale, travaillant sur les deux rives de la Saint-Charles dans une trentaine de chantiers situés entre l’actuel pont Samson et Marie de l’Incarnation. Il ne reste plus aucune trace aujourd’hui de cette importante industrie, si l’on excepte une vingtaine de maisons de faubourg construites par ces ouvriers dans Saint-Roch et Stadacona. L’industrie de la construction navale en bois va disparaître à Québec à la fin du XIXe siècle avec la construction des bateaux avec des coques de

Charlesbourg métal (cf. https://ccjgd.ca/vie-communautaire/ societe-historique-de-limoilou/). Notre-Dame-des-Laurentides et son passé lié à l’industrie du bois : Ce quartier situé dans l’arrondissement de Charlesbourg occupe un site exceptionnel dans les contreforts de la chaîne montagneuse qui lui a donné son nom. Carrefour de plusieurs voies de communication entre le lac Beauport, Stoneham-et-Tewkesbury et le lac Saint-Charles, il garde plusieurs traces de son passé lié à l’industrie du bois. « Son développement s’amorce au milieu du 19e siècle. À l’endroit où le chemin « qui mène au township de Stoneham » croise la rivière Jaune, plusieurs moulins à scie produisent alors des planches et des madriers, vendus à Québec ou dans le reste de la paroisse. Le principal établissement industriel, celui qui sert de catalyseur au développement du secteur, apparaît à la fin du siècle. Propriété de Luc Pelletier, cette entreprise fabrique des bardeaux, des moyeux et des rais de roue, des boîtes à cigares, des manches de hache et des pelles. Depuis les terres à bois que Pelletier exploite près du lac Beauport, les billots qui lui servent de matière première sont acheminés jusqu’aux moulins par flottage sur la rivière Jaune. En plus d’embaucher des bûcherons et des draveurs, l’entreprise procure sur place un travail régulier à une trentaine d’ouvriers.

Elle représente le principal employeur de l’agglomération, connue alors sous le nom de Rivière-Jaune (…) Les moulins de Luc Pelletier cessent toute activité au début des années 1920, mais d’autres moulins à bois prennent la relève. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, les 2 000 résidants de Notre-Dame-desLaurentides, majoritairement des agriculteurs et des journaliers, continuent de puiser leurs ressources dans la forêt : bois de chauffage, bois d’œuvre et sapins de Noël destinés à la ville. Dans l’après-guerre, l’amélioration du réseau routier entraîne l’arrivée de résidants travaillant à la ville, amorçant ainsi l’urbanisation du village forestier » (Découvrir Québec Arrondissement de Charlesbourg édité en 2008 par la ville de Québec, https://www.ville. quebec.qc.ca/publications/patrimoine/index. aspx). Sentier des Draveurs : Ce sentier apprécié des randonneurs longe la rivière des Sept Ponts, un tributaire de la rivière du Berger qui alimente le réservoir d’eau de la ville de Charlesbourg. Ce nom, datant de 1975, rappelle le déplacement des draveurs le long de la rive ouest de la Jacques-Cartier lors du nettoyage des berges ayant lieu chaque printemps lorsqu’il y avait du flottage de bois, entre 1940 et 1955. Sources : www.trailforks.com et https://toponymie.gouv. qc.ca/ct/ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=398807. 37


Charlevoix-Côtede-Beaupré Foster, Émilie (CAQ) Emilie.Foster.CHCB@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 10 989, boulevard Sainte-Anne, Suite 101 Beaupré (QC) G0A 1E0 965, boul. Monseigneur-de-Laval, Suite 101 Baie-Saint-Paul (QC) G3Z 2W3 444 B, rue Saint-Étienne La Malbaie (QC) G5A 1H4

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 1, NO 2 , NO 3, NO 4, NO 5 À LA HAUTEUR DE SAINTE-PÉTRONILLE DRAVEUR

38

03 CAPITALE-NATIONALE BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES : 2) Saguenay et Lac-Saint-Jean 1) Saint-Laurent nord-ouest • Rivière à Mars • Petite Rivière Malbaie • Rivière Jacques-Cartier • Rivière à Mars Nord-Ouest • Rivière Jacques-Cartier, N-O • Rivière Saguenay • Rivière Malbaie • Rivière Montmorency • Rivière Sainte-Anne • Fleuve Saint-Laurent

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau à papier • Sapinière à bouleau jaune • Érablière à tilleul


03 CAPITALENATIONALE

Charlevoix-Côte-de-Beaupré

Chute des Pitounes Volantes : Située dans le parc national de la Jacques-Cartier, cette chute est située sur le cours du ruisseau des Pitounes Volantes, il fait référence aux rondins de quatre pieds, connus sous le nom populaire de pitoune, qui étaient relâchés du haut de cet accident hydrographique à l’époque de la drave. Ce nom a retenu l’attention du public et de la Commission de toponymie du Québec dans les Toponymes coups de foudre 2021. Sources médiatiques : https://bit. ly/3rmQJmS (C.T.Q.), https://bit.ly/3aButyG et https://bit.ly/3aw4l8A.

Columbus (ou Great Canadian Raft), premier navire-radeau de l’île d’Orléans : Le 28 juillet 1824, une foule d’environ

5 000 personnes assiste à la mise à l’eau du bâtiment Columbus, premier navire-radeau en bois équarri. C’est Charles Wood, architecte naval et constructeur de navires, qui a conçu les plans du Columbus et a dirigé les opérations du chantier situé sur un vaste emplacement à l’extrémité ouest de l’île d’Orléans, qu’on peut identifier comme Sainte-Pétronille. Succinctement, le navire-radeau de 4 000 tonnes et son chargement de 2 250 tonnes en bois carré étaient de grande valeur : 69,375 £ pouvant équivaloir aujourd’hui à 13 M$. Le 31 octobre 1824, soit après un voyage de 56 jours, le Leviathan of the deep, the huge Columbus arrive avec l’équipage de quelque 80 marins dans les Downs, zone de mouillage de la Manche. Le lendemain, trois remorqueurs le prirent en charge jusqu’à Londres. Le Columbus en s’éloignant de ces standards du temps est une merveille d’innovations et l’année suivante, Wood récidive en construisant le Baron of Renfrew qui sera encore plus gros ! Les deux rafts-ships étaient dix fois plus grands que la moyenne des navires en construction dans le port et bien plus grands que n’importe quel navire à flot. Ils étaient entièrement construits en bois carré et étaient conçus pour être démontés (disposable ship) à leur arrivée à Londres, où le bois serait vendu. Le bois équarri représentera la plus grande partie des exportations vers la Grande-Bretagne faisant

du port de Québec le sixième en importance au monde et le troisième d’Amérique. Les forêts de l’Outaouais fournissaient 80 à 90 % du bois carré au XIXe siècle. Ces événements historiques sont en voie d’être reconnus par la ministre d’État à la Culture. La plus célèbre rivière Noire : D’une longueur de 30 kilomètres, cette rivière Noire, l’une des nombreuses rivières à porter ce nom au Québec, mais la plus connue, prend sa source dans les Laurentides et coule en direction du Saint-Laurent qu’elle rejoint à Saint-Siméon, dans la MRC de Charlevoix-Est. Signalée par Joseph Bouchette en 1815 et par le cartographe Eugène Taché (1870), elle a acquis quelque célébrité depuis que Félix-Antoine Savard en a fait le site de la noyade de Joson, fils de Menaud, dans son roman Menaud, maître-draveur, publié en 1937. Source : https://grandquebec. com/histoire/toponymie-de-la-riviere-noire/. Maison Félix-Antoine-Savard dans la municipalité de Les Éboulements : Mgr FélixAntoine Savard (1896-1982) est écrivain, universitaire, prélat québécois. En 1937, il publie la première version de son premier et plus important roman Menaud, maître-draveur, qui se déroule dans la région de Charlevoix. Ce roman lauréat en 1938 de l’Académie française 39


Charlevoix-Côte-de-Beaupré est considéré comme un roman nationaliste et un chef-d’œuvre du roman du terroir québécois. Le roman connaît deux rééditions avec des modifications majeures en 1944 et en 1964. Voici un extrait tiré du chapitre IV : « Une clameur s’éleva ! Tous les hommes et toutes les gaffes se figèrent, immobiles… Ainsi les longues quenouilles sèches avant les frissons glacés de l’automne. Joson, sur la queue de l’embâcle, était emporté, là-bas… Il n’avait pu sauter à temps Menaud se leva. Devant lui, hurlait la rivière en bête qui veut tuer. Mais il ne put qu’étreindre du regard l’enfant qui s’en allait, contre lequel tout se dressait haineusement, comme des loups quand ils cernent le chevreuil enneigé. Cela s’agriffait, plongeait, remontait dans le culbutis meurtrier… Puis tout disparut dans les gueules du torrent engloutisseur. Menaud fit quelques pas en arrière ; et, comme un bœuf qu’on assomme, s’écroula, le visage dans le noir des mousses froides. » Lac à Jack dans le territoire non organisé LacPikauba : Le lac à Jack, comme de nombreux autres, a été modifié par des aménagements destinés à faciliter la drave. Ce plan d’eau s’étend sur 2,3 km2 dans une cuvette partiellement marécageuse. Il reçoit les eaux du Petit lac à Jack. Faisant partie de la réserve faunique des Laurentides, il se déverse par le ruisseau à Jack dans la rivière Malbaie, le plus important cours d’eau de la région. L’appellation Grand lac à Jack 40

apparaissait sur les cartes au début du XXe siècle. L’origine du toponyme est incertaine, mais on lui connaît les variantes Grand lac Jack et Grand lac à Jack. Source : http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ ct/ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=30505. L’Acropole-des-Draveurs du parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie : Cette expression poétique, créée par Félix-Antoine Savard, désigne depuis 1989 à la Commission de toponymie du Québec une paroi qui domine de plus de 800 mètres la vallée de la rivière Malbaie, dans la région de Charlevoix. Située sur le cran ouest de la montagne des Érables, elle fait face à un sommet, de l’autre côté de la rivière, le mont Félix-Antoine-Savard, dans le parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie. Propice à l’escalade, cette paroi évoquait pour l’écrivain les cités de la Grèce antique où on retrouvait, sur une hauteur, citadelle et édifices importants : « puissante forteresse que je surnommai l’Acropole, parce que j’y élevai un Parthénon de rêve sur la frise héroïque duquel défilaient les grands draveurs ». Le poème Salut à Charlevoix trace une fresque des êtres et des paysages de cette région ; il fait partie du Le Bouscueil, recueil poétique paru en 1972, qui reprend les thèmes et le style propres à Savard, où la contemplation se mêle à l’action. En rendant ainsi hommage aux draveurs, c’est une tranche importante de l’histoire qu’on rappelle. Les draveurs étaient les

ouvriers qui s’occupaient de diriger le flottage du bois dans la descente d’une rivière, au moment des crues liées à la fonte des neiges ou à la suite de l’ouverture des vannes des barrages spécialement construits pour accumuler des réserves d’eau visant à faciliter la drave en période d’étiage. Ce métier dangereux exaltait la fierté des hommes pour qui cette périlleuse activité marquait la fin d’un long hiver passé à bûcher en forêt. Répandu depuis environ un siècle au Québec, le mot draveur nous vient certes de l’anglais to drive. Il convient toutefois de signaler que Champlain employait déjà le mot driver en 1611, lequel était alors un emprunt à l’anglais to drive, signifiant être poussé par le vent, le courant, un agent naturel, comme le note Alain Rey dans son Dictionnaire historique de la langue française. Musée d’histoire Aux Trois Couvents dans la ville de Château-Richer : Ce lieu de diffusion régional fait connaître, met en valeur et promeut l’identité culturelle de la Côte-de-Beaupré. Couvrant des thèmes significatifs dans ses expositions virtuelles, nous retrouvons celle ayant trait à la drave : https://auxtroiscouvents. org/la-drave/ où on retrouve ce cartel : « C’est un travail périlleux : les draveurs effectuent la majeure partie de leur métier debout sur des billots emportés par le courant. Leur adresse est légendaire. Et quand les billots se coincent, c’est à eux de les déprendre, à l’aide d’une hache ou


de dynamite… D’ailleurs, la plupart ne savent pas nager. Les bottes de draveur aux semelles cloutées, introduites à la fin du 19e siècle, ont sans doute sauvé des vies en permettant une plus grande stabilité sur le bois mouillé. Sur la Côte-de-Beaupré, la drave a notamment été pratiquée sur les rivières du Sault-à-la-Puce et Sainte-Anne. Elle a disparu en 1965, remplacée par le transport du bois par camions. » Le père Alfred Pampalon (1867-1896), grand apôtre du sanctuaire de Sainte-Annede-Beaupré : Dans une chapelle absidiale rayonnante de la basilique de Sainte-Annede-Beaupré se trouve un tombeau de granit noir. C’est là que repose le corps du Vénérable Alfred Pampalon, rédemptoriste. S’accumulent très tôt après sa mort les témoignages de guérisons physiques et spirituelles attribuées à l’intercession du bon Père Alfred Pampalon. Tout en se préoccupant de toutes nos misères humaines, il se montre particulièrement attentif aux personnes qui souffrent d’intoxication, d’alcool et de drogue. Alfred Pampalon, un jeune « saint » de chez nous, se révèle un modèle et un protecteur. C’est le patron des alcooliques et des toxicomanes, et de son temps, les cageux sont un bon auditoire. L’Église a été jusqu’à organiser la « Mission des Chantiers » comme évoqué dans la circulaire épiscopale du 11 mai 1850. Voici un extrait choisi : « MM. les

curés des paroisses qui se trouvent sur la route que suivent les hommes de cages de Bytown à Québec, sont priés de veiller sur eux quand ils les verront s’arrêter dans leurs paroisses, et de s’entendre avec quelques-uns de leurs bons et charitables paroissiens, pour les détourner des auberges et leur porter secours au besoin (…) Un avis qu’il importe surtout de leur donner à leur arrivée à Québec et à Montréal, où ils sont exposés à aller gaspiller leur argent dans des maisons suspectes, tout en perdant leur âme, est de les engager à déposer leur argent dans une banque d’épargnes » (cf. https:// numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/2022576?docpos=60). Jugeons avec mansuétude ces cageux, car ces durs à cuire risquaient véritablement leur vie sur les voyages des cages comme au passage terrifiant du lac Saint-Pierre et la seule promesse d’un lendemain était une invitation providentielle à la fête. L’Abbé Froment écrit en 1915 que « la tradition s’accorde à donner aux cageux une réputation plutôt légère (…) C’étaient de solides gars, sans doute, des forts à bras pour la plupart (…), mais c’était aussi, le plus souvent, des sacreurs, des buveurs, des voleurs et des batailleurs (…) En deux mots, ces lurons-là n’étaient jamais bien édifiants (…) Nos bons curés en ont fait, à la fin, de braves chrétiens. Quand le cœur est bon, avec la grâce de Dieu, il y a toujours moyen de faire quelque chose ! »

(pp. 155-156, https://www.canadiana.ca/view/ oocihm.8_06483_590/60?r=0&s=1) Rapide de la Gaffe à Lac-Jacques-Cartier : Situé dans la MRC La Côte-de-Beaupré, cet odonyme réfère à l’outil fréquemment utilisé par le draveur. La Commission de toponymie du Québec précise que « ce nom, datant de 2004, désigne un rapide de la rivière JacquesCartier qui est courbé comme un crochet de gaffe. On dit également que cette configuration peut amener les pagayeurs à faire une gaffe de navigation ». Voir http://www.toponymie.gouv. qc.ca/ct/ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=399743. Musée de la drave à Saint-Aimé-des-Lacs : Ce musée privé est tenu par un ancien draveur octogénaire, Robert Gaudreault, qui nous montre plein de reliques et de souvenirs du métier de draveur sur la rivière Malbaie. Gardien de l’histoire de son coin de pays, M. Gaudreault « a connu Joseph Boies, qui a inspiré le personnage de Menaud, maîtredraveur, de Félix-Antoine Savard. Et il est l’un des derniers témoins d’un métier disparu. Le souvenir toujours aussi vif, il raconte comment lui et ses camarades utilisaient la dynamite pour dénouer les embâcles qui se créaient parfois et bloquaient le trajet des milliers de billes de bois vers les papetières » (Radio-Canada, 2 septembre 2020). 41


Chauveau

03 CAPITALE-NATIONALE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Lévesque, Sylvain (CAQ) Sylvain.Levesque.CHAU@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 1 680, avenue Lapierre 2e étage, Bureau 201 Québec (QC) G3E 0G1

CAGEUX PROXIMITÉ - ACTIVITÉ PORTUAIRE DRAVEUR

42

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Batiscan • Rivière Jacques-Cartier • Rivière Saint-Charles • Rivière Sainte-Anne

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau à papier • Érablière à tilleul


03 CAPITALENATIONALE

Rue Gaëtane-De Montreuil dans le quartier de Loretteville : De son vrai nom Géorgina Bélanger (1867-1951), elle est une journaliste, écrivaine canadienne (québécoise) et féministe de la première heure. Elle emploie plusieurs pseudonymes, dont Clemencia, Aimée Patrie, Julia Patrie et Zig Zag. En une quarantaine d’années, elle signe des centaines d’articles dans différentes publications, dont Le Coin du feu, Le Monde illustré et La Presse, quotidien pour lequel elle crée la page féminine. Elle lance dès 1913 son propre magazine, Pour vous Mesdames. Elle signe en 1926 un conte original sur les cageux Le muet qui chante tiré de son livre Noël vécu : recueil de contes et nouvelles (Librairie Beauchemin, 1926, pp. 93 à 98, disponible en ligne https://bit.ly/3jOjXH3) dont voici un extrait : « Par un beau matin de printemps une grande cage descendait le fleuve Saint-Laurent sous la direction de quelques cageux experts ; c’était des vétérans parmi les flotteurs de bois, et si leur langage n’avait pas l’élégance qui convient dans une société raffinée, ils avaient gardé les mœurs hospitalières particulières aux Canadiens français. C’était l’heure du déjeuner, la vie était frugale sur les cages, mais l’appétit ne manquait pas. Le cuisinier avait d’ailleurs allumé sa cambuse et l’odeur appétissante des omelettes saturait l’air, tandis que la cage filait dans le courant et que le soleil inondait de ses feux le tableau rustique. Mis en bonne humeur par cette température idéale, sur la cage les hommes chantaient. » Histoire de Québec et de sa région, boîtier de trois tomes : Publiés en 2008, ces tomes s’inscrivent dans la réalisation d’un vaste projet de collection dirigé par Normand Perron. Différentes disciplines

Chauveau

comme l’histoire, la géographie, l’anthropologie et l’archéologie ont contribué au grand œuvre. Voici un extrait relatif au commerce du bois carré : « Québec draine donc vers ses anses et ses quais d’embarquement des bois équarris et sciés de diverses sources d’approvisionnement selon les espèces. Les mesureurs de bois de Québec évaluent chaque année les approvisionnements en fonction de la provenance et ces informations permettent de suivre leur répartition entre 1844 et 1866. Pour le pin blanc, l’Outaouais domine très largement avec entre 60 et 80 % du total pendant les années 1840 et entre 70 % et 90 % pour les décennies 1850 et 1860, le reste provient essentiellement de la région du Saint-Laurent entre Montréal et le sud du lac Ontario et aussi des régions de Québec et de Montréal qui ne dépassent les 3 % du total qu’au milieu des années 1840 et qu’occasionnellement dans les années 1850 et 1860 avec un maximum de 8,5 % en 1861. Le pin rouge arrive à Québec de l’Outaouais à plus de 95 % jusqu’à la fin des années 1850, alors que s’ajoute la région de MontréalOntario pour 10 % à 20 % du total. Le chêne pour sa part trouve son origine, déjà en 1844, à plus de 70 %, sur le Saint-Laurent en haut de Montréal, surtout dans la « Grande Rivière » [rivière des Outaouais] et le lac Érié (à plus de 90 % dans les années 1850, entre 66 et 83 % dans les années 1860) et dans la région de Montréal - lac Ontario dans les années 1860 (pour 10 à 30 %). L’Outaouais qui n’est pas négligeable à environ 10 % dans les années 1840 le devient lui aussi à généralement moins de 3 % par la suite. Les grandes espèces de bois équarri deviennent très rares dans le Centre et l’Est du Québec et les expéditeurs québécois doivent les rechercher intensément dans l’Outaouais, dans

le Haut-Saint-Laurent et les Grands Lacs à des coûts plus élevés et des distances accrues » (p. 727, tome II). Le pin est crucial dans la construction des radeaux de la cage, car c’est cette essence qui fait flotter le bâtiment. Ce géant de nos forêts était vendu pour confectionner les mâts des vaisseaux marchands et des navires de guerre anglais.

Municipalité des cantons unis de Stonehamet-Tewkesbury : Le site internet de http://www. villestoneham.com témoigne du passé industriel forestier. Voici un extrait, lorsque consulté en décembre 2020, « Philip Toosey aurait bien du mal à reconnaître aujourd’hui les 70 acres qui constituaient le petit hameau qu’il avait baptisé Stoneham (en français Hameau Rocheux), en 1792, référence au canton anglais dont il était originaire. À cette époque, la rivière Huron constituait la seule voie d’accès à ce vaste territoire au nord de la Capitale (…) L’érection, au tournant du siècle, d’une ligne de chemin de fer reliant les cantons unis à Loretteville constitue l’amorce d’une première exploitation intensive de la forêt. Cette ligne fut principalement destinée au transport des marchandises et du bois de pulpe de la Brown Corporation et de la Donnacona Paper Co. (…) [On] flottait alors son bois sur la rivière Huron jusqu’à Stoneham, d’où le transport ferroviaire l’acheminait vers la capitale. Bien que cette ligne de chemin de fer ait disparu de nos jours, on retrouve dans l’architecture de quelques résidences et bâtiments du village de Stoneham, quelques signes de l’âge d’or de l’exploitation forestière de notre territoire. » L’exploitation forestière constitue encore l’une de ses assises économiques. Autre source [C.T.Q.] : https://bit.ly/3eXxEUt.

43


Jean-Lesage

03 CAPITALE-NATIONALE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Zanetti, Sol (QS) Sol.Zanetti.JELE@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 1 750, avenue De Vitré, Bureau 303 Québec (QC) G1J 1Z6

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5

44

FLEUVE : • Saint-Laurent RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Saint-Charles

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


03 CAPITALENATIONALE

Au cœur de l’industrie des grands voiliers : « La grande majorité de ces chantiers se trouvait à Québec, où l’on en comptait quatre en 1799 et 27 en 1854. » (Eileen Reid Marcil, On chantait Charley-Man, la construction des grands voiliers à Québec de 1763 à 1893, éditions GID, 2007, 474 p.) Sur la rivière SaintCharles, certaines grèves côté nord servaient aussi tôt que 1815 à l’entreposage du bois, mais l’auteure reconnaît la particularité que la « rivière agissait comme barrière naturelle envers le développement industriel (…) la population n’augmentait que très lentement », mis à part le secteur avoisinant la corderie de Robert Dalkin à Beauport (p. 133). Éventuellement, les chantiers navals de la rive nord commencèrent à contribuer à la production du port. Ses grèves servirent à haler les radeaux de bois carré destinés à la construction navale ou encore, au chargement en cale pour l’exportation (p. 125). C’est un fait, la matière première ne manquait pas, le bois équarri arrivait à coup de grands trains de bois aussi appelés cages. Dès le début du XIXe siècle, « les exportateurs de bois se disputaient les anses (…) [c’ ]était devenue une vaste cour à bois. De l’Anse-des-Mères à Sillery et dans les anses de Crescent, Dalhousie, Cap-Rouge et Alexandria, d’énormes stocks de bois couvraient les grèves et s’avançaient dans le

Jean-Lesage

fleuve, retenus par des barrières flottantes ou estacades ancrées de chaque côté et entre les anses » (p. 111). L’auteure illustre la page 129 avec une photographie ancienne spectaculaire d’un chantier naval de 1866, celui de l’armateur Pierre-Vincent Valin (18271897) situé en amont du pont Dorchester. « Durant les années 1860, les constructeurs de navires canadiens-français (…) dépassaient en nombre les constructeurs de navires anglophones. Vers la fin, en plus de constituer le tiers des 35 constructeurs de voiliers les plus productifs, c’étaient souvent à eux que revenait l’honneur d’avoir construit le plus grand navire de l’année » (p. 79). Reid Marcil ajoute que « chaque navire qui quittait un chantier naval de Québec était un ambassadeur, non seulement pour son constructeur et son chantier, mais pour l’ensemble de l’industrie de la construction navale de Québec. Il était donc naturel que tout un chacun tienne les constructeurs de navires en haute estime » (p. 91). Une activité importante au XIXe siècle : Dans la seule année de 1807, on a vu arriver 340 trains de bois carré ; et une cage de 100 radeaux provenant de la rivière des Outaouais contenait de 2 000 à 2 400 billots, environ 80 000 à 120 000 pieds cubes de bois. « Québec était alors le premier entrepôt de

bois au Canada, et Québec la porte d’entrée et de sortie du bassin du Saint-Laurent. Même si l’industrie du bois équarri fut en perte de vitesse à la fin du XIXe siècle, elle subsistera jusque vers 1905. En 1908, pour commémorer le tricentenaire de Québec, on fit circuler une cage sur le Saint-Laurent en souvenir de ce genre de transport maritime qui d’une certaine façon avait marqué le siècle » (pp. 113-114, Bûcherons, raftmen et draveurs 1850-1960, Jeanne Pomerleau, 1997). Albert Jobin (1867-1952) inhumé au cimetière Saint-Charles : Médecin, homme de lettres, échevin (1907-1911), député (1904 - 1908), il a publié principalement Histoire de la congrégation Notre-Dame-deJacques-Cartier (1940) et Histoire de Québec (1947). Dans son livre de 1947, il consacre les parties IV et V de l’ouvrage à la descente des radeaux et à la construction navale. En voici un extrait : « Sur ces trains [cages], on pouvait compter 30, 50 et quelques fois 100 hommes d’équipage. Pour leur permettre de se reposer à tour de rôle — car le trajet durait plusieurs jours, — on y disposait de petits abris pour permettre à deux personnes à la fois d’y faire un somme » (cf. p. 183, https://numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/2406407?docpos=183). 45


Jean-Lesage Québec éternelle, promenade photographique dans l’âme d’un pays : Publié aux éditions de l’Homme, c’est le titre de l’ouvrage historique de l’historien de l’art québécois Michel Lessard, réalisé en 2013 en collaboration avec Pierre Lavoie et Patrick Altman. « Québec éternelle s’incarne dans une population conditionnée par le majestueux et omniprésent fleuve Saint - Laurent, une population installée dans une cité besogneuse à deux étages. Québec éternelle s’explique dans les trois cultures qui ont modelé son territoire, l’amérindienne, la française et celle des îles Britanniques » (cf. www.editions-homme.com). Les premiers photographes de la cité fondée par Samuel de Champlain présentés dans ce livre, qui ont notamment exercé leur art entre 1840 et 1885, développeront le cliché de Québec, la signature visuelle de la ville française. Ils identifieront les caractères spécifiques de l’âme d’une cité et d’un pays. À cette époque, nous sommes en plein cœur du siècle des cageux (raftsmen). Le port de Québec est le plus vieux port au Canada. Rappelons qu’au XIXe siècle, les anses et le port de Québec accueillent les radeaux de bois. Ils sont aménagés pour gérer son expédition sur les grands voiliers vers le marché britannique. Québec draine donc des bois équarris de diverses sources d’approvisionnement selon les essences. Pour le Lévisien Michel Lessard, la photographie 46

devient un éloquent témoignage historique et il en sélectionnera une dizaine rappelant la richesse du bois équarri aux anses (pp. 245 à 257 incluant une planche hors-texte avec la photographie panoramique décrite ainsi « zone industrielle de l’estuaire de la rivière Saint-Charles ». Pour le pin blanc, l’Outaouais domine très largement avec entre 60 et 80 % du total pendant les années 1840 et entre 70 et 90 % pour les décennies 1850 et 1860. De plus, le pin rouge arrive de l’Outaouais à plus de 95 % jusqu’à la fin des années 1850. Article signé par le professeur Yves Bergeron, aujourd’hui directeur du Réseau Patrimoines de l’Université du Québec : Intitulée Québec au temps du bois et de la voile, cette publication est diffusée l’année même où se déroule le colloque international Traditions maritimes au Québec (10 au 13 octobre 1984) dont est issue la publication gouvernementale éponyme de 695 pages (ISBN 2-550-12198-8). Rapportons cet extrait du professeur : « C’est avec les guerres napoléoniennes et le Blocus continental que le Bas-Canada, et plus particulièrement Québec, connut une époque intense de son développement économique. Comme la puissance de l’Empire britannique reposait alors sur ses flottes marchandes et de guerre,

la construction navale constituait une industrie des plus vitales. Comme l’Angleterre, à cette époque, ne disposait déjà plus de ressources forestières, elle devait se procurer à l’extérieur le bois nécessaire à la construction navale (…) La décennie 1860-1870 marque pour Québec l’âge d’or de la construction navale. À cette époque, près de 5 000 travailleurs, charpentiers, équarrisseurs, calfats, forgerons, gréeurs trouvent de l’emploi dans les quelque quarante chantiers de la région de Québec. La réussite de cette entreprise tient d’abord au fait que l’on retrouve ici une main-d’œuvre abondante et à bon marché. La forte immigration vient renforcer la masse de travailleurs. » Il explique un plus loin que toutes les anses ne se valaient pas entre elles : « On évaluait une bonne anse par la dénivellation de sa grève. Celle-ci devait être assez douce pour laisser à marée basse une surface suffisante pour faire la répartition du bois endommagé lors du flottage sur le Saint-Laurent. La proximité de l’anse avec la basse-ville et le quartier du port en augmentait la valeur, car c’est là qu’étaient situés les marchands exportateurs et importateurs. Le bois entreposé dans ces anses devenait donc plus facile à écouler sur le marché ». Sources : La tournée, revue des arts et spectacles, 1er mai au 15 juin 1984 et https://www.actualites. uqam.ca/2018/creation-reseau-patrimoinesuniversite-quebec.


47


Jean-Talon

03 CAPITALE-NATIONALE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Boutin, Joëlle (CAQ) Joelle.Boutin.JETA@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 969, route de l’Église, Bureau 310 Québec (QC) G1V 3V4

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5

48

FLEUVE : • Saint-Laurent

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


03 CAPITALENATIONALE

Avenue James-Lemoine : Ce nom rappelle le souvenir de sir James Macpherson LeMoine (1825-1912), avocat, professeur de droit à Laval et inspecteur du Revenu à Québec. Écrivain, il consacra ses loisirs à l’histoire régionale. Il publia Maples Leaves, Québec Passé et Présent, Monographies et Esquisses et bien d’autres. À la façon de bien des victoriens qui avaient renoué avec les ambitions des humanistes, il acquiert des connaissances sur le passé et sur la nature qu’il livrera dans ses écrits. « On ne saurait aborder l’œuvre historique de Le Moine sans se souvenir qu’il appartient à un milieu pluraliste et que son père a adopté, sur le plan religieux, une attitude de tolérance sinon d’indifférence. Cette situation marque sa démarche intellectuelle, car, si elle l’incite à ne pas tenir compte de la question des croyances, elle le détourne surtout de tout engagement politique fondé sur l’antagonisme des races. Face à l’histoire, Le Moine ne peut se sentir ni vainqueur ni vaincu. Il est à la fois l’un et l’autre. En diminuant les Français ou les Anglais, il se serait diminué lui-même. C’est pourquoi il choisit d’adopter une attitude simplement humaine, puisque ceux qui participent aux événements du passé et du présent sont le plus souvent les victimes de décisions politiques prises par d’autres. Ainsi tente-t-il d’abolir la notion de culpabilité. De

Jean-Talon

toute manière, les disputes idéologiques ne l’intéressent pas » (Dictionnaire bibliographique du Canada). En 1860, il habite Spencer Grange (dans le parc du Bois-de-Coulonge) à Sillery dans la demeure de son oncle Henry Atkinson. C’est un paysage grandiose qu’il va longuement décrire dans l’ouvrage Album canadien : histoire, archéologie, ornithologie dont voici un court passage : « À droite et à gauche, le fleuve se déroule sur une longueur de douze à quinze milles sans cesse sillonnés par les vaisseaux qui arrivent au port de Québec, ou qui en partent. Vers l’Est, le tableau fermé à plus de douze lieues par le Cap-Tourmente et les hauteurs cultivées de la Petite Montagne et de Saint-Féréol, présente successivement la côte de Beaupré, les verdoyants coteaux de l’île d’Orléans, le cap aux Diamants couronné de sa citadelle et ayant à ses pieds une forêt de mâts ; les plaines d’Abraham, les foulons avec tout le mouvement du commerce du bois, Spencer Wood et la résidence vice-royale, l’anse SaintMichel se courbant gracieusement depuis la côte Wolfe jusqu’à la pointe à Puiseaux. Autour de ces lieux se rattachent les souvenirs historiques les plus intéressants de l’Amérique du Nord (…) la lutte de deux puissantes nations pour la souveraineté du Nouveau Monde » (1870, p. 12, https://www.canadiana. ca/view/oocihm.08608/26?r=0&s=1).

Impasse des Cageux : Cet ancien tronçon du chemin du Foulon se situe à la hauteur du quai des Cageux, d’où le choix de l’odonyme. Actifs surtout au XIXe siècle, les cageux sont des travailleurs forestiers chargés de diriger les cages ou trains de bois sur les rivières et sur le fleuve Saint-Laurent jusqu’à Québec. Une cage comporte plus d’une centaine de radeaux faits de bois équarri (dit « carré »), assemblés côte à côte ou à la suite les uns des autres, formant une véritable île de bois. De cinquante à cent cageux manœuvrent chaque train de bois à l’aide de longues rames. Une fois arrivée au port, la cage est démontée et les bois carrés chargés sur des navires en partance pour l’Angleterre. En raison des dangers du métier, les cageux font souvent figure de héros et certains sont entrés dans la légende, comme Jos Montferrand, géant à la force herculéenne. Quai des cageux : Situé sur la promenade Samuel-De Champlain qui est un legs du gouvernement du Québec à la capitale pour son 400e anniversaire en 2008, le quai est un important lieu de mémoire des cageux. Le nom choisi vise à mettre en valeur le riche patrimoine historique du lieu qui est intimement associé à l’âge d’or du commerce du bois au XIXe siècle. Ce toponyme commémore l’œuvre des ouvriers qui faisaient 49


Jean-Talon ou conduisaient les trains de bois. Ces trains permettaient ainsi le transport du bois depuis l’Outaouais jusque dans les différentes anses de Sillery, à Québec. Le terme cageux, selon le linguiste Gaston Dulong, désigne un « ouvrier forestier employé au flottage du bois, qui dirigeait un train de bois » ou un « train de bois se déplaçant au fil de l’eau ou tiré par un bateau ». Œuvre d’art public à la mémoire des cageux : Les artistes Suzanne Gravel et Yvon Milliard ont réalisé la sculpture en bronze Le 3 juillet 1808 sur le Saint-Laurent, pour les jardins de la station des Cageux de la promenade Samuel-De Champlain. L’œuvre d’art est située à l’Ouest du pavillon de services de la station des Cageux, au pied de la côte Ross. Y sont représentés deux cageux qui manœuvrent une cage de bois carré sur le fleuve Saint-Laurent. À l’arrière-plan, les artistes ont sculpté un paysage pittoresque du début du XIXe siècle. On observe aussi un voilier à trois mâts se dirigeant vers un quai de chargement de la ville de Québec.

50

La langue populaire des « Forestiers et Voyageurs » bien documentée : En 2002, l’auteur Louis Mercier publie une monographie au centenaire de la fondation de la Société du parler français au Canada. Dans son livre La Société du parler français au Canada et la mise en valeur du patrimoine linguistique québécois (1902-1962). Histoire de son enquête et genèse de son glossaire publié aux Presses de l’Université Laval, ce spécialiste vient rappeler l’importance du Glossaire (1930) de cette société savante qui s’est consacrée à l’étude de la langue française au Canada au courant du XXe siècle. Elle a contribué à la mise en valeur du patrimoine québécois et aujourd’hui, ses publications sont une ressource capitale à l’histoire et à la recherche. Justement voici un extrait de leur Bulletin du parler français au Canada de janvier 1907 : « Le défrichement de nos immenses forêts a toujours pris et garde encore aujourd’hui une bonne partie de l’activité nationale (…) Selon leur office, les hommes de chantier s’appellent piqueurs, doleurs, bûcheurs, claireurs, colleurs, couques. Parmi ces hommes, il y en a qui commandent, et naturellement, dans la langue des chantiers. Ceux qui obéissent savent à quoi s’en tenir sur les expressions : mettre les billots en trime, adresser l’arbre dans sa chute, aider à décoller

la charge, fouler avec les pieds, débarrasser avec la hache, finir avec la pelle un chemin de sortie capable de permettre aux charretiers de gagner le maître-chemin avec les billots. Et s’il s’agissait maintenant de décrire l’émouvante opération de la descente des billots par les rivières et les rapides jusqu’à l’étang du moulin, on ne pourrait pas sûrement compter sur le dictionnaire de Hatzfeld et Darmesteter pour avoir la forme et la signification canadienne des mots suivants : cageurs, cribes, drames, cages, foulons, traverses, bandages, mettre les billots en cageux, faire partir la digue, et de plusieurs autres. » Source (p. 6) : https://collections.banq. qc.ca/ark:/52327/2671549. Maison Cornelius David Krieghoff du 115 Grande Allée Ouest : S’il a été l’un des peintres canadiens les plus populaires du XIXe siècle, il faut savoir que Cornelius Krieghoff est né à Amsterdam, aux Pays-Bas. De 1853 à 1863, il habite à Québec. Son œuvre prolifique (1 500 à 1 800 tableaux) témoigne du mode de vie des Amérindiens et des colons d’autrefois. Ce pionnier de l’art canadien a participé à bâtir une identité canadienne. Il exposera à l’Exposition universelle de Paris. Vitrine des innovations de chaque pays, elle glorifie les


inventions qui y sont présentées et récompense les plus ingénieux exploits. Année de la signature de l’A.A.N.B., le jeune Canada surprend les Européens et, plus largement, le monde entier autour des prouesses industrielles du commerce du bois équarri dit carré. Lors de cette Exposition universelle de 1867, à Paris, Cornelius Krieghoff présente un impressionnant polyptyque, composé

de neuf huiles sur toile, encadré par William Scott, artisan montréalais. Le sujet principal du polyptyque ? Le bois. Le tableau central Sillery Cove présente l’Anse-au-Foulon et son dépôt de bois équarri en pleine activité commerciale où les navires britanniques embarquent dans leurs cales la précieuse marchandise issue principalement des forêts de l’Outaouais. Sur cet autre tableau,

visible ci-haut et exposé également à Paris, Raft in Danger in the St. Lawrence, Krieghoff montre huit cageux en pleine tempête sur le lac Saint-Pierre. Une vague vient de démanteler le radeau et nous comptons vingt-sept billots équarris libres, flottant sur les eaux agitées du lac. Pour nos cageux, le plus terrible reste à venir et l’issue est incertaine.

51


La-Peltrie Caire, Éric (CAQ) Eric.Caire.LAPE@assnat.qc.ca Ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale Leader parlementaire adjoint du gouvernement Bureau de circonscription : 5 121, boul. Chauveau Ouest, Bureau 201, Québec (QC) G2E 5A6

CAGEUX PROXIMITÉ - ACTIVITÉ PORTUAIRE DRAVEUR

52

03 CAPITALE-NATIONALE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Jacques-Cartier • Rivière Sainte-Anne

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Sapinière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau à papier


03 CAPITALENATIONALE

La-Peltrie

Histoire des travailleurs au XIXe siècle : Spécialiste en histoire des travailleurs au XIXe siècle, Peter C. Bischoff (1959 - ) est professeur agrégé à l’Université d’Ottawa. Il a rédigé de nombreux articles, notamment sur le syndicalisme dans les fonderies canadiennes, les migrations des ouvriers mouleurs originaires des Forges du Saint-Maurice, la gestion syndicale des marchés du travail dans l’industrie sidérurgique nord-américaine et les syndicats en tant qu’arènes émotionnelles. En 2009, il signe l’ouvrage Les débardeurs au port de Québec. Tableau des luttes syndicales, 1831-1902 paru aux éditions Hurtubise. Au milieu du XIXe siècle, ici comme ailleurs, le milieu ouvrier prend conscience de sa réalité et s’organise. Aux anses de Québec qui bourdonnent d’activité, les trains de bois arrivent en provenance de la vallée de l’Outaouais et des Grands Lacs. Chaque année, plus d’un millier de navires viennent prendre livraison de ce bois destiné aux Britanniques. Voilà qui fournit de l’emploi à de nombreux débardeurs, mais le travail est dur, dangereux et mal payé. Société historique de Shannon : Cette société qui a fêté son 30e anniversaire d’activités en 2019 a programmé en collaboration avec le Conseil local du Patrimoine une conférence portant sur la drave sur la rivière JacquesCartier, une page de l’histoire de Shannon qui est aussi fascinante qu’elle est importante.

Illustration d'Arthur Henry Howard Heming (1870-1940).Voir pages 118, 119, 128 et 129. 53


Louis-Hébert

03 CAPITALE-NATIONALE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Guilbault, Geneviève (CAQ) ministre@msp.gouv.qc.ca Genevieve.Guilbault.LOHE@assnat.qc.ca Vice-première ministre Ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale Ministre de la Sécurité publique Bureau de circonscription : 810, route Jean-Gauvin, Bureau 202 Québec (QC) G1X 0B6

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5 DRAVEUR

54

FLEUVE : • Saint-Laurent RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière du Cap Rouge

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


03 CAPITALENATIONALE

Falaise sud du promontoire de Québec, secteur Sainte-Foy – Sillery et les battures de Cap-Rouge : Au XIXe siècle, les anses de Québec bourdonnent d’activité. C’est là qu’arrivent les trains de bois, les fameuses cages, en provenance des forêts lointaines. Du promontoire de Québec, s’étend à perte de vue un gigantesque tapis de bois, ondulant sous les marées et recouvrant les vingt-six anses aménagées entre Montmorency et Cap-Rouge. À cette époque fortunée, près de 1 200 vaisseaux viennent prendre livraison de ce bois précieux — le bois dit « carré » de 2 ' ou 3 ' — destiné au commerce hauturier dopé puissamment par les tarifs préférentiels. En collaboration avec la Société historique de Cap-Rouge (SHCR), cet article intitulé Cap-Rouge, le commerce du bois et les cageux a été publié dans le journal local en 2018 qui est disponible en ligne : https://bit.ly/3l2SbrT. Domaine Cataraqui : Le domaine Cataraqui qui s’élève sur un terrain paysagé en surplomb du fleuve, a été créé en 1831 par le marchand de bois James Bell Forsyth qu’il revend

Louis-Hébert dans sa quasi-intégralité, parmi les quelque 80 domaines et villas implantés à Québec au XIXe siècle. Le domaine Cataraqui devient musée-jardin en 1995, sous l’impulsion de la Fondation Bagatelle de Sillery.

en 1850 à Henry Burstall, également un marchant de bois. C’est lui qui fait construire la majorité des dépendances encore présentes sur le site. Véritable joyau du territoire de la ville de Québec, la villa de style néoclassique construite en 1850 témoigne de la présence anglaise au cours du XIXe siècle à Québec. Ses neuf dépendances, ses jardins anciens, ses rocailles, ses talus gazonnés ornés de majestueux ormes d’Amérique, chênes rouges et pins blancs ainsi que son boisé naturel contribuent à la beauté du site. Le domaine Cataraqui constitue l’unique témoin présent

Maison des Jésuites de Sillery au 2320 chemin du Foulon : La maison témoigne de la présence des Jésuites en NouvelleFrance. Au lendemain de la guerre de Sept Ans, le gouverneur britannique permet aux Jésuites de rester au pays, mais leur interdit de recruter de nouveaux membres. Cette maison est d’abord louée à des Britanniques et sera mise sous saisine. À partir du XIXe siècle, la demeure est habitée plus régulièrement par les marchands de bois ou par les gérants de leurs entreprises, installées dans les anses de Sillery. En effet, c’est le Blocus de Napoléon qui a donné par effet domino le coup d’envoi à l’industrie forestière. Aujourd’hui la maison est transformée en musée. Une des sections est consacrée au travail des cageux qui pilotaient les immenses trains de bois sur plus de 270 milles marins. 55


Louis-Hébert Rue du Draveur à Saint-Augustin-deDesmaures : Cet odonyme réfère à un métier forestier d’autrefois. Ce terme prend ses racines dans le mot anglais drive, qui signifie conduire en français. C’est avec raison que l’on parle encore aujourd’hui de la bravoure et de l’agilité des draveurs qui se tenaient tels des équilibristes sur des billots de bois. Le danger guettait ceux-ci à chaque pas et cela même s’ils portaient des bottes cloutées. À l’aide d’une gaffe ou d’un tourne-billes, ces travailleurs forestiers importants au XXe siècle acheminaient aux moulins les billes par flottage. Ils récupéraient les précieuses billes échouées sur le bord des rivages en les relançant à l’eau ; le niveau d’eau et son débit étaient idéalement contrôlés par les activités d’un barrage situé en amont. Il n’est pas rare que le parcours accidenté des cours d’eau, où se mêlent à la fois des méandres, des chutes, des rapides et même de la glace au dégel printanier, favorise des amoncellements de bois obstruant la descente. Un draveur se porte alors volontaire pour briser l’embâcle en la dynamitant ou en enfonçant la pointe d’un crochet pour repérer et déloger le billot clé qui dénouera la « jam ». Cet ancien métier est toujours considéré comme l’un des plus dangereux, plusieurs braves ont d’ailleurs perdu la vie par noyade 56

ou après avoir allumé la terrible mèche… (cf. http://www.abcstrategies.com/distinctioncageux-draveur). Villa Bagatelle au 1360 av. James-LeMoine : Sise sur les hauteurs de Sillery à Québec tout en étant située à proximité de l’anse au Foulon, c’est le prospère marchand de bois Henry Atkinson qui entreprend la construction de cette villa en 1848 sur une propriété de Spencer Wood (renommé Bois-de-Coulonge) qui autrefois faisait partie de la vaste châtellenie de Coulonge. Anse au Foulon (Wolfe's Cove) : Le Foulon s’est vu, au début du XIXe siècle, transformé en terminus pour les trains de bois qui descendaient le fleuve Saint-Laurent ; ce bois était envoyé en Angleterre ou utilisé dans la construction navale. En 1842, à l’apogée du commerce du bois carré, William Henry Bartlett immortalise le dépôt de bois depuis Spencer Wood. Il est possible de visualiser cette œuvre aux pages 36 et 37 de cette récente publication : https://bit.ly/2mich7H. L’activité de divers chantiers entraînera le remblayage des berges progressivement jusqu’au XXe siècle.

Rue William-Chapman dans la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures : Cet odonyme évoque la mémoire du poète et polémiste William Chapman, originaire de SaintFrançois-de-Beauce, aujourd’hui Beauceville, en 1850. Il est décédé à Ottawa en 1917. En 1904, avec son recueil Les aspirations : poésies canadiennes, Chapman est couronné une première fois par l’Académie française alors que Les rayons du Nord : poésies canadiennes de 1910 lui valent un deuxième couronnement. On peut envisager que le pays sentimental évoqué par Chapman emprunte successivement ou simultanément à de nombreux éléments matériels ou spirituels englobant le fleuve, les paysages, les saisons, la langue, la nordicité, les pineraies, les exploits du passé incluant les cageux, le caractère pionnier, les traditions, le destin glorieux. Chapman signe un grand classique, le poème intitulé Notre langue dont ce court extrait : Nous avons conservé l’idiome légué Par ces héros quittant pour nos bois leurs falaises Et, bien que par moments on le crut subjugué, Il est encore vainqueur sous les couleurs anglaises.


57


Montmorency

03 CAPITALE-NATIONALE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Simard, Jean-François (CAQ) Jean-Francois.Simard.MONT@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 2 400, boulevard Louis-XIV, Bureau 203 Québec (QC) G1C 5Y8

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5 DRAVEUR

58

FLEUVE : • Saint-Laurent RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Montmorency

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Sapinière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau à papier


03 CAPITALENATIONALE

Montmorency

Maison d’employés de la scierie Patterson située sur l’avenue Saint-Grégoire, secteur Montmorency (photo ci-dessus) : Ce bâtiment à valeur patrimoniale supérieure est intégré au Répertoire du patrimoine bâti de la ville de Québec (cf. https://bit.ly/3iU0Mgr). Rare témoin du passé industriel forestier de Montmorency, elle présente un intérêt historique en raison de son association aux activités de la scierie Patterson implantée vers 1816 au pied de la chute Montmorency. Le photographe L. P. Vallée (1837-1905) a immortalisé sur pellicule vers 1875 la vaste rade qui s’ouvrait devant la galerie saillante de cette maison (photo au centre). Déjà en 1871, le complexe industriel emploie 651 travailleurs. L’immeuble contient des poutres structurelles taillées à même des plançons de cage du XIXe siècle. (Sources : MM. Roland Bouchard et Yvon Legendre, propriétaire.) Le Bas-du-Sault de Montmorency avant 1889 : Rendez-vous sur le site du journal Le Soleil, https://bit.ly/3ybF5Pq, pour découvrir une photographie prise au pied de la majestueuse chute de 83 mètres — elle domine l’ancien site de la scierie qui a d’abord appartenu au prolifique

première centrale hydroélectrique du Québec, située au pied de la chute, a lieu en 1885.

Peter Patterson. À sa mort en 1851, sa fortune passera dans les mains de sa fille Mary (cf. La vie au Bas du Sault-Montmorency, J.-P. Fortin, F. Boily et G. Vézina, 1989) qui choisira ensuite de confier la gestion de l’entreprise à son mari George Benson Hall. Celui-ci « ayant en vue le lucratif marché américain (…) diversifie la production de ses installations de Montmorency. Cependant, à partir des années 1870, il doit faire face à une conjoncture défavorable qui secoue l’industrie du bois de sciage au Québec. Devenue moins rentable et minée par des problèmes de gestion à la suite du décès de Hall en 1876, la scierie ferme ses portes en 1892 » (cf. https://bit. ly/3xA0kJD). Ajoutons que l’inauguration de la

Rue Blanche-Lamontagne à Beauport : Ce nom évoque le souvenir de Blanche Lamontagne (1889-1958), née aux Escoumins, qui fut l’une des pionnières de la poésie régionaliste québécoise. Elle publia notamment La Vieille Maison (1920), La Moisson nouvelle (1926) et Ma Gaspésie (1928), qu’elle illustra de ses propres dessins. Elle écrivit également quelques romans et plusieurs récits, dont Légendes gaspésiennes (1927) qui est sans doute le titre le plus connu. Empreinte de régionalisme, sa production littéraire rend compte de la vie quotidienne au féminin. Suivant la mode du temps, elle ajoutait à son patronyme celui de son mari, Hector Beauregard, et la plupart de ses œuvres sont signées Blanche LamontagneBeauregard. Voici un extrait de l’œuvre Un cœur fidèle : roman canadien (pp. 182-183, 1924) : « On s’est rendu comme ça à la frontière des États-Unis, puis là on s’est engagé à un moulin de bois pour le flottage des billots. Deux jours après, Baptiste Lemieux est tombé à l’eau et a disparu pour toujours. J’ai donné la moitié de mon salaire pour le faire chercher, mais on ne l’a jamais trouvé. » (cf. https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2873776). 59


Portneuf

03 CAPITALE-NATIONALE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Caron, Vincent (CAQ) Vincent.Caron.PORT@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 118, rue Saint-Pierre Saint-Raymond (QC) G3L 1P6 315, rue de l’Église Donnacona (QC) G3M 1Z7

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5 DRAVEUR

60

FLEUVE : • Saint-Laurent

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Batiscan • Rivière Jacques-Cartier • Rivière Sainte-Anne • Rivière Sainte-Anne Ouest

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau jaune • Érablière à tilleul


03 CAPITALENATIONALE

Une gravure ancienne de Cap-Santé signée W. H. Bartlett : Gravure de 1842 de W. H. Bartlett publiée dans le Canadian Scenery montre une cage pilotée à la hauteur de Cap-Santé. Il est possible de voir cette œuvre sur la page couverture du récent livre « Les rives touristiques du Nouveau Monde » : https://bit.ly/2mich7H. Société d’histoire et de généalogie de SaintCasimir et son bulletin Le Cageux : Cet organisme édite régulièrement depuis 1998 le bulletin Le Cageux qui est disponible aussi en ligne www.shgsc.ca/le-cageux. Dans sa toute première édition, il est écrit : « Le conseil d’administration s’est doté d’un moyen de communication sous la forme d’un bulletin qu’il a baptisé du joli nom de Le Cageux. Les gens de Saint-Casimir, actuels et anciens, trouveront dans ce nom beaucoup d’histoire.

Portneuf

La rivière Sainte-Anne, qui traverse le village, est à l’origine de sa fondation. Mais elle eut aussi comme mission de transporter d’énormes quantités de bois. Toutefois, la drave n’était pas son rôle premier, le bois ne descendait pas de façon libre. Non, le bois était transporté sur des radeaux composés d’un empilement de bois d’œuvre, appelés cages, et leurs conducteurs étaient désignés du nom de cageux. Ce dur métier a marqué l’histoire de plusieurs familles de Saint-Casimir. En perpétuant ce nom, la SHGSC veut transporter vers ses membres le fruit d’études et de recherches sur les familles et sur l’histoire de Saint-Casimir. Découvronsnous donc une âme de cageux. » Parmi d’autres fragments historiques forestiers que l’on retrouve dans cette belle région de Portneuf, il y a ces vestiges de fours à charbon de bois lesquels témoignent d’une activité importante afin de procurer aux résidents une source d’énergie pour chauffer et cuisiner. La plupart

du temps, un poêle à charbon de bois était considéré comme mixte, car il permettait d’utiliser le bois et le charbon de bois en alternance pour se chauffer. Le charbon de bois a un pouvoir calorifique plus élevé que le bois et était conseillé en cas de grand froid. « Rivière Sainte-Anne : les caissons de drave disparaissent », rapporte Info-Porneuf : Cet été, d’importants travaux ont été entrepris pour retirer 28 cages de drave de la rivière Sainte-Anne qui occasionnaient des embâcles de glace. Construits en 1898, ces vestiges industriels étaient anciennement reliés par des passerelles et étaient utilisés par les draveurs. Le but était d’orienter et de trier le bois de flottage vers l’ancien moulin de la Chute-Panet à Saint-Raymond. Vidéo : https://bit.ly/3egEOSd.

61


Taschereau

03 CAPITALE-NATIONALE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Dorion, Catherine (QS) Catherine.Dorion.TASC@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 275, rue du Parvis, Bureau 300 Québec (QC) G1K 6G7

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5

62

FLEUVE : • Saint-Laurent RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Saint-Charles

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


03 CAPITALENATIONALE

Œuvre d’art public à la mémoire des draveurs : La sculpture sur la drave du Mémorial Price, intitulée L’Homme-Rivière est installée dans une étroite impasse entre l’Édifice Price et le 65, rue Sainte-Anne. L’Homme-Rivière rappelle le rude métier des draveurs, ces intrépides travailleurs indispensables autrefois à l’exploitation de la forêt. Le draveur et sa gaffe se transforment en une plante, alors que les troncs sont stylisés et réduits à des cylindres. Cette ronde-bosse est merveilleusement splendide ! Anciens chantiers navals de Saint-Roch et de Saint-Sauveur longeant la rivière Saint-Charles : Depuis bientôt 35 ans, l’historienne britanno-canadienne Eileen R. Marcil conçoit des projets de recherche, enseigne et publie ses travaux sur les grands voiliers et les navires-radeaux (raft-ships) de Québec suscitant notre prise de conscience collective en donnant les véritables dimensions de notre patrimoine maritime. L’époque faste de la construction navale à Québec commence dans les années 1820, stimulée

Taschereau

par le commerce du bois qui se développe à grande échelle avec l’Angleterre, chef de file mondial de la révolution industrielle. Au cours du XIXe siècle, plus de 2 000 navires sont construits à la porte d’entrée de l’Amérique française. Dans son livre On chantait CharleyMan, la construction de grands voiliers à Québec de 1763 à 1893, l’auteure nous renseigne qu’on « construisit plusieurs navires de qualité sur le Saint-Laurent, mais c’est le secteur riverain de la seigneurie [aujourd’hui le quartier] de Saint-Roch qui fut le cœur de l’industrie des grands voiliers en bois. À son apogée, les chantiers navals y étaient serrés les uns contre les autres, avec les cales de construction et les salles de traçages, on avait l’impression qu’il s’agissait d’un seul vaste chantier naval. En amont, où la rivière était plus étroite, souvent les chantiers n’apparaissaient pas ; ici et là, deux ou trois mâts surgissaient les uns derrière les autres, donnant l’impression de flotter directement au-dessus de la ville » (p. 122). La carte de 1840 (p. 124) montre les chantiers dominants de la seigneurie de Saint-Roch et permet d’observer l’emplacement des anciens quais, dans le prolongement de la rue Saint-Roch, où se trouvait la grande réserve de bois carré nécessaire à la construction des vaisseaux. Admirez cette lithographie originale sur pierre de 1845 signée par George T. Standford qui immortalise depuis la rivière Saint-

Charles où l’on voit des cages partiellement démantelées, les conflagrations de 1845 qui ont ravagé les faubourgs de Saint-Roch et Saint-Jean : https://www.torontopubliclibrary. ca/detail.jsp?Entt=RDMDC-JRR1983&R=DCJRR1983 (un petit supplément : https://bit. ly/38XwOVH).

Bâtiment maritime nommé Le Cageux rattaché au Port de Québec : Fabriqué au Québec en 2011, ce bateau matricule #835289 porte ce nom, car pour l’équipe du Port de Québec « les cageux étaient des hommes forts, travaillants et des hommes d’endurance qui formaient des trains de billots de bois afin de transporter ceux-ci sur le fleuve Saint-Laurent. Nous avons donc fait un parallèle avec notre bateau de travail qui, lui aussi, sert à faire de bons travaux sur le fleuve Saint-Laurent. » 63


Taschereau Ancienne anse du Cul-de-sac : Pendant longtemps, les berges du fleuve Saint-Laurent s’étirent à marée haute jusqu’au pied de la maison Chevalier (50 rue du Marché-Champlain). Le site forme alors un havre naturel où viennent s’amarrer les petites embarcations. C’est à cet endroit qu’accostent les chaloupes et les canots chargés de denrées pour l’approvisionnement du marché de la Place royale. Des cajeux (plusieurs pièces et branches de bois liées ensemble que l’on conduit par flottage) destinés à la construction et aux bois de chauffage y sont également laissés, ce qui gêne parfois la circulation portuaire. Appelé le Cul-de-sac, il devient le premier port de la colonie. Le commerce du bois équarri favorise un développement sans précédent de l’industrie navale et portuaire canadienne et permet à Québec de se hisser parmi les grands ports coloniaux de la première moitié du XIXe siècle. En 1854, la Ville remblaie la zone pour y aménager le marché Champlain l’actuelle rue du Marché-Champlain longeait le marché - mais la halle de trois étages de style néoclassique est démolie en 1910. Sources : Musée de la civilisation https://www.mcq.org/fr/ informations/mpr et Commission de toponymie du Québec http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=183788.

64

Louis-Prudent Vallée (1837-1905) : Photographe né dans le quartier Saint-Roch de Québec, « il appartient à cette poignée d’artistes de la lumière qui, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, tracent le portrait de la ville de Québec » (Dictionnaire bibliographique du Canada).

Découvrez une de ses photographies prises vers 1880 qui est typique de l’activité portuaire de Québec où les vaisseaux attendent cette marchandise — le bois « carré » — destinée au commerce hauturier : https://numerique.banq. qc.ca:443/patrimoine/details/52327/3107206.


65


Vanier-Les Rivières Asselin, Mario (CAQ) Mario.Asselin.VANI@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 1 170, boul. Lebourgneuf, Bureau 311 Québec (QC) G2K 2E3

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5

66

03 CAPITALE-NATIONALE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Saint-Charles

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


03 CAPITALENATIONALE

Vanier-Les Rivières

L’autoroute Félix-Leclerc : Nommée d’après le célèbre chansonnier, l’autoroute 40 passe dans la circonscription pour se terminer un peu plus loin, à Beauport. La construction de l’autoroute a nécessité une canalisation de la rivière du Berger. Félix Leclerc a chanté sur les documentaires La drave (O.N.F., 1957) et Manic 5 (Hydro-Québec, 1965). Né d’une initiative citoyenne et artistique, le Musée des Grands Québécois dépeint ce premier grand ambassadeur de la chanson québécoise en France, « il est considéré comme le poète de la nation. Auteur-compositeur-interprète, écrivain et acteur, Félix Leclerc est un ardent défenseur de la langue française et un homme pleinement engagé » (Source : https://www.mdgq.ca/ exploration-virtuelle). Voici les paroles de sa chanson La Drave qu’il endisque chez Polygram en 1957 (Album La Drave, 33 tours) : Ça commence au fond du lac Brûlé Alentour du huit ou dix de mai La mort à longues manches Vêtue d’écume blanche Fait rouler le billot Pour que tombe Sylvio Elle lui lance des perles Des morceaux d’arc-en-ciel Pour lui crever les yeux Et le briser en deux Sylvio danse et se déhanche Comme les dimanches, les soirs de chance Remous qui hurlent, planchers qui roulent Parfums qui saoûlent, reste debout !

MacPherson, le gentleman draveur : En 2012, une cinéaste d’animation chevronnée a décidé de raconter l’amitié qui s’est tissée en 1933 entre Félix Leclerc et Frank Randolph MacPherson. Ce dernier, un ingénieur-chimiste jamaïcain immigré au Québec en 1917, a inspiré le chansonnier à écrire MacPherson en 1948 : À l’Angelus de ce matin Le chef de drave, le gros Malouin A dit : Les billots sont pris Qui d’entre vous, avec sa gaffe Va faire un trou pour qu’ça s’dégraffe Celui-là, r’viendra pas

Sachant que MacPherson avait compté dans la vie de Félix, Martine Chartrand apprend au cours de ses recherches que le Jamaïcain aimait rendre visite à la sœur du chansonnier pour écouter celle-ci jouer du piano. MacPherson, qui a vécu à Trois-Rivières pour travailler dans l’usine des pâtes et papiers Wayagamack, avait déménagé à Sainte-Marthe-du-Cap pour fuir l’ostracisme et trouver la paix. « C’est comme ça qu’il est arrivé dans le voisinage des Leclerc, dit Martine Chartrand. Ils sont devenus sa famille d’accueil. » L’ingénieur-chimiste continuera à se rendre chez les Leclerc, et cela même après le départ de Félix pour la France, en 1950. Malheureusement, un an plus tard, MacPherson mourra subitement. En faisant de plus amples recherches sur ce dernier, la cinéaste découvrira qu’il a été, de janvier 1918 à mars 1919, soldat en France et en Angleterre

dans le Corps expéditionnaire canadien (régiment du Corps forestier canadien ; cf. p. 76 qui suit). Selon Martine, c’est pourquoi Félix Leclerc avait personnifié son ami en draveur dans sa fameuse chanson. Il faut savoir que ce film de l’O.N.F. intitulé MacPherson, réalisé par Martine Chartrand, a remporté le 1er prix du court métrage et le prix du public pour le meilleur court métrage canadien au Festival des Films du Monde de Montréal de 2012. Ce film d’animation, MacPherson, est aussi, pour l’artiste d’origine haïtienne, une façon de rendre hommage à un beau souvenir d’enfance. « C’est venu avec la première écoute de la chanson, alors que j’avais 10 ou 11 ans, explique-t-elle. Ma famille avait un chalet en Abitibi. Lors des voyages, nous croisions alors des routes de bûcherons et je voyais des draveurs qui marchaient sur l’eau dans la région de GrandRemous. À cette époque, je ne savais pas que Macpherson était un Noir. Je pensais que c’était un Écossais ou un Irlandais qui aimait le jazz et cette idée me plaisait. » Rappelons qu’au début des années 70, la musique de Félix Leclerc était très populaire et que la pièce MacPherson jouait à la radio. « À force d’entendre cette chanson, je me suis mise à croire qu’il s’agissait d’un Noir. À partir de là, je me suis mise à imaginer des Noirs draveurs. J’en ai dessiné alors que j’étais étudiante au cégep, à l’université… » (cf. http://abcstrategies.com/martinechartrand/ ; court métrage de 10'54 '' http:// www.onf.ca/film/macpherson_fr). 67


Champlain LeBel, Sonia (CAQ) ministre@justice.gouv.qc.ca Sonia.LeBel.CHMP@assnat.qc.ca Ministre responsable de l’Administration gouvernementale Présidente du Conseil du trésor Ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne Ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Réforme électorale Bureaux de circonscription : 580, rue Barkoff, Suite 210-211 Trois-Rivières (QC) G8T 9T7 Immeuble multiservice des Chenaux 44, ch. Rivière-à-Veillet, Bureau 130 Ste-Geneviève-de-Batiscan (QC) G0X 2R0 CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5 DRAVEUR 68

04 MAURICIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

FLEUVE : • Saint-Laurent RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Batiscan • Rivière Sainte-Anne • Rivière Saint-Maurice

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune


04 MAURICIE

La route des Rivières, route touristique mauriçoise : D’abord une voie de pénétration du territoire qui permet aux autochtones et aux explorateurs de circuler, la rivière SaintMaurice sert ensuite à acheminer le bois jusqu’aux scieries et aux usines des pâtes et papiers qui se multiplient au XIXe siècle. Commémorant une époque sur le point de disparaître, voici un extrait du livre de 1984 L’épopée des draveurs de la Mauricie : « Une armée de bûcherons, de draveurs montèrent à l’assaut des pins gigantesques. Et ce bois fut expédié en Angleterre et aux États-Unis. Plus tard la forêt mauricienne alimentera les moulins à papier de la région » (p. 27, François de Lagrave et Marius Pépin en collaboration avec la Compagnie de flottage du SaintMaurice). Grâce à ses importantes forêts, la Mauricie devint une région économique d’une grande importance au Canada. Au tournant du XXe siècle, la rivière est exploitée pour son potentiel énergétique (hydraulique, puis hydroélectrique). Dans le livre de Pierre Dupin, Anciens chantiers du Saint-Maurice, (1953), l’auteur y va d’une longue description poétique de l’impétueuse Saint-Maurice à partir des Piles, avant que l’industrie hydroélectrique eût harnaché les chutes de Grand-Mère, de Shawinigan et des Grès, jusqu’à Trois-Rivières où elle agrandit son lit pour couler plus lentement avant de se marier au Saint-Laurent. « Se marier, soit ; mais, disparaître non pas ! » (p. 48).

Champlain

Gatien Lapointe, illustre Marthelinois (1931-1983) : Originaire de Sainte-Marthede-Champlain et inhumé à Sainte-Justine-deDorchester, cet écrivain et poète québécois a aussi été professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières et co-fondateur de la maison d’édition Écrits des Forges. Gatien Lapointe hérite de l’influence du surréalisme français et de l’automatisme québécois. Surtout connu pour son Ode au Saint-Laurent (1966) dont le lyrisme porte le thème du pays-patrie, il signe une œuvre littéraire abondante regroupant une dizaine de recueils (L’Encyclopédie canadienne). Son nom est associé aujourd’hui à la Bibliothèque Gatien-Lapointe à TroisRivières et au Prix de poésie Gatien-Lapointe — Jaime-Sabines remis à l’occasion du Festival international de la poésie de Trois-Rivières. Dans cette ode, Lapointe déclare : J’ai toute la confusion d’un fleuve qui s’éveille Quel arbre quelle bête m’indiquera mon chemin Je pose dans l’instant les poutres de l’année (…) Je suis une source en marche vers la mer Et la mer remonte en moi comme un fleuve Une tige étend son ombre d’oiseau sur ma poitrine Cinq grands lacs ouvrent leurs doigts en fleurs Mon pays chante dans toutes les langues

Place Jacques-St-Cyr dans la municipalité de Batiscan : Ce nom rappelle le souvenir de Jacques St-Cyr (1921-1996). Natif de Batiscan, il a vécu son adolescence à Trois-Rivières. Il s’est enrôlé dans l’armée canadienne, à l’âge de 21 ans, lors de la Seconde Guerre mondiale. À son retour de la guerre en 1945, grâce à une bourse destinée aux anciens combattants, il entreprend des études en graphisme. Il connaît ensuite une brillante carrière à la Commission des expositions du gouvernement canadien. Il est surtout connu pour avoir réalisé le graphisme de la feuille d’érable apparaissant sur le drapeau canadien (cf. Commission de toponymie du Québec). Remplaçant le Red Ensign canadien qui a par ailleurs flotté pendant un siècle sur les mâts des cages qui descendaient le fleuve Saint-Laurent, le drapeau à la feuille d’érable unique fait sa première apparition le 15 février 1965 — aujourd’hui célébré comme le Jour du drapeau national du Canada — alors que les préparatifs de l’Expo 67 battent leur plein ! Onze acres sont réservés sur la Terre des Hommes pour y élever le pavillon du Canada (C-406) où sera hissé l’Unifolié à l’Exposition universelle de 1967 de Montréal qui est le plus grand événement international encore jamais organisé au pays et qui laissera à jamais son empreinte à travers le monde.

69


Champlain (cf. https://www.museedelhistoire.ca/sallede-lhistoire/la-fete-du-canada/). L’année 1967 coïncide également avec les célébrations du 100e anniversaire de la Confédération qui repose sur la 27e législature au Parlement canadien qui a reporté au pouvoir les libéraux de Lester B. Pearson sous un gouvernement minoritaire. Le rôle de la capitale du Canada — Ottawa intra-muros — est revendiqué dans la construction de l’image politique et

symbolique du pays. Sous les faisceaux des projecteurs du centenaire de la Confédération, la Commission de la capitale nationale (CCN) à son tour édite une belle brochure illustrée qui offre un aperçu d’histoire de la région interprovinciale de la capitale nationale d’Ottawa-Gatineau (cf. https:// issuu.com/abcstrategies/docs/ccn_1967) : en page couverture se trouve l’estampe ci - bas de 1855 d’Edwin Whitefield qui illustre

d’immenses cages en bois carré, et en page de garde les textes intégraux de deux chansons folkloriques rattachées à la rivière des Outaouais, Les Raftsmen et Y e Maidens of Ontario… les vigoureux cageux ont été les bras économiques de cette capitale instituée en 1857. « Sur un territoire grand comme un continent et dont le sol avait quand même besoin d’être conquis », la herse du paysan, la hache du forestier et le pic du mineur sont allés au-devant d’une « nature sauvage [qui] a enseigné aux Canadiens à s’adapter » (Expo 67 guide officiel, p. 88). Les industries se sont développées grâce aux moyens de communication et de transport — d’abord fluviaux puis routiers — formant à travers les îlots de population un réseau efficace et complet. (Id., p. 88). Collection historique de Bibliothèque et Archives Canada : À la page suivante, il s’agit d’un détail du volume Journal d’une expédition à la recherche de "Moose Deer" sur le SaintMaurice contenant deux carnets de croquis dont les premières inscriptions remontent au printemps 1842. Conservée dans les collections nationales, cette illustration d’Henry James Warre (1819-1898) est intitulée Radeau descendant un rapide.

70


71


LavioletteSaint-Maurice Tardif, Marie-Louise (CAQ) Marie-Louise.Tardif.LASM@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 695, avenue de la Station, Rez-de-chaussée Shawinigan (QC) G9N 1V9 522, rue Commerciale La Tuque (QC) G9X 3A8

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 5 DRAVEUR

72

04 MAURICIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Batiscan • Rivière Saint-Maurice

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau jaune • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau à papier


04 MAURICIE

Laviolette-Saint-Maurice

Parc des Papetiers, secteur de Grand-Mère à Shawinigan : Son nom rappelle le souvenir des anciens travailleurs de l’industrie des pâtes et papiers, qui a été un fleuron de l’économie de la région dès la fin du XIXe siècle. Ce parc public est d’ailleurs situé à l’endroit où se trouvait la cour à bois de l’ancienne papetière Laurentide. Pionnière des grandes entreprises de la région de Shawinigan, cette compagnie y a aussi été la dernière usine d’importance. Elle a fermé ses portes en 2014 [C.T.Q. et C.T.C.].

Village du bûcheron de Grandes-Piles : Ce village forestier nous permet de revivre l’histoire des personnages qui ont fondé le pays, tel « Jean J. Crête, grand entrepreneur forestier que l’on surnommait le roi de la Maurice, ou encore Pitou Veillette qui exploitait un camp de bûcheron et qui a élevé toute sa famille en forêt. » (cf. https://villagedubucheron.com/). L’épopée des draveurs de la Mauricie, le livre du 75e anniversaire de la compagnie de flottage du Saint-Maurice (1909-1984) arborant un écu bleu avec la pointe d’une gaffe en point du centre : Ce magnifique livre de François de Lagrave en collaboration avec Marius Pépin renferme les principales activités de la compagnie depuis sa fondation tout en donnant une place importante aux draveurs indissociables de l’histoire de la région. Si la compagnie a cessé depuis ses opérations, l’ouvrage dédié « à tous les draveurs

d’hier et d’aujourd’hui qui contribuèrent au développement de la Mauricie et qui ont peiné sur ses cours d’eau » demeure une ressource historique importante pour évoquer que le travail des draveurs dès le début du XXe siècle « était un travail manuel, éreintant et même dangereux ». Au chapitre 10, on nous parle du Festival régional du draveur de Grandes-Piles qui avait pour chanson thème, la Chanson de draveur de Guy Arcand dont voici le refrain sur un air de Vive la compagnie : Pique Pique Pique la pitoune Bûche Buche Bûche le bois. Marche sur la glace Danse sur l’eau Voilà le vrai draveur

Les forêts de la Haute-Mauricie : En 1962, Arthur Lamothe (1928-1913) réalise un court métrage documentaire, classique du cinéma direct, témoignant de la vie de 165 bûcherons isolés dans les forêts enneigées du Haut-Saint-Maurice. Bûcherons de la Manouane est son premier documentaire à l’O.N.F.. Lamothe s’est sans cesse intéressé aux fondements identitaires du rapport avec le territoire. Ce sera aussi sa toute première rencontre avec des Amérindiens, croisés au bord d’un chemin de coupe, alors qu’ils cèdent la place aux grandes compagnies. Il consacrera par la suite aux premiers peuples la plus grande partie de son œuvre. Ses films se distinguent par une qualité cinématographique unique, alliant une démarche du cinéma-direct à des passages quasi oniriques, trouvant parfois des états de grâce et de pures sensations à travers l’objectif de la caméra. Ici, on ressent vivement l’intensité du froid, la rudesse du

travail et la solitude des hommes éloignés de leurs familles. Il est possible de visionner le film à http:// www.onf.ca/film/bucherons_de_la_manouane/. Fin de la drave en 1995 au Québec : La rivière Saint-Maurice a été une voie de transport essentiel pour acheminer du bois équarri, du bois de sciage ou du bois de pâtes et papiers. C’est elle aussi, la Saint-Maurice, qui est la dernière rivière sur laquelle on a pratiqué la drave. En 1987, la pratique devient interdite puis cesse de manière définitive en 1995. Le court métrage Mémoires de draveurs produit par Boréalis, centre d’histoire de l’industrie papetière nous fait revivre l’époque révolue de la drave par de vibrants témoignages. La nostalgie des ex-draveurs est palpable : https://youtu.be/rHVCzzMd30o. L’âge d’or du bois mauricien : Le réputé magazine National Geographic de mai 1967, sous le titre Canada masks her first century, fait l’éloge de l’organisation du flottage du bois dans la SaintMaurice. À la page 647, il est dit « Les trois usines de Trois-Rivières produisent 100 tonnes de papier à l’heure, tous les jours de l’année. Pour les alimenter, ainsi que quatre autres moulins sur le Saint-Maurice, plus de 120 000 000 billes de bois descendent chaque année la rivière. Puisque presque tous commencent leur voyage près de la source de la rivière à 325 milles au nord de TroisRivières, cette drave est la plus importante et la plus longue au monde » (traduction de Résonance Canada).

73


Maskinongé

04 MAURICIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Allaire, Simon (CAQ) Simon.Allaire.MASK@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 429, boul. Saint-Laurent Est Louiseville (QC) J5V 1H5

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5 DRAVEUR

74

FLEUVE : • Saint-Laurent RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Maskinongé • Rivière du Loup • Rivière Saint-Maurice

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune


04 MAURICIE

Rue Gérin-Lajoie dans la municipalité de Yamachiche : Cet odonyme fait naturellement référence à Antoine Gérin-Lajoie (1824–1882). Ce Yamachichois est romancier, dramaturge, essayiste, historien et journaliste. Issu d’une famille de cultivateurs prospères, Gérin-Lajoie fit l’apologie de ce métier dans son roman à thèse intitulé Jean Rivard, le défricheur (1862), puis dans sa suite, Jean Rivard, économiste (1864). Auparavant, il avait composé, en 1842, la complainte Un Canadien errant et, en 1844, la tragédie Le jeune Latour. Journaliste à Montréal, à La Minerve (1845-1847), il fut ensuite admis au Barreau du Bas-Canada en 1848. Il délaissa cependant la pratique du droit au profit d’une carrière de traducteur et de bibliothécaire pour le gouvernement du Canada-Uni, puis pour le gouvernement du Canada. Sur le plan littéraire, Gérin-Lajoie appartenait à l’École de Québec, mouvement qui réunissait notamment Octave Crémazie (1827-1879), Joseph-Charles Taché (18201894), l’Abbé Henri-Raymond Casgrain (18311904) et François-Xavier Garneau (1809-1866). En 1861, les membres du mouvement ont fondé Les Soirées canadiennes, revue dans

Maskinongé

laquelle parut la première partie de Jean Rivard, le défricheur. Voici un fait amusant rapporté par L’Abbé Camille Roy : « Un soir de printemps, Benjamin Sulte (…) se promenait à Aylmer [Gatineau] avec Gérin-Lajoie. Tout à coup une douce voix de femme se mit à chanter ; et la douce voix féminine chantait la ballade du Canadien errant. Gérin-Lajoie, ému, troublé jusqu’au fond de l’âme, ne put écouter sans pleurer ce refrain qui avait autrefois jailli de ses dix - huit ans. Une autre fois, à Ottawa, Antoine Gérin-Lajoie et Benjamin Sulte regardaient de la colline du Parlement, vers la baie où des hommes de cages formaient les radeaux qui, à cette époque, descendaient par l’Outaouais et le Saint-Laurent jusqu’à Montréal ou Québec. Le travail venait de cesser, et les voyageurs se reposaient. Voici que l’un d’eux, robuste ténor, entonna de sa belle voix dolente : Un Canadien errant. Et le chant montait comme une triste complainte dans le silence du soir. Cette fois encore GérinLajoie suffoquait d’émotion ; les larmes lui montèrent aux yeux ; et Benjamin Suite, qui fut lui-même le plus original et le plus sensible des hommes, pleurait à côté de son ami. Veut-on une autre preuve de la sensibilité et de la bonté de Gérin-Lajoie ? » (cf. https://collections.banq. qc.ca/ark:/52327/2676771, p. 787).

Maison Nérée-Beauchemin située au 711, rue Sainte-Anne à Yamachiche (photo en médaillon) : Ce poète québécois (Yamachiche, 1850 – Yamachiche, 1931) est considéré comme l’un des premiers écrivains du terroir. Sincérité des mots, simplicité des vers et amour fidèle de la patrie — c’est-à-dire de sa région — caractérisent sa poésie. Ses vers présentent le monde harmonieux qui entoure le poète par une évocation matérielle et précise. Sa poésie est visuelle. Il se voit décerner la Médaille de l’Académie française en 1930. Voici un extrait de La Patrie intime, ayant hésité entre sa poésie À Crémazie, Le Fleuve et Épiphanie, ces deux dernières l’emportent cette fois : Et le Fleuve, le vieux fleuve, le fleuve immense, Dont les souffles n’ont pas cessé d’être vivants, Magnifique de calme et d’orgueil, recommence Sa marche vers l’aurore et les soleils levants. Tel, par les champs dorés et par les vertes plaines, Ce peuple qui déferle et déborde en tous lieux, Et qui, sous tous les ciels, sent courir en ses veines Le sang qui mit sa pourpre aux veines des aïeux. (…) Voyez-les donc ! Quel souffle anime le chantier ? Elle est sensible à tous, l’aide surnaturelle : Aux bras des jeunes gens, moins lourde est la poutrelle Plus légère est la hache aux mains du charpentier.

75


Affiche ci-contre : Corps expéditionnaire canadien (régiment du Corps forestier canadien), voir p. 67.

Maskinongé « Un draveur s’est noyé près de Louiseville » : Telle une épée de Damoclès, la noyade a toujours été une menace pour les draveurs. De toute évidence, le seul fait d’avoir à se tenir en équilibre sur des billots en flottaison représentait un perpétuel danger. Cette noyade est rapportée dans La Presse du lundi 8 juillet 1957. « M. Albertine Noël, 50 ans, de Yamachiche, a été victime de l’onde, vendredi le 5. M. Noël, qui était à l’emploi de la St. Lawrence Paper, travaillait au flottage du bois sur la rivière du Loup, à proximité de la ville de Louiseville. Il pratiquait ce genre de travail depuis de nombreuses années. Le corps de la victime a été repêché environ une heure après l’accident. » Dans un autre article, celui-là publié dans Le Nouvelliste le 31 mai 1961, il est dit : « Quand il s’agit de prendre contact avec la drave, la vraie drave, c’est sur la rivière du Loup qu’il faut aller. Cette rivière capricieuse, sinueuse et même dangereuse est l’endroit idéal pour voir à l’œuvre les meilleurs draveurs de la région »… surtout, n’hésitez pas à lire quelques lignes de plus ici : https://bit.ly/3eVKTDQ.

76

scénariste, de narrateur et même de comédien, la présence de Félix Leclerc et de ses chansons dans les films de l’O.N.F., qu’ils soient documentaires, d’animation ou de fiction, s’étend sur plus de 50 ans. Dans le court métrage de Raymond Garceau, La Drave (1957), Félix Leclerc raconte, dans une langue savoureuse, l’aventure fantastique que vivent chaque année les draveurs de la vallée de l’Outaouais. Perche ou bâton de dynamite au bout des bras, ils font franchir aux billots, des centaines de kilomètres de rivières, de chutes et de lacs. Un métier dur, impitoyable, rempli de poésie.

Autoroute Félix-Leclerc sillonnant au sud la municipalité de Yamachiche : Elle évoque la mémoire de Félix Leclerc (1914-1988), né à La Tuque, dans une famille aimant la musique. Auteur-compositeur-interprète, poète, écrivain et dramaturge, la contribution à la chanson d’expression française de celui que tous appelaient respectueusement et affectueusement Félix est immense. Que ce soit à titre de musicien, de

Article « Avec les draveurs de la Mauricie » du Sélection du Reader’s Digest, mars 1961 : L’éminent auteur et journaliste américain Ira Wolfert (1908-1997) a eu l’idée heureuse de comparer nos draveurs aux cowboys d’autrefois. Les analogies sont exquises : « Les draveurs veillent sur des billes de bois, non des bestiaux. Ils rassemblent leurs troupeaux sur les rivages et marquent chaque bête au fer. Puis ils font courir leurs troupeaux le long des cours d’eau, comme s’il s’agissait d’autant de bouvillons, et les acheminent vers les usines sur lequel on imprimera le quart de toutes les pages de journaux publiés dans le monde libre. » (p. 36)


Raymond Garceau (1919-1994) : Natif de Pointe-du-Lac, il est le réalisateur du court métrage La drave (1957) dont Félix Leclerc a fait la narration. Le cinéma direct a profondément marqué l’histoire du 7e Art. Grâce à du matériel de tournage plus léger disponible au cours des années 1950, les documentaristes ont pu s’approcher de leurs sujets et rendre leurs films plus vivants et personnels. En même temps, ces sujets devenaient plus authentiques, plus « vrais », au point qu’on a parfois qualifié ce courant de « cinéma - vérité ». Tout le contraire des fake news, il nous semble ici. On a toujours cru en l’intégrité et l’honnêteté des gens du milieu de l’information. Les cinéastes de l’O.N.F. ont grandement contribué au développement du cinéma documentaire qui se caractérise par le désir de capter directement le réel et d’en transmettre la vérité, particulièrement à la fin des années 1950 et dans les années 1960. Il est possible de visionner dans son intégralité le film La Drave qui nous parle tantôt avec poésie tantôt avec un réalisme cru de la vie des draveurs et des forestiers de l’époque : https://www.onf.ca/film/ drave/.

Série documentaire L’espace d’une Chanson à Télé-Québec : Sur les airs de La complainte du Saint-Maurice, interprétée par l’artiste Fred Pellerin, originaire de Saint-Élie-deCaxton, l’épisode du 3 avril 2015 de la première saison nous ramène à l’époque des camps de bûcherons. Roger Beaudoin et Jeannine StDenis racontent le quotidien des chantiers, lui comme bûcheron, et elle comme infirmière de chantier. Le documentaire est appuyé par des extraits de vidéos des archives de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Parmi les images les plus marquantes : des draveurs en action en train de sauter de billot en billot et le dynamitage permettant aux pitounes d’amorcer leur descente de la rivière. « Les bûcherons et les draveurs font presque partie du folklore. Pourtant, ils ont représenté la réalité de la région jusque dans les années 90 », précisera M. Beaudoin. La bandeannonce : https://fb.watch/1Ac9LdUOg4/.

Rue Monseigneur-Napoléon-Caron à Yamachiche : Ce toponyme rend hommage à Napoléon Caron (1846-1932), homme de foi, écrivain et directeur du Grand Séminaire en 1878 où l’on formait les prêtres. « Parmi ses nombreux exploits, rappelons qu’en 1880, toute la presse du temps et la population du Québec vibraient à son idée d’établir un concours pour se doter d’un chant national. Le 24 juin suivant était chanté pour la première fois l’Ô Canada que nous connaissons, écrit par le juge A.-Basile Routhier sur une musique de Calixa Lavallée » (cf. yamachiche.ca/toponymie/napoleoncaron. html). Retenons cet extrait tiré de Deux voyages sur le Saint-Maurice où il livre son témoignage alors que l’action se déroule à Saint-Étiennedes-Grès : « On avait établi sur la rive une dalle élevée sur des piliers, dans laquelle on introduisait l’eau du Saint-Maurice. Cette dalle avait bien quarante arpents de long. On y jetait les morceaux de bois dès qu’ils étaient sciés, et, avec une rapidité vertigineuse, ils se rendaient en bas du saut de la Gabelle. Les morceaux de bois scié tombaient dans le Saint-Maurice, et des hommes placés là tout exprès les mettaient immédiatement en radeau. Quand le radeau était complet, on le descendait au fleuve SaintLaurent » (p. 226, https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2021558).

77


Trois-Rivières

04 MAURICIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Boulet, Jean (CAQ) Jean.Boulet.TRRI@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 04 Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale Bureau de circonscription : 1 500, rue Royale, Bureau 180 Trois-Rivières (QC) G9A 6E6

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3, NO 4 ET NO 5 DRAVEUR

78

FLEUVE : • Saint-Laurent RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Saint-Maurice

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


04 MAURICIE

Prix du patrimoine Benjamin-Sulte, rue Benjamin-Sulte et buste à l’effigie de Benjamin Sulte dans le parc Champlain : Cet homme de lettres est né le 17 septembre 1841 à Trois-Rivières. On doit à ce prolifique auteur trifluvien une œuvre littéraire et historique considérable, dont la biographie de Jos Montferrand qui connaît une grande popularité à sa parution en 1899. Voici quelques extraits choisis : « Le commerce de bois prenait des proportions énormes à cette époque. On tirait de l’Ottawa des cages qui descendaient le fleuve et faisaient la fortune des entrepreneurs. Les voyageurs touchaient de gros gages. Les bons hommes étaient recherchés (…) Montferrand se voyait, à vingt ans, tout désigné pour de telles fonctions. Guide de cages, contremaître de chantier, il déployait, à part ses qualités d’athlète, un jugement sain, un esprit pratique et une entente des affaires de sa profession qui le rendaient précieux à ses bourgeois. L’estime dont il jouissait le faisait autant rechercher que ses prouesses lui attiraient d’offres de gros salaires. En peu d’années il devint le protecteur attitré des Canadiens de l’Ottawa. » Pour découvrir comment ce livre inspira Gilles Vigneault dans la création de la célèbre chanson Jos Montferrand en 1959, écoutez cette entrevue avec Franco Nuovo de Radio-Canada : https://bit.ly/2TJRrvz.

Trois-Rivières

La drave en Mauricie des origines à nos jours de Normand Lafleur : Publié en 1970 alors que la drave était observable encore au Québec sur nos cours d’eau, l’auteur évoque l’existence des cages sur la Saint-Maurice au XIXe siècle. « Celles du Saint-Maurice avaient généralement de 50 à 60 pieds de long alors que celles du Saint-Laurent pouvaient facilement atteindre un mille. Bob Grant croit que les billots descendus en cage sur la SaintMaurice, le furent surtout dans les années 1840 à 1852 (…) Les rames de ces sauteux de cages étaient faites en épinette blanche et avaient de 18 à 20 pieds de long. Le manche était rond et long de 15 pieds. La palette (extrémité aplatie) avait une longueur variant de 3 à 5 pieds et sa largeur était de 10 à 12 pouces. » (pp. 72, 75). Une archive obtenue au Séminaire SaintJoseph (858 rue Laviolette) nous confirme ces dimensions assez spectaculaires ! Avenue des Draveurs dans le district de Marie-de-l’Incarnation de la ville de TroisRivières : Selon le Répertoire toponymique trifluvien, ce nom a été choisi « pour honorer les travailleurs qui ont œuvré comme draveurs sur la rivière Saint-Maurice et alimenté la papeterie en bois de pâte ». On rappelle que cette voie routière a été élaborée en 2008 pour desservir le nouveau développement appelé « Trois-Rivières sur Saint-Laurent » qui se situe sur le site de l’ancienne papeterie de la

Canadian International Paper/Tripap au cap Métabéroutin (http://toponymie.v3r.net/ fiche/496/avenue-des-draveurs.aspx).

Rue de la Pinède dans le district des Plateaux, quartier Saint-Pie-X : Le nom de cette voie routière évoque la présence de très nombreux pins dans ce secteur de la ville. À la fin du XIXe siècle, les coteaux de Trois-Rivières étaient pratiquement inoccupés et peuplés de pins, surtout près du cap aux Corneilles. Une pinède, aussi appelée pineraie ou pinaie, est une forêt ou une plantation de pins (http://toponymie.v3r. net/fiche/1272/rue-de-la-pinede.aspx). Boulevard des Estacades dans le district trifluvien des Estacades et de Châteaudun : Ce boulevard longeant la rivière Saint-Maurice, son nom évoque la proximité des estacades construites sur la rivière Saint-Maurice, au milieu du XIXe siècle, pour le flottage du bois. Les estacades servaient à canaliser les billots de bois vers les scieries, plus tard les papeteries, qui étaient portées par le courant de la rivière jusqu’à son embouchure (http://toponymie.v3r. net/fiche/556/boulevard-des-estacades.aspx). La saga des Trois-Rivières — Les héros de papier (tome 3, 2021) : Plongez dans la beauté de cette création originale, une bande dessinée numérique, où vous apprendrez une foule de données historiques : https://bit.ly/3qY7N3F.

79


Trois-Rivières Rue Sylvain à Trois-Rivières : La mémoire toponymique vient ici honorer la vie du docteur Auguste Panneton (1888-1966), médecin, chirurgien, écrivain, romancier et journaliste, dont le nom de plume était Sylvain. Il est l’auteur notamment du livre Par les chemins qui marchent disponible en ligne https://bit. ly/382Xns3 où il consacre ce chapitre « Cages et cageurs » (pp. 31 à 34) à ce pan d’histoire connu des Trifluviens et Trifluviennes : « Le voyage de Bytown (Ottawa) à Québec durait une moyenne de deux mois, car il fallait compter avec les fréquents échouages et les marées en aval du lac Saint-Pierre. Par vent favorable l’équipage hissait de nombreuses petites voiles et les cageurs, de rudes et solides gaillards, pouvaient alors reposer les avirons et s’étendre au soleil en fumant leurs pipes. Jusque vers le dernier quart du dix-neuvième siècle, les cages se succédèrent sur le fleuve (…) Le passage des cages, quoique des plus fréquents, ne manquait pas d’attirer de nombreux curieux. C’était un spectacle vraiment pittoresque que ces longs trains de bois piqués du blanc des petites voiles gonflées par le vent… le chant des cageurs… la fumée blanche montant des feux allumés pour la dînette… »

80

L’île Saint-Christophe, lieu du premier bureau chef de la St. Maurice River Boom & Driving Compagny Limited en 1909 : Le livre L’épopée des draveurs de la Mauricie de François de Lagrave a été publié à l’occasion du 75e anniversaire d’une compagnie vouée exclusivement au flottage du bois sur la Saint-Maurice. Les draveurs sont les héros de l’histoire mauricienne ! « On estime que durant les 75 ans d’existence de la Compagnie de flottage du Saint-Maurice 46 685 185 cunits de bois * furent flottés sur le Saint-Maurice. Tout ce bois mis bout à bout, formerait une chaîne d’une longueur équivalent à 19 fois le trajet de la terre à la lune » (p. 75) ! * Un cunit correspond à un volume apparent de 100 pieds cubes de bois. Ex-équipe de sport : Les Draveurs de TroisRivières (1969-1992), équipe junior canadienne de hockey sur glace. Ce nom évoque le flottage du bois sur la rivière qui débute aussitôt que 1852. Ce phénomène économique dura plus d’un siècle. De nombreux ateliers, fours à charbon, chantiers de construction navale, moulins et scieries furent érigés le long des berges de la Saint-Maurice. Tout l’espace fut couvert de billots à la dérive. Rappelons que les boisés situés près des grandes villes ont subi plusieurs coupes pour la récolte de bois de chauffage et de bois de carbonisation.

Des rejets de souche ont souvent régénéré ces boisés comme les fameux taillis en Europe. Sources : https://grandquebec.com/mauricie/ drave/ et l’expert Michel Huot qui a supervisé avec Bruno Boulet un collectif pour réaliser Le guide sylvicole du Québec (2 volumes, Les Publications du Québec, 2013) avec la participation du ministère des Ressources naturelles du Québec. Boréalis, centre d’histoire de l’industrie papetière : Ce musée se consacre à l’histoire de l’industrie papetière. Le musée est situé sur le site de l’usine de filtration de la Canadian International Paper, qui a été constitué site du patrimoine en 2007. Dernière rivière ayant connu la drave au Québec, la rivière SaintMaurice a vu cesser de flotter les billots de bois en 1995. Cet arrêt a grandement touché la région. D’une durée de cinq minutes, Mémoires de draveurs raconte les répercussions qu’a eues cet arrêt sur ceux qui l’ont vécu de près par le biais de témoignages authentiques issus de la collection de Boréalis. Ci-contre : Illustration intitulée Radeau surpris par une tempête au lac Saint-Pierre de l’artiste William H. Bartlett (1809-1854) et publiée en 1842 dans le Canadian Scenery.


81


Arthabaska

17 CENTRE-DU-QUÉBEC BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES :

Lefebvre, Éric (CAQ) Eric.Lefebvre.ARTH@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 21, rue de la Gare, Suite 201 Victoriaville (QC) G6P 3Z3 1 778, rue Saint-Calixte Plessisville (QC) G6L 1R5

DRAVEUR

82

1) Saint-Laurent sud-est • Rivière Bécancour

2) Saint-Laurent sud-ouest • Rivière Nicolet

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune


17 CENTREDU-QUÉBEC

Suzor-Coté dans la ville de Victoriaville : Cet odonyme évoque le souvenir de Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté (1869-1937), peintre et sculpteur, il est né à Arthabaska, secteur de Victoriaville. « Il s’initia très jeune à la peinture en participant à la décoration de l’église de Saint-Christophe à Arthabaska, son village natal. À l’âge de 20 ans, il étudia à Paris, capitale mondiale des arts. Les relations de sa famille avec sir Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada de 1896 à 1911, lui facilitèrent par ailleurs les contacts dans divers milieux. À partir de 1908, maîtrisant le pastel et l’huile, il travailla dans ses ateliers de Montréal et d’Arthabaska » (Commission de toponymie du Québec). Il excellait dans le paysage et le portrait. Alors que ses œuvres datées de la fin du XIXe siècle s’inspirent du style académique hérité de sa formation parisienne, Suzor-Coté a créé, à partir du début du XXe siècle, un art dont les thèmes, la facture et les couleurs métaphoriques font une synthèse entre les mouvements symboliste et impressionniste. Il illustra aussi plusieurs livres dont la première édition de l’ouvrage de Louis Hémon, Maria Chapdeleine (1916). Plus tard, il se mit à la sculpture, notamment dans les bronzes, insufflant une vie nouvelle aux sujets ruraux

Arthabaska

de ses toiles (bûcheron, essoucheur, défricheur, chemineau, vanneur, etc.). Il obtint plusieurs prix importants, entre autres une médaille de bronze à l’Exposition internationale de Paris en 1900. Peintre de terroir, portraitiste, décorateur d’églises et sculpteur, Suzor-Coté a laissé une œuvre empreinte d’une grande poésie. Découvrez en ligne dans la collection du Musée des beaux - arts du Canada une de ses toiles, Le halage du bois (1924) : https://www.beauxarts.ca/collection/artwork/le-halage-du-bois. Inverness, la capitale du bronze : La première fonderie d’art au Québec, la Fonderie d’art d’Inverness, a vu le jour en 1987 à l’initiative du pionnier Gérard Bélanger (19362019), sculpteur et peintre reconnu par la communauté artistique pour sa grande contribution à la culture québécoise. Une deuxième fonderie, l’Atelier du Bronze, s’est ajoutée quelques années plus tard. Par la suite, un musée dédié à l’art du bronze, des galeries d’art et une galerie extérieure des bronzes sont venus parachever ce corps tout à fait unique au Québec. C’est sous les cieux d’Inverness qu’ont été coulés les monuments L’HommeRivière (2002) de Catherine Sylvain et Lucienne Payan-Cornet, rendant hommage aux draveurs,

et aussi Le 3 juillet 1808 sur le Saint-Laurent (2009) de Suzanne Gravel et Yvon Milliard, rendant hommage aux cageux. La sève pédagogique dans les veines : En 1965, on fonde l’École Québécoise du Meuble et du Bois Ouvré à Victoriaville, qui est très industrielle. En 1970, on fusionne le Collège Sacré-Cœur à l’École Québécoise du Meuble et du Bois Ouvré pour fonder le cégep de Victoriaville, qui depuis abrite l’École nationale du meuble et de l’ébénisterie. Guillaume Dunn (1905-1990) : Originaire de Victoriaville (p. 5, https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/2686268), Dunn est journaliste, traducteur, historien, homme de lettres. Il a collaboré à de nombreuses revues comme Kaki, Maple Leaf, Asticou et a été fréquemment invité à Radio-Canada comme historien pour parler des aspects multidimensionnels du folklore québécois et canadien. Membre honoraire de la Société historique de l’Ouest du Québec (aujourd’hui Société d’Histoire de l’Outaouais), Guillaume Dunn a été décoré en 1978 du Prix littéraire de l’Outaouais Henry-Desjardins. Son conte 83


Arthabaska fantastique La partie de Baggatoué (1976) a été bien accueilli par la critique littéraire à l’époque, mais retenons surtout la grande valeur de son ouvrage historique Les forts de l’Outaouais (1975). Il y explique comment l’Outaouais s’est édifié pendant plus de deux siècles en voie de communication vitale entre l’est et l’ouest du pays. C’est par là que les Premières Nations descendaient de leurs territoires de chasse pour porter leurs pelleteries à Montréal, qu’explorateurs, missionnaires, soldats, coureurs de bois et trafiquants de fourrures gagnaient les Pays-d’en-Haut, les plaines de l’Ouest et les rivages de la baie James. L’auteur s’arrête à chacun des forts et des postes de traite qui jalonnaient le cours de l’Outaouais pour nous en raconter l’histoire. Il évoquera aussi la fin de la navigation en canot sur l’Outaouais avec l’arrivée des premiers colons et surtout l’exploitation de la forêt qui ont imprimé une activité inusitée sur cette grande rivière appelée Kitchissippi par les Anishnabés. La langue algonquine est bien vivante dans six réserves amérindiennes du Québec et Sipi désigne une rivière (La toponymie des Algonquins, Secrétariat aux affaires autochtones, 1999, 189 p.). Voici une citation choisie de Dunn (pp. 150-151) à propos de Philemon Wright, père de l’industrie 84

forestière en Amérique du Nord : « [Il] fit partir son premier train de bois de l’embouchure de la rivière Gatineau le 11 juin 1806. Il en prit lui-même la direction. Ces trains de bois regroupaient de 50 à 150 radeaux, réunissant chacun de 26 à 36 plançons. On appelait plançons les pièces équarries, retenues, flottantes et serrées les une contre les autres, par le crib. On disposait sur le premier un second rang de plançons. Tous les radeaux réunis constituaient une immense plateforme que l’on meublait de cabanes improvisées,

d’une cookerie d’une espèce particulière appelée cambuse comme dans les chantiers, des chaînes d’amarrage, d’ancres, de cordages, de canots ; on y entreposait des provisions de route et même des produits agricoles destinés au marché local. Ces trains étaient hérissés de mâts auxquels pendaient des voiles beiges. Quand le vent ne les gonflait pas, on avait recours, pour faire avancer le train ou le radeau à des rames ou à des perches, ou des gaffes de proportions gigantesques. L’équipage pouvait se composer d’une trentaine d’hommes de cages. »


85


Brome – Missisquoi Charest, Isabelle (CAQ) Isabelle.Charest.BRMI@assnat.qc.ca Ministre déléguée à l’Éducation Ministre responsable de la Condition féminine Bureau de circonscription : 170, rue de Sherbrooke, Bureau 205 Cowansville (QC) J2K 3Y9

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 2 RIVIÈRE RICHELIEU DRAVEUR « Les MRC Brome-Missisquoi et de La HauteYamaska désormais en Estrie », communiqué du 8 juillet 2021 du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation : https://bit.ly/3yWutDV.

86

05 ESTRIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

PRINCIPALES RIVIÈRES : • Rivière Yamaska • Rivière Yamaska Nord • Rivière Yamaska Sud-Est • Rivière Missisquoi

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à tilleul


05 ESTRIE

Brome-Missisquoi

Première exploitation forestière en Nouvelle-France : À l’époque de la NouvelleFrance, le bois était alors la plus importante source d’énergie et le matériau d’usage commun pour la construction résidentielle, industrielle et navale. En fait, la dépendance au bois était alors dix fois supérieure à la nôtre envers le pétrole ! Une fois établis dans la colonie, les experts forestiers de la France furent désillusionnés rapidement… Les bois de qualité se trouvaient relativement éloignés dans des zones difficiles d’accès et de transport. Des travaux sur les voies navigables étaient nécessaires entre autres dans les régions de l’Outaouais et des Grands Lacs afin d’acheminer le bois vers la ville de Québec puis l’Europe. Comme les coûts des travaux étaient importants, le contexte fut défavorable à l’exploitation forestière tout au long de l’époque de la Nouvelle-France à l’exception de la partie ouest des Cantons-de-l’Est qui se distingua en la matière. Le lac Champlain et la rivière Saint-François étaient des lieux stratégiques, compte tenu de la présence considérable de pin blanc et de chêne, et de la facilité qu’ils offraient pour le transport des bois. À partir de 1730, la France entreprit de

fortifier davantage l’accès au lac Champlain. Nicolas-René Levasseur, constructeur de vaisseaux en Nouvelle-France pour le roi, obtient la seigneurie de Saint-Armand en 1748 qui inclut approximativement des limites nord de Saint-Armand et Frelighsburg jusqu’à la baie de St. Albans — aujourd’hui au Vermont — pour sa limite au sud. Il fait construire un an plus tard un moulin à scie à la première chute de la rivière Missisquoi pour l’exploitation des forêts de pins et de chênes environnantes. Les autorités royales se réservent principalement le bois de chêne pour la construction navale. Quelques années plus tard, l’intendant Hocquart entrevit la possibilité d’exploiter plus intensément la coupe du pin et du chêne pour la construction de navires de guerre. « Tous ces projets potentiels d’usage des bois dans la colonie furent remis en cause par un rapport d’Henri-Louis Duhamel Dumonceau, premier grand forestier scientifique européen, qui démontra que le chêne rouge était une essence indésirable pour la construction des navires. Ce fut, par conséquent, la réputation de tous les bois du Canada qui fut entachée. » Longtemps,

la Nouvelle-France fut considérée comme une mauvaise source d’approvisionnement en bois. Sources : https://afsq.org/trousse-foret/ et https://journalstarmand.com/la-seigneuriede-saint-armand-4/.

87


Brome – Missisquoi La nécessité est la mère de l’invention : Non, l’Outaouais et les Grands Lacs n’ont pas le monopole du flottage par radeaux ! Même si Philemon Wright (1760-1839) du canton de Hull est généralement reconnu comme le père de l’industrie forestière en Amérique du Nord pour avoir lancé en 1806 — sur le modèle des bateaux plats (flatboats) américains — son premier train de bois équarri nommé Columbo, l’historien Guillaume Dunn rappelle dans Les forts de l’Outaouais (1975) que Wright avait pu observer des billes rondes groupées en radeaux sur le lac Champlain qui « continuaient à cheminer jusqu’à Québec, emportées par le courant, sur le Richelieu et le Saint-Laurent. Wright voulait faire flotter ainsi les bois de l’Outaouais jusqu’au grand port de mer de l’époque, en passant par la rivière des Prairies pour éviter le Sault-Saint-Louis entre LaChine et Montréal. » (p. 150) Voici une source complémentaire expliquant le mode de construction distinctif du Columbo, soit en bois équarri (dit carré), lancé le 11 juin 1806 : https://www.capitalchronicles.ca/post/veniconscidisti-vici-je-suis-venu-j-ai-scié-j-aiconquis. Office de la langue française du Québec : Selon l’auteur Léon A. Robidoux, la première 88

fois qu’il est question de cajeux dans un contrat commercial au Canada, on remonte au 7 janvier 1694 (p. 36, Le Vieux Prince, Collection historique Guérin littérature, 1988). L’historien Albert Lebeau précise dans un texte inédit que « l’objet de ce contrat était la fourniture de 1 500 pieux de bois de cèdre de brin, bien droit et bien sain de dix-huit pieds, sur onze pouces au moins de diamètres par le petit bout, afin de compléter d’une façon urgente une des grandes palissades entourant l’enceinte de la ville de Montréal, et ce, sur une distance d’environ 2 500 pieds [762 m] (…) En avril 1694, les cajeux descendirent sur une distance de 25 km, les 10 m d’altitude et de cascades, dans les rapides du Saint-Laurent jusqu’à Pointe-desCascades. Par la suite, ce fut la traversée du grand lac Saint-Louis pour entreprendre après coup la périlleuse descente dans les rapides Lachine ; une dangereuse descente de 15 m d’altitude dans ses flots turbulents. C’est ainsi que se serait réalisée la toute première livraison de cajeux à partir des rivières situées à l’ouest de Montréal. » Selon Jacques Viger (17871858) le mot cajeux semble avoir été à l’origine synonyme de radeau, du fait que les premiers trains de bois n’étaient constitués que d’un seul radeau rudimentaire, mais sa signification a évolué au fil des ans. Le mot cage désigne

plutôt au XIXe siècle, l’ensemble des radeaux en bois carré (équarri) liés les uns aux autres (cf. Manuscrits de 1810 de Jacques Viger https:// ruor.uottawa.ca/handle/10393/19618 aux pages 172-173 et la définition du mot cage par l’O.L.F.Q. à http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf. aspx?Id_Fiche=17566710). Quant au terme cageux, c’est un canadianisme qui désigne le métier où la personne est « chargée d’assembler et de diriger des radeaux de troncs d’arbres coupés afin de gagner une scierie, une usine de transformation ou un lieu d’embarquement », toujours selon l’O.L.F.Q. (cf. http://gdt.oqlf.gouv. qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26544323). Timber Raft on Lake Champlain, estampe datée de 1831 de Thomas Cole (1801-1848) : Cet artiste américain est considéré comme le fondateur de la Hudson River School, école de peinture qui s’épanouit aux États-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les œuvres de Cole se caractérisent par leur rendu réaliste et minutieux des paysages, notamment des régions sauvages, et témoignent à la fois de l’influence du romantisme et du naturalisme. Sur cette œuvre monochrome à droite, il représente un grand radeau de bois carré au lac Champlain. La cage est équipée de quatre voiles et d’un abri rudimentaire pour les cageux.


89


DrummondBois-Francs Schneeberger, Sébastien (CAQ) Sebastien.Schneeberger.DRUM@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 228, rue Heriot, Bureau 203 Drummondville (QC) J2C 1K1 165, rue Saint-Louis Warwick (QC) J0A 1M0

CAGEUX PAR MÉTAPHORE DRAVEUR

90

17 CENTRE-DU-QUÉBEC BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Nicolet • Rivière Nicolet Sud-Ouest • Rivière Saint-François

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune


17 CENTREDU-QUÉBEC

Drummond-Bois-Francs

Jean Provencher, historien passionné, communicateur né et auteur prolifique de la région : Honoré du prix GérardMorisset du gouvernement du Québec qui couronne l’ensemble d’une carrière consacrée au patrimoine, Jean Provencher signe une trentaine d’ouvrages, seul ou en collaboration, portant sur l’histoire du Québec. Il est apprécié pour la rigueur de ses écrits et « par un souci véridique de rendre l’histoire accessible à tous ». Attaché à sa région DrummondBois-Francs, il puise dans les basses terres du Saint-Laurent l’énergie bouillonnante pour enflammer sa plume en nous offrant des Québec sous la loi des mesures de guerre 1918, René Lévesque, portrait d’un Québécois, Chronologie du Québec depuis 1534 et Les Quatre Saisons dans la vallée du Saint-Laurent. Tiré de ce dernier tome, cet extrait décrit le principe de la cage du XIXe siècle pour envoyer à Québec tout le bois de pin équarri qui est ensuite chargé à bord de vaisseaux pour l’Angleterre : « Les longues poutres sont assemblées de manière à former des radeaux. Puis attachés les uns aux autres, ces radeaux en viennent à former une très grande plateforme de bois flottant (…) Il se voit des cages de plusieurs arpents de superficie portant jusqu’à une trentaine d’hommes d’équipage. De mai à octobre, presque sans interruption, ils défilent

de la vallée de l’Outaouais jusqu’à Québec. Il y en a tant sur le fleuve qu’en 1845 on adopte une loi obligeant les cageux à entretenir un feu brillant pour signaler leur présence la nuit (…) Le métier de cageux n’est pas de tout repos (…) Il vit à la dure, dort à la belle étoile, sous des tentes ou des abris de fortune » (cf. www.jeanprovencher.com). Une cascade d’aventures à Kingsey Falls : Initialement un moulin à farine du village est transformé en usine pour fabriquer de la pâte et du papier. Elle passe au feu en 1878, est reconstruite et devient en 1894 la Dominion Paper Co. (Sources : https://bit.ly/2UDOWv9 et https://cdq.cieq.ca/doc_ono_fiche_info. php?-action=browse&-recid=4607&-skip=0). Tout commence en 1964, lorsque les frères Lemaire entreprennent, à la suggestion de leur père Antonio, de relancer les activités du moulin à papier de Kingsey Falls, abandonné depuis huit ans par la Dominion Paper (Source : https://www.lapresse.ca/affaires/ entreprises/2019-07-19/cascades-mesparents-ont-mis-tout-ce-qu-ils-possedaienten-garantie). Aujourd’hui, Cascades figure au palmarès des 100 entreprises les plus responsables dans le monde selon Corporate Knights, et occupe le 49e rang.

Elle est également la seule entreprise dans la catégorie Containers and Packaging figurant dans le palmarès où on ne trouve que douze entreprises canadiennes (Source : https://www.cascades.com/fr). Rue du Draveur dans la ville de Drummondville : Cette rue est située sur le côté nord de la rivière Saint-François. La Commission de toponymie du Québec décrit ainsi le choix du nom « Cette rue est située dans un secteur où les voies de communication sont identifiées par des noms en lien avec des chantiers de pins blancs. Les billots de pin coupés pendant l’hiver étaient jetés dans la rivière Saint-François et emportés en aval dès la fonte des glaces. Durant leur descente, des draveurs intervenaient pour défaire les embâcles qui se formaient de place en place. » Rue Henri-Julien : Cette rue est située dans un secteur où les voies de communication sont identifiées par des noms de peintres québécois. On évoque ici le souvenir d’OctaveHenri Julien (1852-1908). Il a été le plus célèbre illustrateur du Québec de la fin du XIX­e siècle. Ses œuvres sont reproduites tant dans les journaux du Québec, que dans 91


Drummond-Bois-Francs ceux du Canada anglais, de la France, de l’Angleterre et des États-Unis. Le peintre et dessinateur Octave-Henri (Henri) Julien, dont les pseudonymes de plume étaient Crincrin et Octavo, est né à Québec le 14 mai 1852 et il est décédé à Montréal le 17 septembre 1908. Ce peintre de genre était aussi connu comme illustrateur, lithographe et caricaturiste ; c’est ainsi qu’il illustra les ouvrages de certains écrivains, dont Louis Fréchette et Philippe Aubert de Gaspé. Comme dessinateur, il se fit connaître par sa facilité d’exécution exprimée dans la capacité de saisir d’un trait incisif l’essentiel d’un visage ou d’un geste. Ses réalisations furent retenues dans différents journaux anglais et français, entre 1869 et 1899. Sa toile la plus célèbre, La Chasse-galerie, inspirée d’un conte d’Honoré Beaugrand publié en 1891, est conservée au Musée national des beaux-arts du Québec (Commission de toponymie du Québec). L’œuvre d’Henri Julien qui représente notre héros, Jos Montferrand, debout à l’avant de son train de bois carré serait son portrait le plus fidèle. Allez à la page 97 pour observer ce Jos ! Il transcende et participe à la fois au spectacle romanesque des cages géantes sortant des forêts en Outaouais, descendant le fleuve et émerveillant au passage les riverains pendant plus d’un siècle.

92

Musée d’outils anciens dans la municipalité de St-Rémi-de-Tingwick : Situé sur la Route des antiquaires, ce musée privé possède une imposante collection de quelque 50 000 outils anciens, dont la mission première est de les faire connaître (cf. https://www.lapresse.ca/ societe/2020-09-26/la-passion-des-petitsoutils.php). Le bois avait des usages variés au début de la colonisation. Son utilisation allait de matériau pour la fabrication de maisons en bois rond, en passant par la fabrication d’objets de la vie courante, comme des clôtures ou des abreuvoirs d’animaux. Le panorama de la collection de Michel Benoit et d’Estelle Robichaud compte entre autres choses des outils spécifiques aux équarrisseurs d’antan. Leurs haches « à large taillant comportant un côté légèrement bombé et plus épais que l’autre pour empêcher la hache de pénétrer trop avant dans le tronc » (p. 67, Jeanne Pomerleau, Bûcherons, raftmen et draveurs, 1997) ont résonné dans nos forêts profondes pendant un siècle pour transformer sur place le pin blanc ou rouge en bois « carré » destiné principalement à l’Angleterre. À partir du Blocus de Napoléon 1er, l’essor économique du Canada était subordonné à la rivière des Outaouais qui a permis le développement du commerce du bois carré à grande échelle.

Le Britannique Anthony Trollope écrit en 1861 : « C’est un endroit idéal pour ces radeaux de bois équarris. En effet, on peut, je pense, l’appeler le chef-lieu du commerce du bois dans le monde. Pratiquement tout le meilleur bois de pin descend de la rivière Ottawa et de ses affluents » (traduction Résonance Canada). Lors de l’Exposition universelle de Paris en 1867 (du 1er avril au 31 octobre), le pavillon du Canada fait valoir ses prouesses industrielles avec l’omniprésence du bois équarri. Il faut garder à l’esprit que les Expositions universelles avaient pour but d’arborer les forces et les spécificités de chaque pays, puis de récompenser les meilleures innovations. Lors des expositions de Londres en 1851 et en 1855, les pavillons successifs du Canada ont reçu un bel accueil, attisant l’admiration des publics. En 1867, Joseph-Charles Taché, membre du parlement et commissaire du Canada à Paris, choisit de braquer les projecteurs sur la première industrie canadienne, l’industrie du bois. Taché publiera en 1884 le livre Forestiers et Voyageurs qui inclut une description pittoresque sur le métier de cageux, ces derniers Voyageurs.


Boulevard Marie-Victorin dans la ville de Kingsey Falls de la MRC d’Arthabaska : Né à Kingsey Falls, Conrad Kirouac (1885-1944) devint frère des Écoles chrétiennes sous le nom de Marie-Victorin. Professeur à l’Université de Montréal, il fonda en 1922 l’Institut de botanique et participa en 1931 à la création du Jardin botanique de Montréal. Il est l’auteur de la célèbre Flore laurentienne (1935) où il décrit ce géant de 30-35 m de nos forêts, le pin blanc qui a été la proie économique de l’administration coloniale britannique au XIXe siècle. Voici cet extrait : « les Pins du Nouveau Monde sont fort diversifiés et différents de ceux de France, à la fois par le feuillage et par le cône (…) Notre pionnier est donc d’abord un bûcheron pour qui un arbre est avant tout une pièce de bois. Les caractères de la classification qu’il va choisir seront donc tirés de la couleur du bois, de sa durée, de sa dureté, de la couleur et de l’apparence extérieure de l’écorce. La qualité et la blancheur du bois de notre Pin à cinq aiguilles ont dû frapper d’abord les ancêtres qui ont nommé cet arbre : le Pin blanc. Ce nom vernaculaire indéracinable s’est conservé jusqu’à ce jour en Amérique, aussi bien anglaise que française, malgré la bourde que commit Linné en fabriquant le binôme absurde et

intraduisible de Pinus Strobus ». On peut en admirer les caractéristiques dans les dessins de frère Alexandre Blouin qui rehaussent la publication : pp. 6, 187 (fig. 17), 141 (fig. 19) disponible à https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2022249. Rappelons que le Parc Marie-Victorin (http://www.parcmarievictorin. com) à Kingsey Falls se veut le reflet de l’idéologie du Frère Marie-Victorin, une vitrine pour son œuvre et son héritage. Historique sur la drave dans le secteur de Saint-Nicéphore de la ville de Drummondville : Immédiatement située au sud-est du noyau urbain de Drummondville, cette ancienne municipalité est baignée par les eaux de la rivière Saint-François qui coule dans la partie nord du territoire. Celui-ci épouse, dans sa partie est, la forme d’un pied ou de la tête d’un canard, selon l’angle de vision de l’observateur, qui prend appui dans l’espace occupé par Saint-Lucien. On peut fixer au milieu du XIXe siècle la formation du noyau de population qui constituera ultérieurement la paroisse de Saint-Nicéphore, concentré autour de la scierie construite par James-Henry Watkins (1848-1919). En son honneur, la localité sera identifiée sous la dénomination de

Watkins Mills à ses débuts, avant de prendre son nom définitif. Vers la fin du XIXe siècle, l’arrivée des forges des McDougall en 1880 à Drummondville avait créé une certaine activité économique dans les cantons environnants (Wickham, Grantham, Wendover, Simpson) du fait qu’on y trouvait beaucoup de limonite sur le sol – cela démontrait la présence de fer. Ces forges situées au bout de la rue du même nom près de la rivière Saint-François avaient besoin de charbon de bois qu’on obtenait avec le bois des feuillus d’érable ou de chêne qu’on faisait brûler dans les fours des forges. Au total, Saint-Nicéphore avait trois forges. Sur leurs emplacements sont maintenant situés la polyvalente La Poudrière, l’aéroport sur le boulevard Allard et l’église de Saint-Nicéphore. Cette coupe du bois recherchée s’est faite dans les quatre cantons. La rivière Cacouna avait un grand débit d’eau à cette époque. Aussi à chaque printemps, on basculait les billots de bois franc dans la rivière Cacouna, qui les entraînait vers la Saint-François jusqu’aux Forges, ce qui nécessitait la présence de draveurs. Source : https://grandquebec.com/centre-du-quebec/ saint-nicephore/.

93


Granby

05 ESTRIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Bonnardel, François (CAQ) Francois.Bonnardel.GRAN@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 05 Ministre des Transports Bureau de circonscription : 650, rue Principale Granby (QC) J2G 8L4

DRAVEUR « Les MRC Brome-Missisquoi et de La HauteYamaska désormais en Estrie », communiqué du 8 juillet 2021 du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation : https://bit.ly/3yWutDV.

94

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Yamaska Nord

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à tilleul


05 ESTRIE

Chemin des Cantons : Antoine Gérin-Lajoie, auteur du roman Jean Rivard, défricheur et de la complainte Un Canadien errant, est désigné comme étant le premier à avoir traduit, en 1862, le toponyme anglais Eastern townships par Cantons-de-l’Est. Selon le bulletin de liaison L’Historien de la Société d’histoire de la Haute-Yamaska (SHHY) de la ville de Granby, « cette entité territoriale tire son origine de l’Acte constitutionnel de 1791 qui établit la division anglaise d’arpentage pour toutes les terres du Québec non érigées en seigneuries. Les cantons se distinguent alors par leur découpage géométrique en quadrilatères d’environ 100 milles carrés et par des concessions en tenures libres. Contrairement au censitaire de la seigneurie, le colon jouit de la pleine propriété de sa terre et est libéré de toutes charges ou obligations. C’est en 1792 que les Loyalistes furent autorisés à coloniser la région des Cantons-de-l’Est. Le 29 janvier 1803, le conseil

Granby

exécutif de Québec concéda le canton de Granby au Lieutenant-Colonel Henry Caldwell (1735–1810). Le premier colon s’établissant sur le site actuel de la ville arrive vers 1810, il s’agit de l’Américain John Horner qui érigera un moulin à scie non loin de la rivière Yamaska.

« Dans un contrat passé devant le notaire Charles Lagorce, le 29 juillet 1817, on apprend que John Horner fils vend ses moulins à Simon Door en déclarant ne posséder aucun titre légal et avoir fait construire ces derniers à ses frais sur ladite rivière dans l’espérance d’en avoir les profits. Cet acte vient donc confirmer ce que la rumeur historique a longtemps véhiculé, à savoir qu’un moulin à grain et un moulin à scie ont été construits à l’ouest du pont bien avant la formation du village. » Sources : www.chemindescantons.qc.ca et https://collections.banq. qc.ca/ark:/52327/2050217.

Ci-contre, photographie datée de 1905 et intitulée Femmes sur les estacades faisant de la drave (no inventaire P85,P1, collection de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec). 95


Johnson

05 ESTRIE — 16 MONTÉRÉGIE — 17 CENTRE-DU-QUÉBEC

Lamontagne, André (CAQ)

BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

ministre@mapaq.gouv.qc.ca Andre.Lamontagne.JOHN@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 17 Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation Bureaux de circonscription : 641, rue Saint-Pierre Drummondville (QC) J2C 3W6 1 072, rue Dubois Acton Vale (QC) J0H 1A0

DRAVEUR « Les MRC Brome-Missisquoi et de La HauteYamaska désormais en Estrie », communiqué du 8 juillet 2021 du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation : https://bit.ly/3yWutDV.

96

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Saint-François • Rivière Yamaska Nord

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


Municipalité du canton de Roxton : Leur site officiel http://www. cantonderoxton. qc.ca/notre-histoire nous plonge rapidement à l’époque de l’industrie forestière alors que l’existence de la cité remonte à 1855, « Les rivières Noire, Jaune et Castagne traversent la municipalité. On y a très tôt installé des moulins à scie qu’alimentaient les riches forêts vierges des environs. Bûcherons, draveurs, scieurs et marchands de bois commencent à arriver dans la région en 1840 et l’exploitation des ressources forestières, principalement la pruche, pour les tanneries, et l’érable, comme bois d’œuvre, bat rapidement son plein. Les premiers colons vont suivre et venir défricher les terres dans les décennies suivantes. » Collection Saint-Amour dans la municipalité d’Upton : Ce centre d’interprétation (cf. www.collectionstamour.com) du patrimoine rural propose une exposition virtuelle intitulée Touchons du bois ! qui veut rendre hommage au courage des ancêtres qui ont bâti la région. Pendant plus d’un siècle, les habitants ont vécu

05 ESTRIE 16 MONTÉRÉGIE 17 CENTREDU-QUÉBEC

Jos Montferrand, tondo sous verre, par Isabelle Regout.

Johnson

en relation avec la forêt qui était vitale à leur survie : défricher pour labourer, fabriquer des meubles, ériger des granges, inventer des outils, draver les billots pour le transport… Ce thème permet de mettre en valeur des objets et des outils de la collection de Jean-Paul St-Amour en lien avec le bois, car à sa ferme familiale à Sainte-Christine il a fallu attendre les années 1950 quand l’électricité fait son apparition pour que la vie soit plus facile. Ajoutons à cela que ce centre fait un parallèle avec les camps de bûcherons et la drave, car les bûcherons utilisaient les mêmes outils et souvent, ces mêmes hommes cultivaient leur terre au printemps et à l’été et partaient au chantier à la fin de l’automne pour se faire un peu d’argent. Ils connaissaient déjà la rudesse de ce travail et savaient manier les principaux outils de coupe. Découvrez les trois grands thèmes — le bois coupé, le bois transformé, le bois magnifié — en ligne https:// expositioncsa.wixsite.com/monsite. Ce contenu pédagogique a fait l’objet d’une installation l’année dernière, en 2019, dans le Magasin Général d’Upton comme le rapporte cet article de presse titré Pleins feux sur la drave : https://bit.ly/3lH7ZAN.

Jos Montferrand, maître de cages d’après Henri Julien. Voir page 91 ci-devant. 97


Mégantic Jacques, François (CAQ) Francois.Jacques.MEGA@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 5 600, rue Frontenac, Bureau 201 Lac-Mégantic (QC) G6B 1H5 220, rue Principale Est, Bureau 228 N Cookshire-Eaton (QC) J0B 1M0

DRAVEUR

98

05 ESTRIE — 12 CHAUDIÈRE-APPALACHES BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES : 1) Saint-Laurent sud-ouest 2) Saint-Laurent sud-est • Rivière Saint-François • Rivière Chaudière • Rivière Nicolet Sud-Ouest

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à bouleau jaune • Érablière à tilleul


05 ESTRIE 12 CHAUDIÈREAPPALACHES

Historique de l’industrie forestière en Estrie : En 1840, le bois demeure sans conteste la principale richesse dans la région. Seulement le tiers des terres agricoles ont été défrichées et des cantons entiers n’ont pas vu la hache des pionniers. À partir de 1854, l’industrie du bois prend son envol à cause des effets combinés de l’ouverture des chemins de fer et du Traité de réciprocité avec les États-Unis. L’exploitation forestière dans les Cantons-del’Est est caractérisée dès le XIXe siècle par la place importante qu’occupe la forêt privée. Les concessions démesurées des terres de la couronne ont conduit à la dilapidation des forêts du domaine public. La partie la plus importante des réserves ligneuses se retrouve en forêt privée. Ces boisés appartiennent à des agriculteurs qui les utilisent pour leurs besoins en chauffage, en bois, en clôtures et en revenus d’appoint. Cet usage domestique alimente un nombre élevé de scieries artisanales. Les jobbers sont aussi bien présents. Une telle dispersion de la propriété des ressources forestières entraîne une certaine anarchie dans l’organisation de l’offre des produits sur le marché et dans la gestion de la ressource ellemême. À tel point qu’au début du XXe siècle, la déforestation commence à préoccuper les milieux d’affaires entre autres pour ses effets

Mégantic

à court terme sur l’approvisionnement en bois des scieries et des papetières. Les jobbers ne transigent pas toujours avec les usines locales, selon les aléas du marché, ils peuvent vendre leur bois aux Américains ou en dehors de la région. Même si en 1851 l’industrie du sciage est bien modeste, car elle ne représente que 4 % de la production du Bas-Canada, elle connaît une croissance régulière durant la deuxième partie du XIXe. Lorsqu’une scierie dépasse une production annuelle de 100 000 pieds, c’est un indice qu’elle est entrée dans le circuit commercial. Mais plusieurs continuent à présenter une structure artisanale avec une production saisonnière, quelques employés et une capitalisation inférieure à 1 000 $. Les scieries commerciales s’installent près des chemins de fer, des débouchés de rivières ou de lacs sur lesquels les bassins versants font l’objet de coupes. Au début, on assiste à une surexploitation de certaines essences qui entraîne une baisse des activités de sciage, surtout dans la portion ouest des Cantons-de-l’Est. Un déplacement des activités vers les réserves forestières plus à l’est s’effectue. Source : https://foret-estrie.ca/ economie-et-societe/histoire/.

Le bois ouvré : Une partie des bois sciés est utilisée pour la confection de châssis de portes et de fenêtres, de meubles, de tonneaux, de seaux, de boîtes à beurre et de bardeaux. En 1913, une usine de brosses et de balais voit le jour à Lac-Mégantic qui diversifiera ses produits pour devenir Mégantic Manufacturing Company. Source : https://bit.ly/2UDOWv9. Tu es notre champion ! : Le célèbre pin blanc de La Patrie serait le plus haut pin blanc du Québec. Sis à un embranchement de deux rivières, il se trouve à quelques kilomètres de la frontière canado-étasunienne. « Haut d’environ 35 mètres, il domine toute la végétation environnante, majoritairement constituée de grandes épinettes blanches, de sapins baumiers et de bouleaux jaunes. Étrangement, les autres pins blancs sont quasi absents de ce secteur » (http://www.arboquebecium.com/fr/arbresdu-quebec/arbres-exceptionnels/championdes-pins-blancs/). Cette espèce prisée a connu un destin funeste dans le commerce canadobritannique, car son bois était très bon pour les mâts. À cause de sa valeur marchande, ce bois devint la base du commerce du bois équarri au Canada au XIXe siècle. Et les villages ont grandi autour des chantiers, des 99


Mégantic moulins et des usines. Imaginez à quoi pouvait ressembler la vallée du Saint-Laurent ou celle de l’Outaouais avant la « Guerre au bois »…

Pin blanc de l’Est, Pinus strobus, timbre du Canada de 35 ¢ : La Société canadienne des postes a émis, en 1979, une quantité de 1,17 M du timbre White Pine qui a été illustré par la Torontoise Heather Cooper. Le pin blanc de

100

l’Est s’étend du sud-est du Manitoba à TerreNeuve. Cet arbre atteint souvent une hauteur de 100 pieds, mais fait encore mieux dans des conditions favorables. Le pin blanc de l’Est peut survivre dans des sols pauvres et des sites secs. Dès le XVIIe siècle, la marine britannique a reconnu la valeur de l’arbre pour les mâts et les espars. Parc des Deux Rivières à East Angus : Cet espace récréotouristique d’une superficie de 27 hectares est situé au confluent des rivières Saint-François et Eaton. Le sentier du Quatre rejoint l’ancien barrage de ce nom. On peut y apercevoir les vestiges d’une estacade servant à retenir le bois. Puis, le sentier du Draveur est doté d’un belvédère offrant une vue sur le confluent des rivières. La ressource forestière a toujours fait partie de la trame économique estrienne. L’industrie papetière est à l’origine de l’essor de plusieurs villages. Rappelons qu’en 1882, William Angus acquiert les chutes

de la rivière Saint-François dans le canton de Westbury pour y installer une usine de sciage et de pâte. C’est le début de la municipalité d’East Angus. Grand lac Saint-François dans la municipalité de Lambton : Cette vaste nappe d’eau de l’Estrie est partagée entre les MRC des Appalaches et du Granit et est comprise en partie dans le parc national de Frontenac. Les Abénakis appellent ce lac Ônkobagak, nom qui signifie au lac relié, ou encore, selon d’autres sources, Mesanebesek, de signification inconnue (cf. C.T.C. : http:// www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/ Fiche.aspx?no_seq=285062). « On ne sait plus s’il est lac ou réservoir ! Lac au XIXe siècle, servant à la pêche et à la drave à la tête de la rivière Saint-François, il a été doté d’un premier barrage au début du XXe siècle pour faciliter le flottage du bois, puis de plusieurs autres pour produire de l’électricité » (cf. https://www.geopleinair.com/destinations/ grand-lac-saint-francois/).


101


NicoletBécancour Martel, Donald (CAQ) Donald.Martel.NICO@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 625, avenue Godefroy, Bureau 202 Bécancour (QC) G9H 1S3

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 2, NO 3 ET NO 4 DRAVEUR

102

17 CENTRE-DU-QUÉBEC BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES : 1) Saint-Laurent sud-est 2) Saint-Laurent sud-ouest • Rivière Bécancour • Rivière Nicolet • Rivière Nicolet Sud-Ouest • Rivière Saint-François • Rivière Yamaska

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à bouleau jaune • Érablière à tilleul


17 CENTREDU-QUÉBEC

Nicolet-Bécancour

Le terrible naufrage du 13 mai 1829 : L’histoire que nous allons vous raconter se retrouve aussi dans les journaux de l’époque. Au maître de cages, il revient le soin de partager ses hommes en plusieurs équipes qui se relaient à la manœuvre du train de bois jour et nuit, pour surveiller les bords du rivage et prévenir les échouements. « Car si le voyage se fait ordinairement sans encombre, parfois aussi, comme ce fut le cas au lac Saint-Pierre le 13 mai 1829, le fleuve devient subitement furieux ; des vagues énormes brisent et cassent le radeau comme un fétu de paille, et le lendemain vous retrouvez treize cadavres sur les rives du grand lac. » En temps normal, pour maintenir la bonne humeur, on chante à tuetête les chants populaires : À la claire fontaine, V’là l’bon vent, Envoyons de l’avant, nos gens !… (p. 37, Quatre cent trente-trois ans d’histoire, Cap-Rouge 1541-1974, Société Historique de Cap-Rouge, 1974).

Livre rare de 1866 archivé à la bibliothèque de l’Assemblée nationale à l’édifice PamphileLeMay : Paru sous le titre The Canadian handbook and tourist's guide, giving a description of Canadian lake and river scenery and places of historical interest, with the best spots for fishing and shooting, ce livre a été classé patrimonial par le M.C.C.Q. en 2003. Les auteurs sont Henry Beaumont Small (18321919), un des premiers naturalistes qui a écrit plusieurs livres sur la sylviculture, les minéraux, les animaux, la botanique et le tourisme, et John Taylor. On y retrouve un passage délicieux sur l’épopée des cageux : « Par temps de tempête, le lac Saint-Pierre est un endroit dangereux, tant pour les trains de bois carré, qui risquent d’être brisés ici et dont le bois est coupé en morceaux par une tempête, que pour les grands navires, en raison de sa faible profondeur, en cas de sortie du chenal. En traversant ce lac, le voyageur est presque sûr de voir plusieurs cages en descente, flottant nonchalamment au gré du courant ou, s’il y a de la brise, avec deux ou trois énormes pièces de toile étalées à partir d’un mât de sapin vertical au lieu d’un mât ou d’une voile. Sur chacun

de ces radeaux est construite une cabane ou une cambuse, comme on l’appelle, pour les quartiers de repos des cageux, plusieurs semaines passant assez fréquemment avant que les cages n’atteignent leur destination. Certains hommes équipent leur énorme embarcation encombrante de banderoles festives qui flottent du haut des mâts, donnant ainsi une apparence de gala. Lorsque plusieurs de ces radeaux sont amarrés ensemble, appartenant peut-être au même propriétaire, ils forment en quelque sorte une île flottante d’un demimille de large et d’un mille de long, formant une apparence très pittoresque ; et lorsque les voix de ces robustes fils de la forêt et du fleuve s’accordent aux chansons de bateliers canadiens, en « tenant le temps » avec leurs rames, la musique endiablée, portée par la brise sur l’eau jusqu’à l’oreille du voyageur, alors que son bateau à vapeur se faufile devant eux, a un effet charmant » (traduction de Résonance Canada, pp. 81-82). Accédez au livre numérisé à https://www.biodiversitylibrary.org/ item/207912.

103


Orford

05 ESTRIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Bélanger, Gilles (CAQ) Gilles.Belanger.ORFO@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 343, rue Principale Ouest Magog (QC) J1X 2B1

DRAVEUR

104

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Missisquoi

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


05 ESTRIE

Édouard Hains (1899-1972) : La Société d’histoire de Magog a retracé la riche carrière de cet homme de lettres infatigable, journaliste dans l’âme et éditorialiste raffiné. C’est à lui que nous devons la fondation du premier hebdomadaire francophone de Magog, en juin 1937. Nous citons ce passage où il évoque un souvenir d’enfance alors que son père organisait dans la grange la corvée automnale pour y battre le grain de blé : « Parfois, des bribes de ses refrains - il chantait comme un cageux - parvenaient à nos oreilles avec turlurettes, roulades et fioritures qui faisaient nos délices (…) C’était comme un hymne très doux qui s’élevait dans la grange modeste, qui dominait de bien haut, dans le cœur du fermier, le fracas de la machinerie, un hymne qui finissait sur la perspective d’une huche remplie de pain blond (Sources : https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/3743313 et https://www. histoiremagog.com/hains-edouard-1899-1972/). Musée international d’art naïf de Magog (http://www.artnaifmagog.com) : Ce musée consacré à l’art naïf situé à Magog contient dans sa collection plusieurs œuvres en lien avec notre patrimoine forestier long d’une histoire de plus de 250 ans. Nous vous proposons de découvrir

l’œuvre sur toile Une journée de drave, signée en 2012 par l’artiste Mariette Giguère Corriveau : https://www.artnaifmagog.com/collections/ index.php/Detail/objects/1750. L’artiste décrit ainsi cette toile : « Je mijotais cette toile depuis un bout de temps, car mon père était cuisinier et avait appris son métier dans les camps de bûcherons. Mais avant d’être cuisinier, il était bûcheron et je crois qu’il a effleuré la drave. La rivière pourrait être n’importe quelle rivière du Québec. Je pensais surtout à la Saint-Maurice, car j’habitais la région au moment de peindre ma toile. En peignant cette toile en plus de rendre hommage à mon père, je rendais du même coup hommage à mon époux qui fut bûcheron dans les années 50. Et j’ai entendu des histoires de draveurs que mon père contait ainsi que mon mari (décédé en 1994). Si vous remarquez sur la toile, il y a un poêle avec de gros anneaux de chaque côté. Ils servaient à transporter ce poêle par les cuisiniers de camp en camp pendant la drave. » Les richesses d’Orford : Le massif d’Orford approvisionne plusieurs scieries en fonction des rivières. Côté Sud, la rivière aux Cerises permet l’approvisionnement à Magog, Sherbrooke par la rivière Magog et Newport (États-Unis) par le

Orford lac Memphrémagog. Le versant nord alimente les scieries à Kingsbury et Melbourne par le lac Brompton et la rivière aux Saumons (Source : https://bit.ly/2UDOWv9). Des chiffons à la pâte à bois : La fabrication du papier dans les Cantons-de-l’Est débute en 1825 à Stanstead. Le papier est alors fabriqué manuellement à partir de chiffons transformés en pâte après avoir été déchiquetés et bouillis (Source : https://www.tousavosmachines.org/ themes/secteurs-dactivites/). Empreinte de la trame urbaine magogoise : La ville de Magog est située sur un des axes de communication qui permet de passer de la vallée du Saint-Laurent à la NouvelleAngleterre par les rivières Saint- François et Magog en passant par le lac Memphrémagog. Magog se développe autour de l’industrie ainsi que de la villégiature et la navigation touristique. On note parmi les industries actives dans la région : la première pisciculture au Canada, la coupe et la drave du bois, ainsi que la production de brique et de chaux.

105


Richmond

05 ESTRIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Bachand, André (CAQ) Andre.Bachand.RICM@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 192, rue du Roi Val-des-Sources (QC) J1T 1S3 1 300, boul. du Mi-Vallon, Bureau 111-B Sherbrooke (QC) H3Z 1K9 11, rue St-Georges, Local 200 Windsor (Québec) J1S 2L7

DRAVEUR

106

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Nicolet • Rivière Nicolet Centre • Rivière Nicolet Nord-Est • Rivière Nicolet Sud-Ouest • Rivière Saint-François

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


05 ESTRIE

Paul de Cazes (1841-1913) : Né en France, Cazes émigre au Canada en 1858. Il s’est installé dans les Cantons-de-l’Est et a représenté Richmond à la législature canadienne de 1861 à 1863. Admis au barreau en 1869, il a pratiqué le droit à SaintHyacinthe, au Québec, jusqu’en 1880. Il entre ensuite dans la fonction publique à Québec et, en 1885, il est nommé secrétaire du ministère de l’Instruction publique. Il est l’auteur de Notes sur le Canada (1878), L’instruction publique dans la province de Québec (1884), Code de l’instruction publique (1890), Code scolaire de la province de Québec (1905), ainsi que de nombreux documents historiques qui ont contribué aux opérations de la Société royale du Canada. Voici un passage intéressant dans Notes sur le Canada (réédité) qui a été remarqué à l’époque à la grande exposition internationale de géographie à Venise (p. 101) : « Pendant bien des années encore le Canada trouvera une des principales sources de ses revenus dans l’exploitation des forêts qui couvrent une grande partie de son territoire, et où se trouvent les plus beaux bois du monde pour la construction et l’ébénisterie. L’exportation du bois jusqu’ici presque exclusivement dirigée vers l’Angleterre. » L’essai Y a-t-il un avenir pour les régions ? de Roméo Bouchard : Professeur, journaliste et agriculteur, il partage sa réflexion sur les politiques de développement régional et d’initiatives de développement local. Il dresse un portrait précis de chacune des régions administratives du

Richmond

Québec — leur histoire, leurs particularités, leurs richesses et leurs défis —, et ainsi, il révèle le Québec dans toute son étendue et sa variété. Pour l’auteur, la dévitalisation des régions constitue une menace réelle pour l’identité, l’intégrité et l’attractivité du Québec. Un pays est d’abord un territoire, et il a fallu des siècles pour occuper celui du Québec. Prenons au mot cet exercice, la première vague d’occupation coloniale de l’arrière- pays, causée par le besoin d’espace et l’effet d’entraînement des industries et du chemin de fer, a eu lieu en majeure partie au XIXe siècle. Sur la rive sud du fleuve, pour accueillir les immigrants irlandais, écossais et anglo-américains et les premières industries de transformation (textiles et autres), on ouvre la Beauce, les Bois-Francs, la région de Valleyfield, et surtout les Cantonsde-l’Est. L’agriculture suit, pour assurer la survie et aménager l’espace. C’est à cette époque que les coureurs de bois et les paysans se transforment en colons, en bûcherons et en trappeurs que s’écrit « l’épopée des chantiers et de la drave qui continue à peupler nos légendes et nos souvenirs » (version 2013 : https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/2412939).

De l’écorce pour fabriquer du tannin utile en peausserie : En Estrie, le commerce du bois le plus connu fut celui du bois équarri, principalement des pièces de pin et de chêne. Les pièces prises généralement dans des arbres majestueux étaient grossièrement débitées en forêt, transportées sur des radeaux vers le port de Québec et acheminées à Londres. Quoique ce commerce

soit le plus connu de notre histoire forestière au Québec, il ne fut pas le plus important sur le plan de la récolte estrienne de bois. Parmi nos récoltes estriennes importantes, on relève la récolte d’écorce de pruche ainsi que celle du bois de chauffage qui retirèrent des forêts des quantités astronomiques de pruche, d’érable et de bouleau jaune. En ce qui concerne la pruche, c’est l’industrie du tannage qui recourut, tout au long du XIXe siècle, à son écorce dans ses procédés pour rendre imputrescibles les peaux d’animaux. L’écorce était broyée afin de prélever le tannin qui était mélangé à l’eau dans de grands foulons où les peaux fermentaient pendant plusieurs mois. Dans les années 1870, certains tanneurs de Québec faisaient transiter par Lévis entre 4 000 et 5 000 voyages d’écorce par année. La province était alors le plus important fournisseur d’écorce pour le tannage du cuir au Canada. Selon les données du recensement industriel du Canada, en 1881, 86 % de l’écorce destinée au tannage était récoltée au Québec ; soit 285 940 cordes d’écorce en comparaison à 45 921 cordes en Ontario. Pour la seule année 1881, la récolte d’écorce a potentiellement affecté plus de 4 millions de m3 de bois de pruche. En comparaison, la récolte de bois pour le chauffage a retiré 2 089 477 m3 de bois des forêts la même année. C’est donc dire qu’en tenant compte du défrichage des forêts pour l’agriculture, la récolte de bois de chauffage et celle de l’écorce de pruche furent des activités forestières ayant beaucoup plus d’impact sur le paysage forestier estrien que celle du bois équarri. Source : https://afsq.org/trousse-foret/.

107


Saint-François

05 ESTRIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Hébert, Geneviève (CAQ) Genevieve.Hebert.SAFR@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 373, rue King Est, 2e étage, suite 203-B Sherbrooke (QC) J1G 1B4 150, rue Child Coaticook (QC) J1A 2B3

DRAVEUR

108

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Saint-François

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


05 ESTRIE

Saint-François

Du goudron et des plumes pour des cageux illégaux surpris à Coaticook : Nous sommes en 1835. Des colons en colère firent un mauvais parti aux cageux qui agissaient au nom de la British American Land Company (BALCO) et qui pillaient et saccageaient les forêts près de la rivière Saint-François. La BALCO qui voulait poursuivre ses activités fort lucratives avait envoyé deux agents de sécurité pour protéger ses cageux. Mal lui en prit, car les citoyens de Coaticook d’alors prirent les choses en main. Voici ce que l’on retrouve sur le site internet de la ville de Coaticook à propos de cet événement : « Un jour, les hommes de la compagnie allèrent se plaindre aux autorités judiciaires les plus rapprochées. Deux gardiens furent envoyés sur les lieux par la compagnie. Mais les colons de Coaticook les saisirent, les enduisirent d’une espèce de liquide gluant, les recouvrirent de plumes de perdrix et d’autres oiseaux nocturnes et leur signifièrent de retourner à Sherbrooke sans jamais remettre les pieds à Coaticook, ou bien ce serait le plongeon immédiat dans la rivière. Des promesses furent faites sur-le-champ et tenues à jamais. » Sources : https://www. coaticook.ca/fr/ville/histoire-de-la-ville.php et http://www.estrieplus.com/contenu-goudron_ plumes_perle_coaticook-1844-32624.html.

son plein et constitue une source de revenus indispensable pour le Canada, le consul américain John Crawford de Coaticook écrit dans un rapport annuel « Le consulat de Coaticook étant sis sur la frontière canadoaméricaine, il est raisonnable de concevoir que la plus grande partie des échanges commerciaux se fassent avec les États-Unis. Les produits qui figurent régulièrement dans les échanges sont : les produits forestiers, les animaux et le cuivre. La province du Québec contribue largement à l’essor économique du Dominion du Canada (…) Nos deux pays sont socialement et économiquement liés à cause de notre situation sur le continent, mais aussi par nos ambitions. » Source : http://www.societehistoirecoaticook.ca/ fr/le_courant/articles/automne_2002/rapport_ annuel_sur_les_echanges_commerciaux_du_ district_consulaire_de_coaticook_1882.

Société d’histoire de Coaticook (http://www.societehistoirecoaticook.ca) : En 1882, alors que l’industrie forestière bat

La halte de la voie des Pionniers à SaintVenant-de-Paquette : Cette municipalité, nichée dans une petite vallée au cœur des Appalaches,

Sentier des Moulins dans la ville de Coaticook : Le Mont Pinacle abrite le parc Harold F. Baldwin où se trouve ce sentier qui offre une vue imprenable sur le lac Lyster qui déjà a servi au flottage du bois. Écoutez les murmures de la forêt qui racontent la légende du père Brasseur, un bûcheron solitaire qui s’était construit une cabane sur un versant du mont.

lorgne vers le New Hampshire. La Voie des Pionniers y fait l’un de ses arrêts en l’honneur de Mme Hermine Malouin-Lefebvre (1841-1941) une centenaire qui a défriché avec courage ce coin de pays. Arrivée à Saint-Venant en pleine période de colonisation, on dit de cette dame qu’elle était robuste. Mesurant six pieds et de forte carrure, elle fume la pipe et bûche le bois. Elle a partagé de nombreuses tâches avec le groupe des défricheurs de ce village. (cf. http://www. cantonsdelest.com et https://baladodecouverte.com/ circuits/130/poi/1581/hermine-malouin-lefebvre). L’agriculture et l’industrie forestière étaient très étroitement liées au début du XIXe siècle. Ce lieu vaut aussi le détour pour le Musée-église, le sentier Poétique de 3 km et la maison de l’Arbre où on y trouve l’exposition L’arbre en tête axée sur la magie et les bienfaits de l’arbre comme miroir et compagnon de notre humanité. « Bien plus qu’un simple objet d’étude pour les scientifiques, l’arbre inspire un monde de poésie, de mythes et de fantaisie. L’exposition se distingue en proposant d’explorer ces aspects moins souvent abordés dans les traditionnelles expositions de sciences naturelles. Le visiteur sera transporté dans un envoûtant voyage où l’arbre apparaît tour à tour symbole universel, matière ou source d’inspiration pour la créativité artistique, acteur important de notre histoire et de notre culture ou abri enchanté pour les enfants » (Les amis du patrimoine : http://www.amisdupatrimoine.qc.ca/fr/activites_ evenements/maison_arbre.php). 109


Sherbrooke

05 ESTRIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Labrie, Christine (QS) Christine.Labrie.SHER@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 230, rue King Ouest, Bureau 301 Sherbrooke (QC) J1H 1P9

DRAVEUR

110

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Saint-François

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


05 ESTRIE

Société d’histoire de Sherbrooke : L’institution reçoit son agrément comme service d’archives privées en août 1990. La mission de ce service est de conserver les collections d’archives, de les compléter et de les rendre accessibles au public et aux chercheurs. Elle détient de nombreuses archives sur l’ère de la drave (cf. www.histoiresherbrooke.org). La passerelle des Draveurs située au centre-ville de Sherbrooke : Cette promenade en bordure du Lac des Nations, un élargissement de la rivière Magog, nous invite à faire une marche urbaine au cœur de l’histoire commémorée. Construite en 2005, cette passerelle, longue de 166 mètres, est située à proximité du pont Montcalm, à l’extrémité est du lac des Nations. Son nom rappelle que des draveurs effectuaient le flottage du bois sur la rivière Magog entre 1828 et 1910. Le lac a été créé en 1967, alors que se tenait à Sherbrooke une compétition internationale de ski nautique au cours de laquelle se retrouvèrent des athlètes de 25 pays. Son nom lui a été attribué en raison de l’aspect international de cette compétition. Bromptonville, arrondissement au nord de la ville de Sherbrooke : En 1901, E.W. Tobin achète le site de l’ancienne scierie Clark. Le projet stimule la création en 1902 du village de Bromton Falls qui changera éventuellement de nom pour devenir Bromptonville. Entre 1901 et 1903, l’usine de pâte mécanique Brompton Pulp & Paper Company et un barrage sont construits. La compagnie se

Sherbrooke

spécialise dans le papier journal et est alimentée en bois grâce à la drave. Le bois est acheminé à partir des réserves près des lacs Aylmer et Saint-François et est flotté sur la rivière SaintFrançois. Le secteur prend son essor en 1950, avec l’inauguration du barrage de Bromptonville et la venue de la célèbre compagnie Kruger qui fait l’acquisition d’un moulin à papier de la compagnie Brompton Falls Pulp & Paper (le bâtiment central de la compagnie date des années 1870). On considère que plus de la moitié des résidents de Bromptonville y travaillaient dans les années 1950 (cf. https://grandquebec.com/cantons-est/ bromptonville/, https://bit.ly/2UDOWv9 et https://www.tousavosmachines.org/themes/ secteurs-dactivites/).

raconter quand la drave au juste s’est terminée même qu’une année de grande sécheresse, on pouvait encore apercevoir sur le lit de rivière des billots alignés comme si un homme les avait sciemment cordés.

L’anamorphose, mosaïculture unique portant sur la drave sur le Circuit art & mosaïques : Pouvant être admirée en toute saison, cette structure 3D est située sur la promenade du Lac-des-Nations. Elle prend sa forme véritable lorsqu’elle est regardée sous un angle précis. Mettant en scène la drave sur la rivière Magog, elle dévoile ainsi des fragments de l’histoire et du territoire sherbrookois. Les principales plantes utilisées en mosaïcultures sont des Alternanthera, Succulentes, Santolines et Carex. (cf. Dépliant Circuit art et mosaïques https://bit. ly/32WaB6r et http://www.lecollectif.ca/le-circuitart-mosaiques-beautes-du-centre-ville). Ajoutons qu’à la basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke, le père Éric Vaillancourt peut vous

111


Sherbrooke Musée d’histoire de Sherbrooke (https://mhist.org/) : L’institution signe l’exposition Tous à vos machines ! qui illustre les grandes lignes de l’histoire industrielle de Sherbrooke qui a été fondée en 1802. L’équipe a regroupé méticuleusement et spatialisé plus de 200 éléments iconographiques et documents d’époque, une douzaine de témoignages d’anciens travailleurs ou de spécialistes, une centaine de textes courts et quelques activités pédagogiques. Le développement urbain d’une ville est profondément marqué par son déploiement industriel, et Sherbrooke n’est pas une exception en la matière. Le fort potentiel hydraulique de la gorge de la rivière Magog - située entre ce qui est aujourd’hui le lac des Nations et la rivière Saint-François - est un atout pour y produire l’énergie essentielle pour faire fonctionner moulins et machineries. Le fort dénivelé de la rivière crée un courant rapide, du moins suffisamment pour que l’eau ne gèle pas en hiver. Pour s’assurer d’avoir un approvisionnement constant en énergie hydraulique, la British American Land Company (BALCo) construit à partir des années 1835 un certain nombre de barrages en amont du lac des Nations, jusqu’au lac Magog. L’arrivée du chemin de fer en 1852 contribuera à jeter les bases de la

112

révolution industrielle sherbrookoise. Pendant près de 100 ans, les pâtes et papiers, le textile et la métallurgie dominent la production industrielle de l’actuel grand Sherbrooke (cf. http://www. tousavosmachines.org). C’est William Brooks, en 1849, qui ouvre la première manufacture de papier entièrement mécanisée à Sherbrooke. Après quelques années, l’industrie de Brooks fournit du papier à la plupart des journaux de la province. Sa production est si importante qu’elle doit faire venir ses chiffons par train ! Toutefois, malgré la grande qualité du papier obtenu, la propreté parfois relative des chiffons fournis rend le procédé de moins en moins intéressant… Après la faillite de William Brooks en 1860, la British American Land Company confie la relance de l’usine à William Angus et Thomas Logan. Les associés introduisent le nouveau procédé de fabrication chimique du papier à partir de pâte de bois. Celle-ci est fabriquée à une autre usine, située à Windsor, puis transformée en papier à Sherbrooke. Devenue la Canada Paper Company, l’entreprise fabrique également de la pâte à Sherbrooke à partir des années 1870. En 1882, elle déménage toutes ses activités à Windsor. La Sherbrooke Pulp Mills prend le relais, mais ferme en 1887 (cf. https://bit.ly/3Cy2FbR).


Halte Alfred-DesRochers longeant l’autoroute des Cantons-de-l’Est : Né à Saint-Élie-d’Orford (municipalité fusionnée depuis à la ville de Sherbrooke), Alfred DesRochers (19011978) photographié ci-contre fut un écrivain important. Titulaire du prix David en 1932, DesRochers fut, en 1964, récipiendaire du prix Duvernay, notamment pour Le Retour de Titus, publié l’année précédente. L’Offrande aux vierges folles le fit remarquer dès 1928, dont voici un extrait tiré du sonnet intitulé Atavisme : Mes ancêtres étaient de ces coureurs de bois Qui, bûcherons, chasseurs, trappeurs, flotteurs de cages, Afin qu’on eût à mettre à son pain du graissage, Émigraient, par en haut, chaque hiver, pour cinq mois. Mais afin d’oublier que leur « terre », lointaine, Pour presque deux saisons n’égaierait plus leurs yeux, À travers la savane, à l’avant des « cageux », Ils chantaient à tue-tête : « À la claire Fontaine ! ». Mais c’est surtout l’année suivante, avec À l’ombre de l’Orford, que le poète fut reconnu comme le meilleur chantre du terroir québécois. Le Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec

(tome 2, p. 124) y va de cette analyse qu’« il n’y a pas de grande influence littéraire qui domine À l’ombre de l’Orford. Le seul nom à retenir est celui de DesRochers lui-même, car c’est bien lui et sa manière qui sont à l’origine des meilleurs textes du recueil (…) En fait, les véritables influences (…) ne sont pas d’abord littéraires. C’est avec fierté que, dans une interview datant de 1939 (Confidences d’écrivains canadiens français d’Adrienne Choquette), DesRochers parle de son ascendance indienne et surtout de son père, homme de chantier. Ce dernier connaissait des centaines de chansons et en avait lui-même composé plusieurs (dans la première partie du recueil, une quinzaine de poèmes ont jailli directement de ces chansons). Disponible à https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/2368327, voici un extrait de Liminaire (p. 155), qui s’inspire du sonnet précité, tiré cette fois du recueil de poésies À l’ombre de l’Orford écrit de janvier à août 1929 (l’achevé d’imprimer est du 30 octobre de la même année) :

Je suis un fils déchu de race surhumaine, Race de violents, de forts, de hasardeux, Et j’ai le mal du pays neuf, que je tiens d’eux, Quand viennent les jours gris que septembre ramène. Tout le passé brutal de ces coureurs des bois : Chasseurs, trappeurs, scieurs de long, flotteurs de cages, Marchands aventuriers ou travailleurs à gages, M’ordonne d’émigrer par en haut pour cinq mois. Le septième sonnet, Dimanche après-midi, porte en épigraphe : « Voilà le 15 de mars qu’est betôt arrivé ». Ce sonnet et le suivant signalent le retour du printemps (le soleil de mars, l’arrivée des corneilles, le « dégel » de la glace sur la rivière). Viennent ensuite les trois sonnets sur la drave et le flottage qui ont lieu en mars et avril — La débâcle, L’embâcle (extrait p. 175) : Les draveurs vont ouvrir la saison du flottage. Sur la berge, où la coupe hivernale s’étage, Ils vont, viennent, dressant des traveteaux en rang ; Puis, quand, avec fracas, déboulent pins et pruches, Ils regardent, muets et badauds, le courant Happer le plongeon sourd et tournoyant des bûches.

113


Acadie

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

St-Pierre, Christine (PL) Christine.St-Pierre.ACAD@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 1 600, boul. Henri-Bourassa O., Bur. 540 Montréal (QC) H3M 3E2

CAGEUX AXE FLUVIAL No 3 DES OUTAOUAIS

114

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


06 MONTRÉAL

Cageux et draveur, des frères jumeaux non identiques : Un cageux n’est en rien semblable à un draveur, lequel dirigeait les pitounes vers le moulin à scie. Le cageux, lui, rassemblait des bois équarris pour en faire des radeaux qu’il amenait aussi loin que Québec pour les vendre au marché britannique. D’ailleurs, tous se souviennent de cette chanson Les Raftsmen qui raconte l’histoire de ces flotteurs de bois « qui gagnèrent leur vie en voyageant sur l’eau » (Les cageux, Léon-A. Robidoux, 1974, p. 21) : Là ousqu'y sont, tous les raftsmen ? Là ousqu'y sont, tous les raftsmen ? Dans les chantiers y sont montés. (Refrain) Bing sur la ring ! Bang sur la rang ! Laissez passer les raftsmen Bing sur la ring ! Bing, bang ! Et par Bytown y sont passés Et par Bytown y sont passés Avec leurs provisions achetées. Que l’Outaouais fut étonné Tant faisant d’ bruit leur hach' trempée.

Au berceau du Wood Rush : Philemon Wright lance en 1806, durant le Blocus de Napoléon, la première cage sur la rivière des Outaouais. Cet archétype nommé Columbo, prendra deux mois pour parcourir 250 milles marins de Hull (secteur de Gatineau) jusqu’à Québec avec cinq hommes à bord, dont London Oxford, gentleman afro-américain. Ce geste d’éclat sera imité par quatre générations de cageux. Ce corps d’hommes décrit à l’époque comme « les os et les tendons du Canada », était autant admiré que craint. La rivière des Outaouais est le siège du plus grand chantier de bois au monde. Le spectacle romanesque des radeaux géants glissant sur les eaux des Outaouais, des Prairies et du Saint-Laurent, émerveille les riverains pendant plus d’un siècle. « Au milieu du XIXe siècle, jusqu’à 2 000 cages arrivaient à Québec en une seule année. Les cages parvenues à leur destination y étaient parfois si nombreuses qu’on pouvait traverser de Québec à Lévis d’une cage à l’autre. Elles attendaient leur démantèlement et le chargement des billots sur les navires en partance pour l’Angleterre » (L’ère des cageux une épopée du XIXe siècle, Société patrimoine et histoire de l’île Bizard, 2004, p. 38).

Acadie Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville : La SHAC a publié sur sa page Facebook ceci, « Les cageux devaient démanteler les trains de bois à l’approche de l’Abord-à-Plouffe avant d’affronter le Gros-Sault dans le secteur de Bordeaux. Ces trains de bois sont formés de plusieurs radeaux reliés entre eux formant un ensemble de 60 pieds de large (18,3 m) et 300 pieds de long (91,5 m). »

En souvenir de London Oxford, raftsman, œuvre ci-contre signée Luc Alain. 115


Anjou-LouisRiel Thériault, Lise (PL) ltheriault-anjo@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 7 077, rue Beaubien Est, Bureau 205 Anjou (QC) H1M 2Y2

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

116

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Anjou-Louis-Riel

L’île de Montréal étant enveloppée par les deux routes fluviales des cageux, nous choisissons de vous partager deux écrits publiés outremer l’un sur les cageux et l’autre sur les draveurs. Et enfin, nous vous ferons découvrir qui était surnommé le « Chroniqueur du Nord » ! Xavier Marmier (1808-1892) : De passeport français, Marnier est un homme de lettres français, voyageur et traducteur des littératures européennes du Nord. Son premier séjour à l’étranger a lieu en 1831 en Allemagne où il apprend l’allemand, écrit des articles pour différentes revues (Revue germanique, Revue des Deux Mondes, Revue de Paris). Il rédige pratiquement seul la plus grande partie des numéros de la Nouvelle Revue germanique, traduit des auteurs allemands (Schiller) et publie aussi des livres de critique littéraire (Étude sur Goethe). En 1835, Xavier Marmier part avec la corvette La Recherche en Islande pour étudier la langue et la littérature de ce pays. Là, il retrouve les tourbières marécageuses comme celles de Frasne et de Bonnevaux (Discours à l’Académie de Besançon en

janvier 1842). Il apprend le danois puis l’islandais. En 1837 paraissent ses Lettres sur l’Islande tandis qu’en 1838 il publie Langue et littérature islandaise et Histoire de l’Islande depuis sa découverte jusqu’à nos jours. Toujours à bord de La Recherche, il participe à de nouvelles expéditions, dont il est le rapporteur officiel, et visite le Danemark (îles Féroé), la Suède, la Norvège, la Laponie et le Spitzberg. Sa passion des voyages le reprend : Pôle Nord, Hollande, Italie, Suisse, Finlande, Russie, Pologne, Égypte, Hongrie, Serbie, Valachie, Bulgarie, Turquie, Syrie, Palestine, Algérie, Canada, États-Unis, et nous en passons ! De ses nombreux voyages, Xavier Marmier rapportait des écrits sur l’histoire, la géographie, la littérature ou encore les traditions de peuples peu connus, mais surtout il notait au jour le jour ses impressions sur les pays visités afin d’agrémenter des récits destinés à instruire. Ses travaux sur les littératures étrangères et ses récits lui valent d’être élu à l’Académie française le 19 mai 1870 (http://www.frasne.net/histoire/ biographie_xavier_marmier.htm). Découvrons donc un extrait de ce grand écrivain à la

curiosité insatiable et qui est extrait de son ouvrage de 400 pages titré Lettres sur l’Amérique (Canada, États-Unis, Havane, Rio de la Plata), 1884, pp.165-166 (https://gallica. bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9736306q) : « Sur ce même fleuve Saint - Laurent, sillonné par des bateaux à vapeur, par les lourds bateaux de transport, par les légers canots d’écorce, on voit flotter au printemps d’immenses amas de bois enlevés aux profondes forêts du nord, équarris sur place, traînés sur la neige, liés en radeaux. Des cohortes de Canadiens y dressent des mâts, y larguent des voiles, et tantôt à l’aide d’un bon vent, tantôt avec leurs longues rames, descendent hardiment les rapides et conduisent jusqu’à Québec des arpents de sapins en s’animant dans leur travail par leurs mélodies populaires, L’un, d’eux entonne le chant canadien : À la claire fontaine ; les autres répètent les deux derniers vers en laissant à la fois tomber et relevant à la fois leurs rames. Pas un fleuve n’a sans doute 117


Anjou-Louis-Riel entendu autant de serments d’amour que le Saint-Laurent ; car pas un batelier du Canada ne l’a descendu ou remonté sans répéter à chaque coup de rame dont il frappait les flots, ce refrain national : Il y a longtemps que je t’aime, Jamais je ne t’oublierai. Et je me dis qu’il y a un harmonieux accord entre ces paroles si simples et le caractère imposant des lieux (…) Si dans cette solitude solennelle on ouvre son âme à un rêve d’amour, il faut que ce soit un rêve sérieux, et s’il est un être béni à qui l’on puisse dire entre ciel et l’onde ces mots sacrés : Je t’aime ! Il faut y ajouter la promesse du chant canadien : Jamais je ne t’oublierai.

118

Pierre Grosdemange, aussi connu sous les pseudonymes Pierre Pelot, Pierre Suragne ou Pierre Carbonari : Né en 1945 dans les Vosges en France, c’est un écrivain français extrêmement prolifique. On lui attribue près de 200 titres depuis cinq décennies. Dans son fond d’œuvres, on y retrouve le titre La Drave (1970). Ce petit roman classé dans la littérature jeunesse est un exemple parmi tant d’autres où nos cageux et draveurs - ces héros sculptés dans les eaux du Québec - portent leur génie dans un imaginaire outre-frontière. Voici un extrait où ce jour-là les hommes luttent pour leur vie, pour les billots qui n’avaient pas attendu : « Là-bas, les deux pointeurs [bateaux de drave] dansent comme des bouchons. Le souffle rauque, crachant de l’eau en même temps qu’il jure des morceaux des prières, Bavé pousse de la gaffe pour retrouver le courant et rejoindre les autres. Des billots, pas de traces… Peut-être, même, ont-ils fini de souffrir, là-bas, en aval… Debout dans cette folie furieuse, Malouin guidait la barque. Comme un vrai arbre au-devant du bateau, fantastique, la gaffe levée et sûre pour tracer le chemin au cœur des eaux ronflantes de colère. Malouin, que rien ni personne ne pouvait déraciner, pas même cet impossible fléau » (p. 186, Éditions G. P., Paris).

Arthur Henry Howard Heming (1870-1940) : Il est l’auteur de l’œuvre ci-contre intitulée Timber Raft in Ottawa River. Il a acquis une renommée internationale en tant que Chroniqueur du Nord grâce à ses descriptions vivantes, faites en tant qu’artiste et écrivain, de la nature sauvage canadienne. Au plus fort de sa carrière, il comptait parmi les artistes les plus connus du pays, ce qui lui a valu une attention particulière aux ÉtatsUnis et en Europe. Dans l’esprit de millions de personnes, son œuvre symbolisait le Canada. Né en 1870, Heming a grandi à Paris, dans l’Ontario, et dans la ville voisine de Hamilton. Il a quitté l’école très tôt pour aller travailler. Dès le début, Heming excelle dans l’art et le sport, et à seize ans, il s’adonne à un esprit d’aventure par le biais de voyages dans la nature. Heming a finalement trouvé le moyen de gagner sa vie et sa renommée en combinant cette force physique et ses prouesses artistiques. Son art et ses histoires ont contribué à cultiver une vision nouvelle et robuste de l’identité canadienne basée sur la nature sauvage du Nord (cf. https:// confederationcentre.com/whats-on/arthurheming-chronicler-of-the-north/). Il a formé de nombreux artistes, dont un immigrant anglais récemment arrivé, J.E.H. MacDonald, qui a ensuite participé à la fondation du célèbre Groupe des Sept. Voir pp. 53, 128 et 129.


119


Bourassa-Sauvé

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Robitaille, Paule (PL) Paule.Robitaille.BOSA@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 5 879, boul. Henri-Bourassa Est, Bureau 305 Montréal-Nord (QC) H1G 2V1

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

120

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


06 MONTRÉAL

Bourassa-Sauvé

Rue Viger dans l’arrondissement de Montréal-Nord : Ce toponyme rend hommage à Jacques Viger (1787-1858). Journaliste, militaire, fonctionnaire, « historiomane » et archiviste infatigable, Viger fut le premier maire de Montréal de 1833 à 1836, le premier président de la Société Saint-Jean-Baptiste en 1834 et un membre fondateur de la Société historique de Montréal en 1858. Il s’intéresse vivement à la société dans laquelle il vit, et ses travaux de mémorialiste sont nombreux. Collectionneur, il rassemble des documents d’archives sur l’histoire du Canada. Viger manifeste son intérêt pour les particularismes du français canadien à l’époque où il est rédacteur pour Le Canadien. Cet homme de grande érudition laisse pour legs un manuscrit de jeunesse daté de 1810 connu sous le nom de Néologie canadienne, ou Dictionnaire des mots créés en Canada et maintenant en vogue, aujourd’hui classé comme document patrimonial (Répertoire du patrimoine culturel du Québec) et est archivé au Musée de la civilisation de Québec. Ce texte, rédigé 50 ans après la Conquête (1759), témoigne des inquiétudes de ce chercheur inlassable concernant l’utilisation de la langue française. Aujourd’hui, ce document constitué de deux manuscrits vient combler un vide dans la lexicographie canadienne-française du

début du XIXe siècle. C’est le seul lexique que nous ayons de cette période. « Écrit après celui du Père Potier, mais bien avant que ne s’établisse une tradition lexicographique au Québec, ce manuscrit est un témoignage authentique et unique de la langue du début du XIXe siècle » nous rappelle Suzelle Blais dans l’ouvrage publié en 1998 qui rend enfin accessible en ligne https://ruor.uottawa.ca/ handle/10393/19618 aux linguistes — et aux chercheurs de diverses disciplines — un document de toute première importance pour l’histoire du français au Québec. Relevons, en particulier, que Viger définit déjà le terme « cage » comme un « train de bois flotté composé de plusieurs radeaux, se déplaçant au fil de l’eau ou tiré par un bateau. » Sous la forme « cribe » ou « drame » (de l’anglais canadien crib ou dram), le terme est consigné au sens d’un radeau formant une section du train de bois. (cf. TERMIUM Plus®, « cribes » https://bit.ly/3i81Miv et « drames » https://bit.ly/3fMOk0r) Avenue Jules-Paul-Tardivel : Cet odonyme évoque le souvenir de Jules-Paul Tardivel (1851-1905), journaliste qui fonda et dirigea le journal La Vérité qui durera plus de 40 ans, dirigé jusqu’en 1905 par Tardivel et, après sa mort, par son fils Paul. L’hebdomadaire de

Jules-Paul Tardivel va constituer la réalisation la plus durable dans le domaine et inspirer la fondation du Devoir, à Montréal, du Droit, à Ottawa, de l’Action catholique, à Québec et d’autres feuilles moins connues. En 1887, il publie Mélanges ou Recueils d’études religieuses, sociales et politiques et littéraires, tome 1, s’agissant d’une critique littéraire du dernier roman de Pamphile LeMay (18371918) : « On ne s’attend guère, en ouvrant le Pèlerin de Sainte-Anne, d’y rencontrer des histoires d’hommes de cages, de voleurs, d’assassins, de charlatans (…) M. LeMay est tombé dans le réalisme. Je ne veux pas le comparer à Emile Zola ni son livre, à L’Assommoir. Au moins le but de l’auteur canadien est bon ; mais s’il ne descend pas aussi bas que l’écrivain français, c’est que notre jeune société n’est pas aussi profondément gangrenée que la société du vieux monde » (cf. disponible en ligne à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec : https:// numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/2022677?docpos=220 et http://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2022499). Vous dire simplement que ces hommes-de-cages… s’ils sont admirés, ils sont aussi craints ! Rendez-vous à la page 253 pour en apprendre plus sur Pamphile LeMay. 121


Bourget

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Campeau, Richard (CAQ) Richard.Campeau.BOUR@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 6 070, rue Sherbrooke Est, 1er étage, Bureau 105, Montréal (QC) H1N 1C1

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 4 LAC ONTARIO

122

FLEUVE : • Saint-Laurent

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Bourget

Livre scientifique anglais sous la plume de Robert Brown (1773-1858) : Ce réputé botaniste écossais est responsable de la découverte du noyau d’une cellule, mais il est probablement mieux connu pour sa découverte du mouvement aléatoire de particules microscopiques immergées dans un fluide, appelé plus tard « mouvement brownien ». À la fois explorateur et auteur, il a contribué de manière substantielle avec ses écrits à la connaissance de la morphologie des plantes, de l’embryologie et de la biogéographie en développant d’ailleurs des systèmes alternatifs de classification des plantes. Dans son ouvrage laborieux et largement illustré The countries of the world : being a popular description of the various continents, islands, rivers, seas, and peoples of the globe, datant de 1876, deux gravures magnifiques retiennent notre attention, car on y voit des cageux piloter leur fameux train de bois sur le Saint-Laurent. Contemplez-les aux pp. 212, 225 sur ce lien https://archive.org/embed/ countriesofworld01brow, l’une des gravures est reproduite ci-contre ; ce choix n’est pas anodin, car il écrit « Le commerce de la forêt. Le bois d’Amérique a d’abord été son élément le plus distinctif » (p. 251). 123


D’Arcy-McGee Birnbaum, David (PL) David.Birnbaum.DMG@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 5 252, boul. De Maisonneuve O., Bur. 210 Montréal (QC) H4A 3S5

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

124

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

D’Arcy-McGee

Parlons des deux légendes forestières d’Amérique du Nord, Paul Bunyan (États-Unis) et Jos Montferrand (Canada). Déformation patronymique reconnue : Les exploits du célèbre Jos Montferrand s’étendent par tout le Canada et même au-delà de la frontière jusqu’au Maine, au Michigan et au Wisconsin, chez qui on reconnaît le nom du héros malgré des déformations linguistiques évidentes : Big Joe, Mouffron, Mouffreau, Mufferaw, Maufree, Muffaw, Mufraw, Montferrat, Murphraw et Murphy. Observons simplement le titre de ce livre, écrit par Bernie Bedore et illustré par Yüksel Hassan, Scotty the Pike : More Tall Tales of Joe Mufferaw (1981, Amethyst, Ontario, 63 p.). Aux États-Unis, du moins dans les légendes, Jos Montferrand portait aussi le nom de Jos le Français. Jos Montferrand aux États-Unis : C’est bien certain que des récits sur Jos Montferrand ont été colportés au sud de la frontière par les nombreux Canadiens français qui migraient dans les chantiers forestiers américains. Jos Montferrand, aux dires de l’historienne et auteure Jeanne Pomerleau, s’est déplacé aussi aux États-Unis. Dans le folklore américain, le bûcheron Paul Bunyan est un personnage imaginaire, fictif, très important. Il n’est pas rare de trouver des contes ou des récits où les deux géants se rencontrent. Selon des experts issus des deux côtés de la frontière, plusieurs traits significatifs de Bunyan sont

inspirés de notre Jos Montferrand, roi des cageux. Dans le court métrage réalisé en 1958 par Walt Disney Productions, les deux hommes légendaires vont s’affronter une fois de plus. À ce point-ci, souvenons-nous que l’épopée canadienne des cageux (raftsmen) est de longue durée (plus de 100 ans), et maintenant examinons de plus près ce film d’animation américain sorti il y a 62 ans. Dans ce dessin animé (17 min.) — https://youtu.be/ O3rZUOJn5W8 —, la confrontation inévitable des deux légendes se fera au cours d’un tournoi où Joe Muffraw est représenté comme un maigrichon divinement éloquent et ingénieux. Ce Joe-de-Disney sera l’ultime vainqueur du combat épique, car doué d’une force intarissable, invincible, que Disney assimile à une machine (Man vs. Machine). Comparons les symboles venant des deux pays : • Paul Bunyan est découvert en nourrisson au pays de l’Oncle Sam, sur un « petit radeau ». Dans les chantiers forestiers en Outaouais, un petit radeau s’appelle la « cribe » pouvant se traduire littéralement par « berceau ». • Paul Bunyan ressemble au portrait physique et moral de Jos Montferrand. Benjamin Sulte décrit Jos ainsi, « la beauté de sa figure, l’aimable expression de ses traits, la grâce de toute sa personne, la

jovialité de sa conversation en faisaient l’un des hommes les plus captivants et les plus polis de l’époque ». Montferrand avait appris à lire et à compter (revue Asticou, juin 1980, no  23, p. 34). Paul Bunyan semble un élève bien discipliné et studieux alors que nombreux sont les forestiers, à l’époque, qui ne savaient ni lire ni écrire. Sir Wilfrid Laurier, en avril 1869, dit au profit de Jos Montferrand, « la bravoure indomptée, la force musculaire, la soif des dangers, la résistance aux fatigues furent poussées à un degré presque prodigieux. Ce voyageur fut un homme généreux, doué, fidèle à ses amis et aimant son pays ». Le-Paul-Bunyan-fictif est tout aussi attachant. « Montferrand dont le seul nom suffit au Canada à faire dresser toutes les oreilles, et dont les hauts faits commandent toujours l’attention même parmi les classes privilégiées, mais surtout au milieu des classes populaires » (1868, Médéric Lanctôt, journal Indépendance canadienne). Métaphoriquement, dans le film de Disney, la silhouette de Paul Bunyan domine les États-Unis où s’ancre le récit. 125


Gouin

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Nadeau-Dubois, Gabriel (QS) Gabriel.Nadeau-Dubois.GOUI@assnat. qc.ca Chef du deuxième groupe d’opposition Bureau de circonscription : 1 453, rue Beaubien Est, Bureau 201 Montréal (QC) H2G 3C6

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

126

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Chansons de Voyageurs, coureurs des bois et forestiers de Madeleine Béland (1982) : Presque autant que la mer, leur première conquête, la forêt, fut pour les Canadiens découvreurs des siècles derniers, un lieu de rencontres extraordinaires. Les coureurs de bois, voyageurs et forestiers, aux métiers dont l’héroïsme n’est pas toujours aussi connu qu’on le souhaiterait aujourd’hui, vécurent des aventures de toutes espèces, les unes tragiques, d’autres pittoresques, auxquelles se mêlèrent à divers niveaux de vie des sentiments mixtes allant de la témérité la plus sauvage à la mélancolie noire d’un ennui impossible à guérir. Les chansons folkloriques, du fait qu’elles existent et qu’elles ont été chantées, ont une valeur historique. Elles sont une preuve d’une tradition orale, vivante et coriace. Ces chansons peuvent avoir plusieurs versions, puisqu’on les adaptait aussi au lieu, à l’événement et à la situation du moment. L’ethnologue Madeleine Béland a beaucoup de mérite d’avoir pris la peine d’écouter, de vérifier, de scruter jusqu’à l’analyse de textes parfois déroutants. Par exemple : Le Bûcheron

écrasé par un arbre, Les Raftsmen - les maladies vénériennes, Le Cuisinier malpropre, Le Voyage - c’est un mariage, Vous m’entendez bien - les poux, Le Gelé, Estropié dans un chantier, La Veuve affligée. Ernest Gagnon (1834-1915) : En plus de sa carrière d’organiste, Ernest Gagnon est folkloriste, professeur de musique, compositeur, auteur. Il fonda l’Union musicale de Québec ainsi que l’Académie de musique de Québec. Son ouvrage Chansons populaires du Canada, regroupant plus de cent titres, donna au folklore québécois ses premières lettres de noblesse. D’abord publié par tranches dans le Foyer canadien de 1865 à 1867, ce recueil fit l’objet en 1880 d’une deuxième édition qui fut réimprimée au moins 13 fois entre cette date et les années 1950. Ces chansons étaient chantées par les Voyageurs dans le canot ou sur les cages (cf. pp. viii, 21). Disponible en ligne à Bibliothèque et Archives nationales du Québec : http://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/1988546.

Gouin Les cageux s’en vont en chantant : Les cageux pilotaient leur gigantesque embarcation au moyen de longues rames et selon l’abondante littérature, les chants assuraient la cadence des rameurs. Évoqués dans la chanson Refrains de cages, malgré le plaisir et la satisfaction que procure la descente à certains moments : Notre cage de chêne Ondule sur les flots L’Outaouais nous entraîne Comme un léger canot, les cageux, rappelle l’auteure précitée Madeleine Béland, étaient toujours à la merci des conditions atmosphériques (Id., p. 70) : Tu sais bien que sur ces cages On est tous sujets aux combats Car c’est un air de vent qui passe Qui nous pousse dans l’embarras, Oui, qui nous plonge dans la misère. C’est la vie de nous, voyageurs. 127


Gouin Ces deux œuvres placées en vis-à-vis sont de la main d’Arthur Heming (1870-1940) que l’on surnommait le Chroniqueur du Nord. Voir pp. 118-119. 3 000 000 de timbres pour Les Raftsmen, célèbre chanson folklorique québécoise : Le 7 septembre 1993, Postes Canada a émis un timbre commémoratif La y’ou c’qu’i sont tous les raft-mans ? célébrant la culture canadiennefrançaise. Le timbre est un symbole identitaire très important. Selon The Unitrade Specialized catalogue of Canadian Stamps, 2019, le timbre Les Raftsmen, chanson du Québec (Scott 1494) a été reproduit 3 000 000 de fois. Ce timbre est intégré dans le fonds du Musée canadien de l’histoire (Gatineau) : https://www. museedelhistoire.ca/collections/artifact/306839. Valeur 43 ¢. Perforatio 12,5 x 12.7. Papier CPP (Paper Coated Papers Limited). Imprimerie Ashton-Potter Ltd. Impression multicolore. Graphisme par Ralph Tibbles (basé sur les illustrations de Deborah Drew-Brook et Allan Cormack). Ce timbre est intégré à une série de quatre « Chansons folkloriques » incluant Alberta (My name is Dan Gold, an old bach'-lor I am), Terre-Neuve (I'se the b'y that builds the boat) et Mohawk (Kanien'kehaka - Tóh-sa' seksá : a te-sashen-tho). 128


129


HochelagaMaisonneuve Campeau, Richard (CAQ) Richard.Campeau.BOUR@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 6 070, rue Sherbrooke Est, 1er étage, Bureau 105, Montréal (QC) H1N 1C1

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 4 LAC ONTARIO

130

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

FLEUVE : • Saint-Laurent

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Hochelaga-Maisonneuve cageux — sans rame ou encore, sans bateau - remorqueur — posté sur un radeau de bois qui ressemble plutôt au modèle océanique inventé par Hugh R. Robertson, mais que l’on voyait uniquement dans le Pacifique ou l’Atlantique (cf. pp. 3233, https://bit.ly/3jljhtW). Or, les cages en bois carré du fleuve Saint-Laurent ont invariablement ressemblé de 1806 à 1914 au Columbo, le 1er train de bois de Philemon Wright. Voir p. 133 qui suit.

La Revue populaire et Le Samedi – Objets de diffusion de la modernité photographique au Québec, 1935-1945 : « Habituellement de grand format (environ 36 x 27 cm) et coûtant aussi peu que 10 cents le numéro, ces magazines se distinguent par leur contenu varié, la place importante accordée à la littérature populaire » (https://id.erudit.org/ iderudit/1017691ar). Ces magazines à grand tirage n’auraient pu prospérer sans la présence d’une classe moyenne et ouvrière appropriée et d’un public majoritairement urbain. Fait assez cocasse, Le Samedi dans son édition du 8 septembre 1934, publie l’illustration ci-devant montrant une maisonnette et une poignée de

La Bolduc, œuvre d’art public situé à la Maison de la Culture Maisonneuve : C’est l’artiste d’origine montréalaise Laurent Gascon qui signe cette murale en faïence hautement colorée de 3 sur 2,6 mètres dédiée à La Bolduc (https://artpublicmontreal.ca/oeuvre/ la-bolduc/). Rappelons que l’on considère que la chanson Johnny Monfarleau de la Gaspésienne Mary Rose Anna Travers, dite La Bolduc, fait référence à la légende du plus célèbre maître de cages, Jos Montferrand, qu’elle ressuscite à sa façon durant la crise des années 1930 (Dictionnaire biographique du Canada : http://www.biographi.ca/fr/bio/montferrand_ joseph_9F.html).

Premier grand bédéiste québécois, Albéric Bourgeois (1876-1962) : Le 30 janvier 1904, le quotidien de Montréal La Patrie innove en présentant à ses lecteurs « une magnifique bande dessinée relevée d’une couleur turquoise, Les Aventures de Timothée (…) Bourgeois vient de signer ici la toute première bande dessinée d’expression française au monde » explique Mira Falardeau (vol. 20/1, 2000, https://bit. ly/3Af7oNA). Homme de lettres, journaliste et scénariste, ce Montréalais élabore en 1930 la pièce Une noce canadienne en 1830 où il met en scène de vieilles coutumes de l'époque (cf. L'Avenir du Nord, 3.10.1930, p. 4, https://bit.ly/3yAwSV7). L'auteur Georges Bellerive (1859-1935) nous explique à ce propos qu'autrefois, dans presque toutes les noces canadiennes, il y avait des survenants : « Ces derniers étaient de joyeux compères qui n’ayant pas été invités, s’amenaient tout de même dans toutes les fêtes où la table était bien garnie et la cruche bien remplie. Ils possédaient généralement un répertoire assez varié de chansons et ils étaient toujours les bienvenus, car ils n’étaient pas gens à engendrer la mélancolie. » M. Bourgeois, dans cette noce, n’a pas manqué de les faire intervenir ! Les cageux portés par un dialogue plein d’esprit vont arriver juste à temps pour embrasser la mariée, trinquer en l’honneur de son mari et entonner des chansons de cages (cf. p. 121, https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2873729).

131


Jacques-Cartier

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Kelley, Gregory (PL) Gregory.Kelley.JACA@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : Place Scotia 620, boulevard Saint-Jean, Bureau 206 Pointe-Claire (QC) H9R 3K2

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 4 LAC ONTARIO

132

LAC : • Saint-Louis

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Jacques-Cartier

Construction d’un radeau en bois équarri, selon la vision de Philemon Wright. On pouvait réunir jusqu’à 200 radeaux pour former un train de bois (cage).

Louise-Michelle Sauriol (1939 - ) de Pointe- Claire : Cette auteure montréalaise signe aujourd’hui près de cinquante ouvrages que ce soit des contes, des nouvelles, des romans pour des publics d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes. En 2012, elle écrit La caverne à histoires, roman illustré par Alexandre Rouillard et publié aux éditions Pierre Tisseyre. C’est l’histoire de Jérémie qui découvre dans une caverne une rame ancienne sur laquelle sont inscrites les initiales « JM ». Selon ce que lui raconte sa grand-mère, il s’agirait peut-être de la rame de Jos Montferrand, le plus célèbre des cageux. Comme le personnage du roman,

enfants et élèves découvriront dans cette lecture le transport du bois sur les rivières au moyen de « cages » ou trains de bois. Ils seront fascinés par la vie des anciens cageux et leur périple sur les rivières et le fleuve, car au XIXe siècle l’industrie du bois en plein essor a donné naissance à de nouvelles pratiques. Livre référence sur les cageux publié à Sainte-Anne-de-Bellevue : Léon A.Robidoux (1923-2012) a publié le livre Les cageux en 1974. C’est une œuvre importante pour se renseigner sur le métier de cageux. Lui-même descendant d’un illustre maître

de cages dénommé Aimé Guérin, M. Robidoux explique : « On utilise le terme cageux pour cageurs (ce ne sont pas des draveurs). En un temps où les chemins de terre n’existaient presque pas, on trouva un moyen de faire les transports de bois, de marchandises, ce fut celui de la cage. » Le livre traduit en anglais sous le titre The Raftmen of the Ottawa and St. Lawrence Rivers a été édité à Sainte-Anne-de-Bellevue en 2008 (www.shorelinepress.ca) et a donné aussi lieu à la brochure L’ère des cageux, une épopée du XIXe siècle en 2003 publiée par la Société patrimoine et histoire de l’Île Bizard et SainteGeneviève (www.sphib-sg.org). 133


JeanneMance-Viger Rotiroti, Filomena (PL) Filomena.Rotiroti.JMV@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 5 450, rue Jarry Est, Bureau 100 Saint-Léonard (QC) H1P 1T9

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

134

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Jeanne-Mance-Viger

Rue Buies dans l’arrondissement SaintLéonard : Cet odonyme s’inscrit dans un système à base de noms d’auteurs et d’écrivains. Arthur Buies (1840-1901) est né à Montréal. Se trouvant en Europe en 1860, il s’enrôla dans les troupes de Garibaldi et combattit pour la cause de l’unité italienne. Dès son retour à Montréal, en 1862, il entreprit ses études en droit et devint avocat en 1866. Sa vraie vocation se trouvait cependant dans le journalisme et les lettres. La Lanterne, fondée en 1868, dura moins d’une année, mais fut très remarquée par son opposition très vive à George-Étienne Cartier et par son anticléricalisme, qui fit comparer Buies à Voltaire. Sa rencontre avec le curé Antoine Labelle (1833-1891), en 1879, allait réorienter complètement la carrière de Buies, qui s’intéressa dès lors à la colonisation et publia plusieurs ouvrages de portée géographique sur les régions du Québec. Dans son livre L’Outaouais supérieur

(1899), Buies affirme que l’industrie forestière demeure « au premier rang des industries canadiennes ». Ce commerce en serre chaude, né dans les circonstances spéciales du Blocus de Napoléon Ier, fait la fortune de la vallée de l’Outaouais et devint la première source de revenus du Canada pendant un demi-siècle. Le « cycle du bois » a pour principale conséquence sociale d’apporter au nouveau Dominion du Canada une nouvelle, et relative, aisance financière. Buies décrit ainsi les cageux, ces hommes de cages qui pilotent les immenses trains de bois carré en pin blanc qui passent par Montréal avant d’atteindre le flanc de cap Diamant : « La légende en avait fait une contrée redoutable et l’imagination était terrifiée au récit des batailles sanglantes que s’y livraient les hommes de chantier appartenant à des nationalités différentes et divisées en autant de camps hostiles. L’homme de cages de

cette époque représentait assez bien une espèce de desperado, placé volontairement et par habitude hors la loi, un type exceptionnel que son caractère farouche et ses mœurs violentes avaient semé la terreur des paisibles habitants des anciennes campagnes. » Comprenons que Bytown (Ottawa) est une ville tumultueuse et sa transformation en une jeune capitale est riche de récits et de légendes qui colorent l’histoire et la rendent d’autant plus intéressante. Rien n’est plus fascinant que de comprendre tout le processus et les tensions qui ont entouré l’ascension de ce lieu en vitrine nationale comme un véritable microcosme canadien. Rappelons-nous que dans le téléroman québécois Les Belles Histoires des pays d’en haut créé par Claude-Henri Grignon d’après son roman Un homme et son péché, on retrouve parmi les personnages historiques qui figurent dans le feuilleton le journaliste Arthur Buies. 135


LaFontaine

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Tanguay, Marc (PL) marc.tanguay-lafo@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 9 094, boulevard Maurice-Duplessis Montréal (QC) H1E 7C2

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

136

FLEUVE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


06 MONTRÉAL

Parc des cageux : Ce parc est « situé sur le côté nord du boulevard Gouin, entre un point à l’ouest de la 87e Avenue (R.-d.-P.) et un point à l’est de l’avenue Frank-Scott. À l’origine le mot cajeux faisait référence à une sorte de radeau fait de pièces de bois liées. Ce terme serait attesté dans les Relations des Jésuites dès 1656. Vers la fin du XVIIe siècle, c’est le terme « cage » qui prend la relève pour désigner ces radeaux qui servent au transport du bois le long de la rivière des Prairies. Il faut aussi se rappeler qu’une cage était constituée de plusieurs radeaux attachés les uns aux autres et qui étaient faits en pin équarri, avec ou non du chêne placé au niveau supérieur. Le pin est une essence d’arbre qui flotte, contrairement au chêne. Chaque radeau de 40 tonnes pouvait mesurer 8 mètres sur 18 mètres (24 pieds sur 60 pieds). Ceux qui dirigeaient et dormaient sur ces radeaux ou cages se nommaient alors cageux et l’on comptait 20 à 30 hommes d’équipage par cage. Ce nom s’inscrit dans une thématique associée à des métiers reliés à l’eau. » Source : http://www. toponymie.gouv.qc.ca. Musées numériques Canada (www.museesnumeriques.ca) : « Les cageux et le transport du bois sur la rivière des Prairies -

LaFontaine

Personnages mythiques du 19e siècle, les cageux transportent des billots de bois sur les rivières et sur le fleuve. Ils jettent d’abord les troncs d’arbres dans la rivière, pour ensuite les rassembler en radeaux qui peuvent parfois mesurer plus d’un kilomètre ! Un travail sans aucun doute épuisant et dangereux. Plusieurs hommes sont nécessaires pour diriger ces radeaux, aussi appelés cages. Ils utilisent de grandes perches. Les cageux sont très occupés. L’Angleterre vient s’approvisionner en bois au Canada, puisque Napoléon a mis en place un blocus continental. L’île Jésus n’est pas un grand producteur de bois, mais elle se trouve à l’embouchure de la rivière Outaouais, d’où proviennent les cageux sur leurs cages » (cf. https://bit.ly/35XTvpv). Société historique Rivière-des-Prairies (www.societe-historique-rdp.org) : La SHRDP rend disponible sur le Web, l’audioguide du Parcours patrimonial de Rivière-des-Prairies. La halte no 30 évoque une page d’histoire des cageux à Rivière - des- Prairies où on décrit ce métier pour un « salaire de la peur » : « De 1820 à 1880, on vit descendre ces immenses radeaux mesurant 30 mètres de long (la longueur des troncs) par 8 à 12 mètres de large. Ces radeaux, attachés les uns aux autres,

formaient des trains de bois appelés cages. La rivière des Prairies était l’un des passages obligés de ces convois spectaculaires, l’autre étant le fleuve Saint-Laurent, depuis Kingston jusqu’à Montréal. Si les rapides du fleuve situés devant Lachine présentaient un défi redoutable, ceux de la rivière comportaient des remous et des obstacles capables de disloquer les cages. Les cageux manœuvraient ces radeaux à l’aide de rames d’une longueur de 10 mètres installées à l’avant et à l’arrière. Si le vent était favorable, des voiles étaient hissées afin d’accélérer la navigation. Parvenus à l’extrémité est de l’île de Montréal, la plupart des cageux étaient libérés de leur contrat. Ils allaient fêter à l’auberge la plus proche. Au village de Rivière-des-Prairies, il existait deux de ces auberges. La légende veut que le géant Jos Montferrand, l’un des cageux les plus célèbres, s’y soit arrêté (…) La plupart des cages poursuivaient leur route sur le fleuve. Un remorqueur les tirait jusqu’au port de Québec où elles étaient démantelées. On chargeait alors le bois sur les navires en partance vers l’Angleterre. L’essor des chemins de fer mit fin à la profession des cageux. La dernière cage arriva à Québec en 1911 » (https://bit.ly/2IYHOaD).

137


Laurier-Dorion Fontecilla, Andrés (QS) Andres.Fontecilla.LADO@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 529, rue Jarry Est, Bureau 401 Montréal (QC) H2P 1V4

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

138

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Jos Montferrand, un homme d’ordre : Dans l’article intitulé Géographie, histoire et définition d’une identité régionale : le cas de l’Outaouais, l’historien et auteur Pierre-Louis Lapointe nous rappelle ceci à propos de Jos Montferrand, « ce personnage aux allures mythiques et légendaires, dont on raconte surtout les prouesses physiques, n’est pas simplement un dur qui se sert de ses poings pour obtenir justice. C’est avant tout un médiateur, fort apprécié de l’élite outaouaise, qui compte sur lui pour régler les conflits qui éclatent entre Irlandais et Canadiens français, sur les radeaux et dans les chantiers, au cours de cette première moitié du XIXe siècle. C’est un homme d’ordre, l’allié des grands entrepreneurs qui ne peuvent tolérer ces Shiners irlandais, dont l’objectif avoué est de chasser les Canadiens français de l’Outaouais ». Et il ajoute : « Montferrand, ce rempart des faibles, fort respectueux du clergé et de ses directives, va s’opposer aux Patriotes qui optent pour l’insurrection et le recours aux armes. Et cet homme d’ordre et de respect de la loi sait lire et écrire, ce qui est alors une exception » (cf. Histoire Québec, vol. 11, n° 2, 2005, p. 7, https://www.erudit.org/fr/revues/hq/2005v11-n2-hq1059456/11105ac/).

Laurier-Dorion

Ci-haut illustration, de Xavier Cadieux. La Pitoune et la Poutine (2019) publiée aux éditions Pow Pow, rue Garnier : La maison d’édition Pow Pow s’est démarquée en accueillant dans sa collection une bande dessinée issue d’une collaboration entre

Alexandre Fontaine Rousseau (texte) et Xavier Cadieux (illustrations). Ce livre évoque, aux dires de la maison d’édition, l’univers de Jos Montferrand bien connu des amateurs d’anecdotes historiques inusitées en raison de « la fois où il n’a pas payé dans une taverne en étampant son pied au plafond » ainsi que de « celle où il a swingué un Irlandais par le pied afin de varloper une gang d’Anglais dans la rivière des Outaouais ». Mais La pitoune et la poutine relate un épisode plus méconnu de sa vie, durant lequel un Jos Montferrand vieillissant s’est lancé à la recherche d’un mystérieux plat reconnu pour ses propriétés thérapeutiques miraculeuses : la poutine ! Ce récit crépusculaire à l’humour joyeusement cabochon se déroule durant l’ère de la drave, une époque mythique de l’histoire du BasCanada au cours de laquelle tout le monde pratiquait cette dangereuse activité connue sous le nom de surf du nord. Narrée par un castor, puisque tout le monde sait que les castors savent tout sur tout, cette première collaboration entre Cadieux et Fontaine Rousseau est à l’image du fleuron de notre gastronomie lui ayant inspiré son titre : improbable, mais délicieuse (cf. https://www. lapresse.ca/arts/litterature/2019-11-27/bandesdessinees-nos-suggestions). 139


Marguerite Bourgeoys David, Hélène (PL) Helene.David.MABO@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 7 655, boulevard Newman, Bureau 311 LaSalle (QC) H8N 1X7

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 4 LAC ONTARIO

140

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

FLEUVE : • Saint-Laurent

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Marguerite-Bourgeoys

Canal Lachine ou les rapides risqués de Lachine : Le canal Lachine a été creusé pour la première fois de 1821 à 1825 pour faciliter les déplacements commerciaux des Grands Lacs à l’océan Atlantique. En janvier 1843, lors des travaux d’élargissement, les tensions explosent et 1 300 travailleurs irlandais, soit 2,5 % de la population de la ville, font la grève. Ils ne réussissent pas à gagner la grève, mais le patronat leur accorde une demande : recevoir leur salaire en argent plutôt qu’en bons échangeables au magasin de la compagnie. C’est un tout autre monde parallèle, les immenses cages en pin équarri continuent de s’engager quant à elles, vers les dangereux rapides de Lachine et ce, tel qu’on peut l’observer sur cette estampe colorée de 1877 d’Eugène Haberer qui représente au loin une cage, avec son équipage, passé le pont Victoria : https://bit.ly/3nixmcr. « Le principal danger pour les cageux se retrouve dans les rapides, et ce, tout au long du parcours. Les rapides de Lachine représentent l’un des plus périlleux. » (texte inédit de juin 2019 de Denis Gravel, historien). Les rapides de Lachine incluent l’île aux Hérons, l’île aux Chèvres ainsi que l’archipel des Sept Sœurs. Un témoignage du 16 juillet 1872 rapporté dans La Revue canadienne d’août 1912 (nouvelle série, vol. XX, p. 106) explique que c’est à Melocheville, à la hauteur aujourd’hui du site historique de l’Entrée-Inférieure-de-

l’Ancien-Canal-de-Beauharnois que la cage est réassemblée, chaque drame est liée « aux autres pour descendre le Saint-Louis et arriver aux rapides de Lachine, qu’on appelait le Sault-Saint-Louis au temps où nous étions Français ». Ajoutons ceci, sans quoi ce ne serait pas un portrait achevé : « Franchir les rapides sur un radeau de bois était très différent de les voir comme un passager sur le pont d’un bateau à vapeur. Sur la cage, on était presque au niveau de l’eau ; dans le grand gouffre des rapides de Lachine, par exemple, la cage se pliait à la forme des grandes vagues, l’eau bouillait sur sa proue, les grosses poutres de bois se heurtaient lourdement les unes contre les autres, la force et la vitesse formidables des rapides étaient ressenties et vues de près. En effet, comme l’a écrit un observateur expérimenté — il avait été invité sur un train de bois de Kingston (Garden Island) à Québec — les rapides sont aussi facilement imaginables qu’un tremblement de terre » (p. 74, Saga of the St.Lawrence, extrait traduit par la société Résonance Canada). William Alexander Foster (1840-1888) : Personnage quelque peu énigmatique, cet avocat et homme de lettres doué de vastes capacités intellectuelles a contribué à la définition du nationalisme libéral au Canada. On associe ordinairement le nom

de Foster au mouvement Canada First qui officiellement participait à promouvoir les buts de la Confédération. Foster fut la personnalité la moins publique et peut-être l’esprit le plus original de ce mouvement. (cf. http://www.biographi.ca/fr/bio/ foster_william_alexander_11F.html). Il est notamment l’auteur de l’ouvrage Canada First, publié posthume en 1890 à Toronto. Nous vous partageons un extrait du chapitre intitulé Down the St.Lawrence on a raft qui avait fait l’objet d’une publication distincte dans le Canadian Monthly en octobre 1874. À la page 194, Foster évoque que des femmes mohawks ont été aussi cageuses en s’attardant sur un récit assez particulier : « Une Indienne, dont l’amour était aussi évident que le canal du rapide. Les amants avaient marché dans la rivière, un matin glacial, main dans la main, avec l’intention de se noyer dans les bras l’un de l’autre, mais le grand-père (…) aux yeux de lynx et un lève-tôt, les découvrit avant qu’ils ne soient loin dans le ruisseau, et les en sortit en levant son arme à l’épaule, et en menaçant de les cribler de balles. Ils se retournèrent tristement vers la rive. Le guerrier se tua le lendemain, mais la jeune fille, affligée par sa folie, vécut de nombreuses années qu’elle améliora en devenant une experte de la rame et en gagnant un gros salaire dans le rapide. L’histoire d’amour n’a jamais été écrite en vers, aussi les auteurs de ballades peuvent-ils 141


Marguerite-Bourgeoys impunément utiliser les détails mélancoliques. Ce qui confirme la vérité de l’histoire est le fait qu’il y a quelques années, lorsque les hommes étaient rares dans les environs, les droits des électeurs en matière de travail étant reconnus, des squaws étaient engagées pour aider à la rame, deux d’entre elles étant considérées comme l’égal d’un homme. » Si ce dernier commentaire fait aujourd’hui sourciller, ce passage a le mérite de rapporter l’existence de mains bien féminines parmi nos cageux ! Ancrage local et création de valeur : Les accidents de parcours peuvent survenir à tout moment pour les cageux, devenant singulièrement pour d’autres une opportunité d’affaires. Par exemple, nous explique l’historien Denis Gravel « en 1833, l’entreprise Laberge & Cie se spécialise dans l’aide aux marchandspropriétaires de cages. En effet, les radeaux peuvent s’échouer dans les rapides ou les battures. L’expertise de l’entreprise vise à récupérer le bois perdu dans l’eau ou sur les rivages. Une publicité ne manque pas d’attirer l’attention dans le journal L’Ami du peuple à cette époque (17 juillet 1833, p. 4). »

142

La résilience : Nous voulons contribuer à la construction d’un sens et être plus représentatifs des points de vue des communautés locales et des Premières Nations. Le récit national québécois et canadien doit inclure la parole de ces bâtisseurs, cageux et draveurs, qui ont risqué leur vie pendant deux siècles pour l’essor du pays, mais aussi, l’expérience des Premières Nations. Pendant tout le XIXe siècle, de Kingston ou d’Ottawa (anciennement Bytown) en transitant par Montréal jusqu’à Québec (le port d’embarquement), le fleuve servit au flottage d’immenses trains de bois pouvant contenir chacun jusqu’à 3 000 pièces de bois équarries. Les majestueuses pinèdes, importantes pour les Premières Nations, ont été la proie économique de l’administration coloniale britannique. La perte des points de repères des autochtones, à tout jamais disparus, laisse des cicatrices. « Nommer est le début de la justice », pour mieux envisager notre avenir collectif et le vivre-ensemble. Modèle de résilience, les Menominee en bordure des Grands Lacs se sont battus afin de préserver leur forêt de pins en bloquant l’exploitation industrielle massive. Aujourd’hui, après 140 ans, se dresse fièrement une forêt en santé constituée de gros pins, d’érables et de chênes plusieurs fois centenaires.

Cette communauté des Premières Nations y a fait un aménagement durable et c’est une des forêts référence dans le domaine sylvicole en Amérique du Nord. Imaginez, des chercheurs enregistrent des données par satellite sur cette forêt comme l’étalon de mesure pour d’autres forêts. Et puis, il y a ces variantes historiques propres à l’intendance lorsqu’une communauté autochtone prête à la nation ses propres fils. Prenons à témoin cette manifestation du 6 mai 1908 où « près de 125 Mohawks du village de Caughnawaga avaient la charge d’une immense cage de bois de 300 pieds de longueur, sur 50 de largueur. Ils sont partis de leur village à 5 heures hier matin. Il s’agissait pour eux de diriger cette énorme flotte de bois à travers les mille écueils qui parsèment les rapides de Lachine. L’entreprise était d’autant plus dangereuse que l’eau était très haute et d’après les dires des pilotes jamais depuis 27 ans les cages n’ont suivi un parcours comme celle qui a fait la descente périlleuse des rapides hier matin. » C’était le premier train de bois à sauter les rapides de Lachine cette saison-là qui arriva à l’ancienne bourgade Maisonneuve sur l’île de Montréal, devenue depuis un des neuf quartiers de référence de l’arrondissement Mercier– Hochelaga-Maisonneuve (cf. Le Canada, 7 mai 1908, p. 5 : https://bit.ly/36tslXP).


143


Marquette

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Ciccone, Enrico (PL) Enrico.Ciccone.MARQ@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 655, 32e Avenue, Bureau 202 Lachine (QC) H8T 3G6

CAGEUX AXE FUVIAL NO 4 LAC ONTARIO

144

FLEUVE : • Saint-Laurent

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Canal Lachine : Ouvert en 1825, il est agrandi deux fois au XIXe siècle et il permet le développement d’industries exploitant la force de l’eau. « Au commerce des pelleteries s’ajouta celui du bois qui accrut encore les fortunes montréalaises. Ce commerce mit toute la région de l’Outaouais en étroit contact avec Montréal. Les cageux remplacent alors les canots. Puis vinrent ensuite, tout cela il y a cent ans, la navigation à vapeur et le chemin de fer qui firent de Montréal, la jonction de toutes les grandes routes de l’Amérique du Nord. » - Revue du Québec industriel (janvier et février 1937, https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2628818 ). En 1871, les secteurs du bois, du fer et de l’acier représentent 60 % de la production canadienne. Si cette zone industrielle, qui s’étend le long des berges du canal, est alors la plus importante du pays avec près de 800 compagnies, elle en est aussi la plus diverse avec plus de 600 industries, incluant la construction navale. La pratique du métier de cageux est étroitement associée à deux industries majeures dans l’histoire du Québec, soit l’industrie forestière et la construction navale. Chaque plançon (bois équarri) portait la marque de son propriétaire et les dimensions étaient documentées.

Marquette

La rive sud de Montréal est longée par les cageux pilotant entre Kingston-MontréalQuébec : « Pour la période précédant l’utilisation des remorqueurs à vapeur, un train de bois pouvait être en route pendant un mois, alors qu’après, il fallait compter une semaine au plus. La distance totale parcourue entre Garden Island [Kingston] et Québec est d’environ 350 miles [550 km]. Certes, pour nous, la portion la plus intéressante du voyage se situe entre Kingston et Montréal, car c’est là que se trouvent tous les fameux rapides du Saint-Laurent. Ces derniers s’intensifient au fur et à mesure que l’on descend le fleuve, jusqu’à ce que Lachine, juste au-dessus de Montréal, soit de loin la plus violente et la plus véloce. » (Marion Calvin Boyd, The Story of Garden Island, 1983, p. 23). Il faut savoir que si la descente du fleuve, entre Montréal et Québec, était trop lente en raison des vents défavorables, « sur l’ordre du chef, on mettait les chaloupes à l’eau et on touait la cage. Pour se stimuler, les rameurs faisaient alors retentir les refrains populaires, tels que : Malbrough s’en va-t-en guerre, À la claire fontaine, V’là l’bon vent, Envoyons de l’avant, nos gens, J’ai tant chanté, j’ai tant joué, J’ai vu le loup, le renard et le lièvre, etc. » (p. 189, Gens de métiers et d’aventures, Jeanne Pomerleau, 2001).

Magtogoek, le fleuve aux grandes eaux : L’auteur Vincent Lambert se questionne sur le mystère du nom de notre fleuve. Après avoir évoqué le poème d’Albert Ferland Le Fleuve primitif (1926), il écrit « on l’a souvent regretté : au contraire du Canada, du Saguenay, de Mistassini ou Ottawa, le Saint-Laurent a dû renoncer à son nom, à ses nombreux noms d’origine amérindienne, dont le plus connu est sans doute Magtogoek, de l’anishnabé, traduit le plus souvent par le fleuve aux grandes eaux, mais aussi par le chemin qui marche, version qui inspira peut-être le mot de Pascal : Les rivières sont des chemins qui marchent, et portent où l’on veut aller. Tout au long d’Indiens d’Amérique, Marius Barbeau se plaît quant à lui à rappeler un autre nom, fleuve des Moluës, attribué par des marins bretons quelques années avant la venue de Cartier, comme pour insister sur la fragilité de ces appellations du moment sous lesquelles le fleuve coule depuis toujours, innommé malgré tout, malgré nous » (L’épopée du trop grand fleuve : le Saint-Laurent dans la littérature québécoise, Revues @analyses, vol. 9, nº 3, automne 2014, pp. 307-308, https:// uottawa.scholarsportal.info/ojs/index.php/ revue-analyses/article/view/1192). Nous vous invitons à découvrir le poème - essai de Nicole V. Champeau publié en 2002 chez Vermillon sous le titre Ô Saint- Laurent, le fleuve a son commencement. 145


Maurice-Richard

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Montpetit, Marie (PL) Marie.Montpetit.MAUR@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 1 421, rue Fleury Est Montréal (QC) H2C 1R9

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

146

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


06 MONTRÉAL

Maurice-Richard

Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville : « Une fois le dernier rapide franchi, le Saultau-Récollet après l’île de la Visitation, les cageux reforment les convois pour continuer leur périple jusqu’au port de Québec. De là, on démonte les radeaux et les billots sont embarqués sur des navires afin d’être expédiés en Angleterre » (SHAC). Les vaisseaux destinés au commerce hauturier affrontent l’océan Atlantique. Prenons plaisir à découvrir ensemble cette carte ancienne gravée par John Henry Walker (1831-1899) illustrant les fonds marins tels que connus à l’ère des cageux : http://collections.musee-mccord.qc.ca/fr/ collection/artefacts/M996X.5.14. En prenant la mesure que les routes fluviales des cages sillonnent tout le Québec, il devient naturel de concevoir que l’histoire des cageux — dont les exploits durèrent plus de 100 ans — est un élément historique à haute valeur identitaire, unique et convergent : https://bit.ly/2mich7H. Relevons que c’est l’arrivée du chemin de fer qui supplantera graduellement le mode de transport par trains de bois, et ce, au cours de la première décennie du XXe siècle.

Édifice Albert-Dumouchel sur la rue Fleury Est : Ce nom évoque la mémoire d’Albert Dumouchel (1916-1971). Peintre, graveur, il prit l’initiative de l’enseignement de la gravure au collège de Valleyfield au début de sa carrière. En 1942, il devient responsable de l’atelier d’art de l’École des arts graphiques de Montréal. En 1955, l’obtention d’une bourse d’études lui fait découvrir l’Europe où il participe, comme graveur, à plusieurs expositions internationales. De retour au Québec, il prend la direction des ateliers d’estampes à l’École des beaux-arts de Montréal où toute une génération de graveurs et de professeurs s’épanouira sous son impulsion. « Dumouchel avait un sens aigu du métier et ne reculait devant aucune de ses exigences. Ponçage de la pierre, gravure sur métal, bain d’acides, etc., n’avaient pas de secret pour lui, et il entendait bien transmettre cette science à ses élèves. Ajoutez à cela la philosophie sereine de Dumouchel, sa joie de vivre, sa satisfaction évidente d’avoir trouvé enfin son véritable milieu de travail et vous vous expliquerez la conjoncture exceptionnelle créée par sa présence à l’École

des beaux-arts. Toute une génération de jeunes en profitera. Serge Tousignant et Gilles Boisvert, bientôt rejoints par Pierre Ayot et Michel Fortier *, seront parmi les premiers étudiants de Dumouchel aux Beaux-Arts » (https://id.erudit.org/iderudit/54836ac). Nous retiendrons de la carrière de son élève Michel Fortier (1943-2019), les illustrations qu’il signe en 1978 dans Les Marionnettes, un conte de Louis Fréchette adapté par Roger Des Roches. Maniant dans son art « les idées populaires », les pages 8 et 9 dévoilent une cage bondée de cageux offrant une « vision gaie et imaginative de la vie, la politique nationaliste et l’anticléricalisme ». Prenez le temps de faire un saut à la page 169 afin de découvrir cette splendide illustration par technique de gravure. Puis, n’hésitez pas à télécharger ce bijou littéraire à https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2460428. Les œuvres de Fortier sont exposées dans plusieurs musées canadiens marquant le mouvement artistique Pop des années 60 au Québec : https://id.erudit.org/iderudit/57903ac.

147


Mercier

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Ghazal, Ruba (QS) Ruba.Ghazal.MERC@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 1 012, av. du Mont-Royal Est, Bureau 102 Montréal (QC) H2J 1X6

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

148

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Mercier

Voici un extrait choisi du Chant des Voyageurs signé Crémazie :

Monument à Louis-Octave Crémazie (1827-1879) au square Saint-Louis : Il est un libraire, poète et écrivain, qu’on présente, depuis le milieu du XIXe siècle, comme le « premier poète national » du Québec (http://www.biographi.ca/fr/bio/cremazie_ octave_10F.html). Il écrira le célèbre poème Le Chant des voyageurs en hommage aux cageux. Cette œuvre littéraire est mise en musique par Antoine Dessane (1826-1873). La partition musicale publiée vers 1862 est adressée à l’hon. Joseph-Édouard Cauchon : http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/1707.

Puis sur la cage qui s’avance Avec les flots du Saint-Laurent, Nous rappelons de notre enfance Le souvenir doux et charmant. La blonde laissée au village, Nos mères et nos jeunes sœurs, Qui nous attendent au rivage, Tour à tour font battre nos cœurs. Dans la forêt et sur la cage Nous sommes trente voyageurs. Lieu de naissance de Robert Charlebois : C’est l’homme-artiste qui révolutionna la chanson québécoise ! Il a pavé la voie, il a constamment innové du point de vue musical et scénique. Il raconte dans une entrevue accordée en 2007 dont le verbatim est reproduit ici https:// id.erudit.org/iderudit/6908ac : « En 60, je faisais des chansons et j’avais tous les vinyles de Félix Leclerc : Le roi et le laboureur, La drave. » Un clin d’œil à nos vaillants draveurs !

Rue Hélène-Baillargeon : Ce nom évoque le souvenir d’Hélène Baillargeon (19161997), comédienne et folkloriste. Elle fit connaître la culture canadienne-française à travers le monde par ses nombreux disques folkloriques et ses participations à des festivals internationaux. Elle fut animatrice et chanteuse à différentes émissions de la Société Radio-Canada telles que : le Réveil rural, le Match Inter-Cités et Au lendemain de la veille. De 1955 à 1957, elle joue dans le téléroman Cap aux sorciers et se fait connaître comme co-animatrice du public anglophone dans l’émission Songs de chez-nous et Chez Hélène, cette dernière émission étant consacrée à l’enseignement des rudiments du français à de jeunes anglophones. Décorée de l’Ordre du Canada en 1972, elle fut nommée à la Cour de la citoyenneté de 1974 à 1985. Cette voie de communication est située entre la rue SaintDenis et la rue Resther [C.T.Q. et C.T.C.].

149


Mont-RoyalOutremont Arcand, Pierre (PL) Pierre.Arcand.MROU@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 5 005, rue Jean-Talon Ouest, Bureau 310 Montréal (QC) H4P 1W7

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

150

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Mont-Royal-Outremont

École Polytechnique de Montréal : En 1917, le principal de l’École Polytechnique de Montréal M. Ernest Marceau publie dans La Revue canadienne l’article intitulé Descente des rapides du Saint-Laurent de Coteau-du - Lac à la Pointe-des-Cascades disponible en ligne (pp. 98 à 107, https://www.canadiana.ca/view/ oocihm.8_06483_620), dont voici un extrait : « Nous étions à la mi-juillet et il était six heures du matin quand nous abordâmes, mon ami et moi, une immense cage de bois de pin que le fleuve amenait à Montréal. Elle était faite de pièces de trois pieds d’équarrissage et de soixante à soixante-dix pieds de longueur, sans aubier et presque sans nœuds - du bois clair comme disent les draveurs (drivers) (…) L’équipage était intéressant et pittoresque. Vingt ou vingt-cinq gaillards au teint bronzé par les vents et le soleil du printemps. Pas un homme gras parmi eux, mais des muscles tant qu’on en voulait et une bonne humeur, une gaieté, à faire périr un hypocondriaque. Plusieurs cribs étaient déjà dans les rapides. Notre tour arrivé, un commandement bref fit lever les ancres, c’est-à-dire couper d’un coup de hache les amarres qui rattachaient le crib à deux ou trois grosses pierres jetées la veille au fond du fleuve, et nous voilà partis. D’abord le courant est assez lent et les hommes

manœuvrent plutôt négligemment leurs rames d’une trentaine de pieds de longueur. Puis, petit à petit, l’appel du rapide s’accentue et, bientôt, nous apercevons les bouillons blancs. Ce sont les premiers obstacles sérieux que nous avons à franchir. Les cageux se mettent en garde. On sent qu’ils étreignent plus nerveusement leurs rames et se préparent à l’effort qu’il va falloir faire. Les conversations deviennent moins bruyantes, les quolibets cessent (…) Combien de trains de bois s’y sont brisés sur les récifs ! Combien de vies s’y sont éteintes quand les grands bois d’œuvre de nos forêts n’avaient que cette voie pour arriver à la métropole ! Je me souviens qu’un jour, toute la population du Collège de Montréal fut mise en émoi à la nouvelle que le père de l’un de nos condisciples, guide d’une longue expérience, s’était perdu avec plusieurs de ses hommes, en sautant la chute des Cèdres sur un train de grandes billes de chêne. Le bois de chêne étant plus lourd que l’eau, il fallait, pour le supporter, le mettre sur plusieurs rangs de pièces de pin, bois très léger, très flottant. Un tel radeau disloqué, les billes de chêne coulaient pour ne pas revenir à la surface et les cageux qui le montaient avaient aussi grande chance de subir le même sort. »

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges : Le célèbre maître de cages Jos Montferrand (1802-1864) repose au lot familial H-488. Les « cageurs » et les « cageux » appartiennent chronologiquement au XIXe siècle et au transport du bois par flottaison, en cages, en radeaux et en train de bois. Ces derniers sont assemblés à l’embouchure des tributaires de la rivière des Outaouais, en prévision de leur longue descente vers les marchés de Montréal et de Québec. Deux livres classés d’importance nationale consignés à la Bibliothèque des Lettres et Sciences humaines du Pavillon SamuelBronfman de l’Université de Montréal située au 3 000, rue Jean-Brillant : Intitulés respectivement Glanure (1904) et Théorie du merveilleux dans la littérature française et canadienne : XVIIe siècle (1901), ces ouvrages — identifiés dans le Répertoire du patrimoine culturel du Québec — sont attribuables à Jules-Siméon Lesage (1871-1953), auteur et conférencier. Dans Théorie du merveilleux, Lesage évoque que nos ancêtres ont cherché « à satisfaire ce besoin de Merveilleux qui est au fond de la nature humaine ». Pour lui, le capital de poésie de l’âme populaire québécoise est indissociable des contes et des 151


Mont-Royal-Outremont légendes liés au « voyageur canadien, ce type national par excellence (qui) était à la fois : poète, chasseur, guerrier, conteur, pêcheur, marin, colon, bûcheron, selon les besoins et les exigences des lieux ». C’est donc à cette vie d’aventures que « le Merveilleux Canadien, prend naissance » et le prosateur offre en exemple la première strophe du poème patriotique Le Chant des Voyageurs d’Octave Crémazie (1827-1879) où chaque rime offre un pittoresque grandiose, est empreinte de simplicité et de naturel caractéristique aux rameurs hardis des cages. « Ces hommes, chose digne de remarque, aimaient à se poser en héros ». Dans Notes et esquisses québécoises, publié tardivement en 1925 après la Première Guerre mondiale, Lesage renchérit : « Sans parler des exploits retentissants de nos voyageurs et de ces hommes de cages, dont les récits merveilleux ont charmé l’imagination populaire, légendes authentiques qui sont la moelle pour ainsi dire, de notre littérature nationale. » Source : https://collections.banq. qc.ca/ark:/52327/1986910. Parc du Mont-Royal : D’une superficie de 2 km2, ce parc public occupe le plus haut sommet du mont Royal, c’est-à-dire celui de la Croix, à 233 m de hauteur. Son nom lui a été attribué par Jacques Cartier, lors de 152

sa visite en 1535. Le parc du Mont-Royal, inauguré en 1876, est l’œuvre de l’important architecte paysagiste d’Amérique du Nord Frederick Law Olmsted, concepteur émérite de plusieurs grands parcs américains, dont le Central Park de New York. Occupant une partie importante de la superficie du MontRoyal, ce parc constitue au cœur de l’île de Montréal une émeraude végétale comprenant plus de 110 000 arbres, dont les espèces les plus populaires sont l’érable, le frêne rouge, le chêne, le tilleul d’Amérique, l’épinette blanche et le pin rouge. On y trouve également plus de 150 espèces d’oiseaux. Enfin, c’est aussi le lieu d’un peuplement iroquoien au Québec, puisque c’est près du lac aux Castors, une cuvette du mont Royal, que la bourgade Hochelaga, signifiant digue aux castors, aurait été implantée [C.T.Q. et C.T.C.]. Le Pavillon Samuel-Bronfman de l’Université de Montréal conserve aussi les deux volumes classés North America d’Anthony Trollope remontant à l’époque victorienne : Cette œuvre littéraire est un bien culturel classé au ministère de la Culture et des Communications. Anthony Trollope (18151882) est un romancier britannique célèbre qui a également écrit des livres convaincants sur la réalité géopolitique qui attestent une grande

compréhension intellectuelle. L’une de ses plus grandes forces a été de transmettre dans ses écrits la vision cohérente des structures sociales de l’époque victorienne au Royaume-Uni qui marque l’apogée de la révolution industrielle britannique ainsi que celle de l’Empire britannique. Voici un extrait choisi du vol. I, chapitre V, qui vient immédiatement après une description dithyrambique de l’emplacement du parlement canadien en construction sur un roc qui surplombe la rivière des Outaouais : « La grande industrie du Canada est l’exploitation forestière ; et l’exploitation forestière consiste à abattre des pins dans les lointaines forêts, à les débiter ou à les mettre en forme pour le marché, et à les faire descendre le long des rivières jusqu’à Québec, d’où ils sont exportés vers l’Europe et surtout vers l’Angleterre (…) mais il y a beaucoup de choses très pittoresques à son sujet (…) Si j’avais le temps, et que j’avais un an ou deux de moins, j’aimerais bien aller bûcher dans les bois. Les hommes pour cela sont engagés à l’automne de l’année, et sont envoyés à des centaines de kilomètres de là, dans les forêts de pins, en équipes nombreuses. Ils construisent des cabanes en rondins pour s’abriter, et la meilleure nourriture est utilisée dans leur alimentation. Mais aucune boisson forte, quelle qu’elle soit, n’est autorisée, et aucune n’est à


Robert Mantha de Maniwaki.

la portée des hommes (…) Je suis monté au printemps, lorsque les radeaux se formaient dans les tributaires, et je suis descendu sur l’un d’eux en suivant le courant de la rivière dès que les crues des eaux avaient laissé la voie libre (…) Puis les cours d’eau deviennent pour un temps navigables, et les trains de bois carré sortent. Aux rapides, les grandes cages sont en quelque sorte détachées et réparties en petits radeaux qui dévalent séparément. Le caractère exaltant et le rythme de ce passage doivent, je dois dire, être très jubilatoires. On m’a dit que le Prince de Galles désirait descendre un rapide sur un radeau, mais que les hommes responsables ne pouvaient dire que c’était sans danger. Ceux qui accompagnaient le prince ont alors recommandé à Son Altesse Royale de s’abstenir (…) La rivière des Outaouais est l’endroit formidable pour ces radeaux de bois. On pourrait, je pense, l’appeler le quartier général du bois à travers le monde. Presque tout le meilleur bois de pin se trouve sur les Outaouais et ses tributaires (…) Le bois carré des Outaouais (…) descend le Saint-Laurent jusqu’au Québec, où il perd cependant tout son caractère pittoresque » (pp. 107-110, réédition de Sutton Publishing, 1987). Source : https://www.patrimoine-culturel. gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=120243&type=bien. 153


Nelligan

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Derraji, Monsef (PL) Monsef.Derraji.NELL@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 3 535, boul. Saint-Charles, Bureau 400 Kirkland (QC) H9H 5B9

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

154

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


06 MONTRÉAL

Afficher l’héritage — boulevard Gouin Ouest dans l’arrondissement Saint- Laurent : D’une longueur de 275 mètres, le tronçon du boulevard Gouin Ouest, situé entre les rues Paiement et Chauret, constitue le cœur de l’ancien noyau villageois de Sainte-Geneviève. Élément fondateur et rassembleur de l’île de Montréal, ce boulevard revêt une importance à la fois historique et symbolique. Dans ce cadre, le noyau villageois de Sainte-Geneviève et son patrimoine ont reçu une attention particulière l’automne dernier. On a installé un large panneau à la hauteur de la rue du Pont où on raconte onze histoires significatives. Au fait, c’est la Société patrimoine et histoire de l’île Bizard et Sainte-Geneviève qui a relevé « onze prénoms et onze années en relation avec l’histoire ». L’année 1908 est très importante, car elle fait « référence au dernier passage symbolique d’une cage dans le cadre du 300e de Québec ». Il s’agissait d’une cage provenant du Haut- Outaouais appartenant au baron du bois J. R. Booth (1827-1925).

Nelligan

Société patrimoine et histoire de l’île Bizard et Sainte-Geneviève (https://www.sphib-sg.org/) : Vers 1907, âgé de plus de 87 ans, Gatien Claude de L’Île-Bizard — Sainte-Geneviève, conduisit la dernière cage (train de bois) sur la rivière des Prairies. La SPHIB-SG a collaboré à la mise en place du panneau d’interprétation au Parc-nature-du-bois-de-l’île-Bizard et La Pointe-aux-Carrières. On explique qu’au XIXe siècle, la Pointe-aux-Carrières était l’une des haltes pour les cageux de l’Outaouais, en route vers Québec. Son anse naturelle offrait un lieu où la cage de bois carré pouvait être désassemblée en radeaux (cribes) avant d’entreprendre la descente des rapides Lalemant, à l’entrée de la rivière des Prairies, suivis des rapides du Cheval blanc, du Crochet et du Sault-au-Récollet.

Down the St. Lawrence on a Timber Raft, article signé par Adam Shortt (1859-1931) et paru dans Queen’s Quarterly en juillet 1902, vol. 10 : Économiste et historien, Shortt se joint au corps enseignant de l’Université Queen en 1886 où il est professeur de science politique de 1891 à 1908. L’Encyclopédie canadienne précise que « son enseignement est d’une exceptionnelle influence ». Voici un court extrait de cet article de 18 pages où il décrit sa propre expérience sur une cage : « Pour former les drames [radeaux], les bois sont solidement liés entre eux par des tiges

ou des rameaux, d’une manière simple, mais ingénieuse. L’expérience a montré que cette méthode donne à la fois une grande fermeté et une grande souplesse, ce qui permet aux drames de supporter les fortes contraintes des rapides bien mieux que si elles étaient liées par des câbles de fer ou de chanvre. L’équipage du radeau était entièrement composé de Canadiens français. La navigation du Saint-Laurent, dans toutes ses formes anciennes, est presque le droit héréditaire du Canadien-français. Pendant plus de deux siècles, en tant que commerçant de fourrures, voyagiste, batelier, raftsman et homme de main, il a parcouru le grand fleuve et tous ses affluents, et il en suit encore les eaux. » (p. 19)

Rue des cageux à Pierrefonds : La rue des cageux au nord-ouest de l’île de Montréal a été nommée en honneur des cageux, aussi appelés cageurs ou Raftsmen qui passaient généralement au nord de l’île de Montréal pour livrer le bois équarri à Québec. Rue Gatien-Claude à Pierrefonds : Âgé de plus de 87 ans, Gatien Claude de l’Ile-Bizard, a piloté la dernière cage (train de bois) sur la rivière des Prairies. Société de transport de Montréal (STM) : Les lignes d’autobus 401 et 470 avec l’arrêt des Cageux/de Pierrefonds (58 242). 155


Notre-Damede-Grâce Weil, Kathleen (PL) Kathleen.Weil.NDDG@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 5 252, boul. De Maisonneuve O., Bur. 210 Montréal (QC) H4A 3S5

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

156

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Notre-Dame-de-Grâce

L’importance historique des symboles. La crypte de l’église Notre-Dame-de-Grâce accueille la dépouille du 1er maire de Montréal : « En 1833, 42 Montréalais élisent, indirectement, le premier maire de la ville, Jacques Viger (1787-1858) » (ville.montreal. qc.ca). En plus d’être un travailleur acharné, Viger s’appuie sur un réseau de contacts particulièrement riche. Par sa famille, il est apparenté aux milieux nationalistes bascanadiens : il compte parmi ses cousins DenisBenjamin Viger, député influent, et surtout Louis-Joseph Papineau, remuant chef du Parti patriote. Dans le contexte de crise politique permanente des années 1830, où s’affrontent patriotes et partisans du gouvernement colonial britannique, Jacques Viger apparaît comme un nationaliste modéré. La réalisation la plus durable du premier maire de la ville est certainement la création en 1833 des armoiries de la municipalité. Les quatre symboles représentent les principaux groupes vivant à Montréal au XIXe siècle : les Anglais avec la rose, les Écossais avec le chardon, les Irlandais avec le trèfle et les Canadiens français — comme on appelle alors la population francophone — représentés à l’origine par le castor, qui se veut le symbole du caractère industrieux. La croix qui divise les armoiries en quatre quartiers rappelle la mission d’évangélisation à l’origine de la fondation de Ville-Marie. Viger accompagne ces symboles

d’une devise rassembleuse, Concordia Salus. La devise, qui signifie « le salut par la concorde », se veut une invitation à la bonne entente entre les différentes communautés de la cité : elle prend toute sa signification lorsqu’on songe au contexte durant lequel elle a été choisie ! Soulignons, également, que le castor a été représenté sur le premier timbreposte canadien. En effet, c’est Sandford Fleming (1827-1915) qui dessine le premier timbre-poste canadien, émis le 23 avril 1851. Il décide de rompre avec la tradition en proposant de représenter un animal sur le timbre, plutôt qu’un monarque. Il choisit le castor, animal qui a joué un rôle primordial à l’époque de la traite des fourrures alors qu’il symbolise bien l’ingénieur forestier. Durant ce siècle où la capitale canadienne sera déplacée dès 1857 à Ottawa, berceau de la première grande industrie canadienne, l’industrie forestière est la première source de revenus du Canada. Le castor est devenu emblème officiel du Canada le 24 mars 1975, lorsque la « Loi portant reconnaissance au castor (castor canadensis) comme symbole de la souveraineté du Canada » reçut la sanction royale. Néanmoins, le castor faisait partie de l’identité canadienne bien avant l’adoption de cette loi comme nous l’avons vu (https://bit.ly/3bFugLp).

Avenue de Monkland : À partir de 1774, une communauté anglophone s’installe sur les hauteurs de l’ancien quartier Notre-Damede-Grâce. La villa, construite en 1803 par William Powell, et le domaine de 125 acres, où la villa est située, furent connus sous le nom de Monkland depuis qu’en 1795, sir James Monk (1745-1826) en fit l’acquisition. En 1844, modifiée et agrandie par l’architecte George Brown, la maison devint jusqu’en 1849 la résidence d’été officielle du Gouverneur général, alors que Montréal était la capitale du pays. Rappelons-nous qu’à la création du Canada-Uni, le débat s’enflammera autour du choix unique de la capitale et le siège du gouvernement sera fixé à l’alternat entre Kingston, Montréal, Québec, Toronto avant de s’arrêter sur Ottawa. Toutes ces villes accueilleront les opérations gigantesques et pittoresques des cageux. Pour approvisionner les trains de bois au cours de leur déplacement jusqu’au port d’embarquement aux anses de Québec, de grandes fermes et de petits villages se sont développés comme lieu d’escale tel L’Abord-à-Plouffe (devenu Chomedey puis Laval). À la hauteur de l’île de Montréal, en direction de Québec, deux routes fluviales de cageux se rejoignaient : • la route Sud (les Grands Lacs et les rapides de Lachine) • la route Nord (les rivières des Outaouais et des Prairies). 157


Pointe-auxTrembles Rouleau, Chantal (CAQ) ministre.deleguee@transports.gouv.qc.ca Chantal.Rouleau.PAT@assnat.qc.ca Ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal Bureau de circonscription : 500, boul. Saint-Jean-Baptiste, Bureau 100 Montréal (QC) H1B 3Z7

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

158

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


06 MONTRÉAL

Pointe-aux-Trembles

Touage de cages : « De Montréal à Québec, le remorquage est la règle, à partir des années 1840 » rapporte l’homme d’affaires D. D. Calvin (1945). De ce fait, les cageux sur leur train de bois carré qui n’avaient pas cette aide — le fleuve en était plein, il y a longtemps — avaient l’habitude de s’attacher la nuit aux cages enchaînées et réunies à un bateau-remorqueur qui se préparait à partir dès l’aube avec sa marchandise précieuse vers le port de Québec. Les cageux importuns protestaient « avec volubilité lorsqu’ils étaient rejetés à la dérive », espérant encore quelques bonnes grâces avec des « promesses de paiement sans valeur » (p. 70, extrait de A Saga of the St. Lawrence de l’auteur D. D. Calvin ; traduction de Résonance Canada). L’auteur précise un peu plus loin à la p. 74 : « À moins que la cage ne parte de Lachine tôt le matin, elle est immobilisée à Montréal jusqu’au lendemain, car il faut de nombreuses heures de lumière du jour pour descendre le fleuve en toute sécurité. Au départ de Montréal, le train de bois passe par la Pointeaux-Trembles, Varennes, Verchères, comté de Berthier, Sorel et continue à travers les îles

jusqu’à la tête du lac Saint-Pierre. Le dernier endroit sûr où s’arrêter, avant de sortir sur le lac, est l’Anse à Bateau ». Ce lieu-dit Anse à Bateau n’existe plus comme tel, mais nous spéculons qu’il pourrait s’agir de Pointe de l’Anse des Mères : http://www.toponymie.gouv. qc.ca/ct/ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=98375. Partager un copieux repas de cageux : En se joignant à la Société patrimoine et histoire de l’île Bizard et Sainte-Geneviève, Éliane Labastrou a contribué à pérenniser l’histoire des cageux. Elle nous rappelle cet écrit de Léon Trépanier qui rapporte le témoignage du notaire Cardinal, dont le grand-père avait

bâti une maison près de la Pointeaux-Carrières de l’île Bizard, en partie avec le bois carré récupéré sur la rive : « Sur chaque cage, on avait aménagé une sorte d’abri ou de cabane qui devait servir en même temps de cuisine où le cook préparait toujours une nourriture abondante à ses cageux, spécialement des beans dont il avait rempli de gros chaudrons de fer, en ayant soin d’y placer d’abord au fond un bon rang de gros lard, un rang de beans et ainsi de suite. Après avoir recouvert le tout, il plongeait le chaudron dans du sable brûlant jusqu’à cuisson et servait le tout à ses hommes avec de gros beignes dorés, ruisselants de graisse. Il était aussi possible, pour les gens de la région, d’aller faire une visite aux chalands et de partager le repas des cageux. Le témoignage unanime était toujours qu’ils n’avaient jamais rien mangé de si bon » (article paru dans le journal La Patrie en 1949). En médaillon, Jos Montferrand, de Marc-André J. Fortier reconnu pour ses œuvres monumentales et ses bronzes (www.majfortier.com). 159


Robert-Baldwin

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Leitào, Carlos J. (PL) CarlosJ.Leitao.ROBA@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 3 869, boul. des Sources, Bureau 203 Dollard-des-Ormeaux (QC) H9B 2A2

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

160

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


06 MONTRÉAL

Robert-Baldwin

Nous choisissons de vous partager deux écrits, l’un publié au Canada français et l’autre en Angleterre, qui réfèrent à l’invention du glissoir à cages dès 1829 qui a été reconnue comme un événement historique de très grande importance par le gouvernement fédéral en 1976 : https://www.pc.gc.ca/apps/dfhd/page_ nhs_fra.aspx?id=1873. Les glissoirs à cages, une technique unique qui ne s’est répandue que dans la vallée de l’Outaouais : Le journaliste, littérateur et linguiste québécois Alfred DeCelles (1882 -1932) écrit en 1905 ceci « Quand les trains de bois venant d’en haut [HautOutaouais] étaient parvenus au-dessus de la Chaudière les Voyageurs [cageux] faisaient une halte à cet endroit. Il fallait alors les réduire à des proportions moindres : en cribes, pour passer par les slides, espèces de glissoirs, afin d’éviter les eaux du terrible gouffre. Quand on avait passé par cette espèce de canal, opération assez délicate, les hommes de cages qui venaient de sauter assemblaient derechef les différentes parties du radeau et se remettaient en route vers Montréal. Et dans la pénombre les radeaux sur lesquels les Voyageurs allumaient des feux, disparaissaient comme une longue

et silencieuse procession aux flambeaux dont les reflets rougeâtres se miraient sur les flots et jetaient une lueur sur les rives sombres de l’Ottawa [des Outaouais] » (pp. 48-49, https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/1987042). Quant aux cages qui viennent du côté du lac Ontario, elles « n’ont point à passer de glissoir ; mais quelques fois elles peuvent avoir à passer par les canaux du Saint-Laurent. » (Forestiers et Voyageurs, 1884, Joseph-Charles Taché (18201894), p. 219, https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2021894) L’utilité de cette invention, gagner Québec avant le gel : Voici un extrait traduit du Illustrated London News du 7 février 1863 (p. 161-162), « Cette méthode de fixation des billes de bois libres est effectuée grâce à des compétences spécifiques et une grande ingéniosité, permettant de sécuriser la masse en un ensemble sans l’abîmer en perçant des trous dedans. Avant l’introduction de cette très importante invention — les glissoirs à cages —, les grumes arrivaient aux chutes et dégringolaient ainsi dans celles-ci, elles étaient ensuite ramassées et réassemblées au sein d’une estacade en eau calme en contrebas de la chute. Le résultat qui découle de ce rude

système était qu’un important pourcentage de billes de bois était abîmé par l’abrasion, à tel point qu’elles avaient perdu toute valeur. Les glissoirs à cages étaient formés par l’excavation d’un passage à travers les rochers aux alentours des chutes. Le revêtement du sol était en bois équarri et la paroi des côtés était dotée de planches. Une fois les chutes passées en toute sécurité grâce aux glissoirs à cages, les radeaux de bois équarri sont assemblés par cinquante ; ils sont liés ensemble par des harts torsadées et flexibles de telle sorte à ce que le tout forme un radeau suffisamment fort pour supporter les violents stress. En fait, avant l’invention des glissoirs à cages, les radeaux étaient souvent dans l’incapacité d’atteindre la ville de Québec à temps pour expédier le bois la même année. L’équipage du radeau, innombrable, embarque à bord précisément de la même façon qu’un marin le fait sur son bâtiment. Le train de bois est la maison des bûcherons pour des mois ; le radeau est régulièrement ravitaillé et approvisionné (…) des maisons y sont construites pour que les hommes puissent y vivre (…) un grand foyer est formé dans une enceinte de petit bois sur un lit d’argile (…) mais les soucis des cageux ne font que commencer sur la rivière, bien que 161


Robert-Baldwin

navigable pour les radeaux sur une étendue de centaines de miles, le trajet est assailli par des obstacles à certains points ; arrivé là, l’intégralité des trains de bois doit être démantelée en radeau, et chaque cribe (cf. TERMIUM Plus® « cribes » https://bit.ly/3i81Miv) doit passer par le glissoir à cages, s’il y en a un ; dans le cas 162

contraire, les billots doivent être séparés pour traverser un par un ces difficultés, pour ensuite être réassemblés en radeaux. L’Outaouais, depuis le lac Témiscamingue jusqu’à son embouchure, est navigable par trains de bois ; mais depuis aussi loin, il est nécessaire de démanteler les trains de bois en radeaux

une douzaine de fois dans l’optique de passer rapides et glissoirs. À certains endroits, la rivière s’élargit en un grand lac, depuis le milieu duquel les rives sont à peine visibles. À certains endroits, plus étroits par la présence d’îles ou à l’approche des rives, l’eau déferle avec une telle vélocité dans un étranglement ou aux pieds d’une colline escarpée que la scène en est épeurante à contempler ; d’immenses vagues se lèvent comme si c’était l’océan Atlantique qui surgissait ; les écumes rugissent comme s’ils se brisaient ici et là, contre les rochers, ou sur les berges ; le ciel était du bleu le plus profond, l’air tranquille, pas une feuille ne bougeait dans cette forêt qui entourait cette scène extraordinaire : dans le plus grand calme, c’était un enfer d’eau. […] malgré les frayeurs qui leur appartiennent, les trains de bois passent en toute sécurité. Le cribe de bois doit également passer les rapides ; il craque, gémit, se plie et se tord, assailli par les vagues ; un étranger pourrait s’imaginer qu’elle se destine à devenir une masse de copeaux de bois à la suite de sa descente, mais elle émerge, intacte, des écueils immaculés. Une fois le dernier rapide passé, c’est bientôt l’endroit où débute la marée, et alors le cap Diamant apparaît, imposant parmi le paysage environnant, supportant sur ses épaules l’impénétrable forteresse de Québec » (https://www.nationalarchives.gov.uk/ abonnement requis).


Son Altesse Royale descend un glissoir à bois « Combien plus grand que d’habitude fut l’intérêt dans la marche du radeau, quand Albert-Edouard, prince de Galles, s’apprêta à tenter l’épreuve. Heureusement, tout se passa très bien tant pour le radeau du prince que pour celui des principaux représentants de la presse qui le suivait immédiatement » — The Illustrated London News, 20 octobre 1860. 163


Rosemont

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Marissal, Vincent (QS) Vincent.Marissal.ROSE@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 3 308, boulevard Rosemont Montréal (QC) H1X 1K2

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

164

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

L’archipel d’Hochelaga : Les Montréalais et Montréalaises oublient parfois qu’ils vivent dans un archipel qui regroupe un ensemble d’îles et îlots se dressant sur la rivière des Mille-Îles, la rivière des Prairies et une partie du fleuve Saint-Laurent – les plus grandes étant l’île de Montréal, l’île Bizard, l’île Perrot et l’île Jésus. L’archipel d’Hochelaga en regroupe plus de trois cents, de la rivière des Outaouais (lac des Deux-Montagnes) jusqu’à l’extrémité est de l’île de Montréal (fleuve Saint-Laurent). L’organisme Conservation de la nature Canada (www.natureconservancy.ca) protège plusieurs de ces îles. L’île aux Moutons, qui fait partie de Varennes, sur le fleuve Saint-Laurent devient dès 1978, son premier projet au Québec. Cet organisme veille, de concert avec ses partenaires, à la sauvegarde de milieux naturels d’un nombre croissant d’îles et de zones riveraines du SaintLaurent. Son équipe travaille également avec l’OSBL Protection des oiseaux du Québec, qui a acquis pour sa part les îles aux Canards et l’îlet Vert dans les années 80. « Signe qu’elles regorgent d’une faune et d’une flore riches, plusieurs îles portent le nom d’animaux ou de plantes » (Reportage de Radio-Canada à https://bit.ly/32HnqS8). Pendant plus d’un

Rosemont

siècle, les cageux (raftsmen) ont négocié avec adresse la conduite des cages à travers ce vaste archipel pour se rendre aux anses de Québec. Leurs contemporains davantage conscients de leur milieu insulaire voyaient ces cages tout autour d’eux, même qu’ils pouvaient distinguer la provenance des cages par leurs seules modes d’assemblages du bois carré. Dans le livre The Raftsmen of the Ottawa and St. Lawrence Rivers (2008), l’auteur Léon A. Robidoux (1923-2012) explique que « la préparation des radeaux de bois était une tâche laborieuse, qui exigeait beaucoup de connaissances et de compétences. Le bois carré, une fois transporté sur une grande rivière était rassemblé en radeaux de dimensions variables, qui à leur tour

étaient assemblés pour former un immense train de bois. Le train de bois était composé soit de cribes ou de drames (…) Le train de bois qui devait traverser les Grands Lacs et les imposants rapides du Saint-Laurent (de Kingston à Québec) était qualifié de cage de la rivière du Sud par les débardeurs qui la recevaient à l’ancienne capitale [Québec]. En comparaison, les cages de la rivière des Outaouais arrivaient, elles, sous forme de cribes. Alors les débardeurs au port de Québec disaient que ces trains de bois venaient de la rivière du Nord » (traduction de Résonance Canada, extrait p. 41). Ajoutons qu’en Outaouais, la famille Wright avait introduit dès 1829 l’invention du glissoir à cribes formé par l’excavation d’un passage à travers les rochers aux alentours des chutes, le premier étant le Hull Slide (https:// bit.ly/2tPH0Nx, voir l’illustration ci-haut). Une fois les chutes passées en toute sécurité, jusqu’à 200 radeaux étaient alors groupés pour reformer la cage sur laquelle s’organisait à nouveau le petit village de cageux avec des maisonnettes, une cambuse et tout l’équipement utile aux mariniers atypiques : mâts, voiles, ancres, chaînes, rames, etc. Il leur prenait souvent plus d’un mois pour distinguer à l’horizon le cap Diamant. 165


Saint-HenriSainte-Anne Anglade, Dominique (PL) Chef.dominique.anglade@assnat.qc.ca Dominique.Anglade.SHSA@assnat.qc.ca Cheffe de l’opposition officielle Bureau de circonscription : 3 269, rue Saint-Jacques Montréal (QC) H4C 1G8

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 4 LAC ONTARIO

166

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

FLEUVE : • Saint-Laurent

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Saint-Henri-Sainte-Anne

La pratique du métier de cageux est étroitement associée à deux industries majeures dans l’histoire du Québec, soit l’industrie forestière et la construction navale. L’Atelier de marine du Canada aurait été situé à la hauteur de la rue NotreDame entre Charlevoix et des Seigneurs : En 1846, Augustin Cantin (1809-1893) fonde parmi les plus importants chantiers navals canadiens soit l’Atelier de marine du Canada (Canada Marine Works) le long du canal Lachine à Montréal. À l’époque vers 1865, on y avait déjà construit 94 vaisseaux. Cette splendide gravure publicitaire disponible ici https://bit.ly/2VnwtnP représente un radeau amenant vraisemblablement du bois au chantier, la cale sèche avec une façade d’eau de 3 221 pieds (982 mètres), le chantier naval de 15 acres et ses nombreux bâtiments et dépendances : la forge, la scierie avec des scies verticales et circulaires, la menuiserie avec des machines hydrauliques spécialisées (varloper, raboter, bouveter, cheviller), l’atelier de garniture (voiles, etc.), l’atelier des chaudières à vapeur et l’atelier de conception (faiseurs de modèles).

Édouard-Zotique Massicotte (1867-1947) : Originaire de Petite-Bourgogne que l’on désigne comme le foyer du jazz montréalais, E.-Z. Massicotte — historien, archiviste et homme de lettres — publie sous différents pseudonymes (Blondel, Cabrette, Mistigri). Il a été membre fondateur de l’École littéraire de Montréal (1895) et a été nommé archiviste du district judiciaire de Montréal en 1911. En 1917, il rencontra Marius Barbeau et, avec lui, poursuivit sa collecte de chansons à Montréal et dans la région de Trois-Rivières. Il est le premier à enregistrer la chanson folklorique Les Raftmen en 1918 dont l’original est sur

un cylindre de cire (85-99/MAS - Aw-18.5) archivé au Musée canadien de l’histoire : https://bit.ly/3jRlZWS. Dans cette Revue du Québec industriel de 1939 dont le numéro porte le titre Vieilles chansons françaises du Canada, on (re) découvre le parcours minutieux entrepris pour sauvegarder ce folklore venu des chantiers forestiers : https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2628827. De plus, il signe en 1909, Athlètes canadiensfrançais : recueil des exploits de force, d’endurance, d’agilité, des athlètes et des sportsmen de notre race, depuis le XVIIIe siècle : biographies, portraits, anecdotes, records, 1909 (https://archive.org/details/ athltescanadie00mass/page/102/ mode/2up) où il consacre un chapitre entier à Jos Montferrand, dont voici un des passages élogieux « Mais, entre tous, il est un homme qui domine ses émules par son énergie, son intelligence, son agilité, sa puissance musculaire et son prestige incontesté. Cet homme auquel l’antiquité aurait élevé une statue, c’est notre athlète national par excellence, Joseph Montferrand » (p. 80). Se rapportant autant à la légende, au symbole qu’à la réalité, le fameux maître de cages Montferrand est étroitement lié à l’ère séculaire de nos marins atypiques, les cageux.

167


Saint-Henri-Sainte-Anne à l’illustration littéraire et publicitaire. Il signe de splendides photogravures avec rehauts d’aquarelle représentant des scènes attribuées au vieux terroir tels que Le Mardi-gras à la campagne (1911), Une veillée d’autrefois (1915), Le retour de la messe de minuit (1919), La bénédiction du jour de l’an (1912), Un magasin général de Jadis (1925), Les Visites du jour de l’An au temps passé (1928) qui consacrent ces moments de rencontres festives où les contes, les légendes et les chansons traditionnelles coloraient ces instants fugaces. Nous vous proposons d’admirer Une messe de minuit dans un chantier forestier d’autrefois (1927) : https:// collections.mnbaq.org/fr/oeuvre/600006920 et aussi Un conteur d’aujourd’hui (1902) : https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2073722.

Edmond-Joseph Massicotte (1875-1929) : Frère cadet d’Édouard-Zotique, il fut probablement le seul graphiste dans la province de Québec à épouser la tendance de l’Art nouveau au moment où elle était d’actualité européenne. À sa suite, plusieurs adeptes se révélèrent, notamment Henri Julien. La production de Massicotte fut considérable : 168

dès le début du XXe siècle, un millier de ses motifs et compositions ornaient déjà des publications sorties des presses de Montréal. Le bilan des dix années qu’il passa au Monde illustré, soit de 1892 à 1902, s’élève à 237 dessins publiés, dont quelques caricatures et de spectaculaires pages titres. Massicotte s’adonna au journalisme visuel, au dessin d’humour et

À gauche, carte postale La drave - The Drive illustrée par Edmond-Joseph Massicotte (éditeur et année inconnus). À droite, illustration par technique de gravure publiée dans l’ouvrage Les Marionnettes (Éditions Le Tamanoir, 1970). Il s'agit de la reprise du conte de Louis Fréchette adapté par Roger Des Roches et illustré par Michel Fortier.



Saint-Laurent

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Rizqy, Marwah (PL) Marwah.Rizqy.STLO@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 5 255, boul. Henri-Bourassa Ouest 3e étage, Bureau 312 Saint-Laurent (QC) H4R 2M6

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

170

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


06 MONTRÉAL

Rivière des Prairies : Tout au long du XIXe siècle, les cageux défilent à bord des radeaux de pin blanc en bois carré sur la rivière des Prairies en provenance des forêts de l’Outaouais ou de la Gatineau. Ce commerce du bois carré est inauguré sur l’Outaouais par Philemon Wright, à l’occasion du lancement du Columbo en juin 1806. Le transport par trains de bois qui y est associé périclite peu à peu avant de disparaître totalement en 1908, emportant avec lui le monde familier des cageux. Parmi les plus célèbres cageux nommons Jos Montferrand dont les exploits ont été amplifiés par la légende. Il symbolise l’homme fort, l’intrépide modèle, le héros et le champion des Canadiens - français. Dans l’imaginaire collectif, il se dresse, tel un géant, « le cul su’l bord du cap Diamant, les pieds dans l’eau du Saint - Laurent » (Gilles Vigneault) ! Pont Lachapelle (1836), le premier pont construit sur la rivière des Prairies : Tanneur et marchand de la côte des Neiges, Pascal Persillier dit Lachapelle (1781-1851) participe au développement économique du nord de l’île de Montréal. Il exploite également, avec un associé, la traverse avec deux ou plusieurs « horse-boat » de l’Abord-à-Plouffe assurant un lien entre l’île Jésus et l’île de Montréal, puis vers 1834, il amorce à cet endroit la construction d’un pont à péage dont le tracé annonce celui du pont Lachapelle construit

Saint-Laurent

au XXe siècle (cf. C.T.Q. : https://www. patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail. do?methode=consulter&id=7865&type=pge). Selon la réglementation en vigueur à l’époque, la structure doit permettre le passage « des cageux, cages et bâtiments ». Le « bill » privé de Lachapelle adopté en 1834 prévoit que les arches du nouveau pont auront au moins huit pieds au-dessus des « hautes eaux » et que la largeur entre les piliers ne sera pas moindre de cent pieds (4 Guillaume IV, c. 30, 1834, voir article 15). Après avoir déboursé 8 000 livres pour réaliser l’ouvrage, le pont de bois inauguré en grande pompe le 21 juillet 1836 aura dans les faits une élévation au-dessus des eaux, selon l’historien Denis Gravel, de 30 pieds ! Découvrez une aquarelle de Philip John Bainbrigge (1817-1881) du 18 octobre 1839 illustrant le pont Lachapelle avec un radeau mené par des cageux : https://www.bac-lac. gc.ca/eng/CollectionSearch/Pages/record. aspx?app=FonAndCol&IdNumber=2896345. Rue William-Chapman : Cet odonyme évoque la mémoire de William Chapman (1850-1917), poète, journaliste et traducteur canadien, originaire de Saint-François-deBeauce (Beauceville) et enterré au Cimetière Notre-Dame-des-Neiges à Montréal. Le fonds d’archives de William Chapman est conservé au centre d’archives de Montréal

de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Dans les années 1890, il écrit des poèmes empreints de naturalisme et de patriotisme dans le style de Louis Fréchette. Parmi ses nombreuses œuvres, voici un extrait du poème intitulé « Radeau » tiré de Les Aspirations : poésies canadiennes (1904) (https://numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/2021951?docpos=216) : Est-ce un îlot flottant ? Est-ce une nouvelle arche ? Non, c’est d’une forêt un large pan qui marche, C’est un radeau géant que de lourds avirons, En cadence tirés par d’âpres bûcherons, (…) L’énorme train de bois gouverné par des rames. Pour lui cette forêt, que balancent les lames (…) Ces hommes sont altiers par le cœur et la taille. Ils aiment l’aventure autant que la bataille, Et Montferrand, Cadot, Des Ormeaux et Cadieux Par eux sont vénérés comme des demi-dieux. (…) Et le bruit cadencé des rames dans les flots Remplace le doux chant si cher aux matelots. Plus vite à présent va le grand radeau solide, Brusquement attiré par le prochain rapide.

171


Sainte-MarieSaint-Jacques Massé, Manon (QS) Manon.Masse.SMSJ@assnat.qc.ca

Bureau de circonscription : 533, rue Ontario Est, Bureau 330 Montréal (QC) H2L 1N8

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 4 LAC ONTARIO

172

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

FLEUVE : • Saint-Laurent

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Sainte-Marie-Saint-Jacques

Jos Montferrand (1802-1864) : En 1857, le célèbre maître de cages Jos Montferrand prend sa retraite du milieu forestier. Il épousa Esther Bertrand en 1862 dont il eut un seul fils, Joseph-Louis, qui naquit seulement après sa mort. Il meurt le 4 octobre 1864 dans sa maison au 212 de la rue Sanguinet. À une époque où régnait la loi du plus fort et où les Raftsmen foisonnaient, ce voyageur infatigable et défenseur aux expédients par excellence se distingua comme maître de cages. Ses fonctions l’amenaient à commander avec fermeté un équipage de 80 hommes de cages, qu’Arthur Buies qualifia de despérado, mais où il fallait beaucoup de métier pour contrôler l’immense cage de 500 mètres sur 60 mètres, la désarticuler en radeaux à l’approche de rapides ou s’engager avec habilité dans un glissoir pour contourner une chute, parcourir 250 milles marins et risquer le tout lors de tempête au lac Saint-Pierre avant d’atteindre Québec. Les légendes maritimes authentiques qui en sont issues sont la moelle de la littérature québécoise et canadienne. Jos Montferrand est en voie d’être reconnu comme personnage historique par la ministre d’État à la Culture du Québec. Musée McCord, musée d’histoire sociale de Montréal : Ce musée possède une collection impressionnante de photos historiques et

d’objets reliés à l’industrie forestière. Par exemple, cette estampe intitulée Le chemin de fer du Grand Tronc, pont Victoria, construction au-dessus du fleuve Saint-Laurent, à Montréal de S. Russel qui date de 1854 où l’on peut observer à l’avant-plan des trains de bois glissant sur le fleuve en direction de Québec : http://collections.musee-mccord.qc.ca/fr/ collection/artefacts/M969.81.

Parc Jean-Narrache : Ce parc est situé sur la rue Saint-Timothée. Son nom rappelle le souvenir d’Émile Coderre (1893-1970) dont le pseudonyme était Jean Narrache. Pharmacien

et secrétaire au Collège des pharmaciens, Émile Coderre a été un auteur très populaire dans les années 1930, notamment avec sa chronique J’parl'pour parler qui paraît dans le journal montréalais La Patrie. Sous son pseudonyme, il publia plusieurs ouvrages, dont Les Signes sur le sable (1922), Quand j’parl' tout seul (1933) et Jean Narrache chez le diable (1963). Mais « qui est Jean Narrache, le je, le moé du texte ? », le Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec (1978) y répond ainsi : « C’est un pauvre diable qui, venant de la campagne, après avoir été cageux dans les chantiers, est maintenant ouvrier dans une usine de l’Est de la ville. Narrache propose de partager la vie des travailleurs qui peinent pour joindre les deux bouts (nés pour un p’tit pain) ou font partie de la Quêteucratie. Lui-même a encore la chance d’appartenir à la classe moyenne, c’est-à-dire à celle qui n’a pas les moyens. Il est croyant et pratiquant, aucunement honteux de sa pauvreté, mais il fustige ceux de la haut' pour leur manque de probité et de dignité. » Illustré au centre de cette page, un album réalisé en 2011 au profit du groupe communautaire L’Itinéraire. Cette compilation de rappeurs québécois rend hommage au verbe d’Émile Coderre. 173


Sainte-Marie-Saint-Jacques Maison Louis-Fréchette : Cette maison se situe au 1306, rue Sherbrooke Est, à Montréal ; elle a été reconnue comme monument historique, le 20 octobre 1976. Louis Fréchette (Lévis, 1839 - Montréal, 1908), poète, avocat et député, a habité cette résidence au cours des dix dernières années de sa vie. Il relate dans ses Mémoires intimes parus pour leur plus grande partie dans le Monde illustré en 1900 tout son émerveillement à l’arrivée des cages à Lévis, « c’était une fête pour les gamins de l’endroit, qui allaient vendre de la tire, des torquettes de tabac et des pipes de terre aux arrivants (…) Ces trains de bois étaient commandés par un chef qu’on appelait bourgeois de cages. Le plus célèbre des bourgeois de cages que j’ai connus, ou que j’ai vus plutôt (…) fut Joe Montferrand, que sa taille et sa force herculéenne ont sacré héros populaire et dont la gloire dure encore. » L’île Notre-Dame de l’Expo 67 : Une des phases importantes aux travaux d’aménagement du site de la future Exposition universelle de 1967 consiste à créer l’île Notre-Dame et à augmenter la superficie de l’île Sainte-Hélène. « L’une d’elles n’existait alors qu’à moitié ; l’autre pas du tout » (Expo 67 Guide officiel, p. 8). La fin de la construction de l’île Notre-Dame est prévue pour le 30 juin 1964, date à laquelle la ville de Montréal devait remettre le site de 174

la Terre des Hommes à la Compagnie de l’Exposition universelle (bilan.usherbrooke. ca/bilan/pages/ evenements/22115. html). Nous aurons donc compris que les cageux (raftsmen) n’ont pas connu ces nouveaux paysages qui en deux ans ont « surgi de quelques hectares de roc et de boue » (Expo 67 Guide officiel, p. 2). Parmi toutes les valeurs célébrées à l’Expo, la nation elle-même vient en tête puisqu’on célèbre aussi le centenaire de la Confédération canadienne (1867-1967). En produisant une grande énergie collective, elle mobilise la population et la pousse vers l’avant. Les possibilités qui s’offrent aux Canadiens enflamment l’imagination. Certains secteurs de l’économie, comme l’industrie forestière, incarnent cette ferme volonté de satisfaire à l’unique objectif croissant du progrès. Situé sur l’île Notre-Dame, le pavillon C-482 consacré aux pâtes et papiers du Canada retient l’attention ; l’immeuble en verre est « recouvert d’une forêt stylisée de houppiers de résineux. » Le Guide ajoute ceci « le jour, ses

couleurs vives forment un contraste agréable avec les immeubles voisins, et le soir, l’éclairage donne aux cimes vertes sur le ciel sombre un air féérique. Car la forêt est comme la poésie de la Terre des Hommes » (p. 200). Admirez cette photo aérienne qui a immortalisé cette architecture si particulière : https:// numerique.banq. qc.ca:443/patrimoine/details/52327/3426783. Dans la matrice de l’Expo 67 se greffent aussi des thèmes symboliques et culturels pour susciter l’adhésion de la population. Par exemple, plusieurs se souviendront qu’au parc d’attractions La Ronde on pouvait s’élancer dans La Pitoune (Flume Ride) ou La Drave (Timberland) illustrée ci-contre et qui est une manifestation éloquente de la puissance des traditions québécoises, même que dans la réalité des chantiers, on y voyait là des récits héroïques féconds. À droite, œuvre signée Luc Alain illustrant un train de bois carré.


175


Verdun

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Melançon, Isabelle (PL) Isabelle.Melancon.VERD@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 4 110, rue Wellington, Bureau 301 Verdun (QC) H4G 1V7

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 4 LAC ONTARIO

176

FLEUVE : • Saint-Laurent

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Péril sur les cages : D.D. Calvin rapporte les exploits des hommes de cages : « Les risques pris en descendant le Saint-Laurent en train de bois carré sont restés les mêmes tout au long de l’histoire de l’entreprise de Garden Island. Une lettre au bureau de Québec, du premier contrebandier du fleuve, François Landrigg, le 9 juin 1843, pourrait avoir été écrite par Julien Giroux ou Antoine Ménard dans les années 1860, par Louis Hamel ou Alexandre Lalonde dans les années 1880, ou encore par le dernier de leur lignée, Aimé Guérin, au début des années 1900. Landrigg rapporte qu’il avait atteint Montréal avec sa cage en très bon ordre, sans avoir eu de malheur dans les rapides, et sans avoir échoué, ni perdu un morceau de bois. Presque tous les risques, en tout cas jusqu’à Montréal, sont présents — difficultés dans les rapides, échouage des drames, perte de bois. La seule différence, c’est que Landrigg n’avait pas de ponts à affronter, Guérin avait les quatre piliers à éviter — à Cornwall, Coteau, Lachine et le pont Victoria. Les mêmes scènes d’accident se répètent sans cesse dans les archives : les hauts-fonds de Crab Islands en amont de Cornwall, le gros rocher dans les rapides

des Cèdres, les hauts-fonds de Laprairie en aval des rapides de Lachine, les piles du pont Victoria, le lac Saint-Pierre et la barre SainteCroix » (traduction de Résonance Canada). Ce passage évocateur est tiré des écrits de D. D. Calvin, soit A Saga of the St. Lawrence en 1945 (p. 75) et A Corner of Empire co-écrit en 1937. Admiration outre-frontière : La Nouvelle Géographie universelle est le nom d’un ouvrage de géographie en 20 volumes écrit en Suisse par le géographe Jacques Élisée Reclus (18301905) et publié sur 18 ans, de 1876 à 1894, par la Librairie Hachette, groupe d’édition français. Son objectif est de dresser une description et analyse de l’ensemble du monde, avec des données à la fois physiques et humaines. La Nouvelle Géographie universelle et L’Homme et la Terre, publiés à titre posthume, constituent les ouvrages majeurs de Reclus. Aux pp. 471 et 472, du tome XV Amérique boréale édité en 1890, il est dit « Enfin, sur le fleuve, les hommes qui suivent ou précèdent le convoi de flottaisons ont à joindre les billots en cages ou cageux, c’est-à-dire en radeaux disposés

Verdun en longs quadrilatères, ou le plus souvent en polygones irréguliers, composés d’un grand nombre de radeaux secondaires. Les bûcherons se laissent alors entraîner en dérive, si ce n’est aux endroits périlleux, où il faut échapper aux remous, se garer des rapides ; parfois ils démembrent l’îlot de bois qui les porte pour le reconstruire en aval et voyager encore (…) jusqu’au port, près du navire de chargement, presque toujours anglais (…) À pareils métiers, si divers et si pénibles, les draveurs ont fort à craindre les maladies causées par l’humidité et les viandes gâtées, surtout une espèce de scorbut qu’ils appellent la jambe noire (black leg) ; mais ceux qui échappent aux maladies et aux dangers deviennent presque tous des hommes remarquables par la force, l’adresse, la sûreté des mouvements et la présence d’esprit (…) Nombre d’entre eux, d’origine franco- canadienne pour la plupart, trouvent leur joie à braver la mort. On les voit traverser des courants rapides en sautant de bille en bille ; ils descendent même des cascades, cramponnés à un morceau de bois ; ils passent en nageant sous les radeaux et les bômes. » 177


Viau

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Benjamin, Frantz (PL) Frantz.Benjamin.VIAU@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 3 333, Jarry Est, Bureau 202 Montréal (QC) H1Z 2E5

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

178

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Colonel Charles P. de Volpi (1911-1981) : Historien, industriel et philatéliste canadien, de Volpi a combiné ses talents de façon singulière dans divers ouvrages traitant des images primitives du Canada, ainsi que dans de remarquables expositions sur l’histoire de la poste au Canada. Il a été décoré de l’Ordre du Canada en 1976, l’une des plus prestigieuses distinctions honorifiques civiles au pays (https://www.gg.ca/fr/distinctions/ recipiendaires/146-12909), avant de décéder à St-Sauveur-des-Monts. L’homme de lettres Lionel Groulx écrira « À ceux-là qu’intéressent les belles et grandes reproductions, nous recommandons très particulièrement l’album (…) que viennent de publier Charles P. de Volpi et P. S. Winkworth. L’ouvrage arrive à point. C’est toute l’histoire de Montréal à partir de ses images les plus lointaines qui nous est ici présentée. Et l’on peut suivre à

travers ses photos la complète histoire de la grande métropole canadienne. Ouvrage que ne peuvent dédaigner ceux-là qui voudront se donner la figure complète de la ville qui (…) par son exposition universelle (1967), deviendra le point de mire du monde » (https://id.erudit.org/iderudit/302409ar). Il est tout indiqué d’élargir ce propos au trio de Recueils iconographiques portant respectivement sur les villes de Montréal (1963), Ottawa (1964) et Québec (1971), car, élément plus qu’intéressant, elles sont concernées par l’histoire des différentes capitales canadiennes. Rappelons-nous qu’un débat s’enflamme à la création du Canada - Uni (1841) quant au choix de la capitale parmi — Kingston, Montréal, Toronto, Hamilton, Ottawa et Québec — alors que toutes ces villes sont situées sur une route fluviale des

Viau

cageux et ce, sans exception. L’importance historique de l’époque de l’exploitation forestière du pin blanc et l’ère des grands trains de bois, grands radeaux du Canada, est telle que cette industrie — née en serre chaude dans les circonstances spéciales du Blocus de Napoléon Ier — devint la « première source de revenus du Canada pendant un demi - siècle. » De ce point de vue, on dévoile l’unicité culturelle de notre pays, le Canada, sans gommer les spécificités locales. Ainsi, il n’y a rien d’étonnant que les gravures, les estampes, les illustrations les plus remarquables et nombreuses dans les deux derniers volumes précités de l’auteur sont consacrées aux immenses cages, puisque les anses de Québec reçoivent ces tapis de bois provenant des riches forêts de la vallée de l’Outaouais qui est le berceau de l’industrie forestière (Wood Rush). Le génie industriel de nos ancêtres bâtisseurs a ouvert la route du bois carré sur 6 500 km soit du Haut-Outaouais jusqu’en Angleterre. Liverpool, Glasgow et Bristol reçoivent le bois dont dépendent les marines marchandes et de guerre. Le « cycle du bois » a pour principale conséquence sociale d’apporter au nouveau Dominion du Canada une nouvelle, et relative, aisance financière. En 1857, la jeune ville d’Ottawa est choisie par la reine Victoria. La capitale profite pleinement. Elle est en forte croissance grâce aux activités liées à la navigation commerciale intense du bois équarri (https://bit.ly/2WBhrs0).

179


WestmountSaint-Louis Maccarone, Jennifer (PL) Jennifer.Maccarone.WSL@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 1 134, rue Sainte-Catherine O., 8e étage, Bureau 801 Montréal (QC) H3B 1H4

CAGEUX ÎLE DE MONTRÉAL - CARREFOUR AXES FLUVIAUX NO 3 ET NO 4

180

06 MONTRÉAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

ARCHIPEL : • Hochelaga

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


06 MONTRÉAL

Westmount-Saint-Louis

Beaver Hall Group des années 1920 à Montréal : Le groupe Beaver Hall, souvent vu comme la version montréalaise du Groupe des Sept, est fondé en 1920. Ces artistes partagent un studio au 305 de la côte du Beaver Hall et cherchent à sensibiliser le public à l’art canadien. Le groupe est composé des peintres modernistes Edwin Holgate, Maurice McCullen, G. Horne Russell, Gertrude Des Clayes, Lilias Torrance Newton et Anne Savage qui sont connus pour leurs paysages urbains. Le groupe n’a ni manifeste ni esthétique commune. Ce qui le distingue des autres groupes de l’époque est la forte présence de femmes qui occupent des rôles déterminants. Il n’est pas exceptionnel de voir un artiste membre également du sélect Royal Canadian Academy. Nous évoquerons six peintres influents contemporains au XIXe siècle qui ont immortalisé les cages comme une scène maritime caractéristique du Canada, soit :

Canadienne Impériale et Molson Coors) illustrant des cages au port de Montréal, 1862.

• Henry Sanham (1842-1910) avec une huile illustrant une cage à la hauteur du pont Victoria en 1878. Le studio Notman avait photographié la toile sur chevalet : http://collections.musee-mccord.qc.ca/fr/ collection/artefacts/II-61340.0.1. • Frances Anne Hopkins (1838-1919) avec plusieurs aquarelles dont celle d’un train de bois équarri sur le Saint-Laurent (1868, BAC 2838095). https://www.bac-lac. gc.ca/eng/CollectionSearch/Pages/record. aspx?app=FonAndCol&IdNumber=2838095

• Cornelius David Krieghoff (1815-1872) avec deux huiles semblables illustrant le naufrage d’un train de bois sur le lac Saint-Pierre (vers 1860, Art Gallery of Ontario) : https:// ago.ca/collection/object/2004/51. Parc Jos-Montferrand dans Ville-Marie : Ce nom évoque la mémoire de Joseph Montferrand dit Favre (mieux connu sous le nom de Jos Montferrand). Il est né en 1802 et il décède en 1864. Il est reconnu comme l’un des hommes forts du Québec. Il exerce le métier de cageux sur la rivière des Outaouais et il démontre une force exceptionnelle.

• Lucius R. O’Brien (1832-1899) illustre une cage à la hauteur du Parlement canadien sur l’aquarelle de droite (1873, MBAC 30573) ; • Charles William Jefferys (1869-1951) avec une aquarelle (1930, BAC 2835241) illustrant le premier train de bois sur la rivière des Outaouais, 1806 ; • Adam Sherriff Scott (1887-1980) avec deux huiles semblables (Banque de Commerce181


Papineau

07 OUTAOUAIS

Lacombe, Mathieu (CAQ)

BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

ministre.famille@mfa.gouv.qc.ca Mathieu.Lacombe.PAPI@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 07 Ministre de la famille Bureau de circonscription : 564, avenue de Buckingham Gatineau (QC) J8L 2H1

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

182

Au pays des cageux RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière de la Petite Nation • Rivière du Lièvre • Rivière des Outaouais

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune


07 OUTAOUAIS

Papineau

devrait captiver celles et ceux qui ont à cœur le développement régional. Source : https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2412939.

L’Outaouais, au pays des cageux : Dans le survol historique de l’occupation du territoire en Outaouais, un auteur explique le titre qu’il a d’emblée attribué à l’Outaouais, « Au pays des Raftmen ». Son histoire est bien la nôtre : « Les bûcherons et les draveurs (raftmen) des rivières Outaouais, Gatineau et Lièvre sont partout dans nos chansons et nos légendes de chasse-galerie. Les combats de Jos Montferrand contre les Shiners (bûcherons irlandais) sont aussi légendaires. Il faut, disait Montferrand, que les Canadiens s’emparent de ces belles terres, autrement, l’Anglais nous écrasera ; dans les villes, nous ne pouvons commander ; notre valeur est à la campagne. » Ce passage est tiré du livre Y’a-t-il un avenir pour les régions ? de Roméo Bouchard, écologiste et environnementaliste bien connu dans le Bas-Saint-Laurent, fondateur de l’Union paysanne et ardent défenseur de la diversité régionale. Dans cet essai de 2013, Roméo Bouchard dresse un portrait documenté de la situation de l’ensemble des régions du Québec et propose des alternatives au développement actuel qui

Route touristique de l’Outaouais : Les Chemins d’eau et la Véloroute des Draveurs évoquent l’histoire forestière de l’Outaouais. Pendant plus de deux siècles, la rivière des Outaouais a permis le transport de quantités massives de bois d’œuvre vers les marchés des États-Unis et de l’Europe. Les premiers cageux (raftsmen) de la vallée de l’Outaouais sont Philemon Wright et ses fils Tiberius, Philemon Jr, Ruggles et Christopher Columbus ; leurs cousins, Thomas et John Wright ; les associés, Martin Ebert, John Turner et London Oxford (cf. Walking in the Footsteps of Philemon Wright, Rick Henderson, 2017, 50 pages). Jacques Lamarche (1922-2006) : Ancien résident de Saint-André-Avellin, cet homme de lettres s’est consacré à la rédaction de manuels scolaires, mais aussi de romans, d’essais et de biographies. Sa fille, Claude Lamarche, a écrit sa biographie, Jacques Lamarche, un homme une époque, publiée aux Écrits des Hautes-Terres. Prenons plaisir à citer cet extrait de Contes et légendes de la Petite-Nation (1988) où Lamarche y laisse l’empreinte des cageux et des draveurs, car pour lui la Petite-Nation a eu ses héros bien

avant les Jeux olympiques du baron Pierre de Coubertin : « Ah non ! il n’était pas fou, le bonhomme. À cinquante-sept ans, on ne plaisante pas avec cent écus. Capitaine de milice, conducteur de grands radeaux, bûcheron et draveur, il connaît la valeur de l’argent et davantage la montée Papineau, ses côtes et ses détours, ses montées et ses lacets. Depuis dix ans qu’il la parcourt de la sortie de la presqu’île où loge le seigneur du fief de Plaisance à la réserve du moulin près des chutes, soir et matin, de l’hiver à l’automne… À huit heures ce matin-là, en août 1846, il est au rendez-vous au pied de la montée » (p. 127). Ce livre est disponible en ligne, gratuitement, pour agrémenter de belles soirées avec les enfants : https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/2406248. Chemin Jos-Montferrand à l’Ange-Gardien : Toponyme qui évoque le nom du plus célèbre cageux d’Amérique. Homme légendaire né le 25 octobre 1802, il a travaillé dans la vallée de la Lièvre. Surnommé tantôt le roi de l’Outaouais, tantôt le Cyrano de Gatineau ou The Best Man on the River, son histoire est liée intimement à cette région, mais ce cadre géographique s’élargit au territoire de la nation où il marque ses contemporains par ses nombreuses prouesses physiques. Sa réputation était telle qu’une grande partie de l’Amérique du Nord l’a admiré. 183


Chapleau Lévesque, Mathieu (CAQ) Mathieu.Levesque.CHAP@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 195, boulevard Gréber, Bureau 206 Gatineau (QC) J8T 3R1

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

184

07 OUTAOUAIS BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Au pays des cageux RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière des Outaouais • Rivière Gatineau

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


07 OUTAOUAIS

Centre de service scolaire des Draveurs : Cette commission scolaire voit le jour en 1986 et porte fièrement son nom qui rend hommage à l’industrie forestière et à ses hommes qui ont risqué leur vie sur nos cours d’eau. Dans l’ancienne version du site internet de l’institution, il était possible de mettre la main sur le document Historique de l’Outaouais dont voici un extrait significatif (p. 4 de 5) : « En hiver les billes sont déposées sur la glace des lacs et des rivières ; au printemps, elles partiront avec la débâcle. À cause des chutes et des nombreux rapides, les billes s’entrecroisent et s’accrochent aux rochers en formant des enchevêtrements qui ne peuvent être défaits que par une main d’hommes. Des équipes de travailleurs étaient chargées de conduire les billots. On les appela drivers mot qui est devenu dans le langage populaire draveurs ; la tâche de défaire les embâcles fut appelée la drave. Voici comment un témoin de l’époque nous raconte une scène lorsqu’un embâcle s’était formé sur le pilier du pont Alonzo Wright qui traverse la rivière Gatineau. Nous apercevons une dizaine d’hommes dans une chaloupe robuste taillée pour sauter les rapides. Les draveurs accostent en haut de l’embâcle et sautent prestement

Chapleau

sur le tas de bois. Les uns ont une longue gaffe avec pic de métal au bout ; les autres, le cantouque (mot anglais cant-hook). C’est une sorte de gros levier en bois muni d’une pointe ferrée et d’un crochet mobile qui permet de rouler les billes. Le travail commence. On cherche dans cet amas avec les gaffes les pièces mobiles, mais rien ne bouge. Tout à coup, deux draveurs s’attaquent à un gros billot qui semble soutenir l’ensemble. Avec leur cantouque, ils réussissent grâce à leur force à faire tourner la bille. On dirait deux lutteurs. Rapidement ils regagnent l’embarcation, car grâce aux billes ainsi libérées, l’embâcle risque de s’écrouler d’un instant à l’autre. Jamais on ne devinerait tant de souplesse dans le corps de ces hommes vêtus grossièrement et dans des jambes aussi lourdement bottées. » Pont des Draveurs : Le pont fut construit en 1972 et possède un total de six voies. Ce pont à poutres d’acier possède une longueur totale de 429,3 m et enjambe la rivière Gatineau. Lors de la colonisation de l’Outaouais au début du XIXe siècle, l’industrie forestière nécessite le travail de bûcherons et l’utilisation de la drave pour le transport du bois. Les draveurs, chaussés de bottes cloutées et équipés d’une gaffe (une grande perche de bois ayant en son bout un crochet métallique), se promenaient entre les berges de la rivière, les rochers et les

billes de bois pour faire circuler ces billes sur le cours d’eau. Les draveurs devaient surtout éviter que les billes de bois se brisent sur les rochers ou forment des embâcles. Fin du XXe, l’activité de la drave cesse complètement.

Site industriel de la Canadian International Paper Company : La C.I.P. a donné naissance à l’ancienne Ville de Gatineau. La rivière Gatineau est une entité dynamique qui contribue à transporter le bois en aval sur les eaux gonflées par la fonte des neiges. On va installer sur son tracé des digues qui servent à la récupération du bois de pulpe et au maintien du niveau de l’eau pour la drave. Avenue de la Drave à Gatineau (District du Versant) : Ce toponyme évoque un chapitre de notre histoire. La drave, sur ses eaux tantôt turbulentes, tantôt miroitantes, menées par des draveurs agiles, aux vêtements de couleurs vives reste quand même la partie la plus pittoresque et la plus impressionnante de toute l’activité de la grande industrie des pâtes et papiers qui prend son essor au XXe. Pour le bois, toutefois, ce n’est que le début d’une grande aventure. Il sera converti en une foule de produits : pâte à papier, papier journal, carton, planche murale, papier d’emballage, rayonne, explosifs, pellicules photographiques, etc. 185


Chapleau Stanislas Drapeau (1821-1893) : Inhumé dans le cimetière de Pointe-Gatineau, cet homme a pour principal mérite d’être un « homme à journaux ». Durant sa carrière prolifique, il signe notamment Le guide du colon français de 1888 où l’on retrouve plusieurs gravures illustrant des trains de bois carré dont celle-ci, du côté de Montréal, vue prise de l’île Sainte-Hélène.

Parc des Draveurs : Ce parc est situé au 205, boulevard de la Gappe dans le secteur de Gatineau de la ville de Gatineau. Quai-des-cageux : Ce quai est aménagé le long de la rue Jacques-Cartier à Gatineau. Le comité de toponymie de la Ville de Gatineau décrit ainsi cette page d’histoire : « Les cageux transportaient les billots de bois à l’aide des trains de bois sur la rivière des Outaouais et sur le fleuve Saint-Laurent. Le Columbo, premier radeau de bois de Philemon Wright (1760-1839), quitte les berges de Hull en 186

Pyrogravure sur bois réalisée en 2019 par Arianne Parent, 14 ans. Programme de concentration en arts plastiques de l’école Polyvalente Nicolas-Gatineau.

1806 pour Québec. La formation d’une cage se faisait en deux temps : les troncs étaient jetés dans la rivière et assemblés en radeaux sur les moyennes et grandes rivières, puis les ouvriers rassemblaient les radeaux pour former un train de bois ou une cage (…) Ce rectangle disposait de traverses en épinette retenues par un cordage extrêmement serré. Des cabanes en bois recouvertes de tentes étaient construites sur la plateforme pour la cuisine et le dortoir. » Considérant le travail exceptionnel de ces Voyageurs et le volet identitaire du nom, le Quai- des-Cageux est retenu par le comité. Boulevard de la Gappe : Pendant plus d’un siècle, l’industrie du bois a dominé la ville de Gatineau, particulièrement dans les anciennes villes de Buckingham, de Hull, de Gatineau, de PointeGatineau (flottage) et de Masson. Les billots de bois destinés aux diverses usines étaient acheminés par flottage pêle-mêle, à partir des chantiers, sur les rivières Gatineau, du Lièvre et des Outaouais. C’est à cette activité de flottage que s’applique le mot gappe et on le trouve tant dans le secteur de Hull que dans le secteur de Gatineau. Ainsi, au bout de la rue Notre-Dame-de-l’Île, il y avait une baie appelée La Gappe ; on y faisait le tri des billots de bois au temps du flottage. Le long du ruisseau du Lac-Leamy qui coule à l’extrémité est du cimetière Notre-Dame et qui relie le lac Leamy aux

installations de la Gatineau Boom sur le bord de la rivière des Outaouais, il y avait un chemin appelé Gappe en 1935-1936. Enfin, le mot gappe vient sans aucun doute du mot anglais gap signifiant interstice. Le livre De draveur à militaire publié en 2017 aux éditions Véritas Québec : Né à PointeGatineau au sein d’une famille ouvrière, l’auteur Camil Doucet avoue avec honnêteté que sa jeunesse un peu téméraire l’a guidé vers une sortie trop rapide de l’école. En 1975, il n’a que 17 ans quand il est embauché comme draveur pour la C.I.P. de Gatineau. Vers 1981, il anticipe que le métier de draveur va disparaître. Il décide alors de s’engager comme militaire ; c’est le commencement d’une brillante carrière dans les Forces armées canadiennes. Son livre s’ouvre avec cette déclaration coup de poing : « Le seul moyen que j’ai trouvé pour transmettre mes tranches de vie est de le faire en écrivant, en décrivant, en me souvenant que la plupart de mes camarades ne pourront jamais témoigner. Certains ne peuvent regarder dans le rétroviseur parce que les traumatismes les affectent encore… D’autres parce qu’ils ont sacrifié leur vie sans pouvoir la raconter. » Camille Doucet a été un invité conférencier au Château Ramezay le 9 novembre 2017 dans le cadre de l’événement Columbo 1806.


187


Gatineau Bussière, Robert (CAQ) Robert.Bussiere.GATI@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 490, Route 105, Bureau 250 Chelsea (QC) J9B 1L2 100, rue Principale Sud, Bureau 23 Maniwaki (QC) J9E 3L4

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

188

07 OUTAOUAIS BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Au pays des cageux RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Coulonge • Rivière des Outaouais • Rivière du Lièvre • Rivière Gatineau

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau à papier • Érablière à tilleul • Érablière à caryer • Érablière à bouleau jaune


07 OUTAOUAIS

Gatineau

plus grands photographes au pays et meilleur ambassadeur de la Gatineau. » Remorqueur Siskin à Low : Artéfact du patrimoine industriel forestier de la vallée de la Gatineau et témoin de l’époque de la drave, ce bateau-remorqueur trône à l’entrée de la municipalité de Low en bordure de la route 105. Siskin sera en service sur la rivière Gatineau de 1955 à 1993.

Parc de la Gatineau… en 120 pages : Ce livre bilingue The/La Gatineau est édité en 1994 grâce au duo imbattable Malak (photos) et Ron Corbett (texte). On y montre la Gatineau dans toute sa splendeur, elle, qui « représente l’essence même de la capitale ». Gatineau, « un nom, une rivière, un parc, une ville, un immense territoire. Colonisée vers les années 1800, notre région a écrit son histoire avec des mots comme billots, pitoune, draveur, raftsman. Toujours présente dans l’Outaouais, l’industrie du bois fait maintenant place aux technologies de pointe et à un riche réseau commercial dans la troisième région la plus populeuse du Québec. Les images de Malak traduisent de façon significative la richesse de notre patrimoine environnemental et social vue à travers la lentille de l’un de nos

L’œuvre d’art Le Draveur à Maniwaki : Cette sculpture d’un draveur géant de 3 m, dirigeant un billot à l’aide de sa gaffe, ne passe pas inaperçue à Maniwaki ! Elle est signée par l’artiste Donald Doiron qui réalise des œuvres d’art public depuis plus de 30 ans. Il affirme que « la création du Draveur a été inspirée par les histoires de drave de mes grands-pères ». Le draveur, héros national, symbolise la bravoure, la souplesse et la vitalité. Rapides La Danse du Draveur dans la municipalité de Déléage : R3 ou R3-4 selon le niveau, ces rapides de la rivière Gatineau situés en aval de l’île du Corbeau, à l’Est de l’île Boom, ont été baptisés en l’honneur des draveurs qui ont travaillé sur la Gatineau jusqu’aux années 80. On y retrouve quelques belles vagues à surf. Ils sont sur le parcours officiel du Festival d’eau vive de la HauteGatineau [C.T.Q.].

Remorqueur Pythonga à Maniwaki : Ce bateau-remorqueur de 70 tonnes a été utilisé pendant plus de 65 ans, de 1928 à 1993, pour remorquer au réservoir Baskatong des millions de mètres cubes de bois. Il est maintenant exposé à terre, en bordure de la rivière Désert qui traverse la ville de Maniwaki, dans le parc thématique du Pythonga. Forêt de l’Aigle dans la MRC de la Valléede-la-Gatineau : La forêt de l’Aigle avec ses 140 km2 est un important point d’intérêt de la municipalité de Cayamant. Elle possède un joyau : des énormes pins, qui couvrent le tiers de la surface totale. Pins rouges, pins blancs, ils sont issus d’un feu, survenu à la fin du XIXe siècle, et n’ont jamais été récoltés depuis. Une rareté au Québec. La réputée forêt de l’Aigle, modèle entre toutes de forêt habitée, apparaît comme « l’envers » d’un vaste pillage forestier survenu en Outaouais pendant deux siècles. Concrètement, cela se traduit par un plan de développement quinquennal (20182023). Le territoire a été découpé en secteurs, dans lesquels les aménagements sont spécifiés et des habitats protégés.

Lac Raft au Lac-Pythonga : Situé dans un territoire non organisé de la Vallée-de-laGatineau, ce toponyme rappelle une méthode ancienne de flottage du bois. 189


Hull Gaudreault, Maryse (PL) Maryse.Gaudreault@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 259, boulevard Saint-Joseph, Bureau 207 Gatineau (QC) J8Y 6T1

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

190

07 OUTAOUAIS BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Au pays des cageux RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Gatineau • Rivière des Outaouais

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


07 OUTAOUAIS

Premier train de bois Columbo : Philemon Wright est considéré le père de l’industrie forestière pour avoir lancé le 11 juin 1806 le premier train de bois, qu’il nomma Columbo et qui se rendra jusqu’au port de Québec. Édifice Jos-Montferrand (secteur Hull) : Cet édifice public abrite le Palais de justice de Gatineau. Le héros y a connu deux destins, celui que lui assigne la tradition orale folklorique (peuple) et celui que lui fixèrent les prosateurs (élites). De son vivant même, Montferrand était un héros dont on grossissait les exploits. Sa légende sacralisée a été racontée par les Laurier, Sulte, Montpetit, Malchelosse et Massicotte qui ont retenu les éléments de la tradition orale qui « correspondaient le plus à leur vision de la société canadienne-française » pour sculpter un modèle héroïque. Ce Montferrand magnifié est dépositaire de valeurs : sa réputation de redresseur de torts et de protecteur des Canadiens français (ex. Bataille du pont des Chaudières) en fera le symbole phare pour distinguer le palais de justice à Gatineau. La légende continue d’embellir sa vie et de faire grandir ses exploits.

Rue Jos-Montferrand (secteur Hull) : Ce toponyme rend hommage au grand Jos Montferrand. Ce Montferrand, « auquel l’antiquité aurait élevé une statue », a régné sur la rivière des Outaouais et ses rivages où il a vécu les trois quarts de sa vie. Au Canada, « sans rivière pas de bois », disait-on. Notre patrimoine forestier et fluvial a généré des personnages historiques plus grands que nature comme le célèbre maître de cages Jos Montferrand qui fait partie intégrante des rives de l’histoire nationale. Ce « coq de radeau » est d’un intérêt patrimonial aussi pour sa valeur symbolique et identitaire. En 2027, nous célébrerons le 225e anniversaire de naissance de Jos Montferrand et le 200e de sa venue en Outaouais. Notre géant des rivières se perpétue dans les chansons des Gilles Vigneault, La Bolduc et Stompin’ Tom Connors, les monuments à sa gloire, les pièces de théâtre, la toponymie, les événements, la philatélie, la poésie, les contes. Jos Montferrand est le premier athlète canadien-français qui savait impressionner, par sa force physique, son agilité et sa souplesse : il frappe comme la ruade du cheval, manie la jambe comme un fouet, lève une charrue d’une seule main, estampille son talon sur le plafond des tavernes grâce à une

Hull

culbute époustouflante et maîtrise le héros imaginaire américain Paul Bunyan. Remorqueur Missinaibi à Gatineau (secteur Hull), emblème national : Photographié sur la rivière des Outaouais par Malak Karsh en 1963, ce bateau-remorqueur a par la suite été reproduit sur le billet de un dollar canadien. De 1974 à 1989, ce sont 3,4 milliards de coupures qui ont circulé à travers le pays. Le Missinaibi est situé sur le terrain du Musée canadien de l’histoire à Gatineau. Monument commémoratif de Philemon Wright (1760-1839) : Le monument a été érigé (Coin Taché et Montcalm) en 1950 au 150e anniversaire de la fondation par ce pionnier de la première colonie permanente en Outaouais. Cet obélisque arbore un bas-relief de bronze de Wright, côté nord. La dépouille de Wright repose à l’imposante stèle funéraire aménagée au cimetière Saint-James. Lisez les articles La découverte de Hull et La colonisation de Gatineau parus dans Le Droit en 1918 : https:// numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/4145817?docpos=4 et https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/ details/52327/4145826?docpos=4. 191


Hull Plaque historique d’Ezra Butler Eddy (1827-1906) de l’édifice no 6 de la E.B. Eddy : Cet Américain immigre à Hull en 1854. En dix ans, son entreprise passe d’une petite fabrique d’allumettes dirigée avec son épouse où il se charge lui-même de la vente, à une compagnie qui écoule par le canal Rideau divers produits de bois manufacturé. Doué d’un flair inimitable, il continue à faire prospérer son entreprise et il devient l’employeur principal de la population locale. Certains spéculent que sa participation en politique a aidé à la montée fulgurante de son empire. Une crise affecte le commerce du bois entre 1873 et 1880, puis un incendie détruit une part importante de ses installations en 1882, ce qui l’oblige en quelque sorte à recommencer. Il crée donc la société E. B. Eddy qui manufacture des allumettes, et aussi de la pâte et papier dans les édifices historiques qui sont encore aujourd’hui sur la rive des chutes des Chaudières. Journal Le Droit (maintenant situé au siège social du 425, boulevard Saint-Joseph, bureau 201) : Les articles dans ce journal témoignent sans conteste de la réalité régionale depuis 1913. En 1938, l’équipe du Le Droit collabore à l’édition du plus important manuel-répertoire d’histoire et de géographie 192

régionales qui est diffusé sous le titre Le Nord de l’Outaouais. La préface précise que c’est un « devoir élémentaire de justice autant qu’un plaisir pour nous de rendre hommage au travail des pionniers de notre histoire ». Nous reproduisons cet extrait : « Notre région fut

longtemps une terre d’aventure où pouvaient se donner libre cours toutes les initiatives. Philemon Wright essaya le système des cages à bois. C’étaient d’immenses radeaux lentement poussés à la voile par le vent ou à la rame. La coupe du bois amena la création de chantiers. Le flottage du bois sur des rivières accidentées comme la Gatineau rendit nécessaire la drave, c’est-à-dire le travail qui consiste à remettre au courant les billes arrêtées et enchevêtrées sur les rochers, parfois au milieu même des rapides » (pp.132-133). Festival des Raftsmen : De 1967 à 1973, les Hullois et Hulloises se souviennent de ce célèbre festival où les compétitions d’hommes forts étaient populaires au Québec. À la même époque, la brasserie Les Raftsmen était l’endroit où fêter, car plusieurs chansonniers québécois s’y sont produits comme le groupe de musique Suroît à tendance traditionnelle de Les Îles de la Madeleine.


193


Pontiac Fortin, André (PL) Andre.Fortin.PONT@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 104, rue Front, C.P. 100 Campbell’s Bay (QC) J0X 1K0 Les Galeries Aylmer 181, rue Principale, Bureau A1 Gatineau (QC) J9H 6A6

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

194

07 OUTAOUAIS BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Au pays des cageux RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Coulonge • Rivière Coulonge Est • Rivière des Outaouais • Rivière du Noire

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau jaune


07 OUTAOUAIS

Chenal Raft à Clarendon : Situé dans la MRC de Pontiac et sur l’axe fluvial de la majestueuse rivière des Outaouais, ce toponyme fait référence aux savoir-faire de nos ancêtres cageux. L’Outaouais supérieur se développe dès les années 1830 et assure le leadership dans la production du pin et du bois équarri jusqu’aux années 1850 avant de se lancer graduellement dans le bois de sciage. Rue des Draveurs à Gatineau (District de Lucerne) : Toponyme qui évoque l’ère de la drave. Rue de la Gappe à Mansfield-et-Pontefract : Ce toponyme fait référence à une technique forestière utilisée pour contrôler, trier et rassembler les pitounes de bois. Il n’y a pas si longtemps encore, ces billots de bois flottaient sur les rivières pour alimenter les scieries ou les usines des pâtes et papiers de l’Outaouais. Parc des Chutes Coulonge, un musée en pleine nature à Mansfield-et-Pontefract : Localisé dans la MRC de Pontiac, le parc des Chutes Coulonge se veut d’abord et avant tout un musée dédié à la mémoire des nombreux draveurs qui ont sillonné et bravé les eaux tumultueuses des environs. Loin d’être un site élaboré de manière académique et strictement

Pontiac

éducative, le parc propose une excursion enrichissante et palpitante par le biais d’un parcours parsemé de sentiers, d’artéfacts de la drave, de belvédères, de chutes et de canyons. Ce parc abrite un bateau Alligator immatriculé no 959 qui servait pour la drave et qui est en tout point semblable à l’Ancaster de la E. B. Eddy Forest Products ltée qui est le deuxième remorqueur qui figure au côté du Missinaibi sur le dernier billet papier de un dollar.

Dompteur d’écueils, bas-relief intégré au Musée de l’Auberge Symmes : Réalisé par l’artiste belgo-canadienne Isabelle Regout, ce monument de 3,2 m sur 2,5 m constitué de 54 pierres et pesant 350 kg, se veut un symbole et tient à illustrer le courage et la détermination des cageux et des draveurs. La sculpture représente un trio d’hommes robustes luttant contre les éléments et tentant de maîtriser un cribe (un radeau) sur la rivière tumultueuse des Outaouais. Avec son titre allégorique et métaphorique, la sculpture Dompteurs d’écueils vise à faire perdurer le souvenir des cageux de la rivière des Outaouais. Depuis décembre 2017, la sculpture est exposée en permanence au Musée de l’Auberge Symmes, l’un des plus beaux bâtiments patrimoniaux de la région de Gatineau. Il faut ici noter l’accord parfait entre

ce « joyau patrimonial de Gatineau » et l’œuvre Dompteurs d’écueils puisque ce site privilégié a été construit en 1831 par Charles Symmes, fondateur d’Aylmer et neveu de l’entrepreneur Philemon Wright, lequel avait lancé son premier train de bois 25 ans plus tôt. Ainsi, la sculpture interpelle le public en faisant vibrer une magnifique page de notre histoire locale. Source : http://abcstrategies.com/dompteursdecueils/.

Les armoiries d’Otter Lake : Le vert des armoiries fait référence à la forêt, mais également à la nature qui nous encadre dans notre quotidien. Nos forêts offrent une multitude de richesses. Il faut se rappeler que nos forêts ont contribué presque exclusivement à notre développement économique. Le bleu représente évidemment les nombreux cours d’eau (lacs et rivières) qui donnent à Otter Lake une allure pittoresque. En plus de nous servir de loisirs et d’espaces de tranquillité, nos cours d’eau ont eux aussi contribué à notre développement économique. Les hommes de par chez nous ont connu les défis de la drave. Plusieurs y ont même perdu la vie. Un de nos cours d’eau les plus importants pour les draveurs fut le lac de la Loutre qui est l’autre symbole héraldique. En amont du lac, on retrouve la rivière Picanoc. Les pitounes (billots de bois) 195


Pontiac débutaient probablement leur aventure à cet endroit. Le long voyage emprunta la route vers la rivière Gatineau pour finir sa mission à Hull. Même si on le nomme le lac de la Loutre, le cours d’eau comporte un léger courant et est, en fait, l’élargissement de la rivière Picanoc. Source : https://grandquebec.com/armoiriesblasons/armoiries-otter-lake/. Chemin du Pin-Blanc à Alleyn-et-Cawood, le lac du Pin-Blanc ou le petit lac du PinBlanc à Lac-Nilgaut : Tous ces toponymes sont localisés dans la MRC du Pontiac. Le pin blanc mesurant de 30 à 50 m (98 à 164 pieds) en hauteur fera la fortune de l’Outaouais au XIXe siècle. Un train de bois (ou une cage), rassemblant 2 000 à 3 000 arbres bien équarris, était formé d’une centaine de radeaux mesurant chacun 8 sur 18 m (25 sur 60 pi). Pour faire ce long voyage de 500 km, du Pontiac à Québec, on fixe sur le radeau le plus solide, la cambuse (cookerie) qui est le plus gros bâtiment. Le trajet fluvial durant plus d’un mois, on peut s’imaginer que ça faisait du bien de se rassembler autour du feu posé sur un lit de glaise. Lac de la drave au Lac-Nilgaut : Ce toponyme que l’on retrouve dans un territoire non organisé évoque une technique de flottage du bois. 196

Livre rare et ancien daté de 1882, le Picturesque Canada : Ce livre publié en deux volumes a été intégré par le gouvernement du Québec dans le répertoire des biens à haute valeur patrimoniale. Cet ouvrage illustré a profité de la technique d’édition la plus en vogue à l’époque, celle du bois debout, inventée en Angleterre par Thomas Bewick. C’est en partie grâce à cette technique que le livre à l’époque romantique s’orne de plus en plus d’illustrations. Les bibliophiles vont collectionner à leur plus grand plaisir ces livres montrant des scènes pittoresques notamment du Nouveau Monde. George Monro Grant, auteur du Picturesque Canada, est à l’origine de la devise du Canada : A mari usque ad mare (« D’un océan à l’autre »). Professeur émérite de théologie à l’Université Queen’s de Kingston, Grant raconte son expérience lorsqu’il a franchi dans le Haut-Outaouais un glissoir à cages : « Nous embarquons dans un radeau un peu en amont des portes du glissoir des chutes du Grand Calumet. Les raftsmen nous avertissent de nous cramponner solidement à l’une des fortes perches ancrées entre les bois équarris de la rangée inférieure du radeau. Au-dessus du glissoir, les eaux des Outaouais sont tranquilles et profondes ; à gauche, à travers le boisé qui nous en sépare, nous pouvons entendre le grondement de la cataracte. Les portes du glissoir s’ouvrent avec violence et l’eau s’engouffre dans le couloir lisse et incliné ; notre radeau, dirigé prudemment

vers le glissoir, déplace lentement sa tête audessus de l’entrée ; il avance, oscille pendant un moment, puis dans un brusque plongeon et un éclaboussement d’eau, se précipite dans le corridor étroit et gagne de plus en plus de vitesse. Refluant de l’avant, l’eau du torrent ruisselle sur le radeau ; des jets d’eau jaillissent de partout entre les bois qui se trouvent sous nos pieds ; puis, après avoir piqué du nez en quittant le glissoir, notre radeau se retrouve dans les eaux calmes, où s’offre à nous le paysage splendide de la chute » (traduction de Résonance Canada). Dès 1830, les Outaouais sont le siège du plus grand chantier de bois au monde profitant à Bytown qui deviendra Ottawa, choisi en 1857 comme capitale du pays. Cette jeune industrie forestière, l’Eldorado du Canada, relègue en arrière-plan le commerce des pelleteries. Lors de la visite royale de 1860, on fait valoir : « Nous, les cageux du Haut-Outaouais, constituons un corps de 13 000 hommes, les os et les tendons du Canada ». Diane Aldred (1942-2003) : Fortement engagée dans sa communauté, elle a contribué à la fondation de l’Association du patrimoine d’Aylmer. Elle a amorcé son action dans le domaine du patrimoine par un inventaire et une description des plus anciens bâtiments et sites d’Aylmer, qui ont ensuite servi de base à son premier livre d’histoire locale, Aylmer,


Québec, son patrimoine, publié pour la première fois en 1977. Ce livre a été suivi de trois autres ouvrages : Lakeview Terrace 1946 - 1986 (40e anniversaire Lakeview Terrace), Le Chemin d’Aylmer, une histoire illustrée (1994) et Registered Timber Marks of Eastern Canada 1870-1984 (1985). Ce dernier ouvrage nous intéresse particulièrement, car à l’époque où les grumes étaient transportées par flottage sur les rivières pour être traitées, il était important pour les entreprises de bois d’identifier de manière fiable à qui appartenaient les grumes. La Loi sur le marquage des bois [LRC 1985, c T-11], aujourd’hui abrogée, a été adoptée en 1870 et exigeait des entreprises d’exploitation forestière de l’Ontario, du Québec et du Nouveau-Brunswick qu’elles enregistrent une marque d’identification unique et apposent ensuite ce symbole sur les arbres coupés. Entre 1870 et 1990, quelque 2 200 marques de bois ont été enregistrées. Le fait de ne pas enregistrer et utiliser une marque de bois était passible d’une amende. Source : https://deserontoarchives. ca/2010/03/09/logging-log-ownership/ et https:// canlii.ca/t/mp66. La revue Geographica (août 2000) traite des troncs d’arbre qui se trouvent dans le fond des

rivières Gatineau et des Outaouais : L’article d’Elizabeth Shilts explique que deux hommes d’affaires d’Ottawa, Peter Bernard et Mark Cuningham, ont repéré au sonar d’immenses dépôts de troncs sur les 380 km de la Gatineau. Des recherches les portent à penser que 2 % des centaines de millions de grumes coupées depuis 1800 se trouvent au fond de la rivière. Les troncs sont restés parfaitement sains. Les deux entrepreneurs cherchent à récupérer un trésor : par leur qualité et par leur volume, les grands pins blancs d’antan valent une fortune. Ils disent : « Sur 40 km, le fond ressemble à du velours côtelé. Il est complètement recouvert de billes de pin. À un endroit, on en a trouvé 30 m [98 pieds] d’épaisseur. » En 1999, des plongeurs ont fait de l’archéologie subaquatique : « Nous avons pu lire toute l’histoire de la coupe dans la région. D’abord, nous avons trouvé des arbres des années 1950 puis en dessous ceux des années 1940… Les troncs étaient de plus en plus gros, certains de 5,5 m [18 pieds] de long et de 90 cm [3 pieds] de diamètre, sans doute coupés au début du siècle. » D’autres ont été récupérés dans la rivière des Outaouais : 23 m de long [75,5 pieds] - plus de sept étages – et 1,5 m [4,9 pieds] de diamètre. Ces troncs appartiennent à des arbres de plus de 300 ans, datant des XVe ou XVIe siècles, vraisemblablement abattus au milieu du XIXe siècle alors qu’on les abattait à la hache. Il n’existe plus de pins de cette taille, disent-ils (cf. http://www.geographica.ca). 197


Abitibi-Est

08 ABITIBI-TÉMISCAMINGUE BASSIN VERSANT : • Baie de Hannah et de Rupert

Dufour, Pierre (CAQ) ministre-mffp@mffp.gouv.qc.ca Pierre.Dufour.ABES@assnat.qc.ca Ministre responsable des régions 08 et 10 Ministre du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs Bureau de circonscription : 888, 3e Avenue, Bureau 202 Val-d’Or (QC) J9P 5E6

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

198

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Harricana

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Sapinière à bouleau à papier


08 ABITIBITÉMISCAMINGUE

Abitibi-Est

Outaouais - Ottawa River visible en médaillon, et ce, à trois millions d’unités.

La rivière des Outaouais, la plus longue rivière du Québec : En 2017, le gouvernement du Québec désigne la rivière des Outaouais lieu historique puisque l’occupation humaine du bassin hydrographique de la rivière des Outaouais remonte à plus de 6 000 ans, mais quelques siècles seulement feront d’elle un monopole, la route principale du commerce des pelleteries, puis l’autoroute du bois qui sera le principal moteur de notre économie pendant tout le XIXe siècle. Depuis sa source au lac des Outaouais jusqu’à sa décharge dans le lac des Deux Montagnes, la rivière des Outaouais s’étend sur 1 271 km dont la majeure partie de son tracé sert de frontière naturelle entre l’Ontario et le Québec. Le segment de l’Outaouais entre les lacs des Quinze et Témiscamingue porte le nom Rapides des Quinze. La plus ancienne dénomination que l’on relève pour la rivière des Outaouais est Kitchisipi, orthographiée aussi Kitchisippi et Katche-sippi, signifiant « grande rivière ». Selon la Commission de toponymie du Québec, Ottawa et Outaouais forment des doublets phonétiques et morphologiques. La Société canadienne des postes a émis, en 1992, le timbre Rivière des

Le dépôt de Baie-Carrière : L’ouvrage magistral Val-d’Or de Denys Chabot publié en 2009 en collaboration avec la ville et la Société d’histoire et de généalogie de Val-d’Or (www.shvd.ca) rappelle que dès 1930 ce secteur - connecté au réservoir Decelles et à la rivière des Outaouais - est envisagé pour assurer la récupération du bois suite à la construction du barrage Rapide-Sept. « En 1941, la forestière C.I.P. décide de faire de Baie-Carrière le centre de ses activités pour toute la vaste région des sources de l’Outaouais », elle l’abandonnera en 1972. L’industrie forestière dans la région de Val-d’Or connaît son sommet dans les années 1940 alors qu’elle compte plus de 1 400 travailleurs forestiers. Tout le bois coupé à la tête des eaux, dans la région du Réservoir-Dozois, du Grand-Lac-Victoria, des lacs Denain, Camatose, Granet et Guéguen « descend au printemps, dès la fonte des glaces, la rivière des Outaouais ». On formait alors de vastes trains de flottage de billots libres entourés d’estacades (booms). De petits bateaux de type Alligator poussaient et compactaient les billots dans une estacade fermée. Chaque sac pouvait contenir de 1 000 à 1 500 cordes ou « unités » de bois. Des bateaux comme le Decelles et le Pontleroy remorquaient

alors les sacs, parfois trois ou quatre à la fois, jusqu’au barrage Rapide-Sept où l’ouverture des vannes laissait passer au fil de l’eau le bois flottant. Soulignons que généralement les barrages du Québec sont dotés d’une passe à billots permettant au bois en circulation sur l’eau de les franchir ; ces vestiges industriels permettront aux jeunes générations de mieux comprendre les vastes opérations forestières. Parmi les draveurs et les bûcherons, l’auteur Chabot souligne la contribution des Cheezo et des Bradcoupé (p. 167).

Le lac du Radeau au Réservoir-Dozois et le lac du Radeau à Senneterre : Situés dans la MRC de la Vallée-de-l’Or, ces toponymes équivalents rappellent les savoir-faire d’antan. En territoire isolé, de petits radeaux fabriqués sur place facilitaient les déplacements sur les eaux notamment en période de chasse ou de pêche. « Si, au début, les radeaux n’ont servi qu’aux petites tâches utilitaires et quotidiennes, ils ont rapidement acquis une importance capitale pour le développement du pays (…) Le transport des billots se faisait par la construction d’immenses cages. Les hommes qui les menaient étaient des cageurs, mais la prononciation populaire en fit des cageux. Ces hommes, solides gaillards, avaient un langage d’expressions très vigoureuses et colorées et souvent leurs festivités se terminaient en bataille. On créa 199


Aquarelle de C.-A. Paradis. Détails pp. 205 et 206, Lac des Sept Lieues.

Abitibi-Est vite des légendes [sur] les cageux. Parmi celles qui se perpétuent aujourd’hui [on a] encore en mémoire les exploits prodigieux d’un Jos Montferrand, par exemple » (Léon-A. Robidoux, Les cageux, 1974, p. 19). Mandat du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) : À titre de gestionnaire des forêts publiques, de la faune et de ses habitats ainsi que du patrimoine naturel collectif, le ministère a pour mission d’assurer une gestion durable des forêts, de la faune et des parcs et d’appuyer le développement économique de ces secteurs d’activité au bénéfice des citoyens du Québec et de ses régions. Le MFFP est un partenaire essentiel à l’arrivée du premier musée sur les raftsmen (cageux) : https://bit.ly/3aneHHH (étude d’impacts touristiques et économiques) et https://bit.ly/2WBhrs0 (plan muséologique). Des mandats institutionnels importants portés par la Société d’histoire forestière du Québec (SHFQ), l’Association québécoise pour le patrimoine industriel (AQPI) et The International Committee for the Conservation of the Industrial Heritage (TICCIH) : La SHFQ (www.shfq.ca) se spécialise dans la compréhension des aspects historiques et sociaux de la forêt. Elle se démarque par une 200

approche qui met de l’avant l’expertise des sciences sociales en complémentarité avec celle des forestiers et des biologistes. L’AQPI (www.aqpi.qc.ca), quant à elle, a pour mission de promouvoir l’étude, la connaissance, la conservation et la mise en valeur du patrimoine industriel au Québec. Enfin, TICCIH est l’organisation internationale reconnue pour l’archéologie industrielle et le patrimoine industriel ; son but est d’étudier, de protéger, de conserver et d’expliquer les vestiges de l’industrialisation. Ici comme ailleurs on constate qu’à l’instar d’un passé colonial, le progrès industriel fait partie de l’histoire locale et devient une source de fierté non européenne, car il est basé sur de nouveaux récits. Chez nous, nous pouvons évoquer en particulier la longue épopée des cageux. Selon les critères élaborés dans la Charte mondiale de Nizhny Tagil (https://www.icomos.org/18thapril/2006/

nizhny-tagil-charter-e.pdf) pour la conservation du patrimoine industriel (2003), les nouvelles utilisations doivent respecter et maintenir les modes originaux de circulation et d’activités, et devraient être compatibles dans la mesure du possible avec l’utilisation originale ou principale. Chronique « Le premier cageux à descendre à Québec fut Wright, en 1806 » : « Au début de l’ère inaugurée par Wright (décédé en 1839), il n’y avait aucun vaisseau pour remorquer ces énormes pièces flottantes, car le premier vapeur qui sillonna l’Ottawa fut l’Union of Ottawa en 1819. Et il n’est pas rare de voir [à l’époque] des radeaux quitter le lac Témiscamingue à la fin avril, franchir une distance de 600 milles [1,111 km] et arriver à Québec au commencement de juillet. » Source : La Presse, 14 janvier 1957, p. 4, https://bit.ly/3hGYu4X.


201


Abitibi-Ouest

08 ABITIBI-TÉMISCAMINGUE BASSIN VERSANT : • Baie de Hannah et de Rupert

Blais, Suzanne (CAQ) Suzanne.Blais.ABOU@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 259, 1re Avenue Ouest Amos (QC) J9T 1V1 29, 8e Avenue Est La Sarre (QC) J9Z 1N5

DRAVEUR

202

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Harricana

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Sapinière à bouleau à papier


08 ABITIBITÉMISCAMINGUE

Abitibi-Ouest

La rivière Harricana montant vers un Nord mythique, celui des Cris et des Inuits : La rivière Harricana avec ses 553 km de longueur chevauche deux régions administratives, soit l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du- Québec, avant de se jeter dans la baie James. Au XIXe siècle et au XXe siècle, on faisait de la drave sur la rivière Harricana. On produisait sur ses berges du bois de pulpe, de planche et des dormants, c’est-àdire, des billots de bois placés entre les rails du chemin de fer, des éléments d’extrême importance à l’époque. Cette rivière tire son nom de l’algonquin Nanikana qui signifie « la voie principale ». La limite sud du bassin versant de la rivière Harricana est caractérisée par la ligne de partage des eaux. Notons que selon une autre version, le nom vient du mot algonquin anakona, dont la version ojibwée est uhnahkonah et la version crie est ayukoon’w. Les trois termes signifient « route fluviale ». Une autre étymologie suggère qu’Harricana signifierait « rivière aux biscuits » en algonquin, et que ce nom serait dû à la présence des pierres de fée que l’on trouve dans la rivière et qui rappellent la forme d’un biscuit. 203


Rouyn-NorandaTémiscamingue Lessard Therrien, Émilise (QS) Emilise.Lessard-Therrien.RNT@assnat. qc.ca Bureaux de circonscription : 170, avenue Principale, Suite 103 Rouyn-Noranda (QC) J9X 4P7 3, rue Industrielle, Bureau 6 Ville-Marie (QC) J9V 1S3

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

204

08 ABITIBI-TÉMISCAMINGUE BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Outaouais

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau à papier • Sapinière à bouleau jaune


08 ABITIBITÉMISCAMINGUE

Rouyn-NorandaTémiscamingue

Forêt ancienne du Lac-du-Pin-Blanc : Cette forêt exceptionnelle est tricentenaire. Deux conditions ont permis à cette forêt d’atteindre un âge aussi avancé. Cette forêt a échappé aux grandes perturbations naturelles qui affectent la majorité des peuplements forestiers, soit les feux, les épidémies sévères d’insectes et les chablis (tempêtes de vent violent). Mais surtout, cette forêt n’a jamais subi de perturbations anthropiques. Sa situation topographique, sur une île, a très certainement contribué à sa protection. Car dès le milieu du XIXe siècle, les premiers chantiers forestiers s’installent aux abords par ex. des lacs Kipawa, Des Quinze et Simard. Les immenses pins coupés sont alors flottés sur les rivières, rassemblés au lac Témiscamingue avant d’être redirigés à Québec, en passant par Gatineau et Montréal. Lieu de mémoire à Angliers : Montez à bord du T.E. Draper (bien historique classé au M.C.C.Q.) qui demeure le plus important remorqueur de bois sur le lac des Quinze (1929-1972) ! Profitezen pour visiter le Chantier Gédéon, une véritable reconstitution d’un camp de bûcherons des

années 1930-1940. Ci-devant, une photographie prise du T.E. Draper.

Maison du Frère-Moffet à Ville-Marie, immeuble classé : Joseph Moffet (1852-1932), surnommé par les Algonquins « Maïakisis », soit « l’homme levé avant le soleil », est considéré comme le « père du Témiscamingue ». Ce frère oblat de Marie-Immaculée a consacré près de soixante années au développement de la région. Avec le père Charles-Alfred Paradis (1848-1926), le frère Moffet explore la région témiscamienne afin de déterminer les lieux

propices à l’établissement de colons. « C’est dans la foulée de leurs pérégrinations que la Société de colonisation du lac Témiscamingue est fondée en 1885. Elle marque le début d’une période d’immigration volontaire et de peuplement spontané. Dès 1886, Ville-Marie est érigée en paroisse sous le nom de Baie-des-Pères. La maisonnette des Oblats est utilisée à cette époque comme résidence temporaire pour les familles nouvellement arrivées. » (Répertoire du patrimoine culturel du Québec). Cette maisonnette est construite en bois équarri. Les radeaux de Cléricy à Rouyn-Noranda : Traversé par la rivière Kinojévis, Cléricy est devenu dès 1978 le théâtre à la Saint-JeanBaptiste de la descente en radeaux : « On a déjà eu jusqu’à 15 000 spectateurs. Et jusqu’à 37 radeaux », affirme Gilles Rancourt est l’un des pionniers de l’événement qui a perduré quelques décennies. Source : https://bit.ly/3xajLt4. Lac de la Chasse-Galerie : La Commission de toponymie du Québec a puisé dans le légendaire québécois l’un de ses thèmes les plus populaires 205


Rouyn-Noranda-Témiscamingue celui des voyages fantastiques dans les airs. Connue en France par les équipées nocturnes de sieur de Gallery, la chasse-galerie, au Québec, met principalement en cause le canot d’écorce. À la suite d’un pacte conclu avec le Diable, un groupe de bûcherons va participer à une veillée dans une paroisse de la vallée du Saint-Laurent et, grâce au canot volant, peut être de retour dans les chantiers le lendemain matin. La tradition rapporte également que chasse-galerie se disait autrefois pour les âmes en peine qui parcouraient les airs. Le lac du Pin Équarri à Les Lacs-duTémiscamingue (territoire non organisé), le lac du Pin blanc à Témiscaming (ville), le Lac Pin Blanc à Les Lacs-du-Témiscamingue (territoire non organisé), la rivière du Pin blanc à Les Lacs-du-Témiscamingue et le sentier du Pin blanc à Laniel (territoire non organisé) : Ces toponymes localisés dans la MRC de Témiscamingue sont révélateurs de la richesse de ses forêts qui sont convoitées dès le XIXe siècle, car le bois équarri (dit « carré ») représente la plus grande partie des exportations vers la GrandeBretagne. Parc national d’Opémican à Témiscaming : D’une superficie de 10 000 hectares, ce dernierné des parcs nationaux évoque tout un pan de l’histoire du Témiscamingue, celui du flottage du bois. 206

Lac la Cave, ville de Témiscaming : Anciennement ce lac portait le nom poétique de lac des Sept Lieues. En 1884, le Père CharlesAlfred Paradis (1848-1928) va réaliser en cet endroit une aquarelle, visible à la page 200, qui montre l’élévation des rives de la rivière des Outaouais. On peut observer dans ce plan d’eau une magnifique cage. Il semblerait que le Père Paradis ait voulu transmettre l’idée du « petit village » à bord du train de bois, selon la muséologue Marie-Ève Brisson. Ajoutons que les auteurs Danielle Lacasse et Bruce Hodgins ont publié en 2014 l’ouvrage Le père Paradis : missionnaire colonisateur aux Presses de l’Université Laval. Corporation de La Maison Dumulon à RouynNoranda : Porte la mission de mettre en valeur l’histoire industrielle de l’Abitibi - Témiscamingue et ses pionniers au courage incomparable. Or l’exploitation minière et le commerce du bois ont tous les deux été des leviers économiques majeurs. La rue du Draveur dans la municipalité de Laverlochère-Angliers : Situé dans la MRC Témiscamingue, ce toponyme fait directement référence à l’activité forestière industrielle. Ostaboningue : le baiser du roi des arbres, roman fraîchement édité à Rouyn-Noranda : Daniel Gagné est né à Rouyn-Noranda. Dans son

roman de 2019, le protagoniste Émile Chénier se revoit à l’époque de ses 18 ans enroulé au pied de Jack-le-Cyprès qui de sa grande taille domine toute la forêt de l’île. À travers ses fragments de mémoire, il a pour seule certitude qu’il serait lié à jamais à ce géant dont il deviendra par alliance l’héritier protecteur. Dans ce roman original, l’auteur décrit les opérations forestières d’antan dans le secteur du lac Audoin : « Une petite équipe de bûcherons s’était ensuite rapidement attaquée aux peuplements de pins blancs qui surplombaient la passe, avalant de grandes bouchées de cette forêt de géants plus que centenaires. Armée de godendards et de lourdes haches à double taillant, une équipe de deux hommes devait trimer comme des forcenés pour réussir à abattre et débiter plus de deux arbres dans une journée entière. Ensuite les équarrisseurs mettaient autant de temps pour tailler le billot en une poutre rectangulaire, longue de dix mètres ou plus. Ces poutres étaient ensuite glissées le long des rives escarpées jusque sur la surface dégagée du lac, où on les attachait ensemble pour en faire d’énormes radeaux, pouvant compter plus d’une centaine d’arbres. Après la fonte des glaces, un remorqueur à vapeur allait péniblement traîner cette lourde charge jusqu’à l’embouchure de l’Outaouais, par la passe de la Baie-des-Anglais, puis du ruisseau Gordon » (cf. pp. 137-138 : https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/3887978).


207


Duplessis Richard, Lorraine (PQ) Lorraine.Richard.DUPL@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 421, avenue Arnaud, Bureau 202 Sept-Îles (QC) G4R 3B3

CAGEUX PAR MÉTAPHORE DRAVEUR

208

09 CÔTE-NORD BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES : 1) Saint-Laurent nord-est • Rivière à la Chaloupe • Rivière aux Outardes • Rivière Moisie

2) Îles du golfe du Saint-Laurent • Rivière de la Chaloupe

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Pessière noire à mousses • Sapinière à bouleau à papier


09 CÔTE-NORD

Les chantiers forestiers de l’île d’Anticosti : Dans son édition de juin 2018 (nos 65-66), la Revue d’histoire de la Côte-Nord publie un article de deux pages bien étoffé qui traite spécifiquement des chantiers forestiers d’Anticosti. Les auteurs Guy Côté et Catherine Pellerin présentent le sujet comme suit : « les témoignages provenant des camps forestiers du début du XXe siècle sont rares. Ces lettres tapées au dactylographe par le Père Arthur Gallant nous montrent la vie de plus de 3 000 hommes dans des camps improvisés d’Anticosti dans le contexte d’un boom forestier initié par les Menier. En 1930, le marché financier américain s’effondre et l’Anticosti Corporation doit se restructurer et licencier les trois-quarts des travailleurs. Plusieurs bouleversements sont alors vécus par les Anticostiens. » Le père Arthur Gallant, eudiste (1896-1976), raconte ceci à propos des chantiers de la rivière Bec-Scie : « Le long de la rivière, sur une distance de huit milles, il y a des camps de bûcherons, originaires de Matane et de la vallée de Matapédia. On part de Port-Menier à 10 h de la matinée en traîneau à cheval. La voiture est chargée et la route étroite et malaisée. Le voyage dure trois heures. Je prends le dîner au camp des bûcherons. C’est propre et agréable. Vers trois

Duplessis

heures, je pars pour le premier camp situé à sept milles. Le 7 au matin, je dis la messe chez un M. Rosario Bellibeau d’Albertville. C’est un camp de quelques bûcherons seulement. Les gens sont très sympathiques (…) Le Saint ministère est plutôt facile et surtout consolant dans ce lieu reculé et la visite du prêtre est appréciée (…) Pendant l’hiver, j’ai visité les camps du lac Simone, du lac Larouche, du lac Canard, du lac Rentilly, etc. » Dans la fiche de la Commission de toponymie du Québec, on rapporte que le nom du lac Bec-Scie « évoque un oiseau palmipède dont le nom européen est harle. [Ce toponyme] est utilisé depuis 1955 ou peut-être même avant, à l’époque de la compagnie forestière Consolidated Bathurst ». Anse du Bois Carré : Ce toponyme fait directement référence à la première phase de l’industrie forestière expédiant du bois équarri — le bois « carré » de 2 ' ou 3 ' — destinée au commerce hauturier dopé par les tarifs préférentiels. Cette donne économique providentielle, liée au Blocus imposé par Napoléon 1er à l’Europe, ébranle le commerce du bois anglo-baltique. Les mâts en pin blanc, Pinus strobus, et le bois de chêne blanc, Quercus alba, sont déterminants pour maintenir la suprématie navale britannique.

Le bois carré représentera la principale source d’exportation et de revenus au Canada-Uni. Lac des Cageux au Lac-Walker : Situé dans un territoire non organisé de la MRC de Sept-Rivières, ce toponyme fait référence à la première phase de l’industrie forestière liée au bois équarri qui s’est déroulée de 1806 à 1914. Le métier de cageux est aussi appelé cageur ou raftsman. Ruisseau des Cageux : Ce ruisseau se retrouve à l’exutoire du lac des Cageux et se jette dans le lac Jumbo. Il tire son nom d’une expression désignant un groupe de billots ainsi rassemblés pour franchir, au cours de la descente, un grand espace sans ou avec très peu de courant. Le terme cajeux est surtout utilisé du temps de la Nouvelle-France. D’après Forestiers et Voyageurs (chapitre « Hommes-de-cages ») de Joseph-Charles Taché en 1884, « cage » est le nom donné aux immenses trains de bois particuliers aux grandes rivières. « Ces cages portent des chaînes et des ancres comme les navires, et qu’on en voit qui sont grandes comme de moyennes îles » (p. 212, https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2021894). 209


Duplessis

Lac du Godendard au Lac-Walker : Ce toponyme est un canadianisme issu de notre patrimoine forestier. Il désigne un outil. Il s’agit d’une scie munie à chacune de ses extrémités d’un manche court et vertical, et qui se manie à deux. Personnalité publique et chansonnier québécois : Gilles Vigneault, né le 27 octobre 1928 à Natashquan, a écrit la chanson Jos Montferrand en 1959. À l’orée de la Révolution tranquille, le poète Gilles Vigneault a fait de Montferrand un philosophe assis sur le cap Diamant. Ce nouveau Montferrand, fort différent de celui des générations précédentes en ce qu’il reflète les nouvelles valeurs de la culture québécoise, n’en continue pas moins d’être un élément du pays symbolique. 210

Noyade à Shelter-Bay, une chanson traditionnelle : Les textes chantés répertoriés dans le livre Chansons de voyageurs, coureurs des bois et forestiers, de Madeleine Béland, rappellent que les chansons sont surtout l’expression des sentiments que des situations peuvent générer et fournissent de nombreux détails sur les modes de vie de nos ancêtres. Voici un extrait de la retranscription de cette chanson entendue en janvier 1966 : C’est à Shelter-Bay En dix-neuf cent vingt-deux, Comme moi vous le savez, Il s’est fait de gros chantiers.

C’est Bouchard et Rouleau Qui était grands contracteurs C’est en montant pour hiverner, Dix personnes ell’s sont noyées. (…) Le nom des noyés, J’peux vous en nommer plusieurs ; Willy Therrien, Dina Parent, Ces deux-là j’les connais bien. (…) Mais ils l’ont retrouvé, C’est en faisant la drave, Au travers des glaces et des billots, Ils l’ont trouvé au fond de l’eau.


211


René-Lévesque

09 CÔTE-NORD BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES :

Ouellet, Martin (PQ) Martin.Ouellet.RELE@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 852, rue Bossé Baie-Comeau (QC) G5C 1L6 197, rue des Pionniers Tadoussac (QC) G0T 2A0

DRAVEUR

212

1) Saguenay et Lac-Saint-Jean • Rivière Saguenay

2) Saint-Laurent nord-est • Rivière aux Anglais • Rivière aux Outardes • Rivière des Escoumins • Rivière Manicouagan

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Pessière noire à mousses • Sapinière à bouleau à papier • Sapinière à bouleau jaune


09 CÔTE-NORD

René-Lévesque Centre régional d’interprétation de la vie en forêt de Franquelin : Ce centre d’interprétation met en valeur l’histoire forestière à l’origine de la Côte-Nord. Les activités telles que la coupe, le halage, la drave et la vie en forêt y sont abordées avec des guides dynamiques. Les bâtiments typiques ainsi que les objets et les photos d’époque illustrent les conditions et les habitudes de vie durant les années 1920 à 1960. De plus, les visites guidées permettent de découvrir les origines de Franquelin. À la « cookerie » de ce village, il est possible de vous servir le menu du bûcheron d’antan lorsque les groupes en font la demande au préalable (cf. http://www. villageforestierdantanfranquelin.com).

Jos Montferrand, par Luc Alain

Plaque commémorative à rivière Toulnustouc : Cette plaque a été inaugurée en souvenir des neuf draveurs morts lors d’un glissement de terrain le 23 mai 1962 : Conrad Lévesque, Jos Wilfrid Gallant, Jos Adélard Blanchet, Elphège Lévesque, Arcadius Lavoie, Adhémar Vachon, Marius Lévesque, Alcide Lavoie, Jean-Baptiste Vachon. L’accident a laissé de douloureux souvenirs chez les familles des défunts. Souvent, les draveurs étaient le principal pourvoyeur de la famille. 213


René-Lévesque Le réservoir Manicouagan aussi appelé, lac Manicouagan : Ce cratère météoritique qui a été inondé par l’édification du barrage Daniel-Johnson sur la rivière Manicouagan. Le réservoir, d’une superficie de 2 000 kilomètres carrés et d’une profondeur moyenne de 73 mètres, est un des plus gros réservoirs du monde en volume et en profondeur. Il alimente les centrales hydroélectriques de Manic-5 et Manic 5-PA. L’Île René-Levasseur, au centre, est née lors du remplissage du réservoir. Cet ensemble est parfois appelé l’« œil du Québec ». Nos anciens se souviennent encore de la période intensive de drave sur la Manicouagan qui a précédé l’opération de mise en eau du réservoir, car on a procédé aux coupes forestières et à l’évacuation du bois. Il se trouve que près de la Réserve écologique Louis-Babel, il y a le lac de la Drave. Fosse du Draveur : situé à Franquelin dans la MRC de Manicouagan, ce toponyme rappelle un des métiers forestiers.

214

Arboriduc : Cet arboriduc de Forestville Flume, cité monument historique, est une structure industrielle réalisée entre 1942 et 1943. La construction curviligne en bois s’étend sur plus d’un kilomètre entre l’embouchure de la rivière du Sault aux Cochons jusqu’au quai de la compagnie Anglo Canadian Pulp and Paper Mills Limited. Il témoigne de la vocation de la ville, tournée vers l’industrie des pâtes et papiers, au milieu du XXe siècle. Les arboriducs sont peu répandus sur le territoire québécois. Ils sont implantés principalement dans la région de la Côte-Nord au cours de la première moitié du XXe siècle, notamment à BaieComeau, Port-Cartier et Godbout. Lac Baloney : Baloney (baloné), dont la prononciation s’inspire de l’anglais, provient de l’italien bologna et désigne la mortadelle, gros saucisson composé de porc et de bœuf, était déjà apprécié par bien des Québécois. À l’époque des grandes coupes forestières et du flottage de billots de bois, le baloney était souvent considéré comme le steak du draveur. Cette viande avait l’avantage de se conserver plus longtemps.

Lac de la Gaffe : Situé au Lac-au-Brochet en territoire non organisé de la MRC La Haute Côte-Nord, ce toponyme réfère à l’outil du draveur qui ressemble à une perche munie d’un croc et d’une pointe de fer. Lac de la Drave : Ce toponyme que l’on retrouve à Rivière-aux-Outardes dans un territoire non organisé de la MRC de Manicouagan, évoque une technique de flottage du bois. Le lac la Gaffe et le lac de la Gaffe : Situés à Rivière-aux-Outardes en territoire non organisé de la MRC de Manicouagan, ces deux toponymes remémorent un vocabulaire typique de la drave.


215


Ungava

10 NORD-DU-QUÉBEC BASSIN VERSANT : • Baie de Hannah et de Rupert

Lamothe, Denis (CAQ) Denis.Lamothe.UNGA@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 462, 3e Rue, Bureau 12 Chibougamau (QC) G8P 1N7 107, rue Principale Lebel-sur-Quévillon (QC) J0Y 1X0

CAGEUX PAR MÉTAPHORE DRAVEUR

216

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Harricana • Rivière Nottaway

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau à papier • Pessière noire à mousses


10 NORD-DUQUÉBEC

Lac René-Richard dans la partie sud du territoire municipal du gouvernement régional d’Eeyou Istchee Baie-James : Situé près de l’une des sources de la rivière Eastmain. Il draine des marécages par un petit émissaire qui se dirige vers le lac Conflans. Le lac RenéRichard (variante du toponyme, lac SousMarin) a une configuration allongée, mesurant 5 km de longueur. C’est un an après la mort du peintre René Richard (1895 - 1982) que ce plan d’eau a été officiellement dénommé par la Commission de toponymie du Québec. Né en Suisse, le jeune Richard suit sa famille dans le nord de l’Alberta en 1909. Il développe très tôt un grand amour de la nature sauvage, ce qui l’amène à se faire trappeur. En 1927, il réalise son grand rêve, celui d’aller étudier la peinture à Paris. Il y rencontre Clarence Gagnon qui devient son professeur et ami. Il parcourt les forêts du Nord et de la Gaspésie vers 1830, pour ensuite accepter l’invitation de Gagnon à le rejoindre à Baie-Saint-Paul, en 1942. Il s’y installe définitivement pour y produire de nombreux tableaux, dessins, fusains. Plusieurs de ses œuvres font maintenant partie des collections du musée du Québec et de l’Université Laval notamment. Ce peintre adoptif de Charlevoix, qui s’est lié d’amitié avec Félix-Antoine Savard et surtout avec Gabrielle Roy, illustra leurs romans respectifs Menaud, maître-draveur et La Montagne secrète. Ce dernier lui a été dédié par l’auteure, inspirée par le récit de ses expéditions solitaires. Le lac désigné pour honorer ce peintre avoisine

une montagne qui le surplombe de plus de 200 m, ce qui pourrait évoquer la thématique du roman de Gabrielle Roy. Sources : https:// grandquebec.com/eaux-du-quebec/riviereeastmain/ et http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ ct/ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=115771. La drave qui supplante quatre saisons : La drave des monts de Puvirnituq (Draba puvirnituqii) est une plante vivace de petite taille. Cette plante apomictique est caractérisée par une forme de multiplication sexuée qui la rend pratiquement inclassable. Vue sous l’angle étymologique, Draba est simplement la latinisation du nom grec ancien δράβη qui signifie âcre, à cause de son suc âcre. La répartition mondiale de la drave des monts de Puvirnituq se résume à une seule occurrence localisée au Québec nordique au-delà du 55e parallèle Nord (Nunavik), composée d’individus répartis sporadiquement dans deux sites se trouvant près l’un de l’autre. L’espèce pousse sur un type de substrat extrêmement rare, soit des pierrailles de péridotite à surface oxydée reposant sur une matrice fine loameuse au sein de la toundra arctique exposée, à une altitude d’environ 450 m. Il s’agit généralement de milieux mésiques situés à une altitude d’environ 450 m, dans des espaces à découvert exposés aux grands vents. Son aire de répartition connue occupe moins de 13 km2 et son statut est préoccupant (cf. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada : https://bit.ly/3b6MiG7).

Ungava Louis-Alexandre Taschereau (1867-1952) : Élu premier ministre du Québec en 1920, à une époque où l’économie nord-américaine commence à éprouver des difficultés qui mèneront finalement à la Grande Dépression, l’honorable M. Taschereau encourage vigoureusement le développement, par l’entreprise privée, des ressources forestières et minérales importantes dans la région de l’Ungava et du Nunavik que le Parlement du Canada avait ajoutés à la province de Québec. Pendant la grande dépression (crise économique des années 1930) Taschereau se souciant de la précarité d’une partie de la population de la province, créera la première loi sur le chômage. Depuis lors, en 1982, la constitution canadienne a été rapatriée. Cette loi constitutionnelle comprend une garantie des droits des peuples autochtones. C’est l’article 35 qui reconnaît et confirme les droits existants ancestraux ou issus de traités des peuples autochtones du Canada. Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975 (CBJNQ) : Alors que le développement du potentiel hydroélectrique de la baie James est envisagé dans les années 70, les conséquences des travaux de construction des barrages sur l’environnement et les populations autochtones sont ouvertement critiquées. Suite aux examens judiciaires, le gouvernement du Québec, Hydro-Québec, la Société de développement de la Baie-James et la Société d’énergie de la Baie-James acceptent de négocier avec le Grand Conseil des Cris et 217


Ungava

l’Association des Inuits du Nord québécois. Le 11 novembre 1975, la Convention de la Baie-James et du Nord québécois est signée. Les Inuits et les Cris cèdent leurs droits ancestraux, selon les textes, en échange de compensation monétaire et en échange de territoires qui ressemblent à des réserves (Terre de catégorie 1). Cependant cette convention va plus loin : elle organise un certain nombre de services publics qui seront sous la responsabilité d’organismes autochtones notamment la santé, la police, l’éducation et le développement économique. La convention met en place un régime d’évaluation environnementale qui accorde un droit de participation important aux peuples autochtones qui en sont signataires. « On peut donc dire aujourd’hui que la convention de la Baie-James, c’est une forme de constitution du nord du Québec tellement ce qu’elle a mis en place a été important pour structurer la gouvernance du territoire nordique. » — l’honorable juge de la Cour fédérale Sébastien Grammond. Cette entente est généralement qualifiée de premier traité moderne. En 1978, les Naskapis rejoindront eux aussi la CBJNB. Maud Maloney Watt (1894-1987), l’Ange de la baie d’Hudson : À l’époque de la Première Guerre mondiale, cette Gaspésienne âgée de 18 ans alla vivre avec son mari dans les régions encore sauvages de l’Ungava. Elle obtient du gouvernement du Québec des territoires pour protéger le castor, menacé d’extinction, pour

218

assurer la subsistance des Cris. Elle fut la première femme à traverser du nord au sud — en raquettes, en traîneau à chiens, et en canoë, la péninsule de l’Ungava. Elle fut également la première femme garde-chasse au Québec. Un membre de Résonance Canada a eu la chance de la connaître et conserve précieusement cette poupée tricotée des mains de Maud, la Mère des castors. Rendezvous à la page 157 pour la symbolique du castor. Frances Anne Hopkins (1838-1919), pionnière de l’art canadien au XIXe siècle : Cette aventurière familière avec le Grand Nord québécois est une jeune peintre britannique lorsqu’elle épouse un fonctionnaire, Edward Hopkins, de la Compagnie de la Baie d’Hudson dont les opérations s’étendent sur le très vaste territoire illustré à la page 73 de cet atlas https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/3199670. Ayant accompagné son mari pendant plus d’une décennie sur les eaux canadiennes entourées de Voyageurs, elle dessine et peint le Canada qu’elle découvre au fur à mesure des déplacements en canoë d’un poste de traite à l’autre. Cette artiste a donc été le témoin privilégié d’un univers romantique habité par maints voyageurs incluant les raftsmen (cageux) dans les immenses solitudes du Canada. En traduction libre, voici un extrait de l’ouvrage intitulé Frances Anne Hopkins, Images from Canada de Thomas Schulzte : « Son travail résonne avec authenticité, contrairement

à d’autres peintres historiques qui ont travaillé plus tôt dans le milieu de ce siècle ». Ces œuvres sont intégrées dans les collections de nombreux musées au pays. À votre droite, elle signe Timber Raft on the St. Lawrence. La représentation de la cage est évocatrice : empreint de réalisme dans les détails, le train de bois représenté semble être à l’échelle, navigué par de minuscules marins à leurs bords. C’est le train de bois qui domine l’image et s’impose à notre regard, laissant ses cageux, marins atypiques, presque invisibles au premier coup d’œil. Le résultat en est que plus impressionnant : on voit de minuscules personnages diriger cette masse de bois flottant, titanesque, qui peut peser jusqu’à 8 000 tonnes. Le contraste est frappant et c’est en partie pour cela que les raftsmen sont élevés au rang de surhommes. Soulignons en terminant que les compagnies du Nord-Ouest et de la Baie d’Hudson fournissent la ceinture fléchée en laine à leurs hommes et en font régulièrement don aux nations amérindiennes. « La pratique du port de la ceinture colorée s’en trouve consolidée et son influence accrue » (Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française : http://www. ameriquefrancaise.org/fr/article-184/Ceinture fléchée - . X8PzUF57nOQ). Dans le livre Mémoires intimes, Louis Fréchette (1839-1908) se souvient que les cageux en grande tenue portaient la chemise rouge sanglée dans une ceinture fléchée de dix pouces de large. Quand un simple travaillant « était monté en grade au point d’avoir droit au titre de voyageur, il fallait voir sa désinvolture ! »


219


Bonaventure

11 GASPÉSIE–ÎLES-DE-LA-MADELEINE BASSIN VERSANT : • Baie des Chaleurs et Percé

Roy, Sylvain (PQ) Sylvain.Roy.BONA@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 314 E, boulevard Perron Carleton (QC) G0C 1J0 118 A, avenue de Grand-Pré Bonaventure (QC) G0C 1E0

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 6 RIVIÈRE RISTIGOUCHE DRAVEUR

220

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Petite Rivière Cascapédia • Petite Rivière Cascapédia Est

• Petite Rivière Cascapédia Ouest • Petite rivière Nouvelle • Rivière Bonaventure • Rivière Bonaventure Ouest • Rivière Cascapédia • Rivière du Loup

• Rivière du Moulin • Rivière Matapédia • Rivière Nouvelle DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau à papier


11 GASPÉSIE–ÎLES DE-LA-MADELEINE

Bonaventure

pont construit plus en aval sur la rivière Bonaventure. Quelques poutres de cet ancien pont sont encore visibles dans le lit de la rivière.

Gravure ci-haut publiée en 1882 dans le volume 2 de Picturesque Canada - the Country as it was and is. On peut lire cette description à la page 783 « Restigouche River, from Prospect Hill ». Observez-y la cage dirigée par quelques cageux qui manœuvrent les rames tout en profitant de la force du courant. La drôle d’histoire d’un pont de SaintAlphonse-de-Caplan : Au milieu des années 60, l’industrie forestière avait construit un pont pour le transport de bois au site actuel de la passerelle du Domaine des Chutes du Ruisseau Creux (http://www. domainedeschutesduruisseaucreux.com). Ce premier pont a été abîmé par les glaces quelques années plus tard et n’a pas été réparé. Le pont a finalement été démoli et une partie de sa structure a été réutilisée pour un autre

L’ancienne Madawaska Corporation à Carleton-sur-Mer : Édouard Lacroix, un entrepreneur beauceron, possédait des terres à bois en Beauce, en Gaspésie et dans le Maine. Il a compté jusqu’à 6 500 personnes à son emploi ; des bûcherons, des gens qui travaillaient dans ses scieries, des draveurs, des meneurs de chevaux, des constructeurs de routes et de ponts, des cuisiniers, des forgerons, etc. (Lettre du 27 décembre 2020 de Jeanne Pomerleau). Bien qu’il reste très peu de traces du passé forestier de Carleton-sur-Mer, cette ville a déjà connu une période faste en ce domaine. Dans le livre Carleton-sur-Mer, un regard sur le passé (Éditions GID), Pascal Alain souligne qu’à l’été 1927 « l’entrepreneur Édouard Lacroix (1889-1963), originaire de Saint-Georges-de-Beauce, séjourne pendant un mois à Carleton pour trouver l’endroit idéal pour la construction d’un moulin. Il constate que le pourtour du barachois offre de nombreux avantages. » Deux ans plus tard, c’est l’ouverture du plus important moulin de toute la région. Il précise que « des navires de toutes origines accostent au quai pendant des décennies, alors que le bois de la Madawaska

Corporation prend la direction de l’Angleterre, des États-Unis et des ports canadiens. Le transport de ce bois à pâte s’effectue à l’aide de cinq camions. Au cours des années 1940, environ 10 000 cordes de bois à pâte sont expédiées, et ce, chaque année. Le quai joue un rôle primordial dans l’économie locale et régionale. » Des anciennes estacades à RistigouchePartie-Sud-Est : Ristigouche-Partie-Sud-Est donne sur la rivière Ristigouche là où elle s’élargit avant de se jeter dans la Baie des Chaleurs (cf. Origine et signification : https:// toponymie.gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/Fiche. aspx?no_seq=12095). Du rivage on aperçoit des estacades utilisées pendant la drave. Ce sont d’énormes pieux de roche et de bois aménagés en série à la sortie de la rivière entre les îles afin de retenir les billes de bois qui arrivaient avec le courant. Le bois était coupé dans les vastes forêts en amont et jeté à la rivière lors de la crue des eaux au printemps. Le courant amenait ces billes jusqu’à l’estuaire à la hauteur de Ristigouche Sud-Est. Là, elles étaient chargées sur des barges et amenées aux différents moulins sur les deux rives. La drave a été abandonnée au début des années 1970 à la faveur des camions de bois. Source : https:// grandquebec.com/villes-quebec/ristigouchepartie-sud-est/ 221


Gaspé Perry Mélançon, Méganne (PQ) Meganne.PerryMelancon.GASP@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 11, rue de la Cathédrale, Bureau 102 Gaspé (QC) G4X 2V9 464, boul. Sainte-Anne Ouest Sainte-Anne-des-Monts (QC) G4V 1T5

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 6 RIVIÈRE RISTIGOUCHE DRAVEUR

222

11 GASPÉSIE–ÎLES-DE-LA-MADELEINE BASSINS VERSANTS, FLEUVE ET RIVIÈRES PRINCIPALES : 1) Baie des Chaleurs et Percé 2) Saint-Laurent sud-est • Petite Rivière Cascapédia Est • Rivière Malbaie • Petite Rivière Cascapédia • Rivière Sainte-Anne Ouest • Rivière Sainte-Anne Nord-Est • Rivière Bonaventure • Rivière York • Rivière Cascapédia • Fleuve Saint-Laurent

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Sapinière à bouleau à papier • Sapinière à bouleau jaune


11 GASPÉSIE–ÎLESDE-LA-MADELEINE

Les cinq noyés de Gaspé, une chanson traditionnelle : Dans le répertoire québécois de chansons traditionnelles, certaines racontent que des draveurs y perdent la vie. Dans le livre Chansons de voyageurs, coureurs des bois et forestiers, l’auteure Madeleine Béland rappelle la valeur historique d’une chanson identifiée et cataloguée qui (re)donne la parole aux grands témoins de la forêt : ceux qui l’ont habitée et y ont travaillé. Voici un extrait de la retranscription de cette chanson chantée par feu Robert Castonguay de la municipalité de Rivière-à-Claude : Nous étions arrivés à l’époque du flottage, Père et fils s’engagèrent à ce dur labeur. Sans penser au danger et remplis de courage, Ils quittèrent leur foyer où régnait le bonheur. (…) Ce fut par un matin, un jour inoubliable, Joyeux, nos cinq héros partirent dans leur canot. Sans un pressentiment d’un naufrage effroyable, Fredonnant un refrain, il descendirent les flots. Un choc inévitable renversa leur nacelle, Précipita à l’eau nos cinq braves compagnons. (…) Ainsi furent achevées leurs fécondes carrières. Disparus pour toujours, ils laissèrent à nos yeux. Bien court fut leur passage là sur cette terre.

Portrait de Mary Rose Anna Travers, alias La Bolduc.

Gaspé Monts La Bolduc dans le canton de Fletcher : Les monts La Bolduc sont constitués de trois pics atteignant 484 m d’altitude, dominant la vallée de la rivière York. Ce toponyme fait référence à Mary Rose Anna Travers (1894-1941), dite La Bolduc, née à Newport. Musicienne autodidacte, cette dernière épouse le violoneux Édouard Bolduc et entreprend une carrière de chanteuse, d’abord pour aider son mari alors en chômage. Installée à Montréal, sa popularité s’est étendue au Québec ainsi qu’à la Nouvelle-Angleterre. Jouant du violon et de la bombarde, cette chanteuse s’est caractérisée par son turluttage. On considère que sa chanson Johnny Monfarleau fait référence à Jos Montferrand. La légende de ce héros de 2 m qui guide « les radeaux de bois flotté, depuis cette ville jusqu’à Québec », tel que décrit par Benjamin Sulte (Histoire de Montferrand, l’athlète canadien), est toujours transmise dans les villes et les campagnes et semble plus vivace que jamais dans les temps difficiles. Ici, c’est durant la crise des années 1930 que cette auteure-compositrice-interprète québécoise le ressuscite à son tour (Dictionnaire biographique du Canada : http://www.biographi. ca/fr/bio/montferrand_joseph_9F.html). 223


Gaspé Le Moulin des Plourde à Gaspé : Classée patrimoniale au Répertoire du patrimoine culturel du Québec, cette scierie a été vraisemblablement construite de 1907 à 1909. En activité pendant près de 80 ans, le moulin des Plourde est la dernière scierie traditionnelle de la région fonctionnant à la vapeur à subsister. Le bâtiment de Rivièreau-Renard possède des caractéristiques de ce type de construction, dont sa structure simple en bois montée sur pilotis, le plan rectangulaire et l’élévation de deux étages et demi du volume principal, sa toiture à deux versants et sa cheminée qui s’élève à côté de la chaufferie qui occupe l’aile droite. Au tournant des années 2000, le Groupe-Beau-Village a fait l’acquisition du Moulin pour le rénover et en faire un écomusée sur l’industrie du sciage de bois et du façonnage de bardeaux dans la région gaspésienne. En raison d’une importante inondation de la rivière au Renard en 2007, ses opérations ont été abandonnées, mais un plan de relance serait sur la table de travail. La Fête du Bois flotté à Sainte-Annedes-Monts : L’événement estival annuel propose un mariage entre la sculpture et le folklore. Au cœur de la programmation, des œuvres créées par les artistes-sculpteurs à partir du bois flotté qu’ils ont trouvé dans leur 224

environnement. « On imagine le voyage qu’il a fait pour se retrouver échoué sur la grève » dira l’un deux. En fait, comment ne pas penser à nos ancêtres, d’ici et d’ailleurs, qui ont eu recours à la technique du flottage du bois comme mode de transport par voie d’eau pour des pièces de bois de tailles variables, à l’état brut ou déjà débitées, assemblées entre elles ou pas. Ce moyen d’acheminement du bois par voie d’eau présentait l’avantage d’être économique, mais les équipes de draveurs étaient indispensables pour bien diriger les billots ou les pitounes dans les cours d’eau jusqu’à une scierie ou une pulperie. Saviez-vous que le mot « drave » vient de l’anglais drive (conduire) ? Musée de la Gaspésie à Gaspé : La colonisation européenne a été le premier facteur anthropique de perturbation des paysages forestiers gaspésiens, principalement par le défrichement réalisé à des fins de subsistance par les colons. Peu de commerce de bois et d’activité forestière ont eu lieu sous le régime français. Le premier usage industriel de la forêt gaspésienne l’a été pour son potentiel pour la construction navale qui s’est accélérée sous le régime britannique à compter du Blocus de Napoléon. « Les coupes d’écrémage, comme la sélection des meilleures tiges de pin blanc pour les mâts de bateaux, ont alors

commencé à modifier la composition et la structure des forêts préindustrielles. Le bois servait à la construction de bateaux (pin blanc, épinette blanche), de tonneaux (frêne noir, thuya), de mâts (pin blanc, épinette blanche), de vigneaux (sapin), de quilles (bouleau jaune) et de bordages (cèdre) » (Portrait forestier historique de la Gaspésie, 2009). La construction navale du XVIIIe siècle est peu documentée et son importance est probablement sous- estimée, car l’enregistrement des bateaux n’était pas obligatoire avant 1786. Il existait « huit chantiers navals en 1830 autour de la péninsule. Les meilleures années de la construction navale en Gaspésie correspondent aux décennies 1830 et 1840 et son déclin s’est amorcé à partir des années 1870. » On estime entre 1763 et 1920 qu’au moins 550 vaisseaux auraient été construits sur les côtes gaspésiennes. Découvrez leur album Foresterie : http://archives. museedelagaspesie.ca/album/foresterie/. À droite, l’œuvre Vue générale d’Ottawa, Canada-Ouest associée au livre North America de 1862 de l’érudit britannique Anthony Trollope (1815-1882). Au bas, le monde maritime est dominé par l’univers des cageux qui est le socle de l’organisation sociale et économique canadienne du XIXe siècle.


225


Iles-de-laMadeleine Arseneau, Joël (PQ) Joel.Arseneau.IDLM@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 625, Chemin Principal Cap-aux-Meules (QC) G4T 1G3

226

11 GASPÉSIE–ÎLES-DE-LA-MADELEINE BASSIN VERSANT : • Îles du golfe du Saint-Laurent

GOLFE : • Golfe du fleuve Saint-Laurent

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Sapinière à bouleau blanc


11 GASPÉSIE–ÎLESDE-LA-MADELEINE

Iles-de-la-Madeleine

L’Arbre-à-Spring de l’île-Brion : Ce lieu-dit est situé à l’ouest de l’île, dans la réserve écologique de l’île-Brion. Située à 16 kilomètres de Grosse-Île, c’est la seule île de l’archipel dont le couvert forestier reflète la situation qui pouvait prévaloir avant la colonisation. Elle ne connut ses premières habitations permanentes qu’en 1851, situation qui perdura jusqu’en 1940. En 1983, on estimait que la forêt couvrait 63 % de la superficie de l’île. Depuis 1988, l’île est classée réserve naturelle et la majorité de son territoire n’est plus accessible. L’histoire du nom de ce lieu-dit ferait-elle référence à ces arbres rabougris — malmenés par les bourrasques et d’une ténacité sans borne — qui constituent une barrière naturelle contre les effets du vent et des embruns salés ? On le sait bien, dans cet écosystème la forêt rabougrie est essentielle au développement d’une forêt saine

Témoins forestiers insulaires : Le territoire constitué d’une quinzaine d’îles et d’îlots est compris dans la zone de la forêt boréale coniférienne, qui s’apparente à la forêt du Nord, où les conifères dominent. Ce sanctuaire au cœur du golfe Saint-Laurent, localisé au centre d’un vaste haut-fond marin nommé plateau madelinien, appartient au domaine bioclimatique de la sapinière baumière à bouleau blanc. Les scientifiques estiment que le couvert forestier avoisinait à l’origine 80 % des terres émergées dont le déclin s’explique par un épisode de déforestation massive pendant la colonisation. Aujourd’hui, les peuplements forestiers des îles du Havre Aubert et du Cap-aux-Meules sont les plus denses et les plus diversifiés sur les îles habitées, représentant respectivement 41 % et 30 % du couvert forestier de l’archipel. « Depuis 1988, un plan d’aménagement

forestier a été élaboré par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec en collaboration avec la MRC des Îles-de-la-Madeleine, afin de favoriser le rétablissement et la protection du couvert forestier de l’archipel et de protéger les terres contre l’érosion des sols. Concrètement, on a reboisé et entretenu les forêts, en plus de faciliter la prise en charge collective de la problématique en distribuant gratuitement des plants d’arbres aux citoyens. Le couvert forestier est ainsi passé de 17 % du territoire en 1982 à 26 % en 2010. » Sources : http://psie-tim.attentionfragiles.org/ profil-du-territoire/forets.html et http://www.attentionfragiles.org/fr/ decouvrir-les-iles-carte/foret.html.

227


Beauce-Nord

12 CHAUDIÈRE-APPALACHES BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-est

Provençal, Luc (CAQ) Luc.Provencal.BENO@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 452, boulevard Vachon Nord Sainte-Marie (QC) G6E 1M1

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 1 CHAUDIÈRE DRAVEUR

228

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Chaudière • Rivière Etchemin

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune


12 CHAUDIÈREAPPALACHES

Rue Marius-Barbeau à Saint-Joseph-deBeauce : Située dans la MRC Robert-Cliche, cette voie de communication rend hommage à Marius Barbeau (1883-1969), né à SainteMarie en Beauce, anthropologue et folkloriste, qui a publié plusieurs ouvrages sur les Amérindiens, le folklore canadien et l’histoire du peuple québécois. Il a reçu le prix David (1925, 1929) et une Bourse Rhodes à Oxford. Il fut membre fondateur de la Société royale du Canada et membre fondateur de l’Académie canadienne-française, devenue l’Académie des lettres du Québec. Il signe le dossier Vieilles Chansons françaises du Canada dans la Revue du Québec industriel (vol. IV, no 2, 1939) et souligne que « l’époque des cageux fut propice à l’éclosion de refrains typiques que l’on chante encore dans nos campagnes ». Source : https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2628827. Les Tigres du Canada : Dans le livre Bûcherons, raftmen et draveurs 1850-1960 (pp. 27 à 31), Jeanne Pomerleau explique qu’au XIXe siècle et au début du XXe, « on retrouvait dans les chantiers en plus des Canadiens français, des Canadiens d’origine écossaise, irlandaise et anglaise, de même que des Américains et des Amérindiens ; tous des

Beauce-Nord gens que l’on disait bons travailleurs. Dans les dernières décennies du XIXe siècle, la maind’œuvre canadienne joua un rôle important dans l’industrie du bois aux États- Unis, surtout dans le Maine et le Vermont. Jusqu’aux années 1960, les Québécois qui s’y rendaient venaient généralement de la Beauce, de Dorchester, de Lotbinière et de Kamouraska. D’autres Québécois allaient aussi dans les chantiers du Wisconsin, du Michigan et de Minnesota. Dans un recensement américain de 1880, moins de la moitié de la main-d’œuvre forestière de ces régions était américaine. Les Beaucerons qui partaient, des années 1890 aux années 1920, pour aller travailler dans les chantiers du Maine, s’y rendaient à pied, à travers les bois, et en suivant les rivières, un trajet de quelque trois cents milles. Ces départs étaient si nombreux qu’il ne restait pratiquement plus de jeunesses dans les paroisses de la Beauce et de Dorchester pendant l’hiver. Chez les Américains, les Beaucerons qui se rendaient bûcher dans le Maine avaient le surnom de « Tigres du Canada » pour leur vaillance à l’ouvrage. L’historien et auteur Pierre-Louis Lapointe nous enseigne qu’il est tout à fait stérile de s’épancher sur la nature théorique et abstraite

des fonctions exercées par le « bûcheron », le « cageux » ou le « draveur ». Il est évident que ces trois personnages, en particulier le bûcheron, devaient savoir manier la hache. La gaffe et le tourne-bille étaient les outils privilégiés du draveur. Il nous apparaît révélateur, d’ailleurs, que le Glossaire du parler français au Canada reconnaisse comme l’équivalent de « bûcheron » les termes « bûcheur » et « bucheux » : cette dernière appellation, extraite du parler populaire, fait du « bucheux » un proche parent du « cageux », ces deux métiers plongeant leurs racines dans le mythique terroir de la Nouvelle-France. Insister sur le fait que le « cageux » et le draveur ne sont que des bûcherons et que le « cageux » n’est qu’un « draveur spécialisé » se révèle une tentative de nivellement par la base, et par ricochet, un rejet de l’imaginaire collectif et du fier vécu de ces générations de travailleurs forestiers dont nous sommes le plus souvent les héritiers. Il est temps de braquer les projecteurs sur l’importance du rôle joué par les « bucheux », les « cageux » et les draveurs, ces humbles travailleurs d’autrefois, dans l’avènement du Québec moderne.

229


Beauce-Nord William Chapman (1850-1917) : C’est un journaliste, poète et traducteur canadien qui est né à Saint-Françoisde-Beauce (aujourd’hui Beauceville). Les ambitions poétiques de Chapman se dessinent tôt chez lui. Selon le Monde illustré du 21 septembre 1889, « Chapman lisait pour la première fois une pièce de vers français » et aurait déclaré « Moi aussi je serai poète ». La très grande majorité des poèmes sont dédiés à des écrivains déjà en place dans le réseau littéraire – tels Henri-Raymond Casgrain, Benjamin Sulte, James MacPherson Le Moine – et les références à Octave Crémazie, Henry Wadsworth Longfellow (dont il traduit en français plusieurs poésies), Alfred de Musset, Victor Hugo, Louis Veuillot, Thomas Moore et Théophile Gautier annoncent le style à la fois romantique, patriotique et plutôt conservateur qui caractérisera son écriture (Dictionnaire bibliographique du Canada http://www. biographi.ca/fr/bio/chapman_william_14F. html). La prose de Chapman est presque inconnue, étant donné le grand nombre de pseudonymes (au moins une dizaine) et 230

l’anonymat sous lequel se cachera pendant longtemps le pamphlétaire dans les nombreux périodiques auxquels il collabore. Chapman travaille à son recueil les Aspirations ; poésies canadiennes qui paraîtra en 1904 dont voici un extrait de « Radeau » portant entièrement sur les cageux, mariniers, pilotant d’immenses radeaux sur le fleuve Saint-Laurent (https:// numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/2021951?docpos=216) : Les pins flottés, sur l’eau que la nuit enténèbre, S’entrechoquent avec un bruit sourd et funèbre, Et les arbres du bord, plein de sombres clameurs, Défilent devant l’œil aveuglé des rameurs, Comme un rideau d’éclairs qui sans fin se déroule. Guetté par les brisants, poursuivi par la houle, Gémissant sous l’effort vertigineux des flots, D’où montent à la fois des rires, des sanglots, Le radeau fuit toujours sur les eaux effrénées, Se dressant au sommet des vagues déchaînées, Ou plongeant brusquement dans des remous sans fond. Par instants avec l’ombre et l’écume il se fond, Par instants on croirait que plus rien ne surnage. La « cage » de douleur vibre dans l’engrenage Qui l’entraîne sans fin vers le fleuve géant, Et dans la fauve horreur de l’abîme béant La vitesse des flots délirants s’accélère, Et les fiers « voyageurs », en proie à la colère De la vague qui hurle autour du lourd radeau Et les couvre parfois d’une avalanche d’eau,

Debout, l’œil en éveil, comme cloués aux rames, Le visage cinglé par le grand fouet des lames, Guident, sans tressaillir, sur le gouffre qui bout, À travers les écueils qui se dressent partout, La flottante forêt qu’emporte le rapide… La Chaudière… commerciale : La municipalité de Vallée-Jonction regorge, disait-on, « d’entreprises diverses reliées différemment à la rivière Chaudière. D’abord deux moulins : celui de la Compagnie B.C.Howard (de 1902 à 1917) pour l’écorçage de billots de bois et la drave, puis la Scieriemenuiserie Alphonse - Cliche (fondée en 1903 et toujours en opération) ayant aussi tenté la drave depuis un autre moulin familial sur la rivière le Bras Saint-Victor. » Source : shsartigan.com/fichiers/fichiers/ckeditor/cah__ pop__no_2_basse_qualite.pdf. Rue du Draveur à Saint-Isidore dans la MRC de La Nouvelle-Beauce : Cet odonyme est ancré dans le paysage historique du lieu. Lorsque le temps se réchauffait, on faisait sauter la digue et les draveurs armés de leur pique ou gaffe poussaient le bois au gré du courant. Ils possédaient aussi des bottes cloutées qui les aidaient à mieux se tenir sur les billots.


231


Beauce-Sud

12 CHAUDIÈRE-APPALACHES BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-est

Poulin, Samuel (CAQ) Samuel.Poulin.BESU@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 1 150, 107e Rue, Bureau 204 Saint-Georges (QC) G5Y 8C3 763, 14e avenue, Bureau 102 La Guadaloupe (QC) G0M 1G0

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 1 CHAUDIÈRE DRAVEUR

232

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Chaudière • Rivière du Loup

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à bouleau jaune


12 CHAUDIÈREAPPALACHES

Illustration rare d’une cage sur la rivière Famine à Saint-Georges de Beauce : Publiée une première fois dans La Presse du 22 décembre 1906 (p. 1) avec pour légende « La Beauce et la rivière Chaudière », elle a été reproduite dans le livre de l’auteure Jeanne Pomerleau Bûcherons, raftmen et draveurs 1850-1960, aux éditions J.-C. Dupont (1997, p. 109). Suivez ce lien https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/3241979 pour l’examiner de près ! Notez bien que cette œuvre accompagne un poème, une ode à la rivière Chaudière, signé par l’homme de lettres William Chapman (1850-1917) né à Beauceville (cf. Lire la section à propos de W. Chapman aux pages 56, 171, 230). Slouce à Édouard-Lacroix dans la municipalité de Sainte-Théophile : Cette ancienne glissoire hydraulique à billots se situe à une quinzaine de kilomètres à l’est du hameau d’Armstrong, dans la municipalité de Saint-Théophile, et plus précisément entre la frontière américaine à l’est et le lac du Portage à l’ouest. Construite en 1919 et d’une longueur d’environ 10 km, elle permettait

Beauce-Sud

d’acheminer les billots de bois par voie d’eau du lac du Portage vers le Penobscot Lake, aux États-Unis. Pour désigner cet ouvrage, des travailleurs ont utilisé le mot slouce, un québécisme apparaissant dans le Dictionnaire nord-américain de la langue française (Bélisle). Son nom rappelle le souvenir d’Édouard Lacroix (Sainte-Marie, 1889 – Saint-Georges, 1963) qui est le concepteur de cette glissoire. Adolescent, Lacroix travaille comme bûcheron, mesureur, draveur, télégraphiste. Il se familiarise ainsi avec toutes les facettes de l’industrie forestière. À dix-huit ans, il se retrouve à Lac-Frontière, à l’emploi de la B.C. Howard Lumber de Sherbrooke, qui exploite à cet endroit une scierie, sous le nom de l’English Lumber Company. Il établit de nombreux contacts avec les producteurs de la région. La prolongation du chemin de fer et l’augmentation du prix du bois occasionnée par la Première Guerre mondiale créent un âge d’or qui atteindra son apogée vers 1926. Profitant de cette vague de prospérité, Édouard Lacroix fait l’acquisition, en 1918, d’un premier moulin et en 1921, à l’âge de 32 ans, il achète quelques moulins à bois dans la Beauce, des parterres de coupe dans Bellechasse et il

fonde la Madawaska Company. Cet homme d’affaires prospère est le concepteur de cette glissoire. En 1927, il détient cinquante camps forestiers et emploie 3 500 hommes et coupe 50 millions de billots et 200 000 cordes de bois à pâte par année. Il s’engagera aussi en politique. Sources : https://grandquebec.com/ gens-du-pays/edouard-lacroix/ et http://www. toponymie.gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/Fiche. aspx?no_seq=241966. Hélène Baillargeon-Côté (1916-1997) : Née à Saint-Martin-de-Beauce, BaillargeonCôté est folkloriste, chanteuse, comédienne et aussi, juge. Son dynamisme et sa foi en la valeur du patrimoine québécois contribuent à populariser le folklore. On lui doit un recueil de 77 chansons folkloriques, Vive la Canadienne (Montréal 1962) dont la préface est signée par Marius Barbeau. Cette mère de trois enfants est surtout connue comme le principal personnage de l’émission de télévision « Chez Hélène », produite et diffusée par CBC. Elle enregistre des 33 tours intitulés French Canadian Folk Songs (1953, RCI 97 ; 1954, RCI 98), ainsi que Chants de 233


Beauce-Sud Noël du Canada français/Christmas Carols of French Canada (1956, Folk. FC-7229), Chantons un peu (Dom. 48003) et quelques autres avec Alan Mills. Elle a participé à des congrès internationaux de folklore. Elle a été décorée de l’Ordre du Canada en 1973 pour sa contribution à la diffusion du folklore canadien-français ainsi que de la langue française surtout chez les jeunes. Sources : https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/ article/baillargeon-helene et https://www.gg.ca/ fr/distinctions/recipiendaires/146-115. Société historique Sartignan située au Centre culturel Marie-Fitzbach : Les grands chantiers beaucerons étaient ceux des compagnies Breakey, King et Brown et plus tard, ceux de Édouard Lacroix. Les Breakey, par exemple, possédaient 185 897 acres de terrain boisé répartis en douze cantons, soit l’équivalent de 290 milles carrés, en plus de 60 000 acres loués des terres du gouvernement (cf. Auguste Pelchat et coll., Un souvenir pour l’avenir : SaintGédéon de Beauce, 1890-1990, 1990, 585 p.). À Saint-Gédéon de Beauce, la rivière Chaudière était à partir de 1920 au cœur des activités économiques pour draver le bois vers les 234

scieries au printemps. Le Saint-Gédéonais M. Edmond Champagne a été le contremaître pour la Breakey’s Co. La famille Breakey exploita de 1847 à 1930 la rivière Chaudière à des fins de transport de ses coupes de bois, venant d’aussi loin que du Canton de Kennebec et des terres touchant aux frontières américaines. Durant l’automne et l’hiver, les employés coupaient les arbres. Au moment des glaces, les draveurs plaçaient les billots sur la glace des rivières adjacentes à la Chaudière de même que sur les grands ruisseaux qui l’alimentaient. Pour ce rude métier, les salaires étaient de 0,75 $ par jour, en 1910, et de 3 $ en 1940. La drave a cessé en 1947. Cette année - là, le barrage de chaînes qui retenait tout le bois dravé a cédé sous la pression produite par les pluies diluviennes (cf. shsartigan.com/fichiers/fichiers/ckeditor/ cah__pop__no_2_basse_qualite.pdf). Les dernières pitounes… de la Beauce : Au début des années 1960, les cultivateurs de la Beauce vendaient déjà du bois de pulpe aux compagnies forestières par le biais d’intermédiaires et de courtiers. Dans le but d’obtenir un juste prix pour leurs productions, ils se sont regroupés en association. Sous

l’appellation du « Syndicat des producteurs de bois de Québec-Sud », des cultivateurs des anciens comtés de Beauce, Dorchester et d’une partie de Frontenac (ayant existé jusqu’au début des années 1980) entreprennent des démarches dès 1962 auprès du ministère de l’Agriculture pour obtenir un plan conjoint conçu pour dicter les règles qui encadrent ce secteur d’activité incluant, notamment, l’exclusivité de la mise en marché du bois de pulpe par le syndicat et éviter les intermédiaires. Les débats qui auront lieu durèrent plusieurs années, mais aujourd’hui les archives sont précieuses pour garder trace du portrait économique de l’époque. Fin 2018 début 2019, la compagnie Kruger, la dernière compagnie à utiliser le bois de pulpe de quatre pieds dans sa production au Québec, mettra définitivement un terme à ses contrats d’approvisionnement auprès des propriétaires de boisés privés de la Beauce. Pour l’industrie papetière, le bois de pulpe des producteurs de bois beaucerons représentait un apport intéressant. Depuis des générations, les cultivateurs obtenaient une source de revenus non négligeable de cette activité saisonnière. Ce temps est maintenant révolu ; c’est la fin d’une époque. Source : https://www.apbb.ca/ association/historique/histoire-du-4-pieds/.


235


Bellechasse

12 CHAUDIÈRE-APPALACHES BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-est

Lachance, Stéphanie (CAQ) Stephanie.Lachance.BELL@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 250 A, route 279 Saint-Lazare-de-Bellechasse (QC) G0R 3J0

DRAVEUR

236

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Boyer • Rivière du Sud • Rivière Etchemin

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune


12 CHAUDIÈREAPPALACHES

Bellechasse

Chasse-galerie contournant la tour de la Paix, Ottawa, aquarelle de Marie-Claire Dalpé.

Société historique de Bellechasse (www.shbellechasse.com) : Dans le bulletin de liaison de l’été 1994 (vol. 6, no 3), la société publie cet article La drave sur la rivière Sud dont voici un extrait choisi : « On a effectivement pratiqué la drave sur la rivière du Sud et ses affluents. Considérant avec aisance l’abondante variété et l’immensité du couvert végétal de la forêt appalachienne, d’importantes compagnies concessionnaires et exportatrices venues d’Angleterre s’installèrent au pays pour y exploiter la forêt. Au XIXe siècle, lors de la révolution industrielle, la compagnie Price s’appropria la majeure partie de ses terres, achetées sous licence de coupe. En 1834, William Price demande et obtient un privilège exclusif de coupe sur les affluents de la rivière du Sud. » Il ne sera pas le seul à exploiter à profit ces forêts. « À cette époque, le réseau routier étant inexistant, les concessionnaires entreprirent d’utiliser les rivières comme moyen de transport pour expédier le bois coupé. La drave consiste à

acheminer par courant d’eau des billots de bois ou de la pitoune (pâtes et papiers), parfois sur plusieurs kilomètres, jusqu’à un moulin ou un quai, pour y être traités ou transportés vers d’autres régions. De la coupe hivernale jusqu’à la récupération du bois flotté, la drave était une succession de manœuvres qui demandaient organisation et assiduité. On suppose qu’un télégraphe ou qu’une autre technique de communication était utilisée pour coordonner le déroulement des opérations successives de drave. » Le cadavre d’un draveur etcheminois est repêché : Le métier de draveur n’était pas sans danger. En 1932, deux Lachance de Lac-Etchemin ont perdu la vie en dravant comme le rapporte L’Action catholique, dans son édition du lundi 18 juillet 1932 (p. 8) : « Les eaux agitées et énigmatiques de la rivière Jacques-Cartier ont rendu hier matin le cadavre du jeune Joseph Lachance

de Ste-Germaine Dorchester qui s’était noyé en même temps que son frère en travaillant à la descente des billots pour le compte de l’Anglo-Pulp Co. Le cadavre a été retiré des eaux en arrière de Stoneham par MM. Henri Bédard, Alex. Lebel, Joseph Marcoux et Lucien Marcoux, qui étaient en excursion de pêche dans le territoire environnant le cours d’eau de la rivière Jacques-Cartier. Le corps de la victime était presque méconnaissable, mais les autorités de la morgue ont réussi à l’identifier grâce aux renseignements que possédait le Dr F. Leclerc. Les autorités de la morgue ont été prévenues aussitôt de cette macabre découverte faite, et à bonne heure hier matin le fourgon de la maison Hubert Noissan ramenait le cadavre en ville. Une enquête sera tenue à trois heures aujourd’hui. » Source : https://numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/3518790?docpos=8.

237


Bellechasse

Le Moulin à scie Beaudoin géré aujourd’hui par le Centre d’art du Moulin La Lorraine au Lac-Etchemin : À la décharge du lac Caribou, sur la Grande-Ligne (aujourd’hui dénommée route 277), Pierre Beaudoin construisit le premier moulin à scie et à farine de SainteGermaine en 1860. Le moulin à scie possédé par la veuve Beaudoin continuera de produire du bois de construction et, en 1871, aura une valeur de 700 piastres. Actionné par un pouvoir hydraulique, le moulin était pourvu à l’origine d’une scie à « chasse » qui est remplacée plus tard par une scie ronde, mais le moulin n’a servi à couper du bois que pendant une certaine période. Trois générations de Beaudoin après Pierre (Antoine, Wilfrid père et Wilfrid fils) prendront la relève et garderont le moulin familial à farine en opération jusque vers 1950 alors qu’on cessera d’utiliser l’ancien mécanisme. La grande roue de 22 pieds de hauteur a été conçue à l’extérieur du moulin avec de grandes boîtes de bois au lieu de palettes. Cette conception avait l’avantage d’augmenter la puissance de l’eau et de faire tourner la roue plus rapidement. 238

Rue Gatien-Lapointe dans la municipalité de Sainte-Justine : Écrivain et poète québécois, Gatien Lapointe (1931-1983) est inhumé à SainteJustine. Il est un des fondateurs de la maison d’édition trifluvienne Écrits des Forges. Parlant du fleuve, le poète Gatien Lapointe avait dit un jour : « Il faut prendre possession poétiquement du Saint-Laurent, comme d’ailleurs de tout notre territoire » (La tribune, 14 avril 2001, Cahier 6). De l’Épopée nationale de Louis Fréchette à l’Ode au Saint-Laurent de Gatien Lapointe, nous avons, avec le Cap Éternité de Charles Gill, une étape dans le développement d’une source d’inspiration permanente des poètes québécois (Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec). La géographie physique et humaine joue un grand rôle pour définir sa région et lorsqu’on considère que les cageux et les draveurs ont été actifs durant plus de 200 ans sur nos cours d’eau, se pourrait-il qu’ils soient indissociables de la personnalité de notre territoire ? Voici un extrait émouvant de cette Ode au Saint-Laurent :

Ivre d’éternité et proche de mourir J’imprime mes yeux sur le flanc de l’arbre J’épelle ma chair sur le flot patient Je mêle mes souvenirs à ceux des saisons Et mon sang aux couleurs des fleurs Je cherche un moyen de durer Je tends la main j’ouvre mon cœur J’appelle la grande aurore d’une parole


239


Chutes-de-laChaudière Picard, Marc (CAQ) Marc.Picard.CDLC@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 730, avenue Taniata, Bureau 230 Lévis (QC) G6Z 2C5

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 1, NO 2 ET NO 3 DRAVEUR

240

12 CHAUDIÈRE-APPALACHES BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-est

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Chaudière • Rivière Etchemin

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


12 CHAUDIÈREAPPALACHES

Les brigands de Carouge : Le poète Louis Fréchette signale dans ses Mémoires intimes (1961, p. 99) qu’un « véritable règne de terreur avait affolé la ville (Québec) et ses environs. Toute une organisation de bandits, qu’on appelait les bandits de Carouge, avait durant je ne sais combien de temps, tenu la population en alerte… » Durant la première moitié des années 1830, cette bande de malfrats prend l’habitude « de venir se cacher dans les bois de Cap-Rouge ou Carouge, soit pour y entasser leur butin, soit pour y comploter quelque autre mauvais coup » (Quatre cent trentetrois ans d’histoire 1541-1974, Henri Gingras, chapitre IV Les brigands de Cap-Rouge, p. 47). À l’époque, la presse ne parle que de leurs méfaits ! Vols, assassinats, sacrilèges se succèdent à un rythme infernal. L’historien Henri Gingras (1910-1979) souligne leur commerce lucratif d’écumeur de bois carré où les bois, volés directement dans les anses, font l’objet de recel. À peine la justice a-telle mis fin aux activités de l’horrible bande

Chutes-de-laChaudière en arrêtant et en déportant ses chefs, en mars 1837, que François-Réal Angers (18121860) s’empare du fait divers pour en faire un roman palpitant qu’il publie en juillet de la même année. Écris dans la veine des romans de Frédéric Soulié (1800-1847), dont Angers est un fervent admirateur, Les révélations du crime ou Cambray et ses complices demeure un des romans québécois les plus captivants du XIXe siècle. Disponible en ligne : https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2022364. Une fortune de bois carré défile pour le commerce hauturier tout au long du XIXe siècle : Selon l’historien feu Henry Gingras, « il arrive en moyenne deux trains de bois par jour qui s’arrêtent dans les anses » qui s’étendent sur les flancs nord et sud du Saint-Laurent du vaste bassin à la hauteur de Québec-Lévis. Les chantiers les plus importants sur la rive sud sont « Lévis, Saint-Romuald, New Liverpool et Saint-

Nicolas ». Une cage aussi appelée un train de bois « contient en moyenne deux mille unités représentant quelques 80 000 pieds cubes de bois évalués à $ 15 000 en 1863, à $ 25 000 en 1880, et à $ 100 000 en 1900. De nos jours, chacun de ces trains de bois constituerait une véritable fortune », probablement quelques millions ! Quand les navires emplissent la vaste rade d’une forêt de mâts, de voiles blanches et qu’une vie très intense règne, les cageux « peuvent gagner jusqu’à 15 $ par jour » alors que la besogne devient intense : triage du bois, éboutement de plançons et chargement à bord des navires en partance pour l’Europe. Le chargement du navire prend « deux à trois semaines parce qu’on manipule ici du gros bois de construction et que tout doit se faire à bras d’homme. Tout au plus se sert - on d’un palan. Or, les diverses opérations s’exécutent sous la direction d’un arrimeur attitré — disons diplômé — dont la tâche, pleine de responsabilités, consiste surtout à disposer d’une façon méthodique tout ce qui doit entrer 241


Chutes-de-la-Chaudière

Photographie illustrant le dépôt de bois, côté nord, où les cages étaient démantelées. Découvrez cette autre photo de 1870 prise cette fois de Lévis : https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3122252.

dans la cargaison d’un bâtiment. C’est ainsi que le navire pourra garder la haute mer et tenir l’équilibre dans les pires temps. Quand, au contraire, l’arrimage est mal fait, le bateau donne de la bande et pique du nez ; il boit à la grande tasse et c’est la catastrophe » (Quatre cent trente-trois ans d’histoire 1541-1974, chapitre III Sa Majesté le Bois, pp. 36 à 39). Des radeaux en feu lancés contre les vaisseaux britanniques dans la nuit du 27 au 28 juillet 1759 : Le terme cajeux est un mot plus ancien qu’il n’y paraît, car il apparaît en Nouvelle-France dès le XVIIe siècle (Manuscrits de Jacques Viger de 1810). Bien avant la cage de bois équarri Columbo de Philemon Wright, de petits radeaux de billots non équarris sortent de la rivière Richelieu, sous le régime français, pour s’engager à partir du lac SaintPierre dans l’estuaire fluvial. Ce n’est donc pas étonnant de lire dans le journal Le Canadien une chronique historique traitant du siège de Québec qui se lit comme suit : « La nuit du 26 au 27 fut la plus terrible qu’on ait vue encore par le feu de l’ennemi, qui tira sans discontinuer par 242

2, 3, par 6 boulets à la fois (…) La nuit du 27 au 28 on lança à l’eau environ 70 cajeux ; les restes malheureux de tant d’artifices dispendieux qu’on avait faits pour détruire la flotte ennemi, et qui avaient été destinés à agir dans le même temps que les brûlots, mais dont le grand éloignement n’avait pas rendu la chose possible alors. Ils furent conduits par un homme habile et avec toute l’intelligence possible, et amenés jusqu’à la demi-portée de fusil de la frégate qui faisait l’avant-garde. Le feu se communiqua d’un cajeux à l’autre, avec rapidité, mais comme leur marche était très lente, et que la nuit n’était pas extrêmement obscure, les vaisseaux ennemis eurent le temps de couper ou lever les ancres, et de donner un chemin aux cajeux. Ils en furent quittes pour une grande alarme. On sentit alors le service qu’on aurait tiré, si on avait conservé quelques vaisseaux en brûlots qui, avec un petit vent frais qu’il faisait, et à la faveur des cajeux, auraient pu pénétrer dans la flotte ennemie, et y causer des dommages réels » (Édition du vendredi 12 août 1836, no 41, p. 1, 2e col. : https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/3454617).


243


Côte-du-Sud

12 CHAUDIÈRE-APPALACHES BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-est

Proulx, Marie-Eve (CAQ) Marie-Eve.Proulx.CDS@assnat.qc.ca Ministre responsable des régions 01, 11 et 12 Ministre déléguée au Développement économique régional Bureaux de circonscription : 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, Bureau 206 Montmagny (QC) G5V 1J7 235, rue Rochette, Bureau 108 Saint-Pascal (QC) G0L 3Y0

CAGEUX CAS EXCEPTIONNELS VOIR RIVIÈRE-DU-LOUP-TÉMISCOUATA DRAVEUR 244

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière du Loup • Rivière du Sud • Rivière Sainte-Anne

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau jaune


12 CHAUDIÈREAPPALACHES

Joseph-Charles Taché (1820-1894) : Né à Kamouraska, cet homme de lettres est aussi homme politique, journaliste et médecin québécois. Il s’est consacré au développement de la culture canadienne-française et a écrit notamment Forestiers et Voyageurs (1863). Au chapitre XIX intitulé « Les hommes-de-cages », Taché décrit les modes de vie des cageux (raftsmen). Un extrait : « Ces travailleurs, que le peuple a appelés hommes-de-cages, du nom donné aux immenses trains de bois particuliers aux grandes rivières de notre pays, ces travailleurs passent toute l’année à préparer et à convoyer le bois d’exportation. De bonne heure l’automne ils montent aux bois, et là, jusqu’à la saison du printemps ils abattent les grands arbres, les équarrissent, et les amènent aux rivières ; à la fonte des glaces, ils confient les pièces de bois aux courants, les réunissent en cribes, drames et cages, s’établissent dessus, et, conduisant leurs demeures mobiles à travers les mille et mille difficultés de la route, ils flottent ainsi sur les eaux du Saint-Laurent et de ses grands tributaires pendant des semaines et des mois, jusqu’à ce qu’ils atteignent les foulons, ou dépôts de bois, de la vaste rade de Québec (…) Cette vie des hommes-de-cages prête bien à des descriptions ; elle ne manque certainement pas de pittoresque. » Source : https://numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/2021894?docpos=214.

Côte-du-Sud

L’enfer du moulin (Saint-Pacôme) : Pour occuper certaines terres de la Seigneurie de la Bouteillerie de la Rivière-Ouelle, il faut défricher la forêt profonde. Dès sa création et pendant près de 100 ans, la paroisse de Saint-Pacôme vivra presque exclusivement de l’exploitation forestière. Le bois arrive au moulin par la « drave » sur la rivière Ouelle. Après transformation, le bois est acheminé au quai des King situé au rang de l’Éventail pour être vendu outre-mer. On raconte qu’au temps du moulin, c’est dans un immense bassin prénommé « L’enfer », qu’on y brûlait les résidus du bois, les copeaux et le bran de scie. On raconte que les hautes cheminées du moulin dépassaient la hauteur du village ! On menaçait même les enfants turbulents de les laisser à « l’enfer » du moulin pour calmer leur esprit.

Les origines agroforestières de SainteFélicité : On retrouve à Sainte- Félicité un paysage agroforestier typique de l’arrière-pays. On remarque plusieurs ruines de moulins à scie le long de la rivière Grand Calder, qui servait de route pour les draveurs entre le rang Taché, le rang St-Isidore (aujourd’hui la route 216) et le rang St- Camille. Dans la partie Est du rang St-Camille, se trouve la Maison de la Colonisation, qui est une habitation de type colonial du milieu du XXe siècle. Elle

ne fut jamais habitée, car elle fut construite pour répondre à l’exigence du ministère de la colonisation pour qu’un colon puisse acquérir une terre à bois. Au côté de l’habitation, se trouve un camp en bois rond, pièce sur pièce, identique aux premières habitations des pionniers. Source : https://grandquebec.com/ villes-quebec/sainte-felicite-2/. Le pavillon d’accueil à Sainte-Lucie-deBeauregard, site récréotouristique : Dans le parc régional des Appalaches, la rivière noire nord-ouest anciennement utilisée pour la drave est tout en méandres, et elle permet aujourd’hui des excursions pour les canoteurs débutants ou avancés. Bibliothèque Camille-Roy située au 5, rue du Couvent, à Berthier-sur-Mer : Son nom rappelle le souvenir de Camille Roy (1870-1943), originaire de Berthier-en-Bas (aujourd’hui Berthier-sur-Mer). Professeur au Petit Séminaire de Québec, il enseigne à l’Université Laval où, entre 1924 et 1938, il occupe la fonction de recteur et celle de premier doyen de la Faculté des lettres. Il inaugure d’ailleurs l’enseignement de la littérature canadienne-française dans cette université et participe à la fondation de la Société du parler français au Canada.

245


Côte-du-Sud Monseigneur Roy – il est nommé protonotaire apostolique en 1925 – favorise l’émergence d’une littérature typiquement québécoise, véhiculant les valeurs et les aspirations de la population, une littérature « gardienne toujours fidèle des intérêts supérieurs de la race et de la nationalité ». Membre puis, en 1929, président de la Société royale du Canada, le conférencier de renom que fut Mgr Roy écrira, tout au long de sa carrière, de nombreux ouvrages dont Poètes de chez nous : études extraites des Essais et Nouveaux essais sur la littérature canadienne (1934) où nous prenons cette analyse sur l’œuvre de William Chapman dont il apprécie le patriotisme qui s’attache à chanter encore et à peindre de bonnes couleurs les choses de la vie canadienne (https://numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/2021822?docpos=139) : « La vision immédiate et le contact même de choses éveillent nécessairement dans la sensibilité du poète des émotions plus fraîches et plus personnelles. Aussi bien, M. Chapman a-t-il trouvé parfois des strophes toutes pleines d’impressions nouvelles et de pensées gracieuses pour décrire nos plaisirs d’hiver, le carnaval, les palais de glace, la chasse dans la forêt, la sucrerie et la descente en radeau de 246

nos coureurs de bois. Lisez par exemple (…) ces trente voyageurs montés sur la cage : (…) sont des descendants d’une race choisie Qu’enivraient les combats, l’art et la poésie ; Ils sont les descendants des vieux coureurs de bois Dont Aimard et Cooper ont redit les exploits.... Ils aiment à chanter, et leur chanson naïve Rythme le mouvement de la rame massive. Et c’est pendant qu’ils chantent à la Vierge que le radeau s’engage dans les rapides : Guetté par les brisants, poursuivi par la houle, Gémissant sous l’effort vertigineux des flots, D’où montent à la fois des rires, des sanglots, Le radeau fuit toujours sur les eaux effrénées. Se dressant au sommet des vagues déchaînées, Ou plongeant brusquement dans des remous sans fond. Et les fiers voyageurs, en proie à la colère De la vague qui hurle autour du lourd radeau Et les couvre parfois d’une avalanche d’eau, Debout, l’œil en éveil, comme cloués aux rames, Le visage cinglé par le grand fouet des lames, Guident, sans tressaillir sur le gouffre qui bout, À travers les écueils qui se dressent partout, La flottante forêt qu’emporte le rapide… »

Le mythique Gros-Pin du Parc régional du Haut-Pays de Kamouraska : Situé dans le territoire non organisé de Picard, ce pin blanc séculaire colossal fait plus de 4 m de circonférence ! Trois adultes peinent à en tenir la circonférence en se joignant main par la main. On rapporte aussi que « l’élévation de ce végétal géant est si énorme que, en fait, les premières branches du Gros-Pin commencent là où les autres arbres finissent ». Source : https://cmatv.ca/un-arbre-de-plus-de-13-piedsde-circonference-au-kamouraska-2015-01-05/. Le pin blanc (ou pinus stobus) en nature pure est le roi de la forêt de l’est de l’Amérique du Nord, car il est le plus majestueux. Dans nos vieilles forêts, il ressemble à une immense perche surmontée d’une brosse. Soumis au climat rigoureux de l’Amérique septentrionale, ce conifère pouvait en période précoloniale atteindre 200 pieds (60 mètres) de hauteur.


Comparez la hauteur du pin blanc de l’est, le plus grand arbre de nos forêts québécoises !

247


Lévis

12 CHAUDIÈRE-APPALACHES BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-est

Paradis, François (CAQ) presidentcabinet@assnat.qc.ca Francois.Paradis.LEVI@assnat.qc.ca Président de l’Assemblée nationale Président de la Commission de l’Assemblée nationale Président de la Sous-commission de la réforme parlementaire Bureau de circonscription : 5 955, rue Saint-Laurent, Bureau 210 Lévis (QC) G6V 3P5

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 1, NO 2, NO 3, NO 4, NO 5 DRAVEUR

248

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Chaudière • Rivière Etchemin

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


12 CHAUDIÈREAPPALACHES

les saints, épi escandaliser le bon Dieu à cœur de jour, comme Tom Caribous, on passe pas six mois dans le bois épi six mois sus les cages par année sans être un petit brin slack sus la religion » (cf. www.maisonfrechette.com).

Maison natale de Louis Fréchette : Cette résidence et son environnement, notamment le paysage escarpé et les chantiers de bois, ont été pour cet auteur prolifique, Louis Fréchette (1839-1908), des sources précieuses d’inspiration. Il a été le personnage littéraire canadien le plus honoré de son époque et le premier poète canadien couronné par l’Académie française. Son personnage Jos Violon fait référence régulièrement aux fameux cageux quand il nous parle d’avoir « une belle chanson de cage » ou d’évoquer les devoirs religieux « On a beau pas invictimer

Rue Louis-Fréchette dans la ville de Lévis : Cette rue se trouve dans l’ancienne emprise de la côte Fréchette, dont le tracé a été modifié en 1968. En 1938, afin de souligner le centenaire de la naissance de Louis Fréchette, le nom Côte Davidson fut changé pour celui de Côte Fréchette. Louis- Honoré Fréchette (1839-1908), né à Lévis, était avocat, poète, dramaturge et journaliste. Après son admission au Barreau, en 1864, Fréchette décide soudainement de se rendre à Chicago où vivait son frère Achille et où il publiera en 1866 La Voix d’un exilé, violente charge contre le Parti conservateur. De retour dans son milieu lévisien en 1871, il est élu député libéral à la Chambre des communes (1874 - 1878), après avoir essuyé un premier refus de la population en 1872. L’autre fonction publique qu’il accepta en 1889 fut celle de greffier du Conseil législatif. Mais il s’est illustré davantage comme poète et conteur que comme

Lévis

politicien. Toute son œuvre, notamment Fleurs Boréales (1879), Les oiseaux de neige (1879) et La Légende d’un peuple (1887), lui ont valu éloges, décorations et reconnaissance. Dans Mémoires intimes, publié posthume en 1961, Fréchette rappelle le spectacle des cages qui arrivaient à Lévis, au temps de son enfance, « au bas de la falaise, le long de la rive du fleuve », dans les années 1840 : « Ces grandes voiles carrées que la brise gonflait de distance en distance sur la largeur du train de bois ; ces hommes inconnus au costume pittoresque, penchés en groupes sur dimenses rames, et jetant de longs appels prolongés en cadence pour assurer l’ensemble des manœuvres ; ces tentes de toile blanche en forme de cônes, ou ces cabanes en planches neuves ayant de loin des allures de village en miniature ; ces cordes flottantes où séchaient des files de vêtements multicolores en se balançant au soleil comme les flammes d’un bâtiment pavoisé ; tout cela avait pour moi un charme mystérieux et exotique qui me jetait dans l’extase » (p. 108, extrait reproduit dans le livre de Jeanne Pomerleau, Bûcherons, raftmen et draveurs 1850-1960, 1997, 146 p.).

249


Lévis Archives sonores sur la rivière Beaurivage : D’une longueur d’environ 65 kilomètres, la Beaurivage draine un bassin de quelque 750 km2 venant rejoindre la Chaudière, près de Saint-Rédempteur [C.T.Q. et C.T.C.]. Léon Jolicoeur raconte « M’a vous conter c’qui m’est arrivé dans mon bas âge. J’avais quatorze, quinze ans dans c’temps-là. La drave était prise dans un coude d’la Beaurivage. On avait espérance de draver dans l’été, j’avais ben hâte à ma première drave ! Mais l’eau de la rivière n’est pas montée, ça fait que tout l’bois était encore là quand l’automne est venu. Avant l’hiver, la compagnie a décidé de faire haler l’bois de la rivière et de le corder au sec et en sécurité pour pas que l’eau l’emporte au printemps. Un nommé William Flamant, connu par plusieurs dans le coin de Saint-Gilles, avait jobbé un bout. Moué pis mon père, on travaillait pour lui. Mon père était fort et y’avait de l’expérience, y gagnait une piasse par jour, pis moi, je recevais cinquante cents. J’étais jeune, j’avais quatorze ans, j’étais pas ben ben robuste encore, mais j’avais du nerf et de l’énergie. Cet automne-là, v’là-ti pas que j’ai attrapé une sorte de pleurésie à force de me mouiller dans l’eau frette pour aller chercher les billots. J’ai fini la job de peine et de misère, je vous dis. Pis, après c’te contrat-là, il m’est toujours resté comme un point dans le côté. J’tais ben découragé de ça. 250

Ça m’empêchait de travailler et de faire ma besogne, j’avais même d’la misère à me coucher sur mon côté. J’en m’nais pas large ! » (cf. extrait des Archives de folklore de l’Université Laval, collection André Bilodeau ; https://www. mrclotbiniere.org/la-drave-sur-la-rivierebeaurivage/) Beaurivage est souvent utilisé comme régionyme s’appliquant principalement aux villages et paroisses que traverse le cours moyen de la rivière. L’ensemble constitue une sous-région qui oscille entre l’attraction de la Beauce et celle de Lotbinière sur les divers plans, électoral, municipal, scolaire et économique. Rue John-Breakey à Lévis ou encore, l’ancien village Breakeyville (remplacé par SainteHélène-de-Breakeyville, aujourd’hui secteur lévisois) : Ce toponyme rappelle le souvenir de la famille Breakey. En 1878, John Breakey (1846-1911) devient l’unique propriétaire de l’entreprise forestière fondée en 1846 par son père, Hans Denaston Breakey, et la gère durant près de cinquante ans. En raison de la rentabilité de son entreprise, John Breakey a acquis une bonne réputation, ce qui lui a permis de faire partie de l’élite financière du pays. Il a ainsi été administrateur de la Union Bank, président de la Quebec Bank, viceprésident de la Compagnie du pont de Québec

et administrateur du Quebec District Railway. Il également été président de la Canadian Electric Light, et c’est lui qui a fait construire le barrage des chutes de la Chaudière afin de fournir de l’électricité pour l’éclairage domestique dans la région lévisienne. Enfin, il a été maire de SaintJean-Chrysostome de 1880 à 1886.

Réponses du jeu-questionnaire de la page 15 1

2

3

4

5

6

7

8

9

Cageux : 1, 5, 6 et 8 Draveur : 2, 3, 4, 7 et 9


251


LotbinièreFrontenac Lecours, Isabelle (CAQ) Isabelle.Lecours.LOFR@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 257, rue Notre-Dame Ouest Thetford Mines (QC) G6G 1J7 57, rue Chaîné St-Apollinaire (QC) G0S 2E0

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 1, NO 2 ET NO 3 DRAVEUR

252

12 CHAUDIÈRE-APPALACHES BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES : 1) Saint-Laurent sud-est • Rivière Bécancour

2) Saint-Laurent sud-ouest • Rivière Saint-François

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à bouleau jaune


12 CHAUDIÈREAPPALACHES

Lotbinière-Frontenac a été reçu avocat en 1865. Il a ensuite travaillé durant trente ans comme conservateur de la bibliothèque de l’Assemblée législative, qu’il s’efforce de garder ouverte au grand public. En plus d’avoir écrit des textes de plusieurs genres littéraires, dont la poésie, le conte, le roman et le théâtre, Léon-Pamphile LeMay fait partie des membres fondateurs de la Société royale, mise sur pied en 1882. En 1888, l’Université Laval lui a décerné un doctorat ès lettres honoris causa, et il a reçu, en 1910, la rosette d’officier de l’Instruction publique du gouvernement français. Disponible à https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2022499, nous vous recommandons pour lecture son formidable roman publié en 1877 intitulé Le pèlerin de Sainte-Anne, dont l’intrigue se passe sur un immense train de bois qui descend le fleuve. Voici un extrait :

École secondaire Pamphile-LeMay dans la municipalité de Sainte-Croix : Le nom de l’édifice évoque la mémoire de Léon-Pamphile LeMay (Lotbinière, 1837 - Deschaillons, 1918), fonctionnaire, traducteur et écrivain. Léon-Pamphile LeMay s’est lié d’amitié avec Louis Fréchette et est devenu traducteur à l’Assemblée législative du Canada-Uni, de 1861 à 1866. Il a étudié le droit à Québec et

La cage descendait toujours. Elle passa devant la pointe du Platon. Bientôt les côtes échelonnées de la rive sud s’éloignèrent, formant un immense amphithéâtre, dont l’anse de Ste. Croix était le parquet merveilleux, et la cage noire parut sur le fleuve d’argent, comme un trait de plume sur une feuille blanche.

Pointe Platon : Orienté franc nord, cet accident géographique constitue la fine extrémité de l’importante avancée de terre qui, au sud, infléchit le cours du Saint-Laurent et l’oblige à un virage abrupt vers le sud-est, entre les municipalités de Lotbinière et de Sainte-Croix. « Cette langue de terre était déjà connue sous le nom de Sainte-Croix lorsque Champlain s’y arrêta en 1603, et elle portait cette appellation parce que les rares prédécesseurs de Champlain avaient cru, à tort, que Jacques Cartier s’y était installé en 1535, plutôt qu’à Québec. Le nom de Sainte Croix n’est pas disparu pour autant, car il entre dans la composition du toponyme Platon Sainte-Croix, depuis l’année de la concession de la seigneurie de Sainte-Croix (1637) jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, où commencent à paraître les noms Platon ou Le Platon, respectivement sur la Carte générale des paroisses et missions… (1750) ou sur celle du sieur d’Anville (1755). En 1815, Joseph Bouchette apporte à cette désignation un important changement toponymique en écrivant Pointe du Platon » [C.T.Q. et C.T.C.], qui s’est muée ensuite en celle, plus courte, de Pointe Platon. Le mot platon, qui a été relevé en Normandie dans le sens de clairière, petit pré, semble avoir été assez répandu à 253


Lotbinière-Frontenac l’époque de la Nouvelle-France. Ceci dit, nous situons mieux ce long extrait qui va suivre de D. D. Calvin dans A Saga of the St. Lawrence (1945, p. 103) parlant de l’époque des cageux : « En fin d’après-midi du 16 juin 1905, une cage avec ses 6 lourds drames de pin avait presque atteint les anses gorgées en bois carré. À dix ou quinze milles au-dessus de Sillery, il fut pris par un coup de vent soudain de nord-est, à la marée de printemps de la nouvelle lune ; seuls ceux qui connaissent le fleuve au-dessus de Québec peuvent se rendre compte du mauvais temps qui résulte de leur coïncidence. Les marées — environ sept heures de reflux (avec le courant) et cinq heures de flux — rivalisent d’ingéniosité pour ajouter au tumulte. Le reflux, qui descend contre le mouvement des vagues en amont, amène une mer haute et confuse ; le flux, poussé par le coup de vent, s’élève de 4 ou 5 pieds plus hauts que les 18 pieds habituels. Sa mer longue et houleuse, qui précède à la fois le vent et la marée, constitue une grande menace pour les radeaux. Parfois, bien sûr, le mauvais temps était annoncé, et le radeau était maintenu à l’abri, en amont du fleuve, jusqu’à ce que le coup de vent se soit dissipé. Cette cage de juin 1905 fut ensuite ramenée en amont par la 254

marée de tempête jusqu’à trois ou quatre milles de Platon, où, malgré les efforts du vapeur remorqueur, il se dirigeait régulièrement vers le rivage. Le capitaine du remorqueur décida de laisser le radeau dériver sur la plage, plutôt que de le laisser se briser en plein fleuve. Il emmène son vapeur au quai de Platon et télégraphie sa mauvaise nouvelle au marchand de Québec. C’était une affaire sérieuse. Quatre des six drames restèrent intacts, bien qu’endommagés, et furent mis en sécurité derrière Pointe Platon dès que le temps le permit. Mais presque tous les onze cents morceaux des deux autres drames étaient éparpillés le long de 10 milles ou plus de plages. Des cageux supplémentaires et un deuxième navire à vapeur furent envoyés sur les lieux et le travail de sauvetage fut organisé. Après une dizaine de longs jours (d’heures non syndiquées), le bois fut presque entièrement récupéré — en partie — sans grande difficulté, auprès de voleurs potentiels — et livré aux destinataires à Québec. Une douzaine de pièces seulement furent perdues. Le coût de la récupération est élevé, environ deux fois plus élevé que celui du transport de l’ensemble du bois » (traduction de Résonance Canada).

Iris versicolor, emblème floral du Québec, aquarelle de Marie-Claire Dalpé. « Plante indigène, elle pousse surtout près des marais et cours d’eau. Elle joue un rôle clé pour notre écosystème » — L’artiste Dalpé.


La ville de Québec vue de la rive sud du fleuve Saint-Laurent, photographie monochrome d’une peinture polychrome d’Henry Sandham (1842-1910) vers 1880 qui coïncide avec la création du Chant national (Ô Canada). Observez les cages en avant-plan.

255


Chomedey

13 LAVAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Ouellette, Guy (ID) Guy.Ouellette.CHOM@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 4 599, boulevard Samson, Bureau 201 Laval (QC) H7W 2H2

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

256

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


13 LAVAL

Place des cageux : Cet odonyme évoque les ouvriers qui dirigeaient les cages de bois ou il peut aussi référer aux trains de bois eux-mêmes. À compter du XIXe siècle, les cageux descendaient la rivière des Outaouais vers le lac des Deux Montagnes. À la Commission de toponymie du Québec, on mentionne notamment les cageux Jérémie Claude (1844 - 1880 environ) et Gatien Claude (1850- 1890 environ). Dans l’ouvrage Aux confins de Montréal l’île Bizard des origines à nos jours, SHPIB-SG, 2008, on identifie plus largement les familles Belcour, Berthiaume, Binet, Boileau, Boivin, Brisebois, Brunet, Cardinal, Charlebois, Charette, Claude, D’abre, Desrivières, Durocher, Éthier, Fortier, Janvry, Joly, Labrosse, Ladouceur, Lafontaine, Lalonde, Larente, Lauzon, Lavergne, Legault, Martel, Massy, Paquin, Pilon, Pudrette dit Lavigne, Proulx, Rollin, Roussin, Saint-Pierre, Sauvé, Sénécal, Trépanier (p. 104). « À partir de 1840, un noyau villageois commence à se former (…) et des cageux prennent possession de maisons modestes, par exemple dans le chemin qui débouche sur la rivière et qui prendra plus tard le nom de rue Saint-Joseph [près de l’île Mercier] » (p. 205). Berge des cageux : Nommée en honneur des cageux (raftsmen) qui passaient avec leurs

Chomedey et franchir un peu plus loin les rapides du Sault-au-Récollet (http://www.toponymie. gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/Fiche.aspx?no_ seq=58392).

immenses cages au nord de l’île de Montréal pour livrer le bois équarri à Québec, ce toponyme est un repère historique important. Les Virées patrimoniales du Vieux SaintMartin et de l’Abord-à-Plouffe avec le Réseau ARTHIS : En compagnie de Phil Larivière, qu’on décrit comme un vrai de vrai cageux tout droit sorti du passé, on se laisse raconter la vie de ces hommes qui voyageaient sur la rivière à bord de radeaux faits de billots de bois. N’oublions pas que l’Abord-à-Plouffe est un lieu pour séparer les énormes cages avant de sauter le rapide du Crochet, éviter le Haut- fond du Moulin du Crochet (http://www.toponymie.gouv. qc.ca/ct/ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=221836),

Le Gros-Sault de la rivière des Prairies : Auteur de l’ouvrage Le Moulin du GrosSault en 1939, Robert Prévost écrit en 1997 dans la revue Histoire Québec que « c’est en face de l’Abord- à-Plouffe que l’on démontait les cages afin de permettre aux radeaux de passer le Gros - Sault. Une fois arrivés en eau calme, en aval de l'île de la Visitation, les hommes retournaient à l'Abord-à-Plouffe en voiture prendre charge de d'autres radeaux (...) Le langage imagé de ces hommes en scandalisait plus d’un, notamment les Dames du Sacré - Cœur du Sault-au-Récollet. L’une d’elles, sœur Bienvenue, eut l’aimable pensée d’ouvrir une cantine à leur intention sur la rive et de leur servir des breuvages chauds et des petits gâteaux. Elle leur remettait une image du Sacré-Cœur et, lorsqu’ils lui demandaient combien ils lui devaient, elle répondait : le respect du bon Dieu et, s’il vous plaît, ne blasphémez plus ! On la désigna bientôt comme l’Apôtre des cageux » (vol. 3, n° 1, juin 1997, p. 4, https://www.erudit.org/en/ journals/hq/1900-v1-n1-hq1057450/11198ac.pdf). 257


Chomedey Ci-bas, Regain, esquisse au graphite signée Marielle Rouleau.

258

Abbé Joseph-Adalbert Froment, o.f.m. (1886-1932) : En 1915, La Revue canadienne signale la publication Histoire de Saint-Martin par M. l’Abbé J. A. Froment. Nous extrayons de ce petit ouvrage l’amusant croquis canadien suivant : « L’Abord-à-Plouffe, l’un des rangs de la paroisse, celui qui se trouve sur les bords de la rivière des Prairies, a connu, par exemple, l’époque fameuse de la gent non moins fameuse des cageux. Il est impossible de ne pas en dire un mot. Cette époque des cageux embrasse une soixantaine d’années. Elle va de 1815 à 1885 environ. En ce temps -là, le commerce du bois par voie des rivières avait pris un très large essor. Les chemins de fer ne faisaient pas encore aux voies fluviales la concurrence qui est venue plus tard. Tous les ans, dès le printemps, et durant toute la saison favorable, c’est-à-dire tant que les eaux étaient assez hautes, du loin Mississippi à la Madawaska, puis par le lac Chat, à la Gatineau, et enfin, par le lac des Deux Montagnes, à la rivière des Prairies — et par conséquent à l’extrémité sud de Saint-Martin — d’énormes radeaux flottants chargés de billots, de bois équarri et de madriers, descendaient le cours des eaux, pour aller jusqu’à Montréal, TroisRivières ou Québec. Ces radeaux s’appelaient des cages, et ceux qui les montaient, de solides équipes d’hommes, des cageux. Or les susdits

cageux, avant de franchir la passe toujours tourmentée des rapides, devaient stopper pour s’y préparer. C’est ce qu’il leur fallait faire notamment avant de sauter le bruyant rapide du moulin du crochet, et, comme ils abordaient sur les terres appartenant à une certaine famille Plouffe, l’endroit fut vite connu sous le nom de l’Abord-à-Plouffe (…) C’était de solides gars, sans doute, des forts à bras pour la plupart, qui avaient le mot vif et la chanson sonore quand ils battaient leurs rames en cadence (…) À certains jours, les cages étaient si nombreuses, en face du moulin du crochet, sur la rivière des Prairies, qu’elles formaient comme un pont d’une rive à l’autre. Il fallait, voyez-vous, diviser les radeaux avant de sauter le rapide, en faire de nouveau plus petits, décharger, recharger, et tout cela prenait du temps. On débarquait entre temps, on bâtissait des cabanes, des chantiers, on y mangeait, on y couchait, on y buvait aussi et on y dansait. » (https://www.canadiana.ca/view/ oocihm.8_06483_590/61?r=0&s=1) pp. 155156, M. l’Abbé réédite l’ouvrage vers 1920 sous le titre Notice historique sur l’Abord- à-Plouffe qui reprend à grands traits cette histoire haute en couleur, ajoutant moult détails sur le maître de cages Jos Montferrand, qui aussi passait par là : https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2021671.


259


Fabre

13 LAVAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Sauvé, Monique (PL) Monique.Sauve.FABR@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 538, rue Principale Laval (QC) H7X 1C8

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

260

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


13 LAVAL

Fabre

Dépôt de bois à Québec, XIXe siècle Photographie du Studio Livernois

Rivière des Prairies : Elle était anciennement connue sous le nom de Skawanoti, ce qui signifie en huron « la rivière en arrière de l’île ». Tout au long du XIXe siècle, les cageux défilent à bord des radeaux de bois sur la rivière des Prairies en provenance des forêts de l’Outaouais ou de la Gatineau. Dans le remarquable ouvrage de l’historien Guillaume Dunn (1905-1990) intitulé Les forts de l’Outaouais (1975), « [Philemon] Wright voulait faire flotter ainsi les bois de l’Outaouais jusqu’au grand port de mer de l’époque [Québec], en passant par la rivière des Prairies pour éviter le Sault-Saint-Louis entre Lachine et Montréal. Le projet était jugé irréalisable, même de l’avis de ceux dont les familles cultivaient des terres riveraines de ce cours d’eau depuis cent ans et plus. Wright releva néanmoins de défi » (p. 150). L’auteure Sandra J. Gillis ajoute ces détails : « Wright a baptisé son premier train de bois Columbo. Il est assemblé à l’embouchure de la rivière Gatineau, avec un équipage de quatre personnes, et envoyé le 11 juin 1806

pour effectuer le long et périlleux voyage vers les anses de bois de Québec (…) Ils sont malmenés par les flots et le mauvais temps ; le train de bois carré se brise à plusieurs reprises et doit être remonté entraînant des retards importants (…) Columbo arrive finalement au port de Québec le 12 août. » (pp. 67-68, The Timber Trade in the Ottawa Valley, Parcs Canada, 1975) Le Nationaliste, journal hebdomadaire de 1904 à 1922 : Ce journal sert d’organe à un mouvement anti-impérialiste dont le programme se résume en trois points : autonomie canadienne dans l’Empire, autonomie des provinces dans le Canada et une politique exclusivement canadienne. Ce journal est au cœur de tous les grands combats politiques jusqu’à la fondation en 1910 du journal Le Devoir. Le Nationaliste fusionnera en 1922 avec Le Devoir, pour devenir l’édition du samedi de ce dernier à partir du 28 septembre 1922. Dans son édition

du dimanche 7 mars 1915, Le Nationaliste traite des cageux d’autrefois : « Aujourd’hui les cageux sont disparus (…) Mais ces types de voyageurs ont laissé maintes histoires qui se racontent dans nos veillées, celle de Jos Montferrand, par exemple, ou celles des chasse-galeries (…) On garde en somme un gai souvenir (…) Ça n’avait peur de rien ni du vent, ni de la tempête, ni des hommes, ni de la bataille. Ça travaillait dur pour gagner le pain des enfants ! Le métier n’était pas moins rose nous confiait avant de mourir un vieux cageux de 85 ans. On couchait sur la paille, même sur nos bancs à la belle étoile ; on ne mangeait que de la soupe aux pois, des fèves et du lard ; et pour faire passer ça, on prenait de l’eau de la rivière avec des gobelets de bouleau. L’eau, ajoutait-il avec un sourire significatif, l’eau ne manquait jamais ! On gagnait dix à douze piastres par mois (…) Vous verrez que la légende, dans quelques années, aura fait de nos cageux des sortes de héros ! » (p. 3, https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2662387).

261


Laval-desRapides Polo, Saul (PL) Saul.Polo.LDR@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 400, boul. Saint-Martin O., Bureau 309 Laval (QC) H7M 3Y8

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

262

13 LAVAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


13 LAVAL

Laval-des-Rapides

Société Histoire Canada (www.histoirecanada.ca) : L’histoire et le développement du Québec sont intimement liés à ses cours d’eau et l’île Jésus s’est développée en partie grâce à un autre facteur, la présence des cageux liée au commerce du bois. « Car là où s’arrêtent les cageux se dressent des villages » (https://bit.ly/2Tt3rBk). L’auteur John Sheridan Hogan (1815-1859) de l’essai Canada en 1855 a consacré un chapitre à la naissance et aux progrès des cités au pays, dont cet extrait (p. 31) : « À la tête d’un lac, ou à la hauteur d’un cours d’eau qui se déverse dans une de ces mers intérieures et forme un havre naturel ; ou sur les berges d’une rivière navigable qui traverse un territoire fertile, un pionnier de la forêt, ou un spéculateur aventurier s’arrête, et déclare qu’ici sera une ville » (Traduction de Résonance Canada - notons que ce livre a été originellement publié en version anglaise, puis traduit la même année par M. Bibaud dont l’ouvrage est disponible à https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2022738).

Aquarelle illustrant une cage vers 1839 à la confluence de la rivière des Outaouais et du fleuve Saint-Laurent. Découvrez plus d’œuvres de l’artiste Henry Francis Ainslie (1805 - 1879) à https://www.watercolourworld.org/ artist/henry-francis-ainslie.

Le Moulin du Crochet à Laval-des-Rapides : Selon les auteurs de Histoire de Laval (2008) « le premier radeau de bois à descendre la rivière des Outaouais avait comme destination l’île Jésus. En effet le notaire Joseph Papineau, alors chargé de la gestion de la Seigneurie par le Séminaire de Québec, fait descendre de sa seigneurie de la Petite-Nation, au printemps de 1806, un convoi de billes de chêne et de pin pour la construction du moulin du Crochet. Il devance ainsi de quelques semaines le train de bois expédié à Québec par Philemon Wright. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, d’immenses

radeaux de bois seront ainsi acheminés à Québec par la rivière des Outaouais et le fleuve Saint-Laurent en passant par rivière des Prairies. » (pp. 88-89 ; https://archiveshistoire-laval.org/un-geant-du-seminairele-moulin-du-crochet). Découvrez sur cet ancien plan, dessiné à la main vers 1830, l’emplacement du moulin au Crochet démoli vers les années 1928 : https://numerique.banq. qc.ca:443/patrimoine/details/52327/3139539. Aujourd’hui on peut visiter une réplique du moulin dans le parc Gagné : https:// grandquebec.com/laval/moulin-crochet/. 263


Mille-Îles

13 LAVAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Charbonneau, Francine (PL) Francine.Charbonneau.MIIL@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 3 131, boul. de la Concorde Est, Bur. 303 Laval (QC) H7E 4W4

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS

264

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière-des-Mille-Îles • Rivière des Prairies

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


13 LAVAL

Rivière des Prairies : Une fois le dernier rapide franchi, le Sault-au-Récollet après l’île de la Visitation, les cageux reforment les convois pour continuer leur périple jusqu’au port de Québec. De là, on démonte les radeaux et les billots sont embarqués sur des navires afin d’être expédiés en Angleterre. L’arrivée du chemin de fer aura raison des trains de bois au cours des dernières décennies du XIXe siècle. Dans l’ouvrage historique Histoire de Laval publié par l’INRS en 2008, les auteurs précisent : « À l’origine, les cageux étaient recrutés parmi les bûcherons qui avaient passé l’hiver dans les chantiers de l’Outaouais. Il fallait beaucoup de métier, écrit Robert Prévost, pour réussir à monter une cage assez solidement. Il fallait également beaucoup d’adresse et une bonne dose de témérité pour diriger les radeaux de bois dans les cascades du Gros Sault, dont le flot tumultueux a disparu lors de la construction du barrage hydroélectrique de la rivière des Prairies en 1928. Plus d’un cageux y a perdu la vie. Enfin, les conditions de vie sur les cages laissent beaucoup à désirer,

Mille-Îles

les hommes ne disposant que de modestes cabanes pour s’abriter des intempéries » (p. 89). Abbé Elie-J. Auclair (1866-1946) : Natif de Montréal, il grandit à Saint-Vincent-de-Paul. Cet homme influent est historien, théologien, professeur et homme d’Église. L’Abbé Auclair rédige des articles pour des revues et il signe de nombreux ouvrages historiques. Pensons à Figures canadiennes en 2 volumes (1933), Saint-Jérôme de Terrebonne (1934), Sainte-Rose de Laval : notice historique… (1940), Saint-Jean-Baptiste de Montréal : monographie paroissiale (1942), Saint-Henri des Tanneries de Montréal (1942), Prêtres et religieux du Canada en 2 volumes (19141924), Le curé Labelle : sa vie et son œuvre… (1924), Histoire de la paroisse N.-D.-des-SeptDouleurs de Verdun de Montréal… (1925), Histoire de la paroisse de Saint-Joseph-deSoulanges ou Les Cèdres (1927), Histoire des Sœurs de miséricorde de Montréal… (1928), Vie de mère Caron, fondatrice et deuxième

supérieure des sœurs de la Charité de la Providence… (1908), Articles et études (1903). Il est une source importante d’informations sur les personnages politiques et culturels canadiens de la fin du XIXe siècle. Alors qu’il est professeur à l’Université Laval, il signe Les cageux de l’Abord-à-Plouffe qui est publié dans La Revue canadienne [nouvelle série, volume XV (février 1915), pp. 150-158]. Il commente ainsi le récent livre de l’Abbé J.-A. Froment (cf. pp. 251-252 ci-devant) : « Dans mon enfance, à Saint-Vincent-dePaul, j’ai vu moi aussi, plus d’une fois, aborder les cageux. Il y a là, je le crois, une page d’histoire des plus savoureuses (…) Nous permettra-t-on d’exprimer ici un espoir ? C’est que de plus en plus on s’occupe de conserver aux générations de demain les menus faits de notre histoire. » Disponible en ligne sur Canadiana administré par le Réseau canadien de documentation pour la recherche : https://www.canadiana.ca/view/ oocihm.8_06483_590/63?r=0&s=1https:// fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lie-J._Auclair.

265


Sainte-Rose

13 LAVAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Skeete, Christopher (CAQ) Christopher.Skeete.SARO@assnat.qc.ca Adjoint parlementaire du premier ministre pour les relations avec les Québécois d’expression anglaise Bureau de circonscription : 132, boulevard Sainte-Rose Laval (QC) H7L 1K4

CAGEUX AXE FLUVIAL No 3 AU SUD DE L’ÎLE JÉSUS

266

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière-des-Mille-Îles

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


13 LAVAL

Sainte-Rose

L’île Jésus au rythme des rivières : Personnages mythiques du XIXe siècle, les cageux transportent des billots de bois sur les rivières et sur le fleuve. Ils jettent d’abord les troncs d’arbres dans la rivière, pour ensuite les rassembler en radeaux qui peuvent parfois mesurer plus d’un kilomètre ! Un travail sans aucun doute épuisant et dangereux Ces hommes légendaires permettent à l’île Jésus de se développer, apportant argent et prospérité. (cf. https://bit.ly/3kFE8by)

John Lowry Gourlay (1821-1904) : Né à Drumquin au Royaume-Uni, cet auteur signe l’ouvrage History of the Ottawa Valley en 1896. Voici l’extrait qui nous a fait écarquiller les yeux, car les radeaux de la rivière du Nord (rivière des Outaouais) étaient construits avec des arbres qu’on peut certainement qualifier de monumentaux : « These lands were so thickly covered with forest trees standing near each other, and of so large a growth as almost wholly to exclude the sunshine from the soil in the leafy season "when summer was green." Hardwood trees of fifty and sixties feet high were plentiful, some white pines there were whose height was found to be a hundred feet from the tops to the ground. We helped to square one 73 feet long 24 X 25 inches, four straight lines over three hundred cubic feet and we have seen larger than this one » (p. 7). 267


Vimont

13 LAVAL BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Rousselle, Jean (PL) Jean.Rousselle.VIMO@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 4 650, boul. des Laurentides, Bureau 415 Laval (QC) H7K 2J4

CAGEUX AXE FLUVIAL No 3 AU SUD DE L’ÎLE JÉSUS

268

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière-des-Mille-Îles

ARCHIPEL : • Hochelaga DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


13 LAVAL

Vimont

Sailing Ships and Log Rafts (Quebec), gouache de John David Kelly (1862-1958). Le cœur de Laval : Au XIXe siècle, « en saison chaude, la situation géographique de l’île Jésus lui permet de servir de site complémentaire d’entreposage pour les convois de cribes de bois en provenance de l’Outaouais qui circulaient par voie d’eau. Le pin et le chêne sont au nombre des différentes essences qui voyagent sur la rivière. C’est sur cette île que s’installe une partie des voyageurs forestiers, surnommés les cageux » (Extrait de Quelques pages d’histoire… Paroisses et Villages anciens de l’île Jésus, 2001, Ville de Laval, p. 42). Léo-Paul Desrosiers (1896-1967), journaliste, historien, homme de lettres : Écrivain majeur de la première moitié du XXe siècle québécois, Desrosiers qui est natif de Berthier-en-Haut (Berthierville) est l’auteur d’une œuvre qui incarne et déborde son époque. Romans, nouvelles, essais historiques, il a tâté divers genres littéraires pour explorer son obsession : l’histoire du Canada français. Desrosiers produit également une monumentale histoire du pays des Iroquois au temps de la Nouvelle-France, Iroquoisie (1947) de plus de mille pages qui en fait « l’un des précurseurs de l’histoire amérindienne au Québec » selon l’historien Alain Beaulieu. Desrosiers a occupé des

fonctions de rédacteur au Hansard, de conservateur à la bibliothèque municipale de Montréal et de courriériste parlementaire au journal Le Devoir. Il signe plus de 1 800 textes pour Le Devoir entre 1920 et 1927. Au fil d’une carrière influencée par Lionel Groulx et Henri Bourassa, il fait paraître le roman Nord-Sud (1943) qui s’appuie sur de solides connaissances historiques. Voici un extrait sur les hommes de cages de la rivière du Nord (rivière des Outaouais) : « Le printemps venu, les plançons dégringolaient la berge. Les bûcherons les attachaient ensemble avec les rouettes, puis ils s’installaient dans les huttes rustiques érigées sur ces radeaux qui comptaient jusqu’à trois cents pieds de longueur. Les voiles claquant au vent par les belles brises, les flotteurs commençaient leur navigation. Point de repos, car les courants paisibles étaient rares. Ils devaient manier les lourds avirons et les perches ; ils devaient détacher les parts, les lancer individuellement dans les rapides dangereux où elles s’égrenaient souvent, les engager dans les glissoirs [à cages] à côté des nombreuses chutes et cascades, celles de la Madawaska, de la Montagne, du Calumet, de la Chaudière, de Carillon où elles filaient comme des champs de glace poussés par la débâcle. Peu de besogne aussi harassante

que de les attacher de nouveau, de reformer le train immense qui se tordait comme un serpent dans les sinuosités de la rivière, de surveiller les battures qui s’avançaient trop loin dans les tournants, les vagues courtes et violentes des lacs. Le long de centaines de milles, pendant des semaines ils descendaient ainsi la forêt flottante, jusqu’à l’Anse au Foulon, près de Québec, jusqu’aux baies nombreuses à l’ombre des falaises où les attendait la flotte des voiliers venus d’Angleterre. Ils vivaient dans des maisonnettes sur le rivage. C’était une activité intense, une vraie fourmilière de radeaux, de navires et d’hommes pendant qu’ils attendaient leur paie. Dans leur désœuvrement ils montaient quelques fois jusqu’à la citadelle, regardaient le fleuve tourner autour d’une borne gigantesque, flânaient parmi des ouvrages de défense. Mais le plus souvent ils échouaient dans les tavernes, prenaient part à des orgies et à des rixes, dépensaient en un jour le salaire de plusieurs semaines » (pp. 171-172). La Commission de toponymie du Québec répertorie à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, dans la MRC de Vaudreuil-Soulanges, l’odonyme « Croissant Léo-Paul-Desrosiers » qui rend hommage à cet homme de lettres. 269


Argenteuil

15 LAURENTIDES BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Grondin, Agnès (CAQ) Agnes.Grondin.ARGE@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 512, rue Principale Lachute (QC) J8H 1Y3

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

270

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière des Outaouais • Rivière du Nord • Rivière Rouge

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à bouleau jaune • Érablière à tilleul


15 LAURENTIDES

Lac J’En-Peux-Plus dans la municipalité de Montcalm : Situé dans la MRC des Laurentides, ce petit plan d’eau occupe le sommet d’une colline et est situé un peu au nord de la route 364 près de Saint-Sauveur-des-Monts. C’est sa position élevée, son éloignement et la difficulté à l’atteindre qui lui auraient valu son nom. En effet, on raconte qu’un bûcheron à bout de souffle, voulant atteindre ce lac, se serait écrié « j’en peux plus », d’où ce toponyme assez particulier [C.T.Q. et C.T.C.]. Pont du Long-Sault à Grenville : Ce pont interprovincial enjambe la rivière des Outaouais et relie la municipalité du village de Grenville, dans la MRC d’Argenteuil, à la ville de Hawkesbury, en Ontario. Il s’agit d’un pont à quatre voies de 679 m de long, construit à partir de poutres préfabriquées en béton précontraint. On lui connaît aussi le nom Pont Perley. Le toponyme Long-Sault est présent dans la nomenclature géographique de la région depuis les débuts du Régime français. La dénomination rappelle le souvenir des rapides du Long-Sault qui sont l’objet des mythes, des peurs, des contes et des récits de l’histoire régionale. La construction du barrage de Carillon en 1962 a entraîné la disparition des rapides (cf. http://www. toponymie.gouv.qc.ca). L’historien Guillaume Dunn (1905-1990) explique comment Philemon Wright a négocié ce passage difficile en 1806 avec son premier train de bois : « Une fois au sommet du Long-Sault, Wright démembra son train afin de faire passer les radeaux dans les rapides les uns après les autres : on manquait d’expérience, on ne connaissait pas le

Argenteuil

chenal, les radeaux s’échouaient partout. Il fallut des semaines pour avoir raison de cet obstacle, ce qu’on réussira par la suite en vingt - quatre heures » (p. 151, Les forts de l’Outaouais, 1976). L’historienne Sandra J. Gillis précise qu’il « a fallu 25 jours à l’équipage inexpérimenté pour négocier les traîtres rapides du Long-Sault » (p. 68, The Timber Trade in the Ottawa Valley, Parcs Canada, 1975).

Wade Hemsworth (1916-2002), auteur-compositeur-interprète : Cet ancien résident très attaché à Morin-Heights a été intronisé à titre posthume au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2003 (https://thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/ hemsworth-wade). Bien qu’il n’ait pas été un compositeur prolifique, n’ayant écrit qu’une vingtaine de chansons durant toute sa carrière, plusieurs de ses chansons — notamment The Wild Goose, The Black Fly Song, The Log Driver's Waltz, évoquant l’identité canadienne et les forêts du Nord — comptent parmi les classiques les plus durables de l’histoire de la musique folk canadienne. Il a publié son premier album, Folk Songs of the Canadian North Woods, en 1956, qui comprenait à la fois des compositions originales de Hemsworth et des chansons traditionnelles qu’il avait apprises dans le cadre de ses divers emplois. En 1957, Hemsworth a été choisi par l’O.N.F. pour raconter et chanter la version anglaise du film Log Drive (www.onf. ca/film/log_drive) — la version française étant portée par Félix Leclerc (www.onf.ca/film/drave) — sur la drave annuelle du printemps sur la Lièvre.

L’abondance du lièvre d’Amérique dans la vallée semble expliquer jadis la dénomination de ce cours d’eau que les Algonquins désignaient par Wabos Sipi, qui signifie « rivière du lièvre ». Encore appréciée de nos jours, la viande de ce petit mammifère servait d’ailleurs de principale nourriture hivernale aux Amérindiens et aux trappeurs. Au début des années 1960, la plupart des chansons de Hemsworth étaient chantées par les Mountain City Four, un ensemble folklorique notoire qui incluait Kate et Anna McGarrigle. Dans ce répertoire, l’œuvre The Log Driver's Waltz chantée par les McGarrigles est devenue extrêmement populaire par la bande sonore du court métrage d’animation de l’O.N.F. en 1979 : https://youtu.be/upsZZ2s3xv8. Basé sur la chanson, le film The Log Driver's Waltz met en scène une jeune femme indépendante et courageuse que ses parents souhaitent marier. Les médecins, commerçants et avocats aisés de la ville tentent de la séduire, mais c’est l’humble draveur, avec son allure, sa grâce et sa joie de vivre, qui capte son attention. Quand elle et le draveur se rencontrent enfin sur la piste de danse, leur bonheur saute aux yeux. En 2008, l’illustratrice de renom Jennifer Phelan réimagine le célèbre draveur de Wade Hemsworth dans une magnifique adaptation contemporaine : http://j-phelan.com/the-logdrivers-waltz.

L’industrie de la pulpe : L’auteur Léon Trépanier (1881-1967) nous rappelle dans On veut savoir que « la première pulperie canadienne fut construite à Saint-André d’Argenteuil en 1803 » (1960, p. 23). 271


Berthier

14 LANAUDIÈRE BASSINS VERSANTS ET RIVIÈRES PRINCIPALES :

Proulx, Caroline (CAQ) ministre@tourisme.gouv.qc.ca Caroline.Proulx.BERH@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 14 Ministre du Tourisme Bureau de circonscription : 61, chemin de Lavaltrie Lavaltrie (QC) J5T 2H4

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 3 DES OUTAOUAIS ET NO 4 LAC ONTARIO, À LA HAUTEUR DE LAVALTRIE ET LANORAIE DRAVEUR

272

1) Outaouais et Montréal • Rivière Rouge

2) Saint-Laurent nord-ouest • Rivière Bayonne • Rivière L’Assomption • Rivière Maskinongé • Fleuve Saint-Laurent

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau jaune


14 LANAUDIÈRE

Place des Voyageurs dans la municipalité de Lanoraie : Située dans la MRC de D’Autray, cette place se retrouve à l’intersection du chemin de Joliette et de la rue Louis-JosephDoucet. Il est à noter que la thématique, ici retenue pour désigner les voies de communication du secteur, a fait l’objet d’une mention spéciale dans le cadre des coups de cœur 2016 de la Commission de toponymie du Québec. Le titre de « voyageur » s’applique aussi aux cageux (Aux confins de Montréal l’île Bizard des origines à nos jours, SPHIB-SG, 2008, p. 89). Parc régional de la Chute-à-Bull à SaintCôme : Le parc tient son nom de Henry Bull qui gérait un chantier de coupe de bois proche du lac Boule, qui se déverse dans la rivière Boule, tous deux sont nommés d’après lui. Une légende locale dit que sur son chantier, un draveur du nom de Roger l’ermite aurait travaillé de longues journées, puis à la fin du quart de travail, plantait un arbre pour chaque arbre qu’il avait coupé. À la fin de la saison, lorsque tout le monde était de retour dans sa famille, il restait en compagnie

Berthier

des arbres qui étaient sa famille. Lorsque la compagnie a changé de site de coupe, Roger est resté dans son parc qu’il aimait tant et personne n’a entendu parler de lui depuis. Une explosion de dynamite tue sept draveurs au lac Creux : Le quotidien La Tribune rapporte le lundi 22 mai 1933 (p. 1) « Sept hommes ont perdu la vie et un autre a été gravement blessé au cours d’une explosion de dynamite qui réduisit en pièces une grosse chaloupe contenant 13 draveurs qui traversaient le lac Creux. Les morts sont : le contremaître Georges Aubé, 25 ans, marié, de Bathurst, N.-B. ; Joseph Imbeault, 33 ans, célibataire, 213 rue Saint-Paul, Québec ; Édouard Gagnon, célibataire, de SainteSabine, comté de Dorchester ; R. A. Turgeon, célibataire de Québec ; Lionel Touchette, 20 ans, célibataire de Saint-Féréol et les deux frères Jules et Henri Bilodeau, âgés de 23 et 20 ans, de Ste-Justine, comté de Dorchester. Quant à Rodolphe Bureau, 26 ans, célibataire, de St-Martin, comté de Beauce, les médecins croient qu’ils seront obligés de lui enlever un œil ; il a aussi un tympan perforé. L’équipe de

flotteurs se rendait samedi à l’extrémité nord du lac Creux, un élargissement de la rivière Savane pour faire sauter à la dynamite l’amas de glace de cet endroit, afin de faciliter le flottage du bois, lorsqu’un bâton de dynamite fit explosion. La chaloupe fut réduite en pièces et les sept victimes déchiquetées. » Source : https://numerique.banq.qc.ca:443/ patrimoine/details/52327/3495785. Lac Taureau, la plus grande réserve d’eau en importance de la région de Lanaudière : La MRC de Matawinie est connue au Québec comme le « Lieu de rencontre des rivières ». Au milieu du XIXe siècle, le bois qui constitue une ressource naturelle facilement exploitable est toujours étroitement lié au développement socio-économique de cette région (https:// id.erudit.org/iderudit/71738ac). Les activités forestières sont prédominantes et dans les modèles de gestion antérieurs de nombreux ouvrages régulateurs des débits des cours d’eau sont aménagés, entre autres le réservoir Taureau (95 km2 de superficie) mis en eau en 1930 par exemple, afin de permettre le flottage du bois et d’emmagasiner l’eau de crue 273


Berthier

Honoré Beaugrand, vers 1894.

avec environ 946 millions de mètres cubes d’eau pour renforcer la capacité de production de l’énergie hydroélectrique des centrales hydroélectriques Grand-Mère, Shawinigan 2 et 3 et la Gabelle situées en aval sur le SaintMaurice. Autrement dit, au tournant du XXe siècle, la rivière est exploitée aussi pour son potentiel énergétique (hydraulique, puis hydroélectrique). À l’aube des années 2000, le flottage du bois étant désormais interdit, les riverains redoublent d’efforts pour assurer l’essor de la villégiature et des activités touristiques qui ne cessent de croître dans le sous-bassin versant du Saint - Maurice. Rue Honoré-Beaugrand à Lanoraie : Originaire de St-Joseph-de-Lanoraie, Honoré Beaugrand (1848-1906) est journaliste, propriétaire de journaux, homme politique et écrivain. Après une courte carrière comme maire de Montréal, ce Lanorois fonde le journal libéral La Patrie et écrit en 1900 un recueil de contes La chasse-galerie. Dans la prose sobre, colorée, vivante d’Honoré Beaugrand, la légende de La Chasse-galerie a trouvé son incarnation définitive où Baptiste veut aller voir sa blonde à Lavaltrie, ville voisine de la municipalité 274

d’origine de l’auteur. Les traditions orales et écrites sont les expressions de l’âme d’un peuple. Au XIXe siècle dans les chantiers forestiers, on appréciait le conteux qui servait à « désennuyer » les hommes du camp. On raconte même que certains bûcherons auraient fait la grève après que le patron eut congédié leur conteur dans le but d’épargner quelques dollars… « Et cric, crac, era, sacatabi, sac-à - tabac ! mon histoire finit d’en par là » comme, dirait ce vrai conteur populaire, Jos Violon.

Prix patrimoine des Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière (2015) : Originaire de Sainte-Émélie-de-l’Énergie, Raymonde Beaudoin est passionnée par la musique et le théâtre. Ayant vécu une année dans un camp de bûcherons avec ses parents (Roger Beaudoin et Colette St-Georges), elle crée en 1983 avec eux un spectacle sur la vie dans les chantiers. Après une carrière comme enseignante dans les écoles secondaires, elle a publié aux éditions Septentrion La Vie dans les camps de bûcherons au temps de la pitoune (2016) et Recettes de chantiers et miettes d’histoire (2019). En 2015, elle reçoit le Prix Patrimoine pour son parcours qui met en valeur le patrimoine lanaudois. Voici un extrait du livre de 2016 (p. 133) « Le draveur Salomon Lépine connaissait toutes les rivières autour de Saint-Émilie-de-l’Énergie. Il était familier avec tous les rapides de la rivière Noire. Ce dernier disait qu’il pouvait draver le Crique-à-David en six semaines seulement, et ce, à l’eau ordinaire. Pour lui, c’était facile. Il n’y avait que trois barrages sur ce cours d’eau. Certains draveurs se servaient de leur gaffe pour traverser cette rivière à la manière des athlètes au saut à la perche. »


L’équarrissage du bois

Extrémité taillée en pointe. 275


Bertrand

14 LANAUDIÈRE — 15 LAURENTIDES

Girault, Nadine (CAQ)

BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

ministre@mri.gouv.qc.ca Nadine.Girault.BERR@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 15 Ministre des Relations internationales et de la Francophonie Ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration Bureaux de circonscription : 197, rue Principale Est, Bureau 101 Sainte-Agathe-des-Monts (QC) J8C 1K5 4 046, rue Queen Rawdon (QC) J0K 1S0

DRAVEUR

276

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière du Nord • Rivière Ouareau

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à bouleau jaune • Érablière à tilleul


14 LANAUDIÈRE 15 LAURENTIDES

Bibliothèque Gaston-Miron au 83 rue Saint-Vincent, à Sainte-Agathe-des-Monts : Gaston Miron (1928-1996) est né à SainteAgathe-des-Monts. Il est considéré comme le premier poète québécois à montrer « l’homme québécois dans sa spécificité ». Il a eu une influence marquée lors de la Révolution tranquille. Son œuvre reflète surtout son vécu de l’événement quotidien. Il fonde, en 1953, les Éditions de l’Hexagone à Montréal et reçoit le prestigieux prix Molson en 1985. Longtemps orale, son œuvre est surtout contenue dans deux ouvrages : L’Homme rapaillé (1970) et Courtepointes (1975). Orphelin de père, il est initié à la poésie au juvénat des Frères du SacréCœur de Granby. Gaston Miron étudie les textes d’Octave Crémazie, Pamphile LeMay et Néré Beauchemin. Il signe cette ode En Outaouais qui évoque la mélancolie des travailleurs forestiers éloignés de longs mois de leur famille lorsqu’ils montaient l’hiver aux camps : Terre encore, terre éprise ! les hauteurs de la nuit s’éloignent dans l’aura des montagnes violettes… et d’entre les neiges tes os à fleur de sol où par les friches de l’aube tu dégaines le printemps.

Bertrand arme à feu, planter son couteau dans le tronc d’arbre, à un mille de distance. Et il accomplit cet acte avec témérité, à la stupéfaction de ses camarades, qui croyaient ne jamais le revoir vivant. » (pp. 83-84 de l’ouvrage Bûcherons, raftmen et draveurs 1850-1960, édité en 1997)

La légende de Paul Meunieur de SainteAgathe-des-Monts : Les travailleurs forestiers avaient la renommée d’être des hommes endurcis, pas peureux. L’un d’eux, c’est Paul Meunier qui resta dans le folklore. L’auteure Jeanne Pomerleau raconte qu’ « un jour, dans les chantiers du Michigan, par une nuit sombre alors que des bandes de loups affamés hurlaient autour du chantier qu’il habitait avec ses compagnons, il s’engagea, moyennant une faible somme, à aller, seul, sans lumière et sans

Murale Le Draveur de Sainte-Adèle : Cette splendide murale réalisée en 2015 par l’artiste Jean-Louis Courteau (1959 - ), s’inscrit dans la série de murales historiques des Pays- d’en Haut. L’application BaladoDécouverte explique que « les draveurs constituaient jadis le corps d’élite des travailleurs forestiers. Gaffe de douze pieds et tourne-bille cantdog à la main, les draveurs s’efforçaient de faire circuler le bois sur la rivière du Nord et la rivière aux Mulets. Lorsque des jams (embâcles de billots) se formaient en haut de la grande chute, au chenal des paresseux ou aux abords du chemin du Loup-Garou, le plus brave des draveurs devait aller planter le bâton de dynamite qui ferait sauter l’amoncellement. Le plus connu des draveurs d’ici fut Arcade Desjardins, connu comme étant un excellent sauteur. C’est vers 1920 que se termina la drave à Sainte-Adèle. Le mot drave vient de la déformation populaire de l’expression anglaise to drive, conduire les billots » (cf. https://baladodecouverte.com/circuits/873/ poi/9883/murale-le-draveur).

277


Blainville

15 LAURENTIDES BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Laframboise, Mario (CAQ) Mario.Laframboise.BLAI@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 369, boul. Adolphe-Chapleau Bureau 211 Bois-des-Filion (QC) J6Z 1H1

DRAVEUR

278

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière-des-Mille-Îles

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


15 LAURENTIDES

Blainville

Ces photographes canadiens de renommée — Jules-Isaïe Benoît dit Livernois (voir p. 367), Louis-Prudent Vallée (voir p. 64), Alexander Henderson, William James Topley et William Notman — ont immortalisé l’ère des cageux et leurs œuvres ont été intégrées aux collections muséales et institutionnelles les plus prestigieuses. Alexander Henderson (1831-1913) : Né en Écosse, il immigra en 1855 au Bas-Canada avec sa femme, Agnes Elder Robertson. Henderson s’initia à la photographie à Montréal vers 1857 et ne tarda pas à s’y adonner avec sérieux, quoiqu’en amateur. Ses progrès artistiques et techniques furent rapides. Dès 1865, il publia sa première collection importante de paysages. En 1866, il ouvre un studio. « Même si le paysage était son sujet de prédilection, il composait généralement ses scènes autour d’activités humaines : labourage du sol, coupe de la glace sur un cours d’eau, descente d’une rivière en canot dans une forêt. Des scènes de ce type et d’autres liées à l’industrie forestière, ou qui montraient des bateaux à vapeur, des chemins de fer ou des chutes étaient assez en demande pour permettre à un bon photographe de gagner sa vie. Avant la fin des années 1880, la photographie n’était pas un passe-temps très répandu, car elle coûtait cher, nécessitait

un équipement encombrant et exigeait de longues opérations. D’ordinaire, lorsqu’on voulait acheter une photographie pour garder un souvenir de voyage, conserver une scène que l’on aimait ou offrir un cadeau, on s’adressait donc à un photographe professionnel. Aujourd’hui, l’œuvre d’Henderson est connue grâce à plusieurs collections de tirages ; les plus riches se trouvent aux Archives nationales du Canada à Ottawa et aux Archives Notman du Musée McCord d’histoire canadienne à Montréal. » (Dictionnaire bibliographique du Canada) Ce photographe a réalisé plusieurs clichés sur l’ère des cages, dont voici une photo de 1870 prise de Lévis : en avant-plan un trois-mâts est immobilisé pour le chargement de bois carré alors qu’en arrière-plan, l’horizon s’ouvre sur la Basse et la Haute-Ville de Québec : https://numerique.banq.qc.ca:443/patrimoine/ details/52327/3122252.

William James Topley (1845–1930) : Né à Montréal, sa mère l’initie à la photographie, et, en 1864, il se joint au studio de William Notman à Montréal. Trois ans plus tard, il ouvre le nouveau studio de Notman à Ottawa, qu’il achète en 1872. « Pendant une cinquantaine d’années, le studio diffuse des photographies de tout le pays et des portraits de tous les politiciens du pays, fournissant ainsi une inestimable source d’archives de l’histoire sociale du Canada. William Topley prend sa retraite en 1924, et le studio ferme deux ans plus tard » (Dictionnaire bibliographique du Canada). Topley ayant abondamment photographié les cageux, nous vous invitons à voir cette photo prise à bord d’un train de bois alors que l’équipage de la cage est regroupé à la cambuse pour recevoir un repas chaud : http:// collections.musee-mccord.qc.ca/fr/collection/ artefacts/MP-0000.121.

279


Blainville William Notman (1826-1891) : Né en Écosse, il immigre au Canada en 1856 après une querelle familiale. Ayant appris la technique du daguerréotype en Écosse, il ouvre un studio de photographie à Montréal et privilégie le procédé au collodion humide, découvert par l’inventeur britannique Frederick Scott Archer au début des années 1850. Le procédé au collodion permet de créer un nombre indéfini d’épreuves d’une grande richesse visuelle dont se délectent les amateurs du style victorien. Les portraits, paysages, scènes urbaines et photographies composites de William Notman présentent un niveau de détail et une sensualité rarement observés chez les photographes de l’époque. En 1858, la Grand Trunk Railway l’engage pour photographier la construction du remarquable pont Victoria de Montréal. L’équipe de William Notman (55 personnes en 1870) comprend des apprentis photographes. Il fonde 14 filiales de son studio dans l’Est du Canada et aux États-Unis, toutes dirigées par ses anciens stagiaires. William Notman se voit décerner de nombreuses médailles pour ses Glissoir à cages en Outaouais par Luc Alain 280

expositions, tant au pays qu’à l’étranger. Afin de répondre à la demande de photographies de paysages et d’autres vues, il envoie ses photographes partout au Canada pour croquer sur le vif la construction du Canadien Pacifique, la naissance des villes de l’Ouest, la vie des Autochtones des plaines et du littoral, le commerce du bois de construction dans la vallée de l’Outaouais, la pêche sur la côte Est, les activités rurales et l’effervescence des villes. La collection Notman, qui comprend plus de 400 000 photographies, fait partie de la collection du Musée McCord. Contemporain à l’ère des cages, il les photographie bien entendu. Il va immortaliser une scène unique lors de la visite royale de 1901, lorsque le duc et la duchesse de Cornwall et York descendent le glissoir à cages, qui contourne le gouffre des chutes des Chaudières, à bord d’un radeau qui dévale à pleine vitesse : http://collections.musee-mccord.qc.ca/fr/ collection/artefacts/VIEW-6754.

À droite, William James Topley signe cette photographie intitulée Timber Raft on the Ottawa River datée de 1899.


281


Deux-Montagnes

15 LAURENTIDES BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Charette, Benoît (CAQ) ministre@environnement.gouv.qc.ca Benoit.Charette.DEMO@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 13 Ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques Bureau de circonscription : 477, 25e Avenue, Bureau 230 Saint-Eustache (QC) J7P 4Y1

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

282

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Mille Îles

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


15 LAURENTIDES

Deux-Montagnes

La charte du futur Musée fluvial national Philemon-Wright aborde, en matière de biodiversité, l’enjeu de la restauration du pin blanc : https://bit.ly/3cakQaz. Au confluent du Saint-Laurent et de la rivière Outaouais : En 1839, Major Henry Francis Ainslie (1803-1879) réalise une aquarelle du lac des Deux Montagnes où un groupe de cageux glisse sur les eaux et s’affaire à rejoindre la cage principale comportant la cambuse. Le style de dessin d’Ainslie se distingue par l’utilisation de couleurs de terre, fortement soulignées à l’encre noire, qui rendent les caractéristiques topographiques sous des formes simplifiées et audacieuses : https://www.bac-lac. gc.ca/eng/CollectionSearch/Pages/record. aspx?app=FonAndCol&IdNumber=2833229. « Des soldats et des colons britanniques installés au Canada s’adonnent à ce passetemps et laissent un grand nombre d’œuvres sur les paysages et les coutumes du pays. Les études topographiques remontent à l’intérêt que portait l’Europe du XVIe siècle au relief et aux détails dans la représentation du paysage. L’exécution devait être précise autant pour des raisons de fierté, de fidélité à la réalité observée, que pour des raisons stratégiques. Les artistes topographes se plaisaient également à évoquer des images poétiques qui ouvraient de nouveaux panoramas à l’imagination populaire » (L’Encyclopédie canadienne).

4 000 000 de timbres pour Jos Montferrand, maître de cages : Le 8 septembre 1992, Postes Canada a émis un timbre commémoratif en hommage à Jos Montferrand, l’homme fort et le héros folklorique de la culture canadiennefrançaise. « Images de la nation, mais aussi du pouvoir politique, le timbre est un symbole identitaire très important puisqu’il est généralement reproduit à plusieurs millions d’exemplaires et qu’il est destiné à être vu tant au pays qu’à l’étranger. La sélection de l’image figurant sur les timbres n’est pas laissée au hasard (…) Si certaines images sur les timbres canadiens, comme celles représentant la faune et la flore, semblent de prime abord assez neutres, d’autres sont beaucoup plus évocatrices, notamment celles qui commémorent des événements, des lieux et surtout des personnages. Le fait d’honorer la mémoire d’un personnage, choisi en raison d’une contribution exceptionnelle, traduit certaines valeurs, certaines conceptions politiques, identitaires et mémorielles. Le fait que le choix prête parfois à controverse témoigne bien de l’importance de l’impact que la commémoration peut avoir » (extrait https://www.erudit.org/livre/CEFAN/20041/000670co/).

Selon The Unitrade Specialized catalogue of Canadian Stamps, 2019, le timbre Jos Montferrand, Lumberjack (Scott 1435) a été reproduit 4 000 000 de fois. Nous évoquons ceci alors qu’une proposition de désignation de Jos Montferrand comme personnage historique est à l’étude au gouvernement du Québec où l’État peut significativement contribuer à l’appropriation de ce marqueur territorial. Référence philatélique : Timbre du Canada « Jos Montferrand, bûcheron légendaire » dans la série de quatre Légendes canadiennes incluant Jerry Otts (guide légendaire), William Jackman (sauveteur légendaire) et Laura Secord (héroïne légendaire). Émission le 8 septembre 1992. Valeur 42 ¢. Perforation 12,6 x 12,5. Papier CPP (Paper Coated Papers Limited). Imprimerie Ashton-Potter Ltd. Impression multicolore. Graphisme par Ralph Tibbles (basé sur les illustrations de Deborah Drew-Brook et Allan Cormack). Ce timbre est intégré dans le fonds de Bibliothèque et Archives Canada (Ottawa) : https://www.baclac.gc.ca/eng/CollectionSearch/Pages/record. aspx?app=FonAndCol&IdNumber=2266335.

283


Groulx

15 LAURENTIDES BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Girard, Eric (CAQ) ministre@finances.gouv.qc.ca Eric.Girard.GROU@assnat.qc.ca Ministre des Finances Bureau de circonscription : 204, boulevard du Curé-Labelle, Bureau 210 Sainte-Thérèse (QC) J7E 2X7

DRAVEUR

284

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière-des-Mille-Îles

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


15 LAURENTIDES

Rue Alfred-Laliberté dans la municipalité de Boisbriand : Alfred Laliberté (1877-1953), né à Sainte-Élisabeth-de-Warwick, était sculpteur, mémorialiste et peintre. Il apprend tôt les métiers agricoles, et il s’initie à la sculpture à l’âge de quinze ans. Sur les recommandations du très honorable Sir Wilfrid Laurier, son père lui permet de partir étudier au Conseil des arts et manufactures (CAM) de Montréal à l’âge de dix-huit ans. Il remporte son premier prix à l’Exposition provinciale de la Ville de Québec à l’âge de vingt ans grâce à une statue grandeur nature de Wilfrid Laurier. Laliberté devient professeur à l’École des beaux-arts de Montréal en 1922. Auteur de plusieurs monuments publics, celui de Dollard des Ormeaux au parc La Fontaine et celui aux Patriotes, à Montréal, il laisse à son décès quelque 925 sculptures et 500 tableaux. Privilégiant les figures nationales, il sculpte 215 petits bronzes entre 1928 et 1932 qui illustrent légendes, coutumes et activités rurales d’antan, présentant ainsi l’histoire des pionniers du Canada comme Le Draveur visible ci-contre (cf. https://numerique.banq. qc.ca:443/patrimoine/details/52327/3027987).

Groulx De la visite inusitée à Sainte-Thérèse : Dans l’ouvrage paru en 1920 signé de la main de l’Abbé Joseph-Adalbert Froment, cet auteur respecté évoque l’anecdote véridique qu’un cageux marchait plus de 17 km pour se rendre à Sainte-Thérèse. En effet, Calixte Beauchamps, cageux de métier, « aimait à aller voir à pied ses bons amis de Sainte-Thérèse lorsque les cages arrêtaient à Plouffe », c’est-àdire l’Abord-à-Plouffe en la paroisse de SaintMartin. On peut aisément s’imaginer que cette promenade dominicale lui prenait, seulement pour l’aller, près de quatre heures ! Qui sait, n’avait-il pas là-dessous le loyal dessein de gagner le cœur d’une flamme thérésienne ? La petite histoire raconte que Beauchamps « vécut jusqu’à l’âge de 92 ans malgré les misères du temps à coucher sur la paille, à la belle étoile, et à manger de la soupe aux pois et des fèves au lard avec un salaire de famine, dix ou douze piastres par mois », mais ajoutons qu’il troquera éventuellement sa vie de cageux pour devenir un brave cordonnier — ses longues marches l’auront sans doute inspiré (extrait p. 15, https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2021671).

285


Groulx John Sheridan Hogan (1815-1859) : Né à Dublin, « Hogan s’établit au Haut-Canada en 1827 et collabore au journal Canadian Wesleyan, à Hamilton, de 1831 à 1835. Il travaille également auprès de l’avocat Allan Napier MacNab en 1837 et est admis à la pratique du droit en 1843. Hogan appuie les réformistes dirigés par William Lyon Mackenzie et est impliqué dans l’incendie du navire Caroline durant les rébellions de 1837-1838. Emprisonné à Rochester, aux États-Unis, il est libéré quelques mois plus tard. À partir de 1849, Hogan est correspondant parlementaire et collabore à plusieurs journaux. Avec Samuel Thompson, il fonde le périodique United Empire à Toronto en 1852. Il devient adjoint au rédacteur en chef du Daily Colonist de Toronto en 1853, puis rédacteur en chef de ce journal en 1856. Libéral et réformiste, Hogan représente la circonscription de Grey à l’Assemblée législative de la province du Canada, de 1857 à 1859. Il est décédé à Toronto, le 1er décembre 1859 » (Répertoire du patrimoine culturel du Québec). Son œuvre intitulée Canada : an essay s’est méritée le premier prix adjugé par le comité canadien de l’Exposition universelle de Paris de 1855. Diffusé à l’époque tant à Montréal qu’à Londres, cet ouvrage est aujourd’hui un trésor classé par l’État dont une copie se trouve à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale 286

(Édifice Pamphile-Lemay). L’auteur écrit dès la page 44 : « De toutes les industries de transformation du bois, la plus importante est celle de la construction navale, qui se fait principalement à Québec. » Il ajoute : « L’augmentation du marché a été très forte, non seulement en raison de la formidable demande de vaisseaux, mais aussi grâce à la grande réputation de symétrie, de solidité et de vitesse que les navires construits au Canada ont acquise. En 1853, 48 vaisseaux, d’un tonnage de 49 000 tonnes, ont été construits à Québec (…) soit une augmentation en un an de 22 (…) Un grand nombre d’entre eux avaient un tonnage de 1 000 à 1 800 tonneaux, et certains d’entre eux ont fait des traversées remarquablement courtes (…) Le Canada possède probablement les plus grands moulins à scies du monde, surtout parmi ceux qui se trouvent sur

les rivières Outaouais et Saguenay. Les rapports de recensement de 1851, quoique très imparfaits, donnent 158 moulins mus par la vapeur, et 1 473moulins à eau, produisant 772 612 770 pieds de bois de sciage par an, plus 4 590 000madriers. » Aux pages 58 et 59, il écrit : « Le rythme des progrès commerciaux du Canada a été, en tous les cas, au moins égal à celui de sa population. Le commerce et la navigation en sont une confirmation éclatante (…) Le total des exportations divisé par l’ensemble de la population, au 1er janvier 1854, donne 2 £ 15 s. à chaque individu. Les exportations des États-Unis donnent 2 £ 7 s. 2d. par individu. En six ans, les importations du Canada ont quadruplé, et les exportations ont augmenté dans une proportion égale (…) Les revenus totaux des États-Unis pour l’année 1849 (voir L’Almanach de Boston


de 1851) s’élevaient à $ 28 346 738 dollars, ce qui est tout près de onze fois ceux du Canada, bien que leur population soit plus de quinze fois supérieure. La valeur de leurs exportations pour la même année était de $ 132 666 955 dollars, soit treize fois plus que celles du Canada (…) On peut remarquer que le tarif britano-canadien contraste très favorablement avec celui des États-Unis, les droits de douane sur tous les articles manufacturés étant considérablement moins élevés (…) En 1805, 146 vaisseaux, d’un tonnage de 25 136 tonnes, arrivent à Québec. En 1854, 1 315 navires, d’un tonnage de 580 323 tonnes, arrivent au même port. » En matière d’exportations, le Québec a réalisé la plus grande progression absolue, et Toronto la plus grande progression relative. En ce qui concerne les importations, Montréal a fait la plus grande avancée en valeur absolue et Hamilton en valeur relative. L’importance du commerce du Saint-Laurent avec les autres pays doit être estimée davantage par la nature des marchandises transportées que par leur valeur intrinsèque, car les exportations canadiennes, composées en grande partie de bois équarri, nécessitent un immense volume de transport maritime et, par conséquent, emploient un grand nombre des meilleurs navigateurs et matelots. » C’est l’Outaouais qui fournissait 80 à 90 % du bois équarri (pp. 14-15) : « La rivière des Outaouais qui ne

cède en grandeur qu’au Saint-Laurent, a sa source à environ 100 milles au-dessus du lac Témiscamingue, qui est à plus de 850 milles au nord-ouest du Saint - Laurent  (…) La puissance hydraulique de cette rivière est positivement illimitée (…) La grande partie de cette contrée est couverte d’une végétation luxuriante de pin rouge et de pin blanc, formant, suivant M. Bouchette, les forêts à bois équarri les plus précieuses du monde, et abondamment entrecoupées de rivières pour le transporter au marché, lorsqu’il a été préparé. Ce district fournit annuellement au marché européen plus de 28 000 000 pi3 de bois équarri, 850 000 planches et madriers, et une quantité innombrable de douves et autres bois (…) Le gouvernement a déjà dépensé 94 371 £ pour la construction de glissoirs à cages sur l’Outaouais, et il faut encore une somme de 11 000 £ pour les achever (…) Un extrait du rapport de M. Russel, agent du gouvernement au département de Terres de la Couronne, donne quelque idée de la richesse de ce district (…) On estime qu’il y a encore debout sur l’Outaouais et ses affluents 45 811 200 tonnes de bois carré (…) de dimensions de celui qui se vend présentement, et environ 183 244 800 tonnes de bois de dimensions moindres » (Traduction libre de Résonance Canada ; version alternative https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/2022738). 287


Joliette

14 LANAUDIÈRE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Hivon, Véronique (PQ) Veronique.Hivon.JOLI@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 970, rue Saint-Louis Joliette (QC) J6E 3A4

DRAVEUR

288

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière L’Assomption

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à tilleul • Érablière à bouleau jaune


14 LANAUDIÈRE

L’Industrie, tel fut le premier nom de Joliette : La ville de Joliette est née du rêve de son fondateur, vers 1823, Barthélemy Joliette (1789-1850) qui y implante une scierie, un moulin à farine et une fonderie sur les bords de la rivière L’Assomption. Il baptise l’endroit L’Industrie, car il désirait faire de ce village un centre industriel d’envergure. C’est en épousant, en 1813, Marie-Charlotte Tarieu de Lanaudière qu’il a hérité, par voie de dot, du quart de la seigneurie de Lavaltrie et d’une partie du canton de Kildare. Ce qui occupe essentiellement Joliette, à partir des années 1820, c’est l’exploitation forestière d’abord sur les terres de la seigneurie de Lavaltrie, puis au-delà. Comme le rappelle Antoine Bernard (1890-1967), « De bonne heure, M. Joliette se préoccupa d’ouvrir un débouché aux produits forestiers de son établissement et d’y attirer en même temps les fermiers des environs (…) Détourner à l’intérieur, vers L’Industrie, le commerce de ses voisins de l’est, en faire des satellites

de l’astre nouveau : telle fut l’ambition de l’actif seigneur. À cette fin, il jeta sur la rivière L’Assomption, un demi-mille en aval du Grand Moulin, un pont qui s’appela immédiatement : pont des Dalles. Reliant directement L’Industrie à Saint-Thomas, ce trait d’union ne tarda pas à faire prendre aux habitants de cette dernière localité, ainsi qu’aux paroissiens de Sainte-Élisabeth, le chemin du nouveau centre commercial (…) Les pionniers de L’Industrie, colons venus des vieilles paroisses du fleuve (surtout Berthier, Lanoraie, Lavaltrie, Saint-Sulpice) et du terroir acadien de Saint-Jacques de l’Achigan, élargirent progressivement, d’année en année, l’horizon rameux de leur nouveau village » (p. 20, Vie du père Champagneur, 1943, https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/4147499). Pour ce faire, il fait construire dès 1822, un imposant moulin de trois étages, en pierre, dans lequel se trouvera une scierie capable de débiter le bois. Le moulin entre en activité au printemps de 1824. Les madriers sont vendus

Joliette sur le marché de Québec pour l’exportation. Barthélemy Joliette a également développé un second village sur les terres de la seigneurie. Le nom de la paroisse, Saint-Charles-Borroméede-L’Industrie, fondée en 1840 et érigée en 1843, rappellerait le prénom de l’épouse du fondateur de la ville. Rappelons qu’il y a eu un comté électoral, un district judiciaire et un bureau de poste qui ont été identifiés sous la dénomination « d’Industry ». Enfin, lors de l’incorporation en 1864, le nom de Joliette est définitivement choisi en reconnaissance de l’action de son fondateur visionnaire. À la fin du XIXe siècle, Joliette est caractérisée par son activité industrielle florissante — en particulier dans le domaine de la papeterie — et assume le rôle de municipalité prospère, la plus importante entre Montréal et Trois-Rivières. La rue Joliette et la station de métro Joliette à Montréal rappellent la mémoire de ce pionnier [C.T.Q. et C.T.C.].

289


Joliette La récolte du printemps sur la rivière L’Assomption : Nous tirons cet extrait de l’ouvrage Vie du père Champagneur, fondateur et premier supérieur de l’Institut de SaintViateur au Canada, 1807-1882 d’Antoine Bernard (1890-1967), « À partir de 1828, et pendant un demi-siècle, se prolongea, au pays de L’Industrie, l’âge d’or des chantiers. Des centaines de bûcherons, échelonnés le long de la rivière en amont du Grand Moulin, s’attaquaient aux pins séculaires : ils les transformaient en billots que la débâcle d’avril bousculait jusqu’à l’estacade (boom) aménagée un peu au-dessus de la chaussée du moulin. La rivière L’Assomption, très sinueuse, coupée par les chutes des Sept et de Mont-à-peine, rendait souvent difficile et dangereuse la tâche des draveurs ou flotteurs de billots. Qu’importe ! On aimait ce métier rude, aventureux ; on y

290

gagnait la vie d’une nombreuse famille » (p. 21, 1943). Ce tributaire considérable du fleuve Saint-Laurent prend sa source dans le lac de L’Assomption, traversant les villes de Joliette et de L’Assomption. Il y a une distance de quelque 40 km aériens, de son embouchure à sa source, mais ses nombreux détours lui donnent une longueur totale de 160 km environ. Elle traverse une région montagneuse, surtout à ses sources, et boisée de bois francs remarquables tant par leur beauté que par leur richesse. Les trois quarts de la superficie du sous-bassin versant de L’Assomption s’étendent sur les territoires forestiers et le reste traverse des terrains agricoles dans les basses terres du Saint-Laurent. La dénivellation s’opère sur près de 250 mètres (cf. : C.T.Q., C.T.C. et https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/4147499).

Ci-haut, des bottes de draveur. Quant à la photographie de droite, elle illustre bien la gappe qui est une sorte de barrage qui retient le bois sur un cours d’eau. Cette technique diffère de l’estacade qui est un ouvrage permettant de regrouper ensemble des billots ou des pitounes qui seront ensuite tirés à l’aide d’un bateau-remorqueur vers l’usine.


291


Labelle

15 LAURENTIDES BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Jeannotte, Chantale (CAQ) Chantale.Jeannotte.LABE@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 499, rue Charbonneau, Bureau 202 Mont-Tremblant (QC) J8E 3H4 604, boulevard Albiny-Paquette, Suite 202 Mont-Laurier (QC) J9L 1L4

DRAVEUR

292

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière du Lièvre • Rivière Gatineau • Rivière Maskinongé • Rivière Rouge • Rivière de la Petite Nation

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau jaune • Sapinière à bouleau à papier


15 LAURENTIDES

Rivière du Diable dans la ville de Mont-Tremblant : Situé dans la MRC des Laurentides, ce cours d’eau, d’une longueur de plus de 70 km, trouve sa source dans la région du lac du Diable. Son nom, n’ayant rien à voir avec Lucifer, s’explique par le fait que la rivière est très agitée, parsemée de tortueux rapides qui rendaient périlleuses les activités de drave ou d’arpentage et que, à certains endroits, elle émet, dit-on, un bruit tellement assourdissant qu’aucun autre son au monde ne pourrait être entendu, phénomène à rapprocher de l’expression en diable, qui signifie très fort. Plusieurs draveurs s’y sont d’ailleurs noyés, car cette rivière était utilisée par les compagnies forestières, malgré ses remous et ses méandres, pour le transport des billots. Le toponyme « rivière du Diable » est employé au moins depuis la seconde moitié du XIXe siècle. On le retrouve notamment dans un rapport d’arpentage de G. E. McMartin (1887), dans l’ouvrage de Benjamin-Antoine Testard de Montigny, La Colonisation. Le Nord de Montréal ou la région Labelle, publié en 1896, et enfin sur des documents cartographiques de 1911 – on indique alors « Devil R » – et de 1922 [C.T.Q.].

Gala des Draveurs, fièrement organisé par la Chambre de commerce de MontLaurier : C’est le gala annuel de la chambre de commerce qui souligne depuis près de 30 ans les succès des entreprises locales, le développement économique et le dynamisme des entrepreneurs locaux. D’après Forestiers et Voyageurs (chapitre « Ajournement ») de Joseph-Charles Taché en 1884 « La descente des billots dans les rivières est la partie la plus pénible et la plus dangereuse des occupations de nos forestiers. Cette besogne requiert toute la force, toute l’adresse, tout le courage, toute la patience et toute la santé dont l’homme est capable. Passer un mois au flottage du bois, tout le jour trempé jusqu’aux os de l’eau froide de la fonte des neiges, coucher la nuit sans abri, tout ce temps sur la terre humide et glacée, manger des aliments à peine préparés, quelquefois endommagés par l’eau ; c’est, on l’avouera, soumettre la constitution humaine à une terrible épreuve » (p. 144, https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2021894).

Labelle La Jos Montferrand, une bière aromatisée : La Microbrasserie du Lièvre, située à MontLaurier, produit une bière à fermentation haute appelée la Jos Montferrand dont le nom est directement inspiré du personnage mythique. Créée par le maître-brasseur Jonathan Sabourin, cette bière a remporté la palme aux Prix Canadiens de la bière en 2005. Le 18 janvier 2013, la Microbrasserie du Lièvre a été la proie des flammes, mais rapidement reconstruite pour le plus grand plaisir des amoureux de la bière d’ici ! La sculpture Jos Montferrand, le défricheur dans la municipalité Saint-Aimé-du-Lacdes-Îles : Cette œuvre d’art public magistrale, créée par Roger Langevin, a été érigée en 1996 sur l’île Siebert enveloppée par la rivière du Lièvre. Elle représente Jos Montferrand en train d’essoucher un arbre à mains nues. Cette sculpture est facilement accessible, car l’île est reliée à l’est et à l’ouest par deux ponts couverts appelés : petit pont de Ferme-Rouge et grand pont de Ferme-Rouge. Érigées en 1903, ces structures sont un exemple formidable de ponts qui se succèdent d’île en île. 293


Labelle

294

Société d’histoire et de généalogie des HautesLaurentides (aussi connue sous le nom de Société historique de la région de MontLaurier) : Un dossier intéressant est élaboré par la société dans le bulletin La Laurentie (vol. 1, no 1, mai 2008 disponible en ligne https://bit. ly/3mNoTOn) dont voici un passage : « On peut diviser l’histoire de la coupe du bois au Québec en trois grandes périodes : la période du bois équarri, celle du bois d’œuvre et celle de la pitoune. Leurs dates d’exploitation respectives varient selon les régions. Sur la rivière du Lièvre, les premières concessions de droit de coupe sont accordées dès les années 1820. La Lièvre, utilisée depuis quelques milliers d’années comme voie de communication par les nations Têtes de Boule et Weskarinis, servira désormais à descendre le bois vers la rivière des Outaouais. »

du Brûlé (1923), rivière Bride (1949) et rivière Bully (1963). Cette dernière serait la forme la plus ancienne, selon le géographe Camille Laverdière qui estime que le cours rugueux, impraticable et difficile pour le flottage du bois lui a valu le nom anglais de Bully, qui signifie bravache, brimeur, fendant. Les bûcherons francophones auraient vite francisé le terme en Boulé, nom en usage depuis que l’exploitation forestière a débuté dans ce secteur à la fin du XIXe siècle. Il n’est pas exclu cependant que Bully ait le sens de fier-à-bras, si on tient compte du fait qu’il fallait une grande force physique pour être draveur sur cette rivière difficile. Des enquêtes toponymiques récentes ont permis de recueillir les noms de Rivière Archambault, rivière au Diable et rivière de la Boule pour désigner ce cours d’eau [C.T.Q. et C.T.C.].

Rivière Le Boulé dans la municipalité de LacSupérieur : C’est au pied du Mont Tremblant que ce cours d’eau vient rejoindre la rivière du Diable, dans le bassin de la rivière Rouge. Prenant sa source au lac Allen, à une trentaine de kilomètres au nord, il descend vers le sud, en traversant une partie du parc de récréation du Mont-Tremblant. Plusieurs variantes de ce toponyme ont été recueillies depuis le début du XXe siècle : rivière Boule (1901 et 1914), rivière

Moulin à scie d’Eustache à Saint-Rémid’Amherst : La municipalité d’Amherst fondée en 1887 tire sa dénomination de celle du canton proclamé en 1883 et elle regroupe les villages de Saint-Rémi, Vendée et Rockway. La Commission de toponymie du Québec relate le contexte de colonisation ainsi : « appauvris par la guerre de 1760, des habitants de Montebello vinrent se réfugier dans les montagnes incultes du canton d’Amherst, où la terre était peu

coûteuse, et donnèrent ainsi naissance en quelque sorte à la localité. » Pour l’historien Denis Chabot, « l’exploitation de la forêt représente un élément important de l’identité du territoire de Saint-Rémi-d’Amherst qui a déjà compté 4 moulins à scie. Le moulin à scie ayant appartenu à Thomas et Fils aurait été construit dans les années 1920. » Eustache Thomas (18821960) était le propriétaire du moulin, son fils Come était aussi impliqué dans l’entreprise. Eustache est le fils de Norbert Thomas (18471915) un des premiers colons à s’installer à Saint-Rémi en provenance de Montebello au début des années 1880. Sa maison faite de planches de bois de sciage est construite en 1905. Eustache Thomas a été maire de SaintRémi en deux occasions et aussi élu comme conseiller à huit reprises. L’entreprise est laissée à l’abandon après sa mort. Aujourd’hui le bâtiment est passablement détérioré, mais ce site industriel attire l’attention pour faire partie d’un projet de centre d’interprétation du territoire d’Amherst. Œuvre d’art publique Le Draveur : Photographiée ci-contre, l’emblématique sculpture du draveur au parc ToussaintLachapelle de Mont-Laurier, a été réalisée par Roger Langevin. De ce parc, on peut admirer la rivière du Lièvre qui a été autrefois dravée.


295


L’ Assomption

14 LANAUDIÈRE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Legault, François (CAQ) Francois.Legault.ASSO@assnat.qc.ca Premier ministre du Québec Bureau de circonscription : 831, boul. de l’Ange-Gardien Nord, Bur. 208 L’Assomption (QC) J5W 1P5

CAGEUX POINT DE JONCTION DES AXES FLUVIAUX NO 3 DES OUTAOUAIS ET, NO 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

296

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière L’Assomption

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à tilleul


14 LANAUDIÈRE

Le 78 t. Les Raft-Man de Charles Marchand (1890-1930) : Originaire de Saint-Paul-L’Ermite (aujourd’hui le secteur Le Gardeur), ce baryton qui se consacre à la chanson folklorique canadienne-française connaît des années florissantes sur la scène. Il enregistre plus de 150 chansons de folklore comme Les Raft-Man, Youp ! Youp ! Sus la rivière en plus de créer des chansons originales d’inspiration populaire. Il fonde Le Carillon canadien, quatuor vocal, qui devint un mouvement voué à la promotion et à la diffusion de la chanson folklorique. Il se produisit un peu partout au Québec, en Ontario et ailleurs au Canada, ainsi que dans les centres franco-américains de la Nouvelle-Angleterre, jusqu’à New York. Lors des fêtes du centenaire de la ville d’Ottawa en 1927, Charles Marchand s’associe au ténor Émile Boucher et aux basses Miville Belleau et Fortunat Champagne pour former les Troubadours de Bytown qui connaissent rapidement un immense succès au Québec et dans les milieux francophones de l’Ontario, de l’Est du Canada et de la NouvelleAngleterre. Découvrez cette photo festive de nos troubadours en équilibre sur des pitounes : https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/ details/52327/2990978. MRC de L’Assomption en collaboration avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec : De nos jours, les raftsmen et les draveurs perpétuent le souvenir d’une époque où le dur labeur du travail en forêt se mariait à la joie de vivre. En quatre minutes,

L’ Assomption cette vidéo immortalise les mémoires vives de l’ancien draveur Roger Beaudoin et de sa fille Raymonde. Ils racontent comment la drave était organisée sur la rivière L’Assomption au début du XXe siècle. Les billots de bois, aussi appelés pitounes descendaient la rivière de Saint-Côme à Charlemagne : https://youtu.be/W_Vf0gLrtsY. Partagez un des repas à l’ancienne décrits dans l’ouvrage de Raymonde Beaudoin, Recettes de chantiers et miettes d’histoire, publié aux éditions du Septentrion (2019). Commerce des ceintures fléchées au début du XIXe siècle : La renommée assomptionniste est bien sûr attachée à la fabrication d’une grande ceinture fléchée, dite de L’Assomption, unique en son genre. Vendue au magasin de la Baie d’Hudson, elle présentait des motifs superbes d’éclairs et de flammes et était fabriquée par des Acadiens qui s’y s’installèrent vers 1766 – on sait que l’Assomption, célébrée le 15 août, constitue depuis 1632 en quelque sorte une fête nationale pour les Acadiens. Issue de la technique universelle du chevron, elle est beaucoup plus élaborée que son ancêtre et permet la formation de motifs d’une grande complexité. Transmise de génération en génération, la technique de fabrication de la ceinture fléchée est reconnue comme l’un des plus beaux tressages au monde. La ceinture fléchée est reconnue, depuis 1985, comme le symbole régional de Lanaudière. « Enserrée au capot de laine, la ceinture servait non seulement à maintenir les Voyageurs au chaud, mais aussi à les protéger des blessures

au dos en l’utilisant pour porter des charges ou pour tirer des objets. Ils y suspendaient aussi des outils ou des petits sacs contenant des effets personnels comme du tabac ou des balles. Ornée de couleurs vives, la ceinture fléchée servait également de parure, ce qui expliquerait en partie l’intérêt que lui portaient les Autochtones, qui échangeaient fourrures contre ceintures. Des auteurs ont soutenu la thèse de l’origine autochtone du fléché, mais le tressage de la laine était inconnu avant la période de contact étant donné l’absence de cette matière première. Les Autochtones ont porté et fabriqué la ceinture fléchée, mais les pièces qui leur sont attribuées sont contemporaines aux ceintures de traite, aucune d’entre elles ne remonte au XVIIIe siècle » (Répertoire du patrimoine culturel du Québec). Au XIXe siècle, le port de la ceinture fléchée n’est pas seulement réservé aux Voyageurs qui englobent naturellement les cageux. En 1837, plusieurs députés du Parti Patriote dirigé par Louis-Joseph Papineau se seraient présentés à la Chambre d’Assemblée du Bas-Canada vêtus d’étoffe du pays et d’une ceinture fléchée pour manifester leur opposition au pouvoir britannique et à la dépendance politique du Bas-Canada à l’égard de la Grande-Bretagne. Ce geste a largement contribué à faire de la ceinture fléchée un « symbole de l’affirmation du nationalisme bas-canadien. » Il n’est pas sans intérêt de souligner qu’entre 1774 et 1888 L’Assomption assumera le rôle, de municipalité prospère, le plus important entre Montréal et Trois-Rivières.

297


Les Plaines

14 LANAUDIÈRE — 15 LAURENTIDES BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Lecours, Lucie (CAQ) Lucie.Lecours.LPLA@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 193, boulevard Sainte-Anne Sainte-Anne-des-Plaines (QC) J0N 1H0

DRAVEUR

298

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Mascouche • Rivière du Nord

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


14 LANAUDIÈRE 15 LAURENTIDES

La contribution des pratiques agroforestières : Raoul Blanchard (1877-1965), grand initiateur de la géographie moderne au Québec qui a exercé une profonde influence sur les futurs fondateurs des départements de géographie des universités de Montréal et Québec, a rédigé une série de vastes monographies régionales couvrant l’ensemble du Québec méridional. Dans la publication L’Ouest du Canada français, Tome II, (Institut Scientifique Franco-Ontarien, 1954, Montréal, 338 p.), il explique l’exploitation des forêts profondes durant le régime britannique, « La coupe du bois présentait aussi l’avantage d’occuper les travailleurs pendant la saison morte de l’agriculture et de leur éviter un chômage. La décision fut vite prise : dès l’hiver 1805-1806, les hommes de Wright se ruèrent sur les pins blancs et rouges, sur les plus beaux des bois francs ; la besogne de la drave suivit, et le 11 juin le premier train de bois déboucha de la Gatineau pour flotter sur l’Ottawa, en route pour Montréal. On imagine difficilement la portée des conséquences qu’a entraînées l’initiative de Philemon Wright tant elles sont considérables, conséquences qui engagent la Province tout entière, qui depuis cette date de 1806 s’est mise à exploiter ses immenses ressources en bois et continue de plus belle aujourd’hui : les jobbers et les gars de chantiers de notre époque sont les lointains successeurs de Wright (…) L’exploitation et le trafic du bois vont (…) se faire les fourriers de la poussée agricole, marquer enfin ces territoires d’une empreinte qui ne s’effacera

Les Plaines

plus, qui demeure aujourd’hui encore leur caractéristique essentielle » (pp. 67-68). La Commission de toponymie du Québec répertorie deux odonymes rendant hommage à l’auteur dans la région administrative de la Capitale-nationale, le Mont Raoul-Blanchard et la rue Raoul- Blanchard, car il « a profondément marqué cette science [géographie] tout en faisant connaître le milieu québécois à l’étranger, en France tout spécialement. » Le vocabulaire de la drave : De nombreux films documentaires et d’innombrables reportages photographiques ont décrit en long et en large le dur travail de ces hommes, de ces draveurs intrépides, comme l’explique PierreLouis Lapointe, auteur du livre L’homme et la forêt. Et ce titre, revendiqué avec fierté par ceux qui y ont consacré le plus clair de leur existence est emprunté de l’anglais, du mot driver. Nos gens l’ont francisé et intégré à leur parler. Le terme flotteur, bien que très français, n’avait rien pour séduire ces mordus du tir au poignet et ces admirateurs des hommes forts. L’anecdote veut aussi que pitoune soit une déformation de happy town et de Bytown, qui était un carrefour haut en couleur pour les travailleurs forestiers du XIXe siècle en escale. Dans le milieu forestier, une pitoune désigne un bois d’une longueur de 4 pieds que l’on destinait aux usines de pâtes et papiers, tandis qu’un billot désigne un bois long d’un minimum de 12 pieds. Le draveur était capable de rouler

sur un billot flottant et s’aidait habituellement de bottes « caulkées », c’est-à-dire avec des crampons, pour avoir une meilleure adhésion sur les surfaces glissantes. Les hommes de la drave travaillaient à une période de l’année où le thermomètre plongeait facilement sous zéro, faisant ainsi des mouvements sur les berges ou les troncs d’arbre un exercice bien périlleux. Plusieurs mots ont été créés pour désigner des outils, des appareillages ou des manœuvres : il y avait le rouleur, qui empilait le bois sur la jetée ou sur la roule, et ensuite le culler, ou colleur, qui le mesurait (pour être conforme aux normes exigées) avant de le déverser dans le cours d’eau. L’opération visant à dégager le bois des berges était surnommée glane, glène (aussi glaine) ou sweep. Il ne va pas sans dire que les glaneurs étaient trempés jusqu’à la ceinture ! Lorsqu’il fallait traverser un obstacle, on utilisait alors le glissoir, ou encore une slide. Le crochet utilisé pour défaire les embâcles (aussi surnommées jams) était baptisé jamdog. On retenait le bois en aval avec une estacade, qu’on appelait aussi bôme, provenant du mot anglais boom. Alors que le treuil, ou taureau, qui permettait aux draveurs de remorquer les estacades. Terminons en mentionnant le mot déguédine que l’on connaît aujourd’hui vient de l’expression Dig it in !, que lançait le foreman aux forestiers pour qu’ils dégagent davantage la neige autour de l’arbre à abattre. Selon le ton utilisé, on ne traînait pas à la tâche…

299


Masson

14 LANAUDIÈRE BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Lemay, Mathieu (CAQ) Mathieu.Lemay.MASS@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 3101, chemin Sainte-Marie, Bureau 108 Mascouche (QC) J7K 1P2

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS À LA HAUTEUR DE LACHENAIE DRAVEUR

300

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Mascouche • Rivière des Prairies • Rivière des Mille Îles

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


14 LANAUDIÈRE

Pour les cageux, c’est enfin l’arrivée au grand fleuve : L’ancienne ville de Lachenaie, aujourd’hui agglomérée avec la ville de Terrebonne, est à la confluence de la rivière des Mille-Îles et de la rivière des Prairies qui contourne l’île Bonfoin et l’île Bourdon. Les cages venant des Outaouais puis empruntant Des Prairies, débouchaient à ce carrefour pour reprendre leur cours sur le fleuve SaintLaurent jusqu’à Québec. On pouvait entendre des soupirs de soulagement sur les cages… Le pire du parcours était derrière les cageux, mais restait-il encore le lac Saint-Pierre qu’on devait idéalement franchir en temps calme pour ne pas risquer un malheureux naufrage. Rue Lionel-Groulx dans la ville de Mascouche : Lionel Groulx (1878-1967) fut chanoine, historien, romancier et essayiste. Né à Vaudreuil, il fait ses études à SainteThérèse, puis à Montréal, Rome et Fribourg. Longtemps professeur d’histoire à l’Université de Montréal à partir de 1915, il a été directeur de la revue L’Action française (1920-1928), fondateur de l’Institut d’histoire de l’Amérique française (1946), et, de 1947 à 1967, directeur de la Revue d’histoire de l’Amérique française publiée par cet institut. Auteur d’une foule d’articles, de conférences, de quelques romans, dont L’Appel de la race (1922), et surtout de l’Histoire du Canada français depuis la découverte (1950 - 1952), il a professé tout au

long de sa carrière un nationalisme de bon aloi, sous- tendu par la foi catholique ; il a ouvert la voie à l’indépendance du Canada français et défendu la langue française avec ardeur. La fondation, en 1904, de l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française (A.C.J.C.) — une de ses œuvres importantes — a permis à plusieurs générations de Québécois d’y puiser leur ardeur nationaliste. Aujourd’hui, la Fondation Lionel-Groulx permet de découvrir l’œuvre écrite de Lionel Groulx (1878-1967) en la rendant numériquement accessible : https:// www.fondationlionelgroulx.org/L-oeuvrede-Lionel-Groulx.html Dans Mes mémoires Tome I (1970) Lionel Groulx informe le lecteur que son père Léon Groulx a été cageux ou « sauteux de cages » comme on disait aussi en ce temps-là : « Je suis né d’une famille terrienne, famille de cultivateurs qui occupaient, dans le rang des Chenaux, la deuxième terre, à la sortie du village. Mon père, Léon Groulx, ma mère, Philomène Pilon, avaient connu, l’un et l’autre, sinon l’école de la misère, du moins celle de la pauvreté et du rude travail. Mon père était un pauvre enfant donné à l’âge de cinq ans, à une famille d’étrangers. Son père avait bu son patrimoine ; il en fut réduit à donner ses enfants ; il les distribua à gauche et à droite. L’enfant Léon aboutit chez un célibataire, Titi (Antoine) Campeau, possesseur d’une terre dans les Chenaux-nords, aussi appelés, en ce temps-là, le Détroit. Le petit « donné » n’eut pas la chance de fréquenter l’école. À dix-huit

Masson ans, ne se trouvant pas, au dire de ma mère, assez bien habillé, le pauvre garçon partait pour les chantiers de la Mattawan [Mattawa], ne réapparaissant à Vaudreuil que pour les travaux de l’été. À 28 ans, il changeait de direction. Il partait pour les États-Unis, travailler à la fabrication de la peinture dans les fours du New Jersey. À 29 ans, grâce à ses économies de gars de chantier, de draveur, de sauteux de cages, il achetait une terre dans le rang des Chenaux-nords, terre qu’il échangeait, huit jours plus tard, pour la terre des Chenaux-suds, où il allait vivre et mourir. Soupçonna-t-il la portée providentielle de cet échange qui allait nous mettre près du village, près de l’église et près de l’école ? À 32 ans, il épousait Philomène Pilon qui en avait 22. Petite femme qui n’avait guère connu enfance plus heureuse que celle de son mari. » Comme aime le rappeler l’historien Henri Gingras, f. i. c., le bûcheron est généralement draveur et cageux puisque, « une fois les arbres coupés, il faut en faire le flottage à partir du Vermont, du bassin du Richelieu, de Kingston ou d’Ottawa. Opération qui se fait en deux temps : d’abord la mise à l’eau des arbres abattus, puis la drave ou flottage du bois. Mais n’est pas draveur qui veut. Il faut être jeune, vigoureux, intrépide, agile, adroit. On doit pouvoir sauter sur les billots en flotte comme un écureuil d’un arbre à l’autre. C’est une besogne hasardeuse » (Cap-Rouge 1541-1991, 450 ans d’histoire, 1974, p. 35).

301


Mirabel

15 LAURENTIDES BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

D’Amours, Sylvie (CAQ) Sylvie.DAmours.MIRA@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 95, chemin Principal, local 101 Saint-Joseph-du-Lac (QC) J0N 1M0

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 3 DES OUTAOUAIS DRAVEUR

302

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière des Outaouais • Rivière du Nord

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à bouleau jaune


15 LAURENTIDES

Ô Canada, hymne national : Adolphe Basile Routhier né en 1839 à StPlacide est un écrivain, essayiste, romancier, critique littéraire, avocat, juge et professeur québécois. Il est l’auteur des paroles de l’hymne national du Canada. Nous choisissons de mettre à l’honneur la deuxième strophe du Chant national qui est l’écho patriotique : Sous l’œil de Dieu, près du fleuve géant,
 Le Canadien grandit en espérant.
 Il est né d’une race fière ;
 Béni fut son berceau. Cette envolée poétique fait référence tant au prodigieux qu’au dramatique récit des Canadiens-français. Lorsqu’on fait la lecture d’autres écrits comme Les Grands Drames, on constate que Sir Routhier est transporté par les mythologies de différents peuples dans leur enfance. Il dira : « Ce culte des grands Hommes s’est perpétué chez toutes les nations civilisées. » La version française de cet hymne de 1880 fait la part belle aux derniers Voyageurs, les cageux. L’auteur de cette ode à la nation décrit ainsi ces cageux qui souquaient ferme à la rame et chantaient : « Je ne pouvais me lasser d’écouter les voix robustes et souvent très belles ». Leurs grands convois de bois progressaient avec lenteur sur les eaux comme une « imposante

Mirabel

procession de navires, plus grands que les transatlantiques géants » (cf. extrait : https://id.erudit.org/iderudit/11188ac). Rue Jacques-Labrecque à Mirabel : Ce nom évoque le souvenir de Jacques Labrecque (1917-1995), originaire de Saint-Benoît à Mirabel, qui fut chanteur folkloriste, producteur et éditeur québécois. Il consacre sa carrière presque exclusivement à la chanson traditionnelle, en l’interprétant et en commentant cette dernière à partir des travaux des folkloristes. Il participe en 1967 au coffret Chansons folkloriques du Canada Collection du centenaire, avec Yves Albert, Louise Forestier, Raoul Roy, Alan Mills et une prestigieuse sélection de folkloristes canadiens. Il dirige graduellement une anthologie ambitieuse de chansons traditionnelles du monde francophone du Canada qu’il produit à l’occasion du Sommet de la francophonie (1987) alors qu’il avait déjà à son actif les volumes sur le Saguenay-Lac-Saint-Jean (1982), Québec et Charlevoix (1983) dans le cadre de son projet Géographie sonore. Il endisque notamment les chansons du pays La chasse-galerie, Les Raftsmen, Am’nez-en d’la pitoune, Dans les chantiers nous hivernerons, Les Voyageurs de la Gatineau, sans oublier la célèbre chanson de Gilles Vigneault, Jos Montferrand. 303


Mirabel

Une gravure ancienne d’Oka diffusée dans toute l’Europe : William Henry Bartlett (1809-1854) est un dessinateur et topographe anglais réputé pour ses illustrations des États-Unis et du Canada où il fait quatre voyages entre 1836 et 1842. Dans l’œuvre intitulée Lake of the Two Mountains de 1842, il choisit de représenter à l’horizon l’Église de l’Annonciation d’Oka alors qu’il campe bien en vue en avant- plan des cageux qui pilotent leurs radeaux (cages) comme il est coutume à l’époque (cf. p. 21, https://bit.ly/2mich7H). Ce sont les Sulpiciens qui ont édifié une première église en pierre en 1728 à Oka, laquelle sera ravagée dans l’incendie de juin 1877. Aujourd’hui, au cœur du site patrimonial d’Oka, se dresse l’église reconstruite entre 1879 304

et 1883 qui se distingue par son architecture monumentale du XIXe siècle, mais aussi par sa collection remarquable de peintures de XVIIIe siècle. Récits de forestiers aux Presses de l’Université du Québec (1976) : Le Centre documentaire en civilisation traditionnelle de l’UQTR a publié un ouvrage d’ethnologie qui reproduit au mot à mot les témoignages de treize témoins de la vie quotidienne au chantier. L’introduction a été inscrite par le réputé Robert-Lionel Séguin (1920-1982), écrivain, ethnologue et historien québécois. « Pendant plus d’un siècle, la légende de l’homme québécois s’inscrira sous le signe de la forêt. Usages, coutumes et récits de

chantier font désormais partie du patrimoine culturel. Pour en assurer la transmission aux générations futures, il fallait recueillir, inventorier et consigner tout ce matériel avant que ne disparaissent à jamais les derniers témoins de l’épopée du bois. » Trois individus de l’ancienne paroisse Saint-Hermas ont livré leurs souvenirs les plus vifs : Joseph Pharand, Olier Servant et Esdras Tremblay. À ce dernier, l’intervieweur Jacques Soucy demande « À quel âge vous avez commencé à aller au chantier ? » M. Servant répond « j’avais neuf ans. » (p. 183) Photographie ci-contre : Les cageux sont décrits à l’époque comme « les os et les tendons du Canada ». Voir pp. 115 et 196 ci-devant.


305


Prévost

15 LAURENTIDES BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Blais, Marguerite (CAQ) marguerite.blais.prev@assnat.qc.ca Ministre responsable des Aînés et des Proches aidants Bureau de circonscription : 2 894, boul. du Curé-Labelle, Bur. 101 Prévost (QC) J0R 1T0

DRAVEUR

306

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière du Nord

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à bouleau jaune


15 LAURENTIDES

Saint-Sauveur-des-Monts, lieu d’enfance des trois sœurs McGarrigle entre 1940 et 1960 : Dans la famille McGarrigle, il y avait une seule langue officielle, la musique. Devenues auteures-compositrices-interprètes québécoises, Kate (1946-2010) et Anne ont formé un prodigieux duo de musique folk reconnu pour la finesse de leurs harmonies vocales, leurs talents de polyinstrumentistes, leur fantaisie et l’ambiance de fête familiale improvisée qui caractérise chacun de leurs spectacles. L’engouement pour leur musique est partagé par nombre d’artistes de renommée internationale qui ont collaboré avec elles, d’Emmylou Harris à Gilles Vigneault, en passant par Leonard Cohen et Linda Ronstadt. Grâce aux sœurs McGarrigle, des chansons francophones ont résonné sur les scènes du Canada anglais et des États-Unis. Kate et Anna McGarrigle vont aussi prêter leur voix à la chanson The Log Driver’s Waltz de Wade Hemsworth qui raconte l’histoire d’une jeune fille qui aime danser et qui choisit d’épouser un draveur qui s’avère un excellent cavalier ! En 1979, l’O.N.F. réussit avec brio une adaptation dans ce court métrage d’animation enjoué : www.nfb.ca/film/log_drivers_waltz. Les duettistes ont été décorées de l’Ordre du Canada en 1993 et ont reçu le Prix du Gouverneur général en 2004.

La rivière du Nord dravée : Son tracé traversant le Parc régional de la Rivière-duNord, la rivière du Nord a été autrefois un important chemin de drave avec la pulperie des chutes Wilson située en aval. Chaque printemps, au temps de la drave, la Nord apportait à la scierie des milliers de billots à transformer pour ses activités commerciales. Entre les années 1890 et 1930, grâce à la coupe et au commerce du bois, le cœur des Laurentides connaît une croissance économique qui se traduit entre autres par un accroissement démographique. L’historien Denis Chabot rappelle qu’en « 1860, l’évêque d’Ottawa, Mgr Guigues, évaluait entre 20 000 et 25 000 le nombre d’hommes occupés aux chantiers dans son seul diocèse, qui couvrait tout le nord du territoire laurentidien. Malgré le non-renouvellement du traité de réciprocité avec les États-Unis en 1866, malgré les feux de forêt, malgré les progrès de la colonisation agricole, l’industrie forestière continua à prendre de l’expansion. En 1890, presque tout le territoire des Laurentides avait été concédé à des compagnies forestières. Entre 1867 et 1896, les droits de concession, les droits de coupe de bois et les rentes foncières représentaient environ 25 % des revenus de l’État. » En dépit de la crise de 1929, l’industrie forestière demeure un facteur économique de premier plan dans la région. En 1938, elle est toujours considérée comme la principale

Prévost ressource de plusieurs villages. La terre est pauvre et les hommes préfèrent le travail du bois à l’agriculture. La majorité des industries rentables sont reliées à l’exploitation de la forêt. Toutefois, l’épuisement des ressources dû aux coupes effrénées, au non-ensemencement, aux coupes à blanc, aux feux de forêt combinés aux fluctuations de l’économie nordaméricaine, ainsi qu’au développement du tourisme et des activités de plein air a peu à peu contribué à diminuer l’importance relative de l’industrie forestière dans l’économie du cœur des Laurentides. Le géographe Raoul Blanchard (1877-1965) dans son ouvrage Le Québec par l’image publié en 1949 résume ainsi : « Les profits de cette poussée touristique commencent à s’ inscrire en bonne place à côté de l’agriculture et du bois. » (p. 101) Et, beaucoup de belles histoires sont encore à dire : https://www.laurentides.com/fr/belleshistoiresroute/29. 307


Repentigny

14 LANAUDIÈRE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Lavallée, Lise (CAQ) Lise.Lavallee.REPE@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 522, rue Notre-Dame, Bureau 102 Repentigny (QC) J6A 2T8

CAGEUX POINT DE JONCTION DES AXES FLUVIAUX NO 3 DES OUTAOUAIS ET NO 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

308

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière L’Assomption • Rivière des Prairies

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à tilleul


14 LANAUDIÈRE

Les clochers de la chasse-galerie : Dans la version d’Honoré Beaugrand (1848-1906), les bûcherons de la légende partent d’un chantier forestier en Outaouais en canot magique pour aller passer la soirée à fêter à Montréal et pour Baptiste Durand, « aller embrasser sa blonde à Lavaltrie ». Sur le chemin « naviguant en l’air à une hauteur de cinq ou six cents pieds », le grand canot de la drave file comme le vent et survole Montréal et ses faubourgs. Jos-le-cook compte les clochers des paroisses de Longue-Pointe, de la Pointeaux-Trembles, de Repentigny, de Saint-Sulpice et de Lavaltrie. Les clochers défilent « aussi vite que les poteaux de télégraphe, quand on voyage en chemin de fer ». Rendez-vous à la page 274 pour en savoir plus sur Honoré Beaugrand.

Repentigny

Parc Louis-Fréchette à Repentigny : Ce parc, situé sur la rue Fréchette, est contigu à l’école Louis-Fréchette. Louis-Honoré Fréchette (1839-1908), né à Lévis, est avocat, poète, dramaturge et journaliste. S’illustrant davantage comme poète et conteur, toute son œuvre lui a valu éloges, décorations et reconnaissance. Il fut le premier lauréat canadien de l’Académie française, en 1880, avec la publication de Fleurs boréales et Les oiseaux de neige (1879). Comme le souligne le livre préfacé Les Marionnettes, les conteurs ne sont pas nés d’hier ! Depuis toujours, il s’est trouvé des gens pour dire aux enfants de tous les âges un certain côté des choses et de la vie. Et quelques-uns de ces contes, écrits il y a longtemps, trouvent encore aujourd’hui des yeux et des oreilles où ils se glissent doucement le soir. Le célèbre personnage Jos Violon de l’auteur Louis

Fréchette continue de chanter les chansons de cage. « Les cages étaient de solides radeaux permettant de mener à bon port le bois coupé dans les chantiers de l’Outaouais et du SaintLaurent. Ces cages, avec leur équipage de cageux, devaient affronter souvent des rapides très violents. Il fallait donc des hommes n’ayant pas froid aux yeux, comme on dit, et nombre de contes et de légendes se sont développés à partir de la vie aventureuse de ces cageux. Quelques-uns concernaient des personnages ayant véritablement existé tels que Jos Montferrand et Aimé Guérin. L’utilisation des cages ayant couvert tout le XIXe siècle, la dernière disparut vers 1910. » Sources : https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2460428 et https://toponymie. gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/Fiche.aspx?no_ seq=382149. 309


Rousseau

14 LANAUDIÈRE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent nord-ouest

Thouin, Louis-Charles (CAQ) Louis-Charles.Thouin.ROUS@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 461, rue du Parc Saint-Lin-Laurentides (QC) J5M 3A2

CAGEUX PAR MÉTAPHORE DRAVEUR

310

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Ouareau

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à bouleau jaune • Érablière à caryer cordiforme • Érablière à tilleul


14 LANAUDIÈRE

L’honorable Sir Wilfrid Laurier (1841-1919) : Né à Saint-Lin de Lachenaie (ancienne appellation de Saint-Lin–Laurentides), c’est homme d’État, le septième Premier ministre du Canada (1896 -1911) et le premier francophone à accéder à ce poste. Il collabore en 1868 au journal L’Indépendance canadienne, dont on ne connaît que deux parutions (22 et 25 avril 1868) où il signe « La vie de l’illustre Joe Montferrand » dont cet extrait où il décrit le célèbre maître de cages : « Le secret de cette popularité, c’est que Jos Montferrand réunit dans sa personne, tous les traits du caractère national et tous aussi complètement développés que le puisse comporter la nature humaine. Chez lui, la bravoure indomptée, la force musculaire, la soif des dangers, la résistance aux fatigues — ces qualités distinctives du peuple d’il y a cinquante ans — furent poussées à un degré presque prodigieux. En un mot, Jos Montferrand a été le Canadien le plus véritablement canadien qui se soit vu, et ne fût-ce qu’à ce titre, sa vie, aussi bien que son nom, mériterait de fixer notre attention. D’ailleurs ce voyageur fut un homme généreux, dévoué, fidèle à ses amis et aimant son pays. Dans sa vie de plus de soixante ans, il ne laissa jamais en sa présence insulter le nom canadien. » (Source : Gilles Lemieux, « La vie de l’illustre Joe Montferrand par Sir Wilfrid

Rousseau

Laurier », revue Asticou, décembre 1971, cahier no 8 de la Société historique de l’Ouest du Québec, Hull, 36 p., pp. 27 à 34). Avec le lieu historique national de Sir-WilfridLaurier, le gouvernement canadien a choisi de commémorer sir Wilfrid Laurier sur le terrain ayant appartenu à sa famille et d’y reconstituer l’environnement dans lequel il a grandi jusqu’à l’âge de dix ans. Les hommes forts du Québec : de Jos Montferrand à Louis Cyr (1999) : Ben Weider (1923-2008), né à Saint-Lin– Laurentides, partage l’écriture de ce livre avec Édouard- Zotique Massicotte (1867-1947) qui est lui-même auteur en 1909 d’Athlètes canadiens-français : recueil des exploits de force, d’endurance, d’agilité, des athlètes et des sportsmen de notre race, depuis le XVIIIe siècle : biographies, portraits, anecdotes, records. Voici un extrait du chapitre portant sur Jos Montferrand, maître de cages : « Montferrand était un colosse de six pieds quatre pouces, à quelques lignes près. Plus bel homme que ne l’indique son portrait, prodigieusement fort, d’une audace sereine, d’une agilité surprenante, il complétait ces qualités physiques par de la générosité, de la charité, du patriotisme et de l’amour du travail. Si

grande a été sa réputation, si admirés ont été ses exploits que le théâtre et l’histoire ont été forcés de l’accueillir (…) les journaux citent souvent ses exploits. M. Louis Guyon en a fait le héros d’un drame qui attire la foule chaque fois qu’il est à l’affiche ; dans le peuple, son nom reste proverbial. Quel est le secret de cette popularité exceptionnelle ? C’est que Montferrand est venu à son heure et qu’il a été un personnage nécessaire ; c’est qu’il a contribué à donner confiance aux nôtres et qu’il a relevé leur fierté à une période critique de leur existence. Le verdict populaire est juste. » Pour la référence concernant Louis Guyon (1853-1933), Montferrand : drame canadien en 4 actes et 9 tableaux, 1903 : http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2449099. Se rapportant autant à la légende, au symbole qu’à la réalité, Montferrand est étroitement lié à l’ère séculaire de nos marins atypiques, les cageux. Si le côté réel nous rappelle son rôle dans l’industrie forestière en tant que célèbre pilote de cages, symboliquement il réunit à lui seul tous les traits du caractère national, le côté mythique du personnage, lui, se concentre sur sa force, sa taille et sa détermination, faisant de lui un véritable Ulysse canadien. Il y a un parallèle direct à faire entre la reconnaissance de Montferrand en tant que mythe doyen national et la place 311


Rousseau des cageux dans l’histoire du pays. Dans les deux cas, nous parlons d’un patrimoine capital qui n’a pas encore été reconnu à sa juste valeur. Jean-Baptiste Proulx (1846-1904), curé à la paroisse de St-Lin de 1888 à 1904, connu aussi sous le nom de plume Joannés Iovhanné : C’est au cimetière St-Lin qu’est inhumé ce prêtre catholique, professeur, rédacteur, administrateur scolaire et auteur. Ordonné prêtre à Montréal le 25 juillet 1869 par Mgr Ignace Bourget, il aura la charge pastorale de diverses paroisses avant de se retirer à Saint-Lin. Son métier d’éducateur engage l’abbé à exercer ses talents d’auteur comme romancier et dramaturge (Dictionnaire biographique du Canada). Il publie en 1887 le récit véridique qui connaîtra beaucoup de succès sous le titre L’enfant perdu et retrouvé, ou Pierre Cholet. On dit qu’une première version, « qui ne supportait pas la lecture », aurait été écrite par Cholet lui-même, lequel l’aurait fait lire à l’Abbé Proulx après qu’un libraire lui eut refusé son récit. Proulx l’aurait réécrit et enrichi, à l’aide de Cholet lui-même, de certains documents d’archives et à partir

312

du témoignage de gens qui étaient au courant de « l’affaire Cholet ». Enseignant retraité et auteur, Jean-Louis Lessard dans son blogue Laurentiana ajoute sur ces faits que « Pierre Cholet est né à St-Polycarpe en 1840. En compagnie de son jeune frère Toussaint et de son cousin Louis, il est volé alors qu’il n’a que cinq ans. Le colporteur, qui s’est emparé des enfants (…) les vend à des marins dans le port de Montréal. Pour brouiller les pistes, ceuxci changent le nom des enfants, de Cholet à Marin, et les amènent en France. » Ses enfants sont traités comme des esclaves et forcés à travailler sur des bateaux marchands, Pierre est le seul qui survivra à sa fuite. Celui-ci, décidé à retrouver ses parents, entreprend une longue marche qui durera une dizaine d’années et vivra le plus souvent de la charité. Voici un extrait émouvant : « La bonne femme me questionna beaucoup pour connaître mon aventure, et pour savoir comment il se faisait que je me trouvais rendu chez elle. Je lui dis : c’est un homme d’Ottawa qui m’a dit que votre mari était mon père ; et chez votre deuxième voisin, où je suis arrêté pour me chauffer, ils s’accordaient tous à dire que M. Marin devait être de mes parents, parce que je lui ressemblais trop. Elle paraissait

inquiète, agacée. C’est vrai, ajouta-t-elle, vous lui ressemblez. Nous n’avons pas eu de famille, mais il a bien couraillé. Il était guide de cages [1] *, et il a voyagé toute sa vie. — Madame, lui dis-je, vous avez tort de vouloir faire passer votre mari pour un chétif. Le bonhomme, assis de l’autre côté du poêle, gardait le silence et riait sous cape. C’est bien, l’ami, venez souper avec nous. Vous n’êtes pas en état de continuer votre voyage, vous passerez quelques jours ici ; et nous verrons comment cela tournera. La vieille était choquée, elle boudait ; puis en lavant sa vaisselle, elle grommelait tout bas. » * La note suivante apparaît au bas de la page 120 : [1] La cage est un radeau de bois rond ou de bois scié que les hommes de chantier confient au courant de la rivière pour le conduire au marché ; et le guide est le pilote qui dirige les rameurs pour suivre le fil du courant (pp. 120 et 121 : https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/2023036). Le cageux (appelé aussi raftsman ou cageur) est la dernière figure de la longue lignée des Voyageurs canadiens-français.


313


Saint-Jérôme

15 LAURENTIDES BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Chassin, Youri (CAQ) Youri.Chassin.STJE@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 227, rue Saint-Georges, Bureau 205 Saint-Jérôme (QC) J7Z 5A1

DRAVEUR

314

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière du Nord

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à bouleau jaune


15 LAURENTIDES

Saint-Jérôme

Parc linéaire Le P’tit Train du Nord, piste de plus de 232 km empruntant une ancienne voie ferrée : Dans le cœur des Laurentides, l’arrivée du train exercera une influence, majeure sur le développement de l’industrie forestière qui était, jusqu’alors, concentrée dans la région dite des Hautes-Laurentides. Les arbres étaient coupés l’hiver alors que la sève ne coulait plus et qu’il était plus facile de les sortir de la forêt en les glissant sur la neige jusque sur le lit gelé des rivières et des lacs. Au printemps, à la fonte des neiges, le courant acheminait le bois par les affluents de la rivière des Outaouais. C’était la drave. Pour faciliter le transport du bois, « on érigeait à la décharge des lacs (et/ou des rétrécissements de rivières) des barrages afin de retenir l’eau jusqu’au grand coup du printemps alors qu’ils étaient ouverts pour permettre aux pitounes de descendre les rivières ». Une pitoune désigne un bois d’une longueur de 4 pieds, tandis qu’un billot désigne un bois d’une longueur minimum de 12 pieds.

À cette époque, l’exode des Canadiens français, particulièrement vers les États-Unis, est un phénomène important qui inquiète le clergé catholique : près de 350 000 personnes quittent le Québec entre 1871 et 1891. C’est dans ce contexte que le curé Labelle inscrit son projet de colonisation ainsi que de développement économique et ferroviaire des Pays-d’enHaut, au nord de Montréal. En 1888, grâce au curé Labelle, les lois régissant les compagnies forestières sont modifiées. Les réserves forestières ne peuvent plus empiéter sur des lots concédés à des fins de colonisation. La coupe des pins blancs, qui avait été accordée à perpétuité à la Couronne britannique, est abolie. Sans pouvoir vendre librement tout le bois coupé sur leur terre, les colons peuvent acquérir, sous certaines conditions, des droits de coupe dont le coût d’achat peut être défalqué du montant d’acquisition de leur lot. Ils peuvent ainsi profiter d’une source complémentaire de revenus. [C.T.Q. et C.T.C.]

Boulevard du Curé-Labelle dans la ville de Saint-Jérôme : Antoine Labelle (18331891), connu comme le curé Labelle ou le « roi du Nord », est un ardent promoteur de la colonisation et un haut fonctionnaire provincial. Il est ordonné prêtre dans son village natal de Sainte-Rose (Laval) le 1er juin 1856, mais c’est dans la région des Laurentides — il est nommé curé de SaintJérôme en 1868 — qu’Antoine Labelle laissera son empreinte dans l’histoire du Québec.

Société d’histoire de la Rivière-du-Nord (aussi connue sous Histoire et Archives Laurentides) de Saint-Jérôme : Dans son bulletin de liaison de l’automne 2010 (no 26, https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/4083355), la SHRN partage avec nous une page d’histoire autour de la pulperie des chutes Wilson de SaintJérôme. Là, chaque printemps, un festin de fèves au lard venait célébrer l’arrivée des draveurs de la rivière du Nord ! Cette usine a procuré, pendant plus de 75 ans, de l’emploi

principalement aux gens du Cordon (secteur de Lafontaine). On y produisait une pâte de papier à base de bois pour fabriquer du carton, du papier d’emballage ou du papier journal. La longévité de ce petit moulin à pulpe, qui a traversé plusieurs crises dans le milieu des pâtes et papiers, est due en grande partie à ses propriétaires (seulement deux propriétaires différents en 75 ans), à la fidélité des gérants et à la simplicité des machines de production. « Pour fabriquer la pâte de papier, une vingtaine d’employés travaillaient à la manufacture sur deux ou trois quarts de travail six jours par semaine. Dans un premier temps, on devait couper les billots en bûches de deux pieds (60 cm) à la scie mécanique. Les morceaux de bois étaient ensuite placés dans l’écorceuse à couteaux pour en retirer l’écorce qui servait à chauffer le bâtiment. Les bûches dénudées étaient immergées dans un bassin d’eau pendant plusieurs heures avant d’être chargées dans le défibreur. Actionnés par la force motrice de l’eau via la conduite forcée, les pistons du défibreur broyaient les bûches sur une meule de pierre. La pâte produite, formée d’un mélange de fibres de bois et d’eau, était envoyée vers différents tamis pour la purifier et l’assécher suffisamment. Pour terminer, on formait de grandes feuilles de pâte qu’on pliait pour constituer des ballots qui étaient conservés dans l’entrepôt en attendant d’être expédiés à l’extérieur. » Source : https://www.shrn.org/fr/ galeries-virtuelles/expositions-virtuelles/chuteswilson/secteur-1/. 315


Terrebonne

14 LANAUDIÈRE BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Fitzgibbon, Pierre (CAQ) ministre@economie.gouv.qc.ca Pierre.Fitzgibbon.TERR@assnat.qc.ca Ministre de l’Économie et de l’Innovation Bureau de circonscription : 3 455, boulevard de la Pinière, local 101 Terrebonne (QC) J6X 0A1

CAGEUX VOISINAGE - AXE FLUVIAL NO 3 DRAVEUR

316

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière des Mille Îles • Rivière Mascouche

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


14 LANAUDIÈRE

Le thème de cette page porte sur le mythe du nord dans la littérature québécoise. Les études comme celles menées par Jack Warwick (1930 - ), pionnier des études sur l’imaginaire du Nord et auteur dès 1968 de l’essai L’appel du Nord dans la littérature canadienne-française, et par Gilles Havard (Les pays d’en haut, un espace en mal d’histoire ?, 2015, https://id.erudit.org/ iderudit/1043697ar ) indiquent que la fibre, que font vibrer les Pays d’en haut et ces régions forestières lointaines, est reliée à l’image type folklorique légendaire du Voyageur qui comprend le coureur de bois, le bûcheron, le cageux. Découvrez une conférence à l’UQAM de 2017 de Warwick, professeur émérite de l’Université York et professeur associé de l’Université de Rouen (France) : https://youtu. be/up5JJvxwYCA. Après le déclin du mythe agricole en littérature, le Voyageur incarne la vie d’aventure et du non-conformisme qui participe au renouvellement d’attitudes. Dans ce thème vernaculaire de la tradition orale et littéraire à connotation nordique, la vitalité et la liberté sont deux pôles d’intérêt inséparables qui éveillent dans l’esprit de l’écrivain un besoin de dépassement. Ce fonds commun d’images a été conservé, réinvesti, transmis par une grande variété d’écrivains, de peintres et de chansonniers, qu’on illustre ici par deux exemples qui chevauchent ensemble trois siècles.

Terrebonne

Joseph Henri Paul Cyrille Lecorre dit Tex Lecor (1933-2017) : Décédé le 9 septembre 2017 à Terrebonne, cet artiste talentueux québécois était un animateur de radio, animateur de télévision, auteurcompositeur-interprète et peintre québécois. En 1951, il entame des études à l’École des beaux-arts de Montréal. À la fin des années 1950, il débute une carrière musicale et il chante dans diverses boîtes à chansons. En tant que chanteur et humoriste, il jouit alors d’une popularité au Québec. On apprécie son image de coureur de bois rebelle. Il chante entre autres Noël au Camp, The draveur chanté en franglais, Les Raftsmans, Le Québécois. Puis, en 1978, il décide de mettre fin à sa carrière musicale afin de se consacrer à la peinture. Il devient un pilote de brousse et un grand voyageur qui a parcouru tout le pays pour réaliser ses œuvres colorées et recherchées des collectionneurs. En 1986, il fonde l’Institut des arts figuratifs. Il a présenté ses nombreuses œuvres dans des expositions en solo ou des galeries d’art, et celles-ci font désormais partie de collections privées ou publiques. S’inscrivant dans la tradition paysagiste, son œuvre picturale figurative s’inspire de celles de Marc-Aurèle Fortin, Clarence Gagnon et des peintres du Groupe des Sept. « Irréductible » défenseur de la nature, son œuvre est fortement empreinte de nostalgie et ses nombreux voyages dans les régions nordiques inspirent

souvent ses tableaux. Il décrit à coups de pinceau l’histoire forestière : Jam sur la SaintMaurice (1977), Lac d’la rivière, Wentworth (année inconnue), La drave, rivière Lachaudière (1981), Coupeur de bois (1983), Fin du jour (2006). La Commission de toponymie du Québec lui identifie trois odonymes : Centre communautaire et culturel Paul-Tex-Lecor (Wentworth-Nord), rue Tex-Lecor (SaintJérôme), rue Tex-Lecor (Lachute). Alfred de Montbrun (XIXe - XX­e) : On connaît peu cet écrivain qui a vécu à cheval sur deux siècles. Dans un matériau très personnel, il reprend le corpus populaire, héroïque et légendaire québécois dans cet écrit Chants des Forêts : poèmes canadiens (1919) qui est publié en France auprès de Jouve et Cie qui se spécialise initialement dans la poésie. Ces strophes appartiennent au poème intitulé « Les fils des hommes » (p. 51, https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/1988576 ) : Et quand l’heure a sonné, rien ne peut le tenir, Ni le toit familial où l’éleva sa mère, Ni l’inconnu douteux de dangers à venir, Lorsqu’il entend l’appel, il est fils de ses pères. Car vous, les fils du Nord, vous régnez sur les mers Vous régnez sur le mont, la forêt, et la plaine ; Car tel l’acier trempé, dans le froid des hivers Vos corps se sont durcis au travail, à la peine.

317


Beauharnois

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Reid, Claude (CAQ) Claude.Reid.BEAU@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 157, rue Victoria, Bureau 100 Salaberry-de-Valleyfield (QC) J6T 1A5 335, rue Ellice, Bureau 102 Beauharnois (QC) J6N 1X2

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

318

FLEUVE, LACS ET CANAL : • Fleuve Saint-Laurent • Lac Saint-François • Canal de Beauharnois • Lac Saint-Louis

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Saint-Louis DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


16 MONTÉRÉGIE

Saint-Thimothée : Le tronçon du fleuve SaintLaurent qui passait à Saint-Timothée a été détourné par les canaux, mais déjà, il y avait là un immense torrent. Sur deux kilomètres, les cageux devaient franchir des rapides hauts de 12 mètres. Plusieurs y ont d’ailleurs laissé leur vie. Un vieux cageux aurait même écrit : « On n’en revient pas mes amis, un billot y entre et sort de là en allumettes. » Les immenses billots de chêne bleu, que les cageux transportaient sur des radeaux de pin, servaient à la construction des navires britanniques. Ce bois, très rare aujourd’hui, était reconnu pour sa grande imperméabilité. Encore de nos jours, on retrouve au fond du fleuve des billots de chêne bleu intacts. Joseph Ovila (J.O.) La Madeleine (1880-1973) : Né à Valleyfield, c’est un fameux « violoneux ». Il a participé à plusieurs manifestations de musique folklorique. Ses œuvres ont été endisquées (78 t.) et il a tenu un magasin de musique (6674 rue Boyer, Montréal). Jean Duval commente ainsi la pièce musicale no Starr 15394/1927, Reel des cageux (lancé en décembre 1927) : « Les cageux étaient des hommes qui descendaient la rivière des Outaouais et le Saint-Laurent sur des radeaux constitués de bois équarri. Les dernières cages de bois ont descendu jusqu’à Québec à la fin du

Beauharnois XIXe siècle. J.O. a peut-être connu des cageux dans sa jeunesse qu’il a passée dans l’Est ontarien. La section B rappelle un reel anglais de la fin du XVIIIe siècle, Roxborough Castle, appelé Blanchard’s Hornpipe aux États-Unis (Ryan, 1879) » disponible à https://bit.ly/37ZQ9F7 (pp. 4 et 170). André-Napoléon Montpetit (1840-1898) : Né à Beauharnois, c’est un journaliste, avocat et auteur. En 1870, il est nommé rédacteur en chef de L’Opinion publique. Parmi les nombreux ouvrages de sa main, retenons d’abord Nouvelle série de livres de lecture graduée en langue française pour les écoles catholiques, seule série approuvée par le Conseil de l’instruction publique de la province de Québec (cinquième livre, 1877), qui a été classé comme trésor patrimonial québécois (https://www.patrimoine-culturel. gouv.qc.ca/rpcq ). On y parle des cageux : « La nouvelle capitale est le grand centre du commerce de bois, étant située dans une vallée qui contient des milliers d’arpents de terre, encore couverts de pin rouge et de pin blanc, et qui s’étend entre le Haut et le Bas-Canada le long de l’Ottawa et de ses nombreux affluents. C’est ce commerce qui lui donne encore son activité ; et la présence des raftsmen ou hommes des cages, type qui se rapproche assez de celui du voyageur du

Nord-Ouest et de l’ancien coureur de bois, donne à ses rues une physionomie originale et pittoresque » (p. 249, http://collections.banq. qc.ca/ark:/52327/1990454). Cet autre livre publié en 1884, Nos hommes forts, retiennent aussi notre attention, car l’auteur nous raconte de manière savoureuse des exploits de Jos Montferrand qu’il aurait personnellement connu. Les qualités musculaires de notre héros étant bien connues, nous transcrivons plutôt cette œillade : « Montferrand était alors « forman », où si l’on veut, chef d’équipe dans les chantiers. Les cages sous sa conduite, dérivaient sur la rive est, audessus des glissoirs, et deux yeux noirs qui le conduisaient lui, mieux encore qu’une mère ne conduit son enfant par les lisières, se trouvaient sur la rive ouest. Ces lions-là se plaisent à reposer leur force aux pieds de la faiblesse. Je dis la faiblesse, mais ce qui mène le monde n’est-ce pas la faiblesse des femmes ? Avec un soupir, elles enflent les voiles du vaisseau de l’État ; un sourire leur suffit pour jeter le désarroi dans l’Olympe ; tous les dieux politiques se noieraient dans une de leurs larmes. Après avoir fourni le travail du jour, Montferrand résolut, à la brunante, d’aller demander des nouvelles de son cœur qu’il avait laissé sur l’autre rive. » (p. 24, https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/2022062) 319


Borduas

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Jolin-Barrette, Simon (CAQ) Leader.SJB@assnat.qc.ca sjb.BORD@assnat.qc.ca Ministre responsable de la région 16 Ministre de la Justice Ministre responsable de la Langue française Leader parlementaire du gouvernement Bureau de circonscription : 888, rue Laurier Belœil (QC) J3G 4K7

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 2 RIVIÈRE RICHELIEU DRAVEUR

320

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Richelieu

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


16 MONTÉRÉGIE

Borduas

Page de La Presse en 1903 illustrée par l’artiste Paul Caron. Découvrez-en plus à la page 367 qui suit.

Rue des Voyageurs dans la ville de Mont-SaintHilaire : Dans le livre Forestiers et Voyageurs publié en 1884, l’auteur Joseph-Charles Taché aime rappeler que le pittoresque Voyageur, qui inclut le type forestier, porte dans notre vocabulaire une idée complexe. « Le voyageur canadien est un homme au tempérament aventureux, prêt à tout, capable d’être, tantôt, successivement ou tout à la fois, découvreur, interprète, bûcheron, colon, chasseur, pêcheur, marin, guerrier. Il possède toutes ces qualités, en puissance, alors même qu’il n’a pas encore eu l’occasion de les exercer toutes (…) aussi, est-il peu de situations qui le prennent au dépourvu. Les quatre points cardinaux lui sont égaux » (pp. 6-7). Cet auteur a recueilli plusieurs de leurs récits, et les a écrits, car « ces légendes et ces contes, dans lesquels les peuples ont versé leur âme, avec lesquels ils ont cherché à satisfaire, dans de certaines limites, ce besoin du

merveilleux qui est le fond de notre nature ; ces souvenirs réels ou fictifs, attachés à tel ou tel endroit de chaque pays habité, constituent une portion notable, le fond, on peut dire, de toute littérature nationale » (Id., pp. 8-9). Taché consacre tout le chapitre XIX aux « hommes-de-cages », ces cageux, ces marins atypiques, ces derniers Voyageurs, et dont nous tirons ce passage : « Tout le monde a vu ces cages, avec leurs mâts de sapin couronnés d’une petite touffe de feuillage, leurs banderoles de couleurs variées, leurs nombreuses voiles et leurs cabanes, faisant de chacune d’elles un petit village qui marche sur l’onde. Tout le monde les a vues voguer à la voile quand le vent et les courants sont favorables, dirigées par les longues rames disposées sur chacun des côtés de leur carré long, ou traînées contre le vent et le courant par un vapeur remorqueur, qui fume et pouffe à ce travail pénible. Qui n’a pas passé des heures à voir ces trains de bois la nuit, alors que le

brasier de leur vaste cambuse les illumine d’une étrange lumière qui se reflète dans l’eau ; alors que les hommes-de-cages, qui marchent, rament, ou dansent au son de la voix ou du violon, apparaissent dans le clair-obscur comme autant d’êtres fantastiques faisant sorcellerie sur l’eau ? » (Id., p. 217, https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2021894 ) Une forêt précoloniale de 400 à 500 ans au mont Saint-Hilaire : Reconnu d’importance internationale en 1978 par l’UNESCO à titre de Réserve de la Biosphère, le mont Saint -Hilaire, avec ses magnifiques paysages et forêts, constitue un repère et un baromètre de l’environnement québécois. La Réserve de biosphère du mont Saint-Hilaire est composée de huit municipalités qui longent la rivière Richelieu. Au fil des années, des centaines de projets stimulants et innovants ont été réalisés dans ce territoire. Pour célébrer, nous vous invitons à découvrir le Centre de la Nature Mont-Saint-Hilaire (https://centrenature.qc.ca/). Soulignons aussi la Réserve naturelle Gault 321


Draveur jouant de l’harmonica.

Borduas

(https://gault.mcgill.ca/fr/) de l’Université McGill située à Mont-Saint-Hilaire. Créée en 1958, on protège plus de 1 000 hectares de milieux naturels où sont encouragées les activités de recherche et d’enseignement. Les premières études scientifiques datent de 1859. De célèbres scientifiques ont parcouru les vastes forêts du mont Saint-Hilaire dont Sir John W. Dawson, T. Sterry Hunt ainsi que le Frère Marie-Victorin (né Conrad Kirouac) qui est l’auteur en 1935 du livre Flore laurentienne. Les forêts représentent aujourd’hui presque la moitié de la superficie totale du Québec. Ozias Leduc ( 1864-1955) : Originaire de MontSaint-Hilaire, ce peintre symboliste canadien est surnommé « le sage de la montagne ». En 1890, Leduc construit l’atelier Correlieu à l’arrière de la maison. Cet atelier devient un lieu de rencontre pour plusieurs artistes d’avant-garde dans les années 1940 - 1950, et brûle en 1983. Sur le même terrain, en 1916, il entame la construction de sa maison et atelier, qu’il vendra par manque d’argent en 1938. Aujourd’hui, sa maison est un centre d’interprétation de son œuvre, une maison d’artistes et elle fait partie du Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire (https://mbamsh.com/). La beauté de la nature est un élément récurrent dans la composition de ses créations. La muse et la montagne sont indissociables pour Leduc qui 322

projette sur le mont SaintHilaire un univers spirituel et sacré. Dans son récit L’histoire de Saint-Hilaire on l’entend, on la voit, l’artiste la décrit comme « remplie d’images de rêves qui peuplent les accidents de la matière. » Il continue : « Nous sommes au domaine entendu des élus de l’art, des poètes, des maîtres du son, domaine sacré et sans limites. » Voici cette toile sensuelle de 1906 intitulée Muse de la forêt (Erato) : https://www.aci-iac.ca/fr/livres-dart/ ozias-leduc/ (p.42 du livre téléchargé Ozias Leduc, sa vie et son oeuvre, par Laurier Lacroix). La Montérégie, le pays de l’abondance : « Chemin des coureurs de bois vers le sud et des confrontations avec les Américains et les Iroquois, terre des Patriotes surnommée le Jardin du Québec, l’ensemble de la Montérégie constitue la plus grande et la plus fertile des régions du Québec. Un territoire comprenant 200 municipalités, 15 MRC, près du quart de la population du Québec, le tiers des fermes du Québec, traversé par les grandes rivières du Richelieu, de la Yamaska et de la Châteauguay,

découpé par les collines montérégiennes et longeant la rive sud du fleuve de Valleyfield à Sorel. » — Y a-t-il un avenir pour les régions ? Un projet d’occupation du territoire de Roméo Bouchard (Écosociété, 2013, p. 241). Durant les années 1850 et 1930, le Québec vivait une saignée de sa population au profit de la Nouvelle-Angleterre. Pour donner une idée, au tournant des années 1900, il y avait environ 600 000 francophones qui vivaient en NouvelleAngleterre alors que la population du Québec était à peine de 1,6 million. Cette « saignée » coïncida avec la naissance de l’industrie de pâtes et papiers. Le gouvernement sauta sur l’occasion pour favoriser l’enracinement des « Canadiens » (alors les francophones) à la terre par l’agriculture. L’industrie papetière naissante offrait non seulement de l’emploi aux agriculteurs pendant la saison morte, mais apportait au gouvernement de nombreux capitaux qui faisaient alors défaut. De plus, c’était une industrie parfaitement adaptée aux zones considérées moins accessibles. Elle représentait donc une occasion en or pour promouvoir la colonisation des régions et « garder son monde » face à l’attrait des manufactures étasuniennes. Rapidement (1910), il fut aussi décidé que tout le bois coupé sur les terres de la Couronne devait recevoir sa première transformation au Québec. Source : https://bit.ly/2KyPS27.


323


Chambly

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Roberge, Jean-François (CAQ) ministre@education.gouv.qc.ca Jean-Francois.Roberge.CHMB@assnat.qc.ca Ministre de l’Éducation Bureau de circonscription : 2 028, avenue Bourgogne Chambly (QC) J3L 1Z6

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 2 RIVIÈRE RICHELIEU DRAVEUR

324

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Richelieu

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


16 MONTÉRÉGIE

Rodolphe Girard (1879-1956) : Écrivain, journaliste et militaire québécois (canadien), il décède à Richelieu le 29 mars 1956. Le manuscrit de son œuvre majeure Marie Calumet (1904) est conservé à Bibliothèque et Archives Canada. Voici un extrait de ce roman qui fait de belles descriptions sur les cages venant de Kingston (pp. 240 à 243 disponible en ligne https://bit.ly/2THSpIO) : « Le train de bois flottait lentement. Une des scènes les plus originales et les plus typiques du Canada est peut-être la descente du fleuve et des rapides en train de bois, ou pour employer le terme du métier, en cage. C’est là un mode de transport connu dans aucune autre partie de l’univers. L’industrie du bois est chez nous, on le sait, l’une des plus grandes ressources du pays (…) Un train de bois a en moyenne une superficie de 300 pieds par 64, mais il est formé de petites cages au nombre de cinq ou six que l’on appelle drames, reliées entre elles par de gros câbles. Ce train de bois a environ quatre pieds d’épaisseur de billes ou de plançons enchevêtrés les uns dans les autres, et retenus par de fortes branches de merisier, un pied seulement surnageant au -dessus de l’eau. Sur chaque drame est un mât d’une dizaine de pieds de hauteur, auquel on hisse une voile, lorsque la brise se fait sentir. Ces

Chambly

mâts sont, parfois, d’une grande utilité, lorsque les drames sont submergés dans la descente des rapides. Alors les cageurs s’y attachent. » Nos cageux sont décrits comme des Ulysse, ce héros de la mythologie grecque qui a requis aussi de se faire attacher au mât pour ne pas sombrer ! Rodolphe Girard écrit dans le journal La Presse : « J’ai eu le privilège de sauter les rapides de Lachine sur une cage, ou train de billes de bois, sous le commandement du fameux Aimé Guérin. Ce devait être son dernier voyage. M. Guérin était alors âgé de 71 ans. » Source : https://bit. ly/3hYU9cs. Société d’histoire de la Seigneurie de Chambly (https://www. histoireseigneuriechambly.org/) : Paul-Henri Hudon, membre de la SHSC, signe en 2008 la chronique historique titrée « Les périlleuses besognes des cageux de bois ! » dans le Journal Le Montérégien. Hudon évoque la présence de radeaux sur la rivière Richelieu dès le XVIIIe siècle sous le régime français, sans nier l’importance que prendra l’industrie forestière après la Conquête de 1759-1760. La rivière Richelieu est certainement la plus ancienne route fluviale utilisée par les cageux,

ces mariniers atypiques qui pilotaient, sous le commandement d’un maître de cages, la cage vers le port de Québec. Voici ce que l’auteur en dit : « Dignes d’une médaille olympique, hardis et courageux comme pour des performances athlétiques, les meneurs de cages en ont accompli des exploits. Des prouesses ignorées, qui valent bien celles des surfeurs hawaïens modernes, qui défient les eaux traîtresses. Il faut imaginer leur long et lent chemin depuis le lac Champlain jusqu’au port de Québec, au moment des hautes eaux, au défi des tempêtes de vent, bravant les accidents et les noyades (…) Quel spectacle ce devait être de les voir affronter les rapides de Chambly, ramer à travers les remous, les écueils, les rochers, les tourbillons ! Relier des cages de 75 pieds de long pour former des trains de bois impressionnants. Dormir sous la cahute humide et branlante, se nourrir de lard et de patates. Dériver pendant des jours et des nuits sur le Saint-Laurent, malgré les vents contraires, les courants. » Découvrez ici une illustration ancienne réalisée vers 1840 par l’artiste anglais Adolphus Bourne (1795-1886) qui montre des radeaux sur le Richelieu : https://journallemonteregien.com/ les-perilleuses-besognes-des-cageux-de-bois/. 325


Chambly Canal de Chambly (1831-1843) longeant la rive ouest de la rivière Richelieu, aujourd’hui important site historique : La construction du canal de Chambly fut autorisée en 1818 par le gouvernement du Bas-Canada. Il avait pour but de contourner les tumultueux rapides et de franchir une dénivellation importante entre le Haut-Richelieu et le bassin de Chambly. Les travaux débutèrent en 1831 pour se terminer en 1843. Long de près de 20 kilomètres et comportant neuf écluses, le canal joua un rôle important pour le transport du bois par barge au XIXe siècle. Vous pouvez admirer une photographie ancienne montrant deux barges chargées de 115 cordes de bois de pulpe approchant de Saint-Jean et touées par des chevaux à la page 211 du livre Histoire du Richelieu–Yamaska–Rive-Sud (https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2457489). Avant la construction du canal, les cageux pilotant les radeaux de bois devaient affronter les rapides du Richelieu devant Chambly, tel qu’il est possible de l’observer sur cette gravure ancienne de Charles Crehen diffusée vers 1841 par Adolphus Bourne : https://collections. banq.qc.ca/ark:/52327/1996414. Dès son ouverture, le canal de Chambly subit toutefois une rude concurrence de la part du chemin de fer La Prairie–Saint-Jean (p. 212, Histoire 326

du Richelieu– Yamaska–RiveSud, IQRC, 2001). Où sont passés tous les raftsmen ? « Ces Montferrands, ces MacPherson, ces Guérin, ces MacMillan, ces Charbonneau, ces O’Connor… À la fois bûcherons, draveurs et raftsmen, issus d’une race surhumaine, debout sur les rivières en colère aux écumes glacées pour débloquer la jam et souvent y laisser leur vie, ces maîtres de nos forêts ont immortalisé le courage légendaire de nos ancêtres. » Nous saluons Unibroue qui a créé la Raftman en leur mémoire « pour que leurs fils s’en souviennent et qu’ils se souviennent aussi que malgré leurs querelles, ils savaient, le temps venu, concilier leurs différends et partager leur joie de vivre, autour d’une bière et d’un whisky. Ces raftsmen sont passés à l’Histoire… la nôtre. » Le premier pont Yule (1846-1847) dans la ville de Richelieu : Ce pont, sur le parcours de la route 112, surplombe la rivière Richelieu. Il relie le boulevard De Périgny, à Chambly, au boulevard Richelieu, à Richelieu. Le nom de cet ouvrage d’art rappelle John Yule (Chambly,

1812 - Montréal, 1886), fils de William Yule et de Philo Letitia Ash. Homme public important de la première moitié du XIXe siècle et dernier seigneur de Chambly-Est, John Yule a été administrateur de nombreuses entreprises. En 1841, il a été élu député du comté de Chambly, poste qu’il a quitté en 1843. Il a dirigé également la mairie de Chambly, de 1849 à 1872. C’est en tant que propriétaire d’une scierie qu’il propose, en 1846, de construire un pont en bois au-dessus de la rivière Richelieu, selon un plan américain. Le pont Yule a été inauguré le 1er décembre 1847, et évidemment reconstruit depuis. Pour la petite histoire, le premier pont « aurait coûté près de 30 000 $ il y a 170 ans. Le projet est majeur, car il est connu que le pont avait 6 piliers, une des arches aura au moins 100 pieds d’ouverture entre les piliers en plus de spécifications précises pour assurer la libre circulation des cageux. Pour une idée de l’importance de l’ouvrage, disons qu’un des ponts qui a remplacé le pont de bois mesurait plus de 800 pieds » (cf. C.T.Q., C.T.C. et http://www. toponymie.gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/Fiche. aspx?no_seq=353920 et http://pontscouverts. com/blogue/2016/03/10/les-traverses-dechambly/).


327


Châteauguay

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Chassé, MarieChantal (CAQ) MarieChantal.Chasse.CHAT@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 233, boul. Saint-Jean-Baptiste, Bureau 98 Châteauguay (QC) J6K 3C3

CAGEUX AXE FLUVIAL No 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

328

FLEUVE, LAC : • Fleuve Saint-Laurent • Lac Saint-Louis RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière Châteauguay

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


16 MONTÉRÉGIE

Châteauguay

Sur la route fluviale des cageux : En un temps où les chemins de terre n’existent presque pas, on développe un moyen de transport ingénieux pour que le bois puisse être amené à Québec. On fait un train de bois flottant constitué d’une série de radeaux. Les hommes qui mènent la cage sont désignés des « cageux ». Sawatis Aiontonnis (1840-1919) dont le nom signifie « il travaille le bois » : Né à Kahnawake, il est cageux, pilote, voyageur et joueur de crosse mohawk. Le jeune Raientonni (son nom deviendra plus tard Aiontonnis) cultivait les valeurs traditionnelles de courage et d’intrépidité attribuées à ses ancêtres et cherchait des occupations correspondant à ces valeurs. Les métiers de voyageur, guide, guerrier, cageux et pilote étaient alors les plus prisés par les jeunes Mohawks. Ses connaissances des cours d’eau difficiles, spécialement des rapides de Lachine situés en face de son village, firent de lui un excellent cageux pour la descente des radeaux de bois (ou cages), de même qu’un des plus fameux pilotes de bateaux à vapeur sur le Saint-Laurent, entre Montréal et l’Ontario, pour diverses compagnies de navigation. Aiontonnis est connu pour sa taille imposante,

peu près la même qu’auparavant » (traduction de Résonance Canada). Il est possible de consulter la carte des lignes du chemin de fer du Grand Tronc et ses liaisons à http:// collections.musee-mccord.qc.ca/fr/collection/ artefacts/M930.50.1.72.

6 pieds, 5 pouces et ses exploits comme pilote de bateau à vapeur et de cage qui lui ont valu le surnom de Big John Canadian. L’auteur D. D. Calvin dans l’ouvrage autobiographique de l’empire familial A Saga of the St. Lawrence (1945, p. 79) évoque dans les souvenirs de Garden Island « que les Indiens de Kahnawake travaillaient pour la firme depuis le début des années 1840 (…) Le chemin de fer du Grand Tronc n’a été mis en service qu’en 1855. Cinquante ans plus tard, l’arrivée des cageux amérindiens, généralement au début du mois de mai, était encore l’un des événements marquants du calendrier de l’île ; elle montrait que le travail d’un autre été commençait. La routine consistant à les faire remonter de Kahnawake (en remplaçant la route ou le bateau à vapeur par le chemin de fer) était à

Rue Charles-Dickens à Châteauguay dans la MRC de Roussillon : Ce nom évoque la mémoire de Charles Dickens (1812-1870), écrivain britannique. Il est considéré par beaucoup comme le plus grand romancier de l’ère victorienne. Ses œuvres comme Oliver Twist (1839) ont joui d’une grande popularité de son vivant. Le grand Charles Dickens à la découverte de notre fleuve, écrit en 1842 dans American notes : « Je fus époustouflé de voir un gigantesque radeau flottant au gré du courant, avec 30 ou 40 maisonnettes à bord, et autant de mâts, de sorte que cela s’apparentait à une avenue pavée en bois sur le Saint-Laurent. J’ai vu beaucoup de ces trains de bois par la suite. Tout le bois qui est transporté sur le SaintLaurent est descendu de cette façon. Lorsque le radeau atteint son lieu de destination, il est démantelé, les matériaux sont vendus et les marchands reviennent en chercher d’autres » (traduction de Résonance Canada). 329


Huntingdon

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

IsaBelle, Claire (CAQ) Claire.IsaBelle.HUNT@assnat.qc.ca Bureaux de circonscription : 263, boul. Saint-Joseph Sainte-Martine (QC) J0S 1V0 5, rue Gale Ormstown (QC) J0S 1K0

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 2 RIVIÈRE RICHELIEU DRAVEUR

330

FLEUVE ET LAC : • Fleuve Saint-Laurent • Lac Saint-François RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Châteauguay • Rivière Richelieu

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


16 MONTÉRÉGIE

Lac Saint-François : C’est le nom de cette extension du Saint-Laurent, qui commence près de Cornwall et de Saint-Régis, et s’étend jusqu’à l’archipel d’Hochelaga, une distance de 50 km. La surface de ce lac est parsemée d’un grand nombre de petites îles. Cette voie maritime a été utilisée pendant 100 ans par les cageux du Sud dont on retient particulièrement le nom d’Aimé Guérin (1832-1909). Ce maître de cages surnommé Le Vieux Prince avait la réputation méritée d’être « le meilleur d’entre eux ». Vous pouvez examiner de près ce splendide portrait de Guérin dans le fonds de Bibliothèque et Archives Canada : https://bit.ly/2UrYxVH. Nous évoquons un extrait de ce vieux routier du fleuve, le marchand de bois et transitaire Dileno Dexter Calvin (1798-1884) : « Les difficultés et pertes vraiment sérieuses, lors de la progression des grands radeaux en amont de Montréal, étaient pratiquement toutes dues au mauvais temps. En effet, le temps était une préoccupation constante ; naturellement, puisque le commerce du bois carré se faisait à l’extérieur — dans les forêts, sur les lacs, à Garden Island ou sur le fleuve. Les lettres adressées à l’entreprise par les différents agents, capitaines et travailleurs forestiers, ainsi que les lettres de l’entreprise elle-même sont remplies de notes sur la météo — les dégels qui ont empêché le halage dans les bois, et les coups de vent qui ont gêné le flottage des cages. » N’était pas cageux qui le voulait et faire partie de ce corps

Huntingdon de métier vigoureux apportait une grande fierté. « Comme les cages elles - mêmes devaient résister à de nombreux chocs et épreuves, les hommes qui les faisaient descendre le long fleuve avaient appris tout ce qu’on pouvait savoir sur ce travail pittoresque et souvent dangereux, et ils étaient fiers, à juste titre, de leur propre expertise » (Extrait de A Saga of the St. Lawrence, 1945, pp. 77 et 102 ; traduction de Résonance Canada). Kanatakon, nom mohawk du village de Saint-Régis situé sur la réserve autochtone d’Akwesasne : Situé en aval du célèbre et terrifiant « Long Sault », ce lieu est identifié formellement, Indian Village of St. Regis, sur la carte panoramique longue de 9 pieds que l’on retrouve dans le livre ancien rare, de 1857 de Wm. S. Hunter (Hunter's panoramic guide from Niagara Falls to Quebec) publié par Jewett (Boston et Cleaveland) quelques 10 ans avant la naissance de la Confédération canadienne. L’auteur ajoute que le Long Sault est « la partie la plus excitante de la traversée du SaintLaurent » et « les eaux déferlantes présentent l’aspect furieux de l’océan dans une tempête ». C’est un « continuum rapide de neuf milles » divisé au centre par un archipel. Le passage dans le chenal sudest très étroit et la vitesse du courant est tel qu’un radeau peut dériver à 22 km/h. « À la différence du tangage et du ballottement ordinaires en mer, la dénivellation des eaux procure une sensation tout à

fait inédite, et est en fait au service d’un danger dont l’imminence est mise en valeur dans l’imaginaire par le formidable grondement du courant qui s’engouffre tête baissée et bouillonne. Il faut beaucoup de nerf, de force et de précision dans le pilotage, pour maintenir la tête d’un bâtiment droit dans la course du rapide ; car s’il divergeait le moins du monde, en présentant son flanc au courant, ou s’il s’agrafait, comme le dit l’expression maritime, il serait instantanément chaviré et submergé (…) Voici la région des audacieux cageux, dont les mains exigent un courage et une habileté infinis ; et malgré les deux, des pertes de vie surviennent fréquemment. » Nous vous invitons à découvrir cette aquarelle de 1849 alors qu’un radeau traverse cette zone turbulente : https://bit.ly/39awNgE. Les Mohawks ont été des leurs. Dans A Saga of the St. Lawrence (1945, p. 77 ss), l’auteur D. D. Calvin qui a été le plus important marchand de bois carré assemblé en cages du côté de Kingston rapporte : « Il est clair, cependant, que dès le début de l’activité de l’île, les cageux permanents de Garden Island étaient français, et les hommes qui descendaient la rivière en radeau étaient soit français, soit amérindiens. » Rappelons que le territoire d’Akwesasne incorpore une partie du Saint-Laurent, les embouchures des rivières Raquette et Saint-Régis, et un certain nombre d’îles dans ces eaux. 331


Iberville

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Samson, Claire (PC) Claire.Samson.IBER@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 327, 2e Avenue Saint-Jean-sur-Richelieu (QC) J2X 2B5

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 2 RIVIÈRE RICHELIEU DRAVEUR

332

RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière du Sud • Rivière Richelieu • Rivière Yamaska

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


16 MONTÉRÉGIE

La forêt canadienne et les besoins en bois pour la construction d’un navire : L’empire colonial de la France, au milieu du XVIIIe siècle, s’étendait de la région du golfe Saint-Laurent jusqu’aux confins des terres découvertes à l’Ouest et s’allongeait, du nord au sud, de la baie d’Hudson au golfe du Mexique. Il couvrait ainsi les rives du Saint-Laurent, le pourtour des Grands Lacs, la plaine centrale de chaque côté du Mississippi et englobait toute la région du lac Champlain. On peut dire que la première route fluviale des cageux se trouvait justement à être la rivière Richelieu. Voici ce qu’en dit Charles Lussier, géographe : « En Nouvelle - France, à partir de 1743, un géosystème de chantiers de coupes de bois de Marine se développa principalement dans les chênaies et les pinèdes riveraines blanches et rouges des vallées argileuses du lac Champlain et du Richelieu. Ces bois d’exception étaient transportés par petits cajeux jusqu’aux rapides de Chambly, pour ensuite être transférés sur de plus grands cajeux descendant les eaux calmes jusqu’à Québec. Contrairement à des billes, des madriers ou des planches droites, le bois de Marine était composé de segments de fourches d’arbres, de branches ou de troncs courbés, ce qui devait être laborieux à mettre en place pour le flottage. » (cf. article La construction navale en Nouvelle-France 1739-1759. Partie 2 : La production de vaisseau de ligne à Québec, Magazine Progrès forestier, AFSQ, printemps 2020, pp. 38-39). Historien et professeur émérite de l’Université Laval, Jacques Mathieu précise que les cajeux étaient de deux dimensions, selon les difficultés ou les facilités du cours d’eau. Un

lberville

grand cajeux mesurait de 40 à 50 pieds [12 à 15 m] de long par 15 ou 20 [5 à 6 m] de large et portait deux rangs de pieux ; un petit cajeux, de moindre dimension, ne portait qu’un rang de pieux. Les bois tirés de la région du lac Champlain amorçaient leur descente en petit cageux ; une fois passé le rapide de Chambly, les ouvriers les assemblaient pour les rendre à Québec » (cf. La construction navale royale à Québec 1739-1759, Société historique de Québec, cahier d’histoire no 23, 1971, p. 38). Le flottage sur le Richelieu à partir du lac Champlain se fera pendant plus d’un siècle, car il se poursuivra aussi sous le régime britannique. Admirez cette gravure ancienne de 1850 illustrant un train de bois carré dont les voiles sont gonflées par le vent : https://adirondack. pastperfectonline.com/webobject/59380FA5099A-409C-BA2D-271153140297. Des cajeux aux cages, l’héritage industriel en foresterie : Selon le chef de la construction navale royale et inspecteur des bois et forêts au Canada René - Nicolas Levasseur (http://www.biographi.ca/fr/bio/levasseur_ rene_nicolas_4F.html), le flottage du bois ne constituait pas une méthode idéale pour préserver le bois et il recommanda vers 1751 de les charger à bord de chalands après les rapides de Chambly. « Cette proposition resta sans lendemain. D’ailleurs Levasseur se trompait ; le flottage du bois présentait un grand avantage, car l’eau remplaçait la sève et permettait un séchage plus rapide, sans en diminuer la qualité » (Id., J. Mathieu, p. 39). À cette époque la région du Haut-Saint-Laurent recelait de

belles zones forestières, mais les nombreux rapides et chutes semblaient rendre le flottage du bois impraticable. Après la Conquête (1759), l’Angleterre ne tarda pas à venir s’approvisionner en bois au Canada suite au blocus de Napoléon. Le premier train de bois lancé sur l’Outaouais le 11 juin 1806 est nommé Columbo. Deux mois plus tard, soit le 12 août 1806, ce train de bois équarri conduit par Philemon Wright accoste à l’anse aux Foulons, à Québec. Par la suite, de nombreux entrepreneurs forestiers s’inspirent de Wright et acheminent des trains de bois assemblés principalement sur l’Outaouais, à l’embouchure de rivières comme la Gatineau, la Coulonge, la Lièvre, la Blanche et la Petite Nation. En 1886, 80 % de tout le bois récolté au Québec proviendra de l’Outaouais. Soulignons qu’une cage constituée de 150 à 200 radeaux, pouvait mesurer 60 m de largeur sur 500 m. L’assemblage de la cage, son démantèlement à l’approche de chacun des grands obstacles naturels comme des rapides ou des chutes, puis le réassemblage des radeaux en aval de ceux-ci exigeaient un travail de tous les instants de la part des hommes de cages. L’invention de Ruggles Wright, en 1829, d’un glissoir capable de faire passer un radeau entier de 8 m de largeur sur 18 m (appelé cribe) pour contourner les obstacles a un énorme impact sur l’industrie du bois. La construction de glissoirs similaires tout le long de l’Outaouais va générer une énorme expansion de ce commerce (cf. pp. 172 - 173 du document). Vers 1830, avec ses 8 000 travailleurs forestiers, l’Outaouais est réputé être l’un des plus importants producteurs de bois au monde. 333


La Pinière

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Barrette, Gaétan (PL) Gaetan.Barrette.LAPI@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 6 300, avenue Auteuil, Bureau 425 Brossard (QC) J4Z 3P2

CAGEUX AXE FLUVIAL No 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

334

FLEUVE, CANAL : • Fleuve Saint-Laurent • Canal de la Rive-Sud

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


16 MONTÉRÉGIE

Un feu brillant sur le train de bois carré : Les radeaux se déplaçaient nuit et jour entre les Grands Lacs ou l’Outaouais et Québec. Ils devaient être visibles sur les lacs, les rivières et le fleuve Saint-Laurent. Selon Jean Provencher, de mai à octobre, les cages sont si nombreuses sur le fleuve qu’au cours du XIXe siècle la loi oblige les cageux à entretenir un feu brillant pour signaler leur présence durant la nuit (Les quatre saisons dans la vallée du SaintLaurent, Montréal, Boréal, 1988, p. 142). Voici ce que dit l’article de loi en 1845 : « Et qu’il soit statué, qu’il sera du devoir impérieux des propriétaires ou constructeurs de cages d’entretenir un feu brillant durant la nuit, lorsque les cages seront en mouvement ou descendront sur aucune des rivières navigables de cette province, à peine d’être sujet à payer une amende n’excédant pas dix livres courants, après conviction devant deux des juges de paix de Sa Majesté » (Statuts provinciaux du Canada, 8e Victoria, c. 49, 1845 : Acte pour régler l’Inspection et le Mesurage du Bois de Construction, des Mâts, Espars, Madriers, Douves, et autres articles de même nature, et pour abroger un certain acte y mentionné, art. 31). Cependant, comme le dit l’historien Denis Gravel, il n’est pas si facile de maintenir un feu allumé en toute sécurité sur un radeau constitué de bois. Par contre, il fallait signaler sa présence sur les cours d’eau durant la nuit

La Pinière

pour éviter des accidents. L’utilisation d’un cornet pour se faire entendre est un bon moyen pour signifier sa présence. Les codes diffèrent selon les pays, notamment sur les Grands Lacs à la frontière canado-américaine (The Quebec Chronicle, 9 juillet 1902, p. 2). Nous vous invitons à découvrir ce splendide tableau, signé Frances Anne Hopkins (18381919), où l’on aperçoit une cage circulant la nuit sur le fleuve : https://bit.ly/3350Gvh (Timber Raft on the St. Lawrence, collection du Royal Ontario Museum, inventaire no 962.37). Des écrits notoires sur les cageux par un Frère de l’Instruction chrétienne (FIC) : Docteur en histoire, Henri Gingras (19101979) est l’auteur de plusieurs manuels d’histoire du Canada, de biographies et de monographies paroissiales. Mieux connu sous

son nom de plume Guy Laviolette, il publie en 1974, Cap-Rouge 1541-1991, 450 ans d’histoire dont nous tirons ce passage alors que les cageux (raftsmen) ont franchi les rapides, ils « assemblent les petits radeaux pour en faire des grands, longs de 150 à 200 pieds qu’on a si bien dénommés les trains de bois, unis au moyen de longues perches, de harts flexibles et tordues, de chevilles et de clameaux. Chaque train de bois peut compter de cinquante à cent hommes d’équipage qui se reposeront à tour de rôle puisque le voyage va durer plusieurs jours. C’est pour cela qu’on a disposé de petits abris, genre des cabanes à chiens, pouvant permettre à deux hommes d’y dormir à la fois. On note également au centre une cuisine et une salle à manger ; des tonneaux vides et fermés hermétiquement pour tenir l’équilibre de la cage, et enfin des voiles entre les deux perches pour hâter la marche les jours de bon vent favorable » (p. 37). H. Gingras est né à SaintUbald (comté de Portneuf) le 16 juin 1910. Il est membre de la communauté des Frères de l’Instruction chrétienne (nom de religion Achille) à compter de 1926. Son décès survient le 17 septembre 1979 dans un hôpital de Québec. Il est à noter que H. Gingras a cumulé le poste de Supérieur provincial du district Christ-Roi (région de Québec) de 1960 à 1966 (Archives FIC, La Prairie). 335


Laporte

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Ménard, Nicole (PL) Nicole.Menard.LAPO@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 228, rue de Woodstock Saint-Lambert (QC) J4P 3R5

CAGEUX AXE FLUVIAL No 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

336

FLEUVE : • Saint-Laurent

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


16 MONTÉRÉGIE

Le pont Victoria, une entrave à la navigation des cages : Nous savons fort bien que la principale entrave à la libre circulation des billots de bois, selon la méthode des cages, est les rapides. Or, pour l’historien Denis Gravel une autre entrave à la navigation vient s’ajouter au fil des ans : le pont. Il précise que les entreprises de transport du bois s’inquiètent de la présence des ponts à cause de possibles accidents. Les plans du pont Victoria prévoient donc l’élévation des arches et l’espace entre les piliers pour ne pas nuire, entre autres choses, au passage des cageux. Néanmoins, en 1870, la violence des vents précipite un radeau monté par 16 hommes sur un des piliers du pont Victoria. Des gens ayant aperçu les malheureux sautent dans leur chaloupe pour aller secourir certains d’entre eux. Des employés du Grand-Tronc qui se trouvent à proximité portent secours à ceux réfugiés sous le pont en leur jetant des câbles. Deux victimes furent ainsi repêchées en quelques minutes (Le Journal de Québec, 29 octobre 1870, p. 2). Admirez cette œuvre ci-devant de S. Russel datant de 1860, en plus de découvrir cette autre gravure sur papier de John Henry Walker (1831-1899) où les cageux négocient le passage d’une cage en bois carré entre les piliers du pont Victoria : http://collections.musee-mccord.qc.ca/fr/ collection/artefacts/M991X.5.244.

Laporte

Des provisions et des marchandises à bord des cages : Comme le trajet durait plusieurs semaines, « les cageux transportaient des cordages, des chaînes et des ancres pour l’amarrage, de même que des canots et des provisions de route, et même des produits agricoles destinés aux marchés situés le long de leur route » (p. 189, Gens de métiers et d’aventures, Jeanne Pomerleau, 2001). Dans l’ouvrage Canadian Scenery Illustrated de 1842, Nathaniel Parker Willis (1806-1867) corrobore avec cette description : « Le bois (…) descend

le fleuve sous forme de radeaux, qui ont parfois une superficie d’un demi-acre. Quand le vent est favorable, les hommes qui conduisent ces radeaux y tendent dix ou douze voiles carrées ou, à d’autres moments, les conduisent à la perche ; ils y élèvent des petites maisons de bois, et c’est ainsi que l’ensemble formé par les familles, la volaille et, parfois même, du bétail constitue un véritable village flottant » (p. 127, vol. I, traduction de Résonance Canada). Observez la photo de la page 313 et repérez la poule blanche à bord. 337


La Prairie

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Dubé, Christian (CAQ) ministre@msss.gouv.qc.ca Christian.Dube.LAPR@assnat.qc.ca Ministre de la Santé et des Services sociaux Bureau de circonscription : 26, boul. Taschereau, Bureau 306 La Prairie (QC) J5R 0R9

CAGEUX AXE FLUVIAL No 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

338

FLEUVE, CANAL : • Fleuve Saint-Laurent • Canal de la Rive-Sud

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


16 MONTÉRÉGIE

La Prairie vent précipite dans les rapides de Lachine des radeaux de bois qui se retrouvent sur les îles aux Hérons et autres îlets adjacents ou encore sur les rivages. Le batelier Jos Vincent porte secours à 14 cageux. (L’Étendard, 4 mai 1891, ci-contre.) Les accidents dans les rapides de Lachine peuvent aussi s’avérer mortels. En 1907, La Presse déplore le décès de Lazare Delisle, un homme de 22 ans qui laisse sa jeune épouse et ses deux enfants. Il se trouvait sur l’un des radeaux qui cheminaient le long du chenal des rapides de Lachine (La Presse, 3 juin 1907, p. 16).

Dangers en eaux vives, à la une : Chaque année des accidents de travail ou des naufrages de cageux viennent assombrir le bilan des voyages le long du fleuve Saint-Laurent. Grâce aux recherches de l’historien Denis Gravel, on dénote que plusieurs incidents sont rapportés dans les journaux de l’époque.

Vers la mi-mai 1883, une cage de l’entreprise de John Calvin de Kingston qui devait se rendre à Québec frappe le roc dans les rapides de Lachine, près du lac Saint-Louis. Ses 60 occupants sont sauvés de justesse. La perte de la marchandise s’élève à 6 000 $ (Morning Chronicle, 15 mai 1883, p. 3). En 1891, le

La bande des 40 voleurs : Cette bande criminelle organisée surveillait les cages aux rapides de Lachine. Quand un radeau se disloquait dans la descente périlleuse et que ses bois à la dérive venaient s’échouer sur les rives, les membres de la bande se dépêchaient alors pour être les premiers à ramasser les énormes plançons avec l’intention de voler la marchandise (source : André Desrochers, cinéaste de Beauharnois). 339


La Prairie

Aimé Guérin, célèbre Laprairien (1832 -1909) : Il est le cageux le plus expérimenté et le plus respecté de son ère avec Jos Montferrand. Il a passé 56 ans à faire descendre vers Québec d’immenses trains de bois provenant du lac Ontario. Ce maître de cages pilotait chaque été jusqu’à 30 trains de bois, composés de cent drames (radeaux) chacun, pour le compte de la D. D. Calvin Company. Son habileté à descendre les rapides du Sault Saint-Louis (les rapides de Lachine) et sa capacité à se faire respecter des hommes de cages lui valurent d’occuper le poste de contremaître de 1875 jusqu’à son décès en 1909, à l’âge de 77 ans. On le surnommait Le Vieux Prince. Il est probable que la petite histoire à l’origine de ce surnom confonde à la fois la noblesse du caractère du personnage au fait qu’il était propriétaire de l’île du Seigneur qui jadis accueillait le moulin des Jésuites, seigneurs de La Prairie, où les cultivateurs allaient porter « leur blé et leur avoine comme l’exigeait leur statut de censitaire » (Id., p. 6). Cette île était à « l’origine une simple pointe

340

qui s’est détachée de la terre ferme par le creusage d’un canal » (p. 6, Journal de Sainte-Catherine, vol. 1, 75e anniversaire 1937-2012, consulté en ligne en février 2021 : https:// bit.ly/3s9c6bo). Homme de foi, ce maître de cages récitait toujours une prière avant de passer les dangereux rapides de Lachine. Cette anecdote rapportée dans les écrits de Léon-A. Robidoux (Les cageux, Montréal, Les Éditions de L’Aurore, 1974, p. 73) a été par la suite reprise maintes fois notamment par les auteurs Marcel Beaudet et Jean Martin (Historique des Rapides de Lachine - l’ancien Sault Saint-Louis, LaSalle, 1983, p. 28 ; Ville de Sainte-Catherine trois siècles d’histoire au pied des rapides - Sainte-Catherine, Ville de Sainte-Catherine, 1997, p. 27). Descendant d’Aimé Guérin, l’auteur Léon A. Robidoux lui a aussi consacré l’ouvrage intitulé Le Vieux Prince d’où nous tirons ce passage persuasif : « Aimé Guérin fut incontestablement le plus grand des cageux. Pendant toute sa carrière, le Vieux Prince fut un travailleur infatigable. Jusqu’à la fin, il donna le meilleur de lui - même : en route

vers Québec, il tomba malade à TroisRivières le 5 août 1909. On le ramena à Laprairie par train où il mourut le lendemain » (cf. p. 161, Collection historique Guérin littérature, 1988). Grâce à la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine (www.shlm. info), nous savons que sa sépulture repose au cimetière de La Prairie du chemin de Saint-Jean (Secteur F, rangée 07 b, no 14). Rendez - vous à la page 361 à la section « Centre municipal Aimé- Guérin » pour en apprendre plus ! Route Edouard-VII : Ce toponyme fait référence au roi Édouard VII (1841-1901), fils de la reine Victoria du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et du prince consort Albert de Saxe-Cobourg-et-Gotha, qui avait succédé à sa mère au mois de janvier 1901. Lors de sa visite officielle en 1860, l’adresse suivante aurait été faite au jeune prince par les cageux ou raftsmen aux glissoirs des chutes des Chaudières dans la vallée de l’Outaouais et qui a dû par son originalité certainement épargner Son Altesse Royale « de l’ennui de beaucoup de harangues officielles moins expressives (…) quoique plus étudiées : Nous, les gens des cages du HautOutaouais, formons un corps d’hommes qui s’élève au-delà de 13 000 ; nous sommes les os et les muscles du pays » (https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2640995).


341


Marie-Victorin

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Fournier, Catherine (ID) Catherine.Fournier.MAVI@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 182, rue Saint-Charles Ouest, Longueuil (QC) J4H 1C9

CAGEUX AXE FLUVIAL No 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

342

FLEUVE : • Saint-Laurent

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


16 MONTÉRÉGIE

Marie-Victorin

Une sorte de chorégraphie pittoresque : L’industrie du bois était devenue florissante au Canada lorsque le blocus de la Baltique par Napoléon dès 1806 a empêché l’Angleterre de se tourner vers la Russie pour s’approvisionner. « Le bois de nos forêts en apparence inépuisables était ainsi transmis aux Anglais à partir de Québec. Mais encore fallait-il réussir à faire parvenir la marchandise jusqu’à l’ancienne capitale. On faisait d’abord flotter des troncs d’arbres en provenance de diverses localisations dans les cours d’eau secondaires jusqu’à des points de rassemblement dans la région de Hull et à Kingston. Ensuite, les troncs étaient taillés en forme rectangulaire et réunis en radeaux. Ces derniers étaient enfin attachés les uns aux autres pour former les cages. De 1806 à 1907, celles-ci allaient descendre l’Outaouais et le Saint-Laurent en franchissant chutes et rapides. Les gens se rassemblaient sur le passage des cageux pour admirer leur adresse et venir à leur rencontre. Les dimanches après la messe, ils montaient parfois même sur les cages et pouvaient être invités à partager leur repas », nous explique l’organisme Héritage Laurentien (cf. https://www.heritagelaurentien. org/index.php/hl/historique). Dans le livre L’empire maritime Garden Island (1986) de Donald Swainson (1939-1998) publié en collaboration avec le Musée de la marine des Grands Lacs à Kingston, cet ancien

(p. 28, Swainson précité). Les voyages étaient longs durant les premières années, car seule la force du courant, des voiles et des rames faisait avancer les cages. Plus tard, on utilisa des remorqueurs ce qui permettait de gagner beaucoup de temps.

professeur de l’Université Queen’s explique que les cages « étaient l’un des plus gros objets fabriqués au XIXe siècle. Puisqu’une image vaut mille mots, complétons cet énoncé avec Adolphe-Basile Routhier (1839-1920) — auteur des paroles du chant patriotique canadien-français devenu l’hymne national Ô Canada — qui décrit ces immenses cages qui envahissent le fleuve « comme une imposante procession de navires, plus grands que les transatlantiques géants s’avançant avec lenteur sur les eaux tranquilles » (https://id.erudit.org/iderudit/11188ac). Descendre une cage jusqu’à Québec était une entreprise rude et périlleuse, mais également grisante. Passés les rapides de Lachine (anciennement Sault Saint-Louis) connus pour avoir été une source de difficulté et de défi pour de nombreux Voyageurs, et que tous les radeaux détachés préalablement étaient rendus en eaux tranquilles, « on les reformait en train de flottage et la descente se poursuivait »

Paul Chamberland (1939 - ), poète longueuillois : Né à Longueuil en 1939, Paul Chamberland est un incontournable de la scène poétique au Québec qui s’est vu décerner de nombreux prix dont le Prix Édouard J. Maunick en 1991 pour l’ensemble de son œuvre littéraire. Dans l’Encyclopédie canadienne, on décrit cet humaniste comme l’un des poètes québécois les plus iconoclastes des années 60 et l’un des essayistes les plus novateurs des années 70. Les livres de Chamberland publiés dans les années 80 poursuivent cette exploration du « délire résolument lucide » de ses œuvres précédentes. De 1991 à 2004, il a été professeur au département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. La poésie de Paul Chamberland reflète son engagement culturel et politique. Elle affirme le droit à faire de la condition des Canadiens francophones le noyau d’une identité (voire d’un nationalisme québécois) revendiquée avec force et non sans provocation. Chamberland a une facture très personnelle où son émotion donne un ton, un rythme et un visage. Chez lui, par exemple, 343


Marie-Victorin l’on s’aperçoit bien du fait que « le pays » est un thème qui entraîne la recherche d’une forme appropriée. « L’évolution en effet est radicale qui fait passer le poète de l’inspiration humanitaire et abstraite de Genèses, à l’engagement direct de Terre Québec où le pays est le thème principal, et au déchaînement de L’afficheur hurle où le pays devient le thème unique. Cependant même un poète aussi engagé que Chamberland n’a point parlé dès son premier recueil du pays et ce n’est qu’au troisième qu’a explosé la fureur de L’afficheur hurle » — Maximilien Laroche (1970), « Le pays : un thème et une forme », Voix et images du pays, 1 (1), pp. 99–119, https://doi.org/10.7202/600209ar. Dans Ce frémissement muet, il nous parle des innombrables vies sacrifiées où seule notre mémoire peut redonner fugacement une seconde vie sur cette Terre de mortels (https://www.lyrikline.org/fr/poemes/cefremissement-muet-6335) : Il y avait une place à table où tu n’es pas venu. Ce soir-là, qui sait, peut-être… mais pourrait-on espérer tenir ce que toujours reprend la vie courante ? 344

Centre de services scolaire Marie-Victorin à Longueuil : Quand on évoque l’ère des grands trains de bois du Canada, on porte naturellement intérêt au pin blanc. Nous vous invitons à prendre connaissance d’un tract écrit par le frère Marie-Victorin (1885-1944) en1934 et intitulé Sa Majesté le Pin. En voici un extrait : « C’est lui, le roi de tous  ! Robuste et balsamique, ses grands muscles de bois contractés dans la brise qui passe, vibrante, au travers des noirs pinceaux d’aiguilles, le Pin blanc fait tache sombre sur les horizons clairs de notre Laurentie, à moins que, ayant, aux jours anciens, conquis toute la terre autour de lui, il n’ait créé la multitude des fûts agiles, la grande forêt silencieuse, pavée d’or roux. Dédaigneux des sols gras où s’alimentent l’Orme bruissant et la force trapue du Chêne, sûr de pouvoir, de ses millions d’aiguilles,

puiser la vie aux vents chargés d’aromes et boire à la rosée du ciel, le Pin blanc plonge tout l’être subtil et fort de ses racines dans le sable aride redouté de ses frères. Ainsi arcbouté sur le ciel, et enté sur la terre, l’arbre immense est un élan, un élan magnifique et spontané, mais un élan retenu dans sa course par des attaches nécessaires et profondes ; c’est la surrection permanente d’un grand corps vivant hors de la matière inanimée et muette. Il est l’effort victorieux. Il est la Vie (…) Parfois le cône encore intact devient la proie des écureuils pillards qui s’entendent à merveille à le désarticuler et à extraire les graines. Mais ce voleur charmant, qui n’a d’autre but immédiat que, de remplir sa cache et de pourvoir à ses besoins, aide inconsciemment la nature à disséminer le Pin. »


345


Montarville

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Roy, Nathalie (CAQ) Nathalie.Roy.MOTA@assnat.qc.ca ministre@mcc.gouv.qc.ca Ministre de la Culture et des Communications Bureau de circonscription : 1 570, rue Ampère, Bureau 500 Boucherville (QC) J4B 7L4

CAGEUX AXE FLUVIAL No 2 RIVIÈRE RICHELIEU DRAVEUR

346

FLEUVE : • Saint-Laurent

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


16 MONTÉRÉGIE

Montarville Œuvre de Stanley Royle ornant la page 139 du livre Canada, the foundations of its future.

Les deux principales routes fluviales des cageux au XIXe siècle : Les hommes de cages, une fois le bois coupé et équarri, se préparent à le faire parvenir à bon port. L’auteur Léon Robidoux souligne qu’ « ils mènent sans interruption, de mai à septembre, de longues caravanes flottantes sur le Saint-Laurent » (p. 59, Les cageux, 1974). Deux parcours différents étaient empruntés par les cageux. Il y avait la voie fluviale empruntée par les cageux de l’Outaouais qui sillonnaient sur la rivière des Outaouais où des glissoirs à cages facilitaient le passage des chutes ou des rapides. L’autre partait du lac Ontario pour s’engager sur le fleuve Saint-Laurent et longeait la rive sud passant à la hauteur de Boucherville. Au-delà de l’île de Montréal, ces deux routes fluviales se soudaient jusqu’au port de Québec. Sur le trajet de Kingston à Québec par le Saint-Laurent, le pilote de cages Aimé Guérin avait atteint une certaine renommée. Originaire de Laprairie et surnommé Le Vieux Prince, il aurait dirigé des cages au service de l’entreprise D. D. Calvin pendant plus de 60 ans sans jamais perdre un homme ! Et il devait pourtant franchir sur son parcours nos fameux rapides de Lachine ! Pour ce secteur du fleuve des

plus complexes, Le Vieux Prince s’assurait d’engager des autochtones de Caughnawaga (Kahnawake), experts en la matière. Source : https://www.heritagelaurentien.org/ index.php/parc-des-rapides/historique-du-site. Découvrez de Frances Anne Hopkins (18381919) ce délicat tableau The Timber Raft peint vers 1868 (Bibliothèque Archives Canada) : https://bit.ly/2ZNSUEe.

Place Stephen-Leacock à Saint-Bruno-deMontarville : Ce nom rappelle le souvenir de Stephen Butler Leacock (1869-1944), écrivain, humoriste et spécialiste d’économie politique, l’un des pères fondateurs de la littérature canadienne. Professeur émérite de l’Université McGill, il a été nommé chef du département d’économie et de sciences politiques en 1908. Il a occupé ce poste jusqu’à sa retraite en 1936. Le professeur Leacock a publié une quarantaine de volumes sous la forme d’essais, de biographies, d’histoire, d’économie, de sciences politiques et de satire. Il signe en 1942 Canada, the foundations of its future, une édition luxueuse limitée de la maison Seagrams que Samuel Bromfman honore de sa préface. Rien n’est laissé au hasard, on crée un objet d’art rehaussé de dorure et d’illustrations inédites. Outre sa valeur littéraire et historique, ce livre est un bel exemple du savoir-faire canadien, d’autant plus que deux méthodes d’impression très différentes ont été utilisées pour sa production. Le corps du livre est imprimé avec une typographie à deux couleurs, la couleur secondaire étant également utilisée pour les notes en marge. On a inséré à la main les illustrations noir et blanc imprimées 347


Montarville

séparément par lithographie, tout comme les planches polychromes. Les armoiries du Dominion du Canada sur la page couverture sont imprimées en quadrichromie. La richesse artistique qui se dégage de ce livre est cohérente avec l’importance de la thématique historique traitée. La page 139 est occupée entièrement par une œuvre représentant une scène printanière où trois draveurs, armés de leur gaffe, s’attardent en amont d’un rapide pour dégager quelques billots prisonniers d’un embâcle de glace. Voici un extrait de la page précédente : « Pendant des décennies, le bois équarri a été roi. Lorsque Napoléon a fermé les portes de la Baltique, il a contribué à la fortune des barons 348

du bois anglo-américains. Avant la guerre de 1793, le bois colonial ne fournissait qu’un pour cent du marché britannique ; en 1824, il en fournissait les trois quarts. Les camps de bûcherons, précurseurs à l’établissement des villages, s’ouvrent et se multiplient (…) Les bois descendaient sur les rivières à la première drave pour être regroupés en énormes trains de bois, longs d’un quart de mille chacun, sur le lac Ontario, déboîtés de nouveau en haut des rapides, reformés en aval de Montréal et ainsi de suite jusqu’à Québec (…) En GrandeBretagne, on transportait du bois équarri, des mâts, des douves, des planches et des barils. Même après la guerre napoléonienne,

la préférence douanière, par rapport aux pays baltes, a conféré à l’industrie canadienne une avance déterminante. Cette préférence, sous l’impulsion du libre-échange, a été réduite en 1843 et disparut en 1860  » (Traduction de Résonance Canada). La société Résonance Canada ayant en bibliothèque un exemplaire unique de ce livre rare qui a été dédicacé par S. Bronfman à l’honorable Louis - Alexandre Taschereau, exprime sa volonté de déposer une demande de reconnaissance d’un bien meuble culturel au M.C.C.Q. pour faciliter aux chercheurs et aux spécialistes l’accès à cette ressource patrimoniale à travers le Québec.


349


Richelieu

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Émond, Jean-Bernard (CAQ) Jean-Bernard.Emond.RICL@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 50, rue du Roi, Bureau 100 Sorel-Tracy (QC) J3P 4M7

CAGEUX AXE FLUVIAL No 2 RIVIÈRE RICHELIEU DRAVEUR

350

FLEUVE : • Saint-Laurent RIVIÈRES PRINCIPALES : • Rivière Richelieu • Rivière Yamaska

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à tilleul


16 MONTÉRÉGIE

Richelieu Scapulaire représentant la Vierge portant le Cœur Immaculé sur sa poitrine. (Musée des religions du Monde - Répertoire du patrimoine culturel du Québec)

La corne de brume de la première trilogie de Louis Caron : D’origine soreloise, Louis Caron est journaliste, romancier, conteur et scénariste québécois. Son seul regret, c’est de ne pas avoir pu suivre le chemin tracé par ses ancêtres qui ont bâti 111 églises, mais ses nombreux lecteurs et admirateurs vous diront qu’il a construit une cathédrale d’œuvres littéraires ! Comme dans son livre Le Canard de bois, il insiste pour dire que dans sa trilogie Les Fils de la liberté, il n’a pas pris de grandes libertés avec l’Histoire. Le protagoniste Tim Bellerose tente sa chance en plein Wood Rush : il obtient droit de coupe dans le Haut-Outaouais, recrute une quinzaine d’hommes pour son chantier et fait le pari de faire flotter lui-même son bois équarri jusqu’à Québec en espérant en tirer un plus grand profit. « L’équipe de Tim bûcha tout l’hiver. Un arbre après l’autre, à s’en faire péter le cœur (…) Équarrir à la main ne se faisait plus. Les scies à vapeur, verticales ou rondes, fonctionnaient depuis belle lurette. C’était pitié de voir un homme, au fond de la fosse,

tenir à deux mains le manche d’une longue scie à dents qu’un autre actionnait, en haut, sur le bâti : monte, descend, tire, pousse, toute la journée, sur les quatre faces de la bille. Le temps qu’on vienne à bout d’une seule pièce, ils en avaient produit vingt au moulin (…) La seule musique qui doit vous intéresser, c’est celle de la scie dans le bois. Les hommes empilaient le bois carré à côté de leur fosse, les billes ne finissaient plus de descendre la forêt (…) On venait d’entrer dans le mois d’avril. Le patron avait hâte d’assembler son radeau. » Et, pour la suite, faite comme nous, dévorez page après page cette trilogie les soirs d’hiver ! Les trois tomes sont disponibles pour prêt à la Grande Bibliothèque, Montréal. Des scapulaires pour cageux : En 1868 un événement particulier attire l’attention des Sorelois et Soreloises. Comme nous l’explique l’historien Denis Gravel, La Gazette de Sorel (7 octobre 1868, p. 1) cite le cas d’un gaillard

qui a dû son salut à la Sainte Vierge invoquée en pressant son scapulaire sur son cœur. Par la suite, plusieurs de ses confrères de travail se sont présentés au couvent situé à proximité du lieu du naufrage pour demander des scapulaires. Ainsi, c’est 600 scapulaires qui furent distribués en moins de deux mois. Les religieuses avaient le souhait de voir flotter la bannière du Cœur de Jésus sur les immenses trains de bois. Aussi, pour l’année suivante, les religieuses proposent l’entrée des cageux dans l’Association du Sacré-Cœur avec pour objectif d’abolir le blasphème. C’est 300 cageux qui s’enrôlent de cette manière, la crainte d’être emportée par les flots est forte. Le chant des cantiques remplacerait celui des chansons triviales. Ce faisant les cages n’ont pas eu d’accidents l’année suivante. L’histoire ne dit pas si la sécurité s’est poursuivie au fil des années avec les prières ! 351


Richelieu

Charles Gill (1871-1918) : Né à Sorel, c’est un poète, conteur et peintre québécois. En 1896, il deviendra professeur de dessin à l’école normale Jacques-Cartier et membre de l’École littéraire de Montréal qu’il présidera en 1912. En 1919, sa sœur Marie Gill publia ses poésies en deux volumes : Cap Éternité et Les étoiles filantes. Les rues Charles-Gill que l’on retrouve dans L’Ancienne-Lorette, Trois-Rivières, Sainte - Julie, Laval et Montréal s’inscrivent dans une thématique odonymique retenant les noms d’auteurs et d’historiens québécois. Voici un extrait du poème Le Cap Éternité où il interpelle directement les cageux qui sont autant de Montferrand qui pilotent les immenses radeaux et cages du Saint-Laurent :

352

Puis vinrent les héros dont notre race est fière Le chevalier sans peur et le missionnaire, En passant dans son ombre ont découvert leur front Puis survint le radeau du rude bûcheron Devant qui s’inclinait la forêt séculaire ; Et naguère enfin parurent les voiliers Qui flottaient sur la vague, emportés par les brises Comme des oiseaux noirs aux grandes ailes grises.

Rivière Yamaska : Dans les années 1830, on commerce par cette route fluviale notamment du bois carré. Par exemple « le marchand québécois Peter Patterson fait descendre de 20 000 à 50 000 madriers, 5 000 billots et des milliers de pieds de bois équarri par année. Mais les nombreux rapides de la Yamaska constituent une entrave pour ce commerce et les résidants, tout comme les municipalités riveraines, multiplient les requêtes en faveur de l’aménagement de la rivière. En vain ! La canalisation de la Yamaska, de même que plusieurs autres projets de canaux, comme ceux de Kahnawake – Saint-Jean ou de La Prairie– Saint-Jean, de Saint-Hyacinthe– Saint-Denis ou de la baie Missisquoi–rivièredu-Sud sont longuement débattus, mais ils ne voient jamais le jour. » (p. 212, Histoire du Richelieu–Yamaska–Rive- Sud, Institut québécois de recherche sur la culture, 2001).


353


Saint-Hyacinthe

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Soucy, Chantal (CAQ) Chantal.Soucy.SAHY@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 2 685, boul. Casavant Ouest, Bureau 215 Saint-Hyacinthe (QC) J2S 2B8

DRAVEUR

354

RIVIÈRE : • Rivière Yamaska

DOMAINES BIOCLIMATIQUES : • Érablière à caryer • Érablière à tilleul


16 MONTÉRÉGIE

Saint-Hyacinthe

Avenue Sylva-Clapin à Saint-Hyacinthe : Ce nom rappelle la mémoire du Maskoutain Claude Sicard (1853-1928), mieux connu sous le nom de Sylva Clapin, journaliste, libraire, essayiste, linguiste québécois et traducteur. De 1885 à 1889, il est libraire-éditeur à Paris. Au cours de ce séjour, il découvre l’intérêt des Français pour le Canada français. À son retour, il publie La France transatlantique : le Canada. Par la suite, il publie Histoire des États-Unis, depuis les premiers établissements jusqu’à nos jours, 1900 et Dictionnaire canadien-français ou Lexique-glossaire des mots, expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants…, 1894. Il définit ainsi l’expression radeau de bois : « Train flottant hors océan, composé de sections détachables qui comprennent des billots et des madriers équarris, retenus par des chevilles de bois ou des chaînes de fer. » Découvrez cette ancienne carte gravée par John Henry Walker du XIXe siècle de Saint-Hyacinthe : http:// collections.musee-mccord.qc.ca/fr/collection/ artefacts/M930.50.7.677.

Emma-Adèle Lacerte (1870-1935) : Née à Saint-Hyacinthe, Madame A. B. Lacerte s’établit en 1891 à Ottawa, ce fief notoire des cageux. Pionnière de la littérature pour la jeunesse au Canada français qui a aussi grandement contribué au théâtre canadien, on dit de cette auteure prolifique et industrieuse qu’elle a « une imagination réellement créatrice, féconde ; un tour d’esprit ingénieux, alerte, en quelque sorte ailé. Elle dramatise, elle sait mettre en scène, faire agir et parler ses personnages. Ses héros sont vivants, nerveux, comme son style. » On lui doit, entre autres, les romans Le Spectre du ravin (1924), Roxane (1924), Le bracelet de fer (1926), les contes À la poursuite d’un chapeau (1932) où son goût de la vie active en plein air se manifeste par la mise en scène de radeaux, comme élément dramatique, tels que construits par les cageux audacieux qu’elle a pu observer elle-même tant sur le fleuve SaintLaurent que sur la rivière des Outaouais. Ci-contre, 1951 - Affiche Canada par Jean Marie Nabrin. Voir l’explication à la page 369. 355


Saint-Jean

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Lemieux, Louis (CAQ) Louis.Lemieux.SAJE@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 188, rue Longueuil Saint-Jean-sur-Richelieu (QC) J3B 6P1

CAGEUX AXE FLUVIAL NO 2 RIVIÈRE RICHELIEU DRAVEUR

356

FLEUVE : • Rivière Richelieu

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à tilleul


16 MONTÉRÉGIE

Rue Jules-Verne à Saint-Jean-sur-Richelieu : La popularité intemporelle de Jules Verne (1828-1905) en fait aujourd’hui l’un des auteurs les plus traduits sur la planète. Son œuvre se compose, entre autres, de 65 romans et de 18 nouvelles. Cet écrivain français est reconnu pour être l’initiateur du roman d’anticipation scientifique. Parmi les récits d’aventures de sa célèbre série Voyages extraordinaires, notons Famille Sans-Nom

Saint-Jean

(1889) qui se déroule durant la Rébellion de 1837. Nous relevons ce passage : « On appelle cages, en Canada, des trains de bois, composés de soixante à soixante-dix cribs c’est-à-dire de sections, dont l’ensemble comprend au moins mille pieds cubes. À partir du jour où la débâcle rend le fleuve à la navigation, nombre de ces cages le descendent vers Montréal ou Québec. Elles viennent de ces immenses forêts de l’ouest, qui forment une de ses inépuisables richesses de la province canadienne. Qu’on se figure un assemblage flottant, émergeant de cinq à six pieds, comme un énorme ponton sans mâts. Il est composé de troncs, qui ont été équarris sur les lieux mêmes par la hache du bûcheron, ou débités en madriers et en planches par les scieries établies aux chutes des Chaudières, sur la rivière des Outaouais. De ces trains, il en descend ainsi des milliers depuis le mois d’avril jusqu’au milieu d’octobre, évitant les sauts et les rapides au moyen de glissoires construites sur le fond d’étroits canaux à fortes pentes. » L’illustration ci-contre, tirée du même ouvrage, montre une scène typique à bord d’une cage. Construction navale à Québec pour le compte du roi de France de 1739 à 1759 : La vocation maritime a marqué profondément la vie et les institutions de la Nouvelle-

France. « La construction navale se pratique à Québec et dans les environs dès le milieu du XVIIe siècle. Toutefois, on construit de petits navires marchands dépassant rarement les 200 tonneaux » (L’Ancêtre, numéro 308, volume 41, automne 2014, p. 63). À la fin du règne en 1715 de Louis XIV, le Roi-Soleil, la France avait perdu la suprématie maritime aux mains de l’Angleterre. Ce n’est qu’à l’aube de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) que la France prend conscience de la gravité de la faiblesse de sa marine. Sous Louis XV (1723-1749), la France veut accroître la marine de guerre française. « Au Canada, le projet voit le jour en 1739 avec le début de la construction, pour le compte du roi, d’un navire de 500 tonneaux, Le Canada » (Id., p. 63). C’est une nouvelle page d’histoire qui s’ouvre pour les chantiers navals à Québec grâce aux efforts constants de l’intendant Gilles Hocquart, encouragé par le comte de Maurepars alors secrétaire d’État à la Marine et l’arrivée en 1738 de l’architecte naval et constructeur René-Nicolas Levasseur (La construction navale royale à Québec 17391759, cahier d’histoire no 23, Jacques Mathieu, Société Historique de Québec, 1971, p. 5). Les Forges du Saint-Maurice fourniront une grande partie du fer nécessaire. La production de goudron, de brai et de chanvre se trouve stimulée. 357


Saint-Jean Sur la rivière Richelieu, les cageux ont navigué avant et après la Conquête : Depuis les débuts de la colonie sous le régime français, la rivière Richelieu est un grand axe commercial. Dans l’exploitation des forêts, l’on tenait compte naturellement des possibilités et des conditions de transport des bois. Le manque de moyens techniques et l’économie recherchée par les administrateurs contribuèrent à limiter les aires d’exploitation. « Le flottage à partir du lac Champlain était relativement aisé, car il n’y avait qu’un rapide important : celui de Chambly. » Comme cette région constituait la principale source d’approvisionnement des chantiers navals royaux de Québec, l’intendance de la colonie permit d’améliorer graduellement la voie de sortie. Au temps de la Nouvelle-France, « on s’en tint aux chênaies et aux pinières les plus voisines des rivières », mais souvent, les experts de cette époque « ont attribué à cette proximité des rivières la mauvaise qualité des bois du Canada. Ils prétendaient, non sans quelques raisons, que le bois y était plus gras et le grain plus lâche que celui situé dans les endroits plus élevés. Il est 358

vrai, en effet, que la croissance annuelle est plus grande quand les racines sont constamment plongées en milieu humide, mais cela affecte peu la résistance et la qualité même du bois » (La construction navale royale à Québec 17391759, cahier d’histoire no 23, Jacques Mathieu, Société Historique de Québec, 1971, pp. 36-38). La coupe et l’équarrissage terminés, les ouvriers traînaient le bois au cours d’eau le plus proche. Lorsque la débâcle libérait la rivière Richelieu et le fleuve, les ouvriers construisaient des cages en forme de radeaux. Là, on préparait la descente vers Québec qu’on atteignait à compter de la mi-mai. Après la Conquête

britannique, « pins et chênes équarris, potasse et douves de tonneaux en provenance du Vermont descendent le Richelieu pour être exportés en Grande-Bretagne. La guerre de l’Indépendance américaine et la guerre de 1812 ralentissent ce commerce, mais ne l’arrêtent pas, car le Vermont, constitué en État indépendant en 1778, continue à expédier sa production en Angleterre via le Saint-Laurent et propose même, en 1785, en 1787, en 1791 et en 1796, de participer à la canalisation du Richelieu » (p. 206, Histoire du Richelieu–Yamaska–RiveSud, Institut québécois de recherche sur la culture, 2001).


La rive ouest de la rivière Richelieu accueille la Société d’histoire du Haut-Richelieu (http://histoirehautrichelieu.blogspot.com/) : Cet organisme johannais gère depuis 1976 son centre régional d’archives privées, son centre de recherche en histoire, sa bibliothèque de généalogie et sa maison d’édition. À un jet de pierre se trouve la rivière Richelieu. Alimentée par les lacs Champlain et George (États-Unis), elle se jette dans le lac Saint-Pierre, à SorelTracy, après un parcours d’environ 130 km à travers la région la plus fertile du Québec. Aujourd’hui, le Richelieu relie la navigation du Saint-Laurent à celle de l’Hudson. La Relation des Jésuites de 1665 rapporte que ce cours d’eau « se nomme la rivière de Richelieu, à cause du fort du même nom qui y fut bâti [en 1642], à son embouchure, au commencement des guerres… pour s’assurer de l’entrée de cette rivière. » Ce nom de lieu perpétue la mémoire d’Armand-Jean du Plessis, cardinal de Richelieu (Paris, France, 1585 - Paris, 1642), ministre de Louis XIII. Il a créé la Compagnie des CentAssociés et il a protégé la colonie naissante de la Nouvelle-France dont il a contrôlé les affaires durant son administration. « Richelieu » entre dans la toponymie en 1642 pour désigner le fort, nom qui s’étendra très lentement à la rivière. Ce toponyme est également signalé dans le Journal des Jésuites, pour l’année 1659 : « proche de la rivière de Richelieu… »

Cette entité hydrographique n’a pas toujours été désignée sous le nom « Richelieu ». Celle-ci ou certains de ses tronçons ont reçu plusieurs noms : Iroquois, Ignierhonons (qui selon Gabriel Sagard fait référence à une des nations iroquoises), Saint-Louis, Chambly, Sorel, Lac Champlain, Saint-Pierre et Saint-Jean. Depuis le début du XXe siècle, on observe que « Rivière Richelieu » est la seule dénomination en usage pour identifier l’ensemble de cette voie d’eau. Le toponyme « Richelieu » s’est étendu à

un grand nombre de désignations notamment aux noms de municipalités de Richelieu, de Saint-Antoine-sur-Richelieu, de Saint-Blaisesur-Richelieu, de Saint-Charles-sur-Richelieu, de Saint-Denis-sur-Richelieu, de Saint-Jeansur-Richelieu, de Saint-Marcel-de-Richelieu, de Saint-Mathias-sur-Richelieu, de Saint-Rochde-Richelieu (cf. C.T.Q., C.T.C. et http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ ToposWeb/Fiche.aspx?no_seq=53253). 359


Sanguinet

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

McCann, Danielle (CAQ) Danielle.McCann.SAGU@assnat.qc.ca Ministre de l’Enseignement supérieur Bureau de circonscription : 55, rue Saint-Pierre, Bureau 115 Saint-Constant (QC) J5A 1B9

CAGEUX AXE FLUVIAL No 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

360

FLEUVE : • Saint-Laurent

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


16 MONTÉRÉGIE

Centre municipal Aimé-Guérin dans la ville de Sainte-Catherine : Né sur une ferme de la côte Sainte-Catherine, Aimé Guérin (1832 -1909), surnommé Le Vieux Prince, est l’un des plus célèbres cageux de l’histoire. Au service de la Calvin Company pendant 56 ans, il passa les 34 dernières à guider les immenses radeaux de bois qui descendaient les rapides du Saint-Laurent, entre le lac Ontario et le port de Montréal. Bien que l’importance de l’équipage variait selon la taille du train de flottage, il fallait toujours plusieurs hommes. Ces cageux sont reconnus pour avoir bravé les rapides dès le début du XIXe siècle. Les rapides de Lachine représentaient en effet un passage particulièrement risqué pour ceux qui devaient y faire flotter d’immenses platesformes flottantes portant le nom de cages dans le but de livrer du bois jusqu’à Québec. On raconte que lorsqu’Aimé Guérin commandait, les « hommes s’agenouillaient et priaient avant chaque traversée des rapides de Lachine » (L’empire maritime Garden Island, 1986, Donald Swainson, p. 28). Découvrez le regard pétillant d’Aimé Guérin à Bibliothèque et Archives Canada : https://bit.ly/3fkexmo, puis rendez-vous à la page 340 à la section « Aimé Guérin, célèbre Laprairien (1832 -1909) ».

Sanguinet

Exposition historique au Parc Optimiste de Sainte-Catherine : Quelle belle initiative estivale d’avoir installé seize panneaux illustrés en pleine nature pour transmettre l’histoire séculaire de ce lieu magnifié par le fleuve. Les textes et photos choisis rappellent, pour certains Sainte-Catherinois, des souvenirs de leurs ancêtres et pour d’autres, cela constitue une incursion dans la vie des pionniers de la municipalité. C’est un parcours de découvertes tout en respirant l’air pur (www.ville.sainte-catherine.qc.ca) ! Pour monter cette installation, le livre Ville de

Sainte-Catherine, trois siècles d’histoire au fil des rapides (1997) de Jean Martin a été bien sûr une source précieuse de renseignements. Nous en tirons cet extrait pour mieux connaître le maître de cages Aimé Guérin : « Au service de la compagnie D. D. Calvin pendant une soixantaine d’années, il passa les 34 dernières à diriger les convois qui partaient chaque année de l’île des Jardins, près du lac Ontario, pour rejoindre le port de Montréal. Même s’il n’a jamais pu maîtriser la langue anglaise, c’est à lui que la compagnie faisait confiance pour diriger, via un interprète, les cageux ontariens qui embarquaient pour la descente du Long Sault. À partir de Coteau Landing, les Canadiens-français prenaient la relève, mais tous, anglophones et francophones, métis et amérindiens, reconnaissent la grande expertise et l’autorité du Vieux-Prince (…) Jusqu’à sa mort à l’âge de 77 ans, Aimé Guérin a continué de mener les convois de bois entre l’île des jardins et Montréal (…) Son fils, Hilaire, reprit le métier pendant quelques années, mais l’ère des cageux ne devait guère survivre à la disparition de l’un de ses plus illustres personnages » (p. 28). 361


Soulanges

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Picard, Marilyne (CAQ) Marilyne.Picard.SOUL@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 607, route 201 Saint-Clet (QC) J0P 1S0

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 3 DES OUTAOUAIS ET NO 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

362

FLEUVE, LACS : • Fleuve Saint-Laurent • Lac des Deux Montagnes • Lac Saint-Louis • Lac Saint-François

RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Outaouais DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


16 MONTÉRÉGIE

Pont tournant ferroviaire à Coteau-du-Lac dont la construction a été entreprise dès 1892.

Soulanges

Circuit des cageux : Pour les adeptes de vélo, voici un circuit qui vous permettra de muscler vos mollets (https://bit.ly/3fXjVxv) ! Les cageux transportaient les billots de bois à l’aide des trains de bois, sur les grandes rivières et sur le fleuve Saint-Laurent. Lisez cette page d'histoire offerte par la Société d'histoire de Coteau-duLac : https://bit.ly/3fVvhSp.

Circuit des cageux : C

Avenue des Cageux à Saint-Zotique : Cette avenue est située dans un secteur où les voies de communication sont désignées par des noms inspirés de l’histoire du fleuve Saint-Laurent.

Parc des Ancres à Pointe-des-Cascades : Situé aux abords de l’écluse no 3 du canal de Soulanges, de part et d’autre de la rue Centrale, ce parc est aussi un musée à ciel ouvert. Sa collection de plus de 100 ancres et autres artéfacts reliés au monde maritime est unique. On peut y observer un plançon de chêne de plusieurs tonnes disloqué d’une cage et repêché dans le fleuve SaintLaurent. À droite, l’obélisque du parc en mai 1999 avant d’être vandalisé (source : Raymond Poirier).

Une course à relais pour mener la cage à bon port : « Il faut savoir que l’équipage d’une cage se renouvelait à chaque point d’arrêt du radeau. Ainsi, un radeau venant de Toronto, ou ses environs, était amené par un premier équipage jusqu’à la tête des rapides des Galops

(https://bit.ly/3eTIGbV). Un deuxième l’amenait jusqu’à Cornwall, où il était remplacé par un troisième, qui le descendait, par le lac Saint-François, jusqu’à Coteau-du-Lac. Un quatrième, celui, que j’ai tâché de peindre, le rendait jusqu’à Pointe-des-Cascades. Un autre le propulsait (car, dans le lac Saint-Louis, le courant est très lent) jusqu’à Lachine, où les Iroquois de Caughnawaga en prenaient charge pour l’amener à Montréal. Là, si la cage était, et jadis cela arrivait fréquemment, en destination de Québec, il fallait un septième équipage pour l’amener jusqu’au transatlantique qui devait transporter cette précieuse marchandise en Angleterre. Le champ d’opération de chaque groupe de cageux était nettement délimité et aucun, parmi eux, n’aurait songé à empiéter sur le territoire (si l’on peut dire) d’un groupe voisin » (Ernest Marceau, Descente des rapides du Saint-Laurent dans La revue canadienne, nouvelle série, vol. XX, août 1917, p. 106). Le 7 mai 1908, l’hebdomadaire Le Canada, publie cet entrefilet en page 5 : « Le 6 mai 1908, 125 Mohawks de Kahnawake prennent charge d’une cage de bois de 300 pieds sur 50 pieds à la hauteur des rapides de Lachine pour la rendre jusqu’à Maisonneuve. Selon les témoignages, les eaux sont hautes en cette saison. Depuis 27 ans, les pilotes n’avaient pas constaté une telle montée des eaux. Les Mohawks attendent également une autre cage qui provient de Kingston. » 363


Soulanges Des rapides de Coteau-du-Lac, aux rapides des Cèdres, aux rapides du Rocher Fendu et rapides des Cascades : Voilà tout un bouquet d’obstacles pour les cageux ! Dans La Revue canadienne (nouvelle série, vol. XX, août 1917), un juillettiste dit avoir été saisi d’une « émotion plutôt violente » à bord du radeau en bois carré. « Mon ami et moi sur un avis du guide, montons précipitamment sur la partie la plus élevée du radeau (…) Un commandement du guide rappelle tout le monde à l’ordre. Les Cèdres ! La CroixRouge. Devant nous le fleuve était tout en écume ; sur le rivage, une grande croix peinte en rouge se détachait nettement. Quelques minutes avant de nous engager dans les bouillons blancs, sans un commandement, sans rien qui peut faire prévoir le geste, tout l’équipage, jusque-là très bruyant et dont les propos n’étaient certes pas tirés des Écritures, tombe à genoux ; les grands chapeaux de paille, les casquettes disparaissent, toutes les têtes s’inclinent et de grands signes de croix se détachent sur les eaux tourmentées où nous allons plonger ! » Chaque année des accidents de travail ou des naufrages viennent assombrir le bilan des voyages le long du fleuve Saint-Laurent, pourtant William Henry Bartlett (1809-1854) viendra plutôt mettre un coup de projecteur sur l’aspect romantique des radeaux. Dans la biographie de W. H. Bartlett, de 1973, l’auteur Alexander Ross, professeur émérite à l’Université de Guelph, mentionne que l’artiste a fait une partie 364

du voyage avec N. P. Willis qui signe le Canadian Scenery publié en 1842 à Londres. En voyage, W. H. Bartlett peignait sur le vif avec du lavis brun. Cette technique permet de croquer rapidement une scène avec peu de matériel. C’est donc pratique et peu encombrant pour ce voyageur topographe qui se déplace, comme ses contemporains, notamment en canot. La version gravée sur acier permet de donner plus de détails que le lavis. Dans les ateliers de gravure, il n’était pas rare que les dessinateurs et les graveurs discutent de la future œuvre gravée ensemble. Observez ces deux gravures du XIXe siècle consacrant en Europe Les Cèdres, pittoresques avec la présence de cages plus petites que la réalité pour faire ressortir l’immensité de la nature : • Village des Cèdres sur le Saint-Laurent : https://bit.ly/2TmiEYN. • Des rapides à l’approche du village des Cèdres (en médaillon, le lavis ayant précédé la gravure) : https://bit.ly/3xeVNwV. Le Rocher-Fendu, lieu-dit : Le Rocher-Fendu fait partie de la municipalité de Pointe-des-Cascades située à la confluence de la rivière des Outaouais et du Saint-Laurent, plus précisément vis-à-vis des rapides des Cascades et de la pointe du Buisson comprise dans la municipalité de Melocheville. Il s’agit d’une fissure naturelle qui s’est développée

dans le grès en prenant la forme d’un fer à cheval. Des recherches effectuées en 1980-1981 ont confirmé la présence d’une culture amérindienne dans ce secteur, de même que des vestiges d’une écluse construite par les Britanniques de 1779 à 1783, sous la responsabilité de William Twist. Aujourd’hui l’écluse est désaffectée. La fissure a été connue longtemps sous le nom anglais Split Rock [C.T.Q., C.T.C.]. Voici un extrait tiré du livre publié par le Johannais, William Stewart Hunter Jr (18231894) en 1857 qui va comme suit : « Le passage de ces rapides est très excitant (…) En passant les rapides du Rocher-Fendu, une personne qui ne connaît pas la navigation de ces rapides retiendra presque involontairement son souffle jusqu’à ce que cette corniche de rochers soit franchie » (p. 38, traduction de Résonance Canada). Épicurisme à saveur mnémonique : Le vignoble Le Bourg des Cèdres est situé entre le fleuve et le canal de Soulanges. Le vin Les cageux issu de ce terroir situé aux abords du fleuve Saint-Laurent est un vin blanc élaboré à partir de Frontenac blanc et d’Acadie blanc. Chaque cépage est vendangé manuellement et fermenté séparément. L’équipe de Résonance Canada a hâte de déguster la prochaine cuvée ! Chemin Élie-Auclair à Saint-Polycarpe : Le nom de cette voie de communication rappelle le souvenir d’Élie Auclair (1866-1946), curé à la paroisse de Saint-Polycarpe. Il signe en


1927 Histoire de la paroisse de Saint-Josephde-Soulanges ou Les Cèdres (1702-1927) où il rapporte certains échanges épistolaires en janvier 1842 impliquant le 2e évêque de Montréal (1840-1876), Mgr Bourget, qui comportent quelques passages pimentés sur le mode de vie des cageux, ces hommes de cages téméraires : « Monseigneur, je suis souvent assez embarrassé avec mes sauteux de barges (ces voyageurs avaient à franchir les divers rapides des Cèdres). J’ai essayé de les empêcher de sauter les dimanches et les jours de fête d’obligation. Je n’ai pas réussi. Ils disent que s’ils cessent de le faire d’autres le feront et qu’alors ils perdront un revenu qui leur est nécessaire pour le soutien de leurs familles. Vous comprenez qu’ordinairement ils perdent ainsi la sainte messe. Il est vrai, d’autre part, qu’ils ne peuvent pas sauter tous les jours. Il leur faut du bon vent ou au moins un vent qui ne soit pas tout à fait contraire. Voulez-vous bien me dire quelle conduite je dois tenir avec eux pour bien faire ? Je sais que quelques-uns (quelques confrères) ont essayé déjà d’engager ces gens à s’abstenir de ces œuvres serviles les dimanches et jours de fête, mais que (presque

toujours), l’intérêt l’a emporté… » Une semaine plus tard, Monseigneur Bourget répondait : « Je pense que vous pouvez être assez coulant avec les sauteux de cages dans le cas dont vous me parlez, si, vous jugez qu’il pourrait en résulter quelque dommage grave pour le soutien de leurs familles. Mais cela ne doit pas vous empêcher d’insister d’une façon générale sur l’obligation d’assister à la sainte messe les dimanches et jours de fête » (pp. 161-162, https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/2022639). Défi des Cageux : Il s’agit d’une association locale des pompiers volontaires de Pointedes-Cascades. L’organisme sans but lucratif a pour mission d’amasser des fonds pour aider au service des incendies et promouvoir la municipalité de Pointe-des- Cascades et le canal de Soulanges. Parc à bois submergés au lac Saint-François : Dans le but de conserver un patrimoine unique de l’ère des cageux, une équipe pointecascadienne a rassemblé des bois carrés de grande qualité et les a mis à l’abri au fond

des eaux du Haut-Saint-Laurent (cf. JeanPierre Poirier, président de la Société de recherches historiques de Pointe-des-Cascades et Scubapedia, https://bit.ly/3jxXYro). « En plus de constituer une sorte de musée sousmarin regroupant épaves et autres artéfacts, le site permet la surveillance et la protection d’anciennes pièces de chênes. Ces artéfacts qui témoignent de l’époque des cageux et du flottage du bois au XIXe siècle sont maintenant très rares depuis leur récupération massive à des fins commerciales. » (M.C.C.Q., https://bit. ly/2UXRgR7).

365


Taillon

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Carmant, Lionel (CAQ) Lionel.Carmant.TAIL@assnat.qc.ca Ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux Bureau de circonscription : 498, boulevard Roland-Therrien Longueuil (QC) J4H 3V9

CAGEUX AXE FLUVIAL No 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

366

FLEUVE : • Saint-Laurent

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


16 MONTÉRÉGIE

Jules-Isaïe Benoît dit Livernois (1830-1865) : Né à Longueuil, il fonde à Québec, en 1854, un célèbre studio de photographie. Les historiens d’art le considèrent comme l’un des pionniers de la photographie au Québec. Il meurt prématurément à l’âge de 34 ans, mais son épouse Élise Livernois continuera d’assumer la direction du studio, tout en initiant son fils Jules Ernest (1851-1933) au métier. La gérance de la photographie sera ensuite portée par le petit-fils Jules Livernois. Les photographies prises au cours des quelque 120 années d’existence du studio comprennent de nombreux clichés de Québec ainsi que des portraits. L’expertise du studio est requise par les premiers hebdomadaires illustrés du Canada : Canadian Illustrated News (1869 à 1883) et L’Opinion publique (1870-1883). Plus de 300 000 photographies provenant du studio Livernois ont été cédées aux Archives nationales du Québec. Naturellement, ce fonds photographique constitue une source documentaire majeure pour l’histoire de la ville de Québec et sa toponymie le reflète.

La photographie ci-haut est issue de la collection Livernois. Le temps des repas sur les cages : L’auteure Jeanne Pomerleau s’intéresse depuis plusieurs décennies aux arts et métiers d’autrefois. Elle compte plusieurs publications à son actif, dont Les grandes corvées beauceronnes, Métiers ambulants d’autrefois et Arts et métiers de nos ancêtres, 1650-1950, Gens de métiers et d’aventures et la trilogie Des métiers pour l’âme, Des métiers pour le corps et Des métiers pour le voisinage. Dans une correspondance de décembre 2018, elle nous a fait comprendre que tout au long du XIXe siècle, sur les cages, « la moitié des hommes travaillent, les autres dorment. C’est un travail de 24 heures, il faut tout le temps surveiller… » Sur cette cage, on choisit le plus solide des radeaux pour y fixer la cambuse ou la « cookerie » où l’on prépare les repas chauds sur un foyer posé à même un grand carré de sable. Selon Léon-A. Robidoux, « un vaste abri de planche recouvre cet âtre géant et le met à l’abri des orages. Des crémaillères de

Taillon bois pendent au-dessus de ce foyer, de grands chaudrons et de grandes poêles sont rangés autour » (Les cageux, 1974, pp. 47-48). Chaque cageux embarque à bord de la cage avec son écuelle, sa tasse et ses ustensiles. « Il les conserve ordinairement dans sa tente ou [sa] cabane. C’est lui qui va chercher sa nourriture et qui lave et prend soin de ceci, c’est-à-dire que chacun doit voir à sa vaisselle. On aide aussi le cuisinier » (Manuscrit de 2018 de Jeanne Pomerleau).

Chronique du jeudi 23 juillet 1903 publiée dans La Presse (p.12) : « Le vent s’était élevé. On approchait des rapides. Les hommes alors commencèrent le travail de la séparation des drames. Vingt minutes plus tard, la grande cage s’était transformée en cinq radeaux que vingt-quatre rameurs, sur chaque radeau, douze à l’avant et douze à l’arrière, mettaient à distance pour les empêcher de se broyer les uns contre les autres dans les rapides. (…) On est arrivé dans les rapides au milieu d’un bruit assourdissant comme un grondement et des éclats de tonnerre. Les pilotes commandent d’une voix brève et impérieuse. Le danger est éminent. Les courants se croisent en tous sens. Ici est un récif à fleur d’eau, là est une fosse, plus loin on voit tourbillonner des remous avec une force irrésistible. Voici une vague qui vous pousse en avant et une autre qui vous rejette en arrière. Et c’est au sein de cette Charybde et Scylla qu’il faut passer. » Dirigez-vous à la p. 321 (cf. https://bit.ly/3km8H8F). 367


Vachon

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

Lafrenière, Ian (CAQ) Ian.Lafreniere.VACHON@assnat.qc.ca Ministre responsable des Affaires autochtones Bureau de circonscription : 5 610, chemin de Chambly Saint-Hubert (QC) J3Y 7E5

CAGEUX AXE FLUVIAL No 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

368

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


16 MONTÉRÉGIE

Vachon

Notre thématique aéronautique intitulée « Train d’atterrissage » porte sur deux affiches de 1951 intégrées dans la collection du Musée Air France et qui évoquent la période des cageux (raftsmen) du Québec. Voici. 1951 - Affiche Canada par Jean Marie Nabrin (Imprimeur PEMA, lithographie en couleurs, dimensions 50 X 31 cm, collection Musée Air France no inventaire 2011.1.617) : L’affiche est reproduite à la page 355 ci-devant. J.-M. Nabrin, illustrateur pour affiches et dépliants d’Air France dans les années 1940-1960, représente des trains de bois qui arrivent au pied de l’escarpement de Québec. Or, c’est 40 ans après la mise à l’eau du dernier train de bois canadien. Comme quoi, les cageux (raftsmen) ont marqué profondément l’imaginaire des créateurs québécois, canadiens, mais aussi à l’international. Voyez-vous le tronc d’arbre sur lequel est déposée la feuille d’érable ? L’érable à sucre est déjà un symbole important du Canada. C’est seulement en 1965 que le gouvernement de Lester B. Pearson adopte le drapeau du Canada surnommé l’Unifolié (ou The Maple Leaf Flag en anglais, littéralement « le drapeau à la feuille d’érable »). Avant cela, le Red Ensign canadien était utilisé de manière informelle depuis 1868 et aurait été approuvé en 1945 par un décret en conseil pour « toutes les occasions ou les lieux où il peut être souhaitable de faire voler un drapeau

canadien distinctif ». L’Unifolié sera donc le premier drapeau national officiellement adopté, et ce, juste à temps pour l’Expo 67 de Montréal qui coïncidait avec le Centenaire du Canada (1867-1967). Visualisez l’affiche à la Bibliothèque nationale de France en ligne https://bit.ly/3q2VwtG. 1951 - Affiche Canada par Jean Doré (Imprimeur Hubert Baille & Cie, Paris, lithographie en couleurs, dimensions 100 x 62 cm, collection Musée Air France no inventaire 2011.1.160, BnF en ligne https:// gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10102242x.item) : C’est justement l’affiche qui est reproduite ci- contre. Avez-vous repéré la cage au centre de la rivière ? En intégrant dans la scénographie les montagnes Rocheuses, on superpose les symboles canadiens. Rappelons-nous que « l’art de l’affiche vient offrir des visions lyriques et symboliques des paysages et des peuples dispersés sur la planète, pour montrer leurs variétés, leurs singularités, leurs originalités. L’affiche, par sa facilité de compréhension, sa symbolique spontanée, son universalité, sa simplicité d’utilisation correspond parfaitement à

ce vecteur de notoriété recherché par la compagnie aérienne française. Images fortes, évocatrices. Images positives, unissant la sensibilité et l’esthétique. Images réalisées par des affichistes de renom, choisis par le style adapté à l’époque de leur diffusion, depuis les illustrations très descriptives jusqu’aux images symboliques » (https://museeairfrance.org/fr). 369


Vaudreuil

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Outaouais et Montréal

Nichols, Marie-Claude (PL) Marie-Claude.Nichols.VAUD@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 416, boulevard Harwood Vaudreuil-Dorion (QC) J7V 7H4

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 3 DES OUTAOUAIS ET NO 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

370

LACS : • Lac des Deux-Montagnes • Lac Saint-Louis RIVIÈRE PRINCIPALE : • Rivière des Outaouais

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer


16 MONTÉRÉGIE

Maison Félix-Leclerc de Vaudreuil : C’est une résidence d’artiste, expositions, soirées culturelles, café. Bâtiment construit au XIXe siècle par la famille Denis, notre célèbre auteur-compositeur Félix Leclerc y habite de 1956 à 1967. Durant cette période, Félix Leclerc participe au court métrage La Drave de Raymond Garceau où il raconte, dans une langue savoureuse, l’aventure fantastique que vivent chaque année les draveurs de la vallée de l’Outaouais. On peut aussi voir cette maison dans le documentaire Félix Leclerc troubadour (Jutras 1958). Il résidait déjà à Vaudreuil depuis 1945. Site patrimonial depuis 2006 qui a ouvert au public en 2014. Ce lieu a inspiré un long métrage Le 186 pour la mémoire (2016). Une gravure ancienne au lac des Deux Montagnes signée W. H. Bartlett : La gravure de William Henry Bartlett (1809 - 1854) publiée en 1842 dans le Canadian Scenery (N. P. Willis) montre plusieurs cages pilotées à la confluence de la rivière des Outaouais et du fleuve SaintLaurent. Voyez cette œuvre à la page 19 du récent livre Les rives touristiques du Nouveau Monde (https://bit.ly/2mich7H) dont voici un bref extrait : « dessinateur et topographe anglais réputé pour ses illustrations des États - Unis et du Canada (…) il a fait quatre voyages entre

Vaudreuil

1836 et 1842. Il porte un grand intérêt aux moyens de navigation du Nouveau Monde (…) Près d’un tiers des illustrations du Canadian Scenery représente des cages (…) Nous attirons votre attention sur la représentation qu’en fait Bartlett : la taille du radeau est considérablement réduite, l’équipage passe de cinquante hommes à quelques individus. Dans ses illustrations, la grandeur du radeau pourrait se comparer à celle d’un canot. Dans les faits, cette unité de quarante tonnes mesurait jusqu’à 18 mètres sur 8 mètres et l’assemblage des radeaux pouvait atteindre 500 mètres sur 60 mètres. Le courant romantique altère la réalité, au service du Sublime. » Centre d’histoire de la Presqu’île, devenu Centre d’archives de Vaudreuil-Soulanges, à Vaudreuil-Dorion (www.archivesvs.org) : On y conserve, dans le Fonds Quesnel, des textes d’Émilienne Walter-Gagné. Elle consigne vers 1930 le témoignage d’un ancien cageux, Olivier Houle de Coteau-Station qui décrit ainsi les fameux rapides de la run du coteau, dans la région de Coteau-du-Lac et de la Pointe-desCascades : « À la tête des rapides, on se laisse entraîner sur la pente des eaux avec une lenteur majestueuse (…) Une série de vagues énormes, inévitables, qui se soulèvent, se précipitent comme dans un gouffre, remontent encore plus haut pour s’écraser ensuite de toute la pesanteur de leur poids avec le crépitement qui nous effraye (…) On descend avec la rapidité d’une flèche. Les rameurs soutiennent leurs rames en

l’air et attendent. On se cramponne aux harts de bouleau (…) Des craquements formidables se font entendre de toutes parts. Les plançons se soulèvent et s’abaissent sous nos pieds d’une façon irrégulière. Le bruit de leurs frottements ressemble à mille sifflements aigus qui fendent l’air. Des grondements comme le bruit sourd qui précède les tremblements de terre se succèdent par intermittence. Ce sont les cailloux à fleur d’eau qui (…) déchirent les pièces de bois dont les éclats viennent à la surface. On se croirait sur le couvercle d’une immense chaudière remplie d’eau en ébullition. La cage, maintenant retenue par l’un des bouts, tourne sur elle-même. Les rameurs de l’avant se retrouvent maintenant derrière (…) Qu’une traversière cède ou se brise, la cage s’éventre et les plançons s’échappent pêle-mêle, entraînant avec eux, à la merci des eaux, des êtres le plus souvent exposés à périr. » (Crédit recherche : Éliane Labastrou, SHPIB-SG).

Musée régional de Vaudreuil-Soulanges (www.mrvs.qc.ca) : Le musée gère dans sa collection deux estampes rehaussées de couleur illustrant des cageux au travail. L’œuvre cataloguée 1995.4 montre la cage à hauteur Des Cèdres, alors que celle cataloguée 1995,5 montre la cage en danger de naufrage au lac SaintPierre. Les gravures originales sur bois de W.H. Bartlett ont servi à illustrer l’ouvrage Canadian Scenery de l’éditeur anglais G. Virtue en 1842 (Crédit recherche : Sébastien Daviau, responsable des collections). 371


Verchères Dansereau, Suzanne (CAQ) Suzanne.Dansereau.VERC@assnat.qc.ca Bureau de circonscription : 1 625, boulevard Lionel-Boulet, Bur. 103 Varennes (QC) J3X 1P7

CAGEUX AXES FLUVIAUX NO 3 DES OUTAOUAIS, ET NO 4 LAC ONTARIO DRAVEUR

372

16 MONTÉRÉGIE BASSIN VERSANT : • Saint-Laurent sud-ouest

FLEUVE : • Saint-Laurent

DOMAINE BIOCLIMATIQUE : • Érablière à caryer cordiforme


16 MONTÉRÉGIE

Municipalité Calixa-Lavallée dans la MRC Marguerite-D’Youville : Le nom de cette municipalité a considérablement évolué au cours du temps. À partir de 1946, SainteThéodosie porte la double dénomination Sainte-Théodosie–Calixa-Lavallée en raison de fréquentes erreurs postales, causées par la proximité des appellations Saint-Théodore et Sainte-Théodosie. Ce n’est qu’en 1974 que la municipalité de paroisse recevra le nom Calixa-Lavallée. Douze années plus tard, les gentilés Calixois et Calixoise seront adoptés officiellement. Le toponyme Calixa-Lavallée rappelle le souvenir du musicien, pianiste et professeur de musique Calixa Lavallée, baptisé Callixte (Verchères, 1842 – Boston, 1891). Son œuvre, qui comprend entre autres deux opéras, un oratorio et une trentaine d’études de piano, est marquée par la composition de la musique du Chant national (retitré Ô Canada), interprété publiquement pour la première fois en 1880 pour la Saint-JeanBaptiste, durant l’ère des cageux. Relevons que c’est dans le parc municipal Calixa-Lavallée que se trouvent les vestiges de la maison natale du grand compositeur campée dans le siège situé entre deux axes fluviaux des cageux, soit celle du fleuve Saint-Laurent et, celle de la rivière Richelieu connectée au lac

Verchères

Champlain. Les deux protagonistes AdolpheBasile Routhier (paroles de l’hymne) et Calixa Lavallée (musique de l’hymne) ont admiré tout comme leurs contemporains les exploits de ces voyageurs. Rendez-vous à la page 303 pour y lire un complément. Rue Louis-Fréchette, ville de Sainte-Julie : Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) était avocat, dramaturge et journaliste québécois. Il s’est illustré comme poète et conteur et il fut le premier lauréat canadien de l’Académie française, en 1880, avec la publication de Fleurs boréales et Les oiseaux de neige (1879). Louis Fréchette, dans ses histoires de chantiers de la Gatineau et de la Mauricie, nous explique l’auteure Jeanne Pomerleau, décrit des incidents comiques subis par Tom Caribou et Coq Pomerleau. Une activité magique particulière à certains bûcherons qui parlaient au diable ou qui possédaient des secrets merveilleux consistait à mettre une mouche dans le manche de leur hache pour que le travail se fasse plus vite. Édouard-Zotique Massicotte, qui connaissait cette pratique, dit qu’elle découlait d’un pacte fait avec le diable qui enseignait aux bûcherons comment se procurer cette mouche particulière qu’on devait attraper dans l’église,

pendant une cérémonie religieuse. L’opération ensuite n’était pas difficile, avec une vrille on perçait un trou dans le bout du manche, on introduisait l’insecte dans la cavité, puis on rebouchait l’ouverture avec une cheville de bois. Inutile d’ajouter qu’avec de telles haches, on pouvait abattre la quantité de cordes qu’on voulait ! (pp. 87-88, Bûcherons, raftmen et draveurs 1850-1960, Jeanne Pomerleau, 1997) Rue Albert-Tessier, ville de Sainte-Julie : Ce nom rappelle la mémoire de Mgr Albert Tessier (1895 ‑1976). Professeur, historien, cinéaste, conférencier et éditeur, il est également le fondateur des cahiers d’histoire Pages trifluviennes, de même que des Archives du Séminaire de Trois-Rivières. Il acquiert, en 1951, avec Avila Denoncourt et l’Abbé Paul Boivin, un domaine à Hérouxville, lequel est connu sous le nom Tavibois - le nom unit le T de son patronyme à AVI d’Avila Denoncourt et à BOIS de Paul Boivin. Sa vie durant, il s’engage dans de nombreux travaux historiques et rédige en 1934 l’important ouvrage de 325 pages Trois-Rivières, 15351935, Quatre siècles d’Histoire, où il relate l’exploitation sous le régime colonial des pins blancs. C’est à lui qu’on doit la création du régionyme Mauricie, en 1933. 373


Verchères Hunter’s Panoramic Guide from Niagara Falls to Quebec avec deux cartes dépliantes : William Stewart Hunter Jr (1823-1894), originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, est dessinateur talentueux et auteur notamment de trois guides touristiques qui lui valurent une renommée de longue durée. En 1855, Hunter’s Ottawa scenery (publié à Ottawa) ; en 1857, Hunter’s Panoramic Guide from Niagara Falls to Quebec (publié à Boston par J.P. Jewett & Co.) ; et en 1860, Hunter’s Eastern Townships Scenery (publié à Stanstead). Le fonds de collection de la société Résonance Canada/Musée fluvial national Philemon-Wright possède la première édition du guide touristique de 1857, ouvrage rare, qui contient plusieurs illustrations réalisées à partir de gravures « sur bois debout » en plus de la grande carte pliante qui s’étend sur plus de 2,5 m, un aboutissement extraordinaire en matière d’édition à l’époque. Le dessinateur Alfred R. Waud, artiste anglais qui a beaucoup travaillé pour des périodiques américains, choisit

374

de représenter sur cette carte panoramique le fleuve à vol d’oiseau — du lac Ontario au golfe du Saint-Laurent — où l’on révèle chemin faisant le hameau de « Verchere » [sic], jeune municipalité, d’où l’on peut observer les cages pittoresques défiler. Attardons-nous sur cet extrait : « Le bois carré et les douves sont transformés en grands radeaux, et descendus par flottage sur le Saint-Laurent jusqu’à Montréal et Québec. Ces radeaux sont souvent très grands ; et comme il faut un grand nombre d’hommes pour les faire naviguer, les huttes érigées pour les abriter leur donnent, en descendant le fleuve, l’apparence de petits villages » (p. 28, traduction par Résonance Canada).


Le Guide évoque la gestion des risques associés au transport maritime sur le lac Saint-Pierre. On voit ici une cage s’abîmer en pleine tempête. Les cageux sont piégés et laissés à leur sort funeste. 375


Références AUTRES PUBLICATIONS :

• Plan muséologique du Musée fluvial national Philemon-Wright (220 p.) : https://bit. ly/2WBhrs0. • Charte muséale engagée en patrimoine et en biodiversité (54 p.) : https://bit.ly/3cakQaz. • Site patrimonial national des chutes des Chaudières et de l’ensemble industriel E. B. Eddy (120 p.) : https://bit.ly/3dDBsqd. • Cahier pédagogique (primaire et secondaire) : https://issuu.com/abcstrategies/ docs/cahier • Les rives touristiques du Nouveau Monde : https://bit.ly/2mich7H. • Études d’impacts touristiques et économiques du Musée fluvial national Philemon-Wright : https://bit.ly/3aneHHH.

376

SI VOUS AVEZ DES SUGGESTIONS OU DES COMMENTAIRES, N’HÉSITEZ PAS À NOUS CONTACTER DIRECTEMENT : info@resonance-canada.com. RÉFÉRENCES ICONOGRAPHIQUES : Résonance Canada - graphismes ou photographies contemporaines : page de couverture (photographie et montage) ; p. 14 (carte illustrant les routes fluviales des cageux) ; p. 75 (photographe Alexandre Pampalon, 2021) ; p. 111 (photographe Alexandre Pampalon, 2019, près de la passerelle du draveur à Sherbrooke) ; pp. 133, 162, 163 et 215 (illustrations modifiées et tirées du livre Exploitation forestière dans la vallée de l’Outaouais : Histoire du Canada en Images de Terence Brennan de 1974, Série 1, volume 4) ; p. 197 (en médaillon, marquage) ; p. 218 (photographe Alexandre Pampalon, février 2021, poupée de Maud Maloney Watt, 1894-1987) ; p. 247 (comparaison des hauteurs) ; p. 295 (photographe Alexandre Pampalon, 2017, Le Draveur de Roger Langevin à Mont-Laurier) ; p. 304 (Id., sur le traversier Hudson-Oka) ; p. 340 (Id., monument funéraire d’Aimé Guérin) ; p. 361 (Id., centre culturel dédié à Aimé Guérin) ; p. 363 (Id., Parc des Ancres). Résonance Canada - fonds du Musée fluvial national Philemon-Wright : p. 61 (gravure de W. H. Bartlett (1809-1854), Canadian Scenery publié en 1842, tome 1, page 58) ; p. 81 (gravure de W. H. Bartlett (1809-1854), Canadian Scenery publié en 1842, tome 1, page 53) ; p. 89 (Timber Raft on Lake Champlain, estampe datée de 1831 de Thomas Cole, 1801-1848) ; p. 97 (dessin d’Henri Julien de 1884 représentant Jos Montferrand tiré du livre d’Anson G. Gard, Pionners of the Upper Ottawa, publié en 1906) ; p. 123 (gravure tirée du livre The Countries of the World de Robert Brown, 1876, à la page 225) ; p. 145 (Views of Montreal : Notre-Dame Basilica and Bonsecours Market from St. Lawrence, 1860, extrait de journal vendu aux enchères sur eBay.com) ; p. 167 (illustration de Ernst Neumann tirée du livre Canada the foundations of its future de Stephen Leacok publié en 1942 à Montréal) ; p. 168 (carte postale de E.-J. Massicotte en archives) ; p. 169 (illustration de Michel Fortier tirée du livre Les Marionnettes, conte de Louis Fréchette adapté par Roger Des Roches, 1970, pages 8 et 9) ; p. 173 (couverture de l’album, compilation musicale de 2011, en hommage à Émile Coderre) ; p. 215 (huile d’Adam Sherriff Scott, 1898-1980, reproduite dans le livre Exploitation forestière dans la vallée de l’Outaouais : Histoire du Canada en Images de Terence Brennan de 1974, Série 1, volume 4) ; p. 221 (illustration tirée du livre Picturesque Canada : the country as it was and is de 1882, tome 2, page 783.) ; p. 225 (Vue générale d’Ottawa, Canada-Ouest tiré du livre Ottawa a Pictural Record de Charles P. de Volpi, planche 56, publié le 30 mai 1863 dans Illustrated Times de Londres) ; p. 269 (illustration de John David Kelly, 1862-1958, gouache intitulée Sailing Ships and Log Rafts (Quebec) ; p. 286 (gravure, collection BankNotes) ; p. 304 (gravure de W. H. Bartlett (1809-1854), Canadian Scenery publié en 1842, tome 1, page 30 et faïence Ridgway Stafforshire, 1960-1969, 16,5 cm X 18,5 cm X 18 cm) ; p. 326 (Sous-verre de table d’Unibroue pour la bière Raftman) ; p. 339 (illustration tirée du livre A corner of Empire : The Old Ontario Strand

de T. R. Glover et D. D. Calvin, publié en 1937, page 91) ; p. 347 (illustration de Stanley Royle, tirée du livre Canada the foundations of its future, de Stephen Leacok, 1942) ; p. 355 (Affiche Canada par Jean Marie Nabrin, 1951) ; p. 357 (gravure tirée de la page 121 du livre Famille-Sans-Nom de Jules Verne daté de 1889) ; p. 369 (Affiche Canada par Jean Doré, 1951) ; p. 371 (gravure de W. H. Bartlett (1809-1854), Canadian Scenery publié en 1842, tome 2, page 8) ; p. 374-375 (carte dépliante insérée dans le livre Hunter’s Panoramic Guide from Niagara Falls to Quebec, de William Stewart Hunter Jr, 1823-1894, publié en 1857) ; Algonquin Provincial Park (Ontario) : p. 135 (no a04265) ; p. 211 (no a00550) ; Archives de la ville de Gatineau - fonds de la Canadian International Paper Co. : p. 25 (P030-01_0006_p0049) ; p. 33 (P030-01_0006_p0160_2) ; p. 77 (P03001_0006_p0066) ; p. 185 (P030-01_0006_p0163) ; p. 189 (G001-01c_0757) ; p. 265 (P006-01_0006_p0064) ; p. 273 (P030-01_0006_p0205 et P030-01_0006_p0188) ; p. 289 (P030-01_0006_p0099) ; p. 307 (P030-01_0006_p0109) ; p. 309 (P03001_0006_p0089 et P030-01_0006_p0009) ; p. 322 (P030-01_0006_p0132) ; Archives de la ville de Montréal : p. 155 (no SHM19-Y-4-003) ; Archives de la ville de Québec : p. 243 (no N084053) ; p. 259 (no N022534) ; Arnprior and District Museum (Arnprior, Ontario) : pp. 15 et 250 aux no 1 (2002 -0154 C120300140), no 3 (1995 -0060 P0514A), no 6 (1995 -0060 P0585), no 8 (1995 -0060 P0570A) ; p. 225 (1995 -0060 P0514) ; p. 297 (1995 -0060 P0570B) ; p. 380 ou 4e de couverture (1995 -0060 P0572) ; Art Gallery of Ontario (Toronto, Ontario) : p. 51 (Raft in Danger in the St. Lawrence, par Cornelius Krieghoff (1815-1872), huile sur toile datée de 1866, no 2009/426, The Thomson Collection, cf. https://ago.ca/collection/ object/2009/426) ; Artiste Arthur Henry Howard Heming (1870-1940) : Ses illustrations se retrouvent aux pages 53 (Washington University Libraries' Department of Special Collections, Timber crib running a slide, no WAS-0002-00060053-0008), 119 (Washington University Libraries' Department of Special Collections, Timber Raft in Ottawa river, no WAS-0002-0006-00530007), 128 (Washington University Libraries' Department of Special Collections, In the whirpool of Calumet, no WAS-0002-0006-0053-0002), 129 (Washington University Libraries' Department of Special Collections, Grand swell, no WAS-0002-0006-0053-0003) ; p. 277 (illustration tirée de la page 61 du livre The Living Forest, 1925) ; Artiste Arianne Parent : En page 187, magnifique pyrogravure réalisée grâce au cours spécialisé en arts plastiques dirigé par la professeure Mylène Whissell de l’école Polyvalente Nicolas-Gatineau ; Artiste Luc Alain : Ses illustrations se retrouvent aux pages 4-5 (part), 6-7 (part monochrome), 8 (Sous la lune), 12 (Ces héros des rivières), 87 (L’équarrisseur) ;115 (London Oxford, cageux), 175 (Légende de cageux), 203 (Rivière des Outaouais), 213 (Jos Montferrand), 280 (Glissoir à cages), 323 (Le temps de la pipe) ; 327 (Force vive) ; 341 (La vie à bord du radeau) ; 353 (Sous les cieux) ;


377


À fleur d’eau, je me souviens de ces cageux courageux, crayon graphite estompé de M arie - Claire Dalpé.

Références Artiste Marie-Claire-Dalpé : Ses illustrations se retrouvent aux pages 17 (Chasse-galerie, ferme Dubois à Val - des- Monts), 22 (Harfang des neiges), 23 (À fleur d’eau, je me souviens de ces draveurs courageux), 237 (Chassegalerie contournant la tour de la Paix, Ottawa), 254 (Iris versicolor, emblème floral du Québec), 379 (À fleur d’eau, je me souviens de ces cageux) ; Artiste Marielle Rouleau : p. 258 (Regain) ; Artiste Marc-André J. Fortier : Cette illustration, Jos Montferrand, de la page 159 a été réalisée suite à une commande de Résonance Canada ; Artiste Isabelle Regout : p. 97 (tondo Jos Montferrand) ; Artiste Xavier Cadieux : p. 139, cette illustration Jos Montferrand est tirée du livre La Pitoune et La Poutine (2019). Résonance Canada a ajouté ce livre dans la bibliothèque du Musée fluvial national Philemon-Wright, mais la source de l’image provient de https://www.lapresse.ca/arts/ litterature/2019-11-27/bandes-dessinees-nos-suggestions ; Bibliothèque et Archives Canada : p. 39 (e000756722) ; p. 47 (PA-024304) ; p. 55 (C-002671) ; p. 57 (e010795145) ; p. 63 (e000996076) ; p. 64 (C-002672) ; p. 65 (C-002643) ; p. 70 (C - 000601) ; p. 71 (C - 058117) ; p. 76 (e010697046-v8) ; p. 85 (C - 075266) ; p. 99 (C-075265) ; p. 143 (C-090135) ; p. 163 (C - 5086) ; p. 165 (C-040277k) ; p. 179 (PA-185230) ; p. 183 (C-040107) ; p. 193 (en médaillon, C-121146) ; p. 201 (PA-011370) ; p. 207 (PA-028603) ; p. 211 (PA-059267) ; p. 251 (e000996234) ; p. 255 (C-040361) ; p. 257 (C-000517) ; p. 281 (PA-008837) ; p. 329 (C-040334) ; p. 335 (C - 012648) ; p. 340 (photographie découpée, no 3276251) ; p. 343 (e002291771) ; p. 364 (C-040326) ; p. 376 (Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française, Pin blanc d’Amérique : exploitation des peuplements de Raymond Quenneville, cf. https://bit.ly/2ZD4fHe) ; Bibliothèque et Archives nationales du Québec : p. 59 (Montmorency Mills, no P1000,S4,D26,P4) ; p. 84 (Jos Montferrand : T’en as fait du chemin, mon Gilles, depuis notre première rencontre ! Illustrateur Paul Hunter, 1986, no 03Q_ P716S1P86-07-04 ; p. 95 (Photographie montrant 2 femmes, vêtues d'une robe longue, pratiquant la drave sur la rivière Saint-Maurice), p. 106 (Alfred et Clémence Desrochers, no 06M_P697S1SS1SSS10D006_001) ; p. 131 (Le Samedi, 8 septembre 1934, no 164998 1934 -09-08-39) ; p. 149 (Monument en hommage à Octave Crémazie, no P48S1 P14485 06M P48S1P14485) ; p. 174 (La presse, 17 mai 1998, Cahier A, p. 3 de 16, no 82812 1998051701-3) ; p. 177 (no 06MP750 8110) ; p. 186 (gravure tirée de la page 57 du livre Le guide du colon français de Stanislas Drapeau de 1888, https://collections.banq.qc.ca/ ark:/52327/1987118) ; p. 192 (ANQ Gatineau, fonds Champlain Marcil (P174, S1, D50280), Pierre Elliott Trudeau visite le parc Moussette lors du Festival des Raftmen, 11 juillet 1968, photographe Champlain Marcil) ; p. 200 (Aquarelle de C.-A. Paradis, no P600, S5, PAQ49) ; p. 223 (La Bolduc, no 0004494730 4 494 730 - 1) ; p. 230 (William Chapman, no 0002745619 2745619) ; p. 309 (BAnQ Saguenay, fonds famille Dubuc, P1, D178.4, P25) ; p. 339 (https:// collections.banq.qc.ca/ark:/52327/3695539) ; p. 243 (Louis Fréchette, no P600S5 PDEN78) ; p. 253 (Pamphile Lemay, no 03Q P1000S4 D83PL00861) ; p. 274 (Honoré Beaugrand, 1894, no 2726784 0002726784) ; p. 285 (Le draveur,

378

sculpture d’Alfred Laliberté, no 33999) ; p. 321 (Illustration de Paul Caron, La Presse, 23 juillet 1903, qui accompagne l’article « La descente des rapides »).

du patrimoine culturel du Québec, no 2001.5.4, cf. https://www.patrimoineculturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=123199&type=bien ;

Centre d’interprétation de la protection de la forêt contre le feu (Maniwaki, Québec) : pp. 15 et 250 au no 7 (fonds Marc Begley, image 453) ; p. 35 (fonds Maurice Mantha, photographie de Stephen Homer, image 0014) ; p. 239 (Idem no 7) ; p. 287 (fonds Maurice Mantha, photographie de Stephen Homer, image 0012) ; p. 291 (fonds Maurice Mantha, photographie de Stephen Homer, image 0018) ; p. 293 (fonds Maurice Mantha, photographie de Stephen Homer, image 0006) ; p. 345 (fonds Hervé Flansberry, no E4.306) ; p. 351 (fonds Maurice Mantha, photographe Stephen Homer, image 0002) ;

Musée McCord (Montréal, Québec) : p. 192 haut (Marine, Ottawa de John Henry Walker, 1831-1899, encre sur papier, gravure sur bois, 17.6 x 23.4 cm, XIXe siècle, no M930.50.7.4, don de David Ross McCord) ; p. 313 (Cuisine sur un radeau de bois carré, rivière des Outaouais, Ontario-Québec, vers 1890, Studio Notman, plaque sèche à la gélatine, 20 x 25 cm, achat de Associated Screen News Ltd, no V2982) ; p. 337 (Compagnie de chemin de fer du Grand Tronc du Canada, pont Victoria, traversant le fleuve Saint-Laurent à Montréal, de S. Russel, 1860, 29.8 cm, no M15934.1, don de David Ross McCord) ;

Champlain Trail Museum (Pembroke, Ontario) : pp. 15 et 250 aux no 2 (Pet River Log Boots 579), no 4 (Pet River Log Pike Poles 570) ; p. 235 (Idem no 4) ; p. 289 (Idem no 2) ; p. 359 (Pet River Log Pike Poles 569) ; Collection privée : pp. 15 et 250 au no 5 (Alan Soucy) ; p. 29 (Dany Côté) ; p. 153 (Daniel Cécire, colorisation postérieure) ; p. 238 (photographie d’un groupe de draveurs tirée d’un ouvrage publié en 1983 pour le 75e de la paroisse de Notre - Dame-de-la-Garde, collection de Pierre Valois) ; p. 358 (Paul Leet Laird, Toronto University) ; Commission de toponymie du Québec : p. 39 (visuel Toponymes coups de foudre) ; Compagnie Domtar (ancienne division de Hull) : p. 193 (PHO-909 A-30013-2, Paul Rankin) ; Gouvernement du Québec : Carte des zones de végétation et domaines ; logo du portail de diffusion des données écoforestières (p. 10) ; cartes des circonscriptions (pp. 16, 18, 20, 24, 26, 28, 30, 32, 36, 38, 42, 44, 48, 52, 54, 58, 60, 62, 66, 68, 72, 74, 78, 82, 86, 90, 94, 96, 98, 102, 104, 106, 108, 110, 112, 114, 116, 120, 122, 124, 126, 130, 132, 134, 136, 138, 140, 144, 146, 148, 150, 154, 156, 158, 160, 164, 166, 170, 172, 176, 178, 180, 182, 184, 188, 190, 194, 198, 202, 204, 208, 212, 216, 220, 222, 226, 228, 232, 236, 240, 244, 248, 252, 256, 260, 262, 264, 266, 268, 270, 272, 276, 278, 282, 284, 288, 292, 296, 298, 300, 302, 306, 308, 310, 314, 316, 318, 320, 324, 328, 330, 332, 334, 336, 338, 342, 346, 350, 354, 356, 360, 362, 366, 368, 370, 372) ; répertoire du patrimoine culturel du Québec (p. 205). Les Promoteurs d’Angliers inc. : p. 205 (T.E. Draper) ; p. 267 (photo de gauche) ; Musée des beaux-arts de Québec (Québec, Québec) : p. 257 (Train de bois sur le Saint-Laurent, aquarelle sur papier vers 1835, 43 x 57 cm, no 1989.21, cf. https://collections.mnbaq.org/fr/oeuvre/600016211) ; Musée des beaux-arts du Canada (Ottawa, Ontario) : p. 181 (Ottawa, vu de la Rideau de Lucius R. O’Brien, 1832-1899, aquarelle sur mine de plomb sur papier vélin, artiste inconnu, 37,5 x 72,5 cm, 1873, no 30 573, don de la Commission de la Capitale nationale, Collection du domaine Mackenzie King (cf. Twitter du MBAC) ; p. 377 (Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française, Pin blanc d’Amérique : exploitation des peuplements de Raymond Quenneville, cf. https://bit.ly/2ZD4fHe) ; Musée des religions (Nicolet, Québec) : p. 351 (scapulaire, Répertoire

Musée POP (Trois-Rivières, Québec) : p. 290 (bottes de draveurs) ; Ontario Archives (Ontario) : p. 275 (no I0010888) ; p. 305 (no I0010891) ; p. 363 (no I0006775) ; Port de Québec et Méridien : p. 63 (photographie de Nicole Dubé, pour Résonance Canada). Source : https://www.meridien.group/fr/division/ division-maritime/realisations/2-construction-navale/12-bateaux-detravail. Musée royal de l’Ontario : p. 192 (Canadian Illustrated News, 1873-06-07, no 979-210-428, Door-P35), p. 219 (Timber Raft on the St. Lawrence, de Frances Anne Hopkins, 1838-1919, aquarelle et touches de gouache sur graphite sur papier vélin, 39.4 x 49.5 cm, no 962.37, don du Dr Sigmund Samuel) ; p. 348 (Train de bois aux rapides Lachine, lavis de J. R. Lagacé, no CC510A-A.02.007) ; p. 352 (Timber rafts, aquarelle de Baunjum, no 201365.5 - CC510A-E.02.007) ; p. 361 (A raft River St. Lawrence, lavis, artiste inconnu, no 951.66.14, 1 de 4 dessins) ; Société canadienne des postes (timbres) : Pin blanc de l’Est, Pinus strobus (p. 100) ; Les Raftsmen (pp. 14, 127) ; Three pences (p. 157) ; Jos Montferrand (p. 283) ; Ô Canada ! 1880-1980 (p. 303) ; Rivière des Outaouais, Ottawa River (p. 199) ; Société de recherches historiques de Pointe-des-Cascades : p. 363 (photographie de l’ancien obélisque des cageux) ; p. 365 (maquette). Société patrimoine et histoire de l’île Bizard et Sainte-Geneviève : p. 155 (photographie contemporaine de la SHPIB-SG diffusée en 2020 sur la plateforme Facebook) ; p. 267 (no CD2000-0130-015) ; Université d’Ottawa (Ottawa, Ontario) : p. 197 (carte Ssimkin, no A71941) ; Université Queen's (Kingston, Ontario) : p. 242 (illustration no V009 PGc 1385, Mill Point on St. Lawrence) ; p. 261 (photographie no 2248 1 106108) ; p. 349 (photographie no 22481 10692) ; p. 365 (photographie no 22481-106109) ; p. 367 (Calvin Archives, locator 2248, 1 Box 106, no 582 03Q P560 S1 P000117) ; Village du bûcheron : p. 73 (logo, courtoisie de M. Baptiste Prud’homme) ; Workers' History Museum (Ottawa, Ontario) : p. 344 (no GL005).


379


« L’exportation de bois est passée de 21 782 tonnes en 1802 à quelque 340 537 tonnes en 1819, sous l’ef fet des guerres napoléoni ennes et du blocus du bois de la Baltique. À son apogée, environ 300 millions de piedsplanche (ou 708 000 m3) étaient pro duits chaque année dans la région [de l’Outaouais]. On estime que la drave (qui s’est terminée en 1992) a fait flotter environ 14 milliards de grumes sur la seule rivière des Outaouais » — Le Lead er, automne 2020, Institut fo restier du  Canada.