Page 1

Le Matin (Paris. 1884)

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


Le Matin (Paris. 1884). 28/05/1934. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : - La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. - La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AUX TARIFS ET À LA LICENCE 2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : - des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. - des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation. 4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter utilisationcommerciale@bnf.fr.


DOUX PAYS

FIANCÉS

a en ce moment une 13 touristes espagnols Le congrès de la magistratendance dans les groupes de blâme ouvertement ture VOLENT. sont carbonisés CODOS gauche du Parlement à ouL'ATLANTIQUE l'attitude de la commisblier la leçon du 6 février. à la suite d'un accident sion d'enquête envers Qu'on y prenne garde, le EN DIRECTION DE SAN-DIEGO (CALIFORNIE) feu couve encore sous la cenpremier président Lesd'autocar dre et il pourrait y avoir de qui exprime* coûvé à cruels retours de flamme. Landes dans les même temps qu'au Il n'y a place en ce moment Leur passage a été signalé par plusieurs navires rtjlsjMiW atteindre Terre-Neuve ce matin que pour le cabinet de trêve garde des sceaux, sa resLe chauffeur et cinq voyageurs Si tout va bien, l'avion se posera demain, dans la nuit, au bord. du Pacifique au pouvoir. Il faut qu'il vive pectueuse confiance sauver se pu pour éviter les catastrophes mais sont tous plus ou moins qui ne manqueraient pas de grièvement atteints se produire si la politique Lyon, 27 mai. • Pat téléphone. états. généraux Ces. de; .la -judicîiture cartelliste avec l'appui de M. LE CHAUFFEUR EST ECROUE que tient chaque,) année .'l'Association. amicale de la .magistratur.e'dnt été, cet Léon Blum reprenait le desaprès-midi, à Lyon, dans leslambris Le feu s'est communiqué aune forêt de pins Il faut donc que tous, aussi bien dans la majorité que mais à pu. être maîtrisé dans le gouvernement, obserTde noire CORRESPONDANT particulier] 0ax, 27 mai', Par téléphoné. vent la trêve. Un terrible accident'd'autocar,s'est proC'est le régime et l'avenir duit cet après-midi, à 70 kilomètres de Mont-de-Màrsan; entre Liposthey et le du pays qui sont en jeu. Muret. Treize étudiants espagnols se. rendant ârParïs en excursion ont été Le départ de l'avion de Codos et Rossi, hier, à 5 h. 10 carbonisés., 'Six.des occupants ont pu phot Matinmoins M. Louis Barthou sauvés mais ont.été plus

LES AILES CONTRE L'ESPACE ET CONTRE LE TEMPS

SUR.

ET ROSSI

DE MOSCOU J'écris de la campagne, par un soir plein de douceur, où le soleil mène sa course vivante. Les airbres feuillus et denses, l'herbe haute et fournie, les champs de trèfle épais et rouge, tout montre la richesse de la terre, le bienfait de. la saison. Les oiseaux retournent aux nids innombrables que j'aperçois creusés le. long d'une corniche spongieuse. La minuscule rivière, qui glisse d'un mouvement insensible entre deux rideaux de peupliers et d'yeuses, semble s'endormir tout à fait, devenir immobile.

Bientôt, dans les petits marais des alentours, couverts d'une

Il y

le

il

en

onf

[DE

mousse couleur d'émeraude, les grenouilles entreprendront leur chœur. Et la lune montera sur un calme diaphane. Tout s'ordonne dans une simplicité, une vérité profondes. Les astres, les feuilles, les bêtes et Les aviateurs Codos et Rossi, ainsi les hommes eux-mêmes, en ce que nous l'avons relaté hier, dans nos qui touche leur travail, suivent dernières éditions, ont décollé du Bourget hier, à 5 h. 10, à bord de leur moun rythme qui ne connaît d'autre noplan Joseph-Le-Brix en direction de 1 loi que celle de la. nature. San-Diego, en Califorme, dans le but de

Devant cet enchaînement ügoureux et fécond, où tout se lie selon une fruste noblesse, on conçoit soudain avec une acuil'afté ,.voisine ,de l'épouvante freuse complexité, la tracasserie minutieuse et vaine, le réseau étouffant de prescriptions, de contraintes et de formalisme, sous lesquels l'existence moderne courbe l'homme dans les grandes

atteinte par les aviateurs pendant la première partie de leur raid,» avec une En présence du président pleine charge d'essence, se chiffre donc de la République, à Etampes, Arnoux par 194 kilomètres. Ils sont en liaison avec New-Y9rk volant à 389 kilomètres à l'heure battre le record du monde de distance New-York, 27 mai. • (Dép. Havas). s'adjuge la Coupe Deutsch-de-la-Meurthe On a intercepté un message radioen ligne droite qui leur appartient depuis le 7 août 1933 avec

le

vol New- télégraphique de Codos et Rossi dans

(Voir la suite en 2' page,

York-Rayak (Turquie) soit 9.104 kil. 700. Les indications météorologiques étaient extrêmement favorables et à moins d'événement imprévu. il apparait qu'ils doivent mener à bien leur audacieuse tentative. Etant donné que la durée prévue dé leur raid est de soixante-cinq heures, il faut penser qu'ils arriveront à SanDiego, sur la côte du Pacifique, dans la nuit de mardi à mercredi. (Il faut noter que l'iteure du décollage, 5 h. 10, est l'heure d'été. Comme tous les messages donnant la position de l'appareil utiliseront l'heure G.M.T., il jaut se baser sur l'heure du départ 4

h. 10 (G.M.T.)

Le passage à Cherbourg CHERBOURG, 27 mai. (Dép. Havas). Le- Joseph-Le Brix est passé à 5 h. 55 (G. M. T.) au-dessus de Cherbourg et à 6 heures, à Jobourg, se dirigeant vers l'ouest. Le temps est très clair. Un message de Codos et de Rossi Les aviateurs ont envoyé au ministie de l'air le message suivant Avons Quitté côtes françaises, à Cherbourg, à 5 h. 55. Espérons mener à bien la mission que vous 'iùvs avez confiée. Salutations respectueuses. Vive la Sonos, Rossi. France

Ée Souvenir

français à

colonne»

lequel les aviateurs annonçaient qu'ils espéraient atteindre Terre-Neuve à minuit (heure, d'été, 4 heures G.M.T.).

Un communiqué du ministère

de l'air Le ministère de l'air a communiqué la note suivante De l'avion FA.L.C.C, à 19 h. 46 (G. M.T.) A 19 h. 50 (G.M.T.), serons à 3b' longitude ouest et

latitude nord; remonterons- ensuite- vers Terre-Neuve que comptons survoler demain matin, vers 4 heures: Beau .temps, depuis départ. .Dans un instant, j'appellerai le

Châmp2ain. A 20 h; 25 (G.M.T.), l'avion de Codos appelle le Champiain,, demande les prévisions météorologiques, salue le ,com,mandant Barthelemy, les officiers et les MAURICE Arnoux, qui s'est classé prematelots du Châmplain, exprime son es- mier de la Coupe d'aviation Deutschpoir de revenir en France sur ce ba- de-la-Meurthe à bord d'un avion teau et envoie ses amitiés à tous. Caudron, moteur Renault (Voir le compte rendu en Page Sportive) (Voir la suite en Dernière Heure)

est,«bon.

message du « Joseph-Le-Brix n'est pas compris

Le poste de. T. S. F. de Brest fait savoir qu'à 14 h. 21 (G. M. T.) appelé le Joseph-Le-Brix. Celui-ci a répondu mais le message à été brouille et n'a

il

pas été compris.

Ils survolent des paquebots LONDRES,

La sécheresse va continuer Si, comme on Va observé, la pluie ap-

Apothéose: de la coupe Deutsch-de-la-Meurthe abandonnant tout protocole, le président de la République, après avoir assisté aux' épreuves' à Paris à bord d'un avion, Etampes, accompagné du général Denain, est rentré àpublics L'avion préUdencuriosité le parmi de mouvement suseitant un vif général 'De-nàin. Pétatn et le le maréchal égcüement tiel où se trouvaient h. 45. est arrivé à VilXacoublay Le chej de l'Etat prit alors place dans la voiture du ministre de l'air et regagna l'Elysée. Notre photo montre le président de la République alors qu'il vient de

26 au 27

a présidé l'assembléegénérale du Soit-

cimetière militaire.

Phot. H. Carabin. .(Volt notre dépêche an cinquième pare)

directeur des services météorologlques [

t Msttc i. En sixième page du

LES MILLE ET

UN

MATINS

Providence, par H.-J. Magog.

•;•;

Les maladies judiciaires sont tou-

| Il

compte rendu de A. Thamin et illustrations

La causerie horticole, de Jacquës Peyrot EN CINQUIEME PAGE

-plus anciens -de -la Par quelle formule l'exprimer dans notre Constitution autonomie complète du pouvoir judiciaire, ayant à- sa tête un grand juge choisi ,hôrs du .Parlement, échappant au .'renversement dçs majorités ou, plus simplement, par une a,ux principes-

lib1erté

-les

plus grande

donnée notamment

au parquet .vis-à-vis du garde des sceaux qui ne pourrait plus 'décider de l'ouverture de poursuites que pour la sécurité de l'Etat ou encore assurer toute auforjnule

à envisager. Mais, en- tous. les cas, que la ma. gistrature soit consultée quand ofiétU' diera le problème: judiciaire dans Ja réforme de l'Etat, conclut l'orateur en

emportant l'approbation de l'assemblée. L'indèpewaance de, la .magistrature, poursuivit M: Cassagnau, ttoti être proclamée actuellement; n&n< pas pour que nous soyons plus indépendants,: mais pour que les justiciables ne puissent plus douter un instant de notre- indépendance qui n'a jamais cessé d'être. Le gouvernementlait quelque chose. Nous sommes reconnaissants à' M. Chêron d'avoir intérdit les, recommandations. et institué Une commission élue pour tes nominations de la plupart des /magismais il faut faire davantage. trats Tous

les fonctionnaires en France ont

statut,sauf peut-être ceux, qui en auraient: davantage. -VesovA, qu'ils. parce

ds&iineni'tes: ..responsabilités. tes plus, cune garantie contre l'arbitraire du, gçwvernement, souAiis qu'ils sont entièrement', au gardé, des 'sceaux,' Révocables "dd libitum.' -Il faut constater qu'e c'est dans leurs rangs .que l'on:, a çtu. pouvoir rechercher l es responsables des événements récents.. (Voir la sulte en cinquième page)

L'inauguration,

au Père-Laéaise, du monument des garibaldiens donne lieu d'imposantes manifestations de l'amitié franco-italienne

d'instruction ? La paraplégie se porte sur [les jambes et vous empêche dé marcher Vous bffre-t-on la« liberté provisoire ? elle se porte au cerveau, et vous permettant de sortir, vous ëmpêche,v|iéanmoms, de préparer vo-

Nous faisons appel à M. Adrien Marquet. Il est administrateur secoué ta poussières de ses avisé et réformateur énergique. souliers- sur .la sociale-paperasserie. N'aidera-t-il pas des milliers de Français à secouer la leur sur la sociale-bureaucratie ? Ne voudra-t-il tre défense. pas réussir ce que ses prédécesseurs n'ont' même pas essayé L'audience vous réclame-t-elle ? de réaliser ? Le mal immobilise, de nouveau, les membres inférieurs. a nùVdubon folie loi dans de Etre le ministre qui sens une Vous y transporte-t-on ? La tête de gloire ? est beau prise soudain et vous ne pouvez titre Quel plus

Gabriel Guilbert,

général Weygand (au centre) qui

démie.

définitive-

ment la politique de l'administration de lu justice, lui interdire dé S'ingérer dans L'avancemPMt des magistrats, et aussi de s'interposer quand une sanction est prise contre l'un de nous. On semblée, ajouta-t-il, vouloir, ces temps troublés,, faire diversion etenrejeter sur le corps judiciaire les défaillances des autres. Qr. dans nos ranas. on n'a pas pu, dénoncer Une seules défait.' lance.de l'honneur- devant l'argent. Cette indépendance,! tant, désirée, de la magistrature envers la politique, M. C&Ésagnau. avec tous ses collègues, la voit dans une'séparation des pouvoirs bien tracée et conforme d'ailleurs

tre

Elle est apparue à Pontoise à la fin dé la semaine dernière, dans un cértincat médical qui en-décrivait ainsi les caractéristiques égarement des sens, troubles visuels et auditifs, excitations, hallùcinations. En français jusqu'ici, dans la période aiguë, ce mal s'appelait une culte, et dans sa phase post-aiguë. la gueule de bois. Mais; comme en justice; cette affection fait nettement figure de maladie honteuse, elle ,vient de prendre, pour avoir éprouvé un homme M. STEEG de qualité, et par contre-coup, et plus tragiquement encore, une ou- dans une. clinique de Neuilly, une.intérvrière agricole, le nom d'éthylisme. vention abdominale. Aux grands'maux, les grands mots. Une légère amélioration a été consL'éthylisme est d'ailleurs promis, tatée hier dans létat de santé de l'anprésident du conseil dont les nou-' après' un si brillant début, -au 'sort cien velles, en fin de soirée, étaient- plus le plus beau qui soit comme maladie. rassurantes. Elle va devenir rapidement une épi-

tés épidémiqùes. Cette aberration mentale, qui incline à se tromper constamment de vérité, la mythomanie; est diagnostiquée régulièrement chez tous les accusés dont le système de défense.. ou la situation sociale, n'accepte pas le mensonge. prendre place bord de l'avion: (Phot. Matin.) Cette aberration morale,! qui s'appelle la kleptomanie, est invoquée Albert François le régnait temps où feu II y a un an, au sur par tous ceux à qui on reproche fun avec l'aggravation de Ia. rétravail et les assurances sociales, promesse solennelle avait été faite vol, cidive. le de par* devant le Sénat, régime de France, que tout citoyens Une autre, et non la moins subaux paperasserie des assurances sociales allait être modifié et simplifié. til2 et., Ja moins pernicieuse de ces maladies, est celle dont souffrait Plus de timbres Plus d'écritures Plus de courses aux bureaux Stavisky la paraplégie. Une sorte de poste Le projet de réforme allait être déposé dans la quinzaine, de paralysie vagabonde, qui n'affëéte- jamais à la fois que le haut voire dans la huitaine. ou le bas de l'individu, mais qui de haut en bas et de bas en Des mois et des mois ont passé. On colle toujours des timbres. passe hapt avec une inopportunité manià la poste. Rien On remplit toujours des feuillets. On va toujours Vous appelle-t-on chez le Juge n'a été changé. Rien n'a été amélioré.

fraîche, mais a été trèsnuit du 27 au sans gelées blanches. La fraîche, opoisinant 28 sera semblable Manche la journée un encore la gelée peu plus douce. Les maxnna du 26 mat sont encore curieux par. leurs écarts. Tandis que Paris notait 17°. on n'inscrivait que à Calais 12o à Cherbourg 13° à Va140 au Havre, mais .Dijon lendennes Toulouse, marquait 22° Pau, Nîmes, Marseille, 28°. Bordeaux et Nice, soIaires On soutient que les taches déterminent les températures sur notre ierre il faut croire, devant ces 11° à « EN HUITIEME PAGE Calais et ces 28° à Bordeaux, 'que le I les courses à Longchamp soleil répand, à la fois, la chaleur et la fraîcheur, en dispensateur capricieux. résultats

nuit du

Propos d'un Parisien

frir de nos jours, la plus récente

;•

Téléph. Matin.1.. 27 mai. Les transatlantiques Manhattan et George-Washington ont aperçu le Joseph-Le-Brix entre 13 heures et 14 heuTout allait res (G.M.T.) cet après-midi. météoroloconditions bien à bord, les giques étaient favorables. Le transatlantique Europa a été survolé cet après-midi à 15 h.' 8' (O.M.T.) Codos et Rossi par le Joseph-Le-Brix. signifiant radio que tout ont lancé un allait bien à bord. A l'heure indiquée, le paquebot se trouvait à une distance d'exactement 1.126 kilomètres de Southampton et la vitesse moyenne horaire

.Il faut écarter,' dit-il,

L'intoxication éthylique est de toutes les maladies, dont on peut souf-

1.430 kilomètres nord, 16°35 ouest Beau, temps, 7 heures. parcourus en Suivons ligne des bateaux. Le moral

'et. Quant à la chaleur,elle a disparu. La

Le

d'assises, animés par révocation des événements .judiclaires récents. .Le président de l'association, l'avocàfc' général Cassagnau, .prononça, .'dans un excellent discours, les paroles que tout le monde attendait, juges ét justiciables. sur l'indépendance nécessaire de* la magistrature

Une maladie nouvelles l'éthylisme

15

M. CASSAGNAU

bien clos de la cour

françaises, britanniques; turques et grecques étaient venues saluer sur le quai de la gare les hauts délégués à reras Jérbnlmos, à Madrid, et à laquelle la conférence du désarmement. appartenait le car. Le véhicule arrivait, à 13 h. 15, a •L'amiral Togo, héros de la guerre 4 kilomètres de Liposthey, lorsque, pour rnsao-japonaise, est à toute extrémité une cause encore indéterminée, le lourd véhicule fit une embardée et vint accroquatre arbres sur le bord de la Téléph. Matin.- f.her LONDRES, 27 mat. route, Il en renversa un cinquième et Des dépêches de Tokio annoncent que un télégraphique et vint se coul'amiral Togo qui souffre d'un cancer de cherpoteau le bord droit dans un fossé. sur la,;gorge depuis près d'un an est au plus en Dernière Heure) (Voir la" suite Le mikado et la famille impériale, ont envoyé. des cadeaux à la résidence de LA SANTE DE M. STEEG l'amiral, observant la vieille tradition nippone qui n'entre en jeu que lorsque l'état d'un malade est critique. M. Théodore Steeg, sénateur, ancien L'amiral comte Heihachiro'Toga, âgé président, du conseil, qui était allé pasde 87 ans, est le doyen des marins.japoles fêtes de la Pentecôte en Nornais et conquit ses titres de .gloire pen- ser mandie, été obligé de rentrer brusdant, la guerre russo-japonaise en 1904 quement Paris. Atteint d'une angioet ,1905, colite d'origine paratyphique, il a subi,

M. ALBERT LEBRUN RENTRE A PARIS EN AVION

Au-dessus de l'Atlantique Codos et Rossi ont envoyé par T.S.F. le message suivant Position à 11 h. 45 (G. M. T.) 48"

pelle la pluie et la sécheresse la séchevériresse, nous serions menacés d'une table disette d'eau dans presque, toute la Strasbourg France. Les dépressions, qui, en temps normal, amèneraient des chutes d'eau ou des orages, passent au loin- sans pluie ni orage. Les vents d'O., réputés pluvieux, deviennent des vents secs c'est la caractéristique des grandes sécheresses. Au lieu d'invoquer le proverbe « Il pleut de tous vents », on, dira « Aucun vent n'est pluvieux. » Ainsi, le 26, les vents sur la Manche et à Paris auront passé du N.-E. au il ne pleuvra pas. N.-O.

1™

melin, chef d'état-major dé l'armée, et de leurs principaux collaborateurs, est parti hier soir a 22 heures, par la gare de Lyon, pour se. rendre à Genève à la conférence 'du désarmement. Sir John

de Grande-Bretagne, qui était arrivé au Bourg-et par la voie des airs. à 11 h. 20, venant de Croydon, a pris, à 22 heures, le même train we -M. Louis Barthou. Sont également partis pour Genève, en même temps que les représentants de la France et de l'Angleterre, Tew8k Rouchdi bey. ministre des affaires étrangères de Turquie, et M. Politis, ministre de Grèce à Paris. Un grand nombre de personnalités

Un

Un jeune médecin fonctionnaire comme le sont tous les médecins en Russie avait reçu de son administration un congé de deux semaines. II alla les passer à. Odessa, au bord de la mer Noire. Le loisir et le climat aidant, il devint très vite amoureux d'une jeune fille. il lui fit valoir les avantages de sa situation dont le principal était au'il habitait -seul une chambre. La jeune fille fut séduite et se rendit à Moscou avec le jeune docteur pour l'épouser. La formalité du mariagee consistant à se faire inscrire sur un registre, les fiancés croyaient que la chose serait facile. J. Kessel

M. Louis Barthou, ministre des affaide M. Piétri, res étrangères, accompagné ministre de la marine du général Ga-

être ou grièvement .blessés.. Les excursionnistes étaient partis de Madrid hier 'matin, à 8 h. 30. Ils étaient repartis ce matin, à 8 h. 45, contipour Bordeaux et de là devaient voyage. du Ceterme vers Paris, nuer journal Ed' organisé le était lui-ci par internacompagnie Débate avec une tionale de voyages qui a son siège Car-

Simon, -ministre fies affaires étrangères

villes:

Il ne peut même pas y traverser les rues à sa guise. Il subit un contrôle incessant. L'Etat tentacùlaire l'enveloppe chaque jour davantage de ses règlements et de -son inquisition. Et comme l'Etat est toujours représenté par la bureaucratie et que la bureaucratie est toujours lé contraire de la vie, l'homme des cités se trouve entraîné dans un demain infernal, dans, un labyrinthe sans issue où les murs sont faits de paperasses, où règnent en divinités implacables les sceaux, les cachets, les tampons. Et plus, l'Etat intervient, plus l'air se raréfie et plus les hommes deviennent des marionnettes grotesques, régies par d'absurdes conventions. Aucun pays, à l'heure actuelle, n'échappe à ce fléau, mais aucun n'est, à cet égard, aussi riche en exemples instructifs que la Russie des soviets où, comme chacun sait, l'Etat s'occupe le plus strictement qu'il peut, du sort de ses administrés. Aussi, en feuilletant les journaux les plus orthodoxes arrivés de Moscou, là semaine dernière, on trouve une histoire assez belle pour qu'elle vaille d'être rapportée.

est parti hier soir pour Genève

NOTRE

Une concierge est assassinée à Belleville

plus répondre. Si l'on y réfléchit pourtant, l'éthyplus séduisant eng lisme est un mal core, en ce qu'il supprime complètement la responsabilité du délit et qu'il vous laisse miraculeusement en main les certificats médicaux les j plus probants. est de savoir maintenant | Le tout les poivrots, quel traitement pçur les agents de police trouveront à

I

^••••••••«««•••••••••••••••«"•^«""«••«••••»">HMIIIH««llmMI"IHi|»f»«

Intérim.

L'inauguration du monument et, en médaillon, ministre des pensions, prononçant son discours. Avant de quitter Paris, la délégation des garibaldiens de l'Argonne, dés volontaires italiens dans l'armée française et des chasseurs des Alpes a assisté hier matin à l'inauguration du monument aux garibaldiens de l'Argonne,et aux volontaires italiens de l'armée française élevé, dans le cimetière du PèreLachaise, à côté du monument aux soldats belges morts pour la France. Dès heures du matin, une foule considérable se pressait aux environs

pour

M.

Rivullet,

rivée des garibaldiens et des délégation! d'anciens'combattants italiens et français qui devaient assister à l'inaugura.. tion du monument. (Lire la suite en septième page)

EN DEUXIEME PAGE Un engin explosif

a été lancé

contre le monument des garibaldiens ^de l'Argonne


Fiancés de Moscou SUITE DE L'ARTICLE DE 1" PAGE 'DE J. KESSEL

Mais ils avaient oublié que le médecin avait un passeport de Moscou et que la jeune fille avait un passeport d'Odessa. Et le bu-

Un engin explosif

M. Edouard Herriot a présidé, ce ma-

L'explosion qui se produisit une heure avant l'inauguration a blessé très légèrement huit fossoyeurs et jardinier

résidence. Il

des garibaldiens de l'Argonne, allée du du Père-Lachaise intervint le droit de Levant au cimetière lui était interdit un extrémiste a lancé un engin explo.

d'habiter Moscou avec un passeport d'Odessa. Et elle ne pouvait obtenir un passeport de Moscou qu'en épousant un homme muni de cette pièce et, d'autre part, elle ne pouvait se marier sans exhiber le passeport qui lui était refusé, On trouva un biais. Le mariage fut autorisé, mais à Odessa, les papiers de Moscou étant valables là-bas. Les malheureux se résignèrent à faire les 1.412 kilomètres qui séparent les deux villes. Le docteur emprunta péniblement le prix des billets, obtint, à force de prières, un congé hors Série, acheta les billets. Mais, faute de moyens de communication suffisants, les fiancés manquèrent leur train. Le docteur alla trouver le chef de gare et lui demanda de poinANGE FRASCOÏA çonner les tickets pour"le jour photographié au commissartat suivant. Impossible, répondit le fonc- sif contre le socle du monument. Cet tionnaire, vos billets sont perdus. acte de vandalisme n'a pas eu toute les qu'espérait son auteur. Le Etant donné l'affluence des pas- conséquences monument ne fut pas atteint mais sagers et le petit «ombre de des fossoyeurs et des jardiniers qui statrains, un nouveau règlement tionnaient à proximité furent très légèrement blessés. vient d'être mis en vigueur. Mais je ne peux plus trouver Dès le début de la matinée, de nombreux curieux s'étaient approchés du d'argent, mais je ne peux pas me monument des gardiens de la paix marier, mais ma fiancée ne peut avaient été'etmis en surveillance pour éviter à Moscou. les incidents possibles. Les repas rester Ce n'est pas mon affaire. présentants de l'ordre avaient jugé bon faire circuler les promeneurs et il billet perdu. de Billet en retard restait plus que peu de monde, allée ne Le reporter de la Pravda, qui du Levant, quand, vers 9 h. 35, une explosion assez violente, accompagnée relate cette aventure, trouva les d'une projection de terre et de gravier, jeunes gens sur une banquette et se produisit derrière le monument. pleurant. Sans perdre leur sang-froid, les garM. Louis Proust proteste contre la procédure qui précéda

son exclusion du parti radical à Clermoùt-Ferrand M. Louis Proust, député d'Indre-etLoire, communique une lettre qu'il a adressée au président du comité exécu-

tif du parti radical-socialiste et dans laquelle il émet une protestation contre la procédure employée à son égard au congrès de Clermont-Ferrand, et qui a abouti à son exclusion du. parti radicalsocialiste. Il rappelle les faits et conclut Je proteste avec la dernière énergie contre une semblable procédure, bien pius rigoureuse que celle des tribunaux de la Révolution, où les plus suspects pouuaient toujours présenter leur dejense, et le tiens à vous affirmer une fois de plus que le congrès a prononcé une condamnation contre un de ses membres qui n'a à se reprocher ni une Jaute contre l'honneur, ni une faute contre la probité. M. Edouard Herriot n'est pas exclu de la Ligue des droits de l'homme

On communique La presse publie, au sujet de M. Edouard Herriot, une déclaration de la section lyonnaise des Droits de l'homme. Afin d'écarter tout malentendu, le secrétariat général de la Ligue des

droits de l'homme fait savoir la Qu'à aucun moment le congrès de la ligue à Nancy, auquel participait le président de la section lyonnaise n'a été saisi d'aucune proposition d'exclusion à rencontre de M. Herriot 20

Que les délégués de Seiné-et-Oise,

en soulevant l'incident qui a provoqué la démission de M. Victor Basch, ont limité leur intervention à l'affaire des abattoirs de la Mouche, sans aucune allusion à l'exclusion de M. Herrioi 3° Que le secrétariat général n'a reçu de la section lyonnaise aucune notifica. tion d'une exclusion de M. Herriot et qu'en conséquence « M. Herriot n'est pas exclu de la Ligue des droits de l'homme » 40 Que le droit de parler au nom de la ligue tout entière et de ses 2.boo sections, n'appartient, eu dehors des congrès, qu'au comité central et, à son président, que le comité central est convoqué pour le jeudi 31 mai, et qu'il se' prononcera, à cette dbte. sur les incidents qui ont provoqué la démission de M. Victor Basch. En attendant, aucune déclaration particulière ne peut engager la ligue, t traduire son opinion. 11

Feuilleton du MATIN du

i

H,

diens en civil Berthet, Rombaut et Emaer, du XII" arrondissement, se lancèrent à la poursuite d'un inconnu qui, sorti brusquement d'une haie où il se tenait caché, prenait la fuite vers le

monument aux morts belges. Rejoint par le gardien Berthet, l'homme se débattit, puis, maîtrisé, s'écria Je n'ai pas jeté de bombe 1 Il fut immédiatement conduit au commissariat de police du quartier tandis que d'autres agents conduisaient dans une pharmacie MM. François, chef fossoyeur, Gordien, Lemoine, Laurent, Momon, Jomary, Profit et Clarence; fossoyeurs et. jardiniers, qui avaient été légèrement blessés à la face par du gravier que l'explosion avait chaussé violemment. Durant ce temps, d'autres policiers remarquaient, derrière le monument, sur la droite, à trois mètres du socle, un trou profond de *5 centimètres. Dans un rayon de 20 mètres, les enquêteurs devaient retrouver éparpillés des mor» ceaux d'acier laminé et des éclats de fonte brune, déchiquetés, assez analogues aux éclats de grenades. A quelques mètres de là, derrière une haie, dans un enclos planté d'orties, ils trouvèrent également une petite mallette abandonnée. Tandis que M. Moussu, commissaire de police par intérim du quartier, interrogeait le suspect arrêté quelque secondes après l'explosion, Ange Frascoya, né le 23 janvier 1901, à Maggrate, province de Novara (Italie), monteur en chauffage, 198, avenue Girardot, MM. Pradier, commissaire de police au service des renseignements généraux Ballerat, inspecteur principal, Chadal, brigadier l'inspecteur Petit et des inspecteurs du laboratoire municipal, arrivaient au Père-Lachaise. Ils entendirent, notamment, les fossoyeurs blessés. Grâce aux témoignages dc ces employés et des constatations antérieures, les policiers purent reconstituer comment l'attentat avait été commis. On pense que le malfaiteur, vraisemblablement seul, était venu de très bonne heure au Père-Lachaise, II avait caché soùs les orties la mallette, de petites dimensions, qu'il avait apportée et dans laquelle se trouvait l'engin explosif. Vers 9 h. 30, l'homme, qui attendait dans la haie qui borde le terrain, derrière le monument, se dégagea et, jugeant l'instant propice, s'en fut quérir l'engin dans sa mallette. En se déplaçant, il remua les branchages de la haie et le bruit attira l'àttention des fossoyeurs qui se tenaient groupés sur l'extrême-droite, à 20 mètres du monument. Ces employés ne s'étonnèrent pas autrement et ne perçurent même pas le bruit sourd que fit en tombant sur la terre battue, derrière le monument, l'engin lancé Dar le malfaiteur. (Voir la suite en Dernière Heure)

mai 1934

000

Circé

(suite)

La chère Anna s'est créée la championne ocxulte de cette vieille histoire. Malgré son aspect de grand prix de beauté, de courtisane merveilleuse, elle est née avec ce tempérament d'apôtre qu'ont d'ordinaire des femmes très laides. Puis, le sang de quatre grandes races, européennes s'agite en elle cela compte. Et, surtout, ceci son père, et un oncle qu'elle aimait comme son père, tués pendant la grande guerre sa mère, fusillée pour avoir aidé à des évasions de prisonniers son mari, ce charmant comte de Briz, que j'ai bien connu, distrop mêlé aux paru mystérieusement il s'était européen. Ces affaires d'un grand pays neuf et tragédies ont affecté un peu la raison d'Anna. Elle s'est mise à faire de la propagande internationaliste dans le peuple. Parmi les ouvriers et ouvrières I. Vêtue misérablement. Vivant dans un taudis. Malpropre, enlaidie. Travaillant de ses mains douze heures par jour, car elle n'avait pas un sou d'avance. Je l'ai reconnue, par hasard, un soir, dans une grève de tisseuses on venait de l'arrêter. Je l'ai emmenée. J'ai causé avec elle. J'ai vu aussitôt le parti que je pouvais tirer d'une intellectuelle aussi convaincue et aussi séduisante». Pourtant, de pareilles idées. J'ai feint de les partager. Je lui ai assuré que

BOUQUETS La plupart des femmes aiment les

HENRY BORDEAUX de l'Académie française LE CHENE ET LES ROSEAUX

tin, l'inauguration du groupe scolaire les autorités allemandes fleurs, mais ne savent pas les disposer Un homme proAristide-Briand, dans le quartier du par N'ayant des dans d'ailleurs fondémenthonnête, Gerland, qui est en plein essor. vases. reloyal et austère pénétrait dans Strasbourg cours qu'à quelques variétés connues et Dans son discours, le ministre d'Etat s'aperçoit enfance de évoqué le et temps avec époua son coûteuses. elles négligent des fleurs simvante, l'école laïque. le développementpris par au soir de sa dont ples charmantes elles pourraient et vie, Glorifiant le nom d'Aristide Briand, [DE NOTRECORRESPONDANT que tout s'écrouPARTICULIER] tirer parti dans la décoration de leurs le en lui, autour de Que porte le groupe scolaire, .M. HerNnNCY,27 mai. Par téléphone, lui. Son fils est traappartements. Il fut le quelques Matin l'a dit,, duit devant la cour a juste créé jours, le dix Il y ans que y a Mais l'art de mêler les branchages organisés par d'assises, protocole de Genève. S'il a été refusé, un bon patriote alsacien, J.-B. Vetsa fille tombouquets des d'utiliser les champs, be dans les bras d'un amant. Quel ce n'est pas la faute de la République ter, mourait à Strasbourg. Pendant aux Bureau de voyages du journal 8 plus sujet retombantes faisceau le léger pourrait être poignant française. tiges ou toute la durée de l'annexion, il avait Puis le maire de Lyon rappela les été l'art de faire durer des que l'étude de ce cœur fermé qui des graminées, des ardents mainteneurs de paroles qu'il avait prononcées la veille l'idéeunfrançaise a cottduit les siens au malheur ? Heurs fragiles d'acclimater les qui fleurs lui Alsace, ce en (Pion, éditeur.) ou en Sorbonne arrêté valut le d'être incarcéré, dès doute don sans et sauvages est aussi Les efforts de 1924 n'ont pas été un perdus, conclut-il. L'heure actuelle est début de la guerre, par les Allemands, mystérieux que le peuvent être, dans un difficile, mais je ne suis pas découragé. et de recevoir, du gouvernement de autre domaine, le tact, le thic, le ETES-Vous MONDAIN ? Préférez-vous Je conserve l'espoir de voir réaliser pro- la République, la médaille de la Fi- charme. des vacances tranquilles ? Aimezchainement le protocole. Il n'est pas de délité française, avec quatre étoiles. Mais. au fait. est-ce bien dans un vous le soleil ? Préférez-vous la fiaîtache plus haute que de mettre la paix Messin A l'occasion de le mort, sa (Excursion facultative à Naples 2 cheur ? cela Si paradoxal entre les peuples et dans les peuples. publie l'anecdote suivante, domaine ? paque et Pompéi) que lui a autre M. Herriot a présidé l'après-midi, à raisse, vous trouverez tous ces avanRosine, racontée de lecteurs S un ses l'Opéra, au milieu d'une grosse affluence, 8 jours 1.040 réunis à Dinar â, la perle de la tages différenties le Matin reprises, A de la « la vingt-deuxième fête civique Côte d'Emeraude. compris AUJOURD'HUI fut interdit, dans nos trois départejeunesse. Départ le 4 JUIN de PARIS g" ments, par les autorités allemandes. LUNDI :8 MAI ROUFF, Champs-Elysées, Paris, on tenait beaucoup à le Fête à souhaiter Sàlnt-Glràrd. Un incident qui est passé à peu près Cependant, ses gants tulle, 22,50; lin, 35 fr. MILAN, Courses Salnt-Cloud. inaperçu s'est produit lors de l'inaugu- lire. A cette époque, le train de Paris Ses bas fin, fin) 36 44 du et Strasbourg heures 35; arrivait à 22,5o 29; à 5 ration du groupe Aristide-Briand. Ur. Arc de Triomphe de l'EtoUe Garde de la dessinateur du P. L. M., M. Pierre soir, avec les journaux. Moins d'une flamme perpétuelle Fédération nationale 40 fin, 37 fins de séries, 15, 19 et 22 fr. FLORENCE Kieffer. 29 ans, a sifflé le maire dt demi-heure plus tard, on se retrouvait des associations de mutilés, victimes de la Cache-sexe fil indémaillable, de banlieue. Lyon. Arrêté, Kieffer a déclaré qu'il à la bijouterie de Vétter, entre amis guerre et A.O., groupe avait voulu protester ainsi contre les sûrs le Matin du jour était là (Excursion facultative à Naples VOtiS FUMEZ ? QUE FUMEZ-VOUS ? DEUILS décrets-lois. Prévenu d'outrages, il sera et Pompéi) Quand il y avait une nouvelle Sans doute du Caporal ordidéféré demain au parquet. obsèques de M. Bernard Albert Les wv S 10 jours Frs 1.290 importante et que la Délégation sié- Bloch-Levalois auront lieu 15 avenue naire, le tabac des vrais fumeurs M. de Lasteyrie à Narbonne geait, le père Vetter portait le journal Carnot, aujourd'hui lundi, à 3 heures. Prenez donc des cigarettes Celtiques, tout compris (Dép. Havas). Q NARBONNE, 27 mai. Wetterlé, qui, installé dans De la part de Mme Bernard Albert, grosses, bien faites, en Caporal ordil'abbé à Départ le JUIN 2 de PARIS de l'union A l'occasion du congrès annuel son fauteuil, ouvrait tout large le jour- Bloch-Levalois, sa veuve, de M. et Mme naire. Les Celtiques se fument lenterépublicaine de l'Aude une réunion s'est nal interdit, afin que les membres du Hubert Guillaume, ses enfants, de MM. ment. Leur présentation simple et motenue, ce matin, à Narbonne. M. de Dépliant fournissant tous détails lire le titre. et Mmes Albert Guillaume, Pierre derne vous plaira. Demandez partout Lasteyrie, député de Paris, y a pris la gouvernement, puissent sur demande Mandel, ministre im- Bloch-Levalois, Raymond Bloch-Leva- des Celtiques, 3 fr. le paquet de 20. parole et a déclaré notamment*. » Un jour, Mme Jane Degueurce, de M. et BUREAU de VOYAGES de lois, deClaudien La France ne veut ni anarchie ni périal de l'intérieur et grand chef Degueurce, Mme sa soeur, ses S DU « MATIN » dictature élle veut le maintien de ses la police, dit « C'est inouï. Moi, je frères, beaux-frères et belles-sœurs, de A LA GRANDE MAISON DE BLANC, place libres institutions, mais elle- sent l'im- ne-reçois le Matin que le lendemain 1» MM. Gilles \et Bruneau Guillaume, ses de l'Opéra, aujourd'hui, demain J 6, bd Poissonnière, périeuse nécessité de les réformer proComment le père Vetter s'y pre- neveux, et de toute la famille. mercredi, vente annuelle de marofondément, de restaurer l'autorité de nait-il ? Rien de plus simple. Il avait m On annonce le décès, survenu à et Tel. prov. 15-01 d'été. l'Etat en mettant un terme aus abus du fait confectionner, à Nancy, des enve- Cannes, de M. Martial Chouvel, admi- quinerie Sacs haute nouveauté, lin ou paille parlementarisme. du Grands Magasins l'adresse des Au loppes hors-sac ,à nistrateur « exotique, cuir avec fermoirs nou» Cette oeuvre est une œuvre de longue journal officieux allemand, Vaxelaire-Claes) Marché » (Maison StrassBon la veaux, prix exceptionnels 48 francs, haleine seule l'union nationale peut burger Post. Chaque jour, Bruxelles. Les obsèques ont eu lieu 68 de de gare en francs, 98 francs (valeur double). la mener bien. Dans les circonstances la plus stricte intimité le 25 mai à dans des train, l'arrivée Nancy, du à VOUS REUSSIREZ' SUREMENT un actuelles sa rupture rejetterait le pays (S.-et-M.). Villeneuve-sur-Bellot de le Vetter ,.glissait rapidement vers les pires aventures et compromet- amis VOS CONFITURES DE FRAISES Matin wv On annonce le décès de Mme redressement irrémédiablement le trait dans l'enveloppe. A l'arrivée Jules L'assemblée générale Ulmann, Berthe Jacob, 126, née si heureusement réalisé par M. Doumer- du train à Strasbourg, le garçon de Voir annonce dernière page de la Pompe. Selon la volonté delà des plus grands invalides rue gue. strasbourgeois, du bijoutier défunte, les obsèques ont eu lieu dans Un fort groupe de manifestants a courses d'une coiffé portant de la guerre verte, la plus stricte intimité. tenté de troubler cette réunion- Grâce les initiales S.casquette pli. C'est prenait le P., aux mesures de police prises, il n'y a ainsi que le Matin pénétrait dans CONFERENCES pas eu d'incidents sérieux. Sous la présidence de M. Pierre Rébarbe la chaque jour, Strasbourg, à AUJOURD'HUI Une réunion politique se termine de la police allemande. gnier s'est tenue, hier, à la mairie du (OMBIEN PAYEZ-VOUSD'IMPOTS arrondissement, l'assemblée générale w A 20 h. 45, mairie du arrt par une bagarre » C'est là un des innombrables tours la Fédération nationale des plus Vous pouvez le savoir immédia(Dép. Havas.) que le père Vetter joua aux Alle- « Les droits de la mère sur ses enfants de Romorantih, 27 mai. grands invalides la de la à foyer Mme de femme et guerre. son par », député de Romo. M. J.-J. Dumoret, tement en faisant le total de vos Suzanne Grimberg et M. Pierre Rivière. A l'issue du débat, l'assemblée a voté rantin, a fait aujourd'hui, devant ses mands. » un ordre du jour rappelant que les avertissements. électeurs, un exposé de la situation Ré de Saint-Martin de Le bagne grands invalides plus sont les touchés politique à l'intérieur et à l'extérieur. EXPOSITIONS Mais savez-vous si vous êtes par les nouveaux décrets. I1s regrettent Il a montré l'action bienfaisante de la supprimé AUJOURD'HUI bien imposé ? ne sera pas que l'on ait cru devroir proportionner trêve des partis et les réalisations du sacrifice financier à la gravité des Cours-la-Reine, exposition de la ce Vous l'apprendrez en consulgouvernement d'union nationale dans m blessures et qu'un sort privilégié n'ait d'horticulture Société nationale de Télégr. Ma27 mai. LA Rochelle, l'ordre intérieur. pas été fait aux réformés titulaires de tant Le ministre de la justice, M. France, du 25 mai au 3 juin. La fin de la réunion a été marquée tin. la carte du combattant. par une violente obstruction socialiste Chéron, vient de faire connaître à la WWW DEVANT Après avoir pris acte que le gouveret communiste et une bagarre a éclaté. municipalité de Saint-Martin-de-Ré que Les annottces des naissances, fian- nement, imposant un sacrifice aux le bagne, établi dans la citadelle de çailles, mariages, deuils, remerciements, meilleursencitoyens, a contracté en mais anniversaires, cercles, expositions, réu- même temps l'obligation par Charles CAUSSADE LA. MANIFESTATION ANNUELLE cette ville, ne sera pas supprimé, de jusmener qu'il sera rattaché à la direction péni- nions, conférences, etc., sont reçues à qu'au bout l'oeuvre (édition 1934) de redressement moBordeaux. tentiaire de C'est le meilleur livre de défense l'Office spécial de publicité, 29, boule- ral et économique, de justice et de réAU MUR DES FEDERES vard des Italiens. Richelieu 69-31. forme que le pays attend, les plus du contribuable Les obsèques du comte de Caserte grahds invalides' de la guerre ont demandé a nouveau le vote rapide du stasocialistes et communistes Si vous désirez recevoir cet ouvralieu mercredi auront matin 100,000-CHEMISES tut qui doit mettre fin aux injustices AUX ». y ont pris Part' # ge, envoyez la somme de frs 22.50 Actuellement: Chemises blanches, dont souffrent les plus cruellement en un mandat-poste au Matin, atteints. belle chemises percale filetée, très Poissonnière, Paris boulevard Télégr. 6, Matin. ou 27 mai. Le soir, banquet réunissant les Le cortège traditionnel au Mur des LaCannes, un cols col couleur de L'expédition nouvelle de la mort du comte de tenant, congressistes, fut présidé par M. Rivous en sera faite sous avec 2 ou fédérés, institué en commémoration de Caserte recommandé. paquet a causé une douloureuse émo- blanchies et repassées, 20 fr. Cravates vollet, ministre des pensions. la Commune de 1871, a réuni, hier après- tion et' particulièrela Côte d'Azur dessins sur nouveaux, midi, au cimetière du Père-Lachaise, pure soie naturelle, principale: 69, fr. «Maison les manifestants des partis d'avantrue La- Le congrès du parti socia6ste français zo fayette, et succursales à Paris, Lille. garde communistes et unitaires, d'une part, socialistes et confédérés d'autre a terminé ses travaux adhérents des des ainsi part, synque dicats autonomes, des trotskistes, des La dernière journée du congrès du ,fr. 75 anarchistes. parti socialiste français a été, hier, parLe rassemblement, fixé à 14 h. 30, par dans Il Hier et Aujourd'hui ticulièrement chargée. Un ample débat s*ABONNEMENTS les organisateurs, a groupé, sur le boule3 mois 6 mois 1 aa la politique extérieure sur s'est notamCROISADES LES vard de Charonne, les manifestants SEIN£ et Seibe-et-Oise 21 Ir. 42 fr. ment engagé l'après-midi. 80 obéissant au mot d'ordre du parti com. FRANCE et Colonies.. » sa, F. FUNCK-BRENTANO de Les conclusions de ce rapport qui a Etranger muniste sur le boulevardde MénilmonPays acde l'Institut été adopté préconisent au triple po.v.r. cordant une réductant, ceux qui répondent à l'appel du de vue désarmement mortu. éccnovrçjque tion de 50 Une fabuleuse réussite 1 Eile nous Darti socialiste S.F.I.O. sur 1 postaux. militaire, les de tarifs et nouvelles de qui, pendant temainms l'élan foi restitue de plus des A 14 h. 50, le cortège communisAutres 50 » ÎOO 200. de deux siècles, va pousser les soldats rapprochement en!,re la Prime. l'Alk-- Abonnements-poste Tarif France Il tes pénètre par la porte principale dans et Colonies du Christ, habitants de l'ingrate magne et l'U. R. S. H., ainsi que 10 la le cimetière du Père-Lachaise, tous les (Se renseigner majore des frais de auréduction des armements actuels du près de son office circulation fixés Europe, vers le magnifique Orient 1 par le Un féerique chef-d'œuvre. (Fiamma- Reich dont l'armée serait, à court terpostal.) l'Internationale,qui alterne avec des cris pays destinataire, rion. a fr. 75). et d'autres chants révolutionnaires, il mes, de 200000 à 300.000 hommes. SupOu S'«BON1II SA>S FRAIS DANS LES BOREAUX pression de l'instruction paramilitaire s'avance lentement et,, en passant devant POST» Les abonnements partent du 1" et du 16 du mots 2o interdiction pour les anciens alliés le Mur des fédérés, ,les: groupes dépoFrais de changement d'adresse 76 centimes. sent des couronnes rouges. Le cortège LA gaine Persi-phone, légère à l'élé- d'augmenter leurs armements 30 indes socialistes ferme la marche. A ternationalisation de l'aviation civile et Joindre la bande d'abonnement à toute qui la porte, l'est aussi à gante demande do renouvellement, changement 18 h.. 30, les derniers manifestants encelle qui l'achète, car la gaine de qua- interdiction immédiate de la fabrica- d'adresse, réclamation, etc.; à défaut de bande, trent dans le cimetière. Ils en ressortion et du commerce privé des armes. COMTE DE CASERTE rappeler le numéro d'inscription de l'abonnecher. N° 6674 revient moins lité en tent à 20 h. 15 par la porte donnant M. Thévenin, conseiller général de la ment et sa date d'échéance. prix batiste, 160 francs. belle était très. où à il aimé. Cannes, ment l'avenue Père-Lachaise, où du veille Seine, qui présidait, lut ensuite la désur défunt repose dans une cham- Vente exclusive cHez Batby, Corset claration Paria un important service d'ordre, lequel, L'illustre générale du parti qui reprend Compte de chèques postaux n' bre du premier étage de la villa Marie- Persèphone, Saint-Honoré les propositions rue sous la direction de M. Langeron, pré- Thérèse, acceptées au cours des vêtu de la robe de bure des Publicité (angle de la rue des Pyramides). trois journées de débats. Elle fet de police, n'a eu nullement à ina été adopchapelet au côté. Le franciscains, boulevard 8, Poissonnière, Pari* (IX') tervenir. tée et le congrès déclaré clos. Compagnie Générale de Publicité Parisienne, l'ordre de Constantin, Selon des chiffres fournis par la pré- grand-maître de fecture de police, 35.000 manifestants grand bailli de l'ordre dés chevaliers de Malte, grand-croix de tous les ordres environ prirent part au défilé. Fait à signaler le dissident Doriot royaux et impériaux, ne porte aucun fut conspué et sifflé d'importance par cordon ni insigne. Comme le veut la tradition des Bourses anciens amis. Quelques pierres fubons d'Espagne qui meurent en terre rent même lancées sur lui. étrangère, le comte de Caserte a désiré être revêtu sur son lit de mort de l'haL'organisation de la défense passive bit LA STATION DE des franciscains. le danger aérien contre L'ex-roi Alphonse XIII, qui était à Malte, a été avisé télégraphiquement. NOMBREUX HOTELS PRIX MODÉRÉS M. André Grisoni, député-maire de C'est le duc de Calabre qui est désorCourbevoie, a demandé interpeller le mais chef de la maison royale Bour*°a ministre de l'intérieur pour signaler les bon-Deux-Siciles; dangers de l'absence d'organisation de Le maire de Cannes et les consuls des SOftëES de GALA- FESTIVALS deMUSIQUEmCHANT la défense passive contre le danger aé- puissances étrangères se sont rendus rien, question qui intéresse particulière- la villa présenter les condoléances de la CONCERTS CLASSIQU&.COMEDIES.CINÉMA.DANCING ment la population de la région pari- ville et de leurs pays. Les obsèques auCOURSES GOLF -POLO -TENNIS TIR AUX PIGEONS 56, Rue D Planchât, Paris (Mitra Bagnoiet) ront lieu mercredi matinsienne.

l'Ermania désirait passionnément leur réalisation. Je lui ai offert de travailler à cette réalisation, avec un solide crédit pécuniaire, et en évoluant en des milieux élégants et internationaux où sa propagande aurait une portée considérable. Elle a accepté, aussitôt. J'ai fait d'elle une séductrice, une sorte de Dalila qui croit agir pour les Etats-Unis d'Europe et qui, en réalité, travaille exclusivement pour l'Ermania. James D. Ruck est une des grandes puissances d'Amérique, grâce aux très nombreux journaux qu'il dirige ou qu'il contrôle, après les avoir installés à crédit.. Or, cet homme formidable, je l'ai catéchisé, convaincu, je le tiens. Il répand, avec force, dans ses journaux, c'est-à-dire dans une partie de l'Amérique du Nord, des opinions sur la politique des diverses nations européennes qui sont exactement celles qu'il faut pour que l'Ermania grandisse et s'enrichisse. Je le vois souvent. C'est de lui que dépend notre emprunt aux Etats-Unis. Je le tiens parce que j'ai écarté de lui tous les contradicteurs possibles. Quand je n'y suis pas arrivé seul, j'ai fait inDeux succès Ce tervenir Anna. Deux fois troisième. Legall sera le Elle est donc une amoureuse extraordi-

naire

ECHOS ET PROPOS

AU TEMPS OU L'ALSACE ETAIT SOUS LE JOUG

a été lancé contre le monument M. Edouard Herriot inaugure un groupe scolaire à Lyon Comment le « Matin aux garibaldiens de t'Abonne LYON, 27 mai. », interdit Télégr. Matin.

reaucrate, .s'abritant derrière des règlements formels, refusa de du cimetière difpasseports deux marier ces Un Italien auteur présumé f érents. Supplications, explicade l'attentat a été arrêté tions rien n'y fit. La jeune fille se résigna à vivre Une heure avant l'inauguration avec son compagnon en union dont nous donnons par ailleurs le récit libre. du monument élevé. à la mémoire Mais alors

LE DIMANCHE POLITIQUE

?.

Complètement insensuelle et « in?. Sinon,. elle ne sentimentale si j'ose ainsi dire Elle

serait pas une séductrice. Elle s'intéresserait trop à la partie. C'est justement parce qu'elle est, au plus haut,point, froide et belle, c'est-à-dire impitoyable, qu'on ne lui résiste pas, qu'on oublie tout, famille, patrie, religion, avenir. Legall y passera comme les autres 1. C'est un homme instruit et, en bon Breton, tenace. Il a une petite fiancée, au fond de sa province, jolie, charmante. Je la plains. Elle peut préparer ses yeux pour combien de larmes, celle-là 1. Le destin des peuples tient à de petites causes. Frantz, voyez sur cette carte, l'Europe centrale, après la guerre. On y distingue à peine l'Ermania d'alors. Juste cette pauvre petite province, cerclée de rouge. Or, ce large espace en-

touré de bleu, c'est l'Ermania d'aujourd'hui. Cinq fois et demie plus grande. Elle a gagné cela Sur les nations voisines, l'Allemagne, la PoloDroits de reproduction, traduction et toutes adapta- toutes l'Autriche, les balkaniques,malgré qu'elles lui tions réservés pqur tous pays. Copyright 1934 by gne, fussent toutes hostiles. C'est moi qui al fait cela J. Joseph-Renaud.

BEAUXVOYAGES

æ

j

en ITALIE

te

Frs

tout

ï

VENISE et ROME:

au

PARIS

L'IMPOT

A3

fr.

pays

70

II 20VMAI*ITTEL. 25 SEPTEMBRE

II

L'ARTHRITISME

CASINO

MARTIAL

pour mon pays. Grâce à des procédés presque toujours officieux. Grâce à de l'argent, à des femmes, à pire. Ce n'est pas, cela n'a jamais été dans les ambassades ni dans les conférences internationales que l'on fait le vrai travail, celui qui donne des résultats. Une liasse de billets de banque. Une femme qui s'offre. Un titre sur parchemin, bien en règle. Quand cela ne suffit pas, on recourt à plus direct et plus définitif. Pour sa patrie, il. est juste, il est noble d'employer les procédés qui conviennent,

tous.

Et Mr Brennan, en posant doucement sa lourde 0 main sur la nuque du jeune homme Rappelez vous ces principes, mon cher

Frantz.

Une rumeur de pas pressés, de conversations, de rires éveilla Bernard, peu à peu. Il se souvint, écarta le rideau du hublot. La, vitre dépolie lui montra confusément l'ani-

mation du pont-promenade.Etait-il tard ? 11 heures, précisa sa montre. Le sol frémissait. Manteau, canne et kodak oscillaient toujours avec lenteur. Les cloisons craquaient doucement. Il ramassa l'Atlantique, le quotidien du bord, qui attendait, glissé sous la porte. A 2 h. 30, Guignol jouerait Au voleur Ensufte, tir aux pigeons d'argile sur le sun deck. A 5 h. 15, au grand salon, Greta Garbo dans la Chair et le Diable. Entre temps, tournois de ping-pong et de tennis-deck. A 9 heures, concert symphonique. Puis, dancing. Les dernières nouvelles par sans-fil venues de Marion, Massachusetts, étaient sans importance voyage de chefs d'Etat à l'étranger, quelques meur-

tres à Chicago, résultats d'élections. Une foule en marche, pressée, animée, comblait la double rue entourant le Champlain le promenade-deck où se nouaient les camaraderies et flirts usuels. Des gens qui ne se connaissaient pas

f hier semblaient de vieux amis. Des jeunes dames montées à bord, seules et le regard sévère, avaient des cavaliers servants.. Le steamer fendait une houle puissante. Des vagues têtues l'assaillaient, de flanc, sans parvenir à le coiffer d'écume. Le roulis restait léger. Cependant le sol se dérobait parfois sous les pieds

de Bernard qui devait, alors, saisir la rampe horizontale. En marchant les genoux un peu pliés, il assura sa démarche. Les vendeuses de la rue de la Paix défilaient, professionnellement, en leurs robes-échantillons. Le reporter parisien à grands besicles, escortait l'une d'elles. Les seigneurs Israélites marchaient avec une dignité biblique en agitant des projets. Et, dans la cohue, des gens pittoresques que Legall n'avait pas encore remarqués. Notamment cinq jeunes filles d'une université du Middle-West, qui étaient venues passer un mois en France, des « co-educated girls, en abrégé des co-eds jolies, gaies, simples elles marchaient en chantonnant, garçonnières, sans crainte de bousculer autrui. Bernard avait pris le pas de cette marche. Et il y cherchait la comtesse Anna Briz. H ne J'aperçut pas. Mais Monsieur Legall. une minute. je finis cette partie. s'écria Mlle Marthe qui jouait au pingpong avec un vieil Américain à face rouge et cheveux blancs. Bernard s'arrêta. Le dernier coup donné, ce fut exclusivement par des gestes que la jeune fille et son partenaire se dirent au revoir et prirent rendez-vous pour, plus tard. Monsieur Legall, vous me voyez désolée. Je comprends l'anglais, mais l'américain reste pour moi de l'ukrainien ou du zoulou. Qu'est-ce que je Quand Jim me parle, oui, cela deviendrai là-bas va, parce qu'il articule fortement pour moi et qu'il n'emploie que des expressions complètement anglaises. Mais quand un véritable Américain, comme ce bon vieux gentleman, me dit quoi que ce soit, il me semble entendre ^puer du mirliton, et c'est tout. Vous apprendrez vite les américanismes, mademoiselle. Là-bas, l'ascenseur, le « lift devient un elevator le foot-ball est un baü gante le railway anglais est un railroad, un pensionnaire n'est plus un c lodger mais un roomer, l'essence se dit non plus « petrol mais gasolene ou même gas tout court. Au restaurant, you check your umbrella au vestiaire et, après le repas vous demandez

?.

II lli

non

your bill

mais your check

d'ailleurs,

en arrivant dans un hôtel you check in et, en partant, you check out. Il y a à connaître une cinquantaine d'expressions usuelles comme celles-ci. Quant au langage populaire, il est encore plus différent un personnage important est a big shot, un juge est Un Italien est un wop et a beak, oui, un bec «

un Mexicain un greaser. Atki est de l'aloool. Un gaillard digne de confiance est un square shooter. Un gentleman généreux est un sugar daddy. Votre fiancé vous en apprendra d'autres. J'ai appris celles-là dans les romans. Il y a aussi ces intonations nasales. L'Amérique s'en débarrassera comme elle l'a fait d'autres imperfections. Mais je ne vois paa M. et Mme Pénicard ?; Maman est incommodée par la mer. Elle l'est sur les bateaux mouches Auteuil-Bercy. Papa la soigne. Cela ne plaît pas à papa-. Il préférerait être au smoking-room. Tout cela a ravivé leur fureur contre les Américains. Ah tout ce que J'ai

entendu depuis ce matin

Mademoiselle, en se rendant là-b«is, Christophe Colomb était plus heureux que le touriste actuel. Il n'avait pas d'idées préconçues sur le pays

qu'il allait découvrir. Pour me venger de mes parents, j'ai essayé de leur faire croire qu'à cause de la crise, le gouvernement fédéral avait fermé, par économie, les cataractes du Niagara et qu'il, ne les rouvrirait que lorsque l'Europe aurait payé ses -dettes. J'ai cru que papa allait me donner une gifle. Et le discours qu'il m'a servi sur le moratorium Hoover la carence allemande provoquée par les complaisances américaines l'abandon de l'étalon-or: les reproches à cause de notre armée. Vous verrez que cette hostilité cessera dès 1 arrivée Ah

à New-York.

monsieur Legall, nous voici au second jour de la traversée. Oui, encore quatre et ce sera New-York. Pareille vitesse me charme et me terrifle. Elle me rapproche de mon Jim, mais aussi du dangereux instant où nos familles respectives se ,trouveront en

contact.

suivre.).

1


0

iSâaDERNIERE HEURE 15^ EN ALLEMAGNE

LA GRANDE SEMAINE DE GENÈVE

i

L'arrivée des délégations

jeunes hitlériens célèbrent près de Diisseldorî la mémoire de Schlàgeter

GRAND

PRIX DE PÉRONNE

Codos et Rossi Le terrible accident d'autocar au-dessus navale dans les Landes de l'Atlantique

La préparation

de la conférence

Londres aurait invité Paris à des conversations préliminaires

fer

SUITE DE NOTRE DEPECHE DE PREMIERE PAGE

Un incendie se déclara immédiatement DE PREMIERE PAGE et le réservoir d'essence Ht explosion. GENÈVE, 27 mai. Par téléphone. (Dép. Havas.) LONDRES, 27 mal. Le chauffeur et cinq touristes, qui se des probable Horaire passages Les arrivées des hommes d'Etat contitrouvaient assis à l'avant, purent sauter des bruits qui circulent dans Joseph-Le-Bris du » nuent à Genève, en vue des importan- [DE NOTRE CORRESPONDANT PARTICULIER] Suivant « gouvernement briles milieux navals, le à temps à terre non sans avoir été plus probable, heures tes négociations qui commenceront de- BERLIN, 27 mai. Par téléphone. l'horaire Voici en ou brùles. tannique aurait pressenti le gouverneou moins grièvement blessés Joseph-Le-Brix du M. T., main sur la situation générale de la Cinquante mille jeunes hitlériens se ment G. français en vue de l'ouverture de Le 28 mai. 3 h. 30 Terre-Neuve Mais les treize voyageurs qui se trouconférence du désarmement et proba- sont réunis aujourd'hui dans la plaine conversations préliminaires conféà la dans le véhicule furent projetés vaient New-York. rattachant h. 5 Halifax 14 8 h. 15 blement sur des questions se de Golzbeim, aux environs de Dussel- rence navale de 1935, ainsi qu'il l'aules uns sur les autres et, étourdis, inSaint-Louis envih. 5 mutuelle mai, 1 Le 29 d'assistance traités les gouvernements aux toxiqués par les gaz, ne purent se dedorf, pour commémorer le 11* anniver- rait déjà fait pour h. San Santa-Fé 19 15 12 h. 15 entre l'U.R.S.S., la France. la saire dé sagés suggestions la mort de Léon Schlageter. A américain et nippon. Des gager et furent carbonisés. 'Petite-Entente et l'Entente balkanique. cette manifestation participait égale- analogues seraient présentées prochai- Diego. Les secours L'avion doit également communiquer M. Eden, lord du sceau privé, est ar- ment le chef des sections d'assaut de nement aux autres signataires de la avec le navire allemand Stuttgart qui Un motocycliste qui revenait de 'ilrivé à Genève ce soir, ainsi que M. Litvi- Dusseldorf, Ali Becker, qui, il y a onze convention de Washington. Ces conversations se dérouleraient se trouve à 600 kilomètres à l'ouest de posthey, se rendant vers le Muret, ténofl, commissaire du peuple aux affai- ans, a été arrêté en même temps que moin de l'accident, fit demi-tour et Schlageter. Condamné à mort par une vraisemblablement par la vote des l'Irlande. res étrangères de l'U.R.S.S. de Davis, été juridiction française, sa peine avait chancelleries entre Londres d'une part Le mauvais temps sur Terre-Neuve alerta immédiatement les habitants Dans l'après-midi, M. Norman Magnifique victoire qui vient confirmer Pissos à de forcés gendarmerie la commune; la et les différents gouvernements intédélégué des Etats-Unis, a eu une conver- commuée en celle des travaux A 23 heures, un message de Saint- se rendit sur place aussitôt, ainsi que le exceptionnelles d' sation avec M. Henderson, président de perpétuité. Plus tard, il avait été gracié ressés d'autre part. qualités les les signalait Naud, de Jean-de-Terre-Neuve gendarmerie que commandant de la conférence du désarmement. d'hui le drapeau des sections d'assaut Toxio, 27 mai. IDép. Radio). On conditions atmosphériques étaient net- Mont-de-Marsan, et l'adjudant Berard. Les instructions de Londres tement défavorables dans cette région. Les premières personnes qui arrivèet de la jeunesse hitlérienne. déclare, dans les milieux bien infor- Le Sir John Simon froid sévit, accompagné d'un brouil- rent sur place et qui virent l'incendie més, qu'au prédes conversations cours Les hitlériens Téléph. Matin. contre tout projet liminaires qui auront lieu prochaine- lard très dense. Le 'plafond est bas et qui s'était propagé à la forêt voisine, LONDRES, 27 mai. d'est souffle. ont déclaré Dans les milieux londoniens où l'on de restauration des Hohenzollern ment à Londres en vue de discuter des unIl fort vent souligner d'ailleurs défenses faut que ce souhaite voir renforcer les problèmes essentiels qui seront soulevés vent n'est C'était épouvantable on entenpour gêner les aviateurs que Sir aérienne et navale, on affirme dernière et à la conférence navale de 1935. le gou- dans leur pas d'épouvante hurlements tentative, puisqu'il les pous- dait des John Simon a reçu comme vernement nippon limitapouvoir la Havas.) rien (Dép. proposera Brème, 27 mal. étions atterrés de ne ex- Rappelant sera en direction des côtes américaines. nous AUTOS instruction du cabinet la mission POUR tion du S UPERHUILE du tonnage des cuirassés et d'enrayer baefforcés lointaine d'une l'époque et sommes nous nous tendant motion (S'appuyer toute resse Tout va bien à bord taille où des paysans frisons révoltés tonnage des sous-marins pouvant se l'incendie qui se communiquait aux à la clôture des débats de la conférence furent livrer des aides opérations offensives mai écrasés, un par nous pouvions en Le ministère de l'air a communiqué pins. C'est tout ce que toute suggestion pra- évêque de Brème. distances en l'absence de prolonger Dan'é, considérables Walter de leur base. fut gagnée. forêt M. faire. Malgré tout la suivante la note la vie de 1 as- ministre de l'agriculture tique capable de de la chef et Le bateau Champlain fait connaître Semblée. L'autocar était couché en travers de paysannerie allemande, a prononcé, à à été relevé New-York, 27 mai. (Dép. Havas) la route sur le côté droit un arbre, que l'avion F.A.L.C.C. a longue Brème, de près Altenesch, une Sarre la Wasde Le New York Herald Tribune croit 20 heures (G.M.T.) par le vapeur Le problème qui avait résisté au choc, avait emL'ÉCONOMIQUES.A., 82, AV. CHAMPS-ÉLYSÉES, et violente diatribe contre l'immixtion savoir Nord et 36o les 23 hington, position 46o bien Etats-Unis les et de véhicule renverser que, que pêché le se contre politique et la de la religion dans PARIS RAFFINERIEA PORT-JÉROME (SEINE-INF.) du était à bord F. A. bien la allait du Grande-Bretagne, d'une part, Tout et le Ouest. l'avant car l'air pouvoir croient roues en les monarchistes qui et la Grande-Bretagne d'autre L.C.C.. Une note officieuse de Berlin complètement arraché du chassis toute affirmer que les paysans allemands veu- Nippon aient l'intention de discuter sépa- A 750 kilomètres de Terre-Neuve la carrosserie était brûlée et la voiture 1 (Dép. lent une restauration de leurs ex- part, BERLIN. 27 mai. à informe. rément Cordell Londres, Hull, M. qu'une plus semasse formait ne L'agence officieuse du Reich, le D. N. B., princes régnants. Hàvas.) Une crétaire d'Etat, et M. Saito, ambassa(Dép. mai. 28 NEW-YORX, petite fumée s'échappait de l'intéinformations certaines mande que selon écrié, Kaiser, Jancaia, s'est-il aucun deur du entreNippon, de leur Washington au cours annonce térieur où des corps défigurés achevaient Un message du de la presse parisienne, la prochaine prélat ou prince allemand n'a réussi à tien d'hier, ont convenu leurs même temps que que ce paquebot a communiqué avec Co- de se carboniser, enprovenant note de M. Barthou au baron Aloisi pré-créer ce que ttous appelons notre ger- gouvernements se tiendraientque mutuelledes faudos et Rossi à 23 h. 30 (G. M. T.) et des débris de bois ciserait que le conseil de la S.D.N. a pour cela, il a fallu t'exis- ment au courant de tout accord réalisé que manisme. Pour se trouvait alors à environ teuils brisés. tâche d'organiser le plébiscite sarrois et tence d'une paysannerie allemande. Le avec une autre puissance intéressée au 400 l'avion milles (750 kilomètres) à l'est du Seule du véhicule, la plaque d'immapour paysan allemand existait avant la problème de la limitation des armede prendre les mesures nécessaires triculation était intacte. du plé- science allemande. Peu importe que re- ments navals. cap Race (Terre-Neuve). assurer la liberté et lade loyauté chaque boîte de de ensuite participation L'avion essayé commupuisdes six pera secours On porta avec au ces points biscite. sans qu'aucun lui qui est hostile aux paysans ait été se niquer avec la station de T. S. F. de sonnes miraculeusement échappées à la règlement direct en-prince de l'Eglise ou prince laïque. Tous se être l'objet d'unl'Allemagne, LA CRISE ROUMAINE abstrac- detlx ont dominé pour vivre aux depens cap Race. mort tre la France et mines C'étaient M. et Mme Isidore Lopez des sarroises, rachat faite du de tion paysans. nos de provoCobos, âgés respectivement de 55 'et 52 Nous autres, paysans, nous n'avons la seule question susceptible mai. (Dép. Sud-Est). 27 Bucarest, commerçants, 1, place Alonso-Marla moindre envie de verser notre pas quer une conversation franco-allemande ans, assurent matin Les journaux ce que, après le sang pour une polittque dynastique et tinez, à Madrid M. et Mme Louis Toserait la sécurité des Sarrois voté. très pendant audience, courte que une commerçants, tous coeur plébiscite, qu'ils aient ou non rez Moreno, 60 et 65à ans, nous hdissons du fond du à accordé hier soir TataM. le roi a Madrid M. Anexclusivement 10, calle del Cisne, ne basent pas domination. resco, à la fin du dîner offert au palais L'AMITIE FRANCO-ITALIENNE Le D.N.B. fait suivre son information ceuxle qui Ingénieur, 24 ans, 5, tonio Balesteiros, sur peuple allemand leur président Fiquet, de la Kerillis du commentaire suivant à M. royal de Paris, M. L'Echo de L'explosion d'un engin muchauffeur FranEspartell, à Madrid le Enfin, alous ne voyons pas pourquoi nicipalité parisienne, le souverain et d'accord, L'Allemagne n'est que trop plébiscite npus restaurerions les gens qui nous le président du conseil ont eu l'occa- Les anciens combattants n'oublieront cisco Ocana Martin, 27 ans, mécanicien, monument des garibaldiens portent Madrid. Tous du suprême. à au Hernani, l'organisation souleva danger qui les à du d'espoir 43, trahis l'heure frisson ont jamais le sujet de rue au sion de s'entretenir brièvement de la dans sauf M. Balesteiapprenant l'arrivée de ces premiers des brûlures légères, de l'Argonne sarrois par Ie conseil de en amélioration politique. serait crise Une séatteint. Etats-Unis gravement la à AVEC ITSION-YbOY, PARCOURANT plus liberté et chômage Le est leur qui à avant-garde de la 1914, de conforme Italiens ros, aux sens un été formule intervenue. Une aurait soins premiers ayant enles 1205 KM. en 6 HEURES pepuple entier, qui accouraient sur nos Après avoir reçu curité de toutes les personnes visagée, amènerait général qui le Paul transêtre demandé à Mais celont ils INFORMATION sur place, Sarre. la convainNOTRE SUITE DE fOIT PARIS-MADRID, BAT droit de voter dans Sarrois Téléph. Matin. Angelesco, actuel ministre de l'arme- champs de bataille meurtriers, 27 mai. probable «^M* B^P est il mais Bayonne, PAGE à DEUXIEME portés EN et de nottre en faveur OnLONDRES, justesse cgm. de la les-ci sont les seuls cause selon mande de Washington que, ment, à la tête du ministère de la cus SIX RECORDS DU MONDE L'explosion se produisit quelques sedesquels on puisse faire valoir des droits des statistiques publiées aujourd'hui guerre, prenant que le sort de la civilisation ls- qu'i1s seront hospitalisés à Dax. général détenu le présent à par Quant aux treize malheureuses victi- condes plus tard mais les éclats ne firent tine se jouait sur nos frontières. Fédération américaine du tra- Uica. US 6 HEURES à 2OO KM. 873 d» MOYENNE par la en vertu des traités. monument. les légèrement le heuexacindistinctement, dans identité n'est qu'érafler apparition à Paris encore Leur pas leur chômeurs total des aux mes, Il .ne s'agit pas, Barthou, de tous vail, le nombre Le gouvernement semblerait bénéHKM.>OO MlUtt.3 HIUMI. IOOOKM. MIUES. U( cependant que Selon les enquêteurs du laboratoire d'inquiétude sait est pleins d'avril un pour nous tement le mois on connue durant Etats-Unis M. était, res l'entend flottement (CLASSES) également certain RECORDS INTERNATIONAUX d'un comme ET 6 M. municipal, le premier étonné doit être de famille joie. la le plé- écoulé, de 10.616.000 personnes, soit en- cier appartiennent à et réconfort à voir une cinq rienavec n'ont qui à n'a pas tardé se manifester parmi ceux même qui avait lancé l'engin, et viron 300.000 de moins que l'année der- qui Mme Louis Torez-Moreno et que deux celui-ci et biscite Si certaines milieux français de éventuels, point le les vue Démos successeurs L'Ami peuple, du était pensent-ils car l'appareil des éléments nière à la même époque. sont les demoiselles Balesteiro, muni autres Averesco' n'étant pas, à ce maréchal du de la S D. N. encouragent pCiys Ses d'horlogerie, qui mouvement d'un termes magnifi- sœurs du survivant le guide de la caà s'ins· La fédération fait suivre ces chiffres qu'il paraît, identique à ceux de MM. On a évoqué en allemands traîtres à leur heure l'éclatement devait une provoquer à y faire de critiques voilées contre l'administra- Georges Bratiano, Argetoïano et Goga, ques, à l'Hôtel de Ville comme au Père- ravane,a également péri. ACTUELLEMENT cGea taller dans la Sarre et mémepatrie, d'inaucérémonie durant la tard, plus qui ont de terminant souvenir le I Lachaise, ceux et par ces A. leur de la N. R. qui contre tion Landes, se aspropagande plus préfet des des moyens M. Vernet, de la ou renouvelé sur notre terre ensanglantée au sujet notamment risques et périls. cette conclusion l'U. N. C.,à Ville- guration. constitutionnels lesquels 1f congrès de moins milieux agissent à Ieurs partis par sistait au Seulement la chute de l'engin dut réjamais ancien et seul pacte d'amour fausses le être de semtite L'Amérlque pays rendit imun sont averti, ils égard. faudrait neuve-de-Marsan, se à cet gouverner. Si, la mèche avant le temps choiamorcer Pétain maréchal travail le du voqué, à pu auront à a sutrouver pour et qlti lent M en reste ils ainsi juridiques, et place, revanche, d'ores que En médiatement prémisses on annonce' sur si par le malfaiteur. rappelant une lettre de M. Ray- Roumegoux, conseiller général. déjà aue dans le cas où le parti libéral s'écrier, comme toute per- ses chômeurs. bir les conséquences,conseillée Bien que les circonstances le chargent juridiquemond Poincaré au général Garibaldi dans l'autre laussemeut rejoindrait l'opposition considérablement, Ange Frascoya se désanne L'enquête « Des liens d'affection unissent à jagrand parti de gouvernement (national- mais l'auteur de l'attenUN TRAIN BOLIDE d'être mént dans une procédure. fend âprement EXPOSITION deux nations soeurs. » nos Mont-dede terriserait qui parquet paysan), M. Maniu le des après, prenl'importance ce Peu tat. Etant donnée Oui, liens d'affection, liens de senti- Marsan, composé de MM. Rayiral, D. N. et du Lokdres, 27 mai. On drait la tête, non seulement de ces deux Téléph. Matin. J'étais venu là en 'curieux, a-t-il toires de mandat de la S. saurait et d'instinct, mais liens aussi que substitut du procureur de la Républiments battu forces, de toute la coalition mais train qu'un Chicago oppoamede express a mande cela Jrançais, ne déclaré aux enquêteurs, je n'avais auterritoire Coupé» commandent la Nature et la Raison. La recttrds 'ferroviaires sée à un éventuel cabinet Averesco. arriva tous les d'instruction, dernière efnuit la En Cols, juge excessives et garibalvouloir complications aue, raison d'en aux de deux la géographique des cune position pays, ner américains. interrogea le chauffeur. PRIX <}ervstÊPenvent cW diens. D'ailleurs, j'appartiens à une licommunauté de leurs intérêts perma- et Très Tiré par une motrice Diesel, le convoi a fournir celui-ci n'a pu abattu, couvert la distance de 1.633 kilomètres qui gue fasciste et le ne lis aucun journal Téléph. Matin. nents, les amèneront toujours à se reLONDRES, 27 mai. explications vagues. assez des (Colorado) Chicago de Denver en que politique. 6epare Les dépêches de Bucarest annoncent joindre aux heures de crise interna- Il l'entrée du qu'avant déclaré 13 h. 5' 44" soit à la vitesse moyenne horaire a Un long interrogatoire que pour la première fois dans l'histoire tionale. de 123 km. 700. avait arrêté sa voiil Lipostey, de bourg fanBtvtd Peugeot Rp-nau Le train a touché par moments Lne vitesse politique roumaine le parti nationals'est tout vérification d'Ange Frascoya L'interrogatoire à procédé et une ture de 180 km. 200 a l'heure. Vexdtvnm sa LA GUERRE ET LA PAIX libéral se sont unis le parti et 60 Cela est paysan était à ce moment poursuivi très activement dans l'aprèsil normal Sarre. était la quitter dre soin de pour faire opposition aux projets de Le Petit Journal, Monsieur de La 13 heures et, d'après,l'horaire établi, il midi. M. Normand, juge d'instruction, COUABEVOlE « de Une belle manifestation parfaitement conforme à l'esprit caressés présidèrent. autoritaire gouvernement substitut, Mozer, M. toutes par heures. et 14 y à de » et Bordeaux à traités devait être la' sainteté des le roi Carol. Les deux groupements, qui Palisse Auparavant, les enquêteurs s'étaient belgo-américaine représentent maximum voiture le conceptions yolitiques pures et nettes, à peuples sont fit donner els certain Il sa Il est se que de l'électorat, ont 75 au domicile du monteur et chez Un congrès extraordinaire des maires il se sen- rendus battus. Mais toujours les mèies et arrivé au bas de Lipostey, voulut, amie. 12, rue Pernety. Ces visites adressé aujourd'hui au souverain un toujours re- son Il gauche. la les philosophes déporté et 'détesté la tit vers ont guerre n'ont apporté aucun élédomiciliaires Y. (Dép. N. de manière ultimatum pour protester la BRUXELLES, 27 mal. laquelle il de la Dordogne à vitesse toujours évanla les mais libre et non influencé. condamnée. Et dresser, l'ont susceptible d'établir d'une maLe comité de l'American la plus énergique contre les intentions gélistes ont annoncé la paix et les sou- marchait, entre 85 et 90 kilomètres, se- ment Herald). nière définitive la culpabilité de FrasMemorial day Association a qui lui sont prêtées. envisage là Question du blé overseas cette permit là lui promise. Il pas Chili l'ont une dires, verains derrière y a lon ne retranché L'Italien s'est inondations ses Waereghem, des aujourd'hui, à coya. Le bilan un rendu au contradiction. Rien ne prouve qu'elle manœuvre, et ce fut l'accident. le même système de défense. hommage à la mémoire des soldats amé- Une manifestation franco-italienne soit l'enquête de quelques résultats insoluble. Mais premiers nous avons Les Interrogée a son tour, la maîtresse PÉRIGUEUX\27 mat. Télégr. Matln, ricains tombés sur le sol belge en 1918. voiture la qu'elle soit craindre San Remo constater motifs de pas de à ne permis que Matin. monteur, une uoute jeune femme du ont Téléph. k Un congres extraordinaire des maires La cérémonie était présidée par M. 27 mai. LONDRES, gauche côté résoudre. le facile à sur route sillonné la OnieKpWe^Santiago^du-Chilique Dave H. Morris, ambassadeur des Etatssur dont là bonne foi est évidente, déclara de la Dordogne s'est tenu à. Périgueux a exclure mètres faut solution, il 70 ami De la d'environ d'un naturel bipas savait qu'elle ne longueur parlementaires du déde des viennent son présence ravager nombreuses une personna- SAN REMO, 27 mal. Unis, entouré de (Dép. Havas). la force. C'est en les inondations qui chaufgendarmes les le affirment qu'elle le ou rescapés elle ajouta que mais de par total Ces penDuquescolonel et partement lités américaines et du sous la présidence du docun Trois cent cinquante participants au gens d'armes que la paix a été établie feur était fatigué et s'endormait au zarre, le nord de ce pays ont fait action. mauvaise incapable d'une sait de ministre belge Sireyrol, sénateur, président du teur congrès des allocations familiales de et maintenue entre les citoyens à l'in- volant noy, représentant le 8o millions de francs de dégâts. fréquentait Frascoya D'ailleurs. Ange conseil général, sur la question du blé. le capitaine Fus- Nice, en excursion sur l'initiative du Dix-sept lignes de chemins de fer ont la défense nationale civilisés nations et les plus térieur travaildes montrait bon monde, de peu France. de l'ambassade se En Dordogne, depuis un temps imméimmeuattaché à Saint-Sébastier disent-Ils. avant comité Italie-France, ont été reçus à n'oseraient pas les supprimer. 'Hier, été coupées et d'innombrables confirma économe. Il fort leur et que d'anciens morial, se délégations comAlors que ainsi que des se pratique l'échange du blé conpareille chose lui est arrivée et il l'Italien était seul auprès du monu- tre le pain. San Remo par le préfet et les autorités tien, bles sont rendus inhabitables. alliés Mais la dernière loi oblige belges et par- de la province. M. Anselmi, représendes battants américains, boire du café. descendit pour i'on croyait passé le plus dangereuxSanquerelle A l'issue d'une Mais l'explosion. moment de souvenir. ment les au meuniers à incorporer à la mouture ticipaient à cette cérémonie du de italien des corporaministre du reconnaît tant Martin inondations, les digues du canal Ocana ce Francisco le l'un policiers où des l'instant à rede blé stocké. Ainsi le d'échange, 35 L'ambassadeur a prononcé un remar- tions,.a a fait une conférence en français, blesse grièvement sa mère dernier point, mais il affirme qu'au- joignit, il Carlos ont cédé la nuit dernière sous quable d'un manœuvre vivement un débarrassa rend qui se meunier discours. au boulanger la farine expliquant le mécanisme de la loi corparfaitement lucide. journal. Or, ce journal était ouvert à de cent sacs de blé était jourd'hui il la poussée des eaux et sept personnes notamment, est obligé d'emmade frères dit a-t-il Ces morts, et un cinq cents coubanquet de longueporative. Un sujet, ses à été, chauffeur la Le ce ont ité, noyées. la des liste a mentionnait où l'on idéal chaque fois trente-cinq gasiner page commun. verts a été servi. Puis les congressistes sacs de sont tombés pour un d'ins-Cols, juge M interrogé ment par des l'honneur données cérémonies faire d'acheter les plus dont 11 n'a en que ou l'idéal de la paix. Mais il laut que Un cyclone Concepcion Mont-de-Marsan, avec le garibaldiens venus à Paris. français se sont rendus au monument II est abattu de truction qu'il afin qu'ils des certificats place tâche à la paye un deuxième frère poursuivent leur par son interprète, Mme Subsol, Par ailleurs les fossoyeurs se sont prix exorbitant. Le congrès a donc morts. (Dép. vivants d'une aux concours de. vain. Sahtiago DE Chili, 27 mai.abattu tombés en institutrice à Lipostey, née en Espagne rappelés que quelques secondes avant mandé aux parlementaires d'obtenir le sur ne soient pas cyclone s'est 'Havas). Un EXPLOIT DE BANDITS CHINOIS Téléph. Matin. Un de parents français. Lyon, 27 mal. l'explosion quelqu'un avait crié à quel- retrait de cette obligation, quand il s'aConcepcion dont plusieurs quartiers ont foudre la déSix personnes tuées par mandat de délivré drame de famille a fait cette nuit, à Lyon, un un M. Cols a mètres d'eux git de blé de mouture. De nombreux dernier a été ques.Couchez-vous à terre. et Une mort et deux blessés graves. Radio.) Ocana mal, (Dép. contre Londres, pôt ce Espagne Les .dégâts sont évalués à dix millions maires ont également demandé le reen Le manœuvre Henri Fournier. 26 ans, avait amené, à Mont-de-Marsan où il a été bandits des très dépêche Kharbine et de annonce que morts trois un il à la liberté absolue ou au régime de pesos. y a Or comme nous l'indiquons plus haut tour chinois ont fait dérailler et ensuite attaqué été prendre le repas du soir chez sa mère écroué en attendant les résultats de grand nombre de blessés. Havas). (Dép. et des bureaux permanents qui fonctionmai. Louis, 18 27 frères cadets, deux ans. Madrid, ses il n'y avait près du monument que un train près de la gare de Mulin, sur le ré- et l'enquête. violents ont Grandequi extrêmement demeurent 56, Jean-Camille, 20 pendant la guerre. Il se dégage naient ans, Des orages l'Italien, les employés dù cimetière et seau de l'Est mandchou. Trois voyageurs ont Rue-de-ta-Oroix-Rouge. Francisco fois deuxième la que C'est de l'Espagne. points blessés. l'impression que la soréunion, été de cette tuée et sept éclaté sur plusieurs les agents en civil. M. MacDonald rentre aujourd'hui il entre querelle éclata du faisait la fin voyage Martin A une causé ropas, ce six Ocana foudre lution de la crise est en opposition avec a On apprend que la celle-ci reprochant était parti le 12 mai dernier de Madrid mère, Frascoya. concède Fournier et Evidemment, Lyon Henri Rhône le sa à dans On Londres législation actuelle. trouve à morts et cinq blessés. à son fils de travailler irrégulièrement. Saimoi. Mais c'est la fate laUne contre tout est point à était Paris et son revenu réunion de meunerie aura lieu pour Fournier de ciseaux, Henri ligoté et portant sissant une paire lité. noyé inconnu courant. le 22 départ de un qui vendredi. Si les meuniers n'obtenaient plusieurs mère de coups Coups de feu à Lisbonne en frappa sa (Dép. Radio). experts conférence qui des Après longue designer LONDRES, 27 mai. l'abdomen. à parquet a poitrine ei la Le satisfaction, à une ils se verraient dans l'atteignirent va pas des traces de strangulation actuellement poursuivi les dans qui parricide fut jusqu'à 23 heures entre le d'examiner duré police fait, mission de la maSon aùccnt M Ramsay MacDonald, chefs ce l'obligation qui de remettre leurs usines aux des coup contre un village Celui-ci rejoiLouis. frère de dans jeune possible, commissaire la Ecosse, d'établir, si gistrats M. Moussu, son son et par rue afin du en reste mains de l'administration préfectorale. car, en vacances demain Télégr. Matin. gnit le forcené et une nouvelle querelle éclata. les causes exactes de l'accident décidé que il fut du quartier, Lyon, 27 mai. police natal de Lossiemouth, rentrera afin Fournier, sortant un couteau à cran d'ar(Dép. Havas). de Derrière le palais de la Foire, deux bai- Henri LISBONNE, 27 mai. à Londres, par la voie des airs, rentrée Des ordres ont été donnés pour re- l'Italien serait envoyé au Dépôt et poche, en frappa son frère à la poirêt de sa deRossio, du place Rhône le la du séance de nuit, retiré corps Cette Aux oppressés sur gneurs ont pouvoir assister à la cueillir les restes des victimes en vue consigné à la disposition du parquet en trine, lui perforant l'estomac. à la suite national, pieds les la loi après les les et l'article de théâtre qui avait de 135 le inconnu vertu concerd'un des qui n'avait Jean-Camille, inhumation. communes, Chambre troisième frère, vant de leur Le de la rapide altercation, un individu mains liés par une forte corde. Le pas assisté à la fin du repas, apprit en arrivant En toute saison, les asthmatiques et ts Le consul d'Espagne à Bayonne et le nant la détention d'explosifs. vacances de la Pentecôte. mercredi, à d'une revolver à' de la les techcatarrheux aussi s'était passé Il courut soirée, toussent et sont oppressa séjourné qui plus dans la sur lui plusieurs n'avait chez Ajoutons été coups Bordeaux out' tiré malheureux ce pas à que, d'Espagne consul Il présidera, mardi ou a leur signalant leur être meurtrier qu'il rejoignit. Les deux utile pense-t-on second d'une journée dans l'eau. M Fabiani, poursuite du l'accident par les niciens du laboratoire municipal ont Poudre Louis Leurras. le enmeilleur remède laiL du cabinet, au le major Alfredo Ferreira Gil,sûreté de courant mis au une importante réunionnotamment Jean-Camille mains et vinrent hommes aux pu- commissaire de police de permanence, arracha en transmis le résultat de leurs recher- leurs souffrances. Elle calme Instantanément dis- commandant de la police de des mains d'Henri et l'en soins de la préfecture des Landes. le couteau cours de laquelle serala dette de des passants et policiers avoir et après ches. Il ressort de leurs conclusions que les plua violents accès d'asthme, de catarrhe. s'est rendu sur place guerre blique. Des frappa 'de deux coups au ventre. Henri Fourcutée la question de communiqué s'ert s'est désordre Le feu certain l'engin lancé contre le monument était d'essoufflement, de toux de vieilles bronchites Drocédé aux constatations a fait trans- nier, transporté à l'hôpital, mourut une heure accourus Un de la Grande-Bretagne envers les sontsuivi, plusieurs duquel pins probablement une grenade bourrée d'un et guérit progressivement. Prix de la botte à mille bectares de cours porter le cadavre à l'institut médico- après son admission. est Etats-Unis. homtirés. Fournier, malgré sa blessure explosif puissant et munie à une de ses 5 fr. 25 (imp. compr.). dans ttes les pharmacies. détruits qu'il légal. Il est très probable que l'on se Quant à Louis coups de feu ont été Deux Deux a force de traîner il avait la à l'estomac, autres per- trouve en présence d'un crime. se eu extrémités d'un mouvement d'horlogerie. été blessés. ont mes été consumé, le feu ayant où Ecosse son état Le jusqu'à l'hôpital de la Croix-Rouge, car Batailles rangées en été arrêtées. Le major FerA Lille, des militants de gauche Non seulement l'inconnu était étroi- fift jugé désespéré. Le meurtrier s'est constitué se communiqua aux pins d'une forêt sonnes ont blessé dont balles deux de Gil, ré- prisonnier. mais reira ligoté, tement se Babut la cou de banque sur son Les directeurs voisine s'étendant en direction d'Ychoux. a l'hô- vèlent des traces de strangulation. entre policiers et gangsters une au ventre, a été transporté attaquent des vendeurs de journaux des populations environs, les Toutes leur fortune de l'inabandonnent ministre pital San-José où le Il faut attendre cependant les résul- Une série de manifestations alertées par le tocsin, se sont rendues de droite la nuit. dans visite rendu lui térieur affirmer les caua l'autopsie créanciers leurs tats de à pour fléau le combattu ont forêt et la dar.s Téléph. Matin. LONDRES, 27 mai. patriotiques en Autriche qui, ce. soir, était maîtrisé, mais enses de la mort. région de Glasgow est peut-être abois. berlinoise à 45 police parait âgé de 40 La noyé <– Lad'Angleterre Le ans (Dép. aux millier d'hectares avaient été ROCHEFORT-SUR-MER, mal. viron Téléph. Matin. Lille, 27 mai. un qui possède le plus de celle poches corpulence. Les de forte est Il amiable est règlement Un Radio). détruits. rocambolesque organisées. Lille, Aujourd'hui à face de l'église bandes d'une invention de en et malfaiteurs à propos vêtements étaient vides. On de déconfiture la l'Aéro-Club de Montde ses à la suite de avions intervenu Les Saint-Maurice, de rivalisent dont les exploits avec ceux nouveaux et graves (Dép. Havas). VIENNE, 27 mai. retrouvé sur lui une montre seulement directeurs, MM. participé à la lutte les Babut ont la banque de-Marsan de sont produits incidents entre vendeurs américains. se des gangsters métal blanc, portant la marque d'un La journée a été remplie par une sé- contre l'incendie. d'abandonner décidé Une frères, ont Téléph. Mdtfn. en Babut mal. 27 politiques. Bekli», journaux Chaque soir des batailles rangées affaire d'espionnage vient de tenir en haleine horloger du quai du Général-Sarrail à rie d'importantes manifestations patrio- Toutes les communications télépho- toute leur fortune personnelle aux deLa police avait dû, en raison de l'incriminels plus pendant près de sept mois la police de Berlin, Lyon et le numéro 816537. tiques. mettent aux prises desdont niques entre Bordeaux et Liposthey ont créanciers de l'établissementtervention de nombreux militants sociamagabonne employée dans revêtu de la jeunesse, qui La fête vendeuse, un dangereux, une moins a Une jeune -»* ou du la chute poteau été interrompues, listes et communistes, établir un barfiancé, raconté à son un schupo UN COUPLET DANGEREUX A CHANTER le caractère d'une manifestation catho- ayant brisé les fils. 'partie reste chaque fois sur le carreau. sin avait poUce) TROIS LIGNES EN NOUVELLES qu'elle était Berlin, memde rage pour protéger la retraite des ven(agent de lique, s'est déroulée dans toute l'AutriLa nuit dernière a été particulièrement bre d'espionnage, secrète organisation deurs de l'Action française et du JVa-> d'une de tous les la participation che agitée et non moins de huit policiers travaillant avec étranpuissance profit d'une DÉPARTEMENTS au tionale, mais les hommes de gauche se Le cardinal Verdier De jeunes fascistes se font conspuer jeunes gens de 10 à 20 ans. et douze repris de justice ont dûà être P.-&M. tient réseau annuelle du se La fête sont jetés sur les agents et ceux-ci ont hospitalisés après avoir pris part des à la Turbie A Vienne, 40.000 enfants vinrent sur préside le neuvième centenaire à Bourg, sous la présidence de Mgr ,Béguin, été Après avoir longtemps hésité entre son devoir violemment frappés. Le commissaire sa fiancée, le brave schupo bagarres en pleine rue, au cours des- et l'amour pourdernière place de l'Hôtel-de-Ville acclamer le la Belley (Havasl Télégr. de mai. Matin. évêque 27 Nice, de Pont-Levoy l'abbaye chargé du service d'ordre lui-même. M. autorités compéde aux quelles soixante-treize vitrines furent dénonça cette déposer entre ses est inauguré & Saintchancelier Dollfuss et Albert-I" Le cours aujourd'hui produit à incident s'est Un arrêtée. cfcurs fille fut Au tentes. La jeune défoncées et près de cinquantes réver- de présence de M. Lambrecht, consul Pracentini, a été assailli par une bande leur d'adresse, Raphaël forme mains, en sersous elle tout trois interrogatoires baulas italiens raconta cents -où Turbie nombreux la de forcenés, terrassé et sauvagement Le car- général de Belgique à Marseille.(Havas) (Dép. Havas). Blois, 27 mal. bères abattus. chemises ment de fidélité à la nouvelle Autriche. dinal plupart la Nice, de un roman dans lequel il n'y avait que bagarres, venant en aujourd'hui fiancée collège HuOn l'a relevé avec trois doigts présidé qui tua Verdier Auguste Danzer, sa au Le chancelier harangua ces jeunesses de Pont-Levoy ales cérémonies du meuvième cen- berte Vielen, tente, par deux fois, de se suicider piétiné. blessés et morts. Elle parla même d'un c&davie noires, s'étaient rendus au trophée d'Audroite écrasés. L'inspecteur main la de transporté en secret à l'étranger. d'un tenaire de l'abbaye. empreints termes autrichiennes en (Radio) ils entonnèrent l'hymne fasde Mortagne. prison Là, & la guste. Mande du Nord Danvoine a également été blessé. Le due de Gloucester en D'après ses indications, la police se livra à et conclut son# alBaudrillart, accompagné de Mgr patriotisme était Lille arrête Bonnemer, vibrant sûreté de sur II le retour couplet demande un ciste dont restèrent Quelques instants plus tard, les sociasans des recherches et enquêtes qui d'instruction d'Alger, l'Académie française. l'Autriche, luge membre de d'arrêt du Visie le cri de mandat locution « par Savoie de la et la jeune de plus tard Corse, mois la sept l'Italie à résultat. Enfin, listes sont parvenus à dégager un de A l'issue du service religieux, .le cardinal pour meurtre. IMatin) patrie notre histoire était insoudain habitants Plusieurs son comté fille décora de Nice. que du leurs amis que l'on conduisait au poste. Téléph. Matin. Verdier a béni une plaque ériKée à la mémoire LONDRES, 27 mai. chancelier présida et que c'est pour de la localité et des antifascistes itaà l'autre le ailleurs, bout d'un Par ventée Puis Gelduin, de Pont-Levoy. gardes mobiles, appelés, ont réussi le bienfaiteur Les de troisième fils du paraître plus intéressante à son 6ancé qu'elle Temps probable sur la Manche Le duc de Gloucester, bénédiction de la cérémonie la Vienne bagarre réuni protestèrent courte huit cents couverts de banquet liens a dégager les agents, mais un peu plus une? à un roi George V, a assisté aujourd'hui à avait voulu passer pour une espionne. devant les notabilités formations des catholiétendards de Paris des l'archevêque autour de des horions furent et produisit Téléph. Matin. tard encore, un vendeur de journaux, se BouLOara-stm-MER, 27 mai. dea échevins de Bertin la première fête organisée en son hon- Le tribunal Au salle Manège. la grande du composées dans présentes Sturmscharen, du ques en fille échangés. la jeune avait dû comparaître a prononcés par 'Prévisions météorologiques pour la journée M. Baudan, a été molesté. Enfin, vers été des discours ont dessert, neur en Ulster, où il éffectuait un lequel très jeunes qui, général de de l'intention nuire sur n'avait gens qu'elte le calme à estimé eu La police réussit ramener la soirée, le calme est revenu. plusieurs anciens élèves et par Mgr Audollent de demain voyage officiel. d personne par ses mensonges. Af&i.s, comme et les « balilas » reprirent place dans l'exhortation du chancelier, prêtèrent qui dominafat N:O., modéré vent houle, Faible à maintenir directeur de félicité le son a au château historique elle s'était présentée à son fiancé. de même les l'Autriche indépendante et collège Il a éte reçu à huées serment les de partirent et le mérite prestige l'éclat et sous un ciel en partie couvert, puis clair, température cars que été inventé, elle Election au conseil général du natio- qu'à la police, sous un nom a de Lisburn, l'un des berceaux inchangée. chrétienne. passé vieux de neuf siècles. population. la détention. semaine de condamnée à une nalisme de l'Irlande du Nord, et a obCaaton de Brettevtlle-sur-Laize. CALVADOS. servé la tradition centenaire qui conSimon, historique U. M. R. D., est élu par 1.225 vair tambour à frapper siste un docteur Sondag, indép. de gauche, 407 contre au lance légende, la lequel, selon un averChantel, indépend, n s'agissait de A 267 M. et tissement solennel aux ennemis des paremplacer M. Bure, U. R. D.. décédé. triotes orangistes. Tde NOTRE

CORRESPONDANT PARTICULIER]

SUITE DE NOS DEPECHES

DARD

Havas).

LOTERIE NATIONALE

5

Savons Cadum

Revue des joarnaux

PANtoMD

de

<

SnfuT^uSXrfntt^

<

au

La

VOIR EN CINQUIÈME PAGE

DERRIERE HEURE

ILLUSTRÉE


La

Coupe du monde de football IA 389 kms de moyenne Etats-Unis.

Suisse bat

Arnoux CHACUN SON

remporte la Coupe Deutsch d'aviation

RESULTATS DES HUITIEMES DE FINALE ttalie bat.

horaire, Maurice

CH. PELISSIER GAGNE LE CIRCUIT CYCLISTE DE PARIS TOUR

Charles Pélissier a remporté, hier, la ment excellent, menait la chasse tout viçtoire qu'il attendait depuis si long- seul, rejoignait Le Tchécoslovaquie bat Roumanie.. 2 à 1 Gofï et, en sa comtemps et s'est qualifié championle pour pagnie, rattrapait Dès lors, i1 bat 4 à 2 I Allemagne,bat 5 nat de France professionnelsen rempor- suffisait d'attendre Magne. le sprint et, comm6 3 à 2 Autriche bat tant le Circuit cycliste de Paris, organisé prévu, Charles Pélissier, beaucoup 3 plus par l'Intransigeant, rapide, s'assurait le meilleur sur la De Versailles au Parc des Princes- piste du Pni'c des Princes. LES QUARTS DE FINALE (à jouer le 31 mai) porte d'Auteuil, les concurrents avaient L'arrivée 248 kilomètres à parcourir en passant par Corbeil, Melun, Meaux, Senlis, Creil, 1. Charles Pélissier, 6 h. 53' 20" a« Allemagne contre à Milan [Italie Pontoise, Saint-Germain et Saint-Cloud Le Goff, à trois longueurs 3. Antonin Autriche contre Hongrie. à Bologne à une longueur 4. Jean Bidot Suisse contre Tchécoslovaquie à Turin On assista, une fois de plus, à un dé. Magne, contre Espagne. à Florence 5. Kalmès, 6 h. 54' part rapide et dès les premiers kilo- 6 h. 57' 7. Benoît Faure 6. Le Calve* 8. Deryck tres, après une crevaison de Louyet que 9. APRÈS PROLONGATIONS, AUTRICHE BAT Pierre Magne, ex œquo Lauck, Thal« l'on ne devait plus revoir, Antonin linger, Archambaud, FRANCE Halbourg, Wisser a Magne prenait du champ, bientôt imité 15. Van Rysselberghe, 6 h. 59'. par Maréchal, Charles Pélissier et Farges qui le rejoignaient après Longjumeau. La bagarre avait éliminé Marcel L'isolé Vignoli prend [DE NOTRE envoyé spécial] exploit terminé, Nicolas, après s'être Bidot et Leducq qui, retardés des la première place du Tour d'Italie par fait de nouveau soigner, permuta avec Turin, 27 mai. Par téléphone. incidents mécaniques, purent jamais ne Bari, 27 mai. Jusqu'à la dernière minute on put croire Keller à l'aile droite, puis en seconde Guerra a perdu, au. rejoindre. jourd'hui, Aston la première l'équipe mi-temps à l'aile place du classede France ferait match nm gauche, avec que Une belle poursuite s'engagea alors revint ment général centre pendant du la prolongaTour d'Italie au proau avec celle d'Autriche, reine des équipes entre les hommes de tête et un croupe fit de l'isolé Vignoli, de football d'Europe, dans un huitième tion mais ne se montra jamais redouqui a gagné l'étape de trois coureurs composé de Jean Aerts, avec 11 minutes d'avance de finale de là Coupe du monde, dis- table. sur le second. Le Goff. et Royer. Après de nombreux Voici les résultats La F'rance menait toujours le jeu en puté cet après-midi au magnifique efforts. le second peloton rejoignait le 1. Vignoli, couvrant les 329 kilomètres stade Mussolini de Turin devant dix première mi-temps quand soudain, dans premier le de la troupe sans que dernières gros les secondes, mille spectateurs dont trois mille à quaSindelar eut un en 11 h. 27' 58" 2. Meini, à 10' fût intervenu dans débat. le Seuls, shot en précis. av"ait Thépot, qui n'en 3. Rogora, à une demi-longueur tre mille faisaient savoir, par leurs cris, pas 4. effet, parmi les attardés Speicher et Olmo, encore vu un seul, s'y laissa prendre. même qu'ils étaient bien Français temps 5. de un groupe Dayen tentaient de rejoindre, mais vingt En effet, l'équipe d'Autriche avait été Les équipes terminaient donc la preLe beau décollage coureurs, parmi lesquels Guerra, de Raymond Delmotte qui d'un rien la victoire l'écart ne cessait de s'agrandir. manqua Demuysère, Camusso, Piemontesi, Motenue en échec pendant toute la partie mière mi-temps à égalité 1 à 1. Un passage à niveau faisait perdre relli, Cazzulani, Gotti, Bertoni, Barrai régulière, terminée par 1 but à 1. Il C'est avec ce même score qu'elles finiLe classement tour fut il obligé de Arnoux, km. poser cam354 se en 330 quelques Secondes aux six hommes de et Macchi. la partie régulière en dépit des fallut donc jouer la demi-heure de pro- rent Chartres. de près pagne (Caudrori-Renault), Comper, 259 km. tête, 365 puis 1. Arnoux Jean Aerts perdait contact les 2.000 longation. Or, à la troisième minute, efforts des Autrichiens qui menaient la 1 Anglais Enfin Comper, qui faisait Monville, km. Egli est prophète chez lui 205 010. à km. une h. 31", Ermenonville, 8' ainsi que Chocque a moyenne générale: course de régularité, s'arrêta après avoir en 5 l'avant autrichien Schall, nettement partie plus rapidement, mais tombèrent classement au 500 kilomètres Creil. Il ne restait plus. que quatre Genève, 27 mal. Téléph. Matin. hors jeu, reçut le ballon de son centre sur ces trois démons de demis appuyés 389 km. fait 170 tour fatigué de voler seul son hommes (Caudron-Renaùlt), 2. Massotte commandement et c'était Le championnat de Zurich a' été 5 h. Sindelar et d'un shot précis et botté d'Alcazar et de Rio qui firent, puisque A la, moitié de la ira tranche (500 bientôt au tour à 270 de moyenne. 32' 28", km. 083. de Royer de lâcher aujourd'hui sur une distance de 211couru 361 moyenne au à trois mètres des buts l'envoya dans nous sommes en Italie, un travail de Kilomètres), à chaque Arnoux qui, kiloLemoine n'avait tour, qu'une couru manpied laissant filer Charles Pélissier, An- mètres. Monville (Caudron-Renault), 5 h, che. les filets, notre goal. Thépot, qui atten- Romains dépit des déboulés for- 55'3.52", augmente est tête le en sa moyenne, en tonin Magne et Le Goff. moyenne 337 km: 230. dait un coup de sifflet arbitral, n'ayant midables d'Aston. le roi du match, dribRésultats 400 de dépassé, est Professionnels, 1. Paul et Delmoyenne dans pàs bougé. Puis, un peu plus tard, d'un blant toute la défense et ne parvenant Delmotte a dû abandonner au dernier Mais la traversée de Champagne deuxième motte est à 23, Egli, secondes. ex-champion du monde, en 6 h. LA .crevaison attardait à son tour Char- 4" 2/5 2. Auguste coup de botte très régulier, l'Autrichien pas à battre Platzer soit directement, tour et se poser près de Chartres. Le tour le plus vite est réalisé par une Erne 3. Alfred les Pélissier jet Antonin Magne en pro- Bulla Blean ajoutait un nouveau but à la soit indirectement, et de l'autre côte, Arnoux en 14' 59" km. (moy. 400 445). Malmesi 4. 5. Walter Blaten fitait pour mener rondement, parvenant Classement marque autrichienne. 1. Arnoux. h. dépit des impressionnantes échappées 1 17' 13" mann. Le départ a été donné, hier matin, 2. Delmotte, 1 h. 17' 38" 3. Massotte, à lâcher Le Goff dans la côte de Saint- Amateurs 1. Buchwalter, 6 h. 34' Mais, sous les encouragements du pu- de Viertel les équipes d'ailleurs étaient La Coupe Deutsch des avions légers; à 9 heures, à huit concurrents. en Germain. le circuit hier, de 100 kiloblic français, l'équipe repartit de plus à bout de souffle. courue sur 1 h. ,13' 1" 4. Lemoine, 1 h. 13' 6" 42". Dès 8 h. 30 leur les quittent avions A l'arrière mètres Etampes-Chartres-Boncé-Etampes Charles Pélissier, décidé5. Détré, 1 h. 25' 26" 6. Monvllle, et pour un parcours total de 2.000 kilo. hangar et viennent se placer face à la l h. 37' 57". mètres, en deux fractions de 1.000 kilo- ligne de départ. Malgré de nombreux Arnoax en tête à la fin mètres, a été brillamment gagnée par barrages, il y a foule autour des appade la première manche reUp. Il fait un temps superbe et lorsMaurice Arnoux, effectuant la distance à la moyenne horaire de 389 kilomètres que Détré s'envole le premier, il y a- un Voici le classement officiel de la première tranche des 1.000 kilomètres avec un avion: français, dont le moteur avait une cylindrée ne dépassant pas 1. Arnoux, 2 h. 31' (moy. 393 km. 308) huit litres, 2. Delmotte, 2- h. 34' 57" 3. Lemoine, Louis MUssotte, pilotant un avion de 2 h. 42' 49" 4. Massotte, 2 h. 44' 3" mëme marque, s'est classé deuxième, 5. Monville, 3 h., 9' 5". ayant téaLisé une moyenne horaire de La seconde manche 361 km. 083. d'est encore un Français, Albert Après un arrêt d'une heure, la Monville, sur un avion semblable aux reprend, le départ étant donnécourse dans deux premiers, qui se classe troil'ordre du classement obtenu après la sième, en parcourant les 2.000 kilomètres première manche. 337 km. 230 de moyenne: Arnoux prend le départ à 13 h. 1' 35" On escomptait, avant que le départ et réalise, aux 1.100 km., 369 km. 330 soit donné hier sur l'aérodrome, d'Etamaux 1.200 km.. 385 km. 438 aux 1.300 pes-Mondésir, que le vainqueur dépaskm., 383 km. serrait d'une vingtaine de kilomètres les, Delmotte repart à 13 h. 3' 57" et réa400 kilomètres de moyenne. Mats, d'une lise. aux 1.100 km., km. 230 aux part, les avions n'ont pas pu, au der1.200 km., 386 km. 266 aux 1.300 km., nier moment, utiliser t'avantage qus 384 km. 615. leur donnait la possibilité de rentrer Lemoine ne part pas à l'heure fixée. 7

1

3 France. a

Hollande

Suède

Le

COURSE

leur train d'atterrissage. En effet, leâ trains coinçaient et l'on pouvait 'crain. dre des accidents de ce fait la vitesse

UNE PHASE CARACTERISTIQUE DE LA PARTIE Delfour (à droite) vient de manquer la balle que MAIRESSE (à gauche) va dégager. Mais Bican s'appuie su pour le gêner. Au fond, Sindelar.

lui

Le auei Arnoux-Delmotte La course se joue entre les deux pilotes .de Caudron Delmotte rattrape quelques secondes qu'Arnoux reprend tour. au Moyennes tour par tour

fut réduite mais cependant on peut noter les trois que

concurrents classés

battent largement le record établi l'an dernier par Georges Détré avec

1.100 kilomètres Arnoux et Delmotte, et cela malgré 369 km. 230 Monville. 348 km. 162 vent violent, un qui gêna sensiassez Matin blement par instants les concurrents. belle. Une faute de l'arrière Cizar fut Un salutaire kilomètres Delmotte, 386 km. les repos Le résultat encouragea. à est donè d'autant vtus sanctionnée d'un penalty que Verriest bien faire pendant la prolongation brillant qu'à l'issue de la première 266 Arnoux, 385 km. 438 Massotte, réussit. On en était donc à 3 à 2. km. Ici 335 Le dernier coup de pédale donné, Charles Pélissier a le sourire. manche 508 Monville, 289 km place le but de 1.000 kilomètres Comper, le se les sur quatre. nors jeu de premiers Les dernières minutes furent inou- Schall. km. 229 500. classés Les I-'rançais Arnoux, Delmotte, laissent ua^ser le bliables. Tout ce que les Français avaient Lemoine 1.3.00 kilomètres Delmotte,384 km. 615; premier et massotte, battaient le re. quart d'heure, 'reprennent se encore d'énergie, de sources de vaillance, pendant le second, cord Arnoux, du monde de vitesse sur 1.000 ki. 383 km. 795 Massotte, 378 km. LES ECOLIERS sont de nouveau dé- lomètres BATAILLES POUR LES TITRES Ils le mirent au profit de leurs atta950 Monville, 363 km. et 389. d'autre chaînés part, leur fougue et que, Arnoux les Autrimet et il fallut s'en de peu qu'un but ques réalisait un tour à 400 km. 445 de MAURICE ARNoux vient de descendre 1.400 kilomètres Delmotte,382 km. 978; SUR STADE AU PARC DES PRINCES vint égaliser la marque et faire subir chiens à deux doigts de leur perte. Les moyenne, d'avion Arnoux, km. C'est, 379 746 d'ailleurs, Monville, 362 km. le même Allez France avec retentissent dans le appareil, on s'en souvient, un échec humiliant à l'équipe autri- « que Del- nombreux public sur le terrain. Les dé- 908 Massotte, 356 km. 435. chienne qui eût été dans l'obligation stade. Rio, puis Alcazar shootent. Plat motte avait battu, ces jours-ci, à l'en- parts sont donnés dans l'ordre sui- 1.500 kilomètres Arnoux, 395 km. 604 de rejouer la partie. zer se glisse à terre comme une anguille traînement, Delmotte, 385 km. 026 Monville, 364 km. Les, scolaires et universitaires des éco- Les deux finales du champtonnat de record du monde de vi. vant Au reste les Autrichiens furent, dès et sauve de justesse. Zischek se sauve et fesse toutes lecatégories Détré, qui décolle 22 se- 372 les et facultés de France se sont donné France de demi-fond et une des trois en Massotte, 359 km. 451. sur 100 kilomè. condes 2. Lemoine, en 10" 3. Masles premiers coups de botte, submergés centre Sindelar reprend, mais -gêné tres à la moyenne horaire rendez-vous, hier, sur. la pelouse du manches du championnat de vitesse ont 1.600 kilomètres Arnoux, 390 km. 880 de 431 kilo- sotte, en 17" 4. Delmotte, par la furia francese. Les avants pas- passe à Bigan qui, d'un shot précis. mètres. en 11" 5. Delmotte, 387 km. 096 Monville, 369 km. stade Pershing pour y disputer les dif- été courues, hier, au Parc des Princes. saient par les ailes, les demis jouaient porte la marque d'Autriche à Comper, en 12" 6. Arnoux, en 14" férentes épreuves d'athlétisme que com- Dans la première 1. Huit 989 Màssotte, 358 km. 865. eoncurrents prdrent le départ épreuve, Georges comme des démons, les arrières ne ra- Les Français repartent de plus bellp. Détre, Lemoine, Massotte, Lacombe 7. Monville. en 14" 8. Lacombe, qui portent leurs championnats annuels 1.700 kilomètres Delmotte, 392 km. 156; ·taient pas une balle et le goal bloquait' Une faute de Cizar est sanctionnée d'un Delmotte, Monville, Comper et Arnoux. ne part qu'à 11 h. 10. Résultats des finales. 381 km. 760 Massotte, 360 km. les raids de Sindelar, Schall et Bigan. penalty, marqué par Verriest 3 à 2. Détré et Lemoine terminent leur pre- Arnoux, Le prèmter Détré était obligé d'aban1,800 kilomètres Delmotte, 382 km. 156; 100 mètres plat scolaire. 1. De Alors, les avants autrichiens schootè- Nicolas manque d'égaliser d'un rien. donner tandis mier tour alors que Monville et Lacom- Arnoux, 381 km. 760 Massotte, Lacombe qui n'avait que 360 km. Joly (Toulouse), 11" 3/5 2. Fourthou rent tout de travers et parurent dé- La séance est terminée. L'équipe dp pris le départ qu'à 11 h. 10 tournait ne n'ont pas encore pris le départ. Le 1.900 kilomètres Delmotte, 391 km. 730; (Talence) 3. Dessus (Limoges); 4. Nepaysés devant Thépot, tandis que, filant France venait de finir premier tour du circuit (100 km.) est Arnoux, 384 km. 204. Longuement solitaire finalement et maison en sa en meyer. comme un zèbre sur son flanc gauche, beauté par un match héroïque dans :9 devait aussi abandonner. ealisé avec les moyennes suivantes Le dernier tour est émouvant, car on 100 mètres plat universitaire. 1. Aston donnait à ses camarades Rio, Ni- sens DeLmotte Détré, 338 km. qui avait 028 le péndant plus s'attend noble à Delmotte voir du mot. presque rapprocher Dondelinger (Paris), 1/5 se 11' 2. Lecolas et Alcazar l'occasion de tenter toute la course lutté de vitesse avec ArLemoine, 357 km. 497 d'Arnoux. Mais on apprend que Delmotte grand (Paris) 3. Summer (Paris). leur chance devant Platzer. paraissait devoir Massotte, finir 334 km. 573 noux en a dû se poser en campagne et Arnoux 110 mètres haies. Le championnat de France Mais, hélas tout à coup on vit Nideuxième position lorsqu'au dernier i. Mathlotte (PaDelmotte, 364 km. 740 arrive seul très applaudi ris), colas quitter sa ligne et, victime d'un 16" 2/5 2. Pointurier (Lyon) A Saint-Etienne, hier, pour la 3. Netillard (Paris). commencement d'insolation, se faire d'accession en première divisionpoule du 110 mètres haies scolaire. masser la figure et se faire couler de championnat de France professionnels, 1. A l'eau dans le cou. Il avait à peine repris les équipes de Saint-Etienne et de Bonnat (Clermont-Ferrand), 17' 2/5 2. Boullerand (Louis-le-Grand) sa place que sur un bloquage insuffi- Mulhouse ont fait match nul. Voici le 3. sant de Cizar, sur passe de Keller, Il classement de la poule à la suite de Mockouski (Lakanal). s'emparait de la balle et la shootait ce résultat 1. Mulhouse, 3 matches, 200 mètres plat universitaires 1. BoisFalchetto se promène Les voitures allemandes trop haut mais, par bonheur, la barre 4 points 2. Strasbourg, 2 matches, set (Paris), 22 sec. 1/5 2. Dondelinger transversale se mettait de la partie et 3 points 3. Saint-Etienne, 3 matches (Paris), 22,.sec. 4/5; 3. Roujou (Paris). à Péronne battues au Circuit de l'Avus le ballon rebondissait à l'intérieur. Cet 1 Doint. 400 mètres plat scolaires 1. Dumas (Saint-Louis). 51" 4/5. La commission de marche de la Ligue 400 mètres plat universitaires 1. Amiens, 27 mai. Téléph. Matin. de Paris. d'athlétisme a fait disputer, Boisset (Paris), 60" 2/5; 2. Baudet Le grand prix de Picardie a été couru hier matin, au stade de Colombes, son (Bordeaux), aujourd'hui sur le circuit de Péronne annuel championnat réservé aux ju- 800 mètres universitaire. 1. Faure (Paris), 1' 56" 2/5 2. Deniset, 1' niors. en présence de très nombreux spectateurs. La course a été gagnée par FalUne vingtaine de concurrents prirent 800 mètres scolaire. 1. Chariea le départ pour accomplir les 15 kilo- (Henri-IV), 2' 3" 4/5; 2. Morel (Arras), chetto, qui a mené de bout en bout, mètres du parcours. 2' 6" 4/5. tandis qu'en catégorie 1.500 cmc. de Wambst et Paillard se sont qualifiés Dès le départ, Caroli emportait la victoire. Lejeune (C. M. P.) et 1.500 mètres plat, scolaires 1. Cuzol pour la finale. Les battus d'hier cour. Couratin (M. F.) prirent la tête et se (Clermont-Ferrand), 4' 16" 4/5. ront un repêchage sur 100 kilomètres, Au départ de la course des deux lidétachèrent bien vite autres des repêchage mètres 1.500 plat universitaires: qui qualifiera un troisième tres et plus de cylindrée, Sommer, Derents. A mi-course Lejeune lâcha concurirrémé- l.'Sermiselle (Paris), 4' 37" 1/5. concurrent. placés lorme sont les et Brunet premiers Les championnats de France'internadiablement son valeureux adversaire et mètres scolaires 1. Schneider En vitesse, Michard et Gérardin, quasur la ligne de départ. tionaux qui se sont poursuivis hier au franchit la ligne d'arrivée avec près de (Bordeaux), 9' 23". h. 5 Le starter lâche les coureurs stade Roland-Garros ont été marqués 4 minutes d'avance. 3.000 mètres universitaire. 1. Leet dès le premier tour, Falchetto prend Par équipes, la lutte fut extrêmement comte principalement par le succès de Menzai (Paris), 55" 9' 3/5 2. Delardede la tête devant Sommer, suivi Bruserrée jusqu'à l'arrivée et ce n'est que ret (Aix), 10' 37" 4/5. aux dépens de l'Australien Mac Grath Mlle HellérNice. Chinetti, Zanelli net, et par un point que le C. M. Parisien l'em- Javelot scolaire. et par la défaite de l'une des meilleures 1. Marvier (SaintFalchetto augmente son avance devant porta sur les Marcheurs Français. Dans Louis), joueuses anglaises, Miss Betty Nuthall, 46 55; 2. Bérard (Chaptal), m. Sommer et Zanelli. la demi-heure Lejeune couvrit 5' km. 920 43 des mains de Mlle Valerio. Méray 90 3. (Paris), 41 m. 53. m. dans et l'heure km. 11 623. troisième la tour, des Au universitaire. position Javelot Mathlotte Les résultat 1. Lejeune (C- M. P.), 1 h. était la même. Delorme, qui (Paris), 40 88. coureurs m. Simple messieurs, huitième finale 2. Couratin (M. F.), 1 h. 22' 19" s'était arrêté, repart avec un tour de Disque scolaire 1. Girier (Hoche), G. von Cramm (AU.) bat Ellmer (S.), 3. Vigouroux (0. M. P.), 1 h. 22' 59" Zanelli retard. double Sommer et 35 2. Le Guellec (Savonay), pasm. 89 6-1, 6-2, 6-8, 6-1. tPelletier (A. S. P. P.), 1 h. 23' 44" position, de seconde mais 33 89 3. Marvier (St-Louis), 32 m peu se en m. S. P. Perry bat Hopman, 6-2, 6-3, 6-3, 5. Ducat (M. F.), 1 h. 24' 16" après, obligé s'arrêter temps il de 97. est R. Menzel bat Mac Grath, 6-2, 6-2, 6-3 Classement par équipes 1. C- M. P., à Sommer, Chinetti et laisse place Disque universitaire 1. Faillot (Pasa J. Crawford' bat Sleenm, 06, 6-1, 7-5, 6-0. 12 points 2. M. F., 13 points 3. A. S. ris), troisième quatrième. est et Brunet est 37 m. 02 2. André (Paris), 34 m. H. W Austin bat Artens, 6-4, 6-0, 6-3 P. P., 23 points 4. E. S. C, 30 points. 75 3. Chinetti, arrêt Profitant d'un court d3 Drevet (Paris), 34 m 04. G. P. Hughes bat Hecht, 6-2, 6-3, 2-6, 6-4. Guy Mou. Brunet troisième position. Longueur scolaire passe en 1. Couthures (La Simple dames, huitième finale Mlle après une sortie d'entraînement Réale), 6 45 2. quinzième Falchetto Leroy tour, garde CYCLISME (Sathonay). Au m. C. Aussem (AU.) bat Mlle Jiedrejowka Longueur universitaire la tête 1 m. 30" d'avance toujours 1. Legrand avec (Pol.), 3-6, 6-3, 8-6 Mlle Valerio (It.) bat Téléph. BERLIN, 27 mai. Lemarié du V. C. L. gagne (Metz), Malheureuse6 71 second, 2. Sommer. Porcher (Paris). ni. sur le Miss NuthaU (A.), 8-6, 6-4 Mme MaAujourd'hui s'est courue à l'Avus de Paris-Romorantin Hauteur Mme MATHIEU ment, à la fin du circuit, le jeune cou- Berlin la grande course scolaire 1. Rouchaud (Pathieu CF.) bat Mlle Horn (All.), 6-4, internationale Le Paris-Romorantin, d'un Benejean est victime organisé ris), 1 75 2. Demart grave (Armentières). par reur m. Miss Scriven bat Miss S. Palfrey, 6-4, 64. Martin Legeay-Lesueur (F.) battent automobile. le V. C. Romorantinois, retourne accident. Il dans virage. remporté MerHauteur universitaire a un 1. se un Bordes (PaDouble messieurs, deuxième tour On évalue à plus de deux mille le vif succès. La bataille cier-Aeschliman (S.), 7-5, 6-3, 6-3 déclencha Une fracture ouverte à la jambe gau- nombre des spectateurs, ris), 1 m. 75 2. se Mathiottes au (Paris), parmi lesquels départ où six hommes se détachèrent De Stefani-Taroni battent C. E. Maa- che nécessite l'amputation de celle-ci. 1 m..70 (après barrage) 3. Joly (Nanfroy-Andrews, 10-8, 6-4, 7-5 D. P. Turn- Les médecins ne peuvent se prononcer on remarquait le vice-chancelier M. von Jacquelin, Lemarié, Ghirengelly, Sente- cy), 1 m. 70. buIl-A. Quist battent Palmieri-Sertorio, sur son état qui inspire les plus vives Papen et de nombreux ministres du nac, Gabos et Driancourt. Par la suite Perche scolaires 1. Bénard (ChapReich. 6-1, 6-3, Gabos et Driancourt perdirent contact tal), 3 m. 22 2. ex œquo Salomon von Kehrling-Gabrovitz inquiétudes. et battent A. Lacroix-R. Rodel (Belgique- Classement La première place fut disputée au Cayre, 3 mètres. Les Français Veyron et Guy MoU fuiiliés pour la finale, ont dû courir trou 31' 1. Falchetto, 1 h. 53" rent les vainqueurs de la journées France), 6-1, 7-5 (abandonné). sprint. Lemarié partit rageusement, réPerche universitaires 1. Bellon 2. Sommer, poar se départager. Finalement, sista à l'assaut de son rival du C.S.I. (Clermond-Ferrand), 3 m. 30 2. De- fois Doubles messieurs, huitième de finale:' (moyenne 124 kil: 517) Voici le classement Michard 1/5 Brunet, h. a marque un point. Résultats 1 h. 33' 32" 3. 36' 26"; 1 Ch. Boussus-M: Bernard (F.) battent Guy Moll mard (Lyon), 1 3 20. (Alfa-Romeo) 1. h. 26' 3" m. Classement à 4. Chinetti, un tour 5. Marret, à (moyenne 205 km. 300) 2. Varzi (AIKleinschroth-Tuescher (AU.), 6-4, Poids universitaires 1. Drevet (Pa- Championnat de France de vitesse à deux taurs tour 6. Delorme, 1. Lemarié (V.C.L.). les 170 km. en ris)! 12 m.42; 2. un (Paris), 11 m 03; Première demi-finale 1. Miehard 2. Mlle René Nice, à deux tours 8. Ja-Romeoi 1 h. 27' 30" moyenne 201 4 h. 30 2. Mejia (C.G.I.), à-1/2 long.; 3. Faillot (Paris).Fabre Double mixte, deuxième tour Prin- 7Mauret, -11 mètres. km. 860) 3. Momberger (Auto-Union) Rampelberg. à cinq tours. 3. Jacquelin (V.C.L.); 4. Jarousse (V cec-Mlle Rollin-Conquerque battent AnRelais 4 100 scolaires 1. Lycée h. 27' 48" 4/5 (moyenne 201 km.150) x Deuxième demi-finale 1. Gérardin 5. Bon (C.S.T.) 6. Gabos Stanislas, 44' 3/5 2. Ecole Sainte-Croix, drews-Miss Babcock, Turnbull- Un coureur se fracture la jambe 4. Lord Howe (Maserati) 5. Nuvolari C.L.) 2. Faucheux, à 20 centimètres. (V.C.A.C.) 7. Sentenac (A. C. CiMiss Molesworth battent Mercier-Mlle et tribune s'effondre (Maserati) 6. Pietsch. une troën) 8. Charpentier (V.C.L.), en Morel-Deville, 6-4 6-2 Tloczinski-Mlle Finale Relais 4 x 100 universitaires 4 h. 30' 20" 9. Ghirengelly (V.C.L.): Faculté des lettres. Victoire de Pierre Veyron Jedrzejowski battent Merlin-Miss Stam- Dans un virage, le jeune coureur Be44" 2. Faculté Première manche i. Michard a se retourne. On le relève avec de droit. catégorie mers, 6-0, 0-6, 6-3 A. Quist-Miss Ryan nejean 1.500 en Gérardin, à cmc. une roue. battent J Lesueur-Miss Andrus, 6-3, la jambe gauche fracturée et il doit La course pour voitures, jusqu'à 1.500 La VIIe course de côte de la Valette Deuxième manche Gérardin: 2. 6-1 R. Menzel-Miss Thomas battent être amputé. Son état est grave. cylindrée, Michard.. de été gagnée par le cmc. a avec le concours du « Matin La pelote basque au fronton P. Goldschmidt-Mme Gorodnitchenko, D'autre part, une tribune s'est effon- Français Pierre Belle 1. Michard Veyron, Bugatti, en 2. Gérardin, a sur drée près du Mesnil. Quinze spectateurs 6-2. (Rouen 10 juin 1934) de Paris h. 36", 1 soit à 4' la 10 de 182 kimoyenne cm. Demi-fond Double mixte, huitième de finale A. ont été blessés et plusieurs d'entre eux lomètre? 700 à l'heure. Au grand chistera, la Sélection paGentien-Mme Mathieu (F.) battent R ont dû être conduits à l'hôpital. Pour la septième fois, le Motocycle-Olub de risienne (Cassou, Sathores et Rœderer) Première demi-finale (100 kilomètres): la Seine-Inférieure organisera le 10 jula proBillaudot-Mlle J. Goldschmidt, 6-0' 6-1 De Caroli VEYRON qui remporte la catégorie 1.500 dans catégorie la gagne chain, ta course de côte de la Valette, avec le a battu hier le Réveil basco-béarnais 1. G. Wambst, 1 h. 18' 56" 4/5; 2. LacJ. Borotra-Mlle C. Rosambert battent Grand prix de l'Avus, à près concours du des 1.500 cmc. du Matin, de l'Automobile-Olub de (Diarde, Lious et Goalard) par 50 à 46. quehay, à 40 métres 3. Grassin, à 1.360 cmc E. Aeschliman-MHe Payot, 6-4, 2-6, 6-4. de 183 kilomètres de moyenne horaire l'Ouest, du Journal de Rouen et de NormandieEnsuite, au grand chistera, le Racing mètres. Double dames, lec tour Mlle Rollin- Résultats 1. de caroll, 1 h. 45" 28" avait équipé sa voiture de pneus Dun- Sports. Club de France (Garcia, Cassou, Le- Deuxième demi-finale (100 kil) Conquerque-Miss Thomas (Hol.-A.) bat- 1/5 (moyenne 110 km. 059) 2. Girod, lop. Pour marcher à une telle allure il Le règlement de cette manifestation est a la colle) le Pelotari amateur (Bergbe- 1. Paillard, 1 h. 20 18" 3/5 2. Brossy, tent Mlle Adormoff-Miss Serniskshank en 1 h. 47' 30" 3. Mme Itier, en 1 h. fallait évidemment avoir des pneus de disposition des Intéressés dan* toua les bureaux der,44. debatBousquet, de l'A. 0. 0. ainsi qu'au siège du M. 0. 8. L, Forobert) par 50 à 250 m. 3. A. Wambst (panne de moCF.-E.-U.), 6-2, 6-3, 48' 41" 4. Gullbaut. grande qualité. 79, boulevard des Belges, à Rouen. à to), à 4 tours. (Phot. transmise par belino de Turin au

.)

322 km. 800 de moyenne

LE

3

LA

'VIE AUTOMOBILE

LEJEUNE

.jeune

champion

marcheur

52".

LES CHAMPIONNATS DE TENNIS

Mac Grath et miss Nuthall battus au stade Roland-Garros

Matin

6-2..

t


Le Souvenir Français à Strasbourg

DERNIERE HEURE ILLUSTREE

IŒNVQI VERS LA CALIFORNIE DE ROSSI ET CODOS

« La France, dit le général Weygand, ne peut accepter de nouvelle diminution de ses moyens de défense

Rossi (à gauche) et

CODOS,

peu avan't leur départ.

5

Des garibaldiens entourent le trou creusé par l'engin qui a éclaté, au Père-Lachaise, avant la cérémonie.

Le congrès

de la magistrature à Lyon

Rouen

Une concierge

la mort de Jeanne d'Arc M.

SUITE DE NOTRE DEPECHE DE PREMIERE PAGE

a commémoré; hier,

Spalaïkovitch présidait

est trouvée

assassinée dans sa loge à Belleville Le vol semble avoir été

le

mobile Télégr. Matin. du crime; mais les assassins ne Il faut assurer l'indépendance de ces Moins grandiose qu'il y «. trois ans, lors paraissent pas avoir atteint leur magistrats en soumettant également du 5000 anniversaire de la mort de objectif leurs changements de postes au contrôle Jeanne d'Arc, sur le bûcher de la place élues. commissions de Vieux-Marché, commémoPARTICULIER] les fêtes du [DE NOTRE CORRESPONDANT des ratives du drame du 30 mai 1431 se C'était le là si bien exprimé vœu Par téléphone. magistrats que le congrès vota à l'una- sont déroulées aujourd'hui avec solen- Depuis bientôt trente ans, Mme veuve STRASBOURG, 27 mai. Robin, née Marie Prévost, était concierL'assemblée générale des délégués nimité et délibéra dans ce sens. présidence nité, la de M. Miroslav sous du Souvenir Français du Bas-Rhin, qui Une brillante allocution du substitut Spalaïkovitch. ge de l'immeuble 25, rue des Annelets, géle aujourd'hui d'Amérique. Mme veuété présidée par a André Sée, secrétaire général de l'asso- Le ministre plénipotentiaire de You- dans le quartier bien néral Weygand, a donné lieu à plusieurs ciation, Robin, ve que septuagénaire et précédait la mise aux voix de goslavie d'abord, à rendit :out se cérémonies. ingambe, assumait ses fonctions la délibération capitale qui vient expri- 10 h. 30, au monument de la Victoire, peu une ponctualité affable qui lui avec la magistrature le de sentiment Ce matin, à 9 heures, toutes les so- mer où, présence combattants des, anciens en avait valu la sympathie de tous les événements actuels. et de toutes les autorités, il déposa ciétés patriotiques de notre ville ont française sur les une locataires s'étaient succédé qui dans Le premier paragraphe fut adopté gerbe de fleurs. Puis il reçu le général devant le monument aux la place gagna cette paisible demeure. morts du cimetière militaire. Ensuite, d'emblée, qui affirmait son attachement du Vieux-Marché, toute proche, sur la- Hélas la pauvre femme devait avoir des quelle étaient groupés, face un service religieux a été célébré à la aux deux principes de la séparation au mé- .une fin tragique. Hier matin, on l'a judiciaire. cathédrale.pouvoirs et de l'indépendance morial à la statue de les trouvée assassinée dans sa loge, maset Jeanne, allait, second paragraphe Le au troupes de la les enfants des garnison, Au cours de l'assemblée générale le susciter une discussion très écoles et les sociétés locales. Quand M. sacrée à l'aide d'un instrument dont général de Pouydraguin, ancien gouver- contraire, proposé assurait de sa Spalaïkovitch eut déposé des fleurs sur on ignore la nature et dans des cirtexte vive. Le prononcé Strasbourg, de un sympathie et de son estime les magisconstances que l'enquête judiciaire n'a neur a d'or l'emplacela mosaïque qui discours émouvant où il a rappelé les trats marque pas encore exactement déterminées* a dont la personnalité a été mêlée ment du bûcher, et ranimé la flamme l'heure mérites des membres du Souvenir à actuelle. événements récents en constatant du Souvenir, M. Métayer, député maire, La vieille Français, décédés pendant,iannée. L'as- des satisfaction le dimanche, se leque leur probité, leur prit la parole.' Il rappela la vie et la vait un peu dame, avec I sistance s'est recueillie pendant une mi- impartialité plus tard qu'à l'ordinaüe, et leur moralité sont de- mort' de Jeanne d'Arc et conclut nute, afin d'honorer la mémoire du roi c'est-à-dire 7 h. 30 du matin. vers meurées irréprochables.' Albert-Ier, de Belgique. Ainsi avait-elle fait hier, et après avoir A Rouen, plus qu'en aucun autre crièrent rien, n'en Nous savons préparé le café qui constituait son pelieu du monde, l'hommage de la reconLe secrétaire général du Souvenir plusieurs voix. tit déjeuner monter quotidien, s'en était allee doit naissance nationale vers Jules Français, M. Reiser, a fait ressors'ensuivit. confus refermant simplement au loquet la Souvenir débat assez dernière d'Arc. deUn Jeanne ,Rouen" tir dans son exposé que le sa amis constatèrent des porte de jusque, chez l'épiFrançais progressait dans le Bas-Rhin Il' est certain, sa loge meure, où elle a, pendant les cinq derde M. Pressard, qu'on accusait, il y a niers mois de sa courte et prestigieuse cier et le papetier, ses tout proches voide façon remarquable. semaines, l'ex-procureur de Pa- existence, subi la cafltivité, l'abjuration, sins, chercher son lait, d'une parut. et Au banquet qui suivit, le général quelques de tous les forfaits et que mainte- les deux condamnations, le supplice, ô son journal de l'autre. o Weygand, salué par les applaudisse- ris Lescouvé luivoulons publiaued'Arc, de M. Jeanne de l'avis nant, nous Combien de temps le concierge avaitments de plus de quatre cents convives, même, mettre plus à place honorer ici, cette peut ment t-elle vaus saêtre personne absente ? Une dizaine de ne pu e prononcé un très beau discours. honorabilité. crée où, bûcher, déjà entourée le probité et par minutes à doute peine, son sur estime-t-on. Et, cesa en Le général débute par ce poignant également jeté vers ciel le flammes, Hurlaux fut les M. pendant, durant de vous avez court laps de Le temps, ce cas 1 préambule: votre invocation suprême d'héroïne, de un malfaiteurs s'étaient évoqué. ou des Présider à Strasbourg une Téunion introduits dans la loge déserte, pour Nous n'avons pas à accorder de sainte et de martyre. du Souvenir français l. Qu'il me soit quitus, suppose-t-on. Puis, surpris mais à affirmer des principes, M. Spalaïkovitch, en un discours 'de cambrioler, permis de remercier d'abord mon cher déclara-t-on. retour qu'ils avaient escompté grande allure, exalta notre héroïne na- par un ami le général de Pouydraguin, ce chef Pendant que le texte était renvoyé à tionale moins rapide, sans doute ils s'étaient aimé et hautement estimé de toute l'ar- la commission pour modification, l'asrués sur la malheureuse lorsqu'elle Jeanne d'Arc ? Autrefois une réa- avait franchi mée française, de m'avoir donné cet semblée discuta de la déposition de le seuil de la pièce, lélité vivante, à présent image honneur et cette joie. Strasbourg une Lorsque Mme veuve Robin avait Lescouvé devant la commission gendaire, mais une image oui symboli- quitté la boutique venir Que de pensées ces deux mots, M. du dernier de ses accolés font surgir dans mon esprit I d'enquête. sera aux yeux de tous les siècles ce qu'il fournisseurs, M. Maurice Jamet, le Si l'unanimité ne se fit pas pour ap- y a de beau, de sublime et d'éternel dans mercier-papetier qui est, d'ailleurs, un Strasbourg, c'est la victoire' évoquée. l'âme françaises 1 Tel est le verdict dé- des locataires de l'immeuble, il n'était prouver les conclusions de lale commisIl rappelle ensuite l'époque déjà loin- sion premier présidait judiciaire que finitif du temps. J'ose dire plus Jean- guère plus de 8 heures. On ne devait taine où il venait, en cachette, à Stras- magistrat de France, il ne s'éleva pas ne d'Arc, bien qu'éminemment fran- pas la revoir vivante. bourg, et où il se faisait reconduire à une voix pour admettre le blâme in- çaise, appartient également à d'autres Vers 9 heures, le commis d'un boula frontière après avoir été réveillé, en fligé au premier président par la peuples, tous ceux qui veulent se l'ap- cher du quartier, venu pour prendre pleine nuit, par un homme trop bien commission parlementaire. proprier pour exalter la grandeur de les commandes des clients de la maison. renseigné. frappa en vain à la porte de la loge. IL Puisque le, commission parlemen- la race humaine. l'imaise à avec son A la suite de son discours, que l'as- taire en prend si Soulignant les qualités de cœur de y revint environ une heure plus tard, et, ayant frappé à nouveau sans plus 'sistance écoute avec une visible émo- partialité, n'y aurait-il pas un moyen, notre héroïne, l'orateur déclara résultat, se décida à entr'ouvrir tion, le général montre que la France de le Mi dire ? demanda un congresM. Doumergue ne me disait-il pas, de l'huis. a le devoir de défendre ses marches de siste. aperçut dans la demijour, que, sans le cœur, on ne peut clarté Ce qu'il un l'Est et il ajoute les persiennes closes laisLa commission parlementaire a faire de politique extérieure? Et ces pa- saient que filtrer du dehors l'empêcha dé devoirs, dit un autre ma- rotés de d'éminent président du conseil, Il ne faut'.rien oublter; aujourd'hui manqué à ses n'admettrons plus avant. pas que le valent non seulelnent pour cette politique pénétrer moins que jamais. Il faut se souvenir gistrats. Nous Derrière la porte, un cadavre était sur et la politique en géneral, mais pour toude la période antérieure à 1914 des ar- premter jugs de France soit traîné étendu sur le plancher. mements menaçants-, des intimidations, la claie et son dossier secret Juuillé et tes les manifestations de l'activité huLe garçon boucher courut aviser de maine. de nos illusions volontaires, de nos publié. président soit, conclut le Quel que sa macabre découverte deux voisins qui, abandons, de nos fautes qui ont fait conclut plénipotentiaire ministre Le croire à notre faiblesse et, par là. ont de-séance, notre sentiment personnel sur en rappelant l'union des Français et de à leur tour, prévinrent un gardien de contribué à rendre la guerre possible: l'avis exprimé par la commission judi. ses compatriotes pendant la grande la paix. Le cadavre était celui de la malheuciaire sur le rôle de M. Pressard, nous Le général Weygand dit ensuite qu'il sommes tous d'accord pour protester guerre pour « bouter » dehors l'envahis- reuse concierge. La septuagénaire gifaut conserver précieusement la mé- contre-le sort fait à de très hauts juges seur. sait, la face contre terre, dans un« moire de toutes les grandes actions qui se sont prononcées en juges. Les troupes défilèrent alors en présen- large flaque sanglante. Un premier exadans lesquelles se sont affirmées les Et r>our l'exprimer dans un vœu tant les armes devant l'remplacement men, que fit un médecin, en presenoe la vertus de race française le coura- unanime, la suite de la délibération fut du bûcher. Les anciens combattants, les de M. Permilleu, commissaire de police enfants des écoles, les sociétés locales du quartier du Combat, assurant ça ge, l'esprit de sacrifice et cette ténacité ainsi adaptée dih que Turenne reconnaissait déjà en Le congres assure de sa respectveuse les suivirent. Puis un cortège se forma, jour-là l'intérim du quartier d'Amérisant que « les soldats français ont la- confiance révéla que Mme veuve Robin porles chefs de la magistrature, qui gagna la Seine par le même itinémême patience que les autres quand on. constate avec satisfaction que la pro- raire que le bourreau Geoffroy Thé- que, à la partie antérieure du crâne,' tait i; les conduit bien ». bité, l'imnartialité et la moralité de la rage portant les cendres c-.e la vierge de et à la naissance du nez, plusieurs bles# Domremy. Du cours Boieldieu, des sures qui paraissaient avoir été fais» Le général évoque la sublime défense. magistrature demeure?tt intactes. garanties protectrijeunes filles jetèrent des fleurs dans la à l'aide d'un instrument pointu et de Verdun et dit que c'est à la luIl estime que les mière de ce grand souvenir qu'il faut ces de Indignité des magistrats, no- Seine tandis que les troupes présen- contondant. En :outre, elle avait 4fcé regarder les choses du présent. tamment le caractère secret et hiérar- taient les armes, que les cloches son- frappée à là nuque, et également à plu-; chique de leurs notes professionnelles, naient et que le canon retentissait. sieurs reprises, avec un instrument qui. Le général Weygand dit encore doivent être efficacement sauvegardées d'une nature différente du pré.' fin de l'après-midi, une cérémo- semblait il y a quelques jours, à Colmar, le et que la plus étroite solïdarité des nieA la eu lieu à la cathédrale, sous la mier, autant qu'on en pouvait juger du a général Bourgeois, dans un exact et membres de la magistrature .doit s'af- présidence Mgr de La Villerabel, ar- moins par l'aspect extérieur de ces derlumineux exposé, jàisait le tableau de firmer vis-à-vis de tous lorsqu'il s'agit chevêque dedeRouen. chanoine Thel- nières plaies, beaucoup plus profondes certains armements il insistait sur un de maintenir les traditions d'honneur, lier de Poncheville y Le le pa- que ias précédentes, et qui avaient dû entraînement et une propagande dont de désintéressement et d'indépendance négyrique de Jeannea prononcé Le soir, occasionner une mort rapide, la boîte d'Arc. magistrature étant littéralement enfoncée. nous avons le devotr de rtous préoccu- qui sont l'apanage de la pendant le concert de carillon, la cathé- cranienne française. la loge, aucun désordre. Sans La France nourrit projet Dans per. ne aucun d'agression, aussi ne demande-t-elle qu'à Les membres du bureau, qui commen- drale a été embrasée. nul doute. la concierge, atteinte, à l'improviste, des premiers coups, qui croire aux sentiments pacifiques d'au- taient pour nous ce texte après la fin l'avaient déjà à demi assommée, n'avait trui à condition, toutefois, que cette du congrès, ont précisé que les chefs confiance lui soit rendue possible. Mais, de la magistrature désignés étaient le pu opposer qu'une très faible résistance à son ou à ses agresseurs. Cependant, après l'expérience si cruelle qu'elle a garde des sceaux, en premier lieu, le subie, elle rte doit plus se laisser prendre premier président Lescouvé ensuite. Au cours d'une ba- des voisins déposèrent que vers 8 h. 15, Discussions tragiques. Les amis de M. Pressard ajoutaient garre qui éclate, rue du Faubourg-Montmartre, heure à laquelle Mme Robin avait dûî aux illusions décevantes d'autrefois. Elle rentrer chez elle, ils avaient bien crû; sait ce que valent les mots et les sophfs. que l'ancien procureur de la République entre plusieurs individus, le Grec Abrahem boule37 ans, courtier en Bourse, percevoir comme de brefs gémissements mes mortels. Il lui faut ardemment re- à Paris était également un chef de la Assaj'as, de deux frappé Chapelle, est coups vard-' la de et même un cri d'appel. N'ayant plus voté à garder les faits et agir ainsi que le com- magistrature et que ce texte, Admis à l'hôpital La- rien entendu, ventre. couteau de au ils n'y avaient pas atta· mande le souci de sa sécurité et de, sa l'unanimité, le satisfaisait pleinement. ctboisière et interrogé, le blessé refuse de donLe garde des sceaux, qui avait été ner le nom de son agresseur et de déposer une ché autrement d'attention. dignité. La France est arrivée à la liinvité a présider le banquet du congrès, plainte. Il s'agit vraisemblablement d'un règle- Dans quel but les malfaiteurs s'étaientmite des concessions qu'elle pouvait faire de comptes. ils introduits dans la loge ? Pour voler, préféré, avait pour laisser sans, doute à ment à l'apaisetrtent. Après toutes les réducde Roche- vraisemblablement. Quoi qu'il boulevard du face du 48 En n° magistrats délibérer liberté de en soit, il une tions consenties, elle ne peut accepter ses Cléinent éclate entre dispute chouart. une premières semblait d'après les pas, de nouvelles diminutions de ses moyens plus entière, prier son collègue M. Céas, 30 ans, 52, rue du Mont-Cenis, et Albert ne Edouard Herriot, ministre d'Etat, de re- Andriante, 32 ans, 78, faubourg Saint-Denis. investigations, qu'ils aient réussi à ait de défense, Qu'elle reste forte, c'est le présenter le gouvernement auprès d'eux. Ce dernier, frappé d'un coup de poing qui lui teindre leur objectif. En effet, aucun meilleur garant de la paix, car la faiAprès le banquet, le vice-président cause une fracture du crâne, est admis à l'hô- désordre. nous l'avons dit. L'armoire, blesse encourage des adversaires et dé- Hauw formula pital Lariboisière.1 Céas est mis à la dispo- sur la serrure de laquelle la clé était ce voeu cortcerte les amis. Quand un peuple pasition de la justice. demeurée, n'avait même pas été oucifique et résolu sait consentir tes sacriPlüt à pteu que toujours nous soit La cambriole. On arrête en flagrant délit verte et l'on retrouva, intact, assez fices nécessaires à la conservation de épargné le rôle de suppliants auprès des de cambriolage l'Indochinois Nguyen Van Khanh, bien dissimulé à vrai dire, dans l'in35 ans, typographe, sans domicile fixe, qui térieur d'un canapé-lit, sa puissance matérielle et de sa foret, membres du Parlement. un petit coffre introduit dans l'appartement da.son, morale, il n'a rien à craindre. Les homIl adressa au président d'honneur de s'était économies de la paucontenait les qui patron. M. Buy Quang Chien, représenmes n'ont pas changé. La sagesse anti- l'association, le procureur Pressard, un ancien dizaine de mille des tant de la Cochinchine au conseil supérieuravait vre vieille femme une que est toujours la sagesse. Minerve ne¡ souvenir amical et discret. Il où boulevard Raspail, colonies, 124, francs en titres et billets de banque. doit abandonner ni sa lance, ni son M. Herriot exprima ensuite aux ma- déjà commis un vol le 1" mai dernier. Nguyen Les misérables n'avaient même pas bouclier. gistrats de France le respect qu'on leur Van Khanh, qui était porteur d'un revolver fouillé leur victime. Dans l'une des pode six balles, est envoyé au Dépôt. .porte et qu'on leur doit. Quant aux chargé ches du peignoir que portait la septuaébéniste, Julien Ces paroles étaient manifestement voeux d'indépendance de la magistra- Rue Octave-Mirbeau, uncambrioler lorsqu'elle avait été assaillie, on un ap- génaire 29 ans, qui venait de celles qu'attendaient les patriotes d'Al- ture et à son désir de séparation des Becet, partement, 2, boulevard Pershir» est arrêté. découvrit son porte-monnaie avec une sace. Elles furent couvertes d'applaudis- pouvoirs, il afürma avec elle son accord Trouvé porteur de divers objets volés, il est trentaine de francs. sements prolongés et l'assistance, de- doctrinal inspiré de Montesquieu et des envoyé au Dépôt. doute admettre que Sans bout, entonna la Marseillaise. traditions républicaines les plus sûres, Le feu. Un incendie, dû & un court-circuit. les assassins, pouvait-on dérangés par l'arrivée qui l'accord de expérience lui et place 15, pharmacie Coirson, la son a déclare à se maîtresse de céans, la Les congressistes ont adressé à M. appris que si l'indépendance est néces. du Havre. Il est maita-Lsé, en vingt minutes, inopinée de Gaston Doumergue un télégramme où saire aux magistrats elle est encore par les pompiers de la caserne Blanche. Les n'avaient pas eu le loisir de pousser plus avant leurs investigations, ou qu'ils ils disent leur attachement indéfectible plus nécessaire aux justiciables. dégâts paraissent peu importants. déclare d'incendie avaient craint d'être surpris. à la France et où ils expriment la con- Le président Cassagnau, le préfet du commencement Un se cuisine de d'aération d'une conduit dans Est-ce à dire, pourtant, qu'ils n'auviction que le gouvernement réussira Rhône et Me Jean Appleton, au nom un rapideIl est Saint-Marc. restaurant, 1, rue dans son effort 'de redressement natio- des avocats, confondirent leurs vceux ment maîtrisé pu découvrir, en quelque endroit de la caserne raient pompiers les par moins secret, des sommes d'argent que nal. dans le même désir. Jean-Jacques-Rousseau. la concierge avait l'habitude d'y plaLe général Weygand, qui était accomcer ? pagné de Mme Weygand, a quitté StrasA ce propos, les enquêteurs ont reRAMBOUILLET AUX RUES FLEURIES bourg à 17 heures pour rentrer à Paris cueilli divers témoignages oui ne manquent point d'intérêt. Ceux-ci entre Mme Robin n'avait-elle pas La gratuité dû transport A FÊTE LE MUGUET SOUS UN CIEL ÉCLATANT autres raconté, il y a quelque temps, qu'elle avait été victime d'un vol d'une cenest supprimée aux marins taine de francs? D'autre part, ne sait-on pas qu'il lui arrivait parfois de placer, dans le tiroir de sa machine à coudre, de petites sommes en pièces de dix En exécution des mesures d'économie exigées pour l'équilibre du budget, et sur ou de vingt francs ? Les malfaiteurs auraient-ils exploré ce tiroir ? Quoi qu'il l'initiative du ministre de la guerre, un décret a été rendu le 28 avril 1934, supen soit, il a été trouvé, vide. L'attention des enquêteurs a, d'autre militaires, pendant la durée primant aux du part, été attirée sur ce fait qu'il y a service légal, la gratuité du transI port aller et retour pendant leur permisun mois, environ, deux individus, dont ision annuelle, sauf pour les transports on a donné un Signalement assez pré¡par, voie maritime. Exception est faite cis, auraient été vus, un soir, stationpour les militaires dont la famille reçoit nant longuement ddns le couloir de l'allocation journalière. l'immeuble. L'un d'eux même, aurait, à Rouen, 27

mal.

A TRAVERS PARIS

Placé Canibronne, les délégations italiennes saluent le monument élevé à la mémoire du général Giuseppe Garibàldi. On reconnait au premzer rang stin petit-fils,, le, général Ezzo GARIBALDI, et le' comte PIGNATTI ATorano DI Custoza. ambassadeur, d'Italie à Paris (les deuxième et troisième à partir de la gauche).

un certain moment, abordé la concierge et aurait paru se disputer avec elle

Par analogie, ces dispositions viennent

La

délégation des mères françaises, qui a ranimé, hier, la flamme perpétuelle à l'Arc de Triomphe dépose une gerbe de fleurs sur la tombe du Soldat inconnu.

être étendues aux marins appelés, ainsi qu'aux engagés et aux inscrits maritimes pendant leur première année de

L'évêque de Quimper interdit aux fidèles d'assister aux courses de taureaux

service.

criblé de balles

Télégr. Mattn: mai. Le comité des fêtes brestoises ayant organisé des courses de taureaux, l'évêque de Quimper a adressé le commu- j niqué suivant aux prêtres de son dio-

Télégr. Matin. Marseille, 27 mai. Un drame mystérieux s'est déroulé, la nuit dernière, boulevard Michelet, à l'angle du boulevard Ganay. Vers minuit, on découvrit le cadavre d'un hom-

Nous sommes informés que des courses de taureaux vont avoir lieu. Ces spectacles sont nettement contraires à l'esprit de l'Eglise. Nous interdisons aux catholiques d'y assister. Nos prêtres feront connaître cette décision dans tout le diocèse du Léon et de

QcriMFER, 27

On découvre, boulevard Michelet à Marseille, le cadavre d'un Corse

cèse. «

me de grande stature, vêtu d'un comnlet gris. le visage criblé de balles, por-

tant

des papiers au nom d'Angelin Pagâneliï, nveur, né le 18 janvier 1904, à RamLa fête du muguet A,Sartène (Corse), et demeurant à Tou- bouillet, son habituel connu, succès. Favorisée l'Ion, rue Michelet. par le beau temps, elle avait attiré une Il semble que Paganelli. dont l'aUùre foule nombreuse qui assista dans la maau gracieux était très soignée, ait vécu d'autres tinée, place Félix-Faure, fleuries. poupées Un concert, déHlé de profits que de ceux de son travail. Aucycliste, jeux des pour encune arme ne fut trouvée près du ca- une course davre. A l'annulaire gauche, la victime fants corsaient le programme de la portait une bague en platine, et il matinée. serrait encore, entre le pouce et l'index, L'après-midi, à travers les rues déles une cigarette non allumée, roulée à corées, un cortège se déroula auquel fanfare du hussards, la trompettes machine la avec du tabac de contrebande. Il est donc probable qu'au mo- de l'école militaire, la Société musicale, ment où il a été frappé, Paganelli s'en- les trompettes de chasse du Bien-Aller tretenait avec un interlocuteur qui lui prêtaient leur concours. De nombreuses avait offert cette cigarette. Y eut-il autos fleuries, des chars artistiquediscussion et puis règlement de comp- ment composés escortaient la calèche de la reine, Mlle Leone Druault, et de tels ? On ne peut encore le dire.

|

JVlme

Maixeterre, veuve du général (au centre) pendant la cérémonie d'inauguration des rues du GeneralMallçterre et du. Général-Niox, qui a eu lieu hier, près de la porte de Saint-Cloud.

La reine du muguet. Mlle Druault, et ses demoiselles d'honneur.

Phot.Nyt.

ses demoiselles d'honneur, Mies Fernande Bourgeois et Germaine Lanse. A l'hôtel de ville, M. Roux, maire de Rambouillet, entouré de son conseil municipal et de nombreuses personnalités, accueillit la jeune souveraine et la couronna selon l'usage traditionnel. Après la cérémonie de l'hommage de Montorgueil, le cortège se rendit au théâtre de verdure, installé au sein même du parc présidentiel, où le programme fut très applaudi. Un vin d'honneur réunit ensuite la reine, ses demoiselles d'honneur et leurs invités. Et cette journée finit gaiement par un concert donné par la fanfare de l'école militaire, un feu d'artifice et un bal populaire.

Cornouaille et la notifieront du haut de la chaire. »

MAUX DE PIEDS Quel que soit votre mal, il existe une. spécialité ou un appareil du Dr. Scholl

qui vous soulagera instantanément et rectifiera les conditions anormales qui vous font souffrir. Examen gratuit des pieds à l'une des adresses suivantes

SOINS DES PIEDS 44, Rue da Lonrre 40. Fu Montmartre 26, R. de Comtantinople, Paria 2, Boulevard des Italiens


COURRIER DES THÉATRES CARNET DE LA

LE^ MILLE ET UN MATINS

LES

Programme d'aujourd'hui 28 mai

PREMIERES ET LA REPRISE D'AU-

JOURD'HUI.

A LA COMÉDIE-FRANÇAISE, 8 h. 30, reprise de l'Indiscret, comédie en 3 actes de M. Edmond Sée. A L'AMBICU, à 9 h., première représentation de les Bas-Fonds, tragédie en 3 actes de Maxl-, me Gorki (troupe du théâtre de Palestine Ohel).

Alger

Voyage»!

MONSIEUR

lie

point aimée. Pas même désirée. Les

avances que, depuis quelques semaines, discrètement, follement, selon les criconstances, elle adressait Castelan, étaient au beau Michelréponse. Il ne voudemeurées sans lait pas comprendre. A quoi rimait cette tentative désespérée ? L'échec, cette fois, devait être un affront. Je manque de dignité, se répéta-t-elle avec fièvre.

E

bonne chère et les plaisirs simples VV SOIR, au théâtre des Champs-Elysées, pretnière représentation (gala) des ballets et faciles. Pourquoi les femmes, airs lui russes. Au programme Sylphides, Choreartium. n'appréciant en que ses éléglaqùesï l'entrainaient-elles dans (création) et Tricorne. /"I BORGES MILTON figure toujours en tête vT de toute la brillante interprétation une voie qui n'était pas vraiment de la sienne ? Peu à peu, jouant cette l'Auberge du Cheval blanc, qui triomphe depuis au théâtre Mogsdor. Tous les soirs, comédie, il en était devenu lui-mê- à21 8 mois jeudi et dimanche, matinée & 2 h. 30. h. 30 me la première dupe. Jusqu'au A U TH. SARAH-BERNHAROT. Aujourd'hui, entouré de fleurs, jeudi 31 inclus quatre dernières Mirées de de Bergerac. qu'il sentait, mais ne pouvait voir, Cyrano Vendredi 1" juin, à h. 30. première reprédans l'obscurité totale, déprimante, sentation (reprise) de Arsène Lupin, avec André il attendait l'aimée.

La porte fut ouverte. Il bondit,

PROGRAMME DES CINEMAS

Brûlé dont c'est l'un des plus grands succès. NOUVEAUTES. Ce soir, Mlle Edith Méra

Actualités Ciné l'Auto bd Italiens). Agriculteurs. La Soirée de Miss Stanhope. Apollo. Wonder bar (Al. Jolson). Artlstic. Loyalties. Aubert-Palace. La Jeune tille d'une nuit. Bonaparte. La Soirée de Miss Stanhope. Camée. Below the sea. Amerlcan Madness. Carillon. 10 h. 30 à 24 h. Fanatisme (P.Negri). Cigale. Chanteuse de cabaret (Cl. Colbert). Ciné Actual. (18,fgMontmart.). 9.30 à 2 h. m. Ciné Ch.-Elysées. El. La Croisière jaune. Ciné l'Artois. La Ferme du péché. Ciné Madeleine. Le Tourbillon de la danse Ciné Opéra. Liliom (Ch. Boyer). Ciné Vivienne. Femme idéale. Secrets Océan. Ciné Voyages bd Batig.). Croisière jaune. Cotisée. Lac aux dames. Demours. Le Mari garçon. Edouard-VII. Little Women (K. Hepburn). Eldorado. Son autre amour. Les 2 canards. Elysée-Gaumont. Quand une femme aime. Empire. La Reine Christine (Greta Garbo). Ermitage-Club Ursulines. New-York Miami. Faljulère (12,A.Molsant) .Profession de A.Carver Folies-Dramatiques. Bariole (Robert Burnier), Fourmi.. Etolle de Valencla, fuliman 12. Gaumont-Palare. Le Vovage de M. Perrichoa. Gaumont-Théatre. Le Serrent Manda. tr.). Impérial. Lady for a day (vers. orlg, Lord Byron. Sorrel and Son (H. B. Warner) Lyon-Pathé. La Femme Idéale. Lutétia. Voilà Montmartre. Marlgnan-I'athé. Le Grand Jeu. Marivaux. Dactylo se marie (Glory, Murât) Max-Lindcr. Prologue (vers. orlg. s.-tlt. fr.) Métropole-Pathé. Chanteuse de cabaret Attr. Miracles. 3. 9. Film sans titre. Moncey. Le Million. Conduisez-moi. Madame. Moulin-Rouge. Train de 8 h. 47 (Bach. Fernande! Oljmpla. L'Oncle de Pékin (Armand Bernard) Omnia-Clné Information. Actualités, reportages Pagode. La rue sans nom. Panthéon. Bedtime Story (M. Chevalier). Paramount. Jeunesse. Ranelagb (5, r, Vignes). Sérénade à trois. Easpail 216. Tessa. The Constant. Nymph.

reprendra le rôle qu'elle a si brillamment enlaça la silhouette un instant en- créé dans les Soeurs Hortensias aux côtés de trevue et plongée dans l'ombre par Dranem, Suzanne Dehelly, Adrien Lamy. LesOlga Valéry et Davia. la porte refermée, posa sur une bou- Ttelly, ES CAPUCINES font relâche à partir de ce che ses lèvres frémissantes et balsoir pour dernières répétitions du nouAllo butia veau spectacle. C'était sa voix. L'ABSENOEde M. Luzné-Poe, c'est Tout est prêt selon ton vœu. PENDANT P M. Mlhalesco qui tint, au Vieux-Colombier, Mme Egorin frémit, hésita en- Viens 1 Nous serons unis éternellevieil Bkdel rôle du le dans le Canard sauvage, core et ouvrit la bouche. Qu'allait- ment dans la mort rôle qu'il créa au théâtre de l'Œuvre et qui elle dire ? Une sottise, assurément. .Et Mme Egorin, stupéfaite, af- -lui valut beaucoup de succès. Mais une autre voix la devança, folée, sentit s'appuyer contre sa /CLOTURES ANNUELLES. Ont effectué leur clôturele Cirque le Trianon-Lyrique. annuelle redisant le numéro qu'elle-même tempe le cylindre froid d'un revol- l'Athénée, Medrano., venait de demander. ver. Puis aussitôt C'est toi, Michel Mais oui, chérie. Elle est sauvée ?. On n'a pas Ce soir, rentrée Les sûr ? béBouleversée, haletante, Mme Ego- porté plainte ? Vous êtes s. serrant Castalan, Michel rin, passionnément, préta l'oreille. gaya DRANEM Elle avait compris. Demandée en convulsivement les mains de son Hnrtoncfoc même temps, une autre communi- avocat. Oh maître, si vous saviez cation primait la sienne. Le hasard de quel poids vous me délivrez et Adrien LAMY, LESTELLY lui livrait le secret de l'indifférence quelle reconnaissance je lui fopuni de ma de Michel. Un peu de honte em- N'ai-je pas été assez 0. VALERY et DAVIA puisse je Puni, com? sans que pourpra son visage. Pourquoi écou- lie prendre comment, ni pourquoi. Je ter ? C'était une vilenie inutile. Mais désespérée, ravagée par la ja- vous ai raconté mon épouvante. Je PROGRAMME DES SPECTACLES lousie, elle serrait convulsivement vous ai dit toute la vérité. Une l'écouteur. Aucune force humaine ne femme, que je ne puis nommer, une Opéra. 8 h., Rolande et le mauvais garçon. névrosée, vous en jugerez ainsi, Demain Tristan et Yseut. le lui eût arraché. décidé à la pire des folies. Opéra-Comique. Relâche. Une femme parlait. Mme Egorin m'avait 8.30, On ne saurait penser à tout, Rex. L'Orlow. avions rêvé, stupidement, de Français. reconnaissait sa voix aussi nette- Nous l'Indiscret. le Quatrième, l'Indiscret. Royat-Pathé. Le Simoun (Dernier). mourir ensemble. Mourir. quand on Odéon. 8.30, Demain Tartuffe, le Talisman de po:ence, Studio Acacias. Un rêve à deux. Virginité. ment que l'autre. C'était résolu, pour- Demain le Bel amour, le Roi Oandaule. vivre Studio Diamant. Le Calvaire de Olmlei. Demain, quatre heures, chez peut English Players. Albcrt-I". 8 h. The dans Studio Etoile (5.r.Troyon). Symphonie lnachev devait Tout se passer Ambassadeurs. Joli monde. 9.15, le Studio Parnasse. Fermeture provisoire. toi. Je suis décidée. Je viendrai. tant. entrée, l'ombre et, quand, elle est Ambigu. 9 h., les Bas-Fonds (M, Gorki). Univers (31, av. Opéra). Dallant lady. Studio sais toi. Mais tu Je veux, comme qu'elle evtrait, j'ai Atelier. 8.45. la Volupté de l'honneur. j'ai quand Studio Ursulines. Les Sans-Souci (L. pt Hardy). cru pour répétitions. Studio 28. Dollar et whisky (W.-O. Fieldsl. ce que tu as promis ? J'entrerai. Il accompli le geste fatal j'ai pressé Bouffes-Parisiens.Relâche Capucines. Relâche. V.-Hugo. L'Homme invisible n'y aura pas de lumière. Tu ne pro- la détente d'un revolver. Je devais Châtelet. Rose de France (opérette). nonceras pas un mot. Je ne veux me tuer ensuite. Or, essayez de vous Comédie Ch.-Elysées. 9 h., la Machine infernale. Washington. Tarzan l'Intrépide. 9 h., Une robe en l'air (P. Darteuil), pas voir ton visage, ni entendre ta représenter ma terreur, quand je Déjazet. A TRAVERS LES DEPARTEMENTS le Pays du sourire. Gaité-Lyrique. voix. Autrement, je n'aurais pas le l'ai sentie se débattre, hurler, avec Grand-Guignol.8.45, 9 h., Un fou au presbytère. courage. 9.15, l'Assaut (V. Francen). voix que je ne lui connaissais Gymnase. une Relâche. Chérie point. Trop tard. J'avais tiré. Son Madeleine. [DES CORRESPONDANTS PARTICULIERS DU 4 MATIN Marigny. 9 h., l'Ecole du contribuable. Sanglotante, Mme Egorin lâcha le corps, m'échappant, glissait sur le Mathurins. 9 h., le Mari que j'al voulu. M. Ropiquet, DEUX-SEVRES. NIORT. 9., Ah! parle-m'en (Rip,MOreno,Parisys) 50 ans, rue de la Blauderie, qui au cours récepteur, s'abattit. Savaient-ils à tapis. Pourquoi ai-je bondi vers le Michel. 8.30, les Temps difficiles. d'une discussion, avait été frappé par un quel point ils la torturaient, ces commutateur ? Pourquoi l'ai je Michodière. Cheval Blanc. Mogador. Auberge du 8.30, nommé succombe à l'hôpital aux tourné ? La lumière jaillissant, m'a Nouveautés. 8.45, Sœurs Hortensias (Dranem). suites desPacaud, deux bourreaux inconscients ? coups reçus. Des poursuites sont Rel&che. engagées contre Pacaud. Dans- le silence, la souffrance révélé, ensanglanté, un visage Œuvre. Isabelle. Palais-Royal. la Belle h., 9 Vous savez Pigalle. 8.40, la Chauve-Souris (J.Berry.Friant). GIRONDE. BORDEAUX M. et Mme Bers'apaisa, chassée par un flux de qui n'était pas le sien. thelot sont renversés par un camion, cours malheu- Pte-St-Martin. 8.30, la Favorite (A. Baugé). Victor-Hugo, cette haine et de fureur. De nouveau, la le reste. D'où venait et transportés à, l'hôpital Saint(P.Blanchard) St-Gcorges. 9.. Liberté provisoire Berlhelot succombe, sa femme est main convulsive agrippa l'écouteur. reuse ? Pourquoi était-elle là ? HeuAndré. M. Sarah-Bernhardt. 8.15, Cyrano de Bergerac. elle débattant, blessée. grièvement s'étaient reusement, voix tues. en se Trop tard. Les Ch.-Elysées, 9 h.. la Joueuse. m'ap- Studio SAONE-ET-LOIRE. Touriius. Un laitier Th. Champs-Elysées. 9 h., Ballets russes. Ou bien on avait coupé et peu im- avait fait dévier le coup. Vous & son de caisse qu'il livre du lait fait Paris. Th. de h., Tovaritch. que légèrement Var. 8.45. Mon9double et ma moitié (S. Guitry) pur publier portait qui ce pouvait étra. Mme prenez qu'elle n'est Bénie à 0 fr. 85 le litre. Les autres laitiers soit-elle ,V. -Colombier (Pitoëff). 8.45, Canard sauvage. fixent leur prix à 0 fr. 75 pour les revendeurs Egorin replongea dans son déses- blessée. Elle guérira. de VENDEE. LA LosakoIre-de-Saliony. poir, ressassant les paroles surpri- Du même coup, elle m'a guéri Alcazar. 3.. 9., Au Chat noir, Yvette Guilbert. Chargée de faire une commission, Berthe exisdeux sauvé Elle folie. a ma ses. 3., 9.. Saint-Granier, la Regia. attract. Drapier, 8 ans, avale une pièce de vingt sous. je vous le Bobino. plus tences. Jamais Casino de Paris. 9.. Paris-New-York (0. Sorel). Elle est transportée à l'hôpital où son état Tout à coup, elle se redressa et je n'aurai le courage de re- Européen. M. S. Nouveau programme. est jugé désespéré. sa face prit une expression bizarre, jure Folies-Bergère. 8.30. Revue avec Mistinguett. je L'autre, geste. commencer mon démente, volontaire. Attractions. Je ne veux pas Gaumont. reverrai la pas. Olympia. Attractions. ne CARTE DU TEMPS Pourquoi pas ? murmura- savoir pourquoi elle n'est pas venue. Médrano. Clôture annuelle. t-elle. Au point où J'en suis. Rien Nous survivons. C'est l'important. Rex. Attractions. ne saurait être pire. A celle que j'ai failli tuer, involon- Chantilly (10, rue Fontaine). Cabaret dancing. D'un sous-main, elle tira une tairement, vous porterez mon merci, Chez les Nudistes! 15, r. Fontaine). 2 spec. par soir Coucou. 9 h., Rieux, Charley, Souplex, Rey. feuille de papier à lettre, une en- n'est-ce pas ? Noctambules. 9 h., Bastia. Marinier, Gabriello. velpppe, prit un stylo et traça nerH.-J. Magog. Th. de 10-Francs (4, r. Etoile). 9 heures. veusement ces lignes Martini. Rieux et revue. de Dix-Heures. Th. réservés) 2-Anes. 9 h.. Manions traduction reproduction et de (Droits de l'escroc, rev.nv. Maurice*. « Demain après-midi,, ne laissez sortir votre femme sous aucun préColiséum. Tous lea jours thé et soir. Taxi girls. la tard Jardin d'Ac climat. Entrée 3 fr.. enfants 1 fr, plus texte. Vous apprécierez AUX Lido. Soirée dansante. Attractions. valeur de cet avis. Une amie. » Luna-Park. 2.30, 8.30, Attractions, dancing. Moulin Galette. Sam., dlm. et fêtes, matinée. L'adresse écrite, la lettre cachetée, Moulin-Rouge-Bal. Ballets, quadrilles, attract. Mme Egorin essuya ses yeux et souVOLAILLES. Au kilo Canard de choix, 11,50 à 13,50 de ferme, 9 à 10,50 rit, pauvrement. CINEMAS vivant, 8 à 10. Dindonneau, 20 à 22. soupira-t-elle. Lapin dépouillé, 10,50 à 11,25: du O&tiElle n'ira pas nais, 11 à 11,50 vivant, 7 à 7,50. Oie. Son mari est tellement jaloux! Il vivante, 6,50 à 7,50. Poulet nan8 à 10 Aujourd'hui a partir de 2 h. 30 obéira sans comprendre. tais, 18,50 à 23.50 du Gatinals, 19,50 à 24,50 de Touraine, Elle se leva, chancelant, comme des Charentes, 27,50 22 de Bresse, si la chambre tournait autour 1 à du Midi. 18 à 20 congelé,

J

NOUVEAUTÉS-

I

ai!

HALLES

d'elle. Demain air de défi.

dit-elle encore, d'un

défi était en elle. Défi contre le destin qui, la privant de charme Le

et de séduction, lui avait infligé contre une âme d'amoureuse l'amour, qui l'avait conduit à aimer

révoltes sans être aimée. Certainesfolies. peuvent inciter aux pires C'en était une que d'arriver dele lendemain vant cette porte d'ouvrir, sans sonner ni frapper, sachant qu'on y attendait quelqu'un qui ne voulait ni bruit, ni lumière, ni personne sur son chemin. Mme Egorin gravit un escalier silencieux..

vivant, 16 à 20. Poule du Nord, de Bretagne, 10 à 13. 10,50 & petit, 4,50 à Pigeon, la pièce A vivant, gros, 10 9 a 7 moyen, étrangère, 16 5 à 7. Pintade, 17 à 23 à 22. POI6SONJ>'EAUDOUCE, ESCARGOTS, Alose. Ablette. 2 à Au Ttilo etc. morte, 4 à 5. Anguille vivante, 10 à 12 poulette, 1 à 2. Brochet, 5 à 12. 5 à 9 morte, 2 à 3. vivante, 5 à 6 Carpe vivante, moyenne, Ecrevisse cent Au Au kilo petite, 25 à 40. 60 à 5. Escargot blanc, gros, 3 Eperlan, 4 petit gris, 2,50 à 3 moyen, a 150 à 4. Oardon, 4 à 5. Ooujon franA la étranger, 6 à 10. çais. 8 à 10. 0,50 de Grenouille parc, baguette Au kilo Saumon français, 23 à 28 frigorifié, 7 à 13. étranger, 20 à morte, 2 à 4. vivante, 6 Tanche de Truite saumonée argentée, 16 à pisciculture, 12 à 13. à

19

OTFiJôUËi^ Feuilleton du MATIN du 28 mai 1934

24

Maxima du

Reims, Rennes

mai

17° à Paris, Nancy, Chartres, Metz 19"

Orléans, Strasbourg, Belfort. Tours, Angers 21° Poitiers, Châteauroux, BourClermont, Bayonne 22- Dijon, Lyon ges, 2t° Angoulême, Rochefort, Perpi23° le Puy 26° Pau, Nimes, Toulouse, Nice, Ajacgnan 18- Argentan cio 28° Bordeaux, Marseille 20° Nantes

14° le,Havre 13° Valenciennes 15° Beauvais 11° Calais. 12° Cherbourg Minima du 26 au 27 5° à Parts, Belfort.

60 Besançon, Dijon, Tours, Chateauroux Cherbourg, Nantis. Brest, Poitiers, Bourges; 7u le Havre, Clermont, le Puy, Lyon

11° Bor90 Angoulême, Rochefort 15° Nimes 12° Toulouse, Marseille Ajaccio 17° Bayonne, Perpignan

Lorient

deaux 16° Nice

Strasbourg. Argentan, Charties, Beauvais, Calais, Reims 2° Nancy. Pluies des 24 heures à 7 heures le .• 2– à Montélimar. Rennes

Au même programme Un dessln animé en couleurs inédit

4° Orléans, Metz, 3°

Le temps au matin du 27 régions. Neige en Laponie.

Beau en toutes

h. 45. RADIO-LUXEMBOURG Concert La Dame de pique (Suppé); Valse poudrée

DEUXIEME PARTIE

douce. Sans avoir l'air de rien, tout en faisant t'es, tout de même, resté un monsieur. Et puis, U causer le type, j'ai pris les empreintes des serrures. faut bien le reconnaître t'as jamais eu d'histoire C'est une ancienne habitude à moi J'aL toujours avec eux. Alors, tu peux aller à Villepertuis et en un morceau de cire dans mes profondes*: on ne revenir. Ni vu ni connu, je t'embrouille 1 EG l'afsait pas ce qui peut arriver. Le vieux naturelle- faire est dans le sac. Tandis Qu'avec moi. c'est ment n'y a vu que « pouic on s'est quitté les chanceux. Bon Dans ces conditions-là, je vais réflémeilleurs amis du monde. Alors, rentré à Paris, j'ai passé les empreintes à un copain qui est spé- chir. Je te donnerai ma réponse définitive. demain cialisé dans la chose et qui m'a fabriqué un jeu de soir, à l'apéritif. Pourquoi attendre jusqu'à demain ? insista clés « maous ». Sarlin s'était arrêté de parler. n attendait, avec Sarlin. Tu peux bien me dire tout de suite si tu une attention inquiète, les réactions de son cama- marches, oui ou non V C'est que je ne peux pas m'embarquer dans rade. Mais Marcel demeurait impassible et, seul, le une affaire comme celle-ci, à la légère Alors, tu ne dis pas non ? frémissement léger de ses narines pouvait trahir de confidences portait Je passionné qu'il l'intérêt aux ne dis pas oui 1. Il faudrait que je prenne

II (suite)

Sarlin.

librement

Marcel Darban respira plus Eh bien, alors, je t'écoute 1 bon Ah de même disais donc que c'est tout Je 'te qu'il l'enterrement de s'agit. Le jour resté du patelin après. vous de ce pauvre Francis, je suis et distriautres pour régler la noteJedete l'hôtel qu'à ce mobuer quelques pourboires. l'idéejure d'amorcer une ment-la je n'avaisles pasobsèques d'un copain affaire. Derrière pas été convenable. Et ça n'aurait vraiment mis à me puis, voilà que le patron de l'hôtel s'est que, quelque temps raconter une histoire parait la région une tête avant, on avait trouvé dans

d'argent, avec des yeux d'émeraude. La tête d'Antinotis connais ça ?

Tu

Un

1

peu

Toi, t'as de l'instruction. Ces Bien' sûr' courant. choses-là t'intéressent et tu te tiens au de valeur, à ce qu'il parait, Bref c'est un morceaumusée. Tu penses, une tête

Encouragé par le mutisme de son interlocuteur, celui-ci continua On peut dire que cette affaire-là est sans aude quitter cun risque. Je me suis informé, avant de veilleur de Villepertuis parait qu'il n'y a pas nuit. Le musée a, en tout et pour tout, un employé, bien en dehors du vieux cacahuète et tu penses nuit, relever, la pour que ni l'un ni l'autre ne va se place. De d'argent est toujours à tête si la voir sa deux salplus, comme le musée ne renferme que de n'y vestibule, 11 les et un a pas moyen se « gourer Marcel Darban demanda alors à son visiteur Puis-Je savoir, maintenant, dans quel but tu es venu me faire, aujourd'hui, ces confidences ? Sarlin haussa les épaules Allez Allez Ne me fais pas marcher T'as Si tu parfaitement compris de quoi il retourne veux me remplacer dans la combine, voici les clés.Moitié, moitié. C'est régulier.

Pourquoi n'opères-tu pas pour ton propre au compte ? et on l'avait porté le Seulement, balance ? m'en je moi. de statue, si, Sarlin, en guise d'explication, articula un nom déciuni par j'ai me Tourette 1 patron :nsistait tellement que dessus, d'oeil ça, comme Tiens C'est vrai, celui-là Je l'avais oublié1 der à aller leter un coup Et alors, quand je me conscience. acquit de Marcel. lier avoua le j'ai musée et que vu consersuis trouvé dans le Le sourcil froncé, il paraissait en proie à de d'un tout ça coup, que m'est venue, vateur l'Idée cruelles hésitations. tête-là, cette faucher difficile' de en Sarlin, alors, revint à la charge ne serait pas Qu'est-ce que tu risques ? Trois fois rien. Les adapta. reproduction^ toutea traduction et Droits de poulets » n'auraient jamais l'idée de te prendre Copyright 1934 oy tions reservés pour tous pays. en filature. T'as beau être des nôtres, ils savent que Alheri-Jean

h. 30. RADIO-TOULOUSE Mélodies. NATIONAL DAVENTRY Sonate en do mineur (Beethoven).

18

certaines précautions. Lesquelles ?

Si j'accepte, je veux m'installer, pendant

quelque temps, à Villepertuis. C'est pour le coup, alors, que tu te ferais remarquer par les habitants du patelin 1 Pas du tout 1. L'étang de Grandlieu n'est qu'à deux kilomètres de la ville et il y a énormément de gens qui vont y pêcher, en cette saison. Je louerai quelque chose aux environs, sous prétexte de me livrer à' mon sport favori. Cela me permettra de choisir mon moment et, si je réussis le coup, de cacher la tête, sur place, ce qui sera beaucoup plus malin que d'essayer de la remettre, tout de suite, en circulation. Evidemment concéda Sarlin. On peut envil'affaire cette façon. de sager Sans compter que, personnellement, un peu de grand air ne me fera pas de mal. A part une semaine à Deauville, l'été dernier, au moment du

Grand-Prix, je n'ai, pour ainsi dire, pas quitté Paname depuis deux ans. Je savais bien que t'étais pas un type à te dégonfler, si je te demandais un servlce conclut Sarlin avec satisfaction. Tiens Prends les clés. Mais attends un peu que je t'explique 1 La plus grosse, c'est celle de la porte principale. Les deux petites sont pour les verrous. La seule que j'ai pas pu me procurer, c'est la clé de la vitrine où la tête est renfermée. Le vieux tourniquait autour de moi il n'y avait rien à faire pour que je prennes l'empreinte. Mais, enfin, tu sauras bien tout de même te débrouiller ?

et

Ces cors qui mordent, brûlent élancent s'enlèvent avec leur racine, après ce bain oxygéné et médicamehteux. Pas de douleur, pas de ils sont partis pour toujours. Ajoutes POSTE PARISIEN Mitzi-Mitzou (Marbot- simplement des Saltrates Rodell à "daf Reisf eld-Letraz) Un petit nid (Morettl- l'eau jusqu'à ce qu'elle ressemble àdu"1 Bardel. lait. Plongez vos pieds dans ce bain f RADIO-TOULOUSE L'ombre (Flotow); les les écorchures guérissent, l'enflure disBrigands (Offenbach) Hamlet -(Thomas) paratt et les oignons cessent de vous Paillasse (ILéoncavallo). tourmenter. Les Saltrates Rodell sont RADIO-VITUS La vie de bohème (Puc- vendus cinl); Mtgnon (Thomas). avec garantie partout par les pharmaciens. Leur prix est insignifiant. LONDRES REGIONAL Danse. 20 heures.

(Popy); Scherzo caprice (Kreisler). heures. RADIO-PARIS Disques Master Arling (Messier): Nous dire adieu (Moretti) le Camionneur (Daniderff); S'aimer (Gabaroche) Quand on est Parigot (Calabréze); Ronde des heures (Sylviano) Mon ami Pierrot (Zlmmermann) la Foret quf chante RADIO-PARIS Eros vainqueur (Charlys). (Jean Lorrain et Pierre de Brévl1le). PARIS-P. T. T. Revue de presse. Inforheures. PARIS-P. T. T. Disques mations. RADIO-TOULOUSE Orchestre philharmoPOSTE PARISIEN Concert. nique. RADIO-TOULOUSE Refrains dansants. NATIONAL DAVENTRY Entrée des gla8 h. 35. RADIO-TOULOUSE Ohaasondiateurs (FUcik); Histoire de la forêt viennettes. noise (J. Straua); Ab irate (Iàszt); Tanpo 8 h. 43. RADIO-TOULOUSE Orchestre (Albeniz); Caprice en fa mineur (Dohnanyi)' viennois. la Dame des sauterelles (Bucalossi); Prélude PARIS-P. T. T. Relais de Stras10 h. 30. tymphonique (Bartock); Si j'étais oiseau bourg Concert Pump and Circumatance (Henselt); la Campanella (Liszt) Aishe (Llnd(Elgar), But Blas (Mendelssonn); ,Phtlémon say); Rose-Marie (Primi). et Baucis iGounod); Phaéton (Saint-Saens) Namlet (A. Thomas); Fantaisie aur un chant RADIO-VITUS Cabaret montmartrois. populaire à la manière de maîtres anciens 20 h. 10. POSTE PARISIEN Revue du (Oohs) Rapsodie slave (Volpattl). mois. h. 15. RADIO-TOULOUSE Scènes comiRADIO-PARIS Concert Hlp12 heures. ques. polyte et Aride (Rameau); Aria de la suite h. 30. RADIO-PARIS Presse et Inforen ré (Bach); Cosi fan tutte (Mozart) An- 20mations. dante et final du Quatuor en mi bémol TOUR EIFFEL Concert symphonique iBeethoven); Sérénade (Schubert); Précfosa Impressions provençales (G. Brun); En Ca(Weber); Mireille (Gounod); ballet d'-4«can(o margue (Marc Delmas); Mireille (Gounod), (Gounod); Guernica (Paul Vidal); Croquis de PARIS-P. T. T. Musique de chambre route iWoollett): les Vieilles de chez nous Quatuor à cordes (Mozart); Deux chansons iLevadé) Rampa, Jota (Lappara) Berceuse canadiennes (Emile Vuillermoz) GramIOaubert); Rigaudon (Ravel). le Pctit chat est mort (Manuel PARIS-P. T; T. Ohronique du tourisme. maire Rosenthal); Sonate (G. Fauré); Nlcolette RADIO-LUXEMBOURG Concert Le Chetmaurlee Rave!); A la fontaine (Louis val d'airain (Auber) Soldats de Lilllput Beydts); Concerto (Chausson). iLohr); Toujours ou 'jamais (Waldteuf el) RADIO-TOULOUBE Guitare hawalenne. Frédérique (Lehar); les Trois mousquetaires 20 h. 35. LONDRES REGIONAL Les Mat(Benatzky) tres chanteurs il (Wagner).. RADIO-TOULOUSE Bal musette. NATIONAL DAVENTRY Orgue. 20 h. 40. RADIO-LUXEMBOURG Récita! de LONDRES REGIONAL Musique légère. piano Deuxième étude de concert (Joseph RADIO-VITUS Musique légère Poète et Jongen) Trofoiême impromptu (Gabriel Fauré); le Chasseur maudit (Franz Lizt); paysans (Suppé); Ne dis pas de folles (Lenoir) ilf inuetto Poupée de Paris (Loyraux) Bourrée fantasque (Emmanuel Chabrler). Aubade printanière (La combe); Rêve de valse 20 h. 45. RAD10-TOULOUSE Arsène Lupin (Translateur) la Java du samedi Czardas (Mirande) Elle est à vous (Yvain) Jean V (Mont\) (Yvaln); la Belle bergère (Mireille). 12 h. 5. POSTE PARISIEN Sf j'étais roi 20 h. 55. POSTE PARISIEN Disques. (Adam); la Belle au bois dormant (Tchal- 21 heures. RADIO-LUXEMBOURG Concert kowsky) Sérénade carnavalesque (Erlanger); symphonique. Chants russes (Lalo) Danse persane (Gul- 21 heures. RADIO-TOULOUSE Fantaisie raud) Dans les jardins de Murcie (Turina); radiophonique. Sur la Giralda (Turina): Rêverie du soir 21 h.15. Informations. TOUR EIFFEL iSalnt-Saëns) Sapho (Massenet) les Deux RADIO-VITUS Concert Jenny (Kreuler); jumelles (Ponchlelli) le Bon roi Dagobert Pour un mot d'amour (Scott). (Rousseau). 21 h. 30. RADIO-PARIS: Information, chro12 h. 15. RADIO-TOULOUSE Qrisélidls nique. (Massenet); les Contes d'Hoffmann (OffenTOUR EIFFEL Esquisses provençales bach) Faust (Gounod). (Popy); l'Artésienne (Bizet); Suite provençale 12 h. 30. Fra Dtavolo PARIS-P. T. T. (O. Parés). (Auber); Fiançailles (WeslyV; Mascarade (LaRADIO-LUXEMBOURG Rapsodie irlan-come); Scènes pittoresques (Massenet); le daise (Herbert); les Préludes (Liszt). Matin (Ohaminftde); Promenade d VExoosiRADIO-TOULOUSE Accordéon. flan de 1900 (Salabert); Romance bohémienne Faust (Gounod). RADIO-VITUS lEoldi); Vtve la danse (H. Flnekl; Voyage LONDRES REGIONAL Disques. NATIONAL DAVENTRY Comédies 21 h. 35. en Chine IF. Bazin). 12 h. 45. RADIO-LUXEMBOURO Peer Gynt scandinaves. (Grleg). RADIO-TOULOUSE Chanson21 h. 45. Concert. nettes. NATIONAL DAVENTRY RADIO-LUXEMBOURO Concert Sélec- 21 h. 50. Concert. RADIO-TOULOUSE tfon de' vieilles mélodies anglaises (arr. Lane 22 heures. Orchestre. Wilson) Valse, Vie d'artiste (J. Strauss); Musique légère et danse RADIO-VITUS L'Hypocrisie (Lambert) J'ai ma combtne; Chanson sérénade (Drlgo): Malaguena (Moszkowskll; Songe d'une nuit d'été (MendelsAlfonso (Nelly); Rire, pleurer (Gonter); A sohn).' cottage for sale (Gonley); le Congrès s'amuse RADIO-VITUS Musique légère Unà\ (Heymann); Ne dis pas toujours (Lenoir); la Ronda (Latorre); Palette (Latorre): la sueno (Rama); Value (ChopIn); Coeur contre Rue de la joie (Varna); Serait-ce un réve coeur (Robinl; l'Armurier ILortzlng) Qullty (Kahn): le Long de la rivière (Adems); Rain (Heymann) The Woman in the shoe (Freed) le Printemps chante (Marinier); Ies Gars de in the roof (Rinell) Serre-mot sur ton cœur IGavell; Je t'aime (Waldteufel) Canzonetta l'infanterie (Persianl); la Roulotte; Pas chanpé (Lenoir); Jeune fille qui chante (Hanley); (Godard): Learn to groon (Coslow); Sicilietta Sur un petit balcon d'Espagne (Doll). (Blon); Simple aveu (Thomé); Rêve d'amour avrès le bal (Cztbulka); Allons-y tout doux 22 h. POSTE PARISIEN Jazz. (Gave)) Sérénade pour ma chérie; Qu'au- 22 h. 30. RADIO-PARIS Danse. riez-vous faits (Strauss) Danse. RADIO-LUXEMBOURG LONDRES REGIONAL Orchestre. RADIO-TOULOUSE La Jolie fille de 13 h. 5. RADIO-LUXEMBOURG HumoresPerth la de bohème (Fuccinl); (Bizet); Vie Sérénade (dé fa mineur Taeyp); vue en Thaïs (Massenet). (TarenKhi): Danse espagnole (Sarasate). LONDRES REGIONAL Orchestre. RADIO-TOULOUSE Orchestre de salon. Concert h. Musique ml. RADIO-LUXEMBOURG 22 45. RADIO-TOULOUSE 13 h. 15. La Féerie du jazz (Wayne); Cftloe (Kahn et litaire. Moret) NATIONAL DAVENTRY Orchestre. RADIO-TOULOUSE mime. RADIO-TOULOUSE Concert. 23 heures. RADIO-PARIS Bourse et Infor-* 23 h. 15. 13 h. 20. Danse. RADIO-TOULOUSE mations. RADIO-VITUS Musique légère. Musique mlll- 0 h. 5. KADIO-TOULOUSE :3 h. 30. RADIO-TOULOUSE Fantaisie radiophonique. L'Arlê- 0 h. 15. RADIO-LUXEMBOURa 13 h. 35. RADIO-TOULOUSE Le Franc-Tisienne (Bizetl. (Weber) Siegfried (Wagner). reur ChansonRADIO-TOULOUSE 13 h. 45. nettes. CONCERTS DIVERS PARIS-P. T. T. Disques. 14 heures. Valse des Snobs RADIO-STRASBOURG. 20 h. 30 LONDRES REGIONAL Œuvres (Ziehrer) Si mes vers avaient des ailes de Mozart Symphonie en sol mineur; Con. (Hahn); Rio Tinte (Webb); Salut d'amour certo pour clarinette et orchestre; l'EnlèveiBlgar): la Dernière Valse (Strauss): En soursérail; Bonsoir- voisin, opéra-coment dne ITellam); Au printemps (Grleg); Gloire mique au de F. Poise. de Russie (Kreln). 20 h. 30 ConPARIS-P. T. T. Cours d'interpré- BORDEAUX-LAFAYETTE. 14 h. 30. de Lille Messidor cert (Bruneau): Concerto tation musicale. Marine (Lalo); Couplets de la rose NATIONAL DAVENTRY: Disques. ILalo); 15 heures. (Messager); Symphonie en ré mineur (César Le Comte de LONDRES REGIONAL Franck); Gtucna'oîine (Chabrler); Donia:adc à la Chevalier Luxembourg (Lehar); le rose (Edm. Gaujac) Lamento (Fauré) iMon cœur istrauss) Fantaisie sur Mozart (arr. Ur- est comme un arbre en fleurs (Hue); Elégle bach). (G. Fauré): Papillons (G. Fauré): le Tombeau Disques. RADIO-LUXEMBOURG 15 h. 45. Couperin (M. Ravel) Ramuntcho ta. Station colo- de PARIS-P. T. T. 16 heures. Pierné). niale. 20 h. 30 Phèdre (MasSonate en la LYON-LA DOUA. NATIONAL DAVENTRY senet) Symphonie (Haydn); Ascanio (Saint(Beethoven). Saëns), Javotte (Saint-Saéns) Castor et NATIONAL DAVENTRY Concert: 16 h 30. Pollux (Rameau); Rigaudon de Dardanus La Dame de pique (Tchaïkowsky) Danse esElégie (Fauré); Petite suite (Bus(Rameau); pagnole; Jota Navarra (Sarasate); ,Marche ser) grotesque (Sindlcg); Sérénade (Max Bruch); 20 h. 45 Concert Les Souvenirs de Brahms (arr. Morena); Figaro ALGER-P. T. T. Saltimbanques (IL. Ganne); les Pêcheurs de (Mozart). perles (G. Bizet); Plccolino (E. Guiraud); PARIS-P. T. T. Causeries. 17 h. 45. Ave Maria (Fisapia). 21 h. Le Roi PARIS-P. T. T. Radio-Journal de 18 h. 15. Dellbes) le IL. Secret de s'amuse PolichiFrance. Nord (Fourdraln); Suite nelle du (Trygve Bionijiague (Schmidt); RADIO-TOULOUSE: Parade des petits lutins (Noack) Fête au ha- Torgussen). LEIPZIG. 21 h. 15 Festival Haydn Conrem (Urichystal). certo de clavecin en ré majeur; l'Ile déserte, 18 h. 20. RADIO-PARIS Communiqué agricole. airs; Symphonie en mi bémol majeur. 8

et

PAR ALBERTNEAH

F.

m.; BorLONDRES REGIONAL Concert. Budapest m. 8 18 h. 40. Hilversum 301 m. 6 Lepizig 549 m. RADIO-PARIS Chronique des li362 m. 2; Londres Régional 342 m.; Lyonvres. la Doua 463 m.; Milan 363 m. National 18 h. TOUR EIFFEL Jetiroal parlé. Daventry 1.500 m.; Paris-P. T. T. 431 m. RADIO-TOULOUSE Orchestre viennois. Poste Parisien 312 m. 8; Prague 470 m. 2; 18 h. 57. POSTE PARISIEN Valse romanRadio-Luxembourg m.; Radio-Paris tique et Pagodes, de Debussy. 1.650 m.; Radio-Strasbourg 349 m. 2; Radio- 19- heures. RADIO-PARIS Chronique du Toulouse 335 m. 2 Rome 420 m. 3 cinéma. Sottens 443 m.: Stockholm m. 1 RADIO-LUXEMBOURQ La belle Qalatêe Stuttgart 522 in. Tour Eiffel 1.389 m.; (Suppé); Wie mei Ahnl zwanzig Jahr1 (ZelVienne 506 m. Varsovie 1.415 m. Radioler) Das Weaner Fiakerlied (Pick); Marche 269 Vitus m. 5. miniature viennoise (Krelsler) Ja dort im Llebhardstal (May); Auj der Lahmpruab da a aile. Haut (Strecker); Wiener Tanz 6 h. 45 et 7 h. 45. RADIO-PARIS Culture steht (Friedman' Gartner); Da. Lercherl von Herphysique. naia (Ascher); DM susse Madel (Relnhard); 7 heures. RADIO-PARIS Disques TouWlner Madel (Ziehrer); S'wird chone Maderlu jours ou jamais (Waldteuf el) les Cloches gaben (Gruber); An der schonen blauen Dofinette de (Lindsay-Theimer) Chasse aux nau (Strauss); Salat Vienne (Dostal). cailles (Paradis); Primer Espada (Combelle). RADIO-VITUS Extraits de films. 7 h. 10. POSTE PARISIEN Concert RADIO-TOULOUSE Opérettes. Fan/an la Tulipe; Chevauchée des amazoRADIO-PARIS Causerie artisnes; Grand pot pourri d'airs viennois (Kro- 19 h. 10. tique. Un bonheur va m'arriver (Cazaux* negger) RADIO-TOULOUSE Récital de Achard); Délicieuse (Gershwin-Henneve) les 19 h. 16. Notes de Jeannette (Victor Massé-Tavan); violoncelle Le chant du soir (Schumann); Manon (Massenet); Mattinata (Léoncavallo) Mélodies du Mexique (Kohler); le Pantin Stances de Lakmi (Dellbes). amoureux (Rust); Etoiles filantes (Kauler). h. 30. RADIO-PARIS Mille et un soirs RADIO-PABIS Revue de presse. 7 h. 15. PARIS-P. T. T. 7 h. 30 et 8 h. 20. HOSTE PARISIEN ReDisques. 19 hi^™r PARIS-P- T. T. Causeries. vue de presse.

deaux-Lafayette

Maintenant de son Index droit pousa une autre porte entrebaillée. Au TH. DES Champs-Eiysées, à 9 h., premièrele chiffre choisi amené à bout de C'était là. Elle en était sûre. des ballets russes de Monte-Carlo. .LE hésita Egorin une se- Michel Castelan attendait. Le course, Mme Cinq dernières de conde. Sa main gauche appuyait beau Michel. Il avait ces yeux noirs, X André Baugé, Esquisse, la Favorite et Elle avec L'écouteur contre son oreille. visage pâle, cet air fatal qui Sullivan et la Popova. ce dégagea son doigt. Le cadran vira émeuvent encore certaines romanti- Pour répondre aux nombreuses demandes du et reprit sa position première. Pres- ques attardées. Il subissait le destin nouvelle public, M. Lehmann a décidé de donner une dernière série de Si fêtais roi avec retentit. que aussitôt, la sonnerie attendit, auquel le prédisposait son physique. A. Baugé,etVillabella Yvonne Brothler du 1" Le sort en était jeté. Elle Peut-être, n'étant au fond qu'un au 7 Juin, pour sept et jours seulement, sans proespérant la voix masculine du cor- bon garçon, mince et nerveux, mais longation possible. GYMNASE. Jeudi, à 3 h., matinée suprespondant qu'elle appelait. solide et aimant toutes les joies que AU plémentaire de l'Assaut, de M. Henry aimé eût-il la La sonnerie cessa. On avait dé- peut donner la vie, Bernsteln, avec Victor Francen, Renée Devlllers. croché le récepteur. Oppressée, Mme Egorin faillit replacer le sien. bon cette foJ'ai tort. A quoi Vraiment, je suis pensa-t-elle. bien peu fière. Pourquoi s'obstiner ? Elle n'était

318 m. 8; Breslau

T. S.

Je ne te promets rien 1 répondit Marcel. Ce sera la première fois que je me livrerai à un petit jeu de cette espèce. Alors, dame, je ne. réponds pas de la casse Ecoute-moi ? Rien n'est plus facile. La seule chose qu'il faut éviter, c'est de faire du pétard. Tu commences par coller un bon paquet de poix sur un des panneaux de la vitrine. Puis, avec un diamant, tu découpes le verre, tout autour, à la dimension voulue. C'est à toi, sur place, de juger. Quand le carreau est coupé, t'as plus qu'à l'amener tout doucement, en te servant du bouchon de poix collé dessus et que t'as pas lâché. Tu vois, ma viellle, que c'est pas sorcier ? Evidemment Mais où trouverai-je le diamant et la poix ? Avant ton départ, je te Ne t'en fais pas

remettrai tout ça. Les deux hommes s'observèrent, en silence, durant quelques secondes. L'image fiévreuse

d'une provinciale aux cheveux noirs, aux regards éperdus, dont la petite main soulevait un rideau de mousseline, s'interposait, une fois 'de plus, entre la rétine de Marcel Darban et les objets extérieurs où elle semblait se surimprimer. Et Sarlin s'étonnait, au même moment, que son camarade eût accepté, comme une chose toute naturelle, cette mission qu'il avait si longtemps hésité, pour sa part, à lui proposer. Quand Marcel eut empoché les trois fausses clés, le visiteur lui demanda Et Diana ? Tu l'emmènes avec toi ? A Villepertuis ?. Tu plaisantes Sarlin poussa un soupir de soulagement J'aime mieux ça 1. Faut pas que les femmes puissent fourrer leur nez dans les affaires de ce genre. Le cheveu, évidemment, c'est si tu restes, là-bas, un certain temps. Pourquoi ça ? Tu connais Diana ? Elle va être furibarde Marcel haussa les épaules Elle s'habituera à mon absence, comme moi je m'accoutumerai à la sienne 1 l oh l ça ne gaze plus; vous deux ? Oh Et parce que son interlocuteur évitait de répondre, Sarlin conclut, avec une nuance de respect Ce qu'il y a d'épatant, A la bonne heure

'

GRATUIT. Par suite d'arrangement spécial; tout lecteur de cejournal peut maintenant obtenir gratuitement une bonne quantité de Ssltrate» Rodell, ainsi qu'un livre illustré de valeur, sur-™ ses divers emplois, par le Dr. Catrin, éminent spécialiste. Ecrivez aujourd'hui. Adresse Pharmacie Normale, (Service 2 D ) Rue- r Drouot, 19. Paris. Ne pas envtyer d'argent.

.1,

PRAGUE. 17 h. 45 Violoncelle Suite en ut mineur (Bach); Air tendre legro spîrituoso iSénaillé-Salmom. 22 heures: Quatuor VIENNE.' 22 h. 25 Septuor en mi bémOJl: majeur (Beethoven). VARSOVIE. 20 h. 2 Œuvres de Cas.. Wil. komirskl Scherzo symphonique; Cinq chansons; Jungfrau; Allegro de concerto (ChopMSWilkomireki). 21 h. 17 L'Aurore (L. Jes-» sel); Nuit à Venise (0. Romillil; Tu n'as plus rien dire (Jaworskl-Schlechterl Chansons I Julskl-Bartlewicz) Rien que pour tdt(Wars-Wiast); Eva (Fr. Lehar): le Cavalier" diabolique (Kalman); Reridez-vous de Colom-bine (Heykens); Je ne crains pius pour notre amour (Dan Oldlen); Petite femme iBrodsky-.» Wlast); Piccolo 10. Strauss); Malie dl Oitana (M. Mariotti): Mazurka IK, Namysloieku. 22 heures Danses, Rapsodie, pour caxo~ phone (01. Debussy). ROME. 22 heurea Concert .1 Rapsodie sur des thèmes nègres (Clutseml; Quatre "chanaons populaires hollandaises; Chansons populaires ruases; Danse piémontaise iSlnigài" glia) Danse slave (Dvorak) Trois chanson4. argentines; la Feria iturina). HILVERSUM. 22 heures Concert Die-' schone Galathee (F, Suppé London iCoates).; Puppenwalzcr (Boyer); Cavalcade (Coward). 23 h. Concerto d'orgue. Polyphème (Albert SOTTENS. 20 h. 20 Samain). 21 heurea Concert vocal::1`; Sepulto Domine (Gorczyckl): Cantemus Deo– (Chérubin!) Invocation ismetana); Tout joie (Schubert) le Soupir du Maure iPan-" t111on); le Rosier (Dénéréaz); Sourire de mat (Dénéréaz); 0 mein Heimatland (Baumgar.tner); Dieu glorifié par ses oeuvres (Beetho-* ven). 21 h. 40 :Sonate (Hsendel): Syrina (Debussy); la Danse de la chèvre (Honegger); Menuet (Gluck); Fantaisie (Fauré?). STOCKHOLM, Partita en loï-nuu19 h. 45 leur, Sonate n. IV (J.-H. Roman); Concert en., ré majeur IJ. Haydn); Quatre morceaux ds Leksand (H. Alfven) Suite -d'orchestre cil ré mineur (Tchaïkowsky). Festival Liszt LeV BUDAPEST. 20 h. 30 Préludes; Concert en la majeur; Loreleyt Symphonie de Faust.

(Rameau)

(Vosilenko).

est

mères

Une réunion en l'honneur des de famille françaises à la mairie du L'Association familiale du

arrondissement

avait organisé, hier après-midi. dans la salis. des fêtes de la mairie du 13' arrondissement une réunion en l'honneur des mères dé fsrf mille françaises à laquelle assistaient de nomv breux sociétaires. MM. Denis, maire adjoint du 13, Oalmette,

conseiller municipal Duret, président de.l'ASf, sociatlon, et Gourdin, secrétaire général, prlrent la parole pour exalter les vertus, dea." mères françaises. Des médailles d'argent et de bronze ont été; remises à des mères de famille particulièrement méritantes au cours de cette réunion.

A la mémoire des

morts de l'Ecole navale

Le service annuel à la mémoire des anciens, élèves de l'Ecole navale décédés ou tombés au* champ d'honneur a été célébré, hier matin, en1

l'église,Saint-Louis des Invalides. La messe fut, dite par le R. P. Colomban (ancien capitainede frégate Lefebvre) et une allocution prononcée par l'abbé Pouchord, ancien aumônier des fusiliers

marins.

J| ROULANTS Bk c(am£ €e connaît du. ma&u£&

avec toi, c'est que, dans la vie, tu ne t'embarrasses jamais d'histoires de coeur, 1 Embusqué derrière la fenêtre, Marcel guetta la sortie de son camarade. Il avait enfoncé, machinalement, sa main gauche dans la poche de son pantalon et ses doigts réchauffaient le métal des V clés qui alourdissaient l'étoffe. z Sarlin parut enfin sur le trottoir et traversa lachaussée, par un passage clouté.

C'était l'heure trouble où Montmartrè s'allu^ me. Les enseignes lumineuses tatouaient les façades que l'ombre envahissait et une, plèbe bigarrée commençait son va-et-vient mécanique

sur le terre-plein du boulevard. Durant quelques secondes, Marcel put distln-

guer le feutre gris de son camarade qui se mêlait à cette foule inquiétante. Puis un remous absorba Sarlin qui disparut, rapidement, dans la direc-. tion de Pigalle. Un aveugle à lunettes noires, qui vendait des lacets, se décolla alors de la devanture close contre quoi il s'accotait et, tâtonnant sur le trottoir du bout de sa canne blanche, s'enfonça, dans' l'ombre, à la suite du fuyard. Ce ne fut qu'au neuvième jour de son installation à Villepertuis que Marcel rencontra, enün, Mme Ancenis dans cette ruelle qui conduit de la route nationale à l'hôtel des Postes, entre deux murs interminables dont un hérissement de .tes-sons tranchants arme la crête. Derrière ces défenses, on devine des jardinsbourgeois que des paysans, appointés chichement à l'année, entretiennent par amour de la terre. Parfois, la trajectoire d'une demi-paume, empennée de blanc, ou d'un cercle léger gainé de velours grenat, affirme la survivance des jeux de volant et de grâces, derrière ces murs aveugles que l'humidité verdit par plaques. Des voix de jeunes gens et de jeunes filles s'élèvent alors des jardins invisibles et ce tumulte anormal informe les rares passants que la notairesse donne, cet après-midilà, un petit goûterou que la fe%ime du conservateur des hypothèques tente, une fois de plus, à force de mondanité, de fiancer sa fille cadette dont les yeux globuleux et le dos cintré découragent les candidats que sa dot avait appâtées (A suivre.}

r.


L'INAUGURATION AU

PÈRE-LACHAISE

DU MONUMENT DES GARIBALDIENS

Le banquet annuel des médecins

La nouvelle enquête sur la mort

du réseau de l'Etat à Bagnoles-de-l'Orne

du conseiller Prince

à

Les lettres de M. Ordonneau

M. Rabut

n'auraient été ouvertes mystérieuse

par aucune main les médecins du réUne fois par an Télégr. Matin. Dijon, 27 mai. SUITE DE NOTRE COMPTE RENDU combattants français, le service d'ordre seau de l'Etat se réunissent pour leur actuellement PAGE à un point DE PREMIERE s'interposa et les refoula vers la porte banquet et à cette occasion visitent un L'enquête est établissement médical, ou assistent à mort. Un important service d'ordre, compo- d'entrée du cimetière. Nous étudions nouveau le dossier, sé de gardiens de la paix et de gardes M. Pinelli parlementa avec M. Paul une conférence scientifique. examinons lès témoignages et cherchons républicains de Paris, avec casque et Guichard en faveur des francistes. Pen- Cette année, .cette manifestation, mousqueton, était dirigé personnelle- dant ce temps, les personnalités pré- grâce à M. Dautry, a pris une ampleur un peu partout. Voilà à quoi se réduisent les déclarament par M. Paul Guichard, directeur sentes avaient pris place dans leurs au- spéciale et c'est à Bagnoles-de-1'Orne général de la police municipale. tomobiles et s'étaient éloignées. C'est que 750 convives, dont 400 médecins, ont tions des magistrats chargés de l'enquête conseiller Prince. Et Les. délégations arrivèrent à partir devant une tribune vide que les chemi-à été rassemblés hier de tous les points sur l'assassinat du policiers autorisées trois parisiens ? furent réseau. font les enfin du bleues que de 30 et gagnèrent les emplace- ses l'ocinvités donné d'abord l'ignore. cadencé. Il fut juge aux Le ments prévus à proximité du mon- défiler au pas la performance des Officiellement, ces derniers sont venus d'admirer casion ment Une tribune avait été dressée, Au monument de, Garibaldi deux automotrices qui, parties à cinq pour copier le dossier, mais il semble dans'laquelle prirent place successiveCambronne de la place minutes d'intervalle de Paris-Montpar- qu'ils s'efforcent d'éclaircir certains ment- le comte Pignatti Morano di couvrirent en 3 heures la distanCustoza, ambassadeur d'Ital)e à Paris A l'issue de la cérémonie du Père- nasse Paris à Bagnoles et passant par nébreux. Toutefois, ni' policiers ni made JiOï: Piétri, ministre de la marine Lachaise, des cars emportèrent les délé- ce Itinéraires différents arrivèrent à gistrats ne veulent donner la moindre deux RivoUet, ministre des pensions l'ami- gations italiennes à travers Paris enà face simultanément explication. face ral-Le Bigot, représentant le président soleillé, jusqu'à la place Cambronne. destination près. 15 secondes Nous savons également que l'on fonde de la République la maréchale Joffre Précédés de gardiens de la paix à bicy- à Dès du réseau médecins l'arrivée les beaucoup d'espérance sur la découverte le général Gouraud, eouverneur mili- clette, ils furent acclamés tout le long therde la mystérieuse correspondante qui de l'Etat visitèrent l'établissement taire de Paris le général Mariaux, du chemin. mal et purent admirer- tous les perfec- signa « D. D. ». Mais celle-ci ne veut gouverneur des Invalides le général le gél'ambassadeur, En présence de doute pas faire connaître son idenEzzo paribaldi, qui a reçu, hier, la Mé- néral Ezzo Garivaldi déposa au pied du tionnements apportés à la station cha- sans tité. juge ne pense pas qu'il s'agisse Le année. que daille militaire, petit-fils du grand Giu- monument de plaisanterie imgrand-père de mauvais albi. professeur Carnot, faculté de d'une de la une Le son seppe Garibaldi MM. Camillo Mara. pendant policiers ont clasgerbe D'autre part, les d'oeillets confési rouges, médecine de Paris, fit ensuite une bini, président du comité exécutif du mense la gendarmerie piste de Beaune. la les vivats éclataient de toute part. sé rence savante sur le traitement des monument et ancien capitaine garibal- que désireuse serait de cet avis et affections circulatoires, et plus spécia- n'est pas dieti'" de l'Argonne Pinelli, vice-présifond. étudiée à fût Borletti, lement veineuses, à Bagnoles-de-l'Orne. que cette piste dent du conseil municipal BANQUET LE avait couru, nous l'avons dit, Le déjeuner d« sept cent cinquante Le bruitmain président du comité Italia-Francia, mystérieuse ouvrait les couverts, servi au Grand Hôtel, avait qu'une adressées sériateur du royaume Coselschi, dépuM. Ordonneau, lettres té, président de la fédération des en- De la place Cambronne, les délégations été admirablement organisé grâce au juge d'instruction àpar Paris, gagés volontaires italiens Henry Bé- se dirigerent vers l'Ecole militaire où, docteur Quiserne, président du comité juge d'instruction à Dijon. àAM. Rabut, ce sujet, rangër, sénateur, président de la coin- dans le manège du Commandant-Bossut, de réception, et M. Cordier, administradéclaré de la maladie passé, la convalescence commence. Période difficile exigeant juge dijonnais nous a Vétat que mission des affaires étrangères du Sé- un banquet de deux mille cinq cents teur de la société des hôteliers de Ba- le l'incident avait été quelque peu grossi §g gnoles-de-l'Orne. de la prudence dans les soins et du discernement dans le choix des aliments. L orge. Lan- couverts a été servi à leur intention. na* -i- Villey, préfet de la Seine eût pensait qu'on qu'il ne et pas oucommandant des discours Dautry ouvrit série la M de de'police le alimentation préfet réclame perdues, nisme affaibli, désireux de retrouver ses forces geron, une musique du 46' régiment d'infante- par une brève allocution de remercie- vert les plis qui lui étaient adressés. Voi- Hi le commandant Piccio, etc. rieLaavaix FrDnzini pénible, il est indispen. plus en plus fortifiante. Et cependant, sous peine d'une rechute pris place dans la tribune du ments. Le docteur Le Muet, maire de ci d'ailleurs les explications qu'il nous iH garde républiUne compagnie de la manège. Elle fit entendre pendant Bagnoles-de-1'Orne, et le docteur Jolly, a données EU sable de ne donner au patient que des aliments aisément assimilables, tels que le cain^ sous les ordres du lieutenant-co- toute la durée se du repas. Bien souvent, nous dit-Il, lea parmaire de Tessé-la-MadeMrie. représenPhoscao qui régénère l'organisme sans fatiguer l'appareil digestif. Mettre un convales. lonel Marguet, avec le drapeau et la M. Rivollet, ministre des pensions, en tant les deux communes jumelles qui quets ont des plis volumineux à enclique, avait pris position face au mocent au régime du Phoscao, c'est assurer un prompt et Joyeux retour à la santé. de représentant du gouverne- entourent l'établissement thermal, van- voyer aussi ont-ils, à cet effet, des enqualité nument. Notons que c'est la première sa de la République, prit le premier tèrent à leurs confrères les charmes de veloppes de grand format. Or, M. Ordonfois qu'une troupe en armes pénètre ment la parole. à l'assemblée en- la Suisse normande. neau ne m'adresse que des plis assez dans un cimetière parisien. Un clairon thousiaste Ilde demanda santé à la médecin lever BaPoulain, de docteur verre son Le minces qu'il met dans de grandes -enà I s'avança et sonna le Garde vous du roi et de la reine d'Italie. Il pria en- trrïoles-de-1'Orne, fit applaudir le doyen veloppes. Ces plis ni remplissant pas La remise du monument suite ses camarades, les anciens combat- de ses confrères, le docteur Censier. qm entièrement le format de l'enveloppe, il tants et français de boire à la voici plus de quarante ans fut le pion- est arrivé qu'au cours de nombreuses M. Mazelier, ancien consul général santé italiens de la nier de la station presque inconnue alors. manipulations du service postal le desl'illustre de d'Italie à Toulouse, dévoila le monument génération du feu, lereprésentant de bersacaporal Le docteur Touchard, médecin-chef du sus de l'enveloppe s'est déchiré et que qui est l'œuvre du sculpteur Cappa- glieri Benito Mussolini. réseau de l'Etat, qui, bientôt atteint les postiers recollaient celle-ci avant de bianca, ancien garibaldien. Il représente c&assistait pour la dernière me la livrer. Voyez, il ne s'agit nullela retraite, Marabini, par la France s'inclinant devant un soldat Après lui, le capitaine tant que chef de service au ban- ment de main mytérieuse ou d'espiongaribaldien mort pour elle. M. Mazelier pitaine des garibaldiens de l'Argonne, fois enannuel, DÉJEUNERS fut l'objet d'une chaude nape. DES PLUS EXQUIS donna ensuite la parole à M. Camillo président du comité exécutif pour quet l'érection du monument, demanda un ovation et remercia ensuite toutes les Marabini. LE PLUS PUISSANT DES RECONSTITUANTS toast pour M. Albert Lebrun, président personnalités venues apporter leur conLes Camarades de combat ,Nous avons choisi, dit l'orateur, le de déRoulleaux-Dugage, Gaston Enfin, MM. la République et pour M. cours. mots'de mai pour inaugurer ce monu- Doumergue, de l'Orne le docteur Dentu, sé- font confiance au gouvernement conseilputé Phoscao convient à tous les tempéraments et son régime est conseillé président du radieux ment, parce que ce fut dans un conseil président.du de nateur l'Orne et franhymnes nationaux italien etl'assisaux bien-portants comme aux malades, aux nourrices, aux vieillards et vtôîs 'de mai que l'Italie entendit l'invo- ioesfurent 27 mai. (Dép. Bordeaux, Havas). l'Orne, Natalelli, préfet de général M. écoutés debout par à tous ceux qui digèrent dif ficilement la nourriture ordinaire. cation désespérée des morts garibaldiens, çais L'enthousiasme Camarades de combat ont Les tenu sollide les apporter auvinrent marques porté à fut son tance. parce que ce fut au mois de mai 1915 du Parlement et du gouvernement jourd'hui leur congrès à Bordeaux, sous comble quand la musique du 46° de li- citude et ENVOI 8RATUIT D'UNE BOITE-ÉCHANTILLON garibaldienne présidence Gallet, de sénateur, la M. pour station nue toute l'Italie devint médecins la et les pour. chant célèbre président de l'office national. S'engagea, volontairement dans les rangs gne joua Giovinezza, le thermale normande. fascite. des armées alliées. personnalités Le congrès a félicité ses dirigeants scientiDe nombreuses A. DARDANNE & Fils, Docteurs en Pharmacie, 1, Rue François 1", PARIS (8'y Nous confions au peuple de Pans la M. Gazzoni, président du fascio de fiques participaient à cette manifesta- d'avoir donné leur confiance au gouParis qui, assistait au banquet en civil, tion parmi lesquelles le docteur Lan- vernement Doumergue et d'avoir admis garde de ce monument, sut ensuite trouver des termes éloquents cien, sénateur M. Sylvain Dreyfus, la revision des pensions des non-combat«.Revenez à ce lieu, camarades franpour exalter l'hospitalité cordiale et gé- président honoraire du conseil supérieur tants. çais', revenez ici, frères italiens, chaque, néreuse de la France. dés ponts et chaussées, vice-président fois que le malentendu ou le doute troudu conseil d'administration du réseau bleront vos esprits. Le discours du président de l'Etat le médecin général Cadiot, des engagés étrangers 'AU nom de la Ville de Paris, M. Piles professeurs Jules Renault, Lemierre; municinelli vice-président du conseil Le discours le plus émouvant fut pro- Rist. Lesné, membres de l'Académie de pal, accepta la garde du monument. les professeurs et agrégés noncé par un Persan,* M. Nazare Aga médecine le docteur Basset, Leroux vice-président de Harvier, Kahraman Khan, président de l'asso-Puis M. Campincio, chef du P.L.M., et médecin en la fédération des sociétés d'anciens com- ciation des anciens combattants, enga- Fredet. docteur médecin Rivet, en chef de battants italiens de France, vint associerà gés volontaires dans l'armée française le Compagnie du Nord. tous les anciens combattants italiens PERDUSet TROUVES (14 Ir. la lig.) PROPRIETES (16 Iranca la ligne) apprendrai pas, dit-il, la Je vous ne garibaldiens. l'bOrrimage rendu aux qu'au ntots d'août 1914, alors que comA l'issne d'une discussion M. Henry Bérenger 'ui succéda, par- mençait la dernière guerre, 40.000 étranBOUCLE d'oreille brillants et perles perdue DOMAINE 180 Ha. d'action central lant au nom du comité représentant 52.'pays différents, gers, 12 mai entre Florence et hôtel Wagram. franco-italienne, qui groupe en France s'offrirent à aider à.la défense de la une mère de quatre enfants Maison 8 p. et ttes dépend, nécessaires. Rapport. c. récomp. hôtel Wagram, 208, Rivoli. les représentants du Sénat, de la France. Parmi ces 40.000 étrangers, dès Prés. Terres. Vigne et Bois. Chasse splend. de rasoir d'un coup mari tue son VENTE au Palais. Paris, le 16 juin 1934. 14 h. VENTE Palais de Justice, à Paris. 14 Juin FRANCOL, 140, Bd Haussmann un finn Chambre, de l'Institut et des diverses le Premier jour de la mobilisation, se TERRAINS et PARCELLE MARLY-foi. /neuresPROPRIETE à FONTENAY. 60-17. W.VVV bons Téléphone CARNOT rapconsacrées aux associations trouvaient trois mille Italiens. ports'de la France et de l'Italie. Le sé- J'ai déjà eu la fierté de parler au Un drame s'est déroulé dans le petit (S.-et-O.), en 7 lots 1° 3 TERRAINS sis rue SOUS-BOIS (Seine), lleudlt « Le Chemin do DEMANDES D'EMPLOIS (5 t. la lig.) A VENDRE 145.000 fr., près Tours, à 2 k. eur haut. plein midi, propriété 5.000 m. nateur dit notamment M. Il p. 20.000 fr. geste de ces étrangers, qui n'ont pas hé- village de la Boissière, près de Ram- du Champ-des-Oiseaux. Contées 2.400 m.. Milicu rue Pasteur, n° 36. Pftrls,89,r.Ste-Anne clos mur, maison 7 p. plain pied, s. cave, ch., fr. 1.192 m., 1,235 m. M. à p. fr., S'adr. M- Lermoyez, avoué à AME b. prés. lnlt. petite compt. caisse. Garibaldi, né à Nice entre sité faire le sacrifice de leur Ute pour joseph violente cent. Après discussion conf. parf. état. Garage, dépend.. poul. bouillet. conn. sis TERRAINS une et fr. Foc. réunion; 2o 3 commer. st. d. red. courr. ex. réf. clap. t.jard. qui d'un défenseurs parmi les Capays être fondateur ombr. roseraie, 300 arb. fruit., frontières, avec les, deux et lasse d'être brutalisée par son mari, chemin Latéral du Chemtn-de-Fer. Contres l'ABBAYE du TRESOR 10 a. m. mais. dem. emp. scr. dir. vte mag. ou potager pl.rap.MELQUIOND, de ventre' DOMAINE d'affirmer ajin le Iettr, l'unité itan'était une 143,r.O.-Sand,Tours. de Emmanuel pas 10.000 Ir., Paris. caisse conv. le mat.. Ec. « Matin voûr et Victor femme. Marthe Martinesso, 550 m.. 452 m.. 362 m. Mise à prix PARCELLE jeune une s'enrôlède liberté. Ils droit et siècle, par idée de réunion; 8.000 fr., 6.500 fr. Fac. Beau dom., 44 h. s., tenant lienne, apparaît dans le xnc° de Magny- in|) fr. Ohamb., plafond, peinture, papiers. BERGERAC à 2 kll. d'Ecos (Eure), de Paris, de rasoir frappé d'un à 33 coup ans, a DCIVUCIVAU Mais., conside la France, 1.200 Oontce l'un drapeau Genètrière, rent le DE BOIS, la lleudlt malt., 11 p., eau, élect. hect. sous la -pensée et par l'action, comme en-Vexin (S.-et-0.). Rapp. et agrém. Peintre Alexis, 51, bd Aug.-Blanqui (13') de nationalité m. Mise a prix Pietro, mari la l'imagorge son S'adresser, bien rr. pour lndép., pêche, vue splend., prinétait Parc. Ferm., qu'elle Chasse du dérant eux significatifs pour polssonn. ha. herbages. Etang des héros les plus Richelieu, dont âgé de 48 Transporté à 85. italienne, renseignements Danet, liberté. rue ans. av.. 11 abbaye. Libre de cette droit nov. et sanctifiées de exèellente. vestiges Beaux par ae ce cipe des nationalités Rambouillet, blessé y est Paris: André Ribadeou-Dumas et Le Cointe, de le l'hôpital geste n'esaltera S'adr. MM. WORMSER, 101, av. de Vllproch. la de Jamais culte assez ce le liberté et on de la Parla. l'amour notaires à Oudard, avoués; Bonnet et OFFRES REPRES. COMM. (12 Ir.) RG. vallée d'EUre p. for. 3 P., ea.,él., en face liers, Paris (Etoile 0Î-C0, 3 lignes group). dont aucun pays du monde ne peut décédé. raison, Il ne sépara jamais la nation dépen. jard.2,000 mq.clos murs. Prix 21.000. La meurtrière a été arrêtée et ses Vente sur 'folle enchère au Palais Justice de Vente au Palais, à Paris, le 13 juin 1934, 2 h. ce fils de s'enorgueillir et que la France seule a quatre de'la justice, et c'est pourquoil'indépenLE LOGIS, 24, RUE LAFFITTE enfants confiés à leur grand- Melun, le 8 Juin 1934 pROPRIETE là Méditerranée put réaliser Révolu- provoqué. PROPRIETE GRANDE GENERALE rRUrftlt 1 C REPRESENTATION LA Garibalcultivatrice à a 13 heures. En l lot. mère, Mme veuve Fettu, Je salue ici le général Ezzo ET LA VENTE UNIQUE dance italienne au nom de la CAUSE divorce, pavillon garage Vincennes, je dite « Domaine de Cornebiche » aise dont l'époque à Boissière, avait la 17 dépendances, sis a JOUÉ-LES-TOURS, candi pui et ans HART » 1934 DU CANOT-PLIANT tion, française. sacrifié 70.000. Rapportait 8.000. Libre suite. Al\liVJlNlNJti bordure forêt 65 16 a. ca. pour les places de Paris. Bordeaux, Marseille S'adress. ton de Tours (I.-et-L.h Contce 4 ha. ne sont varie, et fui n'hésita pas à suivre Cette colonne et ce monument Fontai- Lib. MARETTE, Montreull. Tél.Avron 02-25.' de 205.000 M. à h. 62 de 2 p. de loc. et pré a. pourvoir. à Lille et est A l'Exposition de l'art religieux dans vas lès sarcophagespour les poussières l'exemple donné par ses frères. Richelieu; 2 'Fonds Hôtel-Restaurant avoué, 65. r. de fr. S'adr. Danet, Picard, Messieurs ou firmes offrant garanties sérieuses. Kég. MELUN maison 4 pees, Jardin 700 m. Prix Volontaires itaüens je suis fier de vous d'hier, nais les sanctuaires pour l'acnotaire. 14.500, chas. Metzger, 23, r. avoué; Lermoyez. Faire offre à HART-FALTBOOT,EXPORT, ladite Propriété. Mise à prix 100.000 fr. Consig. ces hé- apporter le salut cordial de haute Iration de demain. Ce qu'aimaient Venloerstr. 25. COLOGNE, IMMEUBLES à M' Pierre de leur ternité de tc/Us les engagés volontaires Dans le jardin de l'hôtel des ducs de pour enchérir 50 du prix. S'adr. Paris. 14 juin, 2 heures Palais, VENTE ros ce n'était point la cendre avoué Galland. 1.500 DE PAR MOIS FIXE poursuivant. M' Boulogne avoué Sur ¡¡de av. Tr:bel imm. p. de t. de combat que Rohan, en face de l'église Saint-Fran- Bastien, passé, c'était la semence de leur ave- étrangers, camarades 2 PAVons ET PETITE Vîïrv-siir.Seîne V HTV-sur-oeiue et fort. remises à bons vendeurs ay. relations Melun. syndic. M' Harang, uuuiugue av..guerr- 5 ét- Surf. 760 mq, jje^ ici. boulevard des Invalides, représenter 35, de çois-Xavier, a hommage j'ai l'honneur CONSTRUCTtON dans l'industr. auto, l'agric. Situât, assurée par nir Aussi Le plus sincère de l'Onnlteau. M. Il p. 18.667 fr. Compagnie pr vente gr. marque huile auto. 67.000. Px intéress. SIMON, 42, rue de Trévise. de où tient actuellement la vole c'est (Seine). offrir, remarqualeur divers. se MAISONS, bAtta puissions et 23 juin 6 que nous Il était près de 4 heures de l'après- ble exposition de l'art religieux qu'ho- ,dj. 16 TERRAINS VilIerj-en-Arthies. S'ad. M" Tuai, Denimt. Franck, Détle, av. Fournir. auto si nécessaire. Carte vaud. Vétheull et à Jard. prolonger leur oeuvre en associant prit fin. discours des série midi quand la Ecrire dans six actif. Parcelles fr. mois si 191 60.000 Verdier, M. a p. de à SfS.OOO f.; 2° résolument chaque jour davantage, la A ce moment les chemises rouges au nora de sa visite le cardinalinterprété & très dx terrains a h. Agence Havas, no 0100. Marseille. à Vétheull et env. S'adr. à Vente au Palais, à Paris, le 20 Juin 1934; bois prés, action de jeux terres, ont les Compagnons belle 650 ma..B8i tac. px exe donnant France et l'Italie dans la Paris, soldats du Roche-ôuyon (S.-et-0.) TERRAIN non clos à à la française, anciens M' Dauvergne, not. la TMPORTANTE SOCIETE FRANÇAISE recherche l'émouvant Chemin de après-midi, hier PIGOT. gérant, 42, RUE rue de Trévise. d'Indépendance nationale et de justice képi aboutissant ch. terre Monsieur de 25 & 4' régiment de marche du 1er étranger, Croix, extrait du mystère de l'Invention ans, actif, pour resuperf. ETRETAT env. Contce internationale. HAVRE et m. ALPHONSE-PENAUD. vétérans de la Croix, de M. Henri Ghéon, et le A VENDRE PROXIMITENORMAND Parfait très lucrative. Situation d'avenir ou portant le képi à l'italienne, Passion, av., 53. rue àprésentation S'adr. fr. 120.000 MANOIR M. à px PETIT l'armée travailleur. Inutile connaissances spéciales. de garibaldienne FONDS DE COMMERCE mtenne de la brigade ,Votre patrie est la Godet, not. mourait avoir mis des Plaignaud. qui av.; Pauvre Rivoli; pour de rémunération. LE DOURNEUF, Bonne Ecrire les dans cars s'embarquèrent italienne, hect. 3 francs la ligne) gauts, un acte d'une savoureuse fral- confort, jardin, herbacés. Env. 278. boulevard Saint-Germain. PARIS (T). Paris. l'Arcade. M Borletti, sénateur du royaume, et qui devaient les mener à Verdun. 23. BEKNHEIM. rue à S'adr. LOT Brochet, DU Henri qui COTEAUX cheur M. de références assuVOYAOEURS expérimentés ayant président .du comité Italia-Francia, sucUne foule considérable était massée de cette l'automobile sont demandés pour rait intelligence le soin avec Dans un conteFacil. Parisdans suite. l'Ecole militaire, de céda au sénateur français. de libre modèle, alentours DE DAMES Pof MINIST <f. Mf SIGOT «ot o SACtAS 15.-1-O Ferme 10 et province. Ne pas se présenter. Ecrire aux p. présentation. dégaToulouse. Havas, LOCOT, français impeccable, M. Borletti important service d'ordre. double Ecr. ag. GUILLERVAL paiement. à vitre CHATEAU curriculum renseignements et un par Nouveautés, nue Mercerie, Confections Un public attentif fait un vif sucd. Sté Moteurs SALMSON, 102, rue du Pointgeai sens profond de la cérémonie. Elle acclama frénétiquement les gari- cès à la noble qualitéa, cés œuvres com-&-OF Eta(np«ï IS prei Ql« du-Jour, à BILLANCOURT. manifesta- baldiens au moment où ils sortirent, de SITUES PLEIN OENTRE de VILLES TR. OOM. région MONTAUBAN-TOULOUSE DOMAINE dévoué Compagnons des talent sens, dit-il, que cette au DOMAINE 60 me MAISON laiss. beaux bénéf. vendus suiv. Import, dep. militaire. fertiles. l'Ecole de ha. terres l'enceinte Qui ira au GRAND CONFORT MODIRNE jeux. de tion aura une signification à cheptels. 25.000 fr. Prix total. OOOAS. EXCEPT. il 12 p., parc. étang, rivière, toua Ainsi se termina. à Paris, cette maA pr.«; 350.000 H Mise deld d'une sfmple exaltation et de la gnifique Facilités. profiter Pe visit. et renseign. eladr, francs. Prix OFFRES D'EMPLOIS Ir. Iu lig.) & JUPIN,de13,suite. manifestation de confraternité gros revenus. simple matérialisation d'une mémoire. MONTAUBAN des Bouchers, VERNEUIL-SURr. SOL, CABINET INAUGURATIONS franco-italienne.. AVRE (Eure). Tél. 119. NOMHR, REFERENCES. je voudrais que ce monumxnt repré- d'armes matin, la ville de Verdun offrira NOUS CHERCHONS ALIMENTATION sente une chaïne de paix et de colla- Ce réception en l'honneur des gariSERIEUX MONSIEUR bofàïion qui devra lier pour toujours une Elts Ohauvet, 30, bd Sébaatopol dem. gér. pr dép. un Lille légale médecine de L'institut de de deux pays qui, sesls; baldiens. vins.Fixe 3.000 p.m.et 5 gar.min.8.000.V.ens, ET diriger notre dépôt à son domicile. Ils vistteront ensuite les champs de pour pev,vent se comprendre, s'aimer- et s'unir, bataille Télégr. mai. DIVERS Le solliciteur devrait distribuer la marchandise de la Meuse, de l'Argonne et de Lille, 27 Votre patrie est la mienne 1 simultanésont magasin) Aujourd'hui tenus de région, dans suivant (pas se sa ENTREPOT DE CHARBONS M^Rivollet, ministre des pensions, re- Reims. les instructions de la direction. Profession et Affaire de direction. Vente ment- à Lille, le 19° congrès internaprouvée 3.500 tonnes heure Vente PALAIS à Paris, 9 Juin 1934, à 2 domicile Indifférents. Revenu durable Net 100.000. Traite avec 100.000 cpt. légale et sociale, présentant du gouvernement de la Rémédecine de tional RAPPORT DE 5 MAISONS Fres 1.900 par mois. Offres sous n- 70 TRANSPORTS. Déménag, Corresp. ch. fer. pubî&ue, termina cette longue série de La fédération meusienne des A. C. et le premier congrès des médecinsmodéré. à MEZY, VI, rue Vlvienne, PARIS. confort. Loyer tt apparts, Pavillon 9 p. Net 65.000, Avec 75.000. cpt. petits ssnts discours. conseils et contrôleurs d'assurances so- Garage. Terrain d'avenir. SUPERFICIE ENTREPOT bis BIERES, siphons, etc. Jolie banl HENRI-MARTIN, 78 Av. IMPORT. Sté française T. S. F. ay. nbreux début les l'après-midi, de PRIX ciales. Au fr. Varennes 129.000 NET REVENU congrès à Gd pavill. Net 60.000. Avec 60.000. Rivollet tient mq. JL déposit. M. de Le discours recherche encore neuf agents géné- LE GUIDE son membres des deux congrès se sont réu- 1.150.000. M. CAILLET, 68. Champs-Elysées. DES AFFAIRES, Bd St-Denls. départ. tnspect. Situation vente plus. raux pr nis pour assister à l'inauguration de bel avenir ass. à collab. actifs. FABRIQUE "'un seul articte, unique mini. •gjEJj, l'appel de Riccioti Garibaldi, fils aur et M J 1 • 2Tr. b. Imm. 5 et.. 5 cr.Entr. coch. l'institut de médecine légale et sociale, madeleine bout. Seront seules retenues candidat. présent. référ. dugrund artisan de l'unité italienne Télégr. Matin. la place, aucun concurrent, 27 mai. FRANCS Verdoh, DE REV. Escal. PRIX MISEA égt. Tt serv. 1870, 1" ordre, présidée M. Daindisp. Ecrire auto SECRESTAT 3 millions d'aff. gr. pourcent. matér.val.500 000 lui-même ancien combattant de par petit cérémonie qui a été à Varennes-en-Argonne, le l'Aire, Observatoire, 18 dès-champs fr. Fonc. A 4,50. Prix fr. Vlvlenne, N° PARIS. rue président du sénateur, Aff. sart.de direct. Ap.fort.cède av. COA Afin Vincent, av. niel d'admirables jeunes hommes accouru- C'est vallée de 08-45. Trinité la de Clichy. souriant de bourg SEGONDI, 4. rue des; groupèrent Nord, ministre. ancien général du t. conseil a M. d'eux f. se 1791, p. 17 FRANCS. LE CENT rent. Autour sup. 337 m. Rev. br. 109.300 fut arrêté Louis XVI, le 21 juin CH.-PEGUY angle STANISLAS, R. 11, mittiérs de volontaires. Au mois de no- où PARIS, des à Saint-Raphacl r. Commerce de gros (\ PARIS, meusienne Albert-rr JUSTICE A anUn la fédération cours VENTE AU PALAIS DE ADRESSES A COPIER et gains & corresponvembre 1914, la légion garibaldienne que de heures à 14 Juin victimes 1934, et la SAiNr-RAPHAEL,27 mai. Télégr. Male Jeudi 21 ciens combattants 2 sex. pend. lois. Rens., échan., travail aff. sa aléa lais. gds lois. Bén. lOO.OOO.tr.sér av arr1) sup. 366 m. R. br. 120.900 1. M. p. l.SOO.000 Ir. dantsgratis. (7° PARIS PROPRIETE A de 18.000 adhé- tin. plus compte guerre, qui Eor. Etab. D. SERTIS. LYON. AIdu «ours L'inauguration 1e0.000. Etude PAILLARD. 63, rue de Rivoli. parsemé de JOSEPOARA, 6 Notre pays, messieurs, est RUE 15e congrès annuel. rents, tenu son a en présence ADRESSES lieu, matin, oh, soi 15 fr. le 100 et gains bert-Ier ce gr. Charbons « Or- <»«• direct, tac, tenu par a eu pierres évocatrices. Elles recouvrent, le La réunion s'est ouverte hier, en prél'Université de 110, 2 sexes. Ville et campagne. Rens. gratis. Charbons Infirme. Net militaires autorités civiles et de et des sont de qui 50.000. Traite av. restes souf;ent, rue les ceux plus fr. LABORATOIRE DE PROVENCE, N. Marseille. 70.000. Pavil.. tr. conf PICARD, de nombreux délégués des sections nombreuses personnalités belges qui. au 953 m. R. br. 233.700 t. M. à P. sence sup. 13, Bd SUDenls tombés pour notre cause. Denfert-Rochereau, 108 département où, en dehors de tout préalable, déposèrent des fleurs au pied MISE A PRIX du ADRESSES FRANCS. s'adresser A ECRIRE & la main tte année rue nécropole Dans cette très ancienne esprit d'opposition au gouvernement, a M' Chevrot, avoué, 8, rue Tronchet. à Parla. sup. 335 m. R. br. 89.700 fr. M. & p. 850.000 tt. pond. 21.000 fr. p. mois et plus à ag. corresmonument aux morts. donnent ceux qui ont fait flotter, à tra- dont l'heureuse action d'apaisement et duDes sex. Ecr. Ets. B. SALCO, LYON. RENSEIGNEMENTS et RECHERCHES discours furent prononcés par S'ad. M* de Chauveron. 41, avenue Montaigne. capi- de redressement ne peut être oubliée, juin Paris, le 20 vers les tempêtes, la net de notre à François, avoués Poisson, notaire. M. Bruère, maire, et par M. Coulbaut, Vente au Palais de Justice, (18 francs la ligne) mise à prix tale.. Il me semble que, sous les doux de nombreux vœux furent élaborés. de baisse heures, 1934 à 14 sur général. consul parisien cimetière OCCASIONS arrondt) (14 fr. la ligne) ombrages du vieux Le congrès s'est terminé, aujourIMMEUBLE A PARIS (7° LEON LEONI, détective International, ancien commémorative les souvenirs émeuvent plus qu'ailleurs d'hui par une belle manifestation paPiaque ,MAISON Paris. Rev. br. 24.022. Prop. LA VASt-Germain, 243 Boulevard grande leçon représentées inspect. ppal à la direct, de la police dégage étaient laquelle à qu'il s'en une triotique, et maison, à Montpellier la REKNE-St-HILAIRE, 3, allée St-Léonard. Cce sur PIANOS PEAUCELLE Judiciaire. Toutes missions. 89, rue Ampère, l'Amérique. Les sérénité. et de l'Italie la Belgique 912 mq. Llb. 1" Ju'U. M.à p.150.000 net et SOiOOO. Cézelli Francèze de PARIS de instant Hôtel particulier. Wag. l'hôtel de pouvaient à un Et si nos fils autorités ont été reçues A-adJ. ch. not. 19 juin. 14 h. S'ad. not. Paris. et ttes marques neufs. Location. Vente. Répar. CABINET environ leur Contenance Ancien monument mètres b,r.Renard,dép.enc. Chef de la SOreté de Paris. 618 de VaPloix et A. Mord d'Arleux. aouter de 1:avenir, le ville par M. Boutaud, maire (Dép. Radio.) Echange. Prix avantageux. 2, rue Babylone. GORON 39· année. 27 mai. Montpellier, francs 1.800.000 Enq. Surveill. Divorces. désespoir où baissée le rendu rappellerait qu'à l'heure au rennes, puis le cortège s'est commémora- Mise à prix matin, plaque Ce une 8, de Berri (8'). Ely. 28-28. ruo plusieurs morts et au monument tive a été apposée, 10, rue du Petit- S'adresser à M' Houssard, avoué à Paris, 2, rue VENTE au Palais, le 20 Juin eût pu tout compromettre, 14 heures monument aux GUILLAUME ex-inspect. Sûreté. Rens. milliers d'hommes ont, d'un même élan, américain, où ont été déposées des cou- Scel, sur l'emplacement de la maison de Choiseui Wateau et Bougeot. av. Paris. RUE REBEVAL LAINES A MATELAS PASTEUR L 61, L» UI_HL.W\U1U£, de barrer terrestres av. mariage. Surv. pour brisé les liens ronnes. de Francèze de Cezelli l'héroïne montDivorces. Chausséed'Antln, bis (Trinité 14-02) 58 PARIS, latiA de la congressistes JUSTICE frontières DE A PALAIS leur poitrine les (19*). Rev. net environ 35.000 fr. M. p.: Rayon J.R., Tourcoing. Confect. grat. d'un Entre autres voeux, les pelliéraine, qui fut nommée en 1590 VENTE AU 1934, IMMEUBLE de heures. avoué. soit à 2 Raveton, 8. droit 150.000 fr. S'adr. M' rue matelas à tout acheteur de 15 kilos. Ech. grat. imm\13 ne ont voulu que le ont adopté celui relatif aux principes de gouverneur de la place de Leucate. Le le 21 Juin CI1AMPIGNÏ-SUR-MARNE. 4, rue de Castellane, a Paris. MI Chain, avoué M. à PRIX MODERES.DIVORCES mot rapport vain été défini justice tel qu'il à la civique leurre, un l'action a général adjoint maire, et Campa, carrés pas un LAINES au nfètres A MATELAS DETAIL 350 Paris. Savoie, Contenance 34, Géorsc-Sana. 3. de Saint-Marc (Rich.-Drouot). Rich. 38-90. Mauger, rue rue Confédération des A. C. victimes de M.. Genoty, au nom des félibres, ont environ Mise à prix la et que la civilisation méditerranéenne franc». S'adresser ULTJO, Kx-lnspect. Sûreté, rens., enq.. fil., divorces. LEPERS, LAINES EN GROS continue de projeter sur le rnoude qu'elle la guerre. retracé la vie de devoir et d'honneur à M' Paul Bazille, avoué, 241. rue du Faubourg. VENTE au Palais, a Paris, le samedi 9 juin. R.MA Campagne 28, St-Georges. Trud. clarté. irremplàçable 69, Roubaix.. Echant. grat. Saint-Honoré. Française. cette éminente sis à c illuminé son de RAPPORT IMMEUBLE DE à h. 14 1934 Doumergue M. télégramme à SOMMER, 60, bd Sébastopol.Arch.43-42 (8 à 20) 'militaires reten- Un (Seine) rue Fraysse N» 5 bis GENTILLY BIJOUX Enq.Filat. DIVORCEA CREDIT. Plus bas px. _v Des commandements Juin 1934. 14 h. Parls, le Palais lï UbnllLLl contce Vente au 192 m, env. M. à p.* Les congressistes ont adressé ensuite tissent. C'est l'heure du défilé. Immeuble Catalans Les OR Achat j. fr. 17 le gr. Brillants, dentiersor. fr. S'ad: M* BAUGAS, avoué, 46, rue vn Devant les personnalités militaires, la au président du conseil le télégramme Cont. 102 m. 2o. 50.000 Blanqui, VOUTEAU, boulevard Poissonnière, 28, paria Fichot, avoué Gustave Sainte-Anno Hôtel meublé ATftïî bibliothèque garde républicaine précède les anciens suivant CAPITAUX (20 Ir. la ligne). Commerce catalane donnent & Montrouge. notaire Flichy, une des A.C. meusienne fédération et combattants. « La Paris a M" piouiean, av., 100.000 fr. S'adr. à Perpignan Les Italiens viennent en tête gari- V. G., réunie à Varennes, le 27 mai 1934, VENTE Palais, 16 Juin 1934. à 14 heures 53 MILLIONS Prêts sur tonds commerce, Plaignaud, av.: Bourdel. not. LOCATIONS fr. la ligne) 26, pl. des Vosges; IMMEUBLE DE RAPPORT A PARIS baldiens aux chemises rouges, au képi exprime à M. le président Doumergue 90 UtlLil>|Und industrie. Facilités pour la légion sa reconnaissance pour le bel exemple LETELLIER RUE 18, français, portant l'écusson debleu. heures 1934, à 2 acquérir, transformer, créer. Avance escompte Vente au Palais, le 21 Juin Havas). (Dép. Puis, 27 mai. PERPIGNAN, gris, félicite qu'il donne alpins, dévouement de Ernest-Lacoste en billets fonds, succession. Immeuble, pavillon, l'Argonne, de IMMEUBLE 3, rue 30.000 francs. br. Gassol, ministre d'anciens de l'insRev. qu'il déjà M. Ventura 250 env. l'œuvre ét., associations de 5 gouvernement m. env. terrain 1" et 2' rang. Société, Association, a le des la masse fr. Gaston S'adr. M" LOT, 150.000 à M. Derrière de publique Soubrier, de la généralité de (r. M' rétablissement truction S'adr. p.: le Situat. Commandita ont été réalisés par Paris. prix de commencée i italiens Mise combattants par Mont-Thabor Passion, k. Ma. 220 Paris 400 Café, avoué. 34, du vastes m. gare. Baïille. M". Paul avoué. rue notre intermédiaire. Rivoli, drapeaux l'équilibre budgétaire lui demande de Catalogne. accompagné de nombreuses avoué, 110, r. de les Italiens, cinquante-deux dépend., pays chas., pêche, maison agr. et CAISSE HYPOTHECAIRE, 97, r. Saint-Lazare. Paris. Baratte, notaire, avoués rais, poursuivre cette œuvre par rigoureuse notabilités du monde intellectuel barce- Etude M' ANDRE, avoué à Corbeil. Vente étrangers défilent devant le monument gaie. Oonviepd. rentier ou retraité désirant se officiellement à M. Viclonais, remis volontaires Justice, réla petit'revenu ou occupations. S'ad. Maître, PRETONS le jour même ss versem. d'avance des application de a créer acpar drapeaux les RAPPORT sont IMMEUBLE DE ce Palais Corbeil RUE DE BELLEVILLE maire de Perpisénateur, de Dalbiez, d'égalité, 50, rue Ernest-Renan. Issy-Moulineaux (Seine) J7 a proprlét. terrains, villas, immeub. nsines à base tor dernière fiscale la guerre par forme pendant courus bibliothèque catalane, for- JUVISY-SUR-ORGE g^ £;\ 12. Grande. 4 étages, terrain SU sur commerces, industries, marchand., titres. cinquante-deux pays différents au se- réforme de l'Etat en vue de restaurer les gnan, une Locataire principal APPARTEMENTS mq. L'EQUITABLE DE FRANCE, 43. aven. Opéra de volumes plusieurs centaines Les diverses asso- valeurs morales, le respect des contrats, mée de support* ttes réparât, et charges. Pz SOO.000 f. cours de la France. avouéa, Chatelln, Corbell. André et afin de permet- des meilleurs auteurs catalans et fran- S'adr. M° S'adr. à BERNHEIM, 23. rue de l'Arcade. Paris. /^IHEROH. Ub. suite appt 4 gr. p. d. jmm. anc. SUPERBE ETANG très poissonneux 80 ha.. ciations d'anciens combattants «français le principe de l'autorité, Cas, conf. mod. 1" s.r.t. pas. ou av. cen.8M7% traduits en de travailler Catalan. çais, Oappy (Somme). Reste dispon. qq. actions France désormais tre en ferment la marche. br. RRANf ION M1 M0 'r Rev. AJ R à <i.000 ch.c. 9' etc. 5 Dupont, Maison 34, Arcade. env. SURMONT, 2, r. Chantrelle. St-Quentin lAisnel les des discours, orateurs r. sécurité Au l'ordre natiosocial la et cours dans Léger incident APPts 3 et 4 p. t. conf. ont affirmé l'union profonde dans le libres. M. à p. av. Mac-Mahon. Fonct. VOTRE AMICALE, 29, r. du Pont-Neuf, nale. » fr. A ad. en. not. Paris préte de suite cond.uniques sans assurance. Catalogne de spirituel la 1.000 entre plus domaine couverts, APPts 2 p. 4 et 6 r. Dunois, 3.400 à 3.600 r,et qu'aucun groupe- Un banquet, de le 26 juin 1934. S'adr. aux not. M" Thibault et Il avait éte entendu grat. Discrétion. Paris, province Rens. de espagnole. DIVERS préfet .française et à se a été présidé par M. Catusse, Michelez, 128, bd. de Courcelles. dép. ench. ment politique manifestation ne serait autoriséfraterBOUTIQUES Le maire a offert à se, hôtes un déla Meuse, délégué par le ministre des de mêler à cette ET LOCAUX COMMERCIAUX VENTE au Palais de Justice, a, PARIS ainsi pensions. On y remarquait la présence jeuner puis au théâtre municipal ou a nité d'armes franco-italienne. C'est HOTELS et PENSIONS fr. la iiH.) DE le 28, juin 1934. à 2 heures. IMMEUBLE MM. Lecourtier et Chevalier, séna- eu lieu une séance solennelle de l'aca- RAPPORT A créer dans centre commerçant librairie. Paris ne de de du fascio membres les VERSAILLES, à Parts. AVENUE DE que A papeterie-journaux, bout. s. pas-de-porte dep. floraux, du genêt d'or. MEUBLES teurs Beaugitte, Chiébaut, Polimann, démie des jeux poètes achat 669 mètres carrés 82 environ. 40, Contenance portaient pas la chemise noire. P. visiter s'adr. S.I.L.. 1, av. de Corbera. et prosateurs députés, ainsi que de nom- De nombreux Provence est rue VILLEGIATURES 1.500.000 francs MISE A PRIX Lorsqu'un groupe deune cinquantaine Jacquinot, ETIT récomont été dhauftage. d'Espagne et de France être BUREAU Téléphone b ais. Adj. généraux et d'arron8juin, à fr. conseillers avoué. 241. M. 150.000 avec M> BAZILLE. chemises à Paul pouv. breux S'adresser p. et bérets de francistes, en notaire,ruePoussin.proximité, à louer. 93, rue de la Roquette. Château Tavaux (Jura). Repos. Peiu. dep. 19 t. M'Fleur?, 14h.Etude pensés. faubourg Saint-Honoré. bleues, voulurent suivre les anciens dissement.

h.

LA CONVALESCENCE

air

g|

si

Le

Achats

LE

Il

liiiBimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii^ Ventes PETITES ANNONCES

et

PROPRIÉTÉS, TERRAINS

S^^STt

sur

Kci. dC

COMMERCE

-le

Matin

IMMEUBLES PARIS

I

BANLIEUE

'i£;

et

Ils

,LTS

AMEUBLEMENTS

PROPRIETES L.

f

g,


hier à

Sous un ciel printanier le prix Lupin s'est couru

Un nouveau produit Étudié scientifiquement (Prix de thèse de la Faculté). Une véritable 'révolution dans l'art de soigner toutes les anémies, toutes les faiblesses. Le vin de Frileuse donne du cran, sang riche, de l'appétit et de la santé. Et votre santé vaut un essai. Le flacon d'extrait à verser dans un litre de vin coûte 6 francs chez vo-

Longchamp

an

Le défilé des chevaux avant le-prix Lupin

tre pharmacien.

Exigez-le pour vous faire une opinion personnelle. Préparé par le docteur Coisnard, pharmacien de lre classe au Havre..

o base d'Uvoria de Madagascar

Brantôme franchit le

poteau d'arrivée devant Shining Tor et Arkina

Le prix Lupin, le clou du 'programme du dernier dimanche de mai et de la

PRIX

saison de printemps à Longchamp, est la poule des produits dont le vainqueur bénéficie de la plus forte allocation, oupour cette raison que l'épreuve est1931, verte à tous les produits nés, en de juments saillies en 1930, quel que soit leur pays d'origine, par des étalons nés en France ou hors de France, peu importe. L'absence de toutes conditions restrictives permet un nombre d'engagements que ne totalisent pas les autres (poules et, par suite une somme d'entrées et de forfaits qui fait que la part du gagnant atteignait cette année exactement 361.108 francs. 903 concurrents avaient été inscrits, la déclaration de naisau début, après restait plus que dix au n'en il sance programme, et rien que des àpoulains. huit le Deux abstentions ont réduit Brantôme, seul des chiffre des partants. l'entraîneur Ludeux pensionnaires de cien Robert S'est mis en ligne, Zenodore étant réservé pour une autre occasion, et Brantôme suffisant grandement à faire victorieuses les couleurs du baron Edouard de Rothschild car il va sans dire que Brantôme a gagné, remportant SPÉCIAL SOR N'3 LIQUIDE GARNIE DE sa septième victoire consécutive et n'ayant jamais connu la défaite. Avec la somme dont le Prix Lupin le crédite c'est tout près d'un million qu'il a à son actif et ce n'est pas fini sans doute. A en juger, en effet, par le style de la victoire qu'il a remportée, hier, on ne FOUttNISSEUD OE L'ÉCOLE D'ÛIFOBT voit guère quel adversaire pourrait lui être opposé dans quinze jours lorsqu'il tCom~am S"CtUi-ale deflâfeciiie VMnnaire30 Hors 19!$) courra, à Chantilly, le Prix du Jockey,' Çlub, SOR,25,r.d'Hautenlle»P»RIS-X-,èî t'gr. mig.,inh ,m«rch1 Sur un excellent départ, Homère, l'un Oe coul etc. la Brosseà chiens SORIsoéc. p" poilslonas au courtsl des deux représentants de la princesse mod.cour. 25f.,f-27f.; mod. luxe 38 1., f • 40f. Liq. SOR, NI3 la tête de10 flacon 12 f., f- 13 t. Le peigne à chiens SOR, 15f.,M6f. de Faucigny-Lucinge, a pris Arkina et I vant Shining Tor, Birman. Jehan. L'ordre restait le même jusqu'au haut de l'hippodrome. Brantôme, d'abord avait fermé la marche, se rapprochait toutefois. Jehan se plaçait bientôt derrière Hoet à l'entrée de la mere et Shning Tor Homère avait disparu. où ligne droite, étaient les preJean et Shining Torqu'ils encadraient. miers avec Brantome Le favori se détachait aussitôt et ralliait dans de brillantes loudemandez la brochure concernant le traitementà base lées, le poteau du public, applaudissements dEIîxlr DUPEYROUX avec échantillon envoyé aux poulain meilleur le heureux de voir gratis et franco par les Laboratoires du Docteurtout DUPEYROUX, 5, Square de Messine, Paris. Ce de la génération ajouter une nouvelle traitement sanctionné par 40 ans d'expérience et victoire à sa liste déjà glorieuse. milliers de guérisons durables, permet de Shining Tor gardait la seconde place lutter victorieusement contre les tuberculoses de toutes natures et à plus forte raison, contre! lesi devant Arkina, finissant très bien, et affections moins graves des Voles respiratoires telles1 que suivaient Birmah et Astronomer. que. grippes, rhumes rebelles, asthmes. Bien que de taille relativement réduite, catarrhes, emphysèmes. etc. V* flacon 1 8.5O dans toutes les bonnes pharmacies Brantôme n'en est pas moins ce qu'on est convenu d'apporter un grand cheval et il serait intéressant de le ,.voir se mesurer avec le crack anglais Colombo, il le vaincrait peut être. ASSOCIATIONS COMMANDITES Hypothécaires et ANDRÉ Thamih. 1 «> Sous toutes Formes

8.000 Irâncs,

(A.

2. 3.

(F.Hervé)

1.

P.

Hervé)

1

BUUIV Milfl S

CYSTITES

les plus Rebelles

CYSTITES

MU

VOIES URINAIRES sexes Syphilis, Blenno, Urèih rites, Prosata. Cystitss, Part»»»

Métrttss, flmpni*s*i»c*, etc.

NOUVEAUX

lui-même sans piqûres

<&

:•:

Routant.

Soleil.

tir 2.400 m. ,prix Cerfeuil Babel,. Chiite. Foxldor, Ironside.

Un

au cour

Totra nt

ajusteur, arrêté pour avoir d'une rixe, blessé un camarade,

tente de se pendre au poste de police Une rixe. dont le motif était des plus futiles, mettrait aux .prises, l'autre soir, dans un café, 98 boulevard de Bëllèville, un locataire de l'immeuble, M. Henri Jarlot, 41 ans, ajusteur, et M.- Paul Le Carrac, 29 ans, cordonnier,

i rue Pierrc-Lijroux.

S'emparant'tout à coup d'une bouteille, Jarlot en porta un coup sur la tête de son adversaire. r,c dernier, blessé, fut admis dans un état assez gravel'hôpital Tenon. Jarlot, amené au poste de police de la rue Ranrponeau, ayant sa tait des lannieres de sa chemise, tenta de rapisûreté. Il fut chambre de pendre dans la dement secouru et conduit à l'hôpital Tenon où son état a été jugé sans gravité. Il sera

la

disposition de M. Moussu. prié de se tenir commissairedu quartier.

Les médailles de peinture de la société des artistes français

Les

Télégr. Matin. A BORDEAUX, 27 mai. l'ordre du jour de la séance ordinaire du congrès des cheminots de l'Etat, qui se tient à Bordeaux, étalent inscrites les questions" suirevendications ouvrières et'préparavantes :Un dçr ^èranifi, SEKBIN, imp, 6, bd Poissonnier© tton de la lutte contre le fascisme. MM. Carre, du Mana; Slrolle, de Pari», .et Perl'fii'û&'u, '«V "M gnon, de Rouen, ont pris la. parole.

L

Prix Le Harai/. nandican. 12.0nn fr 1.600 m Port.Mari.t, Alpha, An«kor Wat, Le Grand

de M. Maimberté, Après avoir approuvé unanimement le compte rendu du secrétaire général, M. Pélissier, l'assemblée a procédé a. l'élection, des membres du bureau et du conseilayndical. Les présidents des chambres de métiers

l'Etat

1/2, 3

IIÉRts, Folle,

Le congrès national du syndiëat des receveursburalistes s'est tenu, samedi, et hier, à la mairie du 4' arrondissement, sous la présidence

Les cheminots de

1 L

tr.. 800 m. Prix de Brètigny. à vendre. Navette. Biskra, Freedom, Tragopan. Prix Ténébreuse, handicap: I2.oonl 1.600 m. Camerata, Mine d'Or II, La Rochelle; Brésilienne. ."rlx de Mérëvillc, à vendre. 6.000 tr. 2.onn m. Le Çheirghi, ihe Governor, Dupleix, Mélusine. Prix Roi Hérode, 20.000 fr. 2.100 m. Na»souk. Or en Barre. Syphax, Etdora. Hotep fr., 2.000.'m. PrixRoxelane,

Le syndicat national

27

1.,

Aujourd'hui. a SAINT-CLOUD, à 14 h.

des receveurs-buralistes

Strasbourg,

pi.

»:

Star Shell, Flfrelln,. Brunanburh, Royaume, Eadhlld, Hyenville. Enc, 2 1. 1/2, enc. DU TROCADBRO PRIX 16.000 francs, 2.700 mètre» Sandbank, & M. J. Hennessy O. » 38 » P. tS. Smith) P. 8 » 2. Boiete IF. 3. Santal (0. Bouillon) Viviers, L'Arbre Broyé, N. pl. 4.. Camélia GoldeT, Mon Crédit, Saint Patrick, Torpille II.

LES CONGRES

trois journées de travail de l'assemblée des présidents des chambres de métiers de' France se sont terminées hier soir par un banquet' auquel participaient un grand nombre de convives. M. Roland Marcel, préfet, du BasRhin, présidait, entouré du comte d'Andlau et du comte de Leusse, sénateurs de MM. Michel Walter, Rey, Rossé, Selz, Dahlet, déPeter, président de la chambre des putés métiers d'Alsace Jacques, vice-président de la chambre de commerce de Strasbourg; Dupuis, président des chambres de métiers d'Alsace, etc.

Oencpl

P.

14 60 P. (A.Johnstone) Pavée)Phlegeton, P. Beneal, Why

Cromos (W.

N. 4. 4. Almatka Vot II, Eudes, Tout en Rose, Sérénade IV. somerville, Baron d'Urfé, Mustirole, La Nive,

Le président Roosevelt commence

de France mai. (Dép. Havas).'

22 50

Le congrès régional du groupe de Paris et de la Seine de l'association générale des mutilés de la guerre

P.

ETUDE GRATUITE DE TOUTEAFFAIRE SOUMISE à exercer ses pleins pouvoirs douaniers Consultez les sages d'Afrique Washington, 27 mai. (Dép. Havas). M. Rooseveit, exerçant pour. là preet vous aurez le bonheur mière fois les, pouvoirs douaniers qu'il possède pour protéger les industries naIMOCinq ans de séjour parmi tes tribus soumises la N. R. A. contre tionales fes secrets CHAGS m'ont permis de pénétcer étrangère, adressez-moi notamment la une concurrence TOUAREG. Questionnez ou à l'encre. Notre main et élevé les droits votre japonaise, de lettre écrite a sur les féponse vous étonnera. tapis.. simple 10 fr. Horoscope détaillé

PLOMBS et GALVANOS

»

P.

BBI-VC fnE

TRAIT&SIMILII

S34

1.

des

les clichés

Charming iF. Rochettl) Kitzy (O. Elliott)

P. P.

PRIX LUPIN Ipoule des produite 60.000 francs, 2.100 mètres 1. Brantôme, à M. L. Robert.. G. 7 » (0. Bouillon) P. 5 50 Duforez). P. 2. Shining Tor 14 » 12 50 J. Arkina (A. Rabbel N. pi. 4. Birmah Le Gosse. Homère, Jehan, Astronomer. 2 1. 1/2, enc, 6 1. PRIX DE L'ESPLANADE I5.000 frbnca, 1.700 mètres L'assemblée plénière du congrès du I. Formastérus, à M. André 0. Schwob (F. Rochetti) 10 groupe et -Paris de l'A. G. M. G. s'est 13 »' réunie, hier, à 9 heures, dans la salle 2. Le Parthe (W. Johnstone).. P. N. pl. 3. Ferid 4. Bedford1; Belarius. Nll- des fêtes de -la mairie du XVIe arron=on, Chrysler. Enc, tête. 2 1. dissement, sous la présidence de M. PRIX DU LAC, handicap Henri lièvêque, président général de francs, 2.100 mètres l'association, ayant à ses côtés MM. PiDean Swift, à M. S. Vagllano Q. 100 50 vice-président du conseil muni-

qui

EXÉCUTE TRES RAPIDEMENT

Dupult)

Hervé)

i

Réponse

mètres

14 50 P. N, pi. 4. Ambush Scarlet Runner, Tracer, Marylls" Blue Bell .in. Pinard II, Otrante, Cheik Rama, Caramel, Ambré, DJainisme, Kan Inn, Mon Présent, Caxton, Marqueterie, MonJaret. 2 1., enc.. enc. PRIX DE NANTERRE, à réclamer 10.000 francs, 1.400 mètres Mile d'Argagnon, à M. Léon 0. 70 i Rênier (E. Vandoren). P. 24 50 19 l. Le Harponneur (R. Fortin).. P. 3. Lady Eliea (P. Kahn) P. 82 » N. pi. 4. Kalmia Présent, Le Trac, Clrauerona (tbée), courcité, itéa, Chip, Moreno, Vau6'renier, Sweet Legend. 3/4 1., ene., 1 1. PRIX DE MONFORT, 20.000 francs, 2.400 mètres 1. Gennari, M. S. Vagliano 0. 26 60 IF. P, » 2. Hyères (R. Brethès) P. 10 Tète, N. pi. 3. Mon Cher 4. Bonheur.

tue'les puces nettoie le poil

20 fr. Avec envoi d'une rose. des sables portebonheur 30 fr. en bons de poste.B.P. 57 ALGER

1.000

M.G.. Philidor 0.

1. Polltltla, à

Brosse à Chiens

VENTE- ACHAT, ibdwtries Propriétés, Fermes, Avances sur Billets de Fonds PET.TJEAN 9 Si HALLES paris

RESULTATS DE PASSY, à réclamer'

Le jury de peinture de la société des artistes français, réuni sous la. présidence de M. P.-M. Parmila: foule éléga nte qui se pressait Dupuy, a décerné les récompenses suivantes Médailles d'argent Mme A.-Elizabeth Kelly 'de toile.ttes portées au pesage, nombre firent Jules'Merle, Robert Raymond. JacquesMM. sensation avec grâce Gaston-Pierre Gedey Mlle Marie Colpin, Jean Cadet M, Antoine Martinez Mme Marcelle-F. Krier Lambrette MM. Henri Fayet, César Mammès, Léon Becker MUe Alice Carissan Quatre mineurs tués Mile Yvonne Navarre M. Gabriel BeunJîe André-A. Le Moigne, Simon, Bmile-J.-J. MM. dans un charbonnage du Hainaut Mlles Suzanne PldoII, Edouard Collin Paul de Léger Lucienne Bisson, Yvonne Lemeunier, Fricant MM. Georges" Aufray, JosephBruxelles, 27 .mai. Téléph. Matin. Lute Alphonse Chauleur, Henri-J.-L. Sergent, AuCe matin, vers Il. heures, un écha- guste-Lucien Bognard Mme Paule^H. Darieî faudage s'est écroulé au cours des tra- Ducrot. du puits au char- Médailles de bronze M. Robert-H. Fouques vaux d'aménagement bonnage de Peronnes-lez-Binche. Mlle Alice Richter M. Noël Chesneau Mme

Quatre mineurs /ont%été*tué&

neau, cipal, Evain, député du XVI" arrondissement, Pernand Laurent, député, de Fontenay, Gaillard, conseiller municipal, Volvet, de l'U. D., :sellier, du comité départemental, Barbache, de Kerkhoffs, Ed. Bloch, président du groupe, et le commandant Beslay. Le congrès a adopté deux vœux importants, l'un .concernant la Légion d'honneur et les conditions dans lesquelles elle est décernée,, le second,, déclarant que le groupe de Paris et de la Seine de l'A.G.M.G., en parfait accord avec la Confédération des A. C. et victimes de guerre sur le programme adopté, le 25 ,mars, en conseil national, affirme son indépendance vis-à-vis de tous les partis,.met en garde les anciens combattants contre toute tentative de division, offre au pays son concours désintéressé pour le redressement moral, la rénovation de l'idéal de justice, de liberté et d'humanité qui ont été les trois raisons principales du sacrifice librement consenti par les.A.C, de proclame son patriotisme et réclame -du gouvernement la vigilance nécessaire au maintien de la paix, de la sécurité.na-

CAUSERIE HORTICOLE», DES ROSES DANS LES YEUX Mai s'achève dans un parfum d'acacias. Toutes ces grappes qui glycines, cytises, se sont succédé acacias, se fanent trop vite, cette année, sous des rayons trop chauds. Elles n'ont point assez de réserve. Nous n'avons pas eu le temps de jouir de leur jeune beauté qui ressemble à ces reposoirs de Fête-Dieu que l'on échafaude pour une journée et qu'il faut détruire le lendemain. Mais voici juin et sa fleur, qui est la rose, une fleur qui dure, qui résiste au soleil dont elle est l'amie, la compagne parfumée. Déjà on la voit apparaître, çà et là, comme ces sonneries de clairon qui font s'étirer, dans les casernes, les bras des jeunes soldats. Debout les gars Voici les beaux jours, voici les rosés qui nous sourient. Entoure la saint Jefian que la rose est fleurie, chantait le trouvère de. Berthe au grand pied, au xm* siècle, Berthe, la mère de Charlemagne. N'attendons pas la Saint-Jean pour allumer les feux de joie. On devrait fêter penda'nt tout un mois la "rece merveilleux événement naissance de la rosé. On s'y prépare. Le Touring-Club organise ses concours annuels de gares fleuries, de villages fleuris. Le 24 juin, il visitera Gerberoy qui, le second dimanche de juin, se fêtera lui-même. Connaissez-vous Gerberoy ? C'est

De son passé, Gerberoy a conser-

tour de Charlemaison de Henri IV, -où magne, sa lé roi de Navarre, blessé à Aumale, se fit transporter, le 4 février 1592. vé ses remparts, sa

chez le lieutenant-généralMichel de Briqueville une vieille porte gothique, couverte de verdure, vrai décor d'opéra-comique son église Saint-Pierre, ancienne collégiale au long toit d'ardoise, au clocher puissant, qui signale Gerberoy aux avions du service Paris-Londres. Les

vingt-six stalles des. chanoines rappellent les richesses de jadis. Le tour complet des boulevards n'a pas tout à fait un kilomètre, mais à chaque pas on s'arrête, on admire, on s'extasie. Quel exemple nous donne cette petite ville de France, avec ses allées de pommiers, ses voûtes d'ormes cen-

tenaires et surtout ses rosiers grimpants qui lui procurent une éternelle

jeunesse. Tous les jardins doivent avoir leurs arceaux de rosés et toutes les maisons doivent être habillées de rosés. Après avoir visité la merveilleuse exposition d'horticulture, allez visiter les roseraies et prenez la résolution d'avoir, l'an prochain, des roses autour de votre toit, le long de vos

murs et dans vos yèux: Jacques Peyrot.

tionale et de l'ordre intérieur. Une tribune s'effondre Divers autres vœux concernant notamment les pupilles de la nation, le chômage et les veuves de militaires de une petite ville, une toute petite au prix automobile de Picardie carrière ont été adoptés au cours du ville de l'Oisg, 92 habitants agglo27 mai. Téléph. Matin. congrès. mérés, comme on dit dans les géo- AMIENS. grand prix Le d'automobile L'inauguration des rues graphies et le terme ,ici est bien im- qui se courait aujourd'hui de Picardie sur le cirdu Général-Malleterre propre, car les'habitants de Gerbe- cuit de Péronne a été marqué par un et du Général-Niox roy ne sont pas réunis « en tas », accident au moment où se terminait A/ l'issue de la séance plénière du mais disséminés sur cette colline la course réservée aux catégories 1.500 congrès du groupe parisien de l'A. G. crayeuse, chaque- famille ayant sa eme, une tribune située à proximité du M. G., ,a eu lieu, sous la présidence demeure couverte de rosés. Gerbe- garage de Mesnil s'est effondrée sous d'honneur du président du conseil mudisait-on jadis, la première ville le poids des spectateurs. nicipal et du préfet de la Seine et en roy, Quinze personnes ont été blessées présence de la générale Malleterre, pré- de France, sous-entendu « en vesidente de l'association des veuves de nant de l'Ouest,», du duché de Nor- Le maire communiste de Douarnenez militaires de carrière, -l'inauguration de mandie, car le Beauvaisis était en la rue du Général-Malleterre,président- France. provoque à Quimper un accident fondateur de l'association générale des Cette. position avancée, nous dit mutilés de guerre, et de la rue du M. Paul Coliinet, explique que Ger- Quimper, 27 mai. Télégr. Matin.Général-Niox, père de la générale, qui beroy fut, d» xr au xvie siècle, le M. Le Planchée, maire communiste de fut, comme le général Malleterre, gou- théâtre ou l'enjeu de maintes ba- Douarnenez, rentrait à Quimper en verneur général des Invalides. Ces deux tailles. Guillaume auto, en compagnie d'amis avec qui il le Conquérant as- avait voies sont situées préside la porte de fait la fête. La voiture monta siégea, en 1079, la ville, tenue par soudain Saint-Cloud. sur un trottoir, brisant la viAvant que la générale coupe :le ru- son fils révolté, Robert Courte-Heuse trine d'un grand magasin et frôlant ban tricolore barrant rentrée de la et c'est près des murs qu'eut lieu le deux enfants. Les passants s'attroupè. rue, MM. Fernand Laurent, pour le combat singulier où le fils blessa rent et des huées partirent à l'adresse conseil municipal Levêque, au nom de le père. En 1160, second siège Hen- des fêtards..Le maire de Douarnenez Pineau pour le préfet ri II; roi d'Angleterre, prend la ville, fut conduit l'A. G. <M. G. commissariat de police, au de la Seine, et Edmond Bloch, au nom d'où il partir murailles, que Philipne put que par des ruef de la section parisienne, prirent la pa- en démolit les détournées, de se soustraire à la role pour évoquer le souvenir et l'œu- pe-Auguste fait réparer. En 1197, colère de la afin foule. troisième siège par Jean sans Terre. vre des deux généraux. réunirent ensuite Les congressistes se Mais ce n'est pas tout et l'historien Un brigadier des gardiens de la paix dans la. cour d'honneur de la mairie de Gerberoy nous conte toute la du XVI8 où une palme fut déposée de- guerre de Cent ans, puis les guerres est tué dans une collision d'autos vant le monument aux morts. Après un de religion. Gerberoy, vraiment, a vin d'honneur offert aux .mutilés, par de beaux titres de gloire. Il porte Une grave collision s'est produite, hier ma7 h. 30. rue Pelleport, l'angle de la municipalité vdu XVIe, un banquet d'azur à trois' gerbes d'argent, qui tin vers de Ménilmontant, entre l'auto que la rue auquel assistaient de nombreuses perconduisait M. Georges Berthomieu, brigadier sonnalités, réunit autour de M. Levê- sont de belles armes terriennes. gardiens de la paix, cité Lemière, et Ce n'est pas sans l'avoir mérité des que, président général de l'association, piloté par le chauffeur Léon. Keghiàn, taxi. un qu'il est, aujourd'hui, couronné de 31 ans, 60. route d'Orléans, à Bagneux.Le plus de 300 conéves:rosés. Chacune de ses maisons en choc fut si violent que l'auto de M. BerthoSaint-Geniès-le-Bas de L'explosion est couverte et un grand peintre, qui mieu se retourna. Dégagés non sans peine. Montpellier,

27

maf.

(Dép. Havas).

M:

Coste, juge d'instruction & Béziers, à la suite Ooste, Juge d'instruction à Beziars, & la suite de l'explosion de SaiHt-Genlès-le-Bas, a Inculpé plqsffs M. Gabriel Guiraud qui tut Jui-meme

bleui.

le conducteur et les occupants. ,de la voiture est, à sa façon, un grand poète, Hen- Mme Eugénie. Berthomieu -.et leurs enfants, fait de la sienne Sidarier, Le Simone et Jeanne, furent'transportés Claude, a ry le paradis' des rosés; Ses terrasses S l'hôpital Tenon. M. Berthomieu succomba pendant son admission. Saut la petite Jeanne, à l'italienne sont, en juin, une splen- qui avait jambe fracturée, les autres

deur,

une

yoysgeurs ont pu rentrer à

leur domicile

Le Matin. 28/05/1934  

La vie de l'Amicale des Anciens de la Légion Etrangère de Montpellier et Environs...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you