Page 1

La Sabretache. Carnet de la Sabretache : revue militaire rétropective. 1937.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


A PROPOS D'UN POHTRA!T

CAVALERIE DE LA LÉGION ÉTRANGÈRE AU MEXIQUE 1 au Mexique que nous avions à combattre employait une nombreuse cavalerie, aussi le commandement français s'ingénia-t-il pour donner plus de mobilité à nos troupes; un certain nombre de compagnies d'infanterie furent dotées de mulets destinés à alléger les fantassins et même à les transporter. En outre plusieurs compagnies furent transformées en véritables escadrons de cavalerie. Ce fut le cas d'une compagnie du Régiment étranger (juin 1864), d'une compagnie du Bataillon de tiraiDem's algériens (septembre )8<i3) et aussi d'une compagnie du bataillon Egyptien (1). Au Régiment étranger ce fut la 6" Compagnie du.2" Bataillon, alors à Puebta, qui fut organisée en compagnie de partiles pièces officielles lui donnèrent dès lors sans montée cette dénomination ou celle d'escadron. Elle indistinctement fut remontée en chevaux du pays et ses hommes, équipés en cavaliers, furent armés du sabre de cavalerie légère, du pistolet et du fusil de dragon. Le capitaine Ménard de Chauglonne la commanda, avec le lieutenant Grimaldi et deux sous-lieutenants venus des sous-officlers de chasseurs d'Afrique, MM. Graff et Collinet de la Salle. L'ennemi

(1) Ce uatuinon, uns il la disposition de t'Empereur Napoléon III par le Vice-Roi d'Egypte pnur être Nupioyë au Mexique, occupait dans la 1.il la protection de in. li~ne d'étapes Vera-CL'uK 1 et concourait u i. voisine dede ]:t ]:t cote. cote. xône plus xônein plus voisine 3~)

4


CARNET DE LA SAHRETACHË

prit part aux opérations qui pacifièrent l'Etat de Pueb)a, puis a celles qui pendant deux années curent lieu dans le Xord du Mexique, 11se distingua en novembre )8()5 à qui avait remplacé Montorcy;Ie capitaine Cartier d'Anre(t), le capitaine Ménard de Oiauglonne rapatrié, et. le sous-)ieutenant Cran' furent, cités. Au début de 186C le sous-lieutenant t Ténot remplaça le suus-lieutenant Collinet de la Satie pendant l'été suivant l'escadron poussa avec la colonne de Tnci jusqu'à la limite Nord-Est du Mexique le ) ) juin a l'affaire de Ramos il remporta un brillant succès. Entre temps, les instructions du g-ouvernement. français pour ce rapatriement du corps expéditionnaire étaient arrivées et le marécba) Hazainc, commandant en chef, par son ordre général n° )2 du 2') avril )8t)(j, avait fixe la composition de la « Division auxiliaire française )) destinée a rester au Mexique le Rég'imcnt étranger devait en n côté des troupes mexicaines constituer une brigade et les contingents beige et autrichien l'autre brig'ade. Une dépêche ministérieUe du 30 juin ayant fait, connaître dans quelles conditions le Régiment, étranger serait transformé en une Légion étrangère <(que nous laisserons au Mexique » et qui Kfera partie intégrante de l'armée française M, le maréchal Bazaine prescrivit les mesures qui feraient du Régiment étranger une Légion de toutes armes pourvues de tous les tous les services nécessaires a une brigade agissant isolément du corps expéditionnaire militaires pouvaient demander a y passer sous condition d'être iiés au service pour quatre ans, Dos procés-vcrbaux établis le )<'< septembre l!"i<joconstatèrent la formation de deux escadrons de cavalerie (2), deux batteL'escadron

(1) Le c.'ipitniuc L'artier d'Aurc. ancien oiticier de ca~derie, a\'Hit crëc~pîtniii~(\'n'prt!t''[a<]K'l;tm;MScm~~rEïnppt'eut'N;f~)oI~o!iTÏI. du Ui se))tcnihrc]Sf!Hht<fnp!n'uie<Ic'p!U'tis:)ns (DAh~d.i! )Ut'n~eR,tYHir.~ <.liit't)'r.(':)l))taH)e<)rti(']'d'Aut'< lieutenant <jt'iin.)Idi, ~ni-<-)tGiUcn:mt <:U'f, J'-MhonmiHK.121 chpv~tx (dont 4 s"ns-of&['te)'s) et -t mulets. <t): jue c.sc.~h'oi]devait av~ir -t ofticiel' H'c) houttues et jmu!H't!tnx(du<Usuus-ufln;inrs).


LĂ&#x2030;GION Sous-Officier

des

ETRANGERE Escadrons

Mexique

de

Cavalerie

1865

CuHection de M. le Colonel Scu~fort

(-K\KI.hRhTA')n


CAVALERIE DE LA LÉGION ËTRANGËKE AU MEXIQUE

ries d'artillerie (1), une conpagnie du génie (~) et une compagnie légère du train des équipages (~). L'organisation de ces unités, confiée au général Jeanningros, eut lieu & Queretaro. Le capitaine Jacquin, du 3'' de chasseurs d'Afrique, avait été désigne pour commander sa cavalerie. La compagnie de partisans montée fut dédoublée et eut ses cléments répartis entre les deux escadrons; elle devint )' escadron, commandé par )c capitaine Cartier d'Aure; le 2''escadron fut commandé par le capitaine Laurent (4). Les rapports du général .leanningros montrent que si la composition des escadrons en cavaliers fut vite complète (5) et ne laissa rien a désirer, il y eut quelque difficulté les bien remonter de suite. Us prirent néanmoins une part active aux opérations de la fin de )8<i6 pour protéger nos communications entre Queretaro et Mexico i!s furent le 12 décembre à l'affaire de Monte-Alto. La mise sur pied des batteries d':u'til)erie, de la compagnie du génie et de celle du train rencontra plus d'obstacles, parce que ces formations avaient besoin d'un personnel qui ne pouvait pas, comme celui des escadrons, se recruter presque totalement dans le Régiment étranger (li). Aussi étaient-elles ~1) L'artillerie commandée par le capitaine Vandrey, de t'arniierie, devait comprendre une batterie de trois sections de 4 raye de montas'ne, une baLterie mixte de trui~ secuouHde 4 r.tyë de calupagm, et une section de 12 rnye de giege, au total 11 officiers, ')la hommes pt 4.i(ja!)i)n:uix. du ge!]ie, comujaudoe Le capitaine du (~) La compasuit' par Aubry, du curps devait avoir ai~cicu Hegiment eti'aD~er, <ipitMine du génie, 122 hommes H d'aciers, et 2~! animaux. du train, commandée provisoirement (3) La coitipa~nie par le sousavoir du train des 4 officiers, )ientcnaut équipages, devait I~saile, ~00 mulets de bat. 'J5S homiDHS, M4 cttevaux,

(4) Le c'apit.une Laurent était un ancien capitaine de dragons. (5) Le 30 septembre, Jes escadrons de la Légion se présentaient a. une. revue de la garnison de Queretaro avec un effectif de 240 hommes. (6) Le 27 septembre, ic Régiment étranger n'avait pu fournir que 4C hommes de troupe pour l'artillerie, 38 pour ]e génie et 54 pour le train. Au 22 octobre, i effectif de l'artillerie était pour les deux batteries de 4 officiers (capitaim' VatidreY. iieutenants Danietou, Car(~ et I!umH)eux,tous quatre de i'artiiierie), 1S3itommesde troupe, 282ani-


DE LA SABRETACHH CARNET encore loin d être au complet quand une dépêche du t3 décembre annonça que l'intention du g'onvertiementfranc-aiséta.it.de faire rentrer en A)g'ério)a)jég'io)t étrangère. L'ordre général n" 37 du 28 décembre t8<tt! supprima lu « Division anxitiaire française )! créée te 2!) avri) précédent l'ordre générai n" 2!.idn 3t janvier )8<i7 annonça que te Régiment étranger att.lit partir et rappela les services signâtes qn')) avait rendus au Mexique a la fin de février tons ses éléments s'embarquèrent a. Vera-Crux. Les fractions d'armes .spécia.!es débarquées le 3 avri) à Oran furent dirigées sur Mascara; un décret du 4 avril, qui réduisait le Régiment étrangerat bataillons (t), les supprima. avril t.SG7, jour du licenciement Lesproces-vcj'bauxdn20 cavalerie, g'énie et. train) deccs«ar)nesspéciates(artiiteri(', tenr composition à a ta suite du Hég'imoUétrati~'er)) donnent cette date: 3 ofnriers (capitaine \'audroy,dn~i'' Hat)eriod'arti!teric: d arti))erie heutenant Daniéiou, du t'' sons-tieutenant Mag'uiti, du !) et 22.'i hommes de troupe (S8 dn Ké~'iment étranger et t37 provenant de2.'i corps de LouLes armes). 3 officiers (capitaine Cartier i'~ escadron de cavalerie: d'Aure,]iemenant.<!ri)Haidietsons-iieut.enant(jiruf'f,duHé.E;'iment étranger) et H7 tiommes de troupe (')8 du Hég-imenL ét.ra~~g'er et )') venus de 3 autres corps) (2). 2'' escadron de cavaieric: 3 officiers (capitaine Laurent, lieutenant Lavig-cric, sons-lieuLenant Stocker, du Régiment étr.Lng'erjet [3~!tommesdetroupe(!(J<idL)Rég'imo)it.étra.ng'er et 28 venus de loutres corps. Compagnie du génie: i officier (capitaine Anbry, du Hég'iui'dUx.LttSt*<ti~'n~e~)~m:).;in'<!uln''uLd'mttt.Lh)metou,t'KUti)i'Laet.htns ce tûtiil, utuit ~'ti f.'olouM'.ftPpuI~le 12 octobre. IJItërieureruent les rUft'~rent'e~ s~f.'ticnstl'.frtiUprip furent ~'rr'uprps en une spuïe battt~'Lf. (1)LeJ!(''s'imf'n)~'ti'~i).pt'ontj)t~it.!]~)'ssixhut!uUons.U)tT°~tun S"))iU:uNui~<d~Mtla~)'ni<atav:tit~p)'t'S('['i[t'p:tr<<i'ct(])[-[ju)net l'S~!i]r.)v.u('n!]M)S~')ern)'n]~s. (2)~a6"('un!l)!t~nit'(tuL!ha<:un~n,~ui;i.Yai~t''tL'ui)ijriuR''cmomen;!)n~n)(']~t;m'~)r)n~t'T"'osf'nUru]~,nj()'ff'onsU(urnle'20:n'ri)1SnT de cet escadron crT4t~onm]ea de'troupe. .n'h's~'ji'fn'iet'~


CAVALER!E DE LA LÉfUON HTRANGËRE AU MHX)QU;=:

ment étranger) ct<~ hommes de troupe (Ht) du fié~iment corps). étranger et t~ de~tautres Compagnie du train: 2 officiers (Heutenant Manette et sons-!ieuteua)~Stefaui.du3'escadrr)ndutrain)et)<t8hom)nes (te: troupe (7.'J du Hég'imont.éiran~'er et 33 de'i autres corps). Les ététneuts qui ne provenaient pas du Hégimentéfrang'er furent dirig-és sur )eut's corps d'origine. L'artinerie et,les compagnies du ~'énie et du train disparaissaient ainsi, bien peu de temps après leur ureatio)~, sans avoir pu atteindre, comme les escadrons, tout )eurdéve!oppement. ta Ces derniers n'~vu.ieot pas eu a se faire connaître; cavalerie de )a Lésion s'était montrée depuis t86~ partout oit sur la terre du Mexique il y avait eu des coups a donner et a recevoir et elle s'était tait. dans le corps expéditionnaire un ~tot'ieux renom. )) On sait fort peu de choses sur les uniformes de ces unités de ditl'crentes armes qui ont existe a ]a f~e~ion au Mexique. De même que ta dépêche ministériette du 30 juin )8(j6 et ta c.ircuhure du marécha) Baxaine en date du )3 scpte~nhre de la même année, les procès-verbaux du H; septembre suivant, constatant leur formation, ne contiennent au.sujet de leur tenue que de brèves indications Pouria cavalerie: « i'uniformo des deux escadrons sera celui en usa~e et. qui a été adopte pour ta L'ompagnie montée qui devient)" escadron'). K i'unit'or!ne sera celui de t'artitierie PourrartiHerie: françaises. sera celui du s,'énie français H. Pour le ~'enie:'<)'u!)iforme Pour )e train: (f)'uniforme sera celui de t'arme du train français a. Aucune dit't)cu]te )i'a L)û se prése!iter j)our habiHer i'arti!terie, le génie et le Lrain, puisque dos effets cxisutien!, dans les magasins pour les unités françaises de ces armes, mais il serait intéressant do savoir que~s boutons Oftt été adoptés, ceux de t'arme, ceux du Hegiment étranger ou de nouveaux boutons.


CARNET DE LA SABRETACHE

Pour la cavalerie, dotée d'un uniforme spéoia), la question était moins simple, car il s'agissait de doubler pour )e moins les confections ou transformations faites au corps. 0 après une demande d'effets étabHe pour la cavalerie le 2S septembre (i) et une liste de ceux qui furent envoyés le 2 octobre (2), il n'a pu lui utre fourni de suite que HO habits avec brandebourgs et des brandebourgs pour une quarantaine d'habits au lieu de brandebourgs pour 250 habits; pour les bandes de pantalons et les galons pour képis, satisfaction a pu être donnée aussitôt. Ces détails confirment ce que nous apprennent sur )'nniforme de la cavaterie de la Légion les souvenirs encore inédits d'un Beige (3) qui y servit au Mexique. Hle décrit ainsi pantalon de drap rouge très large du haut avec bande noire habit a 3 rangées de boutons partant des épau]es et du cou et se rejoignant a ta ceinture et reliées entre elles par des boutonnières à brandebourgs, le dos de l'habit orné de dessins au cordonneL ceinture rouge (4) faisant pfusienrs fois le tour du corps; képi rouge avec une jugulaire de cuir noir orné audessus de divers dessins. La

photographie

du

sous-!iRut:'nanL

Ténut

('"<), de!af'!)va-

– des effets nece.Msntres ]a t'prm:ttiM] de ]n f~v.!nei'!e (1) Etnt pour – ,'L 150 Itonnncs e.sc.ntrf'u du a pHf si~ne n'eno'.t) J(;!UH)insr(~, )H 28 St'ptCinbt'H ')S(M!. Querit.n'o, 2.000 s'rf'nndcs T!0 nn'h'cs de ~alon pour sat'.mce. k('*])is. Hl'inxh~hom'K.s 250 habits..S.4(X) huutnns pour petits p~)H K!H'MitU)'{' dt' hr.'uulcb~ur.ns. 37f: g)'en~f)HK Me t'~i\')'c ])Hs h.~hus .~iht'DK'.s et p<n't~-s')))t'r)))'M. puur H. S. pour faire des ban~fs pf)nr SfK) pant:)]f'ns. lettre d'envoi du il m!u')i' )t(''sit']e<)t (2) si.a'm''t* du (''t)'<)m;('r. Mexico, h~ octobre I.SHt!. fh' ~:))f'n 2.000 'U' .r~nad~s .~L]':)!t('('. T'O nn''h'~s ])our <)Sf;m't)es t'avaïeri~. <!00 uif~tr~s d<~ )n':t!tdf'h<nH's 1):!hits ()~ <'i)\)!f']'i~. p~n' 4.000 petits boutons de {'Mv:~(')'it'. 2r) nn'-tr~s fif drnp pfnn' )!h)ts pour bander de ftc f'nv~to'ic. 1)0 hn)n)M ()<' f'cric .!V< pnntrt.Ptn brandebout'g's. H. A., sujet t)u T"' ja!<'r Jtt'inh')~ otr'.mi.'t'r (3) A;niah)f ht'tgf.Yti 1.SG."i ~u I. décembre 1S07. Cnmpag'aR d)~ .~rcxi~ue d)i 4 )H~i 1S(!~ !!)) 24 mat'M 1867. ]'at' sutte d'une des upp)'o\'inifnne)nentn il (4) pénurie pu être distribue des ('emtu)'es de clon~em'H ren~'e~ l!ntmue~e!)tet)t d\\<'t'i')ue. <et!Ht de~ c'eitttut't's h)<'ues <)ue t'cee\)it ht Lésion. plutôt ~'t''nut A. A-. -;n'riv< :)n ïîe'i)))eMf ('<nu))t<' s«usd!eu)e" (5) etr:)!)~er (]n nant venant des .s~us-~rfieiers chasseur'. )e ]1 ;n:u 18~4. d'A!'rique N6 v~P~dnh'e l'iris le 3 uj:d 1S:!2. o~Me te 14 jutnet 1S4'), ))


LE

SOUS-LIEUTENANT de i Escadron

TÉNOT

du Régiment

Mexico

Étranger

1866

'Co))ec~ondeM.teCo)one)Gu!nard'

t.\J;\F!

h~j.As.\t!R).1\CHt: Jo:


AU Mi~XX~'E CAVAU~R~DE LA L)~f)N ~TRANnËR): b'rie de h) Légion, f~ute il Mexico, dont nous donno!)S ta reproduction, montrequet'ornementdu képi était te nœud hongrois des hussards. Maisi) seml)Ie qu'il )i'y a aucune déduction a tirer de et; que cet officier est représenté en spencer. Ce vête ment n'était pas particuHerauxofficiers de ta cavalerie de la Légion; il existe d'autres portraits faits au Mexique d'officiers 0!t spencer, e!itrc antres cetui du tieutenantCaHoui distria, adjoint au trésorier du Hég'iment étranger. Le petit, tableau dont le Crft'~c~contient )a reproduction en l'uniforme qui noir nous faitc.o~iattre plus completemoit nous occupe. Il représente en prentier pian, avec une grande ininutie, un marechai des to~is-fourrier qui porte l'habit bleu fonce a oo))ctjonqui!te, conforme a la description de l'uniforme de l'infanterie dn 30 mars ).S(')(), plus ordinairement co!inn sous ]c nom d'hahit-veste ou hasqnine. Au !!e~iment étranger les passepoils étaient garance et les pattes de parements de la couleur du fond de t'habit. Pour ta cavalerie il a été ajoute sur les devants dix sept brandebourgs noirs avec trois rangs de petits boutons grelot en cuivre, sur chaque épaule une tresse noire avec deux petits boutons, au collet et aux retroussis des grenades garance (t); enfin des pattes de parements garance auraient remplace les pattes btuu fonce. Lcsg'alons do grade et do fonction sont, comme le prescrit l'ordonnance, des galons d'or consns sur drap garance. Sous l'babit déboutonné te ceinturon est bouclé sur une large ceinture de iaine bleue. Le sabre est celui de cavalerie légère matricule m22. Ce sous-officier est mis avec une certaine fantaisie col d'officier

noir

bte!i;gi)etb)eut'oucé

a liséré

btanc, a petits

au

lieu

boutons

de

la

cravate

m.éta)liques;

de

coton

ceinturon

avait la fin f)Rl8fS, r:nt);icnnqML.tf ()'!).t]n'(;(it!)U~rt''xif)~('f1('pim. C·It~ t·iW lc· 1o m;ti ISt'tt't l,Ot:; et :mait :)\:dL~h''('it<h'1~)]i:u :muir sa médttille nniLtiure militaire :ir['t'(;ns:L!l]é(b<me reçu dt' Siln-IjOt't'uxu. h* 18 m~i Tsr. n 1~ nutrt' ()u ('"mh.tt Xomnu' (-hHVi))Ler ))p ]!) )~L:hn) (rhonncn)' k~ 11 mars 1SCS et nf)H~n,mt lipl1tPl1¡lllt h; 10 i¡OÙt )p ~nût ]e le B n1:-1L'R mHL's IStiS. il quitta lSnN, H(\g'imf'ut <)uitt~ le I!('ii)]fnt ctL'.inger t~tl'm}ger I.STtt pmt)' passer dans la ~('u<1;(i'nit'r~. ïp~ sapeurs (1) ~t'umHitith'~s <)t's<tttpa~ni('s<i't']ia(Uet'set ))ut'rai<'nt]pH;m''n)<s.grenades g':n'ancc.


CARNET DE LA SARRETACHE

u deux rosaces estampées d'une tète <ie !ion <)); bottes avec éperonsakicbevaHëre. du Il porte la médai)!ecommémorat.ive dot'expéditiofi Mexique créée pur décret impérial du 2't août iSti3. Les ornements du képi g'aranco a bandeau bieu foncé, porté a.)a main, et !a bande bien foncé du pantalon garance ne se voient pas, mais ces détails sont visib)es sur les deux cavaliers qui sont au second ptnn, bien que le peintre ait traité te fond d'une façon beaucoup plus l.âcbe que le portrait du sousofficier. Le cavaHer de a~ancbe tourne le dos et a le sabre à. !a. tnain sur son habit les ornements g-arancc des basques et les pattes d'épaule noires a deux petits boutons méta.iques sont marquées, la bande b)en foncé du pantalon ég'atement. Sa giberne porte une grenade en enivre. Son ceinturon est sons)'habit(2). Le cavalier de droite, qui tient un cheval, est en partie caché sous )'babit déboutonné on voit.le ceinturon porté sur la ceinture bleue la patte garance du parement; est très nette. Tous )os deux ont un pantalon basané et sur le bandeau de leur képi apparaît le dessin ébauché d'un nœud hongrois garance. Ainsi que le sous-officier ils ont t'équipement noirci, exemple unique à une époque on le buffle blanc était de règle pour les ceinturons, dragonnes et portf-g'ibernes de la troupe dans toute la eava.tcrie. Le peintre a représenté ces cavaliers sans leur convre-képi couvre nuque de toile b)a.nche. t)s ont cependant dû te porter souvent car il a été presque constamment prescrit pendant )a campagne du Mexique, même i'hh'er, sur les hauts ptatcanx de t'intérieur du pays. Ce tahtcau est signé V. Prost et nous ne savons rien d'autre [])<'C('i'imuronpt:ut;n)nrs)-~]~np)n!i)'c:tux<')t.~st')!['s (['Afrique sans rosaf's. pom'~esf'~f)('tt'rs;cel)nde[;)h'('uj'cn'a\t qu'un <'i'oc!<f'( Auxchass~m'.s~timxJiu~stu't~s–~fin'i~'s~'tit'tm~~–~cfi]i1ur()n jtvfntuhf simple houcte. h) dimension (2) ]'!)t's\]itfdf )-(''(i~itt'tt'sphtnc)~M(hi<«t'M~]))uS)~u'M<1f'<'ps~~t;tUsJ)''s()fi<p;t~vi~ih1p~i-:)i'hit't'pt''du('~i<'tL.


DE LA LÈGiONÉTXANGHHE CAVALERIE AU MEXIQUE de son autem'(l). Où et quand a-t-il été fait'? i)e quel fonrrief est-ce le portrait? Userait intéressant de le découvrir. Quoi qu'il en soit, il constitue un document précieux sur la tenue de la cavalerie de la Légion au Mexique, mâture te doute qu'i! est permis d'emeUre au sujet de )a couleur garance de la patte de parement,. La date a tnquctic cct.t.e Lonuo a été adoptée eot.rc juin l.SG~ et septembre )8<iL)n'a pu être exactement déterminée. Certains témoignages, d'après lesquets la cavalerie de la Légion étrangère aurait aussi porte la veste (ou t'habit-veste sans brandebourgs) avec un pantalon basane sans bande, un képi sans nœud hongrois, et les bufncteries non noircies, conservent donc leur va)enr. Colonel P. GU!NARD. (1) ('<'])'pst])~su)tl~in]nj!)irc')n('H.su)'ei)assu)']e]U!ttriente <tuHH:rimm~tt''trni)s'pr.


Cavalerie de la Légion étrangère au Mexique 1937  

La vie de l'Amicale des Anciens de la Légion Etrangère de Montpellier et Environs...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you