Page 1

Le Messager de l'Ouest. Journal de l'arrondissement de Sidi-Bel-Abbès. 1894/05/01.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


PHKMIKRE

— N" 33

ANNÉE

Paraissant

le 1™ Mai

'Bel-Abbès,

La

Vaisselle

L'année

1894

dans

certaines

contrées

de l'Algérie, la vendange a été très abondante et les récipients ont manqué au vin nouveau. On est alors descendu à des expédients lamentables surcroît

de

embarassant suite

de son

l'abaissement

ce

négligence. en bon

tous

état

conservation

par et de

des vendanges. Si les foudres

lucratif, même

rafistolés avec empreslapins, furent sement alors que la tonnellerie neuve était encore en compte. •';.• On ! twsovnojrl -ce n-uc s'imagine sont devenus des vins logés dans de conditions. Outre le coulapareilles d'oeuvre de soutirages ge ci ia main il a fallu avec successifs, compter des goûts très prononcés ne qu'on des

coupa-

Le goût de fui ail le s'amoindrissait, mais ne disparaissait, pas assez pour la dégustation. braver de

vins

d'assez

Il

à l'époque

rendront

s'ils

ne

sont contiennent

ils

pas-

bien

quelque à

tourneront l'aigre ; lie qui séjourne ils un de moisi et de prendront goût des tardivement pourri, que lavages ne accomplis parviendront pas à faire disparaître. C'est donc aussitôt

si

c'est

de

la

a été mis en vidanque le récipient UJO(.lC\re~ , go, qis on «:k"/it Ucohumler' ment puis le laver à plusieurs repril'eau en sorte ses, jusqu'à ce que limpide. soit un mèche étant

Alors

bien

(pie l'intérieur on y brûle une

peu humide soutirée. L'acide

très

dissoluble

dans

sulfurique l'humidité

dans les joints et par les pénétrera où il ira détruire pores des douves les

germes moisissure.

cryptogamiques

DanlTcertains

la

contenu

confection

sortir

truments

des vins. agricoles

aux insQuant et aux ustensiles

dans

cas, le gaz

de

n'a jamais été le pays L'Algérie des soins minutieux ni pour l'éledes ni pour la vage troupeaux

la distillerie

le

de

animaux.

s'est récipients grands trouvé si délétère que des personnes en y descendant ont. été foudroyées, le gaz où domine l'acide carbonique étant plus lourd que l'air, refuse de

prendre !

chemin

bons

ressuyés, peu de vin

les

de liés

plonge.

et éteint

les mèches

Il ne faut

pas

qu'on y hésiter à tirer

MARDI •!«•••MAI-1894.

VENDRELx

-^oir

renfort de bras on a pu arriver à temps pour l'inauguration du 2SIavril. l'orifice MM. Casimir Perrier, Marly et Burdeau sont arrivés à Lyon à 5 h. 1/2 du soir. Une foule se rétablit : énorme se presse devant la gare. La claque préOn nettoyé encore les grands récifectorale crie : vive la République ! vivent les ministres : La claque épiscopale crie : vive au lait pients par un badigeonnage Monseigneur, à bas les Francs-Maçons ! Rue de chaux qu'on enlève en brossant Victor Hugo il y a eu une bordée de sifflets mais pas de projectiles. au moment de les mettre en usage. La police a iait une vingtaine d'arrestations Récemment on a employé pour la qui n'ont pas été maintenues. L'archevêque se conservation des tonneaux, un bain trouvait en tournée dans le diocèse : c'était prudent. de vapeur surchaufiée fournie par Un dîner indigeste a eu lieu à la préfecture, un générateur et introduite spécial pendant le charivari de la rue. Il a été suivi d'un bal. par un tube en caoutchouc. Alger soit le procédé Quelque employé Dans une raffale qui a -soufflévendredi au soir, il faudra tenir les un chaland à bord duquel dormaient quinze ou pour le nettoyage, dix-huit portefaix indigènes et un européen, est dans des caves bien saines, récipients parti en dérive et s'est échoué en chavirant sur sans excès d'humidité le musoir de la grande jetée où tous ont péri. et sans mauTonkin vaises odeurs. On signale l'apparition de nouvelles bandes Le soleil ne devra point y pénétrer, de p'nates chinois. En même temps, on a saisi ' des correspondances qui prouvent la connivence mais l'air à certaines heures y circude personnage; r.vnan-iiîcs influents avec le? lera librement. Aucune pièce pleine ennemis et un projet de rébellion contre nous. L'état de paci'ktitiov: ;v,onc par M. eic L.i'iessan ou -vide ne doit reposer sur la lerre. encore, depuis îa publicité plus rni'iisoi!g>.-v Grâce à ces précautions, on ne . parait .-Sonnéepar la presse in :épe-.u;,inte ;')la statistique 'S'crapas i'J '.lîuvu uepv.-m T ./\.I.I Hivuicn; î'endant ces deux dernières années ,'Ï3 officiers et les vins seront logés des vendanges ont été tués et ''l'a blessés. On n'a pas de cbilfros dans de bonnes conditions. complets pour la Légion étrangère. Le total des officiers atteints pai le feu de l'ennemi peut être évalué ;'-.")('. lin outre 48 officiers ont été cités à l'ordre du jour. INFORMATIONS Lisbonne ne s'accentue Le choléra pas davantage; presParis tous les malades guérissent. L'Espagne que La Chambre des Députés est rentrée en fonc- maintient son cordon sanitaire et la frontière tion. Son premier travail a été la composition n'est pas entamée. Quelques médecins affirment des bureaux pour la commission du budget. que l'épidémie dont on iait tant de bruit n'est C'est M. Rouvier qui eu est le président. que l'influenza sous un aspect nouveau. Les bureaux se trouvent composés de membres Espagne discordants. On redoute des discussions intermi— Les nouvelles de Rome relatives 1 Espagne. nables et finalement un nouveau recours aux à l'allocution du pape aux pé'erins espagnols douzièmes provisoires. conseillant à ceux-ci de reconnaître la-légitimité de la royauté d'Alphonse Xlll ont produit un Emile Henry l'auteur des attentats du café mécontentement parmi les carlistes. Les Terminus et de la rue des Bons-lïnfants a été grand chefs du parti vont, publier un manifeste dans condamné à la peine de mort. lequel ils leront ressortir que l'infaillibilité du chef de l'église ne concerne nullement la polîtiLyon dimanche. qae. . L'exposition est ouverte depuis Les derniers travaux ont été exécutés avec une | C'est pourtant cela qui fait bouillir sa marmite ! agitation fébrile par trois mille ouvriers. A grand

deux

et de propreté les futailles vides et dès à les préparer au bon

que peu abondance

par

et

de

aussi

pallier

MARDI

de se corriger de cette On a tout intérêt à tenir

aujourd'hui, service qu'elles

Des transprix. de ports ensoleillés, longuement vieux fûts ayant servi de réceptacles aux liquides les plus aux divers, ou aux légumes secs, aux volailles

Combien crûs ont dû

quentés par est important

pour emmagasiner récolte devenu

des

pouvait que onéreux. ges

les

ils sont généralement abanvinaires, donnés après un service temporaire aux intempéries du grand air ou remoment d'un noulégués jusqu'au vel emploi, sous des hangars fré-

vmaire

dernière

Centimes

CINQ

ou trois

coups de pistolet inférieur et le courant

par d'air

—- La leçon a été dure, dit-elle, mais elle me sin, le vicomte Gaston de Méricourt. — Vous avez enûn suivi mon conseil,ma chère profite™- Je n'aimerai plus. Elle s'éloigna chancelante et le coeur navré. enfant, lui dit madame de Voivic, qui était venue : . — iAh çà ! qu'est-ce que cela signifie ? dé- la visiter. Vous venez de faire un mariage de (Svitc) — Avez-vous entendu ? dit M. de Guybé ; mandà.M. de Guybé saisi de stupeur, raison. — Cela signifie que cette charmante Céleste — Non pas, madame, c'est une erreur. -il y a là quelqu'un qui nous, écoute ! Je'saurai — Quoi ! vous aimez votre mari ? -: • et était folle de vous, mon cher Don Juan, .. qu'elle qui ! — Depuis un an. Il voulut s'élancer, mais madame de Volvic vous déteste maintenant. Je -l'ai guérie de son — Et... c'est de l'amour ? le jetint de nouveau : amour, voilà ! ^— Sincère et loyal. — . — D: grâce !.restez, murmura-t-ellev ne me: Ainsi, vous vous êtes moquée de moi ? ' — Franchement, je ne croyais guère qu'après C'est une perfidie, une trahison ! compromettez pas ! — lie m'aimez l'aventure de la terrasse... Vous vous souvenez ? Bah ! vous vous fâchez ! vous Elle retourna vers la charmille. Il y eût alors — A merveille. Mais pour une déception, si un'moment de silence prqjond, puis un cri se donc plus ? — vous en veux sérieusement. cruelle fit entendre. 'Non, je qu'elle puisse être, la jeunesse n'abdique — — Ah ! la pauvre petite, elle est évanouie ! Fiez-vous donc à l'adoration des hommes ! pas son droit d'être heureuse en aimant. Tous les hommes. Dieu merci ! ne ressemblent pas à donc ? demanda anxieusement M. de —"Qui Quelle folie ! — M. de Guybé: Adieu, coquette ! Guybé, — Alors, votre mari ?.. — Adieu, séducteur ! — Géieste ! cette chère Céleste ! Venez vite, — Mon mari, madame, est un .homme de Et, furieux, M. de Guybé se Mta de regagner monsieur, et secourons-la. coeur. Mademoiselle de Saint-Aignan ne tarda pas à sa barque. Ses rames frappèrent l'eau à coups •— Il y en a donc comme cela ? Peuh ! je. se renreprendre connaissance. Lorsqu'elle put précipités. dre compte de "sa situation, elle'salua froidement Accoudé sur le balcon, madame de Volvic le crains que ce ne soit encore une illusion. Céleste sourit finement. M. de Guybé puis, s'adressant à madame de regardait fuir.; Elle riait. • Deux ans — Une illusion, soit ! répliqua-t-clle ; niais son couVolvic. plus tard, Céleste épousait MADAME

VOLVIC

de grâce, ne me l'enlevez pâs,c ar c'est pour moi une réalité de bonheur, et j'y tiens. Madame de Volvic était susceptible ; elle sentit la piqûre du léger sarcasme, et se retira d'un air dédaigneux. Elle ne revint plus chez la jeune femme ; mais elle alla porter ailleurs le scepticisme de son expérience, et sa manie de vouloir désenchanter les amoureux de vingt ans.

FIN


plus mal fait son affaire qu'un autre ; un borgne vaut toujours mieux qu'un aveugle.

RECULADE

Crime

d'Orthez

« — Dans notre pays où tant d'honnètes"gens peinent pour gagner leur vie, on fait toujours la chevaleresque sottise de se laisser guider par le sentiment en face des malfaiteurs et des fainéants, i) C'est par cette observation si applicable à l'Algérie, que notre confrère le Démocrate. Libéral. d'Orthez, commence le récit del'assassi- , nat du gardien de la prison Moula, perpétré par trois prisonniers récidivistes laissés en communication, preiiant ensemble leurs repas, et sommeillant dans un dortoir commun. Ouand vers.J_heures du soir, la femme du geôlier occupe clansle preuu, vmi ouvin-ia (/vnte de cette salle pour y introduire les prévenus, ceux-ci se jetèrent sur elle, l'étranglèrent, la piétinèrent et la laissant pour morte allèrent audevant du.-mari, l'assaillirent et, malgré sa résistance parvinrent à l'étrangler. Après quoi seuls dansai prison, ils mirent tout au pillage emportant environ 1.200 fr. Ce ne fut que le lendemain -matin à "J heures, que le concierge de la mairie entendit les plaintes de la dame Moula qui ne donnait plus que quelques signes de vie. Le cadavre du geôlier était déjà froid. Les assassins ne pouvaient prendre d'autre direction que celle de la frontière d'Espagne dont l'un ancien contrebandier, connaissait les défilés secrets. Mais signalés partout, leur piste fut constamment retrouvée. Au troisième jour ils furent arrêtés par la brigade de gendarmerie du Pont de Nay, qui en deux heures les ramenait par le chemin de fer à Orlhez. La population qui n'a jamais vu de crime dans ses murs, était furieuse et vouh.it lyncher les assassins de Moula, depuis douze ans leur concitoyen. On vient de lui faire des obsèques très honorables où toute la ville assistait. Le ministère a envoyé un secours immédiat à la veuve dont l'état est rassurant et aux deux*fillettes de l'honnête serviteur. Moula avait 59 ans : c'était un homme robuste encore et si les assassins n'avaient pas été réunis contre lui, il les aurait individuellement maîtrisés.

VARIÉTÉS LA

COTE PRÉSIDENTIELLE

Il y a en ce moment grand énioi sur le turf de la politique et les paris sont ouverts pour ou contre les postulants à la présidence de la République, les pouvoirs de M. Carnot expirant le 2 décembre prochain. Une véritable cote est déjà organisée : on prend actuellement Carnot gagnant, Brisson placé. Voici, d'ailleurs, les noms des concurrents mis actuellement en avant par les journaux sportits gouvernementaux et lès chances de succès de chaque candidat dans cette course au trône républicain : Cnrïiol,

grand favori ; on se dira : il "n'a pas

ou arabe nés en 1HO1 et élevés en Algérie et en Tunisie, sans jamais l'avoir quitté, n'ayant jamais gagne un premier prix jusqu'au moment des engagements. Dislance 2.000 mètres. Entrée ioO fr. S'il y a moins de 5 chevaux engagés le prix sera réduit à 1.500 fr. dont 300 fr. au deuxième et 150 ir. au 3e. Sixièmecourseà 4 heures

Prix delà 1.500 fr. Société, au 1<='' 1000fr. ; au 2«300 fr. ; au 3«200 fr. Course mixte entre Européens et Indigènes, pour poulains entiers et pouliches barbes ou arabes, âgés de 3 ans, nés et élevés en Algérie et en Tunisie, sans jamais l'avoir quitté. Distance ; 2000~mèlres. Poids : 57 kilos. Entrée : 100 fr. . TrixfJuIMstre le la BnerreMe la Société Cinquième Courseà 3 heures Ifi Course militaire 2esérie (sléeple-chase pour Gentlemen Riders officier. au premier un objetd'arl offert par M. le Président "Prix unique.: un objet d'arl d'ulilité militaire de la République ; au secondun objet d'arl d'une valeur deoOOjr. le « Sud Oranais. )> ' offertpar Pour officiers en activité de service montant, Course de haies : Distance : 2000 mètres en- des chevaux d'armes. Distance 2.000 mètres environ pour chevaux entiers et juments de race viron. Tenue militaire. barbe ou arabe, nés ft élevés en Algérie et en Septièmecourseà 4 heuresIfi. Tunisie, n'ayant jamais gagné dans les courses classées. Les jockeys et gens à gages sont exSSATTC'âH.entre Ani-éi-ji-aîu piir sang anclus. Entrée, 25 fr. Poids unique : 65-kilos. Les glais appartenant ni M.Smith, 8'3 kilos et chevaux avant gagné dés courses de gentlemen £''é4I«aa» anglo-arabe à M. Torra 75 kilos. porteront 2 kilos de surchage par course gagnée Course plate, dislance : 4.500 mètres. Sixième coursea 4 heures Huitième courseà 5 heures BîA'B'CTtt entre IBoustZon appartenant à M. Prix du Maire de Bel-A bbès, 400 fr. Le baron dé Gaie, 75 kilos, et 'VeiiBslaiiîjïreiiii' un xAu d'art de 300 ff: : — premier objet à M. Smith 80 kilos. Course plate, distance : " • au secondun ohjcl d'arl de 100fr. 2.300 mètres. : Courseau trop allclé : pour propriétaires et Septièmecourseà 4 heures Ifi amateurs de l'arrondissement. Distance 3.000 Prix du Ministre de la Guerre et mètres (2 tours). Poids des voitures 200 kilos. Tout cheval ayant gagné une course classée au de la Société, 325 francs. trot est exclu. Entrée 25 fr. Course militaire de 3e série (sleeple-chasê clK_.eiivièmc ' course à 5 heures Ifi pour sous-officiersj Prix de Consolation : 850 fr. au premier un objet d\irl d'ulilité militaire de 150 fr. ; au secondun objet d'arl d'ulilité militaire Au 1<-''500 îr. ; au 2° 250fr. ; au 3<= 100 fr. de MOfr. ; au troisième un objet d'art Course chevaux et pour juments ayant pris d'utilité militaire de 75 ir. part aux courses classées et n'ayant gagné aucun Pour les sous-officiers de l'armée active mondans les deux journées. Distance : 2.20D tant des chevaux de troupe. Poids commun : 75 prix tour 1/2. mètres,! kilos. Distance :1500 à 1800 mètres. Tenue militaire. Pendant les 2 Jours'de courses Huitième Courseà 5 heures LE PRIX DU MOMENT Prix du Conseil -Municipal,1.000fr. ( * rfiflf BAL GRAND et de la Société Hippique, 500 fr. j i-OuUi. Tant qu'un jeune galant désire. Sur la Place des Quinconces A la beauté qui le ravit au 1e'-1000fr. ; au 2«300fr. ; au 3« 200 fr. I"i'3x rt'jîs»lr«e : S iVaac par cavalier Il a mille choses à dire, • Course mixte entre Européens et Indigènes, Son discours jamais ne finit : pour chevaux entiers ou juments barbes ou araMais, dès qu'il a signé certaine clause, bes, âgés de 4 ans et au-dessus, nés et élevés en Des jolis mois'la source se tarit ; Algérie et en Tunisie. Distance: 3.100 mètres est Sa bouche close. environ (2 tours); Poids.- 4 ans, 57 kilos : 5 RÉCLAMATION Tout est dit. ans,-61 kilos ; 6 ans et au-dessus, 62 kilos. " /.: Tout cheval ayant gagné, portera lkilo de surQuand votre fille devient grande, : fr. 1.000 concurrence Nous sommes invités à la chargé par gagné jusqu'à publier Mère, ne la quittez jamais ; de 8"kilos. Tout cheval ayant gagné 20.000 fr. C'est un soin que je recommande réclamation à l'ausuivante présentée est exclu. Entrée 100 fr. Contre mes proprés intérêts. torité supérieure par un groupe de proCraignez qu'amour près d'elle, ne s'arrête ; Deuxième Lundi 7 J"'-'"1* *"""""' -'-''' '"«p dans son récit : , Journée,priétaires de notre région et nous ne 1 ournez la tête, Première courseà 1 heure Ifi. Tout est dit. ; saurions à Monsieur le trop réclamer Prix des 400 fr Filles, qui craignez le dommage Communes, Préfet de faire 'droit à.leur dejuste Que les amants peuvent causer, au premier 393 fr. ; au sesond-103 fr. mande. -, Résistez au premier langage , Course de fellahs : Distance :' 3.000 mètres Dont ils veulent vous amuser. MONSIEUR LIS PRÉFET, environ (2 tours), pour chevaux entiers ou Si vous tardez, votre péri! redouble ; juments de race barbe ou arabe, nés et élevés De son flambeau l'amour vous éblouit : Nous avons eu plusieurs fois l'honen Algérie et en Tunisie, âgés de 4 ans et auQuand l'oeil est trouble neur de taire connaître à M. l'Adminisdessus. Tenue et harnachements Tout est dit. Indigènes. trateur et à M. le Préfet, Poids libre. Entrée : 25 fr. Les jockeys de proce qu'il y PANARD. avait de contraire fession sont exclus. Est également exclu tout aux intérêts de là cheval ayant appartenu ou appartenant à un des Colonie, en choisissant l'époque semailles pour l'aire opérer les prestaEuropéen. tions. Nous indiquions Deuxièmecoursea 2 heures les mois de et. d'Octobre comme Courses t Septembre Bsl-Als l'époPrix de la Société : GOO Ir. aux colons pour que la plus favorable au premier 450 fr. ; au second 150fr. l'aire ces travaux. Première Dimanche 6 Journée, Courseau trot monté : pour chevaux entiers et On a sans doute voulu tenir compte juments barbes ou arabes nés et élevés en Alo-érie de nos doléances puisque nous venons 'Première Course,à I heure-1fi et en Tunisie âgés de 3 ans et au-dessus. Condi- de recevoir la feuille d'avis pour les tions du code de la Société d'Encouragement exécuter avant le '15 mai prochain. Prix des Commîmes, 400 fr. l'amélioration de la race barbe en Algérie. pour Ce délai est déjà par trop court. Tout cheval ayant gagné 20.000 fr. est exclu. au premier 300fr. ; au second 100.fr. Entrée 40 fr. Distance : 4.000 mètres. de cela, l'AdMais,indépendamment Course de fellahs : Distance : 3000 mètres Troisième ministration retombe dans la môme course, à 3 heures environ (2 tours), pour chevaux entiers ou., Ifi difficulté en choisissant une de race barbe ou nés et époque élevés, arabe, juments de.travaux 1.200 Ir. en Algérie et en Tunisie, âgés de 4 ans et aupressants pour le colon : Compagnies, Frixjûes Celle des fourrages dessus. Tenue et harnachement Indigènes. Poids immédiatement au premier 1000 fr, ; au second 200 fr. libre. Entrée : 25 fr. Les jockeys de profession suivie'de celle de la moisson. . Course mixte entre Européens et Indigènes., sont exclus. Est également exclu tout cheval En aurions-nous le outre, temps de. pour chevaux entiers et juments de 3 ans et-auayant appartenu ou appartenant à un Européen. faire les travaux de nés et élevés en et en "prestations que dessus, Tunisie. Algérie nous ne le pourrions, Deuxième ourse à 2 heures devant , Distance : 2.200 mètres environ. Poids 3 ans, puisque, 53 kilos ; 4 ans, 64 kilos ; 5 ans, 66 kilos ; 6 fournir u n certain . nombre de mètres Prix 600 francs ans et au-dessus, 67 kilos. Entrée 90 fr. Tout cubes cle pierres Malvu, les dures, cassées, les aller chergagnant portera une surcharge d'un kilo par 1000 endroits où il faudrait au premier 450 îr. ; au second 150 fr. concurrence de 8 kilos. Tout cheval cher les plus -à proximité du lieu Course au trot attelé : Pour chevaux entiers, fr., jusqu'à 20.000 fr. est exclu. ayant gagné indiqué pour les déposer, sont couverts barbes ou arabes, nés et élevés en Algérie et en de récoltes sur pied. Quatrième courseà 3 heures . v Tunisie, âgés de 3 ans et au-dessus. Distance : , 4000 mètres environ. Entrée : 40 francs. Poids Pour ces très nous Riders justes raisons, Gentlemen libre. Tout cheval ayant gagné 20.000 fr. est au avons l'honneur de vous priéi;, Monsieur ' ' - exclu. . un d'art M: le Président . premier objet offertpar le Préfet, de-faire renvoyer l'exécution ' de la République.; au secondun objet d'ar4 Troisième Courseà S heures Ifi de ces prestations.apres"la récolte des offertpar le «.Sud Oranais » et Octobre, céréales,-', en Septembre Courseplate : Distance 1.600 mètres environ à laquelle on peut aller librePrix duMinistre derAgriciilture71.500 iï. (1 tour) pour chevaux entiers et juments de ra- époque ment clans les .champs sans. commetire: ce barbe ou arabe nés et élevés en et en Algérie au 1er 1000fr. ; au > 300fr. ; au 3'e200 fr. de dégâts. ...•'." Tunisie n'ayant jamais gagné dans l'es courses Course mixte entre Européens et Indigènes, classées. Les jockeys et gens à gages sont exclus. Veuillez nous Monsieur permettre, pour chevaux entiers ou juments de toutes races, Entrée 25 fr. Poids unique 65 kilos. Les che- le Préfet, de.vous en même signaler -de 4 ans et au-dessus, nés et élevés en Algérie vaux ayant gagné des courses de ..gentlemen porce qu il y a d'inj uste pour nous,, temps, teront 2 kilos de et en.Tunisie. Distance : 4.500 mètres, environ surcharge par course gagnée. colons de la section de M.ekatria(SidiCinquièmecourseà 3 heures Ifi (3 tours). Poids-: 4 ans, 57 kilos ; 5 ans, 62 de nous obliger "à faire nos Daho), kilos ; (j ans et au-dessus, 63 kilos. Entrée ; 100 l'an dernier sur le chemin prestations, fr. Tout gagnant portera une surcharge dé 1 kilo DEÎtBY DE BEL-ABBÈS, 2.000 fr. d'Arbal à cette année sur Aïn-Khial, par 1000 fr. gagnés jusqu'à concurrence de 8 au l«r 1.300 fr. ; au> 500 fr..; au 3^ 200 fr. le chemin» de grande kilos ; Tout cheval ayant couru sans jamais communication - Course mixte, entre avoir gagné de 1er prix, sera déchargé de 3 n° 10, de Bel-Abbès à la mer, à enviEuropéens et Indigènes kilos. pour poulains entiers et pouliches de race barbe ron. 14 kilomètres 1 de nos fermes, sur-

Plusieurs insiItrâsson, trop solennel ; ne parviendra pas journaux parisiens nuenl. que te ministère alarmé de son au poteau d'arrivée, parce qu'il aura pleurniché les sacristies, a pas de clerc contre en route. t'ait proposer un arrangement avec M. sale bête hargneuse qui Comité archevêque Casîinir-Perier, de .Lyon. Les ministres devant aller à Lyon l'aire l'ouses ruades des sauts en avant. Organi- • prend pour verture-de serait une république protestante, réactionnaire. "l'exposition craignent que l'Oint du seigneur envers lequel ils Arrivera brohendownet avec une mauvaise mine ont sévi par inadvertance, leur procu— pas celle d'Anzin. re une réception aux"* sifflets et aux de choux. 11 faut avoir vilaine pouliche auvergnate sans trognons Bïnjsny, connu combien est Lyon et savoir fond. Se croit des aptitudes pour le grand-prix l'influence" cléricale dans puissante présidentiel parce qu'cllea gagné en un jour de diune moitié de la population compour setteet faute de concurrents, le prix de la Sonnette la frousse prendre ministérielle, de la Chambre. Nous donnerait une république Casimir Perrier aurait son envoyé de goujats et d'amis de faussaires. sous-chef de _cabinet au-devant du traiter prélat irrité ; mais voudra-t-il I/amiral (Servais, amiral rétif, a gagné avec un si mince personnage ? la course de Cronstadt, c'est vrai, mais un autre Voilà ce qui inquiète.te ministère. aurait aussi bien fait que lui. Amontré son vilain De son côté le prince' de l'Eglise caractère à la commission d'erfquête sur la matient bon contre tous ces parpaillots traite de comédiens. II a naturelrine. Avec lui, ce serait la république-du sçronqu'il, lement l'appui du Saint-Père : Celui-ci gnieugnieu et du coup de sabre : performances aurait dit ànotroambassadeur à Rome, fort peu goûtées à notre époque. la soumission des qu'il n'accueillerait CHalICEaiel-Koeoiix dit Lacour, hongre ministres que contre l'élévation de M. Gouillé au cardinalat. et sénatorial,-borgne podagre, Sacs crédit dans us et coutumes de notre les écuries gouvernementales, quoique élevé D'après les. ce serait à M. Carnot de république, depuis longtemps sur le fumier du Luxembourg. lui poser le chapeau. De généalogie afffictive et infamante. On en est là : l'exposition va s'ouFinira comme conducteur de tombereau, à vrir et les trognons de choux sont moins qu'il ne prenne place à l'intérieur. prêts. Bon pour chez Macquart. République, ma inie, N'aslumontré lesdcnts.quepourcellehifamie? A. H. M. {L'intransigeant) DU CRU Le

Quatrième Course à 3 heures


de M. le capitaine Coinlement pour aller tenir lion tion de 50 0/0, sur les prix ordinaires des places n " à Baya. au"Tarif plein. au JÎ a"' garnison ^ cet effet, des billets spéciaux direis, aller A fJI — Le —;—— Arrivée. 4e escadron du 2e régiment et r, seront délivrés surSidi-Bcl-Abbès, dans retour, do Spahis venant d'Aïn-Sefra sous le commande- les de jes conditions suivantes : inc du capitaine Lamlîtrl esl arrivé ce malin ment \j1° Par toutes les gares de la section du Tlélat av< lous ses bagages. avec à^ Sidi-Brahim gj : du train 1, du samedi 5, au train Ces cavaliers ont'défilé en bonne tenue ; boni- 5 du d lundi 7 mai. <»< et chevaux paraissant très dispos : à 10 lieumes 2 Par toutes les gares de la section de Chan2° a's ils étaient au quartier où il vont rester en zy à; Ras-el-Mà : du train 10 du samedi 5 au res mèi train du dimanche 6 mai ; même ga "garnison. : 'i3° Par toutes les gares de la section de Sidiï»!i'»li«5té. — A partir du l0,'Mai, le jourJJ'.' Lhassen à Tlemcen ; du train 2 du samedi 5, au na d'Oran «Le Petit ^Africain-»devenu quotidien, nal m-' même train du lundi 7 mai ; ;Yi heures du soir. Notre confrère GraP:1 paraîtra ^ Par les gares, comprises entre Oran-Kar4° Tf) mont, rédacteur en chef, s'esl assuré la collabo.'"' et Arbal : du train 12 du samedi 5, au °(rm ration de M. René Viviani, député de Paris el guentah train ^ 2 du lundi 7 mai ; | ^ comme on sait, algérien de naissance. ':5" Par les gares comprises entre Relizane et la Un Ma Mare-d'Eau : du train 33 du samedi 5, au train \ Chaque semaine on pourra donc y lire un .... itl article ou une correspondance qui n'auront point 11 du lundi 7 mai. <1 Les coupons de retour de ces billets seront " i: p; passé par les élamines de la publicité el qui n' n'émaneront val valables pas de l'usine gouvernementale. jusqu'au dernier train régulier de voyaj Nous félicitons notre confrère d'avoir ainsi geurs -\ gei du mardi 8 mai, inclusivement. élargi sou envergure et nous .souhaitons que ça Ars'êté. — Au moment du tirage on nous jjlui rapporte honneur el profil. 1' ' co l'arrêté sur la police des Courses communique p'n llU Sî«lî-.'Ej3ïass»M. — Le petit François Vog dont nous—extrayons ce qui est le plus urgent. Art. 1. Les 7 H 6.et mai, après h."l/2.du A: de 3 ans, perdu vendredi à 3 heures, peuâgé ; ni: cavaliers et ^voitures allant aux courses matin, d= que ses parents étaient occupés à sarcler daiil su suivront la droite de la chaussée â la file, allure I d. un champ de blé, a élé retrouvé dimanche dans ' m' à midi à 7 kilomètres du village près la renne modérée. — A hauteur du champ de course, Béial, grâce à l'initiative très honorable du Maire .. Art. tl. LOCALE CHROlVIQUE \de Sidi-Lhassen qui avait invité toute la popula- ils prendront le sentier à droite menant au vi-== - §' gnoble Perry, longeront le chemin de fer jusqu'à li à faire des recherches dans la campagne. lion la porte d'entrée. Au sortir par le chemin ru'al BIsjijiodlB'rtstss. — Les fêles hippiques apMalgré deux jours el deux nuits passés en plein aboutissant à la route de Tlemcen, il suivroivt ^ prochent el l'hippodrome esl chaque jour visilé' air ., sans alimentation apparente, le -petit marmot ;u la porte du rempart qu'ils prolongeront par des coureurs. Nous publions plus huul le difficile j à apercevoir dans l'herbe, à été retrouvé : jusqu'à ^ à droite rentrer en vilie par la porte de p pour programme des courses qui promettent comme'' intact l' j, el en bonne saule. j) Daya. on voit d'être liés intéressantes. Elles ifiuler— Le Maire l'a fait rendre aux parents qui onl1 Art. III. Des. poteaux indicateurs seront .,'c roinpeul pas le travail des arènes qui se complèà l'entrée et à la sortie. c l'imprudence blâmable-de laisser errer el dorpi placés tent peu à peu. Nos al'licionnés s'en occupent( eu Art. IV — Le prix des voilures de place pour ' dans la broussaille un enfant si petit, donti JJ sans interruption el veulent que la première, mir ~ l un chacal un friand aurait faire sa 4 peu pu pâpersonnes est de 3 fr. avec 1 fr. par passager course de taureaux ail lieu le 25 juin. • si l lure. supplémentaire. Ce jour encore Bel-Abbés n'aura pas de logeArt. V. — Les voitures autorisées suivant Ces de sont : exemples .,l'arrêté du 3 ment pour tous ses visiteurs. négligence fréquents juillet 1877, après avoir satisfait i dans les rues même de Bel-Abbès où ces toutj ; ™ dispositions énoncés auront droit à réclamer aux êtres courent comme des — I pelits poussins. U« sanvsteur Le jeune {iréeose. 60 centimes par place. ._ Juste-S'évilla dont.nous avons cité l'acte de déArt. YI. — Défense absolue d'introduire des voueiiienl dans noire dernier numéro., semble chiens dans l'hippodrome, à peine de capture et État-Civil de Bel-Abbès prédestiné aux sociétés de sauvetage dont ilt cd d'amende. serait aujourd'hui le plus jeune adepte, maiss Art. Vlll. — Aux abords du bal de la société, du 20 au 30 Avril inclus non le moins actif. Il y a quelques mois a Tarcisdes Quinconces, les voitures et chevaux place NAISSANCES sa, tin petit garçon arabe tombait.dans un ptiilss £ pourront passer après 7 h. du soir, r.i par les ne oit il y.avait de l'eau. Le jeune sauveteur vint II Mariem Dray ; Diego Gonzalès ; Paul Guiol ; rues r du Désert, Prudon, Gambetta, Catinat, à son secours, descendit dans le puils à l'aidee Jeanne Bcrgantz ; Dolorès del Pino ; Géronimo^ o^ Clause! C ; de la riie de Mascara au boulevard de la corde que retenait son frère el lia ' le petit'' i- du ......... çj sud. Garcia.; Filoména Navarro ; llahma Az.en ; Maarabe qui put être remonté. rie Rodrigucz ; José Avellaneda ; David Bcnsoust >T Les services de la police, de la gendarmerie ;_ san ; Béatrix Flores ; Marie Carrasco ; Clémen-i- et e les gardes champêtressout chargés de l'exécuUne autre fois plus récemment, allant en clasil i de l'arrêté. entendit crier d'une dans le ce Boumendil ; Pascuala Soria ; juan Granados ", ; tion se,, porcherie laquelle était tombé un petit enfant de moins de 5 uns is Antonia Fuentcs ; Blanche Ancel ; Joseph Gila-. Taxes ]ÏIna>icrl3»al«8. — ^4uis. Le Maire que deux porcs dévoraient. 11 courut prendre:•(• bert ; José Pcrcz ; Jeanne Garriga ; Aimée Rps ;, l de la Commune de Sidi-Bcl-Abbès, informe ses un bâton pour sa défense et pénétra résolument ni Mariano Haro ; René Solari ; Gustave Spat '.' '; . c concitoyens que le rôle des loyers et prestations , y dans la porcherie ; mais la petite victime était [il Isabel Gazorfa ;;4Indigènes.-, pour l'année 1894, rendu exécutoire par M. le morte. Les cochons lui avaient dévoré un bras. s. DÉCÈS '-'--. ] Préfet; à la date du '11 Avril 1894,. est niis eii Voilà tin petit gaillard qui promet : on ferait nt di recouvrement à dater du 25 Avril courant. Joscfa Diaz 66 ans ; lis r.Ja mort-né ; Joseph bien de stimuler celte émulation. En conséquence, les contribuables sont invités 54 Djian 35 ans ; Francisca Mora épouse Niéto 64 ans ; Nouna Sayagh 77 ans ; Thérésine Strupiéé- â; se présenter au bureau de M. le Receveur —— kowski 10 ans .Manuel Urios 10 ans l'iiîo» «!?.•!>Vitmmes «le Franwi se Municipal pour acquitter les termes échus de ; ; josé Monsieur le docteur Mongeard fera à ITlôlol-dee- Alcnda 3 mois ; Léon Auguste Lemazurier 49 19 leurs cotisations. Yille une conférence aux membres de l'Union, Un délai de trois mois est accordé aux contriIII ans ; Juan Martine/. 413ans ; Manuel Andujar 56 >6 le vendredi 4 mai, à 2 heures. Elle sera suivie 'lii ans ; Antonio Rojo 34 ans ; Jpa.-|uin Barranco 19 ['.) buables qui se prétendraient surtaxés ou indûd'une séance de coulure. ment imposés, pour présenter leurs- réclamations jours ; Jacques Poutch 78 ans ; 5 Indigènes. à dater du 25 Avril au 25 Juillet 1894. MARIAGES • es •Vél«»vi]i&i!isl4*f!i. — Il y a des vélocipèdes Toute réclamation qui sera produite après ce Ricardo Abad et Juana Torres ; bien conduits et d'autres qui paraissent toujours irs sera rejetée sans examen, quelque fondée délai, incertains de leur voie. Ceux qui les mènent :nl José Espinosa et Antonia Garcia. d'aillenrsqu'cile puisse être. (braient bien de prendre leurs leçons en pleine »e Les réclamations seront remises à M. le SousPUBLICATIONS campagne el non dans les rues tle la ville où le. Prdct, accompagnées de pièces justificatives, de et Ana Maria Roincro Geronimo Segura ; pins souvent à l'entrée de la nuit, ils négligent la quittance des termes échus, et enfin de l'aMercier Marie Donnadieu et: ; Adolphe de se munir de lanternes. vertissement que M. le Receveur Municipal aura Joseph Blasco et Maria Ginez ; fait parvenir aux contribuables. Il existe des arrêtés contre le surmenage des '<-'S Manuel Martine/, et Trin'idad Canadas ; Un délai d'un mois, à dater également de la chevaux el la vitesse exagérée des voiluress 5; Prades et Louise François Alguicr ; mais l'allure des vélocipèdes n'S encore élé soupublication du rôle, est accordé aux contribuables >nz José Fuentcs et Elcna Folgado, mise à aucun règlement. pour faire, à la Mairie (Bureau de la Voirie, l'-r mmn — étage), la déclaration d'exécuter leurs prestations — Demain malin en nature. Cette déclaration devra être accomni» révlsîoi». Conseil Marche des Trains commenceront à la mairie de Bel-Abbès £les pagnée de l'avertissement. ~ lus opérations du Conseil de révision dont nous Ayis. — Le Préfet du département d'Oran a J.._ A partir du l',r mai prochain les heures de déavons dés longtemps annoncé la date. • l'honneur de porter à la connaissauce du public part et d'arrivée des trains seront modifiées ainsi 11est du plus grave intérêt .pour les jeunes les concours d'entrée dans les huit Ecoles .que ncf? qu'il suit, pour-ce qui concerne Bel-Abbès : de Commerce ci-après désignées, gens de la classe de se trouver présents à l'appel supérieures Le lor train d'Oran le matin arrivera '1', partant de leur nom afin d'éviter'toute espèce d'ennuis. 11S- à 8 h. 58 à _ seront ouverts cette année, le Lundi 8 Octobre: Bel-Abbès,% repartira à .9;06 pour'.. « Ecoles Supéiieures de,Commerce de Paris, ., où il arrivera à 11 h. 33. matin. " Tlemcen, du, s. — Dimanche, . Irfs Frà-iS . « de Pj'Oïeniçau Bordeaux^ du Havre, de Lille, de Lyon., de Le train de Raz-cl-Mâ quittera -Bel-Abbès',' à -I les joyeux enfants de la Provence se sont réunis « Marseille ; * à 9 h. 30 du matin arriver Raz-el-Mîvà 1 h. pour u]iS. en nombreuse compagnie à.l'Hôtel Continental Illal « Ecoles.des hautes études Commerciales, de '-." 40 du soir. dans un dîner de confraternité. «Paris et Institut Commercial de Paris. » Le train spécial du jeudi quittera Bel-Abbès ..à ' Ces écoles ont été reconnues par l'Etat, cn « Le repas futfort honnête , h. du soir arriver à à /,Q5 Ôâ pour Chanzy 6 h. :40.; ,V: exécution de la loi du 15 Juillet 1889 et dèli« Rien ne manquait au festin. » Le deuxième train partant d'Oran sera à Bel- , vrent en. fin-d'études, des diplômes supérieurs Abbès à niidi 50 et le troisième arriveComme bien on pense, le V.alel de rétablisse-minutes, SSGdonnant droit à la dispense du service militaire ment a tenu haur la hampe, le drapeau delà e ]a' ra-à Bel-Abbès à 4 h., 52. ri actif prévue par la loi sur le recrutement. . Le train du soir à Bel-Abbès lit!]. quitte Oran, passe vieille cuisine provençale, el, après une bouillahSont admis à concourir, tous les jeunes gens Qj" besse inimitable partout ailleurs que dans les à "8 h. 06et arrive à Tlemcen à 10 h. 38 dasoir. ^e ^ ans r^vo'vs au f(!r Janvier 1894 ou ^°~s train du Le venant deTfemcèn titte matin, cités d'Aix, Toulon ou Marseille, ont défilé l0Ut tout quitte obtenu.du Ministre du Commerce unedisayant 29. les plais tic réputation dans les bouches ju du Tlemcen à 5 b.. \ 7, passe à BêFAbbès-à 7 h.. a-q' dans .les conditions"réglementaires.. pénse-d-age à 7 h. .38 et arrive au:'Tlélat à 9 h. i(C Rhône. 16,' repart demandes d'admission aux Concours, avec '.Les prendre le. train d'Alger. Les bons vins ont suivi, les chansons lestes et pour les pièces à l'appui, devront être adressées aux Le train du soirà 3 h. 47 de Tlemcen itcn ,s, part n'en cn Directeurs des Ecoles, avant le -23 Septembre gouailleuses onl eu leur tour. A la fin on 11 ,h. passe à 6 h. 44 à Bel-Abbès et en repart à 7i''"" voulait plus démordre. 1894. 09 pour arriver au Tlélat à 9 h. 06 du soir, Les programmes et conditions.des Concours, j„ La joyeuse compagnie se montre très satisfaite faite à —Un train partira midi huit minutes de j" sont lès mêmes pour les huit écoles ; on peut de celle radieuse soirée, et fait publiquement nenl Bel-Abbès sur Oran, et un autre-à 4'h. 15 du se les procurer en s'adressant ou en écrivant au des compliments-à M. Philippi, l'excellent hôtelier .'lier soir, toujours sur Oran. du Continental. oste Ministère du Conimerce, de l'Industrie et des linfin le train de Raz-el-Mà quittera ce poste s, à Postes et Télégraphes, (Direction de l'Enseigneà 2 h. 40 du soir, pour arrivera Bel-Abbès ment industriel et commercial, n° 80 rue de — " Le général du Génie Fritz Fritz 6 h. du soir. Bstsj»ae4îrt3». .. :^_ Varennc). Dillan cii tournée d'inspection est arrivé avantPour les conditions de scolarité et de pension hier à Bel-Abbès : il osl descendu à l'hôtel. à chaque école, s'adresser aux Diparticulières Continental el en est reparti hier au soir pour ;ôoS".-' COMMUNICATIONS recteurs-des établissements. Tlcmcen pa.r le-Ira'iii de 8 heures. •' ~~' ~ ~ ~À l'occasion des Courses d s Bel-Abbès,>ès, _7 . / — Un détachement d'environi 70 qui auront lieu les 'Dinanche 6 cl Lundi 7'M'ai Une Héjtari." -iBime lemm« T«S5^^i!Spnrr.ffi,,r \Kr 'M\94, les .-compagnies de Paris-LyotvMéditerrahommes delà l™ compagnie de dépôt dun 1'!'' ^ HH'ii.l née et de l'Ouest-Algérien accordent une réducducS'adresser au bureau du journal .Etranger est parti hier sous le commandement

une route où nous ne passons jamais, alors que nous n'avons pas un seul chemin praticable dans notre section. Même avec une charrette à vide nous ne pourrions, à cette époque, nous rendre sur la route n° 10 ; le chemin n'étant qu'une suite presy conduisant de sources et de que ininterrompue et glaimarais, dans des ferres fories seuses, où les chevaux s'enfonceraient ventre : — Ce qui est déjà jusqu'au arrivé. . En un certain ce chemin a endroit, même en partie en glissant disparu dans le ravin. Dans l'espoir qu'il vous plaira* de faire bon accueil à nos réclamations; Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l'assurance de nos sentiments respectueux. MM. A. NICOLAS; DURAND ; C. 1,. D. LEPLUS LAMBERT; ; C. DURAND ; MORJN ; A. GUIS; E. MO-: REAU ; E. TOGAN1ER ; FLAMAND ; L. - TOCAN1ER ; GA VILLON. , . -,.. „, .


Le Gérant

certifie à la somme de n° l'insertion

Vù pour Le Géroenl+

T<^ j?)

la légalisation

de la Signature Sidi-Bel-Abbès, le

de M. E. ROIDOT, ."".' Le

Maire,

Gérant, 189


Le Messager de l'Ouest. Journal de l'arrondissement de Sidi-Bel-Abbès. 010594  

La vie de l'Amicale des Anciens de la Légion Etrangère de Montpellier et Environs...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you