Issuu on Google+

RAPPORT ANNUEL 2006

Innover chaque jour


M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


SOMMAIRE

Message du Président

48

ANTENNE M6

50

Produire

52

Informer

du Groupe

56

Accompagner

7

Dates clés du Groupe

58

Divertir

8

Carnet de l’actionnaire

60

S’amuser

Chiffres clés

62

Rêver

Message du Vice-Président

66

Partager

des antennes et contenus

68

CHAÎNES NUMÉRIQUES

16

Faits marquants

70

Télévision de complément

18

Audiences

72

22

Année publicitaire 2006

74

Paris Première

76

Téva

2

du Directoire 4 6

12 14

Gouvernement d’entreprise Dirigeants des principales filiales

du Directoire, Directeur Général

26

28

34

M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

82

Pôle Interactions

86

Pôle Interactivité

92

Pôle Droits audiovisuels

96

Pôle Vente à distance

100

M6 Music

78

TF6

développement économique

79

Série Club

Responsabilité sociétale

79

Fun TV

Football Club des Girondins de Bordeaux

102

CANAL+ FRANCE

104

RAPPORT FINANCIER

107

Rapport de gestion

155

Informations financières

225

Informations juridiques

W9

78

Responsabilité en matière de

80

et environnementale 42

Responsabilité en matière sociale

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

1


MESSAGE DU PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE

Une nouvelle année de croissance Le Groupe M6 a battu en 2006 ses niveaux records de résultats en 2005. Ainsi, le chiffre d’affaires consolidé, au titre des activités poursuivies (hors TPS), s’est établi à 1283,4 M€ contre 1079,9 M€ en 2005, en croissance de 18,8%, permettant au Groupe de dégager un résultat opérationnel courant en progression de 0,8%, à 223,0 M€ contre 221,1 M€ en 2005. Le Résultat Net des activités poursuivies atteint 152,3 M€ contre 151,2 M€, en hausse de 0,8%. Le Résultat Net Part du Groupe, à 408,5 M€, reflète l’impact financier positif de l’opération de rapprochement des activités de télévision payante. Au-delà d’un niveau de résultats records, 2006 a été une année de transformation pour le Groupe M6. Dans un marché toujours plus bataillé et éparpillé, le Groupe a pris des décisions stratégiques pour maintenir et conforter son statut de co-leader de la télévision privée en clair en France. La première décision fut d’investir significativement dans de nouveaux programmes, et en particulier les sports (Coupe du Monde de Football) et le prime time (Prison Break): avec une hausse de 17,1% de notre coût de grille (+5,8% hors Coupe du Monde), le pari était significatif. Nous l’avons gagné : cette année, 132 soirées ont réuni plus de 4 millions de téléspectateurs, contre 90 soirées en 2005. En même temps que nous renforcions la puissance

de la chaîne, notamment en soirée, nous avons réussi l’élargissement de nos audiences en particulier sur le public des plus de 35 ans. La deuxième décision fut d’accélérer la montée en puissance des autres chaînes du Groupe, avec des investissements notamment dans le développement de W9, Paris Première et Téva. Le succès de W9 n’est pas sans rappeler celui de M6 à ses débuts : une chaîne innovante, différenciée, délibérément centrée sur les publics jeunes. Ces développements réussis nous permettent, sous la responsabilité de Thomas Valentin, d’accélérer le déploiement d’une stratégie de programmation multichaînes innovante, et efficace pour nos clients annonceurs. C’est ainsi qu’à la fin 2006, le Groupe M6 pouvait afficher une part d’audience Groupe de 13,6% sur les individus 4 ans et plus, soit 1,7 points de plus qu’il y a 10 ans, alors même que l’offre multichaînes s’est considérablement développée en France, notamment avec l’essor de la télévision numérique terrestre et de l’ADSL. Ces très belles performances en termes de programmes se traduisent par des recettes publicitaires en hausse de 3,9%. Cette surperformance est le fruit du travail en profondeur engagé par les équipes de la régie publicitaire, sous l’autorité de Catherine Lenoble. La régie, s’est en

2 M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


effet rapidement adaptée à la nouvelle donne du marché publicitaire français, en proposant une offre plurimédias TV + Internet. Par ailleurs, 2006 restera comme une année décisive concernant la présence de M6 dans l’industrie de la TV payante en France. Il y a 10 ans, nous participions à la création de TPS, challenger de ce qui était alors un monopole, Canal+. 10 ans après, nous sommes heureux et fiers d’avoir dynamisé ce marché important, et d’avoir poussé à la création d’un groupe de TV payante, Canal+ France dont nous possédons 5,1%. Avec l’opération de fusion TPS/C+, M6 a réglé une question stratégique et peut désormais se consacrer à son métier d’éditeur, après avoir contribué par ses dix années d’actionnaire de TPS à une création de valeur importante. Enfin, en 2006, le Groupe a jeté les bases de son développement à venir dans les nouveaux métiers de l’internet. C’est le sens de notre premier investissement dans le commerce électronique, avec l’acquisition de Mistergooddeal, pleinement intégré au Groupe en 2006. Aujourd’hui, le pôle de Vente à distance du Groupe M6 affiche l’une des plus fortes rentabilités sur ce segment en France, et des taux de croissance élevés. Cet actif stratégique, efficacement combiné avec nos activités de télévision commerciale, a les moyens de devenir l’un des acteurs les plus innovants du commerce électronique en France.

En dehors de la Vente à distance, les autres activités internet du Groupe, plus directement rattachées à notre cœur de métier, ont connu une croissance spectaculaire, et génèrent désormais près de 10% de notre résultat opérationnel courant . Que ce soit les 767 000 clients de M6 mobile by Orange, les 5,2 millions de visiteurs uniques atteints par les sites du Groupe en décembre, nos activités de sites communautaires, les succès de M6 dans l’internet signalent la qualité de nos fondamentaux, et notre aptitude à travailler des marchés en croissance rapide. La puissance de notre marque, notre habitude à produire des contenus de qualité et à générer des audiences fortes, seront des atouts décisifs pour réussir notre développement dans cette industrie.

code génétique : nous sommes un groupe d’entrepreneurs en médias, soutenus par les mêmes actionnaires et partenaires depuis bientôt 20 ans. Qu’il me soit permis de les remercier ici, et tout particulièrement RTL Group, la Compagnie Nationale à Portefeuille, et les investisseurs institutionnels et privés. Avec l’engagement de toutes les équipes de M6, leur confiance est une condition sine qua non de notre performance.

Nicolas de Tavernost

Qu’il s’agisse de l’offre télévisuelle en mobilité, des services naissants de vidéos et programmes audiovisuels en ligne, et de l’appétit croissant des consommateurs pour des contenus et services de qualité (« premium ») en ligne, le Groupe M6 saura se donner les moyens de son développement. Fort de ces résultats, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que le Groupe aborde les prochaines années. Nous sommes résolus à pousser notre avantage compétitif dans notre cœur de métier, la télévision, comme dans les nouveaux médias et services Internet. Cet avantage compétitif réside entièrement dans notre

3 M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


Les membres du Directoire (de gauche à droite) : Nicolas de Tavernost, Thomas Valentin, Catherine Lenoble et Éric d’Hotelans

GOUVERNEMENT D’ENTREPRISE

LE DIRECTOIRE Le Directoire est l'instance collégiale en charge de la gestion du Groupe M6 et de la conduite de ses activités. Nommé pour une durée de 5 ans, il est composé de 4 membres, personnes physiques désignées par le Conseil de Surveillance, salariées du Groupe Métropole Télévision et d’un âge inférieur à 65 ans, et se réunit une fois par semaine. La composition du Directoire est représentative des différents métiers du Groupe M6.

LE COMITÉ EXÉCUTIF Les membres du Directoire Nicolas de Tavernost Président du Directoire 1er mandat: 26 mai 2000 Échéance: 2010 Thomas Valentin Vice-Président du Directoire Directeur Général des antennes et contenus 1er mandat: 26 mai 2000 Échéance: 2010 Éric d’Hotelans Vice-Président du Directoire en charge des activités de gestion 1er mandat: 14 novembre 2003 Échéance: 2010 Catherine Lenoble Membre du Directoire Directeur Général de M6 Publicité 1er mandat: 28 janvier 2001 Échéance: 2010

Le Comité Exécutif, acteur opérationnel de la société, notamment en matière d’anticipation des principaux risques liés aux opérations, se réunit deux fois par mois. Il est composé de 19 membres, dont le Directoire, et il regroupe les représentants des principales directions fonctionnelles et opérationnelles du Groupe.

Les membres du Comité Exécutif Nicolas de Tavernost Thomas Valentin Éric d’Hotelans Catherine Lenoble Bibiane Godfroid Directeur Général des Programmes de M6

Jérôme Lefébure Directeur Administratif et Financier

Christopher Baldelli Président de M6 Thématique

Delphine Cazaux Directeur de l’Organisation et des Ressources Humaines

Régis Ravanas Directeur Général Adjoint des Programmes de M6 Philippe Bony Directeur Général Adjoint des Programmes de M6 Lionel Aboudaram Directeur Général Adjoint de M6 Publicité Bernard Majani Directeur des Acquisitions Émilie Pietrini Directeur de la Communication

Michel Rey Directeur Général Adjoint Secrétaire Général Nathalie-Camille Martin Directeur Juridique Marc Roussel Directeur Logistique et Moyens Techniques Michelle GarriguesFredet Directeur des Systèmes d’Information Karine Blouët Directeur des Relations Institutionnelles Yann de Kersauson Secrétaire du Comité Exécutif - Responsable de la Coordination Présidence du Directoire

4

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


LE CONSEIL DE SURVEILLANCE Le Conseil de Surveillance assure son rôle

Le Comité d’Audit

de contrôle de la gestion de la société confor-

Il examine les comptes du Groupe et les

mément à la loi et aux statuts. Il se réunit

conclusions des Commissaires aux Comp-

aussi souvent que l’intérêt du Groupe l’exige,

tes. Il est composé de 3 membres du Conseil

au minimum une fois par trimestre, et rassem-

de Surveillance, qui ont tous une compétence

ble des personnalités de premier plan.

financièreou comptable, et se réunit au moins deux fois par an. En 2006, il s’est réuni trois

Les membres du Conseil de Surveillance,

fois, et le taux de participation a été de 100%:

nommés par l’Assemblée Générale, sont

• Guy de Panafieu, président,

choisis et reconnus pour leur compétence,

en poste depuis le 18 février 2004

leur expérience, leur complémentarité et leur

(membre indépendant),

capacité à s'impliquer dans l’exercice du

• Rémy Sautter, membre,

contrôle permanent de la gestion conduite par le Directoire.

en poste depuis le 26 mai 2000, • Elmar Heggen, membre, en poste depuis le 22 novembre 2006.

Au 31 décembre 2006, le Conseil de Surveillance de Métropole Télévision comprend

Le Comité des Rémunérations

11 membres, nommés pour une durée de

et des Nominations

4 années, dont 5 membres indépendants,

Il propose les rémunérations des membres

au regard des critères d’indépendance fixés

du Conseil de Surveillance et du Directoire,

par le « rapport Bouton », soit au moins un

examine les plans de souscription ou d’achat

tiers de ses membres.

d’actions et s’assure que la notion de membre

Au cours de l’année 2006, le Conseil de

indépendant du Conseil de Surveillance est

Surveillance s’est réuni cinq fois. Le taux

respectée. Il est composé de 2 membres

de participation aux réunions a été de 80%.

du Conseil de Surveillance, qui ont tous deux une expérience managériale de premier plan,

2 comités spécialisés permanents ont été

et se réunit au moins une fois par an. En

institués au sein du Conseil de Surveillance.

2006, il s’est réuni trois fois, avec un taux de participation de 100%: • Gérard Worms, président, en poste depuis le 26 mai 2000 (membre indépendant), • Gerhard Zeiler, membre,

Les membres du Conseil de Surveillance Albert Frère Président du Conseil de Surveillance Président du Conseil d’Administration du Groupe Bruxelles Lambert (Belgique) 1er mandat: mai 2000 Échéance: 2008 (membre indépendant) Gérard Worms Vice-Président du Conseil de Surveillance Vice-Président de Rothschild Europe 1er mandat: mai 2000 Échéance: 2008 (membre indépendant) Guy de Panafieu Vice-Président du Conseil de Surveillance Senior Advisor de Calyon Corporate and Investment Bank 1er mandat: février 2004 Échéance: 2008 (membre indépendant)

Gerhard Zeiler Membre du Conseil de Surveillance Président de RTL Group 1er mandat: mars 2002 Échéance: 2008 Rémy Sautter Membre du Conseil de Surveillance Président du Conseil de Surveillance de RTL Radio 1er mandat: mai 2000 Échéance: 2008 Bernard Arnault Membre du Conseil de Surveillance Président Directeur Général de LVMH 1er mandat: février 2004 Échéance: 2008 (membre indépendant) Vincent de Dorlodot Membre du Conseil de Surveillance Secrétaire Général de RTL Group 1er mandat: mars 2004 Échéance: 2008

Axel Duroux Membre du Conseil de Surveillance Président du Directoire de RTL France 1er mandat: février 2007 Échéance: 2008 Jean Laurent Membre du Conseil de Surveillance Président du Conseil d’Administration de Calyon 1er mandat: février 2004 Échéance: 2008 (membre indépendant) Constantin Lange Membre du Conseil de Surveillance Président de RTL Interactive 1er mandat: mars 2006 Échéance: 2008 Elmar Heggen Membre du Conseil de Surveillance Directeur Financier de RTL Group 1er mandat: novembre 2006 Échéance: 2008

en poste depuis le 30 avril 2003. M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

5


DIRIGEANTS DES PRINCIPALES FILIALES DU GROUPE

ANTENNE M6

CHAÎNES NUMÉRIQUES

DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

PUBLICITÉ M6 Publicité Catherine Lenoble

M6 Thématique Christopher Baldelli W9 Frédéric de Vincelles / Pierre Robert Paris Première Jacques Expert Téva Catherine Schöfer M6 Music Hits / Black / Rock Nicolas Gicquel Fun TV Pierre Robert TF6 (50%) / Série Club (50%) Vincent Broussard

ÉDITION, DISQUE ET VIDÉO M6 Interactions Éric d’Hotelans / Pascal Bourdette M6 Événements François Vincent

PRODUCTION AUDIOVISUELLE C. Productions Jérôme Bureau W9 Productions Christopher Baldelli Studio 89 Productions Christopher Baldelli / Florence Duhayot PRODUCTION CINÉMA M6 Films Philippe Bony

INTERACTIVITÉ M6 Web Xavier Marvaldi DROITS AUDIOVISUELS Soc. Nouv. de Distribution (SND) Thierry Desmichelle Mandarin Films / SNC Philippe Bony TCM Droits audiovisuels Anne Boudard M6 Studio Natalie Altmann VENTE À DISTANCE Home Shopping Service Gilles Labouyrie / Eric Oudet Mistergooddeal.com Guillaume Clavel / Nicolas Berloty FOOTBALL M6 Foot (FC Girondins de Bordeaux) Jean-Louis Triaud / Alain Deveseleer

6

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


DATES CLÉS DU GROUPE

1987 • Métropole Télévision reçoit l’autorisation d’exploiter le 6e réseau hertzien, le 1er mars. À 11h15, M6 diffuse sa 1re image.

2000 • Record de progression publicitaire avec une augmentation de plus de 20% des recettes publicitaires.

1992 • Création de M6 Interactions qui commercialise les produits dérivés. M6 boucle son 1er exercice bénéficiaire.

2001 • Lancement de Loft Story, 1re expérience de téléréalité.

1994 • L’action M6 est introduite au 2 Marché de la Bourse de Paris.

2002 • Avec la 2e saison de Loft Story, M6 s’offre le record historique de la chaîne avec 8,2millions de téléspectateurs en prime time.

1996 • M6 crée son site Internet: www.m6.fr. TPS, la télévision par satellite, est lancée.

2004 • Suez se désengage du Groupe en conservant 5% du capital.

d

2005 • M6 devient le 1er diffuseur en clair de la Coupe du Monde de la FIFA 2006 (en nombre de matchs). Acquisition de mistergooddeal.com, un des leaders du e-commerce en France. 2006 • À l’occasion de ses 10 ans, m6.fr lance des services communautaires innovants. W9 fête son 1er anniversaire. Paris Première fête ses 20 ans. Autorisation de rapprochement des activités de télévision payante en France du Groupe Canal+ et de TPS. Téva fête ses 10 ans. M6 signe un protocole de rachat à 100% de la chaîne en fin d’année.

1999 • M6 reprend le Club des Girondins de Bordeaux, avec 66% du capital (puis 100% en 2002).

20 ans, l’âge de l’audace et de la maturité En vingt ans, « la petite chaîne qui monte » est devenue un groupe multimédia puissant qui s’appuie sur une marque forte : une famille de 9 chaînes numériques complétée par des diversifications en plein essor. Précurseur en matière de diversifications, le Groupe M6 est présent dans tous les domaines : production de

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

programmes, coproduction de films, distribution cinématographique, édition, disques, téléphonie, sites Internet, vente à distance, football… Cette montée en puissance est le fruit d’une prise de risque permanente, d’un état d’esprit jeune et dynamique et d’une synergie de groupe efficace !

7


CARNET DE L’ACTIONNAIRE

INFORMATIONS BOURSIÈRES

INDICES BOURSIERS

Dénomination sociale: Métropole Télévision

L’action M6 fait partie des indices SBF 80, SBF 120, SBF 250, EURONEXT 100, IT CAC, CAC MID 100, CAC MID&SMALL 190, CAC Media, CAC Consumer Serv. et MSCI Media.

Code ISIN: FR0000053225 Code Reuters: MMTP.PA Code Bloomberg: MMT: FP Capital social: 52 755 476 € composé de 131888690 actions d’une valeur nominale de 0,40 € de même catégorie intégralement souscrites et libérées Marché de cotation: Compartiment A de l’Eurolist d’EURONEXT Paris (sociétés dont la capitalisation boursière moyenne est supérieure à 1milliard d’euros) Date de 1re cotation: 28 septembre 1994 Éligible au SRD: oui

8

L’action est intégrée dans la composition de 27 des indices DJ STOXX®, et notamment des 2 indices sectoriels DJ Euro Stoxx Media et DJ Stoxx 600 Media, qui regroupent respectivement les 19 et les 37 valeurs européennes de médias les plus importantes.

POLITIQUE D’INFORMATION ET DOCUMENTS ACCESSIBLES AU PUBLIC En vue d’établir et d’entretenir un contact fréquent avec les actionnaires et l’ensemble de la communauté financière, de nombreuses rencontres ont été organisées au cours de l’année 2006 : • des réunions de présentation des résultats annuels et semestriels, • des contacts téléphoniques lors de la communication des chiffres d’affaires trimestriels. Par ailleurs, le Groupe a entrepris d’aller à la rencontre de la communauté financière, en France et à l’étranger, à l’occasion de roadshows ou de conférences investisseurs. Enfin, de nombreux rendez-vous individuels avec des analystes, investisseurs, gérants ont eu lieu en 2006. Afin d’améliorer la qualité et l’accessibilité de l’information fournie, la version anglaise du site Internet, www.m6finances.com, dédié aux finances du Groupe, a été mise en ligne au cours de l’année 2006. Ce site est régulièrement alimenté, en français et en anglais, des documents de référence, dernières publications, présentations, communiqués, statuts...

Conformément à la directive Transparence, le site a été réorganisé pour faire apparaître une rubrique dédiée à « l’information réglementée ». Les communiqués ainsi que le document de référence sont par ailleurs disponibles sur le site de l’AMF : www.amf-france.org. En application de la directive Transparence, transposée par la loi du 26 juillet 2005, dite « Loi Breton », et ayant donné lieu à des modifications du Règlement Général de l’AMF, publiées au JO du 28 septembre 2006, le Groupe M6 : • s’est conformé en 2006 aux nouvelles obligations en matière de publication mensuelle des droits de vote et du nombre d’actions composant le capital social, • procédera, à compter du 20 janvier 2007, à la diffusion, la publication et l’archivage de l’information réglementée selon les nouvelles modalités requises. Enfin, l’Assemblée Générale constitue un moment privilégié de dialogue et d’échange entre le Groupe et ses actionnaires. Un dossier de convocation est adressé aux actionnaires inscrits au registre nominatif et envoyé sur demande à tous les actionnaires.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


En 2006, le cours de l’action M6 a enregistré une hausse de +15,6%, surperformant ainsi l’indice DJ Euro Stoxx Media (+7,2%). Évolution comparée du cours de l’action M6 et des indices Euronext 100 et DJ Euro Stoxx Media depuis le 1er janvier 2006 120

M6 Métropole Télévision

+18,82%

DJ Euro Stoxx Media Euronext 100

+15,64%

115

110

+7,27% 105

100

95

90 Déc. O5

Avr. O6

Fév. O6

Juin. O6

Août. O6

Oct. O6

Déc. O6

Données boursières depuis 2001 2001

2002

2003

2004

2005

2006

131 888 690

131 888 690

131 888 690

131 888 690

131 888 690

131 888 690

Plus haut annuel (en €)

44,21

35,50

27,68

29,30

25,07

27,52

Plus bas annuel (en €)

13,75

19,50

14,25

18,94

19,12

22,29

Dernier cours de l’année (en €)

32,00

20,89

26,02

20,90

23,40

27,06

Nombre d’actions

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

9


CARNET DE L’ACTIONNAIRE

Volumes moyens quotidiens (en nombre de titres) 434262

Répartition du capital au 31 décembre 2006

Dividende net par action (en €) 414200

355751

Un dividende en croissance, un rendement élevé *dividende proposé à l’Assemblée Générale des Actionnaires du 2 mai 2007 (en €)

(selon enquête Euroclear des titres au porteur)

0,95

0,95

0,84

RTL GROUP 48,56%

Flottant 46,14%

Groupe Compagnie Nationale à Portefeuille 5,00%

0,67 0,57

100791 94236

79915

2001

2002

Autodétention 0,21%

2003

2004

2005

Répartition des droits de vote au 31 décembre 2006

Capitalisation boursière au 31 décembre (en millions d’euros)

(selon enquête Euroclear des titres au porteur)

4220

RTL GROUP 34,00%

3659 2002

3431

FCPE Salarié 0,09%

2003

2004

2005

Flottant 46,23%

2006 *

3086 2755

2756

Taux de distribution (en % du Résultat net part du Groupe)

67%

67%

80%

80%

82% *

(* en % du Résultat net des activités poursuivies)

2001

2002

Source : Euronext

2003

2004

2005

FCPE Salariés M6 0,09%

Actions démunies de droit de vote 14,66% Groupe Compagnie Nationale à Portefeuille 5,01%

Taux de croissance du dividende sur l’année -

17,5%

25,4%

13,1%

-

Taux de rendement (calculé sur le dernier cours coté de l’année)

2,73%

10

2,57%

4,02%

4,10%

3,51%

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


LES RENDEZ-VOUS DE L’ACTIONNAIRE EN 2007 (CALENDRIER INDICATIF) Jeudi 1er février Publication du chiffre d’affaires annuel 2006. Lundi 5 mars Publication des résultats annuels 2006. Mercredi 2 mai Publication de l’information trimestrielle du 1er trimestre 2007. Assemblée Générale Mixte des actionnaires. Vendredi 4 mai Mise en paiement du dividende de l’exercice 2006. Lundi 23 juillet Publication du chiffre d’affaires et des résultats du 1er semestre 2007. Mercredi 7 novembre Publication de l’information trimestrielle du 3e trimestre 2007. Ce calendrier indicatif est actualisé sur le site Internet. • Pour suivre l’actualité financière du Groupe M6 : http://www.m6finances.com • Contacts Relations Investisseurs : actionnaires@m6.fr

Guy Lagache

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

11


CHIFFRES CLÉS

Une année de croissance et d’investissements

Répartition du chiffre d’affaires (en M€)

1283,4 Diversifications et droits audiovisuels

Antenne M6

1012,2

1079,9

42,9%

51,2%

Ô

551,0 M€

656,8 M€

+18,8% Chaînes numériques

5,9% 75,6 M€

2004

2005

2006

Chiffre d'affaires consolidé des activités poursuivies (hors TPS, en M€) Structure financière (en M€)

Capitaux propres part du Groupe Endettement financier Trésorerie brute

2004

2005 *

2006 *

441,3

504,1

800,2

8,3

0,3

53,0

211,5

243,1

250,7

1283,4

millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé (hors TPS, en M€)

(*) activités poursuivies

12

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


211,5

221,1

223,0

128,8

5,1

256,8

Ô +0,8%

2004

2005

2006

408,5

1643

Résultat net part du groupe Résultat net des activités abandonnées

1518 1280

Ô

-2,1

156,2

+0,8%

130,4

151,2

152,3

2004

2005

2006

Résultat net des activités poursuivies

2004

2005

2006

Résultat opérationnel courant consolidé des activités poursuivies (hors TPS, en M€)

Résultat net part du groupe (en M€)

Effectifs permanents

17,4%

11,9%

1 643

de marge opérationnelle courante

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

de marge nette (activités poursuivies)

employés permanents

13


14

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


MESSAGE DU VICE-PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE, DIRECTEUR GÉNÉRAL DES ANTENNES ET CONTENUS DU GROUPE

2006 a été une année charnière pour M6 : la chaîne est entrée à 20 ans dans l’âge adulte. M6 aborde cette nouvelle maturité sur un mode offensif. Désormais sur le podium des grandes chaînes, M6 a été en 2006, la seule chaîne nationale qui a vu sa part d’audience globale progresser. En 10 ans, dans un univers de plus en plus fragmenté, M6 est passée de 11,9% à 12,5%* de part d’audience sur le public de 4 ans et plus. M6 enregistre en 2006 son meilleur niveau historique auprès des Ménagères de moins de 50 ans**. Cette progression très forte notamment sur le prime time confirme la puissance de la chaîne. 300 000 téléspectateurs en plus par rapport à 2005. En moyenne, nos soirées ont réuni quotidiennement plus de 3,5 millions de personnes et M6 se situe de plus en plus souvent 2e chaîne le soir. De plus en plus de gens regardent M6 de plus en plus souvent. Un bon exemple, les audiences de la série Prison Break, qui ont hissé M6 vers des sommets qu’elle n’avait encore jamais atteints. Le mercredi 8 novembre 2006, les deux derniers épisodes ont attiré 7,5 millions de téléspectateurs - record historique d’audience pour M6 depuis sa création en 1987. D’autres programmes comme Nouvelle Star,

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

D&CO, Les Bleus, Kaamelott, Vive la cantine, Pékin Express ou encore Incroyable Talent ont imposé M6 comme une alternative aux autres télévisions généralistes. M6 a dans ses gènes le goût du risque et de l’innovation, la chaîne l’a prouvé à travers une programmation plus diversifiée : M6 a créé son premier journal télévisé à la mi-journée, elle a développé la fiction française avec la diffusion en juin de sa première saga d’été, Laura, elle a aussi mis un pied dans le sport en diffusant 31 matches de Coupe du Monde de Football ou avec une nouvelle émission 100% Foot. Dans chacun de ses nouveaux programmes, M6 offre un ton et une personnalité qui lui sont propres et ça marche ! Les rendez-vous de l’information en sont une preuve supplémentaire : 66 Minutes, Aïda Touihri réunit chaque dimanche après-midi plus de 2 millions de personnes. T’empêches tout le monde dormir, Marc-Olivier Fogiel dans son talk-show en direct et réactif réunit chaque semaine un public de plus en plus large, Capital ou Zone Interdite avec Mélissa Theuriau continuent d’offrir à la chaîne quelques-unes de ses meilleures audiences de l’année.

M6 est devenue une chaîne puissante capable de fédérer autour de programmes forts, qu’il s’agisse de divertissement, d’information, de sport ou de fiction. En 2006, M6 a gagné le pari du prime time. Nous devons désormais nous développer sur l’access. Dans un univers de plus en plus concurrentiel, M6 possède avec notamment W9, Paris Première et Téva une véritable famille de chaînes fortes et complémentaires, capable d’offrir à nos téléspectateurs les meilleurs contenus. M6 aborde le virage de la révolution numérique en véritable groupe multimédia. Un Groupe dans lequel nous orchestrons et centralisons l’alimentation en programmes de toutes nos chaînes et de tous les nouveaux supports de diffusion. Dès à présent, nos contenus convergent sur les différents supports. Thomas Valentin

* Source Médiamétrie ** Avec une part d’audience moyenne de 19.3% sur l’ensemble de la journée (vs 19.1% en 2005)

15


FAITS MARQUANTS

Faf Larage

2006 JANVIER 15 : Lancement du jeu d’aventure Pékin Express, animé par Stéphane Rotenberg. 23: Lancement du JT Le 12:50. 31 : M6, partenaire du concours Graines de boss, ouvert aux étudiants et apprentisartisans, récompense les projets de création d’entreprise. FÉVRIER 21 : M6 mobile franchit le cap des 300000 abonnés. 23 : Succès de l’émission Nouvelle Star sur m6.fr avec 300 000vidéos consultées dès le 1er jour. MARS 02 : M6 renouvelle, pour 3 ans, son accord exclusif avec l’Olympique de Marseille, pour diffuser l’ensemble des matchs joués à domicile lors de 3 compétitions européennes (tours préliminaires pour

16

2007 la qualification en Ligue des Champions, Coupe Intertoto et Coupe de l’UEFA). 31 : W9, 1re chaîne de la TNT, fête ses 1 an. AVRIL 12 : Sortie en salles d’Astérix et les Vikings produit par M6 Studio et distribué par SND (1,3 million d’entrées en 2006). 19 : Sortie en salles d’OSS 117, coproduit par M6 Films (2,3 millions d’entrées en 2006). 22 : Lancement de D&CO, nouveau magazine de décoration animé par Valérie Damidot (5,1 millions de téléspectateurs en moyenne en prime). MAI 23 : Lancement de la série Desperate Housewives et déploiement d’un dispositif exceptionnel sur l’Internet mobile: des contenus vidéo exclusifs, accessibles sur les portails OrangeWorld,

M6 mobile by Orange ainsi que les sites M6 Gallery et i-Mode (2,5G et 3G). JUIN 07 : Lancement de Laura, le compte à rebours a commencé, la première saga d’été de M6. 12 : M6 diffuse en HD 31 matchs de la Coupe du Monde de football; un succès puisque les records ont été multipliés (record d’audience annuel pour le match Brésil-Croatie à 6,3millions de téléspectateurs). 28 : Sortie en salles du film Nos jours heureux, distribué par SND (1,5million d’entrées en 2006). JUILLET 03 : Pour la 2e année, M6 renouvelle l’opération Talent M6 et valorise, pendant deux mois, l’univers de 5 jeunes artistes sur son antenne et sur ses sites Internet. 04 : Le Groupe Suez cède les 5% du capital

qu’il détenait dans la société M6 au Groupe Compagnie Nationale à Portefeuille (CNP), contrôlé par Albert Frère. SEPTEMBRE 01 : M6 crée l’événement avec le lancement de la série phénomène Prison Break (5,8millions de téléspectateurs en moyenne-septembre / décembre 2006). 20 : Desperate Housewives saison 1 est disponible à la demande sur m6video.fr. 25 : Le magazine du monde de l’automobile et de la moto, Turbo, présenté par Dominique Chapatte, fête sa 1000e émission.

et commercialisé par M6 Interactions, se classe n° 1 du top. 31 : M6.fr gagne 5 places dans le « top 30 » des sites les plus visités en France, et atteint pour la première fois la 24e position avec près de 4,35millions de visiteurs uniques. M6video.fr prend la 1re place des sites de VOD en France. NOVEMBRE 01: Sortie en salles de Ne le dis à personne de Guillaume Canet, coproduit par M6 Films (2,7millions d’entrées, 13e du box-office 2006).

JANVIER 04 : TF1, M6 et Vivendi signent la réalisation définitive du rapprochement des activités de télévision payante en France de Groupe Canal+ et TPS, au sein de Canal+ France, nouvelle entité contrôlée par Vivendi dont M6 détient 5,1% après apport de ses 34% de TPS. 15 : Le Groupe M6 acquiert 100% de la chaîne Téva.

DÉCEMBRE 15: Paris Première fête ses 20 ans.

OCTOBRE 01: Lancement d’un nouveau magazine d’actualité hebdomadaire, présenté par Aïda Touihri, 66 Minutes. 11: Pas le temps, le générique français de Prison Break, interprété par Faf Larage,

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


PRIX ET RÉCOMPENSES 05 février 2006 : Le Festival International du film de télévision de Luchon récompense Les Bleus, avec le grand prix de la série et le prix du jeune espoir masculin, attribué à Mhamed Areski. 22 mars : Astérix et les Vikings reçoit le prix Anima 2006 du meilleur long métrage pour jeune public. 14 juin : M6 est élue meilleure chaîne hertzienne pour la 2e année consécutive aux TV Notes 2006 (Imedias et Newsmedias, avec Europe 1: près de 200000 votes d’internautes). 17 septembre : Le Festival de la Fiction TV décerne le prix de la meilleure série d’access & day time, à Kaamelott, le prix du meilleur scénario pour Les Tricheurs, le prix du grand public à Laura. 25 novembre : Le Festival International du scoop et du journalisme d'Angers, récompense 2 sujets d’Enquête exclusive: Six Semaines au coeur de la guerre du Liban, prix du reportage d'actualité, et Antiterrorisme: au coeur d'une police très secrète, prix de l'enquête. 24 janvier 2007 : Le prix Jacques Deray du meilleur film est attribué à Ne le dis à personne. 28 février : Les Lauriers du Sénat de la radio et de la télévision attribuent le Laurier de l’information à 66 Minutes et celui de la jeunesse au dessin animé Les Aventures extraordinaires de Michel Strogoff. Kaamelott

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

17


19,3%

AUDIENCES

2006: plus haut niveau jamais atteint auprès des ménagères de moins de 50 ans avec une part d’audience moyenne de 19,3% sur l’ensemble de la journée (vs 19,1% en 2005).

Meilleures audiences 2006 (en millions de téléspectateurs - une édition par format) Prison Break

7,5

NCIS enquêtes spéciales

6,7

Coupe du Monde / match: Brésil-Croatie

6,3

Desperate Housewives

5,9

Nouvelle Star

5,9

Retour vers le futur II

5,4

Coupe du Monde / match: Angleterre-Portugal

5,3

D&CO une semaine pour tout changer

5,3

Les Bleus, premiers pas dans la police

5,2

Kaamelott

5,2

Coupe du Monde / match: Allemagne-Argentine

5,2

La Vérité si je mens 2

5,2

X-Men 2

5,2

Coupe du Monde / match: Brésil-Australie

5,1

Vive la cantine!

5,1

Les Évadés

5,0

Retour vers le futur III

5,0

Incroyable Talent

5,0

Zone Interdite / Je construis ma maison, du rêve à la réalité

Nombre de prime time supérieurs à 4 millions de téléspectateurs

132

90 66

5,0

Zone Interdite / Faux chômeurs faux malades mais vrais escrocs 0 1 2 3

5,0 4

5

6

7

2004

2005

2006

Source : Médiamat Médiamétrie

Progression 2005-2006 toutes chaînes auprès des ménagères de moins de 50 ans (Part d’audience en %) -0,9 36,2

-0,6

-0,2

-0,2

-0,3

+0,2

-0,3

35,3

16,3

19,1 19,3 15,7 10,6 12,7

10,3 10,1 3,3 3,1 TF1

18

+2,1

M6 a réuni plus de 4 millions de téléspectateurs : 1 soir sur 3 en 2006 contre 1 soir sur 4 en 2005 et 1 soir sur 6 en 2004

France 2

France 3

Canal +

3,0 2,7

1,3 1,0 Arte

M6

France 5

Autres TV M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


Campagne d’affichage 20 ans

La saga d’été de M6

1996 - 2006 : M6, LA SEULE GRANDE CHAÎNE À PROGRESSER Avec une part d’audience de 12,5% auprès de l’ensemble du public en 2006, M6 est la seule grande chaîne à progresser sur 10 ans face au développement de l’offre multichaînes. Entre 1996 et 2006, M6 passe de 11,9% à 12,5% de part d’audience en 4 ans et plus, tandis que les « Autres TV » gagnent 10 points de part d’audience au détriment des chaînes historiques. DES AUDIENCES RECORDS EN PRIME TIME En 2006, M6 rassemble une audience moyenne record en 1re partie de soirée avec 3,5 millions de téléspectateurs et gagne 300 000 téléspectateurs par rapport à 2005. M6 est la chaîne dont l’audience progresse le plus en soirée. Cette montée en puissance se traduit par un nombre accru de soirées rassemblant plus de 4 millions de téléspectateurs : 132 en 2006 contre 90 en 2005 (+47%). M6 a été la chaîne la plus regardée en soirée par le public des moins de 50 ans à 53 reprises (deux fois plus qu’en 2005).

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

DES RÉUSSITES DANS TOUS LES GENRES DE PROGRAMMES En 2006, M6 accélère sa politique de développement en déclinant sa personnalité dans tous les genres de programme : séries, information, sport, magazines de la vie, fictions ou divertissements. Les séries ont bousculé le paysage audiovisuel avec des audiences au sommet : Prison Break a réuni jusqu’à 7,5 millions de téléspectateurs (record d’audience de l’année); Desperate Housewives a rassemblé 4,7 millions de téléspectateurs ; la saison 3 de NCIS a réuni 6,2 millions de téléspectateurs (soit 1,2 million de téléspectateurs de plus que la saison 2 en 2005). L’offre de programmes d’information a été considérablement développée avec le lancement de nouveaux rendez-vous : T’empêches tout le monde de dormir est suivi par 1,2 million de téléspectateurs et 66 Minutes rassemble jusqu’à 2,9 millions de téléspectateurs.

En couvrant la Coupe du Monde FIFA 2006, M6 a doublé, voire triplé, son audience habituelle et a enchaîné des records d’audience : 3e meilleure audience de l’année avec Brésil-Croatie (6,3 millions de téléspectateurs) ; record historique d’audience en avant-soirée avec Angleterre-Portugal (5,3 millions de téléspectateurs) ; record historique d’audience en après-midi avec Japon-Croatie (3 millions de téléspectateurs). M6 continue de fidéliser le public autour de magazines innovants et proches du quotidien, à l’image de D&CO qui a rencontré un franc succès cette année entre 18 h et 20 h 30 (3,6 millions de téléspectateurs) comme en prime time (5,1 millions de téléspectateurs). Les audiences sont au rendez-vous des fictions françaises avec les lancements réussis de la 1re saga d’été Laura (4,1 millions de téléspectateurs) et de nouvelles séries comme Les Bleus (5,2 millions de téléspectateurs), Les Tricheurs (4,9 millions de téléspectateurs) et Alice et Charlie (3,7 millions de téléspectateurs). Les divertissements ont fédéré aussi de nombreux téléspectateurs avec Nouvelle Star (4,9 millions de téléspectateurs, soit 700 000 de plus que pendant la saison 3), Incroyable Talent (4,3 millions de téléspectateurs), Classé Confidentiel en prime time (4 millions de téléspectateurs).

19


AUDIENCES

LES BONS RÉSULTATS DES CHAÎNES NUMÉRIQUES W9 est aujourd’hui la plus regardée des nouvelles chaînes de la TNT. Source : Médiamétrie-Univers équipés TNT (moyenne

En un an, l’audience de Fun TV, a progressé de +9% sur l’ensemble du public des 4 ans et plus et +17% sur son coeur de cible, les 15-24 ans. Source : Médiamétrie-MédiaCabSat - septembre 2006février 2007 - vague 12

lundi-dimanche / 03h-27h) – novembre-décembre 2006

Paris Première attire près de 8,3 millions de téléspectateurs en moyenne par semaine (au 2e rang des chaînes les plus regardées sur le câble et le satellite). Source : Médiamétrie-MediaCabSat vague 11 – couverture hebdomadaire seuil 1 seconde – Classement hors chaînes hertziennes historiques

Le taux de notoriété de Téva a triplé depuis son lancement : plus de la moitié du grand public déclare connaître la chaîne.

2006, UN TRÈS BON CRU POUR LES SITES INTERNETS DU GROUPE M6 * 5,2 millions de visiteurs uniques ont consulté les sites Internet du Groupe M6, soit une augmentation de 58% en 1 an. Quant aux sites de chaînes (www.teva.fr, www.w9.fr, etc), ils ont rassemblé au total 2 millions de visiteurs uniques.

Source : Baromètre de notoriété CSA

M6 Music Hits est la 1re chaîne musicale sur ses abonnés 15/34 ans. Source : Médiamétrie-MédiaCabSat septembre 2006février 2007, vs janvier-juin 2006

TF6 est la 1re chaîne de TPS sur la quasitotalité des catégories de téléspectateurs. Source : Médiamétrie-MédiaCabSat juillet-décembre 2006 base initialisée

Série Club se classe 5 chaîne auprès des ménagères de moins de 50 ans abonnées. La chaîne compte plus de 5,5 millions d’abonnés et est distribuée sur le câble et le satellite (TPS). e

Source : Médiamétrie-MédiaCabSat juillet-décembre 2006, hors chaînes hertziennes historiques

20

Les sites ont comptabilisé 140,4 millions de pages vues en décembre. Le site Nouvelle Star a attiré plus de 1,5 million de visiteurs uniques entre avril et juillet et a généré plus de 18 millions de pages vues. Mistergooddeal.com : le nombre de visiteurs uniques a progressé de 47% en décembre 2006 (vs décembre 2005) en atteignant 2,5 millions fin 2006. Turbo.fr a vu son nombre de visiteurs uniques croître de 61% pour terminer l’année avec 646 000 visiteurs uniques en décembre, se

Le site turbo.fr

positionnant ainsi à la 5e place du classement général des sites du secteur automobile. Habbo.fr a enregistré fin décembre 2,5 millions d’inscrits (+141% d’inscrits/mois en 1 an) et a attiré près de 750 000 visiteurs uniques en décembre (+162% vs décembre 2005). M6video.fr a été le numéro 1 des sites de vidéo à la demande en novembre 2006 avec 261 000 visiteurs uniques. Wideo.fr comptabilise, à fin décembre, 31 millions de vidéos consultées depuis son lancement le 1er septembre 2006.

* Source : Nielsen / Net Ratings décembre 2005décembre 2006

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


7,5 M

Les séries ont bousculé le paysage audiovisuel avec des audiences au sommet : Prison Break a réuni jusqu’à 7,5 millions de téléspectateurs (record absolu d’audience de l’année)

Prison Break

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

21


ANNテ右 PUBLICITAIRE 2006

22

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


Historique de la part de marché publicitaire brute M6 (Source TNS MI)

22,9%

22,8%

23,17%

23,15%

2005

2006

22,4% 22,1%

21,4%

19,1% 17,9% 17%

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

Desperate Housewives

INVESTISSEMENTS PUBLICITAIRES PLURIMÉDIAS 2006 : Le marché publicitaire reprend des couleurs. Avec 10,7% de progression des investissements bruts plurimédias, 2006 montre une croissance solide sur quasi tous les médias, avec 2 phénomènes majeurs : – un développement soutenu et continu des investissements bruts sur Internet (+48,2%) – une forte progression des chaînes de télévision numérique (+41%), et plus particulièrement des chaînes de la TNT, dont les investissements ont été multipliés par 4,3. Ces chaînes prennent leur place dans le panorama publicitaire, au rythme de la progression de la couverture du territoire et de la montée des audiences. En parallèle à ces deux phénomènes, les médias historiques restent dynamiques et connaissent une croissance de leurs investissements, notamment pour la télévision hertzienne.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

INVESTISSEMENTS PUBLICITAIRES TÉLÉVISION HERTZIENNE M6 : 2e régie en France, 23,15% de part d’investissement Une attractivité confirmée sur un marché en croissance Avec une hausse de 5,5% des investissements publicitaires bruts, les chaînes de télévision hertziennes historiques progressent significativement suite à une année 2005 mitigée (+0,5%). Sur un marché plus porteur, M6 consolide sa part de marché à 23,15%, égalant ainsi son plus haut niveau historique. À noter des performances particulièrement positives durant le 2e trimestre avec la Coupe du Monde de football : M6 gagne sur cette période 0,8 point de part de marché à 24,6%. La progression d’audience des soirées depuis la rentrée 2006 (+600 000 téléspectateurs en moyenne vs la rentrée 2005) confirme l’attractivité de la chaîne pour la saison 2006/2007.

Malgré un redressement significatif sur le dernier trimestre, la plupart des secteurs de grande consommation sont en retrait en 2006 (Alimentation –2,9%, Entretien –3,5%) ou en croissance modérée (Hygiène-Beauté +1,5%). Grâce à des audiences plus fortes, des soirées plus fédératrices, des programmes qui séduisent des publics encore plus variés, M6 a accompagné la forte croissance des investissements publicitaires des Services (+29,8%), avec notamment les banques (marché à +27%, M6 +48%) et les assurances (marché à +62%, M6 +82%). La chaîne a également puissamment surperformé le marché sur les secteurs les plus dynamiques comme les Télécommunications (marché à +34,8%, M6 +53,8%) et l’Audiovisuel-Photo-Cinéma (marché à +41%, M6 +72%).

23


ANNÉE PUBLICITAIRE 2006 7,032.3 6,421.0

6,327.4 5,799.1

3,139.7

3,345.9

2,479.5 2,601.9 1,688.1 1,139.4 178.5 207.2 Cinéma

Répartition des investissements plurimédias bruts 2006 Source : TNS MI – Adex Report 2006 – Hors auto promotion et abonnements – Univers constant 2006 vs 2005.

Internet 8%

10.4 Internet

12.6

Média tactique

Presse

Radio

Publicité extérieure

Télévision

(hertzienne et numérique)

Investissements plurimédias bruts (en M€) Source : TNS MI – Adex Report 2006 – Hors autopromotion et abonnements – Univers constant 2006 vs 2005.

2005 2006 7 032,3 6 421,0

Cinéma 1%

6 327,4 5 799,1

Presse 33,2%

Publicité extérieure 12,3%

2 601,9

Média tactique 0,1%

3 139,7

3 345,9

2 479,5 1 688,1

Radio 15,8%

1 139,4

Télévision hertzienne et numérique 29,8%

178,5 207,2 Cinéma

Part de marché publicitaire par chaîne en 2006

10,4 Internet

12,6

Média tactique

Presse

Publicité extérieure

Radio

Télévision (hertzienne et numérique)

Évolution en 2006 des 8 premiers secteurs en télévision (vs 2005) Source : TNS Media Intelligence

Source : TNS Media Intelligence. +53,8%

TTV M6 France 3 7,26%

Canal + 1,96%

France 5 1,03% +34,8%

+29,8% +29,5%

France 2 11,81% 6,4%

M6 23,15%

+1,5% +0,5%

TF1 54,79%

+1,4% +0,9% -0,3%

-2,9%

-3,5%

-6,3% -11,6% -11,1% -21,2%

Alimentation

24

HygièneBeauté

Edition

Télécomm.

Transports

Services

Entretien

Information Média

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


Spot publicitaire Mistergooddeal, décembre 2006

Cette montée en puissance de M6 en termes d’audience et de couverture des différentes cibles commerciales permet à la chaîne de se positionner comme un partenaire de 1er plan pour plus de marques. La hausse très significative des investissements en parrainage (+14% sur M6 dans un marché à +6%) est la preuve de la confiance dans les marques-programmes de M6. Cette attractivité auprès d’un nombre élargi de marques s’est déjà illustrée dans les premières heures de l’année 2007, avec l’ouverture de la publicité à la distribution sur les chaînes hertziennes historiques. M6 a ouvert le bal avec le premier écran publicitaire à 00h04 et a depuis accueilli les premiers films de quasiment tous les acteurs majeurs de la distribution.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

CHAÎNES NUMÉRIQUES Un nouveau cap est franchi Le groupe M6 est partie prenante dans le développement de l’audience et des investissements publicitaires des chaînes numériques, avec notamment 2 chaînes qui franchissent un nouveau cap en 2006. • Paris Première, qui pour l’année de ses 20 ans, progresse en audience et en recettes publicitaires, et qui conforte son positionnement unique sur les individus CSP+. • W9 est la première chaîne de la TNT en audience cumulée dans la journée (33,5% des équipés TNT la regardent chaque jour en novembre-décembre 2006). Sa progression en investissements publicitaires est particulièrement rapide, grâce à l’effet cumulé de sa progression de part d’audience et de l’extension de la population équipée pour capter la TNT gratuite.

INTERNET ET PRESSE Une régie plurimédias au service des problématiques des marques Avec l’intégration de M6 Web et des supports de presse du groupe (Femme en ville, Homme en ville, Citato, Hit Machine Girls, Fan de) et une offre comprenant également l’événementiel et le “licensing”, M6 Publicité est à même de proposer à ses clients des solutions innovantes intégrant différents médias. Les sites Internet du Groupe M6 ont enregistré une très forte progression de leur fréquentation : l’audience a franchi des paliers majeurs et le chiffre d’affaires publicitaire a très fortement progressé (+95,4%). À noter tout particulièrement les bonnes performances de mistergooddeal.com, 4e acteur du « e-commerce » (électro-ménager, hightech, informatique et loisirs) avec 2,5 millions de visiteurs uniques, le lancement réussi de wideo.fr, le développement des portails féminins femme-en-ville.com et teva.fr et la poursuite du succès de l’ensemble des sites des chaînes, en croissance de +88% en un an.

25


26

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

27


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

NOTRE RESPONSABILITÉ EN MATIÈRE DE

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Des structures de gouvernance adaptées

Un modèle de croissance rentable

Les règles de gouvernement d’entreprise du Groupe M6 respectent les normes et recommandations en vigueur en France.

La responsabilité économique du Groupe M6 est d’assurer son développement en exploitant les réserves importantes de croissance des différents métiers qui le composent.

Depuis 2000, la Société Métropole Télévision est de forme anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance, une forme juridique qui favorise la séparation entre la direction de la Société et le contrôle de cette direction. Cette forme juridique répond aux contraintes réglementaires exigées par la convention conclue avec le CSA, qui encadre le fonctionnement et les règles de diffusion de la chaîne. Cette structure duale garantit la séparation des pouvoirs, et assure la prise en compte des intérêts économiques et financiers de l’entreprise à long terme, et des actionnaires. En outre, cette organisation permet une forte réactivité et une proximité accrue avec l’opérationnel. Enfin, en vue d’atteindre les objectifs opérationnels et financiers qu’il s’est fixé, le Groupe M6 a instauré un dispositif de contrôle interne qui vise à assurer, au travers des procédures mises en place, le contrôle des actes de gestion, la bonne réalisation des opérations, la prévention et la maîtrise des différents risques, ainsi que la qualité et la sincérité de l’information comptable et financière.

28

Attentif à délivrer une performance financière en constante amélioration année après année, le Groupe veille à élargir et consolider les bases de sa croissance future dans un environnement concurrentiel et technologique en mutation rapide. Ainsi, en 2006, le Groupe M6 a poursuivi avec succès sa stratégie de croissance sur l’ensemble de ses activités, comme l’illustrent : • le renforcement de la puissance de la chaîne M6 • la position confortée des chaînes numériques • et la démarche offensive en matière de diversifications et de droits audiovisuels. Par ailleurs, prenant en compte les évolutions de l’environnement économique de la télévision payante, les actionnaires de TPS et du Groupe Canal+ ont signé début janvier 2007 l’accord final de rapprochement industriel des deux entités, au sein de Canal+ France, nouvelle entité contrôlée par Vivendi dont M6 détient 5,1% après apport de ses 34% de TPS.

Ce nouvel exercice de croissance des revenus (+18,8% au titre des activités poursuivies) a permis de dégager un niveau de résultat net record à 152,3 M€, en croissance de +0,8% au titre des activités poursuivies. Il sera proposé à l’Assemblée Générale Mixte convoquée le 2 mai 2007 de distribuer un dividende de 0,95 € par action, correspondant à un taux de distribution de 82% du résultat net des activités poursuivies. Créateur d’emplois, le Groupe comptait au 31 décembre 2006 un effectif permanent de 1 643 personnes contre 1 518 au 31 décembre 2005. Le Groupe M6 possède aujourd’hui de nombreux atouts pour répondre aux enjeux et opportunités de ses marchés, et valoriser les marges et leviers de progression significatifs dont il dispose. Le Groupe affirme ainsi sa stratégie volontariste en matière d’acquisitions de contenus, son positionnement ambitieux sur la TNT gratuite avec la chaîne W9, et sa capacité à capitaliser autour de sa marque sur de nouveaux supports, comme avec l’accord M6 mobile by Orange.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Assurer les conditions de développement Pour assurer les conditions de son développement économique, le Groupe M6 doit garantir sa politique éditoriale en développant sa capacité à détecter et fidéliser les talents de demain. L’autre enjeu consiste à préserver l’environnement dans lequel évolue le Groupe. Pour cela, il encourage la diversité culturelle, soutient la création artistique, œuvre pour le respect de la propriété intellectuelle. Il se montre actif et innovant pour s’adapter aux nouveaux comportements et usages des consommateurs.

Aurélie Konaté

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

DÉTECTER ET FIDÉLISER DES TALENTS Le Groupe M6, à travers ses sociétés de productions internes, mène une politique volontariste de recherche de jeunes talents. Cette stratégie nourrit sa ligne éditoriale qui accorde une place toujours plus large aux concepts créatifs et innovants. Studio 89 a introduit, cette année encore, une nouvelle génération d’animateurs pour ses émissions : Alessandra Sublet, Pierre Mathieu, Moon… Les chaînes numériques du Groupe sont elles aussi un vivier de jeunes talents, comme Fun TV par exemple, où Aurélie Konaté présente l’émission Spéciales artistes. Cette recherche de nouveaux talents s’étend à tous les métiers du Groupe : plusieurs producteurs ou réalisateurs ont signé leur 1re fiction avec la chaîne. C’est le cas pour Karine Angeli, auteur du téléfilm : Bataille natale. Enfin, de nombreux comédiens découverts sur M6 poursuivent leur carrière sur la même chaîne. Shirley Bousquet, repérée sur M6 dans Caméra Café, a tenu le rôle principal d’une nouvelle série policière en 2006 : Profils criminels.

SOUTENIR LA CRÉATION ARTISTIQUE Dans le cadre de ses obligations de diffusion et de production, M6 s’engage à développer la création artistique et à en valoriser la diversité en privilégiant les jeunes talents aussi bien dans l’univers du cinéma que dans celui de la musique. Ses investissements cinématographiques sont dégagés pour des réalisateurs confirmés ainsi qu’à des valeurs montantes. M6 Films a coproduit les films de Guillaume Canet (Ne le dis à personne), de Michel Hazanavicius (OSS 117) qui ont connu un succès remarquable. M6 a renouvelé et renforcé sa politique de soutien en 2006 en aidant, entre autres, les réalisateurs Olivier de Plas, Frank Mancuso et Olivier Baroux pour leur 1er film. Le Groupe M6 mène également une politique active dans l’univers de la musique. Il s’attache en effet à développer une programmation très variée afin de promouvoir tous les genres musicaux. Le Groupe s’engage également dans la promotion de jeunes artistes : • en réservant des espaces de diffusion pour des clips • en diffusant le programme D comme Découverte. Ce documentaire musical est exclusivement réservé aux artistes en développement et aux musiques alternatives • en assurant tout au long de l’année la promotion de jeunes chanteurs via l’émission T comme Talent.

29


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

ŒUVRER POUR LE RESPECT DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Face à l’accélération de la numérisation des supports, la protection des œuvres devient un enjeu majeur. Le Groupe M6 diffuse sur Internet des campagnes publicitaires incitant les consommateurs à recourir au téléchargement légal.

INNOVER ET ANTICIPER LES NOUVEAUX USAGES Le haut débit et la mobilité transforment les modalités d’accès à des contenus de plus en plus variés et disponibles sur un nombre considérable de plate-formes. Le Groupe M6 est actif dans le développement des nouveaux modes de consommation de contenus audiovisuels. En 2006, le site de VOD (Video On Demand), m6video.fr, propose aux internautes plus de 200 vidéos (émissions, séries, clips) présentant toutes les garanties de sécurité pour les ayants droit. Depuis janvier 2007, cette offre est présente chez plusieurs opérateurs de télévision par ADSL : Neuf Cegetel, Free et Club Internet.

M. Pokora

30

Concernant la télévision mobile personnelle, le Groupe M6 a participé à l’expérimentation de diffusion vers les mobiles en DVB-H autorisée par le CSA et menée par TDF. Enfin, pour apporter le maximum de qualité à son public, le Groupe M6 poursuit sa politique volontariste dans le développement de la diffusion de la Haute Définition. Il a ainsi participé activement au forum HD et s’est doté d’équipements spécifiques, exclusivement dédiés à cette technologie (régie de diffusion, postproduction). Le Groupe prévoit de diffuser en HD 1h 30 de programmes par jour dès 2008.

Avec la téléphonie 3e génération (3G) et la possibilité de télécharger des contenus éditoriaux, le téléphone mobile est devenu un canal de diffusion stratégique. Le Groupe M6, via sa filiale interactive M6 Web, est très actif dans ce domaine puisqu’il édite des programmes propres à la téléphonie mobile. Par ailleurs, une filiale commune a été créée entre M6 Web et Echovox, le leader européen du multimédia mobile, en octobre 2006. Appelée Echo6, cette création a pour objectif d’améliorer les produits et les services de divertissement mobile et d’innover dans l’interactivité entre le mobile et les chaînes du Groupe.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Des relations équilibrées et transparentes avec ses partenaires Établir des relations équilibrées et transparentes avec ses actionnaires, annonceurs, téléspectateurs, clients et fournisseurs constitue une des priorités du Groupe M6. ACTIONNAIRES Depuis l’élargissement du flottant de la société lors du désengagement du Groupe Suez début 2004, le Groupe M6 a renforcé sa politique de communication financière, qui vise à délivrer à l’ensemble des actionnaires une information exacte, précise et sincère, en conformité avec l’application des normes et réglementations françaises en la matière. Attentif aux attentes de ses actionnaires et de la communauté financière, le Groupe a déployé de nouveaux moyens et supports d’information à destination des actionnaires individuels et des investisseurs institutionnels, avec notamment la refonte du site Internet dédié aux finances, enrichi et désormais disponible en français et en anglais, la publication d’un abrégé du rapport annuel permettant de retrouver de manière synthétique les principaux éléments d’activité du Groupe, et la mise en place d’une adresse e-mail spécifique : actionnaires@m6.fr.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Auprès des analystes financiers et des investisseurs institutionnels, le Groupe a accentué sa communication financière et multiplié les occasions d’échanges et de rencontres, en participant à de nombreuses conférences sectorielles, à Paris et à Londres, ainsi qu’en recevant les investisseurs et analystes lors de rendez-vous individuels. ANNONCEURS Les relations avec les annonceurs et les agences publicitaires sont régies par la loi du 1er avril 1993, dite « loi Sapin », qui assure une parfaite transparence du marché publicitaire. FOURNISSEURS Les relations avec les fournisseurs, notamment les producteurs de programmes, sont encadrées par des accords pluriannuels en ce qui concerne les Studios US (films, séries). De plus, le Groupe M6 joue un rôle dans la création des œuvres audiovisuelles et cinématographiques en consacrant une part importante de son chiffre d’affaires à de nombreuses coproductions et en réservant une part de ses investissements à des producteurs indépendants.

31


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Directrice des relations clients chez Home Shopping Service (HSS) Valérie, 40 ans

Attirée par le « grand magasin de la télévision » et son côté novateur, je suis entrée, en 1990, en tant que directrice logistique chez Home Shopping Service. En seize ans, j’ai assisté aux évolutions et au développement de la société, marqués par l’arrivée du groupe M6 dans le capital en 1996, la mise en ligne du Web et le lancement de plusieurs chaînes dont M6 Boutique qui diffuse 8 heures de direct par jour, ce qui donne un ton spontané et dynamique au Téléachat et permet à nos clients de bénéficier d’une offre produits plus large. Aujourd’hui Directrice des relations clients, je coordonne, avec mon équipe, la prise de commandes, le service clientèle et le suivi financier. Motivés, investis, nous travaillons tous avec un objectif prioritaire : satisfaire, fidéliser tous nos clients et bien sûr, en conquérir de nouveaux. »

32

TÉLÉSPECTATEURS Afin de renforcer le dialogue avec ses téléspectateurs et de répondre à leurs interrogations dans les meilleurs délais, le Groupe M6 a mis en place un service qui leur est intégralement consacré. Cette structure gère les contacts par téléphone, courrier et e-mail. Le temps de réponse est optimisé à 48 heures à partir de l’enregistrement de la demande. En 2006, 935 514 questions ont été traitées dont 67% concernaient l’antenne M6, 16% les informations générales et 8% l’équipement. Cette procédure est interactive : chaque jour, une synthèse des différentes remarques est réalisée puis transmise auprès des équipes de programmation. Elles peuvent ainsi mieux connaître les attentes et réactions des téléspectateurs.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


AU SERVICE DES CLIENTS Pour satisfaire et fidéliser leurs clients, les sites de commerce en ligne, Mistergooddeal, et de vente à distance, Home Shopping Service, sont particulièrement attentifs à la qualité de leur service après-vente. Les équipes de Mistergooddeal assurent un taux de prise d’appel supérieur à 90% et répondent aux demandes écrites par e-mails dans les 4 heures ouvrées. Chaque jour, ce sont environ 1 000 appels et 700 courriels qui sont traités. Régulièrement des études de satisfaction sont réalisées afin de vérifier que toutes les étapes de la procédure de satisfaction clientèle ont été respectées. Grâce à cette organisation, Mistergooddeal a reçu Le Casque de Bronze en 2006 pour la qualité de sa relation client par e-mails. De même, les 50 conseillers de Home Shopping Service répondent chaque mois à environ 60 000 appels, avec un temps d’attente moyen pour le client qui n’excède pas 2 minutes. Les 5 000 e-mails reçus sont traités sous 48 heures. Enfin, le client peut accéder 7j/7 et 24h/24 à un serveur lui permettant de connaître en permanence l’évolution de sa commande.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

33


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

NOTRE RESPONSABILITÉ

SOCIÉTALE ET ENVIRONNEMENTALE Assurer la qualité de l’information et la sensibilisation du public DES RÉPONSES ADAPTÉES AU SPECTATEUR CITOYEN Le Groupe M6 délivre une information complète et diversifiée sur tout le territoire et accorde une attention particulière à sensibiliser et former les spectateurs sur les sujets de développement durable que sont l’environnement, la santé, la solidarité, le droit des enfants… Il contribue ainsi à améliorer l'information des citoyens.

700

spots ont été diffusés gracieusement par le groupe M6 en 2006

34

UNE INFORMATION PERTINENTE ET DE QUALITÉ Les thèmes abordés notamment dans les magazines de reportages et d’information (Capital, Zone Interdite, Enquête exclusive, E=M6, 66 Minutes…) sont traités en toute indépendance éditoriale, avec un réel engagement d’objectivité et de transparence. Le journal Citato, panorama de la presse française, destiné aux 15/25 ans, participe lui aussi activement au débat citoyen en offrant une sélection mensuelle d’articles sur les thèmes économiques, politiques, environnementaux, des sondages exclusifs, issus des grands titres de la presse quotidienne et magazine. Le titre est devenu un acteur institutionnel incontournable, il a notamment proposé une interview exclusive du Premier ministre pendant la crise du CPE, un baromètre politique des 15/25 ans avec BVALe Mouv’, ou encore présidé le concours « Envie d'Agir 2006 » avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports…

associations caritatives, ont été diffusées sur M6, à hauteur de 4 847 207 € (contre 3 605 151 € en 2005) et sur les chaînes numériques (95 363€). M6 véhicule des valeurs citoyennes en diffusant la campagne « 1000 visages : voter c'est un pouvoir », pour inciter les jeunes à voter. UN SOUTIEN POUR LUTTER CONTRE LE SIDA Un dispositif Groupe aussi bien sur toutes les chaînes du groupe que sur Internet, accompagné d’un jingle pub spécial ruban rouge, est mis en place durant toute la campagne du Sidaction. En 2006, 50 000 € ont été reversés grâce aux recettes des votes de la Nouvelle Star. Par ailleurs, M6 est le partenaire historique du Festival Solidays destiné à récolter des fonds pour la lutte contre le Sida. Une campagne de promotion conséquente est diffusée sur plusieurs semaines afin de promouvoir l'événement et sensibiliser les téléspectateurs à cette lutte. Les spots d’Unitaid, qui facilite l’achat de médicaments au niveau international, sont diffusés sur l’antenne.

UN RELAIS DE COMMUNICATION POUR LES GRANDES CAUSES M6 s’investit dans la démarche de télévision citoyenne en diffusant gracieusement des messages et courts métrages à portée sociale. De cette façon, M6 aide et favorise les actions associatives et sensibilise le public. En 2006, de nombreuses campagnes d’œuvres humanitaires, Organisations Non Gouvernementales et

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

La santé des enfants et des adolescents

Le spot « Petits citoyens »

POUR LE BIEN-ÊTRE ET LA PROTECTION DE L’ENFANCE M6 organise, chaque année, avec l’hôpital Necker, à l’occasion de la Fête de la musique, un concert en faveur des enfants malades en présence de nombreux artistes. Dans la continuité de son soutien à l’hôpital Necker, l’émission Téva Déco et son équipe lui ont offert un nouveau hall d’accueil. Ils ont également amélioré le quotidien de jeunes enfants en décorant et en meublant de manière ludique et ergonomique une salle de classe de primaire. M6 parraine de nombreuses associations comme les Toiles enchantées qui facilite l’accès d’œuvres cinématographiques de qualité à des enfants et adolescents malades, ou encore Chantal Mauduit Namaste dédiée aux enfants népalais. Cette année, dans le cadre de la Journée internationale des Droits de l’enfant, M6 a choisi de suivre l’association les Petits citoyens en diffusant le spot avec la participation de nombreuses personnalités sur des émissions de flux et sur M6 Kid. Home Shopping Service s'est associé à l'opération de soutien, les Trésors de Générosité. Cette initiative a permis à l'Unicef de réhabiliter 34 centres d'alphabétisation au Kosovo et d'aider 500familles kosovardes à prendre un nouveau départ : les femmes savent désormais lire et ont été sensibilisées sur l'éducation et les droits de leurs enfants en termes de santé, nutrition, éducation, protection contre la violence et les abus.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

La restauration scolaire sert chaque année environ 1 milliard de repas à presque 6 millions d’enfants en France. À l’heure où l’obésité infantile devient un sujet d’actualité, avec Vive la cantine ! le chef Cyril Lignac, aidé du nutritionniste

Jean-Michel Cohen, met son talent et son savoir-faire au service de la santé des enfants et des adolescents pour trouver des solutions à une alimentation déséquilibrée.

Vive la cantine !

35


AUX CÔTÉS DES ENFANTS MALADES Véritable plongée au coeur de l’hôpital pédiatrique parisien Robert Debré, L’Hôpital des enfants est une série documentaire bouleversante de 20 épisodes, filmée avec une grande pudeur et sans exhibitionnisme, dans laquelle les personnages forment le fil rouge. Des histoires simplement humaines... Pendant plus de six mois, trois équipes ont filmé tous les services de l’hôpital : maternité, néonatologie, réanimation, bloc opératoire, hématologie, ORL, SMUR, chirurgie viscérale, maxillo-faciale… Dans chaque service, un membre de l’équipe soignante ou un patient raconte, à travers son parcours personnel, sa vie à l’hôpital. M6, en diffusant sur dix semaines ce documentaire, sans voix off ni interview, a choisi la qualité et la sobriété au service de l’information.

L’Hôpital des enfants

36

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Les Girondins solidaires À l’occasion de la dernière confrontation de l’année en Ligue 1, le Football Club des Girondins de Bordeaux a versé l’intégralité de la recette à 4 associations, soit 52 500 € par association et 210 000 € au total : la Banque

alimentaire, l’Institut Bergonié, le Centre de réanimation pédiatrique de l’hôpital Pellegrin et la fédération d’Aquitaine handisport.

RÉAGIR VITE FACE AUX DISPARITIONS D'ENFANTS Fin novembre 2005, les représentants des principales chaînes de télévision et de radios ont signé un protocole d'accord sur le dispositif Amber Alerte. Objectif : mobiliser un maximum de médias les 24 premières heures de l'enlèvement d'un enfant pour diffuser son signalement en usant de bandes défilantes, interruptions des programmes, passages répétés de la photo, voire du portrait-robot du ravisseur... Le dispositif Amber Alerte est depuis cette année totalement effectif sur les chaînes du Groupe.

Responsable de la coordination des événements Antenne Yannick, 30 ans

Mon rôle est de coordonner, entre autres, toutes les opérations spéciales qui concernent la chaîne, les filiales de diversification, les unités de programme ou d’autres entités. Ces opérations nous conduisent, par exemple, à relayer la diffusion d’un programme sur d’autres supports, à travers des émissions, le Web, des clips diffusés sur les différentes chaînes, la sortie de DVD ou de singles, M6 mobile, etc. Cela a été le cas avec Prison Break et nous y avons rencontré un franc succès avec le générique interprété par Faf Larage. Ces opérations traduisent la puissance d’un groupe multimédia, qui permet à des projets transversaux de voir le jour autour de programmes et de marques fortes. C’est cette vocation que nous mettons au service d’associations pour relayer sur nos antennes et nos supports de grandes causes comme le Sidaction.”

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

37


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Des programmes accessibles à tous

Des contenus encadrés M6 Kid

Une politique volontariste en faveur des sourds et des malentendants Afin d’augmenter l’accessibilité des programmes télévisés aux sourds et malentendants, conformément à la loi pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », M6 a entériné un plan sur cinq ans commencé en 2002 avec 200 heures de programmes sous-titrés, pour atteindre 1 000 heures en 2006. Les objectifs ont largement été dépassés puisque le volume des programmes atteint cette année plus de 1 582 heures, soit 18% de la grille, 21% des programmes (hors publicité, habillage et parrainage) et 465 heures de plus qu’en 2005.

La signalétique « Sourds et malentendants »

38

M6 assure la sécurité et la protection de la jeunesse dans ses programmes… Dès 1989, M6 prend l’initiative de créer une signalétique précisant à quel public s’adressent les films. Elle sera finalement imposée aux autres chaînes par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel en 1996. M6 s’assure que ses programmes ne comprennent ni violence, ni vulgarité, ni aucun élément susceptible de choquer la sensibilité des plus jeunes. À ce titre, le Groupe suit également avec vigilance l'élaboration des séries en coproduction, du concept jusqu'à la livraison de l'épisode final. Le doublage des œuvres étrangères est également réalisé avec le plus grand soin. Ainsi, tous les programmes jeunesse, films, séries, téléfilms et clips musicaux sont visionnés et validés par un comité de mères de famille qui délivre ses recommandations auprès du comité de signalétique, décideur final de l’attribution des 4 catégories (tous publics, moins de 10 ans, moins de 12 ans et moins de 16 ans). De même, comme l’an passé, la chaîne a soutenu et diffusé la campagne CSA sur la protection des mineurs en y associant son logo. M6 a aussi été partenaire de la Journée Internationale du Droit de l’enfant, en diffusant des clips dans plusieurs émissions.

M6 offre la possibilité aux enfants âgés de 9 à 12 ans de participer aux émissions de M6 Kid en plateau et veille à obtenir l’accord parental. L’émission propose des programmes ludiques, éducatifs et encadrés : ateliers manuels, conseils, reportages métiers et contribue à l’éveil et l’initiation des enfants en toute sécurité. … Et ses contenus multimédias M6 est responsable des informations diffusées sur ses sites Internet. Un comité de 25 modérateurs bénévoles supervise l’ensemble des sites Internet communautaires : il vérifie de manière impartiale la pertinence des contributions avant de les rendre publiques et, le cas échéant, les modifie, ou contrôle les messages d'insulte, de diffamation, ceux à caractère raciste et toute incitation à la violence ou à la haine... A travers son offre de téléphonie ciblée 15/25 ans, M6 mobile est la seule marque à proposer des forfaits bloqués avec appels illimités soir et week-end. Et plus besoin de contacter le service client pour activer le système de contrôle parental ! Depuis novembre, les membres de l’AFOM (Association Française des Opérateurs de téléphonie Mobile), dont M6 mobile fait partie, ont signé un accord qui les engage à proposer systématiquement un contrôle parental, dès l’ouverture de la ligne.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

La défense des minorités Fondé en 1997 à l’initiative de nombreux professionnels des médias, observatoire de la diversité dans les médias, le Club Averroes défend auprès des décideurs et des institutionnels l’image des minorités. Si le CSA oriente sa réflexion sur la programmation des

Un rôle fondamental dans la promotion de la diversité Le Groupe M6, en tant que groupe média très présent dans la vie quotidienne des Français, est conscient de sa responsabilité dans la représentation de la diversité des cultures et des origines de la société française.

Express, gagné par Fathi et Médi, a valorisé les jeunes issus de l’immigration.

Reflet de la société et de la diversité de ses composantes, la télévision joue en effet un rôle important en faveur de l’intégration. Dans ce cadre, le CSA, depuis la loi du 31 mars 2006 sur l’égalité des chances, est investi de nouvelles missions en matière de cohésion sociale et respect de la diversité culturelle dans la programmation des médias.

Veillant à une juste représentation de la diversité de la communauté nationale, le Groupe M6 a poursuivi plusieurs initiatives saluées par le rapport du Club Averroes. Tout d’abord dans le domaine de l’information, M6 continue de diversifier ses équipes de journalistes et de présentateurs. La fiction constitue la 2de initiative de M6. La grille de rentrée 2006 illustre la réalité de la diversité des visages des Français avec les séries françaises, notamment policières, telles que Les Bleus, premiers pas dans la police ou Les Tricheurs.

Avec les émissions de téléréalité telles que Loft Story, Pop Star, M6 a d’ailleurs été la première chaîne à montrer une France métissée parmi ses candidats. Récemment encore, le jeu Pékin

Dans l’univers de la musique, le Groupe M6 mène une politique en faveur des diversités. Toutes les chaînes du Groupe permettent une exposition significative des minorités, au travers de la diffu-

Les Bleus

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

médias, le Club Averroès étend son bilan à la problématique des ressources humaines et préconise une approche plus globale et pérenne de la diversité. Le Club estime que les « grandes chaînes françaises ont pris conscience du rôle qui leur incombe

dans l’affermissement du lien social et de la lutte contre les discriminations ». Selon le bilan du Club Averroès, la chaîne « a réussi le challenge de diversifier sa rédaction ».

sion de vidéomusique, de concerts ou encore de portraits d’artistes. Ainsi, W9 contribue à promouvoir des artistes issus de tous les horizons et à faire découvrir des genres musicaux extrêmement variés : rap, raï, R’N’B, zouk, reggae… Enfin, le Groupe M6 a joué un rôle dans la cohésion sociale en participant activement au Tour de France de la Diversité. Organisé par Azouz Begag, Ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances, cet événement visait à sensibiliser les entreprises aux enjeux de la diversité dans l’emploi.

Pékin Express

39


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Inidicateurs environnementaux Consommation d’eau 3

(en milliers de m )

2005 2006

Si le Groupe Métropole Télévision exerce des activités qui, structurellement, ne présentent pas d’impacts environnementaux significatifs, il pratique néanmoins une politique active de recyclage des déchets liés à son activité (piles, néons, matériel informatique, cartouches de toner…), ainsi qu’une politique de maîtrise d’énergie (consommation en eau, électricité…). Il incite ses collaborateurs à utiliser Intranet pour faire passer des informations et ainsi limiter la quantité de papier. En outre, les dossiers de presse ne sont plus imprimés mais envoyés par e-mail et, occasionnellement, livrés sur clefs USB.

(en millions de kg)

24,6 25,8

Consommation d’énergie électrique (en kWh) 2005 7 281 992 2006 7 784 987

Un engagement pour l’environnement

Rejet de CO2 2005 2006

0,431 0,434

Production de déchets (en tonnes)

2005 2006

228 239

Par ailleurs, la responsabilité d’un groupe producteur et diffuseur de contenus repose également sur sa volonté de sensibiliser le grand public aux enjeux du développement durable. Ainsi, M6 a joué en 2006 ce rôle éducatif via la série Chaos sur la planète constituée de 3docu-fictions : Super tornade, La grande inondation, La menace solaire. Chacun de ces docu-fictions a réuni près de 4 millions de téléspectateurs. Ils ont présenté le déroulement de phénomènes naturels spectaculaires, conséquence possible des dérèglements climatiques. Ces situations, décryptées par des équipes de scientifiques (climatologues et géophysiciens), expliquaient comment et pourquoi de tels événements pourraient arriver. La série a été suivie par le magazine Chaos sur la planète, ce qui nous attend vraiment animé par Mac Lesggy qui a également porté sur les problèmes climatiques.

Chaos sur la planète

40

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Participation à la sauvegarde de l’environnement Directeur des opérations de Mistergooddeal.com Philippe, 35 ans

Derrière un site Web marchand, il y a toute une organisation, des hommes, du service, de la technique, des exigences de qualité pour satisfaire les clients. Tout part du clic de validation de la commande : préparation des commandes, gestion des stocks, expédition, facturation et encaissement, c’est une vraie chaîne logistique qui se déroule, et qui se poursuit en cas de retour de la marchandise, jusqu’à d’éventuelles réparations. Les clients nous font confiance, ils achètent sans avoir essayé le produit, nous leur devons de travailler avec une forte culture du résultat, en alliant rapidité et efficacité. Entreprise citoyenne, nous encourageons la reprise des anciens matériels et leur insertion dans des filières de recyclage. Pour nous la qualité de service, c’est de la vie quotidienne !”

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Le décret du 20 juillet 2005 et ses 5 arrêtés d’application imposent la collecte sélective, le traitement de recyclage des Déchets d’Équipement Électrique et Électronique (DEEE ou D3E). Il est prévu que : • d’une part, chaque entreprise mettant un produit sur le marché en France prend à sa charge la collecte, le traitement et l’élimination des équipements électriques ou électroniques • d’autre part, les détaillants et revendeurs reprennent gratuitement les appareils usagés lorsque les clients achètent un nouvel appareil de nature identique. Ils perçoivent auprès du consommateur l’écocontribution qui sera collectée par le fournisseur.

Au sein du Groupe M6, Mistergooddeal et Home Shopping Service sont soumis à ces obligations et veillent notamment à fournir aux consommateurs les informations environnementales et à revêtir un marquage spécifique et autres informations complémentaires (producteur, date…) sur tous les équipements électroniques ou électriques. Dans ce contexte, ces deux sociétés de vente à distance : • adhérent à un Éco-Organisme • sont enregistrées auprès de l’ADEME (Agence gouvernementale de l’environnement et de la maîtrise d’énergie) • pourvoient à la collecte sélective pour chaque catégorie d’équipements • informent les acheteurs des coûts unitaires supportés pour l’élimination des DEEE • acceptent, sur demande du client, la reprise gratuite d’un appareil usagé lors de l’achat d’un produit du même type.

41


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

NOTRE RESPONSABILITÉ EN MATIÈRE

SOCIALE Actif et attentif en matière de recrutement

Transmettre un savoir-faire

En 2006, 257 collaborateurs ont été embauchés en CDI (contre 145 en 2005) : au 31 décembre, l’effectif total s’élève à 1 643 collaborateurs permanents. M6 confirme ainsi sa vocation de Groupe créateur d’emplois.

La réussite du Groupe M6 est le fruit d’un travail collectif. Le Groupe a pour volonté de créer des équipes compétentes, unies et performantes et de favoriser la fidélité des collaborateurs. Il transmet le savoir-faire de ses collaborateurs notamment à ses stagiaires et le développe en portant une attention particulière à la formation et la mobilité.

Dans sa politique de recrutement, M6 s’engage, dans le respect de la Charte de la diversité, à ce que son effectif reflète la mixité présente au sein de la population française. Le Groupe M6 a ainsi développé des contacts et des rencontres réguliers avec des associations, dont notamment IMS « Entreprendre pour la Cité », en faveur de l’insertion des personnes susceptibles de subir des discriminations. Soucieux du respect de la parité, le Groupe M6 compte 50% de femmes au sein de son effectif total. Ce pourcentage atteint 53% parmi les cadres du Groupe (hors Football Club des Girondins de Bordeaux). M6, groupe dont les collaborateurs ont en moyenne 34 ans, fait un effort tout particulier envers les jeunes, pour leur proposer d’entrer durablement dans la vie active.

42

1719 jours

DES RENCONTRES COLLABORATEURS Des petits déjeuners avec des membres du Directoire sont organisés une fois par trimestre : en moyenne 10 à 12 collaborateurs, en place depuis au moins deux ans et qui occupent des postes en évolution, y sont reçus avec la volonté de favoriser la mixité des services et des sociétés. Les cadres à haut potentiel du Groupe participent à des journées de formation au sein du siège du Groupe RTL à Luxembourg, pour découvrir le groupe et rencontrer leurs homologues étrangers. L’ENTRETIEN ANNUEL Outil d’évaluation indispensable aux collaborateurs comme aux managers, l’entretien annuel permet d’aborder le sujet de l’évolution professionnelle et des souhaits de formation. Cette année encore près de 85% des collaborateurs ont complété leur livret d’entretien annuel qui formalisait notamment ces deux points.

alloués à la formation des collaborateurs du Groupe en 2006

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Code de déontologie Le code de déontologie du Groupe est remis à chaque nouvel arrivant, il est également disponible dans l’Intranet. Au-delà du respect de la loi et des engagements contractuels, le code de déontologie est un ensemble de principes professionnels que chaque salarié doit observer pour sa propre

conduite et pour orienter ses choix dans les actions entreprises, en gardant en permanence à l’esprit le souci de servir le public et les clients, ainsi que l’ensemble des partenaires et interlocuteurs, avec professionnalisme, diligence, neutralité et discrétion.

LA FORMATION INTERNE M6 développe les compétences de ses salariés par une politique de formation continue, qui s'articule autour de formations à ses métiers, au management et de plus en plus à la maîtrise des langues. Le nombre d'actions de formation est en croissance, et a concerné 606 personnes en 2006. Une commission formation valide et suit les choix faits en termes de formation. Pour individualiser davantage encore les actions de formation et les adapter aux projets professionnels des salariés, le DIF (Droit Individuel à la Formation) a été déployé cette année. Chaque salarié à plein temps dispose d'un DIF de 21 heures par an, cumulables sur une période de 6 ans et gérées par année civile. LA POLITIQUE DES STAGES Dans le respect de la Charte nationale sur les stagiaires, le Groupe mène un certain nombre d’actions en faveur des stagiaires étudiants avec une grille d’indemnisation appropriée. Favoriser le bon déroulement du stage En 2006, le Groupe a accueilli et formé 400 stagiaires dans le cadre de leur cursus pédagogique ; ces stages sont tous conventionnés et indemnisés et durent pour la plupart de 3 à 6 mois. M6 a aussi embauché 13 jeunes en alternance (apprentissage ou professionnalisation) et a accueilli de nombreux élèves des classes de 3e ou de 2de en stage d’observation d’une semaine. Totalement intégrés à l’ensemble des équipes,

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

La rédaction

les stagiaires participent à un séminaire de présentation du groupe, reçoivent un kit de bienvenue avec le livret d’accueil et le code de déontologie du Groupe. Ils sont encadrés pendant toute la durée du stage par un tuteur qui a préalablement reçu une formation spécifique au management. Préparer les futurs recrutements du Groupe et fidéliser les stagiaires Avant la fin de leur stage, les jeunes sont reçus en entretien d'évaluation avec leur tuteur, ce qui permet de valider leur choix d'orientation professionnelle ainsi que leur potentiel et leur motivation pour le Groupe. Leurs candidatures sont privilégiées dans le cadre des recrutements à des postes de juniors, immédiatement à l'issue de leur stage ou ultérieurement ; dans cet esprit, et pour garder le contact avec eux, M6 leur adresse, tous les trimestres, une newsletter pour les informer de l'actualité du Groupe, mais aussi des postes de juniors à pourvoir. En 2006, 62 stagiaires ont été recrutés en contrat à durée déterminée, indéterminée, pige ou intermittent.

à pourvoir et les personnes souhaitant une évolution professionnelle, sujet préalablement abordé lors de l’entretien annuel d’évaluation. En 2006, 42 personnes ont bénéficié de la mobilité interne dont 16 hommes et 26 femmes (sont prises en compte les mutations d’un service à un autre au sein du Groupe, sont exclues les promotions ou changements de poste au sein d’un même service.)

MOBILITÉ M6 encourage la mobilité interne en publiant, en temps réel, dans l’Intranet tous les postes à pourvoir dans le Groupe et privilégie ainsi les candidatures internes et celles des salariés de TPS dans le cadre du rapprochement de cette entité avec le Groupe Canal+. Une réunion mensuelle avec tous les Responsables Ressources Humaines du Groupe permet de faire un point sur les postes

43


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Promouvoir une vie professionnelle épanouie MOTIVATION ET IMPLICATION En sus de leur salaire de base, tous les salariés bénéficient d’un 13e mois et, le cas échéant, d’une rémunération complémentaire. De plus, en 2006, 1 173 salariés ont pu bénéficier de l’abondement en application du plan d’épargne groupe, s’ajoutant aux versements de la participation et de l’intéressement qui ont concerné 1 778 collaborateurs du Groupe. Le Groupe M6, convaincu que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle des salariés participe à la bonne performance de l’entreprise, n’hésite pas à proposer des emplois du temps aménagés : 6% des collaborateurs du Groupe sont ainsi à temps partiel (hors Girondins de Bordeaux et Mistergooddeal). En 2006, le taux d’absentéisme s’est élevé à 10% par rapport au nombre d’heures de travail théorique des salariés du Groupe. L’ensemble des collaborateurs du Groupe M6 évolue dans un environnement de travail agréable et fonctionnel. Un local médical est installé au siège, les locaux du Groupe sont entièrement non-fumeurs, et le restaurant d’entreprise permet à chaque collaborateur de déjeuner, mais aussi de dîner, tous les jours de la semaine, et même le week-end pour tenir compte des horaires de travail du personnel en charge d’assurer la continuité de la diffusion de l’antenne. Au 3e trimestre 2006, le Groupe a offert à l’ensemble des collaborateurs qui déjeunaient entre 12 h et 12 h 30 un dessert ou une entrée gratuite, afin

44

de réguler la fréquentation du restaurant d’entreprise, renforçant ainsi le confort de chacun.

commission mutuelle et une commission restauration ont été créées.

Les locaux sont visités chaque trimestre par le CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail), qui contribue à la prévention des risques professionnels et à l’amélioration des conditions de travail. En 2006, une procédure a ainsi été mise en place, en partenariat avec la médecine du travail, pour permettre la surveillance médicale renforcée de l’audition de chaque collaborateur travaillant avec des casques audio. Par ailleurs, en 2006, les actions de formation incendie et sauveteur secouriste au travail ont été doublées par rapport à 2005.

De plus, le Comité de Liaisons et d’Information, qui réunit deux fois par an les représentants de chaque société du Groupe et le président du Directoire, est un relais supplémentaire de communication de la direction avec les salariés. De nombreuses réunions ont eu lieu en 2006 avec les délégués syndicaux, permettant de conclure des accords collectifs, et notamment un accord portant sur la durée du travail au sein de l’UES (Unité Économique et Sociale). Un accord concernant les frais de soins de santé et de prévoyance a également été conclu, afin de maintenir le niveau de remboursement des soins et la prise en charge des risques d’invalidité, d’incapacité et de décès, à l’ensemble des collaborateurs, ce qui vise à garantir pour l’avenir un régime de soins pérenne.

Enfin, au titre du 1% logement, le Groupe M6 cotise auprès d’un organisme collecteur et propose à ses collaborateurs des prestations attractives en cas d’emménagement, achat d’un logement, rénovations et mobilité, avec, par exemple, l’aide à la location, grâce au financement du dépôt de garantie (avance sous la forme d’un prêt sans intérêts). PROMOUVOIR LE DIALOGUE SOCIAL Le Groupe M6 s’engage à promouvoir le dialogue social. De nouvelles élections des représentants du personnel ont ainsi été organisées en 2006, portant la durée du mandat des membres du Comité d’Entreprise (CE) et des délégués du personnel à 4 ans (contre 2 ans auparavant). Le groupe a choisi de mettre en place des réunions de travail visant à éclairer le CE. Ainsi, une

Enfin, 2006 a été marquée par la signature finale de l’accord de branche « STP » (Syndicat des Télévisions Privées), déterminant le statut des intermittents dans les sociétés de diffusion. La direction des relations sociales du Groupe M6 a participé très activement à l’élaboration et la conclusion de cet accord, témoignant d’une volonté affirmée de fixer le statut des intermittents dans le Groupe, et plus largement dans toute la profession.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Responsable des études Ressources Humaines Julie, 36 ans

Être à l’écoute des collaborateurs

M6 ne se limite pas à la télévision. C’est un vrai groupe avec un grand nombre de métiers, de managers et d’équipes opérationnelles. C’est une ruche dans laquelle il se passe toujours quelque chose. Pour que tout cela fonctionne en bonne intelligence, il faut du liant, une qualité de relations humaines et sociales. Avec les équipes Ressources Humaines du Groupe, c’est mon rôle de faciliter tout cela. Nous gérons les relations sociales au quotidien, que ce soit par leur aspect institutionnel – le Comité d’Entreprise ou les délégués du personnel –, ou par un aspect plus individuel autour des contrats de travail. Il faut aussi savoir travailler dans un rapport de proximité avec les gens, pour écouter, faciliter le dialogue. Le point commun de toutes les équipes : la passion de leur métier.”

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Par ailleurs, le CE propose différentes prestations : chèques-cadeaux pour les naissances, participation aux frais d’activités sportives et culturelles des collaborateurs, organisation de vacances, séjours week-end sportifs ou touristiques, arbre de Noël des enfants des collaborateurs… La communication interne est l’essence même d’une bonne synergie, elle constitue une des priorités du Groupe et permet de révéler le potentiel humain, de véhiculer et de partager la culture, les valeurs et les savoir-faire, notamment à l’aide d’outils adaptés, entièrement dédiés aux collaborateurs : • le journal vidéo interne mensuel, retransmis sur les postes de télévision à l’ensemble des collaborateurs, filme l’actualité des services, des métiers, les événements internes… • la lettre mensuelle présente l’ensemble des activités du Groupe : nouveautés programmes, audiences, CD/DVD, spectacles, éditions, collections… • l’Intranet, très consulté avec près de 1 800 000 pages vues en 2006, est un véritable relais d’information réactif et évolutif. Actualisé au quotidien, il met également à disposition des news sur le Groupe, les filiales et les médias, des documents incontournables (organigramme, rapport annuel, communiqués de presse, campagnes publicitaires, etc.), un lien sur chacun des 32 sites du Groupe (de m6.fr à m6boutique.com, en passant par skaaz.fr

45


M6, UNE ENTREPRISE RESPONSABLE

Des guides pratiques pour les collaborateurs M6 facilite la vie des salariés en leur remettant des livrets d’information thématiques : • L’essentiel à connaître sur le Groupe est à découvrir dans le « livret Groupe » : dates et chiffres clef, activités du Groupe, numéros utiles,

valeurs et éthique de la chaîne. « M6 c’est donner des chances égales à chaque homme et femme de toute culture, nationalité ou religion dans le cadre du recrutement, du développement personnel et professionnel ou de la promotion. Adhérer aux

ou femme-en-ville.com), des informations sociales (accords d’entreprise, guide épargne salariale, mobilité, formation…), des portraits de collaborateurs, mais aussi des logiciels spécifiques aux métiers… • des écrans de télévision, dans les halls d’accueil et les ascenseurs, diffusent les audiences quotidiennes et des flashes d’information. Autant de supports qui, dans un souci de cohésion et de transparence, mutualisent l’information, valorisent les activités, les métiers et les hommes qui constituent la force du Groupe. UNE COMMUNICATION FÉDÉRATRICE M6 renforce le lien social en organisant tout au long de l’année, pour les collaborateurs, des jeux liés aux activités du Groupe. Dans le cadre de l’implication de M6 dans la Coupe du Monde, durant un mois, les collaborateurs ont pu participer par équipe de 5 à un grand jeu interne de pronostics. Chaque année, M6 s’implique dans la fête de l’entreprise, avec pour objectif de célébrer l’entreprise comme lieu de vie. Ce moment est l’occasion pour les salariés du Groupe de partager un moment de convivialité.

valeurs du Groupe c’est favoriser l’esprit d’équipe, encourager la synergie entre les filiales et les services afin de mieux se connaître. Appartenir au Groupe M6 c’est pouvoir allier dynamisme, exigence et réactivité au quotidien. »

• Le « livret santé et prévoyance » : les collaborateurs bénéficient d’un régime de frais soin de santé et d’un régime de prévoyance, qui leur assurent, à la fois un meilleur niveau de remboursement des soins de santé et une prise en charge

des risques invalidité, d’incapacité et de décès. • Le « livret épargne » : l’épargne salariale est une opportunité de se constituer une épargne supplémentaire grâce à la contribution du Groupe (participation, intéressement et abondement).

M6 SE MOBILISE Deux fois par an, l’entreprise planifie, devant ses locaux, une collecte de dons de sang avec l'Etablissement Français du Sang. De nombreux collaborateurs y contribuent, permettant à M6 de se placer au-dessus de la moyenne nationale du don en entreprise située autour de 7%. L’ACCUEIL DES NOUVEAUX ARRIVANTS Pour que les premiers pas dans l’entreprise se déroulent dans des conditions optimales, les nouveaux entrants sont conviés à une journée d’intégration, présentée par des directeurs du Groupe, et reçoivent un guide d’information pratique. Un espace leur est dédié dans l’Intranet pour leur permettre aisément de prendre connaissance des informations prioritaires.

La fête de l’entreprise

Ci-contre : le concert à l’hôpital Necker

46

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

47


ANTENNE M6

48

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


ANTENNE M6

ANTENNE M6

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

49


PRODUIRE

33 formats diffĂŠrents produits en 2006 par W9 Productions

Justin Timberlake

50

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


ANTENNE M6

La création en action Un grand nombre d’émissions diffusées à l’antenne sont aujourd’hui produites par M6. À l’image du nouveau magazine d’actualité 66 Minutes, les sociétés de productions internes élaborent des programmes créatifs dans des genres et des formats allant de l’information, avec C.Productions et Métropole Production, aux divertissements, avec Studio 89 Productions et W9 Productions. L’INFORMATION SOUS TOUS LES ANGLES C.Productions est à l’origine des rendezvous de l’information qui font la spécificité de M6 (Zone Interdite, Capital, Secrets d’actualité) et d’émissions plus récentes qui offrent un décryptage toujours aussi réactif de l’actualité (Enquête exclusive, 100% Foot, 66 Minutes). C.Productions produit également de grands documents (Quand l’Algérie était française) et des feuilletons du réel (Ma vie au Commissariat). Métropole Production produit les magazines Turbo, Sport 6, M6 Kid, ou encore le 12:50, nouveau journal de la mi-journée lancé avec succès en 2006. DES DIVERTISSEMENTS ORIGINAUX ET ATTRACTIFS Spécialistes du divertissement, Studio 89 et W9 Productions produisent des émissions tant pour M6 que pour les chaînes numériques du Groupe. Magazines, jeux ou documentaires musicaux, autant de formats qui illustrent la volonté de développer en interne une production de flux puissante et originale. Studio 89 poursuit en 2006 sa recherche de talents prometteurs, incarnés par une nouvelle génération d’animateurs (Alessandra Sublet, Pierre Mathieu ou Sandra Lou…). Pour M6, Studio 89 produit notamment 6 émissions quotidiennes (Morning Café, M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Coordinatrice artistique de W9 Productions

Jour J et Tubissimo…), 3 émissions hebdomadaires (Classé Confidentiel, Hit Machine, Fan de) ainsi que plusieurs prime time et 2des parties de soirées (Classé Confidentiel, Le meilleur de Franck Dubosc, Le pire du pire de Michaël Youn…). Pour les chaînes numériques du Groupe, Studio 89 propose de nombreux programmes, qu’ils soient hebdomadaires (En quête d’action pour W9, Hit TF6, Les Dossiers de Téva, Fun People…), mensuels et événementiels (100% séries pour Série Club, Nouvelle Star ça continue pour Fun TV), ou unitaires (Le meilleur du pire de Michaël Youn pour TF6). W9 Productions s’illustre cette année dans la production de concerts événementiels avec les W9 Live offrant les concerts privés de stars comme Justin Timberlake, Placebo ou Diam’s. Riche en variétés et divertissements, l’année 2006 présente également des soirées événementielles avec Laurent Gerra fait son show et plusieurs éditions du Grand marathon du rire. Par ailleurs, le concept de Pékin Express, grand jeu d’aventure dont la 2e édition (Pékin Express : la route de l’Himalaya) sera diffusée sur M6 en prime time début 2007, connaît un franc succès.

Heures de programme produites par Studio 89 1 100 h pour 36 émissions 997 h 854 h 680 h

2003

2004

2005

Marianne, 33 ans

Après des études d’histoire et 9 ans dans le Groupe, mon travail est maintenant de raconter des histoires et de les rendre intéressantes pour le téléspectateur. Chacune des émissions que je conçois est une aventure qu’il faut conduire au pas de course. Je travaille en partenariat avec les autres chaînes, avec les unités de programme pour fabriquer des séries événementielles, des téléréalités originales. Il y a beaucoup d’invention, d’imagination dans ce que je fais. Une fois le projet d’émission constitué, je dois m’occuper de tout : écrire l’histoire, les commentaires, choisir les musiques, superviser le montage pour coller à la cible. Tout cela c’est du travail en équipe avec des dizaines de personnes qualifiées et passionnées, en gardant le souci du moindre détail. Ça demande de l’énergie, du temps et de la coordination, c’est à ce prix que nous réunissons une émission complètement originale comme Pékin Express.”

2006

51


INFORMER

N°2

Le 12:50 est le 2e journal de la mi-journée auprès des moins de 50 ans

Nathalie Renoux

52

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


ANTENNE M6

Au cœur de l’actualité Avec les lancements réussis de nouveaux programmes dont un magazine d’actualité et un talk-show, et l’arrivée d’un nouveau rendez-vous politique, M6 poursuit en 2006 son investissement dans l’information et le décryptage de l’actualité. UNE POLITIQUE D’INFORMATION AMBITIEUSE Programmes phares de la chaîne en première partie de soirée, les magazines Capital et Zone Interdite atteignent une moyenne commune de 4,1 millions de téléspectateurs. En 2006, Zone Interdite gagne plus de 200 000 spectateurs : une hausse encore plus sensible depuis l’arrivée de Mélissa Theuriau comme présentatrice de l’émission en septembre. De son côté, Capital, présenté par Guy Lagache, reste un standard inimitable après bientôt 14 ans d’existence. Le magazine des coulisses de l’économie

a atteint sa meilleure audience depuis 5 ans en réunissant 5,7 millions de téléspectateurs devant un numéro intitulé « Toujours plus riches : fortunes, secrets et révélations ». Dans un univers de concurrence pourtant renforcé, Secrets d’actualité et Enquête exclusive connaissent une année de consolidation en 2e partie de soirée : une audience stable pour Secrets d’actualité (1,7 million de téléspectateurs) désormais présenté par Eric Delvaux, et une hausse constante pour Enquête exclusive (1,6 million de téléspectateurs) toujours animé par Bernard de la Villardière. Enquête exclusive a battu son record d’audience avec 2,4 millions de téléspectateurs devant un numéro consacré à « La vie cachée du périphérique ». Par ailleurs, Enquête exclusive a de nouveau été récompensé cette année au Festival International du scoop et du journalisme d’Angers ; des récompenses accordées par des professionnels qui

reconnaissent ainsi l’implication toujours plus forte de la chaîne dans l’information et les sujets d’investigation. UNE ANALYSE DE L’ACTUALITÉ EN 66 MINUTES Depuis la rentrée de septembre, une nouvelle émission est venue s’ajouter à ces 4 succès du dimanche : 66 Minutes, un magazine d’actualité hebdomadaire présenté en direct par Aïda Touihri. En quelques mois, l’émission a atteint les 2,5 millions de fidèles chaque dimanche (une progression de plus de 600 000 téléspectateurs pour la chaîne sur cette case). 66 Minutes offre un panorama très riche de l’actualité depuis le témoignage exclusif d’un geôlier d’Ingrid Betancourt jusqu’au portrait d’artistes, en passant par la vie des SDF. Un éclectisme et une originalité salués par le public.

T’empêches tout le monde de dormir, le talk-show réactif et interactif L’arrivée de Marc-Olivier Fogiel et d’une nouvelle émission hebdomadaire en 2e partie de soirée sous la forme d’un talkshow intitulé T’empêches tout le monde de dormir est une nouveauté majeure

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

pour l’information en 2006. Stars de la musique ou du cinéma, acteurs de la scène politique ou héros de l’actualité, ils viennent chaque mardi se confier et débattre sur le plateau

de celui dont la réputation n’est plus à faire et qui a notoirement fait progresser la chaîne sur cette tranche avec plus de 18% de part de marché en moyenne sur l’ensemble du public.

53


ANTENNE M6

Journaliste Aïda, 29 ans

L’INFORMATION AU QUOTIDIEN Les rendez-vous quotidiens de l’info, ce sont d’abord des flashes, chaque demi-heure, entre 7 h et 9 h dans le cadre de l’émission matinale Morning Café, puis deux grandes éditions à 12 h 50 et 19 h 50 et des journaux locaux de 7 minutes à 20 h 40. Grande évolution en 2006, l’édition de la mi-journée (ex-Six’midi) devient Le 12:50 et passe du format « tout en images » à un vrai journal incarné, présenté par Nathalie Renoux. Un nouveau rendez-vous qui, dès son lancement, a augmenté le nombre de ses fidèles : Le 12:50 est désormais le 2e journal de la mi-journée auprès des moins de 50 ans.

Je suis journaliste. Mes deux années dans le groupe ont été exclusivement consacrées à l’information, d’abord sur des petits magazines, puis dans des journaux comme Le 12:50, pendant l’été. Aujourd’hui, je présente le 66 Minutes, un nouveau magazine hebdomadaire d’actualité : une magnifique opportunité de pratiquer du journalisme citoyen, en faisant découvrir aux téléspectateurs les gens qui font l’actualité, à travers des reportages de 10 à 20 minutes. Nous proposons des sujets éclectiques : faits divers, actualité internationale, campagne présidentielle, coulisses du show-biz… Tout est en direct. Nous restons toujours dans le feu de l’action, entretenant une vraie complicité avec les téléspectateurs qui se prolonge par le site Web de l’émission.”

54

Le 12:50

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


+200 000 téléspectateurs en 2006 pour Zone Interdite.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

55


ACCOMPAGNER

2 000

c'est le nombre d'élèves des 3 cantines scolaires auprès de qui Cyril Lignac a fait de la prévention Vive la cantine !

56

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


ANTENNE ANTENNE M6

Ensemble au quotidien Destinés à toute la famille, les magazines de la vie ont pour mission d’accompagner les téléspectateurs dans leur environnement quotidien et de nouer un dialogue autour de thèmes innovants. RENCONTRER Avec L’Amour est dans le pré, les téléspectateurs ont pu découvrir 10 agriculteurs ouvrant leur cœur afin de trouver l’âme sœur ; des rencontres qui ont passionné les spectateurs de M6. Cette année pour la 2e saison, de nouveaux agriculteurs et agricultrices célibataires, tous charmants et particulièrement émouvants, décident à leur tour de s’adresser à la France entière pour trouver la personne qui partagera peut-être leur vie…

de trouver des solutions afin qu’enfants et adolescents se nourrissent mieux. Une initiative applaudie par près de 5 millions de téléspectateurs. CONSEILLER ET APPRENDRE À côté des nouveautés, M6 poursuit la diffusion de programmes forts et fédérateurs qui permettent d’appréhender le quotidien avec sérénité, tels que Chef la recette, Il faut que ça change, Recherche appartement ou maison, Super Nanny, ou encore E=M6, un rendez-vous de référence présenté par Mac Lesggy, le « Monsieur science du petit écran ». E=M6 reste un des programmes favoris du public de M6 après 500 numéros diffusés et 16 ans de présence à l’antenne.

ÉQUILIBRER SON ALIMENTATION Parents inquiets, enfants mécontents, la cantine scolaire fait débat. Dans Vive la cantine ! le chef Cyril Lignac et le nutritionniste Jean-Michel Cohen ont mis leur savoir-faire et leur énergie au service de la santé des jeunes. Pendant plusieurs mois, Cyril Lignac a travaillé au quotidien dans 3 cantines pour essayer

D&CO, redécorer son intérieur La décoration est devenue un véritable phénomène de société. Lancé au printemps et animé par la pétillante Valérie Damidot, le magazine D&CO est une vraie réussite regardée par 3,6 millions de téléspectateurs en moyenne le dimanche à 19 heures. Tout en les faisant rêver, l’émission fait travailler

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

l’imagination des téléspectateurs en proposant des solutions pratiques, faciles et abordables pour changer d’intérieur. Le succès de ce magazine hebdomadaire a permis sa déclinaison en prime time avec D&CO, une semaine pour tout changer, qui réunit 5,1 millions de téléspectateurs en moyenne.

Chef d’antenne régie finale Thierry, 39 ans

La régie finale, c’est la tour de contrôle de la chaîne. Toute la diffusion des programmes passe par là, et la moindre erreur est immédiatement visible par des millions de téléspectateurs. De la rigueur, de l’attention doivent être partagées par toute l’équipe, ainsi qu’une forte réactivité. Dès le moindre problème, nous devons connaître chaque geste par cœur pour faire vite et bien. Nous suivons tout sur la conduite d’antenne, un document élaboré la veille qui décrit tous les éléments qui doivent être diffusés, soit plus de 700 éléments. Nous supervisons la bonne diffusion des programmes mais aussi l’habillage, l’insertion de logos, la signalétique, le soustitrage et veillons au respect de la législation audiovisuelle en vigueur. Malgré tous les systèmes et les machines de haute technologie qui nous entourent, les interventions humaines restent déterminantes. Néanmoins les technologies nous apportent toujours plus d’efficacité. La prochaine étape, c’est le passage au « tout numérique ».”

57


DIVERTIR

25 000 candidats auditionnés chaque année pour Nouvelle Star

Nouvelle Star 2006

58

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


ANTENNE M6

Des programmes de découverte PARTIR À L’AVENTURE En début d’année, la 1re saison du jeu d’aventure Pékin Express a rassemblé en moyenne 3 millions de téléspectateurs le dimanche après-midi pendant 12 semaines. La saison 2, intitulée Pékin Express : la route de l’Himalaya, part de Pékin pour rejoindre Bombay, en passant par le Népal. Une course exceptionnelle dans de nouvelles contrées pour 10 nouveaux binômes qui n’auront qu’1€ par jour et par personne pour se nourrir, se loger et se déplacer… Une magnifique aventure humaine riche en émotions et en surprises ! DÉVOILER LES TALENTS Cette année, les divertissements dénichent toutes sortes de virtuoses dans Incroyable Talent, des plus physiques aux plus drôles, des plus époustouflants aux plus loufoques… Un véritable succès pour cette 1re édition présentée par Alessandra Sublet, qui réunit 4,3 millions de téléspectateurs en moyenne et séduit tout particulièrement les 15/24 ans.

CÔTÉ PEOPLE Alessandra Sublet a repris avec brio le flambeau de Classé Confidentiel, l’émission qui revient chaque samedi à 20h05 sur les secrets les plus étonnants des films et séries cultes, des chanteurs ou des événements les plus marquants. Des secrets qui fascinent chaque semaine plus de 2 millions de téléspectateurs face aux journaux télévisés de la concurrence. Classé Confidentiel s’est même installé à deux reprises en prime time ; un pari réussi qui a captivé 4 millions de téléspectateurs !

TOUJOURS PLUS DE MUSIQUE 2006 est l’année de la création d’un programme tout spécialement dédié à la musique live des plus grands artistes français et internationaux. Concert Privé M6 a ainsi reçu Diam’s, la plus grande artiste rap du moment, le groupe Placebo, un des monuments du rock, ainsi que Justin Timberlake, un artiste emblématique de sa génération.

RÉVÉLER LA VOIX DE DEMAIN 2006 est aussi l’année d’une 4e saison exceptionnelle de Nouvelle Star. Cette fois encore, l’édition a battu son propre record d’audience en réunissant 4,9 millions de téléspectateurs en moyenne à 20h50. Parmi les 25 000 candidats auditionnés à travers la France, Nouvelle Star et son célèbre jury ont permis la consécration de Christophe Willem, un artiste hors pair dont l’album sera sans aucun doute l’un des événements musicaux de l’année 2007.

En 2006, la chaîne renforce son dispositif Talent M6, puisqu’en complément de l’antenne M6 et des 3 sites Internet partenaires, Talent M6 s’est vu relayé dans toutes les enseignes Virgin Megastore. Ainsi, les nouveaux talents ont pu être découverts par un public encore plus large et plus nombreux. Dans la lignée d’une action à l’égard des nouveaux talents francophones, M6 propose des formats comme F comme Focus (Emma Daumas, Nâdiya, Leslie, M. Pokora…), D comme Découverte (Christophe Mali, Louis, Gorillaz, Marcel & son Orchestre…) ou T comme Talent (Pauline Croze, Martin Rappeneau, Anaïs, Kaolin).

Incroyable Talent

Nouvelle Star

Nouvelle Star : évolution de l’audience moyenne (en millions) 4,9 4,2 3,9 3,1

Saison 1 2003

Saison 2 2004

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Saison 3 2005

Saison 4 2006

59


S’AMUSER

311 heures En 2006, l’offre « enfants » de M6 représente 311 heures de programmes M6 Kid, dont 300 heures de dessins animés et 11 heures de magazines.

M6 Kid

60

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


ANTENNE M6

L’univers des enfants M6 KID, UN COCKTAIL VITAMINÉ Les enfants ont trois rendez-vous par semaine avec M6 Kid : le mercredi matin à 9 h 45, le samedi matin à 6 h 45 et le dimanche matin à 9 h 30, ainsi que des rendez-vous matinaux quotidiens en période de vacances scolaires (février, Pâques, été, Toussaint). Pendant les vacances de Noël, le jeune public de M6 a la chance de retrouver tous les matins dans la case Ciné Noël de nombreux longs métrages français et européens ainsi que des programmes spéciaux qui s’inscrivent dans la tradition de Noël (T’Choupi, Le Château des Singes, Barbie au bal des 12 princesses). Sur l’année 2006 M6 Kid réunit en moyenne 400 000 téléspectateurs le mercredi, 200 000 le samedi et 700 000 le dimanche. Pendant les vacances scolaires en saison (hors été), M6 Kid réunit en moyenne 500 000 téléspectateurs.

M6 INVESTIT DANS SA GRILLE JEUNESSE Les investissements de la chaîne dans l’animation concernent aussi bien des séries que des films d’animation et se montent en 2006 à 5,5 millions €. De nombreuses coproductions de séries d’animation françaises ont trouvé leur place dans les grilles jeunesse de la chaîne, qu’il s’agisse d’adaptations de bandes dessinées à succès (Spirou et Fantasio, Les 4 Fantastiques, Monster Allergy) ou d’adaptations d’œuvres du patrimoine comme Le vilain petit canard et moi qui donnera lieu à un long métrage en 2007. En plus des coproductions, la chaîne investit également dans des acquisitions de programmes animés français ou internationaux, telle la série Charlotte aux Fraises, un succès international qui a déjà donné lieu à de nombreuses exploitations de produits dérivés. Charlotte aux Fraises

Lucky et Maeva Berthelot

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

61


5,9 millions de téléspectateurs : c’est l’audience record de Desperate Housewives

RÊVER

Desperate Housewives

62

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


ANTENNE M6

Des fictions en série DES FICTIONS FRANÇAISES ORIGINALES AU TON DÉCALÉ La créativité et l’innovation dans la fiction française restent un enjeu majeur pour M6. En faisant appel à des producteurs, scénaristes, réalisateurs et comédiens virtuoses, M6 propose des personnages et des histoires qui correspondent à son image : une chaîne moderne et impertinente qui vise un public de plus en plus large. Avec des séries de prime time, des miniséries événementielles, des téléfilms, des séries d’access et des programmes courts, M6 continue d’explorer de nouveaux territoires et d’imposer de nouveaux talents. L’humour continue d’attirer le plus grand nombre, à l’image de Kaamelott qui réunit en moyenne près de 4 millions de téléspectateurs tous les soirs en access (18 h-20 h 30). Ainsi, les chevaliers de la Table ronde seront en prime time pour une soirée événementielle avec Alain Chabat en 2007. Au secours les enfants reviennent, le téléfilm avec Roland Giraud, Fanny Cottençon et Bruno Salomone a attiré 4,6 millions de téléspectateurs.

Avec les lancements réussis de cinq nouvelles séries en 2006, M6 peut désormais compter sur Les Bleus (5,2 millions de téléspectateurs), Les Tricheurs avec Pascal Légitimus (4,9 millions de téléspectateurs) ou Alice et Charlie (3,7 millions de téléspectateurs). Le succès de Laura confirme le statut de M6 comme grande chaîne généraliste : cet été, la première saga de M6 a réuni en moyenne 4,1 millions de téléspectateurs. DES SÉRIES ÉTRANGÈRES CULTES M6 confirme son savoir-faire sur les séries étrangères. Cette année s’est notamment distinguée par la diffusion de deux séries cultes, Desperate Housewives et Prison Break, dont les succès d’audience et l’impact sur le public en ont fait de véritables phénomènes de société. Desperate Housewives diffusée à partir de mai 2006, a permis à 4,7 millions de téléspectateurs de partager le quotidien des femmes au foyer les plus célèbres de la planète. Grâce à M6 qui lui a donné l’ampleur qu’elle méritait, Desperate Housewives a rencontré un succès

Récompenses Laura, Kaamelott et Les Tricheurs ont été récompensés au 8e festival de la fiction TV à Saint-Tropez.

remarquable à la hauteur de son originalité et de la qualité extrême de son écriture. L’année 2006 souligne également la puissance de l’offre sur les séries du vendredi soir, avec l’arrivée de deux nouvelles séries policières au succès immédiat : Médium et Numb3rs. Ces séries viennent compléter une offre déjà bien installée avec NCIS : enquêtes spéciales, qui a remporté pour la saison 3 un succès encore plus important que les années précédentes et un record d’audience à 6,7 millions de téléspectateurs. La relève de NCIS est désormais assurée avec Bones, le nouveau grand succès de M6, qui réunit 5 millions de téléspectateurs en moyenne le vendredi soir. De nombreuses nouvelles séries étrangères sont proposées à l’antenne en 2006 : des

Prison Break, la série événement Diffusée à la rentrée de septembre 2006, Prison Break a passionné 5,8 millions de téléspectateurs en moyenne. Lors du dernier épisode, ce sont 7,5 millions de téléspectateurs qui ont suivi l’évasion des prisonniers de Fox River, permettant à M6 de battre son record absolu

d’audience sur l’année. Encore une fois, M6 a su développer toutes les synergies autour de ses programmes en proposant une version française du générique avec l’artiste Faf Larage, dont le single est n° 1 des ventes en 2006. Révélé par M6, l’acteur Wentworth Miller est devenu en quelques

semaines la personnalité TV préférée des Français *. * Classement réalisé par l’IFOP pour le magazine TV GRANDES CHAîNES les 18-19 décembre 2006 et 2 janvier 2007 auprès de 1 000 individus de plus de 15 ans. Étude portant sur 50 personnalités TV pour l’année 2006. TV GRANDES CHAÎNES N° 73 du 13-26 janvier 2007

Prison Break

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

63


ANTENNE M6

Responsable acquisitions de fictions US Sidonie, 30 ans

Nous identifions les films et les séries qui rencontrent ou rencontreront des succès d’audiences aux USA, afin de les acheter pour pouvoir les diffuser sur les chaînes du Groupe. C’est un métier à multiples facettes, où je visionne des programmes, et négocie leur acquisition en collaboration avec les personnes en charge de la veille, de l’artistique et du suivi des projets. J’assure ensuite le lien avec les producteurs américains, en les informant de la mise à l’antenne de leurs produits, des audiences et des éventuels plans marketing. Nous sommes en contact avec de nombreuses entités du Groupe (les unités de programme de la chaîne M6, les chaînes numériques, M6 Web pour la VoD ..) pour acquérir et décliner nos droits sur tous les supports. Rechercher les programmes longtemps à l'avance est un travail passionnant car il faut anticiper ce que notre public aimera découvrir dans les années qui viennent.”

64

nouveautés américaines telles que Summerland, La star de la famille, Wildfire, Kingdom Hospital, Special Unit 2, Révélations, Scrubs, Blind Justice… mais également des séries européennes telles que Ash & Scribbs et Arnaqueurs VIP (GB), Performers (Italie) et Mes adorables voisins (Espagne). En 2006, M6 propose également les saisons inédites et attendues des séries familières aux téléspectateurs comme Smallville, Charmed, Stargate ou Nip/Tuck. UNE OFFRE CINÉMA ÉCLECTIQUE L’offre cinéma 2006 confirme la montée en puissance de la chaîne avec de très bons scores dans des genres éclectiques : des films inédits fantastiques comme Fusion, 2 fast 2 furious, X-Men 2, des films prestigieux comme Gangs of New York, des comédies avec Comment se faire larguer en 10 leçons, Les 11 commandements et Gomez et Tavarez. Cette année encore, M6 réaffirme son talent pour faire revivre les films cultes comme elle l’avait fait avec Indiana Jones et Star Wars les années passées, en proposant à son public la trilogie des Retour vers le futur programmés pendant trois semaines d’affilée en prime time.

Gangs of New York

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


M6 FILMS, PARTENAIRE DU CINÉMA Les 9 films coproduits par M6 Films et sortis en 2006 ont cumulé 10,1 millions d’entrées, un score excellent de plus d’1 million d’entrées par film. Cinq films se sont classés dans le top 20 des films français de l’année : Ne le dis à personne, 2e film du réalisateur Guillaume Canet, prix Jacques Deray du meilleur film et césars des meilleur acteur, meilleur réalisateur, meilleure musique de film et meilleur montage, remporte un vif succès avec 2,7 millions d’entrées et se place en 8e position du box-office français. OSS 117, césar des meilleurs décors, la comédie déjà culte de Michel Hazanavicius incarnée par Jean Dujardin, a fait un score remarquable de 2,3 millions de spectateurs. Nos jours heureux, comédie à succès de l’été et 2e film des réalisateurs Eric Toledano et Olivier Nakache, totalise 1,5 million d’entrées. Astérix et les Vikings, produit par M6 Studio, a réalisé 1,3 million d’entrées. Enfin, la comédie de Charlotte de Turckheim, Les Aristos, a pris la 19e place du box-office français avec 0,9 million d’entrées.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

65


6 300 000

de téléspectateurs pour le match Brésil-Croatie : 3e meilleure audience de l’année

PARTAGER

66

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


ANTENNE M6

M6, une chaîne sportive UN PAS DÉCISIF DANS LE FOOTBALL En 2006, avec 31 matches diffusés lors de la Coupe du Monde de football en Allemagne, M6 offre un événement sportif d’exception et des rencontres remarquables tels que BrésilCroatie, Argentine-Serbie, République Tchèque-Italie, Brésil-Ghana, Allemagne-Argentine ou Angleterre-Portugal. Ces rencontres ont été réalisées en HD et commentées par Thierry Roland et Christophe Josse, accompagnés de leurs deux champions du monde respectifs, Frank Leboeuf et Christophe Dugarry. La qualité de ces deux duos comme des équipes de reportages sur le terrain et l’originalité de ton des émissions quotidiennes (Sport 6 et 100 % Coupe du Monde) ont grandement contribué à la réussite de cette opération de vaste ampleur. M6 acquiert également en 2006 les droits de diffusion des trois derniers tours décisifs de la finale de la Coupe de l’UEFA, et de la finale de la Super Coupe d’Europe, pour trois ans de plus.

SPORT 6, UN RENDEZ-VOUS EMBLÉMATIQUE Depuis 1989, Sport 6 propose chaque dimanche un résumé tout en images de l’actualité sportive. Son concentré d’informations et d’images marquantes, son redoutable « carton rouge » dénonçant les travers du sport, et son « coup de cœur » valorisant une fois par mois les plus belles actions sportives, font de Sport 6 une émission incontournable de la chaîne, regardée par 3 millions de téléspectateurs. TURBO, PLUS DE 1000 ÉMISSIONS AU COMPTEUR Fidèle au poste à la tête du magazine automobile Turbo, Dominique Chapatte fête en 2006 le début de sa 20e saison et offre une nouvelle formule auprès de 4 millions de téléspectateurs présents aux deux rendez-vous du samedi et dimanche.

100% Foot, le talk-show sportif le plus regardé du PAF 100% Foot

En passant du dimanche soir à minuit au samedi à 14h, 100 % Foot, animé par Estelle Denis, a plus que doublé son audience, qui atteint désormais 900 000 téléspectateurs chaque semaine. Devenue culte notamment à l’occasion de la Coupe du Monde FIFA-2006 où elle a été programmée quasi quotidiennement, l’émission est aujourd’hui le talk-show sportif le plus regardé du PAF, reconnaissable par son ton impertinent.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

M6 EST « HD READY » M6 mène une politique volontariste pour développer la Haute Définition, qui garantit une qualité optimale de service et marque un progrès comparable à l’arrivée de la couleur à la télévision en 1967. Le Groupe a contribué activement à la promotion de la HD à travers le HD Forum dont il est l’un des membres fondateurs. La Haute Définition offre aux téléspectateurs une qualité d’image exceptionnelle (définition et profondeur de champ supérieures) et un environnement sonore multicanal (qualité de son 5.1). Déjà équipée d’une régie de diffusion HD, M6 prévoit d’adapter progressivement ses outils de production et de montage à cette nouvelle technologie. En 2006, la chaîne a déjà diffusé plus de 195 heures en HD, dont 31 matches de la Coupe du Monde de football. Pour 2007 l’objectif est de trois prime times en HD par semaine et 260 heures par an ; en 2008, M6 prévoit de diffuser 500 heures annuellement soit 1h30 par jour. Déjà aujourd’hui, toutes les productions ou les coproductions de téléfilms et de séries sont réalisées en Haute Définition et la chaîne a négocié avec les « majors » la livraison en HD de toutes ses séries à succès : Desperate Housewives, Prison Break, NCIS, Les 4400, etc.

67


68

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


CHAÎNES NUMÉRIQUES

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

69


CHAÎNES NUMÉRIQUES

TÉLÉVISION DE COMPLÉMENT

Répartition en 2006 des foyers TV par modes de réception Ligne téléphonique 8%

Part d’audience « Autres Télévisions » individus 4 ans et plus (en %) La part d’audience des « Autres Télévisions » ne cesse de progresser sous l’effet du développement de la TNT.

Câble numérique 5% Câble analogique 8%

Hertzien analogique 50%

Satellite numérique 15%

10,9

11,2

Part d’audience des chaînes numériques 36,9%

13,7

Part d’audience des chaînes hertziennes historiques 63,1%

2006

Dans cet environnement en forte mutation, le Groupe M6 est bien positionné avec une famille de chaînes complémentaires en matière de positionnement et de cibles.

12,0

9,5 7,5

8,5

Satellite analogique 3% Hertzien numérique 11%

2000 Source : M6

Part d’audience « Autres Télévisions » 4 ans et plus, environnement Câble et Satellite

2001

2002

2003

2004

2005

Source : Médiamétrie

Source : Médiamétrie/MédiaCabSat vague 11 / janvier - juin 2006.

Univers de diffusion des chaînes numériques du Groupe Chaines Analogique

Câble et satelitte

TNT gratuite

Mode de réception TNT payante

Individus initialisés (en millions)

ADSL

Mobile

53,0 21,2* 17,3* 13,0* 6,0 5,5 4,8 4,3 3,1 Total équipés TV : 56,1 M individus (4 ans +)

Univers Câble et Satellite : 16 M individus

Univers TNT : 7,3 M individus

* Données Médiamétrie / REM octobre - décembre 2006 Source : Médiamétrie / MédiaCabSat vague 11 / janvier - juin 2006.

70

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


CHAÎNES NUMÉRIQUES

Un marché en mutation rapide L’ÉVOLUTION DES MODES DE RÉCEPTION ET DES OFFRES DE TÉLÉVISION Il y a dix ans, en 1997, 84% des foyers recevaient la télévision hertzienne analogique, seuls 5% des foyers étaient équipés en télévision numérique permettant de recevoir plus que les 5 chaînes historiques. En 2006, 39% des foyers ont accès à la télévision numérique, sous l’effet du développement, d’abord des offres payantes (câble et satellite), puis des offres gratuites (TNT, ADSL,…) La télévision de complément se démocratise aujourd’hui, grâce au lancement réussi, en mars 2005, d’une offre multichaîne gratuite pour tous, la TNT (18 chaînes), sous réserve de s’équiper d’un boîtier et de se situer dans la zone

de couverture. Le réseau hertzien numérique couvre 65% de la population depuis octobre 2006. Les autorités prévoient d’étendre la couverture du réseau à 95% à terme, et à 80%, voire 85% d’ici la fin 2007. Par ailleurs, le succès rencontré par les offres multiservices Internet Haut Débit, Téléphonie, Télévision (dites « Triple Play ») permettent aux abonnés de bénéficier d’une offre de télévision élargie. En 2006, 17% des foyers français sont équipés d’une offre de télévision de complément gratuite, et 33% d’une offre de télévision payante. 50% des foyers ne reçoivent encore que 5 chaînes. D’ici 2011, c’est l’ensemble des foyers français qui aura accès à une offre multichaîne gratuite de

La loi « Télévision du Futur » La loi relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur a été adoptée définitivement le 22 février 2007 par le Parlement. Elle prévoit l’arrêt de la diffusion analogique au plus tard le 30 novembre 2011,

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

et définit le cadre juridique de la Télévision Haute Définition et de la Télévision Mobile Personnelle. En outre, elle prolonge l’autorisation d’émettre de M6 jusqu’en 2022, et accorde au Groupe M6, comme aux autres

acteurs historiques privés détenteurs d’une licence analogique, un canal supplémentaire, pour une nouvelle chaîne numérique gratuite, à l’arrêt de la diffusion analogique.

télévision numérique. Avec la numérisation de la diffusion, la réception TV devient progressivement accessible sur de nouveaux supports : ordinateur, téléphone mobile, baladeur multimédia. Par ailleurs, le développement de la TV numérique favorise l’apparition de nouveaux acteurs sur le marché de la distribution TV, et l’émergence de nouveaux usages, comme la VOD, accessible à la fois sur l’ordinateur et sur la TV.

UNE FAMILLE DE CHAÎNES En totale complémentarité avec l’offre M6, le Groupe compte 9 chaînes numériques, chacune avec une identité propre. Tandis que W9 privilégie la détente et la musique, Paris Première se positionne comme la chaîne de la culture et des spectacles, Téva est féminine jusqu’au bout des ongles, M6 Music Hits, Rock et Black déclinent toutes les genres musicaux, TF6 axe sa communication autour du divertissement, Série Club porte bien son nom et, enfin, Fun TV s’adresse aux jeunes. Une famille de chaînes agrémentées par des programmes originaux et adaptés à chaque cible… Dans le courant de l’année 2007, TF6 et Série Club seront reprises sur la nouvelle plate-forme Canal+ France.

2,8

millions d’adaptateurs TNT vendus fin 2006

71


W9

33,5%

Leader des nouvelles chaînes de la TNT, W9 est regardée, chaque jour, par 33,5% du public équipé. Source : Médiamétrie – Univers équipés TNT (moyenne lundidimanche/03 h-27 h) – novembre-décembre 2006

W9 live présenté par Frédérique Bedos

72

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


CHAÎNES NUMÉRIQUES

Musique, action, détente UNE OFFRE DIFFÉRENTE ET DIVERSIFIÉE Depuis son lancement sur la TNT en mars 2005, avec 3,3%* de part d’audience moyenne, W9 affirme ses ambitions avec deux objectifs majeurs, à savoir cultiver sa différence et asseoir sa position de leader, à travers : • la consolidation de ses acquis : les rendez-vous de la saison 2005-2006 ont été reconduits : W9 Live présenté par Frédérique Bedos, En quête d’action avec François Pécheux • le développement de nouveaux rendez-vous originaux : W9 renforce son offre autour de programmes et de visages emblématiques avec Fast Club, animé par Stéphane Rotenberg, Menu W9, mis en scène par Vincent Desagnat et Benjamin Morgaine, Cécile Siméone aux commandes du E-Classement, ou encore

Sabrina avec @vosclips • une offre cinéma et fiction riche : W9 consacre deux soirées au cinéma et propose des séries cultes (Friends, Numb3rs, Les Simpson) et inédites (The Unit ou Totally Frank) • une politique événementielle variée : tout au long de l’année, W9 propose, en exclusivité et en direct, de grands événements de la scène musicale et sportive (Les Grammy Awards, L’Euro Espoirs 2007, La Coupe de l’UEFA, Le Supercross de Paris Bercy). Chaîne de caractère, moderne, résolument différente, W9 affirme sa volonté de continuer à offrir le meilleur programme à son public, les jeunes adultes. * Source : Médiamétrie – Univers équipés TNT (moyenne lundi-dimanche/03 h-27 h) – novembre-décembre 2006

La puissance de la TNT

Prix

W9 bénéficie d’une réelle puissance de diffusion. Présente sur tous les réseaux de distribution (TNT, satellite, câble, ADSL), plus de 10 millions de foyers la reçoivent. Une montée en charge rapide de la TNT est prévue dans les cinq prochaines années permettant ainsi à W9 d’être reçue en 2011 par 95% de la population française. W9 est également disponible sur le téléphone mobile (Orange et Bouygues en téléphonie mobile 3G).

À l’occasion de la Nuit des Neuf TV, W9 a été récompensée en janvier 2006 pour la qualité de ses programmes musicaux. TV Notes 2006 a désigné, en juin, W9 comme la 2e meilleure chaîne TNT de la saison *.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Responsable de la programmation de W9 Marie-Ange, 29 ans

W9, c’est la dernière née des chaînes du Groupe, avec déjà une forte diffusion et exposition deux ans après son démarrage sur la TNT gratuite. Mon travail est au cœur de la chaîne, il consiste à programmer les émissions, en fonction des tranches horaires, pour optimiser les performances de la chaîne et répondre aux attentes des téléspectateurs. Cela m’amène à collaborer avec tous les services : les unités de programmes, la direction des programmes et de la programmation de M6, les acquisitions. Travailler au sein d’un Groupe qui dispose d’une famille de chaînes, différentes et complémentaires, est un atout précieux. Lors de chaque lancement, nous cherchons à maximiser l’efficacité du programme et sa bonne intégration dans les grilles des autres chaînes.”

* Source : TV Notes organisé par Imédias (www.imedias.biz) et Newsmédias (www.newsmedias.fr) avec Europe 1 – 200 000 votes enregistrés

73


PARIS PREMIÈRE

9,8 M de téléspectateurs regardent Paris Première chaque semaine.

Source : Médiamat novembre 2006 – univers initialisés Paris Première – couverture hebdomadaire seuil 1 seconde + audience réalisée sur les réseaux de diffusion non pris en compte par l’étude MédiaCabSat (notamment celle de la TNT)

Campagne presse 20 ans

74

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


CHAÎNES NUMÉRIQUES

Paris Première : 20 ans et toujours différente ! Le 15 décembre 1986 à 19 h, Paris Première, « la première chaîne des Parisiens », est lancée sur le canal 8 de Paris Câble… Au milieu d’un paysage audiovisuel en constante évolution, Paris Première bénéficie toujours d’une belle visibilité et d’une identité exceptionnelle. Elle a su s’adapter et innover. La chaîne aborde sa 3e décennie avec confiance. UNE CHAÎNE TRÈS REGARDÉE Accessible sur l’ensemble des réseaux de diffusion, Paris Première bénéficie sur la TNT de 2 heures quotidiennes en clair pour mieux exposer ses programmes. Plus de 21 millions d’individus la reçoivent pendant cette tranche horaire. 3e au rang des chaînes les plus reçues en France (hors chaînes hertziennes historiques), Paris Première a enregistré un nouveau record d’audience auprès

des individus CSP+, et une progression annuelle supérieure à la moyenne des chaînes numériques en se classant 6e chaîne numérique la plus regardée par les personnes âgées de 4 ans et plus, et 2e pour les CSP+. PARIS PREMIÈRE CULTIVE SA DIFFÉRENCE Culturelle et glamour, au ton à la fois pétillant et audacieux, servie par des signatures prestigieuses, Paris Première met l’accent sur les événements, le théâtre, les spectacles, le sport et l’humour… La saison 2006 ne manque pas d’innover encore puisqu’à côté de ses « standards », Paris Première s’enrichit et accueille de nouveaux talents dans une grille presque intégralement renouvelée depuis trois ans. Parce qu’elle est unique, moderne et avant-gardiste, Paris Première s’est offert un nouvel habillage pour réaffirmer son territoire urbain, tendance et culturel. Un nouveau dress code et une nouvelle musique à son image.

LES MAGAZINES PHARES Au 93 Faubourg Saint-Honoré, Thierry Ardisson continue ses dîners autour de nouvelles thématiques. Dans Ça balance à Paris, dorénavant présenté par Pierre Lescure, les débats sont toujours aussi animés. Xavier de Moulins a pris la relève de Paris Dernière. Alexandra Golovanoff anime désormais La blonde et moi, où elle suit et accueille un leader d’opinion, La mode, la mode, la mode, un des rares magazines de mode, et enfin Paris Défile, compte-rendu des plus belles collections du monde ! Philippe Gildas, fidèle à Vive la télé, reçoit des personnalités et s’intéresse aux émissions de notre patrimoine audiovisuel. Priscilla Telmon innove avec Paris d’ailleurs et nous plonge dans des lieux exotiques et dépaysants de la capitale, tandis qu’Intérieurs, devenu incontournable, se consacre au design et à la décoration.

Paris Première en 20 ans de diffusion c’est…

5 000 heures de direct la 1re chaîne à diffuser des défilés de mode en intégralité (Thierry Mugler) la 1re chaîne à diffuser du poker (9 janvier 2004) la 1re chaîne à diffuser 24h/24 les Jeux olympiques de Séoul (1988), le plus grand événement médiatique sportif au monde 760 couverts dressés au 93 Faubourg Saint-Honoré depuis trois ans sur 95 émissions 1 600 rencontres faites et lieux découverts par Paris Dernière (depuis 1998) 88 émissions d’Intérieurs, le magazine de décoration depuis 2003 46 restaurants testés par François Simon dans La Chronique de François Simon (depuis 2003) 367 Hollywood Stories diffusées depuis 2001 3 600 000 pages vues sur le site Internet de Paris Première (sur un mois environ)

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Pierre Lescure

Alexandra Golovanoff

Diffusion TNT payante Depuis le 21 novembre 2005, Paris Première est accessible sur le canal 31 de la TNT pour tous les équipés de la TNT payante. C’est aussi la seule chaîne payante de la TNT à bénéficier d’une tranche en clair quotidienne (hors chaînes Premium) de 2 heures accessible

aux 3 millions de foyers qui ont accès à la TNT gratuite. Plus de 21 millions de téléspectateurs reçoivent désormais Paris Première pendant cette tranche en clair (accessible aux foyers équipés d’un adaptateur TNT et gratuite de 18h50 à 20h50).

75


TÉVA

3

e

chaîne du câble et du satellite sur son cœur de cible abonnées (les ménagères de moins de 50 ans). Source : Médiamétrie / MédiaCabSat septembre 2006-février 2007

Cendrine Dominguez et Marielle Fournier

76

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


CHAÎNES NUMÉRIQUES

Téva : 10 ans d’émotions FÉMININE ET INCONTOURNABLE Aujourd’hui, forte d’un positionnement unique et d’un ton différent, largement diffusée (câble, satellite, ADSL, téléphonie mobile), Téva, la chaîne généraliste à coloration féminine, s’impose comme une chaîne incontournable de l’offre télévisuelle de complément. Un succès affirmé avec des performances en termes d’audience, de notoriété et d’image : • Téva fait partie des chaînes les plus diffusées. Accessible par près de 13 millions d’abonnés, Téva est retransmise sur tous les supports existants : le satellite (TPS et CanalSat), le câble (Noos Numéricable, Upc), ADSL (TPSL, CanalSatDSL, Free, Neuf TV, Alice), le mobile (Orange) • Avec +10% d'audience auprès des ménagères de moins de 50 ans en un an, Téva poursuit sa progression. Téva rassemble

66% de femmes, soit une audience plus que triplée en 5 ans auprès des ménagères de moins de 50 ans* (et une audience plus que triplée en cinq ans sur cette cible) ** • Son taux de notoriété a triplé depuis son lancement, avec plus de la moitié (du grand public) qui déclare connaître la chaîne ***. DES PROGRAMMES IDENTITAIRES Téva a fêté ses 10 ans le 6 octobre 2006 et lancé sa nouvelle décennie avec des programmes placés sous le signe de l’émotion et de l’innovation : des séries cultes et inédites comme la 5e et dernière saison inédite d’Alias, Commander in Chief, Beautiful People, sans oublier Ally McBeal et Sex and the City, du cinéma emblématique, des formats de docu-réalité surprenants et exclusifs (Top Models USA 4, Projet Haute

Couture saison 2, Relooking Extrême saisons 2 et 3). Cette programmation riche et diversifiée s’articule autour de magazines audacieux et identitaires : Les Dossiers de Téva, magazine de société diffusé en prime time et présenté par Marielle Fournier et Téva Déco dans lequel Cendrine Dominguez transforme chaque semaine l’intérieur d’un téléspectateur. * Source : Médiamétrie / MédiaCabSat septembre 2006-février 2007 ** Audience 15 ans et plus en vague 11 de MédiaCabSat (janvier-juin 2006) *** Source : baromètre de notoriété CSA

Le Groupe M6 acquiert 100% de la chaîne Téva Le Groupe M6, déjà actionnaire à hauteur de 51% de la chaîne Téva, a acquis début janvier les 49% restants auprès de la Compagnie pour la Télévision Féminine, détenue par les sociétés Marie-Claire Album et Hachette Filipacchi Médias. Le Groupe M6 a

ainsi consolidé son portefeuille de chaînes numériques et confirmé sa stratégie visant à développer une famille de chaînes puissantes.

Alias

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Projet Haute-Couture

77


CHAÎNES NUMÉRIQUES

M6 MUSIC • HITS • ROCK • BLACK

TOUTES LES MUSIQUES Près de deux ans après leur lancement, les chaînes M6 Music Hits, M6 Music Black et M6 Music Rock répondent parfaitement aux attentes d’un public consommateur de musiques, tant par la diversité que par la complémentarité des offres. Les chaînes enregistrent des performances très positives : M6 Music Hits demeure la 1re chaîne musicale sur les 15/34 ans et voit son audience bondir de 54 % sur les 15/24 ans ; M6 Music Black voit son audience progresser de 24% sur les 4 ans et plus marquant davantage encore sa complémentarité dans l’offre globale et M6 Music Rock répond aux attentes

d’un public de plus en plus large en progressant de 27% sur les 4 ans et plus. Au total : M6 Music Hits, M6 Music Black et M6 Music Rock progressent de 22% sur les 15/24 ans *. Outre la programmation de clips, les chaînes proposent un large éventail de magazines musicaux fortement incarnés par des animateurs mettant leur culture musicale et leur talent à leur service : Max, Charlie Bruneau, Ariane, Audrey Sarrat, Lynda Lacoste, Sandrine Quétier, Mélanie Kah… Tête de pont de l’offre musicale du groupe M6, les chaînes M6 Music Hits, M6 Music Black et M6 Music Rock sont accessibles sur le câble, le satellite, l’ADSL, les mobiles et Internet.

Flavie Flament

TF6

* Source : Médiamétrie / MédiaCabSat septembre 2006-février 2007 vs janvier-juin 2006

LA TÉLÉ TRÈS TÉLÉ TF6 bénéficie de plus de 6 millions d’abonnés à la chaîne (TPS et câble). 1re chaîne de TPS sur la quasi-totalité des cibles, TF6 se situe dans le trio de tête auprès de l’ensemble des téléspectateurs (2% sur les individus 4+, 3,3% sur les 15/34 ans*) et propose une grille de programmes très ambitieuse. Son objectif : conquérir et fidéliser les jeunes adultes, avec de nombreux animateurs-vedettes (Cauet et son équipe, Flavie Flament, Denis Brogniart, Karine Ferri, Elodie Gossuin, Sandrine Quétier, Loana…), près de 200 grands films de cinéma (8 Mile, Hero, American Pie II, Le Roi Scorpion, Jerry Maguire…),

des séries événements en prime time (Ghost Whisperer, Supernatural, The Closer, 24 Heures chrono, Dr House), le meilleur des séries pour les jeunes adultes en journée (Smallville, Angel, Newport Beach, Les frères Scott…) et des formats de téléréalité diffusés pour la 1re fois en France (Love Looser 4, Trois vœux, The Beauty and the Geek...). * Source Médiamétrie / MédiaCabSat juillet-décembre 2006 initialisés

Max et Charlie Bruneau

78

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


CHAÎNES NUMÉRIQUES

FUN TV

Dr Vegas

SÉRIE CLUB

100% SÉRIES 5e chaîne auprès des ménagères de moins de 50 ans abonnées *, distribuée sur le câble et le satellite (TPS), Série Club compte plus de 5,5 millions d’individus abonnés à la chaîne. Avec un positionnement simple et clair, la chaîne des séries a poursuivi en 2006 son effort de renouvellement avec des séries inédites : Pacific Homicide, Dr Vegas, Wildfire. Elle a également diffusé de nombreuses nouveautés, des séries récentes et attendues par le public comme M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Disparition, Stargate Atlantis, Oz. Série Club a créé l’événement, tout au long de l’année, lors des Emmys Awards, des Screenings, de la Soirée spéciale Disparition et de la Soirée remakes en série, manifestations qui mettent les séries à l’honneur.

LA CHAÎNE DES 15/24 Fun TV, la chaîne 15/24 ans du Groupe M6, est la chaîne musicale qui a enregistré en 2006 la plus forte progression de son audience avec une hausse de plus de 31% *. Elle compte aujourd’hui près de 2 millions de foyers abonnés et est la 3e chaîne musicale la plus regardée sur son cœur de cible abonné*. Impertinente, conviviale et originale, Fun TV cultive sa différence et reste une chaîne à part, fidèle à ses valeurs et à son public à travers une offre articulée autour du divertissement, de la musique et des séries.

Outre les émissions phares de la chaîne comme Pelle et Râteau, présentée par l’emblématique Magloire, ou Fun People, présentée par Jenny Del Pino, la chaîne s’est enrichie de nouveaux rendez-vous, comme Riders’n’co consacré aux sports extrêmes, de nouveaux visages, Aurélie Konaté et Aymeric Beneton, et a proposé plusieurs séries, dont une sitcom inédite Hot Dog Family. * Source Médiamétrie / MédiaCabSat septembre 2006 – février 2007

Pelle et râteau

* Source Médiamétrie / MédiaCabSat juillet-décembre 2006, hors chaînes hertziennes historiques

79


80

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

81


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

PÔLE INTERACTIONS

Une déclinaison du Groupe

LES PUBLICATIONS ET LES DISQUES Avec les créations de M6 Interactions en 1992 et de M6 Événements en 1997, M6 a très tôt investi d’autres territoires que la télévision en initiant de nouveaux savoir-faire dans l’édition (presse, musique, collections…), l’événementiel et le spectacle.

LES PUBLICATIONS Via sa filiale M6 Interactions, M6 est désormais devenu un des acteurs incontournables de la diffusion en kiosque. Le Groupe vend plus de 9 millions de produits en 2006 et est le 4e éditeur hors presse en France. L’activité d’édition regroupe les collections d’objets, les jeux vidéo et CD-Roms ainsi que les DVD y compris « unitaires ». • Les collections 6 nouvelles collections sont lancées en 2006, dont Caméra Café en DVD et les objets dérivés de la licence

Charlotte aux Fraises, le grand succès de l’année. • Les jeux vidéo et CD-Roms plus de 30 jeux vidéo pour PC, PS2 ou Nintendo DS sont commercialisés en 2006. • Les DVD tout en poursuivant la distribution en kiosque de films tels que Mr & Mrs Smith, Lord of war, Camping ou Les Chevaliers du ciel, l’activité vidéo propose des coffrets de séries cultes comme 24 Heures chrono ou Prison Break et développe des offres couplées avec des magazines télé.

LES LICENCES DE MARQUES M6 Interactions poursuit l’exploitation des marques antenne telles que la Nouvelle Star, Oui chef !, D&CO et s’est vu confier la représentation de marques externes au Groupe comme Desperate Housewives. LES DISQUES Le marché du disque en France a continué de baisser pour la 4e année consécutive (–10,7% en valeur et –26,6% en nombre d’unités vendues, source SNEP). Dans ce contexte difficile, M6 Interactions enregistre néanmoins de beaux succès, avec...

9 millions c’est le nombre de produits vendus en kiosque par M6 Interactions.

82

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

• Des découvertes La grande révélation de l’année est Pigloo. Le 1er single s’est classé pendant trois semaines consécutives n° 1 du Top des ventes en France et a été certifié disque de platine. Le 2e est entré directement à la 4e place du Top single. • Des programmes phares déclinés en musique M6 Interactions poursuit par ailleurs son activité autour des succès de l’antenne. Ainsi Faf Larage décroche la palme de la meilleure vente de single en France en 2006 avec le titre Pas le temps, générique de la série Prison Break, diffusée sur M6. De même, la bande originale du téléfilm High School Musical, est commercialisée, en coexploitation avec EMI, depuis octobre, et enregistre déjà la vente de 115 000 albums et 700 000 singles. Enfin, l’album de Miss Dominique, finaliste de la Nouvelle Star – saison 4 –, sorti en novembre 2006, a séduit plus de 100 000 fans.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

• Les valeurs sûres L’album d’Amel Bent, Un jour d’été, coproduction Jive, est certifié double disque de platine (plus de 500 000 exemplaires vendus). Amel Bent a par ailleurs reçu le prix de l’artiste « Révélation du public » aux Victoires de la musique en 2006. Autre talent suivi dès ses débuts par M6 Interactions : M. Pokora, jeune star du RNB français, dont le 2e album, Player, sorti en janvier 2006, est certifié Album de platine.

L’ÉVÉNEMENTIEL M6 Événements est coproducteur de la pièce Arrête de Pleurer, Pénélope 2, la suite. En 2006, en trois mois et demi, plus de 46 000 spectateurs ont assisté à cette représentation. Face à ce succès, des prolongations sont prévues en 2007. La pièce de théâtre Des soucis & des potes, dont M6 Événements est également coproducteur, est aussi prolongée en 2007. De plus, M6 Événements est coproducteur de la tournée M. Pokora (plus

de 120 000 spectateurs). Par ailleurs, la filiale événementielle de M6 s’associe à de nombreux spectacles comme Cabaret, Hot Wheels (à Bercy), ou encore Holiday on Ice. M6 Événements poursuit son activité d’organisation d’événements avec 30 opérations montées au cours de l'année 2006.

83


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

LA PRESSE ET L’ÉDITION Le pôle Éditions est un acteur significatif du marché de la presse jeune avec 2 titres aux thématiques spécifiques : • l’actualité des stars : 1er magazine lancé par M6 en 1997, Fan 2 est devenu l’un des leaders de la presse jeune ; • la musique : le mensuel Hit Machine créé en 2003. LA PRESSE FÉMININE Début 2006, M6 conforte sa position dans la presse gratuite et dans la presse féminine en prenant une participation au capital du mensuel gratuit Femme en ville (9 numéros par an). Femme en ville est le 1er magazine féminin haut de gamme gratuit et distribué via un réseau de partenaires à plus de 500 000 exemplaires (OJD presse gratuite 2006). Ce magazine est disponible dans les réseaux Printemps, Jean-Louis David, Parashop, Orcanta, Lina’s et Carita. LA PRESSE MASCULINE M6 devient également l’actionnaire principal du mensuel gratuit Homme en ville, diffusé à

84

285 000 exemplaires en moyenne par numéro. Magazine masculin généraliste haut de gamme, Homme en ville est destiné aux hommes urbains CSP+ de 25 à 49 ans. L’ACTUALITÉ « LIVRE » S’inspirant des programmes diffusés à l’antenne, M6 Éditions coédite plusieurs ouvrages : toutes les astuces de Béatrice et Danièle dans l’ouvrage C’est du propre. Après La Cuisine de Cyril, Cyril Lignac a fait profiter de son savoir-faire à tous les apprentis cuisiniers avec le coffret Oui Chef !. M6 Éditions continue d’innover dans le monde de la bande dessinée en adaptant sur ce support la série Kaamelott (4e du Top BD). CITATO, PREMIER NEWS MAGAZINE JEUNESSE Panorama de la presse française, qui offre aux jeunes une sélection mensuelle d’articles des grands titres de la presse quotidienne et magazine, Citato relate les grands sujets de l’actualité en exposant la diversité des points de vue. Réalisé en partenariat avec les

principaux titres de presse, Citato est distribué gratuitement à 175 000 exemplaires dans les lycées, universités et grandes écoles. En 2006, Citato confirme son implantation dans l'univers jeunesse avec une diffusion renforcée (2 000 points répartis à travers 750 villes françaises) et un contenu qualitatif devenu référentiel (interview exclusive du Premier ministre pendant la crise du CPE, baromètre politique des 15/25 ans avec BVA-Le Mouv, présidence du concours Envie d'Agir 2006 avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports).

1,5

million

c’est le nombre d’unités Charlotte aux Fraises vendues.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


CHARLOTTE AUX FRAISES Vingt ans après sa naissance, Charlotte aux Fraises reste l’héroïne des petites filles d’aujourd’hui et rappelle à leurs mères leurs souvenirs d’enfants. À Fraisi-Paradis, Charlotte aux Fraises partage avec sa sœur, Croque Pomme, et leurs nombreuses amies, Fleur d’Oranger, Angélique, Cookinelle, Coco Berry… de belles aventures qui sont désormais diffusées chaque semaine sur M6 Kid. Leur sens de l’amitié et de la solidarité permettent aux enfants de vivre de grands moments, de voyager dans des contrées aux couleurs acidulées et de découvrir l’importance du partage, de l’entraide et de l’humour. Les enfants peuvent retrouver l’univers de Charlotte aux Fraises dans une collection disponible en kiosque et lancée en août 2006 : plus de 1,5 million d’unités ont déjà été vendues dont 467 000 ventes sur la série n° 1. Elle leur permet à la fois d’apprendre à cuisiner, colorier, compter et lire grâce aux « fraibuleuses histoires » de Caramiel.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

85


43%

Plus de 11 millions de foyers français ont accès à Internet, soit près de 43% des foyers. Source : Médiamétrie

86

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

PÔLE INTERACTIVITÉ

M6 WEB Point de convergence des nouvelles technologies Le développement des technologies numériques et des offres qui leur sont associées transforme peu à peu les modes d’accès aux contenus. Désormais les téléspectateurs peuvent regarder leurs émissions préférées depuis Internet.

Le Groupe M6 a pour vocation de devenir d’ici 2010 : – le leader éditorial en vue d’atteindre 10 millions de visiteurs uniques mensuels ; – un acteur majeur des contenus audiovisuels en développant les services payants ou gratuits.

La téléphonie décline de nombreuses fonctionnalités telles que l’accès à Internet mobile. Le secteur Internet est en pleine croissance avec près de 30 millions d’internautes dont 88% de connectés haut débit. Depuis dix ans et le lancement de m6.fr, le Groupe M6 est devenu un des acteurs majeurs de ce marché et se positionne à présent comme 2e groupe audiovisuel sur Internet avec 5,2 millions de visiteurs uniques*. M6.fr a par ailleurs intégré depuis décembre 2005 le Top 30 des sites les plus visités.

DES SITES THÉMATIQUES ET COMMUNAUTAIRES Pour prolonger les liens entre ses téléspectateurs et ses chaînes, M6 développe de nombreux sites, relais naturels de la famille des chaînes du Groupe : m6.fr, parispremiere.fr, w9.fr, teva.fr… D’autres sites offrent des contenus éditoriaux inédits et spécifiques, comme nouvellestar.fr qui a diffusé les castings des 12 000 candidats démontrant la complémentarité entre les offres antenne et les offres interactives. Le savoir-faire de M6 réside également dans la proposition de contenus éditoriaux thématiques tel que femme-en-ville.com, déclinaison d’une marque du Groupe. Lancé en septembre 2006, ce site propose une

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

approche très interactive dans le traitement des contenus féminins en ligne. Près de 231 000 visiteurs ont déjà été séduits et 4,5 millions de pages ont été vues depuis l’ouverture du site. Autre exemple, le site turbo.fr, prolongement de l’émission emblématique éponyme, a atteint 832 000 visiteurs uniques lors du Mondial de l’automobile. Il diffuse des reportages inédits et a lancé un service exclusif de webcams filmant le trafic dans plus de 40 points à Paris.

m6video.fr

partager et visualiser des vidéos. Cette plateforme a connu un succès réel, passant de 300 à 366 000 visiteurs uniques en trois mois, avec plus de 400 000 vidéos regardées chaque jour. Yootribe.com est quant à lui un service de réseau social permettant aux internautes de se regrouper par affinité et d’échanger sur les thèmes qui les intéressent. * Source : Nielsen Netratings – décembre 2006

Face à l’essor du Web participatif, M6 Web renforce son offre communautaire. Ainsi habbohotel.fr, 1re communauté virtuelle des 13/16 ans, dépasse les 2,5 millions d’inscrits et a attiré près de 750 000 visiteurs uniques en décembre, soit une progression de 162% par rapport au mois de décembre 2005. Deux sites Web 2.0 ont été lancés en septembre et novembre 2006. Le 1er, wideo.fr, est un site dit user-generated content sur lequel les internautes peuvent publier,

87


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

Lexique Chef de projet interactivité programmes Thierry, 26 ans

Video On Demand (VOD) : système qui permet de commander et de regarder des contenus vidéo numériques en temps réel sur Internet ou à la télévision. Ce type de diffusion s’appuie soit sur des infrastructures de communication à très haut débit (des fibres optiques par exemple) soit sur des techniques de streaming. Web 2.0 appelé aussi Web participatif : correspond à la 2e génération de services Internet,où les plateformes interactives se sont multipliées, l’internaute pouvant personnaliser et partager ses données, connaissances ou centres d’intérêt, en créant par exemple des blogs. L’information est produite,consultée,échangée,et diffusée en ligne. User-generated content : désigne des sites Internet où le contenu (textes, vidéo, musique) est créé par les utilisateurs eux-mêmes et mis à la disposition,gratuitement, de l’ensemble de la communauté des internautes.

Pour moi, la télévision c’est de la haute technologie ! Je travaille sur de nouvelles formes d’émissions et d’interactivité avec les spectateurs. Avec les solutions que je contribue à mettre en place, les spectateurs peuvent intervenir sur les émissions, en votant (comme pour la Nouvelle Star), en téléchargeant des logos ou en visualisant des extraits d’émission en streaming*. Mon activité se situe au carrefour de la vidéo, de l’informatique et du Web. Elle transforme le spectateur en acteur des programmes qu’il choisit, et fait d’Internet un relais et un complément des succès de l’antenne. Ainsi, la télévision devient un nouveau moyen de divertissement, plus complet et plus riche. Nul ne sait comment on regardera la télévision dans 20 ans. Mon travail, c’est de l’imaginer et de le rendre possible.”

Site communautaire :site animé par une communauté d’internautes qui partagent leurs connaissances, leurs opinions et leurs expériences,discutent entre eux,autour de sujets d’intérêt communs. Avatar :image que prend un internaute dans un univers virtuel et dans les forums de discussions. Choisi par l’utilisateur lui-même, l’avatar le représentant apparaît à chaque fois que l’internaute se connecte à un univers virtuel ou écrit un message dans un forum, afin qu’on l’identifie virtuellement.

* Le streaming (lecture en continu) est une technique permettant le téléchargement et l'écoute simultanée d'un fichier audio et/ou vidéo, contrairement au téléchargement où un fichier doit être rapatrié dans sa totalité avant d'être lu. Yootribe.fr

88

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

L’INTERACTIVITÉ, UN LIEN ÉTROIT ENTRE M6 ET SON PUBLIC M6 Web développe et déploie l’ensemble des dispositifs interactifs proposés aux téléspectateurs sur l’ensemble des chaînes du Groupe M6. Favorisant la proximité des téléspectateurs avec les programmes, cette interactivité permet au public de participer à des jeux, des quiz de connaissances, de s’inscrire pour assister ou participer à des émissions et de voter pour ses candidats préférés. M6 Web a par ailleurs une activité de production déléguée des programmes de Call TV pour le Groupe M6. Elle produit les émissions Starsix Music, Tubissimo, L’Alternative Live et Club, ainsi que des programmes courts de jeu. De nouvelles émissions seront lancées début 2007.

M6, UN GROUPE INNOVANT EN MATIÈRE DE CONTENUS MOBILES M6 Web produit des contenus éditoriaux propres à la téléphonie mobile (musique, vidéos, jeux) accessibles à partir des sites Internet Mobile : myM6, Turbo et M6 mobile by Orange. M6 Web a créé en 2006 une filiale commune avec Echovox, leader européen du multimédia mobile. Appelée Echo6, cette filiale permet à M6 de développer des contenus innovants dans un contexte où le marché mobile français est en pleine explosion. L’EXPLORATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES EN 2006 Face à l’accélération des nouveaux modes de consommation de contenus audiovisuels, le Groupe M6 s’est positionné sur tous les nouveaux supports, en particulier celui de la Video On Demand (VOD). En effet, impliqué dans le développement de la VOD dès 2004, M6 Web continue à développer son offre sur

m6video.fr pour proposer les contenus les plus inattendus à ses internautes. 200 vidéos sont désormais disponibles et on compte plus de 750 000 téléchargements depuis le début de l’année. Cette offre est accessible sur PC et sur les plateformes de TV par ADSL (Neuf Cegetel, Free et Club Internet). Une nouvelle version du site a été lancée, mi-octobre 2006, apportant plusieurs fonctionnalités comme la création d’un compte personnel, la notation de contenus, la location de saisons complètes, la lecture en streaming…

habbo.fr

Sites des chaînes du Groupe Près de 2 millions de visiteurs uniques soit une progression de 88% en un an. • www.wideo.fr (partage de vidéos) Près de 31 millions de vidéos consultées en trois mois d’existence 40 000 visiteurs par jour. • www.m6video.fr (Video On Demand) 30 000 épisodes de Prison Break téléchargés en 2006. Plus de 200 000 clients.

57%

Près de 30 millions de français, soit 57%, se sont connectés à Internet en décembre 2006 (+10% en un an). Source : Médiamétrie

• www.habbo.fr (site communautaire) 50 000 nouveaux adhérents par semaine. 64% des habbos se connectent chaque jour. 2,5 millions d’inscrits fin décembre 2006.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

89


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

M6 MOBILE BY ORANGE La référence des 15/25 ans M6 mobile by Orange c'est la rencontre de deux marques puissantes et expertes dans leur domaine : la téléphonie mobile, les contenus multimédias et les jeunes. En 19 mois d'existence, avec plus de 767 000 clients, au 31 décembre 2006, M6 mobile s'impose comme une référence en termes d’offre de téléphonie auprès des jeunes en gagnant 540 000 clients en un an. En 2006, M6 mobile a étoffé sa gamme avec 4 forfaits de 19,90 € à 29,90 €. Ces nouveaux forfaits plus généreux privilégient notamment les extensions de l'illimité, une maîtrise totale de son budget et un accès privilégié aux services de divertissement du Club M6 mobile. M6 mobile a lancé également en novembre 2006 une carte prépayée vendue en kiosque. Grâce au Club M6 mobile, les abonnés transforment leur mobile en véritable outil de divertissement : 7 clients sur 10 naviguent sur le Club M6 mobile by Orange (soit plus de 3 millions de connexions mensuelles). Les événements du Club couvrent

90

en 2006 les principaux centres d'intérêt des 15/25 ans : • partenariat avec les artistes Diam's et Justin Timberlake lors de leur sortie d'album • invitations à des concerts privés : M. Pokora, Placebo, la Nouvelle Star... • chaque mois le Club offre des cadeaux à ses abonnés : logo/sonnerie/single à télécharger • la tournée Nouvelle Star sur 11 villes pendant l'été a regroupé près de 150 000 personnes. Désormais devenue une référence dans l'univers des 15/25 ans, M6 mobile by Orange renforcera en 2007 son positionnement de marque, source de divertissement collectif, en développant ses opérations autour de l'univers M6, de la musique et des jeux.

La campagne de publicité M6 mobile

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

Directeur communication et marketing M6 mobile Caroline, 35 ans

Nombre de clients (en milliers) M6 mobile, les forfaits plébiscités par les 15/25 ans *

767 650 550

* Source : Orange/M6

450 344 271 126,2 14,2 JUIN 05

OCT. 05

JAN. MARS 06 06

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

JUIN AOUT 06 06

NOV. DEC. 06 06

Ma spécialité c’est la publicité et le marketing ! D'abord dans la communication des chaînes numériques, puis chez M6 Web et maintenant sur M6 mobile by Orange. Mon travail consiste à élaborer des offres de forfaits téléphoniques, en collaboration avec les équipes M6 mobile et Orange, et à produire des campagnes publicitaires avec un humour adapté à notre public, les 15/25 ans. Je monte des événements et partenariats attractifs autour du divertissement, comme l’organisation de la tournée Nouvelle Star. Mon rôle est de m'adresser à un public nombreux (plus de 767 000 abonnés), jeune (84% ont moins de 25 ans), très averti et exigeant sur la nouveauté, et de mettre en place les actions de fidélisation en conséquence. Je profite pleinement des synergies offertes par le Groupe en collaborant avec M6 Films, M6 Interactions, M6 Éditions, l'Antenne M6, le service Communication du groupe. C'est cette force collective qui explique nos résultats et notre position sur le marché.”

91


PÔLE DROITS AUDIOVISUELS

Petites Confidences (à ma psy)

92

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

Au cœur des contenus

600

c’est le nombre de titres du catalogue vidéo de SND.

Le Groupe M6 poursuit le développement de ses activités de distribution de droits audiovisuels en France et à l’international. LA DISTRIBUTION EN SALLE : SND, 11e DISTRIBUTEUR EN FRANCE En 2006, la Société nouvelle distribution (SND) a distribué 18 films en salle, soit 5 de plus qu’en 2005. Ces films ont totalisé plus de 6,3 millions d’entrées, permettant ainsi à SND de se placer au 11e rang des distributeurs français*. L’activité cinéma connaît des succès marquants dans tous les genres exploités : le thriller avec Lord of war (plus de 1,3 million d’entrées), la comédie américaine avec Petites Confidences (à ma psy) (803 000 entrées), la comédie française, avec Nos jours heureux (1,47 million d’entrées) ou encore le film d’animation avec Astérix et les Vikings (1,37 million d’entrées), 1re production maison via M6 Studio.

UNE ACTIVITÉ SOUTENUE EN DISTRIBUTION VIDÉO L’activité vidéo progresse fortement avec 4,4 millions d’unités vendues (soit +54% en volume vs 2005). En 2006, SND se place dans le Top 10 des éditeurs sur le

marché français avec quatre films cinéma classés dans le Top 50 des ventes tous genres confondus : Mr & Mrs Smith, Lord of war, Astérix et les Vikings et Underworld Evolution. Par ailleurs, Kaamelott et Un,dos,tres sont les deux premières séries TV

non américaines du marché DVD. Ces six titres représentent un volume total de plus de 2 millions d’exemplaires vendus tous réseaux confondus. Enfin, Le Pire du Morning Live, sorti en novembre 2006, est un des succès de la fin d’année avec plus de 200 000 DVD vendus. CESSION DE DROITS TV ET DISTRIBUTION INTERNATIONALE Cette activité connaît un fort développement en 2006, en particulier avec la distribution à l’international du film Astérix et les Vikings dans plus de 30 pays. ACQUISITION DE DROITS En 2006, SND a continué à renforcer sa politique d’acquisition de droits avec un total de 24 nouveaux films acquis en distribution tous-droits.

Lord of War

En vue de consolider sa position dans l’activité de distribution de droits audiovisuels, le Groupe M6

* Source : Écran total, le 27/12/06

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

93


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS a par ailleurs acquis, en août 2006, 100% de la société de production cinématographique Mandarin Films, détentrice d’un catalogue de longs métrages, dont Brice de Nice et Les Chevaliers du ciel.

Responsable des acquisitions SND Lionel, 32 ans

Enfin, le Groupe M6 a acquis en avril 2005 la Société Nouvelle Cinématographie (SNC) qui dispose d’un catalogue de 400 films français et italiens prestigieux. En 2006, SNC a accentué sa politique de valorisation de son catalogue et de dynamisation de son exploitation, avec pour volonté de pérenniser le patrimoine cinématographique français. La société a entrepris un grand chantier de restauration, en utilisant des procédés photochimiques et de remasterisation numérique en haute définition (HD) des titres classiques comme Les Visiteurs du soir, La Bandera, L’Été meurtrier… La version restaurée du film Les Aventuriers a été sélectionnée en avril 2006 dans le cadre de Cannes Classics.

Avec mon équipe, nous analysons les projets de films qui doivent sortir en salle en 2008-2009. Sur les 500 scénarios que nous recevons chaque année, nous n’en retenons que 15 à 20 et nous achetons les droits d’exploitation exclusifs des films. Ces films entrent alors dans le catalogue du Groupe et pourront être exploités et valorisés sur tous les supports disponibles : salle, vidéo, Télévision Payante et Gratuite, sans oublier la VOD. Cela représente une vraie prise de risque. Pour juger de la qualité de ces œuvres, sans pouvoir en visionner une seule image, il faut être curieux, ouvert, s’appuyer sur une grande culture du cinéma et de son économie, sur l’étude des tendances et sur une compréhension des goûts du public. Il faut être en relation permanente avec les producteurs, les réalisateurs et les grands groupes américains notamment pour être efficace sur un plan commercial et acheter les meilleurs films dans les meilleures conditions.”

L’été meurtrier

94

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


L’AVENTURE ASTÉRIX M6 Studio a achevé, en 2006, la production de son premier long métrage d’animation : Astérix et les Vikings, coproduit avec Mandarin SAS et le studio 2d3D Animations, en association avec le studio danois A Film AS, en développement au sein du groupe M6 depuis la fin de l’année 2002. Le film est adapté de l’album Astérix et les Normands (1967) de René Goscinny et Albert Uderzo. Lorànt Deutsch, Sara Forestier, Pierre Palmade et Roger Carel ont prêté leur voix aux personnages principaux de la version originale française. La bande originale, coproduite et distribuée par M6 Interactions, regroupe des titres interprétés par M. Pokora, Amel Bent, Billy Crawford et Céline Dion. Distribué par SND, le film est sorti en salle (612 copies) le 12 avril 2006 et en DVD le 25 octobre 2006. Il a également été vendu à l’international dans une trentaine de pays. Par ailleurs, le film s’est vu décerner à Bruxelles le prix Anima 2006 du meilleur long métrage pour jeune public. Il a également été sélectionné au Festival d’animation d’Annecy dans la catégorie long métrage.

1 371 000 entrées au box-office France à fin 2006,

300 000

La première diffusion télévisée d’Astérix et ses compagnons est prévue sur Canal+ France dans le courant de l’année 2007.

et exemplaires DVD vendus France (tous réseaux confondus) à fin 2006 pour Astérix et les Vikings.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

95


PÔLE VENTE À DISTANCE

2,5

millions

de produits vendus, 30 sites Internet 7 millions de catalogues de ventes par correspondance distribués.

96

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

Téléachat et commerce en ligne

HOME SHOPPING SERVICE Une stratégie de distribution et de diffusion multicanal Filiale à 100% depuis 1998, Home Shopping Service domine aujourd’hui le secteur de la vente à la télévision avec 55% du marché en France et au Benelux, 700 heures de diffusion de programmes par semaine, 2 millions de clients actifs et 2,5 millions de produits vendus en 2006. Avec la fusion réussie de la télévision, d’Internet et du téléphone, Home Shopping Service contrôle la totalité du circuit de diffusion, s’adapte aux évolutions de la vente à distance et développe une stratégie de distribution ambitieuse et complète. LA CONCEPTION DE PROGRAMMES ALIMENTANT PRÈS DE 40 CHAÎNES DE TÉLÉVISION Home Shopping Service réalise 230 heures de nouveaux programmes par mois. Chacun de ces programmes est réalisé et ciblé en fonction

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

des médias qui en assurent la diffusion. 34 chaînes en France bénéficient de ces tournages (dont M6 Boutique la Chaîne, Téva, Série Club, Paris Première, Cuisine TV), 3 en Belgique (RTL TV, AB4,AB3) et 2 aux Pays-Bas (Yorin et RTL4). UNE CHAÎNE 24H/24 Depuis le 29 avril 2004, M6 Boutique la Chaîne, véritable grand magasin sur petit écran, diffuse 8 heures de direct par jour et propose 300 nouveaux produits par semaine. Le nombre de clients actifs sur les douze derniers mois a dépassé les 150 000.

LES BOUTIQUES, VÉRITABLES RELAIS DE L’ENSEIGNE En 2005, une nouvelle enseigne a vu le jour dans le XIIe arrondissement à Paris. En ouvrant ce magasin, l’enseigne M6 Boutique satisfait ainsi les clients réticents à l’achat à distance ainsi que les clients qui souhaitent repartir immédiatement avec leurs achats. Fort du succès rencontré par cette boutique, Home Shopping Service a ouvert en 2006 une 2de boutique, située dans le centre commercial de Rosny 2, et a développé le concept de produit M6 Boutique dans les réseaux de grande distribution.

Home Shopping Service innove au service de ses clients : Télécommande interactive, alerte SMS quand leur produit est prêt, serveur vocal, paiement en trois fois, facilités de livraison…

LES CATALOGUES, LES INFOMERCIALS ET LES SITES INTERNET La vente à distance nécessite le développement d’une multitude de relais pour répondre au mieux aux besoins des clients : plus de 7 millions de catalogues de vente par correspondance ont été distribués en 2006, 30 sites Internet accueillent 700 000 visiteurs par mois.

97


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

MISTERGOODDEAL.COM Un acteur majeur du commerce en ligne PLUS DE 2 MILLIONS DE VISITEURS UNIQUES PAR MOIS Le site marchand mistergooddeal.com est devenu l’un des principaux acteurs du e-commerce. Le site se classe en effet parmi les dix premiers sites marchands avec une audience mensuelle en croissance régulière au-dessus des 2 millions de visiteurs uniques. Ces excellents résultats s’expliquent en partie par la fidélisation des clients, l’importante conquête d’environ 250 000 nouveaux acheteurs ainsi que par la pertinence et l’élargissement constant de son offre.

98

UNE OFFRE DE GRANDES MARQUES À PRIX RÉDUITS Avec son enseigne mistergooddeal.com, la société propose une offre permanente de produits d’équipement de la maison à prix discount extrêmement attractifs. En relation directe avec les plus grandes marques dans les domaines de l’électronique grand public, de l’électroménager, de l’informatique et de la décoration, mistergooddeal.com dispose d’un outil logistique performant qui lui permet d’assurer une grande qualité de service. Ainsi, en 2006, le site a livré plus de 900 000 produits à plus de 500 000 clients. Par ailleurs, la société développe avec succès un site de ventes événementielles sous l’enseigne linvitedesmarques.com. L’Invité des Marques est spécialisé dans des ventes exclusives de produits de prêt-à-porter, de mode, d’accessoires et de décoration.

UNE IMPLANTATION DE PROXIMITÉ AVEC 11 POINTS DE RETRAIT Mistergoodeal.com associe e-commerce et proximité. Il est en effet le 1er site de e-commerce à avoir mis en place son propre réseau national d’enlèvement avec 11 points de retrait en France. En 2006, mistergooddeal.com a poursuivi le développement de sa stratégie de proximité en ouvrant en février son 3e point de retrait en région parisienne à Coignières, après ceux de Chilly-Mazarin et d’Aulnay-sousBois. À travers cette formule d’enlèvement sur place, mistergoodeal.com permet de répondre à la préoccupation principale de ses clients : payer la meilleure qualité au meilleur prix.

UNE NOUVELLE OPPORTUNITÉ : L’OUVERTURE DE LA PUBLICITÉ TV À LA DISTRIBUTION Après avoir testé avec succès en 2006 le parrainage d’émissions sur les chaînes du Groupe M6, mistergooddeal.com est présent en publicité depuis janvier 2007 sur les écrans de la chaîne M6.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


LES VENTES SUR INTERNET EN 2006 Les ventes sur Internet ont dépassé le seuil des 12 milliards d’euros, soit une croissance annuelle de près de 40%. Le nombre d’acheteurs en ligne avoisine les 18 millions au dernier trimestre 2006, soit une croissance de 31% sur un an. Les Français ont dépensé plus de 2,5 milliards d’euros sur Internet à l’occasion des fêtes de Noël, soit 40 millions d’euros par jour. Plus de 3 internautes sur 5 ont déjà effectué un achat en ligne. Source : Fevad

900 000 produits, livrés par Mistergooddeal à plus de 500 000 clients en 2006.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

99


FOOTBALL CLUB DES GIRONDINS DE BORDEAUX

2

e

du Championnat de Ligue 1 pour la saison 2005-2006.

100

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

Une équipe qui confirme ses ambitions 100% Girondins

2005–2006 : UNE SAISON SPORTIVE DE PREMIER PLAN La saison 2005-2006 a confirmé le statut du Football Club des Girondins de Bordeaux (FCGB) comme l’un des grands clubs français. En effet, l’équipe a terminé 2e au classement général de la Ligue 1, se qualifiant ainsi directement pour la Ligue des Champions. Par ailleurs, le Club a atteint les quarts de finale en Coupe de la Ligue. 4 nouveaux joueurs ont rejoint le FCGB en 2006 : le milieu offensif « auriverde » Geraldo Wendel, le milieu de terrain offensif du Racing Santander Stéphane Dalmat, le milieu de terrain du Werder Brême Johan Micoud, et le milieu de terrain de Sienne Fernando Menegazzo.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

2006–2007 : UNE SAISON QUI S’ANNONCE PROMETTEUSE Le Club a remporté la finale de la Coupe de la Ligue le 31 mars 2007 contre l’Olympique Lyonnais. Le FCGB a participé aux 16es de finale de la Coupe de l’UEFA. En mars, les Girondins occupent la 5e place d’un championnat de Ligue 1 disputé. L’équipe a été renforcée en janvier 2007 avec l’arrivée, en provenance du Spartak Moscou, du prometteur attaquant italo-argentin Fernando Cavenaghi, âgé de 23 ans. Plusieurs joueurs du FCBG sont sélectionnés en équipe nationale : Chamakh (Maroc), Smicer (République Tchèque), Jurietti (France), Mavuba et Faubert (Equipe de France A).

UN CENTRE DE FORMATION DYNAMIQUE Le Club poursuit avec succès sa stratégie axée sur la formation : certains joueurs du centre de formation ont signé en 2006 un contrat professionnel avec le FCGB. Ce centre a fait émerger de jeunes talents et a permis de très nombreuses sélections dans chaque catégorie d’âge.

100% GIRONDINS SUR W9 À minuit les soirs de matches de championnat des Girondins de Bordeaux, 100% Girondins est diffusée sur W9. Cette émission de 2 heures, entièrement consacrée au Football Club des Girondins de Bordeaux, propose un résumé exhaustif du match disputé par les Marine et Blanc pendant la journée. La 2e heure, intitulée « Les yeux dans les bleus marines », animée par David Jemmali, alterne les reportages au coeur du club et les analyses à chaud des joueurs et du coach. 100% Girondins est présenté par Jean-Philippe Doux, journaliste de la rédaction de M6, et Marius Trésor, champion de France avec le Club en 1984.

101


CANAL+ FRANCE

L’accord de rapprochement industriel en télévision payante

5,1% c’est la part détenue par le Groupe M6 dans le nouvel ensemble de télévision payante.

102

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


TPS

Vivendi, TF1 et M6 ont conclu le 6 janvier 2006 un protocole d’accord visant à constituer un nouvel ensemble de télévision payante en France, en rapprochant les activités de TPS et de Groupe Canal+. Ce rapprochement, annoncé en décembre 2005, a été autorisé le 30 août 2006, au titre du contrôle des concentrations, par une décision du ministre de l’Économie, des Finances

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

et de l’Industrie, sous condition du respect des engagements souscrits par Vivendi et Groupe Canal+. Le rapprochement a été finalisé en date du 4 janvier 2007. En échange de l’apport de sa participation de 34% dans TPS, le Groupe M6 détient désormais 5,1% de Canal+ France, acteur de l’audiovisuel disposant

d’une taille critique pour répondre à la nouvelle donne concurrentielle et développer une offre enrichie et compétitive de télévision payante. Le Groupe M6 dispose d’une option de vente de sa participation dans Canal+ France à Vivendi, exerçable en février 2010.

103


RAPPORT FINANCIER

104

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT DE GESTION

INFORMATIONS FINANCIÈRES

INFORMATIONS JURIDIQUES

P. 107

P. 155

P. 225

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

105


RAPPORT FINANCIER ORGANIGRAMME

European news Exchange 20%

MÉTROPOLE TÉLÉVISION - SA - DIFFUSEUR (au 31/12/2006) 100% M6 Publicité SAS

M6 Films SA

99,98% 16,67%

C. 99,98% Productions SA Metropolest SA

M6 Toulouse SAS

M6 Thématique SAS

16,67%

Multi 4 SAS 16,67%

49,88% 16,67% 99,99%

EDI TV W9 SNC TF6 SCS

99,96% 99,99%

M6

Paris Première SA 100%

M6 Numérique SAS

M6 FOOT SAS

té 7,2% S Nouvelle 92,88% 99,97%

FC Girondins de Bordeaux SASP

SAS Extension TV 50%

99,99% W9 Productions SAS

Série Club SCS

Métropole 99,97% Production SA

Fun TV SNC

25,5% Labo Productions SARL

99,9% 51%

99,97%

Événements

SA

SA

M6 Studio SAS

Canal+ France SA

100%

SEDI TV téva SAS

50% TCM Droits Audiovisuels SAS

M6 Diffusion SA

50% TCM Gestion SAS

95%

99%

100% Mandarin SAS

5,1%

M6

de distribution

100% Mandarin Films SAS

99,76%

99,99%

100%

Communication

99,76%

M6 Interactions SAS

100%

50%

TF6 Gestion 50% SCS

99,99% M6 Bordeaux SAS

25,5%

100%

100%

100%

100%

LIVE STAGE SAS 99,97%

Citato SARL

SNC SAS

Femmes en Ville SAS

100%

Mister gooddeal SA

100%

Rétail concept SAS

99,99%

S.E.T.V

99,99% M6 Affaires SAS

Sté coopérative

100%

M6 Éditions SA

H.S.S Belgique SA

80% 99,82%

M6 Divertissement

SAS M6 Développement

SAS

100%

M6 Créations SAS

Unité 15 SAS

50% 100%

Unité 15 Belgique SA

99,99% SCI du 107 av. Charles de Gaulle

TECIPRESS SAS

99,99% Immobilière M6 SAS

Boutique du Monde SAS

100% Immobilière 46D SAS

99,99% 93,25%

M6 Récréative SAS

HSS SA

49% STUDIO 89 SAS

Publicité

100%

M6 WEB SA

Football

CHAÎNES NUMÉRIQUES ET SATELLITE

100%

6,75%

Pink TV SAS

Production

ANTENNE M6

106

9,15%

Droits Audiovisuels

51%

M6 opération (atonservice.fr) SAS

50%

Echo6 SAS

InteractionsInteractivité

99,76% Télévente Promotion SA 99,99%

Club télé-achat SNC

Vente à distance

DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS

AUTRES IMMOBILIER

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER

Rapport de gestion

RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

108

1. Présentation du Groupe en 2006

page

115

2. Présentation des activités et des résultats 2006

page

124

3. Structure financière et tableau des flux de trésorerie

page

126

4. Politique de gestion de trésorerie

page

126

5. Politique d’investissements

page

127

6. Engagements hors bilan

page

127

7. Événements significatifs survenus depuis le 1er janvier 2007

page

128

8. Perspectives 2007

page

128

9. Intégration fiscale

page

129

10. Changement de méthode comptable

page

129

11. Respect des obligations légales et de la convention

page

130

12. Capital

page

143

13. Les facteurs de risques et leur gestion

page

148

14. Contrats importants des 24 derniers mois

page

148

15. Ressources humaines

page

151

16. Faits exceptionnels et litiges

page

151

17. Honoraires des Commissaires aux Comptes

page

152

18. Document d’information annuel

page

153

19 . Autres mentions

page

107


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

1. PRÉSENTATION DU GROUPE EN 2006

INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

1.1. PÉRIMÈTRE Le Groupe a constaté en 2006 l’apport de sa participation de 34% dans TPS à Canal+ France dont il devient actionnaire à hauteur de 5,1%. À l’issue d’une année 2006 au cours de laquelle les modalités du rapprochement annoncé le 16 décembre 2005 ont été discutées puis contractualisées, et où les opérations préalables à l’opération ont été mises en œuvre, le Groupe était en effet au 31 décembre 2006 totalement engagé à réaliser l’opération. Les principales étapes ayant conduit à la finalisation de l’opération ont été les suivantes : - 6 janvier 2006 : signature de l’accord de rapprochement par Vivendi, TF1 et M6 après avis favorable des instances sociales concernées ; il en résulte que le rapprochement doit se traduire à la date de réalisation par l’apport de TPS par TF1 et M6 à un nouvel ensemble – Canal+ France – dont M6 détiendra 5,1% ; - 30 août 2006 : approbation de l’opération, assorties de conditions, par les autorités de la concurrence ; les comptes de TPS au 31 août constituent en outre les comptes de référence sur lesquels s’appuient les modalités de l’apport de TPS au nouvel ensemble, notamment la recapitalisation de TPS avant cession ; - 1er septembre 2006 : désignation par Canal+ d’un Directeur Général Délégué de TPS et perte de contrôle conjointe de TPS par TF1 et M6, les deux coactionnaires ne dirigeant plus librement la gestion opérationnelle et financière de TPS ; - 30 novembre 2006 : M6 procède à la recapitalisation de TPS pour sa quote-part (66,6 M€) ; - 19 décembre 2006 : signature du traité d’apport conduisant à placer l’ensemble de l’activité TPS sous la société TPS Gestion détenue par TF1 (66%) et M6 (34%), ainsi que du traité d’apport de TPS Gestion à Canal+ France. Ces traités sont soumis à l’approbation des assemblées générales compétentes ; - 4 janvier 2007 : approbation par l’AGE de TPS Gestion des opérations visées par les traités d’apports signés le 19 décembre 2006. Il en résulte donc l’apport de TPS Gestion à Canal+ France ; à cette date, le Groupe est donc devenu actionnaire à hauteur de 5,1% du nouvel ensemble Canal+ France. Comme en 2005, TPS est traité dans les comptes du Groupe comme une activité en cours de cession ou cédée. La contribution au résultat net du Groupe en 2006 est constituée d’une quotepart de résultat de TPS sur les huit premiers mois de l’exercice 2006 et de la plus-value d’apport de TPS au Groupe Canal+ France. Cette plus-value est déterminée sur la base d’un prix d’apport égal à la juste valeur des titres Canal+ France reçus en échange des titres de TPS Gestion, laquelle s’apprécie comme la valeur des titres et de l’option de vente de ces titres qui y est indéfectiblement

108

attachée. La juste valeur de l’actif financier ainsi constitué par les titres et l’option s’élève à 324 M€. Par ailleurs, dans la continuité de 2005, le Groupe a poursuivi en 2006 sa politique de développement et d’acquisitions ciblées d’activités liées aux Diversifications.

ÉditionI Le 28 février 2006, M6 Éditions est notamment entré à hauteur de 50% dans le capital de Femmes en Ville SAS, société éditrice de 2 magazines gratuits distribués via un réseau de partenaires exclusifs avec une cible CSP+. Elle est consolidée selon la méthode de l’intégration proportionnelle depuis le 1er mars 2006. M6 Éditions a reçu des autres actionnaires de la société une promesse de vente portant sur les 50% non détenus par le Groupe, exerçable au plus tard en 2010.

Droits AudiovisuelsI Le 19 juillet 2006, le Groupe a renforcé sa position dans l’activité de distribution de Droits Audiovisuels en faisant l’acquisition de l’intégralité des actions de la société Mandarin Films et de son catalogue. Mandarin Films a produit au cours de ces dernières années des longs métrages qui ont réuni un large public dans les salles, parmi lesquels Brice de Nice, OSS 117 ou Les Chevaliers du ciel. Mandarin Films, détenue directement par M6, est consolidée selon la méthode de l’intégration globale depuis sa date d’acquisition.

InteractivitéI Le 24 juillet 2006, M6 Web a signé avec la société suisse Echovox, plateforme de conception et de distribution de contenus pour la téléphonie mobile, des accords conduisant à la création le 11 août 2006 d’une structure commune dénommée Echo6. Echo6, détenue à 50% par le Groupe, a pour objet le développement de produits et de services de divertissement mobile pour le Groupe, mais aussi pour d’autres sociétés exploitant des activités mobiles. En outre, depuis le 21 décembre 2006, M6 Web exploite le site atonservice.fr (plateforme d’intermédiation entre étudiants et familles pour les services à domicile), au travers de la société M6 Opérations, qu’elle détient à 51%, aux côtés de la société Média Board Régie (49%). M6 Web a reçu de Média Board Régie une promesse de vente portant sur les actions non détenues par le Groupe, exerçable au plus tard en 2011.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Vente à DistanceI Le 27 octobre 2006, HSS a filialisé ses activités de vente directe en magasin des produits qu’elle distribue au sein de la société M6 Création.

DES SUCCÈS DANS TOUS LES GENRES DE PROGRAMMES Ces soirées puissantes sont le reflet d’une programmation qui a réussi le pari de mêler savoir-faire, créativité, innovation, exclusivité et événement pour séduire un public familial.

1.2. LE GROUPE M6 EN 2006

Dans tous les genres de programmes, de nombreux succès ont ainsi été enregistrés :

1.2.1. FAITS MARQUANTS Le Groupe M6 aura réalisé en 2006 une nouvelle année de croissance de ses activités et ses résultats, ayant su anticiper les évolutions de son environnement concurrentiel, saisir des opportunités pour renforcer ses positions, mettre en place de nouveaux relais de croissance et bénéficier du développement d’activités lancées au cours des derniers exercices. DES AUDIENCES EN PROGRESSION En dépit d’une concurrence des « Autres TV », accentuée par la montée en puissance de nouvelles chaînes gratuites en numérique dans le cadre du déploiement de la TNT, la chaîne M6 a enregistré en 2006 de bonnes performances d’audience. La part d’audience sur les individus âgés de 4 ans et plus est resté quasi stable à 12,5% contre 12,6% en 2005, tandis que sur la cible privilégiée des ménagères de moins de 50 ans, la part d’audience s’établit à 19,3% contre 19,1% en 2005. Cette progression significative de 0,2 point de part d’audience permet à M6 d’établir son record d’audience historique sur cette cible, et de conforter son rang de 2e chaîne nationale sur les ménagères de moins de 50 ans. M6 est par ailleurs la seule chaîne nationale à progresser sur cette cible. S’affirmant comme une chaîne généraliste, M6 a réussi en 2006 à fédérer un public plus large, avec une montée en puissance en prime time (1re partie de soirée, de 20 h 30 à 22 h 30 environ) : M6 a rassemblé en 1re partie de soirée une audience moyenne de 3,5 millions de téléspectateurs, gagnant ainsi 300 000 téléspectateurs par rapport à 2005. Par ailleurs, 132 soirées ont attiré plus de 4 millions de téléspectateurs (contre 90 soirées en 2005), permettant à M6 d’être à 53 reprises, soit deux fois plus qu’en 2005, la chaîne la plus regardée par le public des moins de 50 ans en soirée.

L’INFORMATION : ÉMISSIONS EMBLÉMATIQUES ET NOUVEAUX RENDEZ-VOUS. Les magazines du dimanche, en alternance, Capital et Zone Interdite en 1re partie de soirée, Secrets d’actualité et Enquête exclusive en 2e partie de soirée, ont continué de s’imposer comme des émissions phare de la chaîne. Depuis la rentrée de septembre, une nouvelle émission d’information s’est installée avec succès le dimanche en fin d’aprèsmidi : 66 Minutes a séduit en moyenne 2,5 millions de téléspectateurs. Deux talk-shows ont aussi marqué l’année 2006 : 100% Foot, présenté par Estelle Denis, s’est imposé lors de la Coupe du Monde de football FIFA. T’empêches tout le monde de dormir, présentée par Marc-Olivier Fogiel en 2e partie de soirée, est devenu un rendez-vous incontournable pour le public et les acteurs de l’actualité. L’information sur M6, ce sont aussi en 2006 des documents historiques, avec Quand l’Algérie était française, des feuilletons du réel avec Ma vie au Commissariat, et les rendez-vous quotidiens, des flashes en direct du matin chaque demi-heure entre 7 h 00 et 9 h 00, des deux éditions à 12 h 50 et 19 h 50, et des journaux locaux à 20 h 40. En 2006, l’édition de la mi-journée, Le 12:50, est passé du format de « tout en images » à un format avec présentateur. LE SPORT : L’ÉVÉNEMENT DE LA COUPE DU MONDE DE FOOTBALL FIFA 2006 En 2006, M6 a diffusé 31 matches de la Coupe du Monde, dont Brésil-Croatie, Argentine-Serbie, République Tchèque-Italie, BrésilGhana, Allemagne-Argentine ou encore Angleterre-Portugal. Réalisés en HD, les matchs ont été suivis par un large public, faisant de cette première un véritable succès pour la chaîne. LA FICTION FRANÇAISE : DE NOUVEAUX SUCCÈS Axe important de développement de l’offre de programmes, les fictions françaises, grâce à une écriture à la fois originale et familiale, ont rencontré un vif succès. Laura, le compte à rebours a commencé, la 1re saga d’été de M6, a séduit 4,1 millions de téléspectateurs en moyenne, Kaamelott a réuni en moyenne chaque soir 4 millions de téléspectateurs.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

109


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Par ailleurs, avec 5 nouvelles séries lancées en 2006, M6 peut désormais compter sur de nouveaux héros récurrents, dont Les Bleus premiers pas dans la police, Les Tricheurs avec Pascal Légitimus et Alice et Charlie, séries dont de nouveaux épisodes sont en cours d’écriture et de tournage. DIVERTISSEMENTS ET MAGAZINES DE LA VIE : DES RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLES M6 a créé l’événement en 2006 avec des émissions qui ont fortement marqué le public. Nouvelle Star, pour sa 4e saison, a enregistré un record historique avec 4,9 millions de téléspectateurs en moyenne. La 1re saison de Pékin Express, diffusée début 2006, a rassemblé en moyenne 3 millions de téléspectateurs le dimanche après-midi. Les téléspectateurs ont aussi pu découvrir L’amour est dans le pré et Vive la Cantine ! Les magazines de la vie ont innové avec le lancement de D&CO, émission de décoration hebdomadaire dont le succès a permis la déclinaison du magazine en prime time. M6 a enfin poursuivi la diffusion de programmes forts, tels que Chef la recette, Recherche appartement ou maison, ou encore E=M6, qui après 500 numéros diffusés en 16 ans de présence à l’antenne reste un des programmes favoris du public. LES DOCUMENTAIRES : COMPRENDRE, SUSCITER LE DIALOGUE Pendant dix semaines, M6 a permis à plus de 3,5 millions de téléspectateurs en moyenne de vivre le quotidien de l’hôpital Robert Debré en suivant la série documentaire L’Hôpital des enfants, réalisée par Gilles de Maistre. LES SÉRIES INTERNATIONALES : LE PHÉNOMÈNE M6 confirme une fois de plus son positionnement de chaîne de référence en matière de séries étrangères, en proposant les meilleures nouveautés. L’année 2006 aura été marquée par la diffusion de séries événement, comme Desperate Housewives (saison 1) et Prison Break (saison 1) à la rentrée de septembre, qui a attiré 5,9 millions de téléspectateurs en moyenne, avec un record absolu d’audience avec le dernier épisode à 7,5 millions de téléspectateurs. Les séries du vendredi soir ont confirmé leur puissance avec le succès de la 3e saison de NCIS. LE CINÉMA : UNE OFFRE ÉCLECTIQUE L’offre cinéma, renforcée par la politique d’acquisition du Groupe en matière de droits de diffusion et de catalogue, a confirmé ses bons scores dans des genres divers : films fantastiques (X-Men 2), films prestigieux (Gangs of New York) ou comédies (Les 11 commandements).

110

UNE BONNE PERFORMANCE PUBLICITAIRE L’année publicitaire de la chaîne M6 s’est achevée sur une croissance de 3,9% de ses recettes publicitaires nettes (+5,5% en données brutes, source TNS MI). Cette performance souligne la montée en puissance de la chaîne sur les créneaux horaires en soirée et la transformation des progressions d’audience en recettes publicitaires. Le marché publicitaire a été caractérisé en 2006 par une relative volatilité des investissements publicitaires, entraînant des variations trimestrielles importantes. Sur l’année, les investisseurs des secteurs Alimentation et Entretien sont en léger retrait, tandis que les secteurs Services, Transports et Télécommunications ont accru leurs investissements publicitaires. Le secteur des Télécommunications a été particulièrement dynamique, porté par la déréglementation des annuaires téléphoniques, mais aussi par le développement des offres dites « Triple Play » et le lancement de nouveaux produits en téléphonie mobile. La part de marché publicitaire brute de M6 en 2006 s’est établie à 23,15%, stable par rapport à 2005 qui constituait un niveau record depuis la création de la chaîne. M6 conforte sa position de 2e support télévisuel en France pour les investissements publicitaires. UNE DIFFUSION ACCRUE DE LA CHAÎNE M6 Conformément aux termes de l’accord en télévision payante, M6 est disponible en qualité numérique sur le bouquet CanalSat depuis le 19 décembre 2006. Par ailleurs, depuis début janvier 2007, M6 est accessible sur les bouquets de chaînes proposés par les fournisseurs d’offres ADSL, tels qu’Alice, Free, Neuf et Orange. UNE ANNÉE DE SUCCÈS POUR LES CHAÎNES NUMÉRIQUES Grâce à une offre de programmes chaque année plus attractive, dans un contexte de développement de l’offre de complément, le portefeuille de chaînes a continué à progresser en termes d’audience et de foyers abonnés. Les recettes des chaînes numériques ont progressé de 17%, reflet de leur positionnement efficace. La contribution au résultat opérationnel courant est marquée par le développement de W9, qui s’est imposée, au fil de l’année 2006, comme la chaîne leader en audience journalière cumulée des nouvelles chaînes de la TNT gratuite. La programmation de W9 a été enrichie, avec des événements comme le Championnat d’Europe Espoirs de football 2006 et la diffusion de séries exclusives.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Par ailleurs, le Groupe M6 a annoncé, fin 2006, le rachat des 49% dans Téva pour porter son pourcentage de détention à 100%. Cette acquisition s’inscrit dans une stratégie visant à conforter la famille de chaînes puissantes, variées et complémentaires en termes de publics. UNE STRATÉGIE DE DIVERSIFICATIONS ET DE DROITS AUDIOVISUELS QUI PORTE SES FRUITS La stratégie de diversifications du groupe a franchi un nouveau palier en 2006 : la contribution au chiffre d’affaires consolidé des diversifications et droits audiovisuels atteint 551,0 M€, avec un niveau de rentabilité opérationnelle courante de 9,3%. • Le pôle Vente à Distance, dynamisé par mistergooddeal.com, a dépassé les prévisions de 200 M€ de chiffre d’affaires, communiquées lors de l’acquisition, reflet de la pertinence du positionnement multicanal de ce nouvel acteur, mêlant e-commerce et téléachat. • Le pôle Interactivité a poursuivi son développement sur ses métiers et accentué sa présence sur Internet, avec le lancement de nouveaux sites communautaires et de nouveaux services, dont la Video On Demand avec m6video.fr. L’accord de téléphonie mobile M6 mobile by Orange a conquis 540 000 nouveaux clients au cours de l’année, portant le parc clients à plus de 767 000 à la fin 2006, dix-neuf mois après son lancement. Le pôle Interactivité a enregistré en 2006 une progression significative de sa contribution au chiffre d’affaires et au résultat opérationnel du Groupe. • Le pôle Droits audiovisuels a connu une année de succès, notamment grâce à la montée en puissance de l’activité de SND. Les films acquis depuis plusieurs années, en vue de leur exploitation sur l’ensemble des supports (salle, vidéo, télévision, et désormais VOD), ont attiré un public nombreux. L’activité a aussi été soutenue par les ventes à l’international du film d’animation Astérix et les Vikings. Par ailleurs, le pôle a été renforcé avec l’acquisition de Mandarin Films, détentrice d’un catalogue de longs-métrages (Les Chevaliers du ciel, Brice de Nice,…). Ce pôle a contribué positivement en 2006 au résultat opérationnel courant du Groupe. • Le Football Club des Girondins de Bordeaux a réalisé une saison sportive 2005/2006 de grande qualité, le Club terminant 2e du championnat, et se qualifiant directement en à la Ligue des Champions. Grâce à ses bons résultats sportifs, le Club a bénéficié d’une forte croissance de ses droits TV, permettant une forte progression de la contribution au chiffre d’affaires et au résultat opérationnel courant du Groupe. • Enfin, le pôle Interactions a limité le retrait de son chiffre d’affaires, pénalisé par les activités musicales.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

1.2.2. COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Le compte de résultat du Groupe est présenté pour 2005 et 2006 en distinguant, d’une part, le compte de résultat des activités poursuivies et, d’autre part, la contribution de TPS en application de l’IFRS 5 - Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées. En effet, le rapprochement de TPS avec le Groupe Canal+, réalisé à travers un apport de 34% de TPS rémunéré par une prise de participation pour 5,1% dans le nouvel ensemble, a été annoncé le 16 décembre 2005 et mis en œuvre tout au long de l’exercice 2006. En 2006, le chiffre d’affaires consolidé des activités poursuivies s’établit à 1 283,4 M€ en progression de 18,8%. À périmètre constant, hors Mandarin Films acquis en 2006 et après retraitement sur une base comparable des chiffres d’affaires de SNC et Mistergooddeal (sociétés consolidées, respectivement, depuis le 1er avril 2005 et le 15 novembre 2005), cette progression s’élève à 10,9%. Les recettes publicitaires de la chaîne M6 ont progressé de 3,9% pour s’établir à 649,7 M€, après un exercice 2005 où la croissance s’était établie à 4,0%. Cette performance est le reflet du maintien de la part de marché publicitaire de la chaîne en lien avec la progression de la part d’audience de la chaîne sur la cible commerciale des ménagères de moins de 50 ans dans un marché beaucoup plus fragmenté par la croissance des parts d’audiences des nouvelles chaînes. Le chiffre d’affaires des chaînes numériques progresse de +17,0% à 75,6 M€, soutenu par la croissance combinée des recettes publicitaires et des revenus abonnés de Paris Première et de Téva, ainsi que par la forte progression de W9. Le pôle Diversifications et Droits audiovisuels réalise un chiffre d’affaires de 551,0 M€, en croissance de 44,9%. À périmètre constant, hors Mandarin Films acquis en 2006 et après retraitement sur une base comparable des chiffres d’affaires de SNC et Mistergooddeal, la progression s’établit à 22,5%. L’activité de Vente à Distance, qui regroupe HSS et Mistergooddeal, représente près de la moitié du pôle avec un chiffre d’affaires de 224,1 M€ et une croissance intrinsèque de l’ordre de 12,4% (plus de 50% pour Mistergooddeal). Les activités liées à l’interactivité et aux nouvelles technologies (M6 Web et M6 Mobile) progressent également très significativement avec un chiffre d’affaires de 66,4 M€ (+56,2%). Le chiffre d’affaires de SND et des autres filiales de distribution de droits audiovisuels s’affiche à 88,0 M€, en très forte croissance (+51,0%), porté par des sorties réussies tant en salles qu’en vidéo et par une activité soutenue des ventes de droits à l’international. Le FCGB contribue aussi au dynamisme du pôle avec un chiffre

111


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

d’affaires de 67,6 M€, le double de celui affiché en 2005, en lien avec le classement de 2d dans le championnat de France 20052006 et la participation au 1er tour de la Ligue des Champions. Seul le pôle M6 Interactions enregistre une baisse de son chiffre d’affaires (-8,0% à 104,9 M€), pâtissant comme en 2005 du fléchissement des recettes de l’activité musicale. Les autres produits sont en revanche en décroissance de 33,9 M€ en lien avec une baisse de 13,5 M€ des autres produits du FCGB (résultant en 2005 des cessions de joueurs) et avec la neutralisation de la production immobilisée sur les émissions de flux produites au sein du Groupe contre l’amortissement de l’actif immobilisé correspondant à compter de 2006 et dans les comptes consolidés uniquement. L’effet combiné de la croissance du chiffre d’affaires et de la baisse des autres produits entraîne une progression de 169,5 M€ (+15,0%) des produits opérationnels consolidés à 1 300,2 M€. Hors plus-value sur cession d’immobilisations et pertes de valeur sur les actifs non amortissables, les charges opérationnelles des activités poursuivies progressent de 168,5 M€ (+18,5%). Cette augmentation résulte : - pour partie des variations de périmètre, notamment avec la consolidation en année pleine et la croissance de Mistergooddeal expliquant à elles seules +84,6 M€ de variation ; - de la même façon, le développement continu de W9 a contribué à augmenter les charges opérationnelles pour +5,9 M€ ; - le renforcement de la grille de M6 explique la variation pour 44,1 M€ dont 27,0 M€ au titre de l’acquisition des droits TV de la Coupe du Monde de football 2006 (hors frais techniques) et 17,1 M€ sur les autres programmes, soit une croissance du coût de la grille de 5,8% hors Coupe du Monde de football ; - enfin, les autres charges opérationnelles augmentent de 33,9 M€, reflétant la croissance des activités du Groupe, notamment celles de SND et M6 Studio qui voient leurs charges d’amortissements progresser de 15,8 M€ en corrélation avec la croissance de leurs recettes (dont l’exploitation du film Astérix et les Vikings) ou de M6 Web qui enregistre une augmentation de ses charges opérationnelles de 12,4 M€ (à un rythme de +38,0% inférieur à la progression du chiffre d’affaires qui s’établit à +56,2%).

112

Analysée sous l’angle des natures de charges : - la progression la plus marquante concerne les consommations et autres charges opérationnelles (+112,6 M€) expliquée pour une large part par le coût direct des ventes de Mistergooddeal et les achats de programmes de M6 ; - les charges de personnel augmentent quant à elles de 35,3 M€ (+21,8%). Hors effet de périmètre, retraitement lié à l’application de l’IFRS 2 - paiement fondé sur des actions, et FC Girondins de Bordeaux, la progression est de 13,5 M€ soit +9,1%, une évolution liée à la progression combinée des effectifs et de la rémunération moyenne ; - la charge liée à l’IFRS 2 est en hausse de 5,1 M€, combinant le coût des plans d’attributions gratuites de 2005 et 2006, amorti sur deux ans (correspondant à la période d’acquisition des droits) et celui des stock-options, amorti sur quatre ans (durée applicable aux plans de stock-options) ; - la variation des dotations aux amortissements et provisions (+14,9 M€) trouve essentiellement son explication dans l���amortissement des droits commercialisés par les sociétés du pôle Droits audiovisuels. Les éléments non récurrents que constituent plus ou moins values sur cession d’immobilisations et pertes de valeur sur actifs non amortissables ont un impact négatif sur le résultat opérationnel de -2,6 M€, charge correspondant à la dépréciation des goodwill Citato et Fun TV. En 2005, le Groupe avait enregistré les plus-values de cession de RTL Shop et Home Travel Services pour+13,3 M€ et une dépréciation de goodwill pour seulement -0,8 M€. La variation d’un exercice à l’autre sur ces éléments non récurrents est donc négative de -15,1 M€. Le résultat opérationnel du groupe atteint ainsi 219,5 M€ en recul de -6,0 %. Hors plus-value de cession , pertes de valeur sur actifs non amortissables et amortissement des marques, ce résultat, plus généralement désigné comme EBITA, s’établit en 2006 à 223,0 M€ contre 221,1 M€ en 2005. Le résultat financier des activités poursuivies s’établit à +8,3 M€ en forte progression (+5,6 M€) par rapport à 2005. Elle est en grande partie due à la croissance des produits d’intérêt nets des charges d’intérêt, reflétant pour +2,4 M€ l’augmentation de la trésorerie moyenne placée et de la hausse des taux d’intérêt. Par ailleurs, alors qu’en 2005, le Groupe avait été amené à constater une perte de valeur d’actifs financiers disponibles à la vente pour -2,5 M€, le Groupe a enregistré en 2006 un produit net de +0,8 M€ au titre de la cession de ses titres Newsweb.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

L’impôt sur les sociétés comptabilisé en 2006 pour les activités poursuivies s’élève à 75,5 M€ contre 85,1 M€ en 2005. Le taux d’imposition apparent ressort à 33,1% contre 36,0% en 2005. La baisse de ce taux s’explique pour une grande partie par l’impact de différences permanentes entre comptabilité et fiscalité en lien avec des réorganisations internes au Groupe. Le résultat net des activités poursuivies s’élève à +152,3 M€, en légère progression (+0,8%). Le résultat net des activités cédées ou en cours de cession s’élève à 256,8 M€ en 2006, non comparable aux 5,1 M€ enregistrés en 2005. Le résultat 2005 traduisait la seule quote-part de M6 (34%) dans le résultat net 2005 de TPS. En 2006, il s’analyse en revanche comme la somme : - de la quote-part M6 du résultat net de TPS des 8 premiers mois de l’exercice (période de contrôle conjoint avec TF1), soit 14,3 M€, sans qu’aucun amortissement des actifs non courants (en application de l’IFRS 5) n’ait été comptabilisé ; - de la plus-value nette d’apport de TPS à Canal+ France pour 242,5 M€, incluant la juste valeur de l’option de vente des titres Canal+ France dont dispose le Groupe à échéance 2010. Compte tenu des intérêts minoritaires (-0,6 M€ en 2006) et du résultat net des activités cédées ou en cours de cession, le résultat net part du groupe s’élève à +408,5 M€, contre +156,2 M€ en 2005.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

113


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

1.2.3. COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ ANALYTIQUE Le compte de résultat analytique présenté ci-après s’appuie sur la segmentation des activités du Groupe retenue dans le cadre de l’IAS 14 - Information sectorielle. L’EBITA correspond au résultat opérationnel courant et est défini comme le résultat opérationnel avant prise en compte de la perte de valeur des actifs non amortissables, amortissement des mar-

En M€

ques et des plus-values sur cession d’actifs financiers ou de filiales. Les éliminations et résultats non affectés se rapportent au coût des plans d’option d’achat et de souscription d’actions, au coût des plans d’attribution d’actions gratuites et à des éliminations de consolidation non affectables à un segment. La progression de leur montant total est liée à l’amortissement plus rapide des plans d’attribution d’actions gratuites (deux ans) par rapport aux plans de stock-options (amortissables sur quatre ans correspondant à la durée d’acquisition des droits).

31/12/2006

31/12/2005

ANTENNE M6 Chiffre d’affaires - Publicité Chiffre d’affaires - Autres activités Résultat opérationnel courant (EBITA)

649,7 7,0 183,0

625,5 9,5 201,3

24,2 (2,5) (18,3)

3,9% -25,9% -9,1%

CHAÎNES NUMÉRIQUES Chiffre d’affaires Résultat opérationnel courant (EBITA)

75,6 (2,6)

64,6 (3,8)

11,0 1,2

17,0% -31,3%

551,0 51,2

380,3 25,6

170,7 25,6

44,9% 99,8%

(8,5)

(2,0)

(6,6)

337,8%

1 283,4

1 079,9

203,4

18,8%

223,0

221,1

1,9

0,8%

(0,9) (2,6) -

(0,8) 13,3

(0,9) (1,7) (13,3)

Résultat opérationnel (EBIT) des activités poursuivies Résultat financier des activités poursuivies Part dans les sociétés mises en équivalence

219,5 8,3 -

233,6 2,7 -

(14,1) 5,6 -

-6,0%

Résultat avant impôt (EBT) des activités poursuivies Impôt sur le résultat des activités poursuivies

227,7 (75,4)

236,3 (85,1)

(8,5) 9,7

-3,6%

Résultat net des activités poursuivies

152,3

151,2

1,2

0,8%

Résultat net des activités abandonnées (TPS)

256,8

5,1

251,7

N/S

Résultat net Part des minoritaires

409,1 (0,6)

156,3 (0,1)

252,8 (0,5)

161,8%

408,5

156,2

252,4

161,6%

DIVERSIFICATIONS & DROITS AUDIOVISUELS Chiffre d’affaires Résultat opérationnel courant (EBITA) Éliminations et résultats non affectés Chiffre d’affaires des activités poursuivies Résultat opérationnel courant (EBITA) des activités poursuivies Amortissements des marques Perte de valeur des actifs non amortissables Plus-value sur cessions d’immobilisations

Résultat net part du Groupe

114

Variation 2006 / 2005 En M€ En %

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

2. PRÉSENTATION DES ACTIVITÉS ET DES RÉSULTATS 2006

INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

2.1. ANTENNE M6

En M€

Chaîne M6 Publicité (Régie) M6 Films Sociétés de Production Sociétés Immobilières Autres Éliminations intra-segment Antenne M6

Chiffre d’affaires total 664,4 65,6 1,8 71,5 8,5 1,0 (123,5) 689,4

31/12/2006 Chiffre Résultat d’affaires opérationnel hors Groupe courant (EBITA) 649,7 138,2 2,7 41,4 1,3 0,6 2,8 (0,2) 0,1 3,0 0,1 656,8 183,0

31/12/2005 Chiffre Chiffre Résultat d’affaires d’affaires opérationnel total hors Groupe courant (EBITA) 642,4 625,5 161,3 61,1 2,4 40,4 1,9 1,8 (1,5) 65,4 5,2 (1,3) 8,0 0,1 2,5 0,9 (117,5) 662,2 635,0 201,3

variation 2006/2005 Chiffre Chiffre Résultat d’affaires d’affaires opérationnel total hors Groupe courant (EBITA) 24,0 24,2 (23,0) 4,6 0,3 1,0 (0,0) (0,5) 2,1 6,1 (2,4) 1,1 0,5 0,0 0,5 0,1 0,1 (8,0) 27,2 21,7 (18,3)

2.1.1. L’ANTENNE En M€ Chiffre d’affaires - Publicité hors Groupe Chiffre d’affaires - Publicité Groupe Sous total coût de la régie (quote-part M6), taxes et droits d’auteur, coûts de diffusion Recettes nettes diffuseurs Coût de la grille Marge brute de la grille En % Autres charges d’exploitation de la chaîne nettes des recettes annexes Commissions hors segment nettes du coût de la régie non affecté à M6 Résultat opérationnel courant (EBITA) des autres filiales de l’Antenne M6 Résultat opérationnel courant (EBITA)

31/12/2006

31/12/2005

649,7 14,6 (119,0) 545,3 (302,5) 242,8 44,5% (70,0) 6,8 3,4 183,0

625,5 15,2 (120,8) 519,9 (258,4) 261,5 50,3% (65,0) 5,1 (0,3) 201,3

Variation 2006 / 2005 En M€ En % 24,2 3,9% (0,6) -3,7% (1,8) -1,5% 25,4 4,9% (44,1) 17,1% (18,7) -7,2% (5,0) 1,7 3,7 (18,3)

7,7% 33,5% -9,1%

Glossaire Recettes nettes diffuseurs : elles comprennent le chiffre d’affaires publicitaire réalisé par la chaîne M6, diminué du coût net des prestations de la régie M6 Publicité (quote-part de la chaîne), des prélèvements obligatoires proportionnels au chiffre d’affaires et du coût de diffusion. Coût de la grille : il correspond au coût des programmes diffusés sur la chaîne M6 (ces programmes peuvent être soit achetés, soit produits ou coproduits). Ces coûts comprennent les charges relatives aux droits de diffusion invalides ou improbables. Marge brute de la grille : la marge brute de la grille correspond à la différence entre les recettes nettes diffuseurs et le coût de la grille.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

115


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

M6 Métropole Télévision (SA)I M6 Métropole Télévision, société mère du Groupe M6, diffuse la chaîne M6. Elle en détermine la stratégie de programmation, la politique d’acquisition ou de production des programmes et la structure de la grille. M6 encaisse le chiffre d’affaires des écrans publicitaires et de parrainage diffusés à l’antenne. M6 Métropole Télévision définit les orientations stratégiques des différentes entités du Groupe et gère les fonctions transversales de support. Les actifs économiques stratégiques du Groupe sont majoritairement détenus par la maison mère. La chaîne a enregistré en 2006 une progression de 3,9% de ses recettes publicitaires, qui s’établissent à 649,7 M€. La progression du coût de la grille s’établit à 17,1%, marquée par les dépenses liées à la diffusion de la Coupe du Monde de football 2006 (29 M€, comprenant les coûts d’acquisition des droits et les coûts techniques). Hors Coupe du Monde de football, le coût de la grille a enregistré une hausse de 5,8%. La contribution de la chaîne au résultat opérationnel courant consolidé atteint 138,2 M€ contre 161,3 M€ en 2005.

La régie publicitaire M6 Publicité (SAS)I M6 Publicité recueille et commercialise pour le compte du Groupe Métropole Télévision la publicité et le parrainage diffusés sur ses antennes (M6, chaînes numériques), mais aussi désormais, par l’extension de ses activités pour devenir une véritable régie plurimédia, pour le compte d’autres supports : les titres de presse, les sites Internet du Groupe, l’événementiel, le licensing. M6 Publicité réalise l’ensemble des études commerciales et marketing permettant aux différents supports d’améliorer l’efficacité de leurs programmations ou de leur contenu éditorial. La régie publicitaire, dont l’essentiel de l’activité est réalisé avec la chaîne M6 et les autres sociétés du Groupe, a contribué à hauteur de 41,4 M€ au résultat opérationnel courant du Groupe contre 40,4 M€ en 2005.

2.1.2. LES AUTRES ACTIVITÉS DE TÉLÉVISION GRATUITE LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE

M6 Films (SA)I M6 Films coproduit des films cinématographiques français et européens, dont elle gère également le préachat des droits de télédiffusion pour M6. Cette activité entre dans le cadre de l’obligation d’investissement de 3,2% du chiffre d’affaires publicitaire net de la chaîne dans la production cinématographique française et européenne. Pour 2006, les investissements correspondants à cette obligation se sont élevés à 17,5 M€, en hausse de 5% par rapport à 2005, permettant à M6 Films de participer à la production de 12 nouveaux films. M6 Films a poursuivi une politique de financement diversifiée, mêlant films à gros budget et projets prometteurs au devis moins ambitieux : - En tête de liste des gros budgets, Babylon Babies, film de sciencefiction européen de Mathieu Kassowitz avec Vin Diesel, en coproduction avec la Fox et StudioCanal, au budget de 50 M€. - Pour les grosses productions françaises (budget supérieur à 7 M€), Hellphone, la nouvelle comédie de James Huth après Brice de Nice, et Gomes contre Tavares, la suite du 1er opus. - Enfin, M6 Films a également misé sur des projets au budget plus réduit mais à la promesse forte, portés par des réalisateurs solides, comme Le Premier Cri, documentaire de Gilles de Maistre, ou le thriller la Clef, de Guillaume Nicloux. Dans un contexte 2006 de hausse de la fréquentation des salles de cinéma en France (+6% par rapport à 2005), les 9 films coproduits par M6 Films au cours des exercices antérieurs et sortis au cours de l’année ont cumulé 10,1 millions d’entrées. Cinq films se sont classés dans le top 20 des films français de l’année : Ne le dis à personne, 2e film du réalisateur Guillaume Canet, OSS 117, comédie de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin, Nos jours heureux, 2e film des réalisateurs Eric Toledano et Olivier Nakache, Astérix et les Vikings, produit par M6 Studio, et enfin la comédie de Charlotte de Turckheim, Les Aristos. La contribution au chiffre d’affaires consolidé de M6 Films s’est établie à 1,3 M€. La contribution au résultat opérationnel courant du Groupe devient positive à 0,6 M€, contre -1,5 M€ en 2005.

116

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

LA PRODUCTION TÉLÉVISUELLE

Métropole Production (SA)I Métropole Production assure la production d’œuvres audiovisuelles, d’émissions et de magazines musicaux pour le compte de la chaîne M6. Les principaux formats produits sont des programmes emblématiques de la chaîne, à savoir Zone Interdite, Turbo et Fan de (production déléguée), ainsi que les émissions pour enfants M6 Kid et Grand Écran, magazine dédié au cinéma. La société réalise l’essentiel de son activité avec les sociétés du Groupe et assure aussi l’exploitation des moyens techniques de production du Groupe Métropole Télévision.

C. Productions (SA)I C. Productions est une agence de presse qui a produit en 2006 pour M6 les magazines d’information Capital, Zone Interdite (en production exécutive), Secrets d’actualité, Enquête exclusive, 66 Minutes, ou 100% Foot. En plus de ces productions récurrentes, C. Productions a également produit des programmes spéciaux liés à l’actualité ainsi que des grands documents : Ma vie au Commissariat, Quand l’Algérie était française,… Au total, C. Productions a produit en 2006, 250 heures de programmes, soit 60 de plus qu’en 2005.

Studio 89 Productions (SAS)I Créé en janvier 2003, Studio 89 produit pour la chaîne M6 et l’ensemble des chaînes numériques du Groupe un grand nombre d’émissions de divertissement (jeux, documentaires musicaux, et magazines). En 2006, Studio 89 a produit 36 émissions représentant plus de 1 100 heures de programmes contre 997 heures en 2005. Pour M6, Studio 89 a produit 6 émissions quotidiennes (Morning Café, Jour J, Tubissimo,…), 3 émissions hebdomadaires (Classé confidentiel, Hit Machine, Fan de) et plusieurs prime times et secondes parties de soirées (Le Meilleur de Franck Dubosc, Le pire du pire de Michael Youn,…). Par ailleurs Studio 89 a produit de nombreux programmes pour les chaînes numériques du Groupe, qu’il s’agisse de formats hebdomadaires (avec notamment En quête d’action, Les Dossiers de Téva, Fun People), mensuels ou événementiels (100 % séries pour Série Club, Nouvelle Star ça continue) ou unitaires (Le meilleur du pire de Michael Youn pour TF6). Studio 89 est à l’origine de nouveaux concepts originaux ou d’adaptations de formats étrangers, et a poursuivi sa démarche en matière de détection de nouveaux talents, en introduisant une nouvelle génération d’animateurs pour ses émissions.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

W9 Productions (SAS)I Créée en février 2003, W9 Productions illustre la volonté du Groupe de développer en interne ses compétences en matière de production d’émissions événementielles, de téléréalité et de divertissements. En 2006, W9 Productions a ainsi produit avec succès Pékin Express, dont la 2e édition, Pékin Express : la route de l’Himalaya, sera diffusée sur M6 début 2007. L’année a également été marquée par la production de concerts événementiels, les W9 Live, proposant des concerts privés de Justin Timberlake, Diams ou encore Placebo. L’année 2006 a également été riche en Variétés et Divertissements avec Laurent Gerra fait son show et plusieurs éditions du Grand marathon du rire. En 2007, il est envisagé de regrouper Studio 89 et W9 Productions pour constituer un pôle de production de programmes de flux renforcé au service du Groupe M6.

Labo Productions (SARL)I Consolidée pour la première fois en 2005, Labo Productions est une société de production d’émissions de divertissement, sans activité opérationnelle en 2006, et appelée à fusionner avec Studio 89. Les sociétés de production du Groupe réalisent l’essentiel de leur activité avec la chaîne M6 et les chaînes numériques du Groupe. En 2006, leur contribution au chiffre d’affaires consolidé s’inscrit à 2,8 M€, avec une contribution de -0,2 M€ au résultat opérationnel courant consolidé.

Le pôle immobilierI IMMOBILIÈRE M6 (SA) ET SCI DU 107, AVENUE CHARLES-DE-GAULLE Immobilière M6 est propriétaire du siège social du Groupe Métropole Télévision situé à Neuilly-sur-Seine, d’une surface d’environ 10 000 m2, loué aux sociétés du Groupe. La SCI du 107, avenue Charles-de-Gaulle est propriétaire de 2 immeubles à Neuilly sur Seine, acquis en janvier 1999, d’une surface totale de 2 650 m2, et loués aux sociétés du Groupe. Tous les baux et les conventions de sous-location de ces locaux sont articulés en application d’un principe de facturation, à des conditions normales de marché, du loyer et des charges y afférents à chacun des occupants, en considération de sa quote-part de l’espace occupé.

117


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

2.2. LES CHAÎNES NUMÉRIQUES En M€

Paris Première W9 Teva M6 Music Hits/Rock/Black Fun TV TF6 Série Club Autres Éliminations intra-segment Chaînes Numériques

Chiffre d’affaires total 31,0 6,6 16,3 5,3 3,5 9,7 4,0 3,6 (2,7) 77,2

31/12/2006 Chiffre Résultat d’affaires opérationnel hors courant Groupe (EBITA) 30,6 1,0 6,4 (9,0) 16,2 1,2 5,2 1,9 3,4 0,5 9,6 1,4 3,9 0,4 0,2 75,6 (2,6)

Chiffre d’affaires total 26,0 1,9 15,1 5,3 3,9 9,0 4,5 3,4 (3,2) 66,0

Chiffre d’affaires total 5,0 4,7 1,3 0,0 (0,4) 0,7 (0,6) 0,2 0,4 11,2

variation 2006/2005 Chiffre Résultat d’affaires opérationnel hors courant Groupe (EBITA) 4,9 1,1 4,5 (2,1) 1,2 1,1 0,2 0,7 (0,1) (0,4) 0,8 1,1 (0,5) (0,3) 11,0 1,2

Paris Première (SA)I

W9 - Edi TV (SNC)I

Créée en décembre 1986, Paris Première a été acquise à 100% par M6 en mai 2004. Disponible sur l’ensemble des réseaux de diffusion (TNT, satellite, câble, DSL et téléphone mobile), Paris Première bénéficie d’une plage en clair quotidienne de deux heures, accessible aux foyers équipés d’un adaptateur TNT gratuite. Sur cette tranche horaire de 18 h 50 à 20 h 50, Paris Première peut être reçue par plus de 21 millions d’individus, et par plus de 17 millions le reste de la journée. La chaîne se classe ainsi au 3e rang des chaînes les plus reçues en France (hors chaînes hertziennes historiques).

Chaîne de la TNT gratuite, W9 est reçue par l’ensemble des foyers hertziens numériques et l’ensemble des foyers abonnés à une offre de télévision satellite, câble numérique ou ADSL, soit plus de 10 millions de foyers et près de 24 millions d’individus. Elle est également disponible pour les abonnés Orange et Bouygues Telecom bénéficiant de la téléphonie mobile 3G. Les prévisions de montée en puissance de la couverture TNT d’ici à 2010 laissent envisager que W9 serait alors reçue par 17 millions de foyers, soit 75% de la population française équipée TV. Chaîne de nouvelle génération, moderne et résolument différente, elle a pour ambition de répondre aux attentes de son public, les jeunes adultes, en proposant une offre créative et innovante. Elle met l’accent sur une association équilibrée des genres les plus prisés du public, avec une dominante musicale, mais aussi de la fiction, du cinéma, du divertissement et du sport. Vingt-et-un mois après son arrivée au sein de ce nouveau paysage audiovisuel, W9 est aujourd’hui la 1re chaîne des nouvelles chaînes de la TNT.

En 2006, Paris Première a fêté ses 20 ans et a confirmé son identité et sa singularité, avec une programmation haut de gamme axée sur les événements, le théâtre, les spectacles et les séries, qui en fait l’une des chaînes les plus attractives des bouquets câble et satellite auprès d’un public CSP+. La contribution au chiffre d’affaires consolidé progresse de 19%, à la fois soutenue par la croissance des recettes publicitaires et des revenus abonnés. Le résultat opérationnel courant est positif de 1 M€ et en progression, en dépit d’investissements dans les programmes notamment et du coût croissant de la diffusion en numérique terrestre.

118

31/12/2005 Chiffre Résultat d’affaires opérationnel hors courant Groupe (EBITA) 25,7 (0,0) 1,9 (6,8) 15,0 0,1 5,0 1,2 3,6 0,9 8,8 0,2 4,5 0,7 0,2 64,6 (3,8)

La contribution au chiffre d’affaires consolidé s’établit à 6,4 M€, en très forte progression contre 1,9 M€en 2005. Compte tenu des coûts inhérents au démarrage d’une chaîne en environnement gratuit (coût des programmes, coûts de diffusion), le résultat opérationnel courant est déficitaire de 9,0 M€, en ligne avec les prévisions du Groupe.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Téva – Sedi TV (SAS)I

Fun TV (SNC)I

Créée en 1996, Téva, chaîne généraliste à coloration féminine, était détenue à 51% par M6 et à 49% par CTF (Groupe Marie Claire et Hachette Filipacchi Médias). En date du 7 décembre 2006, le Groupe M6 a annoncé la signature d’un protocole visant à acquérir les 49% de Téva à CTF. Ce protocole a été finalisé début 2007. Accessible à près de 13 millions d’individus abonnés, Téva est diffusée par satellite (TPS, CanalSat), le câble, ADSL (TPSL, CanalSatdsl, Free, 9 télécom, Alice) et téléphone mobile (Orange). Téva, qui a fêté ses 10 ans le 6 octobre 2006, propose des séries cultes et inédites, des grands films de cinéma, des formats de télé réalité en version originale et exclusifs en France. Depuis plusieurs saisons, des émissions identitaires, autour du thème de la décoration, ainsi que des magazines audacieux, confirment leur succès.

Créée en 1997, Fun TV, chaîne de divertissement destinée aux 15/24 ans, compte à fin 2006 4,3 millions d’individus abonnés. La chaîne est diffusée sur TPS, les principaux réseaux du câble, par ADSL (Tpsl, Free, 9 télécom) et téléphone mobile.

Téva a enregistré en 2006 une hausse de son chiffre d’affaires, qui s’établit à 16,2 M€, en croissance de 8%. Cette croissance de l’activité, conjuguée à une bonne maîtrise des charges, permet à la société de dégager une contribution au résultat opérationnel courant de 1,2 M€, contre 0,1 M€ en 2005.

M6 Music Hits / Rock / Black - M6 Communication (SAS)I M6 Music Hits, chaîne 100% musicale multigenres consacrée aux hits du moment, est diffusée sur TPS, les principaux réseaux du câble, l’ADSL (Tpsl, Free, 9 télécom), et la téléphonie mobile (M6 mobile, Orange, SFR, Bouygues). Elle compte 4,8 millions d’individus abonnés. M6 Music Black, chaîne 100% musicale à thématique Black Music (Rap, R’N’B, Soul…), est diffusée sur TPS, Numéricable, ADSL (TPSL, Free, 9 télécom), et la téléphonie mobile. Elle compte 3,1 millions d’individus abonnés. M6 Music Rock, chaîne 100% musicale consacrée à la musique Rock et Pop-Rock, est diffusée sur TPS, Numéricable, ADSL (TPSL, Free, 9 télécom), et la téléphonie mobile. Elle compte 3,1 millions d’individus abonnés. La contribution au chiffre d’affaires consolidé s’inscrit en légère progression, pour atteindre 5,2 M€, tandis que la contribution au résultat opérationnel courant du Groupe progresse pour s’établir à 1,9 M€, sous l’effet d’une bonne maîtrise des charges.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Fun TV a enregistré en 2006 une légère baisse de son chiffre d’affaires et de sa contribution au résultat opérationnel courant du Groupe, qui s’établissent néanmoins respectivement à 3,4 M€ et 0,5 M€.

TF6 (SCS)I À fin 2006, TF6, détenue à parité avec TF1, totalise plus de 6 millions d’individus abonnés. La chaîne est distribuée en exclusivité satellite sur TPS et est intégrée aux offres des principaux câbloopérateurs. Elle est aussi proposée sur la TNT payante. En 2007, la chaîne sera reprise sur CanalSat. L’offre de programmes a été à nouveau enrichie en 2006, en vue d’offrir une programmation de véritable minigénéraliste de divertissement à destination des jeunes adultes, qu’il s’agisse de formats de téléréalité, de séries et enfin de cinéma. Le chiffre d’affaires de TF6 enregistre une progression de 9%, et la contribution au résultat opérationnel courant s’améliore significativement à 1,4 M€ contre 0,2 M€ en 2005, sous l’effet d’une bonne maîtrise du coût de grille.

Série Club – Extension TV (SA)I Au 31 décembre 2006, Série Club, détenue à parité avec TF1, compte plus de 5,5 millions d’abonnés, et est distribuée sur le câble et le satellite (TPS). En 2007, Série Club sera reprise dans l’offre satellite de CanalSat. Série Club, qui propose une offre variée de séries, avec une forte proportion d’inédits, continue sa stratégie d’innovation, et crée l’événement autour des séries lors de soirées spéciales. En 2006, le chiffre d’affaires de Série Club est en retrait à 3,9 M€. La contribution au résultat opérationnel courant reste positive à 0,4 M€.

119


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

2.3. LES ACTIVITÉS DE DIVERSIFICATIONS ET DE DROITS AUDIOVISUELS

En M€

Chiffre d’affaires total 85,2 3,3 9,9 2,7 9,2 110,2

SND SNC TCM Mandarin et Mandarin Films M6 Studio Pôle Droits audiovisuels

31/12/2006 Chiffre Résultat d’affaires opérationnel hors Groupe courant (EBITA) 77,1 6,0 2,2 0,6 7,0 4,4 1,7 (0,4) 0,0 (3,2) 88,0 7,3

Chiffre d’affaires total 54,0 1,8 9,5 0,6 65,9

31/12/2005 Chiffre Résultat d’affaires opérationnel hors Groupe courant (EBITA) 48,7 (3,2) 1,1 (0,2) 8,0 3,6 0,5 (1,3) 0,0 58,3 (1,0)

Chiffre d’affaires total 31,2 1,4 0,3 2,1 9,2 44,3

variation 2006/2005 Chiffre Résultat d’affaires opérationnel hors Groupe courant (EBITA) 28,4 9.2 1,1 0.7 (1,0) 0.8 1,1 0.8 (3,2) 29,7 8,3

Pôle Interactions (*)

116,9

104,9

7,2

121,5

114,0

8,1

(4,6)

(9,1)

(0,9)

Groupe HSS Mistergooddeal Pôle Vente à distance

125,4 104,0 229,4

123,3 100,8 224,1

5,2 3,9 9,0

120,0 13,2 133,2

118,1 13,2 131,3

6,2 0,4 6,6

5,4 90,8 96,2

5,2 87,6 92,8

(1,0) 3,5 2,4

Pôle Interactivité (M6 Web)

76,6

66,4

21,6

49,8

42,5

10,4

26,8

23,9

11,2

FCGB

67,7

67,6

6,1

34,5

34,2

1,5

33,2

33,4

4,6

Éliminations intra-segment (28,2) Diversifications & Droits Audiovisuels 572,6

-

-

(11,1)

-

-

(17,1)

-

-

551,0

51,2

393,7

380,3

25,6

178,9

170,7

25,6

(*)

regroupe les entités juridiques suivantes : M6 Interactions, M6 Éditions, M6 Événements, Livestage.

2.3.1. LE PÔLE M6 INTERACTIONS

DisquesI Le marché du disque en France a continué de baisser pour la 4e année consécutive, avec un recul en valeur de 10,7% et de 26,6% en volume par rapport à 2005 (source : SNEP). Le nombre de CD vendus a baissé de 20,9% et celui des singles de 27,9%. L’augmentation de 42% des ventes numériques par rapport à 2005 est loin de compenser cette baisse. Dans ce contexte difficile, M6 Interactions a enregistré en 2006 un recul de ses ventes, avec 7,7

120

millions d’unités contre 10,3 millions en 2005, en dépit de nombreux succès commerciaux, dont notamment le single « Pas le temps » de Faf Larage, meilleure vente de singles en France en 2006.

Publications de produits compositesI Une part importante des publications est composée de DVD, vendus sous forme de collections ou en individuels. En 2006, le marché de l’Édition Vidéo a enregistré une baisse de l’ordre de 4% des volumes vendus, accompagnée d’un recul de l’ordre de 6 à 7% en valeur (source : SEV).

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Pour le Groupe M6, le volume total de ventes des Produits Composites a atteint 9,16 millions d’unités vendues en 2006, en progression de 2,5% par rapport à 2005.

2.3.2. LE PÔLE VENTE À DISTANCE

Home Shopping Service (SA)I et Mistergooddeal (SA)I

Presse – ÉditionsI M6 Éditions a pour activité la publication de magazines sur le marché de la presse jeune et de la presse adulte gratuite. En presse jeune, M6 Éditions édite deux titres principaux que sont Fan 2 (bimestriel) et Hit Machine Girl (mensuel). Depuis 2005, a également conforté sa position dans la presse gratuite, en acquérant Citato, mensuel gratuit destiné aux jeunes et distribué dans les lycées, universités et grandes écoles, puis en prenant en 2006 une participation au capital de Femmes en Ville, éditrice du mensuel féminin Femme en ville ainsi que d’Homme en ville, destiné aux hommes urbains de 25 à 49 ans. M6 Éditions développe également une activité de coédition de livres dérivés de programmes à succès de l’antenne.

M6 Événements (SA) – Live Stage (SAS)I M6 Événements a pour activité l’organisation de spectacles et la communication événementielle. En 2006, la filiale Live Stage, spécialisée dans les spectacles musicaux, a réduit son activité en matière de comédie musicale. Le chiffre d’affaires du Pôle Interactions s’inscrit en retrait, à 104,9 M€ contre 114,0 M€ en 2005, essentiellement pénalisé par le recul des activités musicales. La contribution au résultat opérationnel courant s’établit en retrait, à 7,2 M€ contre 8,1 M€ en 2005. Le taux de marge opérationnelle courante demeure néanmoins stable, reflétant la variabilité des coûts opérationnels et la bonne maîtrise des frais fixes.

Filiale de téléachat, détenue à 100% depuis 1998, Home Shopping Service (HSS) domine aujourd’hui le secteur de la vente à la télévision, avec 700 heures de diffusion de programmes par semaine, 2 millions de clients actifs et 2,5 millions de produits écoulés en 2006. HSS a développé une stratégie de distribution multicanal, en réalisant des programmes diffusés sur près de 40 chaînes, en proposant une chaîne 24h/24, et en relayant ces vitrines télévisées par l’envoi de catalogues de vente par correspondance ainsi que par 30 sites Internet. Enfin, depuis fin 2005, HSS a ouvert deux magasins et étend le concept du produit M6 Boutique dans les réseaux de grande distribution. La contribution de HSS au chiffre d’affaires consolidé a progressé de 4,4% pour atteindre 123,3 M€, notamment sous l’impulsion du développement de M6 Boutique la Chaîne. Le résultat opérationnel courant est en léger retrait à 5,2 M€, reflétant la moindre contribution des infomercials. Avec l’acquisition de Mistergooddeal en novembre 2005, le pôle de Vente à Distance du Groupe M6 est positionné sur des marchés complémentaires, et bénéficie de la forte croissance du commerce en ligne. En 2006, les ventes sur Internet ont totalisé 12 milliards d’euros en France, en croissance de 40% (source : iCE / Fevad). Mistergooddeal a, durant l’exercice, consolidé sa position parmi les grands sites marchands, avec régulièrement plus de 2 millions de visiteurs uniques par mois. La contribution de Mistergooddeal au chiffre d’affaires consolidé s’établit à 100,8 M€ (consolidation sur 12 mois) contre 13,2 M€ en 2005 (consolidation sur un mois et demi). Sur 2006, le taux de croissance du chiffre d’affaires de Mistergooddeal est supérieur à 50%. La contribution au résultat opérationnel courant s’établit à 3,9 M€. Au total, le pôle Vente à Distance a réalisé un chiffre d’affaires de 224,1 M€, supérieur aux prévisions annoncées lors de l’acquisition de Misterggooddeal, avec un résultat opérationnel courant de 9,0 M€, soit une marge opérationnelle courante de 4,0% conforme aux attentes du Groupe.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

121


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

2.3.3. LE PÔLE INTERACTIVITÉ : M6 WEB (SAS) ET M6 MOBILE BY ORANGE M6 Web, filiale en charge des développements dans les nouvelles technologies pour le Groupe, est structurée autour de 4 pôles opérationnels : l’Internet, l’interactivité avec les programmes, l’exploitation de contenus pour mobiles et la téléphonie mobile. - Le pôle Internet édite une trentaine de sites Internet qui se sont classés, sur plus de la moitié de l’année, dans le Top 30 des groupes de sites les plus fréquentés. De nombreuses nouveautés ont vu le jour en 2006, qu’il s’agisse de services communautaires gratuits (Yootribe, Wideo), de déclinaisons thématiques (femmeen-ville.com) ou de services payants, à l’instar de m6video.fr, site de VOD. - Le pôle Interactivité a poursuivi son développement avec le renouvellement de formats interactifs et le renforcement de la proximité avec les téléspectateurs. - Le pôle Mobilité développe les contenus sur mobile (personnalisation, vidéo, jeux SMS, chat). Cette activité a été renforcée en 2006 avec la création d’Echo6, détenue à 50% par le Groupe, qui a pour objet le développement de produits et de services de divertissement mobile. - Enfin, avec plus de 767 000 clients à fin 2006, soit une progression de plus de 540 000 abonnés sur l’année, l’accord de téléphonie M6 mobile by Orange, lancé en juin 2005, a confirmé son succès commercial. La gamme d’offres post-payées a été élargie, et une offre pré-payée a été lancée fin 2006. Le pôle Interactivité (M6 Web y compris M6 mobile by Orange) a enregistré en 2006 une nouvelle année de croissance, avec un chiffre d’affaires qui progresse de 56,2%, pour s’établir à 66,4 M€. Le résultat opérationnel courant fait plus que doubler, s’élevant à 21,6 M€ contre 10,4 M€ en 2005. 2.3.4. LE FOOTBALL CLUB DES GIRONDINS DE BORDEAUX (SASP) La société anonyme sportive professionnelle Football Club des Girondins de Bordeaux (FCGB) est détenue à 99,76% par M6 Foot, SAS elle-même détenue à 100% par Métropole Télévision. La saison 2005/2006, entamée sous l’égide d’un nouvel entraîneur de renommée internationale qui a constitué un groupe de joueurs professionnels densifié tant sur le plan qualitatif que quantitatif, s’est achevée pour le Football Club des Girondins de Bordeaux par une place de 2e de la Ligue 1, qualificative pour la Ligue des Champions. À la mi–saison 2006/2007, le FCGB occupait la 8e place du classement. Le Club a atteint les 1/16e de finale de la Coupe de l’UEFA, et a remporté la finale de la Coupe de la Ligue fin mars 2007.

122

Le Centre de Formation poursuit sa vocation visant à faire émerger de jeunes talents, et contribue à faire du FCGB l’un des clubs français les plus performants en la matière. La contribution du FCGB au chiffre d’affaires du Groupe atteint 67,6 M€, contre 34,2 M€ en 2005, notamment grâce à la hausse des droits TV consécutive aux performances sportives du Club et à sa qualification en championnat européen. Cette croissance des revenus permet de dégager une contribution au résultat opérationnel courant du Groupe en forte progression, à 6,1 M€ contre 1,5 M€ en 2005. 2.3.5. LE PÔLE DROITS AUDIOVISUELS

Société Nouvelle de Distribution (SA)I SND a pour principale activité l’acquisition, la gestion et la distribution de droits d’exploitation d’œuvres audiovisuelles, tout au long de leur cycle d’exploitation (cinéma, vidéo, cession des droits en faveur de diffuseurs de télévision payante et de télévision gratuite). L’activité cinéma de SND a connu de bonnes performances, avec 18 films distribués en salle contre 13 en 2005. Ces films ont totalisé plus de 6,3 millions d’entrées. Lord of War, Nos Jours Heureux, Astérix et les Vikings ont été les principaux succès de l’année. L’activité vidéo a fortement progressé en 2006, avec 4,4 millions d’unités vendues (+54% en volume par rapport à 2005), notamment avec les films Mr & Mrs Smith, Lord of War, Astérix et les Vikings , ainsi que les séries Kaamelott et Un, dos, tres. En 2006, M6 Vidéo a édité 125 nouveautés, portant son catalogue à plus de 600 titres. L’activité de cession de droits télévisés et de distribution internationale a été soutenue par les ventes réalisées sur Astérix et les Vikings dans plus de 30 pays. Sous l’effet du développement de l’ensemble de ses activités, la contribution de SND au chiffre d’affaires consolidé progresse significativement pour atteindre 77,1 M€ contre 48,7 M€ en 2005. La contribution au résultat opérationnel courant devient largement positive à 6,0 M€.

Société Nouvelle de Cinématographie (SAS)I Acquise en avril 2005, SNC a pour objet l’exploitation et la gestion de droits audiovisuels et cinématographiques. Elle dispose d’un catalogue de près de 450 films européens, comprenant notamment par exemple 6 films des Gendarmes, la Belle et la Bête de Jean Cocteau, Le Mur de l’Atlantique.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

En 2006, la société a contribué à hauteur de 2,2 M€ au chiffre d’affaires du Groupe (contre 1,1 M€ en 2005 sur 8 mois), avec une montée en puissance progressive de l’exploitation du catalogue. La contribution au résultat opérationnel courant est positive à hauteur de 0,6 M€.

TCM Droits Audiovisuels (SNC)I TCM D.A, constituée en septembre 1996, a pour objet l’acquisition, la distribution, la vente, l’importation et l’exportation, la promotion, la mise à disposition et le négoce de droits d’exploitation de toutes œuvres cinématographiques et audiovisuelles pour les territoires Francophones. L’actionnariat se décompose de la façon suivante : M6 (50%), TF1 (50%). Les ventes de TCM D.A sont réalisées avec les grandes chaînes nationales hertziennes, les chaînes du câble et du satellite, ainsi qu’en Belgique et en Suisse. En 2006, le développement des ventes s’est poursuivi notamment sous l’impulsion des chaînes du câble et du satellite, illustrant le caractère stratégique de la maîtrise des contenus dans un environnement marqué par la multiplication du nombre de chaînes.

vidéo le 25 octobre 2006, le film a réalisé 1,37 millions d’entrées en salle et 300 000 DVD vendus à fin 2006. Par ailleurs, le film, distribué par SND à l’international, a été vendu dans une trentaine de pays, dont l’Allemagne, l’Espagne, la Russie, le Mexique et la Chine. M6 Studio a réalisé l’essentiel de ses revenus avec le Groupe, en confiant la distribution salle, vidéo ainsi que la vente de droits à l’international d’Astérix et les Vikings à SND. La contribution de M6 Studio au résultat opérationnel du Groupe est négative de 3,2 M€, sous l’effet de l’amortissement de la production du film.

La contribution de TCM au chiffre d’affaires consolidé s’établit à 7,0 M, avec une progression de la contribution au résultat opérationnel courant, qui atteint 4,4 M€ contre 3,6 M€ en 2005.

Mandarin et Mandarin Films (SAS)I Les sociétés Mandarin et Mandarin Films, acquises respectivement en 2002 et 2006, possèdent, en vue de leur exploitation, un catalogue de films longs métrages. Mandarin Films, acquise en 2006, est une société de production cinématographique, détentrice d’un catalogue de longs métrages tout public, ayant connu des succès lors de leur sortie en salle. Mandarin Films détient notamment Brice de Nice et les Chevaliers du ciel. Grâce à l’acquisition de Mandarin Films et aux premiers revenus d’exploitation de son catalogue, la contribution au chiffre d’affaires consolidé progresse pour atteindre 1,7 M€, avec une contribution de -0,4 M€ au résultat opérationnel courant, sous l’effet des amortissements du catalogue.

M6 Studio (SAS)I Créée en 2003, M6 Studio est dédiée au développement et à la production de longs métrages d’animation français. M6 Studio a achevé en 2006 la production de son premier long métrage d’animation, Astérix et les Vikings, coproduit avec Mandarin SAS et le studio 2d3D Animations, en association avec le studio danois A Film AS. Sorti en salles sur 612 copies le 12 avril 2006, et en

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

123


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

3. STRUCTURE FINANCIÈRE ET TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE 3.1. STRUCTURE FINANCIÈRE

3.2. TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

Au 31 décembre 2006, les capitaux propres part du Groupe s’élèvent à 800,2 M€ en hausse de 296,1 M€ par rapport au 31 décembre 2005. Cette variation est égale au résultat de l’exercice (+408,5 M€) net du versement des dividendes au titre de 2005 (–125,0 M€) et des impacts résultant de l’application des normes IAS 39 - Instruments financiers : comptabilisation et évaluation, IFRS 2 - Paiements en actions et assimilés, et de la variation des actions propres détenues dans le cadre des plans de stock-options (+12,7 M€). La part des minoritaires dans les capitaux propres s’établit à +0,9 M€ et se rapporte principalement à la détention de 49% de Sedi TV (Téva) par des actionnaires hors Groupe.

Le tableau de financement est établi pour 2005 et 2006 de telle sorte que seuls les flux de trésorerie liés aux activités poursuivies sont détaillés, les flux de trésorerie liés aux activités cédées ou en cours de cession étant agrégés sur une seule ligne.

Le total bilan s’élève à 1 606,0 M€ en progression de 15,5%. Cette évolution repose pour une large partie sur l’apport des titres TPS à Canal+ France : à une quote-part des actifs de TPS (201,8 M€ d’actifs en cours de cession en 2005) s’est substitué 5,1% de Canal+ France, assorti d’une option de vente de cette participation, pour un montant total de 324 M€. Les autres variations des postes du bilan sont liées à la croissance interne des activités du Groupe et, dans une moindre mesure, aux acquisitions réalisées en 2006 : actif courant (hors trésorerie) et passif courant (hors dettes et provisions) progressent ainsi, respectivement, de +101,5 M€ et de +66,0 M€. La trésorerie nette d’endettement s’apprécie comme la somme des disponibilités, quasi-disponibilités, actifs financiers courants et non courants (prêts et placements) nets des dettes financières courantes et non courantes et du crédit-bail. Elle s’élève à +197,7 M€ au 31 décembre 2006 au titre des activités poursuivies. Elle s’établissait à +242,8 M€ au 31 décembre 2005. La variation de – 45,1 M€ s’analyse au regard de la variation globale de trésorerie (+7,6 M€) et de la dette auprès de Vivendi (-52,5 M€ y compris intérêts capitalisés) constatée en contrepartie de l’avance reçue le 6 janvier 2006 dans le cadre de l’opération d’apport de TPS à Canal+ France.

124

FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES La capacité d’autofinancement d’exploitation avant impôt atteint +316,0 M€ contre +305,3 M€ en 2005, soit +3,5% d’augmentation malgré un résultat opérationnel en retrait (-14,1 M€). Le résultat opérationnel de l’exercice clos est en effet moins porté par les plus-values de cession que le résultat opérationnel 2005 dans lequel +26,2 M€ de plus-values avaient été enregistrées (contre -0,9 M€ en 2006), dont celles constatées dans le cadre de la cession de RTL Shop (+13,0 M€) et de ventes de joueurs du Football Club des Girondins de Bordeaux (+8,0 M€). La variation du BFR d’exploitation s’établit à -46,5 M€, un emploi supérieur à celui de 2005 qui s’élevait à -35,6 M€. Une telle évolution s’explique par : - la variation des stocks : -40,3 M€ contre -23,2 M€ en 2005 ; la croissance des stocks de droits de diffusion s’analyse en lien avec la politique de renforcement des grilles de la chaîne et des chaînes numériques et un contexte de renchérissement du coût des programmes compte tenu de la compétition accrue sur les marchés nationaux quant à l’approvisionnement en stocks de programmes. La variation des autres stocks s’explique par le développement de l’activité de vente à distance, tout particulièrement Mistergooddeal, d’autant que la saisonnalité de son chiffre d’affaires la conduit à renforcer les stocks de fin d’année ; - la variation des créances d’exploitation : -67,1 M€ contre -53,6 M€. L’évolution repose essentiellement sur la progression du chiffre d’affaires du Groupe de 18,8% dans l’exercice. Elle s’en trouve accentuée au 31 décembre 2006 par le niveau de facturation publicitaire des mois de novembre et décembre 2006, qui ont été à l’image du 4e trimestre 2006, des mois de forte croissance du chiffre d’affaires. Ont également contribué à une telle évolution la croissance du chiffre d’affaires de Mistergooddeal assortie de la mise en place d’un mode de règlement « 3 ou 10 fois sans frais » ainsi que l’augmentation des avances et acomptes versés dans le cadre de l’acquisition de droits audiovisuels ;

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

- la variation des dettes d’exploitation : 61,0 M€ contre 41,2 M€ en forte progression, en lien avec les achats de programmes des chaînes et la croissance des diversifications. Compte tenu de la quasi-stabilité des décaissements liés à l’impôt sur les sociétés, et de la neutralisation de l’impact lié à la croissance de la capacité d’autofinancement par l’augmentation du besoin en fonds de roulement, le flux de trésorerie provenant de l’exploitation des activités poursuivies est stable (+0,5%) à +195,3 M€ en 2006 contre +194,3 M€ en 2005. FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES ACTIVITÉS D’INVESTISSEMENT Les flux de trésorerie liés aux investissements s’établissent à -44,5 M€ en 2006 contre -108,5 M€ en 2005. Cette diminution résulte des évolutions suivantes : Les acquisitions d’immobilisations incorporelles sont en nette diminution, l’année 2005 ayant en effet été marquée par des acquisitions significatives chez SND et la production de Astérix et les Vikings chez M6 Studio. L’impact de ces variations s’élève à environ -23 M€. En termes de présentation des comptes, la neutralisation de la production immobilisée liée aux émissions de flux produites au sein du Groupe contre l’amortissement de l’actif immobilisé correspondant, à compter de 2006 et dans les comptes consolidées uniquement a également conduit à diminuer le niveau d’acquisitions d’immobilisations incorporelles (production immobilisée) pour environ -19 M€ et du même montant le niveau d’amortissements. Les décaissements résultant de la production en propre d’émissions sont donc pris en compte dans les flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles. La trésorerie nette résultant des acquisitions de filiales est négative pour -10,7 M€ et se rapporte aux acquisitions de Femmes en Ville et de Mandarin Films. L’année 2005 avait été quant à elle marquée par les acquisitions de Mistergooddeal et SNC qui s’étaient traduites par un décaissement net de -40,9 M€. La trésorerie nette résultant des cessions de filiales est stable et provient de la cession de RTL Shop pour 10 M€ en 2005 avec paiement d’une dernière échéance de 5 M€ en mars 2006.

FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT Les flux de trésorerie provenant des activités de financement se traduisent par des décaissements à hauteur de -122,7 M€ en 2006 contre -96,8 M€ en 2005. La variation est essentiellement liée à la croissance des dividendes versés qui sont établis en 2006 au titre de 2005 à 125 M€, en hausse de +15,0 M€ et à une diminution (-6,1 M€) des produits de cession d’actions propres dans le cadre de l’exercice de stock-options. FLUX DE TRÉSORERIE LIÉS AUX ACTIVITÉS EN COURS DE CESSION Les flux de trésorerie liés aux activités en cours de cession traduisent un décaissement de -20,6 M€ alors que le flux 2005 correspondait à une ressource de +42,6 M€. En 2005, TPS avait en en effet remboursé le financement court et moyen terme que lui avait accordé le Groupe M6 pour +44,2 M€ tandis que la classification de TPS comme activité en cours de cession conduisait à ne plus retenir la trésorerie de TPS comme trésorerie du Groupe pour un impact de -1,6 M€. En 2006, l’emploi de -20,6 M€ se rapporte essentiellement à l’avance de +51,0 M€ reçue de Vivendi le 6 janvier 2006 dans le cadre de l’opération de rapprochement de TPS avec Canal+ France et à la recapitalisation de TPS le 30 novembre 2006, préalablement aux opérations d’apport à Canal+ France, pour -66,6 M€. Les autres décaissements se rapportent aux charges encourues par le Groupe dans le cadre de la cession. L’avance de Vivendi lui a été retournée, intérêts inclus, le 4 janvier 2007 à la date de réalisation de l’apport de TPS à Canal+ France. TRÉSORERIE La variation globale de trésorerie s’établit ainsi à +7,6 M€ portant la trésorerie (et équivalents de trésorerie) à 250,7 M€ au 31 décembre 2006. Cette position de trésorerie inclut 52,5 M€ de trésorerie liée à l’avance Vivendi, y compris intérêts capitalisés. Une dette de ce montant a été constatée dans les comptes du Groupe au 31 décembre 2006 de façon à tenir compte de la restitution en 2007 de cette avance.

La trésorerie nette résultant des cessions d’immobilisations incorporelles et corporelles est en retrait (-5,9 M€) compte tenu d’une moindre activité du FC Girondins de Bordeaux sur le marché des joueurs en tant que vendeur.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

125


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

4. POLITIQUE DE GESTION DE TRÉSORERIE Le Groupe a défini un ensemble de règles prudentielles encadrant sa politique de placement : - Ne pas détenir plus de 5% de l’actif d’un fonds (ratio d’emprise) ; - Ne pas investir plus de 20% sur une même contrepartie ; - Limiter le risque crédit en exigeant un investissement minimal obligatoire en titres cotés « investment grade » à l’intérieur de chaque fonds.

Les rendements de ces produits sont mesurés régulièrement, en vue d’optimiser les performances de la trésorerie et de procéder aux arbitrages de gestion courante. Le Groupe effectue la gestion de sa trésorerie avec pour objectif de pouvoir mobiliser rapidement les disponibilités placées à court terme, en limitant au maximum la prise de risque en capital.

5. POLITIQUE D’INVESTISSEMENTS La politique d’investissements du Groupe doit être analysée à plusieurs niveaux, indépendamment de la classification ultime en comptabilité entre actifs immobilisés et consommations. • Dans le cadre de ses engagements conventionnels et / ou de ses obligations réglementaires, Métropole Télévision investit en production d’œuvres audiovisuelles et cinématographiques, pour un montant en 2006 de 21,4% de son chiffre d’affaires publicitaire net de taxes et contributions de l’année précédente. Ces investissements se sont élevés à 117,2 M€ en 2006. • Dans le cadre des achats de droits audiovisuels à des fins de commercialisation (distribution salle, video et ventes TV), qui sont comptabilisés en immobilisations incorporelles. • Dans le cadre des achats de droits de diffusion, qui sont comptabilisés dans les stocks et qui correspondent aux investissements réalisés par le Groupe dans sa grille de programmes. • Dans le cadre de prises de participation ou d’acquisitions de sociétés visant à compléter les activités du Groupe. Ces investis-

126

sements ont notamment concerné en 2006 les activités : - de droits audiovisuels, avec l’acquisition de Mandarin Films ; - d’édition, avec la prise de participation dans la société Femmes en Ville SAS. Le Groupe Métropole Télévision ne réalise pas d’activité de recherche et développement pour son propre compte, excepté le développement de concepts d’émissions et de programmes mis en œuvre par les unités de programmes de la chaîne et certaines filiales de production du Groupe. Sur le plan des technologies et des immobilisations corporelles, le Groupe est actif dans la mise en œuvre de nouvelles technologies, et a notamment engagé un plan de numérisation pluriannuel de la rédaction, de la régie et des contenus diffusés à l’antenne. Chaque année le Groupe renouvelle une fraction de ses équipements bureautiques et informatiques et procède aux investissements nécessaires au maintien de la valeur de son patrimoine immobilier Des développements en matière de HD (Haute Définition) et de VOD) ont également été poursuivis en 2006.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

6. ENGAGEMENTS HORS BILAN

INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Au 31 décembre 2006, les engagements donnés par le groupe s’élèvent à 909,9 M€ contre 709,1 M€ au 31 décembre 2005, exprimés hors engagements liés à TPS. Cette progression des engagements donnés de +200,8 M€ s’explique principalement par : • L’augmentation des engagements d’achats de droits et engagements de coproductions nets des avances versées pour +122,5 M€ consécutivement au renouvellement au cours du 1er semestre de contrats d’approvisionnement en droits audiovisuels auprès de sociétés de production aux États-Unis ; les engagements d’achats de droits et engagements de coproductions nets des avances versées s’élèvent à 729,6 M€ au 31 décembre 2006, essentiellement (89%) portés par la chaîne M6 ; • L’augmentation des engagements en lien avec les contrats de transport et de diffusion des chaînes pour +33,2 M€ ; cette variation est essentiellement liée à l’extension de deux ans des contrats de diffusion TNT et à la révision à la hausse de leur coût compte tenu de la montée en charge rapide de la couverture hertzienne numérique (pour un montant cumulé de l’ordre de 31,0 M€); elle inclut également à hauteur de 10,2 M€ les coûts de transport de chaînes reprises sur CanalSat dans le cadre des accords de chaînes avec Canal+ France ; le montant total des engagements en lien avec les contrats de transport et de diffusion des chaînes s’établit à 115,2 M€ au 31 décembre 2006 ;

• L’engagement pris par le Groupe de procéder à l’acquisition d’un immeuble à Neuilly-sur-Seine, acquisition signée le 13 février 2007 qui a donné lieu au versement d’un acompte de 1,9 M€ en décembre 2006, le solde constituant un engagement estimé à 37,5 M€. Au 31 décembre 2006, les engagements reçus par le groupe s’élèvent à 189,4 M€ contre 66,4 M€ au 31 décembre 2005, exprimés hors engagements liés à TPS. La variation est essentiellement constituée des engagements reçus de Canal+ France au titre de la distribution des chaînes du Groupe. En cumulé, les engagements reçus des différents distributeurs dans le cadre de contrats pluriannuels (Canal+ France, câblo-opérateurs, FAI,…) s’élèvent à 142,1 M€. Consécutivement à la reconnaissance dans les comptes consolidés du Groupe de l’apport de TPS à Canal+ France, le Groupe ne reconnaît dans ses engagements hors bilan aucun engagement donné ou reçu par TPS ou par le Groupe en lien avec TPS. Au 31 décembre 2005, les engagements donnés par TPS ou reçus par le Groupe en lien avec TPS (comme ceux liés à la responsabilité sur le passif de TPS) s’établissaient à 628,5 M€ (quote-part M6). Les engagements reçus par TPS ou donnés par le Groupe en lien avec TPS s’élevaient quant à eux à 390,9 M€ (quote-part M6).

7. ÉVÉNEMENTS SIGNIFICATIFS SURVENUS DEPUIS LE 1er JANVIER 2007 - Le 4 janvier 2007, les Groupes Vivendi, TF1 et M6 ont finalisé l’accord de rapprochement dans la télévision payante des groupes TPS et Canal+, annoncé en décembre 2005. Aux termes de cet accord, le Groupe M6 est désormais actionnaire à hauteur de 5,1% de la nouvelle entité Canal+ France, contre l’apport de sa participation de 34% détenue dans TPS. La finalisation de cet accord a donné lieu au remboursement de l’avance de 51 M€, augmentée des intérêts, faite lors de la signature de l’accord par Vivendi en faveur de M6.

- Le 15 janvier 2007, le Groupe M6 a finalisé le protocole d’acquisition des 49% de Téva détenus par la Compagnie pour la Télévision Féminine, conformément à l’annonce faite en date du 7 décembre 2006. - Le 13 février 2007, le Groupe M6 a procédé à l’acquisition d’un immeuble de 4 000 m2, situé à Neuilly sur Seine. Le montant de cet engagement est détaillé dans le paragraphe 6 « Engagements hors bilan ». Cet investissement est porté par la société Immobilière 46D, créée à cet effet. À la connaissance de la société, aucun autre événement significatif n’est intervenu depuis le 1er janvier 2007 susceptible d’avoir ou ayant eu dans un passé récent une incidence significative sur la situation financière, le résultat l’activité et le patrimoine de la société et du groupe.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

127


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

8. PERSPECTIVES 2007 Le Groupe M6 va poursuivre en 2007 sa stratégie de croissance dans l’ensemble de ses activités. Dans la continuité des exercices précédents, les contenus seront au cœur du développement, en vue de conforter la position de la famille de chaînes, dans un environnement de marché en pleine mutation. TÉLÉVISION GRATUITE À cet égard, le Groupe M6 a communiqué une estimation de croissance du coût de la grille de la chaîne M6 en 2007, qui progresserait de l’ordre de 2,5% par rapport au coût de grille de 302,5 M€ constaté en 2006. Cet investissement dans les programmes s’inscrit dans un exercice 2007 où le Groupe a estimé les recettes publicitaires supplémentaires nettes, générées par la seule arrivée des annonceurs du secteur de la distribution, à 30 M€ pour la chaîne M6. TÉLÉVISION NUMÉRIQUE Dans ce contexte concurrentiel et technologique marqué par de fortes et rapides évolutions, les lignes éditoriales des chaînes numériques seront renforcées pour consolider la complémentarité et la puissance de la famille de chaînes du Groupe. La pénétration de la télévision numérique, avec le succès des modes de distribution que sont la TNT et l’ADSL, va donner aux chaînes numériques du Groupe accès à un parc d’initialisés élargi. Paris Première et W9, respectivement présentes notamment en

TNT payante et en TNT gratuite, devraient bénéficier de ces perspectives prometteuses. Les autres chaînes numériques du Groupe, notamment TF6 et Série Club, bénéficieront de l’accord de rapprochement de TPS et de Groupe Canal en télévision payante et seront reprises sur CanalSat début 2007. DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS Les relais de croissance mis en place en 2005 vont poursuivre leur contribution au dynamisme des activités de diversifications, qu’il s’agisse du Pôle Vente à distance avec l’acquisition de mistergooddeal.com ou de l’accord M6 mobile by Orange. Les activités interactives, et la présence du Groupe sur Internet resteront un des axes forts de la stratégie, aux côtés de l’activité de droits audiovisuels, dont la montée en puissance, entamée au cours des dernières années, sera accentuée en vue de participer au renforcement de l’accès aux contenus du Groupe. Par ailleurs, confiant dans ses perspectives à moyen terme, et considérant disposer des moyens financiers nécessaires pour poursuivre sa stratégie de croissance et d’investissement, le Groupe a annoncé le 5 mars 2007 avoir décidé d’activer un programme de rachat d’actions sur trois ans, portant sur 10% au maximum du nombre total d’actions en circulation, en vue de leur annulation, conformément aux autorisations données par l’Assemblée Générale Mixte du 24 avril 2006. Le Groupe, soucieux de poursuivre sa stratégie de croissance rentable, se réserve cependant la faculté de privilégier un investissement significatif au cours de la période.

9. INTÉGRATION FISCALE La société Métropole Télévision est la mère d’un groupe fiscalement intégré au sens des dispositions de l’article 223A du Code Général des Impôts. Métropole Télévision se constitue seule redevable de l’impôt sur les résultats dû par ses filiales en vue de la détermination du résultat d’ensemble du Groupe, conformément aux dispositions de l’article 223A du Code Général des Impôts.

128

La société Mandarin Films, acquise en 2006, a opté pour son intégration dans le périmètre fiscal du Groupe à compter du 1er janvier 2007. Les sociétés détenues à moins de 95% ne peuvent en revanche opter pour leur intégration dans le périmètre fiscal du Groupe.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

10. CHANGEMENT DE MÉTHODE COMPTABLE L’application de nouvelles normes IFRS en 2006 n’a pas eu d’impact sur les états financiers consolidés du Groupe. Les notes annexes ont pu, dans certains cas, être enrichies ou complétées en conformité avec ces normes.

De la même façon, aucune norme n’a eu d’incidence sur les comptes de la société mère, Métropole Télévision (M6).

11. RESPECT DES OBLIGATIONS LÉGALES ET DE LA CONVENTION En 2006, selon ses calculs et sous réserve d’une validation par le CSA, M6 a respecté l’ensemble de ses engagements conventionnels et de ses obligations réglementaires. Les quotas de diffusion de 40% d’œuvres audiovisuelles d’expression originale française et de 60% d’œuvres européennes ont été respectés, à la fois sur l’ensemble de la journée et sur la plage d’heures d’écoute significative, de 17 h 00 à 23 h 00 et de 14 h 00 à 23 h 00 le mercredi. Le quota de diffusion de 100 heures d’œuvres audiovisuelles inédites d’expression originale française ou d’œuvres européennes, proposées en clair et dont la diffusion démarre entre 20 h et 21 h, a été respecté. Pour les œuvres cinématographiques, les quotas de diffusion de 192 films au maximum dans l’année et de 144 films aux heures de grande écoute ont été respectés, tout comme la proportion de 40% d’œuvres cinématographiques d’expression originale française et de 60% d’œuvres européennes. Enfin, les obligations en matière de diffusion musicale, de dessins animés et de programmes sous-titrés à destination des personnes sourdes et malentendantes ont été respectées.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Au total le Groupe M6 a engagé 117,2 M€ dans la production d’œuvres audiovisuelles et cinématographiques, représentant 21,4% de son chiffre d’affaires publicitaire net de taxes et contributions de l’année précédente, pour une obligation de 21,2% (18% pour les œuvres audiovisuelles et 3,2% pour les œuvres cinématographiques). Les engagements d’investissements en production audiovisuelle contractés en 2006 par Métropole TV s’élèvent au total à 99,7 M€. Ils se répartissent à hauteur de 89,1 M€ pour les œuvres d’expression originale française et 10,6 M€ pour les autres œuvres audiovisuelles. Il s’y ajoute 17,5 M€ d’investissements engagés par M6 Films dans la production de 12 œuvres cinématographiques françaises ou européennes. Le CSA communiquera sur le bilan 2006 du respect des obligations conventionnelles et réglementaires de M6 au cours du 2d semestre 2007.

129


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

12. CAPITAL affiché des performances contrastées, reflet de situations concurrentielles et de marché différenciées.

12.1. COTATION Depuis son introduction au 2d Marché de la Bourse de Paris au cours de 3,96 € (26 FRF) le 28 septembre 1994 (en tenant compte de la division du nominal par 10 intervenue le 15 juin 2000), le cours de l’action a connu une progression très importante.

Au 31 décembre 2006 la capitalisation boursière s’établit à 3 568,9 M€. Au cours de l’année 2006, les échanges moyens quotidiens se sont élevés à 414 200 titres contre 355 751 titres en 2005.

En 2006 le cours a évolué de 23,43 € le 2 janvier à l’ouverture de la bourse à 27,06 € à la clôture de la bourse le 29 décembre, avec un plus bas de 22,29 € en séance le 14 juin et un plus haut de 27,52 € en séance le 7 décembre. Sur l’année 2006, le titre s’inscrit en hausse de 15,64% (évolution calculée sur la base du dernier cours coté de l’année 2005) soit une performance nettement supérieure à celle de l’indice de référence DJ EURO STOXX Media. L’année a été marquée par la bonne performance des valeurs médias françaises, en particulier des télévisions commerciales ; les autres valeurs médias européennes ont

Depuis la réforme de la cote d’Euronext Paris, effective depuis le 21 février 2005, le titre Métropole Télévision appartient au compartiment A de l’Eurolist (sociétés dont la capitalisation boursière moyenne est supérieure à 1 milliard d’euros). Il est par ailleurs une des composantes des indices CAC MID100 et CAC Mid&Small190, et n’appartient plus au CAC IT20 depuis la dernière révision de cet indice.

12.2. ÉVOLUTION DU COURS DE BOURSE ET DES VOLUMES ÉCHANGÉS

21 000 000 Nombre de titres échangés

Cours moyen de clôture (en €)

30 28 26 24 22 20

14 000 000

18 16 14 12 10

7 000 000

8 6 4

130

Février

Décembre

2007 Janvier

Octobre

Novembre

Août

Septembre

Juillet

Mai

Juin

Avril

Mars

Février

Décembre

2006 Janvier

Octobre

Novembre

Août

Septembre

Juillet

Mai

Juin

Avril

Mars

Février

Décembre

2005 Janvier

Octobre

Novembre

Août

Septembre

Juillet

Mai

Juin

Avril

Mars

Février

2004 Janvier

2 0

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Date 2004 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

Nombre de titres échangés 4 702 017 20 092 974 12 044 250 11 187 213 10 871 677 10 217 074 8 713 417 9 982 569 6 613 623 6 873 562 8 137 349 7 978 258

Cours moyen de clôture (en €) 27,48 25,92 25,22 25,04 22,98 22,74 21,76 20,24 21,91 21,12 20,12 20,22

Plus haut mensuel (€) 29,30 28,45 28,30 26,12 24,44 23,74 23,80 21,18 23,00 22,47 21,31 21,00

Plus bas mensuel (€) 26,00 24,45 23,22 23,83 21,60 21,84 20,60 19,14 20,46 20,07 19,47 18,94

Capitaux échangés (en M€) 130,71 526,56 308,94 278,67 251,47 231,48 187,95 200,24 144,60 144,87 163,46 160,29

2005 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

7 017 033 4 613 010 5 793 573 8 235 525 7 957 168 7 310 855 10 279 858 7 439 025 7 712 411 6 690 850 7 770 319 10 608 354

21,37 21,88 21,64 20,63 19,89 20,95 22,49 22,48 21,42 20,86 21,36 23,17

22,00 22,62 22,50 21,69 20,59 21,68 23,05 23,20 22,15 21,53 22,30 25,07

20,20 21,18 20,90 19,56 19,12 19,96 21,11 21,71 20,90 20,06 20,62 21,57

149,50 101,16 125,30 168,63 158,74 152,99 230,08 167,52 166,00 139,67 165,75 247,36

2006 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

10 048 792 7 528 877 10 589 672 9 303 744 13 695 431 8 873 899 6 854 558 7 691 345 5 980 897 5 732 695 12 030 676 7 290 447

24,43 26,25 25,02 24,43 24,60 23,94 24,36 24,44 24,07 24,47 25,21 26,64

25,93 27,14 25,60 25,74 26,40 25,40 25,20 25,87 24,80 24,90 26,47 27,52

23,35 25,12 24,21 23,21 23,15 22,29 23,20 23,31 23,40 23,91 23,80 25,37

246,18 197,09 264,50 226,96 336,39 211,86 166,81 187,93 143,82 140,11 302,49 194,35

2007 Janvier Février

12 857 899 9 370 686

26,40 26,83

27,37 27,35

25,25 25,31

338,80 250,34

131


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

12.3. RACHAT PAR LA SOCIÉTÉ DE SES PROPRES ACTIONS L’Assemblée Générale Mixte du 28 avril 2005, aux termes de sa 9e résolution, a décidé d’affecter l’autocontrôle existant au 31 décembre 2004, conformément aux prescriptions du règlement européen n° 2273/2003 du 22 décembre 2003 entré en vigueur le 13 octobre 2004, aux objectifs suivants : - Attribution d’actions gratuites, à hauteur de 130 502 actions ; - Attribution d’options d’achat d’actions, à hauteur de 840 530 actions ; - Animation du marché dans le cadre d’un contrat de liquidité, à hauteur de 176 515 actions. Durant l’exercice écoulé, la société a utilisé successivement les deux autorisations d’achat des ses propres actions qui lui avait été accordées par les Assemblées Générales du 28 avril 2005 et du 24 avril 2006. Ces autorisations ont été uniquement utilisées dans le cadre du contrat de liquidité, conforme à la charte de déontologie de l’AFEI, dont la mise en œuvre a été au prestataire de services d’investissement CA Chevreux le 15 décembre 2004. Le contrat a été signé pour un an, renouvelable par tacite reconduction. Le montant total des moyens affectés au contrat est de 250 000 titres et de 5 000 000 d’€. Au 15 décembre 2004, 145 500 titres autodétenus ont été apportés au fonctionnement du contrat, 104 500 titres complémentaires pouvant donc être appelés. Au 31 décembre 2005, le nombre de titres détenus par le contrat de liquidité s’élevait à 28 000 actions, avec un solde en espèces de 2 467 238,10 €. Au cours de l’exercice 2006, le nombre d’actions achetées par le contrat s’est élevé à 445 491 au cours moyen de 24,57 €, et le nombre d’actions vendues de 453 491 titres au cours moyen de 24,97 €, soit un solde au 31 décembre 2006 de 20 000 actions et de 2 896 015,80 € en espèces.

BILAN DU PRÉCÉDENT PROGRAMME DE RACHAT L’Assemblée Générale Mixte du 28 avril 2005 avait autorisé la société à mettre en œuvre un programme de rachat d’actions. Ce programme de rachat d’actions a obtenu le visa de l’AMF le 8 avril 2005, sous le numéro 05-0241. Il est resté en vigueur jusqu’au 24 avril 2006, date de l’Assemblée Générale mixte qui a autorisé le nouveau programme de rachat actuellement en vigueur. Entre l’Assemblée Générale du 28 avril 2005 et le 24 avril 2006, la société a utilisé l’autorisation d’achat de ses propres actions dans le cadre du contrat de liquidité, selon les modalités suivantes : Contrat de liquidité Nombre de titres détenus par le contrat de liquidité au 28 avril 2005

96 878

Nombre de titres achetés par le contrat de liquidité du 29 avril 2005 au 24 avril 2006

681 118

Nombre de titres vendus par le contrat de liquidité du 29 avril 2005 au 24 avril 2006

722 996

Nombre de titres détenus par le contrat de liquidité au 24 avril 2006

55 000

Les achats de titres au travers du contrat de liquidité se sont effectuées au prix moyen de 22,31 €, et de 22,65 € pour les ventes de titres. Durant cette période, 566 000 titres ont été cédés aux bénéficiaires des plans de stock-options, dont 357 000 en 2005 et 209 000 en 2006. Au total, 681 118 titres ont été acquis, et 1 288 996 titres cédés au cours de ce programme de rachat d’actions. Au 24 avril 2006, date de la mise en œuvre du nouveau programme de rachat d’actions, la société auto- détenait 381 002 de ses titres, représentant 0,29% du capital.

Au cours de l’exercice 2006, 209 000 actions ont été cédées aux bénéficiaires du plan d’options d’achat datant de 1999, pour un montant de 3,92 M€.

132

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

PROGRAMME DE RACHAT D’ACTIONS EN COURS DE VALIDITÉ L’Assemblée Générale Mixte du 24 avril 2006, aux termes de sa 7e résolution, a décidé d’autoriser un programme de rachat d’actions de la société d’une durée de dix-huit mois, permettant au Directoire de procéder à des rachats d’actions de la société à hauteur de 10% du capital en vue, par ordre de priorité décroissante : • d’attribuer ses actions lors de l’exercice de droits attachés à des valeurs mobilières tels que conversion, exercice, remboursement ou échange, dans le cadre de la réglementation boursière, et également aux salariés et dirigeants de la société et de son groupe, notamment dans le cadre de la participation aux fruits de l’expansion de l’entreprise, du régime des options d’achat d’actions, ou par le biais d’un plan d’épargne d’entreprise, ou de toute autre modalité prévue par la législation en vigueur ; • d’animer le marché secondaire ou la liquidité de l’action Métropole Télévision par un prestataire de services d’investissement au travers d’un contrat de liquidité conforme à la charte de déontologie reconnue par l’Autorité des marchés financiers ; • d’utiliser tout ou partie des actions acquises pour conservation

et remise ultérieure à l’échange ou en paiement dans le cadre d’opérations éventuelles de croissance externe ; • de les annuler, sous réserve de l’adoption de la 9e résolution par l’Assemblée Générale Mixte des actionnaires. Le prix maximum d’achat a été fixé à 40 € par action. Le montant maximal des fonds destinés à la réalisation de ce programme d’achat était limité au montant des réserves libres : 507 786 907 €. Ce programme est détaillé dans le document de référence enregistré par l’AMF en date du 5 avril 2006. Durant l’exercice écoulé, la société a utilisé l’autorisation d’achat des ses propres actions qui lui avait été accordée par l’Assemblée Générale Mixte du 24 avril 2006. Cette autorisation a été uniquement utilisée dans le cadre du contrat de liquidité, conforme à la charte de déontologie de l’AFEI, dont la mise en œuvre a été confiée au prestataire de services d’investissement CA Chevreux le 15 décembre 2004.

Tableau de déclaration synthétique de l’émetteur des opérations réalisées sur ses propres titres du 24 avril 2006 au 28 février 2007 Pourcentage de capital autodétenu de manière directe et indirecte : 0,24% Nombre d’actions annulées au cours des 24 derniers mois : Néant Nombre de titres détenus en portefeuille : 315 502 actions Valeur comptable du portefeuille au 28 février 2007 : 5 377 770 € Valeur de marché du portefeuille au 28 février 2007 : 8 464 917 € La Société n’a pas utilisé de produits dérivés dans le cadre de son précédent programme de rachat d’actions.

Achats Nombre de titres Échéance maximale Cours moyen de la transaction (en €) Prix d’exercice moyen (en €) Montants (en €)

387 226 24,86 9 626 438

Flux bruts cumulés Ventes/ transferts 452 726 (*) 25,25 ou 24,96 (**) 18,76 11 431 331

Positions ouvertes à ce jour Positions ouvertes Positions ouvertes à l’achat à la vente Néant Néant Néant Néant Néant Néant Néant Néant

Néant Néant

(*) dont 71 000 titres correspondant à l’exercice d’options d’achat d’actions (**) ce cours moyen intègre les prix des levées des options d’achat d’actions par les bénéficiaires

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

133


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

DESCRIPTIF DU NOUVEAU PROGRAMME DE RACHAT D’ACTIONS Il est proposé à l’Assemblée Générale Mixte du 2 mai 2007 d’autoriser un programme de rachat d’actions de la société dont les conditions seraient les suivantes : • Titres concernés : actions ordinaires Métropole Télévision cotées sur l’Eurolist d’Euronext Paris, compartiment A, code ISIN FR0000053225 • Prix maximum d’achat : 37 € • Détention maximum : 9,76% du capital, soit 12 873 367 actions, compte tenu des actions autodétenues au 28 février 2007, et dans la limite légale de 10% • Durée maximale : 18 mois à compter de la date de l’Assemblée Générale • Les acquisitions pourront être effectuées en vue de : - assurer l’animation du marché secondaire ou la liquidité de l’action Métropole Télévision par l’intermédiaire d’un prestataire de service d’investissement au travers d’un contrat de liquidité conforme à la charte de déontologie de l’AFEI admise par l’AMF ;

- conserver les actions achetées et les remettre ultérieurement à l’échange ou en paiement dans le cadre d’opérations éventuelles de croissance externe, étant précisé que les actions acquises à cet effet ne peuvent excéder 5% du capital de la société ; - assurer la couverture de plans d’options d’achat d’actions et autres formes d’allocation d’actions à des salariés et/ou des mandataires sociaux du groupe dans les conditions et selon les modalités prévues par la loi, notamment au titre de la participation aux résultats de l’entreprise, au titre d’un plan d’épargne d’entreprise ou par attribution gratuite d’actions ; - assurer la couverture de valeurs mobilières donnant droit à l’attribution d’actions de la société dans le cadre de la réglementation en vigueur ; - procéder à l’annulation éventuelle des actions acquises, sous réserve de l’autorisation à conférer par la présente assemblée générale des actionnaires dans sa 11e résolution à caractère extraordinaire. Au 28 février 2007, la société détient 315 502 actions propres représentant 0,24% du capital et réparties comme suit :

État de l’autodétention au 28 février 2007 affectée aux différents objectifs Attribution d’actions Attribution d’option Animation dans le gratuites d’achat d’actions cadre du contrat de liquidité 130 502 actions 20 000 actions 165 000 actions Dont 60 500 actions effectivement détenues dans le contrat

134

Total autodétention au 28 février 2007

315 502 actions

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

12.4. AUTO-DÉTENTION Au 31 décembre 2006, M6 détient au total 275 002 actions (représentant 0,21% du capital), inscrites au passif du bilan consolidé de Métropole Télévision en déduction des capitaux propres pour leur valeur d’acquisition de 11,5 M€. Le nombre d’actions autodétenues comprend les 20 000 actions du contrat de liquidité. Conformément à l’entrée en vigueur le 13 octobre 2004 du Règlement Européen n° 2273/2003 pris en application de la Directive 2003/6/CE dite « Abus de Marché », il a été proposé à l’Assemblée

Générale Mixte du 28 avril 2005 d’approuver l’affectation des titres acquis avant le 13 octobre 2004 aux différents objectifs prévus dans la Directive : couverture de stock options, contrat de liquidité, attribution d’actions. Le tableau ci-dessous résume l’affectation des titres auto-détenus au 31 décembre 2004 approuvée par l’Assemblée Générale du 28 avril 2005 et l’état au 31 décembre 2005 et 31 décembre 2006 des titres autodétenus en fonction des objectifs.

Affectation de l’autodétention au 31 décembre 2004 aux différents objectifs Attribution d’actions Attribution d’option Animation dans le cadre gratuites d’achat d’actions du contrat de liquidité 130 502 actions 840 530 actions 176 515 actions Dont 72 015 actions effectivement détenues dans le contrat

Attribution d’actions gratuites -

Variation au cours de l’exercice 2005 Attribution d’option Animation dans le cadre d’achat d’actions du contrat de liquidité -611 530 actions -44 015 actions

État de l’autodétention au 31 décembre 2005 affectée aux différents objectifs Attribution d’actions Attribution d’option Animation dans le cadre gratuites d’achat d’actions du contrat de liquidité 130 502 actions 229 000 actions 132 500 actions Dont 28 000 actions effectivement détenues dans le contrat

Attribution d’actions gratuites -

Variation au cours de l’exercice 2006 Attribution d’option Animation dans le cadre du contrat de liquidité d’achat d’actions -209 000 actions -8 000 actions

État de l’autodétention au 31 décembre 2006 affectée aux différents objectifs Animation dans le cadre Attribution d’option Attribution d’actions du contrat de liquidité d’achat d’actions gratuites 130 502 actions 20 000 actions 124 500 actions Dont 20 000 actions effectivement détenues dans le contrat

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Total auto-détention au 31 décembre 2004

1 147 547 actions

-655 545 actions Total autodétention au 31 décembre 2005

492 002 actions

-217 000 actions Total auto-détention au 31 décembre 2006

275 002 actions

135


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

12.5. PLANS D’OPTION D’ACHAT ET DE SOUSCRIPTION D’ACTIONS

INFORMATIONS FINANCIÈRES

12.5.1. INFORMATION SUR LES OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D’ACHAT

INFORMATIONS JURIDIQUES

Conformément à l’autorisation donnée par l’Assemblée Générale Mixte du 28 avril 2004, une attribution d’options a été décidée par le Directoire en date du 6 juin 2006, après approbation par le Conseil de Surveillance. Cette attribution de 736 750 options concerne 158 bénéficiaires, dont les mandataires sociaux. Pour information, le prix d’attribution des options a été fixé sans décote par rapport à la moyenne des cours des 20 séances de bourse précédant la mise en place du plan, soit 24,60 €. Date d’assemblée

04/06/1999

Date du Conseil

26/05/2000

28/04/2004

Total

04/06/1999

19/01/2000

30/06/2000

07/06/2001

07/06/2002

25/07/2003

14/11/2003

28/04/2004

02/06/2005

06/06/2006

Achat

Achat

Souscription

Souscription

Souscription

Souscription

Souscription

Souscription

Souscription

Souscription

600 000

175 000

338 100

551 800

710 500

713 500

20 000

861 500

635 500

736 750

5 342 650

120 000

20 000

86 000

113 000

168 000

130 000

20 000

175 000

90 500

90 500

1 013 000

295 000

155 000

112 400

89 000

139 500

146 000

-

155 000

108 500

112 500

1 312 900

d’exercice des options

05/06/2004 19/01/2005

01/07/2004

08/06/2005

08/06/2006

26/07/2007

15/11/2007

29/04/2006 02/06/2007 06/06/2008

Date d’expiration

04/06/2006 18/01/2007

29/06/2007

06/06/2008

07/06/2009

25/07/2010

14/11/2010

28/04/2011 01/06/2012 05/06/2013

Type d’option Nombre total d’actions pouvant être souscrites ou achetéees - dont les mandataires sociaux - dont les 10 premiers attributaires salariés Point de départ

Prix de souscription ou d’achat (en €)

18,76

44,63

58,58

30,80

28,06

22,48

23,82

24,97

19,94

24,60

500 000

-

-

-

-

-

-

-

-

500 000

-

17 500

185 300

325 300

481 500

555 500

20 000

679 500

558 000

686 750

3 509 350

-

2 500

33 500

52 000

76 000

70 000

0

93 000

77 500

50 000

454 500

Nombre d’actions souscrites au 15/02/07 Options de souscription ou d’achat d’actions restantes au 15/02/07 Options de souscription ou d’achat d’actions annulées entre le 07/02/06 et le 15/02/07

12.5.2. OPTIONS DES MANDATAIRES SOCIAUX Les mandataires sociaux ont bénéficié du plan d’attribution d’options du 6 juin 2006 dans les conditions suivantes : Nombre d’options attribuées / d’actions souscrites ou achetées

Prix (en)

Date d’échéance

Plan autorisé par l’assemblée du 28 avril 2004

27 500

24,60

5 juin 2013

Conseil du 6 juin 2006

Date d’attribution Nicolas de Tavernost Thomas Valentin

18 000

24,60

5 juin 2013

Conseil du 6 juin 2006

Jean d’Arthuys *

15 000

24,60

5 juin 2013

Conseil du 6 juin 2006

Catherine Lenoble

15 000

24,60

5 juin 2013

Conseil du 6 juin 2006

Éric d’Hotelans

15 000

24,60

5 juin 2013

Conseil du 6 juin 2006

* Compte tenu du départ de M. Jean d’Arthuys à la date du 3 décembre 2006, les options correspondantes ne pourront pas être exercées.

136

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Par ailleurs, au cours de l’exercice, certains des mandataires sociaux ont levé des options reçues antérieurement : Option Levées durant l’exercice

Thomas Valentin Jean d’Arthuys

Nombre

Prix (en €)

Plan autorisé par l’assemblée du

Date d’attribution

50 000 20 000

18,76 18,76

4 juin 1999 4 juin 1999

Conseil du 4 juin 1999 Conseil du 4 juin 1999

12.5.3. OPTIONS DES 10 PREMIERS SALARIÉS (HORS MANDATAIRES SOCIAUX) Les 10 premiers salariés attributaires d’options au cours de l’exercice ont bénéficié du plan d’attribution d’options du 6 juin 2006 dans les conditions suivantes et certains d’entre eux ont exercé des options antérieurement attribuées. Nombre d’options attribuées/

Prix (en €)

Date

d’actions souscrites ou achetées

> Options consenties - information globale > Options levées - information globale

112 500 95 000

d’attribution

24,60 18,76

Conseil du 6 juin 2006 Conseil du 4 juin 1999

12.5.4. OPÉRATIONS SUR TITRES EFFECTUÉES AU COURS DU DERNIER EXERCICE (À COMPTER DU 22 MARS) PAR LES MANDATAIRES, HAUTS RESPONSABLES ET PERSONNES LIÉES Au cours de l’exercice, la société a été informée par les mandataires et hauts responsables de la réalisation, par eux-mêmes ou les personnes qui leur sont liées, des opérations sur titres suivantes : Nom et Mandat / Fonction Chartiez, Alain Membre du Comité de Direction d’Arthuys, Jean Membre du Directoire Desmichelle, Thierry Membre du Comité de Direction Une personne morale liée à Albert Frère, Membre du Conseil de Surveillance Une personne physique liée à Jean d’Arthuys Membre du Directoire Une personne physique liée à Jean d’Arthuys Membre du Directoire Une personne physique liée à Jean d’Arthuys Membre du Directoire

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Nature de l’opération

Date

Nombre

Prix Unitaire

Montant total

Acquisition d’actions

22/03/2006

10 000

18,76 €

187 600 €

Acquisition d’actions

10/04/2006

20 000

18,76 €

375 200 €

Acquisition d’actions

10/05/2006

5 000

18,76 €

93 800 €

Acquisition d’actions

04/07/2006

6 594 435

24,70 €

162 882 544 €

Cession d’actions

01/09/2006

3 333

24,50 €

81 658,50 €

Cession d’actions

01/09/2006

3 333

24,50 €

81 658,50 €

Cession d’actions

05/09/2006

3 334

24,50 €

81 683 €

137


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

12.6. PLAN D’ATTRIBUTION GRATUITE D’ACTIONS Conformément à l’autorisation donnée par l’Assemblée Générale Mixte du 28 avril 2005 dans sa résolution n° 11, une attribution gratuite d’actions a été décidée par le Directoire en date du 6 juin 2006, après approbation par le Conseil de Surveillance. Ce plan d’attribution représente 480 472 actions, attribuées à 57 bénéficiaires sous une condition de présence à l’effectif en juin 2008. À ce titre et compte tenu des performances réalisées au cours des dernières années et des enjeux de développement du groupe au cours des prochaines années, les membres du Directoire ont bénéficié, après autorisation du Conseil de Surveillance et sur proposition du Comité des Rémunérations, des attributions gratuites d’actions suivantes : Actions attribuées gratuitement à chaque mandataire social Nicolas de Tavernost Thomas Valentin Jean d’Arthuys (*) Catherine Lenoble Eric d’Hotelans

Nombre d’actions attribuées

Prix au jour d’attribution (en €)

Dates d’échéance

198,933 86,919 26,641 43,986 35,743

24,63 24,63 24,63 24,63 24,63

7 juin 2008 7 juin 2008 7 juin 2008 7 juin 2008 7 juin 2008

Plan autorisé par l’assemblée du 28/04/2005 Date d’attribution Conseil du 6 juin 2006 Conseil du 6 juin 2006 Conseil du 6 juin 2006 Conseil du 6 juin 2006 Conseil du 6 juin 2006

(*) Compte tenu du départ de M. Jean d’Arthuys en date du 3 décembre 2006, aucune action au titre de cette attribution ne lui sera livrée. Par ailleurs les 10 premiers salariés attributaires gratuitement d’actions ont reçu au total : Actions attribuées gratuitement aux Nombre d’actions 10 premiers salariés attributaires attribuées 34,417 > Actions attribuées - information globale

Prix au jour d’attribution (en €) 24,63

Dates d’échéance 7 juin 2008

Plan autorisé par l’assemblée du 28/04/2005 Conseil du 6 juin 2006

Au total, les caractéristiques des attributions gratuites d’actions, autorisées par la résolution n° 11 votée par l’Assemblée Générale Mixte du 28 avril 2005, sont résumées ci-dessous : Date d’assemblée Date du Conseil Nombre total d’actions attribuées - dont les mandataires sociaux - dont les 10 premiers attributaires salariés Date d’acquisition définitive Nombre d’actions livrées au 15/02/07 Nombre d’actions restant attribuables au 15/02/07 Attributions d’actions annulées entre le 07/02/06 et le 15/02/07 suite à des départs

02/06/2005 128,000 36,200 44,600 03/06/2007 0 104,599 23,401

28/04/2005 06/06/2006 480,472 392,222 34,417 07/06/2008 0 446,498 33,974

Total 608,472 428,422 79,017 0 551,097 57,375

Le nombre d’actions attribuées dans le cadre du plan du 2 juin 2005 a été conditionné à un objectif de rentabilité du Groupe pour 2005 et 2006 qui a été atteint. En conséquence, les données présentées sont établies sur la base du nombre maximal d’actions susceptibles d’être attribuées gratuitement aux personnes qui seront présentes à l’effectif le 3 Juin 2007.

138

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

12.7. RÉMUNÉRATION ET AVANTAGES VERSÉS AUX MANDATAIRES SOCIAUX En application de l’article L. 225-102-1 alinéa 1 et alinéa 2 du Code de Commerce, nous vous indiquons la rémunération totale et les avantages de toute nature versés aux mandataires sociaux. 12.7.1. RÉMUNÉRATION ET AVANTAGES DU DIRECTOIRE Rémunération en euros 2005 Part fixe (1)

Nom

Nicolas de TAVERNOST Thomas VALENTIN Eric d’HOTELANS Catherine LENOBLE Jean d’ARTHUYS

Société

Titre

Métropole Télévision Métropole Télévision Métropole Télévision M6 Publicité Métropole Télévision

Président Vice-Président Vice-Président

Date de début de mandat

26/05/2000 26/05/2000 14/11/2003 26/01/2001 26/05/2000

759 300 379 160 277 322 206 494 254 060

2006

Variable

Part fixe (1)

Rémunération complémentaire (2) versée en 2006

Prime de performance (2) versée en 2006

322 500 193 500 70 950 70 160 47 201

250 000 150 000 45 000 45 000 58 410

759 300 379 160 277 324 247 470 243 141

Variable Rémunération complémentaire (2) versée en 2007

Prime de performance (2) versée en 2007

300 100 180 060 66 022 60 873 43 923

250 000 150 000 45 000 45 000 58 410

(1) incluant un avantage en nature limité à un véhicule de fonction, pour chaque membre du Directoire (2) rémunération variable composée de deux éléments : - une rémunération complémentaire basée sur le niveau d’atteinte de l’objectif de résultat courant consolidé part du groupe avant impôt et éléments exceptionnels, tel que défini par le Conseil de Surveillance. Concernant Catherine Lenoble, cette rémunération est calculée par référence à l’objectif de chiffre d’affaires annuel de M6 Publicité ; - une prime de performance du Directoire déterminée par le Conseil de Surveillance sur recommandation du Comité des rémunérations et dans la limite d’un montant maximal par personne. Par ailleurs, au même titre et dans les mêmes conditions que les salariés du groupe, les membres du Directoire pourront bénéficier d’une indemnité légale de fin de carrière.

12.7.2. INDEMNITÉS DE DÉPART L’ensemble des membres du Directoire cumule un contrat de travail avec un mandat social, étant précisé que le contrat de travail du Président a été suspendu depuis le 7 juin 1996. Aucun membre du Directoire ne bénéficie de dispositions prévoyant une indemnité au cas où il serait conduit à quitter ses fonctions de mandataire social. Au seul titre de leur contrat de travail et dans le seul cas de rupture à l’initiative de la société, hors cas de faute grave et faute lourde, il est prévu de verser au Président et à trois des membres du Directoire, une indemnité calculée sur la base de la moyenne de leur rémunération fixe et variable des douze derniers mois, en excluant la prime de performance liée aux activités du Directoire.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

139


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

12.7.3. JETONS DE PRÉSENCE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE Membres du Conseil de Surveillance Albert Frère Gérard Worms Guy de Panafieu Gerhard Zeiler Rémy Sautter Bernard Arnault Vincent de Dorlodot Axel Ganz Jean Laurent Ignace Van Meenen (1) Constantin Lange Yves-Thibault de Silguy (2) Thomas Rabe (3) Elmar Heggen (4)

Montant des jetons de présence perçus (en €) 18 000 12 000 12 000 10 000 10 000 8 000 8 000 8 000 8 000 7500 6700 4000 1770 1065

Président Président du Comité des Rémunérations Président du Comité d’Audit Membre du Comité des Rémunérations Membre du Comité d’Audit

Membre du Comité d’Audit

Membre du Comité d’Audit Membre du Comité d’Audit

(1) entrée le 7 mars 2006, sortie le 1er octobre 2006 - (2) sortie le 30 juin 2006 - (3) sortie le 7 mars 2006 - (4) entrée le 22 novembre 2006

En dehors des jetons de présence, aucun des membres du Conseil de Surveillance ne perçoit de rémunération de la société et de ses filiales. MM. G. Zeiler, R. Sautter, E. Heggen, V. de Dorlodot, C. Lange exercent des fonctions salariées au sein de RTL Group et de ses filiales.

12.8. POLITIQUE DE DIVIDENDES Les dividendes versés au titre des 5 derniers exercices se sont élevés à : en € Dividende net Avoir fiscal Dividende global Rendement (calculé sur le dernier cours coté de l’année) Taux de distribution (en % du Résultat Net Part du Groupe)

2005 0,950 0,950 4,10% 80%

2004 0,840 0,840 4,02% 80%

2003 0,670 0,335 1,005 2,57% 67%

2002 0,570 0,285 0,855 2,73% 67%

2001 0,570 0,285 0,855 1,78% 65%

2000 0,510 0,255 0,765 1,28% 65%

Au regard de sa situation financière, et de sa génération de trésorerie, le Groupe M6 avait proposé à l’Assemblée Générale du 28 avril 2005, au titre de l’exercice 2004, une augmentation du taux de distribution pour atteindre 80% du résultat net consolidé part du Groupe. Ce taux de distribution a été maintenu au titre de l’exercice 2005. En cinq ans, les actionnaires du Groupe M6 ont ainsi bénéficié d’un dividende en croissance moyenne annuelle de 13,6%. Au titre de l’exercice 2006, il sera proposé à l’Assemblée Générale Mixte des actionnaires convoquée le 2 mai 2007 le versement d’un dividende par action de 0,95 € , stable par rapport à 2005, correspondant à un taux de distribution du résultat net des activités poursuivies de 82%.

140

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

12.9. PRINCIPAUX ACTIONNAIRES AU 31 DÉCEMBRE 2006 Au 31 décembre 2006, la société dénombrait 21 666 actionnaires environ, selon le relevé Euroclear. À cette date, les membres du Directoire détenaient 116 169 actions représentant 0,09% du capital, et les membres du Conseil de Surveillance 1 900 actions. En date du 5 juillet 2006, le Groupe Suez a déclaré avoir franchi à la baisse le seuil de 5% du capital et des droits de vote de la société Métropole Télévision, et ne plus détenir aucun titre de la société. Ce même jour, le Groupe Compagnie Nationale à Portefeuille, contrôlé par Monsieur Albert Frère, a annoncé, suite à l’acquisition de 6 594 435 titres auprès de Suez, avoir franchi à la hausse le seuil de 5% du capital et des droits de vote de Métropole Télévision. Aucun autre franchissement de seuil légal n’a été porté à la connaissance de la société au cours de l’année 2006. Au 31 décembre 2006, compte tenu des déclarations de franchissement de seuil statutaire (seuil fixé à 1%) à la hausse et à la baisse portées à la connaissance de la société, deux actionnaires institutionnels détenaient plus de 2% du capital de la société, et quatre actionnaires institutionnels plus de 1% du capital de la société. À la connaissance de la société, aucun actionnaire de la catégorie « Institutionnels et Public » ne détient donc directement ou indirectement plus de 5% du capital ou des droits de vote. À la connaissance de la société, aucun pacte d’actionnaires sur les titres de la société n’est actuellement en vigueur. Aucune action de concert n’a été portée à la connaissance de la société. Du fait de son objet social et de l’exploitation par la société d’une licence de diffusion de télévision hertzienne analogique et numérique, un cadre légal et réglementaire spécifique s’applique au-delà des dispositions courantes, tel que détaillé au paragraphe 2.1.2 du chapitre Informations Juridiques du présent document. Ce cadre

RTL Group Suez Groupe Compagnie Nationale à Portefeuille Autodétention Salariés Institutionnels et Public dont France dont autres pays Total

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

nombre de titres 64 049 571 6 594 435 275 002 119 600 60 850 082 32 108 096 28 741 986 131 888 690

au 31 décembre 2006 % du droits % droits capital de vote de vote 48,56% 44 748 654 34,00% 5,00% 0,21% 0,09% 46,14% 24,34% 21,79% 100,00%

6 594 435 0,00% 119 600 60 850 082 32 108 096 28 741 986 112 312 771

5,01% 0,00% 0,09% 46,23% 24,40% 21,84% 85,34%

nombre de titres 64 049 571 6 594 435 492 002 115 400 60 637 282 32 916 149 27 721 133 131 888 690

légal s’applique notamment aux dispositions en matière d’actionnariat et de détention du capital, l’article 39 de la loi n° 86-2067 du 30 septembre 1986 modifiée, ainsi que la loi n° 2001-624 du 18 juillet 2001 précisant qu’aucune personne physique ou morale, agissant seule ou de concert, ne peut détenir, directement ou indirectement, plus de 49% du capital ou des droits de vote d’une société titulaire d’une autorisation relative à un service national de télévision par voie hertzienne terrestre. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) veille au respect des conditions et données ayant motivé l’octroi de l’autorisation d’émettre. La composition du capital social et des organes de direction des titulaires de licence est une des données au sens de l’article 42-3 de la loi du 30 septembre 1986 au vu de laquelle l’autorisation a été délivrée. Conformément à la jurisprudence du Conseil d’État, le CSA a renoncé à faire application de l’article suscité en inscrivant dans la convention passée avec M6 des garanties en termes de pluralisme. La convention conclue avec le CSA dispose que la société doit informer le CSA de tout projet de modification substantielle du montant ou de la répartition du capital et des droits de vote, ainsi que de tout franchissement de seuil. Aucune modification substantielle de la répartition du capital, et a fortiori toute modification susceptible d’entraîner un changement de contrôle, ne peut intervenir sans l’agrément préalable du CSA. En application de statuts modifiés par l’Assemblée Générale du 18 mars 2004 (article 35), faisant suite au désengagement de Suez et à l’avenant à la convention CSA signé le 2 février 2004, aucun actionnaire, ou groupe d’actionnaires agissant de concert, ne peut exercer plus de 34% du nombre total de droits de vote. Les droits de vote de RTL Group sont donc limités à 34%. Sous réserve de cette disposition, le droit de vote attaché aux actions est proportionnel à la quotité de capital qu’elles représentent et chaque action donne droit à une voix. Il n’existe pas de droit de vote double.

au 31 décembre 2005 % du droits capital de vote 48,56% 44 674 874 5,00% 6 594 435 0,37% 0,09% 45,98% 24,96% 21,02% 100,00%

0,00% 115 400 60 637 282 32 916 149 27 721 133 112 021 991

% droits de vote 34,00% 5,02% 0,00% 0,09% 46,15% 25,05% 21,10% 85,25%

au 31 décembre 2004 nombre % du % droits de titres capital de vote 64 625 201 49,00% 34,00% 6 594 435 5,00% 5,04% 1 147 547 120 500 59 401 007 28 349 410 31 051 597 131 888 690

0,87% 0,09% 45,04% 21,49% 23,54% 100,00%

0,00% 0,09% 45,43% 21,68% 23,75% 84,57%

141


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Conformément au nouveau régime des déclarations de franchissement de seuils, et au titre de l’obligation d’information permanente, le Groupe procède désormais à la publication, à la fin de chaque mois, du nombre total de droits de vote et du nombre d’actions composant le capital (en cas de variation par rapport à la publication précédente). Ce nouveau régime propose que la détermination du nombre total de droits de vote s’effectue « sur la base de l’ensemble des actions auxquelles sont attachés des droits de vote, y compris les actions privées de droit de vote ». La publication effectuée par le Groupe M6 comprend donc un nombre de droits de vote théorique, calculé selon le nouveau régime, et mentionne par ailleurs le nombre de droits de vote réel en prenant en compte la limitation statutaire des 34%. Les mesures prises en vue d’éviter le contrôle abusif sont détaillées dans le rapport sur le contrôle Interne (chapitre Informations Juridiques).

12.10. ACCORDS ENTRE M6 ET SES FILIALES

en M€ Actif immobilisé (hors actifs d’impôts différés) M6 Numérique Mistergooddeal SND Immobilière M6 Métropole Télévision Paris Première TCM DA SNC FCGB M6 Studio Autres

2006

2005

554,7 324,1 42,5 40,9 30,7 22,1 16,0 14,9 13,4 11,9 4,5 33,7

237,8 39,4 43,6 32,3 20,5 16,1 17,7 14,6 8,5 15,8 29,3

Trésorerie au bilan Métropole Télévision SND HSS FCGB Mistergooddeal TCM Autres

250,7 202,0 10,6 7,6 5,8 5,1 5,0 14,6

243,1 225,8 0,1 4,6 1,7 5,3 0,7 5,0

Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles Métropole Télévision M6 Publicité SND M6 Web FCGB HSS M6 Interactions Autres

195,3 56,0 44,0 36,0 29,5 15,9 -0,8 -2,5 17,1

194,3 84,9 40,9 13,4 3,7 -6,1 15,5 19,2 22,9

44,0 26,7 13,8 2,7 0,7 -

48,0 26,8 20,0 0,5 0,7

12.10.1. RELATIONS MÈRE-FILLE Le cadre des relations mère-fille est présenté au sein du document de référence dans le chapitre Informations Juridiques. Par ailleurs, les annexes aux comptes consolidés présentent, dans le chapitre Informations Sectorielles (IAS 14), la contribution de chaque secteur d’activité au compte de résultat et au bilan consolidé. Les contributions des principales sociétés du Groupe en matière d’actif immobilisé, d’endettement financier, de trésorerie au bilan, de flux de trésorerie liés à l’activité et de dividendes versés dans l’exercice par les filiales à la société mère cotée sont présentées ciaprès avec pour objectif de rappeler le poids respectif de chaque société au sein du Groupe et plus particulièrement la taille relative de la société mère par rapport à ses filiales directes et indirectes. A l’exception de la dette constituée de l’avance Vivendi dans le cadre de l’opération d’apport de TPS et de compte courants auprès des co-actionnaires des sociétés intégrées proportionnellement, le seul endettement financier dans le Groupe s’élève à 1,8 M€ (dont 0,4 M€ de location-financement) et concerne essentiellement Mistergooddeal (1,0 M€) à des fins de financement d’installations et de matériel liés à l’entrepôt et la logistique. 12.10.2. ACCORDS D’ACTIONNAIRES Les accords d’actionnaires sont décrits au sein du document de référence dans le chapitre Informations Juridiques

142

Dividendes versés à Métropole Télévision M6 Publicité M6 Interactions SNC M6 Web W9 Productions

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

13. LES FACTEURS DE RISQUES ET LEUR GESTION

INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

13.1. RISQUES LIÉS À L’ACTIVITÉ 13.1.1. RISQUES LIÉS À LA STRUCTURE DU MARCHÉ AUDIOVISUEL ET PUBLICITAIRE M6 évolue dans un environnement concurrentiel dans lequel 4 chaînes hertziennes se partagent l’essentiel du marché publicitaire TV. En raison du nombre élevé de clients annonceurs et de fournisseurs de programmes et de productions, M6 ne dépend pas particulièrement dans ses ventes ou ses approvisionnements d’un nombre restreint de clients et de fournisseurs. Le marché publicitaire télévisé s’adresse principalement aux annonceurs de produits et services de grande consommation. Les modifications réglementaires qui ont pour effet de constituer une contrainte supplémentaire en matière de coûts, ou qui font peser une incertitude sur le niveau de recettes des annonceurs de ce secteur, peuvent avoir une influence sur le niveau de leurs investissements publicitaires en télévision, et donc se traduire par un impact négatif sur les revenus publicitaires du Groupe. Néanmoins, le marché publicitaire est régulièrement caractérisé par la montée en puissance de nouveaux secteurs, qui constituent des relais d’investissements. Par ailleurs, le nombre important d’annonceurs, le renouvellement constant des marques ainsi que l’environnement concurrentiel fort limitent significativement les risques liés à une éventuelle concentration et à une trop grande exposition sectorielle. Le marché publicitaire est parfaitement transparent, notamment depuis la loi du 1er avril 1993, dite loi « Sapin ». Son évolution est largement corrélée aux évolutions macro-économiques (PIB, consommation des ménages). Les caractéristiques du marché publicitaire s’appliquent de la même façon aux chaînes numériques du Groupe, qui évoluent néanmoins sur un marché dont la taille est pour l’heure plus limitée. Les chaînes numériques du Groupe bénéficient par ailleurs (hors W9, chaîne gratuite de la TNT), de revenus des câblo-opérateurs et plateformes de distribution. Pour ses autres activités et sources de revenus, le Groupe M6 a développé une offre de produits et services essentiellement tournés vers le grand public, et commercialisé au travers de grands réseaux de distributions nationaux.

13.1.2. RISQUES CLIENTS Afin de sécuriser le chiffre d’affaires publicitaire, M6 Publicité vérifie régulièrement la solvabilité de ses annonceurs et systématiquement celle des nouveaux annonceurs. Les Conditions Générales de Ventes prévoient à ce titre le paiement d’avance des campagnes pour les annonceurs qui ne rempliraient pas les critères de solvabilité requis. Le risque de non-paiement des campagnes sur M6 est inférieur à 0,1% du chiffre d’affaires publicitaire. Sur les autres activités, il n’y a pas de risques clients unitaires d’une importance pouvant entamer la rentabilité durable du Groupe. Le Groupe ne fait appel ni à la titrisation, ni à la mobilisation, ni à la cession de créances.

13.2. RISQUES DE MARCHÉ 13.2.1. RISQUE DE CHANGE ANALYSE DU RISQUE DE CHANGE DES ACTIVITÉS POURSUIVIES Le groupe achète, auprès de fournisseurs étrangers, des programmes et des produits finis destinés aux activités de diversifications (téléachat, collections), libellés principalement en dollars américains. Afin de se protéger contre des fluctuations aléatoires des marchés de devises qui risqueraient de pénaliser son résultat ou de réduire la valeur de son patrimoine, le Groupe M6 a décidé de couvrir ses achats en devises. La couverture est effectuée dès la signature des contrats fournisseurs et selon les échéances prévues. Le Groupe utilise principalement des achats à terme. Le portefeuille des achats à terme de devises fait l’objet d’un suivi régulier. ANALYSE DE LA SENSIBILITÉ AU RISQUE DE CHANGE en M€ (1) Actifs Passifs Hors bilan Position avant gestion Couvertures Position nette après gestion

USD Total 0,6 0,6 (10,7) (10,7) (33,3) (33,3) (43,4) (43,4) 20,7 20,7 (22,7) (22,7)

(1) valorisé au cours de clôture

L’intégralité du bilan est couvert.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

143


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Le hors bilan en USD comporte notamment des contrats pluriannuels sur plusieurs sociétés du groupe. Le Groupe a choisi de couvrir une fraction de l’exposition totale en fonction de l’échéance, en veillant à couvrir l’intégralité des échéances à moins de deux ans et partiellement les échéances plus lointaines. L’exposition nette en devises, après prise en compte des couvertures pour l’ensemble du Groupe Métropole Télévision est une position acheteuse de dollars de 23 M€, le risque de perte sur la position nette globale en devise du fait d’une évolution défavorable et uniforme de 1 centime d’€ contre le dollar serait de 0,2 M€. 13.2.2. RISQUE DE TAUX ANALYSE DE LA SENSIBILITÉ AU RISQUE DE TAUX DES ACTIVITÉS POURSUIVIES I. ÉCHÉANCIER DES ACTIFS ET DES DETTES FINANCIÈRES AU 31/12/2006 en M€ Passifs financiers à taux variable Autres passifs financiers non exposés Total dettes financières (1) Actifs financiers à taux variable Autres actifs financiers non exposés Total actifs financiers (1)

< 1 an de 1 à 5 ans 2,2

6,5

> 5 ans

Total

0,0

8,7

II. SENSIBILITÉ DES POSITIONS NETTES À TAUX VARIABLE taux variable en M€ < 1 an > 1 an non exposé Total Passifs financiers (2,2) (6,5) 0,0 (8,7) Actifs financiers 250,7 6,7 0,0 257,3 Position nette 248,4 0,2 0,0 248,6 La position à taux variable du Groupe est une position active de 248 M€ correspondant au placement des liquidités excédentaires du Groupe. Cette position est majoritairement composée de SICAV ou FCP monétaires, ou de prêts à taux variables sélectionnés sur des critères précis de risque de crédit, de risque de liquidité et de contrepartie, et dans le respect de la procédure de placement du groupe M6 (décrite en paragraphe 4 « Politique de gestion de trésorerie »). Les dettes du Groupe M6 au 31 Décembre 2006 se composent de : - la quote-part de dette auprès des coactionnaires des sociétés codétenues. - deux financements Moyen Terme mis en place par une filiale pour l’acquisition de locaux. 13.2.3. RISQUE SUR ACTION

0,0

0,0

0,0

0,0

2,2

6,5

0,0

8,7

250,7

6,7

0,0 257,3

0,0

0,0

0,0

250,7

6,7

0,0 257,3

0,0

(1) Retraités de l’impact de l’opération TPS : - au passif, d’un montant de 51 M€ donné en dépôt par Vivendi, et placé par M6 jusqu’au dénouement de l’opération le 04/01/2007. - à l’actif, de la participation dans la nouvelle entité Canal+ France, qui regroupe les activités de TPS et de Canal Plus, valorisée à 324 M€. (cf. Paragraphe 1 « Périmètre »)

Dans les comptes sociaux de Métropole Télévision, la valeur nette de l’autodétention est alignée sur le cours de bourse sauf : - en ce qui concerne les actions propres détenues en couverture des plans d’option d’achat d’actions, pour lesquelles le prix d’exercice a été retenu, quand celui-ci est inférieur au prix d’acquisition ou de marché ; - en ce qui concerne les actions propres détenues en couverture des plans d’attribution gratuite, pour lesquelles la valeur nette est ramenée linéairement sur deux ans à une valeur nulle. La valeur nette des actions propres ainsi exposées au risque action s’établit à 3,9 M€ au 31 décembre 2006 pour 144 500 titres. Une variation de 10% du cours de l’action M6 aurait en conséquence un impact de l’ordre de 0,40 M€ sur la valeur des actions d’autodétention. 13.2.4. RISQUE DE LIQUIDITÉ DES ACTIVITÉS POURSUIVIES Le Groupe M6 n’est exposé à aucun risque de liquidité, compte tenu de la position de trésorerie du Groupe, et du fait qu’il n’utilise pas de dérivés de crédit.

144

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

13.3. RISQUES JURIDIQUES 13.3.1. RISQUES LIÉS À LA RÉGLEMENTATION M6 est une chaîne privée hertzienne nationale en clair, initialement autorisée pour dix ans à compter du 1er mars 1987 (soit jusqu’au 28 février 1997), dans le cadre du régime fixé par l’article 30 de la loi du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication. Financée principalement par la publicité, M6 est soumise aux obligations générales de cette catégorie juridique et aux obligations particulières de sa convention. L’autorisation de M6 a été reconduite en juillet 1996 puis en juillet 2001 pour 2 périodes successives de 5 ans à compter du 1er mars 1997 et du 1er janvier 2002. Ces reconductions ont fait l’objet, conformément aux dispositions de la loi du 30 septembre 1986, de négociations avec le CSA. La Convention du 24 juillet 2001, qui vient à expiration le 28 février 2007, couvrira une période de 5 années supplémentaires puisque M6 bénéficie du droit de priorité prévu par la loi de 1986 modifiée, pour la reprise de son service en numérique terrestre, soit jusqu’au 1er janvier 2012. Les conséquences les plus graves d’un éventuel non-respect des engagements de M6 se situent au niveau du renouvellement de l’autorisation. L’article 28-1- I - 2° de la loi du 30 septembre 1986 dispose que les autorisations peuvent ne pas être reconduites, hors appel aux candidatures, si une sanction dont le diffuseur a fait l’objet est de nature à justifier que cette autorisation ne soit pas reconduite hors appel à candidature. La société estime que les infractions qui pourraient fonder un tel refus seraient un non-respect répété des points les plus importants de son cahier des charges. À cet effet, M6 a mis en place un suivi quotidien des quotas de diffusion et de production. De même, un de ses services est consacré à la surveillance de l’antenne et veille quotidiennement à ce que le contenu des émissions soit conforme à la réglementation en vigueur. La Loi sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, adoptée le 11 février 2005, introduit pour les chaînes dont l’audience atteint ou dépasse 2,5%, l’obligation de sous-titrer l’ensemble de leurs programmes pour les sourds et les malentendants, à l’exception de la publicité, dans un délai de cinq ans. Depuis 2006, la chaîne M6 doit donc progressivement sous-titrer une part croissante de ses programmes, selon une montée en charge lui permettant d’atteindre l’objectif fixé en 2010. Ce point fait actuellement l’objet d’une négociation avec le CSA et viendra bientôt modifier l’article 34 de la convention, qui prévoyait initialement un sous-titrage de 1 000 heures par an à partir de 2006.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Le projet de loi sur « la modernisation de la diffusion audiovisuelle et la télévision du futur », adopté en première lecture par le Sénat le 22 novembre 2006, a été adopté par l’Assemblée Nationale le 22 février 2007. Il organise le basculement complet de la télévision analogique vers la télévision numérique, dont la date d’achèvement prévue est le 30 novembre 2011, et prévoit de favoriser le développement de services innovants que sont la télévision haute définition et la télévision mobile personnelle. Cette loi prévoit également de définir des sous-quotas de production et d’investissement dans les œuvres de patrimoine que sont la fiction, le documentaire de création, l’animation et la captation/recréation de spectacle vivant. Les impacts de cette obligation pour le Groupe ne sont pas pour l’instant quantifiables. Par ailleurs, le décret du 7 octobre 2003 autorise la publicité pour le secteur de la distribution sur les chaînes hertziennes nationales à compter du 1er janvier 2007, le secteur étant déjà autorisé à faire de la publicité sur les chaînes du câble et du satellite depuis le 1er janvier 2004. À la connaissance de la société, il n’y a pas d’autre nouvelle réglementation adoptée depuis le début de l’exercice 2007 qui pourrait avoir un impact significatif sur le Groupe Métropole Télévision.

13.3.2. RISQUES EN MATIÈRE DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE, DROITS DE LA PRESSE ET DE LA PERSONNALITÉ L’activité de diffusion de programmes audiovisuels produits en interne ou délivrés par des tiers est susceptible d’engendrer des revendications de diverses natures au titre de la violation des dispositions propres aux droits de la propriété intellectuelle, aux droits de la personnalité et au droit de la presse. Aucun dispositif contractuel ne peut protéger totalement le Groupe Métropole Télévision de tout recours, notamment en matière d’action pénale fondée sur la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Par ailleurs les activités de diversification du Groupe Métropole Télévision sont également susceptibles de générer des revendications propres fondées sur les droits précités. Néanmoins, des dispositifs sont mis en place au sein du Groupe Métropole Télévision de façon à protéger celui-ci de ce type de risques : mécanismes contractuels (clauses de garanties) et procédures internes (conseils aux chargés de production, pré-visionnages, guidelines…) qui permettent de diminuer les risques de façon importante.

145


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

13.4. RISQUES OPÉRATIONNELS MAJEURS Pour la chaîne M6 et les chaînes numériques qu’il contrôle, le Groupe met tout en œuvre pour assurer une diffusion permanente de ses programmes. Tout événement exceptionnel qui entraînerait une non-accessibilité aux différents bâtiments du Groupe Métropole Télévision pourrait avoir un impact sur l’activité, et pour cette raison, le Groupe a encore renforcé les procédures tendant à garantir la « continuité de service » de ses processus clés en les sécurisant sur un site externe protégé. 13.4.1. RISQUES DE DIFFUSION ET DE TRANSPORT DU SIGNAL Les programmes de M6 sont actuellement diffusés auprès des foyers français : 1 – EN ANALOGIQUE ; • par les 107 sites d’émission principaux et 856 stations de réémission de TDF,alimenté par le satellite AB3, • par satellite, à savoir Atlantic Bird 3 pour la diffusion en clair, • par câble (obligation dite du « must-carry analogique » à la charge des câblo-opérateurs), 2 – EN NUMÉRIQUE ; par les 85 sites d’émission principaux autorisés par le CSA, Hot Bird pour la diffusion sur TPS, ASTRA pour la diffusion sur Canalsat, et par le câble. La société TDF assure le transport (alimentation des sites de diffusion avec le signal M6) et la diffusion des programmes M6 (ainsi que l’ensemble des chaînes nationales) de manière conjointe via son réseau hertzien terrestre et satellitaire. TDF est le seul opérateur national de diffusion du signal analogique hertzien de télévision, et il n’existe pas en l’état d’offres alternatives de substitution de réseau TDF. Dans le cadre du lancement de la télévision numérique terrestre, le Groupe M6 s’appuie au travers du multiplex R4 sur les 2 opérateurs existants sur le marché français (TDF, Towercast). M6 se trouve ainsi placée dans une situation de dépendance pour la diffusion de son signal, et ne peut faire appel à d’autres modes de transport en cas de défaillance du réseau TDF. Les sites de diffusion sont en grande partie sécurisés grâce à la redondance des émetteurs de diffusion. En revanche, le système d’antennes n’est pas à l’abri d’incidents (antennes, guide d’onde et multiplexeur en fréquences), et l’alimentation en énergie peut échapper à la vigilance de TDF (responsabilité d’EDF).

146

Le préjudice que pourrait subir M6 en cas d’arrêt d’un émetteur est bien sûr proportionnel au bassin de téléspectateurs desservis par l’émetteur défaillant. C’est pourquoi M6 a négocié des délais très brefs d’intervention des services de TDF en cas de panne. 13.4.2. RISQUES INDUSTRIELS ET ENVIRONNEMENTAUX Le Groupe Métropole Télévision exerce des activités qui, structurellement, ne présentent pas d’impacts environnementaux significatifs et estime donc ne pas encourir de risques industriels et environnementaux du fait des réglementations existantes. Cependant, le Groupe Métropole Télévision souhaite assumer ses responsabilités en matière de respect de l’environnement et dans ce but, pratique notamment une politique de recyclage des déchets liés à son activité qui s’applique aux piles, aux cartouches lasers, aux néons, aux cassettes vidéos à travers un Centre d’Aide par le Travail. La consommation des ressources en eau, matières premières et énergie est suivie et contrôlée par les Services Généraux du Groupe, dans une démarche de réduction des consommations et de mise en place d’équipements visant à améliorer l’efficacité énergétique. Ainsi, le principal site du Groupe a été équipé en 2002 d’une vanne de régulation permettant de diminuer la consommation en gaz de 40% depuis cette date. Une gestion technique centralisée, permettant la prise en main à distance par les agents des points de consigne de climatisation et de chauffage, a été mise en place, autorisant la régulation à distance de la température des locaux en fonction de critères tels que par exemple le niveau d’occupation des différentes zones. Les consommations de ressources en eau, énergie, ainsi que les rejets de CO2 et la production de déchets ont évolué comme suit : Consommation d’eau en milliers de mètres3 2005 : 24,6 milliers m3 2006 : 25,8 milliers m3 La hausse constatée entre 2005 et 2006 s’explique en particulier par les travaux entrepris durant l’année Consommation d’énergie électrique (en kWh) 2005 : 7 281 992 kWh 2006 : 7 784 987 kWh La hausse constatée entre 2005 et 2006 s’explique essentiellement par la mise en place d’équipements supplémentaires de montage de programmes et l’exploitation plus importante des studios. Rejet de CO2 (en millions de kilogrammes) 2005 : 0,431 million de kg 2006 : 0,434 million de kg

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

Production de déchets (en tonnes) 2005 : 228 tonnes 2006 : 239 tonnes La hausse constatée entre 2005 et 2006 s’explique principalement par l’augmentation du nombre de salariés.

13.5. ASSURANCES Le Groupe Métropole Télévision développe une politique prudente d’analyse et de prévention de ses risques destinée à en limiter à la fois la survenance et l’ampleur. Pour compléter ces efforts, le Groupe Métropole Télévision a mis en place un plan de polices d’assurances destiné à couvrir ses principaux risques et dispose ainsi des couvertures adéquates, en fonction de son évaluation des risques, de ses capacités propres et des conditions du marché de l’assurance. Le Groupe Métropole Télévision s’assure de la permanente adéquation de ses polices d’assurances avec ses besoins. Les principales polices d’assurances souscrites, hors FCGB qui dispose de ses propres polices d’assurances, sont listées ci-après pour les principaux risques couverts (les informations ci-dessous sont données à titre indicatif).

ASSURANCE « RESPONSABILITÉ CIVILE DES MANDATAIRES SOCIAUX » Assurés : METROPOLE TELEVISION, l’ensemble des dirigeants (1) (de droit ou de fait) et administrateurs de Métropole Télévision et ses filiales. Garanties : conséquences pécuniaires de la responsabilité civile des dirigeants à hauteur de 11 500 000 € par période d’assurance. (1) Dirigeants et administrateurs : personnes physiques passées, présentes ou futures, régulièrement investies au regard de la loi et des statuts dans les filiales. Pour l’année 2006 le coût annuel des primes d’assurances était pour le Groupe de 720 K€. L’ensemble des contrats d’assurance du Groupe M6 a été reconduit pour 2007 sur des bases similaires à celles de l’exercice 2006. Il n’existe pas de compagnie d’assurance captive.

ASSURANCE « DOMMAGES » Police : Multirisques industrielle et professionnelle Assurés : METROPOLE TELEVISION, ses filiales et/ou sociétés apparentées. Garanties : dommages à hauteur de 40 000 000 € par sinistre et par année d’assurance. Police : Tous risques matériels techniques et informatiques Assurés : MÉTROPOLE TELEVISION, ses filiales et/ou sociétés apparentées. Garanties : conséquences pécuniaires à la suite de toutes pertes matérielles directes ou tous dommages matériels directs causés aux matériels à hauteur de 20 000 000 € par sinistre et par année d’assurance. ASSURANCE « RESPONSABILITÉ CIVILE » Police : Responsabilité civile exploitation et professionnelle Assurés : MÉTROPOLE TELEVISION, ses filiales et/ou sociétés apparentées, groupements crées par ou pour le personnel, des représentants légaux ainsi que des préposés des assurés. Garanties : conséquences pécuniaires de la responsabilité civile de l’Assuré pour tous dommages corporels, matériels et immatériels consécutifs causés aux tiers du fait des activités de l’entreprise à hauteur de 16 000 000 € par sinistre tous dommages confondus pour la “Responsabilité civile exploitation” et de 7 000 000 € par sinistre et par année d’assurance tous dommages confondus pour la “Responsabilité civile professionnelle”.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

147


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

14. IMPORTANTS CONTRATS DES 24 DERNIERS MOIS L’accord sur TPS, tel que décrit dans le paragraphe « Périmètre », est le seul contrat important conclu hors du cadre normal des affaires par le Groupe M6 au cours des 24 derniers mois.

15. RESSOURCES HUMAINES 15.1. EFFECTIFS 15.1.2. EFFECTIF TOTAL, EMBAUCHES (CDI / CDD), LICENCIEMENTS ET MOTIFS, MAIN D’ŒUVRE EXTÉRIEURE À LA SOCIÉTÉ. Le nombre moyen de collaborateurs permanents employés par les sociétés du Groupe Métropole Télévision s’est élevé à 1 581 en 2006 contre 1 298 en 2005. Hors Football Club des Girondins de Bordeaux, l’effectif moyen des salariés permanents est passé de 1 126 en 2005 à 1 402 en 2006. Au 31 décembre 2006, l’effectif du groupe était de 1 643 permanents, dont 213 sous contrat de travail à durée déterminée. Cet effectif se répartit à raison de 582 salariés pour l’unité économique et sociale (Métropole Télévision, M6 Bordeaux, M6 Toulouse, M6 Films, Métropole Production) (soit 35% de l’effectif) et 1 061 pour les filiales de Métropole Télévision (dont 215 salariés MGD et 846 salariés dans les autres filiales). En 2006, 257 collaborateurs ont été embauchés sous contrat de travail à durée indéterminée (contre 145 en 2005). L’effectif équivalent temps plein des journalistes pigistes et intermittents du spectacle s’est élevé à 452 en 2006 (hors Mistergooddeal), contre 438 en 2005, soit une hausse de 3%, reflet de l’activité liée à la diffusion de la Coupe du Monde de Football.

148

Le Groupe Métropole Télévision confie à des prestataires extérieurs les services suivants : • Services généraux : l’accueil, le gardiennage, le nettoyage et la maintenance des locaux, la restauration collective, ainsi que la maintenance et des projets informatiques. Les sociétés sous-traitantes concernées emploient 157 collaborateurs (172 en 2005). • Informatique : 13 sociétés de prestataires emploient au total 21 salariés. • Technique : Exploitation du studio météo et info trafic, assistance et maintenance technique et informatique de 8 décrochages locaux : 2 sociétés sous-traitantes qui emploient au total 7 salariés. 15.1.3. ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL / DURÉE DU TRAVAIL TEMPS PLEIN ET TEMPS PARTIEL / ABSENTÉISME ET MOTIFS Dans le respect du Code du Travail, l’ensemble des collaborateurs du Groupe bénéficie d’une réduction du temps de travail depuis février 2000, sous la forme d’une réduction en heures ou en jours selon les catégories. Les salariés à temps partiel représentent 6% des effectifs du Groupe, situation comparable à celle constatée en 2005 (6%) hors Football Club des Girondins de Bordeaux. L’ensemble des absences, incluant les congés payés, a représenté en 2006 10% des heures travaillées à comparer à 16% en 2005. L’absentéisme pour cause de maladie et les congés maternité se sont élevés à 5%, inchangé par rapport à 2005.

Au cours de l’exercice, il a été procédé au licenciement de 48 collaborateurs. Par ailleurs 92 collaborateurs ont quitté la société du fait d’une démission, ramenant ainsi la croissance nette des effectifs à 117 personnes.

RÉMUNÉRATION ET ÉVOLUTION

L’âge moyen des collaborateurs est constant par rapport à 2005, il est de 34 ans. Le Groupe Métropole Télévision emploie autant de femmes que d’hommes, sur l’année 2006 : 50% des collaborateurs sont donc des femmes (contre 52% en 2005). Ce chiffre est de 54% pour le périmètre hors Football Club des Girondins de Bordeaux. Enfin, les femmes représentent 46% de l’effectif cadre du groupe, et 53% si l’on considère l’effectif hors FCGB.

La masse salariale versée en 2006 aux effectifs permanents du Groupe (hors Football Club des Girondins de Bordeaux) s’est élevée au total à 95 275 K€, contre 79 752 K€ en 2005, avec un taux de charge moyen de 48% toutes catégories confondues. Sur la base du nombre moyen de collaborateurs (hors Football Club des Girondins de Bordeaux), la rémunération brute moyenne des collaborateurs permanents s’est élevée en 2006 à 45 917 €.

15.1.4. RÉMUNÉRATIONS ET ÉVOLUTION / CHARGES SOCIALES / PARTICIPATION ET PEE

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

PARTICIPATION / ÉPARGNE SALARIALE Il coexiste au sein du Groupe Métropole Télévision deux accords de participation distincts. L’un concerne les collaborateurs employés par les sociétés du pôle télé-achat, l’autre ceux de Métropole Télévision et de la plupart de ses filiales. Au total, la réserve spéciale de participation au titre de l’exercice 2005, versée en 2006, s’est élevée à 5 963 238 € versus 5 776 411 € versés en 2005 au titre de 2004. 1 778 collaborateurs en ont bénéficié, dont 501 intermittents du spectacle et journalistes pigistes, contre respectivement 1 655 collaborateurs dont 539 intermittents en 2005. Le plan d’épargne Groupe a été renouvelé en mai 2006, et prévoit un abondement employeur de 200%, plafonné à 800 € pour douze mois de présence. Il a concerné les collaborateurs ayant travaillé trois mois au moins au cours de la période (ou 60 prestations pour les intermittents du spectacle et les journalistes pigistes). À ce titre, 1 173 personnes ont bénéficié des abondements du plan d’épargne Groupe et le montant total des abondements versés par les sociétés du Groupe s’est élevé à 834 078 € en 2006. Pour mémoire, 988 personnes avaient souscrit en 2005 un montant total de 702 K€, abondement inclus. Au total, la participation et les versements au titre du plan d’épargne auront représenté 8 882 K€ en 2006, contre 6 478 K€ en 2005. En 2005, un accord d’intéressement a été conclu (hors FCGB), dans le but d’associer plus étroitement les salariés à l’amélioration des performances du Groupe et de partager les gains en matière de croissance du résultat opérationnel, réalisés du fait de leur efficacité et de leur implication. Sur la base des résultats 2005, un montant de 2 095 073 € a été versé à 1 778 salariés en 2006 au titre de l’intéressement. Enfin, la gestion de l’épargne salariale a été confiée à un organisme extérieur qui propose aux collaborateurs quatre fonds distincts en termes de rendement et de risque pour placer leur épargne salariale : - FCPE FRUCTI AVENIR 3 : FCPE Diversifié Actions (70% actions, 30% obligations), rendement élevé mais risque important ; - FCPE M6 Diversifié : FCPE Diversifié Taux (20% actions, 80% obligations), rendement modéré mais risque moindre ; - FCPE FRUCTI AVENIR 6 : FCPE monétaire (100% monétaire), rendement faible et sans risque ; - un fonds d’actions Métropole Télévision.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Cet organisme rend compte de sa gestion aux représentants du personnel et à la direction du Groupe au moins une fois par an. 15.1.5. PROMOTION ET DÉVELOPPEMENT DE CARRIÈRE Comme les années précédentes, les collaborateurs ont formalisé leur entretien annuel avec leur responsable hiérarchique. Les critères d’évaluation, au-delà d’une appréciation des résultats obtenus au cours de l’année écoulée, portent sur le savoir-faire (technicité, organisation, capacité d’analyse, force de proposition), le savoir être (implication – sens des résultats, esprit d’équipe – communication, disponibilité – adaptabilité, leadership) et, le cas échéant, la capacité à manager (décider, motiver, mesurer et contrôler les résultats, conduire une équipe, intégrer la dimension stratégique). Lors de ces entretiens les collaborateurs font part de leurs souhaits d’évolution et de formation. Par ailleurs, l’ensemble des postes est proposé en ligne sur l’intranet du groupe afin de donner, la priorité aux candidatures internes. En 2006, 42 personnes ont bénéficié de la mobilité interne dont 16 hommes et 26 femmes. De même, les postes qui se libèrent sur des métiers proches des compétences des intermittents leur sont proposés en priorité par rapport à une candidature externe. 15.1.6. RELATIONS PROFESSIONNELLES ET BILAN DES ACCORDS COLLECTIFS Les comités d’entreprises, les délégations uniques du personnel et les délégués du personnel contribuent avec les comités d’hygiène et de sécurité des conditions de travail à la qualité du dialogue social. À ce titre, de nombreuses réunions se sont tenues au cours de l’année 2006. La volonté du groupe est sans cesse réaffirmée de développer la formation et l’information des représentants du personnel et des délégués syndicaux en les associant à la mise en œuvre des grandes actions menées par le Groupe. Le dialogue social demeure ainsi une priorité. Plusieurs accords ont été conclus au cours de l’année 2006, notamment un accord relatif aux frais de soins de santé et de prévoyance et un accord relatif à la durée du travail sur l’UES. 15.1.7. CONDITIONS D’HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ Les conditions d’hygiène et de sécurité font l’objet d’un suivi périodique, notamment dans le cadre des réunions avec le Comité d’Hygiène et de Sécurité. À ce titre, de nombreuses mesures d’amélioration des conditions de travail ont été entreprises en 2006.

149


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

15.1.8. FORMATION

15.1.9. EMPLOI ET INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS

FORMATION INTERNE En 2006, le budget formation s’est élevé à 628 K€, soit 1 719 jours de formation dispensés à 606 collaborateurs au total. Les principaux axes de formation sont des formations aux métiers, au management et de plus en plus à l’apprentissage et la pratique de langues étrangères. Sur le périmètre de l’UES, les actions de formation se sont réparties parfaitement équitablement entre les hommes et les femmes. Pour la première année, des collaborateurs ont fait valoir leur Droit Individuel à la Formation en 2006, en application de l’accord de branche signé le 28 avril 2005.

Outre l’emploi direct de 5 salariés handicapés, le Groupe Métropole Télévision sous-traite depuis plusieurs années des tâches administratives récurrentes (courriers administratifs, etc.) à des ateliers protégés. 15.1.10. ŒUVRES SOCIALES Le budget des œuvres sociales diffère pour l’UES ou les filiales : - Pour l’UES, ce montant correspondant à 0,9 % de la masse salariale soit 346 262 € ; - Pour les filiales ce montant correspondant à 0,15 % de la masse salariale soit 42 199 €. Soit un total de 388 461 €.

POLITIQUE D’ACCUEIL DES JEUNES DIPLÔMÉS ET DES STAGIAIRES L’accueil des jeunes se fait soit en stages d’observation pendant leur année de troisième ou de seconde, soit par le biais de stages conventionnés et indemnisés, soit enfin par l’intermédiaire de contrats en alternance (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation). Dans le respect de la charte nationale sur les stagiaires, un certain nombre d’actions en faveur des stagiaires étudiants a été mené : revalorisation de la grille d’indemnisation des stages, séminaire d’intégration des nouveaux stagiaires dans le mois de leur arrivée avec remise d’un kit de bienvenue, encadrement des stagiaires par un tuteur, lequel bénéficie d’une formation au management dédiée. Les stagiaires sont évalués en fin de stage en vue de constituer un vivier de recrutement, et sont destinataires d’une lettre d’information leur donnant des nouvelles du Groupe et les informant des dernières offres de postes à pourvoir. En 2006, le groupe a accueilli 400 stagiaires conventionnés et indemnisés et 218 stagiaires en observation. 62 personnes ont été recrutées à la suite de leur stage (CDD, CDI, pige, intermittents).

150

15.2. RÉMUNÉRATION TOTALE DES 10 PERSONNES LES MIEUX RÉMUNÉRÉES Le montant versé aux 10 personnes les mieux rémunérées du groupe s’est élevé en 2006 à 4 990 K€ contre 4 920 K€ en 2005 (avantages en nature inclus). Les 10 personnes les mieux rémunérées comprennent les mandataires sociaux (à l’exclusion des joueurs du FC des Girondins de Bordeaux).

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

16. FAITS EXCEPTIONNELS ET LITIGES DÉCROCHAGES PUBLICITAIRES DE M6 EN SUISSE Par une décision du CSA en date du 8 octobre 2001, M6 a été autorisée à effectuer des décrochages publicitaires en Suisse de son programme, dans le cadre d’une retransmission secondaire, et en application des dispositions de la convention internationale du Conseil de l’Europe « Télévision transfrontière ». Cette retransmission a fait l’objet de quatre recours contentieux de la part de la SSR, dont un seul reste pendant : - deux recours pour obtention de mesures provisoires devant le Tribunal de Fribourg (en première instance et en appel) visant à obtenir l’interdiction de diffusion de tout ou partie du programme M6 incluant les décrochages publicitaires. La SSR a été déboutée de ses demandes ; - une action devant le Conseil d’État en France, lequel a rendu une décision le 21 novembre 2003, validant l’application exclusive du droit français pour la diffusion de M6 en Suisse, sous réserve que les décrochages publicitaires respectent conjointement les droits français et suisse ; - une action au fond devant le Tribunal de Fribourg, visant à faire reconnaître que la diffusion de M6 constitue une violation des droits d’auteurs et des actes de concurrence déloyale. Cette

action en cessation de trouble, en dommages et intérêts et en constatation de droit a été rejetée le 4 janvier 2007 par le Tribunal cantonal. La TSR a interjeté appel de cette décision. Par ailleurs, début 2005, M6 a contesté devant le Conseil d’Etat la demande du CSA de modifier la convention du 8 octobre 2001 pour y intégrer des dispositions d’un décret de 2002. Selon M6, une telle modification aurait pour effet de dénaturer son projet en alignant le régime juridique de son signal suisse sur celui des chaînes du câble et du satellite. L’arrêt est attendu courant 2007. RECOURS DES GROUPES TF1 ET NRJ TFI et NRJ ont formé des recours devant le Conseil d’État contre la décision du CSA de mars 2005 qui modifie certaines des dispositions de la convention de W9 (ex M6-Music). L’instruction des dossiers est en cours. À la connaissance de la société, il n’existe pas d’autre litige, procédure gouvernementale, procédure judiciaire ou d’arbitrage, ou fait exceptionnel susceptible d’avoir ou ayant eu dans un passé récent une incidence significative sur la situation financière, le résultat l’activité et le patrimoine de la société et du groupe.

17. HONORAIRES DES COMMISSAIRES AUX COMPTES HONORAIRES DE COMMISSARIATS AUX COMPTES AU TITRE DE L’EXERCICE 2006, ET AUTRES HONORAIRES FACTURÉS EN 2006 (en K€) Audit Commissariat aux comptes, certification des comptes individuels et consolidés Autres missions accessoires et autres missions d’audit Sous-total Autres prestations Juridique, fiscal, social Technologies de l’information Contrôle interne Autres (à préciser si > 10% des honoraires d’audit) Sous-total Total

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Ernst & Young 2005 2006

2006

2005

TOTAL 2006

TOTAL 2005

377

354

303

273

680

627

377

75 429

303

45 318

680

120 747

377

429

303

318

680

747

KPMG

151


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

18. DOCUMENT D’INFORMATION ANNUEL Conformément à l’article 222-7 du Règlement Général de l’AMF, la société M6 - Métropole Télévision, cotée sur l’Eurolist, compartiment A, a établi un document d’information annuel mentionnant toutes les informations publiées ou rendues publiques au cours des douze derniers mois en France, afin de satisfaire à ses obligations législatives ou réglementaires en matière d’instruments financiers, d’émetteurs d’instruments financiers et de marchés d’instruments financiers. Ce document, qui comprend les informations suivantes, sera mis en ligne sur le site de l’AMF. COMMUNIQUÉS ET AVIS CHIFFRE D’AFFAIRES 31 janvier 2006 : chiffre d’affaires du 4e trimestre 2005. Publication au BALO du 8 février 2006 (n° 17) 24 avril 2006 : chiffre d’affaires du 1er trimestre 2006. Publication au BALO du 1er mai 2006 (n° 52) 27 juillet 2006 : chiffre d’affaires du 2e trimestre et du 1er semestre 2006. Publication au BALO du 4 août 2006 (n° 93) 26 octobre 2006 : chiffre d’affaires du 3e trimestre 2006. Publication au BALO du 10 novembre 2006 (n° 135) 1er février 2007 : chiffre d’affaires du 4e trimestre 2006. Publication au BALO du 9 février 2007 (n° 18) RÉSULTATS ANNUELS ET SEMESTRIELS 8 mars 2006 : résultats au 31 décembre 2005. Publication au BALO du 17 avril 2005 (n° 46) 28 août 2006 : résultats au 30 juin 2006. Publication au BALO du 11 octobre 2006 (n° 122) 5 mars 2007 : résultats au 31 décembre 2006. AUTRES COMMUNIQUÉS 9 janvier 2006 : Vivendi Universal – TF1 – M6 : projet de rapprochement industriel dans la télévision payante 30 mars 2006 : Ignace Van Meenen remplace Jean-Charles de Keyser dans ses fonctions de membre du Conseil de Surveillance. Publication dans Les Petites Affiches du 30 mars 2006. 14 avril 2006 : Constantin Lange remplace Thomas Rabe dans ses fonctions de membre du Conseil de Surveillance. Publication dans Les Petites Affiches du 14 avril 2006. 5 mai 2006 : document annuel d´information (période du 01/01/2005 au 22/03/2006) 4 juillet 2006 : reprise de la participation du Groupe Suez par le Groupe Compagnie Nationale à Portefeuille 6 juillet 2006 : bilan semestriel du contrat de liquidité 31 août 2006 : rapprochement TPS - Canal+ 28 septembre 2006 : Jean d’Arthuys, membre du Directoire en charge des activités numériques, quitte le Groupe M6

152

7 décembre 2006 : Le Groupe M6 acquiert 100% de Téva 5 janvier 2007 : réalisation définitive du rapprochement TPS/ Groupe Canal+ 8 janvier 2007 : bilan semestriel du contrat de liquidité AVIS Avis de réunion valant avis de convocation : publication au BALO du 22 mars 2006 (n° 35) Avis de convocation : publication dans Les Petites Affiches du 5 avril 2006 Droits de vote à l’AGM du 24 avril 2006 : publication au BALO du 3 mai 2006 (n° 53) Avis de réunion valant avis de convocation : publication au BALO du 28 mars 2007 (n°38) OPÉRATIONS 5 avril 2006 : descriptif du programme de rachat d’actions (inséré dans le document de référence) DÉCLARATIONS AMF Janvier 2006 - février 2007 : déclarations mensuelles des achats et cessions d’actions propres. 8 juin 2006 : déclarations individuelles des dirigeants sur les opérations sur titres de la société 12 juin 2006 : déclarations individuelles des dirigeants sur les opérations sur titres de la société 18 juillet 2006 : déclaration individuelle des dirigeants sur les opérations sur titres de la société 13 novembre 2006 : déclarations individuelles des dirigeants sur les opérations sur titres de la société Novembre 2006 - février 2007 : déclarations mensuelles des droits de vote DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 5 avril 2006 : Dépôt AMF n° 06-0213

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

19. AUTRES MENTIONS Les autres mentions du rapport de gestion figurent dans la partie « Informations Juridiques » et dans les comptes sociaux et leurs annexes (se référer à la Table de Concordance en fin de document).

153


RAPPORT FINANCIER

154

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER

Informations financières

RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES INFORMATIONS JURIDIQUES

156

A- Comptes consolidés au 31 décembre 2006

206

C- Comptes sociaux au 31 décembre 2006

156

I. BILAN CONSOLIDÉS

206

I. BILAN

158

II. COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS

208

II. COMPTE DE RÉSULTAT

159

III. TABLEAU DE FINANCEMENT CONSOLIDÉS

209

III. TABLEAU DE FINANCEMENT

160

IV. CAPITAUX PROPRES CONSOLIDÉS

161

B- Annexe aux comptes consolidés

210

D- Annexe aux comptes sociaux

210

1. FAITS MARQUANTS DE L’EXERCICE

162

1. FAIT MARQUANT DE L’EXERCICE

210

2. RÈGLES ET MÉTHODES COMPTABLES

162

2. INFORMATIONS SUR L’ENTREPRISE

212

3. NOTES SUR LE BILAN

162

3. BASES DE PRÉPARATION ET DE PRÉSENTATION DES ÉTATS

216

4. NOTES SUR LE COMPTE DE RÉSULTAT

218

5. NOTES SUR LES AUTRES ÉLÉMENTS

FINANCIERS CONSOLIDÉS `165

4. PRINCIPES, RÈGLES ET MÉTHODES COMPTABLES

220

6. NOTES SUR LA CONSOLIDATION DES COMPTES

173

5. ACTIVITÉS CÉDEÉS OU EN COURS DE CESSION

220

7. ÉVÉNEMENTS IMPORTANTS POST-CLÔTURE

174

6. REGROUPEMENT D’ENTREPRISE

221

8. RÉSULTATS DES CINQ DERNIERS EXERCICES

176

7. INFORMATIONS SECTORIELLES

222

9. TABLEAU DES FILIALES ET PARTICIPATIONS

178

8. AUTRES PRODUITS OPÉRATIONNELS ET AUTRES CHARGES 224

RAPPORT GÉNÉRAL DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

180

9. IMPÔT SUR LE RÉSULTAT

182

10. RÉSULTAT PAR ACTION

226

RAPPORT SPÉCIAL DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

182

11. DIVIDENDES VERSÉS ET PROPOSÉS

183

12. IMMOBILISATIONS CORPORELLES

184

13. IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

185

14. TESTS DE DÉPRÉCIATION DES GOODWILL ET ACTIFS

OPÉRATIONNELLES

SUR LES CONVENTIONS ET ENGAGEMENTS RÉGLEMENTÉS

INCORPORELS À DURÉE DE VIE INDÉTERMINÉE 186

15. ACTIFS FINANCIERS DISPONIBLES A LA VENTE

186

16. AUTRES ACTIFS FINANCIERS

187

17. PARTICIPATIONS DANS LES COENTREPRISES

188

18. RÉMUNÉRATIONS EN ACTIONS

190

19. INDEMNITÉS DE DÉPART EN RETRAITE

191

20. STOCKS

192

21. CRÉANCES ET AUTRES CRÉANCES

192

22. TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE

192

23. CAPITAUX PROPRES

193

24. DETTES FINANCIERES

194

25. PROVISIONS

196

26. ACTIFS ET PASSIFS ÉVENTUELS

198

27. PARTIES LIEÉS

199

28. POLITIQUE ET OBJECTIF DE GESTION DU RISQUE FINANCIER

200

29. INSTRUMENTS FINANCIERS

201

30. ÉVÉNEMENTS POST CLOTURE

202

31. PÉRIMÈTRE

204

RAPPORT GÉNÉRAL DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES CONSOLIDÉS

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

155


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés

A. COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2006

INFORMATIONS JURIDIQUES

I. BILAN CONSOLIDÉ ACTIF (en millions d’euros) Goodwill Droits audiovisuels Autres immobilisations incorporelles IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

Note n° 14 13 13

31/12/2006 53,7 66,6 42,1 162,4

31/12/2005 61,3 62,9 45,2 169,4

31/12/2004 114,6 41,1 52,9 208,6

Terrain Constructions Autres immobilisations corporelles IMMOBILISATIONS CORPORELLES

12 12 12

7,8 33,3 20,2 61,3

7,8 36,1 17,9 61,8

7,8 37,0 42,0 86,8

Actifs financiers disponibles à la vente Autres actifs financiers non courants ACTIFS FINANCIERS

15 16

0,4 330,7 331,1

0,3 6,3 6,6

8,2 7,7 16,0

9

22,3

30,1

31,4

577,0

267,9

342,8

148,4 28,7 277,5 76,3 247,4 250,7

115,7 21,1 244,4 79,1 216,5 0,5 0,2 243,1

109,5 8,7 237,1 82,3 214,0 29,2 211,5

1 029,0

920,6

892,3

-

201,8

-

1 606,0

1 390,3

1 235,1

Actifs d’impôts différés ACTIF NON COURANT Stocks de droits de diffusion Autres stocks Créances clients nettes Impôts courants Autres actifs Instruments financiers dérivés Actifs financiers Trésorerie et équivalents de trésorerie

20 20 21 21

22

ACTIF COURANT Actifs liés aux activités en cours de cession TOTAL ACTIF

156

5

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

PASSIF (en millions d’euros) Capital social Prime d’émission Actions propres Réserves consolidées Autres réserves Résultat net part du Groupe CAPITAUX PROPRES - PART DU GROUPE

Note n°

31/12/2006 52,8 24,2 (11,5) 327,1 (0,7) 408,5 800,2

31/12/2005 52,8 24,2 (23,0) 294,0 (0,1) 156,2 504,1

31/12/2004 52,8 24,2 (59,4) 299,4 (4,5) 128,8 441,3

0,9

0,2

(0,4)

19 24

7,9 6,2 0,3 7,5 -

9,1 5,1 7,8 -

17,4 5,7 6,4 40,4

9

19,7

5,4

6,2

41,6

27,4

76,2

61,8 53,1 1,0 0,1 348,7 79,4 143,5 19,9 55,8

56,3 1,7 296,4 90,4 119,0 20,9 54,6

63,2 29,2 5,9 3,9 308,7 75,5 125,6 28,8 77,2

763,3

639,3

718,0

-

219,3

-

1 606,0

1 390,3

1 235,1

INTÊRETS MINORITAIRES Provisions Dettes financières Crédit bail Dettes sur immobilisations Autres dettes Passifs d’impôts différés PASSIF NON COURANT Provisions Dettes financières Instruments financiers dérivés Crédit bail Dettes fournisseurs et comptes rattachés Impôts courants Dettes fiscales et sociales Dettes sur immobilisations Autres passifs

25 24

PASSIF COURANT Passifs liés aux activités en cours de cession TOTAL PASSIF

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

5

157


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

II. COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ (en millions d’euros) Chiffre d’affaires Autres produits opérationnels Total des produits opérationnels

31/12/2006 1 283,4 16,8 1 300,2

31/12/2005 1 079,9 50,8 1 130,7

31/12/2004 1 012,2 53,2 1 065,4

(741,1) (197,2) (57,1) (82,7) (2,6) (1 080,7)

(628,5) (161,9) (51,4) (67,8) (0,8) (910,4)

(580,6) (149,7) (52,0) (71,7) (3,6) (857,6)

-

13,3

-

219,5

233,6

207,8

9,2 (1,8) 0,2 0,8 (0,1) 8,3

5,3 (0,3) 0,2 (2,5) 2,7

4,4 (1,1) 0,7 4,0

Part dans les sociétés associées

-

-

(0,6)

Résultat courant avant impôt

227,8

236,3

211,2

(75,5)

(85,1)

(80,8)

152,3

151,2

130,4

256,8

5,1

(2,1)

409,1

156,3

128,3

408,5 0,6

156,2 0,1

128,8 (0,5)

1,154 1,154 1,146

1,153 1,153 1,149

0,998 1,001 0,987

Consommations et autres charges opérationnelles Charges de personnel (y compris participation) Impôts, taxes et versements assimilés Dotations aux amortissements et aux provisions (nettes de reprises) Perte de valeur des actifs non amortissables Total des charges opérationnelles

Note n° 8.1

8.2 8.4 8.3 14

Plus-value sur cessions d’immobilisation Résultat opérationnel Produit de la trésorerie Coût de l’endettement Réévaluation des instruments dérivés Produit de cession des actifs financiers disponibles à la vente Autres éléments financiers Résultat financier

Impôt sur le résultat

8.5/8.6

9

Résultat net des activités poursuivies Profit ou perte après impôt des activités en cours de cession

5

Résultat net consolidé RÉSULTAT NET PART DU GROUPE INTÉRÊTS MINORITAIRES Résultat net par action des activités poursuivies (en euros) Résultat net part du Groupe par action des activités poursuivies (en euros) Résultat net dilué par action des activités poursuivies (en euros)

158

10

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

III. TABLEAU DE FINANCEMENT CONSOLIDÉ (en millions d’euros) Résultat opérationnel Amortissements et provisions hors actifs circulants Plus values et moins values de cession Produits perçus de la trésorerie nette Intérêts payés Autres éléments sans incidence sur la trésorerie CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT D’EXPLOITATION AVANT IMPÔT

31/12/2006 219,5 78,1 0,9 9,2 (0,4) 8,7 316,0

31/12/2005 233,6 88,8 (26,2) 5,1 4,0 305,3

31/12/2004 207,8 67,7 (5,1) 4,0 1,1 2,5 278,0

Variations d’exploitation Stocks nets Créances d’exploitation nettes Dettes d’exploitation VARIATION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT D’EXPLOITATION

(40,4) (67,1) 61,0 (46,5)

(23,2) (53,6) 41,2 (35,6)

(10,1) 18,3 (26,8) (18,6)

Impôt sur les sociétés décaissé FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES

(74,2) 195,3

(75,4) 194,3

(107,5) 151,9

Opérations d’investissement Acquisitions d’immobilisations incorporelles Acquisitions d’immobilisations corporelles Acquisitions d’immobilisations financières Dettes sur immobilisations Trésorerie nette résultant d’acquisitions de filiales Trésorerie nette résultant des cessions de filiales Cessions d’immobilisations incorporelles et corporelles Cessions ou réductions d’immobilisations financières FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES ACTIVITÉS D’INVESTISSEMENT

(35,7) (10,7) 0,6 (0,5) (10,7) 5,0 7,2 0,3 (44,5)

(76,5) (8,0) (1,5) 6,7 (48,7) 5,0 13,1 1,4 (108,5)

(65,5) (10,8) (0,7) (2,7) (20,7) 8,2 0,2 (92,0)

0,2 (0,3) (1,6) 4,1 (125,0) (0,1) (122,7)

3,0 10,2 (110,0) (96,8)

4,0 (0,1) 4,7 (86,2) (77,6)

(20,6)

42,6

-

7,6

31,6

(17,7)

243,1

211,5

229,2

250,7

243,1

211,5

Opérations de financement Augmentation/réduction de capital Actifs financiers courants Passifs financiers Produits des exercices de stock-options Acquisitions d’actions propres Dividendes versés aux actionnaires de la société mère Dividendes versés aux minoritaires des sociétés intégrées FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT Flux de trésorerie liés aux activités en cours de cession VARIATION GLOBALE DE TRÉSORERIE Trésorerie et équivalents de trésorerie à l’ouverture TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE À LA CLÔTURE

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

159


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

IV. CAPITAUX PROPRES CONSOLIDÉS Nombre d’actions (en millions d’euros) (en milliers) Situation au 1er janvier 2004 131 888,7 Variations de capital de l’entreprise consolidante Résultat consolidé de l’exercice (part du Groupe) Dividendes distribués Variation de la valeur des instruments dérivés Coût des stocks options (IFRS 2) Acquisitions/cessions d’actions propres Autres mouvements

Capital social 52,8

Situation au 31 décembre 2004 Variations de capital de l’entreprise consolidante Résultat consolidé de l’exercice (part du Groupe) Affectation du résultat 2004 Dividendes distribués Variation de la valeur des instruments dérivés Coût des stocks options (IFRS 2) Acquisitions/cessions d’actions propres Autres mouvements

131 888,7

52,8

Situation au 31 décembre 2005 Variations de capital de l’entreprise consolidante Résultat consolidé de l’exercice (part du Groupe) Affectation du résultat 2005 Dividendes distribués Variation de la valeur des instruments dérivés Coût des stocks options (IFRS 2) Acquisitions/cessions d’actions propres Autres mouvements

131 888,7

SITUATION AU 31 DÉCEMBRE 2006

Prime d’émission 24,2

Actions propres (64,1)

Réserves consolidées 384,6

Résultat Autres Groupe réserves (*) (4,3) 128,8

(87,6) (0,2) 2,4 4,7

24,2

(59,4)

36,4

52,8

24,2

(23,0)

299,4

128,8 (110,0) (1,6) 4,0 (26,2) (0,4) 294,0

156,2 (125,0)

128,8

Capitaux propres part du Groupe 393,2 128,8 (87,6) (0,2) 2,4 4,7 -

Intérêts minoritaires (1,2) (0,5) 1,3

441,3 156,2 (110,0) 2,8 4,0 10,2 (0,4)

(0,4) 0,1 0,4 0,1

504,1 408,5 (125,0) (0,6) 9,2 4,1 0,1

0,2 0,6 (0,1) 0,2

800,2

0,9

(4,5)

156,2 (128,8) 4,4

156,2

(0,1)

408,5 (156,2) (0,6)

131 888,7

52,8

24,2

11,5

9,2 (7,4) 0,1

(11,5)

327,1

408,5

(0,7)

(*) Les autres réserves correspondent aux variations de juste valeur des instruments financiers et des éléments de bilan valorisés en conformité avec l’IAS 39

160

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

B. ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDÉS ANNUELS Sauf indication contraire, tous les montants cités dans l’annexe sont libellés en millions d’euros.

1. FAIT MARQUANT DE L’EXERCICE Après avoir été annoncée le 16 décembre 2005, l’opération de rapprochement des activités de télévision payante en France du Groupe Canal+ et de TPS a fait l’objet le 6 janvier 2006 d’un protocole d’accord établissant les modalités de ce rapprochement. Ce protocole, signé par Vivendi, TF1 et M6 après avis favorable des instances sociales concernées, établissait les principes de : - l’apport de 100% de TPS par TF1 et M6 à un nouvel ensemble, dénommé par la suite Canal+ France, dont M6 deviendrait actionnaire à hauteur de 5,1% ; - l’octroi à TF1 et M6 d’une option de vente de ces titres Canal+ France exerçable trois ans après la date de réalisation de l’opération, sur la base d’un prix de marché déterminé à dire d’expert, au moins égal à un prix plancher de l’ordre de 7 500 M€ pour 100% de Canal+ France, soit 384,2 M€ pour les actions détenues par M6. À la date de ce protocole et à titre d’avance, Vivendi a versé à M6 une somme de 51,0 M€ remboursable, intérêts compris, à la date de réalisation. Au cours de 2006, les modalités du rapprochement ont été contractualisées entre les parties et les opérations préalables à l’opération, comme la recapitalisation de TPS, ont été mises en œuvre. Les principales étapes ayant conduit à la finalisation de l’opération ont notamment été les suivantes : - 30 août 2006 : approbation de l’opération par les autorités françaises de la concurrence sous condition de respect d’engagements souscrits par Vivendi et Canal+ France ; - 31 août 2006 : arrêté des comptes de TPS qui constituent les comptes de référence sur lesquels s’appuient de nombreuses modalités de l’apport de TPS au nouvel ensemble ; - 1er septembre 2006 : ouverture d’une période transitoire dans la gestion courante de TPS conduisant à la désignation par Canal+ d’un Directeur Général Délégué de TPS et à la perte de contrôle conjoint de TPS par TF1 et M6, puisque ces derniers ne dirigent alors plus librement la gestion opérationnelle et financière de TPS ; - 30 novembre 2006 : M6 procède à la recapitalisation de TPS (pour 66,6 M€) ; - 19 décembre 2006 : signature du traité d’apport conduisant à pla-

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

cer l’ensemble de l’activité TPS sous la société TPS Gestion détenue par TF1 (66%) et M6 (34%), ainsi que du traité d’apport de TPS Gestion à Canal+ France sous condition de l’approbation de chacun des apports par les assemblées générales compétentes convoquées pour le 4 janvier 2007 ; - 4 janvier 2007 : approbation des traités par les assemblées générales et réalisation de l’opération ; à cette date, M6 a procédé au remboursement à Vivendi de l’avance reçue le 6 janvier 2006 majorée des intérêts capitalisés pour un montant total de 52,5 M€. La date d’exercice de l’option de vente des titres Canal+ France détenue par M6 s’établit donc en février 2010. M6 est désormais actionnaire de Canal+ France à hauteur de 5,1% aux côtés de Vivendi (65%), de Lagardère (20%) qui s’est joint dès le début de 2006 au projet de rapprochement compte tenu de sa participation dans CanalSat (34%), et de TF1 (9,9%). M6 ne dispose d’aucun siège au conseil d’administration de Canal+ France. Les principaux actifs de Canal+ France sont CanalSat, TPS, Multithématiques, Média Overseas, Canal Distribution détenus à 100% et Canal+ SA à hauteur de 49%. Les incidences comptables de ces opérations s’analysent comme suit : - en application de l’IFRS 5, TPS est traitée depuis le 16 décembre 2005 comme un actif non courant détenu en vue de la vente et comme une activité en cours de cession ; - la perte de contrôle conjoint de TPS par M6 et TF1 au 1er septembre 2006 a conduit à ne retenir que huit mois du résultat net de TPS, exprimé en quote-part M6, dans le résultat des activités en cours de cession ou cédées ; en application de l’IFRS 5, aucun amortissement de l’actif immobilisé de TPS n’a été comptabilisé dans la contribution de TPS sur cette période ; - la plus-value d’apport de TPS à Canal+ France est reconnue en 2006 ; - la participation de 5,1% dans Canal+ France (le sous-jacent non dérivé) et l’option de vente des titres (le dérivé incorporé) reçus en échange de l’apport de TPS sont traités comme un « actif financier à la juste valeur par résultat », au sens de la norme IAS 39 amendée. Au 31 décembre 2006, la juste valeur de cet actif a été déterminée en actualisant la valeur plancher de cet actif

161


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

(384,2 M€) en 2010. Cette juste valeur ressort ainsi à 324,0 M€ au 31 décembre 2006 et sera réévaluée en contrepartie du résultat financier jusqu’en 2010 afin d’atteindre au moins la valeur plancher de 384,2 M€. La réévaluation minimale annuelle s’établit respectivement à 19,0 M€, 20,1 M€ et 21,2 M€ pour les exercices 2007, 2008 et 2009 ; - la plus-value d’apport de TPS correspond donc à la juste valeur des titres Canal+ France assortis de l’option de vente, diminuée de la valeur consolidée de TPS dans les comptes du Groupe à la date de perte de contrôle et des frais occasionnés par l’opération.

En 2006, les flux de trésorerie liés à l’opération sont constitués de l’encaissement de l’avance Vivendi pour 51,0 M€, du décaissement résultant de la recapitalisation de TPS pour 66,6 M€ et des différents autres décaissements dont ceux liés aux frais encourus dans le cadre de cette opération. En 2007, l’incidence sur la trésorerie du Groupe correspond au remboursement à Vivendi de l’avance pour 52,5 M€.

2. INFORMATIONS SUR L’ENTREPRISE Les états financiers consolidés au 31 décembre 2006 du groupe dont Métropole Télévision est la société mère (le Groupe) ont été arrêtés par le Directoire du 26 février 2007 et examinés par le Conseil de Surveillance du 5 mars 2007. Ils seront soumis pour approbation à la prochaine Assemblée Générale du 2 mai 2007.

Métropole Télévision est une société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance, domiciliée au 89, avenue Charles-de-Gaulle, à Neuilly-sur-Seine en France. Cette société est consolidée suivant la méthode de l’intégration globale dans le Groupe RTL coté sur les marchés de Bruxelles et de Luxembourg.

3. BASES DE PRÉPARATION ET DE PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS 3.1 RÉFÉRENTIEL COMPTABLE Les états financiers consolidés au 31 décembre 2006 sont établis en conformité avec les normes comptables IAS/IFRS (normes internationales d’information financière) en vigueur au sein de l’Union Européenne à cette date. Ils sont présentés avec en comparatif les exercices 2004 et 2005 établis selon le même référentiel. PRINCIPES RETENUS Les principes retenus pour l’établissement de ces états financiers résultent de l’application : - de toutes les normes et interprétations adoptées par l’Union Européenne et d’application obligatoire au 31 décembre 2006 ; - des options retenues et des exemptions utilisées. NOUVELLES NORMES EN VIGUEUR AU SEIN DE L’UNION EUROPÉENNE AU 31 DÉCEMBRE 2006 ET D’APPLICATION OBLIGATOIRE À CETTE DATE Les méthodes comptables adaptées sont cohérentes avec celles de l’exercice précédent, à l’exception de l’effet de l’adoption par le Groupe de nouvelles normes, amendements de normes et inter-

162

prétations IFRIC qui sont d’application obligatoire au 31 décembre 2006. L’adoption des textes n’a pas eu d’impact sur les états financiers du Groupe, les notes annexes ont été enrichies lorsque cela a été nécessaire : - IAS 19 (amendement) - Écarts actuariels, régimes de groupes et informations à fournir La nouvelle option résultant de l’amendement IAS 19, et qui permet de comptabiliser les écarts actuariels en capitaux propres (option dite « option SoRIE »), n’est pas appliquée par le Groupe en 2006. - IAS 21 (amendement) - Investissement net dans une opération à l’étranger Toutes les différences de change résultant d’un élément monétaire qui fait partie de l’investissement net du Groupe dans une activité à l’étranger sont comptabilisés dans une composante distincte des capitaux propres des états financiers consolidés quelle que soit la monnaie dans laquelle l’élément monétaire est libellé. Ce changement n’a pas eu d’impact au 31 décembre 2006, 31 décembre 2005 et 31 décembre 2004.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

- IAS 39 (amendement) - Option de juste valeur Cet amendement modifie IAS 39 de manière à limiter le recours à l’option permettant de désigner un actif financier ou un passif financier comme devant être évalué à sa juste valeur, les variations étant portées au compte de résultat. Comme le Groupe n’avait pas utilisé cette option par le passé, dès lors cet amendement n’a pas eu d’impact sur les états financiers. En 2006 cette option s’applique à l’actif financier Canal+ France. - IAS 39 (amendement) - Contrats de garanties financières Cet amendement a modifié le champ d’application de la norme IAS 39 dans le but de reconnaître initialement à leur juste valeur les contrats de garanties financières qui ne sont pas considérés comme étant des contrats d’assurance et de les évaluer au plus élevé du montant déterminé en appliquant la norme IAS 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels et du montant comptabilisé initialement, déduction faite quand cela est nécessaire des amortissements cumulés comptabilisés conformément à IAS 18 - Produits des activités ordinaires. Cet amendement n’a pas eu d’impact sur les états financiers. - IAS 39 (amendement) - Comptabilité de couverture des transactions prévues internes au Groupe Cet amendement modifie IAS 39 de manière à permettre de considérer une transaction intragroupe hautement probable, libellée en monnaie étrangère, comme élément couvert d’une relation de couverture des flux de trésorerie, dès lors que la transaction est libellée dans une autre monnaie que la monnaie fonctionnelle de l’entité partie prenante à la transaction et que le risque lié à la monnaie étrangère affectera le compte de résultat consolidé. Le Groupe n’ayant pas de transaction de ce type, cet amendement n’a pas d’impact sur les états financiers. - IFRIC 4 - Déterminer si un accord contient un contrat de location Adoptée au 1er janvier 2006, cette interprétation fournit des commentaires permettant de déterminer si des accords sont ou contiennent des contrats de location devant faire l’objet d’une comptabilisation selon IAS 17. Cette adoption n’a pas eu d’impact pour le Groupe que ce soit au 31 décembre 2006, 2005 ou 2004. - IFRIC 6 - Passifs résultant de la participation à un marché spécifique - Déchets d’équipements électriques et électroniques Cette interprétation, applicable aux exercices ouverts à compter du 1e janvier 2006, définit la date de reconnaissance d’un passif au titre de la gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques en accord avec la réglementation mise en place par l’Union Européenne.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Le Groupe n’est pas concerné par : - IFRS 6 - Prospection et évaluation des ressources minérales - IFRIC 5 - Droits aux intérêts émanant de fonds de gestion dédiés au démantèlement, à la remise en état et à la réhabilitation de l’environnement APPLICATION DE NOUVELLES NORMES PAR ANTICIPATION DE LEUR DATE D’APPLICATION OBLIGATOIRE Le Groupe a choisi de n’appliquer par anticipation aucune norme, amendement de norme ou interprétation en vigueur au sein de l’Union Européenne au 31 décembre 2006 dont la date d’application obligatoire est postérieure au 31 décembre 2006. Le Groupe pourrait être concerné par : - IFRS 7 - Informations à fournir sur les instruments financiers (norme d’application obligatoire à compter du 1er janvier 2007 pour le Groupe) - IAS 1 - Informations sur le capital (amendement d’application obligatoire à compter du 1er janvier 2007) - IFRIC 8 - Champ d’application de IFRS 2 (interprétation applicable aux exercices ouverts à compter du 1er mai 2006, soit à compter du 1er janvier 2007 pour le Groupe). - IFRIC 9 - Réévaluation des dérivés incorporés Le Groupe n’est pas concerné par : - IFRIC 7- Modalités pratiques de retraitement des états financiers selon IAS 29 - Information financière dans les économies hyperinflationnistes Par ailleurs, les textes, publiés par l’IASB au 31 décembre 2006 mais non en vigueur dans l’Union Européenne à cette date, et qui concernent le Groupe, sont les suivants : - IFRIC 10 - Information financière intermédiaire et pertes de valeur - IFRIC 11- IFRS 2 - Actions propres et tansactions intra-groupe - IFRS 8 - Information sectorielle Le Groupe n’est pas concerné par IFRIC 12- Accords de concession de service. Les normes IFRS 8 relative à l’information sectorielle, IFRS 7 relative à l’information à fournir au titre des actifs et passifs et l’amendement d’IAS 1 relatif à la présentation des états financiers n’ont pas d’incidence sur l’évaluation et la comptabilisation des transactions. S’agissant des autres textes mentionnés ci-dessus, le Groupe mène actuellement des analyses sur leurs conséquences pratiques et leurs effets d’application dans les comptes. Le Groupe n’a pas l’intention d’appliquer ces textes par anticipation de leur date d’application obligatoire.

163


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

OPTIONS OUVERTES PAR LE RÉFERENTIEL COMPTABLE ET RETENUES PAR LE GROUPE Certaines normes comptables internationales prévoient des options en matière d’évaluation et de comptabilisation des actifs et passifs. Les options retenues par le Groupe sont présentées en note 3.5. Par ailleurs, la norme IFRS 1 - Première adoption des IFRS relative à la première application du référentiel international prévoit des options possibles au principe d’application rétrospective des IFRS à la date de transition (1er janvier 2004) pour le Groupe. Dans ce cadre, le Groupe a retenu les options suivantes : - les regroupements d’entreprises antérieurs au 1er janvier 2004 n’ont pas été retraités selon IFRS 3 - Regroupement d’entreprises ; - la norme IAS 39 a été appliquée de façon rétrospective à compter du 1er janvier 2004 ; - l’évaluation des avantages accordés aux salariés dans le cadre de rémunérations en actions ne prend en compte que les plans octroyés après le 7 novembre 2002.

Les principales estimations et appréciations retenues se rapportent à : - l’évaluation et la valeur recouvrable des goodwill et des actifs incorporels tels que les droits audiovisuels et les coûts d’acquisition des joueurs de clubs sportifs ; l’estimation de la valeur recouvrable de ces actifs suppose en effet la détermination des flux de trésorerie résultant de l’utilisation de ces actifs ou la connaissance de la valeur de marché des actifs. Il peut s’avérer que les flux effectivement dégagés sur ces actifs diffèrent sensiblement des projections initiales. De la même façon, la valeur de marché des actifs, notamment celle des joueurs de clubs sportifs, peut évoluer et différer des évaluations préalablement retenues ; - l’évaluation des engagements de retraite dont les modalités de détermination sont détaillées en note 4.14 ; - l’évaluation des remises commerciales (note 4.17) ; - la détermination des montants inscrits en provisions pour risques et charges compte tenu des aléas susceptibles d’affecter l’occurrence et le coût des événements constituant le sous-jacent de la provision.

3.4 PRINCIPES DE PRÉSENTATION 3.2 PRINCIPES DE PRÉPARATION PRÉSENTATION DU COMPTE DE RESULTAT Les états financiers consolidés sont préparés selon le principe du coût historique, à l’exception des instruments dérivés et des actifs financiers disponibles à la vente qui ont été évalués à leur juste valeur. Les passifs financiers sont évalués selon le principe du coût amorti. Les valeurs comptables des actifs et passifs reconnus au bilan et qui font l’objet d’une couverture de juste valeur (Fair Value Hedge) sont ajustées pour tenir compte des variations de juste valeur des risques couverts.

3.3 RECOURS À DES ESTIMATIONS ET DES HYPOTHÈSES Pour préparer ses états financiers consolidés conformément aux IFRS, la direction du Groupe procède à des estimations et formule des hypothèses qui affectent les montants présentés au titre des éléments d’actif et de passif inscrits au bilan consolidé, les informations fournies sur les actifs et passifs éventuels à la date d’établissement de ces informations financières ainsi que les montants présentés au titre des produits et charges du compte de résultat. La direction revoit ses estimations et ses appréciations de manière constante, sur la base tant de son expérience passée que de divers autres facteurs qu’elle juge raisonnables, et qui constituent le fondement de ses appréciations de la valeur comptable des éléments d’actifs et de passifs. Les estimations et appréciations établies dans le cadre de l’arrêté des comptes consolidés peuvent se révéler, dans le futur, sensiblement différentes de la réalité.

164

Le Groupe présente le compte de résultat par nature comme le permet la norme IAS 1 - Présentation des états financiers. Le résultat opérationnel correspond au résultat net consolidé avant prise en compte : - des produits financiers ; - des charges financières ; - des impôts sur le résultat ; - de la part de résultat dans les sociétés associées ; - du résultat net des activités en cours de cession. En application de l’IFRS 5, les activités cédées ou en cours de cession sont présentées sur une ligne distincte au compte de résultat des périodes publiées. PRÉSENTATION DU BILAN Conformément à IAS 1, le Groupe présente distinctement au bilan les actifs courants et non courants, et les passifs courants et non courants. Compte tenu des activités du Groupe, cette classification est réalisée sur la base du délai de réalisation de l’actif ou de règlement du passif : en courant lorsque ce délai est compris dans le cycle d’exploitation et en non courant dans le cas inverse. En application de l’IFRS 5, les activités cédées ou en cours de cession sont présentées sur une ligne distincte au bilan des périodes publiées.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

PRÉSENTATION DES ACTIFS ET PASSIFS ÉVENTUELS Les engagements donnés sur achats de droits sont exprimés nets des avances et acomptes versés à ce titre pour les droits correspondants non encore enregistrés en stocks.

3.5 OPTIONS RETENUES EN MATIÈRE D’ÉVALUATION ET DE COMPTABILISATION DES ACTIFS ET PASSIFS Certaines normes comptables internationales prévoient des options en matière d’évaluation et de comptabilisation des actifs et passifs. Dans ce cadre, le Groupe a ainsi retenu : - la méthode de comptabilisation des stocks à leur coût initial ; - la méthode d’évaluation au coût historique des immobilisations corporelles et incorporelles et n’a pas choisi de réévaluer ses immobilisations corporelles et incorporelles à chaque date de clôture ;

- de conserver une consolidation des entités contrôlées conjointement selon la méthode de consolidation proportionnelle, comme le prévoit la norme IAS 31 - Participations dans les coentreprises ; - l’option de mise à juste valeur par résultat, conformément à l’amendement de l’IAS 39. Enfin, en l’absence de normes ou interprétations applicables à une transaction spécifique, la direction du Groupe fait usage de jugements pour définir et appliquer les principes et méthodes comptables qui permettront d’obtenir des informations pertinentes et fiables, de sorte que les états financiers : - présentent une image fidèle de la situation financière, de la performance financière et des flux de trésorerie du Groupe ; - traduisent la réalité économique des transactions ; - soient neutres ; - soient prudents ; - et soient complets dans tous leurs aspects significatifs.

4. PRINCIPES, RÈGLES ET MÉTHODES COMPTABLES 4.1 PRINCIPES DE CONSOLIDATION FILIALES La méthode de l’intégration globale est appliquée aux états financiers des filiales que Métropole Télévision contrôle de manière exclusive. Les acquisitions ou cessions de sociétés intervenues en cours d’exercice sont prises en compte dans les états financiers consolidés à partir de la date de prise du contrôle ou jusqu’à la date de perte du contrôle effective. La méthode de l’intégration globale mise en œuvre est celle par laquelle les actifs, passifs, produits et charges sont entièrement intégrés. La quote-part de l’actif net et du bénéfice net attribuable aux actionnaires minoritaires est présentée distinctement en tant qu’intérêts minoritaires dans les capitaux propres au bilan consolidé et au compte de résultat consolidé.

l’IAS 31 - Information financière relative aux participations dans les coentreprises, qui maintient cette possibilité. Selon cette méthode, le Groupe inclut sa quote-part dans les actifs, passifs, produits et charges de la filiale dans les postes appropriés des états financiers consolidés. ENTREPRISES ASSOCIÉES La mise en équivalence s’applique à toutes les entreprises associées dans lesquelles le Groupe exerce une influence notable. L’influence notable est présumée quand le pourcentage de droits de vote est supérieur ou égal à 20%. Selon cette méthode, le Groupe comptabilise au bilan le montant de sa quote-part dans l’actif net de l’entreprise associée et enregistre sur une ligne spécifique du compte de résultat consolidé intitulée « Part dans les sociétés associées » sa quote-part du résultat net de l’entreprise consolidée par mise en équivalence.

COENTREPRISES TRANSACTIONS ÉLIMINÉES EN CONSOLIDATION Les sociétés sous contrôle conjoint (le contrôle conjoint est le partage du contrôle d’une entreprise exploitée en commun par un nombre limité d’associés ou d’actionnaires de sorte que les décisions financières et opérationnelles résultent de leur accord) sont consolidées par intégration proportionnelle, conformément à

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Toutes les opérations ainsi que les comptes réciproques entre les sociétés consolidées du Groupe sont éliminées en totalité pour les filiales. Dans le cas de sociétés consolidées selon la méthode de l’intégration proportionnelle, les transactions réciproques sont

165


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

éliminées à hauteur de la quote-part d’intérêt du Groupe dans ces sociétés.

4.4 REGROUPEMENTS D’ENTREPRISES ET GOODWILL

L’existence et l’effet des droits de vote potentiels exerçables ou convertibles à la date de clôture sont pris en considération dans le cadre de la détermination du contrôle ou de l’influence notable exercé sur l’entité.

Les regroupements d’entreprises sont comptabilisés conformément à IFRS 3 - Regroupements d’entreprises.

ACTIVITÉS EN COURS DE CESSION L’incidence sur le bilan et le compte de résultat des activités en cours de cession correspond aux comptes consolidés de l’activité en cours de cession, et aux effets des éliminations des transactions intragroupe des activités poursuivies vis-à-vis de l’activité en cours de cession. DATES D’ARRÊTÉS Toutes les sociétés consolidées clôturent leur exercice au 31 décembre.

4.2 CONVERSION DES ÉTATS FINANCIERS DES ENTITÉS ÉTRANGÈRES CONSOLIDÉES La devise de présentation des comptes consolidés est l’euro. Toutes les filiales, coentreprises et entreprises associées étrangères du Groupe ont l’euro comme monnaie fonctionnelle.

Dans ce cadre, les goodwill représentent la différence entre le prix d’acquisition, majoré des coûts annexes, des titres des sociétés consolidées et la part du Groupe dans la juste valeur de leurs actifs nets diminués des passifs éventuels à la date des prises de participation, au terme d’une période d’évaluation de cette juste valeur pouvant atteindre douze mois suivant la date d’acquisition. Lorsque le prix d’acquisition, majoré des coûts annexes, est inférieur à la juste valeur des actifs et passifs identifiés et passifs éventuels acquis, l’écart est immédiatement reconnu en résultat. Affectés à chacune des Unités Génératrices de Trésorerie, les goodwill ne sont pas amortis. Ils font l’objet de tests de perte de valeur dès l’apparition d’indices de pertes de valeur et au minimum une fois par an (voir note 4.7). Lors de son passage aux normes IFRS en 2005, le Groupe a retenu l’option offerte par IFRS 1 - Première adoption des IFRS de ne pas retraiter ses regroupements d’entreprises antérieurs au 1er janvier 2004 qui seraient non conformes aux prescriptions d’IFRS 3 Regroupements d’entreprises. Les goodwill antérieurs au 1er janvier 2004 ont été figés à leur valeur nette comptable établie à cette date et ne sont plus amortis, conformément à IFRS 3, à compter de cette date.

4.3 OPÉRATIONS EN DEVISES ÉTRANGÈRES Les opérations en monnaies étrangères sont initialement enregistrées dans la monnaie fonctionnelle (l’euro) en utilisant le cours de change au jour de la transaction, en application d’IAS 21 - Effets des variations des cours des monnaies étrangères. À la date de clôture, les actifs et passifs monétaires libellés en devises étrangères sont convertis dans la monnaie fonctionnelle au taux de change en vigueur à la date de clôture. Tous les écarts sont enregistrés dans le compte de résultat. Les éléments non monétaires en monnaies étrangères qui sont évalués au coût historique sont convertis au cours de change à la date de transaction initiale. La comptabilisation des écarts de change résultant de la conversion des actifs et passifs libellés en monnaie étrangères de transactions commerciales s’effectue dans le résultat opérationnel. Pour les transactions financières ces mêmes écarts de change figurent en résultat financier. Le traitement des couvertures de change est précisé en note 4.16.

166

4.5 IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Les immobilisations incorporelles comprennent principalement : - des avances et acomptes sur immobilisations ; - des droits audiovisuels détenus par les sociétés ayant comme objet social leur commercialisation ; - des parts coproducteur de fictions, de longs métrages et autres ; - des coûts d’acquisition des joueurs de clubs sportifs ; - des logiciels ; - des marques. AVANCES ET ACOMPTES SUR IMMOBILISATIONS Sont comptabilisés en avances et acomptes, les acomptes versés : - sur les droits audiovisuels non ouverts détenus en vue de leur commercialisation ; - sur les coproductions en attente d’acceptation technique ou de visa d’exploitation.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

DROITS AUDIOVISUELS Les droits audiovisuels, regroupant des droits cinématographiques, télévisuels et vidéographiques, achetés avec ou sans minimum garanti, en vue de leur commercialisation (distribution, négoce), produits ou coproduits, sont comptabilisés en immobilisations incorporelles en conformité avec l’IAS 38 - Immobilisations incorporelles. La méthode d’amortissement d’un actif doit refléter le rythme selon lequel les avantages générés par cet actif sont consommés. C’est pourquoi les droits audiovisuels : - sont amortis au rythme des recettes générées rapportées aux recettes totales estimées, et au minimum amortis sur la durée de vie du contrat plafonnée : • à 3 ans si la société a le régime distributeur, • à 5 ans si la société a le régime négociant ; - font l’objet, en conformité avec IAS 36 - Dépréciation d’actifs (voir note 4.7), d’un test de dépréciation, qui peut conduire à constater une perte de valeur lorsque la valeur comptable du droit est supérieure à sa valeur recouvrable.

amortis linéairement sur leur durée d’utilité, laquelle n’excède pas quatre ans. MARQUES Seules les marques indivisualisables et de notoriété reconnue sont inscrites à l’actif dans le cadre de regroupements d’entreprise et de l’allocation du prix d’acquisition qui en résulte. Les marques sont comptabilisées à leur juste valeur, celle-ci étant estimée sur la base des méthodes usuelles de valorisation des marques. Quand ces marques ont une durée de vie définie, à savoir qu’il est attendu qu’au terme d’une période déterminée elles ne seront plus exploitables, elles sont en conséquence amorties linéairement sur cette durée de vie. Les marques ayant une durée de vie indéfinie ne sont pas amorties. Dans tous les cas, les marques font l’objet de tests de dépréciations en conformité avec IAS 36 - Dépréciation d’actifs.

4.6 IMMOBILISATIONS CORPORELLES COPRODUCTIONS DE FILMS CINÉMATOGRAPHIQUES, FICTIONS ET AUTRES Les parts de coproducteurs sont inscrites en autres immobilisations incorporelles et amorties à hauteur des perspectives de recettes futures ou linéairement sur trois ans si les recettes futures anticipées sont insuffisantes. En application de l’IAS 20 - Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l’aide publique, les subventions reçues du Centre national de cinématographie (CNC) sont comptabilisées en réduction du coût d’acquisition des actifs de coproductions financés, et en conséquence sont comptabilisées en résultat en fonction du rythme de consommation des avantages économiques attendus des coproductions tel que défini précédemment. COÛT D’ACQUISITION DES JOUEURS DE CLUBS SPORTIFS En application de l’IAS 38 - Immobilisations incorporelles, les achats de joueurs de clubs sportifs sont comptabilisés en immobilisations incorporelles à leur coût d’acquisition et amortis linéairement sur la durée de leurs contrats. La valeur recouvrable est également appréciée en conformité avec la norme IAS 36 - Dépréciation d’actifs (voir note 4.7). LOGICIELS INFORMATIQUES Les logiciels informatiques achetés ou développés en interne sont comptabilisés à leur coût d’acquisition ou de production. Ils sont

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Les immobilisations corporelles sont comptabilisées à leur coût d’acquisition, diminué des amortissements cumulés et des pertes de valeur, selon le traitement de référence de la norme IAS 16 Immobilisations corporelles. Ce coût comprend les frais directement attribuables au transfert de l’actif jusqu’à son lieu d’exploitation et à sa mise en état afin de permettre son exploitation de la manière prévue par la direction. AMORTISSEMENTS L’amortissement est calculé en fonction des rythmes de consommation des avantages économiques attendus par élément d’actif sur la base du coût d’acquisition, sous déduction d’une valeur résiduelle. Le mode linéaire est retenu sur les durées d’utilité suivantes : - Constructions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25 ans - Installations générales, mobilier de bureau . . . . . . . . . .10 ans - Matériel informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 ans - Matériel de bureau et matériel technique . . . . . . . . .3 à 5 ans Les durées d’utilité des immobilisations corporelles sont revues annuellement et peuvent être modifiées prospectivement selon les circonstances. VALEUR RÉSIDUELLE La valeur résiduelle d’un actif est le montant estimé que le Groupe obtiendrait actuellement de la sortie de l’actif, après déduction des

167


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

coûts de sortie estimés, si l’actif avait déjà l’âge et se trouvait déjà dans l’état prévu à la fin de sa durée d’utilité. La valeur résiduelle d’un actif peut augmenter jusqu’à atteindre ou excéder la valeur comptable de l’actif. Dans ce cas, la dotation à l’amortissement de l’actif est nulle, à moins que la valeur résiduelle de l’actif ne baisse ensuite jusqu’à un montant inférieur à sa valeur comptable.

ble de ces actifs incorporels est testée séparément, joueur par joueur, et au niveau de l’effectif global des joueurs évoluant en Ligue 1. Les goodwill et les immobilisations incorporelles auxquelles il n’est pas possible de rattacher directement des flux de trésorerie indépendants sont regroupés au moment de leur première comptabilisation à l’Unité Génératrice de Trésorerie à laquelle ils appartiennent.

PERTES DE VALEUR Les immobilisations corporelles font l’objet de tests de perte de valeur dès lors qu’un indice de perte de valeur est identifié. Le cas échéant, une dépréciation est comptabilisée au compte de résultat dans la rubrique «Dotations aux amortissements et aux provisions (nettes de reprises)».

Une dépréciation est comptabilisée lorsque, du fait d’événements ou de circonstances intervenues au cours de la période (critères internes ou externes), la valeur recouvrable de l’actif ou groupes d’actifs est inférieure à leur valeur nette comptable. Cette valeur recouvrable est la plus élevée de la juste valeur nette des coûts de sortie et de la valeur d’utilité.

CONTRATS DE LOCATION Les biens acquis en location-financement sont immobilisés lorsque les contrats de location ont pour effet de transférer au Groupe la quasi-totalité des risques et avantages inhérents à la propriété de ces biens. Ils sont comptabilisés au bilan au plus bas de leur juste valeur et de la valeur actualisée des paiements minimaux au titre de la location, diminuée des amortissements cumulés et des pertes de valeur. Ces actifs sont amortis sur leur durée prévue d’utilisation. Les contrats de location dans lesquels les risques et avantages ne sont pas transférés au Groupe sont classés en location simple. Les paiements au titre des locations simples sont comptabilisés en charges de façon linéaire sur la durée du contrat.

4.7 DÉPRÉCIATIONS D’ACTIFS

168

La valeur d’utilité retenue par le Groupe correspond aux flux de trésorerie actualisés des UGT incluant les goodwill et est déterminée dans le cadre des hypothèses économiques et des conditions d’exploitation prévisionnelles retenues par la Direction de Métropole Télévision de la façon suivante : - les flux de trésorerie futurs sont issus du plan d’affaires à moyen terme (5 ans) élaboré par la direction ; - au-delà de cet horizon, les flux sont extrapolés par application d’un taux de croissance perpétuelle en accord avec le potentiel de développement des marchés sur lesquels opère l’entité concernée, ainsi qu’avec sa position concurrentielle sur ces marchés ; - le taux d’actualisation retenu des flux est déterminé en utilisant des taux appropriés à la nature des activités et des pays. Il intègre, outre la valeur temps de l’argent, les risques spécifiques de l’UGT pour lesquels les estimations de flux de trésorerie n’ont pas été ajustées.

Selon la norme IAS 36 - Dépréciation d’actifs, la valeur recouvrable des immobilisations corporelles et incorporelles amorties est testée dès l’apparition d’indices de pertes de valeur. La valeur recouvrable des immobilisations incorporelles non amorties est testée dès l’apparition d’indices de pertes de valeur et au minimum une fois par an.

Lorsque la valeur recouvrable d’une Unité Génératrice de Trésorerie comportant un goodwill est inférieure à sa valeur comptable, la perte de valeur comptabilisée est affectée prioritairement au goodwill. La dépréciation des goodwill est enregistrée au compte de résultat en « Pertes de valeurs des actifs non amortissables ».

La valeur recouvrable est déterminée pour chaque actif isolé, sauf si cet actif ne génère pas d’entrées de trésoreries largement indépendantes de celles générées par d’autres actifs ou groupes d’actifs. Dans ce cas, la valeur recouvrable de l’Unité Génératrice de Trésorerie à laquelle l’actif appartient est déterminée.

4.8 ACTIFS FINANCIERS DISPONIBLES À LA VENTE, AUTRES ACTIFS FINANCIERS ET PASSIFS FINANCIERS

L’Unité Génératrice de Trésorerie est le plus petit groupe d’actifs qui inclut l’actif et qui génère des entrées de trésorerie largement indépendantes des entrées de trésorerie générées par d’autres actifs ou groupes d’actifs. Spécifiquement, pour les joueurs de club sportif, la valeur recouvra-

Conformément aux préconisations de la norme IAS 39 - Instruments Financiers, Comptabilisation et Évaluation, les titres des sociétés non consolidées appartiennent à la catégorie des actifs disponibles à la vente. Ils sont initialement enregistrés à leur juste valeur correspondant au coût d’acquisition d’origine, puis réévalués

ACTIFS FINANCIERS

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

à chaque clôture à leur juste valeur. Les actifs suivants font l’objet d’un test de dépréciation à chaque arrêté : - prêts et créances émis par l’entreprise et actifs détenus jusqu’à l’échéance (lorsqu’il existe une indication objective de dépréciation, le montant de la perte de valeur est comptabilisé en résultat) ; - actifs disponibles à la vente : les variations de juste valeur sont comptabilisées en capitaux propres (« Autres réserves ») jusqu’à la cession effective des titres ou la constatation d’une dépréciation durable. Les actifs financiers évalués à la juste valeur par résultat recouvrent : - les actifs considérés comme détenus à des fins de transaction, qui comprennent les actifs que la société a l’intention de revendre dans un terme proche afin de réaliser une plus-value, qui appartiennent à un portefeuille d’instruments financiers gérés ensemble, et pour lesquels il existe une pratique de cession à court terme (principalement trésorerie et équivalents et autres actifs financiers de gestion de trésorerie) ; - les actifs désignés explicitement par le Groupe lors de leur reconnaissance initiale comme des instruments financiers dont la variation de juste valeur est enregistrée en résultat. Cette qualification est retenue quand elle permet d’obtenir une meilleure information financière et contribue à la cohérence des états financiers. PASSIFS FINANCIERS Les passifs financiers évalués à la juste valeur par le biais du compte de résultat ont pour finalité la réalisation d’un bénéfice en lien avec les fluctuations de prix à court terme. Il ne peut s’agir que de dettes résultant de ventes à découvert de titres ou d’autres actifs financiers ou de dérivés qui ne sont pas des dérivés de couverture. Les autres passifs financiers sont évalués au coût amorti, à l’exception des instruments financiers dérivés qui font, quant à eux, l’objet d’une évaluation à la juste valeur. Les instruments dérivés relatifs à des flux de trésorerie sont évalués à la juste valeur à chaque arrêté, et la variation de juste valeur de la part inefficace de la couverture est enregistrée en résultat.

4.9 IMPÔTS DIFFÉRÉS Conformément à la norme IAS 12 - Impôts sur le résultat et selon l’approche bilancielle de la méthode du report variable, des impôts différés sont constatés sur les différences temporelles entre les valeurs comptables d’actifs et des passifs et leurs bases fiscales, ainsi que sur les déficits fiscaux.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Les actifs et passifs d’impôts différés sont évalués aux taux d’impôt dont l’application est attendue sur l’exercice au cours duquel l’actif sera réalisé ou le passif réglé, sur la base des taux d’impôts qui ont été votés à la date de clôture. S’agissant des participations dans les filiales, coentreprises et entreprises associées, un passif d’impôt différé est comptabilisé pour toute différence temporelle imposable entre la valeur comptable des titres et leur base fiscale, sauf si le Groupe contrôle la date à laquelle cette différence temporelle (par exemple, distribution de dividendes) se renversera et s’il est probable que cette différence ne se renversera pas dans un avenir prévisible. Conformément à la norme IAS 12, les actifs et passifs d’impôts différés ne sont pas actualisés et sont compensés lorsqu’ils se rapportent à une même entité fiscale.

4.10 STOCKS Les stocks sont constitués de programmes et droits de diffusion et de marchandises. PROGRAMMES ET DROITS DE DIFFUSION En conformité avec l’IAS 2, les programmes et droits de diffusion sont inscrits en stocks à la date d’ouverture des droits. Les droits non ouverts et non encore facturés sont classés en engagements hors bilan. La partie facturée des droits non ouverts est quant à elle constatée en avances et acomptes. Les programmes et droits de diffusion sont valorisés à leurs coûts d’acquisition, diminués à la clôture de chaque exercice, des consommations calculées suivant les modalités ci-après. Les programmes de Métropole Télévision (qui constituent la part prépondérante des stocks de droits de diffusion du Groupe) sont réputés consommés lors de leur diffusion, selon les règles suivantes : - droits acquis pour une seule diffusion et droits divers (documentaires, concerts, évènements sportifs…) : 100% de la valeur à la première diffusion ; - droits acquis pour plusieurs diffusions : • 1re diffusion : 67% • 2e diffusion : 33% Les droits dont la diffusion est improbable font l’objet d’une dépréciation sur la base d’une revue titre par titre du portefeuille de droits de diffusion.

169


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

AUTRES STOCKS Ces stocks sont constitués des produits et marchandises liés aux activités de diversification du Groupe. Ces stocks sont évalués au plus faible de leur coût d’entrée et de leur valeur nette de réalisation correspondant au prix de vente estimé, diminué des coûts estimés nécessaires pour réaliser la vente. Une dépréciation est constituée lorsque leur valeur nette de réalisation est inférieure à leur coût de revient, mesurée au cas par cas (rotation lente, stocks contre remboursement, retours…).

4.11 CRÉANCES D’EXPLOITATION

La juste valeur de l’avantage est mesurée sur la base du modèle mathématique binomial pour les plans d’options d’achat et de souscription d’actions. Pour les plans d’attribution d’actions gratuites, elle s’apprécie comme la valeur de marché de l’action à la date d’attribution diminuée des dividendes attendus au cours de la période d’indisponibilité.

Lorsque leur échéance de règlement est inférieure à un an et que les effets d’actualisation ne sont pas significatifs, les créances sont évaluées au coût (montant nominal de la créance). À l’inverse, elles sont évaluées à leur coût amorti, avec utilisation du taux d’intérêt effectif, lorsque leur échéance de règlement est supérieure à un an et que les effets de l’actualisation sont significatifs.

Lors de son passage aux normes IFRS et conformément aux dispositions d’IFRS 1, le Groupe n’a pris en compte dans son évaluation de la juste valeur de l’avantage accordé aux salariés que les plans octroyés après le 7 novembre 2002 et dont les droits n’étaient pas encore acquis au 1er janvier 2005.

Une dépréciation individuelle est calculée pour chaque créance dès lors qu’il existe des éléments qui remettent en cause la possibilité par le débiteur de rembourser la totalité de sa créance dans les délais contractuellement prévus. Le montant de la dépréciation correspond à la différence entre la valeur actualisée au taux d’intérêt effectif initial (le cas échéant) des flux de trésorerie futurs estimés et la valeur comptable de la créance.

4.14 ENGAGEMENTS DE RETRAITE ET AUTRES AVANTAGES AU PERSONNEL

4.12 ACTIONS PROPRES Les achats d’actions propres sont enregistrés en diminution des capitaux propres sur la base de leur coût d’acquisition. Lors de la cession d’actions propres, les gains et pertes sont inscrits dans les réserves consolidées pour leurs montants nets d’impôt.

4.13 RÉMUNÉRATIONS EN ACTIONS Conformément à la norme IFRS 2 - Paiement fondé sur des actions, les options d’achat et de souscription d’actions portant sur les actions Métropole Télévision ou des filiales accordées aux salariés du Groupe sont évaluées à leur juste valeur à la date d’octroi. La norme s’applique également aux plans d’attributions d’actions gratuites. La norme IFRS 2 impose la comptabilisation d’une charge (par contrepartie des capitaux propres) au titre de la juste valeur de l’avantage accordé aux salariés dans le cadre des programmes de

170

« stock-options » ou l’attribution gratuite d’actions. Cette charge est reconnue dans les charges de personnel tout au long de la période d’acquisition des droits par les bénéficiaires (entre la date d’octroi et la date d’acquisition, autrement désignée comme période d’indisponibilité), correspondant à la durée effective des plans d’attribution mis en place.

Les engagements du Groupe dans le domaine des avantages postérieurs à la retraite s’inscrivent dans le cadre de régimes à prestations définies. Pour l’évaluation de ces régimes, le Groupe utilise la méthode des unités de crédit projetées. Le montant comptabilisé au bilan correspond au montant actualisé de l’obligation. Les changements liés aux modifications périodiques des hypothèses actuarielles relevant de la situation financière, économique générale ou aux conditions démographiques (changement dans le taux d’actualisation, augmentations annuelles des salaires, rendement des actifs, durée d’activité…) sont reconnus dans le montant de l’engagement du Groupe, par la contrepartie du compte de résultat sur la durée résiduelle moyenne probable d’activité des salariés.

4.15 PROVISIONS Conformément à la norme IAS 37 - Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels, le Groupe comptabilise une provision lorsque, à la date de clôture de l’exercice, il a une obligation (juridique ou implicite) vis-à-vis d’un tiers résultant d’un événement passé dont il est probable que le règlement se traduise pour le Groupe par une sortie de ressources représentatives d’avantages économiques, et lorsque le montant de la perte ou du passif peut être évalué avec fiabilité.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

Au cas où cette perte (ou ce passif) n’est ni probable ni ne peut être évaluée avec fiabilité mais demeure possible, le Groupe fait état d’un passif éventuel dans ses engagements. Les provisions sont notamment destinées à couvrir les coûts probables que les procès ou litiges en cours, dont le fait générateur existait à la date de clôture, pourraient occasionner.

4.16 INSTRUMENTS FINANCIERS DÉRIVÉS

Couverture de flux de trésorerie futurs

Le Groupe M6 est exposé au risque de change principalement lors de ses achats de droits dans une devise étrangère. Pour se couvrir contre ce risque de change, le Groupe utilise des instruments dérivés simples lui garantissant un montant couvert et un cours de change maximal de couverture. L’utilisation d’instruments dérivés par le Groupe n’a pour seul but que la couverture de flux liés à son activité ; le Groupe n’utilise pas d’instruments financiers à titre spéculatif.

Il s’agit de couvrir l’exposition aux variations de flux de trésorerie qui sont attribuables soit à une transaction prévue soit à un engagement ferme. Comptabilisation des variations de juste valeur de l’instrument financier pour la partie efficace en capitaux propres jusqu’à l’entrée au bilan de l’actif ou du passif. Au moment où l’élément couvert est comptabilisé et conduit à la reconnaissance d’un actif ou d’un passif, le montant enregistré en capitaux propres en est sorti et intégré dans l’évaluation initiale du coût d’acquisition de l’actif ou du passif. Pour la partie inefficace, les variations de valeur sont intégrées en résultat financier. Pour toute autre couverture de flux de trésorerie, les montants comptabilisés directement dans les capitaux propres sont transférés dans le compte de résultat de l’exercice au cours duquel la transaction prévue ou l’engagement ferme a affecté le compte de résultat.

DÉTERMINATION DE LA JUSTE VALEUR Conformément aux normes IAS 32 - Instruments Financiers Présentation et Informations et IAS 39 - Instruments Financiers Reconnaissance et Évaluation, les instruments financiers dérivés sont évalués à la juste valeur. La juste valeur des contrats d’achats de devises à terme est calculée par référence aux taux de change à terme courants pour des contrats ayant des profils d’échéance similaires. La juste valeur des contrats d’échanges de taux d’intérêt est déterminée par référence aux valeurs de marché d’instruments similaires. INSTRUMENTS FINANCIERS QUALIFIÉS DE COUVERTURE Le Groupe a décidé d’appliquer, pour la plus grande partie de ces instruments dérivés, la comptabilité de couverture afin de réduire l’impact sur le résultat des couvertures mises en place. Les principaux instruments de couverture autorisés dans le cadre de la politique de couverture du Groupe sont les suivants : terme sec, terme participatif, options de première génération, « swap » (de change ou de taux). Les relations de couverture au sein du Groupe sont principalement de deux types. Couverture de l’exposition aux variations de la juste valeur d’un actif ou d’un passif au bilan Tout profit ou perte résultant de la réévaluation de l’instrument de couverture à la juste valeur est comptabilisé immédiatement au

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

compte de résultat. Tout profit ou perte sur l’élément couvert attribuable au risque couvert vient modifier la valeur comptable de l’élément couvert et est comptabilisé au compte de résultat. Il en résulte une comptabilisation symétrique des variations de juste valeur de l’élément couvert et de l’instrument de couverture pour la partie efficace de la couverture en résultat opérationnel courant. La part inefficace de la couverture est enregistrée en résultat financier.

INSTRUMENTS FINANCIERS NON QUALIFIÉS DE COUVERTURE Certains instruments financiers ne sont pas traités en comptabilité de couverture selon la définition de l’IAS 39, bien qu’ils constituent une couverture efficace dans la gestion des risques économiques. Les pertes et les profits provenant de la réévaluation des instruments financiers qui ne peuvent pas être pris en compte pour la comptabilité de couverture sont comptabilisés dans le compte de résultat de l’exercice.

4.17 CHIFFRE D’AFFAIRES En conformité avec la norme IAS 18 - Produits Des Activités Ordinaires, le chiffre d’affaires réalisé par les différentes sociétés du Groupe est reconnu dès lors que : - les avantages économiques résultant de la transaction bénéficieront au Groupe de manière probable ; - le montant des revenus peut être mesuré d’une façon fiable ; - à la date de transaction, il est probable que le montant de la vente sera recouvré.

171


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

Plus spécifiquement, les principes de reconnaissance du chiffre d’affaires par type d’activité sont les suivants : - les recettes publicitaires sont comptabilisées au moment de la diffusion des écrans publicitaires ayant fait l’objet de la vente ; le chiffre d’affaires est reconnu net de remises commerciales ; - la rémunération des chaînes numériques octroyée par les opérateurs du câble et du satellite qui les diffusent est calculée sur la base d’un prix par abonné ou sous la forme d’un forfait annuel ; - les revenus des activités de diversifications sont appréhendés à la réalisation de la prestation ou à la livraison des produits ; ils sont comptabilisés nets de provisions pour retour ; ces revenus incluent également, le cas échéant, la contribution financière, facturée au client final, relative aux coûts unitaires supportés pour la collecte et l’élimination des déchets d’équipements électriques et électroniques (« écoparticipation ») ; - les ventes des droits audiovisuels sont comptabilis��es à la date d’ouverture des droits, essentiellement dans le cadre des ventes aux télévisions ; les autres ventes (salle, vidéo) sont reconnues en fonction des entrées ou à la livraison du matériel ; - les revenus sportifs, tels que les droits de diffusion reversés par les organisateurs des compétitions, sont enregistrés à mesure de l’avancement de la saison sportive à l’exception des primes perçues au titre d’un classement à venir qui sont comptabilisées à la date où le classement est définitivement acquis ; - les revenus de téléphonie mobile sont reconnus : • pour la partie corrélée au recrutement, le mois du recrutement d’un nouvel abonné et ajustés en fonction du taux d’attrition, • et, pour la partie corrélée aux revenus mensuels perçus par l’opérateur, étalés sur la durée de l’abonnement auquel les revenus perçus par le Groupe sont corrélés.

4.19 TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE La trésorerie se compose des liquidités en compte courant bancaire et des dépôts à vue. Les équivalents de trésorerie se rapportent à des placements facilement convertibles en un montant de trésorerie, présentant un risque négligeable de changement de valeur et une maturité inférieure à trois mois. À cet égard, les FCP et les SICAV monétaires détenus par le Groupe sont comptabilisés comme équivalents de trésorerie. Le Groupe détient exclusivement des FCP et des SICAV monétaires en euros, exposées à un risque de taux très limité et dont la volatilité sur douze mois est très proche de celle de l’Eonia.

4.20 TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE Le tableau présente les flux réels liés à l’activité des sociétés présentes dans le périmètre de fin d’exercice. Il est établi en conformité avec l’IAS 7 - Tableau des flux de trésorerie. FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES Les variations de stocks et de créances d’exploitation sont calculées nettes des variations des dépréciations sur actif circulant. De plus, afin de mettre en évidence l’effet de l’impôt sur la variation de trésorerie, la charge d’impôt est retraitée de la capacité d’autofinancement, et la variation de la dette d’impôt sur les sociétés est retraitée de la variation du besoin en fonds de roulement (BFR). Le décaissement effectif d’impôts sur les sociétés sur l’exercice est ainsi isolé sur une ligne spécifique.

4.18 RÉSULTAT PAR ACTION Conformément aux préconisations de la norme IAS 33 Résultat par action, le résultat de base par action est déterminé en divisant le résultat attribuable aux porteurs d’actions du Groupe par le nombre moyen pondéré d’actions ordinaires en circulation au cours de la période. Le résultat net dilué par action est, quant à lui, calculé en retenant les instruments donnant un accès différé au capital du Groupe et ayant un effet dilutif. La dilution rattachée aux options d’achat et aux options de souscription d’actions est déterminée selon la méthode du rachat d’actions. Cette méthode permet de déterminer les actions non rachetées qui viennent s’ajouter aux actions ordinaires en circulation et qui constituent ainsi l’effet dilutif.

FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DES OPÉRATIONS D’INVESTISSEMENTS Les effets sur la trésorerie des entrées et sorties de périmètre résultant d’acquisitions ou de cessions de sociétés (sauf activités en cours de cession) sont identifiés sur les lignes « trésorerie nette résultant d’acquisitions de filiales » et « trésorerie nette résultant des cessions de filiales ». ACTIVITÉS EN COURS DE CESSION Les effets sur la trésorerie du Groupe des activités en cours de cession figurent sur une ligne distincte du tableau de financement, « Flux de trésorerie liés aux activités en cours de cession ».

Les actions propres portées en diminution des capitaux propres consolidés ne sont pas prises en compte dans le calcul des résultats par action.

172

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

5. ACTIVITÉS CÉDÉES OU EN COURS DE CESSION Le résultat des activités cédées ou en cours de cession s’élève à 256,8 M€ et s’analyse comme la somme de la quote-part du Groupe dans le résultat de TPS arrêté au 31 août 2006 pour 14,3 M€ et de la plus-value d’apport de TPS à Canal+ France pour 242,5 M€. La contribution de TPS se présente comme suit :

Chiffre d’affaires Autres produits opérationnels Charges opérationnelles Résultat opérationnel Produits/charges financières Perte reconnue sur réévaluation de la juste valeur Perte avant impôt liée à une activité en cours de cession

2006 Contribution Elimination des TPS (34%) flux avec le Groupe et retraitements de consolidation 135,2 (8,1) 2,1 (121,7) 15,6 15,6 7,5

Activités en cours de cession

2005 Activités en cours de cession

2004 Activités en cours de cession

127,1 2,1 (106,1) 23,1

194,8 1,3 (187,4) 8,7

185,4 2,6 (187,4) 0,6

(1,3)

-

(1,3)

(0,9)

(3,9)

-

-

-

-

-

14,3

7,5

21,8

7,8

(3,3)

Impôt

(4,9)

(2,6)

(7,5)

(2,7)

1,2

Perte et gain de l’année sur activités en cours de cession

9,4

4,9

14,3

5,1

(2,1)

Le retraitement de consolidation se rapporte à la non comptabilisation des amortissements des actifs non courants de TPS sur la période. La perte de contrôle de TPS étant intervenue avant le 31 décembre 2006, les éléments de bilan relatifs à TPS ne figurent plus au bilan consolidé 2006. Les éléments de bilan en 2005, regroupés sur une ligne d’actif et une ligne de passif, s’analysent comme suit :

Immobilisations incorporelles Immobilisations corporelles Autres actifs non courants Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie Actifs liés aux activités en cours de cession

2005 95,0 23,2 1,8 79,8 2,0 201,8

Passifs non courants Passifs courants Passifs liés aux activités en cours de cession

35,1 184,2 219,3

Pour 2005 et 2006 le tableau de flux de trésorerie inclut une ligne spécifique, « Flux de trésorerie liés aux activités en cours de cession », constituée uniquement des encaissements et décaissements supportés par le Groupe en lien avec TPS. Pour 2006, ces flux comprennent la ressource résultant de l’avance perçue de Vivendi, le coût de la recapitalisation de TPS et le règlement des frais occasionnés par la cession.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

173


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

6. REGROUPEMENT D’ENTREPRISES

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés

Toutes les affectations détaillées ci-après sont définitives.

INFORMATIONS JURIDIQUES

6.1 ACQUISITIONS DE L’EXERCICE Le 1er mars 2006, le Groupe, à travers sa filiale M6 Éditions, a pris une participation de 50% dans le capital des mensuels gratuits Femme en ville et Homme en ville, dans le cadre d’une augmentation de capital. Le 19 juillet 2006, le Groupe a acquis 100% des actions de la société Mandarin Films ainsi que son catalogue. Avec Mandarin Films, société de production cinématographique détentrice d’un catalogue de long-métrages, le Groupe renforce sa position dans l’activité de distribution de droits audiovisuels. L’affectation des prix d’acquisition se rapportant à ces sociétés s’analyse comme suit : Prix d’acquisition net de frais Valeur des actifs et passifs acquis (Part du Groupe) Situation nette au 1er mars 2006 Activation des reports déficitaires et autres impôts différés actifs Réévaluation de l’actif immobilisé Réévaluation du besoin en fonds de roulement Constatation des impôts différés passifs liés à ces réévaluations Situations nettes réévaluées Goodwill

174

12,7

1,4 0,4 10,7 4,4 (5,1) 11,8 0,9

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

6.2 SUIVI DES ACQUISITONS RÉALISÉES EN 2005 Le Groupe a finalisé en 2006 les travaux d’affectation du prix d’acquisition de la société Mistergooddeal, achetée à hauteur de 95% le 15 novembre 2005. Dans ce cadre, et compte tenu de la reconnaissance dont jouit la marque Mistergooddeal parmi les sites marchands, il a été décidé d’affecter pour partie le prix d’acquisition à la marque Mistergooddeal. Cette marque a été évaluée selon la méthode dite « Relief from royalty » (Flux de trésorerie résultant de l’utilisation de la marque). L’horizon d’évaluation retenu est fini et correspond à une période de dix ans. Il en résulte que la marque Mistergooddeal est considérée comme amortissable sur dix ans. Le taux d’actualisation retenu dans le cadre de l’évaluation de cette marque s’établit à 12%, soit le taux d’actualisation généralement retenu par le Groupe affecté à une prime de risque spécifique. Il en résulte un ajustement du goodwill constaté au 31 décembre 2005 selon les modalités suivantes : Goodwill au 31 décembre 2005 Affectation à la marque Mistergooddeal Impôt différé Autres variations Goodwill au 31 décembre 2006

38,1 9,5 (3,2) 0,4 32,1

Les autres variations sont constituées : - de la variation des intérêts minoritaires en 2006 ; - de l’effet de l’actualisation de la dette née de la promesse d’achat des 5% résiduels.

6.3 IMPACT DES ACQUISITIONS ET CESSIONS SUR 2006 Les impacts des acquisitions 2005 et 2006 sur le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel du Groupe s’analysent comme suit :

Acquisitions Femmes en Ville Mandarin Films SNC Citato Mistergooddeal Cessions RTL Shop et Home Travel Service Impact total

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Chiffre d’affaires

2006 Résultat opérationnel

Chiffre d’affaires

2005 Résultat opérationnel

0,8 1,6 2,2 0,3 100,8

(0,4) (0,2) 0,6 (1,1) 2,9

1,1 0,1 13,2

(0,2) (0,2) 0,4

-

-

-

13,3

105,7

1,7

14,4

13,3

175


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

7. INFORMATIONS SECTORIELLES En application de la norme IAS 14 - Information sectorielle, le premier niveau d’information sectorielle est organisé par secteur d’activité. Cette distinction est fondée sur les systèmes internes d’organisation et la structure de gestion du Groupe. RÉSULTAT Les contributions de chaque secteur d’activité au compte de résultat sont les suivantes :

Chiffre d’affaires hors Groupe Chiffre d’affaires inter-segments Chiffre d’affaires Résultat opérationnel (EBITA) des activités poursuivies

2006 656,8 32,6 689,4

183,0 201,3

Amortissements des marques Perte de valeur des actifs non amortissables Plus-value sur cessions d’immobilisations Résultat opérationnel (EBIT) des activités poursuivies

Antenne M6 2005 2004 635,0 608,7 27,2 20,6 662,2 629,3

2006 75,6 1,6 77,2

Chaînes Numériques 2005 2004 64,6 51,3 1,4 0,7 66,0 52,0

Diversifications et Droits Audiovisuels 2006 2005 2004 551,0 380,3 352,2 21,6 13,4 12,5 572,6 393,7 364,7

Eliminations et résultats non affectés 2006 2005 2004 (55,9) (41,9) (33,8) (55,9) (41,9) (33,8)

Total 2006 2005 2004 1 283,4 1 079,9 1 012,2 1 283,4 1 079,9 1 012,2

208,7

(2,6)

(3,8)

(4,9)

51,2

25,6

9,8

(8,5)

(2,0)

(2,1)

223,0

221,1 211,4

-

-

-

-

-

-

(0,9)

-

-

-

-

-

(0,9)

-

-

-

-

-

(2,1)

-

(2,8)

(0,5)

(0,8)

(0,8)

-

-

-

(2,6)

(0,8)

(3,6)

-

-

-

-

-

-

-

13,3

-

-

-

-

-

13,3

-

183,0 201,3

208,7

(4,7)

(3,8)

(7,7)

49,7

38,0

9,0

(8,5)

(2,0)

(2,1)

219,5

Résultat financier Part dans les sociétés mises en équivalence

233,6 207,8

8,3 -

2,7 -

4,0 (0,6)

Résultat avant impôt (EBT) des activités poursuivies

227,7

236,3

211,2

Impôt

(75,4)

(85,1)

(80,8)

Résultat net des activités poursuivies

152,3

151,2

130,4

Résultat net des activités en cours de cession (TPS)

256,8

5,1

(2,1)

Résultat net

409,1

156,3

128,3

Résultat net part du Groupe Part des minoritaires

176

408,5 0,6

156,2 128,8 0,1 (0,5)

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

BILAN Les contributions de chaque secteur d’activité au bilan sont les suivantes :

2006

Antenne M6 2005

Actif et Passif Actif du secteur Actif non alloué Total Actif

553,0 553,0

468,4 468,4

480,8 480,8

391,5 391,5

68,9 68,9

251,8 251,8

396,2 396,2

363,0 363,0

257,0 257,0

Passif du secteur Passif non alloué Total Passif

372,3 372,3

318,6 318,6

303,6 303,6

76,1 76,1

57,0 57,0

253,5 253,5

306,4 306,4

259,4 259,4

235,4 235,4

Autres informations sectorielles Investissements corporels et incorporels Amortissements Dépréciations Provision pour dépréciation sur titres de participation

12,2 (14,5) 1,2 (0,4)

37,1 (37,7) 4,1 -

(0,9) (40,0) (20,2) -

0,4 (1,7) 0,2 -

1,8 (2,3) 0,2 0,4

(7,7) (21,6) 2,6

42,6 (52,2) (8,8) -

46,7 (45,6) 3,1 -

(76,4) (18,3) -

Eliminations

Actif et Passif Actif du secteur Actif non alloué Total Actif Passif du secteur Passif non alloué Total Passif Autres informations sectorielles Investissements corporels et incorporels Amortissements Dépréciations Provision pour dépréciation sur titres de participation

2004

2006

Chaînes Numériques 2005

2004

Total des activités poursuivies 2006 2005 2004

Activité en cours de cession 2006 2005

2006

2005

2004

(108,7) (108,7)

(70,6) (70,6)

(92,7) (92,7)

1 232,1 373,9 1 606,0

829,7 358,8 1 188,5

896,9 338,2 1 235,1

-

(108,7)

(70,6)

(94,4)

(108,7)

(70,6)

(94,4)

646,1 158,8 804,9

564,4 102,3 666,7

698,1 96,1 794,2

-

-

-

55,2 (68,4) (7,4) (0,4)

85,6 (85,6) 7,4 0,4

(8,6) (138,0) (38,5) 2,6

Diversifications et Droits Audiovisuels 2006 2005 2004

Total des activités 2004

2006

2005

2004

201,8 201,8

-

1 232,1 373,9 1 606,0

-

219,3 219,3

-

646,1 158,8 804,9

783,7 102,3 886,0

698,1 96,1 794,2

-

11,2 (12,3) -

-

55,2 (68,4) (7,4) (0,4)

96,8 (97,9) 7,4 0,4

(8,6) (138,0) (38,5) 2,6

1 031,5 896,9 358,8 338,2 1 390,3 1 235,1

Les actifs non alloués correspondent aux disponibilités et autres actifs financiers du Groupe, ainsi qu’aux créances d’impôts. Les passifs non alloués correspondent à l’endettement et autres passifs financiers du Groupe, ainsi qu’aux dettes d’impôts. Le Groupe ne présente pas d’information sectorielle par zone géographique car n’ayant hors de France métropolitaine aucune activité significative.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

177


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

8. AUTRES PRODUITS OPÉRATIONNELS ET AUTRES CHARGES OPÉRATIONNELLES 8.1 AUTRES PRODUITS OPÉRATIONNELS Les autres produits opérationnels sont constitués à hauteur de 5 M€ des produits de subventions d’exploitation. Jusqu’au 31 décembre 2005, les autres produits opérationnels incluaient la production immobilisée correspondant à l’immobilisation des charges encourues par le Groupe dans le cadre de la production des émissions et magazines d’information. L’actif ainsi constitué était amorti intégralement sur l’année. À compter de 2006, les écritures d’activation (production immobilisée) et d’amortissements ne sont plus constatées et seules les charges de production sont inscrites en compte de résultat. Ce changement de présentation est sans impact résultat. Il contribue à réduire le niveau des autres produits opérationnels et celui des amortissements pour un montant de l’ordre de 19 M€. Les autres montants sont non significatifs.

8.2 CONSOMMATIONS ET AUTRES CHARGES OPÉRATIONNELLES Consommation de droits de diffusion et programmes de flux Consommation de stocks de marchandises Autres services extérieurs Pertes de change opérationnelles Autres charges Consommations et autres charges opérationnelles

2006 (238,3) (137,2) (360,8) (0,2) (4,5) (741,1)

2005 (191,4) (56,0) (356,2) (2,2) (22,8) (628,5)

2004 (176,8) (44,1) (309,6) (2,5) (47,5) (580,6)

8.3 AMORTISSEMENT, DÉPRÉCIATION, DIFFÉRENCES DE CHANGE ET COÛTS DES STOCKS INCLUS DANS LES CHARGES OPÉRATIONNELLES Amortissements et dépréciations des droits audiovisuels Amortissements et dépréciations des parts producteurs Amortissements et dépréciations des autres immobilisations incorporelles Amortissement des immobilisations corporelles Dépréciation des stocks de droits de diffusion Autres dépréciations Perte de valeur des goodwill Total dotations (nettes des reprises)

178

2006 (45,6) (7,3) (12,4) (10,3) (0,1) (6,9) (2,6) (85,3)

2005 (29,2) (24,5) (15,3) (9,2) 12,6 (2,3) (0,8) (68,6)

2004 (30,6) (8,3) (33,2) (9,6) 9,0 0,9 (3,6) (75,3)

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

8.4 CHARGES DE PERSONNEL ET EFFECTIFS

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

Salaires et traitements Charges sociales Participation et intéressement Autres charges de personnel Charges de personnel

2006 (123,2) (51,4) (8,9) (13,8) (197,2)

2005 (101,9) (42,9) (8,0) (9,1) (161,9)

2004 (99,3) (40,0) (5,7) (4,7) (149,7)

Les autres charges de personnel incluent les dotations et reprises de la provision pour retraite ainsi que le coût des stock-options (IFRS 2). L’effectif « équivalent temps plein » (ETP) des sociétés du Groupe intégrées globalement s’élève à 2 029 personnes en 2006, contre 1 760 en 2005 et 1 604 en 2004. L’effectif ETP des coentreprises est stable, il s’élève à 22 personnes en 2006.

8.5 CHARGES FINANCIÈRES Intérêts sur emprunts associés et banques Intérêts capitalisés sur retraite Réévaluation des instruments dérivés Autres éléments financiers Charges financières

2006 (1,9) (0,2) (0,2) (0,2) (2,4)

2005 (0,3) (0,4) (2,3) (3,0)

2004 (1,1) 0,7 (0,4)

8.6 PRODUITS DE LA TRÉSORERIE Produits des placements Divers produits d’intérêts Réévaluation des instruments dérivés Produit de cession des actifs financiers disponibles à la vente Autres éléments financiers Revenu financier

2006 6,9 2,2 0,4 0,8 0,4 10,7

2005 4,4 0,9 0,2 0,1 5,6

2004 4,4 4,4

La progression du revenu financier est à mettre au crédit de l’évolution favorable des taux d’intérêt durant l’année 2006. La cession des actifs financiers Newsweb a, quant à elle, généré un résultat positif de cession de 0,8 M€.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

179


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

9. IMPÔT SUR LE RÉSULTAT La société Métropole Télévision a déclaré se constituer, à compter du 1er Janvier 1988, mère d’un Groupe au sens des dispositions des articles 223-a et suivants du CGI. Toutes les sociétés françaises du Groupe soumises à l’IS et détenues à plus de 95% directement ou indirectement par Métropole Télévision sont intégrées fiscalement, à l’exception des sociétés acquises dans l’année, à savoir Mandarin Films. Les composants de l’impôt sur les bénéfices sont les suivants : Impôt exigible : Charge d’impôt exigible de l’exercice Impôt différé : Naissance et renversement des différences temporelles Impôt sur le résultat

2006

2005

2004

(63,1)

(91,4)

(75,0)

(12,4) (75,5)

6,3 (85,1)

(5,8) (80,8)

2005 0,1 0,1

2004 0,2 1,4 1,6

Le taux d’imposition différé retenu pour 2006 est identique à 2005, à savoir 34,43%. Il était de 34,93% en 2004. Les impôts différés liés aux ajustements par situation nette sont les suivants : Réévaluation à la juste valeur des contrats de change Réévaluation à la juste valeur des contrats de change (couverture de flux de trésorerie) Dépréciation des actions propres Total

2006 0,4 2,5 2,9

Le rapprochement entre la charge d’impôt obtenue en appliquant le taux d’impôt en vigueur au résultat avant impôt et la charge d’impôt obtenue en appliquant le taux d’impôt réel du Groupe est le suivant : 2006 2005 2004 Résultat net part du Groupe 408,5 156,2 128,8 Intérêts minoritaires 0,6 0,1 (0,5) Profit ou perte après impôt des activités en cours de cession 256,8 5,1 (2,1) Impôt sur le résultat (75,5) (85,1) (80,8) Part dans les sociétés associées (0,6) Perte de valeur des goodwill (2,6) (0,8) (3,6) Résultat des activités poursuivies avant impôt et perte de valeur des goodwill 230,4 237,1 215,4 Taux d’impôt théorique Charge d’impôt théorique Eléments en rapprochement : Coût des stocks options Autres différences permanentes Charge nette d’impôt réel Taux effectif d’impôt

34,43%

34,93%

35,43%

(79,3)

(82,8)

(76,3)

(3,2) 7,0

(1,4) (0,9)

(0,9) (3,6)

(75,5)

(85,1)

(80,8)

32,77%

35,89%

37,51%

Les différences permanentes reconnues au cours du premier semestre se rapportent pour une majeure partie aux conséquences fiscales de réorganisations internes au Groupe.

180

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

Les sources d’impôt différé sont les suivantes aux 31 décembre : 2006

2005

2004

Actifs d’impôts différés Immobilisations incorporelles Autres actifs Provisions non déductibles Provision pour retraite (non déductible) Charges à payer non déductibles Instruments financiers Reports déficitaires Divers Impact des compensations bilancielles d’actifs et de passifs d’impôts différés Total

1,1 3,7 14,8 2,5 4,7 0,4 1,3 (6,1) 22,3

3,1 20,9 3,1 4,3 1,7 (3,0) 30,1

0,4 24,2 2,4 2,5 1,6 0,3 31,4

Passifs d’impôts différés Catalogues SNC et Mandarin Films Marque Mistergooddeal Immobilisations incorporelles Amortissement dérogatoire Plus-value de cession TPS Dépréciation des actions propres Pertes RTL Shop Actifs joueurs du FC des Girondins de Bordeaux Divers Impact des compensations bilancielles d’actifs et de passifs d’impôts différés Total

(8,8) (2,8) (4,3) (1,9) (4,3) (2,5) (1,2) 6,1 (19,7)

(4,8) (1,9) (1,6) (0,1) 3,0 (5,4)

(0,7) (2,5) (2,2) (0,8) (6,2)

Le montant cumulé des déficits reportables des sociétés du Groupe s’élève à 36,8 M€ au 31 décembre 2006 et concerne Paris Première, Femmes en Ville, certaines filiales du groupe HSS, Citato, Mistergooddeal et Live Stage. Les déficits ayant fait l’objet d’une activation sous forme d’un impôt différé actif s’élèvent au 31 décembre 2006 à 3,8 M€. Au 31 décembre 2006, aucun passif d’impôt différé n’a été comptabilisé pour des impôts qui seraient dûs sur les résultats non distribués de certaines filiales, entreprises associées ou coentreprises du Groupe. Le paiement de dividendes par le Groupe à ses actionnaires n’a pas de conséquence fiscale.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

181


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

10. RÉSULTAT PAR ACTION

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

2006 408,5 256,8 151,7

2005 156,2 5,1 151,1

2004 128,8 (2,1) 130,9

131 534 003 4 109 189 901 796 132 435 800

131 042 580 3 156 308 417 723 131 460 303

130 741 455 3 307 305 1 926 690 132 668 145

3,106 1,154 3,085 1,146

1,192 1,153 1,188 1,149

0,985 1,001 0,971 0,987

Bénéfice net attribuable aux actionnaires Perte ou bénéfice attribuable au titre des activités en cours de cession Bénéfice net attribuable aux actionnaires au titre des activités poursuivies Nombre moyen pondéré (hors actions propres) pour le résultat de base par action Nombre total d’options émises (y compris non dilutives) Nombre d’actions à rajouter pour constater l’effet de dilution Nombre moyen pondéré (hors actions propres) ajusté de l’effet de dilution* Résultat net par action (en euros) Résultat net par action des activités poursuivies (en euros) Résultat net dilué par action (en euros) Résultat net dilué par action des activités poursuivies (en euros) * Ne comprend que les actions dilutives (au regard des conditions de marché prévalent à la clôture)

Pour l’exercice clos le 31 décembre 2006, le calcul du résultat dilué par action ordinaire ne tient pas compte de certaines options sur actions en cours visant 2,2 millions d’options. Celles-ci sont en effet considérées comme antidilutives, leur prix d’exercice étant supérieur au cours de clôture des actions ordinaires.

11. DIVIDENDES VERSÉS ET PROPOSÉS

182

Déclarés et versés au cours de l’exercice Dividende versé par action ordinaire (en euros)

2006 125,0 0,95

2005 110,0 0,84

2004 86,2 0,67

Proposé pour approbation à l’AGM Dividende versé par action ordinaire (en euros)

125,3 0,95

125,3 0,95

110,8 0,84

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

12. IMMOBILISATIONS CORPORELLES Au 31 décembre 2006, les immobilisations corporelles s’élèvent à 61,3 M€ dont 41,1 M€ se rapportant aux bâtiments et au terrain, dont le siège social du Groupe. En application de IAS 16 - Immobilisations corporelles - Montant amortissable et durée d’amortissement, la valeur résiduelle des immeubles détenus par le Groupe étant supérieure à leur valeur nette comptable, leur amortissement a été suspendu en cours d’exercice. Les amortissements comptabilisés en 2006 au titre de ces immeubles s’élèvent à 3,3 M€. Terrain

Constructions

Installations techniques

Autres immobilisations corporelles

Immobilisations en cours

Total 2005

7,8 -

37,0 1,0 1,0 (2,9) (0,1) -

8,6 5,8 (0,1) 0,1 (2,0) (3,4) 0,1 (0,1) 1,9

31,7 11,2 (117,4) 0,3 (7,1) (13,9) 95,0 (0,2) 6,8

1,7 0,4 (0,7) (0,9) -

86,8 18,4 (118,3) 1,4 (10,0) (20,1) 95,1 (0,3) 8,7

7,8

36,1

10,9

6,4

0,6

61,8

Au 1er janvier 2005 Coût ou juste valeur Cumul des amortissements et des dépréciations Montant net

7,8 7,8

56,6 (19,7) 37,0

40,2 (31,6) 8,6

134,9 (103,2) 31,7

1,7 1,7

241,3 (154,5) 86,8

Au 31 décembre 2005 Coût ou juste valeur Cumul des amortissements et des dépréciations Montant net

7,8 7,8

58,7 (22,6) 36,1

43,9 (33,0) 10,9

23,7 (17,3) 6,4

0,6 0,6

134,7 (72,9) 61,8

Terrain

Constructions

Installations techniques

Autres immobilisations corporelles

Immobilisations en cours

Total 2005

7,8 -

36,1 0,5 (0,1) (3,3) -

10,9 5,5 (2,9) (4,2) 2,8

6,4 3,3 (1,8) (3,2) 1,3

0,6 1,5 -

61,8 10,8 (4,8) (10,7) 4,1

7,8

33,3

12,1

6,0

2,1

61,3

Au 1er janvier 2006 Coût ou juste valeur Cumul des amortissements et des dépréciations Montant net

7,8 7,8

58,7 (22,6) 36,1

43,9 (33,0) 10,9

23,7 (17,3) 6,4

0,6 0,6

134,7 (72,9) 61,8

Au 31 décembre 2006 Coût ou juste valeur Cumul des amortissements et des dépréciations Montant net

7,8 7,8

59,1 (25,9) 33,3

46,5 (34,4) 12,1

25,2 (19,2) 6,0

2,1 2,1

140,8 (79,5) 61,3

Au 1er janvier 2005, net des dépréciations et des amortissements Acquisitions Actif inclus dans des activités en cours de cession (brut) Acquisitions de filiales (brut) Cessions Dotation d’amortissements 2005 Amortissements inclus dans des activités en cours de cession Amortissements des acquisitions de filiales Reprises d’amortissements sur cessions Au 31 décembre 2005, net des dépréciations et des amortissements

Au 1er janvier 2006, net des dépréciations et des amortissements Acquisitions Actif inclus dans des activités en cours de cession (brut) Acquisitions de filiales (brut) Cessions Dotation d’amortissements 2006 Amortissements inclus dans des activités en cours de cession Amortissements des acquisitions de filiales Reprises d’amortissements sur cessions Au 31 décembre 2006, net des dépréciations et des amortissements

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

183


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

13. IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Les droits audiovisuels regroupent les droits cinématographiques, télévisuels et vidéographiques et les minimums garantis. Le prix d’acquisition de Mandarin Films et de son catalogue d’œuvres cinématographiques a été affecté à hauteur de 10,7 M€ aux droits audiovisuels (voir note 6.2). L’amortissement complémentaire en résultant est enregistré sur la ligne des dotations d’amortissements. Le prix d’acquisition de la filiale Mistergooddeal a quant à lui été pour partie affecté à la marque « Mistergooddeal ». Il en résulte une augmentation des autres immobilisations incorporelles pour 9,5 M€. Cette marque a été amortie pour 0,9 M€ au cours de l’année. Les autres immobilisations incorporelles se répartissent en logiciels informatiques et coproductions. En application de l’IAS 20 - Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l’aide publique, les subventions reçues du CNC sont comptabilisées en diminution de la valeur d’actif des coproductions. Droits audiovisuels

Fonds de commerce

Autres immobilisations incorporelles

Avances et acomptes sur immobilisations

Goodwill

Total 2005

41,1 35,9 37,4 (11,9) 5,6 (34,8) (21,9) 11,5 62,9

0,6 (0,4) 0,2

22,9 39,5 (11,0) 0,4 (13,2) 1,8 (43,0) (0,4) 8,4 9,3 14,7

29,4 2,4 (1,5) 30,3

114,6 (91,0) 38,5 (0,8) 61,3

208,6 77,8 (103,5) 76,3 (25,5) 6,6 (77,8) (0,4) (13,5) 20,8 169,4

Au 1er janvier 2005 Coût ou juste valeur Cumul des amortissements et des dépréciations Montant net

287,2 (246,1) 41,1

0,8 (0,2) 0,6

200,2 (177,3) 22,9

29,4 29,4

130,8 (16,2) 114,6

648,4 (439,8) 208,6

Au 31 décembre 2005 Coût ou juste valeur Cumul des amortissements et des dépréciations Montant net

349,8 (287,0) 62,9

0,2 0,2

258,4 (243,8) 14,7

30,3 30,3

78,4 (17,1) 61,3

717,2 (547,8) 169,4

Droits audiovisuels

Fonds de commerce

Autres immobilisations incorporelles

Avances et acomptes sur immobilisations

Goodwill

Total 2006

62,9 3,0

0,2 0,6

14,7 12,4

30,3 28,4

61,3 -

169,4 44,4

-

-

-

-

-

-

31,5 (10,8) 10,7 34,5 (5,1) (40,5)

(0,2) -

(2,7) 9,5 11,7 (2,0) (17,9)

0,6 (46,0) -

11,3 (16,4) (2,6) -

43,4 (13,5) 3,8 (9,7) (58,4)

Au 1er janvier 2005, net des dépréciations et des amortissements Acquisitions Actif inclus dans des activités en cours de cession (brut) Acquisitions de filiales (brut) Cessions Dépréciations Dotation d’amortissements 2005 Amortissements inclus dans des activités en cours de cession Amortissements des acquisitions de filiales Reprises d’amortissements et dépréciations sur cessions Au 31 décembre 2005

Au 1er janvier 2006, net des dépréciations et des amortissements Acquisitions

Actif inclus dans des activités en cours de cession (brut) Acquisitions de filiale (brut) Cessions Autres mouvements Reclassements Dépréciations Dotation d’amortissements 2006

Amortissements inclus dans des activités en cours de cession

-

-

-

-

-

-

(30,2) 10,6 66,6

0,6

2,5 28,3

13,2

53,7

(30,2) 13,1 162,4

Au 1er janvier 2006 Coût ou juste valeur Cumul des amortissements et des dépréciations Montant net

349,8 (287,0) 62,9

0,2 0,2

258,4 (243,8) 14,7

30,3 30,3

78,4 (17,1) 61,3

717,2 (547,8) 169,4

Au 31 décembre 2006 Coût ou juste valeur Cumul des amortissements et des dépréciations Montant net

420,2 (353,7) 66,6

0,6 0,6

288,0 (259,7) 28,3

13,2 13,2

60,7 (7,0) 53,7

782,8 (620,4) 162,4

Amortissements des acquisitions de filiales Reprises d’amortissements et dépréciations sur cessions Au 31 décembre 2006

184

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

14. TESTS DE DÉPRÉCIATION DES GOODWILL ET ACTIFS INCORPORELS À DURÉE DE VIE INDÉTERMINÉE ÉVOLUTION Les goodwill ont évolué comme suit : À l’ouverture, net des pertes de valeur Acquisitions Cessions Affectations Goodwill des activités en cours de cession Autres mouvements Pertes de valeur À la clôture

2006 61,3 0,9 (6,3) 0,4 (2,6) 53,7

2005 114,6 38,6 (91,0) (0,8) 61,3

2004 101,7 16,5 (3,6) 114,6

À l’ouverture

Valeurs brutes Cumul des pertes de valeur Montant net

78,4 (17,1) 61,3

130,9 (16,3) 114,6

114,3 (12,6) 101,7

À la clôture

Valeurs brutes Cumul des pertes de valeur Montant net

73,4 (19,7) 53,7

78,4 (17,1) 61,3

130,8 (16,2) 114,6

Les mouvements des goodwill sur l’exercice 2006 résultent : - de l’acquisition de la société Femmes en Ville pour 0,9 M€ (voir note 6.1) ; - de l’affectation dans la période de douze mois suivant l’acquisition de Mistergooddeal en novembre 2005 d’une partie du prix d’acquisition sur la marque, nette d’impôt, pour 6,3 M€ (voir note 6.3) ; - de l’effet de l’actualisation de la dette Mistergooddeal et des intérêts minoritaires 2006 pour 0,4 M€ (voir note 6.3) ; - des pertes de valeur constat��es sur Fun TV et Citato. RÉPARTITION Les goodwill se répartissent, par secteur d’activité, de la façon suivante : Valeur nette Antenne M6

2005 -

2004 -

Chaînes numériques

Paris Première Fun TV TPS

15,5 -

15,5 2,1 -

15,5 2,1 91,0

Diversifications

Mistergooddeal HSS Femmes en Ville SND TCM Citato

32,1 4,1 0,9 0,8 0,3 -

38,1 4,0 0,8 0,3 0,5

4,9 0,8 0,4 -

53,7

61,3

114,6

Total

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

2006 -

185


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

TESTS DE DÉPRÉCIATIONS La méthode des flux de trésorerie actualisés utilisée pour déterminer la valeur d’utilité repose sur les paramètres suivants : - taux d’actualisation avant impôt : 8,03% - taux de croissance à l’infini : 2% Les tests réalisés sur les valeurs d’usages des actifs auxquels sont rattachés les goodwill ont mis en évidence des pertes de valeur sur les goodwill Fun TV et Citato, qui ont justifié leur dépréciation intégrale. La profitabilité de Fun TV dans son format actuel n’est pas suffisamment élevée pour justifier le maintien du goodwill existant. Quant à Citato, les pertes cumulées à ce jour et les pertes futures probables avant atteinte de l’équilibre d’exploitation rendent incertaine la recouvrabilité du goodwill. Les tests sur les autres goodwill n’ont pas mis en évidence de perte de valeur.

15. ACTIFS FINANCIERS DISPONIBLES À LA VENTE Les actifs financiers disponibles à la vente sont constitués des titres de participation détenus par le Groupe dans des sociétés non consolidées et des créances qui s’y rattachent directement.

European News Exchange Pink TV Newsweb Autres Total

Valeur brute 0,1 0,4 0,3 0,8

2006 Provision (0,4) (0,4)

Valeur nette 0,1 0,3 0,4

Valeur brute 0,1 0,4 0,3 0,2 1,0

2005 Provision (0,4) (0,3) (0,7)

Valeur nette 0,1 0,2 0,3

Valeur brute 0,1 0,4 0,3 0,5 8,5

2004 Provision (0,3) (0,3)

Valeur nette 0,1 0,4 0,5 8,2

16. AUTRES ACTIFS FINANCIERS AUTRES ACTIFS FINANCIERS NON COURANTS Dans cette catégorie apparaît essentiellement la partie non éliminée des comptes courants détenus sur les coentreprises et considérés comme ayant une échéance supérieure à 1 an. La dette résultant du financement du coactionnaire est classée en dettes financières non courantes en application du principe de non compensation des actifs et passifs financiers. Ces comptes courants sont à des prêts à taux variables basés sur l’Eonia. Le Groupe ne détient pas d’actifs financiers non courants à taux fixe. Les produits générés par ces actifs sont comptabilisés au cours de la période en produits financiers. La comptabilisation initiale de tels prêts se fait à la juste valeur, puis ultérieurement au coût amorti. 2006 2005 2004 6,4 6,3 6,8 Comptes courants d’associés (1,7) (2,0) Dépréciations des comptes courants d’associés Actifs financiers à la juste valeur par résultat (1) 324,0 1,8 1,6 1,4 Autres actifs financiers 7,7 6,3 330,7 Autres actifs financiers non courants (1) Les actifs financiers à la juste valeur par résultat sont constitués de l’actif financier Canal+ France, comme expliqué en note 1.

INSTRUMENTS FINANCIERS DÉRIVÉS Ils sont classés en autres actifs financiers courants lorsque la valeur de marché de ces instruments est positive et classés en passifs financiers courants lorsque leur valeur de marché est négative.

186

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

17. PARTICIPATIONS DANS LES COENTREPRISES

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés

Les entreprises dans lesquelles M6 ou une de ses filiales sont coactionnaires sont les suivantes :

INFORMATIONS JURIDIQUES

TCM DA Série Club TF6 TF6 Gestion Femmes en Ville Echo6

2006 50% 50% 50% 50% 50% 50%

% de détention 2005 50% 50% 50% 50% -

Activité 2004 50% 50% 50% 50% -

Portefeuille de droits de diffusion Chaîne numérique Série Club Chaîne numérique TF6 Gérante de TF6 Presse magazine gratuite Commercialisation de produits mobiles

Les contributions des coentreprises (hors TPS) au bilan consolidé du Groupe sont les suivantes :

Actif non courant Actif courant Passif non courant Passif courant Actif net

2006 16,9 15,3 (5,2) (20,4) 6,7

2005 18,6 12,1 (5,2) (19,6) 5,9

2004 23,6 7,3 (11,1) (17,5) 2,3

Les sociétés TF6 et Série-Club contribuent en 2006 dans les comptes du Groupe à hauteur de 12,2 M€ pour les actifs et de 10,9 M€ pour les passifs. La contribution de TCM DA, société de distribution de droits audiovisuels, dans ces mêmes agrégats s’élève respectivement à 19,8 M€ et 14,1 M€. Les contributions des coentreprises au chiffre d’affaires et au résultat net consolidés du Groupe sont les suivantes :

Chiffre d’affaires Résultat net

2006 18,5 6,1

2005 17,3 6,8

2004 16,6 1,8

En 2006, les chaînes numériques TF6 et Série-Club participent pour 11,5 M€ au chiffre d’affaires du Groupe, TCM DA pour 6,1 M€.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

187


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

18. RÉMUNÉRATIONS EN ACTIONS PLANS OCTROYÉS EN 2006 Conformément à l’autorisation donnée par l’assemblée générale mixte du 28 avril 2004, une attribution d’options de souscription d’actions a été décidée par le Directoire en date du 6 juin 2006, après approbation par le Conseil de Surveillance. Ce plan d’attribution porte sur 736 750 options. Conformément à l’autorisation donnée par l’assemblée générale mixte du 28 avril 2005, une attribution d’actions gratuites a été décidée par le Directoire en date du 6 juin 2006, après approbation par le Conseil de Surveillance. Ces attributions portent sur 480 472 actions. ÉVALUATION À LA JUSTE VALEUR DE L’AVANTAGE ACCORDÉ AUX SALARIÉS En application de IFRS 2 - Paiement fondé sur des actions et de l’IFRS 1 - Première adoption des IFRS, les attributions d’option d’achat et de souscription d’actions et les attributions d’actions gratuites octroyées depuis le 7 novembre 2002 ont fait l’objet d’une évaluation à leur juste valeur à la date d’octroi. La juste valeur des attributions d’options d’achat et de souscription d’actions a été appréciée sur la base d’un modèle binomial de valorisation d’option. La juste valeur des attributions d’actions gratuites s’apprécie comme la valeur de l’action à la date d’octroi diminué de la valeur actuelle des dividendes futurs estimés sur la période d’indisponibilité. CARACTÉRISTIQUES DES PLANS ET JUSTE VALEUR DE L’AVANTAGE OCTROYÉ Les principales caractéristiques des plans d’option d’achat, de souscription et d’attribution gratuite d’actions ouverts au 31 décembre 2006 et pour lesquels, en application des dispositions de l’IFRS 1 - Première adoption des IFRS, il est procédé à une évaluation à la juste valeur de l’avantage accordé aux salariés, sont les suivantes :

Plans de souscription d’actions Du 25/07/2003 Du 14/11/2003 Du 28/04/2004 Du 02/06/2005 Du 06/06/2006

Modèle

Cours de référence

Prix d’exercice

Volatilité historique

Taux sans risque

Rendement attendu

Décôte de liquidité

Juste valeur unitaire

Binomial Binomial Binomial Binomial Binomial

23,66 25,07 24,97 20,17 24,63

22,48 23,82 24,97 19,94 24,60

52,3% 52,3% 52,3% 41,8% 43,1%

3,05% 3,54% 3,32% 3,24% 4,02%

4,58% 4,32% 4,34% 5,24% 3,81%

15% 15% 15% 15% 15%

9,45 10,27 9,84 6,10 8,57

20,17 24,63

N/A N/A

N/A N/A

3,24% 4,02%

5,24% 3,81%

0% 0%

18,17 22,82

Plans d’attribution d’actions gratuites Du 02/06/2005 Du 06/06/2006

La maturité retenue correspond pour l’ensemble des plans de souscription d’actions à la période d’indisponibilité partielle (4 ans) augmentée de deux années, les options étant exerçables sur une durée de trois ans après la fin de la période d’indisponibilité partielle. La maturité retenue correspond pour l’ensemble des plans d’attribution d’actions gratuites à la période d’indisponibilité (2 ans).

188

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

CHANGEMENT DES MODALITÉS D’ÉVALUATION Jusqu’au 31 décembre 2005, la juste valeur de l’avantage octroyé dans le cadre des plans octroyés du 7 novembre 2002 au 31 décembre 2005, y compris ceux afférents à des attributions d’actions gratuites, avait fait l’objet d’une évaluation sur la base d’un modèle trinomial en retenant dans tous les cas une maturité égale à la période d’indisponibilité. Les changements intervenus dans les modalités d’évaluation (évaluation sur la base d’un modèle trinomial et allongement de la maturité dans le cas des attributions d’option d’achat et de souscription d’actions, nouveau modèle d’évaluation pour les attributions d’actions gratuites) augmentent la charge globale des plans de 0,6 M€. Cette charge étalée de façon prospective représente un coût de 0,3 M€ en 2006. CHARGE COMPTABILISÉE EN 2006 Il en résulte les impacts suivants dans le compte de résultat sur la ligne « charges de personnel » :

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

2006

2005

2004

Plans de souscription d’actions Du 25/07/2003 Du 14/11/2003 Du 28/04/2004 Du 02/06/2005 Du 06/06/2006

1,7 1,9 0,9 0,8

1,3 1,6 0,4 -

1,3 1,1 -

Plans d’attribution d’actions gratuites Du 02/06/2005 Du 06/06/2006

0,8 3,0

0,7 -

-

Charge totale dont impact lié au changement des modalités d’évaluation de la charge

9,2 0,3

4,0 -

2,4 -

189


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

19. INDEMNITÉS DE DÉPART EN RETRAITE

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés

Les engagements pris au titre des indemnités de départ en retraite ne sont pas couverts par un contrat d’assurance ou des actifs dédiés.

INFORMATIONS JURIDIQUES

PRINCIPALES HYPOTHÈSES ACTUARIELLES en % Taux d’actualisation Augmentations de salaires futures * Taux d’inflation

2006 4,25 3,60 2,00

2005 4,00 3,60 2,00

2004 4,50 3,80 2,00

2006 (1,5) 0,1 (1,4)

2005 1,4 0,4 1,8

2004 1,1 0,3 1,4

2006 10,8 (1,5) 0,1 (0,4) 0,3 9,3 (1,4) 7,9

2005 7,8 1,4 0,4 1,2 10,8 (1,7) 9,1

2004 5,7 1,1 0,3 0,5 7,6 (0,5) 7,1

* médiane établie en fonction de l’âge et du statut CHARGES COMPTABILISÉES DANS LE COMPTE DE RÉSULTAT

Coût du service courant Coûts des intérêts sur l’obligation Revenus attendus des actifs du régime Gain ou perte actuariel(le) sur l’année Coûts des services passés Dépense nette PROVISION ET VALEUR ACTUALISÉE DE L’OBLIGATION

Obligation à l’ouverture Coût du service courant Coût des intérêts de l’obligation Prestations versées Gains/pertes actuariels Variations de périmètre Obligation à la clôture Gains/pertes actuariels non comptabilisés Provision comptabilisée

190

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

20. STOCKS

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

Stocks de droits de diffusion 115,7 216,1 (183,3) (0,1) 148,4

Stocks commerciaux 21,1 147,4 (139,2) (0,5) 28,7

Total 2006 136,8 363,4 (322,5) (0,6) 177,1

Au 31 décembre 2005 Coût ou juste valeur Cumul des dépréciations Montant net

165,8 (50,1) 115,7

30,4 (9,3) 21,1

196,2 (59,4) 136,8

Au 31 décembre 2006 Coût ou juste valeur Cumul des dépréciations Montant net

198,6 (50,2) 148,4

38,5 (9,8) 28,7

237,1 (59,9) 177,1

Stocks de droits de diffusion 109,5 223,4 (15,5) (214,4) 12,7 115,7

Stocks commerciaux 8,7 63,7 (57,3) 7,5 (1,5) 21,1

Total 2005 118,2 287,1 (72,8) 7,5 (214,4) 11,2 136,8

Au 31 décembre 2004 Coût ou juste valeur Cumul des dépréciations Montant net

172,2 (62,7) 109,5

16,4 (7,7) 8,7

188,6 (70,4) 118,2

Au 31 décembre 2005 Coût ou juste valeur Cumul des dépréciations Montant net

165,8 (50,1) 115,7

30,4 (9,3) 21,1

196,2 (59,4) 136,8

Au 1er janvier 2006, net des dépréciations Acquisitions Actif inclus dans des activités en cours de cession Acquisitions de filiales Consommations Dotations / reprises de dépréciations 2006 Au 31 décembre 2006, net des dépréciations

Au 1er janvier 2005, net des dépréciations Acquisitions Actif inclus dans des activités en cours de cession Acquisitions de filiales Consommations Dotations / reprises de dépréciations 2005 Au 31 décembre 2005, net des dépréciations

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

191


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés

21. CRÉANCES ET AUTRES CRÉANCES Les créances et autres créances sont composées de créances commerciales et d’autres créances liées à l’activité comme les avances et acomptes.

INFORMATIONS JURIDIQUES

22. TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE Placement de trésorerie auprès de Bayard d’Antin Avance Vivendi (intérêts compris) FCP et SICAV monétaires Trésorerie en banque Total trésorerie et équivalents de trésorerie

2006 35,0 52,5 140,6 22,6 250,7

2005 40,0 197,1 5,9 243,1

2004 202,0 9,5 211,5

La trésorerie et les valeurs mobilières de placement sont des actifs financiers détenus à des fins de transaction (juste valeur par résultat) et sont donc évaluées à leur juste valeur. Les FCP et SICAV monétaires ne comportent pas de plus-values latentes, celles-ci ayant été réalisées au 31 décembre 2006. Le placement auprès de Bayard d’Antin SA est régi par une convention de trésorerie décrite en note 27. La trésorerie inclut l’avance de 52,5 M€ (intérêts compris) consentie par Vivendi dans le cadre de l’accord TPS et remboursée lors de la finalisation de l’opération, le 4 janvier 2007 (voir note 24).

23. CAPITAUX PROPRES 23.1 ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL DE MÉTROPOLE TÉLÉVISION Les actions composant le capital de Métropole Télévision sont toutes des actions ordinaires avec un droit de vote simple. Les actions sont entièrement libérées. Un plan d’options d’achats d’actions et huit plans de souscriptions d’actions accordés à certains cadres et cadres dirigeants du Groupe sont en place au 31 décembre 2006. NOMBRE D’ACTIONS ÉMISES : en milliers Actions ordinaires de 0,4€

2006 131 889

2005 131 889

2004 131 889

2006 131 397 209 8 131 614

2005 130 741 612 44 131 397

2004 130 499 314 (72) 130 741

NOMBRE D’ACTIONS EN CIRCULATION : en milliers À l’ouverture Exercice des stocks options Variation du contrat de liquidité À la clôture

23.2 VARIATIONS DE CAPITAUX PROPRES NE TRANSITANT PAS PAR LE COMPTE DE RÉSULTAT La part efficace de la variation de juste valeur des instruments financiers comptabilisés en tant que couverture des flux de trésorerie futurs est enregistrée dans les capitaux propres. Les gains ou pertes intermédiaires réalisés sur une couverture (par exemple, en cas de report) sont comptabilisés en capitaux propres.

192

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

Le nombre de relations de couverture de type couverture des flux de trésorerie futurs était de 28 au 31 décembre 2006 contre 22 au 31 décembre 2005 et 26 au 31 décembre 2004. L’impact sur les capitaux propres en autres réserves s’analyse comme suit : Solde des réserves liés aux instruments financiers dérivés au 01/01/2005

(4,5)

Résultat de change réalisé sur opérations non échues Nouvelles couvertures Variations des anciennes couvertures Échéances des couvertures Échéances des opérations sur résultat réalisé enregistré en capitaux propres Variation sur les actifs détenus en vue d’être cédés

0,1 0,7 1,3 2,0 0,5

Soldes des réserves liés aux instruments financiers dérivés au 31/12/2005

0,1

Résultat de change réalisé sur opérations non échues Nouvelles couvertures Variations des anciennes couvertures Échéances des couvertures Échéances des opérations sur résultat réalisé enregistré en capitaux propres Variation sur les actifs détenus en vue d’être cédés

(0,2) (0,1) (0,4) (0,1)

Solde des réserves liés aux instruments financiers dérivés au 31/12/2006

(0,7)

24. DETTES FINANCIÈRES Les variations de l’endettement net sont les suivantes : Dettes bancaires Autres Total dettes financières non courantes Avance Vivendi (intérêts compris) Dettes financières courantes Total dettes financières courantes

2006 0,7 5,5 6,2

2005 0,7 4,3 5,1

2004 5,7 5,7

52,5 0,6 53,1

1,7 1,7

29,2 29,2

De 1 à 5 ans 0,4

> 5 ans 5,8

L’endettement net du Groupe au 31 décembre 2006 se ventile par échéance de la façon suivante :

Total dettes financières

Total 59,3

< 1 an 53,1

Les dettes financières sont essentiellement constituées par l’avance Vivendi. Afin de garantir la réalisation de l’accord TPS par le Groupe, Vivendi a en effet avancé au Groupe M6 une somme de 52,5 M€ (intérêts compris), remboursée lors de la finalisation de l’opération, le 4 janvier 2007. En contrepartie de cette dette le Groupe dispose d’un actif en trésorerie (voir note 22). Les autres dettes financières courantes et non courantes existantes à cette date correspondent principalement : - à la quote-part de dette auprès des coactionnaires des sociétés codétenues ; - à deux financements moyen terme contractés par Mistergooddeal pour l’acquisition de locaux pour un total de 0,6 M€.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

193


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

25. PROVISIONS

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés

Les provisions ont évolué de la façon suivante entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2006 :

INFORMATIONS JURIDIQUES

Provisions pour retraite 7,1 (0,3) 2,2 (0,4) 0,5 9,1

Pertes des sociétés associées 10,3 (10,3) -

Provisions pour litiges 18,1 (4,2) 3,4 (1,4) (3,7) 12,2

Autres provisions pour risques 12,5 (3,0) 3,7 (2,7) (3,4) 0,9 8,0

Autres provisions pour charges 32,6 0,6 (7,9) 13,7 (0,2) (1,6) (1,1) 36,1

Total 2005 80,6 0,6 (10,3) (15,4) 23,0 (4,7) (8,7) 0,3 65,4

Courant 2005 Non courant 2005 Total

9,1 9,1

-

12,2 12,2

8,0 8,0

36,1 36,1

56,3 9,1 65,4

Courant 2004 Non courant 2004 Total

7,1 7,1

10,3 10,3

18,1 18,1

12,5 12,5

32,6 32,6

63,2 17,4 80,6

Provisions pour retraite 9,1 0,6 (2,0) 0,2 7,9

Pertes des sociétés associées -

Provisions pour litiges (1) 12,2 2,1 (0,4) (2,0) 11,9

Autres provisions pour risques (2) 8,0 6,8 (0,7) (2,9) 0,1 11,3

Autres provisions pour charges (3) 36,1 18,8 (8,5) (7,9) 38,5

Total 2006 65,4 28,3 (9,5) (14,9) 0,3 69,7

Courant 2006 Non courant 2006 Total

7,9 7,9

-

11,9 11,9

11,3 11,3

38,5 38,5

61,8 7,9 69,7

Courant 2005 Non courant 2005 Total

9,1 9,1

-

12,2 12,2

8,0 8,0

36,1 36,1

56,3 9,1 65,4

Au 1er Janvier 2005 Acquisitions de filiales Cessions de filiales Provisions des activités en cours de cession Dotation annuelle Utilisation Reprise non utilisée Autres variations Au 31 décembre 2005

Au 1er Janvier 2006 Acquisitions de filiales Cessions de filiales Provisions des activités en cours de cession Dotation annuelle Utilisation Reprise non utilisée Autres variations Au 31 décembre 2006

194

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

Au 31 décembre 2006, les provisions se ventilent de la façon suivante : (1) Provisions pour litiges : - Provisions pour litiges juridiques antenne - Provisions pour litiges juridiques diversifications - Provisions pour litiges juridiques chaînes numériques - Provision pour litige social Total

6,3 3,1 2,5 11,9

(2) Autres provisions pour risques : - Provisions pour risques antenne - Provisions pour risques diversifications - Provisions pour risques chaînes numériques Total

6,3 1,9 3,1 11,3

(3) Autres provisions pour charges : - Provisions pour charges antenne - Provisions pour charges diversifications - Provisions pour charges chaînes numériques - Provisions pour réaménagement des fréquences Total

25,7 7,5 5,3 38,5

Les informations complémentaires relatives aux litiges en cours ne sont pas présentées individuellement dans la mesure où la communication de ces éléments pourrait être préjudiciable au Groupe.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

195


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

26. ACTIFS ET PASSIFS ÉVENTUELS

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

26.1 ACTIFS ET PASSIFS ÉVENTUELS DES ACTIVITÉS POURSUIVIES

Engagements donnés Achats de droits et engagements de coproductions (bruts) Avances versées au titre des achats de droits et engagements de coproductions Achats de droits et engagements de coproductions (nets) Transport d’images, location satellites et transpondeurs Projet d’achat immobilier Baux non résiliables Responsabilité sur passif des sociétés en nom collectif Autres Total des engagements donnés Engagements reçus Responsabilité sur passif des sociétés en nom collectif Ventes de droits Contrats de diffusion Autres Total des engagements reçus

196

<1 an

>1 an

Total 31/12/2006

Total 31/12/2005

Total 31/12/2004

Conditions de mise en œuvre

250,9

561,3

812,2

674,4

475,1

Contrats signés

(41,3)

(41,3)

(82,6)

(67,3)

(57,6)

209,6

520,0

729,6

607,1

417,5

43,5 37,5 4,4

71,8 3,7

115,2 37,5 8,1

82,0 7,0

155,1 8,8

Contrats signés Contrat signé Baux

2,1 297,0

13,6 3,9 613,0

13,6 6,0 909,9

13,0 709,1

304,4 9,7 895,5

Liquidation de la snc -

14,7 34,0 6,3 55,0

24,5 1,8 108,1 134,4

24,5 16,5 142,1 6,3 189,4

19,5 25,7 16,4 4,8 66,4

311,4 Liquidation de la snc 22,4 Echéances annuelles Contrats signés 7,2 341,0

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

ACHATS DE DROITS ET ENGAGEMENTS DE COPRODUCTIONS (NETS) Ces engagements se rapportent : - aux engagements d’achats sur des droits non encore produits ou achevés ; - aux engagements contractuels sur les coproductions en attente d’acceptation technique ou de visa d’exploitation, déduction faite des acomptes versés. Ils sont exprimés nets des avances et acomptes versés à ce titre pour les droits correspondants non encore enregistrés en stocks. Une telle présentation constitue un changement par rapport à la présentation retenue au 31 décembre 2005. TRANSPORT D’IMAGES, LOCATION SATELLITE ET TRANSPONDEURS Ces engagements sont relatifs à la fourniture de services de télédiffusion et à la location de capacité satellitaire et de transpondeurs auprès de sociétés privées, tant pour la diffusion analogique que pour la diffusion numérique. Ces engagements ont été valorisés en prenant pour chaque contrat les montants restant dus jusqu’à leur échéance. PROJET D’ACHAT IMMOBILIER Afin de soutenir le développement de son activité, le Groupe M6 s’est porté acquéreur d’un immeuble proche de son siège social, à Neuilly-sur-Seine. BAUX NON RÉSILIABLES Il s’agit des paiements futurs minimaux pour des contrats de location simple non résiliables et en cours à la clôture de l’exercice. Ils se rapportent pour l’essentiel à des locations immobilières. RESPONSABILITE SUR PASSIF DES SOCIÉTÉS EN NOM COLLECTIF Dans la mesure où les associés d’une société en nom collectif répondent indéfiniment et solidairement des dettes portées par la société, le Groupe présente en engagements hors bilan donnés le total du passif des sociétés en nom collectif qu’il détient, retraité des comptes de régularisation ainsi que des comptes courants d’associés, et en engagement hors bilan reçus la quote-part de ce passif détenu par les autres associés.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

VENTES DE DROITS Ces engagements recouvrent les contrats de ventes de droits de diffusion non encore disponibles au 31 décembre 2006. CONTRATS DE DIFFUSION Ces engagements concernent les contrats de diffusion des chaînes du Groupe auprès de Canal+ France et des autres distributeurs. Ces engagements ont été valorisés en prenant pour chaque contrat les montants restant dus jusqu’à leur échéance certaine ou probable.

La présentation des engagements du Groupe n’omet pas l’existence d’un engagement hors bilan significatif selon les normes comptables en vigueur. Les actifs immobilisés du Groupe ne sont assortis d’aucun nantissement ou hypothèque.

26.2 ACTIFS ET PASSIFS ÉVENTUELS LIÉS AUX ACTIVITÉS EN COURS DE CESSION Au 31 décembre 2005, les engagements donnés par TPS ou donnés par le Groupe en lien avec TPS (comme ceux liés à la responsabilité sur le passif de TPS) s’établissent à 628,5 M€ (quote-part M6). Les engagements reçus par TPS ou reçus par le Groupe en lien avec TPS s’élevaient quant à eux à 390,9 M€ (quote-part M6). Consécutivement à la reconnaissance dans les comptes consolidés du Groupe de la perte de contrôle de TPS en 2006, le Groupe ne reconnaît dans ses engagements hors bilan aucun engagement donné ou reçu par TPS ou par le Groupe en lien avec TPS. En vertu des accords entre Vivendi, TF1 et M6 les engagements et garanties souscrits par TF1 et M6 en tant qu’associés de TPS ont fait l’objet d’une contre garantie par Vivendi. En application des mêmes accords, M6 a consenti une garantie de passif plafonnée à 42,5 M€.

197


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

27. PARTIES LIÉES

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

27.1 IDENTIFICATION DES PARTIES LIÉES Les parties liées au Groupe sont les sociétés non consolidées, les coentreprises et les entreprises associées, RTL Group, actionnaire du Groupe à hauteur de 49,00%, Bertelsmann AG, actionnaire de RTL, les mandataires sociaux et les membres du Conseil de Surveillance.

27.2 TRANSACTIONS AVEC LES ACTIONNAIRES PRÊT AUX ACTIONNAIRES Aux termes d’une convention de placement de trésorerie signée entre Bayard d’Antin SA et Métropole Télévision en date du 1er décembre 2005, la société Métropole Télévision a la possibilité de prêter ses disponibilités de trésorerie à la société Bayard d’Antin soit au jour le jour, soit en bloquant une partie de ce prêt sur une période ne pouvant excéder trois mois. La rémunération prévue par cette convention est conforme aux conditions du marché. Afin de respecter la politique de placement de Métropole Télévision, le placement à Bayard d’Antin ne pourra excéder 20% des liquidités bancaires du Groupe Métropole Télévision. Au 31 décembre 2006, le compte courant journalier entre M6 et Bayard d’Antin s’élève à 35,0 M€. TRANSACTIONS COURANTES

RTL Group

2006 BERTELSMANN

RTL Group

(hors RTL Group)

Ventes de biens et services Achats de biens et services

8,7 28,7

2005 BERTELSMANN

RTL Group

hors RTL Group)

17,5 2,6

4,8 15,7

2004 BERTELSMANN (hors RTL Group)

15,2 3,1

5,1 14,9

21,9 8,6

RTL Group

2004 BERTELSMANN

Les ventes et les achats effectués avec les actionnaires ont été conclus à des conditions normales de marché. Les soldes bilanciels résultant de ces ventes et achats sont les suivants :

RTL Group

2006 BERTELSMANN

RTL Group

(hors RTL Group)

Créances Dettes

8,4 17,4

11,7 2,7

2005 BERTELSMANN hors RTL Group)

8,4 9,0

2,8 1,0

(hors RTL Group)

4,0 6,4

4,3 0,4

OPÉRATIONS SPÉCIFIQUES Aucune opération spécifique n’a été conclue par le Groupe avec ses actionnaires au cours de l’exercice 2006.

198

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

27.3 TRANSACTIONS AVEC LES COENTREPRISES

27.4 TRANSACTIONS AVEC LES DIRIGEANTS

Les transactions suivantes ont été réalisées entre les filiales du Groupe et les coentreprises :

La rémunération versée en 2006 aux membres du Directoire représente un total de 3 159 116 € et se ventile en une part fixe pour 1 906 395 € et une part variable pour 1 252 721 €.

à 100% Ventes de biens et services Produits financiers Achats de biens et services

2006 3,7 2,1 5,6

2005 1,9 1,6 1,5

2004 1,6 0,6 1,5

Les ventes et les achats effectués avec les coentreprises ont été conclus à des conditions normales de marché. Les soldes bilanciels résultant de ces ventes et achats sont les suivants : à 100% Créances dont financement Dettes dont financement

2006 13,4 10,2 3,0 -

2005 11,2 9,4 2,2 1,2

2004 13,6 11,4 2,1 1,3

Les créances relatives au financement sont constituées des remontées des résultats des sociétés de personnes auprès de leur société mère.

Les membres du Conseil de Surveillance ont été rémunérés par des jetons de présence à hauteur de 115 035 € et détiennent, au 31 décembre 2006, 1 900 actions du Groupe. Les options de souscription d’actions octroyées aux membres du Directoire s’élèvent à 90 500 au titre du plan du 2 juin 2006 avec un prix d’exercice à 24,60 €, dont 15 000 ne seront pas exercées suite au départ d’un des mandataires sociaux. Les options levées dans l’exercice s’élèvent à 70 000 et se rapportent au plan d’achat d’actions du 4 juin 1999 avec un prix d’exercice de 18,76 €. Par ailleurs, ont été attribuées aux membres du Directoire, le 6 juin 2006, 392 222 actions gratuites, exerçables à compter du 7 juin 2008. 26 641 actions ne seront pas exercées suite au départ de l’un des mandataires sociaux. Par ailleurs, au même titre et dans les mêmes conditions que les salariés du Groupe, les membres du Directoire pourront bénéficier d’une indemnité légale de fin de carrière dont le coût global et les modalités de détermination sont décrits en note 4.14.

28.POLITIQUE ET OBJECTIF DE GESTION DU RISQUE FINANCIER RISQUE DE CHANGE Le Groupe achète auprès de fournisseurs étrangers des programmes libellés en dollars américains. Afin de se protéger contre des fluctuations aléatoires du marché qui risqueraient de pénaliser son résultat ou de réduire la valeur de son patrimoine, le Groupe a décidé de couvrir ses achats de droits. La couverture se fait dès l’apparition d’un risque économique mais elle est pondérée en fonction de l’échéance du sous-jacent. Le Groupe n’utilise que des produits simples lui garantissant un montant couvert et un taux maximum de couverture, ce sont pour l’essentiel des achats à terme. Un rapport sur l’évolution du risque de change est élaboré chaque mois afin d’aider au pilotage de la gestion des risques.

POLITIQUE DE PLACEMENT Toutes les disponibilités doivent pouvoir être rapidement mobilisées en limitant au maximum la prise de risque sur le capital. L’approche du Groupe est résolument prudente et non spéculative. Ainsi, certaines règles prudentielles doivent être respectées dans le cadre des placements de trésorerie du Groupe : - ne pas détenir plus de 5% de l’actif d’un fonds (ratio d’emprise) ; - ne pas investir plus de 20% des disponibilités sur un même support ; - limiter le risque crédit des fonds en imposant un investissement obligatoire en « investment grade » à l’intérieur de chaque fonds. Les rendements de ces produits sont contrôlés régulièrement et diffusés à la direction une fois par mois. Un reporting précis des différents risques de ces placements est également diffusé tous les trimestres.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

199


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

29. INSTRUMENTS FINANCIERS ÉCHEANCES Les échéances des instruments de couverture (valorisés en euros au cours de couverture à terme) sont les suivantes :

TCM SND M6 TV Total

Total 8,7 12,3 21,0

2006 <1 an 8,7 3,9 12,6

De 1 à 5 ans 8,4 8,4

Total 4,8 6,8 15,5 27,1

2005 <1 an 4,8 6,8 11,4 23,0

De 1 à 5 ans 4,1 4,1

2004 <1 an 8,0 21,0 10,2 39,2

Total 8,0 23,8 15,4 47,2

De 1 à 5 ans 2,8 5,2 8,0

JUSTE VALEUR Les évaluations à la juste valeur des instruments financiers utilisés par le Groupe se présentent comme suit :

INSTRUMENTS FINANCIERS DÉRIVÉS PASSIFS 2006 Juste Montants contractuels valeur ou notionnels * Couvertures de juste valeur contrats de change à terme Couvertures de flux de trésorerie contrats de change à terme Dérivés non documentés contrats de change à terme options swap de taux d’intérêts Total

Juste valeur

2005 Montants contractuels ou notionnels *

Juste valeur

2004 Montants contractuels ou notionnels *

(0,2)

3,8

-

-

(1,2)

14,4

(0,7)

16,9

-

-

(2,1)

33,6

(0,9)

20,7

-

-

(1,8) (5,1)

16,8 1,1 65,9

Juste Montants contractuels valeur ou notionnels *

Juste valeur

Montants contractuels ou notionnels *

Juste valeur

Montants contractuels ou notionnels *

* contre valeur euro

INSTRUMENTS FINANCIERS DÉRIVÉS ACTIFS 2006

Couvertures de juste valeur contrats de change à terme Couvertures de flux de trésorerie contrats de change à terme Dérivés non documentés contrats de change à terme Total

2005

2004

-

-

0,2

6,7

-

-

-

-

0,1

15,6

-

-

-

-

0,1 0,4

4,8 27,1

-

-

* contre valeur euro

200

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

30.

ÉVÉNEMENTS POST CLÔTURE

Le 4 janvier 2007, les Groupes Vivendi, TF1 et M6 ont finalisé l’accord de rapprochement dans la télévision payante des groupes TPS et Canal+. La finalisation de cet accord a donné lieu au remboursement de l’avance de 51,0 M€, augmentée des intérêts, versée lors de la signature de l’accord par Vivendi en faveur du Groupe M6. Le 15 janvier 2007, le Groupe a finalisé le protocole d’acquisition des 49% de Téva détenus par la Compagnie pour la Télévision Féminine, conformément à l’annonce faite en date du 7 décembre 2006.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Le 13 février 2007, le Groupe a finalisé l’acquisition d’un immeuble, opération au titre de laquelle le Groupe a reconnu au 31 décembre 2006 un engagement hors bilan de 37,5 M€. À la connaissance de la société, aucun autre événement significatif n’est intervenu depuis le 1er janvier 2007 susceptible d’avoir ou ayant eu dans un passé récent une incidence significative sur la situation financière, le résultat l’activité et le patrimoine de la société et du Groupe.

201


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

31. PÉRIMÈTRE

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

31/12/2006 Société

% de contrôle

Méthode de consolidation

31/12/2005 % de contrôle

Méthode de consolidation

31/12/2004

Forme

Activité

% de contrôle

Méthode de consolidation

Métropole Télévision - M6

SA

Société mère

-

IG

-

IG

-

IG

M6 Publicité

SAS

Régie publicitaire

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

ANTENNE M6

M6 Bordeaux

SAS

Décrochage local

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

M6 Toulouse

SAS

Décrochage local

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Immobilière M6

SA

Immeuble de Neuilly

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

SCI du 107

SCI

Immeuble de Neuilly

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

C. Productions

SA

Production d’émissions

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

M6 Films

SA

Coproduction de films

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Métropole Production

SA

Production d’œuvres audiovisuelles

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Studio 89 Productions

SAS

Production d’émissions audiovisuelles

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

W9 Production

SAS

Production d’émissions audiovisuelles

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Labo Productions

SARL

Production d’émissions

100,00%

IG

100,00%

IG

-

NC

M6 Création

SAS

Sans activité jusqu’en 2006

-

NC

100,00%

IG

-

NC

M6 Opération

SAS

Sans activité jusqu’en 2006

-

NC

100,00%

IG

-

NC

Edi TV - W9

SNC

Chaîne musicale W9

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Fun TV

SNC

Chaîne musicale Fun TV

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

M6 Diffusion

SA

Holding activité numérique

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

M6 Numérique

SAS

Holding activité numérique

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

M6 Thématique

SA

Holding des chaînes numériques

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Paris Première

SA

Chaîne numérique Paris Première

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Sedi TV - Téva

SNC

Chaîne numérique Téva

51,00%

IG

51,00%

IG

51,00%

IG

M6 Communication

SAS

Chaînes musicales M6 Music Black - Rock - Hit

100,00%

IG

100,00%

IG

-

NC

Multiplex R4

SAS

Transmission de radio et télévision

58,35%

IG

58,35%

IG

-

NC

Série Club

SA

Chaîne numérique Série Club

50,00%

IP

50,00%

IP

50,00%

IP

TF6

SCS

Chaîne numérique TF6

50,00%

IP

50,00%

IP

50,00%

IP

TF6 Gestion

SA

Gérante de TF6

50,00%

IP

50,00%

IP

50,00%

IP

CHAINES NUMÉRIQUES

202

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés INFORMATIONS JURIDIQUES

31/12/2006 Société

Forme

Activité

31/12/2005

31/12/2004

% de

Méthode de

% de

Méthode de

% de

Méthode de

contrôle

consolidation

contrôle

consolidation

contrôle

consolidation IG

DIVERSIFICATIONS ET DROITS AUDIOVISUELS FC Girondins de Bordeaux

SASP

Club de Football

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

M6 Foot

SAS

Holding activité sportive

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Culture Mag Editions

SNC

Edition d’un magazine de presse écrite

90,00%

IG

90,00%

IG

90,00%

IG

M6 Editions

SA

Société de presse

100,0%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Citato

SARL

Magazine de presse écrite

80,00%

IG

80,00%

IG

-

NC

Echo6

SAS

Commercialisation de produits mobiles

50,00%

IP

-

NC

-

NC

Femmes en Ville

SAS

Magazine de presse écrite

50,00%

IP

-

NC

-

NC

Live Stage

SAS

Production de spectacles

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

M6 Evénements

SA

Production de spectacles

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

M6 Interactions

SAS

Exploitation des droits dérivés

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

M6 Web

SAS

Société internet et télématique

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

A Ton Service (ex M6 Opération)

SAS

Site internet de services à domiciles

51,00%

IG

-

NC

-

NC

M6 Développement

SAS

Sans activité

100,00%

IG

100,00%

IG

-

NC

M6 Affaires

SAS

Sans activité

100,00%

IG

100,00%

IG

-

NC

Home Shopping Service

SA

Emissions de téléachat

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Boutique du Monde

SNC

Emissions de téléachat

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Club Téléachat

SNC

Chaîne 24 h / 24 h

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

HSS Belgique

SA

Emissions de téléachat

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

HSS Hongrie

SA

Emissions de téléachat

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

SETV Belgique

GIE

Exploitation bureau de gestion vente par téléachat

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Sous-groupe HSS :

Tecipress

SA

Production / réalisation programmes audiovisuels

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Télévente promotion

SA

Emissions de téléachat

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Unité 15 Belgique

SA

Service clients

100,0%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Unité 15 France

SA

Gestion et animation d’activité de téléachat

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Home Travel Services

SARL

Ventes de voyages

-

NC

-

NC

50,00%

IP

RTL Shop

GMBH

Production et diffusions d’émissions de téléachat

-

NC

-

NC

20,00%

ME

Mistergooddeal

SA

E-commerce

95,00%

IG

95,00%

IG

-

NC

Retail Concept (ex M6 Création)

SAS

Vente de produits de téléachat

100,00%

IG

-

NC

-

NC

M6 Droits Audiovisuels

SA

Portefeuille de droits audiovisuels

-

NC

-

NC

100,00%

IG

M6 Studio

SAS

Production de longs métrages d’animation

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Mandarin

SAS

Portefeuille de droits audiovisuels

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Mandarin Films

SAS

Portefeuille de droits audiovisuels

100,00%

IG

-

NC

-

NC

Société Nouvelle de Distribution

SA

Distribution films cinématographiques

100,00%

IG

100,00%

IG

100,00%

IG

Société Nouvelle de Cinématographie

SAS

Portefeuille de droits audiovisuels

100,00%

IG

100,00%

IG

-

NC

TCM DA

SNC

Portefeuille de droits de diffusion

50,00%

IP

50,00%

IP

50,00%

IP

IG : Intégration globale ; IP : Intégration proportionnelle ; NC : Non consolidé Aucune société du Groupe n’est consolidée à ce jour par mise en équivalence. Le Groupe n’est ni actionnaire, ni partie prenante dans aucune société « ad hoc ». M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

203


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés

KPMG Audit

Ernst & Young

1, cours Valmy

41, rue Ybry

INFORMATIONS JURIDIQUES

92923 Paris La Défense Cedex

92576 Neuilly-sur-Seine cedex

France

France

Exercice clos le 31 décembre 2006

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES CONSOLIDÉS

Mesdames, Messieurs les Actionnaires, En exécution de la mission qui nous a été confiée par vos assemblées générales, nous avons procédé au contrôle des comptes consolidés de la société Métropole Télévision relatifs à l'exercice clos le 31 décembre 2006, tels qu'ils sont joints au présent rapport. Les comptes consolidés ont été arrêtés par le Directoire. Il nous appartient, sur la base de notre audit, d'exprimer une opinion sur ces comptes. I. Opinion sur les comptes consolidés Nous avons effectué notre audit selon les normes professionnelles applicables en France ; ces normes requièrent la mise en œuvre de diligences permettant d'obtenir l'assurance raisonnable que les comptes consolidés ne comportent pas d'anomalies significatives. Un audit consiste à examiner, par sondages, les éléments probants justifiant les données contenues dans ces comptes. Il consiste également à apprécier les principes comptables suivis et les estimations significatives retenues pour l'arrêté des comptes et à apprécier leur présentation d'ensemble. Nous estimons que nos contrôles fournissent une base raisonnable à l'opinion exprimée ci-après. Nous certifions que les comptes consolidés de l’exercice sont, au regard du référentiel IFRS tel qu’adopté dans l’Union européenne, réguliers et sincères et donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière, ainsi que du résultat de l'ensemble constitué par les personnes et entités comprises dans la consolidation. II. Justification des appréciations En application des dispositions de l'article L. 823-9 du Code de commerce relatives à la justification de nos appréciations, nous portons à votre connaissance les éléments suivants : - La note 3.3 de l'annexe décrit les situations dans lesquelles la direction de la société a recours à des estimations et formule des hypothèses dans le cadre de l'arrêté des comptes. Nos travaux ont consisté à apprécier les données sur lesquelles se fondent ces estimations et à vérifier que les notes 3.3, 4.7 et 4.17 donnent une information appropriée.

204

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes consolidés

KPMG Audit

Ernst & Young

1, cours Valmy

41, rue Ybry

INFORMATIONS JURIDIQUES

92923 Paris La Défense Cedex

92576 Neuilly-sur-Seine cedex

France

France

- Les notes 4.5 et 4.10 de l'annexe aux comptes consolidés exposent les règles et méthodes comptables relatives aux droits audiovisuels et aux droits de diffusion. Dans le cadre de notre appréciation des règles et principes comptables suivis par votre société, nous avons vérifié le caractère approprié de ces méthodes comptables et des informations fournies dans les notes de l'annexe aux comptes consolidés et nous nous sommes assurés de leur correcte application. Les appréciations ainsi portées s’inscrivent dans le cadre de notre démarche d’audit des comptes consolidés, pris dans leur ensemble, et ont donc contribué à la formation de notre opinion exprimée dans la première partie de ce rapport. III. Vérification spécifique Nous avons également procédé, conformément aux normes professionnelles applicables en France, à la vérification des informations données dans le rapport sur la gestion du groupe. Nous n'avons pas d'observation à formuler sur leur sincérité et leur concordance avec les comptes consolidés.

Paris La Défense,

Neuilly-sur-Seine,

le 3 avril 2007

le 3 avril 2007

KPMG Audit

Ernst & Young et Autres

Département de KPMG S.A.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Grégoire Menou

Bruno Bizet

Associé

Associé

205


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux

C. COMPTES SOCIAUX AU 31 DÉCEMBRE 2006

INFORMATIONS JURIDIQUES

I. BILAN ACTIF (en millions d’euros) RUBRIQUES Concessions, brevets, droits similaires Fonds commercial Autres immobilisations incorporelles Avances, acomptes/immobilisations incorporelles Installations techniques, matériel et outillage Autres immobilisations corporelles Immobilisations en cours Participations Créances rattachées à des participations Autres titres immobilisés Prêts Autres immobilisations financières ACTIF IMMOBILISÉ Stocks de droits de diffusion Avances, acomptes versés sur commandes Créances clients et comptes rattachés Autres créances Valeurs mobilières de placement Disponibilités Charges constatées d’avance ACTIF CIRCULANT Charges à répartir Prime de remboursement des obligations Ecarts de conversion actif TOTAL GÉNÉRAL

206

Note n°

3.1/3.2/3.3 3.1 3.1/3.2 3.1/3.2 3.1 3.1/3.3

3.1/3.5 3.1/3.5

3.3/3.4 3.3/3.5 3.5 3.3/3.7 3.7

Brut 109,7 0,6 19,5 15,4 0,1 411,1 16,7 1,6

31/12/06 Am.et Prov. Net 103,9 5,8 0,6 15,0 4,5 12,4 3,1 0,0 20,4 390,7 16,7 1,6

31/12/05 6,6 0,2 3,7 4,2 0,3 118,0 19,1 1,6

31/12/04 3,8 1,2 1,3 4,7 105,1 21,2 1,6

574,7 174,3 96,3 255,6 138,6 208,6 10,0 14,2

151,7 42,6 2,1 6,9 -

423,0 131,7 96,3 253,5 138,6 201,7 10,0 14,2

153,7 106,8 92,1 228,9 319,0 211,2 22,8 8,0

138,9 217,7 5,7 204,4 279,6 249,3 27,1 2,4

897,6 -

51,6 -

846,0 -

988,8 -

986,2 0,4

1 472,3

203,3

1 269,0

1 142,6

1 125,6

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

PASSIF (en millions d’euros) RUBRIQUES Capital social Primes d’émission Réserve légale Réserves réglementées Report à nouveau Résultat de l’exercice Acompte sur dividendes Provisions réglementées CAPITAUX PROPRES

Note n° 3.8 3.8 3.8 3.8 3.8 3.8 3.3

Produits des émissions de titres participatifs AUTRES FONDS PROPRES Provisions pour risques Provisions pour charges PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit (1) Emprunts et dettes financières divers Avances et acomptes reçus sur commandes en cours Dettes fournisseurs et comptes rattachés Dettes fiscales et sociales Dettes sur immobilisations et comptes rattachés Autres dettes Produits constatés d’avance DETTES Ecart de conversion - passif TOTAL GÉNÉRAL Résultat de l’exercice en euros Total du bilan en euros

3.3 3.6 3.6 3.6 3.6 3.6 3.6 3.6

31/12/06 52,8 24,2 5,3 13,1 470,3 144,6 4,7 715,0

31/12/05 52,8 24,2 5,3 13,1 429,1 166,2 4,5 695,2

31/12/04 52,8 24,2 5,3 13,4 416,4 122,4 2,0 636,4

-

-

-

17,6 31,9 49,5

25,7 26,2 51,9

46,4 6,8 53,2

34,2 234,8 66,7 4,7 163,5 0,6 504,5

31,5 183,0 59,2 10,5 111,1 0,2 395,5

29,9 233,3 52,3 14,1 105,4 0,5 435,5

-

-

0,5

1 269,0

1 142,5

1 125,6

144 582 633 1 269 059 692

166 217 030 1 142 524 949

122 396 381 1 125 563 138

(1) concours bancaires

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

207


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

II. COMPTE DE RÉSULTAT (en millions d’euros) Chiffre d’affaires net Production stockée Production immobilisée Reprises sur amortissements, provisions, transferts de charges Autres produits PRODUITS D’EXPLOITATION

31/12/06 664,4 44,9 32,2 741,5

31/12/05 640,7 44,4 27,4 712,5

31/12/04 612,1 -

292,0 (28,0) 157,2 47,5 38,7 15,7 7,7 1,3 21,6 20,0 33,9 607,6 133,9

86,2 130,7 141,5 44,9 35,7 16,3 9,2 2,1 15,9 27,7 37,1 547,3 165,2

244,2 (33,2) 132,7 42,6 33,6 14,0 12,6 6,2 18,5 4,7 32,9 508,8 164,2

55,5 6,7 0,7 0,3 0,3 63,5

54,7 5,0 1,1 0,6 0,2 61,6

33,6 5,0 19,5 1,1 59,2

4,1 0,3 4,4 59,1 193,0

1,1 0,6 1,7 59,9 225,1

22,4 0,9 1,3 24,6 34,6 198,8

Produits exceptionnels sur opérations de gestion Produits exceptionnels sur opérations en capital Reprises sur provisions et transferts de charges PRODUITS EXCEPTIONNELS

2,8 8,9 11,7

0,2 27,0 27,2

4,9 4,8 9,7

Charges exceptionnelles sur opérations de gestion Charges exceptionnelles sur opérations en capital Dotations exceptionnelles aux amortisssement., provisions CHARGES EXCEPTIONNELLES RÉSULTAT EXCEPTIONNEL Participation des salariés Impôts sur les bénéfices

8,8 4,9 13,7 (2,0) 2,8 43,6

26,5 3,5 30,0 (2,8) 2,8 53,3

24,5 1,3 25,8 (16,1) 2,7 57,7

816,7 672,1 144,6

801,3 635,1 166,2

741,9 619,5 122,4

Achats de marchandises (et droits de douane) Variation de stock de marchandises Autres achats et charges externes Impôts, taxes et versements assimilés Salaires et traitements Charges sociales Dotations aux amortissements sur immobilisations Dotations aux provisions sur immobilisations Dotations aux provisions sur actif circulant Dotations aux provisions pour risques et charges Autres charges CHARGES D’EXPLOITATION RÉSULTAT D’EXPLOITATION

Note n° 4.1

4.6

Bénéfice ou perte transférée Perte ou bénéfice transféré Produits financiers de participations Produits d’autres valeurs mobilières Autres intérêts et produits assimilés Reprises sur provisions, transferts de charges Différences positives de change Produits nets cessions valeurs mob. placement PRODUITS FINANCIERS Dotations financières amortissements, provisions Intérêts et charges assimilés Différences négatives de change Charges nettes cessions valeurs mob. placement CHARGES FINANCIÈRES RÉSULTAT FINANCIER RÉSULTAT COURANT AVANT IMPÔTS

TOTAL DES PRODUITS TOTAL DES CHARGES BÉNÉFICE OU PERTE

208

4.2

4.3 4.4/4,5

40,0 20,9 673,0

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

III. TABLEAU DE FINANCEMENT (en millions d’euros) Résultat net de l’exercice Amortissements et provisions Plus values et moins values de cession Autres éléments sans incidence sur la trésorerie TOTAL CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT

31/12/06 144,6 3,3 (0,5) 147,4

31/12/05 166,2 (11,8) 154,5

31/12/04 122,4 1,4 17,9 141,7

VARIATIONS D’EXPLOITATION Stocks Créances d’exploitation Dettes d’exploitation Transferts de charges au compte de charges à repartir VARIATION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT D’EXPLOITATION

(23,0) 144,7 106,4 228,1

128,9 (154,8) (42,2) (68,0)

(32,2) 17,5 (30,5) (45,2)

FLUX DE TRÉSORERIE PROVENANT DE L’EXPLOITATION

375,5

86,4

96,4

OPERATIONS D’INVESTISSEMENT Acquisitions d’immobilisations incorporelles Acquisitions d’immobilisations corporelles Acquisitions d’immobilisations financiéres Trésorerie nette résultant d’acquisitions et cessions de filiales Cessions d’immobilisations incorporelles et corporelles Cessions ou réductions d’immobilisations financiéres FLUX DE TRÉSORERIE AFFECTÉS AUX INVESTISSEMENTS

(3,1) (3,8) (272,8)

(5,0) (4,7) (13,0)

0,9 3,3 (275,5)

0,1 2,1 (20,5)

(5,1) (3,8) (23,5) 0,8 8,9 (22,7)

OPERATIONS DE FINANCEMENT Sommes reçues des actionnaires suite à une augmentation de capital Diminutions des autres capitaux propres Augmentations des dettes financières Remboursement des dettes financières Dividendes versés aux actionnaires de la société mère FLUX DE TRÉSORERIE RÉSULTANT DES OPÉRATIONS DE FINANCEMENT

(125,0) (125,0)

(110,0) (110,0)

(0,3) (87,6) (87,9)

VARIATION GLOBALE DE TRÉSORERIE Trésorerie à l’ouverture TRÉSORERIE À LA CLOTURE

(25,0) 202,5 177,5

(44,1) 246,6 202,5

(14,2) 260,8 246,6

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

209


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

D. ANNEXE AUX COMPTES SOCIAUX L’exercice de Métropole Télévision, clos au 31 Décembre 2006, d’une durée de 12 mois, fait ressortir un résultat net comptable de 144,6 M€ et un total bilan de 1 269 M€. Ces comptes annuels ont été arrêtés le 26 février 2007 par le Directoire. Sauf indication contraire, les montants indiqués dans l’annexe sont exprimés en millions d’euros.

1. FAITS MARQUANTS DE L’EXERCICE Le Groupe dont Métropole Télévision est la société mère a participé à l’opération de rapprochement des activités de télévision payante en France du Groupe Canal + et de TPS. Cette opération annoncée dans son principe le 16 décembre 2005 a été mise en œuvre tout au long de 2006 et a été finalisée le 4 janvier 2007 avec l’apport de TPS par les Groupes TF1 et M6 à Canal + France, nouvelle société dont ils deviennent actionnaires pour, respectivement, 9,9% et 5,1%.

Les comptes de Métropole Télévision ne sont pas directement affectés par cette opération qui a été portée par des filiales indirectes. Néanmoins, dans la perspective de rationaliser le pôle des chaînes numériques à l’issue de la cession de TPS, Métropole Télévision a participé à l’augmentation de capital de M6 Thématiques et a porté sa participation dans cette société de 20 à 100%.

2. RÈGLES ET MÉTHODES COMPTABLES Les comptes de l’exercice sont comparables à ceux de l’exercice précédent. Les dispositions législatives et réglementaires actuellement en vigueur en France ont été appliquées dans le respect des principes de prudence, d’image fidèle, de régularité et de sincérité, conformément aux hypothèses de base : - de continuité de l’exploitation, - de permanence des méthodes comptables, - d’indépendance des exercices ; et selon les règles générales d’établissement et de présentation des comptes annuels. L’application, depuis le 1er janvier 2005, des règlements 2002-10 et 2004-06 du Comité de Réglementation Comptable, relatifs respectivement à l’amortissement et à la dépréciation des actifs, et à la définition, la comptabilisation et l’évaluation des actifs, n’a pas eu d’incidence sur les comptes.

2.1 IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Les immobilisations incorporelles comprennent principalement des logiciels informatiques et des coproductions. 2.1.1 LOGICIELS INFORMATIQUES Ils sont amortis linéairement sur 1 à 5 ans, complétés par un amortissement dérogatoire.

210

2.1.2 COPRODUCTIONS DE FICTIONS, DE DOCUMENTAIRES, CONCERTS, ÉMISSIONS ET VIDÉOMUSIQUES A la signature des contrats, les coproductions sont portées en engagements hors bilan jusqu’à la réception des factures comptabilisées en avances et acomptes. Les coproductions sont comptabilisées en autres immobilisations incorporelles à leur acceptation technique. Elles sont amorties linéairement sur 3 ans et éventuellement dépréciées en fonction des perspectives de recettes futures.

2.2 IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET FINANCIÈRES Les immobilisations corporelles sont évaluées à leur coût d’acquisition. Elles sont amorties selon le mode linéaire ou dégressif. Les principales durées d’amortissement sont les suivantes : Matériel roulant technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ans Matériel roulant autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 ans Matériel technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ou 4 ans Matériel informatique - micro-ordinateurs . . . . . . . . . 3 ou 4 ans Matériel de bureau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 ans Matériel vidéo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 ans Installations générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 ans Mobilier de bureau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 ans

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

Les immobilisations financières sont évaluées à leur coût d’acquisition et éventuellement dépréciées si leur valeur d’inventaire le justifie.

2.3 STOCKS DE DROITS DE DIFFUSION Les droits de diffusion assimilés à des biens incorporels consommables sont comptabilisés en stocks. Les entrées sont comptabilisées au coût d’achat déduction faite des rabais, remises et ristournes obtenus mais hors escomptes de règlement. La consommation des droits est calculée sur le nombre de diffusions de la manière suivante : - Droits acquis pour une seule diffusion : • 100 % de la valeur contractuelle. - Droits acquis pour plusieurs diffusions : • La première diffusion est valorisée à 67 % de la valeur contractuelle ; • La deuxième diffusion est valorisée à 33 % de la valeur contractuelle. Les droits dont la diffusion est improbable font l’objet d’une provision pour dépréciation. Une provision pour dépréciation est constituée lorsque leur valeur d’utilité est inférieure à leur coût de revient. Par ailleurs, les contrats de préachat de vidéomusiques sont inscrits au bilan en charges constatées d’avance, et pris en charge au fur et à mesure de leurs diffusions.

2.4 CRÉANCES ET DETTES Les créances et dettes sont inscrites pour leur valeur nominale. Une provision pour dépréciation est pratiquée lorsque leur valeur d’inventaire est inférieure à leur valeur comptable. Les créances et dettes libellées en devises, et ne faisant pas l’objet d’une couverture financière, sont converties au bilan sur la base des cours de change en vigueur à la date de clôture. Seules les pertes de change latentes sont enregistrées au compte de résultat.

2.5 VALEURS MOBILIÈRES DE PLACEMENT Les valeurs mobilières de placement sont comptabilisées pour leur valeur brute, une provision est constituée lorsque la valeur d’inventaire est inférieure à leur coût d’acquisition.

2.6 ACTIONS PROPRES Métropole Télévision détient des actions propres, destinées à couvrir l’exercice des options d’achat accordées aux salariés bénéficiaires. La société possède également des actions propres dans le cadre d’un contrat de liquidité.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Ces actions propres sont comptabilisées pour leur valeur brute et inscrites en valeurs mobilières de placement. Une provision est constituée : - au passif du bilan lorsque le prix du marché ou le prix d’exercice est inférieur à leur coût d’acquisition ; - à l’actif du bilan pour les actions auto-détenues suite au départ des bénéficiaires des plans, lorsque le prix du marché est inférieur à leur coût d’acquisition.

2.7 PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES Les risques et charges, clairement individualisées, que des événements survenus ou en cours rendent probables, entraînent la constitution d’une provision. Chaque provision est valorisée à hauteur des incidences financières futures, estimées selon les informations disponibles à la date de clôture. Ainsi, les filiales, ayant un actif réel négatif, font l’objet d’une provision pour risques à hauteur de leur situation nette.

2.8 PROVISION POUR INDEMNITÉS DE FIN DE CARRIÈRE La provision pour retraite est calculée conformément à la norme IAS 19, selon une méthode actuarielle tenant compte des droits acquis par les salariés et de leur dernier salaire connu.

2.9 RECETTES PUBLICITAIRES Les recettes publicitaires sont comptabilisées pour leurs montants nets de remises commerciales.

2.10 ENGAGEMENT HORS BILAN Les engagements Hors Bilan sont essentiellement constitués par : - les acquisitions de droits qui ont fait l’objet d’un engagement ferme avant le 31 décembre 2006, mais non encore contractualisé ; - les coproductions pour lesquelles l’acceptation technique n’a pas été réalisée ; - les redevances de transport d’images à venir sur les contrats existants.

2.11 INSTRUMENTS FINANCIERS Afin de se protéger contre des fluctuations aléatoires des cours de change, M6 couvre les principales opérations effectuées en devises en utilisant des instruments financiers simples. Les opérations couvertes sont comptabilisées au taux de couverture.

211


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

3. NOTES SUR LE BILAN 3.1 ETAT DE L’ACTIF IMMOBILISÉ L’évolution de l’actif immobilisé s’analyse de la manière suivante : 31/12/05

Augmentations

Diminutions

31/12/06

Droits incorporels Fonds commercial Autres immobilisations incorporelles Avances et acomptes versés Immobilisations incorporelles

107,1 0,3 107,4

2,7 2,4 5,1

0,1 2,0 2,1

109,7 0,7 110,4

Installations techniques et matériel Autres immobilisations corporelles Immobilisations en cours Immobilisations corporelles

18,5 15,6 0,3 34,4

2,8 1,2 1,0 5,1

1,8 1,4 1,2 4,5

19,5 15,4 0,1 35,0

Titres de participations Créances sur participations Prêts Autres immobilisations financières Immobilisations financières

138,8 19,1 1,6 159,5

272,8 272,8

0,5 2,4 2,9

411,1 16,7 1,6 429,4

301,3

283,0

9,5

574,7

Total de l’actif immobilisé

Les immobilisations incorporelles comprennent essentiellement des parts de coproduction de programmes. Les mouvements réalisés, en 2006, sur les titres de participations concernent l’augmentation de capital de M6 Thématiques et l’acquisition de Mandarin Films Les 16,7 M€ figurant en prêts correspondent au prêt consenti par M6 à sa filiale Immobilière M6 pour l’acquisition du siège social.

212

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

3.2 ÉTAT DES AMORTISSEMENTS

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

Montant des amortissements à l’ouverture de l’exercice

Dotations de l’exercice

Diminutions éléments sortis de l’actif et reprises

Montant des amortissements à la fin de l’exercice

98,4 98,4 14,8 11,5 26,3 124,7

4,2 4,2 1,7 1,9 3,6 7,8

1,5 1,0 2,5 2,5

102,6 102,6 15,0 12,4 27,4 130,0

Droits incorporels Immobilisations incorporelles Immobilisations incorporelles Installations techniques et matériel Autres immobilisations corporelles Immobilisations corporelles Total des amortissements

3.3 ÉTAT DES PROVISIONS Les provisions ont évolué de la façon suivante en 2006 : Montant au début de l’exercice

Dotations

Reprises (prov. utilisées)

Reprises (prov. non utilisées)

Montant en fin d’exercice

4,5 4,5

1,2 1,2

1,0 1,0

-

4,7 4,7

Provisions pour litiges (1) Provision pour achats d’actions (2) Provision risque Filiales Provision pour perte de change Provisions sociales Autres provisions pour charges (3) Provisions pour risques et charges

10,2 8,2 2,5 7,4 23,7 52,0

5,5 2,2 0,7 15,3 23,7

0,8 7,4 1,6 7,6 17,4

2,7 0,1 0,8 5,2 8,8

12,2 2,9 2,5 5,7 26,2 49,5

Sur immobilisation incorporelles Sur titres de participations (4) Sur stocks Sur créances d’exploitation Sur valeurs mobilières de placement Provisions pour dépréciation

2,1 20,7 44,5 1,4 7,3 76,0

1,3 20,9 0,7 22,9

2,1 22,8 24,9

0,3 0,4 0,7

1,3 20,4 42,6 2,1 6,9 73,3

132,5

47,8

43,3

9,5

127,5

42,9 4,9

43,1 0,7 8,9

Amortissements dérogatoires sur licences Provisions réglementées

Total Dont dotations et reprises : D’exploitation Financières Exceptionnelles

(1) Les provisions pour litiges sont destinées à couvrir les litiges ou contentieux existants au 31 décembre 2006 (2) La provision sur achats d’actions est destinée à couvrir le différentiel de cours entre le prix d’acquisition des actions propres, acquises dans le cadre des plans d’attributions d’options d’achat d’actions et des plans d’attibutions gratuites d’actions, et le prix d’exercice des actions ainsi octroyées aux salariés. (3) Les autres provisions pour charges concernent principalement des dépréciations de droits. (4) La provision sur titres de participations concerne principalement la dépréciation des titres de la société M6 Foot.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

213


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

3.4 STOCKS ET ENCOURS

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux

Les stocks et encours ont évolué de la façon suivante en 2006 :

INFORMATIONS JURIDIQUES

Montant au début de l’exercice

Acquisitions

Consommations / Transfert en stock

Droits invalides

Montant en fin d’exercice

141,1 10,2 151,3

187,0 53,4 240,4

142,4 58,2 200,6

16,8 16,8

168,9 5,4 174,3

Stocks En-cours de stocks Total

Les droits sur lesquels un risque de non diffusion existe ont fait l’objet d’une provision pour un montant de 42,6 M€ au 31 décembre 2006 (cf note 3.3)

3.5 CRÉANCES Montant brut

Dont à un an au plus

Dont à plus d’un an

Actif immobilisé Créances rattachées à des participations Prêts Autres immobilisations financières Total

16,7 1,6 18,3

-

16,7 1,6 18,3

Actif circulant Créances clients et comptes rattachés (1) Autres créances (2) Total

255,6 152,8 408,4

253,1 84,1 337,2

2,5 68,7 71,2

426,7

337,2

89,5

Total créances

(1) Les créances clients sont composées principalement de créances envers les annonceurs publicitaires. (2) Dans les autres créances à moins d’un an figurent 32,6 M€ de créances de TVA

Les autres créances à plus d’un an sont constituées exclusivement de créances sur les filiales du groupe.

3.6 DETTES Les dettes se décomposent selon l’échéancier suivant :

Concours bancaires Dépôts et cautionnements reçus Dettes fournisseurs et comptes rattachés Dettes fiscales et sociales Dettes sur immobilisations et comptes rattachés Autres dettes Total Charges à payer incluses dans les chiffres ci-dessus : - sur fournisseurs d’exploitation - sur dettes fiscales et sociales - sur fournisseurs d’immobilisations

214

Montant brut

Dont à un an au plus

34,2 234,8 66,7 4,7 164,1 504,5

34,2 231,8 66,7 4,7 164,1 501,5

Dont à plus d’un an et 5 ans au plus

Dont à plus de 5 ans

3,0

3,0

136,9 17,4 M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

3.7 VALEURS MOBILIÈRES DE PLACEMENT ET DISPONIBILITÉS

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux

Elles se décomposent comme suit :

INFORMATIONS JURIDIQUES

Actions propres Contrats de liquidité (actions auto-détenues et autres VMP) Fonds commun de placements, SICAV Disponibilités Valeurs mobilières de placement et disponibilités Dépréciation des actions propres Total des VMP et disponibilités nettes

31/12/06

31/12/05

13,9 3,4 191,3 10,0 218,6 (6,9) 211,7

25,4 3,1 190,0 22,8 241,3 (7,3) 234,0

Au 31 décembre 2006, Métropole Télévision détient directement 255 002 actions propres. 20 000 autres actions propres sont mises à disposition dans le cadre du contrat de liquidité. 209 000 options d’achats d’actions ont été exercées en 2006 par leurs bénéficiaires donnant lieu à une diminution du nombre d’actions propres détenues. Les valeurs mobilières de placement ne comportent pas de plus-values latentes, celles-ci ayant été réalisées au 31 décembre 2006.

3.8 CAPITAUX PROPRES

1/01/06 Capital Prime d’émission Réserve légale Plus-value nette à long terme Autres réserves Report à nouveau Résultat de l’exercice Capitaux propres hors provisions réglementées Provisions réglementées Total capitaux propres

52,8 24,2 5,3 13,1 429,0 166,2 690,6 4,5 695,1

Affectation du résultat

41,3 (166,2) (124,9) (124,9)(1)

Autres variations Augmentations Diminutions

144,6 144,6 1,2 145,8

1,0 1,0

31/12/06 52,8 24,2 5,3 13,1 470,3 144,6 710,3 4,7 715,0

(1) Dividendes versés le 3 mai 2006

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

215


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux

4. NOTES SUR LE COMPTE DE RESULTAT 4.1 RÉPARTITION DU CHIFFRE D’AFFAIRES

INFORMATIONS JURIDIQUES

Recettes publicitaires écrans Recettes publicitaires parrainage Recettes diverses Total chiffre d’affaires Répartition géographique France Europe Autres pays

2006 625,5 35,7 3,2 664,4

2005 606,4 31,3 3,0 640,7

% 3,15 14,03 5,86 3,70

93,70% 5,60% 0,70%

Les recettes publicitaires sont comptabilisées nettes de remises commerciales.

4.2 RÉSULTAT FINANCIER Le résultat financier se décompose comme suit : Dividendes sur titres de participations Intérêts comptes courants Produits liés aux VMP Dotation nette aux provisions pour perte de change Dotation nette aux provisions liées aux participations financières Dotation nette sur les actions propres Différences de change Autres (1) Total résultat financier

2006 47,8 3,7 6,9 0,3 0,4 59,1

2005 48,5 6,1 5,2 0,4 0,7 0,1 (1,1) 59,9

2006

2005

3,9 (5,9) (2,0)

23,6 (26,4) (2,8)

(1) La perte financière de 1,1 M€ sur le poste "Autres" en 2005 correspondait aux charges d’intérêts sur les comptes courants.

4.3 RÉSULTAT EXCEPTIONNEL Il s’explique de la manière suivante : Dotations nettes de provisions (amortissement dérogatoire compris) Autres Total résultat exceptionnel

216

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

4.4 IMPÔT SUR LES BÉNÉFICES La société s’est déclarée mère d’un groupe au sens des dispositions des articles 223A et suivants du CGI. La convention d’intégration fiscale retenue au sein du groupe est celle de la neutralité. Chaque filiale est donc imposée comme si elle était fiscalement indépendante. Au titre de l’exercice 2006, une charge d’impôt a été constatée à hauteur de 43,6 M€ .

4.5 VENTILATION DE L’IMPÔT SUR LES BÉNÉFICES Résultat courant Résultat exceptionnel Résultat avant impôt et participation des salariés Impôt de la société

Résultat avant impôts 193,0 (2,0) 191,0

Impôts 44,3 (0,7) 43,6

4.6 ACHATS ET AUTRES CHARGES EXTERNES Ce poste comprend principalement les prestations de diffusion analogique et numérique de la chaîne ainsi que la rémunération de la régie publicitaire.

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

217


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

5. NOTES SUR LES AUTRES ELEMENTS 5.1 ELÉMENTS RELATIFS AUX ENTREPRISES LIÉES OU ASSOCIÉES ET RELEVANT DE PLUSIEURS POSTES DE BILAN Participations Créances rattachées à des participations Prêts Créances clients et comptes rattachés Autres créances (1) Emprunts et dettes financières diverses Dettes rattachées à des participations Dettes fournisseurs d’exploitation Dettes fournisseurs d’immobilisations Autres dettes Charges financières Produits financiers (1) dont comptes courants des filiales

Entreprises liées (a) 388,0 16,7 4,0 71,2 29,7 0,9 0,6 3,8 67,2

Entreprises apparentées (b) 0,8 0,1 1,0 0,4 0,1

(a) entreprises avec lesquelles la société a un lien de participation supérieur à 50% (b) entreprises avec lesquelles la société a un lien de participation compris entre 10 et 50%

5.2 COMPOSITION DU CAPITAL SOCIAL 1. Actions sociales composant le capital social au début de l’exercice 2. Actions sociales émises pendant l’exercice 3. Réduction du nominal des actions 4. Actions sociales composant le capital social en fin d’exercice

218

Nombre d’actions 131 888 690 131 888 690

Nominal 0,4 € 0,4 €

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux

5.3 ENGAGEMENTS HORS-BILAN Au 31 décembre 2006, les engagements hors-bilan se ventilent, par nature et par échéance, comme suit :

INFORMATIONS JURIDIQUES

Engagements aux 31/12/2006

Dont à un an au plus

Dont à plus d’un an

Engagements aux 31/12/2005

Conditions de mise en œuvre

Engagements donnés Achats de droits Engagements de coproductions Contrats de location satellite (1) Contrats de télédiffusion (1) Contrats liés à la TNT (1) Responsabilité passif des sociétés en nom collectif Engagements commerciaux Autres

772,1 649,3 35,4 17,3 45,3 15,8 5,8 3,2 -

225,5 146,6 35,4 2,9 29,8 3,1 5,8 1,9 -

546,6 502,7 14,4 15,5 12,7 1,3 -

749,8 607,4 60,2 5,8 59,2 4,4 6,3 6,6 -

Contrats signés Contrats signés Contrats signés Contrats signés Contrats signés Liquidation SNC Contrats signés

Engagements reçus Responsabilité passif des sociétés en nom collectif Engagements de ventes Autres

6,1 5,8 0,3

6,1 5,8 0,3 -

-

8,2 6,3 2,0 -

Liquidation SNC Echéances annuelles

(1) Ces contrats correspondent à des prestations de services. Les engagements ont été valorisés en prenant pour chaque contrat les montants restants dus jusqu’à leur échéance. (2) Les engagements commerciaux correspondent principalement à des contrats de location de locaux.

5.4 EVALUATION DE LA CRÉANCE FUTURE D’IMPÔT À LA FIN DE L’EXERCICE

Nature des différences temporaires Provisions réglementées Impôt sur provisions non déductibles Impôt sur moins-value à long terme

Situation Active (+) au 31/12/2006

ou Passive (-)

d’impôt différé au 31/12/2006

14,4 -

(1,6) -

12,8 -

5.5 RÉMUNÉRATION ALLOUÉE AUX DIRIGEANTS Rémunérations allouées aux organes de direction

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

Montant 2,8

219


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

5.6 EFFECTIF MOYEN

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux

L’effectif moyen de Métropole Télévision se répartit comme suit :

INFORMATIONS JURIDIQUES

Personnel salarié en 2006

Personnel salarié en 2005

548 66 124 255 103

522 71 127 230 94

68 616

80 602

Effectif permanent Employés Agents de maîtrise Cadres Journalistes Effectif intermittent (équivalent temps plein) Total

Le cumul des heures relatives au Droit Individuel formation pour l’année 2006 s’élève à 26 702 heures.

5.7 JETONS DE PRÉSENCE Le montant des jetons de présence versés au cours de l’exercice s’élève à 115 035 Euros.

6. NOTE SUR LA CONSOLIDATION DES COMPTES La société Métropole Télévision est mère d’un sous-groupe consolidé. Ses comptes sont par ailleurs consolidés par intégration globale dans les comptes de RTL Group.

7. ÉVÉNEMENTS IMPORTANTS POST-CLÔTURE Aucun événement significatif n’est intervenu depuis la clôture de l’exercice.

220

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

8. RÉSULTATS DES CINQ DERNIERS EXERCICES

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

Date d’arrêté Durée de l’exercice Capital en fin d’exercice (en euros) Capital social Nombre d’actions : ordinaires existantes Opérations et résultats (en millions d’euros) Chiffre d’affaires hors taxes Résultat avant impôts, participation des salariés, dotation aux amortissements et provisions Impôts sur les bénéfices Participation des salariés due au titre de l’exercice Résultat après impôts, participation des salariés, dotation aux amortissements et provisions Résultat distribué

31/12/06 12 mois

31/12/05 12 mois

31/12/04 12 mois

31/12/03 12 mois

31/12/02 12 mois

52 755 476 131 888 690

52 755 476 131 888 690

52 755 476 131 888 690

52 755 476 131 888 690

52 755 476 131 888 690

664,4

640,7

612,1

589,9

580,7

199,7 43,6 2,8

236,2 53,3 2,8

205,6 57,7 2,7

213,9 62,9 2,9

208,4 34,9 2,4

144,6 125,3

166,2 124,8

122,4 109,7

105,5 87,5

155,8 74,2

1,16

1,37

1,10

1,12

1,30

1,10 0,95

1,26 0,95

0,93 0,84

0,80 0,67

1,18 0,57

616 34,9

602 31,5

549 30,0

549 29,2

534 26,6

15,7

16,3

14,0

15,6

11,3

Résultat par action (en euros) Résultat après impôts, participation des salariés, avant dotation aux amortissements et provisions Résultat après impôts, participation des salariés, dotation aux amortissements et provisions Dividende attribué à chaque action Personnel Effectif moyen des salariés employés pendant l’exercice Montant de la masse salariale de l’exercice* Montant des sommes versées au titre avantages sociaux de l’exercice (Sécurité Sociale, oeuvres sociales...)* Nota : La valeur nominale de l’action est passée de 4 € à 0,4 € lors de l’AGM du 26 mai 2000. * (en millions d’euros).

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

221


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION

9. TABLEAU DES FILIALES ET PARTICIPATIONS

INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux INFORMATIONS JURIDIQUES

(en milliers d’euros)

Filiales M6 PUBLICITE sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 FILMS sa 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY METROPOLE PRODUCTION sa 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY C. PRODUCTIONS sa 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 INTERACTIONS sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 THEMATIQUE sa 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY IMMOBILIERE M6 sa 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 FOOT sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY SCI 107 sci 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 DEVELOPPEMENT sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 STUDIO sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY W9 PRODUCTIONS sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 AFFAIRES sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 BORDEAUX sas 9, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 TOULOUSE sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY MANDARIN sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY SOCIETE NOUVELLE DE CINEMATOGRAPHIE 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY MANDARIN FILMS 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY Participations LABO PRODUCTIONS sarl 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY SOCIETE NOUVELLE DE DISTRIBUTION sa 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY M6 WEB sas 89, Avenue Charles de Gaulle — 92200 NEUILLY METROPOLEST sa Rue Théophraste Renaudot — 54180 HOUDEMONT EUROPEAN NEWS EXCHANGE sa 45 bld Pierre Frieden — 1543 LUXEMBOURG-KIRCHBERG TCM DROITS AUDIOVISUELS snc 3, rue du commandant Rivière — 75008 PARIS TCM GESTION sa 145 Quai de Stalingrad — 92130 ISSY-LES-MOULINEAUX MULTIPLEX R4 (MULTI 4)

222

N° Siren

Capital

Réserves report à nouveau

Quote-part de capital détenue %

Ventilation comptable brute des titres détenus

34094903100025

50

5

99,99

38

38072740400028

60

(5 023)

99,98

166

38247713100025

50

(1 969)

99,98

1 150

40790865600025

50

(127)

99,97

38

38890945900041

34 050

17 939

100,00

34 007

40310510900025

210 837

62 197

100,00

317 646

39947635700021

9 600

3 729

100,00

9 147

42313378400011

18 360

(18 299)

100,00

19 128

42169913300011

2

119

99,90

2

42811522400019

40

(46)

99,99

40

42811529900011

45

(162)

99,99

45

42881563300014

50

(961)

99,99

50

42881585600011

40

(26)

99,99

40

43350336400013

40

(181)

99,99

40

43350341400016

40

(139)

99,99

40

40536317700024

114

(2 731)

100,00

2 500

775670623000

882

88

100,00

12 914

413109984

46

6

100,00

11 431

42369616000013

10

(56)

25,50

2

41485722700030

14 692

(2 945)

7,12

1 650

41454946900016

740

76

6,75

50

39473579900014

40

-

49,88

19

496

(108)

20,00

100

40952892400031

240

-

50,00

655

40952934400031

40

(3)

49,88

20

44975397900011

60

3

16,67

10

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER

Ventilation comptable nette des titres détenus

Prêts et avances consentis et non remboursés

Montant des cautions et avals donnés par la société

Chiffre d’affaires de l’avant dernier exercice écoulé

Chiffre d’affaires du dernier exercice écoulé

Résultats de l’avant dernier exercice écoulé

38

-

-

69 630

75 449

26 730

-

7 358

-

1 860

1 818

(1 687)

(102)

-

17 266

-

22 513

26 867

(1 620)

(1 495)

38

3 398

-

15 544

16 260

31

316

34 007

12 989

-

103 020

100 387

17 217

20 780

317 646

-

-

3 330

3 520

1 813

3 774

9 147

16 667

-

6 669

7 049

1 139

1 230

42

482

-

-

-

23

23

2

7 063

-

1 311

1 404

208

(234)

40

115

-

861

966

2

(5)

45

8 250

-

-

9 193

(143)

(437)

50

6 291

-

11 480

6 858

(966)

(2 076)

40

-

-

84

79

(2)

(1)

40

737

-

839

1 062

(69)

145

40

845

-

880

968

(54)

82

2 500

2 437

-

564

83

(1 449)

(288)

12 914

-

-

2 308

3 007

1 088

1 663

2 722

-

2 583

-

11 431

Résultats du dernier exercice écoulé

Dividendes encaissés par la société au cours du dernier exercice

26 742

13 775

2

81

-

117

1

(64)

(15)

-

1 650

17 926

-

48 005

84 619

(8 544)

425

-

50

-

-

49 767

76 597

10 630

22 133

718

19

11

-

NC

NC

NC

NC

100

-

-

NC

NC

NC

NC

655

-

-

19 009

19 705

7 674

10 241

20

-

-

1

2

-

-

10

-

-

55

46

1

1

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006

223


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux

KPMG Audit

Ernst & Young

1, cours Valmy

41, rue Ybry

INFORMATIONS JURIDIQUES

92923 Paris La Défense Cedex

92576 Neuilly-sur-Seine cedex

France

France

Exercice clos le 31 décembre 2006

RAPPORT GÉNÉRAL DES COMMISSAIRES AUX COMPTES Mesdames, Messieurs, En exécution de la mission qui nous a été confiée par vos Assemblées générales, nous vous présentons notre rapport relatif à l'exercice clos le 31 décembre 2006, sur : • le contrôle des comptes annuels de la société Métropole Télévision S.A., tels qu'ils sont joints au présent rapport ; • la justification de nos appréciations ; • les vérifications spécifiques et les informations prévues par la loi. Les comptes annuels ont été arrêtés par le Directoire. Il nous appartient, sur la base de notre audit, d'exprimer une opinion sur ces comptes. 1 - Opinion sur les comptes annuels Nous avons effectué notre audit selon les normes professionnelles applicables en France ; ces normes requièrent la mise en œuvre de diligences permettant d'obtenir l'assurance raisonnable que les comptes annuels ne comportent pas d'anomalies significatives. Un audit consiste à examiner, par sondages, les éléments probants justifiant les données contenues dans ces comptes. Il consiste également à apprécier les principes comptables suivis et les estimations significatives retenues pour l'arrêté des comptes et à apprécier leur présentation d'ensemble. Nous estimons que nos contrôles fournissent une base raisonnable à l'opinion exprimée ci-après. Nous certifions que les comptes annuels sont, au regard des règles et principes comptables français, réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet exercice. 2 - Justification des appréciations En application des dispositions de l’article L.823-9 du Code de commerce relatives à la justification de nos appréciations, nous portons à votre connaissance les éléments suivants : Les notes 2.1.2 et 2.3 de l’annexe exposent les règles et méthodes comptables relatives aux coproductions et aux droits de diffusion. Dans le cadre de notre appréciation des règles et principes comptables suivis par notre société, nous avons vérifié le caractère approprié de ces méthodes comptables et des informations fournies dans les notes de l’annexe et nous nous sommes assurés de leur correcte application.

224

M6 - RAPPORT ANNUEL 2006


RAPPORT FINANCIER RAPPORT DE GESTION INFORMATIONS FINANCIÈRES > Comptes sociaux

KPMG Audit

Ernst & Young

1, cours Valmy

41, rue Ybry

INFORMATIONS JURIDIQUES

92923 Paris La Défense Cedex

92576 Neuilly-sur-Seine cedex

France

France

La note 2.2.2 de l’annexe relative aux règles et méthodes comptables expose la méthode d’évaluation des immobilisations financières par votre société à la clôture de l’exercice. Dans le cadre de notre appréciation des règles et principes comptables suivis par votre société, nous avons vérifié le caractère approprié de cette méthode comptable et les informations fournies dans la note de l’annexe. Les appréciations ainsi portées s’inscrivent dans le cadre de notre démarche d’audit des comptes annuels, pris dans leur ensemble, et ont donc contribué à la formation de notre opinion exprimée dans la première partie de ce rapport. 3 - Vérifications et informations spécifiques Nous avons également procédé, conformément aux normes professionnelles applicables en France, aux vérifications spécifiques prévues par la loi. Nous n'avons pas d'observation à formuler sur : • la sincérité et la concordance avec les comptes annuels des informations données dans le rapport de gestion du Directoire et dans les documents adressés aux actionnaires sur la situation financière et les comptes annuels, • la sincérité des informations données dans le rapport