__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

Printemps 2014

de

L’INDÉ

L’IMAGINAIRE La lettre d’info des littératures de l’imaginaire pour tout connaître des parutions chez ActuSF, Mnémos & Les Moutons électriques

Gratuit

Robin HOBB Interview exclu ! Fabien CERUTTI &

Stefan PLATTEAU 2 nouveaux auteurs francophones entrent par la grande porte en fantasy

N°2


N°2

Édito Enthousiastes ! Nous sommes enthousiastes chez les Indés de l’imaginaire. Derrière nos bureaux, on voit des sourires flotter au fur et à mesure que le programme s’élabore. 2014 sera chez nous l’année des grands noms avec Robin Hobb, David Gemmell, Philip K. Dick, Larry Niven, Robert Silverberg, Brian Lumley... Côté français, nous aurons des nouveautés d’Estelle Faye, Adrien Tomas, Sylvie Lainé, Dominique Douay, Karim Berrouka, Timothée Rey, Fabien Clavel, Nicolas Le Breton et Raphaël Albert. On vous a également déniché trois nouveaux talents (une tradition chez nous) : Fabien Cerutti, Stefan Platteau, Julien Heylbroeck... 2014 sera également l’année du renouveau de la revue Fiction. 272 pages, tout couleur, avec un design d’Aurélien Police, de nouvelles rubriques et un sommaire extraordinaire... Et puis à partir de mars, la collection de poche Hélios s’offre un nouveau look. Et on n’oublie pas les essais avec des livres sur la féerie, la fantasy, la science-fiction et les super-héros. Enthousiasme, énergie, curiosité, plaisir... On a follement envie que 2014 ressemble à ça. Et c’est tout ce que l’on vous souhaite à vous, nos lecteurs avec nos livres ! Les Indés de l’imaginaire

2

Parce que les littératures de l’imaginaire sont la force principale du mouvement de la culture “geek” et d’un véritable renouvellement des goûts du lectorat… Parce que le public connaisseur, de plus en plus nombreux, apprécie les textes ambitieux, aux styles et aux histoires aboutis et qui se démarquent des simples duplications marketing des auteurs fondateurs… Parce que les littératures de genre portent les rêves et les cauchemars de notre époque…

Maquette réalisée par l’Atelier Octobre Rouge Illustration de couverture d’après Edmund Dulac (c) The Scriptorium


NEWS

Infos, indiscrétions, annonces, avantpremières et autres offs chez les Indés !

» Un nouvel Indé dans l’équipe !

pour une mission donnée. Bref, chez les Indés, pas de président, de « primus inter pares », de cumul de mandat à vie et autre chefferie...

 Welcome !

Julien « Jal » Pouget vient de rejoindre les Indés de l’imaginaire ! Il s’occupe de la communication et du commercial du groupement. Bienvenue Julien ! Du taf et du café t’attendent !

» Jamais deux sans trois  contact@indesdelimaginaire.fr

On en avait prévu deux, mais finalement vous en aurez trois. L’indé reviendra désormais trois fois par an ! Envoyez-nous votre mail, vous le recevrez directement sur votre ordinateur avant qu’il ne soit en librairie. Prochain numéro prévu pour la fin août 2014.

» Les Indés de l’imaginaire deviennent une asso ! Mais une asso atypique !  À gestion collégiale

» Les Indés découvreurs de talents ? presque un pléonasme :)

Ça y est, nous avons passé le cap, nous voilà pacsés ! Depuis quelques semaines, nous sommes devenus une association loi 1901 et, pour continuer sur nos fondamentaux, nous avons adopté à l’unanimité les statuts d’une asso dite collégiale ! On a même un Siret... si, si... Les plus observateurs le trouveront d’ailleurs quelque part dans ce n° 2. En clair ? L’ensemble de nos décisions associatives sont prises collectivement. Et le collectif mandate un ou plusieurs adhérents

 Et on aime ça !

Depuis toujours, les trois maisons d’édition du collectif, ActuSF, Mnémos et Les Moutons électriques essayent de découvrir chaque année les plumes les plus intéressantes des littératures de l’imaginaire francophones. Pour le printemps 2014, nous vous conseillons de suivre avec attention trois nouveaux auteurs révélés 3


par les Indés : en février, Fabien Cerutti et son Bâtard de Kosigan, une fantasy historique, truculente et machiavélique ; en avril, Stefan Platteau, auteur belge pour son passionnant et épique Manesh, ainsi que Julien Heylbroeck qui nous propose en juin avec Stoner Road un road movie déjanté et pulsatif ! Retenez bien leurs noms, on n’a pas fini d’en parler.

Ainsi les couvertures à dominante métallique signalent des classiques, les couvertures à dominante monochrome les découvertes et les jeunes talents et les couvertures à tonalité sombre, les ouvrages du fantastique et liés au polar. À noter aussi : c’est l’occasion pour Dominique Douay de faire son grand retour ! Et on en est particulièrement heureux !

» Hélios devient la collection poche des Indés de l’imaginaire !

» Expo

Mars

4

Après un premier lancement effectué par Mnémos, la toute nouvelle collection poche Hélios change de braquet et s’ouvre à l’ensemble des titres des trois catalogues d’ActuSF, Mnémos et des Moutons électriques. Cela permet d’offrir aux lecteurs les classiques étrangers et francophones des littératures de l’imaginaire comme les jeunes talents au format poche. Avis aux amateurs !

» Hélios (bis) change de peau ! Mars toujours

Pour fêter son nouveau déploiement, Hélios change de maquette en mars. Voilà la collection de poche des Indés de l’imaginaire pourvue de trois livrées afin que ses titres puissent être plus facilement identifiés dans l’immense océan des titres publiés par nos confrères.

 Jules Verne/Nicolas Fructus à Nantes

On vous rappelle qu’en ce moment a lieu l’exposition au musée Jules Verne des illustrations de Nicolas Fructus pour le beau-livre Un an dans les airs publié par Mnémos dans sa collection Ourobores. C’est jusqu’au 6 avril à Nantes et ça vaut le détour. Vraiment.

» Les prix !  Prix Bob Morane

La saison des prix a commencé. Les Indés de l’imaginaire ont trois romans nominés au prix Bob Morane. On attend avec impatience les résultats.

» Le nouveau Morgane Caussarieu !  Pour une littérature de l’imaginaire rebelle...

Après le vampirique et marquant Dans les veines, Morgane enfonce le clou là où ça fait mal ! Avec Je suis ton ombre (parution en juin chez


romans d’un des chefs‑d’œuvre de la SF et La Légende de Titus Crow de Brian Lumley qui regroupe les six volumes de cette grande saga d’épouvante et de fantastique destinée à tous les passionnés de Lovecraft !

Mnémos), elle s’attaque au destin d’un enfant tordu et souffre-douleur, sous l’emprise d’un livre maudit en provenance du bayou américain... Suspense, effroi et style seront au rendez-vous !

» Succès (1)

» Info exclusive

 Best-seller

 Août chez ActuSF

Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski caracole en librairies. Il a fallu faire un deuxième tirage. Un troisième n’est pas loin. Et en août une édition luxe de Janua Vera est prévue.

Après le succès de L’une rêve, l’autre pas, ActuSF vient d’acheter un nouveau roman de Nancy Kress : After the Fall, Before the Fall, During the Fall qui a reçu les prix Nebula et Locus. Rendez-vous en août pour découvrir cette histoire postapocalyptique.

» Succès (2)  À toute vapeur !

Autre succès, le premier tirage du Guide steampunk d’Étienne Barillier et Arthur Morgan publié par ActuSF est quasiment épuisé. Si vous en voyez qui reste en librairie, précipitez-vous dessus !

» Coup d'œil sur la fin de l’année  Ça s’annonce palpitant !

On en parle pour la fin d’année : - le deuxième tome de Rois du monde de Jean-Philippe Jaworski et un roman steampunk de Nicolas Le Breton aux Moutons électriques, - un thriller fantastique et historique de Thierry Di Rollo et un nouveau livre de George R. R. Martin chez ActuSF, - après le très remarqué Eternity Incorporated le nouveau roman d’anticipation de Raphaël Granier de Cassagnac, un beau-livre magique et gothique L’Étrange cabaret des fées désanchantées et une nouvelle auteure-révélation : Salomé Vienne avec son enchanteur Le Matin en avait décidé autrement chez Mnémos.

» Succès (3)  Éditions prestige

Après le succès des beaux-livres Le Lion de Macédoine, Imaro et les coffrets prestige de Mathieu Gaborit – c’est simple, ils sont épuisés ou en voie de l’être – Mnémos nous prépare deux nouvelles intégrales prestige (couvertures cartonnées, signet en tissu, jaquettes, etc.) et ceci pour la première fois en France : L’Anneau-Monde de Larry Niven, qui réunit en un volume les quatre 5


2 ÉVÉNEMENTS chez LES INDÉS : Notre collectif est une force de proposition pour l’imaginaire en francophonie. Nous avons donc décidé de nous munir de notre propre label de livres au format de poche, Hélios, et de faire rebondir la revue Fiction dans le format « mook », tout en couleur. Du jamais vu dans nos domaines !

Classiques, rééditions, inédits : 6

la nouvelle collection de poche des littératures de l’imaginaire.


•UN LABEL POCHE •UNE REVUE • Format “mook” • 272 pages couleur

r a v i t é • Le meilleur des La revue qui défie la g nouvelles inédites du domaine anglo-saxon et francophone SFFF • Le grand entretien • Nouvelles rubriques • 3 numéros par an www.revue-fictions.fr

3 numéros par an au nouveau prix de 15 € (abonnement 40 € par an)

7


PROPULSÉ par Entretien exclusif avec... Zoom sur...

Robin HOBB

Quel plaisir de recevoir dans ces colonnes la prêtresse de la high fantasy !

8

Robin Hobb est une grande dame de la fantasy dans le monde entier. Son cycle L’Assassin Royal a connu un succès phénoménal dans de nombreux pays et elle continue à explorer son univers dans ses nouveaux romans. Mais ne la réduire qu’à cette série serait une erreur. Robin Hobb est d’abord une écrivain passionnante comme le prouvent ses autres titres comme Ki et Vandien (Mnémos) ou Le Peuple des rennes (Pocket). Au début des années 80, elle participe à une expérience littéraire. Avec plusieurs auteurs, elle contribue à une série d’anthologies dont les nouvelles se déroulent toutes dans le même univers, celui de Liavek, une cité portuaire de fantasy dans laquelle chaque habitant reçoit à son anniversaire une petite quantité de magie. L’occasion pour Robin Hobb, connue alors sous son vrai nom, Megan Lindholm, de raconter l’histoire de Kaloo, une jeune femme orpheline qui ne connaît pas sa date de naissance et part à la recherche de ses origines. Le temps de six nouvelles, elle se glisse dans la peau de son héroïne pour lui tisser, avec l’aide de Steven Brust (avec qui elle a écrit La Nuit du prédateur) et Gregory Frost, un destin exceptionnel. Le résultat est une véritable petite perle. Un récit magistral et inédit que les éditions ActuSF vous proposent en février. C’est aussi l’une des rares occasions de découvrir cet univers de fantasy très original et intrigant jusqu’ici inconnu en France. À noter que la revue Fiction publie également les bonnes feuilles de Liavek.

L’Indé : Qu’est-ce qui vous a donné envie de travailler dans l’univers de Liavek ? Robin : Les nouvelles dans l’univers de Liavek furent écrites très tôt dans ma

carrière. À cette époque, l’idée de partager des univers entre plusieurs écrivains et de tout publier dans des anthologies était relativement récents. Nous étions tous intrigués par les possibilités que cela offrait. Le fait de pouvoir travailler avec des auteurs que j’appréciais m’a tout de suite plu. C’était une expérience très ludique, un peu comme jouer à une partie de jeux de rôle avec des amis.


L’Indé : Est-ce que c’était facile de s’approprier cet univers imaginé par d’autres écrivains ?

Robin : En fait, ça ne s’est pas passé comme ça. Comme je viens de le dire, Will Shetterley et Emma Bull, je crois, avaient inventé un scénario pour une partie de D&D avec des amis. Ils y avaient joué un peu et s’étaient rendus compte que cela ferait un bon contexte pour un univers partagé. L’univers était

9


entièrement nouveau pour tout le monde. Nous nous sommes juste mis d’accord sur certains détails. On voulait notamment un monde magnifique et intrigant. On nous a donné les règles concernant la magie et l’idée globale de la ville et chacun a ensuite écrit ses propres histoires...

L’Indé : Pourquoi avoir choisi de raconter l’histoire de Kaloo ? Robin : Kaloo est à 100 % mon idée. Je voulais que son histoire soit entourée de mystères, même pour elle. Avec peut-être même quelque chose de dangereux dans son passé d’orpheline. Quand j’en ai parlé à Will et Emma, ils m’ont dit que Steven Brust écrivait justement sur un personnage dangereux. Steve et moi avons donc échangé quelques lettres (c’était bien avant que les mails n’existent) et l’histoire s’est lancée comme ça.

L’Indé : Vous avez écrit deux nouvelles avec Steven Brust et Gregory Frost. Est-ce une expérience qui vous a plu ?

Robin : Steve et moi avions des idées très claires par rapport à ce que nos person10

nages allaient faire et qui ils étaient. C’était un peu comme si nous avions écrit chacun une histoire avant de les mêler. Gregory Frost est arrivé en tant que ­co-auteur sur le tout dernier texte. C’était amusant. Il se trouve que j’ai beaucoup apprécié travailler avec Steve : nous avions en effet des idées très proches du coût inhérent à l’utilisation de la magie et comment nos personnages allaient se développer.

L’Indé : Avec le recul, quel regard portez-vous sur cette aventure éditoriale ? Et seriez-

vous prête à ouvrir votre univers à d’autres écrivains ou à participer à d’autres aventures du même type ?

Robin : Après toutes ces années, j’y repense encore comme quelque chose

d’amusant. Depuis, chacun a pris des chemins différents concernant l’écriture. Aujourd’hui, je doute sincèrement que je puisse écrire à nouveau dans un univers partagé. L’une des raisons est simplement le manque de temps : je n’en ai pas assez pour écrire toutes les histoires qui me trottent dans la tête... Alors écrire dans l’univers de quelqu’un d’autre... Quant à inviter d’autres auteurs à écrire des histoires dans un monde que j’aurais inventé, cela me semble être beaucoup trop de travail. Emma et Will ont dû énormément faire pour harmoniser tous les textes et que les anthologies fonctionnent. Il fallait garder une cohérence sur le nom des rues, que la météo soit identique pour tous ou encore faire en sorte que chacun utilise les mêmes éléments culturels. Non : je frissonne rien qu’à l’idée de ce que cela implique comme travail. J’ai déjà assez de difficultés à m’occuper de mes propres textes !


L’Indé : Vous avez notamment écrit La Nuit du prédateur avec Steven Brust (publié en France aux éditions Mnémos). Est-ce facile d’écrire et de travailler avec lui ? Quel regard portez-vous sur son travail ?

Robin : La Nuit du prédateur a été écrit il y a des années, au début des années

1990 et il fut publié en 1992. Ça fait 25 ans à peu près... À cette époque, Steve et moi avions écrit ce texte par le biais d’une correspondance. Il n’y avait toujours pas de mails : le manuscrit grossissait à chaque envoi et contenait à chaque fois de nombreuses corrections, des passages réécrits, etc. On s’est beaucoup amusé avec ce projet. Il n’y avait aucun plan de défini, aucune limite de texte : nous étions l’un comme l’autre surpris quand l’histoire s’est terminée et qu’il faisait la taille d’un livre. Nous n’avions pas de contrat et n’en avions pas discuté avec nos agents tellement cela nous semblait improbable que cela aboutisse. Au final, c’était un projet amusant entre deux amis qui a fini par donner un roman.

11


PROPULSÉ par Entretien exclusif avec... Zoom sur...

Fabien CERUTTI

frappe fort avec Le Bâtard de Kosigan, l’Ombre du pouvoir un premier roman de fantasy historique enlevé et jouissif. So French ! L’Indé : Alors Monsieur Fabien Cerruti, en quelques mots, qui es-tu ?

12

Fabien : Le « en quelques mots  » pose toujours forcément un peu problème quand il s’agit de définir une identité…  Fils d’officier. Souvent en mutation dans les pays tropicaux. Adolescent romantique et aventureux. Un bac S. Une prépa littéraire. Une formation d’élève officier à ­Saint-Cyr pour faire honneur à la mémoire de mon père, mort en service commandé. Une démission, parce que, décidément, je n’aimais ni courir avec 50 kg sur le dos, ni boire du champagne avec ceux qui me donnaient des ordres. Une fac d’histoire, quelques concours ici et là, et me voilà professeur agrégé de la seule matière réellement intéressante à étudier…  Quant aux mondes de l’imaginaire, je suis tombé dedans en 1982, date à laquelle j’ai découvert pour la première fois, A. E. Van Vogt, d’une part, et J. R. R. Tolkien, de l’autre… Depuis j’ai dû dévorer plus de 10 000 livres et bandes dessinées de toute sorte. Sans compter les multiples histoires que j’ai inventées par moi-même dans le cadre de jeux de rôle, papier ou informatiques. L’Indé : On est impatient de découvrir Le Bâtard de Kosigan, l’Ombre du pouvoir, peux-tu nous présenter le roman ?

Fabien : Bien sûr, même si ce n’est pas si simple sans révéler trop de choses... Il s’agit en réalité d’un roman double, une sorte d’uchronie qui raconte, en parallèle, l’histoire d’un capitaine d’une compagnie de mercenaire d’élite au 14e siècle, avec un passé trouble et des pouvoirs qu’il ne comprend pas lui-même, et qui a pour mission de s’emparer de la Champagne au profit d’un commanditaire secret… Et celle de l’un de ses lointains descendants, au tournant du 19e et du 20e siècle, qui hérite de lui dans des circonstances mystérieuses, et qui va chercher à comprendre qui était réellement son énigmatique ancêtre. Une histoire qui monte peu à peu en puissance, mêlant espionnage, combat, magie, en-


quête et manipulation, avec un peu d’érotisme à l’intérieur, et qui fait des a ­ llers-retours entre un 14e siècle où la sorcellerie, les enchantements et les races anciennes existent encore… et une fin de 19è dans lequel ils se sont littéralement é ­ vaporés…

L’Indé : Le Bâtard est vraiment attachant, peux-tu nous en dire plus sur ce personnage principal du livre ? Fabien : En fait ils sont deux, mais je suppose que, pour le moment, celui que l’on peut qualifier de « personnage principal » est

13


le chevalier Pierre Cordwain, bâtard de la lignée des Kosigan. Un chef de compagnie de mercenaires d’élite qui accomplit les sales besognes des plus grandes familles de la Chrétienté. Pour le résumer, je dirais qu’il est humain et machiavélique, un héros à la fois classique et atypique. Classique parce qu’il présente toutes les caractéristiques habituelles d’un grand aventurier et d’un espion : c’est un combattant né, doté de certains pouvoirs, plein d’esprit et de panache, qui se montre à la fois rusé, éloquent et charmeur, et qui sait jouer de l’épée, du faux-semblant ou de la manipulation pour arriver à ses fins… Il travaille en secret pour les plus grandes maisons européennes et œuvre à résoudre leurs problèmes les plus délicats… D’une certaine manière il est l’héritier des héros de Jack Vance, de Roger Zelazny ou de Philip José Farmer. Mais je pense que l’on peut également dire que c’est un héros atypique. D’une part parce qu’il dirige une compagnie d’autres mercenaires d’élite qui font beaucoup dans sa réussite. Mais surtout, parce que, contrairement à un certain nombre de héros des littératures de l’imaginaire, il n’est ni manipulé (un grand classique du genre) ni embringué dans la réalisation d’une obscure (et énième) prophétie… En réalité c’est lui qui, la plupart du temps, mène le jeu, c’est lui qui prend les décisions et c’est lui qui construit les plans… Ce qui, évidemment, ne signifie pas pour autant que tout se déroule toujours de la manière exacte dont il l’a prévu… Loin de là…

L’Indé : Au fait, as-tu eu des inspirations particulières pour écrire ce roman ? 14

Fabien : Non. Enfin, si. Inconsciemment des milliers… Comme je l’ai déjà dit, j’apprécie tout particulièrement les héros à la Jack Vance ou à la Roger Zelazny, et pour ce qui est des auteurs plus récents, je me retrouve assez dans la saga du Trône de Fer de G. R. R. Martin, dans la mesure où elle crée un monde réellement médiéval, mêlé de fantastique, dont les personnages ne sont jamais traités de manière manichéenne. Exactement ce que j’apprécie. L’Indé : La gestation du Bâtard de Kosigan a été originale, n’est-ce pas ? Fabien : Une fois n’est pas coutume, les aventures du bâtard de Kosigan trouvent leur source dans le monde des jeux vidéo. À ­l’origine, le chevalier de Kosigan est le personnage central d’une série de six aventures que j’ai fait paraître pour le jeu de rôle PC Neverwinter Nights entre 2003 et 2007. Son univers original (entre fantasy à l’anglo-saxonne et histoire de France) a bien plu et a su séduire une petite communauté de passionné, à la fois en France et dans le monde entier. C’est l’un d’eux, Édouard Chevais-Deighton, par ailleurs scénariste de bande dessinée, qui m’a convaincu en 2005 d’essayer d’élaborer un projet de BD autour du Bâtard de Kosigan. Pour dire la vérité ça a failli marcher… Malheureusement le dessinateur que j’avais trouvé ne s’est pas fendu de plus de dix planches en deux ans et le projet a fini avec l’eau du bain… On m’a dit de ne pas laisser tomber… On m’a dit de m’accrocher… On m’a assuré que je pouvais encore faire de belles choses avec mon héros bâtard… Et on m’a juré


qu’il valait mieux être seul que mal accompagné… Alors, à partir de 2011, je me suis lancé dans l’aventure de ce roman. Et si les gens le lisent, il y a de bonnes chances que ce ne soit pas fini.

L’Indé : Qu’est-ce que tu as souhaité faire partager au travers de ce premier

roman ?

Fabien : N’étant pas certain d’être publié (doux euphémisme), j’ai avant tout voulu écrire une aventure pour me faire plaisir, une aventure comme je voudrais en lire. Avec du rythme, une montée progressive en puissance, du panache, de l’action, des intrigues, une touche d’érotisme, tout en gardant quelques surprises intéressantes pour la fin. Des personnages non manichéens, avec des réactions et des ambitions crédibles, dans un univers à la fois réel et imaginaire. L’Indé : Pour tous celles et ceux qui veulent comme toi franchir l’étape du premier roman avec plaisir et succès, tu as eu une méthode d’écriture pour Le Bâtard ? Fabien : Écriture et relecture, relecture, relecture, relecture et encore relecture, voilà ma manière de faire. Je pense être meilleur critique qu’écrivain (mais on ne l’est malheureusement jamais assez), et je suis très à l’écoute de ce que me disent les gens qui ont la gentillesse de lire ce que j’écris. C’est ainsi que je réussis, en définitive, à produire quelque chose qui est susceptible de me plaire. L’inconvénient évidemment, c’est qu’avec cette méthode, on n’arrive jamais à être entièrement satisfait de ses propres résultats…  L’Indé : Tes prochains projets ? Fabien : Continuer si on me laisse faire. Cette première aventure n’est qu’un pied à l’étrier pour le Bâtard de Kosigan : il va se trouver impliqué dans des intrigues à grande échelle, pris à la gorge par des évènements qu’il aura de plus en plus de mal à contrôler, forcé de prendre parti dans des luttes plus profondes entre les forces anciennes de la magie et la montée d’un christianisme de combat, tenaillé par ses propres ambitions, trahi, pris aux tripes par les gens qu’il aime, obligé d’en sacrifier certains et amené à découvrir les secrets les mieux gardés de l’histoire de l’humanité. Bref, il reste encore un peu de t­ ravail… 

15


PROPULSÉ par Entretien exclusif avec... Zoom sur...

Stefan PLATTEAU

Un nouveau nom pour la fantasy, venu de Belgique !

L’Indé : Un nouvel auteur, cela attire la curiosité : pouvezvous nous parler un peu de vous, dire d’où vous venez ?

16

Stefan : Je suis né en Belgique, mais fondamentalement, je me suis éveillé dans le sud de l’Inde, où j’ai vécu deux années à une période cruciale de mon enfance. Mes premiers vrais souvenirs datent de cette période, entre mes quatre et mes six ans. Je suis resté très marqué par la culture et la mythologie indienne, et je considère ce pays comme ma seconde patrie. Cela se sent dans Les Sentiers des astres, je crois, même si les influences médiévales européennes et le vieux fond celtique/germanique sautent d’abord aux yeux. L’Indé : Vous êtes historien de formation. Cela a-t-il une influence sur votre façon d’écrire?

Stefan : Raconter des histoires a toujours été ma passion ; depuis l’enfance, j’y

consacre un temps important. Du coup, au moment de choisir mes études, j’ai craqué pour l’Histoire avec un grand H – d’autant qu’à cette époque, j’étais très investi dans les activités de reconstitution historique. J’ai beaucoup pratiqué l’épée, j’y ai d’ailleurs laissé une demi-phalange. Mes premières vraies productions ont été des spectacles d’histoire vivante. Je cherchais à exploiter la force collective de ces compagnies de reconstitution médiévale qui, ensemble, peuvent aligner plus d’armures réalistes que n’importe quelle production cinématographique, pour leur faire raconter une histoire qui ne parle pas seulement de guerre, mais de la société médiévale en général : il fallait que je me dote des moyens scénographiques pour ce faire. J’ai donc développé des collaborations avec des professionnels du théâtre (metteur en scène, acteurs, ingés son…), pour créer quelque chose qui s’éloigne des classiques son et lumière ou reconstitutions de batailles que proposent la plupart des sites historiques... Mais bien sûr, l’Histoire a aussi déterminé ma façon de faire de la fantasy. Le Moyen Âge ne se limite pas aux archétypes que l’on retrouve dans la plupart des livres de


fantasy : il est infiniment plus riche en personnages, en situations, en phénomènes de société méconnus. L’Histoire est une mine d’or pour un auteur qui cherche à raconter quelque chose de neuf, à créer un monde complet et cohérent. De nombreux paysages restent à explorer : des auteurs comme Jaworski ou Gavriel Kay l’ont très bien compris. Du reste, l’Histoire n’est pas la seule ressource : l’anthropologie, par exemple, peut procurer les mêmes richesses…

17


L’Indé : Et quel chemin a suivi votre manuscrit ? Stefan : Un chemin assez long… j’ai eu la chance de pouvoir compter sur un grand

nombre de personnes qui ont accepté de jouer le rôle de relecteurs pour mon manuscrit, à différentes étapes du processus d’écriture. Certains étaient des amis, d’autres de vagues connaissances. Je comptais sur ces derniers pour être plus critiques, mais je me trompais : ce sont les amis proches qui se sont montrés les plus féroces ! Ils me connaissaient comme maître de jeu et créateur de spectacles, et avaient de fortes attentes vis-à-vis de mon premier roman  ; ils ne laissaient pas passer la moindre faiblesse. Je leur dois beaucoup : chacune de leurs remarques a rehaussé d’un cran mon niveau d’exigence vis-à-vis de mon travail, et au final, leur enthousiasme était très soutenant. J’ai eu également la chance de pouvoir compter sur Ayerdhal comme ultime relecteur. C’était en fin de processus ; le tout dernier lifting du roman. C’est grâce à lui que le récit du Barde est entièrement au présent. Tout cela a rallongé considérablement le temps de confection de Manesh, mais raccourci son parcours éditorial. Le jour où je l’ai jugé prêt, je l‘ai transmis aux Moutons électriques, qui étaient mon premier choix d’éditeur. Quarante-huit heures après, je signais !

L’Indé : Il s’agit du premier tome d’une trilogie. Pourquoi une trilogie ? 18

Stefan : Parce que Les Sentiers des astres est bâti autour de trois récits de vie,

tous connectés à une même intrigue principale. Chaque tome est centré sur les souvenirs de l’un des personnages principaux, qui se raconte à ses compagnons de voyage... Le fil conducteur de la trilogie prend sa source dans le passé de ces trois conteurs : chacune des « biographies » apporte donc son lot de révélations. En parallèle, le groupe poursuit son chemin vers le Septentrion, à la recherche du Roi-diseur  : or, le Framar n’a rien d’un long fleuve tranquille… Chaque roman se développe donc à deux niveaux : un niveau « temps réel » racontant l’expédition du capitaine Rana, et un niveau « récit de vie » (en l’occurrence, pour ce premier tome, c’est le récit du Bâtard ), qui est un peu la façon dont les voyageurs occupent leur temps libre...

L’Indé : Mais qui dit trilogie ne dit pas univers à la Tolkien, bien au contraire, l’univers que vous commencez à bâtir répond à de bien d’autres influences, que pouvezvous nous en dire ? Stefan : Je suis, comme beaucoup, marqué par Tolkien, mais je n’avais aucune

envie de recycler sa propre interprétation du vieux fond celtique et germanique. On ne trouvera ni elfe, ni nain dans le monde des Sentiers des astres. Pour créer quelque chose de plus personnel, j’ai préféré retourner puiser directement à la source ­originelle, celle des mythes et des grands récits épiques, pour les distiller ensuite à ma façon. C’est la même démarche que le maître a menée en son temps, toute proportion gardée… Je me suis replongé dans les récits fondateurs de diverses civilisa-


tions, dont certains sont vraiment peu connus du grand public. Le fond épique indien (Ramayana et Mahabarata) a eu une énorme influence sur mon inspiration. Je suis allé jusqu’à expérimenter la tradition orale en compagnie de harpistes et de conteurs, lors de soirées au cours desquelles nous lisions le Kalevala à voix haute, sous sa forme versifiée, directement traduite du finnois. Nous pensions lire une heure et nous lasser rapidement : en réalité, lorsque nous avons déposé le bouquin et regardé l’horloge, nous avons eu la surprise de découvrir que trois heures (et plus de cent pages de poésie épique) avaient passé sans nous lasser un seul instant. C’était stupéfiant : nous nous étions laissés emporter par le rythme et la beauté de la langue, qui crée une incroyable transe… c’est là que j’ai approché un peu la perception de ce qu’était un barde, un aède, un scalde.

L’Indé : Vous plonger dans la fantasy vous semblait-il d’emblée une évidence, pourquoi la fantasy ? Stefan : Ayerdhal prétend que j’écris de la science-fiction plutôt que de la fantasy !

C’est exagéré à mon avis - le monde évoqué est clairement médiéval et comporte une dimension fantastique évidente - mais je pense que s’il dit cela, c’est parce que je construis mon univers en puisant dans diverses sciences humaines, une démarche qu’il connaît bien. Je me pose des questions qui sont quotidiennes chez beaucoup d’auteurs de SF, telles que : de quoi vivent les gens, comment cela affecte-t-il leur façon de penser, de voir la vie et la mort, comment cela transforme-t-il les relations humaines, etc.  ; et si c’est intéressant, je l’exploite dans le récit. Je suppose que cela peut parfois rendre les réactions des personnages un peu surprenantes, parce qu’il y a, entre la mentalité d’une civilisation médiévale et la nôtre, un monde de différence. Au quinzième siècle, en France, se moquer du chapeau de quelqu’un avait de grandes chances de vous valoir un bon coup de dague dans le creux des côtes, alors que par ailleurs, l’irrévérence était largement pratiquée dans la société lors de réjouissances comme la fête de l’âne. Allez comprendre ce paradoxe ! Je trouve cela dépaysant, or le dépaysement est pour moi l’essence de la fantasy… Au final, mes histoires parlent de relations humaines. C’est leur composante fondamentale… beaucoup d’éléments, notamment la relation particulière entre le Barde et le Bâtard, auraient pu être transposés dans d’autres genres que la fantasy…

19


EXPLOREZ TOUTES LES PARUTIONS DE JANVIER À JUIN ! chez ActuSF, Mnémos, Les Moutons électriques et les poches Hélios ! Chez

L’Évangile cannibale Fabien Clavel Enfermé pendant 40 jours dans leur maison de retraite, un groupe de personnes âgées découvre à sa sortie un Paris totalement envahi par les zombies. Qui va le plus vite : un petit vieux en fauteuil roulant ou un mort-vivant affamé ?

20

ISBN : 978-2-917689-58-5 / 312 p. / 17 € /

Chez

Renégats David Gemmell Une nouvelle édition prestige pour ce livre en un volume de David Gemmell. Une belle couverture cartonnée avec signet. Après Le Lion de Macédoine, le maître de la fantasy anglo-saxonne est à l’honneur chez Mnémos. ISBN : 978-2-35408-158-4 / Grand format prestige cartonné / 340 p. / 23 € /

Janvier 2014


Janvier 2014

Chez

Le Casino perdu Michel Pagel Longtemps, les quatre planètes furent séparées par le temps : un phénomène nommé achronie leur avait conféré un écoulement chronologique différent. Pourtant, de mystérieuses portes se sont maintenant ouvertes, qui permettent de relier aléatoirement chaque monde sans être victime des décalages temporels. ISBN : 978-2-36183-127-1 / 384 p. / 24 € /

Chez

Les Souffles ne laissent pas de traces

La Lanterne rouge Pierre Zaccone

Timothée Rey

Maître des épouvantables mystères criminels, Pierre Zaccone (1818-1895) fut parmi les Une steppe froide, quelque part premiers écrivains à faire du « dans l’Europe paléolithique, roman à intrigues », nos futurs non loin du grand glacier conti- romans policiers, un genre nental. Des crimes mystérieux. à part entière, inventant une Heureusement, un chamane partie de ses codes, de ses enquête ! décors : enquêteur solitaire, filles perdues, assassinats ISBN : 978-2-36183-139-4 / 320 p. sordides, morceaux de corps / 19,90 € / empaquetés et jetés à la Seine, vengeances tenaces… ISBN : 978-2-36183-136-3 / 336 p. / 21,90 € /

L’empire de poussière T3

Avant le déluge

Nicolas Bouchard

Raphaël Albert

Pour le dernier tome de cette saga d’aventures haute en couleur et peuplée de personnages attachants, Nicolas Bouchard, en habile conteur, parvient sans peine à surprendre et à émerveiller dans un univers original au cœur des mythologies scandinaves. Une histoire palpitante où se côtoient elfes, dieux, déesses, pirates et de redoutables créatures volantes…

L’auteur mêle harmonieusement steampunk et magie, humains et races du Petit Peuple, et forge une intrigue palpitante et dramatique, tissée des ténèbres et des secrets des bas-fonds de Panam. Loin des clichés, il nous emmène là où tout bascule pour surprendre et nous marquer au fer rouge. ISBN : 978-2-35408-212-3 / 392 p. / 11,90 € /

21

ISBN : 978-2-35408-210-9 / 474 p. / 11,90 € /


Chez

22

Le Bâtard de Kosigan

Mémoire vagabonde

Fabien Cerutti

Laurent Kloetzer

Dans un automne du Moyen Âge épique et de fantasy, voici un roman d’aventures truculentes et machiavéliques qui fait du bien en ces temps maussades ! Une histoire qui monte rapidement en puissance, mêlant espionnage, combat, magie, enquête et manipulation, avec une touche d’érotisme. Un roman qui se lit avec beaucoup de plaisir…

Laurent Kloetzer est l’un des auteurs francophones les plus talentueux des littératures de l’Imaginaire. Il déploie une fantasy romantique et libertine à la croisée du polar ésotérique et du roman de cape et d’épée. Rêves, folies, confusion de personnalités, l’ensemble est enivrant et se mêle à une superbe galerie de personnages soumis à de nombreux ISBN : 978-2-35408-172-0 / Grand retournements de situations. format / 336 p. / 20 € /

ISBN : 978-2-35408-170-6 / Grand format / 320 p. / 20 € /

Chez

VAMPIRES à contreemploi Dirigée par Jeanne-A Debats Onze auteurs, que rien dans leur œuvre ne destinait à rencontrer le vampire, franchissent le pas et nous livrent leur version du vampire moderne, du vampire trans, post ou même méta humain. Anthologie réalisée pour les dixièmes Rencontres de l’imaginaire à Sèvres. ISBN : 978-2-35408-169-0 / 212 p. / 16 € /

Liavek Megan Lindholm & Steven Brust Dans la cité de Liavek, chaque habitant reçoit à son anniversaire une petite quantité de magie. Mais Kaloo doit s’en passer. La jeune femme est orpheline et ne connaît pas sa date de naissance. Commence alors pour elle une quête de ses origines sous la plume de Robin Hobb. ISBN : 978-2-917689-60-8 / 288 p. / 19 € /

Février 2014


Février 2014

Chez

Détectives rétro Dir. Luce & Ruaud Durant l’âge d’or du roman policier, nombreux furent les détectives a marcher sur les traces d’un Sherlock Holmes, avec des caractéristiques de plus en plus excentriques. Naquirent ainsi des détectives de l’étrange (chasseurs de fantômes et de crimes impossibles), des détectives ferroviaires, des détectives milliardaires, des détectives ratés, des détectives cambrioleurs... ISBN : 978-2-36183-079-3 / 384 p. / 24 € /

Minuscules flocons de neige

Jeunes détectives, les vies

David Calvo

Dir. Vivian Amalric

Los Angeles, aujourd’hui. Qu’est venu faire Osamu Tezuka en Californie, au début des années 1950 ? Qui sont les mystérieux dramaturges qui prétendent réveiller Godzilla ? Que dissimulait Walt Disney dans les souterrains de son studio de Burbank ? Los Angeles a-t-elle réellement été colonisée pendant la guerre par un envahisseur invisible ?

Fantômette, Alice, le Club des Cinq, Sans Atout, Jérôme K. Jérôme Bloche, Détective Conan... qui ne les connaît pas ? Héros cultes de nombreuses générations, les jeunes détectives de séries policières jeunesse à personnage récurent font partie de la culture de chacun, des lectures de tous les enfants et de la nostalgie de tous les adultes.

ISBN : 978-2-36183-129-5 / Grand format / 240 p. / 19,90 € /

ISBN : 978-2-36183-144-8 / Grand format / 200 p. / 22 € /

Fiction

La revue des littératures de l’imaginaire

ISBN : 978-2-917689-59-2 / 252 p. / 15 € /

Fiction, 60 ans et encore jeune ! En France, les lecteurs de science-fiction ont la chance de pouvoir lire la revue Fiction depuis maintenant soixante ans. Soixante années de nouvelles et de rubriques signées par les plus grands noms de l’imaginaire mondial et français. En 2014, la revue signe son renouveau avec les Indés de l’imaginaire. Désormais elle fera 272 pages, tout en couleur, avec un nouveau format et un design signé Aurélien Police. Vous y trouverez également de nouvelles rubriques et toujours le meilleur des nouvelles internationales (venues de Fantasy and Science-fiction) et francophones. Pour le numéro 18, Robin Hobb, Ken Liu, John Sladek, Timothée Rey, Estelle Faye, Elizabeth Hand sont au programme, ainsi qu’un cahier graphique totalement fou de Catherine Dufour et Patrick Imbert. Et comme l’envie nous pousse, elle passe de 2 à 3 numéros par an. Non vraiment, Fiction ne fait pas son âge. Chez les Indés, nous sommes très heureux et fiers de porter haut ses couleurs et de vous présenter cette nouvelle mouture. Découvrez-le en février chez votre libraire ! 23


Chez

24

Chien du heaume & Mordre le bouclier

Nephilim Le Chant de la Terre Intégrale

Justine Niogret

Isabelle & David Coilet

Réédition des deux premiers romans de Justine Niogret qui ont obtenu tous les prix des littératures de l'imaginaire. Dans l’univers âpre et sans merci du haut Moyen Âge, loin de l’image idéalisée que l’on se fait de ces temps cruels, une femme se bat pour retrouver ce qu’elle a de plus cher, son passé et son identité. Dans sa langue ciselée et dure, l’auteur nous dépeint les croisades dans toute leur fureur et leur réalisme.

Les Nephilim s’éveillent de nouveau ! « Je suis un être d’essence magique, je suis immortelle et inhumaine. Tu n’aurais jamais pu me croire avant d’avoir vu ce qui s’est passé ce soir. » Une très belle intégrale avec couverture cartonnée qui regroupe Le Chant de la Terre, Le Diapason d’Orichalque et La Part du Diable, l’une des premières sagas romanesques à nous faire découvrir l’univers occulte des Nephilim.

ISBN : 978-2-35408-171-3 / Grand format / 384 p. / 18 € /

Chez

ISBN : 978-2-35408-173-7 / Grand format prestige cartonné / 416 p. / 24 € /

Les Conquérants du feu J.-H. Rosny aîné Les textes présentés dans ce premier tome de La Légende des Millénaires sont, pour la plupart, inédits en volume. L’histoire des premiers efforts de vie jusqu’à nos jours mêle aventure et découverte, autant de fictions dont la lecture séduira adolescents et adultes. ISBN : 978-2-36183-143-1 / Grand format / 352 p. / 24 € /

Mars 2014


Mars 2014

Chez

Fées, weed et guillotines

Le Postapocalyptique

Karim Berrouka

Les collections de la Maisons d’A illeurs

La dernière fois qu’elle est venue en France, c’était pendant la Révolution. Mais depuis deux siècles, la colère de la fée Jaspucine n’est pas retombée. Elle tient à retrouver sa sœur qu’elle accuse de trahison et veut mettre le détective Abdaloff sur le coup. Un polar déjanté et complètement fou de Karim Berrouka.

La Maison d’Ailleurs est le seul musée dédié à la sciencefiction en Europe. Il attire chaque année des dizaines de milliers de visiteurs. ActuSF s’est associé à la Maison d’Ailleurs pour proposer deux fois par an des guides sur les grandes thématiques de la SF.

ISBN : 978-2-917689-61-5 / 350 p. / 17 € /

ISBN : 978-2-917689-57-8 / 92 p. / 7,30 € /

Super-héros Les collections de la Maisons d’A illeurs La Maison d’Ailleurs est le seul musée dédié à la science-fiction en Europe. Il attire chaque année des dizaines de milliers de visiteurs. ActuSF s’est associé à la Maison d’Ailleurs pour proposer deux fois par an des guides sur les grandes thématiques de la SF. ISBN : 978-2-917689-62-2 / 92 p. / 7,30 € /

Chez

Frankia T2

Quantex T3

JL Marcastel

Ludovic Albar

ISBN : 978-2-35408-209-3 / 560 p. / 11,90 € /

ISBN : 978-2-35408-213-0 / 336 p. / 11,90 € /

Conclusion épique de la saga transposant de manière fantastique la sombre réalité de la guerre.

Suit et fin d’un des meilleurs Space Opéra francophones publié ces dernières années.

Ubik le scénario

Philip K. Dick

Jamais tourné mais rédigé et rêvé par Dick, le scénario de son plus célèbre roman.

L’impasse-temps Dominique Douay Peut-être le fantasme ultime, en tout cas le plus puissant des pouvoirs : désormais, il peut quitter le cours du temps.

ISBN : 978-2-36183ISBN : 978-2-36183-165-3 / 192 p. 25 164-6 / 192 p. / 7,90 € / / 7,90 € /


Chez

26

Lancelot

L’Opéra de Shaya

Anthologie

Sylvie Lainé

Anthologie officielle du festival Zone Franche, ce livre propose de redécouvrir et de moderniser le mythe essentiel de Lancelot. Avec Nathalie Dau, Anne Fakhouri, Jeanne-A Debats, Fabien Clavel, Karim Berrouka, Thomas Geha, Franck Ferric, Armand Cabasson et Lionel Davoust.

Sur Shaya, So-Ann découvre un monde étrange, une planète où les plantes et les animaux, humains compris, vivent en harmonie, n’hésitant pas à échanger peu d’ADN pour mieux se connaître, se comprendre, se goûter... Un paradis ? Vraiment ? Le grand retour de Sylvie Lainé !

ISBN : 978-2-917689-63-9 / 300 p. / 16 € /

Chez

ISBN : 978-2-917689-36-3 / 200 p. / 12 € /

Manesh Stefan Platteau Quelque part dans la nordique forêt du Vyanthryr, les gabarres du capitaine Rana remontent le fleuve vers les sources sacrées où réside le Roi-diseur, l’oracle dont le savoir pourrait inverser le cours de la guerre civile. À bord, une poignée de guerriers prêts à tout pour sauver leur patrie. Mais qui, parmi eux, connaît vraiment le dessein du capitaine ?

ISBN : 978-2-36183-142-4 / Grand format / 464 p. / 24 € /

Chez Les Crépusculaires

Mathieu Gaborit

Les Crépusculaires est une œuvre majeure de la littérature de fantasy française, dotée d’une beauté sombre et d’un lyrisme envoûtant. Un romanmonde initiatique et d’une grande originalité dans lequel Mathieu Gaborit nous fait partager les doutes et les affres de son héros à l’heure des choix. ISBN : 978-2-35408-214-7/ 384 p. / 10,90 € /

Avril 2014


Avril 2014

Chez

Corpus Prophetae

Science-Fiction

Matt Verdier

Essai de André-François Ruaud & Raphaël Colson

Mnémos publie pour la première fois un thriller. L’auteur nous propose avec ce premier roman au récit savamment construit et captivant un thriller ésotérique, voyage infernal sur les traces de Jésus, dans les méandres de l’histoire. Entre roman noir, polar et anticipation, c’est un coup de maître d’une grande originalité pour un premier roman ! À découvrir absolument ! ISBN : 978-2-35408-175-1 / Grand format / 400 p. / 21 € /

Cet essai remarquable s’attache à retracer l’histoire de la science-fiction en tant que culture, en la repositionnant de façon systématique au sein de son contexte historique puisqu’elle est le fruit de son époque. On y découvre ainsi un panorama complet des thèmes, des genres, des pays, le tout avec une iconographie riche et agréable qui vient appuyer le propos. ISBN : 978-2-35408-174-4 / 354 p. / 23 € /

Chez Car les temps changent

Homo Vampiris

Fabien Clavel

Dominique Douay

L’auteur revisite avec maestria le mythe du vampire, et nous livre un thriller fantastique mené tambour battant où il ne se gêne pas pour décrire un futur sombre, bien plus terrifiant finalement que les êtres nocturnes qui peuplent Homo Vampiris.

Une fois par an, lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, arrive le Changement. Un grand roman dickien, inédit.

ISBN : 978-2-36183-078-6 / 192 p. / 7,90 € /

ISBN : 978-2-35408-208-6/ 340 p. / 9,90 € /

27


Chez

Notre-Dame des Loups

Bardes & L’Anneau-Monde sirènes Anthologie des Intégrale

Adrien Tomas

Larry Niven

Dans une Amérique du Nord au 19e siècle, sauvage et glaciale, des Veneurs traquent les loups. Ensemble, ils ont choisi d’affronter ces lycanthropes sanguinaires tous unis par un passé qui les 28 a meurtris. Dans ce roman d’aventure, mélangeant western et fantastique, Adrien Tomas développe des relations fortes entre les personnages livrés à euxmêmes sur une terre sans loi, où seule compte la survie. ISBN : 978-2-35408-176-8 / Grand format / 220 p. / 17 € /

Chez

Découvrez ou redécouvrez l’une des œuvres majeures de la SF dans cette édition prestige et limitée, cartonnée avec jaquette. Les quatre romans formant le cycle de L'Anneau-Monde ont été réunis en un volume pour la première fois en France permettant ainsi aux lecteurs d’explorer l’un des artefacts les plus majestueux que la SF est capable de rêver. ISBN : 978-2-35408-177-5 / Grand format / 850 p. / 29 € /

Imaginales 2014 dirigée par Sylvie Miller et Lionel Davoust Cette nouvelle anthologie nous propose des textes surprenants, ébouriffants, épiques, de la fantasy qui mêle la qualité d’écriture de la fine fleur des auteurs francophones de l’imaginaire et plongée à la source des légendes.

ISBN : 978-2-35408-178-2 / 250 p. / 18 € /

Dernières nouvelles de Majipoor Robert Silverberg Robert Silverberg revient dans son cycle majeur de Majipoor avec un volume qui en rassemble les ultimes nouvelles, dont la plupart son inédite. Vous aussi découvrez ou replongez dans cet univers de fantasy si particulier. ISBN : 978-2-917689-64-6 / 600 p. / 21 € /

Mai 2014


Mai 2014

Chez

Intégrale T1 Roland C. Wagner Plume majeure de la science-fiction disparue en août 2012, Roland C. Wagner a laissé derrière lui tout un pan non réédité de son travail. Parues dans les années 1980, ses œuvres ont plusieurs fois été récompensées par le prix Ronsy aîné et méritaient d’être enfin réunies de manière raisonnée. ISBN : 978-2-36183-1691/ 384 p. / 24 € /

Le trésor de Mérande

Le Grand Hôtel Babylon

Dico féerique T3

J.-H. Rosny aîné

Arnold Bennett

Dir. AndréFrançois Ruaud

Romancier à succès et journaliste, Arnold Bennett fut en son temps l’un des auteurs les plus adulés d’Angleterre. Son chefd’œuvre de 1902, Le Grand Hôtel Babylon, classique des lettres britanniques, n’avait jamais fait l’objet d’une traduction française, un scandale aujourd’hui enfin réparé. Une ISBN : 978-2-36183-170-7 / formidable comédie 352 p. / 24 € / policière ! Les textes présentés dans ce deuxième tome de La Légende des Millénaires sont, pour la plupart, inédits en volume. Ces récits d’aventures mettent habilement en scène suspens, instinct de survie et ingéniosité. Autant de fictions dont la lecture séduira adolescents et adultes.

ISBN : 978-2-36183-1714 / 256 p. / 19,90 € /

Chez

Qu’est-ce exactement qu’une mandragore ? Une dryade ? Connaissez-vous le langage secret des sorcières ? Savezvous quelle minuscule populations se niche dans les mousses ? Quels sont les arbres qui possèdent une âme ? Comment le thé est-il né des paupières de Bouddha ? Quel rapport y a-t-il entre l’érable et des mains coupées ? ISBN : 978-2-36183-1059 / 280 p. / 23 € /

Interférences

Matricia

Yoss

Charlotte Bousquet

Ce titre est la nouvelle bonne surprise de la part de l’auteur de Planète à louer, un petit bijou d’humour lucide attachant et interpellant. À découvrir. ISBN : 978-2-35408-215-4 / 250 p. / 9,90 € /

Un roman de fantasy sombre, au ton unique, magnifiquement construit autour de l’histoire tumultueuse d’une vengeance. ISBN : 978-2-35408-216-1 / 320 p. / 10,90 € / 29


Chez

Un éclat de givre Estelle Faye

30

Un siècle après l’Apocalypse. La Terre est un désert stérile, où seules quelques capitales ont survécu. Dont Paris. Paris devenue villemonstre, surpeuplée, foisonnante, étouffante, étrange et fantasmagorique. Ville-labyrinthe où de nouvelles Cours des Miracles côtoient les immeubles de l’Ancien Monde. Là vit Chet, vingt-trois ans. Chet chante du jazz dans les caves, enquille les histoires d’amour foireuses, et les jobs plus ou moins légaux, pour boucler des fins de mois difficiles.

ISBN : 978-2-36183-167-7 / Grand format / 256 p. / 19,90 € /

Chez

Dico des créatures oubliées Collectif Qu’est-ce exactement qu’une tarasque ? Une chupacubra ? Qui occupe les chalets d’alpage durant l’hiver ? De quelle longueur est la queue d’un marsupilami ? Comment l’humour des saints provençaux créa-t-il un âne volant ? Que faire si vous croisez l’Ankou ? Pourquoi ne faut-il pas parler au m’subian ? ISBN : 978-2-36183-125-7 / Grand format / 280 p. / 23 € /

Stoner Road Julien Heylbroeck Sud de la Californie, 1994. Josh Gallows, toxico et petit dealer, part à la recherche de son ex, Ofelia, disparue dans une soirée rock en plein désert. Une de ces soirées où la musique, les drogues et les mystères coulent à flot. Un road trip survitaminé d’un jeune auteur brillant. ISBN : 978-2-917689-66-0 / 350 p. / 21 € /

Juin 2014


Chez

Juin 2014

Je suis ton ombre Morgane Caussarieu Avec une histoire envoûtante, Morgane Caussarieu nous plonge pour son deuxième roman dans les secrets les plus sombres des campagnes landaises et la moiteur des bayous. L’auteure conte, grâce à un style toujours tranchant et lancinant, le chemin inoubliable d’un gamin solitaire, sous l’emprise d’un mystérieux manuscrit… Et s’il avait réveillé des forces aussi malsaines qu’attirantes ? ISBN : 978-2-35408-181-2 / Grand format / 300 p. / 19 € /

Chez

Confessions La légende d’un elfe fumeur de Titus de lotus Crow Raphaël Albert Intégrale Fantasy poétique et épique, cette nouvelle enquête de Sylvo Sylvain sera la plus surprenante ! Son intrigue ? Sylvo lui-même ! Le roman nous fait ainsi vivre intensément dans la peau d’un elfe, de son enfance, son éducation, jusqu’au point de rupture conduisant à l’exil. Raphaël Albert nous montre une nouvelle fois qu’il est un grand conteur des littératures de l’imaginaire. ISBN : 978-2-35408-179-9 / Grand format / 336 p. / 20 € /

Les derniers Parfaits

Paul Beorn

Ganesha

Xavier Mauméjean

Une épopée vertigineuse, où l’audacieux Titus Crow lutte de toutes ses forces et de tout son esprit contre l’abominable puissance retrouvée de Cthulhu. Intégrale de 6 romans, édition limitée, en couverture cartonnée. ISBN : 978-2-35408-180-5 / 850 p. / 29 € /

La Sinsé gravite au 21

Roland C. Un road-movie Wagner haletant et Viper est dans sombre à travers les ennuis une Occitania jusqu’au cou. cathare légendaire Pour s’en sortir, sous l’emprise il n’a d’autre choix que d’accepter des forces une mission sur une planète où démoniaques. les colons sont des capitalistes ISBN : 978-2-35408217-8 / 560 p. / 11,9 € / forcenés... Un space opera rythmé et drôle. ISBN : 978-2-35408-217-8 / 560 p. / 11,9 € /

Un bijou d’érudition, d’émotion et de suspens. ISBN : 978-2-35408-218-5 / 360 p. / 10,9 € /

Brian Lumley

31


ActuSF 34 avenue des Bernardines 73000 Chambéry Tél. : 06 13 23 92 68 www.editions-actusf.fr Éditions Mnémos 2 rue Nicolas Chervin 69620 Saint-Laurent d’Oingt Tél. : 04 26 63 46 28 www.mnemos.com Les Moutons électriques, éditeur 198 route de Saint-Paul 26200 Montélimar Tél. : 09 53 38 58 61 (14 h - 19 h) www.moutons-electriques.fr contact Indés de l’imaginaire Julien Pouget julien.pouget@indesdelimaginaire.fr Diffusion-distribution : Harmonia Mundi Livre

ISBN 978-2-36183-163-9

Les Indés de l’imaginaires sont une association loi 1901 Siège social 34 avenue des Bernadines 73000 Chambéry Siret : 799 769 567 000 14

Profile for 61577

L'indé numéro 2 - Printemps 2014  

L’INDÉ DE L’IMAGINAIRE numéro 2 est arrivé ! Découvrez la lettre d’info des littératures de l’imaginaire pour tout connaître des parutions...

L'indé numéro 2 - Printemps 2014  

L’INDÉ DE L’IMAGINAIRE numéro 2 est arrivé ! Découvrez la lettre d’info des littératures de l’imaginaire pour tout connaître des parutions...

Profile for 61577
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded