Page 1

BILAN D’ACTIVITÉ « 40 millions d’automobilistes »

2013


ÉDITO par Daniel Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes » « 40 millions d’automobilistes » ne suit qu’un seul précepte, qu’un seul chemin ; celui de l’intérêt général des automobilistes français. À nos détracteurs qui souhaiteraient nous coller une étiquette, nous répondons par votre premier bilan d’activité qui démontre l’efficacité et la capacité de production et d’analyse de notre association. Si « 40 millions d’automobilistes »  - porte-parole des automobilistes raisonnables - se doit parfois de dénoncer, elle doit aussi proposer. 2013 aura été marquée par des opérations de sécurité routière populaires et un discours accueilli favorablement par nos élus. À tous ceux qui soutiennent nos actions, nous vous apportons le bilan d’une année 2013 riche en événements. Les politiques de mobilité n’ont de sens que si elles sont acceptées et nous y veillerons, c’est notre mission. Entendre les automobilistes français, analyser puis proposer, c’est notre rôle. Unis, Solidaire, Ensemble.


SOMMAIRE L’association Nos missions ​Nos modes d’action

7 8 8

Panorama 2013

9

L’équipe « 40 millions d’automobilistes » ​Le Conseil d’administration ​Les commissions L’équipe permanente

13 14 14 14

Nos actions ​Non à la fermeture des voies sur berges ​Raconte-moi ton radar ​ Raconte-moi la route de tes vacances ​ Non à la baisse des limitations de vitesse ​ Mon maire s’engage

15 16 17 18 19 20

Les temps forts de l’actualité

21

Nos enquêtes ​Les jeunes conducteurs et la réglementation ​« Vous avez dit low-cost ? » ​Dossier  : l’EAD ​Où va l’argent des infractions routières ​Les automobilistes et les limitations de vitesse

25 26 26 27 28 29

Le poids institutionnel de « 40 millions d’automobilistes » ​ Les commissions et organes représentatifs ​ Les auditions parlementaires ​Les propositions de loi ​Les questions écrites au Gouvernement

31 32 33 34 36

La diffusion de l’information ​ Les relations presse ​La web communication ​​ Le site institutionnel ​​ Fil-conducteurs Les web campagnes et pétitions en ligne Les publications de « 40 millions d’automobilistes » ​ Auto-fil, le journal de « 40 millions d’automobilistes » L’Institut de l’accident 2012 ​ Raconte-moi ton radar 2013 ​ Les bonnes idées des Français pour sauver des vies ​ Pneum’Addict

37 38 39 39 40 41 44 44 44 46 47 47

5


L’association

«

 40 millions d’automobilistes » est la première association nationale de défense des automobilistes. Créée en 2005, c’est une association d’intérêt général à but non lucratif, indépendante de tout pouvoir politique ou économique.

L’association entend regrouper les automobilistes raisonnables et responsables pour protéger leurs intérêts, tant sur le plan national qu’européen. Forte notamment du soutien des Automobile clubs membres de l’Union nationale des Automobile clubs, l’association compte aujourd’hui près de 320 000 adhérents.

Nos missions ................................................................................................. Nos modes d’action .....................................................................................

8 8

7


Nos missions « 40 millions d’automobilistes » protège les intérêts des automobilistes dans un contexte social et politique de rejet du véhicule automobile et d’intensification de la répression routière. Pourtant, la voiture particulière reste le moyen de transport privilégié des Français.

Nos champs d’action  • Sécurité routière • Environnement • Energie • Infrastructures • Mobilité • Réglementation • Économie • Fiscalité …

L’association ne se contente pas de dénoncer ou de s’opposer. Elle propose aussi des solutions alternatives, pour promouvoir l’acceptabilité sociale des règles et favoriser la cohabitation sereine avec les autres modes de déplacement. Enfin, l’association informe gratuitement les automobilistes sur leurs démarches juridiques ou leur usage quotidien de l’automobile.

Nos modes d’action « 40 millions d’automobilistes » recueille les témoignages et les aspirations des automobilistes pour faire émerger les problématiques qui les touchent au quotidien. L’association redonne ainsi la parole aux automobilistes, qui se sentent souvent injustement malmenés par les politiques économiques, sociales et environnementales. L’association propose des solutions pour préserver le « pouvoir rouler », élément déterminant dans la croissance économique du pays, mais aussi dans la qualité de vie des ménages. Elle agit auprès des parlementaires et des pouvoirs publics pour faire évoluer la réglementation et intervenir de façon concrète dans les débats de fond. 8

De plus en plus, une large crédibilité est accordée à « 40 millions d’automobilistes » dans les média, en sa qualité de porte-parole des automobilistes raisonnables et responsables et en vertu de sa capacité d’information du public.


Panorama 2013

L

’année 2013 a été particulièrement riche en actualité. A la fois active et réactive, l’association a su être présente sur tous les fronts pour défendre les intérêts des automobilistes. Voici les principaux temps forts qui ont marqué la vie de l’association et des 40 millions d’automobilistes français en 2013.

28 janvier : Fermeture des voies sur berges à Paris. « 40MA » dénonce une décision absurde et sans concertation et lance une pétition en ligne pour s’y opposer.

12 février : 4 des 7 propositions de réforme du permis de conduire émises par « 40MA » en décembre 2012 sont présentées dans un projet de loi à l’Assemblée nationale par le député-maire de Vesoul Alain CHRETIEN.

29 janvier : Depuis quelques jours, un radar situé à l’entrée de Rennes flashe près de 8 000 fois par jour  ! En cause  : l’abaissement de la vitesse pendant des travaux. « 40MA » obtient l’amnistie pour ces automobilistes piégés. 9


29 avril : « 40MA » publie les résultats de l’opération « Raconte-moi ton radar » menée depuis octobre 2012. Les quelques 67 000 témoignages recueillis à cette occasion permettent de mettre en lumière les 10 situations d’implantation de radars jugées piégeuses par les Français.

22 avril : « 40MA » publie les résultats de son Institut de l’accident 2012 et révèle que la somnolence au volant est à l’origine de près de mille décès sur les routes chaque année, constituant ainsi la première cause de mortalité sur autoroute et la seconde cause tous réseaux confondus. 10

20 juin : Sur les préconisations de « 40MA », la sénatrice-maire de Calais Natacha BOUCHART formule une proposition de loi visant à instaurer une tarification à la minute dans les parcs de stationnement.

30 mai : « 40MA » dénonce les arnaques des contrôles techniques à bas prix dans sa caméra cachée «  Vous avez dit low cost ? »


26 juin : « 40MA » publie son étude sur l’éthylotest anti-démarrage. Celle-ci révèle la non-application de la loi qui prévoit le possible recours à l’éthylotest antidémarrage (EAD) dans le cas d’un délit d’alcool au volant, malgré l’efficacité incontestable du dispositif dans la prévention de la récidive.

24 juin : « 40MA » lance sa grande opération estivale «  Raconte-moi la route de tes vacances ». L’association part à la rencontre des usagers de la route et leur demande quelles sont leurs bonnes idées pour améliorer la sécurité routière. Un site internet dédié à l’opération est mis en place. 1

CNSR : Conseil national de Sécurité routière

6 octobre : Sous la pression de certains lobbies anti-voiture, le CNSR1 annonce une proposition d’abaissement des limitations de vitesse sur le réseau secondaire, qui passerait alors de 90 à 80  km/h. Pour mobiliser les Français et impliquer les élus, «  40MA  » lance une pétition en ligne.

17 septembre : « 40MA » crée le premier réseau social d’échange dédié aux automobilistes : « Fil conducteurs ». Il permet à tous les usagers de la route de se rassembler autour des problématiques liées à l’automobile et à la mobilité.

27 octobre : Le radar automatique fête ses 10 ans… et plus de 4,2 milliards d’euros générés, pour des résultats en matière de sécurité routière plus que controversés.

24 octobre : « 40MA » publie son enquête Où va l’argent des infractions routières  ? Alors que 1,6 milliards d’€ sont récoltés chaque année au titre des infractions de la route, il s’avère que seuls 28,5 % de cette somme sont effectivement employés à l’amélioration de la sécurité routière. 11


22 novembre : Suite à la publication de l’Institut de l’accident, le sénateur-maire de Cagnes-sur-Mer Louis NEGRE pose une question écrite au Gouvernement, pour alerter les pouvoirs publics sur la nécessité de mettre en œuvre de véritables mesures pour lutter contre la somnolence au volant.

4 novembre : L’association publie les résultats de son opération « Raconte-moi la route de tes vacances » sous la forme d’un livret intitulé Les bonnes idées des Français pour sauver des vies. Des 5 300 témoignages recueillis, « 40MA » a retenu une soixantaine d’idées qui permettraient à coup sûr de réduire la mortalité routière. 12

2 décembre : « 40MA » publie le livret Pneum’Addict pour permettre aux automobilistes de faire le bon choix à l’approche de l’hiver. Des pneus adaptés, c’est une sécurité renforcée !

29 novembre : Le CNSR2 annonce les 4 propositions qui ont retenu l’intérêt des experts et seront donc présentées au ministre de l’Intérieur lors du prochain CISR3. Au sommaire  : la généralisation des boîtes noires, une expérimentation de la circulation interfile pour les 2RM4, la systématisation de l’EAD pour les délinquants à l’alcool au volant et une journée dédiée aux victimes de la route.

16 décembre : Le Conseil d’Etat examine le décret visant à abaisser la vitesse de circulation sur le périphérique parisien de 80 à 70  km/h, sous prétexte de lutter contre la pollution atmosphérique et sonore. « 40MA » s’oppose à cette décision.

13 décembre : Après le Sénat, l’Assemblée nationale vote la dépénalisation du stationnement, qui permet à chaque maire de fixer le montant de la redevance post-stationnement dans sa commune. « 40MA » craint une augmentation significative du montant de l’amende de stationnement et adresse un manifeste à l’attention des maires.

26 décembre : Suite à l’adoption du texte sur la dépénalisation du stationnement, l’association demande aux maires, par le biais d’un manifeste publié sur un site dédié, de s’engager à ne pas augmenter le montant de la redevance de stationnement.

18 décembre : Le Gouvernement envisage, à partir de 2014, de mettre en place un système de circulation alternée lors des pics de pollution aux particules fines et aux oxydes d’azote. « 40MA » juge cette mesure absurde écologiquement et inapplicable économiquement. CNSR : Conseil national de Sécurité routière CISR : Conseil interministériel de Sécurité routière 4 2RM : deux-roues motorisés 2

3


L’équipe « 40 millions d’automobilistes » Le Conseil d’administration ..................................................................... 14 Les commissions « 40 millions d’automobilistes » ............................. 14 L’équipe permanente ................................................................................. 14

13


Le Conseil d’administration Le bureau : Daniel QUERO, président. Jean-Louis FILIPPINI, vice-président. Gérard BIZIEN, secrétaire-trésorier. Les administrateurs : Me Ingrid ATTAL M. Xavier DE BOYSSON M. Jean-Pierre FOURCAT M. Dominique FOUSSIER M. Jacques LESEUR

L’équipe permanente Pierre CHASSERAY, délégué général. Coralia CONDOURE, webmastrice / infographiste. Julie HAMEZ, attachée de presse / chargée de communication. Laëtitia HOOGHIEMSTRA, chargée de gestion administrative et associative / responsable relations publiques. Aurélie TREGOUET, chargée d’études / responsable relations institutionnelles.

Les commissions « 40 millions d’automobilistes » Me Ingrid ATTAL, présidente de la Commission juridique. M. Daniel DECHAUX, président de la Commission « infrastructures ». M. Jean-Pierre FOURCAT, président de la Commission « sociologie des usagers ». M. Gérard MINOC, président de la Commission « analyses et statistiques ». M. François MONATH, président de la Commission « nouvelles technologies ».

14


Nos actions Non à la fermeture des voies sur berges ..................................................... 16 ​Raconte-moi ton radar .................................................................................. 17 ​Raconte-moi la route de tes vacances ........................................................ 18 ​Non à la baisse des limitations de vitesse .................................................. 19 ​Mon maire s’engage ....................................................................................... 20

15


Non à la fermeture des voies sur berges www.nonalafermeturedesvoiessurberges.com

P

ar le biais de cette pétition en ligne, « 40 millions d’automobilistes » dénonce une décision absurde prise sans concertation par la mairie de Paris, traduction d’une politique ouvertement hostile à l’automobile.

Pour l’association, la fermeture des voies sur berges à la circulation automobile est une mesure allant à l’encontre du bon sens, aussi bien d’un point de vue écologique qu’économique. Créées pour fluidifier les déplacements dans Paris intra-muros, les voies sur berges représentaient un lourd investissement, rapidement justifié par l’amélioration de la circulation urbaine. Mais en faisant le choix de supprimer les voies sur berges et de réduire les axes de circulations, la mairie de Paris a nié l’évidence de leur justification et ce sont désormais 40 000 véhicules supplémentaires par jour qui sont contraints d’emprunter les boulevards principaux, générant indubitablement une hausse des émissions carbone. A ce jour, la pétition a recueilli près de 40 000 signatures.

16

28 janvier 2013


Raconte-moi ton radar

29 avril 2013 www.racontemoitonradar.com

P

our qu’une règle soit respectée, elle doit être acceptée. Pour qu’une vitesse soit respectée, elle doit être respectable.

« Raconte-moi ton radar » est un vaste audit participatif, mené auprès des Français dans un seul et unique but : comprendre pour quelle raison, alors qu’ils étaient en 2002 largement favorables à leur implantation, les automobilistes ressentent aujourd’hui une telle aversion pour les radars. Que s’est-il passé pour que, d’un sentiment de mesure efficace pour lutter contre la mortalité routière, les automobilistes Français en soient arrivés à considérer que les radars constituent des pièges posés dans le but de « faire du chiffre » ? Nous avons donc demandé aux automobilistes, par le biais d’un site internet dédié, de nous décrire les situations d’implantation de radars qu’ils jugeaient piégeuses. 67 000 témoignages nous sont ainsi parvenus. Et bien loin de constituer des réactions « antiradaristes », la majorité d’entre eux exprime surtout un ras-le-bol face aux excès et aux abus. Les radars dénoncés sont finalement peu nombreux au regard de la quantité qui en jalonne le territoire français et ce sont souvent les mêmes qui ont été l’objet de critiques. Mais l’incompréhension quant à leur implantation est telle, qu’elle a eu tendance à provoquer le rejet du système tout entier. Quelques exemples : • Le radar de Saint-Julien en Genevois (74) sur l’autoroute 41 flashe à 50 km/h à 200m de la barrière de péage ; • Sur la D338 entre Tours et Le Mans (72), un radar flashe à 70 km/h alors que le sens inverse de circulation est limité à 90 km/h ; • Sur l’A9, près de Montpellier, le radar flashe à des vitesses différentes selon l’heure… Grâce à ces témoignages, nous sommes parvenus à faire émerger les 10 situations qui génèrent donc le plus le sentiment de piège chez les automobilistes et à proposer 7 solutions alternatives pour permettre d’éradiquer le sentiment de rejet exacerbé par des situations jugées piégeuses.

17


Raconte-moi la route de tes vacances

24 juin 2013

www.racontemoitaroute.com

L

e 24 juin 2013, l’association lançait cette grande opération estivale, participative et positive qu’est « Raconte-moi la route de tes vacances » avec le soutien de RMC. Pendant 3 semaines, les équipes de « 40 millions d’automobilistes » ont sillonné les routes de France à la rencontre des usagers de la route et ont recueilli leurs bonnes idées pour améliorer la sécurité routière. Lassés des décisions prises par les pouvoirs publics, systématiquement axées sur l’interdiction, l’obligation et la sanction, les automobilistes se sont massivement mobilisés pour soumettre leurs idées et témoigner de leur expérience de la route. L’association a ainsi collecté plus de 1 500 témoignages vidéo et quelques 3 800 messages envoyés via le site internet dédié à l’opération ou par voie postale, preuve que les Français sont particulièrement soucieux de leur sécurité sur la route et qu’ils entendent participer à l’effort voulu par Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, pour passer sous le seuil des 2 000 tués sur les routes à l’horizon 2020. Les propositions formulées par les Français ont été compilées dans le livret Les bonnes idées des Français pour sauver des vies. Le document présente les différentes idées, accompagnées d’une estimation du nombre de vies qu’elles permettraient d’épargner ainsi que du coût financier qu’elles engendreraient. De plus, l’association a réalisé un film (31’) à partir des témoignages vidéo recueillis ; il est consultable sur le mini-site dédié à l’opération. Quelques exemples : Systématiser le recours à l’EAD pour les délinquants à l’alcool au volant , généraliser les bandes d’alerte audio-tactile, doubler les panneaux de signalisation de vitesse, renforcer la présence des marquages rétroréfléchissants, isoler les obstacles latéraux par des glissières de sécurité… Il n’y a pas de science exacte en termes de sécurité routière. Mais il est certain que si les pouvoirs publics tenaient compte de l’expérience de ceux qui font la route au quotidien et faisaient preuve du même bon sens, le souhait du ministre de l’Intérieur se verrait réalisé et bien des vies seraient sauvées.

18


Non à la baisse des limitations de vitesse

6 octobre 2013

www.nonalabaissedeslimitationsdevitesse.com

S

uite à l’annonce par le CNSR d’une possible proposition d’abaissement des limitations de vitesse sur l’ensemble du réseau secondaire (voies bidirectionnelles, non séparées par un terre-plein central), sous prétexte de réduire la mortalité sur les routes, l’association met en place une pétition en ligne « Non à la baisse des limitations de vitesse ». En participant à la pétition, chaque signataire envoie simultanément, par le biais du site internet dédié, un courriel à chaque parlementaire de son département, ainsi qu’au président de la République, au Premier ministre, au ministre de l’Intérieur, ainsi qu’au délégué interministériel à la Sécurité routière. C’est une façon pour les Français, majoritairement hostiles à cette mesure, d’impliquer directement leurs élus. Conscients que l’amélioration de sécurité routière ne se situe pas dans une baisse des limitations de vitesse en vigueur actuellement, mais bien dans le renforcement des infrastructures (glissières de sécurité, écrans moto, marquages au sol…), dans la lutte contre l’alcoolémie au volant (première cause de mortalité) et le progrès constant des véhicules, près de 100 000 usagers de la route ont signé la pétition de « 40 millions d’automobilistes ».

19


Mon maire s’engage www.monmairesengage.com

L

e 6 juin, le Sénat adoptait un amendement visant à dépénaliser les redevances de stationnement et à permettre aux maires de fixer euxmêmes le montant de ces redevances dans leurs communes. L’Assemblée nationale votait à son tour l’amendement le 12 décembre, dans le cadre du Projet de loi de modernisation de l’Action publique territoriale et d’affirmation des Métropoles. Craignant la dérive qui consisterait pour les maires à augmenter le montant de la redevance au-delà du montant de l’actuelle amende de stationnement, « 40 millions d’automobilistes » publie dès le 13 décembre un manifeste à l’attention de tous les maires de France, leur demandant de s’engager à ne pas porter la redevance post stationnement à plus de 17 €. De nombreuses municipalités se sont ainsi d’ores et déjà engagées à maintenir ou à réduire le montant de la redevance, préservant ainsi le principe d’égalité des citoyens devant la loi. Le texte du manifeste et la liste des maires signataires sont disponibles sur le site internet dédié, parmi lesquels on trouve les maires d’Abbeville, Calais, Chelles, Etampes, Le Mans, Mulhouse, Nice, Orléans, Toulouse, Villiers sur Marne… Le site internet dédié a attiré près de 9 000 visiteurs entre sa mise en ligne le 13 décembre et la fin de l’année 2013.

20

13 décembre 2013


Les temps forts de l’actualité Le 29 janvier : Le radar « fou » de Rennes Depuis plusieurs jours, l’association recevait de très nombreux appels de la part de conducteurs ayant l’intime conviction d’avoir été piégés par un radar situé sur la RN 137 à l’entrée de Rennes. En réalité, sur cette portion de route habituellement limitée à 110 km/h, la vitesse maximale avait été réduite à 90 km/h pendant quelques jours, le temps d’effectuer des travaux. Ce radar fixe s’est ainsi mis à flasher près de 8 000 fois par jour ! Il faut dire que la signalisation de l’abaissement de la vitesse réglementaire – contrairement au calibrage du radar – n’avait pas été mise en place de façon efficace. Face à l’incompréhension et au mécontentement des automobilistes, « 40 millions d’automobilistes » a sollicité le préfet d’Ille-et-Vilaine pour obtenir l’amnistie de ces conducteurs flashés alors qu’ils pensaient de toute bonne foi respecter la règle. Amnistie prononcée le jour-même par le Préfet. Le 25 février : Hausse des prix des carburants Face à la flambée des prix des carburants pendant l’été 2012, le ministre des Finances, Pierre MOSCOVICI, promettait une baisse immédiate de 6 centimes par litre de gazole et d’essence sans plomb à la pompe. La création d’un organisme de surveillance des prix des carburants devait suivre rapidement. Mais force est de constater quelques mois après ces belles promesses que les prix sont très nettement repartis à la hausse pour se rapprocher dangereusement des records. Et qu’aucune des mesures annoncées par le Gouvernement ne s’est vue confirmée dans le temps : le dispositif 21


d’accompagnement de baisse des prix a disparu au profit d’une augmentation constante et le projet d’observatoire des prix des carburants semble avoir été classé sans suite. Pourtant, il est nécessaire dans cette période de crise économique de redonner du pouvoir d’achat aux ménages français. C’est pourquoi « 40 millions d’automobilistes » demande au Gouvernement de respecter ses engagements et de mettre en œuvre une politique fiscale des carburants pour soulager le budget des automobilistes : abaisser le taux de la TVA à 5,5 %, écarter la TICPE (Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) de l’assiette de la TVA… Le 13 mars : La France est paralysée par un épisode neigeux L’association dénonce le manque de prévention et de réactivité des pouvoirs publics face aux épisodes neigeux qui surviennent de plus en plus régulièrement sur notre territoire, et ce, malgré les alertes répétées de Météo France. Ce 13 mars 2013, des centaines d’automobilistes se sont ainsi retrouvés bloqués sur l’autoroute A1 ou la N13 et ont dû passer la nuit entière dans leur voiture par des températures négatives. Le 24 mai : Les radars « feu rouge » de Paris ont rapporté 10 millions d’euros à l’Etat. C’est le fait de ce jour : les 11 radars « feu rouge » implantés sur des carrefours parisiens ont flashé 79 000 fois depuis leur mise en place, générant quelques 10 millions d’euros de recette, qui viendront s’ajouter à l’argent des amendes radars « feu rouge » de province.

22

« 40 millions d’automobilistes » demande à ce que les carrefours équipés de radars « feu rouge » soient annoncés par un panneau, mesure d’une extrême simplicité, mais qui permettrait de faire preuve d’une réelle pédagogie en mettant en avant la prévention plutôt que la répression. Car un radar qui flashe est toujours un constat d’échec à faire accepter et respecter la règle, garante de la sécurité de tous. Le 18 juillet : Manuel Valls annonce une baisse « inéluctable » des limitations de vitesse. Le ministre de l’Intérieur annonce une baisse potentielle des limitations de vitesse du 130 à 120 km/h sur autoroute, de 90 à 80 km/h sur le réseau secondaire et de 50 à 30 km/h en agglomération. Ces mesures permettraient de réduire la mortalité routière et d’atteindre l’objectif de moins de 2 000 tués sur les routes françaises à l’horizon 2020. « 40 millions d’automobilistes » rappelle à Manuel Valls que la vitesse inadaptée est la troisième cause de mortalité sur les routes, et que pour être efficace dans le domaine de la sécurité routière, il faut s’attaquer aux véritables causes de la mortalité : l’alcool et la somnolence. De plus, les limitations définies actuellement sur les routes françaises sont parfaitement sécuritaires, et en les respectant, il est quasiment impossible d’avoir un accident dû à la vitesse seule sur nos routes. Pour le prouver, l’association invite le ministre de l’Intérieur à partager sa route. Par là-même, « 40 millions d’automobilistes » entend démontrer qu’abaisser les vitesses serait une aberration, dans la mesure où cela n’engendrerait aucun gain en termes de sécurité routière, et pire, que cela favoriserait la somnolence au volant, en particulier sur autoroute, où ce


facteur est la première cause de mortalité reconnue. Invitation restée sans réponse à ce jour, au grand regret de l’association. Le 22 octobre : Le barème de bonus/malus revisité pour 2014. Lors de la discussion sur la loi de finance pour 2014, les parlementaires ont voté en faveur d’un barème revisité du bonus/malus écologique, qui prévoit une baisse significative du bonus accordé pour l’achat d’un véhicule neuf peu polluant et une forte hausse du montant du malus pour l’acquisition d’un véhicule très émetteur en CO2. Ce nouveau durcissement n’aura pour effet que d’amputer un peu plus le pouvoir d’achat des Français et de taxer l’industrie automobile française, sans pour autant améliorer de manière significative l’efficacité écologique des véhicules. De plus, le système est très largement déficitaire depuis sa mise en place (1,5 milliard d’euros).

disparaître les plus anciens véhicules, qui sont aussi les plus polluants. L’abaissement de la limitation de vitesse, quant à lui, est une contre-mesure : bien loin de diminuer la quantité de polluants rejetés dans l’atmosphère, il participe en fait à la dégradation de la qualité de l’air (les émissions de CO2 et de COV5 sont en effet moins importantes à 80 km/h qu’à 70 !). En termes de pollution sonore, cette baisse de la vitesse devrait permettre une réduction des bruits routiers… D’1 décibel ! Soit, selon les spécialistes, une économie imperceptible pour l’oreille humaine. En revanche, un revêtement routier adapté permettrait une réduction jusqu’à 9 décibels, des pneumatiques de nouvelle génération 5 décibels et des murs antibruit, 7 décibels. De quoi améliorer réellement la qualité de vie des riverains. A noter que cette mesure, applicable au 10 janvier 2014, devrait en outre coûter près de 100 millions d’euros par an aux Français, selon une étude de l’économiste Rémy PRUD’HOMME.

C’est pourquoi « 40 millions d’automobilistes » demande la suppression pure et simple de ce dispositif. Le 16 décembre : L’annonce de la baisse des limitations de vitesse sur le périphérique parisien. A partir de janvier 2014, la vitesse de circulation sur le périphérique parisien sera limitée à 70 km/h, contre 80 km/h auparavant. Cette mesure, censée réduire la pollution atmosphérique et sonore aux abords du périphérique, relève en fait de l’utopie. En termes d’émission de polluant, les véritables progrès observés ces dernières années sont en réalité dus à l’amélioration de l’efficacité des filtres à particules et au renouvellement progressif du parc automobile français, destiné à faire 5

COV : Composés organiques volatils

23


Nos enquêtes ​ es jeunes conducteurs et la réglementation ............................................ L ​« Vous avez dit low-cost ? » ............................................................................ ​Dossier  : l’EAD ................................................................................................. ​Où va l’argent des infractions routières ..................................................... ​Les automobilistes et les limitations de vitesse ........................................

26 26 27 28 29

25


Les jeunes et la réglementation

26 février 2013

L

’enquête, dont les résultats ont été publiés par l’association le 26 février, a été réalisée sur un échantillon d’environ 2 000 automobilistes en permis probatoire, qui ont répondu à douze questions portant sur des thèmes comme la vitesse à respecter, la capital point, son évolution et bien d’autres. L’enquête devait déterminer si les « jeunes conducteurs » connaissaient bien la réglementation mise en place à leur égard. Mais force est de constater, à la lumière des réponses apportées, un défaut général d’information et de formation des conducteurs en permis probatoire, ce qui les expose, encore plus que les automobilistes expérimentés et avertis, à la verbalisation et à la mise en péril de leur droit à la mobilité.

Vous avez dit « low-cost » ?

30 mai 2013

C

rise économique, pouvoir d’achat en berne… Les Français recherchent partout et pour tout les plus bas prix, et en particulier lorsqu’il s’agit de gérer un de leurs postes de dépense les plus importants : l’automobile.

Depuis quelques années, on voit fleurir de nombreuses offres de contrôles techniques dits « low cost », qui promettent de vous faire passer cette étape obligée de l’entretien de votre véhicule à des prix défiant toute concurrence. Dans un souci d’information du consommateur, « 40 millions d’automobilistes » a mené l’enquête pour savoir si ce nouveau concept était réellement rentable pour l’automobiliste. Une équipe de l’association a donc prix rendez-vous et s’est présentée au centre de contrôle technique, en caméra cachée. 26


De la prise de rendez-vous à la contre-visite, l’enquête révèle bien des aléas dans les démarches. Et la facture s’en ressent à chaque étape. Offre d’appel à 1 € inaccessible, majoration des coûts affichés par des « frais de services » ou de multiples options, compte bancaire débité immédiatement y compris en cas d’annulation du rendez-vous, prix de la contre-visite au-dessus des tarifs pratiqués par les centres traditionnels… Au final, une facture plus que salée et un low cost plus coûteux qu’un contrôle technique ordinaire. Autrement dit, le consommateur a tout intérêt à bien se renseigner avant de prendre rendez-vous dans un centre de contrôle technique à « bas prix ».

Dossier : l’EAD

26 juin 2013

L

’étude Dossier : l’EAD fait le point sur l’utilisation de l’éthylotest antidémarrage, outil de lutte contre l’alcoolémie au volant et de prévention contre la récidive de conduite sous l’emprise de l’alcool. Publié le 26 juin, le dossier révèle que, malgré plus de 30 ans d’expérimentation et de mise en pratique à travers le monde et son apparition comme recours possible en cas de délit lié à l’alcool au volant dans la loi française, la peine prévoyant l’installation de l’EAD dans le véhicule du délinquant n’a toujours pas été prononcée. Alors que l’alcool au volant demeure la première cause de mortalité sur les routes françaises, faisant chaque année plus de 1 000 victimes, la sanction la plus efficace et la plus juste socialement – l’installation obligatoire d’un EAD dans le véhicule du contrevenant délinquant – n’a à ce jour encore jamais été prononcée par un tribunal. Pourtant, les études menées à travers le monde démontrent une baisse sensible de la récidive chez les personnes bénéficiant de ce dispositif. 27


En cause, le manque de professionnels agréés pour l’installation de l’EAD dans les voitures particulières (qui se comptent sur les doigts d’une main) et un système d’utilisation du système perfectible. A ce sujet, « 40 millions d’automobilistes » demande la mise en place d’un monitoring, condition sine qua non pour que le dispositif ait un rôle réellement pédagogique et préventif sur le comportement des condamnés. Le dossier a été largement repris dans son contenu par la commission des experts du CNSR, lors d’une réunion de la commission « Alcool, stupéfiants et vitesse », ce qui a abouti le 29 novembre à une recommandation du CNSR, demandant à ce que l’EAD soit proposé systématiquement comme peine complémentaire aux automobilistes ayant commis le délit de conduite sous l’emprise de l’alcool.

Où va l’argent des infractions routières ?

24 novembre 2013

«  40 millions d’automobilistes  » a enquêté sur l’argent que rapportent les infractions routières à l’Etat et à quelles dépenses il était destiné. Le Gouvernement justifie la manne financière colossale que rapportent les pv par le fait que l’argent ainsi versé servait à améliorer la sécurité routière.

28

Où va l’argent des infractions routières ?

En réalité, le 24 octobre, l’association a révélé que les 1,6 milliards d’euros récoltés en 2012 au titre des amendes liées à la circulation routière étaient répartis de telle façon qu’ils permettaient d’alimenter des postes de dépenses qui n’ont pas grand-chose à voir avec la sécurité routière. Notamment, le poste « Cohésion sociale et égalité des chances » perçoit 35 millions d’euros venant de l’argent des infractions routières, 463 millions d’euros vont au désendettement de l’Etat, 211 millions aux radars et 219 millions d’euros aux Transports en commun. Finalement, seuls 28 % du montant total des infractions routières servent effectivement à l’amélioration de notre sécurité sur les routes, par l’aménagement des voiries et le renforcement de l’infrastructure, par le biais des investissements des collectivités territoriales.


Les automobilistes et les limitations de vitesse

25 septembre 2013

A

travers un sondage auquel ont participé plus de 9 000 automobilistes, l’association a tenté de comprendre, au regard des quelques 21 millions d’excès de vitesse enregistrés par les radars automatiques, pourquoi autant d’usagers de la route se faisaient flasher. Le résultat est pour le moins surprenant et va parfaitement à l’encontre de l’automobiliste « chauffard » que dépeint le Gouvernement pour justifier une politique de répression routière toujours plus acharnée. En effet, l’enquête révèle que 98 % des Français doutent de la limitation de vitesse autorisée lorsqu’ils sont sur la route, essentiellement à cause du manque de signalisation verticale. Ainsi, 61 % d’entre eux ont déjà été flashés alors qu’ils pensaient respecter la limitation de vitesse en vigueur.

29


Le poids institutionnel de « 40 millions d’automobilistes » ​ es commissions et organes représentatifs ............................................... 32 L Les auditions parlementaires ....................................................................... 33 Les propositions de loi ................................................................................... 34 Les questions écrites au Gouvernement .................................................... 36

31


Les commissions et organes représentatifs Le CNSR (Conseil national de Sécurité routière) Créé en 2001 par le CISR (Conseil interministériel de Sécurité routière), le CNSR est un organisme chargé de conseiller le ministre de l’Intérieur et de formuler des propositions pour orienter la politique de sécurité routière. Il évalue aussi la politique mise en œuvre par les pouvoirs publics.

Le CNU (Comité national des Usagers du réseau routier national) Créé en 2009, le CNU recueille les attentes des usagers du réseau routier national, formule des propositions ainsi que des pistes d’amélioration du service qui leur est rendu et émet des recommandations sur les tarifs appliqués sur le réseau routier concédé.

Le CNSR est composé d’élus (parlementaires, conseillers régionaux, maires), de représentants d’associations agissant dans le domaine de la sécurité routière et de représentants d’entreprises et d’administrations. Des experts nommés par le DISR (délégué interministériel à la Sécurité routière) peuvent aussi participer aux débats.

Les travaux du Comité sont organisés en trois groupes  : «  aires  », « indicateurs » et « tarifs de péage », dans lesquels siègent des représentants de l’administration, des associations d’usagers (dont «  40 millions d’automobilistes »), des élus (parlementaires) et des personnalités désignées en raison de leur compétence en matière de réseau routier national.

Depuis 2008, le Conseil est présidé par Armand JUNG, député du BasRhin. « 40 millions d’automobilistes » représente les automobilistes français dans 2 des 4 commissions du CNSR : « alcool-vitesse-stupéfiants », « outils technologiques et infrastructures routières ».

Le CTUPP (Comité technique d’Utilisation des Produits pétroliers) Le CTUPP a été créé pour donner son avis sur les questions techniques concernant l’utilisation des produits pétroliers. Le Comité est composé de 51 membres, représentants des administrations, de l’industrie et de la distribution des produits pétroliers, des constructeurs automobiles et des utilisateurs et consommateurs.

L’URF (Union routière de France) L’URF est une association fondée en 1935 réunissant de nombreux acteurs de la route. Elle regroupe des organismes représentatifs des usagers de l’automobile et des professions liées au domaine de la construction automobile et d’équipements routiers. L’association « 40 millions d’automobilistes » siège aux réunions de l’URF et participe aux travaux d’élaboration des dossiers et études, ainsi qu’aux groupes de réflexion.

32

Le CTUPP est compétent dans la création et la modification des textes réglementaires relatifs à la qualité des carburants, à l’évolution des normes techniques… « 40 millions d’automobilistes » siège au CTUPP depuis le 19 février, sur nomination par le ministre en charge de l’Industrie.


Les auditions parlementaires Prévention de la récidive L’association a été auditionnée le 5 décembre par Dominique RAIMBOURG, député de Loire-Atlantique et rapporteur de la Commission des lois de l’Assemblée nationale. La Commission souhaitait en effet recueillir l’avis de « 40 millions d’automobilistes » sur le projet de loi n° 1413, relatif à la prévention de la récidive et à l’individualisation des peines. Lors de cette audition, l’association a rappelé la nécessité de la mise en œuvre réelle et rapide de l’EAD comme alternative à la sanction pour les délinquants à l’alcool au volant, conformément à la loi LOPPSI II. Formation aux gestes qui sauvent Le 24 octobre, « 40 millions d’automobilistes » a été auditionné par Catherine TROENDLE, sénatrice du Haut-Rhin et membre de la Commission des lois du Sénat, au sujet de la proposition de loi visant à introduire une formation aux gestes de premiers secours dans la préparation du permis de conduire. Cette proposition avait été formulée par les automobilistes lors de l’opération « Raconte-moi la route de tes vacances » et relayée par l’association dans le livret Les bonnes idées des Français pour sauver des vies (p. 50)

33


Les propositions de loi 4 propositions de réforme du permis de conduire reprises dans une proposition de loi à l’Assemblée nationale Le 20 décembre 2012, « 40 millions d’automobilistes  » publiait le livret 16 pages pour une réforme du permis de conduire, dans le cadre du premier «  Noël de l’automobiliste  ». Dans ce fascicule, l’association émettait 7 propositions de réforme du permis de conduire, portant à la fois sur la formation, l’information, les démarches administratives et la sanction des infractions. Le 12 février, le député-maire de Vesoul Alain CHRETIEN s’est emparé de 4 de ces propositions pour rédiger la Proposition de loi n° 798 présentée à l’Assemblée nationale. Les propositions retenues par le parlementaire concernent : • L’intégration du simulateur de conduite à la formation pratique au permis de conduire. Cet outil permettrait en effet de compléter la formation à bord d’un véhicule réel et de pallier les inégalités de formation des élèves automobilistes, en permettant d’aborder toutes les situations de conduite et en particulier les situations accidentogènes (conduite de nuit, par temps de brouillard, sur neige, freinage d’urgence…). 34

• La création d’une nouvelle infraction, non assujettie au retrait de point, pour les excès de vitesse inférieurs à 10 km/h hors agglomération. Il s’agirait d’adapter le barème de sanction des excès de vitesse en fonction de la gravité de l’infraction commise. A ce jour, les excès de vitesse de 1 à 19 km/h sont en effet sanctionnés de la même façon. • La simplification des démarches administratives relatives à la contestation des infractions. Actuellement, la contestation d’une infraction passe par le paiement d’une consignation, dont le montant est supérieur à celui de l’amende minorée. Cette démarche va à l’encontre du principe de présomption d’innocence ; c’est pourquoi « 40 millions d’automobilistes » et Alain CHRETIEN demande l’abrogation de ce système. • La création d’un site internet d’information dédié au permis à points. Les différentes études démontrent une méconnaissance globale des peines encourues en fonction des infractions commises au Code de la route. Ce site permettrait également un accès simplifié aux informations individuelles des automobilistes, relativement à leur permis de conduire (amendes payées, en cours, contestations en cours…). Une cinquantaine de députés sont cosignataires de cette proposition de loi.


La tarification à la minute pour le stationnement Le 11 juin, suite à une étude sur la problématique du stationnement dans les grandes villes françaises, « 40 millions d’automobilistes » demandait dans un communiqué de presse à ce que soit instauré le principe de tarification à la minute. C’est-à-dire la possibilité pour l’automobiliste de payer uniquement pour le temps qu’il consomme dans un parc de stationnement et non plus pour l’heure entamée, comme c’est le cas actuellement. Le 20 juin, la préconisation émise par l’association était relayée par Natacha BOUCHART, sénatrice-maire de Calais, dans une proposition de loi cosignée par 16 sénateurs. Cette proposition a été reprise dans le cadre de la discussion sur le Projet de loi relatif à la consommation, et un amendement (n°88 rect ter) a été déposé et adopté le 12 septembre par le Sénat. L’Assemblée nationale a adopté à son tour le texte du projet de loi le 16 décembre, avec quelques modifications. L’article L. 113-7 IV du projet de loi est donc ainsi rédigé : « Tout exploitant de parc de stationnement affecté à un usage public applique au consommateur, pour les stationnements d’une durée inférieure à douze heure et payés à la durée, une tarification par pas de quinze minutes au plus. » Si le projet de loi est adopté en seconde lecture par le Sénat, l’article relatif à la tarification du stationnement devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2015. Payer un prix juste pour un service réellement consommé est une mesure qui relève du bon sens. 35


Les questions écrites au Gouvernement La réforme du permis de conduire En plus de la proposition de loi déposée par Alain CHRETIEN, le livret sur la réforme du permis de conduire publié par l’association est à l’origine de trois questions adressées au Gouvernement par Marc LE FUR, député des Côtes d’Armor, le 26 février.

Quid de la somnolence au volant ? En avril, l’association révélait, grâce à son Institut de l’Accident, que la somnolence au volant était à l’origine d’environ 1 000 décès en 2012. Il s’agit donc de la principale cause de mortalité sur autoroute et la seconde, tous réseaux confondus.

Dans ces questions, le député interroge le ministre de l’Intérieur sur la possibilité de mettre en place à l’échelle nationale des stages de sensibilisation à la sécurité routière comme alternative à la sanction (question n°19809), la nécessité d’assouplir le barème de sanction du permis à points pour les excès de vitesse inférieurs à 10 km/h hors agglomération (question n°19808) et l’intégration du simulateur de conduire à la formation pratique du permis de conduire (question n°19806).

Pourtant, cette problématique est encore largement oubliée des politiques de transport et de sécurité routière. Conscient de l’enjeu, le sénateur-maire de Cagnes-sur-Mer, Louis NEGRE, attire l’attention du ministre de l’Intérieur sur ce facteur de risque, dans une question écrite au Gouvernement publiée le 21 novembre au Journal officiel.

Raconte-moi ton radar La publication des résultats de l’opération «  Raconte-moi ton radar  » et la dénonciation de 72 radars pièges par l’association « 40 millions d’automobilistes  » a suscité bien des débats au sein de l’Assemblée nationale et, par conséquent, la rédaction de quatre questions adressées au Gouvernement, relativement au positionnement des radars fixes et mobiles sur les routes françaises. Ainsi, les députés Marie-Hélène FABRE (Aude), Jean-Jacques CANDELIER (Nord), Franck MARLIN (Essonne) et François CORNUT-GENTILLE (HauteMarne) ont attiré l’attention du ministre de l’Intérieur sur la cohérence de l’implantation des radars et la nécessité de procéder à un audit de leur positionnement sur les routes, pour favoriser la sécurité des automobilistes. 36

Le sénateur interpelle le Gouvernement sur la nécessité de mettre en place des mesures concrètes pour lutter contre l’hypovigilance et l’endormissement au volant. En effet, des solutions existent, qui ont fait leurs preuves à travers le monde, tels le recours aux bandes d’alerte audio-tactiles, l’équipement des véhicules en outils d’aide à la conduite signalant des écarts de trajectoire ou générant des freinages d’urgence automatiques en cas de perception d’un obstacle sur la voie… L’association remercie chacun des parlementaires ayant attiré l’attention du Gouvernement ou déposé une proposition de loi soutenue par l’association d’avoir entendu les demandes des automobilistes et de s’être fait l’écho des préconisations de « 40 millions d’automobilistes ».


Diffusion de l’information ​ es relations presse ........................................................................................ 38 L La web communication ................................................................................ 39

Le site institutionnel ...................................................................... Fil conducteurs ............................................................................... Les web campagnes et pétitions en ligne ................................ Les publications de « 40 millions d’automobilistes » ................................. Auto-fil, le journal de « 40 millions d’automobilistes » .................. L’Institut de l’accident 2012 ................................................................. ​Raconte-moi ton radar 2013 ............................................................ ​

Les bonnes idées des Français pour sauver des vies ...................... Pneum’Addict ..............................................................…………….......

39 40 41 44

44 44 46 47 47

37


Les relations presse E

n 2013, le service communication de l’association a diffusé près de 50 communiqués et dossiers de presse, générant plus de 1 530 retombées audiovisuelles et 1 070 articles de presse écrite.

« 40 millions d’automobilistes » est devenu un interlocuteur incontournable auprès des média, réagissant à l’actualité sur toutes les questions relatives à la sécurité des routes, l’environnement, l’économie, la formation et les problématiques juridiques liées à l’usage de l’automobile. Evolution des retombées pour la presse écrite

38

Evolution des retombées pour la presse audio-visuelle


De plus, l’association ne se contente plus d’être réactive : désormais, elle crée elle-même l’actualité, grâce à de vastes opérations, recueillant les témoignages des automobilistes à travers toute la France et mobilisant ainsi l’opinion publique. L’Institut de l’accident 2012

Raconte-moi ton radar 2013

Vous avez dit Raconte-moi « low-cost » ? la route de tes vacances

Les bonnes Non à la idées des baisse des Français pour limitations de sauver des vies vitesse

Mon maire s’engage

Total toutes opérations

Opération

Non à la fermeture des voies sur berges

Presse écrite

16

43

150

8

24

35

41

16

333

Presse 34 audio-visuelle

44

160

1

28

78

78

8

431

La web communication

I

nternet est une formidable source d’information et d’interaction entre les individus, et les différents outils web mis en place par l’association en 2013 y participent grandement.

Le site institutionnel de l’association www.40millionsdautomobilistes.com Il a été repensé en partenariat avec les sociétés Précicom et Gowizzus, pour plus de clarté, de maniabilité et d’accessibilité. Le visiteur y trouve à la fois les informations sur les dernières actualités liées à l’automobile, des fiches pratiques pour répondre à ses questions juridiques et de consommation et peut y consulter gratuitement les documents et enquêtes publiés par « 40 millions d’automobilistes », ainsi que les communiqués et dossiers de presse émis par l’association.

39


Fil conducteurs www.fil-conducteurs.com Parallèlement, l’association procédait le 17 septembre au lancement de Fil-conducteurs, le premier réseau social entièrement dédié aux échanges entre automobilistes. Le site, construit sur la plateforme « Ning » utilisée notamment par Barack Obama pour sa campagne présidentielle de 2007, permet aux internautes de se rassembler autour des problématiques liées à l’automobile et à la mobilité, d’échanger des informations et de partager du contenu multimédia (photos, liens). Fil-conducteurs est un réseau social entièrement gratuit. Pour participer, les utilisateurs doivent s’inscrire sur le site www.fil-conducteurs.com. Ensuite, les échanges entre membres se font par le biais d’une interface intuitive et 40

simple d’utilisation. Chaque participant peut créer sa liste d’amis, consulter son mur de commentaires et suivre le cours des discussions auxquelles il prend part. Fil-conducteurs permet de redonner la parole aux automobilistes raisonnables et responsables, prolongeant ainsi la vocation de l’association. Une des forces de Fil-conducteurs réside aussi dans la possibilité de créer des liens avec les réseaux sociaux les plus utilisés en France. Les internautes peuvent ainsi relayer les contenus vers ces différents sites et optimiser le partage social. Depuis sa mise en ligne à la mi-septembre, le réseau compte déjà plus de 500 membres inscrits.


Facebook https://www.facebook.com/pages/40-millions-dautomobilistes/108694959156906 « 40 millions d’automobilistes » utilise également sa page Facebook pour alerter la communauté des interventions médiatiques de ses représentants et la tenir informée des actions de l’association. Les appels à témoins émis par les journalistes sont aussi relayés sur la page de « 40 millions d’automobilistes », qui compte à la fin de l’année 2013 près de 6 000 fans.

Twitter https://twitter.com/40MA La page Twitter de « 40 millions d’automobilistes » est en pleine amorce. Elle compte aujourd’hui plus de 850 followers.

Les web campagnes et pétitions en ligne

www.nonalafermeturedesvoiessurberges.com

41


www.racontemoitonradar.com

42

www.racontemoitaroute.com


www.nonalabaissedeslimitationsdevitesse.com

www.monmairesengage.com

43


Les publications de « 40 millions d’automobilistes »

T

outes nos publications sont en libre consultation sur www.40millionsdautomobilistes.com, rubrique «  Nos livrets  » et disponibles en version papier sur simple demande.

Auto Fil, le journal de « 40 millions d’automobilistes » Auto-fil est le nouveau journal mensuel publié par l’association. Dix numéros annuels sont disponibles (un numéro unique pour les mois de juillet-août et décembre-janvier). Auto-fil permet de faire le point sur l’actualité politique, économique, environnementale et sécuritaire relative à la mobilité automobile et sur les activités de « 40 millions d’automobilistes », informe les usagers de la route sur leurs droits et conseille les automobilistes dans leurs démarches juridiques et l’entretien de leur véhicule dans « Pratiqu’Auto ». Chaque mois, la parole est donnée à une personnalité qui exprime son opinion sur une question relative à la mobilité dans la « Tribune ». Le journal Auto-fil est accessible à ce lien : http://issuu.com/40ma.

L’Institut de l’accident 2012 Publié le 22 avril, le livret de l’Institut de l’accident est le résultat de l’analyse et du bilan des accidents mortels de la route survenus en 2012. Ce document est réalisé par Gérard MINOC, président de la Commission « analyses et statistiques » de l’association, assisté de Jany PAILLUSSON et Bernard MARQ. Cette synthèse a été menée dans le but de mieux comprendre les circonstances des accidents et de pouvoir proposer des solutions efficaces pour remédier aux véritables causes de la mortalité routière.

44


Le travail réalisé sur les années 2011 et 2012 rappelle sans surprise que l’alcoolémie représente 30 % des accidents mortels et demeure ainsi le principal facteur de mortalité sur les routes. En revanche, il révèle que la somnolence au volant est à l’origine d’environ 1 000 décès, ce qui en fait la principale cause de mortalité sur autoroute et la seconde, tous réseaux confondus. Grâce à ce constat, « 40 millions d’automobilistes » est en mesure de proposer de véritables pistes de réflexion pour pallier les déficits des politiques de sécurité routière, qui ne prônent actuellement que le « tout répressif » et se focalisent presque exclusivement sur la vitesse inadaptée, troisième facteur de mortalité sur les routes. Les propositions formulées par l’association portent en priorité sur le renforcement des infrastructures routières (glissières de sécurité, marquages rétro-réfléchissants et audio-tactiles…), la modernisation de la formation au permis de conduire et le recours aux nouvelles technologies embarquées. L’Institut de l’accident 2012 a été tiré à 3 000 exemplaires et remis à tous les parlementaires, ainsi qu’au ministre des Transports, au ministre de l’Intérieur, au premier Ministre et au président de la République.

45


Raconte-moi ton radar 2013 Lancée en octobre 2012, l’opération «  Raconte-moi ton radar  » visait à comprendre pourquoi les Français, d’abord largement favorables à l’implantation de radars automatiques sur le bord des routes, sont aujourd’hui fortement réticents à la poursuite de cette politique. Des 67  000 témoignages recueillis sur le site internet dédié www.racontemoitonradar.com , « 40 millions d’automobilistes » a extrait une liste de 72 radars, représentatifs des 10 situations de positionnement jugés « piégeux » par les automobilistes, et qui participent au rejet de la politique tout entière de contrôle-sanction des vitesses. Le livret Raconte-moi ton radar : les résultats 2013 publié le 29 avril recense les témoignages d’automobilistes raisonnables et responsables, qui ne sont pas fondamentalement opposés au système, mais qui en dénoncent les dérives. Répertoriés sur une carte (google maps « Raconte-moi ton radar »), ces exemples ont vocation à mettre en évidence les incohérences d’implantation de certains radars fixes. Or, lorsqu’un automobiliste se sent piégé, c’est le système dans son ensemble qu’il remet en cause. Pour permettre au Gouvernement de rectifier ces positionnements piégeux et de redonner aux radars automatiques un sens en termes de sécurité routière (et non plus le sentiment de « radar-tirelire »), l’association a édité le livret à 3 000 exemplaires et l’a remis aux parlementaires et au ministre de l’Intérieur. A la fin 2013, la carte localisant les radars dénoncés dans Raconte-moi ton radar : les résultats 2013 avait été consultée près de 170 000 fois.

46


Les bonnes idées des Français pour sauver des vies Ce livret, édité à 3 000 exemplaires, est le résultat de l’opération estivale « Raconte-moi la route de tes vacances ». Il recense les principales idées émises par les usagers de la route français pour améliorer la sécurité routière. Le document est accompagné d’un film de 31 minutes (consultable sur le site dédié www.racontemoitaroute.com) qui met en images les propositions des Français.

Pneum’Addict Le 2 décembre 2013, «  40 millions d’automobilistes  » édite le livret Pneum’Addict, destiné à informer les automobilistes de l’importance d’équiper son véhicule en pneumatiques hiver, à les aider à bien choisir leurs pneus et à en apprécier l’état. Le pneumatique hiver se révèle en effet nécessaire dès lors que les températures deviennent inférieures à 7°c et sont d’autant plus utiles que les conditions climatiques hivernales sont de plus en plus rudes. L’usage d’un pneu hiver permet de réduire les distances de freinage par rapport au pneu été, optimise la tenue de route du véhicule et favorise donc la sécurité des usagers. Ce livret a été édité à 10 000 exemplaires. Il est notamment consultable dans tous les centres de contrôle technique des réseaux « Sécuritest » et « Auto Sécurité » et dans les Automobile clubs membres de l’UNAC.

Les propositions récoltées par témoignages vidéo, voie postale ou messages internet ont été organisées selon 5 axes majeurs : lutter contre les principales causes de mortalité, sécuriser les différents réseaux, favoriser la sécurité des usagers les plus vulnérables, faire évoluer la formation à la conduite et réorienter la politique de contrôle-sanction. Une soixantaine d’idées sont ainsi compilées, accompagnées d’une estimation financière liée à leur application et du nombre de vies qu’elles permettraient d’épargner. Le document a été remis aux parlementaires, au délégué interministériel à la Sécurité routière, au ministre de l’Intérieur, au premier Ministre et au président de la République. Si l’ensemble des idées émises par les Français étaient appliquées, elles permettraient de sauver 1 996 vies.

47


BILAN D’ACTIVITÉ

« 40 millions d’automobilistes »

2013

Centre d’exploitation CS 21928 - 72019 Le Mans cedex 2 contact@40ma.com - 02 43 50 06 30

Profile for 40 millions d'automobilistes

Bilan d'activité 2013  

40 millions d'automobilistes vous présente son premier rapport d'activité. Nous vous apportons le bilan d'une année 2013 riche en événements...

Bilan d'activité 2013  

40 millions d'automobilistes vous présente son premier rapport d'activité. Nous vous apportons le bilan d'une année 2013 riche en événements...

Profile for 40ma
Advertisement