Page 1

LES ÉCLAIRAGES ÉTANCHES LES FORMATIONS POUR INSTALLATEURS LE POINT SUR LES LOGICIELS CÂBLES ET BLOCS DE JONCTION INTERVIEW : CHRISTIAN GRUNDLER DE VIESSMANN

Retrouvez la version ebook sur www.filiere-3e.fr Une publication de 3eMédias

ISSN : 2297-098X

ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019


ÉDITO

La formation : une clé de votre réussite

J

e côtoie des installateurs électriques, des responsables de bureaux d’études, des dirigeants d’entreprises, des enseignants. Tous ont le même souci : celui de maintenir leurs compétences à niveau dans un monde où tout change très vite.

Le souci est que tout paraît simple quand nous maîtrisons un sujet, et difficile quand il faut aborder de nouvelles notions. Et malgré l’humilité qui caractérise cette profession, il reste délicat de montrer aux autres que nous ne savons pas. Pour réussir, vous devez prendre le temps de faire l’inventaire de vos compétences actuelles et de celles que vous devriez développer. Elles n’ont pas toutes la même importance. Après avoir analysé votre parcours, faites le point sur vos points négatifs et positifs tirés de vos expériences, puis identifiez vos spécialités. Faites la même chose en ce qui concerne vos valeurs humaines et vos traits de caractère principaux. Pour cela, pliez-vous à un exercice d’introspection et demandez aux autres ce qu’ils pensent de vous. L’objectif est d’avoir une vue globale de vos compétences afin de les consolider de temps en temps. Il faut savoir que les apprentissages sont maintenant adaptés à la mobilité et peuvent donc se réaliser dans différentes situations : à l’école, au travail, dans la famille, dans différentes associations, lors des voyages et d’autres activités. Ensuite, décrivez rapidement vos objectifs. C’est agréable d’avoir des compétences. Cependant, il faut les préserver pour ne les pas les perdre au fil du temps. Plusieurs compétences peuvent rester au fond du tiroir au risque de devenir inutilisables et de perdre de leur valeur. L’inventaire de ces compétences aide à faire l’analyse de vos acquis de façon à accroître leur utilisation. Au passage, ces écrits permettent de vous rafraîchir la mémoire à propos de certaines compétences. Nombre d’entre vous ont des salariés, mais combien ont appris à diriger une équipe ? Vous savez prendre des décisions et vous adapter, sinon votre entreprise aurait déjà fermé. Cependant, pour réussir et moins subir la pression du chiffre, vous devez savoir recruter, déléguer, communiquer et anticiper. Le dirigeant doit être engagé dans tous les aspects de son entreprise, mais cela ne veut pas dire qu’il doit tout faire seul. Il est essentiel qu’il sache s’entourer des bonnes personnes et déléguer en répartissant correctement les tâches entre ses employés, selon leurs compétences et leurs envies d’évolution, les récompenser mais aussi les reprendre en main si nécessaire. Qu’il s’agisse de compétences du monde électrique, numériques, humaines ou stratégiques, vous devez prévoir vos formations et le temps nécessaire pour les assimiler. Vous pourriez penser que c’est du temps perdu, mais c’est à l’inverse un investissement pour vous adapter et mieux répondre aux besoins de vos futurs clients. Alors prenez une feuille de papier et commencez !

4 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

David Le Souder


40

10 14

26

LES ÉCLAIRAGES ÉTANCHES LES FORMATIONS POUR INSTALLATEURS LE POINT SUR LES LOGICIELS CÂBLES ET BLOCS DE JONCTION INTERVIEW : CHRISTIAN GRUNDLER DE VIESSMANN

50

Retrouvez la version ebook sur www.filiere-3e.fr Une publication de 3eMédias

ISSN : 2297-098X

ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

Photo de couverture : © Sylvania

06 TENDANCES ET MARCHÉS

30 AVIS D'EXPERT

06 Filière Partenariat ABB France et Orange Business Services : de nouveaux services de Smart Building Evénement Les Assises du logement 08 Outillage Un simple clic suffit ! Appareillage Tout change, Mosaic de Legrand aussi 09 Appareillage Hager lance gallery Emploi et compétences L’État et la filière électrique s’engagent pour la transition écologique et numérique  Appareillage Planet-Wattohm innove avec des solutions modulables et performantes Syndicat de l’éclairage Guide d’évaluation

L’identité, le nouveau périmètre de sécurité

10 INTERVIEW Christian Grundler Président Viessmann France

14 DOSSIER 14 Éclairage Les luminaires étanches s’installent partout 20 Formation professionnelle Vers un électricien toujours plus polyvalent 26 Cablâge Câbles et blocs de jonction : des solutions adaptées aux nouvelles applications, aux exigences environnementales et de sécurité

3e Médias 3e Médias c/o Antidox 16, rue d'Athènes - 75009 Paris contact@filiere-3e.fr Directeur de la publication : Jean Tillinac

32 LETTRE

Rédacteur en chef : David Le Souder Relations lecteurs : Solène Collat scollat@filiere-3e.fr

Rencontres Croissance et Technologie 2019 L’électricien au cœur du maillage des réseaux

Publicité : Sandrine de Montmorillon 06 51 30 28 68 - sdm@filiere-3e.fr Conception et réalisation : Planète Graphique Studio 95,  boulevard Berthier,  75017 Paris

36 LE POINT SUR

Impression : imprimerie de Champagne, 52200 Langres

Logiciel L’outil indispensable pour la réussite de l’électricien

Routage : ARS © 3e Médias, Paris. Reproduction interdite. Toutefois, des photocopies peuvent être réalisées avec l’autorisation de l’éditeur.

40 APPLICATION

Dépôt légal : Juin 2019

 n dimanche en 2025, U 2025, la ville intelligente

42 É  CONOMIE D'ÉNERGIE EN ENTREPRISE Froid : optimisez vos consommations d’énergie

44 LE COIN DES ÉTUDES

LISTE DES ANNONCEURS

Ressources humaines

46 DIRIGER SON ENTREPRISE L’activité des artisans du bâtiment se porte bien au premier trimestre

48 PRODUITS 50 3 QUESTIONS À Éric Baudry Directeur marketing et développement du Groupe Muller

COGELEC.......................................... 2e de couverture AUTOPROMO.................................... 3e de couverture HAGER............................................... 4e de couverture COGELEC.................................................................. 3 SYLVANIA................................................................... 7 APS........................................................................... 11 LEDVANCE............................................................... 13 LEBENOÏD................................................................ 19 SMARTHOME EUROPE FIBARO............................. 24 JEEDOM............................................................24 - 25 LETTRE DE LA CSEEE......................................32 - 35 SALON MONDIAL DU BÂTIMENT............................ 39 SALON PREVENTICA............................................... 45 SALON DE LA COPRO............................................. 47

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 5


TENDANCES ET MARCHÉS © DR

Actualité FILIÈRE

Partenariat ABB France et Orange Business Services : de nouveaux services de Smart Building

A

BB France, filiale d’ABB, leader mondial dans les technologies de l’énergie et de l’automation, et Orange Business Services, l’entité du groupe Orange dédiée aux entreprises, annoncent la signature d’un accord de partenariat dans le domaine du Smart Building. Officialisée dans le cadre de l’Orange Business Summit au palais Brongniart, cette collaboration aboutira sur une offre de services réunissant l’expertise des deux acteurs pour répondre aux enjeux du Smart Building, secteur en pleine expansion et pilier des Smart Cities.

Grâce à la connexion entre les systèmes de gestion de bâtiments d’ABB permettant d’interagir avec les équipements techniques d’un bâtiment (lumière, chauffage, climatisation, ventilation, présence, stores, consommation énergétique, supervision, etc.), et l’application mobile déve-

loppée par Orange Business Services, l’occupant aura accès à un ensemble large et riche de services. Il pourra ainsi interagir, via cette application, avec son environnement de travail – contrôler la température d’une pièce ou éteindre la lumière, baisser les stores pour plus de confort...

© DR

EVÉNEMENT

Les Assises du logement

FAB-DIS’DAY Pour rappel, 500 personnes étaient présentes les 18 octobre et 22 novembre 2018 pour partager les évolutions et les perspectives autour du format d’échange de données Fab-Dis. Les Fab-Dis’days ont été marqués par le lancement de l’offre Easy-Check by Faf-Dis. Avec ses 480 règles de contrôle, Easy-Check by Fab-Dis apporte une réponse supplémentaire aux attentes définies et partagées au sein des filières du bâtiment. LA FDME s’engage pour FAIRE. Les Distributeurs de matériel électrique et de génie climatique sont engagés pour FAIRE de la rénovation énergétique des bâtiments une priorité. La FDME, en compagnie d’une centaine d’acteurs de la filière

e 24 juin dernier s’est tenue la 2e édition des Assises du logement. Le grand sujet portait sur le bâtiment connecté et toutes ses incidences. Trois grands thèmes ont été abordés : construire, habiter et connecter. 800 professionnels étaient attendus lors de cette journée d’échanges et de débats sur le logement, une des clés du mieux-vivre ensemble. Au programme : Focus Copropriétés – le plan Initiative copropriétés ; quels outils et initiatives pour la gestion, la rénovation, et l’entretien des copropriétés ?

L

• Maintenance et entretien des logements : équipements, outils et risques (ascenseur, BIM exploitation, humidité, mérule...) • Logements connectés - Mobilités/Parkings • Q uel habitat pour les Millennials ? Nouveaux usages, nouveaux services • RGPD et objets connectés • Retours d’expériences : solutions techniques et matériaux, modèles constructifs et matériaux innovants pour le logement • Les outils pour construire : BIM, chiffrage, les nouvelles méthodes collaboratives ; BIM 2022.

électrique, a signé en présence de François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement.

(Gestion du cycle de vie des installations électriques), SEE Electrical Expert (Conception Assistée par Ordinateur dédié à l’électricité) et SEE Electrical 3D Panel+ (Conception et fabrication d’armoires électriques en 3 dimensions).

WÜRTH développe sa gamme Accessibilité fabriquée en France ! Cette gamme complète de produits d’accessibilité est 100 % respectueuse des normes accessibilité et des règles industrielles et environnementales. En France, 1 million d’établissements recevant du public sont soumis à la loi sur l’accessibilité. IGE XAO, début 2019, est particulièrement dynamique sur le plan technique, avec notamment la réalisation de développements significatifs portant sur les futures versions des logiciels SEE Electrical PLM

6 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

Après l’acquisition de la filiale française de Polypipe Group PLC et un changement d’identité en 2018, le Groupe ELYDAN (124 millions d’euros en 2018, +4,2%) prend une nouvelle dimension. Structurée autour de 3 entités (RYB, Terrendis, Jano), la société se positionne aujourd’hui comme un des principaux acteurs européens des solutions polyéthylène avec près de 400 collaborateurs et 7 usines en France et en Belgique.


TENDANCES ET MARCHÉS

Actualité OUTILLAGE

Un simple clic suffit ! osch révolutionne le changement d’accessoires sur les meuleuses angulaires avec son nouveau système X-Lock, le plus simple du marché ! Plus besoin d’efforts ni de pièces telles qu’un écrou de serrage, un flasque et une clé risquant d’être perdus : le changement d’accessoire s’effectue désormais en 2 secondes – autrement dit, 5 fois plus rapidement – et de façon beaucoup plus simple. Il suffit de

positionner le disque sur le support de fixation X-Lock et d’appuyer pour l’enclipser. Pour changer de disque, il n’y a qu’à actionner un levier pour le déverrouiller. Fini les écrous difficiles à dévisser après le blocage du disque dans une pièce ! Bosch propose au total 13 petites meuleuses angulaires X-Lock : 9 modèles filaires de 900 à 1 900 W et 4 modèles sans fil de 18 V pour un diamètre de 125 mm.

© DR

B

APPAREILLAGE

© Emmanuelle Ortmans

© Emmanuelle Ortmans

Tout change, Mosaic de Legrand aussi

L’

appareillage Mosaic fait peau neuve : nouvelle esthétique, nouvelles finitions et 3 innovations sur les fonctions incontournables de l’installation électrique que sont les prises et les interrupteurs. La gamme avec

OPPBTP ET MANPOWER signaient en 2015 une convention afin de développer l’expertise de ses collaborateurs permanents sur les métiers du BTP et leurs risques associés. Trois ans plus tard, à la veille de prolonger ce partenariat, les résultats sont là ! 37 sessions de formation organisées, 285 stagiaires formés (soit plus de 80 % de l’effectif ciblé) et, surtout, un taux de satisfaction de 100 %, validant le process et la méthodologie sur mesure spécialement mise en place par l’OPPBTP pour Manpower.

EATON présente la nouvelle génération de modules logiques easyE4 qui offre un module logique et un nano automate en un seul appareil, performant et polyvalent. La facilité d’utilisation et l’intuitivité de l’easyE4 et du logiciel de programmation easySoft 7 permettent de

le plus grand stock disponible en agences de distribution, qui compte 1 milliard de mécanismes installés en France depuis 1971, continue d’allier robustesse et inventivité. Avec 250 fonctions, Mosaic est également la gamme

réaliser des tâches de commande et de configuration complexes, avec une efficacité très élevée.

LE GROUPE LUCIBEL annonce l’acquisition de 100 % des titres de la société Lorenz Light Technic, spécialisée dans le négoce et l’étude de solutions d’éclairage pour les espaces de vente. Elle propose à ses clients des solutions complètes et économiques destinées à tout type de magasins (grandes surfaces, commerces de détail…). SIGNIFY (Philips Lighting) accélère son programme de licence de brevets EnabLED en place depuis 10 ans. En 2019, ce sont plus de 400 inventions qui ont vu le jour et 2 600 brevets EnabLED délivrés pour les luminaires et ampoules retrofit LED. Rien qu’en Europe, le nombre de licence est de 524.

8 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

la plus complète du marché : de l’interrupteur évolutif Easy-Led à la prise Surface disponible en 10 couleurs, en passant par les RJ45 ou les chargeurs USB, chaque usage électrique est couvert.

IDIAMANT WITH NETATMO. Après Céliane, Intuitiv et Velux Active, Legrand et Netatmo s’allient à Bubenforff pour dévoiler une solution intelligente pour la commande à distance des volets radio Bubendorff : iDiamant with Netatmo. L’utilisateur peut commander dans chaque pièce et à distance l’ouverture et la fermeture de ses volets roulants, volets roulants à lames orientables, ou volets battants motorisés Solar by Bubendorff via l’appli Home + Control de Legrand. SYCABEL. Nouveau record historique de livraison de câbles à fibre optique en 2018. Les câbles de communication et ceux d’énergie représentent chacun 28 %.


TENDANCES ET MARCHÉS

Actualité APPAREILLAGE

À LIRE

Hager lance gallery

C

HELLERMANNTYTON

gallery est avant tout universel et s’installe partout en configuration encastrée, multiposte modulaire, en goulotte, boîte de sol, nourrice ou colonne. L’option bande lumineuse vient souligner le design carré et le chevalet de l’interrupteur. Elle ajoute une touche d’élégance au projet et sert de témoin ou signalisation.

EMPLOI ET COMPÉTENCES

L

L

e nouveau catalogue produits 2019/2020 d’HellermannTyton est disponible. L’offrede produits du spécialiste de la gestion professionnelle des câbles s’est enrichie de plus de 10 000 références en deux ans.

SYNDICAT DE L’ÉCLAIRAGE

L’État et la filière électrique s’engagent pour la transition écologique et numérique a transition énergétique implique la création, la transformation d’emplois et l’émergence de nouvelles compétences à court, moyen et long terme, soulevant des enjeux d’employabilité et de mobilité, géographiques comme sectoriels. Le ministère du Travail, les fédérations professionnelles de la filière électrique et les confédérations syndicales CFDT, CFE-CFC, CFTC, FO ont signé un contrat d’Engagement développement et compé-

Catalogue produits 2019/2020

© DR

© Marc BarralBaron_hotel_4

ette gamme universelle d’interrupteurs et prises électriques en 45 x 45 mm convient à tous les projets tertiaires (hôtel, commerce et bureau) et résidentiels (logement individuel et collectif ). L’appareillage gallery se décline en Bluetooth, Coviva, KNX et pourra recevoir toutes les nouvelles technologies à venir. Mais

Guide d’évaluation

tences (EDEC) pour mener une étude prospective sur l’emploi et les compétences dans le cadre de la transition énergétique.

L

e Syndicat de l’éclairage publie la traduction du guide européen des instructions pour l’évaluation de la performance des luminaires LED. Ce guide clarifie en particulier les éléments liés à l’expression de la durée de vie pour les luminaires LED.

APPAREILLAGE

C

olonnettes, boîtes de sol, nourrices et branchements de proximité sont mis au goût du jour pour s’adapter aux nouveaux besoins des usagers : liberté et connexion. Leur design a été pensé pour s’adapter à tous les projets, offrant une grande liberté d’action et de conception.

© DR

Planet-Wattohm innove avec des solutions modulables et performantes

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 9


L'INTERVIEW

Christian Grundler Président Viessmann France

© DR

Début 2019, Christian Grundler a pris les commandes de Viessmann France. La stratégie du groupe en France et les partenariats en place restent inchangés, d’autant que l’année 2018 est en nette progression. Christian Grundler est arrivé en 2018 chez Viessmann à Allendorf pour occuper la fonction de directeur commercial Europe de l’Ouest. Diplômé de l’Université de Stuttgart, il connaît parfaitement la culture industrielle allemande, car il a réalisé la plus grande partie de sa carrière chez le fabricant allemand de matériels de sécurité Abus.

Electricien+ - Vous êtes depuis peu dans le monde du chauffage. Quelle vision en avez-vous ? Christian Grundler - Je connais bien le monde du bâtiment en France, pour avoir dirigé pendant dix ans la filiale française de la société Abus. J’ai ainsi déjà pu apprécier les relations de proximité qui peuvent exister entre un fabricant et les entreprises du bâtiment. En particulier avec un groupe familial, ce qui est également le cas pour la société Viessmann et des TPE-PME souvent familiales et établies, comme Viessmann, depuis plusieurs générations. Le monde du chauffage vit des changements importants de par sa contribution indéniable à la transition énergétique et de par la nécessité d’intégrer toutes les évolutions issues de la transition numérique qui touchent tous les métiers. Grâce aux échanges directs que nous pouvons avoir avec nos partenaires,

nous pouvons construire, ensemble, des solutions adaptées à ces évolutions. Ma volonté est de poursuivre et de renforcer ces partenariats avec notre réseau de professionnels installateurs et de nouer de nouveaux partenariats avec d’autres professionnels du bâtiment tels que les électriciens. Electricien+ - Lors du salon ISH, le salon mondial du chauffage, Viessmann présentait énormément de nouveautés. Est-ce la volonté du marché ou de Viessmann ? C. G. - À l’occasion du salon ISH, Viessmann a souhaité se présenter avec une approche innovante, notamment avec l’« offre de solutions intégrées Viessmann ». Au-delà du contenu du stand et des innovations exposées, nos visiteurs ont beaucoup apprécié le format et le design du stand. Une approche qui marque encore la différence de Viessmann dans le monde du chauffage.

10 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

Beaucoup d’espaces dédiés aux échanges avec nos partenaires professionnels et en particulier les installateurs, un stand ouvert favorisant aussi la convivialité. Comme à chaque édition du salon ISH, qui reste la référence pour les professionnels du chauffage, Viessmann a en effet présenté de nombreuses nouveautés produits, ainsi que des outils d’aide pour les professionnels, outils de sélection, guide de mise en service et de dépannage avec des outils de RA (réalité augmentée). Electricien+ - Quelle place prend le numérique dans le chauffage d’aujourd’hui et de demain ? C. G. - De façon générale, les consommateurs ont intégré que toutes les solutions dans l’habitat, y compris celles liées au confort thermique, devaient être connectées et permettre une interaction simple entre l’usager et son équipement. Cette tendance, qui se confirme au fil


L'INTERVIEW

des ans, est bien sûr au cœur de tous les développements de solutions d’avenir chez Viessmann. Electricien+ - Les services et les usages sont-ils l’avenir de Viessmann ? C. G. - L’utilisateur n’est pas à la recherche d’un produit technique en particulier pour son confort dans son espace de vie, il souhaite avoir la bonne température ambiante, respirer un air de bonne qualité et avoir de l’eau chaude disponible à tout moment. Nous constatons également un intérêt croissant des clients pour le suivi de leur consommation énergétique, et en même temps leur volonté de maîtriser et « piloter » leur installation avec des interfaces d’affichage et de réglage de leurs équipements de confort thermique. C’est aux professionnels, fabricants et installateurs partenaires de leur proposer ce niveau de services. Avec le dernier niveau de « l’offre de solutions intégrées Viessmann » (voir le tableau ci-dessous), nous répondons ainsi aux attentes des clients. Electricien+ - Vous développez les pompes à chaleur, le chauffeeau intelligent ou encore le chauffage électrique au sol. Quel rôle va jouer l’électricien dans la prescription de Viessmann ? C. G. - Viessmann, grâce à son approche innovante de solutions de confort, s’est intéressé très tôt à l’optimisation de la gestion énergétique dans les bâtiments et a intégré inévitablement la boucle électrique dans ses développements. Ainsi, nous sommes parmi les rares fabricants à pouvoir combiner gestion de la boucle thermique et gestion de la boucle électrique. Ceci en optimisant consommations et productions énergétiques. En particulier l’autoconsommation de l’électricité produite, par panneaux photovoltaïques ou grâce à une pile à combustible ; c’est l’un des axes de travail des équipes R&D de Viessmann. L’offre de solutions utilisant l’énergie électrique a ainsi été largement développée. De nombreux produits, tels que des pompes à chaleur pour la production d’eau chaude ou de chaleur (et de froid), ont largement trouvé leur place dans l’offre Viessmann. Ces produits, ainsi que

Le monde du chauffage vit des changements importants de par sa contribution indéniable à la transition énergétique…

la production et le stockage d’électricité d’origine photovoltaïque, sont clairement des domaines dans lesquels nous comptons convaincre les partenaires électriciens de la qualité de notre palette de produits et de nos services. De même, le domaine lié à la domotique est souvent du ressort de l’électricien, là aussi Viessmann a décidé de se positionner en investissant dans ce secteur d’activité avec le rachat récent de la société Wibutler qui dispose déjà d’une plateforme permettant d’intégrer de nombreux matériels connectés existants dans le bâtiment. Particulièrement présent dans les marchés du diffus et de la rénovation, Viessmann proposera des solutions adaptées aux attentes des électriciens. Electricien+ - Vous avez parlé d’une équipe interne à Viessmann installée à Berlin qui fonctionne en mode startup. Pouvez-vous nous décrire son rôle et sur quoi elle travaille ? C. G. - Max Viessmann, notre co-CEO, représentant la 4e génération de notre entreprise familiale, a souhaité donner à Viessmann les moyens de s’adapter aux changements rapides que vivent

L’offre de solutions intégrées Viessmann.

12 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

nos économies en termes de transition numérique et de transition énergétique. Ainsi, la division installée à Berlin a pour mission de faire profiter l’ensemble du groupe, issu plutôt d’une industrie traditionnelle, des avantages et des possibilités d’adaptation de petites structures de type startup. Cette division a un rôle moteur dans la transformation de l’entreprise familiale pour encore mieux l’adapter aux évolutions des marchés et des attentes des clients sur l’ensemble des continents. L’agilité et la réactivité des startups sont des atouts dont bénéficie désormais Viessmann. Electricien+ - Êtes-vous optimiste concernant le développement de Viessmann cette année ? C. G. - 2019 s’annonce déjà particulièrement mouvementée après les annonces politiques de fin 2018 instituant l’arrivée d’incitations financières importantes pour accélérer le remplacement des générateurs de chaleur et favoriser la baisse des consommations énergétiques des ménages français. Ceci représente certes un challenge, mais aussi une belle opportunité de développement pour Viessmann et ses partenaires en France !


© Alain Pierot

DOSSIER

ÉCLAIRAGE

LES LUMINAIRES ÉTANCHES S’INSTALLENT PARTOUT Les luminaires étanches sont des éclairages qui se différencient des luminaires classiques par une haute résistance à l’eau et très souvent aux agressions. En effet, dotés d’une protection contre l’humidité, les vibrations et la poussière, ces luminaires peuvent s’adapter à de nombreuses applications en extérieur sous abri, mais également en intérieur dans les environnements poussiéreux ou soumis à des projections diverses.

L

es qualités particulières des éclairages étanches les rendent très utiles dans les parkings, les passages souterrains, les piscines, les industries, les entrepôts de stockage, les locaux techniques et tous les endroits soumis au vent et à l’humidité, aussi bien que dans les salles de bains. Les modèles les plus performants offrent même un éclairage uniforme avec contrôle de l’éblouissement et intègrent une option de gradation. Destinés à résister aux éléments extérieurs, ce sont des luminaires faciles à installer et à entretenir.

14 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

L’installation de ce type de luminaire se fait le plus simplement du monde, sans qu’il soit nécessaire de les ouvrir puisque les fabricants livrent leurs produits avec un presse-étoupe et des étriers de fixation. Le point sur le marché L’éclairage représente environ un quart du total des coûts d’exploitation d’un bâtiment et jusqu’à 80 % de la facture d’électricité dans les plateformes logistiques. Fonctionnant souvent en continu, les entrepôts logistiques et les sites industriels de grande hauteur néces-


DOSSIER

SIGNIFICATION DES INDICES DE PROTECTION Indice

1er chiffre (dizaine) Protection contre la pénétration des corps solides

2e chiffre (unité) Protection contre la pénétration des liquides

0

Aucune protection

Aucune protection

1

Protégé contre les corps solides supérieurs à 50 mm

Protégé contre les chutes verticales de gouttes d’eau

2

Protégé contre les corps solides supérieurs à 12 mm

Protégé contre les chutes de gouttes d’eau jusqu’à 15° de la verticale

3

Protégé contre les corps solides supérieurs à 2,5 mm

Protégé contre l’eau en pluie jusqu’à 60° de la verticale

4

Protégé contre les corps solides supérieurs à 1 mm

Protégé contre les projections d’eau de toutes directions

5

Protégé contre les poussières et autres résidus microscopiques

Protégé contre les jets d’eau de toutes directions à la lance (buse de 6,3 mm, distance 2,5 à 3 m, débit 12,5 l/min ± 5 %)

6

Totalement protégé contre les poussières

Protégé contre les forts jets d’eau de toutes directions à la lance (buse de 12,5 mm, distance 2,5 m à 3 m, débit 100 l/min ± 5 %)

7

Protégé contre les effets de l’immersion temporaire (jusqu’à 1 m) et pendant 30 minutes. La pénétration d’eau en quantité nuisible ne sera pas possible lorsque l’équipement est immergé dans l’eau dans des conditions définies de pression et de temps (jusqu’à 1 m de submersion)

8

Matériel submersible dans des conditions spécifiées en durée et en pression (immersion prolongée) au-delà de 1 m. Normalement, cela signifie que l’équipement est hermétiquement fermé, cependant, avec certains types de matériel, cela peut signifier que l’eau peut pénétrer, mais sans produire d’effets nuisibles. Protection contre la submersion durant 1 heure

9 (9K dans la norme allemande DIN 40050)

Protection contre le nettoyage à haute pression, à haute température et venant de plusieurs directions. Attention, un matériel IP9 n’est pas nécessairement submersible. Exemple : véhicules routiers. Si le matériel est submersible, il doit avoir une double indication telle que IP67 / IP69

• Quelques exemples d’indices de protection IP20 : protégé contre les corps solides supérieurs à 12 mm. Aucune protection contre les intrusions d’eau ; • IP23 : première résistance à l’eau et à l’humidité mais non étanche (ne doit pas être placé au-dessus d’une douche, par exemple) ; • IP44 : protégé contre les corps solides supérieurs à 1 mm. Protégé contre les projections d’eau de toutes directions ; • IP65 et IP66 : totalement protégé contre les poussières. Protégé contre les jets d’eau de toutes directions à la lance (buse de 6,3 mm, distance 2,5 m à 3 m, débit 12,5 l/min ± 5 %) ; • IP67 : totalement étanche à la poussière. Protégé contre l’immersion temporaire jusqu’à 1 mètre de profondeur. Ce coefficient est défini dans les normes DIN 40050CEI 60529, BS 5490 ; • IP68 : Protégé contre l'immersion prolongée (piscine, extérieur, salle de bains...).

sitent un éclairage performant, minimisant à la fois la consommation énergétique et les coûts de maintenance. Il est essentiel pour la maîtrise d’ouvrage de bénéficier d’une installation aisée et rapide. « À partir d’un cahier des charges précis, les ingénieurs éclairagistes de Sylvania réalisent des études d’éclairage personnalisées. Adaptées à chaque site et à chaque problématique, ces dernières leur permettent de préconiser les meilleures solutions pour atteindre les meilleures performances, tout en respectant les normes et réglementations en vigueur. En amont, des audits peuvent être réalisés sur site pour recommander une rénovation de l’équipement existant. Le bureau d’études réalise des études d’éclairage complètes pouvant inclure un calcul du retour sur investissement et une solution de financement peut

être proposée », explique Sophie Houde, directrice marketing de Sylvania. La suppression progressive des luminaires fluocompactes a fait augmenter la demande pour une alternative en LED « Retrofit » évitant de remplacer le luminaire complet. À défaut, l’économie réalisée sur la consommation aurait été annulée par le coût de remplacement par des luminaires neufs. Depuis quelques années, cette alternative LED existe. Chez Bailey, cette lampe est appelée la LED Corn, alors que chez Sylvania, la gamme s’appelle Start Waterproof Boitier vide. Chez Ledvance, on l’appelle Etanche vide IP65. Chez Sammode, les luminaires Turner 70 sont conçus pour résister à des chocs d’indice IK10. Leur étanchéité (IP68) garantit le SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 15


© DR

DOSSIER

“ ▼

L’esthétique est de plus en plus plébiscitée. Ainsi, les tubes étanches ont été utilisés pour rythmer le couloir de la verrière du nouveau siège du parti socialiste.

maintien de leurs performances tout au long de leur durée de vie et leur permet de résister au nettoyage au jet à haute pression (IP69K). Ils équipent d’ailleurs la gare de Brétigny-sur-Orge. « La robustesse de l’enveloppe, la qualité des matériaux et des composants sont autant de gages d’investissement à long terme », commente Boris Cosvin, responsable marketing chez Sammode. Le luminaire Turner dispose d’un système breveté de connexion/déconnexion électrique automatique à la fermeture (Close’nConnect) et d’une

même sous la pluie battante Lébénoïd n'a pas l’indice de protection supérieur à IP54. On nous ferait croire qu’il faut impérativement avoir des indices de protection IP65, voire IP 67 pour qu’un luminaire puisse résister aux intempéries. C’est de la sur-qualité », pointe Sylvain Palombo, dirigeant associé de Lébénoïd. Pour exemple, Lébénoïd connaît des luminaires installés depuis 25 ans en extérieur sans capot de protection qui fonctionnent encore sans aucun souci. « C'est la qualité de la conception qui importe. Les hublots IP44 que vous voyez sur les façades des mairies fonctionnent depuis 40 ans. Le flux lumineux est faible mais ni l’eau ni la poussière ne sont rentrées », ajoute Sylvain Palombo. La question d’installer des luminaires étanches dans les parkings ne se justifie probablement que par l’atmosphère poussiéreuse. Il semble que pour rassurer l’installateur les fabricants proposent des indices toujours plus élevés sans que cela soit nécessairement justifié. Pour les façades avec des eaux de ruissellement et de pluie, Lébénoïd préconise des insertions de câbles par le bas. « Nous avons des obturateurs à membrane qui imposent des sections et des câbles adéquats. Ces membranes doivent être percées et non coupées car en coupant on fait une fente et en perçant on fait un trou. Un câble dans un rond du même diamètre est étanche alors que la fente prend l’eau. C’est le savoir-faire de l’électricien. Même un hublot Lébénoïd placé à l’horizontal est étanche », ajoute Sylvain Palombo Les luminaires étanches sont particulièrement recommandés selon les atmosphères et environnements corrosifs, poussiéreux, avec de grandes amplitudes de températures et beaucoup d’humidité. Le

▼ Hublot Vernosc T1 / Vernosc T1 HF de Lébénoïd. © Lébénoïd

prise débrochable étanche permettant à l’installateur d’éviter d’ouvrir le luminaire lors de la pose. Autre avantage, lors des interventions de maintenance, il peut ouvrir le côté opposé à l’alimentation pour changer les modules, ce qui simplifie considérablement les opérations d’entretien. De plus, en dissociant installation et maintenance, Sammode offre aux installateurs et aux équipes de maintenance une solution incroyablement simple pour un luminaire étanche. L’étanchéité du flasque et du presse-étoupe est réglée une fois pour toutes lors de l’installation du luminaire. » Mais le débat existe entre installer un luminaire étanche avec un indice élevé de protection IP65 ou un produit bien pensé qui ne nécessite qu’un IP44 pourtant soumis aux conditions extérieures. « Bien que Lébénoïd propose des produits haut de gamme bénéficiant d’un IP65, la majorité de nos luminaires dédiés à l’extérieur sont IP44 soient utilisés en extérieur,,

16 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

© Benjamin Hanachowicz

Le passage à la LED et avec elle des solutions beaucoup plus souples a permis de travailler l’esthétique des luminaires étanches.


DOSSIER

© Ledvance

Les luminaires étanches sont particulièrement recommandés selon les atmosphères et environnements corrosifs, poussiéreux, avec de grandes amplitudes de températures et beaucoup d’humidité.

▼ Gros plan sur la connexion rapide et sans outil de l’Etanche Compact de Ledvance.

▼ Les luminaires Etanche LED 1200 90 (à gauche) et Etanche Compact IP65 (à droite) de Ledvance.

© Ledvance

passage à la LED et avec elle des solutions beaucoup plus souples a permis de travailler l’esthétique des luminaires étanches. Chez Ledvance, ils sont conçus en polycarbonate avec des résistances mécaniques allant jusque IK08 et en poly-méthyl-méthacrylate, PMMA, pour des IK06. Ce dernier est un thermoplastique transparent, utilisé pour remplacer le verre, pour des vitres incassables et est utilisé dans les espaces pouvant être vandalisés. Cette gamme ultrarésistante se nomme gamme X-Range chez Trilux. Quand l’éclairage doit être placé au sein de l’industrie agroalimentaire, les luminaires doivent respecter le standard IFS et donc, résister au nettoyage sous haute pression. Pour éviter toute rétention d’eau, la forme cylindrique s’impose afin de sécher rapidement et ne pas développer de bactéries. Pour les conditions agressives, Sylvania propose Hydroproof : avec son corps ultra-résistant en polyester et fibre de verre (GRP) et son diffuseur en polyméthacrylate de méthyle (PMMA) il monte jusque 7 000 lumens. Quant à Ledvance, son modèle Etanche Special atteint les 7 200 lm et propose une protection IP69K.

bornier de connexion avec des boutons-poussoirs. Pour refermer, on tourne d’un quart de tour et on assure l’étanchéité en resserrant le presse-étoupe. L’installation et la maintenance se font sans outil avec l’assurance d’un système étanche. Les installateurs qui ont testé l’Etanche Compact ne souhaitent plus revenir aux anciens produits tant le gain de temps est énorme », poursuit Luc Soitel de Ledvance. Sylvania propose le même principe avec le Start Waterproof Slim en monobloc. « Nous avons ajouté un système de blocage à baionnette permettant un accès facile au bornier d’alimentation électrique. Il est disponible en 3 tailles : 600, 800 et 1 200 mm, 4 000 K avec cinq ans de garantie », explique Sophie Houde de Sylvania. Ledvance et Sylvania ont travaillé la fonction-

© DR

Facilité d’installation Dans les environnements poussiéreux non soumis à de fortes projections d’eau, les tubes en polycarbonate suffisent. Chez Ledvance comme chez Sylvania, l’indice de protection requis est de IP65 à IP67. « Nous travaillons beaucoup sur la facilité d’installation, car pour qu’un produit soit apprécié de l’installateur, il doit être performant mais aussi facile à installer. » Chez Ledvance, ce produit a pour nom Etanche Compact. « Il suffit de déverrouiller un système de ‘’twist and lock’’ pour avoir accès à un SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 17


DOSSIER

▼ Luminaire Sylproof Superia LEDG3 1200 SSH de Sylvania. © Ledvance

Pendant longtemps, les luminaires étanches étaient les parents pauvres de l’éclairage. Réservés aux parkings, leur fonction n’était pas de bien éclairer mais de simplement éclairer une zone pour la sécuriser. nalité des luminaires étanches en concevant des étriers réglables. Ainsi, en rénovation, pas besoin de changer les anciens points de fixation, les étriers s’adaptent et se placent où l’installateur le désire sur l’intégralité du luminaire. Pacific LED gen4 de Signify est un luminaire étanche LED très efficace et fiable qui offre une qualité de lumière excellente avec une distribution de lumière uniforme sans stries visibles ni artefacts de couleur. Cette gamme fournit une architecture produit avec accès sans outil à la platine d’appareillage et une conception d’embout innovante avec connecteur intégré, pour une installation simple et rapide. CAS PRATIQUES LE CENTRE D’ENTRAÎNEMENT ET DE FORMATION DE L’OGC NICE

LE PARKING DE L’UNIVERSITÉ DE GOLD COAST

À l’extérieur, l’escalier et les paliers, au style industriel et contemporain, bénéficient d’un éclairage réalisé à l’aide de luminaires étanches rectangulaires Planox Eco, de RZB, installés en appliques murales. Ce luminaire à LED admet un indice de protection IP66, une puissance de 35 W pour un flux lumineux de 3 650 lm. C’escalier et les paliers extérieurs, en raison de leur rôle pour l’évacuation du bâtiment, nécessitaient un niveau d’éclairement minimal de 150 lux. Quant à la façade arrière du bâtiment, ainsi que la zone de cheminement à proximité, elles ont été mises en lumière par des appliques étanches Wash 22 asymétriques de Goccia Illuminazione, qui éclairent en direct/indirect.

Pour permettre aux 44 000 étudiants de travailler efficacement et agréablement, il faut des infrastructures adéquates, dont un parking qui se doit d’accueillir les usagers dans une atmosphère sereine. Le luminaire Aragon T LED, IP66, a pour atouts sa robustesse et sa puissance. Il intervient dans le parking situé au sous-sol en fournissant un éclairage régulier. Le système étanche a permis en outre un montage facile sur le plafond bas. Le projet a valeur d’exemple. Selon Roland Poon, « le maître d’ouvrage a signalé que l’éclairage de tous les futurs parkings couverts sur les autres sites de l’université de Griffith devra être similaire et s’aligner sur celui du parking de Gold Coast ».

18 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

Confort visuel en hausse Pendant longtemps, les luminaires étanches étaient les parents pauvres de l’éclairage. Réservés aux parkings, leur fonction n’était pas de bien éclairer mais de simplement éclairer une zone pour la sécuriser. Avec les nouveaux plastiques type polycarbonate et leurs très bonnes propriétés optiques, l’efficacité visuelle augmente. « Nous travaillons chez Ledvance sur l'efficacité pour atteindre aujourd'hui 120, voire 150 lumens par watt. Un diffuseur prismatique vient casser la luminance et apporter un confort maximal en uniformisant la luminosité sur tout l’appareil », ajoute Luc Soitel de Ledvance. Dans une salle de bains, ce sont les éclaboussures qui peuvent atteindre le luminaire. « Il est impératif de bien respecter les 4 zones électriques mais, comme pour l’extérieur, utiliser un étanche IP65 ne se justifie pas systématiquement. Nos connecteurs entrent par l’arrière des hublots et des réglettes. Les trous sont placés de telle sorte que l’eau qui s’insinuerait par l’arrière n’entre pas à l’intérieur. La preuve est que cela n’arrive jamais et l’IP44 est largement suffisant au-dessus de la vasque », confirme Sylvain Palombo de Lébénoïd. Bien entendu, le volume 0 de la salle de bains nécessite des éclairages en très basse tension étanches, 12V au maximum, car le jet de douche avec de la pression peut être dirigé dessus. La qualité des optiques est alors très bonne. Éclairage connecté pour plus d’efficacité Équipés de détecteurs de mouvement et de capteurs de luminosité, les luminaires connectés se déclenchent seulement quand les conditions d’éclairement sont insuffisantes ou que quelqu’un vient travailler dans la zone. « C'est clairement notre axe de développement pour les années à venir, explique Sophie Houde. Notre système de gestion d’éclairage intelligent s’appelle SylSmart. Nous proposons une solution complète avec des produits performants, une étude de confort visuel et de dimensionnement, le financement adapté et des solutions connectées pour une maintenance améliorée ainsi qu’une réelle efficacité énergétique. Les étanches connectés se nomment SylProof SylSmart et Start Waterproof SylSmart chez Sylvania », ajoute-elle. Le prix à l’unité n'a plus du tout la même signification. Seul le ROI compte et on parle investissement à long terme avec du service. C’est une vraie démarche de prescription car l’installateur reste trop focalisé sur le prix comme seul argument de vente. Financer les projets de rétrofit Le passage au tout LED est un investissement, certes rentable, mais conséquent. Au point que nombreuses sont les entreprises qui ne passent pas à l’éclairage LED. C'est pour cela que Signify (ex-Philips Éclairage) et Sylvania proposent les études de projets accompagnées des solutions de financement. « Les économies d’énergie autofinancent l’investissement. Nous proposons une solution clé en main. », explique Sylvie Houde de Sylvania. Signify annonce un retour sur investissement inférieur à 3 ans pour l’achat des luminaires de la gamme CoreLine Etanche.


DOSSIER

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 75 - PRINTEMPS 2019 - 19


DOSSIER

FORMATION PROFESSIONNELLE

Vers un électricien toujours plus polyvalent

D

eux grandes orientations sont définies pour la construction neuve. - La généralisation des bâtiments à énergie positive ; - le déploiement de bâtiments à faible empreinte carbone tout au long de leur cycle de vie, depuis la conception jusqu'à la démolition.

La réalité augmentée permet de concevoir de nouveaux outils de formation.

© Hager

E+C- : l’opportunité d’apprendre C’est dans ce contexte que l’État a lancé un label volontaire dédié à la valorisation de ces deux objectifs : le bien nommé Énergie+ Carbone– (E+C-). Le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) a réalisé une série de 5 vidéos pédagogiques et pratiques pour comprendre les enjeux, le contenu et le fonctionnement de l’expérimentation

20 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

© Schneider Electric

À la suite de l’accord de Paris à l’occasion de la COP 21, l’État et les acteurs de la construction se sont engagés avec une ambition sans précédent pour produire des bâtiments à énergie positive et bas carbone. La France place le secteur du bâtiment au cœur de sa stratégie pour relever le défi du changement climatique. Ce dossier formation s’inscrit dans l’optique des nouvelles réglementations environnementales et du bâtiment qui engagent l’électricien à se tenir informé.

E+C- et du label associé, première étape vers « la réglementation Énergie et Environnement de demain ». Le label E+C- (bâtiment à Énergie positive et réduction Carbone) a été créé pour appuyer la démarche et répond à des niveaux de performance précis. Ce label est délivré par Certivéa pour les bâtiments non résidentiels, en association ou non avec la certification HQE Bâtiment Durable. En cas de demande conjointe de label avec la certification HQE Bâtiment Durable, les règles de certification du label s’appliquent en complément des règles de la certification HQE Bâtiment Durable. Pour qu’un bâtiment produise plus d’énergie qu’il en consomme, il doit donc fournirsa propre énergie et ne pas en perdre. L’électricien contribue alors totalement à cette démarche en intervenant sur le photovoltaïque, le chauffage, la maison connectée ou encore la recharge de véhicules électriques. La nouvelle réglementation sur les bâtiments basse consommation sera applicable dès 2020. Le Moniteur Formation propose ainsi 2 jours pour comprendre les textes réglementaires encadrant les énergies renouvelables et connaître les échéances à respecter. Comment identifier les avantages et inconvénients des différentes technologies, évaluer leur faisabilité technique et savoir choisir ou préconiser les applications selon les usages du bâtiment (logement collectif tertiaire) et ses besoins énergétiques vous sera enseigné dans la formation EN20, « De la RT 2012 à la réglementation environnementale 2020 ». « Notre équipe de cinq personnes est garante de la pédagogie et de la technique des 71 formations dans les domaines commercial, management et technique du catalogue Hager Formation, devenu Explore, qui regroupe Hager Formation et Daitem Formation »,


Transénergie, permet aux stagiaires de réaliser de nombreuses manipulations en conditions réelles. La formation « Ingénierie d’une installation solaire photovoltaïque (OPQIBI 2015 – RGE PV ) » permet d’acquérir l’ensemble des dispositions et règles, indispensables à connaître pour la conception, la mise en œuvre et le suivi d’installations photovoltaïques raccordées au réseau de moyenne et forte puissance (15 kWc à quelques MWc). De son côté, le Cetiat, Centre technique des industries aérauliques et thermiques, dispense sur 3 jours la formation QualiPV module Elec. Cythelia est l’un des 6 premiers organismes de formation répondant aux exigences de qualité de Format’EREE, la charte de qualité des formations en énergies durables, maîtrise de l’énergie, efficacité énergétique. Maîtriser l’énergie c’est bien, mais réaliser une installation sécurisée, c’est mieux. CNPP dispense sur 2 jours une formation sur l’identification du risque

Formation photovoltaïque pour installateurs chez Transenregie.

Avec les normes environnementales E+C-, le photovoltaïque s'impose comme essentiel.

© DR

L’autoconsommation, vecteur d’activité pour le photovoltaïque Le développement durable est de plus en plus présent dans le quotidien de l’électricien. Depuis 2017, la loi n° 2017-227 du 24 février 2017 autorisant l’autoconsommation de sa propre énergie, beaucoup de particuliers et d’entreprises réfléchissent à produire pour consommer. Cette demande spécifique nécessite de bien connaître les réglementations en vigueur et d’être formé. Le Greta Paris Industrie Développement Durable, GPI2D, propose une formation Électricité et énergies renouvelables de 280 heures. L’avantage du GPI2D est qu’il met à disposition des offres de formations individualisées complètes, propose un unique interlocuteur pour l’ensemble des services, et développe constamment les moyens techniques mis à disposition des participants. L’objectif est d’acquérir des compétences professionnelles complémentaires pour augmenter son employabilité, mais aussi et surtout pour exercer un métier d'électricien répondant aux besoins actuels des entreprises du bâtiment en matière d'installation et de maintenance de matériels électriques dans le domaine des énergies renouvelables. « Dans certains cas, par exemple pour KNX, le formateur peut se rendre sur le chantier lors de la première réelle mise en pratique afin de contrôler et corriger le geste de l’électricien, car nous sommes conscients que souvent, les premières installations interviennent quelques mois après la formation », ajoute Tania Clementz Vous trouverez de nombreux organismes qui dispensent des formations sur le photovoltaïque (PV ). Pour réellement assimiler les informations, l’idéal est de pouvoir installer et tester le matériel. C’est à ces fins que le bureau d’études Transénergie dispose d’une plateforme pédagogique photovoltaïque de 220 m² située à Valpré, à proximité immédiate de Lyon. Ce formidable outil, conçu et développé par

explique Tania Clementz, Responsable de l’ingénierie de Formation chez Hager France. Les modules de formations sont toujours encadrés par un technicien et un pédagogue. Dans l’exemple d’une formation en domotique, comme la mise en situation réelle est difficile, le technicien va créer et mettre en place des outils didactiques (sous forme de valises) les plus justes et fiables possible, et le pédagogue va permettre un apprentissage beaucoup plus simple et efficace. « Nous avons également instauré un processus particulier avec la pédagogie active, qui se déroule en 3 phases. Phase 1, l’appel : nous éveillons l’intérêt pour les modules et les compétences. Phase 2, l’apport de connaissances : par présentation, par l’explication des nouvelles normes, par des études de cas à résoudre. Et enfin, la phase 3, l’expérimentation : la mise en pratique et la mise en œuvre des informations apprises. Cette phase représente jusqu’à 70 % du temps d’une journée de formation », précise Tania Clementz.

© Transenergie

DOSSIER

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 75 - PRINTEMPS 2019 - 21


Programme de formation d'installation et mise en service d'IRVE.

DOSSIER

FORMATIONS ÉLECTRIQUES ET ÉNERGIES RENOUVELABLES Afnor Compétences, tél. : 01 41 62 76 22 boutique-formation.afnor.org • Agécic, tél. : 05 16 18 60 50 agecic.fr • Apave, tél. : 0820 20 12 13 apave.com/formation • Cetiat, tél. : 04 72 44 49 00 cetiat.fr • CNPP, tél. : 02 32 53 64 34 cnpp.com/Boutique-Formations • Consuel, tél. : 0821 203 202 consuel.com • Cythelia, tél. : 04 79 25 31 75 cythelia.fr • Formapelec, tél. : 04 78 47 56 09 formapelec.fr • Greta Paris Industrie Développement Durable, tél. : 01 40 64 13 80 gpi2d.greta.fr • Hager, tél. : 0810 207 207 hager.fr/services/formation • Le Moniteur formation, tél. : 01 79 06 71 00 • Qualifelec, tél. : 01 53 06 65 20 devenir-qualifelec.fr •

FORMATIONS PHOTOVOLTAÏQUES Cythelia, tél. : 04 79 25 31 75 cythelia.fr • Formapelec, tél. : 04 78 47 56 09 formapelec.fr • Ines, tél. : 04 79 79 20 00 ines-solaire.org • Transénergie, tél. : 04 72 86 04 04 transenergie.eu •

FORMATIONS IRVE Blue2green, tél. : 06 08 06 23 57 blue2bgreen.com • Consuel, tél. : 0821 203 202 consuel.com • Formapelec, tél. : 04 78 47 56 09 formapelec.fr • Hager, tél. : 0810 207 207 hager.fr/services/formation • IFGC - Institut de Formation Groupe CAHORS, tél. : 05 65 20 83 53 groupe-cahors.com • LCIE Veritas, tél. : 01 40 95 63 37 lcie.fr • Legrand, tél. : 0810 48 48 48 legrand.fr/pro/formations • Nexans, tél. : 03 24 27 78 50 nexans.com • Schneider Electric, 0 825 012 999 se.com/fr •

22 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

incendie d'une installation de panneaux photovoltaïques. Pour ceux qui voudraient aller plus loin et proposer une activité liée aux centrales de grosse production, Ines propose de vous former en 5 jours à la conception, exploitation et maintenance des grandes centrales photovoltaïques (> 250 kVa). Dans le cadre d'une démarche de qualification RGE, la formation pour la mise en œuvre sur toiture et intégration au bâti des modules photovoltaïques, nommée « Devenir référent technique générateur photovoltaïque raccordé au réseau (QualiPV Elec) », dispensée par l’Ines ou encore par Agécic, est nécessaire pour vous permettre d'obtenir le label QualiPV Bat. Les bornes de recharge Alexandra Del Medico, secrétaire générale Qualifelec, revient sur les formations IRVE. « Elles doivent obligatoirement être agréées par Qualifelec depuis le 14 janvier 2018. Il existe actuellement 3 niveaux de formation qui rentrent dans le cadre du décret IRVE 2017-26. Avec l’obligation de disposer de bornes dans les immeubles collectifs, il est très intéressant pour un installateur d’être formé et de répondre aux exigences de la norme. » Le niveau 1 ne nécessite aucune configuration spécifique pour la communication ou la supervision. Le niveau 2 est destiné à l’installation de bornes de charge jusqu’à 22 kVA, avec configuration pour bornes communicantes et supervision de station. Et le niveau 3 pour les chantiers de plus de 22 kVA. La loi Alur pour une installation aux normes Le décret imposant aux propriétaires bailleurs d’annexer au bail l’état de l’installation électrique du logement à chaque nouvelle location représente


▼ © Transenergie

IRVE.

pour vous une vraie opportunité. Peu d’installateurs pensent à Consuel et Afnor pour se former. Consuel vous aide à mieux appréhender ce nouveau contexte réglementaire visant à améliorer la sécurité électrique. Pour ce faire, vous disposez d’un module de formation e-learning gratuit, qui vous informe sur les dispositions de la loi Alur, d’un quiz qui vous permet d’évaluer vos connaissances dans le domaine de la mise en sécurité d’un logement et du PASS qui est une grille d’aide au chiffrage des justes travaux. Afnor, de son côté, est spécialisé spécialisé dans 4 domaines importants : la certification, l’édition de solutions et services d’information, la formation et la normalisation. Afnor Compétences est la filiale dédiée à la formation. Vous trouvez ainsi des formations telles que : Intégrateur smart building (7 jours), Efficacité énergétique des systèmes électriques (2 jours) ou encore Gestion Technique de Bâtiments (GTB) : principes de mise en œuvre (2 jours). Les sites Internet de la Fédération française de Domotique recensent toutes les formations d’organismes d’État et de fabricants pour concevoir un bâtiment intelligent tertiaire, collectif et résidentiel. Ces formations permettent d’appréhender la domotique et les automatismes du bâtiment pour réduire les consommations énergétiques.

© Avere

DOSSIER

Différents onduleurs pour les formations Transenergie.

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 23


PUBLI-RÉDACTIONNEL

FORMATION POUR LES PROS

SMARTHOME EUROPE ET FIBARO, UNE HISTOIRE QUI DURE Smarthome Europe est le distributeur spécialisé pour les professionnels de la domotique. En 13 ans d’expérience et une passion du métier toujours intacte, l’équipe de Smarthome Europe a formé un réseau autour de la maison connectée, notamment sur le protocole Z-Wave. Récemment, leur centre de formation s’est développé en devenant le formateur Fibaro pour la France. UN PEU D’HISTOIRE – FIBARO

© Smarthome Europe

En 2010, alors que Maciej Fiedler cherchait à installer un système domotique chez lui, il ne trouva pas de solution qui lui convienne. Il décida donc de s’associer avec Krzysztof Banasiak et Michal Rodziewicz pour créer Fibaro, association des deux premières lettres de leur nom. Leur objectif : proposer aux utilisateurs finaux (BtoC) des systèmes domotiques faciles à installer et à configurer, fiables, sans fil et interopérables. Dès le début, leur vision était basée sur le « système », et non le produit. Ils commencèrent à distribuer en France des micromodules Z-Wave via la boutique Domadoo, et dès 2012, la box Fibaro, telle que nous la connaissons.

« Ils ont une approche "design" et "expérience utilisateur" très forte qui leur permet de développer et de sortir régulièrement des produits très novateurs, tels que les micromodules encastrables Z-Wave ou encore des capteurs de mouvement petits et ergonomiques en format balle de ping-pong », commente Laurent Guillot, responsable technique Domadoo/Smarthome Europe. Le temps passant, les créateurs de Fibaro s’aperçoivent que leurs produits présentent des contraintes techniques qui limitent l’accès à leur cible initiale : les utilisateurs finaux. Ils font donc évoluer leur gamme de produits vers les professionnels installateurs et constructeurs en lançant, notamment,

Laurent Guillot, responsable technique Domadoo/Smarthome Europe.

24 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

leur programme de certification des installateurs.

FIBARO POUR LES PROS Pour accompagner les pros et leur permettre de proposer des produits adaptés à tous et non pas uniquement aux « technophiles », Fibaro a sorti début 2019 la gamme d’interrupteurs design Walli, exclusivement adaptés aux installateurs, aux intégrateurs et aux constructeurs. Cette gamme complète de prises et d’interrupteurs Z-Wave, est compatible avec tout l’écosystème Fibaro. L'apparence de la ligne est inspirée d’une perle. Son élégance intemporelle et sa forme harmonieuse s’intègrent à tous les intérieurs. « Les appareillages peuvent être utilisés dans du neuf mais également dans la rénovation. Ils font gagner jusqu’à 30 % du temps d’installation aux professionnels. Les produits sont axés sur le design, mais si le client préfère une esthétique plus française, des adaptateurs ont été créés pour utiliser des façades Schneider Odace ou Legrand Céliane. Ils viennent directement concurrencer les grands noms français », ajoute Laurent Guillot. Il explique le choix opéré par Domadoo : « Nous avions choisi de distribuer Fibaro car il était l’un des premiers constructeurs européens à faire du Z-Wave, gage de qualité et de fiabilité. Contrairement à des produits de destinations plus exotiques, Fibaro est produit en Pologne, ce qui nous assure des délais de livraisons court, une production aux normes européennes et des échanges bien plus simples. »


PUBLI-RÉDACTIONNEL

Formation bureau d'études et installateurs sur les produits Fibaro.

Home Center et la découverte des outils installateurs. À la fin de la formation, les professionnels ont accès à des outils qui leur sont dédiés : Fibaro Academy, qui propose des formations E-Learning sur des cas concrets ou des cas particuliers ; Fibaro Installer App (application mobile ou site Web) prévu pour gérer à distance leurs parcs de box installées : gestion des installations, accès et modification de la programmation, gestion des pro© Smarthome Europe

Le groupe Domadoo est composé de la boutique en ligne Domadoo.fr qui s’adresse aux particuliers et de Smarthome Europe qui travaille avec les professionnels. « Fibaro s’adressant aux professionnels, Smarthome Europe est devenu tout simplement le partenaire idéal pour la France. Fibaro s’appuie sur nous pour s’y développer, précise Laurent Guillot. Au-delà de distribuer leurs produits sur shop.smarthome-europe. com, nous sommes dorénavant habilités à former les professionnels. Notre équipe formait déjà sur Eedomus et Jeedom. Depuis octobre 2018, nous formons sur Fibaro et nous comptabilisons déjà prés d'une centaine d'installateurs formés. Les profils sont très divers. Nous avons des installateurs qui maîtrisent les produits Fibaro mais pas la box, des intégrateurs qui veulent pouvoir proposer d’autres solutions à leurs clients, des informaticiens ou des électriciens qui souhaitent intégrer de la domotique dans les installations clients plus facilement. C’est très enrichissant pour nous. » La formation se scinde en deux parties. La première est une découverte des différents produits, de la gamme et des fonctionnalités de Fibaro, et la seconde est un tour complet de l'interface de la

© Smarthome Europe

SMARTHOME EUROPE : DES EXPERTS EN FORMATION FIBARO

blèmes, prévention sur le remplacement des produits prévu dans le contrat de maintenance (batterie, composants, etc.). Et tout ceci dans le respect de la vie privée, l’accès aux caméras de surveillance n’étant pas permis. Fibaro a également mis en place des outils pratiques pour tous : Compatibility. fibaro.com pour connaître en un coup d’œil les produits compatibles avec leur gamme ; le Market Place, qui donne accès à des plugins qui s’intègrent à leurs box.

GAMME COMPLÈTE DE PRISES ET D’INTERRUPTEURS Z-WAVE, COMPATIBLE AVEC TOUT L’ÉCOSYSTÈME FIBARO. L'APPARENCE DE LA LIGNE EST INSPIRÉE D’UNE PERLE. SON ÉLÉGANCE INTEMPORELLE ET SA FORME HARMONIEUSE S’INTÈGRENT À TOUS LES INTÉRIEURS.

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 25


DOSSIER

CABLÂGE

Câbles et blocs de jonction : des solutions adaptées aux nouvelles applications, aux exigences environnementales et de sécurité À la suite de l’accord de Paris à l’occasion de la COP 21, l’État et les acteurs de la construction se sont engagés avec une ambition sans précédent pour produire des bâtiments à énergie positive et bas carbone. La France place le secteur du bâtiment au cœur de sa stratégie pour relever le défi du changement climatique. Ce dossier formation s’inscrit dans l’optique des nouvelles réglementations environnementales et du bâtiment qui engagent l’électricien à se tenir informé.

Câbles à performances au feu améliorées pour le bâtiment.

L

es attentes des clients peuvent être très variées selon les secteurs d’activité, mais on retrouvera la qualité, la fiabilité et la durabilité, la conformité aux normes et règlements, un contrôle qualité rigoureux, un service assuré qui va de la commande à la mise en œuvre et jusqu’à la maintenance, la sécurité du personnel et de l’exploitant, et enfin, la disponibilité des produits pour une installation rapide. Des axes que les constructeurs vont suivre avec de nouveaux produits et services, ces derniers étant très importants pour les distributeurs, installateurs et utilisateurs.

© Prysmian

Câbles : un marché français en progression Après une forte décroissance de 2012 à 2015, le marché français est reparti à la hausse mais avec des disparités selon le secteur d’activité : les ventes de câbles de réseaux d’énergie stagnent, alors que les câbles de communication et les câbles pour l’industrie voient leur part de marché augmenter pour accompagner la reprise des investissements industriels, du haut débit et des réseaux de communication. Pour Acome, « la densification des réseaux de communication, la maîtrise de l’énergie et le confort sont les piliers sur lesquels Acome apporte son savoir-faire et sa maîtrise de la qualité. Acome met en place plusieurs outils d’aide à la conception, la réalisation et l’exploitation des solutions qu’elle adresse aux différents marchés : logiciels de calcul, de chiffrage, modules de formation à la conception, à la mise en œuvre, accompagnement sur les premiers chantiers. Des enjeux qui concernent à la fois l’impact environnemental des solutions, les coûts d’installation, l’optimisation de l’espace dans les chemins de câblage tout en préparant le bâtiment pour les futurs usages des TIC ». 26 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019


Une offre de services et logiciels pour la conception des installations et la gestion des approvisionnements Au-delà d’une gamme de produits pouvant répondre aux spécifications particulières des clients (tenue en température, câbles pour la marine, les infrastructures ferroviaires, les centrales nucléaires), les fabricants proposent une large gamme de services ou outils pour les bureaux d’études et installateurs. Julien Brin, responsable marketing Distributeurs et Installateurs Europe du Sud de Nexans, explique : « Nous proposons des solutions innovantes pour que nos clients gagnent du temps pour la préparation, le transport et l’installation des câbles. C’est par exemple le kit Mobiway qui facilite le transport et la manutention de tourets plastiques avec leur système de déroulage associé. Ce touret Mobiway est facilement transportable avec son poids maxi de 30 kg, 100 % recyclable et pouvant contenir 150 à 300 m de câble. Nous proposons aussi de nombreux services pour la gestion des stocks et des câbles pour les opérateurs télécoms, ou des coupes et mesures personnalisées pour les équipementiers. L’objectif étant toujours le gain de temps du client et la facilité d’utilisation. » Blocs de jonction : des technologies répondant aux contraintes du marché de la connexion des câbles À l’extrémité d’un câble, on va souvent trouver pour son raccordement des blocs de jonction ou bornes pour des utilisations dans l’industrie, le bâtiment tertiaire et industriel, l’automobile, le transport d’énergie ou de données. Tous ces utilisateurs ont des exigences communes : fiabilité, tenue dans le temps du serrage des câbles et de la qualité de

la connexion, facilité de câblage pour un gain de temps maximal lors du montage, sécurité des opérateurs. Des contraintes et spécifications particulières peuvent s’ajouter : tenue aux températures élevées, à l’humidité, aux vibrations pour les matériels embarqués et conditions d’environnement difficiles (pollution, atmosphère explosive ATEX…). Pour répondre à tous ces besoins, les fabricants ont développé plusieurs technologies, chacune ayant son champ d’application, mais aussi correspondant parfois aux habitudes des intégrateurs, tableautiers ou installateurs. Des solutions pour un montage plus rapide, plus sûr Plusieurs technologies se partagent aujourd’hui le marché, les plus courantes étant la technologie à vis, qui présente une large plage de sections de raccordement et de nombreuses fonctions de raccordement ; à ressort rapide sans vis, qui résiste bien aux vibrations ; et la technologie à insertion directe sans outil dite « push-in ». Noémie Gontero, France Product Manager de TE Connectivity, explique : « Parmi les 8 technologies commercialisées par TE Connectivity (gamme Entrelec), on en compte trois principales qui répondent à 80 % des besoins des utilisateurs : la technologie vissée, historique et peu à peu cannibalisée par “l’insertion directe”, la technologie PI-Spring (innovation Enterlec), la plus prisée pour les gains de temps de raccordement, et la technologie “Tige”, raccordement à cosses pour la distribution de puissance. Depuis des années, les habitudes de câblage ont changé car les utilisateurs cherchent à gagner du temps sur le raccordement et le marquage. D’où l’arrivée de la techno-

La mise en œuvre du Règlement Produits de Construction (RPC) est en cours Tous les câbles installés de façon permanente dans un ouvrage de construction, génie civil ou bâtiment relèvent du RPC, dont l’application est obligatoire depuis le 1er juillet 2017. Les câbles sont soumis à des obligations portant sur la sécurité incendie, la santé et l’environnement. Deux caractéristiques font l’objet d’une évaluation : la réaction au feu et l’émission de substances dangereuses. Les fabricants de câbles ont donc dû faire certifier leurs produits suivant les Euroclasses et d’éventuels critères additionnels (fumées, gouttelettes enflammées et acidité). Les câbles certifiés par un organisme tiers doivent disposer d’une déclaration de performances et porter le marquage CE. En France, les déclarations de performances de fabricants membres du syndicat professionnel Sycabel sont disponibles sur site www.cable-base.com. Des documents qui trouvent aussi leur intérêt dans la démarche BIM. Les distributeurs, installateurs, maîtres d’ouvrage ont ainsi à disposition toutes les données numérisées des câbles qu’ils souhaitent installer.

© TE Connectivity

DOSSIER

Concept de pose de câble dans des borniers push-in PI-Spring.

Touret plastique Kit Mobiway pour faciliter le transport, la manutention et la pose de câbles.

© Nexan

s

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 27


© Phoenix contact

DOSSIER

▼ Blocs répartiteurs PTFIX à raccordement Push-in.

logie appelée communément “insertion directe” (notre PI-Spring) pour pallier les désavantages du vissé : long à mettre en œuvre (temps de vissage, respect des couples de serrage), campagnes de resserrage régulières, risques de desserrage. Outre le gain de temps considérable qu’offre la technologie “insertion directe”, notre gamme SNK PI-Spring (push-in et spring) se différencie des autres offres du marché. En effet, elle combine la technologie ressort, raccordement avec outils, et la technologie insertion directe, sans outil, dans le même produit. Nous proposons donc à nos clients une gamme unique avec deux technologies de raccordement dans un seul et même produit, pour une réduction considérable des stocks et un réel confort de câblage pour nos utilisateurs. » Pour Sébastien Perez, responsable Industrie de Wieland Electric, « les bornes à vis seront généralement utilisées pour les petites installations avec peu de raccordements et pour les grosses sections, type câble

aluminium : la section de connexion de notre série selos va jusqu’à 300 mm2. Le “push-in” est plus utilisé pour des questions de rapidité de raccordement et généralement sur les petites sections de fil (0,75 à 2,5 mm2) : nos bornes fasis WTP n’ont pas de contact direct avec les parties sous tension, elles sont prévues pour la construction mécanique et industrielle, ainsi que la distribution d’alimentation aux bâtiments. Les bornes à ressort sont faciles à utiliser, sans entretien, exemptes de vibrations avec des forces de contact élevées, mais elles sont de moins en moins utilisées, le basculement de technologie de la vis se fait directement vers le push-in ». Une technologie push-in qui, pour Delphine Legendre, chargée de projets Marketing de Phoenix Contact, « s’étend en termes de section : elle est désormais acceptée aussi sur les plus grosses sections de câbles, jusqu’à 185 mm2. Nous rencontrons désormais très peu de freins dans le déploiement de cette technologie, qui présente de nombreux avantages : un raccordement rapide de conducteurs prétraités et rigides grâce à la technique d’enfichage direct sans outil, un raccordement aisé en façade, une insertion  aisée grâce à des forces d’insertion réduites de 50 %, un retrait facile des conducteurs sans outil particulier, une résistance aux vibrations selon la norme ferroviaire EN 50155, une résistance aux chocs et à la corrosion suivant les normes de la construction navale ». De son côté, Wago a présenté à la Foire de Hanovre 2018 deux nouveaux mécanismes de raccordement facilitant la manipulation de ses bornes sur rail push-in TOPJOB S : le levier et le boutonpoussoir. Et, explique Romaric Thevenet, Marketing Manager de Wago Contact, « le point de serrage des nouvelles bornes avec bouton-poussoir peut être ouvert avec n’importe quel outil, elles existent en version pour 2 ou 3 conducteurs et des sections de 0,25 à 25 mm2. Les bornes sur rail à levier offrent quant à elles une manipulation tout aussi intuitive et la possibilité de raccorder en “mains libres” pour encore plus de rapidité : l’ouverture et la fermeture du point de serrage s’effectuent manuellement au moyen d’un levier de couleur orange, pouvant rester en position ouverte ou fermée. Il est possible de combiner les trois technologies de raccordement entre elles. L’ensemble des

28 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

Mise en place d’un câble dans un bloc de jonction à levier.

© Wago

©

Différents modèles de blocs de jonction push-in peuvent être montés sur un même rail.

o ag W


DOSSIER

Logiciel Easy Rail Designer-3D ENTRELEC TE Connectivity pour la conception de borniers sur mesure.

© TE Connectivity

Mise en œuvre dans un laboratoire d’une alimentation flexible par rail et prises mobiles Eubiq des équipements.

© Wago

Des solutions alternatives de distribution électrique Les solutions utilisant les canalisations électriques préfabriquées (CEP) sont complémentaires des solutions classiques par câble et sont très utilisées pour la distribution d’énergie électrique de puissance (jusqu’à 6 000 A) dans les bâtiments tertiaires et l’industrie. Ces canalisations sont sans halogène ou PVC et ne dégagent pas des substances toxiques ou de fumées opaques en cas d’incendie. Les CEP permettent aussi de modifier simplement et rapidement une installation électrique (atelier, datacenter…). Ces solutions existent aussi en distribution terminale pour des hôtels, salles de réunion, bureaux en open space, magasins, laboratoires. Autant de solutions proposées par Eubiq France,

▼ Bornes sur rail à levier pour un raccordement mains libres.

© Eubiq Erance

accessoires de pontage multifonction et le système de repérage rapide en bande de la gamme existante sont compatibles avec les nouvelles bornes ». Ces produits viennent compléter les gammes de bornes sur rail débrochables X-Com S-System, les bornes de puissance Power Cage Clamp, les bornes sur rail Mini, les bornes sur rail enfichables X-Com S-System et les bornes sur rail Compact.

avec un système permettant d’installer et de connecter électriquement, ajouter, retirer ou déplacer sur un rail électrique des prises de courant, chargeurs USB, éclairage… Selon Anthony Fresneau, gérant d’Eubiq France, « d’un simple mouvement de rotation, l’utilisateur positionne sur un rail alimenté électriquement (charge maximale 40 A) les accessoires de son choix. Cette solution est déclinée sous forme de colonnettes, de plinthes ou de bandeaux ou intégrée dans des goulottes et profilés encastrables. L’indice de protection du rail est IP4X, ce qui veut dire que l’accès aux parties sous tension du rail est protégé pour tout objet de plus de 1 mm de diamètre. Nos produits sont certifiés par des laboratoires indépendants KEMA selon les normes IEC 61534-1 et NF. Ces solutions répondent aux attentes des professionnels pour équiper notamment des bureaux, salles de réunion ou business centers comme ceux des hôtels du groupe Accor. Nous pouvons ainsi réduire le nombre de prises et les adapter à la demande (prise US, par exemple) en fonction du nombre d’appareils utiles. De quoi soulager les utilisateurs de multiprises en série et de stocks d’adaptateurs ». Jean-Paul Beaudet SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 29


AVIS D'EXPERT

L’identité, le nouveau périmètre de sécurité

© DR

#1 Le Cloud est devenu le datacenter Sur ce premier point, deux choses sautent immédiatement aux yeux. La première est qu’à moins de devoir satisfaire à des exigences réglementaires spécifiques, ou d’avoir une totale confiance dans la qualité et l’intérêt financier d’une solution matérielle et logicielle hébergée en interne, les offres actuelles de cloud SaaS logiciel en tant que service, PaaS plateforme en tant que service ou IaaS infrastructure en tant que service sont devenues un choix évident pour les entreprises. La seconde, encore plus importante, est qu’il n’est plus nécessaire de savoir où les services et applications des entreprises sont hébergés et qui les fait fonctionner. Peu importe que l’accès aux applications s’effectue via une instance MySQL en local ou MariaDB, une instance AWS Aurora MySQL, ou une base de données Azure pour MySQL.

Arnaud GALLUT,

directeur des Ventes Europe du Sud, Ping Identity Un responsable de la sécurité informatique d’un client de Ping Industry nous a récemment fait part d’une réflexion qui nous a semblé particulièrement juste. « Désormais, le Cloud est devenu le datacenter. Internet est devenu le réseau interne. L’identité est devenue le périmètre de sécurité, et tout terminal est devenu un terminal professionnel. » Développons chacune de ces quatre affirmations pour en comprendre les implications.

30 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

#2 Internet est devenu le réseau Tout devrait désormais être connecté et accessible. Les utilisateurs ne devraient plus avoir besoin d’être présents physiquement sur un site ni d’utiliser un VPN pour accéder à des applications réservées à l’interne. Le modèle tripartite – Internet, DMZ, et réseau interne sécurisé protégé – ne permet pas un accès n’importe où n’importe quand, et n’est pas fiable lorsqu’il s’agit de connecter ensemble des applications et des services fonctionnant dans des environnements hybrides associant datacenters internes et de multiples fournisseurs de services Cloud. Faire une confiance aveugle à toute application ou système installé derrière un firewall (pare-feu) est aussi une mauvaise habitude. Dans un tel scénario, si une application est compromise, elle peut être utilisée comme base pour attaquer bien d’autres applications et systèmes. C’est exactement ce qui s’est produit lors de récents piratages majeurs. Donc si l’on ne dispose pas d’un périmètre de défense capable de protéger des applications et ses données, que faire ? La troisième affirmation citée plus haut apporte la solution. #3 L’identité est devenue le périmètre de sécurité L’adoption (implicite) d’un environnement « zero confiance » doit aujourd’hui s’imposer. Dans ce type d’environnement, tout a une identité propre : les utilisateurs, les applications, les services et les systèmes. Il s’agit d’environnements extrêmement sécurisés et flexibles, dans lesquels chaque application et service sont potentiellement accessibles par tout le monde, quel que soit le lieu où ils sont hébergés : sur site, dans un Cloud privé ou public. Cependant, cette flexibilité a un prix. Pour garantir un écosystème sécurisé, plusieurs éléments doivent être mis en place. Les identités, qu’elles concernent des humains ou des applications, doivent être établies ou validées d’une manière sécurisée. Ceci peut


AVIS D'EXPERT

être réalisé via une vérification d’identité, la délivrance sécurisée de certificats, le service d’identité d’Istio, etc. L’objectif est d’être sûr que l’individu ou l’objet est bien ce qu’il prétend être. L’identité doit être authentifiée en toute sécurité, solidement, lors de l’exécution. Elle peut être réalisée via une authentification multifacteur (MFA), une authentification par certificat, un OAuth client secret, etc. Dans le cas d’une authentification multifacteur, il convient de s’assurer que le canal de récupération n’est pas identique pour les différents facteurs. En cas de fourniture d’identifiants à des services via DevOps, les identifiants ne doivent pas être stockés en clair, et l’ensemble du processus de livraison doit être sécurisé. Les identités ne doivent pas risquer d’être volées ou divulguées. Elles sont généralement volées via des attaques dites de « credential stuffing » au cours desquelles des bots utilisent des listes d’identifiants et mots de passe volés pour trouver et voler des identités. Ceci constitue un risque à prendre au sérieux : en effet, la plupart des études montrent que ces attaques sont entre 2 % et 3 % efficaces. Ceci veut dire que si une entreprise possède plus de 50 comptes utilisateur, elle est potentiellement vulnérable. L’authentification multifacteur peut prévenir des attaques de «  credential stuffing », mais n’empêchera pas automatiquement les utilisateurs de divulguer leurs identifiants via des attaques de « phishing ». Pour prévenir ce type d’attaques, des formations antiphishing et l’adoption de la solution d’authentification multifacteur FIDO2 sont recommandées. FIDO2 prévient les attaques de « phishing » en obligeant l’utilisateur à enregistrer au préalable tous les sites authentifiés. Ne seront alors acceptées que les demandes d’authentification provenant des sites enregistrés, bloquant ainsi tous les faux sites de « phishing » qui tenteraient de récolter vos mots de passe et code à usage unique (OTP) puis de prendre le contrôle de votre session utilisateur. Un processus explicite d’autorisation d’accès doit intervenir entre deux points d’un système, quels qu’ils soient. Ceci s’applique aux utilisateurs, aux applications et aux services. L’autorisation doit être refusée par défaut sauf dans le cas d’une autorisation explicite stipulant que le demandeur, qu’il s’agisse d’un humain ou d’une application, est autorisé à accéder à ces données, à ce service ou à cette application. Plutôt que de s’appuyer uniquement sur des règles rigides et définies de façon statique, il est préférable de se tourner vers une solution alimentée par du « machine learning », plus flexible, afin d’améliorer les processus d’authentification et d’autorisation. Ces solutions optimisent l’expérience utilisateur en supprimant des étapes d’authentification inutiles lorsqu’il existe une réelle certitude que l’utilisateur est bien celui qu’il prétend être. Elles peuvent aussi analyser les schémas d’accès afin de détecter des botnets ou des piratages de données et ainsi, refuser l’accès dans des cas où des règles statiques n’auraient rien bloqué.

Un processus explicite d’autorisation d’accès doit intervenir entre deux points d’un système, quels qu’ils soient.

#4 Tout terminal est devenu un terminal professionnel La quatrième affirmation résulte directement des trois autres. N’autoriser l’accès aux données et aux applications qu’à partir des terminaux de l’entreprise est un cauchemar en termes de management, et réduit la productivité. Dans une économie 24/7, les employés doivent être capables d’accéder aux informations et applications en tous lieux et à partir de n’importe quel terminal. Ceci ne veut pas dire que chaque terminal ne doit pas être validé pour s’assurer qu’il n’a pas été piraté. Les entreprises peuvent utiliser des solutions MDM ou CASB pour contrôler la diffusion des données. Pour des cas d’usages aussi bien grand public qu’en entreprise, l’analyse des données peut également aider à détecter des anomalies sur la base de facteurs tels que la géolocalisation et les schémas d’accès. L’objectif primordial est d’établir des processus de contrôle qui permettent aux équipes de sécurité de maîtriser tous les usages BYOD lorsque les utilisateurs se servent de leur propre matériel à la fois pour des cas d’utilisation professionnels et grand public. Des accès de n’importe où, n’importe quand, n’importe comment En bref, les entreprises doivent inverser leur façon de penser. Au lieu d’essayer d’enfermer les applications et les données dans des coffresforts sécurisés, elles doivent en autoriser l’accès depuis n’importe où. En adoptant une politique d’accès à n’importe quelles données, en tout lieu et à partir de n’importe quel terminal, ainsi qu’en mettant en place les procédures et les contrôles nécessaires pour en faire une réalité parfaitement sécurisée, les entreprises pourront améliorer le confort de travail de leurs employés et accroître leur productivité. Elles pourront aussi disposer d’une infrastructure flexible qui leur permettra de s’adapter facilement à l’évolution rapide de leurs besoins et de leurs choix technologiques, sans avoir à reconfigurer leurs systèmes.

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 31


ACTU

N°76 ÉTÉ 2019

PARTICIPANTS AUX TABLES RONDES Irina KHODOSSOVA : directrice innovation et associée de SOLSTYCE Dominique BERTIN : chef de projet mobilité électrique ENEDIS Rodolphe MICHEL : secrétaire général Smart Lighting Association Nicolas RANDRIA : secrétaire général Groupement des métiers du photovoltaïque - FFB Xavier VOL : chargé d’affaires concessions d’énergies Ville de Paris Albert BOUCHOUCHA : électricien et intégrateur DOMOTIZY Hubert PROSÉ : chargé d’étude et développements ENERCITIF Animation : Philippe DRESTO, président de l’ONSBTP

L‘ÉLECTRICIEN AU CŒUR DU MAILLAGE DES RÉSEAUX Organisée le 5 juin, l’édition 2019 des Rencontres Croissance et Technologie CSEEE se proposait de mettre en question l’évolution des réseaux et leur influence sur la transformation du marché et des métiers de l’électricien. Imbrication des bâtiments, des quartiers et des villes, déploiement du numérique, nouveaux usages et exigences énergétiques révèlent des opportunités inédites pour les électriciens de déployer leurs compétences.

D

u bâtiment alimenté nous sommes passés à un bâtiment connecté qui fonctionne de moins en moins en autarcie. Avec les capteurs, les compteurs intelligents, les objets connectés, les caméras, les bâtiments qui étaient presque muets sont devenus très bavards. Ils produisent des données, ils communiquent avec leur environnement et sont au cœur de la ville intelligente de demain. L’électricien y contribue en travaillant sur les réseaux et les infrastructures qui permettent de constituer des systèmes urbains de plus en plus intelligents. C’est en ces termes que Bernard Colombat, président de la CSEEE, a introduit ces rencontres annuelles centrées autour de domaines qui sont déjà ou vont entrer dans le spectre de compétences de l’électricien : les

énergies renouvelables, les bornes de recharge, l’éclairage intelligent, les bâtiments à énergie positive, les services aux usagers et aux exploitants.

What’s up ?

© JLB Photo

Bernard Colombat, président de la CSEEE.

Rencontres Croissance et Technologie 2019

En préambule aux tables rondes, Xavier Hornung et Patrick Debelut de la CSEEE ont présenté un panorama, un « what’s up » résumant les principales évolutions réglementaires influençant sur les marchés des électriciens. La fin du RTC, qui entraîne des besoins de mises à niveaux ou remplacement de matériel, le calendrier et les chiffres de déploiement du très haut débit et des usages et services connectés qui appellent à un renforcement des capacités des derniers mètres de câblage. La loi Elan et son impact sur les opérateurs de colonnes montantes, les perspectives de l’autoconsommation, les futures exigences environnementales et la possibilité de déroger « intelligemment » aux règles de construction.

Photovoltaïque, IRVE, l’ère de la maturité En introduction aux tables rondes, la projection d’une vidéo Un dimanche en 2025 a permis de montrer un ensemble d’usages innovants transformant la vie quotidienne. La première table ronde a réuni Irina Khodossova, Nicolas Randria, Hubert Prosé et Dominique Bertin autour des perspectives de l’énergie solaire photovoltaïque et des bornes de recharge de véhicule dans le contexte de la smart city. L’énergie photovoltaïque a vocation à alimenter la smart city. C’est une solution pour produire économiquement et à proximité des lieux de consommation. Le marché est dynamique bien qu’encore

32


© JLB Photo

ACTU La première table ronde autour de Hubert Prosé, Dominique Bertin, Irina Khodossova et Nicolas Randria.

LES INNOVATIONS PRÉSENTÉES 5 sociétés membres du Club Partenaires ont présenté en 3 mn chrono des innovations : • La nouvelle offre BAES, éclairage de sécurité connecté par Gilles Bussières de LEGRAND

peut être supporté par le réseau en termes de consommation, mais avec la nécessité d’une importante coordination des acteurs pour gérer la puissance en fonction des besoins. Les facultés des smart grid devraient être mises à contribution avec des modulations horaires et tarifaires. C’est un des enjeux du maillage du réseau avec des multiples facultés de capter et d’analyser des données pour ouvrir le champ des possibles.

Bâtiments, quartiers, villes, tous connectés La seconde table ronde mettait en présence Albert Bouchoucha, Xavier Vol et Rodolphe Michel pour illustrer notamment les nouveaux

• Estimez votre potentiel d’économie d’énergie et concrétisez votre projet par Thibault Mossalgue de SONEPAR CONNECT • Boîtes d’encastrement BBC coupe-feu homologuées par Carlos da Silva de SIB (SCHLEMMER INDUSTRY ET BUILDING PARTS) • MULLER INTUITIV : l’intelligence qui manquait aux radiateurs électriques par Eric Baudry de NOIROT

© JLB Photo

en retrait sur certains voisins européens, la France est à la 5e place. Plusieurs régions, dont l’Ile-de-France, ont déployé des plans qui sont autant de leviers locaux de développement. Des objectifs de croissance de production de 6 GWc par an sont prévus, d’où des opportunités de marché importantes. Le modèle de l’autoconsommation individuelle se développe rapidement et l’autoconsommation collective vient de se doter d’un cadre juridique plus simple qui va favoriser son essor. Dans un avenir proche, les entreprises pourront installer de plus en plus d’équipements capables de produire. Toutes les surfaces d’un bâtiment peuvent devenir actives et produire de l’énergie, toitures inclinées, toits plats, brise-soleil, façades, ombrières de parkings. Malgré leur densité, des métropoles comme Paris peuvent accueillir des installations photovoltaïques. En neuf, sortent actuellement de nombreux projets, mais l’existant a également un potentiel. Le collectif Enercitif s’est fédéré autour de projets pour réaliser des quartiers populaires à énergie positive. Avec le soutien du Conseil de Paris il a en chantier ses premières centrales solaires citoyennes sur 9 toitures, soit 600 KWc de puissance totale installée et plus de 3 000 m² de panneaux. Cela représente la consommation annuelle d’environ 145 foyers, hors chauffage. Ces projets ont été conçus avec Solstyce, entreprise et bureau d’études spécialisé à l’origine dans les installations solaires et qui a étendu son périmètre d’expertise aux IRVE et au stockage de l’énergie. L’accroissement du parc automobile électrique

• Les nouveaux risques liés au numérique par Dimitri Lizot de la SMABTP

Table ronde avec Albert Bouchoucha, Xavier Vol et Rodolphe Michel.

33


© JLB Photo

© JLB Photo

ACTU

Pitchs innovation avec Gilles Bussières (LEGRAND), Dimitri Lizot (SMABTP), Thibault Mossalgue (SONEPAR CONNECT), Carlos da Silva (SIB), Éric Baudry (NOIROT).

totale par les collectivités locales. Les réseaux doivent être sécurisés et fermés. Les bénéfices à tirer de la technologie Li-Fi sont très importants, transmission de l’Internet par la lumière, pas de bandes de fréquences, économie d’énergie, taux de transfert, confidentialité par des réseaux fermés, géolocalisation. C’est un domaine qu’il faut suivre de près.

Indispensable formation et mise à jour des connaissances Xavier Rosa, vice-président de la CSEEE.

34

usages des réseaux et le potentiel offert par la croissance continue de la collecte et l’analyse des datas du bâtiment à la smart city. Finies les usines à gaz de la domotique d’autrefois. Le fonctionnement des automatismes du bâtiment connecté devient de plus en plus intuitif, rapide et performant. La valeur ajoutée de l’électricien s’exprime à travers une architecture de communication performante, une capacité à transcrire les besoins usages en solutions techniques et la sécurisation des accès et transmission de données. La gestion des droits d’accès, le cloisonnement des réseaux et le changement systématique des mots de passe par défaut sont des prérequis indispensables pour une installation sûre. À l’échelle de la ville, la collecte, le traitement et la mise à disposition des données évoluent rapidement et deviennent une activité indispensable pour résoudre les enjeux urbains. À Paris, des startups et acteurs traditionnels collaborent pour étudier et déployer des solutions innovantes et des datacenters commencent à être implantés pour le service public. L’éclairage public va connaître une forte évolution. Le remplacement des lampes traditionnelles par des LED permet de configurer des réseaux locaux capables de donner une surcouche d’information au réseau traditionnel, de soulager les réseaux traditionnels d’échanges d’information avec une maîtrise

Tous les domaines évoqués sont accessibles aux électriciens, mais nécessitent une veille plus importante que par le passé pour s’adapter et maintenir son avantage concurrentiel. Dans le secteur électrique, la formation et la qualification deviennent des critères de différenciation déterminants, à l’image de ce que connaissent les secteurs high-tech, comme l’informatique.

Un territoire de conquête pour les électriciens En conclusion, Xavier Rosa, vice-président de la CSEEE, rappelle que dans notre métier, nous avons une vision à peu près claire de l’avancée des technologies déjà disponibles. En revanche, nous avons une grande zone d’imprévu sur les usages. La trottinette électrique en est un exemple avec ses dérives actuelles bien éloignées de l’idéal de la mobilité électrique. Il est évident qu’il y a des perspectives pour nos entreprises. L’électricien a tout un ensemble d’activités à sa portée comme l’efficacité énergétique, l’injection d’énergie verte comme le photovoltaïque, les bornes de recharge, le très haut débit avec probablement la solution du Li-Fi. Ce sont des domaines plus récents pour l’électricien et aussi plus ouverts à la concurrence d’autres acteurs. Nous avons dans nos entreprises un effort d’adaptation et de formation à faire, car ces métiers sont accessibles. Il faut miser sur les jeunes et notamment les apprentis du CFA Delépine qui sont aujourd’hui formés aux environnements connectés.


LE POINT SUR

LOGICIEL

L’outil indispensable pour la réussite de l’électricien Les logiciels permettent d’améliorer la compétitivité et la productivité des installateurs. En cela, ce sont de véritables investissements rentables. Avec l’arrivée du BIM, plus question de travailler sur le papier car l’installateur devient un élément de la chaîne de valeur. Plutôt que chacun travaille dans son coin à redévelopper des parties qui sont communes, le BIM mutualise tous les savoir-faire des différents corps de métier pour un travail collaboratif qui sert à l’élaboration de la maquette numérique. On parle d’objets : disjoncteurs, interrupteurs, câbles, luminaires, mais aussi lavabo, portes, escaliers. Toutes les caractéristiques techniques et environnementales de chaque objet est renseigné. Toute modification actualise le plan global en temps réel pour tous les intervenants.

L

Interface de supervision du réseau.

On trouve une multitude de produits gratuits ou payants sur Internet pouvant rendre service. Mais qu’en est-il réellement ? Les grands fabricants de matériels électriques (ABB, Deltadore, Hager, Legrand, Schneider Electric, Siemens…) ont bien compris qu’il fallait rassurer et construire sur leur image. Chacun propose donc des logiciels autour de ses produits. Un bon moyen de rendre captif l’installateur. Même si nombreux sont

a modélisation des données du bâtiment est un enjeu majeur pour les électriciens notamment. Parti avec du retard, le BIM électrique est en train de récupérer grâce en particulier à l’action Fabdis qui oblige à hiérarchiser et rassembler les données de tous les produits des fabricants vendus en distribution. Pour celui qui ne sait pas quel éditeur choisir et qui tape sur Internet, il est très difficile de se faire un avis.

36 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

ceux qui utilisent les logiciels propriétaires pour faire leurs courses. Et qui, ensuite, se rendent chez les distributeurs et demandent l’équivalent dans une autre marque. Tous les pros connaissent illiPro de Legrand qui permet de réaliser l’étude complète d’une installation électrique (interrupteur, prise de courant, chargeur USB, tableau électrique, coffret de communication, domotique, goulotte…), pour le résidentiel et le petit tertiaire, l’édition de la liste de matériel et du devis client ainsi que le calcul des coûts de fournitures (fils et gaines, câbles), de maind’œuvre et la marge réalisée. Il peut être avantageux de travailler sur des logiciels indépendants qui conseillent sur les schémas de câbles, de pieuvres ou de tableaux. IGE+XAO et Desa logiciel sont les plus connus pour le schéma, alors qu’Alpi l’est pour le calcul. Le logiciel doit respecter les normes Un bon éditeur se doit de fournir des logiciels qui respectent les normes en vigueur. Il doit suivre scrupuleusement la réglementation pour concevoir des installations qui garantissent


LE POINT SUR

la conformité électrique. À partir de ces exigences minimales, le logiciel est capable de tout traiter pour minimiser les coûts d’installation et de maintenance. Pour la partie calcul des paramètres d’une installation, tous les logiciels commercialisés doivent être conformes au guide UTE C15-500 dont la dernière édition date de juillet 2003. Pour vérifier la conformité d’une installation à la NF C15-100, les logiciels de calcul électrique basse tension effectuent des calculs qui ne sont pas décrits dans cette norme. Ils utilisent d’autres référentiels en complément. Le guide UTE C15-500 rassemble dans un seul guide toutes les informations indispensables pour effectuer un calcul complet et conforme à la NF C 15-100 ainsi qu’aux autres normes applicables. En dehors du respect de la norme C15-100, les logiciels de conception et contrôle des réseaux d’éclairage public se réfèrent à la C17-200 relative aux installations d’éclairage extérieur et la C15-712 pour les réalisations photovoltaïques. Pour ceux qui travaillent sur la haute tension, c’est la C13-200 qui fait foi. Ainsi Lise PV, de BBS logiciels, est né en 2009 d’un besoin des professionnels (bureaux d’études, installateurs, bureaux de contrôle…) de disposer d’outils permettant d’optimiser et de normaliser les études d’installations électriques photovoltaïques. Il ne cesse d’évoluer et de s’adapter à toutes les nouvelles versions des normes françaises (UTE) sur le sujet. Son utilité devient primordiale, depuis que le décret n° 2010-301 du 22 mars 2010 (visant à contrôler et sécuriser les installations élec-

LE LOGICIEL BIM POUR RÉUSSIR elec calc™ BIM de Trace Software est le premier logiciel de calcul au monde qui intègre parfaitement elec calc™, logiciel de dimensionnement et de calcul d’installations électriques, dans un processus Open BIM. Avec elec calc™ BIM, l’électricien peut appuyer ses calculs sur un modèle numérique au format IFC4, généré par les différents logiciels d’architecture 3D (Revit, ArchiCAD, SketchUp…). Parmi les dernières nouveautés BIM du logiciel Amélioration de la navigation dans le viewer 3D intégré – Possibilité d’importer plusieurs fichiers IFC avec gestion des objets communs aux différents fichiers – Possibilité de dessiner des cheminements dans le viewer pour compléter le réseau de routage. L’utilisateur n’est pas bloqué en cas de cheminements manquants dans la maquette numérique. – Plug-in REVIT – ce module, à intégrer dans REVIT, facilite les communications avec elec calc™ BIM : - Pré-configuration de l’export IFC - Import dans REVIT des propriétés des composants qui ont été complétées dans elec calc™ BIM avec gestion de la synchronisation entre elec calc™ BIM et REVIT -C  réation de nomenclatures à partir des données d’elec calc™ BIM.

triques) impose la délivrance par le Consuel d’une attestation de conformité aux règles de sécurité en vigueur. Cette attestation de conformité doit être remise par l’installateur au gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité pour le raccordement de l’installation au réseau. Les parties en courant continu et alternatif sont traitées conformément au guide UTE C15-712 (C15-712-1 depuis le 01/01/2011).

Logiciel schéma électrique Les règles qui encadrent le métier d’électricien sont toujours plus contraignantes. En utilisant un logiciel, l’installateur se doit de connaître les règles et de savoir les appliquer, mais la responsabilité de l’éditeur est engagée en cas d’erreur flagrante. Les logiciels d’implantation (CAO) de réseaux de courant fort ou faible, de calcul d’installations photovoltaïques, de chiffrage sont modulaires et génèrent des fichiers

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 37


LE POINT SUR

En utilisant un logiciel, l’installateur se doit de connaître les règles et de savoir les appliquer, mais la responsabilité de l’éditeur est engagée en cas d’erreur flagrante.

DXF et DWG pour une intégration des schémas dans les logiciels d’architecture. Le logiciel utilisé doit se référer à la norme NF C 15-100 et au guide UTE C 15-105 : détermination des sections de conducteurs. Ce guide s’applique aux installations électriques à basse tension dont les canalisations sont constituées de conducteurs isolés ou de câbles. Il ne s’applique pas aux circuits comportant des canalisations préfabriquées. Les valeurs données dans les tableaux du présent guide sont valables pour des installations alimentées en courant alternatif monophasé 230 volts ou en courant alternatif triphasé 2301400 volts. DS ELEC de Desa Logiciel est un logiciel polyvalent utilisé aussi bien pour des installations industrielles que tertiaires, pour des automates que pour des schémas d’installations électriques. Caneco BT d’Alpi est un logiciel de conception automatisée d’installations électriques basse tension. Il intègre en une seule et même solution les différents métiers de l’électricien : calculs et dimensionnement des circuits, schématique électrique de puissance et de commande, conception des armoires et nomenclature chiffrée. Son équivalent chez Hager, 1-2-3 Schéma réalise, simplement et très rapidement, le schéma électrique d’un tableau d’abonné et de distribution exigé par la norme NF C 15-100. Hager 1-2-3 Schéma permet également de créer et d’imprimer les bandes de marquage et feuilles de repérage du tableau électrique. La transformation numérique a bouleversé l’approche de l’univers du chemin de câbles. L’arrivée du BIM amène à mettre à disposition une offre au format numérique, souvent le format Revit, au service des autres membres du projet et à l’ensemble de la filière. Dans ce contexte de transformation numérique, figurent des solutions et des services adaptés à l’utilisation de des gammes Legrand au travers du logiciel d’études, en 2D et 3D, Par exemple, le configurateur Web Legrand CabloCAD aide au choix des produits et à la détermination des références pour un gain de temps indéniable pour les installateurs. La marque Elie BT, propriété exclusive du Gimélec, est destinée à promouvoir les logiciels de calcul électrique ayant satisfait aux exigences

des normes NFC 15-100 et NF EN 60909-0 et du Guide AFNOR C15-500. L’affichage de la marque Elie BT indique clairement la conformité des logiciels aux référentiels techniques retenus par la marque, et donc le respect des règles et des formules de calcul issues des normes applicables. Logiciels disposant du droit d’usage de la marque Elie au 25 juin 2018 : • Caneco BT – version 2018 (Alpi), • elec calc Classic version 3.8.2 et elec calc 2018.0.0.4 (Trace Software), • Lise versions 2.9.4.3 et 3.0.1 et Lise BIM version 1.0.1 (BBS Conception), • SEE Calculation – version V4R2 (IGE+XAO), • XL PRO3 Calcul V3.5.01 et XL PRO3 Calcul BIM V1.1.02 (Legrand), • Stabicab 11.23, electrical calculation module 3.0.1 (Trimble France), • Ecodial V4.8.8 (Schneider Electric). Il peut être intéressant pour les installateurs de disposer d’un logiciel d’études de pieuvres électriques. L’installation d’une pieuvre se compose de plusieurs étapes qu’il est important de bien réaliser pour obtenir un système efficace. La première étape consiste à placer sur un plan à l’échelle tous les appareils à alimenter avec leurs liaisons logiques. Via un logiciel de schéma électrique, un sous-circuit s’obtient en quelques clics, ce qui permet de visualiser les appareils sur l’écran, tous pré-reliés. Ensuite, il est impératif de gérer ces sous-circuits au niveau des gaines puis du tableau (ou coffret). Pour cela, certaines conditions doivent être remplies. Tout d’abord, il faut déterminer le nombre de boîtes de raccordement et leur emplacement optimal sur le plan. Ensuite, il est crucial de bien déterminer le nombre de conduits (gaines) reliant les appareils avec les boîtes ainsi que leur localisation sur le plan. Cette étape est importante pour gérer les espaces et les connexions entre les différents segments de l’installation électrique. Dans ce cas, il est aussi impératif de respecter la norme C15-100 amendement 5. Il faut savoir si les sous-circuits de prises de courant seront reliés à un ou deux disjoncteurs, car cela influe sur le nombre de fils dans la gaine principale et sur les raccordements des fils dans la boîte. Ainsi Desa Logiciel pro-

38 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

pose le module métrés/pieuvres qui prend en compte non seulement les conduits, mais détermine les fils et câbles qu’ils contiennent : longueur, couleur, type. Gros avantage, les logiciels Desa se synchronisent avec le logiciel de devis et/ou de gestion commerciale (EBP, Batigest, Multidevis, Excel…). Ils préparent une liste d’ouvrages organisée par tranches (ou zones, ou pièces), exportée en un clic vers votre logiciel de devis habituel. Dans l’autre sens, vous pouvez partir d’un devis et porter les symboles pré-connectés correspondant aux ouvrages sur le plan, puis les positionner. Gestion du réseau et disponibilité des équipements Pour optimiser la circulation des données dans le bâtiment, il est essentiel de s’adosser à un logiciel d’administration du réseau. Ces logiciels contrôlent la disponibilité des équipements et surveillent le réseau en identifiant les différents flux ainsi que les boucles de cicatrisation. Ils permettent également de monitorer l’ensemble des switches du bâtiment en créant des VLAN (réseaux locaux virtuels), essentiels pour faire cohabiter les différents métiers au sein du même réseau. Au sein d’un câble RJ45 circulent des données issues des caméras de surveillance, d’interphonie, ou encore de contrôleurs GTC. Il est donc nécessaire de hiérarchiser les informations qui circulent dans les switches. L’IP, en générant des domaines d’adresses différents selon les métiers du bâtiment (contrôle d’accès, VDI, caméras…), permet de créer une hiérarchie entre ces métiers. Logiciel EnR Avec les nouvelles normes environnementales, cela se complexifie encore. L’entreprise nordaméricaine Enphase Energy propose un système d’énergie photovoltaïque résidentiel qui inclut la production, le stockage, la gestion et le contrôle de l’électricité. Soit quatre parties distinctes : le portail Envoy, cerveau de la maison, la batterie AC, intelligente, dotée d’un cycle de vie optimisé, les micro-onduleurs et le logiciel Enlighten, un outil facile d’utilisation pour surveiller et contrôler l’énergie. Sunny Design Web s’ouvre dans un navigateur (sur iPad ou tablette Android), afin de saisir les paramètres requis pour obtenir en quelques minutes une configuration optimale. Cette application Web est destinée aux installateurs et aux personnes chargées du dimensionnement. Le logiciel contrôle la compatibilité des composants, mais aussi la rentabilité de l’installation. Le client final bénéficie ainsi d’une installation photovoltaïque sur mesure et l’installateur économise un temps précieux. L’enregistrement, gratuit, permet de profiter d’autres fonctionnalités utiles.


APPLICATION

Un dimanche en 2025 2025, la ville intelligente

Tout est mesuré et contrôlé.

40 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

Tout est cartographié.

▼ Le Li-Fi remplace le Wi-Fi et ses ondes radio.

Débits vertigineux, nouveaux usages révolutionnaires, dialogues « machine to machine » entre véhicules, équipements électroménagers, de santé, téléchargement de films en quelques secondes sur mobiles, et beaucoup de nouveaux services inédits : voici un court film d’anticipation en images de synthèse hyperréalistes, créé en 2013. Six ans après, les choses présentées se matérialisent doucement mais sûrement… Ce film a été réalisé avec la société bretonne Siradel, spécialisée dans les modèles de conception des réseaux numériques mobiles mais aussi dans l'ingénierie de la ville du futur et ses besoins. Titre du film : Un dimanche en 2025.

La réalité augmentée permet de recevoir les informations de son environnement.


APPLICATION

Le vitrage devient multimédia.

▼ ▼

La rue se numérise et l’éclairage public devient connecté pour géolocaliser.

À la recherche du bien-être urbain. Régulation dynamique des réseaux entre eux.

Smart home : l’humain et la santé au cœur du dispositif.

La 5G et ses débits très élevés permettent des services inimaginables.

Chaque point lumineux et chaque borne permettent aux véhicules autonomes de se déplacer en toute sécurité. SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 41


ÉCONOMIE D'ÉNERGIE EN ENTREPRISE

42 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019


ÉCONOMIE D'ÉNERGIE EN ENTREPRISE

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 43


LE COIN DES ÉTUDES

Ressources humaines AVEZ-VOUS DES DIFFICULTÉS À COMPRENDRE CE QUE PENSENT VOS COLLABORATEURS ? Si oui, lisez l’étude The Workforce View in Europe 2019, d’ADP (Automatic Data Processing) disponible en français, sur leur sentiment à l’égard de leur environnement professionnel. Plusieurs conclusions fascinantes émergent parmi les tendances positives dans le monde du travail : • Écart de rémunération entre hommes et femmes : 75 % des Millennials (dits

génération Y) penseraient à quitter leur travail si leur employeur n’accordait pas un salaire égal aux hommes et aux femmes. • Être indépendant n’a plus le vent en poupe : le nombre de collaborateurs envisageant sérieusement de devenir indépendants a chuté de 11 points de pourcentage depuis 2016. • La confiance en leurs compétences revient parmi les travailleurs plus âgés, tandis que les salariés plus jeunes se demandent s’ils ont les aptitudes nécessaires pour réussir au travail à l’heure actuelle.

Plus de la moitié des salariés français du secteur du bâtiment (59 % des architectes, ouvriers, ingénieurs...) font régulièrement des heures supplémentaires non rémunérées. Ainsi, les Français exercent leur activité en moyenne près de cinq heures (4 h 37) par semaine sans contrepartie, et 20 % des professionnels du bâtiment disent même travailler plus de 10 heures sans rémunération supplémentaire. À l'échelle européenne, 45 % des salariés évoluant dans le BTP font plus de 5  heures supplémentaires par semaine non payées.

+ de 10h supp

SECTEURS OÙ LES SALARIÉS FRANÇAIS FONT LE PLUS D’HEURES SUPPLÉMENTAIRES SANS ÊTRE PAYÉS

1

Architecture, Bâtiment

59,30 %

20,40 %

2

éducation

52,90 %

20,40 %

3

IT & Télécoms

52,70 %

21,50 %

4

Services aux professionnels

52,50 %

16,30 %

Les salariés français du secteur du bâtiment, de l’ingénierie et de l’architecture sont les plus enclins à travailler régulièrement au moins cinq heures non rémunérées par semaine (59 %). Ceux évoluant dans les secteurs des arts et de la culture, ainsi que dans l'informatique et les télécommunications comptent le plus d'heures de travail : la majorité réalise en effet plus de 10 heures supplémentaires par semaine (respectivement 23 % et 22 %).

5

Services financiers

52,40 %

15,50 %

6

Commerce, Media & Marketing

46,80 %

9,70 %

7

Transports et voyages

39,70 %

16,20 %

8

Industrie

39,40 %

12,10 %

9

RÉGIONS OÙ LES FRANÇAIS FONT LE PLUS D’HEURES SUPPLÉMENTAIRES SANS ÊTRE PAYÉS C'est en région parisienne que les salariés déclarent faire le plus d'heures de travail non rémunérées. Mais c'est dans le Sud-Est que les travailleurs font plus de 10 heures supplémentaires (14 %). À l'opposé, c'est dans le Sud-Ouest que l'on fait le moins d'heures supplémentaires non payées. SUR INTERNET : TÉLÉCHARGEZ ICI LE LIVRE BLANC AVEC TOUS LES RÉSULTATS DE L'ÉTUDE.

L’artisanat se développe dans les grandes agglomérations, l’emploi fléchit dans les communes rurales 44 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

Arts & Culture

38,50 %

23,10 %

10

Santé

27,50 %

5,90 %

11

Commerce de détail, restauration et loisirs

27,00 %

11,30 %

1

Paris/RP

63,30 %

12,60 %

2

Centre

61,40 %

12,50 %

3

Est

57,50 %

13,50 %

4

Sud-Est

57,30 %

13,60 %

5

Ouest

55,00 %

9,60 %

6

Nord

53,90 %

11,0 %

7

Sud-Ouest

49,60 %

7,90 %

+ de 10h supp

En France, alors que 58 % des salariés effectuent des heures supplémentaires, cette tendance s’observe de manière moins significative chez les plus jeunes. En effet, seulement 7 % de la génération Z (16-24 ans) déclare en effectuer plus de 10 heures par semaine, soit deux fois moins que leurs aînés de la génération Y (16 % des 25-34 ans).

UN MAILLAGE TERRITORIAL TRÈS FIN, EN PROXIMITÉ AVEC LA POPULATION Au 1er janvier 2017, le tissu artisanal se compose de 1 167 000 entreprises (1 380 000 si l’on ajoute celles qui exercent une activité artisanale à titre secondaire). Les deux tiers de ces entreprises sont localisées dans les villes centres et leur périphérie. 10 % sont implantées dans des villes isolées, et 23 % en communes rurales de moins de 2000 habitants, une proportion identique à celle de la population. Certaines activités sont plus présentes en milieu rural ou urbain.


LE COIN DES ÉTUDES

Source : INSEE, démographie 2017 (champ : entreprises artisanales à titre principal). Traitement ISM Définition : lorsqu’une unité urbaine est constituée de plusieurs communes, la ville centre est celle qui représente plus de 50 % de la population des communes. Clé de lecture : 23 % des entreprises artisanales sont en commune rurale de moins de 2 000 habitants. Dans l’activité de coutellerie, ce taux est de 43 %.

Évolution de l’emploi salarié par type de commune (2013 À 2016)

Source : INSEE-CLAP, évolution 2013 à 2016 (début de période). Traitement ISM.

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 45


DIRIGER SON ENTREPRISE

L’activité des artisans du bâtiment se porte bien au premier trimestre La Capeb, qui regroupe les artisans et petites entreprises du bâtiment, dévoile les tendances de l’activité des entreprises artisanales du bâtiment pour le 1er trimestre 2019. L’activité se maintient bien en ce début d’année, et enregistre une croissance de 2 % (comme au trimestre précédent). Le dynamisme de l’artisanat du bâtiment reste le reflet d’une activité en construction neuve encore en hausse (+ 3 % en volume) – malgré un ralentissement de trimestre en trimestre –, et d’une croissance de l’activité en entretien-amélioration (+ 1,5 %, contre 1 % au trimestre précédent). L’emploi dans le BTP se stabilise, avec +1,9 % sur un an (contre 0,6 % sur l’ensemble des secteurs) et 25 600 créations de postes.

L

e premier trimestre de l’année 2019 enregistre une croissance de 2 % en volume par rapport au 1er trimestre 2018, ce qui représente un ralentissement par rapport au même trimestre de l’année précédente qui affichait une hausse de 3,5 %. Cette croissance se maintient notamment grâce à la clémence des conditions climatiques de ce début d’année et à la construction neuve. Le neuf – Avec + 3 %, la construction neuve continue de dynamiser l’activité de l’artisanat du bâtiment, mais montre des signes d’essoufflement (4 % au 4e trimestre 2018). Le nombre de permis de construire poursuit sa chute (- 9 %), tout comme les mises en chantier, qui connaissent une légère baisse de 5 % par rapport à la même période de l’année précédente, soit 413 600 logements commencés.

L’ancien – L’activité en entretien-rénovation affiche une croissance plus dynamique qu’aux trimestres précédents, avec + 1,5 %. Le volume des travaux d’amélioration de performance énergétique du logement (APEL) affiche également une croissance de 1,5 % (contre 1 % au trimestre précédent). Emploi – L’emploi salarié dans les entreprises de moins de 20 salariés du BTP continue de progresser, avec une croissance de 1,4 % sur un an au 3e trimestre 2018 (0,8 % au 3e  trimestre 2017). De plus, l’emploi salarié du BTP connaît une croissance de + 1,9 % sur un an, contre + 0,6 % dans l’ensemble des secteurs. Carnet de commandes – Le nombre de jours des carnets de commandes continue de diminuer au 1er trimestre 2019, et ce, depuis 7 trimestres consécutifs : ils représentent 75 jours

de travail, soit 9 jours de moins qu’un an auparavant. Dynamique territoriale (activité en régions) – L’activité se montre particulièrement dynamique dans les régions de l’ouest de la France (+ 3 % pour la Bretagne et les Pays de la Loire, + 2,5 % pour la Normandie et la Nouvelle-Aquitaine). Les régions Île-deFrance, PACA-Corse, l’Occitanie (+  2,5 %) ainsi que les Centre Val-de-Loire et Auvergne-Rhône-Alpes (+ 2 %) enregistrent des croissances au moins égales à la moyenne nationale. En revanche, l’activité est plus contenue pour les régions Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté (+ 1,5 %) et Hautsde-France (+  0,5  %) au cours du premier trimestre 2019.

+ 3 %

- 9 %

22 %

76 jours

La hausse de l’activité bénéficie à l’ensemble des corps de métiers ce trimestre. Selon les métiers, on constate une hausse d’activité comprise entre 2 % et 3 %. Les métiers les plus dynamiques sont la maçonnerie (+ 3 %), l’électricité et l’aménagement-décorationplâtrerie (+ 2,5 %).

Les permis de construire déposés sur 12 mois cumulés affichent une baisse significative de 9 %, s’établissant à 448 500 autorisations.

Le taux des entreprises faisant état de besoins de trésorerie au 4e trimestre 2018 s’élève à 22 %, contre 23 % au même trimestre de l’année précédente. Le montant moyen de ces besoins augmente légèrement pour atteindre 21 000 € (contre 19 000 € un an auparavant).

Les carnets de commandes assurent en moyenne une visibilité de 76 jours aux chefs d’entreprise artisanale, soit 11 jours de moins qu’un an auparavant.

Source : Tendances de l’activité des entreprises artisanales du bâtiment au 1er trimestre 2019 - Capeb

46 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019


PRODUITS NIKO

Niko Home Control sur câblage traditionnel Cette solution domotique peut être installée sur du câblage traditionnel pour qui souhaite rendre une maison plus intelligente sans forer ni rainurer, avec un budget limité pour une rénovation partielle. Il suffit de remplacer les interrupteurs et prises de courant classiques de l’installation existante par des versions connectées, sans travaux de perçage, de rainurage ni de changements radicaux. Ceux-ci fonctionnent immédiatement, sans nécessiter de programmation.

UBIWIZZ BY DECELECT

Boîtier Rail DIN pour micromodules connectés EnOcean Ubiwizz a développé un boîtier Rail DIN qui permet aux intégrateurs et électriciens de brancher les modules connectés directement dans le tableau électrique. Il suffit d’une vis de serrage pour maintenir fermement le micromodule. Idéal pour le neuf et la rénovation, ce boîtier pour rail DIN de type Ω EN 50022 permet d’appairer les 3 modules d’éclairage, volets roulants et multifonctions dans le tableau. Configuration à distance sans aucune intervention physique.

CONTA-CLIP

Système d’entrée de câbles KDSClick Grâce à ses joints d’étanchéité parfaitement ajustés, ce système assure la décharge de la traction sur les câbles. KDSClick est constitué de seulement trois composants de base (cadre, séparateur et garniture d´étanchéité) et est modulaire. Contrairement aux systèmes conventionnels qui nécessitent d´ouvrir le cadre, puis de le refermer avec des vis pour insérer les garnitures d’étanchéité, KDSClick est équipé d’un cadre plastique monobloc robuste, disponible pour 4, 6, 8 ou 10 garnitures d´étanchéité. IP66.

FISCHER

Système de rails légers FLS Ce nouveau système de rails légers FLS et ses éléments de construction conviennent parfaitement pour les applications légères, dont la charge est plus réduite (chemin de câble, gaines…).. Il se compose de trois éléments principaux : les rails de supportage FLS et les consoles de fixation ALK, les éléments de construction pré-assemblés (sabot SF Clix 31 et équerre de montage MW Clix 90°) et les éléments de raccordement (double-écrou FHS Clix, platines écrous FSM Clix M et FSM Clix P). 48 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

LÉBÉNOÏD

Du nouveau dans l’éclairage fonctionnel Lébénoïd lance IZY Pro, une innovation sur le marché de l’éclairage fonctionnel permettant l’installation d’un luminaire à platine LED en quelques secondes seulement et sans outil. Idéal dans une pièce d’eau, un hall d’entrée, une cuisine ou dans des locaux communs, IZY Pro se clipse et se déclipse d’un seul geste grâce à sa fiche DCL intégrée. Possibilité d’utiliser l’IZY Pro dans des communs grâce au mode « antivol ». IP44 IK07 / flux lumineux : 800 lm / garanti 5 ans.


PRODUITS

THEBEN

Projecteurs LED theLeda EC, robustes et résistants Ce projecteur à LED haute performance avec détecteur de mouvement de Theben est spécialement conçu pour assurer un fonctionnement fiable dans des conditions climatiques les plus difficiles, et précisément dans les régions côtières. TheLeda EC est doté d’un boîtier en polycarbonate, d’un étrier de fixation et de vis en acier inoxydable permettant de résister aux airs salins, ainsi que d’un radiateur en aluminium et d’une partie électronique entièrement vernie IP 55.

CHAUVIN ARNOUX COGELEC - INTRATONE

Interphone à boutons via GSM Ce nouvel interphone sans fil et sans câblage (hors alimentation) est destiné au petit habitat collectif (4 à 20 logements). Deux versions sont disponibles (de 4 à 56 boutons) : « prêtes à poser » en saillie et encastrables (inox). Le lecteur Vigik « mains libres » détecte le badge à 1 mètre de distance ; le clavier est adapté à la loi handicap (braille, boucle auditive). La caméra à vision élargie permet de voir le visiteur de la tête aux pieds.

Thermomètres infrarouges sans contact CA 1860 et CA 1862 Les CA 1860 et CA 1862 se présentent sous la forme de pistolets avec gâchette pour une bonne prise en main. Légers, moins de 300 g, ils sont également très robustes : ils résistent à une chute de 3 m ! Les seuils d’alarmes haut et bas sont paramétrables directement par l’utilisateur, et indiqués par les LED « HI » et «  LO » situées juste au-dessus de l’afficheur. Le CA 1860 dispose d’une émissivité fixe, tandis que l’émissivité du CA 1862 est réglable de 0,1 à 1.

FENOTEK

Interphone connecté Hi) Hi) combine plusieurs fonctions : interphone, majordome, groom, alarme, caméra de surveillance, etc. Pensé pour être installé en extérieur, cet interphone connecté est certifié IP54 et donc capable de résister à toutes les conditions météorologiques (- 20 °C à + 50 °C). Détecteur de mouvements et alarme avec vision de nuit assurée par 3 LED infrarouges. Ouverture de portail à distance Wi-Fi et 4G, angle de vision 130°.

HILTI

Lasermètre de poche PD-S Rien de plus simple : 3 boutons, 3 fonctions de mesure (simple, continue et surface). Le PD-S est idéal pour une mesure rapide et précise de distances allant jusqu’à 60 mètres. Le nouveau design compact du PD-S permet à l’utilisateur de le ranger dans sa poche. Solide et durable, ce lasermètre rétroéclairé peut résister aux environnements de chantier extrêmes, il est protégé contre la saleté, la poussière et les éclaboussures d’eau.

SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019 - 49


© DR

3 QUESTIONS À

Avoir des bâtiments à énergie positive impose d’installer des panneaux photovoltaïques, et des solutions existent déjà en termes d’alliance entre l’électricité et le photovoltaïque.

ÉRIC BAUDRY Directeur marketing et développement du Groupe Muller

Diplômé de l’ESCP en 1984, Eric Baudry débute sa carrière professionnelle chez Bouygues en tant que responsable de marché. En 2001, dans le cadre de la dérégulation du marché de l’énergie, il créé la Direction des partenariats d’EDF sur le marché des particuliers. Depuis 2004, Éric Baudry est à la tête de la Direction marketing et développement du Groupe Muller, leader industriel des solutions électriques dans les logements. Depuis 2017, il préside la Commission thermique du Groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménager (Gifam). Cette dernière regroupe les fabricants d’appareils de chauffage électrique, de chauffe-eau à accumulation et de chauffeeau thermodynamiques. Le site industriel de Laon à inauguré sur 1 000 m2 son Créativ’Lab, espace d’open innovation et de codéveloppement qui dispose d’un véritable logement de 100 m2 où sont étudiées et analysées les interactions existantes entre les équipements thermiques et leur environnement en conditions réelles.

Pouvez-vous nous faire une rapide description du Groupe Muller ? Le Groupe Muller commercialise ses appareils sous ses quatre principales marques électriques : Airélec, Applimo, Campa et Noirot. Aujourd’hui, 11,6 millions de logements français (soit un tiers de la totalité des logements) sont équipés de chauffages électriques. Nous avons fait une pesée du marché plus précise avec le Gifam et nous estimons le parc installé à 70 millions d’appareils. Il faut savoir que 75 % de ce parc a plus de 10 ans d’âge et ne bénéficie pas des dernières innovations. Je précise que 45 % des produits installés sont issus des fabrications du Groupe Muller, donc sur ces quatre marques. Quel est selon vous l’avenir du chauffage ? L’avenir du chauffage électrique est principalement axé sur le marché de la rénovation. Avec plus de 70 millions d’appareils déjà installés, le remplacement est plus qu’envisageable pour diverses raisons : panne, décoration ou rénovation des lieux, réhabilitation thermique. Nous travaillons également le design des appareils pour faciliter leur intégration dans les nouvelles formes de construction des logements : plus de baies vitrées, moins de surfaces murales. De très gros efforts ont été faits depuis des années. Autre phénomène intéressant pour le marché du radiateur électrique : l’arrivée des nouvelles normes thermiques de la construction. De petits appoints électriques seront suffisants pour chauffer une maison. D’autant plus que les systèmes de gestion ont

50 - SMARTHOME ELECTRICIEN+ N. 76 - ÉTÉ 2019

fait des progrès considérables. L’électrique est bien plus facilement contrôlable que les boucles à eau chaude. Avoir des bâtiments à énergie positive impose d’installer des panneaux photovoltaïques, et des solutions existent déjà en termes d’alliance entre l’électricité et le photovoltaïque. Il reste à traiter la question du stockage de l’énergie créée la journée pour la restituer le soir et la tarification à appliquer, qui sont encore des freins à son utilisation. Pourquoi avoir choisi de créer Muller Intuitiv avec Netatmo ? Nous sommes d’excellents industriels, mais pas des développeurs ou des spécialistes du digital. Nous avons établi un partenariat avec Netatmo car le développement de notre plateforme imposait les compétences d’un expert du Cloud Computing et de l’expérience utilisateur. À chacun sa spécialité. Netatmo est le spécialiste de la connectivité dans le logement multi-thème (la sécurité, la qualité de l’air, le thermique, la météo, etc.) et de l’expérience utilisateur. Axe sur lequel nous avons établi le développement de nos nouvelles solutions. C’est une première pour notre R&D que de partir de l’expression du besoin de l’utilisateur pour créer un produit complètement adapté et conçu pour lui apporter confort et économies d’énergie. Netatmo a apporté ses compétences digitales en Cloud Computing, et Muller ses compétences en programmation et en fabrication. Tous nos produits sont sous ZigBee et compatibles HomeKit, ce qui ouvre un véritable écosystème de la maison connectée avec un pilotage au doigt et à la voix.


Profile for 3eMedias

smarthome Electricien+ numéro 76  

Les luminaires étanches s’installent partout Formation professionnelle : Vers un électricien toujours plus polyvalent Câbles et blocs de jon...

smarthome Electricien+ numéro 76  

Les luminaires étanches s’installent partout Formation professionnelle : Vers un électricien toujours plus polyvalent Câbles et blocs de jon...

Profile for 3emedias1
Advertisement