Page 1

LE C URANT PASSE ENTRE NOUS DEPUIS 68 ANS.

SÉCURITÉ INCENDIE

LES CÂBLES, UN ENJEU MAJEUR INDUSTRIE

LES TABLEAUX ÉLECTRIQUES À L'HEURE DE L'INDUSTRIE 4.0 ÉCLAIRAGE

LES SOLUTIONS POUR L'INTÉGRATION AU BÂTI

INTERVIEW

Philippe Pelletier, président du plan Bâtiment durable

LA REVUE DE L’ÉCO-EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

ISSN 0758-3826 / NOVEMBRE 2016

848


ÉDITO

© DR

Transitions durables

‘‘

Mais une transition est souvent accompagnée d’un éventail d’incertitudes et d’incompréhensions, le plus souvent légitimes.

’’

L

e secteur de l’énergie vit actuellement d’importantes mutations. En France, la loi sur la transition énergétique et les plans d’actions qui l’accompagnent, viennent fixer des objectifs ambitieux : diviser par deux la consommation d’énergie globale à horizon 2050, porter la part du renouvelable à 40 % et baisser à 50 % la part du nucléaire dans le mix électrique pour atteindre une réduction de 40 % des émissions de CO2 d’ici 2030.

Mais une transition est souvent accompagnée d’un éventail d’incertitudes et d’incompréhensions, le plus souvent légitimes. Comment mener la transition ? Quels en sont les objectifs ? Quels plans d’actions mettre en place ? À qui s’adresser ? Ce saut dans l’inconnu, faisant passer la société de l’âge du carbone et de l’atome à une nouvelle ère, nécessite de repenser et de reconstruire certains modèles et d’abandonner quelques-unes de nos habitudes. Ce changement de paradigme s’opère aujourd’hui dans le monde entier, avec pour leaders de la transition les Conventions cadres des Nations unies sur les changements climatiques successives, les fameuses COP (Conférence des parties). La prochaine, à Marrakech, ne devrait rien apporter de nouveau, mais seulement formaliser les engagements pris à Paris. Ces changements ne s’opèrent pas uniquement dans le secteur énergétique, mais dans tous les secteurs qui en découlent. j3e prend dans ce numéro l’exemple de l’industrie, qui devra elle aussi prendre les virages du numérique et de l’efficacité énergétique. Autre changement, la façon même de penser et de concevoir les produits change : l’écoconception pourrait rapidement quitter le stade d’exception pour devenir la règle. Bonne lecture, Alexandre Arène rédacteur en chef adjoint

Dans ce numéro : j3e se focalise sur la filière électrique et ses différentes transitions. De l'écoconception à l'Industrie 4.0 en passant par les câbles électriques, la filière vit sa mutation. © Fotolia

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 1


..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... DANS CE ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... j3e est un périodique inscrit à la ..................................................................................................................................... j3e est un périodique inscrit à la ..................................................................................................................................... Commission paritaire des publications ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Commission paritaire des publications ..................................................................................................................................... et agences de presse sous le ..................................................................................................................................... et agences de presse sous le ..................................................................................................................................... n° 0617 T 85793. ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... n° 0617 T 85793. ..................................................................................................................................... Il est édité par la société 3e Médias, ..................................................................................................................................... Il est édité par la société 3e Médias, ..................................................................................................................................... SAS au capital de 140 000 euros ; ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... SAS au capital de 140 000 euros ; ..................................................................................................................................... Ne pourrait-on siège social, 23, rue Galilée, 75116 Paris ; ..................................................................................................................................... siège social, 23, rue Galilée, 75116 Paris ; ..................................................................................................................................... représentant légal Jean Tillinac. ..................................................................................................................................... pas imaginer une ..................................................................................................................................... représentant légal Jean Tillinac. ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... fiscalité locale ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... verte, différenciée, ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... suivant que le ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... contribuable a ou non ..................................................................................................................................... © 3e Médias, Paris. ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... © 3e Médias, Paris. un comportement ..................................................................................................................................... Reproduction interdite. ..................................................................................................................................... Reproduction interdite. ..................................................................................................................................... vertueux en matière Toutefois, des photocopies peuvent être ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Toutefois, des photocopies peuvent être ..................................................................................................................................... réalisées avec l’autorisation de l’éditeur. ..................................................................................................................................... de développement réalisées avec l’autorisation de l’éditeur. ..................................................................................................................................... Celle-ci pourra être obtenue auprès du ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Celle-ci pourra être obtenue auprès du durable ? ..................................................................................................................................... Centre français du copyright, 20, rue des ..................................................................................................................................... Centre français du copyright, 20, rue des ..................................................................................................................................... Grands-Augustins, 75006 Paris, auquel ..................................................................................................................................... Philippe Pelletier ..................................................................................................................................... Grands-Augustins, 75006 Paris, auquel ..................................................................................................................................... 3e Médias a donné mandat pour le ..................................................................................................................................... 3e Médias a donné mandat pour le ..................................................................................................................................... représenter auprès des utilisateurs. ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... représenter auprès des utilisateurs. ..................................................................................................................................... Tél. : + 33 (0)1 44 07 47 70 ..................................................................................................................................... Tél. : + 33 (0)1 44 07 47 70 ..................................................................................................................................... Dépôt légal : février 2016 ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Dépôt légal : novembre 2016 ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Conception graphique - Réalisation : ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Conception graphique - Réalisation : ..................................................................................................................................... Planète Graphique Studio - Paris 17ee ..................................................................................................................................... Planète Graphique Studio - Paris 17 ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Impression : IPPAC / Imprimerie ..................................................................................................................................... Impression : IPPAC / Imprimerie ..................................................................................................................................... de Champagne 52500 Langres. ..................................................................................................................................... de Champagne 52500 Langres. ..................................................................................................................................... INTERVIEW ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Directeur de la publication : Jean Tillinac ..................................................................................................................................... Directeur de la publication : Jean Tillinac ..................................................................................................................................... Philippe Pelletier, ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Administrateur : Xavier Desmaison ..................................................................................................................................... Président du plan Bâtiment durable Administrateur : Xavier Desmaison ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Rédaction ..................................................................................................................................... Rédaction ..................................................................................................................................... 3e Médias ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... 3e Médias ..................................................................................................................................... 39, rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris ..................................................................................................................................... 39, rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris ..................................................................................................................................... Tél. + 33 (0) 9 82 34 89 62 ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Tél. + 33 (0) 9 82 34 89 62 ACTUALITÉS ..................................................................................................................................... Email : redaction@filiere-3e.fr ..................................................................................................................................... Email : redaction@filiere-3e.fr ..................................................................................................................................... Rédacteur en chef : Aymeric Bourdin ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Rédacteur en chef : Aymeric Bourdin ..................................................................................................................................... Ont collaboré à ce numéro : ..................................................................................................................................... 8/ T  ransition énergétique Ont collaboré à ce numéro : ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Alexandre Arène, Jean-François Moreau, ..................................................................................................................................... Alexandre Arène, Jean-François Moreau, Ségolène Royal prend acte de la décision ..................................................................................................................................... Jean-Paul Beaudet, Olivier Durand, ..................................................................................................................................... Jean-Paul Beaudet, Olivier Durand. ..................................................................................................................................... de l’Autorité de sûreté nucléaire ..................................................................................................................................... Alexia Tounissoux. ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Marketing & Publicité ..................................................................................................................................... Marketing & Publicité Trophées de la construction 2016 ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... 3e Médias ..................................................................................................................................... 3e Médias General Cable obtient le prix dans la ..................................................................................................................................... Sandrine de Montmorillon ..................................................................................................................................... Sandrine de Montmorillon ..................................................................................................................................... catégorie Outil Internet Aide au choix ..................................................................................................................................... Responsable publicité print & digital ..................................................................................................................................... Responsable publicité print & digital ..................................................................................................................................... 39, rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris ..................................................................................................................................... 39, rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris ..................................................................................................................................... Électricité ..................................................................................................................................... Tél. + 33 (0) 9 82 34 89 62 ..................................................................................................................................... Tél. + 33 (0) 9 82 34 89 62 ..................................................................................................................................... Risques de pénuries pour cet hiver Tél. + 33 (0) 9 82 35 89 62 ..................................................................................................................................... Tél. + 33 (0) 9 82 35 89 62 ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... sdm@filiere-3e.fr ..................................................................................................................................... sdm@filiere-3e.fr Qualité de l’air ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Grenoble lance des certificats ..................................................................................................................................... Diffusion ..................................................................................................................................... Diffusion ..................................................................................................................................... qualité de l’air Relations abonnements : Solène Collat ..................................................................................................................................... Relations abonnements : Solène Collat ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Pour l’étranger : 155 E­HT franco ; ..................................................................................................................................... Pour l’étranger : 155 E­ HT franco ; ..................................................................................................................................... 175 E HT par avion ..................................................................................................................................... 175 E HT par avion ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... Prix au numéro : 17 E ..................................................................................................................................... Prix au numéro : 17 E ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... ..................................................................................................................................... .....................................................................................................................................

NUMÉRO

LES DOSSIERS DU MOIS Sécurité incendie

’’

4

8

2 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

© Stéphane de Bourgies

‘‘

00 TITRE

23

LES CÂBLES, UN ENJEU MAJEUR

10 / À  lire

CNPP publie un guide sur la cybersécurité Recyclage des DEEE Pro

Récylum, 1er éco-organisme avec 12 067 tonnes collectées en 2015

12 AGENDA

14 LE POINT SUR... Ecoconception et PEP Rencontre avec Bertrand Hugoo, président de l’association PEP


DANS CE NUMÉRO

Industrie

Éclairage

29

32

LES TABLEAUX ÉLECTRIQUES À L'HEURE DE L'INDUSTRIE 4.0

LES SOLUTIONS POUR L'INTÉGRATION AU BÂTI

16 ANALYSES

40 PORTRAIT D'ENTREPRISE

Les campagnes automatisées de détection des pertes électriques pour les PME-PMI, c’est maintenant !

Franck Ferrari, Corse canal historique !

36

42

RÉALISATION Eau thermale Avène, un complexe hôtelier hors norme

39 SMART DATA Conjoncture du bâtiment au 3e Trimestre 2016

SOLUTIONS La sélection de la rédaction

44 3 QUESTIONS À Jean-François Nativité, Directeur général de l’Institut Énergie et Territoires

LISTE DES ANNONCEURS : 2E DE COUV – SALON DATA CENTRE WORLD • 3E COUV – IOT WORLD • 4E COUV – LEGRAND • P.9 – 3E MÉDIAS • P.11 – ENERGAÏA • P.13 – SOLUTIONS DATACENTER MANAGEMENT • P.17 – TABLOMAG • P.21 – ELECTRICIENS SANS FRONTIÈRES • P.25 – NEXANS • P.27 – GENERAL CABLE • P.35 – AURORA • P.38 – ECOFOLIO

................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... La rédaction ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Aymeric Bourdin ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Rédacteur en chef ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... redaction.j3e@filiere-3e.fr ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Alexandre Arène ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Rédacteur en chef adjoint ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... alexandre.arene@filiere-3e.fr ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Jean-François Moreau ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Journaliste spécialiste supervision, ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... efficacité énergétique, BIM ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... journalistes@filiere-3e.fr ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Jean-Paul Beaudet ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Journaliste spécialiste ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... datacenters, stockage de ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... l’énergie, énergies renouvelables, ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... véhicules électriques et IRVE ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... journalistes@filiere-3e.fr ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Olivier Durand ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Journaliste portrait d'entreprise ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... et billet d'humeur ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... journalistes@filiere-3e.fr ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Nicolas Rusher ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Digital manager ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... nruscher@filière-3e.fr ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Sandrine de Montmorillon x................................................................................................................................ ................................................................................................................................... Responsable publicité ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... et partenariats print et digital ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... sdm@filiere-3e.fr ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Solène Collat ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... Responsable service abonnements ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... scollat@filiere-3e.fr ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ................................................................................................................................... ...................................................................................................................................

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 3


INTERVIEW

4 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

© Stéphane de Bourgies

‘‘

Ne pourrait-on pas imaginer une fiscalité locale verte, différenciée, suivant que le contribuable a ou non un comportement vertueux en matière de développement durable ?


INTERVIEW Propos recueillis par Aymeric Bourdin

Philippe Pelletier, président du plan Bâtiment durable j3e - Vous êtes président du plan Bâtiment durable depuis 2009. Estimez-vous que la situation a évolué depuis lors ? Philippe Pelletier - Je vois des évolutions assez fortes, même si certaines d’entre elles montrent que le chemin à accomplir est encore long. Les évolutions fortes intéressent la construction neuve. Il n’y a pas lieu de s’en étonner parce qu’il s’agit de mettre en place des règles destinées à des professionnels, dont on sait que la capacité d’adaptation à des règles nouvelles est plus grande que l’ensemble de la société. Nous avons depuis 2009 conduit deux étapes principales du côté de la construction. La première est la mise en place d’une nouvelle réglementation thermique, la RT 2012, qui a conduit constructeurs et promoteurs à faire un véritable effort, puisqu’on leur a demandé une performance trois fois meilleure que celle prescrite par la réglementation thermique de 2005. Nous avons observé que, après un nécessaire temps d’apprentissage, aujourd’hui un immeuble collectif construit sous la RT 2012 est au même prix que celui qui était construit sous la RT 2005. Là où dans les premiers mois de l’application de la RT 2012, le recours aux gaz s’est généralisé, l’équilibre est désormais assuré entre les filières gaz et électricité. C’est donc un bilan positif que l’on peut tirer de cette réglementation. La deuxième étape, qui marque aussi une réussite, est la préparation de la future réglementation. Le plan Bâtiment durable a joué un rôle décisif dans l’orientation à donner à cette réglementation pour laquelle nous avions très tôt appelé de nos vœux qu’elle ne soit pas « thermique, mais environnementale ». C’est la voie qui a été retenue, et qui fait l’objet d’un large consensus. Aujourd’hui, nous sommes tous accordés sur le fait qu’il faut remettre au centre de la réglementation le bien-être des occupants : la qualité de l’air intérieur, l’isolation acoustique, le confort d’été et la capacité à piloter les installations. Deuxièmement, prendre en compte tout au long du cycle de vie du bâtiment son poids carbone. Et troisièmement, produire de l’énergie renouvelable. Nous sommes dans une acception large de cette production d’énergie puisque, si certains bâtiments produisent l’énergie dont ils ont besoin, la plupart

devraient mutualiser cette action de production d’énergie au plan du quartier ou de la ville, de façon à permettre aussi aux bâtiments existants de se relier. La prochaine réglementation nous fera basculer dans un autre contexte. On ne parlera plus seulement d’un bâtiment, mais du bâtiment tel qu’il est dans le cadre où il a été édifié, c’est-à-dire l’espace urbain. Nous allons devoir travailler de nouveaux sujets, par exemple le lien entre performance du bâtiment et mobilité. Cette vision de la future réglementation est aujourd’hui très largement partagée. Les pouvoirs publics sont en train de mettre en place un référentiel énergie-carbone unique sur lequel viendront s’inscrire un ou plusieurs labels de préfiguration. Ensuite, une période d’expérimentation d’au moins dix-huit mois va s’ouvrir : elle va permettre de tester le référentiel, d’apprendre de ces nouvelles exigences. C’est une démarche intelligente, qui cherche à viser l’excellence environnementale pour le secteur sans sacrifier la nécessaire courbe d’apprentissage de la filière. Je tire donc un bilan très positif de ces deux étapes. Du côté du parc existant, c’est-à-dire de la rénovation énergétique, le paysage est plus contrasté. Mais, avant tout, il faut reconnaître l’extraordinaire prise de conscience, dans tous les secteurs, par les ménages comme par les entreprises, de l’intérêt de diminuer les consommations d’énergie et de viser des modes d’action plus durables. Les esprits ont considérablement évolué. Ce sujetlà n’est plus à discuter, même si son urgence peut être appréciée différemment. Il est un peu perturbé au stade du passage à l’acte par des évolutions de prix des énergies fossiles. Néanmoins, nous avons progressé sur quelques points qui doivent être remarqués. Le premier, c’est la lutte contre la précarité énergétique. Un programme a été mis au point, que nous avions proposé fin 2009. Il a été construit par la précédente majorité présidentielle, poursuivi par l’actuelle majorité. L’actuelle ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, lui a donné un élan que j’avais réclamé depuis bien longtemps, puisque, après avoir sorti 50 000 ménages de la précarité énergétique en 2015, nous sommes près d’en traiter 70 000 cette année, et les financements ...

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 5


INTERVIEW Philippe Pelletier

nécessaires seront en place pour en traiter 100 000 l’an prochain. Certes, ce n’est pas à la hauteur des 4 millions de ménages concernés, mais c’est une action publique d’une grande ampleur qui doit être relevée. Le deuxième point sur lequel nous avons aussi progressé, c’est le démarrage de la rénovation énergétique du parc tertiaire. Cela a bien avancé chez les grands acteurs parce que les enjeux de valeur ou la capacité à retenir des locataires dépend largement de la qualité énergétique des locaux. La charte d’engagement volontaire pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés, lancée par le plan Bâtiment durable en 2013, a permis une réelle mobilisation et le lancement d’une dynamique de rénovation en l’absence du signal réglementaire. Dans le même esprit, le concours Cube 2020, porté par l’IFPEB, a récemment montré, avec la remise des prix de la deuxième saison de concours, que nombre d’entreprises étaient prêtes à jouer le jeu pour essayer d’éviter le gaspillage et mobiliser collectivement leurs équipes à avoir un comportement plus responsable. Le sujet du parc tertiaire a aussi gagné la sphère publique : la rénovation des écoles à Paris et la rénovation des lycées dans plusieurs grandes régions de France. Il reste toutefois encore beaucoup à faire pour mettre en place des financements qui permettront à l’ensemble des collectivités et des entreprises de rénover leurs actifs tertiaires. Aujourd’hui, deux sujets méritent d’être poussés. Le premier est celui de la rénovation des logements en général. Les dispositifs d’aide ne suffisent manifestement pas encore à créer un mouvement massif à grande échelle. Ma position est qu’il ne faut pas s’en inquiéter. Nous avions dit depuis le début que, entre la sensibilisation de la population et la prise de décision, il allait s’écouler beaucoup de temps. Comme toujours, on a besoin d’exemples de réussites pour provoquer des prises de décision. Le dernier secteur, c’est la rénovation du parc de logements sociaux. Nous sommes toujours à un chiffre annuel de 100 000 logements, plutôt porté à un rythme annuel de 120 000. C’est le bon chemin. Et le dernier secteur, qui n’en est qu’au début parce que la règle a mis du temps à se mettre en place, est celui des copropriétés. Là je ne m’inquiète pas davantage de voir que l’on démarre, car nous sommes en train d’accélérer les formations des syndics et de concevoir des processus simples de mobilisation des copropriétaires. j3e - Parlons du rôle des collectivités, notamment sur le volet financement mais aussi sensibilisation. P. P. - J’accorde une très grande importance à la mobilisation des collectivités, qui constituent à la

6 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

fois un acteur devant être exemplaire mais aussi un acteur de confiance auprès des ménages. Je porte depuis longtemps l’envie de développer un plan Bâtiments éducatifs. Imaginons que l’ensemble des collectivités décide de tout faire pour assurer, en priorité, la rénovation du parc éducatif : écoles, collèges, lycées, universités. Pour cela, il faut que cette communauté éducative soit sensibilisée au sujet et on imagine assez bien que les élèves seront les meilleurs ambassadeurs de la rénovation de logements auprès de leurs parents. Les collectivités, qui détiennent ces établissements, ont une responsabilité première dans la dynamique de l’action. Pour le reste aujourd'hui, elles peuvent jouer un rôle d’exemplarité, et la loi relative à la transition énergétique les y encourage fortement. J’accorde également une très grande importance au déploiement de l’action sur les territoires. Depuis trois ans maintenant, plusieurs régions ont accepté de décliner, à leur échelle, l’esprit et l’organisation du plan Bâtiment avec l’adoption d’un plan Bâtiment durable régional. C’est, le plus souvent, un document qui a été contractualisé entre l’État, représenté par le préfet de région, la région représentée par son président et nous. Ils sont tous différents car les priorités régionales ne sont pas les mêmes. Le climat, l’histoire, la culture, l’architecture sont différents et pourtant ils arrivent tous au même objectif final à l’horizon 2050. C’est une démonstration qu’il nous faut être très attentifs à encourager les territoires et les pouvoirs décentralisés à mener l’action. Elle est plus efficace qu’une action unique, homogène, définie dans les seuls bureaux parisiens. Il reste un sujet qui pour le moment n’a pas été traité positivement depuis le Grenelle et auquel il faudrait accorder attention. Ne pourrait-on pas imaginer une fiscalité locale verte, différenciée, suivant que le contribuable a ou non un comportement vertueux en matière de développement durable ? Nous pourrions imaginer que la taxe d’enlèvement des ordures ménagères ne soit pas identique suivant que l’immeuble concerné fait le tri ou pas. Nous pourrions imaginer que la taxe foncière ou la taxe d’habitation puisse avoir une variabilité qui dépende de la qualité du logement. Enfin, nous pourrions imaginer que les droits de mutation à titre onéreux soient différents suivant que l’acquéreur prend l’engagement de rénover le bien qu’il achète ou pas. Je crois à une fiscalité locale verte, c’est-à-dire différenciée. Ce serait une bonne opportunité pour une nouvelle majorité de réfléchir à ce sujet. J’accorde une grande importance à la mobilisation que les collectivités peuvent jouer et aux nouveaux outils comme la fiscalité dont on pourrait les doter. Pour le moment, certaines collectivités


INTERVIEW Philippe Pelletier

ont imaginé se doter de tiers financement. La loi rend possible l’exercice, puisque successivement la loi Alur en 2014 et la loi Transition énergétique en 2015 ont ajusté la règle nationale en sa faveur. Pour autant, on s’aperçoit que cela reste très compliqué de monter des actions de tiers financement et que la phase opérationnelle à grande échelle n’est pas encore enclenchée. Mais je reste confiant dans le fait que les grandes collectivités pourront distribuer les prêts ou du moins jouer le rôle d’intermédiaire financier, pour faire en sorte que les réseaux bancaires les distribuent. C’est peut-être là la voie qu’il faut préconiser à ces collectivités. j3e - Vous avez évoqué la loi de Transition énergétique. Quelle est l’actualité des décrets d’application ? P. P. - D’abord, la loi de Transition énergétique est, dans son volet bâtiment, tout à fait satisfaisante pour nous, puisque on y trouve relayée toute une série de propositions particulières que nous avions portées ou imaginées dans notre groupe de travail. La loi relative à la Transition énergétique pour la croissance verte, comme les lois Grenelle, s’appuie largement sur les préconisations de la société civile. Mais ces lois appellent peut-être trop de décrets. Les uns et les autres sont en cours de publication. Nous en attendons un depuis très longtemps, parce que c’est la loi de 2010 qui appelait le décret qui va accompagner les travaux de rénovation pour le tertiaire privé et public. Il est aujourd’hui au Conseil d’État. Il en est un autre qui, très bizarrement, a suscité de l’inquiétude chez les protecteurs du patrimoine et des maisons et paysages de France et maisons de caractère. Ces derniers ont craint que la loi et le décret par lequel on décide d’embarquer la performance énergétique dans les gros travaux puissent conduire à saccager les façades de ces bâtiments de caractère. C’est une peur irraisonnée puisque nous avons démontré, par la simple consultation des textes et des renvois aux uns et aux autres, que les seules façades concernées sont les façades faites avec des matériaux industriels, ce qui n’est pas le cas pour les maisons de caractère. j3e - Quels freins reste-t-il à lever aujourd’hui ? P. P. - Nous avons trois sujets. Le premier, qui est en train de se régler largement, c’est la qualité de l’offre de services. Des efforts considérables ont été faits. Aujourd’hui, pour faire une opération de rénovation énergétique, nous trouvons les entreprises performantes dont nous avons besoin. Le deuxième sujet est celui de l’envie de passer à l’acte de faire des travaux. Jusqu’à présent, nous avons beaucoup travaillé sur le levier de l’économie des charges. Ce n’est pas un levier qui parle à

tout le monde. Il y en a d’autres et nous sommes en train d’achever la production du rapport d’un groupe de travail sur les leviers et la prise de décision : il fait apparaître l’importance des arguments liés à la valeur, au confort et au maintien à domicile des personnes fragiles. Le troisième sujet est celui du financement, dans une société qui a de moins en moins de moyens publics. Là, il faut que nous acceptions l’idée qu’une partie de l’épargne très abondante détenue par les Français, non rémunérée, qui dépasse ce qui est nécessaire pour assurer l’épargne de précaution, mérite d’être investie dans le logement pour au moins maintenir sa valeur. En clair, commençons par solliciter l’argent dont les ménages disposent pour faire ces travaux utiles. Les trois freins, donc : la qualité de l’offre, l’envie et les moyens financiers. Tout cela viendra et je rappelle que le programme français a été posé à l’horizon 2050. Il s’agit donc d’un temps long. N’allons pas plus vite que la musique. C’est une transformation de la société qui est en cause, il faut du temps pour l’accomplir. j3e - Quels sont, pour le plan Bâtiment durable, les enjeux des prochaines années ? P. P. - Sur des sujets d’aussi long terme et aussi complexes, nous avons besoin de maintenir en permanence une vision longue du sujet ; de pouvoir expliquer, décrire où l’on va. Pour que les acteurs sachent que les choses évoluent et s’ajustent régulièrement, il faut que l’on soit attentif à maintenir une vision prospective de l’action. Le deuxième sujet est d’entretenir les réseaux partenariaux que nous avons développés. La richesse du plan Bâtiment durable est d’avoir rassemblé des gens, de leur avoir permis de concevoir les actions et les développements. Il faut aller plus loin. Il faut qu’ils travaillent ensemble, qu’il y ait une véritable collaboration qui se mette en place, qu’ils inventent des produits et des services collectifs. Ce travail collaboratif est probablement à renforcer. Le troisième point : il faut que l’on incarne toujours davantage cette action à travers les territoires, au-delà de la mobilisation des régions, pour créer une dynamique de l’action. Au-delà de cette fiscalité verte que j’appelle de mes vœux, on pourrait aussi imaginer une capacité donnée aux acteurs territoriaux publics de moduler la règle nationale pour qu’elle soit bien appliquée, bien adaptée aux besoins des territoires. Si ces évolutions sont menées dans la durée, en mobilisant toujours plus large, je suis convaincu que notre chantier sera mené à bien.

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 7


ACTUALITÉ

Transition énergétique

Électricité

Ségolène Royal prend acte de la décision de l’Autorité de sûreté nucléaire

Risques de pénuries pour cet hiver

S

égolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, prend acte de la décision de l’Autorité de sûreté nucléaire de demander à EDF l’arrêt de 5 réacteurs nucléaires sous 3 mois et de renforcer les contrôles sur 6 réacteurs déjà arrêtés. Ségolène Royal a reçu le président de l’ASN le 17 octobre dernier et lui a assuré toute sa confiance afin que les investigations en cours, et les décisions qui en

découleront, assurent le niveau de sûreté du parc nucléaire français. La loi de transition énergétique pour la croissance verte a renforcé la transparence et l'information des riverains, les pouvoirs de contrôle de l'ASN, y compris chez les soustraitants et fabricants d'équipements, rendu plus opérationnel le régime de sanction, et encadré la sous-traitance dans les opérations d'exploitation des centrales. 

Trophées de la construction 2016

General Cable obtient le prix dans la catégorie Outil Internet Aide au choix

D

ans un courrier adressé au PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, la ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer demande des garanties sur l’approvisionnement en électricité pour la période hivernale. Les raisons de ces interrogations résident dans la demande de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de mise en arrêt de plusieurs réacteurs. Dans cette lettre, elle rappelle les obligations des fournisseurs d’énergie : « La sécurité d'approvisionnement du territoire français en électricité doit être assurée. EDF, premier producteur d'électricité en France, est dépositaire d'une forte responsabilité

dans la garantie de cet approvisionnement. » Sur les 58 réacteurs nucléaires français, 18 ont été identifiés comme pouvant présenter des anomalies dans le forgeage de générateurs de vapeur. Après une série de contrôles, 6 réacteurs ont été autorisés à redémarrer, 7 sont en cours d’inspection et les 5 restants (Fessenheim, Tricastin, Gravelines et Civaux) fonctionnent encore normalement. Il appartient maintenant à RTE de trouver les 11 000 MW manquants en puisant dans l’ensemble de ses ressources : l’éolien, le solaire, l’hydraulique, mais aussi les importations en provenance d'Allemagne, de Suisse, d'Italie, d'Espagne et de Grande-Bretagne.

Qualité de l’air

© DR

Grenoble lance des certificats qualité de l’air

L

a 15e édition des trophées de la construction est venue récompenser les projets et réalisations les plus innovants dans le domaine de la construction. General Cable a convaincu le jury grâce à son service en ligne Web Touret et a

donc été primé dans la catégorie « Outil Internet Aide au choix ». Cet outil offre aux clients de General Cable la possibilité de restituer leurs tourets vides en toute simplicité. L’outil comptabilise à ce jour plus de 2 500 utilisateurs actifs. 

8 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

D

epuis le 1er novembre, le dispositif des certificats qualité de l’air est entré en vigueur dans Grenoble-Alpes Métropole. Selon le préfet de l’Isère Lionel Beffre, ce dispositif « va permettre une gestion plus fine des pics de pollution ». Les habitants de 49 communes de la métropole grenobloise doivent donc demander un macaron permettant d’identifier leur véhicule

en fonction de ses émissions polluantes. Ces certificats, baptisés « Crit’air », permettent d’identifier la classe environnementale des différents véhicules en fonction de leurs émissions. En fonction du niveau de pollution, un certain nombre de dispositions seront mises en place, notamment pour les véhicules les plus polluants. 


ACTUALITÉ

À lire

Recyclage des DEEE Pro

CNPP Récylum, 1er éco-organisme publie avec 12 067 tonnes collectées en 2015 un guide sur la cybersécurité NPP Éditions a élaboré un référentiel pour accompagner les utilisateurs, prescripteurs et installateurs, qui définit les bonnes pratiques et les préconisations lorsqu’un système est raccordé à un réseau IP, par le biais d’une méthode en 4 étapes : une analyse de risque et l’accompagnement dans les phases de conception, de réalisation et de maintenance de l’installation. Cette méthode s’appuie sur l’évaluation de la criticité des attaques potentielles, c’est-à-dire la facilité de l’attaque et la gravité de son impact. Plus d’informations sur www.cnpp.com

© DR

C

R

écylum se place en tête des écoorganismes pour la collecte et le recyclage des DEEE Pro, en totalisant plus de 54 % de la collecte, toutes catégories confondues. En 2015, l’éco-organisme a collecté 12 067 tonnes de déchets d’équipements électriques professionnels

(DEEE Pro) : une performance quasiment doublée par rapport à 2014. Cette progression est majoritairement attribuée à son réseau de partenaires de plus en plus dense : plus de 750 adhérents ont été recensés fin 2015 (+ 41 % par rapport à 2014) et plus de 3 600 points de collecte de DEEE Pro

(industriels, tertiaires, hôpitaux, distributeurs professionnels, services techniques de collectivités, chantiers de rénovation...) sont mis à disposition. Le nombre de points d’enlèvements de DEEE Pro a progressé en 2015 de 22 %. De plus, les demandes d’enlèvements ont augmenté de 21 % en 2015.

10 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

Olivier Durand


AGENDA

29 au 30 novembre

8 au 9 décembre

15 au 18 novembre

15 au 18 novembre

EQUIPBAIE

MÉTALEXPO

DATA CENTRE WORLD

FORUM LED

„ Paris Expo, Porte de Versailles – Hall 1

„ Paris Expo, Porte de Versailles – Hall 1

„ Paris Expo, Porte de Versailles

„ Centre des Congrès de Lyon

Tous les deux ans, à Paris Porte de Versailles, le salon Equipbaie réunit tous les professionnels spécialistes de la fenêtre, de la fermeture et de la protection solaire et leurs équipements. Les professionnels de la mise en œuvre y découvrent les produits et solutions les plus innovants pour tous les types de chantiers en réponse aux enjeux de transition énergétique dans le bâtiment.

Métalexpo est, depuis près de 15 ans, le rendez-vous des professionnels du métal dans la construction. Avec ce salon, c’est toute la profession qui se trouve rassemblée pendant une semaine, afin d’échanger sur les nouveautés du secteur, rencontrer les grands acteurs industriels et institutionnels, et promouvoir les métiers du métal et du bâtiment.

Le salon Data Centre World regroupera pour sa première édition 80 conférences, études de cas et tables rondes organisées dans 2 théâtres spécialisés et présentés par les experts d’entreprises leaders, de fournisseurs de services et d’institutions. Le salon regroupera plus de 125 exposants nationaux et internationaux présentant des produits et solutions innovants adaptés à tous les besoins.

Le congrès/expo Forum LED regroupe les meilleurs experts mondiaux dans le domaine de l’éclairage LED, couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur, du composant au système d’éclairage global. Pour dynamiser le secteur, un espace start-up et un forum investisseurs se tiendront en marge de l’événement.

„ Contacts/informations www.equipbaie.com / info@equipbaie.com

8 au 9 décembre

„ Contacts/informations www.equipbaie.com / info@equipbaie.com

8 au 9 décembre

„ Contacts/informations www.forumled.com / visit@forumled.com

„ Contacts/informations www.datacentreworld.fr

8 au 9 décembre

14 au 15 décembre

CAP URBA

LUMIVILLE

LUMIBAT

FORUM ENERGAÏA

„ Lyon - Centre des Congrès

„ Lyon - Centre des Congrès

„ Lyon - Centre des Congrès

„ Parc des Expositions de Montpellier

Cap Urba est un évènement global dédié aux techniques et équipements de la ville intelligente. Il se compose d’une exposition rassemblant l’ensemble des solutions innovantes pour l’aménagement et l’équipement des villes et territoires, d’un congrès regroupant les experts et administrateurs publics pour partager leurs visions des villes de demain, et d’un espace start-up et innovation pour stimuler la croissance du secteur.

Pour cette version repensée et centrée sur l’innovation, Lumiville, l’évènement 100 % éclairage public, se compose d’une exposition regroupant l’ensemble des solutions pour l’éclairage des villes et la mise en lumière du patrimoine, d’un congrès regroupant les experts et administrateurs publics pour faire l’état des lieux et envisager les perspectives de l’éclairage public en France et à l’étranger et d’un espace start-up et innovation pour stimuler la croissance du secteur.

Lumibat 2016, organisé en synergie avec le salon Lumiville, regroupera l’ensemble des acteurs de la filière éclairage. Un programme de conférences spécialisées complet, animé par les exposants et des experts, permet de faire le point sur les connaissances et mettre en lumière les innovations et les tendances de l’éclairage intérieur. Lumibat, seul salon français dédié exclusivement à l’éclairage intérieur, est le lieu idéal pour mettre en avant les savoir-faire et les nouveautés.

À la fois Forum intégrant un cycle de conférences et de tables rondes abordant les nouveaux enjeux du marché et convention d’affaires avec l’organisation de plus de 150 rendez-vous BtoB ciblés, EnerGaïa conforte son positionnement de rendez-vous majeur des professionnels de la filière des énergies renouvelables dans le Grand Sud.

„ Contacts/informations www.lumiville2016.com

„ Contacts/informations www.lumibat2016.com / info@lumibat.com

„ Contacts/informations www.capurba2016.com

12 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

„ Contacts/informations energaia.fr


LE POINT SUR...

Ecoconception et PEP Rencontre avec Bertrand Hugoo, président de l’association PEP Le marché total du bâtiment dans le monde est évalué aujourd’hui à 8 700 milliards de dollars. Ce marché se réoriente vers le bâtiment durable dans tous les pays occidentaux et l’existence d’un Profil environnemental produit (PEP) ou équivalent conditionne de plus en plus l’accès à ce marché. Ce phénomène va s’étendre à la Chine. Plus de 319 000 entreprises certifiées ISO 14001 dans le monde vont passer à la version 2015 et évaluer les impacts environnementaux de leurs produits et services avec une approche analyse du cycle de vie. Enjeux, chiffres, réglementation : le point avec le président de l’association PEP.

j3e - Quels freins reste-t-il à lever aujourd’hui ? Bertrand Hugoo - En fait, c’est une volonté d’entreprise et une conviction. C’est vraiment un des seuls moyens qui permette de communiquer sérieusement sur des analyses de cycle de vie, que ce soit pour les bâtiments ou d’autres infrastructures. Effectivement, il n’est pas encore obligatoire, mais nous sommes pratiquement sûrs que cela va venir. Chaque entreprise se prépare et se dote de ses outils pour alimenter tout ce qu’il y a à analyser. j3e - Dans le domaine des produits électriques, électroniques et de génie climatique, comment se passe le processus de déclaration ? B. H. - Nous prenons l’analyse du cycle de vie en quatre étapes. Il y a d’abord la fabrication du produit, ensuite son exploitation et entre les deux le stockage et le transport et enfin la fin de vie. Nous partons de la nomenclature du produit et analysons à chaque

14 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

fois à partir d’une base de données générique telle ou telle spécificité : que s’est-il passé au moment de l’extraction ? Que s’est-il passé au moment de la fabrication ? Cela nous donne une base d’informations sur les empreintes CO2, l’énergie dépensée, la quantité d’eau utilisée. Ces bases de données alimentent nos nomenclatures et les impacts. Nous avons 27 types d’indicateurs, dont 8 obligatoires. Après, en fonction de chaque produit, il y a des indicateurs plus ou moins importants. Le 1er janvier 2016, nous sommes passés de ce qu’on appelle le Product Common Rules (PCR) version 2 au Product Common Rules version 3. Version 3 qui se rapproche de la demande du secteur du bâtiment. Ce qui est nouveau aussi, c’est que nous allons avoir les publications en version digitale, donc nous allons pouvoir chercher les informations dans nos profils. C’est le passage à quelque chose de plus précis et plus facilement exploitable dans d’autres bases de données.

j3e - Dans l’entreprise, qui est chargé de faire ces déclarations ? B. H. - Chez Schneider, pour qui je travaille, ils sont nombreux. Pour les personnes formées, il y a une méthode. Chez nous, c’est décentralisé. Chaque centre de R&D a ce que l’on appelle des éco-référents capables de faire de l’analyse. Pour nous, c’est partout dans le monde, au plus près du centre de R&D et de l’équipe marketing. j3e - Qu’est-ce que l’association PEP ? B. H. - En 2006, il y a le renforcement en norme de l’ISO 14025. L’association est créée en 2009. Elle comprend 29 membres, qui appartiennent tous au métier de l’électrique, du câble, de la lumière et de la ventilation, chauffage, etc. Son but est de créer un programme de façon conforme à l’ISO 14025 et de proposer aux acteurs des équipements un format commun. Avec un PCR (Product Common Rules), nous avons des règles communes pour l’ensemble de ces appareils. Après, nous descen-

©

DR


LE POINT SUR...

dons par groupes de produits sur des PSR (Product Specific Rules). Au fur et à mesure, nous essayons de regrouper les produits par familles, puis d’établir des règles de calcul d’emprunte environnementale plus spécifiques. j3e - Quel est le rôle de l’aspect réglementaire et notamment européen ? B. H. - Actuellement, les réglementations européennes qui se rapportent au sujet sont les directives d’eco-design des produits liés à l’énergie qui requièrent de l’« efficience matière » au-delà de l’« efficience énergétique », que complètent les règlements sur les substances chimiques et les directives sur les filières « REP » (responsabilité élargie du producteur.) Deux grandes initiatives pourraient bouleverser la donne dans les 5 ans qui viennent : • L’initiative Product Environmental Footprint qui vise à construire une méthodologie d’ACV commune à tous les secteurs et tous les pays d’Europe, base de tous types de communication environnementale produit. • Le package économie circulaire qui va harmoniser toutes les exigences sur la fin de vie des produits et soutenir les innovations au service de nouveaux business models. j3e - Quels sont les enjeux de votre mandat de président de l’association ? B. H. - L’enjeu, c’est de s’internationaliser, en commençant par l’Europe. En France, l’association est plutôt en avance en ce qui concerne la mesure et la vérification des déclarations environnementales. L’objectif est de porter ce niveau d’exigence dans d’autres pays européens. Certes, il y a d’autres programmes comme IBU en Allemagne, AENOR en Espagne, EPD en Suède, qui sont dédiés aux matériaux de construction pour le secteur du bâtiment. Nous sommes avec PEP Ecopassport® plus spécifiques pour les appareillages électriques ou le matériel de chauffage et de génie climatique. Ce programme pourrait vraiment répondre à tous les besoins européens. La méthodologie, le niveau d’exigences peuvent

être réplicables dans d’autres contextes parce que nous sommes conformes à la norme ISO 14025 qui s’applique à tout le monde. j3e - Si on élargit à l’écoconception comme mode de production, quel est le rôle de la prise de conscience dans l’acte d’achat de vos clients, vous qui êtes surtout en B2B ? B. H. - En matière de classification environnementale des bâtiments, il y a des organismes tels que HQE en France, BREEAM en Angleterre, LEED aux États-Unis, qui classifient les bâtiments ou les infrastructures suivant des degrés. C’est un système de cotation par points. Or la fourniture de PEP donne plus de points pour obtenir ce label. Aujourd’hui, la réglementation ne réclame pas formellement de PEP. En revanche, la réglementation qui arrive dit que toute allégation environnementale d’un produit va devoir être supportée par une déclaration environnementale produit dont le contenu est réglementé. C’est donc être en avance que de prendre l’initiative de faire un PEP. Au sein de l’association PEP, les entreprises adhérentes sont toutes dans cette démarche, mais d’autres entreprises du secteur, nombreuses, ne le sont pas : c’est notre deuxième enjeu. Les 29 membres ont mis au point une méthodologie au cours de ces dernières années. Nous pensons qu’elle est robuste. Maintenant il faut que l’on puisse convertir plus d’entreprises et élargir notre base. j3e - Y a-t-il des éléments différenciants entre l’électrique et la ventilation, en termes de complexité, en termes de démarches, en termes de valeur ajoutée ? B. H. - L’avantage de la méthode que nous avons mise en place est qu’elle peut justement s’adresser autant à des produits très simples qu’à des produits très complexes. Nous sommes capables de réaliser un profil environnemental sur un produit qui a 15 composants, aussi bien que sur des produits qui comprennent 3 000 composants. La

méthode est assez exhaustive et répond vraiment aux besoins. Sur le plan du coût, déposer un PEP coûte 200 e pour une entreprise membre. En revanche, il y a un investissement à faire en termes de montée en compétences et d’outils logiciels. j3e - Est-ce qu’il y a des limites techniques à la mesure de l’impact environnemental d’un produit ou est-ce qu’on sait tout faire ? B. H. - Non, il n’y a pas de limites. C’est une question de temps, donc de coût. L’avantage du programme, c’est la présence des vérificateurs. Ces derniers ont un système de vérifications croisées et passent en examen. Nous dispensons des formations continues avec des sessions tous les ans. j3e - Aujourd’hui, quel est le bon indicateur pour mesurer le succès de la démarche ? Le nombre de PEP enregistrés ? Le nombre d’entreprises qui rejoignent l’association ? B. H. - C’est le nombre de PEP enregistrés, aux alentours de 1 500 PEP actuellement déposés dans notre base de données. j3e - Quelle en est la valeur ajoutée pour les entreprises ? B. H. - Sans doute le fait que nous sommes en mesure de mettre à disposition de la profession un outil qui va préparer l’avenir. Notamment avec tous les engagements qui découlent de la COP21 en matière de carbone et d’efficacité énergétique. Entreprendre une démarche PEP, c’est prendre de l’avance sur des exigences qui arriveront de toute manière et communiquer avec les clients sur l’impact environnemental du produit. Propos recueillis par Aymeric Bourdin

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 15


ANALYSE

Les campagnes automatisées de détection des pertes électriques pour les PME-PMI, c’est maintenant ! Par Mathieu Perchais, cofondateur de la société Fidelise, sélectionnée comme solution innovante au service de la transition énergétique par la Fédération des services énergie environnement Fedene, lors du congrès annuel à Bordeaux le 7 octobre.

© DR

gie nécessaire au lieu de la soutirer dans le réseau électrique. Donc le problème des pertes est techniquement résolu… mais pas pour les PME-PMI.

Réduire les pertes dans les réseaux électriques Entre l’énergie électrique consommée et l’énergie électrique réellement utilisée, il y a un écart et cela présente un coût. Au niveau global européen ce coût est de 48 Twh/ an soit l’équivalent de la production de 4 centrales nucléaires ou l’impact environnemental de 8,6 millions de véhicules (émission de CO2 centrales thermiques). À chaque fois qu’on est en présence de moteurs on a ce type de pertes à cause du déphasage entre l’intensité et la tension des circuits alternatifs. Ce type de pertes tend à s’accroître à cause des composants électroniques qui se développent de plus en plus. Le problème des pertes dans les réseaux électriques est connu. Il existe des solutions pour les grandes entreprises afin de réduire leurs pertes. Ces solutions sont connues et utilisées par les grandes entreprises. Les solutions consistent à installer des condensateurs en présence de moteurs pour produire localement le surplus d’éner-

16 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

La situation des PME-PMI avec 3 témoignages • EDF Provence Alpes Côte d’Azur, direction Efficacité énergétique « Notre région a des contraintes d’approvisionnement d’énergie électrique et notre activité consiste à promouvoir les économies d’énergie. Nous constatons

‘‘

Nous constatons que seuls 20 % de nos clients industriels gèrent les pertes dans leurs réseaux.

’’

que seuls 20 % de nos clients industriels gèrent les pertes dans leurs réseaux. » • Groupement coopératif agroalimentaire composé d’indépendants (2 400 points de vente dont la consommation totale annuelle est équivalente à celle de la ville de Lyon) « Réduire les pertes dans les réseaux électriques permettrait à nos adhérents de réduire l’énergie facturée et le niveau de puissance souscrite, qui

aujourd’hui les pénalise financièrement. » • Fédération des électriciens « La campagne de détection des pertes prend beaucoup de temps aux électriciens et ils ne sont pas certains d’effectuer les travaux. » Donc le problème des pertes est résolu… mais le surcoût et la complexité de la campagne de détection des pertes ont empêché les utilisateurs qui n’ont pas connaissance de leurs pertes, de les réduire. Les campagnes de détection automatisées pour réduire les pertes des PME-PMI La gestion automatique et à distance des campagnes de détection des pertes électriques mais aussi de réduction de ces pertes est dorénavant visible et se matérialise par de nouvelles architec­ tures techniques dans le cloud com­ prenant moteur de recherche, moteur de calcul, moteur d’agrégation et des actionneurs sans fil en complément de la partie hardware. Des accords en ligne et automatiques pour l’exploitation des données font sauter les derniers verrous réglementaires, techniques et économiques ayant freiné jusqu’ici le développement du marché des PME-PMI, en rendant possible un diagnos­tic simple et efficace au lieu de l’audit complet qui nécessitait un investisse­ment humain et financier. 


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LES DOSSIERS DU MOIS

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

23

Sécurité incendie Les câbles, un enjeu majeur

29

Industrie Les tableaux électriques à l heure de l industrie 4.0

22

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

© A e e Sedap

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

© Sycabe

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

a SAS

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

©R

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3e 848 NOVEMBRE 2016 www e e 3e

32

Éclairage Les solutions pour l intégration au bâti

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


LES DOSSIERS DU MOIS Sécurité incendie

Les câbles, un enjeu majeur Le Règlement Produits de Construction qui s’applique aux câbles depuis le 10 juin 2016 porte des exigences pour ce qui relève de la réaction au feu. Quelles réponses apportent les industriels du câble sur ce sujet clé de la sécurité incendie ? Comment effectuer le choix des câbles en fonction du type de bâtiment et des risques qu’il présente ? Comportement au feu : une préoccupation des industriels depuis plus de vingt ans Alors qu’en France un feu se déclare toutes les 2 minutes en moyenne, les câbles jouent un rôle essentiel dans la sécurité des bâtiments. Comme le souligne le colonel Éric Faure, président de la Fédération nationale des pompiers de France, la prise en compte de la nature des matériaux qui les composent, de leur résistance et réaction au feu permettent de mieux comprendre leur comportement en cas de sinistre, et les industriels du câble sont particulièrement impliqués dans cette démarche. Les câbles sont d’ailleurs présents partout, de plusieurs centaines de mètres dans un logement, à plusieurs kilomètres pour un immeuble de grande hauteur, mais aussi dans les parkings ou les transports souterrains. Ainsi, ce sont plus de 1 000 kilomètres de câbles d’énergie, de commande et de communication qui sont installés entre les stations de métro Chatelet et Gare du Nord. C’est donc un effort de longue haleine qui continue de mobiliser le Sycabel et les acteurs majeurs européens du câble afin de proposer des produits aux performances accrues, permettant de réduire la vitesse de propagation de l’incendie, de retarder ou limiter l’émission de fumées toxiques et l’opacité des fumées, mais aussi de réduire la production de gouttelettes et de débris enflammés et limiter l’acidité des gaz de combustion. Les nouvelles obligations du RPC Le Règlement Produits de Construction (RPC) s’adresse au domaine de la construction, regroupant ainsi des familles de produits variées : tuiles, briques, poutres, fenêtres, portes et également… les câbles électriques et de communication. « Il s’agit bien d’une obligation applicable partout en Europe, et, ce qui est clé, c’est qu’à compter du

1er juillet 2017 tous les câbles qui seront mis sur le marché dans chacun des pays européens devront être conformes à un niveau de performance minimum vis-à-vis de la réaction au feu, en utilisant un référentiel commun de classes de performance. Tous les câbles qui n’auront pas fait l’objet d’un test RPC ne pourront plus être commercialisés », explique Éric Develey, directeur marketing Europe de General Cable. Ensuite, chaque pays décline sa propre mise en place en terme d’usage et niveaux d’exigences : en Espagne ce sera sous forme d’une norme en cours de préparation, en Italie il s’agira d’une loi s’appuyant sur la recommandation des câbleurs italiens, en Allemagne ce sera sous forme d’un guide. D’un pays à l’autre, les divergences en terme de niveau de performance par usage ou type de bâtiment pourront être faibles : si l’on prend l’exemple d’un câble à performance améliorée au feu, en France on sera à Cca-s1, d1, a1 et en Espagne à Cca-s1b, d1, a1. Pour un industriel à dimension européenne, les câbles doivent pouvoir répondre aux classes les plus sévères et dans le cas présent Cs1b d1, a1. « Ce qui est important, c’est que le langage – le référentiel technique avec des classes de câbles de Aca à Fca et des critères additionnels – devient commun à tous les pays et permet plus facilement de fournir le bon câble, au bon moment et au bon usage », poursuit l’expert. « En France, un nouvel arrêté du 26 août 2016 définit des principes généraux, et le guide du Sycabel définit des niveaux de performance adaptés aux différents types de construction (ERP, IGH, locaux à risques, locaux d’habitation…) et suivant la nature de leur exploitation. » Ce guide s’adresse en priorité aux maîtres d’ouvrage privés et publics,

Éric Develey, directeur marketing Europe de General Cable.

...

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 23

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LES DOSSIERS DU MOIS Sécurité incendie

...

aux bureaux d’études et de contrôle, aux architectes, mais aussi aux installateurs, aux distributeurs et aux importateurs, et permet d’apprécier le niveau de sécurité requis suivant les projets. Il est ainsi défini quatre niveaux : • Optimal (B2ca -s1a, d1, a1) pour répondre au risque incendie lorsque les conséquences (fumées, gaz) seraient les plus dramatiques.

• Amélioré (Cca -s1, d1, a1) qui limite les dégagements de fumées opaques et toxiques. • Basique (Dca -s2, d2, a2) pour les câbles de communication à performance au feu basique, spécifiques par leur installation en « faisceaux ». • Basique (E ca) pour les câbles d’énergie à performance au feu basique, non propagateurs de la ... flamme.

Préconisations du Sycabel en terme de classement des principales familles de produits. (source Sycabel)

Recommandations du guide pour les Établissements recevant du public.

24 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LES DOSSIERS DU MOIS Sécurité incendie

La sécurité des câbles testés en laboratoire – Visite avec le Sycabel du laboratoire Nexans Essais de comportement au feu pour déterminer les Euroclasses. (source sycabel)

Le Laboratoire Essais Feu Nexans de Lyon a pour objectif d’aider à classifier les câbles selon les Euroclasses. Il est accrédité Cofrac et est utilisé principalement pour les propres câbles conçus et fabriqués par Nexans, mais est également accessible pour d’autres fabricants. Cinq types de tests y sont effectués : • Test pour les critères Euroclasses : Des tronçons du câble à tester sont fixés sur une échelle verticale, sans aucun contact entre eux, favorisant ainsi la propagation du feu lorsqu’ils sont enflammés à l’aide d’un brûleur. Les paramètres principaux pris en compte sont alors la propagation des flammes le long de l’échelle, la production de chaleur par les mesures du pic et du total de chaleur dégagée. La potentialité du câble à être une source de foyers secondaires par observation de matériaux tombant au sol est également prise en compte ainsi que le dégagement de fumée mesuré par un opacimètre. • Test de mesure de l’opacité des fumées ou réduction du champ visuel : Des longueurs de câbles sont brûlées par une source définie. En se dégradant, elles produisent

26 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

de la fumée mesurée par un système optique reproduisant la réponse de l’œil humain. Si le niveau de transmittance mesurée est supérieur à 60 % assurant une visibilité à 10 m, alors le câble est classé s1b. S'il est supérieur à 80 % (visibilité supérieure à 10 m), alors le câble est classé s1a, assurant ainsi une évacuation aisée et une contribution faible à l’ensemble des fumées produites par des éléments extérieurs aux câbles. • Test de mesure de l’émission de fumées corrosives et la production d’acide : Le câble est désassemblé et chacun de ses éléments constitutifs est brûlé séparément. Les émanations vont alors se retrouver dans de l’eau et être dissoutes. Par une analyse de l’eau, il est possible d’identifier la présence d’acide, d'éléments incapacitants lors de l’évacuation et également entraînant la corrosion des installations électriques et la structure d’un bâtiment. • Test de non-propagation de la flamme : On approche une flamme, faible source de chaleur, au contact du câble à évaluer et on regarde sur quelle distance elle se propage. Cela constitue le critère d’entrée dans le système des Euroclasses. Si le test est non

satisfaisant, le câble est classé Fca. 9 sections du câble à tester sont placées sur un support vertical, sans aucun contact entre eux, puis ils sont enflammés à l’aide d’un brûleur. Le dégagement de fumée est mesuré par un opacimètre. Sont étudiées également la propagation des flammes et la potentialité du câble à être une source de foyers secondaires par observation de matériaux tombant au sol. • Test de définition de l’opacité du champ visuel : Si le niveau de transmittance mesuré par la cellule est supérieur à 60 % (visibilité de 5 m), alors le câble est classé s1b. S’il est supérieur à 80 % (visibilité de 10 m), alors le câble est classé s1a. • Test d’essai à la flamme : On approche une flamme près d’une petite section de câble et on regarde à quelle vitesse il prend feu. Il s’agit d’une très faible source de chaleur et cela constitue le critère d’entrée dans le système des Euroclasses. Si le test est non satisfaisant, le câble est classé Fca, et ne peut pas être vendu et utilisé sur le territoire européen.  ...


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LES DOSSIERS DU MOIS Sécurité incendie

Exemple de câbles et Euroclasses associées. (source General Cable)

Les Euroclasses : pour caractériser la performance des câbles au feu Avec, en conséquence, des niveaux de contrôle différents pour obtenir la conformité : pour les niveaux Aca à Dca, des critères additionnels sur les émissions de fumées (s1, s1a, s1b, s2, s3), les émissions de gouttelettes enflammées (d0, d1 et d2) et l’acidité / corrosivité des gaz et fumées (a1, a2, a3) sont testés. Pour le niveau Fca, les essais et contrôle de production sont effectués uniquement par le fabricant (autocertification).

Un processus strict de tests et homologations « Les tests sont normés et effectués par des laboratoires indépendants appelés Organismes notifiés ou « Notify Bodies ». Il devrait y en avoir entre 15 à 20 à terme sur tout le territoire européen ; ils seront en charge de la procédure d’évaluation initiale, mais aussi du suivi de la constance des performances pour les niveaux de performance les plus hauts (Aca à Cca) », précise Éric Develey. La procédure est unique et devrait limiter les distorsions entre les tests et les résultats obtenus des laboratoires des différents pays. « Au-delà du test initial de certification, il y a ensuite un contrôle annuel de toutes les unités de production par l’organisme notifié : en cas de divergence par rapport à leur classe de certification Euroclasses sur un échantillon prélevé durant ce contrôle, il peut y avoir des pénalités importantes, qui peuvent aller jusqu’à une désinstallation des câbles mis en œuvre », complète Franck Gyppaz, responsable R&D thématique sécurité et incendie du groupe Nexans. Signalons que importateurs et distributeurs ont à charge de vérifier qu’ils commercialisent uniquement des produits conformes au RPC et d’en assurer la traçabilité dans la même logique qu’un producteur pour les produits mis sur le marché sous sa propre marque. Un effort de R&D mais pas seulement Les industriels ont également leurs propres sites de test, ce qui est très utile avant la certification, mais aussi pour vérifier périodiquement, en production, que le niveau de qualité est toujours atteint. Et ce n’est pas toujours simple, car pour une même famille de câbles il peut y avoir des résultats assez différents suivant la structure du câble : ainsi, un câble 5G (5 conducteurs), suivant son assemblage et sa conception, peut avoir un autre comportement au feu.

28 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

« En R&D, il y un travail en continu sur le design du câble, et bien entendu sur le choix des matériaux, notamment ceux composant la gaine, mais aussi le bourrage interne du câble voire les isolations. On incorpore dans la plupart des cas des charges ignifugeantes qui ont pour rôle de diluer les gaz de combustion, de réduire la chaleur de l’incendie et finalement de limiter ainsi sa propagation. Un autre aspect est la cohésion des cendres lors de l’incendie avec un objectif de limitation du nombre de particules pouvant chuter pour diminuer les sources de foyers secondaires ainsi que pour limiter au maximum les risques pour les services de sécurité lors de leurs interventions. Il est également indéniable que les matériaux ne produisant pas de fumées acides sont privilégiés pour faciliter l’évacuation des personnes et éviter la corrosion des matériels électriques et des structures du bâtiment », illustre Franck Gyppaz. Enfin, la supply chain est également impactée : les informations de performance sont imprimées sur les documents d’accompagnement des câbles et les gaines mentionnent la classe certifiée du câble. Du nouveau aussi pour les bâtiments d’habitation neufs L’arrêté du 3 août 2016 (réf. LHAL1522022A) introduit les objectifs techniques auxquels doivent répondre les installations électriques des bâtiments d'habitation et fait référence aux normes NF C 15-100 et NF C 14-100 (datées). Y est en particulier précisé que « l'installation électrique limite les risques d'incendie, limite la propagation du feu et de la fumée, contribue à la sécurité des occupants et à l'intervention des secours, et, le cas échéant, assure le fonctionnement des installations de sécurité ». « Les câbles sont donc bien évidemment concernés par cette disposition qui impose globalement que les matériels électriques mis en œuvre ne présentent pas de danger d'incendie pour les matériaux voisins. Ainsi, l’émission de gouttelettes enflammées devrait être limitée dans le choix des câbles pour éviter de possibles foyers secondaires. En conséquence, le rehaussement du niveau actuel au niveau Cca-s1, d1, a1 serait somme toute logique », précise Franck Gyppaz. Des écarts de coût pas nécessairement si importants Au vu des niveaux de performances atteints, le surcoût est faible : n’oublions pas que le poste câble représente une part faible – environ 2 % – du poste électrique, qui lui-même ne représente que 2 % de l’ensemble des postes de construction, conclut Franck Gyppaz.  Jean-François Moreau


LES DOSSIERS DU MOIS Industrie

Les tableaux électriques à l’heure de l’industrie 4.0 Les tableaux électriques et de commande évoluent avec une complexité de plus en plus grande, de nouvelles contraintes (normes, communication, fiabilité, certification…) et des exigences de clients qui obligent pour rester compétitif à revoir les processus de conception, de fabrication et de test. Il est temps de passer à une fabrication 4.0 pour répondre à ces attentes.

De la conception assistée par ordinateur… La CAO a apporté une forte amélioration par rapport au plan « dessiné à la main », ne seraitce que par la forte diminution du taux d’erreurs de cotation ou de raccordement. Le potentiel de la CAO est bien plus grand, il permet de concevoir et visualiser des produits en trois dimensions, étudier les comportements à travers des simulations numériques, vérifier les contraintes (dimensionnement, écarts minimaux, routage, longueurs de câbles, dissipation calorifique, remplissage des goulottes…) et générer automatiquement la documentation nécessaire aux équipes d’achat et de production : listes et références des composants et matériels, plans d’implantation 2D/3D, plans de perçage ou découpe des tôleries.

© Rittal SAS

P

endant longtemps la conception et la fabrication des tableaux électriques et de commande a été peu automatisée jusqu’à l’apparition des premiers logiciels de CAO, CFAO ou de maintenance qui ont permis une première étape numérique. Mais en quelques années la demande des clients a évolué avec des tableaux électriques de plus en plus complexes, intégrant de nouveaux composants ou sous-ensembles (avec des catalogues de fournisseurs de plus en plus importants), de nouvelles fonctionnalités (communication, connexion au réseau Internet…), des normes de plus en plus strictes (sécurité, CEMcompatibilité électromagnétique), des besoins de certification, d’évolutivité et de fiabilité. Et, dans le même temps, les donneurs d’ordre veulent des produits de bonne qualité, conçus spécifiquement pour leurs besoins, au meilleur prix et disponibles rapidement sur un marché très compétitif. La solution pourrait bien être de passer à ce que l’on appelle de plus en plus « l’industrie 4.0 » [voir encadré] pour concevoir et fabriquer des équipements grâce à des logiciels, des systèmes intelligents, des systèmes de simulation et des prototypes virtuels.

Pour Anne Steinberg, responsable Marketing et Communication d’EPLAN France, spécialiste des solutions d’ingénierie logicielles, « dans les bureaux d’études électriques, plus que jamais, les donneurs d’ordre demandent à leurs sous-traitants de prendre en charge un périmètre d’activité de plus en plus large avec une qualité d’exécution et une réactivité sans faille. Les plans, qu’ils soient électriques, hydrauliques ou pneumatiques, doivent être conçus dans les plus brefs délais et être documentés de manière claire, standardisée ; les modifications introduites dans le cahier des charges instantanément prises en compte et répercutées dans les schémas et ce, à n’importe quel stade de la conception du projet. La documentation doit être accessible facilement et permettre les échanges et les mises au point avec le client. La numérisation des armoires électriques comme des faisceaux de câblage évite la réalisation d’un prototype physique... Gain de temps, gain de matériels, tout est pensé pour accroître l’efficacité des équipes et la productivité !

...

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 29

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LES DOSSIERS DU MOIS Industrie

...

Cette agilité de conception n’est possible qu’avec l’aide d’outils logiciels métier, pensés pour répondre à ces enjeux de modularité, d’automatisation et de prototypages virtuels ». C’est l’objectif de la suite logicielle EPLAN Pro Panel qui propose un environnement associant schémas électriques et composants virtuels pour concevoir le prototype virtuel, effectuer le câblage automatique en réduisant les erreurs de conception sans le coût de création d’un prototype réel. Le projet est ainsi visible avant son exécution. IXE+XAO de son côté propose son logiciel SEE Electrical 3D Panel conçu pour prendre en compte automatiquement les contraintes de fabrication dès la phase de conception des armoires et pouvant s’interfacer avec les logiciels 3D du marché. Des constructeurs d’appareillage proposent également des logiciels pour la mise en armoire ou tableaux de leurs produits pour des tableaux

Le câblage de l'armoire est modélisé en 3D et optimisé en fonction du placement.

© EPLAN

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Pour un câblage optimisé le logiciel utilise les informations d'implantation 3D et de schématique.

© EPLAN

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

30 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

destinés en général au marché de l’immobilier et petit tertiaire, les clients étant les artisans, petits installateurs ou tableautiers. Pour ces professionnels, Schneider Electric met à disposition le logiciel ecoreal630 en libre accès pour la conception des tableaux standard et communicants jusqu’à 630 A. Selon Frederic Bastin, Product Manager de Schneider Electric, « avec ecoreal630 le client va construire son réseau à partir des caractéristiques techniques. Le logiciel va aller chercher le meilleur appareil avec les bonnes caractéristiques et au meilleur prix dans le catalogue. Le logiciel permet en un clic de proposer une solution communicante du tableau avec un solution plug and play ». D’autres fabricants d’appareillage comme Legrand ou Hager ont développé leurs propres logiciels pour la conception/implantation de tableaux à partir de leur catalogue de produits mis à jour en permanence.


LES DOSSIERS DU MOIS Industrie

… à la fabrication assistée par ordinateur La fabrication assistée par ordinateur (FAO) va permettre de traduire le fichier CAO en un fichier contenant le programme de pilotage de la machine-outil. Cela va nécessiter un processus intégré entre la conception des produits et les unités de fabrication : chaînes d’approvisionnement flexibles avec des décisions transversales en temps réel pour une réduction des temps de commercialisation en intégrant les processus de conception des produits et de production. L’objectif est de passer de processus en série à des processus en parallèle et de passer par la réalisation d’une armoire « virtuelle ». Des outils permettent de télécharger les données produits, de les intégrer dans les outils CAE et CAD usuels, de vérifier la cohérence et d’alerter en cas d’incompatibilité ou d’infaisabilité. L’armoire « virtuelle » sera donc complètement définie avec ses schémas électriques, les vues 2D/3D des composants et de l’armoire complète, les dossiers de fabrication, la liste de filerie, les plans de perçage, les notices et nomenclatures. Pour Anne Steinberg, « c’est aussi un dossier d’avant vente pour y apposer un bon pour accord du client ». Il ne reste plus qu’à passer à l’étape de fabrication. Dans l’usine 4.0 c’est fait par des machines à commande numérique qui travaillent à partir du dossier d’étude pour percer les tôles, découper les goulottes, équiper les borniers et les plaques de montage, câbler les différents éléments. Rittal Automation Systems a ainsi développé un centre d’usinage 4 axes pour la découpe, l’usinage des panneaux et des armoires à partir du prototype virtuel. Pierre-André Stadler, chef de produits électriques et climatisation de Rittal SAS, confirme : « Ce centre d’usinage est rentable à partir de 100 armoires par an et peut gagner jusqu’à 80 % de temps de fabrication par rapport aux méthodes conventionnelles. Nous avons également développé un centre de

câblage automatisant totalement le process de câblage d’une plaque de montage : coupe sur mesure, pose, fixation des câbles sur les appareils et pose des câbles dans les goulottes. » Ainsi toutes les informations pour la production passent du monde virtuel au monde réel. Pour Anne Steinberg, « le paradigme du XXIe siècle, encapsulé dans l’industrie 4.0, est de tirer profit au maximum des possibilités offertes par la convergence des mondes réels et virtuels pour faire des usines des centres d’innovation. Ce qui implique le développement de nouvelles idées et technologies incluant, par exemple, l’Internet des Objets (IoT), l’intégration horizontale grâce à des réseaux et l’émergence de systèmes cyber-physiques ».  Jean-Paul Beaudet

Programmation en atelier avec interface pour tous les systèmes CAO courants d'un centre d'usinage et perçage.

Ce centre d'usinage CNC 4 axes permet un usinage précis des panneaux et enveloppes de coffrets ou armoires électriques.

© Rittal SAS

Ce concept venu d’Allemagne, repris depuis 2013 dans le programme français « Usine du futur », présenté comme la 4e révolution industrielle, vise à développer de nouvelles organisations de production pour fabriquer des produits grâce à des systèmes intelligents (systèmes de simulation, capteurs…). L’usine est virtualisée pour pouvoir simuler et suivre en 3D les produits et les processus, avec des systèmes interopérables et modulaires pour s’adapter aux changements de la demande et à la personnalisation des produits. L’usine 4.0 sera aussi économe en énergie et en ressources.

© Rittal SAS

Qu’est-ce que l’industrie 4.0 ?

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 31

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LES DOSSIERS DU MOIS Éclairage

Les solutions pour l'intégration au bâti D’objets lumineux ostentatoires aux designs les plus originaux les uns que les autres, en passant par des luminaires d’une compacité absolue, les formes de lumière ont fini par se fondre dans l’architecture elle-même, pour offrir des systèmes parfaitement intégrés aux plafonds et parois, préférant laisser voir que d’être vues.

© Atelier Sedap

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

C'

est grâce aux LED que les systèmes encastrés à fleur de plafond ou semblant émaner des murs se sont développés, même si, avant cette technologie, la fibre optique avait séduit les amateurs de ciel étoilé, et certains fabricants avaient déjà le secret de l’éclairage intégré, avec la fluorescence. Du sol au plafond, en passant par les parois, la lumière rayonne à travers des matériaux spécialement conçus pour contenir des diodes électroluminescentes. Il devient alors difficile de faire la distinction entre lumière-matière et matière-lumière. Des panneaux qui reçoivent tout type de décors s’illuminent et s’animent d’images vidéo et de motifs variés, tandis que d’autres développent des structures ciment ou plâtre, qui transforment les bâtiments en véritables lanternes magiques. À l’instar d’Atelier Sedap qui, selon Benoît Bohu, président du directoire, conjugue les temps avec succès : du passé, il détient une expertise du moulage de haute qualité et de l’éclairage ; du futur, il choisit les innovations les plus performantes. La collection du fabricant se compose de luminaires

32 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

qui s’intègrent et qui vont même parfois jusqu’à se fondre dans l’architecture elle-même : appliques et plafonniers s’effacent pour laisser la première place à la lumière. Les produits sont toujours en plâtre et désormais, avec la technologie LED, avec une finition discrète où le matériau des luminaires s’interface avec celui de l’architecture. Le plâtre, un matériau vert Le choix du matériau plâtre s’inscrit, aujourd’hui plus que jamais, dans une démarche volontaire de production respectueuse de l’environnement : il se distingue pour ses propriétés de régulation hygrométrique, de protection contre les incendies et de performances d’isolation acoustique. Parce que le plâtre est confectionné à partir de gypse et d’eau, il ne requiert pas l’utilisation de colles, de solvants ni d’autres produits nocifs pour l’homme. De plus, la cuisson du plâtre se fait à basse température, ce qui réduit au minimum le dégagement de CO2. Ainsi, à travers ses créations, Atelier Sedap continue de révéler les qualités inconnues du plâtre : la pureté des lignes, la netteté des arêtes, la rigueur des designs ont permis de créer une identité originale à la fois décorative et architecturale. Citons MicroBlade Plinthe, profil en plâtre HD à encastrer pour intégration des sources LED dans les murs pour balisage lumineux au sol. Elle se décline dans des températures de couleur chaudes de 2 700 K et 3 000 K, en 2 000 lm le mètre. La Mini Tiqal trois spots, de son côté, est spécialement adaptée aux cloisons sèches, alors que MB25 Profil cintré court sur les murs en offrant ses courbes à LED colorées.


© Trilux

© iGuzzini

LES DOSSIERS DU MOIS Éclairage

Des lignes lumineuses : l’intelligence sans corps Rectiligne chez Zumtobel, la lumière des lignes lumineuses homogènes de Slotlight II fait de ce luminaire un élément d’aménagement architectural qui renonce à présenter un corps et mise entièrement sur l’effet de la lumière. Il s’appuie sur la technique Tetris et sur un réflecteur séparé en tôle d’acier laquée blanc pour obtenir une répartition lumineuse uniforme. Avec ses liaisons d’angle, le luminaire souligne la géométrie des espaces, redéfinit des zones et apporte la lumière dans les coins sombres. Les modules d’angle à 90° ne sont pas seulement des éléments de jonction, ils se fondent aussi avec l’appareil. Avec un rendement de base de plus de 50 % et l’optique LRO à luminance réduite, il peut même s’installer directement au-dessus des bureaux, en offrant des conditions lumineuses optimales sans reflets gênants sur les écrans. Cela permet aussi de disposer les lignes lumineuses librement dans la pièce sans avoir à tenir compte de la position des postes de travail. De plus, il peut s’équiper de LED de couleur qui permettent de redessiner les pièces ou de créer une identité et des ambiances intelligentes. Chez iGuzzini, le profilé périphérique Underscore15 comprend une structure spéciale en aluminium expressément conçue pour être insérée

dans des panneaux de faux plafond, et la bande LED est placée en retrait pour garantir un bon confort visuel dans tous les contextes. Ce système élimine le risque d’éblouissement et rend le dispositif pratiquement invisible. Ses effets de lumière rasante structurent l’espace, tandis que les rayons lumineux bordent les plafonds et délimitent les sols. Il peut également être installé à la verticale sur les murs pour créer une bordure fractionnant les surfaces. Dans le secteur industriel, les installations d’éclairage se distinguent souvent par un potentiel important d’amélioration en matière d’efficacité énergétique et de qualité de la lumière. En termes de calculs, la rénovation d’anciennes installations en vaudrait la peine, mais en pratique, elle échoue souvent en raison d’incertitudes et de doutes. Pour répondre à cette problématique, Trilux a développé E-Line LED, qui permet de convertir sans outil et en quarante-quatre secondes des installations d’éclairage existantes T5/T8 à la technologie LED. E-Line LED se décline en deux flux lumineux, 13 000 lm ou 20 000 lm et présente une effficacité énergétique allant jusqu’à 134 lm/, qui permet de réduire nettement les coûts d’exploitation, et l’investissement s’amortit très rapidement. Plafonds à diodes Les plafonds ont toujours été porteurs et apporteurs de lumière. Avec le fabricant Barrisol, spécialiste des plafonds tendus, ils deviennent également lumières. La matière textile du ELT 3D interagit avec les LED, lui permettant ainsi d’adopter toutes les couleurs. Grâce à un tissage à base de textile, polymère et verre, il est possible d’obtenir un effet 3D qui crée une profondeur optique élargissant les espaces : on obtient une sensation de profondeur de plus de 50 cm, alors que l’espace réel est de 5 cm. En modifiant le modèle, ...

ELT3D de Barrisol.

© Barrisol

© Zumtobel

Underscore de iGuzzini.

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 33

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LES DOSSIERS DU MOIS Éclairage

© Philips Lighting

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

© Philips Lighting

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

OneSpace de Philips Lighting.

...

le nombre et la disposition des sources lumineuses derrière le textile, il est possible de créer des sensations visuelles différentes. Du côté de la Compagnie du Ciel, les plafonds Cielux sont des illusions optiques. Aux dimensions de 120 x 120 cm, 120 x 180 cm ou 180 x 180 cm, ils s’intègrent dans le faux plafond existant. Issus de la combinaison d’un éclairage LED et d’une qualité d’image haute résolution (2 400 dpi), ils peuvent être installés dans toutes les petites pièces, renvoyant l’image du ciel de son choix et diffusant une lumière douce et homogène. Philips Lighting propose OneSpace, qui associe la technologie LED au textile dans un « luminaire » aux lignes pures et aux propriétés acoustiques intéressantes. Ce plafond lumineux, simple à installer, comprend des LED invisibles qui diffusent la lumière de manière uniforme à la surface du panneau. Il permet d’améliorer l’acoustique de la pièce à l’aide de matériaux absorbants et offre des variations de lumière de 10 à 100 %. Il est fabriqué sur mesure jusqu’à 10 m x 3 m. Il peut s’installer aussi bien dans des grands espaces tels que halls d’aéroports ou des musées, que dans des salles de réunion, des magasins ou des halls d’accueil, transformant ainsi l’architecture du bâtiment. Des panneaux à motifs variables jusqu’aux cloisons ciment : les parois éclairantes La gamme Luminous Patterns, développée par Philips Lighting, est constituée de LED disposées pour former des panneaux lumineux sur des plaques de métal. Luminous Patterns offre aux designers la possibilité d’utiliser la lumière

34 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

Luminous Patterns de Philips Lighting.

comme matériau d’architecture pour créer des concepts d’éclairage originaux, allant d’ambiances chaleureuses et douces à des effets stimulants. Les panneaux sont personnalisables et disponibles dans un grand choix de styles d’éclairage et de textures qui peuvent être placés librement sur les panneaux aux dimensions adaptables et avec une large gamme de finitions et de motifs décoratifs et quatre effets de lumière uniques : 3D, 2D, rond et linéaire. Le système est peu énergivore, ne consommant que 60 W, et peut être piloté via un système de contrôle numérique. Chaque point lumineux est commandé séparément et programmé pour créer des effets de lumière dynamiques. Les dimensions vont de 400 x 400 mm à 600 x 1 800 mm par incrément de 5 mm. Les panneaux comprennent un éclairage à LED blanc chaud, blanc froid ou coloré rouge-vert-bleu (RVB). Autre panneau, autre matière avec i.light, Ciments Calcia d’Italcementi Group, panneau de béton capable de laisser passer la lumière. Obtenu grâce au mélange d’une matrice cimentaire de pointe et d’inserts de verre, il laisse non seulement passer la lumière naturelle et artificielle, mais il permet aussi à l’œil de déceler les objets se trouvant de l’autre côté de la structure. Les panneaux i.light sont mis en œuvre à l’aide d’ossatures de soutien. Les dimensions du panneau sont de 1 000 x 500 x 50 mm, en standard, et personnalisables pour mieux s’adapter aux différentes architectures.  Dossier paru dans Lumières N° 16 – octobre 2016


RÉALISATION

Eau thermale Avène, un complexe hôtelier hors norme Le nouvel établissement 4* « Eau Thermale Avène l’Hôtel », labellisé HQE® Exceptionnel et BREEAM® a été inauguré en juin 2016. Situé au pied des montagnes cévenoles, respect de l’environnement et souci de confort ont été les forces directrices de ce projet mené par l’architecte Roger Taillibert.

À

l’origine du projet, le groupe Pierre Fabre qui appartient à la Fondation Pierre Fabre. Reconnue d’utilité publique, la fondation œuvre principalement dans l’amélioration de l’accès aux médicaments et aux soins de qualité dans les pays en développement, et délègue à sa filiale la gestion du groupe, dont la construction de ce nouvel ensemble.

L’atrium décoré d’arbres naturels de l’hôtel Avène. (source Christophe Demonfaucon)

36 j3e 838 / OCTOBRE 2015 - www.filiere-3e.fr

Le confort partout et sans climatisation On est vite dans le grand bain ! Et pas seulement pour se faire soigner grâce aux bienfaits des eaux thermales de la célèbre station de l’Hérault. Le confort des occupants est aussi soigné à tous les niveaux : tout d’abord l’inertie du bâtiment est apportée par une isolation par l’extérieur soignée, apportant confort d’hiver et d’été. Couplé à un système de


RÉALISATION

L’Hotel Avène 4* en quelques chiffres • Hôtel en R+3, qui propose 56 chambres et 4 suites. • Près de 500 employés sur le site (hôtel et site de production de cosmétiques Avène) • Objectif : recevoir 3 000 curistes annuels venus du monde entier. • 32 panneaux solaires autovidangeables représentant une surface de captation de plus de 75 m². Couverture solaire proche de 60 % (selon étude). • 10 accumulateurs de chaleur Rotex de 500 litres installés au sein de l’hôtel en local technique.

Source Christophe Demonfaucon

• Ventilation double flux, permettant un préchauffage ou prérafraîchissement de l’air hygiénique. Les CTA sont équipées d’une régulation free-cooling afin de bénéficier d’un rafraîchissement nocturne naturel. Régulation des débits de ventilation en fonction du taux de présence par sonde CO2.

poutre froide pour le rafraîchissement en été, le rafraîchissement nocturne de l’atrium par l’ouverture automatique du châssis permet aussi le rafraîchissement naturel. Le confort acoustique n’a pas été oublié avec un traitement de l’acoustique des espaces par l’intermédiaire de faux plafonds performants et d’habillages muraux acoustiques. Piloté par GTC, l’optimisation par gradation de l’éclairage artificiel apporte un confort visuel soigné. Enfin, l’ambiance thermique et les apports solaires des parties communes sont pilotés par des sondes d’ensoleillement extérieures et de températures intérieures. La production de chauffage/rafraîchissement est assurée par des pompes à chaleur eau/eau de 300 kW à partir d’un captage de la source thermale

Sainte-Odile ou d’un pompage dans la rivière Orb en été. Des panneaux solaires autovidangeables pour les besoins en ECS Les besoins en eau chaude ont été évalués à 10 m3/jour et concernent les chambres et la cuisine. Avec des panneaux solaires autovidangeables couplés aux accumulateurs de chaleur Rotex de Daikin, toute surchauffe de l’installation est évitée notamment lors de la période de fermeture (de novembre à mars). L’absence de glycol évite la caramélisation des tuyauteries et optimise l’échange dans le système. En cas de coupure de courant, le système reste protégé car les circulateurs ne sont pas alimentés, les panneaux étant vides de fluide. La régulation solaire intelligente autoadapte le

débit de l’eau dans le champ des capteurs solaires en fonction des conditions météorologiques. Les accumulateurs fournissent de l’eau chaude en semi-instantané sans eau stagnante évitant tout risque de légionellose.  Jean-François Moreau

Panneaux solaires autovidangeables en toiture. (source Pages-Energie)

j3e 838 / OCTOBRE 2015 - www.filiere-3e.fr 37


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .d. . accé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .é. . a . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ac . . . .v . . .é . .g . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LOREM . . . . . . . . . . . . . . DOLOR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PSUM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m. . . m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . on . . . . . . . . . . . . de . . . . . . . . . . . . . . oba . . . . .e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LOREM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m. . . .m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m. . . .m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DOLOR . . . . . . . PSUM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CONSTRUCT . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CONSTRUCT . . . . . . . . . . . . . . .ON . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CONSTRUCT . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CONSTRUCT . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .ON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . de . . . .e . . ou . . . . .d. . ac . . . .v . . .é . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . pou . . . . . . . . . . . . . . . . .e. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ensemb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . des . . . . . . . . ps . . . . . . . mé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .co . . . . . . de . . . . . . . . . e. . s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LOREM . . . . . . . . . . . . . . DOLOR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PSUM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PSUM . . . . . . . . . . . . . . . . . LOREM . . . . . . . . . . . . . . DOLOR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m. . . .m. . . . . . .m. . . . . . . . . . . . . . m. . . . . . . m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m. . . .m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

SMART DATA

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . de . . . . emp . . . . . . .ssage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . supp . . . . . . . . . . . . . .a. . e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . émen . . . . . . . . . . . . des . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ca . . . . . . .s . . . . . .commande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .ne . . . . . de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PSUM . . . . . . . . . . . . . . . . . .LOREM . . . . . . . . . . . . . .DOLOR . . . . . . . LOREM . . . . . . . . . . . . . . .DOLOR . . . . . . . . . . . . . . . . . . .PSUM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m. . . .m. . . . . . .m. . . . . . . . . . . . . . m . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m. . . . . . . m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m. . . .m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m. . . . m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Conjoncture du bâtiment au 3e Trimestre 2016

UNDER

Le secteur reprend des couleurs

+2%

+ 1,5 à 2,5 %

La construction neuve, principal levier de croissance

CONSTRUCTION INFOGRAPHICS

+ +

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

+ 9 jours

3%

pou e ma ché de a cons uc on neuve 5 % au o

+

ème

me

e 2015

7,7 %

Les prévisions 2016

S u

CAPEB

2016

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LOREM . . . . . . . . . . . . . . . . . .P . . . . . . . . . . . . . . .m. . . .m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .m. . . .m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CONSTRUCTION INF

de m ses en chan e su es 12 de n e s mo s

2016

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

UNDER

11.4 %

de pe m s de cons u e de ogemen s déposés su es 12 de n e s mo s

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2016

1 à 1,5 %

1,5 à 2 %

0,5 à 1 %

d accé é a on de ac v é g oba e

d augmen a on pou e ma ché de a cons uc on neuve

pou e ma ché de en e en e de a énova on

3e 848 NOVEMBRE 2016 www e e 3e

39


PORTRAIT D'ENTREPRISE

© DR

Franck Ferrari, Corse canal historique !

Franck FERRARI Président Cap Technologie.

C

ar c’est en terre corse que plongent effectivement les racines de Franck Ferrari. L’histoire familiale pourrait démarrer à l’arrivée de l’arrière-grand-père paternel, venu de Toscane, pour faire souche sur l’île de Beauté. Une installation sur fond de pauvreté, « la Corse, ce n’était pas la Floride, la vie pouvait y être très dure ». Parfois même il valait mieux aller voir ailleurs. Comme son grand-père maternel, qui quitta sa vallée du Taravo, âgé de seulement 17 ans, pour s’engager dans l’artillerie coloniale, « en falsifiant ses papiers d’identité ». C’est aussi l’histoire d’une famille en perpétuel mouvement. Au gré des pérégrinations familiales, sa mère « naîtra à Damas, [son] père à Rabat ». Un père qui perpétue la tradition de l’outre-mer, et poussera jusqu’au Canada pour se former au métier de navigateur dans l’aéronavale. Farouchement accroché à la vie, il survécut à quelques accidents, par ailleurs fatals à plusieurs de ses camarades de

40 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

En février 2017, Franck Ferrari fêtera 15 années passées à la barre de son entreprise, l’éditeur de logiciels Cap Technologie, aux côtés de ses deux associés. Une décennie et demie qui ne constitue au final qu’une partie de sa riche vie. Car deux choses semblent l’animer, tracer son propre sillon, se remettre en question et ne pas hésiter à changer de cap, quand la vie l’impose, et bien entendu la Corse, d’où il tire certainement une grande partie de sa personnalité et de sa verve !

bord. Histoire de ne pas tenter le diable, il finira par raccrocher, pour intégrer la compagnie nationale Air France en région parisienne, mais comme rampant. Joli petit mot, qui désigne le personnel au sol ! Franck Ferrari grandit donc à Vitrysur-Seine, « une ville de cadres moyens, d’ouvriers, où tout le monde connaît tout le monde, où le dimanche matin est consacré à laver sa voiture ». Sa scolarité ne se fera pas à Romain Rolland, comme traditionnellement quand on habite Vitry, mais au collège Sainte-Anne dans le XIIe arrondissement tout proche. Pour s’y rendre, il emprunte le bus 132. Il y observe la routine, « les mêmes gens, assis aux mêmes places, qui vont tous les jours dans la même direction ». Il a très envie d’autre chose, ses désirs seront encore plus forts, ce sera de prendre la mer. Tout naturellement, après son baccalauréat scientifique, c’est ventre à terre qu’il quitte « cette banlieue pas si simple, au fond », pour Cancale et intègre une

« classe prépa » au concours d’entrée de l’École nationale supérieure maritime, Hydro, pour les connaisseurs ! Dans l’intervalle, il aura embarqué, pour quelques semaines, sur un chimiquier, et se frotte à la réalité de la vie à bord, soumis à un rythme de travail insensé, « mes bulletins de salaire faisaient apparaître 17 voire 18 heures de travail quotidien ! » Et des conditions de travail éprouvantes, « nous devions nettoyer les cuves à la main avec une éponge ! J’étais loin de mes rêves de vahinés ». Il réussit son concours, devant lui, trois années de formation théorique, assorties de 8 mois de navigation. Bourlingue en mer Baltique, dans l’océan Indien, sur différents types de bâtiments, et termine ses mois de navigation en Méditerranée à la passerelle des ferries L’Esterel et Napoléon. Des rotations courtes, « entre la Corse, l’Algérie, la Tunisie, qui assuraient de dormir chez soi en moyenne un soir sur deux ». Finalement, tout semble aller de soi, mais se pose


PORTRAIT D'ENTREPRISE

la question de la suite. Devenir pacha, seul maître à bord après Dieu, impose de replonger une année supplémentaire à l’école et surtout d’accomplir 60 mois de navigation en sus ! Ça n’en finit pas, « l’école de la marine marchande, c’est l’équivalent du cursus de médecine mais pour la mer ! » Dans tous les cas, « je ne me voyais pas partir au long cours, si longtemps ». Et puis, le métier n’est plus ce qu’il était, le mythe des longues escales a vécu, les voyages à bord des navires modernes ont gagné en efficacité ce qu’ils ont perdu en poésie, « désormais, on passe le pont Verrazano [port de New York] à 5 heures du matin, pour le repasser dans l’autre sens à 16 heures ! » Trop court pour siroter un cocktail à Manhattan. L’heure du choix s’impose, « il me fallait accepter de tirer une croix sur mes rêves ». L’école d’officier de la marine marchande permet de se recycler en dehors du monde de la mer, « pas moins de 28 matières y sont enseignées, du droit à la thermodynamique en passant par la cosmographie et la trigo sphérique ! » Franck Ferrari prend à la fois le chemin de l’école, pour suivre un cursus de thermique et régulation de l’École des mines de Paris, « loin des embruns », et intègre en alternance Napac, « une boîte spécialisée dans la télégestion, fondée par deux "ingés" des Mines et un ancien de l’Institut Français du Pétrole, des tronches ». Là, c’est la découverte de l’informatique, « j’apprends à me planter et à programmer ». C’est l’époque des disquettes souples et des « PC "dits" portables, qui pèsent des kilos ! » Bref,

un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ! Nous sommes en 1988, « les prémices de la GTB*, j’intègre Stäfa Control System, un groupe suisse, inventeur de la vanne magnétique ». Un an plus tard, direction Nantes, « je suis responsable technique du Grand Ouest, je gère tout ce qui est à gauche d’une ligne qui va de Dieppe à Perpignan ». De fil en aiguille, le groupe suisse rejoint Landys & Gyr, lui-même absorbé par le géant Siemens, « j’avais intégré une boîte familiale, je me retrouve dans une boîte d’actionnaires ». C’est le moment de faire autre chose, « je quitte l’entreprise sans indemnités, sans parachute ».

‘‘

Ll me fallait accepter de tirer une croix sur mes rêves.

’’

Avec deux compères, Patrice Château et Yann Le Chalony, un ancien de la Marchande lui aussi, trois expériences qui s’additionnent pour tenter l’aventure de la création d’entreprise. En 2002, Cap Technologie appareille pour le meilleur et uniquement pour le meilleur ! Au démarrage, un seul client, Siemens, « qui génère 70 % de notre chiffre d’affaires. Nous reprenons notre destin en main ». Doubler la mise, reprendre sa liberté et faire bouger les lignes dans le monde de la GTB. Franck Ferrari n’est pas commercial, pas plus que ses deux associés, « on le devient, on prend notre mallette, et on pousse les portes ». Avec une certaine dose de confiance, « on ne

Cap Technologie en chiffres • Année de création : 2002 • % R&D sur CA : 10 % • Effectifs : 22 collaborateurs • CA 2016 : 2 700 K€ • Nbre de sites équipés : + de 1 200 sites • Nbre de partenaires : + de 30 partenaires actifs au niveau national • % de satisfaction clients : 98 %

se payait pas beaucoup, on se levait tôt et on se couchait tard ! Et on innove, on met dans une même boîte du contrôle d’accès, de la vidéo, de la GTB, de la régulation ». Des milliers d’heures de programmation à la clé. Qui payent quinze ans plus tard. L’entreprise qui vient de s’installer dans un nouveau siège, une maison d’architecte, en périphérie de Nantes, cingle toujours vers le succès. Quant à Franck Ferrari, la mer a plus que jamais une place dans sa vie, dès qu’il a du temps libre c’est pour sauter dans l’avion direction la Corse où l’attend patiemment son voilier, pour entamer quelque traversée entre Corse et continent, par nuit claire et très exactement sous les étoiles !  Olivier Durand

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 41


SOLUTIONS

Fils et câbles

Ne xa ©

Le Règlement sur les Produits de Construction (RPC) est entré en vigueur pour les câbles le 10 juin 2016. Ce nouveau règlement coexistera avec les normes nationales actuelles jusqu’au 1er juillet 2017, date à laquelle son application deviendra obligatoire en France. Nexans propose une gamme complète de fils et câbles, souples et rigides, cuivre et aluminium, pour bâtiments industriels, tertiaires et résidentiels. Cette gamme est conforme au RPC du niveau d’Euroclasses Eca. En plus de cette solution, Nexans met à disposition de ses clients un service d’assistance baptisé Nexans TrackerTM. Cet outil en ligne donne un accès direct aux informations réglementaires relatives aux réglementations en vigueur. www.nexans.fr 

ns

Une gamme complète homologuée selon le nouveau critère d’Euroclasses Eca

GTB

Aïron LON est une solution modulaire unique, conçue pour les bâtiments de bureaux. Simplifié et évolutif, 100 % ouvert et interopérable, le Room Control ABB est certifié eu.bac. Ce système multimétier permet de contrôler : le chauffage et le refroidissement (différentes applications disponibles), l'éclairage (DALI, tout ou rien et variation), les stores/brise-soleil (montée/descente, orientation, suntracking). Aïron repose sur un protocole standard et interopérable : LonWorks, pouvant ainsi s’intégrer dans toute base standard LNS. L’intégration d’Aïron est facilitée par l’utilisation de « NLFacilities » qui procure intuitivité, rapidité, sécurité et flexibilité. L’intégration est réalisée sur fond de plans graphiques, avec possibilité de modélisation des modules et des espaces et de (re)cloisonnement par l’exploitant. NLFacilities permet aussi d’automatiser la génération de doCONTROL, alliant portabilité, réactivité, simplicité et ouverture. www.abb.com 

© ABB

Nouvelle solution Room Control

GTB

KNX propose un standard de compatibilité et d'interopérabilité unique dans les secteurs de la domotique et de la gestion technique des bâtiments. Pour certains projets de gestion technique des bâtiments, KNX fait partie d’un ensemble de solutions et de réseaux métiers ou fédérateurs. C’est pour être encore plus proche des demandes actuelles du marché et des besoins des professionnels de l’univers KNX que les membres de l’association ont mis à jour et publié ce CCTP. Cet ouvrage est un outil qui permet notamment d’aider les prescripteurs à promouvoir la technologie KNX dans différents types de bâtiments. Il est également destiné à l’ensemble des partenaires KNX : qu’ils soient bureaux d’études, architectes, décorateurs… il les aidera à mieux appréhender ce que la technologie KNX peut leur apporter dans ses domaines d’applications. Ce document se veut fonctionnel et s’applique particulièrement aux typologies « bureaux ». www.knx.fr 

42 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

© KNX

KNX France présente son nouveau CCTP « Bureaux »


SOLUTIONS

Aurora

Downlight M-Pro 7 W LED

© Aurora

Nouvellement arrivé sur le marché français, Aurora présente un spot composé d’un seul bloc avec de belles finitions annoncé 100 % fait en interne. Ce downlight encastré unique, adapté à tous les isolants, aux plafonds étroits, est compatible RT 2012. Étanche à l’air, IP65 et classe II, en version fixe et basculante, le mPro™ Aurora peut être installé dans les bâtiments basse consommation (BBC) comme dans les pièces d’eau. Recouvrable d’isolants roulés, soufflés ou projetés, ce spot, disponible en 3 000 K et 4 000 K, offre un très haut rendement, jusqu’à 660 lm pour seulement 7 W consommés, ce qui en fait l’encastré le plus efficace du marché. IRC > 80. Gradable. Tension d’entrée 2 320-240 V. www.auroralighting.com 

Comptage

Nouvel outil de mesure et d’analyse des consommations d’énergies des bâtiments tertiaires

© Hager

Agardio Manager est une solution complète pour la mesure et l’analyse des consommations d’eau, d’électricité et de gaz des bâtiments. Ce système modulaire remonte l’ensemble des informations de comptage via un réseau ModBus et des passerelles permettant la prise en charge de multiples protocoles. Dans un environnement de produits Hager, l’intégrateur n’a pas besoin de rentrer les informations de chaque compteur pour que le système les reconnaisse. Agardio Manager détecte systématiquement les passerelles et compteurs Hager présents sur la boucle du ModBus et remonte les informations de chaque compteur automatiquement. L’installation est tout de suite opérationnelle. www.hager.fr 

Câbles moyenne tension

General Cable ajoute une nouvelle gamme de câbles à son offre moyenne tension, Vinylec. Cette gamme répond aux attentes en matière d’éclairage public et présente des caractéristiques novatrices, lui permettant de prétendre à l’attribution de la norme AD8. Le câble permet aussi un gain de temps grâce à l’absence de guipage fils et de gaine semi-conductrice à peler. Ces câbles sont en mesure de faire face aux contraintes liées à l’installation publique, sans pour autant ignorer les réalités du marché. Vinylec est compatible avec le matériel des plus grands fabricants de transformateurs pour éclairage public. Au-delà de l’éclairage public, Vinylec concerne aussi d’autres types d’applications comme l’alimentation électrique des industries et raffineries, cibles incontournables de notre marché. www.generalcable.com 

© General Cable

Des câbles polyvalents pensés pour l’éclairage public

j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr 43


3 QUESTIONS À

Jean-François Nativité Directeur général de l’Institut Énergie et Territoires

© Bruno Tocaben

Propos recueillis par Alexandre Arène

La création de l’Institut Énergie et Territoires est partie d’un constat : avec la loi NOTRe, la loi Maptam et la loi sur la transition énergétique, la compréhension des enjeux pour les différents acteurs est devenue très compliquée. Qui sont les interlocuteurs ? Qui sont les décideurs ? Comment se fait le fonctionnement dans les territoires ? Comment faire atterrir des projets en régions ? C’est tout l’objectif de l’Institut Énergie et Territoires : redonner de la compréhension et du dialogue entre les différents acteurs pour identifier et fluidifier les démarches. j3e - Pouvez-vous nous présenter l’Institut Énergie et Territoires et quels sont ses domaines d’intervention ? Jean-François Nativité - L’Institut Énergie et Territoires est une association organisée sous la forme d’un Think Tank nouvelle génération : nous n’avons pas vocation à porter des idéologies marquées politiquement ou des intérêts privés. Nous sommes sur une approche associative avec une volonté d’avoir des adhérents, mais absolument pas une approche lucrative. Avant même de proposer du contenu, avant même de parler de sujets clés, nous souhaitons créer un lieu de rendez-vous, un lieu de partage entre les acteurs. Au sein de l’Institut, chaque adhérent, quelle que soit sa taille ou son importance, sera considéré comme un adhérent avec tout ce que ce statut pourra générer comme accès aux informations et à nos services. Nous allons aussi rapidement nous lancer dans l’organisation d’événements. j3e - Pouvez-vous nous en dire plus sur ces événements ? Jean-François Nativité - Il y aura d’une part les événements Énergie et Territoires (colloques, tables rondes…), dont les premières problématiques sont déjà connues : impact de la loi NOTRe et de la loi sur la transition énergé-

44 j3e 848 / NOVEMBRE 2016 - www.filiere-3e.fr

tique sur les nouvelles compétences territoriales en matière d’énergie, ou encore les questions de collusions entre l’énergie et l’économie numérique avec la problématique de l’énernet par exemple… L’idée est de travailler sur ces sujets clés d’actualité, mais aussi de valoriser des problématiques que nos adhérents souhaitent porter. D’autre part, nous préparons un second type d’événements dédiés aux start-up, que nous avons baptisé les événements smart-up : pourront se rencontrer sur des formats très courts d’environ une à deux heures des entrepreneurs, des chefs d’entreprises avec des grands comptes ou encore des décideurs publics type élus ou DGS et DGA dans des grosses collectivités. Voilà les deux grands axes que nous allons traiter et construire pour nos adhérents et par nos adhérents. Pour ce faire, nous avons déjà tissé des partenariats, notamment avec la revue parlementaire qui sera notre relais de diffusion et par laquelle nous souhaitons offrir une tribune à nos différents adhérents. j3e - Quels sont vos projets pour les mois à venir et quelles actions souhaitez-vous mener en priorité ? Jean-François Nativité - Notre tout premier projet est de constituer une communauté. L’objectif est d’aller chercher des adhérents et de constituer

trois collèges principaux. Le premier collège serait lié au monde de l’entreprise, toutes tailles confondues, et qui inclurait également les clusters, les pôles de compétitivité et les groupements d’entreprises de toute nature. Le deuxième collège est lié aux collectivités, et nous souhaitons davantage nous positionner sur des thématiques opérationnelles que politiques. Notre approche sera donc de nous tourner vers les DGS, les DGA et les vice-présidents des collectivités pour avoir une approche stratégique et concrète. Le troisième collège sera celui du monde de la recherche. Nous avons vocation à aller chercher des business schools ou des universités qui travaillent déjà sur les problématiques énergétiques. Avant même de parler de nos événements, la constitution de nos trois collèges est la priorité. Nous allons également organiser un événement smart-up cette année et un gros événement en région au premier trimestre de l’année prochaine. Dans l’immédiat, nous sommes en phase de construction : nous sommes en pourparlers avec les trois ou quatre gros acteurs et multinationales du secteur pour l’électricité et le gaz, avec les directions territoriales, mais aussi avec trois business schools de province. L’annonce de nos différents adhérents sera faite prochainement et de manière officielle. 


J3e 848 - Novembre 2016  

SOMMAIRE : INTERVIEW: 4 – Phillipe Pelletier, président du plan bâtiment durable ACTUALITÉS : 8 – Transition énergétique : Ségolène Roya...