Page 1

Papillons

1: INTÉRIEUR JOUR : Couloirs La caméra progresse le long des couloirs d’un hôtel bas de gamme. Lithographies bon marché aux murs. Papier peint décrépis, usures du temps, quelques tâches d’humidité. Rien de catastrophique, mais caractéristique de la nécessité d’une bonne remise à neuf. Et justement… En Off : Perceuses, marteaux, scies, etc. Des bruits conséquents à peine étouffés par les cloisons. Porte 31… Porte 32… Un ouvrier sort de la chambre 32, couvert de poussière, bardé d’outils qu’il porte à la ceinture. Énorme remue ménage à l’intérieur. Nuage de poussière. Nous dépassons la chambre 32 pour nous fixer sur la porte de la chambre 33 et progressons lentement pour… FONDU ENCHAINÉ 2 : INTÉRIEUR JOUR : Chambre 33 …pénétrer à l’intérieur et découvrir sur le lit, un couple entrain de faire l’amour sous les draps. Jouissance de l’homme, ALEXANDRE, la trentaine, qui se repose aussitôt sur la jeune femme, MARIE, la trentaine elle aussi. En Off : Toujours les travaux. Bruits sourds et étouffés. Nous nous rapprochons du lit et découvrons quelques détails significatifs : la boite de kleenex posée sur la table de nuit ; une horloge indiquant 13h07 ; le lit qui repose contre le mur donnant sur la chambre 32 ; d’autres lithographies bon marché accrochées juste au dessus, qui tremblent sous les coups de marteaux répétitifs. Leurs vêtements sont posés sur deux chaises placées devant le lit, bien pliés pour MARIE, en désordre pour ALEXANDRE. Et posée devant chacune des chaises, une mallette en cuir. ALEXANDRE finit par se redresser pour s’emparer d’un kleenex et en proposer un à MARIE qui lui arrache des mains pour le faire disparaître sous les draps. ALEXANDRE Ça va MARIE ?  MARIE  Oui… MARIE se redresse pour s'asseoir et se caler contre un coussin. Sa tête repose directement contre le mur. 1 © Romain Clément ­ Tous droits réservés


Papillons

ALEXANDRE s’allonge contre elle, et vient poser sa tête entre ses seins. MARIE lui caresse les cheveux, le regard perdu. Le drap recouvre à peine leur nudité. ALEXANDRE J’suis désolé pour les travaux mais je voulais la 33… Tu te souviens ? MARIE Bien sûr… En Off : Gros coups de marteau. ALEXANDRE (Gêné) Désolé… Je ne savais pas. MARIE Ça n’a aucune importance, on a qu’une heure de toute façon. Pas le temps de jouer les difficiles. ALEXANDRE Tu lui en as parlé ? MARIE Oh! ALEXANDRE… Entre midi et deux j’essaye d’oublier l’existence de mon mari, parlons d’autre chose, tu veux bien ? ALEXANDRE Moi je lui ai dit… MARIE Oh non, j’t’en prie, pas maintenant, c’est vraiment pas le moment. ALEXANDRE Quand alors ? Il faut bien qu’on en parle un jour. MARIE. Comment elle a réagi ? ALEXANDRE Qu’est­ce que tu voulais qu’elle dise ? Elle s’en doutait… Elle a pleuré. MARIE Mon Dieu… Je ne sais pas comment moi je vais lui annoncer. J’ai tellement peur de ses réactions. Je ne peux pas lui dire comme ça. Ça va le tuer… ALEXANDRE J’ai rien ressenti… Elle pleurait et j’ai rien fait… J’ai même pas eu le réflexe de la prendre dans mes bras. 2 © Romain Clément ­ Tous droits réservés


Papillons

MARIE Je ne sais pas comment lui dire… J’ai pas le courage. ALEXANDRE Je l’ai eu parce que je pensais à toi… Elle l’a bien vu. Elle m’a dit que je souriais. MARIE Tu pensais à moi à ce moment là ? ALEXANDRE Je pense tout le temps à toi MARIE. Maintenant plus que jamais. En Off : Le bruit régulier de clous plantés à l’aide d’un marteau pneumatique. CHTONK! CHTONK! ALEXANDRE Merde! Ils ont pas de pause déjeuner ? ALEXANDRE amorce un geste pour se relever mais MARIE le retient pour lui caresser les cheveux. MARIE Non, reste encore un peu, ne fais pas attention. ALEXANDRE sourit et la serre plus fort encore, sa tête collée contre sa poitrine. ALEXANDRE Oh MARIE cette force que tu me donnes… J’irai voir ton mari si tu veux. Je le mettrai devant le fait accompli. MARIE Non, ça certainement pas ! ALEXANDRE Je pourrais tu sais. Je me sens si fort… Il appuie davantage sa tête contre la poitrine de MARIE. J’entends ton coeur… MARIE (Amusée) Avec tout ce bruit ? ALEXANDRE Je l’entends qui s’emballe… N’ai pas peur MARIE… Ca ira, tu verras. Elle passe ses doigts dans ses cheveux pour lui gratter le cuir chevelu. ALEXANDRE ferme les yeux. 3 © Romain Clément ­ Tous droits réservés


Papillons

MARIE Il bat pour toi ALEXANDRE… En Off : CHTONK!! ALEXANDRE Tu lui diras alors ? MARIE Il l’apprendra bien assez tôt... En Off : CHTONK!! MARIE se fige. ALEXANDRE ne remarque rien, toujours collé contre sa poitrine, les yeux mi­clos, un sourire aux lèvres. ALEXANDRE Calme­toi… Pense à moi comme je pense à toi. Pense à notre avenir… Gros plan de MARIE, le regard figé droit devant elle. Elle ne bouge plus. Sa main est toujours posée sur la tête d’ALEXANDRE, ses doigts entremêlés dans ses cheveux. Un fin filet de sang commence à s’écouler de son nez. La caméra se déporte de quelques centimètres pour pointer le mur contre lequel elle est adossée. En Off : CHTONK!! Un clou apparaît subitement, dépassant du mur de quelques centimètres. Une pointe acérée. ALEXANDRE, toujours les yeux mi­clos contre la poitrine de MARIE. Une goutte de sang tombe sur sa joue. ALEXANDRE Ne pleure pas, tout ira bien tu verras… Il se serre davantage contre elle. Tout va bien se passer, je te le promets…

3 : INTERIEUR JOUR : Chambre 32 Un ouvrier, le marteau pneumatique plaqué contre le mur, appuie une dernière fois sur la gâchette. CHTONK ! Puis il se recule alors qu’un deuxième ouvrier prend sa place pour venir poser un cadre sur la tête de clou qui dépasse de quelques millimètres. 4 © Romain Clément ­ Tous droits réservés


Papillons

Enfin il s’écarte et nous découvrons 4 cadres posés contre le mur repeint à neuf. 4 cadres dans lesquels sont épinglés des papillons séchés…

FONDU AU NOIR

FIN

5 © Romain Clément ­ Tous droits réservés

Papillons  

Court-métrage

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you