Page 1

MAI-JUIN 2018

#02 / GRATUIT

C

N E ABIDJA EUX VIVR I M & E R ONNAÎT

CHARME DU PASSÉ COCODY CITÉ DES ARTS

SE REPÉRER ZONE 4-RUE DU CANAL

EVENT MARTINI : L’APÉRO RECOMMANDÉ

ABIDJAN AUJOURD’HUI

ÇA BOUGE

Gastronomie ivoirienne

Ces assiettes incontournables FAIT MARQUANT • SHOPPING • DIVERTISSEMENT • EVENTS

ABIDJAN DEMAIN

ABIDJAN 3.0


30

MON ABIDJAN

4 AKWABA Des hommes et

SOMMAIRE

des infrastructures

6 ABIDJAN HIER 8

CHARME DU PASSÉ Cocody Cité des arts : Du prestige au délabrement

12

FIGURE DE PROUE Nangui Abrogoua

18

FAIT MARQUANT Jean-Paul II : Le pape qui a foulé 3 fois le sol d’Abidjan

36

22 ABIDJAN AUJOURD’HUI 24

J’AIME ABIDJAN

26 27

ÇA M’ENJAILLE

30

ÇA BOUGE

36

SE REPÉRER

42

SE LOGER

46

SE RESTAURER

56

DIVERTISSEMENT ET BIEN-ÊTRE

62

SHOPPING

66

EVENTS

... par Claudy Siar

C’ À REVOIR Gastronomie ivoirienne : Ces assiettes incontournables Zone 4 Rue du Canal : Une rue à 2 visages Bingerville : 500 logements sur 12 hectares en constuction Viande de brousse, crevettes... : C’est exquis Relaxation : La Villa Spa vous invite Fatym Shop : La solution Martini : Les abidjanais savourent l’apéro recommandé

66 ABIDJAN DEMAIN

66

74

72 74

ABIDJAN DREAM

4ème pont : Une infrastructure pour désengorger yopougon

ABIDJAN 3.0

Paiement électronique : Une aubaine pour les Abidjanais

Magazine conçu et édité par 2A ÉDITIONS SARL au capital de 5 000 000 FCFA • Siège de la Rédaction : Abidjan, 2 Plateaux, 8e Tranche, 01 BP 1416 ABJ 01, Tel : +225 22 01 24 24 • Dépôt légal : 14536 du 01 mars 2018 • Directeur de publication : Augustin AKOU • Directeur de la Rédaction : Cheick YVHANE Secrétaire général de la Rédaction : Ahua KOUAKOU • Correcteur : Oumar N’DAO • Rédaction : Ahua KOUAKOU, Martial ALATÉ, Marie Yvonne AKRÉ (Stagiaire) Direction artistique : Régis ETRANNY • Photographes : Mohamed ADÉ, Armel DADIÉ Christophe • Directrice commerciale & marketing : Marie José ASSOUHAN Responsable des éditions / Régie : Fatou DIABAGATÉ • Chef de produits : Hervé ATSÉ Régie publicitaire : 2A Editions • Impression : Hooda Graphics Imprimerie • Tirage : 10 000 exemplaires Pour joindre le service commercial : commercial1@2aeditions-ci.com / commercial2@2aeditions-ci.com - Tel : +225 59 79 00 00

www.monabidjan-ci.com

3


MON ABIDJAN

AKWABA

s e m m ho

DES

infrastructures

ET DES

A

bidjan aujourd’hui est le fruit de la vision politique d’autrefois. La vision d’un homme nommé Félix Houphouët-Boigny. Un homme d’Etat dont se réclament d’ailleurs bien de politiciens de haut rang aujourd’hui. Je me souviens encore de cette confidence que me faisait feu Bernard Zadi Zahourou* quant aux initiatives avantgardistes entreprises en son temps par le natif de Yamoussoukro, et qui, contre toute attente, ont suscité de la part de bien d’intellectuels ivoiriens une saignée d’attaques verbales à son encontre. Ainsi, a-t-on pu enregistrer des oppositions farouches à la construction des quartiers comme la Riviera Golf dans la commune de Cocody avec ses habitats modernes et beaux e ntièrement dédiés aux enseignants. Les exemples de réticences marquées sont légions. Des plus incompréhensibles aux plus ubuesques. Mais Houphouët-Boigny a bien fait fi de ces oppositions tous azimuts et a construit Abidjan. Il n’a pas eu de tort de le faire puisque les délateurs d’hier s’enorgueillissent aujourd’hui d’édifices comme la Cathédrale St Paul du Plateau. Des secteurs résidentiels comme la Cité des arts offrent toujours d’y vivre paisiblement à l’inverse de quartiers sortis de terre il y a une décennie à peine qui souffrent déjà de failles dramatiques. La vision d’Houphouët-Boigny et sa constance lui ont valu la sympathie d’hommes de valeur au plan international.

4

MON ABIDJAN#02


#2

La venue du Pape Jean-Paul le 10 mai 1980 et les deux visites officielles qui ont suivi en sont une illustration édifiante. Abidjan était aussi riche de dirigeants dans l’âme soucieux du bien-être de leurs gouvernés. On citera à ce propos, Nangui Abrogoua qui fut et reste le seul chef suprême des Tchamans; présenté par les témoins vivant comme un homme courageux et d’une générosité sans bornes. Abidjan fascine par la pluralité des espaces gastronomiques. Ça bouge énormément dans ce domaine. Les restaurants font peau neuve. De nouveaux se créent. L’offre s’en trouve rafraîchie, diversifiée, de qualité et appétissante. Dans le grand Abidjan en gestation, bien d’infrastructures ont été érigées. D’autres sont en cours d’exécution avec un accent mis sur le secteur routier. L’un des plus emblématiques reste le 4e pont. Une infrastructure moderne composée notamment de passerelles, de bretelles et d’un tunnel de réserve pour le futur train urbain d’Abidjan. Cet édifice qui permettra de connecter les communes du Plateau et d’Adjamé à Yopougon vise à décongestionner le district en vue d’un renforcement de sa compétitivité économique.

CHEICK YVHANE DIRECTEUR DE LA RÉDACTION

Le label Abidjan se renforcera avec des hommes de vision et des infrastructures de charme au service du tourisme et de l’économie.

www.monabidjan-ci.com

5


ABIDJAN

r e i H

Au début des années 70, la Côte d’Ivoire connaît un boom économique. Ce que tous s’accordent à rebaptiser le miracle économique ivoirien. Un miracle qui se traduit inévitablement dans l’essor d’Abidjan, la capitale économique du pays. Avec la construction de ses buildings, la cathédrale Saint-Paul, ses belles ruelles, le Plateau , centre des affaires d’Abidjan est comparé à la ville New Yorkaise de Manhattan. Dans la foulée, les autres communes se développent. Il fait bon vivre à Abidjan. Abidjan, hier, la Perle des lagunes, devient la fierté du pays tout entier et même de la sous-région.


ABIDJAN HIER

CHARME DU PASSÉ

COCODY

CIDESTARTSÉ DU PRESTIGE AU

DÉLABREMENT La Cité des arts, un cadre saint et agréable où rêvaient habiter des cadres, dans le quartier chic de Cocody, est devenue un quartier quelconque. Par Martial ALATÉ

8

MON ABIDJAN#02


LA BELLE ÉPOQUE De « Cocody la belle» à «Cocody la luxueuse », en passant par «le triangle d’argent», Les nombreux surnoms dont a été affublée la commune de Cocody sont très parlantes. Cette commune du centre d’Abidjan est connue comme celle qui abrite la plus forte concentration de VIP et les plus grosses fortunes du pays, tant ivoiriennes qu’étrangères. Les 166 logements, au cœur de Cocody, attiraient plus d’un. Bâtie aux lendemains des indépendances de la Côte d’Ivoire, cette cité qui se trouve être voisine de la maison de télévision ivoirienne, faisait, jadis, la fierté de la commune. De beaux jardins publics, de petits bâtiments qui ont fière allure étaient entre autres des atouts de cette cité.

www.monabidjan-ci.com

9


ABIDJAN HIER

CHARME DU PASSÉ

Les murs ont subi les affres du temps.

UNE CITÉ QUI NE FAIT PLUS RÊVER La Cité des arts a perdu de son lustre d’antan. Elle n’existe plus que de nom. A telle enseigne que des personnes qui ont connue son passé glorieux, en parlent presque les larmes aux yeux. La magnifique Cité des arts présente aujourd’hui un visage peu reluisant. Le jeudi 19 avril 2018, une visite de ce sous-quartier, met à nu son piteux état. Des murs délabrés n’ayant pas reçu de couche de peinture depuis belle lurette. De nombreuses fissures y apparaissent. Des problèmes d’étanchéité également. Résultat, la moisissure est évidente dans les allées de certains bâtiments. Les marches pour accéder aux étages repoussent le visiteur. Elles sont jonchées de bouts de papier et de toutes sortes d’ordures. Pis, le plus souvent, elles ne sont pas éclairées. Le temps a eu visiblement raison des bâtiments en bande de l’illustre cité.

10

MON ABIDJAN#02

Dame Coulibaly, une habitante ne cache pas son amertume. « La Cité est abandonnée. Les travaux de rénovation n’y ont pas cours. Ce qui fait qu’il ne fait plus bon vivre dans la cité», déplore-t-elle. Pourtant, selon un riverain, cette cité est pleine de symboles. « C’est la Cité des arts qui a donné vie à la politique de logement, chaque citoyen, un toit après l’indépendance », rappelle ce sexagénaire. La cause de la ruine, fait-il savoir, c’est que les logements qui étaient des locations-ventes, sont devenus, la propriété de ceux qui les habitent, au fil des années. Les propriétaires ou leurs ayantsdroits ne les entretiennent plus. « Nombre de propriétaires sont décédés et leurs héritiers ne prennent plus soin des biens reçus », déplore-t-il. Vivement, une véritable cure pour la cité des arts.


www.monabidjan-ci.com

11


ABIDJAN HIER

FIGURE DE PROUE

12

MON ABIDJAN#02


NANGUI ABROGOUA

LE CHEF SUPRÊME

DES TCHAMAN (EBRIÉ)

Il fut et reste le seul chef suprême des Tchaman (Ebrié). Nangui Abrogoua a marqué de son empreinte l’histoire des Ebrié. Retour sur sa vie. Par Ahua KOUAKOU

L

es Tchaman (Ebrié) parlent de lui avec beaucoup d’admiration. Né vers 1848 et mort le mercredi 20 septembre 1938 à Abidjan, Nangui Abrogoua fut un chef terrien vivant sur l’île Boulay, dans le plan d’eau lagunaire d’Abidjan, mais originaire d’Adjamé. Sa vie se confond avec l’histoire des Tchaman.

UN GUIDE CRAINT ET RESPECTÉ C’est le plus grand chef des Ebrié, disent des anciens de cette ethnie. D’ailleurs, après lui, il n’y a plus eu un chef suprême de cette ethnie autochtone d’Abidjan. Chacune des soixante localités a dorénavant son chef. Selon Gbokra Akétou Djoman, ce qui a fait le charisme de Nangui Abrogoua, c’est son courage. « Il n’avait peur de rien. A cette époque, il a même giflé des Européens  », relate le doyen. Cela a favorisé le fait que des Ebrié de Bingerville ont quitté Nampè Djro dit Antonin Dioulo (Père d’Emmanuel Dioulo) pour faire de lui, leur chef. A l’aide d’un tam-tam de 6 à 7 mètres, appelé Djidji Ayokoué, Nangui Abrogoua convoquait tout son peuple à Adjamé (lieu de rassemblement) pour des réunions. Les populations d’Adjamé, à cette époque, vénéraient leur chef suprême.

Le chef suprême ne travaillait pas. On cultivait son champ et les pêcheurs lui envoyaient les meilleurs poissons. Membre de la génération ‘’Blessué Djéhou’’, Nangui Abrogoua rendait justice. Il était honnête et tranchait les conflits de façon juste.

www.monabidjan-ci.com

13


ABIDJAN HIER

FIGURE DE PROUE

Le boulevard Nangui Abrogoua et ses interminables bouchons.

Réhabilitation du boulevard Nangui Abrogoua en juin 1986.

UN CHEF GÉNÉREUX ET AU SERVICE DES POPULATIONS Nangui Abrogoua était avant tout d’une générosité sans bornes. Les populations démunies et les étrangers allaient manger chez lui. Il y avait toujours de la nourriture en abondance. Il défendait les plus faibles. C’est ainsi qu’il s’est attaqué au capitaine Tomasset qui a fait le lotissement d’Abidjan. Le chef suprême n’a pas accepté que dans le cadre de ce lotissement en 1934, le capitaine Tomasset détruise les cultures des populations. Ce n’est donc pas pour rien que la plus grande voie, de la commune d’Abidjan soit baptisée ‘’Nangui Abrogoua’’. De même, la première Université publique située sur l’axe Abobo-Adjamé porte cet illustre nom.

Le Lycée moderne Nangui Abrogoua d’Adjamé.

L’Université Nangui Abrogoua d’Abobo-Adjamé.

14

MON ABIDJAN#02


TÉMOIGNAGES « NANGUI ABROGOUA ÉTAIT TRÈS COURAGEUX »

Djoman

GBOKRA AKÉTOU PRÉSENTATEUR EN LANGUE NATIONALE (RTI)

L

e chef suprême des Tchaman (Ebrié) était courageux. Il ne reculait devant rien. Sa notabilité est bien dirigée. En 1936, il était l’un des tout premiers chefs traditionnels africains, à monter à bord d’un avion, avec le Président Félix Houphouët Boigny. Ceci pour un essai. Il a exhorté les populations à envoyer leurs enfants à l’école. Alors qu’en cette période, personne ne souhaitait que ses enfants aillent à l’école, perçue comme un instrument de la domination occidentale. Par ailleurs, Nangui Abrogoua a réussi par son intelligence à se faire aimer des Européens, les colons. Il était aussi respecté par les populations. Car Nangui Abrogoua aimait la justice. ».

Koutouan

PATRICE

LOUISE YAPI

RESPONSABLE -EXPORT

SECRÉTAIRE À LA RETRAITE

« IL FAUT VOIR LA VIE DE NANGUI ABOGOUA À LA LUMIÈRE DE CELLE DE NAMPÉ DJRO »

N

angui Abrogoua a été opposé à Nampé Djro dit Antonin Dioulo (le père d’Emmanuel Dioulou) qui commandait Bingerville. Mais celui-ci a été finalement abandonné par ses parents au profit de Nangui Abrogoua. C’est pourquoi, on dit qu’il est le chef suprême des Ebrié. C’est quelqu’un qui a su se faire aimer par tout le peuple Tchaman et même des Européens. Ses bonnes relations avec les Blancs lui ont permis de s’imposer. Cependant cela ne l’a pas empêché d’être juste et de se mettre au service de son peuple. »

Mobio

« NANGUI ABROGOUA FUT UN GRAND CHASSEUR »

N

os parents ont souventes fois rendu ce témoignage. En prodiguant des sages conseils aux plus jeunes, ils ressassaient, dans les différents villages Ebrié que les jeunes doivent agir comme Nangui Abrogoua, un homme très courageux et un grand chasseur. Car, ont-ils dit, Nangui Abrogoua a fait de la chasse des éléphants, sa spécialité. Dans plusieurs villages Ebrié, il a mis en évidence sa témérité en tuant des éléphants. Il a chassé à Anonkouakouté, Guebo, Kossiwa, des localités situées sur l’actuelle autoroute du Nord. Nangui Abrogoua a été également un chef de famille exemplaire et père d’une vingtaine d’enfants. Il fut l’inoubliable chef suprême des Ebrié. C’est une autorité qui a marqué son époque. »

www.monabidjan-ci.com

15


Renseignements en agence de voyage


www.monabidjan-ci.com

17


18

MON ABIDJAN#02


JEAN PAUL II

LE PAPE QUI A FOULÉ

3 FOIS LE SOL

D’ABIDJAN Le Pape Jean Paul II a été reçu par le Président Félix Houphouët Boigny, le 10 mai 1980.

Jean Paul II l’Africain ou l’Abidjanais. Grâce à ses liens d’amitié avec le Président Félix Houphouët Boigny, le Pape est venu trois fois en Côte d’Ivoire. Abidjan a connu une effervescence lors de ces différentes visites. Par Ahua KOUAKOU

www.monabidjan-ci.com

19


Q

ue Dieu bénisse la Côte d’Ivoire ! Ces premiers mots du Pape Jean Paul II, en foulant, pour la première fois, le sol abidjanais, le 10 mai 1980, restent encore gravés, dans la mémoire de nombre d’Ivoiriens qui ont connu cette époque. Surtout les catholiques.

BÉNÉDICTION DES PIERRES DE LA CATHÉDRALE Même si le pèlerinage du premier responsable de l’Eglise dans la capitale économique n’a duré que deux jours, que d’émotion ! Devant des croyants ivres de bonheur, le Pape a fait savoir que l’Eglise voudrait atteindre principalement la conscience de l’homme et de la femme ivoiriens, pour leur montrer leur dignité et les aider à en faire bon usage. « Son concours voudrait faciliter également une justice effective, avec un souci plus grand des pauvres, des marginaux, des petits, des migrants, en un mot de ceux qui sont souvent laissés pour compte », a souligné le Pape. L’autre temps fort de cette première visite est la bénédiction des premières pierres de la cathédrale Saint Paul du Plateau, faite par Jean Paul II : « Que le Seigneur bénisse tous les constructeurs de l’Eglise, spirituelle et matérielle ! Qu’Il bénisse tous ceux qui cherchent son progrès spirituel et matériel ! Qu’Il donne sa grâce et sa paix à tous ceux qui Le cherchent et qui viendront dans ces édifices sacrés ! Amen »

SEPT JOURS EN TROIS VISITES Après 1980, le pape Jean-Paul II qui s’était épris d’amitié pour la Côte d’Ivoire et Félix HouphouëtBoigny, a foulé deux fois encore le sol ivoirien. Il y a séjourné le 10 août 1985 pour la consécration de la cathédrale Saint Paul. A cet effet, le Pape n’a pas manqué l’occasion de se réjouir de la diligence avec laquelle la cathédrale a été achevée et d’exprimer sa joie. « Avec une joie réelle, je reviens dans votre pays, même brièvement, cinq ans après ma première visite pastorale dont je garde un vif et heureux souvenir », a-t-il dit. Le dernier voyage pastoral en Côte d’Ivoire de Jean Paul II, lui a permis de célébrer la consécration de la Basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro, un grand sanctuaire bâti par Félix Houphouët Boigny. Tout un symbole.

20

MON ABIDJAN#02

Le pape en compagnie de Félix Houphouët-Boigny.


www.monabidjan-ci.com

21


22

MON ABIDJAN#02


ABIDJAN

i u h d r u ujo

A

La crise économique est passée par là. La crise sociale aussi. La Côte d’Ivoire a traversé des moments tumultueux. Abidjan, sa capitale économique, n’est pas en reste. Sa population s’est accrue atteignant plus de six millions d’habitants. Ces difficultés et bien d’autres ont changé les habitudes. Mais, Abidjan reste une ville où il fait bon vivre. L’alloco, le garba, les coins chauds... continuent de faire d’Abidjan, une cité chic, qui en attire plus d’un. Abidjan une fois, Abidjan toujours !

www.monabidjan-ci.com

23


ABIDJAN AUJOURD’HUI

J’AIME ABIDJAN

abidjan, mon bout d’afrique

A

bidjan est l’une des premières capitales africaines que j’ai visitées, lorsque j’avais 17 ans. J’aime Abidjan parce que j’y ai des attaches, des personnes que j’aime, mes amis, ma famille aussi. C’est ce qui me ramène toujours à Abidjan.

Même dans les moments extrêmement difficiles, au début des années 2000, lorsque tout le monde disait « n’y va pas, c’est dangereux ! », je venais à Abidjan. Même quand mon ami Jean Hélène a été assassiné, je voulais continuer à venir à Abidjan. Abidjan est une capitale africaine où tout le monde (les ressortissants des autres pays africains), vient pour essayer de faire sa vie, gagner un peu d’argent. C’est une plaque-tournante pour que notamment les Européens aient leur bout d’Afrique. C’est une réalité, tout le monde rêve d’un bout d’Afrique alors que les Africains eux-mêmes ne rêvent plus d’Afrique. Abidjan doit continuer d’être ce rêve africain. L’Abidjan de demain, c’est une ville extrêmement moderne. Abidjan doit être une ville qui correspond à sa population. Abidjan ne doit pas ressembler à une ville européenne, mais à une ville africaine. C’est ce que nous venons rechercher. Il ne peut pas exister une ville européenne meilleure que les villes européennes d’Europe. Abidjan, au-delà dans ton désir de modernisation, reste telle que nous aimons.

24

MON ABIDJAN#02


Siar

CLAUDY

PRODUCTEUR & ANIMATEUR DE COULEURS TROPICALES SUR RFI www.monabidjan-ci.com

25


ABIDJAN AUJOURD’HUI

ÇA M’ENJAILLE Dans cette rubrique, des abidjanais expriment ce qu’ils apprécient dans leur capitale économique.

Barry

OUMOU SANA

Directrice centrale de l’AIP

MAMADOU

Bamba PCA du Conseil coton-anacarde

« J’AIME LA FERVEUR ABIDJANAISE »

J

’ai durant plusieurs années parcouru différents pays, différentes capitales. Mais, ce qui singularise Abidjan, c’est la chaleur humaine, la bonne ambiance, aussi bien dans les rues que dans les restaurants. On n’a pas besoin de vivre dans la capitale économique pendant de longues années pour se faire des amis. Partout, même dans les quartiers dits huppés, les gens se pressent d’échanger avec vous, de vous faciliter la vie. Dans les rues, les bars et autres coins chauds, l’Abidjanais reste le même, garde la même attitude. Ce sentiment d’amour du prochain, cet enthousiasme envers l’autre ne se voit pas ailleurs. Que tu sois blanc, bleu, gris ou noir, l’Abidjanais aime d’abord l’être humain. Les différentes crises socio-économiques que le pays a traversé n’a rien enlevé à l’Ivoirien, à l’Abidjanais, sur ce point. Plusieurs de mes amis de diverses origines aiment Abidjan pour cela. J’exhorte nos populations à garder cet état d’esprit. »

26

MON ABIDJAN#02

« J’AIME LA NOUVELLE BAIE DE COCODY »

L

aissons derrière nous ce désordre urbain qui s’est installé malgré toutes les actions entreprises. Qui fait frémir de peur cette bonne dame à la première goutte de pluie. Ces canaux d’évacuation d’eaux bouchées rendent inévitables de fatales inondations et une insalubrité insupportable. Ces constructions anarchiques qui nous mettent en danger. Ces nuisances sonores au quotidien, ces embouteillages, cette insécurité… Oui, laissons tout cela derrière nous, et retrouvons Abidjan, le Grand Abidjan, où les échangeurs s’entremêlent aux ponts et chaussées, où les rues sont propres et bien éclairées, où la joie de vivre est palpable. Abidjan, où l’on travaille, danse, chante, … et s’»enjâille» (pour paraphraser mon neveu), sans nuire à la nature l’on s’émerveille à souhait. Abidjan, où la belle lagune Ebrié, claire et limpide, de mes années estudiantines, nous berce de son souffle doux qui nous revitalise et nous ragaillardit. Merci à Dieu, car bientôt je pourrai effectuer une balade sportive ou romantique au bord de la nouvelle Baie de Cocody et y siroter un bon verre de jus d’ananas bien de chez nous. La vie est belle dans cette belle ville ! »


ABABIDJIDJANANAUDE JOUMARDIN’HUI

C’ À REVOIR Dans cette rubrique, des abidjanais relèvent les zones d’ombre de leur cité.

SERGE

Bogui

fonctionnaire

Yao Kouadio

RAOUL

« JE DÉPLORE L’ABSENCE D’ESPACE VERT »

« LA STATUE AKWABA N’EST PAS ÉCLAIRÉE »

L

a statue Akwaba à Port-Bouet n’est pas éclairée, pourtant, elle est placée juste à la sortie de l’aéroport international d’Abidjan. Cette situation donne à priori une mauvaise image aux visiteurs qui découvrent pour la première fois Abidjan. Car, elle peut laisser croire que la capitale économique ivoirienne n’est pas une ville sécurisée. Ce qui est donc susceptible de les décourager. C’est pourquoi, il faut que cette situation qui n’honore pas notre cité soit réglée au plus vite. On gagnerait donc à faire en sorte que la statue soit éclairée afin que toute personne qui entre dans la ville d’Abidjan ait plus de visibilité, et une image propre de la ville. Cette statue est la vitrine de notre capitale économique. Je pense que les autorités gagneraient à rendre ce carrefour plus attractif pour tout étranger. »

J

e ne comprends plus le manque d’espace vert, de jardin public dans la ville Abidjan. Un espace vert est un endroit qui permet à tout individu de pouvoir se reposer, passer du temps. Ce manque d’espace est désavantageux pour la population, déjà avec le réchauffement climatique, on parle de reboisement. Il importe que l’homme soit en harmonie avec la nature. Ce n’est plus le cas chez nous. Je souhaiterai que les autorités de la capitale économique encouragent le reboisement des espaces verts, des jardins publics. Ceux-ci contribuent au bien-être des populations. C’est pourquoi, je déplore par exemple qu’à Abobo Baoulé, des jardins soient interdits au public. Par ailleurs, il faut que des mesures soient prises pour combattre la dégradation de ces sites. »

www.monabidjan-ci.com

27


ABIDJAN AUJOURD’HUI

ÇA BOUGE

GASTRONOMIE IVOIRIENNE

CES ASSIETTES

INCONTOURNABLES Qu’ils sont délicieux ! Sans même les goûter, ces mets donnent l’envie d’être croqués à vu d’œil, tellement ils sont colorés. Par Ahua KOUAKOU

30

MON ABIDJAN#02


DES METS TYPIQUEMENT IVOIRIENS Soupe de poisson ou viande accompagnée de riz ; l’attiéké (couscous de manioc), une véritable fierté nationale, avec des poissons grillés ; l’alloco qui n’est autre que de la banane plantain frit à l’huile ; le kédjénou, cette recette de ragout d’escargots ou de poulet fortement épicée. A côté de ces repas qu’on trouve dans des restaurants de moyen standing, il y a des ‘’garbadromes’’, c’est-à-dire des lieux où les jeunes Abidjanais aiment déguster le ‘’garba’’. C’est du couscous de manioc à un prix abordable servi avec du thon frit, du piment frais, de l’oignon et de la tomate coupées en dés. C’est le plat par excellence des jeunes qui, souventes fois, le partagent en groupe. Aussi, des ouvriers ou des chômeurs, dans leur volonté de contrer la faim au cours d’une journée, dégustent avec appétit le ‘’garba’’, qui est à la portée de toutes les bourses.

www.monabidjan-ci.com

31


ABIDJAN AUJOURD’HUI

ÇA BOUGE ! Il faut le dire, la cuisine ivoirienne est variée, colorée, des fois sucrée ou piquante. Aussi bien les nationaux que les touristes, chacun y trouve son compte. La capitale économique ivoirienne est connue pour la multiplicité de mets. La cuisine ivoirienne a de quoi éveiller les sens. L’autre atout de la gastronomie ivoirienne, c’est l’environnement dans lequel les clients mangent. En effet, manger ivoirien, c’est vivre dans une ambiance festive, chaleureuse et conviviale. Un moment de pur délice. Résultat, les investissements dans ce secteur se sont accrus. Les restaurants se sont multipliés notamment au bord de la lagune Ebrié. Dans cette ville cosmopolite, dans les communes cossues tout comme dans les quartiers populeux, chaque endroit a son restaurant de référence. On trouve également à Abidjan, de grands restaurants conventionnels dans lesquels, il y a des plats en sauce aussi beaux que complexes. On y commande des entrées chaudes et froides, des salades aussi colorées que savoureuses à base de fruits locaux de saisons; ananas, papaye, mangue. Dans ces restaurants de classe, il y a, outre les plats ivoiriens, ceux d’autres pays.

32

MON ABIDJAN#01 #02


DE LA CUISINE DES QUATRE COINS DU MONDE A Abidjan, on trouve beaucoup de restaurants qui proposent de la cuisine européenne. Généralement situés dans les communes huppées, notamment Plateau, Cocody, Marcory et Port-Bouet. On y a droit à toutes sortes de spécialités, françaises, italiennes etc. Les restaurants vietnamiens avec les beignets appelés « nems » et les restaurants libanais qui proposent des « chawarma » sont également visibles sur les bords de la lagune Ebrié. DES CUISINIERS DE RÉFÉRENCE Christelle Vougo et Frank Anet constituent un duo pour le bonheur des populations abidjanaises. A travers leur restaurant Saakan, ils ont raflé le prix du meilleur restaurant de l’année 2017 et celui de la meilleure cuisine ivoirienne, lors la première édition des ‘’Abidjan Restaurant Awards’’ en 2017. Tout comme ces deux cordons bleus, Loïc Dablé, un Franco-ivoirien est un grand nom de la cuisine africaine. D’autres figures, certes peu connues, offrent des mets tout aussi succulents pour le bonheur des Abidjanais. Ce n’est pas pour rien que les touristes et autres visiteurs de la capitale reviennent après leur premier passage. ‘’Abidjan une fois, Abidjan toujours’’.

www.monabidjan-ci.com

33


www.monabidjan-ci.com

35


ABIDJAN AUJOURD’HUI

SE REPÉRER

ZONE 4-RUE DU CANAL

UNE RUE À DEUX VISAGES Un calme apparent, en ce début de journée. Marcory, zone 4. Il est 10 h, ce samedi, 21 avril. Les rues sont quasiment désertes. Pas d’enfant, à la rue du canal, en train de jouer au football, comme dans les quartiers populeux d’Abidjan Par Martial ALATÉ

36

MON ABIDJAN#02


C

’est un quartier chic habité par des Occidentaux. On n’entend que des bruits de véhicules. Des entreprises longeant le bord de la rue sont ouvertes. Cette voie est réputée pour être l’une des rues où l’on trouve de nombreux hôtels, restaurants, installations sportives, centres éducatifs, distributeurs automatiques de billets, supermarchés, stations d’essence et autres. On y trouve également des boîtes de nuits. Mais, à cette heure de la journée, elles restent fermées.

UNE VOIE DE TRANSIT Cette rue fait carrefour avec la Rue Pierre et Marie Curie. Plusieurs automobilistes des communes de Koumassi, Marcory et Port Bouët empruntent la rue du canal tous les matins pour se rendre à leur lieu de travail. Et cela leur permet d’éviter des embouteillages. Jean Philippe, agent de maitrise dans une entreprise de transit au Port autonome d’Abidjan témoigne. « J’habite Koumassi Sopim, les matins je passe par le boulevard du 7 décembre, et je me retrouve à la rue du canal pour ensuite rallier le boulevard de Marseille et me retrouver facilement au niveau du CHU de Treichville pour atteindre la zone portuaire. Cela m’évite le boulevard Giscard d’Estaing sur lequel il y a de nombreux ralentissements les matins  » explique-t-il. Comme lui, plusieurs Abidjanais transitent par cette célèbre artère tous les jours, matins et soirs. Ces incessants ballets de véhicules ne sont toutefois pas de nature à dissuader les clients des restaurants de classe qui jalonnent cette voie. Un restaurant de standing, niché au bord de la rue, invite à une escapade gourmande à la découverte de la gastronomie du pays du cèdre. La décoration couleur beige et les chaises en velours marron donnent un cachet indéniable au lieu.

www.monabidjan-ci.com

37


ABIDJAN AUJOURD’HUI

SE REPÉRER Une vue aérienne de la rue du canal.

Dans l´assiette, ce sont des mets d’une cuisine généreuse et raffinée qui sont servis aux clients. De même, toutes les spécialités de la cuisine libanaise sont au rendez-vous : manaich, tabouleh, poulet braisé, kafta ou encore chawarma... accompagné d’un bon narguilé. Outre ce restaurant beaucoup d’autres endroits chics longent la rue. Mais à la rue du canal tout n’est pas aussi beau.

L’AUTRE VISAGE DE LA RUE DU CANAL La rue du canal, endroit peu peuplée, la journée, malgré les nombreux commerces, retrouve un regain de vitalité la nuit tombée. Le long de cette rue, les travailleuses du sexe, de toutes formes, prennent le pouvoir. Ce mercredi 25 avril 2018, aux alentours de 21h, elles lancent désespérément aux éventuels clients : «chéri, attends-moi», «chéri, viens, on va causer». En tenues sexy, culottes, jeans, mini-jupettes et exagérément maquillées, elles sont plusieurs dizaines, tapies dans le noir, en quête de clients. «Malgré l’insécurité, elles viennent nombreuses. Mais il n’y a plus trop de clients. Elles peuvent passer trois jours sans avoir un seul client», explique Donoton Coulibaly, un agent de sécurité, la trentaine révolue, montrant du doigt un groupe de cinq prostituées assises dans l’obscurité devant les bureaux d’une entreprise de concessionnaire automobile. Quand certaines se livrent à des causettes, d’autres préfèrent esquisser de petits pas de danse aux sons de la musique de leur téléphone portable, pour faire passer le temps. Les plus préoccupées par le gain hèlent des automobilistes, en sifflant ou en faisant de grands signes de la main. Ah, la rue du canal ! Il faut la voir la nuit tombée.

38

MON ABIDJAN#02


La journée, une rue anodine. Mais, à la nuit tombée, la rue du canal à Vridi retrouve des couleurs et devient célèbre. Les branchés de la capitale économique et autres noctambules le savent. Le long de cette voie, il y a des bars, des boîtes de nuit et des professionnels du sexe qui donnent une autre allure à cette rue, au cours de la nuit. Il faut le vivre pour croire.

9H00

Une rue de transit pour les travailleurs durant la journée.

11H15

Une rue calme qui tranche avec des voies bruyantes de certains quartiers de la capitale économique.

23H30 La nuit tombée, les noctambules prennent d’assaut cette célèbre rue, où on peut trouver des bars, des boîtes de nuit et aussi des filles de joie.

www.monabidjan-ci.com

39


ABIDJAN AUJOURD’HUI

SE LOGER

BINGERVILLE

500 LOGEMENTS SUR 12 HECTARES EN CONSTUCTION Abidjan, la mégapole ivoirienne grossit de jour en jour. Dans ce contexte, en vue d’avoir un cadre de vie sain, les populations recherchent des cités environnantes. Opes Holding offre cette opportunité, à Bingerville. Par Ahua KOUAKOU

42

MON ABIDJAN#02

De belles bâtisses attendent les propriétaires.


B

ingerville est certes connue pour son immense jardin botanique. Mais, dans la deuxième capitale de la colonie de Côte d’Ivoire (entre 1900 et 1934), une nouvelle ville est en train de naître. Dans le cadre du Programme des logements sociaux, plusieurs entreprises sont en train de bâtir de grandes cités dans cette ville du district d’Abidjan.

Une nouvelle ville est entrain de de voir le jour à Bingerville.

Opes Holding fait partie de ces sociétés de construction et de promotion immobilière. Sur un site de 12 hectares, elle est en train de sortir de terre près de 500 logements sociaux, économiques et de standing. A en croire ses premiers responsables, l’entreprise utilise une technologie innovante pour la construction de maisons. En plus de la construction classique qui consiste à user de matériaux traditionnels, Opes Holding réalise des logements à partir de panneaux EPS. Ce sont des panneaux en polystyrène expansés avec une couche de mortier de haute qualité et un renforcement de fibres de fer sur les deux faces. Ces panneaux peuvent être installés sur des surfaces inégales, car ils permettent le rattrapage des inégalités des murs. La particularité et l’avantage des maisons faites avec des panneaux, est le maintien à l’intérieur de la température ambiante. Ce qui empêche la chaleur à l’intérieur des habitations. Cette technologie réduit la consommation d´énergie pendant toute la vie utile du bâtiment, en exigeant moins de combustibles fossiles, ce qui permet moins de dégagement de CO2. C’est un système constructif, qui permet d´obtenir la plus haute qualification énergétique de l´édifice, grâce à son excellent isolement thermique. Cette entreprise doit sa notoriété à sa technique de construction, à l’exécution rapide des travaux, qui se démarquent du système traditionnel de maçonnerie. Les prix d’achat des logements économiques sont de 12,5 millions FCFA. Quant aux logements économiques, le prix est estimé à 23 millions FCFA. Au-delà, ce sont des maisons de standing. La proximité de la ville avec la capitale économique ivoirienne permettra-t-elle d’attirer d’avantages d’Abidjanais ? Tout porte à le croire, vu l’engorgement d’Abidjan et la nécessité de retrouver un site où il fait bon vivre.

www.monabidjan-ci.com

43


ABIDJAN AUJOURD’HUI

SE LOGER LES BONS PLANS GRAND HOTEL

KAFOLO LAGOON

Rue Montigny (Plateau)

Abatta village Cocody - 01 BP 6853 Abidjan 01

Tel : 20 33 21 09 / 20 32 12 00 Site web : www.grandhotelabidjan.com

Tel : 22 44 41 18 Gsm : 87 74 76 48 / 40 10 43 70 HOTEL TIAMA

LES RESIDENCES NIABLE

Boulevard de la République (Plateau)

Pont Soro, Angré 8è Tranche

Tel : 20 31 33 33 Site web : www.hotel.tiama.ci PALM CLUB HOTEL

Lycée Technique Cocody Tel : 22 40 53 00 Site web : www.hotelpalmclub.com

06 BP 921 Abidjan 06 Tel : 22 50 59 29 / 22 50 61 26

RESIDENCE LES ORCHIDEES

Zone 4 bd de Marseille Tel : 21 35 87 54 / 45 72 41 46 05 63 83 04

HOTEL LA FORGE

Centre Commercial Téra Angré 7è tranche Cocody - 08 BP 333 Abidjan 08

NOVOTEL

10 Avenue de Gaulle (Plateau) Site web : Novotel.accorhotels.com Tel : 08 78 80 00 / 22 41 08 45

Tel : 22 52 04 44 Site web : www.hotelaforge.com HEDEN GOLF HOTEL

Riviera Golf (Cocody) Tel : 22 43 74 00 / 22 43 10 44 22 43 10 45 Site web : www.hedengolfhotel.com

HOTEL LIMANIYA

Résidence rue rti publicité non loin du carrefour Duncan Tel : 22 42 96 99 / 22 00 28 00 Site web : www.limaniya.com SOFITEL ABIDJAN HOTEL IVOIRE

Route de l’aéroport

Boulevard Hassan 2 - Quartiers des Ambassades (Cocody)

Tel : 21 22 20 00 Site web : www.radissonblu.com

Tel : 22 48 26 26 Mail : www.sofitel.com

RADISSON BLU

44

MON ABIDJAN#02

RESIDENCE WILLIAMS

Riviéra Golf 4 (Cocody) Tel : 07 09 35 50 / 47 65 47 75 Mail : sciwilliams7@gmail.com info@sciwilliams-abidjan.com


ABIDJAN AUJOURD’HUI

SE RESTAURER

VIANDE DE BROUSSE, CREVETTES...

C’EST

EXQUIS

Restaurant, maquis-bar le feuillage. Comme au village. Dans une ambiance conviviale, dégustez les vrais mets ivoiriens. Par Marie Yvonne AKRÉ

Des mets délicieux et colorés.

46

MON ABIDJAN#02


Les travailleurs du restaurant, maquis-bar, le feuillage, toujours gais.

U

n midi ensoleillé. Le soleil est au zénith, la canicule est présente. La faim taillade l’estomac. Un coin nous est indiqué. Il se situe dans la commune d’Abobo, au quartier Belle ville. A 200 m du commissariat du 34éme arrondissement au carrefour Fofana, se trouve un espace tout aussi chatoyant.

RESTAURANT MAQUIS-BAR LE FEUILLAGE Un endroit calme, apaisant, où règne la tranquillité. Au milieu des arbres avec de beaux feuillage qui produisent du vent frais, le client est plongé dans l’univers de la campagne. Ce qui fascine le premier venu, c’est surtout l’ombre impressionnante des arbres. Un décor naturel, intimiste, feuillu. Les troncs d’arbre ornés de pagne aux motifs africains donnent l’envie de commander les mets de ce restaurant. Des plats de riz, de foutou, de l’attiéké accompagnés de sauces épicées de viande de brousse, attirent plus d’un. Dans l’assiette appelée ‘’taliet’’, la sauce colorée fait saliver. Odile Ouattara restauratrice et propriétaire de ce maquis, est connue des clients. Elle fait savoir qu’elle tient cet espace depuis huit ans. Sans détour, elle indique que son objectif est de transposer les bons mets africains du village dans un décor tout aussi semblable, mais mieux aménagé et attrayant. « Au feuillage on trouve même ce que la grand-mère prépare au village notamment, le Djoumgblé, le Gouagouassou avec champion », précise-t-elle. Elle informe que les plats sont à la portée de toutes les bourses. « Comme au village, nos plats ne sont pas chers. A partir de 2000 FCFA, le client a droit à un repas  », fait-elle savoir. Odile Ouattara tient également dans la même commune un maquis dénommé ‘’Emergence’’ non loin du feu du carrefour Menuiserie. Elle est également propriétaire de la ‘’Cave d’or’’ au quartier Dokui, non loin de l’Allocodrome, dans la commune de Cocody.

www.monabidjan-ci.com

47


ABIDJAN AUJOURD’HUI

SE RESTAURER UN CADRE COMPLET A l’extrême droit de ce maquis se trouve un bar qui pourrait à lui seul raconter l’histoire du «feuillage». Son bar, climatisé, aux couleurs douces nous procure la fraicheur. Ce bar ouvre ses portes à partir de 18h. Une pluralité de style musical est offerte à la clientèle notamment la rumba, le zouk, le coupé décalé… Les week-ends, le restaurant maquis-bar offre « spécial Zouglou ». Un moment pour tous les jeunes amoureux du zouglou de se retrouver aux sons de cette musique urbaine.

Restaurant, Maquis-Bar LE FEUILLAGE Abobo, au quartier Belle ville

Tél : 46 22 02 40

Odile Ouattara, restauratrice et propriétaire du restaurant Maquis-Bar ‘‘Le Feuillage’’. 48

MON ABIDJAN#02


www.monabidjan-ci.com

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION

49


ABIDJAN AUJOURD’HUI

SE RESTAURER LES BONS PLANS NUIT DE SAIGON

LA JUNGLE

Rue des Jardins 2 PlateauxVallons

Djibi 8eme Tranche (Cocody) Tel : 09 92 20 31

Tel : 22 41 40 44

LES COULISSES

Rue Pierre et Marie Curie Zone 4 LE CHILL OUT

Tel : 49 55 86 40 / 07 00 25 05

Riviera Bonoumin Carrefour Djédjé Mady Tel : 79 06 06 30

THE TIME OUT RESTO LOUANGE BAR

2 Plateaux derriere station Oil Lybia Tel : 67 79 79 81 / 01 70 11 11

LE MONDIAL

Rue Paris Village non loin de Radio Nostalgie (Plateau) VOLU’P THE

Tel : 20 24 28 24

Rue des jardins 2 plateaux Tel : 22 41 08 53

HAPPY HOURS

Bd lagunaire - Rue Paris Village L’ENTRE DEUX

Tel : 20 22 41 37

Italien et libanais Tel : 22 44 03 41 331.eresto.net

LE DEBARCADERE

Treichville, bord de la lagune

LE PAON

Riviera 3 carrefour Lycée Américain Tel : 22 47 18 61 Site Web : www.gryott.com

Tel : 21 00 17 92 / 40 82 57 31

L’ATYPIK

Riviera Bonoumin Tel : 08 56 42 61

LE TOIT D’ABIDJAN

23eme étage de la tour mythique Sofitel Ivoire Tel : 22 48 26 26 Site Web : m.sofitel.com

THE GARDEN LUNCH

Echangeur Prima - Pont HKB Immeuble Massai

Attoban, non loin du 30eme Arrondissement face à la pharmacie Dunia

Tel : 07 44 44 52 / 21 26 37 09

Tel : 22 48 26 26

LE TOA ESPRIT LOUNCH MAQUIS DU VAL

Cocody Valdoyen 2 Tel : 57 76 47 72 50

MON ABIDJAN#02


L’A B U S

D’A LC O O L

E ST

DA N G E R E U X

P O U R

L A

S A N T É .

À

C O N S O M M E R

AV E C

M O D É R AT I O N


Vous faites les plus Beaux MĂŠtiers du monde


54

MON ABIDJAN#02


www.monabidjan-ci.com

55


ABIDJAN AUJOURD’HUI

DIVERTISSEMENT & BIEN-ÊTRE

RELAXATION

LA VILLA SPA

VOUS INVITE Centre de beauté et de remise en forme. Ce cadre luxueux, situé aux II Plateaux-Vallons, face à l’ambassade de Libye vous offre des soins corporels de tout genre. Par Marie Yvonne AKRÉ

U

ne villa pas comme les autres. Un petit salon d’une décoration simple, mais très classe qui fait office de salle d’accueil. A première vue, on a l’impression de se retrouver dans une belle résidence-hôtel. Mais, ne vous-y trompez pas. Il s’agit d’une villa d’un autre genre. Ici, c’est un spa composé de plusieurs chambres. Une chambre de massage, une autre de soins de visage. Ce qui fait la particularité de cet endroit, c’est le hammam. Un endroit où on prend des bains de vapeur. C’est aussi tout un rituel qui permet d’accéder au bien-être, et d’enlever les cellules mortes de la peau afin de la régénérer. La vapeur combinée aux essences est reconnue pour être apaisante et décongestionnante. Du coup, les muscles se détendent et les pores s’ouvrent pour mieux recevoir les soins qui s’ensuivent. Un gommage ensuite pour permettre de se détendre et d’enlever les impuretés de la peau. Tout un art pour déstresser. L’établissement offre également des prestations telles que : soins de visage, gommage, massage, épilation, soins amincissants, modelage, gommage du corps au sel marin, pédicure… Pour les soins de visage, la villa spa vous offre des produits de qualité notamment ; essence de Marrakech, Decleor, Clarins, Nuxe… Pour se libérer l’esprit et à lâcher prise, un seul endroit, la villa spa.

56

MON ABIDJAN#02

LA VILLA SPA 2 Plateaux-Vallons Face à l’ambassade de Libye Tel : (+225) 47 00 02 52 22 41 54 35


ABIDJAN AUJOURD’HUI

DIVERTISSEMENT & BIEN-ÊTRE LES BONS PLANS LA CAVE D’OR

Plateau Dokui en face de l’allocodrome Tel : 02 52 06 98 SPA LYS FLEUR D’ORIENT

Cocody 2Plateaux Tel : 07 86 37 80

SICAVE

2 Plateaux Vallons - Rue des Jardins

LE CLUB ZINO

Rue des Jardins au-dessus de la parfumerie Zino (2 Plateaux-Vallons)

Tel : +225 08 59 92 20 +225 22 41 55 88

Tel : 22 41 57 08

LUXURY BEAUTY

Abidjan – Marcory Tel : 21 26 54 95

LIFE STAR

40/40

Angle Avenue Chardy - Bd Lagunaire (Plateau)

Rue Paris Village (Plateau) Tel : 01 48 24 18 Du mercredi au dimanche / 23h à 06h Zouglou Live le dimanche

Tel : 49 20 20 20 Du jeudi au samedi / 22h30 à l’aube

SAINT GERMAIN

Bd. de Marseille (Bietry - Zone 4c) Tel : 21 35 81 15

ESPACE ACOUSTIC ALIZÉE CLUB

2 Plateaux-Vallons

19 Rue Fleming Zone 4c

Tel : 77 15 47 49

Tel : 07 84 73 53 Tous les jours / De 18h à l’aube

ROOFTOP 5eme AVENUE

Route Attoban - Riviera 2 Tel : 07 95 07 54 Du jeudi au dimanche de 22h a 06h

MUST D’ABIDJAN

Rue Princesse - Wassakara (Yopougon) Tel : 08 48 48 29 58

MON ABIDJAN#02

Résidence Paul - face Collège André Malraux (Riviera 2) Tel : 57 35 96 73

OASIS YOGA CLUB

Abidjan – Plateau Tel : 77 15 47 49

VOGUE TEMPLE DISCOTHÈQUE

Mahou - Angré (Cocody) Tel : 40 98 28 82


Tout Près de Chez Vous BY JUDITH KOUAMÉ DE LOURDES

QUAND VOS RÊVES SE MATÉRIALISENT... Wedding / Event planner et designer (membre du réseau Wedding Beautiful Africa) (Organisation et décoration de tous vos évènements) Riviera 3 non loin de la mosquée et du lycée français - Cité les Oscars 2 villa 56 Contacts : 03 66 80 68 - Facebook : Tout pres de chez vous by Judith Kouamé de Lourdes

PARASHOP’FLOR Parapharmacie, située à Treichville Zone 2 Boulevard de Marseille. Votre partenaire Bien-être engagée pour répondre « naturellement » à vos besoins

Produits naturels (plantes en tisanes, compléments alimentaires, huiles essentielles) Produits dermo cosmétiques (Avène, Bioderma, Ducray, La roche posay, Vichy ect…) Tissus amincissants (gaines, panties, cyclistes, corsaires) Produits de soins professionnels (PHYTOMER, PHYTOCEANE) Formations sous forme d’ateliers destinées esthéticiennes Conseils Des produits désincrustants, hautement Performants, qui offrent un maximum de résultats beauté et visible

Tel: 21 35 42 23 / 21 24 06 69

-

Mail : sadp_sarl@yahoo.fr


Affichage Full HD de

Caméra Selfie 24MP

Reconnaissance Façiale

Caméra Selfie 20MP


www.monabidjan-ci.com

61


ABIDJAN AUJOURD’HUI

SHOPPING

« Fatym Shop, la solution… » Commerçante en ligne d’articles divers, Adja Karamoko épse Karimu nous parle de sa boutique. Par Marie Yvonne AKRÉ

Quand avez-vous commencé cette activité ? J’ai commencé mon activité en avril 2016. Qu’est-ce qui a inspiré le choix de cette activité ? A l’origine, je souhaitais arrondir un peu mes fins du mois. J’ai donc décidé de me lancer un peu dans le commerce. J’ai commencé par la vente de chaussures. Par la suite, je me suis engagée dans le commerce de sacs, de parfums et de vêtements. Pourquoi précisément la vente en ligne? J’ai choisi la vente en ligne, vu que je ne suis pas basée à Abidjan. Pour moi c’était le meilleur moyen de gérer l’activité, de garder le contact avec ma clientèle. Cependant, je viens d’ouvrir un magasin à Abidjan précisément à Cocody-Angré Château non loin de la résidence Emilie.

Qu’est-ce qui fait votre particularité ? Je suis à l’écoute de ma clientèle. Je reste connectée et en contact avec mes clients pour connaître leurs goûts afin de les satisfaire. Plusieurs personnes vendent les mêmes articles que vous. Qu’est-ce qui fait votre particularité ? Je vends tout ce qui est de marque. Ce qui me différencie des autres, c’est ma devise qui est ‘’la satisfaction du client avant tout’’. Il m’arrive de répondre au client, même tard dans la nuit. En outre, mes articles sont abordables et accessibles à toutes les bourses. Je fais aussi des commandes spéciales pour les clients qui ne trouvent pas leur bonheur sur la page. Elles écrivent en privé ce qu’elles veulent et après la commande je fais venir l’article sur Abidjan.

Cette activité est-elle rentable ? Oui, cette activité est rentable et me permet d’avoir des entrées d’argent. Quelle est votre cible ? Mes cibles sont les femmes de tous âges. Les styles varient. Je propose donc des articles variés. Des chaussures, des vêtements : robes, combinaisons, tenues de travail, de soirée, jupes, pantalons, chemisiers, etc. Je commercialise aussi des accessoires : des sacs de toutes marques, maquillages, parfums, montres, etc. Vos produits sont-ils importés ? Tous mes articles sont importés. J’ai mon fournisseur à Paris. Guess, Yves Saint Laurent, Aldo, Prada... Les prix sont à partir de 5.000 FCFA.

Karamoko

ADJA

ACCESSOIRISTE DE MODE

62

MON ABIDJAN#02


FATYM SHOP Tel : (+225) 68 40 11 14 / (+225) 44 81 07 53 / (+33) 758 61 1 7 68 Facebook : Fatym Shop

www.monabidjan-ci.com

63


ABIDJAN AUJOURD’HUI

SHOPPING LES BONS PLANS NOBLESSE OBLIGE BOUTIK

BIN.LENOIR

La perfection au masculin

Marque ivoirienne de prêt à porter Cocody Angré 7e tranche non loin du Café de Versaille

Vente de costumes, chaussures, montres, parfums de luxe • Galerie New York Shopping Treichville Av. 12 - Rue 12 •

MAX 15 FASHION

Vente de vêtements Angré 8e tranche face à la CNPS

Tel : +225 07 50 10 01 +225 07 15 01 03 +225 05 02 05 38 Facebook : Noblesse Oblige

Ouvert de 9h à 20h

Tel : +225 09 93 97 23 +225 77 66 66 88

Tel : +225 79 66 74 46 +225 22 52 57 75

LAURYN HAIR’S HISTOIRE D’HOMME

L’excellence au masculin Vente de vêtements et accessoires de marques • Galerie New York Shopping Treichville Rue 12 av. 12 •

ZINO

Tel : 22 41 36 98

Tel : +225 49 13 70 43 +225 01 88 50 59

Hair & Accesoires

MAME CI LA HALLE

Playce Marcory

Ouvert de 09h-19h30 Samedi 09h-20h Dimanche et jours fériés : 10h30-19h 64

MON ABIDJAN#02

Vente de mèches bresiliennes et péruviennes. • Closure, lace frontal ,full lace frontal et perruque • Vente en gros et au détail • Produits capillaires et parfums gel et spray got2be et brume parfumé VICTORIA’S SECRET •

Rue des Jardins (2 Plateaux-Vallons)

Vente en ligne de cheveux humains, brésilienne, peruvienne, perruques et accessoires de cheveux Tel : +33 758 715 191 +225 88 49 92 15 Facebook : Mame ci

Tel (France) : +33 782 841 533 (Abidjan) : +225 07 56 74 78 Facebook : Lauryn Hair Bis

A. CONSTANT

Cap Sud (Bd Valéry Giscard d’Estaing) Tel : 21 35 10 09


ABIDJAN AUJOURD’HUI

EVENTS

Les gammes de Martini.

MARTINI

LES ABIDJANAIS SAVOURENT

L’APÉRO RECOMMANDÉ Martini veut davantage pénétrer le marché ivoirien. Un bunch a ainsi été organisé à l’attention d’une soixantaine de convives triés sur le volet. Par Ahua KOUAKOU

66

MON ABIDJAN#02


Les hôtesses en pose photo.

SE RAPPROCHER DES ABIDJANAIS Un brunch avec des responsables d’illustres établissements de nuit (Le gros Bedel, Chico Lacoste, Bonano, Tiémélé…) et influenceurs. C’était le samedi 7 avril dans les jardins Akwaba de Port-Bouet. Dans une ambiance décontractée, les convives ont trinqué le Martini, notamment Vermouth Bianco, Rosso et les produits Sparkling. Vermouth Bianco et Rosso étaient déjà connus des invités. En revanche, ceux-ci découvraient pour la plupart les produits Sparkling. Cette opération de pénétration auprès de sa cible lancée par cette marque de boissons, va durer trois mois.

Chico Lacoste a dégusté le Martini.

UNE GAMME DE BOISSONS VARIÉE Le Martini est un Vermouth (savant mélange de vin, de plantes, d’herbes et d’épices). Il se décline en plusieurs versions plus ou moins anciennes. Le rouge existe depuis 1863, ce qui en fait le premier Martini, et le seul qui fut consommé au XIXe siècle. Au goût sucré et légèrement amer, il exhale des arômes multiples grâce un assemblage de vin et d’herbes sélectionnées. Il se consomme avec de la glace, du citron ou en cocktail. C’est un ajout de caramel qui donne à ce vermouth sa couleur ambre foncé.

Viviane Yakan, Market Development Manager chez Martini et Le Gros Bedel, DG du Forty Forty.

www.monabidjan-ci.com

67


ABIDJAN AUJOURD’HUI

EVENTS

Bonano et son invité Master Bar.

Les convives en pleine dégustation.

Le blanc, élaboré depuis 1910, possède une robe jaune paille et développe une saveur douce avec des notes de vanille et d’épices. Son goût est moins amer et plus raffiné que le rouge. Il se consomme le plus souvent avec de la glace ou un citron, mais aussi avec du soda, du tonic ou de la limonade.

Des invités jouant au tennis de table.

Le rosé est commercialisé depuis 1980. Il dégage un bouquet doux et très persistant marqué par des pointes de cannelle et de clou de girofle. Il est un peu moins amer que le rouge. L’or est une variété qui existe depuis 1998, tout comme le fiero. L’Extra Dry est sur le marché depuis 1900. C’est un vermouth de couleur paille avec un nez plus prononcé que celui du rouge. Le bitter fait référence à l’amer, liqueur apéritive fabriquée à partir de l’infusion de plantes amères. Le rosé semi-sec est un vin mousseux commercialisé depuis mai 2009. Il vise un public féminin et jeune en jouant sur son goût doux et léger. Il y a en pour tous les goûts.

68

MON ABIDJAN#01 #02

Un copieux repas servi après l’apéro.


VOTRE PRÉCIEUX RENDEZ-VOUS

MODE, BEAUTÉ, DÉCO, GOURMAND... EN UN SEUL CLIC !

Insolite info@insolite-ci.com www.insolite-ci.com


70

MON ABIDJAN#02


ABIDJAN

n i a m e D Loin d’être une simple capitale économique, Abidjan est le symbole d’une Côte d’Ivoire qui émerge. C’est pourquoi, cette ville doit faire rêver plus d’un. Elle doit être une cité futuriste, caractéristique de ce pays qui se développe. Des citoyens partagent ici leur vision de cet Abidjan idéal.

www.monabidjan-ci.com

71


ABIDJAN DEMAIN

ABIDJAN DREAM

4ème PONT

UNE INFRASTRUCTURE POUR DÉSENGORGER YOPOUGON Après la livraison du pont Henri Konan Bédié, le 16 décembre 2014, Abidjan, la grande métropole ivoirienne, rêve d’un 4è pont afin de désengorger sa plus grande commune, Yopougon. Par Ahua KOUAKOU

72

MON ABIDJAN#02


L

es automobilistes et même toute la population abidjanaise en rêvent. Le 4è pont doit voir le jour pour réduire la congestion urbaine, en vue de participer notamment à renforcer la compétitivité économique de la capitale économique. Annoncés depuis 2017, les travaux n’ont pas encore débuté. Mais, déjà, tout le monde en parle.

DE MULTIPLES AVANTAGES Ville portuaire, sixième métropole du continent et poumon économique de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (Uemoa), Abidjan connait ces dernières années une forte croissance démographique et économique qui met à l’épreuve son réseau de transport. On estime le coût annuel des dysfonctionnements du système de transport à Abidjan (accidents, congestion, pollution atmosphérique, effets de serre, bruit) à 8 % du Produit intérieur brut (PIB). C’est dire qu’il y a urgence à réaliser des infrastructures futuristes dans la capitale économique ivoirienne. Le 4è pont s’inscrit dans cette vision. Pour l’ingénieur des Transports en charge de la coordination du projet au sein de la Banque africaine de développement (BAD), Jean Noël Ilboudo, le quatrième pont d’Abidjan enjambera un bras de la lagune Ebrié pour permettre de connecter les communes du Plateau et d’Adjamé à celle de Yopougon avec un taux de fréquentation estimé à plus de 70 mille véhicules par jour. « Le pont et les voies d’accès qui lui sont associés faciliteront les déplacements quotidiens de centaines de milliers d’Abidjanais et participeront à désengorger les voies existantes », a fait savoir l’ingénieur.

CARACTÉRISTIQUES DU PROJET Le 4ème pont d’une longueur de 1,4 Km, comprendra une chaussée 2×3 voies. Des échangeurs, passerelles et bretelles seront réalisés notamment sur la Baie du Banco, pour traverser le Boulevard de la paix (route Carena) et au niveau du quartier Boribana. Le projet prévoit également la réalisation d’un tunnel qui constituera une réservation pour le métro. Le 4è pont est financé par la BAD à près de 155 milliards de FCFA. Il intègre la construction d’une voie express reliant trois communes (Yopougon, Adjamé et Plateau). Les populations attendent donc que le rêve prenne forme.

www.monabidjan-ci.com

73


ABIDJAN DEMAIN

ABIDJAN 4.0 Le sticker indiquant que ce portable à un porte monnaie électronique (TAG)

PAIEMENT ÉLECTRONIQUE

UNE AUBAINE POUR

LES ABIDJANAIS

Une affaire de digital. Il suffit d’un clic aujourd’hui pour effectuer une transaction. Intellectuels, analphabètes, pauvres ou riches, tout le monde s’y met. Les paiements électroniques occupent une place considérable dans divers secteurs. Notre dossier. Par Marie Yvonne AKRÉ

74

MON ABIDJAN#02


Le coordonnateur du projet e-warren.

L

e mobile money a gagné du terrain. Dans plusieurs secteurs, maintenant c’est l’e-paiement.

E-WARREN, L’INNOVATION Fini les longs rangs et les conflits de monnaie. Grâce à e-warren. Un projet inédit initié par un jeune Ivoirien vivant au Canada. L’objectif de ce projet est de résoudre les problèmes de monnaie qui entravent les activités dans le domaine des transports urbains à Abidjan. Cette initiative permet d’éviter aux clients des taxis communaux et intercommunaux des situations dramatiques, gênantes et contraignantes liées au manque de monnaie. Pour en bénéficier, l’on fixe à l’arrière du téléphone portable du client, une puce électronique money carte. Celle-ci est reliée à un compte et à un terminal mobile à travers lesquels les usagers de taxis communaux et intercommunaux possèdent un compte électronique (porte-monnaie électronique appelé TAG). Lorsque le client obtient son TAG, il a la possibilité de le recharger selon son bon vouloir jusqu’à 5000 F CFA au cash out (lieu de recharge des porte-monnaie électronique et de retrait). Le client vient se faire débiter la somme indiquée pour son déplacement soit 200 F, 250 F ou 300 F. Toutefois, il lui est prélevé 5 F comme frais de transaction à chacun de ses voyages. Après cette opération, le client est conduit par un agent sur la ligne et l’agent en question récupère les coordonnées du chauffeur. Le soir venu les conducteurs ont soit la possibilité de retirer leur gain au cash out ou le gardent dans leur compte mobile money. Depuis deux ans aucune plainte n’a été enregistrée entre les agents sur le terrain et les chauffeurs ou clients. Actuellement, ce sont les clients des taxis communaux des lignes Riviera II-Angré et Riviera II-Attoban qui bénéficient de ce service.

Un client venu aut cash out (Lieu de recharge et de retrait)

www.monabidjan-ci.com

75


ABIDJAN DEMAIN

ABIDJAN 4.0 LE PAIEMENT DES FACTURES FACILITÉ La dématérialisation des moyens de paiement enregistre du succès au niveau des factures d’eau et d’électricité. Selon les services de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), le taux d’utilisation d’environ du e-paiement est de 65% à fin mars 2018. Quant à la société ivoirienne de développement d’eau de Côte d’Ivoire (Sodeci), elle revendique plus de 60% de paiement de ses factures de façon électronique, à la même période. C’est dire que nombre d’Ivoiriens paient désormais leur facture grâce au mobile money. Résultat, les files devant les guichets de ces sociétés concessionnaires de services publics ont considérablement diminué. LES MAQUIS ET BARS UTILISENT CE SERVICE Dans différents quartiers du district d’Abidjan, les bars, maquis et autres restaurants utilisent le paiement électronique. Ainsi, un client n’a plus besoin d’avoir d’argent liquide pour ses sorties ou virées nocturnes. Selon Jean Philippe, étudiant à Cocody, ce mode de paiement contribue à réduire les agressions. « Désormais, les petits voleurs savent que dans notre porte-monnaie, il n’y a pas de pièces sonnantes et trébuchantes. Cela les dissuade  », affirme-t-il. Reste toutefois à davantage sécuriser les transactions pour rassurer les quelques nostalgiques, abonnés à leurs anciennes méthodes.

« Nous avons 800 clients par semaine » Qu’est ce qui a inspiré ce projet ?

Koffi

JACOB

COORDONNATEUR DU PROJET E-WARREN

76

MON ABIDJAN#02

En tant que transporteur nous avons constaté que nous avons beaucoup de problème liés à la monnaie avec les clients. Ce qui ralentit notre activité. En outre, les clients sont obligés de faire des dépenses imprévues pour avoir la monnaie. Ainsi, une personne qui a prévu un budget de 30.000 F par mois dans le transport et qui pour des problèmes de monnaie doit acheter des bonbons, biscuits, mouchoirs… ça dérange. Pour les conducteurs ce projet leur permet de gagner du temps. C’est ce qui nous a inspiré à créer ce système. Est-ce qu’il est rentable ?

Nous avoisinons autour de 800 clients par semaine. En réalité si on était sur tout le territoire national, je dirais que c’est rentable. Car, on ne gagne pas grand’

chose, les frais de transactions sont de 5 FCFA. Pour l’heure, nous n’engrangeons pas suffisamment d’argent. Cependant, dans les jours et années à venir lorsque l’activité prendra de l’ampleur, ce sera rentable. Depuis quand avez-vous commencé ?

Ce projet date de 2016. Nous avons commencé à la Palmeraie. Par la suite, nous avons commencé à faire la ligne PalmeraiePlateau, vu que le Plateau est la commune des affaires. Après Palmeraie, nous sommes en train de gagner toutes les lignes de Cocody. Combien de jeunes avez-vous employé ?

Nous sommes à douze jeunes au total. Au fur et à mesure que nous nous étendons, nous recrutons des jeunes, ceux qui n’ont pas d’activité.


AVIS DES QUELQUES UTILISATEURS DE E-WARREN

Koffi N’da

JEAN PAUL

Traoré

MAÏMOUNA

C

étudiante

’est un système qui est très bénéfique, puisque par son biais, je ne fais plus le rang les matins, vu que je ne me réveille pas tôt pour aller à l’école. Ce système est avantageux pour les étudiants. Je recharge mon compte et quand je viens on me débite à chaque fois et je trouve rapidement une voiture pour partir. Je n’ai pas de problème de monnaie. Ça me permet d’éviter les embouteillages. »

Agent de sécurité

J

’emprunte tous les jours e-warren. Ce système me permet d’arriver vite quand il y a des embouteillages. Je ne savais pas que ce système existait. Quand j’e l’ai connu, je pensais que c’était une escroquerie, donner mon argent a quelqu’un, pour un prélèvement je trouvais ça bizarre. Quand j’ai essayé le premier jour, je suis arrivé tôt au service et j’ai été satisfait. J’ai emmené ma femme à utiliser ce service. Chaque matin, nous parvenons à avoir rapidement un véhicule pour aller au travail. J’aimerais qu’on implante ce système à Yopougon surtout, au ‘’Lavage’’. Ce qui est intéressant, c’est que le client est seulement prélevé à chaque voyage et partout où il y a e-Warren. »

www.monabidjan-ci.com

77


POUR TOUTE PUBLICITÉ DANS LE MAGAZINE MON ABIDJAN VEUILLEZ CONTACTER 2A EDITIONS AU : 22 01 24 24 / 59 79 00 00 contact@2editions-ci.com


MON ABIDJAN #2  

Mon Abidjan est un magazine gratuit, culturel, participatif, urbain, et réaliste. Il est consacré à la ville d'Abidjan et ses habitants

MON ABIDJAN #2  

Mon Abidjan est un magazine gratuit, culturel, participatif, urbain, et réaliste. Il est consacré à la ville d'Abidjan et ses habitants

Advertisement