Issuu on Google+

MENSUEL GRATUIT n° 167 FÉVRIER 2011 16e année

SYLVIE MONGIN-ALGAN - MAGUY MARIN - MOURAD MERZOUKI - GILLES DUMOULIN - DIDIER PETIT FÊTE DU LIVRE DE BRON - LA COMPAGNIE CHATHA - CHRISTIAN SCHIARETTI - MILKYMEE ...

©Bruno Pin

C u l t u re s u r b a i n e s e t d ’ a i l le u r s • G r a n d Ly o n , S a i n t - É t i e n n e , V i l le f r a n c h e / S a ô n e , R é g i o n …


l’invité du mois

De la rue à la scène, le chorégraphe de la compagnie Käfig s’est inventé un parcours exemplaire. 16 pièces en 14 ans, 2000 représentations dans 45 pays et plus d’un million de spectateurs, de quoi donner le tournis. Mourad Merzouki, le petit danseur de St-Priest, a bien grandi ! Dans une quête incessante, ce travailleur acharné ne cesse de renouveler le langage du hip-hop en le confrontant à d’autres esthétiques et d’autres langages chorégraphiques. Récital, Terrain Vague, Agwa ou le génial Boxe Boxe, la liste est longue et pose une signature hors norme d’un chorégraphe défricheur et ouvert à tous les possibles.

inventer quelque chose ensemble : les expériences réalisées l’ont démontré. C’est à chaque fois un vrai pari, mais ça me plaît. Cela rejoint mon goût et la nécessité d’être sur le terrain, de passer du temps avec ces gens. C’est une manière de ne pas me détacher de la réalité de la société, ne pas couper le cordon de mon histoire et de celle apprise avec la culture hip-hop. De ne pas perdre de vue ce va-et-vient entre rue et scène, de rester dans la construction du dialogue.

J’ai eu envie de faire le lien entre ce que je vis au quotidien et des choses liées à mon enfance ; ce que j’ai ressenti petit et ce que je vis en tant qu’adulte me permet de prendre du recul et de la perspective. C’est le cas de cette dernière création avec l’univers de la boxe, côtoyé de nombreuses années, mais c’était également le cas dans mes pièces précédentes comme Terrain vague, qui m’a replongé dans les arts du cirque, de Dix versions où je souhaitais questionner et m’interroger sur mon propre rapport à la diversité et à l’autre. Pour Boxe Boxe, j’ai imaginé un spectacle chorégraphique autour de cet art noble. C’était un vrai défi de réconcilier la danse avec le sport, mais j’avais vraiment à cœur de chorégraphier cet art qui m’a tant apporté dans mon éducation en termes de discipline, dans ma propre construction, dans mon rapport aux autres.

Je ne me suis jamais dit “J’aimerais aller là, sortir de la rue” ou que mon travail soit orienté dans telle ou telle direction pour entrer dans les théâtres. Si l’on m’avait dit en 1996 que je présenterais une pièce avec des musiciens classiques un jour, je n’y aurais peut-être pas cru ! J’apprends à être chorégraphe au jour le jour ; je suis sans cesse en invention, en construction, et beaucoup se fait au gré des rencontres, avec l’âge. Mon rapport à d’autres pratiques chorégraphiques, au silence, aux costumes, au décor a profondément changé. Et je crois que cela a été le cas pour un grand nombre de chorégraphes issus du milieu hip-hop. Je me sens faire partie de ces artistes du moment, je porte une partie de cette histoire de la danse hip-hop. Je suis d’ailleurs intimement convaincu que le hip-hop a bousculé la danse en général en lui donnant d’autres perspectives, une autre dimension. Je porte tout cela dans mon parcours. Aujourd’hui, je me considère d’abord comme chorégraphe ; et non comme danseur-chorégraphe estampillé hip-hop. Restons ouvert, disons chorégraphe tout court ! À une époque, les chorégraphes Kader Attou, Anthony Egéa, Farid Berki, Céline Lefèvre, Anne Nguyen et Mourad Merzouki… étaient tous mis dans le même sac ; ce n’est que du hip-hop. Aujourd’hui, on parle du style Attou, du style Egéa : c’est une nouvelle étape, le champ se précise ! COUPS DE CŒUR

Je me nourris sans cesse du quotidien, du mien mais aussi de celui des êtres que je rencontre à travers mes voyages. C’est cela qui déclenche chez moi l’acte créatif. Ce sont ces déplacements sur le territoire – qu’il soit dans ma ville, une ville indienne, chinoise, brésilienne – qui me donnent l’envie de créer, de proposer un spectacle. Pour créer, j’ai aussi besoin de m’appuyer sur une équipe que je connais. Je suis très sensible à cette fidélité artistique, tout en essayant à chaque fois d’amener un élément novateur. Il m’est vital de m’entourer de personnes qui comprennent ma démarche – et cela prend du temps à construire. J’ai un noyau dur autour de moi, qui m’entraîne aussi vers d’autres univers que le mien. La diversité de nos histoires me force à me remettre sans cesse en questionnement, à être sans cesse sur la brèche. Les collaborateurs comme Kader Belmoktar pour la danse, Yoann Tivoli pour la lumière, A’SN pour la musique, Benjamin Lebreton pour la scénographie ne sont pas tous issus du mouvement hip-hop : des avis et sensibilités différents et parfois sources de débats… C’est véritablement la diversité de ces parcours qui fait la force d’un projet. Je m’attache à les rendre complices dès le départ et à ne pas attendre le 1er jour de répétition. Je suis avide de leurs réactions pour creuser ma propre réflexion. Pas question de travailler tout seul avec mon cahier dans mon coin ! La confrontation et le partage me permettent, en creux, de mieux cerner ce vers quoi je veux tendre.

©Michel Cavalca

La carte blanche n’est pas un exercice facile… et a bien failli se transformer en page blanche, pour moi le gamin de Saint-Priest, plus à l’aise sur le bitume que sur les bancs d’école. Et parler du sens de mon travail alors qu’en tant que danseur et chorégraphe, mes mots sont des mouvements, cela relevait du véritable casse-tête. Alors je me suis donné quelques pistes à partager en revenant notamment sur ma dernière création, Boxe Boxe.

MOURAD MERZOUKI Danser et chorégraphier des spectacles me donnent le sentiment d’appartenir à la société : par mes créations, j’apporte une réflexion, je suscite un intérêt. Je dois avouer que cela me fait sentir “citoyen” – sentiment qui n’existait pas lorsque je n’étais encore qu’un ado. Je fais partie d’une génération disposant d’une double culture, d’un double territoire, et j’ai partagé les doutes de ceux de ma génération, originaires d’un autre sol que la France. L’acte créatif me permet d’avoir ma place et de proposer un point de vue, un regard, une sensibilité qui est la mienne en tant qu’être humain dans cette société. La pratique du hip-hop m’a aidé en ce sens. J’ai toujours essayé, à travers mes spectacles, de partir de cette danse jeune venant de la rue, pour démontrer que c’est une danse qui aujourd’hui peut aller à la rencontre d’autres univers artistiques. Je crois profondément que cette pratique recèle en elle suffisamment de matière artistique et de qualités intrinsèques pour en faire un spectacle total. À partir de mon histoire, de la rue, du hip-hop, j’emmène le spectateur ailleurs. Je ne crée pas pour “plaire” ou répondre à une commande ; j’assume pleinement mes envies. Bien sûr, toucher un public plus large, des générations diverses est important pour moi. Ce que la danse m’a appris le plus, c’est d’ailleurs de me rapprocher

210, rue de la Voûte - 69910 Villié-Morgon Tél : 04 74 04 25 71 - 06 82 37 53 38 Email : 491@wanadoo.fr - Site : www.491.fr

des autres, de créer des contacts nouveaux, inattendus, d’être ouvert sur le monde. Je suis heureux quand les spectateurs sortent de la salle l’œil brillant, mais je le suis encore plus lorsque ce qu’ils ont vu sur le plateau a suscité en eux une réflexion, une critique, un questionnement, quand ils ont vu leurs codes bousculés. Je suis extrêmement sensible à ce rapport au public, car mon histoire se situe aussi dans cette problématique de rassembler les gens, les générations. C’est pourquoi je tiens à proposer un niveau de lecture très large. Je crois que c’est en grande partie ma formation à l’école de cirque qui m’a appris que le spectacle s’adresse aux petits comme aux grands, aux néophytes comme aux amateurs. C’est une préoccupation qui est restée présente en moi. Tout le travail que je mène depuis de nombreuses années sur le territoire, à travers le défilé de la Biennale de Lyon, Jour de fête à Créteil, mais aussi les actions de la compagnie dans les prisons, le milieu hospitalier, est primordial dans mon parcours. Loin de vouloir faire l’animateur, je m’efforce au contraire d’apporter une dimension artistique, culturelle à ce public qui ne va pas forcément voir des spectacles, d’imaginer sans cesse des projets exigeants artistiquement. Inventer des codes, un langage, n’est pas toujours facile, mais je crois que l’on peut

RÉDACTEUR EN CHEF BRUNO PIN MAQUETTE ET INFOGRAPHIE JEAN-MARC CLEYET-MARREL Tél : 04 78 39 89 27 e mail : jmcleyetmarrel@wanadoo.fr - Site : jmcleyetmarrel.free.fr SECRÉTAIRE DE RÉDACTION FRÉDÉRIQUE MATAGRIN RÉDACTION ANNE HUGUET - LAURENT ZINE - ÉTIENNE FAYE - CAROLINE FAESCH FLORENCE ROUX CORRECTION ÉLODIE CHANRION

Livre : Ce que le jour doit à la nuit, Yasmina Khadra – sur fond de guerre d’Algérie, une histoire d’amour qui se perd, se cherche, se retrouve. Va-t-il retrouver cette jeune Française ? Il l’a aimée, l’aimera-t-il encore et toujours ? J’ai aimé sa capacité à croire en cette histoire d’amour en dépit des bouleversements historiques. Disque : Para além da saudade, Ana Moura – ces mélodies mélangeant fado et musiques actuelles me ramènent à des souvenirs du Brésil. Elles créent en moi des sensations d’apaisement. Film : Les Évadés, Frank Darabont – incursion dans le milieu carcéral, une distribution parfaite, un scénario bien ficelé où tout ce qui se passe paraît incroyable tout en étant totalement ancré dans le réel. Une implacable démonstration de la cruauté de l’être humain poussé à son extrême. AGWA+CORRERIA – CAPI-Théâtre du Vellein, 8 au 10 février / Espace des Arts, 15 mars / Théâtre de Villefranche, 5 et 6 avril TRICÔTÉ - Théâtre du Bordeau-St-Genis Pouilly (01), 31 mai

PUBLICITÉ Tél : 04 74 04 25 71- Portable : 06 82 37 53 38 IMPRESSION IPS Reyrieux ...491 est édité par 491 Sarl de presse au capital de 305€ - BP 24 - 69910 Villié-Morgon ISSN : 1268-9149 - SIRET : 40325001600021 - DIRECTEUR DE PUBLICATION BRUNO PIN © 491 2011. Tous droits de reproduction réservés. ...491 est édité sans aucune subvention

FÉVRIER 11

N° 167

3


© Christian Ganet

spectacles vivants

SALVES : L’ART RÉSISTANT DE MAGUY MARIN Par Florence Roux

Créé à l’automne 2010 lors de la Biennale de la danse, Salves, dernier spectacle de la compagnie Maguy Marin, est redonné au CCN de Rillieux-la-Pape du 15 au 17 février. Sombre et lumineux d’humanité. C’est salves contre salves. La résistance ténue, sombre et têtue contre l’oppression. Salves, présenté ce mois au CCN de Rillieux-la-Pape par la compagnie Maguy Marin, est obstinément du côté de la résistance. La pièce brève a l’efficacité des charges militaires. Les danseurs l’interprètent à perdre haleine, sans presque parler contrairement à de précédents spectacles. “Il y a urgence”, dit Maguy Marin. Tout commence pourtant dans la lenteur et la lumière. Un à un, telles des araignées, les danseurs tirent des fils invisibles, en prenant soin de ne pas laisser retomber ni briser ces liens. Ce patient travail ne dure pas assez longtemps pour nous mener jusqu’à l’ennui, mais dessine une solidarité

KAWA, SOLO À DEUX Par Anne Huguet

Depuis une petite décennie, la compagnie Chatha trace sa route bien droite dans ses baskets, lascive dans le geste, forte dans sa tête et mystique dans l’âme. Avec des pièces modernes souvent raffinées et une danse tout en tension et fluidité, le duo explosif que forment Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou – à la fois danseurs et chorégraphes – explore les contours d’une écriture chorégraphique contemporaine, lyrique et engagée. Aux confins des genres et des cultures, se nourrissant de son temps (bande-son pétillante, utilisation de vidéos, travail graphique) et empruntant, par exemple, au cabaret, au cirque ou encore au taekwondo. Autre facette de leur travail, une vraie prise de parole pour dénoncer quelques vicissitudes de nos vies contemporaines : s’interrogeant ainsi sur le désir, la mort, la solitude ou la sexualité (Khallini Aïch), questionnant les notions d’identité, d’apparence, de corps-image dans le troublant et jubilatoire Vu, pièce pour 5 danseurs

4

N° 167

FÉVRIER 11

qui ne fera pas défaut dans l’adversité à venir. Très vite, en effet, l’obscurité nous plonge dans une atmosphère de couvre-feu. La bande-son de Denis Mariotte souligne l’impression de chaos avec des paroles déformées, des rumeurs de guerre, des bruits et des cliquetis. Ou de quoi s’agit-il vraiment ? On n’est plus sûr de rien, sinon qu’un oppresseur invisible empêche de s’ébattre en plein jour. Pendant une heure, les lumières obliques fendent la pénombre le temps d’entrevoir une coursepoursuite. Une main inconnue bâillonne une bouche. Une femme laisse tomber un vase. On se passe des planches, mais aussi la révolution peinte par Goya. Course-poursuite. Les tableaux qu’on fixe sur le mur tombent. Une main masque les yeux d’une femme. Il faut courir. Une table couverte d’une nappe blanche happe littéralement un corps. Une danseuse trébuche et laisse tomber la statue de la Liberté, qui se brise. Une femme vient s’asseoir puis repart. Une autre reconstruit le vase… Les situations s’enchaînent à un rythme effréné. Dans des vêtements sans âge, les danseurs courent sans cesse, tombent parfois, repartent et souvent se tendent la main. Soumise à la clandestinité, leur danse se précipite et, fuyant, porte les gestes à l’économie, dans une dynamique qui évoque par moments le cinéma muet, avec la part de gravité et le burlesque que cela implique. Certaines images font mouche, comme l’apparition décalée d’une Vénus hottentote ou d’un militaire déjanté, mais aussi, clin d’œil au Fellini de La Dolce Vita, la statue d’un Christ soulevée par un hélicoptère téléguidé. À la fin, après tant de moments de peur, de gestes fragiles, le festin final est explosif. Les objets et les liquides volent et les énergies se libèrent. Malgré l’apparente fragmentation du spectacle en une multitude de situations, malgré les salves insatiables, une unité se dessine, celle d’une fraternité nécessaire. “Il faut organiser le pessimisme”, dit Maguy Marin. Les 15, 16 et 17 février au CCN de Rillieux-la-Pape

redécouverte la saison passée au Toboggan. Période d’entre-deux, Kawa, solo à deux (entendez “solo d’Hafiz Dhaou écrit à 4 mains”) raconte cet espace-temps où chacun est face à soi-même. “Kawa, ‘café’ en arabe, explique Hafiz Dhaou, c’est un jeu de mots. Devant son café, il y a une forme de solitude assez belle qui intègre la rêverie de la veille et la projection du lendemain… Kawa, c’est aussi le labeur, c’est cette plante qui met 5 ou 6 ans pour donner ce fruit avant qu’on ne le torréfie, le broie et le pressurise. Ce liquide noir qui a un goût amer. Auquel on devient accro. Il y a aussi les gens qui prétendent lire l’avenir dans le marc de café. À partir de cet imaginaire touffu, on a fait une sorte de parallèle avec les conditions qui régissent le monde du travail, cette société qui pousse les gens à aller plus vite, à faire toujours mieux, et repousse sans cesse les limites. Kawa, c’est aussi un entre-deux (effectivement entre la fin de Vu, créé en 2008, et une nouvelle création pour le Ballet de Lorraine avec 30 danseurs), un espace pour nous nécessaire (pour la réflexion, la recherche) et qu’on veut défendre. Nous ne sommes pas des machines à produire des spectacles.” Il y sera donc beaucoup question de café avec quelque 1 200 tasses en porcelaine sur le plateau, des effluves caféinés dans la salle, puis, surtout, les mots du poète palestinien Mahmoud Darwich, extraits de son récit Une mémoire pour l’oubli. “On s’est inspirés de Mahmoud Darwich, de son amour pour le café. Sa seule et unique passion ne tient qu’à boire son café, sa seule survie, son café. Derrière ça on peut sous-entendre tout. Il ne parle pas de la Palestine, ni des conditions de vie : ‘De tous les matins du monde, je ne veux rien d’autre que l’odeur du café, pour me reprendre, me remettre dans mes pieds, me transformer d’animal rampant en être de raison.’ Ça résonne fort en nous, ça nous parle avec des mots très simples.” Il y a, pour finir, le solo brûlant d’Hafiz Dhaou. Reptations, torsions, corps ployé, tressaillements, mains qui se tordent, étirements, bras qui s’enroulent, sa danse raconte “cet espace mental disputé à la contrainte”, ce moment libre de réflexion autour de leurs 10 années de Chatha. “Le solo s’est imposé à nous, c’était même une vraie nécessité sur la forme en soi et sur ce qu’elle implique de soi dedans. Après Vu, on avait besoin de se ressourcer, d’aller chercher ailleurs, de revisiter les terreaux et de requestionner notre gestuelle. De là découle une autre réflexion, celle qu’on a sur nos métiers, sur l’intime qu’on aimerait toujours remettre en jeu à travers les corps et la masse, sauf que là il n’y avait plus d’autres corps que nous deux.” Solo, donc, mais à deux. “Je suis sur scène et je danse ce solo, mais je porte aussi une grande partie des mouvements d’Aïcha. Il n’y a plus de frontière entre danse, mouvement et corps. Simplement que le tout fasse un.” Du 8 au 10 février au Toboggan et le 25 février aux Hivernales d’Avignon


©Pierre Ricci

spectacles vivants

TRIO DE CHOC POUR DIPTYQUE QUI DÉMÉNAGE Par Anne Huguet

Coraline Lamaison

© C. Raucsh

On vous prévient, ça va déménager avec ce diptyque (avant le triptyque prévu pour fin 2011) autour de Narcisse, l’acteur, l’ego, la relation à “je”. Elles sont 3 à porter, tambour battant, ce projet déjanté : une metteuse en scène (la Toulousaine Coraline Lamaison) et 2 performeuses au caractère bien trempé (la danseuse-actrice Kate Strong et la performeuse de choc Annabelle Chambon). Pas de tabou, pas de limite, pas d’interdit et sûrement une féroce envie de s’amuser, mais encore une certaine forme d’exhibitionnisme dans cette habileté à se mettre à nu ou à aller fouiner “dans les zones obscures inscrites dans notre corps, dans les gestes”. Kate

Strong met le paquet, qu’on ne s’y trompe pas, dans un show-performance (Narcisse-0) jubilatoire où elle narre ses années de danse et de théâtre auprès des plus grands (de Forsythe à Langloff en passant par John Cage ou Heiner Goebbels). “Le sujet, aujourd’hui, c’est moi. Alors allez-y.” Récit digressif souvent à la 1re personne, brèves intermèdes dansés – parfois lumineux de grâce –, autodérision, Kate Strong, désopilante et désinvolte, ose tout, dévoilant les hauts et les bas, les drames, les excès ou l’esclavage d’une vie d’artiste, la vanité d’une carrière ou la peur de la décrépitude de l’âge. C’est férocement drôle avec un je ne sais quoi de schizophrénique. Deuxième volet avec Ex/Stase porté par Annabelle Chambon, danseuse-performeuse caméléon toujours un peu extrême. “Elle constitue un formidable ‘corps conducteur’ d’excès, de foudre et de beauté”, rappelle Coraline Lamaison. Il sera ici d’abord question de danse, celle de l’archétype de la femme idéale, avant de plonger dans les différentes significations du mythe de Narcisse avec mise en abyme des fantasmes, des pratiques extrêmes jusqu’à la transformation physique. Pour aller aussi loin que possible dans la descente au labyrinthe des pulsions narcissiques. Pour public sinon averti, du moins sans œillères ! Maison de la danse, du 10 au 12 février, 04 72 78 18 00

SHOW TIME Direction Mâcon pour découvrir le duo tonique et politiquement pas correct de Show Time. Philippe Ménard, associé ici avec le danseur burkinabé Boukson Sere, démonte, si l’on peut dire, les rouages du spectacle, en s’intéressant au moment du show, ce moment où la danse doit être efficace, pour que ça marche, pour que ça plaise. Le moment aussi où le corps devient marchand, rentable. En 50 minutes, entre café-danse et cabaret dansé, les 2 compères, véritables men in black (costards impeccables et lunettes noires, chaussures bien cirées), s’amusent à “déconstruire” l’évidence de la danse, notamment à travers le coupé-décalé et le warba. Ce pas de deux, sous des airs légers, questionne aussi le rapport entre le réel de la scène et le jeu des interprètes ou l’exposition spectaculaire de l’artiste sur scène. Mâcon Scène nationale, 8 février, 03 85 22 82 99

FÉVRIER 11

N° 167

5


spectacles vivants © Christian Ganet

CHRISTIAN SCHIARETTI VEUT RÉVEILLER LE SIÈCLE D’OR Par Étienne Faye

La Célestine

MASSÉ OSE MACBETH

Christian Schiaretti est dans une année bien chargée. Sept créations, dont les 3 pièces qu’il a englobées dans le Siècle d’or, Don Quichotte, jouée en décembre, Don Juan et La Célestine. Abusivement, d’ailleurs, s’empresse-t-il d’ajouter, puisque La Célestine, pièce de Fernando de Rojas, n’a pas été écrite dans cette période espagnole qu’on appelle, donc, le Siècle d’or (XVIe-XVIIe). Peu importe, puisque cette pièce incroyable est peut-être à l’origine de bien des merveilles de la littérature espagnole, les précédant à peu près toutes. La Célestine, ce n’est pas le titre original, qui en dit plus sur l’histoire : Comédie tragique de Calixte et Mélibée, écrite pour blâmer les amoureux fous, qui vaincus par l’appétit désordonné appellent leurs amies Dieu, et prévenir contre la turpitude des intermédiaires. Ouf. Pas très vendeur. Mais, finalement, un assez bon résumé. Christian Schiaretti, comme il sait le faire, s’amuse de cette leçon de morale hors d’âge, en magnifiant la pute Célestine, et se concentre sur la question de Dieu, mais en la décalant, et c’est d’ailleurs certainement l’objet de sa citation du mythe d’Amphitryon, quand le nouveau serviteur de Calixte se nomme Sosie. Calixte, fol amoureux de Mélibée, ne se dit d’ailleurs plus chrétien, mais “mélibéen”, et c’est le cœur de la pièce. Le cœur, c’est-à-dire le centre, précisément où se trouve la putain, la sorcière, la maman, Célestine, qui va tenter de rendre Mélibée amoureuse, ce qu’elle va réussir au-delà de toute mesure. Célestine, jouée par Hélène Vincent, drôlissime marathonienne, déchirante petite vieille, pliée en deux, puis, dans la minute, comme escaladant de virtuelles montagnes, force de vie délirante… Hélène Vincent marmottant, hurlant, minaudant, grimaçant, est fabuleuse. À côté, les plus jeunes comédiens paraissent presque vieux, avec leurs airs martiaux et leur admiration visible, pour la céleste Vincent. L’excellent Olivier Borle lui-même semble parfois comme arrêté, même s’il réussit très vite à mettre les rieurs de son côté. Son rôle de Sempronio est déterminant dans l’histoire. Il est celui qui fait

le lien entre le gentilhomme Calixte et la Célestine, donc de ces intermédiaires qui paieront cher leur audace, il est celui qui proclame, aussi, dès les 1res minutes, que l’amour fol est destructeur, ce qu’on ne peut que constater, à la fin. L’amour est destructeur ? La belle affaire, cela ne fait peut-être pas de mal de le redire, mais disons que ce n’est pas très neuf. Comme cette avalanche de lieux communs et d’expressions populaires, aussi creuses qu’agaçantes, mis dans la bouche de plusieurs personnages et qui empêchent souvent de donner foi au reste du discours : “La fortune sourit aux audacieux”, paraît-il. Ah mais, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. L’amour, c’est le fonds de commerce de Don Juan. Les 2 pièces se jouent d’ailleurs sur le même plateau. La salle est partagée en deux par la scène et les spectateurs se pressent sur des bancs, tout autour. Nous sommes dans une arène de corrida, sur les planches un ovale rouge sang, et 2 portails de la même couleur ferment cour et jardin. Les costumes sont magnifiques, et le metteur en scène ose le ridicule des situations et des personnages. Don Juan, celui de Tirso de Molina, est fidèle à lui-même, il butine, de femme en femme, leur promet l’amour, le mariage, ou se substitue, dans la pénombre, à l’amant, et il sème des malheureuses et des morts. Autant le dire, la salle rit très souvent, les comédiens semblent s’amuser, presque potaches, complices, Christian Schiaretti réussit le mouvement, c’est sa force, et Clémentine Verdier, elle, réussit un instant à déchirer tout ce tissu de bonne humeur, parce qu’elle brûle : “Maintenant que Troie n’est plus, l’amour fait brûler des cabanes.” Bien sûr, Don Juan, qui ne pense pas à sa mort ni à la punition divine, voit un jour le père assassiné d’une de ses femmes trompées, le commandeur, accepter de venir dîner chez lui… Jusqu’au 26 février au TNP, en alternance avec Dom Juan

(H, U, C) M2 ˘ (E, P, R) M1 = TDM 3 Gilles Chavassieux monte le Théâtre du Mépris 3 de Didier-Georges Gabily Par Étienne Faye

Comment jouer encore du Shakespeare, le problème est souvent rédhibitoire, pour une jeune compagnie. Pas pour Éric Massé, qui s’est ici laissé mener à Macbeth par son désir de metteur en scène, rien que son désir. Et il a eu raison. D’abord, Éric Massé est arrivé à une maturité de style qui lui permet sans doute d’imprimer sa marque, même à un classique aussi monumental. Dès les 1ers instants, on reconnaît, pour s’en réjouir, la patte de l’artiste. Un étonnant manège anime toute la 1re partie de ce sombre Macbeth. C’est une sorte de tourniquet à plusieurs branches, qui introduit à mon goût comme un peu de cirque, dans le jeu des comédiens, obligés de s’adapter au dispositif. Mais il y a le personnage de Macbeth, le jeu extraordinaire de Manuel Vallade et sa présence explosive. Sa diction, très urbaine, ai-je envie de dire, ce ton à la fois tonitruant et traînant, désabusé comme par nature. Il est bien des moments, je l’avoue, où j’ai vu venir l’ennui, à Valence, lors de la première, et j’ai souvent aussi pu m’ébaudir du charisme épatant de ce comédien, dont le verbe et l’énergie illuminent la scène pendant plus de 3 heures : notamment dans quelques scènes formidables, comme la scène de transe avec les sorcières, sur les percussions spectaculaires de la fort gracieuse Yi-Ping Yang. Quant aux interventions drolatiques de Xtatik, aka Xavier Picou, extraordinaire slameur qui ne me parut, à aucun moment, ridicule face à la prose du maître, c’est peut-être en nous proposant ses flamboyantes interventions, coupant le rythme et l’atmosphère de la pièce, que le metteur en scène nous a si souvent obligé à nous reconcentrer sur les intrigues… Je me suis perdu quelques fois. Bref. Même si son Macbeth manque parfois de rythme, avec sa belle scénographie, son excellente distribution, Éric Massé a su créer des moments de théâtre assez denses, de belles images sombres et violentes, qui restent. Du 1er au 5 février aux Célestins, Théâtre de Lyon Le 15 février au Théâtre de Cusset

6

N° 167

© David Anémian

Par Étienne Faye

Le fondateur du Théâtre des Ateliers, en plein centre de Lyon, a ce talent de nous faire connaître des textes magnifiques et des auteurs, Peter Turrini, Arthur Adamov, Jon Fosse, Jean-Pierre Sarrazac, Michel Vinaver et tant d’autres… Si bien qu’il est toujours intéressant de venir voir une pièce mise en scène par Gilles Chavassieux, et sans le moindre doute ce sera le cas, encore, avec TDM 3, le Théâtre du Mépris 3, signé Didier-Georges Gabily. Ce texte est en effet superbe, autant dans les didascalies, superbement écrites, que dans les dialogues, les monologues, ou les logorrhées, parfois. La langue est belle, tout à la fois et alternativement violente, hésitante, menteuse, claire, et très drôle. Les personnages semblent spontanés, mais pas vraiment sincères, comme las, désabusés, ou même cyniques. L’écrivain (E), le producteur (P), le réalisateur (R), l’héroïne (H) sont rassemblés pour le projet d’un film. Il s’agit de créer une Odyssée, mais ils se trouvent dans l’incapacité de produire. Alors, l’écrivain trouve une solution, il amène un SDF chez lui : U, dont on comprend qu’il pourrait être Ulysse. Quelques questions à Gilles Chavassieux.

FÉVRIER 11

Comment avez-vous découvert ce texte ? J’ai toujours suivi la carrière de Didier-Georges Gabily. Figurez-vous que je l’ai engagé, jeune comédien, il y a peut-être 35 ans, pour jouer dans une pièce d’Arthur Adamov. Je ne l’ai pas fait exprès, mais il avait alors découvert cet auteur, et puis il avait rencontré Bernard Dort, avec qui il a toujours entretenu des contacts par la suite. Moi, j’allais voir ce qu’il faisait et j’étais certain de le programmer un jour au Théâtre des Ateliers. Il est mort trop tôt, à l’âge de 41 ans. Il faut dire qu’il a eu une vie difficile, à cause de l’alcool, notamment. Il y a un rapport entre cette vie et l’œuvre, en particulier TDM 3, de Didier-Georges Gabily ? L’auteur est assez proche de son personnage d’écrivain, E, sauf que lui, il a écrit son Ulysse, intitulé L’Au-Delà (chez Actes Sud). Il est le fils d’un CRS, un sans-grade, sans-le-sou, il a eu des périodes de misère… Un jour, il était au fond du gouffre, il était dans le métro. Un clochard, alors, qui faisait partie d’un petit groupe, lui a tendu une bouteille de rouge. Ces SDF furent les seuls à faire attention à lui. Didier-Georges Gabily s’est laissé entraîner, et c’est avec eux, parmi eux, qu’il a écrit son Odyssée. Le personnage de U est tout droit sorti de ce récit. Pour jouer ce rôle, j’ai demandé à un comédien que je connais bien, Alain-Serge Porta, de tenir ce rôle difficile, il est porteur d’une certaine gentillesse, genre beau mec fatigué, vous voyez, mais avec un souffle incroyable. U se réveille, dans la pièce, il est pris d’une logorrhée, il se reconstruit par le verbe. Le verbe, justement. À la lecture, le style de Gabily semble d’une grande simplicité, et puis, aussi, très dense… Ah oui, une vraie langue, d’une richesse exceptionnelle. Je suis un peu comme les lecteurs du Talmud, je cherche à interpréter, sauf que je ne glose pas, bien sûr. Je traduis ce langage dans un autre langage, le mien, celui de la scène. C’est d’ailleurs à cause de cela qu’il me fallait trouver des comédiens avec de la chair, ou de l’os, c’est selon, comme Jean-Marc Avocat, dans le rôle de R, ou Christian Taponard, dans celui de E. Il fallait des personnalités qui ont une présence sur scène qui ne fait pas le moindre doute, comme Valérie Marinese (H) et Gilles Chabrier (R). Ils forment une réunion très improbable, dans des situations créées par la langue elle-même, une langue active, donc, vivante. Comment se manifeste le mépris dans cette pièce ? Déjà dans cette question de E qui quitte H, sa femme : “Tu me méprises ?” Il ne me vient pas en revanche à l’esprit que les personnages se méprisent. Le spectateur, lui, a cette possibilité de le croire. Lorsque je mets en scène, j’essaie d’ouvrir le sens. Une situation simple. E revient chez lui. Il entend U parler. Il écrit ce qu’il entend. Ensuite, R intervient, il demande à H de “lever la jambe”, on est strictement dans une situation pornographique, et E, alors, se rend compte que sa femme était dans le lit, devant la caméra. H se lève et, pendant qu’U continue son monologue, mari et femme se font face. Se méprisent-ils ? Du 7 au 19 février au Théâtre les Ateliers


spectacles vivants

LA SEMAINE DE 10 JOURS © Knut Bry

Par Étienne Faye

The Writer

La scène de Bourg-en-Bresse s’anime en février d’une Semaine européenne de la marionnette. Une semaine de 10 jours, du 9 au 19, pour une biennale ambitieuse et attendue. Cette manifestation originale est née d’une volonté de Wilfrid Charles, son directeur, qui d’ailleurs fut le signataire, avec l’État, du premier et unique “conventionnement théâtre de marionnettes”. Le Théâtre de Bourg-en-Bresse, en effet, s’engage depuis 6 ans maintenant dans le soutien et la programmation de nombreux spectacles de marionnettes. Ainsi la compagnie Arnica d’Émilie Flacher a-t-elle sans faille reçu ce soutien. Elle sera d’ailleurs présente lors de cette Semaine, avec Broderies, les 17 et 18 février à Condeissiat et à Cize. Il s’agit d’une couturière. Son métier à tisser est bourré de petites choses vivantes, qui se rencontrent, objets, marionnettes, dont les histoires s’entremêlent, à l’image de la trame d’un tissu. Émilie Flacher connaît bien l’endroit, donc, puisqu’elle y est en résidence depuis 2006. Elle est aussi une élève de la brillante Émilie Valantin, dont les spectacles, souvent, font événement. Et Gribouille, la pièce présentée ici, ne devrait pas faire exception. La créatrice s’est en effet associée avec une compagnie russe, le théâtre de marionnettes Kukol d’Ekaterinbourg, pour monter une adaptation de L’Histoire du véritable Gribouille, de George Sand. Sur la scène du Théâtre de Bourg-en-Bresse, il faut s’attendre alors à s’amuser de sa malice, à s’étonner de son à-propos, et les marionnettes elles-mêmes

pourraient nous épater, construites par les Russes, avec les idées et les dessins de la marionnettiste française. D’ailleurs, on nous dit que ce spectacle pourrait rafler quelque récompense au festival de Moscou, puisque nommé dans plusieurs catégories aux Masques d’or, en avril. Au fait, que raconte cette histoire de Gribouille ? Eh bien, c’est une idée tout à fait surannée, puisqu’il s’agit d’une société injuste, menée par le roi Bourdon et la reine des Abeilles, où l’enfant Gribouille cherche à se débrouiller et, surtout, ne comprend pas bien pourquoi il existe un tel déséquilibre dans la redistribution des richesses. Autre compagnie invitée, M.A., que dirige une autre femme, Emma Utges. Celle-ci présente un texte du poète drolatique Patrick Dubost, Ego non sum sed vos amo, c’est du latin, pas du chinois, ce titre, et cela veut dire “Je n’existe pas, mais je vous aime”, et j’ai le sentiment que ce titre nous embarque déjà dans l’univers du poète… Il suffira d’embarquer le 10 dans la salle polyvalente de Certines. Mais si je viens de citer 3 artistes françaises, il ne faut pas croire pour autant le festival ethnocentré. Car de nombreux spectacles étrangers sont aussi au programme, surtout européen, comme le nom de ce festival l’indique. Par exemple, les 11 et 12 à Saint-Denis-lès-Bourg sera joué un spectacle allemand, en version française et au titre ma foi joli, Avec des ailes immenses, par le Figuren Theater Tübingen. C’est l’adaptation d’Un monsieur très vieux avec des ailes immenses, de Gabriel García Márquez, et donc le récit fantastique de l’apparition d’un homme très vieux, avec des ailes, dans la cour d’une ferme, et qu’on enferme dans le poulailler. Est-ce un ange, ce vieillard ? À noter aussi, parmi la programmation, Hand Stories, par le manipulateur et concepteur chinois Yeung Faï, habitué aux collaborations en Europe, et artiste reconnu aussi, chez lui, à Hong Kong. Du 9 au 19 février au Théâtre de Bourg-en-Bresse et alentour

FÉVRIER 11

N° 167

7


spectacles vivants

L’ANNÉE DU MEXIQUE AU NTH8 Sylvie Mongin-Algan monte Ximena Escalante Interview par Étienne Faye

C’est le grand chantier de la metteuse en scène des Trois-Huit qui débute, 6 mois de création, 4 pièces, toutes signées Ximena Escalante, l’autrice mexicaine, dont 3 seront visibles d’ici au mois de mai. Pour commencer, donc, ce long et passionnant marathon, le Nouveau Théâtre du 8e programme Moi aussi je veux un prophète, pièce iconoclaste et grinçante, au style particulièrement efficace. Rarement, en effet, j’ai lu de texte aussi barré de points de suspension, de paroles brèves, interrompues… au point qu’on pourrait suspecter un peu de facilité… mais non, surtout pas, il s’agit bien d’une écriture vive, cinglante, même, que hantent les non-dits. Rencontre avec Sylvie Mongin-Algan. Moi aussi je veux un prophète, c’est l’histoire de tous les prophètes, sur lesquels chacun projette ses propres fantasmes. Le roi Hérode se permet, grâce à lui, de penser autre chose que le réel, et la reine trouve en lui de la beauté… Ce prophète est un silence. Il est le révélateur de nos désirs. Ainsi, quand Hérode craint de se perdre dans le monde d’illusion, irréel, du prophète, il lui fait couper la langue. Mais ensuite il ne peut s’empêcher d’aller le visiter dans sa geôle et de penser, en lui parlant, au-delà de sa réalité. Ainsi, sa fille Salomé projette sur le corps du prophète un désir sans mesure… puisque, à la fin de la pièce, elle finira par réclamer sa tête.

8

N° 167

FÉVRIER 11

Oui, et ce n’est pas ici une image, elle veut la tête du prophète, mais pour en jouir. On a d’ailleurs le sentiment que les désirs de chacun finissent par “réduire” le prophète emprisonné. Est-ce qu’on peut dire que cela illustre la question posée par Ximena Escalante : “Où est le sacré ?” Le prophète est ici décrit comme un archétype physique. Sa blancheur, qu’il ne faut pas opposer à la négritude, est plutôt comme la page blanche. Tout ce qu’on peut dire de ce corps, c’est qu’il nous est étrange, étranger. En lui, on ne sait pas où est le sacré. Mais dans cette pièce le ton est au questionnement, il y a des points d’interrogation en nombre, sur chaque page. Les personnages ne s’analysent pas, ils s’interrogent, et c’est ainsi que se déploient leurs fantasmes. Le style de Ximena Escalante est d’une grande vitalité, avec beaucoup de drôlerie, alors que ce qui est traité est très grave : “Que projettes-tu sur les silences de l’autre ?” Et précisément, les silences, c’est le moteur de Moi aussi je veux un prophète. Comment faire jouer ces silences à des comédiens ? D’abord, il faut dire que Escalante est autrice de théâtre, ses textes sont joués sur les plus grandes scènes mexicaines. La précision du projet de la pièce, la concision de son style, en même temps qu’une efficacité que je qualifierais de nord-américaine, obligent le comédien à beaucoup préméditer son jeu. J’aime dire que “ça” travaille des chemins obscurs, des labyrinthes personnels, dans lesquels chacun doit se perdre. C’est d’ailleurs l’esprit de la scénographie. Un lieu d’ombre, et au milieu un carré lumineux, très blanc, au cœur du palais. Des colonnes de différentes tailles, autour, permettront un jeu d’apparition et de disparition des personnages. Le 12, puis du 17 au 19 février au NTH8


spectacles vivants ■

au théâtre en février ■

Par Étienne Faye

Bérénice Bientôt les vacances, bien sûr, et les programmations vont alors pas mal se calmer, un peu partout. On peut le regretter, surtout quand on se réjouissait de trouver du temps, enfin, pour aller au spectacle. Bref, il faut profiter de février, de ce court mois, néanmoins plein de propositions. Le retour de Laurent Pelly au Théâtre de la Croix-Rousse sera sans doute un beau moment, comme le sont, souvent, les pièces mises en scène par Laurent Pelly. Mille francs de récompense, de Victor Hugo, fut autocensurée, d’abord, sous prétexte qu’elle ne pouvait se jouer que dans un régime de liberté qu’en 1866 l’auteur ne trouvait pas suffisant en France. C’est un drame, une famille dans le besoin, le grand-père sénile, la mère et la fille totalement dépassées par les dettes. Viennent l’agent d’affaires d’un banquier, qui propose, contre mariage, de régler tout ça, puis Glapieu, personnage hugolien, voleur au grand cœur… De la liberté, Laurent Pelly en a, ses mises en scène sont toujours fort énergiques, pleines d’humour, inventives, et signées. À voir, donc, au Théâtre de la Croix-Rousse, du 4 au 19 février. Un autre artiste à l’énergie communicative, c’est Camille Germser, directeur de la compagnie de la Boulangerie. Il montre Les Précieuses ridicules, et c’est du Molière, mais aussi du music-hall. Ceux qui ont vu ses créations, déjà, se réjouissent par avance des costumes colorés, des perruques, des talons hauts, des boas, que sais-je… Les précieuses sont des femmes qui exercent leur raffinement dans les salons de Paris, et les précieuses ridicules, il faut les imaginer en province, cherchant à se croire raffinées. Les premières, découvrant le texte de Molière, décident de le jouer… Cela risque d’être très drôle ! Et c’est le 4 février au Polaris. Drôle, peut-être, aussi, Pièces détachées / Oulipo de Michel Abécassis. Il n’est pas forcément nécessaire d’en dire beaucoup sur ce spectacle. Il suffit d’évoquer l’Ouvroir de littérature potentielle, pour attirer ceux que cette école de langage amuse, et pour faire fuir les autres. Mais voilà, les auteurs affichés sont Jacques Jouet, Jacques Roubaud, Georges Perec ou Raymond Queneau… Les 24 et 25 février au Théâtre de Vienne. En février, il faudra sûrement aller au Théâtre de Vénissieux, car impossible de ne pas évoquer Les Constructeurs, la pièce de Nicolas Ramond et des Transformateurs, le 25. Un Philoctète, d’Heiner Müller, est également dans le programme de toutes les ScènEst, les 3 et 4 février, mis en scène par Élizabeth Marie au centre culturel Charlie-Chaplin de Vaulx-en-Velin. Philoctète est ce héros grec blessé lors de la guerre de Troie, mais d’une blessure qui ne se cicatrise pas, qui suppure, même, et sent si fort que ses compagnons, emmenés par Ulysse, ont décidé de l’abandonner seul sur une île. Ulysse est contraint de revenir chercher le blessé quelques années plus tard, car l’oracle a prévu que Philoctète et son arc magique vaincront Troie.

À Villeurbanne, le Théâtre Astrée, au cœur de la Doua, propose une création de l’Ampoule Théâtre de Nicolas Zlatoff. Il s’agit de L’Étranger, d’après le roman d’Albert Camus, l’ambiance est au soleil silencieux, Meursault fume un clope à sa fenêtre, il vient de dire cette phrase immortelle, et incipit légendaire, “Aujourd’hui, maman est morte”… C’est du 1er au 3 février. Dans le genre classique, d’un autre temps, c’est Bérénice, de Jean Racine. Il savait écrire, cet homme, ma foi. Laurent Brethome l’a créé à Villefranche, il le joue le 4 février à Théo-Argence, le centre culturel de SaintPriest. Une bonne idée, aussi, peut-être, serait de se rendre à Saint-Étienne, au Théâtre du Verso les 8 et 9 février, pour voir Zoom, un texte de Gilles Granouillet, une mise en scène de François Rancillac, avec la comédienne Linda Chaïb. Dans une salle de classe, c’est la mère du Burt, qui se lève et qui raconte son combat de femme, pour élever son gamin, comment elle a voulu aimer, et réussir sa vie malgré tout. Réussir sa vie, pardon pour la référence, mais ça me fait penser à une chanson beuglée par Bernard Tapie, le texte était tellement tarte. Donc rien à voir. Mais, bon, réussir, pour les étudiants de l’Ensatt, c’est un peu l’objectif. La formation d’écriture dramatique de l’école, unique en France et menée par Enzo Cormann, présente Faites danser l’anatomie humaine, cabaret chaosmique, avec les élèves de la 70e promotion et la section jazz du conservatoire de région. Gageons que les textes signés Calin Blaga, Simon Diard, Olivia Jerkovic, Alexandra Lazarescou et Sabryna Pierre, ainsi que leurs chansons, seront d’une autre qualité… En tout cas, ces jeunes plumes ont un potentiel que l’on peut admirer du 14 au 25 février à l’Ensatt.

© Polo-Garat / Odessa

"1000 francs de récompense"

FÉVRIER 11

N° 167

9


livres

Les Assises Internationales du Roman se dérouleront du 23 au 29 mai, des noms Jean-Marie G. Le Clézio, Laure Adler, Patrick Modiano, Philippe Forest, Marie Desplechin, Alain Mabanckou, Tahar Ben Jelloun... la liste des invités se dévoile et s’étoffe. Deux livres pour deux auteurs à venir :

25e FÊTE DU LIVRE DE BRON 25 ANS DE LITTÉRATURE FRANÇAISE Interview par Laurent Zine

Sans entrer dans le détail de la programmation, cette 25e édition de la Fête du livre de Bron entend tout bonnement “revenir sur ces vingt-cinq années d’écritures contemporaines, en présentant sous des formes diverses – lectures, débats, grands entretiens, bibliothèque idéale – les écrivains majeurs, les livres clés, les thématiques récurrentes et les principaux mouvements qui ont marqué ce quart de siècle…” Difficile de concevoir un faire-part plus attrayant. Quant à connaître la philosophie de la manifestation, nous avons rencontré sa directrice, Colette Gruas. Concernant la Fête du livre de Bron, on imagine d’emblée une aventure collective. C’est en effet un projet collectif né à la médiathèque de Bron, et nous n’avons jamais souhaité “personnaliser la chose” comme cela peut être le cas dans nombre d’événements culturels. Nous avons plutôt cherché petit à petit à associer auteurs et libraires à notre démarche, qui consiste tout simplement à conseiller et faire découvrir des livres au public ! S’inscrivant en cela complètement dans ce travail de médiation au sein d’une bibliothèque. Nous avions néanmoins dès le départ l’envie et l’ambition de créer, dans l’espace et dans le temps, un moment fort autour du livre ; un événement forcément plus “spectaculaire” que le travail quotidien dans une médiathèque ! Un moment fort, mais pas une énième foire du livre… Considérant l’inflation de la production littéraire chaque année (700 livres pour cette dernière rentrée !), le public a de plus en plus de mal à se repérer. Il y avait et il y a donc un réel besoin à ce que des gens (dont c’est un peu le métier) fassent des choix véritables pour dépatouiller tout ça. La question est ainsi de savoir : qu’avons-nous envie de défendre et de rendre visible dans tout ce qui paraît ? La programmation est ensuite une sorte d’équilibre entre de nouveaux écrivains que nous avons choisi de promouvoir et des auteurs plus confirmés, que les gens ont l’impression de connaître et l’envie de rencontrer. Et je crois que le public nous a rapidement fait confiance en comprenant bien quelles étaient nos intentions à travers cette programmation. Avouons également que faire un festival nous amenait tout à coup une visibilité et des moyens en termes de communication d’un tout autre ordre. Et qu’il devenait plus facile de mobiliser le

10

N° 167

FÉVRIER 11

public pour un événement rassemblant, le temps d’un week-end, une telle concentration d’auteurs et de libraires. Célébrer ainsi le livre, est-ce une manière de revendiquer une certaine idée de la démocratie ? Probablement. C’est un projet engagé, même s’il n’est pas partisan ; engagé quant à une certaine idée de la culture, de sa démocratisation, et de l’éducation populaire. Rétrospectivement… Le point fort de ce festival est de s’être construit dans le temps en partenariat avec des libraires, des associations, des éditeurs, des lecteurs et, bien sûr, des écrivains. D’avoir tissé un vrai réseau, d’abord local, puis national. La Fête du livre fait désormais partie de l’identité de la ville pour ses habitants. Ainsi, nombre d’auteurs aujourd’hui très médiatisés sont souvent venus à Bron pour leur premier livre ; je pense à Houellebecq, Angot ou Aubenas, etc. Et forcément ça nous fait plaisir. Des rencontres qui resteront inoubliables ? Sûrement avec tous les écrivains qui sont venus dès le début et qui nous ont ainsi donné l’énergie de continuer l’aventure : Nicolas Bouvier, Michel Le Bris, Jacques Meunier et tant d’autres ! J’ajouterai que la magie des rencontres ne se programme pas ; c’est parfois décevant et parfois incroyable d’émotion. Je me souviens ainsi d’avoir vu toute la salle pleurer avec Joseph Zobel, l’auteur de La Rue Cases-Nègres. La meilleure façon de donner envie de lire un livre, c’est d’écouter quelqu’un en parler ? Absolument. Et pourquoi pas son auteur directement ?! Dès lors qu’il est mis en confiance dans sa relation avec le public et ses pairs. Vous allez éditer en livret un top 50 littéraire de ces 25 dernières années ! Nous avons comme d’habitude demandé aux auteurs invités de nous livrer leur bibliothèque idéale, mais cette fois-ci concernant 25 années de littérature française contemporaine. Et nous (organisateurs, libraires, universitaires, etc.) nous sommes également prêtés à l’exercice pour dresser notre propre top 50, chacun devant choisir un livre et un seul ; un exercice pour le moins horrible… Que peut-on vous souhaiter à l’aube de cette 25e édition ? De travailler avec la même exigence et la même foi ! Vingt-cinq ans, certes, mais il me semble que ce projet ne connaît pas la routine : il se renouvelle au rythme de la pensée et il reste très vivant, à l’instar de la littérature contemporaine. 25e Fête du livre de Bron, du 11 au 13 février à l’hippodrome de Parilly

Gonçalo M. Tavares ne signe pas un manuel, ni un guide, encore moins un missel. Apprendre à prier à l’ère de la technique est un roman, d’abord, qui se présente comme le récit d’une trajectoire, d’une vie extraordinaire. Et c’est un roman philosophique d’une rare cruauté, écrit comme à l’ancienne, pour cette raison détonnant et réjouissant. Les personnages ont des caractères très marqués, comme dans les fables opposant le lièvre indolent à la tortue volontaire, mais sans caricature. Le docteur Lenz Buchmann, dont le nom est tout sauf hasardeux – “l’homme-livre” en allemand –, est un homme plein de morgue, avec des idées bien définies sur l’existence, et il apparaît peu à peu comme une personnalité fort complexe. La psychanalyse est passée par là, rien ne nous est épargné de ce qu’il y a de sordide dans sa vie intime, sa volonté d’humiliation de l’autre, ses plaisirs honteux, qui ne sont, d’ailleurs, même pas des secrets. Il y a pourtant, chez le lecteur, le constant soupçon de non-dits forts, de désirs sourds, derrière le paravent des confessions. Lenz est un chirurgien très reconnu, d’une efficacité redoutable, il inspire alors du respect, et même de la reconnaissance, ce qu’il n’apprécie pas du tout. Il soigne les corps parce qu’il les considère comme “matériellement coupables” de désordre et qu’un homme d’ordre comme lui se doit de réparer

© Teresa SA - KOBOY 2008

Par Etienne Faye

Gonçalo M. Tavares

le trouble. Le bistouri est l’instrument de la rectitude, de la loi, de la morale : “une morale de tissus”, écrit Gonçalo M. Tavares, avec son très beau sens de la formule. Le chirurgien, qui va bientôt abandonner son métier pour briguer un poste de pouvoir, se présente comme un homme d’une grande culture, et en effet, il est l’héritier de son père, le militaire rigide, impitoyable, et de sa bibliothèque. Car il faut dire que dans ce livre passionnant, les livres tiennent une place trouble… Apprendre à prier à l’ère de la technique. Rendezvous le 26 mai à 19h dans un débat en partenariat avec Philosophie Magazine ayant pour thème : Comment traiter l’animal qui est en nous ? Viviane Hamy, 368 p, 22€

Un bouquin de nouvelles, chez la belle maison d’Actes Sud, voilà de quoi émoustiller le lecteur curieux. Pas de quoi s’énerver, avec les Autres cauchemars de Yigit Bener. C’est un livre entre 2 cultures, écrit en turc, mais de la main d’un Européen : ce qui est aussi frustrant pour celui qui rêvait d’exotisme que réjouissant pour celui qui a toujours eu la sensation que la Turquie était déjà bel et bien européenne. N’empêche, les insectes grouillent, par ici, et il est des moments de lecture presque kafkaïens… Si vous voulez poursuivre cette soirée aux Subsistances, Yigit Bener aux cotés de Marcel Beyer et d’Olivia Rosenthal nous parlerons du rôle et de la présence de l’animal dabs le roman, 26 mai à 21h Actes Sud, 174 p, 16€

RÉVOLUTION EN LIGNE ? Par Laurent Zine

La Villa Gillet organise le 10 février à l’institution des Chartreux une soirée-débat sur un thème vraiment dans l’air du temps, “Web culture : nouveaux modes de connaissance, nouvelles sociabilités”. Et l’on pourrait sous-titrer pour coller encore plus à l’actualité : nouveaux modes d’expression libre et nouveaux enjeux quant au traitement de l’information (WikiLeaks…). Quoi qu’il en soit, que vous soyez ou non adepte des réseaux sociaux, force est de constater que ce phénomène planétaire suscite moult réflexions quant à l’évolution de nos sociétés contemporaines. D’où l’intérêt évident d’en débattre en public. Cette soirée réunira ainsi Virginia Heffernan, journaliste au New York Times, et 2 chercheurs-essayistes français : Dominique Cardon et Antonio A. Casilli, dont les ouvrages récents (septembre 2010) sont d’un grand secours pour apprécier, voire interpréter, cette révolution Internet qui bouleverse autant les rapports sociaux que les modes de communication – et qui réactualise peut-être des concepts tels que la démocratie directe. Et l’on aurait tort de concevoir les rapports humanoïdes qui se tissent virtuellement entre avatars dans le cyberespace comme seulement déconnectés du monde réel. Réel et virtuel s’interpénètrent constamment, pour le meilleur et pour le pire. Avec ou sans nous. Antonio A. Casilli avertit même : “La mise en boucle du réel et du virtuel est la raison pour laquelle les usages informatiques actuels sont inséparables des pratiques sociales… L’omniprésence des interfaces numériques a façonné notre quotidien” (in Les Liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? chez Seuil). À l’heure de la massification de l’usage d’Internet qui induit forcément une démocratisation de son accès à l’échelle planétaire,

Virginia Hefferman

une chose est sûre : il se passe beaucoup de choses en ligne ! Et a fortiori sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.), où l’interaction est de permanence. Le Net est ainsi devenu, comme le décrit Dominique Cardon (in La Démocratie Internet. Promesses et limites, Seuil), “une immense cour de récréation, le coin de la rue, le comptoir où l’on cause”. C’est dire qu’il y a vraiment “à boire et à manger” en matière de conversations et d’informations (souvent non vérifiées) disponibles en ligne. Je surfe, tu surfes, nous dérivons… Certes, mais de nouvelles formes de sociabilité, de débat citoyen et de résistances – avant-hier au Chiapas, hier en Chine, aujourd’hui en Tunisie, etc. – y prolifèrent aussi ! Contrairement aux médias traditionnels, il n’y a pas, sur la Toile, de gardiens du temple pour contrôler l’à-propos des dires ni pour façonner du “prêt-à-penser”. Vous dites que ça ne saurait tarder ? Dominique Cardon vous rappellera alors que “le Web ne se laisse pas apprivoiser facilement… Il invente des formes inédites de partage du savoir, de mobilisation collective et de critique sociale… Internet constitue un laboratoire à l’échelle planétaire, des alternatives à la démocratie représentative” ; ni plus ni moins. Et devant l’impossibilité de vous résumer ici ces 2 livres intelligents, je vous invite à aller écouter leurs auteurs en direct. © DR

© Christine Chaudagne

ASSISES INTERNATIONALES DU ROMAN

Jeudi 10 février à 19 h 30 à l’institution des Chartreux


© Alexis Cheziere

V2 - Expérience Granit

OUFS D’ASTRO LA BIENNALE DU CIEL ET DE L’ESPACE Par Laurent Zine

Initiée et coordonnée par le planétarium, la 2e édition de la Biennale du ciel et de l’espace se tiendra à Vaulx-en-Velin (principalement) du 21 au 27 février. Au programme : un parcours-découverte ayant pour thème la gravité, un cycle de conférences, la projection de films en avant-première (Trous noirs et Aux confins de l’univers invisible), nombre de spectacles associant la science à différentes disciplines artistiques (danse, cirque, théâtre), mais aussi la finale des Trophées de robotique 2011 et une grande soirée d’observation du ciel (la Nuit de l’équinoxe) au Musée gallo-romain de Fourvière pour finir Oufs d’astro en beauté. Une manifestation sous les étoiles exactement et, qui plus est, entièrement gratuite ! Salle semi-cylindrique dont le plafond fait office de grand écran voué à la représentation des astres sur la voûte céleste, le planétarium se dresse depuis 15 ans déjà à Vaulx-en-Velin telle une “fenêtre ouverte sur l’Univers”. Projections de films (le plus souvent réalisés en interne), expositions, spectacles et conférences s’y succèdent comme autant d’invitations au voyage et à l’apprentissage. L’objectif premier du planétarium est en effet de populariser – et non pas forcément de vulgariser, même si cela est parfois nécessaire – auprès des petits et des grands toutes les questions (et parfois les réponses !) qui touchent à l’Univers et donc à la recherche scientifique en la matière, via l’astronomie, l’astrophysique, etc. Pour ce faire, sous l’impulsion de Patrick Millat, son directeur, le lieu a véritablement envisagé de travailler dans la transversalité en associant acteurs du secteur culturel et scientifiques pour mener à bien des projets (films et spectacles, en particulier) régulièrement renouvelés. Au fil du temps, l’équipement s’est ainsi appuyé sur des compétences externes, encourageant de nombreux partenariats orientés vers la diffusion de la culture scientifique, et travaillant en direct avec les chercheurs issus de l’ensemble de la région Rhône-Alpes. Cette Biennale est donc bien le résultat d’une réflexion commune ; c’est aussi la face visible de l’iceberg, lorsque l’on considère le travail quotidien de sensibilisation mené au planétarium. Simon Meyer, coordonnateur du projet : “La 1re édition de cette manifestation, qui a eu lieu en 2009 lors de l’Année mondiale de l’astronomie, a été l’occasion de tous nous réunir (laboratoires, universités, instituts de recherche, clubs d’astronomie, musées, centres culturels, CNRS, observatoires,

Agence spatiale, etc.) autour d’une problématique et des nombreuses questions d’actualité qui intéressent la recherche. Il s’agissait ainsi de créer un véritable rendez-vous de dialogue entre le grand public et les scientifiques. Et d’inviter, pendant ce temps de rencontres, nombre d’artistes d’horizons divers, pour qu’ils nous livrent leur propre regard à partir d’un thème choisi. Engendrer ainsi spontanément des passerelles entre la science et le champ culturel, afin de confronter ensuite tous ensemble nos différentes visions de l’Univers et a fortiori de la condition humaine.” Prendre le temps. Pour aborder des questions qui font la science d’aujourd’hui et qui n’ont pas encore forcément de réponses : comment s’est créé l’Univers ? De quoi est-il fait ? Comment va-t-il évoluer ? Appréhender les origines de l’homme, mais aussi son quotidien : quelles seront les applications de la recherche scientifique sur la vie des gens dans le futur ? Encourager une pluralité de points de vue à partir d’un thème… Cette année : la gravitation. “On a l’impression de plus ou moins la connaître et la maîtriser depuis que l’on envoie des hommes et des satellites dans l’espace… Mais ce n’est pas si simple que ça quand on va vers l’infiniment petit (les atomes) ou dans l’infiniment grand (les galaxies) : de nombreuses questions restent en suspens et l’on parle alors de matière noire ou d’énergie sombre pour tenter de comprendre la dynamique des galaxies, leur vitesse de rotation, etc.” Face à ces problématiques, l’homme nous apparaît telle une poussière dans l’Univers. “Certes, mais depuis sa position il cherche néanmoins à s’élever, à se donner les moyens de comprendre ! Et c’est le propre de la recherche scientifique.” De l’imagination poétique également, et de la métaphysique. On l’aura compris, si une partie de la programmation est orientée vers le jeune public, un temps de réflexion et d’échanges entre adultes et chercheurs consentants est prévu jusque tard dans la nuit après les conférences ! Et Simon Meyer d’ajouter : “J’ai le sentiment qu’il nous faut réapprendre à regarder le ciel. Pour sortir un peu de notre quotidien. Réfléchir de façon collective à nous-mêmes dans le tourbillon de cette immensité, avec nos doutes et nos questions… Cette Biennale doit être un moment privilégié pour ouvrir son esprit et pour respirer, pendant lequel nous, planétarium, assumons un rôle d’interface entre le public et les différents intervenants.” Un moment privilégié, désormais le rendez-vous de tous les explorateurs des temps modernes. Du 21 au 27 février au Planétarium de Vaulx-en-Velin

FÉVRIER 11

N° 167

11


MILKYMEE THE BUTTSHAKERS

© Philippe MARCHIN

musique

Interview par Anne Huguet

Derrière Milkymee se cache Émilie Hanak, petite brune au caractère bien trempé tombée dans la musique dès son plus jeune âge – dans la famille, il y a aussi les frères JB et Fred, soit le duo furieux de dDamage. Premiers émois punkisants et premiers morceaux électro-punk, la suite (le prometteur Songs for Herr Nicke en 2006) sera plus éthérée, voix fumée et harmonies aériennes à la guitare. Elle enchaîne en 2010 avec To All the Ladies in the Place, with Style & Grace, soit 14 petites vignettes sonores à l’orchestration bigarrée (avec ukulélé, banjo, viole, mélodica) qui papillonnent dans les styles (folk minimaliste, country, rock rageur voire grunge ou pop guillerette), et participe même à la BO de Domaine de Patric Chiha (avec Béatrice Dalle). La voilà propulsée à la une des nouvelles filles qui comptent, à l’instar des Vale Poher et Amélie.

Ça groove, ça suinte de lascivité, ça fait onduler du popotin (c’est d’ailleurs littéralement le nom dont ils se sont affublés) et ça agite le côté sexuel du cabochon. Ça, c’est The Buttshakers, soit 5 gars et 1 fille qui distillent à plein régime une soul moite et salace montée sur ressorts. Des riffs vicieux, des cuivres chauds comme la braise et la voix torride de leur égérie, Ciara Thomson, élevée au gospel et juste débarquée, à l’époque, de son Missouri natal. On se doute qu’avec ces gugusses l’époque d’or de la Motown est à une encablure, et ça fait du bien. Bref, après avoir aligné, depuis 2007, des sets impeccables, brûlé moult planches et électrisé n’importe quel public – des vieux mods aux jazzmen les plus pointilleux et autres rockeurs de tous bords –, nos Lyonnais viennent de mettre en boîte, enfin, il était temps, un 10 titres survitaminé (Headaches and Heartaches) qui balance furieusement avec rythmique au taquet et la voix puissante et rocailleuse de Ciara. Polaroïd couleur avec Julien Masson, son guitariste. Le son Buttshakers, c’est quoi ? Prenez une base blues accélérée, ajoutez-y des cuivres poisseux, un beat serré, une guitare garage primitive et une voix surpuissante. Rajoutez un soupçon de chœurs et d’accords mineurs qui font voler la rugosité en éclats, prenez un shaker, secouez le tout, et nous voilà… Alors, enfin un 1er album ? On avait déjà des 45 tours à notre actif, mais pas d’album complet… puisqu’on a beaucoup joué et, de fait, très peu enregistré ! Dix titres au final, tout simplement parce qu’il fallait absolument tout faire rentrer sur un 33 tours, en fétichistes du vinyle que nous sommes. Ça ressemble à ce que vous avez l’habitude de jouer ? Eh oui, puisque enregistré à 90 % live en studio afin de garder l’énergie, qui est la substantifique moelle du groupe. Tous les morceaux sont des compositions originales. On a aussi intégré des morceaux lents, jamais joués sur scène. La tonalité générale nous représente bien : entre tension, énergie, puissance et ce côté plus fragile qui est bien caché… Soul ou rock, entre les deux votre cœur balance ? Je pense que nous sommes en équilibre sur la balance… Nous avons une culture rock – assez extrême, même, parfois ! –, des références trash voire punk hardcore, tout en connaissant sur le bout des doigts la période obscure du rhythm’n’blues crasseux ou les harmonies vocales sucrées du rocksteady… Peu importe, en fait. Nous nous considérons comme un groupe de soul nerveuse. Comment tombe-t-on là-dedans ? En refusant les diktats des radios mainstream. Quand on achète jeune ses disques chez un vrai disquaire et qu’on se forge une culture autonome. Quand le projet s’est monté, on s’était rendu compte que personne ne faisait ça et qu’on n’entendait nulle part ni cette moiteur ni ce rythme. Depuis, des imposteurs ont accaparé la scène et la radio… C’est devenu à la mode. Enfin, les ersatz en sucre enrobés de miel “marketing” saturent les ondes ! Mais on ne peut pas appeler ça de la soul. Il n’y a pas d’âme là-dedans. Et qu’est-ce qui est soul en 2011 ? Ma foi… “Soul” voulant à peu près dire “âme”, tout ce qui est fait ou créé avec passion ou dévotion, à l’inverse de ce qui se crée par intérêt ou obligation. Double Mixte / INSA Lyon, 12 février La Tannerie, 19 février - Le Moulin de Brainans (Poligny), 26 mars

12

N° 167

FÉVRIER 11

C’est l’échappée suédoise qui vous a donné des envies de folk ? C’est l’isolement et le déracinement qui m’inspirent. Aller voir ailleurs qui je suis, prendre du recul sur mon environnement, bousculer mes habitudes… Aujourd’hui je considère la Suède comme mon second pays. La folk ?… Je ne sais pas. C’est devenu une appellation fourre-tout. Je me considère un peu comme un troubadour ou un singer songwriter à l’ancienne qui se nourrit des voyages et des expériences pour les réinjecter dans sa musique. Moi, les grands espaces, l’Amérique, les buffalos, ce n’est pas trop mon trip ! En écoutant mes albums ou la BO du film Domaine, on y entend des influences grunge, country, on m’a même dit que certains arrangements rappelaient la musique berbère. Ça m’a beaucoup amusée, car, ma mère étant d’origine kabyle d’Algérie, j’ai été élevée à coups de musique de là-bas. […] Mon truc à moi, c’est de faire de la musique. Cette année (2010), à Kyoto, j’ai monté le pan japonais de Milkymee avec du koto, de l’accordéon et du shamisen. J’ai aussi en projet de partir en Arménie, pour voir quelle couleur prendra ma musique là-bas. Ce n’est pas l’exotisme de la musique world qui me stimule. C’est de mettre la créativité à l’épreuve du hasard et des rencontres. Comment analysez-vous votre évolution ? Mon 1er album est éthéré, il n’y a que très peu d’arrangements, ma voix est plutôt réservée. Je ne regrette en rien ce travail, je trouve même qu’il a une grande valeur documentaire sur la personne que j’étais alors. Avec mon 2e opus, j’ai choisi de prendre mon temps (pas de studio, enregistré dans un squat, une manufacture, une vieille maison en Haute-Savoie, etc.). Je fais moins les choses dans l’urgence, je respire un peu, et mes morceaux avec. Puis je me sens moins illégitime en tant que musicienne. J’ai longtemps eu le syndrome de l’imposture… Le sentiment de ne pas être à ma place, quoi que je fasse et où que je sois : dans la musique et dans ma vie en général, je crois. Ça doit être une des raisons pour lesquelles je passe mon temps à voyager, histoire de voir si ça ira mieux ailleurs. Vous restez une artiste plutôt confidentielle ? J’essaye d’être libre par rapport aux médias. Ne pas me travestir pour

DANS LES CORDES DE DIDIER PETIT

plaire, ne pas cacher des choses importantes sur moi, des valeurs. Au risque effectivement d’être moins médiatisée, peut-être. Mais tout est une question de qualité, non ? À la fin de la journée, il faut être fier de ce qu’on a fait ! La culture de masse, je ne la cautionne pas. L’important aujourd’hui, selon moi, c’est la scène. Je vends des disques après mes concerts, je rencontre les gens, on parle. J’aime les concerts en appartement, les festivals improbables et activistes (leplacard.org, http://battantes-festival.over-blog.com). Les tournées, le do it yourself, et puis bien m’entourer, c’est ce qui compte. Ce sont les rencontres qui me stimulent. Quand je ne m’amuserai plus, je ferai autre chose. Comment faites-vous vivre vos titres sur scène ? Dorénavant je mets mes morceaux à l’épreuve de la scène avant de les emmener en studio. Ils grandissent à l’épreuve du réel. Mes intonations évoluent, les structures changent… Sur scène, les accents et les émotions sont exacerbés. Il y a cette volonté de communication avec le public. J’ai envie de raconter mes histoires, en me basant sur mes expériences personnelles. Ce qui se passe sur scène, c’est avant tout cette expérience commune. Il n’y a pas 2 concerts qui se ressemblent. On pense souvent que la qualité d’un concert dépend de l’état dans lequel l’artiste se trouve. Mais il ne faut pas oublier que chaque concert est également façonné par l’état de vie du public. C’est une histoire d’alchimie, une expérience humaine. L’Épicerie moderne, 2 février - Festival Plug & Play, Kraspek Myzik, 3 février La Bobine, Grenoble, 4 février - Marché Gare, 19 février

© M.K

© jean christophe mazué

Interview par Anne Huguet

Par Bruno Pin

La musique de Didier Petit est comme des instants suspendus au-dessus de nos têtes. Ne reste plus qu’à ouvrir les oreilles et les yeux pour se laisser imprégner par ses mélodies, car, outre le fait indéniable que Didier Petit est un grand musicien, c’est aussi un sacré mélodiste. Lyrique et improvisée, liberté totale d’une musique sur le champ de l’expérimentation. De son violoncelle qu’il fouille tel l’archéologue, les cordes et l’archet sont le lien avec nos oreilles. Don’t explain, 3 faces pour violoncelle seul fait suite à Déviation. Ah, les plaisirs d’écouter l’évidence de cette musique. L’archet sur les cordes, comme une caresse, puis frotté, gratté. Don’t explain, hommage magnifique à Billie Holiday. La discographie est assez joufflue, belle et intense. Des rencontres et des amitiés avec Denis Colin, Pablo Cueco, Tony Hymas, Hélène Labarrière, André Minvielle… “La modernité en musique, c’est vieux comme le monde… C’est l’émotion ! Toutes les émotions. De la plus fine et subtile à la plus énorme et grossière. De celle à fleur de peau à la plus profonde, toutes celles qui nous semblent étrangères et, surtout, toutes celles qui sont ‘entre’ et qui nous échappent. Beaucoup pourraient, à juste titre, avoir peur de l’émotion ou s’en méfier…” La musique de Didier Petit, l’artisan-artiste derrière l’instrument, dedans aussi et avec, prend des allures d’universalité. Seul avec son violoncelle, mais aussi avec la voix, le musicien nous ouvre ses univers et ses amours musicales, nous fait sentir des pointes d’Asie ou d’Orient, nous laisse entrevoir comme une ombre les suites de Bach, l’évidence à nouveau. Le musicien en solo se découvre peut-être

encore plus, et comme le dit si bien Francis Marmande dans le texte qui accompagne ce disque : “Avec Didier Petit comme avec ses semblables, car ils ont tous dans leurs solos sans solitude toutes sortes de semblables avec lesquels ils dialoguent dans l’espace, l’aventure ne suppose rien d’un maigre rapport de délectation.” L’authenticité est la plus belle des parures, Didier Petit viendra pour 2 soirs en concert à Villeurbanne. Pour mieux écouter sa musique, il faut le voir sur scène. Disque : Don’t explain (Buda Musique), www.allumesdujazz.com Les 11 et 17 février à la médiathèque François-Mitterrand (MLIS), Villeurbanne


musique

HOMMAGE À XENAKIS CNSMD NUIT DANSANTE, ET PERCUTANTE ©B.Adilon

Par Caroline Faesch Après les musiques de Dracula, en ouverture du festival Transylvania cet automne, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse (CNSMD) de Lyon organise sa 2e nuit festive sur les trois que compte la série, en hommage au compositeur Iannis Xenakis, décédé le 4 février 2001 – il y a donc tout juste 10 ans. Pour cette soirée exceptionnelle, la classe de percussions du CNSMD de Lyon, associée au département de danse du Conservatoire de Paris, a prévu un programme ambitieux, dont la version intégrale des Pléiades. Il s’agit d’une œuvre de concert, sans doute l’œuvre pour percussions la plus importante composée par Xenakis, commandée par la Ville de Strasbourg et créée le 3 mai 1979 à Mulhouse par l’ensemble des Percussions de Strasbourg. Les Pléiades évoquent d’ordinaire l’amas d’étoiles étincelantes dans l’épaule droite de la constellation du Taureau. Selon la mythologie grecque, cet amas d’étoiles représente les 7 sœurs ou Pléiades, servantes d’Artémis, déesse de la Lune. L’une des sœurs, Électre, aurait disparu sous forme de comète, rongée de chagrin après le siège et la destruction de la ville de Troie, et la blancheur comme le brouillard dans lesquels les Pléiades apparaissent seraient le résultat des pleurs versés par les 6 sœurs abandonnées par Électre. Le titre de l’œuvre de Xenakis fait donc à la fois allusion à la constellation des Pléiades, en raison de leur disposition arbitraire, et aux Pléiades de la mythologie, à cause de leur nombre. Le tout prend la forme d’une polyrythmie fondée sur l’idée de répétition, de transformation, de superposition, de variations rythmiques dues au hasard, devant donner l’idée de nuages qui passent, de galaxies ou encore de tourbillons. Tous les instruments choisis pour son interprétation sont diatoniques : vibraphones, marimbas, xylophones et sixxen, un instrument à percussion construit pour l’occasion (dont le nom vient de “six” et de “xen” pour “Xenakis”), qui fait d’emblée penser au gamelan d’Indonésie. À côté de cette œuvre majeure programmée en point d’orgue la nuit, à 23 heures, de nombreuses autres partitions comme Okho ou Rebonds A et B sont à l’affiche de cette soirée. En effet, s’il est un domaine dans lequel l’imagination créatrice de Xenakis s’est particulièrement épanouie, c’est bien celui de la percussion !

18 février au CNSMD, salle Varèse

LEE “SCRATCH” PERRY Par Laurent Zine

Tour à tour chanteur, compositeur et producteur alchimiste, le grand-père du reggae-dub jamaïcain aura traversé les époques en côtoyant les plus grands : The Wailers, Max Romeo, Junior Murvin, The Congos, The Clash et compagnie. Il a fêté en 2010 ses 75 ans et il sera en concert au CCO le 23 février prochain. Hallucinant. Hallucinant ou bien, parce qu’il ne s’agit pas non plus d’une tentative désespérée pour reprendre la scène d’assaut genre near death experience : le bonhomme n’a jamais vraiment arrêté sa carrière, et il viendra de surcroît à Villeurbanne en voisin puisqu’il réside dans cette charmante bourgade de Zurich (sic). Mais là n’est pas le sujet. À l’instar d’un Steve Albini dans le monde feutré du White Trash, notre ami “Scratch” Perry aura été Le producteur fêlé mais avantgardiste dans le monde non moins feutré de la Ganja Star… Ingénieur du son visionnaire et homme de cirque aussi parfois, celui que l’on surnommait The Mad Scientist a connu de vraies heures de gloire, au tournant des années ’60 et ’70 ; à l’époque où Monsieur trônait tel un gourou derrière la console de son home studio, baptisé The Black Ark, comme pour en rajouter au côté mystique du bonhomme. Il n’empêche que Lee Perry aura connu voire initié toutes les mutations de la musique jamaïcaine : du ska au reggae via le rocksteady, et jusqu’aux prémices du dub. “Il n’y avait que 4 pistes sur la machine [ndlr : la console], mais j’en piochais 20 chez les extraterrestres.” On soupçonne ainsi cet expérimentateur d’être avec son compère King Tubby le premier à avoir utilisé un échantillonneur (sampler) pour accoucher entre autres de dub versions : versions instrumentales, réarrangées et remixées. Des techniques de production sonore qui serviront plus tard au rap, au trip-hop et à toutes les musiques électroniques. Le fait est que Lee Overdubs Perry aura également enregistré moult disques de légende : War Ina Babylon, Police & Thieves, Complete Control, etc., sans parler de ses propres compositions ! Et comme un grand sorcier ne meurt jamais… Le 23 février au CCO

FÉVRIER 11

N° 167

13


musique ■

concerts express ■ Par Anne Huguet

The Black Angels

■ Rencontre du 3e type au Marché-Gare avec Tristesse contemporaine, trio exotique (une Japonaise, un Suédois et un Anglais, en l’occurrence l’ancien rappeur d’Earthling, Mau) adepte d’une musique un peu bizarroïde mais électrisante (un mix de rock, de trip-hop et d’électro). On n’en sait pas beaucoup plus, leurs apparitions étant rares – souvent dans des lieux arty – et la sortie d’un 1er album (produit, semble-t-il, par Danton Eeprom) sans cesse repoussée ! C’est Thieves Like Us, trio américano-suédois, qui devra mettre le feu aux poudres avec ses sonorités, millésimées 80, d’électro-pop synthétique écoutées aux portes de la légende (New Order et tout ce qui y ressemble). Avis aux amateurs arty. Marché-Gare, 17 février

■ Les soirées Dub Meetings parisiennes ont fait des petits ! Après Barcelone, Marseille, Nantes ou Madrid, voici donc la 1re Dub Station – d’une longue série, on espère – en terre lyonnaise. Au programme, du dub avec gros son et têtes d’affiche internationales dans la grande tradition des sound systems anglais. Outre la sono de 16 kW des Rouennais du Blackboard Jungle Sound System, ce sont les Iration Steppas qui s’y collent, 2 cadors du genre (Mark Iration & Dennis Rootical) bien connus pour leur techno-dub massive et leur énergie monstrueuse. Infrabasses puissantes et effets psychédéliques en tous genres, attention les oreilles. Avec Ma-Kaya Sound System. Salle du Kao, 4 février

■ Première édition du festival Plug & Play du côté du Kraspek Myzik, avec comme seul mot d’ordre se brancher et jouer sans autre artifice. But du jeu : retrouver la musique dans son plus simple appareil pour saisir l’émotion et l’intimité. Avouons-le, l’affiche semble de belle qualité avec ces quelque 14 groupes et artistes à la démarche plutôt lo-fi.

Au menu, la pop planante de Angil & The Hiddentracks, les expérimentations de Lætitia Shériff, le trip-hop bizarroïde de Martin Mey, la country rouillée des Fidji Phoenix Sisters, l’ovni pop islandais Benni Hemm Hemm et les autres. Festival Plug & Play, Kraspek Myzik, 3 au 17 février

■ On est plutôt emballé à la 1re écoute, le côté garage, la voix qui semble sortie d’une autre époque, les tensions brutales et même le côté psychédélique de leur musique. Ceux-là nous viennent tout droit d’Austin, Texas, ils sont potes avec Anton Newcombe et leur nom rendrait hommage à une chanson du Velvet (The Black Angel’s Death), bref presque que du bon. The Black Angels vient déjà de sortir son 3e opus (Phosphene Dream) au son brut et rugueux et au psychédélisme planant de la grande époque (influences : Doors, 13th Floor Elevators). Chant hypnotique, basses tapageuses et réverb impressionnante : a priori ces anges noirs sont tout autant habités sur scène et envoient du plus que lourd.

■ Week-end accordéon à la salle des Rancy avec 2 artistes féminines qui dépoussièrent à leur manière la bête à soufflet. Version délicate et féminine pour Chloé Lacan (ex-Crevette d’acier) tandis que Yoanna le fait la rage au ventre. Ne faisant qu’un avec son instrument (“Je l’ai sur mon ventre, il me protège”), cette Yvette Horner en rangers a déboulé sur les scènes avec ses mots qui cognent, sa poésie à fleur de peau et sa gouaille rageuse. La suite s’appelle Moi bordel !, 12 titres plutôt accrocheurs, entre chanson française et rock musette, qui valsent, qui swinguent et qui narrent des tranches de vie prises sur le vif. Avec sa voix puissante de chanteuse de rue, Yoanna est du genre bête de scène à faire flamber les planches. Salle des Rancy, le 18 (Yoanna) et le 19 (Chloé Lacan) février + Salle Jean-Dasté, Rive-de-Gier, 10 février

L’Épicerie moderne, 16 février

Timber Timbre ■ Encore un Canadien qui va nous tournebouler les sens ! Comme sorti de nulle part, Taylor Kirk alias Timber Timbre débarque de son Ontario natal avec sa voix frémissante et ses élégants arpèges de guitare. Après avoir écumé la région de Toronto et conquis un public sous le charme lors de concerts envoûtants, le Canadien vient de s’offrir au/le monde avec son 3e album éponyme et ses 14 titres embrumés qui tanguent entre folk rugueuse, blues en apesanteur et country étrange. Instrumentation dépouillée, claviers hantés, voix feutrée et vibrante qui vous prend et ne vous lâche plus : la magie opère, on écoute en boucle et on se demande comment on a pu passer à côté. Sur la route, dans le cadre des Nuits de l’alligator, avec un autre extraterrestre, l’Australien C.W. Stoneking et ses humeurs bluesy au banjo.

■ Zombie Zombie, non ceci n’est pas le titre d’un énième film de série B, mais bien la rencontre sous hypnose de 2 musiciens aux états de service plutôt impeccables (d’un côté Neman, le batteur d’Herman Düne, de l’autre Étienne Jaumet, le sax free pop de Married Monk). Projet parallèle, Zombie Zombie cultive l’analogique, le goût pour le vintage et les vieux synthés et des références old school (Neu, Can, Suicide) pour donner vie à un composé chimique hautement toxique qui se baladerait entre krautrock mutant, électro rétrofuturiste et death-disco. Tout un programme. Ils viennent de redorer le blason de Carpenter à leur sauce (Zombie Zombie plays John Carpenter) : c’est planant, inquiétant, obsédant, fin et racé, et on imagine que la version live devrait exploser en une myriade de sonorités horrifiques, cosmiques et robotiques. À bon entendeur… Marché-Gare, 24 février

■ Revoilà donc les Monstroplantes tout fiers de présenter leur 1re galette (Les Monstroplantes contre Dr Larsen), soit 13 titres groovy et bien huilés qui mélangent sans vergogne beats électro, blips inquiétants, cuivres cossus et sons organiques. Entre électro-soul (sûrement où les Lyonnais sont les meilleurs) et drum’n’brass (un peu plus convenu), les Monstro vous convient à un voyage en 3D au pays des lianes électriques, de Godzilla et du méchant Dr Larsen. Let’s do the robot! Avec Imperial Kikiristan, Code Sabotage. Transbordeur, 25 février

■ Troisième édition pour le petit festival croix-roussien Quand les souris dansent, qui fait la part belle à la poésie et à la valeur des mots. Des artistes plus ou moins connus, de la chanson française bien évidemment, des contes et des envies assumées de s’ouvrir au monde et aux ambiances world. Preuve à l’appui avec les Grenoblois de No Mad?, le cabaret klezmer déjanté de Daniel Kahn & The Painted Bird ou le tourbillon tzigane de Divano Dromensa. Coup de cœur en tout cas pour Melissmell, nouvelle recrue de la chanson réaliste made in France (18 février). Cette Ardéchoise, dorénavant basée à Strasbourg, semble partie pour être la sensation 2011. De la belle musique avec quatuor à cordes et piano, des ritournelles qui vous attrapent par surprise, des airs légers entremêlés à des ambiances bien plus sombres, la musique de cette écorchée vive est protéiforme, lyrique et brûlante. “J’ai jeté mes souvenirs dans tous les vide-ordures / Pour retrouver l’exil / Pour me pendre sur nos murs” (Je me souviens), les mots fusent, ça gronde sous cette tête bien faite qui crie ses révoltes, ses angoisses avec passion et sensibilité. Il y a aussi la voix de la demoiselle, tendue, virulente, parfois à la limite de la brisure, là de nouveau tendre, presque innocente. Il y a du rock, il y a de la rage, de la contestation et beaucoup de poésie chez Melissmell ; on pense un peu à Ferré, à Cantat aussi. On espère juste qu’elle est aussi entière et convaincante sur scène. Quand les souris dansent, 12 au 20 février, 06 18 10 95 65

Melismell

■ Dans la série, direction Chalon pour aller (re)voir les Zion Train, autres mastodontes du genre. Ces vétérans de la scène dub/dance officient depuis quelque 20 ans soit en version live (avec cuivres et plusieurs MC), soit en sound system. Le collectif anglais a toujours surpris par sa palette musicale et sa discographie bigarrée. Reggae-roots, jungle, techno-dub, big beat, dub-house, Zion Train ne s’est jamais imposé de limites, capable de ressortir de vieux dubplates planants ou d’envoyer un gros son métallique. LaPéniche, 19 février

14

N° 167

FÉVRIER 11

© ©Yann Orhan

L’Épicerie moderne, 11 février + Cave à musique, 25 février


musique

GILLES DUMOULIN ©Eric Bernath

PERCUSSIONS CLAVIERS DE LYON Apprentissage frappant, à Oullins Par Caroline Faesch

Alors que les Percussions Claviers de Lyon (PCL) présenteront leur création Ah Q (12 avril) au Théâtre de la Renaissance à Oullins, les musiciens de cette formation ont fait le pari de sensibiliser la population locale à la musique contemporaine durant toute la saison culturelle, et plus particulièrement les enfants. Un atelier, associant le langage de l’écriture musicale et celui de l’improvisation, a donc été proposé à 2 classes d’écoles élémentaires. L’aboutissement de toute une année de travail, en partenariat avec le Théâtre, les enseignants, mais aussi 2 musiciens intervenants (dumistes), prendra la forme d’une œuvre intitulée Cache-cache, à l’affiche du Théâtre de la Renaissance. Pour Gilles Dumoulin, musicien et coordonnateur des projets pédagogiques aux PCL, cet engagement particulier des musiciens auprès d’un public scolaire n’a rien de démagogique. Au contraire, il participe d’un même “mouvement d’apprentissage global de la musique”, où les enfants développent leur sensibilité et où les artistes se réalisent au travers de cet échange. Culture à l’hôpital, musique à l’école… Les projets artistiques associant les professionnels et les “profanes” sont à la mode ! Qu’est-ce qui vous motive vraiment au travers de ce projet Cache-cache ? Gilles Dumoulin : Dans mon parcours, il y a des études de musique au conservatoire, mais également des cours que j’ai donnés, dès 18 ans, dans des écoles de musique, tout en continuant mes études. Lorsque j’ai commencé à travailler aux Percussions Claviers de Lyon, j’ai découvert une autre forme de transmission de la musique, en l’occurrence à des groupes d’enfants en milieu scolaire. Ce lien avec les enfants, à travers la musique, a donc, pour moi, toujours fait partie du même mouvement d’apprentissage global de la musique. Au moment où je me suis trouvé en position de prendre des initiatives aux PCL, sont venus des projets sous forme d’ateliers en milieu scolaire, avec un travail autour du silence, du timbre, qui est très important pour les percussions et très facile à transmettre aux enfants par le biais de jeux. Petit à petit, j’ai donc eu l’envie de concilier cette démarche de création que l’on peut avoir avec un compositeur et celle que nous avions déjà avec les enfants. Cache-cache est la 2e étape – après le projet de 2009-2010 Dessine-moi un son avec l’école AudreyHepburn dans le 9e – d’une démarche où l’on confronte les PCL à des enfants, dans un processus de création.

Concrètement, comment des enfants qui n’ont pas de notion d’écriture en musique vont-ils participer à la création d’une partition ? G. D. : Pour répondre, il me faut d’abord rappeler que Cache-cache repose sur 2 croisements. Le premier va se faire entre la musique écrite qui correspond à notre démarche de création avec les compositeurs et la musique improvisée qui correspond à une forme de travail dans les ateliers en milieu scolaire. Il associera le compositeur Martin Moulin, qui va composer une pièce pour les 5 percussions et claviers et les 2 classes d’enfants, qui joueront des percussions, mais auront également un rôle vocal. Martin va apporter cette matière écrite, au sens classique de la composition. La 2e forme de croisement se situe entre le travail des 5 musiciens professionnels et la forme des sons que produiront les enfants. Cette forme partira d’une écriture différente, improvisée, qui va s’appuyer sur des techniques de composition, le soundpainting*, et me permettre d’avoir ma part d’écriture en temps réel dans ce projet, à partir de gestes longuement travaillés en amont avec les enfants. Que connaissent ces enfants de la musique contemporaine, à laquelle vous voulez les sensibiliser ? G. D. : Il faut savoir que les 2 professeurs des écoles, volontairement engagés dans ce projet, font partie de chœurs et qu’ils sensibilisaient déjà leurs élèves par des jeux musicaux qui, pour moi, s’apparentent à des formes de musique contemporaine plus qu’aux comptines habituellement utilisées en milieu scolaire. Par ailleurs, une partie des élèves sont venus plusieurs fois au Théâtre de la Renaissance grâce aux actions mises en place par ce lieu culturel. À côté de cela, je pense que la majorité des élèves avec lesquels nous travaillons n’a pas de pratique musicale au sein de la cellule familiale, et que leurs références sont très éloignées de l’esthétique propre à la musique contemporaine. Nous les emmenons donc loin des sentiers battus. Les enfants sont néanmoins très réceptifs : nous avons parfois l’impression de parler chinois, mais aussi d’être très bien reçus en tant que chinois ! Que retirez-vous, personnellement et dans votre pratique artistique, de ces projets pédagogiques en milieu scolaire ? G. D. : Depuis que j’ai initié ce projet, qui investit quand même 5 musiciens, 1 technicien, 2 classes d’enfants, mais aussi la chargée des actions culturelles aux PCL, Fanny Haradji, je m’aperçois qu’il se glisse dans tous les interstices de ma vie, entre les répétitions, entre les tournées… Mais au-delà des questions d’organisation et de mise en place du projet, après chaque atelier avec les scolaires, je reviens aussi fatigué et aussi réalisé qu’après un concert ! Ce sont des moments forts, que je vis pleinement avec les enfants. Et c’est là que j’en mesure la dimension créative, qui n’est pas uniquement de l’ordre du concept. Le fait de pouvoir arriver dans une classe avec une étiquette d’artiste nous place dans une démarche très différente de celle des professeurs : elle permet d’instaurer un autre type de relation que celle que je connaissais au travers des écoles de musique. Ces ateliers donnent naissance à des émotions que les enfants ne savent parfois pas nommer, mais qui, par les images ou les mots qu’ils nous livrent, laissent penser qu’une certaine sensibilité se développe. * Langage de composition en temps réel créé par Walter Thompson dans les années 1980 pour tous les artistes dont l’art peut être improvisé. Cache-cache 10 février+ Ah q le 12 avril, au Théâtre de la Renaissance à Oullins

FÉVRIER 11

N° 167

15


agenda Pour mars envoyez vos infos avant le 18 février à 491@wanadoo.fr et ah491@wanadoo.fr

MARDI 1ER FÉVRIER LE PIÉTON A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ JEANNE GARAUD - CYRIL ROMOLI Radiant à 20h30. 16€ - 10€ A FILETTA - Train-Théâtre à 20h30. 19,5€ - 16€ YANNICK NOAH - Zénith à 20h. 59€ - 39€ MERCREDI 2 FÉVRIER KAREYCE FOTSO Amphithéâtre Opéra de Lyon à 12h30. Gratuit SEUL - DEADWOOD - UBIKAR Ninkasi Kafé à 20h. Gratuit JEANNE GARAUD - CYRIL ROMOLI Radiant à 20h30. 16€ - 10€ FREDRIKA STAHL - MILKYMEE L’Épicerie Moderne à 20h30. 14€ - 10€ TÉREZ MONTCALM Espace des Arts à 20h. 22€ - 8€ JEUDI 3 FÉVRIER MILKYMEE - MARTIN MEY Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€ MARIE LUC A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ SOUNDPAINTING DU GROLEKTIF Périscope à 21h30. 8€ - 6€ 80 DATES - Sonic à 21h. 6€ DIVINE PAISTE - PARANOID POP Marquise à 20h. 6€ DJ INCONTROL - DJ TIPOBOY RESERVOIRS GIRLS Marquise à 23h30. 9€ - 7€ DJ CARLOS Ninkasi Kafé à 19h. Gratuit CHRISTOPHE RIGAUD - DJ NEEK’O Ninkasi Sans-Souci à 20h30. Gratuit ÉRIC TOULIS Auditorium de Villefranche à 20h30. 16€ - 13€, 04 74 60 31 95 DENISE RULES - Abattoirs à 19h. Gratuit

16

N° 167

VENDREDI 4 FÉVRIER ANGIL & THE HIDDENTRACKS - LIBELUL Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€ KAREYCE FOTSO Amphithéâtre Opéra de Lyon à 12h30. Gratuit SADOO - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit MARIE LUC A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ FILS DE DISQUES Café-concert Les Capucins, Lyon 1er à 21h. Gratuit, 04 78 30 10 64 CORNEGIDOUILLE Agend’Arts à 20h. 2€ + chapeau PUZZLE - Café du Bout du Monde à 20h30. 8€ - 6€ NO WARRIES - Marquise à 20h30. 5€ DJ BOOLIMIX & FRIENDS Marquise à 23h. Gratuit IRATION STEPPAS - MA-KAYA BLACKBOARD JUNGLE’S Salle du Kao 23h/5h. 18€ - 16€ CAPORAL NIGGA - Ninkasi Kafé à 21h. Gratuit BENOÎT DORÉMUS - ALTAM Marché Gare à 20h. 14€ - 10€ MATHIEU MARTHOURET ORGAN QUARTET Périscope à 21h30. 8€ - 6€ PIERRE TIBOUM GUIGNON/ALMOSNINO/DUVIVIER BP Point du Jour à 18h30. Gratuit SOLWEG - Casa Musicale à 20h30. 8€ PHILIPPE COSTE - Nakamal à 20h30. 5€ BERNARD JOYET & MIRAVETTE Salle des Rancy à 20h30. 12€ - 9€ AGORIA - RONE - ARK - ARANDEL Transbordeur 22h/5h. 29€ - 24€ DJ DIEGO & BAL TANGO Lydolatino, Villeurbanne à 21h30. 10€, 06 88 03 47 32 DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 19h. Gratuit HYSTERY CALL - ASTRO ZOMBIES MONSTER KLUB - POMCANNELLE Clacson à 20h30. 10€ - 8€ ENTRE2DELTA - Maison du Peuple à 19h30. Gratuit THE GOOD DAMN - SURFIN’ MATADORS Salle du Quai, MJC Vienne à 20h. 8€, 04 74 53 21 96 SOMA - DIPLOË - Tannerie à 20h30. 10€ - 7€ TEREZ MONTCALM Salle Jean Dasté, Rive-de-Gier à 20h30. 18€ - 14€, 04 77 83 07 32 TOKYO SEX DESTRUCTION - THE FRANCK TYLER JAMES LEMERS - Le Fil à 20h30. 10€ LE CHEMIN DES CHÈVRES Maison de l’Université St-Étienne à 12h30. Gratuit BLAKE - DOÏNA QUINTET - RÉTROPOLIS MISTER MONROE Maison de l’Université St-Étienne à 20h. Gratuit sur réserv. 06 78 13 85 47 SLOW JOE La Bobine, Grenoble à 20h30. 8€, 04 76 70 37 58 ARS LONGA - THE CERTENUE’S BROTHERS LaPéniche à 21h. 3€ SAMEDI 5 FÉVRIER CORNEGIDOUILLE Agend’Arts à 20h. 2€ + chapeau MARY LAN’S VINYLES - NAZCA Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€ MARIE LUC A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ BERNARD JOYET & MIRAVETTE Salle des Rancy à 20h30. 12€ - 9€ LOTTA ROSIE - Nakamal à 20h30. 6€ OMPA BOMPA - Périscope à 21h30. 10€ - 6€ CURTISS - PLEIAD - Marquise à 19h. 12€ - 10€ DJ PHILGOOD - Marquise à 23h. Gratuit MAURICE LACHANCE - MAGGY SMISS Ninkasi Kafé à 21h. Gratuit DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 19h. Gratuit TRIO SOULŸRÈS & GARLIC BREAD Toï Toï Le Zinc à 20h. 8€ - 6€ LA TRIBUT DU VERBE LES RÉFUGIÉS POÉTIQUES MJC Ô Totem à 20h30. 5€, 04 78 88 94 88 Ça Va Jazzer : DIANE TELL Briscope à 20h30. 25€ - 15€ EBO TAYLOR - FANGA Abattoirs à 20h30. 14€ - 11€ BROUSSAÏ - DATUNE - ROOTS COLLECTIVE Salle C. Delage, St-Jean-de-Bournay à 20h. 8€ BIGRE, LE BIG BAND & SOUND PAINTING Théâtre de Belleville à 20h30. 8€ - 5€, 04 74 66 14 61 TREMPLIN RÉGIONAL LES GIBOULÉES Cave à Musique à 21h. Gratuit CHRISTIAN TERZIAN Train-Théâtre à 20h30. 17,5€ - 14€ YANNICK NOAH - Zenith à 20h. 59€ - 39€ ZARAGRAF + projections - Le Fil à 20h30. 12€

FÉVRIER 11

DIMANCHE 6 FÉVRIER TREMPLIN DÉCOUVERTE A Thou Bout d’Chant à 17h. 2€ SYLVIE BERGER/SYLVIE GÉNIAUX/SYLVIE HEINTZ Agend’Arts à 18h. 2€ + chapeau PRESSURE & PROTOJE with DON CORLEON KILA SOUND MASSIVE - TEK OVA SOUND Marquise à 21h. 10€ GET THE BLESSING - N’RELAX Cave à Musique à 21h. 9€ - 5€ PING MACHINE, dir. Fred Maurin Le Fil à 18h. 12€ - 8€ MARDI 8 FÉVRIER VARSOVIE - TRISTE SIRE - Marquise à 21h. 6€ ABBA MANIA Bourse du Travail à 20h30. 40,5€ - 35,5€ LES TRIGONES A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ ANNA KUPFER Médiathèque de Vaise à 12h30. Gratuit AGNÈS OBEL - Cave à Musique à 20h. 6€ MERCREDI 9 FÉVRIER SOUL STEREO - ROOTS SYNDICATE SOUND SYSTEM Marquise 23h/5h. 5€, gratuit pour les filles OT’CHOZ - Carré 30 à 20h30. 8€ - 5€ BATIST LEE - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit RHAPSODY OF FIRE - VISION OF ATLANTIS VEXILIUM - Transbordeur à 19h. 25€ ZEDRINE & CYCLIC + SLAM SESSION MJC Ô Totem à 18h. Gratuit, 04 78 88 94 88 AGNÈS OBEL - JOY Épicerie Moderne à 20h30. 13€ - 9€ AN PIERLÉ & WHITE VELVET - MENSCH Tannerie à 19h30. 15€ - 11€

JEUDI 10 FÉVRIER ENRICO MACIAS Bourse du Travail à 20h30. 44€ - 39€ PUZZLE RUMBLE - Marquise à 23h. 5€ BEBEY PRINCE BISSONGO invite JESSIE et SANDRA KOUAMÉ - ADAMA DEMBÉLÉ - etc. Amphithéâtre Opéra de Lyon à 20h30. 16€ - 10€ BOUTTE/POINSARD chantent Bourvil Carré 30 à 20h30. 8€ - 5€ NATHALIE MIRAVETTE - PIERRE MARGOT A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ NOONE - JINA MISS WHITE AND THE DRUNKEN PIANO Marché Gare à 20h. 5€ - 4€ DAVID BRESSAT TRIO & MARCUS STRICKLAND Périscope à 21h30. 12€ - 8€ GAY BEAST - JEAN-LOUIS - BLONDETTE’S Grnd Gerland à 20h30. 6€ HARRY COVER vs MAGGY SMISS Ninkasi Kafé à 19h. Gratuit VINCENT SALLA - DJ NEEK’O Ninkasi Sans-Souci à 20h30. Gratuit CHARLÉLIE - Transbordeur à 20h. 35€ - 28€ MICHEL HERMON - Radiant à 20h30. 21€ - 12€ BERTRAND BELIN - RED Épicerie Moderne à 20h30. 143€ - 9€ YOANNA - Salle Jean Dasté, Rive-de-Gier à 20h30. 5€, 04 77 83 07 32 ALDEBERT - TRICOT MACHINE Le Fil à 20h30. 20€ - 16€ JACARDI - Tannerie à 19h. Gratuit VENDREDI 11 FÉVRIER A DAY TO REMEMBER - CCO à 20h. 20€ - 16€ BAOBINGA & I.D. - SUBMERSE - INDIGO - NEAT FLATMATE - etc. - Transbordeur 22h/5h. 12€ - 10€ DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 19h. Gratuit THE SOCKS - DERNIÈRE MINUTE - DJ SNOO.P Ninkasi Kafé à 22h. Gratuit FAÏK - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit GAGADILO - 6e Continent à 21h. 5€ THE DIGGERS - FRAUD - Marquise à 19h. 10€ - 8€ DJ OVERFLOW - Marquise à 23h0. Gratuit NORIA - NATHAN SYMES Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€ ALY KAÏTA & PIERRE VAIANA Amphithéâtre Opéra de Lyon à 20h30. 16€ - 10€

NATHALIE MIRAVETTE - PIERRE MARGOT A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ BOUTTE/POINSARD chantent Bourvil Carré 30 à 20h30. 8€ - 5€ BYE-YA TRIO - Agend’Arts à 20h. 2€ + chapeau JAMAICAN CONEXION avec SHINEHEAD - LEGAL SHO ZION HIGH FOUNDATION - etc. Marché Gare 21h30 . 12€ - 10€ QUARTET K - ZAQ - Périscope à 21h30. 8€ - 6€ TIMBER TIMBRE - C.W STONEKING Épicerie Moderne à 20h30. 14€ - 10€ DIDIER PETIT SOLO - M.L.I.S. à 19h. Gratuit DIDIER PETIT/ LIONEL MARCHETTI M.L.I.S. à 20h. Gratuit ARPAD FLYNN - MOK - TRIGONES+ - etc. Allégro à 20h30. 12€ - 5€ DR FEELGOOD - CLASSIC AND TROUBLE Abattoirs à 20h30. 14€ - 13€ NO SHANGSA - LE SINGE BLANC - GÉNÉRIC Cave à Musique à 21h. 9€ - 5€ GÉNÉRAL ALCAZAR La Bobine, Grenoble à 20h30. 8€, 04 76 70 37 58 DUB INC - Théâtre Le Rhône, Bourg-lès-Valence à 20h30. 26€ - 23€, 04 75 43 38 88 MICHEL SARDOU - Zenith à 20h. 70€ - 39€ Poly’Sons : DJAZIA SATOUR - BERTRAND BELIN Le Fil à 20h30. 17€ - 13€ SAMEDI 12 FÉVRIER BEBEY PRINCE BISSONGO invite JESSIE et SANDRA KOUAMÉ - ADAMA DEMBÉLÉ - etc. Amphithéâtre Opéra de Lyon à 20h30. 16€ - 10€ BOUTTE/POINSARD chantent Bourvil Carré 30 à 20h30. 8€ - 5€ NATHALIE MIRAVETTE - PIERRE MARGOT A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ LA SQUADRA ZEUS - FIDJI PHOENIX SISTERS Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€ CLAIRE SABBAGH - Agend’Arts à 20h. 2€ + chapeau Quand les souris dansent : FANFARE PUSTULE Place de la Croix-Rousse à 12h. Gratuit JENA LEE - Bourse du Travail à 20h30. 30€ - 24€ KIND DEVILS - WINTER DEEP STORY ABOUT YOU - etc. Marquise à 19h. 10€ - 8€ DJ PHILGOOD - Marquise à 23h0. Gratuit FESTEN - Périscope à 21h30. 10€ - 6€ LITTLE BIG DJU - MELTING SNOW QUARTET Casa Musicale à 20h30. 8€ - 6€ CÉCA N’KO - Nakamal à 20h30. 7€ THE BUTTSHAKERS - Double Mixte / INSA Lyon TATIE CHARBY - MAURICE LACHANCE Ninkasi Kafé à 22h. Gratuit KIKI - PEDRO BURACRELLI - PH-NEUTRE DAN SOULSHOT Salle du Kao à 23h. 1 boîte de conserve DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 19h. Gratuit HONEY DJELI - MYRIAM & ALEXIS Médiathèque-Espace Baudelaire à 16h. Gratuit LEE HARVEY ASPHALTE - HONEY DJELI MJC Ô Totem à 20h30. 5€, 04 78 88 94 88 IBRAHIM MAALOUF Théâtre de Vénissieux à 20h30. 18€ - 8€ KYLESA - OKKULTOKRATI Clacson à 20h30. 12€ - 8€ JUNIP aka JOSÉ GONZALES - WOODPIGEON Épicerie Moderne à 20h30. 14€ - 10€ THE HILLBILLY MOON EXPLOSION BOPPIN’ GLIESERS - DJ BIG DADDY Tannerie à 20h. 14€ - 10€ DAVID BRESSAT TRIO & MARCUS STRICKLAND Crescent Jazz Club à 21h. 10€ GAGADILO - THE AIN’T LaPéniche à 21h. 8€ - 6,5€ DIDIER SUPER - ZOB Théâtre Le Rhône, Bourg-lès-Valence à 20h30. 20€ - 17€, 04 75 43 38 88 YATCH LIMOUSINE & DIAMONDS - BARBARA NOVAK - DJ STANI - Le Fil à 20h30. Gratuit DIMANCHE 13 FÉVRIER CHAPEL HILL - NICOLAS NOURRIT Hot Club de Lyon à 19h. 11€ - 9€ LAETITIA SHERIFF - ARIANNA MONTEVERDI Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€ CLAIRE SABBAGH Agend’Arts à 18h. 2€ + chapeau BRUNE - Sirius à 20h. 12€ - 10€ ECHANTIUM - PROCESS - 99 WAYS TO DIE - etc. Marquise à 19h. 10€ - 8€ COCK ROBIN Bourse du Travail à 19h. 36€ - 33€ BOUTTE/POINSARD chantent Bourvil Carré 30 à 17h30. 8€ - 5€ SKUNK ANANSIE - Transbordeur à 19h. 30€ DAVID BRESSAT TRIO feat. MARCUS STRICKLAND Le Fil à 18h. 12€ - 8€

LUNDI 14 FÉVRIER DISAPPEARS feat. STEVE SHELLEY - DEBORAH KANT Sonic à 21h. 10€ COCOON - Transbordeur à 20h. 28€ PHAROAE MONCH - JEAN GRAE Salle du Kao à 20h. 28€ DJ CARLOS - Ninkasi Kafé à 21h. Gratuit MARDI 15 FÉVRIER BENOÎT PIOULARD - Sonic à 21h. 6€ DEVOLT - ESCAPE TO - LAWLESS BLOSSOM Marquise à 19h. 10€ - 8€ CALOGERO - Bourse du Travail à 20h. 41,5€ - 38,5€ WALLACE NEGAO & PAGODE Café du Bout du Monde dès 19h. 8€ - 6€ SHUB - JUBILE - SEB & THE RHÂÂ DICKS Tostaki Lyon 1er à 20h30. 5€ FABRYS BENEY - THOMAS LACHARTRE SEPTANBRE - A Thou Bout d’Chant à 20h30. 3€ MICHEL SARDOU Halle Tony Garnier à 20h. 70€ - 35€ AGNÈS BIHL - HERVÉ AKRICH Train-Théâtre à 20h30. 17,5€ - 14€ MERCREDI 16 FÉVRIER LA SERA - MENSCH - FLUFFY VENUS Sonic à 20h30. 6€ TEK OVA SOUND - DJ TEESME - BURNIN BASS KOMBO & HANIBAL SELECTA Marquise à 23h. 5€ BOJAN Z Amphithéâtre Opéra de Lyon à 12h30. Gratuit MICHEL SARDOU Halle Tony Garnier à 20h. 70€ - 39€ THE BLACK ANGELS Épicerie Moderne à 20h30. 15€ - 11€ THE WACKIDS- LaPéniche JEUDI 17 FÉVRIER BOJAN Z / VINCENT SEGAL Amphithéâtre Opéra de Lyon à 20h30. 16€ - 10€ BENNIE HEMM HEMM - THE MELLOW Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€ NICO* - ALICE DEZAILLES A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ THIEVES LIKE US - TRISTESSE CONTEMPORAINE JOKARI PLAYERS Marché Gare à 20h. 13€ - 11€ PHILIPPE ROCHE TRIO invite ÉRIC PROST BIG BAND ENM DE GUITARES Périscope à 21h30. 8€ - 6€ SOUAD MASSI - FNAC Bellecour à 17h30. Gratuit TRIO DE CÔCO - DJ JEMKEY Marquise à 21h30. 5€ ANGRA - Salle du Kao à 19h. 26€ - 22€ HARRY COVER vs MAGGY SMISS Ninkasi Kafé à 19h. Gratuit BRANDY NEWMAN & THE CYCLOPS - DJ NEEK’O Ninkasi Sans-Souci à 20h30. Gratuit BUSY P - DJ MEHDI - SEBASTIAN - BREAKBOT Transbordeur 22h/5h. 29€ - 24€ DIDIER PETIT SOLO - M.L.I.S. à 19h. Gratuit DIDIER PETIT/ SAMUEL CHAGNARD M.L.I.S. à 20h. Gratuit LES PALATA SINGERS Église ND de Lourdes, Bron à 20h30. 21€ - 15€, 04 72 14 63 40 LA FUZION - MDD 38 - Abattoirs à 19h. Gratuit


agenda

VENDREDI 18 FÉVRIER Quand les souris dansent : NEVCHERHIRLIAN - MELISSMELL - NO MAD? Maison des Associations, Lyon 4e à 20h. 12€ - 10€ ROOTIKAL WARRIAH SOUND SYSTEM MANKINDHI-FI - JAH TOOL - RAS KHALIL La Ficelle, Lyon 4e à 20h. 7€ LE PECHEUR – ZYKLON BEACH – STRANGE HANDS Trokson à 20h30. 5€ SEONE - HILYLE - BREDDA SOUND - KING MILOUZ Les Valseuses, Lyon 1er à 21h. Gratuit NICO* - ALICE DEZAILLES A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ CAPUSH Kraspek Myzik à 20h30. 7€ - 5€ SADOO - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit SEVDALINKAS TRIO feat. BOJAN Z Amphithéâtre Opéra de Lyon à 20h30. 16€ - 10€ SARAH CORNIBERT - FABRYS BENEY - ABRYBUSS Casa Musicale à 20h. Gratuit MARJOLAINE REYMOND QUARTET - STILTE Périscope à 21h30. 10€ - 6€ YOANNA - Salle des Rancy à 20h30. 12€ - 9€ DJ BOOLIMIX - Marquise à 23h. Gratuit GOSPEL POUR 100 VOIX Salle 3000 Cité Internationale à 20h30. 46€ - 41€ ANDY C & GQ - SUKH KNIGHT & P MONEY Salle du Kao 22h/5h. 18€ - 15€ LILÉA NARRATIVE - GHOSTOWN SELEKTA KABOK - DJ P Ninkasi Kafé à 22h. Gratuit DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 19h. Gratuit Ça Va Jazzer : MOUNTAIN MEN Briscope à 20h30. 15€ - 10€ YVES DUTEIL Sémaphore à 20h30. 25€ - 12,5€ HERMANEZ - WAVESONIK - PLAY WITH ME SOULSHOT DAN - Le Fil à 22h. 10€ PASCALE CHARRETON Chok Théâtre à 20h30. 10€ - 7€

SAMEDI 19 FÉVRIER 5 ans du Marché Gare : CARMEN MARIA VEGA PHILIPPE PROHOM - MILKYMEE - BILLIE - etc. Marché Gare 20h/3€ . 4€ BOY DAMON T - Nakamal à 20h30. 10€ MARTEAU MATTRAQUE Périscope à 21h30. 8€ - 6€ N’ZENG vs PRINCE BASHIR - Sonic à 22h. 5€ JUN MATSUOKA - Marquise à 23h. Gratuit TRIO XENOPHONIA feat. BOJAN Z Amphithéâtre Opéra de Lyon à 20h30. 16€ - 10€ NICO* - ALICE DEZAILLES A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ Quand les souris dansent : DANIEL KAHN & THE PAINTED BIRD - KIFTÉLÉ DIVANO DROMENSA - SCHTOUSS Maison des Associations, Lyon 4e à 19h45. 12€ - 10€ CAROLINE PERSONNE Café du Bout du Monde à 20h30. 8€ - 6€ ANDRÉ BONHOMME Agend’Arts à 20h. 2€ + chapeau CHLOÉ LACAN Salle des Rancy à 20h30. 12€ - 9€ MAGGY SMISS - MAURICE LACHANCE Ninkasi Kafé à 22h. Gratuit DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 19h. Gratuit LES PORCS - Toï Toï Le Zinc à 20h. Prix libre ELOUNA MJC Ste-Foy à 20h30. 10€ - 6€, 04 78 59 66 71 YVES DUTEIL - Sémaphore à 20h30. 25€ - 12,5€ BIG BAND DE JAZZ DE VLLEFRANCHE/ HERVÉ SALAMONE / FABIEN RODRIGUEZ, dir. Christophe Metra Auditorium de Villefranche à 20h30. 16€ - 13€, 04 74 60 31 95 LA RUMEUR - SPECTA Abattoirs à 20h30. 13€ - 10€ THE BUTTSHAKERS THE THIRSTY SELENITS BAND Tannerie à 20h30. 8€ - 5€ ZION TRAIN - FREE’S B - BULLSTOOP LaPéniche à 21h. 8€ - 5€ MASS HYSTERIA - THE ARRS - BLACK POPPERS Le Fil à 20h30. 18€ - 14€ PASCALE CHARRETON Chok Théâtre à 20h30. 10€ - 7€ HELLFISH - PSIKO - PROGRAMMERS CEMTEX - BART - etc. Moulin de Brainans à 22h. 12€ - 10€ DIMANCHE 20 FÉVRIER Quand les souris dansent : SOMBRER(O)S - GAB’J - TIMTAMR Maison des Associations, Lyon 4e à 16h. Gratuit ANDRÉ BONHOMME Agend’Arts à 18h. 2€ + chapeau YVES DUTEIL - Sémaphore à 15h. 25€ - 12,5€ BIG BAND DE JAZZ DE VLLEFRANCHE Auditorium de Villefranche à 17h. 16€ - 13€, 04 74 60 31 95

LUNDI 21 FÉVRIER THE DAEDALUS SPIRIT ORCHESTRA EKOE - KAIROS - Marquise à 20h. 7€ ANATHEMA - PETTER CARLSEN - CLOVER SEEDS Salle du Kao à 19h. 26€ € 23€ DJ CARLOS - Ninkasi Kafé à 22h. Gratuit MARDI 22 FÉVRIER TU FAWNING feat. CORRINA REPP & JOE HAEGE Sonic à 21h. 7€ FAÏK - Ninkasi Ampère à 19h. Gratuit GAZTON - A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ DUB INC - Transbordeur à 19h. 26€ UN SALUT À GEORGES BRASSENS feat. LES MUSIQUES À OUÏR Théâtre de Villefranche à 20h30. 26,5€ - 17€ MERCREDI 23 FÉVRIER LEE « SCRATCH » PERRY CCO à 20h. 22€ - 17€ THE AMSTERDAM RED LIGHT DISTRICT Ninkasi Kafé à 21h. Gratuit LES DÉJANTÉS - ONE LETTER - EL NIÑO THE UNDONE BELTS - etc. Marquise à 19h. 10€ HAZEL LEIGH - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit NAZIHA ZZOUZ TRIO Amphithéâtre Opéra de Lyon à 12h30. Gratuit JEAN-MARC WEBER - [THE] PLANTIGRADE PIERROT - LaPéniche à 19h. Gratuit JEUDI 24 FÉVRIER ZOMBIE ZOMBIE - EL BOY DIE Marché Gare à 20h. 15€ - 12€ KARAOCAKE - Périscope à 21h30. 8€ - 6€ BONOBO aka SIMON GREEN Marquise à 23h30. 14€ - 12€ TOXICLINIK - DU HAUT UNDERGOURND TROUBADOURS - etc. Marquise à 19h. 10€ HARRY COVER vs MAGGY SMISS Ninkasi Kafé à 19h. Gratuit JUNE - DJ NEEK’O Ninkasi Sans-Souci à 20h30. Gratuit ASA - Transbordeur à 20h. 30€ NOHA LAGOUTTE A Thou Bout d’Chant à 20h30. 12€ - 8€ TREMPLIN FRANCE Ô FOLIES L’Épicerie Moderne à 20h30. Gratuit RASPAIL - NAIF Train-Théâtre à 20h30. 15,5€ - 13,5€ VENREDI 25 FÉVRIER NAZIHA ZZOUZ TRIO Amphithéâtre Opéra de Lyon à 12h30. Gratuit FAÏK - Ninkasi Opéra à 21h. Gratuit TOBI NEUMANN - ACID SODA DV1, Lyon 1er à 23h. Gratuit MICHEL CLEIS - CÉSAR MERVEILLE KLÉMENT BONELLI Plateforme 22h/4h. 19€ - 16€ SWINE DIAMOND - TIB’S - STEVE - etc. Marquise à 19h. 10€

DJ PHILGOOD - Marquise à 23h. Gratuit JULIEN BERTRAND QUINTET Périscope à 21h30. 8€ - 6€ CHOOGLIN’ - YEAH BABY YEAH - TANGO & CASH Ninkasi Kafé à 21h. Gratuit DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 19h. Gratuit LES MONSTROPLANTES - IMPERIAL KIKIRISTAN CODE SABOTAGE - DJ ELECTROSEX Transbordeur à 20h. 10€ LA MINE DE RIEN - GEORGES SOUND Abattoirs à 20h30. 11€ - 9€ TIMBER TIMBRE - C.W STONEKING Cave à Musique à 21h. 12€ - 8€ REDBONG - FEDAYI PACHA feat. MANU CHEHAB DANDY FREAKS - THE WORM Le Fil à 20h30. 10€ ASA - Château Rouge à 20h30. 18€ - 14€ LA RUE KÉTANOU - ANTIQUARKS - etc. Sous chapiteau, Payzac à 20h. 12€, 04 75 39 99 73 CHARLES PASI - AEROFRED Cave-Théâtre de Poligny (39) à 20h30. 10€ - 8€, 03 84 37 50 40 SAMEDI 26 FÉVRIER TRIO BASSMA - Agend’Arts à 20h. 2€ + chapeau DILEMN - BEATAUCUE - MIK IZIF HORROR SHOWER Plateforme 23h/5h. 13€ - 10€ JEUDISOIR - HEADSHOT LES ÉTOUFFES CHRÉTIENS - OTTOROOTS Marquise à 19h. 10€ JUN MATSUOKA - Marquise à 23h. Gratuit MAGGY SMISS - MAURICE LACHANCE Ninkasi Kafé à 22h. Gratuit DJ BEEGOOD & DJ PHILIPPE DENOVA G-SQUAD feat. CHRIS Salle du Kao & Guitoune à 23h. 12€ ERIK FRIEDLANDER Périscope à 21h30. 12€ - 6€ DJ NEEK’O - Ninkasi Sans-Souci à 19h. Gratuit OQUESTRADA - Épicerie Moderne à 20h. 20€ - 16€ SPIRIT LOSCHEN Crescent Jazz Club à 18h30. Gratuit Séville 82 : TONIO MARINESCU / RED / PHILIPPE TESSIER Cave à Musique à 21h. 8€ - 4€ Battle danse Hip-Hop : SMOKEMON - CHASSEUR DE PRIME - etc. Tannerie à 14h. 5€ TREMPLIN METROPOLIS 42 Le Fil à 20h30. 6€ EMILY LOIZEAU - MONOFOCUS - TRANSGUNNER - etc. Sous chapiteau, Payzac à 20h. 12?, 04 75 39 99 73 DIMANCHE 27 FÉVRIER TRIO BASSMA - Agend’Arts à 18h. 2€ + chapeau CHALI 2NA - Marquise à 19h30. 18€ - 16€ LUNDI 28 FÉVRIER DJ CARLOS - Ninkasi Kafé à 22h. Gratuit

FESTIVALS FESTIVAL PLUG&PLAY (1ÈRE) Kraspek Myzik - Lyon 1er - 04 69 60 49 29 12 formations, entre folk indé et musiques au-delà de nos frontières Avec MILKYMEE - THE MELLOW LAETITIA SHERIFF - LA SQUADRA ZEUS - etc. 3 au 17 fév à 20h30. 7€ - 5€ /soir, 3J/12€ - 10€ FESTIVAL QUAND LES SOURIS DANSENT (3E) Divers lieux Croix-Rousse - 06 18 10 95 65. www.lacocotteprod.com Musiques, contes, projections 12 au 20 fév. 12€ à gratuit MELISSMELL - DANIEL KAHN & THE PAINTED BIRD FANFARE PUSTULE - etc. + LE MANGEUR DE MOTS d’Hélène Saïd Café du Bout du monde, 17 fév à 20h45 + LA GUILLOTIÈRE, DES MONDES DE MUSIQUE + Débat Yaël Epstein 15 fév à 20h30 NUIT DES MUSIQUES (6E) Théâtre des Augustins - Montluel (01) 04 72 25 75 07 BALMINO - KAREYCE FOTSO ENSEMBLE IN CORTEZIA (Musique médiévale) + DIS MOI PAPA (conte) 19 fév dès 16h30. 7€ - 5€, pass/16€ - 13€ LES POLY’SONS (8E) Théâtre des Pénitents - Place des Pénitents Montbrison - 04 77 96 39 16 + Fil, Radiant, Théâtre Iris 13 concerts, 25 groupes Jusqu’au 18 fév à 20h30 (ou 19h). 21€ - 6,8€ Théâtre des Pénitents, 04 77 96 39 16 (à 20h30 ou 19h. 21€ - 6,8€ ) JAMAIT - 1er fév ART MENGO - CARROUSEL - 3 fév BENOÎT DORÉMUS - NICOLAS FRAISSINET ÉVELYNE GALLET - 5 fév FÉLOCHE - FLORENT MARCHET - 8 fév LEPRESTISSIMO avec ROMAIN DIDIER / GÉRARD MOREL etc. - 10 fév LOÏC LANTOINE - SARCLORET - 15 fév ÉRIC TOULIS - EDDY (LA) GOOYATSCH - 18 fév + Tremplin des Poly’Sons 2010 - 12 fév Le Radiant, 04 78 23 10 10 (à 20h30. 16€ - 10€ ) JEANNE GARAUD - CYRIL ROMOLI - 1er et 2 fév MICHEL HERMON - 10 fév Théâtre de l’Iris, 04 78 68 86 49 (à 20h30. 14€ - 11€) NICOLAS FRAISSINET - 3 fév INVITATION À L’AFRIQUE DE L’OUEST (11E) Centre Le Bournot, Château, Église St-Laurent Aubenas - 04 75 89 02 02/09 25 RDV (musiques, contes, conférences, lectures, projections etc.) TOUMAST - 18 fév BALLAKÉ SISSOKO & VINCENT SEGAL - 20 fév PEDRO KOUYATÉ - TIWITINE - etc. 14 au 20 fév

FÉVRIER 11

N° 167

17


agenda VENDREDI 11 FÉVRIER ORCHESTRE DU CNMSD LYON, dir. Peter Csaba Schubert Salle Varèse à 20h30. 12€ PIERRE HANTAÏ - Bach, Scarlatti Salle Molière à 20h30. 35€ - 18€, 04 78 47 87 56 ARCADI VOLODOS - Chopin, Schuman, Liszt Auditorium de Lyon à 20h30. 48€ - 10€ SAMEDI 12 FÉVRIER PATRICIA PETIBON & VENICE BAROQUE ORCHESTRA, dir. Andrea Marcon Hændel, Vivaldi, Scarlatti, etc. Chapelle de la Trinité à 20h30. 70€ - 30€ ONL & BÉATRICE URIA-MONZON, dir. Michel Plasson Fauré, Chausson, Massenet, Bizet Auditorium de Lyon à 18h. 46€ - 13€ ORCHESTRE DU CNMSD LYON, dir. Peter Csaba Schubert Salle Varèse à 20h30. 12€ DIMANCHE 13 FÉVRIER MUSICIENS DE L’ONL St-Saëns, Canat de Chizy, Caplet Auditorium de Lyon à 11h. 22€ - 11€ LUNDI 14 FÉVRIER MUSICIENS DE L’ONL - Beethoven, Ravel Salle Molière à 19h30. 22€ - 11€, 04 78 95 95 95

CLASSIQUE MARDI 1ER FÉVRIER CHŒUR BRITTEN, dir. Nicole Corti - Schumann Fort de Vaise, Lyon 9e à 20h. 18€ - 8€, pass/40€ -15€, 04 72 30 75 49 MUSIQUE DE CHAMBRE, CNSMD Lyon Brahms, Strauss Médiathèque de Vaise à 12h30. Gratuit CLARA ABOU / ALEXANDRA ROSHCHINA Salle Varèse à 20h30. Gratuit MERCREDI 2 FÉVRIER TRIO STEUERMANN - Musique de chambre Amphithéâtre Opéra Lyon à 12h30. MUSIQUE DE CHAMBRE, CNMSD Lyon Salle Varèse à 18h et 20h30. Gratuit JEUDI 3 FÉVRIER ONL, dir. Hervé Niquet - Lully, Gluck, Ravel, Mozart, etc. Auditorium de Lyon à 20h30. 46€ - 13€ VENDREDI 4 FÉVRIER TRIO STEUERMANN - Musique de chambre Amphithéâtre Opéra Lyon à 12h30. CARTE BLANCHE AU CONSERVATOIRE DE VILLEFRANCHE Théâtre de Villefranche à 12h15. 13,5€ - 9€ SAMEDI 5 FÉVRIER ONL, dir. Hervé Niquet - Lully, Gluck, Ravel, Mozart, etc. Auditorium de Lyon à 18h. 46€ - 13€ DIMANCHE 6 FÉVRIER QUATUOR DEBUSSY - Debussy, Ravel, Lekeu Église ND de Lourdes, Bron à 17h. 18€ - 12€, 04 72 14 63 40 MARDI 8 FÉVRIER MUSICIENS DE L’ONL / SOLISTES DE LYON-BERNARD TÉTU / DIEGO INNOCENZI, dir. Bernard Tétu - Gounod, Franck, Liszt Auditorium de Lyon à 19h30. 22€ - 6,5€ MERCREDI 9 FÉVRIER MUSIQUE ANCIENNE, CNSMD Lyon Musée Gadagne à 12h30. Gratuit, 04 37 23 60 45 CLASSES DE CHANT, CNSMD Lyon Schubert Salle Varèse à 20h30. Gratuit ORCHESTRE DU CNMSD LYON, dir. Peter Csaba Schubert Espace Montgolfier-Davézieux (07) à 20h30 JEUDI 10 FÉVRIER ONL & BÉATRICE URIA-MONZON, dir. Michel Plasson - Fauré, Chausson, Massenet, Bizet Auditorium de Lyon à 20h30. 46€ - 13€ ORCHESTRE DU CNMSD LYON, dir. Peter Csaba Schubert Espace Montgolfier-Davézieux (07) à 20h30

MARDI 15 FÉVRIER ORCHESTRE ATELIER, ENSEMBLE VOCAL CNSMD LYON, dir. Nicole Corti Berio, Martin, Canat de Chizy, Debussy Salle Varèse à 20h30. Gratuit MUSIQUE DE CHAMBRE, CNR Lyon Chausson, Poulenc Médiathèque de Vaise à 12h30. Gratuit MERCREDI 16 FÉVRIER MUSIQUE DE CHAMBRE, CNSMD Lyon Salle Varèse à 18h et 20h30. Gratuit JEUDI 17 FÉVRIER MUSIQUE DE CHAMBRE, CNSMD Lyon Amphithéâtre Malraux, Manufacture des Tabacs à 12h30. Gratuit ONL & MIREILLE DELUNSCH, dir. Josep Pons Ravel, Bizet, Stravinsky Auditorium de Lyon à 20h30. 46€ - 13€ VENDREDI 18 FÉVRIER DERYA TÜRKAN - Musique classique turque Amphithéâtre Opéra de Lyon à 12h30. Gratuit ONL & ROBERT BIANCIOTTO, dir. Josep Pons Milhaud, Stravinsky Auditorium de Lyon à 12h30. 10€ ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE LA SCALA DE MILAN, dir. Georges Prêtre - Respighi, Franck Auditorium de Lyon à 20h30. 150€ - 20€ CLASSES DE PERCUSSIONS CNSMD LYON & PARIS Xenakis Salle Varèse à 19h. Gratuit ORCHESTRE DE MÂCON, dir. Éric Geneste Dvorák, Suk, Elgard Mâcon Scène Nationale à 20h30. 23€ - 7€ SAMEDI 19 FÉVRIER ONL & MIREILLE DELUNSCH, dir. Josep Pons Ravel, Bizet, Stravinsky Auditorium de Lyon à 18h. 46€ - 13€ ALAIN BARAIGE / ELSA GRETHIER Bach, Baraige, Ton-That Thiet Espace Éole à Craponne à 20h30. 19€ - 12€, 0953 70 24 86 DIMANCHE 20 FÉVRIER SOPHIE AGNEL/OLIVIER BENOÎT Palais Bondy, Lyon 5e à 17h. 12€ - 5€, 04 78 29 01 34 CAMERATA DU RHÔNE & LAURENT MARIUSSE Glass, Séjourné, Abe Maison de Quartiers des Essarts, Bron à 16h30. 10€, 04 72 14 63 40 MARDI 22 FÉVRIER ENSEMBLE OP.CIT & MARIE BRAUN, dir. Guillaume Bourgogne - Eötvös, Debussy NTH8 à 20h. Prix libre, 100€ à 0€ MUSIQUE ANCIENNE, CNMSD Lyon Musée des Tissus, Lyon 2e à 12h30. 8€ MAÏ TANAKA Salle Varèse à 20h30. Gratuit

MERCREDI 23 FÉVRIER ONL, dir. Alexandre Soddy - Ravel 23 fév à 15h. 15€ JEUDI 24 FÉVRIER JEUNE ORCHESTRE SYMPHONIQUE, dir. Serge Paloyon Rossini, Elgar, Debussy Théâtre Astrée à 20h30. Gratuit CAMERATA DU RHÔNE & HERVÉ CLIGNIEZ Brahms Médiathèque Jean Prévost Bron à 12h30. 10€, 04 72 14 63 40 ORCHESTRE DES PAYS DE SAVOIE & PHILIPPE BERROD, dir. Paul Watkins Kurtag, Mozart, Webern, Haydn Théâtre de Bourg-en-Bresse à 20h30. 22€ - 15€ VENDREDI 25 FÉVRIER QUATUOR BELA Théâtre de Villefranche à 12h15. 13€ OPÉRA OPÉRA DE LYON Place de la Comédie - Lyon 1er - 0826 305 325 WERTHER (d’après Gœthe) de Massenet, Orchestre & Maîtrise de l’Opéra de Lyon, dir. Johannes Willig - MS : Rolando Villazón Jusqu’au 7 fév à 20h, di. à 16h. 90€ - 5€ THÉÂTRE DE LA RENAISSANCE 7, rue Orsel - Oullins - 04 72 39 74 91 DIDON ET ÉNÉE de Purcell, Les Nouveaux Caractères, dir. Sébastien d’Hérin Dessin : Florence Dupré Latour 17 fév à 20h. 20€ - 12€ ESPACE CULTUREL SAINT- GENIS-LAVAL 8, rue des Écoles - St-Genis-Laval - 04 78 86 82 28 LE ROI ARTHUR d’après Purcell, Chœur de l’IUFM & Solistes Opéra de Lyon, dir. Jean Duvillard 8 fév à 19h. 8€ - 5€ CENTRE CULTUREL ARAGON 88, crs de Verdun - Oyonnax - 04 74 81 96 80 LES CONJURÉES OU LA CROISADE DES DAMES de Schubert, Solistes de Lyon Bernard Tétu/Philippe Cassard & Élisabeth Macocco, dir. Bernard Tétu MS : Jean Lacornerie 12 et 13 jan à 20h30 SPECTACLES MUSICAUX CAFÉ-THÉÂTRE LES TONTONS FLINGUEURS 12, rue Romarin - Lyon 1er - 06 29 85 51 50 EN AVIAN LA ZIZIQUE ! (autour de Boris Vian), Cie Les Bisons Ravis Jusqu’au 26 mars, sa. à 18h. 15€ THÉÂTRE ASTRÉE Campus de la Doua - 6, av. G. Berger Villeurbanne - 04 72 44 79 45/04 72 43 19 11 PAKUA, CNSMD de Lyon & The Being Cie Mus : Reich, Jodlowski, Vattoux/Duflo, De Mey 22 fév à 20h30. Gratuit CENTRE CULTUREL THÉO ARGENCE Pl. Ferdinand Buisson - St-Priest - 04 78 20 02 50 LE PRESTISSIMO - Romain Didier et Gérard Morel chantent Leprest MS : Gérard Morel - Dir. mus : Romain Didier 18 fév à 20h30. 18€ - 11€ LE RADIANT 1, rue Jean Moulin - Caluire - 04 78 23 84 02 Music hall’ino 2011 : ATCH - SOPHIE LA HARPISTE GOLDEN SPIRIT ET COCAGNE CLUB - etc. 4 et 5 fév à 20h + sa. à 15h. 30€ - 10€ MAISON DU PEUPLE 4, pl. Jean Jaurès - Pierre Bénite - 04 78 86 62 90 INÉDIT PIAF - MS : Cécile Jacquemont 13 fév à 15h30. 13€ - 11€ MÂCON SCÈNE NATIONALE 1511, av. Ch. de Gaulle - Mâcon - 03 85 22 82 99 QUELQU’UN T’ATTENDRA AU BORD DU CHEMIN, Cie La Farfalla Dir. art : Maria Braun - Chor : Miguel Gabis 1er fév à 20h30. 23€ - 7€ ORIENT, MON AMOUR avec Bratsch, Kamilya Jubran, Trio Yashaal, Salah Al Hamdani et invités Poèmes : Salah Al Hamdani - Mus : Jubran, Girard 11 fév à 20h30. 23€ - 7€ TRAIN-THÉÂTRE 1, rue Aragon - Portes-lès-Valence - 04 75 57 14 55 LEPRESTISSIMO ! avec Romain Didier, Elsa Gelly, Katrin Wal(d)teufel etc. MS : Gérard Morel 8 fév à 20h30. 19.5€ - 16€ THÉÂTRE DES PÉNITENTS Pl. des Pénitents - Montbrison - 04 77 96 39 16 FUGAIN FAIT SON BIG BAZAR, Cie Cabaret 25 et 26 fév à 20h30, sa. à 14h30 et 17h30. 11€ - 9,4€

LES VEDETTES SECRÈTES THÉÂTRE 11, rue de l’Annonciade - Lyon 1er - 04 78 30 49 02 LES COCOTTES SE SOIGNENT 24 fév au 26 mars, je. au sa. à 20h. 14€ - 10€ SALLE RAMEAU 29, rue de la Martinière - Lyon 1er FAITES ENTRER FABRICE EBOUÉ MS : David Salles 24 fév à 20h30. 26€ BOURSE DU TRAVAIL 205, place Guichard - Lyon 3e CLINIC, LE SPECTACLE QUI SOIGNE ! Textes : J-Lou Chaffre, Cathy Puech, Sarah Gellé, J-Lou de Tapia, Stéphane Joly MS : Éric Métayer 24 fév à 20h30. 39€ - 27€ LES CONFESSIONS DE ROUSSEAU, Stéphane Rousseau 25 fév à 20h30. 42€ CAFÉ DU BOUT DU MONDE 3, rue d'Austerlitz - Lyon 4e - 04 72 98 39 08 ONE MAN CHAUVE, Philippe Saïd 11 fév à 20h30. 10€ - 7€ CARTOUCHE D’IMPRO, les Improlocco 12 fév à 19h. Gratuit LES MDR « Humoristes, 5 styles d’humour ! » 16 fév à 20h30. 3€ ESPACE GERSON 1, place Gerson - Lyon 5e - 04 78 27 96 99 PLATEAUX NOUVEAUX TALENTS Lu. à 20h30. 10€ BAZAR, Et Cie - Ma. à 20h30. 15€ - 11€ À L’OUEST - MS : Patricia Thévenet 2 au 26 fév à 20h30, sa. à 20h et 22h. 15€ - 11€ PRÉSÉLECTION FESTIVAL NATIONAL DES HUMORISTES 14 fév à 20h30. 10€ COMIQUEMENT RESPONSABLE, David Buniak 28 fév à 20h30. 10€ SALLE LÉO FERRÉ MJC du Vieux Lyon - 5, place St-Jean - Lyon 5e 04 78 42 48 71 LA LESBIENNE INVISIBLE, OcéaneRoseMarie 10 au 13 fév à 20h30, di. à 16h. 12€ - 6€ AMPHITHÉÂTRE/SALLE 3000 Cité Internationale - 50, quai Charles de Gaulle Lyon 6e MOTHERFUCKER de, par et avec Florence Foresti 24 au 26 fév à 20h30. 45€ L’ÉLYSÉE 14, rue Basse Combalot - Lyon 7e - 04 78 58 88 25 BIEN FAIT de Larroque/Seguette, Cie du Détour MS : Laure Seguette 2 au 12 fév à 19h30. 12€ - 10€ LE NEUTRINO Hôtel de Ville - Place du Gal de Gaulle - Genas 04 72 47 11 11 LE SPECTACLE DONT VOUS ÊTES LES AUTEURS, la L.I.LY (impro) 19 fév à 20h30. 15€ - 5€ MAISON DU PEUPLE 4, pl. Jean Jaurès - Pierre Bénite - 04 78 86 62 90 AMINE ET RACHID ALIAS ISNOGOUD 19 fév à 20h30. 13€ - 11€

THÉÂTRE DU VELLEIN Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85 COCORICO MS : Michèle Guigon / Susy Firth / Patrice Thibaud 15 et 16 fév à 20h30. 17€ - 12€ L’ALLÉGRO Place de la République - Miribel - 04 78 55 80 20 40 ANS … DE SCÈNE, Marc Jolivet 25 fév à 20h30. 28€ - 14€ SALLE LA FRUITIÈRE / BOIS DU BARON 7 bis, rue des Docteurs Vacher St-Laurent-de-Mure - 04 72 48 07 24 MODESTES PROPOSITIONS POUR REMÉDIER À LA TROP FORTE CROISSANCE DE LA POPULATION MONDIALE, Cie du Détour Textes : Platon, Swift, Malthus, Darwin MS : Agnès Laroque 25 fév à 20h30. 10€ - 8€ THÉÂTRE DE GIVORS 2, rue Puits Ollier - Givors - 04 72 24 25 50 SACRIFICES, Nouara Naghouche MS : Pierre Guillois 25 fév à 20h30. 13€ - 8€ ESPACE CULTUREL JEAN CARMET Bld du Pilat - Mornant - 04 78 44 05 17 PAS BOUGER LE CHIEN, Gérard Potier MS : François Rollin - Mus : Gérard Baraton 4 fév à 20h30. 16€ - 7€ SALLE JEANNE D’ARC 16, rue Tissot - St-Étienne - 04 77 20 04 86 ANTHONY KAVANAGH FAIT SON COMING OUT MS : Rémy Caccia 9 fév à 20h. 33€ ZENITH SAINT-ÉTIENNE Rue Scheurer Kestner - St-Étienne ET PAS UNE RIDE !, Michèle Bernier Texte, MS : M-Pascale Osterreich 18 fév à 20h30. 42€ MOTHERFUCKER, Florence Foresti 22 fév à 20h30. 45€ LES CONFESSIONS DE ROUSSEAU, Stéphane Rousseau 23 fév à 20h30. 39€ CENTRE CULTUREL LE SOU 19, rue Romain Rolland - La Talaudière 04 77 53 03 37/04 77 53 92 00 L’HÉROÏSME AUX TEMPS DE LA GRIPPE AVIAIRE de Thomas Gunzig avec Itsik Elbaz MS : Alexandre Drouet 19 fév à 20h30. 14€ - 8€ FESTIVALS DIVERS OUFS D’ASTRO [BIENNALE DU CIEL ET DE L’ESPACE] Divers lieux Vaulx-en-Velin + Lyon (Comœdia, etc.) 04 78 79 50 12 Conférences, expos, projections, trophées de robotique, spectacles, installations vidéo etc. autour du ciel et de l’espace 21 au 27 fév. Gratuit LE VOYAGE COSMIQUE de Vassili Jouravlev (Russie, 35) / Mus : Laurent Dailleau (ciné-concert) Le Comœdia, 15 fév à 20h. 8,3€

MARC JOLIVET NOUVEAU SPECTACLE : 40 ANS DE SCENE!

HUMOUR BURLESQUE THÉÂTRE VISUEL

VENDREDI 25 FÉVRIER 20H30

COMPLEXE DU RIRE 7, rue des Capucins - Lyon 1er - 04 78 27 23 59 L’AMOUR EST UNE DURE LUTTE, Romy Chenelat & Dominic Palandri 2 fév au 12 mars à 20h30 (+sa. 22h30). 15€ - 10€ LA BELLE ÉQUIPE 32, rue des Tables Claudiennes - Lyon 1er 06 78 90 41 92 NOUVELLES DESTINATIONS D’IMPRO, Les Guily 8 fév à 20h30. 5€

L’ALLÉGRO MIRIBEL (01) 04 78 55 80 20 http://allegro.free.fr FÉVRIER 11

N° 167

19


agenda

Lambda ou Cosmologie dite à Rimbaud Planétarium, 22 fév à 21h15 9.81, Cie 9.81 (Éric Lecomte) CC Charlie Chaplin, 22 fév à 20h LE DÉSASTRE DES ASTRES, Cie Rocambole MJC Vaulx-en-Velin, 23 fév à 15h30 VARIATIONS AUTOUR DE LA GRAVITÉ, Kitsou Dubois CC Charlie Chaplin, 25 fév à 18h30 et 20h Expo-découverte “LA GRAVITÉ… SANS GRAVITÉ” CC Charlie Chaplin, 23 et 26 fév 13h30/18h + 27 fév 11h/18h FESTIPLANÈTES [ARTS ET SCIENCES EN BEAUJOLAIS] Divers lieux Arnas-Gleié-Limas-Villefranche 04 74 68 89 38 Rencontres, spectacles, expos, projections etc. 24 fév au 13 mars. 5€ à gratuit Salle des Échevins, Villefranche BIZARRE, CES ANIMAUX ! (expo) 24 fév au 8 mars, tlj 14h/18h30 DRÔLES DE BÊTES 26 fév au 8 mars à 14h30 Salle des Fêtes, Limas Les planètes de la Galaxie 25 fév à 20h30 SPECTACLES CROISÉS & PERFORMANCES LES SUBSISTANCES 8 bis, quai St-Vincent - Lyon 1er - 04 78 39 10 02 PARLERS D’AILLEURS 4 jours autour des langues, 3 spectacles, 40 crs de langue minute, 1 Bibliothèque Vivante 17 au 20 fév, je. ve. dès 18h45, sa. à 15h, di. à 14h. 20€ - 5€ PLEASE KILL ME, Sentimental Bourreau/Mathieu Bauer 17 au 20 fév à 21h, di. à 17h + répétition publique 9 fév à 20h45 LES LOIS DE L’HOSPITALITÉ, Marie Vialle & Olivia Rosenthal 17 au 20 fév à 19h30, di. à 15h + répétition publique 9 fév à 19h30 LA REINE DES NEIGES d’après Andersen/ Jean Lacornerie 19 et 20 fév, sa. à 16h15 et 16h45, di. à 14h30, 16h et 16h30 THÉÂTRE DES MARRONNIERS 7, rue des Marronniers - Lyon 2e - 04 78 37 98 17 ARTEMISIA GALILEO, Adynn Cie MS : Claudio Colangelo 10 au 28 fév à 20h30, di. à 17h, lu. à 19h. 14€ - 11€

20

N° 167

L’AMPHITHÉÂTRE Cité Internationale - 50, quai Charles de Gaulle Lyon 6e DON QUICHOTTE d’après Cervantès, Irina Kolesnikova & Ballet Théâtre de St-Petersbourg Chor : Marius Petipa, Alexandre Gorsky 2 fév à 20h. 65€ - 46€ AUDITORIUM DE LYON 149, rue Garibaldi - Lyon 3e - 04 78 95 95 95 EQUI VOCI // ONL, dir. Alexandre Soddy Vidéo : Thierry Mey Chor : Anna Teresa De Keersmaeker Mus : Debussy, Ravel, Messiaen, Dukas 24 et 26 fév, je. à 20h30, sa. à 18h. 22€ - 10€ ENSATT 4, rue des Sœurs Bouvier - Lyon 5e - 04 78 15 05 07 FAITES DANSER L’ANATOMIE HUMAINE [Cabaret chaosmique] Textes : Calin Blaga, Olivia Jerkovic, Alexandra Lazarescou, Simon Diard, Sabryna Pierre Dir : Enzo Cormann / Charlie Nelson / JM Padovani 14 au 25 fév à 20h. 10€ - 5€ TNP 8, place Lazare-Goujon - Villeurbanne 04 78 03 30 00 LA GRANDE CARGAISON Anna Kupfer chante Ingeborg Bachmann 22 au 25 fév à 20h. 23€ - 13€ LE TOBOGGAN 14, av. Jean Macé - Décines - 04 72 93 30 00 TRAVERSE, Cie Arcosm Chor : Thomas Guerry - Mus : Camille Rocailleux 2 fév à 15h. 12€ - 6€ ESPACE BAUDELAIRE 83, av. de l’Europe - Rillieux-la-Pape 04 37 85 01 50 L’ÉTERNELLE FIANCÉE DU DOCTEUR FRANKENSTEIN, La Cordonnerie Conception : Samuel Hercule 25 fév à 20h30. 14,35€ - 4,45€ CENTRE CULTUREL CHARLIE CHAPLIN Pl. de la Nation - Vaulx-en-Velin - 04 72 04 81 18/19 DRH de Pierre Grange, Philippe Vincent et David Mambouch, Cie Scènes MS : Philippe Vincent 10 et 11 fév à 20h30, je. à 19h30. 13€ - 7€ LE NEUTRINO Hôtel de Ville - Place du Gal de Gaulle - Genas 04 72 47 11 11 ENTRE DEUX, Cie Stylistik - Chor : Abdou N’Gom + ARTHUR RIBO (Le concert dont vous êtes l’auteur) 4 fév à 19h30. 15€ - 5€

FÉVRIER 11

THÉÂTRE DE VÉNISSIEUX 8, bld Laurent Gérin - Vénissieux - 04 72 90 86 68 OH !, Odyssée Ensemble Et Cie / Cie Les Orpailleurs Conception : JC Bleton, Serge Desautels Chor : JC Bleton 5 fév à 15h. 10€ - 6€ LES CONSTRUCTEURS, Les Transformateurs Conception, MS : Nicolas Ramond 25 fév à 20h. 18€ - 8€ + Rencontre-débat Habiter aujourd’hui, entre ordre et désordre 25 fév à 19h LE POLARIS Av. de Corbetta - Corbas - 04 72 51 45 55 LES PRÉCIEUSES RIDICULES d’après Molière, La Boulangerie - MS : Camille Germser 4 fév à 20h30. 14€ - 8€ RAMDAM 16, ch. des Santons - Ste-Foy-lès-Lyon 04 78 59 62 62 QUOI DE NEUF ! Avec Cyril Cotinaut & Tac Théâtre / Anna Pabst etc. 9 fév à 20h30. 5€ à gratuit Sorties de demeure(s) - L’INQUIÉTANT, Cie Zelid (Florence Girardon) + MENTEUSE, Cie Als (Cécile Laloy) 12 fév à 20h30. 5€ à gratuit SALLE LA PASTORALE C. C. Champvillard - Rue de Boutan - Irigny 04 72 30 47 90 SOIRÉE LYONNAISE avec Les Amis de Guignol et l’Orchestre Bernard - Lerousseau 24 fév à 19h30. 33€ (+ repas) SALLE DE L’ISLE Av. du Bourg - Isle d’Abeau - 04 74 80 71 85 L’ÉTERNELLE FIANCÉE DU DOCTEUR FRANKENSTEIN, La Cordonnerie Conception : Samuel Hercule 1er fév à 18h30. 8€ - 6€ THÉÂTRE JEAN VILAR Hors Les Murs - Le Chapiteau - Av. Frédéric Dard Bourgoin-Jallieu - 04 74 28 05 73 FAIM DE LOUP d’après Les Frères Grimm Conception, MS : Ilka Schönbein 22 fév à 20h30. 11€ - 8€ LA TANNERIE 123, place de la Vinaigrerie - Bourg-en-Bresse 04 74 21 04 55 PASSAGE SENSIBLE, Association Toones Conception : Thierry Vallino 25 fév à 19h. 5€ THÉÂTRE LE BEL IMAGE Pl. Charles Huguenel - Valence - 04 75 78 41 70 32, RUE VANDENBRANDEN, Peeping Tom Conception, MS : Gabriela Carrizo, Franck Chartier 17 et 18 fév à 20h. 20€ - 12€ ESPACE ÉPHÉMÈRE/SALLE JEAN DASTÉ Pl du Général Valluy - Rive-de-Gier - 04 77 83 07 32 Soirée danse et musique improvisée : TRIO BIC & LES BALLETS CONTEMPORAINS DE ST-ÉTIENNE - 24 fév à 20h30. 5€ ARTS DU MOUVEMENT / CIRQUE THÉÂTRE DE RUES HALLE TONY GARNIER 20, place A. Perrin - Lyon 7e - 04 72 76 85 85 LES PLUS BEAUX NUMÉROS DU MONDE, Cirque Phénix (50 artistes) Conception, MS : Alain M. Pacherie 18 fév à 20h30. 45€ - 30€ MAISON DE LA DANSE 8, av. Jean Mermoz - Lyon 8e - 04 72 78 18 00 BOTHANICA, Momix - Chor, dir. Art : Moses Pendleton 8 au 20 fév à 20h30, me. à 19h30, di. à 15h. 30€ - 20€ CENTRE CULTUREL THÉO ARGENCE Pl. Ferdinand Buisson - St-Priest - 04 78 20 02 50 DEUX HOMMES JONGLAIENT DANS LEUR TÊTE Conception et jeu : Jérôme Thomas et Roland Auzet 25 fév à 20h30. 18€ - 9€ LE SÉMAPHORE, THÉÂTRE D’IRIGNY C. C. Champvillard - Rue de Boutan - Irigny 04 72 30 47 90 TOCCATA, Cirque Hirsute Conception, MS : Cirque Hirsute, Mathilde Sebald et Damien Gaumet 11 et 12 fév à 20h30. 14€ - 7€ SALLE DE L’ISLE Av. du Bourg - Isle d’Abeau - 04 74 80 71 85 DEUX HOMMES JONGLAIENT DANS LEUR TÊTE Conception : Jérôme Thomas et Roland Auzet 7 fév à 18h30. 8€ - 6€ THÉÂTRE DE VILLEFRANCHE Place de la Sous-Préfecture - Villefranche 04 74 68 02 89 DEUX HOMMES JONGLAIENT DANS LEUR TÊTE Conception : Jérôme Thomas et Roland Auzet 2 fév à 19h30. 23€ - 14€ MÂCON SCÈNE NATIONALE 1511, av. Ch. de Gaulle - Mâcon - 03 85 22 82 99 PAN-POT OU MODÉRÈMENT CHANTANT, Collectif Petit Travers - Collabo art. : Simon Carrot 4 fév à 20h30. 23€ - 7€ THÉÂTRE LE BEL IMAGE Pl. Charles Huguenel - Valence - 04 75 78 41 70 DU GOUDRON ET DES PLUMES, Cie MPTA Conception : Mathurin Bolze 9 et 10 fév à 20h. 20€ - 12€ ZENITH SAINT-ÉTIENNE Rue Scheurer Kestner - St-Étienne LES PLUS BEAUX NUMÉROS DU MONDE, Cirque Phénix (50 artistes) Conception MS : Alain M. Pacherie 19 fév à 20h30. 45€ - 30€

THÉÂTRE / CONTES MARRIONNETTES SEMAINE EUROPÉENNE DE LA MARIONNETTE (SEM) Théâtre de Bourg-en-Bresse & 13 communes voisines (Polliat, Certines, Meillonnas, Attignat, etc.) 04 74 50 40 00. www.theatre-bourg.com/SEM 15 spect, 15 cies (Fr + étranger), films d’animation, expos (Ici reposent…), cafés pros (10, 15 et 18 fév à 11h) et rencontres nationales (Cultures et Territoires : pourquoi s’engager ? - 9 et 10 fév) GLOUCHENKO, Cie Pseudonymo EGO NON SUM SED VOS AMO, Cie M.A. BRODERIES, Cie Arnica CABARET PIÈCES MONTÉES, Cie la S.O.U.P.E AVEC DES AILES IMMENSES, Figuren Theater Tübingen - PETIT BOND, Teatro Gioco Vita PUNCH AND JUDY IN AFGHANISTAN, Stuffed Puppet Theater - THE WRITER - GRAND-PÈRE, Théâtre des Marrionnettes de Genève HAND STORIES, Yeung Faï GRIBOUILLE, Cie Émilie Valantin/ Théâtre de marionnettes d’Ekaterinbourg FAMOUS PUPPET DEATH SCENES, The Old Trout Puppet Workshop - etc. 9 au 19 fév. 20€ - 4€ Théâtre de Bourg-en-Bresse - 04 74 50 40 00 GLOUCHENKO - 9 fév à 19h GRIBOUILLE - 9 et 10 fév à 20h30 HAND STORIES - 13 fév à 17h THE WRITER - 19 fév à 20h30 CARRÉ 30 12, rue Pizay - Lyon 1er - 04 78 39 74 61 MAIS LA BEAUTÉ SEIGNEUR, TOUJOURS, JE L’AI SERVIE [Hommage à Jean Genet] 3 au 6 fév à 20h30, di. à 17h30. 14€ - 9€ GÉNÉRAL INCONNU de René Obaldia MS : Christophe Fievet 17 au 27 fév à 20h30, di. à 17h30. 14€ - 9€

ESPACE 44 44, rue Burdeau - Lyon 1er - 04 78 39 79 71 LE POTEAU NOIR, Cie du Faux Hasard MS : Sandrine Bauer Jusqu’au 6 fév à 20h30, di. à 16h. 15€ - 10€ UN ROI SANS DIVERTISSEMENT de Jean Giono MS : Daniel Geiger 8 au 13 fév à 20h30, di. à 16h. 15€ - 10€ Soirée Beckett : LA DERNIÈRE BANDE, Cie Noir Clair MS : Éric Zobel + WIBSTÜCKR Chor, conception : Marie Papon/Rosita Lagos-Diaz 17 au 27 fév à 20h30, di. à 16h. 15€ - 10€ L’ÉTOILE ROYALE 17, rue Royale - Lyon 1er - 04 78 39 21 68 LES AMAZONES de JM Chevret, Cie Capriccio Estravagante MS : Giorgio Carpintieri 3 au 13 fév à 20h30, di. à 17h30. 15€ - 11€ LE FOU FIEFFÉ 2, rue Fernand Rey - Lyon 1er - 04 72 10 02 65 VIVISECTION DE L’HOMME MODERNE de Renaud Rocher, Cie Essentiel Ephémère MS : Valérie Bellencontre Jusqu’au 6 fév à 20h30, di. à 17h30. 12€ - 9€ LES CLOCHARDS CÉLESTES 51, rue des Tables Claudiennes - Lyon 1er 04 78 28 34 43 LE GRAND INQUISITEUR de Fédor Dostoïevski, Collectif La Meute - MS : Thierry Jolivet 8 au 19 fév à 20h, di. à 17h et lu. à 19h. 14€ - 7€ SALLE PAUL GARCIN Impasse Flesselles - Lyon 1er - 0952 20 51 19 LES ORANGES de Aziz Chouaki, Cie Détours MS : Marie Fernandez 7 et 8 fév à 20h30. 12€ - 8€ THÉÂTRE DE L’INTERVALLE 21, rue Royale - Lyon 1er - 04 78 76 11 96 L’OR de Blaise Cendars, Cie Agora MS : Jean-Pierre Alliot 2 au 6 fév à 20h30, me. je. à 19h30, di. à 16h30. 14€ - 10€

LE PETIT PRINCE d’après St-Exupéry, Cie Tsemerys MS : Jean-Félix Milan 9 au 13 fév à 20h30, me. je. à 19h30, di. à 16h30. 14€ - 10€ LA LEÇON de Eugène Ionesco, Cie de l’Intervalle MS : Jean-François Moulin 16 au 27 fév à 20h30, me. je. à 19h30, di. à 16h30. 14€ - 10€ THÉÂTRE DE LUNE Passage Mermet - Lyon 1er - 06 88 15 63 01 ŒDIPE À COLONE de Sophocle MS : Frédéric Guittet 5, 12 et 13 fév à 20h30, di. à 17h. Gratuit THÉÂTRE INSTANT T 35, rue Imbert Colomès - Lyon 1er - 04 78 39 45 83 LA THÉORIE DE MARS de Claude Monteil MS : Meissoune Majri-Pégeot 1er au 26 fév à 20h30. 10€ CÉLESTINS, THÉÂTRE DE LYON 4, rue Charles Dullin - Lyon 2e - 04 72 77 4000 MACBETH de Shakespeare MS : Éric Massé - Slam : Xtatik 1er au 5 fév à 20h. 33€ - 10€ + Killeuses ! Le Cabaret des tueuses 4 fév à 22h30 SEULS de avec Wajdi Mouawad Texte, MS & jeu : Wajdi Mouawad 9 au 17 fév à 20h, di. à 16h. 33€ - 10€ LES CHAISES de Ionesco MS : Luc Bondy 19 au 26 fév à 20h, di. à 16h. 33€ - 10€ THÉÂTRE LES ATELIERS 3, rue Petit David - Lyon 2e - 04 78 37 46 30 TDM3 / THÉÂTRE DU MÉPRIS 3 de Didier-Georges Gabily MS : Gilles Chavassieux 7 au 19 fév à 20h. 20€ - 10€ + Soirée Auto-Cadiot : Olivier Cadiot lit Olivier Cadiot 24 fév à 19h. Gratuit THÉÂTRE DE LA CROIX-ROUSSE Place Joannès Ambre - Lyon 4e - 04 72 07 49 49 MILLE FRANCS DE RÉCOMPENSE de Victor Hugo MS : Laurent Pelly 4 au 19 fév à 20h, di. à 15h. 35€ - 29€ + HUGO ET LÉOPOLDINE - MS : Philippe Faure 8 fév à 19h PETIT THÉÂTRE GADAGNE 1, pl. du Petit Collège - Lyon 5e - 04 78 42 03 61 DEUX PIERRES, Turak Théâtre Conception : Michel Laubu 19 fév à 20h30. 10€ - 8€ THÉÂTRE DU POINT DU JOUR 7, rue des Aqueducs - Lyon 5e - 04 78 15 01 80 LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD MS : Michel Raskine 9 au 12 fév à 20h30, me. je. à 19h30. 20€ - 15€ CHARRETON BLANC N°3 - LES ÉOLIENNES d’Anne-Frédérique Rochat - MS : Yves Charreton 24 fév à 19h30. 20€ - 15€ L’ÉLYSÉE 14, rue Basse Combalot - Lyon 7e - 04 78 58 88 25 MALADIE DE LA JEUNESSE de Ferdinand Bruckner, Le Chœur des Fous - MS : Mathieu Gerin 19 au 26 fév à 19h30. 12€ - 10€ PALAIS DES SPORTS Gerland - Lyon 7e - 04 72 77 4000 LES NAUFRAGÉS DU FOL ESPOIR (AURORES) d’après Jules Verne et Hélène Cixous, Théâtre du Soleil Ariane Mnouchkine - Mus : JJ Lemêtre Jusqu’au 20 fév à 19h30, di. à 14h. 33€ - 20€ NTH8/NOUVEAU THÉÂTRE DU 8E 22, rue Commandant Pégout - Lyon 8e 04 78 78 33 30 POLYPTIQUE ESCALANTE (avec débats, lectures, performances etc.) Escale#1 - MOI AUSSI JE VEUX UN PROPHÈTE de Ximena Escalante, Les Trois-Huit MS : Sylvie Mongin-Algan 12, 17 au 19 fév à 20h, sa. à 17h. Prix libre


agenda SALLE GENTON 21, rue Genton - Lyon 8e - 04 72 33 69 26 04 37 90 55 90 L’ASSEMBLÉE DES FEMMES d’après Aristophane, Théâtre du Grabuge MS : Géraldine Bénichou 10 au 12 fév à 20h, sa. à 16h + je. à 14h30. 5€ ACTE 2 THÉÂTRE 32, quai Arloing - Lyon 9e - 04 78 83 21 71 DES SOURIS ET DES HOMMES d’après Steinbeck, Théâtre 343 - MS : Alain Bourbon Jusqu’au 20 fév à 20h30, di. à 17h. 14€ - 10€ MÉDIATHÈQUE DE VAISE Place Valmy - Lyon 9e - 04 72 85 66 20/22 YVON KADER, DES OREILLES À LA LUNE - MS : J-C Gal 22 fév à 12h30. Gratuit TNG 23, rue de Bourgogne - Lyon 9e - 04 72 53 15 15 TERRES ! de Lise Martin, MS : Nino d’Introna Jusqu’au 5 fév à 14h30 et 20h. 17€ - 9€ LE BOURGEOIS GENTILHOMME d’après Molière, Agence de Voyages Imaginaires MS : Philippe Car 19 et 20 fév à 20h, di. à 16h. 17€ - 9€ THÉÂTRE ASTRÉE Campus de la Doua - 6, av. G. Berger Villeurbanne - 04 72 44 79 45/04 72 43 19 11 L’ÉTRANGER d’après Camus, Cie Ampoule Théâtre MS : Nicolas Zlatoff 1er au 3 fév à 20h30, me. à 19h30. 12€ - 6€ ET APRÈS…., Cie Drôle D’Équipage MS : Yves Neff 9 et 10 fév à 20h30. 12€ - 6€ UN CHACAL, DES CHAMOTS ?, Nième Cie MS : Claire Truche 15 et 16 fév à 20h30, me. à 19h30. 12€ - 6€ THÉÂTRE DE L’IRIS 331, av. de Préssensé - Villeurbanne - 04 78 68 86 49 CHAISE d’Edward Bond, Théâtres de l’Entre-Deux MS : Philippe Mangenot 8 au 13 fév à 20h30, ma. me. à 19h30, di. à 16h. 14€ - 11€ JUSQU’À CE QUE LA MORT NOUS SÉPARE de Rémi de Vos, Cie Le Gourbi Bleu MS : Sandrine Pirès 22 au 27 fév à 20h30, ma. me. à 19h30, di. à 16h. 14€ - 11€ TNP 8, pl. Lazare-Goujon - Villeurbanne - 04 78 03 30 00 YVONNE PRINCESSE DE BOURGOGNE de Gombrowicz, Association nÖjd MS : Guillaume Ballart Jusqu’au 6 fév à 20h, di. à 16h. 23€ - 13€ LA CÉLESTINE de Fernando de Rojas MS : Christian Schiaretti Jusqu’au 26 fév à 20h, di. à 16h (en alternance). 23€ - 13€ DON JUAN de Tirso de Molina MS : Christian Schiaretti Jusqu’au 27 fév à 20h, di. à 16h (en alternance). 23€ - 13€

LE RADIANT 1, rue Jean Moulin - Caluire - 04 78 23 84 02 LES 39 MARCHES d’après John Buchan et Alfred Hitchcock MS : Éric Métayer 17 et 18 fév à 20h30. 37€ - 20€ + Projection THE 39 STEPS d’Hitchcock (GB, 35) Ciné-Caluire, 20 fév à 18h LE TOBOGGAN 14, av. Jean Macé - Décines - 04 72 93 30 00 AHMED PHILOSOPHE d’après Alain Badiou, Balagan Système MS : Grégoire Ingold 4 fév à 20h30. 17€ - 6€ UN PIED DANS LE CRIME d’après Labiche MS : Jean-Louis Benoît 15 et 16 fév à 20h30. 25€ - 8€ ERWAN ET LES OISEAUX de Tarjei Vesaas, Chat Borgne Théâtre - MS : Jean-Yves Ruf 25 fév à 19h30. 12€ - 6€ ESPACE BAUDELAIRE 83, av. de l’Europe - Rillieux-la-Pape 04 37 85 01 50 INVENTAIRE 68, UN PAVÉ DANS L’HISTOIRE, Nicolas Bonneau Collabo Art. : Anne Marcel 10 fév à 20h30. 14,35€ - 4,45€ CENTRE CULTUREL CHARLIE CHAPLIN Place de la Nation - Vaulx-en-Velin 04 72 04 81 18/19 PHILOCTÈTE d’Heiner Müller, Scarface Ensemble MS : Élizabeth Marie 3 et 4 fév à 20h30, je. à 19h30. 13€ - 7€ SALLE LES AMPHIS Rue Pierre Cot - Vaulx-en-Velin - 09 51 28 92 71 / 06 30 56 39 19 EN CAS D’AMOUR d’Anne Dufourmantelle, CIE Peut-Être… - MS : Olivier Desmaris 24 fév à 18h et 21h. 13€ - 5€ L’ALLÉGRO Place de la République - Miribel - 04 78 55 80 20 UN PASSAGER DÉLIVRÉ d’Yves Lacroix, Cie Imaginoir Théâtre Ms : Cyril Tournier 3 fév à 20h30. 14€ - 12€ CENTRE CULTUREL THÉO ARGENCE Pl. Ferdinand Buisson - St-Priest - 04 78 20 02 50 BÉRÉNICE de Racine, Cie le Menteur Volontaire MS : Laurent Brethome 4 fév à 20h30. 18€ - 11€ ESPACE ALBERT CAMUS 1, rue Maryse Bastié - Bron - 04 72 14 63 40 QU’EST-CE QUE LA JUSTICE d’après Platon, Cie Balagan Système MS : Grégoire Ingold 22 au 24 fév à 20h30. 15e - 9€ MJC LOUIS ARAGON Place G. Romanet - Bron - 04 78 26 87 25 MÊME MOI, Cie Dynamithe Texte, MS : Cyril Boccara

18 fév, 29 mars à 20h30. 5€ THÉÂTRE JEAN MARAIS 53, rue Carnot - St-Fons - 04 78 67 68 29 DON QUICHOTTE de Cervantès, Cie Le Voyageur Debout MS : Jean-Luc Bosc 11 fév à 20h30. 13€ - 10€ THÉÂTRE DE LA RENAISSANCE 7, rue Orsel - Oullins - 04 72 39 74 91 L’OMBRE AMOUREUSE, Cie La Jolie Pourpoise Texte & MS : Olivier Balazuc 4 fév à 19h. 20€ - 12€ QUATRE-VINGT TREIZE de Victor Hugo MS : Godefroy Ségal 22 au 25 fév à 20h. 20€ - 12€ + Débat Mécanisme de la Terreur - 10 fév à 19h + Lever de rideau CNR - 23 fév à 19h ESPACE CULTUREL SAINT- GENIS-LAVAL 8, rue des Écoles - St-Genis-Laval - 04 78 86 82 28 Paroles, Paroles… SORTIE D’USINE, Nicolas Bonneau - MS : A. Marcel + IN-OFF-ENSIF, Jérôme Rouger 15 fév à 20h. 15€ - 9€ FURIE, Jérôme Rouger - MS : JP Mesnard 18 fév à 20h30. 15€ - 9€ JE ME SOUVIENS, Jérôme Rouger Divers lieux St-Genis, 14 au 19 fév à 19h. 5€ - 3€ MAISON DE LA RENCONTRE 21, rue E. Aynard - Écully - 04 78 33 64 33 04 72 86 96 91 DIABLE D’HOMME de Robert Lamoureux, L’Art-Scenic 8 au 12 fév à 20h30, sa. à 14h30. 10€ - 7€ CORNEILLE, MOLIÈRE, L’ARRANGEMENT, Cie Le Temps des Uns, Le Temps des Autres MS : Valérie Durin 18 fév à 20h30. 10€ - 7€ LE SÉMAPHORE, THÉÂTRE D’IRIGNY C. C. Champvillard - Rue de Boutan - Irigny 04 72 30 47 90 LA BALADE DU GRAND MACABRE de Michel de Ghelderode, Théâtre du S.O.L. 5 et 6 fév à 20h30, di. à 15h. 10€ - 6€ LE BRISCOPE Parc de l’Hôtel de Ville - Brignais - 04 78 05 31 13 LES CONTES DE LA PETITE FILLE MOCHE de Julien Daillère, Cie La Traverscène MS : Rémy Cortési, Patricia Koseleff 15 fév à 19h30. 10€ - 6€ THÉÂTRE DE VILLEFRANCHE Place de la Sous-Préfecture - Villefranche 04 74 68 02 89 UN PIED DANS LE CRIME de Labiche, Théâtre National de Marseille La Criée MS : Jean-Louis Benoît 8 au 10 fév à 20h30, me. à 19h30. 30€ - 20€ UNE CHENILLE DANS LE CŒUR de Stéphane Jaubertie, Cie Vies à Vies MS : Bruno Lajara

19 fév à 15h. 13,5€ - 10€ MÂCON SCÈNE NATIONALE 1511, av. Ch. de Gaulle - Mâcon - 03 85 22 82 99 PUNCH AND JUDY IN AFGHANISTAN, Stuffed Puppet Theatre Conception et jeu : Neville Tranter 15 fév à 20h30. 23€ - 7€ ESPACE DES ARTS 5 bis, av. Nicéphore Niepce - Chalon/Saône 03 85 42 52 12 LA TRAGÉDIE DU ROI RICHARD II de Shakespeare MS : Jean-Baptiste Sastre 10 et 11 fév à 20h. 22€ - 8€ NOTRE BESOIN DE CONSOLATION MS : Julie Bérès 15 au 17 fév à 20h. 22€ - 8€ THÉÂTRE DU VELLEIN Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85 UN PIED DANS LE CRIME de Labiche, Théâtre National de Marseille - La Criée MS : Jean-Louis Benoît 2 au 4 fév à 20h30. 28€ - 20€ THÉÂTRE JEAN VILAR Hors Les Murs - Chapiteau - Av. Frédéric Dard Bourgoin-Jallieu - 04 74 28 05 73 GRAMMAIRE DES MAMMIFÈRES de William Pellier, Plateforme Locus Solus MS : Thierry Bordereau 1er fév à 20h30. 16€ - 8€ YVONNE PRINCESSE DE BOURGOGNE de Gombrowicz, Les Nöjd MS : Guillaume Balliart 17 et 18 fév à 20h30. 16€ - 8€ + Let’s Do It ! - 1er fév à 12h THÉÂTRE DE GIVORS 2, rue Puits Ollier - Givors - 04 72 24 25 50 RÉSISTER C’EST EXISTER d’Alain Guyard, François Bourcier - MS : Isabelle Starkier 11 fév à 20h30. 13€ - 8€ THÉÂTRE DE VIENNE 4, rue Chantelouve - Vienne - 04 74 85 00 05 TRIPTYQUE.COM… OU MA LANGUE AU DIABLE, Cie du Bonhomme Textes : Sarah Fourage, Sophie Lannefranque, Gilles Granouillet MS : Adeline Benamara, Thomas Poulard 4 fév à 20h30. 20€ - 10€ TERRES ! de Lise Martin - MS : Nino d’Introna SALLE DES FÊTES de Pont Evêque, 9 fév à 19h. 9€ - 7€ PIÈCES DÉTACHÉES / OULIPO, Théâtre de l’Éveil Textes : Perec, Queneau, Roubaud, Benabou, Caradec, etc. Conception, MS : Michel Abécassis 24 et 25 jan à 20h30. 20€ - 10€ LA FABRIQUE 78, av. Maurice-Faure - Valence - 04 75 78 41 70 SE SOUVENIR DE VIOLETTA de Dumas Fils/Caroline Masini & Caroline Guiela MS : Caroline Guiela 15 au 19 fév à 20h. 20€ - 12€

+ Répétition publique - 4 fév à 19h THÉÂTRE LE BEL IMAGE Place Charles Huguenel - Valence - 04 75 78 41 70 NOLI ME TANGERE Texte & MS : Jean-François Sivadier 3 et 4 fév à 20h. 20€ - 12€ + Comédie Itinérante (07 et 26), à 20h. 12€ - 7€ (04 75 78 41 71) L’AMOUR CONJUGAL - Jusqu’au 10 fév REGARDE MAMAN, JE DANSE - 25 fév au 22 mars THÉÂTRE DE LA VILLE Pl. de l’Hôtel de Ville - Valence - 04 75 78 41 70 MENSCHEL ET ROMANSKA d’Hanokh Levin MS : Olivier Balazuc 22 au 24 fév à 20h. 20€ - 12€ TRAIN-THÉÂTRE 1, rue Aragon - Portes-lès-Valence - 04 75 57 14 55 LÉON LE NUL de Francis Monty, Théâtre Bouches Décousues MS : Gill Champagne 9 fév à 18h30. 9€ - 6€ N.E.C. 9, rue Claudius Cottier - St-Priest-en-Jarez 04 77 74 41 81 ROMÉO ET JULIETTE d’après Shakespeare, Atelier Théâtre Actuel MS : Alexis Michalik 4 fév à 20h. 22€ - 18€ AU BOUT DE LA NUIT…, d’après Nicole Castioni MS : Jérôme Bigo 18 fév à 14h30 et 20h. 22€ - 18€ CHOK THÉÂTRE 24, rue B. Palissy - St-Étienne - 04 77 25 39 32 LA JEUNE FILLE ET LA MORT d’Ariel Dorfman, Cie Annabé MS : Gilles Garlet 10 au 13 fév à 20h30, di. à 17h30. 10€ - 7€ LE CIEL EST TRISTE ET BEAU COMME UN GRAND REPOSOIR (MA VIE DE POMME DE TERRE), Théâtre La Querelle Texte & MS : Émilie Beauvais

FÉVRIER 11

N° 167

21


agenda Adynn cie

Théâtre musical Isabelle Bonnadier Claudio Colangelo Anne-Sophie Moret Bérangère Sardin

10 au 28 février 2011 Réservations 04 78 37 98 17

Théâtre des Marronniers www.theatre-des-marronniers.com

24 au 26 fév à 20h30. 10€ - 7€ LA COMÉDIE DE SAINT-ÉTIENNE 7, av. Émile Loubet - St-Étienne - 04 77 25 14 14 TROIS POÈTES LIBERTAIRES : PRÉVERT, DESNOS, VIAN avec Jean-Louis Trintignant MS : Gabor Rassov 1er et 2 fév à 20h. 20€ - 11€ LA VIE EST UN RÊVE de Pedro Calderon de la Barca MS : Galin Stoev 15 au 18 fév à 20h. 20€ - 11€ LA CONQUÊTE DU PÔLE SUD de Manfred Karge MS : Patrick Reynard 22 au 26 fév à 20h. 20€ - 11€ THÉÂTRE LE VERSO 61, rue de la Richelandière - St-Étienne 04 77 47 01 31 ZOOM de Gilles Granouillet MS : François Rancillac 8 et 9 fév à 20h30. 12€ - 8€ L’ÉTRANGER d’après Camus, Cie Ampoule Théâtre MS : Nicolas Zlatoff 16 au 18 fév à 20h30. 12€ - 8€ ATELIERS DÉCORS DE LA COMÉDIE 743, rue Georges Sand - La Talaudière (42) 04 77 25 14 14 LA FARCE DE MAÎTRE PATHELIN [Farce médiévale] MS : Hassane Kassi Kouyaté 10 au 18 fév à 20h et/ou 14h. 20€ - 11€ + Itinérant, 42, 43 et 63 - 22 fév au 9 av LECTURES / RENCONTRES / CONFÉRENCES / DEBATS FÊTE DU LIVRE DE BRON (25E) Hippodrome Bron Parilly - 4/5 av. Pierre Mendès France Bron - 04 78 26 09 29 www.fetedulivredebron.com Thématique : 25 Ans de Littérature Française et d’écritures contemporaines Lectures, tables rondes & débats (Littérature et Cinéma / 25 Ans de Littérature française / Pourquoi Lire ? / La poésie à voix haute / Le roman, une satire sociale ? / Trajectoire d’auteur / etc.), contes & spectacles, (Cie Prise de Pied, Yann Dégruel & Iko Madengar, Cie Oktopus, etc.), rencontres jeunesse, BD, expos Avec WILL SELF - CHRISTINE ANGOT FRANÇOIS BÉGAUDEAU - CHARLES DANTZIG RÉGIS JAUFFRET - TANGUY VIEL ANTOINE VOLIDINE - OLIVIER JOUVRAY - etc. 11 au 13 fév, sa. di. 10h30/19h30, ve. 14h/20h. Gratuit + Soirée d’Ouverture : 25 Ans - 50 Livres Avec Brigitte Giraud, Claude Burgelin, Colette Gruas etc. Ferme du Vinatier, 10 fév à 20h CARRÉ 30 12, rue Pizay - Lyon 1er - 04 78 39 74 61 Café poétique - MÔ HONOR 22 fév à 20h. 8€ - 5€ L’ÉTOILE ROYALE 17, rue Royale - Lyon 1er - 04 78 39 21 68/ 06 64 37 05 19 LECTURES EN ITALIEN, Cie Soleluna 9 fév à 20h. Sur réserv. LES CABARETS DE SOLELUNA MS : Giorgio Carpintieri 14 et 23 fév à 20h. 22€ MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE LYON 20, pl. des Terreaux - Lyon 1er - 04 72 10 17 52 Le 17e siècle en Europe : de Rome à Paris 3 et 6 fév, je. à 16h, di. à 10h30. Sur réserv. Le 17e siècle en Europe : d’Anvers à Amsterdam 10 et 13 fév, je. à 16h, di. à 10h30. Sur réserv. Mise en scène du héros 17 fév à 12h15 L’Art en France au 17e 17 et 20 fév, je. à 16h, di. à 10h30. Sur réserv. Le temps et la perception des signes de la temporalité 23 fév à 14h. Sur réserv. LE BAL DES ARDENTS Le Bal des Ardents - 17 rue Neuve - Lyon 1er 04 72 98 83 36 ANSELM JAPPE - “Crédit à mort” + présentation et débat animé par Dietrich Hoss 4 février à partir de 18 h. FNAC BELLECOUR 85, rue de la République - Lyon 2e - 04 72 40 49 49 CLAUDE CHEVALLY - 2 fév à 17h. Gratuit SYLVIE VARTAN - 4 fév à 17h30. Gratuit JEF / NICOLAS OTERO - 5 fév à 16h. Gratuit PHILIPPE MANŒUVRE - 9 fév à 17h30. Gratuit Trouver l’amour et le garder - 10 fév à 17h30. Gratuit JEAN-FRANÇOIS MESPLEDE - 19 fév à 16h. Gratuit

22

N° 167

FRÉDÉRIC FANGET - 23 fév à 17h30. Gratuit MUSÉE DE L’IMPRIMERIE 13, rue de la Poulaillerie - Lyon 2e - 04 78 37 65 98 Le centenaire de la mort d’Hippolyte Auguste Marinoni 14 fév à 18h15. Gratuit BIBLIOTHÈQUE DE LA PART-DIEU 30, bld Vivier-Merle - Lyon 3e - 04 78 62 18 00 JEAN-YVES LOUDE - Pépites brésiliennes 1er fév à 18h30. Gratuit J.S. Bach, Passion selon St-Matthieu 2 fév à 18h30. Gratuit La Littérature à Lyon entre 1890 et 1914 3 fév à 18h30. Gratuit IGOR GRAN - 8 fév à 18h. Gratuit Stendhal par Philippe Berthier 16 fév à 18h30. Gratuit Nouveaux états d’art : l’Artiste dans l’espace urbain 18 fév à 18h30. Gratuit Dans l’atelier de Liszt et Wagner (Correspondances épistolaires et musicales) 26 fév à 18h30. Gratuit AGEND’ARTS 4, rue Villeneuve - Lyon 4e LA DERNIÈRE BANDE de Beckett, Claude Colomb 18 fév à 20h. 2€ + chapeau SHITZ (GUERRE, AMOUR ET SAUCISSON) d’Hanokh Levin, L’Atelier du Désordre 25 fév à 20h. 2€ + chapeau CAFÉ DU BOUT DU MONDE 3, rue d'Austerlitz - Lyon 4e - 04 72 98 39 08 OCÉAN, Michel Legrand 26 fév à 20h30. 10€ - 8€ INSTITUTION DES CHARTREUX 58, rue Pierre Dupont - Lyon 4e - 04 78 27 02 48 DOMINIQUE CARDON / ANTONIO A. CASILI / VIRGINIA HEFFERNAN & SYVAIN BOURMEAU Web culture : nouveaux modes de connaissance, nouvelles sociabilités 10 fév à 19h30. 8€ - 2€ VILLA GILLET 25, rue Chazière - Lyon 4e - 04 78 27 02 48 JEAN-CLAUDE ROLLAND Autour des “Yeux de l’âme” 22 fév à 19h30. 3€ MJC DU VIEUX LYON/SALLE LÉO FERRÉ 5, place St-Jean - Lyon 5e - 04 78 42 48 71 Protection sociale collective ou Assurances privées ? 3 et 10 fév à 19h et 21h. 10€ - 4€ Lectures Coquines, Association La Main à la page 18 fév à 20h30. Gratuit INSTITUT LUMIÈRE 25, rue du Premier Film - Lyon 8e - 04 78 78 1895 Théâtre et Cinéma 15 fév à 15h, 17 fév à 19h MÉDIATHÈQUE DU BACHUT 2, pl. du 11 Novembre 1918 - Lyon 8e - 04 78 78 12 76 Parole en Archipel reçoit GENEVIÈVE RAPHANEL & CHANTAL RAVEL 18 fév à 18h30. Gratuit BIBLIOTHÈQUE DE SAINT-RAMBERT Place Schönberg - Lyon 9e Et si on parlait d’art contemporain ? 2 fév à 19h15. 3€ - 2€ MÉDIATHÈQUE DE VAISE Place Valmy - Lyon 9e - 04 72 85 66 20/22 Biologie et Culture, langage et cognition : comment percevons-nous et décrivons-nous le monde ? 16 fév à 18h30. Gratuit Les Mardis du Jazz (77-78) 22 fév à 18h30. Gratuit CNSMD 3, quai Chauveau - Lyon 9e - 04 72 19 26 61 Sciences et voix chantée [Nathalie Heinrich] 3 fév à 18h MÉDIATHÈQUE/ESPACE BAUDELAIRE 83, av. de l’Europe - Rillieux-la-Pape - 04 37 85 01 50 D’ÎLES EN ÎLES, Cie Ce Bleu Exactement 8 fév à 19h30. Gratuit CENTRE CULTUREL THÉO ARGENCE Pl. Ferdinand Buisson - St-Priest - 04 78 20 02 50 Les rendez-vous de la Fabrique de Théâtre #4 (lectures) 7 fév à 18h30 et 20h30. Gratuit LE RADIANT 1, rue Jean Moulin - Caluire - 04 78 23 84 02 AXEL KAHN - Réflexion d’un grand scientifique sur le bien et le mal 15 fév à 20h30. 8€ - 5€ MÉDIATHÈQUE DE SAINT-GENIS 49, av. Georges Clemenceau - Parvis de l'Europe St-Genis-Laval - 04 78 86 82 30 SORCIÈRE, QUI ES-TU ?, Cie Leila Soleil 22 fév à 19h. Gratuit MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE Route Départementale 502 - St-Romain-en-Gal 04 74 53 74 01 La représentation du corps féminin dans l’iconographie grecque 3 fév à 20h. Sur réserv. THÉÂTRE DU VELLEIN Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85 Conférences Expérimentales #2 Nageurs et petits bateaux sur l’eau 22 fév à 19h. 5€ LA TANNERIE 123, place de la Vinaigrerie - Bourg-en-Bresse 04 74 21 04 55 DANIEL BROTHIER / DJ IZWALITO Histoire des musiques électroniques

FÉVRIER 11

3 fév à 18h30. 2€ CINÉMA AMPHITHÉÂTRE DE L’OPÉRA Place de la Comédie - Lyon 1er - 0826 305 325 LES AVENTURES DU PRINCE AHMED de Lotte Reininger (All, 23) Mus : Trio Khoury / Pierrick Menuau / Mourad Benhammou / JL Pommier / Gaëtan Nicot 26 fév à 17h. 16€ - 5€ BIBLIOTHÈQUE DE LA PART-DIEU 30, bld Vivier-Merle - Lyon 3e - 04 78 62 18 00 GUIBERT CINÉMA d’Anthony Doncques (2010) 25 fév à 18h30. Gratuit INSTITUT LUMIÈRE 25, rue du Premier Film - Lyon 8e - 04 78 78 18 95 RÉTROSPECTIVE HITCHCOCK - jusqu’au 3 av Week-end “Alfred Hitchcock : une vie d’ombres et de lumière” avec Bertrand Tavernier, Patrick McGilligan (projections, rencontres) LES OISEAUX (63) + LES ENCHAINÉS (46) + LE CRIME ÉTAIT PRESQUE PARFAIT (54) etc. 4 au 6 fév LA DUCHESSE DE LANGEAIS de Jacques de Baroncelli (41) 15 fév à 19h PLANÉTARIUM DE VAULX-EN-VELIN Pl. de la Nation - Vaulx-en-Velin - 04 78 79 50 12 LES VISITES GUIDÉES DU CIEL (films d’astronomie) Me. sa. di. à 14h et 15h30+ di. à 11h et 17h. 6,5€ - 3,3€ CAVE À MUSIQUE 119, rue Boullay - Macon - 03 85 21 96 69 Soirée EMBOBINE CHINATOWN de Roman Polanski (EU, 74) + Documentaire LES MAGICIENS DE L’OMBRE 16 fév à 19h. 10€ - 6€ DANSE LE CROISEUR 4, rue Croix Barret - Lyon 7e - 04 72 71 42 26 OMBRE ET LUMIÈRE, Cie Second Souffle Chor : Azdine Benyoucef 4 et 5 fév à 20h30. MAISON DE LA DANSE 8, av. Jean Mermoz - Lyon 8e - 04 72 78 18 00 DOLORES, Cia de Dança Mimulus Chor, dir. Art : Jomar Mesquita Jusqu’au 5 fév à 20h30, me. à 19h30. 30€ - 20€ + La révolution tropicaliste de Billon/Dreyfus (01) Jusqu’au 5 fév, projection à 19h, me. à 18h + après le spect. NARCISSES Chor : Coraline Lamaison 10 au 12 fév à 19h. 10€ F.A.R., Wayne McGregor Random Dance Conception, dir. Art : Wayne McGregor 23 au 25 fév à 20h30, me. à 19h30. 30€ - 20€ + Wayne McGregor, Across the Threshold de Nigel Wattis (09) 23 au 25 fév, projection à 19h, me. à 18h + après le spect CNSMD 3, quai Chauveau - Lyon 9e - 04 72 19 26 61 ATELIERS D’HIVER avec Département Danse CNSMD Lyon 24 au 26 fév à 20h30, sa. à 14h30. Gratuit MÉDIATHÈQUE DE VAISE Place Valmy - Lyon 9e - 04 72 85 66 20/22 DES ANGES EN BUÉE, Jazmin Londoño 18 fév à 12h30, 23 au 25 fév à 19h30, me. à 18h CCN DE RILLIEUX-LA-PAPE 30 ter, av. du Gal Leclerc - Rillieux 04 72 01 12 30/04 37 85 01 50 SALVES, CCN-Cie Maguy Marin Conception : Maguy Marin 15 au 17 fév à 20h30. 14,35€ - 4,45€ LOSS, Cie Giolisu Chor, conception : Giovanni Scarcella, Lisa Da Bois 24 fév à 18h30. Gratuit LE TOBOGGAN 14, av. Jean Macé - Décines - 04 72 93 30 00 KAWA, Cie Chatha Conception, chor : Aïcha M’Barek, Hafiz Dhaou 8 au 10 fév à 20h30. 17€ - 8€ AMPHITHÉÂTRE CULTUREL Université Lumière Lyon II - Campus des Alpes Av. de l’Europe - Bron JEUNE BALLET DU CNSMD LYON Chor : Daniel Larrieu, Ken Ossola, Antonis Foniadakis, etc. 1er fév à 20h30. Gratuit LE POLARIS Av. de Corbetta - Corbas - 04 72 51 45 55 PASSO - Chor : Ambra Senatore 18 fév à 20h30. 14€ - 8€ + Apéro sans plateau / CIE PREMIER ACTE 18 fév à 19h30. Gratuit THÉÂTRE JEAN MARAIS 53, rue Carnot - St-Fons - 04 78 67 68 29 DESRIVES, Cie Ballet Actuel Chor : Nathalie Bard 18 fév à 20h30. 13€ - 10€ ROCK IDENTITY - Conception : Kataline Patkaï 25 fév à 2àh30. 13€ - 10€ PÔLE PIK 2, rue Paul Pic - Bron - 04 78 21 48 74/04 72 14 63 40 CIE SHONEN 1er fév à 12h30. 10€ THÉÂTRE DE L’ATRIUM 35 av. du 8 Mai - Tassin - 04 78 34 70 07 LA TÊTE DANS LES ÉTOILES, Le Grand Jeté !

Cie Frédéric Cellé Chor : Frédéric Cellé 19 fév à 17h30. 15€ - 8€ LE BRISCOPE Parc de l’Hôtel de Ville - Brignais - 04 78 05 31 13 DE LA RUE À LA SCÈNE, Cie Melting Force 25 fév à 20h30. 20€ - 13€ THÉÂTRE DU VELLEIN Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85 CORRERIA + AGWA, Cie Käfig Chor : Mourad Merzouki 8 au 10 fév à 20h30. 21€ - 15€ LES ABATTOIRS 18, route de l'Isle d'Abeau - Bourgoin-Jallieu 04 74 19 14 20 COURT INSTANT, Cie E.GO - Chor : Éric Mezino 18 fév à 20h30 MÂCON SCÈNE NATIONALE 1511, av. Ch. de Gaulle - Mâcon - 03 85 22 82 99 SHOW TIME, Cie pm / Philippe Ménard 8 fév à 20h30. 23€ - 7€ ESPACE DES ARTS 5 bis, av. Nicéphore Niepce - Chalon/Saône 03 85 42 52 12 QUINTETT + WORKWITHINWORK, Ballet de l’Opéra de Lyon Chor : William Forsythe 4 fév à 20h. 22€ - 8€ EXPOSITIONS MUSÉE DES BEAUX-ARTS 20, place des Terreaux - Lyon 1er - 04 72 10 17 40 COLLECTIONS PERMANENTES [de l’Égypte Antique à l’Art Moderne] Me. au lu. 10h/18h, ve. 10h30/18h. 7€ - 4€ MAX SCHOENDORFF (Dessins, peintures, lithographies) Jusqu’au 16 mai, me. au lu. 10h/18h, ve. 10h30/18h. 7€ - 4€ ARCHIPEL 21, place des Terreaux - Lyon 1er - 04 78 30 61 04 HABITER LYON EUROMÉTROPOLE ? Jusqu’au 13 fév, ma. au di. 13h/19h. Gratuit BF 15 11, quai de la Pêcherie - Lyon 1er - 04 78 28 66 63 JESSICA WARBOYS - Te Motutapu a Taikehu Jusqu’au 19 mars, me. au sa. 14h/19h GALERIE HENRI CHARTIER 35, rue Leynaud - Lyon 1er - 04 72 44 02 58 GEORGES ROMATHIER & JACQUES PONCET Jusqu’au 12 fév, ma. au sa. 10h/19h30 GALERIE AMRP 35, rue Burdeau - Lyon 1er - 0950 45 85 75 06 72 53 70 34 MARKO VELK - Dessins 3 fév au 26 mars, me. au sa. 15h/19h GALERIE LE RÉVERBÈRE 38, rue Burdeau - Lyon 1er - 04 72 00 06 72 RIP HOPKINS - Another country Les Britanniques en France Jusqu’au 26 fév, me. au sa. 14h/19h GALERIE HENRI CHARTIER 42, rue Burdeau - Lyon 1er - 04 72 44 02 58 EXPOSITION COLLECTIVE - Pierre Alechinsky, Lionel Pratt, Jean Raine, Bram Van Velde etc. Jusqu’au 12 fév, me. au sa. 15h/19h GALERIE MATHIEU 48, rue Burdeau - Lyon 1er - 04 78 39 72 19 GILLES VERNERET - Photographies 2002-2009 Droit de cité // La mounine // Kafka Praha Jusqu’au 26 fév, me. au sa. 14h30/19h LE BLEU DU CIEL 48, rue Burdeau - Lyon 1er - 04 72 07 84 31 FABIENNE RADI - Les héros fatigués sont Jusqu’au 18 fév, me. au sa. 15h/19h GALERIE PHOTOSTAGE 1, rue Camille Jordan - Lyon 1er - 0952 50 96 81 DAMIEN POUDRET - L’affaire Charles Dexter Ward Jusqu’au 31 mars, lu. au ve. 10h/18h MAPRA 9, rue Paul Chenavard - Lyon 1er - 04 78 29 53 13 LIONEL GUILOINEAU / ANNE-SOPHIE MUZIOT Jusqu’au 5 fév, ma. au sa. 14h30/18h30 + me. je. ve. 10h/12h30

MARIE-CLAIRE BERNARD / HYUNJUNG LIM 24 fév au 12 mars, ma. au sa. 14h30/18h30 + me. je. ve. 10h/12h30 TATOO STATION 7, rue Romarin - Lyon 1er - 04 78 39 90 37 RODOLPHE BESSEY - Photogrammes et Hologrammes, Vanités et Stéréoscopies Jusqu’au 28 fév, ma. au sa. 10h/19h FNAC BELLECOUR 85, rue de la République - Lyon 2e - 04 72 40 49 49 FRANCE KEYSER Nous sommes Français et musulmans Jusqu’au 28 fév, lu. au sa. 10h/19h30 PHILIPPE FRANCQ - Largo Winch Jusqu’au 15 mars, lu. au sa. 10h/19h30 L’EMBARCADÈRE 13, bis quai Rambaud - Lyon 2e - 04 78 37 41 57 MICHEL FOLLIOT - Parcours Jusqu’au 25 fév, lu. au ve. 9h/12h - 14h/18h. Gratuit MUS��E DES TISSUS ET DES ARTS DÉCORATIFS 34, rue de la Charité - Lyon 2e - 04 78 38 42 02 BIJOUX TEXTILES, AU FIL DE LA PARURE (29 artistes) Jusqu’au 13 fév, ma. au di. 10h/17h30 sf jrs fériés. 7€ - 4,5€ QUAND LYON DOMINAIT LE MONDE. LES SOYEUX LYONNAIS AUX EXPOSITIONS UNIVERSELLES. Jusqu’au 20 mars, ma. au di. 10h/17h30 sf jrs fériés. 7€ - 4,5€ + Visites commentées - Di. à 15h. 12€ - 8€ MUSÉE DE L’IMPRIMERIE 13, rue de la Poulaillerie - Lyon 2e - 04 78 37 65 98 ART POUR TOUS - PROMENADE GRAPHIQUE AU CŒUR DES TRANSPORTS BRITANNIQUES Jusqu’au 13 fév, me. au di. 9h30/12h - 14h/18h. 5€ - 3€ + L’Affiche, reine de l’imprimé éphémère 13 fév à 15h. +3€ BIBLIOTHÈQUE DE LA PART-DIEU 30, bld Vivier-Merle - Lyon 3e - 04 78 62 18 00 GENET NI PÈRE NI MÈRE 15 fév au 28 mai, ma. au ve. 10h/19h, sa. 10h/18h GALERIE IUFM CONFLUENCE(S) 5, rue Anselme - Lyon 4e - 04 72 07 30 74 ERNEST PIGNON-ERNEST Jusqu’au 26 fév, lu. au ve. 10h/18h, sa. 14h30/18h GALERIE VRAIS RÊVES 6, rue Dumenge - Lyon 4e - 04 78 30 65 42 06 08 06 94 34 TONY CATANY - Bodegones Jusqu’au 12 mars, me. au sa. 15h/19h ATELIER DES OMBRES 15, rue St-Georges - Lyon 5e - 04 72 77 59 80 FRANCOIS NAGIR - Immortels 5 au 26 février, ma. au sa. 14h/18h, sa. 14h/19h + Performance “Calligraphie sur le corps / O. Pizzihini” - 5 fév à 18h + Projection « Immortels » (Mus : Dominique A) 12 fév à 18h LA BRÈCHE, ESPACE D’ART 1, rue de la Brèche - Lyon 5e - 04 78 42 48 71 BERTRAND GAUDILLIÈRE Les chiffres ont un visage (photos) 14 au 26 fév, ma. au ve. 10h/12h-14h/21h, lu. 14h/21h, sa. 9h/12h-14h/19h + Débat sur les Sans-Papiers avec Collectif Item & Christina Firmino - 17 fév à 20h MUSÉE GADAGNE 1, pl. du Petit Collège - Lyon 5e - 04 78 42 03 61 APPARTEMENT TÉMOIN / CIE TURAK Jusqu’au 10 av, me. au di. 11h/18h30. 10€ - 8€ MARIE DENIS - Azul Jusqu’au 20 mars, me. au di. 11h/18h30. Gratuit + Rencontre avec Marie Denis - 24 fév à 18h MUSÉE D’HISTOIRE DE LYON & MUSÉE DES MARIONNETTES DU MONDE COLLECTIONS PERMANENTES Me. au di. 11h/18h30. 8€ - 4€ + Gadagne, Ensemble Renaissance Sa. 15h30/17h30 + Voyage en Marionnettie - Di 16h/17h30 + Visite Express “Le plan scénographique


agenda

Communication graphique Print et web

04 78 39 89 27 jmcleyetmarrel@wanadoo.fr

L

I

de 1550” - 10 fév à 12h30 + Visite Express “Une marionnette qui fuem, old mother Shipton!” - 24 fév à 12h30 MUSÉE GALLO-ROMAIN 17, rue Cléberg - Lyon 5e - 04 72 38 49 30 COLLECTIONS PERMANENTES Plus de cinq siècles de découvertes Ma. au di. 10h/18h. 4€ - 2,5€ LE MUSÉE CONFLUENCES DÉVOILE SES RÉSERVES 600 objets exceptionnels Jusqu’au 8 mai, ma. au di. 10h/18h. 7€ - 4,5€, jeu. gratuit MUSÉE D'ART CONTEMPORAIN Cité Internationale - 81, quai Ch. de Gaulle Lyon 6e - 04 72 69 17 17 PASCALE MARTHINE TAYOU - Always All Ways [Tous les chemins mènent à …] + Parcours dans Lyon (1er, 2e et 3e : Place du Pont, place des Cordeliers, Lycée La Martinière etc.) 24 fév au 15 mai, me. au di. 12h/19h. 6€ - 4€ CENTRE D’HISTOIRE DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 14, av. Berthelot - Lyon 7e - 04 78 72 23 11 HENRYK ROSS - PHOTOS ENSEVELIES DU GHETTO DE LODZ Jusqu’au 13 fév, me. au ve. 9h/17h30, sa. di. 9h30/18h. 5€ - 2€ GALERIE LA RAGE 33, rue Pasteur - Lyon 7e - 04 37 28 51 27 HERVÉ FOGERON 5 au 26 fév, ma. je. ve. sa. 15h/19h GALERIE ROGER TATOR 36, rue d’Anvers - Lyon 7e - 04 78 58 83 12 ATELIER BL 119 (HERVÉ DIX NEUF & GRÉGORY BLAIN) - Variations Jusqu’au 18 fév, lu. au di. 14h/19h L’ATTRAPE-COULEURS Mairie annexe - 5, place Henri Barbusse - Lyon 9e 04 72 19 73 86 DANIEL OTERO - Welcome Jusqu’au 5 mars, me. au sa. 14h/18h INSTITUT D’ART CONTEMPORAIN 11, rue Dr Dolard - Villeurbanne - 04 78 03 47 00 HANS SCHABUS 25 fév au 24 av, me. au di. 13h/19h, je. 20h. 4€ - 2,5€ LE RIZE 23/25, rue Valentin-Haüy - Villeurbanne 04 37 57 17 17 VILLEURBANNE, LA LABORIEUSE ? IMAGES ET IDENTITÉS URBAINES 10 fév au 14 mai, ma. au sa. 12h/19h, je. 17h/21h . Gratuit LE POLARIS Av. de Corbetta - Corbas - 04 72 51 45 55

E

U

X

6e Continent - 51, rue St-Michel - Lyon 7e - 04 37 28 98 71 Abattoirs - Route de L’Isle d’Abeau - Bourgoin - 04 74 19 14 20 Acte 2 Théâtre - 32, quai Arloing - Lyon 9e - 04 78 83 21 71 Agend’Arts - 4, rue Villeneuve Lyon 4e - 06 83 51 60 87 Allégro - Place de la République - Miribel - 04 78 55 80 20 Antre-Autre Caf_ - 11, rue Terme - Lyon 1er - 04 72 07 89 96 Thou Bout d'Chant - 2, rue de Thou - Lyon 1er - 04 72 98 28 22 Amphithéâtre Astrée - 6,av. Gaston Berger - Villeurbanne - 04 72 43 19 11 Auberge La Buissonnière - Courzieu - 04 74 70 87 48 Auditorium de Lyon - 149, rue Garibaldi - Lyon 3e - 04 78 95 95 95 Bar L’Absynthe - 22, rue de Flesselles - Lyon 1er - 06 76 72 14 26 Bastringue - 14, rue Laurencin - Lyon 2e Bistro Fait Sa Brocante - 3, rue Dumenge - Lyon 4e - 04 72 07 93 47 Boulangerie du Prado - 69, rue Sébastien Gryphe - Lyon 7e - 06 21 21 41 33 Boulevardier - 5, rue de la Fromagerie - Lyon 1er Bourse du Travail - Place Guichard - Lyon 3e Briscope - Parc de l’Hôtel de Ville - Brignais - 04 78 05 31 13 C.C.O. - 39, rue Courteline - Villeurbanne - 04 78 93 41 44 Café du Bout du Monde Brotteaux - 120, rue Bugeaud - Lyon 6e - 04 72 74 44 82 Carré 30 - 12, rue Pizay - Lyon 1er - 04 78 39 74 61 Casa Musicale - 1, ch. de Fontenay - Lyon St-Rambert - Vergoin - 06 14 02 81 40 Cave à Musique - 119, rue Boulay - Mâcon - 03 85 21 96 69 Caveau du Chien à 3 Pattes - Croix-Rouge - Belleville - 04 74 66 14 61 Centre Charlie Chaplin - Place de la Nation - Vaulx-en-Velin - 04 72 04 81 18 Centre Culturel Aragon - 88, crs de Verdun - Oyonnax - 04 74 81 96 80 Centre Culturel Théo Argence - Pl. Ferdinand Buisson - Saint-Priest - 04 78 20 02 50 Chapelle de la Trinité - 31, rue de la Bourse - Lyon 1er - 04 78 38 09 09 Château Rouge - 1, route de Bonneville - Annemasse - 04 50 43 24 25 Citron - 20, rue St-Georges - Lyon 5e - 04 78 37 63 97 Clacson - 10, rue Orsel - Oullins - 04 72 39 74 93 Clef de Voûte - 1, place Chardonnet - Lyon 1er - 04 78 28 51 95 Cocotte Minute - 4, rue Belfort - Lyon 4e - 04 72 00 96 41 Crescent Jazz Club - 83, rue Rambuteau - Mâcon - 03.85.39.08.45 De l’Autre Côté du Pont - 25, cours Gambetta - Lyon 7e - 04 78 95 14 93 DV1 - 6, rue Violi - Lyon 1er - 06 61 64 43 69 Épicerie Moderne - Ctre Léonard de Vinci - pl. R. Lescot - Feyzin - 04 72 89 98 70 Espace Albert Camus - 1, rue M. Bastié - Bron - 04 72 14 63 40 Espace Baudelaire - 83, av. de l’Europe - Rillieux-la-Pape - 04 37 85 01 50 Espace Double Mixte - La Doua - 43, bld du 11 Nov. 1918 - Villeurbanne - 04 72 44 60 19 Espace Jean Carmet - Bld du Pilat - Mornant - 04 78 44 03 12 Espace Culturel Saint-Genis-Laval - 8, rue des Écoles - St-Genis-Laval - 04 78 86 82 28 Espace des Arts - 5 bis, av. Nicéphore Niepce - Châlon-sur-Saône - 03 85 42 52 12 Espace St-Germain - 30, av. Général Leclerc - Vienne Espace Tonkin - 1, av. Salvador Allende - Villeurbanne - 04 78 93 11 38 Étoile Royale - 17, rue Royale - Lyon 1er - 04 78 39 95 66 Fée Verte - 4, rue Pizay - Lyon 1er - 04 78 28 32 35 Fnac Bellecour - 85, rue de la République - Lyon 2e - 04 72 40 49 49

D

www.491.fr FABIENNE BALLANDRAS / JÉRÉMY LIRON / LYDIA SOLANA - Autour de Françoise Lonardoni 11 fév au 11 mars, ma. au ve. 9h/19h, sa. 10h/12h GALERIE UTRILLO Allégro - Place de la République - Miribel 04 78 55 80 20 FRANÇOISE HESSEL Jusqu’au 20 fév, lu. au ve. 13h30/18h LA FERME DU VINATIER CH Le Vinatier - 95, bld Pinel - Bron - 04 37 91 51 11 CELSOR HERRERA NUÑEZ “Los chiquillos” de Philippe Pinel 16 fév au 15 av, ma. au ve. 14h/17h Vernissage 15 fév à 18h30 ESPACE ARTS PLASTIQUES 12, rue Eugène-Peloux - Vénissieux - 04 72 21 44 44 XUE-FENG CHEN - Anaama Jusqu’au 26 mars, me. au sa. 14h30/18h ÉPICERIE MODERNE Place René Lescot - Feyzin - 04 72 89 98 70 CAROLE PERRET - Photographies funèbres 2 fév au 31 mars, ma. au ve. 10h/12h - 14h/17h + soirs de concerts LA MOSTRA Rue du Suel - Givors - 04 72 49 18 18 LOÏC GODART Sur les traces du rock givordin des 70’s Jusqu’au 16 fév, me. sa. 15h/18h MAISON DU RHÔNE 1, pl. de la Liberté - Givors - 04 78 73 70 37 D’UN RHÔNE À L’AUTRE Exposition permanente. Me. sa. di. 14h/18h. 1,55€ - 0,75€ MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE Route Départementale 502 - St-Romain-en-Gal 04 74 53 74 01 COLLECTIONS PERMANENTES Ma. au di. 10h/18h. 4€ - 2,5€, je. free MEXIQUE : LES CULTURES ANTIQUES DE VÉRACRUZ (200 objets) 18 fév au 28 août, ma. au di. 10h/18h. 4€ - 2€, je. free SALONS DU THÉÂTRE 12, rue de la République - Bourgoin-Jallieu 04 74 28 05 73 THIERRY LAMBERT

E

C

O

Le Sourcier Incendiaire Jusqu’au 11 mars, lu. au ve. 8h30/12h 13h30/17h30 MAISON D’IZIEU, MÉMORIAL DES ENFANTS JUIFS EXTERMINÉS 70, rte de Lambraz - Izieu (01) - 04 79 87 21 05. MÉMORIAL DES ENFANTS JUIFS EXTERMINÉS Photos, dessins, lettres, extraits films Lu. au ve. de 9h à 17h, sa. di. 10h à 18h. 5€ - 3€ MONASTÈRE ROYAL DU BROU Église & musée - 63, bld du Brou - Bourg-en-Bresse 04 74 22 83 83 COLLECTIONS PERMANENTES (peintures, sculptures, mobilier, etc.) Tlj 9h/12h-14h/17h ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D’ARCHITECTURE DE SAINT-ÉTIENNE 1, rue Buisson - St-Étienne - 04 77 42 37 27

Architecture et design le long de 18 routes touristiques nationales en Norvège Jusqu’au 18 fév, lu. au ve. 8h/12h - 13h45/17h MUSÉE D’ART MODERNE Rue Fernand Léger (La Terrasse) St-Priest-en-Jarez - 04 77 79 52 52 ÎLES JAMAIS TROUVÉES (35 artistes internationaux) Yves Bresson / Gilbert&George Rebecca Horn / Dennis Oppenheim / etc. Jusqu’au 17 av, me. à lu. 10h/18h sf jrs fériés. 6€ - 4€ ERRÓ - Dessins Jusqu’au 13 fév, me. à lu. 10h/18h sf jrs fériés. 6€ - 4€ ANNE-LAURE SACRISTE Reverse Island Jusqu’au 13 fév, me. à lu. 10h/18h sf jrs fériés.

BULLETIN D’ABONNEMENT Oui, je désire m’abonner à 491. je recevrai 10 numéros pour la somme de 26€ Nom

....................................................................

Prénom

.................................................................

Adresse

.................................................................

......................................................................... .........................................................................

Code postal Ville

.............................................................

....................................................................

Je joins mon réglement à l’ordre de 491 par chèque bancaire. A renvoyer à : 491 210, rue de la Voûte - 69910 Villié-Morgon

N

Fnac Part-Dieu - 17, rue du Docteur Bouchut - Lyon 3e - 04 78 71 87 00 Grrrnd Gerland - 40, rue Pré-Gaudry - Lyon 7e Grrrnd Vaise - 69, rue Gorge de Loup - Lyon 9e Hall C - Plaine Achille - St-étienne - 04 77 48 76 16 Halle Tony Garnier - 20, place Antonin Perrin - Lyon 7e - 04 72 76 85 85 Hot Club de Lyon - 26, rue Lanterne - Lyon 1er - 04 78 39 54 74 Îlo Café d’Expression - RN 89 - Rte de Lyon - St-Genis l’Argentière - 04 74 72 26 12 Jazz Du Bout du Monde - 3, rue d’Austerlitz - Lyon 4e - 04 72 98 39 08 Jonkafé - 21, rue Pasteur - Lyon 7e - 04 72 76 99 53 Johnny’s Kitchen - 48, rue St-Georges - Lyon 5e - 04 78 37 94 13 Karavan Théâtre - 60, rue de la République - Chassieu - 04 37 42 14 40 Kraspek Myzik - 20, montée St-Sébastien - Lyon 1er - 04 69 60 49 29 K-Barré - 34, rue Raulin - Lyon 7e - 04 72 71 44 40 Kotopo - 14, rue René Leynaud - Lyon 1er - 04 72 07 75 49 Laboratoire - 25, petite rue de la Cocarde- Vienne L’Apéro Rock - 31, rue Ste-Geneviève - Lyon 6e - 06 63 95 09 94 L’Atmosphère - 9, montée des Carmélites - Lyon 1er - 04 78 28 68 76 L’Atrium - 3, av. des Cosmos - Tassin-la-Demi-Lune - 04 78 34 70 07 L’Atribut - 122, rue Marietton - Lyon 9e - 04 72 29 10 66 LaPéniche - 52, quai St-Cosme - Chalon/Saône - 03 85 94 05 78 Le 13 Espace d’Interventions - 13, rue Leynaud - Lyon 1er - 06 03 94 23 14 Le Fil - 20/22, bld Thiers - St-Étienne - 04 77 34 46 40 Le Rize - 23/25, rue Valentin-Haüy – Villeurbanne – 04 37 57 17 17 Le Sou - 19, rue Romain Rolland - La Talaudière - 04 77 53 03 37 Les Trois Gaules - 10, rue Burdeau - Lyon 1er - 04 72 87 08 25 Les Valseuses - 1, rue Chappet - Lyon 1er L'Impromptu Kafé - 7 place Colbert - Lyon 1er - 06 61 18 67 24 / 06 17 52 45 75 Luminier - 50, rue de la République - Chassieu - 04 78 90 88 21 Lyon’s Hall - 21, rue Joannes Carret - Lyon 9e - 06 61 43 45 35 Mâcon Scène Nationale - 1511, av. Ch. de Gaulle - Mâcon - 03 85 22 82 99 Maison de la Rencontre - 21, av. Aynard - Écully - 04 78 33 64 33 Maison du Peuple - 4, place Jean Jaurès - Pierre-Bénite - 04 78 86 62 90 Marché Gare - 34, rue Casimir Périer - Lyon 2e - 04 78 38 49 69 Marquise - Quai Augagneur - Lyon 3e - 04 72 61 92 92 Médiathèque de Vaise - Place Valmy - Lyon 9e - 04 72 85 66 20 Mjc Aragon - Place Gaillard Romanet - Bron - 04 78 26 87 25 MJC Le Cadran - 15, chemin de Feyzin - Vénissieux - 04 72 50 00 69 Mjc de Chazelles - rue Joanny-Désage - Chazelles/Lyon - 04 77 54 29 21 Mjc Jean Cocteau - 23, rue du 8 Mai - St-Priest - 04 78 20 07 89 Mjc Ô Totem - 11, av. G. Leclerc - Rillieux - 04 78 88 94 88 Mjc de Ste Foy-lès-Lyon - 112, av. Foch - Ste Foy-lès-Lyon 04 78 59 66 71 Mjc de Tassin - 16, av. de Lauterbourg - Tassin - 04 78 34 28 78 Moulin de Brainans - Poligny - 03 84 37 50 40 Nakamal - 36, av. Joannès Masset / Angle rue L. Loucheur - Lyon 9e - 04 78 47 20 16 Nec - St Priest-en-Jarez - 04 77 74 41 81 Ninkasi / Kafé / Kao - 267, rue Marcel Mérieux - Lyon 7e- 04 72 76 89 00 Nouveau Théâtre Beaulieu - 28, bld de la Palle - St-Étienne - 04 77 46 31 66

C

E

R

T

S

Opéra National de Lyon - 1, place de la Comédie - Lyon 1er 04 72 00 45 45 Palais des spectacles - Bld Jules Janin - St-Étienne - 04 77 49 47 81 Péniche Loupika - 47, Quai Rambaud - Lyon 2e - 04 72 41 75 24 Périscope - 13, rue Delandine - Lyon 2e - 04 78 42 63 59 Plateforme - Face au 4, quai Augagneur - Lyon 3e - 04 37 40 13 93 Polaris - Av. de Corbetta - Corbas - 04 72 51 45 55 Pub des Capucins - 5, place des Capucins Lyon 1er - 06 76 37 63 67 Radiant - 1, rue Jean Moulin - Caluire - 04 78 23 84 02 Rail Théâtre - 69, rue Gorge de Loup - Lyon 9e Salle 3000 - Cité Internationale - 50, quai Charles de Gaulle - Lyon 6e Salle Aristide Briand - Jardin des Plantes - Av. Antoine Pinay - St-Chamond - 04 77 31 04 41 Salle Genton - 21, rue Genton - Lyon 8e - 04 37 90 55 93 Salle Gérard Philipe - 46, crs de la République - Villeurbanne - 04 78 85 79 97 Salle des Iris - montée des Roches - Francheville - 04 78 59 66 66 Salle Jean Carmet - Mornant - 04 78 44 05 17 Salle Jeanne d'Arc - 16, rue Jean-Claude Tissot - St-étienne 04 77 25 01 13 Salle Léo Ferré/MJC Vieux Lyon - 5, place St-Jean - Lyon 5e - 04 78 42 48 71 Salle Molière - 18-20, quai de Bondy - Lyon 5e Salle Rameau - 29, rue de la Martinière - Lyon 1er Salle des Rancy - 249, rue Vendôme - Lyon 3e - 04 78 60 64 01 Salle Varèse - CNSMD - 3, quai Chauveau - Lyon 9e - 04 72 19 26 59 Sémaphore - Chemin de Boutan - Irigny - 04 72 30 47 90 Sirius - face 21, quai Augagneur - Lyon 3e - 04 78 71 78 71 Sonic - Péniche Mascaret, face au 4, quai des Étroits - Lyon 5e - 04 78 38 27 40 Soucoupe - 4, rue Mourguet - Lyon 5e - 04 78 38 31 25 Studio Club - 29, cours d’Herbouville - Lyon 4e - 04 72 10 15 35 Subsitances - 8, quai St-Vincent - Lyon 1er - 04 78 39 10 02 Tannerie - 123, place de la Vinaigrerie - Bourg-en-Bresse 04 74 21 04 55 Théâtre Antique Vienne - rue Pipet - Vienne - 0892 702 007 Théâtre Astrée - Campus de la Doua - 6, av. G. Berger - Villeurbanne - 04 72 44 79 45 / 04 72 43 19 11 Théâtre de Givors - 2, rue Puits Ollier - Givors - 04 72 24 25 50 Théâtre des Pénitents - Place des Pénitents - Montbrison - 04 77 96 39 16 Théâtre de Vénissieux - 8, bld. Laurent-Gérin - Vénissieux - 04 72 90 86 68 Théâtre de Villefranche - Pl. de la Sous-Préfecture Villefranche - 04 74 68 02 89 Théâtre du Vellein - Av. du Driève - Villefontaine - 04 74 80 71 85 Théâtre Jean Marais - 53, rue Carnot - Saint-Fons 04 78 67 68 29 Théâtre Jean-Vilar - 12, rue de la République – Bourgoin-Jallieu - 04 74 28 05 73 Toboggan - 14, avenue Jean Macé - Décines - 04 72 93 30 00 Toï Toï le Zinc - 17/19, rue Marcel Dutartre - Villeurbanne - 04 37 48 90 15/06 87 15 52 82 Train Théâtre - 1, rue Aragon - Portes-lès-Valence - 04 75 57 14 55 Transbordeur - 3, bld Stalingrad - Villeurbanne - 04 72 43 09 99 Trokson - 110, montée de la Grande Côte - Lyon 1er - 04 78 28 52 43 Zenith - St-Étienne - Rue Scheurer Kestner - St-Étienne

FÉVRIER 11

N° 167

23



491 FÉVRIER 2011 N°167