Portfolio-Bellalou Léa-Architecte-2015

Page 1

PORTFOLIO Léa Bellalou Architecte Diplômée d’État

2015


Léa Bellalou Architecte Diplomée d’État en février 2015 lea.bellalou@gmail.com 103bis rue du point du jour 92100 Boulogne Billancourt +33 6 83 20 77 27 +33 1 41 41 91 06 25 ans - 07/03/1990

Voyages Londres, Glasgow, Edimbourg, Rome, Berlin, Nuremberg, Jerusalem, Tel Aviv, Kansas City, Washingtown, New York, Pittsburg, Cleveland, Chicago, Salt Lake City, Denver, San Diego, Los Angeles, Las Vegas, Détroit

Langues Français (langue maternelle) Anglais Espagnol

Logiciels AutoCAD 2D Rhinoceros 3D V-ray Photoshop, Illustrator, Indesign Sketchup

- 1 -


CURRICULUM VITAE

Formations Diplôme d’État d’Architecture - Février 2015 Mention très bien avec les félicitations du jury École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val de Seine Mémoire de master - Septembre 2013 ‘‘Détroit entre croissance et décadence : remise en question du modèle urbain américain.’’ École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val de Seine Master 2 d’architecture - Août 2012 à Janvier 2013 Université du Kansas à Lawrence, aux États-Unis Master 1 d’architecture - 2012 École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val de Seine Licence d’architecture - 2008 à 2011 École Nationale Supérieure d’architecture Paris Val de Seine Baccalauréat scientifique - 2008 Mention bien, européenne Lycée Jacques Prévert à Boulogne Billancourt

Expériences professionnelles Parc Architectes - Février 2013 à Juillet 2013 - Stage de cinq mois Projet de modification des façades d’un immeuble parisien, participation à la conception et la réalisation d’éléments graphiques (élévations) pour le dépôt d’une déclaration préalable. Réalisation d’éléments graphiques (plan de masse et détails de façades) pour le concours Kaufman & Broad de la Zac Pouchet. Agence d’architecture Philippe - Février 2011 - Stage d’un mois Collaboration à divers projets en cours, principalement axés sur des réhabilitations d’appartements parisiens. AZ.Renovation - Février 2010 - Stage de deux semaines Observation et participation à différents chantiers de restauration de maisons individuelles à Meudon. Concordia - Juillet 2008 - Chantier International de trois semaines Construction d’un espace de loisirs en pierres à Teuscjnitz en Allemagne, au sein d’une équipe cosmopolite.

- 2 -


Plan de masse du projet urbain

- 3 -


VERS UNE RECONQUÊTE DES RESSOURCES DES GRANDS LACS À DÉTROIT

PROJET DE FIN D’ÉTUDES - PROJET URBAIN Mention très bien avec les félicitations du jury

N

Programme : Une zone d’exploitation lacustre Superficie : 15,5 ha Lieu : Détroit Date : 2015 Ce projet de fin d’étude est la continuité d’une réflexion sur la ville de Détroit qui avait débutée lors de mon mémoire. Détroit occupe une superficie de 360 km² pour une population de 706 585 habitants, ce qui en fait la ville principale de l’État du Michigan. Mais depuis plus d’un demi-siècle elle subit un déclin, industrielle, économique, démographique et urbain, sans précédent. Elle incarne à la fois le symbole du rêve américain, au temps de la gloire de l’industrie automobile avec ses quelques deux millions d’habitants et l’effondrement de ce rêve jusqu’au cauchemar actuel d’une ville dévastée par sa désindustrialisation, fuie par plus d’un million d’habitants, laissant des milliers de bâtiments à l’abandon. Malgré l’image stéréotypée négative dont Détroit a du mal à se défaire, la ville se réinvente aujourd’hui autour de ce qui a longtemps été vu comme une tare, le vide. L’agriculture urbaine a été le précurseur de ce mouvement plus large de réactions des habitants. Ils décident de résister, de prendre leur destin en main en développant des projets qui DE LA VILLE À L’EAU transforment les espaces vacants en atouts. Estimant que la clé de l’avenir de Détroit réside dans la réappropriation par ses habitants, des parcelles abandonnées de la ville, le choix du site a visé à appuyer cette démarche, en leur permettant de reprendre possession d’une ressource encore inexploitée : les Grands Lacs. L’objectif est de reconnecter la ville à l’eau, en associant différents savoirs-faire et approches de la rivière. Pour favoriser un impact, dans le territoire vaste de Détroit, le projet se déploie sur diverses échelles d’action. L’association programmatique se construira d’abord à un niveau urbain puis se focalisera sur une intervention architecturale. La phase urbaine consistera en un réaménagement de la zone des berges du site par la redéfinition d’une cale sèche en port de pêche artisanale, la requalification d’une marina abandonnée en port de plaisance, la création de ballades et de divers points de relation à la rivière. Ainsi le projet urbain définit un cadre où la population se retrouve autour des richesses des Grands Lacs. Ce quartier tourné vers l’eau trouvera son aboutissement dans la réhabilitation d’une ancienne manufacture de bateaux en Pôle d’Exploitation Lacustre, phase architecturale du diplôme.

- 4 -


Quai de déchargement du port de pêche

Pier Dequindre

Halle de la Criée

prolongation de la ballade lieu de vente professionnelle piétonne existante

Circulation

Quai de desserte rapide

connexions entre les espace de débarquement, pesage, stockage différents hangards momentané du poisson ...

20m 23 m 10 m 18 m

- 5 -

Quai d’amarrage maintien du bateau à quai et déchargement de la pêche


Quai de promenade du port de plaisance

Magasin

Riverwalk Quai de plaisance

accastillage

prolongation de la ballade

Ponton d’amarrage fixe

structure en bois ajoutĂŠe

15 m 4m

8m

4m

4m 12 m 6m

4m 5m 2m 8m

- 6 -


- 7 -


UN PÔLE D’EXPLOITATION LACUSTRE À DÉTROIT

PROJET DE FIN D’ÉTUDES - PROJET ARCHITECTURAL Mention très bien avec les félicitations du jury Programme : Un Pôle d’exploitation lacustre Superficie : 8 000 m² Lieu : Détroit Date : 2015 Ce projet constitue le volet architectural de mon projet de fin d’études. Il se concentre sur la réhabilitation du Globe Building, une ancienne manufacture de bateaux, en Pôle d’Exploitation Lacustre avec l’implantation des programmes suivants : un Marché aux poissons, un Centre de Recherche sur les Grands Lacs, un Centre de Formation Halieutique et un Phare. L’association de ces programmes au sein de cet ancien bâtiment industriel vise à en faire le symbole du renouveau de la ville vers l’eau. Le Globle Building à l’état existant est un complexe de six bâtiments imbriqués, ajoutés successivement depuis sa création en 1892. L’enjeu majeur du nouveau SYMBOLE DU RENOUVEAU complexe est de favoriser les échanges entre les différents professionnels et le public. La réhabilitation est axée sur la perméabilité. Les trois corps principaux sont conservés et fonctionnent autour d’un jardin. Les différents programmes sont ensuite implantés en fonction de leur rapport au public et à l’urbain. Ainsi le marché aux poissons public est en rapport direct avec le port de pêche et la criée. Le centre de formation halieutique profite du flux piéton de la ballade piétonne qui le longe. Le centre de recherche sur les Grands Lacs, au fonctionnement plus privé, se situe dans l’ancienne machinerie, bâtiment le plus à l’ouest du complexe. Et enfin le phare vient s’insérer verticalement au croisement entre les deux ports. Des passerelles viennent relier les bâtiments. L’intervention s’articule autour : de la réhabilitation des trois bâtiments conservés dont les volumes intérieurs sont respectés par un jeu de débordement de boites dans les nefs principales. de l’extension constituée par le phare qui se démarque verticalement tout en s’intégrant dans un jeu de toiture qui rappel ceux de l’existant, et de la conception des nouvelles façades de la cour et du phare. À Détroit, des entreprises de démolition se convertissent dans la déconstruction. Ils décortiquent les bâtiments abandonnés pour récupérer le maximum de matière et la vendre. Ici c’est le bardage en bois qui est réutilisé comme brise soleil, fixé avant chantier dans des cadres, ensuite accrochés à la structure des nouvelles façades.

- 8 -


Axonométrie du Pôle d’Eploitation Lacustre

Centre de Recherche sur les Grands Lacs effectif ~ 100 salariés dont 70 chercheurs superficie ~ 3500 m²

Centre de Formation Halieutique effectif ~ 50 salariés, 300 visiteurs superficie ~ 2000 m²

Phare - Marché - Restaurant effectif ~ 50 salariés, 700 visiteurs superficie ~ 2500 m²

- 9 -


Plan de Rez de Chaussée

N

Centre de Formation Halieutique

Centre de Recherche sur les Grands Lacs

Marché aux poissons

Phare

Halle de stockage de la Criée

- 10 -


Plan de l’entresol

Plan de r+1

Élévation est

- 11 -


Coupe AA sur le phare et le Centre de Recherche

- 12 -


Maquette du projet architectural 1/200


Maquette du projet urbain 1/500

- 14 -


Photographie de la façade principale Coupe transversale et élévation du patio

- 15 -


MODIFICATION DES FAÇADES D’UN IMMEUBLE DE BUREAU DE L’AVENUE PARMENTIER

STAGE DE MASTER CHEZ PARC ARCHITECTES Aide à la conception de la Déclaration Préalable

Détails de façade Châssis fixe - bois massif - double vitrage

Programme : Immeuble de bureaux Lieu : Paris Date : 2013

Tasseau

- bois massif, classe 3 - section 5cm x 5cm

Le projet consiste à transformer les façades d’un immeuble de bureaux donnant sur cour, situé dans le 11ème arrondissement de Paris. Le bâtiment d’origine est une ancienne construction datant de la fin du XIXème siècle. Dans les années soixante-dix, de nombreuses modifications y sont opérées formant un patio, et une hétérogénéité avec deux types de façades, attestant des deux époques.

Anneau

- acier thermolaqué - fixé mécaniquement

Pièce de bois - bois massif - classe 3

Le maître d’œuvre, suite au rachat de l’ensemble, souhaite recréer une homogénéité d’ensemble afin de donner à nouveau du cachet à cet immeuble. L’objectif est de vendre par la suite chaque étage à différentes PME. La mission confiée RYTHME à l’agence était de déposer une Déclaration Préalable assez rapidement tout en fournissant des images convaincantes pour la création d’une plaquette de présentation.

Tablette

- bois massif

Plinthe

- bois massif

Isolation

- laine de verre - 20 cm - 4kg/m3

Après de nombreuses réflexions pour concilier ancien et nouveau tout en donnant une nouvelle image forte au bâtiment, nous avons décidé d’allier un nouveau matériau : le bois, à une trame de façade respectant et accentuant le rythme d’origine. Une composition primaire marque la verticalité tandis qu’un barreaudage au niveau des allèges et des impostes dessine de fines lignes horizontales. Des anneaux métalliques en métal laqué noir raidissent et animent aléatoirement le dispositif.

Contre plaqué marine Sous face - bois massif

Châssis ouvrant - bois massif - double vitrage

- 16 -


- 17 -


UNE RÉSIDENCE D’ARTISTES POUR LE CENTRE D’ART DE LAWRENCE

PROJET DE MASTER 2, 811+LAC Échange international Université du Kansas Programme : Extension du Centre d’Art Superficie : 1 000 m² Lieu : Lawrence, Kansas, États-Unis Date : 2012 811+LAC est un studio où les étudiants de cinquième année en architecture de l’Université du Kansas et le Centre d’Art de Lawrence (LAC) travaillent en collaboration. Durant un semestre, le studio a étudié les possibilités d’expansion du Centre d’Art de Lawrence. Dans un premier temps, il a fallu proposer un programme correspondant aux attentes exprimées par les divers acteurs du LAC. Ensuite nous avons traité le sujet sur trois cycles de conception. Ces cycles ont permis au Centre d’Art d’ajuster leurs demandes et d’ajouter des paramètres à prendre en compte lors du projet. L’ambition du Centre d’Art de développer son échelle d’impact tant au niveau de l’état, de la ville que du quartier, a amené la proposition du programme suivant : quatre résidences d’artiste, une salle d’exposition et une salle de conférence. L’objectif de l’extension est ici de créer un nouveau bâtiment relié directement à l’existant et qui développe de nouvelles connexions avec le quartier. L’idée est de définir une nouvelle échelle urbaine, produite par le mouvement des différents volumes CONNEXION qui génèrent des espaces extérieurs variés. Ainsi au centre se niche la salle d’exposition et la salle de conférence reliée au Centre D’art. De part et d’autre de ce volume central les résidences d’artiste fonctionnent autour d’espaces privés de logement et d’espaces de travail plus ouverts au public.

- 18 -


Plan de rez de chaussĂŠe

Plan de r+1

N

Coupe transversale

- 19 -


Maquette de l’extension 1/200

Coupe longitudinale

- 20 -


- 21 -


UNE RÉSIDENCE D’ARTISTES POUR LE CENTRE D’ART DE LAWRENCE

PROJET DE MASTER 2, 811+LAC Échange international Université du Kansas Programme : Extension du Centre d’Art Superficie : 1 000 m² Lieu : Lawrence, Kansas, États-Unis Date : 2012 Dans ce projet nous avions à traiter à nouveaux le sujet de l’extension du Centre d’Art de Lawrence; Cependant nous avons été invités à réfléchir davantage sur les espaces extérieurs. La première intention était de développer le sentiment de communauté, à travers la création d’une couverture, permettant des usages multiples des espaces extérieurs. Le programme est contenu dans des boîtes, connectées au Centre d’Art par une passerelle. La disposition des boîtes permet de créer trois zones avec des utilisations spécifiques, l’une le long de la rue New Hampshire, agissant comme une vitrine pour les expositions, une autre orientée sud CANOPÉE avec plus de végétation et la dernière près du Centre d’Art en relation avec le mur existant pour une place de projection. Le processus de création artistique a été placé au cœur du projet avec les espaces de travail en rez de chaussée et les logements au dessus.

- 22 -


Plan de rez de chaussĂŠe

Plan de r+1

N

Coupe transversale

- 23 -


Maquette de l’extension 1/200

Coupe longitudinale

- 24 -


- 25 -


DOUBLER LA DENSITÉ D’UN QUARTIER PAVILLONNAIRE À CHATOU

PROJET DE MASTER 1 École Nationale Supérieure Paris Val de Seine Programme : Aménagement urbain Superficie : 4,5 ha Lieu : Chatou Date : 2011

existant

Le but du sujet, «Doubler la densité», était de nous faire réfléchir sur l’étalement urbain, sur les différents modèles urbains, et leur densité d’occupation des sols. Chatou est un exemple fort du contraste entre logements pavillonnaires, et logements collectifs. Le projet adopte le parti de doubler la densité de la zone pavillonnaire en conservant uniquement des logements individuels afin d’atteindre l’apparente densité des logements collectifs de grande hauteur voisins. nouveaux logements

Les maisons existantes sont conservées et le parcellaire redéfini pour permettre l’insertion des nouveaux logements. L’aménagement s’établit par un travail de couture, et de redistribution. Des voies piétonnes divisent l’îlot en quatre lots, qui COUTURE ET ÉCHANGES s’organisent autour d’espaces publics. Ainsi la diminution d’espaces privés est contrebalancée tout en favorisant une vie de quartier plus forte. Cette proposition met en place un nouveau visage du logement pavillonnaire plus dense et convivial.

espaces publics et parcellaire

Coupe transversale

- 26 -


N

Plan de masse du projet urbain

- 27 -


LOGEMENTS INTERMÉDAIRES AU PIED DE LA CITÉ YOURI GAGARINE

PROJET DE LICENCE 3 École Nationale Supérieure Paris Val de Seine

pensées pour rompre avec sont imposante linéarité qui agissait comme une barrière. De ce projet urbain découle le traitement d’un plot de logements.

Programme : 40 logements Intermédiaires Superficie : 2 600 m² Lieu : Ivry-su-Seine Date : 2011

L’immeuble de logements intermédiaires reprend les volontés urbaines de transition, par sa forme, mais aussi dans la recherche sur les logements. Ainsi il met en place des logements collectifs qui tendent à retrouver certaines qualités du logement individuel. Les appartements sont accessibles TRANSITION depuis des terrasses, puis se développent du plus public au plus privé. L’utilisation de la brique est un choix à la fois esthétique et constructif, elle représente aussi le point commun entre la cité et le pavillonnaire voisin.

Une première phase urbaine consistait à réaménager un site délaissé au pied de la cité Youri Gagarine à Ivry-sur-Seine. Actuellement un square marque la séparation entre d’un côté les logements pavillonnaires et de l’autre la cité construite au début des années 1960. Le projet urbain se déploie ici sur le thème de la transition. Pour reconnecter ces deux espaces il joue sur des hauteurs et des fonctions intermédiaires, et offre des espaces publics pour développer des échanges. Des percées dans la barre de la cité sont aussi

Plan d’étage courant N

- 28 -


- 29 -


MAISONS DE VILLE RUE DELHOMME

Plan de rez-de-chaussée des trois maisons verticales N

PROJET DE LICENCE 3 École Nationale Supérieure Paris Val de Seine Programme : 3 logements individuels Superficie : 1 100 m² Lieu : Paris Date : 2010 En France plus de 77 % des ménages qui souhaitent accéder à la propriété rêvent d’une maison individuelle (ANAH). Cette problématique doit être prise en compte dans le tissu même dense d’une ville. Le projet guidé par cette idée propose ici une alternative : les maisons verticales. Chacun des trois VERTICALITÉ logements individuels s’établit sur une largeur de quatre mètres et s’organise en demi-niveaux, tout en ayant son entrée et son jardin. Le projet s’inscrit aussi comme une réponse aux questions d’étalement urbain actuel.

Plans des demi-niveaux d’une maison verticale

Coupe longitudinale

- 30 -


Perspective pour le projet de diplôme de Camille Lemoine, un lycée agricole à Nantes

Perspective pour le projet de diplôme de Camille Lemoine, un lycée agricole à Nantes

- 31 -


PERSPECTIVES RÉALISÉES

Perspective personnelle pour le projet de Centre de Recherche sur les Grands Lacs à Détroit

Perspective pour le projet de diplôme de Nelson Coulon, un pont habité au Vésinet

- 32 -


Merci