Issuu on Google+

DOUILLON DE POMMES

“Nous l’avons remis au goût du jour” ! Francis Burtin, boulanger-pâtissier à Saint-Aubin les Elbeuf

N° 81 - 15 novembre 2012

Page 10

electro-rock-rap Les Naïve New Beaters au 106

Page 16

Les dernières îles Elles étaient 52 à jalonner autrefois la Seine, entre Oissel et Poses. Que sont devenues ces îles pourtant bien vivantes dans un passé pas si lointain ? Pourquoi la plupart d’entre elles ont disparu ? Que fait-on des rescapées ? Page 4

Photo Arehn

Seine

N° 81 - 15 novembre 2012

Temps forts ✔✔ Au revoir la foire La Foire Saint-Romain

✔✔ Opéra Caligula, de Giovanni Maria Pa-

✔✔ Post-Bac Le Parc Expo de Rouen accueille le salon Studyrama dédié aux formations Bac à Bac+5, ce samedi 17 novembre de 10h à 18h.

✔✔ Hockey Les Dragons enchaînent les matchs à domicile : Briançon vendredi 16 novembre, Morzine dimanche 18 et Reims mardi 20.

✔✔ Au 106 Le célèbre rappeur à la prose

✔✔ Coupe de France Septième tour de la

remballe ses attractions et ses lumières ce dimanche 18 novembre, à 23h.

30, rue de la République - 76000 Rouen Tél. 02.35.98.28.25 Fax : 02.35.98.28.62

Web Radio - Le journal de Rouen - www.tendanceouestrouen.com

Directeur de la publication : Benoit LECLERC Directeur délégué : François GILLOT Tirage : 45 000 exemplaires. Journal édité par la société Tendance Ouest, quai Joseph Leclerc-Hardy 50000 Saint-Lô Publicité : Regie Ouest, tendancerouen@regieouest.com Impression : Centre d’Impression de Presse de l’Ouest quai Joseph Leclerc-Hardy - BP 20803 - 50958 Saint-Lô Cedex 9 Reproduction interdite de tout article, illustration, publicité sauf accord écrit du journal.

poétique Oxmo Puccino est de passage à Rouen, vendredi 16 novembre. Concert à 20h.

AU COURRIER

gliardi, les mardi 20 et mercredi 21 novembre au Théâtre Charles Dullin, à Grand-Quevilly.

compétition : le FC Rouen (National) se rend à Aire-sur-la-Lys (DH), dimanche 18 novembre.

EXPLIQUEZ-VOUS

“Je trouve dommageable que la TCAR considère les étudiants comme uniques clients. Lors des vacances scolaires, nous, salariés, devons subir le manque de bus, de métro ou de Teor et nous nous retrouvons aux heures de pointe avec moins de navettes. Quand il y en a une, elle est prise d’assaut. En revanche, le tarif reste le même ! Quel avantage tire la TCAR de mettre moins de rames en circulation puisqu’il y a tout ou presque autant d’usagers ?” P. Frebourg

Des policiers aux carrefours, “une mesure utile” “Je lis sur votre site internet que des policiers municipaux de la ville de Rouen,mais également de la Police nationale, sont déployés aux points stratégiques de l’agglomération, afin de réguler au mieux la circulation. C’est une mesure utile en espérant une formation des policiers puisque cela fait bien longtemps que l’on ne fait plus de régulation “manuelle”, tout au moins dans l’agglo. Une petite pensée néanmoins pour les fonctionnaires de police qui se retrouvent dehors à la période la moins agréable de l’année. ” Florent (sur internet)

■■ Vous aussi, vous souhaitez vous exprimer ? Ecrivez-nous à Tendance Ouest Rouen, 30, rue de la République - 76000 Rouen, ou redactionrounen@tendanceouest.com

Abonnez-vous à Vous souhaitez recevoir votre journal à votre domicile porté par votre facteur ? Il vous suffit de nous faire parvenir votre nom et votre adresse accompagnés de votre réglement, 58 € pour un an à : Tendance Ouest Rouen, 30, rue de la République - 76000 Rouen - Tél. 02.35.98.28.25

pont mathilde  La fermeté du maire de Rouen

“Ne pas se tromper de remède” Après la fermeture du pont Mathilde, Yvon Robert réaffirme son refus du tout-voiture. Entretien. ■■ Quelle fut votre réaction en apprenant l’incendie ? “J’ai d’abord été soulagé qu’il n’y ait ni mort, ni blessé. Cela aurait pu être gravissime d’un point de vue humain. Le soulagement passé, très vite j’ai compris que le pont serait immobilisé un certain temps. Je connaissais les flux, je me rappelais l’attente suscitée à l’époque par l’arrivée du sixième pont. Du jour au lendemain, on revenait à cette situation.” ■■ Vous avez rapidement lancé un appel au civisme. Pourquoi ? “Il faut dire la vérité : les cinq autres ponts ne peuvent pas absorber le trafic du pont Mathilde. L’enjeu est de diminuer le nombre de voitures circulant à Rouen aux heures de pointe, tout particulièrement le soir, entre 16 et 20 h. Il faut donc appeler à la responsabilité de tous. Il n’y a pas d’autres solutions que de se tourner vers les transports

■■ “La voiture individuelle est vécue comme une liberté en ville. Mais ce n’est qu’une liberté apparente”.

en commun, dont le train, et alternatifs, comme le vélo ou le covoiturage”. ■■ Dans le malheur, cet accident peut-il représenter un mal pour un bien ? “On se rend compte aujourd’hui que l’automobile a atteint ses limites. Cet événement ne fait que conforter l’objectif que nous poursuivons depuis des années de développement des transports en commun ou du logement dans le centre, la densification urbaine, que j’ai amorcée en 2001. Il faut aller plus loin dans ce sens. Parallèlement, à la suite d’une catastrophe comme

rue de la republique

E

celle-ci, je souhaite que tout le monde mesure que la voiture n’est plus une solution en centre-ville, même si j’ai conscience que certains professionnels ne peuvent pas s’en passer. Mais en diminuant la place de la voiture individuelle, nous préservons la place de ceux qui en ont vraiment besoin.” ■■ L ’ U M P p r o p o s e de  rendre les transports en commun gratuits dans le centre et d’ouvrir les couloirs réservés aux bus ou aux Teor sous certaines conditions. Qu’en pensezvous ? “C’est irréaliste ! Je rappelle que l’essentiel des recettes

n se promenant dans le bas de la rue de la République, certains passants s’étonnent : alors que la voirie et le couloir de bus sont terminés depuis deux mois, le trottoir, lui, attend toujours ses finitions. De l’asphalte manque, par-ci, par-là, et des barrières entourent les trous qui doivent accueillir les futures jardinières. Pourquoi un tel retard ? La Crea, maître d’ouvrage des travaux, se veut rassurante : le chantier pourra reprendre fin novembre,

des transports en commun se fait dans le centre. C’est impossible. Quant à l’ouverture des couloirs réservés, ce serait mettre en péril l’efficacité des lignes les plus importantes. Je comprends l’exaspération de certains, mais il ne faut pas se tromper de remède.” ■■ L’incendie per mettra-t-il au moins une accélération du projet de contournement Est ? “Je l’espère. Cela fait vingtcinq ans que l’on dit qu’il est indispensable. Je crois qu’il s’agit d’un projet écologique, qui améliorera la qualité de vie. Le projet a trop traîné mais il est en train d’avancer”. ■■ Cette semaine fait office de “grand test” pour la circulation à Rouen... “Notre mobilisation est totale. Il y aura peut-être des modifications d’axes de circulation à faire, mais il faut rester prudent car tout changement crée de nouvelles perturbations. Nous n’avons pas encore trouvé les meilleures solutions. Même si on les trouve, cela n’empêche pas la nécessité de diminuer le nombre de voitures en ville. Il faut en convaincre tous les habitants.”

Un chantier éternel ? pour s’achever définitivement quelques jours plus tard. Le fournisseur des jardinières, une petite PME du Havre, a semble-t-il été débordée par la demande, provoquant plus d’un mois de retard par rapport aux prévisions initiales. Mais les blocs de béton blanc seront livrés le 23 novembre.



Les vacances selon la TCAR

■■ Le trottoir de la rue de la République dans sa partie basse est en chantier depuis le mois de juillet...

Devant le cinéma l’Omnia, la placette sera également terminée, dotée de mats à projecteurs et de bancs, comme prévu. Et c’en sera enfin fini du chantier de la ligne 7.

N° 81 - 15 novembre 2012

demain

La place du Vieux Marché se met au vert L

es espaces verts de la place du Vieux Marché avaient besoin d’un coup de neuf. Une refonte entière de cet espace qui borde les halles et l’église Jeanne d’Arc était devenue nécessaire. Les massifs étaient en piteux état. C’est pourquoi, en 2010, a été décidé le réaménagement des lieux. Une fois l’éclairage public réalisé, le projet pouvait enfin voir le jour.

Mettre en valeur les bâtiments Contrairement à ce que l’on a pu entendre, Julien Goossens, paysagiste à la Ville de Rouen, indique d’emblée qu’il ne s’agira pas d’un jardin japonais. “Nous avons simplement conçu les lieux à la manière de ce qui se fait dans les espaces publics japonais, c’est-à-dire tout en simplicité”. Pour ce réaménagement, la ville de Rouen a privilégié la sobriété. “La place est très riche au niveau architectural. C’est pourquoi nous voulions un espace vert simple qui mette en valeur

les bâtiments.” L’aménagement sera donc réalisé à partir de végétaux de taille basse. “Nous ne voulions pas qu’ils fassent concurrence au bâti.” Le buis y sera dominant : “c’est une essence noble, qui se taille bien et a une jolie couleur verte lumineuse.” On trouvera également quelques arbres, des graminés ainsi que des fleurs, comme des tulipes ou des iris, pour introduire quelques touches colorées. Il faut dire que l’aménagement d’un tel espace est contraint par l’environnement et notamment par le parking souterrain installé sous la place. “Au plus court, nous disposons de 40 centimètres d’épaisseur”. Débuté à la mi-septembre, le gros des travaux est maintenant terminé et les plantations viennent de débuter. Les nouveaux espaces verts, vastes de 1 650 m2, de la célèbre place rouennaise devraient être achevés à la fin du mois. Budget total, 150 000 €.

■■ Les buis seront taillés en vague pour donner une perspectivre douce, créant un écrin vert de qualité au pied de l’église Jeanne d’Arc.

3

4

N° 81 - 15 novembre 2012

NEWS

Seine : cap sur les îles sauvages 52

 C’est le nombre d’îles qui jalonnaient autrefois la Seine, entre Oissel et Poses. La grande majorité d’entre elles ont disparu lorsque le fleuve a été rendu navigable.

Création Dans l’estuaire du

Havre, face à la digue du Ratier, a été créée en 2003 l’île aux Oiseaux. Son but ? Servir de refuge aux espèces en voie de disparition.

GIP Seine-Aval

 Créé en 2003, ce groupement d’intérêt public rassemble des acteurs, comme les deux régions normandes ou encore la Crea, autour de l’étude de la Seine.

Artistes Les îles étaient très

prisées des artistes et notamment du peintre Claude Monet qui en avait acheté une, baptisée l’île aux Orties, sur la commune de Giverny.

■■ La grande majorité de ces îles verdoyantes, qui hébergeaient parfois de petits restaurants, a disparu lorsque la Seine a été aménagée pour permettre le développement du transport fluvial et maritime.

un aspect domestiqué. “Autrefois, à certains endroits, le fleuve était trois fois plus large qu’aujourd’hui”, explique Jérôme Chaïb. “Les aménagements ont permis d’obtenir un meilleur débit. De nombreux bras secondaires ont été comblés, ramenant ainsi le débit sur le bras principal.” A cette époque, de nombreuses îles sont supprimées après avoir

été draguées - c’est le cas à Diepdalle - ou rattachées aux berges comme à Val-dela-Haye. D’autres, comme la presqu’île Rollet, sont partiellement rattachées à la terre. Longtemps utilisée pour stocker du charbon, celle-ci sera bientôt transformée en un beau parc urbain. Ecrins de verdure posés sur les eaux, les îles rescapées

nature

sont de vrais atouts pour la biodiversité. Selon Jérôme Chaïb, celles qui font face à Saint-Adrien, au sud de Belbeuf, sont les plus intéressantes au niveau naturel. Espaces préservés “Elles ont encore une dynamique sur le plan de la sédimentation. Des plantes rares s’y sont implantées. L’une d’entre elles est actuellement en formation”. Ainsi,

au milieu du lit du fleuve, se sont constituées de petites réserves naturelles préservées et libres de toute occupation humaine. Certaines, envahies par les arbres, se referment sur elles-mêmes. A l’écart de toute activité humaine, d’autres accueillent des espèces peu fréquentes. “J’ai pu constater la présence de papillons rares.” Quelques-unes font l’objet

de projets : ainsi, à Oissel, l’île aux Bœufs pourrait être restaurée pour accueillir des animaux en pâture. Aucune des îles ne fait encore l’objet d’un classement particulier,mais chacune est considérée désormais comme un outil de préservation de l’environnement à protéger et valoriser. Anne Letouzé

Des petits paradis à entretenir

B

énéficier d’espaces naturels au fil de la Seine est un avantage. Encore faut-il qu’ils soient entretenus. Gérées par Voies Navigables de France (VNF) les berges et les îles sauvages de la Seine sont entretenues par les Brigades Vertes. Elles sont nées il y a dix-sept ans, fondées par Gérard Duval, et participent à la réinsertion de personnes par le biais de la réhabilitation de ces espaces. A pied d’œuvre pour réhabiliter les chemins communaux, les deux équipes de ces bri-

gade s’occupent également des bords de Seine, entre Rouen et Tourville, à l’aide de barges.

Photo J. Chaïb

Quelques rescapées La grande mutation de la Seine a débuté dans les années 1840. Considérée comme un formidable outil de développement, elle fait alors l’objet de gros aménagements. Des digues sont construites, de nombreuses îles “rejoignent” les berges. Le fleuve change de visage. Jusque-là sauvage, il prend

Photo Coll. J. Chaïb

S

ur une vieille carte postale en noir et blanc, des promeneurs endimanchés sont attablés à la terrasse d’un restaurant, au centre de l’île aux Cerises, à Rouen. Aujourd’hui, elle n’est plus et il ne reste que ces photos, témoins d’une époque révolue, où la Seine était peuplée d’îles bien vivantes. Couvertes de végétation, elles faisaient la joie des promeneurs ou servaient de pâturage aux troupeaux. “On y trouvait des guinguettes, mais aussi des villas qui bénéficiaient d’une vue imprenable”, raconte Jérôme Chaïb, directeur de l’Agence régionale de l’environnement et grand amoureux du fleuve. Cette vision bucolique a de quoi étonner les hommes du XXIe siècle, habitués à une Seine aux berges rectilignes et au cours exempt de tout obstacle. Grandes ou petites, les îles ont pour la plupart disparu. Plus aucune ne vient gêner la course des navires entre Rouen et le Havre. En amont, il en reste quelquesunes, mais on les compte aujourd’hui sur les doigts des deux mains.

■■ Les Brigades vertes procèdent à la réhabilitation des berges des îles entre Rouen et Tourville.

Ils n’interviennent pas à l’intérieur des îles, certaines étant louées par des fédérations de chasse. Des surprises les attendent souvent. “Il nous arrive de retrouver des réfrigérateurs ou même des morceaux de voitures”, note Gérard Duval, président des Brigades Vertes. Grâce à leur travail, les deux équipes évitent que ces rives verdoyantes ne deviennent des repères à ordures.

N° 81 - 15 novembre 2012

NEWS Les commerçants de Rouen expriment leurs inquiétudes La fermeture du pont Mathilde affecte-t-elle la fréquentation des commerces ? Oui, à en croire l’association commerçante des Vitrines de Rouen, qui a décidé d’alerter l’opinion. Par la voix de Matthieu de Montchalin, leur président, ces commerçants craignent

circulation

5

que les difficultés de circuler menacent directement des emplois : “Une baisse de 5% du chiffre d’affaires entraînerait une perte de 5% des emplois, soit 500 salariés”. Yvon Robert, le maire de Rouen, a dit être “très attentif” à la situation du commerce en centre-ville.

La CCI veut la réouverture des quais... aux poids lourds De son côté, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Rouen a émis quelques propositions “pour assurer la pérennité des activités économiques” de l’agglomération. Elle préconise ainsi la réouverture des quais, rive droite comme rive gauche, aux

poids lourds afin de “fluidifier le trafic routier” et “assurer une desserte portuaire garantissant le maintien de cette activité économique majeure du territoire”. Une idée qui risque de déplaire aux collectivités locales, bien décidées à écarter les camions du centre.

Un plan d’urgence opérationnel depuis la rentrée

N

ous voulons faire passer trois messages”, s’est exprimé Frédéric Sanchez, le président de la communauté d’agglomération, le 9 novembre, lors de la présentation du plan d’urgence de la Crea après la fermeture du pont Mathilde. “Il faut utiliser les transports en commun, privilégier le covoiturage et favoriser l’extension des horaires variables dans les administrations et les entreprises”. Plusieurs mesures concrètes ont été appliquées dès le 12 novembre, où le “lundi noir” tant redouté n’a pas eu lieu. Moyens humains. Des policiers municipaux mais également de la Police nationale sont déployés aux

points stratégiques : ponts Corneille, Boieldieu et Jeanne d’Arc, places Beauvoisine et Carnot. La Crea va aider la ville de Rouen à recruter des moyens humains supplémentaires. Parkings relais. Ils représentent 3 000 places gratuites à proximité des lignes de métro, Teor et ligne 7. De nouveaux ont vu ou vont voir le jour : “Mairie de Bois-Guillaume” (40 places), site des anciennes Fermetures Eclair à PetitQuevilly (40 places, 150 à 200 d’ici à la fin de l’année), centre Malraux, rue Couperin, à Rouen (19 novembre, 150 places), et “Mairie V. Schoelcher” à Notre-Damede-Bondeville (35 places, fin

■■ En début de semaine, la paralysie redoutée n’a finalement pas eu lieu. Les premiers effets du plan d’urgence ?

d’année 2012). Tarifs spéciaux. Pour “encourager l’utilisation des transports en commun” , la Crea propose aux nonabonnés une carte Astuce gratuite, créditée de dix voyages. Pour les abonnés, une offre de parrainage a été créée. Week-ends de décembre. Les 8-9, 15-16 et 22-23 décembre, la fréquence des métros, Teor et des bus de la ligne 7 sera renforcée. Nouveaux bus. La Crea vient de commander 20 nouveaux bus, pour environ 5 millions d’euros. Il viendront renforcer petit à petit certaines lignes. La ville informe. A partir du lundi 19 novembre, la

ville de Rouen va lancer un nouveau site internet d’informations en temps réel de la situation du trafic : www. trafic.rouen.fr Travail. La Crea appelle les administrations et les entreprises à favoriser la flexibilité des horaires et plages de travail. Dans ce sens, les 1 000 agents de la Crea en bénéficient depuis le 12. Ordures. Aucun camionpoubelle ne circulera en ville entre 7h et 9h du matin. De la même manière, tous les travaux d’eau et d’assainissement prévus en milieu urbain et sur les axes passants sont gelés. Toutes les mesures sont à retrouver sur notre site tendanceouest.com

6

N° 81 - 15 novembre 2012

NEWS

Le géant de l’industrie pharmaceutique GSK va investir 26 millions d’euros à Notre-Dame-de-Bondeville

COMMERCE

Tout pour la véranda

■■ Les “vérandalistes” de l’entreprise DAR travaillent dans plusieurs villes de France, comme Beauvais ou Abbeville.

L’entreprise Dar est présente à Barentin depuis plus de douze ans et dépend de la maison mère située à Poix de Picardie dans la Somme. “Notre activité principale, c’est fabriquer, installer et commercialiser des vérandas”, explique Eric Housiaux, le

responsable de l’agence. L’entreprise est constituée d’un responsable, de deux commerciaux, d’une secrétaire et d’une équipe de pose de deux personnes. Pratique. DAR, plateau du Mesnil Roux, à Barentin. Tél. 02 35 92 71 90. www.dar.fr.

●● politique  Rouen, cible de Jean-Louis Borloo L’Union des démocrates et indépendants (UDI), le nouveau parti de Jean-Louis Borloo, va concentrer ses forces sur dix grandes villes françaises lors des élections municipales de 2014. Parmi ces villes où le parti de centre-droit pense avoir une chance de s’imposer, notamment grâce au jeu des alliances avec l’UMP, on retrouve Rouen, Caen, Angers, Laval, Amiens, Strasbourg, Toulouse et même Paris, où Borloo lui-même serait candidat.

GlaxoSmithKline (GSK) vient d’annoncer qu’il allait investir 26 millions d’euros sur son site de production rouennais. Cet investissement permettra “l’acquisition d’une nouvelle ligne de remplissage de seringues prêtes à l’emploi”, a expliqué sa direction jeudi

8 novembre. Il sera réalisé sur le site de Notre-Damede-Bondeville, spécialisé dans les formes injectables stériles. “Cette nouvelle ligne à forte cadence permettra de satisfaire les demandes croissantes, notamment des pays émergents”. Elle produira

bois-guillaume

Les insectes remplacent la chimie

A

Bois-Guillaume-Bihorel, les insectes ont remplacé les produits chimiques pour éradiquer les pucerons. Les larves de ces petites bêtes baptisées “Chrysope aux yeux d’or” ont pour principale qualité de dévorer les pucerons envahissants. Chacune d’entre elle en mange plus d’une cinquantaine par jour durant quatre ou cinq semaines. Maisons d’hivernage Voulant s’affranchir, au maximum, de tout produit phytosanitaire, BoisGuillaume a commencé en 2009 à recourir à cet insecticide naturel. “Ce n’est pas une décision anodine car ce genre de pratique coûte plus

1968, le site bondevillais produit des anti-thrombotiques, des substances luttant contre la formation de thrombose (caillot dans le sang). Il emploie 696 personnes et produit 143 millions de seringues par an. Depuis 2004, GSK y a investi 128 millions d’euros.

cher”, explique Jean-Pierre Guérin, adjoint chargé des espaces publics. En 2009, la ville avait acheté 20 bandelettes contenant des œufs de chrysopes. En 2010 et 2011, les commandes sont passées à 500 bandelettes. Or une bandelette coûte en moyenne 30 €. Avec la fusion des deux communes, cette mesure a été développée sur le secteur de Bihorel. En 2012, dix maisons d’hivernage, destinées à accueillir les chrysopes durant l’hiver y ont été installées. Le secteur de Bois-Guillaume en compte déjà douze. Ces petits nichoirs ont été installés au cœur des massifs, à environ 1,50  mètre de haut.

stationnement payant

■■ Jean-Pierre Guérin dévoile ces maisons d’hivernage placées au cœur des massifs à traiter.

Du sursis pour l’île Lacroix

L

e stationnement payant ne fera son apparition qu’en juillet 2013 sur l’île Lacroix. Un “sursis” pour “se laisser le temps d’informer et de consulter les habitants, mais aussi d’installer les horodateurs”, explique Didier Choiset, maire-adjoint de Rouen en charge du dossier.

●● gouvernement  Cinq ministres en visite En l’espace d’une semaine, cinq ministres se sont succédé à Rouen, dont Laurent Fabius et Valérie Fourneyron (lire pages 6 et 8). Derniers en date : Guillaume Garot, ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture, qui a notamment visité l’usine Ferrero de Villers-Ecalles, en pleine polémique sur l’huile de palme, lundi 12 novembre ; et Pascal Canfin, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, en charge du Développement, en déplacement à Malaunay, au sein de l’entreprise Nutriset, mercredi 14 novembre.

35 000 unités par heure et sera opérationnelle en 2015. “Cet investissement confirme la volonté de GSK de maintenir son activité pharmaceutique industrielle en France”, commente le groupe britannique, géant mondial de l’industrie pharmaceutique. Ouvert en

■■ Des réunions publiques auront lieu début 2013 sur l’île Lacroix. La municipalité y expliquera ses choix.

Le cas de l’île est loin d’être anecdotique. C’est ici que l’on note le taux de rotation le plus faible de toute la ville : 1,2 voiture par place et par jour (alors que la moyenne municipale est

de 2,3). Et à 10 h du matin, en semaine, 95 % des places sont occupées. Traduction : les voitures ventouses squattent ce bout de terre disposant de 980 places de stationnement sur voirie. Beaucoup d’automobilistes travaillant dans le centre viennent s’y garer. En juillet 2013, 470 d’entre elles deviendront donc payantes (1 € pour quatre heures), avenue Chastelain, du pont Corneille à la rue Sainte-Adélaïde, rues de l’Industrie, George Sand et Edmond Flamand.

N° 81 - 15 novembre 2012

7

NEWS Deux ministres à Rouen pour inaugurer le Labex SynOrg destiné au développement de nouvelles molécules Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, étaient au Technopôle du Madrillet, à Saint-Etienne-du Rouvray vendredi 9 novembre, pour inaugurer le labora-

L’ASSOCIATION

suicide

Les seniors sur les planches

A

■■ Geneviève Tourret a créé Tour et détours, dont le but est de sensibiliser les amateurs à la pratique théâtrale.

D

epuis cette année, la commune de BoisGuillaume-Bihorel organise des cours de théâtre pour seniors animés par la comédienne et metteur en scène Geneviève Tourret, de la compagnie Tour et détours. C’est l’occasion pour certains de fouler pour la première fois les planches du théâtre car pour Geneviève Tourret, “la valeur peut aussi attendre le nombre des années”. Si ce groupe s’adresse en priorité aux seniors, la petite troupe d’amateurs réunit néammoins à l’heure actuelle des participants de 40 à 64 ans. Après avoir évalué la faculté de jeu de chacun - “certains ont ré-

vélé de vrais tempéraments comiques, confie-t-elle - “j’ai donc choisi de leur faire travailler Aux premières loges de Serge Travers. Un texte opportun car on y apprend sous couvert d’humour, que tout peut recommencer, quelque soit l’âge”. Geneviève Tourret, l’animatrice de Tour et détours, qui enseigne depuis vingt ans le théâtre, donne également des cours à à Darnétal dans lesquels elle favorise l’éclectisme et la découverte. Elodie Laval

Pratique : les jeudis, de 19 à 21h, foyer municipal de Bihorel-Bois-Guillaume, Tarif 90/70€ pour l’année, inscription, tél. 06 31 62 24 68.

●● master chef  Pierre Lefebvre échoue en finale Le rêve a pris fin pour le Rouennais, jeudi 8 novembre. Pierre Lefebvre, 27 ans, n’a pas réussi à convaincre le jury face à Ludovic, originaire de Dunkerque. C’est donc celui-ci qui empochera le chèque de 100 000 €, au terme de la troisième édition de l’émission de TF1, Master Chef. Malgré la déception, Pierre Lefebvre compte bien ouvrir prochainement un restaurant à Rouen.

●● seine-maritime  Un nouveau site pour l’observatoire des déchets Un site internet vient d’être créé afin de relayer les actions de l’Observatoire départemental des déchets. Cet observatoire aura également pour but de recueillir et d’organiser les données disponibles. Par ce biais, des indicateurs spécifiques concernant le gestion des déchets en Seine-Maritime pourront être établis. Et ces données donneront lieu à des documents de synthèse comme des bilans annuels ou des cartes. Vous retrouverez le site de l’Observatoire sur www.observatoiredesdechets76.net

toire d’excellence SynOrg, lauréat des investissements d’avenir. Le Labex Synorg (pour synthèse organique) est un programme interrégional consacré à la recherche moléculaire, réunissant des laboratoires de Haute et Basse-Normandie ainsi que de la région

Centre. Ce Labex est dédié à la recherche moléculaire, essentielle pour le développement de nouvelles molécules qui feront les médicaments de demain. La Haute-Normandie a été désignée pour piloter ce projet de recherche. C’est “une fierté” pour Alain Le

Vern, président du Conseil régional. Il espère que ce laboratoire permettra au territoire, “premier bassin de développement et de production pharmaceutique en Europe, de rayonner au niveau mondial et de créer des emplois hautement qualifiés.”

La Haute-Normandie très touchée

vec le Nord-pas-deCalais et la Bretagne, la Haute-Normandie est la région la plus touchée par le suicide en France. “C’est une tendance qui se dégage depuis une quinzaine d’années”, analyse Mostava Merchi, de l’Agence régionale de santé (ARS) de Haute-Normandie. Les chiffres sont éloquents. Sur la période 2005-2008, 35 suicides pour 100 000 hommes ont été constatés et 10 pour 100 000 femmes. La moyenne nationale est respectivement de 23 pour 100 000 et 8 pour 100 000. De nombreux seniors Etablir des statistiques en fonction des tranches d’âge est une démarche que l’ARS

amorce tout juste. De fait, elle ne dispose pas de données suffisantes pour tirer des conclusions. Ce que laisse voir les chiffres, c’est que la population des personnes âgées représente une part non négligeable des personnes suicidées. Ainsi, sur le secteur de Rouen, parmi les 65-69 ans, on constate un taux de suicide de 7 pour 100  000 personnes. Ou encore de 8 pour 100 000 personnes chez les 70-79 ans. Quelles sont les raisons de ces suicides ? On évoque la crise, la solitude, la pauvreté mais l’ARS reste prudente tant qu’aucune étude ne viendra confirmer ou infirmer ces hypothèses.

■■ Les chiffres de 2011 montrent que les seniors représentent une part importante des personnes touchées.

8

N° 81 - 15 novembre 2012

NEWS

Fourneyron et Fabius ont signé Nutella : Ferrero pris dans la les premiers “emplois d’avenir” tempête de l’huile de palme Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, ex-président de la Crea, et Valérie Fourneyron, ministre des Sports, ancienne maire de Rouen, sont revenus en Haute-Normandie le 9 novembre pour signer les premiers “emplois d’avenir” de la région dans les locaux

de la Mission locale de l’agglomération rouennaise. En tout, 100 000 de ces emplois jeunes devraient être signés d’ici fin 2013, dont 2 645 en Haute-Normandie. D’ici à la fin de l’année, la Ville de Rouen pense pouvoir en embaucher dix d’entre eux.

ENTREPRENDRE

hygiène-environnement

Les spécialistes de l’étiquette

L

■■ Actuellement, Colorado emploie cinq personnes au sein de l’entreprise, dont un stagiaire.

C

olorado. Le nom attire le regard. Derrière la façade des bâtiments installés dans la ZAC des Deux Rivières à Rouen, a pris place une imprimerie d’adhésifs en couleurs. Créée le 5 novembre 1973, l’imprimerie a été reprise en 1986 par Laurent Fenot. “Nous ne faisons pas de création d’étiquettes. Nos clients apportent leurs modèles et nous les adaptons au format, en prenant en compte l’utilisation qui en sera faite,” explique Laurent Fenot. Label Imprim’vert Omniprésentes dans notre quotidien, du rouge-àlèvre à l’emballage de congélation, les étiquettes requièrent, pour leur fabri-

cation, une grande technicité. “Il existe une multitude de colles ou de matières premières en fonction de l’effet souhaité ou de l’utilisation qui en sera faite.” Certaines doivent pouvoir se décoller sans laisser de traces, d’autres résister à des températures extrêmes. Pour rester au top, Laurent Fenot investit régulièrement dans de nouvelles machines toujours plus performantes. Colorado travaille à 80 % avec des industriels. Les clients viennent majoritairement de la région mais l’entreprise oeuvre aussi pour le Congo ou la Lituanie. Depuis 2011, elle a décroché la certification Imprim’vert. Un césame.

URGENCES SAMU : faire le 15 POLICE SECOURS : le 17 SAPEURS-POMPIERS : le 18 CENTRE ANTI-POISON : 02 35 88 44 00 VETERINAIRE - SOS VETO : 02 35 36 30 00 GAZ (dépannage) : 0 810 433 076 ÉLECTRICITÉ (dépannage) : 0 810 333 076 SOS MÉDECINS : 02 33 01 58 52 MÉDECINS DE GARDE : 02 35 58 76 33 PHARMACIES DE GARDE : 32 37 CHU CHARLES NICOLLE : 02 32 88 82 84 PEDIATRIE : 02 32 88 80 29 HOPITAL SAINT-JULIEN : 02 32 88 65 65 CLINIQUE DE L’EUROPE : 02 32 18 11 69 MAIRIE DE ROUEN : 02 35 08 69 00 ALLO ROUEN ESPACES PUBLICS : 0 820 000 760 ALLO COMMUNAUTE (LA CREA) : 0 800 021 021

e Bac pro Hygiène-Environnement, baptisé bac HE, est peu connu du grand public. Il existe pourtant depuis vingt ans au lycée professionnel Providence Miséricorde de Rouen. “C’est un cursus très large qui mène aussi bien à des métiers dans le secteur de l’environnement que dans le milieu hospitalier”, détaille Christine Combalbert, coordinatrice de la filière au lycée Providence Miséricorde. En milieu hospitalier Pour ses 20 ans, le lycée a fait appel aux anciens de la filière. Un moyen de montrer aux élèves la multiplicité des débouchés. Certains sont responsables de station d’épuration, de la sécurité

Ferrero France, dont le siège social est basé à MontSaint-Aignan, se retrouve au cœur d’un battage médiatique à la suite d’un projet de loi. “L’amendement Nutella” vise à augmenter de 300 % la taxe sur l’huile de palme, qui rentre dans la composition de la fameuse

pâte à tartiner. Cette huile serait néfaste pour la santé et l’environnement et participe à la déforestation dans les pays producteurs. “Même si cette taxe est votée, nous n’allons pas modifier notre recette”, a toutefois réagi Frédéric Thil, le Pdg de Ferrero France.

Le Bac Pro fête ses 20 ans

dans des usines portuaires ou encore infirmières. De nombreux élèves, bac HE en poche, tentent les concours. “Certains arrivent ici après la 3e parce qu’ils ne peuvent pas intégrer un bac pro santé. Ils viennent par défaut mais au final, ils ne sont pas déçus. Les taux de réussite aux concours sont à peu près équivalents.” Cours d’hygiène environnement et microbiologie sont les matières principales d’un cursus très dirigé vers la pratique. A la sortie, les bacheliers sont aptes à diriger des équipes. A la rentrée prochaine, le bac HE se transforme en bac Hygiène propreté et stérilisation, plus axé vers le secteur hospitalier.

■■ Lors des 20 ans du Bac, des anciens élèves du lycée Providence-Miséricorde sont venus témoigner de leur parcours.

N° 81 - 15 novembre 2012

NEWS Rouen à l’heure de l’économie sociale et solidaire Une journée autour de l’économie sociale et solidaire était proposée le 7 novembre à l’Hôtel de ville de Rouen pour le lancement du mois consacré à ce secteur économique, en présence du grand public et des professionnels. En tout, une quarantaine

●● Transport  Les verts veulent plus de vélos

Face aux problèmes de circulation causés par la fermeture du Pont Mathilde, les Verts suggèrent que les vélos soient favorisés pour les déplacements en ville. Ils demandent, entre autre, l’accélération du développement des aménagements cyclables ainsi que l’autorisation, pour les cyclistes, d’emprunter les voies Teor.

●● santé  Attention à la broncho-pneumopathie

Le CHU organisait, mercredi 14 novembre, une journée de prévention autour de la Broncho pneumopathie chronique obstructive plus souvent appelée BPCO. Cette inflammation qui cause l’obstruction des bronches est souvent la conséquence du tabagisme. En France, elle touche 3,5 millions de personnes et en tue 16 000 par an. La Haute-Normandie se trouve particulièrement touchée (+14 % par rapport à la moyenne nationale).

●● tcar  La direction en appelle au tribunal

Après l’échec des négociations entre la CGT et la direction de la TCAR, cette dernière a décidé d’assigner le syndicat au tribunal, ainsi que le comité d’entreprise et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Le conflit porte sur l’amplitude horaire quotidienne : la CGT exige 11heures tandis que la direction souhaite la faire passer à 12h30. La grève “perlée” n’a abouti à rien. C’est finalement le tribunal d’instance de Rouen qui tranchera. Pas avant plusieurs semaines.

9

gens du voyage

D

eux nouvelles aires dédiées aux gens du voyage ont vu le jour le mois dernier dans l’agglomération : à BoisGuillaume-Bihorel et à Oissel. Plus modernes et confortables, mais aussi plus petites (respectivement 8 et 12 emplacements), elles illustrent la nouvelle politique en la matière, pilotée par la Crea. “Aujourd’hui, on ne construit plus d’aires de 25 emplacements, comme dans les années 1990”, explique Dominique Randon, vice-président de la Crea en charge notamment des gens du voyage. “On construit en dur, on y trouve des toilettes et sanitaires individuels, une kitchenette”. Car les gens du

de d’événements, émissions de radio, apéro-concerts, projections sont prévus en novembre dans toute la Haute-Normandie. Dans la région, l’économie sociale et solidaire regroupe 4 621 associations, 644 coopératives ou encore 149 mutuelles.

Le réseau de transports publics teste un bus hybride D’extérieur, il ressemble aux 37 nouveaux bus NeoCrealis mis en circulation sur le réseau Téor. Mais ce bus n’est pas comme les autres : c’est un véhicule hybride qui fonctionne au diester - un carburant à base de colza et de tournesol - et d’électricité. Au-

cune recharge ne sera nécessaire, le véhicule étant conçu pour être autonome. Ce bus hybride nouvelle génération sera testé durant un an sur les lignes Teor, afin de déterminer si sa consommation, le bruit qu’il produit et ses performances sont satisfaisants.

La Crea ne manque pas d’aires voyage seraient de plus en plus sédentaires. Nombreux projets en cours Outre les 10 aires déjà en service dans l’agglomération, la Crea s’active pour que toutes les communes de plus de 5 000 habitants disposent de la leur, comme l’exige la loi. “Il faut parfois que je prenne mon bâton de pèlerin”, glisse Dominique Randon. Les communes de Bonsecours, Mesnil-Esnard/ Franqueville, Malaunay, Maromme, Mont-Saint-Aignan et Saint-Etienne-duRouvray auraient déjà identifié un terrain, tout comme Cléon et Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Seule Déville cherche toujours.

■■ Sauf dans certaines aires “longue durée”, une famille ne peut pas rester plus de 3 mois, sauf scolarisation des enfants.

10

NEWS Le chocolatier Hubert Masse parmi les meilleurs de France Comme en 2008 et 2011, Hubert Masse vient d’être reconnu par le Club des Croqueurs de chocolat comme l’un des douze meilleurs chocolatiers de France. Une reconnaissance de plus pour cet artisan de talent qui a ouvert son laboratoire à Saint-Pierre-

le douillon

Les sautillantes Crazygirls

I

■■ “Le plus dur est d’associer un pas de chorégraphie avec un mouvement de bâton” !

A

pratiquent en justaucorps et petites baskets. Certains clubs de majorettes continuent à défiler lors des fêtes de village. Ce n’est pas le cas des Crazy Girls. Le club, affilié à l’AFMF (Amicale des Fanfares et Majorettes de France), compte 23 recrues. Leur objectif est de travailler pour se distinguer aux championnats. En octobre dernier, elles ont remporté pour la seconde fois consécutive aux championnats de France le titre de meilleure équipe. Pratique. Les Crazy Girls, cours de majorettes, SaintEtienne-du-Rouvray. Contact 02 35 60 47 44 ou 06 89 84 40 91. Tarif 50 €/an.

●● petit-quevilly  Jardin des Oiseaux : top départ pour le chantier L’original projet de Frédéric Sanchez, le maire de PetitQuevilly, va enfin prendre corps. Jeudi 15 novembre, la première pierre du Jardin des oiseaux, qui fera également office de Conservatoire de la poule normande, sera très officiellement posée. Le chantier, de plus d’un million d’euros, doit durer un an environ.

●● récompense  Villes et maisons fleuries : les lauréats de l’agglomération Le Conseil général de Seine-Maritime a remis le 10 novembre les prix de la 54e campagne des “Mains vertes”, récompensant les villes, villages et maisons fleuries du département. Dans l’agglomération de Rouen, plusieurs participants ont été primés. La Bouille, Saint-Martin-deBoscherville et Montigny ont ainsi reçue le Prix d’honneur au titre des villes et villages fleuris. Si un grand nombre de particuliers de l’agglo ont été récompensés, on notera le Prix d’excellence reçue par Maud Fondimare (Bois-Guillaume-Bihorel) au titre des maisons fleuries.

lès-Elbeuf en 2005 et une boutique rue Guillaume Le Conquérant, à Rouen, l’an dernier. Hubet Masse a ouvert sa première chocolaterie en 1991 à Perth (Australie), avant de récidiver à Enghien-les-Bains puis dans le 7e arrondissement de Paris, en 2008.

L’Armada 2013 doit-elle craindre la fermeture du pont ? Depuis l’incendie du Pont Mathilde, les rumeurs vont bon train sur la prochaine édition de l’Armada, du 6 au 16 juin 2013. Car en cas de fermeture prolongée du pont Mathilde, une question se pose : pourrat-on lever le Pont Flaubert, deuxième pont le plus im-

portant de Rouen après Mathilde, au risque de paralyser la circulation dans toute la ville, ralliée par des milliers de touristes ? Patrick Herr, l’organisateur de l’événement mondialement connu, s’est voulu rassurant et assure que cette sixième édition aura bien lieu.

Un morceau d’histoire culinaire

l est la résurgence d’une tradition oubliée et se consomme tiède ou chaud de septembre à la fin de l’hiver. Son nom ? Le douillon d’Elbeuf. La spécialité locale, abandonnée ces dernières décennies, existait pourtant depuis des lustres. L’écrivain normand Hector Malot en évoque l’agréable souvenir dans son roman Baccara publié en 1886.

Le renouveau a sonné “Plus personne n’en confectionnait. C’est Annie Balan, de la CCI d’Elbeuf, qui a eu l’idée, il y a un an, de le remettre au goût du jour”, indique Francis Burtin, boulanger à Saint-Aubinles-Elbeuf. Cette pâtisserie

est constituée d’une pomme, pelée ou non, évidée et enveloppée dans un carré de pâte feuilletée arrosée de beurre et de sucre. Une douzaine de boulangers, fabriquent désormais le douillon. Des panneaux “Route du Douillon d’Elbeuf” sont affichés dans les dix communes de l’agglomération. Une confrérie La pâtisserie venue du fond des âges est revenue et a retrouvé ses adeptes. Elle dispose depuis 2011 d’une confrérie créée en son honneur et dont Francis Burtin est le Grand-Maître. Le concours du meilleur douillon, organisé le 27 octobre dernier, a remporté un franc succès.

Photo Florent Billard

CHAMPIONNES

6 ans, Pascaline Guizier débutait le twirling bâton ou “majorette”. Six mois plus tard, elle participait à ses premiers championnats et finissait 4e. Depuis, elle n’a plus quitté ce fameux bâton ! “C’est un sport assez complet alliant le maniement de bâton et la danse”, rappelle-t-elle. En 2008, avec l’appui de sa mère Fanny Morel, la jeune femme a créé, à Saint-Etienne-du-Rouvray, les Crazy Girls dont elle devient la capitaine et l’entraîneuse. Championnats Il est loin le temps des majorettes en bottes et chapeau à plumes. Aujourd’hui, filles et garçons

N° 81 - 15 novembre 2012

■■ Le douillon d’Elbeuf a retrouvé ses adeptes, preuve que que cette ancienne pâtisserie sait traverser les siècles.

N° 81 - 15 novembre 2012

11

SPORTS

COUPE DE FRANCE

Semaine de folie sur la glace

P

■■ Scotchés en milieu de tableau de Ligue Magnus, les Rouennais enchaînent les matchs à domicile.

F

in de la trêve internationale pour les joueurs du RHE76. Après un match retour du quart de finale de coupe de la Ligue qui se déroulait mercredi 14 novembre contre Amiens, les Rouennais n’auront pas le temps de se reposer en enchaînant trois autres matchs à domicile en sept jours ! Vendredi 16 novembre contre Briançon à 20h30 et dimanche 18 novembre contre Morzine à 18h en Ligue Magnus, et mardi 20 novembre contre Reims en huitième de finale de Coupe de France. Après un début de saison mitigé, les joueurs de Rodolphe Garnier entameront donc la série par

Briançon, 2e au classement avec seulement une défaite au compteur, concédée à domicile lors de la première journée face au leader du classement, Angers. Quant aux Pingouins de Morzine, ils se rendront sur les bords de Seine avec une 6 e place au classement, à égalité de points avec les Jaunes et noirs. Un bon test pour étalonner le véritable niveau de l’équipe triple championne de France et championne d’Europe. Enfin, la réception du mythique club de Reims (D1) mardi 20 novembre permettra aux supporters de se remémorer les joutes d’antan lorsque ce club occupait le haut de l’affiche.

●● rugby  Le Stade rouennais dévore les Aiglons Dimanche 11 novembre, lors de la 7e journée de Fédérale 3, le Stade rouennais n’a fait qu’une bouchée du CA Aiglon sur son terrain, signant une victoire nette et sans bavure (0-30). Rouen renforce un peu plus sa place de leader de sa poule. Dimanche 18 novembre, à 15h, il recevra Versailles (7e) au stade Mermoz.

●● patinage  La Team Synchro Energie rate la victoire de peu à Compiègne Le week-end des 10 et 11 novembre, la Team Synchro Énergie, équipe Elite de patinage synchronisé du Rouen Olympic Club, a terminé à la deuxième place des Masters de Compiègne, première grande compétition de l’année. Le “TSE” vise une qualification aux championnats du monde 2013, qui se dérouleront à Boston.

●● handball  N2M : la Crea HB toujours au top En Nationale 2 masculine, La Crea Handball (Oissel) est toujours leader de sa poule, après sa victoire le weekend dernier lors de la 7e journée face à Rennes (30-25). Samedi 17 novembre, l’équipe se rend à Vernouillet (3e).

lace au huitième tour de la Coupe de France pour le FC Rouen, dimanche 18 novembre, sur le terrain d’Aire-sur-la-Lys (DH). Après une belle victoire obtenue vendredi 9 novembre sur le pelouse de Vannes (2-0) en National, les Rouges et blancs tenteront de poursuivre leur parcours en coupe. En championnat, c’est une belle prestation qu’ont offert les joueurs de Didier Ollé-Nicolle, en net regain de forme, face à des Vannetais se situant alors dans le groupe de tête. Dugimont et Persico ont permis aux Rouennais, désormais 10es, de repartir comblés. Face à Aire-sur-la-Lys, petit club

volley

Lors de la 7 e journée de championnat Elite, samedi 10 novembre, à domicile, les Spiders de Rouen ont battu avec la manière les Yétis de Grenoble (4e). Les Grenoblois, qui comptent dans leur effectif Hugo Rebuffet, le gardien de l’équipe de France, n’ont

pas resisté face à la meilleur attaque du championnat (victoire de Rouen 5-3). Les Spiders (2e) effacent ainsi les deux défaites consécutives enregistrées en championnat. Samedi 17 novembre, ils seront à Angers pour affronter les Hawks, avant-derniers.

Le FCR dans le Pas-de-Calais du Pas-de-Calais, le déplacement de dimanche n’aura rien d’une promenade de santé, même si ce club qui évolue au 6e échelon national stagne dans le ventre mou de son championnat. Noir c’est noir De son côté, l’US Quevilly ne s’en sort pas. Le week-end dernier, les Canaris ont subi une nouvelle défaite, sur la plus petite des marges, face à Bourg-Peronnas (1-0, but de Dimitriou sur pénalty dès la 10e minute). Le maintien s’éloigne de plus en plus pour le nouvel entraîneur de l’USQ, Farid Fouzari. Les Quevillais, déjà éliminés de la coupe, ont une semaine pour souffler et tenter de rebondir.

■■ Le FC Rouen, qui retrouve toutes ses couleurs en National, dispute le 8e tour de la Coupe de France ce dimanche.

Les Cantiliens déchantent en Ligue B

A

près la première victoire enregistrée en Ligue B la semaine passée, la 6 e journée de championnat s’annonçait bien pour Canteleu-Maromme, samedi 10 novembre au Kindarena. L’équipe retrouvait son six de départ complet, Dario Dukic foulant le terrain pour la première fois de la saison. Mais contre Nice (6e), les Normands ont déchanté. Pourtant, la rencontre avait bien débuté, mais à deux points du premier set, les Cantiliens ont su-

BASKET

L

■■ Après une première victoire, Canteleu-Maromme n’a pas pu confirmer à domicile face à Nice, supérieur.

bitement perdu le contrôle du jeu, laissant s’échapper la manche, laissant Nice conclure ce set. Dans le 2e set, l’entrée en jeu du nouveau passeur, le Brésilien Christiano Bosnich, encore trop juste, n’aura pas porté ses fruits. Au contraire. Malgré un beau sursaut lors du troisième set, Canteleu s’est finalement incliné 3 à 1 (2325, 20-25, 25-22, 21-25). Lors de la 7 e journée de Ligue B, ce samedi 17 novembre, Canteleu-Maromme (13 e) se rendra à Asnières (7e).

Deux de chute pour le SPO Rouen

e SPO Rouen se rendait à Antibes, mardi 13 novembre, pour le compte de la 9e journée de Pro B. Les locaux, quatrièmes avant le match et désormais nouveaux leaders, n’auront pas tremblé et se sont imposés 85-74. C’est la deuxième défaite consécutive pour des Rouennais après celle infligée vendredi 9 novembre par le rival régional Evreux, lors d’un derby suivi même à l’autre bout du monde par les supporters. Au Kindarena, après avoir mené jusqu’au dernier

quart temps, le SPO Rouen s’est finalement incliné de quelques points (67-71). Une première dans le nouveau Palais des sports. Favori face à Fos Vendredi 16 novembre, à 20h, les Normands (11 e) se devront de stopper cette mauvaise série en recevant Fos-sur-Mer (14e) accroché dans le ventre mou du classement et défait mardi 13 novembre à Boulogne sur le score de 84 à 77. Une bonne opportunité pour les joueurs de Laurent Sciarra de repartir du bon pied.

Photo François Béguin

Photo RHE 76

HOCKEY

deux équipes jouaient à domicile face à Metz. La soirée ne fut pas bonne : l’équipe féminine (4e de Pro A) s’est inclinée (1-4) tandis que les hommes (6e de Pro B) réalisaient un match nul (3-3). Prochaines rencontres de Pro A et de Pro B mardi 27 novembre.

Photo B. Morvan / FC Rouen

Mardi 13 novembre, lors de la 5e journée de championnat de Pro B masculine, le SPO Rouen de Josef Simoncik (photo) s’est imposé 4-2 à Morez (4e). Un résultat qui lui permet de se maintenir à la 1re place au côté de Caen. Quant à l’ALCL Grand-Quevilly, les

Photo Romain Flohic

Photo Romain Flohic

Tennis de table : Rouen toujours Roller-hockey : les Spiders en tête de la Pro B masculine restent au contact du leader

■■ Le SPO Rouen s’est incliné pour la première fois de la saison à domicile.

N° 81 - 15 novembre 2012

12

Homosexuel torturé : le procès s’est ouvert à Rouen Septembre 2009, trois individus auraient torturé un homme de 25 ans, homosexuel, dans la forêt des Essarts. La victime avait été retrouvée gravement brûlée au visage, au torse et aux jambes, et présentait de nombreuses traces de coups. Arrêtés en février

●● vol Les braqueurs repartent avec du wisky

Il n’était pas tout à fait 22h, samedi 10 novembre lorsque deux hommes cagoulés et le visage dissimulé derrière une écharpe ont pénétré dans une épicerie située route de Dieppe, à Déville. Au fond du magasin le gérant, âgé d’une quarantaine d’années est avec sa famille. L’un des deux hommes aurait sorti une bombe de gaz lacrymogène et en aurait fait usage, tandis que le deuxième, muni d’une arme de poing, essayait d’ouvrir le tiroir-caisse. En vain. Avant de prendre la fuite, les deux malfaiteurs ont volé trois bouteilles de whisky.

●● rouen La voiture fait un tonneau dans la trémie

Manifestement, le véhicule conduit par un homme de 33 ans s’est engagé trop vite dans la trémie à hauteur du pont Corneille, à Rouen, jeudi 8 novembre, vers 23h40. La voiture a fait un tonneau et s’est immobilisée sur le toit, encastrée dans un pilier. Les occupants du véhicule n’ont été que légèrement blessés.

●● suicide Un homme se défenestre à Rouen

Il est environ 20h45 lorsque cet homme, âgé de 62 ans décide d’aller se coucher. Sa femme vaque à ses occupations, lorsque son regard est attiré par la lumière des girophares, à côté de leur immeuble, rue David Ferrand, à Rouen. Les secours étaient là pour son mari qui avait sauté de la fenêtre de leur chambre, située au 2e étage de l’immeuble. Celui-ci était sous traitement et avait déjà fait une tentative de suicide il y a quelques années. La victime a été emmenée à l’hôpital, grièvement blessée.

●● le havre Une vieille dame écrasée

Le drame s’est produit rue Andréï Sakharov, au Havre, vers 15h. Dimanche 11 novembre, une vieille dame de 76 ans promenant son chien, traversait à un passage piéton lorsqu’une voiture, conduite par une femme de 72 ans, est venue la percuter. Elle n’a pas survécu au choc. La conductrice, qui n’avait pas d’alcool dans le sang, aurait expliqué ne pas avoir vu la victime traverser la route.

●● braquage Week-end noir en Seine-Maritime

Le phénomène est inquiétant. Depuis quelques semaines, les vols à main armée se multiplient dans la région. A Bolbec, samedi 10 novembre, une agence de La Poste, place Félix Faure, a reçu la visite de deux hommes cagoulés et armés. L’un des employés a été forcé à ouvrir le coffre et remettre de l’argent liquide aux deux agresseurs. Le lendemain, dimanche 11 novembre, au Havre, deux hommes cagoulés ont fait irruption vers 13h dans une boulangerie, rue des Londes. Armés, ils auraient aspergé de gaz lacrymogène le boulanger. Ne réussissant pas à ouvrir le tiroir-caisse, ils ont pris la fuite, bredouilles.

●● dieppe Interpellé avec un kit de faux-moneyeur

Un Belge de 52 ans a été interpellé le 7 novembre alors qu’il venait de payer avec un faux billet de 20 €, dans une pharmacie de Dieppe. Dans sa voiture, les policiers ont découvert un équipement permettant de fabriquer des faux billets ainsi une cinquantaine de coupures de 20 et 50 €. Il aurait abusé une dizaine de commerçants et a reconnu avoir sévi dans le Nord-Pas-de-Calais et en Alsace. L’homme a été mis en examen pour fabrication, importation, transport et mise en circulation de fausse monnaie. Ecroué à Rouen, il encourt une peine de 30 ans de réclusion criminelle.

●● le havre Mort, happé par une machine

Il était 16h40, samedi 10 novembre, deux employés de la Société générale de manutention, en activité sur le port du Havre, s’activaient à réparer une machine de manutention. Cherchant une fuite d’huile, l’un des hommes s’est glissé sous la machine pour tenter de la localiser. Le second a alors enclenché le moteur, mais l’employé présent sous l’engin a été happé par l’arbre de transmission. Agé de 54 ans il est mort sur le coup.

violences  

N

I

A

A

avoir une explication.” La loi du plus fort Le jeune homme n’a pas digéré la prétendue agression et vit comme une injustice le classement sans suite. Il sonne à l’interphone. Quelqu’un décroche. Il ne répond pas. La sœur de l’“agresseur” entre dans la résidence et le reconnaît. Peu après, le frère descend.

Il l’aurait frappé à la tête. Le jeune homme tombe. Vers 19h, il appelle la police d’une cabine pour dénoncer les violences. Il a la lèvre ouverte et souffre de multiples œdèmes et hématomes ainsi que d’une entorse à la cheville. Son agresseur est arrêté : il présente plusieurs contusions au front et à la main droite.

Le jeune homme se rend également au commissariat. Quand il voit le frère, il ne se maîtrise plus, donne coups de pied et de poing et le menace de mort. Plus tard, il avoue aux policiers : “J’ai voulu régler mes comptes.” Le 6 novembre dernier, ce dernier a nié. Il a été condamné à 140 heures de travail d’intérêt général.

Le 16 avril 2011, vers 14h30, l’homme prévient les forces de l’ordre puisqu’à la suite d’un différend conjugale il s’est retrouvé à la porte de son domicile en compagnie de sa mère. Les policiers interviennent et défoncent la porte. La jeune femme s’est enfermée dans l’appartement avec l’enfant et refuse d’ouvrir. Elle leur

apparaît dans un tel état d’excitation qu’elle est hospitalisée. Elle y restera un mois pour des troubles de la personnalité. Le père est examiné par le médecin légiste. Ses nombreuses griffures au torse et aux bras témoignent de la hargne de sa compagne. “Cela est déjà arrivé à trois reprises”, précise-t-il. “Une

fois, on s’est battu parce qu’elle refusait de partir en vacances avec mes parents.” Quant à l’inculpée, elle met en cause le comportement de sa belle-mère qui ne respecterait pas les normes d’hygiène en matière de biberonnerie. Le 6 novembre, la prévenue a été condamnée à 1 000 € d’amende avec sursis.

“Je veux me faire soigner” !

utrefois maçon coffreur, l’homme a eu un accident de travail, il y a dix ans, qui lui a ôté l’usage de ses mains. Depuis, son handicap s’est aggravé et il ne supporte plus sa situation. Sa vie est désormais ponctuée d’allers et retours à l’hôpital psychiatrique. Le 27 janvier, à Saint-

trafic  

de-Bondeville. Pour des raisons encore inconnues il a subitement perdu le contrôle de son véhicule, vers 18h45. Il a alors percuté une barrière de sécurité sur le bord de la route. Dépêché sur place, le SAMU n’a pu que constater son décès.

Elle frappait son concubin

l y a six ans, un couple de Rouennais s’installe ensemble près de la gare. Quelques années plus tard, ils y accueillent leur premier enfant. Mais, cet heureux évènement fragilise leur relation amoureuse. “Son attitude a changé à la naissance. Elle est devenue paranoïaque”, dit l’homme à propos de sa compagne.

elbeuf  

Un jeune homme de 24 ans est décédé, vendredi 9 novembre, après avoir perdu le contrôle de son quad, à Notre-Dame-de-Bondeville, non loin de Rouen. L’homme, qui ne portait pas de casque, circulait au guidon de son quad, rue de la Paix, à Notre-Dame-

Règlement de compte entre détenus

ovembre 2007, dans les douches de la Maison d’Arrêt de Rouen, un détenu aurait été violemment pris à partie par un groupe de co-détenus. Sa plainte est classée sans suite. Deux ans plus tard, tous sont à nouveau en liberté. Le 10 novembre, la “victime” se rend chez son “agresseur” à Rouen “pour

troubles  

2011, les agresseurs n’ont pas caché leur homophobie. Ils seraient passés à l’acte après un échange d’appels de phare, interprétés comme un signal de rencontre homosexuelle. Le procès, qui pourrait durer jusqu’au 16 novembre, se tient à huis-clos.

Un homme se tue en quad près de Rouen

Etienne du Rouvray, surpris à fumer un joint, il est interpellé. “J’ai un couteau à cran d’arrêt parce que j’ai déjà été agressé devant chez moi”, dit-il tout en précisant que, de toute façon, il ne peut s’en servir. Le 3 novembre, en début d’aprèsmidi, des passants le voient regarder à l’intérieur de véhicules. Ils préviennent les

forces de l’ordre qui observent le manège du suspect. Celui-ci finit par casser une vitre de portière. Il a jeté son dévolu sur un portefeuille laissé négligemment sur l’un des sièges. “On me vole ma voiture”, crie un résident à sa fenêtre. L’importun est arrêté en possession d’un gramme et demi de résine de cannabis. Il a sur lui son

fameux couteau. Le 5 novembre, face aux juges, l’inculpé éclate en sanglots : “Si j’ai fait cela c’est que j’ai un problème. Je veux me faire soigner. Je n’en peux plus.” Il a été condamné à huit mois de prison avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve de deux ans comprenant une obligation de soins.

Il envoyait la cocaïne par la poste

oût dernier, à l’aéroport de Cayenne, des douaniers soupçonneux mettent en place une procédure de livraison surveillée d’un colis à destination de Rouen. Le 28 août, ledit colis arrive. Une jeune femme se présente spontanément au livreur en se faisant passer pour l’épouse du destinataire. Elle est arrêtée avec son petit ami et le demi-frère de celui-ci. Le livreur est en réalité un agent des douanes. Le paquet contient plus de 580 grammes de cocaïne. Valeur

estimée : 23 320 €. Au domicile de la jeune femme, les enquêteurs retrouvent 280 €, du cannabis et une balance électronique. Pressions Les inculpés expliquent que cette livraison, tout comme la précédente, a été mise au point par un “cousin”, trafiquant de stupéfiants. Vivant entre Rotterdam et Lille, il leur a demandé des adresses rouennaises de livraison. L’homme effraie les demifrères : il aurait été plusieurs fois en prison pour diverses affaires de meurtres et ten-

terait d’entrer en contact avec eux pour “demander des comptes”.“Il m’a prévenu que j’allais recevoir un colis. Je ne savais pas que ce serait de la drogue”, a affirmé la jeune femme au tribunal correctionnel de Rouen. Quant aux demi-frères, ils savaient qu’il s’agissait de stupéfiants mais ils imaginaient du cannabis non de la cocaïne. Ils ne l’auraient compris qu’après avoir donné l’adresse de la petite amie. “Vous n’avez pas pensé à stopper la livraison parce que c’est quand même votre

copine qui risquait le plus gros”, a demandé le juge. Pas de réponse. “Etait-il prévu que vous touchiez de l’argent ?”, reprend le magistrat. “Juste un billet mais je ne sais pas combien ! De toute façon, même sans, je l’aurais fait”, a répondu la jeune femme. Le 7 novembre dernier, les trois prévenus ont été condamnés à des peines de trois à six mois de prison avec sursis ainsi qu’au paiement d’une amende douanière de 10 000 €. Marianne Sirgo

N° 81 - 15 novembre 2012

France MONDE

copé-fillon

Les coups bas C’est ce dimanche 18 novembre, par le vote des militants UMP, que prend fin le match entre François Fillon et Jean-François Copé pour la présidence du parti. Le dernier round a vu des coups bas.  Fillon contre Copé : “il recherche le buzz à tout prix, en parlant par exemple de viennoiseries” (allusion à la phrase sur le pain au chocolat)… Copé traitant Fillon de “Hollande de droite” : “si vous voulez un président qui ne parle que tous les trois mois pour des déclarations sur sa propre grandeur et son altitude morale…” Riposte de Fillon : “Cliver pendant

la campagne pour ensuite essayer de tendre la main à tous les Français, c’est un peu facile. Moi, je ne tiens pas de double discours…” Réplique de Copé : “j’ai une seule obsession : répondre aux préoccupations des Français, sans égard pour le politiquement correct. De l’autre, on critique une pseudo-droitisation, mot de la gauche pour interdire à la droite républicaine de parler des souffrances des Français…” Les Français sondés préféreraient Fillon à Copé. Mais chez les militants, l’incertitude sur leur choix aura plané jusqu’au dernier moment.

sciences

Un mammouth naîtrait bientôt La récente découverte d’un squelette de mammouth en Seine-et-Marne relance le projet du généticien nippon Akira Iritani (université Kinki, Higashi-Osaka). Il s’agit de cloner un mammouth en injectant son ADN à des ovocytes d’éléphantes modernes. Le clonage à partir de cellules congelées de longue date étant

13

techniquement possible, le généticien affirme : “un mammouth en bonne santé pourrait naître d’ici quatre ou cinq ans”. C’était l’idée du film “Jurassic Park”, mais avec des dinosaures beaucoup plus anciens que les mammouths… Outre la trouvaille de Seine-etMarne, six mammouths ont été découverts depuis vingt ans, tous en Sibérie.

Berlin est sévère envers Paris

■■ Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, ici en compagnie de son homologue français Pierre Moscovici. Selon les experts allemands, la stagnation française est “de plus en plus dangereuse”.

La nouvelle a éclaté au début de cette semaine : le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, ferait faire un rapport sur les réformes à réaliser… en France ! Commandé au Conseil allemand des affaires économiques (un comité de “sages”), ce rapport définirait les grands chantiers nécessaires à un redressement de la gestion de l’Hexagone – un pays qui,

de l’avis de Berlin, ne serait pas gouverné assez sérieusement. D’où vient cette ingérence allemande dans les affaires françaises ? Réponse d’experts berlinois : “du fait que la France risque de ne pas atteindre ses objectifs de réduction du déficit. Et que l’économie des deux pays est trop interdépendante pour que les Allemands acceptent cela, alors que l’ensemble de

la zone euro glisse vers la récession…” Belle au Bois dormant “Les inquiétudes s’accumulent en raison du manque d’action du gouvernement français sur la réforme du marché du travail”, explique l’un des “sages”, le Pr Lars Feld. Il enfonce le clou : “Le principal problème en ce moment, ce n’est plus la Grèce, l’Espagne ou la l’Italie, c’est devenu la France parce qu’elle

n’a rien entrepris de nature à rétablir sa compétitivité.” Le dernier rapport officiel du comité des experts allemands dénonce d’ailleurs une “stagnation française” estimée “de plus en plus dangereuse” par les Allemands. Quant au ministre Schäuble, il ne dément rien. Ses services se contentent de dire que “ces discussions non officielles” n’appellent aucun commentaire.

14

DETENTE

LA RECETTE

Ragoût de mouton Pour 6 personnes

Préparation : 25 mn cuisson : 1h30 au moins ●● 1,5 kg d’épaule ou de col-

lier de mouton

●● 50 g de beurre ●● Huile, farine ●● Concentré de tomates ●● 1 bouquet garni ●● 24 petits oignons blancs ●● 12 navets moyens ●● Sucre semoule, persil plat,

sel, poivre Découpez la viande en morceaux réguliers de 5 à 6 cm de côté. Salez-les et poivrezles. Faites fondre 25 g de beurre avec un filet d’huile dans une cocotte et mettezy à dorer les morceaux de viande en les retournant. . Videz l’excès de graisse fondue, puis poudrez de farine et laissez cuire 2 minutes en

remuant à la spatule. Versez ensuite dans la cocotte un litre d’eau avec 3 cuillères à soupe de concentré de tomates, mélangez pour dissoudre le roux, ajoutez le bouquet garni et couvrez. Faites mijoter au moins 1 heure. Pelez les petits oignons et les navets. Faites fondre le reste de beurre dans un poêlon et faites-y colorer les oignons en les poudrant avec 1 cuillère à café de sucre. Coupez les navets en 2. Ajoutez-les dans la cocotte avec les oignons. Faites cuire pendant encore 30 à 35 mn à couvert. Retirez le bouquet garni, dégraissez la cuisson et saupoudrez de persil haché. toutes nos recettes sur

Mots croisés Horizontalement A – Impose ses idées aux autres. B – Il est toujours gênant de l’avoir sous la gorge. Indication sur l’enveloppe. C – Ejecte la balle. Grande tristesse. D – Lieu planté de petits saules. A l’intérieur. E – Saint de Bigorre. De la même façon. F – Quel paresseux ! Vieux loup. G – Raccourcir la durée. Outil utile pour qui a du travail sur la planche. H – Donneras un accord écrit. I – Fait des gestes (se). Parfait en tous points. J – Pétale de rose. Pour le moins palpable.

Verticalement 1 – Personne sans grande consistance. 2 – Ancienne querelle. Pas mal du tout. 3 – Sévère dans sa manière d’agir. Tire une conclusion. 4 – Laisseraient un vide. 5 – Adjectif démonstratif. C’est l’or du chimiste. L’autre nom de Gaïa. 6 – Elle se retrouve souvent collée au mur. 7 – Grandes bousculades. Bassin naturel. 8 – Troisième personne. Il pimente la conversation. 9 – Sein encore. Cela rallonge la phrase. 13 pour Mendeleïev. 10 – Hypothétique.

LES MARÉES

DIEPPE

Dates

Coeff.

Vendredi 16

PM

BM

FECAMP

PM

BM

LE HAVRE

DEAUVILLE TROUVILLE

PM

PM

BM

BM

104-101 00.45 07.45 00.30 07.05 06.55 11.46 07.03 13.05 20.10 12.50 19.30 12.05 19.25 19.27

Samedi 17

97-91

Dimanche 18

85-78 02.20 09.20 02.10 08.40 01.25 08.30 01.06 08.35 14.40 21.45 14.25 21.05 13.40 20.55 13.26 20.59

Lundi 19

72-65

Mardi 20

59-55 04.05 10.55 03.55 10.20 03.15 10.10 02.58 10.15 16.30 23.30 16.15 22.55 15.30 22.40 15.21 22.42

Mercredi 21

51-49 05.05 12.00 04.55 11.25 04.20 11.10 04.06 11.14 17.35 17.25 23.55 16.40 23.45 16.32 23.45

Jeudi 22

49

01.30 08.30 01.20 07.50 00.35 07.45 00.15 07.49 13.50 20.55 13.40 20.20 12.55 20.10 12.35 20.13

03.10 10.05 02.55 09.25 02.15 09.15 02.00 09.23 15.30 22.30 15.15 21.55 14.35 21.45 14.20 21.48

06.15 00.35 06.05 12.35 05.30 12.20 05.22 18.45 13.10 18.35 17.55 17.50 12.21

Les initiales PM et BM signifient pleine mer et basse mer. Malgré toute l’attention apportée à la rédaction de ce tableau nous déclinons toute responsabilité pour les erreurs qui auraient pu s’y glisser

■■ Conçu par l’architecte Etienne Villette, Le Métropole a ouvert ses portes en 1932. Un bel octogénaire !

A

deux pas de la gare rive droite, Le Métropole se dresse face à la rue Jeanne d’Arc. Les Rouennais le connaissent bien pour son charme intact, son cachet. Il est l’un des rares survivants de l’époque Art déco. Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre y avaient leurs habitudes. Aujourd’hui, quand le soleil pointe le bout de son nez, sa terrasse accueille voyageurs et habitants.

Plats normands Mais Le Métropole n’est pas qu’un café. C’est un restaurant où il fait bon déjeuner. En semaine, vous y découvrirez une carte de spécialités locales ou gastronomiques intéressante. Ce midi-là, le patron nous accueille avec le sourire et dynamisme. Je choisis la

Horizontalement A – Impose ses idées aux autres. B – Il est toujours gênant de l’avoir sous la gorge. Indication sur l’enveloppe. C – Ejecte la balle. Grande tristesse. D – Lieu planté de petits saules. A l’intérieur. E – Saint de Bigorre. De la même façon. F – Quel paresseux ! Vieux loup. G – Raccourcir la durée. Outil utile pour qui a du travail sur la planche. H – Donneras un accord écrit. I – Fait des gestes (se). Parfait en tous points. J – Pétale de rose. Pour le moins palpable. Les solutions

Sudoku

L’horaire des marées du 16 au 22 novembre

LA TABLE

Le charme intact du Métropole

Qu’est-ce qui mijote ? Les soirées d’été ne sont plus qu’un lointain souvenir. Il commence à faire frisquet et les jours baissent. C’est l’occasion de concocter un bon petit plat.

N° 81 - 15 novembre 2012

Verticalement 1 – Personne sans grande consistance. 2 – Ancienne querelle. Pas mal du tout. 3 – Sévère dans sa manière d’agir. Tire une conclusion. 4 – Laisseraient un vide. 5 – Adjectif démonstratif. C’est l’or du chimiste. L’autre nom de Gaïa. 6 – Elle se retrouve souvent collée au mur. 7 – Grandes bousculades. Bassin naturel. 8 – Troisième personne. Il pimente la conversation. 9 – Sein encore. Cela rallonge la phrase. 13 pour Mendeleïev. 10 – Hypothétique.

formule à 13 €, plat-dessert, en optant, pour débuter, par les tagliatelles au saumon frais, accompagnées de poireaux cuits au beurre. Si la portion aurait pu être plus généreuse (mon voisin de droite en dira de même avec sa salade du berger), la présentation est très soignée et le résultat en bouche convaincant. Pendant ce temps, un autre compagnon de table semble apprécier l’assiette de la Mère Harel, un ensemble copieux d’un demi-camembert chaud, de pommes de terre et de charcuteries. Une tarte poire-chocolat, excellente, et un petit café viennent conclure le repas. Pratique. Le Métropole, 111, rue Jeanne d’Arc. Tél. 02 35 71 58 56. Ouvert du lundi au samedi.

LA METEO Quelques brumes Vendredi 16 novembre

- Temps : sec et calme, plus ou moins de soleil... - Températures : minimales de 2 à 4°, maximales de 11 à 13°. - Vent : sud-est.

Samedi 17 novembre - Temps : ciel très nuageux avec quelques pluies éparses. - Températures : minimales de 6 à 8°, maximales de 10 à 12°. - Vent : sud-ouest.

Dimanche 18 novembre

- Temps : calme et brumeux. Le temps est globalement sec. - Températures : minimales de 5 à 7°, maximales de 10 à 12°. - Vent : sud.

Lundi 19 novembre

- Temps : une perturbation apporte quelques pluies. - Températures : minimales de 4 à 6°, maximales de 10 à 12°. - Vent : sud-ouest.

N° 81 - 15 novembre 2012

15

AUTOMOBILE

La nouvelle Golf place la barre très haut

Technologie dernier cri Plus étirée de 5,6 cm et abaissée de 2,8 cm, mais avec un empattement accru de 5,9 cm, la nouvelle Golf est devenue plus spacieuse. Le coffre y trouve aussi son compte, avec 30 litres de plus, son seuil de chargement abaissé en favorisant l’accès. La présentation intérieure exhale une saisissante qualité perçue qui valorise l’agréable planche de bord dont la console centrale

lancia 

●● Deux châssis Dans un

■■ La septième génération de la Golf pourrait bien faire date pour son excellence tangible sous toutes ses facettes et son esthétique à la page, qui en font assurément le meilleur modèle de la lignée.

s’oriente vers le conducteur. Au centre s’y greffe un écran tactile couleur. D’excellents sièges et de bons espaces de rangements achèvent d’inscrire la nouvelle Golf aux confins de l’esprit “premium”. Offrant mieux que l’indispensable (climatisation, radio, etc.), la première des trois finitions (Trendline, Comfortline et Carat) standardise d’utiles prestations sécuritaires, détecteur de fatigue et mise en alerte des

L’art du farniente

■■ Illustre cabriolet Lancia dans les années soixante, la Flavia est de retour.

D

u temps où Lancia n’était pas à Fiat, dans les années soixante, la Flavia était un menu cabriolet gracieux taillé sur mesure pour les séducteurs de la “dolce vita”. L’époque a changé et, alors que les vrais cabriolets spacieux se font de plus en plus rares, Lancia a eu la bonne idée d’en ajouter un à sa gamme, avec quatre vraies places pour répondre aux usages quotidiens, été comme hiver ! Mais pour le sortir, la marque italienne n’a pas agi seule, saisissant l’opportunité de l’intégration du groupe Chrysler à la galaxie Fiat pour y prélever aux USA le récent cabriolet Chrysler 200 C. Il faut convenir que cette grande décapotable de 4,94 m de long a été soigneusement élaborée pour mériter son visa de “voiture plaisir” de

●● La révolution MQB Les

fabrications du Groupe VW vivent une révolution avec la nouvelle plate-forme modulaire transversale (MQB) qui permet la conception de toutes les autos à moteur transversal sur une même base. Seule la distance entre la pédale d’accélérateur et le milieu des roues avant doit être identique, tout le reste, variable, entraînant des économies d’échelles en création comme en fabrication.

S

tar du dernier Mondial de l’Auto, la 7e génération de la Golf arrive dans nos rues, auréolée de multiples qualités. En Europe, une Volkswagen neuve sur quatre est une Golf ! C’est dire l’importance de ce modèle fétiche pour le premier constructeur européen. Et la 7e génération fait honneur à une longue lignée amorcée en 1974. Cette compacte conserve une personnalité attachante qui la démarque de ses rivales et l’identifie immédiatement. Mais la dernière mouture s’enrichit aussi de modelés sobres et simples, marqués d’arrêtes vives.

Repères

ce côté-ci de l’Atlantique. Car la “patte” Lancia y est bien présente, au travers d’une subtile personnalisation de l’auto qui va de l’intégration des logos de la marque dans la calandre, remaniée pour l’occasion, à l’élégante sellerie bicolore tout cuir, standardisée, point d’orgue à un unique niveau d’équipement aussi complet que recherché. Rare cabriolet familial Côté châssis, les lois d’amortissement ont été redéfinies, et les freins renforcés. Mais dans l’optique hexagonale, le bât blesse par l’absence de diesel sous son capot. Le constructeur y impose en effet un “gros” 4 cylindres 2.4i essence d’origine américaine de 170 ch (36 900 €), accouplé à une boîte auto à 6 rapports. Dommage !

systèmes de protection des occupants avec dispositif de freinage multicollision. Le haut de gamme ajoute le freinage automatique en cas de détection d’obstacle. A modèle comparable, la nouvelle Golf n’est souvent pas plus chère que l’ancienne ! Outre un bel amaigrissement structurel, la Golf dispose de blocs essence et diesel renouvelés, échelonnés de 85 ch à 150 ch, tous avec injection directe, Start-Stop et récupération de l’énergie

au freinage. Le 1.4 TSi ACT de 140 ch innove en désactivant 2 cylindres à faible charge. Et l’option suspension adaptative DCC s’ouvre à la plupart des versions. Au volant, l’essence 1.4 TSi 140 ch apparaît souple, silencieux et globalement puncheux, et donc apte à mettre en exergue la virtuosité du châssis et sa salutaire neutralité en virage, sans roulis manifeste et dans une intéressante sobriété. Si le diesel fait encore mieux

sur ce point (7,4 l./100 au maxi contre 8,7 l./100 pour l’essence), il s’avère largement plus bruyant et pèse davantage sur le train avant, au – léger – détriment de l’agrément de conduite, avec une direction alourdie et quelques pompages de suspension. Deux détails qui tranchent sur la rigueur de la Golf animée du TSi.

tous nos essais sur

souci d’alléger la Golf au maximum, le châssis reçoit un train arrière à bras tirés jusqu’à 105 ch, et une épure multibras au-delà. ●● Le soin du détail Les feux

de jour à LED rectangulaires noyés dans les optiques avant ; la trappe à carburant trapézoïdale respectant l’allure générale ; l’extracteur arrière pouvant recevoir un crochet d’attelage amovible facilement déployé de son logement. ●● Verdict :  17/20 Sécurité **** Finition **** Confort *** Economie d’usage *** Séduction/Prix ***

Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx.

✔✔ Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Photo Bruno Migliano

●● XXXXX Xxxxxxxxxxxxxxxx

Photo Arnaud Bertereau

Photo Samuel Ribeyron

LOISIRS-SORTIES

N° 81 - 15 novembre 2012

●● AciduléE Amélie les crayons

●● Virevoltant Intrigue hollywoodienne

●● talentueuses Candye Kane et Nina Attal

✔✔ Vendredi 16 novembre, à 20h30. Tarifs de 9 à 18 €, Le Trianon, à Sotteville. Tél. 02 35 73 95 15.

✔✔ Vendredi 16, à 19h30 et samedi 17 novembre, à 15h, Théâtre des deux rives, Rouen.

✔✔ Dimanche 18 novembre, à 16h30, La Traverse, à Cléon. Tarifs 12 à 18 €. Tél. 02 35 81 25 25.

●● Impertinent Gul joue la comédie humaine

●● Créatif Lez’Arts solidaires

●● Aérien Marionnettes de plastique

✔✔ Mardi 20 novembre, à 20h30, Le Rive Gauche, Saint-Etienne-du-Rouvray. Tarifs 8 à 15 €.

✔✔ Vendredi 16, samedi 17 et dimanche 18 novembre, à la Halle aux toiles, Rouen. Tarifs 1/5 €

✔✔ Mercredi 21 novembre, à 16h et 19h30, Hangar 23. A partir de 5 ans. Tarif 6€. www.hangar23.fr

La diva américaine du burlesque sera précédée sur scène par la jeune chanteuse Nina Attal (photo), bel espoir féminin mixant blues, soul et funk avec brio.

Photo Jean-Luc beaujault

Lily et Lily est une pièce de théâtre qui transporte au pays des stars et des paillettes et confronte deux sœurs jumelles que tout oppose.

Photo G.Painchault

La chanteuse investit la scène du Trianon transatlantiqueet nous emmène à pas de loup jusqu’à la mer avec ses textes poétiques et tendrement romantiques.

Le chanteur rouennais présente sur scène son 5e et lumineux album où il traque sans détours mais non sans tendresse les travers de l’homme.

●● spectacle Haut de gamme. Au son de l’œuvre musicale “Les

Le Secours populaire organise une salon pour découvrir les talents créatifs des normands : bijoux, meubles, textiles, ou œuvres d’art. Il y en a pour tous les goûts.

Nostalgie

tableaux d’une exposition” de Modeste Petrovitch Moussorgski, la compagnie norvégienne Sagliocco Ensemble propose aux enfants à partir de 8 ans une visite des tableaux.

Age tendre et tête de bois

L

✔✔ Mercredi 21, à 15h et 19h30, vendredi 23 novembre, à 19h30, au Théâtre de la Foudre, à PetitQuevilly. Tarifs 2/5 €.

●● musique Kararoké au 106. A l’occasion des Zazimuts, le 106 invite le public sur scène pour un karaoké live accompagné par le groupe rouennais Les Vibrants défricheurs.

✔✔ Mercredi 21 novembre, à 20h, Le 106, à Rouen. Inscriptions sur kararocke.syntax@yahoo.fr

Initiation à la kora. Nicolas Plumet, flûtiste et joueur de Kora (harpe africaine), propose un atelier de découverte de la kora, cet instrument de la musique traditionnelle mandingue, une ethnie de république de Guinée. ✔✔ Samedi 17 Novembre de 15h à 18h, salle Brisout de Barneville, à Rouen. Tarif 30 €.

■■ C’est la dernière tournée pour Richard Anthony qui abandonnera définitivement la scène l’année prochaine.

●● Expositions Peintures sur le vif. Annie Puybareau expose à la

au 106

✔✔ Jusqu’au 8 décembre, galerie Rollin, à Rouen. Infos sur www.galerie-rollin.com

c

galerie Rollin ses toiles lumineuses saisissant sur le vif les atmosphères du Maroc, du Mexique, de l’Espagne ou des quais de Seine à Paris.

Le corps à nu. Invité d’honneur par les peintres du Caducée à la chapelle du Carmel, le peintre rouennais Roger Courtois évoque le corps humain à travers 35 ans de recherches plastiques. ✔✔ A partir du 17 novembre, Chapelle du Carmel, à Bois-Guillaume-Bihorel. Ouvert tous les jours de 14h30 à 18h30.

Magiciens du désert. En écho à l’exposition du

quai Branly, la galeriste Karem Arrieta expose pour la première fois à Rouen l’art aborigène : des peintures initiatiques et inspirées.

✔✔ Vernissage le vendredi 16 novembre, à 18h. Jusqu’au 22 décembre. Galerie Mezcla, à Rouen. Plus d’infos sur espacemezcla.net

Phia Ménard utilise des sacs plastiques animés par un souffle magique et métamorphosés le temps d’un formidable ballet poétique et étourdissant.

a septième saison d’Age tendre et tête de bois fait un passage à Rouen ce samedi, réunissant sur scène une nouvelle équipe de stars. Nommée d’après l’émission culte consacrée aux vedettes yéyé - un titre lui-même emprunté à la chanson de Bécault - ce spectacle salué par le public a déjà enregistré des millions de spectateurs nostalgiques au cours des six dernières années dans les grandes salles de France ou pour des croisières thématiques et annonce pour

l’an prochain un ultime rendez-vous. En attendant de nous dire adieu, cette fois-ci, c’est Richard Anthony qui ouvre le bal après deux ans d’absence . Pour un flirt avec Michel Delpech, Nicole Rieu arrive en courant, puis Michel Orso, toujours angélique, cède le micro à une brochette d’artistes plus 80’s que 60’s: Francis Lalanne, Philippe Lavil ou encore Catherine Lara. Pratique. Samedi 17 novembre, à 20h15, Zénith de Rouen. Tarifs 50/54 €. Réservation sur citylive.com

Explosifs Naïve New Beaters

ultivant une esthétique kitch, le groupe par isien fondé en 2004 revient sur scène avec un deuxième album abouti et plus personnel, baptisé La Onda, à travers lequel il prône un nouveau style musical : l’éponyme “Naïve New Beat”. Aux confins de l’électro, du rock et du rap, David Boring le chanteur, Eurobelix au clavier et Martin Luther BB King à la guitare définissent une ligne artistique à part dans un style un brin déjanté profitant d’un créneau resté vacant.

Finies les premières parties : ce groupe qui a déjà tourné dans de nombreux festivals en France, que ce soient les Vieilles Charrues, Solidays ou Rock en Seine, est maintenant également sollicitésur la scène européenne. Naïve New Beaters offre des reflexions profondes sur le sens de la vie ou sa fatuité avec des titres tel que “Shit happens”, ou encore “Live good”. Pratique. Samedi 17 novembre, à 20h, au 106, à Rouen. Tarifs de 5 à 20 €. Infos sur www.le106.com.

■■ Naïve New Beaters surfe sur la vague et entraîne dans son univers déjanté un public conquis.

17

SORTIES

N° 81 - 15 novembre 2012

●● pétillant La danse pour remède

●● travailleuses Ouvrières au fil du temps

●● Solidaire Place au festival “Coups 2 Soleil”

✔✔ Mardi 20 novembre, à 19h, Le Sillon, à PetitCouronne. Tarifs 3 à 8 €. Tél. 02 35 69 12 13.

✔✔ Jusqu’au 29 septembre 2013. Corderie Vallois, à Notre-Dame de Bondeville. Tél 02 35 74 35 35.

✔✔ Vendredi 23 novembre, à 19h, Espace G. Le Conquérant, à Bihorel-Bois-Guillaume. Tarifs 5/10 €

Six femmes d’âges différents se croisent au cours de ce spectacle intitulé “Je me sens bien”. Soit autant d’interprétation de la vieillesse par le biais de la danse.

La corderie Vallois invite l’artiste plasticienne Edith Molet Oghia qui, à travers ses installations, évoque le difficile ouvrage quotidien des ouvrières.

●● concerts Soirée brésilienne. Sur les rythmes de la samba,

baroque

✔✔ Samedi 17 novembre, à 19h30, à l’Oreille qui traîne, à Rouen. Tarif 5 €.

A

avec les groupes Pagode, Bal Forro et Agogo percussion, l’Oreille qui traîne vous emmène en voyage.

Oxmo Puccino. Le “Jacques Brel du hip-hop” sera

en concert au 106, pour présenter son dernier album : Un roi sans carosse.

✔✔ Vendredi 22 novembre, 20h, au 106, à Rouen. Tarifs : 18 à 21 €. Infos. www.le106.com.

●● Découverte Les 39 marches. Eric Métayer adapte le célèbre “Les

39 marches” d’Alfred Hitchcock. Dans cette version théâtrale seuls quatre comédiens jouent les 150 rôles du film : un spectacle incroyablement drôle.

✔✔ Samedi 17 novembre, à 20H, Théâtre Charles Dullin, Tarif 29/25 E, www.theatre-charles-dullin.com.

Organisé par l’association Media sans frontière, ce festival animé par les groupes afrobeat et reggae Anoula et Meissa Fall rassemble musique, contes et solidarité.

Un Caligula tout en marionnettes

depte des défis musicaux, faisant souvent fi des barrières des genres, le Poème Harmonique aime à faire connaître des œuvres baroques oubliées. Dans le cadre du Festival Automne en Normandie, l’ensemble musical concentre son travail sur les répertoires du XVIIe et XVIIIe siècle. Il s’agit cette fois-ci, d’un opéra vénitien quasiment inconnu en France : le Caligula de Giovanni Maria Pagliardi, composé en 1672. Le Poème harmonique relève ici un double défi,

puisqu’il s’agit ici de marier deux traditions typiquement italiennes : l’opéra baroque vénitien et l’art sicilien des spectacles de marionnettes. Cette synthèse des disciplines artistiques fait toute la singularité de cette création artistique remarquable enrichie par la technique du marionnettiste Mimmo Guticchio et des interprètes. Pratique. Mardi 20 novembre et mercredi 21 novembre, à 20h30, Théâtre Charles Dullin, au Grand Quevilly. Tarifs 5 à 20 €. Tél. 02 35 68 48 91.

■■ Ce spectacle parvient à transporter le spectateur, pris de passion pour l’histoire tragique des amours de Caligula.

18

SUR LES ÉCRANS UGC

CINEMA

A l’affiche : End of watch

C. Commercial Saint-Sever - Rouen - Tél. 08 92 70 00 00

• Comme Des Freres (av. prem.) : lun. 19, 20h. • Royal Affair (av. prem., VO) : ven. 16, 20h. • Thérèse Desqueyroux (av. prem.) : mar. 20, 20h. • Après Mai : tous les jours 11h, 14h, 16h35,

19h40, 22h10. • La Chasse (VO) : tous les jours 11h, 13h25, 15h40, 17h55, 20h10, 22h25. • Le Capital : tous les jours 10h40, 13h15, 15h35, 17h55, 20h15, 22h30. • Twilight - Chapitre 5 : Révélation 2e partie : tous les jours 10h45, 11h20, 13h15, 14h15, 15h40, 16h45, 18h05, 19h45, 20h30, 22h15. • Argo (VO) : tous les jours 10h55, 14h05, 17h30, 20h, 22h25. • Augustine : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, dim. 18, lun. 19, 10h45, 13h30, 15h40, 17h55, 20h05, 22h15 ; mar. 20, 10h45, 13h30, 15h40, 17h55, 22h15. • Nous York : tous les jours 11h10, 13h45, 16h, 18h10, 20h20, 22h25. • Frankenweenie : sam. 17, dim. 18, 11h15, 13h25, 15h25. • Looper : jeu. 15, ven. 16, mar. 20, 11h20, 13h55, 16h30, 19h55, 22h20 ; sam. 17, dim. 18, 19h55, 22h20 ; lun. 19, 11h20, 13h55, 16h30, 22h20. • Un plan parfait : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 11h05, 13h35, 15h50, 18h, 20h10, 22h20 ; sam. 17, dim. 18, 15h50, 18h, 20h10, 22h20. • Skyfall : tous les jours 10h40, 13h30, 16h25, 19h20, 22h10. • Skyfall (VO) : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 11h15, 14h10, 17h20, 20h15 ; sam. 17, dim. 18, 17h20, 20h15. • Le Jour des Corneilles : sam. 17, dim. 18, 11h05, 13h40. • Stars 80 : jeu. 15, lun. 19, mar. 20, 10h40, 13h10, 15h30, 17h50, 20h10, 22h30 ; ven. 16, 10h40, 13h10, 15h30, 17h50, 22h30 ; sam. 17, dim. 18, 15h30, 17h50, 20h10, 22h30. • Astérix et Obélix: Au service de sa Majesté : tous les jours 10h50, 13h20, 15h35, 17h50, 20h05, 22h20. • Clochette et le secret des fées : sam. 17, dim. 18, 10h55, 13h50, 15h45, 17h25. • Kirikou et les hommes et les femmes : sam. 17, dim. 18, 10h50, 13h35.

Omnia 28, rue de la République - Rouen - Tél. 02 35 07 82 70 • Maniac (av. prem., VO) : jeu. 15, 20h30. • Royal Affair (av. prem., VO) : mar. 20, 20h30. • Après Mai : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 13h30, 15h55, 18h20, 20h45 ; sam. 17, dim. 18, 10h30, 13h30, 15h55, 18h20, 20h45. • La Chasse (VO) : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 13h50, 16h35, 19h30, 21h45 ; sam. 17, dim. 18, 10h50, 13h50, 16h35, 19h30, 21h45. • Le Capital : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 13h45, 16h30, 19h30, 21h50 ; sam. 17, dim. 18, 10h45, 13h45, 16h30, 19h30, 21h50. • Rengaine : jeu. 15, sam. 17, lun. 19, 16h05, 17h45, 22h ; ven. 16, dim. 18, mar. 20, 14h, 15h50, 20h10, 22h. • Argo (VO) : tous les jours 13h35, 16h, 20h45. • Augustine : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, dim. 18, lun. 19, 13h40, 15h50, 20h30 ; mar. 20, 13h40, 15h50. • Sharqiya (VO) : jeu. 15, lun. 19, mar. 20, 17h40 ; sam. 17, 11h. • Frankenweenie : sam. 17, dim. 18, 10h30, 13h30, 15h30. • Frankenweenie (VO) : ven. 16, sam. 17, dim. 18, 21h50. • Lili à la découverte du monde sauvage : sam. 17, dim. 18, 11h. • Une famille respectable (VO) : tous les jours 18h30. • Amour : jeu. 15, sam. 17, lun. 19, 13h30, 19h25 ; ven. 16, dim. 18, mar. 20, 17h30. • Le Jour des Corneilles : sam. 17, dim. 18, 10h45. • La Pirogue : dim. 18, 10h30. • Dans la maison : jeu. 15, mar. 20, 13h30, 15h35 ; ven. 16, sam. 17, dim. 18, 17h35, 19h40 ; lun. 19,

N° 81 - 15 novembre 2012

■ Les liens qui se tissent entre deux policiers amortissent la réalité terrible de leur métier.

A

Los Angeles, dans le quartier chaud de South Central, Brian Taylor et Mike Zavala, deux officiers de police, patrouillent sans relâche. Scénariste réputé, David Ayer s’est fait remarquer comme réalisateur de polars musclés. Avec ce film très prenant, dont il a écrit le scénario, il offre une plongée saisissante dans les bas-fonds de Los Angeles et fait partager au spectateur le difficile quotidien des policiers. Grâce à cette caméra embarquée, le spectateur vit de l’intérieur le travail de ces policiers. C’est très original, avec un excellent suspense et une interprétation de tout premier plan. Les liens d’amitié entre les héros servent

13h30, 15h35, 19h40. • Alice n’est plus ici (VO) : tous les jours 18h05. • La Cité de la peur : mar. 20, 20h.

Pathé Docks 76 Centre Commercial Docks 76 - Rouen - Tél. 08 92 69 66 96

• Argo (VO) : tous les jours 11h, 14h15, 17h, 19h45,

22h15. • Astérix et Obélix: Au service de sa Majesté : jeu. 15, 11h, 13h20, 15h40, 22h35 ; ven. 16, sam. 17, dim. 18, lun. 19, mar. 20, 11h, 13h20, 15h40, 18h, 20h15, 22h30. • Clochette et le secret des fées : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 11h ; sam. 17, dim. 18, 11h, 13h10, 14h45. • Frankenweenie : jeu. 15, mar. 20, 11h, 15h35, 17h55 ; ven. 16, sam. 17, dim. 18, lun. 19, 11h, 13h45, 15h35, 17h55. • Kirikou et les hommes et les femmes : sam. 17, 11h ; dim. 18, 11h, 13h ; mar. 20, 14h. • La Chasse (VO) : tous les jours 11h, 14h15, 17h, 19h30, 22h. • Le Capital : tous les jours 11h, 14h10, 16h45, 19h45, 22h10. • Le Kid : dim. 18, 17h. • Les Cinq légendes (3D) : dim. 18, 15h. • Looper : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 11h, 20h05, 22h30 ; sam. 17, dim. 18, 20h05, 22h30. • Niko le petit Renne 2 : dim. 18, 11h. • Nous York : tous les jours 11h, 13h40, 15h45, 18h, 20h15, 22h25. • Paranormal Activity 4 : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, 11h, 14h, 16h, 18h10, 20h25, 22h35 ; dim. 18, 18h10, 20h25, 22h35 ; mar. 20, 11h, 14h, 16h, 18h10, 22h35. • Populaire : mar. 20, 20h, 22h15. • Skyfall : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20, 11h, 14h, 16h20, 17h50, 19h10, 20h40, 22h05 ; dim. 18, 11h, 14h, 16h20, 18h15, 19h10, 21h05, 22h05.

de fil conducteur, en offrant des plages de détente à une œuvre bien maîtrisée, mais éprouvante pour les nerfs, tant la violence est réaliste. Ce sont ces liens d’amitié qui permettent de passer sur cette réalité terrible du métier de policier dans des quartiers chauds. L’interprétation est sensationnelle, avec un Jake Gyllenhaal qui semble littéralement habité par son personnage, tandis que Michael Pena lui donne la réplique avec beaucoup de justesse. Si cette plongée dans l’enfer des gangs de Los Angeles et dans le quotidien de ceux qui sont chargés de lutter contre eux est éprouvante, elle a rarement été filmée avec autant de réalisme.

• Stars 80 : tous les jours 11h, 13h25, 15h40, 17h55, 20h10, 22h30. • Ted : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, dim. 18, lun. 19, 11h, 13h30, 15h45, 18h, 22h30 ; mar. 20, 11h, 13h30, 15h45, 18h. • Twilight - Chapitre 5 : Révélation 2e partie : tous les jours 11h, 13h10, 14h10, 15h35, 16h35, 17h35, 19h20, 19h50, 20h15, 21h50, 22h25. • Un plan parfait : tous les jours 11h, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h25. • Une soirée avec... KYLIÁN / INGER / WALERSKI (VO) : jeu. 15, 20h.

Gaumont Grand-Quevilly 26, bd P. Brossolette - Grand-Quevilly - Tél. 08 92 69 66 96

• Amour : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20,

14h, 16h45 ; dim. 18, 11h, 14h, 16h45. • Argo : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20, 13h50, 16h40, 19h40, 22h15 ; dim. 18, 11h, 13h50, 16h40, 19h40, 22h15. • Astérix et Obélix: Au service de sa Majesté : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30 ; dim. 18, 11h, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30. • Clochette et le secret des fées : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, 13h50 ; sam. 17, 13h50, 16h35 ; dim. 18, 11h, 13h50, 16h35. • End of Watch : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20, 13h40, 16h40, 19h45, 22h15 ; dim. 18, 11h, 13h40, 16h40, 19h45, 22h15. • Frankenweenie : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 13h45, 15h55, 18h10 ; sam. 17, 18h10 ; dim. 18, 11h10, 13h45, 15h55, 18h10. • J’enrage de son absence : jeu. 15, ven. 16, dim. 18, lun. 19, mar. 20, 17h55. • Kirikou et les hommes et les femmes : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, 13h30 ; dim. 18, 11h, 13h30. • l’âge de glace 4 la dérive des continents : sam. 17, 13h45 ; dim. 18, 11h, 13h45.

• Les seigneurs : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 13h35, 15h45, 20h10, 22h20 ; sam. 17, 13h35, 15h45, 20h10 ; dim. 18, 10h55, 13h35, 15h45, 20h10, 22h20. • Looper : jeu. 15, ven. 16, lun. 19, mar. 20, 13h50, 16h50, 19h40, 22h15 ; sam. 17, dim. 18, 19h40, 22h15. • Nous York : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20, 13h40, 15h50, 18h, 20h10, 22h20 ; dim. 18, 11h10, 13h40, 15h50, 18h, 20h10, 22h20. • Paranormal Activity 4 : tous les jours 19h45, 22h10. • Populaire : mar. 20, 20h, 22h20. • Sinister : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20, 13h50, 16h45, 19h45, 22h25 ; dim. 18, 11h05, 13h50, 16h45, 19h45, 22h25. • Skyfall : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20, 13h35, 15h30, 16h25, 18h25, 19h15, 21h20, 22h05 ; dim. 18, 10h40, 13h35, 15h30, 16h25, 18h25, 19h15, 21h20, 22h05. • Stars 80 : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20, 14h, 16h45, 17h55, 19h45, 22h10 ; dim. 18, 11h, 14h, 16h45, 17h55, 19h45, 22h10. • Taken 2 : jeu. 15, ven. 16, dim. 18, lun. 19, mar. 20, 20h05, 22h30 ; sam. 17, 22h30. • Ted : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, dim. 18, lun. 19, 22h30. • Twilight - Chapitre 5 : Révélation 2e partie : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, mar. 20, 13h50, 14h50, 15h50, 16h50, 18h15, 19h35, 20h10, 21h30, 22h20 ; dim. 18, 11h, 12h, 13h50, 14h50, 15h50, 16h50, 18h15, 19h35, 20h10, 21h30, 22h20. • Un plan parfait : jeu. 15, ven. 16, sam. 17, lun. 19, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30 ; dim. 18, 11h, 13h30, 15h45, 18h, 20h15, 22h30 ; mar. 20, 13h30, 15h45, 18h, 22h30.

Le Melville 75, rue du Général Leclerc - Rouen - Tél. 02 32 76 73 21

• Fear and Desire (VO) : tous les jours 14h, 15h35, 16h45, 18h, 19h35, 21h.

• J’enrage de son absence : jeu. 15, ven. 16, lun.

19, mar. 20, 13h30, 15h20, 17h30, 19h20, 21h15 ; sam. 17, dim. 18, 13h30, 17h30, 19h20, 21h15. • Les Enfants Loups, Ame & Yuki : sam. 17, dim. 18, 15h20. • Jane Eyre (VO) : jeu. 15, lun. 19, 16h, 20h30 ; ven. 16, mar. 20, 13h45, 16h ; sam. 17, 18h15, 20h30 ; dim. 18, 13h45, 18h15. • Le Lorax : sam. 17, dim. 18, 16h15. • La Part des Anges (VO) : jeu. 15, lun. 19, 13h45, 18h15 ; ven. 16, mar. 20, 18h15, 20h30 ; sam. 17, 13h45, 16h ; dim. 18, 16h, 20h30. • Adieu Berthe - L’enterrement de mémé : jeu. 15, ven. 16, 14h15, 16h15, 18h30, 20h45 ; sam. 17, dim. 18, 14h15, 18h30, 20h45 ; lun. 19, mar. 20, 16h15, 18h30, 20h45.

No 81 - 15 novembre 2012

IMMOBILIER LOCATION ROUEN ■ Rouen rive droite, grand F2 58 m2, libre, cuisine aménagée, grand séjour, parquet vitrifié, loyer 543 € charges 49 €. Particulier. Tél. 02.35.56.41.99

HORS AGGLOMERATION ■ En Alsace, loue studio pour 3 personnes, à Obernai pour marché de Noël. Particulier Tél. 02 35 89 39 67 ou 06 42 45 79 06 le soir

IMMOBILIER VENTES ROUEN ■ Rouen, 215.000 €, Jardin des Plantes, vds maison de caract., séjour, salon, véranda, cuis. éq., 3 chambres, garage, jardin. Classe Energie D. A voir. Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78

■ Rouen, 523.000 €, banlieue rive gauche, vds immeuble rénové de 11 appts meublés, dans quart. calme. Jardin, park. Gros rapport de 8,60 %. Classe énergie E. A saisir ! Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78

■ Rouen, 890.000 €, droite, vds immeuble rénové de 8 appts (F2, F3, F5) et 1 commerce, gros rapport 7,50 %. Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78 ■ Rouen rive droite, vieux marché, vds très bel appartement/loft 140 m2 plain pied. Rare, prestations exceptionnelles, grands volumes, calme et lumineux. 2 chambres, chauf. indiv. gaz, garage, DPE C. Prix : 410.000 €. Particulier tél. : 02 35 60 23 75 ■ Rouen, 145.000 €, entre Saint-Sever et Jardin des Plantes, vds bonne maison de ville jumelée d’un côté, séjour-salon 30 m2, 3 chambres, possib. 4, jardin, prévoir qques travx. Classe Energie F. A saisir. Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78

19

■ Rouen, 395.000 € à déb., droite, prox. docks 76, vds ens. immobilier compr. 1 local commercial avec vitrine de 75 m2 env., 1 local commercial avec vitrine de 55 m2, 1 atelier ou stockage de 140 m2, bureau de 160 m2, 7 park. dans cour intér., possib. de transform. en appts. Classe Energie F. Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78

■ Rouen, 147.000 € FAI, Saint-Clément/jardin des plantes, ce grand appt T4 env. 85 m2, ds résid. sécurisée et calme vous attend avec salon/ séj., balcon bien exposé, cuisine A/E avec arr.-cuis., 2 chambres, s. de b., wc et dressing. Un park. souterrain, proche car et comm. Le plus : belle vue dégagée. Classe énergie D. Réf. 0109-01-03743. Cabinet SENECAL, Rouen Tél. 02 35 72 38 28 www.senecal-immmobilier.com

■ Prox. Ry, 138.500 € FAi. 25 mn CHU Rouen Est, 5 mn de Ry. Urgent ! Vds maison compr. séj./salon, 2 grdes chambres, possib. 4, bureau, s. de d. Grenier aménageable. Garage. Atelier. Jardin de 750 m2. Faire vite ! Idéal investisseur ! Prix négociable. classe énergie F. Réf. 0109-01-03754. Cabinet Senecal, Ry Tél. 02 35 12 00 20 www.senecal-immmobilier.com

■ Rouen, 91.500 € FAi. centre, au calme, ds résid. de standing, vds F2 compr. pièce de vie, chambre ouverte, cuis. indép., s. de b./wc, cellier indép. lumineux, idéal investisseur ! vendu loué, classe énergie : F. Réf. 0109-01-03721. Cabinet SENECAL, Rouen Tél. 02 35 72 38 28

■ Rouen, 227.900 € FAi. proche St-Martin-du-Vivier, vds maison compr. cuis. A/E, beau séjour avec chemin., véranda, 3 chambres possib. 4, s. de b. + douche, terrain de 35 m2, sous-sol complet. Classe énergie : D. Réf. 0109-01-03552. Cabinet SENECAL, Rouen Tél. 02 35 72 38 28

■ Rouen rive droite, v. F4, 2 chambres, cuisine équipée, wc séparé, volets électriques, ascenceur, cave, parking, gardien. TBE 3E, DPE D. 150.000 € non négociable. Particulier. Tél. 02.32.30.06.88 ■ Rouen, 216.000 €, banlieue rive gauche, vds immeuble de 3 appts et 1 commerce, 1 garage, prévoir travx d’amén. Classe Energie F. Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78

■ Barentin, 108.000 € FAi. exclusivité, au calme, proche ttes comm., vds maison de ville mitoy. 1 côté avec jardin et gge, stationnement, cuis., séj., 3 chambres, bureau. A rafraichir intérieurement. Classe énergie : F. Réf. 0109-01-03628. Cabinet SENECAL, Malaunay, Tél. 02 32 82 19 36

AGGLOMERATION

■ Pavilly, 112.000 € FAi. Urgent ! au calme, vds parcelle de terrain à bâtir d’env. 2 500 m2 av. 1 dépend. à réhabiliter, terrain non viabilisé (eau, élect., TAE à prox.). A découvrir rapidement. Cabinet SENECAL, Malaunay Tél. 02 32 82 19 36 www.senecal-immmobilier.com

■ Sotteville-lès-Rouen, 228.000 € FAi, proche Les Bruyères, vds belle maison de caractère ds quartier résid. et calme, proche métro, compr. salon/séjour, cuis. amén. ouverte sur véranda, 3 chambres dt 1 au rdc, s. de b., s. de d., 3 toilettes, cave et 4 places de parking. 1 studio séparé louable 4 500 €/an. Le tout sur un terrain d’env. 350 m2. Classe énergie D. Réf. 0109-01-03772. Cabinet Senecal, Rouen Tél. 02 35 72 38 28 www.senecal-immmobilier.com

■ Sotteville, 235.000 €, Jardin des Plantes, vds beau pavillon de plain-pied sur 410 m2 de terrain, séjour, salon 30 m2, cuis. équip., 2 chambres, dépend., cave, 2 gges, chauff. gaz. Classe énergie D. A voir ! Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78

■ Elbeuf centre, 135.000 €, vds immeuble avec fonds de restaurant, possibilité de 3 studios à létage. A saisir ! Classe Energie F. Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78 ■ Boos, 299 000 € FAI, plateau est, au calme, vds gde maison sur env. 1000 m2 terr. plat et arboré, compr. : entrée, séj./salon, cuisine A/E, 5 chambres dont 1 au rdc, s. de b. Sous-sol complet. Le plus : idéal gde famille. Classe énergie D. Réf. 0109-01-03746. Cabinet SENECAL, Rouen Tél. 02 35 72 38 28 www.senecal-immmobilier.com

■ Le Petit-Quevilly, 117 500 €. vds maison en parfait état, au calme, compr. salle/salon, cuis. A/E, 2 chambres, salle de douche + wc, garage + dépendance, classe énergie : D. Réf. 0109-01-03669. Cabinet SENECAL, Rouen Tél. 02 35 72 38 28 www.senecal-immmobilier.com

■ Prox. Saint-Aubin-lès-Elbeuf, 217.000 €. vds belle maison de caractère sur un terrain de 1 000 m2 vous offrant très beau séjour avec poêle à bois, cuis. A/E, 4 chambres, bureau, salon d’étage, s. de b. + douche. Garage, terrasse, plusieurs dépend. Classe énergie : D. Réf. 0109-01-03679. Cabinet SENECAL, Rouen Tél. 02 35 72 38 28

■ Val-de-la-Haye, 51.000 €. exclusivité. au calme, vds beau terrain constructible, bien exposé. CU en cours. A découvrir ! Réf. 0109-01-03389. Cabinet SENECAL, Rouen Tél. 02 35 72 38 28 www.senecal-immmobilier.com

SEINE-MARITIME ■ Fresné-le-Plan, 276.000 €, 16 km CHU, vds joli pavillon trad. de 142 m2 sur 1.200 m2 terrain, séjour-salon 37 m2, cuis. éq., 4 chambres dont 1 en rez-de-ch., mezzan., ss-sol total, belles prest. A voir. Classe Energie E. Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78

■ Perriers-sur-Andelle, 91.500 € FAI, 25 mn CHU Rouen Est. Exclusivité. Centre bourg avec comm., vds maison compr. séj., salon, cuis., 2 chambres, s. de d., cave, jardin env. 125 m2. Idéal 1re acquisition ou investiss. Classe énergie : E. Réf. 0109-01-03755. Cabinet SENECAL, Ry Tél. 02 35 12 00 20 www.senecal-immmobilier.com

OFFRES D'EMPLOI ■ Recherche infirmière(s) bénévole(s). L’unité de reconquête de l’autonomie sociale (URAS), centre d’hébergement pour hommes en grandes difficultés, située 20 rue de Joyeuse à Rouen (à prox. du théâtre des 2 rives), recherche des infirmières bénévoles (ou pharmaciennes, aide-soignantesÖ) pour moments de convivialité et distribution de médicaments le soir de 18h à 20h. Merci de téléphoner au 06.04.48.35.59. L’URAS fait partie d’Emergence-s, association d’actions sociales, 88 rue du champ des oiseaux, 76000 Rouen.

■ Le Ministère de la Justice recherche des familles d’accueil afin d’héberger des adolescents, de 13 à 18 ans, suivis au Pénal. Indémin. de 31 € par jour. Contactez-nous Tél. 02.35.70.99.47 ■ Rech. homme/femme sur votre région pour vendre de la viande et des produits surgelés à domicile, statut VDi accepté, accompagnement assuré. Contacter Ty-Viande au 02.99.06.16.70

DEMANDES D'EMPLOI ■ Maçon professionnel recherche maçonnerie, construction, carrelage et travaux divers. Tél. : 06 65 73 29 77, RM 478307952 ■ Dame recherche heures de ménage, repassage ou aide aux personnes agées, secteur Rouen jeudi après midi. Tél. : 06 32 04 79 76 ■ Sénior rech. bricolage, plomberie, électricité, menuiserie, montage cuisine et s. de b. sur Rouen et région. CESU accepté. Tél. 06.38.66.93.98. ■ Dame sérieuse et compétente rech. heures de ménage et/ou repassage sur Rouen et agglomération, 10 € nets par heure. Tél. 06.23.58.81.84.

BONNES AFFAIRES ■ Verre cristal peint main motif papillon 35 € pièce, bol Napoléon avec assiette. Tél. : 02 35 74 34 23 ■ Salle à manger rustiquemoderne en bon état 150 €. Lit en bois 140 x 190 et son matelas état neuf 600 €. Tél. entre 13h et 15h,et après 19h : 02 35 67 50 63

■ Canapé-lit futon matelas 14 couches de coton, house bicolore 100% coton. Structure pin teinté wengé 140 X 200 bon état 280 € prix négociable. Tél. : 06 32 30 56 44

tendancerouen@regieouest.com

■ Grand Couronne centre, 149.500 €, vds murs, local 80 m2 env., tous commerces + appt F3, 60 m2 env. Classe énergie F. A voir ! Agence Saint-Clément Immobilier Tél. 02 35 03 81 17 06 11 83 11 78

retrouvez toute l'information quotidienne sur

Envoyez votre annonce ou déposez-la avant le lundi soir à Tendance Ouest Rouen, 30 avenue de la République, 76000 Rouen ou faxez-la au 02.35.98.28.62. Vous pouvez également la saisir sur "www.tendanceouestrouen.com".

20

PASSION

N° 81 - 15 novembre 2012

La nostalgie de l’accordéoniste

Sur scène à 13 ans Il est discret, Claude Lemire. Ce n’est pas le genre d’homme à se mettre en avant. Et c’est peut-être ce qui aura manqué à cet ancien employé de Renault

Cléon pour faire carrière dans la musique. “Je n’aime pas l’accordéon paillettes, ringard. Pourquoi l’avoir rendu vulgaire ?” peste-t-il contre ceux qui ont fondu l’objet dans une caricature kitsch. L’homme est un puriste, aime les virtuoses et ne cache pas son amitié avec Marcel Azzola, le célèbre accordéoniste de Jacques Brel. Son histoire d’amour avec l’accordéon a débuté en 1946. Il avait 10 ans. Grâce à “un sacrifice” financier de ses parents, le jeune ossélien découvre son premier instrument. “J’ai fait mes premiers pas sur scène à 13 ans”, raconte-t-il en feuilletant un carnet recensant tous les concerts de sa vie. Musette, orchestres, jazz : en soixante ans, il aura touché à tout. Aujourd’hui, c’est dans un trio jazzy (Les Gangsters du swing), au côté de son fils Cédric, pianiste, qu’il poursuit son périple. Deux générations que seules des bretelles séparent. Thomas Blachère



Q

uand Claude Lemire se met à faire virevolter ses doigts sur les touches rondes d’un accordéon italien, ses yeux bleus se perdent dans le lointain. Comme si la musette ou le tango dont les notes s’échappaient réveillait en lui une nostalgie secrète. Dans son appartement de Oissel, le septuagénaire à la fine moustache a aménagé un émouvant mini-musée de l’accordéon. On y trouve quelques pièces rares, certaines du XIXe siècle, plongeant aux origines même de cet instrument, roi en Italie, en Allemagne et en France. Des vinyles par centaines, des cartes postales et des ouvrages, et même quelques cousins lointains du piano à bretelles, d’Inde ou d’ailleurs.

■■ Après avoir débuté dans la musette à la fin des années 1940, Claude Lemire n’a cessé de faire évoluer sa musique et sa sensibilité. “J’aimerais finir sur de belles mélodies de jazz, de bossa nova”, confie-t-il.


Tendance Ouest Rouen du 15 novembre 2012