Issuu on Google+

                                           

RECENSION DE MANIFESTATIONS RÉCENTES DE FRANCOPHOBIE

  Par Maxime Laporte   en collaboration avec Mario Beaulieu, Angèle Richer et Xavier Boileau  Préparé dans le cadre de la campagne « Uni‐e‐s contre la francophobie »  Société Saint‐Jean‐Baptiste de Montréal ‐  12 décembre 2013 

 

                       

  Le Québec bashing est une forme de dénigrement du Québec et des Québécois qui existe  principalement  au  Canada  anglais  et  chez  les  Anglo‐Québécois,  bien  qu’il  soit  possible  d’observer  un  discours  anti‐Québec  chez  les  Québécois  francophones  qui  se  distancient,  voire  qui  s’excluent,  de  leurs  concitoyens,  et  ce,  pour  différentes  raisons  (opinions  politiques,  visions  différentes  de  la  société,  etc.).  […]  Il  semble  d’ailleurs  y  avoir  un  amalgame entre Québécois francophones et souverainistes dans la majorité des discours  anti‐Québec bien que, dans les faits, les sondages montrent que ce n’est pas la majorité  des francophones qui est favorable à la souveraineté du Québec.   –  Geneviève  Bernard  Barbeau,  2012i          Ces  dérives  s'étaient  jusque‐là  limitées  aux  propos  de  quelques  idéologues  marginaux  comme Mordecai Richler ou Howard Galganov. Mais en quelques mois, elles ont franchi  plusieurs  paliers  du  racisme.  Les  discours  marginaux  ont  fait  place  à  une  opinion  plus  systématique et à une violence verbale suffisamment répétitive pour que le problème ne  soit plus jugé secondaire      – Maryse Potvin, 1999ii 

RECENSION DE MANIFESTATIONS RÉCENTES DE FRANCOPHOBIE    Depuis  plusieurs  années,  différents  textes  et  ouvrages  consacrés  au  phénomène  de  la  francophobie  ou  du  « Québec  bashing »  ont  été  publiés iii   iv   v   vi   vii   viii   ix .  On  y  prend  conscience de la présence dans le discours médiatique anglophone d’une francophobie  latente, lorsqu’elle n’est pas carrément manifeste. Celle‐ci recourt à la diabolisation, à la  stigmatisation et au dénigrement des Canadiens‐français et Québécois en tant que sujet  national  et  politique,  et  en  particulier  de  leurs  aspirations  « séparatistes »,  de  leurs  politiques linguistiques et récemment du projet de charte de la laïcité. C’est ainsi que lors  de la campagne électorale de 2012, on a tiré à feu nourri sur le Parti Québécois (PQ), vu  comme une incarnation ultime des pires maux dont serait affectée la nation québécoise,  comme le démontrent quelques exemples tirés du National Post1 2 3 4 5 6 7 8, du Toronto  Star9,  du  Globe  and  Mail10,  de  The  Gazette11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23,  du  Calgary  1

er

 Dan Delmar, “Francosupremacy in Montreal, the intolerant PQ policy du jour”, National Post, 1  août 2012 :   “To achieve Francosupremacy in Montreal, Lisée said the PQ would add an element to immigration forms which would not  only ask if applicants could speak French, but also if they lived in French.” (Nous soulignons).  2  Jonathan Kay, “The ethnic vote still has no home in PQ ranks”, National Post, 7 août 2012 : « [La publicité du PQ] n’est pas  complètement xénophobe, pas tout à fait Front national, mais ça vise carrément les nativistes francophones de la province. » (Nous  soulignons).  3  Chris Shelley, “Intolerance is intolerance, even in Quebec”, National Post, 15 août 2012 :   « Il faut dénoncer l’étroitesse d’esprit et les tendances xénophobes du Québec. » (Nous soulignons).  4  Dan Delmar, “Tout le Quebec en parle: On anglo‐sovereignty, fighting corruption and immigrants”, National Post, 10 août 2012: “In  the past few days, [Marois]’s been ramping up the xenophobia […]”(Nous soulignons).  5  Chris Selley, “Pauline Marois rallies the dinosaurs”, National Post, 15 août 2012 : “The National Post‘s Graeme Hamilton provides a  suitably vigorous take on the Parti Québécois’ increasingly odious platform when it comes to forcing French upon yet more people.”  (Nous soulignons).  6  Tasha Kheiriddin, “In Quebec, xenophobia is alive and well” (Nous soulignons), National Post, 16 août 2012  7  Andrew Coyne, “Marois outdoes her predecessors with the most discriminatory platform Canada’s seen in years” (Nous soulignons),  National Post, 25 août 2012 :   « Toutes les provinces du Canada Anglais ont leur lot de rednecks, mais dans aucune autre province on ne les nomme leaders  des principaux partis politiques. » « La position particulière des Québécoises, Québécois, de langue française de la province,  (une majorité qui se voit encore comme une minorité en péril en Amérique du Nord) a laissé naître un “majoritarisme”, (une  tyrannie de la majorité) qui serait considéré comme répugnant n’importe où ailleurs. » (Nous soulignons).  8  Daniel Weinstock dans Graeme Hamilton, “The identity politics of Pauline Marois’ Parti Québécois”, National post, 25 août 2012 :  “The PQ policies are intolerant, but they’re not racist.” (Nous soulignons).  9  Dans : Manon Corneillier, « Revue de presse : Marois dans la mire », Le Devoir, 18 août 2012 : « "Odieux, c’est la seule façon de  décrire la dernière tactique du Parti québécois pour protéger son avance, affirme le Toronto Star." "Encore une fois, le parti se  positionne comme le champion de l’identité québécoise en opposant la majorité aux minorités." Selon le quotidien, "c’est un aspect  malsain et générateur de divisions du nauséabond débat identitaire québécois et de sa peur exagérée des minorités. Et Marois est  maître en la matière." » (Nous soulignons).   10  Dans : Manon Corneillier, « Revue de presse : Marois dans la mire », Le Devoir, 18 août 2012 : « Les Québécois doivent avoir  l’assurance que la protection de leur identité et la protection des droits des musulmans, juifs et autres minorités ne sont pas des buts  mutuellement exclusifs. » À son avis, Marois a passé la campagne à faire le contraire. Elle a pris la défense de Djemila Benhabib face  au maire Tremblay, mais « sa condamnation, dit le Globe, a peu de poids étant donné que ses propres propositions créeraient un  environnement encore plus toxique pour les minorités ».  11  “Anglo funding takes nothing away from French”, The Gazette, 20 juillet 2012: “That is the linguistic reality of Quebec.  Unfortunately, it is in the interest of some to deny and distort that reality, be it out of a blind sense of anglophobia or in cynical service  of the separatist cause. Either way, it is despicable.” (Nous soulignons). 

Herald 24 25 26 ,  de  l’Ottawa  Citizen 27  ou  même  du  journal  britanno‐colombien  The  Province28... Afin d’illustrer notre propos, prenons par exemple un article daté du 28 août  2012 et signé par la journaliste Margaret Wente du Globe and Mail. Madame Wente est  allée  jusqu’à  prédire  un  « nettoyage  ethnique  moins  le  sang »  dans  l’éventualité  d’une  élection  du  Parti  québécois 29 .  J.L.  Granatstein,  un  historien  militaire,  trois  jours  seulement  après  l’élection  du  PQ  qui,  rappelons‐le,  fut  marquée  par  un  attentat  meurtrier visant la première ministre nouvellement élue, a évoqué la possibilité qu’une  guerre civile éclate advenant l’indépendance du Québec30. Dans son texte intitulé "How a  separate  Quebec  would  transform  our  Defence  policy",  il  écrit,  en  parlant  de  Pauline  Marois :  « Ses  discours  électoraux  remplis  de  rancœur  ("rancorous")  […]  se  prononceraient  sans  doute  mieux  dans  la  langue  allemande  originelle  […] »  (sous‐ entendu : la langue des Nazis).     12

 Catherine Solyom, “Marois plays anti‐anglo audience” (Nous soulignons), The Gazette, 8 août 2012   Supriya Dwivedi, Ex‐student leader as star PQ candidate : a perplexing move, The Gazette, 4 août 2012 : “The PQ platform is  peppered with xenophobic rhetoric, francosupremacist policies and has the ultimate goal of obliterating our confederation.” (Nous  soulignons).  14  “Strategic voting against the Liberals should be done carefully”, The Gazette, 11 août 2012: “[…] we are scared of Parti Québécois.”  15  Alan Mew, “Re: Marois says flat ‘non’ to English language candidate debate”, in “Marois’s language problem”, The Gazette, 7 août  2012 : “And how will she discuss with foreign heads of state when most speak English as the common language of diplomacy? What  will it say about Quebec when the premier is unsophisticated and unworldly in her inability to converse.” (Nous soulignons).  16   Michel R. Magnan, “Generalizations about others helpful”, The Gazette, 6 août 2012 : “[En parlant de ceux qui au Québec ne  parlent pas anglais] It makes them narrow‐minded idiots and they are certainly not a reflection of the majority of French‐speaking  citizens in Quebec.” (Nous soulignons).  17  Don Macpherson, "The PQ takes language to a new level", The Gazette, 14 août 2012, « Le mardi 4 septembre, un X à côté du nom  du candidat du PQ pourrait être un vote pour la xénophobie. » « C’est officiel, de son propre aveu écrit, le parti Québécois de Pauline  Marois est xénophobe.» « La seule différence c’est que la xénophobie du PQ de Pauline Marois est basée non pas sur l’ethnicité mais  sur la langue. » (Nous soulignons).  18  “Pauline Marois, fanning the flames of intolerance”, The Gazette, 23 août 2012 : « Avec moins de 2 semaines à faire à la campagne  électorale, Marois attise les flammes de l’intolérance avec toute l’énergie qu’elle peut trouver. » (Nous soulignons).  19  Don Macpherson, “A night among the PQ’s ‘nous’”, The Gazette, 2 septembre 2012  20  “Star candidates bolster CAQ, but questions remain”, The Gazette, 6 août 2012 : “[…] language hawks […]”(Nous soulignons).  21  Don Macpherson, “Quebec’s Sir Lancelot”, The Gazette, 10 août 2012 : “[…] the significant minority of xenophobic voters to whom  the PQ is appealing with its campaign against “multiculturalism” or diversity.” (Nous soulignons).  22  “Anglo funding takes nothing away from French”, The Gazette, 20 juillet 2012 : “All this is anglophobic nonsense and  misrepresentation. For one thing, the grants do nothing to detract from the prevalence of French in the metropolis.” (Nous  soulignons).  23  Don Macpherson, “Marois losing allies on Bill 101 for CEGEPs”, The Gazette, 31 mars 2011 : “Her ally Mario Beaulieu, president of  the small but loudly anglophobic Société Saint‐Jean‐Baptiste de Montréal, stands faithfully by her side. ” (Nous soulignons).  24  “Quebec’s intolerant separatists” (Nous soulignons), Calgary Herald, 23 août 2012 : “It’s hard to know what to make of the narrow‐ minded nativism of Marois and her party.” (Nous soulignons).  25  Licia Corbella, "Are one‐third of Quebec voters bigots?" (Nous soulignons), Calgary Herald, 6 septembre 2012  26  Larry Comeau, “Pauline Marois shouldn’t bite the hands that feed Quebec”, Calgary Herald, 7 septembre 2012  27  Ian Macdonald, “Pauline Marois’s politics of fear” (Nous soulignons), Ottawa Citizen, 15 août 2012  28  Licia Corbella, “Why isn’t the PQ’s racism a bigger issue?” (Nous soulignons), The Province, 6 septembre 2012 : “31.94 per cent of  Quebec voters have no problem supporting the bigoted and racist agenda of the winning Parti Quebecois” (Nous soulignons).  29  Margaret Wente, “Separatists stir up a nightmare in Quebec”, Globe and Mail, 28 août 2012  30  J. L. Granatstein, "How a separate Quebec would transform our Defence policy", National Post, 7 septembre 2012  13

«  A  little  over  200  years  ago,  Quebec’s  legislature  debated  whether  one  Ezekiel  Hart,  a  Quebecer and a Jew elected by the voters of Three Rivers/Trois‐Rivières, could assume his  seat.  It  decided  not.  The  ostensible  reason  was  that  he  could  not  swear  his  oath  of  allegiance  on  a  Christian  Bible.  (The  real  argument,  though  historians  disagree  on  this,  may have been that he would have supported the English faction in the legislature against  the French majority.) Hart did eventually swear on the Bible but was still kept out – even  after  the  voters  re‐elected  him.  Eventually  he  gave  up  trying31 ».  Contrairement  à  ce  qu’affirme  William  Watson,  professeur  à  l’Université  McGill,  dans  l’Ottawa  Citizen,  ce  sont les lois britanniques de l’époque qui ne permettaient pas à des juifs d’occuper des  postes  de  ce  niveau.  La  première  loi  de  plein  émancipation  politique  des  juifs  a  été  adoptée grâce à Louis‐Joseph Papineau et du parti Patriote québécois.     «  Of  course,  their  desire  to  ''protéger  la  langue  française''  was  not  accidental;  they  weren’t just lovers of Proulst and Flaubert – French was the language of the ethnic nation.  But the strategy supplied rhetorical power for the principal nationalist project of the time :  removing from the province the highest possible number of English‐speaking Protestants  and Jews – the most steadfast opponents of secession, and the people who were the least  deferential to their francophone and culturally‐Catholic surroundings 32».    Un reportage récent de Martin Ouellet dans la Presse canadienne : « Le libéral Jean‐Marc  Fournier s’est retrouvé sur la défensive mercredi pour avoir évoqué, la veille, les exactions  nazies contre les symboles religieux »33.     C’est  avec  un  sans‐gêne  déconcertant  qu’on  traite  les  politiciens  « nationalistes »  du  Québec de « fascistes »34 dans les médias anglophones du Canada. Pareille interpellation  a d’ailleurs déjà donné lieu à un procès civil impliquant deux anciens premiers ministres 

31

 William Watson, « Column : Quebec’s mad hat rules », Ottawa Citizen, 12 novembre 2013   Jackson Doughart, « How the Quebecois Got Trapped by 'Civic Nationalism' », Huffington Post, 13 novembre 2013 [Publié  également dans le Prince Arthur Herald.]  33  Martin Ouellet, « Référence au nazisme : Fournier dans l’embarras », La Presse canadienne, 13 novembre 2013  34  Denis Lessard, « Le mouvement souverainiste est «fasciste», selon Jarislowsky » (Nous soulignons), La Presse, 12 mai 2011  32

québécois35. Ainsi, on comparera régulièrement le gouvernement du Québec au régime  hitlérien,  ‐  ou  au  contraire  à  Staline36 ‐,  on  parlera  de  l’Office  de  la  langue  française  comme  d’une  « police  de  la  langue »  (les  "Apostrophe  SS"37),  etc.  Ces  accusations  ne  datent pas d’hier : en 1989, le journaliste Peter Stockland du Toronto Sun affirmait qu’à  « (...)  entendre  parler  de  culture  québécoise  donnerait  envie  à  Hermann  Goering  de  sortir  son  revolver.  »  Même  le  bilinguisme  officiel  canadien  est  parfois  vu  comme  un  complot raciste québécois ; par exemple, en août 2010, un internaute anonyme sévissant  depuis  un  terminal  du  bureau  de  Services  correctionnels  Canada  modifie  la  page  concernant l’Official Languages Act (Canada) sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia pour  renommer  la  loi  "The  Quebec  Nazi  Act" 38 .  Ces  affirmations  s’accompagnent  occasionnellement d’un certain discours victimaire ou de fantaisies persécutoires voulant  que les Québécois détesteraient les Canadiens‐anglais et les forceraient à parler français  (voir  image  1,  à  titre  d’exemple).  Le  Québec :  un  endroit  où  il  serait  « cool »  d’être  raciste,  selon  certains39.  Une  belle  illustration  de  cette  idée  se  trouve  dans  le  Calgary  Herald du 7 mars 2013 où, en réaction à une lettre à tonalité raciste, une lectrice écrit : "I  suggest  anyone  who  wishes  to  be  language‐intolerant  should  move  to  Quebec". 40  (http://www.calgaryherald.com/Responses+Speak+English/8064586/story.html)  Et c’est sans parler du mépris ordinaire, visant l’infériorisation des Québécois et de leur  culture,  qu’on  retrouve  régulièrement  dans  l’espace  public  (e.g.  National  Post41). À  ce  titre,  les  observations  du  politologue  Teun  Van  Dijk  dans  son  textex de  2002  sur  le  nouveau racisme dans les médias (le dénigrement subtil dans la manière d’y parler d’un  groupe racial, social ou national déterminé) peuvent également s’appliquer à la situation  qui  nous  occupe.  Ce  phénomène  se  retrouve  dans  toutes  les  sphères  de  la  société,  incluant  le  sport  amateur  et  professionnel,  comme  l’a  abondamment  documenté 

35

 « Diffamation – Parizeau et Bouchard règlent hors cours », Le Devoir, 15 février 2005   The Suburban, 13 février 2013 : "The PQ has learned the lessons of Stalin well" (Nous soulignons), dans Claude Bachand, « The  Suburban à Laval : troublant, Vigile.net, 15 février 2013, http://vigile.net/The‐Suburban‐a‐Laval‐troublant  37   « Allusion aux SS: le journaliste de The Gazette se défend » (Nous soulignons), La Presse canadienne, 21 juin 2009  38  Jean‐Hugues Roy, « Services correctionnels Canada ‐ Une enquête sur « la loi nazie du Québec » » (Nous soulignons), Société Radio‐ Canada, 24 août 2010  39  Keith Topolski, “Quebec: where it’s cool to be racist” (Nous soulignons), www.menzieshouse.com, 27 août 2012,  http://www.menzieshouse.com.au/2012/08/quebec‐where‐its‐cool‐to‐be‐racist.html  40  Commentaire sur “Speak English”, Calgary Herald, 7 mars 2013  41  "Editorial: Tell Quebec where to get off" (Nous soulignons), National Post, 24 février 2009  36

monsieur  Robert  Sirois,  un  ancien  joueur  de  hockey  de  la  LNH42.  C’est  sans  compter  l’opinion  souvent  exprimée  par  les  acteurs  des  médias  anglophones  vis‐à‐vis  des  défenseurs  de  la  langue  française  au  Québec :  des  « ayatollahs »,  des  « dinosaures  du  nationalisme »,  des  "separatist  goons",  qui  mènent  une  "phone‐y  war"43,  etc.  Dans  un  article daté  du 2 août 2013 cherchant à trouver les raisons  expliquant la pauvre saison  touristique au Québec, le chroniqueur du journal The Gazette Don Macpherson a même  proposé comme théorie que c’est l’intolérance des québécois, particulièrement en ce qui  a trait à la question linguistique, qui en serait la cause.44  Un  autre  exemple  est  cette  chronique  intitulée  "Is  Quebec  good  enough  for  Canada?"  parue dans le Huffingtonpost Canada à l’été 2013, où l’auteure Diane Bederman avance  comme  thèse  que  le  Québec  n’est  pas  digne  du  Canada.  Pour  prouver  son  point,  elle  sous‐entend  que  la  frange  nationaliste  et  pro‐loi  101  du  Québec  relève  de  la  période  tribale  du  monde.  Leur  combat  est  présenté  comme  homogénéisant  et  comme  une  tentative  de  se  fermer  sur  le  monde.  De  plus,  elle  semble  généraliser  ce  constat  à  l’ensemble de la société québécoise comme le démontre la citation qui suit :   Quebec's narrative of uni‐lingualism, uni‐culturalism and uni‐ethnic absolutism is a throwback to  tribalism  that  flourishes  in  parts  of  Africa  and  the  Middle  East.[…]  Tribalism  in  Quebec  is  no  different than tribalism practiced anywhere else in the world. It is a closed society, one language,  one religion, one race, one tribe that encourages fear of the other, enabling it to make restrictive  laws to the point that it incites hatred.45 

Le statut du français comme langue officielle et commune se voit souvent réduit à une  forme  de  tribalisme :    «  For  nearly  40  years,  Montreal’s  mostly  English‐speaking  Jewish  community  has  endurer  not  only  laws  mandating  French  only  on  signs  and  in  the  workplace, but a general distress in the face of what the late Montreal author Mordechai  Richler called French Quebec’s ‘tribalism’ »46. 

42

 Robert Sirois, Le Québec mis en échec : la discrimination envers les Québécois dans la LNH, Montréal, 2009, Éditions de l’Homme,  288 pages  43  Josh Freed, « Politics ruin the party », The Gazette, 20 juin 2009  44  Don Macpherson, « Language tensions may be a factor in low tourism », The Gazette, 2 août 2013  45  Diane Bederman, "Is Quebec good enough Canada ?", Huffingtonpost Canada, 25 juillet 2013  46  Ron Csillag, ̎ Will rising nationalism renew Montreal’s Jewish exodus?̎, The Times of Israel, 17 octobre 2013 

Plus  récemment,  le  dévoilement  d’une  future  charte  de  la  laïcité  a  poussé  certains  commentateurs à utiliser ce genre de procédés. Les exemples se comptent par dizaines  voire par centaines, mais Naomi Laktriz du Calgary Herald résume bien le manichéisme  ambiants : “The Parti Quebecois is turning Quebec into a xenophobic hellhole where the  charter rights of Canadian citizens to freedom of religion and freedom of expression are  about to be revoked.”47   Les  manifestations  graves  et  explicites  de  racisme  anti‐québécois  ont  été  relativement  nombreuses depuis quelques années, et encore plus depuis l’élection du Parti québécois  en septembre dernier.     Par  exemple,  en  2010,  dans  la  Park  Avenue  Gazette,  un  journal  web  anglophone  qui,  entre autres activités, fait la chasse aux "french nazis", le blogueur James Angus Brown,  un ancien colonel de l’armée canadienne, incitait ses lecteurs à appuyer l’idée que l’on  pendît  Pauline  Marois  "by  the  neck"48.  Ce  site  internet  est  toujours  actif.  Lors  de  la  dernière  campagne  électorale  québécoise  de  2012,  on  a  pu  dénoter  un  nombre  impressionnant d’affiches électorales de candidats « nationalistes » ayant fait l’objet de  graffitis  haineux,  notamment  d’affirmations  du  type  "fucking  French  Canadians"  ou  encore de croix gammées49 (voir images 2, à titre d’exemple). Le buste de Camille Laurin  adjacent  au  bureau  de  l’Office  québécois  de  la  langue  française  (OQLF)  a  été  vandalisé  par des égratignures illustrant une croix gammée.  

47

 Naomi Lakritz, " Xenophobes trampling charter rights in Quebec", Calgary Herald 23 août 2013   Patrick Lagacé, « Un peu de délire anglo du bord de Park Avenue Gazette », La Presse,  22 novembre 2010  49  Chantal Vallée, « Des graffiteurs toujours actifs », La Voix de l’Est, 17 août 2010  48

   

   

 

Une page Facebook intitulée "I hate Pauline Marois" contient une quantité phénoménale  de propos haineux. On a pu y lire par exemple que Pauline Marois fait la promotion de la  xénophobie ou que notre époque ressemble à Berlin en 1939…    En 2009, un éditorial du National Post intitulé "Tell Quebec where to get off" affirmait : «  Assez  des  décennies  d'apaisement;  il  est  temps  qu'Ottawa  adopte  une  attitude  disciplinaire (tough‐love) envers le Québec. (...) Une telle approche ne [nous] fera aucun  ami au Québec, mais au moins chacun dans le reste du pays cessera de se sentir imbécile  (suckers). »50 Plus généralement, une consultation des commentaires laissés par certains  internautes à la  suite d’articles de presse concernant la question nationale sur les  sites  web des grands médias anglophones (voir plus loin quelques exemples), ou encore une  simple  visite  de  lieux  publics  comme  des  salles  de  bain  de  restaurants  populaires  du  centre‐ville  de  Montréal,  mènent  à  de  bien  tristes  constats  (voir  image  3,  à  titre  d’exemple). 

50

 "Tell Quebec where to get off", National Post, 24 février 2009 

Quelques  exemples  de  commentaires  trouvés  sur  les  sites  de  grands  journaux  anglophones.  Plusieurs  de  ces  commentaires  ont  relayé  par  le  Mouvement  Québec  français51 puis retirés d’internet. D’autres étaient encore en ligne en date d’aujourd’hui,  soit plus d’un an et trois mois après avoir été publiés.    “Marois  is  showing  the  exact  leadership  that  Quebecers  are  looking  for  with  regards  to  minority  tolerance.  Quebecers  are  looking  for,  and  demonstrate, zero  tolerance  for  minorities,  zero  tolerance  for English, same zero tolerance for everything that is not Quebec. Zero. It is the type of leadership that  is going to get her elected. A province deeply ingrained in hatred needs a target ‐ Marois will give them  plenty. All while pointing the finger outward and crying racist. It's the Quebec way.” (Nous soulignons).  http://www.theglobeandmail.com/commentary/editorials/on‐tolerance‐of‐minorities‐pauline‐marois‐ is‐showing‐the‐opposite‐of‐leadership/article4484920/   “What will it say about Quebec when the premier is unsophisticated and unworldly in her inability to  converse. When she goes to China and India to discuss trade with those vital, growing countries, they  will  be  able  to  speak  English  since  they  make  a  point  to  learn  it,  and  they  will  see  her  as  a weak,  unsophisticated individual.” (Nous soulignons).  “So  Pauline  Marois  does  not  feel  comfortable  enough  to  debate  in  English.  No  problem.  Why  not  reasonably  accommodate  her  by  allowing  her  to  bring  her  pot  lids  which  she  could  merely  bang  together — once when she agrees and twice when she disagrees.”  http://www.montrealgazette.com/life/Letters+Marois+language+problem/7048145/story.html    “So Mrs. Marois is the Canadian version of a frustrated Neo Nazi!! Makes sense she looks like someone  the  fuhrer  would  want  in  his  lap!!”[…]  “Marois  represents  the  modern  national  socialism  based  on  appearances  of  the  PQ  platform  and  content  of  the  video.  […]  If  you  followed  the  rise  of  National  Socialism and Fascism in Europe you will see it had its roots in socialism but the Nazis turned it into a  nationalism of a very sick kind. Is this where Marois is headed? Stay tuned.” (Nous soulignons).  http://fullcomment.nationalpost.com/2012/08/07/jonathan‐kay‐the‐ethnic‐vote‐still‐has‐no‐home‐in‐ pq‐ranks/   “Quebec is a province of morons. They attract the poor and uneducated from around the world who  leech  off  the  taxpayer.  In  turn,  the  Quebec  government  leeches  off  the  Canadian  taxpayer.  It's  a  convoluted system that needs a complete overhaul.” (Nous soulignons).  http://www.theglobeandmail.com/commentary/quebec‐is‐committing‐slow‐motion‐ suicide/article4488827/comments/    “The PQ has transitioned from a party championing Quebec independance into a fully racist subculture  bent  on  racial  purity.  Anywhere  else  in  Canada,  the  PQ  would  be  getting  slapped  with  hate  crimes  charges just like any other creepy little supremacist group. Instead, they're a respected political party,  proudly displaying their bigotry for all to see.” (Nous soulignons).  http://fullcomment.nationalpost.com/2012/08/07/jonathan‐kay‐the‐ethnic‐vote‐still‐has‐no‐home‐in‐ pq‐ranks/    “How is this different than the facist sympathies that was expressed in Quebec during WWII? When it  comes to xenophobia, the 'left' can be just as guilty as the extreme right.” (Nous soulignons). 

51

 « Quelques exemples relevés dans les médias anglophones accompagnés de liens vers leurs sources : Le Mouvement Québec  français et la Société Saint‐Jean‐Baptiste de Montréal lancent un appel à la modération après l’attentat politique tragique du 4  septembre », Mouvement Québec français, http://quebecfrancais.org/node/4372 

http://fullcomment.nationalpost.com/2012/08/07/jonathan‐kay‐the‐ethnic‐vote‐still‐has‐no‐home‐in‐ pq‐ranks/    “Are you kidding us? Most Canadians will never realize that a lot of French‐speaking Quebeckers think  exactly like Pauline Marois. As a former Quebecker, I know of what I speak. As an orphaned people, les  Quebecois do not give a damn about the ROC or any other North Americans for that matter. Racism  reigns supreme in Quebec. They do not even like the European French. My France‐born wife will easily  attest  to  that.  There  is  even  a  Quebecois  organization  called  "Les  Jeunes  Patriotes"  (Young  Patriots)  that is being indoctrinated in exactly the same way as the Hitler Youth was. All this happening in La  Belle Province right under our very noses. Yes, racism......and high treason to boot.” (Nous soulignons).  http://fullcomment.nationalpost.com/2012/08/07/jonathan‐kay‐the‐ethnic‐vote‐still‐has‐no‐home‐in‐ pq‐ranks/    “All she does is attack the English speaking people of Quebec. She is no doubt a racist and not worthy  of  her  job  or  recognition.  Quebecers  need  to  ask  themselves:  why  do  we  always  pick  the  idiots  who  more  interested  in  bashing  the  English  than  creating  a  better  economic  life  for  all  of  its  citizens?”  http://www.torontosun.com/2012/12/08/new‐quebec‐language‐bill‐would‐strip‐anglos‐access‐to‐ services‐in‐english    “The Parti Quebecios are looking and sounding more and more like the Nationalsozialistische Deutsche  Arbeiterpartei of 1933. Intolerance of this proportion has no place in civilized society. But we are talking  about  quebeckers  here,  tolerance  is  really  not  their  forte.”   http://www.torontosun.com/2012/12/08/new‐quebec‐language‐bill‐would‐strip‐anglos‐access‐to‐ services‐in‐english 

         

Images 2 : « Fucking frog » et « Speak English or die », lors de la dernière campagne électorale québécoise.

 

          Image  1 :  représentation  des  lois  linguistiques  québécoises  par  un  usager  du  site  d’images  en  ligne  Flickr52.  Le  dessin  a  reçu  une  forte  visibilité  sur  les  réseaux  sociaux  en  2009.   

    52

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Linguistic_peace_quebec.jpg 

Images 3 : photos prises le 19 décembre 2012 au restaurant La Belle Province, sur SainteCatherine à l’intersection Saint-Laurent.

Outre  les  centaines  d’énoncés  francophobes  provenant  des  médias  anglophones  et  parfois  de  la  bouche  d’élus  et  d’officiers  publics  canadiens,  et  ayant  été  recensés  par  exemple dans les livres Québec bashing, Le livre noir du Canada anglais, ainsi que dans  les travaux de la sociologue Maryse Potvin, de Sylvie Lacombe et d’autres chercheurs, un  documentaire  intitulé  No  more  Quebec  ‐  Les  États  désunis  du  Canada,  sorti  en  2012  et  diffusé  sur  les  ondes  d’une  grande  chaîne  de  télévision,  a  révélé  un  côté  sombre  du  populisme canadien‐anglais : celui‐ci est marqué par la dépréciation systématique et un  procès  radical  du  Québec,  de  ses  habitants  et  de  la  culture  québécoise  en  général  (notamment  de  la  culture  politique  du  Québec)xi.  Il  faut  dire  que  certains  politiciens  comme la chef du Wildrose Party en Alberta, Danielle Smith53, « qui a un gros problème  avec  le  Québec »54,  cassent  régulièrement  du  sucre  sur  le  dos  du  Québec,  sur  ses  décisions politiques et ses programmes sociaux comme les garderies à 7$, affirmant que  l’Alberta en a assez de financer le Québec via la péréquation55. Ce n’est pas la première  manifestation ni le pire exemple de propos québécophobes provenant d’élus canadiens‐ anglais : l’on se rappellera notamment les paroles sages du député libéral Jim Karygiannis  en 1989 : « Le Québec me laisse un mauvais goût dans la bouche, selon moi, prenez ces  bâtards et jetez‐les dans l'océan. »56    Le documentaire des réalisateurs Jean‐Pierre Roy et Michel Breton « La langue à terre »,  produit  en  2013,  qui  s’intéresse  à  l’anglicisation  galopante  de  Montréal  et  du  Québec,  rend notamment compte du mépris exprimé par certains anglophones envers le combat  pour  la  pérennité  de  la  langue  française  au  Québec.  On  y  voit  par  exemple  William  Johnson, ancien président d’Alliance Québec, faire un doigt d’honneur à un manifestant  et traiter les défenseurs du français de gens « pitoyables »57.   

53

 Hugo DeGrandpré, « Élections en Alberta : les programmes du Québec critiqués », La Presse, 19 avril 2012   Vincent Marissal, « Québec‐Alberta, les meilleurs ennemis », La Presse, 19 avril 2012  55  Vincent Marissal, « Le retour du Québec bashing », La Presse, 19 avril 2012  56  The Gazette, 16 septembre 1989  57  Jean‐Pierre Roy, Michel Breton, La langue à terre, Documentaire long métrage, 2013, Les Films du Cheval de Trois  54

Certains  journalistes  ou  personnalités  publiques  ne  se  sont  pas  gênés  non  plus  par  le  passé. L’on se rappellera les déclarations explosives de Mordecai Richler, Don Cherry et  d’autres  tenants  de  la  diabolisation  des  Québécois :  Howard  Galganov,  Barbara  Kay  et  compagnie…  L’on  préférera  peut‐être  s’épargner  de  relever  l’ensemble  des  insultes  qu’adresse  à  répétition  le  Canada  anglais  au  Québec  notamment  sous  l’angle  politico‐ économique :   e.g.  Ils  se  plaignent  et  gémissent  et  endommagent  notre  économie.  Ils  complotent  et  rêvent  de  créer  un  État  ethnocentrique  francophone.  Ils  réécrivent  l'histoire.  Ils  créent  de  toutes  pièces  des  revendications pour les injustices récentes. Ils irritent les Canadiens anglais pour aider leur cause. Ils  sont, en un mot, méprisables (despicable). – Diane Francis, 1996. (Nous soulignons).    e.g. I will NEVER let up in my battle against the LEFT. I will do everything that I can to get the RACIST  Province  of  Quebec  out  of Canada, and  to  end  the  French Ethnocentric  AFFIRMATIVE  action  policy  within  Canada  that  denies  the  97%  English  Canadian  MAJORITY  (excluding  Quebec)  fair  access  to  work  in  their  own  civil  service,  and  hold  senior  ranks  in  Canada’s  military  and  the  RCMP  (National  Police Force). – Howard Galganov (http://galganov.com/editorials.asp?id=1562)   

Pour en revenir à l’actualité des dernières années, le 7 septembre 2012, Larry Comeau du  Calgary Herald signait un texte intitulé « Pauline Marois ne devrait pas mordre les mains  qui nourrissent le Québec » 58, où il réitérait, plutôt que de s’en désoler, les propos tenus  la veille par sa collègue Licia Corbella59 : « Le tiers des électeurs québécois [i.e. ceux qui  ont  voté pour le PQ] sont‐ils des sectaires ? ("bigots") ».     Un  dossier  du  magazine  Maclean’s  sur  la  corruption  au  Québec  a  retenu  l’attention  en  2010.  On  y  avançait  de  manière  pernicieuse  que  cette  situation  était  due  à  la  culture  politique  québécoise  et  notamment  aux  « séparatistes ».  Plusieurs  médias  du  Canada  anglais ont  également repris les allégations du  Maclean’s pour en rajouter, comme par  exemple  le  Chronicle  Herald  d’Halifax  qui  par  la  bouche  de  son  chroniqueur  Stephen  Maher  a  soutenu  que  le  poste  de  Ministre  des  Travaux  publics  ne  devrait  jamais  être  confié  à  un  Québécois60.  Outre  ce  dossier,  Maclean’s  a  lui  aussi  publié  des  articles  assimilant la loi 101 à une loi essentiellement intolérante. On peut ainsi lire en 2012 :  

58

 Larry Comeau, “Pauline Marois shouldn’t bite the hands that feed Quebec”, Calgary Herald, 7 septembre 2012   Licia Corbella, "Are one‐third of Quebec voters bigots?", Calgary Herald, 6 septembre 2012   « Le Québec et la corruption : Un journal d’Halifax en remet », TVA nouvelles, 11 octobre 2010,  http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2010/10/20101011‐214720.html 

59 60

The PQ gets angry when my colleagues call this xenophobia. Fine. Call it Happy Fun Politics if you  prefer. But it represents a fundamental change in the party’s policies on language and identity. It  identifies  bilingual  non‐francophones— people  whose  first  language  is  not  French  but  who  can  converse easily in French—as a problem. And it seeks to make Montreal a less welcoming home  for them.61 

    Quant à l’affaire Richard Bain, ‐ l’histoire de cet individuanglo‐québécois qui fit irruption  au Métropolis le soir de la dernière élection générale québécoise de 2012, alors que le  Parti Québécois y célébrait sa victoire, dans l’intention avouée de s’en prendre à madame  Marois, et qui ouvrit le feu, tuant un homme et en blessant grièvement un autre ‐, celle‐ ci  a  fait  couler  beaucoup  d’encre  dans  les  médias  du  Québec  et  du  Canada.  Dans  la  sphère médiatique anglophone, on tend à dépolitiser l’affaire Bain, de façon à banaliser  la violence politique et raciale exprimée par le présumé auteur de cet attentat politique.  De la banalisation, en certains cas, à la légitimation, il n’y a qu’un pas. Et ce pas a parfois  été  quasiment  franchi  par  des  médias  anglophones  (et  même  francophones)  qui  ont  offert  à  Richard  Henry  Bain,  qui  était  en  prison,  une  visibilité  surprenante,  comme  la  radio  anglo‐montréalaise  CJAD,  qui  a  diffusé,  alors  qu’avait  lieu  au  même  moment  l’assermentation  des  ministres  à  Québec,  une  partie  d’une  entrevue  réalisée  avec  le  présumé  tireur  où  celui‐ci  exprime  librement  ses  vues  partitionnistes62.  Par  ailleurs,  un  ancien  employé  des  Services  canadiens  de  renseignement,  Dan  Sweeney,  également  membre du Parti libéral du Canada et ancien directeur de la campagne à la chefferie de  Marc  Garneau,  a  pris  la  décision  de  devenir  le  « porte‐parole »  de  Richard  Bain,  cet  « amoureux du Canada à l’âme troublée », selon La Presse63. Monsieur Sweeney a tout  bonnement affirmé partager les opinions défendues par ce dernier64. Et c’est sans parler  des  nombreux  commentaires  laissés  sur  différents  sites  médiatiques  et  sur  les  réseaux  sociaux  par  certains  intervenants  anglophones  regrettant  par  exemple  que  le  tireur  ait  61

 “The PQ on the right and the wrong kind of Quebecers", Maclean’s, 13 septembre 2012   Tristan Péloquin, Martin Leblanc, Christian Merciari, « Entrevue de Bain: CJAD mitraillée de critiques », La Presse, 20 septembre  2012, http://www.lapresse.ca/videos/actualites/201209/20/46‐1‐entrevue‐de‐bain‐cjad‐mitraillee‐de‐ critiques.php/aced0bfe68f64bbdb77de7de4aa69677  63  Marie‐Claude Malboeuf, Francis Vailles, « Richard Henry Bain: un amoureux du Canada à l’âme troublée », La Presse, 5 septembre  2012, http://www.lapresse.ca/actualites/justice‐et‐affaires‐criminelles/201209/05/01‐4571335‐richard‐henry‐bain‐un‐amoureux‐du‐ canada‐a‐lame‐troublee.php  64  Giuseppe Valiante, “Alleged PQ shooter’s case delayed for fifth time”, Sun News, 12 mars 2013,  http://www.sunnewsnetwork.ca/sunnews/politics/archives/2013/03/20130312‐174113.html  62

raté  son  objectif  « d’empêcher  Pauline  Marois  de  faire  son  discours »65,  le  soir  du  4  septembre (voir images  4, par exemple). Un employé d’Eidos à Montréal, Blake Marsh,  25 ans, qui a étudié à l’école publique anglophone, a même été renvoyé pour des propos  malheureux qu’il a tenus sur l’attentat : « Les bons assassins sont difficiles à trouver, ces  jours‐ci », a‐t‐il écrit. Puis : « Je ne donne pas un mois à cette pute avant que quelqu’un  fasse ce qui doit être fait avec davantage de précision. »66     Même la députée du Parti libéral du Canada Marlene Jennings a mis de l’huile sur le feu  dans une entrevue à la CBC où elle expliquait en ces termes le mood ressenti au Québec  suite  à  l’attentat  meurtrier  survenu  le  soir  des  élections  :  « Une  part  significative  du  message  et  de  la  campagne  de  madame  Marois  consistait  à  en  appeler  aux  xénophobes… »67     

65

 

 Giuseppe Valiante, “Accused shooter Richard Bain said he wanted to prevent Pauline Marois from speaking on election night”,  Toronto Sun, 15 mars 2013  66  Vincent Brousseau‐Pouliot, « Un employé d’Eidos congédié pour ses propos sur l’attentat du Métropolis », La Presse, 5 septembre  2012  67  Michelle Gagnon, "Quebec election shooting and the Anglo‐French divide", CBC news, 8 septembre 2012 

Images 4 : exemples parmi d’autres de manifestations inquiétantes de  Québec bashing sur les réseaux sociaux68 

             

68

 Montage  « Un attentat à la hauteur du racisme canadien‐anglais » 5 septembre 2012,  http://ledernierquebecois.wordpress.com/2012/09/05/un‐attentat‐a‐la‐hauteur‐du‐racisme‐canadien‐anglais/ 

 

 

 

 

D’ailleurs, peu après la tuerie, une page Facebook, qui en quelques instants a obtenu plus  de 300 mentions « J’aime », a été mise en ligne afin de réclamer la démission de Pauline  Marois, sous prétexte que l’élection du Parti québécois était à l’origine de la violence.  Bref, les tentatives d’inversion des rôles de coupable et de victime furent pour le moins  ahurissantes suite à cette affaire.    Deux  autres  exemples  reflètent  très  bien  cette  tentative  d’inversion  de  sens.  On  peut  d’abord citer le texte de Tom Knot intitulé "In Quebec, speaking English is deadly", paru  dans le Huffingtonpost Canada après l’élection de Pauline Marois. Le chroniqueur tente  de  mettre  en  garde  la  population  contre  la  potentielle  montée  d’un  mouvement  terroriste francophone : "As the cliché goes, history repeats itself. No one has yet been  bombed, but anglophones have nevertheless been targeted by those who feel it is their  personal  duty  to  enforce  French  supremacy.  As  the  FLQ  was  a  product  of  the  Quiet  Revolution, recent attacks seemed to have been sparked by the Parti Québécois' electoral  victory on September 4, 2012.”69 Le texte de Kelly McParland paru le 13 mars 2013 dans  le  National  Post  offre  aussi  un  bel  exemple  de  cette  idée  alors  qu’il  présente  la  communauté anglophone comme victime d’un « djihad contre les anglophones »70.    L’intimidation  et  le  dénigrement  des  Québécois  et  de  leurs  représentants  sur  internet  constituent  un  phénomène  d’une  ampleur  remarquable.  Le  7  septembre  2012,  Radio‐ Canada rendait publique une « carte lexicale des deux solitudes », permettant d’analyser  l’occurrence de certains propos publiés sur les réseaux sociaux en lien avec la campagne  électorale québécoise.   Le mot cunt, très vulgaire en anglais, est celui qui se trouve le plus près de Marois, donnant ainsi un  aperçu  du  ton  des  discussions.  Peu  ou  pas  de  présence  des  autres  partis  (sauf liberal)  ou  d’autres  thèmes  de  la  campagne  (sauf education).  On  retrouve xenophobic, racist et intolerance ainsi  que anglophone et anglo.71   

Le  site  Amériquébec.net  a  répertorié  d’autres  exemples  de  manifestations  graves  chez  certains  anglophones  de  racisme  anti‐québécois  et  de  préjugés  sévères  vis‐à‐vis  des  politiciens nationalistes.   69

 Tom Kott, "In Quebec, speaking English is deadly", Huffingtonpost Canada, 2 novembre 2012   Kelly McParland, "Canada needs to embrace the comic genius of Quebec language laws”, National Post, 13 mars 2013   Martin Lessard, « Radioscopie des deux solitudes », Radio‐Canada.ca, 7 septembre 2012, http://blogues.radio‐ canada.ca/triplex/2012/09/07/radioscopie‐des‐deux‐solitudes/ 

70 71

Certains citoyens et personnalités connues ont osé dénoncer le climat de haine qui sévit  dans les médias anglophones envers les Québécois. C’est le cas de Zachary Richard qui  s’exprimait ainsi dans une lettre parue le 5 septembre sur son site internet :   Plus  inquiétants  pour  moi,  sont  des  articles  parus  récemment  dans  le  Globe  and  Mail,  journal  Torontois, où on peut lire que « Les Séparatistes créent un cauchemar au Québec. » (28 août) Dans un  éditorial  du  31  août  on  écrit:  « Certainement  les  Canadiens  raisonnables  seront  d’accord  qu’une  victoire du Parti Québécois sera extrêmement néfaste pour le Québec et le Canada. La campagne a  dévoilé  la  vision  irrationnelle,  extrémiste  et  même  perverse  de  Pauline  Marois  et  ses  supporters  séparatistes. Ils  n’aiment  pas  le  Canada.  Ils  n’aiment  pas  la  richesse. Ils  n’aiment  pas  l’innovation.  Il  semble que même ils n’aiment pas les gens qui ne leur ressemblent pas ou qui ne parlent pas comme  eux. »    […]    Je  voyage  souvent  à  Moncton,  Nouveau‐Brunswick  où  j’observe  un  phénomène  dérangeant  parfois. En entrant dans un ascenseur, ou en rencontrant quelqu’un dans la rue, on a (au moins j’ai)  un moment d’hésitation. S’il s’agit de s’adresser à un inconnu, on parle en anglais, ou on dit « Hello »  sans accent, créant délibérément une ambiguïté linguistique et donc culturelle. Ceci dans la crainte de  déranger. Pendant une grande partie de leur histoire, les francophones de l’Acadie s’effaçaient et les  vestiges de cette auto‐dégradation se manifeste toujours dans une gêne qui s’éveille en public devant  des  inconnus.  Il  ne  faudra  pas  qu’une  pareille  chose  s’installe  à  Montréal.  Il  ne  faudrait  pas  qu’on  devienne réticent de parler une langue, quelque soit la langue. Il ne faudra pas que les communautés  linguistiques deviennent des groupes ennemis. Il ne faudra pas que le choix de parler le français nous  mette dans une position antagoniste par rapport aux Anglophones. Et surtout il ne faudra pas que les  Anglophones imaginent que les Francophones sont leurs ennemis.   

Akos Verboczy, qui écrivait alors pour le journal Métro, s’en est pris lui aussi au Québec  bashing en tant que phénomène global :  Bien sûr, le ton et la manière peuvent varier. Mais on préfère encore la variante sarcastique d’un Josh  Freed,  l'approche  narquoise  d’un  Sugar  Sammy  ou  celle,  candide,  d’Anne  Lagacé‐Dowson…  au  ton  méprisant, hargneux et insultant des lignes ouvertes, des éditorialistes et autres commentateurs de la  presse anglophone et des réseaux sociaux.72   

Une  lettre  ouverte  de  monsieur  Pierre  Desjardins  parue  le  7  décembre  dans  Le  Devoir  résume également bien la situation :   La chroniqueuse du Calgary Herald écrivait peu avant l’élection que le programme de Pauline Marois  est le plus raciste de toute l’histoire canadienne. Le National Post dira le jour de l’élection que Mme  Marois  n’a  pas  sa  raison  d’être  à  la  tête  du  Québec,  car  malgré  son  élection,  les  Québécois  eux‐ mêmes  ne  veulent  pas  d’elle…  Et  quant  à  The  Gazette  et  au  Globe  and  Mail,  depuis  des  années,  disons‐le,  ils  traitent  les  militants  du  projet  souverainiste  de  terroristes  et  de  radicaux  qui  veulent  retirer tous ses droits à la minorité anglophone.73   

72

 Akos Verboczy, « Ils sont fous ces angloquébécois (post‐Richard Bain, assassin) », Métro, 14 septembre 2012   Pierre Desjardins, « Pour mieux comprendre Richard Henry Bain », Le Devoir, 7 décembre 2012 

73

Certains témoignages tirés du quotidien donnent aussi à réfléchir. C’est ainsi que Jocelyn  Lauzon, résident de Beaconsfield, relatait le 11 septembre 2012 l’intolérance habituelle à  l’égard du nationalisme québécois affichée par certains individus de son voisinage à forte  prédominance anglophone :   Mes voisins, mes amis anglophones, des gens très bien, des gens polis et intelligents, se permettent  souvent  de  parler  de  «  fucking  separatists  »,  de  «  fucking  PQ  »  en  ma  présence,  comme  si  c'était  parfaitement normal. Je comprends que la communauté anglophone puisse se sentir menacée par les  politiques du Parti québécois, mais de là à utiliser un discours d'intolérance envers l'adversaire, il me  semble y avoir une marge.74   

La blogueuse Sarah Labarre abonde dans le même sens en décrivant les comportements  de sa voisine canadienne‐anglaise suite à une mésentente somme toute banale, mais qui  prend rapidement des tournures politico‐racistes :   [… Thelma, la voisine, frappe] deux autres coups dans le mur. Don’t fucking tell! Un autre coup. I will  make  noise  if  I  want! Un  coup. I  know  you  complained! Un  coup. I  pay  my  rent,  I  have  a  fucking  job! This is called CANADA! Un coup. CA– un coup – NA – un coup ‐ DA! Un coup. So I will keep making  noise, you fucking twat! Trois derniers coups. Fait que là, Thelma s’est mise à me chanter O Canada en  sautant à pieds joints à côté de notre mur mitoyen.75   

À  l’automne  2012,  un  animateur  de  la  radio  anglophone  montréalaise  CJAD  a  déclenché une controverse en reprenant depuis Facebook une photo d’un bureau de  changeur du métro où se trouvait une affiche indiquant « Au Québec, c'est en français  que ça se passe! ». Traduisant faussement ce message, l’animateur a plutôt voulu lui  attribuer  le  sens  suivant  :  «  À  moins  que  vous  ne  me  parliez  en  français,  je  ne  vous  servirai pas », pour ensuite inviter ensuite les auditeurs à rendre visite à ce “douche  bag”  et  à  lui  parler  en  anglais  jusqu’à  ce  qu’il  cède.  «  Hé  Pauline  tu  as  dit  que  tu  apprécies  les  Anglos,  mets  dehors  cet  “ass”  »,  a‐t‐il  ajouté.  Cette  photo  a  aussi  fait  l’objet d’un reportage complaisant dans The Gazette et ensuite dans La Presse.  

74

 Jocelyn Lauzon, « La peur de l’anglais », La Presse, 11 septembre 2012   Sarah Labarre, “O Canada. O fucking Canada”, Urbania, 4 décembre 2012 

75

  Puis vint le fameux épisode du « Pastagate », une histoire de plainte à l’Office québécois  de  la  langue  française  qui  fut  montée  en  épingle,  jusqu’à  devenir  un  prétexte  pour  discréditer le Québec, la loi 101 et la pertinence du combat pour la défense de la langue  française à Montréal. Évidemment, les allégations de racisme et de xénophobie ont fusé.  Alors  que  contrairement  à  ce  qui  fut  propagé  dans  les  médias,  la  plainte  déposée  à  l’origine  par  un  simple  citoyen  ne  visait  pas  à  condamner  l’utilisation  de  mots  italiens  dans  les  menus  du  restaurant  Buonanotte.  Le  plaignant  dénonçait  plutôt  avoir  reçu  un  menu  où  ne  figurait  pas  un  seul  mot  de  français.  La  polémique,  qui  vint  à  nuire  au  gouvernement  péquiste qui  annonçait  au  même moment  des  modifications  à  la  Charte  de la langue française, provoqua même la démission de la présidente de l’OQLF.  Dans la foulée de cette polémique, la loi 101 sera notamment qualifiée par le Maclean’s  de  “Zealous  surveillance  of  businesses  for  linguistic  purity,  after  all,  isn’t  some  wacky  unintended consequence of Bill 101. It’s the essence of the thing."76 (Nous soulignons).  Une des cibles préférées des détracteurs du Québec est sans contredit le Bloc Québécois.  C’est ainsi que le 27 mars 2011, le Toronto Sun se défoulait contre les « traîtres du Bloc  Québécois »77.  « Nous  sommes  une  démocratie  dysfonctionnelle »,  écrit  Snobelen,  un  ancien ministre de Mike Harris. « Nous le sommes depuis 1990, date où le premier traître 

76

 Colby Cosh, “Colby Cosh on the real tension behind Bill 101 and the Pasta Affair”, Maclean’s, 26 février 2013   John Snobelen, “Canada controlled by traitors of Bloc Québécois” (Nous soulignons), Toronto Sun, 26 mars 2011 

77

bloquiste, Gilles Duceppe, a été élu à la Chambre des Communes. » À titre d’exemple, les  commentaires des lecteurs à la suite de cet article se révèlent plutôt choquants :   March 27th 2011, 10:24pm  Quebec is a Province of traitors.....always has been.....always will be. Best we rid ourselves of this blight  on our country at the earliest possible opportunity.  Also, best we council the Feds that when giving a speech or presentation to the people of Canada, do it in  English.  The  last  one  given  by  Harper  (about  the  up  coming  election)  was  first,  and  mainly  in  French......what an insult to Canadians. (Nous soulignons).    Rick Plato Report Comment March 27th 2011, 2:30pm  The RCMP should be stationed in the House of Commons and when the BQ refuse to swear allegiance to  Canada, they should be escorted out and not allowed back in until they agree to swear allegiance. And  abide by it. (Nous soulignons).    Jt Stickit Report Comment March 27th 2011, 12:02pm  I have been saying that the Bloc is a treasonous group from day one. The government should grow a set  and  pass  a  law  that  prevents  parties  like  the  Bloc  from  ever  being  given  a  seat  in  Ottawa.  (Nous  soulignons).    Tony Lam Report Comment March 27th 2011, 4:34am  The British should have finished the job roughly 225 years ago.  Now  were  paying  the  price  for  a  bloated,  out  of  touch  province  that  continues  to  bleed  the  rest  of  Canada dry.    Gordon Campbell Report Comment March 26th 2011, 8:07pm  Can we separate from Quebec? I’m sick to death of that province of whiny losers, more so in fact than  the  whiny  leftist  losers  who  live  in  T.O.  and  complain  about  their  new  mayor  and  vote  straight  Pinko.  (Nous soulignons).    Tim Devlin Report Comment March 26th 2011, 4:59pm  Asking Quebec to get rid of the Bloc is like asking a pig to eat with a knife and fork. So long as the Bloc  can keep stuffing extra benefits and money into the pockets of greedy Quebecers they will look the other  way. They are likely embarrassed but not enough to play on a leve field with the rest of Canada. The Bloc  has  systematically  created  a  province  driven  by  greed  and  entitlement...we’re  special,  we’re  unique....your a pain in the ass is what you are. You speak French Canadian and that isn’t French...ask  anyone in Paris. I thought New Foundland spoke another language since I can’t understand half they say  so why aren’t the demanding a free ride. Get over yourself...see how much more you get working with  Canada than against it. (Nous soulignons). 

Lorsque  Gilles  Duceppe  fut  pressenti  pour  devenir  chroniqueur  à  Radio‐Canada,  les  réactions  furent  également  plutôt  corsées78 ‐  c’est  un  euphémisme.  La  défaite  du  Bloc  Québécois  en  2011  avait  également  donné  lieu  à  des  réjouissances  pour  le  moins  véhémentes : « Voir le Bloc Québécois presque complètement lavé de la carte politique  était presque aussi amusant que d’entendre le président Barack Obama décrire comment  les  forces  spéciales  américaines  ont  tué  Ossama  Ben  Laden »,  affirme  le  plus  78

 Kelly McParland, “The pension isn’t enough. Duceppe needs more of Canada’s money” (Nous soulignons), National Post, 17 août  2011 

sérieusement  du  monde  David  Goldberg,  éditorialiste  au  Free‐Press  NDG79.  Aussi,  les  caricatures  prétendument drôles ne manquent pas (voir image  5, à titre d’exemple, où  l’on compare le Bloc à une moufette, suite aux suggestions des lecteurs).                   

 

   

      Image 5 

Dans un autre ordre d’idées, il est surprenant de constater le peu de réactions suscitées  au  Québec  face  à  certaines  manifestations  particulièrement  décomplexées  de  francophobie ayant eu lieu ces dernières années au Canada anglais, notamment lorsque  l’Anglo  Society  a  fait  hisser  à  deux  reprises  entre  2004  et  2005  son  drapeau  anti‐ francophone devant l’hôtel de ville de Bathurst, et qui a proposé à plusieurs autres villes  importantes d’en faire autant, le jour de l’anniversaire de la défaite subie par les Français  lors de  la Bataille des Plaines d’Abraham80 81.    Signalons de plus le défilé annuel de l’Association loyale d’Orange du Canada, qui a lieu le  12 juillet, date de l’anniversaire de la victoire de Guillaume d’Orange sur le roi catholique  Jacques  II  lors  de  la  bataille  de  Boyne  en  1690.  Par  ailleurs,  Terre‐Neuve  reste  le  seul  endroit au monde avec l’Irlande du Nord où cette fête constitue même toujours une fête  légalexii.    

79

 David Goldberg, “Tory majority leaves plenty of local questions”, Free‐Press NDG, 10 mai 2011   « Un drapeau contre le bilinguisme », Radio‐Canada.ca, 16 juillet 2010, http://www.radio‐ canada.ca/regions/atlantique/2010/07/15/001‐NB‐drapeau‐bilinguisme.shtml  81  « L’Anglo Society approche d’autres villes », Radio‐Canada.ca, 22 juillet 2010, http://www.radio‐ canada.ca/regions/atlantique/2010/07/22/001‐NB‐anglo‐society‐villes.shtml  80

En  mars  2012,  une  manifestation  anti‐bilinguisme  a  été  organisée  à  Cornwall  par  des  anglophones qui s’opposaient à ce que l’hôpital de la ville continue d’offrir des services  en  français.  « Certaines  personnes  ont  même  réclamé  l’abolition  de  toute  mesure  favorable  au  bilinguisme  en  Ontario »,  a  rapporté  Radio‐Canada82.  Cela  n’est  pas  sans  rappeler  les  attaques  répétées  contre  l’hôpital  Montfort,  seul  hôpital  francophone  du  Canada anglais, que le gouvernement ontarien avait même menacé de fermer en 1997.  Parlant d’hôpitaux, on se remémorera peut‐être aussi l’affaire Levine, où, à la suite de la  nomination  d’un ancien candidat péquiste à la  direction de l’hôpital d’Ottawa en 1998,  un chroniqueur au Ottawa Citizen a établi, sinon une comparaison directe, du moins un  parallèle entre le mouvement souverainiste et le nazisme83.      Une page Facebook intitulée « The Lac‐Mégantic Train Disaster Was Hilarious »   a été  créée afin de dénigrer les victimes de la catastrophe du Lac‐Mégantic. L’auteur de la page  publia notamment des messages déclarant que l’événement n’est pas un événement  important, qu’il ne s’agit que de grenouilles (frogs) qui mouraient, que ces victimes  n’avaient pas de valeurs, parce qu’elles venaient du « Gaybec » et que 47 victimes étaient  un nombre insuffisant, par exemple.    Cette page Facebook a fini par être retirée après que de nombreuses plaintes des internautes  envoyées aux administrateurs du site. Pendant plusieurs jours Facebook refusait de retirer la  page en émettant une réponse affirmant que le groupe ne faisait pas preuve de racisme ou  de violence.   

    82

 Guillaume St‐Pierre, « Manifestation anti‐bilinguisme à Cornwall », Le Droit, 5 mars 2012   John Robson, "Why Levine has got to go", Ottawa Citizen, 22 mai 1998). 

83

    i

 Geneviève Bernard Barbeau, « Le bashing : forme intensifiée de dénigrement d’un groupe » , Revue semestrielle en  sciences humaines et sociales dédiée à l’analyse de discours, « 8. La force des mots : valeurs et violence dans les  interactions verbales », Québec, 30 janvier 2012, http://www.revue‐signes.info/document.php?id=2478#ftn11  ii  Maryse Potvin citée par Daniel Baril, « Dérives postréférendaires néoracistes. La crainte de la "destruction du Canada"  entraîne une dégradation des idéaux universalistes canadiens. », sur le site Université de Montréal (Consulté le 11  décembre 2013) : http://www.forum.umontreal.ca/numeros/1998‐1999/Forum99‐02‐08/article01.html [Voir Maryse  Potvin, « Les dérapages racistes à l’égard du Québec au Canada anglais depuis 1995 », Politique et Sociétés, Volume 18,  numéro 2, 1999, p. 101‐132, http://id.erudit.org/iderudit/040175ar.]  iii  Naim Kattan, « La dimension culturelle des deux solitudes », Études internationales, vol. 8, no 2, 1977  iv  Sylvie Lacombe, « « Le couteau sous la gorge » ou la perception du souverainisme québécois dans la presse  canadienne‐anglaise », Recherches sociographiques, vol. 39, no 2‐3, 1998  v  Normand Lester, Le Livre noir du Canada anglais, Montréal, Les Intouchables Éditions, 2001, 302 p.  vi  Kenneth McRoberts, « English Canada and Quebec: Avoiding the Issue », Sixth Annual Robarts Lecture, Toronto, York  University, 5 mars 1991  vii  Maryse Potvin, « Les dérapages racistes à l’égard du Québec au Canada‐anglais depuis 1995 », Politique et  Sociétés, vol. 18, no 2, 1999, p. 101‐132    ix  Geneviève Bernard Barbeau, Olivier Turbide, « La médiatisation du dénigrement : quand Internet et les médias  sociaux s’en mêlent : Le cas du Québec bashing », Université Laval, 2012  x  Teun A. van Dijk, New(s) Racism: A discourse analytical approach. In: Simon Cottle (Ed.), Ethnic Minorities and the  Media. (pp. 33‐49). Milton Keynes, UK: Open University Press, 2000.  xi  Guylaine Maroist, No More Québec – Les États désunis du Canada, Montréal, 2012, Les productions de la ruelle inc.,  Long‐métrage documentaire 84 minutes 30 secondes  xii  Pierre‐Luc Bégin, Loyalisme et fanatisme. Petite histoire du mouvement orangiste canadien, Québec, Éditions du  Québécois, 2008, 200 p., à la page 66. 

                                                   

  FRANCOPHOBIE.ORG 

 


Manifestations récentes de francophobie