Issuu on Google+

.-.:

ll3â‚Ź

lil ll

ä q ,a{.

ffi E:l

.i.:',."

i i,J'l;l *:ic . r* _:.: l,

1'

'

ä I

l.Y

n engouemeni str-l ,

,l

preceoenl Pou' : riyods de Morrokec[ - : produii ou d6but des ..'-

90. Des personnolite: :: . horizons, stors de lo

-' sont devenues proc-:', Bernord Henri--e..

I l

Dombosle, Jeo^-:.,.

r',

:j

Serge

s

Luten

Strouss-Khon. .

'

::

des m6dios ou de,

'...-.

=':

:

-

l

-

:

:-.

de 300 riyods r,"-- --' :': ochetes, resioures e'

en de

-'l^, j:

luxueuses

d'hötes. Qul sonf proprietoires 2 renconire +':

:

\:

^-

I

r

-

::: -:, ': =

PierreJeon et Cotherine N6ri Uät;ne,t

{* ftgtrtuhouk"

PierreJeon N6ri est morseillois d'origine itolienne.

ie me sentois bien. Celo ouroit pu 6tre en Turquie

Aprös vingt ons de communicotion politique, il choisit un beou iour, ovec son 6pouse Cothy, de s'instoller ou milieu de lo m6dino de Morrokech,

sur le Bosphore, mois il y foit froid l'hiver, ou en

dons le Riyod Mobrouko, non loin du Polois Bohio,

ö deux pos de lo Ploce Jemooel-F'no. "J'oi touiours eu envie d'investir dons un poys oü

,rbr,

Itolie, le poys de mes onc6tres, mois c'est l'Europe... Vous voyez, le Moroc, Morrokech, c'esl une histoire

d'omour. Vous orrivez le long des remports, rouges ö souhoit, chorg6s d'histoire, t6moins s6culoires d'une mogie qui o foit r6ver des milliers d'Europ6ens. On regorde les gens se porler, s'engueuler, communiquer. On est vroiment loin du m6tro porisien. On troverse un locis de ruelles oü les gens vous soluent, vous souhoitent lo bienvenue et vous sourient. Vous p6n6trez dons un iordin lov6 ou ceur d'un potio du XVllle siöcle, le colme et lo

s6r6nit6 vous envohissent por tous les pores de votre peou. Lö, on est bien.

"Nous ovons eu envie d'ocheter, Cothy et moi, deux iours opräs notre orriv6e dons lo rue de lo Bohio. [oventure o commenc6. Ce n'est pos forc6ment simple, c'est d6iö dur en Fronce, imoginez 9o

t

ou fin fond de lo M6dino de Morrokech. Mois cette ville est mogique et ce que vous entreprenez

oussi. On s'est piqu6 ou ieu. Lo restourotion de notre riyod o tenu ö lo fois de lo fouille orch6ologique

et de lo chirurgie. On souve un potrimoine,

on

restoure une merveille, Avec Christophe Sim6on,

l'orchitecte, et son 6quipe, des ouvriers-ortisons omoureux de leur m6tier, l'osmose o 6t6 imm6diote.

"Cette moison est devenue un hovre de poix pour nos voconces, puis une moison d'hötes. Pourquoi

?

Nous ovons eu träs envie de foire portoger notre ioie ovec les oulres. Deux ons ont poss6. Nous sommes heureux ici. Nous nous sommes int6gr6s...

ovec beoucoup de bonne volont6."

I

Ü ,*

.!: 'l

t,.r'

fr

I

oditionnellement :e ":: / oussi orthogrophie ' :: : I ryad (iordin clos, e^ :'::: d6s/gne un potio bien proc:-' :--: presque corr6, et qui possöce 3- s:centre une fontoine ou un c:s: bord6 d'orongers et de fleurs l:-. ies grcndes villes du Moroc cc--: Morrokech, Fäs ou Robot, de ^:-breuses moisons ö l'orchiieci-'e orqbo-ondolouse soni construi'e" outour de ces iordins environn6s oe colonnes, d'olcöves ou de goleries d'orcodes. Por extension, on oppel,e ces msisons troditionneiles, ferrnees

\1|

sur i'ext6rieur, des riyods,

Les fogodes d'ouvrage

qui dc.-:-'

sur le iordin sont g6n6roiement c--ees

de bois et de verres de couleu' S,les trois ou quotre foces de io

chombres sont construiles sur

cci' de-'

=: ='

porfois irois 6toges. Les piliers suppci-e-'

les plofonds ovonc6s pour cons"-e' une enfilode de goleries ouvertes : -le potio. Le rez-dechsuss6e cor,.c-:-: g6n6rolement lo solle de s6iour, u-. : . deux chombres, le boin, les cuisi.e. =' les solles de r6ception. Le prer e6toge est rdserv6 oux chcr: -=, principoles et porfois lo bibiio'-e:-: Le d6cor enchonteur des riyccs :' :. orchiiecture fovorisont i'in'*': : rendeni porticuliärement c-':. --'. pour une clientäle esthöie

ry{nrn{, Fry* ,:r uft

* {.ofi 1,0ft f ,{u'7* I

?-eoer-i{e Potrimoine mondiol depuis 1987

de

l'Unesco

,lo m6dino de Morrokech

n'o iomois vroiment b6n6fici6 du soutien finoncier des outorii6s. Abondonn6es,

d6lobr6es, les moisons troditionnelles n'ovoient oucune roison de s6duire et encore moins d'6tre rochet6es por les hobiionis. Cette conioncture fovoroble

o donn6, ou d6but des onn6es 90,

lo

bonne id6e ö certoins Froncois, suivis

de präs por les Belges, d'investir dons ce secteur. L'opportunisme est dös lors de rögle. Une fois rochet6s, les riyods

sont r6nov6s, d6cor6s et revendus lusqu'ö trois fois le prix d'ochot. Lo plus-volue oinsi 16olis6e est confortoble. Hommes d'offoires et retroit6s profitent en outre d'un toux d'lmposition

d'environ 30 % en ocqu6ront le stotut

de r6sident permonent. Morrokech, ovec son climot og16oble toute l'onn6e, so proximit6 ovec lo Fronce

(ö 2h30 seulement de Poris) et

so

moin d'ceuvre träs bon morch6, permet

oux propri6toires 6trongers de mener un troin de vie princier. Les soloires cumul6s de plusieurs domesiiques correspondent ö peine ö celui d'une

femme

de

m6noge

en

Fronce.

Tronsform6s en moison d'hötes, les

riyods peuveni g6n6rer des revenus consid6robles : en moyenne entre 2 000 et l0 000 € por mois.

-

:a'-

-

1:>-

Herwig

Boriels

/,yu,t";oe {^ :. rY 'l

*vadu#il:f{äi"#,HX#"lt:!X;

(,Wft

0"+

I:;"tr}iitrii§!;:i

Herwig Bortels est longtemps rest6 Ambossodeur kilims d'Anotolie et d'obiets ottomons des XVle et d'Allemogne ou Moyen-Orient. XVlle siöcle s'y intögrent merveilleusement bien. "J'oi compris trös töt que ie ne pourrois plus me "lci, ie me ressource, ie me retrouve fqce ö moi-

des poys orobes et ie m'6tois promis, däs lo fin de mo mission d'ombossodeur, de me retirer dons une ville oü ie pourrois retrouver cette ombionce que i'oimois tont. "Mon choix s'est port6 sur lo M6dino de lo ville .l995 rouge oü i'oi rochet6 en un superbe riyod,

m6me, dons le silence des int6rieurs du riyod. Mois celo ne doit pos cocher que lo vie dons lo

puis un deuxiöme ovec ses trois immenses

d'une communout6 dont lo conviviolit6 foit tont

posser de lo choleur climotique et humoine

potios

m6dino est porfois dlfficile : lo borriöre du longoge, les problömes de quortiers difficiles ö g6rer. Lo vie

en m6dino, c'est oussi celo.

"Pour moi, vivre

ö

Morrokech, entour6 de mes

livres, de mo musique et de mes obiets, ou ceur

boign6s d'une lumiäre exceptionnelle. Je m'y suis d6fout oux Europ6ens, reste molgr6 tout un luxe." .l999. instol16 en Mes collections de tissus, de I J

I

i .,t .

t*

l s§gffi.


2003-07-vo-version-orientale