Issuu on Google+

ÉNERGIES RENOUVELABLES & HABITAT COOPÉRATIF VOYAGE D‘ÉTUDES À FRIBOURG-EN-BRISGAU ET TUBINGEN MAI 2010

© Passage & Co., Marseille. Rédaction : Sabine Günther

ALBUM PHOTO:

Introduction

http://www.flickr.com/photos /passage-co/sets/7215762828 8493683/

Des villes allemandes comme Fribourg-en-

sociale et démocratie participative en

Brisgau et Tübingen sont des pionnières

constituent les points-clés. La politique

en matière d‘énergies renouvelables et

menée en matière de protection de l’envi-

mènent une politique de la ville résolument

ronnement a entraîné la naissance d’un

verte et écologique.

vaste secteur économique qui emploie au-

Convaincus que Fribourg et Tübingen peuvent inspirer les politiques de la ville mises en place par les décideurs publics français, nous vous proposons de découvrir plus en détail les caractéristiques d’une “politique de la ville verte / grüne Stadtpolitik” et de rencontrer plusieurs acteurs (responsables municipaux et associatifs, entrepreneurs, chercheurs, architectes et urbanistes) ayant pris part à l’élaboration des projets novateurs. Après la chute du Mur, de vastes terrains dans les deux villes occupés jadis par l’armée française ont été réhabilités en “éco-quartiers” qui témoignent d’une réussite environnementale : forte utilisation des

jourd’hui 9400 personnes dans la seule région de Fribourg. Environ 1500 entreprises sont actives dans ce secteur et génèrent chaque année presque 500 millions d'euros en termes de création de valeur. Passage & Co. - Echanges culturels franco-allemands a organisé en mai 2010 un voyage d´études à Fribourg et à Tübingen. Grâce à nos interlocuteurs allemands particulièrement compétents et généreux, un groupe de 10 éco-acteurs français venant d‘Aix-en-Provence, Paris et Besançon a pu, dès son arrivée à Fribourg, entrer dans le vif du sujet. Il était important pour nous de garder les traces (compte-rendus, photos, programme) de cet écovoyage afin d‘en informer d‘autres éco-acteurs français et de leur proposer de nous suivre à Fribourg et Tubingen !

énergies renouvelables (dont l’énergie solaire), incitation aux transports doux, mixité 1

Quelle conception des éco-quartiers en Allemagne et des bâtiments basse énergie ou passifs ?

PROGRAMM Mardi 25 mai 2010 Arrivée à Fribourg au courant de la journée, chacun par ses propres moyens. 19 h Accueil des participants à l‘hôtel Atlanta.

Comment fonctionnent les écoquartiers et notamment les coopératives d'habitants dans la vie de tous les jours ?

Mercredi 26 mai 2010 8 h 45 Rendez-vous devant l‘hôtel. Départ en direction de la Gare centrale 9 h 00

Visite du MOBILE, Centrale de la mobilité douce à grande échelle

10 h 00 Accueil au SOLAR INFO CENTER. Situé près du parc des expositions, le SIC, un bâtiment à zéro énergie, est considéré comme un centre de compétence du solaire unique en son genre en Allemagne. Différentes entreprises travaillent sous un même toit sur près de 14000 m2 sur le thème des énergies renouvelables, de la construction solaire et de l’efficacité énergétique. Conférences et table ronde organisées par Mme. Thomas.

2

12 h 00 Pause midi, déjeuner au bistro du Solar Info Center

Est-ce qu‘on peut favoriser la construction écologique tout en gardant la mixité sociale et générationnelle de la population ? Quelles solutions pour une mobilité alternative ( en vélo, par l‘autopartage ) ont éte trouvées et comment fonctionnent-elles ?

14 h 30 Rendez-vous à l‘éco-quartier VAUBAN, au „Stadtteilzentrum“. Introduction dans l‘histoire de la région solaire de Freiburg et exposé sur les éco-quartiers Vauban et Rieselfeld. Balade commentée en français dans le lotissement solaire avec maisons „à bilan énergétique positif“; rencontres aves des habitants du quartier; rencontre avec des membres de la communauté de construction et du projet d'habitation social et intergénérationnel en coopérative GENOVA. (programme proposé par l‘agence Futour) Thèmes abordés : Habitations sans parking, groupement de constructions ; Utilisation des matériaux de construction ; Participation et rôle des citoyens ; Construction en bois ; Exploitation de l’eau de pluie ; Installations solaires thermiques importantes ; Récupération de chaleur ; Rôle et participation des institutions ; Aspects techniques et architecturaux de la ville Respect de l’environnement et utilisation des énergies renouvelables ; Transports individuels et collectifs ; Eau et assainissement ; Collecte, traitement des déchets ; Maisons communes ; Financement et fiscalité, réglementation spécifique ;

3

PRIX DU SÉJOUR Programme de 3,5 jours +l’hébergement en hôtel*** (4 nuits) au centre ville en chambre DOUBLE avec douche/salle de bain + petit déjeuner + 4 repas en groupe ; les entrées pour les visites mentionnées dans le programme + les titres de transport durant le programme + l‘animation du programme en français, interprétariat

Prix : 530 €

17 h30 Retour en centre-ville. Rencontre avec J.A. Hilkowitz; conférence et discussion sur le rôle de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables en Allemagne et en France.

Jeudi 27 mai 2010 Matinée - Départ individuel pour Tübingen (comptez 2-3 heures de route) 15 h 00 Rendez-vous à l‘hôtel Lamm à Unterjesingen, Tübingen. Adresse et Plan d‘accès ci-dessous Départ en groupe à Tübingen, gare centrale. 16 h 00 Visite guidée dans la Stuttgarter Strasse, dans l‘ancien quartier français 17 h 00 Visite du „Quartier français“, animée par le géographe Fabian Betz 19 h 00 Dîner au restaurant „Le Quartier“, l‘ancien mess des officiers français et le plus ancien des restaurants bio à Tübingen

Tarifs 2014 à la demande 4

Vous avez un projet de voyage d´études en Allemagne, Vous cherchez un interlocuteur bilingue et capable d‘organiser un tel voyage avec un programme adapté à vos attentes et objectifs qui soit animé en français.

Contact Sabine Günther, Responsable de projet, Passage & Co., Marseille

Vendredi 28 mai 2010 9 h 00 Rendez-vous devant l‘hôtel, départ en groupe pour Tübingen centre-ville 10 h 00 Accueil à la Mairie de Tübingen. Conférence de Mme. Nathalie Breitinger du service „Klima- und Umweltschutz“ sur l‘éco-campagne Tübingen macht blau.

11 h00 Rendez-vous au UMWELTZENTRUM, Centre d‘environnement. Son directeur, Dr. Manuel Haus nous fait visiter la maison ancienne entièrement rénovée avec des matériaux écologiques. 12 h 30 Pause midi, repas au restaurant Ludwigs 14 h 00 - 17 h 00 Programme de visites guidées avec Manuel Haus La maison SCHELLING ( production autonome d‘électricité, achats bio regroupés, habitation auto-organisée, économie solidaire )

passage.co@gmail.com 5

Le village solaire d‘Oberndorf, avec son centre solaire (mais sans temple solaire !), équipé par l‘entreprise Hartmann Energietechnik. hartmann energietechnik gmbh

Le quartier MÜHLENVIERTEL ( maisons passives et à très faible consommation d‘énergie ), TEILAUTO - la centrale de co-voiturage et de car sharing de Tübingen

Samedi 29 mai 2010 9 h 00 Rendez-vous devant l‘hôtel. Départ pour Oberndorf, village solaire. Randonnée d‘environ 6 km. ( alternative : en voiture ) 10 h 00 Visite guidée dans le village solaire d‘Oberndorf par l‘entrepreneur M. Hartmann (Hartmann-Energietechnik). Quelle énérgie solaire pour quelle maison ? 12 h 30 Déjeuner à Oberndorf 15 h 00 Retour à Unterjesingen 20 h 00 - en option : Concert de musique baroque (orgue) à la Stiftskirche Dimanche 30 mai 2010 - Départ individuel

6

2 Compte rendus

Après le séjour de 10 éco-acteurs français à Fribourg et Tübingen, l‘heure est au bilan. Donnons la parole à Marie-Françoise, Alain, Annette, Jean-Pierre, Patrick, Julien, Jean-Paul et Marie-Paule.

I Patrick Bourque, Annette et Jean-Piere Cazaux HABITER AUTREMENT BESANÇON, Association de promotion de l‘habitat coopératif Le projet HAB à Besançon

Expériences à Fribourg et Tübingen

Nous avons un projet d'habitat groupé d'u-

Le séjour à Fribourg et Tübingen (mai

ne trentaine de logements en auto-promoti-

2010) m'a permis de voir la conception

on. Bien qu'il n'existe pas de loi en France,

des éco-quartiers en Allemagne et des bâti-

nous souhaitons trouver un fonctionne-

ments basse énergie ou passifs ainsi que

ment proche des coopératives d'habitants.

les aménagements en espaces verts. Je re-

Nous visons une construction écologique

tiens les couleurs très diversifiées, l'aligne-

avec mixité sociale et générationnelle com-

ment et l'architecture souvent cubique

prenant des espaces privatifs et des espa-

(meilleure efficacité énergétique) et quel-

ces communs. Nous avons des partenai-

que peu répétitive des constructions.

res tels la ville de Besançon, un bailleur social et diverses associations.

A Tübingen nous avons vu dans le "Quar-

Nous avons pris une option sur un terrain

aménagé tout en utilisant les bâtiments

militaire (ancienne caserne) que la ville vi-

des anciennes casernes de façon tout à

ent de racheter et où elle compte aména-

fait réussie. La ville de Besançon pour les

ger 600 logements sur 7 hectares. Pour fai-

casernes Vauban a choisi au contraire (et

re un clin d'oeil à Fribourg ce lieu se nom-

hélas à mon avis) de déconstruire la quasi

me caserne "Vauban".

totalité des bâtisses militaires.

tier Français" comment le site avait été

Nous avons dans le quartier Vauban à Fribourg rencontré une habitante de la coopérative Diogène et visité 2 appartements. J'ai retenu 2 de ses conseils pour les groupes qui souhaitent se lancer dans l'aventure des coopératives : Avoir une expertise

8

comptable extérieure pour la gestion finan-

De ce voyage et de l'expérience des pro-

cière et faire appel à des personnes res-

jets réussis en France, je retiens l'importan-

sources extérieures aussi pour la gestion

ce de la rencontre entre un projet munici-

des conflits.

pal et le projet des futurs habitants. Je reti-

Une déception néanmoins sur le manque de mixité sociale dans ces nouveaux quartiers.

ens aussi que, sur ces projets, la mixité sociale ne peut se réaliser si les personnes concernées ne sont pas porteuses des mêmes valeurs. Au delà de la mixité socia-

Le centre ancien de Tübingen est particulièrement joli et j'ai beaucoup apprécié l'accompagnement improvisé de Seddik. Merci Sabine pour ces quelques jours agréables et très pédagogiques !

le dans un quartier, j'aimerais que l'on cherche à rendre accessible à tous les budgets les projets d'autopromotion d'immeubles écologiques.  Annette Cazaux

Patrick

9

II Julien Maury, représentant de la COAB, structure d'assistance à maîtrise d'ouvrage collective, Paris Constat général

de chaleur des centrales à énergie fossiles, développement du photovoltaique)

Ces opérations ont été permises grâce à la

Urbanisation

libération d’emprises foncières importan-

La diversité architecturale est marquée

tes (casernes) dans des marchés immobi-

(sauf peut être à Vauban) en termes de for-

liers tendus, tant à Fribourg qu’à Tübingen.

mes, de hauteurs et de statut d’occupati-

Une certaine densité était donc recherchée

on. Les circulations verticales et horizonta-

et la participation des riverains a facilité

les sont de vrais espaces communs à usa-

son acceptation en permettant l’appropria-

ge semi-privé.

tion par les riverains.

Des opérations de promoteurs de bonne

Les pouvoirs publics ont systématique-

facture mais plus standardisées s’insèrent

ment relié le quartier en TP (tram ou bus)

au milieu des coopératives.

au centre-ville. Favorisé les déplacements doux via incitations deux-roues.

L’urbanisation se fait par bloc avec des

Travail sur la qualité des espaces publics

on

avec soin apporté aux milieux naturels et écoulement des eaux de pluie. Ils ont déterminé la taille des parcelles et lancé des appels à projets à prix fixe dont

dorsales offrant des espaces de respirati-

La présence d’espaces verts le traitement des eaux de pluie est systématique La mixité fonctionnelle est plus ou moins

les critères d’attribution restent flous…

représentée, il s’agit surtout de quartiers à

En termes d’équipements, ils ont déve-

ces avec les centre-villes et zones d’activi-

loppé des écoles, des parkings collectifs

tés peuvent expliquer la difficulté de créer

et des réseaux de chaleur et d’électricité

de nouvelles polarités.

dominante résidentielle. Les courtes distan-

écologique (cogénération et récupération

10

La place de la voiture est variable selon les

Le turnover est très faible dans ces quar-

quartiers et laissée au choix des habitants.

tiers.

Il peut s’agir d’un critère de discrimination.

La dynamique coopérative est ancrée

Les bâtiments passifs sont nombreux (iso-

dans une culture de la participation autour

lation, triple vitrage, ventilation, panneaux

des questions énergétiques principale-

solaires thermiques). Les coûts de con-

ment. Une fois les opérations achevées, il

structions restent raisonnables (1300-

a été difficile d’évaluer l’intensité des relati-

1500€/m2)

ons de voisinage. La coopération semble

Les bâtiments anciens ne sont que partiellement réhabilités énergétiquement bien que le gisement d’économies soit important. L’urbanisation de ces quartiers aura duré plus d’une dizaine d’années. Il est difficile

bien fonctionner (partage de services et réunions régulières mais peu fréquentes) mais peut-être parfois en vase clos. La qualité de vie est sensiblement améliorée et bénéficie particulièrement aux enfants.

d’apprécier si les réserves foncières ont

Des initiatives alternatives peuvent trouver

permis de développer un réel processus

leur place à proximité : camp de roulottes

au fil de l’eau en infléchissant les destinati-

sédentaires, squatters, mietshäuser syndi-

ons des parcelles notamment.

kat.

Population La population est plus jeune que la moyenne nationale. Beaucoup d’enfants. Les logements sociaux sont souvent relégués en périphérie des quartiers nouvellement urbanisés. La mixité sociale est peu présente dans les opérations d’habitat groupé rencontrées. Certaines tensions peuvent même apparaître localement.

11

FREIBURG

ont été sélectionnés sur leur type d’activité qui doit être liée aux énergies renouvelables

218.000 habitants et 3 vélos pour 2 habitants

Les investisseurs sont des sociétés d’assurance. Coût total : 26 millions d’€ (dont ter-

Les pistes cyclables représentent 2/3 des

rain) soit 1750€/m2. Planification intégrée

voies automobiles en km.

dès le départ avec chiffrages bilans au fur

1700 heures de soleil/an contre 2700 à Marseille et énergie solaire très développée. Parking vélo de la Hauptbanhof : entreposage tout type de vélo, entrée automatisée

et à mesure pour contrôler le coût de construction. Loyers : 10€/m2/an avec services complets aux entreprises dont conseil et planification

avec carte, protection intempérie, service

Zusammenarbeit unter den Firmen

de réparation et de location. Coût: 75

mais aussi compétition entre les locataires

cents/jour et 75€/an

perçue comme émulation. Bâtiment

SOLAR INFO CENTER

Consommation : 30 kWh, pas d’AC, VMC

Concept

simple-flux. Stores pare-soleils et ouvertu-

Idée : prouver que les EnR n’avaient pas besoin de subventions pour être compétiti-

re fenêtres automatiques notamment pour aérer avant l’arrivée des locataires le matin

ves. Les clients trouvent toutes les entrepri-

Production solaire : 56 kWhc soit environ

ses du secteur sur place.

20 % de la consommation

15,000 m2 construits dont bureaux, RIE,

Connexion au chauffage urbain et récupé-

salles de conférence. En face de la foire.

ration chaleur des conduits provenant de

45 entreprises installées pour 350 employés, a mis 5 ans à se remplir depuis sa

la centrale thermique universitaire. Comptage individuel des consommations.

livraison en 2003. Les nouveaux arrivants

12

Intervention du président de l’ordre des architectes www.meinhard-hansen.de : archi-

QUARTIER VAUBAN

tecture passive Pour un bâtiment passif (35 kWh dont 15 pour le chauffage) il faut selon lui : 1.

30-35 cm d’isolation extérieure avec

matériaux courants (polystyrène) + 20 cm au sol

POPULATION Une fois terminé (2011) il comptera 5,200 habitants dont 20% d’enfants (plus que moyenne nationale) sur 42 hectares. Annoncé comme assez dense car la ville est entourée de 4 grands espaces verts la cein-

2.

triple vitrage et triple joint fenêtres

turant.

3.

récupération de chaleur double-flux

20 % de logements sociaux en périphérie

90% de la construction peut être écologique sans réel surcoût mais les 10% restants sont très chers. Coût de construction bâtiment passif à Friburg : 1300€/m2.

+ Mietshauser Syndikat grosse tranche d’âge 20-30 ans EQUIPEMENTS

Le passif peut être pour tout le monde.

4 jardins d’enfants

Exemples : - ponts thermiques mieux trai-

chaufferie collective à bois en cogénérati-

tés avec du bois mais par contre plus forte

on pour éviter les déperditions (transforma-

respiration et déperdition thermique

tion, transport) entre énergie primaire et fi-

- Immeuble Sunnyside qui utilise des balcons comme pare-soleil au sud (moins efficace à l’ouest car soleil plus bas)

nale. Elle alimente 2000 habitants en chauffage et 700 en électricité. que des services/commerces, des équipements, pas d’activité tertiaire. MOBILITES 2 parking silos et 240 places chacun et l’association qui les gère a réservé le terrain pour un 3e. Ils sont situés en périphé-

13

rie du quartier d’où très faible circulation

Coût de construction maison passive :

automobile (hormis les bus de touristes…).

2000-2200

Sur la Vauban Allee ils ont implanté les sta-

PARTICIPATION CITOYENNE

tions de tram pour qu’elles ne soient pas éloignées de plus de 350m (en France on compte 400m). 90 voitures en carsharing avec emplacements réservés association carsharing frei-

Le succès de Fribourg est sur les réseaux partenariaux, pas sur les technologies appliquées. Culture de la participation citoyenne au-

burg

tour des questions énergétiques : remonte

grands axes circulation limitée à 30 km/h

on d’une centrale nucléaire menée par les

et axes secondaires à 5 km/h

étudiants, les vignerons et les riverains. Pu-

La moitié des habitants n’a pas de voitures. FINANCIER Les maisons passives (40 cm d’isolation en laine de roche et matériau bois) construites par promoteur valaient 750,000 marks (375,000€) il y a 15 ans, maintenant elles pourraient se vendre 500,000 pour 130 m2. Loyer moyen : 14-18 € / m2 Maisons réhabilitées via Mietshauser Syndikat : 4-5 €/m2 Prix moyen au m2 : 2,600€/m2

à 1975 où mobilisation contre l’implantati-

is Tchernobyl en 1986 Au moins 2 associations : parking et carsharing Relations de voisinage sont informelles Recours sur les permis pendant 14 jours Habitats groupés de 2 à 30 familles Critères de sélection pour l’attribution des parcelles par la mairie restent opaques. L’architecte consacre 5h de discussion par famille dans une opération autopromue. Les décisions sont généralement prises à la majorité.

Terrain à prix fixe : 450 €/m2

14

URBANISME

2 chambres d’hôtes et 2 salles communes

Economies d’espaces avec report des sta-

110 adultes et 100 enfants

tionnements en silos en périphérie. COS de 1,4. Densité relative. Une certaines uniformité dans opérations d’autopromotion : 13,5 m de gabarit (17m

FINANCIER Loyer de 690€ sans charges pour un 4 pièces soit environ 8€/m2

en périphérie)

Subventions obtenues et statut fiscal inté-

Plan romain avec rues perpendiculaires

de rendement !).

donne une impression 3 axes verts type dorsales pour écarter les maisons avec espaces verts et bancs

ressant pour investisseur intéressant (4%

Apport initial de 30,000 € / famille quelque soit la surface

jeux…

Pour faire face à une réduction des subven-

servent aussi à aérer la ville en créant une

ments à leurs propriétaires.

aspiration comme ils font traditionnelle-

tions, ont dû céder quelques apparte-

ment en Suisse pour purifier l’air.

DEMARCHE PARTICIPATIVE

Noues importantes avec remontée de la

Recrutement des habitants commence en

nappe quand il pleut car caissons enterrés

1996, coopérative fondée en 1997, terrain

peu profonds avec géotextiles filtrants.

acheté en 1998 et 1er ensemble livré un an

L’eau est retenue et s’en va graduellement.

plus tard. Réunion tous les WE pendant

GENOVA Wohngenossenschaft Vauban EG 4 bâtiments en 2 ensembles, 173 logements et 4 services/commerces ouverts par les habitants eux-mêmes. 2 appartements loués à des personnes fragilisées.

cette période. 2 salariés payés pour 10h/semaine, un sur l’aspect financier, l’autre sur le social comité de surveillance réunions une fois par mois et AG une fois par an.

15

Une soirée par mois organisée pour événe-

RIESELFELD

ment festif. 100 heures de contribution travail par personne en finition des logements pour dimi-

Quartier plus récent avec dernières opérations en cours, dont de promoteurs.

nuer les frais. Tout le monde n’a pas contri-

Extrémité de la ville. Relié au tramway (ter-

bué. Difficile pour les ménages avec en-

minus).

fants en bas âge Grands équipements publics au centre du quelques tensions sont apparues entre un

quartier : médiathèque, écoles, sports, égli-

sous-groupe personnes âgées et un autre

se…

jeunes parents. Quelques commerces le long du tramway Très peu de rotation dans les habitants, u-

uniquement

niquement pour raisons professionnelles. Traitement particulièrement réussi des nou500 membres de la coopérative au total

es et espaces verts.

car sympathisants et investisseurs extérieurs engagés sur 8 ans minimum mais sou-

Circulation automobile autorisée mais park-

vent plus.

ings sur voirie couverts par structures légères ouvertes servant aussi de remises.

Si la responsabilité est collective, il est important que chacun sache ce qui lui incom-

Grande diversité architecturale dans les

be comme tâches concrètes.

gabarits et les formes.

Mise en commun de ses appareils électroménagers sur une liste. nécessaire pour cette habitante de prendre un coach pour superviser les aspects urbanistiques et psychologiques. Cela rend l’aventure plus agréable. C’est le 1er conseil qu’elle donnerait. Exemple : médiation sur le bruit est importante.

16

TÜBINGEN FRANZÖSISCHES VIERTEL Casernes nazies jusqu’en 1935 (reste la Panzerhalle) puis forces françaises jusqu’en 2001 Concours d’urbanistes en 1993 lancé sur la base d’idées force : densité importante, espaces publics de grande valeur, pas de domination des voitures, mixité fonctionnelle et sociale. 60 hectares en tout, réserves foncières importantes pour processus au fil de l’eau. POPULATION 550 étudiants dans les anciennes casernes réhabilitées en partie seulement. 2300 habitants en tout 500 emplois

pied pour se rendre à leur moyen de transport. Un parking collectif en pied d’immeuble sur RDC+1 et sous-sol avec 3 voitures superposées par emplacement (ascenseurs 2D) et pas de communication directe avec les appartements Un autre automatisé avec dépose de la voiture en RDC sur une palette qui circule seule dans les étages et rappel automatique de la même manière. Software compliqué à mettre en place. Bus toutes les 10 minutes + 1 bus de nuit plus espacé les week ends. A 10 minutes du centre-ville. La lutte contre la voiture est « une bataille permanente ». FINANCIER Loyer de 830€ pour 95 m2 soit 8,7€/m2 Prix de revient initial pour les cohabitants :

MOBILITÉS

1700-1900 €/m2 hors foncier à prix fixe.

Loi Bade Wurtemberg :1 parking par appar-

Commerces et activités pouvaient être en

tement.

blanc mais comme 3 à 4 candidatures déposées par parcelle, mieux d’arriver a-

Ont voulu que les automobilistes et les utili-

vec un projet mixte monté.

sateurs des TP effectuent le même trajet à

17

URBANISME Travail sur le passé. Ont voulu garder l’esprit du centre-ville à savoir des blocs d’immeubles avec services sur l’extérieur pour animation et vie intérieure pour les habitants. Diversité ar-

bénévole. Malheureusement pas de brassage de milieux dans les utilisateurs. Sédentarisation de squatters dans des roulottes en bordure du quartier sur les hauteurs. Equipées de panneaux PV et de gaz. Etable.

chitecturale reprise, différents gabarits et

Trouver la bonne formule, l’intérêt supéri-

HSP possibles.

eur qui unisse les habitants est la difficulté.

Ont gardé l’organisation avec 3 « U » pour les anciennes cours d’exercices militaires. Andreas Feldkeller architecte urbaniste initiateur du projet (retiré depuis 97).

Doit permettre de dépasser les origines et les niveaux de revenus différents. Gentrification constatée. Fréquentation des magasins est aussi différenciée. Même les écoles sont ségrégées car une

DEMARCHE PARTICIPATIVE Coopératives de 4 à 30 appartements.

école adope la méthode Célestin… où les enfants s’occupent de chèvres. Les immigrés le voient comme une dégradation de

Une coopérative basée sur la mixité in-

leur statut social et envoient leurs enfants

tergénérationnelle : « Solidarité » avec plu-

à l’école normale.

sieurs statuts d’occupation Genossenschaft WEG

Une rue (Weltfellergarten) sépare le quartier en autopromotion des logements sociaux hérités de l’accueil des immigrés des

Mixité fonctionnelle : la Werkstadthaus est

pays de l’Est après la chute du Mur.

une coopérative dont le RDC et sous-sol est occupé par des ateliers de bricolage :

La mixité sociale est-elle une production

travail du bois, du métal, machines à cou-

intellectuelle ? Quels habitants la souhai-

dre, four à poterie etc. fonctionne sur abon-

tent vraiment ?

nement ou en journées portes ouvertes. L’accompagnement et la formation est

18

Association parties prenantes : le Umwelt-

Réduction des coûts est la principale moti-

zentrum ; la BUND ; mais forum local ???

vation. Rentable si trajets < 7000 km / an.

MÜHLENVIERTEL

Une voiture est utilisée par 23/25 personnes

Quartier récent, encore en finition sur les espaces publics. Parcelles plus grandes que Franz. A bénéficié de fonds européens Ecocités pour la participation des riverains. Ont pu définir la hauteur des bâtiments ou la place de la voiture par exemple pour les nouveaux arrivants. A assuré l’acceptation de

Usagers très variés en utilisation et en fréquence. On peut réserver sans délai et pour 30 minutes minimum Remettre la voiture sur son emplacement de départ.

ce nouveau quartier dense dans une zone

Clé dans une boîte aux lettres ou carte a-

historiquement pavillonnaire. Success et

vec puce.

identification ! aussi idée de réaliser un guide de bonnes pratiques de concertation via Ecocités. Opérations de promoteurs. Peu de commerces mais des bureaux et ateliers. Voiture très présente.

Ne marche qu’en parallèle d’un bon réseau de TP. Coût : de 30 c à 50c /km pour la voiture plus les frais de gestion de 1,5 à 3,8€/h ( ?) 3 salariés + 2 à mi-temps

Noues importantes avec ponts de bois pour relier rue et jardins collectifs des résidences.

TEILAUTO

SONNENZENTRUM, Oberndorf. Visite commentée du village avec M. Hartmann

Système associatif d’autopartage avec 1700 contrats et 75 voitures sur Tubingent

Tarif de rachat du PV est passé à 0,32€/

et les environs

kWh que ce soit intégré ou pas.

19

Revend à la Stadtwerke de Tubingen qui

Aujourd’hui sous statut du Mietshäuser

est une SEM transports et énergie

Syndikat

Question juridique : à qui appartient la toi-

Organisé en Wohngemeinschaft de plu-

ture ?

sieurs chambres, jusqu’à une dizaine.

Pour produire de l’eau chaude il faut 1,5

La WG la plus connue car la plus politisée:

m2 de panneaux par personnes, plutôt ori-

les Bahamas

entés à 60° pour être efficaces tout au long de l’année (en hiver le soleil est plus bas et si 30° surtout efficace l’été) Réservoir d’eau de 1000 litres pour eau et chauffage suffisants pour 4 personnes Un collecteur thermique ressort à 300€/m2 sans la pose La température peut atteindre 200° à l’intérieur et le fluide ressort à 90°. 12 allers-retours des canalisations. Beaucoup de chauffage à granulé bois pour les appoints de chauffage.

SCHELLING Part d’une mobilisation étudiante et d’un squat organisé en 1980 Le CROUS local prend le relais pour en faire une résidence étudiante

20

III Comptes rendus du séjour par Jean-Pierre Cazaux, Annette Cazaux et Marie-Françoise Rousseau Visite de l‘éco-quartier Vauban à Freiburg-im-Breisgau

Données issues du dossier fourni par Sabine Gunther •

Superficie : 41 hectares

Rencontre avec Wolfgang MEHNERT,

Durée de la construction : 1996 -

architecte qui habite Vauban.

2006

La caserne Vauban a été construite en 1937 pour l’armée allemande mais elle n’a jamais occupé ces locaux. Après la guerre,

Population à terme : 5 500 habitants

Arrivée des premiers habitants : 1996

l’armée française s’y installe jusqu’en

Libéré par l'armée française en 1992, le

1992, date à laquelle, l’état allemand a ra-

vaste site du futur quartier Vauban a été a-

cheté le terrain aux français. L’état alle-

cheté à l'Etat Fédéral Badois par la ville de

mand en fait don à la ville de Freiburg.

Fribourg. Celle-ci a déboursé 20 millions

A cette époque de nombreuses personnes souhaitaient venir s’installer dans le sud de l’Allemagne, du fait du climat entre autre le départ des français libérant cet espace laissait l’opportunité de faire quelque chose de nouveau. Parallèlement, les gens avaient acquis depuis 1976 (manifestation contre le projet d’une centrale atomique) une culture de discussion autour de souhaits du « durable et de l’écologique »,

d'euros, soit 54 €/m² (nettement inférieur au prix du terrain à bâtir dans la région, qui est de l'ordre de 425 euros pour des secteurs équivalents). Ce faible prix s'explique par le Wohnungsbauerleichterungsgesetz . Cette réglementation datant de 1990 permet aux communes d'exproprier au prix de l'usage antérieur pour des opérations d'aménagement, les Städtebauliche Entwicklungsmassnalme . Après avoir acquis ce quartier en friche, Fribourg débute le projet et sa conception.

21

Mais ce n'est pas directement la commune

nécessaires pour l'aménagement du quar-

qui conduit l'aménagement du quartier Vau-

tier.

ban. Elle délègue des responsabilités à une structure particulière : la Kommunalentwicklung (KE) LEG Baden-Würtemberg GmbH , qui a obtenu le marché suite à un appel d'offre. Cette société, de forme commerciale par actions, a été créée par le Land du Bade-Wurtemberg. Ses actionnaires sont publics : Land, associations de

Les concessionnaires de réseaux (eaux, électricité, chauffage urbain.) ont assuré l'investissement relatif à leurs réseaux, qui seront par la suite facturés aux usagers. Le coût global estimé pour la création de ce quartier est de 500.000.000 €.

villes, associations de Kreis (circonscripti-

Cette gestion du projet par différents ac-

on administrative équivalent à nos départe-

teurs collaborant entre eux est intéressan-

ments), etc. La société KE s'est occupée

te pour plusieurs raisons. D'une part, l'im-

du projet dès le début, lors de la dépolluti-

plication de nombreux intervenants permet

on des sols qui a nécessité 3 ans de

une émulation des idées et une élaboration

travaux de nettoyage nous dit Mr Mehnert

dynamique du projet. Les échanges améli-

sur 3 mètres de profondeur.

orent les tracés du quartier et ses grandes

Tous les équipements publics ont été réali-

lignes.

sés avec une maîtrise d'ouvrage de la com-

D'autre part, la séparation des parties fi-

mune. La société KE assure une maîtrise

nance et création permet une conception

d'ouvrage déléguée et fait le suivi du bud-

et une gestion plus libres, recadrées ensui-

get annexe de la ville, par lequel les dépen-

te par les autres intervenants. Gérer le pro-

ses et les recettes de l'opération transi-

jet par branche encourage un regard glo-

tent. Celui-ci est examiné chaque année

bal sur celui-ci et accélère le processus

par le conseil municipal. Les équipements

d'élaboration grâce à un travail en parallèle

sont subventionnés par le Land et la ville

des différentes branches.

dès le départ du projet, à hauteur de 2,5 millions d'euros, pour un coût total d'équi-

Le Vauban a connu une forte participation

pement de superstructure de 30 millions

citoyenne au projet et a connu la constituti-

d'euros. La ville a emprunté à taux avanta-

on de nombreux Baugruppen. Ces « grou-

geux auprès des banques les finances

pes de construction » sont le fait de personnes désireuses de construire leur loge-

22

ment. Elles se regroupent ainsi afin de défi-

restées conflictuelles et ont dû être tran-

nir l'organisation de leur îlot ou de leur im-

chées par la mairie. Par la participation ci-

meuble au cours de multiples réunions

toyenne élargie, elle a pris le parti de tra-

précédant la transmission de leur projet à

vailler main dans la main avec les futurs ha-

un maître d'œuvre. Ces Baugruppen ap-

bitants, afin d'établir avec eux un cahier

portent quelques avantages par rapport

des charges du quartier (urbain et architec-

aux démarches classiques :

tural). Les habitants, par le biais du forum

création de relations de voisinage

antérieures à la construction de l'habitat ; •

réduction des coûts de construction

par des économies d'échelle ; •

possibilité de mettre en commun quel-

ques équipements, tels que l'approvisionnement en énergie solaire, le chauffage ou encore les jardins, afin de réduire leurs coûts.

Vauban, ont fait valoir leurs convictions et leurs idées. Tandis que la ville a pu expliquer plus longuement son concept de quartier écologique et les avantages et inconvénients que cela pouvait poser. Le projet Vauban s'est continuellement adapté aux résultats des concertations, ainsi qu'aux observations faites lors de la conception. Ce concept «  d'apprendre en faisant  » ( Learning by doing ) a permis à la municipalité de Fribourg de faire évoluer le

L'un des éléments les plus intéressants

projet et de l'améliorer au fur et à mesure,

dans la constitution de la vie associative

en partenariat avec le Forum Vauban.

du quartier a été la création du Forum Vauban, une association privée et démocratique (Verein), ouverte a toute la population du Quartier Vauban. Le Forum Vauban et ses 300 à 400 membres ont organisé le processus de la participation citoyenne avec et parfois contre les intentions de la municipalité.

Toute personne souhaitant vivre dans le quartier doit passer un entretien avec la mairie. Cette sorte de test imposé par la municipalité permet d'obtenir la mixité sociale promise par la ville. De cette façon, tout le monde a accès à ce nouveau type de logement respectueux de l'environnement. C'est tout au moins l'idée défendue

La ville de Fribourg a privilégié le dialogue,

par Fribourg. Par ces entretiens, elle sou-

même si parfois il s'est avéré houleux :

haite mélanger les classes sociales et

près de 10 à 15% des décisions sont

créer une véritable mixité sociale.

23

On peut cependant se poser la question

Mr Mehnert nous emmène dans le quartier

de savoir si ce quartier n'est pas simple-

est où se trouvent les  maisons à énergie

ment un lieu pour les gens méritants et mo-

positive :

tivés. Les logements « traditionnels » étant réservés pour les autres. A Vauban, l'équilibre social souhaité n'est pas atteint. La grande majorité des familles appartient à la classe aisée et a des enfants. Près de 75% des habitants sont des cadres supérieurs ou des professions libérales. Les populations modestes sont faiblement représentées et ghettoïsées (logements SUSI). La population est principalement d'origine de Fribourg + région et les quelques

d’une part 8 maisons jumelées de

150m² avec de petits jardins sur les toits, le rez de chaussée étant occupé par des bureaux et magasins et en dessous des parkings •

d’autre part, des maisons mitoyennes

de 130m² qui produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment (3 fois plus), Les maisons sont équipées

étrangers sont des professeurs enseignant dans les universités fribourgeoises (hors

collectif SUSI).

à 30°,

Les objectifs sociaux sont loin d'être

atteints et les avantages écologiques et

coupe la chaleur en été, (ce système de po-

économiques du quartier ne bénéficient

se date de 12 ans),

pas au plus grand nombre.

de panneaux photovoltaïques inclinés

de triple vitrage avec du gaz argon qui

d’une isolation de 40cm (sans l’enve-

Quand le quartier sera fini, il y aura 5200

loppe). Ce peut être du polystyrène, de la

habitants dont 20% d’enfants

laine de roche, de la ouate de cellulose, de la laine de mouton (très cher), du liège, du

Il y a 4 jardins d’enfants de 1 à 3 ans, de 3

chanvre, pas de laine de verre : pb d’aller-

à 6 ans

gie pour les travailleurs

2 garages solaires (1640m² de panneaux

d’un système double flux

monde n’a pas de voiture. Le quartier est

toitures végétalisées sous les pan-

traversé par le tramway et il y 3 arrêts au

neaux solaires pour éviter leur échauffe-

cours de ses 550m de long.

ment

solaires) de chacun 240 places, tout le

24

Ces maisons sont en propriété, faites par

jumelées, commerces, parkings, carava-

des promoteurs constructeurs, coûtaient à

nes.. Elle est due à une variété des typolo-

l’époque 750 000 marks (entre 14 et 16

gies et des activités ayant lieu dans le quar-

ans) et valent maintenant 500 000 €

tier.

On trouve dans le quartier des emplace-

Derrière les façades bariolées du quartier

ments pour des voitures en « car sharing »

se cachent un cahier des charges restrictif,

Mr Mehnert nous fait ensuite passer devant SUSI, maisons de 1937 rénovées et louées à 4€/m² (coût normal de location autour de 13€/m²) Douze anciennes casernes ont été conservées et rénovées, occupant un terrain d'une superficie de 4 hectares. Quatre d'entre elles sont affectées à 220 logements alternatifs formant le collectif SUSI (Selbstorganisierte unabhängige Siedlungs Initiative). Ces logements sont habités par une partie du groupe ayant occupé illégalement les casernes dès leur libération et qui sont à présent régularisés Nous continuons dans le quartier notre pérégrination dans le quartier. La multiplicité des intervenants et des investisseurs dans le projet Vauban engendre un large panel de constructions différentes. On constate aisément cette mixité des bâtis lorsqu'on se promène dans les rues du quartier : maisons en bande, habitats collectifs ou semi collectifs, maisons

élaboré par la ville, qui indique les règles constructives permettant une cohérence de l'ensemble. Les permis de construire posent en général peu de problème, les règles étant déjà définies dans les cahiers des charges des parcelles ainsi que dans le Bebauungsplan. Ils ont été instruits par la commune de Fribourg. Un élément clef, qui a favorisé cette multiplicité des acquéreurs et des bâtis, est le parcellaire serré tracé par la ville. Il augmente le nombre de propriétaires à l'are par rapport à un parcellaire plus large. La commune a privilégié trois catégories principales de constructeurs : •  les particuliers, qui peuvent acheter des petites parcelles de six mètres de façade, pour une hauteur maximale de R+3. Ils peuvent acquérir plusieurs terrains. •  Les coopératives de construction ( Baugruppen : associations de particuliers qui se regroupent pour faire bâtir ). Une même coopérative peut construire sur plusieurs parcelles disjointes. 25

•  Les promoteurs « classiques », qui sont

laire particulier, tout comme les maisons à

encouragés à éviter les constructions mo-

économie d'énergie, ou encore les con-

nolithiques, en construisant sur des parcel-

structions des Baugruppen. Un travail au

les séparées. Leurs opérations dépassent

niveau de la réglementation a dû égale-

peu la vingtaine de logements.

ment être mené en détails, afin d'imposer

A cela s'ajoute les réhabilitations menées

la construction sur limite, par exemple.

par le collectif SUSI et les logements étudi-

Le plan alterne des parcelles étroites et

ants.

des larges le long des rues et des parcs,

Un cahier des charges accompagne chaque parcelle et indique les mesures écologiques à respecter sur chacune d'elles. L'installation solaire est encouragée, ainsi que la récupération des eaux de pluie ou encore l'usage de matériaux de construction sains. Ce cahier des charges est la dernière étape entre le projet conceptualisé et celui réalisé. Son rôle est primordial car la mairie peut y mettre ses dernières recom-

dans l'idée de créer une variété de bâtis et de façades. Les immeubles collectifs disposent de parcelles larges et spacieuses, destinées aux Baugruppen et aux promoteurs immobiliers. Ils peuvent y bâtir des constructions en barre ou en bloc. Les parcelles étroites sont destinées, de préférence, aux investisseurs privés et aux Baugruppen, dans l'optique de construire des maisons en bande.

mandations en termes d'architecture, d'ur-

Trois axes verts ont été créés dans le sens

banisme et d'écologie.

de l’axe des couloirs naturels des vents

La commune a réparti les divers types de construction à travers tout le quartier. Les constructions intégrant du commerce sont

qui se lèvent vers 17 heures et nettoient l’atmosphère, phénomène que l’on retrouve à Bâle et Mulhouse

implantées à proximité des grands axes

La chaufferie collective est une centrale à

d'accès. Les autres sont dispatchées se-

déchets de bois

lon les besoins et les orientations.

Il y a une récupération des eaux de pluie

Cette volonté de variété dans les typolo-

pour alimenter des bassins (piscine) ou

gies de bâti a engendré un long travail en

des canaux garnis d’un tissu géotextile

amont, lors de l'élaboration du plan. Les

pour éviter les eaux boueuses permettant

logements en bande nécessitent un parcel26

tion

Quartier Français à Tübingen

Il y a une expérience dans un quartier de

Visite avec Fabian Betz, géographe

les jeux d’enfant et l’arrosage de la végéta-

fabrication d’électricité par du biogaz à partir de la fosse septique

De 1933 à 1991, 60 ha sont occupés par

D’une manière générale les balcons et les

l'artillerie allemande puis Française (1945).

escaliers sont détachés des façades pour

Les casernes construites en 1933-35 devi-

éviter les ponts thermiques.

ennent disponibles en 19991 au départ

Rencontre avec Monsieur Herr, responsable de Freiburg Futour qui nous fait passer un diaporama. MARIE-FRANÇOISE ROUSSEAU

des troupes françaises. La ville de Tübingen (85000 habitants dont 20000 habitants souhaitent créer un nouveau quartier respectant l'esprit de la vielle ville et sans détruire les casernes qui constituent un patrimoine. Elle organise un concours pour l'aménagement du quartier qui est gagné par un groupe de 3 étudiants de Stuttgart. Deux axes directeurs: la participation des habitants et une règle d'organisation de l'espace avec 4 critères: une densité urbaine forte, des espaces publics d'une haute valeur environnementale, les voitures non dominantes une mixité sociale et d'activité La ville a acheté la totalité des 60 ha et souhaite un développement progressif en îlots respectant la structure des casernes .Beaucoup d'entre elles sont conservées 27

et aménagées pour recevoir des étudiants

Le prix moyen de construction à l'époque

et du logement social ou très social

(1997 à 2000) était de 1700 à 1900€ le m2

Chaque îlot doit comporter des activités

et plus pour appartements les plus hauts.

ou des commerces au rez-de-chaussée:

Les différents groupements d'habitants ont

avec des ateliers (couture, ordinateurs,

donc choisi, pour leurs rez-de-chaussée

théâtre), ou une bibliothèque, ou une sal-

différentes activités selon leurs affinités: a-

le commune

teliers d'artistes, bibliothèques, entreprises

Des passages piétons doivent rester possibles d'un îlot à l'autre L'aménagent des îlots répond à un plan masse précis, arrêté par l'agence d'urbanisme de la ville La ville vend des petites parcelles à des groupements de 4 à 30 logements dont le projet est porté par des particuliers (dont

de production, ou commerces. Résultat: 1 habitant sur 4 a son travail dans le quartier. La vente de certains logements est ensuite possible au prix du marché mais les plus values doivent être investies dans les équipements collectifs. Au total: 2300 habitants sur 60 ha dont 550 étudiants et 500 emplois.

des coopératives) se regroupant pour faire

Les voitures sont rejetées dans des park-

construire en autopromotion, avec leur ar-

ings extérieurs payants pour les visiteurs

chitecte, maître d'œuvre.

et avec un abonnement réduit pour les rési-

Chaque unité propose un projet avec une esquisse architecturale agrée par l'agence d'urbanisme ces projets sont mis en concurrence avec d'autres propositions et la ville décide de l'attribution Question ouverte: Quelles sont les différents statuts entre les copropriétés et coopératives en Allemagne/ Suisse/ France.

dents. Le principe est que l'on doit marcher autant pour aller chercher la voiture que pour prendre le transport en commun: (3lignes) et très cadencé jusqu'à 23H45. Les coopératives ont 2statuts : coopérative de solidarité familles – personnes âgées et coopératives de groupements d'habitants pour vivre ensemble.

28

L'un des habitants historiques, allemand

de Tübingen, nous a longuement accom-

Conférence à la Mairie de Tübingen : L'ECO-CAMPAGNE Tübingen macht blau

pagné dans la visite de la ville de Tübingen

par Nathalie Breitinger du service „Kli-

et nous a fait savoir que le quartier français

ma- und Umweltschutz“ (Environnement

n'était pas "aimé" dans la ville, car réservé

et prévention des effets climatiques)

d'origine Kabyle, et sociologue "pédagogue" et professeur associé à l'Université

pour une élite, trop dense, et avec des idées peu partagées par la population. Un autre accompagnateur, Fabian Betz, dont nous avons gardé le bébé pendant une soirée, nous a dit qu'il y vivait très bien en colocation à 4 familles dans une autre coopérative du quartier Nous avons dîné dans un restaurant du Quartier, qui est une entreprise d'insertion. Un certain nombre des activités artisanales dans les secteurs du bois et de la mécanique sont regroupées dans des bâti-

Tübingen, ville de 88000 habitants dont ¼ d'étudiants, 75% des emplois dans le secteur public (université et l'hôpital). Aujourd'hui, l'énergie consommée provient pour 20% d'énergie renouvelable, 60% d'énergie fossiles (co-génération gaz) et 20% d'énergie nucléaire. Membre de l'alliance européenne du climat, la ville lance une campagne publique, Tübingen macht blau, pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre de10% entre 2004 et 2010.

ments anciens.

Cette campagne se décline en 4 points :

Enfin notons que la place centrale s'appel-

La ville donne l'exemple

le la place du" déserteur inconnu", depuis 2008 en hommage aux soldats allemands,

Production d'énergie photovoltaïque (sur

refusant la guerre en 1945 et fusillés dans

les toits des bâtiments municipaux) et hy-

la forêt voisine.

draulique (pas de vent pour l'éolien) dans

Patrick a revu, avec émotion, le bâtiment où il avait fait son service militaire et qui

le cadre d'une régie municipale d'Eco courant.

est en cours de rénovation ! JEAN-PIERRE

Achat de l'électricité auprès d'un fournis-

CAZAUX

seur d'énergies renouvelables.

29

Isolation des bâtiments Multiprises avec interrupteurs à chaque

tant de diminuer la consommation énergétique.

poste de travail Ampoules basses consommation dans les établissements Voitures de fonctions remplacées par des vélos électriques (même pour le maire!) Places de parking pour les voitures parta-

VISITE DU UMWELTZENTRUM : CENTRE DE L'ENVIRONNEMENT Accueil par Dr. Manuel Haus, directeur et Seddik Bibbouche qui a as-

gées.

suré la traduction.

Location de compteurs de consommation

Rénovation écologique d'une maison vielle

électrique.

de 500 ans classée au patrimoine, ce qui

Une entreprise municipale pour la gestion de l'eau courante et les transports publics Participation des associations Voiture partagées Aide municipales aux associations qui mettent en place des actions. ex: Pédibus Campagne d'information des citoyens Journées d'information, Site internet pour le climat à Tübingen avec des conseils et des liens

suppose le maintien des façades (apparences et matériaux), et l'obligation de ne pas modifier les proportions du bâtiment. 3 exigences: Réduire la consommation énergétique, Minimiser les déchets liés à la rénovation, Utiliser des matériaux sains Travaux externes: Isolation par l'extérieure en polyuréthane par obligation (épaisseur réduite par rapport à la ouate de cellulose)

Volonté de collaborer avec les citoyens, via les associations aidées par la mairie pour construire et réaliser leurs projets permet30

Maintien des menuiseries d'origine (dé-

Les cloisons pare-feu: Structure en bois

montées puis remontées sur l'isolant extéri-

remplie de ouate de cellulose (plus dense

eur pour éviter les ponts thermiques)

que la laine de roche, elle résiste mieux au

Travaux internes: Chauffage avec récupération de chaleur VMC double flux associée à un échangeur thermique. Lien >>> Isolation intérieure (matériaux/ épaisseur?) et scotch sur la jonction des boiseries entre elles pour éviter les ponts thermiques Isolation du sol et des plafonds Isolation des fenêtres avec survitrages

feu) et recouvertes de plaques de Permacel. Les boiseries sont isolées de la ouate par une plaque de Permacel de sorte qu'il n'existe aucun contact entre le bois et la ouate de cellulose. Surcoût d'une rénovation en matériaux naturels: Pour les matériaux, il faut compter 10% de plus mais il faut surtout plus de main d'œuvre. Coût de cette opération: 40000€ (Subvention de la ville: 10000, Associations partenaires: 7000€, Association Unweltzentrum:

Lampes à économie d'énergie Consommation énergétique finale: 102

23000€ dont 15 000€ d'adhésions) ANNETTE CAZAUX

KWh/m2/an Energie primaire (gaz) nécessaire pour le chauffage: 87,8 KWh/m2/an soit, 75% d'économie sur un bâtiment traditionnel Observation, nous avons très vite chauffé les pièces: la chaleur humaine produit 100Wh/ personne

31

Quelques sites web français pour la promotion de l‘habitat coopératif et écologique HABICOOP - Site consacré à l‘habitat coopératif Eco Habitat groupé - réseau belge Cohabitat solidaire (l‘ouest) Eco quartier Strasbourg - diaporamas, guide, informations récentes Observatoire Itinerant/International des Systèmes Alternatifs HAB - Habiter autrement à Besançon Projet de construction coopératif à la caserne Vauban

Notre projet s'inscrit dans une réflexion sur notre manière de vivre, nos modes de consommations, notre impact sur la vie sociale, économique et sur notre environnement >>> Assistance Immobilière à Maîtrise d'Ouvrage Solidaire : Rénover ou faire construire des logements conviviaux, Abordables et écologiques, avec des espaces communs de qualité coab innove et vous propose des "slow buildings", des " chez-nous manquants" >>> Voir le compte rendu de Julien Maury du voyage à Fribourg et Tuebingen en 2010 PASSERELLE ECO une association, une revue, un réseau pour l’écologie pratique et les alternatives écovillageoises

La Veuglotte : Habitat groupé autogéré à Quétigny, rue Saint Fiacre( banlieue est de Dijon ) A la demande de Jean-Paul Leroy, Michel et Ghislaine Chenu (qui font partie des 12 foyers fondateurs), ont donné un récapitulatif de l‘occupation de la Veuglotte depuis 1982. Evolution de l'occupation des 12 logements depuis 1982 : 5 logements sont occupés par la même famille qu'en 1982 dans 3 logements, 2 familles se sont succédé dans 2 logements, 3 familles se sont succédé dans 2 logements, 4 familles au moins se sont succédé 


Situation actuelle dans 3 des 5 logements occupés par la même famille qu'en 1982, des retraités et grands parents dans 1 des 5 occupés par la même famille qu'en 1982, des grands parents encore actifs dans 2 logements où des familles se sont succédé, jeunes couples avec bébés dans 5 logements où des familles se sont succédé, couples avec gr

REMERCIEMENTS Alain Rousseau et Véronique Cheval ont documenté notre voyage d´études avec leur caméra. Nous leur devons les nombreuses photos, à regarder ici :

http://www.flickr.com/photos/passage-co/sets/72157628288493683/

xxxii

xxxiii


Voyage d'études pour éco-acteurs français à Fribourg-en-Brisgau et Tubingen 2010