Issuu on Google+

HUMANITY HUMANITE

A UNHAS Mi-8 helicopter based in Goz Beida in Eastern Chad makes three round-trips a week to the Abgadam refugee camp and Tissi providing a crucial lifeline to returnees and refugees. Air transport makes it possible to access communiteis rendered inaccessible by the current rainy season and/or other natural disasters. Photo taken on 8 July 2013 on Goz Beida airstrip OCHA / Pierre Peron

Un hélicoptère UNHAS Mi-8 basé à Goz Beida dans l'est du Tchad fait actuellement trois aller-retours par semaine au camp de réfugiés d’Abgadam et Tissi, où il fournit une assistance essentielle aux retournés et aux réfugiés. Ces zones sont maintenant coupées pour le reste de la saison des pluies et l'accès n’est possible que par avion. Photo prise le 8 juillet 2013 sur la piste de Goz Beida OCHA / Pierre Peron

The IFRC and Nigeria Red Cross teams providing support to the Nigerian families hit by the worst flooding in 40 years through any transport means available. IFRC Les équipes de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et de la Croix Rouge nigériane apportent une assistance aux familles nigérianes touchées par les pires inondations depuis 40 ans, par tous les moyens de transport disponibles. IFRC

Patrick Barbier “I’m a hands-on funder. The partners and I learn a lot from each other.” ECHO Field Expert in Mali since October 2012, 20 years of humanitarian experience in Africa and Asia

“I fell in love with Africa when I first set foot on the continent during a trip in 1986,” says Patrick. “I wanted to evolve to another dimension of humanitarian aid. ECHO was a natural choice. I followed in the footsteps of other people I’d met during my time in the field. They showed me the added-value of working at a strategic level coordinating humanitarian action.” In October 2012, Patrick joined programme officer Brahima Cissé in Bamako, Mali and hit the ground running. “In Mali you find the whole range of humanitarian needs: poor people who have little or no access to health care; this year alone 1.4 million Malians are in need of food assistance; and 660,000 children are expected to suffer from acute malnutrition, not to mention the 700,000 people who left their homes to find refuge in other parts of Mali or in neighbouring countries. They need shelter, water, food as well as well as protection.” Colleagues Patrick and Brahima about to board an UNHAS flight,; this humanitarian air service is funded by ECHO. © EC/ECHO/Anouk Delafortrie

Patrick Barbier "Je suis un bailleur de fonds habile. Les partenaires et moi apprenons beaucoup des uns des autres ". Expert de ECHO au Mali depuis Octobre 2012 avec 20 ans d'expérience humanitaire en Afrique et en Asie

«Je suis tombé amoureux de l'Afrique quand j'ai foulé le continent au cours d'un voyage en 1986», explique Patrick. «Je voulais évoluer dans une autre dimension de l'aide humanitaire. ECHO a été un choix naturel. J'ai suivi les traces d'autres personnes que j’ai rencontrées sur le terrain. Elles m'ont montré la valeur ajoutée du travail à un niveau stratégique de la coordination de l'action humanitaire ». En Octobre 2012, Patrick a rejoint l’équipe de Brahima Cissé Chef de Programme à Bamako. «Au Mali, vous trouverez toute la gamme des besoins humanitaires: les pauvres ont peu ou pas accès aux soins de santé; pour cette année seulement, 1,4 million de Maliens ont besoin d'une aide alimentaire et 660.000 enfants sont à risque de malnutrition aiguë, sans compter les 700.000 personnes qui ont quitté leurs maisons pour trouver refuge dans d'autres régions du Mali ou dans des pays voisins. Ils ont besoin d'abri, d'eau, de nourriture et de protection ».

Ishmut Harabass lives in the village of Thirouth located outside of Kaedi in Gorgol region, Mauritania. His village’s grain bank had no stocks in 2012. and he receives support from NGOs who have helped his family access healthcare. He says he needs access to cash in order to purchase food and seeds. Anna Jefferys/IRIN

Ishmut Harabass vit dans le village de Thirouth, une douzaine de km en dehors de Kaédi dans la région de Gorgol, en Mauritanie. La banque de céréales du village était vide en 2012. Les ONG ont contribué à l’accès aux soins de santé de sa famille. Il dit qu'il a encore besoin d’argent liquide pour acheter de la nourriture et des semences. Anna Jefferys/IRIN

Volunteers prepare premix for malnourished children as part of a program to alleviate acute malnutrition in Gorgol, Mauritania Croix Rouge Française in partnership with Red Cross National Societies

Des volontaires préparent du prémix pours les enfants malnutris dans le cadre d’un programme consistant à réduire la malnutrition aigue dans le Gorgol, en Mauritanie Croix Rouge Française en partenariat avec les Sociétés Nationales

WFP delivers food aid to northern Malians who have fled south to Mopti following instablibity in the north. Much of the food aid to Mopti is delivered by motorised pirogue. Anna Jefferys / IRIN Le PAM distribue une aide alimentaire aux Maliens du Nord qui ont fui vers le sud jusqu'aux environs de Mopti. Une grande partie de l'aide alimentaire est délivrée par pirogue motorisée Anna Jefferys / IRIN

Abdul Aziz Souleymane has been healed of malnutrition thanks to the healthcare he received Croix Rouge Française in partnership with Red Cross National Societies Abdoul Aziz Souleymane a été guéri de la malnutrition grâce aux soins qu’il a reçus Croix Rouge Française en partenariat avec les Sociétés Nationales

Une maternité sur le site de refugiés maliens à Mentao

C’est dans ce camp de refugiés qu’elle donne naissance à son quatrième enfant, assistée de la seule sage femme du camp qui abritait environ 6300 refugiés ayant quitté le Mali à la suite de la crise socio-politique, dont plus mille cinq cent femmes en âge de procréer (fin décembre 2012). En l’absence de son époux, la famille qui l’a accompagnée est toute heureuse car tout s’est bien déroulé. Leur joie est partagée par la sage femme et l’équipe de l’UNPA en visite à ce moment là. Quelques minutes plus tard, dans la salle d’accouchement, la sage femme du centre de santé Eliane Zabsonré, confie son inquiétude : « Cette femme vient d’utiliser le dernier kit d’accouchement que l’UNFPA nous avait octroyé. Les prochains jours ne seront pas faciles. Nous avons en moyenne 2 accouchements par jour et il faut dire que les femmes manquent de tout. Les kits nous permettaient de travailler dans de bonnes conditions hygiéniques».

Malian Mothers Assisted at Camp Mentao, a site for Malian Refugees.

It is in this refugee camp she gave birth to the fourth of her children, assisted by the only midwife in a camp that houses an estimated 6,300 refugees who fled Mali following the violent taking of the north. Among the refugees living in the camp are 1,500 women of childbearing age (late December 2012). UNFPA has supported the maternity center through the provision of birthing kits, inter alia. The camp’s midwife, Eliane Zabsonré, welcomes such initiaitive, noting "« ..this woman is using the latest birthing kit that UNFPA had granted us…. » Zabsonré goes on to lament, however, that « ...the next few days will not be easy. We have an average of two deliveries per day and I must say that women lack everything. The kits allow us to work in hygienic conditions ».

Children studying at the free Borbor Pain Charity School of Hope in Adonkia, Sierra Leone (Feb 2013) Tommy Trenchard/IRIN Les enfants étudient à l’école de Borbor, Pain Charity School, à Adonkia, Sierra Leone (février 2013) Tommy Trenchard/IRIN

An OCHA Humanitarian Affairs Officer, Steven Dingamnodji, interviews Azène Ahmat Abdeldjabar, aged 60, a Sudanese refugee who fled Darfur in April 2013, following violent clashes between the Salamat and Missérié tribal groups in Um Dhukun, Darfur, Sudan. Picture taken in Tissi, Chad. Credit: OCHA Le Chargé National des Affaires Humanitaires de OCHA, Steven Dingamnodji s’entretient avec Azène Ahmat Abdeldjabar, 60 ans, un réfugié soudanais qui a fui le Darfour suite aux violents affontements du 9 avril 2013 entre les groupes tribaux de Salamat et de Missérié dans la région de Um Dhukum, au Darfour-au Soudan. Photo prise à Tissi. Credit: OCHA

Fatoumata Adiaoykoy and Aïssa Konaré have both come from Niafunke in the north to Mopti , Mali, where UNICEF provides them with catch-up classes for time in school they missed due to conflict and instablity. During the day, students follow classes and, in the evening, they sleep on thin mattresses in the empty classrooms Katarina Höije/IRIN Fatoumata Adiaoykoy et Aïssa Konaré viennent tous deux de Niafunkéau nord de Mopti où l'UNICEF contribue à leur donner des cours de rattrapage . Pendant la journée, les étudiants suivent les cours et dans la soirée, ils dorment sur des matelas dans les salles de classes Katarina Höije/IRIN

Dr Faustin Djobo Onivogui, Obstetrician-Gynocologist (OB-GYN) at the Abeche Hospital, Chad Abeche town in eastern Chad, is at the heart of humanitarian operations following the influx of Sudanese refugees and internally displaced persons. UNFPA opened an office in the town and staffed it with, among other humanitarian staff,

Dr.

Faustin Onivogui a United Nations Volunteer (UNV) and certified OB-GYN. Dr. Onivogui receives patients and rape victims from the camps, and conducts consultation and treatments for said victims. Rape is common in the region Waddai but remains underreported. From January to July 2013, the maternity and gynecology center at Abeche Regional Hospital received 12 cases of rape of girls aged 7 months to 17 years. Medical supplies were provided to the Hospital for these cases, inter alia.

Dr Faustin Djobo Onivogui, Gynécologue-Obstétricien à l’hôpital d’Abéché Abéché, ville de l'Est du Tchad, est au coeur des activités humanitaires suite à l'afflux de réfugiés soudanais et de personnes déplacées internes. Cela a amené l’UNFPA à y ouvrir un bureau avec du staff humanitaire dont le Dr Faustin Onivogui, Volontaire des Nations Unies (VNU). Ce dernier reçoit les malades et les victimes des viols en provenance des camps et effectue des missions de consultation et de traitement dans les camps. Les viols sexuels sont fréquents dans la région du Ouaddaï, mais ne sont déclarés dans les cas des mineures que quand l’atteinte physique inquiète les parents. De janvier à juillet 2013, le service de maternité et de gynécologie de l’Hôpital régional d’Abéché a reçu 12 cas de viol de filles âgées de 7 mois à 17 ans. Ces cas ont été pris en charge sur le plan médical avec des kits appropriés.

Acute Severe malnutrition is treated in Diourbel– Assessments Conductes– Diamaguene UREN Diourbel French Red Cross in partnership with National Societies La malnutrition aigue sévère est traitée à Diourbel. Séance de dépistage - UREN de Diamaguene-Diourbel Croix Rouge Française en partenariat avec les Sociétés Nationales

MY PEOPLE NEED BETTER HOUSING AND FOOD [no written, but verbal informed consent from Maïsha Cissé] Conflict in Mali has compounded an on-going nutrition crisis in the Sahel, one of the world’s poorest regions. More than half a million people have fled the violence, insecurity and lack of services in the north of the country. ECHO supports a broad range of partners to address the basic needs of the most vulnerable displaced people in Mali as well as the refugees in neighbouring countries.

MON PEUPLE A BESOIN DE MEILLEURES CONDITIONS DE LOGEMENT ET D’UNE MEILLEURE ALIMENTATION [pas écrit, mais par consentement verbal de Maïsha Cissé] Le conflit au Mali a aggravé la crise nutritionnelle en cours au Sahel, l'une des régions les plus pauvres du monde. Plus d'un demi-million de personnes ont fui la violence, l'insécurité et le manque de services dans le nord du pays. ECHO soutient un large éventail de partenaires pour répondre aux besoins fondamentaux des personnes déplacées les plus vulnérables du Mali ainsi que des réfugiés maliens dans les pays voisins.


Exhibit stories whd2013