Issuu on Google+

« Horses & Riders » 1940, huile 102 cm x 75 cm Collection privée

2

EXPOSITION RÉTROSPECTIVE DU 10 AU 24 SEPTEMBRE, 2011

RETROSPECTIVE EXHIBITION FROM SEPTEMBER 10 TO 24, 2011

3

AVANT-PROPOS Après l’incendie de janvier dernier, nous sommes très heureux d’être enfin de retour dans nos locaux et très excités à l’idée de commencer une nouvelle saison dans un espace renouvelé. Nous allons donc continuer la tradition de présenter une rétrospective d’un grand artiste canadien en vous proposant cette année les oeuvres de Fritz Brandtner. J’ai toujours été fasciné par l’étendue et la variété des créations de cet artiste audacieux et je suis heureux de pouvoir présenter ici un large éventail de tableaux et d’oeuvres sur papier. Ses créations des années 30 étaient d’avant-garde et il continua tout au long de sa carrière à pousser les limites de la création toujours plus loin. J’aimerais présenter ici mes plus sincères remerciements à tous les collectionneurs qui continuent année après année à prêter leurs oeuvres pour le plus grand plaisir de tous, pour quelques semaines chaque automne, permettant ainsi l’existence même de ces rétrospectives. Joignez-vous à nous le 10 septembre afin de nous aider à célébrer notre réouverture et rendre un hommage à Fritz Brandtner Jean-Pierre Valentin

FOREWORD

After our January fire we are delighted to be back in our own space again and are excited to start the fall season in this new setting. In keeping with our tradition of holding an autumn retrospective of works by compelling Canadian artists, this season we have chosen to showcase the works of Fritz Brandtner. His works were considered daring in the 1930’s and he continued throughout his long career to explore and challenge himself and the art world. I have always been fascinated by the sheer breadth of Brandtners creativity and am proud to present this wide ranging show of 52 paintings and works on paper that I hope will do proper justice to the depth and range of his talent. I would like to extend a heartfelt thanks to all of the collectors who continue to generously lend their works to us, and you, for a few weeks each autumn, making these retrospectives possible. Please join us on September 10th to help us celebrate our re-opening and to pay tribute to the unique art of Fritz Brandner. Jean-Pierre Valentin 4

« Totem Poles » 1930, encres 39 cm x 29 cm Collection privée

5

Fritz Brandtner (1898-1969) ce grand « passeur » RENÉ VIAU

Né à Dantzig en 1898, — la ville est alors allemande —, Brandtner immigre au Canada à la fin des années 20. À Winnipeg où il s’installe tout d’abord, il apporte dans ses bagages quelques-unes de ses œuvres, si résolument modernes, et aussi plusieurs ouvrages sur l’art contemporain européen. « Lorsque je suis arrivé d‘Europe, écrit Brandtner en 1963, j’avais déjà une très bonne idée de tout ce que l’art peut accomplir. Je connaissais toutes les plus récentes œuvres de Kandinsky, Mondrian, Chagall, Grosz, Klee, Marc, Kokoschka, (...) Beckmann, Pechstein, Feininger, Nolde, (…) Gris, Chirico, Bauer, Picasso, Léger, Matisse… etc. Personnellement avant de venir au Canada, j’avais été extrêmement intéressé par le cubisme et ses possibilités, par sa texture, sa transparence et ses relations spatiales ainsi que par son rapport possible avec des expériences constructivistes »1. Dans cette même lettre à Russell Harper, Brandtner mentionne ensuite la découverte que furent pour lui en Europe les idées de Gropius, Bayer, Kandinsky ou Albers. Il dit admirer le Bauhaus bien qu’il n’ait pas eu la chance de s’y inscrire.

tés de Norman Bethune qui collectionnait de ses œuvres. Brandtner reprend le studio-appartement de Bethune sur Beaver Hall Square laissé libre alors que ce dernier s’enrôle auprès des républicains espagnols en octobre 1936. Avec Marian Scott, Brandtner donne des cours d’art gratuits. Grâce à cet homme de conviction, des enfants des zones grises de Montréal eurent la chance de peindre, de confectionner des jouets de papier et d’utiliser librement leur imagination.

Ces influences que transporte Brandtner avec lui vont donner corps à son œuvre si axée sur les mouvements avant-gardistes allemands et européens. Par ces apports, ce grand passeur joue un rôle unique dans le développement de l’art moderne au Canada.

Pour cette exposition, la Galerie Valentin a rassemblé audelà de trente cinq œuvres. Une encre abstraite datée de 1931 nous accueille. Celle-ci témoigne d’un dynamisme aussi rare que novateur pour l’époque. Les diagonales prononcées y coexistent avec des structures concentriques. Figures in a landscape, un dessin au crayon de 1935, rassemble trois figures nues autour d’un canot sur fond d’île lacustre. Devant cette composition élégiaque, on ne peut s’empêcher de songer à Beckmann. Open Windows regroupe aires géométriques saccadées et plans de couleurs. Des années 30, on retrouve bouquets, associations d’objets, pots ou bouteilles proches de la nature morte. Se partageant parfois dans une même œuvre entre figuration

Outre le Bauhaus, le cubisme ou l’expressionnisme abstrait, d’autres sources aussi diverses irriguent son art. On y reconnaît l’inspiration de Picasso et de la première École de Paris, des accents surréalistes et, plus tard durant les années 50, des élans vers l’abstraction lyrique ou géométrique. Au confluent de tous ces langages, tempérée et mâtinée de réalisme, sa peinture apparaît comme un étonnant kaléidoscope. Par cette vision synthétique, Brandtner vise à amplifier l’intensité d’un message, d’une émotion. Cette syntaxe pluraliste veut traduire son époque avec ses préoccupations.

À partir de 1934, Brandtner s’intègre sur la scène artistique du Montréal d’alors. Il fut le premier artiste à avoir exposé dans notre ville des peintures résolument abstraites. Il le fait en février 1936 lors d’une exposition solo au grand magasin Morgan. L’exposition se tient sous la bannière de la Ligue canadienne contre la guerre et le fascisme. Brandtner milite dans cette association aux cô6

« Abstract » 1931, encres 28 cm x 37,5 cm Collection privée

7

« Stella of B » Vers 1950, huile 23 cm x 14 cm Collection privée « Open Windows » 1939, huile 86,5 cm x 56 cm Collection privée

8

une scène jubilatoire. Au détriment de tout accent héroïque ou pompier, cette allégorie joyeuse demeure très humaine. Une encre de 1948, préliminaire à une œuvre monumentale publique sur la paix revenue, affiche un optimisme généreux. Ici l’espoir succède à l’apocalypse. Intitulé Post War (1948), ce dessin préparatoire à une œuvre publique montre les progrès technologiques, la prospérité économique et les développements sociologiques heureux du baby boom associés aux lendemains de la guerre.

et abstraction, Brandtner s’adonne également au portrait et aux scènes urbaines. Qui plus est, Brandtner réussit le tour de force d’être à la fois un artiste moderne et paysagiste. Dès 1934, comme en témoigne Sixteen Islands Laurentian Mountains, Brandtner développe une vision personnelle et contemporaine du paysage canadien. Les formes issues de la nature trouvent écho dans des réseaux linéaires en rafale affirmant en même temps l’autonomie des moyens pastiques face aux exigences du sujet. Malgré leurs références abstraites, ces œuvres en allant à l’essentiel nous communiquent pourtant un esprit si typique des lieux. « L’artiste d’aujourd’hui, disait Brandtner, doit libérer aussi l’inexhaustible réservoir d’énergie des associations visuelles »2. L’exposition reflète avec brio les directions et les facettes parfois imprévisibles qu’emprunte le jeu de ces « associations visuelles ». Brandtner aime les arbres qu’il transforme en structures abstraites. Il aime aussi peindre et dessiner des chevaux. Certaines œuvres se rapprochent d’un certain hédonisme cher à la peinture française de l’entre-deux-guerres. Quelquesunes démontrent un souci de construction et de composition que n’aurait pas renié Braque ou Le Corbusier peintre.

Durant les années 50 et 60, entre motifs floraux ou paysagistes et compositions plus abstraites, Brandtner jamais ne se range dans le camp de l’abstraction « pure et dure ». Il était pourtant l’un des grands précurseurs de cette tendance. Au contraire, il ne cesse de se mesurer au visible. « Sans la nature pour nous stimuler et nous exciter nos pouvoirs d’invention seraient vite épuisés », note Brandtner durant les années 50 dans son journal. Interprétant et non simplement imitant la nature, ses avancées plastiques typiquement modernistes lui font, pour reprendre ce qu’il disait de l’artiste contemporain, « intérioriser une vision… pour lui donner forme selon son émotion » 3.

Cet artiste épris de liberté et d’engagement social fait parfois de sa peinture le journal des grands événements du XXe siècle. Des œuvres montrent l’horreur et les désastres de la guerre. Brandtner s’attache également à décrire le travail des ouvriers qui produisent armes et munitions. Ses dessins croquent sur le vif les ouvriers à l’usine de la Canadian Vickers. Il célèbre la victoire de 1945 dans

René Viau est journaliste et critique d’art. Il a collaboré à de nombreuses publications et à plusieurs quotidiens en France et au Québec. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur des artistes québécois.

1  Cité par Helen Duffy. Entre deux-mondes. Texte publié dans le catalogue de l’exposition Le Meilleur des mondes de Fritz Brandtner. Agnes Etherington Art Centre. Kingston. Ontario. 1982. Page 28 2  Cité par Jean-Pierre Labiau dans un des textes du catalogue de l’exposition Fritz Brandtner Une donation. Musée des beaux-arts de Montréal. 2003. Cette présentation rassemblait 44 œuvres de Brandtner collectionnées par Marc Régnier et Claudette Picard. 3  Voir Frances K. Smith. Fritz Brandtner au Canada. Texte publié dans le catalogue de l’exposition Le Meilleur des mondes de Fritz Brandtner. Agnes Etherington Art Centre. Kingston. Ontario. 1982. Page 57

9

« Storms » 1934, techniques mixtes 15 cm x 15 cm Collection privée

« Reflection » 1958, huile 61 cm x 76 cm Collection privée

10

« Sixteen Islands-Laurentian Mountains » Vers 1934, techniques mixtes 28 cm x 36 cm Collection privée « Sunflowers » Encres 23 cm x 19 cm Collection privée

« The Riders » 1939, encres 19 cm x 24 cm Collection privée

11

« Two Figures » 1938, huile 14 cm x 11 cm Collection privée

« The Sun » 1948, huile 25 cm x 20 cm Collection privée

12

« Gay & Playful » 1956, huile 25,5 cm x 20 cm Collection privée

« Post War » 1948, encre et fusain 54 cm x 21,5 cm Collection privée

13

Fritz Brandtner (1898-1969) the great “go-between” RENÉ VIAU

Born in Dantzig in 1898 — the city was German at the time — Brandtner emigrated to Canada at the end of the 1920s. He first settled in Winnipeg and brought with him some of his most resolutely modern works, as well as several reference books on European contemporary art. In 1963, in a letter addressed to Russell Harper, Brandtner wrote,“When I arrived from Europe, I had a very good idea of what art should and could do. I knew all the latest works by Kandinsky, Mondrian, Chagall, Grosz, Klee, Marc, … Beckmann, Pechstein, Feininger, Nolde …Gris, Chirico, Bauer, Picasso, Léger, Matisse, etc. As for me, before I came to Canada, I had been extremely interested in cubism and its possibilities, texture, transparency, space relations and for constructivist experiments…” 1

moved in to Bethune’s Beaver Hall Square apartment when the latter left the city in October 1936 to participate in the Spanish civil war. Along with Marian Scott, Brandtner gave free art courses. Thanks to Brandtner’s community involvement, children from Montreal’s slums were given the opportunity to paint, to create paper toys and give free reign to their imagination. Beyond the Bauhaus, cubism or abstract expressionism, various other sources contributed to his work. We can see traces of Picasso and the first School of Paris as well as surrealist accents and later, during the 50’s, a surge towards lyrical or geometric abstraction. All these influences, tempered and interwoven with realism, combine to form a surprising kaleidoscope.Through this synthesized vision, Brandtner attempts to intensify a message, an emotion. This pluralist syntax serves to define his era and its spirit.

In the same letter Brandtner mentioned how the ideas put forward by Gropius, Bayer, Kandinsky and Albers came as a revelation to him. He also referred to his admiration for the Bauhaus, despite the fact that he never had the opportunity to attend the school.

Galerie Jean-Pierre Valentin has brought together more than 35 works for this show. An abstract coloured ink from 1931 greets us with a vitality as rare as it is original for the time. The pronounced diagonals coexist with concentric structures. Figures in a Landscape, a pencil drawing from 1935, shows three nude figures surrounding a canoe, with an island in the background. Before this sombre composition, we cannot help but be reminded of Beckmann. Open Windows mixes jumpy geometric areas with blocks of colour. In works from the 1930s we find bouquets, a mix of objects, pottery or bottles approaching the still-life. Sometimes, the figurative and the abstract are combined in a single work. Brandtner was also known to paint portraits and street scenes. In fact, Brandtner succeeded in being at once a modern artist and a landscape painter. As of 1934, as Sixteen Islands

These influences Brandtner carried with him gave substance to his works, which were rooted in European and German avant-garde movements. In this way Brandtner played a unique role as a “go-between” in the development of modern art in Canada. 1934 marked the beginning of Brandtner’s involvement in the Montreal art scene. Brandtner was the first artist to show staunchly abstract art in Montreal. He did so in February 1936, when a solo exhibition of his work was presented at Morgan’s department store, sponsored by the Canadian League against War and Fascism. Brandtner was a member of this organization, as was Dr. Norman Bethune who also collected the artist’s work. In fact, Brandtner 14

« Horses & Riders » Encres 24 cm x 19 cm Collection privée

« Composition with Flowers » Vers 1938, huile 38 cm x 30,5 cm Collection privée

15

« Sans titre (près de Winnipeg) » Vers 1932, crayon gras 14 x 17 cm Collection privée

« Sans titre » Vers 1930, gravure sur bois 13 cm x 17 cm Collection privée

16

this joyful allegory focuses on the human aspects of the event. A preliminary ink drawing for a monumental public work on the return of peace is generously optimistic. Titled Post War (1948), this preparatory drawing shows the technological progress, economic prosperity and positive social developments of the baby boom associated with the postwar period.

Laurentian Mountains can attest, Brandtner developed a personal and contemporary vision of the Canadian landscape. Natural forms are expressed through linear repetition, making use of aesthetic tools as required by the subject. Despite their abstract references, these works go to the heart of the subject, offering us a true vision of the place. “The artist of our day must also liberate the inexhaustible energy reservoir of the visual associations.” 2 The exhibition reflects with brio the sometimes unpredictable directions and facets of these “visual associations”. Brandtner liked to transform trees into abstract structures. He also liked to paint and draw horses. Some works approach a certain hedonism dear to French painters of the interwar period. Others show an interest in construction and composition which neither Braque nor Le Corbusier the painter would have disavowed.

In the 1950s and 1960s, while Brandtner painted floral motifs, landscapes or more abstract compositions, he never chose purely “hard-line” abstraction, even though he was one of its pioneers. On the contrary, he never ceased trying to depict what he saw. “Without nature to stimulate and excite us, our powers of invention would soon dry up,” noted Brandtner in his journal in the 1950s. But he sought to interpret - not only imitate – nature. As he said when discussing contemporary artists, his typically modernist formal advances made him, “…take an object or vision into his mind and… reshape it according to his emotion…” 3

This artist, with his great love of freedom and commitment to social issues, sometimes makes of his paintings a kind of journal describing the important events of the twentieth century. Works show the horror and disasters of war. Brandtner also seeks to show the toil of workers who produce arms and ammunition: his drawings capture labourers at the Canadian Vickers factory as they work. VE day in 1945 is celebrated with a scene filled with jubilation. Devoid of heroic or pompous accents,

René Viau is a journalist and art critic who has contributed articles to several magazines and newspapers in France and in Quebec. He is the author of several books on Quebec artists.

1  Helen Duffy, in Duffy, Helen and Frances K. Smith, The Brave New World of Fritz Brandtner. Kingston, Ontario. Agnes Etherington Art Centre, Queen’s University, 1982, p. 28. 2  Jean-Pierre Labiau, in Fritz Brandtner, Une donation. Montreal, Quebec. Musée des Beaux-Arts de Montréal, 25 avril – 13 juillet 2003. Catalogue from this exhibition of 44 works by Brandtner collected by Marc Régnier and Collette Picard. 3 

Frances K. Smith, “Fritz Brandtner au Canada.” in The Brave New World of Fritz Brandtner. Op. cit., p. 57

17

« Autumn » Encaustique 61 cm x 51 cm Collection privée

« The Flight of Icarus » 1948, encre et fusain 60 cm x 13 cm Collection privée

18

« Sans titre » Vers 1935, encre et fusain 28 cm x 35,5 cm Collection privée

« Still Life » 1938, encres 22 cm x 19,5 cm Collection privée

« Study for description of a building in stone or reinforced concrete » 1948, encre et fusain 61 cm x 13 cm Collection privée

19

« Three Sitted Figures » Vers 1936, encres 26 cm x 35 cm Collection privée

« Victoire à l’usine » Vers 1945, encres 20 cm x 27 cm Collection privée

20

« Abstraction » Vers 1950, huile 28 cm x 38 cm Collection Galerie Valentin

« Design No. 11 » Huile 21 cm x 22 cm Collection privée

21

« Horses & Riders » 1945, encres 16,5 cm x 25 cm Collection privée

« Fletcher’s Field, Montreal » Vers 1936, encres 10 cm x 17 cm Collection privée

22

« Mountain Lake » Vers 1945 Techniques mixtes 9 cm x 31 cm Collection privée

« Trees » Vers 1945, huile 18 cm x 14 cm Collection privée

23

« Sunset Gaspé » 1936, encres 12 cm x 18,5 cm Collection privée

« Wrestlers » 1938, aquarelle et encres 15 cm x 20 cm Collection Galerie Valentin

24

« Suite Trans-Canada » 1950, encres 10 cm x 61 cm Collection privée

« Sur la plage » 1936, huile 30,5 cm x 40,5 cm Collection privée

25

« Sketch » 1930, encre 36 cm x 49,5 cm Collection privée

26

«Abstraction » Vers 1950, mixed medium 51 cm x 65,5 cm Collection privée.

27

« Abstraction » Vers 1950, encaustique 34 cm x 40,5 cm Collection Galerie Valentin

28

« Bottles Still Life » 1935, encres 27 cm x 30,5 cm Collection privée

29

BIOGRAPHIE

FRITZ BRANDTNER (1896 – 1969) 1896

Brandtner naît à Danzig, Allemagne

1947-53

Enseigne à l’Université McGill, Montréal

1914-20

Mobilisé pour service actif lors de la première guerre mondiale

1949-52

Enseigne à l’Université du NouveauBrunswick, à Fredericton

1920-28

Enseigne l’art et l’histoire à l’université de Danzig

1960-61

Expose à l’Instituto Nacional de Belles Artes à Mexico

1928

Immigre au Canada et s’installe à Winnipeg Première exposition à la Winnipeg School of Art

1968

Reçoit le prix des Arts Visuels du Conseil des Arts du Canada

1969

Décède à Montréal, le 7 novembre

1929

Épouse Mieze Preusse

1934

Le couple Brandtner emménage à Montréal Participe à l’exposition annuelle du printemps de l’Association des Beaux-Arts de Montreal

1936 +

1969-1981 Expositions rétrospectives présentées dans d’importantes galeries de Montréal, Toronto et Calgary

Fonde le Children’s Art Centre avec le Dr Norman Bethune, et y enseigne avec Marion Scott. Il crée aussi des programmes du même genre dans plusieurs quartiers défavorisés de Montréal

1943

Présente des œuvres dans le cadre de l’exposition Work done in Canadian War Plants à la Galerie nationale du Canada à Ottawa

1946

Reçoit la bourse Jessie Dow de l’Association des Beaux-Arts de Montréal pour l’œuvre intitulée Sixteen Islands Lake

30

1982

Exposition Le Meilleur des mondes de Fritz Brandtner, présentée à l’Agnes Etherington Art Centre de l’université Queens, Kingston, Ontario

1996

Rétrospective à la Galerie Kastel à Montréal, qui a représenté l’artiste depuis le début des années 1960

2003

Exposition Fritz Brandtner : Une Donation présentée au Musée des Beaux-arts de Montréal, réunissant 44 œuvres offertes au Musée par les collectionneurs Marc Régnier et Claudette Picard

BIOGRAPHY

FRITZ BRANDTNER (1896 – 1969) 1896

Birth in Danzig, Germany

1960-61

Exhibition at the Instituto Nacional de Belles Artes in Mexico City

1914-20

Active military service in World War I

1920-28

Teaches art and history at Danzig University

1968

Recipient of the Canada Council Visual Arts Award

1928

Emigrates to Canada and settles in Winnipeg. First exhibition at the Winnipeg School of Art

1969

Dies in Montreal on November 7th

1929

Marries Mieze Preusse

1982

1934

The Brandtners settle in Montreal Participates in the annual spring exhibition of the Montreal Art Association

Exhibition titled The Brave New World of Fritz Brandtner held at the Agnes Etherington Art Centre, Queen’s University, Kingston, Ontario

1936 +

Founds the Children’s Art Centre with Dr. Norman Bethune, and creates similar programs in various poor neighbourhoods of Montreal

1996

Retrospective exhibition at Galerie Kastel, Montreal, which has represented the artist since the early 1960s

2003

Exhibition titled Fritz Brandtner : A Gift presented at the Montreal Museum of Fine Arts, comprising the 44 works donated by collectors Marc Régnier and Claudette Picard

1943

Works presented during the Work done in Canadian War Plants exhibition at the National Gallery of Canada, in Ottawa

1946

Recipient of the Montreal Art Association’s Jessie Dow prize for his work titled Sixteen Islands Lake

1947-53

Teaches at McGill University, Montreal

1949-52

Teaches at the University of New Brunswick in Fredericton

1969-1981 Retrospective exhibitions held in galleries in Montreal,Toronto and Calgary

31

« Design in three dimensions » 1939, huile sur linoléum 63 cm x 65 cm Collection privée

« Fletcher’s field » Encre et aquarelle 23 cm x 24,5 cm Collection privée

32

« Untitled » Vers 1940, huile 38 cm x 28 cm Collection privée

« Four heads of Workers » 1932, encre et crayons couleur 28 cm x 23 cm Collection privée

33

« Untitled » Encre et graphite 28 cm x 36 cm Collection privée

« Figures in a Landscape » Encre & graphite 22 cm x 19 cm Collection privée

« Sans titre » Encre 28 cm x 35,5 cm Collection privée

34

« Sans titre » Huile 101 cm x 127 cm Collection privée

« Still Life » Encre et aquarelle 27 cm X 21 cm Collection privée

35

« Female Figure » Vers 1950, techniques mixtes 48 x 35 cm Collection privée

« Male Figure »  Vers 1950 Techniques mixtes 48 cm x 36 cm Collection privée

36

« Rough Idea » 1935, gravure sur bois rehaussée 22 x 14 cm Collection privée

« Mountain » 1930, gravure sur bois 27 x 21 cm Collection privée

37

« The Blue Horses » Huile 43 cm x 53,5 cm Collection privée

38

« Church in Montreal » Vers 1936, encres & aquarelle 29 cm x 37 cm Collection privée Couverture dos « Burst into Life » Vers 1955, huile 53,5 cm x 66 cm Collection privée

Conception artistique : Sylvie Gagnon. Traduction : Victoria Delli Colli. Publication et distribution : Galerie Valentin 14628945 Québec Inc. Membre de l’Association des Marchands d’art du Canada Inc. Member of the Art Dealers Association of Canada. Membre de l’Association des Galeries d’Art Contemporain. © 2011 Tous droits réservés pour les textes des auteurs.

39

40


Fritz Brandtner exposition rétrospective - Retrospective exhibition Fritz Brandtner