Issuu on Google+

1

31.01.2012

FlashInformatique.epfl.ch

DISTRILOG2

p/a EPFL - Domaine IT - Station 8 - CH 1015 Lausanne - tél. +41 21 69 322 11

Actualités

page 14

Zetta

Actualités

Zetta V. Rezzonico

1

Vittoria.Rezzonico@epfl.ch, EPFL - CSIN, rédacteur en chef de Zetta

DIT-info z Une heure-DIT sur la messagerie z Matlab pour les étudiants z Nouvelles conditons générales pour les achats IT

2

Bougez, vous êtes localisés J. Dousson

3

JRES 2011 S. Lanouar, J. Garreb, D. Grandjean & R. Timsit

8

L’informatique à l’EPFL en 2011 J.-C. Berney

19

Analyse HTLM 5, une introduction L. Boatto

5

Enquête sur les besoins en communications unifiées J.-C. Berney

10

Mot-croisé: MOBILITÉ Ph. Vollichard, E. Rosales & D. Grandjean

20

À votre service Ariès, la nouvelle constellation du calcul mutualisé M. Thiémard

9

Distrilog2, une nouvelle ère T. Charles

14

Agenda Helvetic Coding Contest C. Kauth

4

Prochaines parutions No Délai de rédaction Parution 2

09.02.12

28.02.12

3

08.03.12

27.03.12

4

12.04.12

01.05.12

tout public public averti expert

The new EPFL magazine about HPC will be issued on February 6th. To subscribe to the printed version, please contact zetta@ epfl.ch. To subscribe to the electronic version, send an email to zetta-subscribe@listes.epfl.ch. La nouvelle revue HPC de l'EPFL paraîtra le 6 février. Pour recevoir un exemplaire papier, veuillez contacter zetta-subscribe@ listes.epfl.ch. Pour recevoir la version électronique, envoyez un mail à zetta-subscribe@listes. epfl.ch. Entre 2008 et 2010, le Flash Informatique se transformait une fois par an en Spécial HPC. Cette expérience, ainsi que la parution du EPFL Supercomputing Review entre 1993 et 2004, nous ont amenés à créer une nouvelle revue annuelle spécifique dédiée au CSE (Computational Science and Engineering) ou plus généralement au HPC. Cette nouvelle revue paraîtra le 6 février 2012 et s'appellera Zetta, d'après ZettaFLOPs (1021 opérations virgule flottante par seconde), une étape dans le calcul à haute performance. Au menu, vous trouverez des articles sur les tendances HPC, mais surtout des articles décrivant les travaux scientifiques en CSE.

Je dévoile ici quelques thèmes traités: la méthode très scalable SPH (Smooth Particle Hydrodynamics) appliquée à l'astronomie et au calcul d'écoulements, un historique de l'ingénierie aérospatiale à l'EPFL, les cristaux photoniques, le décodage des signaux de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, la simulation d'écoulements cardiovasculaires, les simulations atmosphériques et de ventilation, la réactivité des polluants organiques dans l'eau, l'empilement des sphérotétraèdres réguliers. Le tout est complété par un tour d'horizon des ressources disponibles en Suisse pour la communauté de l'EPFL. Bonne découverte ! n

NUMERICAL SIMULATION FOR SCIENCE AND TECHNOLOGY

no 001 no1 — 2012 — zetta.epfl.ch

Actualités

DIT-info

Une heure-DIT sur la messagerie Nous avons constaté que dans les unités de l’EPFL le rôle de responsable informatique est parfois donné à de nouveaux collaborateurs, fraîchement arrivés sur le HEURE campus. Afin de mieux les inforDIT mer sur l’environnement informatique dans lequel ils vont évoluer, le DIT organise l’heure-DIT. Le DIT espère ainsi mettre à niveau les connaissances des responsables informatique d’unité afin qu’ils puissent ensuite mieux assurer leur rôle de support et de conseil. durée: 1 heure quand: de 11 à 12 heures thème: une seule thématique sera abordée pendant cette heure lieu: salle de conférence du DIT, sans inscription public visé: les responsables informatiques d’unités ou équivalents (ce ne sont pas des présentations destinées aux utilisateurs standard) fréquence: une dizaine par an environ langue: français. La prochaine heure-DIT aura lieu en salle de conférence du DIT le jeudi 2 février de 11 à 12 heures, le thème sera la messagerie à l’EPFL. Si vous avez manqué les précédentes heures-DIT (sécurité, réseau, gestion des identités et stockage), les présentations sont en ligne: dit.epfl.ch/heure-DIT. Jacqueline.Dousson@epfl.ch, Domaine IT

––––––––––––––––––––

nibles pour les étudiants. Ceux-ci doivent simplement s'adresser au HelpDesk de Poséidon se trouvant à la Coupole (local CO-172). Concernant l'utilisation de ces logiciels mathématiques (Mathematica, Maple, Matlab), nous devons souligner qu’ils sont en location, ce qui signifie que les licences devront être renouvelées d’année en année. Rappelons qu'à côté de ces logiciels propriétaires, il existe certains logiciels libres pour les plates-formes Linux, Mac OS X et Windows de très bonne qualité offrant nombre de possibilités et fonctionnalités dans les mêmes domaines d'activité. Pour plus de détails lire l'article de Nicolas Repond dans le FI spécial rentrée 2011, flashinformatique.epfl.ch/spip.php?article2488. Jacqueline.Dousson@epfl.ch, Domaine IT

–––––––––––––––––––– Nouvelles conditions générales pour les achats IT À partir de fin janvier 2012, les acquisitions IT à l’EPFL seront régies par les nouvelles Conditions Générales IT de la Confédération. Ces nouvelles CG IT, négociées avec les associations faîtières et mieux perçues par les fournisseurs, ont été adaptées au contexte technique, économique et juridique actuel. Il existe quatre types de CG IT (voir achats-it.epfl.ch/CG-IT) 1 CG pour l’achat et la maintenance de matériel informatique 2 CG pour l’acquisition et la maintenance de logiciels standards 3 CG pour les contrats d’entreprises et pour la maintenance de logiciels individuels 4 CG pour les services informatiques. Une information concernant l’utilisation de ces conditions générales et leur implémentation sur la plate-forme d’achat EBP suivra prochainement.

Matlab pour les étudiants

Chiara.Tanteri@epfl.ch, Domaine IT

Depuis le début de l'année, les étudiants de l'EPFL peuvent installer, gratuitement sur leur poste privé, le logiciel Matlab de l'éditeur MathWorks. La procédure pour l'obtenir est la même que celle pour les logiciels Mathematica et Maple, également dispo-

Impressum Revue consacrée aux technologies de l’information, éditée par le Domaine IT de l’EPFL (DIT). Les articles n’engagent que leurs auteurs, sauf ceux qui concernent de façon évidente des prestations officielles (sous la responsabilité du DIT ou d’autres entités). Toute reproduction, même partielle, n’est autorisée qu’avec l’accord de la rédaction et des auteurs.

2 flash informatique

Rédacteur en chef: Jacqueline Dousson, fi@epfl.ch Mise en page & graphisme: Appoline Raposo de Barbosa Comité de rédaction: Jean-Daniel Bonjour, Patrice Fumasoli, Florence Hagen, Laurent Kling, Julia Paolini, François Roulet, Christophe Salzmann, Richard Timsit & Predrag Vicei´c

Impression: Atelier de Reprographie EPFL Tirage: 4000 exemplaires Adresse Web: flashInformatique.epfl.ch Adresse: Domaine IT EPFL Station 8, CH-1015 Lausanne Téléphone: +41 21 69 32246 & 32247 Abonnement au FI par e-mail à: fi-subscribe@listes.epfl.ch

Actualités

Bougez, vous êtes localisés ! Jacqueline.Dousson@epfl.ch, EPFL – Domaine IT, responsable communication

Nowadays, the mobility behavior of individuals is captured for online or historical data analysis. Last 8 December, a conference and a debate tried to ask the relevant questions. Le 8 décembre une demi-journée de conférencedébat s’est tenue à l’EPFL, organisée dans le cadre d’un partenariat UNIL – EPFL pour traiter des opportunités et des risques de la géolocalisation. Voici quelques impressions sur cette problématique, une chose est sûre, on n’a pas fini d’en parler.

MODAP (Professeur Spaccapietra, EPFL) Co-organisateur de cette manifestation, le projet MODAP (Mobility, Data Mining and Privacy – www.modap.org/) est un des deux projets européens qui s’intéressent à la problématique mobilité et données privées. Le sujet suscite un intérêt grandissant chez beaucoup de professionnels (média, justice, police, banque, tourisme …), mais reste encore assez peu connu du grand public. Onze partenaires font partie du consortium MODAP (dont l’EPFL et l’UNIL); MODAP coordonne la recherche dans ce domaine. L’objectif de MODAP est de promouvoir une meilleure intelligence des données, notamment comportementales … tout en garantissant leur protection contre des usages non souhaités. L’intelligence des données signifie ici l’interprétation qu’on peut faire de données brutes. Les équipes de recherche travaillent dans différents domaines: z acquisition et stockage des données brutes qui proviennent en grande majorité des téléphones et des GPS, mais d’autres capteurs sont susceptibles de fournir des données de géolocalisation z stockage des trajectoires déduites; selon les besoins de l’étude, la trajectoire peut être liée aux moyens de transport utilisés, aux activités (repos, marche, course), aux lieux traversés (magasins, écoles), aux lieux avec temps d’arrêt de plus de 30 minutes, etc. z l’analyse en déduit des schémas de mobilité  z ces schémas sont ensuite utilisés/interprétés par les entités intéressées Les équipes de recherche qui font partie du projet MODAP se préoccupent particulièrement de ne pas créer de bases de données avec des données sensibles et lors de la diffusion de leurs travaux de ne pas publier des informations permettant d’identifier une personne en particulier.

État des lieux de la problématique géolocalisation et privacy (Professeure Ghernaouti-Hélie, HEC-UNIL) La présentation a insisté sur la dimension géostratégique de la maîtrise des données de géolocalisation ainsi que sur les infrastructures notamment satellitaires qui les supportent. Il a été entre autres rappelé que: z le GPS est une technologie contrôlée par les US, et il faudra attendre 2019 pour que Galileo (son équivalent européen) soit en fonction. z la géolocalisation des usagers des réseaux sociaux est un contenu publié et exploité comme un autre; z toutes les activités réalisées par Internet ou la téléphonie fournissent des informations de géolocalisation et que plus en plus d’informations sont géo-taggées (photos, Twitt, …). De nombreuses applications de ces données de géolocalisation ont une utilité dans certains contextes: retrouver son téléphone volé, aider une personne égarée ou en danger, aide à la rencontre de personnes ou à la consommation. Les applications du géomarketing et de la publicité ultra-ciblée que cela autorise, sont susceptibles de rapporter beaucoup d'argent. Mais comme toujours, l'utilisation de ces données n'est pas du ressort des seuls prestataires de services ou surveillants plus ou moins officiels, des particuliers peuvent s'en emparer avec des motivations pas forcément recommandables. Le Web fourmille de logiciels qui font la joie des James Bond de cafétérias, permettant de transformer n'importe quel smartphone en spyphone par la prise de contrôle totale de celui-ci à l'insu de son propriétaire (écoutes environnementales: micro qu'on peut allumer à distance, suivi de personnes à leur insu, lecture des mails ou sms, création ou destructions de données du smartphones, …. ). Avec l'arrivée massive des objets intelligents en connexion permanente sur un cloud dont on ne sait pas grand chose, avec des logiciels capables d'analyser très rapidement d'énormes quantités de données, il nous faut reconnaître que nous ne sommes qu'au début de cette ère de surveillance dynamique en temps réel; le citoyen doit rester vigilant et dans la mesure du possible, ne donner ses informations de géolocalisation qu'en toute connaissance de cause.

Le point de vue d’une anthropologue (Dr Daniela Cerqui, UNIL) Cette présentation très originale pour une assistance essentiellement technique reflétait le point de vue de l’anthropologue sur la géolocalisation et les usages qu’on en fait. Pour l’anthropologue l’objet technique n’est que le résultat d’une pensée de société. Notre vision de ce qui est acceptable ou non évolue très vite. 31 JANVIER 2012 - N°1

3

Bougez, vous êtes localisés ! Comme exemple, Kevin Warwick qui s’est implanté sous la peau une puce RFID, à l’époque (1998) cette expérience a soulevé beaucoup de critiques. Aujourd’hui la société VeriChip commercialise le même type d’équipement pour des utilisations plus ou moins politiquement correctes. En 2002, K. Warwick continue ses explorations en implantant une puce sur un nerf de son avant-bras, le

Le célèbre chat de Philippe Geluck sait depuis longtemps que nous sommes localisés.

dispositif permet de relier son ordinateur à son système nerveux et de faire refaire les mêmes gestes à un bras-robot situé quelque part sur Internet. Cette expérience annonce l’homme-cyborg, aujourd’hui objet de recherche officielle dans un but militaire (les robots sont plus résistants aux conditions extrêmes, demandent moins de ressources - et de support psychologique) et pour contrer de nombreux handicaps (vue, motricité, etc.). La conclusion de D. Cerqui est qu’il faut être conscient que notre niveau d’acceptabilité évolue par rapport aux technologies. Et c’est aussi le cas avec l’usage des données de géolocalisation, nous sommes pris dans un conflit entre vouloir des limites et vouloir les supprimer pour faciliter notre quotidien. Comment décider de la société que nous voulons pour demain dans un contexte où les techniques évoluent tellement vite qu'elles nous sidèrent ? Tous ces systèmes nous disent peut-être avec précision où nous sommes, mais certainement pas vers où nous allons … Nous avons la responsabilité des données (de géolocalisation ou autres...) que nous accumulons malgré nous dans nos systèmes d'information, commençons par en prendre soin ! Cet article ne parle pas des autres présentations de cette journée: z Les enjeux de la géolocalisation du point de vue de la protection des données et de la vie privé, par N. Capt, avocat; z Exemples d'usages d'applications géolocalisées en Suisse par D. Beni (arxiT.com). Vous trouverez leurs présentations sur www.hec.unil.ch/sgh/ n

Agenda

Helvetic Coding Contest Christian.Kauth@epfl.ch, EPFL - président de PolyProg

Concours national et lieu de rencontre estudiantin, l’hc2 souffle ses trois bougies le samedi 17 mars sur le campus ! Une centaine d’étudiants, gymnasiens et doctorants trouveront leur place autour de la table, équipée d’un ensemble de casse-têtes originaux et d’ordinateurs. Attention, un problème peut en cacher un autre et l’équipe qui en en résout le plus sera l’Helvetic Coding Champion ! PolyProg s’occupe de l’organisation et veillera à votre bien-être physique et stimulation mentale, tandis qu’Open Systems et AdNovum, les sponsors de cette édition, mettent à disposition le nécessaire pour vous vêtir en t-shirt hc2, remédier à vos creux et approvisionner en prix les meilleurs et les plus chanceux d’entre vous !

Voici la recette du succès Ingrédients (pour 3 personnes) z Un fond de connaissances en C/C++ ou Java z Créativité à volonté z Une poignée d’esprit d’équipe

4 flash informatique

z Une cuillerée de pensée logique z Une pincée de ruse.

Préparation (jusqu’au 29 février) z S’inscrire seul ou en équipe sur hc2.ch/register.php z Résoudre le problème d’échauffement hc2.ch/task.php z Assaisonner le tout d’une modique participation de 5CHF/personne. Si vous vous en léchez déjà les babines, réservez vite votre place et vivez une journée mémorable avec nous! n

Analyse

HTML 5, une introduction Laurent.Boatto@epfl.ch, EPFL – Domaine IT, développeur d'applications Web

HTML5 is the next revision of HTML, the language for creating Web pages. It is still under development, but you will discover in this article the features you can use today while keeping compatibility with older browsers. HTML 5 est la prochaine révision majeure d’HTML, le célèbre langage permettant de créer des pages Web. Il est à l’heure actuelle encore en cours de développement, et son support sur les différents navigateurs n’est de loin pas complet. Nous allons cependant voir dans cet article les éléments que vous pouvez utiliser dès aujourd’hui tout en gardant une compatibilité avec les anciens navigateurs.

Les nouvelles balises sémantiques HTML 5 propose de nouvelles balises permettant de mieux définir la structure d’un document: <section>

Délimite une section thématique, par exemple un ensemble d’articles sur un même sujet

<article>

Un élément de contenu au sens large: un article dans un blog, un commentaire dans un forum, une actualité, etc.

<aside>

Contenu complémentaire à un <article> ou au document: un glossaire, une note, etc.

<header>

A ne pas confondre avec la balise <head>, il s’agit ici de l’en-tête d’une <section> ou du document. Il peut donc y avoir plusieurs balises <header> dans une page

<footer>

Le pied de page d’une <section> ou du document: nom de l’auteur, date de publication, liens vers des pages complémentaires, etc.

<nav>

Regroupe un ensemble de liens de navigation, par exemple un menu

Doctype et autre simplifications Tout fichier HTML se doit de commencer par un doctype définissant le type du document. Avec HTML 4, cette déclaration est pour le moins compliquée: <!DOCTYPE HTML PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/html4/ loose.dtd">

Avec HTML 5, le doctype est simplifié: <!DOCTYPE html>

HTML 5 n’est en effet plus basé sur SGML, il n’y a donc plus besoin de spécifier une DTD. Les déclarations de plusieurs balises courantes ont également été simplifiées:

HTML 4

HTML 5

<html xmlns=http://www. w3.org/1999/xhtml" xml:lang="en" lang="en">

<html lang="en">

<meta http-equiv="Content<meta charset="utf-8"> Type" content="text/html; charset=utf-8"> <script type="text/ javascript">...</script>

<script>...</script>

<style type="text/css">... </style>

<style>...</style>

Ces déclarations simplifiées sont tolérées par les anciens navigateurs.

Plus les pages Web sont structurées, plus les outils qui les analysent peuvent être efficaces. Un moteur de recherche pourra, par exemple, donner plus d’importance au contenu de la balise <article>. Un logiciel pour malvoyants pourra utiliser la balise <nav> pour faciliter la navigation dans un site. Même si les anciens navigateurs ne reconnaissent pas directement ces nouvelles balises, il est possible de les styliser avec CSS, par exemple: # le code HTML <footer>Le pied de page du site</footer> # le code CSS footer { display: block; border-top: 1px solid black; margin-top: 1em; color: gray; }

Cela fonctionne avec tous les navigateurs, à l’exception d’Internet Explorer 8 et inférieur. Il existe cependant une petite librairie JavaScript nommée html5shiv permettant de contourner ce problème. Pour l’inclure dans vos pages, ajoutez ces lignes à l’intérieur de la balise <head>: <!--[if lt IE 9]> <script src="//html5shiv.googlecode.com/svn/ trunk/html5.js"></script> <![endif]-->

31 JANVIER 2012 - N°1

5

HTML 5, une introduction

La balise <video>

Les formulaires

Jusqu’à présent il n’était pas possible avec HTML d’afficher une vidéo sans avoir recours à un plugin tel que Flash. HTML 5 introduit une nouvelle balise <video> réglant ce problème. Il reste cependant une difficulté de taille: l’encodage. Pour pouvoir publier une vidéo sur le Web, il faut en effet l’encoder dans un format spécifique. Il n’existe cependant aucun format supporté par tous les navigateurs du marché. Google propose VP8, un format ouvert utilisé par Google Chrome, Firefox et Opera. Pour des raisons essentiellement commerciales Internet Explorer et Safari utilisent un autre format, propriétaire celui-ci, H.264. Pour s’assurer que tous les navigateurs puissent lire une vidéo il faut donc obligatoirement l’encoder dans les deux formats. La balise <video> permet à cet effet de spécifier plusieurs sources différentes, une pour chaque format. Il est également possible d’inclure un lecteur Flash afin de supporter les anciens navigateurs. Voici un exemple concret:

HTML 5 améliore nettement les formulaires en proposant plusieurs nouveaux types de champs, parmi les principaux citons:

<video width="320" height="240" controls="controls"> <!-- vidéo encodée avec VP8 pour Google Chrome, Firefox et Opera --> <source src="/movie.webm" type="video/webm" /> <!-- vidéo encodée avec H.264 pour Safari & Internet Explorer --> <source src="/movie.mp4" type="video/mp4" /> <!-- lecteur Flash pour le support des anciens navigateurs --> <object data="/movie.swf" type="application/xshockwave-flash" width="320" height="240"> </object> </video>

Les attributs width et height de la balise <video> définissent respectivement la largeur et la hauteur de la fenêtre affichant le contenu. L’attribut controls ajoute à la vidéo des boutons de contrôles tels que Lecture, Pause, Stop, etc.

date

Une date, le navigateur affichera un calendrier permettant une sélection facile

number

Un numéro, il est possible de définir les valeurs minimales et maximales admises avec les attributs min et max

range

Une plage de valeurs numériques

email

Une adresse email ou une liste d’adresses email

tel

Un numéro de téléphone

color

Un code couleur (par exemple #000000 pour le noir)

Exemple: Date de naissance: <input type="date" /> Email: <input type="email"/>

En connaissant précisément le type de données, le navigateur peut utiliser des composants graphiques plus adaptés, par exemple un calendrier pour la sélection d’une date. Autre exemple, l’iPhone affiche uniquement le clavier numérique pour les champs de type “number” et “tel”. Les navigateurs récents peuvent également valider les formulaires, en contrôlant par exemple la syntaxe d’une adresse email. Les anciens navigateurs traitent les types de champs qu’ils ne connaissent pas comme étant du texte simple (type=”text”). HTML 5 introduit également de nouveaux attributs pour les champs, notamment: placeholder Permet de définir une valeur par défaut lorsque le champ n’a pas encore été rempli, par exemple Indiquez ici votre email required

Indique que le champ doit être rempli, le navigateur pourra afficher un message d’erreur si ce n’est pas le cas

pattern

Permet de définir une expression régulière à respecter pour la valeur du champ, par exemple d{4} pour un code postal suisse (4 chiffres, pas de lettres)

La balise <audio> Comme pour la vidéo, il n’était pas possible de jouer de l’audio sans plugin avant HTML 5. La nouvelle balise <audio> règle le problème, mais encore une fois, l’encodage pose des difficultés. Google Chrome, Firefox et Opera utilisent Vorbis, un format ouvert, alors qu’Internet Explorer et Safari utilisent MP3, un format propriétaire. Comme pour la vidéo, il est donc nécessaire d’encoder son audio dans les deux formats et de le préciser à l’aide de la balise <source>. Exemple: <audio controls="controls"> <!-- audio encodé avec Vorbis pour Google Chrome, Firefox et Opera --> <source src="/song.ogg" type="audio/ogg" /> <!-- audio encodé avec MP3 pour Safari & Internet Explorer --> <source src="/song.mp3" type="audio/mpeg" /> <!-- lecteur Flash pour le support des anciens navigateurs → <object data="/song.swf" type="application/xshockwave-flash"> </object> </audio>

6 flash informatique

Exemple: Code postal: <input type="number" pattern="d{4}" placeholder="(4 chiffres)" required>

Le cache offline Avec HTML 5 il est possible de spécifier au navigateur une liste de ressources (feuille de style CSS, scripts, icônes, etc.) à télécharger dans le cache afin de rendre les accès ultérieurs au site plus rapide. Ce mécanisme permet également de rendre le site disponible en mode offline, ce qui est particulièrement utile pour les applications mobiles. La première étape consiste à créer un cache manifest. Il s’agit simplement d’un petit fichier texte que vous déposerez sur votre

HTML 5, une introduction site, généralement à la racine. Le nom n’a pas d’importance, dans cet exemple nous l’appellerons cache.appcache. Le format est le suivant: CACHE MANIFEST # La ligne ci-dessus est obligatoire, elle marque # le début du fichier. # On listera en dessous les ressources à mettre # en cache, une par ligne. # Il n’est pas possible d’utiliser des # expressions régulières. /images/logo.png /style.css # Les ressources peuvent être hébergées sur un # autre serveur, ce qui permet d’inclure une # librairie externe: http://code.jquery.com/jquery-1.6.4.min.js NETWORK: # Après la ligne “NETWORK:” on listera les # ressources qui nécessitent un accès au réseau, # par exemple une page dynamique. Il est possible # ici de mettre une étoile (*) afin de permettre # eau navigateur de charger tout fichier non # présent dans le cache *

Il faut ensuite déclarer votre cache manifest dans la balise <html>, comme ceci: <html manifest="/cache.appcache">

Dernière étape, il est impératif que votre serveur Web transmette le cache manifest avec le type MIME text/cache-manifest. Avec Apache, il suffit de rajouter la ligne suivante dans le fichier de configuration .htaccess (ou dans la configuration globale du serveur):

De la même manière, certains attributs sont désormais obsolètes: z align et valign z cellpadding, cellspacing et nowrap pour les cellules des tableaux z width pour certaines balises, etc. Bien sûr, les nouveaux navigateurs tolèrent ces balises et attributs et continuent de les prendre en compte, il est cependant temps, en 2012, d’utiliser CSS!

Conclusion Cet article introduit une toute petite partie des changements apportés par HTML 5. Même si la spécification définitive n’est pas prévue avant 2014 (!), il est possible d’utiliser dès aujourd’hui certains éléments tout en gardant une compatibilité avec les anciens navigateurs. D’autres innovations, comme les canvas permettant de générer des images 2D à l’aide de scripts, ne fonctionnent que sur les nouveaux butineurs. On peut cependant se réjouir de la décision récente de Microsoft d’inclure Internet Explorer dans les mises à jour automatiques de Windows, ce qui devrait limiter grandement le nombre de personnes utilisant un navigateur obsolète.

  Article du FI-EPFL 2012 sous licence CC BY-SA 3.0 / L. Boatto

AddType text/cache-manifest .appcache

Les navigateurs supportant le mode offline téléchargent le cache manifest lors de chaque accès au site. Si le contenu de ce fichier n’a pas changé, les ressources déjà présentes dans le cache ne sont pas rechargées. Si vous avez édité une des ressources (par exemple la feuille de style CSS), il est impératif de modifier le contenu du cache manifest pour que ces évolutions soient prises en compte. Une solution simple consiste à inclure, dans un commentaire du cache manifest, un numéro de version que vous incrémenterez au fur et à mesure de vos modifications, par exemple:

La couleur 2012

# Version: 12

Les anciens navigateurs ignorent les cache manifest.

Les balises et attributs supprimés Dans la spécification d’HTML 5, seul l’usage de CSS est prévu pour définir la présentation du document (taille des polices, alignements, couleurs, etc.). Les balises de présentation ne peuvent donc plus être utilisées. Parmi celles-ci, citons notamment: z big z font z center z u

31 JANVIER 2012 - N°1

7

Actualités

Rapport de voyage JRES 2011 Soumaya.Lanouar@epfl.ch, Jaouher.Garreb@epfl.ch, Daniel.Grandjean@efl.ch & Richard.Timsit@epfl.ch, EPFL – Domaine IT, équipe réseau

Some impressions on the biennial network days of French academies… Quelques impressions de ce rassemblement bi-annuel de professionnels des réseaux informatiques.

Nous avons assisté avec grand intérêt à cette cuvée 2011 des journées réseau organisée par et pour les universitaires et scientifiques français qui s'ouvrent depuis quelques années aux communautés francophones similaires.

Toulouse 2011 Merveilleusement bien accueillis dans la belle ville rose de Toulouse nous avons pu profiter des conférences dans les meilleures conditions. Il faut dire que nous étions partis à quatre de notre équipe, deux anciens et deux nouveaux, histoire de partager au mieux une vision stratégique et de faire un peu le point sur l'état de l'art en matière de gestion d'un réseau de campus. Sur le plan de la vision stratégique nous sommes restés passablement sur notre faim, la communauté des universitaires français probablement sur le coup de récentes restrictions budgétaires et restructurations semblait assez mal vivre ces nouvelles politiques managériales qui visent à faire fonctionner les universités et les grandes écoles comme des entreprises... [1]. Les séances plénières autour de la gouvernance d'Internet [2] sa Neutralité [3], Internet et la fracture civique [4], Logiciels libres [5] ou encore La nouvelle fabrique de la confiance numérique [6] ont passionné la majorité des 1800 inscrits.

IPv6 Ventilés dans les différentes conférences techniques, nous nous sommes plus intéressés aux problèmes du déploiement d'IPv6, à l'évolution de la téléphonie sur IP et aux évolutions d'architectures de campus qu'aux problématiques de réseaux sociaux, de courriel ou de Web. Le déploiement d'IPv6 révèle le fossé qui existe entre les promesses des constructeurs et le comportement de leurs équipements dans la réalité. La seule solution maintenant – cf La fin annoncée d'IPv4 [7] – est de se lancer dans ce déploiement pour révéler et faire corriger les manques de performances et les bugs au fur et à mesure où nous les découvrirons. Thomas Podermanski du campus de Brno [8] et Mathieu Herrb du CNRS [9] ont fait des interventions bien intéressantes relatant leur pratique.

8 flash informatique

L'architecture des réseaux de campus évolue partout comme la nôtre en misant sur la redondance pour offrir la fiabilité indispensable [10]. Elle devient cependant de plus en plus hétérogène à cause du poids des critères économiques pour le choix des constructeurs et aussi par le brassage induit par quelques restructurations inopinées. Cette situation oblige à gérer le réseau avec des outils qui offrent une interface de plus en plus abstraite aux composants. Nous avons eu un petit intermède agréable avec la visite de Massimo Banzi venu nous parler d'Arduino, mais vous aurez dans le FI de mars un article sur ce sujet.

Enfin… L'ambiance était magnifique malgré l'inquiétude d'un bon nombre de présents quant à leur avenir dans une situation économique menaçant les budgets pour la recherche et l'enseignement.

Références [1] RIVIÈRE, Anne, BOITIER, Marie. Nouveau Management Public dans l’ESR: objectifs et impacts potentiels ? réf. 202 [2] WEILL, Mathieu. La gouvernance de l'Internet. réf. 199 [3] BAYART, Benjamin. Internet, neutralité / Définitions et enjeux. réf. 198 [4] VEDEL, Thierry. Internet et la fracture civique. réf. 197 [5] PELLEGRINI, François. Interopérabilité, formats ouverts et logiciels libres. réf. 196 [6] KAPKAN, Daniel. La nouvelle fabrique de la confiance numérique. réf. 194 [7] GUILLARD, Alix. La fin annoncée d'IPv4. réf. 180 [8] PODERMANSKI, Tomas, MATEJ , Gregr. Deploying IPv6 in University Campus Network - Practical Problems. réf. 141 [9] HERRB, Matthieu. Comment vivre avec un réseau IPv6 pur. réf. 57 [10] SAILLARD, Christophe, BOGGIA, Sébastien. Osiris 3, du backbone jusqu'à la prise. réf. 59. L'enregistrement de toutes les présentations est accessible à partir du site https://conf-ng.jres.org/2011/planning.html n

À votre service

Aries, la nouvelle constellation du calcul mutualisé Michela.Thiemard@epfl.ch, EPFL – Domaine IT, coordinatrice cellule HPC

Shared HPC clusters managed by DIT are expanded with Aries'arrival, on February the 1st, 2012. L’offre HPC du DIT en clusters mutualisés s’est étendue avec l’arrivée d’Aries, le 1er février 2012.

z 1 serveur frontal w bi-processeurs AMD Opteron 6176 (Magny-Cours) à 2.3 GHz, dodeca-cœurs, pour un total de 24 cœurs w 24 GB de RAM w 2 disques internes de 2 TB en RAID 1 z un stockage GPFS de 43.6 TB effectifs w 6.6 TB pour home w 37 TB pour scratch w accessibles par 2 serveurs de fichiers Intel.

Afin de renouveler les clusters du DIT, en vue de l’arrêt de Callisto, Antares, Jupiter et Pleiades qui arriveront au terme de leur vie à fin 2012, un nouveau cluster, nommé Aries, a rejoint l’offre des clusters mutualisés. Suite à un appel d’offres OMC qui s’est déroulé entre avril et septembre 2011, sur décision du CoPil HPC  &, le DIT a commandé un cluster IBM de 1104 cœurs AMD avec la possibilité de doubler sa capacité, tant en nombre de nœuds qu’en espace de stockage, sur 2012. Aries sera mis en production le 1er février 2012.

Les nœuds de calcul, la frontale ainsi que le système de fichiers sont connectés via un switch Mellanox 1 par un réseau d’interconnexion rapide InfiniBand 2 QDR à 40 Gb/s. Toute l’infrastructure, installée dans la salle serveurs du bâtiment de mathématiques, occupe 62 U (rack unit) logés dans 2 racks de 52 U Knürr avec porte arrière refroidissante passive à eau de type CoolTherm® 3.

Configuration hardware

Configuration logicielle Nœud 23

Nœud 1

InfiniBand QDR

Gigabit Ethernet

Serveur de fichiers 1 home Frontale

Serveur de fichiers 2 Fiber Channel

scratch

Campus

Architecture du cluster Aries

Une description complète est disponible sur le site Web hpc-dit.epfl.ch/clusters/aries.php. Cependant, ses caractéristiques principales sont les suivantes: z 23 nœuds de calcul w quadri-processeurs AMD Opteron 6176 (Magny-Cours) à 2.3 GHz, dodeca-cœurs, pour un total de 48 cœurs par nœud w 192 GB RAM/nœud, i.e. 4 GB de RAM par cœur 1

mellanox.com

2

infinibandta.org

3

emersonnetworkpower.com

Le système d’exploitation est SLES 11 (SuSE Linux Entreprise Server) et le cluster est géré par xCAT2. L’outil d’ordonnancement des tâches est PBSPro, qui est également utilisé sur les autres clusters gérés par le DIT. Sur Aries, on trouve les logiciels usuels pour du calcul, entre autres des compilateurs (gcc, Intel), des logiciels de dialogue inter-processus (Open MPI, MVAPICH2), des librairies mathématiques (ATLAS, LAPACK, SCALAPACK,…), MATLAB,… Il est bien évidemment toujours possible de demander l’installation de nouveaux logiciels pertinents pour le calcul.

Accès à Aries Le cluster est disponible pendant 4 ans du 1er février 2012 au 31 janvier 2016. Il est possible d’y accéder en mode production ou en mode test. z Mode production w Achat de parts du cluster formé de 21 nœuds. Ces parts sont définies à l’avance pour chaque période de 6 mois. w Achat de nœuds privés jusqu’à concurrence d’un cluster de 44 nœuds. z Mode test w accès gratuit à la machine pour des jobs de courte durée et à un nombre limité de nœuds. Remarquons que 2 nœuds sont dédiés au débogage du lundi au vendredi, de 9 heures et 17 heures.

31 JANVIER 2012 - N°1

9

Aries

Analyse

Enquête sur les Jean-Claude.Berney@epfl.ch, EPFL, directeur du Domaine IT

A Unified Communications survey conducted at EPFL has shown that a third of the users don’t need a fixed phone, that instant messaging is already heavily used and that the needs for mobility and videoconferencing are important . The future replacement of the EPFL’s central telephone switch must take account of these results.

Vue avant du cluster Aries

Une enquête sur les besoins en Communication Unifiées à l'EPFL a montré qu'un tiers des utilisateurs seraient prêts à se passer d'un téléphone fixe, que la messagerie instantanée était déjà fortement utilisée et que les besoins de mobilité et en vidéoconférence étaient importants. Le futur remplacement du central téléphonique de l'EPFL devra tenir compte de ces résultats.

Qu’entend-on par Communications Unifiées (UC) ?

Vue arrière du cluster Aries

Un échéancier 4 complet relatant les périodes de financement, leurs prix, les modalités pour l’achat de nœuds privés ainsi que les caractéristiques 5 de gestion des jobs sont disponibles sur le Web. Tentés par ce nouveau cluster ? Alors n’hésitez pas à le tester en demandant un compte sur hpc-dit.epfl.ch/accounts ou à nous contacter pour de plus amples renseignements: aries-admins@ groupes.epfl.ch. n 4

hpc-dit.epflch/intranet/docs/aries-schedule-fr.pdf

5

hpc-dit.epfl.ch/clusters/aries.php

GLOSSAIRE

&

Copil HPC: comité de pilotage du calcul à haute performance à l'EPFL.

10 flash informatique

Les Communications Unifiées représentent un ensemble de services permettant d’intégrer étroitement: z Les moyens de communications temps réel (téléphonie fixe/ mobile), conférences audio/vidéo), z Les outils de travail collaboratif (messagerie instantanée, présence, Web-conférences, partage de documents ou d’écrans), z L’environnement informatique (les outils de bureautique, messagerie électronique, agenda, annuaires). Le sujet est d’actualité dans beaucoup d’entreprises, car la téléphonie basée historiquement sur la technologie TDM (Time Division Multiplexing ou en français: téléphonie à Commutation Numérique Temporelle) est en bout de course et toutes les nouvelles solutions proposées par les constructeurs sont basées sur la voix sur IP. Le fait d’utiliser le protocole IP permet une intégration naturelle avec toutes les solutions informatiques déjà en place dans les entreprises, d’où cette notion de Communications Unifiées.

Objectifs et contexte de l’enquête Cette enquête avait pour but de prendre en compte de façon optimale les besoins des utilisateurs en termes de communications unifiées, afin d’aider à effectuer le choix le plus judicieux possible en ce qui concerne le remplacement de la téléphonie TDM par la téléphonie sur IP et identifier les fonctionnalités qu’il faudrait implémenter prioritairement. Cette enquête faisait partie d’un mandat plus large donné à la société Arthus Technologies. Les autres aspects consistaient en une

besoins en communications unifiées

évaluation des principales solutions de téléphonie sur IP actuellement sur le marché en fonction des besoins spécifiques de l’EPFL et en une évaluation des coûts de migration et d’exploitation correspondants pour l’EPFL.

Déroulement du sondage Le sondage a été effectué en juin 2011. Un message officiel a été envoyé à tout le personnel de l’EPFL (6541 personnes). Les étudiants ne faisaient pas partie du sondage, uniquement quelquesuns de leurs représentants ont été interviewés. Le sondage comportait dix questions générales et deux questions supplémentaires pour les utilisateurs ayant besoin de mobilité. Le temps moyen pour remplir le questionnaire était d’environ 8 minutes. Plus de 1700 personnes, soit 26% du personnel de l’EPFL, ont répondu au sondage et 90% des questionnaires ont été entièrement remplis. (1/4 en anglais et 3/4 en français). Un message de rappel et la possibilité de gagner un iPad 2 (remporté par un collaborateur de la faculté SB) ont permis d’atteindre ce très bon score pour ce type d’enquête. Nous avons analysé les données du sondage par type de population et les grandes tendances restent les mêmes. Les principales différences dans les besoins spécifiques sont plutôt apparues dans les séances d’entretiens collectifs ou individuels qui ont été entrepris afin de compléter les informations fournies par le sondage.

Résultats et analyses du sondage

Comme le montre le graphe ci-dessous, l’importance de la voix dans les moyens de communication reste prioritaire. Il faut tout de même mentionner que la messagerie instantanée (que nous appellerons IM pour Instant Messaging dans la suite du document) est maintenant largement utilisée et aussi considérée comme un moyen de communication en temps réel. Nous notons que la vidéo n’est pas prioritaire sans toutefois être exclue des besoins. 1800 1600 1400 1200 1000 800 600 400 200 0 Téléphone fixe à votre place de travail

Téléphone mobile haute

Vidéo-conférence (via webcam)

moyenne

basse

Messagerie instantanée (Chat)

graphe 2 – Importance des moyens de communication

Les deux tiers du personnel de l’EPFL ont actuellement moins de 10 contacts quotidiens, hors emails (principalement par téléphone). Le sondage a permis de connaître la répartition des types d’ordinateurs utilisés par les collaborateurs de l’EPFL ainsi que les systèmes d’exploitation principalement utilisés:

Généralités Chaque personne participant au sondage s’est identifiée par son adresse email (@epfl.ch) et a renseigné la catégorie d’utilisateurs à laquelle elle appartient:

Autre Sé 17% cu rité Hel p-d (PCC esk , ou SHE cal , G l ce IT nte ) 1 r 2%% Assistant(e ) administra tif(ve) de professe ur 4%

Linux 10% Laptop 39%

les deux 28%

Apple 29% Desktop 33%

graphe 3 – Type d’ordinateurs Chercheur/Doctorant 44%

Professeur 8%

Administratif 24%

Windows 61%

graphe 4 – Systèmes d’exploitation

Nous constatons donc que près de 40% du personnel de l’EPFL n’utilise pas Windows comme système d’exploitation principal. Ce paramètre aura son importance dans la sélection des solutions de communications unifiées et leurs aptitudes à être compatibles avec les systèmes d’exploitation utilisés à l’EPFL. Nous constatons aussi que deux tiers de collaborateurs de l’EPFL possèdent au moins un ordinateur portable.

graphe 1 – Répartition par catégorie d’utilisateurs

31 JANVIER 2012 - N°1

11

Enquête sur les besoins en communications unifiées

Fonctionnalités de la téléphonie Dans la gamme étendue des fonctionnalités qu’offre la téléphonie classique, nous avons demandé aux utilisateurs de les noter par degrés d’importance pour leur usage professionnel en précisant les fonctions déjà disponibles sur le système téléphonique existant (Nortel).

cation audio et/ou vidéo. Le graphe suivant résume l’importance que portent les utilisateurs de l’EPFL à ces fonctionnalités: 1400 1200 1000 800

100%

600

90% 80%

400

70%

200

60%

■ Fonction indispensable

■ fonction indispensable

■ Fonction souhaitée

■ fonction souhaitée

graphe 7 – Importance des fonctionnalités avancées logicielles d’IM

graphe 5 – Importance des fonctionnalités de la téléphonie

Comme le montre clairement le graphe ci-après, le fait d’identifier son interlocuteur reste prioritaire. Pouvoir bénéficier facilement de l’historique des appels avec une possibilité de rappel simple et pouvoir aussi dévier ses appels en cas d’absence (courte ou prolongée) font partie des fonctions les plus demandées. L’utilisation de la boîte vocale reste aussi très importante. L’intérêt dans le transfert d’appel et aussi celui des conférences à trois démontrent un besoin d’interactivité et de travail collaboratif dans les discussions professionnelles.

Messagerie instantanée (IM) et Présence L’enquête démontre que près de 92% du personnel de l’EPFL utilise au moins un logiciel de messagerie instantanée et que plus de deux tiers utilisent aussi les possibilités audio et vidéo. Le graphe ci-dessous montre clairement que c’est Skype qui est principalement utilisé pour les flux audio et vidéo et que 5 logiciels se partagent la partie IM (Skype, Google, Facebook, MSN et Pidgin).

À nouveau, nous constatons que le travail collaboratif et l’interactivité entre collaborateurs de l’EPFL sont les tendances les plus fortes (67% des utilisateurs désirent le partage de documents et/ ou d’écran).

Messagerie unifiée L’enquête montre que le principal intérêt des utilisateurs en terme de messagerie unifiée réside dans la numérisation des fax, qu’ils soient entrants ou sortants. L’EPFL disposant aujourd’hui de plus de 400 fax, l’intégration d’un serveur de fax à la messagerie existante doit être sérieusement considérée d’autant plus qu’elle sera sûrement bien reçue par les utilisateurs. D’autre part les fonctionnalités avancées de la messagerie vocale (réception des messages vocaux dans sa messagerie et une messagerie vocale unique pour son téléphone fixe et son téléphone mobile) sont fortement souhaitées. Les fonctionnalités de conversion de texte vers la voix (text-to-speech) ou de la voix vers du texte (speech-to-text) paraissent beaucoup moins prioritaires.

Évolution du poste de travail

1000 800 600

Softphone 7%

400 200 Lync

Empathy

Adium

iChat

Yahoo

Pidgin

MSN

Facebook

Google

Skype

0

■ Chat

■ Audio ■ Vidéo

Softphone et Mobile 26%

Fixe et Mobile 34%

graphe 6 – Utilisation des logiciels par type de flux

D’après les commentaires, nous avons aussi noté l‘utilisation répandue de WhatsApp pour la partie IM et aussi l’utilisation de SMS comme moyen de communication temps réel. Au-delà des fonctionnalités de chat, certains logiciels de messagerie instantanée offrent la possibilité de fonctions plus avancées comme le partage d’écran ou d’escalade d’un IM en communi-

12 flash informatique

Escalader un IM en video

Escalader un IM en audio

Instant messaging en chatroom

Multi-lignes

Double appel

Musique en attente

Free seating

Meet-Me

Parcage d'appel

Conférence 3+

Rappel automatique

Touches de raccourcis

Conférence à trois

Transfert d'appel

Déviation d'appel

Messagerie vocale

Historique des appels

Identification de l'appelant

0%

Présence

20%

Instant messaging

30%

Click-to-call

40%

Partage des documents

0

50%

Fixe, Softphone et Mobile 15%

Fixe et Softphone 15%

graphe 8 – Répartition des configurations de postes de travail souhaitées

Enquête sur les besoins en communications unifiées L’utilisation importante de Skype au sein de l’EPFL et le nombre important de smartphones professionnels déjà en service expliquent sûrement le fait que 33% des collaborateurs sont prêts à ne plus avoir de téléphone fixe à leur place de travail.

Besoins de mobilité À la question sur les besoins de mobilité, 53% du personnel de l’EPFL a répondu avoir des besoins importants. Pour la moitié de ces personnes, les voyages sont une des causes de besoins de mobilité, mais il est aussi intéressant de constater que la partie à domicile atteint plus de 60%. En termes de fonctionnalités, l’accès à l’annuaire d’entreprise depuis son Smartphone reste le besoin le plus important. Les personnes mobiles voyageant régulièrement à l’étranger ont très souvent commenté les prix prohibitifs du roaming (que ce soit pour les appels ou pour le transfert de données).

Séances d’entretiens Les étudiants Du point de vue des étudiants, les moyens de communication sont principalement le chat au travers de leur Smartphone via des applications comme Facebook, WhatsApp et Skype. La plate-forme Moodle est largement utilisée pour échanger des informations entre Professeurs et étudiants.

Les VIP Un point important qui ressort de ces entretiens est celui de l’importance décroissante du téléphone physique à sa place de travail. Ceci est évidemment conditionné au fait d’avoir une qualité audio de même niveau, ce qui est possible sur un réseau bien dimensionné et contrôlé. Nous remarquons aussi que des communautés de travail se sont créées naturellement autour de Skype, et ce de plus en plus depuis que Skype permet le partage de documents en temps réels aussi sur MAC. La possibilité de conférences téléphoniques à large échelle permettant un travail collaboratif efficace reste un besoin très important. Le principe du statut de présence est bien perçu et identifié surtout comme un avantage pour définir le bon moment et le bon média (chat, audio, vidéo) pour communiquer avec la personne voulue.

emails. Enfin, les professeurs que nous avons rencontrés sont aussi très ouverts au remplacement du téléphone fixe par un softphone.

Les chercheurs et doctorants Un point important a été soulevé sur la compatibilité avec le système d’exploitation Linux largement utilisé dans les laboratoires. Il conviendra donc de s’intéresser à la compatibilité de la solution de communications unifiées avec des clients tels que Empathy ou Pidgin, au moins pour le statut de présence et pour le chat. La solution future devra surtout s’intégrer au mieux avec les outils existants et même en remplacer certains pour éviter une nième application non fédératrice.

La suite… L’enquête nous a apporté beaucoup d’information, mais il est nécessaire d’étudier plus à fond les conséquences pratiques de l’introduction des Communications Unifiées. Pour cela, un projet se déroulera pendant le 1er semestre 2012, afin de construire un laboratoire avec 2-3 solutions leader du marché. Dans un premier temps, l’objectif sera de mettre en œuvre les configurations correspondantes (postes client et infrastructure serveur) et ultérieurement de valider avec une population choisie d’utilisateurs les différents usages: z Téléphone fixe, téléphone mobile, smartphone, softphone, z Différents types de postes de travail (Windows, Mac OSX, Linux, iOS, Android, Windows Mobile), z Différentes situations (bureau, maison, déplacement, séminaire). Au terme de ce laboratoire, nous devrions disposer de tous les éléments nécessaires pour traiter du sujet en séance de Direction de l’EPFL.

Remerciements Nos remerciements à tous les collaborateurs de l’EPFL qui ont répondu à l’enquête et à Arthus Technologies pour avoir conduit cette enquête et rédigé le rapport final dont cet article reprend beaucoup d’éléments. n

Les professeurs Les professeurs confirment les tendances décrites par les VIP à savoir que des communautés se sont créées et que chacun recherche toujours la meilleure solution pour initier des conférences collaboratives. Nous notons que la possibilité d’enregistrer ces séances fait partie des demandes. Idéalement, il faudrait pouvoir initier une conférence vidéo permettant aussi le partage du support de la présentation, que ce support soit modifiable à partir d’un whiteboard et/ou que les personnes visionnant cette conférence puissent aussi intervenir (poser une question par exemple). En règle générale, ces personnes voyagent à l’étranger et la tendance est de laisser le GPRS data ouvert pour la récupération des 31 JANVIER 2012 - N°1

13

À votre service

Distrilog2 – une nouvelle ère… Version 1.0.x Beta Thierry.Charles@epfl.ch, EPFL – Domaine IT, développeur de Distrilog2

Distrilog, EPFL’s general use software distribution platform, has just undergone a major revamping. Read on to discover its new features. Distrilog, serveur de distribution de logiciels d’intérêt général à l’EPFL, vient de subir une mue majeure. Découvrez en ici les nouvelles fonctionnalités.

Introduction Depuis de très nombreuses années, le service Distrilog n’a quasiment pas bougé, tout au plus la fonctionnalité logiciel avec validation a été ajoutée sous la forme d’une rustine plus ou moins bien adaptée: DistrilogExtension pour les logiciels particulièrement coûteux. Le besoin de revoir en profondeur le service est devenu indispensable et – après de nombreux efforts – nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en route de Distrilog2. Pour éviter de polluer la nouvelle base de données avec les nombreux orphelins de Distrilog1, il a été décidé de ne pas transférer automatiquement les données actuellement existantes. Pour cela, un courriel avec la liste des logiciels commandés sur Distrilog1 sera envoyé à chaque utilisateur, à lui de reporter sur Distrilog2 ceux qui sont effectivement utilisés. Distrilog1 restera disponible en lecture seule pour une période de six mois à partir de la mise en service officielle de Distrilog2, ce qui vous permettra de faire la transition en douceur et sans stress.

Mise en service officielle Le site de Distrilog2 est d’ores et déjà en service et vous pouvez l’utiliser pour passer toute nouvelle commande. La mise en service officielle est planifiée pour le 1er février 2012 à 16h00 , à partir de cette date vous ne pourrez donc plus utiliser l’ancien Distrilog pour commander de nouveaux logiciels.

Accès au service Tout d’abord vous devez être titulaire du droit Distrilog  d’Accred  & pour pouvoir accéder au site (comme avec Distrilog1). Ensuite, il suffit d’employer votre butineur Web préféré et de taper l’adresse: d2.epfl.ch. Dès la mise en service officielle, l’url distrilog.epfl.ch redirigera vers l’url ci-dessus. L’accès à l’ancien Distrilog se fera via distrilog1.epfl.ch ou d1.epfl.ch .

14 flash informatique

Si vous n’avez pas ouvert préalablement une page demandant une authentification Tequila (info: tequila.epfl.ch), une page demandant de vous authentifier apparaîtra. Si vous appartenez à plusieurs unités, Tequila vous demandera pour quelle unité vous désirez vous authentifier, et ce même si vous vous étiez déjà authentifié préalablement. L’authentification a une durée limitée sur Distrilog. Cette limite a été fixée à 20 minutes après le dernier affichage de page (temps de session). Passé ce délai une réauthentification est nécessaire.

Page principale (Home)

Sur la partie supérieure sont affichés votre identifiant actuel et le montant de vos dépenses. Ces informations sont visibles en permanence quelle que soit la page de Distrilog affichée. La partie centrale contient des informations (pertinentes ?) et la liste des derniers logiciels entrés dans le système. La partie gauche contient le menu principal. Son contenu peut varier en fonction de vos droits Accred ou de droits internes à Distrilog.

Concepts de base Le caddie Le caddie vous permet de faire une sélection des logiciels que vous voulez commander. Il est persistant et personnel, cela signifie que tant que vous n’avez pas passé une commande ou que ne l’avez pas volontairement vidé son contenu reste disponible, même après une fermeture de session. Exemple:

Distrilog2 – une nouvelle ère…

Le coût des logiciels Malheureusement, pour des raisons contractuelles ou techniques, il est difficile, impossible, voire interdit de donner le coût exact d’un logiciel en francs suisses. Pour contourner le problème nous avons inventé une monnaie nommée Crédit Distrilog ou CrD, en abrégé. Le coût (en Crd) affiché d’un logiciel ne représente donc pas un coût réel, mais la consommation d’une ressource pour une personne ou une unité donnée. Vous pouvez rajouter au contenu de ce caddie une liste de logiciels préparée:

Détail d’une liste:

Vous pouvez sauvegarder un caddie comme Liste de logiciels préparée. Cette liste sera alors visible par toute personne de votre unité (par défaut):

Principe de location Lorsque vous commandez un logiciel sur Distrilog, vous faites en réalité une demande de location. Il vous sera demandé annuellement et de façon groupée de signifier à Distrilog que vous utilisez toujours ces logiciels (cette confirmation ne vous demandera que quelques minutes par année !!!).

Principe de validation Pour certains logiciels coûteux, il sera demandé à la personne effectuant la commande de faire valider celle-ci auprès d’un validateur en fournissant un justificatif de l’emploi de ces logiciels. Ce justificatif doit être rempli correctement et être le plus précis possible: parce que j’en ai besoin dans le cadre de mon travail est un justificatif inacceptable et votre validateur devrait le refuser; formulez-le, par exemple, comme ceci: ce logiciel est le seul à prendre en compte la fonctionnalité d’importation de fichiers P1N utilisée dans le cadre du projet MEMOALA en collaboration avec le groupe BPF.

Résiliation d’un logiciel commandé Lorsqu’un logiciel est résilié dans le délai de grâce spécifié dans la fiche du logiciel, aucun CrD n’est consommé. Au-delà de ce délai, le montant est consommé jusqu’à la prochaine période de location.

Commande d’un logiciel Une machine Dans Distrilog2, tout logiciel commandé doit être lié à une machine (un ordinateur ou autre). Ceci permet, à vous comme à nous, de vérifier et d’éviter des commandes en double pour une même machine. Il reste cependant possible de commander plusieurs fois le même logiciel pour une machine donnée selon le contexte et le type de licence dudit logiciel. L’élément déterminant d’une machine est son numéro d’inventaire EPFL (étiquette jaune avec un code barre et le logo EPFL): Un nom courant (vous permettant de repérer facilement la machine) vous est également demandé. Il est conseillé d’utiliser le nom d’ordinateur tel qu’il est donné dans le système d’exploitation de celui-ci. Vous pouvez également être plus précis, par exemple: siipc99, PC de Julien.

Trouver un logiciel en naviguant dans Distrilog Dans le menu, à gauche, cliquez sur Naviguer dans Distrilog. Une arborescence des logiciels disponibles s’affichera: En ouvrant l’arborescence, vous pourrez trouver le logiciel désiré (p. ex. ici Microsoft Office).

Trouver un logiciel avec le mini moteur de recherche Dans le menu, à gauche, cliquez sur Rechercher un logiciel et entrez la recherche désirée (p. ex. ici Office):

31 JANVIER 2012 - N°1

15

Distrilog2 – une nouvelle ère…

Sélectionner la version désirée En cliquant dans la colonne Infos, face à la plate-forme choisie:

1

Par exemple, ici, Microsoft Windows, une information détaillée s’affiche:

2

3 Si un logiciel au moins demande une validation, le formulaire affichera alors des inscriptions supplémentaires vous demandant de remplir un justificatif ainsi que de choisir un validateur:

Il se peut, selon le logiciel, qu’une ou plusieurs options s’affichent en dessus du bouton Ajouter au caddie, comme le choix de la langue, par exemple. Si ce choix n’est pas affiché, cela indique qu’il n’est pas significatif quant à la licence d’utilisation. Si ce logiciel correspond à ce que vous désirez, ajoutez-le au caddie au moyen du bouton idoine. Une fois que votre caddie est rempli des logiciels désirez, vous pouvez…

Passer commande des logiciels dans le caddie Sur la page du Caddie, que vous pouvez afficher à tout moment en cliquant sur Mon caddie dans le menu à gauche, cliquez sur le bouton commander (voir 1 ci-contre). Le système vous affiche la première étape, où il s’agit de spécifier sur quelle(s) machine(s) vous allez installer le(s) logiciel(s). S’il s’agit d’une nouvelle machine il vous suffit de compléter le formulaire affiché. Si la machine (ou un groupe de machines) existe déjà, sélectionnez là dans la liste déroulante (p. ex. ici TCLINE2) (voir 2 ci-contre). Dans l’étape 2, il vous sera demandé de confirmer votre commande (le coût total en Crd est mis en évidence) ( voir 3 ci-contre).

16 flash informatique

N’oubliez pas d’être le plus exhaustif possible dans votre justificatif, c’est sur cette base uniquement que le validateur pourra accepter ou refuser votre demande ! Si vous êtes vous-même le validateur de votre groupe, votre commande sera validée automatiquement, cela ne doit pas vous empêcher de donner un justificatif correct ! Pour la gestion de la validation, voir le point  Validation plus loin dans ce document.

Distrilog2 – une nouvelle ère…

Consultation des logiciels commandés

Résilier un logiciel

Cliquez dans  Mes Logiciels dans le menu à gauche. Vous pouvez afficher par No de commande (trié par date inverse, par exemple):

Dans la liste des logiciels affichés selon une commande ou selon une machine, cliquez sur le lien SUPPRIMER !!! en regard du logiciel devenu inutile. Rappel: Lorsqu’un logiciel est résilié dans le délai de grâce spécifié dans la fiche du logiciel, aucun CrD n’est consommé. Au-delà de ce délai, le montant est consommé jusqu’à la prochaine période de location.

Gestion des machines En cliquant sur Machines de mon unité, dans le menu à gauche, vous pouvez voir les machines qui sont actuellement enregistrées dans Distrilog au niveau de votre unité. Ou par machine: Par exemple, le détail d’une commande, puis le détail d’une machine:

Vous pouvez, dans le même formulaire, rajouter une nouvelle machine:

En cliquant sur Détail en face d’un logiciel, vous atteindrez la page d’information permettant d’installer le logiciel:

Groupes de machines Un groupe de machines est un ensemble de systèmes dont la configuration est identique ou très proche et dont la gestion des logiciels demande une fonctionnalité commune, par exemple, une salle de cours, un laboratoire, etc. Un groupe de machines est repéré par le préfixe GRP: ajouté à son étiquette. Une commande liée à un groupe de machines appliquera la commande à chacune des machines incluses dans groupe. Dans le formulaire juste ci-dessus, il y a un bouton Afficher les groupes de machines.

(Le site ici est en mode démo, le vrai code de licence ne s’affiche donc pas !)

31 JANVIER 2012 - N°1

17

Distrilog2 – une nouvelle ère… Vous pouvez ici créer un nouveau groupe de machines ou en modifier un existant. La visibilité du groupe de machine est liée à l’unité.

Gestion d’une identification différente Si vous êtes titulaire du droit Gescomlog d’Accred, vous avez la possibilité de gérer les logiciels (consultation, commande, suppression) pour une autre personne en prenant son identité pour l’unité (ou l’une des unités) liée(s) à ce droit. Dans ce cas, une option supplémentaire apparaît dans le menu à gauche Gérer une ID différente. Pour pouvoir utiliser cette option, vous devez connaître le numéro SCIPER  & de la personne (cette limitation est voulue, car seul le numéro SCIPER élimine toute ambiguïté). Vous pouvez le rechercher dans l’annuaire de l’EPFL (bottin.epfl.ch).

Entrez le No SCIPER et validez. La page principale de Distrilog s’affiche, mais avec une différence fondamentale dans l’indication d’identification:

en tenant compte du justificatif que le Demandeur vous a donné. Les justificatifs trop simples ou incomplets doivent être systématiquement refusés (par exemple: parce que j’en ai besoin dans le cadre de mon travail, ou bien: Pour l’installer sur mon ordinateur, ou encore: Pour faire de jolies images…). Lorsqu’un demandeur vous sollicite pour la validation d’un logiciel, vous recevrez un courriel avec un lien vers une page Web. Ce courriel a comme sujet DISTRILOG: Demande de validation pour….

Sur cette page Web est affiché le(s) logiciel(s) demandé(s), sur quelle machine(s) il sera(seront) installé(s) ainsi que le justificatif du demandeur. Vous devez choisir de refuser la demande (Non) ou ou l'accepter (Oui) avec un commentaire éventuel pour le demandeur puis cliquer sur le bouton Envoyer votre réponse au demandeur. Le système enverra alors la réponse au demandeur sous forme d’un courriel.

Conclusion Ce premier jet de Distrilog2 n’est certainement pas exempt de problèmes ou de difficultés inhérentes au système ou à l’utilisateur. Si vous vous retrouvez face à un obstacle, ayez le réflexe help desk: un coup de fil au 1234 ou un courriel à 1234@epfl.ch. Si vous avez des suggestions et/ou améliorations, un courriel adressé à distrilog@epfl.ch vous permettra de nous envoyer vos remarques. n Vous êtes maintenant identifié comme la personne choisie et vous pouvez effectuer toutes les opérations standards sur Distrilog (à l’exception des fonctionnalités administratives spécifiques de Distrilog). Pour quitter ce mode, cliquez sur le menu Gérer une ID différente à gauche:

&

Validation

GLOSSAIRE

Si vous êtes titulaire du droit ConfirmDistrilog vous êtes un Validateur dans le sens de Distrilog. En tant que tel, un utilisateur (Demandeur) peut effectuer une demande de validation pour un logiciel coûteux. Votre rôle est de vérifier le besoin réel du logiciel

Accred: application gérant les droits d’obtenir l’accès à des services/prestations fournis ou gérés par l’EPFL

18 flash informatique

SCIPER: identificateur à 6 chiffres se trouvant sur la carte CAMIPRO de chaque personne accréditée sur le campus.

Actualités

L'informatique à l'EPFL en 2011 Jean-Claude.Berney@epfl.ch, EPFL, directeur du Domaine IT

January is a good time to take a look at the past year from the IT point of view. Changement d’année, heure des bilans et des bonnes résolutions.

Stockage, sauvegarde et virtualisation Chaque collaborateur ou étudiant de l’EPFL dispose d’un espace personnel sur myNAS. Toute l’infrastructure de IS-Academia a été remplacée, d’où une amélioration des performances. La technologie FCoE a été introduite pour les serveurs de virtualisation.

Web Généralités 2011 fut principalement une année de transition pour le rattachement administratif du DIT, passé de la VPAI à la Présidence. Afin de mieux gérer les priorités, d’assurer la transparence des coûts et d’avoir un meilleur suivi des activités, une gestion de projets basée sur la méthode Hermes a été introduite et sera appliquée de façon plus étendue en 2012. Sur le plan du personnel du DIT, la situation est stable avec tout de même un renforcement du Call Center et du KIS. L’EPFL devient de plus en plus multi-sites (RAK, Bâle, Neuchâtel …), ce n’est pas sans conséquences notamment au niveau du réseau.

Logiciels Distrilog2, nouvelle plate-forme de distribution de logiciels a été développée et sera mise en service début 2012 (voir article dans ce numéro). Des développements pour une installation automatisée de Windows 7 ont été faits avec la Faculté STI.

Outils collaboratifs

plan.epfl.ch propose une version 3D, les sites Web principaux de l’EPFL sont adaptés aux mobiles: m.epfl.ch. Infoscience fait à présent une reprise automatique des informations de Web of Science.

Data center Un nouveau data center de 1MW a été mis en place dans la bâtiment INJ, la réflexion sur un nouveau data center de grande puissance et éventuellement hors site a été lancée.

Annuaires Open Directory a été mis en place à l’EPFL et utilisé par les Facultés SB et SV. Une réflexion sur les comptes invités a été initiée.

Support Une réflexion sur un support VIP et sur un support des services critiques pendant des événements ou examens hors heures standard a été faite.

De nouveaux besoins se font sentir pour communiquer, une enquête (voir article dans ce numéro) et une pré-étude ont été faites qui devraient permettre de choisir en 2012 une solution de communication unifiée.

Poseidon

Calcul Haute Performance

Réseau

Une nouvelle politique de Computational Science and Engineering (CSE) a été décidée. Le DIT s’est équipé d’un nouveau cluster ARIES, mis en service début 2012 (voir article dans ce numéro) et 80 nœuds ont été rajoutés dans la grille EPFL.

2011 vit le début des tests en grandeur nature d’IPv6.

Sécurité Suite à l’opération piratage éthique de fin 2010, plusieurs cours ciblés ont été organisés. La règle pour les mots de passe Gaspar a été durcie. Une étude pour une authentification forte pour des applications critiques a été menée, la mise en place d’une solution est prévue pour début 2012.

HP, Lenovo et Apple sont retenus pour l’offre de portables. Poseidon possède une deuxième antenne sur site (au RLC).

Communication Dans le Flash informatique, une série d’articles sur les logiciels libres a démarré en 2011. Le DIT organise un nouveau canal d’information pour les responsables informatique: l’heure-DIT. En 2012, un effort doit encore être fait pour améliorer la notion de responsable informatique (quel type d’information doit-il recevoir, quels sont ses droits, ses devoirs …). n

31 JANVIER 2012 - N°1

19

Analyse

MOBILITÉ Philippe.Vollichard@epfl.ch, EPFL - responsable et coordinateur du développement durable à l'EPFL Esteban.Rosales@bluewin.ch, géologue et illustrateur Daniel.Grandjean@epfl.ch, EPFL - Domaine IT, téléinformaticien

Un mot: mobilité – quelques regards: développement durable, téléinformatique et illustrateur.

Mobilité – PV T’es où? est la question favorite posée à mon mobile. Tellement mobile que je ne sais plus qui est où et où est qui. Pour m’y retrouver, je m’inspire des abeilles. Je me localise par antenne GPS, je forme des essaims par Facebook, j’héberge des ruches sur Google. Mais je ne vole pas et reste lamentablement cloué au sol, otage des deux dimensions et des réseaux saturés. Mon rêve d’agilité furtive se brise sur une inforoute. Mon automobile est immobile. Mon RER décélère. Mon avion tourne en rond. La mobilité s’arthrose. Je ne vole peut-être pas comme une abeille, mais je marche bien mieux qu’elle. Je franchis allègrement 6 kilomètres par heure, ce qui me permet par exemple de traverser l’EPFL d’est en ouest en 15 minutes. Je marche sans retard, sans panne et sans frais, sous les applaudissements du docteur. Je marche, quel miracle ! Je peux même choisir des options: pensée mains libres, musique et applets portables. Certains lisent même le journal en marchant (clin d’œil à Jean-Pierre Leyvraz, retraité et chantre de la mobilité douce). Seul inconvénient: la marche ne fait pas marcher le marché. La marche ne participerait donc pas de la croissance, hormis pour quelques fabricants de chaussures. Mais dans ce cas, pourquoi des villes comme Londres placeraient-elles ce mode de transport dans leurs principales priorités (London walks) ? Simplement par œuvre de santé publique, pour désengorger l’air et les rues de la ville, pour soigner les bronchites, fluidifier les transports, gagner du temps, donc… de l’argent. La marche qui soigne la santé des hommes et de l’économie ? Piste à suivre… à pied.

immobile, les autres sont dotés de mobilité. Vous l'avez compris, nous ne parlons pas de mobilité professionnelle. Le lien entre les individus ou plus précisément entre les objets techniques qui intercèdent en leur nom est le réseau de communication. Le plus connu, l'Internet est basé sur les protocoles TCP-IP. Des stratégies d'acheminement des données sur le réseau, c'est-à-dire des protocoles de routages TCP-IP, furent élaborées pour permettre à des intervenants mobiles, pendant leurs déplacements, de conserver leur adresse IP et les communications déjà établies. IP mobility est l'une de ces stratégies de routage. Elle permet d'utiliser des applications allergiques au changement de leur propre adresse IP ou de celle de leurs correspondants. La charge qui est retirée de l'application échoit à l'infrastructure. Mais les contraintes légales, techniques et de facturation imposées par une telle technologie sont incompatibles avec la structure de l'Internet d'aujourd'hui, qui est, concrètement, un assemblage décentralisé d'opérateurs en concurrence. Une niche de l'IP mobility est de rendre transparent, en cours d'utilisation, le passage d'une technologie de réseau à une autre: le passage d'un réseau WiFi à un réseau de téléphonie mobile, les deux étant gérés par le même opérateur. La mobilité perçue est celle de l'accès au réseau. Elle peut n'avoir aucun rapport avec votre mobilité physique et être différente selon l'objet que vous utilisez. Vous pouvez contempler la toile sous plusieurs angles depuis le fauteuil de votre salon ou au contraire, parcourir le monde, et être perçu parfaitement immobile dans un havre numérique. Voilà une nouvelle perception de notre déplacement dans le cosmos à acquérir. Un nouvel axe de mobilité autour duquel tourner! n

Mobilité – DG Associé à de nombreux aspects de l'usage des technologies de l'information, le terme mobilité, est fortement connoté par l'adjectif anglo-saxon mobile. Mobile devenu synonyme de téléphone portable. La mobilité évoquée est celle des consommateurs de services numériques. Celle des fournisseurs de services est dissimulée (dans les nuages) par leur ubiquité supposée. Peu se soucient de l'emplacement de leur page Facebook, mais nombreux se soucient de la localisation de leurs amis. L'une est perçue

ISSN 1420-7192


Flash informatique 2012 - no 1