Issuu on Google+

n

Nouvelle collectio

« Réussir en IFSI ! »

Analyse et résumé d’un article de recherche Cet ouvrage accompagne l’étudiant infirmier dans la préparation de l’évaluation de l’UE 3.4, semestre 4. Législation, éthique, déontologie Cet ouvrage de cours et d’entraînement s’adresse aux étudiants en soins infirmiers et répond aux objectifs de formation de l’unité d’enseignement 1.3. Initiation à la démarche de recherche Ce guide méthodologique a été conçu pour accompagner les étudiants en soins infirmiers dans la validation de l’unité d’enseignement 3.4. Il prépare en outre à la rédaction du mémoire de fin d’études.

Anglais - réussir les évaluations Cet ouvrage, destiné aux étudiants en soins infirmiers, est à la fois un guide méthodologique et un support d’entraînement efficace pour chacune des évaluations d’anglais (UE 6.2), du 3e au 6e semestre.

Édito Ça y est, vous allez enfin débuter les études du métier que vous avez choisi ! C’est pour vous un moment important, souvent fait d’exaltation mais aussi de nombreuses interrogations… Ce fascicule a été conçu pour vous accompagner dans cette découverte de votre nouvel environnement, vous éclairer et vous guider dans les démarches à accom­ plir, vous informer sur l’organisation et le contenu des études, vous conseiller pour vos premières expériences en stage et également vous donner toutes les infor­ mations utiles sur votre futur métier, ses conditions d’exercices et ses évolutions possibles. Et parce que vous n’êtes pas les premiers et que tous les conseils sont les bienve­ nus, retrouvez des témoignages d’étudiants des promotions précédentes qui vous font partager leur expérience… Nous vous souhaitons bonne lecture et pleine réussite dans vos études !

Les éditions De Boeck Estem

Les éditions Estem remercient l’Association des étudiants infirmiers de l’AP-HP, en la personne de son président Grégoire Cristofini, pour sa contribution à la rédaction des chapitres concer­ nant les stages. Merci également aux étudiants qui ont accepté de témoigner sur leur expérience.

Éditions Estem De Boeck diffusion 2 ter, rue des Chantiers 75005 Paris Tél. : 01 72 36 41 60 Fax : 01 72 36 41 70 e-mail : info@estem.fr www.estem.fr

Vous souhaitez plus d’information sur un ouvrage présenté dans ce guide ?

Cliquez sur sa couverture !

Maquette et mise en page : CW Design © 2012 De Boeck Supérieur S.A. Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’éditeur, est illicite. Cette représentation ou reproduction par quelque procédé que ce soit, constituerait une contre­ façon sanctionnée par les articles 425 et suivants du code pénal.

Sommaire t

Le concours 1.  Conditions d’inscription 2.  Modalités et dates des concours 3.  Épreuves : déroulement et résultats

Les études en IFSI 1.  Modalités d’inscription 2.  Déroulement des études 3.  Les stages 4.  Financement des études et vie pratique

La profession d’infirmier 1.  Présentation du métier 2.  Lieux d’exercice 3.  Évolutions professionnelles possibles 4.  L’Ordre infirmier

1 1 3 4

10 10 12 33 47

53 53 58 68 71

Annuaire des IFSI

73

Liste des CROUS

90

Sébastien Llech

Yves Marenda

Jérôme Baron

Gilles Visy

sebastien.llech@deboeck.com 06 74 36 62 65 jerome.baron@deboeck.com 06 72 01 93 39

yves.marenda@deboeck.com 06 27 47 49 89 gilles.visy@deboeck.com 06 88 80 73 36

Le concours t La première étape à franchir pour devenir infirmier est la réussite au concours d’entrée en IFSI. Il s’agit bien d’un concours, pour lequel le nombre de candidats est nettement supérieur au nombre de places offertes, même si la profession pâtit encore et toujours d’un cruel déficit d’effectif. L’obtention de la note minimale requise pour l’admission ne garantit donc pas forcément l’entrée en formation !

1  Conditions d’inscription Pour s’inscrire au concours, les candidats doivent remplir des conditions, d’âge, de diplôme, ou justifier d’une expérience professionnelle.

1.1.  Âge Pour être admis à effectuer les études conduisant au diplôme d’État d’infirmier, les candidats doivent être âgés de 17 ans au moins au 31 décembre de l’année des épreuves de sélection. Hormis cette restriction, les études peuvent être entreprises à tout âge, la loi ne prévoyant pas de limite d’âge supérieur.

1.2.  Nationalité et zone géographique Toute personne, dès lors qu’elle remplit les conditions requises et est en situation de séjour régulier en France, peut s’inscrire au concours d’entrée en IFSI, quelle que soit sa nationalité. Les candidats domiciliés dans les DOM-TOM et souhaitant intégrer un IFSI de métropole peuvent passer l’épreuve écrite dans leur département d’origine. Ils doivent en faire la demande écrite au directeur de l’IFSI au moment de leur ins­ cription. L’épreuve orale, quant à elle, se déroulera obligatoirement à l’IFSI choisi.

Le concours

1

1.3.  Diplômes requis Pour s’inscrire au concours, il est nécessaire d’être titulaire de l’un des diplômes ou titres suivants :   un baccalauréat français, toutes séries confondues. Les personnes scolari­ sées en terminale peuvent également s’inscrire au concours, l’admission en IFSI est alors subordonnée à l’obtention du baccalauréat (l’attestation de succès au baccalauréat sera adressée à la direction de l’institut de formation où ces candidats se sont inscrits, au plus tard 4 jours après l’affichage des résultats) ;   un titre ou diplôme homologué au minimum au niveau IV (niveau d’ho­ mologation sanctionnant des formations d’un niveau comparable au bac­ ca­lauréat). Les baccalauréats professionnels, délivrés par le ministère de l’Éducation nationale, permettent à leurs titulaires de se présenter directe­ ment aux épreuves de sélection ;   un titre admis en dispense du baccalauréat (ESEU – examen spécial d’entrée en université – ou DAEU – diplôme d’accès aux études universitaires) ;   un diplôme d’État d’aide médico-psychologique. Les titulaires doivent justifier à la date du début des épreuves, de 3 ans d’exercice professionnel.

1.4.  A  bsence de diplôme requis : validation des acquis professionnels La situation des candidats non titulaires de l’un des diplômes requis, mais justifiant néanmoins d’une expérience professionnelle :   d’une durée de 3 ans pour les personnes issues du secteur sanitaire et médico-social, autres que les titulaires du diplôme d’État d’aide-soignant, d’auxiliaire de puériculture et d’aide médico-psychologique ;   d’une durée de 5 ans pour les autres candidats. Ces personnes doivent d’abord déposer un dossier de validation des acquis auprès de l’agence régionale de santé (ARS) de leur lieu de résidence pour obtenir l’auto­ risation de se présenter aux épreuves de sélection, autorisation valable 2 ans. La sélection est opérée par un jury régional de validation des acquis. Les dates limites de dépôt des demandes auprès des ARS varient en fonction des régions. La constitution du dossier pouvant être longue, il est préférable d’envisa­ ger la validation des acquis au cours de l’année précédant les épreuves du concours d’entrée en IFSI.

2

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Les candidats doivent passer deux épreuves :   une épreuve sur dossier ;   une épreuve de français. L’autorisation à se présenter aux épreuves de sélection est délivrée par le directeur régional des affaires sanitaires et sociales à tous les candidats qui ont obtenu un nombre de points supérieur ou égal à 20 sur 40. Les résultats sont affichés à l’ARS. Sans la production de cette autorisation, l’inscription aux épreuves de sélection pour l’entrée en IFSI n’est pas possible.

2  Modalités et dates des concours 2.1.  Périodicité et dates des concours Le nombre et les dates des concours organisés pour une session de rentrée sont variables d’une région à l’autre. Les dates de concours sont fixées par les ARS, en accord avec les IFSI, sous tutelle du ministère de la Santé. Le nombre de candidats à admettre en formation est déterminé nationalement ; chaque région, puis chaque IFSI se voyant attribuer un quota d’étudiants à admettre en 1re année en fonction des besoins régionaux et des capacités d’accueil de l’IFSI (chaque IFSI est agréé par l’État). C’est ainsi que pour l’année 2010-2011, 30 514 places étaient ouvertes au concours sur le territoire national, dont 6 540 sur l’Île-de-France. Généralement, la date du concours des IFSI du secteur public est commune pour une région donnée. En Île-de-France, cas particulier, le nombre d’IFSI et la variété de leur statut font que 3 dates de concours sont fixées pour la rentrée de septembre :   un concours commun aux IFSI, AP-HP ;   un concours commun aux IFSI publics et privés, hors AP-HP ;   un concours IFSI Croix-Rouge française. Un candidat peut s’inscrire aux trois concours de la région Île-de-France. Certains IFSI sont, quant à eux, rattachés à des hôpitaux privés à but non lucratif, et d’autres dépendent de la Croix-Rouge française. Par ailleurs, si la majorité des IFSI organise leur rentrée en septembre, certains optent pour une rentrée en février, d’où la nécessité de bien s’informer auprès de la DRASS sur les dates des concours, la clôture des inscriptions et les jurys finaux. Le concours

3

2.2.  Cas des candidatures multiples  Si vous vous inscrivez à plusieurs concours, vous devrez constituer autant de dos­ siers que d’inscriptions. Cependant, en accroissant ainsi vos chances de réussite, vous multipliez également les frais engagés ! Vous pouvez vous inscrire dans autant de régions que vous le souhaitez, à partir du moment où les dates de concours sont différentes. Il est donc bon de s’en assurer avant de formaliser votre inscription car les droits d’inscription ne seront pas remboursés en cas de désistement !

3  Épreuves : déroulement et résultats 3.1.  Déroulement des épreuves Rappelons qu’il y a 3 concours différents :   un concours réservé aux candidats munis d’un diplôme requis et aux candidats ayant une expérience professionnelle et réussi les épreuves de présélection (les JVA) ;   un concours réservé aux AS/AP en exercice ;   un concours réservé aux candidats infirmiers hors de la Communauté européenne. Le tableau suivant donne la répartition des épreuves de sélection par catégories de candidats. Candidats munis d’un des diplômes requis et candidats ayant une expérience professionnelle

Candidats infirmiers hors Communauté européenne

Candidats AS/AP

1. Deux épreuves écrites et 1. Une épreuve d’admissibilité : Une épreuve écrite anonymes d’admissibilité, l’une épreuve écrite et anonyme sui­ spécifique. dite de « culture générale » et vie de cinq questions. l’autre de « tests d’aptitude ». 2. Une épreuve d’admission : 2. Deux épreuves d’admission : entretien oral. une épreuve orale et une épreuve de mise en pratique.

4

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Collection

Réussir son concours

t Faites partie des 15 % d’admis ! Ces ouvrages tout-en-un offrent aux candidats des concours d’entrée tous les outils d’une préparation complète et efficace.

Points forts

  des informations pratiques sur le concours, les études, le métier   une méthodologie claire, véritable marche-à-suivre pour chaque épreuve   des fiches de cours pour maîtriser la culture requise de chaque épreuve   de l’entraînement et des sujets corrigés d’annales pour se mettre en situation d’examen

À découvrir en librairie ou à feuilleter en ligne sur www.estem.fr Le concours

5

CANDIDAT MUNIS D’UN DES DIPLÔMES REQUIS OU JUSTIFIANT D’UNE EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE Les candidats justifiant d’une expérience professionnelle et ayant validé les épreu­ ves de présélection sont autorisés à passer le concours selon les mêmes modalités que les candidats munis d’un diplôme.

Épreuves d’admissibilité Épreuve de culture générale Commune à l’ensemble des candidats, cette épreuve vise à évaluer les capacités d’analyse et de synthèse, de raisonnement et de logique et les connaissances numé­ riques des candidats. Elle comporte l’étude d’un texte comprenant 3 000 à 6 000 signes, relatif à l’actualité dans le domaine sanitaire et social. Le texte est suivi de trois questions ouvertes permettant au candidat de présenter le sujet et les principaux éléments du contenu, de situer la problématique dans le contexte, d’en commenter les éléments chiffrer et de donner un avis argumenté sur le sujet. Elle dure deux heures, et est notée sur vingt points. Les candidats doivent avoir obtenu la note minimale de 10 sur 20 pour être déclarés admissibles. Épreuve de tests d’aptitude L’objet de ces tests est d’évaluer chez le candidat :   les capacités de raisonnement logique et analogique ;   les capacités d’abstraction ;   les capacités de concentration ;   les capacités de résolution de problème ;   les aptitudes numériques. Cette épreuve est elle aussi notée sur 20 points et dure 2 heures. Elle est constituée d’exercices variés, spécifiques à chaque capacité que l’on veut évaluer. Publication des résultats d’admissibilité Pour être admissible, vous devez au moins obtenir un total de 20 points sur 40 aux deux épreuves, en sachant qu’une note inférieure à 8 sur 20 à l’une de ces épreuves est éliminatoire. 6

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Les résultats sont en principe affichés à l’IFSI, après la réunion du jury d’admissibi­ lité qui se tient environ 1 mois après les épreuves. Un courrier vous est générale­ ment envoyé. Les notes obtenues aux épreuves d’admissibilité sont transmises aux personnes ajournées. Les candidats admissibles reçoivent leur convocation aux épreuves d’admission, aucune note ne leur étant transmise à ce stade.

Épreuves d’admission (l’entretien oral) L’admissibilité permet au candidat de se présenter à l’entretien, avec un jury com­ posé de 3 personnes :   un infirmier cadre de santé exerçant dans un IFSI ;   une personne extérieure à l’établissement formateur, qualifiée en pédago­ gie et/ou en psychologie ;   un infirmier cadre de santé exerçant en secteur de soins. Cet entretien est destiné à apprécier l’aptitude du candidat à suivre la formation, ses motivations et son projet professionnel. L’entretien, qui est en fait un exposé sur le thème, suivi d’une discussion avec les membres du jury, dure 30 minutes. L’épreuve est notée sur 20 points, une note inférieure à 10 est éliminatoire.

CANDIDATS INFIRMIERS HORS COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE Épreuve d’admissibilité L’épreuve d’admissibilité pour les infirmiers extracommunautaires consiste en une épreuve écrite et anonyme comportant l’étude d’un cas clinique suivi de 5 ques­ tions permettant en particulier d’apprécier la maîtrise de la langue française, les connaissances dans le domaine sanitaire et social, les capacités d’analyse et de synthèse et les connaissances numériques. Cette épreuve dure 2 heures et est notée sur 20 points. Pour être admissible, le candidat doit obtenir une note au moins égale à 10 sur 20.

Entretien d’admission L’épreuve orale est un entretien en langue française, d’une durée de 30 minutes au maximum avec deux personnes, membres du jury. Cette épreuve notée sur 20 points, doit permettre d’apprécier le parcours profes­ sionnel et les motivations du candidat à partir de son dossier d’inscription. Le concours

7

Mise en situation pratique Elle a lieu lors de la même séance que l’entretien oral. Elle dure 1 heure, dont 15 minutes de préparation, elle est notée sur 20 points. Elle porte sur la réalisation de 2 soins en rapport avec l’exercice professionnel. Cette épreuve est destinée à permettre au jury d’apprécier les capacités de com­ préhension et d’analyse d’une situation de soins donnée ainsi que les aptitudes techniques et gestuelles du candidat. Une note inférieure à 10 sur 20 est éliminatoire.

CANDIDATS AS/AP Les candidats AS/AP sont soumis à une épreuve spécifique qui dure 2 heures. L’épreuve consiste en une analyse de trois situations professionnelles. Elle vise à évaluer les capacités d’écriture, d’analyse, de synthèse ainsi que les aptitudes numé­ riques du candidat. Elle est notée sur 30 points et le candidat doit obtenir une note au moins égale à 15 sur 30 pour être admis.

3.2.  Résultats des épreuves Il peut s’écouler de 4 à 6 semaines entre les épreuves et les résultats.

Calcul de la note et classement

Titulaires

À l’issue des épreuves d’admission, un classement des admis est établi dans cha­ que IFSI en fonction des notes obtenues. Les candidats admis au concours sont répartis en 3 groupes : 1er groupe

2e groupe

3e groupe

•  du baccalauréat français, élève en classe de terminale ou prépara­ tion du DAEU* •  du DAEU •  d’une validation des acquis de l’expérience (VAE) •  d’un diplôme homologué niveau IV

•  du diplôme d’aidesoignant ou du diplôme d’auxiliaire de puériculture •  du diplôme d’aide médico-psychologique •  d’un exercice profes­ sionnel de 3 ans (JVA)

•  du diplôme d’infirmier hors Union européenne demandant à bénéficier d’une dispense de scola­ rité.

* DAEU : diplôme d’accès aux études universitaires.

8

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Chacun de ces groupes est composé d’une liste principale et d’une liste complé­ mentaire, qui permettra de combler les places vacantes suite à des désistements éventuels. Par exemple, pour un IFSI ayant un quota de 80 étudiants, et pour lequel 123 can­ didats ont été admis (ils ont obtenu la moyenne aux deux épreuves, culture géné­ rale et tests psychotechniques, sans note éliminatoire), il y aura 2 listes :   une liste principale qui comportera les 80 candidats les mieux classés, immédiatement admis en formation ;   une liste complémentaire sur laquelle les autres candidats seront classés de 81 à 123. En cas de désistements de candidats initialement reçus sur la liste principale, ceux-ci seront remplacés par les candidats de la liste complémentaire, en com­ mençant par le mieux classé (le 81e).

Fonctionnement des listes complémentaires Le candidat qui est classé sur la liste complémentaire de son premier choix et figure sur la liste principale d’un de ses autres choix doit, dans un délai de 10 jours, faire connaître s’il accepte l’affectation de la liste principale, ou s’il souhaite demeurer sur la liste complémentaire de son premier choix, au risque de perdre le bénéfice de toute affectation. Néanmoins, figurer sur une liste complémentaire ne signifie pas qu’il n’y a pas de chance d’entrer en formation. En effet, la majorité des candidats tentant le concours dans plusieurs IFSI, la liste principale évolue, parfois jusqu’au jour de la rentrée ! Si malgré ces mouvements, le candidat n’est pas admis dans l’IFSI de son choix, il est possible d’intégrer un IFSI autre que celui dans lequel le concours a été réussi, dès lors que l’IFSI en question a épuisé ses listes principales et complémentaires sans atteindre son effectif complet. Il ne faut donc pas hésiter à contacter d’autres IFSI de sa région ou hors de sa région, en joignant à sa demande un justificatif de réussite au concours.

En cas d’échec En cas d’échec, vous pouvez solliciter un entretien, généralement avec le directeur de l’IFSI. Cet entretien visera à expliquer au candidat les causes de son échec, et à l’aider à identifier ses points faibles afin de progresser et de mieux se préparer à repasser le concours. Ce n’est en aucun cas une séance de rattrapage ! Il faut préciser qu’un candidat peut se présenter autant de fois qu’il le souhaite au concours, aucune limite n’étant prévue par la loi.

Le concours

9

t Les

études en IFSI

1  Modalités d’inscription 1.1. O bligations administratives pour le candidat reçu Confirmation Une fois les résultats affichés, le futur étudiant en soins infirmiers dispose de 10 jours pour accepter, par écrit, son affectation. Sans réponse de sa part, il est présumé avoir renoncé à son admission. Sa place est alors proposée au candidat inscrit en rang utile sur la liste complémentaire. Après acceptation de son affectation, le candidat doit encore, sous un délai de 4 jours ouvrés, formaliser son inscription en s’acquittant des droits d’inscription. Passé ce délai, il est censé avoir renoncé au bénéfice des épreuves de sélection, qui ne sont valables que pour la rentrée au titre de laquelle elles ont été organi­ sées. L’inscription administrative est annuelle et s’opère pour une année de formation.

Affectation en cas de regroupement d’IFSI En cas de regroupement d’IFSI, l’affectation des candidats dans l’un de ceux-ci est effectuée, en fonction, d’une part, de leur rang de classement, d’autre part, des choix qu’ils ont exprimés lors de leur inscription.

Rentrée et prérentrée La rentrée scolaire est fixée au 1er lundi des mois de septembre et de février de chaque année.

10

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Dossier médical Vous devez fournir :   un certificat médical émanant d’un médecin agréé, attestant que le can­ didat présente les aptitudes physiques et psychologiques nécessaires à l’exercice de la profession ;   un certificat de vaccination antidiphtérique, antitétanique, antipolio­ myélitique et anti-hépatite B. Ce certificat médical doit également préciser que le candidat a subi un test tuberculinique de moins de 3 mois et que celui-ci est positif ou que deux tentatives infructueuses de vaccination par le BCG ont été effectuées.

Report de scolarité Les résultats des épreuves de sélection ne sont valables que pour la rentrée au titre de laquelle elles ont été organisées. Cependant, une dérogation est accordée de droit en cas de congé de maternité, de rejet du bénéfice de la promotion profes­ sionnelle, de rejet d’une demande de congé de formation, de rejet d’une demande de mise en disponibilité ou pour garde d’un enfant de moins de quatre ans. En cas de maladie, d’accident ou si l’étudiant apporte la preuve de tout autre évé­ nement grave lui interdisant d’entreprendre ses études, un report exceptionnel peut être accordé par le directeur de l’IFSI. Le report est valable uniquement pour l’IFSI dans lequel le candidat a été précé­ demment admis.

1.2.  Demande de changement d’institut En principe, l’étudiant admis dans un IFSI s’engage à y suivre l’ensemble de la for­ mation. Pour des raisons justifiées, un étudiant peut souhaiter changer d’IFSI. Les mutations en cours de formation sont possibles, mais pas systématiquement accor­ dées. Il revient à l’étudiant d’en faire la demande auprès du directeur de l’IFSI qu’il souhaite intégrer. Cette demande sera étudiée par le directeur, qui la soumettra au conseil pédagogique pour avis. En fait, plus la formation est avancée, moins les transferts sont aisés, sauf si l’étu­ diant trouve un IFSI dont la planification des modules est identique à celui qu’il veut quitter.

Les études en IFSI

11

1.3.  Frais de scolarité Avant de s’inscrire, il faut connaître le coût de la formation en elle-même. Les études sont, en principe, gratuites en dehors des frais d’inscription et de for­ mation variables selon les IFSI. Ces frais d’inscription (ou droits d’inscriptions) sont les mêmes que pour les univer­ sités et sont fixés une fois par an. Ils sont de l’ordre de 171 €. En revanche, les frais de formation varient d’un IFSI à l’autre : de quelques euros symboliques par année (essentiellement pour participation aux frais de polyco­ piés) à 900 € par an ! S’ajoute à cela, l’achat de tenues de stage et autres matériels nécessaires à la pratique professionnelle  tels que pinces, ciseaux, montre avec aiguille trotteuse. Les droits d’inscription doivent généralement être acquittés lors de l’acceptation de l’affectation… Leur montant est révisable annuellement. La cotisation à la sécurité sociale, régime étudiant, est obligatoire. Elle est annuelle et forfaitaire (200 € pour l’année universitaire 2010-2011). Les tenues de stages (uniforme choisi par l’IFSI) sont à la charge de l’étudiant (100 à 150 €). Des livres et autres fournitures sont à prévoir : compter entre 150 et 200 €, sur les 3 ans.

2  Déroulement des études Vous devez savoir que la formation est à l’image de la profession : difficile, contrai­ gnante, exigeante. Elle demande beaucoup de travail et d’implication. La réussite au concours d’entrée en IFSI ne veut pas dire que « le plus difficile » est fait.

2.1.  Organisation des études Organisation de l’IFSI (les différentes personnes et leur rôle) L’IFSI est dirigé par un directeur. Il est responsable :   de la conception du projet pédagogique ;   de l’organisation de la formation initiale, préparatoire et continue dispen­ sée dans l’IFSI ; 12

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

       

 e l’organisation de l’enseignement théorique et clinique ; d  u contrôle des études ; d de l’animation et de l’encadrement de l’équipe enseignante ; du fonctionnement général, dont la gestion administrative et financière.

Le directeur est assisté d’un conseil pédagogique pour toutes les questions relati­ ves à la formation. Les enseignements sont assurés par :   des formateurs permanents (en principe, 1 formateur pour 15 à 20 étu­ diants). Cadres de santé infirmier, ils ont une expérience de terrain, ayant exercé en tant qu’infirmier et souvent aussi en tant que cadres. Ils ont égale­ ment développé des compétences en pédagogie. Ils organisent et coordon­ nent les différents modules. Ils assurent également l’enseignement clinique et les évaluations en stage, ainsi que le suivi des étudiants ;   des professeurs d’université : • des médecins et chirurgiens de différentes spécialités, pour les enseigne­ ments médicaux, •  des pharmaciens, • des psychologues, •  des sociologues ;   des professionnels de terrain, en fonction des modules abordés : cadres de santé, infirmiers, kinésithérapeutes, diététiciens, assistants sociaux, mem­ bres d’associations de malades, etc. ;   des documentalistes, tout IFSI ayant en son sein un centre d’information et de documentation.   Les organes consultatifs sont : •  Le conseil pédagogique : •  consulté pour le projet pédagogique, les objectifs de formation, l’orga­ nisation générale des études, la planification des enseignements, des périodes de congé ; •  le cas des étudiants en difficulté pédagogique ; •  les demandes de redoublement pour les situations particulières ; •  etc. • Le conseil de discipline : il émet un avis sur les fautes disciplinaires et peut proposer des sanctions, (avertissement, blâme, ou encore exclusion temporaire ou définitive).   Les étudiants ont également accès à la bibliothèque. Ils y trouvent les revues et les ouvrages spécialisés dans les soins infirmiers. Ils sont nécessaires à la recherche en soins infirmiers, mais ils permettent aussi d’approfondir l’en­ seignement dispensé à l’IFSI. Les études en IFSI

13

La plupart des bibliothèques sont équipées d’un accès internet. Des documenta­ listes sont présents pour accompagner les étudiants dans leurs recherches.

Q U’EN PENSENT LES ÉT U D I ANT S  ?

« Qu’est-ce qui vous a surpris quand vous avez débuté vos études ? » •• • « La dose de travail à fournir ! Quand on n’a pas fait SMS, on a tout le vocabulaire médical à apprendre, ce n’est pas évident au début mais ça vient au fur et à mesure ». Juliette, 2e année

But de la formation Les IFSI ont pour mission, entre autres, d’assurer la formation des infirmiers diplô­ més d’État. Ils sont obligatoirement sous tutelle du ministère de la Santé et agréés par l’État, mais ils ne sont pas tous publics. La majorité des IFSI dépend du service public, alors que les autres sont affiliés au secteur privé, le plus souvent à but non lucratif (généralement, ce sont des établissements appartenant au monde asso­ ciatif). Quel que soit le statut de l’IFSI, la formation qui y est dispensée est stricte­ ment conforme à la législation en vigueur dans ce domaine. Le programme poursuit l’objectif de favoriser l’émergence d’un nouveau profil d’infirmier dont les caractéristiques sont les suivantes :   un infirmier apte à répondre aux besoins de santé d’un individu ou d’un groupe dans le domaine préventif, curatif, de réadaptation et de réhabilita­ tion ;   un professionnel polyvalent apte à dispenser des soins infirmiers ;   un infirmier bénéficiant d’une meilleure reconnaissance sociale, grâce à un savoir lui permettant d’affirmer une réelle professionnalisation. La formation conduisant au diplôme d’État d’infirmier vise l’acquisition de com­ pétences pour répondre aux besoins de santé des personnes.

14

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

L’étudiant est amené à :

Quelques explications

•  devenir un praticien autonome, respon­ Il intervient activement et contribue, grâce

sable et réflexif 

à ses connaissances et à son savoir-faire, aux soins. Il n’est pas formé pour simplement administrer des traitements prescrits par les médecins.

•  développer des ressources en savoirs L’étudiant et le professionnel sont tenus

théoriques et méthodologiques, en habile­ d’assurer leur propre formation en continu, tés gestuelles et en capacités relationnelles et cela tout au long de leur formation et sur tous les aspects de leur métier. •  apprendre à reconnaître ses émotions et L’infirmier doit bien se connaître pour être

à les utiliser avec la distance professionnelle capable de maîtriser ses émotions et réagir qui s’impose de façon professionnelle dans toute situa­ tion. • développer une éthique professionnelle L’infirmier doit comprendre son rôle et le

lui permettant de prendre des décisions sens de ses actes. éclairées et d’agir avec autonomie et res­ ponsabilité

Ceci passe par l’acquisition de compétences qui sont au cœur du nouveau pro­ gramme.

Les études en IFSI

15

Le programme des études Un référentiel de compétences L’étudiant, au cours de sa formation, devra acquérir les 10 compétences requises pour exercer son futur métier. Ces compétences sont divisées en deux groupes :  

5 compétences « cœur de métier », propres à la profession infirmière :  Évaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier.   Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers.  Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens.  Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique.   Initier et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs.

 

5 compétences « contributives » (aussi appelées « transverses »), commu­nes à certaines professions de santé :  Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins.  Analyser la qualité des soins et améliorer sa pratique professionnelle.   Rechercher et traiter des données professionnelles et scientifiques.   Organiser et coordonner des interventions soignantes.  Informer et former des professionnels et des personnes en formation.

Pour acquérir chaque compétence du métier, la formation propose :   des unités d’enseignement (UE) dont le contenu est soit contributif au métier, soit cœur de métier ;   des unités d’intégration (UI) centrées sur la mobilisation des savoirs en situation pour acquérir les compétences ;   des unités de formation transversales d’anglais et de méthode ;   des savoirs et savoir-faire acquis en milieu de travail.

16

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

NOUVEAUTÉ

UE 2

ouvrage inédit qui intègre t Un enfin l’anatomie-physiologie

iers, ins infirm iants en so e de ur les étud le et l’importanc rô endre le idien. ot ière au qu

MORGANE

LOGIE E-PHYSIO .

LE GAL

à la démarche clinique infirmière

es

ns cliniqu

e, e au systèm ues. ie : de l’atom ologiq en anatom cessus physiopath ratif, pro ux, dégéné nsion des tie ec inf ique ire et nflammato manière systémat t le lien de

gies ; des patholo gies ; tification s patholo nt à l’iden ension de réh mp co à la es ; es perturbé ient.

ge prentissa

intègre , l’ouvrage dagogique tique et pé émorisation. m la et n sio s atique systém pérer cadrés re Des en uleurs pour s le et en co en charge, es les pris biologiques tés de es ifici mesur es, les spéc bé ogie pertur pathol chaque

E CLINIQU ITUATION RE UNE S IOLOGIE D N E R P HYS COM ATOMIE-P PAR L’AN

ogie et les nts, la physiol natomie, en charge des patie ser la prise

entale ie fondam la biolog logie io • Toute ys ph ie et la ils re • L’anatom les appa de tous

rocessus Tous les p

Conception

graphique

: Primo&Prim

o

ualité

.fr

ww.estem

À découvrir en librairie ou à feuilleter en ligne sur www.estem.fr Les études en IFSI

17

› Fonc tion Les neur on – excitab es sont excitab les et co les nducteu l’intérieu car ils peuvent rs : – conduc r ou de l’extérie déclencher de s influx ur du co teurs ca nerveux r ils peuv rp en répon ent trans s ; se à des porter un Les ce stimuli influx. llules provenan gliales t de Ces cellu les neurones. , dix fois plu s nomb Pa reuses qu • les ép rmi ces cellules e les ne endymoc gliales, ur on on ytes ; ils es, assur distingu tuent un ent la pr tap e: e otection et neuron barrière perméa issent les cavités et l’ent retien de • les astro es. Le battem ble qui permet de l’encéphale système s ent et de la les cy l’autre étant le moe endocrinien laires san tes, de forme éto de leurs cils fac échanges entre de l’organisme, à la Le système ilit mes régulateurs action(s) grâce liquide lle épinière. Ils gu ilée, sout e la cir ins et • les olig exercent leur(s) cé l’un des deux systè constiet d’organes qui endocrinien est odendr neurones. Ce so iennent les ne culation du LC phalorachidie n (LCRLe système un système composé de glandes ocytes urones et R, nt des élé système t (p ) our le sy assuren ne nerveux. C’es t les écha stème ne ments de la ba anes myéline rveux périphé nes. d’org e rmo parti d’ho rrière hé nges en riq rveux ce ïde. D’autres font tre capil sécrétion n mato-e • les ce entourant les ax ue). Grâce à : hypophyse, thyro nc leurs pr ntral) et les ce llules de assurent productio ones, t endocrines. Ex : testicules qui olongem llules de éphalique, … la micr immun des sont puremen d’hormones. Ex ents, ce oglie. Ce qui sécrètent l’EPO itaire). Certaines glan la seule sécrétion s cellules Schwann (pou filtrent le sang et s cellules res fonctions que r ne ; les reins qui formen jouent t la gain le qui ont d’aut ïdes et production de testostéro le rôle e de des spermatozo de phag ocyte (ce llules de défense

Figure

1.43. Le s cellu les

de la né vrog

lie et leu rs inte ra

ctions

avec les neuron

es

38

MEP_An

Partie

atomiePh

ysiologie

1 – Conn

aissanc

es de ba

se

38

enant des organes cont et d’autres endocrines nt des glandes endocrines cellules

L’emplaceme Figure 1.45. 21/06/12

14:28

41

21/06/12 14:28

hysiologie 41

MEP_AnatomieP

Points forts Avec l’objectif permanent d’être didactique et pédagogique, l’ouvrage intègre des outils facilitant la compréhension et la mémorisation :   des arborescences mettant en évidence les raisonnements logiques ;   des encadrés systématiques et en couleurs pour repérer notamment les prises en charge infirmières, les mesures biologiques perturbées, les spécificités de chaque patho­ logie ;   des illustrations en couleurs de grande qualité.

À découvrir en librairie ou à feuilleter en ligne sur www.estem.fr 18

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

6_proces

sus2_100

_aidesoi

gnante

25/06/12

15:51 Page 1

MORGAN

E LE GAL

UN OUVR AG À LA DÉMA E QUI INTÈGRE L’ANATO RCHE CLIN MIE-PHY IQUE

SIOLOGIE INFIRMIÈR Ce livre a été pensé E. et conçu souvent spé con l'anatomie frontés à la dif cifiquement pour ficu les -physiolo gie dans la lté de comprendr étudiants en soins infi e pratique uUn outil infirmière le rôle et l’impor rmiers, pour com au quotid tance de prendre les ien. Parce qu’ situation il s cliniques processus est indispensable de maîtris physiopat er cet ouvrag hol e présente ogiques pour opt l’anatomie, la phy sio imiser la : u les con prise en cha logie et les naissance rge des pat s de base toutes les ients, en biolog notions ie

COMPREN DRE UNE PAR L’AN ATOMIE-P SITUATION CLINIQ HYSIOLOG UE IE

essentielles u les 6 pro et en ana tom à la ces tumoral et sus (obstructif, trau compréhension des ie : de l’atome au syst processus psychopat matique, infl entre : physiopath ème, hologique) ologiques. en faisant ammatoire et infe • les mécan ctie le lien de ism manière ux, dégénératif, • l’observatio es physiopatholo systématiq giques ; ue • l’anatomie n des signes cliniqu es • les mesure et la physiologie néc menant à l’identif icat • les stratég s paramétriques et essaires à la compré ion des pathologi bio es hen ies de pris e en charge logiques perturbées sion des pathologie ; ; du patient s; uUne pré . sen

Ce livre a été pensé et conçu spécifiquement pour permettre aux étudiants de comprendre les situations cliniques. Et parce qu’il est indispensable de maîtriser l’anatomie, la physiologie et les processus physiopathologiques pour optimiser la prise en charge des 9:HSMIOD=\VY]Y^: cet ouvrage présente : patients, tation qu

i facilite Avec l’objec l’apprenti ssage des outils tif permanent d’ê tre qui facilite nt la com didactique et péd préhensio agogique, n et la mé l’ou morisation vrage intègre .

Des arborescences mettant en évidence les raisonnements logiques

Des encadrés systématiques et en couleurs pour repérer les prises en charge, les mesures biologiques perturbées, les spécificités de chaque pathologie

Des illustrations en couleurs

rimo

1-484 -9

www.estem

.fr

: Primo&P

ANAP HYS

de grande qualité

graphique

ISBN : 978-2 -8437

• Toute la biolog ie fondam • L’anato entale mi de tous e et la physiolog les appa ie reils

Conception

Les connaissances de base en biologie et en anatomie :  

de l’atome au système, toutes les notions essentielles à la compréhension des processus physiopathologiques.

Les 6 processus (obstructif, traumatique, inflam­ ma­­toire et infectieux, dégénératif, tumoral et psy­cho­ ­pa­tho­logique) en faisant le lien de  manière systématique  

entre : •  les mécanismes physiopathologiques ; •  l’observation des signes cliniques menant à l’identification des pathologies ; •  l’anatomie et la physiologie nécessaires à la compréhension des pathologies ; •  les mesures paramétriques et biologiques perturbées ; •  les stratégies de prise en charge du patient.

À découvrir en librairie ou à feuilleter en ligne sur www.estem.fr Les études en IFSI

19

Le contenu du programme Unités d’enseignement Pour évaluer l’acquisition des compétences, le programme est divisé en UE. Les UE sont thématiques, elles comportent des objectifs de formation, des contenus, une durée, des modalités et critères de validation. Elles permettent une progression de l’apprentissage des étudiants. Les savoirs qui les composent sont ancrés dans la réalité et actualisés. Il existe quatre types d’UE répartis en 6 champs, eux-mêmes composés de 36 UE. Grands types d’UE

I. UE d’enseignement dont les savoirs sont dits « contributifs » aux savoirs infirmiers

Champs

UE

1. Sciences humai­ nes, sociales et droits

• UE 1.1.S1 : Psychologie, sociologie, anthropologie • UE 1.1. S2 : Psychologie, sociologie, anthropologie • UE 1.2.S2 : Santé publique et économie de la santé • UE 1.2.S3 : Santé publique et économie de la santé • UE 1.3 S1 : Législation, éthique, déontologie • UE 1.3 S4 : Législation, éthique, déontologie

2. Sciences biologiques et médicales

• UE 2.1.S1 : Biologie fondamentale • UE 2.2.S1 : Cycles de la vie et grandes fonctions • UE 2.3.S2 : Santé, maladie, handicap, accidents de la

vie

• UE 2.4.S1 : Processus traumatiques • UE 2.5.S3 : Processus inflammatoires et infectieux • UE 2.6.S2 : Processus psychopathologiques • UE 2.6.S5 : Processus psychopathologiques • UE 2.7.S4 : Défaillances organiques et processus dégé­

nératifs

• UE 2.8.S3 : Processus obstructifs • UE 2.9.S5 : Processus tumoraux • UE 2.10.S1 : Infectiologie, hygiène • UE 2.11.S1 : Pharmacologie et thérapeutiques • UE 2.11.S3 : Pharmacologie et thérapeutiques • UE 2.11.S5 : Pharmacologie et thérapeutiques

20

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

II. UE de savoirs constitutifs des compétences infirmières

3. Sciences et techniques infirmières, fondements et méthodes

• UE 3.1.S1 : Raisonnement et démarche clinique infir­

mière

• UE 3.1.S2 : Raisonnement et démarche clinique infir­

mière

• UE 3.2.S.2 : Projet de soins infirmiers • UE 3.2.S.3 : Projet de soins infirmiers • UE 3.3.S.3 : Rôles infirmiers organisation du travail et

interprofessionalité

• UE 3.3.S.5 : Rôles infirmiers organisation du travail et

interprofessionalité

• UE 3.4.S.4 : Initiation à la démarche de recherche • UE 3.4.S.6 : Initiation à la démarche de recherche • UE 3.5.S.4 : Encadrement des professionnels de soins

4. Sciences et tech­ niques infirmières, interventions

• UE 4.1.S1 : Soins de confort et de bien-être • UE 4.2.S2 : Soins relationnels • UE 4.2.S3 : Soins relationnels • UE 4.2.S5 : Soins relationnels • UE 4.3.S2 : Soins d’urgence • UE 4.3.S4 : Soins d’urgence • UE 4.4.S2 : Thérapeutiques et contribution au diagnos­

tic médical

• UE 4.4.S4 : Thérapeutiques et contribution au diagnos­

II. (suite)

tic médical

• UE 4.4.S5 : Thérapeutiques et contribution au diagnos­

tic médical

• UE 4.5.S2 : Soins infirmiers et gestion des risques • UE 4.5.S4 : Soins infirmiers et gestion des risques • UE 4.6.S3 : Soins éducatifs et préventifs • UE 4.6.S4 : Soins éducatifs et préventifs • UE 4.7.S5 : Soins palliatifs et de fin de vie • UE 4.8.S6 : Qualité des soins, évaluation des pratiques

III. Unités d’intégra­ tion des différents savoirs et leur mobi­ lisation en situation

5. Intégration des savoirs et posture professionnelle infirmière

• UE 5.1.S1 Accompagnement de la personne dans la

réalisation de ses soins quotidiens

• UE 5.2.S.2 Évaluation d’une situation clinique • UE 5.3.S3 Communication et conduite de projet • UE 5.4.S4 Soins éducatifs et formation des profession­

nels et des stagiaires

• UE 5.5.S5 Mise en œuvre des thérapeutiques et coor­

dination des soins

• UE 5.6.S6 Analyse de la qualité et traitement des don­

nées scientifiques et professionnelles

• UE 5.7 S5 et S6 Optionnelle

IV. Unités de méthodologie et des savoirs transversaux

6. Méthodes de travail

• UE 6.1 Méthodes de Travail • UE 6.2 Communiquer en anglais

Les études en IFSI

21

À chaque compétence correspond un certain nombre d’UE réparties tout au long des 6 semestres. Exemple : répartition d’unités d’enseignement pour acquérir la compétence 3 : « Accompagner la personne dans la réalisation de ses soins quotidiens ». Compétence 3 : Accompagner la personne dans la réalisation de ses soins quotidiens UE Législation, éthique, déontologie

UE Cycles UE Infectiologie de la vie hygiène et grandes fonctions

UE Pharmacologie et thérapeuti­ ques

UE Soins de confort et de bien-être

UE Accompagnement dans la réalisation des soins quotidiens

Unités d’intégration Les unités d’intégration sont des unités d’enseignement particulières qui portent sur l’étude des situations de soins ou situations « cliniques ». Elles comportent des analyses de situations préparées par les formateurs, des mises en situations vécues en stage et des travaux de transposition à de nouvelles situations. Dans chacun des semestres, une UI concourt à l’acquisition d’une ou plusieurs compétences. Sont ainsi combinés et mobilisés les ressources, savoirs et savoirfaire, acquis dans les UE du semestre en cours puis, progressivement, des semes­ tres précédents.

L’attribution des ECTS Chaque UE et stage clinique est crédité d’un certain nombre d’ECTS, qui équiva­ lent à des « points » et qui représentent la quantité de travail accompli par l’étu­ diant.

Définition des ETCS ou crédits européens Le système européen de transfert et d’accumulation de crédits est un système de points développé par l’Union européenne qui a pour but de faciliter la lecture et la comparaison des programmes d’études des différents pays européens. Le sigle ECTS, abréviation du terme anglais european credits transfer system, est le terme le plus couramment employé pour des raisons pratiques. Répartition des 180 crédits européens L’étudiant doit acquérir 180 ECTS tout au long des trois années de formation pour obtenir son diplôme. Les ECTS sont répartis selon le schéma suivant.

22

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Grands types d’UE

ECTS par grands types d’UE

ECTS par enseignement

Contenu de l’enseignement

Enseignement en institut de formation : 120 ECTS Sciences contributives au métier d’infirmier

Sciences et rôles infirmiers

Unités d’enseignement transversales

42

66

12

Sciences humaines, sociales et droit

15

Sciences biologiques et médicales

27

Sciences et techniques infir­ mières, fondements et méthodes

15

Sciences et techniques infir­ mières, interventions

25

Intégration des savoirs et posture professionnelle infirmière

26

Méthodes de travail

12

Enseignement clinique en 7 stages : 60 ECTS Formation clinique

60

1 stage de 5 semaines au semestre 1

60

4 stages de 10 semaines aux semestres 2, 3, 4 et 5 1 stage de 15 semaines en 2 périodes de 10 semaines maximum au semestre 6 Total

180

Lorsque l’étudiant fait le choix de se réorienter, un dispositif spécial de compensa­ tion lui permet d’obtenir à divers moments de son parcours un bilan global de ses résultats et la validation correspondant en crédits européens.

Les études en IFSI

23

QU’EN PENSENT LES ÉTUDIANTS ?

« Qu’est-ce qui vous a plu en découvrant le cursus ? » •• • « Le fait d’alterner stages et cours. Je sais que je n’aurais pas pu continuer à être uniquement en cours, c’est pour ça que cette formation m’a plue ». Halima, 3e année

•• • « La diversité des cours ! On a des cours de soins infirmiers, médicaux mais aussi de psycho, de sciences humaines, etc. C’est une formation très complète ! ». Juliette, 2e année

Durée des études Totale et annuelle La formation compte 4  200 heures, réparties sur 3 années, soit 6 semestres de 20 semaines. Il y a donc 60 semaines de cours en institut de formation, 60 semaines de stage et 28 semaines de congés.

Répartition des enseignements (théoriques, stages) en nombre d’heures Les enseignements sont répartis de la manière suivante :  

formation théorique : 2 100 heures. Elle comprend :

 

formation clinique (stages) : 2 100 heures.

•  •  • 

des cours magistraux : 750 heures ; des travaux dirigés : 1 050 heures ; un travail personnel guidé : 300 heures ;

Le travail personnel complémentaire est estimé à 900 heures environ, soit 300 heu­ res par an. L’ensemble, soit 5 100 heures, constitue la charge de travail de l’étudiant. L’enseignement est dispensé sur la base de 35 heures par semaine. La durée de présence en stage est de 35 heures par semaine. (Pour les modalités, voir plus loin la partie « Les stages »). 24

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Conforme au

UE 6.2

programme des études

t Do you speak english ? 1) La maîtrise du vocabulaire professionnel L’anglais est une unité d’enseignement obligatoire de votre formation en soins infirmiers. Cet ouvrage se veut un outil utile pour valider cette matière. Accompagné d’un CD audio, il vous permettra d’acquérir le vocabulaire professionnel en suivant l’itinéraire d’un patient, son arrivée aux urgences, son séjour à l’hôpital, puis son retour à domicile.

2) L’entraînement aux évaluations des semestres 3 à 6 Cet ouvrage, destiné aux étudiants en soins infirmiers, est à la fois un guide méthodologique et un support d’entraînement efficace pour chacune des évaluations d’anglais (UE 6.2), du 3e au 6e semestre.

À découvrir en librairie ou à feuilleter en ligne sur www.estem.fr Les études en IFSI

25

La présence lors des travaux dirigés et des stages est obligatoire. Certains cours magistraux peuvent également être obligatoires en fonction du projet pédagogi­ que de l’institut. Voir le descriptif des enseignements dans la partie : « Programme des études » p. 16.

2.2.  Les supports d’enseignement La formation théorique Les enseignements sont réalisés sous la forme de cours magistraux, travaux dirigés, et travaux personnels (rédaction de mémoire, travaux guidés ou en autonomie).

Les cours magistraux (CM) Ce sont des cours dont le contenu est plutôt « théorique », donnés par un ensei­ gnant et souvent devant un public important.

Les travaux dirigés (TD) Il s’agit d’un enseignement obligatoire réunissant au maximum 25 étudiants. Ces cours servent à illustrer et approfondir les cours magistraux, à réaliser des exposés, des exercices, des travaux divers, à travailler sur des situations cliniques, ou encore à compléter ce qui a été fait en cours magistral, en introduisant des données nou­ velles qui peuvent être théoriques ou pratiques.

Les travaux personnels guidés (TPG) Les travaux personnels guidés (TP) sont des temps de travail où les étudiants effectuent eux-mêmes certaines recherches ou études, préparent des exposés, des écrits, etc. Ils peuvent également y rencontrer leur formateur ou bénéficier d’entre­ tiens de suivi pédagogique. Ces temps individuels sont guidés par les formateurs.

Les études de situations dans l’apprentissage Des situations professionnelles apprenantes sont choisies avec des professionnels en activité. L’étudiant construit ses savoirs à partir de l’étude des situations en s’appuyant sur la littérature professionnelle et en échangeant ses savoirs acquis avec celui des enseignants et des équipes de travail. Des temps de retour d’expérience en IFSI sont prévus pour analyser les réalités professionnelles.

26

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

t Pour bien débuter vos études !

UE 2

L’outil incontournable des étudiants qui sou­haitent évaluer leurs connaissances en anatomie, physiologie, physiopathologie. Avec plus de 1000 QCM et schémas à légen­der corrigés, c’est un support d’en­ traî­nement complet et efficace !

­

Points forts   un lexique des 500 termes indispensables à connaître   des exercices ludiques corrigés pour assimiler l’anatomie et le vocabulaire associé   tous les schémas et connaissances de base en anatomie

Voici un ouvrage conçu pour faciliter aux étudiants du domaine paramédical l’appren­ tissage des connaissances de base incontour­ nables que sont le vocabulaire médical et l’anatomie.

À découvrir en librairie ou à feuilleter en ligne sur www.estem.fr Les études en IFSI

27

Q U’EN PENSENT LES ÉT U D I ANT S  ?

« Quelles difficultés avez-vous rencontrées au début de vos études ? »

•• • « Il faut réviser régulièrement, chose que je ne sais pas faire et du coup c’est très difficile si on n’arrive pas à s’organiser : il y a beaucoup de travail au dernier moment et donc on ne peut pas tout réviser ». Halima, 3e année

•• • « Appliquer la théorie en pratique ». Cécile, 1re année

2.3.  Évaluation de l’étudiant Au cours de la formation L’évaluation des connaissances et des compétences permet la validation des acqui­ sitions de l’étudiant. Elle est réalisée par un contrôle continu et régulier et par des périodes d’examen tout au long du parcours de formation théorique et clinique.

Théorie Les unités d’enseignement sont validées par semestre. La nature et les modalités des épreuves sont fixées pour chacune des unités d’enseignement. Certaines UE sont validées en cours de semestre par contrôle continu (travail à rendre, exposé oral, etc.), d’autres, en fin de semestre (épreuve écrite sur table…). Il faut obtenir la moyenne pour valider une UE. Chaque UE validée donne droit à l’obtention des ECTS qui lui sont affectés. Les ECTS, une fois obtenus, sont définitivement acquis : cela signifie qu’en cas de redoublement, vous n’aurez pas à repasser les UE que vous avez validées. Sachez que certaines UE sont compensables (voir « Passage en année supérieure et redoublement » ci-dessous).

Stages Vous serez évalué grâce au portfolio. Il s’agit d’un outil qui sert à mesurer la pro­ gression de l’étudiant en stage. Il est centré sur l’acquisition des compétences, des activités et des actes infirmiers (voir « Les stages » p. 33). 28

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Passage en année supérieure et redoublement Capitalisation et compensation Comme nous l’avons vu précédemment (voir « Au cours de la formation ») les unités d’enseignement sont définitivement acquises et capitalisables dès lors que l’étudiant a obtenu la moyenne à chacune d’entre elles, ou par application des modalités de compensation. Certaines UE d’un même semestre donnent droit à compensation entre elles. La compensation est toutefois conditionnée par l’obtention d’une note d’au moins 9/20. Cependant, toutes les UE ne peuvent se compenser. En effet, une unité d’en­ seignement essentielle à la formation, comme l’UE « Rôles infirmiers, organisation du travail et interprofessionalité », qui est fondamentale à l’apprentissage du métier, ne peut pas être compensée par une UE telle que l’anglais par exemple. Cependant, cette UE peut être compensée par l’UE « Projet de soins infirmiers », étudiée dans le même semestre et d’importance équivalente.

Les sessions Les enseignements semestriels donnent lieu à 2 sessions d’examens par semestre. La première session est la session d’examens, et la seconde est la session de rattra­ page des deux semestres précédents. Lorsqu’une unité d’enseignement a été présentée aux deux sessions, c’est la deuxième note qui est retenue.

Passage en 2e année Le passage en 2e année s’effectue soit :   par la validation des semestres 1 et 2 ;   par la validation d’un semestre complet ;   par la validation de 48 crédits sur 60 répartis sur les 2 semestres de for­ mation. Dans ces deux derniers cas, les UE non validées de la 1re année devront être vali­ dées au cours de la 2e année. L’étudiant redouble s’il ne répond pas à ces critères :   entre 30 et 47 crédits obtenus au cours des semestres 1 et 2, l’étudiant peut toutefois suivre quelques unités d’enseignement de l’année supérieure sur décision favorable de l’équipe pédagogique ;   à moins de 30 ECTS, l’étudiant ne sera autorisé à redoubler que sur avis du directeur de l’IFSI après avis du conseil pédagogique. Il conserve les bénéfi­ ces des ECTS acquis. Les études en IFSI

29

Passage en 3e année Le passage en 3e année s’effectue soit :   par la validation des semestres 1, 2, 3 et 4 ;   par la validation des semestres 1 et 2 et d’un des deux semestres 3 et 4 ;   par la validation des deux premiers semestres et de 48 à 60 crédits répartis sur les semestres 3 et 4. Dans ces deux derniers cas, les UE non validées de la 2e année devront être vali­ dées au cours de la 3e année. L’étudiant redouble s’il ne répond pas à ces critères :   entre 30 et 47 crédits au cours des semestres 3 et 4, et s’il a obtenu la valida­ tion des deux premiers semestres ;   à moins de 30 crédits obtenus aux semestres 3 et 4 et si l’étudiant a validé les semestres 1 et 2, il ne sera autorisé à redoubler que sur avis du directeur de l’IFSI après avis du conseil pédagogique. Les étudiants autorisés à redoubler conservent le bénéfice des ECTS acquis.

Changement d’institut en cours de formations Lorsqu’un étudiant change d’institut de formation pour poursuivre son cursus dans une même formation, les crédits délivrés dans l’institut d’origine lui sont défi­ nitivement acquis. Il valide dans son nouvel institut les crédits manquants à l’ob­ tention du diplôme.

Obtention du diplôme d’État L’étudiant obtient son diplôme lorsqu’il a obtenu chacune des compétences et après délibération d’un jury. Il faut donc obtenir les 180 ECTS des unités d’enseigne­ ment et des stages prévus par le référentiel de formation pour avoir le diplôme. Les étudiants ayant validé les cinq premiers semestres de formation et ayant effec­ tué la totalité des épreuves et des stages prévus pour la validation du semestre six sont autorisés à se présenter devant le jury régional d’attribution du diplôme d’État d’infirmier. Le jury régional se prononce au vu de l’ensemble du dossier de l’étudiant, qui comporte :   la validation de l’ensemble des unités d’enseignement dont les unités d’in­ tégration ;   la validation de l’acquisition de l’ensemble des compétences en situation ;   la validation des actes, activités ou techniques réalisées en situation réelle ou simulée. 30

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

UE 2

Collection UE2 en pratique

pour t L’indispensable vos stages Les savoirs et savoirfaire essentiels en soins infirmiers

Complémentaire aux cours dispensés à l’IFSI, cette collection accompagne l’étudiant dans sa formation lors de ses stages dans les différents services hospitaliers et lui permet de réviser les con­ naissances requises pour la validation de ses UE.

Points forts

  un rappel des notions indispensables en anatomie et physiologie   les processus physiopathologiques avec les principales pathologies associées   les pratiques de base sous forme de fiches repères de soins   des calculs de dose corrigés et commentés

À découvrir en librairie ou sur www.estem.fr Les études en IFSI

31

Après proclamation des résultats, le jury est tenu de communiquer les notes aux étudiants. Pour le classement des étudiants ayant obtenu les 180 ECTS, sont prises en consi­ dération les notes de l’ensemble des semestres.

Q U’EN PENSENT LES ÉT U D I ANT S  ?

« Quell(s) conseil(s) donneriez-vous à un étudiant qui débute ses études ? » •• • « Essayer d’apprendre régulièrement les cours. Ne pas arrêter la formation si un stage s’est mal passé, ça arrive ! Parler de ses difficultés aux formatrices ». Caroline, 3e année

•• •  « De vivre à fond sa formation ! Trois ans ça passe vite ! Mais il faut s’accrocher aussi ! On a choisi un métier formidable, donc il faut rester toujours motivé ! ». Juliette, 2e année

Reconnaissance du diplôme en France et en Europe Le diplôme d’État et la profession d’infirmier Le diplôme d’État d’infirmier est reconnu dans le cadre du processus universitaire européen LMD (Licence, Master, Doctorat). À partir de 2012, il sera reconnu par les universités au grade de licence. L’obtention du diplôme d’État permet d’exercer la profession d’infirmier sur l’en­ semble du territoire français, dans le secteur sanitaire et médico-social. Une attestation de réussite est remise par le directeur de l’IFSI, après la tenue du jury final et la promulgation des résultats (un délai est nécessaire pour l’établisse­ ment des diplômes définitifs). L’infirmier nouvellement diplômé devra se faire enregistrer sur le fichier ADELI, auprès de la DDASS de son lieu de travail. Le titulaire du diplôme d’État français d’infirmier peut exercer dans un autre État membre de l’Union européenne, son diplôme y étant reconnu. En effet, il est conforme aux directives communautaires. Pour l’obtenir, son titulaire a effectué : 32

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

   

10 ans d’école primaire et secondaire ; 3 ans de formation professionnelle au moins (dont un tiers d’enseignement théorique et la moitié au moins d’enseignement clinique).

La validation européenne Dans le cadre de la mobilité internationale, le diplôme est accompagné de l’an­ nexe descriptive dite « supplément au diplôme ». Le parcours de formation permet la validation des périodes d’études effectuées à l’étranger (dans les pays soumis au régime des ECTS). Lorsque le projet a été accepté par les responsables pédagogiques et que l’étudiant a obtenu la validation de sa période d’études par l’établissement étranger, il bénéficie des crédits européens correspondants à cette période d’études sur la base de 30 crédits pour l’ensemble des unités d’enseignement d’un semestre.

Session de rattrapage du diplôme d’État Si l’étudiant n’a pas obtenu les 180 ECTS, il est autorisé à s’inscrire pour valider les unités d’enseignements manquantes. S’il n’a pas validé l’ensemble des compétences en stage, il devra refaire un stage dont la durée et le lieu sera déterminé par l’équipe pédagogique.

3  Les stages 3.1.  Répartition et durée des stages Les stages ont une durée de 60 semaines, soit 2 100 heures pour les 3 ans, sur la base de 35 h/semaine :   durée des stages pour la 1re année : 15 semaines, soit 5 semaines au 1er semestre et 10 semaines au 2e semestre ;   durée des stages pour la 2e année : 20 semaines, soit 10 semaines au 3e semestre et 10 semaines au 4e semestre ;   durée des stages pour la 3e année : 25 semaines, soit 10 semaines au 5e semestre et 15 semaines au 6e semestre.

3.2.  Qualification et agrément du stage Les lieux de stage sont choisis en fonction des ressources qu’ils peuvent offrir aux étudiants. Des critères de sélection ont donc été définis. Les études en IFSI

33

L’établissement d’une charte d’encadrement La charte d’encadrement est établie entre l’établissement d’accueil et les IFSI par­ tenaires. Elle formalise les engagements des deux parties dans l’encadrement des étudiants et doit être connue de ces derniers.

L’établissement d’un livret d’accueil et d’encadrement La charte est complétée par un livret d’accueil spécifique à chaque lieu de stage. Il comporte des éléments concernant le contenu du stage et les compétences que vous pourrez acquérir, notamment :   les éléments d’information nécessaire à la compréhension du fonctionne­ ment du lieu de stage (type de service ou d’unité, population soignée, patho­ logies traitées, etc.) ;   les situations les plus fréquentes devant lesquelles vous pourrez vous trouver ;   les actes et activités qui vous seront proposés ;   les éléments de compétences plus spécifiques que vous pourrez acquérir ;   la liste des ressources qui vous seront offertes dans le stage ;   les modalités d’encadrement : conditions de votre accueil individualisé, établissement d’un tutorat nominatif, prévision d’entretiens à mi-parcours, prévision des entretiens d’évaluation ;   les règles d’organisation en stage : horaires, tenue vestimentaire, présence, obligations diverses.

L’établissement d’une convention de stage La convention est établie pour les stages organisés en dehors de l’établissement sur lequel est implanté l’IFSI. Elle est signée par l’établissement d’enseignement, l’éta­ blissement d’accueil et vous-même. Elle précise les conditions d’accueil dans un stage précis et les engagements de chaque partie. Elle note la durée du stage et précise les modalités de son évaluation et de sa validation dans la formation du stagiaire. Cette convention peut être établie annuellement et comporter des avenants pour chaque stage.

34

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

3.3. F rais de transport, indemnité de stage et franchise d’absence Frais de déplacement Depuis l’arrêté du 28 septembre 2001, les frais de transport des étudiants infirmiers pour se rendre sur les lieux de stage sont pris en charge, dès lors que ceux-ci et l’IFSI ne sont pas sur la même commune. Le trajet pris en charge est, en principe, celui entre le lieu de stage et l’IFSI. L’étudiant infirmier qui utilise les transports en commun doit produire son titre de transport. Une partie ou la totalité du coût des abonnements peut être prise en charge. Si le lieu de stage n’est pas desservi par les transports en commun, et que l’étudiant utilise son véhicule personnel, cette prise en charge s’effectue sur la base des indemnités kilométriques réglementaires. L’indemnisation de tout ou partie des frais de déplacement est à la charge de l’IFSI, c’est auprès de lui que l’étudiant doit s’informer.

Indemnités de stage Une indemnité de stage est versée à tous les étudiants en soins infirmiers pendant la durée des stages prévus dans la formation. Cette indemnité est fixée par semaine de stage à :   23 € en 1re année ;   30 € en 2e année ;   40 € en 3e année.

La franchise d’absences La franchise maximale pouvant être accordée aux étudiants au cours de leur for­ mation est fixée à 30 jours ouvrés.

3.4.  Les objectifs de stage Les objectifs de stage tiennent compte à la fois des ressources des stages, des besoins des étudiants en rapport avec l’étape de leur cursus de formation et des demandes individuelles des étudiants.

Les études en IFSI

35

Le stage doit vous permettre :   d’acquérir des connaissances ;   d’acquérir une posture réflexive : vous devez vous poser des questions sur la pratique, avec l’aide des professionnels ;   d’exercer votre jugement et vos habiletés gestuelles ;   de centrer votre écoute sur la personne soignée et proposer des soins de qualité ;   de prendre progressivement des initiatives et des responsabilités ;   de reconnaître vos émotions et les utiliser avec la distance professionnelle qui s’impose ;   de mesurer vos acquisitions dans chacune des compétences ;   de confronter vos idées, vos opinions et vos manières de faire à celle des professionnels et d’autres étudiants. Les objectifs de stage sont négociés avec le lieu de stage à partir des ressources de celui-ci. Ils sont rédigés et inscrits dans votre portfolio.

Q U’EN PENSENT LES ÉT U D I ANT S  ?

« Qu’avez-vous pensé de votre 1re expérience de stage ? » •• • « Très intéressante, surtout humainement parlant, notamment concernant la communication et les relations avec les différents soignants ». Mélodie, 1re année

•• • « C’était mitigé. C’était la 1re fois que je travaillais dans le monde paramédical et j’ai vite compris que l’idéal que je m’étais fait sur les infirmiers n’était pas réel ». Rosalie, 3e année

•• • « La 1re expérience est toujours enrichissante, même si généralement c’est un mois dur et éprouvant. ». Anaïs, 2e année

36

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

indispensable t L’outil de vos études

Le calcul de dose et de débit engage la responsabilité de l’infirmière et doit être d’une rigueur absolue. Cet ouvrage de méthodologie et d’entraînement a été conçu afin d’accompagner l’étudiant pas à pas vers une pratique aisée et sûre.

Points forts   un rappel du rôle de l’infirmière dans l’administration des médicaments   des fiches claires et précises sur les calculs mathématiques en lien avec la pratique   des exercices d’entraînement pro­gres­­sif   des corrigés détaillés et commentés

À découvrir en librairie ou à feuilleter en ligne sur www.estem.fr Les études en IFSI

37

3.5.  Les types de stage Quatre types de stages sont prévus. Ils sont représentatifs des lieux où vous ren­ contrez des spécificités dans la prise en soins :   soins de courte durée : vous vous adressez à des personnes atteintes de pathologies et hospitalisées dans des établissements publics ou privés ;   soins en santé mentale et en psychiatrie : vous vous adressez à des per­ sonnes hospitalisées ou non, suivies pour des problèmes de santé mentale ou de psychiatrie ;   soins de longue durée et soins de suite et de réadaptation : vous vous adressez à des personnes qui requièrent des soins continus dans le cadre d’un traitement ou d’une surveillance médicale, en établissement dans un but de réinsertion, ou une surveillance constante et des soins en héberge­ ment ;   soins individuels ou collectifs sur des lieux de vie : vous vous adressez à des personnes ou des groupes qui se trouvent dans des lieux de vie (domicile, travail, école, etc.). Votre parcours de stage comporte un stage minimum dans chacun des types de stage décrits ci-dessus. Semestre 1

Semestres 2, 3, 4 et 5

Semestre 6

Durée

5 semaines

10 semaines

15 semaines

Lieu de stage

S’effectue dans un même lieu

Ils sont réalisés dans un même lieu. Cependant, pour des raisons d’intérêt péda­ gogique, les 10 semaines d’un même semestre peu­ vent s’effectuer sur deux lieux de stage différents.

Deux lieux différents. Vous pou­vez choisir le lieu de l’un de ses deux stages, en fonction de votre projet professionnel, en accord avec l’équipe pédagogique.

Les stages s’effectuent sur la base de 35 heures par semaines. Les horaires varient en fonction des lieux d’accueil et des modalités d’apprentissage. Les horaires de nuit, de fin de semaine et de jours fériés sont possibles. Pendant la durée des stages, vous pouvez vous rendre quelques jours sur d’autres lieux, rencontrer des personnes ressources ou visiter des sites professionnels. Vous pouvez ainsi suivre le parcours des personnes soignées.

38

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

3.6.  L’encadrement Chaque étudiant est placé sous la responsabilité d’un maître de stage, d’un tuteur de stage et d’un professionnel de proximité au quotidien.

Le maître de stage Il représente la fonction organisationnelle et institutionnelle du stage. Il exerce des fonctions de management et de responsabilité sur l’ensemble du stage. Il est le garant de la qualité de l’encadrement. Il assure le suivi des relations avec l’institut de formation et règle les questions en cas de litige ou de conflit.

Le tuteur de stage Le tuteur représente la fonction pédagogique du stage. Il se trouve sur le lieu du stage. Chaque étudiant connaît son tuteur de stage et sa fonction. Le tuteur assure un accompagnement des étudiants et évalue leur progression lors d’entretiens réguliers. Il facilite l’accès des étudiants aux divers moyens de formation proposés sur les lieux de stage, les met en relation avec des personnes ressources, et si besoin les autorise, en liaison avec le maître de stage, à compléter leurs connaissances dans des services partenaires du lieu de stage. Le tuteur évalue la progression des étudiants dans l’acquisition des compétences après avoir demandé l’avis des professionnels qui ont travaillé en proximité avec l’étudiant. C’est lui qui inscrit cette progression sur le portfolio lors des entretiens avec l’étudiant en cours et à la fin du stage.

Les professionnels de proximité Ils représentent la fonction d’encadrement pédagogique au quotidien. Ils sont présents avec l’étudiant lors des séquences de travail de celui-ci. Ils le guident, lui expliquent les actions, nomment les savoirs utilisés, etc. Ils accompagnent la réflexion de l’étudiant et facilitent l’explicitation des situations et du vécu du stage, ils l’encouragent dans ses recherches et sa progression. Plusieurs personnes peuvent assurer ce rôle sur un même lieu de travail en fonc­ tion de l’organisation des équipes.

Le formateur de l’IFSI référent de stage Les IFSI désignent un « formateur référent » pour chacun des stages. L’étudiant connaît le formateur référent du stage. Les études en IFSI

39

Le formateur référent est en lien avec le maître de stage en ce qui concerne l’orga­ nisation générale des stages dans son unité ou sa structure. Il est également en liaison régulière avec le tuteur de stage afin de suivre le par­ cours des étudiants et régler au fur et à mesure les questions pédagogiques qui peuvent se poser. Il a accès au lieu de stage et peut venir encadrer un étudiant sur sa propre demande, celle de l’étudiant, ou celle du tuteur de stage.

Q U’EN PENSENT LES ÉT U D I ANT S  ?

« Qu’est-ce qui vous a surpris lors de votre 1er stage ? » •• • « La complexité des pathologies due à notre insuffisante connaissance : très difficile de se positionner ». Mérièm, 3e année

•• •  « Le comportement de certains professionnels de santé envers les patients et les étudiants ». Hadjira, 3e année

3.7.  L’évaluation L’étudiant est évalué grâce au portfolio. Il s’agit d’un outil qui sert à mesurer la progression de l’étudiant en stage. Il est centré sur l’acquisition des compétences, des activités et des actes infirmiers. Il comporte plusieurs parties remplies lors de chaque stage :   des éléments sur le cursus de formation de l’étudiant, écrits par celui-ci avant son arrivée en stage ;   des éléments d’analyse de la pratique de l’étudiant à partir des activités réalisées en stage, rédigés par l’étudiant ;   des éléments d’acquisition des compétences, en concertation avec l’équipe d’encadrement, lors de l’entretien d’évaluation du stage ;   des éléments sur la réalisation des actes, des activités ou des techniques de soins, à remplir par le tuteur, en concertation avec l’équipe d’encadrement et l’étudiant, pendant le stage ;   un bilan, réalisé par le tuteur, de la progression de l’étudiant lors de chacun des stages. 40

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

L’acquisition des éléments de chaque compétence et des activités techniques est progressive, chaque étudiant peut avancer à son rythme. Une proposition de progression est inscrite sur le portfolio. Ainsi l’étudiant peut mesurer ses écarts en relation à un schéma de référence. Chaque semestre, le formateur de l’IFSI responsable du suivi pédagogique de l’étu­ diant fait le bilan des acquisitions avec celui-ci. Il conseille l’étudiant et le guide pour la suite de son parcours. Il peut être amené à modifier le parcours du stage au vu des éléments contenus dans le portfolio. Les ECTS correspondant au stage sont attribués dès lors que l’étudiant :   a réalisé la totalité du stage. La présence sur chaque stage ne peut pas être inférieure à 80 % du temps prévu, dans la limite de la franchise autorisée par la réglementation ;   a analysé les activités rencontrées en stage ;   a mis en œuvre et validé les éléments des compétences requises dans une ou plusieurs situations ;   a validé la capacité technique de réalisation des actes ou activités liés au stage effectué. Le tuteur ou le maître de stage note sur le portfolio de l’étudiant ses acquisitions. Le formateur de l’IFSI, référent de votre suivi pédagogique en prend connaissance et propose à la commission d’attribution des crédits de formation la validation du stage. En cas de non validation du stage, l’étudiant doit effectuer un nouveau stage dont les modalités sont définies par l’équipe pédagogique.

3.8.  L’arrivée en stage : le 1 er jour Lorsque vous arrivez, le 1er jour, sur votre lieu de stage, il vous sera très souvent proposé de faire une visite du service. Cela vous permettra d’établir un premier contact avec le personnel, les patients et les pathologies. N’hésitez donc pas à vous faire connaître des patients et du personnel. Le cadre de santé responsable du service, une secrétaire ou un des personnels soignants vous expliquera le fonctionnement du service, vous indiquera le nom­ bre de lits et où se trouvent les protocoles. Il est également nécessaire de mettre en avant votre motivation et de montrer que vous voulez apprendre.

Les études en IFSI

41

t Tout en couleurs ! De nombreux outils favorisent l’apprentissage   des illustrations soignées, en couleurs   des illustrations des boucles de rétro­ action, qui décrivent les jeux d’équilibre dynamique assurant le maintien de l’homéostasie   pour chaque illustration, un énoncé de concept est placé au-dessus et une question placée au-dessous   une rubrique « Révision utile » avec les principaux concepts à se rappeler avant la lecture du chapitre   de courtes listes d’objectifs, qui ciblent les notions de base   une rubrique « Termes médicaux », qui facilite l’acquisition du vocabulaire

Deschka

R _ V N [ [ \ V 1VPa ZzQVPNY

Bowden,

R

QR ]\PU

Ce dictionnaire compact et simple d’accès contient :   près de 10 000 termes médicaux ;   plus de 400 images, photographies et schémas ;   10 tableaux de scores et classifications. Le format de poche permet une consultation rapide et pratique dans toutes les situations que peut rencontrer le personnel de santé.

À découvrir en librairie ou sur

www.deboeck.com

42

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

3.9.  Le personnel hospitalier En tant qu’étudiant, vous allez être amené à travailler avec des personnes exerçant différents métiers. Voici donc les principaux acteurs d’un service hospitalier, et avec lesquelles vous serez en relation.

Le chef de service Il est responsable de l’organisation générale du service. Il est assisté d’un ou plu­ sieurs médecins.

Le chef de clinique assistant Il supervise les internes et les étudiants en médecine. Il veille au bon fonctionne­ ment quotidien du service.

L’interne Il s’agit d’un médecin en formation générale ou spécialis��e. Il examine les patients tous les jours et a le droit de prescrire.

L’anesthésiste Il se renseigne sur les antécédents médicaux et chirurgicaux des patients et leur explique son rôle avant, pendant et après une intervention.

Le cadre supérieur de santé Il est le collaborateur du chef de service. Il coordonne l’organisation et la mise en œuvre des soins infirmiers dispensés aux patients hospitalisés. Il est assisté de cadres de santé (cadres infirmiers) auxquels les patients s’adressent pour tout ce qui concerne les soins et le déroulement de leur séjour.

Les aides-soignants Ce sont les personnels soignants avec lesquels les infirmiers collaborent le plus. L’aide-soignant participe à la prise en charge d’une personne ou d’un groupe de personnes. Son rôle consiste en une approche globale et en la recherche du plus grand confort possible de la personne soignée. En collaboration avec l’infirmier et sous sa responsabilité, il aide à répondre aux besoins d’entretien du patient et de son environnement, et l’aide à compenser partiellement un manque ou une diminution de son autonomie. Les études en IFSI

43

Les auxiliaires de puériculture Ils sont spécialisés dans la prise en charge de l’enfant bien portant, malade ou handicapé, jusqu’à l’adolescence. En collaboration avec l’infirmier ou la puéricul­ trice et sous leur responsabilité, elles répondent aux besoins quotidiens de l’enfant par l’intermédiaire de soins et d’activités d’éveil.

Les agents hospitaliers Ils contribuent au confort des patients. Ils les accompagnent pour les consulta­ tions ou les examens hors du service.

La secrétaire hospitalière Elle est là pour aider les patients dans les formalités d’entrée et de sortie et assure le lien avec leur entourage.

L’équipe hôtelière Elle entretient l’environnement des patients et participe à la distribution des repas.

Les psychologues Ils collaborent avec l’équipe soignante et effectuent un travail avec les patients ayant des problèmes psychologiques.

Les diététiciens et les masseurs-kinésithérapeutes Ils peuvent intervenir sur avis médical pour, par exemple, l’établissement de repas ou la rééducation des patients.

Les manipulateurs en électroradiologie médicale et les techniciens de laboratoire Ils participent directement à l’élaboration du diagnostic en réalisant les examens prescrits par l’équipe médicale.

44

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Q U’EN PENSENT LES ÉT U D I ANT S  ?

« Qu’avez-vous aimé lors de votre 1re expérience de stage ? » •• • « Il y avait une bonne prise en charge de l’équipe infirmière mais cela ne se répète pas sur tous les stages ». Halima, 3e année

•• • « J’ai beaucoup aimé le contact avec les patients. Ils sont généralement bienveillants et nous encouragent souvent lorsqu’ils savent que c’est le début ». Anaïs, 2e année

3.10.  Problèmes rencontrés Faute lors d’un stage Si vous commettez une faute lors de votre stage, vous devez en avertir immédia­ tement votre référent afin qu’il remédie au plus vite au problème. Suivant le degré de gravité de la faute, l’étudiant encourt un avertissement, un rapport de stage défavorable ou une suspension des études, voire même un arrêt définitif de la formation. Il est vivement recommandé (cela peut parfois être obligatoire dans certains IFSI) de souscrire une Responsabilité Civile Professionnelle (RCP). Cela coûte entre 6 et 8 euros par an.

Mauvais encadrement Parfois, vous pouvez vous retrouver face à un problème d’encadrement. Cela est souvent lié à la somme de travail qu’a à accomplir le personnel hospitalier. Cela peut se traduire par :    

u ne impossibilité d’action ; le fait de se retrouver esseulé face à des situations inconnues ou difficiles à

gérer ; l’abandon du stagiaire. Vous devez parler de ces situations avec votre référent ou avec le cadre du service afin d’arranger les choses.  

Les études en IFSI

45

La nudité, la maladie et la mort Il est parfois difficile, lors des premiers stages, d’être confronté à la nudité, la mala­ die ou la mort. En effet, certaines pathologies sont parfois délicates à vivre, par exemple, lorsqu’on a un cas semblable parmi ses proches. Au début, l’étudiant ne sait pas comment se positionner par rapport au malade, à sa nudité, mais également à sa religion. Ces problèmes s’estompent souvent au cours des stages, avec l’expérience.

Q U’EN PENSENT LES ÉT U D I ANT S  ?

« Quelle(s) difficulté(s) avez-vous rencontrée(s) lors de votre 1er stage ? » •• • « L’encadrement a posé des problèmes relationnels : écart d’âge, compréhension et exigence des équipes ». Mérièm, 3e année

•• •  « Difficultés de trouver une communication adaptée avec les patients, timidité, ne pas savoir quoi dire ». Caroline, 3e année

•• •  « L’intégration dans l’équipe, le rapport à la douleur physique et à la souffrance morale des personnes ». Angélique, 2e année

46

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

« Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un étudiant pour ses stages ? » •• • « Être patient, organisé, rigoureux et faire preuve de beaucoup de diplomatie ». Mérièm, 3e année

•• •  « Avoir un comportement professionnel en stage, savoir se remettre en question et toujours poser des questions ». Caroline, 3e année

•• •  « Ne jamais se décourager et garder sa motivation intacte. Avec le temps, l’expérience, on prend confiance en soi et ça aide beaucoup ». Anaïs, 2e année

4  Financement des études et vie pratique

4.1.  Aides financières aux étudiants La formation pour devenir étudiant est lourde et à temps plein, il est quasi impos­ sible de mener de front les études et un travail salarial. C’est également une for­ mation fatigante. Envisager de travailler les week-end ou en soirée revient à mettre sa santé en péril ! Diverses aides financières existent, afin d’alléger au maximum les conditions d’étu­ des. Elles sont variées, spécifiques aux situations sociales des étudiants.

Bourses du Conseil régional Elles sont accordées aux étudiants dont les revenus familiaux ou personnels sont insuffisants. Leur taux est calculé en fonction d’un plafond de ressources fixé annuellement. Leur attribution étant gérée par le conseil régional, c’est auprès de lui que se font les demandes. Tout étudiant en formation peut en faire la demande, quels que soient son âge et sa nationalité. Les personnes en formation professionnelle continue (demandeurs d’emploi ou salariés), les fonctionnaires en disponibilité et les personnes en congés parentaux Les études en IFSI

47

ne peuvent pas y prétendre car d’autres types de prises en charge leur sont ouverts (ASSEDIC ou autres).

Allocation d’études ou de prérecrutement Certains hôpitaux publics ou privés non lucratifs proposent aux étudiants infirmiers des aides de différents types, dans le cadre de leur politique de recrutement. Ce sont souvent des allocations d’études versées à partir de la 2e année de forma­ tion. En échange, l’étudiant, une fois diplômé, s’engage à travailler dans l’hôpital en question pendant un temps qui correspond généralement à celui du financement.

Contrat d’apprentissage L’apprentissage s’adresse à des étudiants âgés de moins de 26 ans qui recherchent une qualification professionnelle. Certains IFSI proposent ce mode de formation : ils ont alors signé une convention avec un établissement de santé qui rémunère l’apprenti devenu salarié de l’institu­ tion. L’étudiant est alors soumis aux conditions prévues par le contrat de travail signé. Sa rémunération est calculée en fonction de l’année de formation et de son âge, allant de 41 % à 78 % du SMIC. L’établissement met à sa disposition un maître d’apprentissage chargé de l’accueillir, de l’accompagner sur le plan pédagogique et de le conseiller tout au long de sa formation. Le cursus de formation de l’apprenti ainsi que son diplôme d’État est identique à celui des autres étudiants. En contrepartie, il doit travailler, une fois diplômé, dans cet établissement, en prin­ cipe autant de temps qu’il a bénéficié de ce contrat. Au terme de cette période, le jeune professionnel est libre de choisir de rester ou non dans l’établissement ou le secteur qui l’a accueilli. Ce dispositif a d’abord été mis en place par le secteur privé à but lucratif, puis non lucratif. Actuellement, des IFSI publics s’engagent dans ce processus.

Fonds de solidarité universitaire (FSU) Attribuée par le centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS), cette aide ponctuelle consiste en une allocation de dépannage ou un prêt rem­ boursable, accordés à des étudiants qui rencontrent de grandes difficultés maté­ rielles à un moment donné. La demande est à faire auprès du CROUS de l’académie dans laquelle se trouve l’IFSI.

48

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Prêts étudiants Ils sont à négocier directement auprès des banques ou des mutuelles étudiantes.

Aides aux salariés Les modalités de prise en charge sont différentes, selon que la personne est salariée du secteur privé ou du secteur public. Dans tous les cas, il s’agit de personnes pou­ vant bénéficier de la promotion sociale, par le biais de la formation continue.

Dans le secteur privé Salarié du secteur privé, l’étudiant peut obtenir un congé individuel de formation (CIF), dès lors que son employeur cotise à un organisme collecteur (tel que FON­ GECIF, PROMOFAF…) et qu’il répond aux conditions nécessaires pour l’obtention de ce congé (ancienneté, inscription de la formation sur le plan de formation annuel, etc.). Il perçoit alors son salaire tout au long de la formation, jouissant des mêmes droits que les autres salariés de son institution, le temps de formation étant considéré comme temps de travail.

Dans le secteur public Employé par le secteur public hospitalier, l’étudiant bénéficie alors de la promo­ tion professionnelle hospitalière : il perçoit sa rémunération tout au long de la formation, bénéficie des avancements statutaires auxquels il a droit. Là aussi, le temps de formation est assimilé à du temps de travail, et la formation inscrite au plan de formation de l’établissement. Les fonctionnaires peuvent également bénéficier d’un congé de formation profes­ sionnelle, similaire au congé individuel de formation du secteur privé, par le biais de l’ANFH.

Aides aux demandeurs d’emploi L’allocation des demandeurs d’emplois en formation est accordée aux deman­ deurs d’emploi qui, durant la période au cours de laquelle ils perçoivent l’alloca­ tion d’assurance chômage, entreprennent une action de formation sur prescription de Pôle emploi. L’allocation est accordée par Pôle emploi, à l’expiration des droits du demandeur d’emploi à l’allocation d’assurance chômage. Le candidat répond aux critères suivants :   être admis en 1re année de formation ;   justifier de 2 années d’activité professionnelle à temps plein au moment de l’entrée en formation ; Les études en IFSI

49

   

ê tre à la recherche d’un emploi ; justifier de 3 mois d’inscription au Pôle emploi à la date d’entrée en for­

mation ; ne pas être démissionnaire. Les dossiers de demande de rémunération sont à retirer auprès de l’IFSI et la demande est à adresser au Pôle emploi.  

L’allocation d’aide au retour à l’emploi formation (ARE) Cette allocation s’adresse aux demandeurs d’emplois inscrits au Pôle emploi béné­ ficiaires de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), et qui désirent suivre une action de formation prescrite dans le cadre du projet d’action personnalisé (PAP). Pour que cette allocation soit attribuée, la formation en soins infirmiers (considé­ rée comme prioritaire actuellement), doit être proposée par le Pôle emploi.

Aides diverses Les étudiants en soins infirmiers sont titulaires, comme tous les étudiants, d’une carte du CROUS leur permettant de bénéficier de certaines prestations offertes aux inscrits en université. Ils ont ainsi accès, à un coût moindre :   aux restaurants universitaires ;   à la vie culturelle, soit pour pratiquer un art, soit en tant que spectateurs ;   à une pratique sportive (accès à diverses activités) ;   aux résidences ou cités universitaires.

Aides au logement (APL, ALS) Voir « Aides à la vie pratique ».

4.2.  Aides à la vie pratique Se restaurer La question de la restauration ne se pose généralement pas pendant la période de stage, les étudiants ayant accès au restaurant du personnel de l’établissement dans lequel ils effectuent leur stage. Les étudiants d’un IFSI situé au sein de l’hôpital de rattachement bénéficient également de l’accès au restaurant du personnel. En revanche, lorsque l’IFSI n’a pas de support hospitalier, tout dépend de sa localisa­ tion et de son environnement. Lorsqu’il est situé à proximité d’un restaurant univer­ sitaire, l’IFSI fait généralement en sorte que la coupure entre les cours du matin et de l’après-midi ne coïncide pas avec le moment d’affluence du restaurant. 50

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Certains IFSI mettent à la disposition des étudiants une salle équipée de microondes, d’un réfrigérateur, etc., permettant aux étudiants d’y prendre leurs repas.

Se loger En dehors des logements accessibles à tout un chacun (agences immobilières, colocations, etc.), certains IFSI peuvent proposer des hébergements ou aides au logement sous différentes formes :   chambres au sein du foyer, lorsque l’IFSI en possède un ;   accès au foyer de jeunes travailleurs de proximité ;   offres par voie d’affichage : hébergement par des personnes âgées du voisi­ nage, ou de parents, en échange de baby-sitting, etc.  Des aides au logement peuvent être obtenues auprès de la Caisse d’allocations familiales (CAF) de votre département :   l’allocation

de logement à caractère social (ALS) est l’aide la plus souvent versée aux étudiants ; elle ne peut l’être que si le logement n’est pas conven­ tionné. Il peut s’agir d’une chambre en foyer ou en résidence universitaire ou autre ;   l’aide personnalisée au logement (APL), lorsque le logement est conven­ tionné (HLM/logement ayant fait l’objet d’une convention entre l’État et le bailleur), est versée directement par la CAF au bailleur ; le locataire ne verse donc au propriétaire que le solde ;   un logement social étudiant. Certains organismes HLM réservent quelques appartements de type logement social aux étudiants, conventionnés APL. C’est un contrat de location classique, avec des conditions particulières : loyer payable à terme échu, dépôt de garantie égal à 1 mois, charges sou­ vent incluses dans le loyer, etc.

Associations étudiantes Les étudiants ont le droit de se grouper dans le cadre d’organisations de leur choix. Ces organisations peuvent avoir un but général (associations d’étudiants), ou par­ ticulier (associations sportives et culturelles). Parmi les associations générales, centrées sur la profession, citons :  

la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (FNESI), composée

exclusivement d’étudiants en soins infirmiers des différents IFSI de France. Son principal objectif est d’améliorer la formation, les conditions de vie et d’études. Elle se propose aussi d’aider les associations d’étudiants locales et régionales à se développer ; Les études en IFSI

51

 

la CESI, Coordination des étudiants en soins infirmiers, qui a été créée en

mai 2007 ; enfin, la Corporation des étudiants en soins infirmiers et infirmiers de France (CESIF), qui rassemble des associations régionales représentatives des étudiants et des infirmiers diplômés. Ces organisations d’étudiants disposent au sein des IFSI de facilités d’affichage, de réunion et du droit de collecter des cotisations. Il existe également des sites Internet très bien informés et qui proposent des arti­ cles, des réactions à propos de l’actualité de la profession et des études. Nous vous recommandons entre autres www.infirmiers.com.  

52

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

La profession t d’infirmier 1  Présentation du métier « Est considérée comme exerçant la profession d’infirmière ou d’infirmier toute personne qui donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou en application du rôle propre qui lui est dévolu… L’infirmière ou l’infirmier participe à différentes actions, notamment en matière de préven­ tion, d’éducation de la santé et de formation ou d’encadrement » article L. 4311-1 du code de la Santé publique. Être infirmier, c’est donc être habilité à donner des soins infirmiers du fait de l’ob­ tention du diplôme d’État d’infirmier.

1.1.  Profil requis (aptitudes, qualités) Prodiguer des soins nécessite la mise en œuvre de qualités qui font le profession­ nalisme attendu par les usagers, lorsqu’ils ont besoin de soins. Confrontés à la souffrance, à la douleur, à l’incertitude, aux problèmes que leur pose la maladie, c’est vers l’infirmier, présent continuellement, que ces personnes se tournent. Aussi l’infirmier doit-il être à même de leur apporter des réponses, de les sécuriser par ses comportements, ses actes. Pour ce faire, l’infirmier se doit de posséder des connaissances solides, et de faire preuve :   de grandes capacités relationnelles ;   d’écoute ;   de respect envers les autres : de la personne soignée, de son entourage et de ses collègues ;   de discrétion ;   de disponibilité et de souci de l’autre ;   de curiosité intellectuelle, pour réajuster en permanence ses connaissances ;   de rigueur, dans sa tenue, sa ponctualité, dans tous ses actes (protocole/ asepsie, etc.), dans le suivi des plannings ; La profession d’infirmier

53

accessible, il présente les pratiques des us la forme de 30 tableaux synthétiques classés

entaires dicalement

partum

Page 1

estem:ethique 28/01/09 15:39 Page1

17. Nomination de l’enfant 18. Religion des enfants et autorité parentale 19. Rites d’initiation du nourrisson 20. Origines de la maladie, de la souffrance et du handicap 21. Soins médicaux et interdits religieux 22. Don du sang et transfusion sanguine 23. Prise en charge de la douleur 24. Accompagnement en fin de vie 25. Toilette funéraire et soins de conservation 26. Présentation du corps défunt 27. Crémation ou inhumation ? 28. Suicide et euthanasie 29. Autopsie scientifique et autopsie médico-légale 30. Don d’organes et don du corps à la science

2e édition

I

S

A

B

E

L

L

E

L

É

V

Y

L Mémento pratique des rites et des religions

a vie, l'amour, la mort ont-elles un même sens pour toutes les cultures ? Quelles sont les positions des obédiences face à la contraception, l'avortement, la douleur ou l'euthanasie ? Pourquoi un juif se couvre-t-il pour prier alors que les chrétiens ont l'habitude de se découvrir ? Pourquoi Juifs et musulmans ont-ils l'interdiction de consommer du porc et l'obligation de circonscrire leurs enfants mâles ? Qui doit se charger de la toilette funéraire d'un musulman, d'un Bouddhiste ou d'un Orthodoxe ? Comment réagir face à des pratiques traditionnelles comme l'excision ?

à l’usage des soignants

De la naissance au trépas, il est du devoir des personnels de santé et des acteurs sociaux de ne pas escamoter les moments essentiels de la vie en respectant les patients, leurs convictions et leur famille. Ce guide s'adresse aux croyants, aux athées ou aux agnostiques. Il a pour but une meilleure compréhension des traditions rituelles des religions et des cultures, pour l'amélioration des soins, de l'accueil et de l'accompagnement. Conférencière et formatrice autour des rites, cultures et religions en milieu hospitalier, Isabelle Lévy est notamment l'auteur de Croyances et laïcité et du Mémento pratiques des rites et des religions à l'usage des soignants, parus aux éditions Estem.

ISBN : 978-2-84371-449-8

9:HSMIOD=\VYY^]: SOICRO

www.estem.fr

Le soignant et la démarche éthique Philippe Svandra

2e édition Isabelle Lévy

Isabelle Lévy

l

’évolution des techniques médicales qui s’accompagne d’une rationalisation des pratiques soignantes pose aux professionnels de santé des questions éthiques difficiles. Ce questionnement est pourtant salutaire car il permet à chaque soignant, quelle que soit sa fonction dans la chaîne du soin, de prendre conscience de l’étendue de sa responsabilité. Cet ouvrage, dont l’ambition est d’aider les soignants dans cette difficile mission, cherche les voies d’une pratique soignante véritablement éthique. L’auteur interroge les valeurs qui fondent l’activité soignante afin de proposer une démarche éthique qui peut se décliner en trois temps. Le premier s’attache à la connaissance des textes législatifs et déontologiques qui règlementent la pratique. Le second, celui de la réflexion morale, vise à exclure les possibles contraires aux valeurs humanistes du soin. Enfin, le dernier temps est celui de la délibération individuelle puis collective qui doit permettre d’opérer le meilleur (ou le moins mauvais) choix parmi tous les possibles légalement conformes et moralement acceptables.

Guide pratique des rites, cultures et religions à l’usage des personnels de santé et des acteurs sociaux

L’auteur Docteur en philosophie, Philippe Svandra a occupé les fonctions d’infirmier puis de cadre de santé à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif (AP-HP). Aujourd’hui formateur, il coordonne notamment un Diplôme d’éthique soignante et hospitalière organisé en partenariat entre le pôle formation du centre hospitalier Sainte Anne et l’Institut Hannah Arendt de l’Université Paris Est / Marnela-Vallée.

Le soignant et la démarche éthique Philippe Svandra

e mémento pratique pour faciliter aux soignants raditions rituelles des différentes religions et leur liorer l’accueil et la prise en charge de leurs

nelles

17:24

Conception graphique : Primo&Primo

atique religions oignants

es

20/06/08

Isabelle Lévy

soins_et_croyances:estem

Page 1

Y

Soins, cultures et croyances

V

Conception graphique : Primo&Primo

É

Isabelle Lévy

15:24

L

Mémento pratique des rites et des religions à l’usage des soignants

06

une meilleure prise t Pour en charge des patients

Le soignant et la démarche éthique Philippe Svandra

ISBN : 978-2-84371-476-4

9:HSMIOD=\VY\[Y: ETHSOI

www.estem.fr

Conception graphique : Primo&Primo

Le but de ces ouvrages de référence est de permettre une meilleure compréhension des traditions rituelles des religions et des cultures, pour l’amélioration des soins, de l’accueil et de l’accompagnement des patients.

ncrète et te, de manière co Eugénie, Cet ouvrage trai et ys lo A d’ s l’histoire illustrée à traver riatrie et  les gé la à es iques lié at ém th s le es ut to ge des patients. de prise en char problématiques

Comprendre la personne âgée   L’ouvrage traite de l’alimentation, l’hydratation, le sommeil, les soins de nursing, la peau, les dents, l’image de soi, la sexualité, la prévention des chutes et de l’évaluation de la douleur. Il aborde aussi les aspects psychologiques.

Prendre en charge la personne âgée malade   O  utre une présentation des pathologies les plus fréquentes, sont abordées l’hospitalisation, les interventions chirurgicales et le rôle des différents professionnels de santé auprès des patients.

À découvrir en librairie ou sur www.estem.fr 54

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

           

 e dextérité (de nombreux soins techniques étant prescrits) ; d  e maîtrise de soi, quelle que soit la situation ; d d’honnêteté intellectuelle, il est essentiel de savoir reconnaître ses erreurs ; de connaissance de soi et de ses limites ; de capacité d’adaptation et de travail en équipe ; de responsabilité, qui doit toujours être assumée.

1.2.  La profession en quelques chiffres Au 1er janvier 2010, 515 754 infirmiers sont en exercice en France, avec une durée moyenne d’activité de 12 ans :   275 112 sont salariés de l’hôpital public ;   163 452 sont salariés d’autres établissements de santé ;   77 190 exercent en libéral. Cette profession est féminine à 87,4 %. L’âge moyen des professionnels en activité est de 42 ans. Le nombre d’infirmiers diffère d’une région à l’autre, en voici quelques exemples :   82 931 en Île-de-France ;   44 554 en Provence-Alpes-Côte d’Azur ;   7 709 dans le Limousin ;   2 542 en Corse.

1.3.  Rôle L’infirmier n’est pas simplement un exécutant d’actes prescrits par le médecin. En effet, « l’exercice de la profession d’infirmier ou d’infirmière comporte l’analyse, l’organisation, la réalisation de soins infirmiers et leur évaluation… », ceci pour dispenser des soins individualisés et adaptés à chaque personne soignée. L’infirmier ne traite pas une maladie, mais soigne une personne. C’est dans cette optique qu’il contribue « […] au recueil de données cliniques et épidémiologiques et la participation à des actions de prévention, de dépistage, de formation et d’édu­ cation à la santé ». C’est une profession en constante évolution, compte tenu des avancées techni­ ques, médicales et sociales. Les soins infirmiers, de nature technique et relationnelle, recouvrent 3 dimen­sions :   la dimension préventive ;   la dimension curative ;   la dimension palliative. La profession d’infirmier

55

Ils visent, entre autre, à :   protéger, maintenir, restaurer et promouvoir la santé physique et mentale des personnes ou l’autonomie de leurs fonctions vitales, physiques et psy­ chiques en vue de favoriser leur maintien, leur insertion ou leur réinsertion dans leur cadre de vie familial ou social ;   concourir à la mise en place de méthodes et au recueil des informations utiles aux autres professionnels, et notamment aux médecins pour poser leur diagnostic et évaluer l’effet de leurs prescriptions ;   contribuer à la mise en œuvre des traitements en participant à la sur­ veillance clinique et à l’application des prescriptions médicales ;   participer à la prévention, à l’évaluation et au soulagement de la douleur et de la détresse physique et psychique des personnes, particulièrement en fin de vie au moyen des soins palliatifs, et accompagner, en cas de besoin, leur entourage. Comme tout professionnel paramédical, l’infirmier agit sur prescription médicale, mais est aussi habilité à prodiguer des soins de sa propre initiative : ce sont les actes relevant du rôle propre ou « les soins liés aux fonctions d’entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un man­ que ou une diminution d’autonomie d’une personne ou d’un groupe de person­ nes ». Elle a compétence pour « […] identifier les besoins de la personne, poser un diagnostic infirmier, formuler des objectifs de soins, mettre en œuvre les actions appropriées et les évaluer ». L’infirmier travaille en équipe, puisqu’il « […] peut élaborer, avec la participation des membres de l’équipe soignante, des protocoles de soins infirmiers relevant de son initiative… » (article R. 4311-3 du code de la Santé publique). Certains actes relevant du rôle propre (soins visant à identifier les risques et à assu­ rer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement.) peuvent être réalisés sous la responsabilité de l’infirmier, par des aides-soignants, auxiliaires de puériculture ou des aides médico-psychologiques qu’il « […] encadre et dans les limites de la qualification reconnue à ces derniers du fait de leur formation ». En revanche, aucun acte infirmier découlant d’une prescription médicale ne peut être confié à ces professionnels. Dans l’ensemble de ces activités, les infirmiers et infirmières sont soumis au respect des règles professionnelles et notamment du secret professionnel (article R. 4311-1 du code de la Santé publique).

1.4.  Fonction Si le rôle de l’infirmier est de prodiguer des soins aux personnes qui en ont besoin, il diffère selon le lieu d’exercice. 56

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

La fonction infirmière comprend :   l’analyse ;   l’organisation ;   la réalisation ;   l’évaluation des soins infirmiers. Dans la quasi-totalité des lieux d’exercice, il mettra en œuvre ce processus pour des actions relevant soit de la prescription médicale, soit du rôle propre infirmier. Relèvent donc de sa fonction, tous les actes :   de soins, qui vont des soins d’hygiène aux actes de grande technicité pres­ crits en passant par les soins relationnels (relation d’aide) ;   d’éducation des patients et des familles, lors de soins éducatifs avec infor­ mation et communication avec les familles ;   d’accompagnement des personnes en fin de vie ;   d’organisation et de gestion des soins, coordination des actions d’autres professionnels (médecins, kinésithérapeutes, aides-soignants, etc.) ;   de conception et de tenue des dossiers de soins ;   de transmissions orales écrites dans les dossiers de soins, aux membres de l’équipe ;   de gestion du matériel, de la pharmacie, etc. ;   d’encadrement des stagiaires en formation, des aides-soignants, des auxi­ liaires de puériculture, des aides médico-psychologiques, etc.

1.5.  Rémunération Secteur public et privé à but non lucratif Le salaire d’un infirmier nouvellement diplômé est quasiment identique dans les secteurs public et privé à but non lucratif, celui-ci regroupant des établissements de soins participant au service public. En début de carrière, un infirmier y perçoit un salaire de base brut d’environ 1 500 €. À cette rémunération s’ajoutent environ 280 € de primes (indemnité de résidence, prime de sujétion spéciale, prime de week-end, etc.). Le travail de nuit occasionne une prime supplémentaire d’environ 150 € par mois. Certains établissements, en grandes difficultés de recrutement, offrent une prime d’installation pouvant atteindre 1 500 € ou d’autres avantages tels qu’une aide au logement, une assurance complémentaire de santé avantageuse, etc. En fin de carrière, la rémunération d’un infirmier va de 2 400 à 2 700 €, selon son classement indiciaire. La profession d’infirmier

57

Secteur privé Dans le secteur privé, les salaires sont variables d’une clinique à l’autre, la négocia­ tion étant individuelle. Cependant, de plus en plus de cliniques ou d’hôpitaux privés sont gérés par de grands groupes, ce qui a tendance à uniformiser les salai­ res. Le salaire d’un infirmier débutant est d’environ 1 800 €.

2  Lieux d’exercice Le diplôme d’État d’infirmier offre à son titulaire une mosaïque de perspectives et de situations professionnelles. En effet, c’est certainement une des professions dont l’exercice est le plus diversifié. Selon les lieux d’exercice et les personnes aux­ quelles il s’adresse, l’infirmier peut avoir l’impression d’exercer à chaque fois un métier différent. De par sa formation initiale polyvalente, l’infirmier est pr��paré à travailler dans tous les secteurs de santé, qu’il s’agisse du secteur hospitalier ou extrahospitalier.

2.1.  Exercice en milieu hospitalier Le système de santé français est constitué, très schématiquement, de 3 secteurs :   le public ;   le privé à but non lucratif ;   le privé à but lucratif. Chacun de ces secteurs a une mission spécifique dans le cadre de politiques de santé définies par l’État. Ce qui les distingue, c’est aussi leur mode de financement, soit totalement public, soit provenant de fonds associatifs avec des subventions de l’État ou de fonds uniquement privés. La profession d’infirmier est similaire, selon que l’on choisit de travailler dans tel ou tel secteur. En effet, les soins que l’infirmier aura à réaliser auprès de personnes hospitalisées, par exemple en chirurgie orthopédique, seront identiques dans un hôpital public et dans un hôpital privé. La permanence des soins infirmiers, assurée 24 heures sur 24, fait que l’infirmier est le pivot de la continuité des soins et de la coordination des actions des autres professionnels, et ce quel que soit le lieu d’exercice. Alors, sur quels critères choisir tel ou tel secteur ?

58

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

infirmière t Lade pratique l’examen clinique L’examen cliniq ue au rôle infirmie est intégré r Cet ouvrage vous permet d’intégrer les démarches de recueil et d’analyse des informations, à identifier les urgences, à évaluer la situation et à communiquer ces informations à l’ensemble des médecins et des personnels soignants.

Les connaissances indispensables   Des rappels en anatomie/physiologie néces­ saires à l’approche de l’examen clinique.   Les savoirs et les savoir-faire de l’entretien clinique.   Une description systématique des signes et des symptômes.   Les éléments cliniques de surveillance en fonction de la pathologie.

La démarche de l’examen clinique détaillée   Une méthode systématique (la méthode « PQRST ») pour s’approprier la démarche de l’examen clinique.   L’histoire de santé détaillée selon les motifs de consultation les plus fréquemment rencontrés.   L’examen physique synthétisé de façon à pouvoir réaliser les gestes et les observations, et reconnaître le normal et l’anormal.   La métrologie et les paramètres fondamentaux.

Des outils pour faciliter l’apprentissage   De nombreux exemples cliniques.   Plus de 140 dessins anatomiques et photos d’examens.

À découvrir en librairie ou sur

www.deboeck.com

La profession d’infirmier

59

L’hôpital public Y postuler, c’est envisager de devenir, après titularisation, fonctionnaire hospitalier, donc appartenir à la fonction publique hospitalière. Ceci implique un déroule­ ment de carrière selon les statuts réglementaires. Comme tout fonctionnaire, l’infirmier bénéficiera de certains avantages : garanties individuelles et collectives, rémunération, avantages en nature, protection sociale, congés spécifiques, et sur­ tout formation professionnelle continue. L’infirmier qui choisit ce secteur peut, au cours de sa vie professionnelle, changer d’hôpital, de région, en gardant bien sûr les bénéfices acquis. En effet, en demandant une mutation sur un autre hôpital, il ne change pas d’employeur, celui-ci reste l’État. D’un point de vue professionnel, l’hôpital public est enrichissant : c’est un lieu de soins pour tous, mais aussi de recherche et d’enseignement médical. Il présente un grand nombre de spécialités, dans lesquelles le rôle infirmier s’exprime de manière spécifique. Ainsi, un infirmier peut, en changeant d’affectation, faire toute sa car­ rière dans un hôpital sans entrer dans une routine toujours dommageable à la qualité des soins. La multitude de services fait que l’infirmier peut, au sein de l’hôpital, être affecté dans des services autres que l’hospitalisation, lui permettant ainsi de concilier plus facilement vie de famille et vie professionnelle, tels que : consultations, hôpital de jour, stérilisation, etc.

L’hôpital privé à but non lucratif On y retrouve pratiquement la même organisation qu’à l’hôpital public, hormis la taille de l’établissement. En revanche, l’infirmier qui choisit ce secteur n’est pas fonctionnaire, mais relève du droit privé, avec un contrat de travail à durée déter­ minée ou indéterminée. Conformément à la convention collective en vigueur dans ce type d’établissement, l’infirmier est libre de partir quand il veut : c’est alors une démission, qui prend effet après qu’il a effectué le préavis légal. Le démissionnaire peut garder le bénéfice de son ancienneté s’il postule par la suite dans un autre établissement privé à but non lucratif. Quels avantages y a-t-il à postuler dans ce type d’hôpital ? Pour les professionnels qui font ce choix, un hôpital « à taille humaine », souvent décrit comme familial à la fois par le personnel mais aussi par les personnes soignées. Les salaires sont très proches de ceux du secteur public.

60

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

L’hôpital privé ou clinique Le terme « hôpital privé » a tendance à remplacer « clinique ». Quoi qu’il en soit, pour des raisons économiques, l’activité de ce secteur est essentiellement tournée vers les soins aigus, particulièrement la chirurgie et la maternité. Ce sont souvent de petites structures, même si actuellement on constate de plus en plus de regroupements pour créer des établissements de taille importante dotés de plateaux techniques sophistiqués. L’organisation mise en place dans ces hôpitaux fait que la présence des médecins et chirurgiens n’est pas permanente. L’infirmier doit donc faire preuve d’anticipa­ tion, d’autonomie, puisqu’il doit faire face à l’imprévu et à l’urgence, dans l’attente de l’arrivée du médecin ou du chirurgien. Là aussi, l’infirmier qui y travaille relève du droit privé et du code du Travail. Si les salaires sont négociés, et souvent plus attractifs qu’ailleurs, le personnel a moins accès à la formation professionnelle continue que dans les autres secteurs.

Les hôpitaux spécialisés Ce sont essentiellement les centres hospitaliers psychiatriques, qui sont des hôpi­ taux publics, fonctionnant de la même manière que les hôpitaux généraux. Les infirmiers qui choisissent ce secteur de soins sont motivés par les soins rela­ tionnels : le diplôme d’État les y a préparés. Cependant, l’approche complexe des personnes atteintes de maladies mentales fait qu’un jeune diplômé est rarement affecté en milieu fermé accueillant des personnes difficiles, sans être assisté pen­ dant un certain temps par un infirmier plus chevronné.

Les hôpitaux militaires  Leur organisation rappelle celle des autres hôpitaux. Les personnels administratif, d’encadrement et médical sont militaires. Les personnes soignées sont prioritaire­ ment les militaires, les personnels des ministères, les hauts fonctionnaires, mais ils sont aussi ouverts aux civils. Un infirmier diplômé d’État de nationalité française peut y postuler, mais devra s’engager dans l’armée pour une période allant de 2 à 5 ans renouvelables, à condi­ tion d’avoir satisfait aux modalités de recrutement : lettre de motivation, entretien, aptitude physique, etc. La rémunération est celle en vigueur dans la fonction publique hospitalière, à laquelle s’ajoutent diverses indemnités ou primes : pour charges militaires, de rési­ dence, d’engagement, de sujétion, etc. La profession d’infirmier

61

Le statut de militaire offre des avantages, tels que logement, permissions, facilités de circulation (réductions sur la SNCF), retraite possible après 15 ans de service… Au sein de ces hôpitaux, le travail infirmier ressemble en tout point à celui effec­ tué dans tout autre hôpital, dans un cadre strict et rigoureux.

2.2.  Exercice en milieu extrahospitalier Soins à domicile L’infirmier peut exercer au domicile des personnes soignées, en tant que salarié d’un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ou d’un service d’hospitalisa­ tion à domicile (HAD) publics ou privés. Le SSIAD prend en charge des personnes, en principe âgées de plus de 60 ans, ne pouvant plus réaliser les activités de la vie quotidienne, et nécessitant l’intervention d’un infirmier, alors que l’HAD s’adresse à des personnes pouvant avoir besoin de soins lourds. Elles sortent souvent de l’hô­ pital pour être auprès des leurs, à une phase parfois encore aiguë de la maladie, voire même terminale. De nombreux professionnels (kinésithérapeutes, médecin…) interviennent également, ce qui implique des échanges avec eux, une coordination des soins, ainsi qu’une collaboration pour une qualité des soins optimale. Beaucoup de structures de ce type demandent aux personnes qu’elles recrutent de justifier d’au moins 2 ans d’exercice hospitalier. En effet, à domicile l’infirmier est seul avec le patient. Les situations rencontrées nécessitent une certaine maturité professionnelle pour être abordées. En outre, l’infirmier doit être à même de maî­ triser les soins techniques à prodiguer. Quant aux salaires, ils sont calculés sur la base du public ou du privé, selon le service. Souvent, une voiture de fonction est fournie à l’infirmier, ainsi qu’un téléphone. Des réunions ont lieu régulièrement avec l’ensemble des infirmiers du service pour des transmissions concernant les patients.

Soins aux personnes âgées Compte tenu du vieillissement de la population, la place de l’infirmier n’est plus à démontrer, que ce soit au sein d’établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPAD), de maisons de retraite ou d’autres types de lieux. Le secteur public, comme le secteur privé, développe ces prises en charge. Auprès de cette population, le rôle de l’infirmier consiste essentiellement à accom­ pagner ces personnes dans l’étape qu’est la vieillesse. Bien sûr, il aura à réaliser des actes variés sur prescription médicale, lorsque maladie et vieillesse se conjuguent, mais ce sont surtout des actions relevant du rôle propre qui sont à décider, à organiser, à mettre en œuvre avec les autres professionnels (aides-soignants, aides 62

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

médico-psychologiques, animateurs, etc.). Étant donné le contexte, l’infirmier aura un rôle d’encadrement de ces professionnels. Il devra user de ses capacités relation­ nelles à la fois auprès des personnes soignées mais aussi de leur entourage. La rémunération et le statut de l’infirmier qui décide de travailler dans ces struc­ tures varient selon que celles-ci sont publiques ou privées. Malgré la richesse personnelle du travail auprès de personnes âgées, la gériatrie reste peu attractive. Aussi, certaines institutions proposent-elles des primes supplémentaires aux per­ sonnes recrutées.

Soins en milieu carcéral  En milieu carcéral, l’infirmier est fonctionnaire, puisque la santé carcérale est à la charge des hôpitaux publics. En prison, le rôle de l’infirmier est autant préventif que curatif, les soins à réaliser aussi bien techniques que relationnels. La notion d’équipe soignante est importante. Ce secteur d’activité attire les personnes désireuses de mettre en pratique leurs capacités relationnelles, beaucoup de personnes détenues présentant des troubles psychiatriques du fait, entre autres, de l’enfermement. Une expérience professionnelle précédente est souvent demandée avant d’obte­ nir son affectation dans ce milieu.

Santé scolaire L’infirmier scolaire est placé sous l’autorité du chef d’établissement, et peut être rattaché à un ou deux établissements primaires ou secondaires. Il est le référent santé de l’établissement, son rôle majeur étant la prévention et l’éducation à la santé, auprès du chef d’établissement. Il répond également aux besoins de santé des élèves qu’il accueille à leur demande, et qu’il soigne et oriente si nécessaire. Soumis au secret professionnel, sa relation est individuelle et privilé­ giée avec l’élève. L’accès à ce poste se fait sur concours : outre le diplôme d’État, le candidat doit réussir les épreuves du concours qui consistent en :   une épreuve écrite d’admissibilité ;   une épreuve orale d’admission, devant un jury. Fonctionnaire puisque agent de l’État, l’infirmier scolaire touche un salaire brut d’en­ viron 1 400 € en début de carrière, pouvant aller jusqu’à 2 400 € en fin de carrière. Il bénéficie en outre des congés scolaires.

La profession d’infirmier

63

Infirmier en entreprise Certaines grandes entreprises recrutent du personnel infirmier pour leur service de santé. L’infirmier y a souvent pour mission d’assurer les éventuelles urgences et les soins courants des salariés. Il est de ce fait chargé de l’accueil et de l’écoute du personnel, de l’organisation du service médical, de la gestion des dossiers médi­ caux… Il est également chargé de sensibiliser et former le personnel aux problè­ mes de posture tant au travail que dans la vie quotidienne. L’infirmier est alors salarié de l’entreprise, bénéficie des avantages afférents à l’en­ treprise en question au même titre que tous les autres salariés.

Médecine du travail Les entreprises qui ne possèdent pas d’infirmier salarié s’adressent à des organis­ mes de médecine du travail pour assurer le suivi de la santé de leurs salariés au travail. Le rôle de l’infirmier y est d’organiser les visites médicales, d’assister le méde­ cin, de gérer les dossiers médicaux… Selon le mode de fonctionnement de l’orga­ nisme, les visites peuvent se faire soit au sein de l’entreprise demandeuse, soit au sein de l’organisme de médecine du travail. L’infirmier est donc amené à se déplacer. La rémunération de l’infirmier en médecine du travail est extrêmement variable, dépendant de son employeur (grande entreprise ou organisme prestataire). Une expérience antérieure est souvent un plus pour ce type d’exercice.

Laboratoires Le rôle de l’infirmier dans un laboratoire d’analyses médicales est d’effectuer les prélèvements sanguins prescrits à des personnes par leur médecin, dans un but diagnostique ou dans le cadre du suivi d’un traitement particulier. Il peut effectuer ces prélèvements soit dans les locaux du laboratoire, soit au domicile des personnes, sur prescription médicale. Il organise son temps en fonction des rendez-vous souvent donnés par le secréta­ riat du laboratoire, gère le matériel nécessaire aux prélèvements, accueille les per­ sonnes, les informe des éventuels protocoles d’examen, les leur explique, répond à leurs questions : résultats, délais, etc. Il travaille en collaboration avec les autres personnels du laboratoire : secrétaires, médecins biologistes, techniciens de laboratoire etc. L’infirmier en laboratoire commence souvent dès 7 h pour finir aux environs de 14 h, la majorité des exa­ mens biologiques se faisant le matin. Ces laboratoires sont généralement privés : l’infirmier a donc un contrat de droit privé, sa rémunération étant calquée sur ce secteur. 64

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Cet ouvrage est l’outil idéal pour vous accompagner dans la formation aux gestes et soins d'urgence, commune à tous les personnels de santé, et obtenir l’attestation (AFGSU). Il traite tous les modules des niveaux 1 et 2 de la formation pour permettre à chaque professionnel de faire face à toute situation d’urgence.

Les manutentions de personnes sont trop souvent vécues comme un travail de force. Cet ouvrage, conçu pour accompagner les étudiants et les professionnels, les aidera à acquérir les bonnes postures et les bons gestes. Des fiches claires et en couleurs, construites sur la base de 400 photos de terrain et organisées par étapes, détaillent, dans le respect du degré d’autonomie du patient, les différents transferts.

À découvrir en librairie ou sur www.estem.fr La profession d’infirmier

65

Des laboratoires développant du matériel de soins ou pharmaceutiques recrutent également des infirmiers chargés de promouvoir ces produits, d’en faire des démonstrations auprès des professionnels du terrain. C’est un travail commercial qui peut intéresser certaines personnes, d’autant que l’infirmier peut être sollicité pour la conception de certains matériels. La rémunération est souvent attractive, mais elle se compose en général d’une somme fixe (peu différente du salaire de base d’un infirmier du privé) à laquelle s’ajoute un pourcentage en fonction des ventes réalisées.

L’humanitaire  

Conditions d’intégration

S’impliquer professionnellement dans l’humanitaire est possible pour un infirmier. Quelle que soit l’organisation dans laquelle il veut s’investir, le processus de recrutement est rigoureux et incontournable. Les infirmiers intéressent toutes les organisations non gouvernementales (ONG). Cependant, des conditions strictes sont posées : •  être âgé de plus de 25 ans (30 pour certaines organisations) ; •  justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans ; •  posséder une bonne maîtrise de l’anglais et d’une autre langue étrangère ; • avoir une première expérience de terrain dans l’humanitaire (il n’est pas nécessaire d’aller à l’étranger pour cela…) notamment par un engage­ ment dans des associations venant en aide aux personnes en situation précaire ; • être disponible pour au moins 6 mois consécutifs (un congé spécifique peut être demandé à son employeur). S’engager dans l’humanitaire, c’est être bénévole : le transport aller/retour est à la charge de l’organisation, l’infirmier est nourri, logé pendant sa mis­ sion, mais il ne perçoit pas de rémunération. Le temps passé en mission ne dégage pas de cotisations sociales, notamment à la caisse de retraite !   Qu’y fait l’infirmier ? Tout dépend des missions que se donne l’organisation : • mission de développement : l’infirmier exerce les soins quotidiens et les vaccinations. Il a un grand rôle dans la formation du personnel médical local, ainsi qu’auprès de la population qu’il côtoie. Il gère la distribution des médicaments et la formation à l’hygiène ; • mission d’urgence (généralement de courte durée) : l’infirmier répond aux besoins urgents. Souvent il travaille dans des conditions précaires, avec le matériel disponible sur place. 66

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Une forte motivation est essentielle pour s’engager dans cette voie : une grande capacité d’adaptation ainsi qu’une grande solidité psychique sont nécessaires pour pouvoir travailler et vivre dans des situations précaires, dans les pays en développement ou en crise.

2.3.  Exercice en libéral La profession infirmière permet d’exercer dans le secteur libéral, soit en cabinet individuel, soit en association avec d’autres infirmiers (cabinet de groupe). Une expérience professionnelle acquise en équipe de soins généraux, au sein d’un service organisé est indispensable. Elle doit être d’au moins 2 ans (effectués au cours des 6 années précédant l’installation). Les soins que l’infirmier est amené à effectuer sont prescrits par le médecin trai­ tant de la personne qui fait appel à lui. Ces soins peuvent être effectués au cabinet ou au domicile de la personne, si le médecin l’a spécifié sur l’ordonnance (indem­ nité forfaitaire de déplacement IFD = 2,30 €). La quasi-totalité des infirmiers libéraux est conventionnée : une convention est signée avec la Caisse d’assurance maladie, qui détermine une cotation pour les actes effectués par l’infirmier : ce sont les actes médicaux infirmiers (1 AMI = 3,15 €) et les actes infirmiers de soins (1 AIS = 2,65 €). L’exercice libéral peut paraître lucratif, mais il est directement lié à l’activité de l’infirmier. En effet, il est rémunéré à l’acte : ses revenus dépendent donc de son activité, de la nature et du nombre d’actes qu’il effectue. En outre, des frais professionnels sont à la charge de l’infirmier : location ou achat du local professionnel, d’un véhicule, d’un téléphone, de matériels de soins, etc. Par ailleurs, la majoration des dimanches, jours fériés et nuits s’élève respective­ ment à 8 et 9,15 € (le médecin doit alors établir la prescription en précisant que l’état de la personne nécessite impérieusement l’intervention de l’infirmier). Par exemple, un pansement dont la réfection demande ½ h sera quotté AMI 4, soit 12,60 €, somme à laquelle s’ajoute 2,13 € s’il est effectué au domicile de la personne sur prescription du médecin. De façon très approximative, les revenus nets moyens des infirmiers libéraux tour­ nent autour de 30 000 €/an. C’est un mode d’exercice beaucoup plus prenant qu’il n’y paraît car, à l’activité de soins, s’ajoutent la gestion du cabinet, un travail administratif important, un travail de communication auprès des partenaires sociaux, des formations, etc.

La profession d’infirmier

67

3  Évolutions professionnelles possibles

3.1.  Formation continue Comme nous l’avons vu, l’exercice infirmier est si varié qu’un infirmier peut diffici­ lement en faire le tour au cours de sa vie professionnelle. Cependant, il a le devoir « pour garantir la qualité des soins qu’il dispense… d’ac­ tualiser et de perfectionner ses connaissances professionnelles » (article R. 4312-10 du code de la Santé publique). Pour ce faire, la formation continue professionnelle est à sa disposition. En fonc­ tion du lieu où il travaille, des actions de formation institutionnelles peuvent lui être proposées, voire imposées par sa hiérarchie (nouvelles techniques de soins, mise en œuvre de nouvelles technologies, dossier de soins informatisé, etc.). L’infirmier (comme tout salarié) peut solliciter une formation personnelle s’il la juge nécessaire pour améliorer sa pratique. Pour pouvoir bénéficier d’une prise en charge de la formation demandée, celle-ci doit être inscrite au plan de formation annuel de l’entreprise. En fonction de l’en­ semble des demandes, des priorités institutionnelles, du budget alloué à la forma­ tion (de 1 à 2 % de la masse salariale, voire davantage), l’accord sera donné ou la demande sera reportée sur le plan de formation de l’année suivante. Toute demande peut être faite, en fonction du projet de l’infirmier :   actions d’adaptation ;   actions de perfectionnement ;   études promotionnelles ;   préparation aux concours et examens professionnels, etc. L’adéquation entre le projet institutionnel et le projet individuel est un facteur favorisant l’acceptation de la demande. Compte tenu du financement de la formation continue, les établissements du secteur public offrent davantage d’opportunités de financement que ceux du secteur privé.

3.2.  Formations spécifiques Un infirmier qui souhaite développer des compétences particulières peut le faire dans le cadre de formations spécifiques telles que la prise en charge de la douleur, les soins palliatifs, l’éducation thérapeutique, l’hygiène, etc. Ce type de formation 68

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

permet à l’infirmier d’améliorer sa pratique, d’acquérir une expertise dans le domaine faisant de lui la personne référente dans l’institution. Ces formations, quelle qu’en soit la qualité, ne sont pas diplômantes : ce ne sont pas des spécialisations. Par ailleurs, d’innombrables formations universitaires sont ouvertes aux infirmiers, sanctionnées par des diplômes universitaires (DU), des licences, des masters, des doctorats, etc. Les plus fréquemment suivies portent sur les sciences de l’éduca­ tion, les sciences humaines, les sciences économiques et sociales.

3.3.  Spécialisations : IADE, IBODE et puéricultrice Les spécialisations sont les formations ouvertes aux infirmiers diplômés d’État et donnant lieu à un diplôme professionnel. Actuellement, elles sont au nombre de trois, toutes sanctionnées par un diplôme d’État :   infirmier puériculteur diplômé d’État ;   infirmier de bloc opératoire diplômé d’État (IBODE) ;   infirmier anesthésiste diplômé d’État (IADE). Le tableau page suivante donne les conditions d’accès et les principales caractéris­ tiques des différentes professions d’infirmier spécialisé.

3.4.  Cadre de santé et cadre de santé supérieur Le diplôme de cadre de santé permet d’occuper des fonctions d’encadrement au sein d’unités de soins. À l’hôpital, il est l’interlocuteur privilégié des patients et de leur famille, face à des problèmes administratifs ou d’orientation. Il sert également de courroie de transmission pour la mise en œuvre de la politique de l’établisse­ ment, entre la direction et les équipes soignantes. Cadre de terrain, il est gestion­ naire de son unité, tant du point de vue des personnels que des matériels. Il est garant de la qualité des soins. Si de nombreux infirmiers sont amenés à faire « fonction de cadres » dans leur unité de soin, la formation est nécessaire pour appréhender toutes les dimensions de cette fonction. En revanche, le diplôme de cadre de santé est indispensable pour exercer en tant que formateur en IFSI. Pour être cadre de santé, il faut :   être titulaire du diplôme d’État d’infirmier ;   justifier de 4 ans d’exercice de la profession ; La profession d’infirmier

69

 

réussir les épreuves d’admission en institut de formation des cadres de

santé ; effectuer la formation qui dure une année. La formation cadre (ses modalités, le diplôme…) est identique aux autres profes­ sionnels de santé : à l’issue de la formation, tous sont cadres de santé, avec une spécialité (infirmier, kinésithérapeute, technicien en imagerie médicale, etc.). À l’hôpital, un cadre de santé peut accéder au grade de cadre supérieur de santé : il aura alors la responsabilité d’un pôle d’activités, étant le responsable hiérarchi­ que de plusieurs cadres. Il peut également se voir confier la responsabilité de fonctions transversales : formation continue, qualité des soins, etc.  

3.5. D irecteur des soins de la fonction publique hospitalière Ce corps professionnel existe depuis 2002, le directeur des soins exerçant ses fonc­ tions au sein des établissements publics de santé. Lorsqu’il est issu de la filière infirmière, il est chargé :   de la coordination générale des activités de soins ;   de la direction du service de soins infirmiers ;   de la direction d’un institut de formation (formation initiale ou de cadres de santé) ;   des fonctions de conseiller technique ou pédagogique à l’échelon régional ou national. Pour devenir directeur des soins, il est nécessaire d’intégrer, sur concours, l’École publique (ENSP, dont les missions sont reprises depuis le 1er janvier 2008 par l’École des hautes études en santé publique EHESP). Ce concours, organisé par le ministère de la Santé (direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins – DHOS), est ouvert :   aux cadres de santé en fonction depuis au moins 5 ans dans le secteur public (concours interne) ;   mais aussi aux candidats issus du secteur privé, titulaires du diplôme de cadre de santé, ayant exercé au moins 10 ans dont 5 en tant que cadres (concours externe). La formation se déroule sur 12 mois avec une alternance de sessions de formation à l’école (9 mois) et de périodes de stage sur le terrain dont 3 mois en stage pra­ tique dans l’établissement d’affectation. À l’issue de la formation, le directeur de soins intègre son poste d’affectation : il est membre de l’équipe de direction de l’hôpital. 70

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

4  L’Ordre infirmier Élément clé dans une perspective de réelle reconnaissance de la profession, l’Ordre national des infirmiers a été créé par la loi du 21 décembre 2006. Les premières élections des membres de l’Ordre se sont tenues en 2008. « Il est institué un Ordre national des infirmiers groupant obligatoirement tous les infirmiers habilités à exercer leur profession en France, à l’exception de ceux régis par le statut général des militaires. L’Ordre national des infirmiers veille au maintien des principes d’éthique, de mora­ lité, de probité et de compétence indispensables à l’exercice de la profession d’infir­ mier et à l’observation, par tous ses membres, des devoirs professionnels ainsi que des règles édictées par le code de déontologie de la profession d’infirmier. Un code de déontologie, préparé par le Conseil national de l’Ordre des infirmiers, est édicté sous la forme d’un décret en Conseil d’État. Les dispositions de ce code concernent les droits et devoirs déontologiques et éthiques des infirmiers dans leurs rapports avec les membres de la profession, avec les patients et avec les membres des autres professions de la santé (article L. 4312-1). L’Ordre national des infirmiers assure la défense de l’honneur et de l’indépendance de la profession d’infirmier. Il en assure la promotion. » (article L. 4312-2)

La profession d’infirmier

71

t Pour les formateurs

Cet ouvrage détaille clairement une cinquantaine de méthodes pédago­giques, construites autour du dévelop­pement de la compétence, que chaque enseignant pourra s’approprier et mettre en œuvre auprès de ses élèves, quelle que soit leur filière.

Destiné aux professionnels infirmiers, ce guide pratique et complet leur facilitera la mise en œuvre du tutorat auprès des étudiants en stage, en tenant compte des objectifs de développement de la compétence.

Un guide destiné à la formation infirmière, spécialement conçu pour accompagner l’enseignement et l’apprentissage des unités d’enseignement « Raisonnement et démarche clinique » (UE 3.1) et « Projet de soins » (UE 3.2).

Cet ouvrage est destiné aux cliniciens, formateurs, étudiants et chercheurs en soins infirmiers. Il a pour objectif d’initier et de mettre en œuvre des soins préventifs liés aux problèmes sociétaux majeurs.

À découvrir en librairie ou à feuilleter en ligne sur www.estem.fr 72

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Annuaire t des IFSI ALSACE IFSI de Saint-Vincent 20a, rue Sainte-Marguerite 67000 STRASBOURG Tél. : 03.88.21.70.45 Fax : 03.88.21.70.49 E-mail : ifsi@ghsv.org IFSI Établissement public de Santé Alsace Nord 108, avenue de Strasbourg – BP 83 67173 BRUMATH Cedex Tél. : 03.88.64.61.56 Fax : 03.88.64.57.45 IFSI CH 56, avenue du Professeur­ René-Leriche – BP 252 67504 HAGUENAU Cedex Tél. : 03.88.06.30.81 Fax : 03.88.06.31.30 E-mail : ifsi@ch-haguenau.fr IFSI CH 19, côte de Saverne BP 105 67703 SAVERNE Cedex Tél. : 03.88.71.65.56 Fax : 03.88.71.66.34 E-mail : ifsi@ch-saverne.fr IFSI du CH 23, avenue Pasteur – BP 216 67604 SELESTAT Cedex Tél. : 03.88.57.55.45 Fax : 03.88.57.56.49 E-mail : secretariat.ifsi@ ch-selestat.fr

IFSI des Hôpitaux universitaires 1, rue David-Richard – BP 426 67091 STRASBOURG Cedex Tél. : 03.88.11.55.80 Fax : 03.88.11.57.23 IFSI du Pays d’Erstein 2 rue de la Laine Peignée 67150 ERSTEIN Tél. : 03.88.75.36.50 Fax : 03.90.64.21.09 E-mail : ifsi@ifsi-erstein.fr IFSI Hôpitaux civils de Colmar 39, avenue de la Liberté 68024 COLMAR Cedex Tél. : 03.89.12.43.21 Fax : 03.89.12.43.93 E-mail : secifsi.ecoles@ ch-colmar.rss.fr IFSI CHM 2, rue du Docteur-LéonMangeney BP 1370 68070 MULHOUSE Cedex Tél. : 03.89.64.62.56 Fax : 03.89.64.60.33 IFSI Centre hospitalier 27, rue du 4e Régiment­-SpahisMarocain – BP 29 68250 ROUFFACH Tél. : 03.89.78.70.63 Fax : 03.89.78.72.12

AQUITAINE IFSI 80, avenue Georges-Pompidou 24019 PERIGUEUX Cedex Tél. : 05.53.45.26.89 Fax : 05.53.45.26.90 E-mail : secretariat.ifsi@ ch-perigeux.fr IFSI de Bordeaux-Bègles CRF Bât 22 – 25, Rue des Terres Neuves 33130 BEGLES Tél. : 05.57.87.64.46 Fax : 05.56.79.03.80 E-mail : irfss.aquitaine@ croix-rouge.fr IFSI CHS Charles Perrens 121, rue de la Bechade 33076 BORDEAUX Cedex Tél. : 05.56.56.34.31 Fax : 05.56.56.17.05 E-mail : jpinoges@ch-perrens.fr IFSI du CHU Groupe Pellegrin Rue Francisco-Ferrer 33076 BORDEAUX Cedex Tél. : 05.56.79.54.37 Fax : 05.56.79.61.08 E-mail : pel-sec-ifsi.ifas@ chu-bordeaux.fr

Annuaire des IFSI

73

IFSI Florence nightingale, Bagatelle 201, rue Robespierre – BP 48 33401 TALENCE Cedex Tél. : 05.57.12.40.40 Fax : 05.57.12.34.32 IFSI Hôpital Garderose 70, rue des Réaux – BP 199 33505 LIBOURNE Cedex Tél. : 05.57.25.49.16 Fax : 05.57.25.49.08 E-mail : secretariat.ifsi@ ch-libourne.fr IFSI Xavier-Arnozan Av. du Haut-l’Évêque 33604 PESSAC Tél. : 05.57.65.60.98 Fax : 05.57.65.60.99 E-mail : ifsi.arnozan@ chu-bordeaux.fr IFSI Centre hospitalier général 782 avenue de Nonères – Site Sainte Anne 40024 MONT DE MARSAN Tél. : 05.58.05.20.02 Fax : 05.58.05.20.31 E-mail : ifsie@ch-mt-marsan.fr IFSI du CH Hôpital thermal Rue Saint-Eutrope – BP 323 40107 DAX Cedex Tél. : 05.58.91.46.70 Fax : 05.58.91.46.92 E-mail : ifsi@ch-dax.fr

74

Fax : 05.53.40.53.52 E-mail : secretariat.ifsi@ch-stcyr.fr IFSI du CHU Route de Villeneuve-sur-Lot 47923 AGEN Cedex 9 Tél. : 05.53.69.70.20 Fax : 05.53.69.78.44 E-mail : secretariat.ifsi@ch-agen.fr IFSI du CHU 4, bd Hauterive – BP 1156 64046 PAU Cedex Tél. : 05.59.92.47.70 Fax : 05.59.72.69.08 E-mail : ifsipau@ch-pau.fr IFSI CHI Côte-Basque 13, avenue Jacques Loeb – BP 08 64100 BAYONNE Cedex Tél. : 05.59.44.68.00 Fax : 05.59.44.68.01 E-mail : ifsi@ch-cotebasque.fr IFSI DU Centre hospitalier 1, rue du Moulin – BP 118 64301 ORTHEZ Cedex Tél. : 05.59.69.70.26 Fax : 05.59.69.70.33 E-mail : ifsi@ch-orthez.fr

AUVERGNE

IFSI de CH Allée des Tabacs 47200 MARMANDE Tél. : 05.53.79.03.83 Fax : 05.53.79.55.79 E-mail : secretariat.ifsi@ fr.oleane.com

IFSI CRF 20, rue du Vert-Galant – BP 30401 03004 MOULINS Cedex Tél. : 04.70.48.20.30 Fax : 04.70.48.20.29 E-mail : ifsi.moulins@wanadoo.fr IFSI du CH Rue Pamparoux 03100 MONTLUCON Tél. : 04 70 02 30 89 Fax : 04 70 02 16 90 E-mail : idfsi.sec@ch-montlucon.fr

IFSI Centre hospitalier 2, boulevard Saint-Cyr – BP 319 47307 VILLENEUVE-SUR-LOT Tél. : 05.53.40.53.05

IFSI du CH 54, bd de l’Hôpital BP.2757 03201 VICHY Tél : 04.70.97.33.31

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Fax : 04.70.97.13.57 E-mail : ifsi@ch-vichy.fr IFSI du CHU 50, avenue de la République BP 229 15002 AURILLAC Cedex Tél. : 04.71.46.56.22 Fax : 04.71.46.46.36 E-mail : ifsi@ch-aurillac.fr IFSI Centre hospitalier Docteur Roux 12, bd du DocteurChantemesse 43012 LE PUY-EN-VELAY Tél. : 04.71.04.33.67 Fax : 04.71.04.33.66 E-mail : ifsi43@ch-lepuy.fr IFSI du CHU Gabriel Montpied 1, bd Winston-Churchill 63003 CLERMONT-FERRAND Cedex Tél. : 04.73.75.13.60 Fax : 04.73.75.13.64

BASSENORMANDIE IFSI CHU Avenue de la Côte de Nacre 14033 CAEN Cedex Tél. : 02.31.06.50.75 Fax : 02.31.06.49.38 IFSI Centre hospitalier Boulevard des Bercagnes 14700 FALAISE Tél. : 02.31.40.41.69 Fax : 02.31.40.41.42 E-mail : ifsi@ch-falaise.fr IFSI Centre hospitalier 4, rue Roger-Aini 14107 LISIEUX Cedex Tél. : 02.31.61.33.70 Fax : 02.31.61.33.64 E-mail : secretariat.ifsi.ifas@ ch-lisieux.fr

IFSI 4, rue Emile-Desvaux 14504 VIRE Cedex Tél. : 02.31.66.24.60 Fax : 02.31.66.24.62 E-mail : secretariat.inf@ chvire14.com IFSI Centre hospitalier mémorial 715 rue Dunant 50009 SAINT-LO Cedex Tél. : 02.33.06.31.74 Fax : 02.33.06.32.24 E-mail : claudine.chatel@ch-stlo.fr IFSI Cherbourg Corentin Rue du Trottebec – BP 208 50102 CHERBOURG-OCTEVILLE Tél. : 02.33.20.76.36 Fax : 02.33.20.76.89 E-mail : secretariat.ifsi@ ch-cherbourg.fr IFSI Centre hospitalier d’Avranches-Granville – BP 629 50406 GRANVILLE Cedex Tél. : 02.33.91.50.87 Fax : 02.33.91.50.79 IFSI CRF 5, rue du Gué-de-Gesnes 61000 ALENÇON Tél. : 02.33.31.67.03 Fax : 02.33.28.80.73 E-mail : ifsi.alençon@croix-rouge.fr IFSI 25, rue du Docteur-Maubert BP 219 61104 FLERS Cedex Tél. : 02.33.62.62.80 Fax : 02.33.62.65.75 E-mail: ifsi@ch-flers.fr IFSI Centre hospitalier 10, rue du Docteur Frinault BP 189 61305 L’AIGLE Cedex Tél. : 02.33.24.95.70

Fax : 02.33.24.95.71 E-mail : secretariat.ifsi@ch-laigle.fr

BOURGOGNE IFSI CHU 12, bd Maréchal-de-Lattrede-Tassigny 21079 DIJON Cedex Tél. : 03.80.29.35.02 Fax : 03.80.29.36.56 IFSI DES Centres hospitaliers de Chatillon-sur-Seine, Semur-en-Auxois et Montbard Centre hospitalier 3 bis, avenue Pasteur 21140 SEMUR-EN-AUXOIS Tél. : 03.80.89.64.42 Fax : 03.80.89.65.33 E-mail : contact-ifsi@ifsihautecotedor.fr IFSI Centre hospitalier Avenue Guigone-de-Salins BP 104 21203 BEAUNE Cedex Tél. : 03.80.24.44.49 Fax : 03.80.24.45.83 E-mail : lst.sec.ifsi@ch-beaune.fr IFSI René-le-Droumaguet 5, rue Emile Zola 58000 NEVERS Tél. : 03.86.71.84.20 Fax : 03.86.71.84.29 E-mail : ifsi@ch-nevers.fr IFSI Centre hospitalier de Macon bd Louis-Escande 71018 MACON Tél. : 03.85.27.51.07 Fax : 03.85.27.59.77 E-mail : ifsi@ch-macon.fr

IFSI de la Communauté urbaine du Creusot Montceau 46, avenue Saint-Sauveur 71200 LE CREUSOT Tél. : 03.85.77.24.88 Fax : 03.85.77.24.99 E-mail : ifsi.cucm@wanadoo.fr IFSI de la communauté urbaine du CreusotMontceau Centre hospitalier Jean-Bouveri – BP 189 71307 MONTCEAU-LES-MINES Cedex Tél. : 03.85.67.60.68 Fax. : 03.85.67.60.82 E-mail : ifsi.montceau@wanadoo.fr IFSI Centre hospitalier 7 quai de l’Hôpital BP 120 71321 CHALONSUR-SAONE Cedex Tél. : 03.85.44.65.72 Fax : 03.85.44.67.06 E-mail : secretariat.ifsi@ ch-chalon71.fr IFSI Centre hospitalier 15, rue Pasteur 71604 PARAY-LE-MONIAL Tél. : 03.85.88.44.44 Fax : 03.85.88.43.01 E-mail : nadine.clozel@ch-paray.fr IFSI DU Centre hospitalier général 2, bd de Verdun 89011 AUXERRE Cedex Tél. : 03.86.48.47.17 Fax : 03.86.48.47.44 E-mail : ifsi@ch-auxerre.fr IFMS (Institut de formation aux métiers de la Santé) 1, avenue Pierre-de-Coubertin 89108 SENS Cedex Tél : 03.86.86.17.81 ou 83 Fax : 03.86.86.17.87 E-mail : ifsi@ch-sens.fr

Annuaire des IFSI

75

BRETAGNE

Fax : 02.98.34.23.64 E-mail : andre.chane@chu-brest.fr

IFSI Centre hospitalier Yves Le Foll Rue Marcel-Proust – BP 2367 22023 SAINT-BRIEUC Tél. : 02.96.01.70.28 Fax : 02.96.01.75.26 E-mail : sec.ifsi@ch-stbrieuc.fr

IFSI 15 rue du Bois Perrin 35703 Rennes cedex 7 Tél. : 02.99.33.39.07 Fax : 02.99.33.64.14 E-mail : ifsi.chgr@ ch-guillaumeregnier.fr

IFSI Centre hospitalier Rue Chateaubriand 22101 DINAN Tél. : 02.96.85.72.14 Fax : 02.96.85.70.91 E-mail : secretariat.ifsi@ch-dinan.fr

IFSI Hôpital Pontchaillou 2, rue Henri-le-Guilloux 35033 RENNES Cedex 9 Tél. : 02.99.28.43.79 Fax : 02.99.28.24.08 E-mail : annie.renard@chu-rennes.fr

IFSI Centre hospitalier 15 rue Kervaint Gilly – BP 237 29205 MORLAIX Cedex Tél. : 02.98.62.61.98 Fax : 02.98.62.69.64 E-mail : ifsi@ch-morlaix.fr

IFSI Centre hospitalier 133, rue de la Forêt – BP 10561 35305 FOUGERES Cedex Tél. : 02.99.17.70.94 Fax : 02.99.17.72.15 E-mail : sferron@ch-fougeres.fr

IFSI du CH Pierre-le-Damany rue Kergamar CH Le Damary – BP 248 22300 LANNION Cedex Tél. : 02.96.05.71.96 Fax : 02.96.05.72.28 E-mail : ifsi@ch-lannion.fr

IFSI Centre hospitalier 9, rue de la Marne 35403 SAINT-MALO Tél. : 02.99.21.20.89 Fax : 02.99.21.27.46 E-mail : ifsi.sec@ch-stmalo.fr

IFSI Centre hospitalier spécialisé 1, rue Etienne-Gourmelin BP 1705 29107 QUIMPER Cedex Tél. : 02.98.98.66.82 Fax : 02.98.98.67.41 E-mail : contact@ifsi-quimper.fr

76

IFSI CH Bretagne Atlantique Vannes-Saint-Avé – BP 70555 56017 VANNES Cedex Tél. : 02.97.01.40.41 Fax : 02.97.01.42.91 E-mail : ifsi@ch-bretagneatlantique.fr

IFSI CRF 46, rue Jules-Guesde 29200 BREST Tél. : 02.98.44.27.65 Fax : 02.98.43.24.07

IFSI Centre hospitalier Rue de la plage 56306 PONTIVY Cedex Tél. : 02.97.28.40.27 Fax : 02.97.28.44.36 E-mail : secretariat@ifsi.chcentre-bretagne.fr

IFSI CHU La Cavale blanche Bd Tanguy-Prigent 29609 BREST Cedex Tél. : 02.98.34.23.59

IFSI 7, rue des Montagnes – BP 20935 56109 LORIENT Cedex Tél. : 02.97.64.91.61

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Fax : 02.97.64.92.42 E-mail : accueil@ifsi-ifas-lorient.fr

CENTRE IFSI Hôpital général 6, rue Taillegrain 18016 BOURGES Cedex Tél. : 02.48.24.16.77 Fax : 02.48.65.33.55 E-mail : ifsi-crf.bourges.secretariat@ wanadoo.fr IFSI Place du Tacot 18100 VIERZON Tél. : 02.48.52.90.50 Fax : 02.48.52.84.95 E-mail : ifsi.vierzon@wanadoo.fr IFSI Centre hospitalier 7, rue Philippe-Desportes 28000 CHARTRES Cedex Tél. : 02.37.30.30.86 Fax : 02.37.30.32.49 E-mail : secifsi@ch-chartres.fr IFSI 69, rue de Rieuville – BP.69 28102 DREUX Cedex Tél. : 02.37.46.82.43 Fax : 02.37.42.98.72 E-mail : ifsi.ch-dreux@wanadoo.fr IFSI 30, rue de la Madeleine 28200 CHATEAUDUN Tél. : 02.37.44.93.80 Fax : 02.37.44.93.78 E-mail : ifsi@ch-chateaudun.fr IFSI Centre hospitalier 216, avenue de Verdun 36019 CHÂTEAUROUX Cedex Tél. : 02.54.29.60.31 Fax : 02.54.29.60.76 E-mail : ifsi@ch-chateauroux.fr IFSI 33, rue Saint-Lazare – BP 202 36300 LE BLANC

Tél. : 02.54.28.28.06 Fax : 02.54.28.28.89 E-mail : secretariat.ifsi@ch-leblanc.fr IFSI Centre hospitalier universitaire 11 rue Mansard 37044 CHAMBRAY-LES-TOURS Cedex 1 Tél : 02 47 47 81 01 Fax : 02 47 47 86 19 E-mail : j.garcia@chu-tours.fr IFSI 130, rue Colombier 37100 TOURS Tél. : 02.47.88.43.47 Fax : 02.47.88.43.55 E-mail : ifsi-crf-tours@wanadoo.fr IFSI 19, avenue de Tours 37400 AMBOISE Tél. : 02.47.23.30.00 Fax : 02.47.23.30.09 E-mail : secretariat@ifsi-amboise.fr IFSI Mail Pierre-Charlot 41016 BLOIS Cedex Tél. : 02.54.55.64.08 Fax : 02.54.55.62.70 E-mail : sec.ifsi@ch-blois.fr IFSI Rue du Château 45120 CHALETTE-SUR-LOING Tél. : 02.38.95.95.95 Fax : 02.38.95.95.80 E-mail : acreuzard@ch-montargis.fr IFSI d’Orléans 89, Faubourg Saint Jean – BP 2433 45000 ORLEANS Tél : 02.38.78.00.00 Fax : 02.38.78.00.01 E-mail : ifpm45.direction@ wanadoo.fr

CHAMPAGNEARDENNE IFSI Centre Hospitalier 1, rue Pierre Hallali BP.40031 08001 CHARLEVILLE MEZIERES Tél. : 03.24.55.66.90 Fax : 03.24.55.66.92 E-mail : secretariatifsi@ ch-charleville-mezieres.fr IFSI du CH de Troyes 2, avenue des Lombards 10003 TROYES Cedex Tél. : 03.25.49.49.99 Fax : 03.25.49.47.09 IFSI CRF 56 ter, av. du Général-Sarail 51037 CHALONS-ENCHAMPAGNE Tél. : 03.26.64.60.53 Fax : 03.26.68.48.66 E-mail : ifps@ifpscrf.com IFSI Centre hospitalier Auban-Moët – BP 137 51205 EPERNAY Cedex Tél. : 03.26.58.70.23 Fax : 03.26.58.73.35 E-mail : pascale.belair@ ch-epernay.fr IFSI du CHU de Reims Institut régional de formation 45, rue Cognacq-Jay 51092 REIMS Cedex Tél. : 03.26.78.74.53 Fax : 03.26.78.88.24 E-mail : ifsi-sec@chu-reims.fr IFSI 2, rue Jeanne-d’Arc 52014 CHAUMONT Cedex Tél. : 03.25.30.70.09 Fax : 03.25.30.71.87 E-mail : ifsi@ch-chaumont.fr

IFSI Hôpital André-Breton 1, carrefour Henri-Rollin 52108 SAINT-DIZIER Cedex Tél. : 03.25.56.92.53 Fax : 03.25.56.92.52 E-mail : secretariat@ifsi-saintdizier.fr

CORSE IFSI d’AJaccio CH de la Miséricorde 27, av. de l’Impératrice-Eugénie BP 411 20303 AJACCIO Cedex 01 Tél. : 04.95.29.90.38 Fax : 04.95.29.96.66 E-mail : ifsi.ajaccio@wanadoo.fr IFSI CH de Bastia BP 680 20604 BASTIA Cedex Tél. : 04.95.59.10.16 Fax : 04.95.59.12.95 E-mail : ifsi@ch-bastia.fr

FRANCHE-COMTÉ IFSI DE Besançon 44, chemin du Sanatorium Les Tilleroyes 25030 BESANCON Tél. : 03.81.41.50.11 Fax : 03.81.41.50.00 E-mail : ifsi-secret-dir@ chu-besancon.fr IFSI du CH 2 2 rue du Docteur-Flamand 25209 MONTBELIARD Cedex Tél : 03.81.98.81.59 Fax : 03.81.98.83.36 E-mail : ifsi-m@chbm.fr IFSI du CH DE Pontarlier 2, faubourg Saint-Étienne – BP 329 25304 PONTARLIER Cedex Tél. : 03.81.38.53.29 Fax : 03.81.38.58.42 Annuaire des IFSI

77

E-mail : institutformationsoins@ ch-pontarlier.rss.fr IFSI DE Lons-le-Saunier 155, chemin de Chaudon 39000 LONS-LE-SAUNIER Tél. : 03.84.47.28.87 Fax : 03.84.47.54.09 E-mail : ifsi.lonslesaunier@ croix-rouge.fr Institut du Jura Nord de formation en soins infirmiers 5, rue du Docteur-Normand Parc de Scey 39100 DOLE Tél. : 03.84.79.41.40 Fax : 03.84.79.14.97 E-mail : ifsi.secretariat@ch-dole.fr IFSI CRF 12, rue Miroudot-Saint-Ferjeux BP 273 – 70005 VESOUL Tél. : 03.84.75.80.44 Fax : 03.84.75.23.48 E-mail : ifsi.vesoul@croix-rouge.fr IFSI De Belfort 11, rue Jean-Rostand 90000 BELFORT Tél. : 03.84.98.55.00  Fax : 03.84.98.55.10 E-mail : ifsi-b@chbm.fr

HAUTE NORMANDIE IFSI du CH D’Evreux 22, rue du Docteur Baudaux 27023 EVREUX Tél. : 02.32.33.81.41 Fax : 02.32.33.81.75 E-mail : ifsie@sih-eureseine.fr IFSI du CHS Navarre 62, rue de Conches 27022 EVREUX Tél. : 02.32.31.76.76

78

IFSI du CHU de Rouen 14 rue du Professeur Stewart 76042 ROUEN CEDEX 1 Tél. : 02 32 88 85 99 E-mail : secretariat.ifsi@chu-rouen.fr IFSI du CH Avenue Pasteur – BP 219 76202 DIEPPE Cedex Tél. : 02.32.14.75.23 Fax : 02.32.14.74.83 E-mail : ifsi@ch-dieppe.fr IFSI de la CRF Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Tél. : 02.35.59.40.28 Fax : 02.35.59.40.96 IFSI du CH du Rouvray 4, rue Paul-Eluard – BP 45 76301 SOTTEVILLE-LES-ROUEN Tél. : 02.32.95.11.98 Fax : 02.32.95.11.99 IFSI de Fécamp Espace Jules-Ferry 17, rue des Galeries – BP 86 76402 FECAMP Cedex Tél. : 02.35.28.61.00 Fax : 02.35.10.39.58 E-mail : secretariatifsi@ch-fecamp.fr IFSI Mary-thieullent Groupe hospitalier du Havre 28, rue Foubert 76600 LE HAVRE Tél. : 02.32.73.38.30 Fax : 02.32.73.38.31 E-mail : sec.ifsi@ch-havre.fr

ÎLE-DE-FRANCE

Paris IFSI de l’Hôpital Saint-Louis 1, avenue Claude Vellefaux 75010 PARIS Tél. : 01.42.49.99.71 Fax : 01.42.49.91.47 E-mail : secret.ifsi@sls.aphp.fr

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

IFSI de l’hôpital Saint-Antoine 184, rue du Faubourg SaintAntoine 75012 PARIS Tél. : 01.49.28.27.10 Fax : 01.43.43.53.94 E-mail : secretariat.ifsi@dfc.aphp.fr IFSI Diaconesses 95, rue de Reuilly 75571 PARIS Cedex 12 Tél. : 01.43.41.41.41 Fax : 01.43.41.41.42 E-mail : ifsi@oidr.org IFSI Rothshild 11, rue Santerre 75012 PARIS Tél. : 01.40.19.32.50 Fax : 01.46.28.84.38 IFSI du GH Pitié Salpêtrière 47-83, boulevard de l’Hôpital 75013 PARIS Tél. : 01.42.16.07.10 Fax : 01.45.83.29.38 E-mail : ifsi.salpe@psl.ap-hop-paris.fr IFSI Cochin 8 bis, avenue René Coty 75014 PARIS Tél. : 01.43.27.74.86 Fax : 01.43.27.72.51 E-mail : ifsi.cochin@dfc.aphp.fr IFSI Bichat 133, bd Ney 75018 PARIS Tél. : 01.44.85.28.00 Fax : 01.44.85.28.09 E-mail : ifsi1.bichat@ bch.ap-hop-paris.fr Lycée polyvalent régional Rabelais 9, rue Francis de Croisset 75018 PARIS Tél. : 01.53.09.13.06 Fax : 01.53.09.13.13 E-mail : ifsi.rabelais@ac-paris.fr

IFSI de L’Hôpital de la CroixSaint-Simon 125, rue d’Avron 75020 PARIS Tél. : 01.44.64.20.67 Fax : 01.44.64.20.81 E-mail : ifsi@croix-saint-simon.org IFSI de Tenon 2, rue des Balkans 75020 PARIS Tél. : 01.43.79.92.00 Fax : 01.43.79.89.97 E-mail : ifsi.tenon@dfc.aphp.fr IFSI CRF Suzanne Perouse 89, rue Haxo 75020 PARIS Tél : 01.44.43.58.00 Fax : 01.44.43.58.10 E-mail : ifsi.suzanneperouse@ croix-rouge.fr IFSI du CH Saint-Anne 1, rue Cabanis 75014 PARIS Tél. : 01.45.65.88.36 Fax : 01.45.65.85.57 E-mail : ifsi@ch-sainte-anne.fr

IFSI CH Arbeltier de Coulommiers 7, rue Gabriel Péri 77527 COULOMMIERS Cedex Tél : 01.64.65.73.11 Fax : 01.64.65.73.12 E-mail : ifsi@ch-coulommiers.fr

IFSI Paris Saint-Joseph 185, rue Raymond Losserand 75674 PARIS Cedex 14 Tél : 01.44.12.35 23 Fax : 01.44.12.32.31 E-mail : sifsi@hpsj.fr

IFSI du CH Léon Binet de Provins Route de Chalautre BP 212 – 77488 PROVINS Tél. : 01.64.60.40.80 Fax : 01.64.60.40.82 E-mail : ifsi@ch-provins.fr

Seine-et-Marne IFSI 1, rue de la Fontaine Saint-Liesne 77000 MELUN Tél. : 01.64.71.62.37 Fax : 01.64.71.61.16 E-mail : ifsi@ch-melun.fr IFSI du CH de Meaux 17, rue Guillaume Briçonnet 77100 MEAUX Tél. : 01.64.35.21.50 Fax : 01.64.35.37.14

IFSI du CH de Montereau 1 bis, rue Victor Hugo 77130 MONTEREAU Tél. : 01.64.31.64.25 Fax : 01.64.31.64.26 E-mail : ifsi@ch-montereau.fr IFSI du CH de Fontainebleau 55, bd du Maréchal Joffre 77305 FONTAINEBLEAU Tél. : 01.60.74.10.29 Fax : 01.60.74.13.89 E-mail : ifsi@ch-fontainebleau.fr IFSI du CH de Lagny-surMarne 6, cours du Danube 77700 SERRIS Tél : 01.60.95.78.67 Fax : 01.60.95.78.69 E-mail : secrifsi@ch-lagny77.fr

Yvelines IFSI du CH de Versailles 25, bd Saint-Antoine 78011 VERSAILLES Tél. : 01.39.63.93.38 Fax : 01.39.63.94.00 E-mail : ifsi@ch-versailles.fr IFSI 20, rue Armagis – BP 231 78100 SAINT-GERMAIN-EN-LAYE Tél. : 01.39.27.42.91 Fax : 01.39.27.42.92

E-mail : ifsipsg@chi-poissyst-germain.fr IFSI du CHI de Meulanles-Mureaux 1, rue Baptiste Marcet 78130 MEULAN-LES MUREAUX Tél. : 01.30.91.85.38 Fax : 01.30.91.84.12 E-mail : ifsimeulanmuro@ hotmail.com IFSI CRF 11, boulevard Sully 78200 MANTES-LA-JOLIE Tél. : 01.30.33.59.49 Fax : 01.30.33.30.10 E-mail : ifsimantes-la-jolie.com@ wanadoo.fr IFSI de l’EPS Charcot Bâtiment La Rotonde 30, avenue Marc-Laurent – BP 20 78375 Plaisir Cedex Tél. : 01.30.79.27.55 Fax : 01.30.79.27.57 IFSI du CHI Léon Touhladjian 10, rue du Champ Gaillard BP 3082 78303 POISSY Cedex Tél. : 01.39.27.50.28 Fax : 01.39.27.44.92 IFSI Marcel-Rivière Avenue de Monfort La Verrière – BP 101 78321 LE MESNIL-SAINT-DENIS Cedex Tél. : 01.39.38.79.60 Fax : 01.39.38.79.94 E-mail : ifsi@mgen.fr IFSI du CH de Rambouillet 13, rue Pasteur 78514 RAMBOUILLET Cedex Tél. : 01.34.83.77.01 Fax : 01.34.83.77.17

Annuaire des IFSI

79

Essonne IFSI du CH Sud Francilien 59, boulevard Henri Dunant – BP 85 91106 CORBEIL-ESSONNE Tél. : 01.69.22.84.00 Fax : 01.64.96.23.05 E-mail : ifsi@ch-sud-francilien.fr IFSI du EPS Barthélémy Durand Etampes Avenue du 8 Mai 1945 – BP 69 91152 ETAMPES Cedex Tél. : 01.69.92.52.71 Fax : 01.69.92.52.40 E-mail : ifsi@eps-etampes.fr IFSI 8 bis, rue Maurice 91160 LONGJUMEAU Tél. : 01.64.54.32.89 Fax : 01.64.54.29.13 E-mail : ifsi.secretariat@ ch-longjumeau.fr IFSI du L’EPS de PerrayVaucluse Le Perray-Vaucluse 91360 EPINAY-SUR-ORGE Tél. : 01.69.25.43.16 Fax : 01.69.25.43.18 E-mail : secretariat-ifsi@gpspv.fr IFSI du CH d’Orsay BP 27 – 91401 ORSAY Cedex Tél. : 01.69.29.74.33 Fax : 01.69.28.15.32 E-mail : ifsi.orsay@ch-orsay.fr

Hauts-de-Seine IFSI de L’Hôpital Max Fourestier 102, bd Aimé-Césaire 92000 Nanterre Tél. : 01.49.03.41.70 Fax : 01.49.03.42.03 E-mail : secretariat-ifsi@ ch-nanterre.fr

80

IFSI DE L’Hôpital Ambroise-Paré 9, avenue Charles de Gaulle 92104 BOULOGNE Cedex Tél. : 01.49.09.57.46 Fax : 01.49.09.56.65 E-mail : accueil.ifsi@dfc.aphp.fr IFSI de l’Hôpital Béclère 157, rue de la Porte-Trivaux 92140 CLAMART Tél. : 01.45.37.45.12 Fax : 01.45.37.49.59 IFSI de L’Hôpital Foch 11, rue Guillaume Lenoir 92150 SURESNES Tél. : 01.46.25.21.82 Fax : 01.46.25.27.14 E-mail : ifsi@hopital-foch.org IFSI de l’Hôpital NotreDame-du-Perpetuel-Secours 4, rue Kléber 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. : 01.47.59.59.11 Fax : 01.47.57.59.36 E-mail : contact@ifsi-ihfb92.fr IFSI de l’Hôpital RaymondPoincaré 104, boulevard Raymond Poincaré 92380 GARCHES Tél. : 01.47.41.28.67 Fax : 01.47.41.81.41 E-mail : ifsi.garches@rpc.aphp.fr IFSI de l’Hôpital Stell 25, avenue Paul Doumer 92500 RUEIL-MALMAISON Tél. : 01.47.16.95.31 Fax : 01.47.51.85.58 E-mail : ifsi.stell@ch-rueil.fr IFSI de l’Hôpital Louis-Mourier 178, rue des Renouilliers 92700 COLOMBES Tél. : 01.47.60.63.01 Fax : 01.47.60.63.04 E-mail : secretariat.lmrifsi@ dfc.aphp.fr

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Seine-Saint-Denis IFSI Avicenne 2, rue Marcel Cachin 93000 BOBIGNY Tél. : 01.48.95.57.61 Fax : 01.48.95.57.63 E-mail : ifsi.avicenne@avc.aphp.fr IFSI de l’Hôpital Jean-Verdier 2, rue Arthur Groussier 93140 BONDY Tél. : 01.48.02.65.00 Fax : 01.48.02.65.04 E-mail : ifsi.secretariat@jvr.aphp.fr IFSI du CH de Saint-Denis 2, rue du Docteur Delafontaine 93205 SAINT-DENIS Tél. : 01.42.35.60.31 Fax : 01.42.35.62.48 E-mail : hsd-ifsi@ch-stdenis.fr IFSI Louise-Couve 44, rue de la Commune de Paris 93300 AUBERVILLIERS Tél. : 01.48.11.26.86 Fax : 01.48.11.26.79 E-mail : ifsi@couve.fr IFSI du CH de Maison Blanche 3, avenue Jean Jaurès 93330 NEUILLY-SUR-MARNE Tél. : 01.49.44.36.00 Fax : 01.49.44.36.01 E-mail : administration@ifits.fr IFSI du CH Ville Evrard 202, avenue Jean Jaurès 93332 NEUILLY-SUR-MARNE Cedex Tél. : 01.43.09.31.27 Fax : 01.43.09.33.61 E-mail : l.fernandes@ns.epsville-evrard.fr IFSI du CH Robert Ballanger Boulevard Robert Ballanger 93602 AULNAY-SOUS-BOIS Cedex Tél. : 01.49.36.71.10 Fax : 01.49.36.72.39 E-mail : secret.ifsi@ch-aulnay.fr

Val-de-Marne IFSI de l’Hôpital Henri-Mondor 51, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 94010 CRETEIL Cedex Tél. : 01.49.81.46.96 Fax : 01.48.98.42.29 E-mail : ifsi.mondor@hmn.aphp.fr IFSI du CHU de VilleneuveSaint-Georges 40, allée de la Source 94195 VILLENEUVE-SAINTGEORGES Tél. : 01.43.86.23.73 Fax : 01.43.86.23.72 E-mail : secretariat.ifsi@chiv.fr IFSI de l’Hôpital Charles-Foix 21, avenue de la République 94200 IVRY-SUR-SEINE Tél. : 01.49.59.42.30 Fax : 01.49.59.42.34 E-mail : secretariat.cfxifsi@ dfc.aphp.fr IFSI de l’Hôpital Bicêtre 78, rue du Général Leclerc 94270 LE KREMLIN-BICETRE Tél. : 01.45.21.24.79 Fax : 01.45.21.22.61 E-mail : secretariat.bctifsi@ dfc.aphp.fr IFSI Jean-Baptiste-Pucin Hôpital Esquirol 57, rue du Maréchal Leclerc 94413 SAINT-MAURICE Cedex Tél. : 01.43.96.60.59 Fax : 01.43.96.60.34 E-mail : ifsi@hopital-esquirol.fr IFSI de l’Hôpital Émile-Roux 1, avenue de Verdun 94456 LIMEIL-BREVANNES Cedex Tél. : 01.45.95.80.87 Fax : 01.45.95.83.46 IFSI du CH Les Murets 17, rue du Général Leclerc

94510 LA QUEUE-EN-BRIE Tél. : 01.45.93.71.97 Fax : 01.45.93.75.68 E-mail : secretariat.ifsi@ ch-les-murets.fr IFSI du Centre hospitalier Paul-Brousse 12, avenue Paul-Vaillant-Couturier 94804 VILLEJUIF Cedex Tél. : 01.45.59.32.64 Fax : 01.45.59.37.55 IFSI du Centre hospitalier Paul-Guiraud 54, avenue de la République 94806 VILLEJUIF Cedex Tél. : 01.42.11.71.38 Fax : 01.42.11.71.78 E-mail : corinne.guillard@ch-pgv.fr

Val-d’oise IFSI Camille-Claudel 69, rue du Lieutenant-ColonelPrud’hon 95107 ARGENTEUIL Cedex Tél. : 01.34.23.27.01 Fax : 01.34.23.27.02 E-mail : martine.sahuc@ ch-argenteuil.fr IFSI Léonie-Chaptal 19, rue Jean-Lurçat 95200 SARCELLES Tél. : 01.39.90.58.45 Fax : 01.39.94.83.74 E-mail : fondation@fondationchaptal.fr IFSI Les Oliviers Route de Noisy 95260 BEAUMONT-SUR-OISE Tél. : 01.30.28.36.38 Fax : 01.30.28.36.44 E-mail : ifsi@chi-desportesdeloise.fr IFSI du CH René Dubos 3 bis, avenue de l’Ile-de-France 95301 PONTOISE Cedex Tél. : 01.30.75.43.43 Fax : 01.30.75.53.77

IFSI du CH de Gonesse 25, rue Bernard-Février – BP 30071 95503 Gonesse cedex Tél. : 01.34.53.20.27 Fax : 01.34.53.27.26 E-mail : ifsi@ch-gonesse.fr IFSI 28, rue du Docteur Émile Roux 95602 EAUBONNE Cedex Tél. : 01.34.06.60.27 Fax : 01.34.06.60.20 E-mail : sec.ifsi@ch-simoneveil.fr

LANGUEDOCROUSILLON IFSI du CHG Antoine Guayraut Route de Saint-Hilaire 11890 CARCASSONNE Tél. : 04.68.24.27.90 Fax : 04.68.24.27.99 E-mail : ifsi@ch-carcassonne.fr IFSI du CH de Narbonne 12, quai Dillon 11108 NARBONNE Tél. : 04.68.42.66.11 Fax : 04.68.42.66.18 E-mail : ifsi@ch-narbonne.fr IFSI du CH d’Alès Avenue du Docteur Jean Goubert 30107 ALES Cedex Tél. : 04.66.78.30.31 Fax : 04.66.78.30.49 E-mail : ifsi@ch-ales.fr IFSI du CH 85, avenue Fontesquières 30200 BAGNOLS-SUR-CEZE Tél. : 04.66.39.65.50 Fax : 04.66.39.49.00 E-mail : ifsi@ch-bagnolssurceze.fr IFSI du CHU de Nîmes 3 bis, rue Kléber 30029 NÎMES Cedex 9 Tél. : 04.66.68.69.10 Fax : 04.66.68.69.50 Annuaire des IFSI

81

E-mail : ifsicroixrouge30@ wanadoo.fr IFSI de la CRF 1245, route de Saint-Gilles Le Mas des Abeilles 30900 NÎMES Tél. : 04.66.29.50.25 Fax : 04.66.29.25.70 IFSI de Béziers 21, boulevard Kennedy 34500 BEZIERS Tél. : 04.67.09.21.60 Fax : 04.67.09.21.63 E-mail : ifsi@ch-beziers.fr IFSI CRIP 435, chemin du Mas de Rochel BP 66 34172 CASTELNAU-LE-LEZ Cedex Tél. : 04.67.33.18.17 Fax : 04.67.33.18.30 E-mail : ifsi@crip-34.fr IFSI du CHU 1146, avenue du Père-Soulas 34295 MONTPELLIER Cedex 05 Tél. : 04.67.33.88.44 Fax : 04.67.33.88.44 E-mail : cfph-ifsi@chu-montpellier.fr IFSI 9, avenue Charles Flahault 34090 MONTPELLIER Tél. : 04.67.13.89.35 Fax : 04.67.60.91.45 E-mail : ifsi-ifas@chu-montpellier.fr IFSI du CH Boulevard Camille-Blanc 34207 SETE Tél. : 04.67.46.57.77 Fax : 04.67.46.58.44 E-mail : secifsi@ch-bassindethau.fr IFSI du CH Avenue du 8 Mai 1945 48000 MENDE Tél. : 04.66.49.48.32 Fax : 04.66.49.47.27 E-mail : ifsil@ch-mende.fr

82

IFSI du CH 20, avenue du Languedoc BP 4052 66046 PERPIGNAN Cedex Tél. : 04.68.61.66.36 Fax : 04.68.61.69.71 E-mail : secretariat.imfsi@ ch-perpignan.fr

LIMOUSIN IFSI du CH de Tulle 3, place du Docteur Maschat BP 160 – 19012 TULLE Tél. : 05.55.29.80.51 Fax : 05.55.29.80.76 E-mail : ifsi@ch-tulle.fr IFSI du CH d’Ussel 2, avenue du Docteur Roullet BP 55 – 19208 USSEL Cedex Tél. : 05.55.96.40.23 Fax : 05.55.96.42.09 E-mail : ifsi@chussel.fr IFSI du CH Dubois 3, boulevard du Docteur Verlhac BP 432 19312 BRIVE-LA-GAILLARDE Cedex Tél. : 05.55.92.79.55 Fax : 05.55.92.79.00 E-mail : ifsi@ch-brive.fr IFSI du CH du Gueret 26, chemin des Amoureux 23000 GUERET Tél. : 05.55.51.70.60 Fax : 05.55.51.87.88 E-mail : ifsi.chgueret@sil.fr IFSI de la CRF 25, rue Curveilhier 87000 LIMOGES Tél. : 05.55.11.03.20 Fax : 05.55.79.96.44 E-mail : ifsi.crf.limoges@wanadoo.fr

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

IFSI 88 rue du Pont Saint Martial 87042 LIMOGES CEDEX Tél : 05.55.50.96.85 Fax : 05.55.01.27.38 E-mail : ifsi@chu-limoges.fr

LORRAINE IFSI du CHU 27, rue Lionnois 54000 NANCY Tél. : 03.83.85.15.61 Fax : 03.83.85.18.25 E-mail : ifsi.lionnois@chu-nancy.fr IFSI du CH Maillot Résidence Le Corbusier 54150 BRIEY Tél. : 03.82.47.16.70 Fax : 03.82.47.16.79 E-mail : ifsi-ifas@ch-briey.fr IFSI Hôpital Brabois Allée du Morvan 54511 VANDŒUVRE-LESNANCY Tél. : 03.83.15.43.27 Fax : 03.83.15.43.25 E-mail : ifsi.brabois@chu-nancy.fr IFSI Centre Psychothérapique de Nancy-Laxou 1, rue du Docteur Archambault BP 1110 54521 LAXOU Cedex Tél. : 03.83.92.51.51 Fax : 03.83.92.53.01 E-mail : ifsi@cpn-laxou.com IFSI du CH de Bar-le-Duc 1, boulevard de l’Argonne 55012 BAR-LE-DUC Cedex Tél. : 03.29.45.88.09 Fax : 03.29.45.88.69 E-mail : ifsi@pssm.fr IFSI du CH de Verdun Promenade de la Digue – BP 713 55107 VERDUN Cedex

Tél. : 03.29.83.64.14 Fax : 03.29.83.64.13 E-mail : ifsi@ch-verdun.fr IFSI de Metz-Thionville 28-32, rue du 20e Corps Américain BP 90770 57019 METZ Cedex 1 Tél. : 03.87.55.38.91 Fax : 03.87.55.79.56 IFSI de Jury-les-Metz Centre hospitalier de Jury BP 91084 57038 METZ Cedex Tél. : 03.87.56.27.50 Fax : 03.87.56.39.71 E-mail : ifsi-a.paysant@ch-jury.fr IFSI CRF 14, rue du Général Lapasset 57070 METZ Tél. : 03.87.75.60.20 Fax : 03.87.37.01.89 E-mail : ifsi.metz@croix-rouge.fr IFSI Hôpital Bel-Air Rue du Friscaty – BP 60327 57126 THIONVILLE Cedex Tél. : 03.82.55.85.26 Fax : 03.82.55.89.97 IFSI Hôpital du Parc Rue de l’hôpital – BP 70009 57206 SARREGUEMINES Cedex Tél. : 03.87.95.88.30 Fax : 03.87.95.91.87 E-mail : ifsi-sarreguemines@ wanadoo.fr IFSI de Sarrebourg-Lorquin CHG Saint-Nicolas 25, avenue du Général de Gaulle BP 80269 57402 SARREBOURG Cedex Tél. : 03.87.23.23.51 Fax : 03.87.23.23.58 E-mail : ifsi@ch-sarrebourg.fr IFSI du CH 6, rue Thérèse 57604 FORBACH Cedex

Tél. : 03.87.88.80.86 Fax : 03.87.88.81.24 E-mail : ifsi.forbach@unisante.fr IFSI du CH Jean Monnet 3, avenue Robert Schuman 88021 EPINAL Cedex Tél. : 03.29.68.74.01 Fax : 03.29.31.32.57 E-mail : sec.ifsi@ch-epinal.fr IFSI 30, rue Sainte-Marie 88300 Neufchâteau Tél. : 03.29.94.83.00 Fax : 03.29.94.49.83 E-mail : secretariat-ifsi@ ch-neufchateau.fr IFSI du CH 3, rue Georges-Lang – BP 161 88204 REMIREMONT Cedex Tél. : 03.29.23.41.24 Fax : 03.29.23.40.19 E-mail : ifsi@ch-remiremont.fr IFSI du CH 26, rue du Nouvel Hôpital 88100 Saint-Dié-des-Vosges Tél. : 03.29.52.83.60 Fax : 03.29.52.83.01 E-mail : ifsi@ch-saintdie.fr

MIDI-PYRÉNÉES IFSI 10, rue Saint Vincent 09100 PAMIERS Tél. : 05.61.60.90.96 Fax : 05.61.60.90.95 E-mail : ifsi@chi-val-ariege.fr IFSI Centre hospitalier 1, rue de Copenhague – ZAC BOURRAN 12027 RODEZ Cedex 09 Tél. : 05.65.55.17.50 Fax : 05.65.55.17.59 E-mail : ifsi@ch-rodez.fr

IFSI 22 bis, rue de la Condamine 12100 MILLAU Tél. : 05.65.60.39.30 Fax : 05.65.60.88.79 E-mail : isfi@ch-millau.fr IFSI du CH Gérard Marchant 134, route d’Espagne 31057 TOULOUSE Cedex 1 Tél. : 05.61.43.77.27 Fax : 05.61.43.78.84 E-mail : ifsi@ch-marchant.fr IFSI du CHU Rangueil 1, avenue du Professeur Jean Pouhlès 31059 Toulouse Cedex 9 Tél. : 05.61.32.25.45 Fax : 05.61.32.20.62 E-mail : ravat.s@chu-toulouse.fr IFSI CRF 71, chemin des Capelles 31300 TOULOUSE Tél. : 05.61.31.56.53 Fax : 05.61.31.56.60 Email : ifsi.toulouse@croix-rouge.fr IFSI Allée Marie Clarac – BP 382 32008 AUCH Cedex Tél. : 05.62.61.31.51 Fax : 05.62.61.37.13 E-mail : secretariat@gip-ifsidugers.fr IFSI 351, rue Saint-Géry 46000 CAHORS Tél. : 05.65.20.50.14 Fax : 05.65.20.54.14 E-mail : ifsi@ch-cahors.fr IFSI du CH BP 1330 65013 TARBES Cedex 9 Tél. : 05.62.54.54.54 Fax : 05.62.51.50.84 E-mail : ifsi@ch-tarbes-vic.fr IFSI Chemin des Trois-Tarn 81000 ALBI Annuaire des IFSI

83

Tél. : 05.63.77.36.77 Fax : 05.63.77.36.76 E-mail : secretariat.ifsi@ch-albi.rss.fr

Fax : 03.28.38.51.49 E-mail : ifsi-daumezon@epsmagglomeration-lilloise.fr

Fax : 03.20.10.24.13 E-mail : ifsi-armentieres@epsmlille-metropole.fr

IFSI Bon Sauveur d’Alby 1 rue de Lavazière 81025 Albi Cedex 9 Tél. : 05.63.48.49.48 Fax : 05.63.48.53.99 E-mail : ifsi@bonsauveuralby.asso.fr

IFSI de Roubaix 9, rue Henri Bossut 59100 ROUBAIX Tél. : 03.20.99.30.61 Fax : 03.20.99.30.67 E-mail : secretariat.ifsi@ch-roubaix.fr

IFSI Centre hospitalier Avenue Desandrouin – BP 479 59322 VALENCIENNES Cedex Tél. : 03.27.14.36.36 Fax : 03.27.14.50.19 E-mail : sec-ifsi@ch-valenciennes.fr

IFSI du Centre hospitalier intercommunal Villégiales Saint-Jacques – BP 417 81108 CASTRES Cedex Tél. : 05.63.71.60.50 Fax : 05.63.71.64.95 E-mail : direction-ifsi@chic-cm.fr

IFSI Ambroise Paré 39-41 rue de Paris 59370 Mons-en-Barœul Tél. : 03.20.06.49.52 Fax : 03.20.06.34.53 E-mail : ifsi-ambroisepare@ wanadoo.fr

IFSI Centre hospitalier Impasse Floral – BP 6367 59385 DUNKERQUE Cedex 01 Tél. : 03.28.28.56.80 Fax : 03.28.28.59.07 E-mail : ifsi@ch-dunkerque.fr

IFSI du CH 100, rue Léon Cladel – BP 765 82013 MONTAUBAN Cedex Tél. : 05.63.92.80.32 Fax : 05.63.92.82.84 E-mail : ifsi@ch-montauban.fr

IFSI Valentine-Labbé 41, rue Paul-Doumer 59110 LA MADELEINE Tél. : 03.20.63.02.67 Fax : 03.20.51.93.71 E-mail : ifsi_vlab@yahoo.fr

IFSI 2, rue Neuve-des-Capucins BP 389 59407 CAMBRAI Cedex Tél. : 03.27.37.67.30 Fax : 03.27.37.67.32 E-mail : sec.ifsi@ch-cambrai.fr

IFSI 351, rue Ambroise Paré Epi de Soïl 59120 LOOS Tél. : 03.20.16.03.60 Fax : 03.20.97.39.06 E-mail : ifsi@santelys.asso.fr

IFSI Centre hospitalier Sambre-Avesnois 44, boulevard Pasteur 59607 MAUBEUGE Tél. : 03.27.69.43.31 Fax : 03.27.69.48.07 E-mail : ifsi@ch-sa.com

IFSI CRF Route de Cambrai 59187 DECHY – DOUAI Cedex Tél. : 03.27.88.94.00 Fax : 03.27.96.32.79 E-mail : crfifsidouai@wanadoo.fr

IFSI du CH Centre hospitalier 6, rue Emile-Didier 62000 ARRAS Tél. : 03.21.21.10.64 Fax : 03.21.21.10.67 E-mail : secretariat.ifsi@ch-arras.fr IFSI CRF 3, rue de l’Origan – Parc des Bonnettes 62000 ARRAS Tél. : 03.21.21.25.10 Fax : 03.21.21.25.19 E-mail : ifsicrf@hotmail.com IFSI CRF Avenue Pierre de Coubertin – BP 37

NORD-PASDE-CALAIS IFSI du CHRU de Lille Institut Gernez-Rieux 2, rue du Dr Schewtzer 59037 LILLE Cedex Tél. : 03.20.44.60.75 Fax : 03.20.44.53.34 E-mail : secret.ifsi-ifas@chru-lille.fr IFSI 83, bd Vauban 59800 LILLE Tél. : 03.28.36.10.10 Fax : 03.28.36.10.11 E-mail : contact@ifsante.fr IFSI de l’EPSM de l’agglomération lilloise 117, avenue de Lattre de Tassigny BP 4 59871 SAINT-ANDRÉ-LES-LILLE Cedex Tél. : 03.28.38.51.08

84

IFSI CRF 39, rue Louis-Leloir 59200 TOURCOING Tél. : 03.20.25.34.03 Fax : 03.20.25.26.84 E-mail : ifsi.tourcoing@croix-rouge.fr IFSI – EPSM Lille Métropole bâtiment P 2 104, rue du Général Leclerc – BP 10 59487 ARMENTIÈRES Cedex Tél. : 03.20.10.20.33

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

62101 CALAIS Tél. : 03.21.96.79.36 Fax : 03.21.34.47.66 E-mail : ifsi.calais@croix-rouge.fr IFSI CRF Centre hospitalier Rue de Fécamp 62300 LENS Tél. : 03.60.12.82.30 Fax : 03.21.28.41.56 E-mail : ifsi.lens@croix-rouge.fr IFSI Rue Jacques Monod – BP 609 62321 BOULOGNE-SUR-MER Cedex Tél. : 03.21.99.30.61 Fax : 03.21.99.38.92 E-mail : ifsi@ch-boulogne-mer.fr IFSI CRF 1127, avenue Winston Churchill 62400 BETHUNE Tél. : 03.21.01.26.79 Fax : 03.21.57.05.32 E-mail : ifsi.bethune@croix-rouge.fr IFSI Route de Blendecques, Pavillon 4 BP 357 62505 SAINT-OMER Cedex Tél. : 03.21.88.74.40 Fax : 03.21.88.74.49 E-mail : secretariat-ifsi@ch-stomer.fr IFSI 4, rue de l’Ancien Calvaire – BP 145 62604 BERCK-SUR-MER Cedex Tél. : 03.21.09.05.47 Fax : 03.21.84.57.07 E-mail : secretariat.ifsiberck@ orange.fr IFSI de l’EPSM de Saint-Venant 20, route de Busnes BP.30 62350 SAINT-VENANT Tél. : 03.21.63.66.34 Fax : 03.21.63.66.53 E-mail : ifsi@epsm-stvenant.fr

PAYS DE LA LOIRE IFSI 50, route de Saint-Sébastien 44093 NANTES Cedex 01 Tél. : 02.40.84.67.03 Fax : 02.40.84.68.04 E-mail : ifsi@chu-nantes.fr IFSI Centre hospitalier Rue François Ie – BP 229 44146 CHATEAUBRIANT Cedex Tél. : 02.40.55.88.25 Fax : 02.40.55.88.73 E-mail : secretariat.ifsi@ ch-chateaubriant.fr IFSI 21, chemin des Infirmières BP 414 44606 SAINT-NAZAIRE Cedex Tél. : 02.40.70.08.11 Fax : 02.40.70.82.66 E-mail : secretariat.ifsi@ ch-saintnazaire.fr IFSI Centre hospitalier Universitaire 4, rue de Larrey 49033 ANGERS Cedex Tél. : 02.41.35.34.34 Fax : 02.41.35.34.62 E-mail : ifsi-secretariat@chuangers.fr

Tél. : 02.43.67.95.95 Fax : 02.43.67.95.96 E-mail : ifsicrf53.secretariat@ wanadoo.fr IFSI Centre hospitalier Nord Mayenne 229, bd Paul Lintier – BP 102 53103 MAYENNE Cedex Tél. : 02.43.08.22.26 Fax : 02.43.30.43.69 E-mail : ifsi@ch-mayenne.fr IFSI CRF 17, rue Notre-Dame 72000 LE MANS Tél. : 02.43.81.06.52 Fax : 02.43.76.41.97 E-mail : ifsi.lemans@croix-rouge.fr IFSI Centre hospitalier du Mans 194, avenue Rubillard 72037 LE MANS CEDEX 1 Tél. : 02.43.43.43.30 Fax : 02.43.43.24.41 E-mail : difsi@ch-lemans.fr IFSI Pôle de Santé Sartheet-Loire 1, rue Henri Dunant BP 129 – 72205 LA FLÈCHE Tél. : 02.43.48.83.16 Fax : 02.43.48.83.43 E-mail : ifsi@pole-pssl.fr

IFSI Centre hospitalier 1, rue Marengo - BP 507 49325 CHOLET Cedex Tél. : 02.41.49.66.57 Fax : 02.41.49.60.60 E-mail : ifsi@ch-cholet.fr

IFSI CHS Route de Spay – BP 4 72703 ALLONNES Cedex Tél. : 02.43.43.51.42 Fax : 02.43.78.56.81 E-mail : ifsi@chs-sarthe.fr

IFSI Rue Marceau 49403 SAUMUR Cedex Tél. : 02.41.40.14.61 Fax : 02.41.40.14.59 E-mail : ifsisaumur@ch-saumur.fr

IFSI CHD Les Oudairies 33, rue du Maréchal Koenig BP 652 85016 LA ROCHE SUR YON Cedex Tél. : 02.51.36.65.66 Fax : 02.51.36.65.57 E-mail : ifsi@ifps-vendee.fr

IFSI CRF 37, rue Victor Hugo - BP 305 53000 LAVAL

Annuaire des IFSI

85

IFSI CH Georges-Mazurelle Établissement public de santé mentale Rue Aubigny 85026 LA ROCHE-SUR-YON Cedex Tél. : 02.51.09.71.23 Fax : 02.51.09.72.90 IFSI CRF de Nantes 7, rue du Charron 44800 SAINT HERBLAIN Tél. : 02.28.03.95.30 Fax : 02.40.92.89.40 E-mail : ifsi.stherblain@croix-rouge.fr

PICARDIE IFSI 27, rue du 13 Octobre 02001 LAON Cedex Tél. : 03.23.24.34.98 Fax : 03.23.24.30.30 E-mail : secret.ifsi@ch-laon.fr IFSI Centre hospitalier 46, avenue du Général de Gaulle 02209 SOISSONS Cedex Tél. : 03.23.75.72.99 Fax : 03.23.75.74.66 E-mail : secretariat.ifsi@ch-soissons.fr IFSI 94, rue des Anciens Combattants 02303 CHAUNY Cedex Tél. : 03.23.38.54.46 Fax : 03.23.38.55.33 E-mail : secretariat.ifsi@ch-chauny.fr IFSI 1, avenue Michel de l’Hospital BP 608 02321 SAINT-QUENTIN Cedex Tél. : 03.23.06.73.38 Fax : 03.23.06.74.66 E-mail : ifsi@ch.stquentin.fr

Tél. : 03.23.23.66.92 Fax : 03.23.23.68.46 E-mail : ifsi@epsmd-aisne.fr IFSI Centre hospitalier Rue de la Mie-au-Roy – BP 40319 60021 BEAUVAIS Cedex Tél. : 03.44.11.24.51 Fax : 03.44.11.24.44 E-mail : ifsi@ch-beauvais.fr IFSI 5, rue de Bourgogne – BP 50029 60321 COMPIÈGNE Cedex Tél. : 03.44.23.68.50 Fax : 03.44.23.68.52 E-mail : ifsi.secretariat@ ch-compiegne.fr IFSI Centre hospitalier de Clermont de l’Oise 2 rue des Finets 60607 CLERMONT DE L’OISE Tél. : 03.44.77.50.48 Fax : 03.44.77.50.81 E-mail : ifsi@chi-clermont.fr IFSI Centre hospitalier Pinel Route de Paris 80044 AMIENS Cedex 01 Tél. : 03.22.53.46.64 Fax : 03.22.95.41.15 E-mail : ifsi@ch-pinel.fr IFSI Groupe hospitalier Sud Avenue René Laënnec – Salouël 80054 AMIENS Cedex 1 Tél. : 03.22.45.59.88 Fax : 03.22.45.56.55 E-mail : ifsi.secretariat@chuamiens.fr IFSI Centre hospitalier 25 rue Victor Hugo 80142 ABBEVILLE Cedex Tél. : 03.22.25.64.90 Fax : 03.22.25.28.74 E-mail : ifsi@ch-abbeville.fr

IFSI EPSMD de l’Aine 02320 PREMONTRE

86

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

POITOUCHARENTES IFSI CRF Domaine universitaire Le Moulin Neuf 16400 LA COURONNE Tél. : 05.45.91.36.00 Fax : 05.45.25.43.26 E-mail : ifsi.crfangouleme@ wanadoo.fr IFSI CRF Centre hospitalier Rue Albert Schweitzer 17019 LA ROCHELLE Cedex 01 Tél. : 05.46.45.51.30 Fax : 05.46.45.50.84 IFSI Centre hospitalier 11 bd Ambroise Paré – BP 326 17108 SAINTES CEDEX Tél. : 05.46.95.15.40 Fax : 05.46.95.14.00 E-mail : ifsi@ch-saintonge.fr IFSI 16, rue du Docteur Pelletier – BP 9 17301 ROCHEFORT Cedex Tél. : 05.46.82.20.44 Fax : 05.46.82.22.04 E-mail : ifsi.rochefort@ ch-rochefort.fr IFSI Centre hospitalier 40, avenue Charles de Gaulle 79021 NIORT Cedex Tél. : 05.49.78.25.02 Fax : 05.49.78.25.35 E-mail : ifsi@ch-niort.fr IFSI CH Nord-Deux-Sèvres 2, rue de l’Abreuvoir – BP 184 79103 THOUARS Cedex Tél. : 05.49.66.47.70 Fax : 05.49.66.72.72 E-mail : ifsi@chnds.fr IFSI 2, rue de la Milétrie – BP 577 86021 POITIERS Cedex Tél. : 05.49.44.44.68

Fax : 05.49.44.40.05 E-mail : ifsi.secretariat@chupoitiers.fr

PROVENCEALPES-CÔTE D’AZUR ISFI CH de Digne Site Saint-Christophe – BP 213 04003 DIGNE-LES-BAINS Tél. : 04.92.30.16.15 Fax : 04.92.30.14.09 E-mail : ifsi@ch-digne.fr IFSI Les neiges 15, av. Adrien Daurelle 05105 BRIANÇON Cedex Tél. : 04.92.25.28.00 Fax : 04.92.25.28.09 E-mail : ffontaine@ch-briancon.fr IFSI Centre hospitalier Place Auguste Muret – BP 101 05007 GAP Cedex Tél. : 04.92.40.61.15 Fax : 04.92.40.67.19 E-mail : ifsi@chicas-gap.fr IFSI Sainte-Marie Centre hospitalier 87, avenue Joseph Raybaud BP 1519 06009 NICE Cedex 01 Tél. : 04.93.13.55.35 Fax : 04.93.13.55.47 E-mail : ifsi.sainte.marie@ wanadoo.fr IFSI CRF 17, avenue Cap-de-Croix 06100 NICE Tél. : 04.93.53.86.00 Fax : 04.93.53.38.01 E-mail : ifamcrf.ifsi@wanadoo.fr IFSI 12, avenue de Valombrose 06100 NICE Tél. : 04.92.03.87.33

Fax : 04.92.03.84.21 E-mail : ifsi@chu-nice.fr IFSI 15, avenue des Broussailles 06401 CANNES Cedex Tél. : 04.93.69.70.06 Fax : 04.93.69.75.04 E-mail : direction.ifsi@ch-cannes.fr IFSI Sainte-Marguerite Avenue Viton 13009 MARSEILLE Tél. : 04.91.74.47.05 Fax : 04.91.74.54.16 E-mail : ifsi.sud@ap-hm.fr IFSI de la Capelette 114, avenue Mireille Lauze 13010 MARSEILLE Tél. : 04.91.38.60.42 Fax : 04.91.38.58.23 E-mail : ifsi.capelette@mail.ap-hm.fr IFSI du Service Social De Provence Cité des Flamands 10, av. Alexandre Ansaldi 13014 MARSEILLE Tél. : 04.91.02.39.22 Fax : 04.91.58.16.00 E-mail : direction.ifsisaintjacques@ orange-business.fr IFSI Hôpital Nord 34, bd Pierre Dramard 13015 MARSEILLE Tél. : 04.91.96.80.85 Fax : 04.91.96.85.48 E-mail : jmoullec@mail.ap-hm.fr IFSI Hôpital Joseph-Imbert Quartier Fourchon 13637 ARLES Cedex Tél. : 04.90.49.29.17 Fax : 04.90.49.43.56 E-mail : ifsi@ch-arles.fr IFSI de la Blancarde 39, bd Blancarde 13248 MARSEILLE Cedex 4 Tél. : 04.91.34.20.48

Fax : 04.91.85.51.77 E-mail : secretariat@ ifsilablancarde.com IFSI CRF 208 boulevard Chave 13005 Marseille Tél. : 04.91.47.28.02 Fax : 04.96.12.53.98 E-mail : ifsi.marseille@croix-rouge.fr IFSI 35, avenue des Sœurs Gastine 13400 AUBAGNE Tél. : 04.42.84.71.55 Fax : 04.42.84.72.13 E-mail : ifsi.secretariat@ ch-aubagne.fr IFSI CH Monterrin 109, av. du Petit-Bartélémy 13617 AIX-EN-PROVENCE Cedex 01 Tél. : 04.42.91.43.50 Fax : 04.42.91.43.51 IFSI 80, avenue des Cigales – BP 248 13698 MARTIGUES Cedex Tél. : 04.42.43.25.30 Fax : 04.42.43.25.29 E-mail : ifsi@ch-martigues.fr IFSI 207 avenue Julien Fabre – BP 321 13658 SALON-DEPROVENCE Cedex Tél. : 04.90.44.93.70 Fax : 04.90.44.93.76 E-mail : ifsi-ifas@ch-salon.fr IFSI 240, av. Saint-Lambert – BP 110 83608 FREJUS Cedex Tél. : 04.94.40.20.95 Fax : 04.94.40.22.20 E-mail : ifsi-sec@chi-frejussaint-raphael.fr IFSI CRF 201, chemin de Fafeyrolles Quartier Darboursson 83190 OLLIOULES Tél. : 04.94.93.66.40 Annuaire des IFSI

87

Fax : 04.94.93.66.44 E-mail : ifsi.ollioules@croix-rouge.fr IFSI de Toulon-Hyères ZI Toulon-Est 32, avenue Becquerel – BP 74 83079 TOULON Cedex 9 Tél. : 04.94.14.72.14 Fax : 04.94.14.72.12 IFSI d’Avignon Centre Hospitalier de Montfavet 2 avenue de la Pinède BP 92 84140 MONTFAVET Tél. : 04.90.13.17.30 Fax : 04.90.13.17.34 E-mail : audrey.heuby@ ch-montfavet.fr IFSI du CH de Monaco Principauté de Monaco 98000 MONACO Tél. : 00.377.97.98.98.60 Fax : 00.377.97.98.98.68 E-mail : ifsimc@chpg.mc IFSI du CH La Palmosas 2, avenue Antoine Péglion – B.P 189 06507 MENTON CEDEX Tél. : 04.93.28.77.77 Fax : 04.93.28.76.51 E-mail : directeur@ch-menton.fr

RHÔNES-ALPES IFSI CHU de Fleyriat 900, route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE Cedex Tél. : 04.74.45.43.83 Fax : 04.74.45.43.84 E-mail : ifsi@ch-bourg01.fr IFSI de Bellay Rue de la Forestière BP 36 01110 Hauteville Lompnes Tél. : 04 37 61 67 10 Fax : 04 37 61 67 11 E-mail : ifsi.hauteville@orange.fr

88

IFSI CH Sainte-Marie 19, cours du Temple – BP 241 07002 PRIVAS Cedex Tél. : 04.75.20.15.40 Fax : 04.75.20.15.44 E-mail : ifsi@privas-groupe-saintemarie.com IFSI d’Annonay Centre hospitalier – BP 119 07103 ANNONAY Tél. : 04.75.67.89.51 Fax : 04.75.67.89.90 E-mail : ifsi@ch-annonay.fr IFSI Centre hospitalier 9, chemin de Bois Vignal – BP 146 07205 AUBENAS Tél. : 04.75.35.60.64 Fax : 04.75.35.60.65 E-mail : ifsi@ch-aubenas.fr IFSI CRF 169, boulevard du Maréchal Juin 26000 VALENCE Tél. : 04.75.43.20.03 Fax : 04.75. 43.25.89 E-mail : ifsi.valence@croix-rouge.fr IFSI Pellapra Route de Dieufit 26200 MONTÉLIMAR Tél. : 04 75 53 43 40 Fax : 04.75.90.91.97 E-mail : ifsi@ch-montelimar.fr IFSI CHU de Grenoble BP 217 38043 Grenoble cedex 09 Tél. : 04.76.76.50.60 Fax : 04.76.76.50.75 E-mail : contact-ifsi@chu-grenoble.fr IFSI Saint-Martin 11, avenue Rhin et Danube 38100 GRENOBLE Tél. : 04.76.49.01.63 Fax : 04.76.84.01.78 E-mail : ismartin@ismartin.org IFSI 3, rue de la Gare 38120 SAINT-EGREVE

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Tél. : 04.76.56.42.35 Fax : 04.76.56.45.87 Email : accueil@ifsi.fr IFSI CH Lucien Hussel – BP 127 38209 VIENNE cedex Tél. : 04.74.31.30.41 Fax : 04 74 31 30 43 IFSI 16, rue du Bacholet 38300 BOURGON-JALLIEU Tél. : 04.74.27.33.57 Fax : 04.74.27.37.19 E-mail : ifsi@ch-bourgoin.fr IFSI CHU Hôpital Bellevue 42055 SAINT-ÉTIENNE Cedex 2 Tél. : 04.77.12.78.16 Fax : 04.77.12.04.81 E-mail : ifsi.bv@chu-st-etienne.fr IFSI CRF 3, rue Testenoire-Lafayette 42100 SAINT-ÉTIENNE Tél. : 04.77.81.02.02 Fax : 04.77. 59.22.20 E-mail : ifsi.stetienne@croix-rouge.fr IFSI du CHU du Pays du Gier 1, rue de la Fenderie – BP 168 42403 SAINT-CHAMOND Cedex Tél. : 04.77.22.07.15 Fax : 04.77.22.15.50 E-mail : ifsi-chpg@wanadoo.fr IFSI Centre hospitalier 28, rue de Charlieu – BP 511 42328 ROANNE Cedex Tél. : 04.77.23.79.80 Fax : 04.77.23.79.89 E-mail : ifsi@ch-roanne.fr IFSI du CHU 2, bd Gambetta – BP 219 42605 MONTBRISON Cedex Tél. : 04.77.96.71.30 Fax : 04.77.58.69.61 E-mail : secretariat@ ifsi-montbrison.info

IFSI CRF 49-51, rue d’Inkermann 69006 LYON Tél. : 04.72.74.62.00 Fax : 04.78.24.48.36 E-mail : ifsilyon@crf-hopital-descharmettes.com IFSI Saint-Joseph CH Saint-Joseph-et-saint-Luc 42 bis, rue du Professeur Grignard 69007 LYON Tél. : 04.37.69.40.50 Fax : 04.37.39.40.69 E-mail : ddiederichs@ch-stjosephstluc-lyon.fr École du Service social du Sud-Est 20, rue de la Claire CP 320 69337 LYON Cedex 9 Tél. : 04.78.83.40.88 Fax : 04.78.64.64.29 E-mail : contact@essse.fr IFSI Plateau d’Ouilly 69400 GLEIZE Tél. : 04.74.09.26.84 Fax : 04.74.09.25.70 E-mail : ifsi@ch-villefranche.fr

IFSI 4, avenue Rockefeller 69373 LYON Cedex 08 Tél. : 04.78.76.52.22 Fax : 04.78.76.15.51 Institut de formation aux carrières de la santé 5, avenue Esquirol 69424 LYON Cedex 03 Tél. : 04.72.11.79.79 Fax : 04. 72.11.79.90 Institut de formation aux carrières de la santé des hospices civils Lyon-Sud 1, avenue Georges Clémenceau BP 49 69565 SAINT-GENIS-LAVAL Cedex Tél. : 04.78.86.30.00 Fax : 04.78.86.30.39 IFSI de Savoie 740, Fg Maché – BP 1125 73011 CHAMBERY Cedex Tél. : 04.79.96.51.11 Fax : 04.79.96.51.60 E-mail : ifsi.savoie@ch-chambery.fr IFSI Centre hospitalier 1, avenue de Trésum – BP 2333 74011 ANNECY Cedex Tél. : 04.50.88.32.55

Fax : 04.50.88.32.50 E-mail : ifsi.accueil@ch-annecy.fr IFSI Centre hospitalier 17, rue du Jura – BP 525 74100 ANNEMASSE Tél. : 04.50.87.40.60 Fax : 04.50.87.48.44 E-mail : ifsi@chi-annemassebonneville.fr IFSI Hôpitaux du Léman 3, avenue de la Dame – BP 526 74203 THONONS-LES-BAINS Cedex Tél. : 04.50.83.22.50 Fax : 04. 50.83.22.38 E-mail : ifsi-sec@ ch-hopitauxduleman.fr IFSI du CHS Le Vinatier 95, bd Pinel 69677 BRON CEDEX Tél : 04.37.91.50.67 Fax : 04.37.91.50.69 Email : ifsi@ch-le-vinatier.fr IFSI du CH Fleyriat 900, route de Paris, BP 401 01012 Bourg-en-Bresse cedex Tél. : 04.74.45.43.83 Fax : 04.74.45.43.84 E-mail : ifsi@ch-bourg01.fr

Annuaire des IFSI

89

t Liste

des CROUS

CROUS d’Aix Marseille Service Social d’Aix C.U. Les Gazelles Pavillon 6 Avenue Jules Ferry 13621 Aix-en-Provence Cedex 1 Tél. : 04.42.91.30.20 • Fax : 04.42.91.30.28 Service Social de Marseille 3 place Victor Hugo 13003 Marseille Tél. : 04 91 62 83 80 • Fax : 04 91 62 83 98 Service social d’Avignon 74 avenue Louis Pasteur 84140 Avignon Tél. : 04 90 80 65 21 www.crous-aix-marseille.fr

CROUS d’Amiens Service Social d’Amiens 25, rue St-Leu – BP 541 80005 Amiens cedex 1 Tél. : 03 22 71 24 00 • Fax : 03 22 71 24 05

90

Service social de Saint-Quentin Résidence Roberval 6 bis, rue Winston Churchill 60200 Compiègne Tél. : 03 44 20 36 28 ��� Fax : 03 44 86 10 98 www.crous-amiens.fr

CROUS d’Antilles Guyane Service social de Guadeloupe Campus Universitaire de Fouillole – BP 444 97164 Pointe-à-Pitre cedex Tél. : 0590 89 46 60 • Fax : 05 90 82 96 72 Service social de Guyane Résidence Universitaire de Cayenne – BP – 522 97332 Cayenne cedex Tél. : 05 94 37 85 45 • Fax : 05 94 30 77 46 Service social de Martinique Cité Universitaire – Campus de Schoelcher BP 7208 – 97275 Schoelcher cedex Tél. : 05 96 61 05 06 • Fax : 05 96 61 36 15 www.crous-antilles-guyane.cnous.fr

CROUS de Besançon

Service social de Beauvais Restaurant du Jeu de Paume 52 bd Saint André 60000 Beauvais cedex Tél. : 03 22 71 91 01 • Fax : 03 59 62 05 34

Service Social de Besançon 40, avenue de l’Observatoire – BP 91107 25002 Besançon cedex 3 Tél. : 03 81 48 46 37 • Fax : 03 81 48 46 78 www.crous-besancon.fr

Service social de Compiègne Résidence du Clos des Roses 2, square Camille St-Saëns 60200 Compiègne Tél. : 03 44 86 87 47 • Fax : 03 59 62 05 31

Service social Belfort Résidence universitaire Duvillard Rue Ernest Duvillard – BP 523 90016 Belfort Cedex Tél. : 03 84 21 06 01 • Fax : 03 84 22 78 67 social-secretariat@crous-besancon.fr social@crous-besancon.fr

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

CROUS de Bordeaux

CROUS de Dijon

Service Social de Bordeaux 18, rue Hamel – BP 63 33033 Bordeaux cedex Tél. : 05 56 33 92 56 • Fax : 05 56 94 73 95

Service Social de Dijon Antenne Administrative Montmuzard 6 B, rue Recteur Marcel Bouchard 21000 Dijon Tél. : 03 80 39 69 36 • Fax : 03 80 39 69 38 crous-dijon.cnous.fr

Service social de Pau-Bayonne Campus Universitaire 7, rue Saint-John-Perse 64000 Pau Tél. : 05 59 30 89 07 • Fax : 05 59 30 89 16 www.crous-bordeaux.fr

CROUS de Caen Service Social de Caen 23, avenue de Bruxelles – BP 5153 14070 Caen cedex Tél. : 02 31 56 .63 41 service.sociale@crous.unicaen.fr www.unicaen.fr

CROUS de Clermont-Ferrand Service Social de Clermont Ferrand 25, rue Etienne Dolet 63037 Clermont-Ferrand Tél. : 04 73 34 44 13 • Fax : 04 73 34 44 68 service-social@crous-clermont.fr www.crous-clermont.fr

CROUS de Corse Service Social de Corte 7, avenue Jean Nicoli – BP 55 20250 Corte Tél. : 04 95 45 30 58 • Fax : 04 95 61 53 11 as-corte@voila.fr www. crous-corse.fr

CROUS de Créteil Service Social de Creteil 70, avenue du Général de Gaulle 94010 Créteil cedex Tél. : 01 45 17 06 60 www.crous-creteil.fr

CROUS de Grenoble Service social de Grenoble 361, allée Hector Berlioz 38400 Saint-Martin-d’Hères Tél. : 04 56 52 88 30 • Fax : 04 56 52 88 40 ce.crous-social@ac-grenoble.fr Service social de Chambéry Résidence Jacob-Bellecombette Domaine Universitaire 73000 Jacob-Bellecombette Tél. : 04 79 69 57 45 Service social de Valence 6 rue Derodon 26000 Valence Tél. : 04 75 42 23 00 • Fax : 04 75 55 48 37 www.crous-grenoble.fr

CROUS de Lille Service Social de Lille 74, rue de Cambrai 59043 Lille cedex Tél. : 03 20 88 66 27 • Fax : 03 20 88 66 95 service.social@crous-lille.fr www.crous-lille.fr

CROUS de Limoges Service Social de Limoges 39 G, rue Camille Guérin 87036 Limoges cedex Tél. : 05 55 43 17 17 • Fax : 05 55 50 14 05 social@crous-limoges.fr www.crous-limoges.fr

Liste des crous

91

CROUS de Lyon

CROUS de Nice

Service Social de Lyon 59, rue de la Madeleine 69365 Lyon cedex 07 Tél. : 04 72 80 13 25 • Fax : 04 72 80 85 65 crous.social@ac-lyon.fr www.crous-lyon.fr

Service social de Nice 18, avenue des Fleurs 06050 Nice cedex 1 Tél. : 04 92 15 50 80

CROUS de Montpellier Service social de Montpellier 2, rue Monteil – BP 5053 Montpellier-Justice 34033 Montpellier cedex 1 Tél. : 04 67 41 50 00 • Fax : 04 67 04 26 96 Service social de Perpignan 54 Avenue Alduy – B.P. 1025 66101 Perpignan cedex Fax : 04 68 50 82 05 www.crous-montpellier.com

CROUS de Nancy Metz Service social de Nancy 75, rue de Laxou 54042 Nancy cedex Tél. : 03 83 91 88 30 • Fax : 03 83 27 47 87 Service social de Metz Ile du Saulcy – B.P. 60587 57010 Metz cedex 1 Tél. : 03 87 31 61 61 • Fax : 03 87 31 62 87 www.crous-nancy-metz.fr

CROUS de Nantes Service Social de Nantes 2, boulevard Guy Mollet – BP 52213 44322 Nantes cedex 3 Tél. : 02 40 37 13 39 • Fax : 02 40 37 13 00 crous.social@ac-nantes.fr www.crous-nantes.fr Service social d’Angers 2, Bd Beaussier 49045 Angers cedex 1 Tél. : 02 41 22 69 26

92

Service social de Toulon 657, av. du 1er B.I.M.P. – B.P.127 83957 La Garde cedex Tél. : 04 92 15 50 80 www.crous-nice.fr

CROUS de Orléans Tours Service social d’Orléans 2, rue de Tours 45072 Orléans Tél. : 02 38 24 27 00 • Fax : 02 38 63 41 80 Service social de Saint-Brieuc 1, Bd Waldeck Rousseau 22000 Saint-Brieuc Tél. : 02 96 52 12 78 secretariat-social-crous@ac-orleans-tours.fr Service social de Tours Boulevard de Lattre de Tassigny 37041 Tours cedex Tél. : 02 47 60 90 39 • Fax : 02 47 20 46 33 www.crous-orleans-tours.fr

CROUS de Paris Service Social de Paris 39, avenue Georges Bernanos 75005 Paris Tél. : 01 40 51 37 73 • Fax : 01 40 51 36 99 www.crous-paris.fr

CROUS de Poitiers Service Social de Poitiers Cité Rabelais – BP 637 9, rue de la Devinière 86022 Poitiers cedex

Guide Estem de l’étudiant en soins infirmiers 2012-2013

Tél. : 05 49 44 53 42 • Fax : 05 49 44 53 00 secretariat.service-social@crous-poitiers.fr www.crous-poitiers.fr

CROUS de Reims

Service social du Havre 115, rue Casimir Delavigne 76600 Le Havre Tél. : 02 35 19 74 74 • Fax : 02 35 21 52 07 www.crous-rouen-fr

Service Social de Reims 34, boulevard Henry Vasnier – BP 2751 51063 Reims cedex Tél. : 03 26 50 59 29 service-social@crous-reims.fr www.crous-reims.fr

CROUS de Strasbourg

CROUS de Rennes

Service social de Mulhouse Maison de l’Étudiant 1, rue Alfred Werner 68093 Mulhouse cedex Tél. : 03 89 33 64 71 secretariatsocial@aha.fr www.crous-strasbourg.fr

Service social de Rennes 7, place Hoche – CS 26428 35064 Rennes cedex Tél. : 02 99 84 31 69 service.social@crous-rennes.fr Service social de Brest 2, avenue Le Gorgeu 29287 Brest cedex Tél. : 02 98 03 86 25 www.crous-rennes.fr

CROUS de La Réunion Service Social de La Réunion 20, rue Hippolyte Foucque 97490 Sainte-Clotilde Tél. : 02 62 48 32 52 social@crous.reunion.fr www.crous-reunion.cnous.fr

CROUS de Rouen

Service social de Strasbourg BP 50168 – 1, quai du Maire Dietrich 67004 Strasbourg cedex Tél. : 03 88 21 28 48 secretariat.social@crous.u-strasbg.fr

CROUS de Toulouse Service Social de Toulouse 58, rue du Taur 31070 Toulouse cedex Tél. : 05 61 12 .54 52 • Fax : 05 61 12 54 37 crous-assist-social@ac-toulouse.fr www.crous-toulouse.fr

CROUS de Versailles Service Social de Versailles 145 bis, bd de la Reine – 78005 Versailles cedex www.crous-versailles.fr

Service social de Rouen 3, rue d’Herbouville 76042 Rouen cedex Tél. : 02 32 08 50 89 • Fax : 02 32 08 50 01 secretariat-social@crous-rouen.fr

Liste des crous

93

l’indisp e

nsable

référe

nce !

lle

e Nouv

on

éditi

2012

Marilynn E. D oenges, Alice Gessl er-Murr, Mary Fr. Mo orhouse Ad

aptation franç aise : Danielle Schm outh Préface : Mar ie-Thérèse Cé lis

Depuis une vingtaine d’années, la notion de diagnostic infirmier a pris un essor considérable en Europe et ailleurs dans le monde. En 2002, NANDA est devenue NANDA international et sa classification des diagnostics infirmiers, une référence internationale. Entièrement mis à jour, ce guide pratique inclut des diagnostics infirmiers acceptés par NANDA-I dans son édition 2009-2011.

Pour chaque diagnostic infirmier, on trouvera : - La définition ; - Des événements de la vie, dans différents domaines de spécialisation. Enfin, ce manuel contient un modèle d’instrument de collecte de données, structuré à partir des modes fonctionnels de santé de Gordon.

Rendez-vous sur www.estem.fr

• feuilletez nos catalogues en ligne

• découvrez tous les ouvrages

de votre réussite en IFSI

• inscrivez-vous aux newsletters,

pour être informés de nos nouveautés


Guide de l'étudiant en soins infirmiers 2012-2013