Issuu on Google+

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page1

REPUBLIQUE DU SENEGAL

Un Peuple – Un But – Une Foi MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES COLLECTIVITES LOCALES

LIGNES DIRECTRICE POUR LA COOPERATION INTERNATIONALE

REGION DE LOUGA PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

ANNEE 2012

PROGRAMME D’APPUI AUX RÉSEAUX TERRITERIAUX ET THÉMATIQUES POUR UNE GOUVERNANCE LOCALE DE DÉVELOPPEMENT ART GOLDSÉNÉGAL

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page2

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page3

LIGNES DIRECTRICE POUR LA COOPERATION INTERNATIONALE

REGION DE LOUGA

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page4

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Carte n°1 : Région de Louga à l’intérieur du pays

Source : rogramme ART GOLD 2010

4

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page5

Document de lignes directrices de la Région de Louga

TABLE DES MATIERES LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………6 PREAMBULE……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………7 Mot du Président du Conseil régional de Louga…………………………………………………………………………………………………………………………………………… 8 INTRODUCTION………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………10 CHAPITRE I : PRESENTATION GENERALE DE LA REGION…………………………………………………………………………………………………………………………………12 CHAPITRE II : LE BILAN DIAGNOSTIC DE LA REGION……………………………………..........…………………………………………………………………………………………14 2.1. Milieu physique………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………14 2.1.1. Climat………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………14 2.1.2. Sols…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………14 2.13. Zones écogéographiques…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………15 2.1.4. Ressources naturelles………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………16 2.2 Situation Démographique et Tendances…………………………………………………………………………………………………………………………………………..18 2.2.1 Structure de la population………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………19 2.2.2 Mouvements de la population………………………………………………………………………………………………………………………………………………………...21 2.3 Secteurs sociaux………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..22 2.3.1 Santé……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 22 2.3.2 Education…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………25 2.3.3 Hydrauliques et Assainissement……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….28 2.3.4. Culture…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….29 2.3.5 La pauvreté de la région………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 30 2.4 Le développement économique local……………………………………………………………………………………………………………………………………………….30 2.4.1 Agriculture………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………31 2.4.2 Elevage……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………32 2.4.5 Artisanat…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………37 2.4.6 Tourisme…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………38 2.4.7 Industrie et PME/PMI………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………38 2.4.8 Mines et Géologie……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………39 2.5 Secteurs d’appui à la production………………………………………………………………………………………………………………………………………………………39 2.6 Gouvernance locale Erreur ! Signet non défini.…………………………………………………………………………………………………………………………………41 2.6.1 Les collectivités locales……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………42 2.3.3 Groupements d'Interêt Communautaire.………………………………………………………………………………………………………………………………………..43 2.1.3 Communes et communautés rurales……………………………………………………………………………………………………………………………………………….44 2.6.2 Coordination entre les acteurs…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………47 2.7 L’enfance et la jeunesse……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………47 2.8 Dynamiques associatives féminines …………………………………………………………………………………………………………………………………………………47 2.9 Situation des personnes vulnérables……………………………………………………………………………………………………………………………………………….48 2.9 .1 Situation des personnes âgées…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………49 2.9. 2 Situation des personnes en situation de handicap Erreur ! Signet non défini.……………………………………………………………………………49 CHAPITRE III : COOPERATION INTERNATIONALE……………………………………………………………….……………………………………………………………………………50 CHAPITRE IV: AXES DE DEVELOPPEMENT………………………………………………………………………………………………………………………………………………………53 CHAPITRE V: CONDITIONS DE MISE EN ŒUVRE………………………………………………………............………………………………………………………………............63 5.1 Vulgarisation des documents …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..66 5.2 Rôles et responsabilité des parties prenantes dans la mise en œuvre……………………………………………………………………………………………… .72 5.3 Condition de financement des projets……………………………………………………………………………………………………………………………………………..66 5.4 Critères d'éligibilités des projets………………………………………………………………………………………………………………………………………………………67 Annexes………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….68

5

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page6

Document de lignes directrices de la Région de Louga

LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS ACOPROV : Appui à la Coordination et Promotion du Volontariat au Sénégal ADEREL : Association pour le Développement de la Région de Louga AFOPEC : AECID : Agence Espagnole de Coopération Espagnole au Développement ANSD : Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie APILG : Aire du Patrimoine du Lac de Guiers ARD : Agence Régionale de Développement ART GOLD: Appui aux Réseaux Territoriaux et Thématiques pour une Gouvernance Locale de Développement ASUFOR : Association des Usagers du Forage BCI : Budget Consolidé d’Investissement CAS/PNDS : Cellule d’Appui et de Suivi du Programme National de Développement Sanitaire CDD : Contrat à Durée Déterminée CDEPS : Centre Départemental d’Education Populaire et Sportive CDI : Contrat à Durée Indéterminée CET : Centre d’Enfouissement Technique CI : Cours d’Initiation CL : Collectivité Locale COGEPAS : Cogestion des Pêcheries Artisanales au Sénégal CPN : Consultations Prénatales CR : Conseil Régional CRH : Conférence Régionale d’Harmonisation CRZ : Centre de Recherche Zootechnique DEEC : Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés DIPE : Développement Intégré de la Petite Enfance DIRFEL : Directoire Régional des Femmes en Elevage DREEC : Division Régionale de l’Environnement et des Etablissements Classés EDS : Enquête Démographique et de Santé ESAM : Enquête Sénégalaise Auprès des Ménages ESPS : Enquêtes de Suivi de la Pauvreté au Sénégal FARPAS : Fédération des Association de Retraités et Personnes Aînées du Sénégal FESFOP : Festival de Folklore et de Percussions FESTEEF : Festival de Théâtre des Elèves de l’Elémentaire en Français GELD : Equité de Genre dans la Gouvernance Locale GIE : Groupement d’Intérêt Economique

6

GOANA : Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l’Abondance GTD: Groupe de Travail Départemental GTR : Groupe de Travail Régional IA : Inspection d’Académie JICA : Agence Japonaise de Coopération Internationale MDE : Maison Des Eleveurs OLAG : Office du Lac de Guiers OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement OMS : Organisation Mondiale de la Santé ONAS : Office National pour l’Assainissement du Sénégal ONUDI : Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel PAPA : Projet d’Appui à la Promotion des Aînés PDEF: Programme Décennal de l’Education et de la Formation PEPAM : Programme Eau Potable et Assainissement pour le Millénaire PGIES : Projet de Gestion Intégrée des Ecosystèmes du Sénégal PIC: Plan d’Investissement Communal PLD : Plan Local de Développement PLT : Projet Eau à Long Terme PRDI : Programme Régional de Développement Intégré PRS : Programme Régional Solaire PSAC : Programme de Soutien à l’Action Culturelle PVM : Projet des Villages du Millénaire RGPH : Recensement Général de la Population et de l’Habitat RM : Région Médicale RM : Région Médicale ROES : Rassemblement des Opérateurs Economiques du Sénégal SCOFI : Scolarisation des Filles SRADL : Service Régional d’’Appui au Développement Local SRAT : Schéma Régional d’Aménagement du Territoire SRAT : Service Régional de l’Aménagement du Territoire SRDC : Service Régional du Développement Communautaire TBS : Taux Brut de Scolarisation UNACOIS : Union Nationale des Commerçants et Industriels du Sénégal WAMP : West African Musueum Program

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page7

Document de lignes directrices de la Région de Louga

PREAMBULE Le processus de Décentralisation mené au Sénégal a connu un véritable tournant en 1996 avec l’érection de la région en collectivité locale, la création de l’Agence Régionale de Développement comme bras technique de cette dernière et le transfert de neuf domaines de compétence de l’Etat aux pouvoirs publics locaux. Selon l’article 3 du code des Collectivités Locales (CCL), celles ci ont pour missions la conception, la programmation et la mise en œuvre des actions de développement afin de sortir leurs populations des viscères de la pauvreté. L’insuffisante capacité de ces entités à faire face à ces missions pose le débat sur la pertinence du cadre juridique de la Décentralisation, sur le type d’administration locale adéquat, sur l’utilisation efficace de l’aide et du Développement économique local comme facteur de lutte contre la pauvreté des ménages. La Décentralisation au Sénégal a toujours souffert d’un juridisme ambiant dû à l’ambigüité des textes, conséquence de la discrimination notée dans la répartition des dotations et autres fonds alloués par l’Etat mais aussi de la redistribution des retombées fiscales. Par ailleurs, l’absence de vision économique dans la définition des politiques publiques locales, la faible pratique de l’intercommunalité et l’insuffisante connaissance de toutes les opportunités qu’offre la Coopération décentralisée (article 17 du Code des Collectivités locales) ne militent pas en faveur d’une autonomie financière des Collectivités locales. De grands programmes de Développement ont été initiés. Mais les difficultés liées aux transferts de ressources aux collectivités locales, l’insuffisance du portage politique et technique qui pose le problème de la participation effective des acteurs, demeure le principal obstacle à une décentralisation opérationnelle. Le processus de Décentralisation est irréversible, mais risque de demeurer dormante, et détournée de ses objectifs initiaux si elle n’est pas appuyée par la mise à disposition des Collectivités Locales d’outils pertinents pour bien gérer leurs territoires. Le développement de l’approche territoriale, avec les groupements d’intérêt communautaire est l’une des démarches exploratoires du Programme ART GOLD. Les GIC sont des regroupements de toutes les collectivités locales d’un département pour promouvoir l’intercommunalité, la solidarité et la péréquation entre les collectivités locales. A travers la mise en place de ces entités, l’ambition du programme ART GOLD est de créer des pôles de développement stratégiques bien articulé, territorialement, à la région et aux collectivités de base et aptes à négocier avec les partenaires à la coopération décentralisée des projets structurants et à les exécuter avec succès. Le programme ART GOLD, ancré à la Direction de la Coopération Décentralisée du Ministère de la Décentralisation et des Collectivités Locales, fait partie de ceux qui ambitionnent d’accompagner l’appui­conseil aux Collectivités Locales du Sénégal. Afin d’atteindre cet objectif, il compte contribuer à l’approfondissement et au renforcement de la Décentralisation en présentant un modèle, une vision, une démarche et des outils novateurs, évolutionnistes qui prônent la participation de tous les acteurs, l’articulation des territoires, le partenariat, la conceptualisation, la capitalisation et la réplication des expériences développées et réussies. Le programme ART GOLD Sénégal, laboratoire de la décentralisation et du développement local. Vivement que ces documents constituent à la fois le socle et le vivier de la Coopération Décentralisée au Sénégal.

7

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page8

Document de lignes directrices de la RĂŠgion de Louga

8

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page9

Document de lignes directrices de la RĂŠgion de Louga

9

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page10

Document de lignes directrices de la Région de Louga

INTRODUCTION Le Programme d’Appui aux Réseaux Territoriaux et Thématiques pour une Gouvernance locale de Développement (ART GOLD Sénégal) a effectivement démarré en 2009. En ancrage à la Direction de la Coopération Décentralisée, ART GOLD vient en appui à la stratégie nationale de promotion de la Coopération Internationale. Il est proposé comme un cadre opérationnel et facilitateur mis à la disposition des réseaux de la coopération décentralisée. Il constitue une plateforme pour les acteurs et les initiatives de partenariat, et un mécanisme opérationnel local et intersectoriel pour l’identification et la mise en œuvre des stratégies et projets de coopération. Il repose sur un mode de gestion administrative plus agile et la possibilité de coordination entre différents acteurs nationaux et internationaux présents dans le pays. Son objectif général est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations par le renforcement des capacités, la planification locale participative et la mise en œuvre de projets novateurs de développement local en appui au processus national de décentralisation. Le programme ART GOLD part des dispositifs techniques et institutionnels déjà existants pour développer une approche novatrice centrée sur la conception et la réplication d’outils que sont les Lignes Directrices, les Maisons du Développement Local et les Groupes de travail. La maison de développement local, érigée dans chaque département constitue un espace d’accueil, de concertation, d’appui­conseil et d’encadrement technique des acteurs locaux (Groupement d’Intérêt Communautaire, Collectivités Locales, Groupes de Travail Départementaux, Société Civile,…..). A travers ses trois espaces, déconcentré, décentralisé et privé, la maison de développement local va contribuer à l’animation du développement économique local. A l’image de ce que l’ARD constitue pour la Région, elle jouera le rôle de bras technique du GIC et de toutes les Collectivités locales du département. Le processus d’élaboration des lignes directrices est porté par les Groupes de Travail Régionaux (GTR) et Départementaux (GTD). Ces groupes de travail sont des cadres multisectoriels et multi niveaux de concertation mis en place par le Programme ART GOLD. Ils regroupent toutes les catégories d’acteurs (les autorités locales, les services déconcentrés, la société civile et le secteur privé) et s’inscrivent dans une logique de renforcement et de consolidation du dispositif institutionnel existant au niveau de la Région. Ils ont comme mission principale de contribuer à la bonne gouvernance et au développement local participatif, et missions spécifiques : • de définir la stratégie pour la coopération internationale à travers les Lignes Directrices ; • d’aider les collectivités locales dans l’identification, la mise en œuvre et le suivi­évaluation de tous les projets issus ou non des Lignes Directrices mais exécutés dans le cadre de la Coopération Internationale ; • de coordonner les interventions des partenaires au niveau local ; • d’apporter un appui aux GIC et aux MDL dans la planification et la mise en œuvre de leurs activités ; • de veiller à une bonne articulation des échelles de territoires pour un développement harmonieux, cohérent et durable des régions pilotes. Les lignes directrices sont des documents de planification stratégique orientées spécifiquement vers la coopération décentralisée et élaborées dans une approche participative et territoriale. Leur conception résulte d’un processus de capitalisation de toutes les expériences, méthodologies et approches de planification mené avec l’appui du Programme National de Développement Local (PNDL) et validé en 2010 par la plate forme nationale composée des Directions Nationales du Plan, des Collectivités Locales, de l’Aménagement du Territoire, de l’ENEA, du PADEL/PNDL et ART GOLD. Cette rencontre, initiée par le Conseil Régional de Louga en mai 2010, a permis de faire un état des lieux du système de planification dans la région. Les recommandations issues de ce diagnostic ont porté sur l’adoption d’une nouvelle démarche matérialisée par l’élaboration d’un guide de planification locale. Ce dernier a permis non seulement de prendre en compte toutes ces dimensions, mais également d’opérer les réglages, cadrages et harmonisations nécessaires tant au niveau local, départemental que régional et ceci dans le respect des principes de la Double Planification. Les Lignes Directrices sont donc venues en complément à l’élaboration et à l’actualisation du SRAT, du PRDI, lesquels constituent leurs référents. Leur élaboration vient renforcer et consolider l’approche de la planification régionale par la prise en charge de la question du financement du développement régional, en utilisant le créneau de la coopération internationale. Leur conception a suivi les étapes suivantes :

10

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page11

Document de lignes directrices de la Région de Louga

1) Mise en place des groupes de travail, adoubé chacun d’un comité technique restreint qui organise la collecte et le traitement des données et informations et assure la rédaction des documents; 2) Organisation d’ateliers régionaux et départementaux de renforcement de capacités des groupes de travail sur la méthodologie ART GOLD, celle de la double planification, la planification stratégique, la Coopération Décentralisée, le genre et les OMD, etc…; 3) Réalisation de diagnostics sous la coordination de l’ARD : elle s’est faite suivant un processus ascendant et participatif. Ce travail s’est fondé sur les instruments et les outils de l’approche inclusive et participative ponctuée par des phases itératives de collecte de données de terrain, d’exploitation, d’analyse, de rédaction de rapports provisoires et de restitution/validation. Au plan régional comme départemental, les Groupes de Travail ont été chargés de sélectionner et d’analyser les données fondamentales pour la présentation de leur territoire aux acteurs internationaux. 4) Définition des priorités du territoire pour la coopération internationale et les conditions de mise en œuvre ont constitué la dernière étape de l’étude. Pour marquer leur référence totale au PRDI et au SRAT, les axes de développement formulés dans cesdits documents ont été repris dans le document de Lignes Directrices. Chaque axe a été décliné en Lignes Directrices. La formulation des Lignes directrices s’est faite d’abord de manière sectorielle avant d’être discutée et validée en comités techniques départementaux puis régional. L’absence de données globales, désagrégées et actualisées, a beaucoup impacté sur le calendrier de réalisation de cette étude, malgré la mobilisation et l’engagement des membres des groupes de travail. Le document validé en comité technique le 08 Août 2011 comporte quatre (4) parties : une présentation générale de la Région et des Départements ; le diagnostic des secteurs socio économiques ; les axes de développement, les Lignes Directrices et les conditions de mise en œuvre.

11

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page12

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE I : PRESENTATION GENERALE DE LA REGION Située entre la latitude 14°70 et 16°10 nord et les longitudes 14°27 et 16°50 ouest, la région de Louga s’étend sur une superficie de 24.847 km². Elle occupe la 3ème place au plan national après les régions de Tambacounda (59 602 km2) et de Matam (29 424 km2). Elle est limitée au nord par la région de Saint­Louis, au sud par celles de Kaolack et Diourbel, à l’Est par la région de Matam et à l’Ouest par la région de Thiès et l’Océan Atlantique. La région présente un relief relativement plat avec quelques formations dunaires surtout à l’Est. Ses caractéristiques physiques lui confèrent une vocation agropastorale assez importante. Cependant deux décennies de sécheresse (avec des précipitations variant entre 200 et 500 mm) plus les interventions répétées de l’homme sur son milieu ont profondément affecté l’environnement : diminution des réserves forestières et fourragères, appauvrissement des sols, avec un impact certain dans tous les secteurs de développement. La Région administrative est née en 1976 suite à l’éclatement de l’ancienne région de Diourbel. Elle est subdivisée en trois (3) départements (Kébémer, Linguère et Louga) et compte en 2011 sept (7) communes, onze (11) arrondissements, quarante huit (48) communautés rurales et environ 2 635 établissements humains. Les 07 communes sont : Louga, Ndiagne, Kébémer, Géoul, Linguère, Dahra et Mbeuleukhé. Ces trois départements sont très inégaux de par leurs étendues : le département de Linguère reste avec ses 15 375 km² de loin le plus vaste ; il est suivi du département de Louga qui couvre 5 649 km2 alors que le département de Kébémer ne s’étend que sur 3 823 km2. Louga est, avant tout, une région administrative se trouvant sous l’autorité du Gouverneur. Cette région administrative est elle­même divisée en trois (3) départements gérés par des préfets, et en onze (11) arrondissements sous l’administration des sous­préfets. Toutes ces autorités déconcentrées sont nommées par le Président de la République qu’elles représentent en même temps que l’ensemble des ministres du Gouvernement. On note une bonne cohabitation entre les autorités administratives chargées de la validation technique (elles assurent la présidence des cadres de concertations) et celles locales qui décident des orientations de développement de la région dans son ensemble. Sur le plan démographique, la population régionale est passée de cinq cent un mille huit cent soixante trois (501 863) habitants en 1988 à sept cent vingt six mille cinq cent trente trois (726 533) habitants en 2005 pour atteindre huit cent cinquante sept mille neuf cent quarante deux (857 942) en 2010, soit une densité de 34,5 habitants/km2. La région concentre près de 6% de la population nationale sur un territoire représentant environ 12% de la superficie du Sénégal. La répartition spatiale de cette population est guidée par les potentiels des écosystèmes. Le bilan migratoire (migration interne) est déficitaire de huit mille trois cent seize (8 316) habitants en 2008). Ce qui explique l’important mouvement de la population régionale vers l’Ouest du pays (Diourbel, Dakar et Thiès). La région de Louga est une zone à vocation essentiellement agropastorale. En effet, l’économie régionale est très fluctuante et dépend essentiellement de l’agriculture et de l’élevage et dans une moindre mesure de la pêche. Malgré la dégradation de son environnement, la régression de la qualité des sols, l’insuffisance et la vétusté du matériel agricole et les aléas climatiques, les productions agricoles ont augmenté en volume ces trois dernières années (effets GOANA). L’élevage constitue l’une des richesses de la région avec une zone sylvo pastorale qui prend 65% du territoire régional. Il occupe avec l’agriculture plus de 80% de la population. Malgré tout, sur le plan alimentaire, Louga est dans le groupe des régions offrant moins de 10kg de produits alimentaires par habitant. Le secteur secondaire encore à la traîne, avec en bandoulière la fermeture d’unités industrielles, est caractérisé par des difficultés structurelles, même si par ailleurs l’artisanat jouit d’une réputation dans le domaine de la menuiserie, la tapisserie, la confection de chaussures, d’objets d’art et d’instruments de musique et la poterie. Le commerce connaît un essor certain notamment au niveau des matériaux de construction. D’autres activités de services nées des nouvelles technologies et du transport (cyber café, services de bureautique, mototaxis) émergent et occupent une bonne partie des jeunes. Tout comme les régions de Tambacounda, Ziguinchor et Fatick, Louga est dans la catégorie des régions à très forte incidence sur le plan de la pauvreté. D’après les résultats de l’Enquête sur la Pauvreté des Ménages au Sénégal(ESPS) de 2006, la région figure parmi les plus pauvres du pays avec 55% des ménages urbains et 67,5% des ménages ruraux, malgré l’apport considérable de ses fils émigrés. Sur le plan social, selon les résultats de l’enquête village de 2009, l’indice global ou indice composite d’accès aux services sociaux de base en zone rurale est estimé à 350 dans la région de Louga ; ce qui la classe au dixième rang national même si par ailleurs il ya eu un accroissement substantiel de cet indice de 80,4% entre 2000 et 2009. Le taux d’accessibilité aux services sociaux de base est 70%. Cet aperçu peu reluisant dressé sur la situation socio économique de la Région dénote des performances à faire encore pour sortir les populations de l’ornière de la pauvreté en dépit de l’appui conséquent et multiforme que les partenaires n’ont cessé d’apporter à la région. Un diagnostic détaillé et approfondi de tous les secteurs nous permettra d’avoir une meilleure lisibilité et une bonne visibilité des stratégies et actions à asseoir.

12

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page13

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Carte n°1 : carte administrative de la Région

Graphique n°1 : Organigramme de la région Organes déconcentrés

Organes (Collectivités) décentralisés

Gouvernance

Conseil Régional

Niveau régional

Niveau départemental

Niveau Arrondissement Préfecture

GIC 1

Sous­préfecture Lien hiérarchique entre les niveaux­ Egale dignité ­ Pas de hiérarchie

Conseil municipal/ rural

13

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page14

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE II : LE BILAN DIAGNOSTIC DE LA RÉGION 2.1. Analyse du milieu physique 2.1.1. Climat De par sa position géographique, la région de Louga appartient au domaine sahélien continental caractérisé par l'alternance de deux saisons : une courte saison pluvieuse s'étendant de mi­ Juillet à mi­octobre et une saison sèche couvrant une période de huit (8) à neuf (9) mois (mi­ octobre à mi­juillet) et des températures élevées s’amplifiant au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la côte. Deux principaux vents d’origines et de directions différentes s’installent dans la région : • l’alizé continental (harmattan), vent chaud et sec, souffle en général de Janvier en Mai. Il demeure par ailleurs un agent érosif actif car emportant une bonne partie de la couche superficielle du sol. Il est ainsi un facteur limitant au développement du maraîchage. • la mousson, vent chaud et humide issu de l’anticyclone de Sainte Hélène, souffle en général entre juillet et octobre, favorisant ainsi la saison des pluies. Les déficits pluviométriques notoires, leur irrégularité et leur mauvaise répartition ont longtemps rendu aléatoires les probabilités de récoltes et entravé dans une moindre mesure les conditions de vie des populations. De 2006 à 2010, les volumes des précipitations au niveau régional n’ont cessé de progresser, excepté en 2007, passant de 325 mm à 541,5 mm, soit une augmentation de 66,6%. La pluviométrie s’est beaucoup améliorée au cours des cinq (5) dernières années, mais elle varie fortement dans le temps et dans l’espace. Cette assez bonne pluviométrie a eu une incidence très positive sur l’agriculture. En effet plusieurs séquences d’années pluvieuses peuvent s’intercaler ou se juxtaposer avec des années peu pluvieuses. Par ailleurs, on peut constater de grands écarts entre les moyennes pluviométriques annuelles par département. La moyenne régionale pour ces 5 dernières années est de 405,1 mm. Des températures élevées sont enregistrées neuf (9) mois sur douze (12) sur toute l’étendue de la Région. Pour le cas du département de Linguère où l’harmattan reste dominant, ce phénomène engendre un rapide assèchement des points d'eau, diminuant ainsi les possibilités d’abreuvement du bétail et de l’agriculture contre saison.

2.1.2. Sols Le territoire régional se compose principalement de trois grandes unités pédologiques : Les sols ferrugineux tropicaux peu lessivés (Sols diors) Ces types de sols sont généralement localisés dans le bassin arachidier. Ils sont lessivés, assez pauvres en matière organique et soumis à l’érosion éolienne qui emporte les éléments nutritifs. Ils sont de bonne texture, très faciles à travailler et aptes pour la culture du mil, du souna, de l’arachide et du niébé. Cependant, ils subissent une dégradation constante en surface par suite d’une surexploitation non respectueuse des normes d’assolement et de rotation qui exigent la pratique de la jachère. Il importe de souligner qu’au niveau de la région, les acteurs conduisent souvent des pratiques irraisonnées peu souciant des règles de conservation des sols à travers les activités quotidiennes. n Les sols bruns et brun rouges Ils sont localisés principalement dans les dépressions inter­dunaires des Niayes et sur les berges du Lac de Guiers et de la Vallée du Ferlo. De type calcaire, la texture de ces sols renferme des organismes et de la matière argileuse apte à la culture irriguée. Ainsi, ils retiennent mieux l’eau au regard de leur forte capacité au champ. n Les affleurements latéritiques Ils couvrent par endroits le Ferlo central. Par leurs caractéristiques structurales compactes, ces sols présentent une valeur agronomique très faible et demeurent par conséquent inaptes à la culture. Leurs caractères limitant pour l’agriculture les prédisposent naturellement au pâturage. Ces caractéristiques pédologiques ont une influence de premier ordre sur la composition des différentes formations végétales et la constitution des zones éco­géographiques.

14

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page15

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Carte n°2 : Occupation des sols

2.1.3. Les zones éco­géographiques La Région de Louga est subdivisée en trois zones éco­géographiques : la zone du littoral et des Niayes ; la zone du Bassin Arachidier ; la zone du Sylvo­pastorale. • La zone des Niayes est constituée par une bande de terre s'étendant sur 15km de large, de la mer vers l'intérieur. Elle est caractérisée par une juxtaposition de cordons dunaires. L’avancée de la mer combinée aux coupes frauduleuses et à la mortalité naturelle des filaos constituent, par endroits, des facteurs déterminants de déséquilibre du milieu avec des risques de reprise du processus de progression des dunes et d’ensablement des cuvettes. Enfin, la baisse de la nappe phréatique entraîne, par endroits, de fortes mortalités dans les palmeraies. • La zone du bassin arachidier est une zone très densément peuplée. Elle est essentiellement caractérisée par des activités socio­ économiques qui sont dominées par une forte poussée du front agricole au détriment des autres activités rurales. De par l’importance de sa population, du développement de son secteur rural et de la technicité de ses paysans, le bassin arachidier constitue une zone charnière dans le développement de la Région. • La zone sylvo­pastorale du Ferlo couvre une partie de l’Arrondissement de Keur Momar Sarr et l’ensemble du Département de Linguère. Elle renferme la quasi totalité des forêts classées et réserves sylvo­pastorales de la région. La végétation y est de type sahélien passant d’un tapis de steppe herbacé à une savane arborée du Nord­Ouest au Sud­Est.

15

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page16

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.1.4. Ressources naturelles Carte n°3 : Carte des forets classées et réserves sylvo­pastorales

La région de Louga est l’une des régions les plus vastes du pays. Elle regorge un potentiel de ressources naturelles important (forestières, hydrologies et maritimes etc…) n Les ressources en eau Comme ressource en eau, la Région de Louga dispose du lac de Guiers, de marres et de la nappe phréatique. Le Lac de Guiers, est située dans le département de Louga. Il s’étend sur 17.000 ha en étiage et 30.000 ha en période de crue.il constitue avec la basse vallée du Ferlo, au niveau du département de Linguère, un écosystème lacustre d’eau de surface pérenne de la région. Le Lac de Guiers joue un rôle prépondérant dans l’approvisionnement en eau potable de plusieurs villes du Sénégal dont Dakar. Il est aussi exploité à des fins agricoles, pastorales et domestiques par les populations. Ces activités socio­économiques ont des répercutions négatives sur l’environnement du lac : d’ abord sur la qualité des eaux, les rejets divers d’origine agricole, pastorale, et domestique non contrôlés, dans le lac et le canal de la Taouey contiennent des substances chimiques et germes pathogènes qui affectent la potabilité de l’eau et détruisent l’équilibre écologique du milieu. De plus, il a des implications négatives sur les activités de pêche et de maraîchage, ce qui participe à la réduction des revenus paysans.

16

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page17

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Comme mesures de restauration du lac, la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés a entrepris, dans le cadre du Projet Eau à Long Terme (PLT), le recensement et la caractérisation des sources de rejet et l’élaboration d’un plan de gestion et de contrôle des pollutions. D’autres initiatives sont notées avec la formulation en cours d’un programme initié par les conseils régionaux de Saint louis et de Louga dans le cadre de l’Aire du Patrimoine Interrégional du Lac de Guiers (APILG). La courte durée des saisons des pluies et la fluctuation des quantités d’eau tombée ne favorisent guère l’existence d’un réseau hydrographique permanent. Les étendues d’eau formées au niveau des dépressions interdunaires des Niayes et des vallées à partir des précipitations enregistrées et/ou des eaux de ruissellement sont soumises à une évaporation soutenue aussitôt après la fin des pluies. • Les mares ont une durée de vie variable (entre 2 et 3 mois) et constituent la principale source d’alimentation en eau d’une partie de la population et de la presque totalité du bétail en saison des pluies. Enfin, il existe dans la région plusieurs nappes souterraines dont la qualité et l’importance varient en fonction de leur localisation. • La nappe phréatique dispose d’une eau très peu importante dans la zone centrale et sylvopastorale de la région contrairement à l’extrême Ouest (zone des Niayes) et aux alentours du lac de Guiers où l’accessibilité de la nappe est rendue facile grâce à sa position superficielle. Il faut cependant noter que la forte pression exercée sur cette ressource au niveau des Niayes, pour les besoins du maraîchage, risque d’entraîner son épuisement. n Les ressources forestières Le domaine classé couvre prés de 37,8% de la superficie totale de la région. La région de Louga compte dix huit (18) massifs forestiers répartis comme suit : quinze (15) dans le département de Linguère, deux (2) dans celui de Louga et un (1) seul dans le département de Kébémer. Cependant, le département de Linguère détient le plus faible taux de classement avec seulement 6,7% de sa superficie alloué aux forêts classées. Le département de Louga quant à lui a une couverture de 55,5%. Ces résultats sont à nuancer car le département de Linguère regroupe prés de 85% de la superficie des formations forestières classées contre 13% pour le département de Louga et 2% pour celui de Kébémer. Le domaine classé de la région de Louga s'étend sur une superficie de 1 189 600 ha. Les formations forestières sont caractérisées par une faible productivité. La production forestière se résume aux produits de la cueillette et au bois de chauffe. La dégradation de ses massifs forestiers et des pâturages se manifeste par une disparition d’espèces végétales, de l’habitat sauvage, de certaines espèces animales, un appauvrissement des pâturages, un assèchement précoce des mares. Le domaine forestier s’est beaucoup rétrécit ces dernières années au profit de l’Habitat. Elle est le fait des mauvaises pratiques des paysans et pasteurs de la région qui opèrent des prélèvements trop importants sur les ressources naturelles, qui risquent dans ces conditions de disparaître. Les feux de brousse constituent une contrainte de taille à la régénération naturelle des formations ligneuses. La zone sylvo­pastorale enregistre annuellement des milliers d'hectares touchés par les feux. Au total quinze cas (15) ont été déclarés dans le département de Linguère. Par contre le département de Louga enregistre le moins de cas (2 cas). Par rapport à l’année 2009 le nombre de feux de brousse déclarés dans la région a progressé de 8,7%. Ce qui met en évidence l’ampleur des efforts encore nécessaires à déployer dans la lutte contre ce fléau. Cette situation porte de graves préjudices à la conservation de la biodiversité. Ces feux de brousse ont pour origines l’insuffisance de la sensibilisation des populations ; l’inefficacité de certains comités de lutte et de vigilance ; l’insuffisance des moyens des structures d’encadrement ; et la non application rigoureuse de la réglementation sur les feux. Les feux de brousse sont l’un des principaux facteurs de dégradation des formations forestières de la région de Louga. Ils ont endommagé prés de 6 051 hectares en 2010 dans la région de Louga contre 9 037 hectares en 2009, soit une diminution de 33%. La tendance baissière observée des superficies brulées depuis 2006 est surtout liée à l’ouverture d’un plus grand nombre de pare­feu. La pression sur les ressources végétales et la faune est liée à la combinaison des actions pour la satisfaction des besoins croissants des populations en terres cultivables, en ressources agricoles, pastoraux et forestiers. Ainsi, le couvert végétal se rétrécit considérablement. La pratique de la jachère et des techniques d’amendement des sols disparaissent complètement du système de production au profit de la monoculture arachidière. De plus, la surcharge de bétail dans certaines zones accélère la dégradation du tapis herbacé. Avec la raréfaction des ressources fourragères, notamment en saison sèche, les éleveurs se trouvent dans l'obligation de recourir aux ressources ligneuses pour

17

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page18

Document de lignes directrices de la Région de Louga

nourrir le bétail. La faiblesse du couvert végétal accentue ainsi l'érosion hydrique et éolienne qui dénude les terres en leur privant de leurs éléments fertilisants. Ce qui réduit leur niveau de fertilité. n Les ressources maritimes La région dispose d’une frange maritime de 54km avec une ouverture fluviale et lacustre d’environ 150km. Cette façade maritime assez poissonneuse attire des pêcheurs professionnels des autres régions, surtout celle de Saint­Louis. Le potentiel de production de poissons est important bien que la région de Louga soit loin de connaître une exploitation optimale de ses ressources halieutiques, en comparaison avec les autres zones côtières. La cause principale est liée à l’insuffisance d’infrastructures. En effet, il n’existe à l’heure actuelle qu’une seule aire de débarquement maritime à Lompoul. Il s’y ajoute que la seule technique présentement utilisée est le filet maillant dormant moins performant et moins sélectif que les autres engins. A coté de la pêche maritime, la pisciculture se développe timidement avec quelques expériences menées dans les départements de Linguère et Louga (Keur Momar Sarr). n Les ressources minières Il existe au niveau de la Région d’énormes potentialités en produits de carrière. L’exploitation du sable se fait de manière anarchique car une seule carrière a été autorisée (à Dagatt Sarr). Or, on assiste une extraction illégale du sable marin tout le long du littoral. Cet état accentue fortement l’érosion côtière. Pour ce qui est du sable de dune, le même constat peut être fait. La région regorge aussi d’importants gisements de calcaires, surtout dans la zone de Linguère. Ces ressources ne sont pas encore exploitées bien que des autorisations d’exploitation soient aujourd’hui en cours. Par ailleurs, des expériences d’exploration du zircon sont entrain d’être menées avec le sable titanifère des dunes de sable du littoral. En résumé, les facteurs de dégradation des ressources naturelles sont variés : • L’érosion éolienne facilitée, d’abord, par la disparition progressive du couvert végétal, ensuite, par la détérioration de la structure pédologique, entraîne la désertification et ses corollaires. • L’envahissement des cuvettes maraîchères est dû au phénomène d’ensablement et à l’envahissement des végétaux. La zone des Niayes, qui est en fait le principal pôle de production de légumes, est confrontée aujourd’hui à ce problème. • La baisse notoire de la fertilité des sols se manifeste par une chute drastique des rendements. Celle­ci est due aux effets de la sécheresse, à la destruction du couvert végétal et à l’absence, presque totale, d’assolement et de rotation des sols. • Des pollutions et nuisances entravent le cadre de vie qui est marqué par les problèmes liés à la maîtrise des effets des activités domestiques, les influences des modes de développement économique adoptés par les privés et les systèmes d’assainissement déficients mis en place par les pouvoirs locaux. En effet, la région connaît de véritables problèmes de gestion de ses ordures ménagères.

2.2. Situation Démographique et Tendances La population de la région est estimée à huit cent cinquante sept mille neuf cent quarante deux (857 942) habitants en 2010 avec un taux d’accroissement moyen annuel de 2,7%. La population féminine est évaluée à quatre cent trente sept mille quatre cent trente neuf (437 439) soit 51% de la population totale contre quatre cent vingt mile cinq cent trois (420 503) pour les hommes soit 49%. La région de Louga concentre à peu près 6% de la population nationale sur un territoire représentant 12% de la superficie du Sénégal soit une densité moyenne de 34,5 habitants/km2 avec des disparités entre les différents départements. Globalement, la distribution de la population par sexe fait ressortir une légère prédominance des femmes. Le rapport de masculinité est de 95,7 hommes pour 100 femmes ; cela pourrait s’expliquer par la forte mobilité des hommes avec l’émigration internationale. Au regard de la structure par âge, la population régionale est caractérisée par son extrême jeunesse, atout et défi à la fois, et une faiblesse de l’effectif des personnes âgées. Ce rajeunissement démographique est sans doute la résultante d’un niveau de fécondité toujours élevé, (même s’il est en baisse régulière entre EDS II et EDS IV) et d’une chute de la mortalité surtout des enfants. La population est composée essentiellement de Ouolofs (65%) et de Peulhs (29%) et des minorités comme les Sérère (2,4%), les maures (2,17%) etc. La région de Louga est rurale pour l’essentiel. Un peu plus de quatre Lougatois sur cinq (86,3%) résident en zone rurale La région de Louga fait face à une forte mobilité des populations (nomadisme et transhumance des peuls, migration internationale).Certaines zones se dépeuplent également au profit de Darou Mousty et de Touba.

18

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page19

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Globalement, l’évolution des indicateurs reflète une augmentation de la pauvreté au cours des cinq dernières années. D’après l’ESPS 2005­ 2006, les ménages pauvres sont au nombre soixante huit mille sept cent trente (68 730) dans la région. Ils sont répartis comme suit cinquante quatre mille neuf cent quatre vingt sept (54 987) en milieu rural et treize mille sept cent quarante trois (13 743) en zone urbaine. La proportion de ménage vivant en dessous du seuil de pauvreté s’élève à 65%.

2.2.1. Structure de la population L’étude de l’état et de la structure de la population renseigne sur les niveaux et tendances passés de la fécondité, de la mortalité et de la mobilité de la région. Ce présent chapitre se propose d’étudier les modifications intervenues dans le volume, la répartition spatiale et la structure de la population de la région de Louga. De même, la mortalité, principalement celle des enfants, l’état matrimonial de la population, la fécondité seront traités entre autres. n Structure par âge et par sexe L’importance des effectifs d’âges jeunes est la caractéristique principale de la population régionale. Environ 56,4% de la population a moins de 20 ans et 78,9 % a moins de 35 ans. S’agissant de la Petite Enfance elle représente 17%. Les jeunes dont l’âge est compris entre 5 et 14 ans constituent une frange importante de la population régionale avec environ 26%. Aussi leur prise en charge au niveau de la santé et de l'éducation constitue un lourd fardeau pour l’Etat et les parents. La population de 60 ans et plus, reste très faible et représente environ 4,7% de l'ensemble. Cette frange de la population, malgré sa faiblesse, nécessite une attention particulière de la part des pouvoirs publics surtout dans le domaine de la prise en charge médicale (plan SESAME prise en charge gratuite des personnes du troisième âge). Graphique n°4 : Répartition de la population de la région de Louga selon les grands groupes d’âges

Source : ANSD/ Service régional de Louga

L’extrême jeunesse de la population a une incidence socio­économique que mesure le taux de dépendance économique. Cet indice mesure le rapport de la population active sur la population inactive en théorie. Le taux de dépendance reflète la structure de la population et exprime assez bien la charge que constituent particulièrement les jeunes dont la participation aux activités économiques reste marginale. n Structure par secteurs d’activités La région de Louga, à l’instar des autres régions sénégalaises, connaît une multitude de secteurs d’activité. Ceci fait que les domaines d’activités des populations sont très variés. La proportion de chômeurs, dans la population lougatoise âgé de 15 à 64 ans, est de 3,6% contre 3 % au niveau national. La région de Louga ne devance que Matam et Diourbel où les taux sont respectivement de 3,9% et 4,5%. Chez les hommes, la proportion de chômeurs est de 4,9% contre 2,4% pour les femmes. La quasi absence d’unité industrielle dans la région explique, en grande partie, cette situation. Les sous secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois sont l’artisanat et le commerce, les autres sous secteurs comme celui des PME/PMI étant essoufflés par des difficultés structurelles.

19

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page20

Document de lignes directrices de la Région de Louga

En 2009, quelques 469 emplois ont été créés dont 173 de type CDI et 296 CDD. Les quelques rares offres d’emploi se font donc au compte goute. Il s’y ajoute le manque de formation qualifiante des demandeurs d’emploi et l’inadéquation entre la formation et l’emploi. L’absence des contrats de stage et d’apprentissage ne favorise pas, non plus, l’emploi des jeunes parce que les demandeurs d’emploi sont, pour la plupart, à la recherche d’un premier emploi. La répartition des contrats de travail enregistrés montre une prédominance des hommes sur tous les types de contrats avec un taux de 81%. Cette situation constitue ainsi un facteur de féminisation de la pauvreté. C’est la même tendance qui est observée avec les CDI où les femmes ne sont représentées que pour un taux de 27,59%. Cette dynamique est également pareille dans la composition du marché de l’emploi qui consacre depuis toujours une certaine ségrégation en faveur des hommes quant à l’accès à un emploi salarié. L’emploi salarié est très peu développé dans la région du fait du manque criard d’entreprises. Cette situation de l’emploi constitue le principal facteur de l’émigration des jeunes vers d’autres cieux. n Etat matrimonial de la population La population régionale résidente âgée de 12 ans et plus s’élève à 556 126 personnes. Elle comprend deux cent quatre vingt sept mille huit cent trente cinq (287 835) femmes soit 52% de l’ensemble pour deux cent soixante huit mille deux cent quatre vingt onze (268 291) hommes (48%).La proportion de mariés dans la région, tous sexes confondus, est de 58%. Le pourcentage de célibataires est relativement très important (38%) ce qui montre une tendance des jeunes à retarder leur entrée en union. La part des divorcés est très faible (1%) de même que les autres unions (0,95%).Par rapport aux résultats du RGPH3, la structure matrimoniale de la région présente des variations d’un sexe à l’autre mais aussi d’un milieu de résidence à l’autre. La proportion de célibataires est nettement plus élevée chez les hommes (49%) que chez les femmes (28%). Elle est plus élevée en milieu urbain 47,5% qu’en milieu rural 35,7%. Les femmes entrent plus tôt en mariage que les hommes. L’évolution reste la même avec les mariés où la proportion d’hommes est de 50% tandis que la proportion de femmes mariées atteint 65%.La proportion de femmes divorcées (1,4%) est supérieure à celle des hommes divorcés (0,3%). Elle est très faible en zone rurale 0,8%. Du fait de l’existence de mariages polygames, le divorce d’un homme d’avec une femme n’entraîne pas automatiquement le changement de statut de l’homme contrairement à la femme. Cela peut expliquer la supériorité de l’effectif des femmes divorcées. n Répartition spatiale de la population La région de Louga est subdivisée en trois départements : Kébémer, Linguère et Louga. Elle concentre près de 6% de la population nationale sur un territoire représentant environ 12% de la superficie du Sénégal. La densité régionale moyenne est de l’ordre 34,5 habitants /km2. Cependant la population est très inégalement répartie sur le territoire régional. Le département de Louga qui abrite la capitale régionale concentre 57% de la population urbaine régionale contre 28,2% et 14,7% pour Kébémer et Linguère respectivement. La plus forte densité se rencontre dans le département de Kébémer qui a une densité de 68,7 habitants/km2 ensuite vient Louga avec 63,2 habitants/km2 et enfin Linguère qui, malgré le fait qu’il occupe 62% de la superficie régionale, n’a qu’une densité très faible de 15,5 habitants/km2, ce qui est bien inférieure à la moyenne régionale.

Graphique n° 5 : Répartition de la population selon le département

20

Source : ANSD

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page21

Document de lignes directrices de la Région de Louga

La population de la région Louga est à plus de 80% rurale. Le département de Kébémer enregistre le taux de ruralité le plus élevé avec 91,1%. Graphique n°6 : Répartition de la population de la région de Louga selon le milieu de résidence et le département

Source : ANSD/ Service régional de Louga

n Les groupes ethniques La région de Louga est, à majorité, peuplée d’ethnies Wolof et Halpular. En effet, ces deux peuples y représentent 95% des habitants. Plus de la moitié de cette population (66%) est Wolof. Le groupe Hal Pular occupe le second rang du point de vue nombre avec 29%. Des minorités ethniques comme les Sérères (2%), les Maures (2%) et autres ethnies y résident également.

2.2.2 Mouvements de la population D’après les projections de l’ANSD effectuées sur la base du dernier Recensement Général de la Population et de l’habitat de 2002, le taux d’accroissement annuel moyen intercensitaire de la région de Louga est de 2,7%, supérieur à la moyenne nationale (2,4%). Cette situation s’explique par l’importance du taux de fécondité de la population et les tendances à la baisse du taux mortalité infantile. L'indice synthétique de fécondité est un indicateur utilisé en analyse transversale pour apprécier la capacité d'une population à se renouveler. Le phénomène de fécondité est assez bien connu notamment grâce aux enquêtes de Santé (EDS). Par contre, le taux régional brut de natalité est inconnu en l’absence d’une enquête spécifique. Le potentiel élevé d’accroissement de la population régionale peut s’expliquer en partie par une forte fécondité même si, par ailleurs, elle est en baisse progressive entre les différentes EDS. La migration interne, qui prend la forme d’un exode suscité par la situation économique rurale difficile, accélère l’urbanisation des villes au détriment des campagnes. C’est ainsi qu’il est constaté une forte mobilité vers l’ouest du pays (Dakar, Diourbel, Thiès). En 2008, le solde migratoire était déficitaire de huit mille trois cent seize (8 316) habitants. La migration intra­régionale se caractérise par le nomadisme, la transhumance des peuls et le dépeuplement de certaines zones au profit de Darou Mousty et de Touba qui sont des axes très prisés par ce phénomène. Quant à l’émigration internationale, sa mesure est plutôt complexe, compte tenu de la difficulté à saisir parfaitement l’ensemble des différents flux (flux d’actifs, de regroupement familial, migration de courte ou longue durée, etc.). Il est tout de même évident que la région de Louga est l’une des plus touchées au niveau national. Selon l’ESAM2, les 7,6% des émigrés sénégalais sont originaires de la région de Louga. Les destinations les plus prisées sont l’Europe (Italie, Espagne, France principalement), les Etats­Unis et l’Afrique. Le facteur clé expliquant ce phénomène social est lié à la conjoncture difficile (perte de productivité de l’agriculture, rareté de l’emploi, raréfaction des ressources et des denrées de première nécessité). La reconnaissance sociale avec la perception de réussite attribuée aux émigrés et le mirage de l’eldorado avec la curiosité vis­à­vis de l’altérité constitue un autre facteur explicatif. Les migrations internationales permettent des rentrées d’argents considérables dans la région. Les émigrés participent au développement de leur localité par diverses actions telles que la prise en charge de leurs familles, leur contribution à la construction d’infrastructures sociales de base et la facilitation des relations de coopérations décentralisées.

21

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page22

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Néanmoins, ce phénomène d’appui des émigrés à leur localité d’origine, semble se tasser au profit d’un investissement dans l’immobilier moins porteur de croissance économique. Ces émigrés orientent rarement leurs actions vers les secteurs économiques pourvoyeurs d’emplois et de plus value. Toutefois, la migration présente également des revers. En premier lieu, il s’agit de l’absence d’une part importante de la population jeune, qui devrait être le moteur du développement aussi bien en temps que main­d’œuvre, agricole notamment, que pour leur action associative et citoyenne potentielle.

2.3. Secteurs Sociaux Selon les résultats de l’enquête village de 2009, l’indice global (ou indice composite) d’accès aux services sociaux de base en zone rurale est estimé à 350 dans la région de Louga, ce qui la classe au dixième rang national. Toutefois, il faut noter un accroissement substantiel de l’indice entre 2000 et 2009, soit 80,4%. Le taux d’accessibilité aux services sociaux de base est de 70%. L’analyse laisse apparaître des disparités criardes au détriment de Linguère. En effet, seulement 30% des populations rurales du département de Linguère ont accès aux services sociaux de base alors que les proportions sont de 80% pour Louga et Kébémer. L’ESPS 2006 classe dans l’indice 250 toutes les communautés rurales dont moins de 50% de la population a accès aux services sociaux de base. Ainsi, les communautés les plus pauvres sont concentrées dans la région de Louga pour près de 21% (13 sur 62). Aussi, 25% des Collectivités Rurales en situation de précarité se retrouvent dans la Région. En définitive, selon les résultats l’ESPS, la région est classée parmi les plus pauvres (55%) des ménages urbains et 67,5% des ménages ruraux) du pays, malgré l’apport considérable de revenus de ses fils émigrés. Cette situation de pauvreté se ressent plus dans les secteurs sociaux de l’éducation, de la santé, de l’hydraulique etc.… malgré, les efforts entrepris ces dernières années par l’Etat, les pouvoirs publics locaux et les partenaires au développement.

2.3.1 Santé Sur le plan sanitaire, la région de Louga compte huit (8) districts sanitaires : Linguère, Darou Mousty, Kébémer, Dahra, Coki, Sakal, Keur Momar Sarr et Louga gérés par la région médicale. Il existe à Louga un (1) hôpital régional qui compte quelques spécialistes et un (1) hôpital de niveau 1 à Linguère. La région de Louga vit une situation sanitaire assez difficile marquée par un déficit et un déséquilibre dans la répartition des infrastructures et équipements, du personnel mais aussi des lacunes dans les stratégies d’intervention. Il s’y ajoute le comportement des populations découlant de certaines croyances et le taux élevé d’analphabétisme. Le département de Linguère, souffre le plus de cette situation de par l’étendue de son territoire, sa faible densité de population et le caractère dispersé de l’habitat. n Répartition des infrastructures sanitaires En 2010, le nombre d’infrastructures sanitaires, toutes catégories confondues, répertoriées dans la région de Louga s’élève à six cent huit (608) unités. La répartition suivant la catégorie montre une prédominance des Cases de Santé fonctionnelles (70%) et Postes de Santé (13%). Graphique n°7 : Répartition des infrastructures sanitaires par catégorie en 2009

Source : Région médicale de Louga

22

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page23

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Tableau n°1 : Couverture en infrastructures de santé

Ratio

Nombre d’habitants pour 1 hôpital

Nombre d’habitants pour 1 Centre de Santé

Nombre d’habitants pour 1 PS

Normes OMS

150000

50000

10000

Indicateur Régional

875942

142990

109999

Indicateur

Nombre de FAR pour 1 maternité

6283

Source : Région médicale de Louga

Sur le plan de la couverture géographique, la répartition des infrastructures et équipements sanitaires, publiques comme privés sur l’espace régional laisse entrevoir des déséquilibres internes. Les populations rurales surtout celles des zones d’accès difficile souffrent le plus de cette absence de couverture sanitaire, accentuée par le manque d’ambulances et de mobilité des équipes médicales. Les ratios ci­dessus affichés traduisent la nécessité pour se conformer aux normes de l’OMS, de renforcer la couverture en infrastructures sanitaires (hôpital, centre de santé). En plus de l’érection de l’hôpital régional à un niveau deux (2) et celui de Linguère à un niveau un (1), il faut construire onze (11) autres centres de santé et quatre (4) autres hôpitaux. Le personnel de santé : En effet, au regard des résultats, les ratios agents de santé/populations affichés sont encore faibles. En 2010, le personnel de santé, toutes catégories confondues, se chiffrait à quelques deux cent soixante dix sept (277) travailleurs répartis comme suit :

Tableau n°2 : Répartition du personnel de santé en 2010 Catégorie Médecin Chirurgien dentiste Pharmacien Sage femme Infirmiers Personnel d’hygiène Total

EFFECTIF 34 6 28 48 137 24 277

Source : Région médicale de Louga

Le comportement de certains ratios est le suivant : • Un (1) médecin pour 25 233 habitants • Un (1) infirmier pour 6262 habitants ; • Un (1) dentiste pour 142 990 habitants ; • Un (1) chirurgien pour 857 942 habitants ; • Un (1) seul gynécologue pour 196 599 femmes en âge de reproduction (FAR) ; • Une (1) sage femme pour 8507 femmes en âge de reproduction ; • Une (1) sage femme pour 17873 habitants ; • Un (1) pharmacien pour 30 640 habitants ; • et un (1) pédiatre pour près de 402 586 enfants, ce personnel accuse un déficit réel, La région est encore loin des normes requises par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cela démontre toute la difficulté de prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant. n La couverture prénatale La couverture prénatale s’est beaucoup améliorée dans la région ces dernières années. Au total pour dix sept mille quarante neuf (17 049) accouchements enregistrés en 2010, 85,3% ont été faits par du personnel qualifié. Les districts de Dahra et de Linguère présentent les meilleures performances avec plus de 95%. Cependant ces chiffres cachent bien des réalités. La couverture prénatale continue à être problématique dans certaines localités de la région. Le cycle des consultations est rarement bouclé : sa courbe suit une pente abrupte qui part de 49% pour le CPN1 à 34% pour le CPN4. Les accouchements à domicile sont aussi importants que ceux effectuées dans les structures sanitaires. Cette situation relève, en plus d’un plateau médical peu performant, de l’enclavement de certaines zones, de conceptions culturelles (mariages précoces, itinéraires thérapeutiques) et du niveau élevé d’analphabétisme des femmes surtout rurales. Ainsi le niveau de mortalité maternelle reste encore élevé : 248 pour 100 000 naissances vivantes. Le tableau ci­dessous montre que la région est loin d’atteindre les objectifs OMD fixés en couverture prénatale.

23

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page24

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Tableau n°3 : Répartition des indicateurs de santé de la reproduction Indicateurs Taux de consultations prénatales (CPN1) Taux de consultations prénatales (CPN4) Proportion d'accouchements effectués dans les structures Proportion d'accouchements assistés par du personnel de santé qualifie Taux de césarienne Nombre de « Badienou Gokh » recrutées

Résultats au Ecart Valeur 2009 Objectifs 2010 31 mars 2010 (objectifs / Résultats) 15 028 3630 80% ­37 49% 43% 10 593 2748 40% ­7 34% 33% 16 733 4451 60% ­7 54% 53% 11791 38% 635 1,80% 30

60%

% 300

3606

3

43% 155 1,85% 60

­17 ­0,15 ­240

Source : Région médicale, 2010 n Niveau et tendance de la mortalité infantile Le niveau de la mortalité des enfants constitue un bon indicateur d’appréciation du degré de développement économique et social de la région et de la performance de son système sanitaire. Les informations sur la mortalité des enfants sont fournies par les enquêtes de Démographie et de Santé (EDS). Les taux de mortalité observés pour la région de Louga sont régulièrement en baisse entre 1992/93 (EDS II) et 2005 (EDS IV). Le quotient de mortalité néonatale c’est à dire la probabilité de décéder avant d’atteindre un mois exact est estimée à 28‰ à Louga contre 47‰ pour la moyenne nationale. De même, le niveau de la mortalité post néonatale (25‰) mesurant la probabilité de décéder entre le premier mois et le douzième mois exact se situe en­dessous de la moyenne nationale (35‰). La probabilité de décéder avant son premier anniversaire pour un enfant né vivant est de 53‰ en 2005 contre 82‰ pour le niveau national. Le taux de mortalité infantile qui exprime la probabilité de décéder entre la naissance et le cinquième anniversaire est de 96‰ pour la Région, contre (150‰) au niveau national. Les mêmes progrès sont constatés pour le taux de mortalité juvénile qui passe de 105,2‰ en 92­93 (EDS II) à 45‰ (EDS IV). Globalement, tous les indicateurs de santé de la Région sont en dessous de la moyenne nationale cependant celle­ci doit encore fournir des efforts pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Graphique n°8 : Evolution du taux de mortalité infantile

Graphique n°9 : Evolution de la mortalité juvénile

Source : ANSD/ Service régional de Louga, 2010

Source : EDS II, III, IV

24

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page25

Document de lignes directrices de la Région de Louga

n Etat nutritionnel des enfants La malnutrition est un déterminant de la mortalité et de la morbidité infanto juvénile. Plus de 88% des enfants suivis dans la Région ont un poids normal. Seulement 9,65% ont une malnutrition modérée. La malnutrition sévère touche 1,41% des enfants suivis. Le département de Linguère est le plus touché avec 2,15% à Dahra et 0,88% à Linguère. n Niveau et tendance de la fécondité Selon les résultats de l’EDS IV en 2005, la descendance brute finale est de 5,6 enfants par femme en fin de vie féconde pour la région de Louga. L’indice synthétique de fécondité (ou indice conjoncturel de fécondité), supérieur à la moyenne nationale (5,3), peut être imputable à la précocité des mariages. L’âge au premier mariage est un déterminant important du début de la vie féconde. Dans la région de Louga, 44% des femmes en âge de procréation (FAR) ont moins de 25 ans et 50% des femmes âgées de 20 à 49 ans ont contracté leur première union en moyenne à 17 ans. L’âge médian à la première naissance s’élève en moyenne à 20,2 ans pour les femmes âgées de 25­49 ans (EDS IV). Le taux régional brut de natalité n’est pas connu par absence d’une enquête spécifique. n Situation des maladies endémiques dans la Région : le VIH, le paludisme et la tuberculose La lutte contre les pandémies du sida, du paludisme et de la tuberculose soutenue avec les programmes nationaux PNLS, PNLP, PNLT a enregistré des acquis dans la région. • Le sida : le taux de séroprévalence du VIH/sida se situait en 2009 à 0,5% pour les hommes et les femmes de 15 à 49 ans et de 0,5% pour les jeunes de 15 à 24 ans. Les femmes sont plus infestées que les hommes de 0,7% chez les 15­49 ans et 0,5% chez les 15­24 ans. Cette situation s’explique par leur faible connaissance de cette maladie et l’impact des pesanteurs culturelles, même si la tendance est aujourd’hui à l’inverse. • La tuberculose :Les résultats affichés ci­dessus montrent de réelles performances quant à la lutte contre la tuberculose. En 2010, tous les indicateurs concernant ce fléau tendent vers les objectifs fixés. Le taux de guérison des malades TPM+ est d’environ 75% pour un objectif annuel de 85%. On observe aussi une assiduité des malades quant au traitement. Les cas d’abandon et des malades perdus de vue sont de plus en plus rare (­0,8%). Les actions de prévention méritent d’être renforcées eu égard à la faiblesse du taux de détection qui est de 35% seulement par rapport à un objectif de 70% fixé pour 2010. • Le paludisme : Cette maladie est la principale cause de décès dans les régions sahélo tropicales ; et Louga n’est pas épargnée de ce fléau. La mise en place par le Gouvernement du Sénégal du Programme National de lutte contre le paludisme grâce à une poltique de prévention active basée sur la sensibilisation et la facilitation de l’accès aux médicaments a contribué à réduire les dégâts causés par cette maladie. n Le Financement du secteur de la santé dans la région Le financement du système de santé est assuré par l’Etat, les Collectivités locales, les populations, les ONG et les partenaires techniques et financiers. Le budget de la santé est évalué à la somme de un milliard seize millions cent trente trois mille six cent quatorze (1 016 133 614 FCFA) en 2009. Il est composé des ressources financières allouées par l’Etat (33,81%) et de la participation des populations à l’effort de santé (66,19%), principalement. En complément de ces efforts, la Région de Louga bénéficie, dans le domaine de la santé, de l’appui de plusieurs partenaires, programmes et ONG. Malgré les moyens limités, des collectivités locales notamment, des résultats probants ont été enregistrés, grâce à une synergie d’action de l’ensemble des acteurs du secteur (Etat, Collectivités, partenaires techniques et financiers et populations). Ces performances auraient pu être améliorées si les différents acteurs et partenaires de la santé avaient adopté, dans leur démarche, une intervention axée sur les principes de la multisectorialité et de la mutualisation. Toutes ces difficultés, ont un impact réel sur l’offre de services de soins de qualité. Dans ces conditions, les OMD 4 et 5 risquent de connaître des résultats mitigés à l’horizon 2015, face à cette insuffisance du personnel de santé puisque même si on prenait en compte la présence des infirmiers et sages­femmes d’Etat, le taux de couverture resterait déficitaire.

2.3.2 Education La politique nationale d’éducation du Sénégal est déclinée à travers le Plan de Développement pour l’Education et de la Formation (PDEF) dont les orientations reposent sur les options suivantes : • universalité de l’achèvement du cycle élémentaire ; • création des conditions d’une éducation de qualité ; • éradication de l’analphabétisme et la promotion des langues nationales ; • promotion et orientation de la formation professionnelle vers le marché du travail ; • élimination des disparités entre groupes économiques, entre sexes, entre milieux.

25

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page26

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Par ailleurs, l’éducation étant l’une des compétences transférées par l’Etat aux collectivités locales, la Région en tant est chargée de définir un cadre d’action, cela en conformité avec les orientations du PDEF. Le système éducatif a beaucoup évolué au cours de ces dernières années dans la région de Louga. Le nombre d’infrastructures de même que les effectifs scolaires et le personnel enseignant ont certes augmenté, mais en indicateur, ces progrès restent timides comparés aux moyennes nationales et varient selon les niveaux d’enseignement. Au plan organisationnel, on note l’existence de comités de gestion (CG) fonctionnels. Ces derniers permettent à la communauté de participer à la gestion des problèmes de l’école. Néanmoins, l’absence de formation des membres CG surtout dans le Moyen Secondaire rend difficile le bon déroulement de leurs tâches. La SCOFI, avec la collaboration des associations de parents d’élèves et de certains réseaux féminins est entrain de relever le défi de la scolarisation à cent pour cent (100%) des filles. n La Petite Enfance La demande de préscolarisation est estimée en 2010 à cent cinq mille sept cent trente six (105 736) enfants dont prés de 49,6% sont des filles. Pour faire face à cette demande d’éducation, la région de Louga est dotée de 119 établissements préscolaires dont 73,1% se retrouvent dans la capitale régionale. La population préscolarisée à cette même date est estimée à 8 794 enfants avec une prédominance des filles qui représentent 53,6% des inscrits. L’effectif des enfants du préscolaire a ainsi chuté de 0,7% de 2009 à 2010. C’est le département de Kébémer qui s’est le plus distingué dans la promotion de ce secteur avec une évolution des effectifs de 27,8% entre 2009 et 2010, alors que ceux des départements de Linguère et de Louga sont en baisse, respectivement 7,1% et 4,5%. n L’enseignement élémentaire Au niveau de l’enseignement élémentaire, les effectifs sont en constante évolution et atteignaient déjà quatre vingt quatorze mille huit cent vingt deux (94 822) élèves en 2010 contre quatre vingt neuf mille cinq cent soixante sept (89 567) en 2009 soit une progression de 5,9% avec une dominance de la gente féminine. Cette évolution traduit du même coup les efforts fournis en réalisation d’infrastructures par l’ensemble des partenaires de l’école dans la course vers la scolarisation universelle. Le Taux Brut de Scolarisation (TBS) qui indique le nombre d’enfants admis pour la première fois au CI, rapporté à la population âgée de 7ans, a évolué de 30% en 2006 à 74,3% en 2010. Ce Taux a connu des améliorations sensibles mais reste en deçà de la moyenne nationale qui est de 94,4%. Les filles restent en pôle position avec un TBS de 92,6% contre 85,4% pour les garçons. Ce résultat est le fruit des efforts menés par la SCOFI en partenariat avec l’ensemble des acteurs de la Région pour une scolarisation à 100% des filles.

Source : ANSD, IA/Louga

Graphique n°10 : Evolution du Taux brut de scolarisation de 2006 à 2010 (Région Louga)

26

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page27

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Le Taux Brut Global de Scolarisation s’inscrit dans une dynamique positive mais reste faible par rapport à l’objectif de scolarisation universelle. Le taux d’Achèvement (TA) mesure la proportion d’élèves achevant le cycle d’étude primaire. C’est un indicateur universel qui permet de mesurer l’efficacité du système scolaire. Cependant, même si des progrès sont notés dans l’inscription au Cours d’initiation (CI) où le taux global régional a atteint 98,5%, le bouclage du cycle primaire se fait difficilement. Le TA est passé de 28,8% en 2006 à 44,5% en 2010, cela malgré les efforts fournis dans le cadre du PDEF, en termes de renforcement du système. Mais il n’a pas encore atteint la valeur de 53% fixée soit un écart de 9,5 points. Cela s’explique par les taux importants de redoublants au CE1 (5,49%) et au CM1 (7,68%) et d’abandons (10,3%) en 2010. En dehors de Diourbel (31,9%), Matam (40,1%)l et Kaolack (41,9%), Louga présente le taux d’achèvement le plus bas du pays en 2009 (43%). Cette baisse du taux de réussite dans le primaire est la conséquence du niveau élevé des abandons et échecs scolaires notés dans certaines zones lesquels sont dus à plusieurs facteurs : les longues distances parcourues par les enfants pour rallier leurs milieux scolaires et sous de très fortes températures (surtout dans le département de Linguère), l’absence de latrines dans bon nombre d’établissements, l’exode de familles entières en pleine année scolaire, la transhumance et quelques fois l’émigration. Le maintien des enfants à l’école constitue un défi que la Région doit relever, pour ne pas hypothéquer l’atteinte des OMD. n L’enseignement moyen secondaire L’enseignement moyen concerne la tranche de la population globale âgée de 13 à 16 ans. La demande potentielle dans ce secteur s’élève à quatre vingt sept mille trois cent dix (87 310) individus en 2010 dans la région de Louga. La région a connu une progression du nombre de ses établissements d’enseignement moyen qui est passé de 6 en 2009 à 41 en 2010. Cette évolution est plus marquée dans le département de Louga et Linguère. Près de 89% de ces établissements sont à caractère public. Concernant les indicateurs de performance, les mêmes tendances évolutives sont constatées. Le TBS est passé de 21,7% à 25,7% de 2009 à 2010 soit une hausse de 4%. Mais, il reste en dessous de la moyenne nationale qui est de 45% en 2010. Concernant l’enseignement secondaire, la demande potentielle correspond à la tranche d’âge de 17 à 19 ans. En valeur absolue, cette demande atteint cinquante huit mille deux cent deux (58 202) individus en 2010. La région compte 17 établissements d’enseignement secondaire. L’effectif du cycle est estimé à six mille quatre cent vingt dix (6 490) élèves en 2010, avec une faible proportion des filles (39,7%). Ce résultat met en exergue les efforts à mener pour l’atteinte de la parité dans le secondaire. Les résultats du baccalauréat de 2010 montrent que 63,1% des élèves qui se sont présentés ont réussi à l’examen contre 56% en 2009. Avec les collèges de proximité, les nombreux cas d’abandons scolaires notés surtout chez les filles, s’amenuisent d’année en année. Les travaux de construction du nouveau Lycée de Louga qui ont démarré en 2007/2008 ne sont toujours pas achevés La faiblesse des effectifs dans les filières scientifiques (seulement un quart (¼) des effectifs globaux) est une des caractéristiques de l’enseignement secondaire, malgré la volonté des pouvoirs publics de développer l’enseignement des sciences et de la technologie. n L’enseignement technique et professionnel Avec un rayon d’action très limité, le sous­secteur de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle ne joue pas encore un rôle significatif dans la prise en charge des besoins de formation articulés aux activités économiques dominantes. L’espace régional est pauvre en infrastructures de formation technique et professionnelle. La région ne dispose que de quatre (4) centres de formation féminine (CETF) et d’un centre de formation aux métiers (CEFAM) financé par le Programme ART GOLD Sénégal. Il n’existe pas encore de lycée technique. n L’éducation religieuse Les populations de la région de Louga portent un très grand intérêt à l’enseignement religieux et à la langue arabe. Ainsi, ce secteur de l’enseignement compte trois grands Instituts islamiques, trente neuf (39) écoles franco arabes avec un effectif de quatre mille huit cent soixante sept (4 867) élèves, plus de (165) daaras et écoles coraniques occupés par seize mille cent quatre vingt huit (16 188) enfants pensionnaires. L’introduction de l’éducation religieuse dans les écoles modernes et l’existence d’écoles franco­arabes ont beaucoup contribué à renforcer ce type d’enseignement et accroître le TBS. Ces chiffres montrent la place importante qu’occupe l’éducation religieuse dans le système éducatif régional. Mais, il est malheureusement traité en parent pauvre et souffre d’un manque d’organisation et d’appui conséquent de la part des pouvoirs publics et des partenaires au développement. En conclusion, la sensibilisation des populations particulièrement des filles sur l’abandon scolaire, la mise à niveau des filières scientifiques, de même que l’adaptation des formations professionnelles aux besoins en emploi et le renforcement des capacités des différents acteurs intervenant dans le secteur pourraient contribuer au développement de l’éducation.

27

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page28

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.3.3 Hydraulique et Assainissement L’accès à l’eau potable constitue un droit universel et entre dans les grandes lignes de la politique hydraulique au Sénégal et des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Ainsi, conformément à la cible 10 de l’OMD 7, la région de Louga a pour objectif d’ici 2015, de faire accéder 82% de sa population à l’eau potable. Avec l’appui du Programme Eau Potable et Assainissement du Millénaire (PEPAM), d’importants progrès ont été réalisés tant en milieu urbain qu’en zone rurale. En milieu urbain le taux d’accès à l’eau potable est ainsi porté à 97%, alors qu’il est de 70% en milieu rural. Le taux régional d’accès à l’eau potable est de 72%. Par ailleurs, grâce à la politique des branchements sociaux, 91% de la population a pu bénéficier en masse de branchements à domicile et 33% de bornes fontaines publiques. La région bénéficie également de l’appui d’autres partenaires pour atteindre l’objectif d’accès à l’eau potable pour tous à l’horizon 2015. Il s’agit, entre autre, du Programme Régional Solaire (PRS) phase 2 qui se déploie pour l’approvisionnement en eau potable en zone rurale, du projet du Village du Millénaire, du projet Eau potable et Santé phase 2, de la BAD­AEPA… Dans les différentes localités, le système est caractérisé par une faible capacité de stockage face aux quantités produites quotidiennement. Des efforts restent tout de même à faire pour couvrir la zone périurbaine, les nouveaux quartiers périphériques rencontrant quotidiennement d’énormes difficultés d’accès à l’eau. Dans le domaine de l’hydraulique rurale, la Région a bénéficie d’importants investissements. Le nombre de forages s’est considérablement accru passant de cent cinquante trois (153) en 2004 à deux cent quatre(204) en 2010. La mauvaise gestion de ces ouvrages par les comités a été à l’origine de la mise en place des Associations des Usagers des Forages (ASUFOR). Au nombre de 155, ces ASUFOR ont permis de générer des recettes de 612 454 207 F CFA, soit une moyenne de près de 4 millions par ASUFOR.

Tableau n°4 : Répartition des infrastructures hydrauliques en milieu rural de la région de Louga en 2010 Localité Darou Mousty Ndande Sagatta Kébémer Barkédji Dodj Sagatta Djolof Yang Yang Linguére Coki Keur Momar Sarr Mbédiéne Sakal Louga Région

Forages 25 21 20 66 30 18 21 16 85 18 17 11 7 53 204

Bornes fontaines 133 97 228 458 90 53 430 98 671 552 104 267 135 1058 2187

Puits modernes 88 114 106 308 29 31 101 5 166 44 2 34 8 88 562

Source : PEPAM 2010

Le taux d’accès à l’eau potable par adduction d’eau a été ainsi relevé de 62% à 73% entre 2004 et 2010, mais avec des disparités certaines entre les départements et à l’intérieur de ceux­ci. Pour les départements de Louga et Kébémer, ce taux est respectivement de 81,7% et 77,4%, alors qu’il n’est que de 51% à Linguère. La faiblesse du taux d’accès à Linguère est liée au caractère dispersé de l’habitat et à l’étendue du territoire départemental qui pose des difficultés de maillage, rendant onéreux les coûts unitaires d’accès. Avec 9 litres /habitant/j, le département de Linguère est loin de la norme de l’OMS (35 litres/habitant/j). Ainsi, malgré tous les efforts fournis, les problèmes d’eau se posent encore avec acuité dans certaines zones du milieu rural où de nombreuses populations sont obligées de faire de longs et fréquents déplacements pour s’approvisionner en eau potable. Dans certaines zones, la qualité de l’eau est très décriée, à cause de la teneur en sel.

28

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page29

Document de lignes directrices de la Région de Louga

En matière d’assainissement, il y a lieu de souligner que l’insalubrité et l’hygiène du cadre de vie des populations, qui se posent en termes d’évacuation des eaux usées et pluviales et de gestion des déchets solides, constituent des problèmes récurrents dans la région. Localisé dans la seule commune de Louga, le réseau d’assainissement ne couvre qu’une faible partie des besoins et assure insuffisamment le drainage des eaux usées et pluviales. Le réseau d’assainissement de la ville de Louga affiche un taux de dessert très faible de l’ordre 25,8%. La majeure partie de la population de la capitale se trouve ainsi en dehors du système et développe des solutions alternatives. Le réseau d’eau pluviale, ne concerne également que la commune de Louga et il dessert uniquement le centre­ville. Face aux difficultés d’entretien, ce réseau est très souvent confronté à l’encombrement des grilles avaloires des caniveaux entraînant la stagnation des eaux de pluie à certains endroits. Quant aux zones rurales, elles ont souffert de l’absence d’une politique de prise en charge des questions d’assainissement. Vu ses impacts négatifs sur le cadre de vie de la santé des populations, ce sous secteur commence maintenant à être au centre des priorités des pouvoirs publics locaux. C’est pourquoi en plus du PEPAM, on note l’intervention de quelques ONG et structures dans le domaine dont les plus dynamiques sont le Plan International Louga et le CREPA. Toutefois, la synergie des actions des partenaires a permis d’avoir en 2010 un taux d’accès à l’assainissement en milieu rural de l’ordre de 54%, largement supérieur à la moyenne nationale qui est de 29%. Graphique n°11 : Situation de l’accès à l’assainissement dans la région de Louga Revues régionales du PEPAM, Louga 2010.

Source : Rapport diagnostic PRDI/SRAT, 2011

La Région devrait ainsi se maintenir dans cette dynamique pour réussir le pari de l’atteinte de l’OMD 7 (réduire de moitié les personnes n’ayant pas accès à l’eau potable et à l’assainissement adéquat).

2.3.4 Culture La région de Louga est réputée être une région à vocation culturelle. Cette réputation est fondée sur un passé riche d’activités et de manifestations culturelles phares qui lui ont fourni un prestigieux titre de noblesse dans ce domaine avec des artistes talentueux comme Feus Moustapha Dimé et Mademba DIOP, Badou NDIAYE… D’ailleurs un agenda toujours assez bien fourni de manifestations culturelles et artistiques majeures (FESFOP, Kébéculture, FESTEEF…) continue de porter la région au devant de la scène, malgré quelques manquements constatés dans la promotion. Comme infrastructures culturelles, la région de Louga compte : • Un (1) centre culturel régional construit et équipé en 2003, qui joue un rôle d’assistance­conseil, d’expertise et d’animation au service des acteurs culturels ; • Trois (3) centres d’Education Physique et Sportive (un dans chaque chef lieu de département) ; • Deux (2) espaces jeunes à Kébémer et Darou Mousty ; • Onze (11) foyers des jeunes sans équipements dans les chefs lieux d’arrondissements.

29

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page30

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Deux Programmes, l’un national, l’autre sous­régional, appuient la politique culturelle. Il s’agit du Programme de Soutien à l’Action Culturelle (PSAC) et du West African Museum Program (WAMP). La région de Louga regorge de multiples sites historico­culturels légués par de grandes figures historiques qui ont mené des combats pour sauvegarder la patrie ou propager la religion islamique : Bourba Djolof, Lat Dior, Serigne Touba, Koc Barma Fall, Mame Cheikh Mbaye, Mame Malick SALL, Serigne Mountaga Tall… A côté de ces figures et sites, il existe des associations culturelles de grande renommée tels que le Cercle de la jeunesse de Louga, le Ngalam, le Guet de Kébémer, la troupe culturelle de Sakal, l’orchestre régional du Nguéwel, l’orchestre Sawrouba de Louga. La région organise régulièrement des manifestations culturelles d’envergure nationale et même internationale avec le FESPOP, le Festival Kébéculture, des journées culturelles, religieuses, des Magal (pèlerinages). L’activité culturelle dans la région de Louga progresse difficilement à cause de l’absence d’une politique de sauvegarde et de valorisation du patrimoine et d’un déficit en infrastructures culturelles, de la faiblesse des moyens investis et de l’insuffisante organisation des acteurs culturels. De même, l’insuffisance des espaces de production et des moyens n’encourage pas les artistes du théâtre et de la danse, et met mal à l’aise les musiciens parfois mal encadrés et sous équipés et dont le salut semble être l’émigration. La sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel, le renforcement des capacités des acteurs tous niveaux confondu, la promotion de PME culturelles, l’information et la communication permanente et la redynamisation de la coopération décentralisée avec l’actualisation des accords et la mobilisation de partenaires participeraient au développement de la culture et à l’épanouissement des acteurs.

2.3.5 La pauvreté dans la région La pauvreté, a connu une augmentation, au cours des cinq dernières années. Le nombre total de ménages au niveau régional est estimé à soixante huit mille sept cent trente (68 730) par l’ESPS en 2005­2006 dont cinq quatre mille neuf cent quatre vingt sept (54 987) en milieu rural et treize mille sept cent quarante trois (13 743) en zone urbaine. La proportion de ménages vivant en dessous du seuil de pauvreté est estimée à 65%. La pauvreté touche 65,6% des ménages du département de Kébémer, 62,4% de ceux de Louga et 68,1% de ceux de Linguère. Les proportions de populations pauvres s’élèvent respectivement à 71,8%, 63,8% et 72,3% pour les départements de Kébémer, Louga et Linguère. Le milieu rural est plus touché (67,5% des ménages et 71% de la population). L’incidence de la pauvreté en milieu urbain est de 55% pour les ménages et de 56,6% pour les individus. Cette pauvreté se caractérise dans la région par des difficultés d’accès aux services sociaux de base, une insuffisance de la couverture alimentaire et de la faiblesse des revenus des ménages. Selon les résultats de l’enquête village de 2009, l’indice global (ou indice composite) d’accès aux services sociaux de base en zone rurale est estimé à 350 dans la région de Louga, ce qui la classe au dixième rang national, malgré un accroissement substantiel de l’indice enregistré entre 2000 et 2009, soit 80,4%. Ainsi, le taux d’accessibilité aux services sociaux de base est 70%, pour la population rurale de la région. Ces résultats laissent apparaître, par ailleurs, des disparités énormes entre les départements. A Linguère, où l’indice global est estimé à 150, le taux d’accès aux services sociaux de base se situe à 30% contre 80% pour les départements de Louga et Kébémer, où l’indice global est de 400. Les communautés rurales dont l’indice d’accès aux services de base est en dessous de 250 sont considérées comme pauvres (c’est­à­dire que moins de 50% a accès aux services de base. Ainsi, les communautés les plus pauvres, en termes d’accès aux services de base, sont concentrées dans la région de Louga (pour près de 21%, soit 13 sur 62), de même que les communautés rurales en situation de précarité (pour 25 %).

2.4

Développement économique local

Avec l’appui non négligeable de partenaires au développement, la Région de Louga est entrain de définir des voies et moyens de booster son économie régionale et ses économies locales, fort de ses potentialités tant physiques, économiques, culturelles et organisationnelles. Nourrie principalement par le secteur de l’agriculture, l’économie de la région de Louga est fluctuante et varie selon les performances ou contreperformances des activités rurales. Malgré la dégradation constante de l’environnement, des progrès sont notés dans le secteur agricole. En effet, ces trois dernières années, la production céréalière a connu une augmentation considérable (effets GOANA). Mais la dégradation des sols, l’insuffisance du matériel agricole et les aléas climatiques influent beaucoup sur les rendements des cultures pluviales dont l’avenir incertain constitue un facteur de promotion du maraîchage qui se développe au niveau des cuvettes des Niayes et des terroirs de Keur Momar Sarr. L’élevage constitue l’une des activités maîtresses de la région en raison de l’appartenance d’une grande partie de son territoire (65%) à la zone sylvopastorale. Il occupe avec l’agriculture plus de 80% de la population. Il est de type extensif et transhumant avec la disponibilité de

30

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page31

Document de lignes directrices de la Région de Louga

parcours naturels et l’existence de forages pastoraux. Grâce à l’importance des zones de pâturage vingt un mille (21 000 km2), à l’expérience longtemps acquise par les éleveurs et la présence d’unités pastorales mise en place par le PAPEL, la région de Louga constitue véritablement une zone d’élevage. L’artisanat et le commerce constituent les sous secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois. Les autres sous secteurs comme celui des PME/PMI étant essoufflés par des difficultés structurelles. En effet, face à une économie régionale confrontée au déficit des infrastructures d’appui à la production, les rares entreprises existantes rencontrent d’énormes difficultés de gestion, voire de commercialisation sur un marché de plus en plus étroit envahi par toutes sortes de produits issus de containers.

Photo n°1: louma de bétail

2.4.1 Agriculture L’agriculture, composante majeure du secteur primaire, occupe une large part de la population active régionale (60 à 65%). L’activité agricole de la région de Louga, placée dans un contexte agro écologique particulièrement difficile, n’en est pas moins dans la recherche des voies pour son développement. L’agriculture de type extensif qui est pratiquée dans la Région de Louga dépend essentiellement de la pluviométrie. La faiblesse et l’irrégularité de la pluviométrie conjuguée à la pauvreté des sols et les difficultés d’organisation des campagnes agricoles sont en grande partie responsables de la situation peu reluisante de l’agriculture dans la zone même si par ailleurs on a noté quelques performances ces dernières années. L’agriculture est dominée par les cultures sous pluie qui utilisent peu d’intrants. Toutefois, les cultures irriguées, où de grandes quantités d’intrants sont utilisées, prennent de plus en plus de l’essor. Les variétés à cycle court d’arachide, de niébé et de mil s’adaptent bien aux conditions pluviales. Mais seule la réduction des incertitudes par la maîtrise de l’eau et la fertilisation permettra la pratique d’une agriculture plus performante. Depuis plusieurs années, le gouvernement a consenti des efforts financiers considérables pour consolider la capacité de production des agriculteurs en mettant à hauteur de leur bourse le coût de rétrocession des intrants (semences, engrais, équipements et matériels agricoles et gratuité des interventions phytosanitaires).

Photo n°2 : vente de céréales (Gouye mbeut)

31

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page32

Document de lignes directrices de la Région de Louga

n Les cultures céréalières Ces dernières années, avec le niveau satisfaisant de la pluviométrie combiné à l’appui des programmes en particulier la GOANA, la production céréalière régionale (mil et sorgho) a plus que doublé entre 2006 et 2009. Elle est passée de vingt quatre mille quatre cent quatre vingt dix neuf (24 499 T) à cinquante quatre mille deux cent douze (54 212 T), soit un accroissement moyen annuel de 97,9%. De fait, l’agriculture assure une couverture de 32% des besoins céréaliers en 2009, au vu des normes de la FAO (185 kg/habitant/an). En 2010, la région de Louga a emblavé trois cent quarante cinq mille cinq cent cinqante sept (345 857 ha) représentant 17,3% des superficies totales cultivées (1 412 697 ha) dans le pays. Cette diminution constatée quatre cent dix mille trois cent qatre vingt sept (410 387 ha) en 2009 a sensiblement impacté sur les productions agricoles particulièrement celles céréalières avec un recul de 44,1% pour le sorgho et 34,3% pour le niébé. Seul le maïs a connu une hausse de sa production de l’ordre de 89,1%. n La culture de l’arachide L’arachide est la principale culture industrielle de la Région. En léthargie depuis 2003, sa reprise a été constatée de 2008 à 2010, avec un doublement de la production qui passe de cinquante sept mille six cent quarante un (57 641 T) en 2008 à cent cinquante mille troie cent dix huit (150 318 T) en 2009 même si elle a chuté jusqu’à cent vingt cinq mille cent soixante deux (125 162 T) en 2010. Le manque de performance de l’activité de production arachidière pourrait s’expliquer par des sols peu fertiles, une faible utilisation des engrais, de fréquentes pauses pluviométriques, la présence de parasites. La commercialisation de ce produit de rentes constitue une équation de taille. De 2004 à 2009, des difficultés énormes ont été rencontrées dans le financement des opérations de commercialisation. La régularisation des dépôts a connu beaucoup de lenteurs et face au rythme effréné des évacuations, les huiliers plus ou moins dépassés, ont été très laborieux dans le règlement des facturations. L’autre alternative demeure la transformation artisanale qui commence à prendre des proportions importantes avec l’existence de trois mille quatre cent vingt neuf (3 429) presses à huile dans la Région. Cependant, les besoins en transformation ne peuvent être assurés par ces seuls équipements. n Le maraichage Avec une façade maritime qui s’étend sur 54 Km de Lompoul au Gandiol, des conditions climatiques exceptionnelles dans la zone des Niayes et l’existence d’unités de production familiales intégrées, la Région de Louga a tous les atouts pour promouvoir le maraichage. La filière de l’oignon se promeut avec une progression de 436% de la production entre 2004 et 2010. Sur cent soixante mille (160 000 T) d’oignons produit au niveau national, vingt deux mille trois cent soixante huit (22 368 T) proviennent de la Région soit 14%. Le maraichage se pratique principalement dans les communautés rurales de Léona, keur Momar Sarr, Lompoul et Thiepp. Ces zones pourraient offrir de belles perspectives pour l’horticulture et la culture fruitière d’exportation, et même le maïs et les cultures fourragères. Le développement de ce sous secteur bute sur les difficultés de commercialisation des produits, la vétusté de équipement d’irrigation, l’enclavement des zones de production et l’accès au crédit. Aussi, l’exode rural et l’émigration vers les centres urbains et l’étranger laissent sur place une féminisation et un vieillissement de la main d’œuvre agricole. Pour la promotion de son secteur agricole, la Région de Louga devra relever les défis suivants : • accroître la productivité agricole ; • diversifier les activités agricoles ; • améliorer l’accès à l’équipement et au matériel agricole ; • désenclaver les zones de production et renforcer les infrastructures de stockage et de conservation ; • faciliter l’accès des producteurs au financement ; • prise en charge la phase post­récolte (commercialisation, gestion et valorisation des excédents de production).

2.4.2 Elevage C’est le deuxième pilier de l’économie régionale et concentre ainsi 17% du cheptel national. En 2010, l’effectif total du cheptel est estimé à quatre millions quatre cent soixante quatorze mille cent quinze (4 474 115) têtes contre quatre millions trois cent soixante quinze mille quatre cent cinquante cinq (4 375 455) têtes en 2009 soit un accroissement

32

Photo n°3 : Forail de Dahra

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page33

Document de lignes directrices de la Région de Louga

de 2,3%. La répartition selon l’espèce montre que les volailles, avec un million neuf cent trente un mille cinq cent soixante dix (1 931 570) têtes (soient 43,2% de l’ensemble), occupent une place de choix dans le cheptel de la région. Les ovins et les caprins suivent avec respectivement un million cent vingt deux mille deux cent trente deux (1 122 232) têtes et neuf cent vingt un mille dix sept (921 017) têtes, soient respectivement 25,1% et 20,6% de l’ensemble. Ils constituent un mode d’épargne pour les populations. Le département de Linguère apparaît comme la principale zone d’élevage de la région. Prés de 45,5% du cheptel de la région de Louga se retrouve dans ce département. Kébémer et Louga concentre respectivement 27,8% et 26,7% du cheptel de la région. L’élevage de type extensif est prédominant avec l’existence de sources d’abreuvements et de pâturages naturels qui favorisent la constitution de réserves fourragères importantes. Le département de Linguère constitue une zone stratégique du développement de l’élevage de la Région. Il concentre 45,5% du cheptel régional. Il abrite le centre de recherche zootechnique et le plus grand marché de bétail du pays, avec le foirail de Dahra. Par ailleurs, l’existence de plusieurs zones écologiques déterminant chacune un mode d’élevage spécifique constitue un atout de premier ordre. • Dans la partie des Niayes de la région, l’élevage y est de type intensif avec le développement de l’aviculture. Ce secteur y est en pleine expansion. Il se développe autour des centres urbains. La zone des Niayes offre un climat très favorable à l’exploitation avicole et pourrait constituer de ce fait la zone de concentration de cette activité dans sa phase de promotion. La région de Louga abrite 8,7% de l’ensemble de la volaille du pays. La plus importante part de la volaille (40%) est localisée dans le département de Louga. • La zone sylvo­pastorale joue le rôle de vivier du sous secteur. C’est l’un des pôles stratégiques de transhumance du pays et même de la sous­région. • L’élevage de type intensif se développe dans la zone du Bassin Arachidier de la Région tout autour des villes où l’on note l’existence de fermes pilotes. • Dans la zone du Lac de Guiers et de la Basse vallée du Ferlo, se déroule un élevage mixte intensifié. Par rapport aux cinq dernières années, nous notons une progression de toutes les infrastructures pastorales. Le nombre de forages s’est accru passant de cent trente deux (132) en 2004 à deux cent soixante un (261) en 2009. Le nombre de puits passe de (471) à mille deux cent soixante quinze (1 275) pour la même période. Par contre, la région ne compte que vingt cinq (25) postes vétérinaires dont treize (13) construits parmi lesquels seuls cinq (5) postes vétérinaires ont pu être réhabilités. Les contraintes du sous­ secteur de l’élevage sont de plusieurs ordres : • L’alimentation du cheptel est basée sur les pâturages naturels soumis aux aléas climatiques, aux feux de brousses, à la pression des cultures avec les défrichements perpétuels et à l’extension de grands aménagements hydro­agricoles dans la Vallée du Ferlo. Cette dépendance rend le sous­ secteur plus vulnérable. • Les surcharges dans les zones de forage et le piétinement des pâturages par le bétail transhumant alors qu’il existe de vastes espaces de pâturage, sont les résultats d’un maillage insuffisant des ouvrages hydrauliques. • La loi agro­sylvopastorale de 2004 a insuffisamment pris en compte le problème des espaces pastoraux dans la gestion du foncier au niveau rural. Les zones de parcours du bétail se rétrécissent d’année en années au profit de l’agriculture. • le manque de maîtrise des effectifs. n La production régionale de viande En 2010, la région de Louga a produit 1 486,67 tonnes de viandes contrôlés contre 1 637,89 tonnes en 2009 soit une baisse de prés de 9,2%. Cependant les abattages non contrôlés sont considérables et méritent une attention particulière de la part des pouvoirs publics pour une meilleure sécurité alimentaire de source animale. La production de viandes issue des abattages incontrôlés représente en 2009, 88% de la production globale de viande de la Région, laquelle est estimée à 13 565,364 tonnes en 2009, soit 9,64% de la production nationale. Sous ce rapport, les services d’hygiènes gagneraient à améliorer la surveillance et le contrôle au quotidien des méthodes et lieux d’abattage. n La production laitière Elle est tributaire des ressources fourragères, subit régulièrement des variations considérables d’une année à l’autre et d’une saison à l’autre. Elle représentait 12,32% de la production nationale en 2009. Le département de Linguère est la principale zone productrice avec 55% de la production régionale. Cependant, les pertes énormes découlant de l’absence d’un système adéquat de collecte, de transformation et de conservation, surtout en période de surproduction dénote du manque de performance de la filière lait. n La production de peaux et cuirs, La production contrôlée de peaux et cuirs provenant des bovins et caprins s’élève à cinquante neuf mille quatre cent trente quatre (59 434)

33

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page34

Document de lignes directrices de la Région de Louga

unités en 2010 dans la région de Louga. L’essentiel de cette production est fourni par le département de Louga Dans le domaine de la santé animale L’action la plus importante est la campagne annuelle de Zoo prophylaxie médicale. 53% des mortalités enregistrées chez les bovins sont dues à la DNCB et 26% à la fièvre aphteuse. C’est pourquoi, ces deux (2) pathologies ont nécessité l’assistance de l’Etat. 73% des mortalités sont dues à la PPR, d’où l’urgence pour les acteurs du secteur de respecter l’agenda des campagnes de vaccination. n Sur le plan organisationnel Différentes organisations pastorales existaient déjà à l’échelle régionale, notamment des groupements d’intérêt économiques (GIE) d’éleveurs regroupés en fédération du niveau local à la région, et des coopératives d’éleveurs regroupées en union de la base à la région. Mais le niveau de structuration ne permet pas un bon fonctionnement de ces organisations qui ne bénéficient pas de formations adéquates et d’un encadrement suffisant. La Maison des Eleveurs (MDE) mise en place en juillet 1997, et regroupant tous les professionnels du bétail et de la viande en plus des éleveurs, a eu le mérite de créer une Mutuelle d’Epargne et de Crédit pour ses membres. Il y a aussi, le Directoire Régional des Femmes en Elevage. Toutes ces organisations sont regroupées autour d’un cadre régional de concertation. n le financement Pour ce qui concerne le financement du secteur, l’élevage a beaucoup souffert de l’inexistence d’appui financier conséquent et accessible, malgré l’expression d’un besoin important en matière de crédit. Les quelques rares fonds injectés dans le sous secteur sont le fait d’ONG, de projets et de la CNCAS dont les lignes de crédits inadaptés sont difficilement accessibles aux éleveurs, même si des améliorations ont pu être apportées ces dernières années. De fait, le montant des crédits alloués dépasse rarement le plafond de 5 millions de francs. Globalement, le secteur de l’élevage connaît une bonne croissance dans la région. Avec une amélioration constante de la santé animale, il apparaît de plus en plus que les animaux élevés dans des systèmes pastoraux sont très rentables. La promotion du secteur devra passer par une meilleure maîtrise des effectifs ; un renforcement de l’encadrement ; son intensification par la promotion de l’approche par filière ; la valorisation des sous produits et un meilleur accès au financement des éleveurs.

2.4.3 Pêche La région dispose d’une frange maritime de 54 km avec une ouverture fluviale et lacustre d’environ 150km. Cette façade maritime assez poissonneuse attire des pêcheurs professionnels des autres régions, surtout ceux de Saint­Louis. La pêche artisanale est un des leviers de l’économie vivrière. Elle permet l’approvisionnement d’une bonne partie du marché intérieur, même si l’auto­ suffisance en produits halieutiques n’est pas encore atteinte. Grâce à la convergence de grands courants marins qui assurent la remontée des eaux profondes riches en sels nutritif, la région de Louga abrite une flore et une faune aquatique abondante et diversifiée, mais peu exploité du fait de contraintes diverses. Mais des espoirs sont permis avec les activités en vue pour la promotion de la pêche maritime et de l’aquaculture dans la région. n Pêche maritime La pêche maritime est pratiquée sur la frange côtière entre Potou et Loumpoul. Elle a mobilisé huit cent quarante deux (842) pêcheurs en 2010 soit un taux de progression de 21% comparé à l’effectif des pécheurs pour 2009. Environ 70% des pêcheurs proviennent du département de Louga. Paradoxalement, le volume des débarquements a baissé de plus de la moitié, passant de deux mille neuf cent vingt huit (2 928 T) en 2009 à mille huit cent soixante treize (1 873 T) en 2010. Cette forte baisse pourrait s’expliquer par le caractère saisonnier de cette activité qui est lié à un ensemble de facteurs dont la brève présence des pêcheurs composés à 90% d’étrangers (St louisiens en particulier) ; leur mobilité qui constitue une entrave à leur accès au crédit. C’est pourquoi leur sédentarisation, par l’attribution de parcelles, semble être une priorité surtout pour Potou. Par ailleurs, les pêcheurs sont insuffisamment outillés aux techniques de pêche moderne. En dépit des nombreuses campagnes de sensibilisation et d’information sur la nécessité de diversifier les techniques de pêche, les professionnels n’utilisent que le filet maillant dormant, moins performant et moins sélectif que les autres engins.

34

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page35

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Graphique n°11 : Evolution annuelle des mises à terre en tonnes : pêche maritime

Source : Service Régional de la Pêche

De plus, l’insuffisance des capacités organisationnelles des professionnels et le manque d’infrastructures et d’équipements de conservation et de transformation constituent des contraintes majeures. En effet, il n’existe à l’heure actuelle qu’une seule aire de débarquement maritime à Lompoul, et un magasin de stockage de produits transformés à Potou.Il faut également noter l’inexistence de station de carburant sous douane dans toute la région, ce qui se reflète sur les coûts de production qui sont déjà très élevés. Par ailleurs, le mareyage aussi souffre d’un manque d’appui en infrastructures, logistiques et équipements surtout à Louga commune où des difficultés sont notées dans la conservation des produits frais. La distribution des produits frais au niveau de Louga pourrait être facilitée par : • la création d’un marché central uniquement réservé au mareyage à Louga commune et Kébémer; • l’aménagement d’infrastructures de conservation des produits halieutiques ; • l’équipement des mareyeurs en moyens de transport adaptés. La transformation artisanale subit inéluctablement les tendances des débarquements. Le volume des produits de la pêche transformés est passé de 288,788 T en 2009 à 195 T en 2010 d’où une baisse de production de 67%. Les contraintes majeures rencontrées au niveau de cette activité se résument ainsi : • Sites de transformation non aménagés surtout à Potou ; • Equipements vétustes ; • Difficultés d’approvisionnement en matières premières, etc.

Tableau n°5 : Evolution de la production de la transformation artisanale Années Tonnage (t)

2006 339,89

VCE (X 1000 F.CFA) 146 193

2007

2008

2009

2010

299

172,945

288,788

195

119 592

74 302

102 484

72 844

Source : Service Régional de la pêche

35

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page36

Document de lignes directrices de la Région de Louga

n Pêche continentale La pêche continentale est pratiquée au niveau du lac de Guiers, dans l’arrondissement de Keur Momar SARR, dans le département de Louga. Les mises à terre sont estimées, en 2010, à 178,4 tonnes pour une valeur commerciale estimée de 115 579 550 F CFA. Une partie de cette production est consommée localement (13,6 t), le reste est commercialisé sinon transformé. L’armement ne comptait que 20 pirogues locales et 17 saisonnières recensées en décembre 2010, traduisant ainsi une baisse considérable des activités de pêches de 2005 à nos jours. Les poissons d’eau douce constituent environ 10% des débarquements totaux de la pêche en 2010. Depuis 2009, la tendance pour la production continentale est à la hausse, malgré les moyens rudimentaires que les pêcheurs utilisent. Le problème majeur au niveau de cette localité reste l’absence d’écoulement du poisson frais, conséquence des pertes post capture importantes. Graphique n° 12 : Evolution annuelle des mises à terre en tonnes : pêche continentale

n Aquaculture De nouvelles alternatives se dessinent avec la pisciculture en cages initiée dans l’arrondissement de Keur Momar Sarr dans le sous secteur de la pêche avec le GIE Fatyone qui gère quelques bassins piscicoles. Des récoltes n’ont pas encore été effectuées depuis plus d’un an, cela s’explique par un manque de capacités des acteurs dans ce domaine. Ce sous secteur peut apporter une contribution notable dans la lutte contre la pauvreté mais aussi au niveau de la sécurité alimentaire surtout dans les départements de Louga(Léona) et Linguère où les prospections techniques effectuées ont été très concluantes. Les femmes occupent une place très importante dans les filières de la distribution et de la transformation et contribue de manière significative à la valeur ajoutée issue du secteur de la pêche. Au plan organisationnel, une Antenne Régionale de la Fédération Nationale des Femmes Transformatrices et Micro­mareyeuses du Sénégal (FENATRAMS) a été créée plus Vingt cinq (25) Groupements d’Intérêt Economiques (G.I.E). L’encadrement des acteurs professionnels de la pêche est assuré par les services techniques compétents. La région dispose d’une inspection, de deux secteurs et de trois postes de pêche. Le niveau d’encadrement technique des pêcheurs reste faible. Le manque de formation des acteurs en développement durable porte préjudice à la gestion et à la conservation des ressources halieutiques. Un seul centre, sous­équipé a été mis en place à Guidick. Sur le plan financement : Un fonds de 100 millions de F CFA, est mis en place par l’Etat du Sénégal et logé à la CNCAS pour le financement du secteur. Le suivi de la gestion de ce fonds est assuré par un comité de crédit créé à cet effet. Le sous secteur reçoit aussi l’appui de projets et programmes comme le COGEPAS, le PV, l’ACOPROV qui interviennent dans les domaines du micro­crédit, de l’équipement et du renforcement des capacités des acteurs. L’aménagement d’un ponton à Lompoul pour les débarquements (sennes tournantes), la mise en place des infrastructures de conservation des produits de la pêche (chambres froides et fabrique de glace), la valorisation des bassins de rétention, le renforcement de capacités des acteurs à l’utilisation de techniques modernes de pêche, la création de fermes piscicoles au niveau de Linguère et Keur Momar Sarr devraient participer à améliorer le secteur dans la région de Louga.

36

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page37

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.4.4 La foresterie L’exploitation forestière est riche et diversifiée allant du bois mort aux fruits en passant par les résines (les gommes). Les quantités exploitées sont variables d’une année à l’autre. Les fruits forestiers (jujube, soump, nep nep, pain de singe) contribuent à la sécurité alimentaire et à un meilleur équilibre nutritionnel pour tous les groupes d’âges. Ils jouent un rôle économique certain, surtout pour les femmes et les jeunes qui s’adonnent à leur collecte. Les résines constituent l’une des principales richesses tirées de la forêt de la région. L’exploitation des produits de la cueillette est passée de 407,49 tonnes en 2009 à 405,73 tonnes en 2010 soit une légère baisse de 0,43%. Cette production est caractérisée par une prépondérance de la quantité de jujube avec prés de 73,3% de la production totale et dans une moindre mesure de celle de la gomme arabique totalisant 21,8% de la production. La valeur des récoltes a atteint onze millions trois cent six mille sept cent cinquante (11 306 750 FCFA) en 2010. L’essentiel du revenu provient de la production de gomme arabique et de jujube qui représentent respectivement 54,7% et 39,5% des recettes totales. Les recettes forestières sont évaluées à trente millions neuf cent soixante douze mille trois cent cinquante francs (30 972 350 FCFA) en 2010 contre cinquante neuf millions trois cent soixante deux mille quatre cent vingt francs (59 362 480 FCFA) en 2008 soit une baisse de 47%. L’activité a connu un recul du fait de la dégradation progressive des forêts, conséquence de la baisse de la pluviométrie des années 90 d’un surnombre du cheptel qui entraîne un dépassement des capacités de charge et limite la régénération du domaine forestier et de l’exploitation clandestine du charbon dans la zone de Affé (département de Linguère).

2.4.5 Artisanat L’artisanat joue un rôle important dans l’économie régionale de par sa contribution à la valeur ajoutée et de par la création de milliers d’emplois. Les trois types d’artisanat y sont représentés, à savoir l’artisanat de production, de service et d’art. Ils se développent aussi bien dans l’informel que le formel. Ce secteur est le réceptacle de milliers de jeunes exclus du système scolaire et qu’il prédestine à l’auto emploi en stimulant en eux l’esprit d’entreprise. Les artisans de la région, de par leur expertise avérée et leurs capacités d’innovation et de création, figurent au palmarès des lauréats placés toujours 1er ou 2ème au Grand Prix du Chef de l’Etat pour la Promotion de l’Artisanat. Ainsi, grâce à un environnement juridique et administratif favorable et un encadrement technique compétent, le secteur de l’artisanat, dans la région, est dynamique et performant.

En 2010, douze mille sept cent soixante cinq (12 765) entreprises artisanales ont été répertoriées par la Chambre de Métiers de Louga, soit une hausse de 1,2% par rapport à l’année 2009. (53%) de ces entreprises sont localisées dans le département de Louga, 24,6% dans Kébémer et 22,1% dans Linguère. L’effectif du personnel est passé de quinze mille cinq cent quarante neuf (15 549) en 2009 à seize mille six cent soixante (16 660) en 2010. De 2006 à 2010, cet accroissement était en moyenne de 4%.

Photo n°4 : marché hebdomadaire de Ngouye mbeut

Les femmes, au nombre de quatre mille trente trois (4 033), gèrent 60% des entreprises artisanales bien qu’elles ne soient présentes que dans cinq (5) corps de métiers sur vingt sept (27) identifiés par la Chambre des Métiers. Cette présence massive féminine s’explique par le développement de certains corps de métiers et filières tels que la couture (26,7%), la teinture (15,2%), la coiffure, la transformation, la restauration, la tannerie et la poterie. Certaines filières traditionnellement réservées aux hommes sont maintenant embrassées par les femmes. Il s’agit de la mécanique, la pyrogravure, le froid et la construction métallique. Le secteur de l’artisanat, est bien structuré avec :

37

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page38

Document de lignes directrices de la Région de Louga

• 87 organisations composées de coopératives, des GIE, des associations toutes affiliées à la Chambre des Métiers ; • des instances fédératives de coordination des activités appelées « Unions locales, départementales et régionales des organisations professionnelles d’artisans » ; • six (06) guichets dont deux (2) départementales et quatre (4) locales ouverts par la Chambre Régionale des Métiers dans les départements de Linguère et kébémer; • une mutuelle d’épargne des artisans appelée UMECAS qui a ouvert des guichets dans les localités précitée ; • un village artisanal installé dans le centre­ville de Louga qui sert de cadre d’échanges et de concentration de l’offre potentielle en produits artisanaux. Sa création participe de la volonté des pouvoirs publics d’instaurer les conditions nécessaires à la promotion de ce sous­ secteur. Concernant le niveau de qualification des artisans, on peut noter que la plupart des chefs d’entreprises ont pu bénéficier de formations dans le cadre de projets initiés par le ministère de tutelle. Mais, le besoin en renforcement de capacités demeure important. La formation des compagnons et le perfectionnement des chefs d’entreprises devraient être des priorités de ce sous­secteur. Les contraintes du secteur de l’artisanat se résument : • aux difficultés de commercialisation des produits artisanaux (problèmes de débouché et de compétitivité des produits) ; • au sous­équipement ; • aux difficultés d’accès à des crédits adaptés ; • à l’absence d’informations fiables sur l’état de la concurrence nationale et internationale. Cependant, les pouvoirs publics et les partenaires au développement doivent davantage appuyer les acteurs en renforcement de capacité, en équipements et en financements pour booster le secteur et faciliter sa transition dans l’économie moderne.

2.4.6 Tourisme Le tourisme est le maillon le plus faible de l’économie locale, malgré les réelles potentialités que recèle la Région : frange maritime, patrimoine culturel riche et varié, sites historiques, Lac de Guiers, dunes de sable dans la zone de Lompoul, et ses alentours, etc. Le secteur du tourisme peut profiter à la Région s’il bénéficie d’investissements structurants (hôtels de moyen ou de grand standing pourvoyeurs d’emplois et créateurs de valeur ajoutée). Les capacités d’accueil sont réduites et de faibles standing, et ils demeurent sous exploités dans l’ensemble. L’absence d’une politique promotionnelle régionale du tourisme capable de mobiliser et d’organiser les acteurs du secteur à Louga, le dé���cit en infrastructures ainsi que la léthargie qui gagne le Syndicat d’initiative expliquent le manque de visibilité de la destination Louga. Toutefois, une nouvelle forme de tourisme est entrain de se développer dans la région : il s’agit du tourisme solidaire ou responsable. Ce type de tourisme a bénéficié d’un projet d’appui co piloté par le Ministère de tutelle, la Coopération italienne et l’Organisation Mondiale du Tourisme depuis 2008. Les bénéficiaires que sont le FESFOP et l’Association de quartier « Keur Serigne Louga » ont été formés. Un manuel pour mieux vendre la destination nord (Louga et Saint Louis) vient d’être réalisé par le Syndicat d’Initiative avec l’appui de l’Office du Tourisme de Saint­Louis. Mieux encore, de bonnes perspectives se dessinent avec la concrétisation d’un projet américain de mise en place d’une chaîne d’hôtel sur le littoral de Léona. Le défi à relever pour le secteur est la mise en œuvre d’une politique promotionnelle régionale du tourisme capable : • de mobiliser les promoteurs locaux, nationaux et les partenaires au développement pour le financement d’infrastructures et d’équipements de grand et moyen standing ; • de bien vendre la destination Louga ; • d’intégrer les secteurs de l’artisanat et du tourisme pour une exploitation optimale de toutes les potentialités offertes par la région dans ces domaines.

2.4.7 Industrie et PME/PMI Le parent pauvre de la région de Louga est le sous secteur de l’industrie qui souffre d’un déficit chronique d’entreprises. Les quatre unités industrielles existantes n’enregistrent pas plus de cinq cent employés permanents. Etant installés pour la plupart dans le centre urbain, c’est­à­dire dans les zones d’habitation, les risques de nuisances environnementales constituent un problème fondamental pour le bien être des populations. D’autres contraintes existent. Elles sont inhérentes, aux coûts élevés des facteurs de production élevés (énergie, transport, etc.) ; à la faiblesse des capacités en gestion, marketing des entreprises ; au nombre limité de sites industriels et aux difficultés d’accès au crédit et au marché.

38

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page39

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.4.8 Mines et Géologie Il existe au niveau de la Région d’énormes gisements de carrière : les dunes blanches et tourbes situées dans la zone du littoral ; le calcaire localisé dans la vallée du Ferlo ; les dunes rouges fixées, les indices de lignites et la latérite présentent dans le Centre Ouest. Seule l’exploitation du sable se fait de manière anarchique, alors que la seule carrière autorisée se trouve à Dagathie Sarr dans la Communauté rurale de Nguidilé (Arrondissement de Mbédiène). Le sable marin situé tout le long du littoral subit aussi illicitement la pression des exploitants. Cet état accentue fortement l’érosion côtière. Pour ce qui est du sable de dune, le même constat peut être fait. Le potentiel existant dans ce secteur est encore sous exploité, à cause de l’enclavement des carrières et l’absence d’informations exactes sur les opportunités liées à ces ressources naturelles. Par ailleurs le sous secteur des mines requiert des investissements lourds aux coûts élevés.

2.5

Secteurs d’appui à la production

2.5.1 Energie Dans le domaine de l’énergie, les populations bénéficient de plusieurs sources selon l’utilisation et selon la résidence. En effet, la principale source d’énergie en ville reste l’électricité utilisée à divers fin : éclairage, alimentation équipement audiovisuel, ménager, machine… Mais c’est aussi le sous secteur qui crée le plus de problèmes au niveau des ménages et des activités économiques à cause des interminables délestages structurels qui impactent négativement sur toutes les activités. La Région est ravitaillée à partir de la centrale du Cap des Biches de Dakar et du barrage de Manantali. Seul 31% des ménages de la Région ont accès à l’électricité, contre 46% pour le niveau national. Ce taux demeure encore très faible au niveau de la région. Pour ce qui est de l’accès aux combustibles solides, 78% de la population de Louga les utilisent, généralement pour le chauffage et la cuisson. Au niveau national, ce taux est de 61%. Le bois de chauffe demeure la source d’énergie la plus utilisée en milieu rural. Sa production a connu un accroissement de 28%, au niveau de la région, entre 2009 et 2010 passant de 42,5 tonnes à 59 tonnes. Le département de Linguère qui concentre 15 sur les 18 des massifs classés demeure le plus grand producteur de bois de chauffe de la région avec plus de 90% de la production totale. Quant à l’utilisation du gaz, elle entre de plus en plus dans les habitudes des populations malgré les tendances à la hausse sur le prix d’achat et les ruptures de stocks.

2.5.2 Transport La région de Louga est l’une des plus vastes régions du pays, et pourtant son réseau routier long de 1 128 km ne représente que 8% du réseau national. Ce déficit en voies de communication constitue à cet égard un réel problème pour la desserte des localités éloignées et l’exploitation judicieuse des potentialités de la région. Il existe des zones d’accès très difficile accentuant l’enclavement de certaines localités. Tableau n°6 : Composition du réseau routier Nature

Longueur

Pourcentage

Routes nationales Routes régionales Routes départementales Voiries urbaines Pistes répertoriées

264 km 164,307 km 346,31 km 24, 95 km 340 km

23,40% 15,78% 29,52% 1,15% 30,14%

Source : DRTP, de Louga, 2010.

39

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page40

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Les axes routiers revêtus en bitume sont longs de près de 580 km, soit 51,42% de l’ensemble du réseau, caractérisé par sa dissymétrie entre l’ouest et l’Est de la région et par son état très défectueux surtout l’axe Louga­Dahra­Linguère. Cet axe constitue le continuum naturel de l’axe Matam/Linguère qui est en chantier. C’est dire que tout ce nouvel investissement ne pourra réellement contribuer au désenclavement de la région qu’avec la réhabilitation de l’axe Louga­Dahra­Linguère qui permet d’intégrer la capitale régionale à son hinterland pastoral et à la région de Matam. Malgré l’insuffisance et l’état défectueux du réseau routier, le parc automobile, fut en pleine évolution jusqu’en 2008. En moins de dix ans (10), le nombre d’immatriculation a été multiplié par 40. En plus des automobiles, la traction animale transport est utilisée dans le transport intra urbain. Elle constitue aussi le principal moyen de déplacement des ruraux. Les problèmes majeurs du secteur du transport de la région sont liés à l’état de dégradation avancé des routes bitumées ; au faible maillage du territoire régional en infrastructures routières ; à la vétusté .d’une bonne partie du parc automobile et sa non maitrise ; à l’étendue de la région et à l’insuffisance des infrastructures (gares routières fonctionnelles, stations d’essence etc…).

2.5.3 Commerce Le secteur du commerce est très dynamique dans la région de Louga. Il occupe le gros de l’informel et se classe deuxième (2ème) dans la hiérarchie des secteurs pourvoyeurs d’emplois. En effet, la faiblesse des revenus agricoles poussent une bonne partie de la population rurale à investir le créneau du commerce moins exigeant en financement et en qualification professionnelle. L’activité commerciale s’exerce à travers la vente de produits de première nécessité, surtout alimentaires et de matériaux de construction. La région compte : • quarante huit (48) marchés dont quatorze (14) permanents et trente quatre (34) hebdomadaires ; • deux milles cent sept (2 107) établissements commerciaux dont soixante dix (70) demi­gros et mille trois cent quarante quatre (1 344) détaillants. La région de Louga laisse apparaître une faiblesse numérique des grossistes et une forte concentration des unités commerciales en zone urbaine, environs (60%) alors que le taux régional d’urbanisation est de (18,5%). L’évolution dynamique des dépôts de ciment et des quincailleries est liée à l’implosion du bâtiment boosté par l’importance des investissements consentis par les émigrés dans le secteur immobilier. Par ailleurs, la région est bien couverte en marchés hebdomadaires ou loumas (71%). Ces loumas facilitent les échanges de biens et services entre ruraux et entre ruraux et urbains, ils constituent des facteurs d’intégration d’une part entre les localités de la région et d’autre part entre celle­ci et les autres régions du pays et même de la sous région. De plus en plus, ces loumas jouent des fonctions commerciales spécifiques selon la vocation économique de leurs zones d’implantation. C’est le cas du grand marché de bétail de Dahra, de légumes de Potou pour ne citer que ceux là. Au niveau des acteurs, plusieurs organisations sont représentées avec l’UNACOIS, le ROES, le GES, l’AFAC, l’UFC, l’AFOPEC. L’UNACOIS demeure la plus bien implantée avec une mutuelle d’épargne et de crédit pour appuyer ses membres en financement. La promotion du secteur devra se faire avec : • le renforcement de capacité de l’ensemble des acteurs (à la réglementation économique, en gestion, en norme et qualité, en techniques de transformation et de valorisation des produits locaux) ; • la mise à niveau des infrastructures commerciales existantes (marchés permanents et hebdomadaires) ; • l’appui à la valorisation des produits locaux à travers l’organisation de foire régionale ; • une synergie effective des actions entre les collectivités locales et les chambres consulaires et les organisations de producteurs ; • un meilleur encadrement des émigrés qui s’investissent dans le secteur du commerce ; • enfin, le renforcement des capacités financières des acteurs à travers l’assouplissement des conditions d’accès au crédit au niveau des institutions financières.

2.5.4 Les établissements financiers La couverture de la région par les institutions financières a été beaucoup améliorée depuis les années 2000. Louga est une zone d’émigration, avec un important transfert de volume d’argent, ce qui pourrait expliquer la forte présence des établissements financiers. La CNCAS est la seule banque à financer le développement rural dans la région. Elle gère des lignes de crédits financées par les projets de développement. De ce fait elle octroie des crédits de campagne pour l’acquisition d’intrants et de matériels agricoles. La micro finance peut constituer sans doute un bon levier pour la réalisation de micro projets de développement et un instrument efficace pour la lutte contre la pauvreté dans la région de Louga. Le nombre d’institutions de micro finance dans la région s’élève à 32 sont inégalement réparties entre les trois départements. Les systèmes financiers décentralisés sont divers, variés et très actifs dans la région. Ils soutiennent les

40

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page41

Document de lignes directrices de la Région de Louga

initiatives de développement économique local. Les plus en vue sont : la MECARUL, l’UFM, la MECAP, le PAMECAS, l’ACEP, le CMS, la CAPEC, les Mutuelles de la FAFS, du RASEF, de la FNGPF de la FADEC des Clubs de Solidarité ; FADEC ; les CEC ; les GEC. Le financement des activités économiques se fait aussi avec l’appui des ONG, associations et autres projets et programmes intervenant dans la région. Les mouvements mutualistes quadrillent assez bien le territoire régional et offrent ainsi aux producteurs des opportunités de réaliser certains de leurs projets. Les secteurs qui absorbent l’essentiel de ces financements sont ceux du secteur du commerce, de l’agriculture et de l’élevage. Le démarrage des activités des femmes se fait souvent grâce au système de tontines organisées au niveau des quartiers. Les femmes sont les plus grandes bénéficiaires des services de micro­finance avec l’appui du Projet de Crédit pour les Femmes (PCF), du Projet d’appui à la Réduction de la Pauvreté (PRP) et des mutuelles d’épargne et de crédit (MEC). De 2009 à 2010, plus de cinquante (50%) des financements sont injectés dans le Département de Kébémer avec plus de 1 500 femmes bénéficiaires alors que celui de Linguère ne bénéficie qu’environ 16% du financement alloué. L’assistance apportée à ces femmes a été beaucoup améliorée avec la création en 2009 de la Direction de la réglementation et de la supervision des systèmes financiers décentralisés et en 2011, d’un service déconcentré du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) à St Louis pour l’axe Nord. Atouts : • La région de Louga est une zone d’émigration, d’où un transfert d’argent important ; • Existence d’un pourcentage important de salariés qui préfèrent les institutions de micro­finances ; pour le virement des salaires à cause du faible taux d’intérêt par rapport aux banques ; • Existence de flash crédit (périodes d’évènements) ; • Présence de plusieurs opérateurs ; • Existence de différé dans le remboursement ; • Existence de réseau au sein de certaines IMF ; • Marges bénéficiaires importante pour faire face aux crédits et virement de salaire ; • Dynamisme des secteurs d’activités : commerce, agriculture, élevage, artisanat, qui justifie la présence des Etablissements Financiers ; • Rapidité et fiabilité transferts d’argent. Contraintes : • Insuffisance de concertation/coordination entre les SFD ; • méconnaissance des textes ; • enclavement de certaines zones ; • Difficulté d’accéder au crédit ; • Concurrences déloyales entre les acteurs ; • lourdeur dans les procédures d’obtention d’un agrément et les prises de décision ; • lenteurs dans les opérations financières au niveau de la Poste ; • couverture insuffisante pour l’accès à l’Internet ; • structure du crédit non adapté aux possibilités des contractants ; • les acteurs ne sont pas organisés.

2.6

Photo n°5 : validation politique des lignes directrices régionales co­présidé par le gouverneur et le président du conseil régional

Gouvernance locale

La région de Louga compte trois (3) ordres de collectivités locales en 2011 : une (1) Région, sept (7) Communes et quarante huit (48) Communautés rurales. Comme la plupart des collectivités locales du pays, celles de la région souffrent de l’insuffisance des ressources financières et humaines. Les ressources allouées par l’Etat sous forme de fonds de concours, le Fonds de Dotation à la Décentralisation et le PRECOL ne permettent pas encore aux

41

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page42

Document de lignes directrices de la Région de Louga

collectivités locales d’exercer convenablement les compétences qui leur sont dévolues. Aujourd’hui, aucune collectivité n’est en mesure de porter seule ses investissements structurants. Ces collectivités ont pour compétence générale de promouvoir le développement socio économique de leurs localités. A cela, s’ajoutent neuf domaines de compétence transférés par l’Etat : • Domaine ; • Environnement et gestion des ressources naturelles ; • Santé, population et action sociale ; • Jeunesse, sports et loisirs ; • Culture ; • Education ; • Planification ; • Aménagement du territoire ; • Urbanisme et habitat. Comme pour la plupart des collectivités locales du pays, celles de la région souffrent de l’insuffisance des ressources financières, surtout, et humaines qualifiées pour bien porter le développement local. Les ressources allouées par l’Etat sous forme de fonds de concours, le Fonds de Dotation à la Décentralisation auxquelles s’ajoute le PRECOL, ne permettent pas encore aux collectivités locales d’exercer convenablement les compétences qui leur sont dévolues. Aujourd’hui, aucune collectivité n’est en mesure, seule, de porter des investissements à caractère structurant. De même, les collectivités utilisent insuffisamment l’expertise de certains services techniques déconcentrés à compétence transférée comme le Service régional de la Planification et le Service régional de l’Aménagement du Territoire. Certaines collectivités locales semblent même ignorer la possibilité d’utilisation de ces services, hormis les services de l’Urbanisme, du cadastre et des domaines. Le manque de moyens matériels et l’éloignement sont souvent évoqués pour expliquer le faible taux d’utilisation de ces services techniques. S’agissant des recettes d’investissement, elles sont constituées du FECL et des fonds de concours octroyés par l’Etat. A ce niveau, il convient de relever la lourdeur des procédures de mobilisation des crédits de manière générale. Tableau n°7 : Liste des collectivités locales de la région de Louga (Situation juillet 2011) Département

Communes Louga

LOUGA Ndiagne

KEBEMER

Kébémer Guéoul

Arrondissements

Communautés Rurales

Sakal

­ Sakal, Ngueune Sarr, Léona,

Keur Momar Sarr

­ Gande, Nguer Malal, Keur Momar Sarr,Syer

Coki

­ Coki, Guet Ardo, Thiamène cayor Pété, Ouarack

Mbédiene

­ NGuidilé, Niomré, MBédiène, Kelle Guèye

Ndande

­ Ndande, Kab Gaye, Diokoul Diawrigne, Bandagne Ouoloff, Thieppe

Sagatta

­ Sagatta, NGourane Wolof, Loro, Thiolom Fall, Kanéne Ndiob ­ MBacké Cajor, Darou Marnane, Darou Mousty, Ndoyène, Sam Yabal, Touba Mérina, Mbadiane ­ Barkédji, Thiargny, Gassane, Thiél ­ Yang Yang, Kam, Mboula, Tessékéré ­ Labgar, Dodji, Warkhokh ­ Boulal, Sagatta Djoloff, AffDjolof, Déaly, Thiamène Djoloff

Darou Mousty

LINGUERE

Linguére Dahra Mbeuleukhé

Barkedji Yang Yang Dodji Sagatta Djolof

2.6.1 Les collectivités locales La région La région est née sous le sceau de la décentralisation, avec la réforme de 1996. C’est une collectivité locale administrée par un conseil régional élu qui règle par ses délibérations les affaires locales. Ainsi, «La région a compétence de promouvoir le développement économique, éducatif, social, sanitaire, culturel et scientifique de la région ; de réaliser les plans régionaux de développement et d’organiser l'aménagement de son territoire dans le respect de l'intégrité, de l'autonomie et des attributions des communes et des communautés rurales».

42

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page43

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Elle a donc en charge la définition des orientations de développement en conformité avec celles nationales. Aussi toute action de développement initiée par une collectivité locale de son territoire doit s’inscrire en droite ligne avec les orientations tracées. La région peut aussi passer des conventions avec l’Etat, avec d’autres collectivités locales ou avec des groupements conformément au Code des Collectivités locales (CCL). La Région assure ainsi le portage politique et institutionnel des projets d’envergure régional et veille par une politique de planification stratégique et opérationnelle (PRDI, SRAT, Conférence technique d’harmonisation) à la mise en cohérence des actions de développement initiées sur la base des besoins exprimés par les populations à travers leurs plans locaux de développement. L’esprit de complémentarité et de subsidiarité qui existe entre le Conseil régional et les autres ordres de collectivités locales est favorable à une promotion réelle du développement économique local. Ainsi le Conseil régional, malgré le respect de l’égale dignité entre les collectivités locales, accomplit ses prérogatives malgré l’insuffisance notoire des ressources allouées par l’Etat. La région de Louga comptait 2 200 élus locaux en 2009 avec une majorité masculine. Les femmes, malgré leur engagement sur le plan politique et même économique ne représentent pas plus de 15,5% des élus. Le taux de représentativité des jeunes ne dépasse pas 9%. C’est dire que ces deux franges importantes de la population régionale, ont encore un accès limité aux instances de décisions. Cette situation demeure encore très problématique malgré le poids démographique et la position stratégique qu’elles occupent dans la société. Cette marginalisation a des implications négatives dans la formulation des politiques qui seront définies par ces conseils et dans lesquelles les besoins spécifiques de ces groupes ne sont pas pris en charge. Le conseil régional a connu au sortir des élections de 2009, un taux de renouvellement de plus de 50%. Cependant les femmes et les jeunes ne sont pas bien représentés avec respectivement 6,66% et 3,33% des conseillers. Sur le plan intellectuel, il compte également des élus de haut niveau d’instruction (enseignement supérieur). Au niveau communal, 19,38% des conseillers municipaux sont des femmes, et 7,77% des jeunes. Le budget de la Région : L’instrument principal d’exécution du développement régional et local est le budget. Le budget de la Région est arrêté à la somme 429 185 276 FCFA en 2010 contre 642 300 668 FCFA en 2009 soit une diminution en valeur relative de 33,2%. Cette forte baisse réduit considérablement les activités du conseil régional. Les capacités d’investissement de la région s’en trouvent limitées. De 2009 à 2010, les dépenses d’investissement ne représentaient que 17% du budget global. Dans ces conditions, il lui sera très difficile de maîtriser, de contrôler et de mettre en œuvre sa vision du développement régional. Tableau n°8 : Evolution du budget du Conseil Régional de 2008 à 2010 Désignation

BUDGET DU CONSEIL REGIONAL EN 2010 2008

2009

2010

Recettes de fonctionnement

530 307 370

530 307 370

355 041 072

Recettes d’investissement

107 317 538

111 993 298

74 144 204

Total recettes

637 624 908

642 300 668

429 185 276

Dépenses de fonctionnement

530 307 370

530 307 370

355 041 072

Dépenses d’investissement

107 317 538

111 993 298

74 144 204

Total des dépenses

637 624 908

642 300 668

429 185 276

Source : Trésor/Louga n Les Groupements d’Intérêt Communautaire(GIC) La région de Louga a entamé le processus de mise en place des GIC en 2009, appuyée par le PADEL/PNDL et le Ministère de la Décentralisation à travers son Comité national de Suivi des GIC. La création de ces entités territoriales est prévue dans les dispositions du Code des Collectivités Locales. C’est ainsi que pour la région de Louga, tous les GIC furent crées par décret du Président de la République en 2010. Les GIC constituent une opportunité pour les collectivités locales de la région de se regrouper à travers des groupements départementaux pour le financement des projets d’envergure dépassant les moyens d’une seule collectivité.

43

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page44

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Les GIC constituent des instruments de cohérence territoriale, de promotion de l’intercommunalité. Leur création par l’Etat participe d’une volonté de corriger les incohérences nées des politiques publiques territoriales et de renforcer la solidarité et la péréquation entre les collectivités locales. En l’accompagnant, le Programme ART/GOLD renforce et opérationnalise sa vision territoriale du développement d’une part, et d’autre part replace le département comme échelle territoriale dans le dispositif de la Décentralisation. Accompagnés par les Maisons de Développement Local qui seront leurs bras techniques, les GIC assureront la mise en œuvre des Lignes Directrices Départementales et auront à jouer un rôle primordial dans la promotion des économies locales. Ils seront les principaux interlocuteurs des acteurs auprès des partenaires de la Coopération Décentralisée. Ces collectivités ont chacune, avec l’appui du PADEL/PNDL un président et un Conseil élu. Malgré qu’elles portent les documents de Lignes Directrices Départementales, elles ne disposent pour le moment pas de moyens ni de compétences propres pour mener à bien leurs missions. Leur opérationnalité sera effective avec la mise place de budgets, d’instruments, d’outils de gestion adaptés et de programmes de formation des élus. C’est tout le sens et la démarche du programme ART GOLD pour la promotion de ces entités. Il s’agit en priorité de sensibiliser les populations locales et notamment les élus sur la valeur ajoutée de ces GIC et d’identifier les premières problématiques communes à plusieurs collectivités locales dans l’optique de la mutualisation de leurs moyens. n Les Communes et les Communautés rurales • Les Communes A l’instar de la Région, les communes souffrent de la faiblesse de leur budget dont plus de la moitié est destinée au fonctionnement. Les faibles capacités d’investissement se répercutent dans la gestion quotidienne du cadre de vie des populations et le faible taux de réalisation des micros projets identifiés. Les collectivités locales vivent essentiellement des ressources de transfert qui représentent près de 80% de leur budget. En 2010, le budget global des Communes était évalué à la somme de deux milliards six cent onze million cinq cent quatre vingt quinze mille trois cent seize francs CFA (2 611 595 316 FCFA) en 2010, avec une hausse de 17% par rapport au budget précédent. Il y a certes une augmentation de fonds de dotations et de concours alloué par l’Etat, mais cela est loin de satisfaire les besoins sociaux croissants des populations. Pourtant, 68% de ce budget est affecté au fonctionnement. Par ailleurs, le niveau d’instruction des conseillers municipaux est satisfaisant comparé à celui de la région et à celui des communautés rurales. Ce qui les rend plus aptes à assumer correctement leurs responsabilités techniques. Trois pour cent (3%) seulement de ces conseillers sont des analphabètes. • Les Communautés Rurales La région compte quarante sept (47) communautés rurales. Leur budget global s’équilibre en 2010 à la somme de cinq milliard deux cent deux millions neuf cent quarante neuf mille neuf cent vingt sept francs CFA (5 202 949 927 FCFA). Ce budget a enregistré une hausse importante de 213% par rapport à l’année dernière. Cette situation est le fait d’une augmentation considérable des recettes d’investissement qui sont passées de un milliard cent huit millions sept cent onze mille cinq cent cinquante neuf francs CFA (1 108 711 559 FCFA) à trois milliard six cent trente millions quatre cent quatre vingt dix neuf mille deux cent trente huit (3 630 499 238 FCFA) soit une hausse de 69%. Ces performances sont le fruit des efforts consentis par l’Etat et les partenaires au développement pour améliorer la situation du monde rural qui reste malgré tout précaire au regard de l’indice de développement humain affiché par la région. Par ailleurs, la gestion peu performante des collectivités rurales s’explique par le niveau très bas d’instruction des conseillers dont 67% sont analphabètes et la faible représentation des acteurs qui portent le développement économique local. Les femmes et les jeunes y sont aussi en général très faiblement représentés. Tableau n°9 : Budget des communautés rurales Désignation Recettes de fonctionnement Recettes d’investissement Total recettes Dépenses de fonctionnement Dépenses d’investissement Total des dépenses Source : Trésors/Louga

44

BUDGET DES COMMUNAUTES RURALES EN 2010 2008 2009 460 442 624 552 538 179 1 493564639 1 108 711 559 460 442 624 1 661 249 738 460 442 624 552 538 179 1 493 564 639 1 108 711 559 1 954 007 263 1 661 249 738

2010 1 572 450 689 3 630 499 238 5 202 949 927 1 572 450 689 3 630 499 238 5 202 949 927

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page45

Document de lignes directrices de la Région de Louga

En définitive, le développement économique local dans la région de Louga reste limité par l’absence d’une vision cohérente de développement économique local, le faible taux d’exécution des plans de développement, la faiblesse des budgets des collectivités locales, l’analphabétisme de la plupart des élus locaux et le déficit de communication entre les différents acteurs du développement local. Pour parer à cette situation, des initiatives sont prises par le Conseil régional qui a mis en place le CEFAM pour offrir à la région une main d’œuvre qualifiée, et qui tentent aujourd’hui d’orienter les investissements des émigrés vers les secteurs économiques. Deux foras ont été organisés pour appuyer ces initiatives. L’opérationnalisation des conseils de quartiers dans les communes de Louga, Linguère et Kébémer constituent aussi des actes forts qui montrent la volonté d’aller vers la relance des économies locales. Par ailleurs, l’accompagnement de la société civile dans son rôle de veille (contrôle citoyen) et la détermination des populations devenues plus exigeantes pour la prise en charge de leurs besoins par les élus et responsables locaux sont des paramètres qui renforcent cette dynamique.

2.6.2 Les institutions de développement local

Photo n°6 : Atelier de validation politique des Lignes Directrices régionales

n L’Agence Régionale de Développement L’Agence régionale de Développement est le bras technique des collectivités locales. Elle a pour mission générale l’appui à la coordination et à l’harmonisation des interventions et initiatives des collectivités en matière de développement local. De manière plus spécifique, l’ARD a pour missions de : • Organiser et appuyer les activités de planification dans le respect des principes de la double planification; • Veiller à la mise en cohérence des différentes interventions des partenaires sur le territoire régional ; • Faire le suivi évaluation de tous les programmes et plans d’actions de développement mises en œuvre dans la région ; • Elaborer et suivre l’exécution des contrats de convention signés entre la région et ses collectivités locales et l’Etat à travers ses services techniques déconcentrés. • Appuyer les collectivités locales de la région dans l’élaboration et la mise en œuvre des plans et contrats plans. L’ARD développe un partenariat privilégié avec les collectivités locales. Elle porte en ancrage des projets et programmes, comme le PADEL/PNDL, le GELD, ACROPOV et ART GOLD dont elle facilite les interventions auprès des collectivités locales. Par ailleurs, que ce soit avec la Coopération belge ou le PRP ou tout autre partenaire, l’ARD essaie d’assumer ses missions malgré l’effectif limité de ses ressources humaines et l’insuffisance de ses moyens matériels. L’ARD assure l’animation de tous les cadres de concertation mis en place par la Région. La porte d’entrée du programme ART GOLD est la région. Toutes les interventions du programme sont portées par les groupes de travail régional et départemental.

45

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page46

Document de lignes directrices de la Région de Louga

L’ARD assure le pilotage technique et l’animation de ces cadres de concertation. Elle coordonne ainsi la mise en œuvre de toutes les composantes du Programme sur le terrain (document des lignes directrices, partenariat à la coopération internationale, renforcement de capacité des acteurs, développement économique local). n Les Maisons de Développement Local Les Maisons du Développement Local font partie des outils novateurs du Programme ART GOLD. A Louga, l’initiative est venue avec le PADEL/PNDL qui a mis en place dans chaque département une maison de développement local chargée d’appuyer techniquement le groupement d’intérêt communautaire et individuellement les collectivités du département et les acteurs économiques. Les MDL sont des cadres d’accueil, de concertation, de prestation de service et d’appui conseil pour toutes les catégories d’acteurs du Département. Tout comme l’ARD, elles assurent l’animation et le pilotage technique des groupes de travail départementaux. Elles sont structurées en trois espaces : un (1) espace décentralisé; un (1) espace privé et un (1) espace pour la promotion de la Coopération internationale. Les espaces décentralisés et de coopération internationale contribuent par l’animation et le réseautage des acteurs à la promotion de la bonne gouvernance et du partenariat. Le développement économique local qui constitue un axe fort des lignes directrices départementales sera organisé dans l’espace privé. En attendant l’opérationnalisation des GIC dont elles constituent les bras techniques, les MDL avec l’appui institutionnel du PADEL/PNDL exécutent leur Plan de Travail Annuel budgétisé (PTBA). Ces structures ne sont pas encore très fonctionnelles. Le personnel global se limite à une coordinatrice régionale et à trois administrateurs (un par MDL). n Les Services déconcentrés Le Sénégal est un Etat unitaire décentralisé dans lequel on retrouve à coté des collectivités locales, des circonscriptions administratives (Régions, départements, arrondissements et villages) qui ont respectivement à leur tête des Gouverneurs, Préfets, Sous­préfets et chefs de villages représentant le pouvoir central dans le cadre d’une politique de déconcentration opérée par délégation de pouvoir. La déconcentration est donc une modalité de la centralisation qui permet d’attribuer au sein même de l’Etat des pouvoirs à des agents locaux qui restent soumis au pouvoir hiérarchique des autorités centrales auxquels ils doivent rendre compte. Les enjeux de cette politique, fondée sur une plus grande efficacité de l’Administration, sont multiples. Elle constitue notamment un corollaire indispensable à la décentralisation. Il est même généralement admis qu’il n’y a pas de bonne décentralisation sans une déconcentration parallèle des services de l’Etat. En effet, les élus locaux dotés de nouvelles compétences, doivent pouvoir s’adresser au niveau local à un représentant de l’Etat dont les attributions lui permettent d’engager l’Etat sans s’en référer systématiquement à l’échelon central. Il s’agit dès lors pour l’Etat de se rapprocher du lieu le plus pertinent pour l’application des politiques publiques. La déconcentration constitue donc un enjeu important et un défi de taille pour une bonne exécution des politiques publiques. Sa mise en œuvre est nécessaire pour satisfaire les attentes des citoyens et des partenaires socio­économiques de l’Etat au niveau local et assurer la rationalisation de l’action administrative et l’amélioration de la qualité des services publics. Malheureusement, l’absence d’une réelle politique de déconcentration qui est la cause à la foi du décalage énorme entre le binôme décentralisation/déconcentration et du manque criard de moyens humains, logistiques, matériels et financiers de l’échelon déconcentré, constituent l’une des problématiques majeures qu’il est devenu urgent de prendre en charge et de corriger. Ainsi, les réflexions menées à cet effet ont toutes abouties à la nécessité de l’adoption, d’une part, d’une charte de la déconcentration qui consacre le principe de subsidiarité et d’autres part la prise de mesures concrètes pour améliorer les conditions de travail des autorités administratives et des services techniques déconcentrés (création d’un statut spécial pour le personnel du commandement territorial, redéploiement de personnels qualifiés et de moyens conséquents, formations continuées des agents de l’Etat au niveau déconcentré etc.).

2.6.3 Société civile La société civile est un espace construit pour et par les citoyens à travers leurs initiatives individuelles ou collectives, formelles ou informelles en vue de prendre en charge des questions d’intérêt général. Par conséquent, la société civile est un espace et non une entité organisationnelle. Ses actions sont plutôt constructives pour suppléer la mission de l’Etat. La société civile s’affirme donc comme une réalité nécessaire et à la limite incontournable de la vie publique. Elle se définit comme une force neutre, à but non lucratif. Sa vocation n’est pas d’accéder au pouvoir à l’image des partis politiques, elle se donne cependant une mission de contre pouvoir, se traduisant par des activités de dévelo0p%ment mais également par le suivi et le contrôle de la vie publique. A Louga, la société civile est très dynamique et regroupe plusieurs entités dont : ASREAD à Keur Momar Sarr, ANHMS, FESPOX, ANAFA, ASBEF, Pl!n Sénégal, CISV, Médicos del Mundo, MVP, SOS SAHEL, ADEREL, Selp Help, APECS, GADEL, FAFS, RADDHO Louga, Solidarité International, Réseau des femmes de Kébémer, A EC, ADET/P, CVCS à Linguère et Dahra, la Cellule CONGAD… La mise en place des antennes régionales de la Plate­forme des acteurs non étatiques a permis de réunir tout ce que la région compte comme acteurs

46

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page47

Document de lignes directrices de la Région de Louga

principaux du développement. La participation souhaitée de la population dans sa globalité à la vie publique confirme toute l’importance de l’articulation : décentralisation et contrôle citoyen. Un Forum sur le dialogue citoyen, dont l’objectif était « de permettre aux citoyennes et aux citoyens de mieux comprendre la notion et les mécanismes de la participation en vue d’interpeller leurs élus locaux respectifs sur des questions spécifiques touchant leur vécu quotidien et de porter, à travers leurs organisations, un plaidoyer fort à l’endroit des autorités politiques par le biais de cadres d’interpellation formalisés sur des questions relatives à la gouvernance locale » a été organisé avec une grande mobilisation de la population, ce qui atteste de la position stratégique de la société civile à Louga. Toutefois, la contrainte majeure du secteur demeure le manque de suivi des politiques publiques et l’absence de formations capacitantes de l’ensemble des acteurs sur le rôle déterminant de la société civile. Etant convaincu que le citoyen est un acteur de la gestion publique et l’élu un outil de réalisation de l’ambition du citoyen, nous pensons alors que le contrôle passe forcement par une meilleure formation des Acteurs Non Etatiques (ANE) pour accroitre leur capacité d’analyse. Ceci pour dire que le renforcement de capacité des différents acteurs, la dynamisation et la coordination des différents intervenants pourraient permettre à la société civile lougatoise de mieux s’organiser et davantage se développer.

2.6.4 La coordination entre les acteurs Avec la tenue de la conférence régionale d’harmonisation en 2010, impliquant les représentants des collectivités locales, des services déconcentrés, et de l’administration territoriale et de la société civile des tentatives d’harmonisation de l’intervention des acteurs, existent sans encore être très efficaces. Cependant, des consensus se sont dégagés lors de ces séances allant dans le sens de sensibiliser et d’orienter l’action des partenaires et ONG, dans les départements les plus défavorisés afin d’atteindre les indicateurs fixés pour les Objectifs du Millénaire du Développement. L’importance du tissu associatif incarné par de nombreuses organisations faitières dissimule mal les inégalités sociales et la situation de la pauvreté dans certaines localités, surtout dans les départements de Linguère et dans la zone des Niayes.

2.7 La jeunesse Les Services de la Jeunesse implantés dans la région sont : • L’inspection Régionale de la Jeunesse chargée de la coordination de l’ensemble de programmes, projets et activités de jeunesse ; • Les trois (3) Centres Départementaux d’Education Populaire et Sportive (CDEPS) ; • Des infrastructures socio­éducatives inégalement réparties. Le mouvement associatif des jeunes comptabilise plus de deux cent cinquante (250) associations répertoriées au niveau des CDEPS de la région. Le mouvement associatif jeune est constitué de membres regroupés au niveau des foyers du Conseil régional et des conseils départementaux, de la jeunesse. La politique de l’Etat en matière de jeunesse est menée par l’Inspection Régionale de la Jeunesse chargée de la coordination de l’ensemble des programmes, projets et activités de jeunesse. En plus des efforts de l’Etat et du secteur associatif, on note la popularité du mouvement navétane. Ce mouvement a pour mission de coordonner l’ensemble des activités de vacances. Il joue un grand rôle dans la formation des jeunes, leur meilleur épanouissement et l’insertion socio économique de ses membres. Il constitue une source d’intérêt pour la population lougatoise d’une manière générale et spécifiquement pour la jeunesse. En témoigne le nombre d’associations de quartier adhérentes ; et l’engouement des populations de quartier autour de leur Association Socio Culturelle, qui les représente lors de compétitions sportives. Etant la composante essentielle de la population active, les jeunes sont les principaux demandeurs d’emploi. Or, ces associations sont pour l’essentiel non lucratives et s’orientent rarement vers des activités créatrices d’emploi. Elles sont par ailleurs confrontées à un déficit d’encadrement et de moyens de fonctionnement. Seuls les mouvements affiliés des Eclaireurs, Pionniers de la Croix Rouge et les moniteurs des collectivités éducatives assistent l’inspection régionale de la jeunesse dans son rôle d’encadrement. De plus, les quelques infrastructures socio­éducatives qui existent, sont inégalement réparties, et parfois sous­équipées.

2.8 Les dynamiques associatives féminines La région de Louga compte 2435 organisations féminines toutes regroupées au sein d’un comité consultatif de la femme au niveau départemental et régional. Le comité consultatif regroupe ainsi la fédération régionale des GPF, la FAFS, la fédération régionale des GIE, les dahiras, les associations, les clubs de solidarité, les organisations professionnelles. La FAFS regroupe quelque 52 associations de femmes. Depuis son installation dans la commune, la cellule régionale de la FAFS a mené des activités de développement tant au niveau régional que local. Elle intervient dans tous les secteurs d’activités qui ont un impact d’abord sur les femmes et sur la communauté tout entière.

47

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page48

Document de lignes directrices de la Région de Louga

La FAFS et la SCOFI jouent des rôles clé dans les problèmes de genre à Louga et au Sénégal : la scolarisation des filles, économie, renforcement de capacité, alphabétisation, etc. Chaque année à Louga SCOFI investit dans des campagnes de sensibilisation, un programme de bourses et de primes pour accroitre les taux de rétention des jeunes filles à l’école. Ceci est très important parce que les mariages précoces, les grossesses et le manque de ressources économiques sont les principales causes d’abandon de l’école chez les filles. Les réseaux féminins comme le réseau SIGGIL JIGEEN soutiennent la mise en place de programmes de sensibilisation et de formation sur les droits de la femme (mariage, emploi, politique), la santé de la reproduction, le genre et la gestion du cadre de vie. Les organisations féminines à caractère économique, quelque soit le statut juridique (GIE, GPF) contribuent aussi pour beaucoup au développement régional, et cela dans presque tous les secteurs de la vie économique. Toutefois il existe des domaines qui leurs sont spécifiquement réservés. Il s’agit de la transformation des produits issus de la pêche, la valorisation des produits agricoles et certaines filières artisanales comme la coiffure, la couture et la teinture. Ces organisations très dynamiques connaissent bien des difficultés : • Faible niveau d’instruction et de formation de leurs membres (technique moderne de valorisation des produits, NTIC) ; • Organisations économiques informelles trop artisanales et peu compétitives ; • Moyens matériels limités ; • Insuffisance de l’encadrement ; • Accès difficile aux crédits ; • Organisations peu ouvertes au partenariat international.

2.9

Situation des personnes vulnérables

2.9.1 Les enfants en situation difficile Ce sont les enfants et les jeunes ayant transgressés la loi ou/et en difficulté d’adaptation familiale, scolaire, psychosociale… Les effectifs de ces enfants sont en évolution numérique entre 2005 et 2009. Cette situation perceptible aussi à travers le vagabondage des talibés mendiants est un phénomène qui met en évidence la crise de l’institution familiale, accentuée par les grossesses non désirées, les refus de paternité, la répudiation et même l’abandon familial. La prise en charge des enfants et jeunes en difficultés se heurte d’abord à un déficit criard d’institution de prise en charge socioéducative pour enfant délinquant et/ou en danger moral, mais aussi à l’absence de logistique. En effet, sur tout l’espace régional, l’AEMO à travers sa coordination régionale est l’unique service chargée de la question, à côté des CPRS face à l’inexistence notoire de Centre de Sauvegarde. Or ces institutions n’ont ni les moyens encore moins l’alternative pour éviter aux délinquants primaires le séjour carcéral ou par appuyer la réinsertion socioéconomique. Même la prise en charge efficiente des mineurs, filles ou garçons, momentanément en conflit ouvert et/ou latent avec la famille ou son environnement immédiat devient problématique. Ces préoccupations non moins importantes appellent de la part de l’Etat et des collectivités locales, la Mairie de Louga et le Conseil Régional notamment, la mise en place de stratégies d’appui et d’encadrement pour faire éviter le séjour carcéral aux délinquants occasionnels, pour accueillir des mineurs en rupture familiale pour cause de fugue, de mariage précoce, de grossesse non désirée, etc. La question des talibés mendiants demeure aussi une préoccupation, au regard du développement de leur implication de plus en plus marquée dans les conflits avec la loi (54,8% sont des talibés en 2009). Leur prise en charge requiert, en lieu et place des appuis ponctuels qui ont montré leurs limites ailleurs, la mise en place de solutions durables en relation avec des marabouts polarisateurs, pour fixer les talibés dans leur zone de provenance. Pour les autres écoles coraniques abritant des talibés mendiants, il importe de faire une étude sans complaisance de leur lieu d’origine afin d’identifier une zone qui pourrait accueillir un projet pilote susceptible de freiner le flux vers la ville et encourager le retour au bercail. Aprés analyse de la situation, il apparait que les efforts restants à fournir par la région dans le domaine de l’action sociale sont encore immenses. Atouts : • La présence au niveau régional et départemental de Services de l’Action sociale • La présence de travailleurs sociaux dans certains secteurs importants (éducation, santé, justice • Le transfert de compétence en matière d’action sociale aux collectivités locales • L’accompagnement de l’Etat sur le plan législatif (loi d’orientation sociale, le plan sésame, loi sur le Sida et l’accompagnement des OEV • Le bon niveau d’organisation des groupes cibles sur le plan structurel et territorial

48

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page49

Document de lignes directrices de la Région de Louga

• L’appui d’organisme ou d’ONG tel le Millénium village, HACI, Counterpart Int, PRP • Le concours, non négligeable, des autres secteurs public et para publi Les Contraintes Les contraintes sont à l’image des missions du secteur : • La faiblesse des moyens d’action (personnel, logistique, matériel), • L’absence de Centre de Protection et de Réinsertion Sociale dans certaines grandes agglomérations (Dahra, Darou Mousty, Guéoul) ; • La non participation des services dans les Communautés rurales pour des activités relevant du domaine ; • L’absence d’un Plan Régional d’Action Sociale ; • Le caractère ponctuel des activités de certaines ONG.

2.9.2 La situation des personnes âgées La population vieille (60 ans et plus), reste très faible et représente environ 4,7 % de l'ensemble de la population de la région. Cette frange, malgré sa faiblesse nécessite une attention particulière de la part des pouvoirs publics surtout dans le domaine de la prise en charge médicale (plan SESAME prise en charge gratuite des personnes du troisième âge). Les personnes âgées sont organisées Fédération régionale des Associations de Retraités et Personnes Agées (FARPA), affiliée à la dite fédération nationale. Cette fédération compte en son sein plusieurs groupes : • L’association pour l’auto promotion des personnes nécessiteuses (ASAPEN) qui regroupe principalement des veuves. • L’association régionale des personnes du 3ème âge de Louga • Les retraités de l’IPRES • Les retraités du FNR • Les anciens combattants • Les volontaires du 3ème âge. Le Projet d’Appui à la Promotion des Ainés – PAPA ­ démarre par le Département de Kébémer avec un montant de 6 500 000 FCFA, a appuyé cette année, les aînés pour 1 000 000 de FCFA à Louga et 1 400 000 FCFA à Linguère.

2.9.3 Les personnes en situation de handicap La distribution de la population vivant ou non avec un handicap selon le département et le sexe est donnée dans le tableau 1. Dans la région de Louga, douze habitants sur mille présentent un handicap. On note cependant des disparités dans la répartition entre les départements. Le département de Linguère présente la plus importante proportion de personnes handicapées (1,3%) dans sa population. A Louga et Kébémer, les proportions de personnes vivant avec un handicap sont respectivement de 1,1 et 1,2% de la population totale résidente. Ce taux de 1,2 % est très loin des 10% de personnes en situation de handicap généralement admis par l’OMS dans nos pays pauvres. La structure de la population handicapée de la région révèle une prédominance des hommes (53,73%). Graphique N°13 : Répartition de la population résidente handicapée selon le type de handicap

49

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page50

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Les personnes en situation de handicap de la Région montrent un bon niveau d’organisation, et sont affiliées à plusieurs associations d’envergure nationale ou régionale. On peut citer entre autres : • l’Association régionale des personnes handicapées moteurs affiliée à l’ANHMS, l’Association « Handicap Form Educ » ; • la Fédération régionale des associations de personnes handicapées, qui a redynamisé l’Union Nationale des Aveugles du Sénégal (UNAS) en profonde léthargie ; • le Mouvement pour le Progrès Social des Aveugles du Sénégal (MPSAS) a mis en place une nouvelle équipe dirigeante. L’un de ses démembrements, le GIE BOK XALAAT initie Le projet d’implantation d’un village dit de « solidarité » en partenariat avec la Communauté Rurale de LEONA. L’entrée en vigueur et la ratification de la Convention Internationale des Droits des Personnes Handicapées de l’ONU, de même que La loi d’orientation sociale adoptée seront des instruments de taille pour la protection sociale des personnes handicapées. Plus que jamais, sur la base de l’égalité avec les autres, elles sont considérées comme des personnes à part entière afin de participer pleinement à la vie sociale, politique et économique des communautés où elles vivent. De même, le Programme de Réduction de la Pauvreté dans les régions nord du pays soutien les initiatives économiques et communautaires des personnes en situation de handicap à travers des lignes de crédits de 5 000 000 FCFA pour les fédérations départementales de Louga, Linguère et Kébémer. Le programme de Réhabilitation à Base Communautaire (RBC) octroiera une subvention de 10 000 000 FCFA en 2010. Ces programmes se déroulent sous l’encadrement des Centres de Promotion et de Réinsertion Sociale (CPRS). Les contraintes sont à l’image des missions du secteur : • La faiblesse des moyens d’action (personnel, logistique, matériel, • L’absence de Centre de Protection et de Réinsertion Sociale dans certaines grandes agglomérations • La non participation des services dans les Communautés rurales pour des activités relevant du domaine • L’absence d’un Plan Régional d’Action Sociale • Le caractère ponctuel des activités de certaines ONG

CHAPITRE III : COOPERATION INTERNATIONALE La cartographie des interventions montre avec le nombre important de programmes, de projets et d’ONG qui appuie les collectivités locales au niveau de la région, que celle ci constitue aujourd’hui un laboratoire, un terrain d’expérimentation et de capitalisation des stratégies mises en œuvre pour promouvoir la coopération internationale. En effet, les partenaires intervenant dans la région sont multiples et variés. Sur cinquante trois (53) collectivités locales en 2009, seules neuf (9) entretiennent des partenariats formels de Coopération Décentralisée soit un pourcentage de 17% ; ce qui est particulièrement faible. La grande majorité des Collectivités Locales de la région (83%) n’entretiennent aucune relation de Coopération Décentralisée malgré des efforts importants et constants de recherche de partenaires. Parmi les CL en relation avec des collectivités extérieures, la moitié des partenariats sont en dormance pour diverses raisons dont le déficit de communication, le changement de majorité dans les conseils élus, les insuffisances dans le pilotage et l’animation du partenariat au Nord ou au Sud, etc. La Région et la Commune de Louga concentrent à elles seules plus de la moitié des partenariats actifs alliant multiplicité et diversité. Les programmes, projets et ONG ont apporté un appui considérable aux collectivités locales à travers la construction d’infrastructures pour l’accès aux services sociaux de base, la création d’activités génératrices de revenus pour le développement du secteur productif, etc. La coopération internationale a permis la mobilisation de ressources financières, techniques et humaines externes, en appui aux ressources propres des collectivités sénégalaises pour renforcer leurs initiatives de développement local. L’apport en renforcement de capacités des acteurs locaux, institutionnels et non institutionnels, en matière d’administration locale, de management des organisations communautaires, d’impulsion des initiatives de développement local, de dialogue et de coopération, a été significatif. On note de nombreuses réalisations en matière de construction, de réhabilitation et d’équipements d’infrastructures sociales de base tels les établissements de santé et les écoles particulièrement dans des zones non encore prises en compte par les programmes nationaux. Enfin, la coopération décentralisée a permis la reconnaissance du rôle central des collectivités locales comme portes d’entrée et porteurs institutionnels par excellence du développement local. Parmi les partenaires de la Région, on peut citer la Région et les Provinces de Lombardie et la Province de Turin (Italie), la Communauté autonome des Iles Canaries et la Generalitat Valencienne (Espagne), et la Province de Namur (Belgique). Les domaines d’intervention sont l’éducation et la formation professionnelle, la jeunesse et les femmes, le développement urbain, la protection de l’environnement et le maraîchage.

50

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page51

Document de lignes directrices de la Région de Louga

La Commune de Louga, elle a pour partenaires la Commune de Millau (France), la Province de Turin (Italie) et des associations d’immigrés de Valence et des Iles Canaries. Les domaines d’intervention sont, outre l’éducation et la formation professionnelle, la culture, la santé, l’élevage et le développement économique en général, et la protection de l’environnement. Enfin, de rares Communautés rurales ont développé des partenariats, comme celle de Sakal avec les communes françaises d’Argentat et Mallemort, qui est le seul réellement fructueux. La Coopération Luxembourgeoise de Développement appuie également les collectivités locales dans les domaines de la santé, de l’assainissement, de l’éducation et de la formation professionnelle, du renforcement de capacité Le Programme National de Développement Local (PNDL), mis en place par l’Etat du Sénégal en 2007, après la fin du Programme National d’Infrastructures Rurales (PNIR) a apporté un appui considérable aux collectivités locales dans le cadre du financement de microprojets, de formation et de renforcement de capacités. Il a injecté, entre 2007 et 2010, 3 154 380 000 FCFA pour le financement des microprojets et de sous projets générateurs de revenus identifiés par les collectivités locales. Néanmoins, ces coopérations souffrent d’un portage politique insuffisant : les autorités ont une « prise » trop faible sur les actions de coopération. On remarque également un déséquilibre intrarégional marqué: la CD se concentre dans un nombre réduit de CL. De plus, certaines de ces « CL privilégiées » entretiennent une multitude de partenariats. Ainsi, une place prééminente est occupée par la Région et la Commune de Louga au détriment des Communautés rurales. Et ce tant au plan de la distribution des partenariats que de l’envergure des coopérations et des volumes de financements mobilisés. Les structures d’animation locales de la coopération font également cruellement défaut. La création des groupes de travail au niveau régional et départemental dans le cadre du Programme ART GOLD, ainsi que l’action des Maisons du Développement Local à ces mêmes niveaux représente un premier effort qu’il convient de poursuivre. La faible prise en compte de la «réciprocité» : dans la majorité des partenariats analysés est aussi une réalité. La CD est plus inscrite dans une logique d’aide voire d’assistance ; les « effets de retour » ne s’imposent pas comme une exigence. Mais le principal problème reste la faible articulation des projets de coopération aux autres initiatives de développement local. Ce phénomène est renforcé par les approches différenciées des collectivités étrangères: tant du point de vue des motivations et du sens donnés à la coopération que des démarches et procédures de mise en œuvre. Les Lignes Directrices entendent remédier à ce problème. Carte n°4 : Cartographie partenariats de coopération décentralisée dans la région de Louga

51

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page52

Document de lignes directrices de la Région de Louga

SYNTHÈSE DU DIAGNOSTIC La situation socio­économique de la région de Louga est le reflet du faible dynamisme des activités économiques et des investissements réalisés dans le domaine productif. Les secteurs économiques les plus saillants de la région se caractérisent par de moyennes performances économiques. Cette situation relève en partie de modes peu rationnels d’exploitation des ressources et du retard accusé dans les investissements structurants (infrastructures et équipements, routes et piste de production…). Les principales contraintes au développement de la région de Louga sont la dégradation très avancée des ressources naturelles (sol et couvert végétal) et l'enclavement de certaines zones de grande production (frange maritime pour le maraîchage et la pêche, Ferlo pour l'élevage). Les indicateurs économiques, ces dernières années, montrent l’aggravation des disparités régionales (déséquilibres villes/campagnes et Ouest/Est) qui sont, du reste, accentuées par la répartition spatiale déséquilibrée de l’intervention publique et des actions des partenaires techniques et financiers. En outre, l’économie régionale aura besoin, pour sa promotion, de ressources humaines bien accompagnées, d’un recadrage de l’investissement des émigrés vers les secteurs productifs susceptibles de créer des emplois et de la valeur ajoutée, avec comme secteur moteur l’agro industrie pour la valorisation des ressources agro­sylvo­pastorales, dans l’esprit de la loi d’orientation agricole. La couverture en infrastructures et équipements sociaux de base au niveau de la région reste encore déficiente, en particulier dans le département de Linguère en dépit des progrès réalisés au cours de ces dernières années et fait douter de la capacité de la région atteindre les OMD. Le faible taux d’accès tient pour partie à la dispersion de l’habitat, à l’immensité du territoire régional et à la faiblesse du pouvoir économique des Collectivités locales et des populations. Dans le cadre de la gestion du développement local, les collectivités locales ont des capacités limitées ne pouvant leur permettre de prendre en charge de manière satisfaisante leurs objectifs de développement socioéconomique. Dans le même sillage, leur environnement collectivités locales est marqué par une insuffisance de leurs ressources financières. D’ailleurs, les quelques rares investissements réalisés sont le fait de programme d’appui comme le PNIR, le PNDL, certains projets ou ONG. Au regard de la situation actuelle de la région et en perspective d’un développement économique et social territorialement bien équilibré, la plupart des acteurs s’accordent sur la nécessité de centrer les actions de développement autour des enjeux et axes suivants : Axe N°1 : Promotion d’une économie régionale compétitive, intégrée, diversifiée et durable ; Axe N°2 : Amélioration du cadre de vie et de l’accessibilité aux services sociaux de base ; Axe N°3 : Promotion de la bonne gouvernance locale et de la citoyenneté (droits et devoirs) ; Axe N°4 : Renforcement de la coopération (intercommunalité et coopération décentralisée).

52

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page53

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE IV : AXES DE DEVELOPPEMENT Lignes Directrices

Collectivités locales (CL) pilotes

Renforcer les Région capacités des acteurs locaux

OMD

8

Organisations travaillant Situation de base dans ce domaine DECENTRALISATION ET GOUVERNANCE ARD, FORUM CIVIL, Atouts : Cellule Congad, SRADL, * Existence de quelques projets Lux Dev, MDL, ABT USAID et programmes ; ANE * Prise de conscience des collectivités locales ; * bon niveau de collaboration entre les élus, les services déconcentrés, la société civile * Potentiel en ressources humaines au niveau des CL ; * disponibilité des conseillers * Existence de maison communautaires et d’hôtel de ville ; Faiblesses : * Faible niveau des élus ; * Fort Taux de renouvellement des conseillers ; * Analphabétisme des conseillers ; * Méconnaissance du processus d’élaboration du budget participatif ; * Fort taux d’absentéisme des conseillers ; * Non maîtrise des textes de lois sur la décentralisation ; * Commissions techniques locales en léthargie.

Type de partenariat envisagé * Recherche – Action (avec Université/Centre de formation) * Appui technique (Formation des Services Techniques, OCB, personnel collectivités locales) * Appui institutionnel * Appui matériel * Sensibilisation * Partage de bonnes pratiques * Formation en leadership et en gestion financière * Echanges d’expériences

53

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page54

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Promouvoir l’intercommunalité à travers les groupements d’intérêt communautaire

8

PADEL/PNDL ART/GOLD ARD SRADDL MDL

Atouts * Erection de Louga en zone test * Existence de décret créant les GIC Faiblesses * Méconnaissance des compétences du GIC * Insuffisance d’information sur les modalités de fonctionnement du GIC ; * Inexistence de budget voté et approuvé pour les GIC

Appui en financement pour les projets intercommunautaires identifiés * Appui institutionnel * Assistance dans la recherche de partenaires ; * Appui en renforcement de capacité

8

ARD – FORUM CIVIL­ Congad ­ trésor, Impôt et Domaine, MDL, CADL ­ Administration territoriale

Atouts : * Existence de potentiel fiscal ; Présence de services spécialisés ; * Existence de chef de village, et délégués de quartier ; * Existence de marchés hebdomadaires * Existence de radios communautaires Faiblesses * Assiette fiscale réduite * Non maitrise de l’assiette fiscale ; insuffisance des ressources humaines compétentes ; Réticence de certaines populations à payer l’impôt ; Faiblesse taux de recouvrement impôts et taxes ; Insuffisance de moyens logistiques

* Appui en moyens logistiques * Renforcer ment technique du personnel de recouvrement * Appui en équipements marchands * Appui Institutionnel * Appui en études et recherche

Promouvoir l’équité Région genre dans la gestion GIC des affaires locales Communes Communautés rurales

3

GELD; PADEL/PNDL; Société civile; Art Gold ; Association des émigrés ; Autres partenaires ; PTF (GELD, Lux Dev Sen 026)

Atouts : * Appui institutionnel Dynamisme et diversités des organisations * Renforcement de féminines capacité des Faiblesses : femmes * Faible prise en charge des besoins des * Appui logistique et femmes dans les budgets matériel * Faible représentativité des femmes dans les instances de décision * Accès difficile aux services sociaux de base * Accès difficile à la terre et aux financements * Pesanteur socio ­ culturelles

Garantir l’accès des femmes au foncier

1&3

Réseaux de femmes ; Atouts : Réseau * Fortes participation des femmes à parlementaire des l’économie rurale ; femmes Faiblesse : * % Faible de femmes propriétaires terriennes ;

Améliorer les finances des collectivités locales

54

GIC

Toutes les Collectivités

Toutes les CL

* Appui institutionnel * Renforcement de capacité

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page55

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Promouvoir le Toutes les CL budget participatif et le contrôle citoyen de l’action publique

8

Congad, ENDA, ARD, MDL, CADL

Atouts * Processus enclenché à Louga depuis 2009 *Existence de module de formation en langue nationale Faiblesses * Aucune notion sur le BP ; * Ignorance de la nécessité de payer l’impôt *Problème de recouvrement

* Former les élus et les populations à l’élaboration du budget participatif * Appui à la mise en place du budget participatif * Appui institutionnel et technique

Renforcer la gestion Toutes les CL de l’Etat­civil par l’accès aux TIC

8

ARD – MDL – SRADL Atouts : * Appui institutionnel – PADEL/PNDL et logistique * Présence de l’électricité dans toutes les CL (Former le * Présence du réseau téléphonique personnel des * Existence de locaux en dur collectivités locales Faiblesses: sur les TIC ; Doter * Personnels communautaires non formés les CL en matériels sur les TIC informatiques ; * Absence de matériels informatiques au Informatiser l’état niveau civil, et la gestion * Absence de système informatisé financière et d’archivage et de gestion des collectivités comptable des CL) locale.

Institutionnaliser les ARD conférences régionales d’harmonisation

8

Administration Territoriale Collectivités Locales Services Techniques Organisations non Etatiques Projets et Programmes PADEL/PNDL Lux DEV

Atouts * Appui institutionnel * Existence plusieurs partenaires dans la et logistique région * Existence d’une réglementation Faiblesses * Dispersion des interventions *Utilisation non rationnelle des ressources * Irrégularité de la tenue des conférences; non capitalisation de ces conférences ;

Combattre la Région violence à l’égard des Communes filles et des femmes

3

Comité régional de lutte contre la violence faite aux femmes ; UNIFEM ; Réseau SIGGIL JIGGEEN ; Un réseau d’une quinzaine d’associations féminines impliquées et sensibilisées ;

Atouts : * Existence d’une loi votée par les parlementaires ; * Beaucoup d’activités de sensibilisation et de formation faites pour les associations féminines Faiblesses : * la violence faite sur les femmes est plus ou moins admises dans les coutumes ;

* Renforcement des outils et des moyens de Plaidoyers ; * Appui institutionnel * Partenariat souhaité dans le domaine de la formation * Appui à l’autonomisation des femmes ;

55

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page56

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Augmenter le nombre de femmes siégeant au parlement et dans les gouvernements locaux

Toutes les CL

3

Réseaux SIGGIL Atouts : Appui tecyhnique et JIGEEN * Présence de femmes parlementaires institutionnel Femmes engagées pour cette cause et originaires parlementaire de la de la région ; région Faiblesses : * Taux d’analphabétisme élevé des femmes SECTEURS SOCIAUX DE BASE SANTE

Promouvoir la Santé District de Dahra ; de la mère, du Kébémer ; Coki ; Nouveau né et de KMS; Sakal l’enfant

5

USAID ; PVM ; Faiblesses Médicos ; Plan; * Taux de mortalité maternelle ACDEV ; Lux Dév ; relativement élevée ; CRDI Cop canadien ; * Déficit en personnel et logistique WV ; PRN roulante * Insuffisance de la sensibilisation * Insuffisance de la couverture prénatale ; * enclavement de certaines localités du département de Linguère ;

* Renforcement des capacités personnel de santé * Appui Technique * Renforcement de la communication * Appui au relèvement du plateau technique

Promouvoir la santé Louga de la reproduction des Adolescents

5

FNUAP; ADEMAS; FM; JICA; PRN

Atouts : * existence d’une politique nationale de jeunesse ; * existence de mouvements associatifs de jeunes bien structurés comme canaux ; Faiblesses : * Insuffisance des structures ado d’appui conseils * Déficit en personnel et en logistiques, * Communication * Offre de service déficitaire

* Appui au renforcement des capacités personnel de santé * Appui Technique * Renforcement de la communication * Appui matériel et Financier

ASBEF. ; UN­HABITAT ; Programme SIDA

Atouts : * Appui en plaidoyer * Instauration d’un dialogue au sein de la * Sensibilisation des communauté; entretiens et groupes de familles sur la santé discussions ; planification en génésique et son partenariat; et diagnostic de la impact sur communauté participative (UN­HABITAT, celles­ci. 2006 ; Faiblesses : * Progression du taux de séropositivité chez les femmes enceintes ; * Faible niveau de connaissance des FAR de leurs droits sexuels et des risques

Garantir les droits sexuels et de santé génésique des femmes

56

Communes Communautés rurales

3­5­6

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page57

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Améliorer la gestion Conseil Régional des Urgences au niveau du CHR

Réduire le taux de District Darou mortalité maternelle Mousty et infantile Keur Momar Sarr

5

4, 5, 6, 7

USAID, JICA

Faiblesses : * Absence d’un service d’urgence à l’hôpital ;

* Appui Technique (Renforcement des capacités personnel de santé) * Appui matériel et Financier

USAID, PEPAM, Child Fund, PLAN Louga

* Taux de mortalité maternelle élevée * Appui Technique * Déficit personnel et logistique roulante Matériel et en 2005 401 sur 100 000 NV Financier * Insuffisance de la sensibilisation

EDUCATION Renforcer l’éducation Toutes les CL de la petite enfance

2

USAID/EDB, Plan Louga, CL,

Atouts: * 17% de la population agée de 0 à 4 ans * Existence d’un Programme National de la case des touts petits, * Implication accrue des Collectivités locales Faiblesse : * Faible taux de préscolarisation * insffisance des infrastructures d’éducation de la petite enfance * répartition inegale des infrastructures sur le territoire regional

Appui à la construction et l’equipement des cases des touts petits fonctionnelles * Assistance sociale de la petite enfance en milieu rural

Améliorer l’environnement scolaire des établissements

Région

2

Coopération française, JICA, Lux Dev, USAID, SOS, SAHEL BM, PLAN, PVM

Atouts : bonne implication de la région et des partenaires ; Faiblesses : * Pléthore d’abris provisoires * Insuffisance de blocs d’hygiène, de point d’eau * Absence de murs de Clôture * Manque de magasin de stockage

* Appui Technique, Matériel et Financier

Sauvegarder et promouvoir le patrimoine éducationnel de la région

Région

2

USAID/EDB, PLAN Louga, LUX DEV, JICA, Coopération Française

Faiblesses : * perte de documents importants * déterioration de modules

* Appui à la conception et à l’équipement d’infrastructures d’archivage

Diversifier l’offre en Région éducation (enseignement arabe et coranique)

2

USAID/EDB, Plan Louga, Unicef

Faiblesses : * Appui à la mise en * TBS encore faible avec quelques zones de place d’infrastructures résistence fonctionnelles

57

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page58

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Promouvoir une éducation inclusive (couches vulnérables)

Commune Louga 2 Linguère kébémer

Coopération française, JICA, Faiblesses : Lux Dev ; USAID ; PLAN ; PVM ; * Inexistence d’équipements CNRE adaptés et de formateurs spécialisés

Développer la Région formation technique et professionnelle

2

Lux Dev; USAID EDB; ONUDI; PLAN; AECID

Région

2

USAID­EDB; CREPA; PLAN; ANAFA

Renforcer les chances de réussite des filles à l’éducation secondaire

Toutes les collectivités locales

2&3

* Appui matériel, technique et financier

Atouts : * Appui * existence d’une forte demande institutionnel, Faiblesses : technique et * Déficit en matériels didactiques matériel * Insuffisance des centres de formations techniques et professionnelles

Atouts : * Appui matériel, * Existence de projets technique et * Demande importante surtout financier chez les élus Faiblesses : * Taux important d’analphabètes * Inexistence de classes d’alphabétisation fonctionnelles Partenaires au développement Atouts : * Assistance ; Réseaux de femmes ; SCOFI * Augmentation du taux d’accès matérielle et des filles à l’école ; sociale * Appui important de la SCOFI et * Appui au implication de certains renforcement du réseaux féminins plaidoyer Faiblesses : * persistance des pesanteurs socioculturelles dans certaines ethnies ; * mariages précoces, taux de déperdition élevé ; * faible taux d’achèvement dans le secondaire HYDRAULIQUE ET ASSAINISSEMENT

Améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement

58

Téssékéré Forage, Dealy, Mboula ; Keur Momar SARR ; SYER ; Nger Malal ; toutes les communes

7

PVM ; PEPAM ; Coopération décentralisée

Faiblesses * maillage insuffisant de la couverture en eau potable * taux d’accès à l’eau potable relativement faible dans le département de Linguère * faible taux de desserte des villes (assainissement)

* Réalisation d’infrastructures d’hydraulique et d’assainissement * Appui Technique * Etude pour un plan Directeur d’assainissement * échanges d’expériences dans le cadre de la coopération internationale

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page59

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CULTURE Valoriser le patrimoine culturel de la région

Assurer la prise en charge sociale des personnes vulnérables

Conseil Régional

Conseil Régional ; Dahra ; Guéoul ; Gassane ; Dealy ; Keur Momar Sarr ;

Assurer une Communautés assistance sociale de rurales la petite enfance

1

WARP ; Unesco ; Province de Atouts * Appui Technique Namur ; Centre Culturel régional * beaucoup de sites historico­ * Renforcement et culturels diversification du * présence de grands partenariat programmes (PSAC et WAMP) * Appui * beaucoup d’artistes et institutionnel d’associations culturelles * tenue de manifestations internationales FESPOP, Kébéculture Faiblesses * Patrimoine en Péril peu connu * Absence d’industries culturelles * Secteur peu exploré dans le cadre du partenariat international * Acteurs non capacités * Déficit en information et communication permanente

ACTION SOCIALE 1, 3 & 8 PRP ; LUX DEV ; Usaid, PLAN, Handicap Internat

1, 2 &8

­

Faiblesses * Faible niveau d’assistance et d’encadrement des groupes cibles * Déficit en personnel spécialisé et en logistiques * insuffisance des structures d’accueil * appui consistant de collectivités locales mais non bien organisé

* Réalisation d’infrastructures * Appui Technique et Financier Elaboration Plan d’action Sociale

Atouts : * Renforcement * l’appui du PNN, du PRP de l’Unicef des centres de Faiblesses : nutrition * persistance de la malnutririon dans communautaires certaines localités de la région

SPORTS Développer la pratique sportive

Conseil Régional

2

Coopération chinoise, PLAN Louga

* Faible niveau d’encadrement * Réhabilitation et des organisations sportives réalisation * Déficit collectivités éducatives d’infrastructures en ressources humaines et sportives matériels * Appui Technique * Insuffisance des et matériel infrastructures et des * Formation logistiques de sport * besoin important en renforcement de capacité dans le métier du sport

59

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page60

Document de lignes directrices de la Région de Louga

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL Elaborer et mettre en œuvre une stratégie de Développement Economique Local

Région

1 et 8

PADEL/PNDL, ART/GOLD Atouts : * Assistance ARD, Université de Saint Louis, * Diversité des partenaires et des technique ; PRP, PALPS, SFD, Hunger Project, acteurs économiques * Partenariat CISV, ACOPROV, ACEP, CMS, * Existence de cadres de institutionnel ; CNCAS, PAMECAS concertation ; *Appui à travers * Appui à la mise ART/GOLD de la Generalitad de en place Valence d’initiatives de * Expériences riches de la Région développement dans le domaine du DEL à de la capitaliser microfinance Faiblesses : * Absence d’un cadre référentiel DEL * des économies locales peu performantes * un secteur de la microfinance peu stimulateur

Redynamiser le sous Léona, Syer, Thiépe secteur maraîcher ; Keur Momar Sarr ; Kab Gaye, Diokoul

1

OP, ANCAR, AMDH, FAPAL, APOQ, GIE, GPF, Maisons Familiales, ASESCAW, AUMEN etc.

Améliorer la productivité du secteur agricole

1

DRDR, les cadres de Atouts : concertation, ANCAR, OPA * Disponibilité de terres ; Service régional de l’Agriculture * Existence d’un savoir faire local Etat, ANCAR, PROGERT, INP, pour la fabrication de matériels UNCFS etc. agricoles * 65% de la population s’active dans l’agriculture Faiblesses : * Insuffisance des intrants Baisse de la qualité des semences et de la fertilité des sols

60

Toutes les CL de la Région

Atouts : *Appui dans la * Existence d’OP dynamiques, mise en place existence d’un Label Niayes, d’unités de existence de terres et d’une conservation bonne nappe phréatique *Appui dans la Faiblesses : mise en place de * Problèmes de conservation et lignes de crédits de commercialisation, difficulté adaptés d’accès aux intrants et semences de qualité * Appui à l’organisation des acteurs par filière ; * Partenariat avec les institutions techniques et de recherche ; * Assistance dans la mise en place de lignes de crédit d’équipements agricoles et crédit de fonctionnement

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page61

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Promouvoir la valorisation des produits agricoles (arachide, sésame, mil, oignon)

Louga, Linguère, Kébémer

Promouvoir la recherche agricole

Région

Améliorer la productivité du secteur de l’élevage

Département de Linguère ; Département de Linguère et Arrondissement de Keur Momar Sarr,

1&3

1

1&3

GPF, ANCAR, Cadres de concertation

CSE, ITA, ISRA, DRDR, ANCAR, SPIA

Maison des éleveurs, Fédération des GIE d’Eleveurs, EELS

Atouts: * population active, rurale à 65% * Existence d’unités de transformation artisanales ; savoir faire local, appui des structures d’encadrement (ONFP, ITA, Chambres Consulaires) * existence de la matière première agricole, Faiblesses : * Manque d’équipements et de débouchés * insuffisance du crédit rural Atouts : * vocation agricole de la région * existence de sols cultivables * organisations paysannes assez bien structurées Faiblesses : * accélération de l’appauvrissement des sols * rendement relativement faible * bouleversement du secteur agricole du aux changements climatiques * dégradation de l’environnement * faiblesse de l’innovation en équipement de production et de transformation agricole Atouts : * Aptitudes physiques de la région à l’élevage * Cheptel important 17% (bovins, caprins ovins) * Zone des Niayes à l’élevage intensif (la volaille * un centre zootechnique et un foirail sous régional à Dahra ; Faiblesses : * difficulté d’approvisionnement en aliment de bétail * Faible capacité de production laitière * Insuffisance des infrastructures hydrauliques * couverture sanitaire déficitaire * absence d’une bonne politique de valorisation de la filière lait et des autres sous produits issus de cette activité (cuirs et peaux

* Partenariat technique et financier * Missions d’échanges internationales des organisations de production agricole

* Appui à la vulgarisation des résultats de la recherche * Echanges techniques entre instituts de recherche, organisations de producteurs des collectivités locales étrangères et instituts de recherche organisation paysanne de le région Appui institutionnel et logistique et matériel (mise en place de pares feu, sensibilisation et formation des organisations d’éleveurs

61

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page62

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Appuyer les filières de l’élevage (lait, viande, cuir et peaux, volaille, etc.)

Département de Linguère ; Arrondissement de Keur Momar Sarr ; commune de louga

1&3

Maison des éleveurs, Fédération des GIE d’Eleveurs, EELS

* manque d’unités de * Renforcement traitement des peaux et de capacités des d’unités de conservation et de acteurs transformation du Lait * Appui à la * non application des normes de valorisation des techniques de production sous produits dans la filière avicole * Appui à la * ampleur de l’abattage construction et à clandestin /peu d’abattoirs la réhabilitation et fonctionnels à l’équipement d’infrastructures de production et de transformation

Accroître la productivité de la pêche

Léona, Keur Momar Sarr, Thiépe, Kabb Gaye, Syer

1&3

OP, services techniques, ONG, Projets, GPF de commercialisation et de transformation

Atouts : * une façade maritime longue de 54km * Dynamisme des femmes mareyeuses et des femmes transformatrices Faiblesses : * Manque d’unités de conservation et de transformation * cherté du matériel et des équipements de pêche * Equipement utilisé est de type artisanal * enclavement * non aménagement des sites de transformation * raréfaction des ressources halieutiques * prolifération du typha * Difficulté d’organisation des pêcheurs

Développer la pisciculture

Linguère, Keur momar sarr, Léona

1&3

GIE, GPF

* pratique insuffisante * financement de * non aménagement des sites projets de fermes * existence d’une ferme piscicole piscicoles * renforcer les capacités des acteurs professionnels

62

* Appui à la création d’infrastructures (unités de conservation et de transformation ; quais de débarquement et des sites de transformation ; marché au poisson; centre de pêche ;

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page63

Document de lignes directrices de la Région de Louga

EMPLOI ET ENTREPRENARIAT Appuyer les porteurs Toutes les CL d’initiatives dans la création de PME/PMI

1&3

Promouvoir l’emploi Région des jeunes

1&3

Soutenir les initiatives économiques de développement des femmes

1&3

Toutes les CL

ARD, Guichet de l’Entreprise, MDL, Chambres consulaires, SFD etc.

* Problèmes de financement et * appui à la mise d’encadrement en place de * absence de zones réservées systèmes locaux aux activités industrielles et de financement artisanales adaptés * offre de services financiers non * appui à adaptés l’aménagement des zones industrielles et artisanales * Renforcement de capacités des acteurs Coopération Espagnole, Lux Dev, Atouts : *Subventions * 79% de la population régionale *Appui à l’insertion PRP, ONUDI, ANEJ, ANREVA est âgée de moins de 35ans * opportunités économiques relativement intéressantes à exploiter (tourisme, carrières de mines, pêche, élevage) ; Faiblesses : * Taux de chômage élevé * insuffisance de la prise en charge des questions de l’emploi par les collectivités locales et les services compétentes ; * Emigration clandestine et exode rural important des jeunes * Nombre très limité de PME/PMI Organisations féminines, MDL, Forces : * renforcement de Chambres consulaires, Guichet * dynamisme des organisations capacités de l’Entreprise, etc. féminines * Appui à la mise Faiblesses : en place de lignes * absence de synergie et de de crédit femmes mutualisation des moyens des intervenants (réseaux de femmes, PTF) * analphabétisme et faible niveau de qualification des membres des organisations féminines * offres de services financiers non adaptés * faiblesse de l’épargne monétaire locale

63

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page64

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Valoriser et promouvoir le potentiel touristique, et artisanal

Toutes les CL (citer les CL concernées)

1­3 & 8

Réseau des acteurs culturels, FESFOP, chambre des Métiers,

* Fort potentiel culturel, touristique et artisanal * Insuffisance des structures d’accueil

* Appui à la mise en place d’infrastructures hôtelières ; * Appui organisationnel pour mieux vendre la destination LOUGA

SECTEUR D’APPUI A LA PRODUCTION Désenclaver les zones de Toutes les CL production

1 ­4 – 5 Projets, ONG, &7

* Création des GIC * Manques de pistes de production * Mauvais état des pistes de production * Difficultés d’évacuation des produits locaux

Appui technique ­ Appui financier ­ Formation ­ Equipement

Promouvoir le Toutes les CL partenariat Public/Privé et appuyer les initiatives de Co­développement

8

Atouts : * motivation des chambres consulaires et de métiers * assez bonne organisation des opérateurs * Existence d’un Forum des Emigrés * Existence d’un cadre réglementaire Faiblesses : * niveau faible de concertation entre les différents acteurs potentiels de partenariats public­privé

* Renforcement de capacités * Appui institutionnel et organisationnel

MDL, Guichet de l’Entreprise, CL, ARD, Administration territoriale, ACOPROV, Conseil Régional etc.

ENVIRONNEMENT Renforcer la lutte contre les feux de brousse

Labgar, Tessékéré Syer, Sam Yabal

7

Service des Eaux et Forêts, Collectivités locales, Comités villageois de lutte : PROGERT, Grande Muraille Verte, Radios Communautaires, UNCFS

* Existence de Pare­feu * matériels en nombre Insuffisant * Transhumance * Répression

* Appui technique et institutionnel

Lutter contre les érosions

Léona, Thiépe, Kab Gaye, Diokoul Keur­Momar Sarr, Mbédiène, Gassane, Thieppe, Kanène Diop

7

Service Eaux et Forêts, PROGERT, PADEN, PGIES OCB

* Dégradation des terres * Avancée de la mer * Exploitation frauduleuse de sable * Absence d’infrastructures structurantes

* Renouvellement de la bande de filaos * Renforcement des capacités des services techniques (Eaux et Forêts)

64

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page65

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Préserver la Keur­Momar Sarr biodiversité végétale Gandé, Thiolom Fall, Ndande, Thiél, Mboula

Améliorer le système d’assainissement de la Région (déchets solides, eaux usées, eaux pluviales)

Région et communes (déchets solides), Louga, Kébémer, Guéoul, Darha, Linguère (eaux usées)

Lutter contre la pollution du Lac de Guiers

Syer, Keur­Momar Sarr, Nguer Malal, Mboula

7

7

7

Service Eaux et Forêts, DREEC, PROGERT, PGIES, Fonds Italie, CILSS , ASREAD, SOS Sahel, OCB

DREEC, Mairies, Conseils Ruraux, Etat, Lux­Dév, SOS Sahel, Mairies, ONAS, PEPAM (eaux usées)

Service Eaux et Forêts, DREEC, Office du Lac de Guiers, SDE, SONEES

* Espèces végétales, fauniques et * Appui technique marines en voie de disparition (Pratique de la * Surexploitation des massifs Régénération forestiers Naturelle Assistée, Installation des aires de mise en défens, les aires marines protégées) Dépôts sauvages * Appui logistique * Absence de Centres et matériel des d’Enfouissement Techniques Collectivité (CET) locales (DOtation * Absence d’incinérateurs au en matérieL de niveau des structures de santé collecte et * Insuffisance matériel de ram!ssage des ramassage et de collecte des déchets déchets Installation * Espaces disponibles pour les d’incinératEurs sites d’enfouissement au niveau des * Absence de réseaux postes et centRes d’assainissement dans les de saNté ; centres urbains InstaLlation d’unitÉs de transformation et de recyclage des déchets au niveau des collectivités locales ; installation de stérilisateurs autoclaves) aménagement de décharges contrôlées * Appui à l’extension du réseAu d’assainissement * Plantes enVahissantes * Déchets solides et industriels * Produits pHyTosanitaires

* Etudes à faire * Appui à la mise en place de programme de trai4Ement des rejets

65

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page66

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE IV : CONDITIONS DE MISE EN ŒUVRE La mise œuvre des Lignes Directrices d% LA région de Louga requiert Les stratégies opérationNelles déclinées comme suit€ • Une large vulgarisation des documents • Une définition clair% des rÔles et responsabilités des parties prenantes • Des conditions de financement ad!pTéEs • Un cadrE de suivi­évaluation • Une stratégie de communication pour la mobilisatiOn de touS les acteurs

5.1 La vulgarisation des documents Pour une meilleure appropriation des Lignes DirectriceS par la régIon, en rapport avec le Comité national, les Groupes de Travail doivent partager et dérouleR un plan de vulgarisation de ces outils auprès des pouvoiRs publics nationaux, du patronat sénégalais, des partenaires à la coopération décentralisée et de l’ensEmblE des acteurs intervenant dans la région. En direction de l’Etat, l’oBjectif visé est la sensibilisation et la préparat)on des autorités à soutenir la mise eN œuvre des projets d’impact par une cONtribution financière effective à travers le BCI, les fonds de concours et lšallègement des procédUres administrativeS et financières. En direction du patronat, de l’organiSaTioN des émIgréS, et des acteurs régionaux, il est recherché une prise de participation de ceux ci pour le Co financement des projets à plus value. Quant aux partenaires de la Coopération bilatérale et décentralisée, leur mobilisation se fera principalement par les Collectivités Locales à travers l’organisation de rencontres et missions aussi bien à l’intérieur qu’à l’étranger. Elles bénéficieront pour cela de l’appui du Gouvernement, du PNUD et du Hub de Genève sous la coordination d’ART GOLD. Cette phase de vulgarisation est prévue dans le plan de communication du Programme.

5.2 Rôles et responsabilité des parties prenantes dans la mise en œuvre ➢ Les Collectivités Locales • La Région La région portera politiquement la mise en œuvre de tous les projets d’impact à cheval sur au moins deux départements. Le portage politique signifie qu’elle sera l’intermédiaire directe chargée de négocier avec les partenaires intéressés pour le compte des collectivités bénéficiaires. Elle sera responsable de l’exécution des travaux, assurera le suivi évaluation et rendra compte aux partenaires par le biais de l’ARD, de l’antenne régionale et de l’UGP ; • Les Groupements d’intérêt communautaire Ils seront responsables des projets intercommunautaires exécutés dans leur département. Les Lignes Directrices départementales faisant partie de leurs instruments d’exécution budgétaire. Ils conduiront, avec l’appui de la région, toutes les négociations avec les partenaires et participeront, selon des critères bien définis, au financement des projets retenus. Ils seront appuyés dans l’identification et le montage des projets par les MDL et les services techniques ou une expertise extérieure en cas de besoin. • Les collectivités locales bénéficiaires Elles assureront le portage politique des projets ne dépassant pas leurs limites territoriales. Cependant, pour une coordination régionale de l’intervention des partenaires, le Conseil régional et le GIC seront invités à la négociation et à l’évaluation des projets exécutés dans leurs territoires. • L’ARD et les Groupes de Travail Le portage technique de la mise en œuvre de ces documents revient au groupe de travail régional qui est piloté par l’ARD (voir mission des GT). En clair ceux sont les Groupes de Travail et plus spécifiquement les comités techniques restreints qui élaborent les plans d’actions, priorisent les projets, et appuient le montage financier et technique des projets. Ils seront aussi chargés de la coordination de la gestion des ouvrages produits et organiseront le suivi évaluation.

5.3 Conditions de financement des Projets Le financement des projets issus des documents de Lignes Directrices est entièrement soumis aux partenaires à la Coopération bilatérale et décentralisée. L’appui souhaité peut revêtir la forme

66

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page67

Document de lignes directrices de la Région de Louga

• d’une assistance technique : quand le partenaire met, à la disposition du projet, du personnel d’assistance soit dans le cadre d’échanges d’expériences soit pour satisfaire une demande en expertise inexistante ou insuffisante. • d’un appui logistique et matériel • de financement d’activités à caractère social ou économique.

5.4 Critères d’éligibilité des projets Pour les projets d’impact, la contribution de l’Etat et des collectivités locales sera garantie. Au total dix huit (18) sous critères ont été identifiés avant d’être rassemblés autour de cinq (05) grands critères : 1­ Dimension territoriale 2­ Partenariat et intercommunalité 3­ Durabilité 4­ Bonne gouvernance 5­ Genre et environnement Ainsi, chaque critère est noté sur vingt (20) points, les projets éligibles seront ceux qui auront les plus grands nombres de points. Donc chaque projet sera noté sur cent (100). La Stratégie pour une mobilisation des partenaires sera détaillée dans le Plan global de communication du Programme.

67

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page68

Document de lignes directrices de la Région de Louga

ANNEXE N°1 : PLANS STRATÉGIQUES EXISTANTS Plan

Niveau et Domaine

Date et Responsable Mise en œuvre ­

Etat Actuel Mise en œuvre ­

Le PRDI est en cours de formulation.

Commentaires

PRDI

Région et planification des interventions

SRAT

Région

­

­

Le SRAT est en cours de formulation

Région et département

Groupe Technique Régional

­

Les lignes directrices sont des instruments d’appui à la coopération internationale ; les versions définitives De Ces outils seront disponiBles et Mises en œuvre dans lE d%uxième semestre de l’année 2011

Commune

COllectiVités locales

­

LEs PIC sont en train d’être réactualisés pour tOutes les communes de la région

CommuNauté rurale

Collectivités locales

­

Les PLD sont en train d’être réactualisés pour toutes les communautés rurales de la région

Régional

INSPECTION D’ACADÉMIE/CONSEIL RÉGIONAL/ARD

Mis en œuvre et arrive à EcHéance en 2011

Il est envisagé L’élaboration d’un autre PDRE pour la période 2012­2014

Commune et commUnAUtÉ rUraLe

IDEN/CLEF

Léthargie dans l’élaboration de ces outils toutes les collectivités n’en sont pas pourvues

­

District sanitaire et région médicale

Plan annuels de travail de la Région médicale et des districts sanitaires

Les PTA sont mis en œuvre

­

Commune et CommunaUté rurale

Collectivités locales

Léthargie dans l’élaboration des POCL depuis la clôture du projet DISC

La relance de la planificaTion sanitaire est en cours avec L »’appui de la CAS/PNDS

CoMMunauté rurale

Collectivités locales

Les PLHA sont mis en œuvre dans les communaUtéS d’intervenTion du PEPAM/BAD

Dans le cadre du PEPAM/BAD, les PLHA ont été élaborés pour les collectivités locAles de la zone d’intervention mais cet outil sera généralisé à toutes les collectivités loCales. Un atelier d’information et de sensibilisation a eu liEu dans ce sens sous l’égide du PEPAM

LD

PIC PLD

PRDE

PLDE

PTA

POCL

PLHA

68

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page69

Document de lignes directrices de la Région de Louga

ANNEXES N°2 : LISTE DES PARTENAIRES INTERVENANTS DANS LA RÉGION, EN 2010 Intervenants

Domaines d'intervention

PNDL

Appui à la politique de décentralisation et De déconcentration. FInancement du Développement Local; Renforcement de capacités; Coordination, Comm5nication, suivi­évaluation

PADEL/PNDL

Appui à la stratégie nationale de dévEloppement des Economies Locales ApPui au Dévelopxement Economique Local de la région de Louga

Lux­Développement

Enseignement Technique et FormaTion ProfessionnellE (ETFP) SEN 024 Santé de Base SEN 025 HydraulIque RurAl et Assainissement SEN 026 Equité et Genre

GELD : Equité de Genre dans la Gouvernance Locale

Développement Local; Programmation, Planification Budgétisation sensible au genre: Groupes cibles les femmes

USAID

Santé, Education

ART GOLD : Programme d'Appui aux Réseaux Territoriaux et Thématique pour une Gouvernance Locale de Développement

Coopération Décentralisée

Agence Japonaise de la Coopération Internationale JICA

Education; Agriculture; Hydraulique

PRN

Nutrition, Sécurité alimentaire

PRP

Lutte contre la pauvreté

PEPAM

Hydraulique

DSPL/IP­ONUDI

Insertion professionnelle des sortants de l'ETFP

ACOPROV

Promotion du volontariat

ONG ET PROJETS Projet Village du Millénaire

Santé et Nutrition; Infrastructures rurales; Energie; Hydraulique Assainissement; Genre et environnement, promotion de la femme Pêche et élevage; Education et formation

69

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page70

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Plan International Sénégal

Education et la Formation; santé et nutrition; hydraulique élevage; GRN; micro finance

MEDICOS DEL MUNDO

Sécurité alimentaire et Amélioration environnementale; santé communautaire; eau potable maraichage et aviculture

HUNGERT PROJECT SENEGAL

Sécurité alimentaire; éducation et alphabétisation santé; environnement; hydraulique; micro crédit

PROMER II

Micro et petite entreprise

PROGERT

Agriculture; élevage pastorale et moderne environnement et GRN; Micro crédit

PADER

Agriculture; élevage ; micro finance; GRN; assainissement hydraulique villageoise; santé; éducation; micro entreprise

ASREAD

Maraîchage; sylviculture; GRN; alphabétisation; micro crédit

SOS SAHEL

Sécurité alimentaire; protection de l'environnement; accès aux infrastructures de base

CARITAS

Hydraulique; santé; éducation; AGR; micro finance renforcement de capacités

WORLD VISION

Santé Communautaire

ASACASE

Offre de service financier et non Financier

AQUADEV/PRN

Nutrition

Projet Bio­diversité Mauritanie/ Sénégal

Environnement

Projet de Soins Santé Primaire/EELS

Santé communautaire; lutte contre le sida

CERFLA

Renforcement de capacités/Hydraulique villageois; Education et formation des adultes

CISV

Micro Finance; agro zootechnique tourisme responsable; droit de l'homme et des enfants

Consortium FADEC/SI

Agriculture; amélioration de l'environnement et renforcement de capacités

Programme Intégré du Podor (PIP)

Développement économique et social

Centre d'Education et de Formation des Langues Africaines (CERFLA)

Renforcement de capacités /Hydraulique villageois; Education et formation des adultes

ASYLYA GUM COMPANY

Foresterie; agrosylvopastorale

Source : Conférence régionale d’harmonisation des interventions, 2009

70

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page71

Document de lignes directrices de la Région de Louga

ANNEXES N°3 : LE TAUX D’ACCÈS À L’EAU DANS LES COMMUNAUTÉS RURALES EN 2010 (REVUE RÉGIONALE PEPAM, 2010)

71

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page72

Document de lignes directrices de la Région de Louga

ANNEXES N°4 : LETTRE D’INVITATION À L’ATELIER DE VALIDATION DES LIGNES DIRECTRICES RÉGIONALES

72

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:34 Page73

Document de lignes directrices de la Région de Louga

LISTES DES GRAPHIQUES Graphique n°1 : Organigramme de la région Graphique n°2 : Répartition de la population de la région de Louga selon les grands groupes d’âges Graphique N°3 : Répartition de la population par secteur d’activité Graphique N°4 : Répartition de la population de la région de Louga selon le milieu de résidence et le département Graphique n°5 : Répartition des infrastructures sanitaires par catégorie en 2009 Graphique n°6 : Evolution du taux de mortalité infantile Graphique n°7 : Evolution de la mortalité juvénile Graphique n°8 : Evolution du taux brut du taux brut de scolarisation de 2006 à 2010 Graphique n°9 : Situation de l’accès à l’assainissement dans la région de Louga Revues régionales du PEPAM, Louga 2010 Graphique n° 10 : Evolution annuelle des mises à terre en tonnes : pêche maritime Graphique n°11: Evolution annuelle des mises à terre en tonnes : pêche continentale Graphique n°12 : Evolution des recettes forestières de la région de Louga de 2005 à 2010 Graphique N°13 : Répartition de la population résidente handicapée selon le type de handicap

LISTES DES CARTES ET PHOTOS Carte n°1 : Carte de localisation de la région Carte n°2 : Carte administrative de la région Carte n°3 : Occupation du sol Carte N°4 : Carte des forets classées et réserves sylvopastorales Carte N°5 : Cartographie des partenariats de coopération décentralisée dans la région de Louga Photo n°1 : Louma de bétail Photo n°2 :Vente de céréales (Gouye mbeut) Photo n°3 : Forail de dahra Photo n°4 : Marché hebdomadaire de Gouye mbeut Photo n°5 : Validation politique des lignes directrices régionales co­présidé par le gouverneur et le président du conseil régional Photo n°6 : Atelier de validation politique des lignes directrices régionales

LISTE DES TABLEAUX Tableau n°1 : Couverture en infrastructure de santé Tableau n°2 : Répartition du personnel de santé en 2010 Tableau n°3 : Répartition des indicateurs de santé de la reproduction Tableau n°4 : Répartition des infrastructures hydrauliques en milieu rural de la Région de Louga en 2010 Tableau n°5 : Evolution de la production de la transformation artisanale Tableau n°6 : Composition du réseau routier Tableau n°7 : Budget des communautés rural Tableau n°8 : Evolution du budget du conseil régional de 2008 à 2010 Tableau n°9 : Liste des collectivités locales de la région de Louga (situation juillet 2011)

73

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page74

LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DE KEBEMER

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page75

Document de lignes directrices de la Région de Louga

SOMMAIRE I.PRESENTATION GENERALE DU DEPARTEMENT………………………………………………………………………………………………………………………………………………76 II. DIAGNOSTIC DU DEPARTEMENT…………………………………………………………………………………………….………………………………………………………………… 77 2.1. RESSOURCES NATURELLES ET ENVIRONNEMENT………………………………………………………………..……………………………………………………………………77 2.1.1. Climat …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..77 2.1.2. Reliefs et sols………………………………………………………………………………………………………………….……………………………………………………………………77 2.1. 3.Pluviométrie………………………………………………………………………………………………………………....…………………………………………………………………… 77 2.1.4. Végétation……………………………………………………………………..……………………………………………...……………………………………………………………………77 2.2. MILIEU HUMAIN………………………………………………………………………………………………………………...……………………………………………………………………78 2.2.1. Structure par âge et par sexe de la population………………………………………………………….…………………………………………………………………………78 2.2.2. Répartition spatiale de la population……………………………………………………………………………………………………………………………………………………79 2.2. SECTEURS SOCIAUX…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………79 2.2.1. Santé……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………79 2.2.2. Education et la formation……………………………………………………………………………………..….…………………………………..….…………………………………..80 2 .2.3. Hydraulique et assainissement…………………………………………………………………………….….…………………………………..….…………………………………..81 2.3. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL…………………………………………………………………..……………………………………..….…………………………………..82 2.3.1. Agriculture……………………………………………………………………………………………………………….…………………………………..….…………………………………..82 2.3.2. Elevage………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..….………………………………….. 84 2.3.3. Pêche…………………………………………………………………………………………………………………..……………………………………..….………………………………….. 84 2.3.4. Foresterie …………………………………………………………………………………………………………….X. 2.3.5. Artisanat……………………………………………………………………………………………………………….…………………………………..….…………………………………..…85 2.3.6. Tourisme ……………………………………………………………………………………………………………..…………………………………..….…………………………………..….85 2.3.7. Culture ………………………………………………………………………………………………………………..…………………………………..….…………………………………..….85 2.3.8. Secteur d’appui à la production………………………………………………………………………………………..….…………………………………..….………………………85 III. LA GOUVERNANCE LOCALE…………………………………………………………………………………………..….…………………………………..….………………………………87 3.1. Les collectivités Locales………………………………………………………………………………………………………………………..….…………………………………..….………87 3.2. Le système déconcentré et la coordination des acteurs……………………………………………………………………………..….…………………………………..…..87 3.3. La société civile locale………………………………………………………………………………………………………………………………..….…………………………………..…. 88 3.4. La situation de la pauvreté et des personnes vulnérables………………………………………………………………………..….…………………………………..….… 88 3.4.1. L’enfance et la jeunesse…………………………………………………………………………………..…………………………………..….…………………………………..….……88 3.4.2. La situation des femmes………………………………………………………………………………….…………………………………..….…………………………………..….…..89 3.4.3. La situation des personnes handicapées……………………………………………………………………………………………..….…………………………………..….……89 IV. LA COOPERATION INTERNATIONALE……………………………………………………………………………………………………..….…………………………………..….………90 V. LES AXES DE DEVELOPPEMENT…………………………………………………………………………..…………………………………..….…………………………………..….…….90 LISTES DES TABLEAUX ET FIGURES………………………………………………………………………….…………………………………..….…………………………………..….……. 95

75

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page76

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE I. PRESENTATION DU DEPARTEMENT Le département de Kébémer, situé au Nord Ouest du Sénégal, à environ 165 km de Dakar, couvre une superficie de 3823 km², soit 15,4% de l’étendue régionale. Il est limité à l’Est et au nord par les départements de Linguère et Louga ; à l’Ouest, par l’Océan Atlantique ; au Sud­ouest, par le département de Tivaouane et au sud­est, par le département de Mbacké. Le département renferme deux zones agro écologiques : ­ Le Bassin arachidier couvre 80% de la superficie du d��partement avec 92% de la population. Avec un climat soudano sahélien (chaud et sec), il est par excellence la zone de la culture sous pluie et de l’élevage. ­ Les Niayes, bande littorale avec un climat influencé par les alizés maritimes, abritent des cultures maraîchères et fruitières ainsi que la pêche.

Carte n°1 : Situation géographique du département

La population du département est estimée à 269 507 habitants en 2011, soit 30% de la population régionale. Le département présente des établissements humains très éclatés. En dehors de la ville de Kébémer et de l’agglomération de Darou Mousty (39 085 habitants), le contraste du volume démographique dans les autres localités est marqué par une forte dispersion des villages, qui est essentiellement liée à une ruralité élevée et constitue, de ce fait, un handicap majeur pour la localisation et la couverture idoines des infrastructures et services sociaux. Le volume démographique des établissements humains est souvent un baromètre de référence pour la réalisation des infrastructures de base. En effet, là où la taille de peuplement paraît faible, il est toujours difficile de convaincre et d’orienter un investisseur potentiel. A l'instar des autres terroirs situés dans l'ancien royaume du Cayor, le département de Kébémer est en majorité peuplé de Wolofs. C'est par la suite que les Maures, les Peulhs et bien d'autres ethnies vont être attirées par l'essor économique de la ville qui était au centre de l'ancien bassin arachidier. Malgré ces flux migratoires, il n'en demeure pas moins que les Wolofs constituent encore l'écrasante majorité de la population de ce département. Le département est une zone de fortes migrations dont les deux types les plus marquants demeurent l’exode rural et la migration internationale. Pour le premier, il touche essentiellement les jeunes et les destinations les plus prisées sont les grandes villes telles que Dakar, Touba, Thiès. Quant à la migration internationale, elle concerne une frange assez variée de la population et les hommes sont les plus touchés. Les principales destinations sont l’Europe, les Etats Unis et également la sous région. Sur le plan administratif, le département est sous l’autorité administrative du préfet, représentant de l’état et est composé de trois arrondissements à la tête desquels se trouvent des sous­préfets. Sous l’égide du Préfet du département, l’Etat met en œuvre la politique nationale dont la coordination est facilitée par la mise en place d’un Comité Départemental de Développement (CDD). Le département de Kébémer comptedix neuf (19) collectivités locales dont deux communes et dix sept (17) communautés rurales. Elles ont chacune à sa tête un conseil élu pour un mandat de cinq (5) ans avec pour mission de promouvoir le développement socio­économique de leur territoire. Même si Kébémer, chef lieu départemental garde encore ses fonctions administratives et politiques, on voit dans le département l’émergence de nouveaux pôles. Ces derniers doivent leur expansion à l’influence religieuse, la position géographique et la relative densité en infrastructures. Ces pôles émergents sont : ­ Darou Mousty qui est un carrefour de redistribution et d’échanges commerciaux de produits en provenance de Touba. ­ Sagatta avec son grand marché hebdomadaire, point de ralliement du bétail. ­ Ndande avec le transport, l’agriculture, le commerce et l’artisanat. ­ Guéoul à travers le commerce de la viande et le bétail.

76

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page77

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE II. DIAGNOSTIC DU DEPARTEMENT 2.1. ENVIRONNEMENT ET RESSOURCES NATURELLES 2.1.1. Le climat Le climat est de type sahélien du fait d’une forte insolation (environ 8,5 heures/jour), les températures sont élevées avec une moyenne annuelle de 28°c. Les principaux vents sont : l’harmattan, vent continental du Nord chaud et sec chargé de poussières, les alizés maritimes (novembre et décembre) qui adoucissent le climat, et la mousson porteuse de pluies

2.1.2. Les sols La structure des sols du département est composée de trois types : les sols ferrugineux tropicaux, les sols deck dior, et les sols argilo limoneux très propice au maraîchage. Les deux premiers types de sols sont généralement pauvres et lessivés (érosion éolienne, exploitation permanente et absence de régénération) d’où une diminution de la production par une baisse répétée des rendements.

2.1.3. La végétation et la faune La végétation est de type soudano sahélienne et comprend trois strates : un tapis herbacé assez clairsemé, une steppe arbustive, un peu dense et une steppe arborée. Ces différentes strates s’amenuisent et se dégradent de jour en jour du fait de l’action anthropique avec l’utilisation de la végétation pour la satisfaction de besoins domestiques. Malgré les efforts consentis par les services des eaux et forêts en matière de reboisement, on note la faible implication des populations et l'absence de suivi qui réduisent à néant toutes les opérations menées dans le sens de reconstituer l'écosystème naturel. En raison de la dégradation de son habitat et de la rareté des points d’eau consécutive à la combinaison des facteurs négatifs, la faune est quasi inexistante dans le département. Cependant, on note un retour assez timide du lièvre et des francolins dans les peuplements de filaos ou d’autres espèces dans certains sites mieux protégés comme la réserve naturelle communautaire (RNC) de Diokoul Diawrigne. Pour permettre le retour de la faune, la chasse est fermée dans le département depuis plusieurs années.

2.1.4. La pluviométrie Le département est compris entre les isohyètes 300 et 500 mm, avec des précipitations pouvant atteindre parfois 700 mm par année.

2.1.5. L’Hydrologie Il n’existe pratiquement pas de cours d’eau dans le département, mais les ressources en eau sont constituées par des eaux de surface (océan atlantique) et les eaux souterraines dont la nappe phréatique est très productive (débit pouvant atteindre 250 m3 par heure) et de bonne qualité (salinité inférieure à 0,5 g/L), malgré sa profondeur (60 à 100 m). Les eaux de surface sont inexistantes en dehors de quelques mares en saison des pluies. Cependant la multiplication des forages équipés, permet aux populations et aux animaux de trouver une source d’eau abondante. Des tentatives de création des bassins de rétention ont été opérées dans le département mais sans succès.

2.1.6. Les ressources forestières Maillon important des secteurs productifs du Département, le secteur forestier couvre les domaines du Reboisement et de la Conservation des sols, de l’aménagement et des productions forestières, de la protection des forêts, de la gestion de la faune et de son habitat et du renforcement des capacités des acteurs. Le département compte deux massifs classés : • la réserve naturelle communautaire de Diokoul Diawrigne d’une superficie de 2000 ha • le périmètre de restauration des Niayes d’une superficie de 25000 ha. Concernant les problèmes écologiques, les feux de brousse ne connaissent pas une certaine ampleur dans le département, mais leurs conséquences sont très néfastes surtout dans la bande de filaos et dans la zonz des Niayes ou le tapis herbacé constitue la principale source d’alimentation du bétail.

77

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page78

Document de lignes directrices de la Région de Louga

L’ensablement des cuvettes maraîchères, l’avancée des dunes, à certains endroits, la remontée de la nappe salée, la prolifération d’insectes déflorateurs au niveau de la bande de filaos, l’accès difficile (routes sablonneuses), la forte érosion, le déboisement abusif, la disparition de certaines espèces végétales comme fauniques constituent les principaux défit environnementaux à relevé au niveau du département pour une gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles. En dépit de ces contraintes, des potentialités du département sont intéressantes ; il s’agit notamment de la présence d’un climat favorable, de la disponibilité de terre, d’une bonne dynamique organisationnelle, d’une bonne maîtrise des techniques de reboisement et de la présence de structures de financement et de nombreux projets/ONG. Les jeunes et les femmes participent très activement dans la mise en œuvre des activités de gestion de l’environnement et des ressources naturelles. Ils sont souvent organisés en comités divers : unions, comités de lutte contre les feux de brousse, GIE, GPF, Comités villageois (CV) et comités inter villageois (CIV). Pour développer ce secteur, il faudrait améliorer les systèmes de conservation de la biodiversité dans tous les écosystèmes, mais aussi la restauration des capacités de production des systèmes agraires et agro­ forestières et renforcer les capacités des acteurs. Sur le plan écologique, le Département de Kébémer compte deux aires protégées : • Le périmètre de restauration des Niayes, d’une superficie de 25 000 ha, englobant la bande de filaos installée le long du littoral par le Projet de Fixation des Dunes de Kébémer, et constituant ainsi le premier écran protecteur des cuvettes maraîchères ; Cette bande de filaos actuellement vieillissante, bénéficie d’un Plan d’aménagement en cours d’exécution par les populations limitrophes organisées en 28 GIE en 2 Unions. • La Réserve Communautaire de Diokoul Diawrigne d’une superficie de 2 000 ha, créée en 2003 sous l’égide du Projet de Gestion intégrée des Eco systèmes et de la population dans une zone plus continentale pour la restauration et la conservation de la biodiversité. Elle bénéficie d’un plan de gestion exécuté par les populations organisées en comités villageois et comités inter villageois. De manière générale, les ressources forestières subissent de fortes pressions naturelles (changements climatiques) et humaines telles que les sécheresses répétées, les feux de brousse, les coupes abusives pour la satisfaction des besoins domestiques, agricoles et pastoraux. La conjugaison de l’ensemble de ces facteurs a entrainé une forte dégradation du couvert végétal avec comme corollaires, l’ensablement des cuvettes maraîchères, la perte de fertilité des sols (conséquences des érosions sous toutes leurs formes) mais aussi la disparition de la faune dont l’habitat est fortement éprouvé.

2.2. Milieu humain Selon les projections de l’ANSD, la population totale du département de Kébémer est estimée à 269 507 habitants en 2011. Celle­ci est majoritairement féminine avec 50,9% de femmes. Les hommes avec un effectif de 137 229 habitants, représentent 49,1% de la population. Le département a la plus forte densité de population (70 habitants au km2 ) de la région.

2.2.1. Structure par sexe et par âge de la population Tableau n°1 : Répartition de la population du département de Kébémer selon les groupes d’âge et le sexe en 2011 Ages 0­4 5­9 ans 10­14 ans 15­19 ans 20­24 ans 25­29 ans 30­34 ans 35­39 ans 40­44 ans 45­49 ans 50­54 ans 55­59 ans 60­64 ans 65­69 ans 70­74 ans 75­79 ans 80 et plus Total Source : ANSD

78

Masculin 23 170 18 057 18 601 15 985 13 322 9 796 6 996 5565 4342 3 948 2 985 2 753 1 783 1 797 1 216 941 1 021 132 278

Féminin 22 654 17 657 17 760 15 175 14 231 10 613 8 500 6 976 5 356 4 894 3 342 3 161 1 930 1 934 1 106 981 960 137 229

Ensemble 45 824 35 714 36 361 31 159 27 553 20 409 15 496 12 541 9 698 8 843 6 327 5 914 3 713 3 731 2 322 1 922 1 982 269 507

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page79

Document de lignes directrices de la Région de Louga

La population âgée de 0 à 19 ans s’élève à 149 058 habitants en 2011. Cette couche de la population représente à elle seule 55,3% de l’ensemble des habitants du département. Par ailleurs, prés de 78,9% de la population ont moins de 35 ans.

2.2.2. Répartition spatiale de la population

Tableau n°2 : Répartition de la population du département de Kébémer selon la localité en 2011

Localités Masculin Commune de Kébémer 8 339 Commune de Guéoul 2 949 Arrondissement de Darou Mousty 44 266 CR Mbacké Kadior 2 099 CR Darou Marname 6 067 CR Darou Mousty 18 962 CR Mbadiane 5 982 CR Ndoyene 3 386 CR Sam Yabal 4 058 CR Touba Merina 3 712 Arrondissement de Ndande 42 629 CR Bandegne Ouolof 7 891 CR Diokoul Diawrigne 8 112 CR Kab Gaye 6215 CR Ndande 11 718 CR Thieppe 8 693 Arrondissement de Sagatta 34 095 CR Ngourane Wolof 4 612 CR Kanene Ndiob 4 747 CR Loro 5 170 CR Sagatta Gueth 7 445 CR Thiolom Fall 12 121 DEPARTEMENT KEBEMER 132 278

Féminin 9 084 3 623 44 890 2 048 6 339 20 123 5 518 3 230 3 902 3 730 44 264 8 334 8 367 6 020 12 865 8 678 35 368 4 985 4 917 5 338 7 397 12 731 137 229

Ensemble 17 423 6 572 89 156 4 147 12 406 39 085 11 500 6 616 7 960 7 442 86 893 16 225 16 479 12 235 24 583 17 371 69 463 9 597 9 664 10 508 14 842 24 852 269 507

Source : ANSD, Louga, 2011

La structure de la population du département de Kébémer selon le milieu de résidence révèle des disparités non moins importantes. D’une part, la population urbaine, constituée par celle des communes de Kébémer et de Guéoul, est estimée en 2011 à 23 994 habitants soit prés de 8,9% de la population du département. D’autre part, la population vivant en milieu rurale s’évalue à 245 513 habitants pour la même année, soit 81,1% de l’ensemble. Cette zone rurale est représentée par l’ensemble des communautés rurales du département. Kébémer est un département très rural. Plus de 4/5 de la population réside en milieu rural. Le taux d’urbanisation de 18,5% en 2009 (18,4% en 2002) est l’un des plus bas du Sénégal. Le département de Louga abrite plus de la moitié de la population urbaine régionale (57%) et Linguère 28% contre 15% à Kébémer.

2.3.

SECTEURS SOCIAUX

2.3.1 Santé Le département compte deux districts sanitaires (Darou Mousty et Kébémer). Au Sénégal, le district sanitaire est l’unité opérationnelle du système sanitaire. Il est dirigé par un médecin chef spécialiste en santé publique qui coordonne les activités du centre de santé et des postes de santé dirigés par un infirmier chef de poste qui supervise les cases de santé tenues par les agents de santé communautaires. Le département dispose de trois (3) centres de santé, de vingt cinq (25) postes de santé et cent cinquante trois (153) cases de santé dont vingt (20) non fonctionnelles (faute de personnel communautaire et d’équipement) répartis au niveau des collectivités locales. En effet, le secteur compte un poste de santé pour 11 286 habitants, ratio proche des normes OMS. Par contre, il existe un centre de santé pour 118 509 habitants, ratio très loin des normes d’autant plus qu’il n’existe pas encore de bloc opératoire fonctionnel, ce qui atteste de la difficulté de prise en charge de la santé de la mère dans le département.

79

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page80

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Tableau n°3 : Situation des structures sanitaires dans le département de Kébémer District sanitaire

Centre de santé Poste de santé

Case de santé

Kébémer

1

13

110

Darou Mousty

2

12

43

Total

3

25

153

Source : Districts sanitaires de Kébémer et Darou Mousty

En 2010, le personnel sanitaire est composé essentiellement de personnel de santé communautaire et d’un nombre déficitaire de personnel qualifié notamment de médecins (1 médecin/59254 habitants), de sages femmes (1 sage femme/3407 FAR), ICP (1 infirmier/7645) qui ne répond pas aux normes OMS. En effet, au regard des résultats, les ratios agents de santé/populations affichés sont assez faibles d’autant plus qu’il n’existe pas de médecins spécialistes (gynécologue et pédiatre) au niveau départemental. Cela démontre toute la difficulté de prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant et des difficultés dans l’offre de services de soins de qualité. En fait, la prise en charge de la santé maternelle semble poser beaucoup de problèmes liés d’abord à l’insuffisance des infrastructures et équipements, ensuite au déficit du personnel. Cependant, le renforcement des stratégies fixes et avancées en CPN, SNP, PEV, l’implication des relais communautaires dans le suivi, la promotion de la croissance, la sensibilisation et le suivi régulier des différentes cibles, de même que l’appui apporté par l’équipe mobile de vaccination ont permis d’atteindre des taux de couverture acceptables en 2009. Malgré cela, la déperdition des femmes vues en consultation prénatale entre le premier contact et la quatrième visite est importante avec un taux d’achèvement CPN de 21%. Par ailleurs, la prévalence contraceptive bien que toujours faible, a connu un progrès en 2009, elle est passée de 3% à 5% et serait liée à une plus grande sensibilisation des femmes et à une meilleure implication des hommes. Malgré ces efforts, l’atteinte des OMD 4 et 5 d’ici l’horizon 2015 semble compromise si des correctifs ne sont pas apportés concernant surtout la qualité de l’offre de services, mais également le renforcement des connaissances attitudes et pratiques des populations. Le taux de malnutrition a connu une légère baisse en 2009 (17% à 16%) chez les enfants ciblés. Cependant une enquête réalisée chez les talibés (Elèves des écoles coraniques) a montré un taux de malnutrition chronique de 22% des enfants de 10 à 15 ans. Pour la tuberculose, le taux de guérison était de 90% (supérieur à l’objectif de 85%); cependant le taux de détection reste encore faible (39%). Sur le plan de la logistique, le département dispose d’un parc assez bien fourni en ambulances fonctionnelles. Pour l’atteinte des OMD, Les deux districts enregistrent des résultats relativement satisfaisants. En effet, depuis quelques années, le paludisme ne constitue plus le premier motif de consultation et rares sont les cas de décès dus au paludisme. De même, aucun décès maternel n’a été noté au niveau des districts ces dernières années. Malgré ces atouts, des difficultés persistent et découlent de l’insuffisance des infrastructures de santé (l’insuffisance de véhicules de supervision et de coordination, la vétusté de la chaîne de froid et des bâtiments), du coût élevé de la prise en charge des besoins de santé par rapport au pouvoir d’achat des ménages, de la mauvaise prise en charge des malades notamment au niveau de l’accueil et de l’éloignement de certains localité des structures sanitaires qui pose un sérieux problème d‘accès de certaines personnes aux services de santé. A cela aussi s’ajoute une baisse du budget sans tenir compte de l’augmentation de la population. Pour ne pas perdre la confiance des usagers, il faudrait améliorer les conditions de travail, accompagner les structures pour combler les gaps en matière d’équipements et renforcer la maintenance des infrastructures et équipements. Outre l’Etat et les collectivités locales, le financement du secteur de la santé bénéficie de l’appui de divers partenaires comme le Fonds mondial, ABT/USAID, world vision, Plan international, FHI, PRN, LUX DEV, Intrahealth et Sight savers mais également des associations d’émigrés.

2.3.2. L’Education et la formation Le département a enregistré au cours des années passées dans tous les domaines et volets de l’éducation des avancées : les infrastructures, les effectifs scolaires et le personnel ont connu des bonds certes encore timides dans certains cas comme pour le TBS situé à 91,1% le Taux

80

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page81

Document de lignes directrices de la Région de Louga

d’Achèvement. Cela, malgré les efforts fournis dans le cadre du PDEF, en termes de renforcement du système. Le nombre d’abris provisoires demeure encore important du fait des retards accusés dans les travaux de constructions. De manière générale, le département de Kébémer présente un pourcentage important d'écoles publiques (99,1%), alors que les écoles privées représentent 0,8% ce qui est extrêmement faible. Le public est constitué par le public traditionnel (96,1%), public Franco arabe (3 %). Il faut noter aussi que département porte un très grand intérêt à l’enseignement religieux et à la langue arabe avec notamment sept (7) écoles franco arabes et des effectifs de plus de sept cent trente un (731) élèves. L’enseignement arabe est très développé dans la région. Elle compte trois (3) grands Instituts islamiques et des écoles arabes qui rivalisent avec les écoles élémentaires dans la plupart des villages. L’introduction de l’éducation religieuse et l’expérience des écoles franco­arabes vont contribuer à renforcer ce type d’enseignement et du coup accroître le taux brut de scolarité. Les écoles franco­ arabes sont inégalement réparties et se trouvent presque toutes en zone urbaine, malgré la forte demande en milieu rural. En effet, Ce type d'école est absent dans tout l'arrondissement de Darou Mousty ainsi que dans les communautés rurales de Diokoul Diawrigne, Kab Gaye, Ndande, Kanène Ndiob et Loro. Le développement des écoles franco arabe résulte de l’initiative des autorités académiques qui ont autorisé la création de ce type d’école. Cette autorisation a rencontré l’agrément de certaines communautés qui en ont fait la demande. C’est ainsi qu’à partir de l’année scolaire 2002/2003, les écoles de Ndakhar Syll, Mbadiar et Guéoul 3 ont été créées. Le manque de structures d’accueil des sortants de ces écoles et les conditions d’hébergement dans les centres urbains (Louga) semblent toutefois constituer un frein à leur développement. La création de collèges franco arabe de proximité favoriserait le développement du système éducatif dans les localités où les populations ont une préférence marquée pour l’enseignement franco arabe. Notons que les écoles arabes Al Azhar se développent dans le département, notamment dans les arrondissements de Darou Mousty et Ndande. En ce qui concerne l’enseignement technique professionnel, le centre d’enseignement technique féminin (CETF) offre une formation sur les filières telles que la couture, la restauration, les techniques de collectivité, l’artisanat etc. La moyenne d’effectifs tourne autour de quatorze (14) élèves. La durée de la formation est de trois (3) ans, sanctionnés par un diplôme ou attestation. Il faut noter l’existence d’autres structures de formation comme le Centre Départemental d’Assistance et de Formation pour la Femme (CEDAF) qui accueille de jeunes filles exclues du circuit de l’enseignement général et qui développe les mêmes filières. Des formations modulaires sont effectuées au profit des femmes parmi lesquelles : • La transformation de fruits et légumes ; • La cuisine et la pâtisserie ; • La transformation de céréales locales. Pour accompagner les sortantes, une cellule d’insertion a été mise sur pied depuis 2007. La présence de partenaires, l’existence d’une équipe de formateurs jeunes et dynamiques, et une cellule d’insertion active constituent des potentialités majeures. Mais des difficultés sont notées à savoir les conditions d’apprentissage inadaptées la non implication des populations et des collectivités locales, les mariages précoces les difficultés de stage et le faible niveau d’insertion. Pour y faire il faudrait améliorer les conditions d’accueil et d’apprentissages, ouvrir d’autres filières en collaboration avec tous les acteurs.

2.3.3. Eau et Assainissement L’approvisionnement en eau potable des populations de Kébémer est assuré en milieu urbain par la SDE (à partir du canal du Lac de Guiers) qui est relayé par quelques forages et les puits en milieu rural. Le département compte soixante cinq (65) forages à moteur; onze (11) éoliennes; vingt quatre (24) puits forages; quatre vingt dix neuf (99) pompes manuelles et sept cent quatre (704) puits ainsi répartis. En dehors de ces ouvrages, certaines collectivités locales ont été branchées à partir du canal du LAC de GUIERS;il s’agit des localités situées sur l’axe routier GUEOUL–NDIAYE THIORO.

81

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page82

Document de lignes directrices de la Région de Louga

La mise en place des associations des usagers de forage et la vente de l’eau au volume ont permis une nette amélioration dans la gestion de l’eau. L’intervention de l’Etat et l’appui de ces différents partenaires au développement a permis aujourd’hui d’enregistrer dans la région de Louga pour l’année 2009, un taux d’accès à l’eau potable qui tourne autour de 77,2%. Ces performances enregistrées au niveau de la région et du département depuis quelques années sont les résultats des actions combinées des programmes et projets (PEPAM­BAD, PNDL, Projet «Lux SEN 026 /SEN 012 rallonge», Projet «Village du Millénaire», Projet «Alizé phase 2», «Projet NDF­ Lac de Guiers» qui ont réalisé des équipements hydrauliques dans les différents départements de région de Louga). Au rythme actuel de l’évolution des indicateurs, on pourra atteindre, d’ici 2012, L’objectif du millénaire pour le développement dans le secteur hydraulique pour le département. En effet, il s’agit d’ici 2015 de faire accéder 82% de la population régionale à l’eau potable. A l’intérieur du département de Kébémer on note des différences au niveau des indicateurs d’accès à l’eau potable. Beaucoup de Collectivités Locales ont un taux nettement supérieur au taux régional avoisinant parfois les 100 % (Guéoul, Kanene Ndiob, Loro…..). Malgré ces résultats satisfaisants enregistrés ces dernières années des contraintes subsistent. Elles sont relatives : • Aux difficultés d’assurer le suivi du fonctionnement des forages et le contrôle des finances; • A un maillage encore faible dans la zone sylvopastorale où l’habitat est très dispersé ; • A une faiblesse des moyens humains et matériels des Services de l’hydraulique pour assurer des interventions rapides. Dans le cadre de l’amélioration des conditions sanitaires et socio économiques des populations, le service d’hygiène, avec l’appui de nombreux partenaires, intervient à plusieurs niveaux dans le département : la gestion des eaux usées, l’assainissement individuel et collectif, la lutte contre les vecteurs de maladies. L'insuffisance d'hygiène et d'assainissement constitue un problème fondamental tant en milieu urbain qu'en milieu rural. La mauvaise gestion des déchets tant en milieu urbain qu'en milieu rural est l'une des causes qui favorisent la prolifération des vecteurs des maladies tels que les mouches et les moustiques. L'accroissement rapide de la population, l’ignorance des populations des problèmes de gestion des déchets, faits que le problème de la gestion des déchets se pose avec plus d'acuité dans les centres urbains. Pour améliorer la situation existante, les actions suivantes doivent être menées : • La sensibilisation de la population au problème de gestion et d'évacuation des déchets • L'engagement des autorités politiques pour faire des problèmes d’hygiène et d’assainissement une priorité ; • La valorisation et le recyclage des déchets solides ; • La participation financière des populations au service de collecte des déchets • la réalisation d’installations sanitaires adéquates (latrines publiques par exemple) ; • Le renforcement des capacités du personnel travaillant dans le domaine de la gestion des déchets afin de doter les entités décentralisées de personnel qualifié pouvant rendre à la population un service de qualité ; • L'application rigoureuse de la législation en matière de gestion des déchets ;

2.3. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL 2.3.1. L’agriculture L’agriculture occupe la première place dans le secteur primaire avec 70% des richesses créées. Elle est pratiquée dans l’ancien bassin arachidier, pendant l’hivernage et dans les zones des Niayes, en saison sèche avec le maraîchage. En cultures pluviales, les trois principales spéculations sont : • l’arachide dont la production moyenne ces dernières années (2006­2010) est de 18 102 tonnes soit 30 % de la moyenne régionale ; • le mil avec une moyenne de 13 563 tonnes soit 56 % de la moyenne régionale ; • le niébé d’une production moyenne de 16 059 tonnes soit 52% de la moyenne régionale. En 2008, (an1 de la GOANA), le département a connu une production record de 24 571 tonnes d’arachide, compte tenu des quantités suffisantes d’intrants mises en place. Les cultures céréalières ont également connu des augmentations de production durant l’an 2 de la GOANA (2009) avec une production de 21 518 tonnes de mil. Le département présente de nombreux atouts en ce qui concerne le secteur agricole avec notamment ses ressources hydrauliques (nappe phréatique maestrichtien 100 à 400 m), son climat favorable sur le littoral et une bonne structuration des producteurs.

82

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page83

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Toutefois, malgré cette situation favorable, le secteur est confronté à plusieurs contraintes : • la dégradation des terres due à la pratique de la monoculture, • l’avancée des dunes de sable dans les cuvettes maraîchères, • la récurrence du parasitisme sur les cultures pluviales, • la faible productivité due à la vétusté du matériel agricole et la non disponibilité d’intrants de qualité ; • l’enclavement des zones de productions ; Ces contraintes ont amené les jeunes à se détourner de l’agriculture et ont accentué leur émigration. Par ailleurs, du fait de l’enclavement de la Zone des Niayes, la production maraichère est comptabilisée dans le département de Louga (marché de Potou) et ne profite pas tellement au département. Son développement passe nécessairement par le désenclavement de cette zone et la fixation des dunes. L‘amélioration de l’accès des producteurs aux moyens et techniques de production modernes pourrait permettre la promotion du secteur agricole. La diversification de la production agropastorale par la mise en place de fermes agropastorales pourrait contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et relever la fertilité des sols.

2.3.2. L’élevage L’élevage, deuxième activité du département, constitue un maillon essentiel de l’économie par la création d’emplois et la satisfaction des besoins alimentaires des populations. Les femmes et les jeunes sont fortement impliqués dans l’élevage des espèces à cycle court (petits ruminants et volailles). Tableau n° 6 : Effectifs cheptel du département de Kébémer en 2010

Niveaux

Bovins

Ovins

Caprins

Equins

Asins

Volailles

Département de Kébémer 49 977

301 825

274 856

17 482

3 808

601 069

Région

958 710

864 515

59 948

23 938

1 912 500

392 057

Source : Service Régional de l’Elevage de Louga, 2011

L’élevage reste important, même s’il est encore majoritairement de type extensif. Des tentatives d’intensification ont été entreprises à travers un programme d’insémination artificielle. Mais les résultats n’ont pas été à la hauteur des espoirs suscités (les taux de naissance par rapport aux bêtes inséminées sont très faibles, autour de 30%). Les pôles de production relativement intensifs apparaissent progressivement dans les villes. Ces pôles, à fortes orientations commerciales, voient l’intervention de nouveaux opérateurs économiques différents des éleveurs traditionnels. La presque totalité de la production de viande provient de l’élevage extensif dont les délais de production très longs (5 à 6 ans) donnent des rendements moyens (inférieur à 50%). Les productions laitières de la race locale sont très faibles et tournent autour de 1 à 2 litres/j/vache pour une durée de lactation de 150 à 180 jours alors que croisements entre races importées et races locales fournissent en moyenne 10 à 15 litres de lait par jour et par vache pour une durée de lactation de 300 jours. La première contrainte à éradiquer serait le recensement exhaustif du cheptel afin de se rapprocher de la réalité. L’insuffisance des moyens de collecte, de transport et transformation des produits animaux, constitue des limites à la compétitivité du secteur. L’amélioration de la santé animale, l’introduction de techniques modernes et la mise en place d’unités de transformation de sous produits pourraient rendre le secteur plus performent.

83

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page84

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.3.3. La pêche Malgré une façade maritime de 37 km (sur 53 km pour toute la région) et l’existence d’un quai de pêche moderne à Lompoul, le secteur de la pêche n’est pas assez développé au niveau du département. Cela s’explique par le fait que la potentialité n’est pas bien exploitée par les populations autochtones mais aussi par les anomalies techniques du quai de pêche qui ne permettent pas le débarquement de la production. Il s’y ajoute le manque de qualification des pêcheurs et la pratique d’un seul type de pêche (le filet dormant). En dépit de sa côte très poissonneuse, la consommation du département est assurée par d’autres régions (Saint Louis et Thiès). Les acteurs qui interviennent dans les différentes filières sont biens organisés et bien structurés, mais ne sont pas dynamiques. Notons que les femmes et les jeunes sont très présents dans le secteur, ils constituent en effet 85% et s’activent dans le micro­ mareyage et la transformation des produits. Les femmes sont surtout très présentes dans la transformation des produits halieutiques. En effet, près de 17% de la production est transformée en raison des difficultés de conservation mais surtout en raison des espèces halieutiques pêchées qui sont plus prisées à l’état transformé. Le département pourrait s’appuyer sur la pêche pour renforcer l’économie locale. Le développement de ce sous­secteur nécessite un meilleur équipement et la professionnalisation des acteurs, la mise à disposition d’infrastructures de conservation et d’équipements et le désenclavement des zones de pêche comme Saré Dao. Tableau n° 7: Evolution de la production et des recettes forestières 2003

ANNEES

2004

2005

Produits

Qté

Montant

Qté

Montant

Impenses forestières

01

682 000

01

522 000

Bois de chauffe

207

51 750

3 551

Perches

210

31 500

­

­

Cueillette

2006

Qté

Montant

887 750

4 845

1 221 250

1 040

156 000

1 122

168 300

885

132 750

­

­

10 170

152 550

2050

33 750

463

324 100

Charbon CPEF

Total

06

600 000

1 365 250

14

1 400 000

15

1 500 000

01

19 000

01

19 000

2 984 750

3 061 100

Qté

Montant

5 384 1 346 000

12 1 200 000 01

19 000 3 055 600

Source : Secteur des eaux et Forêts de Kébémer

Le département compte une bande de filaos exploitée par les populations riveraines organisées en groupements regroupés en deux unions. Les produits forestiers tirés de cette bande sont les perches, le bois de chauffe et le charbon de bois. A titre d’exemple, pour l’année 2010; en ce qui concerne les produits de cueillette, les principaux produits exploités sont les feuilles de baobab, le soump, le tamarin, les gousses de Kad, les fruits du «Neew». La population en tire d’importantes recettes néanmoins dans les forêts reliques du domaine protégé, malgré l’amenuisement du couvert forestier. (Cas du GPF de N’Diongué Fall qui a déjà bénéficié d’un financement pour l’installation d’une Unité de transformation du soump en jus, même si l’approvisionnement en matières premières ne suffit pas). Outre les revenus pour les populations, l’exploitation de ces produits constitue des rentrées d’argent pour le service des Eaux et Forêts à travers les taxes forestières. Il convient de souligner que d’autres produits de cueillette sont commercialisés dans le département mais proviennent des marchés extérieurs comme celui de Diaobé. Au point de vue exploitation forestière, de nombreux produits proviennent de la forêt et constituent une importante source de recettes (taxes) pour l’Etat mais aussi une source de revenus non négligeable pour les populations. Il s’agit: • du bois de chauffe et des perches provenant des opérations de coupe (mise en œuvre du plan d’aménagement de la bande de filao) ; voir tableau ci­dessous; • des produits de cueillette incitant les GPF à renforcer leur capacité dans le domaine de la transformation et à solliciter des financements pour l’installation d’unités. La contribution des recettes contentieuses aux budgets des collectivités locales sous forme de ristournes, mérite également d’être soulignée.

84

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page85

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.3.5. L’Artisanat L’artisanat est la deuxième activité après le commerce tant du point de vue des personnes concernées que des revenus générés. Cet artisanat comprend l’artisanat d’art, de production et l’artisanat de service (couture mécanique, bâtiment et menuiserie). Les femmes sont très actives dans le secteur notamment dans la couture, la teinture, la transformation des produits alimentaires. Les principaux lieux d’écoulement sont le marché local et des clients privilégiés comme la JICA qui achète tous les sacs produits au niveau du centre de formation féminine. Cependant, les activités artisanales sont très peu développées en dépit de l’importance numérique des acteurs du secteur. Le secteur souffre d’un manque de centres de formation professionnelle des artisans, de difficultés d’accès au financement, de l’insuffisance de formation en gestion d’entreprise et du manque de dynamisme des organisations. Par ailleurs, des potentialités se signalent à travers : la main d’œuvre qualifiée, la réinsertion des jeunes en abandon scolaire, une bonne structuration des acteurs qui sont organisés en associations, l’existence du village artisanal (qui n’est pas encore fonctionnel), et l’existence de plusieurs galeries d’art. Pour promouvoir le secteur de l’artisanat, il faudrait développer d’autres filières au niveau des centres existants adaptés aux besoins des artisans et renforcer leurs capacités.

2.3.6. Le tourisme Le secteur est peu développé en dépit des réelles potentialités dont il dispose : façade maritime, dunes de Sally, plusieurs sites historiques et religieux. Il existe des sites d’hébergement comme l’hôtel « Galayabé » et les auberges de Lompoul mais ils ont des capacités d’accueil réduites et n’arrivent pas à satisfaire les demandes lors des grands événements et cérémonies. Le tourisme constitue un potentiel mais non exploité. Il pourrait être valorisé par la promotion du tourisme intégré (tourisme culturel et cultuel) avec un important volet de sensibilisation, d’information et de formation des acteurs.

2.3.7. La Culture Dans le domaine culturel, la région de Louga a longtemps été le centre d’attraction culturel du pays, en particulier au niveau de la danse et de la musique traditionnelle et folklorique. Le département de Kébémer dispose de nombreuses troupes théâtrales ou groupe percussionnistes reconnus comme le Gueth, le Ngueuweul Rythme. Il existe d’autres groupes folkloriques tels que «PENCUUM NDIONGUE», la troupe des Maures qui assurent l’animation des manifestations culturelles. La vie culturelle du département de Kébémer est marquée par des événements majeurs, il s’agit notamment : • Du festival Ngueuwel rythme qui regroupe les différents percussionnistes des régions de Louga, Ziguinchor, Kolda, Saint louis et Dakar. • Les manifestations culturelles et journées de découvertes du patrimoine organisées par l’association des ressortissants de Ndande etc…. En dépit de toutes ces potentialités, le département ne dispose pas d’un service départemental de la culture qui puisse promouvoir, coordonner et accompagner les acteurs culturels. L’absence d’une assistance technique, et l’insuffisance de moyens matériels et financiers constituent des facteurs bloquants pour la valorisation et la promotion du patrimoine culturel local. Certains événements constituent des moments forts de mobilisation, d’animation et d’enracinement culturel et doivent être inscrits dans l’agenda culturel de la région. Il faudrait que les collectivités Locales prennent des incitatives en créant des salles de spectacles multifonctionnels et en organisant périodiquement des concours de théâtres, de dance ou de musique (faire éclore les talents cachés) pour redynamiser le secteur.

2.3.8. Les secteurs d’appui à la production n Industries et mines Le département n’est pas une zone à vocation industrielle. Il n’existe qu’une seule unité industrielle qui est « Touba bétail ». Cette entreprise de fabrication d’aliments de bétail a été mise en place par une association d’émigrés et a installé des points de vente à Touba, Thiès et Dakar. n Le transport Le réseau routier est peu dense et le déficit en voies de communication constitue un réel problème pour la desserte des localités éloignées.

85

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page86

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Il existe des zones d’accès très difficiles comme Thieppe , Kab Gaye, Bandegne, Kanene , Loro. En effet, Les principales zones de production maraîchères telles que Thieppe, sont très enclavées, les routes sont inexistantes et cela se fait ressentir sur la commercialisation des produits. n Le Commerce Le commerce constitue un des maillons essentiels dans la structure économique locale. En effet, la bonne position géographique du département (carrefour proche de Dakar, Louga, Touba, Saint­ Louis) en fait un pole commercial assez attractif qui mobilise une bonne partie de la population active. La multiplicité des marchés hebdomadaires qui quadrillent le département lui confère un statut de zone marchande avec un réseau d’échanges multiformes. Le dynamisme des acteurs surtout la composante jeune constitue un atout de taille dans un secteur souvent en mutation. Toutefois des écueils qui ont pour nom : difficultés d’accès au crédit, concurrence déloyale, faiblesse de la valorisation des produits locaux, faible niveau d’instruction des acteurs constituent des facteurs handicapants. Cependant, l’évolution sans cesse croissante des commerces au cours des années traduit l’essor d’un secteur dynamique qui, mieux organisé, plus structuré et bien appuyé, pourrait servir de locomotive au développement économique de la localité. n Système financier décentralisé Le secteur financier décentralisé du département de Kébémer présente un potentiel non négligeable d’institutions de micro­finance (IMF).En effet, on note la présence de diverses IMF dans presque toutes les collectivités locales. Les institutions les plus remarquées sont le CMS, PAMECAS, UMECAS, FADEC Ndiambour, CPS, RESOPP et MEC Kébémer. A coté de ces grandes mutuelles, il existe des mutuelles de petites tailles. Les institutions du département fonctionnent et présentent globalement la situation ci­ après: • L’épargne et les ressources additionnelles: les IMF doivent collecter les épargnes du sociétariat en capacité de financement pour redistribuer sous forme de crédit au sociétariat en besoin de financement. or du fait de la faible capacité d’épargne des sociétaires, les IMF ne disposent pas suffisamment de ressources pour faire face à la forte demande de financement. Pour pallier ces difficultés, elles font recours aux banques classiques et autres bailleurs. Un tel procédé conduit à une augmentation du coût des ressources et ne favorise pas une politique de baisse des taux d’intérêt. Par ailleurs, il ne correspond pas à une bonne stratégie de maximisation du profit pour une meilleure pérennité de l’offre financière. • Le crédit : l’offre de crédit constitue l’activité principalement des IMF. les sociétaires d’une IMF sont souvent motivés par l’obtention d’un crédit. ainsi, les institutions de micro finance du département de Kébémer déploient tous les efforts nécessaires pour répondre à la demande locale. Les crédits octroyés visent souvent les secteurs du commerce, de l’artisanat, de l’agriculture et de l’élevage. Ces crédits permettent certes de promouvoir le développement local mais ils ne répondent pas souvent aux préoccupations des demandeurs. En effet, la durée des prêts et la faiblesse des montants ne sont pas adaptés à certaines activités telles que l’embouche et le maraichage. Par ailleurs, le traitement des dossiers de demande de crédit prend trop de temps. Dans l’offre de crédit, nous constatons aussi que les populations ne connaissent pas les procédures et les conditions. • Gestion des IMF : conformément aux dispositions de la nouvelle réglementation, la gestion des institutions est assurée par des organes (assemblée générale, conseil d’administration, conseil de surveillance et comité de crédit) chargés de définir les politiques et par le personnel technique (gérant, agent crédit, caissier) chargé d’exécution les opérations. La gestion des IMF est caractérisée par la faiblesse du niveau de formation du personnel technique notamment celui des mutuelles de petites tailles et par la non maitrise, par les membres des organes, de leurs rôles et responsabilités. La promotion du système financier décentralisé dans le département de Kébémer devrait s’orienter vers les actions suivantes : • Renforcement des capacités techniques du personnel et membres des organes IMF ; • Renforcement des capacités financières des IMF • Mise en œuvre de plans de communication des institutions ; • Développement d’une gamme variée de produits financiers plus adaptés aux besoins des populations ; • Diversification des prestataires de services financiers ; • Promotion de la relation Banque­ SFD et autres bailleurs ; • Promotion de l’éducation financière.

86

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page87

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE III. GOUVERNANCE LOCALE 3.1.

Les collectivités locales

Tableau n°8 : Situation des budgets des collectivités locales du département (en milliers de francs) Recettes (en milliers de F CFA)

Dépenses Fonctionnement (en milliers de F CFA)

Localités Prévues

Réalisées

Prévues

Réalisées

Dépenses Investissement (en milliers de F CFA) Prévues

Commune Kébémer

352 532

316 253 269 726

159 012 89 806

Commune Guéoul

25 366

31 578 20 866

10 113 4 500

Synthèse Communautés Rurales

81 813

37 363 34 070

15 622 46 444

Réalisées 28 267 00 15 990

Source: Etude Analyse Financière des Collectivités Locales en 2009 Les ressources financières des collectivités locales proviennent principalement de l’Etat à travers le fonds de dotation et le fonds de concours. Avec le PNDL, à travers l’appui budgétaire, les recettes des collectivités locales ont connu des évolutions ces dernières années; ce qui leur a permis de réaliser beaucoup d’investissements surtout dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’hydraulique. De nouveaux horizons se dessinent avec la coopération décentralisée à travers le programme ART/ GOLD. En outre, toutes les collectivités locales disposent de documents de planification qui sont tous arrivés à terme. Mais le processus de réactualisation est en cours. En sus de cela, les collectivités locales se sont constituées en GIC1 pour mieux partager les investissements intercommunautaires. Ces organes sont mis en place mais la fonctionnalité est timide. Globalement, les contraintes des collectivités locales se résument à: • La difficulté de recouvrement de la taxe rurale et de l’insuffisance des ressources financières • Le principe d’égale dignité des collectivités locales, une absence de hiérarchie qui ne milite pas en faveur d’une harmonisation des interventions en matière de développement, • L’insuffisance de la formation des élus, • L’insuffisance de personnel qualifié et d’appui.

3.2. Le système déconcentré et la coordination entre les acteurs Le département une circonscription territoriale et administrative placée sous l’autorité hiérarchique du Préfet. Le Préfet supervise la coordination des activités départementales, à travers le comité départemental de développement (CDD) qui regroupe les communes, les services étatiques déconcentrés, les associations de la société civile, ou tout autre organe dont la présence est requise. En dehors de ses services propres (adjoint, secrétariat), le Préfet assure la tutelle des services techniques déconcentrés de l’Etat au niveau départemental : agriculture, élevage, eaux et forêts, appui au développement local, commerce, développement social, l’inspection départementale de l’éducation, le district médical. Cependant, la tutelle sur les services départementaux n’est pas effective, en raison du rôle hiérarchique que les directions centrales exercent sur les services déconcentrés : pouvoir de nomination, d’avancement, d’affectation sur les personnels et d’allocation budgétaire. Néanmoins, le Préfet dispose d’une autorité plus accrue que les collectivités locales sur les services techniques en dépit des compétences qui leur sont reconnues par la loi. 1. Le groupement d’intérêt communautaire(GIC) est une personne morale de droit public. Il est soumis aux lois et règlements applicables aux collectivités locales, plus particulièrement au Code des collectivités locales et à la loi N°96­07 portant transfert de compétences aux régions, aux communes et aux communautés rurales. Plusieurs communautés rurales peuvent décider de constituer entre elles, ou avec une ou plusieurs communes, un groupement d’intérêt communautaire ayant pour objet la gestion ou l’exploitation de terres du domaine national, de biens d’équipements, d’infrastructures ou des ressources intéressant plusieurs communautés rurales et une ou plusieurs communes. 2 Source: Etude ECOLOC du Département de Kébémer – Résumé Etude – Novembre 2005 – Bouna WARR et Jocelyne VEYRET

87

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page88

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Dans le cadre de la politique de décentralisation, les services déconcentrés constituent les bras techniques des Collectivités Locales. Cependant, ils sont dans un état de total dénuement et font souvent face à de très sérieux problèmes de ressources humaines, matérielles et logistiques, empêchant ainsi une prise en charge correcte de leurs missions. Des programmes conséquents et cohérents de renforcement des moyens humains, financiers et logistiques doivent être mis place pour permettre à ses structures de jouer pleinement leur rôle d’assistance technique aux collectivités locales du département.

3.3. La Société civile Les OCB (ASC, APE, ASUFOR, comités de santé, APDC (acteurs porteurs de dynamique communautaire) assurent le développement à la base avec l’appui des services techniques. Elles sont réparties dans tout le département et s’investissent dans divers domaines et ont à leur actif plusieurs réalisations mais sont souvent confrontées à des problèmes de moyens logistiques, financiers et techniques. Il y a aussi les comités consultatifs de la femme qui regroupent toutes les organisations de femmes et qui constituent une plaque tournante pour la promotion des femmes.

3.4. La situation de la pauvreté et des populations vulnérables L’économie locale du département est essoufflée avec une productivité très faible par rapport à la moyenne nationale. Ainsi, les prélèvements locaux sont dérisoires et les Collectivités ont du mal à assurer l’entretien correct des infrastructures et équipements acquis. Pourtant des potentialités et atouts sont nombreux. Avec 2% de la population nationale et 2% de la superficie du pays, le PLB du département de Kébémer est seulement comptable de 0.9% du PIB selon l’étude ECOLOC faite en 2001.Cette situation atteste du manque de dynamisme de son économie locale. En effet, la productive moyenne par habitant du département est seulement de 156 KFCFA contre 341 KFCFA2 pour la moyenne nationale. Ainsi l’habitant de Kébémer est de 2.2 fois plus pauvre que le sénégalais moyen. La pauvreté dans le département se manifeste dans une large mesure à travers le faible accès des populations aux services sociaux de base et à l’insuffisance des revenus des populations. Une grande partie de la population vit hors des centres urbains et dépend essentiellement des activités agropastorales. En outre l’économie locale présente des dynamismes très variés. En effet la commune de Kébémer avec 7% de la population du département est accréditée de 16% du PLB départemental. Les pôles émergents comme Guéoul, Ndande, Sagatta, Darou Mousty qui abrite 17% de la population sont comptables de 32% du PLB départemental et l’inter land rural qui représente 76% de la population produit seulement 51% du PLB. Cette situation précaire nécessite la mise en œuvre de mesures bien ciblées qui permettraient d’atténuer les disparités. La mise en place du Service départemental de l’Action Sociale (SDAS) dans le département de Kébémer traduit la volonté de l’Etat de mieux répondre à la demande sociale locale exprimée par la population en générale, et les couches défavorisées ou vulnérables en particulier.

3.4.1. L’enfance et la jeunesse D’une manière générale, les enfants en situation difficile bénéficient d’une bonne prise en charge nutritionnelle, sanitaire et de conditions de vie et d’étude acceptables dans certains Daaras. Cependant une mendicité à grande échelle est notée dans les grands centres urbains du fait de la migration des marabouts. En ce qui concerne les jeunes, ils constituent une frange importante de la population du département (environ 78% de la population totale) et ils occupent une place extrêmement importante dans le processus socio­économique du pays. En effet, la jeunesse s’investit non seulement dans le sport, mais contribue également aux activités de développement des Collectivités Locales du département à travers des causeries d’intérêt communautaire, des activités de sensibilisation sur la santé de la reproduction, des activités d’assainissement et des activités de reboisement. Le département est assez pourvu en des infrastructures socio­éducatives (foyers de jeunes, espaces jeunes, foyers socio éducatifs, bibliothèque municipale) et sportives (terrains de football, plateaux multifonctionnels, hippodrome). Il faut souligner que la plupart des ces infrastructures sont vétustes. Les jeunes sont bien structurés à travers différentes formes d’organisations (Conseil départemental de la jeunesse (CDJ) et démembrements, ODCAV (organisation départementale de Coordination des activités de vacances) et démembrements, la croix rouge et les éclaireurs mais également dans des clubs traditionnels et au niveau de l’Union Départementale du Théâtre populaire et de la Musique (UDTPM). Le Service Départemental de la Jeunesse, malgré les difficultés auxquelles il est confronté, appuie les jeunes afin de faciliter leur insertion

88

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page89

Document de lignes directrices de la Région de Louga

socioprofessionnelle grâce aux programmes de renforcement des capacités en administration et gestion des associations et en organisation de collectivités éducatives entre autres. Les principales contraintes auxquelles sont confrontées les jeunes sont le manque d’emplois et l’insuffisance de capacitation dans différents domaines liée à la faiblesse des moyens des services techniques qui ne leur permet pas de couvrir tout le territoire du département. Il s’avère également nécessaire de mener des activités de sensibilisation dans le domaine de la santé de la reproduction des jeunes, surtout dans les zones éloignées et difficiles d’accès. De même, la promotion des collectivités éducatives et du théâtre populaire devrait être prise en charge par les collectivités locales. Par ailleurs, les actions de formation en direction des jeunes (en entreprenariat, management/leadership, prévention et gestion des conflits, monitoring des collectivités éducatives, Suivi des projets de jeunes) devraient être renforcées.

3.4.2. La situation des femmes Les femmes représentent prés de 50,9% de la population totale du département. Elles sont en majorité ménagères et s’adonnent pour la plupart à des activités économiques telles que le commerce et l’artisanat. En effet, elles s’activent non seulement dans la couture, la teinture, la transformation des produits halieutiques et agricoles, mais elles assurent également la redistribution des produits issus de la production locale et ceux provenant d’ailleurs. Les femmes participent activement aux actions de développent local et à cet effet, elles sont organisées au niveau local en GIE, en GPF et en Clubs de Solidarité et de Développement. Ces organisations, sont fédérées en associations telles que la FAFS (Fédération des Associations Féminines) et le RADEF (Réseau des Associations Départementales des Femmes) au niveau départemental. Cependant, la promotion des femmes est limitée par des facteurs liés à : • Une sous représentativité des femmes dans les instances de décision ; • Une incapacité à satisfaire les besoins vitaux de leur famille ; • Un analphabétisme quasi général ; • Une faiblesse des relations avec les structures d’encadrement ; • Une faiblesse de capacité de gestion ; • Un faible accès à la terre ; • Une difficulté d’accéder aux ressources ; • Une incapacité à écouler les produits qu’elles transforment.

3.4.3. La Situation des handicapés Le département de Kébémer est loin du taux de 10% de personnes en situation de handicap généralement admis par l’OMS dans les pays pauvres. Graphique n°1 : Répartition de la population résidente handicapée selon le type de handicap

Source : Service Départemental de l’Action sociale de Kébémer

3 Le Produit Local Brut (PLB), cumul des valeurs ajoutées produites par tous les secteurs d’activité, correspond à l’ensemble des richesses créées par l’économie locale du département de Kébémer.

89

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page90

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE IV. LA COOPERATION INTERNATIONALE Plusieurs partenaires interviennent dans le département. Ils sont essentiellement dans le domaine de la santé communautaire, la lutte contre la pauvreté, l’assainissement, la gestion des ressources naturelles, le renforcement de capacités, la micro finance, l’éducation, l’entreprenariat, l’appui au développement local ; l’agriculture etc. Les principales cibles sont les collectivités locales, le secteur privé, les populations, les services techniques, les OCB … Ces différents partenaires visent à : renforcer le processus de décentralisation et de bonne gouvernance locale ; améliorer l’état nutritionnel de l’enfant et de la femme ; améliorer les conditions de vie des populations et amener les communautés à un meilleur accès à, l’eau et à l’éducation. La contrainte majeure qui se pose à leurs interventions est le manque de coordination des actions qui entraînent souvent des chevauchements ou du double emploi dans les réalisations. Il faudrait impliquer davantage les autorités administratives mais surtout les élus locaux et les populations dans la planification, l’exécution et le suivi des activités, d’abord pour répondre aux besoins des populations mais aussi pour assurer la pérennisation. Les services techniques doivent être aussi impliqués dans tout le processus car ils seront chargés d’assurer la relève après le départ des partenaires.

CHAPITRE V. AXES DE DEVELOPPEMENT ET LIGNES DIRECTRICES Lignes directrices

Collectivités Locales porteuses de la stratégie

Organisations travaillant dans ce domaine

OMD

Situation de base

Partenariat envisagé

BONNE GOUVERNANCE ET DECENTRALISATION Améliorer des ressources financières des collectivités locales

Toutes les 19 CL

OMD 8

Renforcer les capacités des acteurs locaux en gouvernance locale

Toutes les 19 CL

OMD 8

Promouvoir la participation des femmes et des jeunes dans la gestion des affaires locales

Toutes les 19 CL

OMD 8

90

Trésor, Impôts et domaines, * Faiblesse taux de recouvrement Collectivités locales, Autorités impôts et taxes administratives, Partenaires * Insuffisance personnel de techniques et financiers recouvrement * Assiette fiscale réduite * Insuffisance de moyens logistiques ARD, PNDL, Agence Taataan, * Non maîtrise des textes de la MDL, ART GOLD etc… décentralisation * Commissions techniques en léthargie * Existence d’un GIC

Echanges techniques sur la fiscalité locale

GELD, PADEL/PNDL, Société civile, Art Gold, Collectivités locales, Associations des émigrés

*Formation *Sensibilisation *Echanges techniques *Communication *Encadrement *Promotion l’autonomisation des femmes

Faible prise en charge des besoins des femmes et des jeunes dans les budgets * Faible représentativité des femmes et des jeunes dans les instances de décision * Accès difficile aux services sociaux de base * Accès difficile à la terre et aux financements * Pesanteurs socio – culturelles

*Sensibilisation *Formation *Echanges techniques

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page91

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Promouvoir l’intercommunalité

Toutes les 19 CL

OMD 8

ART GOLD, ANCR, CAEL, PADEL/ PNDL,

Appuyer la Toutes dynamique les 19 CL organisationnelle de la société civile

* existence d’un GIC

* Appui à la mise en œuvre de projets intercommunautaires * Appui technique au marketing territorial

Atouts : * Education au développement Existence d’organisations : OCB, * Renforcement de GPF, GIE, ASUFOR, ONG locales capacités en gestion APDC, des associations Faiblesses : * Faible niveau d’encadrement des * Formation sur les concepts clés du acteurs ; développement local * insuffisante des moyens (bonne gouvernance, logistiques et financiers contrôle citoyen…) SERVICES SOCIAUX DE BASE

Renforcement des capacités des services techniques

OMD 2, 3, Etat, partenaires techniques * Déficit en personnel, manque de * formation et 4, 5,6 et financiers moyens logistiques et absence recyclage du de recyclage des acteurs personnel des services techniques

Promotion de l’insertion économique des jeunes

Communes de OMD 1,2 Kébémer et Guéoul, CR de Ndande, Sagatta et Darou Mousty

Accompagnement des personnes vulnérables

Communes de OMD1 Kébémer et Guéoul, CR de Ndande, Sagatta et Darou Mousty Communes de OMD Kébémer et 1 & 2 Guéoul, CR de Ndande, Sagatta et Darou Mousty

Promotion des collectivités éducatives

CEDAF, CETF, Espace Jeunes, ANEJ, ONFP, ANCAR, PDRD, Luxdev (SEN024),

* Création de projets générateurs de revenus * Appui à la mise en place de programmes de formation (ex : écoles ateliers…) * Assistance technique pour offrir une formation adaptée aux besoins du marché * Mise en place de partenariats entre CL * création de projets générateurs de revenus

Insuffisance d’encadreurs et de moyens financiers

* formation des encadreurs * Plaidoyer auprès des élus locaux et partenaires techniques et financiers

91

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page92

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Promouvoir une formation adaptée aux besoins du marché du travail

OMD 1 & 2 Etat, collectivités locales et partenaires techniques et financiers

Manque d’outils pédagogiques

* Equipements pédagogiques * Recyclage des acteurs

Renforcer les capacités des structures sanitaires

OMD 4, 5,6

Etat, collectivités locales, PTF * Insuffisance des moyens * Moyens logistiques logistiques * recyclage du * Sous équipement des postes de personnel santé * Cases non équipées * Insuffisance du personnel qualifié

Promouvoir l’éducation inclusive

OMD 2

Etat, la cellule départementale * Non prise en charge des enfants * Encadrement de pour la promotion de la proximité vulnérables et à besoins scolarisation des filles * Aménagement des d’éducation spécifiques (CDEPSCOFI) infrastructures d’accueil

Lutter contre l’avancée des dunes et la dégradation des sols

CR de Thieppe, Kab Gaye, Diokoul Diawrigne, Bandegne, Ndande, Thiolom

OMD 7

Préserver la biodiversité

CR Diokoul Diawrigne CR Darou Marnane, Darou Mousty, Ndande, Thiolom

OMD 7

92

ENVIRONNEMENT Service des eaux et forets, OCB, projets (SOS Sahel, Solidarité internationale, PGIES) PADEN, PROGERT, INP.

Service des eaux et forets, OCB, projets (PGIES), PROGERT

Forces : * Place importante du maraîchage dans l’économie faiblesses * Ensablement cuvettes maraîchères, avancée des dunes * Vieillissement de la bande de filaos * érosion des sols et salinisation

* Renouvellement de la bande de filaos * Appui technique et financier à la fixation des dunes (reboisement) * Appui à la lutte contre la dégradation des sols * Formation des femmes et des jeunes participant au reboisement

Faiblesses * Régression de la biodiversité * Surexploitation des massifs forestiers

* Promotion des Réserves naturelles communautaires * Appui aux comités de vigilance * Sensibilisation des populations * Appui à la création d’AGR tirées de la forêt pour les habitants

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page93

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Préserver les ressources en eau

Guéoul, OMD 7 Kébémer, Ndande, Thiolom, Kab Gaye

Améliorer le cadre de vie dans les principales agglomérations du département

Commune Kébémer, Guéoul, Ndande, Darou Mousty, Sagatta

OMD 7

Préserver la diversité CR Thieppe et des ressources Kab Gaye (halieutiques, et notamment des espèces juvéniles marines)

OMD 7

Améliorer les conditions de la commercialisation des produits locaux

­ CR de Thieppe et Kab Gaye (maraichag, pêche, élevage) ­ CR de Kanène Ndiob, Loro, Bandegne et Mbadiane (cultures sous pluie) ­ CR de Sam Yabal (lait)

OMD 1

Service Régional de Forces * Appui technique au l’hydraulique, ASUFOR, PDRD, * Existence d’eaux souterraines service de PEPAM, SONES * Zone d’expérimentation en l’hydraulique et aux systèmes agricoles économes en ASUFOR pour une eau rationalisation de Faiblesses l’exploitation des * Forte pression de l’agriculture forages sur les ressources en eau * Introduction de * Nappe phréatique en baisse systèmes d’irrigation constante plus économes en eau (goutte à goutte, etc.) Service des eaux et forets, * Difficultés dans l’évacuation des * Appui technique à la service d’hygiène, PEPAM, eaux usées et la gestion des gestion des déchets autorités locales ordures ménagères * Equipements des * Manque d’espaces verts services chargés de la gestion des déchets * Aménagement d’espaces verts Service des pêches, COGEPAS, * Faible surveillance du domaine * Appui technique à la CLPA, MDL surveillance du maritime * Utilisation d’engins de pêche non domaine maritime * Formation et règlementaires sensibilisation des pêcheurs * Amélioration du matériel de pêche * Promotion d’autres techniques de pêche

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL AATR ; Médecins du * Enclavement des zones de Monde; APIX ; Associations productions maraîchères, de d’émigrés ; organisations de pêche, producteurs ; PADEN ; ARM; * Déplacements de populations Marabouts vers les zones accessibles

* Construction et entretien de piste de production * Mise en place d’unités de conservation et de transformation * Assistance technique pour l’identification des circuits de commercialisation et la circulation de l’information

93

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page94

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Diversification de la production agro­pastorale

CL des arrondisseme nts de Sagatta et Darou Mousty

OMD 1

Service Départementaux de l’Agriculture et de l’Elevage (SDDR); Syndicats des producteurs ; Paysans ; éleveurs ; ANCAR

* Monoculture, focalisation sur l’arachide, difficile à commercialiser * Faible rendement des races animales locales

Développement de l’entreprenariat, notamment des femmes et des jeunes

Commune de Kébémer, CR de Darou Mousty

OMD 1, 3,8

MDL, Développement Communautaire, CETF, CEDAF, ANEJ

* Manque de capacités pour * Appui technique à la monter une entreprise création d’une zone * Difficulté d’accès au crédit franche industrielle (faibles plafonds de financement) * Formations à l’entreprenariat pour les jeunes et les femmes

Développement du tourisme culturel et religieux

Communauté OMD 1, 8 Rurale de Ndande CR de Sagatta, CR de Loro ; Commune de Gueoul ; Commune de Kébémer, ; CR de Mbacké Kadior; Darou Mousty ; Lompoul, Touba Mérina,Village artisanal de Kébémer

Promouvoir l’autonomisation des organisations d’artisans

Commune de Kébémer,CR Darou Mousty, CR Sagatta Gueth, Commune de Guéoul,CR Ndande

94

* Mise en place des forages agro pastoraux * Introduction de nouvelles variétés agricoles * Renforcement des capacités des acteurs * Intensification de la production animale

Services régionaux de la Forces * Valoriser les sites culture et du tourisme, Centre * Littoral attrayant à fort potentiel culturels à travers culturel Régional, Nguéweul des échanges touristique Rythme * existence d’événements culturels techniques : Festival du Sahel, Kébé culture * Recenser et promouvoir le Faiblesses patrimoine * Désert de Lompoul immatériel * Sites culturels sous exploités * Appui technique et * Village artisanal non achevé et matériel au village non fonctionnel artisanal * Formation des acteurs culturels (guides, organisateurs, gestionnaires de sites…) * Amélioration de l’hébergement et du transport

OMD 1 Chambre des métiers, MDL, Union Départementale des Artisans de Kébémer, UMECAS, Luxdev

* Secteur informel * Inexistence de centre de formation en artisanat * Organisations non viables au­ delà des projets

* Appui à la formalisation du secteur * Formation professionnelle * Renforcement des capacités en gestion d’entreprise * Alphabétisation

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page95

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Valoriser du CL de Kab OMD 1 & 7 Service Départemental de la potentiel halieutique Gaye, Thieppe Pêche ; CL ; JICA ; MDL ; de la frange maritime COGEPAS, GIP

Forces * Demande de poisson satisfaite par les autres régions * Secteur bien structuré (Groupement Interprofessionnel de la Pêche) Faiblesses * Zone poissonneuse faiblement exploitée par les pêcheurs locaux * Centre de Pêche de Lompoul sous exploité * Problèmes de conservation de la production

* Renforcement de capacités et équipements des acteurs * Création d’un ponton de débarquement * Appui technique à l’amélioration de la préservation des ressources halieutiques * Appui à la conservation des produits halieutiques

Promotion du partenariat public ­ privé (Gouvernance économique locale)

Toutes les collectivités

*Faible niveau de collaboration entre acteurs privés et publics

* Echanges et appui technique à la conceptualisation du partenariat public privé * Capacitation des acteurs

Appui aux initiatives de co­développement des associations d’émigrés

CR Ndande, Commune de Guéoul, CR Thiolom, CR Loro, CR Kanène Ndiob, Commune de Kébémer

OMD 1&8

Associations d’émigrés et associations de développement local, Fonds d’investissement des émigrés (Fondation 4 africa), tretta di mano, ACT,SFD, Guichet de l’entreprise, PLASEPRI Direction de l’assistance technique, MDL

Forces * Investissements orientés souvent vers des secteurs sociaux Faiblesses * Manque d’investissement dans les secteurs porteurs de l’économie locale

* Mise en place de ligne de cofinancement * Etude des filières * Organisation de fora économiques

Renforcement des capacités des systèmes financiers décentralisés

Toutes les collectivités locales

OMD 1&8

PLASEPRI,BRS,PALPS, PNDL, ART GOLD, PADEL,FPE, BID

*Faiblesses des ressources *Produits non adaptés *Accès difficile au crédit

*Renforcer les lignes de crédit *Appui institutionnel *Soutenir l’ouverture de guichets ruraux *Diversifier les produits

OMD 1 & CL, MDL, chambres 8 consulaires, SDADL

LISTES DES TABLEAUX ET FIGURES Tableau n°1 : Répartition de la population du département de Kébémer selon les groupes d’âge et le sexe en 2011……………………………………78 Tableau n°2 : Répartition de la population du département de Kébémer selon la localité en 2011.………………………………………………………………79 Tableau n°3 : Situation des structures sanitaires dans le département de kébémer……………………………………………………………………………………….80 Tableau n°4 : Répartition des infrastructures hydrauliques du département …………………………………X Tableau n°5 : Taux d’accès à l’eau potable de quelques Collectivités Locales du département de Kébémer ………..……………………X Tableau n°6 : Effectifs cheptel du département de Kébémer en 2010…………………………………………………………………………………………………………….83 Tableau n°7 : Evolution de la production et des recettes forestières………………………………………………………………………………………………………………84 Tableau n°8 : Situation des budgets des collectivités locales du département (en milliers de francs)……………………………………………………………87 Figure n°1 : Répartition de la population résidente handicapée selon le type de handicap……………..……………………………………………………………89

95

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page96

Document de lignes directrices de la Région de Louga

LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DE LINGUERE

96

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page97

Document de lignes directrices de la Région de Louga

SOMMAIRE CHAPITRE I.PRESENTATION GENERALE DU DEPARTEMENT………………………………………………………………………………………………....…………………………98 CAHAPITRE II. DIAGNOSTIC DU DEPARTEMENT………………………………………………………………………………………………………………......……………………… 99 2.1. RESSOURCES NATURELLES ET ENVIRONNEMENT…………………………………………………………………………………………………………………………………...99 2.1.1. Reliefs et sols…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…99 2.1.2. Climat………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..…………………………99 2.1. 3.Pluviométrie……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..…………………………99 2.1.4. Végétation……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….……………………………99 2.2. MILIEU HUMAIN……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………100 2.2.1. Structure par âge et par sexe de la population………………………………………………………………………………………………………….……………………….100 2.2.2. Répartition spatiale de la population………………………………………………………………………………………………………………………..……………………….101 2.2. SECTEURS SOCIAUX………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………101 2.2.1. Santé……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..………………………….101 2.2.2. Education……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..……………………………103 2 .2.3.Hydraulique et assainissement…………………………………………………………………………………………………………………………….……………………………104 2.3. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL………………………………………………………………………………………………………………..…………………………….105 2.3.1. Agriculture………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…………………………….105 2.3.2. Elevage……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………106 2.3.3. Pêche…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………108 2.3.4. Foresterie ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..…………………………………108 2.3.5. Artisanat………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…………………………………110 2.3.6. Tourisme ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………111 2.3.7. Culture ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………111 2.3.8. Secteur d’appui à la production………………………………………………………………………………………………………………………..…………………………………111 III.LA GOUVERNANCE LOCALE…………………………………………………………………………………………………………………………………..…���……………………………113 3.1. Les collectivités Locales…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………113 3.2. Le système déconcentré et la coordination des acteurs…………………………………………………………………………………….…………………………………113 3.3. La société civile locale……………………………………………………………………………………………………………………………………….…………………………………114 3.4. La situation de la pauvreté et des personnes vulnérables………………………………………………………………………………………………………………………114 3.4.1. L’enfance et la jeunesse……………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………115 3.4.2. La situation des organisations femmes………………………………………………………………………………………………………………………………………………115 3.4.3. La situation des personnes handicapées……………………………………………………………………………………………………………………………………………115 3.4.4. La situation des personnes âgées……………………………………………………………………………………………………………….………………………………………116 IV. LA COOPERATION INTERNATIONALE……………………………………………………………………………………………………………….………………………………………116 V. LES AXES DE DEVELOPPEMENT…………………………………………………………………………………………………………………………..……………………………………118 LISTES DES TABLEAUX ET FIGURES………………………………………………………………………………………………………………………....……………………………………118

97

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page98

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE I. PRESENTATION GENERALE DU DEPARTEMENT Le département de Linguère est situé en pleine zone sahélienne précisément dans la partie sylvopastorale de la région de Louga. Il est limité au Nord par les départements de Dagana et Podor, au Sud par la région de Kaffrine, à l’Est par le département de Ranérou et à l’ouest par les départements de Louga et Mbacké. Le département de Linguère est de loin le plus vaste de la région de Louga, elle couvre une superficie de 15.375 km2 (suite au découpage des communautés rurales de Vélingara (2.585km2) et de Lougré Thioli 1.756 km2 au profit de région de Matam) soit 61,88 % de son territoire régional. Cette position géographique et cette étendue lui valent de fortes potentialités dans les domaines : • pastoral avec l’existence de vastes pâturages naturels qui font du département une zone d’élevage par excellence où la majeure partie des éleveurs du pays est concentrée, surtout en hivernage. En effet, cette zone est plus adaptée à l’élevage qu’à l’agriculture ; • forestier avec son domaine qui couvre une superficie de 1.535.000 ha et est constitué de forêts classées et de réserves sylvopastorales • agricole, surtout dans sa partie sud, du fait de la proximité de cette partie du département avec le bassin arachidier. L’ensemble de ces potentialités ont valu au département sa vocation sylvopastorale voire agrosylvopastorale. Sur le plan de l’organisation territoriale, le département de Linguère est divisé en quatre (4) arrondissements. A la tête du département est nommé un Préfet. L’arrondissement est dirigé par un Sous Préfet qui dépend administrativement du Préfet. Chaque arrondissement est divisé en communautés rurales. Sur le plan de l’organisation décentralisée, le département est constitué de dix sept (17) collectivités locales dont trois (3) communes et seize (16) communautés rurales. Elles sont administrées par un organe délibérant, le conseil municipal ou rural, à la tête duquel un organe exécutif, le Maire ou le Président du Conseil rural avec leur adjoints ou vice­présidents. Figure n°1 : Organigramme de Présentation détaillée de l’organisation administrative du département Organisation Territoriale du Département de Linguère Organisation Décentralisée 3 Communes (plusieurs quartiers par communes)

Linguère, Dahra Mbeuleukhé 16 Communautés rurales (CR) (plusieurs villages par CR) CR Labgar, CR Dodji, CR Ouarkhokh

CR Barkédj, CR Gassane, CR Thiargny, CR Thiel CR Boulal, CR Déaly, CR Thiamène Pass, CR Sagatta­Djolof, CR Affé CR Kamb, CR Mboula, CR Tessékré, CR Yang­Yang

98

Organisation Déconcentrée

1 Département Linguère

4 Arrondissements

Arrondissement Dodji

Arrondissement Barkédji

Arrondissement Sagatta­Djolof

Arrondissement Yang­Yang

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page99

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE II. DIAGNOSTIC DU DEPARTEMENT 2.1. RESSOURCES NATURELLES ET ENVIRONNEMENT 2.1.1. Reliefs et sols Le Département de Linguère présente un relief plat constitué des affleurements latéritiques à l’Est et des sols ferrugineux tropicaux lessivés (dior) au centre. Il est caractérisé par la dégradation de son environnement, la forte tendance à l’immigration de sa population active et sa vocation agro sylvopastorale. Le territoire du département se compose principalement de trois grandes unités pédologiques : • Les sols ferrugineux tropicaux peu lessivés (sols dior). Ils sont dégradés en surface ; • Les sols bruns et brun rouges dans la vallée du Ferlo ; • Les affleurements latéritiques : ils couvrent par endroits le Ferlo central. Ces derniers présentent une valeur agronomique très faible et demeurent inaptes à la culture. Il est utile de s’appesantir sur les caractéristiques pédologiques des différents districts écologiques que renferme le territoire au regard de leurs influences de premier ordre sur la composition des différentes formations végétales Il importe de souligner qu’au niveau du département les acteurs conduisent souvent des pratiques irraisonnées peu souciant des règles de conservation des sols à travers les activités quotidiennes. Un état de fait se traduisant souvent par des phénomènes de dégradation handicapant la gestion rationnelle des ressources pédologiques. En effet, les sols sont dégradés en surface par suite d’une exploitation agricole non respectueuse des normes d’assolement et de rotation qu’exige la pratique de la jachère. Ils sont lessivés assez pauvres en matière organique et soumises à l’érosion éolienne qui emporte les éléments nutritifs. Ils sont très faciles à travailler du fait de leur individualisation assez prononcée .Ils sont localisés en général dans le Sud et à l’Ouest du département.

2.1.2. Le climat Le département de Linguère est le département le plus chaud de la région de Louga. Les températures restent élevées durant la majeure partie de l’année pour l’essentiel du département. Les périodes les plus chaudes, coïncident généralement avec les mois de Mai (45°C) et Octobre (37,7°C). Ces températures élevées, surtout pendant l’harmattan reste dominant, occasionnent un rapide assèchement des points d’eau diminuant ainsi les possibilités d’abreuvement du bétail. Elles constituent par ailleurs des facteurs limitant pour le développement du maraîchage.

2.1.3. Pluviométrie Dans le département de Linguère les précipitations jouent un rôle majeur du fait de leurs implications biologiques, écologiques, sociales et économiques. Toute l’agriculture du département est largement tributaire des pluies. Ce sont les pluies des mois d’Août et de septembre qui déterminent le plus souvent les rendements agricoles et ceux du phytomasse des pâturages. L’étude de la série pluviométrique de ces vingt (20) dernières années (1992­2010) nous permet de retenir ce qui suit : • L’amplitude pluviométrique est très élevée. Elle est respectivement de 602,3 mm, 584,1 et 401,7 mm pour les poste de Linguère, Dahra et Barkédji ; • La variabilité interannuelle est relativement élevée sauf pour les dernières années. Tout cela démontre le caractère aléatoire de la pluviométrie dans le département rendant difficile le choix des variétés et la fixation des dates de semis.

2.1.4 Végétation Avec des précipitations faibles (entre 300 et 500 mm), la végétation naturelle est constituée dans sa strate arborée par une savane arborée où les acacia (albida et raddiana) et Balanites occupent une large place. La strate herbacée est assez bien fournie, surtout après les années de bonne pluviométrie. La quasi­totalité de cette biomasse herbacée constitue une alimentation fourragère aux valeurs bromatologiques confirmées. En effet la plupart des espèces herbacées constituées de monocotylédones sont des appétences de premier ordre pour l’alimentation du bétail d’où la nécessité d’assurer sa préservation afin de garantir au bétail une alimentation régulière. Il convient de rappeler que cette végétation est généralement en fonction des types de sol qu’on trouve dans le département.

99

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page100

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.2. MILIEU HUMAIN La population du département de Linguère est estimée à 244347 habitants en 2011 soit 27,7% de la population de la région. La densité de la population du département est des plus faibles de la région de Louga avec seulement 16 habitants au Km2 contre respectivement de 65 % et 70 % habitants au km2 pour les départements de Louga et Kébémer. Cette faible densité peut être imputée à sa superficie qui est la plus importante de la région (61,88 % du territoire régional).

2.2.1. Structure par âge et par sexe de la population La population féminine du département de Linguère est estimée en 2011 à 122721 habitants contre 121626 habitants de sexe masculin. Le rapport de masculinité y est de 99% révélant une légère disparité selon le sexe. Tableau n°1 : Répartition de la population du département de Linguère selon les groupes d’âge et le sexe en 2011

Ages 0­4 5­9 ans 10­14 ans 15­19 ans 20­24 ans 25­29 ans 30­34 ans 35­39 ans 40­44 ans 45­49 ans 50­54 ans 55­59 ans 60­64 ans 65­69 ans 70­74 ans 75­79 ans 80 + Total

Masculin 21304 16603 17103 14698 12249 9007 6433 5116 3992 3630 2745 2531 1639 1653 1118 865 939 121626

Féminin 20259 15790 15882 13570 12726 9491 7601 6239 4790 4377 2988 2827 1726 1729 989 877 859 122721

Ensemble 41563 32393 32985 28268 24975 18498 14034 11355 8782 8007 5733 5358 3365 3382 2107 1742 1798 244347

Source : ANSD 2011

L’analyse de la population selon l’âge révèle une importante représentation des jeunes qui découle sans doute de la forte natalité et d’une fécondité soutenue. La structure de la population est caractérisée par une prédominance des effectifs de moins de 20 ans évalués à 135209 habitants soit 55% de la population du département. Par ailleurs, celle âgée d’au moins 20 ans et ayant au plus 35 ans s’élève à 57507 habitants représentant 24% de l’ensemble du département. Ces résultats montrent que prés de quatre cinquième de la population du département de Linguère est âgée de moins de 35 ans ; ce qui révèle un intéressant potentiel de ressources humaines. Deux principales ethnies (peulhs et wolofs) peuplent le département et cohabitent avec des maures et des sérères. Le département comptait prés de 42,40% de Wolofs, 48,69% de Pulaars, 6,23% de Sérères, 2,35% de Maures, 0,09% de Diolas et 0,24% pour le reste.

2.2.2. Répartition spatiale de la population Le département de Linguère compte deux communes notamment la commune de Linguère et celle de Dahra. Elles abritent la population urbaine du département, qui est estimée en 2011 à 45880 habitants, soit prés de 19% de la population de Linguère. La zone rurale quant à elle totalise 198467 habitants soit prés de 4/5 de la population totale du département.

100

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page101

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Tableau n°2 : Répartition de la population du département de Linguère selon la localité en 2011 Localités Commune de Dahra Commune de Linguère Arrondissement Barkédji CR de Barkédji CR de Gassane CR Thiargny CR Thiel Arrondissement de Dodji CR Dodji CR Labcar CR Ouarkhokh Arrondissement de Sagatta Djolof CR Boulal CR Deali CR de Sagatta Djolof CR de Thiame Djolof Arrondissement de Yang­Yang CR Kamb CR Mbeuleukhé CR Mboula CR de Tessekre Forage DEPARTEMENT LINGUERE

Masculin 14639 7700 28530 7996 9610 4498 6426 19619 7403 3748 8468 32016 6237 9557 7969 8253 19120 6082 2911 5083 5044 121624

Féminin 15514 8027 27587 7947 9385 4294 5961 19735 7290 3791 8654 32421 6406 9258 8413 8344 19440 5962 3015 5300 5163 122721

Ensemble 30153 15727 56117 15943 18995 8792 12387 39354 14693 7539 17122 64437 12643 18815 16382 16597 38560 12044 5926 10383 10207 244347

Source : ANSD, 2011

Pour ce qui est des migrations, il faut souligner que leur mesure est plutôt complexe, compte tenu de la difficulté à saisir parfaitement l’ensemble des différents flux (flux d’actifs, de regroupement familial, migration de courte ou longue durée, etc.). Cependant, nous pouvons observer les mouvements ci­après : • Transhumance des peulhs en saison sèche entre octobre et mars (départ) et (retour) à partir de juillet • Le mouvement des éleveurs sérères entre juillet et octobre (avec le début de l’hivernage dans le bassin arachidier) • Le mouvement des jeunes vers les grands centres et l’extérieur du pays Par ailleurs, le phénomène de l’exode rural étant presque irréversible, toute politique d’aménagement de l’espace doit prévoir l’accueil des nouveaux arrivants par la mise en place d’infrastructures adéquates.

2.3 Secteurs sociaux 2.3.1. Santé Le département de Linguère est composé de deux (2) districts de santé celui de Dahra et Linguère regroupant trois (3) centres de santé de types 1 et 2 (sur les six (6) que compte la région), vingt (20) postes de santé (sur les 72 que compte la région), et plus de soixante (60) cases de santé (287 au niveau de la région) non fonctionnelles pour la plupart et six (6) cabinets privés (8 au niveau régional). Il compte aussi six (6) officines de pharmacie, un seul dépôt de sang, pas de banque de sang ni de personnels qualifiés pour la transfusion sanguine. En ce qui concerne la logistique, le département s’appuie sur trois (3) ambulances et trois (3) véhicules utilitaires faisant office d’ambulance pour la stratégie avancée et les évacuations de malades. On note une amélioration sensible du plateau technique dans les communes de Dahra et Linguère pendant que la zone rurale souffre de l’insuffisance de structures fonctionnelles et de personnels qualifiés.

101

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page102

Document de lignes directrices de la Région de Louga

En effet, la distribution des infrastructures sur l’espace régional et départementale connaît un certain déséquilibre, avec une faible présence au niveau du département de Linguère et qui pourrait s’expliquer (à juste titre) par la faible densité de la population mais aussi par le caractère dispersé de l’habitat et la grande taille du département, poussant les acteurs médicaux à développer des stratégies mobiles et ou avancées pour une meilleure diffusion des services sanitaires au niveau des populations. Ce déficit infrastructurel aurait dû être résorbé par une densification des ambulances dont le nombre est malheureusement très insuffisant (trois (3) ambulances et trios (3) véhicules utilitaires pour l’ensemble du département de Linguère). Ainsi, les populations de certaines zones rurales d’accès difficile de ce département semblent exclues des services de soins de santé (modernes) et n’ont d’autres alternatives que le recours à la pharmacopée traditionnelle. Une thérapeutique efficace dans bien des cas, mais parfois mal maîtrisée, voire dangereuse pour certaines potions médicinales, dans certaines situations. Au niveau du personnel on note plus de six (6) médecins, dix (10) sages femmes, vingt cinq (25) infirmiers, deux (2) travailleurs sociaux et deux (2) dentistes répartis entre les deux (2) centres de santé Magatte LO de Linguère et Elisabeth Diouf de Dahra Djolof et de nombreux ASC et matrones. Pour autant de nombreux efforts restent à faire pour l’amélioration de la qualité du service de santé. Globalement, nous avons en moyenne un (1) poste de santé pour 10 628 hbts, ce qui est encore au dessus de la norme OMS qui est d’un poste de santé pour 10000 hbts. Le ratio est respecté dans au moins 50 % des Collectivités Locales. Cependant, six (6) Collectivités Locales sont encore dans une situation alarmante avec un ratio dépassant largement la norme OMS. Il s’agit des Communautés Rurales de : Déaly, Thiamène Djolof (1poste/16597hbts), Dodji (1poste/14693hbts), Gassane (1poste/18995 hbts), Barkédji (1poste/15943 hbts), Boulal (1poste/12643 hbts). Toutefois, avec l’équipement de nouvelles postes nouvellement construits dans les Collectivités Locales de Thiamène et de Barkédji ainsi que l’affectation de personnel au niveau de ces postes, la situation pourraient s’améliorer pour ces deux Collectivités Locales mais également impacter sur le ratio global. En ce qui concerne le personnel, les ratios enregistrés sont en deçà des normes de l’OMS : un (1) médecin pour 35 425 habitants contre un (1) médecin pour 10000 habitants selon la norme OMS ; Une (1) sage­femme pour 10 947 femmes (FAR) contre un (1) sage femme pour 10000 femmes en âge de procréation selon la norme OMS. Le département ne compte que seulement six sages­femmes dont quatre étatiques. Toutefois la norme infirmier par habitant semble être satisfaisant (1 infirmier pour 8501 habitants). Les districts sanitaires du département de Linguère sont très actifs dans la lutte contre le VIH sida. Malgré, une prévalence de 0,7%, l’évolution de la propagation du VIH est devenue préoccupante dans le département de Linguère. Ce taux de prévalence au VIH/Sida est relativement élevé par rapport au niveau régional mais reste inférieur au niveau national. Il ressort de la revue annuelle du comité départemental de lutte contre le Sida que 347 personnes ont été dépistées positives et 54 décès enregistrés au cours des trois (3) dernières années. Il s’y ajoute de nombreux cas de patients qui échappent au suivi médical à cause de la stigmatisation. Le rapport du comité départemental révèle que la propagation du VIH se développe et touche plus "la gent féminine" que les hommes. En effet, dans les districts de Linguère et Dahra 78 femmes enceintes sur 11744 ayant effectivement été dépistées se sont révélées positives pour 19764 vues durant le premier contact de consultation prénatale ; 16 enfants sont nés de mères séropositives bénéficiant d’une prophylaxie A et 54 cas de décès enregistrés. En ce qui concerne la Prévention transmission mère­enfant, le district de Linguère est confronté à des problèmes de sages­femmes. En effet, le département ne compte que six sages­femmes dont quatre étatiques. Ce qui fait que le district souffre d’un énorme gap car les besoins sont estimés à quinze sages­femmes pour le département. Dans le district de Linguère, on se félicite du dépistage effectué au niveau du district en 2010. En effet, il était prévu une campagne de dépistage qui devait toucher 2 139 personnes. Et elle a atteint 2 238 individus. Ce qui représente une performance de 104 %. Pour autant, les autorités sanitaires ne manquent pas de solliciter un appui au niveau du district afin d’améliorer la prise en charge du VIH Sida dans ce département de la région de Louga. En ce qui concerne la prévention les femmes (96%) sont légèrement moins informées que les hommes (97,8%) sur la connaissance du sida. Cependant, sur les moyens de l’éviter, la tendance s’est inversée soit 83,2% pour les femmes contre 73,4% pour les hommes. Par ailleurs, dans le département le paludisme constitue un problème de santé publique. Il est le principal motif de consultation des malades au niveau de différentes structures sanitaires du département. A côté du paludisme, la tuberculose est aussi présente dans le département avec un taux de dépistage de 33,3%. Même si le taux de guérison s’est amélioré, beaucoup reste à faire pour réduire le taux de mortalité lié à la tuberculose qui est de 10%.

102

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page103

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Par conséquent deux (2) défis majeurs se présentent pour le département de Linguère. Il s’agit : de la réduction de l’insuffisance des ressources humaines par le recrutement suffisant de personnel qualifié, le renforcement des capacités du personnel en place et le développement de stratégies efficaces pour une meilleure prise en charge des maladies et de la santé maternelle et infantile en vue de l’atteinte des OMD à l’horizon 2015. Par ailleurs, l’installation de services spécialisés (cardiologie, neurologie, gynécologie…) afin de relever le niveau du plateau technique et l’amélioration de la logistique, de même que la sensibilisation des collectivités locales pour une bonne gestion et une meilleure utilisation des fonds de dotation alloué à la santé s’avère nécessaire.

2.3.2. Education n Petite enfance Le réseau du préscolaire compte quatorze (14) structures de la petite enfance composées de case de tout­petits dix (10) dont huit (08) logées en milieu rural et quatre (04) écoles maternelles toutes logées dans les communes. L’offre éducative au niveau du préscolaire est très faible dans le département avec un ratio de 0,06 CDIPE pour 1000 habitants inégalement réparti entre la zone urbaine (0,14 pour 1000) et la zone rurale (0,04 pour 1000). Huit (8) Collectivités Locales sur dix neuf (19) ont un ratio nul. n Elémentaire Le département de Linguère compte 245 écoles élémentaires dont deux (2) privées. Il s’y ajoute 61 structures non formelles (écoles arabo islamiques, daaras, instituts islamiques) recensées dans le département avec 5137 apprenants logés dans 41 salles bâties et 81 abris provisoires. Les écoles publiques qui dispensent un enseignement basé sur le programme classique représentent 91.02% alors que les écoles franco arabes représentant 8.16% se concentrent dans certaines collectivités locales, notamment dans la communauté rurale de Thiamène où elles constituent 19% structures éducatives. Les écoles franco arabes ont commencé à faire leur apparition depuis six ans. Elles résultent à la fois de l’initiative du Gouvernement de diversifier l’offre éducative (Ex : Projet Fast­Track) et de la volonté des populations de certaines communautés qui préfèrent ce type d’école. Il a été toujours noté dans ces localités une certaine réticence à l’offre de l’école française. Le Sénégal devant atteindre la scolarisation universelle en 2015, le département de Linguère a encore beaucoup d’efforts à fournir pour jouer pleinement sa partition dans l’atteinte des objectifs. Globalement, le TBS département est à 65.74% en 2010 contre 92 % pour le niveau national et 70 % au niveau régional. Ce taux départemental est atteint dans 6 Collectivités Locales sur 17. S’il est satisfaisant et largement dépassé en zone urbaine (104.77%), il reste encore faible en zone rurale (55.25%). En termes de genre, le TBS des filles (72,54%) est partout plus élevé que celui des garçons (60,20%), sauf dans la CR de Tessékré où le TBS des filles est de 12.77% contre 13.03% pour les garçons. n Moyen Le département compte 14 CEM public et deux (2) collèges privés qui coexistent dans le département en 2010. Il est prévu l’ouverture de collèges à Thièl, Dodji, et à Linguère Commune et un Franco arabe à Dahra durant l’année académique 2010/2011. Ce qui portera le nombre de collèges du public à dix huit(18). Les Communautés Rurales de Thiargny, de Kamb, de Mboula et de Tessékré sont les seules à ne pas disposer de collèges. n Secondaire Le département compte deux (2) lycées fonctionnelles qui se localisent dans les Communes de Linguère et Dahra et une en construction à Dahra. n Enseignement technique Un (1) seul centre existe dans tout le département de Linguère. Il enregistre un taux de fréquentation très faible (38 élèves) pour un établissement qui une capacité d’accueil d’au moins 100 élèves. n Education non formelle On enregistre quarante (40) centres d’alphabétisation pour quatre (4) opérateurs soit un ratio de dix (10) centres par opérateurs dans le département. Ils sont répartis comme suit : dix (10) dans la commune de Dahra avec le CVCS, dix (10) dans la CR de Gassane avec le GIE domb wolof, dix (10) dans la communauté rurale de Boulal avec le Consortium BLJ/FBAJ/AMAL et 10 dans la CR de Warkhokh avec le GIE DOMB.

103

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page104

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Il faut noter que Le BCI 2010 fonctionne avec quinze (15) centres pour le compte de 2011/2012 : dix (10) pour le BLJ et cinq (5) centres tenus par les enseignants du formel. En 2010, le CERFLA a fonctionné avec dix (10) centres : quatre (4) dans la CR de Barkédji et six (6) dans la CR de Dodji enfin USE/PIP fonctionne avec six (6) centres dans la CR de Labgar et en 2011 avec quarante (40) centres : dix (10) à Dolly, cinq (5) Thiargny, dix (10) ADESK, cinq (5) à Linguère, huit (8) à Diagaly et deux (2) à Dodji. Le département de Linguère a bénéficié d’important investissement pour facilité l’accès au service éducatif. Malgré tout, le département de Linguère a encore beaucoup d’efforts à fournir pour jouer pleinement sa partition dans l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement et la scolarisation universelle en 2015. Le TBS du département est en 2010, à 65,74% contre 70 % au niveau régional et contre 92 % pour le niveau national. En effet, le département est confronté à plusieurs contraintes d’ordre naturelles (climatiques et géographiques), sociologique (corvée quotidienne d’approvisionnement en eau, transhumance, pauvreté, mariage précoce qui entrainent de fort taux de redoublement et d’abandon) qui ont des conséquences négatives sur l’accès et le maintien des élèves surtout des filles à l’école. Il s’y ajoute le nombre insuffisant d’infrastructures dans certaine Collectivités Locales. Ce qui fait que le département a de multiples défis à relever en matière de gestion des ressources humaines, de diversification de l’offre de formation, (favoriser les initiatives privées qui peuvent aider à absorber la déperdition scolaire, créer des centres de formation, augmenter les cantines scolaires, résorber le déficit en matériel pédagogique, gérer rationnellement les ressources humaines), de mise en place de conditions nécessaires pour mettre les élèves dans de bonne disposition d’apprentissage et de formation.

2.3.3. Hydraulique et Assainissement L’hydraulique rurale a bénéficié d’importants investissements visant principalement la satisfaction des besoins en eau des populations et du cheptel. Le département de Linguère compte quatre vingt cinq (85) forages dont quatre (4) non fonctionnels sur deux cent quatre (204) au niveau régional soit 38,6 % du patrimoine régional. Malgré ces efforts les problèmes d’eau se posent avec acuité dans le département où de nombreuses populations sont obligées de faire de longs et fréquents déplacements pour trouver le précieux liquide. Cette situation tient du fait que le maillage (la répartition) des infrastructures hydrauliques est insatisfaisant car laissant en rade de nombreuses localités. Il s’y ajoute la mauvaise gestion de ces ouvrages par les comités de gestion des forages du fait de leur manque de capacités techniques surtout. Cependant on note de plus en plus la mise en place des ASUFOR qui sont aujourd’hui présentes dans au moins 80 % des forages.

Tableau n°3 : Taux d’accès à l’eau potable de quelques Collectivités Locales du département de Linguère Collectivités Locales Dahra Barkedji Thiargny Ouarkhokh Dodji Kamb Département Région Source : Service Régional de l’hydraulique, 2010

5 Source : Situation économique de la région de Louga de 2009

104

Taux d’accès 79,1 % 74 % 85,9 % 81,8 % 62,3 % 56,8 % 55,3% 77,2%

Le tableau montre les disparités qui existent non seulement quant à la contribution des Collectivités Locales dans le taux régional d’accès à l’eau potable, mais aussi les disparités se lisent aussi à l’intérieur d’un même département. En effet bien que le taux régional soit de 77,2%, beaucoup de Collectivités Locales surtout dans la zone de Linguère (CR de Dodji, CR de Kamd) sont en dessous de la moyenne régionale. L’accès à l’eau potable constitue un droit universel et entre dans les grandes lignes de la politique de l’hydraulique au Sénégal. Ainsi suivant les orientations de l’OMD la région de Louga a pour objectif d’ici 2015, de faire accéder 82% de sa population à l’eau potable. Les efforts déployés par les Programmes et Projets à travers l’Etat, et ses partenaires au développement, les ONG et la coopération décentralisée comme PEPAM­BAD, PNDL, Projet « Lux SEN 026 /SEN 012 rallonge », Projet « Village du Millénaire », JICA et récemment ART GOLD ont permis une forte progression du taux d’accès à l’eau qui passe de 57% en 2006, 70% en 2007, à 77,2% en 2009. La population desservie est passée de 125.000 en 2008, à 274.400 en 2009.

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page105

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Le système d’assainissement est caractérisé par une défaillance du système de gestion des ordures ménagères et par une insuffisance du réseau d’assainissement aussi bien en milieu urbain que rural. En effet, la nature demeure le plus important mode d’évacuation des eaux usées pour la majorité des ménages (92%) du département de Linguère contre 87,7% 4 à Kébémer et 83,9% à Louga. En matière de gestion des déchets solides, les dépôts sauvages constituent le mode d’évacuation dominant des ordures ménagères. En effet, prés de 68,5% des ménages du département utilisent ce mode contre 2,9% seulement pour les dépôts autorisés. Les problèmes majeurs du système d’assainissement du département sont dus à l’insuffisance de l’implication des populations dans la gestion des déchets solides, à la déficience du système de collecte et d’évacuation des déchets solides, et à l’inexistence d’un système adéquat de traitement des déchets solides.

2.4.

Développement économique local

2.4.1. Agriculture Le département de Linguère se trouve dans la zone sylvopastorale qui en passe de devenir une zone agro­sylvopastorale. Zone dans laquelle le système de production agricole extensif évolue dans un environnement écologique difficile marqué par des aléas climatiques (diminution de la pluviométrie), une dégradation progressive des terres arables liée à la conjugaison de divers facteurs que sont la faible utilisation des techniques de gestion durable des terres, la vétusté du matériel agricole, l’insu���sance de semences de bonne qualité etc.… Malgré ces difficultés, l’agriculture occupe une place très importante dans l’économie locale et elle est la principale source de revenu de près de 20 000 ménages répartis dans les dix neuf (19) Collectivités Locales que compte le département. Ils sont estimés à plus de trios cent (300) et quatre cent 400 ménages agricoles respectivement à Linguère et à Dahra. L’agriculture péri­urbaine est aussi très présente dans le département. Elle est pratiquée sur les terres situées en dehors des périmètres communaux. L’agriculture du département longtemps marginalisée et largement tributaire des pluies est entrain de se développé même si on note une faiblesse des rendements dus à une pluviométrie à grande variabilité interannuelle et à une dégradation des sols. Elle est dominée par des cultures telles que l’arachide, le mil et le niébé. Le département riche de ses effectifs de cheptel a fortement besoin d’une intégration agriculture­ élevage. Tableau n°4 : Répartition des emblavures selon la spéculation et le département en 2009 Variétés Louga Kébémer Linguère Région 2009 Région 2008

Superficie en hectare Arachide Mil 106704 30098 48400 37697 44385 40498 199488 108292 113812 77263

Niébé 53081 22447 13497 89025 111207

Sorgho 8893 0 1621 10514 5279

Source : DRDR, Louga 2009

Tableau n°5 : Répartition des rendements selon la spéculation et le département en 2009 Rendement en kg/hectare Variétés Arachide Mil Niébé Louga 823 393 415 Kébémer 801 583 409 Linguère 535 383 374 Région 2009 754 455 407 Région 2008 506 579 496

Sorgho 505 ­ 248 376 600

Source : DRDR, Louga 2009

La relance de la production céréalière constitue une opportunité pour le développement de l’agriculture dans le département, il en est de même du développement du maraîchage autour des nombreux forages et pour cela il est important d’aménager l’espace rural. Le département de Linguère est un terrain plat avec la faible présence de zones inondées et de zones cuirassées. Cette situation montre que presque toutes les superficies du département sont cultivables à l’exception des zones classées. Les producteurs du département sont expérimentés dans le domaine des grandes cultures et des marchés locaux foisonnent dans le département.

105

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page106

Document de lignes directrices de la Région de Louga

La disponibilité de petites unités de transformation des céréales et des arachides constitue une autre potentialité. Les filières les plus porteuses sont : • la filière arachidière qui procure le plus grand revenu monétaire, • la filière céréalière qui apporte une plus value du fait des possibilités de transformation et • la filière maraîchère du fait de la forte demande en légumes frais. La forte dépendance de l’agriculture à la pluviométrie et la précarité de celle­ci ne permettent pas d’assurer les investissements dans le secteur. Les perturbations annuelles de la commercialisation des arachides, le sous­ équipement des producteurs, l’accès difficile aux intrants et aux semences de bonne qualité, l’incidence des nuisibles (ravageurs maladies des plantes et mauvaises herbes), la pauvreté des sols et l’enclavement des zones agricoles constituent les contraintes majeurs du secteur. Il s’y ajoute les difficultés de commercialisation des produits agricoles. La facilitation de l’accès au crédit pour le financement du développement du secteur agricole, la promotion de l’agroforesterie, le renforcement du pouvoir financier des producteurs, la régénération des sols et la préservation de l’environnement, le désenclavement des zones de production par la création de pistes de production, la réalisation d’infrastructures de conservation et la mise en place d’une politique appropriée de commercialisation de l’arachide et des produits maraichers sont les principaux défis à relever pour les acteurs du secteur afin de permettre le développement de l’agriculture dans le département de Linguère. La reprise du programme des vallées fossiles, l’amélioration des techniques de gestion de l’eau, l’augmentation des bassins de rétention pourraient aussi permettre de réduire la forte dépendance du secteur à la pluviométrie.

2.4.2. Elevage L’élevage constitue l’une des activités maîtresse du Djolof, en raison de l’appartenance du territoire à la zone sylvopastorale. Le département possède de vastes zones de pâturage. Cette situation fait du département une zone d’élevage par excellence. Suivant une estimation de la Direction Nationale de l’Elevage le cheptel du département est composé de : • Bovins, 59% de la région et 7% du pays, • Ovins, 48% de la région et 9% du pays, • Caprins, 47% de la région et 9% du pays, • Volaille, 27% de la région et 2% du pays, Tableau n°6 : Situation du cheptel du département de Linguère Collectivités Locales Barkédji Gassane Barkédji Thiargny Thiel Dodji Dodji Labgar Warkhokh Linguère Commune Boulal Sagatta Djoloff Déaly Sagatta Djoloff Thiamène Dahra Commune Kamb Mbeuleukhé Yang­Yang Mboula Téssékéré Total départemental Total Régional

Département Arrondissement

Linguère

Source : Service Régional de l’élevage 2009

106

Effectif estimé Caprin Equin 45 919 798 20 444 406 40 180 658 24 296 385 31 937 1 502 49 064 426 33 482 938

Bovin 17 184 19 494 15 037 9 092 8 589 19 172 12 889

Ovin 43 534 30 103 69 469 55 576 37 050 27 787 21 302

23 630 22 556 10 740 9 667

18 526 46 721 20 840 23 156

24 532 44 975 16 803 11 819

329 1 220 376 705

8 096 4 296 16 112 18 259 214 813 392 057

13 894 8 283 1 061 36 642 453 944 958 710

20 502 10 222 12 208 22 487 408 870 864 515

682 187 343 433 9 388 59 948

Asin 586 573 681 1 126 1 826 442 591

Volaille 49 648 27 583 49 648 49 648 44 131 66 198 44 131

385 1 260 470 388

33 098 60 680 19 307 19 310

518 22 066 589 27 583 1 620 27 582 2 245 11 032 13 300 551 645 23 938 1 912 500

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page107

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Le système d’élevage du département est basé, principalement, sur l’exploitation des pâturages naturels et des forages caractérisé par la transhumance, en fonction de la disponibilité fourragère et de l’eau d’abreuvement. Le département de Linguère joue le rôle de vivier de toutes les zones d’élevage du pays. Il fournit la Capitale Dakar en viande et ravitaille une bonne partie du pays lors des événements religieux (Tabaski, Gamou, Magal etc..). Le département abrite, par ailleurs, le plus grand marché de bétail du pays, avec le foirail de Dahra qui draine, en moyenne, 1200 bovins et 3000 petits ruminants chaque dimanche et plus de 70 000 ruminants quittent le département chaque année. Linguère dispose aussi d’un centre de recherche zootechnique (CRZ à 5 km de Dahra). Quant à la production laitière, le potentiel laitier régional (lait de vache) est estimé à plus 5 350 000 litres de lait par an contre 2 700 000 litres pour le département de Linguère avec la mise en lactation 15000 vaches. La contribution de la région de Louga à la production laitière nationale est estimée en 2009 à 61 450 920 litres de lait soit 12,32%. Entre 2004 et 2009, la production laitière au niveau régional a progressé de 3,5% soit un accroissement moyen annuel de 0,7% dans la période. Et le département de Linguère fournit plus de la moitié de la production laitière de la région (55%). Le département de Linguère est la principale zone productrice de lait du pays, avec cependant des pertes énormes découlant de l’absence d’un système adéquat de collecte, de transformation et de conservation, surtout en période de surproduction (pendant la saison des pluies) . Certes, des unités de transformation des produits laitiers ont été mises en place dans le département de Linguère et beaucoup d’efforts ont été faits pour la collecte et la transformation du lait. Mais les difficultés d’accès aux zones de production et les entraves dans la distribution dans des conditions requises vers les grands centres de consommation, ainsi que les ruptures dans l’approvisionnement en saison sèche, posent d’énormes problèmes à la maîtrise technique durable de l’activité. Le sous secteur de l’élevage a beaucoup souffert de l’inexistence d’appui financier conséquent et accessible, malgré l’expression d’un besoin important en matière de crédit. Les quelques rares fonds injectés dans le sous secteur sont le fait d’ONG, de projets et programmes (le PADV 5 , la GOANA…) et de la CNCAS dont les lignes de crédits sont parfois difficilement accessibles aux éleveurs, même si des améliorations ont pu être apportées ces dernières années. Les principales contraintes liées à l’élevage, nous pouvons retenir : • la réduction de l’espace pastoral, du fait des défrichements de terre pour les cultures et de l’appauvrissement des sols, accentue les surpâturages dans le système extensif, qui à son tour provoque la dégradation de l’espace. • l’insuffisance des ressources fourragères liées à la sécheresse, aux feux de brousse entre autres, entraine l’arrêt des productions animales (viande, lait etc.) ainsi qu’une faiblesse généralisée du cheptel qui est exposé aux maladies. Encourager la culture fourragère peut permettre de soutenir l’élevage extensif par une alimentation suffisante du bétail. • l’insuffisance des points d’eau : le maillage inadéquat des forages et le mauvais fonctionnement des comités de gestion provoquent de fortes concentrations animales dans une zone occasionnant la dégradation des ressources naturelles et la surexploitation des infrastructures entrainant ainsi la panne fréquente des ouvrages. La problématique de l’eau doit être sérieusement prise en compte. En plus l’exploitation rationnelle des bassins de rétention et des autres points d’eau qui existent, il faut penser à réhabiliter, accroître les châteaux d’eau et étendre le réseau d’adduction d’eau pour satisfaire les besoins en eau. Les éleveurs doivent également être associés à la gestion des points d’eau. • La faible accessibilité des aliments de bétail, du fait de l’enclavement de la zone et de la cherté des produits. Ces derniers servent de complément d’aliments pour le bétail afin de maintenir la productivité du système extensif. • Le faible appui/conseil apporté au sous secteur en raison de la faiblesse des ressources humaines et matérielles des services techniques. Ces insuffisances ont pour conséquences, le manque d’amélioration des techniques de production, de transformation et de commercialisation (absence de marché organisé par filière), d’organisation des producteurs mais également de la fiabilité des statistiques du cheptel. Par conséquent il faut créer des mécanismes de concertation des acteurs (conseils agro sylvopastoraux). Il s’y ajoute que la faible valorisation des innovations techniques et technologiques se traduit par une faible exploitation de races à haut potentiel de production et une application très timide des techniques modernes de production et de transformation des produits. A cela s’ajoute l’insuffisance d’unités de transformation et de conservation.

5 Le Projet d’Aménagement et de Développement Villageois (PADV) financé par la BOAD et l’Etat, et arrivé à terme en décembre 2009. Il a concerné les départements de Louga et Linguère et avait comme objectif global de susciter l’émergence de conditions favorables à un développement durable et auto entretenu avec un volet appui à la production agropastorale et à la diversification et un volet hydraulique villageoise et pastorale.

107

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page108

Document de lignes directrices de la Région de Louga

La réhabilitation du centre de recherche zootechnique de Dahra, la meilleure exploitation de l’abattoir moderne de Dahra et le renforcement des dispositifs moderne permettrait d’améliorer la situation. Dans le même sillage, il convient de moderniser les exploitations familiales et paysannes dans le cadre de la promotion de l’élevage extensif, de promouvoir l’ensemble des filières par le développement des PME de collecte, de transformation et de commercialisation des productions animales. La mise en place d’une société d’encadrement et d’exploitation des productions animales de la zone sylvopastorale, qui va appuyer les éleveurs dans l’exploitation rationnelle et optimale des ressources naturelles, l’organisation des producteurs par filières, l’amélioration des techniques de production animale, la valorisation de toutes les productions animales et la facilitation à l’accès aux crédits des producteurs auprès des Systèmes de Financement Décentralisés pour le financement des activités de l’élevage, à l’image de la SAED dans la vallée du fleuve Sénégal pourrait permettre de lever toutes les contraintes.

2.4.3. Pêche Avec l’absence de frange maritime, de lac et de fleuve, cette activité est presque inexistante dans le département. Les populations éprouvent des difficultés énormes pour s’approvisionner en poissons et autres produits halieutiques. Cependant, avec la création de bassins de rétention ces dernières années, la pisciculture commence à se développer. Elle se pratique au niveau du bassin de rétention du « Piterki » aménagé en 1998 par l’Etat du Sénégal avec l’appui technique de la coopération Taïwanaise, pour contribuer à couvrir les besoins en poissons des localités environnantes d’abord et faciliter le développement des cultures maraichères et l’abreuvement du bétail ensuite. Une nouvelle extension du bassin ainsi que sa sécurisation par une grille de protection ont été réalisées en 2007 par l’ANA (Agence Nationale de l’Aquaculture) afin de le désensabler et le protéger des troupeaux de bétail et des actions anthropiques néfastes à sa viabilité. le bassin profond de 5 m, a une capacité de plus de 110 000 m3. Une Association des Usagers du Bassin de Rétention (ASUBAR) a été mise sur pied en 2007 pour assurer la gestion de l’ouvrage. Elle compte trente (30) membres et est composée des éleveurs et des maraichères qui sont en même temps les aquaculteurs. Cependant, le comité de gestion a été dissout pour des raisons liées aux conflits de leadership et à la tarification par tète de bétail pour ce qui est de l’abreuvement. Pour trouver des solutions à cette situation, l’autorité administrative a mis en place un comité ad hoc dans lequel prennent part les services techniques déconcentrés et un agent du ministère de la pêche. Les difficultés qui se posent au développement de la pisciculture sont liés à la cherté des aliments, à l’insuffisance des sacs pour l’ensachement du fumier, aux couts élevés des filets de pêche, et à la faiblesse de l’armement de pêche (une pirogue). Le déboisement des arbres autour du bassin, les pollutions des eaux de ruissellement par les produits chimiques utilisés par les maraichers, et la pression exercée par le bétail constituent autant de facteurs qui expliquent les faibles productions en poissons évalués, en moyenne, à cinquante (50) kg par jour. Le bassin est aujourd’hui confronté à de sérieux problèmes environnementaux. Au chapitre des atouts, il faut souligner qu’avec l’appui de l’ANA, les acteurs du secteur ont bénéficié d’une formation sur les techniques de pêche, sur la fertilisation de l’eau et l’élevage des poissons. De plus, il convient de signaler que l’écoulement des prises de poissons se fait sans grandes difficultés dans la commune de Linguère. La capacité de production du bassin est, par ailleurs, sous exploitée. La valorisation du secteur peut contribuer à absorber une partie des jeunes chômeurs de la localité.

2.4.4. Foresterie Tableau n°7 : Répartition du domaine classé selon le département de 2005 à 2009 Département Kébémer Linguère Louga Région Source : IREF Louga 2010

108

2005 1 14 3 18

2006 1 14 3 18

Nombre de massifs classés 2007 2009 Sup en ha en 2009 1 2 27 000 14 15 1 066 026 3 5 161 325 18 22 1 254 351

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page109

Document de lignes directrices de la Région de Louga

L’essentiel des massifs classés (73,68%) de la région de se trouve dans le département de Linguère avec une superficie représentant 84,9% du total régional. L’exploitation forestière est riche et diversifiée allant du bois mort aux fruits en passant par les résines (les gommes) cueillette des fruits forestiers (jujube, soump, pain de singe, Nep­Nep), récolte de gomme et résines ramassage de bois mort à but commercial uniquement dans la zone de Diagaly, exploitation des feuilles de laydour, récolte de gousses. Elles procurent des revenus substantiels aux populations surtout pour les femmes et les jeunes qui s’adonnent à leur collecte. Les quantités exploitées sont variables d’une année à l’autre. Tableau n°8 : Production de bois de chauffe en kg de 2006 à 2009 des différents départements de la région Département

2006

2007

2009

Kébémer

144900

2603300

2157400

Linguère

26 440000

25188800

32364500

0

0

82600

26584900

27792100

34604500

Louga Ensemble Source : IREF Louga 2010

Figure n° 2 : Evolution de la production de bois de chauffe par département de 2006 à 2009

Source : Situation Economique et Sociale Louga 2009

En 2009, la production de bois de chauffe dans le département est estimée à 32364500 kg soit 93,5% de la production régionale. Le département a fourni plus 270,75 tonnes de produits de cueillette. Ces derniers sont essentiellement constitués de gomme arabique (80%) et de jujube (16%). Les autres produits de cueillette sont le pain de singe, soump, nep nep, Ndiandam, Gomme M’Bep et autres gommes. Les recettes forestières domaniales pour l’année 2009 s’élèvent à 22242150 francs CFA, soit une baisse de 24,18% par rapport à l’année précédente. Pour la même année, les recettes provenant du contentieux forestier sont évaluées en 2009 à 5840700 FCFA. Elles ont connu une baisse considérable par rapport à 2008 (7830900 FCFA). Cependant, l’enclavement de la zone, le manque d’organisation des acteurs, ainsi que leur manque de formation dans la transformation de ces produits constituent un frein à l’exploitation de ce potentiel. Les Orientations stratégiques passeront par deux axes, le renforcement des capacités des acteurs des différentes filières à travers leur organisation et leur formation ainsi que la facilitation de leur au financement d’une part et l’amélioration de la capacité de l’offre de « fruits forestiers » par la production de plants, la protection des réserves forestières, l’augmentation de la capacité de stockage, de transformation et de commercialisation des acteurs.

109

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page110

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.4.5. Artisanat L’artisanat représente une des principales activités de l’économie régionale à côté de l’agro pastoralisme mais il tarde à se développer dans le département de Linguère. Cependant sa promotion permettrait de lutter contre chômage des jeunes, faiblesse des finances locales, la faible exploitation des ressources locales, la faible insertion des femmes dans le tissu économique local. Tous les trois types d’artisanat y sont représentés, à savoir l’artisanat de production, de service et d’art, sous les volets formel et informel. Les femmes sont bien présentes et elles gèrent 60% des entreprises artisanales. Cette présence massive s’explique par le fait que les femmes évoluent dans presque tous les corps de métiers et filières tels que la couture, la coiffure, la teinture, la transformation, la restauration, la tannerie, la poterie et même dans la mécanique, le froid, la construction métallique, domaines traditionnellement réservés aux hommes. En 2009, un recensement général de toutes les entreprises artisanales de la région a été effectué. Cette opération à permis à la Chambre de Métiers d’enregistrer 12500 entreprise artisanales de toute corporation confondues. Répartis par section comme suit : • Entreprise Section de Production 51% • Entreprise Section Art 39% • Entreprise Section Service 10% Mais, seuls 2756 entreprises artisanales du département de Linguère sont inscrites à la chambre des métiers. Ce qui représente 22 % des entreprises régionales inscrites pour la même année. Ce qui représente le taux le plus faible comparé aux autres départements de la région. Pratiquement tous les corps de métiers sont représentés

Figure n°3 : Répartition des Maître Artisans Artisans et Compagnons

Source : Chambre de métier de Louga ; 2009

La Chambre de Métiers de Louga a procédé à l’installation d’antennes suivant les dominances artisanales dans les départements. Il y a deux (02) installées dans le département de Linguère il s’agit des antennes de : Linguère et Dahara Djolof. La Chambre de Métiers de Louga dans le cadre de sa politique de promotion a toujours œuvré pour le développement de l’artisanat dans la région. Cette politique de promotion et de développement du secteur de l’artisanat se traduit par la présence remarquée au palmarès du Grand Prix du Président de la République pour la promotion de l’artisanat. En effet, les artisans de la région ont participé à tous les concours du Grand Prix du Chef de l’Etat depuis sa création. Les candidats présentés à ce Grand Prix ont démontré leur savoir faire et leur technicité. Cette démonstration technique et créative a permis aux représentants de s’illustrer à tous les niveaux de la compétition.

110

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page111

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.4.6. Tourisme Le secteur du tourisme n’est pas très développé dans le Djolof. Le département est faiblement fréquenté par les touristes. Ceci peut s’expliquer en partie par la faiblesse de ses structures d’accueil, son faible dynamisme culturel combiné à l’inexistence de village artisanal et de réserve naturelle riche en faune et en flore. Le département ne dispose que de deux auberges à Dahra et Linguère et du centre polyvalent de Linguère qui peut à l’occasion faire office de centre d’accueil. Pourtant, l’intérêt touristique du département est réel si l’on se réfère aux potentialités qui ne demandent qu’à être exploitées. Le Centre de Recherche Zoologique de Dahra, l’ancien Ranch de Doly, le « taata » (Palais) du roi Alboury Ndiaye à Yang­Yang transformé en musée sont autant de sites dont l’intérêt scientifique, historique ou économique ne peut laisser indifférent un visiteur. En outre, même si on note un faible dynamisme culturel, le patrimoine culturel du département est tout aussi riche et original et doit pouvoir faire l’objet d’une exploitation touristique avantageuse pour le département. En effet, le mixage des cultures (Peulhs, Wolof, Maures, Sérères...) constitue une richesse incontestable pour ce département. Ce qui fait que cette zone jouit d’un charme avéré dans le pays. Le Musée Historique de Yang­Yang la prestigieuse capitale de l’Empire de « Bourbas » (Rois du Djolof) regorge de documents, de sites, d’archives, d’objets susceptibles d’attirer les touristes, les universitaires, les historiens et anthropologues. L’architecture médiévale du Tata de Yang­Yang ; l’itinéraire de Serigne Touba du Baal à la résidence du Gouverneur de Saint­Louis en passant par Mbacké Bary, Yang­Yang, Thiéyène, Diéwol de même que celui d’Oumar Foutiyou sont également des pistes à explorer pour des itinéraires de tourisme culturel intégré, écotourisme faisant la jonction entre le Jolof et le Walo, le Ferlo. Le Ranch de Dolly est plein de richesses à découvrir. Il s’y ajoute que Linguère, chef lieu du département, est une ville paisible, qui ne connaît pas encore la pollution des grandes villes africaines. Promouvoir et développer le tourisme culturel ou travailler à la mise en place d’infrastructures touristiques relève du possible si les potentialités sont exploitées judicieusement. La richesse et la diversité du patrimoine du Djolof, de sa faune et de sa flore qui est en train de renaître avec les succès enregistrés dans la gestion des ressources naturelles avec Asyla, la Grande Muraille Verte et les Forêts Régionales de Nguith, Gouloum.

2.4.7. Culture Depuis les années 50 et durant près de trois décennies après l’Indépendance, la région de Louga a eu à jouer un rôle leader au Sénégal dans le domaine des arts et de la culture, notamment le théâtre, la danse, la percussion, la chanson, la poésie. Malgré tout la vie culturelle est presque vide à Linguère où la création et la production battent de l’aile. En effet, elles souffrent essentiellement de manque d’infrastructures et d’équipements ainsi que de financement pouvant retenir sur place les créateurs. Linguère n’est guère bien lotie en matière d’infrastructures socioculturelles. Cependant, Des foyers des jeunes existent dans les arrondissements de Dahra, Dodji, Barkédji, Sagatta­Djolof et Yang­Yang. Il importe de les rendre beaucoup plus fonctionnels et de les équiper. L’essentiel du financement des activités culturelles de la région est assuré par l’Etat et les collectivités locales d’une part, qui ont compétence de gérer le secteur culturel à la base même si beaucoup de ces dernières trainent le pas pour une prise en charge conséquente de l’action culturelle dans leur localité propre, et d’autre part par les partenaires de la coopération décentralisée. De rares mécènes et sponsors participent au financement d’activités culturelles. Les acteurs du secteur de la culture dans le département sont nombreux mais le manque de recensement ou de répertoire fiable de ces artistes, écrivains et promoteurs ne nous permet pas de donner leur nombre exact. Cependant, on peut constater au niveau de la région, depuis 2007, une note d’espoir avec la formalisation et le regroupement des acteurs en association et par corporation (ARCOTS= comédiens de théâtre) ou en réseaux (Réseaux départementaux des acteurs culturels de Kébémer, Linguère et Louga). L’exploitation optimale des ressources culturelles constitue un moyen sûr de relever les défis du développement local, donc de la lutte contre la pauvreté. L’insuffisance d’études et de données statistiques sur le secteur (nombre d’emplois, contribution au PIB et au plateau fiscal, volume et chiffre d’affaires, typologie opérationnelle des filières professionnelles, etc.) ne permet pas d’apprécier avec objectivité le poids de la culture dans le tissu économique national.

2.4.8. Secteurs d’appui à la production n Etablissements financiers Le paysage de la finance était marqué jusqu’à la fin de la deuxième décennie des années 90 par l’inexistence d’institution financière dans le

111

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page112

Document de lignes directrices de la Région de Louga

département de Linguère. C’est en 1999 que la première mutuelle d’Epargne et de Crédit Djolof(DJOMEC) de Linguère a vu le jour après la caisse populaire d’épargne et de crédit de Dahra Djolof à la fin des années 80. Aujourd’hui les SFD se multiplient ; groupement d’épargne et de crédit, caisses populaires, à Sagatta Djolof, Thiargny, Barkédji, Mboula, Thiamène, Déaly et Dahra Djolof. La plupart des SFD se retrouvent dans le Réseau UFM Louga et cherchent à se développer dans un environnement concurrentiel marqué par l’ouverture d’agences par les Réseaux PAMECAS et CMS et la CNCAS après l’ouverture de courte durée d’une agence de la CBAO à Dahra Djolof. Il faut souligner que ces SFD ont du mal à répondre aux attentes de leurs membres. La DJOMEC de Linguère demeure leader en dépit de difficultés que ces dirigeants mettent sur le registre des tares congénitales liées à sa rapide croissance : en moins de 12 ans elle compte 12 624 membres dont plusieurs groupements de jeunes et de femmes, de micro­ entrepreneurs. Les enjeux majeurs de la micro­finance restent l’accroissement des ressources et leur bonne gestion. La DJOMEC engagée dans un projet de mise en réseau avec deux (2) SFD de Kébémer et de Keur Momar Sarr et ceux de l'UFM/Louga compte beaucoup sur les ressources externes pour satisfaire la forte demande en crédit des masses rurales vulnérables et des micro­entrepreneurs dont l’accès aux services financiers bancaires est très limité voire quasiment nul. Selon les statistiques de la Direction Nationale de la Micro­Finance l’épargne globale des SFD se situe à 114 210 000 000 pour un encours de crédit de 127 400 000 000 ; la région de Louga représente 2% de cette épargne et 3% de l’encours de crédit tandis que le Consortium des Mutuelles de la Région de Louga dont DJOMEC détient les 52% du capital enregistrent 48% et 30% respectivement de l’épargne régionale et de l’encours de crédit. Les SFD, entre autres réponses, sont en train de démontrer que les pauvres ont la capacité de rembourser leurs prêts. Les SFD sont un excellent instrument qui permet d’échapper au cercle vicieux de l’usure, de promouvoir et développer les droits économiques, sociaux et environnementaux des population démunies qui constituent plus de 67% de la population du département de Linguère. Ce sont des instruments efficaces de réduction de la vulnérabilité et de l’exclusion sociale. n Commerce Le département de Linguère est très enclavé malgré sa position stratégique (au centre ouest du pays) avec des dessertes à partir de Louga et Touba par des routes dans un état de délabrement très avancé. La réouverture du chantier des travaux de la route Linguère/ Matam (en arrêt depuis aujourd’hui) a suscité un espoir pour les populations de la localité. Le commerce peu florissant est structuré autour d’activités de commercialisation des produits agro forestiers et animaux au­delà des denrées de premières nécessités avec des demi­grossistes et surtout des détaillants. Il est pratiqué au niveau des marchés permanents et hebdomadaires où les principaux produits sont échangés. Le marché de Dahra, très connu pour son bétail, exerce une forte influence sur le reste des marchés du département. Cette localité occupe une bonne partie des échanges commerciaux dans la zone et polarise les autres marchés du département. L’enclavement de ces derniers dû au mauvais état des routes et pistes les reliant à Dahra est la principale explication de la faiblesse des flux de marchandises dans ces marchés. Il s’y ajoute que ces marchés hebdomadaires sont constitués pour la plupart d’abris provisoires et manquent presque de tout. Les conditions d’hygiène et de salubrité laissent à désirer. L’occupation spatiale y est très anarchique et se fait de façon spontanée. Et pourtant, des centaines de petits commerçants viennent y participer et les échanges commerciaux sont assez importants. Dans un tel contexte, il est urgent et nécessaire de moderniser ces marchés qui du reste participent de manière considérable au développement économique du département. L’absence d’une organisation faitière au niveau départemental qui regroupe les commerçants est une entrave pour les acteurs du secteur dont la majeure partie ne dispose pas de registres de commerce. L’activité reste encore informelle et les capacités des acteurs en gestion financière, comptable et administrative sont très faibles.

112

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page113

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE III. GOUVERNANCE 3.1. Collectivités locales Le département de Linguère compte dix neuf (19) Collectivités Locales dont trois (3) communes et seize (16) communautés rurales dotées de maisons communautaires construites et de secrétaires communautaires ou municipaux. La gestion des collectivités locales du département souffre de plusieurs manquements liés à une faible visibilité des réalisations relevant les déficits de communication, l’absence de dialogue entre administrateurs et administrés, la faible participation des citoyens, la mauvaise gestion des compétences transférées. Il s’y ajoute le renouvellement important des conseils (60,19%) suite aux élections locales de 2009. Le taux de renouvellement au niveau régional est 60%. Les collectivités locales rencontrent des difficultés dans l’exercice de leurs mandats. En dépit des compétences qui leur sont transférées, certaines fonctions continuent d’être effectivement assurées par les services de l’Etat. En effet, les collectivités locales du département de Linguère assument difficilement les responsabilités qui leur sont conférées par la loi. Elles ne sont pas en mesure de répondre à la forte demande en service public local et en infrastructures de base, compte tenu de la non maîtrise de leur patrimoine, la faiblesse des services techniques, de la faiblesse des budgets locaux, de l’insuffisance des ressources de transfert pour résorber le gap ainsi que la mauvaise gestion de ces ressources, le fort taux d’analphabétisme 66,7% (contre 67,5% pour le niveau régional) des élus locaux. Il s’y ajoute la faible représentativité des femmes 11,7% (contre 15% pour le niveau régional) et des jeunes (9,49%) (Contre 9% pour le niveau régional) dans les conseils élus. Les collectivités locales, surtout les communautés rurales sont confrontées à une absence presque totale de ressources humaines et techniques. Pour exercer leurs missions, elles ont recours aux services techniques de l’Etat ou engagent des prestataires privés. L’appui des services techniques de l’Etat est conditionné par la signature d’une convention de mise à disposition dont l’application est difficile ; il s’y ajoute que les services déconcentrés au niveau des arrondissements ont des moyens de fonctionnement très limités. Par conséquent pour améliorer la gestion des collectivités locales, il est nécessaire de renforcer les capacités à la fois technique et financières des élus locaux, à travers la mise en œuvre d’un programme d’alphabétisation et de vulgarisation des textes de la décentralisation, la sensibilisation des jeunes et des femmes pour leur implication dans la gestion des affaires locales, la mise en place de fortes stratégies de mobilisation des ressources financières, le renforcement de la maitrise d’ouvrage communautaire. Pour pallier à cette difficulté, la Maison du Développement Local intervient en appui technique et financier aux services étatiques pour des activités qu’ils sont censés devoir exercer dans le cadre des missions de service public à travers son espace déconcentration.

3.2. Le système déconcentré et la coordination des acteurs Le département n’est pas érigé en collectivité locale ; c’est une circonscription territoriale et administrative placée sous l’autorité hiérarchique du Préfet. Le Préfet supervise la coordination des activités départementales, à travers le comité départemental de développement (CDD) qui regroupe les communes, les services étatiques déconcentrés, les associations de la société civile, ou tout autre organe dont la présence est requise. En dehors de ses services propres (adjoint, secrétariat), le Préfet assure la tutelle des services techniques déconcentrés de l’Etat au niveau départemental: agriculture, élevage, eaux et forêts, appui au développement local, commerce, développement social, l’inspection départementale de l’éducation, le district médical. Cependant, la tutelle sur les services départementaux n’est pas effective, en raison du rôle hiérarchique que les directions centrales exercent sur les services déconcentrés : pouvoir de nomination, d’avancement, d’affectation sur les personnels et d’allocation budgétaire. Néanmoins, le Préfet dispose d’une autorité plus accrue que les collectivités locales sur les services techniques en dépit des compétences qui leur sont reconnues par la loi. Il convient de signaler que certains pays de la sous région ont conféré un statut de collectivités locales au département : c’est le cas du Mali avec l’appellation de cercle ainsi que du Niger et de la Cote d’Ivoire, qui l’a prévu dans leur organisation territoriale. Des mécanismes de participation et de concertation ont été mis en place aux niveaux, départemental, local, communal et villageois, assortis de modalités d’arbitrage. C’est ainsi que le PNDL a appuyé les conseils ruraux et municipaux dans la mise en place de cadres locaux de concertation pour les fédérer. • Comités villageois de développement (CVD) : constitué d’au moins deux villages ; • Comité inter­villageois de développement (CIVD) : fédère les comités villageois à l’échelon communautaire, • CGC (Comités de Gestion et de Concertation) • CLCOP (Cadres Locaux et de Concertation des Ruraux) A côté de ces structures créées avec l’appui du PNDL, il existe, au niveau des arrondissements et du département, des cadres légaux de mise

113

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page114

Document de lignes directrices de la Région de Louga

en cohérence et d’arbitrage supervisés par les autorités administratives (Sous préfets et Préfet) : • Comités locaux de développement (CLD) au niveau arrondissement : (sous préfecture) • Comité départemental de développement (CDD) au niveau départemental : (préfecture) ; • Groupe de Travail Départemental La mise en place des cadres de concertation n’a pas encore permis de créer une plus value au plan du développement local. Elle n’a pas encore permis de coordonner les multiples interventions, de créer des synergies d’action ou de financement entre acteurs d’horizon divers. Les élus locaux ont créé une pluralité de cadres à la faveur des projets et programmes : CGC (Comités de Gestion et de Concertation) impulsés par le PNIR, les CLCOP (Cadres Locaux et de Concertation des Ruraux) par l’ANCAR/ASPRODEB etc. Cette pléthore de cadres porte préjudice à la cohérence du développement local, à la coordination des programmes et à la consolidation des systèmes de planification locale et sectorielle. Les CVD et les CIVD sont actuellement dans une situation léthargique. Les cadres de concertations suscitent toujours un engouement au démarrage d’un programme, qui s’estompe dès que le travail d’animation perdure; les CVD et les CIVD sont actuellement en léthargie parce que les élus locaux n’ont pas pu assurer l’animation des structures, après les phases de diagnostic et de planification. Il est nécessaire d’apporter un appui institutionnel aux cadres de concertation et de renforcer le leadership des élus locaux en vue de leur permettre de diriger ou d’animer les structures locales. La durée de vie et le dynamisme des cadres sont liés à leur utilité sociale et économique et les acteurs qui en assurent la promotion en tirent reconnaissance.

3.3. Société civile L’une des innovations majeures de l’Accord de Cotonou est incontestablement dans le rôle dévolu aux acteurs non étatiques (ANE) dans l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies de coopération dans le pays ACP. Elle s’et traduite au Sénégal par la mise en place de la Plate­ forme des Acteurs Non Etatiques (PF/ANE) avec des démembrements au niveau régional. Cela a permis jeter les bases d’un dialogue démocratique entre les autorités publiques et la Commission Européenne (CE) durant le processus d’élaboration du document de stratégie de coopération. Le dialogue politique et la participation sont les éléments fondamentaux de la mis en œuvre des accords de Cotonou pour la promotion de la Bonne Gouvernance dans tous les secteurs de développement. La PF/ANE pour le suivi de l’Accord de Cotonou au Sénégal concrétise cette volonté de concertation et d’implication de la Société Civile, des partenaires économiques et sociaux, du secteur privé. L’Antenne Régionale de Louga a tenté de mobiliser les ANE durant ces trois (3) dernières années marquées par le renforcement organisationnel et le développement institutionnel des OSC dont celles de Linguère. Elles sont ASPADE de Barkédji, Amal de Linguère, la Sades de Linguère, Adec de Linguère, l’Association pour le développement de Thiamène­Pass, Takku Ligeey de Dahra Djolof ; ces OSC sont affiliées à la PF/ANE et ont bénéficié de plusieurs sessions de renforcement de capacités pour la gestion des cycles de projets, la négociation, le dialogue citoyen, le renforcement organisationnel et le développement institutionnel. Toutefois il importe de souligner que ce mouvement n’est pas bien suivi ni accompagné par les acteurs politiques, économiques et sociaux locaux. La mise en place d’un Observatoire du CONGAD pour la Bonne Gouvernance, l’organisation d’un Forum sur le Contrôle Citoyen figurent dans les acquis. Ces OSC capitalisent diverses expériences de coopération civile internationale, d’actions citoyennes : la Sades, l’association de Thiamène­Pass et l’Adec se sont illustrées dans la recherche de partenariats avec des ONG et Fondations d’Europe ou du Canada : Fondation Roviralta, Nueva Luna, Un sol Mondo, Carrefour Canadien International, Horizons Cosmopolites, Club deux Tiers… Ces OSC interviennent dans les domaines de la formation, l’éducation, la protection et la promotion des droits humains, l’environnement. Elles sont fragiles car ne disposant pas de ressources suffisantes, elles font dans le pilotage à vue, elles dispersent leurs énergies réduisant l’impact de leurs interventions et ne sont pas encore arrivées à être acceptées par les pouvoirs locaux comme des acteurs essentiels.

3.4. Situation de la pauvreté et des personnes vulnérables Le département de Linguère apparaît comme le plus pauvre avec une incidence de pauvreté de 68,1% au niveau ménage et de 72,3% concernant la population touchée par la pauvreté. La pauvreté touche 65,6% des ménages de Kébémer et 62,4% de Louga. Les proportions de populations pauvres s’élèvent à 71,8% et 63,8% respectivement pour les départements de Kébémer et Louga.

114

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page115

Document de lignes directrices de la Région de Louga

3.4.1. L’enfance et la jeunesse Les conditions de vie et d’études enfants en situation difficile, sont parfois très difficiles. Il s’agit la plupart du temps des enfants « Talibés » (élèves des écoles arabo­islamiques). • Sur le plan alimentaire et nutritionnel, leur situation laisse à désirer. La majeure partie souffre de carences nutritionnelles (alimentation pauvre en protides, lipides et glucides, avitaminose). Sur le plan sanitaire, la couverture médicale est passable. La plupart souffre de dermatoses, de plaies mal traitées et durant l’hivernage, on note beaucoup de cas de paludisme et de maladies diarrhéiques. • Sur le plan des conditions de vie et d’études, leur situation n’est pas très enviable, la majeure partie dort dans des abris de fortune sur des nattes usées ou des cartons. Quant aux études elles sont souvent phagocytées par le temps consacré à la mendicité. Constituant la majorité de la population, les jeunes sont confrontés à un manque criard d’infrastructures et d’équipements socio éducatifs surtout en milieu rural. Les jeunes s’épanouissent par eux­mêmes dans le mouvement associatif (ASC Association Sportives et culturelle et associations de jeunesse et de développement villageois) avec deux (2) clubs affiliés à la fédération sénégalaise de football. Leur activité essentielle de loisirs tourne autour du sport avec une exclusivité du football, parfois associé au théâtre. Les structures d’encadrement de jeunesse sont presque inexistantes et le taux de chômage est très important. Les rares jeunes en activité sont dans le secteur informel à travers le petit commerce. Ainsi, la majeure partie des jeunes migrent vers les centres urbains comme Touba ou Dakar à la recherche d’occupation ou pour conduire le bétail à la recherche de points d’eau ou de pâturage. Les jeunes qui restent dans les villages sont désœuvrés, fautes d’appui pour mener des activités génératrices de revenus comme le maraîchage. Le développement de telles activités contribuerait à fixer les jeunes au terroir et à limiter ainsi l’exode rural. Il s’y ajoute leur manque de formation des jeunes, ce qui ne facilite pas leur insertion à l’emploi, le manque de personnel et l’insuffisance de moyens du service départemental chargé de l’encadrement des jeunes, leurs difficultés d’accès au crédit, le caractère non fonctionnel ou situation de léthargie des association de jeunes, sans compter l’enclavement qui limite les possibilités d’encadrement et d’échanges. De nombreux défis sont à relever pour redynamiser et/ou relancer les activités des jeunes et pour faciliter leur insertion dans le tissu économique. Pour cela, il faudra la redynamisation et relances de l’UASSU et des programmes d’activités d’éducation populaire pour les jeunes, la création d’infrastructures sportives multifonctionnelles et culturelles pour accueillir les jeunes, la modernisation des stades municipaux et création de stades dans les communautés rurales, la diversification de la pratique sportive avec l’introduction d’autres disciplines comme le basket Ball, le volley Ball ; l’athlétisme, la lutte ; la gymnastique, les arts martiaux etc. Il sera également nécessaire la Création et la réhabilitation des centres de loisirs pour les jeunes (foyers, CDEPS, centres socio culturels, salles de spectacles) ; l’appui à la création d’activités génératrices de revenus et créatrices d’emplois pour les jeunes par la formation, l’encadrement et l’accès aux ressources (terre, intrants et matériels agricoles, crédits, ..). Par ailleurs, l’amélioration du niveau de formation et de qualification des jeunes par la création de centre de formation professionnelle et technique et la valorisation de l’apprentissage ainsi que la formation et renforcement des capacités des ressources humaines (techniciens, administratifs) chargées de l’encadrement d’une part et d’autre part le développement et la valorisation des opportunités d’insertion des jeunes par la redynamisation du CRZ, la création de PME spécialisées dans l’exploitation des productions agricoles et animales (fermes agricoles et avicoles, boucheries modernes, unités de Production et de commercialisation des aliments de bétails et de vaccins).

3.4.2. La situation des organisations de femmes Il faut noter que les femmes du département s’activent dans beaucoup de secteurs par le biais de leurs organisations communautaires de base ou individuellement, de même que les jeunes. Mais les contraintes sont telles que, la majeure partie des projets s’arrêtent en cours de chemin. Ce qui amène les derniers à migrer vers d’autres horizons plus prospères notamment vers les grands centres (Touba, Dakar, Thiès etc.…). Au niveau organisationnel, les femmes sont regroupées en groupement de promotion féminine(GPF) dans les quartiers et les villages. Ces organisations féminines sont fédérées au niveau départemental à travers le comité consultatif départemental de la femme et la fédération départementale des GPF.

3.4.3. La situation des personnes handicapées Les personnes vivant avec un handicap également, pour la majeure partie, vivent des fruits de leur mendicité. Ceux issus de familles plus ou moins aisées sont pris en charge par ces dernières. D’autres vivent de petites activités commerciales suite à quelques financements provenant de la Direction de l’Action sociale ou d’Organisation Non Gouvernementale. Au niveau organisationnel, Il est à souligner que la majeure partie des personnes souffrant d’handicap sont membres d’une association (celles des handicapés moteurs ou celle des handicapés visuels). Les deux associations se retrouvent au sein d’une fédération. Mais malgré leur organisation, on décèle une certaine léthargie au sein des associations.

115

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page116

Document de lignes directrices de la Région de Louga

3.4.4. La situation des personnes âgées En ce qui concerne les personnes âgées, ils sont pour l’essentiel membres de l’association des personnes du 3ème âge, affiliée à la FAR.PAS. Malgré l’instauration du Plan Sésame, leur prise en charge sur le plan médical pOse parfois de sérieux problèmes. L’absence de financement de leurs petits projets est aussi à noter. Il convient tout de même de noter l’absence d’un cadre de concertation pouvant permettre une harmonisAtion des différentes missions des Projets et Programmes intervenant dans le secteur. On assiste à unE dispersion et À un cloisonnement des différentes activités, plutôt qu’à une synergie d’actions. Ce qui réduit considérAblement l’impact souhaité enverS les différentes cibles.

CHAPITRE IV. COOPERATION INTERNATIONALE Elle n’est pas très visible dans le dépaRtement de Linguère, malgré les nombreuses réalisations ces dernières années. Elle se manifeste indirectement à travers des programmes de l’Etat du Sénégal ou directement dans le cadre de partenariat ivec les populations locales bénéficiaires. Le partEnariat avec les collectivités locales est presque inexistant. Les partenaires interviEnnent dans plusieurs domaines notamment l’éDucation, la santé, l’hydraulique, l’environnement et la gestion des ressources naturelles entre autres. Mais il convient de noter que les partenaires investissent plus les secteurs sociaux que les secteurs économiques. Tableau n°9 : Liste des partenaires au développement du département Intervenants

Programme National de Développement Local (PNDL)

PADEL/PNDL (Programme d’Appui au développement Economique Local

Lux­Développement

116

Intervenants Appui à la politique de décentralisation et de déconcentration. Financement du Développement Local; Renforcement de capacités; Coordination, Communication, suivi­évaluation Appui à la stratégie nationale de développement des Economies Locales Appui au Développement Economique Local de la région de Louga Enseignement Technique et Formation Professionnelle (ETFP) SEN 024 Santé de Base SEN 025 Hydraulique Rural et Assainissement SEN 026 Equité et Genre

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page117

USAID Programme d'Appui aux Réseaux Territoriaux et Thématique pour une Gouvernance Locale de Développement (ARTCOLD)

Santé, Education

PEPAM

Hydraulique et assainissement

Centre d'Education et de Formation des Langues Africaines (CERFLA)

Renforcement de capacités /Hydraulique villageois; éducation et formation des adultes

Le Projet d’Aménagement et de Développement Villageois (PADV)

appui à la production agropastorale et à la diversification et hydraulique villageois et pastoral.

Plan International Sénégal MEDICOS DEL MUNDO HUNGERT PROJECT SENEGAL

Coopération Décentralisée

Education et la Formation; santé et nutrition; hydraulique élevage; GRN; micro finance Sécurité alimentaire et Amélioration environnementale; santé communautaire; eau potable maraichage et aviculture Sécurité alimentaire; éducation et alphabétisation santé; environnement; hydraulique; micro crédit;

PROGERT

Agriculture; élevage pastorale et moderne environnement et GRN; Micro crédit

EGLISE LUTHERIENNE

Santé humaine et vétérinaire, développement communautaire, hydraulique, sécurité alimentaire

HILAIRE INTERNATIONALE

Accès à l'eau potable, agriculture, élevage, pêche, santé, formation en gestion, crédit, épargne

WORLD VISION

Santé Communautaire

ASYLYA GUM COMPANY

Foresterie; agrosylvo­pastorale

Source : ARD, Louga 2010

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page118

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE V. AXES DE DEVELOPPEMENT Lignes directrices

Collectivités Locales pilotes

OMD

Organisation travaillant dans ce domaine

Situation de base

Partenariat envisagé

DECENTRALISATION ET GOUVERNANCE LOCALE Mettre en place ARD Faiblesses : * Renforcement de un partenariat Coopération Fort Taux de renouvellement des capacités des élus mondial pour le décentralisée conseillers renouvelés locaux sur les textes développement ONG Analphabétisme des conseillers de lois de la (OMD 8) MDL Méconnaissance du processus décentralisation, d’élaboration du budget participatif Gouvernance locale, Fort taux d’absentéisme des Coopération conseillers décentralisée). Forces : * Echanges d’expérience Disponibilité des conseillers Existence de maison communautaires et d’hôtel de ville

Renforcer les capacités des élus, dela société civile, des services techniques déconcentrés et des autorités administratives locales dans le domaine de la gouvernance locale

Dodji Labgar Téssékéré Thiargny

Mettre en place des systèmes de gestion de bases de données informatisées pour une meilleure gestion des collectivités locales

Barkedji Ouarkhokh 2 communes (Linguère Dahra) Gassane Sagatta Djolof

Mettre en place DCL un partenariat CL mondial pour le développement (OMD8)

Faiblesses : * Informatisation de Absence de système d’archivage et de l’état civil, et de la gestion de la documentation dans les gestion financière et CR et communes. comptable. Aussi Non maitrise de l’assiette fiscale informatisation de la Forces : maîtrise d’ouvrage Existence de bureau (réalisation, gestion et Tenue des réunions périodiques entretien des infrastructures) * Adressage des maisons au niveau communal

Promouvoir la participation de la société civile dans la gestion des affaires locales

Dodji Labgar Téssékéré Thiargny

Mettre en place CERFLA un partenariat MDL mondial pour le développement (OMD8)

Faiblesses * Faible participation des citoyens à la prise de décisions * Déficit de communication entre les instances de décisions et les populations * Faibles circulation de l’information * Faiblesse du système d’information Forces : * Existence du système * Existences d‘espaces de communication, de radios communautaires, * Présence des operateurs téléphoniques

118

* Sensibilisation sur le control citoyen de l’action public (gestion des affaires publiques, du budget administratif et participatif) * Renforcement des capacités d’organisation de la société civile * Renforcer le système de communication existante * Créer des partenariats avec les radios communautaires

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page119

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Améliorer la mobilisation des ressources financières des Collectivités Locales pour une meilleure fourniture des biens et services publics.

Saghatta Kamb Commune de Mbeuleukhé Gassane Linguère Dahra

Promouvoir GIC l’intercommunalité à travers les GIC et les échanges techniques dans les réseaux nationaux et internationaux

Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1)

PRP USAID

Faiblesses : Non paiement de la taxe et impôts Forces : Existence de chef de village, et délégués de quartier Existence de marché hebdomadaire Existence de radios communautaires

* Organiser des tournées de plaidoyer et de sensibilisation au niveau des villages et quartiers * Détermination de l’assiette fiscale * Organisation des tournées de recouvrement * Organisation des émissions radios Construction d’équipements marchands

Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

ARD MDL­PADL PNDL ART­GOLD

Faiblesses : * Rechercher et signer Inexistence de partenariat entre les CL des conventions de de Linguère et celles du Nord partenariat Forces : * Sensibilisations et Existence des textes de loi permettant formation en matière la coopération d’intercommunalité La présence des partenaires aux CL L’existence des cadres de concertation * Renforcement des capacités des GIC * Echanges d’expériences

Améliorer la gestion GIC des infrastructures communautaires et inter communautaires

(OMD 8)

ART GOLD ARD MDL­PADEL PNDL

Faiblesses : NOn maîtrise du patrimoine des coLlectivités locales et manque de suivi et absence d’entretien des infrastructurEs

Recenser Le pAtrimoine des CL Créer, former et rendre fonctionnel les Comités de gestion

Promouvoir la participation des femmes dans la gestion des affaIres locales

PRomouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisatio n des femmes (OMD 3)

Le Comité Consultatif des Femmes, Comité, Départementale des Enseignants pour la Promotion de la Scolarisation des filles (CDEPSCOFI), PAEF Service de Développement Communautaire

Faiblesses * problème d’accès aux instances de décision, il y a un grand taux d’analphabétisme entre les femmes, les clivages socioculturels Forces : Existence de structures et organisations de femmes Engagement et dynamisme dans la vie politique, représentant plus de 56% de la population.

* Alphabétisation des femmes * renforcement en leadership féminin * scolarisation des filles * Alléger les travaux domestiques * renforcement des capacités en matière de gouvernance locale

Dodji Labgar Tessekere

119

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page120

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Lutter contre l’analphabétisme en promouvant la scolarisation et en améliorant les conditions d’accueil, accès et maintien à l’école

Téssekere, Labgar, Thiargny ­Linguère commune, Thiel, Téssékéré,

Assurer une éducation primaire pour tous (OMD 2)

SERVICES SOCIAUX DE BASE IDEN, JICA, SCOFI, Situation PAEF, ASC, 65% taux actuel Radios locales, Forces Comité de Gestion * Structures de planification et de d’Ecole, CL gestion décentralisée PLAN/ USAID/EDB * Formes et types d’enseignement IDEN, Opérateurs diversifié existent en alphabétisation, * Existence de programme en cours OCB, ONG Faiblesses * Fort taux d’abandon du a la transhumance et aux mariages précoces * Pauvreté des populations qui entraine la faiblesse de leurs contributions au développement de l’école et a la prise en charge correcte des charges d’études

Amélioration du Linguère, niveau de formation des jeunes en fonction des besoins du marché par le renforcement des centres de formation professionnelle et technique

Réduire l’extrême Pauvreté et la faim (OMD1) et Assurer une éducation primaire pour tous (OMD 2)

Promotion et Linguère diversification des DAHRA disciplines sportives Sagatta comme moyen d’intégration sociale et la lutte contre les drogues et la migration massive de jeunes

Réduire MJS Bailleurs l’extrême ODCAV CL Pauvreté et la faim (OMD1) et Assurer une éducation primaire pour tous (OMD 2)

120

USAID, Lux dév, CL, Radios communautaires, BIT, SCOFI

Forces * Existence d’un réseau de partenariat * Existence d’une cellule de communication et d’insertion Faiblesses * Mariages précoces * Méconnaissance de la structure *déficit de structures de formation professionnelle Non fonctionnalité des centres existants (CPFP, CPE)

* Forte champagne de sensibilisation au dans les zones de résistances * Construction de salles de classes * sites d’hébergement pour faire face à la transhumance * recrutement de personnel enseignants * Assurer le maintien des filles. * Développement de programme intégré d’éducation des Adultes. (PIEA) * Rendre fonctionnel le centre polyvalent de formation des producteur de Linguère (CPFP) et le centre de perfectionnement des éleveurs de Linguère * Etudes sur les besoins en formation

Potentialité humaine existence deux Sensibilisation des jeunes et promotion des stades et d’un terrain clôturé activités sportives et culturelles Sensibilisation contre les drogues et prévention des maladies Améliorer les espaces jeune, Appuyer la création de salle de spectacle, des arts martiaux à Dahra et à Linguère. Réhabiliter les deux stades de Dahra et de Linguère

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page121

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Améliorer l’accès à l’eau potable dans les zones faiblement desservies

CR Téssékéré, CR Labgar, CR Mboula

Assurer un environnement durable (OMD 7).

Service hydraulique, PEPAM, JICA, Lux DEV, ART GOLD, PNDL

Situation: Forces: d’importants investissements Existences des ASUFOR Faiblesses: répartition inégal des forages mauvaise gestion de ces ouvrages par les comités de forage

­ Formation et échanges ­ renforcement du système de gestion hydraulique et des organisations existantes (ASUFOR) ­ Densification du réseau d’adduction d’eau Etendre le réseau d’adduction d’eau Construction et réhabilitation de nouveaux forages

Lutter contre la malnutrition par la sensibilisation et création d’un centre de récupération et éducation nutritionnelle

Dodji, thiel

Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans (OMD4) et Améliorer la santé maternelle (OMD5)

PRN, Consortium USAID, DANS, Lux Dév, CL, Radios communautaire, Réseau des jeunes et femmes, GPF

Forces ­ Bonne implication des acteurs ­ Développement de programme de PEC de la MAM /MAS ­ Partenariat avec les CL (Signature protocole) Faiblesses ­Déficit de communication ­ Faible couverture du District ­ Faibles motivation des agents de terrain. ­ Absence d’UREN et d’équipements. ­ Absence de produits de PEC de la Malnutrition (Resomale, F75 F100 Plunty ­ neut, SRO nouvelle formule, sonde ­ nasogastrique.

­ Mise en place d’un cadre de concertation dynamique. ­ Extension programme Dodji, Thiel, ­ Mise en place de CREN équipés. ­ Mise en place de FARNE (Foyer d’apprentissage, réhabilitation nutritionnel et d’éveil) et de produits de récupération nutritionnelle.

OMD 4 et 5

­ MSP, Intrah, Lux Forces : Dév, Division SR, ­ Disponibilité de plans de CL, Consortium communication USAID ­ Disponibilité des ICP ­ Programme d’appui et de supervision sur la SR.

Réduire la mortalité Gassane maternelle et thiargny infantile en barkédji améliorant la qualité des services de santé à travers des renforcements de capacités des acteurs, d’équipement et la sensibilisation.

­ Formation des acteurs de santé ­ sensibilisation auprès de la population ­ promouvoir les échanges techniques ­ Education nutritionnelle et Mise en place de CREN ­ Mise en place d’outils pour la mesure anthropométrique.

121

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page122

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Lutter contre la Tuberculose

Barkédji, Labgar Dodji Labgar Thiargny Warkhokh Gassane

Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d'autres maladies (OMD6)

MSP, PNT, Consortium USAID, CL

Situation : ­ 33, 3% de couverture, 10% de décès. Forces : ­ Disponibilité d’un programme de PEC ; ­ Existence d’un centre de diagnostic et de traitement ; ­ Gratuité de la PEC (disponibilité de médicaments Faiblesses : ­ Taux de mortalité élevé ­ interruption de traitement ­ Non systématisation de la décentralisation du traitement

­ Offrir le dépistage à tous les cas suspects. ­ Systématisé la décentralisation du traitement. ­ Assurer la supervision régulière des structures. ­ Faire la recherche des perdus de vus.

Lutter contre le Paludisme

Toutes les Collectivités Locales

Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d'autres maladies (OMD6)

CL, MSP, Consortium USAID, PNLP, Réseau communautaire de lutte contre le Paludisme

Situation : 4% de palu avec TDR positif Forces : ­ Disponibilité d’un programme ­ Disponibilité de MII ­ Disponibilité d’un réseau communautaire de lutte contre le Paludisme. Faiblesses : ­ Faible utilisation des MII ­ Non effectivité du PECADOM ­ comité de salubrités non fonctionnelles

­ Renforcer la sensibilisation sur l’utilisation correcte des MII. ­ Rendre effectif le PECADOM ­ Rendre fonctionnel les comités de salubrité des structures de santé.

Téssekere, Labgar, Thiargny ­ Linguère commune, Thiel, Téssékéré,

Assurer une éducation primaire pour tous (OMD 2)

IDEN,JICA,SCOFI,P ­ Nombre insuffisant de structures AEF, dans certaines COL ASC, Radios ­ Faible taux d’achèvement des filles locales, ­ insuffisance de centre Comité de Gestion d’alphabétisation d’Ecole, CL , PLAN, USAID/EDB IDEN, Opérateurs en alphabétisation, OCB, ONG

­ Forte champagne de sensibilisation au dans les zones de résistances ­ Construction de salles de classes ­ sites d’hébergement pour faire face à la transhumance ­ recrutement de personnel enseignants ­ Assurer le maintien des filles. ­ Développement de programme intégré d’éducation des Adultes.

Lutter contre l’analphabétisme en promouvant la scolarisation et en améliorant les conditions d’accueil, accès et maintien à l’école

122

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page123

Document de lignes directrices de la Région de Louga

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL Désenclavement Axe Linguère labgar Réduire PNDL Pistes sableuses impraticables des zones de Axe Widou­ Tessékéré l’extrême PPC (projet pistes production afin de Labgar, Axe Barkédj­ pauvreté et la communautaires) faciliter le circuit Thièle­ Gassane – faim (OMD1) ART GOLD de distribution des Guérlé PADEL (projet produits locaux Axe Afé Diolof­ d’appui au Thiarni­ Linguère, développement Axe Linguère­ Lindé local) / PNDL Thièle­ Doli Etat du Sénégal Axe Thiarni Gassane Axe Gassane Sangé­ Déaly­ , Thièle Patatour Valoriser les produits locaux à travers le renforcement des dispositifs de transformation et conservation

CR Gassane, CR Déaly, CR Thièly, CR Sagatta, CR Ouarkhoikh, CR Thiamène CR Gassane, CR Déaly, CR Thièly, CR Sagatta, CR Ouarkhoikh, CR Téssékéré, CR Labgar, CR Dodji, CR Les deux communes

Redynamiser le Toutes les Collectivités secteur agricole par Locales l’amélioration de la productivité et la diversification des cultures

Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1) et Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisatio n des femmes (OMD 3)

Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1

Inspection départemental de des services d’Elevage Association des éleveurs, EELS (Eglise Evangéliques luthérienne du Sénégal, Directoire des Femmes en Elevage (DIRFEL) The Hunger Project Etat, Population, OCB

Existence de 5 unités de refroidissement laitier Existence de 5 unités de transformation laitière Zone de forte production de lait Existence en quantité des produits de la cueillette (Soump, Jujube, etc.) Exode des jeunes filles Transhumance

Etat des lieux et réhabilitation Etude de faisabilité Et construction construction des pistes de production

Etat des lieux et réhabilitation Etude de faisabilité Et construction / Equipement ­ renforcement des capacités en matière de commercialisation, valeur ajoutée, etc. ­ renforcement à la transformation et conservation des produits agricoles Installation de petites unités industrielles Lutte contre l’exode et le chômage surtout des femmes

Potentialité humaine existence ­ Amélioration de la deux stades et d’un terrain clôturé fertilité des sols ­ Production de semences de qualité ­ Renouvellement de l’équipement agricole ­ Développement du maraichage autour des points d’eau ­ Développement des cultures fourragères ­ Promouvoir les recherches universitaires et instituts de recherche et les échanges

123

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page124

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Promouvoir les filières porteuses par le développement des micros entreprises de collecte, de transformation, et de commercialisation des productions agricoles, forestières et animales

CR Gassane, CR Déaly, CR Thièly, CR Sagatta, CR Ouarkhoikh, CR Thiamène

Promotion de Tout le l’entreprenariat à département travers la création d’Activités Génératrices de Revenus (AGR) et les micros entreprises auprès notamment des femmes et des jeunes.

Appuyer le Toutes les Renforcement des collectivités capacités des acteurs locales économiques (CL, secteur privé, et les acteurs institutionnels) pour la mise en oeuvre de la stratégie DEL

124

Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1

Etat Chambre des métiers

Existence de 12 tracteurs 10 faucheuses

Recensement besoins Financement

Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1) et Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisatio n des femmes (OMD 3)

ADEL (MDL) Mutuelles d’épargnes et de crédit, ANCAR, Chambres consulaires PDRD (projet de développement rural durable), ANEJ (Agence national pour l’emploi des jeunes) FNPJ, FRD (fond régional de développement), FPE (Fond de promotion de l’emploi), PRP (Projet de réduction de la pauvreté)

Pauvreté des ménages Mauvaises approches des programmes de développement Existence de filières porteuses

­ Etat des lieux ­ Adoption de nouvelles stratégies de développement ­ améliorer les capacités techniques et financières des acteurs ­ appui à la formalisation du status juridique ­ appuyer la dynamique organisationnelle des femmes

Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1)

­ ADEL ­ ANCAR ­ Services techniques déconcentrés de l’Etat

­ Niveau organisationnel, technique et financier des acteurs faible. ­ Il y a des acquis. Mais la demande est toujours là.

­ Recensement exhaustif de l’ensemble des besoins des acteurs ­ Elaboration et exécution d’un plan de renforcement des capacités des acteurs

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page125

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Amélioration du niveau de formation et de qualification des jeunes et des femmes en mettant en place des centre et des programmes de formation professionnelle adaptés

Toutes les collectivités locales

Assurer une éducation primaire pour tous (OMD 2) et Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1)

Niveau organisationnel, technique et financier des acteurs faible. ­ Il y a des acquis. Mais la demande est toujours là.

­ Appui technique ­ Appui financier

Promouvoir la recherche zootechnique par le renforcement des capacités du Centre de Recherche de Dahra

Toutes les Collectivités Locales

Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1)

Existence d’un centre de recherche

Appui technique ­ Appui financier

CR Téssékéré, CR Labgar, CR Boulal CR Mboula

Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1)

Redynamiser le secteur de l’élevage à travers l’amélioration de la productivité du bétail et la commercialisation des produits dérivés

IDSV, CRZ,

­ Elargir le programme d’insémination ­ Développer l’élevage intensif ­ Créer une unité de production d’aliments de bétail ­ Définir le parcours du bétail intra et extra communautaire à travers l’articulation avec les GIC ­ Assurer une couverture sanitaire animale ­ Appuyer une étude sur la gestion des espaces pastoraux et la transhumance ­ Promouvoir les recherches universitaires et instituts de recherche et les échanges

125

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page126

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Appuyer et former les acteurs clé de l’élevage au moyen de la création d’une société d’encadrement et d’exploitation des productions animales

Mettre en œuvre une stratégie de protection et de gestion des ressources naturelles à travers des programmes d’amélioration de la biomasse ligneuse et herbacée, la défense et la restauration des sols ainsi que la gestion des eaux de surface

Toutes les Collectivités Locales

Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD1)

LABGAR, Gassane, thièl, Dealy, Thiamène, Téssékré, DODJI

Améliorer la Communes de gestion des déchets Linguère et Daaras, solides et liquides. Communauté rurale de Warkhokh

126

Services Techniques déconcentrés, Organisation des producteurs en élevage Unités pastorales

­ Exploitation non rationnelle des ressources naturelles ­ Manque d’organisation des producteurs ­ Faiblesse des structures d’encadrement Techniques de production non diversifiées ­ Manque de professionnalisme dans les circuits de distribution de commercialisation

ENVIRONNEMENT Assurer un COMITE. environnement L’ETAT.CGF durable (comité de (OMD 7). gestion des forages) ANCAR, les coalitaires pOur sAuver la terre, les GPF, INP

Assurer un Les communes, environnement GIE doléle sa durable gokh manko (OMD 7).

­ Etude de faisabilité du projet de société d’exploitation ­ Appui technique pour la sensibilisation et formation des acteurs ­ Mettre en œuvre la stratégie définie

­ Forces ­ Existence d’un réseau de Pare­feux ­ Plantation sur de grandes superficies ­ Augmentation de la couverture végétale ­ Forte participation des jeunes et des femmes ­ Pratique de la rotatioN et de la jachère ­PopulatIons sensibilisée ­ Faiblesse ­ Manque de moyen matériel et financier ­ Perte de matière organique ; ­ diminution des rendements ­ Transhumance ­érosion éolienne et hydrique ­Diminution de la fertilité des sols

Renforcement des capacités des membres des comités ­ Renforcement des pare­feux en latérite ­ Plaidoyer auprès des partenaires sur les feux­brousse ­ Restauration des terres dégradées ­ Renforcement des capacités en techniques de reboisement, de phosphatage de fonds ­ Clôture des parcelles reboisées ­ Protection des zones de culture ­ Aménagement de diguettes antiérosives ­ Améliorer la fertilité des terres

­ Forces Existence d’incinérateur ­ Espace disponible ­ expérience des communes dans la gestion des ordures ménagères ­ Faiblesses ­ Insuffisance dans le système de ramassage des ordures ménagères

­ Renforcement des équipements de ramassage des déchets des communes ­ Aménagement de décharges contrôlées ­ Mise en place d’un centre d’enfouissement technique Mettre sur pied des unités de transformation des déchets ­ Mettre en place un dispositif de traitement et valorisation des eaux usées

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page127

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Mise en place un programme d’éducation environamentale pour une meilleure gestion de l’environnement

Commune Linguère et Dahra Déaly Warkhokh

Assurer un environnement durable (OMD 7).

Amélioration de la biodiversité pour la préservation et restauration de certaines espèces animales.

Barkedji Thiele Gassane

Dérouler un programme de lutte contre les feux de brousse

Tessékré, Labgar, Thièle, Dodji

ETAT FONG ANCAR OCB

Force : Existence de Programmes de sensibilisation aux écoles

­ capacitation des élus et autres acteurs locaux sur les questions environnementales ­ Sensibilisation et Formation des enseignants au niveau des écoles ­ Valoriser les organisations de jeunes pour les impliquer dans la gestion de l’environnement

Assurer un ETAT environnement STOP DESERT durable (OMD 7).

­ Forces Augmentation couverture végétale Amélioration des points d’eau ­ Faiblesses Braconnage effectué par les locaux

­ Mise en place de réserves communautaires ­ Protection de la faune sauvage ­ Réintroduction d’espèces disparues ­ lutte contre le braconnage à travers les sensibilisations et les formations.

Assurer un environnement durable (OMD 7).

Population sensibilisée Entretien des pare feux Transhumance Perte de la biomasse

Ouverture et entretien des pare feux Equiper les unités de lutte Equiper les comités de lutte en petit matériel Renforcer la régénération naturelle assistée des jeunes arbres

Etat, Comité de lutte contre les feux de brousse, Comité de gestion des forages Collectivités Locales

127

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page128

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Amélioration de la biodiversité pour la préservation et restauration de certaines espèces animales.

Barkedji Thiele Gassane

Assurer un environnement durable (OMD 7).

ETAT STOP DESERT

­ Forces Augmentation couverture végétale Amélioration des points d’eau ­ Faiblesses Braconnage effectué par les locaux

­ Mise en place de réserves communautaires ­ Protection de la faune sauvage ­ Réintroduction d’espèces disparues ­ lutte contre le braconnage à travers les sensibilisations et les formations

Dérouler un programme de lutte contre les feux de brousse

Tessékré, Labgar, Thièle, Dodji

Assurer un environnement durable (OMD 7).

Etat, Comité de lutte contre les feux de brousse, Comité de gestion des forages Collectivités Locales

Population sensibilisée Entretien des pare feux Transhumance Perte de la biomasse

Ouverture et entretien des pare feux Equiper les unités de lutte Equiper les comités de lutte en petit matériel Renforcer la régénération naturelle assistée des jeunes arbres

Sagatta Djoloff Thiamène Boulal Déaly

Assurer un environnement durable (OMD 7).

Etat, Comité de Rareté de bois pour certains ménages reboisement, Stop Perte de revenu Désert, Projet Sensibilisation sur les méfaits Villages fruitiers, OCB

Améliorer la production énergétique de bois dans les ménages

Amélioration et développement de foyers améliorés Economie de bois et développement énergie de substitution Reboisement essence à croissance rapide

LISTE DES FIGURES ET TABLEAU FIGURES Figure n° 1 : Organigramme de Présentation détaillée de l’organisation administrative du département………………………………………………………98 Figure n° 2: Evolution de la production de bois de chauffe par département de 2006 à 2009 ……………………………………………………………..….….109 Figure n° 3 : Répartition des Maître Artisans et Compagnons………………………………………………………………………………………………………………..….…110

TABLEAUX Tableau n°1 : Répartition de la population du département de Linguère selon les groupes d’âge et le sexe en 2011……………………………………100 Tableau n°2 : Répartition de la population du département de Linguère selon la localité en 2011……………………………………………………………….101 Tableau n°3 : Taux d’accès à l’eau potable de quelques Collectivités Locales du département de Linguère………………………………………………….104 Tableau n°4 : Répartition des emblavures selon la spéculation et le département en 2009…………………………………………………………………………105 Tableau n°5 : Répartition des rendements selon la spéculation et le département en 2009………………………..………………………………………………106 Tableau n°6 : Situation du cheptel du département de Linguère…………………………………………………………………………………………………………………… 118 Tableau n°7: Répartition du domaine classé selon le département de 2005 à 2009………………………………………………………………………………………108 Tableau n°8 : Production de bois de chauffe en kg de 2006 à 2009 des différents départements de la région………………………………………………109 Tableau n°9 : Liste des partenaires au développement du département………………………………………………………………………………………………………116

128

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:35 Page129

LIGNES DIRECTRICES DEPARTEMENT DE LOUGA

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page130

INTRODUCTION La mise en œuvre de la politique de décentralisation et du développement local repose sur des stratégies et initiatives locales à travers le développement des outils et mécanismes permettant la mobilisation des acteurs et de ressources nécessaires au financement du développement local. La planification en tant que compétence transférée aux collectivités locales permet à ces dernières de pouvoir exprimer leurs besoins et les prioriser suivant un schéma de FInancemeNt temporel et Réaliste eT aux Partenaires Techniques et FiNanciers (PTF) d’avoir des éléments d’orientation sur les secteurs à investir. C’est ainsi que le PRogramme d’Appui aux réseaux Territoriaux et Thématiques pour une GoUvErnance Locale de Développement (ART­ GOLD/Sénégal) qui vise l’amélioration $es conDitions de vie des populAtions à travers la mise en œuvrE de projets de cOopération veuT appuyer le départeMENt de Louga à élaborer l’instrumEnt de mise en œuvre du programME que sont les Lignes Directrices départementales.

Photo : Séance introduCtive de présentation de lA méthOdologie ART

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page131

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE I. PRESENTATION DU DEPARTEMENT Le départemEnt de Louga couvre une superficiE dE 5649 km² soIT 2,80 % du Territoire national. Il est limité par l’océan atLantique À l’Ouest, la régiOn de Saint LoUis et le Département de Linguère à l’Est, la région de Saint LouIs au Nord Et le Département de Kébémer au Sud. Le Département dE Louga disPOse d’une franGe marItIme de 20 Km Dans sa partie Ouest (Zone de Potou). Tableau n°1 : Découpage administratiF du département de Louga Commune

Louga

0

Arrondissement Keur momar sarr Koki Mbediene Sakal 4

Communautés rurales 04(KMS Gandè, Syer, Nguer Malal 04( koki Diagne, Pete Ourack, Thiaméne Cayor) 4 (Mbédiene, Niomré, Nguidila, kelle Gueye) 03 (sakal, léona, Nguene Sarr) 16

Le département est caRactérisé par Un paYSaGe dunaire plat ne déPassant pas guère lEs 10m dE hauteur. Il dispose aussi d’Une frange maritime de 20km essentiellement situéE dans LA communauté rurale de LeoNa Le lac de Guiers et la basse vallée du Ferlo sont les cours d’eau qui traversent le départemenT danS sa partie nord Est. Il intéresse la zone sur une longueur de 85km. Il existe des mares généralemeNT remplies en hIvernaGe pour tarir vers Janvier ­ Février. L’mau souterRaine est Exploitée par les forages et les puiTs. DanS La plus grAnde partie du Département, l’eau est saumâtre (toUt ce qui est à l’Est de la nationale). L’eaU des Nappes souterraines, des mares temporaires et du Lac de Guiers (appelé communément bas ferlo) constituent les principales sources d’eau de LÀ, Le caractère saumâtRe De l’eau de la quasi totalité des forages sont les problèmes rencontrés. Le branchement à la conduite de la SDE (conduite du Lac) aux différents châteaux d’eau est la solution la plus durable de toutes. La population du département s’élève à 357.246 habitants en 2010 pour une densité moyenne de 56, 75 hbts/km2. Par contre dans les communautés rurales de Syer et de Gande cet indicateuR est De 5hbts/km2. C’est le Département le plus peuplé de la Région. Il abRIte la capitale régionale et concentre 42% de la population régionale. Le Wolof demeure l’eThnie numériquement dominante dans les départements de Louga (71,5%) Les mouVements qui, jusque là, étaient saisonniers (saison sèche), ont, de nos jours, tendance à s’étendre sur plusieurs années car l’agriculture à elle seule ne permettait plus aux populations actives du secteur de subvenir à leurs besoins. Cependant, depuis l’avènEmenT DE la GOANA (Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance c’est une politique de l’Etat initiée depuis trois dans le secteur de l’agriculture et de l’élevage pour booster la production) une nette amélioration est constatée. Les migrations internationales concernent une frange assez variée de la population et particulièrement les jeunes. Les zones d’accueil sont : l’Europe, les Etats­Unis l’Afrique. Les migrations internationales permettent des rentrées d’argents considérables, appréciables comme l’illustre les statistiques postales qui les placent à plus de 1 000 000 000 F CFA/ An depuis 2006 uniquement pour le département de Louga. Cependant, malgré l’existence de ce phénomène d’appui des émigrés à leur localité d’origine, ce dernier est marginalisé au profIt d’un investissement dans(l’immobilier moins porteur de développement. Toutefois, la migration présente également des revers. D’abord, il y a l’abSence d’une part importante de la population jeune, qui devrait êtRe le mOteur du développement Aussi bien en temps que main­d’œuvre, agricole notamment, que pour leur action associative et citoyenne potentielle. Ensuite il faut ajouter à cela la fuite des cerveaux avec l’établissement d’intellectuels à l’étranger mais aussi l’absence d’investissement dans les secteurs productifs car les émigrés préfèrent placer leur argent dans la construction immobilière.

131

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page132

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE II. DIAGNOSTIC DU DEPARTEMENT 2.1. ENVIRONNEMENT ET RESSOURCES NATURELLES Le secteur forestier de LOUGA dispose de quelques potentialités, parmi lesquelles la bande de filao qui joue un rôle essentiellement de protection, et les massifs classés qui constituent le refuge de la faune sauvage déjà menacée par les braconniers. Il faut souligner que la région dispose de deux zones d’Intérêt Cynégétique que sont la ZIC du Guélewar (275.000 ha) et celle du Lac de Guiers d’une superficie de 141.000 hectares dont les 56.000 se trouvent dans le département de Louga. La chasse est partiellement fermée dans l’ensemble du département à l’exception des colombidés, des cailles et du gibier d’eau dans le seul Arrondissement de Keur Momar Sarr. La plupart des espèces de grande faune, en particulier les félins (lions, guépards) et certains grands ruminants (Girafes, Gazelles damas) ont disparu du territoire régional depuis fort longtemps. Cette situation serait due en grande partie au braconnage ainsi qu’à des raisons de protection du bétail contre la prédation et les maladies. Par contre, d’autres espèces telles que l’hippotrague, le guib harnaché et la gazelle rufifron, ont migré vers des territoires beaucoup plus cléments (Parc National du Niokolo­Koba). Le secteur forestier de Louga bénéficie de l’appui de quelques projets dont le fonds Italie/CILSS qui intervient dans la lutte contre la désertification et pour la réduction de la pauvreté au sahel , équipe les comités de lutte contre les feux de brousse, appuie les populations dans la production des plants en pépinière, et finance la construction des parcs à vaccination. Il finance aussi l’achat de moulin à mil ; ce qui, à terme devrait éliminer l’usage des mortiers et pilons. LE PROGERT qui, de part les actions menées sur le terrain, contribue à lutter contre la dégradation des terres. SOS/SAHEL intervient aussi dans la lutte contre la désertification. Les comités de lutte contre les feux de brousse souvent composés d’hommes et de femmes sont très engagés dans la lutte contre les incendies de foret. Les femmes et les jeunes constituées en comité interviennent activement dans la lutte contre les feux de brousse, en brigade contre les coupes abusives en collaboration avec le service forestier. Elles s’impliquent beaucoup dans le nettoiement des villages mais aussi dans l’ouverture et l’entretien des pare­feux. La pression sur les ressources végétales et sur la faune, le domaine forestier s’inscrit toujours dans le processus de dégradation continuelle du fait de la sécheresse des feux de brousse, des coupes abusives. En outre, le secteur ne dispose pas de moyens opérationnels les motos affectés aux agents sont vétustes. Dans le cadre de la lutte contre les feux de brousse la participation des collectivités locales est jugée très faible ; ce qui ne permet pas d’équiper les comités de lutte. Les activités industrielles étant très limitées dans la ville, la pollution industrielle se limite à deux structures industrielles la SPIA et la SONACOS. Les activités de la SPIA étant sporadiques, la pollution n’est effective que pendant la période de production. L’ampleur de la pollution est très grande et se fait sentir à la limite Est de la ville. La SPIA est classée dans la catégorie des entreprises dangereuses, incommodes et insalubres du fait de l’utilisation de produits chimiques très toxiques. Les gaz qui se dégagent des cheminées en période de formulation altèrent et rendent l’air impropre à la respiration. Les maladies respiratoires représentent 6,70 % des principales infections rencontrées dans les structures sanitaires du district d’où la nécessite de revoir la possibilité de délocalisation de la SPIA ou d’autres solutions idoines En outre, il faut poursuivre la formation des membres des comités de lutte contre les feux de brousse, ouvrir suffisamment de pare feux, équiper les comités en petit matériel de lutte réparer et entretenir à temps les engins de lutte.

2.2.

MILIEU HUMAIN

Durant cette dernière décennie, le département de Louga n’a cessé de connaitre une croissance rapide de sa population. Les estimations issues des projections de l’ANSD y font état d’une population de 366 629 habitants en 2011 contre 336 983 habitants en 2008, soit un taux de croissance de 2,8%. Ce phénomène entraîne une plus grande pression sur les services et biens publics existants (hôpitaux, écoles, eau, électricité). L’évolution démographique suscite aussi de profondes mutations dans le cas où aucune politique de réorientation de la population n’est mise en œuvre. Elle va, d’avantage, alimenter la problématique foncière qui se pose avec acuité dans le département de Louga. Le département de Louga, à l’instar de la région est caractérisé par une population jeune. En 2011, prés de 289 050 individus (78,8% de la population du département) ont moins de 35 ans parmi lesquelles prés de la moitié sont des hommes. Sa population âgée de 0 à 19 ans (population scolarisable) occupe 55,3% de l’ensemble avec un effectif de 202 693 individus. Celle ayant au moins 60 ans ne représente que 18 594 individus, soit 5% de l’ensemble. L’analyse selon le sexe montre des disparités avec 48,5% d’hommes et 51,5% de femme représentant respectivement 177882 et 188747 individus (tableau 1). En sus, le département de Louga, qui abrite la capitale régionale, concentre 57,1% de la population urbaine régionale en 2011. En terme de densité, il occupe la deuxième position, avec 65 habitants au derrière le département de Kébémer qui a une densité de 70 habitants au . L’analyse de la répartition spatiale de la population montre des effectifs de 92 807 habitants en milieu urbain et 273 822 habitants en zone rurale. Ces résultats suggèrent que sur quatre habitants du département de Louga, un d’entre eux vit en zone urbaine et les trois autres sont en milieu rural (tableau 2).

132

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page133

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Tableau n° 1 : Répartition de la population du département de Louga selon les groupes d’âge et le sexe en 2011 Ages 0­4 5­9 ans 10­14 ans 15­19 ans 20­24 ans 25­29 ans 30­34 ans 35­39 ans 40­44 ans 45­49 ans 50­54 ans 55­59 ans 60­64 ans 65­69 ans 70­74 ans 75­79 ans 80 + Total

2.3.

Masculin 31158 24283 25013 21496 17915 13173 9408 7483 5838 5310 4014 3702 2397 2417 1636 1266 1373 177882

Féminin 31159 24285 24427 20871 19573 14597 11691 9596 7367 6732 4596 4348 2655 2660 1521 1349 1321 188747

Ensemble 62317 48568 49441 42367 37488 27770 21099 17078 13205 12041 8610 8050 5052 5077 3157 2614 2694 366629

SECTEURS SOCIAUX

2.3.1. Santé Le département de Louga compte quatre districts sanitaires, Louga, Sakal, Koki et Keur Momar Sarr. Les trois nouveaux districts (Sakal, Koki et Keur Momar Sarr) sont créés en 2010 à partir de la partition du district de Louga qui couvrait tout le département. Sur une population totale de 347 245 habitants, le département de Louga à travers ses quatre districts compte 34 postes de santé et 154 cases de santé. Il convient de signaler que près de 40% des cases de santé ne fonctionnent pas dans le département à cause du manque de personnel et d’équipements. Les instances de gouvernance à la base dans le secteur de la santé, à savoir les comités de santé et les comités de gestion offrent aux acteurs (populations, personnel de santé, collectivités locales) un cadre de concertation et d’organisation des interventions. Les quatre districts du département comptent 34 comités de santé avec un taux de renouvellement de plus 90% des comités ce qui est un indicateur pertinent de mesure de la bonne gouvernance sanitaire. L’intervention des partenaires (ONG, Programmes et projets) se fait à travers des renforcements de capacités et des appuis logistiques. Le District sanitaire a signé un protocole d’accord avec l’Association des tradi­praticiens et plusieurs séminaires de formations ont été tenus sur différentes pathologies comme le SIDA la Tuberculose. Il faut dire que le secteur de la santé dans le département de Louga a quelques atouts majeurs du fait de l’implication des fils du terroir dans la bonne marche de ce dit secteur. En effet, la population émigrée communément appelée ‘modou­modou’ a fait des efforts notoires pour l’amélioration des conditions de travail du personnel de ce secteur et cela allant de la construction à l’équipement. Les collectivités locales à travers le programme National de Développement Local (PNDL) contribuent beaucoup au développement du secteur à travers la construction et la réhabilitation de postes et de cases de santé. La contribution des ONG et projets qui interviennent dans le secteur de la santé (Plan Sénégal, Médicos Del Mundo, PVM, CISV etc.) est aussi à saluer. Le dynamisme des agents de sante communautaires est un atout de taille dans le dispositif sanitaire, les relais polyvalent présents dans toutes les localités du département font office de complément d’effectifs notamment dans les stratégies avancées. Il n’en demeure pas moins que ce secteur rencontre des difficultés majeures d’ordre infrastructurel et logistique. Sur le plan des ressources, il est à déplorer la faiblesse des fonds de dotation de la sante octroyés aux collectivités locales chaque année par l’Etat. Il faut par ailleurs noter un plateau technique très obsolète mais aussi un manque criard de personnel qualifié La population des moins de 20 ans constitue un poids démographique important (55,7%), les adolescents 10 ­19 ans constituent 25, 6 % ; soit environ les mêmes tendances que le niveau régional et national. Il est établi que les adolescents sont vulnérables et particulièrement exposés à certains risques : l’environnement malsain, une sexualité précoce, l’absence d’information précise et des services de sante inadéquats et inappropriés. Quelques structures comme le Centre ados, ASBEF, le CEDEPS, l’AEMO, les mouvements associatifs essayent de fournir un certain nombre de services aux adolescents afin d’appuyer les adolescents à adopter des comportements responsables et a prendre des décisions adéquate.

133

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page134

Document de lignes directrices de la Région de Louga

En outre, la cible vaccinale (0­11 mois) s’élève à 14 299 enfants. Les femmes en âge de reproduction (FAR) sont au nombre de 79 867, avec un nombre de grossesses attendues de 13 542. En 2009, les indicateurs de la santé de la reproduction sont toujours au plus bas avec un taux de prévalence contraceptive de 4,5%, un taux d’achèvement CPN à 24,9% et un pourcentage d’accouchements assistés par du personnel qualifié à 41,5%. Cette situation n’ayant pas trop évolué en 2010, pourrait compromettre l’atteinte des OMD 4 et 5 malgré la proximité du centre hospitalier régional de Louga. Le développement de ce secteur repose sur le renforcement des capacités des structures de santé, surtout au niveau des trois nouveaux districts créés, la formation du personnel et la mise en œuvre de politiques d’information et de communication envers les populations.

2.3.2. Education et Formation Le plan Départemental de l’éducation et de la formation, document de planification, s’inscrivant dans des objectifs stratégiques du Plan Régional de l’Education et de la Formation constitue le cadre de référence de la politique départementale en matière d’éducation et de formation. En effet, il s’agit de poursuivre la prise en charge des besoins au triple plan de l’accès, de la qualité et de la gestion aux différents niveau. Au niveau du préscolaire, plus de 72,5% des enfants en âge d’aller au préscolaire sont laissés pour compte dans le département de Louga, malgré ‘’l’engagement effectif du gouvernement’’ avec la mise en place de l’Agence Nationale de la case des tout­petits (ANCTP) en 2004. Ceci s’explique en grande partie par la préférence de certains parents pour l’enseignement arabe ; ce problème est en train d’être pris en charge par PLAN SENEGAL, à travers les 145 groupes de jeux installés dans le département où l’enseignement français va de paire avec l’enseignement arabe. L’enseignement arabe est très développé dans le département avec notamment le daara de koki, qui compte 3 400 talibés en internat, et qui jouit d’une forte réputation et d’une aura certaine dans toute la sous région, mais ne bénéficie systématiquement ni de subvention de l’Etat, ni de l’appui d’aucun partenaire officiel si ce n’est les apports de quelques généreux donateurs et d’anciens pensionnaires. Au niveau des écoles franco arabes, 4486 élèves fréquentent les Etablissements arabes privés là où le programme mis en vigueur par le gouvernement n’est pas rigoureusement appliqué. Une politique de récupération devrait être mise en place, par l’implantation de franco arabe public. Dans le cadre du projet FAST TRACK initié par l’Etat du Sénégal, le département de Louga va bénéficier de 10 écoles franco arabe pour améliorer le taux brut de scolarisation. Dans l’enseignement élémentaire, l’effectif est passé de 40 945 en 2004­2005 à 45 768 en 2009­2010 soit une augmentation de 4 823 en valeur absolue. L'indice de parité filles ­ garçons est presque dominé par les garçons pour les années 2004­2005, 2007­2008 et 2008­2009 avec un taux de 0,89. Cet indice s'est stabilisé durant l'année 2008/2009 avec une égalité parfaite, tandis que 2009­2010 a connu un indice de parité égal à 1,03 en faveur des filles. Cette situation s’explique par les performances appréciables du programme SCOFI (scolarisation des filles) et du PAEF (programme d’amélioration de l’éducation des filles). L’abandon scolaire s’explique en grande partie par la transhumance dans la zone sylvopastorale, par les mariages précoces des filles et certaines réticences des parents à inscrire leurs enfants dans l’école française, il urge dès lors de développer des plans d’action allant dans le sens d’une réduction par la généralisation de cantine scolaire, la disponibilité des fournitures scolaires à temps, revoir le critère et le niveau de recrutement des enseignants mais aussi de développer le système des écoles franco arabes. Au niveau du secondaire, la région compte de 22 470 élèves, presque la moitié de cet effectif se trouve dans le département de Louga soit un total de 10 616 élèves en 2010 ; le personnel du moyen secondaire est 359 enseignants. L’objectif de ce secteur, est de développer l’Enseignement Moyen secondaire dans la perspective d’une éducation de base de dix ans et d’améliorer l'accès au niveau du Secondaire Général ; de prendre en compte effectivement l’éducation inclusive et d’éliminer les disparités à tous les niveaux d’enseignement (: inter et intra départementale, entre groupes socio­économiques, entre sexes, entre milieu (urbain/rural).) L’enseignement technique et la formation professionnelle dans le département connaît des difficultés certaines dans tous les secteurs. L'effectif est passé de 674 en 2004/2005 pour se retrouver à 256 en 2009/2010 soit une baisse de 418 en valeur absolue. CRETF et CEFAM constituent les centres où la concentration est très forte. Ces difficultés pourraient s'expliquer en grande partie par le manque de sensibilisation en matière de formation professionnelle et les débouchés que ces filières peuvent mener. L’alphabétisation connaît des situations beaucoup moins reluisantes au niveau de l’éducation avec un effectif total est de 3 600 apprenants. Cela s’explique par le fait que les conditions d’étude sont parfois insupportables. Il faut également noter le manque d’infrastructure, de personnels qualifiés, de base de données fiable pour les effectifs enrôlés mais aussi l’absence d’un comité de gestion fonctionnel comme étant des facteurs non négligeables de la faiblesse de l’alphabétisation. Le TBS du département est passé de 82,57% en 2009 à 87,16% en 2010, soit un gain relativement faible de +4,59%. Cependant, Des efforts restent à faire car le TBS régional (75,5%) reste faible par rapport au TBS national qui est à 95,1. L'analyse de l'évolution du TBS permet également de voir que l'effort accompli pour scolariser les élèves est réel, néanmoins des efforts devront être faits pour leur maintien afin de se retrouver avec un bon taux d'achèvement. Ce taux Brut de Scolarisation ne reflète pas toujours la réalité, des enfants dépassant ou n'ayant

134

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page135

Document de lignes directrices de la Région de Louga

pas atteint l'âge de scolarisation sont pris en compte dans le calcul du TBS. Le fort taux d'abandon dans la région annule également les efforts entrepris pour atteindre les objectifs que l'état s'est assigné dans sa politique d'éducation. Une stratégie de diminution de ce taux devrait être élaborée dans ce sens pour que l'enfant puisse terminer son cycle élémentaire, moyen secondaire et aller vers le supérieur, afin de mieux s'insérer dans le tissu économique du pays. Plusieurs pistes peuvent être exploitées pour le développement de l’éducation au niveau du département. Parmi celles­ci, nous pouvons retenir la promotion du modèle d’écoles franco arabe qui permettrait de résorber la sous scolarisation dans les zones de résistance à l’école et les zones où les foyers religieux sont influents sur la communauté. Il y a aussi la mise en place des observatoires de gestion et de suivi de la scolarité des filles (mariages précoces, grossesses non voulues, viols et violences faites aux filles ; l’augmentation du volume des intrants dans les écoles (livres, mallettes pédagogiques, cahiers, craie, matériels didactiques) et enfin la redynamisation des CLEFS (Comités Locaux d’Education et de la Formation) et la mise en place des tables de concertation impliquant les différents acteurs (parents, populations, sociétés civiles, syndicats, enseignants, autorités administratives, élus locaux). Tous ceux­ci constituent des pistes de déve,oppement pour l’éducation.

2.3.3. Hydraulique et Assainissement L’accè3 à l’eau potable a toujours constitué une priorité pour l’Etat du Sénégal et les Collectivités locales. Ce secteur a connu une évo,ution notoire dans lm département c%s dernières années avec l’intervention de l’étaT et des partenaires techniques et financiers. Ainsi, 64% des collectivités locales du département ont un tAux d’accès à l’eau potable supérieur à 82%, l’objectif assigné à la région pour 2015. La moyenne régionale se situait à 77,2% en 2009. Les poches à combler se situent dans l’arrondissement de Keur Momar Sarr. Louga étant un département à majorité rurale avec une seule commune, l’hydraulique rurale occupe une part importante dans l’alimentation en eau des populations. Par ailleurs, il a été constaté que la principale contrainte dans ce secteur demeure la Pérennisation des infrastructures et équipements hydrauliques. En effet, la pérennisation des ouvrages se pose actuellement avec acuité dans le département à cause du faible dynamisme des ASUFOR (Association des usagers de forage, installées autour de tous les forages pour prendre en charge la gestion de l’eau et du maintien de l’ouvrage). La plupart des ASUFOR qui sont peu professionnelles, ne maitrisent ni les textes qui les régissent, ni les outils de gestion comptable et financière. Les principaux enjeux du secteur demeurent l’extension du réseau dans les communautés rurales de Syer et de Gande, l’accès a l’eau douce des communautés rurales de Niomre, Pete Ouarack, Nguer Malal, Gande mais surtout le renforcement des capacités des ASUFOR pour le maintien des infrastructures hydrauliques Au niveau des communautés rurales, le système d’assainissement est très précaire. En 2008, au niveau national, le taux d’accès à des ouvrages adéquats est estimé à 29,2 %. Pour la région de Louga, l’intervention du PEPAM/BAD dans son volet assainissement a permis la construction de latrines pour 13 394 ménages ruraux ce qui permis d’atteindre un taux de couverture régional de 54 %. Cependant il faut noter une grande disparité dans la répartition du taux d’accès entre les collectivités et le gap reste très important dans certaines communautés rurales. Pour le département de Louga, les 10957 ouvrages réalisés avec le sous programme PEPAM BAD auront permis de toucher 109 570 personnes. Pour atteindre dans ce département un taux satisfaisant de 70 %, des ouvrages devront être réalisés pour environ 80 000 personnes supplémentaire. Les activités d’Information Education Communication liées à l’hygiène et aux changements de comportement développées dans le cadre du PEPAM ont suscité une plus grande prise de conscience des populations de l’apport du secteur de l’assainissement dans la prévention des maladies d’origine hydride. La question de l’assainissement est de plus en plus perçue comme une nécessité pour préserver la dignité et le bien être des ménages. Néanmoins, la lecture des planification faite au niveau de la quasi­totalité des collectivités fait ressortir le niveau très bas de ce secteur transversal dans l’échelle de priorisation des besoins des communautés. Cette contrainte semble être liée surtout au déficit de communication sur le rôle de l’assainissement comme partie intégrante de la politique de prévention au Sénégal. Le cadre unifié d’intervention entre les secteurs de l’eau potable et de l’assainissement permet de développer des initiatives pour la prise en charge de la problématique de l’hygiène et de l’assainissement au niveau des ASUFOR. Dans le cadre de cette synergie par exemple que des opportunités de financement devraient être captées dans la zone de Keur Momar Sarr pour contribuer aux efforts d’amélioration et de protection de l’environnement autour du lac de Guiers. L’intégration de l’éducation à l’hygiène dans les enseignements avec la formation d’enseignant aux outils SARAR PHAST constitue un atout à consolider avec les IDEN. En outre, il faut souligner l’existence d’une expertise locale grâce aux interventions d’ONG comme PLAN LOUGA et ADEREL dans les projets d’assainissement individuel. Avant la mise œuvre du PEPAM, aucune intervention de l’état n’a été enregistrée dans la région pour prendre en charge la gestion des déchets liquides (excrétas et eaux ménagères) en milieu rural. C’est pourquoi la diffusion des messages liés aux changements de comportement avec l’adoption de pratiques d’hygiènes saines à des contraintes culturelles et psychologiques. La gestion des déchets solides bute sur la contre­ performance du système de collecte et d’évacuation et l’absence d’une plate­forme institutionnelle partagée assumée par la commune en dépit de réponses communautaires parfois efficaces du point de l’amélioration et de l’aménagement du cadre de vie. L’absence de système d’égout, pour la plupart des localités à croissance rapide et le non­raccordement de concessions, posent avec acuité le problème de

135

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page136

Document de lignes directrices de la Région de Louga

l’évacuation des eaux usées domestiques et des matières fécales. En dehors de l’action de l’Etat, la commune de Louga, les ONGs et les populations organisées en association sportives et culturelles(ASC) et en groupements féminins contribuent à la salubrité publique de la ville. Le défi reste le même, poursuivre les initiatives de prise en charge de l’hygiène et de l’assainissement au niveau des ASUFOR et satisfaire les demande en latrines formules. En milieu urbain, il urge d’étendre le réseau de l’ONAS aux différents quartiers périphériques.

2.4. La situation de la pauvreté dans le département Le département de Louga est l’un des plus pauvres du pays. L’extrême pauvreté touche un ménage sur quatre (25%). La pauvreté se manifeste par le faible niveau d’accès des populations aux services sociaux de base et l’insuffisance des revenus. Les personnes âgées (5%), les personnes en situation de handicap (1.1%) et les veuves, entre autres, ressentent durement les effets de cette conjoncture Il apparait assez nettement des missions et de la situation socio économique du Département et des différentes cibles à couvrir que le travail dans le secteur de l’Action sociale est immense. L’association Handicap Forum EDUC qui travaille sur l’insertion, et l’association Régionale des Handicapés ; l’association du troisième âge et le Centre pour les enfants de la rue sont les organisations les plus en vue qui travaillent dans le secteur. Le transfert de compétence en matière d’action sociale aux collectivités locales devrait permettre à une meilleure prise en charge de la dimension genre dans les politiques locales. D’après le RGPH de 2002, la proportion de chômeurs dans la population du département de Louga de 15 à 30 ans est de 3,6% contre 3 % au niveau national. Par ailleurs, La répartition des contrats de travail enregistrés montre une prédominance des hommes sur tous les types de contrats avec un taux de 81%. Cette situation constitue ainsi un facteur de féminisation de la pauvreté. En 2009, 53 nouveaux établissements ont été ouverts dans la région contre 47 en 2008. Ces établissements sont pour l’essentiel localisés dans le département de Louga (77,4%).Le nombre d’emplois générés est passé de 360 en 2008 à 196 en 2009 soit une forte baisse de 45,6%.La proportion des emplois permanents crées est de 72% alors qu’elle tournait autour de 40% en 2008. Plus de 87% des emplois crées en 2009 le sont dans le département de Louga. Pourtant ces populations, formées pour la plupart dans divers domaines tels que la gestion de micro projets, la transformation de céréales, des fruits et légumes, le leadership et le sida, sont confrontées à des contraintes qui ne militent pas en faveur de leur promotion sociale (absence de siège, très faible taux de financement de leurs micro projets ou absence totale de financement pour dérouler des AGR). 2.4. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL Le département de Louga a toujours joué un rôle important dans le développement du pays et cela depuis la période coloniale avec la traite arachidière jusqu’à nos jours, dans les secteurs du maraîchage, de la pêche et de l’élevage. Le département de Louga, qui occupe 2.5% du territoire national, offre un réel potentiel économique. Une économie qui repose essentiellement sur les secteurs productifs, notamment à travers la pratique agropastorale. En effet, l’élevage forme avec l’agriculture les deux activités maîtresses qui occupent prés de 85% de la population départementale. C’est un département qui recèle également, sur le plan économique, des potentialités en raison des espèces écologiques identifiées. Il s’agit la zone des Niayes, la zone arachidière, la zone sylvopastorale

2.4.1. Agriculture L'agriculture est la principale activité dans le département de Louga avec 53% des emblavures pour la culture arachidière et 59% des emblavures de niébé par rapport aux autres départements. En effet, Louga possède une vaste étendue de terres cultivables, et le secteur primaire y reste très dynamique. L’agriculture du département est dominée par les cultures sous pluie. La faiblesse et l’irrégularité de la pluviométrie conjuguée à la pauvreté des sols et les difficultés d’organisation des campagnes agricoles sont en grande partie responsables de la situation peu reluisante de cette forme d’agriculture dans le département ; même si par ailleurs on a noté quelques performances ces dernières années, avec l’appui des projets et programmes tels que la GOANA, d’autres programmes et la bonne pluviométrie. Ainsi, la production céréalière régionale a plus que triplé entre 2006 et 2009, passant de 24 499 T à 54 212 T, soit un accroissement moyen annuel de 97,9%, une contribution significative pour l’atteinte de l’OMD 1, même si ces efforts ne permettent pas encore la couverture totale des besoins vivriers. Les espèces cultivées sont le mil, le haricot (niébé), l’arachide, le sésame et le maïs (en quantité moins importante que les autres cultures. La production avoisine, pour les cultures principales comme le mil, (150 318 tonnes en 2009/2010 contre 57 642 en 2008/2009), l'arachide et le niébé, plus de 100 000 tonnes annuellement, soit l’équivalent de plus de 20 milliards de francs Cfa. La production de mil, dans le département, comparée au niveau régional représente près de 22,4 % ; tandis que celle de l’arachide et du nièbé avoisine les 59% de la production régionale. Le maraichage se pratique principalement dans les zones de Potou, Keur Momar Sarr et un peu en zone urbaine et périurbaine. La destination de la production reste l’intérieur du pays et la sous région (Mauritanie et Gambie….etc.). Les performances de la filière ne sont plus à démontrer ;

136

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page137

Document de lignes directrices de la Région de Louga

outres ses qualités nutritionnelles ; elle contribue beaucoup au PIB national. L’oignon dans le Potou, et la pastèque et l’aubergine à Keur Momar Sarr, sont les produits les plus cultivés. Toutefois, la communauté Rurale de Léona regorge de réelles potentialités qui, si elles sont valorisées, peuvent permettre à ses habitants d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Il existe de nombreuses coopératives et syndicats qui s’activent dans l’agriculture dans le Département. En outre, nous avons comme structures d'appui aux producteurs : Le service départemental de l’agriculture ; L’ANCAR qui s’occupe de conseil, de la formation, d’intermédiation entre les bailleurs et les organisations paysannes ; L’AQUADEV qui intervenait dans la multiplication des semences ; Le PADER qui intervenait, entre autres, dans le maraîchage. Au niveau des Communautés rurales, la concertation et l’harmonisation se fait à travers les Cadres locaux d’organisation des producteurs, dont la fonctionnalité laisse à désirer. Il faut aussi noter les conflits permanents entre agriculteurs et éleveurs durant la saison des pluies ou le plus souvent les parcours et zones de pâturages ne sont pas bien définis. Pour pallier à ses difficultés, il est impératif d’appuyer la fonctionnalité des cadres de concertation entre éleveurs et agriculteurs. Cependant, les caractéristiques pédoclimatiques limitent considérablement les possibilités dans les conditions actuelles d’exploitation en cultures pluviales. Les variétés à cycle court d’arachide, de niébé et de mil s’adaptent bien aux conditions pluviales. Mais seule la réduction des incertitudes par la maîtrise de l’eau et la fertilisation permettra la pratique d’une agriculture plus performante. Il faut aussi noter le manque de stratégie de transformation et de commercialisation des produits agricoles. En effet, les pistes de production reliant les zones de production et les différents centres commerciaux sont presque inexistantes sans parler des difficultés dans la transformation malgré quelques efforts des groupements des femmes. L’oignon est confronté à de sérieux problèmes de mise en marché. Ces difficultés sont avant tout imputables aux caractéristiques propres à ce produit, mais le producteur même et son environnement n’en sont pas moins responsables. De même, l’enclavement des zones de production maraichère constitue une difficulté majeure dans l’écoulement de la récolte au niveau des marchés. Les localités où la production maraichère est importante se trouvent dans les cuvettes entourées pour la plupart de dunes, caractéristiques de la zone des Niayes, en y ajoutant l’absence de pistes de production praticable, l’écoulement de la production est un véritable casse tête pour les maraichers. A ce problème d’écoulement s’ajoute les difficultés liées à la conservation des produits maraichers qui, du fait de leur forte teneur en eau, devienne facilement périssables. En outre au niveau départemental, la quasi inexistence d’infrastructures de stockage adaptées à la bonne conservation des produits ainsi que celle des structures de transformation constituent un handicap majeur. La résolution des problèmes de commercialisation démontrerait toute l’importance à trouver des solutions pouvant réunir un large consensus en matière de commercialisation. Cette action va s’articuler autour de la promotion d’un label de qualité, des systèmes de stockage de production autour d’un schéma de commercialisation défini et piloté par l’ARM. En plus, la mise en place d’unités de transformation et de stockage, des études de prospection de marché, la mise en place d’un circuit de commercialisation et d’un plan de marketing ; de même que le renforcement des capacités des acteurs pourraient constituer des pistes de développement du secteur agricole.

2.4.2. Elevage : Malgré la faible productivité du secteur, l’élevage occupe la deuxième place de l’économie du département, aussi bien sur le plan des revenus financiers que de la valeur monétaire du cheptel. Le département abrite, par ailleurs, les plus grands marchés de bétail (Gouye Mbeute, Mbar Toubab, etc.), à part Dahra. En plus, il abrite 33% des infrastructures d’élevage de la région de Louga. Selon la situation agro­écologique, le département de Louga est classé dans le système pastoral (système agropastoral dans le bassin arachidier et dans le sud­est du pays, système intensif périurbain dans les Niayes). C’est un système qui se caractérise par une grande mobilité des éleveurs et de leurs troupeaux. Louga concentre, en 2009, 32.5% du cheptel bovin, 21.2 % du cheptel ovin, 20.9 % du cheptel caprin, 55.2 % du cheptel équin, 28.5 % du cheptel asin et 39.7 % de la population volaille de la région. Parmi les filières les plus porteuses dans le département, on peut citer les filières viande et lait. Le département de Louga contribue pour 32% de la production de lait de la région. Mais un fort taux de détérioration des produits laitiers est noté dans certaines localités du fait du manque d’infrastructures de transformation. En 2008, 45% de la viande de bovin et 38% de la viande de la région sont produit par le département de Louga. Différentes organisations pastorales existent à l’échelle départementale. La mise en place de la Maison des Eleveurs (MDE) en juillet 1999 a eu le mérite de créer une Mutuelle d’Epargne et de Crédit pour ses membres. D’autres organisations similaires ont été mises au point et parmi lesquelles on peut citer le Directoire Régional des Femmes en Elevage. Aussi, d’autres associations plus localisées ont vu le jour comme : ADID, FBAJ, GEPROC, AMIEL, APROCAL, association aviculteurs, etc. Toutes ces organisations évoluent en ordre dispersé et sont incapables de générer des fonds de roulement adéquats leur permettant de financer une partie de leurs activités et de tenir une administration. Malgré les efforts des différents partenaires et acteurs du secteur, le cheptel rencontre encore d’énormes difficultés d’abreuvement dans certaines zones de la région, à cause du maillage insuffisant et parfois rares des forages pastoraux, à l’abaissement et/ou à la salinisation de la nappe phréatique par endroits.

137

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page138

Document de lignes directrices de la Région de Louga

En mode d’élevage extensif et transhumant, le pâturage naturel, tributaire d’une pluviométrie non maîtrisée et capricieuse, constitue la principale source d’alimentation des animaux. Cette dépendance alimentaire de la pluviométrie constitue pour le système d’élevage une première source de difficultés aggravées par les agressions de toutes sortes subies par les pâturages : feux de brousse, défrichements perpétuels en faveur des champs de cultures, grands aménagements hydro­agricoles (Vallée du Ferlo). Les surcharges dans les zones de forage et le piétinement des pâturages par le bétail transhumant constituent aussi des contraintes, face à cette difficulté de constitution de réserves fourragères, alors qu’il existe de vastes espaces de pâturage que le bétail ne peut joindre, faute d’un maillage suffisant des ouvrages hydrauliques. C’est pourquoi, il est important et stratégique de mettre en place un système et des critères d’identification des sites d’implantation de points d’eau, en fonction de disponibilités fourragères pour un bon maillage du réseau des infrastructure de l’hydraulique pastorale qui prendrait en charge aussi toutes les possibilités techniques de récupération, de conservation et de distribution de l’eau de ruissellement et de gestion rationnelle de ces ouvrages De belles perspectives pourraient naître de la professionnalisation des producteurs avec la poursuite de la mise en œuvre de la GOANA, dans son volet ranching, par le financement de fermes modernes disposant de toutes les infrastructures et équipements d’accompagnement nécessaires. De plus, la vulgarisation de l’insémination artificielle accompagnée d’un bon suivi des produits qui en découlent, l’assistance aux petits producteurs dans la lutte contre les maladies, le renforcement de leurs capacités techniques et managériales ainsi que la mise en place d’un marché hebdomadaire modernisé et l’organisation de foires des produits de l’élevage et de l’agriculture pour promouvoir le savoir faire et initier les innovations pourraient également concourir au développement de l’élevage.

2.4.3. Pêche Le département de Louga bénéficie d’un important potentiel halieutique grâce à sa façade maritime riche en poissons. La pêche artisanale y est un des leviers de l’économie vivrière et assure une bonne partie de l’approvisionnement du marché intérieur en poisson (apport en protéines animales), même si l’auto­ suffisance en produits halieutiques n’est pas encore atteinte. Cependant, force est de reconnaître que le potentiel halieutique demeure toujours sous valorisé. Le nombre de pêcheurs recensés dans la région s’élève à 696 personnes en 2009 contre 728 en 2008 soit une baisse de 4,4%. La plus forte proportion de pêcheurs recensés en 2009 (68,4%) se trouve dans le département de Louga. La pêche maritime y est pratiquée de façon très saisonnière, avec des moments d’intenses activités et d’autres de moindre importance. En effet, le caractère saisonnier de cette activité est lié à un ensemble de facteurs dont la brève présence des pêcheurs, composés à 90% d’étrangers. La tendance à la raréfaction du poisson au niveau national se vérifie dans le département pour les espèces de fonds, à haute valeur commerciale qui ont été ciblés par les pêcheurs et qui sont devenues presque introuvables. Par contre, les espèces pélagiques sont toujours en abondance. Ces espèces qui sont peu exploitées dans le département de Louga parce que les pirogues qui utilisent des sennes tournantes n’existent pas dans la localité. Ces espèces pélagiques représentent 10 à 15 % des débarquements. La pêche continentale est pratiquée au niveau du lac de Guiers, dans l’arrondissement de Keur Momar SARR. Les mises à terre sont estimées, en 2009, à quelques 145 850 tonnes pour une valeur commerciale estimée de 85 390 750 F CFA. En 2010, les débarquements s’élève à 178,4 tonnes et l’armement est composée de 20 pirogues locales et 17 étrangères ou saisonnières. Une petite partie de cette production est consommée localement (8%), le reste est commercialisé (78%), sinon transformé (13%). Les pêcheurs se sont organisés en GIE ainsi que les femmes transformatrices. Les femmes occupent une place très importante dans cette filière. Même si elles sont confrontées à quelques difficultés techniques et financières, elles assurent la transformation et s’occupent aussi de la distribution finale des produits. Leur rôle de transformatrices est déterminant surtout par rapport à la valeur ajoutée qu’elles créent en sauvant une bonne partie des mises à terre de la pourriture, face aux difficultés de conservation. Le faible niveau d’encadrement et le sous équipement des pêcheurs; le difficile accès au crédit en raison de la grande mobilité des pêcheurs sont en outre les principales contraintes du secteur. Toutefois en dépit des nombreuses campagnes de sensibilisation et d’information sur la nécessité de diversifier les techniques la seule technique présentement utilisée est le filet maillant dormant moins performant et moins sélectif que les autres engins. Par ailleurs, de nouvelles alternatives se dessinent avec la pisciculture en cages initiée dans l’arrondissement de Keur Momar Sarr, bien qu’elle apporte une contribution encore marginale par rapport aux prises totales. Des études récentes menées par des experts chinois et sénégalais ont révélé que la possibilité de faire la pisciculture dans cette zone s’inscrit harmonieusement dans la demande sociale des populations prioritaires de l’Etat sénégalais. Le lac de Guiers et la basse vallée du Ferlo offrent des possibilités dans ce nouveau créneau qui se révèle être une alternative à la pêche (capture) pour accroitre et diversifier la production. A cette initiative s’ajoute un renforcement de capacité tant technique que financier de l’ensemble des professionnels de la pêche, comme préalable à toute entreprise d’amélioration du secteur. En outre, la sédentarisation des pêcheurs, à travers la mise en place de site aménageable, le renforcement de capacités de l’ensemble des acteurs de même que diversification des techniques de pêche pourraient constituer des pistes de développement du secteur.

138

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page139

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.4.4. Artisanat L’artisanat représente une des mamelles de l’économie du département à côté de l’agro pastoralisme. Les trois types d’artisanat sont représentés, à savoir l’artisanat de production, de service et d’art, sous les volets formel et informel. Par ailleurs, il contribue à la formation de nombreux jeunes exclus du système scolaire qu’il prédestine à l’auto emploi en stimulant l’esprit d’entreprise, la lutte contre la pauvreté et contre l’émigration. La présence d’une part importante de la population active s’explique également par le fait que les femmes évoluent dans presque tous les corps de métiers et filières tels que la couture, la coiffure, la teinture, la transformation, la restauration, la tannerie, la poterie et même dans la mécanique, le froid, la construction métallique, domaines traditionnellement réservés aux hommes. Les entreprises artisanales enregistrées en 2007 sont au nombre de 12 520 unités dans la Région. Plus de la moitié de ces entreprises (53%) est localisée dans le département de Louga. Celui­ci concentre aussi 53% du personnel exerçant. La plupart de ces artisans recensés se trouvent dans la commune de Louga. L’artisanat est une activité traditionnelle intimement liée à la culture des lougatois. De par un environnement juridique et administratif favorable et un encadrement technique compétent, le secteur de l’artisanat, dans le département, est dynamique et performant. La Chambre de Métiers existant au niveau régional, a décentralisé ses activités avec la création de deux antennes locales dans le département (NDiagne et Keur Momar SARR). Il existe aussi une mutuelle d’épargne des artisans appelée UMECAS qui a ouvert des guichets dans les localités précitées. Le village artisanal installé dans le centre­ville de Louga est également un cadre d’échanges et de concentration de l’offre potentielle en produits artisanaux. En plus de cela, s’ajoute l’existence de centres de formation des artisans, le CEFAM et le CRETEF. Le niveau organisationnel est très élevé chez les artisans affiliés à la Chambre des Métiers. Ainsi, on y rencontre diverses formes d’organisation, plus de 87 organisations professionnelles sont regroupes dans des coopératives, des GIE, des associations etc. Des instances fédératives de coordination des activités existent à tous les niveaux appelés « Unions locales, départementales et même régionales des organisations professionnelles d’artisans ». Malgré son importance capitale, le diagnostic du secteur artisanal révèle qu’en dépit des potentialités humaines et environnementales, le développement de l’artisanat est asphyxié par plusieurs contraintes dont des besoins en renforcement des capacités des acteurs, les difficultés de commercialisation des produits artisanaux, l’absence de partenaires et les difficultés d’accès au crédit. Par ailleurs, l’entrée de plus en plus massive de meubles en bois et en fer, (provenant et fabriqués à l’extérieur) de seconde main, de friperies vendus à bon marché concurrencent déloyalement les produits artisanaux locaux. L’artisanat de Louga souffre beaucoup de nombreuses insuffisances. A celles liées à la qualification des artisans, il faut ajouter les difficultés d’approvisionnement en matière première et de l’écoulement de la production, le manque d’équipement et l’accès difficile au crédit bancaire. Le bâtiment, le métal avec l’outillage et la charpenterie, la couture, la cordonnerie et le tannage des peaux sont les domaines privilégiés d’intervention des artisans de la ville de Louga. Bien que les statistiques sur l’emploi du secteur artisanal ne soient pas disponibles, il est largement reconnu comme le secteur refuge pour tous ceux qui ne sont pas engagés dans le secteur moderne.

2.4.5. Tourisme Le département de Louga regorge d’énormes potentialités liées à son riche patrimoine aussi bien culturel, historique que naturel. Il existe un syndicat d’initiative à Louga, mais Louga dépend de l’Agence Régionale du Tourisme de Saint Louis. Le patrimoine matériel du département est assez bien doté en quantité et en diversité ; mais surtout en qualité. Cela témoigne d’un passé lointain, riche et glorieux. Beaucoup de sites historiques sont indiqués pour les visiteurs parmi lesquels l’Ancienne Caserne de l’Artillerie, commune de Louga, la Poste de Louga, la Gare ferroviaire de Louga, le Kadd Gui, site historique, face gare ferroviaire, le Site historique de « Toundou Diéwol », le Daara de Coki. En dehors de ce patrimoine classé par le Ministère en charge de la Culture, il existe d’autres sites qu’il convient de signaler : le village de Beul Guèye, le champ de bataille de Samba Sadio, le sanctuaire de Warack, la Maison d’Abdoulaye Ndiaye à Thiowor, dernier tirailleur sénégalais. Le département bénéficie d’une bonne partie de la frange maritime notamment dans la zone de Potou sur mer. Le Ministère du Tourisme a commandité depuis 2008 des études pour le plan d’aménagement de la zone nord. A cet effet, il a été prévu, dans le cadre de ce plan, d’aménager la zone côtière qui part de Saint Louis à Lompoul en créant une station balnéaire à Potou sur mer. Ce qui aidera le département de Louga à mieux vendre la destination Louga. La frange maritime, les circuits de découverte du patrimoine, les sites historiques, le Lac de Guiers sont autant de potentialités qui restent encore inexploitées. Le tourisme dans le département est le maillon le plus faible de l’économie locale, malgré des réelles potentialités dont il dispose. Il souffre d’un manque d’investissements lourds. Le tourisme peut être profitable à l’économie lorsque les hommes d’affaires locaux et même nationaux s’engagent à construire des hôtels de moyen ou de grand standing pourvoyeurs d’emplois et créateurs de valeur ajoutée. Les réceptifs hôteliers existants sont de petit standing (le complexe Oumar Bongo, l’hôtel Elisabeth, l’hôtel Casa Italia, Caritas (ouvert en 2010), le Saloum de Potou) et demeurent encore sous exploités dans l’ensemble. A cela, s’ajoute l’absence d’une politique promotionnelle régionale du tourisme capable de mobiliser les acteurs, la léthargie dans le fonctionnement du Syndicat d’initiative, une absence d’organisation des acteurs du secteur à

139

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page140

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Louga et le manque de visibilité de la destination Louga. La difficulté d’accès au financement est aussi un problème réel du secteur. Toutefois, une nouvelle forme de tourisme est entrain de se développer dans le département: il s’agit du tourisme solidaire ou responsable. Le secteur a bénéficié d’un projet d’appui Co piloté par le Ministère du tourisme et l’Organisation Mondiale du Tourisme depuis 2008. Ce projet, financé par l’organisation Mondiale du Tourisme et la coopération italienne a aidé à la construction du campement « FESFOP » avec une capacité d’accueil de vingt deux personnes. Le tourisme pourrait être profitable à l’économie si les capacités d’investissement des acteurs sont renforcées. Aussi, il s’avère nécessaire de mettre en place une structuration du secteur et des acteurs du tourisme, de développer les réseaux d’acteurs et d’asseoir une bonne stratégie de communication et de marketing territorial. Dans les zones rurales du département on peut promouvoir la définition d’une stratégie de tourisme rural.

2.4.6. Culture Sur le plan culturel, Louga est connu pour le théâtre, la musique et les jeux traditionnels. Depuis les années 50 et durant près de trois décennies après l’Indépendance, la ville de Louga a eu à jouer un rôle leader au Sénégal dans le domaine des arts et de la culture, notamment le théâtre, la danse, la percussion, la chanson, la poésie. Par la suite, malgré l’existence de plusieurs groupes de musique moderne ou traditionnelle, de théâtre et de danse, la vie culturelle à Louga a connu une période de vide, jusqu’à l’avènement du Festival International de Folklore et de Percussions de Louga (FESFOP). Le département organise périodiquement des manifestations culturelles d’envergure nationale et même internationale avec le FESPOP, des journées culturelles, religieuses, des Magal… A côté de ces figures et sites, il existe des associations culturelles de grandes renommées telles que le Cercle de la jeunesse de Louga, le Ngalam, la troupe culturelle de Sakal, l’orchestre régional du Nguéwel, l’orchestre Sawrouba de Louga. La difficulté principale est liée à l’absence de moyens matériels, financiers et techniques pour valoriser ce patrimoine. En effet, certains faits historiques devraient être réactivés périodiquement et constituer des moments forts d’animation et d’enracinement culturel. La création et la production battent aujourd’hui de l’aile. En effet, elles souffrent essentiellement de manque d’infrastructures et d’équipements ainsi que de financement pouvant retenir sur place les créateurs. A ces difficultés s’ajoutent d’autres telles que le déficit de salles de répétition et d’ateliers pour artistes, l’absence d’orchestres dans les départements, et les difficultés à assurer la relève dans les domaines de la musique, du théâtre et de la danse. La réalisation de films documentaires mais aussi la création d’encyclopédie qui rassemblerait l’ensemble de ces figures historiques et leurs œuvres constituent des sujets intéressants pour la promotion de la culture.

2.4.7. Industrie Le parent pauvre du département est le sous secteur de l’industrie qui souffre d’un déficit chronique d’entreprises. Les trois unités industrielles existantes n’enregistrent pas plus de cinq cent employés permanents. En effet, les industries spécialisés identifiées sont au nombre de quatre à savoir la SUNEOR dans le tri et la sélection des graines d’arachide, la SPIA dans la fabrication de produits phytosanitaires, le Domaine Industriel et Textile de Kaolack­Saloum (DOMITEXKASALOUM) dont l’ouverture n’est pas encore effective dans la confection de tissus . Etant installés pour la plupart dans le centre urbain, c’est­à­dire dans les zones d’habitation, les risques de nuisances environnementales constituent un problème fondamental pour le bien être des populations. Les études d’impact et de suivi environnemental n’ont pas été réalisés ou n’ont pas ressorti toute la problématique de la sécurité et de la santé des populations, de la gestion des produits chimiques et les moyens et indicateurs de control de la pollution urbaine. Il semble nécessaire de renforcer l’attractivité de Louga pour les industriels par la création et la valorisation de zones franches industrielles et par le transfert de technologies.

2.4.8. Secteurs d’appui à la production n Systèmes Financiers Décentralisés Toutes les banques connues au Sénégal sont représentées dans le département de Louga. Le système financier décentralisé est en plein essor, les institutions de micro finance les plus en vue, concerne le PAMECAS, le CMS, UMECAS, UEFEM, CAURIE, ACEP, FDEA, MECAP, MECZOP… Le nombre d’institutions de micro finance dans la région s’élève à 32 inégalement réparties entre les trois départements. Le nombre de points de service (guichets) ouverts est de 54. Le personnel employé s’élève à 115 personnes. L’essentiel des institutions (56,25%) se trouve dans le département de Kébémer. Les mutuelles d’épargne et de crédit constituent 53,12% de l’ensemble. Plus de la moitié des MEC (52,94%) sont dans le département de Louga. la forte présence des institutions financières décentralisée dans le département témoigne de la bonne prise en charge de l’offre financier même si les taux d’intérêts restent encore élevés. Cette situation limite l’accès aux crédits.

140

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page141

Document de lignes directrices de la Région de Louga

n Commerce Le commerce qui occupe actuellement une bonne place dans la hiérarchie des secteurs pourvoyeurs d’emplois dans le département connaît un essor certain, notamment au niveau de la vente des matériaux de construction, des denrées de premières nécessités, sans compter les activités de service nées des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Aujourd'hui avec le boom des TIC beaucoup de jeunes aimeraient se retrouver dans le secteur de l'informatique et de la maintenance. Or, vus les moyens dérisoires dont disposent les centres, le manque de personnel pour une formation de qualité, le secteur informel de l'informatique en abondance, il serait difficile que ces jeunes puissent accéder très rapidement à ce secteur porteur d'emploi. L'autre contrainte demeure le manque d'une bonne expertise capable de recenser le besoin de la population en matière de formation, qui puisse les accompagner pour une meilleure insertion dans le tissu économique. Car pour beaucoup de jeunes, la formation n'a pas trop de débouchés, et le secteur informel reste le plus porteur. Le commerce est un des aspects essentiels surtout en milieu rural, 780 commerçants, toutes catégories confondues, sont dénombrés dans le département de Louga sur un total régional de 1 774 commerçants. Par ailleurs, le réseau de marchés hebdomadaires ou loumas reste dense et quadrille bien le territoire départemental. Ils sont au nombre de 11 et les plus cités demeurent le marches de Keur Momar Sarr, de Potou et de Gouye Mbeuth. Ils assurent bien la distribution des produits primaires et manufacturés aux consommateurs à travers toute la région. Ils constituent ainsi de véritables instruments d’échanges multiformes et ils arrivent à se spécialiser pour certains (marchés de bétail, de légumes…) Au niveau des acteurs, plusieurs organisations sont représentées avec l’UNACOIS, le ROES, le GES, l’AFAC, l’UFC, l’AFOPEC. Toutefois, il faut signaler que l’UNACOIS demeure la principale organisation professionnelle avec notamment sa mutuelle d’épargne et de crédit. L’accès au crédit, ainsi qu’une meilleure organisation des marchés permanents et hebdomadaires devraient être des axes sur lesquels s’orientera le développement de ce secteur.

2.5.

GOUVERNANCE LOCALE

Le département de Louga compte 16 collectivités locales : 15 communautés rurales et une commune. Le processus de mise en place du GIC au niveau du département de Louga est bien lancé après la signature du décret. Les collectivités locales ont à leur tour procédé au choix des conseillers devant siéger au niveau du GIC. Le mardi 25 Janvier 2011, s’est tenue dans les locaux de la préfecture de Louga, la première assemblée générale du groupement d’intérêt communautaire du département de louga. Au lendemain des élections locales du 22 Mars 2009, une étude commanditée par le PADEL/PNDL sur le profil des élus locaux donne les résultats suivant :

Photo : Visite de Madame Mame Astou GUEYE, Ministère Déléguée, Chargé de la Coopération Décentralisée entourée du Gouverneur, Président du Conseil Régional et de Mme la Maire

141

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page142

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Tableau n°2 : Profil des élus locaux Nombre total de conseillers

Taux renouvellement des conseils

Taux de représentativité Taux. de représentativité des femmes des jeunes

Taux d’analphabétisme des conseils

717

425

126

47

479

%

59.2%

17.4%

6.5%

66.8%

Le financement du développement local demeure la principale difficulté des collectivités locales. Ces problèmes viennent essentiellement de la dépendance vis­à­vis des fonds de transferts, qui représentent 87% de leur budget. Il y a certes une évolution par rapport au Fonds de Dotation des Collectivités locales et au Fonds d’équipement des collectivités locales, mais cette évolution reste faible par rapport aux besoins croissants des populations. Le caractère encore informel des stratégies de mobilisation financières locales se matérialise aussi par les problèmes de maîtrise des assiettes et des recouvrements. Pour appuyer l’amélioration des performances des collectivités locales dans la mobilisation des ressources, le PADEL à travers les Maisons de Développement Local a appuyé le Centre fiscal de Louga dans l’organisation de tournées de recouvrement des impôts locaux notamment la patente (Paiement Patente par Anticipation). L’autre contrainte des collectivités locales est le manque de ressources humaines compétentes surtout au niveau des communautés rurales qui se caractérise par l’absence d’une fonction publique locale. Le taux d’analphabétisme (66,8%) de ces nouveaux conseillers reste très important, au moment ou les jeunes et les femmes sont toujours faiblement représentées. Ce qui pose un réel problème de renforcement des capacités des collectivités locales du département. Par ailleurs, en milieu rural le décollage est inhibé par l’exode rural à la place de l’entreprenariat rural. Toutefois des efforts énormes ont été entrepris dans le système de gestion des affaires locales avec l’appui des partenaires techniques et financiers, de la coopération décentralisée et des ONG. En outre, le respect dans les procédures de passation des marchés participe à une visibilité de la gestion publique et de la bonne gouvernance locale. Le renforcement des capacités des collectivités locales et l’amélioration des finances publiques locales demeurent la priorité pour une atteinte des objectifs de la décentralisation.

2.6.

La situation des personnes vulnérables

2.6.1. L’enfance et la jeunesse n L’enfance Les enfants en situation difficile sont estimés à 18.028 selon le service départemental de l’action sociale. L’enquête menée en 2008 donne un nombre d’environ 17.900 apprenants dans 140 daaras et écoles arabes dans le Département. Si la situation générale des talibés est assez difficile, on note certaines améliorations avec l’émergence des « Instituts », des « internats », et les efforts de modernisation de plusieurs daaras traditionnels (81 daaras pour un effectif de 7328 talibés dont 3500 pour le seul daara de KOKI). Il faut souligner une évolution positive dans la tenue de ces établissements d’éducation non conventionnelle ; aujourd’hui, nombre de foyers religieux optent pour l’édification d’instituts islamiques qui offrent de meilleures conditions d’études et un éventail de compétences et de savoir plus étendu, c’est l’exemple entre autre de : • L’institut islamique de KOKI, • Le Daraay kamil de N’diagne, • L’institut Al hanafiya de Louga • L’institut Islamique supérieur de Louga L’Association pour le Développement de Keur Serigne Louga (ADKSL) en partenariat avec la CISV et en collaboration avec le CEFAM tente l’insertion socio­professionnelle de talibés issus des daaras de cette zone en les initiant aux métiers de mécanique, de frigoriste, de menuisier métallique et d’électricien. Le Projet EDB/USAID est aussi un des atouts majeurs pour la modernisation du secteur. n La jeunesse Malgré leur poids démographie (plus de 55 % des de la population), les jeunes ont un impact relativement faible sur l’économie locale. Pourtant, ils constituent la composante essentielle de la population active, les jeunes sont les principaux demandeurs d’emploi. Cette situation s’explique

142

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page143

Document de lignes directrices de la Région de Louga

par leur faible capacité organisationnelle et leur forte mobilité (émigration en Europe). Il s’y ajoute le manque de formation qualifiante de la plupart des jeunes demandeurs d’emploi, et l’inadéquation entre la formation et l’emploi. Dans le département, on pouvait penser par contre que l’effort sans précédent d’éducation et de formation faciliterait l’accession à l’emploi d’une partie de la jeunesse (Centre de Formation et d’Appui aux Métiers et Centre Régional d’Enseignement Technique Féminin). Paradoxalement il se trouve que cette amélioration de la formation et cet effort de scolarisation ne répondent pas aux besoins de l’emploi des jeunes. Les offres d’emploi pour les jeunes se font en effet au compte goutte. Cette situation résulte du fait de la rareté des structures pourvoyeuses d’emploi mais aussi de l’absence d’une politique d’insertion des jeunes au niveau local. Au niveau des quartiers, la vie associative est très développée dans le département de Louga. Depuis la commune jusque dans les villages des communautés rurales les jeunes s’organisent en associations. Au niveau local, un conseil est mis en place, dans chaque communauté rurale, regroupant l’ensemble des associations de jeunes. Au niveau de chaque circonscription administrative (arrondissement et département), il existe une structure de jeunesse représentant l’ensemble des organisations de jeunesse de la circonscription. Elles sont ainsi liées les unes et les autres par des rapports de hiérarchie (structure inférieure, structure supérieure). Sur le plan sportif, il faut noter la création de districts pour chaque discipline sportive au niveau du département. Chacune de ces structures a comme mission principale la promotion et la vulgarisation de la discipline concernée au niveau du département. Plusieurs écoles de sports ont été créées pour la formation des petites catégories. Au niveau département de Louga, l’ODCAV est l’organe supérieur avec 9 zones à l’échelon inférieur. L’enjeu principal pour la promotion de cette frange importante de la population réside dans le fait de développer des partenariats avec des structures de promotion de l’emploi des jeunes.

2.6.2. Les dynamiques associatives féminines Les femmes, au niveau du département sont regroupées en association, GIE et GPF, regroupées au sein d’un comité consultatif de la femme au niveau départemental. Le comité consultatif regroupe ainsi la FAFS, la fédération départementale des GIE, les dahiras, les associations, les clubs de solidarité, les organisations professionnelles et la fédération départementale des GPF qui regroupe 881 GPF répartis comme suite Tableau n°3 : Fédération départementale des GPF de Louga Arrondissement ou Commune Sakal M’bédiène Koki Keur Momar Sarr Commune de Louga Total Département de Louga

Nombre de GPF 213 144 274 201 49 881

La FAFS a mené des activités de développement tant au niveau régional mais aussi départemental. Elle intervient dans tous les secteurs d’activités qui ont un impact d’abord sur les femmes et sur la communauté tout entière.

2.6.3. La situation des personnes âgées La section départementale de la Fédération des Associations de Personnes Agées du Sénégal (FARPAS, forte d’environ 750 membres, compte plusieurs groupes : • L’Association des Retraités du Sénégal (ARS) • L’Association Générale des Allocataires des Régimes de Retraite (AGARR) • L’Association pour l’Auto­promotion des Personnes Nécessiteuses (ASAPEN) • L’Association des Personnes du troisième Age de Louga et • Les Volontaires du Troisième Age L’ARS et l’AGARR, les organisations les plus anciennes et les plus significatives regroupent la majeure partie des Ainés (480 membres). L’ASAPEN regroupe des veuves et des personnes nécessiteuses. Elle compte 71 membres et s’active intensément dans le commerce et le crédit révolving. L’Association des personnes du 3ème âge de Louga et les Volontaires du 3ème âge, dernières nées de cette fédération comptent environ 200 membres. Le PAPA (Projet d’Appui à la Promotion des Ainés), un projet de la Direction de l’Action Sociale, a intéressé en 2010 le département de louga avec un financement de 1 000 000 f pour un micro­projet.

143

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page144

Document de lignes directrices de la Région de Louga

2.6.4. La situation des personnes handicapées dans le département Dans la région de Louga, douze habitants sur mille présentent un handicap. On note cependant des disparités dans la répartition entre les départements. Plus d’un handicapé sur trois (40%) réside dans le département de Louga contre 30% à Kébémer et 30% à Linguère. A Louga, la proportion de personnes vivant avec un handicap est de 1,1% de la population totale résidente. La structure de la population handicapée de la région révèle une prédominance des hommes (53,73%). Au niveau du département, elle est de 52,58%. L’infirmité des membres inférieurs est le handicap le plus fréquent dans le Département (22,3%). Dans le département de Louga les handicapés visuels sont 15,37% de la population vivant avec handicap. La plus importante partie des personnes handicapées (79,80%) réside en zone rurale. En zone urbaine, 1,29% de la population souffre d’un handicap. Les plus fortes proportions de personnes handicapées se rencontrent chez les personnes âgées, en milieu urbain (29,60%) comme en zone rurale (29,60%). Selon le sexe, prés d’une femme handicapée sur trois en milieu urbain est âgée de 60 ans ou plus. En zone rurale, 29% des femmes vivant avec un handicap et 29,80% chez les hommes sont des personnes âgées de 60 ans et plus. Leur nombre reste encore important et milite pour que les efforts soient maintenus par la prévention et leur promotion sociale. (1 fichier nominatif d’environ 900 personnes à travers le département est disponible depuis juillet 2010). L’action associative dans ce domaine est menée par deux associations de handicapés moteurs, deux associations de handicapés visuels, d’une association de veuves, d’une association de PV VIH et trois associations de personnes du troisième âge sont très bien structurées. Dans la politique sociale entreprise par l’Etat du Sénégal, les personnes handicapées et les personnes du 3ème âge ont constitué de chaque côté une fédération départementale et toutes ces associations sont sous la tutelle des services de l’action sociale (Service Départemental de l’Action Sociale, et Centre de Promotion et de Réinsertion Sociale). Cependant, les enfants, les jeunes travailleurs et les enfants en conflit avec la loi sont plutôt les cibles des services de l’AEMO.

2.6.4.1. La société civile On distingue quatre (4) grands groupes d’acteurs à savoir les organisations communautaires de base (OCB), les organisations non gouvernementales (ONG), les services déconcentrés de l’Etat et la Commune de Louga. Ces différents acteurs se meuvent dans un cadre de partenariat et de coordination géré par l’ARD (Agence Régionale de Développement). A côté du réseau départemental des femmes, d’autres associations comme la FAFS émergent. La FAFS de Louga a son siège dans la commune de Louga. Les associations informelles concernent les associations de famille, d’élèves (foyers d’éducation), d’amis (les tontines de quartiers), etc. Elles interviennent surtout dans le domaine de l’éducation, de la santé, de l’environnement, et de la micro­finance. Elles existent sans récépissé officiel, mais demeurent des structures sur le plan organisationnel au regard de la motivation de leurs membres. Elles sont parfois le fait de coalitions durables, comme les tontines mises en place sur la base de relations de riveraineté et/ou de classes d’âge. Certaines tontines parviennent à brasser plus de 500 000 FCFA par mois. La commune de Louga a déjà commencé à expérimenter le budget participatif. Les Conseils de quartier sont au centre de ces dispositifs. Ils sont l'expression d'une volonté municipale; ils favorisent l'exercice d'une citoyenneté active en développant la démocratie locale dans notre Commune. Il complète la démocratie représentative et le rôle des élus de la collectivité, permettant ainsi la participation du plus grand nombre de citoyens à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques locales. Après évaluation, l’expérience s’avère concluante et intéresse d’autres collectivités locales.

144

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page145

Document de lignes directrices de la Région de Louga

CHAPITRE III. LA COOPERATION INTERNATIONALE La coopération internationale n’est pas encore développée dans le département. Les élus, qui ont en charge cette compétence, ne sont pas assez outillés pour mettre à profit tout le potentiel. Les seules expériences en termes de coopération sont à noter dans la commune avec la ville de Millau et la Province de Turin. La communauté rurale de Sakal, quant à elle, entretient une coopération solide avec les villes de Mallemort et de Argentat en France. Cependant avec le dynamisme des associations de migrants et les perspectives du réseau ART GOLD, des pistes sont ainsi ouvertes pour le développement de ce secteur.

3. AXES DE DEVELOPPEMENT Lignes directrices

Collectivités locales (CL) porteuses de la stratégie

OMD

Organisations travaillant dans ce domaine

Situation de base

Partenariat envisagé

DECENTRALISATION ET GOUVERNANCE LOCALE Renforcer les capacités des élus et acteurs locaux dans la gestion des affaires locales

Syer, Ndiagne, Niomré, Nguidile, Nguer Malal, Nguene Sarr, Pété Ouarack, Mairie Louga

8

ARD, FORUM Atouts : CIVIL, Cellule * Existence de quelques projets et Congad, SRADL, programmes Lux Dev, MDL, ABT * Prise de conscience des USAID collectivités locales * Bon niveau de collaboration entre le déconcentré et la décentralisation, la société civile * Potentiel en ressources humaines au niveau des CL Faiblesses * Non Implication de l’UGB, * Faible niveau des élus

* Recherche – Action (avec l’UGB) * Formation * Sensibilisation * Partage de bonnes pratiques * Elaboration et vulgarisation d’un guide pratique * Formation en leadership et en gestion financière * appui institutionnel

Améliorer la gestion financière et la mobilisation des ressources des collectivités locales

Mbédiène, Kelle Gueye, Nguene Sarr, Thiamène, Ndiagne, Syer, Nguer Malal

8

ARD – FORUM CIVIL­ Congad – trésor, Impôt et Domaine, MDL, CADL ; Administration territoriale

* Maîtrise de l’assiette fiscale * Recouvrement des taxes et impôts locaux * Amélioration des moyens logistiques * Renforcement technique du personnel de recouvrement

Atouts : * Existence de potentiel fiscal * Présence de services spécialisés Faiblesses * Non maitrise de l’assiette fiscale * Manque de ressources humaines et logistiques * Réticence de certaines populations

145

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page146

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Promouvoir et renforcer la mise en place du budget participatif

8

Congad, ENDA, Atouts ARD, MDL, * Processus enclenché dans certaines CADL collectivités locales à Louga depuis 2009 * Existence de module de formation en langue nationale Faiblesses * faible notion sur le Budget Participatif * manque de civisme fiscal * Problème de recouvrement

* Formation des élus et des populations * Appui à la mise en place du budget participatif

Renforcer la participation citoyenne dans la gestion des affaires publiques

Ndiagne, Louga, Coki

8

CONGAD Forum Civil Mouvement Citoyen ARD­MDL Lux­Dev­ Village du Millénaire

Atouts * Renforcement des * Disponibilités des membres de la société civile capacités (formation) * Collaboration société civile/collectivités Sensibilisation * Module de formation Faiblesses * une faible capacité de la société civile à contribuer à la gestion des affaires publiques

Promouvoir l’équité de genre dans la gestion des affaires locales

Keur momar sarr, commune louga, koki, sakal, mbediene

3

GELD, Lux Dev Sen 026,

Atouts * Dynamisme des OCB Faiblesses * Peu d’élues

* Formation * Promotion la participation des couches défavorisées * Sensibilisation

Promouvoir Le GIC l’intercommunalité à travers le GIC

8

ARD­ MDL SRADL­ PNDL

Atouts * Erection de Louga en zone test * Existence du décret Faiblesses * Sa nouveauté * Déficit d’information sur le décret sur le GIC

* Formation * Sensibilisation * Echange d’expérience * Fonds d’appui Projets intercommunautaires

Promouvoir les TIC Nguidila, Keur à travers Momar Sarr, l’informatisation des Sakal, KOKI sièges des conseils ruraux pour une meilleure gestion des bases données au niveau locale

8

ARD – MDL – Atouts SRADL * Présence de l’électricité dans toutes les CL * Présence du réseau téléphonique * Existence de locaux en dur ; * Les anciennes pratiques * Existence de registres dans toutes les CL Faiblesses * Personnel communautaire non formé sur les TIC * Absence de matériels informatiques au niveau des CL * Absence du réseau internet dans certaines CL * Coupures d’électricité fréquentes * Archivage vulnérable * Système non informatisé

146

Formation IEC Dotation en matériels informatiques Informatisation de la gestion de l’Etat civil * Créer un logiciel * Formation en informatique du personnel communautaire * Formation en gestion de l’Etat Civil * Appui technique et logistique

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page147

Document de lignes directrices de la Région de Louga

SERVICES SOCIAUX Promouvoir la santé de la reproduction des adolescentes et des jeunes

Gandé ; Syer Niagne ; Thiamene

4, 5, 6

Améliorer les conditions d’accueil à l’école.

Syer ; Gande

Promouvoir l’alphabétisation fonctionnelle des femmes.

Promouvoir l’insertion et la réinsertion des personnes vulnérables

Améliorer l’accès à l’eau potable

CCAI Louga, Districts sanitaires Louga, Keur Momar Sarr et Koki, ADEMAS CNLS

Forces * Bon niveau d’organisation des jeunes * Existence de jeunes relais formés en SRAJ

2

Services Technique Plan Self Help

Forces * Appui technique * Disponibilité de l’espace (Construction de * Population scolarisable salles de classe en importante concert avec L’IDEN). Faiblesses * Sensibilisation (Faire * Habitat dispersé la promotion de la * Réalités socioculturelles scolarisation dans * Manque d’harmonisation des CL cette zone) et de l’IDEN

Louga, Mbediene, Nguédilé, Niomré, Kelle Gueye, Syer, Gandé

3

Direction Alphabétisation Plan Super Crown CREPA

Coki, Sakal, Commune de Louga

1

Ndiagne­Pété 1 Ouarack Coki, Nguer Malal Niomré Améliorer le niveau Koki 4, 5, 6 d’accueil et les Keur Momar prestationS dEs SArr structures Sakal sAnitaires

Forces Bon niveau d’organisation des femmes Disponibilité de sites Faiblesses Manque de suivi des auditrices Différence d’approche des opérateurs CPRS­CL Forces Self Help Compétence transférée aux CL UNICEF Bon niveau d’organisation des PRP groupes ciblés HACI Loi d’orientation sociale CNLS Faiblesses Ressources faibles Insuffisance couverture sanitaire PEPAM, Service hydraulique, Forces Self Help, PNDL, Plan Forage d’eau douce à Ndalla, Canalisation SDE proche Faiblesses : Eau saumâtre Districts médicaux USAID Plan Self Help Medicos del Mundo PNDL

Forces Bonne organisation des acteurs, bon maillage des structures sanitaires, bonne implications des émigrés Contraintes Plateau technique à relever, infrastructures a moderniser, personnel insuffisant, ambulance non existantes dans certaines zone

* Mise en place de bureaux conseils * Appui logistique * Financement d’activités

* appui technique (Equipement de centres ; Formation des formateurs ; Conception de programmes adaptés) * Appui financier et logistique (Equipement des centres formation)

Mettre en place un ouvrage hydraulique multi villages AppUi teChniQue Appui à la construction et L’équipement Des nouVeaux districts

147

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page148

Document de lignes directrices de la Région de Louga

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL Appuyer la redynamisation de la filière horticole

Leona; Syer, Keur momar sarr

1

organisatioN de maraiches, chambre de commerce, ANCAR, OMD, FAPAL

* Faiblesse de rendements, pb de conservation, enclavement, formation déficienTe. * Bonne orGanisaTiON deS acteuRs; pRoximité de La nappe freatique; climat favorable; eau disponible; DisponibiliTé de la main d'œuvre

* Mettre en place infrastRuctuRes de conservation t De stockage * formAtion des acteurs * Echanges d'expériences

Appuyer la promotion économique des jeunes et leur grouPement

CR Keur Momar Sarr , Pété Barack, Nguer Malal , NgeuNe Sarr, Hiamene

1

Services Techniques ASREAD FNPJ SeLF Help

Forces : Disponibilité des terres Existence de programmes Jeunes organisés et encaDrés Faiblesses : Non disponibilité des ressources financi¨rEs et matérielles

Mise en place d’un fonds d’appui FormATion en gestion Développement TIC Equipement

Améliorer les facteurs de proDuctioN (qualité dE semences et autres intrants) en grandes cultures.

Mbédiene; koki; Sakal; Mguer Malal; Niommé; Nguidilu, et kellegaye

1

FAPAL, ANCAR, SPIA, CRCR, Mbay Mbay, COPAKEL, COPEBASE, etc.

Forces * formation des * Existence de structures producteurs en * d'appui des producteurs; *présence multiplication de de servicEs techniques; *Disponibilité semences et en des terres et de la main d'œuvre organisation * EcHange d'expériences

Appuyer la C. de louga, transformation et la leona, keur commercialisation momar sarr, des pr/duits locaux

1

FAPAL, Zeina, DIREFEL; GPf²

* Existence de structures d'encadrement; bonne structuration des acteurs

* Appui technique, materiel et financier

AmÉliorer la Gandé; disponibilité de l'eau Mbedienne, pour le bétail Thiamene, etc.

1

MDE, DIRFEL, Organisations d'eleveurs

Forces Existence, du fleuve et du lac à keur momar sarr, des marres, et une saison des pluies qui permet au betail de s’abreuver pendant 3à5 moi de l’annÉe Contraintes Cet abreuvement se fait rare pour une bonne partie de l’année

Appui Technique à la gestion des ASUFOR installer des abreuvoirs dans les point s d’eau et dans les lieux de regroupement des béTail

Appuyer la proFessionnalisation de la pêche maritime

1

CL et service pêche maritime, pêcheurs et femmes transformatriceS, chambre de commerce

Habitat précaire des acteurs, existence de la demande

cadre de concertation

148

Leona

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page149

Document de lignes directrices de la Région de Louga

Améliorer les Leona et keur conditions des Momar Sarr femmes transformatrices de produits halieutiques et conservation des produits frais.

1, 3

Cl; chambre commerce; service pêche maritime; pêcHeurs et transformatrices; FAPAL

Absence d'éqUipement approprié

* formation * aires de (transformation * alimentation en eau potable * électrification * Installation unités de conservation des produits frais

débuts timides, * existence de centres de formation

* Appui technique (formation des acteurs) * appui technique (renforcer l'équipement du centre de formation de guidick à kms ; installation de cases flottantes, digue)

Développer l'aquaculture

keur Momar Sarr

1

cl, service pêche, ancar; GPF, pêcheurs

Appuyer les porteurs d’initiatives dans la création de PME et PMI

Thiamene, commune, leona, keur momar sarr, sakal, nguidila, kelle Gueye

1

Chambre de * existence de structures d'encadrement, commerce;chambres * volonté des collectivités locales des métiers; ARD; creg, MDL

étude des filières porteuses * micro crédit * appui technique aux plans d'affaires * insertion des jeunes

Appuyer la création d'AGR pour les femmes

Syer, gandé, pété ouarack, ngeune sarr, commune de Louga, nguer malal, kelle Gueye

1, 3

ANCAR, FAFS, AFOPEC * existence de GPF et GIE et chambre de * existence de la demande commerce * présence de mutuelles

* appui technique (renforcement des capacités) * appui financier

Développer toutes les formes de tourisme durable

Louga, communauté rurale de Niomré, Leona, keur momar sarr

1

FESOP, ADSKL, RAC Niomré, et Leona

* capitaliser expériences * mieux structurer les secteurs * définition charte de tourisme rurale * mise en place de chaines de valeurs spécifiques * créer réseau d'acteurs culturels

* Existence sites d'accueil à Louga, ex produits et prestations, supports en marketing et communication

149

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page150

Document de lignes directrices de la Région de Louga

ENVIRONNEMENT Assurer la protection des Forets contre les risques naturels et pressions humaines

Keur Momar SARR ; SYER , Nger Malal Keur Momar SARR ; Léona; Gandé

7

IREF ; DREEC ; CISV Fonds Italie Cilss ; ASREAD ; SOS Sahel Progert; Paden; PVM

* Dégradation des ressources végétales * Baisse du potentiel ligneux * Feux de brousse * Coupe abusive * Existence des textes en vigueur

* Formation * Sensibilisation * Création de comités * Equipement * Pare feu

Lutter contre la dégradation des terres par surexploitation

Keur Momar sarr Mbédiène Ngeune Sarr SYER

7

IREF; DREEC PROGERT; INP ASREAD; SOS SAHEL

* Erosion éolienne * Surpâturage

* Formation, Sensibilisation * Installation de brise vent * Aménagement de zone de parcours

Lutter contre la pollution du Lac de Guiers

Keur Momar SARR ; SYER Nguer Malal

7

DREEC ; IREF ONAS ; Office du Lac SAED ; DGPRE

* Plantes envahissantes * Ordures Ménagères * Produits phytosanitaires

* Appui technique * Appui financier

Préserver la SYER ; Keur biodiversité végétale Momar SARR ; Léona ; Gandé Mbédiène ;

7

IREF ; DREEC SOS SAHEL ; Fonds Italie Cilss ; ASREAD

Espèces en voie de disparition (50 à 60 %)

* Sensibilisation * Appui technique

Lutte contre l’érosion côtière

Léona

7

DREEC ; IREF ; PADEN * Avancé de la mer * Extraction frauduleuse de sable de mer * Absence d’infrastructures

* Renforcement de capacités des services impliqués dans la gestion du littoral

Améliorer la gestion des déchets

Commune de Louga ; Niomré ; Keur Momar SARR

7

DREEC ; Lux dev GADEl ; SOS Sahel

*Dépôts sauvages *Absence de centre d’enfouissement technique *Absence d’incinérateur

Améliorer la gestion des eaux Usées

Commune Louga Sakal, Keur momar Sarr, Leona, Sakal

7

DREEC ; ONAS ; Service régional de l’assainissement ; PEPAM ; Lux dev

* Centre d’épuration sous dimensionné * Faible couverture des branchements individuels

* Un plan de gestion des ordures ménagères * Infrastructures d’élimination des ordures ménagères Installations d’autoclaves * Extension du réseau d’assainissement * Infrastructures de traitement des eaux usées

Aménagement d’espaces verts

Commune Louga

7

DREEC ; IREF ; SOS Sahel

* Dégradation des espaces verts * Disponibilité des sites potentiels

150

* Plantations massives (axes routiers)

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page151

NEAS1 BROCHURE LOUGA_Copie de Mise en page 1 24/08/12 09:36 Page152

PARTENAIRES GOUVERNEMENTAUX

REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple – Un But – Une Foi

MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES COLLECTIVITES LOCALES MINISTRE DE L’ ECONOMIE ET DES FINANCES

AGENCES DES NATIONS UNIES

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

PARTENAIRE BILATÉRAL

PARTENAIRES DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE

RegioneLombardia

PARTENAIRES NATIONAUX


SENEGAL - Louga